Traian SANDU. La Serbie et la Roumanie dans le contexte européen, : de la convergence au rapprochement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Traian SANDU. La Serbie et la Roumanie dans le contexte européen, 1878-1914 : de la convergence au rapprochement"

Transcription

1 Traian SANDU La Serbie et la Roumanie dans le contexte européen, : de la convergence au rapprochement Bien que ne possédant pas des destinées absolument parallèles, la Serbie et la Roumanie appartiennent au même espace géo-stratégique (même si la Roumanie, située au nord-est du Danube, subit moins directement l'influence ottomane venant des Balkans) et culturel (les deux pays relevant majoritairement de la religion orthodoxe et d'une civilisation agraire). Ces données peuvent expliquer une convergence du sort des deux petits Etats danubio-balkaniques, soumis aux évolutions des rapports de forces entre Grandes Puissances dans la zone; elles ne sauraient, à elles seules, rendre compte d'un rapprochement bilatéral sur la base d'intérêts communs dont la définition devait être élaborée, en partie du moins, à Bucarest et à Belgrade. Or la période d'effacement relatif des Grandes Puissances locales -l'empire ottoman selon une évolution de longue durée, la Russie après la guerre de Crimée et l'autriche au moment du conflit avec la Prusse- avait pris fin, d'abord avec le retour de l'autriche après Sadowa, puis avec la défaite de la France de Napoléon III -qui avait largement contribué à l'émergence et au renforcement d'un Etat roumain moderne-, et enfin avec le retour offensif de la Russie lors de la crise balkanique impliquant les Slaves du sud, et notamment les Serbes. Dans ce contexte nouveau, le dernier témoignage avant longtemps de la solidarité (anti-ottomane) des Roumains et des Serbes est l'entrée -tardive- de la Roumanie en guerre du côté russe en Dès lors, la présence pesante et l'équilibre des Puissances ayant des intérêts territoriaux directs, distendent les relations bilatérales entre Serbes et Roumains, avant que le retour de la France dans les années 1890 ne rende l'avantage à la Russie et aux projets convergents de la Serbie et de la Roumanie de s'intéresser à leurs "conationaux" d'autriche-hongrie. Cette convergence entraîne les deux Etats jusqu'au rapprochement, à la veille de la Première Guerre mondiale, rapprochement toutefois insuffisant pour que la Roumanie renverse dès le début de la guerre son alliance avec les Centraux et entre immédiatement en conflit du côté de la Serbie et de l'entente. L'étude des relations roumano-serbes entre le Congrès de Berlin et la Première Guerre mondiale peut reprendre une périodisation classique 1, dans laquelle elle s'insère relativement aisément. Entre 1878 et 1890, pour des raisons différentes mais dans un contexte homogène de domination bismarckienne en Europe, les deux pays tournent leurs regards vers Vienne; on peut utiliser alors l'image du parallélisme sans convergence des deux diplomaties. A partir de 1890, le démentèlement de l'équilibre bismarckien en Europe incita les petits Etats balkaniques à choisir entre les deux Puissances locales -de plus en plus ouvertement antagonistes-, au moment où la Russie renforçait ses moyens en raison de l'alliance avec la France et où l'essor du nationalisme conduisit la Serbie et la Roumanie, cette fois de façon convergente -même si plus explicite en Serbie-, à définir des revendications sur certaines minorités de l'empire austro-hongrois. Enfin, avec le retour en force des tensions européennes à partir de 1907, la France tend à confirmer son emprise économique dans les deux pays, alors que la Russie espère y établir son influence diplomatique et militaire; en fin de période, c'est un véritable rapprochement serbo-roumain qui conduit les deux Etats à s'allier victorieusement durant la Seconde Guerre balkanique. 1 Pierre MILZA : Les Relations internationales de 1871 à 1914, Paris, Armand Colin, 1970.

2 2 En 1878, à l'issue du Congrès de Berlin, la Serbie et la Roumanie se trouvent dans une situation similaire, dominée par une certaine déception vis-à-vis de la Russie. Les Roumains surtout lui reprochent l'annexion, à leur détriment, des districts méridionaux de la Bessarabie, qui ouvrent à la Russie l'accès aux bouches du Danube et marquent une étape dans sa descente vers les détroits de la Mer Noire; la pauvre Dobroudja n'est pas considérée comme une compensation suffisante de cette perte, bien qu'elle assure un accès à la mer. Les Serbes s'estiment également frustrés par les faveurs que les Russes accordent surtout aux Bulgares dans les Balkans, toujours dans leur perspective d'expansion vers les Détroits. Les deux peuples sont par contre prêts à faire jouer sur la scène internationale leur toute nouvelle indépendance -même si la Roumanie, contrairement à la Serbie, s'est engagée dans un bras de fer diplomatique avec les Puissances occidentales sur l'attribution des droits de citoyenneté aux israélites, qui retarde jusqu'en 1880 la reconnaissance de son indépendance. 2 Lorsque l'heure des choix arrive pour ces deux petits Etats dépendants économiquement et diplomatiquement, la carte de l'europe présente un bloc germanique cohérent depuis la signature de la Duplice en octobre 1879, que la Russie ne peut contrebalancer à l'aide de la France, trop "rouge" à son goût et habilement tournée vers les entreprises coloniales en Tunisie par Bismarck. Avant de s'engager auprès d'une grande puissance, la Roumanie se rapproche de la Serbie en élevant, en avril 1879, au rang de légation son agence diplomatique de Belgrade 3 : elle marque ainsi sa souveraineté internationale nouvelle -notamment à l'égard des Occidentaux qui l'ignorent encore- et prend une assurance contre le danger d'encerclement russo-bulgare en se rapprochant d'un protégé de l'autriche. Toutefois, deux contentieux l'éloignent encore de cette dernière : la navigation aux embouchures du Danube -dont l'autriche dispute la prééminence à la Roumanie, soutenue par la Russie- et, comme pour la Serbie, la prétention du prince Carol de s'élever au titre de roi, ce qui aurait une conséquence positive sur l'attractivité de ces deux Etats à l'égard des minorités concernées de la double monarchie. 4 Cet effet fut d'ailleurs atteint par la proclamation de la royauté roumaine en mars et de la royauté serbe l'année suivante. Mais la Serbie doit compter -contrairement à la Roumanie-, pour sa sortie vers la mer, sur le bon vouloir de l'autriche-hongrie, soit qu'elle la réalise par l'adriatique -où l'autriche renforce son implantation par l'administration de la Bosnie-Herzégovine, en partie peuplée de Serbes-, soit qu'elle l'effectue par l'egée -où l'intervention de l'autriche auprès de la Turquie est indispensable, les deux Puissances se trouvant rapprochées, ainsi que l'angleterre, par une commune indisposition envers la Russie. Le ministre des Affaires étrangères serbe, Ristic, dut ainsi signer dès le Congrès de Berlin un accord commercial avec l'autriche-hongrie, par lequel la Serbie assurait la liberté du transit à travers son territoire et la construction des jonctions ferroviaires pour les lignes Budapest-Constantinople ou Budapest-Salonique 6. Et lorsque Bismarck, par souci de retour à l'équilibre, impose à l'autriche-hongrie une nouvelle entente des trois empereurs -avec la Russie, donc-, signée le 18 juin 1881, l'autriche officialise immédiatement son emprise sur la Serbie par le traité secret du 21 juin 1881, qui la garantit contre le basculement de cette dernière vers la Russie. 2 L'Autriche, au contraire, est la première Grande Puissance à reconnaître l'indépendance de la Roumanie (F.R. BRIDGE : From Sadowa to Sarajevo, The Foreign Policy of Austria-Hungary, , Londres, 1972, p.110). 3 Constantin C. GIURESCU et all. : Istoria României în date (l'histoire de la Roumanie en dates), Chisinau, 1992, p BRIDGE, op. cit., p ibid., p René GIRAULT : Diplomatie européenne, nations et impérialismes, , p

3 3 La Roumanie connaît une évolution parallèle, bien que la proximité de la Russie lui laisse vis-à-vis de l'autriche une plus grande liberté, qui se manifeste par une crise, à l'été de 1883, autour d'une allusion officielle à la Transylvanie majoritairement roumanophone. 7 Toutefois, outre le renforcement du bloc germanique par l'adhésion de l'italie en 1882 et par le divorce encore discret entre la Bulgarie et la Russie l'année suivante, elle subit l'influence allemande en raison de l'appartenance du roi Carol I er à la maison de Hohenzollern- Sigmaringen. Lors de l'entrevue de Gastein du 26 août 1883 entre Bismarck et Ion Bratianu, le président du Conseil roumain, le chancelier montre à la Roumanie le chemin de Vienne, qu'elle ne tarde pas à emprunter, le 18 octobre de la même année : Carol y signe un traité secret d'alliance défensive, auquel l'allemagne adhère immédiatement. 8 En somme, Serbie et Roumanie se trouvèrent réunies dans un glacis autrichien davantage tourné contre la Bulgarie que contre la Russie. Cette similitude de situation entraîna une coopération diplomatique, notamment lors du règlement de la guerre serbobulgare de novembre consécutive à l'unification de la Bulgarie et de la Roumélie, en septembre de la même année, qui avait effrayé la Serbie en raison d'une possible politique d'expansion bulgare dans les Balkans-; Bucarest, hostile au conflit initié par la Serbie -car il aurait pu fournir prétexte à la Russie pour envahir la Bulgarie à travers le territoire de la Roumanie, à moins qu'il n'ait permis à la Russie de tourner la Roumanie contre L'Autriche- Hongrie, avec, pour prix, la Transylvanie-, accueillit en effet les négociations et la signature de la paix en février Toutefois, entre les situations roumaine et serbe il subsistait une différence considérable : sur le plan intérieur, les deux monarchies ne jouissaient pas du même prestige, et partant, de la même stabilité. En Serbie, Milan Obrenovic jouait la carte autrichienne également pour des raisons pécuniaires, afin de mener une vie dissolue et sans tenir compte de la sensibilité de ses sujets; ces derniers étaient davantage portés, sur le plan idéologique, vers l'amitié de la Russie, puissance slave et surtout sans contact direct -donc sans risque de conflit- avec le territoire de la Serbie, comme c'était le cas pour la Roumanie. La conséquence de ce manque de popularité de la politique austrophile fut une suite de troubles et d'échecs pour le souverain -tels la révolte paysanne de la vallée du Timok en 1883, la défaite face à la Bulgarie en décembre 1885, le divorce avec sa femme russophile en 1888 et la victoire aux élections des radicaux de Nikola Pasic, également russophiles- qui contraignirent Milan à abdiquer en février A l'inverse, en Roumanie, même si une politique pro-austrohongroise tenait peu compte des tendances des nationalistes roumains à s'intéresser au sort des roumanophones de Transylvanie, la moralité toute patriarcale du roi Carol et ses efforts en faveur de la modernisation du pays sous tous les aspects, lui valurent une réelle popularité. Le chaos intérieur de la Serbie et son rééquilibrage au profit de la Russie incitèrent l'autriche- Hongrie à déplacer l'assise de son influence dans les Balkans vers un axe Bucarest-Sofia; pour cela, la diplomatie autrichienne s'évertuait à persuader le roi Carol de rendre publique l'alliance de 1883, afin de lui donner une assise populaire. 11 Néanmoins, la période suivante est marquée par un début de renversement des tendances diplomatiques en raison de l'impact de l'alliance franco-russe dans la zone et de l'éveil des revendications nationales des minorités d'autriche-hongrie. 7 BRIDGE, op. cit., p GIURESCU, op. cit., p BRIDGE, op. cit., p Georges CASTELLAN : Histoire des Balkans, XIVe-XXe siècles, Fayard, 1991, chapitre consacré à la Serbie. 11 BRIDGE, op. cit., p

4 4 En effet, de 1890 à 1907, la Serbie et la Roumanie se détachèrent -violemment ou progressivement- de l'influence autrichienne, et se dirigèrent vers des politiques russophile et francophile dont la convergence était assurée par l'émergence de mouvements irrédentistes à l'encontre de l'autriche-hongrie. Sur le plan international, les nouveaux dirigeants de la Serbie tentent de mettre à profit la régence de Ristic pour se rapprocher de la Russie. En 1891, Ristic, Pasic et le jeune prince Alexandre Obrenovic se rendent à Moscou; toute la période est marquée par l'entrée des radicaux russophiles dans l'appareil d'etat. 12 Toutefois, c'est aussi l'époque où la Russie, poussée par l'allemagne, tourne ses regards vers les entreprises coloniales d'extrême-orient. La Roumanie resserre alors ses liens avec l'autriche -l'empereur François-Joseph se rend à Bucarest en septembre Surtout, en avril 1897, une rencontre très cordiale entre François-Joseph et Nicolas II à Saint-Pétersbourg aboutit à un accord pour maintenir le statu quo dans les Balkans ou la coopération des deux Puissances en cas de modifications 14 Et malgré des engagements mutuels, en 1899, entre la France et la Russie en vue de s'appuyer dans les questions d'alsace-lorraine et des Balkans, une nouvelle rencontre des deux empereurs à Mürzsteg en octobre 1903 laisse à l'autriche-hongrie les mains libres dans les Balkans occidentaux, au moment même, pourtant, du coup d'etat russo- et franco-phile de Pierre Karageorgevic de juin Devant cette défection totale de la Serbie, l'autriche comptait de plus en plus sur la Roumanie dans les Balkans -l'alliance fut renouvellée sans problème en avril 1902 pour huit ans-, d'autant que la France et la Russie -surtout occupée, en fait, à préparer sa guerre contre le Japon- reconnurent le nouveau roi de Serbie, tandis que l'angleterre s'y refusa jusqu'en 1906, parce qu'il protégeait les officiers régicides. 16 Mais la politique d'isolement de la Serbie par un rapprochement de la Roumanie et de la Grèce sous les auspices de l'autriche échoua, car ces deux Etats s'opposaient sur le sort des roumanophones de Macédoine, les Aroumains -ou Koutzo-Valaques. 17 En effet, la Roumanie se rapprocha aussi du couple franco-russe, mais par les voies plus pacifiques et plus discrètes de l'ouverture économique aux capitaux français. 18 De 1886 à 1893, une guerre douanière opposa l'autriche-hongrie à la Roumanie en raison de la concurrence hungaro-roumaine en matière agricole; la Roumanie prit prétexte pour diversifier ses attaches. Ainsi, en 1893, un groupe de financiers et de commerçants roumains déclarèrent vouloir "affranchir les fonds roumains de l'hégémonie du marché allemand", mais une première tentative des capitaux français d'obtenir seuls un emprunt, sans l'habituelle participation des capitaux allemands, échoua. Une deuxième tentative, en , fut dirigée par le Quai d'orsay, qui aurait voulu une discussion directe entre les groupes français habituellement intéressés et l'etat roumain; cet exclusivisme visait à la fois à obtenir des commandes pour les industriels français et à retrouver une influence politique en Roumanie. Les financiers allemands menacèrent alors de cesser leur coopération et le Quai d'orsay recula, mais refusa tout-de-même la fraction de l'emprunt 1905 destinée à l'achat de matériel militaire Krupp. 12 ibid.. 13 ibid., p ibid., p Jean-Paul BLED : François-Joseph, Fayard, p Ljiljiana ALEKSIC-PEJKOVIC et Jorjo TADIC : Les Relations entre la Serbie, la France et l'angleterre, , p BRIDGE, op. cit., p Ce paragraphe s'inspire de Jacques THOBIE, "A propos des intérêts financiers et économiques français en Roumanie à la veille de la première guerre mondiale", dans Relations internationales, 1976, n 6, p

5 5 Cette convergence relative des orientations extérieures serbe et roumaine s'accompagne d'un rapprochement bilatéral, d'ordre à la fois économique et stratégique : en juillet 1898 est en effet signée une convention pour la construction d'un pont sur le Danube entre Tiganasi et Brza-Palanka. 19 Surtout, la convergence serbo-roumaine est de plus en plus portée par les revendications des minorités de l'empire austro-hongrois. En janvier 1893 se tient à Vienne une conférence des minorités, qui met en place une coordination des Roumains, des Serbes et des Slovènes d'autriche-hongrie, dans la même optique de fidélité à Vienne et de protestation envers la magyarisation de Transleithanie que la tentative infructueuse des Roumains de remettre un mémorandum à l'empereur l'année précédente. 20 En août 1895, les représentants des "nationalités opprimées" tiennent congrès à Budapest et constituent un comité de lutte contre la magyarisation. 21 Enfin, de façon significative, les colonies roumaine, serbe, tchèque et slovaque de France se réunissent le 11 juillet 1896 à la salle Wagram, sous la présidence du ministre français des Affaires étrangères, Emile Flourens, pour y exposer leurs doléances envers la politique de magyarisation. 22 Ce début d'utilisation des tensions nationales à l'intérieur de l'empire précipita la réorientation diplomatique et économique des deux Etats et aboutit à une coopération militaire à la veille de la Première Guerre mondiale. La période est en effet marquée, sur le plan économique, par un exclusivisme croissant de la part des capitaux français et par la collaboration militaire entre la Serbie et la Roumanie lors de la Seconde Guerre balkanique. La Serbie sortit de son isolement après la mise à l'écart des assassins du couple royal des Obrenovic. 23 La France put alors l'aider dans sa guerre douanière "des cochons" avec l'autriche-hongrie -entre 1906 et 1911-, en achetant sa production agricole -et notamment ses porcs- et en la convoyant par Salonique. Surtout, en 1907, elle lia un prêt à la commande de canons de 75, ce qui représentait un pas important dans l'intégration économique et militaire de la Serbie au système de l'entente -complétée la même année par l'accord anglo-russe d'août. Les investissements français en Roumanie (780 millions de francs en 1914) égalaient presque ceux réalisés en Serbie (800 millions), et l'assurance prise par le Quai d'orsay dans ce pays lui permit de contraindre le Comptoir d'escompte à rompre avec son partenaire allemand (la Diskontogesellschaft) en 1913 : la Roumanie devait choisir son camp. Le rapprochement militaire serbo-roumain ne se réalisa qu'à la veille de la Première Guerre mondiale, aux dépens des ambitions bulgares dans les Balkans orientaux. Entre 1908 et 1912, la Roumanie ne réagit vraiment ni lors de la crise bosniaque, ni lors de la crise macédonienne, ni lors de la Première Guerre balkanique 24, toutes concernant l'ouest de la péninsule. A la fin de novembre 1912, le roi Carol put ainsi assurer au chef d'état-major autrichien Conrad von Hötzendorff, en voyage à Bucarest lors de la Guerre balkanique, que la 19 GIURESCU, op. cit., p ibid., p ibid., p ibid., p Ce paragraphe s'inspire également de l'article cité ci-dessus de Jacques THOBIE. 24 GIURESCU, op. cit., p.288.

6 6 Roumanie ferait son devoir d'allié en cas d'attaque serbe contre l'autriche-hongrie. 25 L'alliance austro-roumaine fut d'ailleurs renouvelée sans problèmes en janvier Toutefois, avant même la fin de la guerre, la Roumanie fit connaître ses prétentions sur la Dobroudja méridionale, sous le prétexte d'avoir renoncé à la défense des Aroumains de Macédoine, en fait comme compensation aux agrandissements de la Bulgarie à l'issue de la guerre; la conférence des ambassadeurs des Grandes Puissances à Saint- Pétersbourg approuva cette revendication en avril et la Bulgarie l'accepta en mai. 27 En outre, le ministre de France à Bucarest, Camille Blondel, encourageait la Roumanie à se rapprocher de la Serbie et de la Grèce 28 -qui signent un traité anti-bulgare le 1 er juin- en vue de constituer une barrière ententiste dans les Balkans qui assurerait les communications entre les Franco-Anglais et la Russie sans passer par les Détroits -tenus par les Ottomans, alliés des Centraux. Enfin, une défaite des Serbes face aux Bulgares aurait aussi diminué les chances des nationalistes roumains de faire valoir leurs revendications sur les minorités roumanophones de Transylvanie. C'est ainsi que, malgré les objurgations de l'autriche, la Roumanie fit entrer ses troupes en Bulgarie, le 10 juillet D'ailleurs, le souci de l'autriche-hongrie et surtout de l'allemagne de ménager leur influence à Bucarest fut pour beaucoup dans le refus autrichien d'attaquer la Serbie pour soulager la Bulgarie. 29 La défaite de cette dernière rapprocha encore plus la Serbie et la Roumanie, dont l'agrandissement vers le sud, au détriment de la Bulgarie - par le traité de Bucarest du 10 août scella leur solidarité et les rendit particulièrement intéressantes pour l'entente. Mais les Centraux ne désespéraient toujours pas de la Roumanie et ce fut l'autriche qui insista pour que le traité de paix fût conclu à Bucarest et non à Pétersbourg. 30 Cette solidarité nouvelle entre la Roumanie et la Serbie trouva rapidement à s'employer lors de la marche vers la guerre. La tension entre l'autriche et la Serbie subsistait, attisée par le retard de l'évacuation serbe de l'albanie -par la création de laquelle l'autriche bloquait la sortie de la Serbie vers la mer. La Roumanie demanda d'ailleurs aux Serbes, en octobre 1913, d'obtempérer à la requête autrichienne d'évacuation, car elle ne pourrait la soutenir dans ce conflit. 31 Toutefois, le Parti national-libéral de Ionel Bratianu, russophile, remporta les élections en Roumanie en janvier 1914; en mars, de retour d'un voyage à Moscou, Pasic passa par Bucarest et y reçut, de la part du roi Carol, l'assurance que la Roumanie ne marcherait pas avec les Autrichiens, tandis que le général Iliescu, le chef d'étatmajor, évoqua même la possibilité d'une alliance militaire. En juin, lorsque le tsar et sa famille rencontrèrent les souverains roumains et lorsque Bratianu et le ministre russe des Affaires étrangères Sazonov firent une brève incursion -illicite- en Transylvanie, les Centraux comprirent que la Roumanie n'interviendrait pas de leur côté en cas de conflit. 32 Mais lors de l'ultimatum du 23 juillet 1914, la Roumanie se contenta d'exprimer sa solidarité avec la Serbie et avec la Grèce sur les clauses du traité de Bucarest, concernant donc seulement l'équilibre face à la Bulgarie dans l'est des Balkans. Cette attitude devait rassurer les Centraux sur le désintéressement roumain à l'égard d'éventuelles revendications 25 Vasile VESA : Les Relations politiques roumano-françaises au début du XXe siècle, , Bucarest, 1986, p BRIDGE, op. cit., p VESA, op. cit., p ibid., p BRIDGE, op. cit., p ibid., p ibid., p ibid., p.363.

7 7 serbes sur les minorités de la monarchie danubienne, mais plus aucun doute ne pouvait subsister quant au refus de la Roumanie de faire fonctionner son alliance avec l'autriche- Hongrie. La neutralité roumaine fut logiquement consacrée par le Conseil de la Couronne du 3 août, entérinant ainsi une évolution diplomatique et de l'opinion publique favorables à la Serbie.

C.M D Histoire de l Europe au XIXe siècle (02/10/2008) Chapitre 1 : L Europe en 1815. I) Une Europe qui domine le Monde mais qui est à reconstruire

C.M D Histoire de l Europe au XIXe siècle (02/10/2008) Chapitre 1 : L Europe en 1815. I) Une Europe qui domine le Monde mais qui est à reconstruire C.M D Histoire de l Europe au XIXe siècle (02/10/2008) Chapitre 1 : L Europe en 1815 I) Une Europe qui domine le Monde mais qui est à reconstruire A) Le poids de l Europe dans le Monde - 1815 : L Europe

Plus en détail

«L ÉGLISE ORTHODOXE : ENTRE ÉQUATION GÉOPOLITIQUE ET CONCILE»

«L ÉGLISE ORTHODOXE : ENTRE ÉQUATION GÉOPOLITIQUE ET CONCILE» OBSERVATOIRE GÉOPOLITIQUE DU RELIGIEUX «L ÉGLISE ORTHODOXE : ENTRE ÉQUATION GÉOPOLITIQUE ET CONCILE» Par Nicolas Kazarian Chercheur associé à l IRIS janvier 2016 L ÉGLISE ORTHODOXE : ENTRE ÉQUATION GÉOPOLITIQUE

Plus en détail

La 1 ère Guerre mondiale

La 1 ère Guerre mondiale CM2 La 1 ère Guerre mondiale Histoire L Epoque contemporaine Objectifs notionnels : o o o -Prendre conscience de l ampleur du conflit -Comprendre la notion de guerre mondiale - Comprendre les conséquences

Plus en détail

Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants

Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants Ordonnance n 45.1181 du 14 mai 1945 relative à la création de l Union française des Combattants EXPOSÉ DES MOTIFS Dès la fin de la guerre 1914-1918, se sont constituées de nombreuses associations de victimes

Plus en détail

Projet de loi présenté le 31 janvier 1923 par le député Edouard Grinda sur les Assurances sociales *

Projet de loi présenté le 31 janvier 1923 par le député Edouard Grinda sur les Assurances sociales * Projet de loi présenté le 31 janvier 1923 par le député Edouard Grinda sur les Assurances sociales * Etude, critique par le D r Marcel MARTINY Première EXPOSE GENERAL A la séance de la Chambre des députés

Plus en détail

Communiqué conjoint à l'occasion de la Visite d'etat de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI en République du Ma

Communiqué conjoint à l'occasion de la Visite d'etat de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI en République du Ma Communiqué conjoint à l'occasion de la Visite d'etat de Sa Majesté le Roi MOHAMMED VI en République du Ma A l'invitation de Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République, Chef

Plus en détail

Les relations internationales de 1871 à 1914

Les relations internationales de 1871 à 1914 Résumé Les relations internationales de 1871 à 1914 Pierre MILZA Année 2004-2005 Institut universitaire de hautes études internationales, Genève Table des matières INTRODUCTION... 4 PREMIERE PARTIE :...

Plus en détail

La bataille de Waterloo

La bataille de Waterloo La bataille de Waterloo C'est le 18 juin 1815 que l'avenir de l'europe s'est joué sur les champs de seigle au sud de Bruxelles. Toutefois, les combats n'eurent pas lieu à Waterloo même mais sur le territoire

Plus en détail

LE CHILI ET L ACCÈS À LA MER DE LA BOLIVIE. MYTHE ET RÉALITÉ.

LE CHILI ET L ACCÈS À LA MER DE LA BOLIVIE. MYTHE ET RÉALITÉ. LE CHILI ET L ACCÈS À LA MER DE LA BOLIVIE. MYTHE ET RÉALITÉ. Juin 2014 1 I. LES FAITS CONCERNANT L ACCES A LA MER DE LA BOLIVIE Plus de 20 % des pays dans le monde sont sans littoral. Parmi ces pays,

Plus en détail

Chine coopération en matière de sécurité intérieure,

Chine coopération en matière de sécurité intérieure, Document mis en distribution le 23 juin 2005 N o 2376 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 juin 2005. P R O

Plus en détail

Les délégations trouveront ci-joint les conclusions adoptées par le Conseil européen lors de la réunion visée en objet.

Les délégations trouveront ci-joint les conclusions adoptées par le Conseil européen lors de la réunion visée en objet. Conseil européen Bruxelles, le 16 octobre 2015 (OR. en) EUCO 26/15 CO EUR 10 CONCL 4 NOTE DE TRANSMISSION Origine: Secrétariat général du Conseil Destinataire: délégations Objet: Réunion du Conseil européen

Plus en détail

À la recherche de la sécurité collective, "conciliation, arbitrage, paix"

À la recherche de la sécurité collective, conciliation, arbitrage, paix À la recherche de la sécurité collective, "conciliation, arbitrage, paix" Après 1925 et le règlement du problème des réparations allemandes, avec également le retour de la prospérité économique, c'est

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE

PROGRAMME DES ÉPREUVES D ENTRÉE EN 3 ème ANNÉE Durée 4H, coefficient 1 L épreuve de culture générale vise un triple but : 1 ère ÉPREUVE : CULTURE GÉNÉRALE 1. Vérifier le niveau général des connaissances des candidats Si l épreuve ne comporte aucun

Plus en détail

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud

Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud Unité 5: L Inde, l Égypte et l Afrique du Sud 5.1.1 Définir : autodétermination, colonialisme, loi sur l indépendance de l Inde, apartheid, Congrès national africain. (c) Autodétermination: La détermination

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Thème 1 : Clé de lecture d'un monde complexe. Chapitre 1 : Des cartes pour comprendre le monde

Thème 1 : Clé de lecture d'un monde complexe. Chapitre 1 : Des cartes pour comprendre le monde Thème 1 : Clé de lecture d'un monde complexe Chapitre 1 : Des cartes pour comprendre le monde Les premières cartes sont celles de navigation de la mer Méditerranée, elles sont très approximatives car la

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE,

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR DE DISCIPLINE BUDGÉTAIRE ET FINANCIÈRE, Cour de discipline budgétaire et financière Arrêt du 11 juin 1971, Mutuelle générale française accidents N 19-53 -------------- RÉPUBLIQUE FRANÇAISE --------- AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, LA COUR, LA COUR

Plus en détail

De l'hôpital au grand quartier général

De l'hôpital au grand quartier général DOSSIER PEDAGOGIQUE De l'hôpital au grand quartier général Le palais de Compiègne dans la Grande Guerre, 1914-1917 9 novembre 2014 9 février 2015 Arrivée à Paris du mobilier du palais de Compiègne, 1915

Plus en détail

Traités entre l'urss et la Tchécoslovaquie (12 décembre 1943 et 29 juin 1945)

Traités entre l'urss et la Tchécoslovaquie (12 décembre 1943 et 29 juin 1945) Traités entre l'urss et la Tchécoslovaquie (12 décembre 1943 et 29 juin 1945) Source: Notes et études documentaires. dir. de publ. La Documentation française. 21.04.1948, n 884. Paris: La Documentation

Plus en détail

Nations Unies S/RES/1718 (2006)** Conseil de sécurité Distr. générale 13 décembre 2006 Résolution 1718 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5551 e séance, le 14 octobre 2006 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Histoire d'une ferme en Flandre. A. L'histoire L'histoire de la maison et de ses occupants est en bleu et les éléments d'histoire locale en rouge.

Histoire d'une ferme en Flandre. A. L'histoire L'histoire de la maison et de ses occupants est en bleu et les éléments d'histoire locale en rouge. Histoire d'une ferme en Flandre A. L'histoire L'histoire de la maison et de ses occupants est en bleu et les éléments d'histoire locale en rouge. La construction Quand débute la construction de la ferme,

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS

Journal officiel de l'union européenne. (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 16.5.2006 C 115/1 II (Actes préparatoires) COMITÉ DES RÉGIONS 62 ème SESSION PLÉNIÈRE DES 16 ET 17 NOVEMBRE 2005 Avis du Comité des régions sur la «Communication de la Commission Une politique de cohésion

Plus en détail

CHINE/ETATS-UNIS DUOPOLE DE PUISSANCE

CHINE/ETATS-UNIS DUOPOLE DE PUISSANCE CHINE/ETATS-UNIS DUOPOLE DE PUISSANCE Conférence 14 avril 2015 Irnerio Seminatore Table des matières L EMERGENCE MONDIALE DE LA CHINE ET L'AFFIRMATION D'UNE DIPLOMATIE ACTIVE EN EURASIE PAIX ET GUERRE

Plus en détail

Convention pour la sauvegarde du patrimoine architectural de l Europe

Convention pour la sauvegarde du patrimoine architectural de l Europe Texte original Convention pour la sauvegarde du patrimoine architectural de l Europe 0.440.4 Conclue à Grenade le 3 octobre 1985 Approuvée par l Assemblée fédérale le 6 décembre 1995 1 Instrument de ratification

Plus en détail

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement.

Réflexion-Débats. Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Réflexion-Débats Le génocide des arméniens. Spécificité et difficulté d un enseignement. Par Sophie Ferhadjian Présentation du génocide des Arméniens, 1915 L Arménie est un territoire situé entre l Euphrate

Plus en détail

Milieu du XVIIIème siècle : l'encyclopédie.

Milieu du XVIIIème siècle : l'encyclopédie. Milieu du XVIIIème siècle : l'encyclopédie. Le 18ème siècle est appelé «siècle des Lumières». Les Lumières est un courant de pensée qui remettent en cause des idées établies depuis longtemps. Ces penseurs

Plus en détail

7907/16 ADD 1 REV 1 1 DPG

7907/16 ADD 1 REV 1 1 DPG Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 25 mai 2016 (OR. en) 7907/16 ADD 1 REV 1 PROJET DE PROCÈS-VERBAL Objet: PV/CONS 18 AGRI 185 PECHE 135 3459 e session du Conseil de l'union européenne (AGRICULTURE

Plus en détail

Réponses : Culture générale. Sport et Culture. Citoyenneté. Histoire et géographie. 1/ B. D une princesse de légende grecque. 1/ A.

Réponses : Culture générale. Sport et Culture. Citoyenneté. Histoire et géographie. 1/ B. D une princesse de légende grecque. 1/ A. Réponses : Culture générale Sport et Culture 1/ A. la force 2/ B. 25 pays membres 3/ B. 12 4/ C. L Ode à la joie, de Beethoven 5/ A. en 1957 1/ B. D une princesse de légende grecque 2/ A. autrichien 3/

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CP.TEIA/2008/5 2 septembre 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR

Plus en détail

Copyright Nations Unies 2005

Copyright Nations Unies 2005 PROJET D ARTICLES SUR LE STATUT DU COURRIER DIPLOMATIQUE ET DE LA VALISE DIPLOMATIQUE NON ACCOMPAGNÉE PAR UN COURRIER DIPLOMATIQUE ET PROJETS DE PROTOCOLES FACULTATIFS Y RELATIFS 1989 Texte adopté par

Plus en détail

Les Etats-Unis et l'ascension de l'extrême-orient depuis 1945

Les Etats-Unis et l'ascension de l'extrême-orient depuis 1945 Jacques HERSH Les Etats-Unis et l'ascension de l'extrême-orient depuis 1945 Les dilemmes de l'économie politique internationale de l'après-guerre Éditions L'Harmattan 5-7,rue de l'école-polytechnique 75005

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Dette odieuse : toute une histoire. Week end Droit CADTM Claude Quémar Liège, 22 & 23 octobre 2011

Dette odieuse : toute une histoire. Week end Droit CADTM Claude Quémar Liège, 22 & 23 octobre 2011 Dette odieuse : toute une histoire Week end Droit CADTM Claude Quémar Liège, 22 & 23 octobre 2011 Mexique 1861 : Juarez déclare un gel de deux ans du remboursement de la dette extérieure, contractée par

Plus en détail

PARRAINEZ UN SOLDAT FRANCAIS EN OPEX

PARRAINEZ UN SOLDAT FRANCAIS EN OPEX [DOSSIER DE PRESSE] PARRAINEZ UN SOLDAT FRANCAIS EN OPEX EN LUI OFFRANT UN COLIS [21 ₑ ÉDITION] Fédération Nationale des Anciens des Missions Extérieures - OPEX FNAME-OPEX 178, rue Garibaldi - 69003 LYON

Plus en détail

LES ÉTATS OCCIDENTAUX : COMBATTUE, RECONNUE, CRAINTE

LES ÉTATS OCCIDENTAUX : COMBATTUE, RECONNUE, CRAINTE 1 LES ÉTATS OCCIDENTAUX : COMBATTUE, RECONNUE, CRAINTE Extension du communisme en Asie 1 S IMPOSER DANS LE CONCERT DES NATIONS (1949-1990) LA RPC, un État souverain dans le camp socialiste Un ralliement

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE CONVENTION EUROPEENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE

CONSEIL DE L'EUROPE CONVENTION EUROPEENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE CONSEIL DE L'EUROPE CONVENTION EUROPEENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE Ratifiée par la France le 26 octobre 1994. Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats

Plus en détail

Discours de Richard Coudenhove-Kalergi sur la mission européenne de l'autriche (Vienne, 5 septembre 1956)

Discours de Richard Coudenhove-Kalergi sur la mission européenne de l'autriche (Vienne, 5 septembre 1956) Discours de Richard Coudenhove-Kalergi sur la mission européenne de l'autriche (Vienne, 5 septembre 1956) Légende: Le 5 septembre 1956, à l'occasion de la tenue à Vienne de la conférence annuelle du conseil

Plus en détail

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique

le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique le cicr -150 ans d action humanitaire Document d accompagnement pédagogique «Ce qui importe, ce n est pas seulement le bien que le CICR apporte, mais le mal qu il permet d éviter.» Nelson Mandela Crédits

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

COMMISSION PARLEMENTAIRE DE COOPÉRATION UE-GÉORGIE QUATRIÈME RÉUNION

COMMISSION PARLEMENTAIRE DE COOPÉRATION UE-GÉORGIE QUATRIÈME RÉUNION COMMISSION PARLEMENTAIRE DE COOPÉRATION UE-GÉORGIE QUATRIÈME RÉUNION des 29 et 30 avril 2002 Tbilissi Déclaration finale et recommandations conformément à l article 89 de l Accord de partenariat et de

Plus en détail

116 EAST 38th STREET. NEW YORK, NY 10016 TEL: (212) 252-0113 FAX: (212) 252-0175

116 EAST 38th STREET. NEW YORK, NY 10016 TEL: (212) 252-0113 FAX: (212) 252-0175 116 EAST 38th STREET. NEW YORK, NY 10016 TEL: (212) 252-0113 FAX: (212) 252-0175 Je suis heureux de vous présenter, au nom de la République Islamique de Mauritanie, nos sincères félicitations pour votre

Plus en détail

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS

ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS PREMIER MINISTRE LE HAUT COMMISSAIRE À LA JEUNESSE ANNEXE 1 : RAPPELS SUR LES REGLES ENCADRANT LES RELATIONS FINANCIERES DES COLLECTIVITES PUBLIQUES AVEC LES ASSOCIATIONS Les associations à but non lucratif

Plus en détail

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Coffi Dieudonné ASSOUVI Vincent GAGNON-LEFEBVRE Josée-Anne LABRIE Victor SANCHEZ-LOPEZ ETI-7013 Séminaire pluridisciplinaire sur l Asie Plan de la présentation

Plus en détail

L Europe en un coup d oeil

L Europe en un coup d oeil L Europe en un coup d oeil Qu est-ce que l Union européenne? Quels sont ses objectifs? Son bilan jusqu'ici? L EUROPE ET SES SYMBOLES Le drapeau européen L hymne européen La devise de l Union européenne

Plus en détail

CHRONOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE

CHRONOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE CHRONOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE 1948 7-11 mai Congrès de La Haye : plus de mille délégués venus d'une vingtaine de pays européens discutent de nouvelles formes de coopération en Europe. Ils se

Plus en détail

les Micro États. d Europe

les Micro États. d Europe les Micro États. d Europe L existence d un État n implique pas pour autant un territoire national de grande taille. A côté de grands États comme la Russie, le Canada, la Chine ou l Australie, qui s étendent

Plus en détail

DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE

DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE DEVOIR-MAISON APPRENDRE À FAIRE UNE FICHE DE LECTURE Manuel p. 32-33 ÉTAPE 1 : A FAIRE SUR UNE COPIE DOUBLE a/ Relevez et recopiez le vocabulaire spécifique de cette leçon, proposé en bas de la page 33.

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (DROIT INTERNATIONAL)

PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (DROIT INTERNATIONAL) THEMATIQUE n 3. ARCHEOLOGIE FICHE n 2. PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (DROIT INTERNATIONAL) CONVENTION EUROPEENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHEOLOGIQUE (révisée) signée à Malte le 16 janvier

Plus en détail

LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL. Hélène TOURARD (*)

LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL. Hélène TOURARD (*) LA FRANCE DANS LA CRISE DU KOSOVO : COHABITATION ET PROCESSUS DÉCISIONNEL par Hélène TOURARD (*) L intervention armée au Kosovo a soulevé de nombreuses interrogations relatives aux moyens dont dispose

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

CONVENTION INTERNATIONALE POUR L'UNIFICATION DE CERTAINES REGLES RELATIVES AUX PRIVILEGES ET HYPOTHEQUES MARITIMES

CONVENTION INTERNATIONALE POUR L'UNIFICATION DE CERTAINES REGLES RELATIVES AUX PRIVILEGES ET HYPOTHEQUES MARITIMES UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES CONVENTION INTERNATIONALE POUR L'UNIFICATION DE CERTAINES REGLES RELATIVES AUX PRIVILEGES ET HYPOTHEQUES MARITIMES Conclue à Bruxelles le 10 avril 1926-1 - CONVENTION INTERNATIONALE

Plus en détail

Convention entre l État du Grand-Duché de Luxembourg et les communautés religieuses établies au Luxembourg. Préambule

Convention entre l État du Grand-Duché de Luxembourg et les communautés religieuses établies au Luxembourg. Préambule Convention entre l État du Grand-Duché de Luxembourg et les communautés religieuses établies au Luxembourg Préambule Considérant que les communautés religieuses bénéficiant des conventions professent une

Plus en détail

Séance 3 Le consentement à la juridiction arbitrale et à l articulation des procédures Cas pratique

Séance 3 Le consentement à la juridiction arbitrale et à l articulation des procédures Cas pratique Séance 3 Le consentement à la juridiction arbitrale et à l articulation des procédures Cas pratique La mine de Yanacocha est située à 4100 mètres d altitude, au cœur du Pérou. Elle est l une des plus grandes

Plus en détail

Projet de loi n o 99 (2000, chapitre 46) Loi sur l exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois et de l État du Québec

Projet de loi n o 99 (2000, chapitre 46) Loi sur l exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois et de l État du Québec PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 99 (2000, chapitre 46) Loi sur l exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois et de l État du Québec Présenté le

Plus en détail

CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHÉOLOGIQUE

CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHÉOLOGIQUE Série des traités européens - n 66 CONVENTION EUROPÉENNE POUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHÉOLOGIQUE Londres, 6.V.1969 Les Etats membres du Conseil de l'europe, signataires de la présente Convention,

Plus en détail

DEFINITION Article - 4 RÉSIDENT

DEFINITION Article - 4 RÉSIDENT CONVENTION MODELE OCDE DEFINITION Article - 4 RÉSIDENT...1 COMMENTAIRES SUR L'ARTICLE 4...2 CONCERNANT LA DÉFINITION DU RÉSIDENT...2 1. Remarques préliminaires...2 2 Commentaires des dispositions de l'article

Plus en détail

Demande de devis gratuit. Mode de paiement : Paiement comptant uniquement après réception du devis. Chèque bancaire ou postal.

Demande de devis gratuit. Mode de paiement : Paiement comptant uniquement après réception du devis. Chèque bancaire ou postal. Web : www.neo-destockage.fr ZA de la Combe, 8 Rue de la Nouette 85150 Vairé, France Tél. : 02 51 33 05 38 Fax : 02 51 33 06 11 Mail : info@neo-destockage.fr Demande de devis gratuit Société : Contact :

Plus en détail

Délibération n 2010-202 du 13 septembre 2010. Vu la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 modifiant l article 1er de la Constitution,

Délibération n 2010-202 du 13 septembre 2010. Vu la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 modifiant l article 1er de la Constitution, Délibération n 2010-202 du 13 septembre 2010 Le collège Vu la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 modifiant l article 1er de la Constitution, Vu la loi n 2004-1486 du 30 décembre 2004 portant création

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Jean-François Viau Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse. Intéressés dont les noms apparaissent ci-après

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. Jean-François Viau Régisseur. Hydro-Québec Demanderesse. Intéressés dont les noms apparaissent ci-après D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2010-004 R-3714-2009 22 janvier 2010 PRÉSENT : Jean-François Viau Régisseur Hydro-Québec Demanderesse et Intéressés dont les noms apparaissent ci-après Décision

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

Rapport d activités de l Assemblée des. Représentants du Peuple. Avril 2015

Rapport d activités de l Assemblée des. Représentants du Peuple. Avril 2015 Rapport d activités de l Assemblée des Représentants du Peuple Avril 2015 Un mois après la mise en place de ses commissions, l'assemblée des Représentants du Peuple a accéléré le rythme pour examiner les

Plus en détail

ÉTAT DE L AZAWAD Unité Liberté - Justice CONSEIL TRANSITOIRE DE L ÉTAT DE L AZAWAD CTEA. Lettre ouverte :

ÉTAT DE L AZAWAD Unité Liberté - Justice CONSEIL TRANSITOIRE DE L ÉTAT DE L AZAWAD CTEA. Lettre ouverte : ÉTAT DE L AZAWAD Unité Liberté - Justice CONSEIL TRANSITOIRE DE L ÉTAT DE L AZAWAD CTEA Lettre ouverte : à Monsieur le Secrétaire Général de l'organisation des Nations Unies (ONU), New York (USA), à Monsieur

Plus en détail

La notion d État. Il existe deux formes principales d État : l État unitaire et l État fédéral.

La notion d État. Il existe deux formes principales d État : l État unitaire et l État fédéral. FICHE 1. La notion d État Les différentes formes d État Il existe deux formes principales d État : l État unitaire et l État fédéral. A. L État unitaire On appelle État unitaire celui dans lequel une volonté

Plus en détail

Convention monétaire entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas (Londres, 21 octobre 1943)

Convention monétaire entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas (Londres, 21 octobre 1943) Convention monétaire entre la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas (Londres, 21 octobre 1943) Légende: Le 21 octobre 1943, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas signent à Londres une convention

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217

Assemblée générale. Nations Unies A/58/217 Nations Unies A/58/217 Assemblée générale Distr. générale 5 août 2003 Français Original: anglais Cinquante-huitième session Point 122 de l ordre du jour provisoire* Budget-programme de l exercice biennal

Plus en détail

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne.

Règles d entreprise visant à légitimer un transfert de données à caractère personnel vers des pays non membres de la communauté européenne. ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Av. de la porte de Hal, 5-8, B-1060 Bruxelles Tél.: +32(0)2/542.72.00 Email : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/542.72.12 http://www.privacy.fgov.be/

Plus en détail

LA STATION DE SILLERY

LA STATION DE SILLERY LA STATION DE SILLERY Station de Sillery, photographie de mars 1889 LE CHEMIN DE FER DE REIMS AU CAMP DE CHALONS (1) Historique du camp de Châlons - Extrait du site internet de la ville de Châlons-en-Champagne

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Conseil des Ministres

Conseil des Ministres A usage officiel CEMT/CM(2005)2 CEMT/CM(2005)2 A usage officiel Conférence Européenne des Ministres des Transports European Conference of Ministers of Transport 27-Apr-2005 Français - Or. Français CONFERENCE

Plus en détail

CONVENTION D ORIENTATIONS GENERALES RELATIVE A L ARTICULATION ENTRE LE STIF ET L EPFY EN MATIERE D ECHANGE D INFORMATION ET D ACTIONS FONCIERES

CONVENTION D ORIENTATIONS GENERALES RELATIVE A L ARTICULATION ENTRE LE STIF ET L EPFY EN MATIERE D ECHANGE D INFORMATION ET D ACTIONS FONCIERES Accusé de réception en préfecture 075-287500078-20120711-2012-0220-DE Date de télétransmission : 13/07/2012 Date de réception préfecture : 13/07/2012 CONVENTION D ORIENTATIONS GENERALES RELATIVE A L ARTICULATION

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE

RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL. Affaires économiques et financières. Bruxelles, le 14 juillet 2015 PRESSE Conseil de l'union européenne 10879/15 (OR. en) PRESSE 50 PR CO 42 RÉSULTATS DE LA SESSION DU CONSEIL 3403 e session du Conseil Affaires économiques et financières Bruxelles, le 14 juillet 2015 Président

Plus en détail

Convention sur le régime international des voies ferrées

Convention sur le régime international des voies ferrées Texte original Convention sur le régime international des voies ferrées 0.742.101 Conclue à Genève le 9 décembre 1923 Approuvée par l Assemblée fédérale le 28 septembre 1926 1 Instrument de ratification

Plus en détail

Avis à l opinion Public

Avis à l opinion Public Avis à l opinion Public La Syrie était le berceau de la civilisation humaine où toutes les civilisations ont né et se sont épanouies. La Syrie a une situation géographique et stratégique très importante

Plus en détail

Vers une «bataille» de l Arctique?

Vers une «bataille» de l Arctique? Conférence du Cercle Géopolitique du 30 octobre 2013 Vers une «bataille» de l Arctique? Patrice Geoffron En cette rentrée 2013, le cycle de conférences du Cercle Géopolitique s est ouvert sur l intervention

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

L installation du. Conseil de l Europe. à Strasbourg, 1949 SERVICE EDUCATIF ATELIER PEDAGOGIQUE EN LIGNE

L installation du. Conseil de l Europe. à Strasbourg, 1949 SERVICE EDUCATIF ATELIER PEDAGOGIQUE EN LIGNE L installation du Conseil de l Europe à Strasbourg, 1949 SERVICE EDUCATIF ATELIER PEDAGOGIQUE EN LIGNE 1 L installation du Conseil de l Europe à Strasbourg À l occasion de la commémoration du soixantième

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

Depuis l entrée en fonctions de S. E. Monsieur le Président Ma Ying-jeou en mai 2008, les deux côtés du détroit de Taïwan ont repris un dialogue

Depuis l entrée en fonctions de S. E. Monsieur le Président Ma Ying-jeou en mai 2008, les deux côtés du détroit de Taïwan ont repris un dialogue 104ème Fête Nationale de la République de Chine (Taïwan) Discours prononcé par Amb. Zhang Ming-Zhong, Représentant de Taïwan en France Le 7 octobre 2015 Mesdames et Messieurs les Députés, Mesdames les

Plus en détail

La guerre (ou les guerres) du Vietnam

La guerre (ou les guerres) du Vietnam La guerre (ou les guerres) du Vietnam Un double conflit périphérique au cœur de la guerre froide - 1945-1954/ -1964-1973 Un conflit traumatisant,des pertes civiles et militaires (photo) En 1945, L Indochine

Plus en détail

Contributions et taxes

Contributions et taxes du PMU, pour son activité dans le réseau physique, à l imposition à laquelle seraient soumis les opérateurs en ligne ne serait sans doute pas considérée comme constituant une distorsion de concurrence

Plus en détail

Coordination des politiques internationales Citoyenneté et Immigration Canada

Coordination des politiques internationales Citoyenneté et Immigration Canada COMMENTAIRE DU GOUVERNEMENT DU CANADA SUR LE LIVRE VERT DE LA COMMISSION EUROPÉENNE : UNE APPROCHE COMMUNAUTAIRE DE LA GESTION DES MIGRATIONS ÉCONOMIQUES Coordination des politiques internationales Citoyenneté

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 321/26 6.12.2003 DIRECTIVE 2003/110/CE DU CONSEIL du 25 novembre 2003 concernant l'assistance au transit dans le cadre de mesures d'éloignement par voie aérienne LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE, vu

Plus en détail

L actualité du régime des abandons de créances consentis à des filiales en difficulté par l arrêt de la CAA de Versailles du 29 juin 2010

L actualité du régime des abandons de créances consentis à des filiales en difficulté par l arrêt de la CAA de Versailles du 29 juin 2010 L actualité du régime des abandons de créances consentis à des filiales en difficulté par l arrêt de la CAA de Versailles du 29 juin 2010 Par Hugo Cosquer et Gabriel Heurtebize Sommaire Il existe par nécessité

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/306. Question du Sahara occidental. Rapport du Secrétaire général** Résumé

Assemblée générale. Nations Unies A/65/306. Question du Sahara occidental. Rapport du Secrétaire général** Résumé Nations Unies A/65/306 Assemblée générale Distr. générale 17 août 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Point 59 de l ordre du jour provisoire* Application de la Déclaration sur l

Plus en détail

Irlande un modèle européen

Irlande un modèle européen Irlande un modèle européen Surnommée le "Tigre Celtique", l'irlande est un petit pays périphérique qui doit sa réussite économique en partie à la construction européenne. Va-t-il servir de modèle aux nouveaux

Plus en détail

Les transactions sur or de la Banque nationale suisse de 1939 à 1945 - Données chiffrées

Les transactions sur or de la Banque nationale suisse de 1939 à 1945 - Données chiffrées Les transactions sur or de la Banque nationale suisse de 1939 à 1945 - Données chiffrées Remarques de Jean-Pierre Roth, vice-président de la Direction générale de la BNS, à la conférence de presse du 20

Plus en détail

LIVRES JAUNES (1799-1947)

LIVRES JAUNES (1799-1947) - 1 - Suite de pièces relatives aux discussions, communications et négociations qui ont eu lieu entre la France et l'angleterre depuis le 5 nivôse an VIII (26 décembre 1799) jusqu'au 20 juillet 1806. Sept

Plus en détail

CONCLUSION. www.pedone.info. sciences morales et politiques le 17 janvier 2011, Bulletin de l Académie des sciences morales et politiques n 1, p. 79.

CONCLUSION. www.pedone.info. sciences morales et politiques le 17 janvier 2011, Bulletin de l Académie des sciences morales et politiques n 1, p. 79. CONCLUSION U ne politique personnelle opposée à la diplomatie officielle ; une politique des nationalités contraire à la diplomatie traditionnelle ; et pour finir des erreurs fatales dont la responsabilité

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. sur les garanties couvertes par le budget général Situation au 31 décembre 2013

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL. sur les garanties couvertes par le budget général Situation au 31 décembre 2013 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 29.8.2014 COM(2014) 540 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL sur les garanties couvertes par le budget général Situation au 31 décembre

Plus en détail

Rencontre des délégués lycéens d Europe - Berlin 2013 (18-19 avril)

Rencontre des délégués lycéens d Europe - Berlin 2013 (18-19 avril) Rencontre des délégués lycéens d Europe - Berlin 2013 (18-19 avril) Patricia Oana Conformément aux souhaits exprimés lors du forum européen des délégués lycéens qui s est tenu du 14 au 16 mai 2012 à La

Plus en détail

Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne

Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne P7_TA(0)008 Lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne Résolution du Parlement européen du mars 0 sur la lutte contre l'épidémie de diabète dans l'union européenne (0/9(RSP)) Le Parlement

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE SUJET

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE SUJET SESSION 2013 Métropole - Antilles - Guyane - Réunion - Mayotte Toutes options BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL E1 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE Durée : 2 heures Matériel(s) et document(s) autorisé(s) : Aucun Les candidats

Plus en détail

Mongolie : des ressources minières au service d une stratégie de sécurité nationale

Mongolie : des ressources minières au service d une stratégie de sécurité nationale Mongolie : des ressources minières au service d une stratégie de sécurité nationale Antoine Maire [1] 09/2014 A l occasion du dernier Forum économique mondial de Davos en janvier 2014, les autorités mongoles

Plus en détail

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international

Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international Convention des Nations Unies sur la cession de créances dans le commerce international NATIONS UNIES CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL NATIONS UNIES

Plus en détail

L ABC du droit international du travail

L ABC du droit international du travail L ABC du droit international du travail Les droits des travailleuses et des travailleurs À quoi font-ils référence? Les cadres juridiques régissant les droits des travailleuses et des travailleurs au Québec

Plus en détail

Le Conseil ministériel,

Le Conseil ministériel, DÉCISION No 3/11 ÉLÉMENTS DU CYCLE DU CONFLIT LIÉS AU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE L OSCE EN MATIÈRE D ALERTE PRÉCOCE, D ACTION RAPIDE, DE FACILITATION DU DIALOGUE ET DE SOUTIEN À LA MÉDIATION, AINSI

Plus en détail