JSC Initiative Committee 23 october 2011 (Bucarest) Rapport

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JSC Initiative Committee 23 october 2011 (Bucarest) Rapport"

Transcription

1 JSC Initiative Committee 23 october 2011 (Bucarest) Rapport Membres presents Antonio Morandi (CGIL), Amana Ferro (EAPN), Franco Carminati (Attac), Peter Damo (AD FSR et CSDR), Karoly Gyorgy (MSZ-OSZ), Walter Baier (Transform), Adrian Cojocaru (Cartel Alfa) et Felipe Van Keirsbilck (CSC) Invités presents Judith Dellheim (Rosa Luxemburg Stiftung Belgrade); Vladon Jeremic, Boris Kanzleiter and Ana Veselinovic (Rosa Luxemburg Stiftung Belgrade); Aleksander Topic et Zeljko Veselinovic (USSS Loga Serbia); Magdalena Yordanova (CITUB Bulgaria); Miroslav Prokes (Czech Social Forum / SPaS République Tchèque); Olga Nicolae (PERC). Organisations excuses CGT, FSU, SOLIDAIRES, CGTP, Nordic Welfare Compaign, ELA. 1. Membership et fonctionnement Au nom du Comité d Initiative, Felipe remercie et félicite Peter Damo et les collègues roumains qui ont organisé la conférence d hier et la réunion de ce dimanche. Peter remercie la Fondation Rosa Luxemburg et le PERC qui ont aidé à la réussite. De nombreux collègues de l Europe de l Ouest et d organisations européennes ont été empêchés de rejoindre la réunion, et demandent qu on les excuse. Il faudra réunir à nouveau le Comité d Initiative fin novembre pour lancer la conférence de mars Le Comité souhaite la bienvenue aux invités de Serbie, de Bulgarie, de Tchéquie, de la fondation Rosa Luxemburg et du PERC.

2 Les objectifs et le fonctionnement de la Joint Social Conference sont rappelés. L objectif est de réunir des syndicats et des mouvements sociaux nationaux et européens, et de produire des analyses partagées et un rapport de forces pour une Europe démocratique, sociale et écologique. Voir (déclaration) et (communiqué de presse). Les principales caractéristiques de fonctionnement sont : - La JSC est née du FSE et veut conserver l esprit général et la dynamique du FSE - La JSC cherche à réunir sur pied d égalité des syndicats et des mouvements sociaux, dans toute l Europe (y compris centrale et orientale) - C est un processus qui réunit des organisations (petites ou grandes), pas des individus - Il s agit d un processus en cours de construction, qui expérimente des méthodes de travail ; les objectifs et les résultats depuis 3 ans sont des étapes à partir desquelles il faut aller plus loin - C est un processus semi-ouvert : les débats doivent se faire avec tous ceux qui partagent nos objectifs, mais le projet est piloté par un comité d initiative qui s élargit progressivement, par cooptation, en veillant au consensus et aux équilibres. Le Comité d Initiative se réunit trois ou quatre fois par an. - Un petit groupe de coordination réunit plus fréquemment quelques organisations qui peuvent facilement se rencontrer à Bruxelles - Les organisations membres du Comité d Initiative contribuent financièrement au projet ; la contribution annuelle est libre (les grandes organisations ont versé 1000 par an les deux premières années) - La JSC ne prend pas, en tant que telle, de positions nouvelles sans consultation et accord des organisations membre du Comité d Initiative Felipe informe les collègues d une demande de subvention adressée à la Commission, si elle est acceptée (réponse attendue début novembre) cette subvention permettrait de prendre en charge les frais de voyage, d hébergement, de traduction, de publications, etc. Amana souligne une des difficultés essentielles dans notre fonctionnement : celle de faire descendre les débats à l intérieur de nos organisations faute de quoi le processus se limite au 200 ou 250 personnes qui se voient lors des conférences, ou aux 40 membres du Comité d Initiative. Ceci demande de l énergie, du temps, et le plus possible des documents traduits en plusieurs langues. Sur le plan des membres du Comité d Initiative, l entrée de EPSU et de ETF dans le processus est une très bonne nouvelle ; des contacts ont été pris à Londres avec deux syndicats anglais, mais cela doit conduire aussi à renforcer la partie «mouvements sociaux» et spécialement les mouvements de défense de l environnement qui sont quasiment absents. L autre difficulté constante sur le plan du membership est le peu d organisations des pays d Europe Centrale et Orientale ; on espère que les contacts permis par cette rencontre à Bucarest nous ferons faire un pas en avant 2. Echo des dernières activités 2.1. Journée «sortie de la crise» de EAPN le 23 septembre à Bruxelles, composée de deux parties : chercher des solutions (pour aller au-delà des contacts) et construire des partenariats. La journée a connu un grand succès, notamment sur base d une préparation importante au sein du réseau EAPN dans de nombreux pays. Les conclusions sont très complémentaires aux travaux faits dans la JSC.

3 2.2. Journée d étude sur la dette à Londres (30 septembre). L objectif était de réunir entre 40 et 50 chercheurs et dirigeants syndicaux pour discuter de la crise de la dette et des issues possibles ; cet objectif a été atteint, avec des interventions de haut niveau de collègues du réseau Transform, du CADTM et de la CES. La situation nationale dans 6 pays a été discutée. Cette journée apparaît comme un succès, grâce à l appui de la CES, du CADTM et de Transnational Institute ; mais il faudrait mettre ses conclusions rapidement en circulation, vu la vitesse avec laquelle la crise s approfondit Meeting européen contre l austérité : Londres (1 er octobre). La JSC ou certains de ses membres étaient présents ou organisateurs de trois des 15 ateliers (dette, justice fiscale, crise de la démocratie). Franco relève l importance de l ouverture des mouvements sociaux britanniques aux organisations du «continent», et la force de la dynamique. Antonio approuve, mais insiste sur l urgence de coordonner les dettes : les camarades grecs ont fait 15 grèves générales, plusieurs journées de grève ou de manifestation ont eu lieu au Portugal, en Italie, en Roumanie, en Espagne, en Hongrie, en Lettonie Avec 23 millions de chômeurs, et 40% des jeunes européens au chômage, et une vie de plus en plus difficile pour les pensionnés, il est urgent de s accorder sur quelques priorités d action. Des manifestations ne suffisent visiblement pas à influencer le cours des choses Deuxième Conférence Sociale en Roumanie (22 octobre 2011). Peter résume le déroulement de la Conférence Sociale réunie ce samedi à Bucarest (pour la seconde fois, après la Conférence de Pitesti en 2010) en vue d enraciner le processus en Roumanie et de lui donner un rayonnement régional en Europe de l Est et dans les Balkans. Environ 120 participants, avec une large majorité de syndicalistes, mais la présence, même limitée, des ONG et mouvements sociaux est quand même un progrès par rapport à l an passé. Des invités sont venus de 9 pays différents. Deux thèmes ont été discutés : la gouvernance économique européenne, et la corruption. Plusieurs collègues félicitent Peter et Adrian pour l excellent travail réalisé. Peter relève certains points négatifs : pas de participation officielle des directions des confédérations syndicales roumaines (même si des syndicats régionaux étaient présents), pas d ONG roumaines. Il se réjouit par contre de la présence de collègues bulgares, serbes, tchèques et hongrois, et remercie le PERC et la fondation Rosa Luxemburg pour leur aide. Le travail d enracinement du processus JSC doit continuer. La déclaration finale, soumise à la signature des organisations en Roumanie, sera traduite et diffusée dans la JSC. Mirek demande si l absence des directions nationales résulte des conflits exprimés, et si des partis politiques étaient invités? Peter : il n y a pas de conflit exprimé avec les confédérations syndicales ; dans tous les cas, il vaut mieux chercher ce qui réunit que ce qui divise Dans la ligne de la JSC, les partis politiques n étaient pas invités. Ceci provoque un petit débat et une clarification : nous ne voulons pas de partis politiques dans le Comité d Initiative, car la direction du

4 processus doit rester indépendante de tout parti ; mais on peut inviter des partis pour écouter nos conclusions ou répondre à nos questions! Boris souligne l importance du travail fait par les amis roumains de CSDR et ADFSR dans cette période très difficile. Les conséquences de la crise sont très dures dans les Balkans et l Europe de l Est, mais, paradoxalement, il n y a presque pas de mouvements sociaux (même si tout le monde est mécontent). Dans ces pays, le débat politique est paralysé par une opposition caricaturale entre «modernisateurs libéraux» qui adorent inconditionnellement l UE, et nationaliste de droite qui rejettent l UE en bloc. Il y a par contre un manque total d intellectuels critiques qui aident l opinion publique à comprendre ce qui se passe réellement dans la crise de l UE. Selon Boris, on ne trouve aucun chercheur qui fasse ce travail dans les universités en Serbie, en Macédoine, en Bosnie Boris précise le mandat dont dispose le Rosa Luxemburg Stiftung : aide au développement de la JSC (notamment via des séminaires de formation dans les Balkans et en Europe de l Est), mais pas, à ce stade, faire partie du Comité d Initiative en tant que membre du projet. Olga réagit en signalant que dans le monde syndical, et au sein du PERC, il y a un intéressant réseau d économistes, et un bureau régional à Sarajevo. Il y a aussi le réseau NETLEX dans ETUC. Selon Olga, le renforcement d un réseau tel que la JSC est très important, et pour cela il serait utile de répertorier («mapping») les ressources. Franco partage les points positifs de l évaluation de Peter. Malgré les déceptions, c est un vrai succès, au plan régional, et la Roumanie est le seul pays qui ait réussi une déclinaison nationale de la JSC. Amana félicite également Peter. Elle redit son regret que la réussite de cette conférence ne repose que sur la mobilisation syndicale : très peu d ONG ; y compris au sein du réseau roumain d EAPN. Sans doute l invitation très «syndicale» n a pas aidé. Il faut garder l enjeu des alliances. Sur la question de l invitation éventuelle de politiques, elle approuve le principe : pas de partis dans le processus, mais on peut organiser la confrontation. Antonio salue la réussite de la rencontre régionale, l importance de la présence du PERC et du soutien de la Rosa Luxemburg Stiftung. Le niveau des interventions (notamment celle de Franco) était excellent. L important est de prolonger ces débats dans nos organisations, d en faire écho dans le PERC, dans l ETUC Peter conclut cette discussion ; la déclaration finale sera soumise à signature et diffusée, et traduite en anglais et en français. 3. Coopérations avec d autres réseaux Spring Alliance : Pour des raisons organisationnelles, cette alliance a été en sommeil un temps. Elle était surtout, au départ, centrée sur la réaction à EU2020. Les modalités d organisation sont différentes : nous avons davantage travaillé à partir d organisations nationales. Un contact sera pris. Brussels Forum :

5 Rencontre organisée à Bruxelles le 30 novembre par ARCI et d autres mouvements concernés par des initiatives citoyennes (eau, migrants, revenu minimum). Amana et Walter y seront ; possibilité de s inscrire (http://www.euroalter.com/ppp/events/424/); on cherche à établir un contact utile. FSE Depuis Istanbul, on constate la paralysie du FSE. Volonté de le relancer, mais besoin d un débat stratégique. La JSC est clairement un «enfant» du FSE (parmi d autres ) ; on peut considérer que le FSE vit aussi dans ses enfants! Mais il faut rester attentif à la possibilité de les relancer, éventuellement sous une autre forme. Judith exprime ses craintes par rapport à l hypothèse de faire du FSE un mouvement politique. «Praga Spring II» Mirek fait état d un réseau européen d organisations contre le racisme et le nationalisme ; conférence fin novembre à Kiev. Des liens utiles sont à rechercher. Franco ajoute la question des «Indignés» : ce n est bien sûr pas une organisation, mais c est un mouvement important. Franco suggère de les contacter, de les inviter à assister à notre processus, sans engagements mutuels. 4. Evaluation et perspectives de la JSC Felipe rappelle la note préparée pour cette discussion (en annexe). Walter soutient l idée que la conférence de mars 2012 puisse être orientée vers l appel au lancement d un vaste «mouvement social européen». Sur la question de la méthode de décision, il pense que c est davantage un problème politique que méthodologique. Il faut une forte convergence politique avant la conférence, sans quoi il est impossible d inventer un accord sur place. Judith propose de travailler via le site, avec une liste limitée de priorités sur lesquelles les organisations se prononcent, et des propositions d action commune. Franco approuve la proposition de renforcer le secrétariat ; mais même si on n obtient pas de moyens pour cela, il faut aller ensemble jusque mars 2012, chercher à prendre des décisions qui permettent d agir ensemble, et faire le point ensuite. Une grande difficulté reste qu on ne travaille pas assez dans les organisations entre les réunions. Franco propose de se centrer sur quelques-unes des priorités parmi les 17 évoquées l an passée : dette, tax justice, corruption, économic governance et négociation collective. Mirek souligne l absence des enjeux et des organisations environnementalistes. N a-t-on pas une vision étroite du «social»? Amana approuve cette remarque. Elle pense qu il est impossible que tout le monde travaille sur tout : les organisations membres et les enjeux sont plus nombreux, il faut permettre des coopérations renforcées, et donner du temps à la décision.

6 La préparation de mars 2012 ne peut pas se faire uniquement à l intérieur du Comité d Initiative : il faut impliquer les organisations, et donc il faut des documents clairs qui circulent à temps (et le plus possible traduits). Sur les propositions de contact avec les autres réseaux : les inviter est bien, mais ce n est pas assez : il faut provoquer un contact entre différents réseaux à Bruxelles, pour faire connaissance directement. Walter : une «liste» de priorités ne suffit pas : il faut une analyse globale face aux dangers globaux sur l Europe. Judith note une contradiction : les enjeux écologiques signalés par Mirek sont importants (et aussi la question, liée, de la guerre et de la paix) ; mais d un autre côté, il faut se concentrer sur la crise. Elle pense qu on peut, d ici mars, préparer deux types d approches : analyse globale de la situation et d une stratégie commune ; et liste de propositions d action «bottom-up». Walter et Franco approuvent. Felipe demande qu on prête attention aussi aux enjeux du nationalisme et du populisme de droite.

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains «Pour un nouvel élan du mouvement altermondialiste ouest africain.» Lieu : Ouagadougou Date : du 15

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante.

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Cher-e-s camarades, cher-e-s ami-e-s, chers invités, Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Une CGT

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013 1 von 5 07.05.2013 11:59 Vie numérique Dimanche5 mai 2013 Par Propos recueillis par Mehdi Atmani «Je pars en guerre contre le Big Data» Le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence,

Plus en détail

Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem

Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem 1 Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem 2 Méthodologie Enquête réalisée par TNS Sofres : interrogation par Internet d échantillons représentatifs des populations nationales (18 ans et plus)

Plus en détail

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI)

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) est une instance de monitoring du Conseil de l Europe dont la tâche

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Institut syndical européen Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Le principal objectif de l Europe sociale doit être la création d une société plus égalitaire,

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

97.- LA TENSION ENTRE L ÉLARGISSEMENT ET L APPROFONDISSEMENT DE

97.- LA TENSION ENTRE L ÉLARGISSEMENT ET L APPROFONDISSEMENT DE e n l a r g E d u c a t i o n V A L I S E P É D A G O G I Q U E " É L A R G I S S E M E N T D E L U N I O N E U R O P É E N N E " Cofinancée par l Union européenne VALISE PÉDAGOGIQUE "ÉLARGISSEMENT DE

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour.

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour. Pol Indépendance de la Belgique 1830 La Belgique est gouvernée par les libéraux et les catholiques. Il ne s agit pas encore de partis politiques mais plutôt de regroupements philosophiques. Vote censitaire

Plus en détail

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Monsieur le Commissaire européen, Monsieur le Premier ministre Jomaa, Mesdames, Messieurs, Chers

Plus en détail

BMW i MOBILE CARE. LA GARANTIE DE MOBILITÉ PANEUROPÉENNE DE BMW. BMW i Service

BMW i MOBILE CARE. LA GARANTIE DE MOBILITÉ PANEUROPÉENNE DE BMW. BMW i Service BMW i MOBILE CARE. LA GARANTIE DE MOBILITÉ PANEUROPÉENNE DE BMW. BMW i Service Contactez le BMW i Mobile Care Service via l Assistance dans le menu idrive 1) ou par téléphone : Belgique: 2) Luxembourg:

Plus en détail

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière

La BRI. Au service de la stabilité monétaire et financière La BRI Au service de la stabilité monétaire et financière Fondée le 17 mai 1930, la BRI est la plus ancienne organisation financière internationale. Outre son siège social, à Bâle (Suisse), elle possède

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Newsletter de l Initiative citoyenne européenne pour un Plan européen extraordinaire de développement durable et pour l emploi

Newsletter de l Initiative citoyenne européenne pour un Plan européen extraordinaire de développement durable et pour l emploi New Deal 4 Europe Sur la voie d une démocratie européenne fédérale www.newdeal4europe.eu Newsletter n 2 Février 2014 Edition française ice@pressefederaliste.eu Newsletter de l Initiative citoyenne européenne

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Me passer de ma voiture? Impossible!

Me passer de ma voiture? Impossible! Me passer de ma voiture? Impossible! Avec le Pack Ma Mobilité, partez l esprit tranquille en France comme à l étranger et allez au bout de vos projets quoi qu il arrive. Aller au bout de mes projets en

Plus en détail

Compte-rendu Réunion de constitution du collectif retraites de Rennes 6 mai 2010

Compte-rendu Réunion de constitution du collectif retraites de Rennes 6 mai 2010 Objectif de la réunion : constitution d un collectif retraites sur Présents : - Olivier Tétard, Isabelle Lambert, Marylou Perrin, Rozenn Perrot, Mathias Poirier, Florence Piechocki, Inès Rahal ATTAC ;

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail

Le programme européen d échanges pour entrepreneurs. Guide de l'utilisateur. Commission européenne Entreprises et industrie

Le programme européen d échanges pour entrepreneurs. Guide de l'utilisateur. Commission européenne Entreprises et industrie Le programme européen d échanges pour entrepreneurs Guide de l'utilisateur Commission européenne Entreprises et industrie Sommaire 1.0 Introduction... 5 2.0 Objectifs... 6 3.0 Structure... 7 3.1 Éléments

Plus en détail

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes

Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence. Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Prendre sa retraite en France Droits, conditions et formalités de résidence Natasha Lavy-Upsdale Service des Relations avec les Pays-hôtes Novembre 2011 Droit de libre circulation et de séjour des citoyens

Plus en détail

EN CAS D URGENCE / 2015

EN CAS D URGENCE / 2015 www.peugeot-openeurope.com EN CAS D URGENCE / 2015 Assistance 24 h/24 et 7 j/7 Depuis la France : 01 47 89 24 24 Depuis l étranger : +33 1 47 89 24 24 SOMMAIRE / 2015 QUE FAIRE EN CAS DE PANNE, ACCIDENT,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e

Centre d etudes. strategiques de l Afrique. E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Centre d etudes strategiques de l Afrique E t a b l i r d e s p a r t e n a r i a t s p o u r l a v e n i r d e l A f r i q u e Séminaire pour hauts responsables - Lisbonne, Portugal Le premier événement

Plus en détail

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne *

La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * 42 La stratégie européenne de l Alliance rouge-verte danoise et le Parti de la gauche européenne * Inger V. Johansen Membre du comité des affaires européennes de l Alliance rouge-verte danoise intégration

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

«Quel Syndicalisme pour Demain?»

«Quel Syndicalisme pour Demain?» «Quel Syndicalisme pour Demain?» Février 2010 OpinionWay Mathieu Doiret - 15 place de la République 75003 Paris 01 78 94 90 00 Méthodologie page 2 Méthodologie Étude réalisée auprès d un échantillon représentatif

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée

Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée Termes de Références pour la revue des contrats miniers en République de Guinée I. Contexte La République de Guinée est aujourd hui engagée sur la voie de la transparence et de la bonne gouvernance pour

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CENTRALE RAAD VOOR HET BEDRIJFSLEVEN

CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CENTRALE RAAD VOOR HET BEDRIJFSLEVEN CONSEIL CENTRAL DE L'ECONOMIE CENTRALE RAAD VOOR HET BEDRIJFSLEVEN AVIS CONCERNANT L ACCORD DE COOPÉRATION ENTRE L ETAT FÉDÉRAL, LA RÉGION FLAMANDE, LA RÉGION WALLONNE ET LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010

Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe Retraites : qu'en disent nos voisins européens? Le 7 octobre 2010 Compte rendu du colloque organisé à la Maison de l'europe "Retraites : qu'en disent nos voisins européens?" Le 7 octobre 2010 Face au vieillissement de la population et aux déficits publics aggravés par

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales Coudenberg

Plus en détail

ETUDIANTS ET ROUTARDS -TOUS PAYS

ETUDIANTS ET ROUTARDS -TOUS PAYS ETUDIANTS ET ROUTARDS -TOUS PAYS Vous avez moins de 36 ans et vous recherchez un contrat qui prenne en charge vos frais d hospitalisation et médicaux et vous permette d être rapatrié en cas de nécessité.

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

1950 La Déclaration Schuman

1950 La Déclaration Schuman Chapitre 3 31 Du Marché commun à l Union monétaire En mai 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, l Europe est en ruine. La crainte qu un tel drame ne se reproduise inspire aux hommes politiques

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

Comité permanent du droit des brevets

Comité permanent du droit des brevets F SCP/20/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 9 OCTOBRE 2013 Comité permanent du droit des brevets Vingtième session Genève, 27 31 janvier 2014 EXCEPTIONS ET LIMITATIONS RELATIVES AUX DROITS DE BREVET : PRÉPARATION

Plus en détail

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE

Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE Collection Au Quotidien LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE LES ROMS LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE 1 2 LES ROMS, LA PLUS GRANDE MINORITÉ ETHNIQUE D EUROPE L Europe est, particulièrement

Plus en détail

Romanian French INDE MBA

Romanian French INDE MBA L Académie d Etudes Economiques de Bucarest Le Conservateur National des Arts et Métiers de Paris Romanian French INDE MBA www.inde.ro Email: office@inde.ro, Téléphone: +4 021 311 08 82 Adresse: Calea

Plus en détail

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE NOTE D INFORMATION : Joëlle Garriaud-Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE A un mois et demi

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Les relations de l Union européenne avec ses voisins

Les relations de l Union européenne avec ses voisins Eurobaromètre Spécial Commission européenne Les relations de l Union européenne avec ses voisins Un sondage sur les attitudes en l Union européenne Terrain : mai juin 2007 Publication : septembre 2007

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Financement du sport, crise économique et politique sportive

Financement du sport, crise économique et politique sportive Conférence SNEP: «Sport demain, enjeu citoyen», Créteil, 30-31 mars 2012 Financement du sport, crise économique et politique sportive Wladimir ANDREFF * * Professeur émérite à l Université de Paris 1 Panthéon

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

LES RELATIONS INTERNATIONALES. du Conseil national de l Ordre des médecins

LES RELATIONS INTERNATIONALES. du Conseil national de l Ordre des médecins LES RELATIONS INTERNATIONALES du Conseil national de l Ordre des médecins 02_ LES RELATIONS INTERNATIONALES DE L ORDRE DES MÉDECINS UN MÊME ENGAGEMENT, D R PATRICK BOUET Président du Conseil national de

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Qui fait un discours?

1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Qui fait un discours? Fait du jour : Bonne entente entre Washington et Paris Exercices 1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous Qui fait un discours? Qui reçoit-il? François Hollande François

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Qu est-ce que l OSCE?

Qu est-ce que l OSCE? Résoudre les différences, renforcer la confiance Qu est-ce que l OSCE? L OSCE, qui compte 57 États participants en Amérique du Nord, en Asie et en Europe, est la plus grande organisation de sécurité régionale

Plus en détail

EN CAS D URGENCE / 2015

EN CAS D URGENCE / 2015 www.citroen-europass.com EN CAS D URGENCE / 2015 CITROËN Euro Pass Assistance 24 h/24 et 7 j/7 Depuis la France : 01 49 93 73 74 Depuis l étranger : +33 1 49 93 73 74 SOMMAIRE / 2015 QUE FAIRE EN CAS DE

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

PUI'20 4 régions, 20 territoires, 20 projets urbains intégrés. SEMINAIRE #5 "Séminaire de clôture" Bibliographie

PUI'20 4 régions, 20 territoires, 20 projets urbains intégrés. SEMINAIRE #5 Séminaire de clôture Bibliographie PUI'20 4 régions, 20 territoires, 20 projets urbains intégrés SEMINAIRE #5 "Séminaire de clôture" «Projets urbains intégrés : Quels enseignements dans leur mise en œuvre pour les acteurs locaux?» Bibliographie

Plus en détail

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens

setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens setup news financement Soutien aux projets syndicaux européens Bulletin d information de l ETUI sur les opportunités de financements européens pour les syndicats N 23 février 2014 Le nouveau programme

Plus en détail

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin

45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin L OIV: Etats membres 45 pays 5 continents 75% de la production mondiale de vin MEMBRES: Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Argentine, ARY Macédoine, Australie, Autriche, Belgique, Bosnie-et-Herzégovine,

Plus en détail

Contrôle, surveillance et coopération administrative en Roumanie

Contrôle, surveillance et coopération administrative en Roumanie Contrôle, surveillance et coopération administrative en Roumanie Simona NEACȘU, inspectrice du travail Daniela Mircea, inspectrice du travail Tél. : 004021 302 70 54, E-mail : simona.neacsu@inspectiamuncii.ro

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

REJOIGNEZ LES MEILLEURS COIFFEURS D'EUROPE SANS PLUS TARDER

REJOIGNEZ LES MEILLEURS COIFFEURS D'EUROPE SANS PLUS TARDER REJOIGNEZ LES MEILLEURS COIFFEURS D'EUROPE SANS PLUS TARDER 10 décembre 2012 Chère Madame/Cher Monsieur, Chaque pays européen a son propre système national d'enseignement

Plus en détail

Bureau national du 7 décembre 2013

Bureau national du 7 décembre 2013 Bureau national du 7 décembre 2013 Compte-rendu Participants Alain Malégarie Alain Réguillon Bernard Barthalay Chloé Fabre (JEF) Claudine Pruvost Daniel Cappelaere Dominique Thaury Florent Banfi François

Plus en détail

La montagne n aura pas accouché d une souris à Bruxelles, tant étaient

La montagne n aura pas accouché d une souris à Bruxelles, tant étaient Le pari stratégique de la France en Afrique TRIBUNE n 541 Germain-Hervé Mbia Yebega Observatoire Politique et Stratégique de l Afrique (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Chercheur associé à la

Plus en détail

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR»

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» I - Pour la défense et la promotion des services sociaux et de santé publics pour les personnes aînées en

Plus en détail

73A.- ÉQUILIBRE ENTRE CONCURRENCE, SOLIDARITÉ ET DÉVELOPPEMENT

73A.- ÉQUILIBRE ENTRE CONCURRENCE, SOLIDARITÉ ET DÉVELOPPEMENT e n l a r g E d u c a t i o n V A L I S E P É D A G O G I Q U E " É L A R G I S S E M E N T D E L U N I O N E U R O P É E N N E " Cofinancée par l Union européenne VALISE PÉDAGOGIQUE "ÉLARGISSEMENT DE

Plus en détail

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne

Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Strasbourg, 10 Mars 2015 DDCP-YD/NHSM (2015) 4F LA FIN DU COMMENCEMENT? Conférence d évaluation et de suivi de la campagne Centre Européen de la Jeunesse, Strasbourg 27 au 30 Mai 2015 Informations et appel

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain

www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain www.u-bordeaux3.fr Master recherche Histoire des mondes moderne et contemporain Objectif de la formation Ce master propose une formation de haut niveau en histoire moderne et contemporaine. Il a pour objectif

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ. n o 2. Le livret du retraité GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO LE LIVRET DU RETRAITÉ Guide salariés n o 2 MARS 2015 Le livret du retraité Sommaire La retraite, en bref... 3 Points clés... 4 Points de repères... 8 Points

Plus en détail

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social Observations du HCR sur la Communication de la Commission européenne «Programme commun pour l intégration : Cadre relatif à l intégration des ressortissants de pays tiers dans l Union européenne» (COM

Plus en détail

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots N 489 - Semaine du 22 avril 2014 Austérité n ayons pas peur des mots Tout son poids dans la balance François Hollande

Plus en détail

Transmission des taux de conversion, pour le 2 e trimestre 2015, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72.

Transmission des taux de conversion, pour le 2 e trimestre 2015, des monnaies en application du règlement CEE n 574/72. CIRCULAIRE N 2015-07 DU 12 MARS 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX004-ACE Titre Coordination des régimes d'indemnisation du chômage au sein de l'union européenne et des Etats parties à l'accord

Plus en détail

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS

Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Université de Lyon 21.01.2011 Essaim: Incubateur de la Chambre genevoise de l ESS Un projet novateur en Suisse, inspiré des bonnes pratiques internationales, en lien étroit avec les autres acteurs publics

Plus en détail

Mis à jour le 15 juin 2015 AGENDA 2015

Mis à jour le 15 juin 2015 AGENDA 2015 AGENDA 2015 Activités de la plateforme d accueil pour l intégration des étrangers Cycle de formation à destination des migrants d octobre 2014 à juin 2015 : «Bienvenue à Tournai» Pour informer et accompagner

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail