ACTION DU SOLEIL SUR LES VEGETAUX VERTS. pôle science 4ème du collège Stockfeld

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTION DU SOLEIL SUR LES VEGETAUX VERTS. pôle science 4ème du collège Stockfeld"

Transcription

1 ACTION DU SOLEIL SUR LES VEGETAUX VERTS pôle science 4ème du collège Stockfeld Problématique : quelle est l action du soleil sur les végétaux verts? Nous avons tenté de mesurer l effet du soleil sur les plantes puis de comprendre comment le soleil agissait sur les plantes à travers une série d expériences. Expérience : Nous avons commencé par cultiver des lentilles, haricots et bambous (2 de chaque dans chaque pot) pendant 5 semaines. Nous avons soumis la moitié des plantes à une exposition à la lumière solaire tout en plaçant l autre moitié à l ombre dans une armoire fermée. Il a fallu marquer chaque pot pour s y retrouver parce que chaque binôme d élèves avait planté des lentilles germées, des haricots et avait son bambou. Nous n avons fait jouer qu un seul facteur en plaçant les végétaux soit à la lumière solaire soit à l ombre. Puis on les a arrosés régulièrement et mesurés une fois par semaine Au fur et à mesure que les plantes poussaient, nous avons pris des mesures des longueurs des tiges, des surfaces des feuilles de haricot ou de bambou en dessinant leur forme et compter le nombre de feuilles par plante. Les données chiffrées ont ensuite été analysées en salle informatique pour en faire des graphiques en utilisant le logiciel Mesurim.

2 Résultats qualitatifs : Lentilles et haricots après une semaine Au soleil à l ombre Lentilles et haricots après 2 semaines Au soleil à l ombre Au soleil Haricots après 3 semaines à l ombre

3 Haricots après 4 semaines Bambous après 4 semaines Après plusieurs semaines, les plantes placées à l'ombre ont beaucoup changé : elles ont perdu leur couleur normale et sont devenues jaunes au niveau des feuilles pour le haricot ou moins vertes chez le bambou Le haricot et les lentilles sont devenus assez grands au niveau de leur tige, mais ils ne produisent que très peu de feuilles à l ombre. En revanche, les plantes placées au soleil sont devenues vertes et se sont bien développées. Elles ont produit beaucoup de grandes feuilles. L action au niveau des bambous est moins évident.

4 longueur en cm longueur en cm nombre de feuille Résultats quantitatifs : Nombre de feuille en fonction du temps Lentille1 soleil (feuille) Lentille1 ombre (feuille) Les lentilles qui ont poussé à la lumière ont produit plus de feuilles que celles qui sont restées dans l ombre 0 0,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 5 5,5 temps en semaine longueur de la tige en fonction du temps ,5 1 1,5 2 2,5 3 3,5 4 4,5 5 5,5 le temp en semaine Lentille1 soleil (longueur tige) Lentille1ombre (longueur tige) Les lentilles qui ont poussé à la lumière ont des tiges plus courtes que celles qui sont restées dans l ombre. Mais la lentille à l'ombre est beaucoup moins verte que la lentille au soleil longueur en cm des lentilles n temps en semaines Lentille 1 soleil (cm) Lentille 1ombre (cm)

5 longueur en cm surface de haricot longueur en cm longueur en cm des haricots n Haricot 2 soleil (cm) Haricot 2 ombre (cm) La tige des haricots pousse plus vite à l'ombre qu'au soleil, temps en semaines surface de haricot soleil et ombre temps en semaine surface de haricot soleil surface de haricot ombre mais les feuilles de haricot grandissent plus au soleil qu à l ombre surface des bambous temps en semaines bambou soleil (cm) bambou ombre (cm) La surface des feuilles de bambous augmente plus vite au soleil qu à l ombre

6 Ces courbes individuelles ont été reprises en cours de mathématiques pour obtenir des moyennes tenant compte de l ensemble des résultats obtenus dans la classe. Conclusion: La tige des lentilles a grandi plus vite à l'ombre qu'au soleil. Mais elles ont plus de feuilles si elles sont exposées à l a lumière De même, la tige des haricots pousse plus vite à l'ombre mais les feuilles grandissent beaucoup plus vite au soleil. Les feuilles de bambou grandissent un peu plus vite au soleil qu'à l'ombre La lumière solaire a au moins 4 types d actions sur les plantes : elle les aide à produire des feuilles plus nombreuses elle permet une augmentation de la surface des feuilles elle permet à la plante de conserver sa couleur verte (en produisant plus de chlorophylle? en évitant sa dégradation?) Elle freine la croissance de la tige au profit de celle des feuilles (y a t-il compétition entre la croissance de la tige et celle des feuilles?)

7 Approche explicative Pour comprendre comment la lumière du soleil agissait sur les plantes vertes, on a essayé de décomposer la lumière blanche puis de voir comment la plante réagissait vis-à-vis de cette lumière blanche. Problématique : que contient la lumière solaire? Montage : Grâce à un réseau posé sur la lentille d un rétroprojecteur et deux livres nous avons décomposé la lumière blanche. Ensuite nous avons étudié le spectre obtenu avec un filtre vert. Résultats : La lumière blanche se compose de plusieurs radiations de couleurs de l'arc-en-ciel (rouge orange jaune, vert, cyan, bleu, violet) le filtre vert laisse passer seulement sa propre couleur et rien d'autre. Donc, le filtre vert absorbe toutes les radiations de la lumière blanche à l exception de sa propre couleur.

8 Problème : Comment réagit un extrait de chlorophylle brute à la lumière? Maintenant, on veut voir si la chlorophylle verte se comporte comme un filtre vert par rapport à la lumière blanche. Expérience : Nous avons écrasé avec un pilon des feuilles de haricot dans un mortier contenant de l alcool pour en extraire la chlorophylle. Après filtration de la solution verte obtenue, nous avons comparé son action sur la lumière blanche avec celle du filtre vert Résultat : Spectre Filtre vert Chlorophylle brute. Nous avons constaté que la chlorophylle ne réagissait pas comme un filtre vert puisqu elle laisse passer certaines couleurs comme le jaune, le rouge en plus des radiations vertes. Conclusion : La chlorophylle ne se comporte pas comme un simple filtre vert qui absorbe toutes les radiations de la lumière blanche à l exception de sa propre couleur. Comment expliquer que la chlorophylle n absorbe pas les radiations jaunes et rouges comme devrait le faire un objet de couleur verte? Nous avons fait l hypothèse que la solution de chlorophylle verte n est pas homogène (comme le filtre vert) et serait un mélange de plusieurs pigments Pour séparer les constituants d un mélange, nous avons vu en classe de 5eme, une technique appelée la chromatographie.

9 Problématique : Comment démonter que la chlorophylle brute est un mélange? La chromatographie est une technique qui permet de décomposer les constituants d un mélange grâce à une migration d un solvant sur un support en papier ou silice. Expérience On a placé plusieurs gouttes de chlorophylle brute sur un papier buvard dont on a trempé l extrémité dans un mélange de 85% d éther de pétrole, 10%Acétone et de 5% cyclohexane. Nous avons ensuite trempé l extrémité inférieure de la plaque dans le solvant et observé que la tache de la chlorophylle monte vers le haut Sens de migration Résultats Puis, on a vu qu'il y avait plusieurs couleurs qui se séparaient progressivement dans l extrait de chlorophylle dont les différents constituants sont jaune, vert clair et vert foncé. Conclusion : La chlorophylle brute est un mélange de pigments de couleur vert clair, vert foncé, jaune et orange

10 Conclusion La chlorophylle est une matière organique produite par la plante verte exposée au soleil et qui se compose de plusieurs pigments autre que ceux qui sont verts La présence de ces pigments explique que la chlorophylle brute laisse passer les radiations vertes, mais aussi jaunes et rouges de la lumière blanche. On en déduit que la chlorophylle brute absorbe de préférence les radiations de couleur violettes, bleu, cyan. Mais pour quoi faire?? Problématique : que fabrique la plante verte avec les radiations du soleil qu elle absorbe? Expérience Sur des plants de géranium partiellement à l obscurité (voir photo ci-dessous) Après un bain dans l eau bouillante pour ramollir les feuilles puis dans l alcool bouillant pour dissoudre la chlorophylle

11 la présence de matière organique a été mise en évidence grâce à l eau iodée (déjà vu en classe de 6 ème ). Les feuilles de géranium ont donc été trempées dans l eau iodée pour mettre en évidence la présence d amidon Résultats Après un lavage dans l eau courante, une différence apparaît entre les deux moitiés d une même feuille Partie de la feuille exposée à la lumière Partie de la feuille à l obscurité Conclusion Les végétaux chlorophylliens utilisent une partie de la lumière solaire pour la synthèse de leurs matières organiques (amidon ). Ils assurent ainsi un transfert de l énergie solaire en énergie chimique utilisable par tous les consommateurs primaires (végétariens).

12 VISITE DU CNRS La classe de 4 ème 5 du collège Stockfeld a été accueillie au CNRS le 6 février dernier pendant une demi-journée, grâce à une collaboration établie avec un chercheur de l IBMP, Andréa Hemmerlin. La problématique visant à comprendre comment les végétaux utilisent l énergie solaire pour se développer, l Institut de Biologie Moléculaire des Plantes de Strasbourg a accepté de nous épauler dans cette démarche. Comment le CNRS a t-il contribué à l avancée du projet expérimental? Les collégiens ont commencé en septembre dernier des cultures de différentes plantes exposées ou non à la lumière. Pour expliquer leurs résultats, ils ont utilisé différentes techniques avec le matériel présent au collège. Les ateliers menés à l IBMP ont permis de refaire ces expériences ou de les compléter en disposant de matériel plus sophistiqué - Chromatographie sur couche mince (au lieu de papier buvard ) Atelier 2 - Décomposition de la lumière à l aide d un prisme (au lieu du rétroprojecteur) Atelier 3 - Culture sur gélose dans des conditions stériles sous hotte à flux laminaire (au lieu de culture dans la terre) Atelier 4 - Utilisation de microscopes confocal ou électronique (et non optique) Atelier 5 ou 1 L IBMP permet d élargir la problématique en s intéressant aux feuilles rouges et jaunes de l automne (et pas seulement vertes) La visite de l IBMP a permis une ouverture au monde de la recherche en permettant : - Une meilleure connaissance des métiers de la recherche (formation à l orientation) Atelier 1 - La rencontre avec des doctorants anglophones (incitation à maîtriser cette langue) Atelier 1 - Une sensibilisation aux mesures d hygiène (lors de la mise en culture) Atelier 4 Enfin, de retour au collège, les élèves ont rédigé un compte-rendu qui a été remis au CNRS. Conclusion : Grâce à des activités pratiques, la visite au CNRS représente une approche complémentaire à notre problématique tout en permettant une éducation à l orientation grâce à des rencontres avec des chercheurs et des étudiants.

13 Article paru dans le 7 Neuhof Neudorf Meinau du jeudi 9 février 2012

14 Fabrication d un détecteur d humidité en cours de TECHNOLOGIE Les plantes vertes sont à la base de toute chaîne alimentaire car ce sont des êtres vivants qui ont la propriété de fabriquer leur propre matière organique à partir de la lumière solaire grâce à la photosynthèse. Etudier comment les plantes vertes utilisent la lumière solaire est important pour comprendre comment l énergie lumineuse est transformée en énergie chimique par les êtres vivants autotrophes. La survie de ces êtres vivants dépend de certains paramètres physiques de leur milieu de vie dont le degré d humidité. En cours de technologie, les élèves essaient de confectionner un objet technique nommé «SOS plante» qui fonctionne sans pile. Ce capteur signale la sècheresse du sol en actionnant une alarme sonore et prévient de cette manière, du besoin en eau de la plante. 1- l énergie solaire comme source d énergie Grâce à une sonde implantée dans le sol, près des racines des végétaux plantés dans la terre, le degré d humidité du sol est en permanence sous surveillance. Si la sonde est sèche, le sol est aride et un signal sonore est émis. Si la sonde est mouillée, le sol est humide et aucun signal sonore n est émis. Le capteur d humidité convertit l énergie lumineuse en énergie électrique grâce à des photopiles au silicium qui génèrent un courant continu. 2- Critères retenus pour le choix du détecteur Prix : pas cher Solidité : Pas de composants fragiles, risque de détérioration. Maintenance : Pas de composants qui s usent à changer Complexité : le moins de composants possible. Efficacité : avertir l utilisateur par un signal sonore.

15 3- Schéma fonctionnel du détecteur Dans les photopiles au silicium amorphe, la lumière traverse la couche de verre ainsi que l électrode transparente et se transforme en énergie électrique dans le silicium. Ces générateurs de courant continu fournissent des tensions de quelques volts dont l intensité varie en fonction de la taille de la photopile. Bzzzzz Bzzzz Cellule Solaire Sel 1 Interrupteur Commande T1 Générateur De mélodie CI 1 Transducteur Piézzoélectrique BZ 1 Sonde Terre trop sèche 4- Schéma structurel

16 5- Réalisation A partir des différents composants suivants : boîtier circuit imprimé photopile Tube pour la sonde sonde buzzer Les élèves ont réalisé en atelier les différentes phases de fabrication du détecteur d humidité qui sont : 1) Test de continuité du circuit imprimé En utilisant un Ohmmètre, les élèves testent la continuité de chaque piste du circuit imprimé Circuit imprimé multimètre

17 2) Puis ils ont effectué le perçage du circuit imprimé avec une miniperceuse 3) Implantation et soudure des composants avec un fer à souder a e d b c Le transistor (a), le circuit intégré et son support (b), la résistance ajustable (c), le résistor (d) et le condensateur (e) sont positionnés correctement (implémentés) avant soudure Résultat après soudure Les composants sont placés sur le circuit imprimé au bon endroit puis soudés après avoir effectuer les contrôles (emplacement et sens pour les composants polarisés)

18 Côté composant et côté soudure sur un même circuit imprimé même les filles se mettent à la soudure..

19 4) Réalisation des câblages nécessaires Les câbles du capteur solaire (cellule), de la sonde et du buzzer sont fixés sur le composant et sur le circuit imprimé 5) Traçage et perçage du boîtier avec une perceuse en utilisant des forets de diamètres de 3 mm, 5mm et 12 mm

20 6) Assemblage des pièces pour fermer le boîtier et test de fonctionnement Pour chaque détecteur fabriqué un test de fonctionnement est réalisé, ce test permet de faire le réglage nécessaire afin de rendre le son audible. Au secours, J ai soif.. Bzzzzz Bzzzz

Table des matières. II. Vérification de notre première hypothèse: l'orientation des feuilles. 1. La phyllotaxie.

Table des matières. II. Vérification de notre première hypothèse: l'orientation des feuilles. 1. La phyllotaxie. Table des matières. Introduction I. Constat de départ. II. Vérification de notre première hypothèse: l'orientation des feuilles. 1. La phyllotaxie. 1.1. La suite de Fibonacci. 1.2. Description des dispositions

Plus en détail

Le soleil, source d énergie pour la biosphère

Le soleil, source d énergie pour la biosphère 3. ENTREE DE L ENERGIE DANS LE MONDE VIVANT. Le soleil, source d énergie pour la biosphère Activités pratiques Ex.A.O. De la lumière solaire à la matière organique Connaissances La lumière solaire permet,

Plus en détail

Comparaison de la structure d un chloroplaste avec une cyanobactérie. Source : Wikipedia, CC BY SA

Comparaison de la structure d un chloroplaste avec une cyanobactérie. Source : Wikipedia, CC BY SA 21 : Les pigments De nombreux organismes vivants tels que les cyanobactéries, les algues unicellulaires et les plantes supérieures sont dénommés des organismes autotrophes, capables de produire eux mêmes

Plus en détail

Extraction et séparation de la chlorophylle

Extraction et séparation de la chlorophylle Extraction et séparation de la chlorophylle Rapport de stage de Floriane Cere, Aude Burgat et Paul Scotto BTS Anabiotech Auzeville mars 2014 I. Etude bibliographique 1.1. Les pigments de la plante 1) Chlorophylle

Plus en détail

DS SCIENCES-PHYSIQUES. Premières 5-6-7 S. Mardi 10 novembre 2015

DS SCIENCES-PHYSIQUES. Premières 5-6-7 S. Mardi 10 novembre 2015 DS SCIENCES-PHYSIQUES Premières 5-6-7 S Mardi 10 novembre 2015 Sans moyen de communication Sans documents Calculatrice Autorisée Durée : 2 heures Bien lire le sujet avant de commencer car les 4 parties

Plus en détail

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS

LE SPECTRE D ABSORPTION DES PIGMENTS CHLOROPHYLLIENS Fiche sujet-élève Les végétaux chlorophylliens collectent l énergie lumineuse grâce à différents pigments foliaires que l on peut classer en deux catégories : - les chlorophylles a et b d une part, - les

Plus en détail

Physique Chimie. Obtenir des lumières colorées par superposition de lumières colorées.

Physique Chimie. Obtenir des lumières colorées par superposition de lumières colorées. Niveau 4 ème Physique Chimie Document du professeur 1/ 7 SYNTHESE ADDITIVE DE LUMIERES COLOREES Programme C- La lumière couleurs et images Cette séance expérimentale illustre la partie de programme ci-dessous,

Plus en détail

Activité 12 : Recherche des constituants d un produit transformé ([nom du fromage étudié]) à partir d un lait

Activité 12 : Recherche des constituants d un produit transformé ([nom du fromage étudié]) à partir d un lait Activité 12 : Recherche des constituants d un produit transformé ([nom du fromage étudié]) à partir d un lait 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Des pratiques au service de l alimentation humaine : La production

Plus en détail

Seconde partie de l épreuve

Seconde partie de l épreuve Seconde partie de l épreuve Le sujet comprend 3 documents notés de A à C. L image ci-dessous présente un capteur d énergie intégré à la couverture d un bâtiment industriel : Question 1 (3 points) En vous

Plus en détail

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle.

2. La lumière, source d énergie de la photosynthèse est captée par la chlorophylle. Hyp : la chlorophylle absorbe les photons de la lumière et convertit l énergie lumineuse pour permettre la photolyse de l eau et les oxydoréductions mises en évidence précédemment. 2. La lumière, source

Plus en détail

Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro»

Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro» Activité 34 : Réalisation d une digestion «in vitro» 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Fonctionnement de l organisme et besoin en énergie 2. PLACE DE L ACTIVITE DANS UNE PROGRESSION Chapitre I :

Plus en détail

II. LA LUMIERE BLANCHE

II. LA LUMIERE BLANCHE CHAPITRE 3 COULEURS ET ARTS I. LA, COULEUR. DE. LA.. MATIERE La couleur d'un matériau ou d'un objet dépend de : - sa matière, par les colorants et pigments qu'elle contient; - la lumière qui l'éclaire.

Plus en détail

La photosynthèse photosynthèse autotrophes hétérotrophes photoautotrophes

La photosynthèse photosynthèse autotrophes hétérotrophes photoautotrophes La photosynthèse La vie sur terre dépend de l énergie solaire : les végétaux convertissent l énergie lumineuse en énergie chimique. Ce processus s appelle la photosynthèse. Les autotrophes sont les producteurs

Plus en détail

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement?

Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? Comment prouver que les végétaux ont besoin d eau, de minéraux, d air et de lumière pour se développer normalement? La question que l on se pose : Les végétaux ont-ils besoin d eau, de minéraux, d air

Plus en détail

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange

Expérience # 7 Identification des composés d un mélange Expérience # 7 1. But Le but de l expérience consiste à isoler chacun des composés d un mélange par les techniques de purification connues, à prouver la pureté de chacun et à déterminer la nature des composés

Plus en détail

TP1 : Ombres et couleurs - Correction

TP1 : Ombres et couleurs - Correction TP1 : Ombres et couleurs - Correction I II II.1 Obtention de lumières colorées à partir de la lumière blanche Mélangeons les lumières colorées Expériences II.1.1 II.1.2 II.2 Utilisation de lumières rouge,

Plus en détail

FOUILLET Edgar MEICHEL Sébastien MULLER Guillaume PISTER Paul. Evaluateur de Mise en Appui

FOUILLET Edgar MEICHEL Sébastien MULLER Guillaume PISTER Paul. Evaluateur de Mise en Appui Evaluateur de Mise en Appui I. Introduction... 2 II. Etude... 2 1. Analyse fonctionnelle... 2 2. Pesette et pèse-personne... 3 3. Choix du matériel... 4 4. Etude du pèse-personne avec le matériel... 4

Plus en détail

Les relations mathématiques en lien avec les lentilles minces

Les relations mathématiques en lien avec les lentilles minces OPTIQUE Note aux enseignants ou aux TTP : voir à la fin de ce laboratoire. LABO 13 Les relations mathématiques en lien avec les lentilles minces TYPE DE LABO : Modélisation BOÎTE À OUTILS : Une méthode

Plus en détail

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum

Document de synthèse. Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Document de synthèse Optimisation des conditions d éclairage Les défis d un éclairage minimum Table des matières 1. Introduction 3 2. Sensibilité à la lumière : une mesure complexe 3 3. Ne vous faites

Plus en détail

COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR

COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR COMMENT RECONNAÎTRE L'EAU D'ÉVIAN ET L'EAU D'HÉPAR réponse au défi scientifique lancé à Gentilly (94) en 2009/2010 aux classes de CM1 des écoles élémentaires et à la classe de 4ème «option sciences» du

Plus en détail

TECHNOLOGIE M r BRUSCHI - COLLEGE ANNE FRANK. Implantation des composants 1/6. PROJET Robot télécommandé TRAVAIL A FAIRE :

TECHNOLOGIE M r BRUSCHI - COLLEGE ANNE FRANK. Implantation des composants 1/6. PROJET Robot télécommandé TRAVAIL A FAIRE : SU08 + IC2 C3 R1 D1 D2 IC1 B2 R2 TR1 R3 C4 D3 R4 R5 B1 C1 C2 SHF D4 R6 R7 TRAVAIL A FAIRE : Sur le circuit imprimé ci-dessus, colorier les différents composants avec les couleurs indiquées dans le tableau

Plus en détail

La serre de VeRT-SeRRe. CAPSULE THÉORIQUE (Ce document s adresse à des adultes.)

La serre de VeRT-SeRRe. CAPSULE THÉORIQUE (Ce document s adresse à des adultes.) La serre de VeRT-SeRRe CAPSULE THÉORIQUE (Ce document s adresse à des adultes.) 2010-2011 Il est important de savoir Capsule théorique L objectif de cette capsule est de donner au personnel enseignant

Plus en détail

lumière blanche flash électronique

lumière blanche flash électronique 3. La lumière Le mot photographie veut dire «dessiner avec la lumière». La qualité de la lumière est donc très importante et primordiale. On utilise de la lumière naturelle que l on nomme aussi «lumière

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. produit b. polychromatique c. longueur d onde d. supérieure e. trichromatique f. cônes g. thermique h. Wien 2. QCM a. peut être

Plus en détail

Ces activités peuvent nécessiter des adaptations avant d être utilisées auprès des élèves.

Ces activités peuvent nécessiter des adaptations avant d être utilisées auprès des élèves. Description des expériences Remarques : Ces activités peuvent nécessiter des adaptations avant d être utilisées auprès des élèves. Pour chaque expérience, l élève doit suivre un cadre spécifique d analyse.

Plus en détail

ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES VÉGÉTAUX CHLOROPHYLLIENS

ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES VÉGÉTAUX CHLOROPHYLLIENS «Observer un phénomène dans sa continuité». ÉCHANGES GAZEUX CHEZ LES VÉGÉTAUX CHLOROPHYLLIENS - PROTOCOLE, RÉSULTATS ET INTERPRÉTATION - 1 - Introduction À la lumière, en plus de respirer, les organismes

Plus en détail

Séquence pédagogique

Séquence pédagogique Séquence pédagogique Les matériaux de l espace L ensemble des questions concerne à la fois les sciences de la vie et de la Terre et la physique-chimie, dans le cadre des thèmes de convergence que sont

Plus en détail

Défi-recherche sciences n 2 Réponse de la classe de CM2 de l école Henri Thomas

Défi-recherche sciences n 2 Réponse de la classe de CM2 de l école Henri Thomas Défi-recherche sciences n 2 Réponse de la classe de CM2 de l école Henri Thomas «Disposez quelques pommes de terre dans différents lieux bien choisis de la classe ou de l école. Observez-les régulièrement,

Plus en détail

Activité 19 : Mise en évidence des gaz échangés au cours de la respiration

Activité 19 : Mise en évidence des gaz échangés au cours de la respiration Activité 19 : Mise en évidence des gaz échangés au cours de la respiration 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Respiration et occupation des milieux Durée conseillée : 8 heures. Un des

Plus en détail

Pourquoi faire moins de déchets?

Pourquoi faire moins de déchets? ANNEXE 1 a Pourquoi faire moins de déchets? 1. Parce qu il y en a trop! En Wallonie, la production annuelle de déchets ménagers a atteint un peu moins de 2 millions de tonnes (1 819 452T) en 2008 + ratio

Plus en détail

S.L - THEME Utilisation des ressources naturelles : séquence de 5 séances de 3 h

S.L - THEME Utilisation des ressources naturelles : séquence de 5 séances de 3 h S.L - THEME Utilisation des ressources naturelles : séquence de 5 séances de 3 h Domaine exploré : l eau Problématique générale : Des millions d hommes, dans les pays défavorisés, meurent encore, chaque

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

Atelier d initiation à l aquarelle. 2. Travaux Pratiques

Atelier d initiation à l aquarelle. 2. Travaux Pratiques Atelier d initiation à l aquarelle Séance du 30 novembre 2012 dirigée par Luis Clemente Sommaire 1. Connaissances de base 2. Exécution d une aquarelle 1. Connaissances de base 1.1. Pigments On trouve l

Plus en détail

La lumière est émise par des sources lumineuses. Les sources de lumière blanche émettent toutes les lumières colorées de l arc-en-ciel.

La lumière est émise par des sources lumineuses. Les sources de lumière blanche émettent toutes les lumières colorées de l arc-en-ciel. LES SOURCES DE LUMIÈRE La lumière est émise par des sources lumineuses. Les sources de lumière blanche émettent toutes les lumières colorées de l arc-en-ciel. Une source de lumière peut être primaire ou

Plus en détail

Commission scolaire des Hautes-Rivières Les services de l enseignement Éducation des adultes et Formation professionnelle PHY5041-2 OPTIQUE PRÉTEST B

Commission scolaire des Hautes-Rivières Les services de l enseignement Éducation des adultes et Formation professionnelle PHY5041-2 OPTIQUE PRÉTEST B Commission scolaire des Hautes-Rivières Les services de l enseignement Éducation des adultes et Formation professionnelle PHY5041-2 OPTIQUE PRÉTEST B QUESTIONNAIRE (Ne pas écrire sur ce document) DOCUMENT

Plus en détail

La lumière et les couleurs (Chap4)

La lumière et les couleurs (Chap4) La lumière et les couleurs (Chap4) I. La lumière blanche On appelle lumière blanche, la lumière émise par le soleil ou par des éclairages artificiels reproduisant la lumière du soleil. La lumière blanche

Plus en détail

Construis Ta Ville Où se passe «CTV»? Qu est-ce que «CTV»?

Construis Ta Ville Où se passe «CTV»? Qu est-ce que «CTV»? Construis Ta Ville Où se passe «CTV»? Qu est-ce que «CTV»? Le collège Joliot-Curie est situé dans le quartier Croix Rouge à Reims. Il est en REP+ car c est un collège dans lequel les élèves ont besoin

Plus en détail

La couleur des étoiles (La loi de Wien)

La couleur des étoiles (La loi de Wien) FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 6 La couleur des étoiles (La loi de Wien) Type d'activité Activité documentaire et utilisation de TIC Notions et contenus du programme de 1 ère S Largeur

Plus en détail

Habitat et confort Isolation

Habitat et confort Isolation Isolation Français p 1 Maquette isolation phonique et thermique Version : 9009 Habitat et confort 1 Présentation du concept 1.1 Introduction La maquette isolation phonique et thermique a été conçue par

Plus en détail

LES LEUCOCYTES «ACTEURS» DE L IMMUNITE

LES LEUCOCYTES «ACTEURS» DE L IMMUNITE LES LEUCOCYTES «ACTEURS» DE L IMMUNITE Les liquides circulants de l organisme (la lymphe et le sang) véhiculent des molécules et des cellules dont certaines sont des «acteurs de l immunité». Votre travail

Plus en détail

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè

C5 Synthè sès èn chimiè organiquè Synthè sès èn chimiè organiquè Une synthèse chimique est un enchaînement de réactions chimiques mis en œuvre pour l obtention d un ou plusieurs produits finaux. Ce processus en chimie va permettre de créer

Plus en détail

Pour se multiplier les cellules ont besoin de produire de la matière, grâce à une production d énergie.

Pour se multiplier les cellules ont besoin de produire de la matière, grâce à une production d énergie. b) Un fonctionnement cellulaire commun. Les cellules «travaillent», elles remplissent des fonctions : - Le métabolisme est l ensemble des réactions chimiques se déroulant dans une cellule : - Les réactions

Plus en détail

La serre de VeRT-SeRRe. GUIDE DE PRÉPARATION DU MATÉRIEL (Ce document s adresse à des adultes.)

La serre de VeRT-SeRRe. GUIDE DE PRÉPARATION DU MATÉRIEL (Ce document s adresse à des adultes.) La serre de VeRT-SeRRe GUIDE DE PRÉPARATION DU MATÉRIEL (Ce document s adresse à des adultes.) 2010-2011 Activité 2 : Démonstration de «La transpiration des plantes» Matériel : 1 plante verte 1 sac de

Plus en détail

LC 19 Colorants : extraction, synthèse, identification. Niveau TS Spécialité

LC 19 Colorants : extraction, synthèse, identification. Niveau TS Spécialité LC 19 Colorants : extraction, synthèse, identification. Niveau TS Spécialité Binôme 14 : Geoffroy Aubry, Moussa Dicko Leçon présentée par Moussa Dicko le lundi 17 décembre 2007 corrigée par Thérèse Zobiri

Plus en détail

Activité 20 : Mise en évidence de la respiration chez des végétaux

Activité 20 : Mise en évidence de la respiration chez des végétaux Activité 20 : Mise en évidence de la respiration chez des végétaux 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Respiration et occupation des milieux de vie Notions contenus Compétences Exemples d activités

Plus en détail

Exercices (Energie solaire photovoltaïque)

Exercices (Energie solaire photovoltaïque) Exercices (Energie solaire photovoltaïque) 1- Qu'est-ce que une diode Schottky? 2- Qu'est-ce qu'un contact ohmique? 3- Est-ce que la caractéristique I-V d'une diode est ohmique? 4- Qu'est-ce que la barrière

Plus en détail

ETUDE DES SYSTEMES ELECTRONIQUES NUMERIQUES

ETUDE DES SYSTEMES ELECTRONIQUES NUMERIQUES ETUDE DES SYSTEMES ELECTRONIQUES NUMERIQUES Bac Sen . Analyse du système.. Mise en situation La mise en situation nous permettra d appréhender le fonctionnement des objets techniques au sein du système

Plus en détail

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF

Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Mots-clés : conducteurs, semi-conducteurs, photovoltaïques Activité 2 - TP : LA CELLULE PHOTOVOLTAÏQUE : UN DIPOLE ACTIF Contexte du sujet : L énergie solaire pourrait produire 20 fois les besoins énergétiques

Plus en détail

Quatrième Confort et domotique. Séquence confort, l éclairage de la maison Comment réaliser un éclairage économique?

Quatrième Confort et domotique. Séquence confort, l éclairage de la maison Comment réaliser un éclairage économique? Rachel Fauquembergue David De Carvalho Quatrième Confort et domotique Séquence confort, l éclairage de la maison Comment réaliser un éclairage économique? Rachel-David A l aide des documents ressources

Plus en détail

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en

Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en 4 VIE ET RECYCLAGE DES APPAREILS ET SUPPORTS NUMÉRIQUES Que deviennent tous nos appareils périmés? Chaque année en France, on vend plusieurs millions de tablettes, ordinateurs, smartphones. Et l utilisation

Plus en détail

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 3A: Etude d un rétroprojecteur première partie. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation

Laboratoire d optique. TRAVAIL PRATIQUE No. 3A: Etude d un rétroprojecteur première partie. 1 But de l expérience. 2 Matériel et instrumentation Doc. OPT-TP-03(4.0) Date : 1 nov 2010 TRAVAIL PRATIQUE No. 3A: première partie 1 But de l expérience Le but de ce TP, qui sera réalisé en deux parties, est de : 1. comprendre le fonctionnement optique

Plus en détail

CORRECTION ACTIVITÉ 1

CORRECTION ACTIVITÉ 1 CORRECTION ACTIVITÉ 1 Éclairage du couloir d'une habitation. Conversion d énergie Activité : Étude des différentes lampes existantes Problème posé : Comment optimiser la du système d éclairage du couloir

Plus en détail

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles

THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles THEME N 2 ENJEUX PLANETAIRES CONTEMPORAINS : ENERGIE, SOL Sous thème A : De la lumière solaire aux combustibles fossiles Chap 1 - De la lumière solaire à la matière organique : la photosynthèse L énergie

Plus en détail

Formation au microscope DMLM. et au logiciel Pixelinx Capture SE. LNN Université de Sherbrooke

Formation au microscope DMLM. et au logiciel Pixelinx Capture SE. LNN Université de Sherbrooke Formation au microscope DMLM et au logiciel Pixelinx Capture SE LNN Université de Sherbrooke Description Description générale Le microscope DMLM est un microscope optique à 5 objectifs (2.5X, 5X, 10X,

Plus en détail

Prix de l ingénierie du futur 2015

Prix de l ingénierie du futur 2015 Prix de l ingénierie du futur 2015 Canot Nicolas Rodriguez Valentin Sivagurunathan Nesanthan Mahé François I. Le Contexte Aujourd hui, le changement climatique constitue l une des priorités de la période

Plus en détail

Collection pour l étude de la lumière polarisée

Collection pour l étude de la lumière polarisée Collection pour l étude de la lumière polarisée OP 1610 10005 Mode d emploi Version 02 Lumière polarisée Les expériences qui sont proposées décrivent les moyens de produire de la lumière polarisée. Elles

Plus en détail

Approche expérimentale des effets de la diffraction sur la formation des images

Approche expérimentale des effets de la diffraction sur la formation des images N 775 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 1131 Approche expérimentale des effets de la diffraction sur la formation des images Fiche professeur - TS - enseignement de spécialité par J. WALLON 1. OBJECTIFS

Plus en détail

EXERCICES. Je teste mes connaissances. J utilise mes connaissances. 28 Partie 1. Respiration et occupation des milieux de vie EXERCICE 1

EXERCICES. Je teste mes connaissances. J utilise mes connaissances. 28 Partie 1. Respiration et occupation des milieux de vie EXERCICE 1 Je teste mes connaissances A. Vrai ou faux? a. Le milieu de respiration est toujours le milieu de vie. b. Les poumons permettent la respiration dans l air. c. Les branchies sont des organes qui permettent

Plus en détail

Blocage des rayons UV de billes en nylon

Blocage des rayons UV de billes en nylon Blocage des rayons UV de billes en nylon Question scientifique: Quelles sont, dans l ordre, les meilleurs façons d empêcher les billes de réagir aux rayons UV? Hypothèse #1 : Nous pensons que la crème

Plus en détail

Dossier d'optique. Affichage OLED. Date : le 27/01/09 Classe : MI 3. Affichage OLED (dossier d'optique) Manier Max, le 27.01.

Dossier d'optique. Affichage OLED. Date : le 27/01/09 Classe : MI 3. Affichage OLED (dossier d'optique) Manier Max, le 27.01. Dossier d'optique Affichage OLED Date : le 27/01/09 Classe : MI 3 Groupe : Manier Max - 1 - Table des matières : Page 1. Introduction... 3 2. Composition des OLEDs... 3 3. Fabrication des OLEDs... 5 4.

Plus en détail

Leçon N 7 PICASA 4 ème Partie

Leçon N 7 PICASA 4 ème Partie Leçon N 7 PICASA 4 ème Partie Dans cette leçon vous continuez les traitements de vos photos avec PICASA 3 3 Luminosité et contraste 3.1 La luminosité L exposition est une notion fondamentale en photographie

Plus en détail

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm

Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 103 %TUV 1.0 Détermination du pourcentage de transmittance UV : méthode par spectrophotométrie UV-visible, lecture à 254 nm 2016-02-03 (révision

Plus en détail

L électricité, l électronique et les circuits électriques

L électricité, l électronique et les circuits électriques 14 ChapitreL ingénierie électrique L électricité, l électronique et les circuits électriques PAGES 458 À 462 En théorie 1. Indiquez si chacun des énoncés suivants caractérise le domaine de l électricité

Plus en détail

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie?

Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? Chapitre B1 : Comment effectuer un dosage par spectrophotométrie? TP : La bouillie bordelaise : Dosage par étalonnage. Document 1 : la spectroscopie UV-visible Une espèce chimique est susceptible d interagir

Plus en détail

TP4 : Etude de solutions colorées

TP4 : Etude de solutions colorées TP4 : Etude de solutions colorées Objectifs Comprendre le principe de la spectrophotométrie Comprendre le problème posé par les peintures photodégradables On dispose d une solution magenta de permanganate

Plus en détail

RÔLE DE STOCKAGE DU FOIE

RÔLE DE STOCKAGE DU FOIE THÈME : Du génotype au phénotype Niveau : 1 re S RÔLE DE STOCKAGE DU FOIE EXTRAIT DU BO: o "Le glucose est stocké sous forme de glycogène dans le foie.." o "Ainsi que sous forme de triglycérides.." CADRE

Plus en détail

Le filtre Calcium-K pour l imagerie solaire Par Howard L. Cohen, janvier 2014

Le filtre Calcium-K pour l imagerie solaire Par Howard L. Cohen, janvier 2014 Le filtre Calcium-K pour l imagerie solaire Par Howard L. Cohen, janvier 2014 Les très belles images du Soleil faites par Howard Eskildsen et que l on peut voir sur le site web du Alachua Astronomy Club

Plus en détail

Expérience # 3. Extraction de la caféine du thé

Expérience # 3. Extraction de la caféine du thé Expérience # 3 1. But Le but de l expérience consistera à extraire la caféine du thé. ous pourrons ainsi nous familiariser avec les techniques d extraction par solvant et d évaporation sous vide. 2. Théorie

Plus en détail

b) Quelles sont les précautions à prendre pour effectuer les prélèvements des matières premières?

b) Quelles sont les précautions à prendre pour effectuer les prélèvements des matières premières? T.P 17 : Synthèse d un savon Réaction de saponification Thème Santé Les objectifs de ce TP sont de : suivre un protocole de synthèse en respectant les consignes de sécurité. réaliser un montage de chauffage

Plus en détail

Circuits électriques alimentés par des piles

Circuits électriques alimentés par des piles MODULE Cycle : II /III Classe: CE1/CE2 Programme ELECTRICITE Monde construit par l homme Circuits électriques alimentés par des piles Compétences visées Faire briller une ampoule dans un circuit électrique

Plus en détail

UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN SVT

UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN SVT UN EXEMPLE D EVALUATION DISCIPLINAIRE : EN SVT La réforme du lycée fait évoluer les modes d évaluation en Sciences de la Vie et de la Terre ; les nouvelles épreuves du baccalauréat permettent de mobiliser

Plus en détail

TPE Alarme LASER. MICHEL Victorien NUMA Stève

TPE Alarme LASER. MICHEL Victorien NUMA Stève CONTON Steeven MICHEL Victorien NUMA Stève Classe de 1 ère S1 TPE Alarme LASER M. Audry, professeur de sciences de l'ingénieur M. Poussel, professeur de physique-chimie Année 2012/2013, Lycée Etienne Bézout

Plus en détail

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

MODULE. Problèmes. Monde construit par l homme. Programme. Matériel. Nombres de séances ELECTRICITE. Compétences visées. Conditions de réalisation

MODULE. Problèmes. Monde construit par l homme. Programme. Matériel. Nombres de séances ELECTRICITE. Compétences visées. Conditions de réalisation MODULE ELECTRICITE Cycle : Classe: II C.E.1/CE2 Monde construit par l homme Programme Circuits électriques alimentés par des piles : bornes, conducteurs et isolants Compétences visées Problèmes Faire briller

Plus en détail

ETUDE PARAMETRIQUE ET CONCEPTION D UN PROTOTYPE DE CAPTEUR PLAN POUR CHAUFFE EAU SOLAIRE

ETUDE PARAMETRIQUE ET CONCEPTION D UN PROTOTYPE DE CAPTEUR PLAN POUR CHAUFFE EAU SOLAIRE ETUDE PARAMETRIQUE ET CONCEPTION D UN PROTOTYPE DE CAPTEUR PLAN POUR CHAUFFE EAU SOLAIRE SELLAMI Rabah 1, KASBADJI MERZOUK Nachida 1 et OMARI Tariq 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2015 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

ABERRATIONS ET GEOMETRIE DES VERRES

ABERRATIONS ET GEOMETRIE DES VERRES 1 ABERRATIONS ET GEOMETRIE DES VERRES Dans toute notre étude des lentilles sphériques, nous avons considéré qu elles étaient stigmatiques, ce qui sous entendait qu elles étaient utilisées dans les conditions

Plus en détail

SÉRIE 855D COLONNES LUMINEUSES CONTROL TOWER 30 MM GUIDE DE SÉLECTION

SÉRIE 855D COLONNES LUMINEUSES CONTROL TOWER 30 MM GUIDE DE SÉLECTION SÉRIE 855D COLONNES LUMINEUSES CONTROL TOWER 30 MM GUIDE DE SÉLECTION Sélection du produit Série 855D Etanchéité : UL Type 4/4X/13, IP65 Modules lumineux à DEL fixe ou clignotante, 24 V Modules sonores

Plus en détail

Le recyclage de la matière dans l environnement

Le recyclage de la matière dans l environnement Chapitre Le recyclage de la matière dans l environnement S interroger avant d aborder le chapitre a a à d En deux ou trois ans, dans une forêt de feuillus, la litière de feuilles mortes et de brindilles

Plus en détail

Présentation de la Ressource

Présentation de la Ressource Présentation de la Ressource Module : «les ondes qui nous environnent» Thème : Des ondes pour observer et mesurer. Observer : Voir plus grand Mesurer : Diffraction et interférences Type de ressources :

Plus en détail

TRAIN: TRAIN RUNNING ADVANCED INFORMATION ON NETWORK

TRAIN: TRAIN RUNNING ADVANCED INFORMATION ON NETWORK TRAIN: TRAIN RUNNING ADVANCED INFORMATION ON NETWORK Rhanjati Mohamed mrhanjati@yahoo.com RÉSUMÉ Le projet «TRAIN» consiste en la gestion d un site ferroviaire donné. Cette gestion étant axée sur la détection,

Plus en détail

GÉOTHERMICIEN(NE) (Document professeur)

GÉOTHERMICIEN(NE) (Document professeur) GÉOTHERMICIEN(NE) (Document professeur) Mathématiques, SVT, Physique-Chimie, Technologie 4 e Quelle approche dans les disciplines scientifiques et technologiques? Thèmes de convergence Thème 3 : énergie

Plus en détail

Installation photovoltaïque autonome Document ressource

Installation photovoltaïque autonome Document ressource Installation photovoltaïque autonome Document ressource Les composants d un système photovoltaïque Deux types de capteurs solaires existent pour récupérer de l énergie : Les panneaux photovoltaïques qui

Plus en détail

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION H7. Photovoltaïsme : énergie solaire I. INTRODUCTION Le soleil est une source d énergie pratiquement inépuisable. La plus grande partie de l énergie utilisée par l homme jusqu à présent a son origine dans

Plus en détail

1. Rappels de 5 ème 5 h + 1 h DS. 2. L intensité du courant 4 h + 1 h DS. 3. La tension électrique 4 h + 1 h DS

1. Rappels de 5 ème 5 h + 1 h DS. 2. L intensité du courant 4 h + 1 h DS. 3. La tension électrique 4 h + 1 h DS En classe de 5 ème : Comprendre, réaliser et représenter un circuit électrique simple Comprendre ce qu est un courant électrique et déterminer le sens du courant dans un circuit électrique Distinguer conducteur

Plus en détail

Pôle d Innovation national de l Artisanat Efficacité énergétique et énergies renouvelables

Pôle d Innovation national de l Artisanat Efficacité énergétique et énergies renouvelables Introduction : L électricité photovoltaïque est un procédé résultant de la transformation du rayonnement solaire en énergie électrique par le biais de cellules photovoltaïques. A l origine, les cellules

Plus en détail

Série MINIATURE PUSH-PULL

Série MINIATURE PUSH-PULL ASSEMBLAGE Série MINIATURE PUSH-PULL Il existe deux combinaisons possibles. - L assemblage d une embase et d une fiche - L assemblage d un prolongateur et d une fiche. Veillez à bien respecter le sens

Plus en détail

Poste à souder. Outils : Tournevis Pince coupante. Matériel :

Poste à souder. Outils : Tournevis Pince coupante. Matériel : Poste à souder Outils : Tournevis Pince coupante Matériel : 3 transformateurs de micro-onde 2 ventilateurs de micro-onde Câble d alimentation de micro-onde 17m de câbles gaînés de 4mm² 2m de câbles gaînés

Plus en détail

Télescope réflecteur. Manuel d utilisation. Conserver ces informations pour vous y référer ultérieurement.

Télescope réflecteur. Manuel d utilisation. Conserver ces informations pour vous y référer ultérieurement. Télescope réflecteur Manuel d utilisation Conserver ces informations pour vous y référer ultérieurement. Contenu: A. Viseur 5 x 24 mm B. Plateau d accessoires C. Lentille de Barlow 3X D. Lentille de redressement

Plus en détail

Plans de leçon du coin du prof

Plans de leçon du coin du prof Retrouver la nature en ville Plans de leçon du coin du prof Pour aider les enseignants à proter de la classe en plein air www.evergreen.ca Feuilles magiques Association forestière de l'ontario Niveau :

Plus en détail

PROGRESSION. Agir. Sciences Physiques 1 S. Observer. Olivier Gayrard. Nom : Prénom : Cahier de suivi des compétences 2014/2015.

PROGRESSION. Agir. Sciences Physiques 1 S. Observer. Olivier Gayrard. Nom : Prénom : Cahier de suivi des compétences 2014/2015. PROGRESSION Sciences Physiques 1 S Olivier Gayrard Observer Comprendre Nom : Prénom : Cahier de suivi des compétences Agir 2014/2015 Lycée Saint Joseph Gaillac Compétences générales Les curseurs compétences

Plus en détail

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE

Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Chapitre 3 : LES ETRES VIVANTS SONT DES PRODUCTEURS DE MATIERE Rappels : Un être vivant est un organisme qui : - Prélève de la matière (eau, air, nourriture), - Se reproduit, - Possède une durée de vie

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3

Didier Christophe. Grégoire Brian. Groupe C 3 Didier Christophe Grégoire Brian Groupe C 3 Compte-rendu Spectroscopie TP n 1 : Monochromateurs A. Outils de diffraction l Plusieurs méthodes de diffraction sont possibles : q Par une fente : On fait traverser

Plus en détail

Ballon Sonde : Air Maroni 2010

Ballon Sonde : Air Maroni 2010 Ballon Sonde : Air Maroni 2010 1. Présentation du projet L objectif du projet du ballon sonde est de lâcher un ballon gonflé à l hélium muni d une nacelle. La nacelle contient huit capteurs : deux capteurs

Plus en détail

COMPTE RENDU DU PROJET PLUTON

COMPTE RENDU DU PROJET PLUTON Collège Louis Lumière Club Espace MARLY LE ROI COMPTE RENDU DU PROJET PLUTON CAMPAGNE DE LANCEMENT IDF Saint Pierre du Perray Essonne JUIN 2007 Julien, Rémy et Antoine le Jour J 1 SOMMAIRE La mission de

Plus en détail

Relevés et exploitations de données météo Étude des paramètres ayant une influence sur les relevés de températures

Relevés et exploitations de données météo Étude des paramètres ayant une influence sur les relevés de températures Relevés et exploitations de données météo Étude des paramètres ayant une influence sur les relevés de températures Classe de CM1/CM2 École primaire publique de Précey (50) année scolaire 2010/2011 -2-

Plus en détail

Le Robot Caméléon. Lycée Louis-Le-Grand. JACQUIN Aymeric. LAZARD Benjamin. RAKOTOMALALA Adrielle 1 / 16

Le Robot Caméléon. Lycée Louis-Le-Grand. JACQUIN Aymeric. LAZARD Benjamin. RAKOTOMALALA Adrielle 1 / 16 2012 2013 Le Robot Caméléon Lycée Louis-Le-Grand JACQUIN Aymeric LAZARD Benjamin RAKOTOMALALA Adrielle 1 / 16 Introduction Les animaux, qui ont souvent plusieurs prédateurs naturels, ont au cours de l

Plus en détail