COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE"

Transcription

1 1 LICENCE 2 ième année DROIT COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE SECTION 1 - L'OTAN, ORGANISATION DE DEFENSE EMBLEMATIQUE 1 - Une structure organisationnelle fondée sur la distinction entre le civil et le militaire et ouverte à la recomposition de l'europe A. La distinction au plan interne de l organisation entre les structures civiles et militaires 1. Les structures civiles de l OTAN a) le Conseil Atlantique organe souverain de l'alliance b) un secrétariat général au rôle politique important c) le Comité des plans de défense d) le groupe des plans nucléaires 2. Les structures militaires de l OTAN a) la division fonctionnelle - le Comité militaire - l'état-major international b) la division opérationnelle: les commandements opérationnels et la réforme de le commandement suprême allié en Europe (SACLANT) - le commandement suprême de l'atlantique (SACEUR) c) les dernières réformes du commandement opérationnel de 2002

2 2 -un commandement opérationnel unique pour l ensemble des théâtres d opération (ACO ou Allied Command Opération) -un commandement dédié à la transformation de l OTAN (ACT ou Allied Command Transformation) B. Les nouvelles structures de coopération avec des Etats tiers inhérentes à la fin de l'affrontement Est/Ouest 1. du Conseil de Coopération Nord Atlantique (COCONA) au Conseil de Partenariat Euro-Atlantique (CPEA) a) les principales étapes du développement du CPEA b) les structures et le fonctionnement du CPEA 2. les structures propres au partenariat OTAN Russie : du Conseil Permanent conjoint (CPC) au Conseil OTAN Russie (COR) a) historique du développement des relations OTAN Russie avant 1997 b) la signature en mai 1999 de l acte fondateur sur les relations et la coopération mutuelle et l instauration du Conseil Permanent conjoint (CPC) c) la relance de la coopération OTAN Russie et la signature à Rome en mai 2002 de la déclaration commune instituant le Conseil OTAN Russie (COR) 2 - Un mode de fonctionnement traditionnel propre aux organisations internationales classiques A. La procédure de consultation et ses évolutions 1. Le "rapport des 3 sages" et l'élargissement de la consultation aux domaines non strictement militaires 2. L'extension de la consultation à des éléments extérieurs hors zone susceptibles d'affecter les intérêts collectifs de l'alliance B. Un processus décisionnel exclusif de toute supranationalité: le recours au consensus 3 - Un rôle prépondérant modifié par les évolutions récentes de la société internationale A. Le rôle originel: une alliance militaire euro-atlantique défensive complétée par la coopération politique pour le développement de relations pacifiques 1. L'article 5du Pacte de Washington: une garantie non automatique. 2. L'article 6 du Pacte de Washington et la limitation ratione loci de la garantie (exclusion des interventions hors zone) 3. La coopération non militaire (Cf. renvoi 2 A) B. La redéfinition des missions de l OTAN liées à l'effondrement du bloc communiste 1. La modification des régimes en Europe et l'élaboration d une nouvelle stratégie pour l'otan

3 3 a) la disparition de la menace d'attaque massive et simultanée... b) le maintien de la vigilance en matière militaire - promotion de l'équilibre stratégique et action pour le désarmement et la limitation des armements en Europe - une nouvelle "doctrine nucléaire" 2. L'extension de coopération de l'otan aux missions hors zone et le soutien aux opérations de l'onu a) les opérations militaires de l OTAN en Bosnie Herzégovine : de l IFOR à la KFOR b) l intervention contestée de l OTAN dans la crise du KOSOVO (opération Force alliée de mars à juin 1999 de frappes aériennes sur le territoire de la république fédérative de Yougoslavie) puis création de la KFOR (12 juin 1999) légitimée par l ONU (résolution 1244) c) l ISAF ou FIAS La FIAS dirigée (Août 2003) par l'otan mission militaire d assistance aux autorités intérimaires d Afghanistan en complément de de la mission des Nations unies (MANUA), première intervention hors Europe de l Alliance Atlantique SECTION II - L'UEO, DE SA CREATION A SA DISSOLUTION OU L HISTOIRE DIFFICILE DE LA «BELLE AU BOIS DORMANT DE L EUROPE» 1 la création de l UEO à partir de l UO et le contenu de des accords de Paris de 1954 (dit accord de Bruxelles révisé) A. le protocole n 1 1. il réalise l élargissement de l ancienne UO à l Allemagne et à l Italie 2. il crée l'assemblée de l'ueo : introduction de la parlementarisation de l organisation sur le modèle du Conseil de l'europe a) les membres de l'assemblée ne sont pas élus au suffrage universel direct b) la pondération des sièges est identique à celle du Conseil de l'europe c)un rôle beaucoup plus réduit que celui de l'assemblée du Conseil de l'europe mais une véritable instance parlementaire très spécialisée sur les questions de défense et de sécurité d) une Assemblée qui survivra au conseil UEO de Marseille mais qui ne survivra pas à la dissolution de l UEO (juin 2011) B. les protocoles n 3 (interdiction et limitations des armements à l encontre de l Allemagne) et n 4 (création de l agence de contrôle des armements) au cœur des missions de l UEO 1. les interdictions de fabrication et de productions de certains armements mises à la charge de l Allemagne : un encadrement du réarmement allemand comme substitut de l échec de la CED ne seront définitivement démantelées qu en la création de l agence européenne pour le contrôle des armements (protocole n 4) et sa dissolution en 1997

4 4 2 Du bilan très contrasté de l'ueo à sa disparition définitive (juin 2011) A. L UEO Belle au bois dormant de l Europe ( jusqu en 1984) 1. Le bilan chaotique de l'agence pour le contrôle des armements 2. La rapide inféodation de l'uo/ueo à l'otan malgré une définition plus stricte de la garantie de sécurité collective a) une définition plus stricte de la garantie de sécurité collective (articles IV du Traité de Bruxelles, V du Traité de Paris) b) la suppression en 1951 des forces et capacités opérationnelles de l'uo au profit de l'otan, prive l'ueo de toute capacité opérationnelle propre B. La réactivation de l'ueo, structure d'accueil possible pour l'identité Européenne de Défense et Sécurité (IEDS) 1. L'affirmation au profit de l'ueo de l'identité européenne de défense et de sécurité (IEDS) au sein de l OTAN a) l'acceptation de principe de l'ieds par l'otan (déclaration de Bruxelles 1994) b) le couple OTAN/UEO et les accords de Berlin garantissant à l UEO l accès aux capacités de l OTAN 2. le Traité de Maastricht fait de l'ueo le bras armé de l'union européenne: le couple UE/UEO et ses développements 3. le développement de capacités opérationnelles "autonomes" de l'ueo pour les missions de Petersberg - les missions de Petersberg Cf. Conseil UEO de Petersberg - le corps européen - EUROFOR et EUROMARFOR (1995) C. du «dépeçage» de l UEO au profit de l UE (sommet de Marseille 2000) à sa disparition définitive (juin 2011) 1. le sommet de Marseille et le transfert de ses capacités (Institut de sécurité et centre satellitaire de Torrejon) à l UE 2. l inscription dans le traité de Lisbonne de la clause de défense mutuelle (art. 42.7TUE) scelle la disparition de l UEO SECTION III - LA CSCE DEVENUE OSCE, SON ARCHITECTURE INSTITUTIONNELLE ET SES PRINCIPALES MISSIONS 1 l architecture institutionnelle de l OSCE A/les organes principaux représentatifs des Etats membres et de leurs peuples a) les sommets des chefs d Etat et de gouvernement b) le Comité ministériel

5 5 c) le Conseil permanent (anciennement Comité permanent) d) la présidence tournante (tous les ans : en 2013 Ukraine)) assisté de la troïka (en 2013 : Irlande et Suisse) e) Une Assemblée parlementaire définie à minima (par rapport à celle du Conseil de l Europe) B/ le secrétariat général C/ des organes subsidiaires importants a) Le bureau des institutions démocratiques et des droits de l homme (BIDDH) b) le Haut-Commissaire aux minorités nationales c) le représentant de l OSCE pour la liberté des médias d) la Cour de conciliation et d arbitrage 2 les principales missions de l OSCE

6 6

L UEO aujourd hui. Janvier 2000. Secrétariat général de l UEO Bruxelles, Belgique

L UEO aujourd hui. Janvier 2000. Secrétariat général de l UEO Bruxelles, Belgique 1 L UEO aujourd hui Janvier 2000 Secrétariat général de l UEO Bruxelles, Belgique 2 L UEO aujourd hui est publié par le Secrétariat général de l UEO. Il ne s agit pas d un document formellement approuvé

Plus en détail

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne Pourquoi le Traité de Lisbonne? De Nice à Lisbonne Le Traité de Nice Conclusion à Nice le 11 décembre 2000 Signature le 26 février 2001 1 er février 2003 Entrée en vigueur du traité 2000 2001 2002 2003

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE

PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE PROGRAMME SECRETAIRE DES AFFAIRES ETRANGERES (cadre général) ANNEXE I CULTURE GENERALE L évolution générale politique, économique et sociale du monde et le mouvement des idées depuis le milieu du XVIII

Plus en détail

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat

Introduction générale. La naissance et l évolution des institutions internationales. Partie I. L Etat LICENCE II. MENTION SOCIOLOGIE POLITIQUE LICENCE III. MENTION ADMINISTRATION ECONOMIQUE ET SOCIALE - OPTION ECHANGES INTERNATIONAUX PREMIER SEMESTRE 2011-2012 INSTITUTIONS INTERNATIONALES COURS DE MME

Plus en détail

LE PARTENARIAT STRATÉGIQUE OTAN-UE

LE PARTENARIAT STRATÉGIQUE OTAN-UE 8 LE PARTENARIAT STRATÉGIQUE OTAN-UE LE PARTENARIAT STRATÉGIQUE OTAN-UE 3 INFORMATIONS CLÉS L'OTAN et l'ue ont des intérêts stratégiques en commun. Dans un esprit de complémentarité, les deux organisations

Plus en détail

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants:

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants: INTRODUCTION Les futures élections européennes se tiendront du au 5 mai 014 dans l ensemble des 8 États membres. Cette charte, non contraignante, présente les positions politiques communes que les membres

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

II. Les cadres de coopération entre l`union européenne et l`otan

II. Les cadres de coopération entre l`union européenne et l`otan LES RELATIONS UNION EUROPEENNE- OTAN Djibril DIALLO Lex electronica, vol. 15.3 (printemps/spring 2011) SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. Les cadres de coopération entre l`union européenne et l`otan 2.1. Le

Plus en détail

L OTAN dans les relations internationales, de la fondation aux derniers élargissements.

L OTAN dans les relations internationales, de la fondation aux derniers élargissements. L OTAN dans les relations internationales, de la fondation aux derniers élargissements. Introduction L alliance est un accord impliquant, pour un ou plusieurs pays, non seulement l union pour la poursuite

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Groupe de travail FSESP/ISP

Groupe de travail FSESP/ISP Groupe de travail FSESP/ISP 4-5 mai 2006, Bruxelles Une nouvelle Fédération Notre voix en Europe La Fédération européenne a besoin d une constitution qui reflète nos objectifs et nous donne la structure,

Plus en détail

L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION. Document de travail présenté par la France

L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION. Document de travail présenté par la France L ACTION DE LA FRANCE CONTRE LA PROLIFERATION Document de travail présenté par la France «La prolifération des armes de destruction massive constitue une menace pour la paix et la sécurité internationales.»

Plus en détail

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition conjointe de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE LA HAUTE REPRÉSENTANTE DE L'UNION POUR LES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ Bruxelles, le 21.5.2015 JOIN(2015) 24 final 2015/0110 (NLE) Proposition conjointe de DÉCISION

Plus en détail

Chapitre 3 : La France dans le monde

Chapitre 3 : La France dans le monde Chapitre 3 : La France dans le monde La France est aujourd hui la cinquième puissance économique au monde. C est aussi, au vue des dernières crises internationales (Irak, Liban, ) un acteur important de

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

CHRONOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE

CHRONOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE CHRONOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE 1948 7-11 mai Congrès de La Haye : plus de mille délégués venus d'une vingtaine de pays européens discutent de nouvelles formes de coopération en Europe. Ils se

Plus en détail

Chronologie 1945 Conférences de Yalta et de Potsdam Fondation de l'organisation des Nations Unies

Chronologie 1945 Conférences de Yalta et de Potsdam Fondation de l'organisation des Nations Unies Chronologie 1945 Conférences de Yalta et de Potsdam Fondation de l'organisation des Nations Unies 1946 Discours de Churchill à Fulton 1947 Proclamation de la doctrine Truman Création du Kominform Élaboration

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites et orales des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires étrangères

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27. I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION GÉNÉRALE...27 I. L objectif de garantie de la mobilité et des droits fondamentaux dans le marché intérieur et l espace de liberté, de sécurité et de justice...32 II. L objectif

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS

LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS LES RELATIONS INTERNATIONALES (1945-1991) LES DEUX GRANDS HTTP://WWW.BASELYNE.NET A AFFRONTEMENT DES DEUX BLOCS Les 2 blocs et les grandes crises, 1960-1975 Explosions ou premiers engins opérationnels

Plus en détail

QCM UNIVERSITE EUROPEENNE D ETE 2008. (Version corrigée Les bonnes réponses sont en caractères gras)

QCM UNIVERSITE EUROPEENNE D ETE 2008. (Version corrigée Les bonnes réponses sont en caractères gras) QCM UNIVERSITE EUROPEENNE D ETE 2008 (Version corrigée Les bonnes réponses sont en caractères gras) I - LA DIMENSION INSTITUTIONNELLE : SITUATION ACTUELLE ET APPORTS DU TRAITE DE LISBONNE Répondez en indiquant

Plus en détail

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET

IMMIGRATION, GESTION DES FRONTIERES ET ART. 18 CHARTE DES DROITS FONDAMENTAUX DIRECTIVE RETOUR COMMISSION PARLEMENTAIRE LIBE FRONTEX DUBLIN II POLITIQUE D ASILE ELSJ SCHENGEN www.europarl.fr version décembre 2012 graphisme : atelier JBBOX EURODAC

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère des Affaires Étrangères Institut Diplomatique et des Relations Internationales Allocution du Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika

Plus en détail

Engagement actif, défense moderne Concept stratégique

Engagement actif, défense moderne Concept stratégique Engagement actif, défense moderne Concept stratégique pour la défense et la sécurité des membres de l Organisation du Traité de l Atlantique Nord adopté par les chefs d État et de gouvernement au sommet

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1236788L/Bleue-1 ----- ETUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant la ratification de l accord-cadre entre l Union européenne et ses Etats membres, d une part, et la République de Corée, d

Plus en détail

La réintégration de la France dans le commandement intégré de l OTAN : quel coût et quelles pistes d économies possibles?

La réintégration de la France dans le commandement intégré de l OTAN : quel coût et quelles pistes d économies possibles? COMMUNICATION A LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ECONOMIE GENERALE ET DU CONTRÔLE BUDGETAIRE DE L ASSEMBLEE NATIONALE ARTICLE 58-2 DE LA LOI ORGANIQUE DU 1ER AOUT 2001 RELATIVE AUX LOIS DE FINANCES La

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES

CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES CONCOURS DE SECRÉTAIRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES (CADRE GÉNÉRAL) NATURE DES ÉPREUVES Les épreuves écrites d admissibilité des concours externe et interne pour l accès à l emploi de secrétaire des affaires

Plus en détail

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE

POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE POLITIQUE SECTORIELLE DÉFENSE 1. INTRODUCTION... 2 2. ENGAGEMENT... 2 3. GESTION DU RISQUE... 2 4. STANDARDS ET CRITÈRES SPÉCIFIQUES AU SECTEUR... 3 5. CHAMP D'APPLICATION... 4 6. PROCÉDURES D'APPLICATION...

Plus en détail

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES

5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES 5 juin 2013 LES SANCTIONS FINANCIERES INTERNATIONALES Qu est est-ce que la DG Trésor? La direction générale du Trésor est au service du ministre pour lui proposer et conduire sous son autorité la politique

Plus en détail

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009

Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Séminaire d introduction au droit international humanitaire Collège d Europe 16-18 février 2009 Document de travail. Copyright Yves Sandoz. A ne pas citer ni reproduire Ouverture du Séminaire Ire demi-journée:

Plus en détail

SOMMET DE L ORGANISATION DU TRAITE DE L ATLANTIQUE NORD LISBONNE, 19-20 NOVEMBRE 2010. Programme pour les médias

SOMMET DE L ORGANISATION DU TRAITE DE L ATLANTIQUE NORD LISBONNE, 19-20 NOVEMBRE 2010. Programme pour les médias SOMMET DE L ORGANISATION DU TRAITE DE L ATLANTIQUE NORD LISBONNE, 19-20 NOVEMBRE 2010 Programme pour les médias 18 NOVEMBRE 2010 8h00 Ouverture du Centre des médias Sommet 2010 des jeunes atlantistes Les

Plus en détail

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987

lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 lj~ion DE L'EUROPE_OCCIDENT ALE Plate-forme sur les interets europeens en matiere de securite La Haye, 27 octobre 1987 I. Soulignant I'attachement de nos pays aux principes qui fondent nos democraties

Plus en détail

Europe de la Défense et Défense de l Europe. Enjeux, Réalités et Perspectives

Europe de la Défense et Défense de l Europe. Enjeux, Réalités et Perspectives Europe de la Défense et Défense de l Europe Enjeux, Réalités et Perspectives Quelques rappels au préalable La Défense est un domaine régalien qui symbolise la souveraineté d un Etat L armée d un Etat est

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

Le Concept Stratégique de l'alliance

Le Concept Stratégique de l'alliance Le Concept Stratégique de l'alliance Approuvé par les chefs d'etat et de gouvernement participant à la réunion du Conseil de l'atlantique Nord tenue à Washington les 23 et 24 avril 1999 INTRODUCTION 1.

Plus en détail

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004)

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004) Texte original Accord entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République française relatif aux activités communes d instruction et d entraînement des armées françaises et de l armée suisse

Plus en détail

Revue de la posture de dissuasion et de défense

Revue de la posture de dissuasion et de défense Revue de la posture de dissuasion et de défense I. Introduction / contexte 1. Au sommet de Lisbonne, les chefs d'état et de gouvernement ont demandé une revue de la posture générale de l'otan s'agissant

Plus en détail

à l'école des Officiers de la Gendarmerie Nationale

à l'école des Officiers de la Gendarmerie Nationale GENDARMERIE NATIONALE Commandement des écoles DE LA GENDARMERIE NATIONALE CENTRE de production multimédia de la gendarmerie nationale Préparation au concours d'admission à l'école des Officiers de la Gendarmerie

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour:

Légende: Source: Copyright: URL: Date de dernière mise à jour: Recommandations du Conseil des ministres de l UEO pour le renforcement des capacités pour les opérations de gestion de crise (Luxembourg, 22 et 23 novembre 1999) Légende: Afin d évaluer les besoins européens

Plus en détail

L'OTAN après la Guerre froide. Les origines

L'OTAN après la Guerre froide. Les origines L'OTAN après la Guerre froide L'Organisation du traité de l'atlantique Nord (OTAN) a été créée au début de la guerre froide par le traité de Washington, comme l'instrument politique et militaire de l'alliance

Plus en détail

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide

Histoire. Chapitre n. : La Guerre froide Histoire Chapitre n. : La Guerre froide I) Le monde en 1945 : Des espoirs de paix rapidement déçus Problématiques : Quels sont les principes, les objectifs et le fonctionnement de l ONU? Comment s organisent

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique

PREMIÈRE PARTIE La coopération judiciaire face à la «souveraineté pénale» étatique TABLE DES MATIÈRES 717 PAGES Préface........................................................... 5 Introduction générale............................................... 13 1. La lente émergence d un espace

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

L Union Européenne (15 pays) PAYS. L Union Européenne (15 pays) PAYS

L Union Européenne (15 pays) PAYS. L Union Européenne (15 pays) PAYS Nom :. Prénom :.. Date : L Union Européenne (15 pays) PAYS Autriche Belgique Allemagne Danemark Espagne Finlande France Royaume-Uni Grèce Irlande Italie Luxembourg -Bas Portugal Suède Capitales Nom :.

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide?

II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide? II. Comment s organisent les relations internationales pendant la Guerre froide? 1. Doc. 1. Que représente le personnage? Le personnage représente les Etats-Unis. Doc. 1. Affiche pour le Plan Marshall,

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

LE CADRE POLITICO-MILITAIRE POUR LES OPERATIONS CONJOINTES ALIES-PARTENAIRES

LE CADRE POLITICO-MILITAIRE POUR LES OPERATIONS CONJOINTES ALIES-PARTENAIRES PROGRAMME DE BOURSES DE RECHERCHE DE L ORGANISATION DU TRAITE DE L ATLANTIQUE DE NORD RAPPORT FINAL LE CADRE POLITICO-MILITAIRE POUR LES OPERATIONS CONJOINTES ALIES-PARTENAIRES Igor Klipii République de

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

LES FINANCEMENTS EUROPEENS. Aurélie TSCHIRHART Malorie FEVRE Elodie LYET

LES FINANCEMENTS EUROPEENS. Aurélie TSCHIRHART Malorie FEVRE Elodie LYET LES FINANCEMENTS EUROPEENS Aurélie TSCHIRHART Malorie FEVRE Elodie LYET Le 19 décembre 2012 LES FINANCEMENTS EUROPEENS I. LE CADRE EUROPEEN L émergence de l Europe Dates clés II. LES 2 PRINCIPAUX FINANCEMENTS

Plus en détail

Engagement actif, défense moderne

Engagement actif, défense moderne «Concept stratégique pour la défense et la sécurité des membres de l Organisation du Traité de l Atlantique Nord» adopté par les chefs d État et de gouvernement à Lisbonne Engagement actif, défense moderne

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES FRANÇAIS DE L ÉTRANGER Commission de l Union européenne Président : Jean-Pierre VILLAESCUSA Rapporteur général : Claudine SCHMID

ASSEMBLÉE DES FRANÇAIS DE L ÉTRANGER Commission de l Union européenne Président : Jean-Pierre VILLAESCUSA Rapporteur général : Claudine SCHMID ASSEMBLÉE DES FRANÇAIS DE L ÉTRANGER Commission de l Union européenne Président : Jean-Pierre VILLAESCUSA Rapporteur général : Claudine SCHMID www.assemblee-afe.fr TRAITÉDELISBONNE Innovationsdanslefonctionnementdesinstitutionsdécisionnelles

Plus en détail

Cours d histoire de la vie politique française Frédéric Sawicki Licence 1 Paris I - 2009-2010 Plan du cours

Cours d histoire de la vie politique française Frédéric Sawicki Licence 1 Paris I - 2009-2010 Plan du cours Cours d histoire de la vie politique française Frédéric Sawicki Licence 1 Paris I - 2009-2010 Plan du cours 1 INTRODUCTION GENERALE 1. Naissance et définition de la politique moderne 2. La Révolution française

Plus en détail

"L'introuvable défense européenne" dans Le Monde diplomatique (Juin 1999)

L'introuvable défense européenne dans Le Monde diplomatique (Juin 1999) "L'introuvable défense européenne" dans Le Monde diplomatique (Juin 1999) Légende: Article publié dans Le Monde diplomatique suite au Conseil européen de Cologne des 3 et 4 juin 1999. Bernard Cassen retrace

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Groupe de rédaction sur l éducation et la formation aux droits de l homme: programme de travail

Groupe de rédaction sur l éducation et la formation aux droits de l homme: programme de travail Comité consultatif du Conseil des droits de l homme Recommandation 1/1. Groupe de rédaction sur l éducation et la formation aux droits de l homme: programme de travail Le Comité consultatif du Conseil

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme

Notre candidature. Les Pays-Bas, un candidat. engagé pour le Conseil. des droits de l homme Les Pays-Bas, un candidat engagé pour le Conseil des droits de l homme Notre candidature Les Pays-Bas ont chaleureusement accueilli la création du Conseil des droits de l homme. Membre actuel du Conseil

Plus en détail

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information.

Plan d intervention d urgence. en cas d attaque contre les systèmes d information. ou de faille technique des systèmes d information. Plan d intervention d urgence en cas d attaque contre les systèmes d information ou de faille technique des systèmes d information «PIU Cyber» (version publique) Ministère d État Ministère de l Économie

Plus en détail

CONTROLE DE CONNAISSANCES

CONTROLE DE CONNAISSANCES Campus européen d été 2009 du Centre d excellence Jean Monnet de Rennes Rennes 1 er au 12 septembre 2009 UNION EUROPEENNE ET GOUVERNANCE MONDIALE : QUEL APPORT AVEC QUELS ACTEURS? CONTROLE DE CONNAISSANCES

Plus en détail

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire.

1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. 1-De la guerre froide au monde d aujourd hui 1-1. La constitution des «BLOCS». Un monde bipolaire. Un monde bipolaire Le bloc de l ouest Le bloc de l est Grande puissance, chef de file du bloc Les Etats

Plus en détail

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA Communauté Économique des Etats de l Afrique Centrale CEEAC Economic community of Central Africa States ECCAS Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC Communidade Economica dos estados

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.192/5

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.192/5 Nations Unies A/CONF.192/5 Assemblée générale Distr. générale 6 juillet 2001 Français Original: anglais Conférence des Nations Unies sur le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects 9-20

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Les Instruments de solidarité en droit international public Connaissances et Savoirs

Les Instruments de solidarité en droit international public Connaissances et Savoirs Marie Bouriche Les Instruments de solidarité en droit international public Connaissances et Savoirs Table des matières Liste des abréviations 7 Introduction I. La notion de solidarité 12 A. La solidarité

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Guide du sommet de l'otan au pays de Galles

Guide du sommet de l'otan au pays de Galles Guide du sommet de l'otan au pays de Galles Newport, 4 et 5 septembre 2014 Le sommet de l'otan au pays de Galles se tient à un moment crucial de l'histoire de l'organisation. L'environnement de sécurité

Plus en détail

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE INTRODUCTION Au cours de l année 2013, le Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l Espace CEDEAO section Côte d Ivoire

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle Institut national de la propriété Brevet unitaire et Juridiction unifiée Besançon, le 8 octobre 2015 industrielle Brevet unitaire et Juridiction unifiée I - Le contexte II - Le brevet européen à effet

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

L Europe en un coup d oeil

L Europe en un coup d oeil L Europe en un coup d oeil Qu est-ce que l Union européenne? Quels sont ses objectifs? Son bilan jusqu'ici? L EUROPE ET SES SYMBOLES Le drapeau européen L hymne européen La devise de l Union européenne

Plus en détail

Spécialités : - Titulaires d un Master 1 - Sélection sur dossier et/ou entretien ; par VAE

Spécialités : - Titulaires d un Master 1 - Sélection sur dossier et/ou entretien ; par VAE Master Professionnel Droit (Semestres 3 et 4) Mention : Droit Public Spécialités : - Droit public de l entreprise - Droit de la défense et de la sécurité - Droit et politiques de la santé - Administration

Plus en détail

Avec le concept de nation-cadre, présenté au sein de l Otan en 2013 et

Avec le concept de nation-cadre, présenté au sein de l Otan en 2013 et Le concept allemand de nationcadre pour une coopération de défense en Europe Claudia Major Christian Mölling Docteurs en science politique, chercheurs à l Institut allemand des affaires internationales

Plus en détail

Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève

Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève Le cadre institutionnel transfrontalier du Grand Genève Nicolas LEVRAT Professeur à la Faculté de droit et directeur du Global studies Institute de l Université de Genève 1 L évolution des fonctions des

Plus en détail

EUTM Mali. Mission d entraînement de l Union européenne au Mali. Dossier de Presse. Mandat Activités Événements Curriculum Vitae Plan de la caserne

EUTM Mali. Mission d entraînement de l Union européenne au Mali. Dossier de Presse. Mandat Activités Événements Curriculum Vitae Plan de la caserne EUTM Mali Mission d entraînement de l Union européenne au Mali Dossier de Presse Mandat Activités Événements Curriculum Vitae Plan de la caserne EUTM Mali, une contribution décisive à la reconstruction

Plus en détail

Elections parlementaires en Ukraine

Elections parlementaires en Ukraine Elections parlementaires en Ukraine Session d information sur les élections parlementaires en Ukraine Compte-rendu 28 août 2012 Centre Thénard Intervenants - Bernard Owen, Secrétaire Général du Centre

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 3: Quelle est la place de l'union Européenne dans l'économie globale? Être capable de définir Notions à acquérir

Plus en détail

à l'école des Officiers de la Gendarmerie Nationale

à l'école des Officiers de la Gendarmerie Nationale GENDARMERIE NATIONALE COMMANDEMENT DES ÉCOLES DE LA GENDARMERIE NATIONALE CENTRE DE PRODUCTION MULTIMÉDIA DE LA GENDARMERIE NATIONALE Préparation au concours d'admission à l'école des Officiers de la Gendarmerie

Plus en détail

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC)

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) 1. ADRESSE : CEEAC : +241-44 47 31 BP 2112 Fax:+241-44 47 32 Libreville Gabon Email: ceeac.orgsr@inet.ga Website : www.ceeac-eccas.org

Plus en détail

Fédération Internationale des chambres Consulaires & de commerce d'afrique FICHE DE POSTE

Fédération Internationale des chambres Consulaires & de commerce d'afrique FICHE DE POSTE ! Fédération Internationale des chambres Consulaires & de commerce d'afrique FICHE DE POSTE Nom : Virginie TICHA Fonction : Expert en Bonne Gouvernance de projets La bonne gouvernance constitue l un des

Plus en détail

TAN. briefing. La structure de commandement de l OTAN. Une nouvelle structure de commandement pour une Alliance transformée AVRIL 2007

TAN. briefing. La structure de commandement de l OTAN. Une nouvelle structure de commandement pour une Alliance transformée AVRIL 2007 La structure de commandement de l OTAN TAN briefing AVRIL 2007 Commandement allié Opérations Commandement allié Transformation Une nouvelle structure de commandement pour une Alliance transformée «La nouvelle

Plus en détail

Rapport de la délégation parlementaire canadienne sur sa participation à la session annuelle des consultations de la Commission de l'économie et de

Rapport de la délégation parlementaire canadienne sur sa participation à la session annuelle des consultations de la Commission de l'économie et de Rapport de la délégation parlementaire canadienne sur sa participation à la session annuelle des consultations de la Commission de l'économie et de la sécurité avec l Organisation de coopération et de

Plus en détail

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES

AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES ACADEMIE DIPLOMATIQUE INTERNATIONALE en partenariat avec PROJET DE FORMATION AUX MÉTIERS DE LA DIPLOMATIE ET DES AFFAIRES INTERNATIONALES destiné aux diplomates originaires des pays membres de l OIF Septembre

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Présentation de l OMC

Présentation de l OMC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ECONOMIE ET COMMERCE Programme Hub&Spokes II Atelier de Vulgarisation sur l Accord sur la Facilitation des Echanges de l OMC, à l attention de la Presse

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 PAR LA TERRITORIALITÉ TITRE 1 UNE TERRITORIALITÉ SOUS EMPRISE ÉTATIQUE

TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 PAR LA TERRITORIALITÉ TITRE 1 UNE TERRITORIALITÉ SOUS EMPRISE ÉTATIQUE TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................. 13 REMARQUE..................................................... 15 LISTE DES ABRÉVIATIONS..........................................

Plus en détail

/ L ETUDE / EXPERTISE EN MATIERE INTERNATIONALE

/ L ETUDE / EXPERTISE EN MATIERE INTERNATIONALE / L ETUDE L Etude ZABALDANO est un cabinet d avocats établi en Principauté de Monaco, qui intervient dans les affaires les plus complexes, présentant fréquemment une dimension internationale. Elle représente

Plus en détail

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires Les particularités des rémunérations des réservistes militaires PRESENTATION Pour favoriser le développement et l attractivité de la réserve militaire, les rémunérations versées aux réservistes sont exonérées

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail