La Cour pénale internationale Un jouet aux mains des pouvoirs politiques?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Cour pénale internationale Un jouet aux mains des pouvoirs politiques?"

Transcription

1 Dr. jur. h. c. Hans-Peter Kaul Juge près la Chambre préliminaire, CPI La Cour pénale internationale Un jouet aux mains des pouvoirs politiques? Réflexions du Dr. jur. h. c. Hans-Peter Kaul Juge de la Cour pénale internationale, La Haye Conférence internationale «Les chefs d Etats devant les tribunaux : Les procédures à l encontre de chefs de gouvernement en exercice en Afrique marquent-elles une étape importante dans la justice pénale internationale?» Conférence organisée par la Fondation Friedrich-Ebert-Stiftung Berlin Berlin, le 5 novembre 2013 Version définitive.

2 Si vous le permettez, j aimerais ouvrir la discussion en posant les questions suivantes : La Cour pénale internationale risque-t-elle de devenir un jouet aux mains des pouvoirs politiques? L est-elle déjà? Ou encore : quelle est la probabilité d un tel risque? Et que signifient pour notre tribunal les décisions récemment adoptées par l Union africaine? D après ce document, le Statut de Rome, traité fondateur de la Cour pénale internationale, la Cour est une institution purement judiciaire, apolitique, neutre et objective, tenue à une extrême impartialité. Tel est le mandat auquel nous devons strictement nous conformer. Mais la vraie question est la suivante : où la crise de confiance qui ébranle actuellement les relations entre la Cour et certains Etats africains, et non la totalité, va-t-elle nous conduire? Est-ce que les Etats Parties à la CPI lui permettront encore d exercer son mandat en toute indépendance? Ou bien vont-ils tenter d influer politiquement sur la Cour, voire même essayer de la tenir en laisse? C est dans ce contexte que je vais aborder trois ensembles de questions : Premièrement, et encore une fois : quel est le système de la Cour pénale internationale, comment fonctionne-t-elle? Quelle est la situation actuelle? Deuxièmement : que peut-on dire de manière générale sur les relations entre la CPI et les Etats africains? Pourquoi, comme j en suis fermement convaincu, une grave dissension entre la CPI et certains Etats africains, voire un éventuel conflit permanent, seraient-ils une véritable tragédie? Troisièmement : quelques faits concrets et réflexions personnelles sur le sujet qui fait le cœur de l actualité, à savoir la procédure à l encontre du président kenyan Uhuru Kenyatta. Je conclurai en évoquant des expériences passées sur ces rapports de forces qui s exercent de manière régulièrement virulente entre le droit et le pouvoir. Dans toute l histoire de l humanité, la Cour pénale internationale est le premier tribunal 2 / 9

3 pénal permanent, universel et tourné vers l avenir. Elle repose sur le soutien libre et volontaire de 122 Etats à ce jour, venant des cinq grandes régions mondiales, y compris l Afrique mais je reviendrai ultérieurement plus en détail sur l Afrique. La Cour n a pas de compétence juridictionnelle sélective comme les tribunaux ad-hoc pour l ex-yougoslavie et le Rwanda, ou encore comme les tribunaux «hybrides» pour la Sierra Leone et le Cambodge. Elle n incarne pas non plus, et c est également l une de ses caractéristiques fondamentales, une justice rendue par les vainqueurs. Bien au contraire: notre Cour repose sur l adhésion volontaire et la libre cooperation elle ne dépend donc pas d un soutien ordonné ou octroyé par le Conseil de sécurité de l ONU. Elle est fondée sur l adhésion volontaire et le principe de droit universel «d égalité pour tous devant la loi.» Un élément essentiel du fonctionnement de la Cour pénale est qu elle est en droit d engager des poursuites pour juger les crimes les plus graves du droit international, à savoir le génocide, les crimes contre l humanité, les crimes de guerre et prochainement également le crime d agression, mais seulement dans le cas où le régime de droit pénal national est défaillant. Ce principe de fonctionnement, à savoir celui de la complémentarité, est déterminant. Il est ancré dans les articles 1 et 17, ainsi que dans le Préambule du Statut de Rome. En vertu du principe de complémentarité, la CPI n est pas compétente en première lieux lorsque l Etat concerné prend au sérieux son obligation de poursuite des crimes les plus graves, à savoir dès lors qu il ait la volonté et la capacité de mener véritablement à bien l enquête et les poursuites. L action pénale devant les tribunaux nationaux est donc toujours prioritaire. La CPI est ainsi une sorte d institution de réserve, un tribunal compétent uniquement si cela est nécessaire, c'est-à-dire en cas de défaillance du système pénal national. En outre, il faut souligner que, dans son travail, la Cour est totalement dépendante de l efficacité et de la fiabilité de la coopération pénale avec les Etats Parties. Cela concerne notamment la question tout à fait déterminante des arrestations et des transferts à La Haye. La Cour pénale n a pas de propres forces de police, ni de forces armées, ni de pouvoir d exécution : elle n a aucune compétence exécutive sur le territoire des Etats. 3 / 9

4 A l heure actuelle, la Cour est saisie de la question de crimes particulièrement graves dans huit pays : la République démocratique du Congo, l Ouganda, la République centrafricaine, le Soudan, le Kenya, la Libye, la Côte d Ivoire et le Mali. Parmi ces «situations», telle est la dénomination officielle, quatre ont été déférées au Procureur par les Etats Parties eux-mêmes, deux autres situations, celle du Darfour/Soudan et celle de la Libye, ont été soumises au Procureur par le Conseil de sécurité de l ONU. Pour le Kenya et la Côte d Ivoire, le Procureur a ouvert une enquête de sa propre initiative, proprio motu. Il existe par ailleurs huit autres situations qui sont actuellement sous surveillance de la CPI en phase préliminaire, c est-à-dire avant l ouverture d une éventuelle enquête. Cela concerne la Colombie, l Afghanistan, la Géorgie, la Guinée, le Nigeria, le Honduras, la Corée et les Comores. Au total, une procédure préliminaire est actuellement ouverte pour onze cas. Il s agit notamment des poursuites engagées contre le Président soudanais en exercice, Omar Hassan Ahmad Al Bashir, celles engagées contre l ancien Président de Côte d Ivoire Laurent Gbagbo et sa femme Simone Gbagbo, ainsi que celles visant Seif al- Islam Kadhafi, fils de Mouammar Kadhafi. Les procès pour cinq autres affaires sont actuellement pendants, dont la procédure contre le Président en exercice du Kenya, Uhuru Muigai Kenyatta, et le vice-président kenyan W illiam Samoei Ruto. Une citation à comparaître a été délivrée à l encontre de Monsieur Ruto et de Monsieur Kenyatta, mais ils sont tous deux en liberté. En mars 2012, la CPI a rendu un premier jugement à l encontre de Thomas Lubanga, le déclarant coupable de crimes de guerre pour avoir enrôlé des enfants soldats et les avoir fait participer activement à des hostilités. Un autre jugement définitif est celui de l acquittement du chef de milice congolais Mathieu Ngudjolo Chui, le 18 novembre 2012, faute de preuves suffisantes. Passons maintenant à la partie suivante. Que faut-il savoir sur les relations entre la CPI et les Etats africains? Je pense que l on ne remonte pas assez loin, et que l on se voile la face lorsque l on se contente d évoquer les différends actuels. Ce qui est vrai, en revanche, ce sont les faits suivants : 4 / 9

5 Les Etats africains, la majeure partie des Etats qui composent l Afrique, sont des cofondateurs émérites de la Cour pénale internationale. Elle leur appartient autant qu aux autres pays. Sans le soutien fort des Etats africains lors de la Conférence de Rome, le Statut de Rome n aurait jamais pu être adopté. C est d ailleurs tout ce qui fait la particularité, le miracle même de la Conférence de Rome : nous sommes parvenus à rompre les constellations de la traditionnelle opposition Nord/Sud, Est/Ouest. A ces oppositions traditionnelles, s est substituée une nouvelle opposition entre les partisans d une Cour pénale à vocation universelle et les autres, tels que notamment les Etats- Unis qui souhaitaient une Cour qui soit un simple outil du Conseil de sécurité de l ONU. On aurait alors eu une cour divisée, avec d un côté les membres permanents du Conseil de sécurité et leurs alliés, affranchis à vie de la juridiction, et de l autre les autres membres de l ONU ainsi que les pays africains et également l Allemagne, seuls soumis à la juridiction de la CPI. C est pour cela que l on ne devrait pas oublier : Ce sont les Etats africains qui, avec notre concours et celui d autres Etats, ont réussi à imposer le principe «d égalité pour tous devant la loi» dans le Statut de Rome. Ce sont les Etats africains qui, avec notre concours, ont déjoué les tentatives massives des Américains après la Conférence de Rome lorsqu ils tentèrent de faire adopter un amendement et de diluer la teneur du Statut en allant dans le sens de leurs intérêts. Ce sont encore les Etats africains qui, malgré les innombrables pressions exercées par les Etats-Unis, notamment sous l administration Bush entre autres en leur supprimant une partie de l aide au développement et de l aide militaire, ont ratifié avec nous, en toujours plus grand nombre, le Statut de la Cour pénale et ainsi réellement permis la création de la Cour à partir de Il existe une multitude d autres faits qui attestent ainsi de la manière dont les Etats africains ont cofondé la Cour pénale et joué un rôle déterminant dans cette instance. Par exemple : 5 / 9

6 Le groupe régional africain, et non pas celui des Etats occidentaux ou autres, comprend le plus grand nombre d Etats Parties : 34 à ce jour. Ce sont les Etats africains eux-mêmes qui ont été les premiers à déférer à la Cour, de leur propre initiative, des situations de pays sur lesquels pesaient des soupçons de crimes graves de droit international. Il s agissait de l Ouganda, de la République centrafricaine, de la République démocratique du Congo. Plus tard suivirent la Côte d Ivoire et le Mali. Ce fut un Africain connu et reconnu dans le monde entier, Kofi Annan, qui, en 2008, après les violences commises au Kenya, remit sous pli fermé au Procureur de l époque, Luis Moreno-Ocampo, une liste de noms en lui demandant de retrouver les coupables devant répondre de la mort de 1300 personnes, 5000 blessés graves et près de déplacés. L Afrique joue un rôle indispensable au sein même de la Cour pénale internationale, comme l étayent les chiffres suivants : depuis 2003, il y a toujours eu quatre à cinq juges d origine africaine parmi mes confrères. Ce sont trois Africaines, la juge Kuenyehia du Ghana, la juge Diarra du Mali et la juge Monageng du Botswana, qui depuis 2003 ont toujours été élues Première vice-présidente par leurs pairs. Depuis 2012, Fatou Bensouda, originaire de la Gambie, est Procureur, après avoir auparavant occupé les fonctions de procureur adjoint pendant huit ans. On retrouve la même image au greffe : dernièrement, le sénégalais Didier Preira fut greffier adjoint de la Cour pénale internationale. Toute personne qui jetterait aujourd hui un œil dans nos bureaux, dans la salle d audience ou même notre cafétéria, y verrait de nombreux collaborateurs et confrères africains issus d une multitude d Etats africains, dont un nombre non négligeable occupant de très hautes fonctions. Dernier point : En plus de dix ans passés à la Cour, je n ai jamais vu aucun indice, aussi minime soitil, indiquant des tendances anti-africaines, je n ai jamais entendu une seule remarque laissant soupçonner un sentiment anti-africain. Par contre, il me résonne encore dans les oreilles les soupirs répétés de mes 6 / 9

7 consœurs africaines, du style : «Oh, notre pauvre Afrique...! Tant de violence, tant de problèmes, si peu de respect pour les droits humains...» Quand on repense à tout cela, on se demande s il n est pas injuste, et comment il peut se faire que l on dise de notre Cour qu elle est «anti-africaine», voire qu elle soit parfois même qualifiée «d instrument du néocolonialisme ou de l Occident.» J en arrive maintenant au cœur du débat d aujourd hui, soit les tensions actuelles entre certains Etats africains et la Cour pénale. Le problème a un nom, à savoir les affaires actuelles à propos du Kenya, notamment la procédure à l encontre de Monsieur Kenyatta, Président du Kenya. En tant que Juge de la Cour pénale internationale, je vous demanderai tout d abord de bien comprendre le respect que je dois à l égard du principe de réserve des magistrats. Mais il me sera permis d évoquer quelques faits et aspects d ordre général en faisant cette remarque préliminaire : Comme vous le savez, en tant que juge de la Chambre préliminaire compétente, j ai été personnellement appelé à me pencher sur la situation du Kenya et sur les reproches de crimes contre l humanité, cela à partir de novembre 2009 et jusqu à la confirmation de la mise en accusation de Monsieur Kenyatta et Monsieur Ruto. Après avoir, à plusieurs reprises, minutieusement analysé les faits et les éléments de preuve, j ai, par trois fois, motivé dans un vote minoritaire mon avis selon lequel les délits commis en masse au Kenya après les élections de 2007/2008 ne sont pas des crimes contre l humanité, mais des crimes graves selon le droit pénal kenyan D après moi, il s agit d un mélange de violence politique brutale, d anarchie, de violence collective, de criminalité opportuniste dans le chaos, de la défaillance d une police totalement dépassée et de violents conflits ethniques. C est pour cela que dernièrement, en janvier 2012, j ai également récusé, dans un vote minoritaire, la confirmation de la mise en accusation de Monsieur Kenyatta. Mon vote témoigne de mon estimation générale de l insuffisance des preuves. J étais et je suis toujours fermement convaincu que de telles affaires ne devraient pas être traitées devant la Cour pénale internationale. Je continue de croire que c était une erreur de confirmer l accusation et d ouvrir ainsi la procédure. 7 / 9

8 Je regrette également de n avoir pas réussi, à l époque, à convaincre mes deux confrères formant la majorité de la Chambre, du bienfondé de mes constatations. Comme vous le savez, le début de la procédure à l encontre de Monsieur Kenyatta a récemment été reporté à février Bien des personnes pensent que cela offre un temps de réflexion bienvenu. Cela donnera encore une fois au Bureau du Procureur et à la Chambre de première instance un peu de temps ainsi que l occasion de vérifier dans les moindres détails les éléments de preuves dont dépendent les chances de l accusation d aboutir. Mais il faudra encore attendre de voir si au final le Bureau du Procureur ou la Chambre, ou les deux instances ensemble, décideront de mettre prématurément fin à la procédure à l encontre de Monsieur Kenyatta conformément aux dispositions du Statut de Rome. J en arrive à ma conclusion. A l avenir aussi, la Cour continuera de devoir agir dans un champ où s exercent d un côté les intérêts contradictoires du pouvoir et de la politique de force et de l autre côté la lutte nécessaire pour la justice et la protection des droits de l homme. Pourquoi? L expérience nous a appris que les crimes contre l humanité ou les crimes de guerre sont commis lorsque les dirigeants de l une des forces en opposition, alors engagés dans des affrontements politiques et dans la lutte pour le pouvoir et l hégémonie, ne reculent pas devant le recours à la violence brutale exercée contre l autre partie en présence. Pour la Cour pénale, cela signifie deux choses : Il faut lutter contre de tels excès de politique de force brutale par la dissuasion et la répression pénale. Deuxièmement, la répression pénale exercée par notre Cour vise presque inévitablement les leaders, jusque-là de puissants chefs politiques et militaires, qui, comme à Nuremberg déjà, sont en fin de compte responsables de ces crimes. Ils bénéficient souvent de l appui d alliés politiques ou tout au moins de sympathisants, qui critiquent alors l intervention de la Cour ce qui n est pas étonnant ou tentent de lutter autant que possible contre la Cour au plan politique. Mais cela va encore plus loin. Notre message est clair : personne, aucun chef politique, ni aucun général, quelle que soit sa nationalité, n est placé au-dessus de la loi. Nous savons que ce message continuera d irriter tous ceux qui n excluent pas le 8 / 9

9 recours à la violence armée pour imposer leurs ambitions. Par ailleurs, il existe encore d autres forces insatisfaites de l évolution de la justice pénale internationale ces dernières décennies. C est pour cela qu il n est nul besoin de s étonner que la Cour fasse, à presque chaque occasion, l objet de vives critiques de la part d un certain côté, voire soit remise en question. Dans le jeu de ces rapports de forces, notre Cour demeurera toujours une instance relativement petite et faible, qui a plutôt caractère de symbole. Mais il n existe aucune alternative : en créant notre Cour pénale internationale, les 122 Etats Parties à ce jour ont souligné l urgence qu il y a à exiger plus de «rule of law», plus de respect du droit et une meilleure protection des droits de l homme. Il ne saurait y avoir d impunité pour les crimes les plus graves en droit international. Nous devons nous efforcer de toujours garder le cap, en dépit des difficultés. Toutefois, notre Cour ne pourra jamais être aussi forte, aussi efficace, aussi crédible que celle que les Etats Parties et la Communauté internationale lui permettent d être. Je vous remercie de votre attention. 9 / 9

COUR PENALE INTERNATIONALE

COUR PENALE INTERNATIONALE ICC-01/04-01/06-917 30-05-2007 1/10 EO PT COUR PENALE INTERNATIONALE Original : Français No : Date de dépôt : 29 mai 2007 LA CHAMBRE PRELIMINAIRE 1 Composée comme suit : M. le Juge Claude Jorda Mme la

Plus en détail

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique.

La FIDH remercie le Bureau du Procureur (le Bureau) de donner à la société civile la possibilité de s'exprimer sur sa politique. DÉCLARATION DE LA FIDH SUR LA STRATÉGIE EN MATIÈRE DE POURSUITES DU BUREAU DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Introduction La Haye, 26 septembre 2006 La FIDH remercie le Bureau du Procureur

Plus en détail

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS

Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS Extrait de l'ouvrage Le Statut de Rome de la Cour pénale internationale. éditions A.Pedone EAN 978-2-233-00653-0 AVANT-PROPOS «Charbonnier est maître chez soi. Nous traiterons comme nous l'entendons nos

Plus en détail

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES

LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES LA DEFENSE DEVANT LES JURIDICTIONS PENALES INTERNATIONALES PAR François ROUX Depuis Nuremberg jusqu au Tribunal spécial pour le Liban, la défense devant les tribunaux pénaux internationaux a subi une évolution

Plus en détail

Coalition pour la Cour Pénale Internationale www.iccnow.org

Coalition pour la Cour Pénale Internationale www.iccnow.org Coalition pour la Cour Pénale Internationale www.iccnow.org POUR DISTRIBUTION IMMEDIATE Contact: 26 janvier 2009 A La Haye: Sasha Tenenbaum, (+1) 646.465.8524, 917.887.0146 (cel) A La Haye du 25 au 30

Plus en détail

Document de politique générale relatif aux examens préliminaires

Document de politique générale relatif aux examens préliminaires Document de politique générale relatif aux examens préliminaires Novembre 2013 Table des matières Résumé analytique I. Introduction II. III. Le système instauré par le Statut de Rome Principes généraux

Plus en détail

H U M A N R I G H T S W A T C H. POUR QUE LA JUSTICE COMPTE Enseignements tirés du travail de la CPI en Côte d Ivoire

H U M A N R I G H T S W A T C H. POUR QUE LA JUSTICE COMPTE Enseignements tirés du travail de la CPI en Côte d Ivoire H U M A N R I G H T S W A T C H POUR QUE LA JUSTICE COMPTE Enseignements tirés du travail de la CPI en Côte d Ivoire Pour que la justice compte Enseignements tirés du travail de la CPI en Côte d Ivoire

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014 United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux ALLOCUTION (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non officiel.)

Plus en détail

Conférence de révision du Statut de Rome

Conférence de révision du Statut de Rome Cour pénale internationale Conférence de révision du Statut de Rome RC/ST/PJ/1/Rev.1 Distr. : générale 24 juin 2010 FRANÇAIS Original : anglais Kampala 31 mai 11 juin 2010 Bilan de la justice pénale internationale

Plus en détail

ICC-01/04-02/07-47-Anx4 29-02-2008 1/7 CB PT

ICC-01/04-02/07-47-Anx4 29-02-2008 1/7 CB PT ANNEX 4 ICC-01/04-02/07-47-Anx4 29-02-2008 1/7 CB PT ICC-01/04-02/07-47-Anx4 29-02-2008 2/7 CB PT 1000 Bruxelles, le 28 février 2008 Boulevard de Waterloo 115 Tél. + 3225426511 Fax + 32 2 542 70 49 Service

Plus en détail

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE I. Mme la juge Elizabeth Odio Benito M. le juge René Blattmann

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE I. Mme la juge Elizabeth Odio Benito M. le juge René Blattmann ICC-01/04-01/06-2644-Red 17-11-2011 1/8 FB T Original : français N : ICC 01/04 01/06 Date : 26 novembre 2010 LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE I Composée comme suit : M. le juge Adrian Fulford, Président

Plus en détail

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties ICC-ASP/6/INF.3 Distr.: générale 4 décembre 2007 FRANÇAIS Original: Anglais Sixième session New York 30 novembre - 14 décembre 2007 Conférence de

Plus en détail

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE II

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE II ICC-01/04-02/12-282 01-04-2015 1/6 NM T Original : français N : ICC-01/04-02/12 Date : 01 avril 2015 LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE II Composée comme suit : M. le Juge Marc Perrin de Brichambaut, Juge

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Les droits de la défense devant la Cour pénale internationale

Les droits de la défense devant la Cour pénale internationale Analyses et libres propos Les droits de la défense devant la Cour pénale internationale Par Claire Fourçans 1 Le jugement d acquittement rendu le 18 décembre 2012 à l égard de M. Ngudjolo illustre et prouve,

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Introduction : La déesse grecque de la justice se nomme Thémis, elle aurait reçu de Zeus un glaive et une balance afin de peser le pour et le contre,

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Programme. Modératrice de la matinée Sylvie Braibant, rédactrice en chef à TV5 Monde

Programme. Modératrice de la matinée Sylvie Braibant, rédactrice en chef à TV5 Monde Programme 9h30-10h00 Accueil Marie-José Chombart de Lauwe, présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et directrice de recherche honoraire au CNRS Représentant de la Conférence internationale

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA

ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA !! BURUNDI ENTRETIEN AVEC BOB RUGURIKA Bob Rugurika est le directeur de la Radio Publique Africaine (RPA), la radio indépendante la plus populaire au Burundi. Lors de son passage à Genève en ce mois de

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

Mme la juge Joyce Aluoch, juge Mme la juge Kuniko Ozaki, juge SITUATION EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE AFFAIRE LE PROCUREUR. Public

Mme la juge Joyce Aluoch, juge Mme la juge Kuniko Ozaki, juge SITUATION EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE AFFAIRE LE PROCUREUR. Public ICC-01/05-01/08-2987 20-02-2014 1/9 EC T Original : français N : ICC-01/05-01/08 Date : 19 février 2014 LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE III Composée comme suit : Mme la juge Sylvia Steiner, juge président

Plus en détail

CONSTITUTION. Barreau de la Liste des Conseils près la Cour Pénale Internationale PRÉAMBULE. Liste des Conseils près la Cour Pénale Internationale

CONSTITUTION. Barreau de la Liste des Conseils près la Cour Pénale Internationale PRÉAMBULE. Liste des Conseils près la Cour Pénale Internationale CONSTITUTION = BLC-ICC MGKarnavas DRAFT-1= Barreau de la Liste des Conseils près la Cour Pénale Internationale PRÉAMBULE Liste des Conseils près la Cour Pénale Internationale RASSEMBLÉE à (lieu) le (date)

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés

TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX. Le vice-président, juge des référés 27/07 2011 16:36 FAX 0556995879 TRIBUNAL AOMIN BORDEAUX (g) 003/007 N _ TRIBUN AL AD M INISTRATIF DE BORDEAUX bm R ÉPU BLIQ U E FRANÇAISE M. M, Chemin Vice-président Juge des référés Audience du 27 juillet

Plus en détail

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel 1 ère partie : le cadre A) Le système institutionnel : La constitution La France est dotée d une constitution portant

Plus en détail

L AFRIQUE ET LA COUR PENALE INTERNATIONALE (CPI): SENSIBILISATION DES PAYS FRANCOPHONES ET D AFRIQUE DU NORD BILAN DE CONFERENCE

L AFRIQUE ET LA COUR PENALE INTERNATIONALE (CPI): SENSIBILISATION DES PAYS FRANCOPHONES ET D AFRIQUE DU NORD BILAN DE CONFERENCE L AFRIQUE ET LA COUR PENALE INTERNATIONALE (CPI): SENSIBILISATION DES PAYS FRANCOPHONES ET D AFRIQUE DU NORD BILAN DE CONFERENCE Introduction Introduction Veuillez trouver le lien vers le compte-rendu

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

LA CHAMBRE DE PREMIERE INSTANCE II. Mme la juge Fatoumata Dembele Diarra Mme la juge Christine Van den Wyngaert

LA CHAMBRE DE PREMIERE INSTANCE II. Mme la juge Fatoumata Dembele Diarra Mme la juge Christine Van den Wyngaert ICC-01/04-01/07-1037-Red 10-03-2011 1/9 RH T Cour Internationale Jf^uló^, - ~ - \ ^ j! ^ International Criminal Court ^^^^ Original : français N : ICC-01/04-01/07 Date : 10 mars 2011 LA CHAMBRE DE PREMIERE

Plus en détail

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE

Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 1 Site web: http : // www.usenghor-francophonie.org/senghoriens/association/aidus.htm STATUTS PREAMBULE 2 1. Fidèles aux principes de fraternité et de solidarité entre les peuples, tel que stipulés dans

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Application de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. (Croatie c. Serbie).

Application de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. (Croatie c. Serbie). COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE Palais de la Paix, Carnegieplein 2, 2517 KJ La Haye, Pays-Bas Tél : +31 (0)70 302 2323 Télécopie : +31 (0)70 364 9928 Site Internet : www.icj-cij.org Communiqué de presse

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES

LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES LES JURIDICTIONS PÉNALES FRANÇAISES Les juridictions pénales jugent les infractions à la loi pénale. Ces infractions sont définies dans le code pénal. Il existe en France, trois types d'infractions, définies

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE

PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE 1 PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE Les Etats membres de l Union africaine : Considérant que l Acte constitutif a créé la Cour de

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

Conférence de révision du Statut de Rome : position de la Coalition suisse pour la Cour pénale internationale

Conférence de révision du Statut de Rome : position de la Coalition suisse pour la Cour pénale internationale Action des Chrétiens pour l Abolition de la Torture (ACAT) Alliance Sud (Swissaid, Action de Carême, Pain pour le prochain, Helvetas, EPER et Caritas) Amnesty International Section suisse Association pour

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU U N I T E D N A T I O N S N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU 12-38583 (F) Avril 2008 U N I T E D N A T I O

Plus en détail

Convention européenne des droits de l homme

Convention européenne des droits de l homme Convention européenne des droits de l homme Convention européenne des droits de l homme Telle qu amendée par les Protocoles n os 11 et 14, completée par le Protocole additionnel et les Protocoles n os

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ; Loi n 96-024/ Portant Statut de l ordre des Comptables agréés et Experts-comptables agréés et réglementant les professions de Comptable agréé et d expert-comptable agréé. L Assemblée Nationale a délibéré

Plus en détail

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse

Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Les voies qui conduisent au Tribunal fédéral Aperçu de l organisation judiciaire en Suisse Contenu Contenu Contenu Introduction I. Tribunaux et juges A Sur le plan cantonal 1 Tribunaux civils a L autorité

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître?

Qu est-ce que je dois faire lorsque je reçois une assignation à comparaître? Être un témoin Qu est-ce qu un témoin? Le témoin est celui à qui il est demandé de se présenter devant le tribunal pour répondre à des questions sur une affaire. Les réponses données par un témoin devant

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

«Même un «Big Man» doit être traduit en justice» Leçons tirées du procès de Charles Taylor

«Même un «Big Man» doit être traduit en justice» Leçons tirées du procès de Charles Taylor «Même un «Big Man» doit être traduit en justice» Leçons tirées du procès de Charles Taylor Résumé L'inculpation de Taylor a démontré que la loi est puissante. Elle est peutêtre imparfaite ou inégale, mais

Plus en détail

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE CHRONIQUE JURIDIQUE chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Lors de notre congrès de Lille, une motion a été proposée par la commission «métier» sur les

Plus en détail

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE

STATUT ACTUALISÉ DU TRIBUNAL PÉNAL INTERNATIONAL POUR L EX-YOUGOSLAVIE NATIONS UNIES Tribunal international chargé de poursuivre les personnes présumées responsables de violations graves du droit international humanitaire commises sur le territoire de l ex-yougoslavie depuis

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties Distr. : générale 29 octobre 2013 ICC-ASP/12/47 FRANÇAIS Original : anglais Douzième session The Hague, 20-28 novembre 2013 Rapport de la Commission

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 [Include National Partner logo] www.afrobarometer.org www.crop-africa.org 1 [Include National Partner logo] Afrobaromètre:

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

LA CHAMBRE DE PREMIERE INSTANCE II. Mme la juge Fatoumata Dembele Diarra Mme la juge Christine Van den Wyngaert

LA CHAMBRE DE PREMIERE INSTANCE II. Mme la juge Fatoumata Dembele Diarra Mme la juge Christine Van den Wyngaert ICC-01/04-01/07-3383 10-06-2013 1/7 NM T Cour m) Pénale Internationale International Criminal Court /^^.^"^ ^%;^s:^ Original : français N : ICC-01/04-01/07 Date : 10 juin 2013 LA CHAMBRE DE PREMIERE INSTANCE

Plus en détail

Dépassement : en cas de dépassement des délais, et en l absence de demande de prolongation avenue dans les délais, le juge convoque d office l expert

Dépassement : en cas de dépassement des délais, et en l absence de demande de prolongation avenue dans les délais, le juge convoque d office l expert NOUVELLE LOI SUR L EXPERTISE JUDICIAIRE EN VIGUEUR DEPUIS LE 01.09.2007 articles du Code Judiciaire 828-830 - 875-875 bis - 962 à 991 bis 1017-1043 et article du Code Pénal 509 quater LEGENDE LR = lettre

Plus en détail

LA COUR AFRICAInE DES DROITS DE L HOmmE ET DES peuples

LA COUR AFRICAInE DES DROITS DE L HOmmE ET DES peuples GUIDE pratique LA COUR AFRICAInE DES DROITS DE L HOmmE ET DES peuples vers la Cour africaine de justice et des droits de l Homme Avril 2010 Guide pratique La Cour africaine des droits de L Homme et des

Plus en détail

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE

MEMOIRE DU GOUVERNEMENT SUR LA RECEVABILITE ET LE BIEN-FONDE EUROPEAN COMMITTEE OF SOCIAL RIGHTS COMITÉ EUROPÉEN DES DROITS SOCIAUX 9 octobre 2012 Pièce n 2 Union syndicale des magistrats administratifs (USMA) c. France Réclamation n 84/2012 MEMOIRE DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil

Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil PL Projet présenté par les députés: Mme et M.Roger Deneys, Loly Bolay, Antoine Droin Date de dépôt: Février 2010 Messagerie 2 Projet de loi Projet de loi constitutionnellle

Plus en détail

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Anne MOREAUX - publié le 19 mai 2015 - Actualité [1] Envoyer par mail [2] Imprimer Pour leur 8e Bar à Idées, les jeunes avocats du mouvement «BAI» (bousculer-animer-innover),

Plus en détail

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution

Au Niger, le soutien est fort mais pas unanime pour l adoption de la sharia dans la Constitution Introduction Les questions religieuses connaissent un regain d intérêt dans les espaces publics de nos pays. Au Niger, elles sont devenues préoccupantes en raison des évènements récents qui ont marqué

Plus en détail

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice

Le Garde des Sceaux, Ministre de la Justice MINISTÈRE DE LA JUSTICE DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRACES SOUS-DIRECTION DE LA JUSTICE PENALE GENERALE Bureau de la législation pénale générale Circulaire du 2 septembre 2004 Date d application

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

2. Accord sur les privilèges et immunités de la Cour pénale internationale *

2. Accord sur les privilèges et immunités de la Cour pénale internationale * 2. Accord sur les privilèges et immunités de la Cour pénale internationale * Table des matières Page Article 1. Emploi des termes... 79 Article 2. Statut juridique et personnalité de la Cour... 80 Article

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Dans les coulisses. Le Greffe de la Cour pénale internationale

Dans les coulisses. Le Greffe de la Cour pénale internationale ICC-PIDS-WU-83/11_Eng 27 June 2011 #83 ICC Weekly Update Situation in the Libyan Arab Jamahiriya On 26 February 2011, the United Nations Security Council decided unanimously to refer the situation in the

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA COUR

RÈGLEMENT DE LA COUR RÈGLEMENT DE LA COUR Adopté par les juges de la Cour le 26 mai 2004 Cinquième session plénière La Haye, 17 28 mai 2004 Documents officiels de la Cour pénale internationale ICC BD/01 01 04 Règlement de

Plus en détail

LA CHAMBRE PRELIMINAIRE III

LA CHAMBRE PRELIMINAIRE III ICC-01/05-01/08-166 17-10-2008 1/6 VW PT Cour Pénale Internationale International Criminal Court Original : français N : ICC-01/05-01/08 Date : 17 octobre 2008 LA CHAMBRE PRELIMINAIRE III Composée comme

Plus en détail

LES PAYS EN TRANSITION

LES PAYS EN TRANSITION CENTRE DE RECHERCHES POUR LE DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL RECHERCHE POUR LE DÉVELOPPEMENT DANS LES PAYS EN TRANSITION >>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>> CRDI : Peter Bennett Récemment, le CRDI a examiné pourquoi et

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ;

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1392/2013 ------------ JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 07/11/2013

Plus en détail

ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E

ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E 1 ASSOCIATION IVOIRIENNE DE LUTTE CONTRE L EPILEPSIE A I L E STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR Préambule L épilepsie est l une des affections neurologiques les plus fréquentes en Côte d Ivoire. publique.

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

ANNEXE. L obligation d extrader ou de poursuivre («aut dedere aut judicare») en droit international. Observations préliminaires. (Zdzislaw Galicki)

ANNEXE. L obligation d extrader ou de poursuivre («aut dedere aut judicare») en droit international. Observations préliminaires. (Zdzislaw Galicki) ANNEXE L obligation d extrader ou de poursuivre («aut dedere aut judicare») en droit international Observations préliminaires (Zdzislaw Galicki) I. Introduction générale du sujet 1. L expression «extrader

Plus en détail