APERCU DU DROIT DISCIPLINAIRE INSTITUT DES RÉVISEURS D'ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APERCU DU DROIT DISCIPLINAIRE INSTITUT DES RÉVISEURS D'ENTREPRISES 2011-2012"

Transcription

1 APERCU DU DROIT DISCIPLINAIRE INSTITUT DES RÉVISEURS D'ENTREPRISES CHAPITRE 1. ELEMENTS DE PROCEDURE 1. Commission de surveillance 1. LES CONSTATATIONS DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE N ONT QU UNE VALEUR CONSULTATIVE Une poursuite disciplinaire résulte la plupart du temps d'une instruction menée par la Commission de surveillance. Le rapport ou la proposition de la Commission de surveillance n'a cependant pas la valeur d'un acte d'instruction indépendant et ne détermine pas en soi le résultat d'une instruction disciplinaire. Il appartient exclusivement au Conseil de l'institut des Réviseurs d'entreprises (IRE) de fournir un rapport sur les constations de la Commission de surveillance et d'y joindre les pièces pouvant étayer les données reprises dans le rapport. Un réviseur d'entreprises a soulevé que le Roi aurait outrepassé ses compétences en instituant la Commission de surveillance. Cette exception d illégalité, qui vise à déclarer illégale l'instruction disciplinaire, basée sur le rapport de la Commission de surveillance, a été rejetée. Il s'agissait de la compétence de déterminer les modalités relatives à l'organisation de la surveillance, telles que fixées par les articles 3 à 7 du chapitre II de l'arrêté royal du 26 avril Le réviseur d'entreprises s'est également plaint du fait qu'il n'a pas pu prendre connaissance du rapport de la Commission de surveillance. Aucune disposition ne prévoit que le rapport final de la Commission de surveillance établi dans le cadre d'une affaire pour laquelle elle a mené une instruction, devrait être distingué du rapport transmis au Conseil de l'ire. Par conséquent, un réviseur d'entreprises faisant l'objet de poursuites disciplinaires ne peut se plaindre de l'absence du rapport de la Commission de surveillance. Il a été opposé à un réviseur d'entreprises ayant invoqué qu'il ne ressortait d'aucun élément du dossier que la Commission de surveillance était valablement composée, que la proposition de la Commission n'a de toute manière aucune valeur contraignante pour le Conseil de l'ire, qui peut l'accepter ou la rejeter comme elle l'entend. En principe, un réviseur 1

2 d'entreprises ne peut faire valoir un intérêt au respect des prescriptions relatives au fonctionnement et à l'exercice de la Commission de surveillance. ASSISTANCE AVOCAT COMMISSION DE SURVEILLANCE - La Commission d'appel considère que le droit à un procès équitable s oppose effectivement au refus de l'assistance par un avocat lors d'une procédure disciplinaire. En l'espèce, le réviseur d'entreprises n'avait pas signalé son intention de faire appel à une telle assistance lors des travaux en Commission de surveillance. Il n'a pas non plus indiqué quelle déclaration accablante il avait faite et qu'il n'aurait peutêtre pas faite s'il avait bénéficié d'une assistance. Dans la mesure où le réviseur d'entreprises avait prévu d'être assisté par un avocat à partir du moment où la Chambre de renvoi et de mise en état (CRME) lui avait transmis une copie du rapport du Conseil de l'ire, le droit à un procès équitable n'a pas été violé (1). 2. Impartialité lors de l'instruction 2. COMPOSITION DU DOSSIER DISCIPLINAIRE Le Conseil de l'ire décide de la composition du dossier disciplinaire et est compétente pour faire rapport sur les constatations de la Commission de surveillance. Le Conseil de l'ire peut joindre à son rapport les pièces permettant d'étayer les données qui y sont reprises. Toutefois, le dossier doit être complet, et ce tant dans l'intérêt de la partie poursuivie, qui doit pouvoir se défendre de manière efficace, que dans celui de l'instance disciplinaire, qui doit pouvoir se prononcer en connaissance de cause (2). Le devoir d'impartialité, qui apparaît de l'objectivité lors du rassemblement des faits pertinents et du caractère complet du dossier, n'exclut pas que le Conseil de l'ire formule sa propre opinion sur le poids qu'il estime devoir être donné aux manquements aux règles professionnelles qui peuvent être constatés à ses yeux ou sur l'appréciation subjective des infractions qu'il croît devoir constater auprès du réviseur d'entreprises. Si les conclusions du Conseil de l'ire sur les infractions prétendument constatées aux règles professionnelles s'avèrent être erronées, soit en raison du rassemblement des faits par les enquêteurs, soit en raison de (1) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 26 octobre 2012, n 0411/10/N (décision attaquée mise à néant). (2) Conseil d'etat, arrêt du 25 octobre 2005 dans l'affaire n et arrêt du 27 novembre 2006 dans l'affaire n , 2

3 l'interprétation de ces faits, aucun grief de partialité ne peut être reproché, mais ceci implique une contestation au fond d'une inculpation (3). Un réviseur d'entreprises s'est plaint du fait que le dossier disciplinaire ne mentionnait pas expressément qu'il n'avait aucun passé disciplinaire. Cet argument a été rejeté étant donné que l'absence de référence à des sanctions disciplinaires déjà infligées implique l'absence de passé disciplinaire. Enfin, le passage dans le rapport du Conseil de l'ire au point 21., qui précise que le réviseur d'entreprises manque de compréhension de la déontologie et qu'il a causé un problème d'indépendance à un confrère avec qui il entretenait une relation professionnelle, est un simple reflet de l'avis du Conseil de l'ire, qui peut formuler une telle conclusion en tant qu'instance poursuivante, sans que son impartialité ne soit mise en cause. Le Conseil de l'ire n'ayant pas mené d'instruction lui-même, le principe selon lequel l'instruction n'a pas été menée à charge et à décharge, ne peut être invoqué. En tant qu'instance non judiciaire, le Conseil de l'ire n'est pas soumis à l'article 6 1 de la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH) (4). 3. SAISINE DE LA CRME PAR LE BIAIS D'UN RAPPORT DU CONSEIL - La CRME est saisie par le biais d'un rapport du Conseil de l'ire. En vertu de l'article 22 1 de la loi du 22 juillet 1953, l'institut est représenté par le Conseil dans les actes de la vie juridique et les actions en justice. Aux termes de l'article 9 du règlement d'ordre intérieur du 7 juin 2007, le président du Conseil de l'ire porte le titre de président de l'institut. Dans la mesure où le rapport n'avait pas été signé par le président et en l'absence de délégation valable, il a été décidé que la CRME n'avait pas été valablement saisie. En l'espèce, la décision de renvoi de la CRME faisait de surcroît référence à la décision du Conseil «pour les motifs repris dans le rapport du Conseil de l'ire, que la CRME avait fait siens». Ainsi, la décision de renvoi était (3) (4) 3

4 basée sur les motifs d'un acte irrégulier, ce qui rend la saisine non valable, laquelle est donc également entachée d'irrégularité (5). 3. Publicité du prononcé 4. JUSTIFICATION EXCEPTIONNELLE DE LA DÉROGATION À LA RÈGLE DE LA PUBLICITÉ DES DÉBATS ET DU PRONONCÉ Une décision de la Commission d'appel a établi de façon quelque peu surprenante que les articles 148 et 149 de la Constitution sur la publicité des débats et du prononcé s'appliquaient uniquement aux tribunaux de l'ordre judiciaire. Ces dispositions ne s'appliqueraient pas à d'autres juridictions comme les instances disciplinaires (6). L'IRE a introduit un pourvoi en cassation contre cette décision. Celui-ci a cependant été déclaré irrecevable pour cause de tardiveté. Les arguments intéressants de ce pourvoi sont repris ci-dessous. En effet, la décision de la Commission d'appel n'est pas conforme à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), qui a reconnu le droit à la publicité du prononcé dans les procédures disciplinaires en vue de garantir l'équité et la transparence de la justice, en laquelle le justiciable peut avoir confiance. Les exceptions à la publicité du prononcé doivent être interprétées strictement. Les règles relatives à la procédure disciplinaire des réviseurs d'entreprises ont été prises en exécution d'un arrêté de pouvoirs spéciaux du 21 avril 2007 transposant la directive 2006/43 du 17 mai L'article 30, 3 de la directive 2006/43/CE du 17 mai 2006 contraint les Etats membres à prendre les mesures nécessaires afin que les mesures prises et les sanctions disciplinaires appliquées à un contrôleur légal des comptes ou à un cabinet d'audit soient rendues publiques. Cette législation a instauré un système de contrôle public pour la profession. Il est évident que ce régime légal ne peut priver le réviseur d'entreprises des avantages de normes plus élevées, notamment celles qui garantissent un procès équitable. La spécificité du système organisé par le législateur ne permet pas à la Commission d'appel de faire droit à une demande non motivée en vue de tenir une audience à huis clos, sans vérifier si les exceptions reprises à l'article 6, (5) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 26 octobre 2012, n 0411/10/N (décision attaquée réformée). (6) Cass. 10 avril 2008, n D N. 4

5 1 de la Convention européenne des droits de l Homme (CEDH) sont applicables. L'article 28 de l'arrêté royal du 26 avril 2007 organisant la surveillance et le contrôle de la qualité et portant règlement de discipline des réviseurs d entreprises a pour but de préciser les articles 60 et 65 de la loi de Le Rapport au Roi précédant l'arrêté royal du 21 avril 2007 portant transposition de dispositions de la directive 2006/43/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 mai 2006 concernant les contrôles légaux des comptes annuels et des comptes consolidés modifiant les directives 78/660/CEE et 83/349/CEE du Conseil et abrogeant la directive 84/253/CEE du Conseil, prévoit clairement que le texte de l'ancien article 20, 5 de la loi du 22 juillet 1953 concernant la publicité de la procédure a été reformulé dans le sens que, alors qu'à l'heure actuelle, la procédure disciplinaire n'est publique qu'à la demande expresse du réviseur d'entreprises concerné, il est proposé de partir du principe que la procédure disciplinaire est publique, sauf demande expresse contraire de la part de la personne concernée ou - comme c'est déjà le cas actuellement - quand la publicité porte atteinte aux bonnes mœurs, à l'ordre public, à la sécurité nationale, à l'intérêt des mineurs, à la protection de la vie privée, à l'intérêt de la justice ou au secret professionnel au sens de l'article 78 de la loi susmentionnée. Le Rapport au Roi précédant l'arrêté royal du 26 avril 2007 organisant la surveillance et le contrôle de la qualité et portant règlement de discipline des réviseurs d entreprises renvoie, en ce qui concerne l'article 27, à la remarque du Conseil d Etat. Le Conseil d'etat souligne que l'article 30.3 de la directive 2006/43/CE prévoit que les sanctions sont «dûment rendues publiques et que l'article 28 de l'arrêté en projet prévoit uniquement le prononcé des décisions disciplinaires en audience publique». Selon la section de législation, un prononcé en audience publique ne constitue qu'une exigence minimale à la lumière de la directive 2006/43/CE du 17 mai Par conséquent, la décision de la Commission d'appel va à l'encontre de cela. 5

6 Contrairement à ce qu'avance la Commission d appel (7), l'article 28 de l'arrêté royal du 26 avril 2007 organisant la surveillance et le contrôle de la qualité et portant règlement de discipline des réviseurs d entreprises n'est donc pas contraire aux articles 60 et 65 de la loi du 22 juillet Rappel à l ordre 5. RAPPEL À L'ORDRE IMPOSSIBLE SANS AUDITION PRÉALABLE DU CANDIDAT D'une manière générale, il y a lieu de considérer que le principe d'équité et le principe de confiance obligent le Conseil de l'ire à notifier sans délai un rappel à l'ordre lorsqu'il existe un motif justifiant cette mesure (8). Lors de la prise de décision concernant l imposition d un rappel à l ordre, le Conseil de l'ire doit respecter le droit du réviseur d entreprises concerné à être entendu en tant que principe de bonne gouvernance. Les intérêts d'un réviseur d'entreprises peuvent être incontestablement lésés par un rappel à l'ordre. Il suffit, à cet égard, de renvoyer aux lourdes conséquences du retrait de la qualité de réviseur d'entreprises prévu à l'article 8, 3 de la loi de 1953 dans le cas qui y est spécifiquement mentionné d'un rappel à l'ordre lorsque la mesure n'est pas contestée ou qu'elle n'est pas confirmée par la Commission d'appel (9). L'exigence du caractère contradictoire pour l'imposition d'un rappel à l'ordre implique que le réviseur d'entreprises ait, préalablement à l'imposition de la mesure, la possibilité de prendre connaissance des éléments susceptibles de justifier une telle mesure et qu'il ait la possibilité de se défendre et de faire valoir tous les arguments qu'il juge utiles. Ce principe ne requiert pas que l'institut des Réviseurs d'entreprises soit impliqué dans l'ensemble des devoirs d'instruction préalables. A titre d'exemple, ceci peut être le cas lorsque le rappel à l'ordre résulte d'un contrôle de qualité mené auprès d'un autre réviseur d'entreprises. En revanche, le caractère contradictoire ne requiert pas que les droits de la défense aient réellement été exercés. Ce principe est (7) Chambre francophone de la Commission d appel de l IRE, 8 juillet 2011, n 397/10/F, n 398/10/F et n 400/10/F (décision contestée mise à néant). (8) n 0413/10/F (rappel à l'ordre) ; voir ci-avant Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 9 juin 2009, n 0384/09/N (rappel à l ordre). (9) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 9 juin 2009, n 0384/09/N (rappel à l ordre). 6

7 respecté lorsque le réviseur d'entreprises a, préalablement au rappel à l'ordre, la possibilité de prendre connaissance de la nature des griefs ; la possibilité de s'expliquer dans un délai raisonnable et de faire valoir tous les éléments utiles ; connaissance du fait qu'il a la possibilité de susciter un débat en demandant son audition avant toute décision du Conseil de l'ire et est informé des éventuelles répercussions (10). 6. APPEL CONTRE DES DÉCISIONS CONCERNANT UN RAPPEL À L'ORDRE DEVANT LA COMMISSION D APPEL Il s ensuit, d'une part, de la notion de rappel à l ordre, telle que définie par la loi du 22 juillet 1953, que l appel contre un rappel à l ordre ne constitue pas une voie de recours contre une mesure disciplinaire et, par conséquent, que la Commission d appel ne siègera pas en tant qu'«instance disciplinaire». Malgré les termes de l article 37, 3 de la loi du 22 juillet 1953, la Commission d appel, dans le cas d un appel contre un rappel à l ordre, tiendra audience en tant que tribunal prenant connaissance de griefs à l endroit d une décision administrative. D autre part, il s avère que le législateur souhaitait que la Commission d appel exerce dans ce cas une pleine juridiction et que sa décision puisse se substituer à la décision administrative contestée. Si un grief est considéré comme fondé et entraîne la conclusion selon laquelle la décision doit être annulée, la Commission d appel peut elle-même juger les faits, pour autant que le dossier administratif fournisse toutes les données requises afin de pouvoir prendre une nouvelle décision sur le fond (11). 5. Appel et entrée en vigueur de la sanction 7. PAS DE SUSPENSION DE LA PROCÉDURE DISCIPLINAIRE POUR CONNAÎTRE L'IMPORTANCE DE LA PEINE DANS UN DOSSIER DISCIPLINAIRE SIMILAIRE - La suspension de la procédure disciplinaire afin de connaître l'importance de la peine d'une affaire disciplinaire similaire ne relève pas des droits de la défense lors d'une poursuite disciplinaire. Le Conseil de l'ire est tenu au secret professionnel dans l'exercice de sa mission. L'instance disciplinaire (en l'espèce, la Commission d appel) n'est pas saisie de l'affaire concernant le réviseur d'entreprises avec laquelle on (10) Chambre francophone de la Commission d appel de l IRE, 15 mars 2012, n 430/12/F (recours non fondé). (11) n 0413/10/F (rappel à l ordre). 7

8 souhaite faire une comparaison et ne dispose donc d'aucun pouvoir d appréciation sur cette décision. Même si elle en disposait, un tel pouvoir demeurerait sans incidence sur l'appréciation des faits dans un autre dossier (12). 8. ENTRÉE EN VIGUEUR DÉCISION DISCIPLINAIRE - Une décision de la Commission d appel interdisant à des réviseurs d'entreprises de poursuivre certaines missions ne produit pas d'effet lorsqu'un pourvoi en cassation est formé. Le prononcé est définitif seulement au moment où le prononcé de la Cour de cassation est définitif. Par conséquent, on ne peut reprocher à un réviseur d'entreprises d'avoir ignoré un ordre de cessation d'activité donné par une instance disciplinaire tant que cette décision n'est pas exécutoire par provision. Il est impossible de se soustraire à une décision lorsque l'exécution de cette décision est suspendue. De ce fait, la sanction de l'article 73, c de la loi du 22 juillet 1953 devient en quelque sorte aléatoire. Toujours est-il que seul le législateur peut déroger à la règle selon laquelle une décision judiciaire n'est en principe pas exécutoire par provision. Jusqu'il y a peu, il n'existait aucun texte légal sur l'exécution pratique d'une interdiction d'accepter ou de continuer certaines missions. Le 11 mars 2011, le Conseil de l'ire a émis une circulaire précisant la marche à suivre par un réviseur d'entreprises. De toute évidence, un manquement aux obligations reprises dans cette circulaire ne peut valoir que pour des faits postérieurs à cette circulaire. 9. EFFET DÉVOLUTIF DE L' APPEL - Lorsqu'un recours est introduit par le Conseil de l'ire, que l'acte d'appel fait exclusivement état d'un grief par rapport à la lourdeur de la sanction et que le réviseur d'entreprises n'introduit pas de recours lui-même, la Commission d appel est, lorsque les faits déclarés sont avérés, seulement saisie de la lourdeur de la sanction infligée. Le caractère avéré des manquements reprochés ne peut dès lors être mis en question (13). 10. NOTIFICATION DU RECOURS AU RÉVISEUR D'ENTREPRISES - Le fait qu'un acte d'appel n'ait pas été notifié dans les deux jours ouvrables, conformément à l'article 64, (12) n 0369/07/F (suspension d un mois). (13) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 26 août 2011, n 0404/10/N (suspension de deux semaines). 8

9 2 de la loi du 22 juillet 1953, n'entraîne pas l'irrecevabilité du recours, étant donné qu'aucune sanction n'est prévue en cas de dépassement du délai et que la partie a bel et bien été informée de l'acte d'appel pendant la période durant laquelle le traitement de l'affaire a été mis en état (14). 11. INAPPLICABILITÉ DE L'ARTICLE 50 DU CODE JUDICIAIRE - L'article 50 du Code judiciaire ne s'applique pas aux délais relatifs aux recours introduits contre une décision disciplinaire (par le réviseur d'entreprises ou le Conseil de l'ire) (15). 6. Qui est soumis au droit disciplinaire 12. Un réviseur d'entreprises ayant fait l'objet de poursuites disciplinaires a fait part de son intention de quitter l'ire pour rejoindre l'institut des Expertscomptables (IEC). Il a, à cet égard, reçu un avis positif de la part du Conseil de l'ire. La Commission d appel en a déduit que le Conseil de l'ire considérait que l'intéressé n'aspirait pas à exercer une activité professionnelle qu'il n'aurait pu mener à bien. Ainsi, la Commission d appel estimait qu'en raison de la procédure en cours auprès de l'iec pour obtenir le titre d'expert-comptable, une procédure disciplinaire risquait de manquer son objectif. En effet, il ne fait aucun doute qu'une instance disciplinaire n'a, d'une part, aucun sens si l'intéressé souhaite mettre un terme de sa propre initiative à l'exercice de la profession, alors que, d'autre part, dans le cas d'espèce, elle risquerait de nuire à la reconversion professionnelle justifiée de l'intéressé. Les débats ont été réouverts afin de permettre au réviseur d'entreprises de fournir une preuve écrite de son inscription auprès de l'iec (16). Lorsqu'il s'est avéré que, deux mois plus tard, le réviseur d'entreprises n'avait entrepris aucune démarche pour s'inscrire auprès de l'iec, la radiation a été confirmée (17). CHAPITRE 2. DROIT DISCIPLINAIRE MATERIEL (14) (15) Chambre francophone de la Commission d appel de l IRE, 6 mars 2012, n 0387/09/F (décision réformée). (16) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 13 avril 2012, n 0420/11/N (réouverture des débats). (17) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 29 août 2012, n 0420/11/N (appel rejeté). 9

10 13. MANQUE DE COLLABORATION À UNE INSTRUCTION DISCIPLINAIRE - L'obligation de loyauté à l égard du Conseil de l'ire est tempérée par la menace d'une procédure disciplinaire et le fait que le principe selon lequel le réviseur d'entreprises n'est pas tenu de s'auto-incriminer s'applique pleinement dès qu'il peut raisonnablement partir du principe qu'une procédure disciplinaire a été ouverte (18). Il est renvoyé, à ce sujet, à un récent arrêt de la Cour de cassation. La Cour de cassation a estimé que le droit de l'accusé de ne pas collaborer à la charge de la preuve vaut également pour les affaires disciplinaires, même si le professionnel est soumis au devoir de loyauté et de vérité, contrairement à d'autres professionnels. Le silence ou la passivité d'un avocat ayant fait l'objet de poursuites disciplinaires sont en tant que tels insuffisants pour infliger une sanction disciplinaire ou alourdir celle-ci. Il n'en demeure pas moins que la déclaration faite sur une base volontaire par un avocat aux autorités disciplinaires peut constituer un facteur aggravant qui sera pris en considération lors de l'appréciation des faits dans le cadre de la procédure disciplinaire (19). 14. DIGNITÉ, PROBITÉ ET DÉLICATESSE - Un manquement à la disposition relative à la «dignité, probité et délicatesse» de l'article 3 de l'arrêté royal du 10 janvier 1994 implique toutefois un comportement intentionnellement répréhensible qui pourrait porter préjudice à l'institut et à ses membres, ce qui va au-delà de la seule méconnaissance d'une disposition relative à l'exercice professionnel (20). 15. ACTIVITÉS INCOMPATIBLES - Un réviseur d'entreprises a exercé la fonction de directeur financier : l'exercice d'une telle fonction ne peut être considéré comme une mission de consultance ponctuelle ou d'expertise. Il s'agit d'une activité commerciale de gérants d'affaires interdite aux réviseurs d'entreprises. En outre, le réviseur d'entreprises disposait d'un pouvoir de paiement, même s'il en a rarement fait usage (e.a. pour le règlement des derniers salaires des employés). Il a participé à une réunion du conseil d'administration et y a reçu le mandat pour faire aveu de faillite. Le réviseur d'entreprises disposait également de cartes de (18) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 26 août 2011, n 0404/10/N (suspension de deux semaines). (19) Cass. (1 e chambre), 25 novembre 2011, JLMB,2012, 340. (20) 10

11 visite professionnelles ainsi que d'une adresse courriel, ce qui donnait l'impression aux tiers qu'il faisait partie des organes de la société. Même s'il n'a pas été formellement désigné en tant qu'administrateur, il a posé des actes de gestion de fait. Les honoraires perçus dans le cadre de ces activités proscrites n'ont pas été déclarés auprès de l'ire pour la cotisation variable. En raison de la gravité des faits, une peine de six mois de suspension a été infligée (21). La Commission d appel a considéré que l'infraction relevait davantage d'un phénomène d'estompement de la norme que d'une infraction intentionnelle. La Commission d appel a ramené la peine à deux mois de suspension (22). 16. INDÉPENDANCE Un réviseur d'entreprises avait, dans un cas donné, un accord verbal de collaboration avec un réviseur d'entreprises et, à travers lui, avec son réseau. Cette coopération plaçait le réviseur d'entreprises dans une situation de dépendance économique et représentait également un risque de conflit d'intérêts (23). Dans un autre cas, un réviseur d'entreprises n'était pas indépendant de la famille (y) et de ses sociétés et ne pouvait donc pas exécuter de missions révisorales pour celles-ci. De plus, la comptabilité de ces sociétés était tenue par le frère du réviseur d'entreprises, ce qui ne fait qu'aggraver le problème d'indépendance (24). Il a été constaté auprès d'un réviseur d'entreprises que les honoraires des mandats de commissaire d'un groupe représentaient 42 % du chiffre d'affaires total en 2007, et 31 % en Aucune suite n'a été donnée à une injonction visant à mettre un terme à cette situation. Le commissaire concerné a par la suite été radié vu qu'il n'avait pas mis fin à cette situation de dépendance financière et qu'il continuait de la sorte à négliger une règle essentielle de la profession (25). (21) Chambre francophone de la Commission de discipline de l IRE, 23 février 2012, n 425/11/F (appel signifié). (22) Chambre francophone de la Commission d appel de l IRE, 7 septembre 2012, n 425/11/F. (23) n 0369/07/F (suspension d un mois). (24) (25) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 29 août 2012, n 0420/11/N (appel rejeté). 11

12 17. RÉMUNÉRATIONS INSUFFISAMMENT ÉLEVÉES? L'IRE n'est pas en mesure d'établir des barèmes, ni a fortiori de les imposer à ses membres. Dans la mesure où les rémunérations sont déterminées en fonction de différents critères, l'ire doit veiller à ce qu'aucun réviseur d'entreprises ne brade ses honoraires à tel point que la qualité exigée pour le contrôle ne puisse plus être garantie. Etant donné que le Conseil de l'ire n'a pas demandé au réviseur d'entreprises concerné de justifier le montant de ses honoraires à l'aide d'un aperçu des heures consacrées à une mission, la Commission d appel a confirmé l'acquittement (26). 18. NON-RESPECT DES NORMES DE RÉVISION La formalisation de l'analyse du risque de révision, de l'analyse du contrôle interne et de l'adaptation du programme de travail est indispensable à l'audit des comptes annuels. Il est en effet contreproductif de tout contrôler de manière exhaustive : il est dès lors impératif de se concentrer sur certaines zones de risques qu'il convient d'identifier de manière adéquate. L'absence de programme de travail ne permet pas de s'assurer que le réviseur d'entreprises a bien effectué tous les contrôles nécessaires et utiles. Le dossier de contrôle est un instrument de présentation des travaux effectués et de motivation de l'opinion exprimée par le réviseur d'entreprises dans le rapport de révision. C'est pourquoi le rapport de révision doit répondre à un certain nombre d'exigences minimales au niveau de la qualité, notamment le caractère systématique, la clarté et le caractère complet. Le non-respect de ces exigences rend impossible la vérification du contrôle réellement effectué. En raison du caractère essentiel de ces obligations, une suspension de trois mois a été infligée (27). Le réviseur d'entreprises concerné, qui n'avait aucun antécédent disciplinaire et qui a invoqué des circonstances personnelles, a fait appel contre la lourdeur de la sanction. Il a notamment soulevé qu'en tant que réviseur d'entreprises exerçant à titre individuel, il avait intégré une structure lui permettant d'éviter de telles fautes. La peine a été ramenée à une réprimande (28). (26) Chambre francophone de la Commission d appel de l IRE, 6 mars 2012, n 0387/09/F (décision réformée). (27) Chambre francophone de la Commission d appel de l IRE, 29 mars 2012, n 0432/11/F (suspension de trois mois). (28) Chambre francophone de la Commission d appel de l IRE, 22 octobre 2012, n 0432/11/F (décision réformée). 12

13 Dans un cas où, dans une certaine mesure, des remarques comparables ont été faites, la Commission de discipline a imposé une réprimande en raison de la bonne volonté et de la coopération dont avait fait preuve le réviseur d'entreprises tout au long de la procédure. Le réviseur d'entreprises a, qui plus est, remédié aux faits retenus à sa charge en suivant, lorsque nécessaire, les formations proposées, en achetant des modules de travail, en développant des collaborations et en formalisant sa méthode de travail (29). Il est nécessaire de disposer d'une lettre d'acceptation avant de signer un rapport sans réserve. Une attestation sans réserve était erronée et ne permettait pas aux tiers de savoir ce qu'il s'était produit. Des circonstances invoquées par le réviseur d'entreprises comme étant atténuantes, à savoir l'entrée en fonction d'une nouvelle direction et l'absence de contacts avec le nouvel expert-comptable externe, ne peuvent être prises en considération. Au contraire, ces circonstances auraient dû susciter une vigilance particulière. Lorsque le réviseur d'entreprises formule une réserve, le rapport doit obligatoirement mentionner la nature du fait qui a conduit le réviseur à formuler une réserve, les raisons de la réserve et les éléments des comptes annuels concernés. Les éventuelles fautes peuvent uniquement être retenues à charge sur la base d'un rapport officiel, en non d'une version précédente qui n'a jamais été publiée (30). 19. VIOLATION DE LA LÉGISLATION ANTI-BLANCHIMENT - Il convient de contrôler l'identité du client lorsque celui-ci souhaite nouer une relation d'affaires qui fera de lui un client habituel. C'est le cas lorsqu'un réviseur d'entreprises est nommé en qualité de commissaire (31). Un prononcé disciplinaire cinq ans après les faits, sans que cela ne résulte de manœuvres dilatoires, n'entraîne pas l'irrecevabilité de l'action disciplinaire, (29) Chambre néerlandophone de la Commission de discipline de l IRE, 14 juin 2011, n 0418/11/N (réprimande). (30) Chambre francophone de la Commission d appel de l IRE, 6 mars 2012, n 0387/09/F (décision réformée). (31) n 0369/07/F (suspension d un mois). 13

14 mais peut être pris en compte lors de la détermination de la lourdeur de la sanction (32). 20. RESPONSABILITÉ EN CAS DE CONTRESEING Un réviseur d'entreprises ne peut se retrancher derrière le fait de n'avoir que contresigné un rapport. Lorsqu'un cabinet de révision est représenté par deux réviseurs d'entreprises, le contresignataire doit vérifier du point de vue technique si le dossier préparé par son confrère est en ordre et doit, entre autres, fournir les documents attestant que les opérations requises ont été réalisées. 21. ELÉMENTS DE LA DÉTERMINATION DE LA PEINE - Plusieurs éléments sont pris en considération lors de la détermination de la peine : 1 ) l'absence de toute sanction prononcée antérieurement (33) ou les antécédents disciplinaires. Une sanction disciplinaire de plus de dix ans n'est plus prise en compte (34) ; 2 ) la bonne coopération (35) ou la volonté qui a été manifestée de manière concrète pour régulariser la situation (36) ; 3 ) le dépassement du délai raisonnable (37). Dans un cas donné, il a été estimé que 4 ans constituait un dépassement du délai raisonnable, de telle sorte qu'il y ait seulement lieu de prononcer une décision de culpabilité (38) ; 4 ) la nature des infractions : le fait qu'il ne s'agisse pas d'infractions accidentelles, mais bien d'infractions qui s'étendent sur plusieurs années (39) ; le caractère formel du manquement d'un point de vue technique, sans mauvaise foi ni manque de connaissances techniques, (32) n 0369/07/F (suspension d un mois). (33) n 0369/07/F (suspension d un mois). (34) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 26 août 2011, n 0404/10/N (suspension de deux semaines). (35) Chambre néerlandophone de la Commission de discipline de l IRE, 14 juin 2011, n 0416/11/N (suspension d une semaine). (36) (37) n 0369/07/F (suspension d un mois). (38) Chambre francophone de la Commission d appel de l IRE, 6 mars 2012, n 0387/09/F (décision réformée). (39) 14

15 l'absence de préjudice dans le chef de la société contrôlée et/ou l'absence de préjudice causé à des tiers (40). Face à une éventuelle sanction, un réviseur d'entreprises a invoqué l'impossibilité d'une mesure probatoire et estimait que l'absence de fondement légal à ce sujet constituait une discrimination devant faire l'objet d'une question préjudicielle à la Cour constitutionnelle. Dans la mesure où une suspension a été imposée pour les faits disciplinaires reprochés, la Commission d appel considérait qu'il n'y avait aucune raison de poser une question préjudicielle à propos de la possibilité d'un sursis ou de la suspension du prononcé (41). (40) Chambre néerlandophone de la Commission d appel de l IRE, 26 août 2011, n 0404/10/N (suspension de deux semaines). (41) 15

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9326) sur la commission de surveillance des professions de la santé et des droits des patients (K 3 03) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Titre I Dispositions

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS

SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS Dossier n 2610 M. Charles F Masseur-Kinésithérapeute Séance du 11 Décembre 2001 Lecture du 26 Février 2002 LA SECTION DES ASSURANCES SOCIALES DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES MEDECINS, Vu, enregistrés

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur

CONSEIL D'ETAT REPUBLIQUE FRANÇAISE N 315441 M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur CONSEIL D'ETAT N 315441 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. Mme Delphine Hedary Rapporteur M. Mattias Guyomar Commissaire du Gouvernement Le Conseil d'etat, (Section du contentieux, 6 ème et 1 ère sous-sections

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10]

B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] B.O.I. N 63 DU 14 JUIN 2010 [BOI 5J-1-10] Références du document 5J-1-10 Date du document 14/06/10 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 5 J-1-10 N 63 DU 14 JUIN 2010 INSTRUCTION DU 4 JUIN 2010 EXPERTS-COMPTABLES,

Plus en détail

Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom AVIS 2004/1 Résumé de l avis approuvé le 2 juin 2004 et rendu sur base de l article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Introduction

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin

Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin République du Cameroun /p.48/ /p.49/ Loi relative à l exercice et à l organisation de la profession de médecin Loi N 90-36 du 10 août 1990 Loi N 90-36 du 10 août 1990 Relative à l exercice et à l organisation

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris

République française. Tribunal de Grande Instance de Paris République française Au nom du Peuple français Tribunal de Grande Instance de Paris 28eme chambre N d'affaire : Jugement du : 27 septembre 2010, 9h n : 3 NATURE DES INFRACTIONS : CONDUITE DE VEHICULE SOUS

Plus en détail

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 )

...... (dénomination statutaire)...( 1 ) a désigné au cours de l'assemblée générale de la société du...( 2 ) 5112/PC/MS ANNEXE 1 À LA COMMUNICATION F.2 DÉSIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUPRÈS D'UNE SOCIÉTÉ DE CAUTIONNEMENT MUTUEL La société de cautionnement mutuel...... (dénomination statutaire)......... (adresse

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France

2 Avril 2009. Société comité d'entreprise de la société dimension data France Page 1 Document 1 de 1 Cour de cassation Chambre civile 1 2 Avril 2009 Cassation - renvoi Evry Sélectionné N 08-11.231 Société slg canal ce Société comité d'entreprise de la société dimension data France

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

L appelant a été poursuivi devant la Chambre exécutive pour les griefs suivants :

L appelant a été poursuivi devant la Chambre exécutive pour les griefs suivants : Juridiction : Chambre d appel d expression française Date : 07/08/2012 Type de décision : par défaut Numéro de décision : 769 Syndic prélèvement indu de sommes non convocation d assemblées générales non

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

Numéro du rôle : 4871. Arrêt n 143/2010 du 16 décembre 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4871. Arrêt n 143/2010 du 16 décembre 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4871 Arrêt n 143/2010 du 16 décembre 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 19, alinéas 2 et 3, de la loi du 22 avril 1999 relative aux professions comptables

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT?

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F9. ETRE ASSISTE D UN AVOCAT : OUI MAIS COMMENT? Comme vous le savez, vous êtes libre de choisir l avocat que vous désirez. Attention! Il est conseillé de trouver un avocat spécialisé dans le type de droit qui intéresse, selon votre affaire (exemple

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS DECISIONS DE Lorsqu un cotisant a un retard de paiement, l URSSAF procède au recouvrement des cotisations, des pénalités et des majorations dues. Pour se faire, l URSSAF dispose d abord de la procédure

Plus en détail

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

A R R E T. En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers. Numéro du rôle : 4723 Arrêt n 8/2010 du 4 février 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles relatives à l'article 532 du Code judiciaire, posées par le Tribunal de première instance d'anvers.

Plus en détail

Numéro du rôle : 5128. Arrêt n 20/2012 du 16 février 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5128. Arrêt n 20/2012 du 16 février 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5128 Arrêt n 20/2012 du 16 février 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 65 de la loi du 13 mai 1999 portant le statut disciplinaire des membres du personnel

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l

a p ro r tec e t c io i n j u j ri r d i iq i ue des e s a g a en e ts s f ac a e c e à a re r s e s s i s v i i v t i é é e t e à à l a l La protection juridique des agents face à l agressivité et à la violence Delphine JAAFAR DJ AVOCAT 2010 Texte de référence Article 11 de la loi n 83 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS

Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS Consultation publique PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS PRESENTATION ET ETAT D AVANCEMENT DU PROJET PARL OMPI EXPERTS 2 Présentation et état d avancement du

Plus en détail

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario Annexe 2 ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO CODE DE PROCÉDURE DU COMITÉ DE DISCIPLINE Adoptée par l

Plus en détail

Numéro du rôle : 1969. Arrêt n 139/2001 du 6 novembre 2001 A R R E T

Numéro du rôle : 1969. Arrêt n 139/2001 du 6 novembre 2001 A R R E T Numéro du rôle : 1969 Arrêt n 139/2001 du 6 novembre 2001 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l'article 15, alinéa 4, de l'arrêté royal n 225 du 7 janvier 1936 réglementant les prêts

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG

REGLEMENT LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG ASSOCIATION DES MEDECINS DU CANTON DE GENEVE REGLEMENT de LA COMMISSION DE DEONTOLOGIE ET DE CONCILIATION DE L AMG adopté par son Conseil le septembre 0 et entré en vigueur à cette date AMG Rue Micheli-du-Crest

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers

LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE. Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers LA PROCEDURE DISCIPLINAIRE Rapport de Monsieur le Bâtonnier Armand Marx Membre de la Conférence des Bâtonniers Séminaire des Dauphins Les 11 et 12 décembre 2015 Préambule L essence même de la profession

Plus en détail

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS

TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 REPUBLIQUE FRANÇAISE. Conflit positif AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS TRIBUNAL DES CONFLITS N 3843 Conflit positif Préfet de la Région Alpes Côte d Azur, Préfet des Bouches-du-Rhône Société B. c/ E. REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE TRIBUNAL DES CONFLITS

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-26 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Droits des usagers des services

Plus en détail

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique.

On distingue traditionnellement le licenciement pour motif personnel du licenciement pour motif économique. Le licenciement Le licenciement est soumis à de nombreuses lois. Il convient de pouvoir distinguer les différents motifs justifiant l'engagement d'une procédure de licenciement ainsi que les droits et

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITE. de la requête No 12617/86 présentée par Jean-Robert FECAN contre la France

SUR LA RECEVABILITE. de la requête No 12617/86 présentée par Jean-Robert FECAN contre la France SUR LA RECEVABILITE de la requête No 12617/86 présentée par Jean-Robert FECAN contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme, siégeant en chambre du conseil le 13 octobre 1988 en présence

Plus en détail

Requête en incident contentieux art. 530-2, 710 et 711 CPP

Requête en incident contentieux art. 530-2, 710 et 711 CPP JURIDICTION DE PROXIMITÉ DE [COMMUNE] STATUANT EN MATIÈRE PÉNALE [n ], [rue] - [code postal] [commune] Requête en incident contentieux art. 530-2, 710 et 711 CPP POUR : [nom du requérant] [nationalité

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 28144/95 présentée par Andrée COZIC contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 28144/95 présentée par Andrée COZIC contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête No 28144/95 présentée par Andrée COZIC contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Deuxième Chambre), siégeant en chambre du conseil le 15 mai 1996

Plus en détail

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission

Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission 2 février 2010 Commission des lois Proposition de loi visant à modifier la procédure de huis clos devant la cour d'assises des mineurs (n 1816) Amendements soumis à la commission NB : Les amendements enregistrés

Plus en détail

Règlement relatif à la procédure d opposition au sein de l Université de Genève

Règlement relatif à la procédure d opposition au sein de l Université de Genève Règlement relatif à la procédure d opposition au sein de l Université de Genève (RIO-UNIGE) du 6 mars 009 Au sens du présent règlement et conformément au principe constitutionnel de l égalité des sexes,

Plus en détail

REGLEMENT DE STAGE INSCRIPTION SUR LA LISTE DES STAGIAIRES. Champ d'application

REGLEMENT DE STAGE INSCRIPTION SUR LA LISTE DES STAGIAIRES. Champ d'application REGLEMENT DE STAGE A.R. du 13 mai 1965 approuvant le règlement du stage établi par le Conseil national de l'ordre des Architectes tel que modifié par l A.R. du 18/08/2010 (M.B. 25/08/2010) Champ d'application

Plus en détail

15 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal fixant les règles de déontologie du géomètreexpert

15 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal fixant les règles de déontologie du géomètreexpert SERVICE PUBLIC FEDERAL ECONOMIE, P.M.E., CLASSES MOYENNES ET ENERGIE 15 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal fixant les règles de déontologie du géomètreexpert Publié au moniteur Belge du 25 janvier 2006. ----------------------------------------------

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Loi concernant la profession d avocat (RSJU 188.11 ; LAv)

Loi concernant la profession d avocat (RSJU 188.11 ; LAv) Loi concernant la profession d avocat (RSJU 188.11 ; LAv) Tableau comparatif Texte actuel Projet de modification Commentaire Article 10, lettre e Sont placés sous la surveillance de la Chambre des avocats

Plus en détail

Code suisse de déontologie

Code suisse de déontologie Code suisse de déontologie La Fédération Suisse des Avocats, vu les articles 1 et 12.10 des statuts, consciente que la loi fédérale sur la libre circulation des avocats fixe les principes de l exercice

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

COUR D APPEL DE PARIS

COUR D APPEL DE PARIS Suivi de la décision : Décision du Conseil de Discipline de l'ordre des Avocats de Paris du 10 avril 2012 n 218801 DEFINITIVE COUR D APPEL DE PARIS Pôle 2, Chambre 1 DECISION DU 25 OCTOBRE 2012 Numéro

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-70 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative au caractère discriminatoire des mentions faisant référence aux absences pour raisons de santé sur les bulletins

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole N 34 - Août 2013

Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole N 34 - Août 2013 254, Boulevard de l Usine 59000 LILLE Tél. : 03 20 88 36 20 - Fax : 03 20 53 21 44 Email : cfdt.metropole.lilloise@orange.fr Site : www.cfdt-metropolelilloise.fr Lettre d Information Juridique CFDT UTI

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1155 du 9 octobre 2014 relatif à la gestion du compte personnel de prévention

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales.

Le contrôle Urssaf. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. Le contrôle Urssaf Définition. Le contrôle Urssaf est un contrôle des obligations légales de l employeur en matière de cotisations et contributions sociales. En effet, ces dernières sont recouvrées à partir

Plus en détail

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance

Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 13 juillet 2012, 12-13.522, Publié au bulletin Legifrance Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du vendredi 13 juillet 2012 N de pourvoi:

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE 1 REPUBLIQUE FRANCAISE COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.98.038 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme DESCOURS-GATIN Commissaire du gouvernement : Mme ESCAUT

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr

85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr DISCIPLINE 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note du 16 juin 2011 Cette note porte sur la procédure disciplinaire applicable

Plus en détail

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T

Numéro du rôle : 2763. Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T Numéro du rôle : 2763 Arrêt n 154/2004 du 22 septembre 2004 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 25 de la loi du 7 février 2003 portant diverses dispositions en matière de sécurité

Plus en détail

Fiche réflexe: «Le CHSCT et le recours à l'expert pour un projet important modifiant les conditions. de travail.

Fiche réflexe: «Le CHSCT et le recours à l'expert pour un projet important modifiant les conditions. de travail. Les CHSCT disposent de trois importantes prérogatives : Le CHSCT prend en charge une véritable représentation des intérêts des salariés. Il n'intervient pas seulement a posteriori sur les accidents qui

Plus en détail

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France

SUR LA RECEVABILITÉ. de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France SUR LA RECEVABILITÉ de la requête No 19043/91 présentée par T. T. contre la France La Commission européenne des Droits de l'homme (Première Chambre), siégeant en chambre du conseil le 12 janvier 1994 en

Plus en détail

- il existe un doute sérieux sur la légalité de la décision attaquée :

- il existe un doute sérieux sur la légalité de la décision attaquée : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N 1313375/9 M. X Mme Doumergue Juge des référés Ordonnance du 15 octobre 2013 54-035-02-03 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés, Vu la requête,

Plus en détail

CHAMBRE NATIONALE DE DISCIPLINE AUPRES DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES

CHAMBRE NATIONALE DE DISCIPLINE AUPRES DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHAMBRE NATIONALE DE DISCIPLINE AUPRES DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES AUDIENCE PUBLIQUE DU 13 MAI 2014 LECTURE PUBLIQUE DU 13 MAI 2014 APPEL N 701 Commissaire du Gouvernement près

Plus en détail

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ;

LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, Vu l ordonnance n 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée portant loi organique sur le Conseil constitutionnel ; Décision n 2015-488 QPC du 7 octobre 2015 (M. Jean-Pierre E.) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 juillet 2015 par la Cour de cassation (première chambre civile, arrêt n 969 du même jour), dans

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE

JUGEMENT CORRECTIONNEL CONTRADITOERE Cour d'appel de Nancy Tribunal de Grande Instance de Nancy Jugement du : 11/04/2013 CHAMBRE JUGE UNIQUE ROUTE-NA Nô minute : N parquet : Plaidé le 21/03/2013 Délibéré le 11/04/2013 JUGEMENT CORRECTIONNEL

Plus en détail

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que :

Or, la cour de cassation a rejeté cet argument en considérant que : LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MAI 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA

LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA LE DÉPÔT OBLIGATOIRE DES FONDS EN CARPA COMMENTAIRE SUR L ARRÊT DE LA CHAMBRE CRIMINELLE DE LA COUR DE CASSATION DU 23 MAI 2013 ET SUR L ARRÊT DE LA COUR D APPEL DE DOUAI DU 5 MARS 2012 L arrêt de la cour

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement

Code Disciplinaire. Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Code Disciplinaire Commission Disciplinaire de Première Instance Commission Disciplinaire d Appel Règlement de Fonctionnement Version 17/05/2013 STATUTS F.I.J. : ANNEXE 1 : CODE DISCIPLINAIRE de la FIJ

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme?

25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? 2. Qui peut être commissaire et qui le nomme? Le gérant de la SPRL 71 25. Contrôle 1. Quelles sociétés ne sont pas tenues de nommer un commissaire? L article 141 C. soc. définit les sociétés qui ne sont pas tenues de nommer un commissaire. En pratique,

Plus en détail

Le formalisme de la contrainte de l URSSAF

Le formalisme de la contrainte de l URSSAF Le formalisme de la contrainte de l URSSAF Article juridique publié le 26/01/2015, vu 3035 fois, Auteur : Maître Joan DRAY La contrainte est une procédure extrajudiciaire accélérée pour le recouvrement

Plus en détail

Étape 1 : s enregistrer en tant qu huissier de justice, candidat ou stagiaire

Étape 1 : s enregistrer en tant qu huissier de justice, candidat ou stagiaire COMMENT UN HUISSIER DE JUSTICE, CANDIDAT-HUISSIER DE JUSTICE OU STAGIAIRE PEUT-IL FAIRE APPROUVER UNE ACTIVITÉ DANS LE CADRE DE LA FORMATION PERMANENTE? A/ PLAN PAR ÉTAPES Étape 1 : s enregistrer en tant

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

Décision n 485-D. CONSEIL REGIONAL DES PHARMACIENS D'OFFICINE Rhône-Alpes. Le Président du Conseil de l'ordre des Pharmaciens de la Région Rhône-Alpes

Décision n 485-D. CONSEIL REGIONAL DES PHARMACIENS D'OFFICINE Rhône-Alpes. Le Président du Conseil de l'ordre des Pharmaciens de la Région Rhône-Alpes Ain Adêche Drôme Isère Loire Rhône Savoie Haute-Savoie Décision n 485-D CONSEIL REGIONAL DES PHARMACIENS D'OFFICINE Rhône-Alpes Le Président du Conseil de l'ordre des Pharmaciens de la Région Rhône-Alpes

Plus en détail

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 Le décret du 13 août 2013 précise les conditions d'inscription sur un tableau d'experts près une cour administrative

Plus en détail

Arrêté royal du 26 avril 2007 organisant la surveillance et le contrôle de qualité et portant règlement de discipline des réviseurs d'entreprises

Arrêté royal du 26 avril 2007 organisant la surveillance et le contrôle de qualité et portant règlement de discipline des réviseurs d'entreprises Arrêté royal du 26 avril 2007 organisant la surveillance et le contrôle de qualité et portant règlement de discipline des réviseurs d'entreprises Source : Arrêté royal du 26 avril 2007 organisant la surveillance

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES 1 TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE NANTES N 1505324 M. E M. Yann Livenais Juge des référés Ordonnance du 7 juillet 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le juge des référés Vu la procédure suivante

Plus en détail

1A 01 44 A. B., la Direction de l'instruction publique et des affaires culturelles; (Refus d'octroi d'un congé scolaire; art.

1A 01 44 A. B., la Direction de l'instruction publique et des affaires culturelles; (Refus d'octroi d'un congé scolaire; art. Ière Cour administrative. Séance du 11 juin 2001. Statuant sur le recours interjeté le 23 mai 2001 (1A 01 44) par A. et son fils B., contre la décision rendue le 7 mai 2001 par la Direction de l'instruction

Plus en détail

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER

NÉGOCIATION DE PLAIDOYER NÉGOCIATION DE PLAIDOYER En vigueur le : 1992-05-15 Révisée le : 1995-08-31 / 2004-09-08 / 2006-01-20 / 2008-01-11 / 2008-09-08 / 2008-10-20 / 2008-11-17 / 2009-03-31 / 2009-08-21 / 2010-07-20 / 2011-03-31

Plus en détail