JSC Initiative Committee 23 october 2011 (Bucarest) Rapport

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "JSC Initiative Committee 23 october 2011 (Bucarest) Rapport"

Transcription

1 JSC Initiative Committee 23 october 2011 (Bucarest) Rapport Membres presents Antonio Morandi (CGIL), Amana Ferro (EAPN), Franco Carminati (Attac), Peter Damo (AD FSR et CSDR), Karoly Gyorgy (MSZ-OSZ), Walter Baier (Transform), Adrian Cojocaru (Cartel Alfa) et Felipe Van Keirsbilck (CSC) Invités presents Judith Dellheim (Rosa Luxemburg Stiftung Belgrade); Vladon Jeremic, Boris Kanzleiter and Ana Veselinovic (Rosa Luxemburg Stiftung Belgrade); Aleksander Topic et Zeljko Veselinovic (USSS Loga Serbia); Magdalena Yordanova (CITUB Bulgaria); Miroslav Prokes (Czech Social Forum / SPaS République Tchèque); Olga Nicolae (PERC). Organisations excuses CGT, FSU, SOLIDAIRES, CGTP, Nordic Welfare Compaign, ELA. 1. Membership et fonctionnement Au nom du Comité d Initiative, Felipe remercie et félicite Peter Damo et les collègues roumains qui ont organisé la conférence d hier et la réunion de ce dimanche. Peter remercie la Fondation Rosa Luxemburg et le PERC qui ont aidé à la réussite. De nombreux collègues de l Europe de l Ouest et d organisations européennes ont été empêchés de rejoindre la réunion, et demandent qu on les excuse. Il faudra réunir à nouveau le Comité d Initiative fin novembre pour lancer la conférence de mars Le Comité souhaite la bienvenue aux invités de Serbie, de Bulgarie, de Tchéquie, de la fondation Rosa Luxemburg et du PERC.

2 Les objectifs et le fonctionnement de la Joint Social Conference sont rappelés. L objectif est de réunir des syndicats et des mouvements sociaux nationaux et européens, et de produire des analyses partagées et un rapport de forces pour une Europe démocratique, sociale et écologique. Voir (déclaration) et (communiqué de presse). Les principales caractéristiques de fonctionnement sont : - La JSC est née du FSE et veut conserver l esprit général et la dynamique du FSE - La JSC cherche à réunir sur pied d égalité des syndicats et des mouvements sociaux, dans toute l Europe (y compris centrale et orientale) - C est un processus qui réunit des organisations (petites ou grandes), pas des individus - Il s agit d un processus en cours de construction, qui expérimente des méthodes de travail ; les objectifs et les résultats depuis 3 ans sont des étapes à partir desquelles il faut aller plus loin - C est un processus semi-ouvert : les débats doivent se faire avec tous ceux qui partagent nos objectifs, mais le projet est piloté par un comité d initiative qui s élargit progressivement, par cooptation, en veillant au consensus et aux équilibres. Le Comité d Initiative se réunit trois ou quatre fois par an. - Un petit groupe de coordination réunit plus fréquemment quelques organisations qui peuvent facilement se rencontrer à Bruxelles - Les organisations membres du Comité d Initiative contribuent financièrement au projet ; la contribution annuelle est libre (les grandes organisations ont versé 1000 par an les deux premières années) - La JSC ne prend pas, en tant que telle, de positions nouvelles sans consultation et accord des organisations membre du Comité d Initiative Felipe informe les collègues d une demande de subvention adressée à la Commission, si elle est acceptée (réponse attendue début novembre) cette subvention permettrait de prendre en charge les frais de voyage, d hébergement, de traduction, de publications, etc. Amana souligne une des difficultés essentielles dans notre fonctionnement : celle de faire descendre les débats à l intérieur de nos organisations faute de quoi le processus se limite au 200 ou 250 personnes qui se voient lors des conférences, ou aux 40 membres du Comité d Initiative. Ceci demande de l énergie, du temps, et le plus possible des documents traduits en plusieurs langues. Sur le plan des membres du Comité d Initiative, l entrée de EPSU et de ETF dans le processus est une très bonne nouvelle ; des contacts ont été pris à Londres avec deux syndicats anglais, mais cela doit conduire aussi à renforcer la partie «mouvements sociaux» et spécialement les mouvements de défense de l environnement qui sont quasiment absents. L autre difficulté constante sur le plan du membership est le peu d organisations des pays d Europe Centrale et Orientale ; on espère que les contacts permis par cette rencontre à Bucarest nous ferons faire un pas en avant 2. Echo des dernières activités 2.1. Journée «sortie de la crise» de EAPN le 23 septembre à Bruxelles, composée de deux parties : chercher des solutions (pour aller au-delà des contacts) et construire des partenariats. La journée a connu un grand succès, notamment sur base d une préparation importante au sein du réseau EAPN dans de nombreux pays. Les conclusions sont très complémentaires aux travaux faits dans la JSC.

3 2.2. Journée d étude sur la dette à Londres (30 septembre). L objectif était de réunir entre 40 et 50 chercheurs et dirigeants syndicaux pour discuter de la crise de la dette et des issues possibles ; cet objectif a été atteint, avec des interventions de haut niveau de collègues du réseau Transform, du CADTM et de la CES. La situation nationale dans 6 pays a été discutée. Cette journée apparaît comme un succès, grâce à l appui de la CES, du CADTM et de Transnational Institute ; mais il faudrait mettre ses conclusions rapidement en circulation, vu la vitesse avec laquelle la crise s approfondit Meeting européen contre l austérité : Londres (1 er octobre). La JSC ou certains de ses membres étaient présents ou organisateurs de trois des 15 ateliers (dette, justice fiscale, crise de la démocratie). Franco relève l importance de l ouverture des mouvements sociaux britanniques aux organisations du «continent», et la force de la dynamique. Antonio approuve, mais insiste sur l urgence de coordonner les dettes : les camarades grecs ont fait 15 grèves générales, plusieurs journées de grève ou de manifestation ont eu lieu au Portugal, en Italie, en Roumanie, en Espagne, en Hongrie, en Lettonie Avec 23 millions de chômeurs, et 40% des jeunes européens au chômage, et une vie de plus en plus difficile pour les pensionnés, il est urgent de s accorder sur quelques priorités d action. Des manifestations ne suffisent visiblement pas à influencer le cours des choses Deuxième Conférence Sociale en Roumanie (22 octobre 2011). Peter résume le déroulement de la Conférence Sociale réunie ce samedi à Bucarest (pour la seconde fois, après la Conférence de Pitesti en 2010) en vue d enraciner le processus en Roumanie et de lui donner un rayonnement régional en Europe de l Est et dans les Balkans. Environ 120 participants, avec une large majorité de syndicalistes, mais la présence, même limitée, des ONG et mouvements sociaux est quand même un progrès par rapport à l an passé. Des invités sont venus de 9 pays différents. Deux thèmes ont été discutés : la gouvernance économique européenne, et la corruption. Plusieurs collègues félicitent Peter et Adrian pour l excellent travail réalisé. Peter relève certains points négatifs : pas de participation officielle des directions des confédérations syndicales roumaines (même si des syndicats régionaux étaient présents), pas d ONG roumaines. Il se réjouit par contre de la présence de collègues bulgares, serbes, tchèques et hongrois, et remercie le PERC et la fondation Rosa Luxemburg pour leur aide. Le travail d enracinement du processus JSC doit continuer. La déclaration finale, soumise à la signature des organisations en Roumanie, sera traduite et diffusée dans la JSC. Mirek demande si l absence des directions nationales résulte des conflits exprimés, et si des partis politiques étaient invités? Peter : il n y a pas de conflit exprimé avec les confédérations syndicales ; dans tous les cas, il vaut mieux chercher ce qui réunit que ce qui divise Dans la ligne de la JSC, les partis politiques n étaient pas invités. Ceci provoque un petit débat et une clarification : nous ne voulons pas de partis politiques dans le Comité d Initiative, car la direction du

4 processus doit rester indépendante de tout parti ; mais on peut inviter des partis pour écouter nos conclusions ou répondre à nos questions! Boris souligne l importance du travail fait par les amis roumains de CSDR et ADFSR dans cette période très difficile. Les conséquences de la crise sont très dures dans les Balkans et l Europe de l Est, mais, paradoxalement, il n y a presque pas de mouvements sociaux (même si tout le monde est mécontent). Dans ces pays, le débat politique est paralysé par une opposition caricaturale entre «modernisateurs libéraux» qui adorent inconditionnellement l UE, et nationaliste de droite qui rejettent l UE en bloc. Il y a par contre un manque total d intellectuels critiques qui aident l opinion publique à comprendre ce qui se passe réellement dans la crise de l UE. Selon Boris, on ne trouve aucun chercheur qui fasse ce travail dans les universités en Serbie, en Macédoine, en Bosnie Boris précise le mandat dont dispose le Rosa Luxemburg Stiftung : aide au développement de la JSC (notamment via des séminaires de formation dans les Balkans et en Europe de l Est), mais pas, à ce stade, faire partie du Comité d Initiative en tant que membre du projet. Olga réagit en signalant que dans le monde syndical, et au sein du PERC, il y a un intéressant réseau d économistes, et un bureau régional à Sarajevo. Il y a aussi le réseau NETLEX dans ETUC. Selon Olga, le renforcement d un réseau tel que la JSC est très important, et pour cela il serait utile de répertorier («mapping») les ressources. Franco partage les points positifs de l évaluation de Peter. Malgré les déceptions, c est un vrai succès, au plan régional, et la Roumanie est le seul pays qui ait réussi une déclinaison nationale de la JSC. Amana félicite également Peter. Elle redit son regret que la réussite de cette conférence ne repose que sur la mobilisation syndicale : très peu d ONG ; y compris au sein du réseau roumain d EAPN. Sans doute l invitation très «syndicale» n a pas aidé. Il faut garder l enjeu des alliances. Sur la question de l invitation éventuelle de politiques, elle approuve le principe : pas de partis dans le processus, mais on peut organiser la confrontation. Antonio salue la réussite de la rencontre régionale, l importance de la présence du PERC et du soutien de la Rosa Luxemburg Stiftung. Le niveau des interventions (notamment celle de Franco) était excellent. L important est de prolonger ces débats dans nos organisations, d en faire écho dans le PERC, dans l ETUC Peter conclut cette discussion ; la déclaration finale sera soumise à signature et diffusée, et traduite en anglais et en français. 3. Coopérations avec d autres réseaux Spring Alliance : Pour des raisons organisationnelles, cette alliance a été en sommeil un temps. Elle était surtout, au départ, centrée sur la réaction à EU2020. Les modalités d organisation sont différentes : nous avons davantage travaillé à partir d organisations nationales. Un contact sera pris. Brussels Forum :

5 Rencontre organisée à Bruxelles le 30 novembre par ARCI et d autres mouvements concernés par des initiatives citoyennes (eau, migrants, revenu minimum). Amana et Walter y seront ; possibilité de s inscrire (http://www.euroalter.com/ppp/events/424/); on cherche à établir un contact utile. FSE Depuis Istanbul, on constate la paralysie du FSE. Volonté de le relancer, mais besoin d un débat stratégique. La JSC est clairement un «enfant» du FSE (parmi d autres ) ; on peut considérer que le FSE vit aussi dans ses enfants! Mais il faut rester attentif à la possibilité de les relancer, éventuellement sous une autre forme. Judith exprime ses craintes par rapport à l hypothèse de faire du FSE un mouvement politique. «Praga Spring II» Mirek fait état d un réseau européen d organisations contre le racisme et le nationalisme ; conférence fin novembre à Kiev. Des liens utiles sont à rechercher. Franco ajoute la question des «Indignés» : ce n est bien sûr pas une organisation, mais c est un mouvement important. Franco suggère de les contacter, de les inviter à assister à notre processus, sans engagements mutuels. 4. Evaluation et perspectives de la JSC Felipe rappelle la note préparée pour cette discussion (en annexe). Walter soutient l idée que la conférence de mars 2012 puisse être orientée vers l appel au lancement d un vaste «mouvement social européen». Sur la question de la méthode de décision, il pense que c est davantage un problème politique que méthodologique. Il faut une forte convergence politique avant la conférence, sans quoi il est impossible d inventer un accord sur place. Judith propose de travailler via le site, avec une liste limitée de priorités sur lesquelles les organisations se prononcent, et des propositions d action commune. Franco approuve la proposition de renforcer le secrétariat ; mais même si on n obtient pas de moyens pour cela, il faut aller ensemble jusque mars 2012, chercher à prendre des décisions qui permettent d agir ensemble, et faire le point ensuite. Une grande difficulté reste qu on ne travaille pas assez dans les organisations entre les réunions. Franco propose de se centrer sur quelques-unes des priorités parmi les 17 évoquées l an passée : dette, tax justice, corruption, économic governance et négociation collective. Mirek souligne l absence des enjeux et des organisations environnementalistes. N a-t-on pas une vision étroite du «social»? Amana approuve cette remarque. Elle pense qu il est impossible que tout le monde travaille sur tout : les organisations membres et les enjeux sont plus nombreux, il faut permettre des coopérations renforcées, et donner du temps à la décision.

6 La préparation de mars 2012 ne peut pas se faire uniquement à l intérieur du Comité d Initiative : il faut impliquer les organisations, et donc il faut des documents clairs qui circulent à temps (et le plus possible traduits). Sur les propositions de contact avec les autres réseaux : les inviter est bien, mais ce n est pas assez : il faut provoquer un contact entre différents réseaux à Bruxelles, pour faire connaissance directement. Walter : une «liste» de priorités ne suffit pas : il faut une analyse globale face aux dangers globaux sur l Europe. Judith note une contradiction : les enjeux écologiques signalés par Mirek sont importants (et aussi la question, liée, de la guerre et de la paix) ; mais d un autre côté, il faut se concentrer sur la crise. Elle pense qu on peut, d ici mars, préparer deux types d approches : analyse globale de la situation et d une stratégie commune ; et liste de propositions d action «bottom-up». Walter et Franco approuvent. Felipe demande qu on prête attention aussi aux enjeux du nationalisme et du populisme de droite.

Groupe de travail FSESP/ISP

Groupe de travail FSESP/ISP Groupe de travail FSESP/ISP 4-5 mai 2006, Bruxelles Une nouvelle Fédération Notre voix en Europe La Fédération européenne a besoin d une constitution qui reflète nos objectifs et nous donne la structure,

Plus en détail

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE.

EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE. EXPOSE ECRIT DU GOUVERNEMENT IRLANDAIS PRESENTE EN SA QUALITE DE PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION EUROPEENNE [Traduction] Monsieur le président, j ai l honneur de prendre la parole au nom

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

Unir les forces pour une autre Europe vers Florence 10 + 10

Unir les forces pour une autre Europe vers Florence 10 + 10 Séminaire international Unir les forces pour une autre Europe vers Florence 10 + 10 14 16 septembre 2012 Palazzo Reale Piazza del Duomo 12 Milano RAPPORT BREF Pendant la rencontre internationale de préparation

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Les frontières de l UE et ses futurs élargissements

Les frontières de l UE et ses futurs élargissements ANALYSE 2008 Les frontières de l UE et ses futurs élargissements Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Les Frontières de

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RÉPONSES APPORTÉES À L ENQUÊTE SUR LES TRANSPORTS POUR LES RETRAITÉ/E/S ET PERSONNES ÂGÉ/E/S

SYNTHÈSE DES RÉPONSES APPORTÉES À L ENQUÊTE SUR LES TRANSPORTS POUR LES RETRAITÉ/E/S ET PERSONNES ÂGÉ/E/S SYNTHÈSE DES RÉPONSES APPORTÉES À L ENQUÊTE SUR LES TRANSPORTS POUR LES RETRAITÉ/E/S ET PERSONNES ÂGÉ/E/S (Comité Exécutif, Bruxelles, 27-28 octobre 2014) Bd du Roi Albert II, 5 - B - 1210 Bruxelles Tel:

Plus en détail

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne

Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne Les modifications institutionnelles de l UE à la suite de la ratification du Traité de Lisbonne présentation à l École nationale d'administration publique du Québec 28 octobre 2009 Christian Gsodam Les

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts

Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts Interview: Nikola Hajdin, président de l Académie serbe des sciences et des arts Investir dans la science représente l avenir de la société Le fait qui témoigne de la réputation de nos académiciens, c

Plus en détail

ESS et politiques européennes

ESS et politiques européennes Denis Stokkink ESS et politiques européennes RTES 16 janvier 2015 Introduction - Présentation Pour la Solidarité Think & do tank européen / laboratoire d'idées et d'actions Devise : «Comprendre pour agir»

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels

Examen par les pairs: l économie sociale préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels Add title 2 préparer le terrain pour des réponses innovantes face aux défis actuels L examen par les pairs tenu à Paris (France) les 10 et 11 décembre 2012 était organisé par la Direction générale française

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR LA PROMOTION DE LA CONVENTION-CADRE DE FARO SUR LA VALEUR DU PATRIMOINE CULTUREL POUR LA SOCIETE 2013-2015

PLAN D ACTION POUR LA PROMOTION DE LA CONVENTION-CADRE DE FARO SUR LA VALEUR DU PATRIMOINE CULTUREL POUR LA SOCIETE 2013-2015 AT(2014)510 Strasbourg, 25 novembre 2014 PLAN D ACTION POUR LA PROMOTION DE LA CONVENTION-CADRE DE FARO SUR LA VALEUR DU PATRIMOINE CULTUREL POUR LA SOCIETE 2013-2015 Etat d avancement et perspectives

Plus en détail

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014 Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail signé le 27 novembre 2014 Jacques Mouton, GT du Secteur Electrique le 24 février 2015 à Bruxelles Présentation I II III

Plus en détail

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains

Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains Rapport provisoire du séminaire de renforcement de la dynamique des mouvements sociaux ouest africains «Pour un nouvel élan du mouvement altermondialiste ouest africain.» Lieu : Ouagadougou Date : du 15

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA

Consortium pour la Recherche, l Innovation et la Formation pour le Développement en Afrique Centrale (CRIFDAC) Honoré TABUNA Communauté Économique des Etats de l Afrique Centrale CEEAC Economic community of Central Africa States ECCAS Communidad Economica de los Estados del Africa Central CEEAC Communidade Economica dos estados

Plus en détail

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Nous sommes l organisme EXPRA Regroupement d organismes représentant des entreprises

Plus en détail

Promouvoir la coopération administrative transnationale. Aspects choisis de la coopération administrative

Promouvoir la coopération administrative transnationale. Aspects choisis de la coopération administrative Promouvoir la coopération administrative transnationale en Europe Aspects choisis de la coopération administrative FR Introduction Cette brochure a été réalisée par la Confédération Européenne des Syndicats

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS

LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS LES ENJEUX DU FORUM SOCIAL MONDIAL DE TUNIS 2 février 2013 Gustave Massiah Représentant du CRID Au Conseil International du FSM Le Forum Social Mondial de Tunis (FSM), du 26 au 30 mars 2013, sera un moment

Plus en détail

Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage

Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage Pourquoi une Convention contre le dopage sous l égide du Conseil de l Europe? Pour le Conseil de l Europe, le sport est une force d intégration

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels COMMISSION EUROPEENNE COMMUNIQUE DE PRESSE pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels Bruxelles, le 23 novembre 2011 Jusqu à cinq millions de personnes (soit presque deux fois plus qu actuellement)

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES

POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES POSITION DE LA CES SUR L'AVENIR DES PENSIONS DE RETRAITE EN EUROPE DEUX ANS APRES LE LIVRE BLANC SUR LES RETRAITES Adoptée par la Réunion du comité exécutif des 11-12 juin 2014 Introduction Messages-clés

Plus en détail

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires BIM n - 28 juin & 05 juillet 2005 Cécile LAPENU En novembre 2003, deux BIM avaient présenté

Plus en détail

Lancement public du Diagnostic du cadre législatif anti-corruption marocain (M1.2) Mardi, 10 juillet 2013 10h 00 13h 00 **** ICPC, Rabat

Lancement public du Diagnostic du cadre législatif anti-corruption marocain (M1.2) Mardi, 10 juillet 2013 10h 00 13h 00 **** ICPC, Rabat Lancement public du Diagnostic du cadre législatif anti-corruption marocain (M1.2) Mardi, 10 juillet 2013 10h 00 13h 00 **** ICPC, Rabat Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional

Plus en détail

Présentation inaugurale de la première classe de l'ecole Politique de Tunis. soutenue par le Conseil de l Europe. Tunis, 8 janvier 2013

Présentation inaugurale de la première classe de l'ecole Politique de Tunis. soutenue par le Conseil de l Europe. Tunis, 8 janvier 2013 (French only) Présentation inaugurale de la première classe de l'ecole Politique de Tunis soutenue par le Conseil de l Europe Tunis, 8 janvier 2013 Intervention de Mme Gabriella Battaini-Dragoni, Secrétaire

Plus en détail

========== Au nom de l Union Européenne. 96ème session du Conseil de l OIM

========== Au nom de l Union Européenne. 96ème session du Conseil de l OIM Intervention de S.E. M. Jean-Baptiste MATTEI, Ambassadeur, Représentant Permanent de la France auprès des Nations Unies à Genève et des organisations internationales en Suisse ========== Au nom de l Union

Plus en détail

Un grand évènement citoyen pour le climat

Un grand évènement citoyen pour le climat Dossier de presse d Alternatiba Paris Le Village des Alternatives Un grand évènement citoyen pour le climat 26 et 27 sept.2015 à Paris http://alternatiba.eu/paris 15 septembre 2015 Contacts Alternatiba

Plus en détail

Eurêka l'europe! Kit didactique pour les élèves des 5ème et 6ème années de l'enseignement primaire

Eurêka l'europe! Kit didactique pour les élèves des 5ème et 6ème années de l'enseignement primaire Eurêka l'europe! Kit didactique pour les élèves des 5ème et 6ème années de l'enseignement primaire 1.1 Un siècle européen Chapitre 1: Un peu d'histoire Grâce à nos deux amis, Marie et Alexandre, nous savons

Plus en détail

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs

Aperçu des principales questions évoquées lors de la première réunion du sous-groupe sur l amortissement fiscal des actifs COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA FISCALITÉ ET DE L UNION DOUANIÈRE Analyses et politiques fiscales Analyse et coordination des politiques fiscales Bruxelles, le 23 février 2005 Taxud E1 MH/

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES DYNAMIQUES SOCIO-ECONOMIQUES EUROPEENNES (ODYSSEE)

OBSERVATOIRE DES DYNAMIQUES SOCIO-ECONOMIQUES EUROPEENNES (ODYSSEE) OBSERVATOIRE DES DYNAMIQUES SOCIO-ECONOMIQUES EUROPEENNES (ODYSSEE) 1 1. Un groupe universitaire grenoblois à l origine d un réseau européen Le Groupe de Recherche et d'etude en Gestion (GREG) est une

Plus en détail

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables (approuvée par le 100 ième Comité Exécutif de la FEM Luxembourg, les 7 et 8 juin 2005) 1. Ces dernières

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte.

La première partie de l étude analyse la loi RCT et met en évidence tant les silences de la loi que les garanties qu elle apporte. SYNTHESE Dans le contexte actuel de recherche d une administration territoriale toujours plus efficiente, la loi de réforme des collectivités territoriales (loi RCT) a pour objectif principal de faire

Plus en détail

Concours européen 2013 des meilleurs contenus en ligne pour les jeunes

Concours européen 2013 des meilleurs contenus en ligne pour les jeunes Concours européen 2013 des meilleurs contenus en ligne pour les jeunes PROGRAMME SAFER INTERNET FRANCE - SAFER INTERNET DAY 2014 Un événement organisé par Internet Sans Crainte avec le soutien de PanelParents,

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Cent jours pour la culture

Cent jours pour la culture NOTE n 134 - Fondation Jean-Jaurès - 22 mai 2012 - page 1 Les GRECs* * Groupes d études et de recherches sur la 1 Pourquoi cent jours? Parce que de ces cent jours dépendent les mille qui suivront. 2 A

Plus en détail

En collaboration avec

En collaboration avec En collaboration avec Termes de Référence de l atelier National de partage et d élaboration du cadre stratégique de l Observatoire de la société civile sur la Gouvernance des Terres et des Ressources Naturelles.

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES INTRODUCTION

RAPPORT D ACTIVITES INTRODUCTION RAPPORT D ACTIVITES INTRODUCTION Aujourd hui, 28 pays africains appartiennent au groupe des 41 pays les moins avancés. L Afrique sombre à cause des mauvaises gestions et gouvernances de ses intellectuels.

Plus en détail

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information

Troisième Forum parlementaire sur la société de l information Troisième Forum parlementaire sur la société de l information «Les TIC et la crise économique mondiale : situation actuelle et perspectives futures» 3-5 mai 2010 Salle B Tour de l UIT Union internationale

Plus en détail

«L ENSEIGNANT : L économie

«L ENSEIGNANT : L économie Peter Macs-fotolia.com L économie sociale et solidaire vient d être dotée d un ministère. Elle passe, certes, sur le devant de la scène mais reste pourtant bien mystérieuse. Que recouvre-t-elle réellement?

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE?

UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE? C O M P T E - R E N D U UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE? COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE-DÉBAT ORGANISÉE LE 2 DÉCEMBRE 2014 À PARIS, PAR L IRIS ET LA MAISON DE L EUROPE. autour

Plus en détail

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux

Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau transfrontières et des lacs internationaux Convention sur la protection et l utilisation des cours d eau et des lacs internationaux Groupe de travail de la gestion intégrée des ressources en eau Dixième réunion Genève, 24 et 25 juin 2015 Point

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l Europe

Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l Europe Cote du document: EB 2007/92/R.55 Point de l ordre du jour: 22 c) Date: 23 octobre 2007 Distribution: Publique Original: Anglais F Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l

Plus en détail

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée

Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Déclaration conjointe de la CoESS et d UNI-Europa sur l harmonisation européenne des législations gouvernant le secteur de la sécurité privée Introduction Dans l Union européenne, le secteur de la sécurité

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem

Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem 1 Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem 2 Méthodologie Enquête réalisée par TNS Sofres : interrogation par Internet d échantillons représentatifs des populations nationales (18 ans et plus)

Plus en détail

Perspectives pour la sensibilisation syndicale

Perspectives pour la sensibilisation syndicale 4 Perspectives pour la sensibilisation syndicale L e débat emploi-environnement n est pas neuf dans l organisation syndicale, mais il évolue sensiblement ces dernières années. Le présent cahier retrace

Plus en détail

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre www.supagro.fr Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Objectifs des politiques

Plus en détail

Guide pratique de la formation syndicale

Guide pratique de la formation syndicale Guide pratique de la formation syndicale Jeunes CGT 63 rue de Paris Case 3-1 9316 Montreuil Cedex tél. : 01 48 18 84 13 / 81 80 courriel: jeunes@cgt.fr www.jeunes.cgt.fr Jeunes CGT 63 rue de Paris Case

Plus en détail

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical

Institut syndical européen. Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Institut syndical européen Une perspective européenne sur les questions stratégiques pour le mouvement syndical Le principal objectif de l Europe sociale doit être la création d une société plus égalitaire,

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Animateur : Henri TOULOUZE Secrétaire général de l Union Nationale des Syndicats

Plus en détail

les Réponses à vos Questions

les Réponses à vos Questions _Allemagne _Belgique _France _Italie _Luxembourg _Pays-Bas _Danemark _Irlande _Royaume-Uni _Grèce _Espagne _Portugal _Autriche _Finlande La Constitution Européenne : les Réponses à vos Questions _Suède

Plus en détail

pour l emploi 7 et 8 juillet 2014 Palais d'iéna Tables rondes

pour l emploi 7 et 8 juillet 2014 Palais d'iéna Tables rondes la grande conférence sociale pour l emploi 7 et 8 juillet 2014 Palais d'iéna Tables rondes Sommaire Table ronde 1 - salle Eiffel P. 2 Amplifier l action pour l emploi, en particulier pour les jeunes,

Plus en détail

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça?

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Jacques Perrat Emmanuelle Puissant Meeting CGT, 9 septembre 2013, Lyon 1 Quel est le problème : La rémunération du travail ou le coût du capital?

Plus en détail

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI)

LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) LA COMMISSION EUROPÉENNE CONTRE LE RACISME ET L'INTOLÉRANCE (ECRI) La Commission européenne contre le racisme et l'intolérance (ECRI) est une instance de monitoring du Conseil de l Europe dont la tâche

Plus en détail

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9).

1. Sur le Titre I Les modalités d organisation des compétences (articles 1 à 9). Projet de loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles Les propositions de l Union sociale pour l habitat Ce premier projet de loi concentre de nombreux éléments

Plus en détail

Eurobaromètre du Parlement européen (EB79.5) «A UN AN DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DE 2014» Partie institutionnelle SYNTHESE ANALYTIQUE

Eurobaromètre du Parlement européen (EB79.5) «A UN AN DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DE 2014» Partie institutionnelle SYNTHESE ANALYTIQUE Direction générale de la Communication Unité de suivi de l opinion publique Bruxelles, le 21 août 2013. Eurobaromètre du Parlement européen (EB79.5) «A UN AN DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DE 2014» Partie institutionnelle

Plus en détail

Envoyé par e-mail: jacques.barrot@ec.europa.eu; vladimir.spidla@ec.europa.eu; jose-manuel.barroso@ec.europa.eu

Envoyé par e-mail: jacques.barrot@ec.europa.eu; vladimir.spidla@ec.europa.eu; jose-manuel.barroso@ec.europa.eu Bruxelles, le 7 août 2009 CP/em/lw A l attention de: M. Jacques Barrot Vice-président de la Commission européenne Chargé de la Justice, Liberté et Sécurité et M. Vladimír Špidla Commissaire à l Emploi,

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante.

Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Cher-e-s camarades, cher-e-s ami-e-s, chers invités, Nous démarrons cette année 2015 sous le signe de l anniversaire des 120 ans de la CGT, d une CGT à la fois présente, offensive et dérangeante. Une CGT

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes

Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes Séminaire sur les violences commises à l égard des femmes A l occasion de la journée internationale des droits de l Homme, le 10 décembre 2013, le ministère des Affaires étrangères a organisé un séminaire

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

POLITIQUE ENERGETIQUE ET EXTRACTIVISME DE RESSOURCES NATURELLES RESISTANCES ET ALTERNATIVES

POLITIQUE ENERGETIQUE ET EXTRACTIVISME DE RESSOURCES NATURELLES RESISTANCES ET ALTERNATIVES POLITIQUE ENERGETIQUE ET EXTRACTIVISME DE RESSOURCES NATURELLES RESISTANCES ET ALTERNATIVES Programme du séminaire à Tunis, 24 26 mars 2013 Langues : Français, Anglais Lieu du séminaire : Hôtel Les Ambassadeurs

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.192/5

Assemblée générale. Nations Unies A/CONF.192/5 Nations Unies A/CONF.192/5 Assemblée générale Distr. générale 6 juillet 2001 Français Original: anglais Conférence des Nations Unies sur le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects 9-20

Plus en détail

PLAN DE GESTION DE LA CECOP POUR 2006 Introduction sur la méthode de travail proposée

PLAN DE GESTION DE LA CECOP POUR 2006 Introduction sur la méthode de travail proposée La méthode suivante part de 2 observations : PLAN DE GESTION DE LA POUR 2006 Introduction sur la méthode de travail proposée 1. L équipe de la va bientôt passer de 1,7 ETP (équivalent temps plein) à 2,7

Plus en détail

Campagne (note de référence)

Campagne (note de référence) CE199/FR/5 COMITÉ EXÉCUTIF Bruxelles, 17-18 octobre 2012 Point 5 à l ordre du jour Campagne (note de référence) Le Comité exécutif est invité à prendre acte de cette documentation et à approuver les prochaines

Plus en détail

MESSAGE DE VŒUX DE S.E.M. L AMBASSADEUR ILEKA AU PERSONNEL DE L AMBASSADE

MESSAGE DE VŒUX DE S.E.M. L AMBASSADEUR ILEKA AU PERSONNEL DE L AMBASSADE MESSAGE DE VŒUX DE S.E.M. L AMBASSADEUR ILEKA AU PERSONNEL DE L AMBASSADE Bonsoir, Il est de coutume, que chaque année, nous nous réunissons pour la traditionnelle cérémonie des vœux, et, je suis heureux

Plus en détail

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91)

Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) LA GUERRE FROIDE p82 à 89 Fiche d objectifs/plan détaillé Pourquoi et comment le monde se divise-t-il après 1945? I/DEUX BLOCS FACE A FACE ( p90/91) Comment à partir de 1947, Etats-Unis et l URSS s affrontent-ils

Plus en détail

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015

Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Speech by Mr. Fathallah Sijilmassi UfM Secretary-General Private Sector Meeting Barcelona, 13-14 April 2015 Monsieur le Commissaire européen, Monsieur le Premier ministre Jomaa, Mesdames, Messieurs, Chers

Plus en détail

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen.

Ce document a été rédigé à la demande de la commission de l emploi et des affaires sociales du Parlement européen. DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013

1 von 5 07.05.2013 11:59. Vie numérique Dimanche5 mai 2013 1 von 5 07.05.2013 11:59 Vie numérique Dimanche5 mai 2013 Par Propos recueillis par Mehdi Atmani «Je pars en guerre contre le Big Data» Le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence,

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

Progress en action: le programme de l UE pour l emploi et la solidarité sociale 2007-2013

Progress en action: le programme de l UE pour l emploi et la solidarité sociale 2007-2013 Progress en action: le programme de l UE pour l emploi et la solidarité sociale 2007-2013 La présente publication a été soutenue financièrement dans le cadre du programme de l Union européenne pour l emploi

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail