1. POLITIQUE NATIONALE EN MATIÈRE DE PPP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. POLITIQUE NATIONALE EN MATIÈRE DE PPP"

Transcription

1 2 novembre 2005 Original : anglais PROGRAMME DE PARTENARIAT INDIVIDUEL ENTRE LA SUISSE ET L OTAN pour POLITIQUE NATIONALE EN MATIÈRE DE PPP Le Programme suisse de partenariat individuel (PPI) pour 2006 se fonde sur l invitation de l OTAN et sur le document de base paru le 10 janvier 1994, aussi bien que sur le document de présentation fourni par la Suisse, le 11 décembre Ces documents présentent le concept général, les objectifs du Partenariat pour la paix (PPP) et les termes concrets de la participation suisse. La Suisse voit le Partenariat pour la paix comme un pilier essentiel de l architecture de sécurité européenne et partage complètement son concept de base : la stabilité et la sécurité dans la sphère euro-atlantique ne peuvent être assurées qu à travers la coopération et des actions communes. Pour la Suisse, le Partenariat est une plate-forme essentielle pour la participation aux efforts visant une sécurité collective, ainsi qu un instrument de soutien utile dans la modernisation continue de ses forces armées. Le Partenariat reposant sur les principes de base du volontariat et de l autodétermination, il est dès lors parfaitement compatible avec la neutralité suisse. Du point de vue de la Suisse, le Partenariat reste un instrument important de la politique de sécurité européenne. Ces dernières années, l environnement sécuritaire euro-atlantique a connu un certain nombre de changements fondamentaux. Le Partenariat s est adapté à ces changements et poursuit ses efforts dans cette voie. Il en est résulté un renforcement sensible de la coopération avec l OTAN et un élargissement de la palette de ses thèmes. De nouveaux domaines thématiques, comme le terrorisme international, la réforme des structures nationales de sécurité et de défense, la protection et la sécurité des frontières, de même que la prolifération d armes de destruction massive complètent cette palette. La Suisse partage l approche faite actuellement du thème que sont les menaces auxquelles est soumise la région euro-atlantique et est également prête à apporter une contribution substantielle. Par ailleurs, dans sa participation au Partenariat, elle continue de s engager dans des domaines qui ont fait leurs preuves, comme l amélioration de l interopérabilité militaire, de la planification civile d urgence et de l aide en cas de catastrophe ou de la diffusion du droit international humanitaire. Pour que l importance du Partenariat soit reconnue à l avenir également, la Suisse s engage pour une approche souple de la coopération entre l OTAN et les Etats partenaires afin que les divers besoins et intérêts des Etats membres du PPP puissent être pris en considération. Les objectifs de la participation suisse dans le cadre du PPP comprennent : promotion du développement d une société internationale juste et pacifique se fondant sur - les règles du droit humanitaire, le respect des droits de l homme et des libertés fondamentales ; - la transparence et le contrôle démocratique des forces armées et de l ensemble du secteur de la sécurité ;

2 2 promotion des capacités des employés civils et des officiers collaborant à l élaboration et à l exécution des politiques de sécurité et de défense dans la gestion de crise ; promotion de l interopérabilité des forces armées lors d engagements de soutien à la paix mandatées par l ONU ou l OSCE ; soutien des efforts visant plus de stabilité régionale, principalement dans l Europe du Sud-Est ; coopération dans la lutte contre les menaces transfrontalières, comme le terrorisme international et la prolifération d armes de destruction massive ; établissement de procédures et de lignes directrices communes dans les pratiques d aide en cas de catastrophe, de recherche et de sauvetage, et d opérations humanitaires ; transmission de modules d instruction et échange de connaissances dans les domaines suivants : - droit international humanitaire, - contrôle des armements et désarmement, - armes légères et de petits calibres, - relations entre les domaines civils et les domaines militaires, - politique de sécurité globale; soutien des Etats partenaires dans leurs efforts de réforme par des conseils, des programmes d entraînement et d instruction, ainsi que par des livraisons de matériel n entrant pas dans la catégorie des techniques d armement. 2. RESSOURCES DISPONIBLES A. Forces armées La Suisse a déclaré des capacités spécifiques disponibles pour des opérations dans le contexte du PPP, mais ne tombant pas sous le coup des opérations liées à la défense collective de l Alliance («non-article 5 operations»). La participation d unités des forces armées suisses et la fourniture de compétences à des opérations du PPP demeurent néanmoins sujettes à une décision nationale sur la base du «cas par cas». La participation suisse, en dehors d un cas de défense collective de l Alliance, dépend, en tous les cas, d un mandat de l ONU ou de l OSCE, et exclut toute mission prévoyant, comme élément central du mandat, des combats au sens premier du terme ou le recours à la force armée. Aucune unité permanente n est prévue pour des engagements dépassant le cadre du cas de défense collective de l Alliance. Les capacités engagées au Kosovo peuvent sur la base d une décision nationale prise de cas en cas - être mises à disposition dans le cadre d un engagement (une compagnie logistique, un détachement moyen d appui aérien, un détachement de la police militaire et un détachement médical). Du personnel militaire spécialisé - unité de secours en cas de catastrophe, équipes de recherche et sauvetage, observateurs militaires, spécialistes de neutralisation des explosifs et munitions, et des unités de transport aérien (hélicoptères) - peut être

3 3 engagé, dans un court délai, pour des évacuations médicales («Medical Evacuation» - MEDEVAC) et d autres opérations humanitaires. B. Ressources civiles Le pool d experts suisses pour des missions civiles d établissement de la paix compte, pour des missions à court et à long terme, des observateurs d élections, des observateurs des droits de l homme, des officiers de police civils, des experts des douanes et des médecins légistes. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) peut autoriser le déploiement d unités civiles d aide en cas de catastrophe pour des opérations humanitaires appuyant les efforts du Centre euro-atlantique de coordination des réactions en cas de catastrophe (EADRCC). Le DFAE peut déléguer du personnel civil pour participer à des opérations, des entraînements et des exercices à caractère humanitaire, y compris des opérations d aide en cas de catastrophe et de recherche et sauvetage. Ce personnel est soit issu du contingent standard de la Division Aide humanitaire et de l aide en cas de catastrophe, soit recruté dans le vivier de 1'500 personnes des membres du Corps suisse d aide humanitaire. Certains éléments peuvent être engagés en l espace de quelques heures. C. Installations d instruction Peuvent être utilisées dans le cadre d activités du PPP les installations d instruction suivantes : Installations militaires Centre pour l information et la communication de l armée, à Berne Centre d instruction pour le combat en montagne, à Andermatt Swiss International Training Centre (SWISSINT), à Stans Centre d entraînement tactique du Centre d instruction de l armée, à Lucerne Installations civiles Centre de politique de sécurité Genève (GCSP), comme centre d entraînement certifié PPP Centre international de déminage humanitaire Genève (GICHD) Centre pour le contrôle démocratique des forces armées Genève (DCAF) International Relations and Security Network (ISN - Réseau de données sur les relations internationales et la sécurité) 3. CHAMP D APPLICATION DU PPI La Suisse définit les domaines thématiques primordiaux de sa coopération ( areas of cooperation") dans le plan de coopération du Partenariat ("Euro-Atlantic Partnership Work Plan" - EAPWP) en fonction des objectifs formulés dans le cadre de sa politique nationale à l égard du PPP. Les domaines prioritaires sont les suivants : Sécurité et protection des frontières (BSC) : soutenir les Etats en phase de transformation dans la restructuration d organisations militaires de protection des

4 4 frontières qui passent sous la coupe des autorités civiles, tout en assurant un contrôle démocratique et juridique efficace ; améliorer l entraînement et l équipement des troupes de protection des frontières ; soutenir l implémentation des aspects relevant de la sécurité et de la protection des frontières dans le cadre du plan d action du Partenariat contre le terrorisme (PAP-T) et du plan d action du Partenariat concernant le développement d institutions de défense (PAP-DIB). Direction, systèmes de communication et d information (C3) : atteindre le niveau le plus élevé dans les affaires de direction et de communication pour assurer l interopérabilité internationale et pour éviter les solutions individuelles ; approfondir les connaissances sur la doctrine des CIS («Communications and Information Systems»), ainsi que sur leurs lignes directrices, les concepts et leurs procédures. Planification civile en cas d urgence (CEP) : renforcer les capacités nationales et internationales existantes pour pouvoir répondre aux demandes d assistance en cas de catastrophe ; établir une doctrine, des procédures et des lignes directrices communes dans le domaine de l aide en cas de catastrophe. Gestion des crises (CRM) : améliorer les connaissances et l expérience de l administration et de l armée en matière de CRM ; concrétiser l interopérabilité en approfondissant les connaissances issues d'une participation à la CRM dans la définition de sa doctrine, dans l établissement de ses procédures et dans l affermissement de son expertise, ainsi qu en participant à des consultations et à des exercices politico-militaires. Contrôle démocratique des forces armées et des structures de défense (DCF): soutenir les Etats en phase de transformation dans le développement efficace et transparent de structures de sécurité et de défense, en contrôlant démocratiquement et juridiquement ce processus ; soutenir l implémentation du "Code de conduite de l OSCE. Droit international humanitaire (IHL) : favoriser l établissement de normes communes dans le domaine du droit international (IHL), en ayant pour objectif de concrétiser "l interopérabilité juridique ; améliorer la formation nationale en matière d IHL ; garantir que les doctrines, les planifications et les procédures nationales ne contreviennent pas aux obligations liées à l IHL. Logistique (LOG) : acquérir et approfondir les connaissances dans le cadre des doctrines, des lignes directrices, des questions de procédures et des concepts communs dans le domaine de la logistique; développer des capacités et des structures logistiques nationales plus efficaces et mieux interopérables ; instruire le personnel en vue d assumer des fonctions logistiques sur le plan international. Défense et protection ABC (NBC): renforcer les consultations et les échanges en ce qui concerne les armes de destruction massives et leurs vecteurs ; renforcer les consultations et les échanges en ce qui concerne les mesures de protection contre les menaces ABC ; améliorer les capacités et les mesures de protection nationales contre les menaces ABC, tant au niveau civil que militaire. Lutte contre le terrorisme (RTT): renforcer l échange d informations sur la lutte contre le terrorisme ; soutenir les efforts consentis, tant sur le plan international que régional, dans le cadre du plan d action du Partenariat contre le terrorisme (PAP-T). Armes légères et de petit calibre (SLW) : atteindre l objectif de l ONU fixé dans son "Program of Action to Prevent and Eradicate the Illicit Trade in Small Arms and Light

5 5 Weapons in All its Aspects" ; assurer l entreposage adéquat des stocks nationaux d armes et la destruction des surplus, ainsi que des armes récoltées ; contribuer au développement de modules d instruction du PPP pour des problèmes spécifiques dans le domaine des armes légères et de petit calibre. Aspects opérationnels, matériels et administratifs de la standardisation (STD) : améliorer l interopérabilité internationale en atteignant un niveau minimum en matière de compatibilité, d interchangeabilité et de normalisation dans le domaine de l équipement et des systèmes de l armée et des forces aériennes ; établissement et implémentation de normes matérielles/techniques communes et de critères dans les biens d armement. Exercices militaires et instruction (TEX) : améliorer les connaissances et l expérience de l armée dans les activités d états-majors multinationaux dans le contexte des opérations de réponse aux crises ne relevant pas de l art. 5 et dans les opérations humanitaires; favoriser la coopération dans le développement, l implémentation et l adaptation des structures et des procédures de conduite ; développer un concept commun de relation entre les domaines civils et les domaines militaires. Pédagogie militaire, instruction et doctrine (TRD) : échanger des notions relatives aux concepts, aux doctrines, aux procédures et aux structures militaires ; favoriser l expérience dans les activités d états-majors multinationaux et les connaissances linguistiques techniques au niveau des officiers et sous-officiers en vue d engagement dans des opérations de réponse aux crises ne relevant pas de l art. 5 et dans des opérations humanitaires; développer et implémenter des normes communes dans le cadre de l instruction militaire. 4. ACTIVITÉS PRINCIPALES La Suisse a prévu quelque 250 activités dans le programme Ces activités reflètent les objectifs prioritaires décrits plus haut. Ces derniers impliquent plus particulièrement la participation du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS) et de l armée. A. Exercices OTAN/PPP Exercices OTAN/PPP - COOPERATIVE LANCER 06 - COOPERATIVE LONGBOW 06 - NOBLE INTENT 06 - STEADFAST JAW 06 Exercices "dans l esprit du PPP" - CENTRIFUGAL FORCE / COMBINED ENDEAVOUR 06 B. Processus de planification et d examen du PPP (PARP) Depuis 1999, la Suisse prend part au processus de planification et d examen du PPP (PARP). En 2004, la Suisse et l OTAN se sont accordées sur un nouveau paquet d objectifs

6 6 du PPP («Partnership Goals» - PGs). Ces objectifs révisés du Partenariat sont au nombre de 29, dont 17 sont de portée générale, 5 concernent le domaine des forces terrestres et 7 celui des forces aériennes. En 2005, la Suisse a procédé à l évaluation de l état de concrétisation des objectifs, en tant que premier pas dans la voie de la définition des objectifs du Partenariat pour Ils servent d instruments à la mise au point des objectifs de planification pour la période s étendant jusqu en 2010 et devraient aider la Suisse à développer le concept d interopérabilité de ses troupes et les capacités qu elle pourrait mettre à disposition pour des engagements de soutien à la paix et, dès lors aussi, pour les modules d instruction et les entraînements qui en dépendent. Le principe fondamental du Partenariat en matière de volontariat s applique également au PARP. C. Offres suisses dans le cadre du plan de coopération du Partenariat ( Euro- Atlantic Partnership Work Plan" - EAPWP) CEP SWI.2805 UNCMCC UN-Civil-Military Co-ordination Course DCF SWI.2691 KOMKA PfP 1 Basic Media Training Course (2) DPS SWI.2735 ETC European Security Policy Training Course DPS SWI.2760 NISC New Issues in International Security Course DPS SWI.2761 ISF 7th International Security Forum DPS SWI.2767 ITC International Security Training Course HMA SWI.2772 IMSMA Course on Information Management System for Mine Action (2) IHL SWI.2720 COC Implementation of the OSCE Code of Conduct Course IHL SWI.2803 MILMED Course on International Humanitarian Law (IHL) IHL SWI.2804 SLAC/CENTROC Seminar on the Law of Armed Conflicts MED SWI.2757 EDMA Emergency and Disaster Medicine Advanced Course (2) MED SWI.1815 NBCMED Emergency and Disaster Medicine in Respect to NBC Events Basic Course NBC SWI.2745 CWCVERI Workshop on NBC Defence and the Chemical Weapons Convention NBC SWI.2807 NBC TL Course on Handling with Nuclear, Biological and Chemical Emergencies on Tactical Levels PKG SWI.2702 SUNMOC Training Course for Military Observers for UN and OSCE Missions PKG SWI.2814 PSOBC Peace Support Operations Basic Course (2) TRD SWI.2697 WMC Winter Mountain Training Course TRD SWI.2698 SMC Summer Mountain Training Course TRD SWI.2765 AVC Avalanche Course TRD SWI.2766 NCO Leadership Development for NCOs (2) TRD SWI.2791 Negotiation Training TRD SWI.2800 STC Ski Training Course TRD SWI.2810 BCSRC Course on Boarder Control, Search and Rescue in Mountain Areas D. Activités civiles de la Suisse - EAPC/PfP workshop "Critical Infrastructure Protection/Civil Emergency Planning", Suisse, septembre 2006 (basé sur le workshop "Critical Infrastructure Protection and Civil

7 7 Emergency Planning: Interdependencies and Vulnerabilities of Energy, Transportation and Communication", Zurich, 2005) - EAPC/PfP workshop "PfP-relevant issues in the fight against terrorism" Offre bilatérale de la Suisse "in the spirit of PfP": - Cours "Security Policy and International Humanitarian Law for Iraqi Civil servants", Genève, automne 2006 (basé sur le cours 2005 à Genève) Remarque : Des informations détaillées sur le PPI 2006 pour la Suisse sont disponibles dans le "Partnership Real-time Information Management and Exchange System" (PRIME) une des banques de données développées sur le 'Web' par la Suisse et gérant toutes les activités réalisées dans le cadre du PPP.

Rapport annuel 2004. du Conseil fédéral sur la participation de la Suisse au Conseil de partenariat euro-atlantique et au Partenariat pour la paix

Rapport annuel 2004. du Conseil fédéral sur la participation de la Suisse au Conseil de partenariat euro-atlantique et au Partenariat pour la paix Rapport annuel 2004 du Conseil fédéral sur la participation de la Suisse au Conseil de partenariat euro-atlantique et au Partenariat pour la paix Berne, le 9 mars 2005 EIDGENÖSSISCHES DEPARTEMENT FÜR AUSWÄRTIGE

Plus en détail

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi?

L'outil militaire. A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? L'outil militaire A quoi çà sert? Comment çà marche? Qui fait quoi? Un manuel de l outil militaire? La mésange qui explique à l oursin comment le lézard doit se servir de sa clé USB. Les conflits après

Plus en détail

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004)

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004) Texte original Accord entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République française relatif aux activités communes d instruction et d entraînement des armées françaises et de l armée suisse

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS Des recommandations détaillées sur l approche de responsabilité sectorielle

Plus en détail

LE CADRE POLITICO-MILITAIRE POUR LES OPERATIONS CONJOINTES ALIES-PARTENAIRES

LE CADRE POLITICO-MILITAIRE POUR LES OPERATIONS CONJOINTES ALIES-PARTENAIRES PROGRAMME DE BOURSES DE RECHERCHE DE L ORGANISATION DU TRAITE DE L ATLANTIQUE DE NORD RAPPORT FINAL LE CADRE POLITICO-MILITAIRE POUR LES OPERATIONS CONJOINTES ALIES-PARTENAIRES Igor Klipii République de

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE

COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet. PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE 1 LICENCE 2 ième année DROIT COURS D INSTITUTIONS EUROPEENNES Mme Catherine SCHNEIDER, Professeur, Chaire Jean Monnet PLAN dossier 2 : LES INSTITUTIONS DE DEFENSE ET DE SECURITE SECTION 1 - L'OTAN, ORGANISATION

Plus en détail

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière

Sécurité nucléaire. Résolution adoptée le 26 septembre 2014, à la neuvième séance plénière L atome pour la paix Conférence générale GC(58)/RES/11 Septembre 2014 Distribution limitée Français Original : anglais Cinquante-huitième session ordinaire Point 14 de l ordre du jour (GC(58)/22) Sécurité

Plus en détail

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014.

Ces efforts ont déjà contribué significativement à l atteinte des objectifs de l OTAN depuis 2014. Dès le début de la crise ukrainienne et compte tenu de la menace potentielle perçue par ses alliés d Europe centrale et du Nord à leurs frontières, l OTAN a pris un ensemble de mesures politiques et militaires

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Engagement actif, défense moderne

Engagement actif, défense moderne «Concept stratégique pour la défense et la sécurité des membres de l Organisation du Traité de l Atlantique Nord» adopté par les chefs d État et de gouvernement à Lisbonne Engagement actif, défense moderne

Plus en détail

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com

SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes. www.tda-armements.com SYSTÈMES DE ROQUETTES À INDUCTION Lance-roquettes Roquettes www.tda-armements.com Intégration : un précieux savoir-faire Dialogue avec les roquettes Conforme à toutes les normes OTAN Intégré sur LH10 ELLIPSE

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Gestion du risque pour le contrôle douanier 2

Gestion du risque pour le contrôle douanier 2 Janvier 2011 UNCTAD Trust Fund on Trade Facilitation Negotiations 1 Technical Note No. 12 Gestion du risque pour le contrôle douanier 2 Contexte Une caractéristique du travail des douanes est le volume

Plus en détail

ETAT-MAJOR DES ARMÉES III e DIVISION POLITIQUE MILITAIRE ET PLANIFICATION BUREAU RELATIONS INTERNATIONALES

ETAT-MAJOR DES ARMÉES III e DIVISION POLITIQUE MILITAIRE ET PLANIFICATION BUREAU RELATIONS INTERNATIONALES ETAT-MAJOR DES ARMÉES III e DIVISION POLITIQUE MILITAIRE ET PLANIFICATION BUREAU RELATIONS INTERNATIONALES Catalogue des principaux cours de formation ouverts aux personnels militaires étrangers pour les

Plus en détail

20.5.2014 Journal officiel de l Union européenne L 150/143

20.5.2014 Journal officiel de l Union européenne L 150/143 20.5.2014 Journal officiel de l Union européenne L 150/143 RÈGLEMENT (UE) N o 515/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 16 avril 2014 portant création, dans le cadre du Fonds pour la sécurité intérieure,

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence La sécurité s'exprime par plusieurs aspects : maintien de la tranquillité et de l'ordre public, sauvegarde de la sécurité

Plus en détail

Soldat de métier au Détachement de reconnaissance de l armée 10

Soldat de métier au Détachement de reconnaissance de l armée 10 Soldat de métier au Détachement de reconnaissance de l armée 10 1 2 3 4 5 6 7 8 Engagement & mission I Processus de sélection & profil exigé I Instruction I Vie quotidienne au travail I Contact Le détachement

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

Le Président de la République est le responsable

Le Président de la République est le responsable LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Le Président de la République est le responsable suprême de la politique de défense. A ce titre, il est le garant de l indépendance nationale, de l intégrité du territoire

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Qu est-ce que l OSCE?

Qu est-ce que l OSCE? Résoudre les différences, renforcer la confiance Qu est-ce que l OSCE? L OSCE, qui compte 57 États participants en Amérique du Nord, en Asie et en Europe, est la plus grande organisation de sécurité régionale

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

PIA 3.6. Politique de la guerre électronique. Publication interarmées. Division Emploi 1

PIA 3.6. Politique de la guerre électronique. Publication interarmées. Division Emploi 1 PIA 3.6 Publication interarmées Politique de la guerre électronique Division Emploi 1 N 1812/DEF/EMA/EMP.1/NP du 23 décembre 2008 PIA 3.6 POLITIQUE DE LA GUERRE ELECTRONIQUE En attendant sa révision par

Plus en détail

à l'école des Officiers de la Gendarmerie Nationale

à l'école des Officiers de la Gendarmerie Nationale GENDARMERIE NATIONALE Commandement des écoles DE LA GENDARMERIE NATIONALE CENTRE de production multimédia de la gendarmerie nationale Préparation au concours d'admission à l'école des Officiers de la Gendarmerie

Plus en détail

FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000

FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000 FORMATION À LA CERTIFICATION CBCP (CERTIFIED BUSINESS CONTINUITY PROFESSIONAL) BCLE 2000 Les pratiques professionnelles de la Continuité Métier sont définies comme les aptitudes, connaissances et procédures

Plus en détail

Opérations de maintien de la paix des Nations Unies

Opérations de maintien de la paix des Nations Unies Au cours des soixante dernières années, le maintien de la paix des Nations Unies est devenu une activité complexe qui s étend sur tous les continents. Tout au long de cette période, la conduite des opérations

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG)

Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (INSARAG) Qu est INSARAG? Le Groupe consultatif international de la recherche et du sauvetage (connu sous son sigle en anglais, INSARAG)

Plus en détail

(traduit de l anglais) Bruxelles, le

(traduit de l anglais) Bruxelles, le MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES Protocole Sous-Direction de la Logistique et de l'interprétation-traduction Département de la Traduction 57, boulevard des Invalides 75700 Paris : (33-1)

Plus en détail

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales

Table des matières. PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Table des matières Biographie des auteurs... 5 PARTIE 1 Contexte des activités spatiales Le droit international de l espace... 13 SECTION 1 Règles relatives au statut de l espace extra-atmosphérique...

Plus en détail

Comment le terme «conflit armé» est-il défini en droit international humanitaire?

Comment le terme «conflit armé» est-il défini en droit international humanitaire? Comment le terme «conflit armé» est-il défini en droit international humanitaire? Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Prise de position, mars 2008 Les États parties aux Conventions de Genève

Plus en détail

Vers la cohérence des politiques au service d un développement durable

Vers la cohérence des politiques au service d un développement durable Vers la cohérence des politiques au service d un développement durable Web : www.oecd.org/development/policycoherence Plateforme CPD : https://community.oecd.org/community/pcd @OECD_PCD Ebba Dohlman Unité

Plus en détail

La Diplomatie indienne en marche

La Diplomatie indienne en marche La Diplomatie indienne en marche SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: EFFORT PARTAGÉ PROGRÈS POUR TOUS SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: SHARED EFFORT PROGRESS FOR ALL Le Président des Etats-Unis d Amérique, Barack Obama,

Plus en détail

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale.

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale. NOTES EXPLICATIVES Ce projet de loi crée les Forces d autodéfense du Québec. Il vise à modifier la politique québécoise de défense nationale dans le sens d une renonciation au droit de belligérance, sauf

Plus en détail

S.A.M.D. STRUCTURE D ACCUEIL MOBILE DEPLOYABLE

S.A.M.D. STRUCTURE D ACCUEIL MOBILE DEPLOYABLE STRUCTURE D ACCUEIL MOBILE DEPLOYABLE Shelter Multifonction Aérotransportable destiné à la Projection Opérationnelle et Logistique de Forces d Intervention Civiles ou Militaires LA PROJECTION DE FORCES

Plus en détail

Création d une agence de communication interne _Au cours de ces dernières années, l équipe Marketing-Communication de Galexis a dû faire face à d

Création d une agence de communication interne _Au cours de ces dernières années, l équipe Marketing-Communication de Galexis a dû faire face à d Création d une agence de communication interne _Au cours de ces dernières années, l équipe Marketing-Communication de Galexis a dû faire face à d importants changements. Dans le cadre de la gestion du

Plus en détail

La cyberdéfense : un point de vue suisse

La cyberdéfense : un point de vue suisse La cyberdéfense : un point de vue suisse UNIDIR - Séminaire Cybersécurité et conflits 19.11.12, Palais des Nations Gérald Vernez Del CdA CYD NON CLASSIFIE Un gros potentiel de dommages Financiers Pertes

Plus en détail

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES

REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES REVUE DE LA DEFENSE DU BURUNDI : LEÇONS TIREES Juin 2014 TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... iii CARTE DU BURUNDI... iv SIGLES ET ABREVIATIONS... v RESUME EXECUTIF... vii CHAPITRE I : INTRODUCTION...

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

Défense & médias sociaux La perspective belge

Défense & médias sociaux La perspective belge ROLE OF SOCIAL MEDIA IN OMBUDS INSTITUTIONS FOR THE ARMED FORCES Défense & médias sociaux La perspective belge 6 ICOAF 27 octobre 2014 Lieutenant-Colonel Dominique PEETERS 1 CONTENU Introduction La Défense

Plus en détail

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères m ti s é er Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères Introduction Les agents diplomatiques et consulaires

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Présentation d EUPATI

Présentation d EUPATI The project is supported by the Innovative Medicines Initiative Joint Undertaking under grant agreement n 115334, resources of which are composed of financial contribution from the European Union's Seventh

Plus en détail

Stratégie de l OAQ plan d action 2013 2016

Stratégie de l OAQ plan d action 2013 2016 Stratégie de l OAQ plan d action 2013 2016 L Organe d accréditation et d assurance qualité des hautes écoles suisses (OAQ) réalise pour les hautes écoles des évaluations au niveau institutionnel et au

Plus en détail

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière Royaume du Maroc المملكة المغربية Direction du Trésor et des finances Extérieures مديرية الخزينة و المالية الخارجية Allocution de Monsieur le Ministre à l occasion du 1 er meeting sur l information financière

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve MASTER OF Ouvert aux participant-e-s extérieur-e-s MPAPUBLIC ADMINISTRATION LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick

Plus en détail

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT I PLANZER I 2010 BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT Notre plan C pour situations d'urgence et de crise La sécurité n'est pas une valeur absolue. Une gestion de risque peut éventuellement

Plus en détail

LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE

LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE UNION AFRICAINE CADRE D ORIENTATION SUR LA REFORME DU SECTEUR DE LA SECURITE COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ADDIS ABEBA, ETHIOPIE PREAMBULE La Conférence des Chefs d Etat et de Gouvernement de l Union

Plus en détail

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin

COMMUNIQUE. Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse Berlin, le 31 mars 2015 COMMUNIQUE Réunion du Conseil des ministres franco-allemand à Berlin La Chancelière fédérale Angela Merkel, le Président de la République

Plus en détail

étude La mise en œuvre d un Traité sur le commerce des armes et son suivi P. LE MEUR

étude La mise en œuvre d un Traité sur le commerce des armes et son suivi P. LE MEUR étude La mise en œuvre d un Traité sur le commerce des armes et son suivi P. LE MEUR SOMMAIRE INTRODUCTION... 4 1 ASSEOIR L AUTORITE DE LA NORME DE REGLEMENTATION AU NIVEAU NATIONAL... 5 1.1 Création d

Plus en détail

Centres d Urgence et. Stephane Delaporte Global Account Director Alcatel-Lucent Enterprise

Centres d Urgence et. Stephane Delaporte Global Account Director Alcatel-Lucent Enterprise Centres d Urgence et Sécurité Publique Stephane Delaporte Global Account Director Alcatel-Lucent Enterprise Agenda 1.Alcatel-Lucent & Sécurité Publique 2.Ecosystème 112/911 Integré 3.Approche112/911 Personnalisée

Plus en détail

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE

PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE Note Conceptuelle PAYS INVITE D'HONNEUR :LA FRANCE La Tunisie renouvelle son engagement pour le développement et la prospérité de l'afrique et des pays arabes, par l'organisation de la 8ème édition de

Plus en détail

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration du 1 er juillet 2015 Le Conseil fédéral suisse édicte les directives suivantes: 1 Dispositions générales 1.1 Objet

Plus en détail

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine

Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine Commission pour la consolidation de la paix Configuration pays République centrafricaine La politique nationale et le soutien de la Communauté internationale au développement de la Réforme du Secteur de

Plus en détail

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com DÉFENSE & SÉCURITÉ sdv.com SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité auprès de tous nos clients

Plus en détail

AFRICAN UNION UNIÃO AFRICANA SÉCURITÉ RAPPORT CRISES» EW/rt

AFRICAN UNION UNIÃO AFRICANA SÉCURITÉ RAPPORT CRISES» EW/rt AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA AddisAbéba, Éthiopie, B.P.: 3243 Tél.: (251 11) 5513 822 Télécopie: (251 11) 5519 321 Courriel: situationroom@africa union.org 6 ÈME RÉUNION ORDINAIRE DU COMITÉ

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Energisez votre capital humain!

Energisez votre capital humain! Energisez votre capital humain! Nos outils, notre conseil et nos méthodologies permettent à nos clients «d Energiser leur Capital Humain». Qualintra est l un des leaders européens pour la mesure et le

Plus en détail

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Centre d etudes strategiques de l Afrique E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Séminaire pour hauts responsables - Lisbonne, Portugal Le premier événement

Plus en détail

SONJA KORSPETER ET ALAIN HERMANN *

SONJA KORSPETER ET ALAIN HERMANN * Les nouvelles technologies et la maîtrise des données personnelles comment l Allemagne et la France abordent-elles l impact de l évolution technologique sur la protection des données? SONJA KORSPETER ET

Plus en détail

Forum Suisse pour le Droit de la Communication. Séminaire du 28 novembre 2008

Forum Suisse pour le Droit de la Communication. Séminaire du 28 novembre 2008 Forum Suisse pour le Droit de la Communication Université de Genève Séminaire du 28 novembre 2008 Devoirs et responsabilités des organes de sociétés en matière de sécurité informatique Wolfgang Straub

Plus en détail

Le Ministre Pieter De Crem prend la parole

Le Ministre Pieter De Crem prend la parole Le Ministre Pieter De Crem prend la parole Monsieur Pieter De Crem, Ministre de la Défense nationale, a donné un exposé le 21 mai 2008 à l Institut royal Supérieur de Défense (IRSD) Pendant cette conférence,

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

Application Management Services pour le secteur de l assurance vie : optimiser votre patrimoine applicatif

Application Management Services pour le secteur de l assurance vie : optimiser votre patrimoine applicatif IBM Global Services Application Management Services pour le secteur de l assurance vie : optimiser votre patrimoine applicatif Introduction Avec la prudence qu impose le climat économique actuel, la croissance

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

Certif icat Exécutif en Management etaction Publique Certificate of Advanced Studies (CAS) in Public Administration

Certif icat Exécutif en Management etaction Publique Certificate of Advanced Studies (CAS) in Public Administration Certif icat Exécutif en Management etaction Publique Certificate of Advanced Studies (CAS) in Public Administration Formation destinée aux cadres des secteurs public et parapublic - L ESSENTIEL EN BREF

Plus en détail

CLUB DE REFLEXION SUR LE MALI (CRM)

CLUB DE REFLEXION SUR LE MALI (CRM) Club de Réflexion sur le Mali (CRM) En collaboration avec Enda Tiers Monde et Institut Panafricain de Stratégies (IPS) Organise le Forum sur la crise malienne et ses répercussions sur la stabilité, la

Plus en détail

Bilan de communication:

Bilan de communication: Bilan de communication: Ministère de l intérieur de la République Tunisienne Rapport et recommandations Centre pour le contrôle démocratique des forces armées Genève (DCAF) Centre pour le contrôle démocratique

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la sécurité des technologies de l information (TI) Rapport final Il y a un astérisque quand des renseignements sensibles ont été enlevés aux termes de la Loi sur l'accès à l'information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels. BUREAU DU CONSEIL

Plus en détail

OTA O N ne présentation de l Alliance atlantique www.nato.int/a-z

OTA O N ne présentation de l Alliance atlantique www.nato.int/a-z OTAN OTAN Une présentation de l Alliance atlantique Focus sur OTAN OTAN w Avant-propos 5 w Aperçu 6 w S adapter aux changements 11 w Un acteur de premier plan dans les situations de crise 17 w Étendre

Plus en détail

A la pointe du mouvement ehealth

A la pointe du mouvement ehealth Autres: HealthCare Information 44_ Autres: HealthCare Information Galenica rapport annuel 2009 Lionel Decrey _«Voilà longtemps déjà que nos bases de données et solutions logicielles sur mesure contribuent

Plus en détail

520.1 Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile

520.1 Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile (LPPCi) du 4 octobre 2002 (Etat le 12 juillet 2005) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 61 de la Constitution

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

La Stratégie environnementale de la Défense. Un plan pour des opérations militaires durables

La Stratégie environnementale de la Défense. Un plan pour des opérations militaires durables La Stratégie environnementale de la Défense Un plan pour des opérations militaires durables Photos de la couverture: Sgt René Dubreuil Jennifer Rowland Caméra de combat MDN Table des matières Message du

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Instruments d appui de l Union Européenne au secteur privé en Afrique Caraïbe et Pacifique et opportunités de partenariat 16 Février 2005

Instruments d appui de l Union Européenne au secteur privé en Afrique Caraïbe et Pacifique et opportunités de partenariat 16 Février 2005 Instruments d appui de l Union Européenne au secteur privé en Afrique Caraïbe et Pacifique et opportunités de partenariat 16 Février 2005 Conférences sur l Investissement Services Publics (eau et énergie)

Plus en détail

Proposition d'attribution d un contrat pour l assurance des biens du CERN

Proposition d'attribution d un contrat pour l assurance des biens du CERN CONFIDENTIEL CERN/FC/5294 Original: anglais 4 novembre 2008 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH POUR APPROBATION PROCÉDURE DE VOTE: Majorité

Plus en détail

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges»

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges» Multi-year Expert Meeting on Transport, Trade Logistics and Trade Facilitation Second Session Trade facilitation rules as a trade enabler: options and requirements Geneva, 1 3 July 2014 Présentation du

Plus en détail

Mémorandum d accord et Matériel appartenant aux contingents

Mémorandum d accord et Matériel appartenant aux contingents Mémorandum d accord et Matériel appartenant aux contingents Pierre Léveillé, (leveille@un.org) Section des mémorandum d accord et demandes de remboursement/division de la gestion financière et d appui/département

Plus en détail

L Europe en marche vers la défense antimissiles?

L Europe en marche vers la défense antimissiles? L Europe en marche vers la défense antimissiles? Bruno Gruselle Chargé de recherche (24 novembre 2005) L existence d une menace balistique fait l objet d un consensus entre les pays européens. Les deux

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches Statuts Abréviations AD Assemblée des délégués CAS Club Alpin Suisse (association centrale) CC Comité central CG Commission de gestion CP Conférence des présidents CSFA Club Suisse des femmes alpinistes

Plus en détail

La Mobilière. L assurance suisse qui privilégie la relation personnelle.

La Mobilière. L assurance suisse qui privilégie la relation personnelle. La Mobilière. L assurance suisse qui privilégie la relation personnelle. Assumer les risques ensemble La Mobilière a une longue tradition de coopérative. A ses yeux, c est d ailleurs la forme juridique

Plus en détail

Stratégie de Défense Le canada d abord

Stratégie de Défense Le canada d abord Stratégie de Défense Le canada d abord Message du Premier ministre Le présent gouvernement a pris le pouvoir avec l engagement ferme de défendre le Canada. Pour respecter cet engagement, nous devons assurer

Plus en détail

JEUX D'HIVER DU CANADA DE 2015. Responsable de l exploitation des sites

JEUX D'HIVER DU CANADA DE 2015. Responsable de l exploitation des sites JEUX D'HIVER DU CANADA DE 2015 Titre du poste : Responsable de l exploitation des sites Secteurs de responsabilité : 40 Exploitation des sites 44 Aménagement des sites 88 Services essentiels [déneigement]

Plus en détail

REFORME DES SERVICES DE SECOURS ET DE LUTTE CONTRE L INCENDIE ANNEXE 12A PROJET DE PLAN NATIONAL D ORGANISATION DES SERVICES DE SECOURS

REFORME DES SERVICES DE SECOURS ET DE LUTTE CONTRE L INCENDIE ANNEXE 12A PROJET DE PLAN NATIONAL D ORGANISATION DES SERVICES DE SECOURS REFORME DES SERVICES DE SECOURS ET DE LUTTE CONTRE L INCENDIE ANNEXE 12A PROJET DE PLAN NATIONAL D ORGANISATION DES SERVICES DE SECOURS Juillet 2012 Annexe 12A : Besoin en personnel du SNIS 1. Besoin en

Plus en détail

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Service Consolidation de la Paix (S3.1) Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Introduction Pour exécuter et renforcer la politique étrangère,

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Ministère de la Défense nationale. Rapport sur les plans et les priorités

Ministère de la Défense nationale. Rapport sur les plans et les priorités Ministère de la Défense nationale Rapport sur les plans et les priorités 2007 2008 Page laissée en blanc intentionnellement Message du Ministre À titre de ministre de la Défense nationale, j'ai l'honneur

Plus en détail

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN)

Processus d examen des travaux. Autres activités assujetties à la Loi sur la protection des eaux navigables (LPEN) PROTECTION DE LA NAVIGATION PROTECTION DE LA NAVIGATION APERÇU MODÈLE LOGIQUE MISSION : Assurer la protection et la sécurité de la navigation en eaux canadiennes. OBJECTIFS : Faciliter l utilisation sûre

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail