Introduction à la reproduction humaine. Anne Delbaere

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction à la reproduction humaine. Anne Delbaere 2012-2013"

Transcription

1 Introduction à la reproduction humaine Anne Delbaere

2 Introduction à la reproduction: 2 ème partie 3. Les pratiques sexuelles 4. Les maladies sexuellement transmissibles 5. Les violences sexuelles 6. Les dysfonctionnements sexuels 7. La contraception 8. La procréation assistée

3 Procréation médicalement assistée (PMA) Qu entend-on par procréation assistée? Les différents traitements de procréation assistée et la loi belge relative à la procréation assistée Quelques questions éthiques liées à la PMA

4 Qu entend-on par procréation médicalement assistée? Ensemble de modalités et conditions d application des nouvelles techniques médicales d assistance à la reproduction dans lesquelles est réalisée: Soit une insémination artificielle Soit des techniques de fécondation in vitro, c est-à-dire des techniques dans lesquelles il est, à un moment du processus, donné accès à l ovocyte et/ou à l embryon

5 Cadre légal belge de la PMA Loi relative à la procréation médicalement m assistée e et à la destination des embryons surnuméraires raires et gamètes (7/2007) Institue un cadre juridique pour l activité de procréation assistée Donne une base légale à la procréation avec donneurs de gamètes ou embryons Donne une base légale au diagnostic génétique préimplantatoire y compris pour la thérapie d un autre enfant de la fratrie

6 Loi relative à la PMA et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes (2007) S adresse à tout auteur d un projet parental c est-àdire à toute personne ayant pris la décision de devenir parent par le biais d'une procréation médicalement assistée, qu'elle soit effectuée ou non au départ de ses propres gamètes ou embryons. Cette prise en charge doit être effectuée dans les programmes de soins de médecine reproductive au sens de l'arrêté royal du 15 février 1999 fixant les normes auxquelles les programmes de soins " médecine de la reproduction " doivent répondre pour être agréés.

7 Loi relative à la PMA et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes (2007): les limites d âge Le prélèvement de gamètes est ouvert aux femmes majeures, âgées de 45 ans maximum La demande d'implantation d'embryons ou d'insémination de gamètes est ouverte aux femmes majeures, âgées de 45 ans maximum L'implantation d'embryons ou l'insémination de gamètes ne peut être effectuée chez la femme majeure, âgée de plus de 47 ans Le prélèvement pour cryoconservation de gamètes, d'embryons, de gonades ou fragments de gonades peut être effectué, sur indication médicale, chez un mineur

8 Loi relative à la PMA et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes (2007): la clause de conscience Les centres de fécondation font preuve de la plus grande transparence quant à leurs options en ce qui concerne l'accessibilité au traitement. Ils ont la liberté d'invoquer la clause de conscience à l'égard des demandes qui leur sont adressées et donc de refuser la prise en charge d un couple. Les centres de fécondation doivent avertir le ou les demandeurs de leur refus de donner suite à la demande, et ce dans le mois qui suit la décision du médecin consulté. Ce refus est formulé par écrit et indique obligatoirement : soit les raisons médicales soit l'invocation de la clause de conscience prévue dans le cas où le ou les demandeurs en ont exprimé le souhait, les coordonnées d'un autre centre de fécondation auquel ils peuvent s'adresser.

9 L insémination intra-utérine: But: optimiser la rencontre des gamètes dans le tractus génital féminin; - injection d une préparation de sperme dans la cavité utérine au moment de l ovulation

10 L insémination intra-utérine: sperme de conjoint (IIU-C) ou de donneur (IIU-D) Les inséminations intra-utérines à l hôpital Erasme de 1989 à IIU-C IIU-D Démarrage de la banque de sperme en 1994 Limitation des demandes particulières (couples homosexuels, femmes célibataires) hors Belgique dès 2003

11 La fécondation in vitro (FIV) Robert Edwards ( ) et Patrick Steptoe ( )

12 Bob Edwards décédé 10/4/2013 Bob Edwards n a pas fait que marquer son siècle. En prolongeant le phénomène de dissociation de la sexualité et de la procréation (induit par la légalisation de la contraception hormonale et la dépénalisation de l avortement) il marquera de manière irréversible le siècle qui s ouvre et ceux qui devraient suivre. Incidemment il est aussi à l origine des polémiques générées en France par la volonté gouvernementale d inscrire dans la loi la possibilité d un mariage réunissant deux personnes d un même sexe. PMA pour les couples de femmes? GPA pour les couples d hommes? La polémique a encore de beaux jours devant elle. Pour notre part nous garderons le souvenir d un esprit libre. Celui d un pragmatique britannique qui, sans l aide de Dieu, croyait en cet homme dont il avait compris qu il pouvait être conçu hors des voies génitales féminines. Avant de retrouver l utérus de celle qui serait sa mère. Dr Jean-Yves Nau 10/4/2013 Journaliste/ Prof EHESP

13 La FIV. Une révolution dans l histoire de la reproduction humaine Travaux novateurs, mais travaux initialement perçus comme aux frontières voire au-delà de l acceptable: faire se réunir en dehors des voies génitales féminines un spermatozoïde (obtenu après masturbation masculine) et un ovocyte ponctionné dans les ovaires de la femme. Observer ensuite au microscope l obtention de la fécondation. Cultiver quelques jours in vitro l embryon ainsi obtenu avant de l implanter dans l utérus de la femme. Puis laisser les processus physiologiques de la grossesse faire leur œuvre. Le pendant procréatif en quelque sorte des deux étapes précédentes de la dissociation de la sexualité et de la reproduction que furent la commercialisation de la contraception hormonale puis la dépénalisation de l interruption volontaire de grossesse. Une telle entreprise était alors considérée par certains comme contre nature, démoniaque, et ils prédisaient qu elle ne pourrait naissance qu à des malformés sinon à des monstres. En toute hypothèse, il s agissait bien d une expérimentation en direct sur l homme voire pour reprendre une formule du Pr Axel Kahn- d une «expérimentation d homme». Et aussi d une entreprise qui, au nom de l éthique et du principe de précaution réunis, ne serait certainement pas autorisée aujourd hui; du moins pas avant de très nombreux travaux sur l animal (où, paradoxe, elle est souvent beaucoup plus difficile à réaliser). Dr Jean-Yves Nau Journaliste Slate.fr 2010

14 Les «enfants FIV» dans le monde (ASRM 2011) 2013: > 4 millions d enfants nés < FIV

15 La fécondation in vitro (FIV) Principe

16 La FIV : les étapes La stimulation ovarienne Le prélèvement ovocytaire Les étapes de laboratoire: la mise en fécondation des gamètes La culture embryonnaire Le replacement embryonnaire

17 FIV: la stimulation ovarienne Hyperstimulation ovarienne contrôlée Recrutement folliculaire multiple délibéré Augmentation des chances de grossesse (plus d ovocytes recueillis, plus d embryons obtenus) Cycle menstruel spontané: un seul follicule (structure de l ovaire contenant un ovocyte) mature préovulatoire Hyperstimulation ovarienne pour FIV: multiples follicules matures

18 FIV: le prélèvement ovocytaire Juste avant l ovulation, les ovocytes sont recueillis en aspirant le liquide contenu dans chaque follicule (ponction transvaginale échoguidée).

19 FIV: les étapes du laboratoire Les ovocytes recueillis sont mis en contact avec une préparation de spermatozoïdes au laboratoire (FIV classique).

20 FIV: les étapes du laboratoire La FIV classique 25-30% des cycles de FIV en Belgique Ovocytes dans une préparation de sperme Ovocyte dans son cumulus

21 FIV: les étapes du laboratoire L ICSI (IntraCytoplasmic Sperm Injection- 1992) 70-75% des cycles de FIV en Belgique Injection d un spermatozoïde dans chaque ovocyte recueilli

22 FIV: les étapes du laboratoire La culture embryonnaire Les stades de développement embryonnaire Zygote, 2pn 2 blastomères 4 blastomères (48h) 8 blastomères (72h) Blastocyste (5 jours)

23 FIV: le replacement embryonnaire

24 FIV: les embryons surnuméraires La congélation embryonnaire Les embryons non implantés lors d une tentative de FIV, ceux qui n entrent pas directement dans le projet procréatif, sont les embryons surnuméraires. Ces embryons peuvent être congelés dans de l azote liquide à -196 C pour augmenter le taux de succès par cycle de stimulation et amoindrir le traitement subi par la patiente. Cette congélation est toutefois interdite, pour des raisons éthiques, dans un certain nombre de pays. Elle soulève en effet la question, sinon du statut de l embryon, du moins du devenir des très nombreux embryons non repris par les couples ne souhaitant plus procréer. Il existe aujourd hui à travers le monde plusieurs centaines de milliers d embryons ainsi conservés.

25 Loi relative à la PMA et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes (2007) Le devenir des embryons surnuméraires Accord ou désaccord pour congélation Durée: 5 ans débutant le jour de la cryoconservation Age légal maximum de replacement embryonnaire: 47 ans Pas de nouveau prélèvement de gamètes autorisé tant qu il reste des embryons surnuméraires cryopréservés (sous réserve d une indication médicale)

26 Loi relative à la PMA et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes (2007) Le devenir des embryons surnuméraires Au terme de la période de garde: don anonyme (exclusivement) à un autre couple don recherche décongélation et destruction don à la recherche décongélation et destruction Possibilité de conserver les embryons post-mortem L implantation post mortem d embryons surnuméraires ne peut se faire qu au terme d un délai de 6 mois prenant cours au décès de l auteur du projet parental et, au plus tard, dans les deux ans qui suivent le décès dudit auteur.

27 Grossesses multiples en FIV: conséquence directe du nombre d embryons replacés AR 2003 prise en charge FIV But du gouvernement: Grossesses multiples après PMA: Réduction min 50 % Réduction coûts NIC Remboursement frais de labo FIV pour 6 cycles si < 43 ans Nombre limité d embryons replacés Nombre max d embryons replacé(s) Cycle 1 Cycle 2 Cycle 3 < 36 yrs Max. 1 embryon 1 embryon, evt.2 Max. 2 embryons yrs Max. 2 embryons Max. 2 embryons Max. 3 embryons yrs Illimité Illimité Illimité

28 Objectif qualitatif FIV: obtention d une grossesse unique à terme Nombre d embryons replacés par transfert (frais) % AR 1/7/2003: prise en charge des frais de laboratoire de FIV par l INAMI >

29 Proportion de grossesses uniques, gémellaires et triples après FIV en Belgique: évolution Type of delivery Singleton Twins Triplets AR de 2003 Restriction sur le nombre d embryons à replacer en FIV >> réduction dans le taux de grossesse multiple de 30-35% à 12-14% Percent / Year Registre FIV belge (BELRAP) rapport 2009 ;

30 La Fécondation in Vitro: les résultats belrap.be Taux de grossesse (tous cycles frais combinés) selon l âge maternel 2008: cycles démarrés/ transferts (80%) TG (%) < >42 HCG/transfert Naissance vivante/transfert Naissance vivante/ embryon replacé From BSRM presentation of BELRAP 2008 report

31 La Fécondation in Vitro: les résultats Souvent inférieurs à ce que les patients imaginent. La révolution de la contraception, en permettant la dissociation entre reproduction et plaisir dans la sexualité, a eu des conséquences considérables sur la vie sexuelle et reproductive des individus. Toutefois, la contraception n'a pas seulement participé à retarder le moment de la fécondité chez les femmes, ainsi qu'à programmer le désir d'enfant, elle a également amené un sentiment de contrôle et de de l'individu et de la médecine sur la reproduction, véhiculé par la culture du «un enfant si je veux, quand je veux». L'utilisation de la contraception et la réalité de l'absence de fécondité en ayant une vie sexuelle régulière a entraîné, au moins en partie, la croyance erronée d'une fécondité quasi automatique à l'arrêt volontaire de la contraception. La grossesse est attendue comme immédiate et tout retard engendre très rapidement des sentiments d'anormalité, des suspicions de stérilité et une détresse psychologique. C est oublier que la contraception est avant tout une maîtrise de la nonfécondité: «pas d enfant si je ne veux pas, quand je ne veux pas»!

32 L âge maternel: principal facteur limitant Grossesses Naissances Taux par prélèvement (%) < Age

33 Time Magazine 2002

34 L infertilité commence en moyenne 10 ans avant la ménopause (41 ans) La subfertilité commence en moyenne 20 ans avant la ménopause (31 ans) Te Velde, 1999 A 42 ans, la chance d avoir un enfant avec ses propres ovocytes (même avec assistance médicale) est <10% Center for Disease Control

35 Age moyen première naissance en augmentation constante depuis années 1970 en Europe

36 Le don de gamètes: la législation en Belgique: loi relative à la PMA 6/7/2007: Reconnaissance de la légitimité du don de gamètes (ovocytes ou sperme) Etablissement des règles de filiation Le donneur de gamètes est défini comme «une personne cédant par convention avec un centre de fécondation in vitro, des gamètes pour qu ils soient utilisés au cours d une PMA chez des receveurs de gamètes sans qu aucun lien de filiation ne puisse être établi entre l enfant à naître et le donneur» Le receveur de gamètes est défini comme «une personne ayant accepté par écrit de recevoir des gamètes dans le cadre d une procréation médicalement assistée sans qu aucun lien de filiation ne puisse être établi entre le donneur de gamètes et l enfant à naître» Le don non anonyme résultant d un accord entre le donneur et le ou les receveurs est autorisé

37 La banque de sperme à Erasme: les donneurs 18 à 45 ans Consentement éclairé Normalité de l échantillon de sperme Entretien avec une psychologue: équilibre général, santé mentale, motivations Bilan médical: absence de pathologie transmissible (infectieuse ou génétique) Caractéristiques physiques en vue de l appariement ultérieur au couple receveur Antécédents personnels et familiaux, mode de vie, traitements chroniques Liste de signes d appel pour des maladies génétiques Arbre généalogique Prise de sang: groupe sanguin, sérologies infectieuses, électrophorèse de l hémoglobine, caryotype, recherche de mutations du gène de la mucoviscidose. Avis génétique selon appréciation médicale Maximum 2 dons par mois Congélation du sperme dans des paillettes Période de quarantaine de 6 mois (contrôle des sérologies infectieuses) PCR chlamydia sur urines à chaque don.

38 La banque de sperme à Erasme: les receveurs Indications: Stérilité définitive du partenaire masculin (azoospermie) Choix préférentiel de certains couples (plutôt que FIV et ICSI) en présence d anomalies très sévères du sperme (OAT) Echecs répétés de FIV/ICSI en présence d anomalies très sévères du sperme (OAT) Risque élevé de transmission paternelle d une maladie génétique rare inaccessible au DPI ou DPN Rares cas FCR Rares cas iso-immunisation Couples séro-discordants pour VIH (partenaire masculin séropositif) Couples femmes homosexuelles Femmes célibataires Anonymat mais suivi grossesses (traçabilité) Avis génétique demandé en cas de malformation d un enfant issu d un don de gamètes.

39 Le don de sperme Différentes législations dans différents pays européens Exemples: don de sperme: France: don de sperme exclusivement anonyme. Interdit aux femmes célibataires et aux couples d homosexuelles Pays-Bas: depuis 2004: donneurs de sperme identifiables par les enfants issus du don à l âge de 16 ans. Italie: interdit

40 SEMEN DONORS REQUIRED IN ALL SHAPES & SIZE. Donor room Des donneurs de sperme sont demandés à la clinique de fertilité hôpital ERASME Tel :

41 FIV: le don d ovocyte Défaillance ovarienne Dysfonctionnement ovarien Maladie génétique Age maternel Transfert d'embryons Donneuse d'ovocytes FIV

42 FIV: le don d ovocyte Nature, 1984

43 Indications (n=467) 62% Ovaires fonctionnels Ovaires non fonctionnels 38% 13% 10% 6% 71% 52% 11% 4% 9% 7% échecs de FIV âge maternel causes génétiques prédéfaillance ovarienne La majorité des indications avec ovaires fonctionnels (en dehors causes génétiques) est liée à âge maternel avancé 10% 3% 4% DOP idiopathique chirurgie chimio/radiothérapie Turner dysgénésie gonadique (caryo nl) DOP (cause génétique autre) DOP autoimmune ménopause

44 FIV: le don d ovocyte proportion des cycles de PMA en fonction de l âge Source CDC, 2009

45 FIV: le don d ovocyte: résultats Source CDC, 2009

46 Quelques questions éthiques liées au don de gamètes Anonymat / secret: 2 entités distinctes anonymat souvent souhaité pour éviter la confusion des rôles courant culturel actuel du droit de l enfant à connaître ses origines qui appuie la levée de l anonymat des donneurs de gamètes (donneurs identifiables) (ex Suède, pour les donneurs de sperme à la majorité ) < enfants adoptés/nés sous X; extrapolation abusive? révélation par rapport à l enfant et à l entourage pose souvent moins de problème que pour le don de sperme cf dimension «d adultère médicalisé» dans le don de sperme Donneuses d ovocyte difficulté du recrutement des donneuses qui donne et à quel prix? modalités du don: commercial, «oocyte sharing», volontaire Indications limites d âge couple receveur (loi 2007)

47 Quelques questions éthiques liées au don de gamètes de gamètes Dissociation entre la «parenté» biologique et la parenté sociale Place de l enfant dans la chaîne de filiation humaine

48 Quelques questions éthiques liées au don de gamètes Le secret de la conception parfois difficile à révéler quand elle fut complexe

49 Le diagnostic préimplantatoire Le Diagnostic PréImplantatoire (DPI) a pour but de tester les embryons in vitro pour certaines anomalies chromosomiques structurelles ou certaines maladies rares d origine génétique pour ne transférer que des embryons exempts de l anomalie génétique testée Forme très précoce de diagnostic anténatal/ alternative Pour des couples à haut risque de transmettre une pathologie génétique Avec ou sans problème d infertilité associé

50 Développement embryonnaire et DPI Biopsie Jour 1 Jour 2 Jour 3 Jour 5 Transfert Jour 4 Analyse

51 DPI: biopsie de blastomère

52 Fluorescence in situ hybridization (FISH) 1ère hybridation 2ème hybridation

53 Loi relative à la PMA et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes (2007) Le DPI Sont interdits: Le DPI à caractère eugénique, c est-à-dire axé sur la sélection ou l amplification de caractéristiques génétiques non pathologiques de l espèce humaine Le DPI axé sur la sélection du sexe à l exception de la sélection qui permet d écarter les embryons atteints de maladies liées au sexe Est exceptionnellement autorisé: Le DPI dans l intérêt thérapeutique d un enfant déjà né du ou des auteurs du projet parental. Il appartient au centre de fécondation consulté d estimer que dans ce cadre, le projet parental n a pas pour seul objectif la réalisation de cet intérêt thérapeutique. = enfant du double espoir ou bébé médicament

54 PMA: Secret professionnel et droit du patient Qui est le patient en PMA? La femme? (qui sera médicalisée) L homme? (stérile) Le couple (notion spécifique en médecine de la reproduction) Exemples de situations difficiles Découverte d une séropositivité pour le VIH chez l un des partenaires pendant le bilan d infertilité Découverte d une stérilité définitive (azoospermie ou défaillance ovarienne prématurée) chez l un des deux partenaires (contexte religieux, culturel) Demande copie dossier médical dans le cadre d un conflit juridique (séparation, divorce )

55 Enjeux éthiques de la PMA Bien des situations d infertilité génèrent des réponses médicales sans question éthique et des grossesses sans particularités Demandes difficiles: multiples situations Grossesse à risque pour la mère: risquer sa vie pour donner la vie Auteur(s) du projet parental en situation de précarité Demande de femme célibataire Futur père en fin de vie Recours au don de gamètes Recours au don d embryon Demande de «bébé médicament» Etc etc.

56 Grossesses après PMA Spécificité de la question éthique Pas de consensus entre les professionnels sur les situations à risque Pas de consensus entre les professionnels sur la recevabilité de certaines demandes (contexte de valeurs et projections personnelles mais aussi contexte culturel, sociétal, cf hétérogénéité des législations en Europe) Concept de «responsabilité» vis-à-vis de l enfant à naître

57 Exemples de demandes difficiles Dans un contexte de pathologie maternelle Certaines situations mettent en jeu la santé de la mère par la grossesse médicalement induite (exemple maladie thromboembolique, mucoviscidose, antécédents de cancer du sein) Certaines pathologies maternelles à risque de prématurité entraînent un risque de handicap majeur pour l enfant Certaines pathologies maternelles nécessitent des thérapies potentiellement tératogènes Acceptation = négligence, irresponsabilité? Refus= absence de prise de responsabilité, abus de pouvoir? Difficulté d autant plus grande que grossesses spontanées possibles dans des situations similaires

58 Exemples de demandes difficiles Dans un contexte soulevant des questions sur l intérêt de l enfant DPI avec typage HLA: «bébé médicament» Bébé du double espoir Enfant indemne d une maladie génétique familiale HLA compatible avec un des ses aînés malade, permettant de devenir un donneur compatible (greffe de sang de cordon ombilical) Instrumentalisation d un être humain au profit d un autre? (situations non envisageables: accouchement prématuré si dégradation de l état de santé de l aîné, prélèvements de moelle osseuse répétés ) Culpabilité des couples ne recourant pas à ce type de procédure pour leur enfant malade?

59 Exemples de cas: demandes difficiles Précarité /Quels critères investiguer? Conditions de vie : comment l aborder et selon quels critères? Un des partenaires en libération conditionnelle ou en prison Analphabétisme Toxicomanie Précarité sociale ++ (revenus/logement) Situations de couple atypique Amants (dont un des deux partenaires marié) Polygames (mariages coutumiers) Non cohabitants Demandes de coparentalité Variations individuelles et culturelles dans la conception du couple, de la stabilité, des rôles parentaux respectifs

60 Exemples de cas: les limites du raisonnable

61 Les nouvelles demandes Le social freezing Fertility Matters Oocyte freezing: timely reproductive insurance? D Stoop, Hum Reprod, 2011

62 Préservation de la fertilité chez la femme quelles limites? Le Vif/L Express 28/12/2008

63 L âge maternel un problème qui n est pas neuf Sarah, femme d Abraham ou la première grossesse à 100 ans

L AMP Assistance médicale à la procréation

L AMP Assistance médicale à la procréation L AMP Assistance médicale à la procréation Introduction 14% des couples Le délai nécessaire à concevoir est pathologique s il est sup à 2 ans Parmi les causes d infertilité: 30% sont d origine féminine

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. La conservation. des embryons

Assistance médicale à la procréation. La conservation. des embryons Assistance médicale à la procréation La conservation des embryons Sommaire La conservation des embryons, pourquoi, comment? 2 Le transfert des embryons congelés en pratique 5 Un choix éclairé et encadré

Plus en détail

NAÎTRE AUJOURD HUI DE LA PROCRÉATION À LA GÉNÉTIQUE

NAÎTRE AUJOURD HUI DE LA PROCRÉATION À LA GÉNÉTIQUE NAÎTRE AUJOURD HUI DE LA PROCRÉATION À LA GÉNÉTIQUE 650 000 enfants naissent chaque année en France, tandis que le pays déplore 530 000 décès. Le différentiel entre émergence et effacement est étroit.

Plus en détail

Don d ovocytes. Qu est-ce que c est?

Don d ovocytes. Qu est-ce que c est? Don d ovocytes Qu est-ce que c est? Depuis la loi de bioéthique du 29 juillet 1994, le don d'ovocytes et le transfert d'embryons ont donné aux femmes un moyen d être enceintes et donner naissance à un

Plus en détail

Table des matières Texte Début

Table des matières Texte Début 6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes. (NOTE : Consultation des versions antérieures à partir du 30-12-2008

Plus en détail

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE. Clinique de Fertilité ULB ERASME HOPITAL ERASME

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE. Clinique de Fertilité ULB ERASME HOPITAL ERASME Clinique de Fertilité ULB ERASME Introduction Pour des couples à haut risque de mettre au monde un enfant atteint d une maladie génétique, l approche classique par les examens anténatals conventionnels

Plus en détail

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes 6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes Publié : 17.07.2007 Source : SPF SECURITE SOCIALE Modifié : LDD 24.07.2008

Plus en détail

Plateforme régionale de préservation de la fertilité

Plateforme régionale de préservation de la fertilité Plateforme régionale de préservation de la fertilité Christine Denoual-Ziad Annie Benhaim denoualziad-c@chu-caen.fr benhaim-a@chu-caen.fr En 2008, 7641 nouveaux cas annuels sont diagnostiqués chez l homme

Plus en détail

Fécondation In Vitro (FIV / ICSI)

Fécondation In Vitro (FIV / ICSI) Fécondation In Vitro (FIV / ICSI) Définition La fécondation in vitro (FIV) est une technique de procréation médicalement assistée (PMA) qui consiste à féconder un ovocyte (ou gamète féminin) par un spermatozoïde

Plus en détail

Devenir parents, l aventure d une vie. Grâce à la procréation médicalement assistée (PMA)

Devenir parents, l aventure d une vie. Grâce à la procréation médicalement assistée (PMA) Devenir parents, l aventure d une vie Grâce à la procréation médicalement assistée (PMA) La vie contrarie parfois vos plus beaux projets La décision de fonder une famille est un projet primordial pour

Plus en détail

LA MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION

LA MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION Text LA MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION Contraception, contragestion, procréation médicalement assistée, bioéthique La régulation des naissances La régulation des naissances! Contraception : ensemble des moyens

Plus en détail

LA FIV AVEC ABSENCE DE TRANSFERT D EMBRYONS La qualité folliculaire et ovocytaire

LA FIV AVEC ABSENCE DE TRANSFERT D EMBRYONS La qualité folliculaire et ovocytaire LA FIV AVEC ABSENCE DE TRANSFERT D EMBRYONS La qualité folliculaire et ovocytaire Pr. Jean-Marie ANTOINE Dr Olivia FIORI Dr Jacqueline MANDELBAUM Service de Gynécologie-Obstétrique et Médecine de la Reproduction

Plus en détail

Don d ovocytes. Dans quels cas ce traitement est-il indiqué? Définition

Don d ovocytes. Dans quels cas ce traitement est-il indiqué? Définition Définition Cette procédure consiste à féconder dans un laboratoire les ovocytes provenant d'une donneuse avec le sperme du partenaire de la receveuse, puis à transférer les embryons obtenus dans l'utérus

Plus en détail

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes. (M.B.

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes. (M.B. 6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes. (M.B. 17/07/2007) TITRE Ier. - Disposition générale. Article 1. La présente

Plus en détail

ETHIQUE ET AMP. Docteur Agnès NOIZET, Praticien Hospitalier Jocelyne ROUZIER, Psychologue Hôpital de la Conception- CHU Marseille.

ETHIQUE ET AMP. Docteur Agnès NOIZET, Praticien Hospitalier Jocelyne ROUZIER, Psychologue Hôpital de la Conception- CHU Marseille. ETHIQUE ET AMP Docteur Agnès NOIZET, Praticien Hospitalier Jocelyne ROUZIER, Psychologue Hôpital de la Conception- CHU Marseille Janvier 2013 * histoire récente (20 ans) * développement technique rapide,

Plus en détail

CENTRE A.M.P. DU TERTRE ROUGE

CENTRE A.M.P. DU TERTRE ROUGE ,, Vous êtes certains que tous les éléments précédents sont à jour, c'est-à-dire que : - vos 100% TS sont toujours valables (regarder les dates). 3 mois avant l échéance, penser à en parler à votre gynécologue

Plus en détail

Une solution aux problèmes éthiques liés à la pénurie de donneuses? S.Bonne, J.Ohl, I.Koscinski service d AMP, hôpital de Strasbourg

Une solution aux problèmes éthiques liés à la pénurie de donneuses? S.Bonne, J.Ohl, I.Koscinski service d AMP, hôpital de Strasbourg Une solution aux problèmes éthiques liés à la pénurie de donneuses? S.Bonne, J.Ohl, I.Koscinski service d AMP, hôpital de Strasbourg Le don d ovocytes pour qui? Patientes en insuffisance ovarienne totale

Plus en détail

Insémination artificielle

Insémination artificielle Insémination artificielle En quoi consiste l insémination artificielle? L insémination artificielle est une technique de reproduction assistée qui consiste à introduire des spermatozoïdes, préalablement

Plus en détail

CECOS FRANCHE-COMTE BOURGOGNE

CECOS FRANCHE-COMTE BOURGOGNE CECOS FRANCHE-COMTE BOURGOGNE Site Besançon Centre d Etude et de Conservation des Œufs et du Sperme humains. Dr Oxana Blagosklononov Service de Génétique biologique- Histologie-Biologie du Développement

Plus en détail

Enjeux éthiques des progrès de la science

Enjeux éthiques des progrès de la science Enjeux éthiques des progrès de la science Pierre Boyer 16 mars 2009 Service de Médecine et Biologie de la Reproduction Hôpital Saint Joseph de Marseille L Assistance Médicale à la Procréation au cœur du

Plus en détail

Maitrise de la procréation et Assistance médicale à la procréation

Maitrise de la procréation et Assistance médicale à la procréation Maitrise de la procréation et Assistance médicale à la procréation Introduction La maitrise de la procréation et L assistance médicale à la procréation I. Notion de contraception 1. Les méthodes naturelles

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Résultats de l Assistance Médicale à la Procréation chez les femmes infectées par VIH1: étude cas-contrôles

Résultats de l Assistance Médicale à la Procréation chez les femmes infectées par VIH1: étude cas-contrôles Résultats de l Assistance Médicale à la Procréation chez les femmes infectées par VIH1: étude cas-contrôles S. Epelboin 1 2 C. Stora 1 E. Devouche 3 C. Patrat 1 2 P. Longuet 1 D. Luton 1 2 S. Matheron

Plus en détail

Approches politiques du diagnostic préimplantoire

Approches politiques du diagnostic préimplantoire Colloque Pro Infirmis - Vaud 30 août 2011 Josiane Aubert, conseillère nationale, membre commission science éducation culture Approches politiques du diagnostic préimplantoire Historique des décisions politiques

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS. Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants,

LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS. Offrir des ovocytes. dondovocytes.fr. à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, LES PLUS BEAUX CADEAUX NE SONT PAS FORCÉMENT LES PLUS GROS Offrir des ovocytes à un couple qui ne peut pas avoir d enfants, c est lui faire un cadeau tout petit pour un bonheur très grand. 3 familles de

Plus en détail

Centre d Assistance Médicale à la Procréation

Centre d Assistance Médicale à la Procréation Centre d Assistance Médicale à la Procréation Hôpital Privé de Parly II Le Chesnay 21, Rue Moxouris 78150 Le Chesnay EQUIPE CLINIQUE Cliniciens agréés: Dr Marie José BOCQUET Dr Xavier GUETTIER Dr Guy KERBRAT

Plus en détail

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on?

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? Annie MEINIEL Joelle VERGE Qu est-ce que la bioéthique? Bio = Vivant Éthique = Morale C'est la discipline qui étudie les problèmes moraux soulevés par la recherche biologique

Plus en détail

préimplantatoire et vous

préimplantatoire et vous Le diagnostic préimplantatoire et vous Actualisation suite au vote du 7 juillet 2011 Agence relevant du ministère de la santé Sommaire Avant-propos 1 Les étapes du DPI 3 L obtention des embryons 9 Le diagnostic

Plus en détail

Suivre et évaluer l activité d AMP

Suivre et évaluer l activité d AMP L assistance médicale à la procréation Suivre et évaluer l activité d AMP L évaluation des activités et des résultats d AMP est une tâche confiée à l Agence de la biomédecine, tout comme le dispositif

Plus en détail

L assistance médicale à la procréation

L assistance médicale à la procréation L assistance médicale à la procréation Introduction L assistance médicale à la procréation (AMP) renvoie à la sphère de l intime, elle met en jeu le désir de procréer de personnes infertiles, l intérêt

Plus en détail

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes

6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes 6 JUILLET 2007. - Loi relative à la procréation médicalement assistée et à la destination des embryons surnuméraires et des gamètes Publié : 17.07.2007 Source : SPF SECURITE SOCIALE Modifié : LDD 24.07.2008

Plus en détail

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA)

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Historique 25 juillet 1978 : Naissance du premier bébé éprouvette en Angleterre 24 février 1982 : Naissance du premier bébé éprouvette

Plus en détail

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes APCH juin 202 Définition du DPN et de l IMG Organisation en

Plus en détail

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation Chapitre 2 : La maitrise de la procréation 1 INTRODUCTION : La capacité de procréer implique de prendre en charge de façon responsable et conjointe sa vie sexuelle. Il existe des méthodes permettant de

Plus en détail

UN ENFANT POUR SOI, POUR LUI OU POUR LES AUTRES - -

UN ENFANT POUR SOI, POUR LUI OU POUR LES AUTRES - - UN ENFANT POUR SOI, POUR LUI OU POUR LES AUTRES - - Professeur Marie Odile RETHORÉ Membre de l Académie Nationale de Médecine Directeur médical de l Institut Jérôme Lejeune Jamais, sans doute, le désir

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL LE DON D OVOCYTES EN FRANCE ML Couet praticien hospitalier, service de médecine et biologie de la reproduction, CHU Tours IL PEUT ETRE INDIQUE EN CAS D absence ou d épuisement du capital folliculaire D

Plus en détail

Mise en place d une unité d assistance médicale à la procréation (AMP) en contexte viral HIV pour les patients des 3 DFA

Mise en place d une unité d assistance médicale à la procréation (AMP) en contexte viral HIV pour les patients des 3 DFA CHU POINTE A PITRE GUADELOUPE Projet :: Mise en place d une unité d assistance médicale à la procréation (AMP) en contexte viral HIV pour les patients des 3 DFA Cible : Guadeloupe Martinique Guyane Saint

Plus en détail

La fertilité du couple

La fertilité du couple 23/04/2015 KHELFAOUI Kamélia L3 HORMONOLOGIE CR : BAUMIER Vincent Pr Grillo 8 pages La fertilité du couple Plan A. Définitions et épidémiologie B. Les facteurs de fertilité I. les facteurs féminins II.

Plus en détail

(figure 4b: Protocole de stimulation type antagoniste)

(figure 4b: Protocole de stimulation type antagoniste) B. LE CYCLE AVEC ANTAGONISTES (figure 4b: Protocole de stimulation type antagoniste) 1. Mise au repos des ovaires Le premier jour des règles, vous débuterez la prise d une pilule oestroprogestative ou

Plus en détail

Révision de la loi N 2004-800 sur la bioéthique

Révision de la loi N 2004-800 sur la bioéthique Secteur Politique Familiale Révision de la loi N 2004-800 sur la bioéthique LA FAMILLE DU CHEMINOT Siège social : 7/13, ruede Château Landon 75010 PARIS Tél : 01 40 38 12 38 Fax : 01 42 09 51 58 Tél SNCF

Plus en détail

SERVICE DE MÉDECINE DE LA PROCRÉATION

SERVICE DE MÉDECINE DE LA PROCRÉATION SERVICE DE MÉDECINE DE LA PROCRÉATION Madame, Monsieur Vous allez prochainement bénéficier d'une tentative d'assistance Médicale à la Procréation. Pour cela, un dossier complet doit être remis au Secrétariat

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

Techniques de l assistance médicale G. SANDJON

Techniques de l assistance médicale G. SANDJON Techniques de l assistance l médicale à la procréation G. SANDJON Introduction Le terme AMP regroupe un ensemble de techniques nouvelles mises au point dans les 20 ou 30 dernières années. Ceci a permis

Plus en détail

Maud Rouchouse - Avocat Mars 2013

Maud Rouchouse - Avocat Mars 2013 Maud Rouchouse - Avocat Mars 2013 Introduction : Définition/Historique Quelques grands thèmes Définition Bio : Vivant Ethique : du latin Ethica : la morale (?) Loi : disposition normative et abstraite

Plus en détail

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Alberto Bondolfi Université de Lausanne Théologien et éthicien Comité national d éthique

Plus en détail

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV)

Le principe de la fécondation in vitro. 7. La fécondation in vitro (FIV) La technique de la fécondation in vitro* est apparue il y a près de 30 ans. Seuls des cas très précis et limités peuvent bénéficier de ce traitement lourd, qui nécessite en particulier une courte hospitalisation

Plus en détail

Mariage pour tous à la française. Les véritables conséquences. www.mairespourlenfance.fr

Mariage pour tous à la française. Les véritables conséquences. www.mairespourlenfance.fr Mariage pour tous à la française Les véritables conséquences www.mairespourlenfance.fr Le projet de loi Contient : le mariage et l adoption pour les couples de même sexe Ne contient pas : la PMA pour les

Plus en détail

Cycles de vie et développement de la personne

Cycles de vie et développement de la personne Cycles de vie et développement de la personne 2 ème cours. A. Courtois Service du développement et de la famille Le couple et la conjugalité Une femme - ses appartenances (familiale, amicale, ) - une histoire,

Plus en détail

anfe Institut d analyse et de proposition sur la femme dans son environnement social, familial et professionnel

anfe Institut d analyse et de proposition sur la femme dans son environnement social, familial et professionnel anfe Institut d analyse et de proposition sur la femme dans son environnement social, familial et professionnel Editorial par Elizabeth Montfort et Nicole Thomas-Mauro Présidente de l Alliance pour un

Plus en détail

Annexe 4 Formation approfondie en médecine de la reproduction et. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires

Annexe 4 Formation approfondie en médecine de la reproduction et. 2. Durée, structure et dispositions complémentaires SIWF ISFM Annexe 4 Formation approfondie en médecine de la reproduction et endocrinologie gynécologique 1. Généralités 1.1 Le programme de formation approfondie en médecine de la reproduction et endocrinologie

Plus en détail

Table des matières. anthemis

Table des matières. anthemis Table des matières Sommaire 5 Préface 7 Introduction 11 1. Généralités 11 2. La dignité 13 3. Les axes de la réflexion éthique 15 4. Le développement de la bioéthique 17 PREMIÈRE PARTIE Le début de la

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons

Assistance médicale à la procréation. Informations pour les couples donneurs. Le don. d embryons Assistance médicale à la procréation Informations pour les couples donneurs Le don d embryons Sommaire Le don d embryons, qu est-ce que c est? 2 Qui peut en bénéfi cier? Qui peut donner les embryons et

Plus en détail

La loi du 21 décembre 1941 a

La loi du 21 décembre 1941 a Stéphanie SÉGUI Consultante au Centre de droit JuriSanté (CNEH) MOTS-CLÉS archives conservation dossiers des consultations externes Le délai de conservation de certaines archives Les dossiers des consultations

Plus en détail

PMA et médecine générale Dr Jacques CAPRASSE Chef de Service de Gynécologie-Obstétrique - CHA Libramont

PMA et médecine générale Dr Jacques CAPRASSE Chef de Service de Gynécologie-Obstétrique - CHA Libramont PMA et médecine générale Dr Jacques CAPRASSE Chef de Service de Gynécologie-Obstétrique - CHA Libramont Face à un problème d infertilité 3 grandes questions : Existe-t-il réellement un problème d infertilité?

Plus en détail

L INFORMATION À LA PARENTÈLE DANS LE CADRE DES ÉTUDES DE GÉNÉTIQUE : UNE OBLIGATION LÉGALE DÉLICATE

L INFORMATION À LA PARENTÈLE DANS LE CADRE DES ÉTUDES DE GÉNÉTIQUE : UNE OBLIGATION LÉGALE DÉLICATE L INFORMATION À LA PARENTÈLE DANS LE CADRE DES ÉTUDES DE GÉNÉTIQUE : UNE OBLIGATION LÉGALE DÉLICATE Mme Gipsy BILLY, conseillère en génétique Pr Pierre Simon JOUK, généticien Colloque médical du jeudi:

Plus en détail

GUYANE. Ces fiches présentent des activités spécifiques qui demandent des infrastructures, un savoir-faire et des autorisations particulières.

GUYANE. Ces fiches présentent des activités spécifiques qui demandent des infrastructures, un savoir-faire et des autorisations particulières. Cette nouvelle édition des fiches régionales relatives à l activité 2013 des centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal (CPDPN), des laboratoires de diagnostic prénatal (DPN) et de l activité 2014

Plus en détail

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité»

«Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» «Fonder le droit de la famille sur une éthique de la responsabilité» groupe : Nouvelles familles Décembre 2010 Les rapports établis par les groupes de réflexion du Lab sont des contributions libres aux

Plus en détail

Pôle Droit Psychologie Paris, le 5 mars 2009 Sociologie de la Famille NOTE EN VUE L AUDITION DE L UNAF PAR LA MISSION D INFORMATION

Pôle Droit Psychologie Paris, le 5 mars 2009 Sociologie de la Famille NOTE EN VUE L AUDITION DE L UNAF PAR LA MISSION D INFORMATION UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS FAMILIALES Pôle Droit Psychologie Paris, le 5 mars 2009 Sociologie de la Famille NOTE EN VUE L AUDITION DE L UNAF PAR LA MISSION D INFORMATION SUR LA REVISION DES LOIS

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE L ANONYMAT DU DON DE GAMÈTES n LC 186 Septembre 2008 - 3 - L ANONYMAT DU DON DE GAMÈTES Sommaire Pages NOTE DE SYNTHÈSE... 5 DISPOSITIONS NATIONALES

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie

LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie Collège national des gynécologues et obstétriciens sous la direction du Pr Jacques lansac Coordonné par le dr nicolas evrard En partenariat avec le site LE GRAND LIVRE DE LA gynécologie La sexualité féminine

Plus en détail

Santé de la femme L insémination artificielle avec don de sperme Santé de la femme DÉPARTEMENT D'OBSTETRIQUE, GYNÉCOLOGIE ET RÉPRODUCTION Ref. 123 / 2009 Service de Médecine de la Reproduction Servicio

Plus en détail

le guide de l assistance médicale à la procréation

le guide de l assistance médicale à la procréation le guide de l assistance médicale à la procréation Sommaire Avant-propos Avant propos...3 1 - La procréation naturelle : du projet d enfant à la naissance...5 Les condtions physiologiques...6 Il faut parfois

Plus en détail

Robert Forman CRM London www.crmlondon.co.uk

Robert Forman CRM London www.crmlondon.co.uk PMA au Royaume-Uni Le don et la GPA Robert Forman CRM London www.crmlondon.co.uk 1 Techniques PMA au Royaume-Uni Don d ovules Donneuses connues Donneuses anonymes Dons de sperme Connu Anonyme Gestation

Plus en détail

Guide d initiation aux techniques de l Assistance Médicale à la Procréation (AMP)

Guide d initiation aux techniques de l Assistance Médicale à la Procréation (AMP) Document d information Guide d initiation aux techniques de l Assistance Médicale à la Procréation (AMP) WOMN-1091522-Broch AMP.indd 1 27/09/2013 10:37:04 Guide d initiation aux techniques de l Assistance

Plus en détail

Préservation de la fertilité. Pr. Catherine POIROT Service de Biologie de la Reproduction Université Paris VI Hôpital Tenon 75020 Paris

Préservation de la fertilité. Pr. Catherine POIROT Service de Biologie de la Reproduction Université Paris VI Hôpital Tenon 75020 Paris Préservation de la fertilité Pr. Catherine POIROT Service de Biologie de la Reproduction Université Paris VI Hôpital Tenon 75020 Paris Préservation de la fertilité n Nécessaire quand risque d infertilité

Plus en détail

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve)

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Désir d enfant Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Dr Cédric Arvieux - COREVIH Bretagne CHU de Rennes Merci au Pr. Laurent Mandelbrodt et aux autres contributeurs dont j ai pu utiliser certains

Plus en détail

«La manufacture d enfants»

«La manufacture d enfants» «La manufacture d enfants» de David Le Breton? Le Breton D., L adieu au corps, Métailié, 1999. «Aujourd hui la naissance d un enfant n est plus seulement le fait d un désir, avec les aléas d une rencontre

Plus en détail

En février 2011 est né le premier «bébé-médicament» Umut-Talha, a permis de guérir sa grande sœur d une maladie génétique grave du sang.

En février 2011 est né le premier «bébé-médicament» Umut-Talha, a permis de guérir sa grande sœur d une maladie génétique grave du sang. R20 = ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) R20 = ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) I) DEFINITION/ OBJECTIFS : Définition : AMP : Ensemble des pratiques biologiques et cliniques permettant

Plus en détail

NOTRE PROGRAMME FIV/ICSI

NOTRE PROGRAMME FIV/ICSI NOTRE PROGRAMME FIV/ICSI Dans le Centre de Fertilité Manzanera nous avons conçu un programme de FIV/ICSI pour les couples résidant à l'étranger, qui nous permet d'obtenir des taux de réussite élevés et

Plus en détail

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception.

La question LA VASECTOMIE LE PRÉSERVATIF. Je vote pour. Mon conseil. Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. La question Je vote pour Mon conseil Il n apparaît ici que la partie masculine de la question contraception. LA VASECTOMIE Section chirurgicale des canaux déférents sous anesthésie locale ou générale Pas

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. SIREN 508 945 359 - Photographe : Benoit Rajau, Gil Lefauconnier et Thierry

Plus en détail

Infertilité et sexualité

Infertilité et sexualité Infertilité et sexualité Les questions que vous vous posez (et n osez pas aborder avec votre médecin) www.unbebe pourdemain.fr Le site de la fertilité. Édito Vous êtes confrontés à l infertilité dans votre

Plus en détail

23/05/2013. I- Définition de la PMA

23/05/2013. I- Définition de la PMA Plan Exposé présenté par Gynécologue Obstétricien, Introduction Définitions Historique Différentes techniques Techniques simples Techniques de PMA proprement dites Indications des techniques Rôle du technicien

Plus en détail

Le devenir des enfants nés après ICSI selon l origine du sperme

Le devenir des enfants nés après ICSI selon l origine du sperme Le devenir des enfants nés après ICSI selon l origine du sperme Jacques de Mouzon, MD,MPH INSERM U569, Le Kremlin-Bicêtre France Introduction : succès de la PMA 1978: LOUISE BROWN (R.Edwards, P.Steptoe)

Plus en détail

Actualisation suite au vote du 7 juillet 2011. Le guide de. l assistance médicale. à la procréation. Agence relevant du ministère de la Santé

Actualisation suite au vote du 7 juillet 2011. Le guide de. l assistance médicale. à la procréation. Agence relevant du ministère de la Santé Actualisation suite au vote du 7 juillet 2011 Le guide de l assistance médicale à la procréation Agence relevant du ministère de la Santé Sommaire Avant propos...3 1 La procréation naturelle : du projet

Plus en détail

LES TECHNIQUES PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE

LES TECHNIQUES PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE LES TECHNIQUES De PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE Dr Jean-Louis CORDONNIER Lundi 3 décembre 2012 LES TECHNIQUES De PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE Présentation Avoir un enfant. LES TECHNIQUES De PROCREATION

Plus en détail

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES

BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES BIOPSIE DE TROPHOBLASTE ou PRÉLÈVEMENT DE VILLOSITÉS CHORIALES Le diagnostic prénatal par biopsie de trophoblaste ( 1 ) au premier trimestre de la grossesse est devenu une alternative fréquente aux techniques

Plus en détail

2. Votre Première Consultation à la Clinique de Fertilité Manzanera

2. Votre Première Consultation à la Clinique de Fertilité Manzanera NOTRE PROGRAMME DE DON D OVOCYTES Dans le Centre de Fertilité Manzanera, nous avons développé un traitement de fertilité simple et pratique pour les couples résidant hors d Espagne, de façon à maximiser

Plus en détail

PACES - Année 2015-2016

PACES - Année 2015-2016 PACES - Année 2015-2016 Nom : Prénom : Numéro d anonymat : UE 7 : Santé Société Humanité Epreuve de SHS 22 mars 2016 Durée de l épreuve : 1 heure. Vérifiez que votre fascicule comporte 6 pages et 9 QROC.

Plus en détail

SANTE EN MATIERE DE REPRODEUCTION ET DROITS DE LA PERSONNE HUMAI NE. (Problématique)

SANTE EN MATIERE DE REPRODEUCTION ET DROITS DE LA PERSONNE HUMAI NE. (Problématique) SANTE EN MATIERE DE REPRODEUCTION ET DROITS DE LA PERSONNE HUMAI NE (Problématique) Introduction La volonté de dissocier l acte sexuel de la procréation et de la récréation date des temps les plus anciens.

Plus en détail

MOUTEL Grégoire Thèse 1997. Plan détaillé. I-1- Historique des pratiques de garde des gamètes et des embryons et implication des CECOS.

MOUTEL Grégoire Thèse 1997. Plan détaillé. I-1- Historique des pratiques de garde des gamètes et des embryons et implication des CECOS. Evolution des pratiques d'autoconservation de sperme et de garde des embryons avant et après les lois de bioéthique de Juillet 1994 : Incidences sur l'organisation des centres d'assistance médicale à la

Plus en détail

CORPS HUMAIN ET SANTE (3)

CORPS HUMAIN ET SANTE (3) CORPS HUMAIN ET SANTE (3) Sexualité et procréation (suite) Bases biologiques du plaisir Des études en laboratoire ont montré que la satisfaction procurée par différents comportements incite certains animaux

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Evaluation de l activité des centres de FIV en France : transparence et appui. Dominique Royère DPEGh

Evaluation de l activité des centres de FIV en France : transparence et appui. Dominique Royère DPEGh Evaluation de l activité des centres de FIV en France : transparence et appui Dominique Royère DPEGh 1 Contexte Une des missions confiées à l Agence de la biomédecine est de contribuer à l amélioration

Plus en détail

CENTRE DE PROCREATION MEDICALE ASSISTEE DE PAU

CENTRE DE PROCREATION MEDICALE ASSISTEE DE PAU CENTRE DE PROCREATION MEDICALE ASSISTEE DE PAU INFORMATION AVANT A.M.P. Madame, Monsieur, Vous allez bénéficier d une assistance médicale à la procréation (AMP). La constitution de votre dossier obligatoire

Plus en détail

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 RÉ-ACCRÉDITATION INTERNATIONALE DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE Le 13 octobre 2014, le registre France Greffe de Moelle a été accrédité par la World Marrow Donor Association

Plus en détail

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic

Médecine prédictive. Objectif Eviter la naissance d un enfant atteint d une maladie grave et incurable au moment du diagnostic Médecine prédictive Introduction à la médecine Prédictive Définition : la médecine prédictive a pour objet l'identification d un marqueur de prédisposition à une maladie et pour but le dépistage et/ou

Plus en détail

LA PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE. PROBLEMES MEDICAUX ACTUELS ET ETHIQUE

LA PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE. PROBLEMES MEDICAUX ACTUELS ET ETHIQUE LA PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE. PROBLEMES MEDICAUX ACTUELS ET ETHIQUE CONGRES DE LA SOCIETE TUNISIENNE DES SCIENCES MEDICALES OCTOBRE 1995 ======== VII EMES JOURNEES MEDICALES IBN EL JAZZAR HOTEL

Plus en détail

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de

Lorsqu un couple ne peut concevoir après un an de La fertilisation in vitro Une méthode de plus en plus utilisée Camille Sylvestre, MD L infertilité touche environ 10 % des couples, et cette incidence a tendance à augmenter, car les femmes retardent l

Plus en détail

Procréation assistée Nouvelles dispositions

Procréation assistée Nouvelles dispositions 265 À l intention des médecins spécialistes en obstétrique-gynécologie en endocrinologie en urologie en génétique médicale en anesthésiologie 4 février 2016 Procréation assistée Nouvelles dispositions

Plus en détail

Le recueil de sperme impossible le jour de la FIV

Le recueil de sperme impossible le jour de la FIV Le recueil de sperme impossible le jour de la FIV Gilles Régnier-Vigouroux,, AMP St Roch, Montpellier Journée e FIVATE, 3 février f 2006 Recueil par masturbation: - selon les civilisations = interdit explicite

Plus en détail

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN

ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN ENTRETIEN AVEC UN CHIRURGIEN Suite au bilan dont elle a bénéficié, Mme Gerusa consulte le chirurgien qui lui a été conseillé, dans la clinique où celui-ci exerce. Elle sait qu elle a une tumeur qui doit

Plus en détail

l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n

l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n D O S S I E R G U I D E a s s i s t a n c e m é d i c a l e à l a p r o c r é a t i o n l insémination avec sperme de conjoint Les différentes phases de Les différentes phases de l insémination avec sperme

Plus en détail

!!! Objectif : Principe

!!! Objectif : Principe LA FIVETE (Fécondation In Vitro Et Transfert d Embryons) étymologie : la-ne : "in vitro" signifie dans le verre, par opposi-on à "in vivo" qui veut dire dans le monde vivant Objectif : recueillir ar)ficiellement

Plus en détail

Veuillez lire également les information accompagnant! Ces prix sont informatifs et sujets à des changements suivant l index.

Veuillez lire également les information accompagnant! Ces prix sont informatifs et sujets à des changements suivant l index. Veuillez lire également les information accompagnant! Ces prix sont informatifs et sujets à des changements suivant l index. Cette estimation est limitée et ne comprend pas les services médicaux auxiliaires

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ NSÈRE D RV, DE EPO E DE SNÉ NSÈRE DES SODRÉS E DE OHÉSON SOE NSÈRE D RV, DE EPO E DE SNÉ SERÉR D É À SNÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

LA CONTRACEPTION D URGENCE

LA CONTRACEPTION D URGENCE LA CONTRACEPTION D URGENCE Synthèse de la conférence donnée le 5 octobre 2005 à Orléans par : - Dominique ROULET, conseillère conjugale et assistante sociale auprès du Centre de Planification et d Education

Plus en détail

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE

FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE FASCICULE V GYNÉCOLOGIE OBSTÉTRIQUE AVERTISSEMENT La plupart des séjours concernés par les affections et situations de prise en charge évoquées dans ce document se déroulant dans le secteur de MCO, les

Plus en détail