COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE"

Transcription

1 1 LICENCE 2 ième année DROIT COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE SECTION 1 - L'OTAN, ORGANISATION DE DEFENSE EMBLEMATIQUE 1 - Une structure organisationnelle fondée sur la distinction entre le civil et le militaire et ouverte à la recomposition de l'europe A. La distinction au plan interne de l organisation entre les structures civiles et militaires 1. Les structures civiles de l OTAN a) le Conseil Atlantique organe souverain de l'alliance b) un secrétariat général au rôle politique important c) le Comité des plans de défense d) le groupe des plans nucléaires 2. Les structures militaires de l OTAN a) la division fonctionnelle - le Comité militaire - l'état-major international b) la division opérationnelle: les commandements opérationnels et la réforme de le commandement suprême allié en Europe (SACLANT) - le commandement suprême de l'atlantique (SACEUR) c) les dernières réformes du commandement opérationnel de 2002

2 2 -un commandement opérationnel unique pour l ensemble des théâtres d opération (ACO ou Allied Command Opération) -un commandement dédié à la transformation de l OTAN (ACT ou Allied Command Transformation) B. Les nouvelles structures de coopération avec des Etats tiers inhérentes à la fin de l'affrontement Est/Ouest 1. du Conseil de Coopération Nord Atlantique (COCONA) au Conseil de Partenariat Euro-Atlantique (CPEA) a) les principales étapes du développement du CPEA b) les structures et le fonctionnement du CPEA 2. les structures propres au partenariat OTAN Russie : du Conseil Permanent conjoint (CPC) au Conseil OTAN Russie (COR) a) historique du développement des relations OTAN Russie avant 1997 b) la signature en mai 1999 de l acte fondateur sur les relations et la coopération mutuelle et l instauration du Conseil Permanent conjoint (CPC) c) la relance de la coopération OTAN Russie et la signature à Rome en mai 2002 de la déclaration commune instituant le Conseil OTAN Russie (COR) 2 - Un mode de fonctionnement traditionnel propre aux organisations internationales classiques A. La procédure de consultation et ses évolutions 1. Le "rapport des 3 sages" et l'élargissement de la consultation aux domaines non strictement militaires 2. L'extension de la consultation à des éléments extérieurs hors zone susceptibles d'affecter les intérêts collectifs de l'alliance B. Un processus décisionnel exclusif de toute supranationalité: le recours au consensus 3 - Un rôle prépondérant modifié par les évolutions récentes de la société internationale A. Le rôle originel: une alliance militaire euro-atlantique défensive complétée par la coopération politique pour le développement de relations pacifiques 1. L'article 5du Pacte de Washington: une garantie non automatique. 2. L'article 6 du Pacte de Washington et la limitation ratione loci de la garantie (exclusion des interventions hors zone) 3. La coopération non militaire (Cf. renvoi 2 A) B. La redéfinition des missions de l OTAN liées à l'effondrement du bloc communiste 1. La modification des régimes en Europe et l'élaboration d une nouvelle stratégie pour l'otan

