DUPARO Jonathan-Minh CHERRUAU Guillaume Session 2010/2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DUPARO Jonathan-Minh CHERRUAU Guillaume Session 2010/2011"

Transcription

1 DUPARO Jonathan-Minh CHERRUAU Guillaume

2 Remerciements Nous tenons à remercier tout particulièrement notre enseignant-tuteur, M. Ludovic Fontaine, qui nous a donné l'opportunité de découvrir un protocole d'administration réseau fort intéressant à travers l'intégralité de ce projet, nous souhaitons le remercier également pour sa gentillesse et sa disponibilité. Nous sommes aussi reconnaissant envers M. Ludovic Valentin, diplômé de la prestigieuse école SupInfo, qui nous a apporté de riches informations au sujet de la mise en place de SNMP version 3. 2/41

3 SOMMAIRE Remerciements...2 Introduction...4 I. Objectifs et principe de la supervision réseau...4 II. Le protocole SNMP...5 1) Présentation...5 2) Fonctionnement...6 A - Les agents SNMP...6 B - Le manager SNMP...6 C - La base de données MIB...7 D - Fonctionnement général...9 3) Les commandes SNMP...10 A - Les requêtes et les réponses SNMP...10 B - Analyse d'un échange de trames ) Comparatif des versions...13 A - Historique global des versions...13 B - SNMP v C - SNMP v2c...16 D - SNMP v III. Mise en œuvre du protocole SNMP sur un routeur ) Mise en place de SNMP v1 et SNMP v ) Mise en place de SNMP v A - Sans authentification et sans cryptage...25 B - Avec authentification, mais sans cryptage...26 C - Avec authentification et avec cryptage ) Problèmes rencontrés et solutions apportées...30 Conclusion...31 Glossaire...32 Bibliographie...33 Annexes /41

4 Introduction Dans le cadre de notre deuxième année de DUT, nous avons l'occasion de réaliser une étude complète sur un des sujets proposés aux étudiants par différents enseignants. Cette longue étude, qui s'est déroulée durant plus de 6 mois (s'étalant sur deux semestres) et qui a eu pour moyenne 300h de travail personnel par étudiant, se finalise par ce rapport complet répondant au sujet de l'enseignanttuteur. Le sujet qui nous a réunis concerne donc le protocole SNMP, il est le suivant : L'objectif du projet est de mettre en place et d'étudier l'administration du routeur Cisco 1841 via le protocole SNMP (Simple Network Management Protocol). Les différentes fonctionnalités des versions SNMPv1, SNMPv2 et SNMPv3 seront étudiées en terme de configuration sur le routeur, commandes sur le client, analyse de trames échangées via le protocole SNMP, requête/réponse étudiée. Pour ce projet, nous disposons d'un routeur Cisco 1841, ainsi que de deux PC sous Windows. I. Objectifs et principe de la supervision réseau Aujourd'hui, les réseaux informatiques sont devenus indispensables au sein de la quasitotalité des entreprises et des administrations afin de garantir leur bon fonctionnement. Un quelconque problème sur le système d'information pourrait provoquer de lourdes conséquences, aussi bien au point de vue financier qu'organisationnel. De plus la complexité des systèmes a rendu impossible une surveillance manuelle du réseau. C'est pour cela que la supervision des réseaux est alors devenue un outil essentiel pour résoudre ce problème. La supervision réseau se présente sous la forme de logiciels ou de programmes permettant de vérifier l'état et le comportement du réseau ainsi que des machines ou équipements qui y sont connectés. Ils permettent à l'administrateur réseau d'avoir une vue d'ensemble en temps réel de l'état de son parc informatique. La supervision réseau doit permettre d'anticiper les différentes pannes ou incidents pouvant nuire au bon fonctionnement du réseau. Une grande majorité des logiciels de supervision sont basés sur le protocole SNMP, qui est l'objet de ce rapport. Ces différents outils de «monitoring réseau» possèdent de nombreuses fonctions, telles que : L'analyse et la prévention des problèmes La surveillance du système d'informations services réseaux (SMTP, POP3 ) ressources des serveurs (charge processeur, occupation des disques...) La supervision à distance (accès à des équipements réseau à distance) L'optimisation des performances du réseau L'automatisation de processus de configuration des différents éléments du réseau Cependant les solutions de supervision sont parfois très coûteuses et leurs configurations peuvent vite devenir complexes selon le logiciel utilisé. 4/41

5 II. Le protocole SNMP Le protocole SNMP a connu de nombreuses évolutions jusqu'à sa version actuelle. Cette partie est l'occasion de comprendre le protocole et son évolution à travers le temps. 1) Présentation Le protocole SNMP (Simple Network Management Protocol), définie par la norme RFC 1157, est comme son nom l'indique un protocole d'administration réseau qui rend possible la supervision des équipements réseau ainsi que des machines informatiques. Ce protocole permet de subvenir à un grand nombre de besoins par exemple : disposer d'une cartographie du réseau grâce à des applications utilisant le protocole SNMP, fournir une liste d'informations propre à chaque machine du réseau, signaler des dysfonctionnements, etc... Il est actuellement le protocole le plus utilisé pour la gestion de terminaux et d'équipements réseau. Ce protocole est donc utilisé principalement par les administrateurs réseau afin de pouvoir détecter à distance les éventuelles pannes ou problèmes survenant sur le réseau. Tout terminal ou équipement contient énormément d'informations précieuses pour l'administrateur réseau quelque soit le système d'exploitation utilisé par cette machine (Windows, Linux, les systèmes d'exploitation Cisco comme pour les routeurs par exemple). Au sein de la couche transport du modèle OSI, le protocole SNMP est encapsulé dans UDP et est accessible via les ports 161 et 162. Voici sa représentation dans le modèle OSI : De plus, ce protocole offre beaucoup d'avantages, nous pouvons en citer quelques-uns : Il est simple et assez facile d'utilisation, Il nous offre la possibilité de gérer à distance des équipements, Il est compatible avec une large gamme de produits. 5/41

6 L'environnement de gestion SNMP est constitué de trois éléments principaux, que nous détaillerons dans la partie suivante : Les agents SNMP Le ou les managers SNMP (ou station(s) de supervision(s)) La base de données MIB 2) Fonctionnement Le fonctionnement de ce protocole est devenu de plus en plus complexe au fil du temps dû à l'évolution des versions du protocole, mais en contre-partie son fonctionnement est devenu de plus en plus fiable. Il s'appuie sur un principe d'échange d'informations par requêtes portées sur une base de données, entre un agent et un manager SNMP qui s'apparentent respectivement à un serveur et un client. A - Les agents SNMP Lorsque l'on désire administrer une machine ou un équipement, il faut qu'un agent SNMP soit implanté sur celui-ci. Cet agent est assimilé à un serveur, par conséquent il écoute sur un port particulier : le port UDP 161. L'agent gère l'ensemble des informations relatives à son équipement et doit donc rester à l'écoute des éventuelles requêtes que l'administrateur lui enverra pour pouvoir lui répondre. Mais, il faut savoir que c'est lui aussi qui peut envoyer à la station d'administration des messages d'alertes au cas où un problème surviendrait. De plus, il doit pouvoir agir sur les informations contenues en local sur l'équipement concerné afin de répondre à une modification possible d'un des paramètres. B - Le manager SNMP Il correspond à la station de supervision du réseau, où se trouve l'administrateur réseau. C'est lui qui communique avec les agents SNMP via une application avec ou sans interface graphique afin de vérifier que tout fonctionne comme il se doit. Le manager SNMP est également à l'écoute d'un port : le port UDP 162 pour identifier les messages d'alarmes (TRAP). Les informations reçues sont donc centralisées. Schéma montrant le fonctionnement entre ces deux entités : 6/41

7 C - La base de données MIB La base de données, appelée MIB (Management Information base), contenue dans l'équipement à administrer, recense ainsi toutes les informations relatives à cet équipement réseau. Il est donc possible de connaître de façon précise toutes les informations que l'équipement réseau possède dans le but de gérer, au mieux, son fonctionnement. Elle est construite selon un concept arborescent similaire à celui employé dans le DNS (Domain Name System), chacun des chemins permettant d'accéder à une information est appelé OID (Object Identifier) et est représenté par une suite d'entiers séparés par des points selon une recommandation de l International Telecommunication Union. Chacun des noeuds de l'arbre représente un objet. On peut distinguer dans la MIB deux parties, une partie standard commune à tous les équipements réseau, et une partie privée propre à un équipement. Prenons un exemple simple : si l'on souhaite accéder via une requête SNMP à un objet de mgmt l'oid pourra s'écrire sous deux formes : NumObjet.iso.identifiedorganization.dod.internet.mgmt.NomObjet 7/41

8 Présentons maintenant l'une des branches la plus utilisée de la MIB : System : Description système de toutes les entités gérées Exemple d'objets gérés par cette branche : sysuptime : Durée écoulée depuis le dernier démarrage Interfaces : Interface de données dynamiques ou statiques Exemple d'objets gérés par cette branche : ifnumber : Nombre d'interfaces réseau At (adresse translation) : Table d'adresses IP pour les correspondances d'adresses MAC Ip : Statistiques du protocole IP, adresse cache et table de routage Exemple d'objets gérés par cette branche : ipinreceives : Nombre de datagramme IP reçus Icmp : Statistiques du protocole ICMP Exemple d'objets gérés par cette branche : icmpinechos : Nombre de demandes d'echo ICMP reçues Tcp : Paramètres TCP, statistiques et table de connexion Exemple d'objets gérés par cette branche : tcpinsegs : Nombre de segments TCP reçus Udp : Statistiques UDP Exemple d'objets gérés par cette branche : udpindatagrams : Nombre de datagramme UDP reçus Egp : Statistiques concernant le protocole de routage EGP, table d'accessibilité Snmp : Statistiques du protocole SNMP 8/41

9 De plus, il faut savoir qu'en complément du standard MIB définissant les différentes informations d'administration réseau contenu sur un équipement, il existe aussi un standard indépendant qui normalise les règles utilisées pour définir et identifier les variables de la MIB. Il se nomme SMI (Structure of Management Information). SMI a pour buts principaux de poser des restrictions sur les types de variables autorisées au sein de la MIB, de spécifier des règles de nommages des OIDs, ainsi que de créer les règles de définition des types de variables. Le standard SMI indique en particulier que toutes les variables contenues dans une MIB doivent être définies et référencées via la notation ISO de syntaxe ASN.1 (Abstract Syntax Notation 1). C'est grâce à cette syntaxe que les objets de la MIB peuvent s'écrire soit par une suite d'octets, soit par son équivalent via son chemin dans la MIB. Nous avons vu ici comment chaque élément de l'environnement SNMP fonctionne indépendamment des autres. Il serait maintenant nécessaire d'expliquer le fonctionnement interne entre les différents éléments. D - Fonctionnement général Pour bien comprendre le fonctionnement général des trois éléments précédemment cités, procédons à une courte analyse du schéma ci-dessous : Le protocole SNMP permet la communication entre les deux entités bleutées, le manager SNMP et l'agent SNMP qui contient la MIB. Pour interagir avec la MIB, on utilise des requêtes de lecture ou d'écriture à partir d'une application d'administration réseau située sur la station de supervision. En réponse à l'interprétation des requêtes précédentes par la MIB, deux suites sont possibles, soit c'est une réponse contenant les informations demandées par la requête qui sera envoyée, soit c'est une réponse particulière (alerte) indiquant un problème qui sera retournée au manager SNMP. Finalement, le protocole SNMP est un protocole très prisé par les administrateurs réseau, puisqu'il permet un entretien rapide et complet de différents équipements réseau. Nous allons à présent nous pencher sur les différents types de commandes SNMP. 9/41

10 3) Les commandes SNMP Afin que le manager SNMP puisse interroger les agents à superviser, plusieurs requêtes existent. Pour nous familiariser avec le protocole et tester ces différentes requêtes, nous avons utilisé dans un premier temps SNMP util, qui est un petit programme permettant d'interroger la MIB d'une autre machine qui se situe sur le même réseau. Cependant, ce programme ne prenant en charge que les versions 1 et 2 du protocole, nous utiliserons par la suite un programme plus complet pour étudier la version 3. A - Les requêtes et les réponses SNMP Le protocole SNMP supporte trois grands types de requêtes : GET pour la lecture, SET pour l'écriture et TRAP pour les messages d'alertes. La requête GetRequest : Elle permet à la station de gestion l'obtention de la valeur précise d'un objet de la MIB contenu sur l'équipement à gérer. La valeur de l'oid est passée en paramètre. Exemple : Nous souhaitons interroger l'objet qui correspond à une description système, son nom est system.sysdescr.0 et correspond au chemin dans la MIB. La requête peut donc s'écrire de deux façons, soit avec le nom de l'objet, soit avec le chemin de l'objet. On définit auparavant le nom de la communauté par publique (nous verrons par la suite ce qu'est le nom de la communauté). Voici la requête et le résultat via SNMPutil : Avec NET-SNMP, la syntaxe est la suivante : snmpget v n version -c communauté Ipdestinataire OID La requête GetNextRequest : Elle permet à la station de gestion l'obtention de la valeur du prochain objet de la MIB, qui est passée en paramètre à partir d'un objet courant contenu sur l'équipement à gérer. Avec NET-SNMP, la syntaxe est la suivante : snmpgetnext v n version -c communauté Ipdestinataire OID 10/41

11 Pour bien comprendre son rôle, nous allons effectuer quatre commandes différentes : snmputil get Ipbinôme communauté snmputil getnext Ipbinôme communauté snmputil getnext Ipbinôme communauté. 1.3 snmputil getnext Ipbinôme communauté Getnext nous permet d'obtenir la valeur de l'objet le plus proche. Ainsi la première commande ne marche pas puisqu'elle n'utilise pas getnext et porte sur une catégorie d'objet. Au contraire, les autres commandes utilisent getnext et peuvent donc, pour leur part, porter sur une catégorie d'objet. On peut imager cela par un répertoire et son contenu, getnext permet d'afficher le premier fichier du répertoire, alors que get ne peut pas être porté sur un répertoire, mais sur un fichier seulement. Autrement dit, la requête get porte uniquement sur un objet ayant une valeur, alors que la requête getnext porte sur une catégorie d'objets, qui elle n'a pas de valeur propre. La requête getnext n'est pas obligée de connaître le nom d'un objet pour obtenir sa valeur. La requête SetRequest : Elle permet la mise à jour d'une valeur courante d'un objet de la MIB géré par un agent. Avec NET-SNMP, la syntaxe est la suivante : snmpset v n version -c communauté Ipdestinataire OID_à_modifier type_oid(caractère, entier...) nouvelle_valeur Il est important d'ajouter que cette commande n'est possible qu'avec une communauté accessible en lecture et en écriture. La requête Walk : La commande WALK permet d'afficher les valeurs de tous les objets d'une même branche de l'arbre. Remarque : moins le chemin de la branche passée en paramètre dans la commande est long, plus la branche est grande, plus il y a d'objets. 11/41

12 Exemple : La requête Trap : Tout d'abord contrairement à toutes les autres requêtes, celle-ci est envoyée par l'agent SNMP vers la station de supervision. Elle met en œuvre un mécanisme d'alarme permettant à un agent d'informer le manager SNMP en cas de problème. A la réception d'un message TRAP, la station de supervision pourra alors essayer de traiter le problème. Par exemple si il s'agit d'un lien réseau rompu, l'administrateur réseau en est directement informé. Il existe 7 types de messages TRAPS : coldstart, warmstart, linkdown, linkup, authentificationfailure, egpneighborloss, entreprisespecific. Les réponses : En termes de réponse maintenant, à chaque envoi de requêtes SNMP est associée une réponse qui est retournée à la station de supervision à l'exception de la commande TRAP. Les réponses sont généralement du type : get-response : l'information est bien transmise, NoSuchObject : l'objet n'a pas été trouvé, NoAccess : l'accès à une partie de la MIB est interdit, NoWritable : impossibilité d'utiliser la commande SET sur l'objet concerné Il est utile de préciser qu'il existe d'autres commandes qui sont apparues après la première version de SNMP. Cependant nous avons présenté ici, uniquement les commandes existant dans toutes les versions de SNMP, les divers ajouts seront précisés lors du comparatif des différentes versions. 12/41

13 B - Analyse d'un échange de trames Voici ci-dessous un schéma récapitulant les principales commandes SNMP pouvant être effectuées entre un agent et son manager SNMP : L'utilisation du protocole de transport UDP favorise la rapidité des échanges entre manager et agent due au court en-tête du segment UDP. Les commandes get-request, get-next-request et setrequest sont toutes émises par le manager à destination d'un agent et attendent forcément une réponse à la requête de la part de l'agent concerné. Cependant la commande trap, elle, est émise d'un agent vers le manager et n'attend aucune réponse. Après avoir étudié les possibilités concernant les requêtes et les réponses SNMP, il serait intéressant de comparer les différentes versions afin d'observer les éventuels changements. 4) Comparatif des versions A - Historique global des versions Avant d'analyser les multiples versions du protocole, voici à titre informatif leurs histoires : SNMPv1 (ancien standard) 1990 : Ceci est la première version du protocole, tel que défini dans le RFC On dit que la sécurité de cette version est triviale, car la seule vérification qui est faite est basée sur la chaîne de caractères " community ". SNMPsec (historique) 1992 : Cette version ajoute de la sécurité au protocole SNMPv1. La sécurité est basée sur des groupes. Très peu ou aucun manufacturiers n'a utilisé cette version qui est maintenant largement oubliée. RFC /41

14 SNMPv2p (historique) 1993 : Beaucoup de travaux ont été exécutés pour faire une mise à jour de SNMPv1. Ces travaux ne portaient pas seulement sur la sécurité. Le résultat est une mise à jour des opérations du protocole, des nouvelles opérations, des nouveaux types de données. La sécurité est basée sur les groupes de SNMPsec. SNMPv2c (expérimental) 1996 : Cette version du protocole est appelée " community stringbased SNMPv2 ". Ceci est une amélioration des opérations de protocole et des types d'opérations de SNMPv2p et utilise la sécurité par chaîne de caractères "community " de SNMPv1. RFC 1441 SNMPv2u (expérimental) 1996 : Cette version du protocole utilise les opérations, les types de données de SNMPv2c et la sécurité basée sur les usagers. SNMPv2* (expérimental) : Cette version combine les meilleures parties de SNMPv2p et SNMPv2u. Les documents qui décrivent cette version n'ont jamais été publiés dans les RFC. Des copies de ces documents peuvent être trouvées sur le site web et SNMP Research (un des premiers à défendre cette version). RFC 1901 SNMPv3 (standard actuel) entre 1999 et 2002 : Cette version comprend une combinaison de la sécurité basée sur les usagers et les types et les opérations de SNMPv2p, avec en plus la capacité pour les " proxies ". La sécurité est basée sur ce qui se trouve dans SNMPv2u et SNMPv2*. RFC 3411 B - SNMP v1 Comme son nom l'indique, il s'agit de la première version du protocole qui fut et qui est encore majoritairement utilisé par les administrateurs réseau. Cependant cette version a un défaut majeur qui est la sécurité. Elle est uniquement basée sur un nom de communauté, «public» par défaut, il suffit donc pour utiliser cette version que l'agent et le manager aient le même nom de communauté. Dans le but de mieux comprendre sur quoi repose cette version, nous allons procéder à une analyse de trame d'un message SNMP v1. 14/41

15 Structure d'un message SNMP v1/v2c : Description des champs : Version : il vaut 0 pour SNMP v1, 1 pour SNMP v2 Communauté : nom de communauté défini par l'administrateur en hexadécimal En bleu, le format du «proctocol data unit» (PDU) : Elle varie en fonction des commandes, Type : 0 pour GetRequest, 1 pour GetNextRequest, 2 pour Response, 3 pour SetRequest, 4 pour Trapv1, 5 pour GetBulkRequest, 6 pour InformRequest, 7 pour Trapv2, 8 pour Report ID : la requête et la réponse associée ont le même identifiant Statut d'erreur : - 0(noError) : pas d erreur, - 1(tooBig) : trop grand : l'agent ne peu répondre avec un seul message, - 2(noSuchName) : nom de la variable inconnu, elle n'existe pas, - 3(badValue) : mauvaise valeur, un ou plusieurs paramètres sont inexacts, - 4(readOnly) : lecture seulement, tentative de modification d'une variable en lecture seule, - 5(genErr) : autres. Index d'erreur : Spécifie la variable qui est source d'erreur 15/41

16 Pour la commande Trap : Entreprise : nom de l'agent qui transmet le message AdresseAgent : permet au manager de savoir de quel agent il s'agit Alarme générique : - 0(coldStart) : démarrage de l'agent, - 1(warmStart) : redémarrage, - 2 (linkdown) : l'interface passe à l'état bas, désactive l'envoi des messages trap de déconnexion ligne, - 3(linkUP) : l'interface passe à l'état bas, désactive l'envoi des messages trap de connexion ligne, - 4 (authentificationfailure) : problème d authentification : nom de communauté invalide - 5 (egpneighborloss) : perte de voisin, - 6 (enterprisespecific) : spécifique à l entreprise. Alarme spécifique : elle est utilisée afin d'identifier une TRAP spécifique à une entreprise. Pour la commande GetBulk (plus de détail dans la partie suivante) : Nombres objets simples : Lit les n premiers objets simples (comparable à un snmpget) Nombre maximum de répétitions : Essaie de lire les m occurrences des objets désignés (comparable à un snmpgetnext) Pour conclure avec cette version, on peut dire qu'elle plait beaucoup de par sa simplicité d'utilisation, mais aucun élément faisant intervenir la sécurité n'est présent ici. Il faut savoir qu'une version sécurisée de SNMP v1 appelé SNMPsec a existé, mais n'a pratiquement pas été utilisé. C - SNMP v2c Comme nous pouvons le constater dans l'historique précédemment cité, la version 2 du protocole SNMP, qui est bien sûr une évolution de SNMP v1, a connu de nombreux tests avant d'aboutir à une version stable. Mais, une seule a réussi à assurer la compatibilité avec SNMP v1 : SNMP v2c. Les principaux changements qui sont apparus dans cette 2e version sont l'ajout de nouvelles requêtes telles que GetBulkRequest, InformRequest ainsi qu'une trame Report. De plus cette version ajoute en outre de nouveaux éléments à la MIB tels que la branche Security et SNMP v2. 16/41

17 On peut rappeler également que la version 2 est basée sur le nom de communauté afin de restreindre l'accès aux équipements géré au seul administrateur. On peut ajouter qu'il existe dans la version 1 et 2c, 3 types de communautés : Communauté en lecture seule : autorise uniquement la lecture des objets, par conséquent impossibilité d'écrire, Communauté en lecture et écriture : autorise la lecture et la modification des objets, Communauté pour les évènements : utilisé par l'agent SNMP pour générer des Traps. La requête GetBulkRequest : Elle s'applique aux commandes vues dans SNMPv1 telles que get et walk, et leur ajoute un nouvel intérêt. Ce mot «Bulk» signifie en anglais volume et permet donc d'obtenir des informations en grandes quantités. Son but principal est de minimiser le nombre d'échange à travers le réseau en permettant au manager SNMP l'accès simultané à plusieurs variables de la MIB. Nous remarquerons qu'avec un Get «classique», il est également possible d'essayer de récupérer plusieurs valeurs de variable à la fois, mais si il y a rien qu'une seule erreur qui se produit parmi tous les objets demandés, l'agent ne renvoie rien au manager à part un message d'erreur. Avec la commande GetBulk, la requête porte sur un maximum de variables possible, avec la possibilité qu'en réponse il en manque quelques-unes. Elle utilise deux paramètres de plus que les autres commandes : NonRepeaters : lit les n premiers objets normaux (assimilable à SnmpGet), MaxRepetitions : essaie de lire les m occurrences des objets désignés (assimilable à SnmpGetNext). Exemple : snmpbulkget -v 2c -c public -Cn 1 -Cr system iftable sysdescr.0=string :"..." ifindex.1=integer:1 ifindex.2=integer:2 ifdescr.1 = STRING : ". " iftype.1= STRING: ". " iftype.2= STRING: ". " On fait un Get sur le premier objet qui apparaît dans la branche system ( ) donc, system.sysdescr.0 ( ), puis on fait un GetNext sur les 5 premiers objets de la branche iftable. 17/41

18 La requête Inform : Grâce à celle-ci, le manager informe l'agent qu'il a reçu un message Trap. C'est une sorte d'acquittement. Cette commande permet également à un manager SNMP de contacter un autre manager SNMP, au cas où il y aurait besoin de 2 stations d'administration, ceci pour l'informer d'un quelconque problème au sujet d'un équipement du réseau. La requête Report : Cette requête est apparue dans la version 2 de SNMP, cependant elle n'a jamais été utilisée pour celle-ci. Nous verrons par la suite que cette trame est présente lors de tout échange entre le manager et l'agent avec SNMP v3. Elle a pour rôle d'autoriser le manager à communiquer avec un de ses agents. Voici un diagramme présentant l'autorisation via la trame report : Finalement, en réponse à une administration simplifiée des routeurs, on peut dire que les deux premières versions de SNMP sont très performantes. Cela dit, lors d'une administration distante de matériels et puisque des données transitent dans le réseau lors de l'utilisation du protocole SNMP, on constate facilement le problème de ces deux versions : comment protéger et sécuriser les informations récupérées? En effet, on remarque que sur le format des trames SNMP v1 et SNMP v2 aucun champ n'est dédié à la sécurité de la communication. Dans l'objectif de résoudre ce problème, une nouvelle version majeure et récente a donc vu le jour : SNMP v3. D - SNMP v3 Cette version de SNMP a été essentiellement mise au point afin d'introduire la sécurité des communications. Cette sécurité comprend à la fois un dispositif d'identification des deux parties souhaitant communiquer, mais aussi une méthode d'encryptage qui permet de garder la communication «confidentielle». 18/41

19 Ce modèle de sécurité de SNMP v3 est principalement basé sur deux concepts : USM (User-based Security Model): Ce module gère trois fonctions. Chacun d'entre eux a pour but de limiter les attaques. L'authentification Elle a pour rôle d'empêcher la modification d'un paquet SNMP v3 qui est en cours d'envoi ainsi que de vérifier la validité du mot de passe de l'utilisateur. L'authentification s'appuie sur des fonctions de hachage cryptographique telles que MD5 (Message Digest 5) ou encore SHA (Secure Hash Algorithm) dans le but de réussir à «crypter» les mots de passe. Ces fonctions prennent en entrée une chaîne de caractères de longueur indéfinie, et génèrent en sortie une chaîne d'octets de longueur finie (16 octets pour MD5 et 20 octets pour SHA). De plus, pour garantir l'authenticité de l'information qui sera transmise, on doit fournir un mot de passe qui sera identique pour l'agent SNMP et le manager SNMP, il est préférable que celuici ne soit connu par personne d'autre. La figure ci-dessous explique le fonctionnement de l'authentification : Les principales étapes d'authentifications sont : L'émetteur groupe les données à transmettre avec le mot de passe d'authentification dans une sorte de paquet. Ce groupe est ensuite envoyé dans la fonction de hachage à une direction (ici MD5). Les données et le code de hachage sont ensuite transmis sur le réseau vers le destinataire. Le récepteur prend le bloc des données, et y ajoute le mot de passe d'authentification commun aux deux entités. Ce groupe est ensuite envoyé dans la fonction de hachage à une direction. Et enfin, si le code de hachage est identique à celui transmis, l'émetteur (en général, une station de supervision) est authentifié. 19/41

20 Le cryptage Il a pour but d'empêcher que toute personne écoutant sur le réseau les requêtes et les réponses de quelqu'un d'autre n'obtienne pas les informations de gestion propre à un équipement. Le cryptage, comme l'authentification, se base sur un mot de passe partagé entre l'agent et le manager. Encore une fois, ce mot de passe doit bien évidemment rester confidentiel. Cependant ces deux mots de passe sont complètement indépendants, ce qui permet au système de cryptage et au système d'authentification d'être aussi indépendant. SNMP v3 utilise le protocole de cryptage symétrique DES-56 (Data Encryption Standard) pour effectuer le cryptage de trame. La figure ci-dessous a pour but d'expliquer le fonctionnement du cryptage : On peut ajouter ici que, contrairement à l'authentification qui s'applique à tout le paquet SNMP v3, le cryptage, lui, est seulement appliqué sur le PDU (les données). L'estampillage de temps Lors de l'envoi d'une requête SNMP, l'authentification et le cryptage ne permettent pas d'éviter qu'une personne récupère cette requête dans l'intérêt de la retransmettre plus tard sur le réseau (Replay Attack). C'est donc maintenant que l'estampillage de temps intervient. Lorsque l'on reçoit un paquet SNMP v3, s'il y a une différence supérieure à 150 s entre la date de création de la trame et son traitement, elle est détruite. Par conséquent la trame SNMP v3 est effective sur un intervalle de temps restreint. VACM (View Access Control Model): Ce second module gère uniquement les restrictions d'accès à certaines parties de la MIB, mais aussi les droits d'accès en lecture et/ou écriture pour un certain groupe ou un certain utilisateur. Après avoir décrit les différents apports de cette version, il serait judicieux de s'intéresser aux modifications de la trame SNMP v3 : 20/41

Plan. Supervision de réseau. Supervision. Plan. Généralités. Master Informatique première année. Olivier Flauzac

Plan. Supervision de réseau. Supervision. Plan. Généralités. Master Informatique première année. Olivier Flauzac Plan Supervision de réseau Master Informatique première année Olivier Flauzac olivier.flauzac@univ-reims.fr Olivier Flauzac (URCA) Supervision de réseau olivier.flauzac@univ-reims.fr 1 / 39 Olivier Flauzac

Plus en détail

Chap.9: SNMP: Simple Network Management Protocol

Chap.9: SNMP: Simple Network Management Protocol Chap.9: SNMP: Simple Network Management Protocol 1. Présentation 2. L administration de réseau 3. Les fonctionnalités du protocole 4. Les messages SNMP 5. Utilisation de SNMP 1. Présentation En 1988, le

Plus en détail

Supervision des réseaux

Supervision des réseaux Supervision des réseaux Thomas Vantroys thomas.vantroys@lifl.fr Université de Lille I Laboratoire d Informatique Fondamentale de Lille Bâtiment M3 - Cité Scientifique 59655 Villeneuve d Ascq 2009-2010

Plus en détail

Les réseaux 10.0.0.0/24 et 172.16.x0.0/29 sont considérés comme publics

Les réseaux 10.0.0.0/24 et 172.16.x0.0/29 sont considérés comme publics Objectif Mise en route d un Firewall dans une configuration standard, c est à dire : o à l interface entre les domaines privé et public, o avec des clients internes qui veulent utiliser l Internet, o avec

Plus en détail

Le protocole SNMP P A R B E D D O U R I F O U A D

Le protocole SNMP P A R B E D D O U R I F O U A D Le protocole SNMP P A R B E D D O U R I F O U A D Définition du terme SNMP SNMP signifie Simple Network Management Protocol (traduisez protocole simple de gestion de réseau). Il s'agit d'un protocole qui

Plus en détail

Relier deux sites distants par un tunnel sécurisé. Nous utiliserons les technologies de cryptage :

Relier deux sites distants par un tunnel sécurisé. Nous utiliserons les technologies de cryptage : TUNNEL IPSEC OBJECTIF Relier deux sites distants par un tunnel sécurisé. Nous utiliserons les technologies de cryptage : AH : Authentification Header, protocole sans chiffrement de données ESP : Encapsulation

Plus en détail

Master d'informatique. Réseaux. Supervision réseaux

Master d'informatique. Réseaux. Supervision réseaux Master d'informatique Réseaux Supervision réseaux Bureau S3-354 mailto:jean.saquet@info.unicaen.fr http://www.info.unicaen.fr/~jean/radis Supervision des réseaux Système dépendants des réseaux physiques

Plus en détail

Supervision de réseau

Supervision de réseau Supervision de réseau Master Informatique première année Olivier Flauzac olivier.flauzac@univ-reims.fr Olivier Flauzac (URCA) Supervision de réseau olivier.flauzac@univ-reims.fr 1 / 58 Plan 1 Supervision

Plus en détail

Les réseaux : Principes de fonctionnement d Internet

Les réseaux : Principes de fonctionnement d Internet Les réseaux : Principes de fonctionnement d Internet Table des matières 1. Le modèle TCP/IP... 2 2. Couche 1 ou couche physique... 3 3. Couche 2 ou couche liaison ou couche lien... 4 4. Couche 3 ou couche

Plus en détail

Quelles interfaces de la présentation pourriez-vous utiliser pour une connexion WAN de ligne louée? (Choisissez deux réponses.

Quelles interfaces de la présentation pourriez-vous utiliser pour une connexion WAN de ligne louée? (Choisissez deux réponses. Quelles affirmations décrivent correctement les composants d un routeur? (Choisissez deux réponses.) La mémoire RAM stocke le fichier de configuration utilisé lors de la séquence d amorçage. La mémoire

Plus en détail

Chanut, Nguyen, Tarditi, Yassa TP SNMP

Chanut, Nguyen, Tarditi, Yassa TP SNMP Chanut, Nguyen, Tarditi, Yassa TP SNMP 1 Sommaire TP1 I) Installation ireasoning MIB browser... 3 II) Installation du service SNMP... 4 II.I) Sous Windows 7... 4 II.II) Sous Windows 2008 R2... 5 III) Afficher

Plus en détail

Trames Ethernet et IEEE 802.3:

Trames Ethernet et IEEE 802.3: Trames Ethernet et IEEE 802.3: PLAN I. Introduction II.Trames Ethernet et IEEE 802.3: Trame ETHERNET : III. 1. Description des différentes couches de TCP/IP 2. Couche INTERNET la norme IEEE 802.3 est légèrement

Plus en détail

Cisco Certified Network Associate Version 4

Cisco Certified Network Associate Version 4 Cisco Certified Network Associate Version 4 Protocoles et concepts de routage Chapitre 1 Quelles affirmations décrivent correctement les composants d un routeur? (Choisissez deux réponses.) La mémoire

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/11 http://robert.cireddu.free.fr/sin LES DÉFENSES Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement

Plus en détail

Restriction sur matériels d impression

Restriction sur matériels d impression Restriction sur matériels d impression Objectif : Restreindre l accès aux matériels multifonctions Description des matériels : Serveur d impression : SVAWAV01 (10.204.1.204) Ricoh Aficio MP C4501 o IP

Plus en détail

Travaux pratiques : configuration du protocole SNMP

Travaux pratiques : configuration du protocole SNMP Topologie Table d adressage Objectifs Périphérique Interface Adresse IP Masque de sous-réseau Passerelle par défaut R1 G0/1 192.168.1.1 255.255.255.0 N/A S0/0/0 192.168.2.1 255.255.255.252 N/A R2 S0/0/0

Plus en détail

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16 CONFIGURATION 1 Présentation 2 Topologie du projet 3 Installation 4 Configuration 4.1 Création de la DMZ publique 4.2 Accès vers l Internet 4.3 Publication d Exchange 4.4 Rapports d activité et alertes

Plus en détail

Licence Pro ASUR ------------ Supervision ------------ Mai 2013

Licence Pro ASUR ------------ Supervision ------------ Mai 2013 GRETA VIVA 5 Valence 2013 Licence Pro ASUR ------------ Supervision ------------ Mai 2013 Auteur : Emmanuel Veyre eveyre.formateur@gmail.com Sommaire de la formation Les bases de la supervision d un système

Plus en détail

IUT d Angers License Sari Module FTA3. Compte Rendu. «Firewall et sécurité d un réseau d entreprise» Par. Sylvain Lecomte

IUT d Angers License Sari Module FTA3. Compte Rendu. «Firewall et sécurité d un réseau d entreprise» Par. Sylvain Lecomte IUT d Angers License Sari Module FTA3 Compte Rendu «Firewall et sécurité d un réseau d entreprise» Par Sylvain Lecomte Le 07/01/2008 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Matériels requis... 3 3. Mise en place

Plus en détail

Problème physique. CH5 Administration centralisée

Problème physique. CH5 Administration centralisée CH5 Administration centralisée Problème physique L administrateur a un poste de travail Parfois pour plusieurs sites Une salle de serveurs est bruyante Machines sans interface (ex: routeur) Solutions Telnet

Plus en détail

Le service FTP. M.BOUABID, 04-2015 Page 1 sur 5

Le service FTP. M.BOUABID, 04-2015 Page 1 sur 5 Le service FTP 1) Présentation du protocole FTP Le File Transfer Protocol (protocole de transfert de fichiers), ou FTP, est un protocole de communication destiné à l échange informatique de fichiers sur

Plus en détail

Eléments de Supervision

Eléments de Supervision Eléments de Supervision des réseauxr Le protocole SNMP 21.02.11 IUT GTR Grenoble 1 La supervision des réseauxr Administration Offrir aux utilisateurs des services Evolution vers d autres d fonctionnalités

Plus en détail

Mise en place d'un accès VPN distant

Mise en place d'un accès VPN distant Mise en place d'un accès VPN distant JL Damoiseaux - Dpt R&T IUT Aix-Marseille 1 1. Schéma général Ce TP vise à mettre en place une solution d'accès sécurisé à un serveur d'entreprise pour des utilisateurs

Plus en détail

C. Configuration des services de transport

C. Configuration des services de transport Page 282 Chapitre 8 Dans la version 2013 d'exchange, les dossiers publics sont devenus un type de boîtes aux lettres et utilisent les mêmes mécanismes de routage que les e-mails. - Le message est destiné

Plus en détail

Chapitre 7. Le Protocole SNMP 7.1 INTRODUCTION... 2 7.2 COMPOSANTES POUR L UTILISATION... 2 7.3 FONCTIONNEMENT... 2 7.4 LE PAQUET SNMPV1...

Chapitre 7. Le Protocole SNMP 7.1 INTRODUCTION... 2 7.2 COMPOSANTES POUR L UTILISATION... 2 7.3 FONCTIONNEMENT... 2 7.4 LE PAQUET SNMPV1... Chapitre 7 Le Protocole SNMP 7. INTRODUCTION... 7. COMPOSANTES POUR L UTILISATION... 7.3 FONCTIONNEMENT... 7.4 LE PAQUET SNMPV... 3 7.5 LES VERSIONS DU SNMP... 4 7.6 LES TABLES MIB... 5 7.7 LES RFC (REQUEST

Plus en détail

Durcissement d'un routeur Cisco

Durcissement d'un routeur Cisco Durcissement d'un routeur Cisco Par Elie MABO Administrateur Systèmes, Réseaux et Sécurité elie.mabo@gmail.com Dernière mise à jour: 20/06/2010 Document rédigé par Elie MABO (Administrateur Systèmes, Réseaux

Plus en détail

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE D UN SERVEUR RAS-E OU IPL-E ET D UN PC DE TELEMAINTENANCE POUR LA CONNEXION AU SERVICE M2ME_CONNECT

PROCEDURE DE MISE EN SERVICE D UN SERVEUR RAS-E OU IPL-E ET D UN PC DE TELEMAINTENANCE POUR LA CONNEXION AU SERVICE M2ME_CONNECT PROCEDURE DE MISE EN SERVICE D UN SERVEUR RAS-E OU IPL-E ET D UN PC DE TELEMAINTENANCE POUR LA CONNEXION AU SERVICE M2ME_CONNECT Document référence : 9018209-02 Version 2 Le service M2Me_Connect est fourni

Plus en détail

Administration, Sécurité : Quelques mots...

Administration, Sécurité : Quelques mots... Chapitre 9 1 Administration, Sécurité : Quelques mots... La sécurité dans les Réseaux 2 Risques et Menaces : vulnérabilité : degré d exposition à des dangers sensibilité : caractère stratégique d un élément

Plus en détail

Table des matières 1 Accès distant sur Windows 2008 Server...2 1.1 Introduction...2

Table des matières 1 Accès distant sur Windows 2008 Server...2 1.1 Introduction...2 Table des matières 1 Accès distant sur Windows 2008 Server...2 1.1 Introduction...2 1.2 Accès distant (dial-in)...2 1.3 VPN...3 1.4 Authentification...4 1.5 Configuration d un réseau privé virtuel (vpn)...6

Plus en détail

Administration réseau Introduction

Administration réseau Introduction Administration réseau Introduction A. Guermouche A. Guermouche Cours 1 : Introduction 1 Plan 1. Introduction Organisation Contenu 2. Quelques Rappels : Internet et le modèle TCP/ Visage de l Internet Le

Plus en détail

LE RPV DE NIVEAU RÉSEAU AVEC TINC

LE RPV DE NIVEAU RÉSEAU AVEC TINC LE RPV DE NIVEAU RÉSEAU AVEC TINC L entreprise Ilog est une petite entreprise de services informatiques située à La Défense. Les chefs de projet de l entreprise sont souvent en déplacement à travers toute

Plus en détail

Ajout d items spécifiques

Ajout d items spécifiques 1 Ajout d items spécifiques Item : SNMP (Borne Wi-Fi & Switch.) Introduction sur le SNMP. SNMP est relativement simple une fois qu on a compris. Voyons comment se compose un ensemble d éléments communiquant

Plus en détail

Firewall. Souvent les routeurs incluent une fonction firewall qui permet une première sécurité pour le réseau.

Firewall. Souvent les routeurs incluent une fonction firewall qui permet une première sécurité pour le réseau. Firewall I- Définition Un firewall ou mur pare-feu est un équipement spécialisé dans la sécurité réseau. Il filtre les entrées et sorties d'un nœud réseau. Cet équipement travaille habituellement aux niveaux

Plus en détail

Internet. PC / Réseau

Internet. PC / Réseau Internet PC / Réseau Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Objectif, environnement de l Internet Connexion, fournisseurs d accès Services Web, consultation, protocoles Modèle en couches,

Plus en détail

[ Sécurisation des canaux de communication

[ Sécurisation des canaux de communication 2014 ISTA HAY RIAD FORMATRICE BENSAJJAY FATIHA OFPPT [ Sécurisation des canaux de communication Protocole IPsec] Table des matières 1. Utilisation du protocole IPsec... 2 2. Modes IPsec... 3 3. Stratégies

Plus en détail

Description du datagramme IP :

Description du datagramme IP : Université KASDI MERBAH OUARGLA Faculté des Nouvelles Technologies de l information et de la Communication Département Informatique et Technologies de les Information 1 er Année Master académique informatique

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage

Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Collecte des examens du module Introduction aux Réseaux et Bases de Routage Examens corrigés Kaouther Nouira 2011-2012 Ministère de l Enseignement Supérieur, de le

Plus en détail

Ces cartes sont aussi appelées : NIC (Network Interface Card). Les cartes réseaux les plus courantes sont de type Ethernet.

Ces cartes sont aussi appelées : NIC (Network Interface Card). Les cartes réseaux les plus courantes sont de type Ethernet. 1. Introduction La connexion entre ordinateurs nécessite une carte réseau implantée dans chaque ordinateur (PC ou autre) et éléments de réseau (commutateur, routeurs,...). Ces cartes sont aussi appelées

Plus en détail

Architectures de communication. «Architecture protocolaire réseau» «protocolaire»

Architectures de communication. «Architecture protocolaire réseau» «protocolaire» Architectures de communication C. Pham Université de Pau et des Pays de l Adour Département Informatique http://www.univ-pau.fr/~cpham Congduc.Pham@univ-pau.fr «Architecture protocolaire réseau» Architecture

Plus en détail

Réseau : Interconnexion de réseaux, routage et application de règles de filtrage.

Réseau : Interconnexion de réseaux, routage et application de règles de filtrage. TD réseau - Réseau : interconnexion de réseau Réseau : Interconnexion de réseaux, routage et application de règles de filtrage. Un réseau de grande importance ne peut pas seulement reposer sur du matériel

Plus en détail

Gestion et Surveillance de Réseau Introduction à SNMP

Gestion et Surveillance de Réseau Introduction à SNMP Gestion et Surveillance de Réseau Introduction à SNMP These materials are licensed under the Creative Commons Attribution-Noncommercial 3.0 Unported license (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/)

Plus en détail

Chapitre 5 : IPSec. SÉcurité et Cryptographie 2013-2014. Sup Galilée INFO3

Chapitre 5 : IPSec. SÉcurité et Cryptographie 2013-2014. Sup Galilée INFO3 Chapitre 5 : IPSec SÉcurité et Cryptographie 2013-2014 Sup Galilée INFO3 1 / 11 Sécurité des réseaux? Confidentialité : Seuls l émetteur et le récepteur légitime doivent être en mesure de comprendre le

Plus en détail

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau

L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau L3 informatique Réseaux : Configuration d une interface réseau Sovanna Tan Septembre 2009 Révision septembre 2012 1/23 Sovanna Tan Configuration d une interface réseau Plan 1 Introduction aux réseaux 2

Plus en détail

Sécurisation du réseau

Sécurisation du réseau Sécurisation du réseau La sécurisation du réseau d entreprise est également une étape primordiale à la sécurisation générale de votre infrastructure. Cette partie a pour but de présenter les fonctionnalités

Plus en détail

TER SUPERVISION RESEAU

TER SUPERVISION RESEAU COPONAT Pierre-Adrien REYNIER Serge MASTER2 SIR TER SUPERVISION RESEAU Page 1 sur 20 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 INTRODUCTION... 3 I. Présentation... 4 I.1. Objectifs... 4 I.2. Principe... 4 II. Le protocole

Plus en détail

Administration des ressources informatiques

Administration des ressources informatiques 1 2 Cours réseau Supports de transmission Les câbles Coaxial Ethernet RJ45 Fibre optique Supports de transmission 3 Les câbles Ethernet RJ45 Supports de transmission 4 Les câbles Coaxial Type BNC Cours

Plus en détail

Présentation du modèle OSI(Open Systems Interconnection)

Présentation du modèle OSI(Open Systems Interconnection) Présentation du modèle OSI(Open Systems Interconnection) Les couches hautes: Responsables du traitement de l'information relative à la gestion des échanges entre systèmes informatiques. Couches basses:

Plus en détail

Installation d'un serveur DHCP sous Windows 2000 Serveur

Installation d'un serveur DHCP sous Windows 2000 Serveur Installation d'un serveur DHCP sous Windows 2000 Serveur Un serveur DHCP permet d'assigner des adresses IP à des ordinateurs clients du réseau. Grâce à un protocole DHCP (Dynamic Host Configuration Protocol),

Plus en détail

II/ Le modèle OSI II.1/ Présentation du modèle OSI(Open Systems Interconnection)

II/ Le modèle OSI II.1/ Présentation du modèle OSI(Open Systems Interconnection) II/ Le modèle OSI II.1/ Présentation du modèle OSI(Open Systems Interconnection) II.2/ Description des couches 1&2 La couche physique s'occupe de la transmission des bits de façon brute sur un canal de

Plus en détail

Travaux pratiques Utilisation de Wireshark pour examiner une capture DNS UDP

Travaux pratiques Utilisation de Wireshark pour examiner une capture DNS UDP Travaux pratiques Utilisation de Wireshark pour examiner une capture DNS UDP Topologie Objectifs 1re partie : Enregistrer les informations de configuration IP d un ordinateur 2e partie : Utiliser Wireshark

Plus en détail

Tunnels et VPN. 20/02/2008 Formation Permanente Paris6 86. Sécurisation des communications

Tunnels et VPN. 20/02/2008 Formation Permanente Paris6 86. Sécurisation des communications Tunnels et VPN 20/02/2008 Formation Permanente Paris6 86 Sécurisation des communications Remplacement ou sécurisation de tous les protocoles ne chiffrant pas l authentification + éventuellement chiffrement

Plus en détail

Projet Magistère: SSL

Projet Magistère: SSL Université Joseph Fourier, IMA Janvier 2010 Table des matières 1 Introduction 2 Qu est ce que SSL? 3 Historique de SSL/TLS 4 Théorie à propos du fonctionnement de SSL 5 Structure d un certificat 6 SSL

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD3 Exercices Exercice 1 Enumérez les sept étapes du processus consistant à convertir les communications de l utilisateur en données. 1. L utilisateur entre les données via une interface matérielle.

Plus en détail

Travaux pratiques VPN IPsec CISCO de site à site

Travaux pratiques VPN IPsec CISCO de site à site Travaux pratiques VPN IPsec CISCO de site à site Je vais vous ici montrer comment créer une liaison d'interconnexion site à site, au travers d un réseau non sécurisé, tel qu'internet. Cette liaison est

Plus en détail

Transmission de données

Transmission de données Transmission de données Réseaux Privés Virtuels (RPV ou VPN) Introduction Un VPN (Virtual Private Network) est une liaison sécurisée entre 2 parties via un réseau public, en général Internet. Cette technique

Plus en détail

Administration et sécurité des réseaux M&K ELHDHILI

Administration et sécurité des réseaux M&K ELHDHILI Administration et sécurité des réseaux 1 Plan du cours Chapitre 1: Introduction à l administration des réseaux Domaines d activités Organisation logique (criètères, types de décisions ) Architectures et

Plus en détail

Median SR04 - Automne 2007 Les documents ne sont pas autorisés

Median SR04 - Automne 2007 Les documents ne sont pas autorisés Median SR04 - Automne 2007 Les documents ne sont pas autorisés - Utiliser le verso en cas de besoin Exercice 1 (1,5pts) : soit le réseau suivant dont l'adresse réseau est 130.252.0.0 : Segment 1.10.34.10.35.10.36

Plus en détail

Travaux pratiques 8.5.2 : configuration des listes de contrôle d accès et enregistrement de l activité dans un serveur Syslog

Travaux pratiques 8.5.2 : configuration des listes de contrôle d accès et enregistrement de l activité dans un serveur Syslog Travaux pratiques 8.5.2 : configuration des listes de contrôle d accès et enregistrement de l activité dans un serveur Syslog Nom de l hôte Adresse IP Fast Ethernet 0/0 Adresse IP Serial 0/0/0 Routeur

Plus en détail

L exemple d un serveur Proxy sous Windows NT 4 SERVER MICROSOFT PROXY SERVER 2 Installation et configuration Auteur : Eliane Bouillaux SERIA5

L exemple d un serveur Proxy sous Windows NT 4 SERVER MICROSOFT PROXY SERVER 2 Installation et configuration Auteur : Eliane Bouillaux SERIA5 L exemple d un serveur Proxy sous Windows NT 4 SERVER MICROSOFT PROXY SERVER 2 Installation et configuration Auteur : Eliane Bouillaux SERIA5. Préparation à l installation de MS Proxy server Ce logiciel

Plus en détail

Travaux Pratiques. Octobre 2015 CESI

Travaux Pratiques. Octobre 2015 CESI Travaux Pratiques Octobre 2015 CESI 1. Adressage dans Internet 1.1 Identification d une machine Une machine (appelée aussi hôte ou host) est identifiée dans l Internet par son adresse. L adresse Internet

Plus en détail

Figure 1a. Réseau intranet avec pare feu et NAT.

Figure 1a. Réseau intranet avec pare feu et NAT. TD : Sécurité réseau avec Pare Feu, NAT et DMZ 1. Principes de fonctionnement de la sécurité réseau Historiquement, ni le réseau Internet, ni aucun des protocoles de la suite TCP/IP n était sécurisé. L

Plus en détail

Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France UE NFA051 LE ROUTAGE INTERNET

Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France UE NFA051 LE ROUTAGE INTERNET Conservatoire National des Arts et Métiers FOD Ile de France UE NFA051 LE ROUTAGE INTERNET Version Auteur Commentaires 10 octobre 2004 Emile Geahchan Version Initiale 15 octobre 2005 Emile Geahchan Modifications

Plus en détail

Réseaux virtuels Applications possibles :

Réseaux virtuels Applications possibles : Réseaux virtuels La mise en place d'un réseau privé virtuel permet de connecter de façon sécurisée des ordinateurs distants au travers d'une liaison non fiable (Internet), comme s'ils étaient sur le même

Plus en détail

Sécurité des réseaux IPSec

Sécurité des réseaux IPSec Sécurité des réseaux IPSec A. Guermouche A. Guermouche Cours 4 : IPSec 1 Plan 1. A. Guermouche Cours 4 : IPSec 2 Plan 1. A. Guermouche Cours 4 : IPSec 3 Pourquoi? Premier constat sur l aspect critique

Plus en détail

Formation Réseaux : Notions de base

Formation Réseaux : Notions de base Formation x Formation Réseaux : Notions Jean-Philippe André (), p2009 3. Couche Septembre 2007 Que sont les x? Formation x Wikipedia.org : Un est un ensemble de nœuds (ou pôles) reliés entre eux par des

Plus en détail

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall Rapport TP Firewall 1 Table des matières Rapport TP Firewall... 1 Introduction... 3 1. Plate-forme de sécurité étudiée... 3 2. Routage classique... 3 2.1 Mise en œuvre du routage classique... 4 2.2 Configuration

Plus en détail

Correspondance entre Modèle OSI et Modèle TCP/IP. 6 octets 6 octets 2 octets 46 à 1500 octets 4 octets

Correspondance entre Modèle OSI et Modèle TCP/IP. 6 octets 6 octets 2 octets 46 à 1500 octets 4 octets RES2 Savoirs associés : Réseaux locaux industriels Les réseaux informatiques : Encapsulation G.COLIN Objectifs : Analyser une trame ETHERNET Utilisation du logiciel WIRESHARK 1) Présentation Le modèle

Plus en détail

Chaque étudiant démarre son serveur Windows2003 virtuel. Les deux machines sont sur le même réseau (en host-only).

Chaque étudiant démarre son serveur Windows2003 virtuel. Les deux machines sont sur le même réseau (en host-only). TP DNS OBJECTIFS Mettre en place un serveur DNS principal. MATÉRIELS ET LOGICIELS NÉCESSAIRES Chaque étudiant démarre son serveur Windows2003 virtuel. Les deux machines sont sur le même réseau (en host-only).

Plus en détail

OPTENET DCAgent 2.01. Manuel d'utilisateur

OPTENET DCAgent 2.01. Manuel d'utilisateur OPTENET DCAgent 2.01 Manuel d'utilisateur SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...1 2. INSTALLATION...2 3. ÉTABLISSEMENT DES PERMISSIONS...4 Pour de plus amples informations, reportez-vous aux annexes «Conditions requises

Plus en détail

TD séance n 12 Réseau Linux

TD séance n 12 Réseau Linux 1 Introduction Avant de nous lancer dans la compréhension des réseaux informatiques, nous allons essayer de prendre un peu de recul quant à la notion même de réseau. En effet, les réseaux sont omniprésents

Plus en détail

Formation A2IMP. Acquisition d information sur les autres équipements du réseau. Frédéric Bongat IPSL Formation A2IMP 1

Formation A2IMP. Acquisition d information sur les autres équipements du réseau. Frédéric Bongat IPSL Formation A2IMP 1 Formation A2IMP Acquisition d information sur les autres Frédéric Bongat IPSL Formation A2IMP 1 Idée : corréler des informations via d autres Informations de base Connaître l horodatage (date, heure) des

Plus en détail

Administration Réseau

Administration Réseau M1 Réseaux Informatique et Applications Administration Réseau Date: 02/04/07 Auteurs: Alexis Demeaulte, Gaël Cuenot Professeurs: Patrick Guterl Table des matières 1Introduction...3 2HP OPENVIEW...3 3Les

Plus en détail

La taille de fenêtre est le processus TCP utilisé pour préparer les données à transmettre

La taille de fenêtre est le processus TCP utilisé pour préparer les données à transmettre 1 À quel protocole les serveurs de messagerie font-ils appel pour communiquer les uns avec les autres? FTP HTTP TFTP SMTP POP SNMP 2 Lequel de ces énoncés décrit le fonctionnement de la taille de fenêtre

Plus en détail

Installation VPN Windows 2003 serveur

Installation VPN Windows 2003 serveur Installation VPN Windows 2003 serveur 1. Utilité d'un VPN au sein de Tissea SARL 1.1. Présentation Un réseau privé virtuel (VPN) est un moyen pour se connecter à un réseau privé par le biais d'un réseau

Plus en détail

Conception des réseaux Contrôle Continu 1

Conception des réseaux Contrôle Continu 1 NOM: PRENOM: Conception des réseaux Contrôle Continu 1 Durée : 2 heures Seuls les documents manuscrits ou distribués en cours sont autorisés. Les réponses doivent tenir dans l encadré prévu à cet effet

Plus en détail

titre : ssh - utilisation Système : CentOS 5.7 Technologie : ssh Auteur : Charles-Alban BENEZECH

titre : ssh - utilisation Système : CentOS 5.7 Technologie : ssh Auteur : Charles-Alban BENEZECH 2012 Les tutos à toto Secure SHell - utilisation Réalisée sur CentOS 5.7 Ecrit par Charles-Alban BENEZECH 2012 titre : ssh - utilisation Système : CentOS 5.7 Technologie : ssh Auteur : Charles-Alban BENEZECH

Plus en détail

HTTPS. Sommaire : Définition A quoi sert-il? Son but Différences HTTP/HTTPS SSL Fonctionnement Le cryptage Avantage/Inconcénient Mise en oeuvre

HTTPS. Sommaire : Définition A quoi sert-il? Son but Différences HTTP/HTTPS SSL Fonctionnement Le cryptage Avantage/Inconcénient Mise en oeuvre HTTPS Sommaire : Définition A quoi sert-il? Son but Différences HTTP/HTTPS SSL Fonctionnement Le cryptage Avantage/Inconcénient Mise en oeuvre Définition HTTPS (HyperText Transfer Protocol Secure) C'est

Plus en détail

SQUID Configuration et administration d un proxy

SQUID Configuration et administration d un proxy SQUID Configuration et administration d un proxy L'objectif de ce TP est d'étudier la configuration d'un serveur mandataire (appelé "proxy" en anglais) ainsi que le filtrage des accès à travers l'outil

Plus en détail

SOMMAIRE PRESENTATION... 3 SITE SNMP... 4 SITE TRAP SNMP... 7 HISTORIQUE DES VERSIONS LOGICIELLES... 11

SOMMAIRE PRESENTATION... 3 SITE SNMP... 4 SITE TRAP SNMP... 7 HISTORIQUE DES VERSIONS LOGICIELLES... 11 FRANÇAIS MANUEL D UTILISATION Ressources SNMP Home II - 138.Avenue Léon Bérenger - 06706 Saint-Laurent du Var Cedex : 04 93 19 37 37 - : 04 93 07 60 40 - : 04 93 19 37 30 Site : www.wit.fr SOMMAIRE PRESENTATION...

Plus en détail

Tutoriel d'utilisation de Wireshark

Tutoriel d'utilisation de Wireshark Tutoriel d'utilisation de Wireshark Ce tutoriel présente les principales fonctions de Wireshark nécessaires à une utilisation basique et se destine principalement à un public néophyte. Nous invitons le

Plus en détail

Les messages d erreur d'applidis Client

Les messages d erreur d'applidis Client Fiche technique AppliDis Les messages d erreur d'applidis Client Fiche IS00313 Version document : 1.00 Diffusion limitée : Systancia, membres du programme Partenaires AppliDis et clients ou prospects de

Plus en détail

ManageEngine OpUtils 3. Vue d ensemble du produit

ManageEngine OpUtils 3. Vue d ensemble du produit ManageEngine OpUtils 3 Vue d ensemble du produit Agenda Vision général du produit Fonctions clés Les outils dans OpUtils Q & A Synthèse Vue du produit OpUtils est un outil de diagnostique du système et

Plus en détail

TP réseau Les ACL : création d'une DMZ

TP réseau Les ACL : création d'une DMZ 1 But TP réseau Les ACL : création d'une DMZ Le but de se TP est de se familiariser avec l'utilisation des listes de contrôle d'accès étendues. Pour illustrer leur utilisation, vous allez simuler la mise

Plus en détail

Cours réseaux Modèle OSI

Cours réseaux Modèle OSI Cours réseaux Modèle OSI IUT 1 Université de Lyon Introduction: le modèle OSI Un modèle théorique : le modèle OSI (Open System Interconnection) A quoi ça sert: Nécessité de découper/classifier l ensemble

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

GENERALITES SUR LES RESEAUX

GENERALITES SUR LES RESEAUX GENERALITES SUR LES RESEAUX 1. INTERETS DES RESEAUX Les réseaux informatiques permettent essentiellement à des utilisateurs : De trouver une information quelque soit le lieu géographique elle se situe,

Plus en détail

TP 1 : LES COMMANDES RESEAUX Matière: RESEAUX LOCAUX

TP 1 : LES COMMANDES RESEAUX Matière: RESEAUX LOCAUX TP 1 : LES COMMANDES RESEAUX Matière: RESEAUX LOCAUX Enseignant: Ramzi BELLAZREG 1 La commande PING Cette commande permet de vérifier si un hôte est joignable ou non. Cette commande est basée sur le protocole

Plus en détail

Architecture client/serveur

Architecture client/serveur Architecture client/serveur Table des matières 1. Principe du client/serveur...2 2. Communication client/serveur...3 2.1. Avantages...3 2.2. Inconvénients...3 3. HTTP (HyperText Transfer Protocol)...3

Plus en détail

Réseaux Informatiques 2

Réseaux Informatiques 2 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Mohamed Khider - Biskra Faculté des Sciences Exactes et des Sciences de la Nature et de la Vie Département d informatique

Plus en détail

GESTION RESEAU. Rodolphe SEYROL rodolphe.seyrol@airbus.com. Sébastien SAUVAGE sebastien.sauvage@airbus.com

GESTION RESEAU. Rodolphe SEYROL rodolphe.seyrol@airbus.com. Sébastien SAUVAGE sebastien.sauvage@airbus.com Rodolphe SEYROL rodolphe.seyrol@airbus.com Sébastien SAUVAGE sebastien.sauvage@airbus.com October 2nd, 2002 Airbus France - Gestion Réseau Page 1 BESOINS SURVEILLER Faire remonter les informations vers

Plus en détail

Notice d installation des cartes 3360 et 3365

Notice d installation des cartes 3360 et 3365 Notice d installation des cartes 3360 et 3365 L architecture ci-dessous représente de manière simplifiée l utilisation des cartes IP 3360 et Wi-Fi 3365, associée à une centrale Harmonia La carte IP 3360

Plus en détail

2011 Hakim Benameurlaine 1

2011 Hakim Benameurlaine 1 Sommaire 1 IPSEC... 2 1.1 Introduction... 2 1.2 Modes de fonctionnement d IPSec... 5 1.3 Protocoles... 7 1.3.1 AH (Authentification Header)... 7 1.3.2 Protocole ESP (Encapsulating Security Payload)...

Plus en détail

Configuration initiale d un routeur de services intégré Cisco (ISR)

Configuration initiale d un routeur de services intégré Cisco (ISR) Configuration initiale d un routeur de services intégré Cisco (ISR) Routeur de service intégré (ISR) Le routeur de service intégré Cisco est l'une des gammes les plus populaires de périphériques réseau

Plus en détail

Gestion et Surveillance de Réseau Introduction à SNMP

Gestion et Surveillance de Réseau Introduction à SNMP Gestion et Surveillance de Réseau Introduction à SNMP These materials are licensed under the Creative Commons Attribution-Noncommercial 3.0 Unported license (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/)

Plus en détail

Serveur Web - IIS 7. IIS 7 sous Windows 2008

Serveur Web - IIS 7. IIS 7 sous Windows 2008 Serveur Web - IIS 7 Le livre de référence de ce chapitre est «Windows Server 2008 - Installation, configuration, gestion et dépannage» des éditions ENI, disponible sur egreta. Le site de référence pour

Plus en détail

Réseaux. Virtual Private Network

Réseaux. Virtual Private Network Réseaux Virtual Private Network Sommaire 1. Généralités 2. Les différents types de VPN 3. Les protocoles utilisés 4. Les implémentations 2 Sommaire Généralités 3 Généralités Un VPN ou RPV (réseau privé

Plus en détail

1 Généralités sur les réseaux informatiques. 2 Organisation de l'internet. 3 Les services de l'internet. 4 Les protocoles TCP IP

1 Généralités sur les réseaux informatiques. 2 Organisation de l'internet. 3 Les services de l'internet. 4 Les protocoles TCP IP 1 sur les réseaux informatiques 2 Organisation de l'internet 3 Les services de l'internet 4 Les protocoles TCP IP 5 Moyens de connexion à l'internet 6 Sécurité sur l'internet 89 4 Les protocoles TCP IP

Plus en détail