3 3 a) la disparition de la menace d'attaque massive et simultanée... b) le maintien de la vigilance en matière militaire - promotion de l'équilibre stratégique et action pour le désarmement et la limitation des armements en Europe - une nouvelle "doctrine nucléaire" 2. L'extension de coopération de l'otan aux missions hors zone et le soutien aux opérations de l'onu a) les opérations militaires de l OTAN en Bosnie Herzégovine : de l IFOR à la KFOR b) l intervention contestée de l OTAN dans la crise du KOSOVO (opération Force alliée de mars à juin 1999 de frappes aériennes sur le territoire de la république fédérative de Yougoslavie) puis création de la KFOR (12 juin 1999) légitimée par l ONU (résolution 1244) c) l ISAF ou FIAS La FIAS dirigée (Août 2003) par l'otan mission militaire d assistance aux autorités intérimaires d Afghanistan en complément de de la mission des Nations unies (MANUA), première intervention hors Europe de l Alliance Atlantique SECTION II - L'UEO, DE SA CREATION A SA DISSOLUTION OU L HISTOIRE DIFFICILE DE LA «BELLE AU BOIS DORMANT DE L EUROPE» 1 la création de l UEO à partir de l UO et le contenu de des accords de Paris de 1954 (dit accord de Bruxelles révisé) A. le protocole n 1 1. il réalise l élargissement de l ancienne UO à l Allemagne et à l Italie 2. il crée l'assemblée de l'ueo : introduction de la parlementarisation de l organisation sur le modèle du Conseil de l'europe a) les membres de l'assemblée ne sont pas élus au suffrage universel direct b) la pondération des sièges est identique à celle du Conseil de l'europe c)un rôle beaucoup plus réduit que celui de l'assemblée du Conseil de l'europe mais une véritable instance parlementaire très spécialisée sur les questions de défense et de sécurité d) une Assemblée qui survivra au conseil UEO de Marseille mais qui ne survivra pas à la dissolution de l UEO (juin 2011) B. les protocoles n 3 (interdiction et limitations des armements à l encontre de l Allemagne) et n 4 (création de l agence de contrôle des armements) au cœur des missions de l UEO 1. les interdictions de fabrication et de productions de certains armements mises à la charge de l Allemagne : un encadrement du réarmement allemand comme substitut de l échec de la CED ne seront définitivement démantelées qu en la création de l agence européenne pour le contrôle des armements (protocole n 4) et sa dissolution en 1997

4 4 2 Du bilan très contrasté de l'ueo à sa disparition définitive (juin 2011) A. L UEO Belle au bois dormant de l Europe ( jusqu en 1984) 1. Le bilan chaotique de l'agence pour le contrôle des armements 2. La rapide inféodation de l'uo/ueo à l'otan malgré une définition plus stricte de la garantie de sécurité collective a) une définition plus stricte de la garantie de sécurité collective (articles IV du Traité de Bruxelles, V du Traité de Paris) b) la suppression en 1951 des forces et capacités opérationnelles de l'uo au profit de l'otan, prive l'ueo de toute capacité opérationnelle propre B. La réactivation de l'ueo, structure d'accueil possible pour l'identité Européenne de Défense et Sécurité (IEDS) 1. L'affirmation au profit de l'ueo de l'identité européenne de défense et de sécurité (IEDS) au sein de l OTAN a) l'acceptation de principe de l'ieds par l'otan (déclaration de Bruxelles 1994) b) le couple OTAN/UEO et les accords de Berlin garantissant à l UEO l accès aux capacités de l OTAN 2. le Traité de Maastricht fait de l'ueo le bras armé de l'union européenne: le couple UE/UEO et ses développements 3. le développement de capacités opérationnelles "autonomes" de l'ueo pour les missions de Petersberg - les missions de Petersberg Cf. Conseil UEO de Petersberg - le corps européen - EUROFOR et EUROMARFOR (1995) C. du «dépeçage» de l UEO au profit de l UE (sommet de Marseille 2000) à sa disparition définitive (juin 2011) 1. le sommet de Marseille et le transfert de ses capacités (Institut de sécurité et centre satellitaire de Torrejon) à l UE 2. l inscription dans le traité de Lisbonne de la clause de défense mutuelle (art. 42.7TUE) scelle la disparition de l UEO SECTION III - LA CSCE DEVENUE OSCE, SON ARCHITECTURE INSTITUTIONNELLE ET SES PRINCIPALES MISSIONS 1 l architecture institutionnelle de l OSCE A/les organes principaux représentatifs des Etats membres et de leurs peuples a) les sommets des chefs d Etat et de gouvernement b) le Comité ministériel

5 5 c) le Conseil permanent (anciennement Comité permanent) d) la présidence tournante (tous les ans : en 2013 Ukraine)) assisté de la troïka (en 2013 : Irlande et Suisse) e) Une Assemblée parlementaire définie à minima (par rapport à celle du Conseil de l Europe) B/ le secrétariat général C/ des organes subsidiaires importants a) Le bureau des institutions démocratiques et des droits de l homme (BIDDH) b) le Haut-Commissaire aux minorités nationales c) le représentant de l OSCE pour la liberté des médias d) la Cour de conciliation et d arbitrage 2 les principales missions de l OSCE

6 6

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

II. Les cadres de coopération entre l`union européenne et l`otan

II. Les cadres de coopération entre l`union européenne et l`otan LES RELATIONS UNION EUROPEENNE- OTAN Djibril DIALLO Lex electronica, vol. 15.3 (printemps/spring 2011) SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. Les cadres de coopération entre l`union européenne et l`otan 2.1. Le

Plus en détail

La réintégration de la France dans le commandement intégré de l OTAN : quel coût et quelles pistes d économies possibles?

La réintégration de la France dans le commandement intégré de l OTAN : quel coût et quelles pistes d économies possibles? COMMUNICATION A LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ECONOMIE GENERALE ET DU CONTRÔLE BUDGETAIRE DE L ASSEMBLEE NATIONALE ARTICLE 58-2 DE LA LOI ORGANIQUE DU 1ER AOUT 2001 RELATIVE AUX LOIS DE FINANCES La

Plus en détail

Engagement actif, défense moderne

Engagement actif, défense moderne «Concept stratégique pour la défense et la sécurité des membres de l Organisation du Traité de l Atlantique Nord» adopté par les chefs d État et de gouvernement à Lisbonne Engagement actif, défense moderne

Plus en détail

LE CADRE POLITICO-MILITAIRE POUR LES OPERATIONS CONJOINTES ALIES-PARTENAIRES

LE CADRE POLITICO-MILITAIRE POUR LES OPERATIONS CONJOINTES ALIES-PARTENAIRES PROGRAMME DE BOURSES DE RECHERCHE DE L ORGANISATION DU TRAITE DE L ATLANTIQUE DE NORD RAPPORT FINAL LE CADRE POLITICO-MILITAIRE POUR LES OPERATIONS CONJOINTES ALIES-PARTENAIRES Igor Klipii République de

Plus en détail

Qu est-ce que l OSCE?

Qu est-ce que l OSCE? Résoudre les différences, renforcer la confiance Qu est-ce que l OSCE? L OSCE, qui compte 57 États participants en Amérique du Nord, en Asie et en Europe, est la plus grande organisation de sécurité régionale

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

L'OTAN après la Guerre froide. Les origines

L'OTAN après la Guerre froide. Les origines L'OTAN après la Guerre froide L'Organisation du traité de l'atlantique Nord (OTAN) a été créée au début de la guerre froide par le traité de Washington, comme l'instrument politique et militaire de l'alliance

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Les limites de l Europe de la défense

Les limites de l Europe de la défense Les limites de l Europe de la défense Depuis la fin de la Guerre froide, les États membres de l Union européenne ont mis en chantier une politique étrangère et de sécurité commune (PESC), prolongée bientôt

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 I. Soulignant I'attachement de nos pays aux principes qui fondent nos democraties

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

No. 2962. ALBANIA, BULGARIA, HUNGARY, GERMAN DEMOCRATIC REPUBLIC, POLAND, ROMANIA, UNION OF SOVBET SOCIALIST REPUBLICS and CZECHOSLOVAKIA

No. 2962. ALBANIA, BULGARIA, HUNGARY, GERMAN DEMOCRATIC REPUBLIC, POLAND, ROMANIA, UNION OF SOVBET SOCIALIST REPUBLICS and CZECHOSLOVAKIA No. 2962 ALBANIA, BULGARIA, HUNGARY, GERMAN DEMOCRATIC REPUBLIC, POLAND, ROMANIA, UNION OF SOVBET SOCIALIST REPUBLICS and CZECHOSLOVAKIA Treaty of Friendship, Co-operation and Mutual Assistance. Signed

Plus en détail

à l'école des Officiers de la Gendarmerie Nationale

à l'école des Officiers de la Gendarmerie Nationale GENDARMERIE NATIONALE Commandement des écoles DE LA GENDARMERIE NATIONALE CENTRE de production multimédia de la gendarmerie nationale Préparation au concours d'admission à l'école des Officiers de la Gendarmerie

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

La Constitution et l exercice des pouvoirs

La Constitution et l exercice des pouvoirs Thème La Constitution et l exercice des pouvoirs Instituée par le général de Gaulle en 958, et toujours en vigueur aujourd hui grâce à la souplesse des institutions qui ont su s adapter au fil du temps,

Plus en détail

L Europe en marche vers la défense antimissiles?

L Europe en marche vers la défense antimissiles? L Europe en marche vers la défense antimissiles? Bruno Gruselle Chargé de recherche (24 novembre 2005) L existence d une menace balistique fait l objet d un consensus entre les pays européens. Les deux

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

OTA O N ne présentation de l Alliance atlantique www.nato.int/a-z

OTA O N ne présentation de l Alliance atlantique www.nato.int/a-z OTAN OTAN Une présentation de l Alliance atlantique Focus sur OTAN OTAN w Avant-propos 5 w Aperçu 6 w S adapter aux changements 11 w Un acteur de premier plan dans les situations de crise 17 w Étendre

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948

Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948 CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 28 avril 2015 Chapitre 8 Le projet d une Europe politique depuis 1948 Table des matières 1 Les débuts de la construction européenne 3 1.1 Un projet

Plus en détail

"L'IDENTITÉ EUROPÉENNE" DANS LE NOUVEL ORDRE DE SÉCURITÉ EN EUROPE

L'IDENTITÉ EUROPÉENNE DANS LE NOUVEL ORDRE DE SÉCURITÉ EN EUROPE "L'IDENTITÉ EUROPÉENNE" DANS LE NOUVEL ORDRE DE SÉCURITÉ EN EUROPE PAR Maurice ENGUÉLÉGUÉLÉ Allocataire de recherche - moniteur (C.U.R.A.P.P.) Les mutations géopolitiques et institutionnelles dans l'ancien

Plus en détail

Après le traité de Lisbonne : l Union européenne a-t-elle enfin un numéro de téléphone?

Après le traité de Lisbonne : l Union européenne a-t-elle enfin un numéro de téléphone? 151 30 novembre 2009 Après le traité de Lisbonne : l Union européenne a-t-elle enfin un numéro de téléphone? Thierry Chopin directeur des études de la Fondation Robert Schuman, il est professeur au Collège

Plus en détail

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954)

Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Projet d'accord relatif à l'aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis et la CED (Mai 1954) Source: Archives Nationales du Luxembourg, Luxembourg. Affaires étrangères. Communauté européenne de

Plus en détail

Droit constitutionnel de la Vème République

Droit constitutionnel de la Vème République Droit constitutionnel de la Vème République Auteur(s) : Bertrand Mathieu et Michel Verpeaux Présentation(s) : Professeurs à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne Leçon 1 : La mise en place de la 5ème

Plus en détail

Par-delà la défense collective. L évolution des fonctions de l OTAN depuis la fin de la guerre froide

Par-delà la défense collective. L évolution des fonctions de l OTAN depuis la fin de la guerre froide Chaire Interbrew-Baillet Latour Union européenne - Russie UCL - KUL IEE - Document n 36 Novembre 2004 Par-delà la défense collective. L évolution des fonctions de l OTAN depuis la fin de la guerre froide

Plus en détail

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004)

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004) Texte original Accord entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République française relatif aux activités communes d instruction et d entraînement des armées françaises et de l armée suisse

Plus en détail

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Table des matières Biographie des auteurs... 5 PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Le droit international de l espace... 13 SECTION 1 Règles relatives au statut de l espace extra-atmosphérique...

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

Présentation de l OMC

Présentation de l OMC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ECONOMIE ET COMMERCE Programme Hub&Spokes II Atelier de Vulgarisation sur l Accord sur la Facilitation des Echanges de l OMC, à l attention de la Presse

Plus en détail

Statuts du Nouveau Mouvement Européen Suisse du 10 mai 2014

Statuts du Nouveau Mouvement Européen Suisse du 10 mai 2014 Statuts du Nouveau Mouvement Européen Suisse du 10 mai 2014 I. Nom, siège, but et activités Art. 1 Nom et siège 1 Le Nouveau Mouvement Européen Suisse (Nomes) est une association au sens des articles 60

Plus en détail

L OTAN et la coopération civilo-militaire

L OTAN et la coopération civilo-militaire L OTAN et la coopération civilo-militaire La notion de coopération civilo-militaire (CIMIC) vient de plus en plus à l avantplan de l actualité. L OTAN a d ailleurs demandé à la Belgique de développer une

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES

UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES COLLECTION RENCONTRES EUROPÉENNES UNION EUROPÉENNE ET SÉCURITÉ : ASPECTS INTERNES ET EXTERNES Éditeur : Catherine FLAESCH-MOUGIN 2 0 0 9 ISBN 978-2-8027-2696-8 D / 2009 / 0023 / 34 2009 Etablissements

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 3: Quelle est la place de l'union Européenne dans l'économie globale? Être capable de définir Notions à acquérir

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

L ABC du droit de l Union européenne P r Klaus-Dieter Borchardt. L ABC du droit de l Union européenne par le P r Klaus-Dieter Borchardt

L ABC du droit de l Union européenne P r Klaus-Dieter Borchardt. L ABC du droit de l Union européenne par le P r Klaus-Dieter Borchardt L ABC du droit de l Union européenne P r Klaus-Dieter Borchardt L ABC du droit de l Union européenne par le P r Klaus-Dieter Borchardt Fonctionnaire des institutions de l Union européenne depuis 1987,

Plus en détail

(traduit de l anglais) Bruxelles, le

(traduit de l anglais) Bruxelles, le MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES Protocole Sous-Direction de la Logistique et de l'interprétation-traduction Département de la Traduction 57, boulevard des Invalides 75700 Paris : (33-1)

Plus en détail

Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève

Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève Nicolas LEVRAT Professeur à la Faculté de droit et directeur du Global studies Institute de l Université de Genève 1 L évolution des fonctions des

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

Rapport annuel 2004. du Conseil fédéral sur la participation de la Suisse au Conseil de partenariat euro-atlantique et au Partenariat pour la paix

Rapport annuel 2004. du Conseil fédéral sur la participation de la Suisse au Conseil de partenariat euro-atlantique et au Partenariat pour la paix Rapport annuel 2004 du Conseil fédéral sur la participation de la Suisse au Conseil de partenariat euro-atlantique et au Partenariat pour la paix Berne, le 9 mars 2005 EIDGENÖSSISCHES DEPARTEMENT FÜR AUSWÄRTIGE

Plus en détail

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE

Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Association des Secrétaires Généraux des Parlements Francophones CONTRIBUTION DE Mr Abdeljalil ZERHOUNI SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DU MAROC SUR LA COMMUNICATION DES ASSEMBLÉES PARLEMENTAIRES

Plus en détail

SOMMET DE L'OTAN. Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014. Institut Open Diplomacy 79 avenue de la République, 75011 Paris open-diplomacy.

SOMMET DE L'OTAN. Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014. Institut Open Diplomacy 79 avenue de la République, 75011 Paris open-diplomacy. SOMMET DE L'OTAN Newport, Pays-de-Galles, 4-5 sept 2014 COMPTE RENDU Délégation Youth Diplomacy Programme cadre : Politiques de défense et de sécurité Délégués : Jean-Florian Ciavaldini, Mehdi Lebeaupin

Plus en détail

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015

«Rencontres des Transmusicales» 5 décembre 2015 La réforme territoriale, quelle place pour la culture dans la recomposition des territoires? Réforme des collectivités territoriales Europe Acte 3 de la décentralisation Points d étapes et actualités «Rencontres

Plus en détail

Vers une armée européenne

Vers une armée européenne Friedrich-Ebert-Stiftung Bureau de Paris 41 bis, boulevard de La Tour-Maubourg 75007 Paris Tel : 00 33 (0)1 45 55 09 96 Fax : 00 33 (0)1 45 55 85 62 fes@fesparis.org www.fesparis.org Janvier 2008 Vers

Plus en détail

L organisation des pouvoirs de la Vème République

L organisation des pouvoirs de la Vème République L organisation des pouvoirs de la Vème République I. Comment fonctionne la Vème République? A. La constitution P. 105 : Préambule de la Constitution de la Vème République : Qu est-ce qu une constitution?

Plus en détail

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES www.g20-g8.com 1 «Nous avons travailléàla fois sur des enjeux de court terme pour réduire la portée des crises, et de long terme pour faire retrouver

Plus en détail

Université de Genève, Uni Mail. Colloque " L idée d Europe - L identité solidaire européenne en question " 7 mai 2015

Université de Genève, Uni Mail. Colloque  L idée d Europe - L identité solidaire européenne en question  7 mai 2015 1 Université de Genève, Uni Mail Colloque " L idée d Europe - L identité solidaire européenne en question " 7 mai 2015 Discours de Monsieur l Ambassadeur Henri Gétaz Directeur de la Direction des affaires

Plus en détail

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Berlin, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin La Chancelière fédérale Angela Merkel, le Président de la République

Plus en détail

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI)

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) est une instance de monitoring du Conseil de l Europe dont la tâche

Plus en détail

Master. Master 120 en études européennes. Programme en études européennes organisé par l Université catholique de Louvain et l Université Saint-Louis

Master. Master 120 en études européennes. Programme en études européennes organisé par l Université catholique de Louvain et l Université Saint-Louis Master 120 en études européennes Programme en études européennes organisé par l Université catholique de Louvain et l Université Saint-Louis Master Année académique 2013-2014 Les institutions partenaires

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014

L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 L Union bancaire européenne Une réforme à la hauteur des enjeux? Dominique Plihon Attac France ESU Paris 20 août, 2014 Introduction Union bancaire européenne (UBE) : décision du conseil européen de décembre

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012

Famille et couple: questions pratiques en droit international privé. Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 1 Famille et couple: questions pratiques en droit international privé Renouveau et démocratie Conseil européen 27 septembre 2012 2 Plan de l exposé Mise en situation pratique 1. Mésentente conjugale: des

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

ANALYSE TRANSVERSALE D UNE PROBLEMATIQUE DEMOCRATIQUE

ANALYSE TRANSVERSALE D UNE PROBLEMATIQUE DEMOCRATIQUE ANALYSE TRANSVERSALE D UNE PROBLEMATIQUE DEMOCRATIQUE L ACTION EN FAVEUR DE LA LIBERTE D EXPRESSION ET DE L INDEPENDANCE DES MEDIAS : INTRODUCTION La liberté d expression est garantie par l article 10

Plus en détail

1. POLITIQUE NATIONALE EN MATIÈRE DE PPP

1. POLITIQUE NATIONALE EN MATIÈRE DE PPP 2 novembre 2005 Original : anglais PROGRAMME DE PARTENARIAT INDIVIDUEL ENTRE LA SUISSE ET L OTAN pour 2006 1. POLITIQUE NATIONALE EN MATIÈRE DE PPP Le Programme suisse de partenariat individuel (PPI) pour

Plus en détail

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 er CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «L Union pour un Mouvement Populaire» (UMP),

Plus en détail

Politique militaire de l OTAN en matière d affaires publiques

Politique militaire de l OTAN en matière d affaires publiques Politique militaire de l OTAN en matière d affaires publiques Politique militaire de l OTAN en matière d affaires publiques (MC 0457/2, février 2011) La présente brochure contient le texte agréé du MC

Plus en détail

Les clauses de défense mutuelle et de solidarité de l'union européenne: dimensions politique et opérationnelle

Les clauses de défense mutuelle et de solidarité de l'union européenne: dimensions politique et opérationnelle P7_TA-PROV(2012)0456 Les clauses de défense mutuelle et de solidarité de l'union européenne: dimensions politique et opérationnelle Résolution du Parlement européen du 22 novembre 2012 sur les clauses

Plus en détail

Le statut des «Gens du Voyage»

Le statut des «Gens du Voyage» Le statut des «Gens du Voyage» et ses conséquences discriminatoires légales Mars 2010 Sommaire 1 ère partie Quelques définitions 1.1. Les «Gens du Voyage» 1.2. Sans Domicile ni Résidence Fixe 1.3. Les

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

97.- LA TENSION ENTRE L ÉLARGISSEMENT ET L APPROFONDISSEMENT DE

97.- LA TENSION ENTRE L ÉLARGISSEMENT ET L APPROFONDISSEMENT DE e n l a r g E d u c a t i o n V A L I S E P É D A G O G I Q U E " É L A R G I S S E M E N T D E L U N I O N E U R O P É E N N E " Cofinancée par l Union européenne VALISE PÉDAGOGIQUE "ÉLARGISSEMENT DE

Plus en détail

1950 La Déclaration Schuman

1950 La Déclaration Schuman Chapitre 3 31 Du Marché commun à l Union monétaire En mai 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l Europe est en ruine. La crainte qu un tel drame ne se reproduise inspire aux hommes politiques

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE MUTUELLE SOCIALE?

QU EST-CE QU UNE MUTUELLE SOCIALE? MINISTÈRE DE LA FAMILLE, DE LA FEMME ET DES AFFAIRES SOCIALES RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION -DISCIPLINE -TRAVAIL DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE ET DE LA MUTUALITE QU EST-CE QU UNE MUTUELLE SOCIALE?

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques

NATIONS UNIES. Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques NATIONS UNIES Déclaration des droits des personnes appartenant à des minorités nationales ou ethniques, religieuses et linguistiques www2.ohchr.org/english/issues/minorities Droits des minorités Introduction

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 16 septembre 2013 (OR. en) 13152/13 Dossier interinstitutionnel: 2013/0282 (NLE) RECH 385 COEST 240

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 16 septembre 2013 (OR. en) 13152/13 Dossier interinstitutionnel: 2013/0282 (NLE) RECH 385 COEST 240 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 16 septembre 2013 (OR. en) 13152/13 Dossier interinstitutionnel: 2013/0282 (NLE) RECH 385 COEST 240 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet: DÉCISION DU

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014

COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 COMMUNIQUE CONJOINT RELATIF A LA VISITE EN COTE D IVOIRE DE S.E.M. SHINZO ABE, PREMIER MINISTRE DU JAPON 10-11 janvier 2014 Le Premier Ministre du Japon, S.E.M. Shinzo ABE, a effectué une visite en République

Plus en détail

Accord quadripartite sur Berlin (Berlin, 3 septembre 1971)

Accord quadripartite sur Berlin (Berlin, 3 septembre 1971) Accord quadripartite sur Berlin (Berlin, 3 septembre 1971) Légende: Signé à Berlin le 3 septembre 1971 par les représentants de la France, de l'urss, du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'irlande du Nord

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD. Pour la création du CODETIC

PROTOCOLE D ACCORD. Pour la création du CODETIC NRef RM/SF0704165 PROTOCOLE D ACCORD Pour la création du CODETIC Consortium Mondial pour le Développement Equitable des Technologies de l Information et de la Communication Entre WebForce International

Plus en détail

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945.

Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. 1 Enquête sur LES RELATIONS INTERNATIONALES APR ÈS 1945. TITRE PREMIER : LES RELATIONS EST-OUEST. * Notion d'impérialisme*. I. Le climat général des relations entre les " Alliés ". (s'interroger ). Parcourir

Plus en détail

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union

NOUVEAUXSTATUTS MAI 2015. Éditions de l Union NOUVEAUXSTATUTS Éditions de l Union TITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES ARTICLE 1 ER CONSTITUTION Il est fondé entre les personnes physiques adhérant aux présents statuts un parti politique dénommé «Les Républicains»,

Plus en détail

PACTE DE NON-AGRESSION ET DE DEFENSE COMMUNE DE L UNION AFRICAINE

PACTE DE NON-AGRESSION ET DE DEFENSE COMMUNE DE L UNION AFRICAINE PACTE DE NON-AGRESSION ET DE DEFENSE COMMUNE DE L UNION AFRICAINE 1 PACTE DE NON-AGRESSION ET DE DEFENSE COMMUNE DE L UNION AFRICAINE PREAMBULE Nous, Chefs d'etat et de gouvernement des Etats membres de

Plus en détail

Repères : histoires croisées : Royaume-Uni Union Européenne - France

Repères : histoires croisées : Royaume-Uni Union Européenne - France Repères : histoires croisées : Royaume-Uni Union Européenne - France Date Objet Observations et autres évènements européens majeurs. 1849 Victor HUGO évoque la création des «Etats-Unis d Europe» 1904 «Entente

Plus en détail

EDITO. LETTRE de L AIBC, Octobre 2008. Chers Membres,

EDITO. LETTRE de L AIBC, Octobre 2008. Chers Membres, EDITO LETTRE de L AIBC, Octobre 2008. Chers Membres, Les 20 et 21 octobre 2008 se sont déroulées à Paris les réunions annuelles de l Association Internationale des Banques Coopératives, organisées en collaboration

Plus en détail

Ordre du jour provisoire de la soixante-huitième session ordinaire de l Assemblée générale*

Ordre du jour provisoire de la soixante-huitième session ordinaire de l Assemblée générale* Nations Unies Soixante-huitième session de Notice biographique Déclaration Informations de base Ordre du jour provisoire Liste des Présidents Ordre du jour provisoire de la soixante-huitième session ordinaire

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 28 mai 2010 (OR. en) 9633/10 Dossier interinstitutionnel: 2010/0096 (NLE)

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 28 mai 2010 (OR. en) 9633/10 Dossier interinstitutionnel: 2010/0096 (NLE) CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 28 mai 2010 (OR. en) 9633/10 Dossier interinstitutionnel: 2010/0096 (NLE) ACP 140 COAFR 181 PESC 619 RELEX 415 ACTES LÉGISLATIFS ET AUTRES INSTRUMENTS Objet:

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE... TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... VII PRÉFACE....IX LISTE DES ABRÉVIATIONS... XXVII INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION

Plus en détail

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République

Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République PRÉSIDENTIELLE EN ITALIE 29 janvier 2015 Observatoire des Élections en Europe Après la Grèce, l Italie doit désigner son nouveau président de la République Corinne Deloy Analyse Résumé : Le président de

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Décision n 10-DCC-06 du 21 janvier 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Thémis Grains par le groupe coopératif Unéal

Décision n 10-DCC-06 du 21 janvier 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Thémis Grains par le groupe coopératif Unéal RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-06 du 21 janvier 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Thémis Grains par le groupe coopératif Unéal L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Statuts de l Association suisse de chauffage à distance (ASCAD)

Statuts de l Association suisse de chauffage à distance (ASCAD) Statuts de l Association suisse de chauffage à distance (ASCAD) I. Nom, siège, objectifs et désignations Article 1 Sous le nom Association suisse de chauffage à distance (ASCAD) Fernwärme Schweiz (VFS)

Plus en détail

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS INTRO POUR LES ENSEIGNANTS Cette ligne du temps illustre l histoire de l Union européenne. Vous pouvez l imprimer par section et l afficher

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail