est-elle si puissante que ça?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "est-elle si puissante que ça?"

Transcription

1 Enquête Cinéma : Astérix, un Gaulois champion de l exil fiscal p VENDREDI 12 octobre 2012 N o 20 France métropolitaine - 3 Nouvelle formule hebdomadaire Gérald Karsenti «Nous essayons de délocaliser en France» PAGE 30 Le PDG de HP France estime que la réduction des coûts n est pas le seul levier pour réussir. christine lagarde «La Tribune s engage avec ecofolio pour le recyclage des papiers. Avec votre geste de tri, votre journal a plusieurs vies.» est-elle si puissante que ça? Ce week-end, à Tokyo, elle préside l assemblée générale du FMI. Un rendez-vous important pour une économie mondiale en crise et pour une femme prudente qui reste le cinquième «homme politique» le plus populaire de France. Pages 4 à 6 et 9 en partenariat avec L F: 3,00 entreprises ces patrons qui osent «libérer» leurs salariés PAGE 14 financement L économie sociale cherche fonds désespérément PAGE 18 territoires la guerre des casinos agite la manche PAGES EVARISTO SA/AFP

2

3 VENDREDI 12 octobre 2012 LA TRIBUNE Coulisses 3 Pierre Moscovici cherche les moyens de soutenir la place financière de Paris. Il est en quête de son Sartorius l ingénieur général des Mines qui a rédigé le rapport sur PSA, un expert qui reprendrait à son compte et porterait les solutions imaginées par le Trésor. Les principaux banquiers sont déjà, bien sûr, associés à cette réflexion. Thales : qui tombera le dernier? La haute hiérarchie de Thales a l esprit taquin. Vu les très nombreux départs exigés dans le groupe d électronique par Luc Vigneron, le PDG, les cadres sup ont créé le prix «Augustin Trébuchon». Augustin Trébuchon? C est le dernier soldat français mort pendant la Grande Guerre, le 11 novembre Tué à 10 h 45, 15 minutes avant le cessez-le-feu. Le prix Augustin Trébuchon sera donc décerné au dernier haut cadre viré par Luc Vigneron. Pour l instant, c est l ancien directeur des Ressources humaines et de la communication, Loïc Mahé, tombé au champ d honneur cet été, qui tient la corde. J.-P. Huchon : 14 ans à la tête de l Île-de-France. [citizenside.com] La génération 98 s accroche. «Il faut absolument que la génération de 1998 passe la main.» La réaction de la rue de Solférino a été immédiate lorsque Jean-Paul Huchon a laissé entendre qu il briguerait bien un quatrième mandat. Le président de la Région est en poste depuis 1998, ainsi que les quatre principaux vice-présidents socialistes. Il n a pas encore de successeur désigné et tâte donc le terrain, mine de rien. Daniel Cohn-Bendit, sauveur d EELV en 2014? «Le CNC mène grand train. Le Centre national du cinéma, avec ses 800 millions d euros de trésorerie, vient de s attirer les foudres de la Cour des comptes, très sévère sur les «frais de réception» : en 2011, leur facture s est élevée à euros, un doublement en 10 ans. Les vœux 2009 à la Cité de l architecture ont coûté euros! Autre dépense qui a du mal à passer : la délégation de 75 personnes au festival de Cannes. Pour les écolos, la seule élection importante, ce sont les européennes. Daniel Cohn- Bendit a trop envie de devenir président du Parlement européen et il sera de nouveau tête de liste écolo aux prochaines européennes», qui se dérouleront en C est le calcul de Jean-Vincent Placé, le tacticien d Europe Écologie Les Verts (EELV). Le sénateur vert de l Essonne n ignore pas que, pour les écolos, la seule élection vraiment importante du quinquennat, ce sont les européennes. Et il sait pertinemment que seul Daniel Cohn-Bendit peut leur permettre de sauver la face. Que Placé ait bataillé ces dernières semaines avec acharnement pour convertir EELV en un parti «anti-traité» ne lui posera aucun problème lorsqu il s agira de soutenir dans deux ans un Cohn-Bendit «pro-traité». De toute façon, comme prévu, le traité a été voté mardi dernier à une large majorité à l Assemblée, non? Ce n est sans doute pas un calcul politique très glorieux, mais c est cependant ainsi qu il a convaincu Cécile Duflot de ménager la chèvre et le chou, et de ne pas prendre parti ni pour le oui, ni pour le non. Seul point faible dans ces petites et savantes combinaisons : que Dany ait encore assez de pêche dans deux ans pour se présenter Et qu il ne soit plus fâché, bien entendu. Les sénateurs UMP font la sourde oreille. L autorité de Jean-Claude Gaudin sur les sénateurs UMP semble limitée. Jeudi, le président du groupe annonce que le parti boycottera le discours de François Hollande. Vendredi, ses élus s alignent sur les bancs de la Sorbonne pour écouter le président de la République et Gérard Longuet, ex-président du groupe UMP au Sénat, est aux premières loges. BERTRAND GUAY/ AFP Emmanuel Sartorius. [AFP] L Inquiétude grandit chez Groupama. Que se passe-t-il chez Groupama? Après avoir tenté sans succès au cours de l été d accélérer la création des «certificats mutualistes», ces titres qui permettraient aux assureurs mutualistes de faire des appels de fonds pour alimenter leurs fonds propres, le groupe vient de décider de ne pas payer les 63 millions d euros de coupons de l un de ses emprunts de type obligataire. Alors même qu il vient de conclure plusieurs ventes d actifs. Une manière peut-être de préparer les esprits à d autres mauvaises nouvelles, comme des mégadépréciations dans ses portefeuilles. Suspendre la régulation pour mieux financer l économie? «Nous connaissons une crise où il faut mobiliser les capitaux pour financer l économie. Avec Bâle III et Solvabilité 2, c est comme s il fallait mettre un coup d accélérateur en appuyant sur le frein.» C est l avis de Thierry Giami, directeur à la Caisse des dépôts et consignations et président de l Observatoire du financement des entreprises. «D ailleurs, suspendre les effets de ces directives sur les crédits et les investissements en capitaux dans les entreprises ne coûterait rien à la puissance publique», ajoute-t-il. Une invitation à lever le pied sur la régulation pour les banquiers et les assureurs? Sommaire coulisses 3 > Daniel Cohn-Bendit, sauveur d EELV en 2014? > Moscovici cherche son Sartorius. L événement 4 L irrésistible ascension de Christine L. 6 >L engagement contesté du FMI en Europe. >Un rééquilibrage inachevé. le buzz 9 L œil de Philippe Mabille 2017 : et si c était elle? 10 >Qui sera le pigeon de la farce? >La Norvège fait un pied de nez à l austérité. 11 > Avec Etihad, Air France-KLM fait-il entrer le loup dans la bergerie? > CO 2 : l étude qui sème le doute. L enquête 12 Astérix, un Gaulois pas très français. entreprises & innovation 14 Ces patrons qui osent «libérer» leurs salariés. 16 L hémoglobine des vers marins transformée en or rouge. 17 >Quand la Scop affronte la multinationale >Les transatlantiques, comme autrefois > On va parler de lui Dominique Massonneau, président de M-Énergies. entreprises & financement 18 Recherche fonds propres désespérément. 19 > L emballage change de tête. > Quatre cents patrons mutualisent leurs capitaux. territoires / france 20 Casinos : rien ne va plus sur les bords de la Manche. 22 > Se faire une place au soleil entre deux métropoles. > Quelle jeune pousse mérite d être financée? Les internautes ont voté. > On va parler d elle Lucette Collet, vice-présidente du Cese de Lorraine. territoires / international 24 Saturés, les aéroports de Londres provoquent un crash politique. 25 > Hopper, le taxi-scooter écolo d Amsterdam. > On en parle à Bruxelles Le carnet de Florence Autret : Cocorico! vos finances 26 Mutuelles santé low cost : les plus, les moins, les pièges 27 > Parier sur le «Made in France» : pas si fou que ça! > Le classement Le Vieux Continent n a pas dit son dernier mot. les idées / les chroniques 28 Toutes les leçons de la crise n ont pas été tirées. 29 > Dette : les créanciers privés doivent-ils être épargnés? > Restructurations d entreprises : et si on changeait d approche l interview 30 Gérald Karsenti, PDG de Hewlett-Packard France. «Nous essayons de délocaliser en France.»

4 4 l événement Vedette Times classe Christine Lagarde parmi les 100 personnes les plus influentes au monde. L économiste Nouriel Roubini, qui en fait le portrait, lui voit le profil idéal pour devenir la première femme à présider la France. ALAIN JOCARD/AFP LA TRIBUNE VENDREDI 12 octobre 2012 «Ces propos sont dangereux. Il ne faut pas s adresser aux peuples comme ça, et notamment en ce moment au peuple grec, qui est victime d une situation effroyable». Laurence Parisot, président du Medef, après que Christine Lagarde avait déclaré en mai dernier au quotidien britannique The Guardian que des enfants d une école d un village du Niger mériteraient davantage une aide que les Grecs, en évoquant «tous ces gens qui tentent en permanence d échapper à l impôt». l irrésistible ascen les faits Alors que l assemblée annuelle du Fonds monétaire international commence ce vendredi à Tokyo, sa directrice générale, Christine Lagarde, revient sur le devant de la scène. Un rendez-vous important pour l économie mondiale et pour cette femme qui conserve une forte popularité en France. la Perspective En 2016, elle quittera le FMI, et certains lui voient déjà un destin présidentiel. Pas sûr que les circonstances favorables qu elle a toujours su exploiter soient alors réunies. Robert Jules En moins de huit ans, Christine Lagarde aura connu un destin exceptionnel, passant du monde discret et cossu des grands cabinets d avocats d affaires internationaux à la direction d une des principales institutions financières du monde, le Fonds monétaire international (FMI). Entre-temps, elle a occupé des postes ministériels en France, dont la citadelle de l Économie et des Finances. Elle est désormais une des femmes les plus puissantes du monde. En cette fin de semaine, du 12 au 14 octobre, à Tokyo, elle sera à nouveau sous les projecteurs, à l occasion de l assemblée annuelle du FMI, qui réunira tout le gotha de la finance internationale pour débattre de l avenir des quelque 7 milliards d êtres humains que compte la planète. La ténacité d une «self-made-woman» Quel est le secret de ce parcours (presque) sans faute? D abord sa personnalité. Christine Lagarde est une «self-made-woman» qui a d abord gravi l échelle sociale palier par palier à force de ténacité et de volonté. Boursière, cette fille de professeurs qui a passé sa jeunesse au Havre, débarque dès 1974 aux États-Unis, à 18 ans. L Amérique va lui permettre de comprendre tous les codes de la culture des affaires anglo-saxonnes, notamment son pragmatisme et, ce qui se révélera un atout plus tard, une parfaite maîtrise de la langue de Shakespeare. Son goût de la compétition, qu elle a déjà manifesté en devenant championne de France de natation synchronisée, trouvera outre-atlantique un terrain bien plus favorable qu en France. C est ce goût du défi qui lui fera accepter de renoncer à ses confortables revenus de présidente de Baker & McKenzie pour se lancer en 2005 dans l aventure à haut risque de la politique française. Deuxième élément de son succès, les circonstances, dont elle a toujours su tirer le melleur parti. Ainsi, l opportunité d intégrer un gouvernement, grâce à l appui de l ancien ministre Thierry Breton, et de devenir ministre délégué au Commerce international de 2005 à 2007, lui permet d apprendre la grammaire de la communication gouvernementale. Deux jours à peine après focus sa nomination, les Français découvrent cette femme élégante et affable, qui tranche sur le personnel politique habituel, par son style et son franc-parler. Elle proclame alors sans ambages qu il est nécessaire de procéder à une réforme du Code du travail, qu elle juge «compliqué, lourd» et «constituant un frein à l embauche». L échec d Alain Juppé la propulse à Bercy Une prise de position qui lui attire ipso facto les foudres des syndicats et de la gauche ainsi qu un rappel à l ordre du Premier ministre d alors, Dominique de Villepin. Mais elle ne commettra plus que rarement de tels impairs. Après l arrivée de Nicolas Sarkozy à l Élysée, en 2007, Christine Lagarde sera la seule rescapée L encombrante affaire Tapie à la mi-septembre, le procureur de la République de Paris a ouvert une information judiciaire contre X portant sur un des volets de l affaire Tapie/Crédit lyonnais, pour «usage abusif des pouvoirs sociaux et recel de ce délit au préjudice du Consortium de réalisation [le CDR qui gère le passif de la banque)». Il s agit du volet non ministériel de l affaire, et ne concerne donc pas directement Christine Lagarde, qui fait l objet d une procédure ouverte en 2011 devant la Cour de justice de la République (CJR) pour s être impliquée «personnellement» dans un processus qui comporte «de nombreuses anomalies et irrégularités». de la précédente équipe. Elle rejoint alors le ministère de l Agriculture et de la pêche. Mais aux législatives, le numéro deux du gouvernement, Alain Juppé, est battu et démissionne de son poste à Bercy, comme il s y était engagé. Christine Lagarde devient alors la première femme ministre de l Économie en France, et investit la citadelle des bords de Seine. À ce poste exposé, elle va s appliquer à mener à la lettre les réformes voulues par Nicolas Sarkozy en tenant le cap sans état d âme, mais avec un bilan mitigé. Dès 2007, elle porte la loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat («loi Tepa») qui introduit notamment l abaissement de 60 à 50 % du bouclier fiscal, la déduction des intérêts d emprunts et la défiscalisation Bernard Tapie est en conflit depuis plus de quinze ans avec le Crédit lyonnais, son exbanque, qu il accuse de l avoir floué dans la cession d Adidas en Pour trancher le litige, une commission d arbitrage avait été constituée à l initiative de Christine Lagarde, à l époque ministre de l Économie, qui avait conclu en accordant à l homme d affaires 240 millions d euros de réparation, auxquels s ajoutaient une centaine de millions d euros d intérêts et 45 millions d euros pour préjudice moral. Une décision qui a été contestée mais n avait pas empêché Christine Lagarde de présenter sa candidature au FMI. q R. J. georges gobet/afp

5 vendredi 12 octobre 2012 LA TRIBUNE l événement 5 longévité Christine Lagarde aura battu le record de longévité au poste de ministre de l Économie durant la V e République, en l occupant un peu plus de quatre ans. Suffrages Christine Lagarde était en deuxième position sur une liste UMP aux élections municipales de 2008, dans le XII e arrondissement de Paris. La liste du Parti socialiste ayant gagné, elle est conseillère municipale d opposition. ÇA ROULE! Face à la hausse du prix de l essence à la pompe, Christine Lagarde conseille aux Français, début novembre 2010, de changer leur comportement «pour préserver leur pouvoir d achat et préparer l avenir» : «J en appelle à l intelligence des Français [ ]. Il s agit par exemple de conduire moins vite, plus souvent en sous-régime qu en surrégime : sur autoroute, lever le pied, c est rouler intelligent», dit-elle, avant de lancer : «Utilisons les bicyclettes!» On ne l oublie pas En dépit de son éloignement à Washington, les Français n oublient pas la directrice du FMI : elle figure à la cinquième place de nos leaders politiques les plus appréciés, derrière Valls, Fillon, Delanoë et Juppé, mais devant Sarkozy. Baromètre Ipsos-Le Point (sondage effectué au téléphone les 5 et 6 octobre auprès de 966 personnes). sion de christine L. des heures supplémentaires. Le gouvernement Fillon est revenu sur les deux premières mesures, la troisième a été supprimée cet été par le gouvernement Ayrault. En 2008, c est la loi de modernisation de l économie que Christine Lagarde et ses secrétaires d État font voter par le Parlement. Si la réduction des délais de paiement et le statut de l auto-entrepreneur furent un succès, la mise en place de règles visant à stimuler la concurrence et donc faire baisser les prix dans la grande distribution n a pas eu les effets escomptés. La réforme de la taxe En France, la réforme de la taxe professionnelle est à mettre à son crédit, comme la loi sur le surendettement. professionnelle est également à mettre à son crédit, tout comme la loi sur le surendettement. Le seul texte dont elle assume avec fierté la maternité. En 2008, elle devient «la voix» de la France En 2008, la crise financière se propage à travers la planète. La plus grave depuis Elle va propulser la ministre française sur la scène internationale. C est l époque des sommets à répétition du G8, puis du G20, où les grands dirigeants du monde tentent d unir leurs efforts pour coordonner leurs mesures contracycliques et éviter la dépression. Grâce à son anglais fluent, qui tranche au sein d une classe politique française toujours majoritairement fâchée avec les langues étrangères, elle devient la voix et le visage de la France sur les grandes chaînes internationales de télévision. Toujours disponible, professionnelle, infatigable, elle en arrive même à éclipser l image du pourtant hyperactif président Sarkozy. Ses homologues européens l apprécient, pour l avoir longuement fréquentée lors de ces interminables «Ecofin», qui réunissent les ministres des Finances de la zone euro pour plancher sur les solutions à trouver à la crise grecque. Crise qui bientôt se transforme en une crise de la dette européenne. Elle sait saisir sa chance après la chute de DSK Mais surtout, son rôle joué sur la scène internationale va lui permettre de se constituer un des meilleurs carnets d adresses de la planète, qui va s avérer précieux au printemps Le 14 mai, en effet, Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, à l époque favori dans la course à l Élysée, est arrêté à l aéroport international JFK de New York. Scandale planétaire. Très rapidement, le président Nicolas Sarkozy avance le nom de Christine Lagarde À nouveau, elle va saisir sa chance. Un temps, les pays émergents revendiquent le poste. Mais ils n arrivent pas à s entendre sur le nom d un candidat. Christine Lagarde, elle, agit vite. Elle doit avoir l aval des Américains, qui ont le vrai pouvoir au sein de l institution, grâce à leur «veto de fait» dans le conseil des gouverneurs. Elle entretient d excellentes relations avec Timothy Geithner, le secrétaire d État au Trésor. Et elle fait rapidement l unanimité du côté des Européens, qui veulent que l un des leurs dirige une institution impliquée désormais dans la résolution des problèmes du Vieux Continent. Car au FMI, les représentants des pays émergents critiquent l activisme et l octroi de fonds à une zone euro qui à leurs yeux paient d abord leurs dérives budgétaires. Mais ces appuis ne suffisent pas. Il faut convaincre les émergents, qui montent en puissance au sein du Fonds. Christine Lagarde adopte un profil modeste, et prend son bâton de pèlerin pour aller défendre sa candidature en Amérique du Sud, en Inde, en Chine. Sans relâche, elle explique qu elle compte associer les émergents par une gouvernance qui les impliquera davantage.

6 6 l événement LA TRIBUNE VENDREDI 12 octobre 2012 L irrésistible ascension de christine L. Cette détermination est aussi la preuve qu au-delà de sa personnalité et des circonstances favorables, Christine Lagarde est avant tout une pragmatique, pas une idéologue. Elle a l intelligence des situations qu elle a apprise durant ses longues années d exercice de son métier d avocate d affaires. Au FMI, elle a ainsi su s inscrire habilement dans la continuité du travail de réforme de l institution qu avait entamé Dominique Strauss-Kahn. Elle a conservé une large partie de ses collaborateurs d ailleurs, travaillant en équipe, afin d assurer la stabilité d une institution que le scandale DSK avait profondément secouée. Elle a su s appuyer sur le travail de son prédécesseur, notamment le recul de l approche technocratique qui favorisait les Programmes d ajustement structurel (PAS) que le Fonds imposait dans les années 1980 à l Afrique, l Amérique latine ou l Asie, avec leurs cortèges de dégâts sociaux. Pragmatique, elle sait aussi faire profil bas Signe également de son selfcontrol, la «reine Christine», comme la surnomment certains, sait également adopter un profil bas quand les circonstances l exigent. Lorsque, s appuyant sur un rapport du FMI, elle pointe la nécessité de recapitaliser «en urgence» le système bancaire européen à l été 2011, elle s attire les foudres du président français, son ancien maître, qui prépare «son» sommet du G20 à Cannes. Elle s est finalement tue, mais l histoire a montré qu elle n avait alors pas entièrement tort Mais on doit mettre à son compte et celui de sa force de persuasion, sa capacité à lever des fonds pour renforcer la capacité financière du FMI à pouvoir mener ses missions dans une économie mondiale qui marque le pas. «Lorsqu elle voit qu une négociation est dans l impasse, elle propose de mettre par écrit les désaccords, mais c est elle qui tient la plume déterminant le cadre qui lui donne un avantage», témoigne un haut fonctionnaire. Elle a aussi la sagesse de ne pas s aventurer sur des domaines qu elle maîtrise moins, n hésitant pas à laisser ses conseillers répondre sur des points techniques, si nécessaire. D aucuns lui prêtent l intention de briguer la présidence de la République française en Nul ne pourra en tout cas contester une riche expérience politique, économique et internationale à celle qui fut la première femme à devenir ministre de l Économie et directrice du FMI. Si les circonstances sont réunies q L engagement contesté du fmi en europe Le Vieux Continent est devenu le principal terrain d intervention du FMI. Cela lui donne le droit de parler de l avenir de la zone euro, mais l expose aussi à de cinglantes critiques. Romaric Godin Lorsqu en mars 2010, la Grèce est, pour la première fois, au bord de la faillite, la question de l intervention du Fonds monétaire international (FMI) se pose avec acuité. Pendant plusieurs semaines, toute intervention du Fonds est fortement rejetée par la Commission européenne et la Banque centrale européenne (BCE). Pour ces institutions, la zone euro doit prouver, comme le souligne le 6 avril 2010 Jean- Claude Trichet, alors président de la BCE, qu elle est «plus qu une union monétaire, c est une communauté de destin». Pour cela, un recours au FMI serait, selon l ancien gouverneur de la Banque de France, une «très, très mauvaise chose». À l inverse, en Allemagne, Angela Merkel est tentée de le demander en s abritant derrière la clause du «no-bail-out», l interdiction par les traités du renflouement d un État membre de la zone euro. Mais, en mai, les dirigeants européens doivent convenir d une intervention commune de l UE et du FMI. Ce sera désormais la règle. Ainsi, à l automne 2010, lorsque le Fonds européen de stabilité financière (FESF) sauve l Irlande et le Portugal, ce sera encore avec l appui du FMI, qui interviendra également dans le second plan d aide à la Grèce et qui devrait être acteur des sauvetages espagnol et chypriote. la politique européenne du FMI irrite l Allemagne Aujourd hui, les trois pays de la zone euro sous perfusion, Irlande, Grèce et Portugal représentent 41 % du total des décaissements et engagements de précaution du Fonds. Une situation qui a modifié la position du FMI qui se veut désormais un acteur de la politique économique de la zone euro. Les déclarations de Christine Lagarde en dessinent depuis plusieurs mois les contours : une plus forte intégration de la zone euro comme solution durable à la crise, une garantie paneuropéenne des dépôts afin de permettre la faillite de banques trop exposées, et enfin une nouvelle restructuration de la dette grecque, impliquant la BCE. Ces projets irritent beaucoup en Europe, singulièrement outre-rhin où l on voit d un fort mauvais œil le FMI vouloir initier une «union des transferts». Du coup, l Allemagne se montre de plus en plus critique à son encontre. Dans son bulletin mensuel paru fin septembre, la Bundesbank reprenait les critiques de plusieurs pays émergents qui avaient notamment été présentées en avril dernier, lorsque les Brics avaient refusé de participer à l augmentation de 430 milliards d euros de la force de frappe du Fonds. La Buba critique ainsi les «risques croissants» pris par le Fonds en Europe et met en doute l efficacité de ses actions qui financent des États incapables de se réformer. La banque centrale allemande s inquiète finalement de la transformation du FMI en «institut de crédit», ce qui, selon elle, «n est pas conforme aux cadres juridique et institutionnel du Fonds ainsi qu à sa capacité de couverture des risques». Ce qui est en cause, c est l indépendance du FMI. Car si, en théorie, le Fonds peut se retirer de façon autonome d un programme d aide, il les a toujours suivis, même lorsque la capacité de remboursement de la Grèce, par exemple, était douteuse. C est là un véritable tournant dans la politique du FMI qui, jadis, aurait claqué la porte. Et c est ce qui inquiète plusieurs de ses membres. q Un rééquilibrage inachevé Depis 2006, le Fonds a commencé un processus d adaptation à un monde économique de plus en plus multipolaire, où les «émergents» ont un poids croissant. Mais la route est longue Le FMI est une institution qui, lentement, poursuit sa mue. Basé à Washington, reliquat du système de Bretton Woods, dépendant de l importante participation américaine, il a toujours été perçu comme le bras armé des intérêts américains et, plus généralement, de l Occident. C est cette image que le Fonds tente de changer depuis 2006 et son assemblée générale de Singapour. Il s agit pour lui de trouver sa place dans un monde économique de plus en plus multipolaire où les «émergents» ont un poids croissant. À Singapour fut donc décidée une révision générale des parts et des droits de vote en faveur des émergents au sein du conseil des gouverneurs du FMI, son instance décisionnelle (la gestion quotidienne étant confiée au conseil d administration). En 2008, La Grèce est en proie à de fréquentes manifestations populaires contre la dureté de l austérité imposée par la «troïka» (FMI, BCE, UE). [LOUISA GOULIAMAKI/ AFP] 44 d entre eux ont ainsi vu leurs droits de vote augmenter. Au total, ces pays ont vu leurs poids progresser de 5 points de pourcentage. Parallèlement, la part des pays très pauvres a été garantie contre toute évolution future. En 2010, Dominique Strauss- Kahn a lancé une deuxième Les réformes une fois actées, les États-Unis disposeront encore d un droit de veto de fait. L Europe aussi si elle sait s accorder. vague de réformes prévoyant le relèvement des droits de vote pour 53 émergents pour un total de 6 points de pourcentage. Cette réforme n a pas encore été mise en œuvre. Lorsqu elle le sera, ce ne sont pas seulement la Russie, la Chine et l Arabie saoudite qui figureront dans les 10 premiers détenteurs de droits de vote au sein du FMI, mais aussi le Brésil et l Inde. Par ailleurs, plus aucun membre du conseil d administration de 24 membres ne sera nommé par certains pays comme c est encore le cas, mais tous seront élus par le conseil des gouverneurs. Les pays occidentaux perdront donc la certitude de disposer d un siège. Ces réformes n ont pourtant pas totalement exonéré le FMI des suspicions d institution «occidentale». Les tensions demeurent. En avril dernier, lorsque Christine Lagarde a demandé le relèvement des moyens du Fonds pour faire face à la crise européenne, elle s est heurtée à la forte résistance des émergents déçus de la lenteur des réformes engagées et de leur caractère limité. Pas question pour eux de payer plus sans avoir le rang auquel leur donne droit leur poids nouveau dans l économie mondiale. Il est vrai que les réformes engagées sauvent l essentiel pour les États-Unis : leur veto de fait. Les décisions du conseil des gouverneurs se prennent en effet à la majorité qualifiée de 85 % des droits de vote. Or, à la fin de la seconde vague de réformes, les États-Unis détiendront encore 16,2 % de ces droits de vote. L Union européenne dans son ensemble peut aussi encore théoriquement, du moins, et à condition de trouver une unité compter sur ce veto de fait. Le FMI n est donc pas encore une institution «équilibrée». q R. G.

7

8

9 vendredi 12 octobre 2012 LA TRIBUNE Le buzz 9 >> il a osé le dire «L Allemagne n a pas mérité ça : des protestations nauséabondes contre Merkel à Athènes! Et nous payons encore plus.» la une du quotidien populaire allemand Bild du mercredi 10 octobre. à propos de l accueil réservé à angela merkel lors de sa visite en grèce. l œil de philippe mabille directeur adjoint de la rédaction 2017 : et si c était elle DR Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international, est le cinquième «homme» politique le plus populaire de France. L ancienne ministre de l Économie, des Finances et de l Emploi se paye même le luxe d être classée devant Nicolas Sarkozy (mais derrière Fillon) dans le dernier sondage Ipsos-Le Point. De là à dire que Christine Lagarde se rêve un destin présidentiel en 2017 Le rôle important que joue sur la scène mondiale celle qui a succédé à Dominique Strauss- Kahn à la tête du FMI n est pas pour rien dans la persistance de sa popularité en France. Elle ne se fait pas oublier. Au Japon, pour l assemblée générale annuelle du FMI ce weekend, elle tentera de peser pour une «La BCE est devenue le véritable 18 e état souverain de l union monétaire.» politique plus équilibrée entre rigueur et relance budgétaire. Ce qu elle avait théorisé en inventant le terme très néo-keynésien de «rilance» (mélange de «rigueur» et de «relance»). Christine Lagarde, qui fera son grand retour sur la scène politique française mardi soir prochain sur LCI pour un entretien exclusif, aura forcément un rôle à jouer le moment venu lorsque la droite se cherchera vraiment un leader. Une chose est sûre, la plus américaine des Françaises observe avec attention l action du président Hollande. Le FMI vient d ailleurs de publier des prévisions assez austères sur les perspectives de croissance en Et ne croit pas du tout à la réduction du déficit public à 3 % l an prochain. La BCE, le Vatican de Francfort Avec la naissance du Mécanisme européen de solidarité (MES), baptisé cette semaine après de (trop) longues tergiversations, les gouvernements européens disposent, enfin, de l arme anticrise qui leur a fait cruellement défaut depuis le début de la crise grecque. Certes encore faiblement doté, ce fonds monétaire européen complète l action du «pape» de la BCE, Mario Draghi, qui est en train de fonder à Francfort un nouveau Vatican de l euro. En affichant son indépendance, y compris à l égard de la Bundesbank, la BCE est devenue le véritable 18 e État souverain de l union monétaire. À force de répéter que l euro est irréversible, Draghi forge un nouveau credo qui pour l instant rassure les marchés. Pour l instant, car, comme l a noté le FMI, le pare-feu européen reste virtuel et conditionné à la demande officielle d aides. On voit, avec le cas de l Espagne, la réticence qu ont un certain nombre de pays à passer sous les fourches de la troïka UE- FMI-BCE, qui a déjà fait de sérieux dégâts en Grèce. Le vote par la France, malgré un «petit oui» socialiste, du traité budgétaire européen renforce la solidité politique de la riposte européenne à la crise de la dette. Douze pays sur dixsept ont désormais ratifié le traité et Berlin a salué l adoption par le pays de Descartes de la «règle d or», votée à une très large majorité de 477 voix, associant dans une belle unanimité la gauche et la droite pour une fois d accord sur l essentiel. Le calendrier de la réduction des déficits (3 % en 2013 pour la France) est cependant de plus en plus contesté. Il faut dire que la France n y va pas de mainmorte sur les hausses d impôts : 64 milliards d euros cumulés sur trois ans de 2011 à Un record partagé, si l on ose dire, entre les plans Sarkozy-Fillon et le budget Hollande-Ayrault. Droite et gauche assument ici une belle continuité politique, même si le changement de majorité en mai dernier conduit à taper plus sur les «riches» et les entreprises. Rien d étonnant à ce que tout cela ait cassé quelques œufs de pigeons (et de faucons), obligeant Bercy à faire des «ajustements». Romney : et si c était lui? Le prochain rendez-vous majeur sera l élection présidentielle américaine du 6 novembre. À la surprise générale, le dernier débat télévisé a relancé les chances de Mitt Romney face à Barack Obama, qui est apparu arrogant et trop sûr de lui. Le FMI ne se prive pas d intervenir dans la campagne pour souhaiter que, quel que soit le vainqueur, les États- Unis s abstiennent d appuyer à leur tour sur le frein budgétaire. Plus divisée que jamais, entre une droite aux accents reaganiens et un Obama qui a déçu ses admirateurs, l Amérique court le risque de la paralysie institutionnelle. En l absence d accord entre républicains et démocrates, un tour de vis fiscal sans précédent attend les États-Unis puisque les mesures de relance votées sous Georges W. Bush seront annulées automatiquement si une loi de prolongation n est pas votée avant la fin de l année. Cette falaise fiscale (Fiscal Cliff) qui se rapproche à vitesse grand V est la principale menace pour l économie mondiale, note le FMI dans son rapport d automne sur les perspectives Et nul ne sait comment Romney la franchirait.q Sur le podium le meilleur de la semaine sur latribune.fr Le plus lu Quand Steve Jobs imaginait l ipad, itunes, l essor d Internet en 1983 Les ordinateurs «ultra» portables, la communication en réseau, le téléchargement de musique, la cartographie électronique En 1983, Steve Jobs avait déjà imaginé des technologies aujourd hui produites par Apple et ses concurrents. publié le 3 octobre Le plus Commenté Les médias anglo-saxons à l affût des «pigeons» français Le Financial Times et Busines Insider ont commenté la grogne des entrepreneurs français autoproclamés «pigeons», qui s offusquaient du projet de taxation accrue des plus-values de cession. Le bruit n a pas échappé aux médias britanniques et américains, plutôt critiques envers le gouvernement. publié le 2 octobre repéré par la rédac «La Grèce sera-t-elle la Norvège de demain?» Une étude remise au Premier ministre grec souligne qu un vaste champ de gaz naturel pourrait se loger sous la Méditerranée, au sud de la Crète. la vie de la communauté Les meilleures contributions sur latribune.fr et les réseaux sociaux Le tweet «Le plus important, ce n est pas la chute, c est l atterrissage et, là, il n y a pas de coussin de sécurité» à propos de l article «Draghi avertit la zone euro : pas question de recourir à la planche à billets» on exige plus d eux, qu ils exigent plus des autres.» >> Par icietla à propos de l article «La Génération Y demande un droit de réponse» L opinion >> «Les notes des agences de notation sont-elles fiables?» par Philippe Raimbourg. LE Diaporama Gadgets : de la fiction à la réalité 1 / James Bond et son jetpack 2 / Le visiophone de Metropolis Le plus partagé Quatre ans après, l Islande Le commentaire «Les agences de notation sont depuis 3 / nargue l Europe «Je dirais juste que la plusieurs années l objet de critiques La tablette Le 6 octobre 2008, les trois grandes banques islandaises faisaient faillite, provoquant une grave crise Mais, aujourd hui, plus stressée, oppressée et contrainte. qu un tel vent souffle sur les agences, Génération Y est beaucoup virulentes. Ce n est pas la première fois tactile de Star Trek l économie va beaucoup mieux grâce à une méthode inverse On lui demande toujours plus en moins mais cette fois-ci la volonté réformatrice de celle suivie dans la zone euro. publié le 4 octobre de temps! Il ne faut pas s étonner, si du superviseur semble très affirmée.» Retrouvez la totalité du classement sur latribune.fr

10 10 Le buzz LA TRIBUNE VENDREDI 12 octobre 2012 Le gouvernement sort affaibli de la révolte des Pigeons, qui a révélé l amateurisme fiscal de Bercy et l inquiétant divorce entre la gauche et le monde de l entreprise. En cédant aussi vite, François Hollande court aussi le risque de réveiller tous les déçus de sa politique. Qui sera le pigeon de la farce? Une révolte? Non, sire, une révolution (fiscale)! Le succès de la fronde des entrepreneurs sur les réseaux sociaux (plus de «Like» depuis vendredi 28 septembre sur la page Facebook «We are Pigeons») a fait reculer le gouvernement, qui multiplie les déclarations d apaisement avec le monde de l entreprise depuis qu il a reçu les représentants de ces drôles d «indignés». Ces derniers dénonçaient la décision de doubler, à 64,5 % dans certains cas, la taxation des plus-values lors de la cession des parts de leur société. D où leur révolte, au motif qu une telle taxation du capital les désinciterait à créer des entreprises en France «La taxation des plus-values sera revue pour les créateurs de sociétés», a promis le ministre de l Économie et des Finances Pierre Moscovici. Ces ajustements se feront dans le cadre d amendements au projet de loi de finances 2013 dont la discussion promet d être animée au Parlement. En effet, pour corriger sa faute, le gouvernement va devoir plumer d autres «pigeons», ou «dindons» comme on préfère, pour assurer la neutralité budgétaire de cet incroyable cafouillage. La déclaration du ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, dans Le Monde en donne la mesure : «Je ne pensais pas que ce que nous proposerions serait à ce point peu compris et mal interprété.» La situation est tellement bloquée L agenda automnal de François Hollande se complique. [AFP/Sean Gallup/Getty Images] que douze organisations patronales ont réclamé, au terme d un dîner secret organisé au Medef mardi soir, l abandon total de cette mesure. mécontentements Au-delà des Pigeons, cette affaire a affaibli considérablement la capacité d action de François Hollande. Sa majorité, déjà réticente à accepter de voter le traité budgétaire européen, a du mal à comprendre comment le président a pu céder aussi facilement devant une mobilisation de patrons sur Internet. Le président court désormais le risque de voir enfler tous les mécontentements que suscite sa politique fiscale. Après les entrepreneurs du Net, les petits patrons et les professions libérales fourbissent déjà leurs armes >> Le gouvernement est par ailleurs très divisé sur la suite des réformes. Faut-il engager un choc vol plané de compétitivité, comme le réclament les patrons de l automobile? En se fermant la piste de la TVA sociale, Hollande n a plus d autres voies que la hausse de la CSG et/ ou de la fiscalité écologique. Or, même en contrepartie d une baisse des charges patronales, la perspective d un fort relèvement de la CSG n enchante guère dans les rangs de la majorité. Enfin, le dernier dégât collatéral de la révolte des Pigeons est social. La CGT, qui avait appelé les salariés à manifester mardi «pour l emploi et l industrie» afin de faire pression sur le gouvernement, n en attendait sans doute pas tant. Son leader, Bernard Thibault, s est déjà engouffré dans la brèche pour dénoncer une politique qui cède aux revendications des patrons, mais pas à celles des salariés pas d état de grâce Jean-Claude Mailly, chez FO, a lui aussi estimé que «le gouvernement recule bien facilement». «Une pétition sur Internet et il recule. On va voir si socialement c est la même chose», a-t-il ajouté. François Hollande est donc pris entre deux feux. D un côté, le divorce se creuse avec le monde de l entreprise, obligeant le Medef à hausser le ton. Laurence Parisot parle de «racisme anti-entreprise» et évoque un risque d exil fiscal des créateurs d entreprise. Elle s oppose de plus en plus ouvertement à Arnaud Montebourg, notamment au sujet de sa future loi sur la cession de sites rentables, qualifiée par le Medef de casus belli. De l autre côté, les syndicats montent en pression contre une réforme du marché du travail qui ferait la part trop belle à la flexibilité demandée par le patronat, et se montrent à leur tour de plus en plus revendicatifs dans un climat social tendu par la multiplication de plans sociaux très emblématiques du déclin industriel de la France (PSA, Arcelor ). Une croissance en panne, un pays divisé, des réformes difficiles à mettre en place avant la fin de l année, un gouvernement sans état de grâce et qui donne des signes d amateurisme. L agenda de François Hollande se complique. Un automne chaud se prépare en France. q philippe mabille Lu sur le site «Incroyables, ces Pigeons! Ils se plaignent de la taxation sur la plus-value alors que ces faiseurs de start-up les ont lancées pour la plupart avec des Crédit Impôt Recherche, des ISF-PME, de l OSEO, du FSI et compagnie : bref, de l argent public Donc, leur slogan c est je veux défiscaliser à l entrée ET à la sortie». ( Babou45, le 7 octobre Même si Oslo va puiser un peu plus dans la rente pétrolière pour équilibrer son budget, la forte croissance de ce pays scandinave permet d assurer à l État un train de vie généreux, malgré la crise La Norvège fait un pied de nez à l austérité Certes, Le gouvernement norvégien va puiser davantage que l an dernier dans la manne pétrolière pour équilibrer son budget. Oslo utilisera en milliards de couronnes norvégiennes (environ 17 milliards d euros) de ses revenus pétroliers pour financer ses dépenses >> publiques. C est 9 milliards de couronnes (1,2 milliard d euros) de plus qu en Cette somme représente 3,3 % des 660 milliards de couronnes (environ 90 milliards d euros) de recettes pétrolières escomptées par ce pays nordique. La loi norvégienne autorise l État à puiser jusqu à 4 % des recettes pétrolières pour financer son budget. Le ministre des Finances du gouvernement travailliste norvégien, Sigbjørn Johnsen, a qualifié le budget 2013 de «serré». Un terme qui laissera plus d un Européen songeur. le contre-exemple Si, au final, le budget norvégien est en équilibre, c est d abord grâce à ce transfert des revenus pétroliers. Sinon, Oslo creuse son «déficit structurel» de 5,2 % du PIB à 5,3 % du PIB. Mais l État norvégien est loin d être dans une situation critique puisque les fonds de pension du gouvernement affichent pour 2013 un excédent attendu de 380 milliards de couronnes. Le gouvernement norvégien peut également compter sur une croissance économique qui reste très solide et qui montre une bonne résistance au ralentissement mondial. Au deuxième trimestre 2012, le PIB norvégien a cru de 1,2 %. Si l on exclut les activités pétrolières, la croissance a été de 1 %. Sur l année 2012, le PIB «terre ferme», hors activités pétrolières et gazières, est attendu en hausse de 3,7 %. L an prochain, la croissance «terre ferme» sera de 2,9 % (2,5 % sur le PIB global). Les investissements et la consommation soutiennent cette croissance, mais les dépenses de l État (+ 2,4 % l an prochain) jouent un rôle non négligeable également. congé parental record Oslo a concentré son effort sur les dépenses de transport en 2013 pour lesquelles 100 milliards de couronnes (13,6 milliards d euros) seront utilisées. Un nouveau tunnel routier sera ainsi percé dans l ouest du pays entre Bergen et Arna. L austérité n est donc pas vraiment d actualité en Norvège. La Norvège a refusé par deux fois d entrer dans l Union européenne, à la différence de ses voisins danois et suédois, bien moins épargnés par la crise européenne. Depuis 2005, son gouvernement est dirigé par le travailliste Jens Stoltenberg. Actuellement, il lui faut trouver un équilibre parfois difficile entre ses deux partenaires de coalition, la Gauche socialiste et le parti centriste. La Gauche socialiste a ainsi demandé et obtenu dans le budget 2013 un allongement du congé parental de deux semaines, ce qui le porte à 49 semaines avec une indemnité de 100 % du salaire net. Elle a en revanche dû renoncer à ses demandes de fixer un encadrement légal du nombre d élèves par enseignant. q latribune.fr

11 vendredi 12 octobre 2012 LA TRIBUNE Le buzz 11 En signant avec l une des compagnies du Golfe, le groupe français tente de contrer l offensive européenne de ces transporteurs en plein essor. Avec Etihad, Air France-KLM fait-il entrer le loup dans la bergerie? En annonçant lundi la signature d un accord commercial avec la compagnie du Golfe Etihad Airways (Abu Dhabi), Air France-KLM va-t-il réussir à endiguer la déferlante des compagnies du Golfe, ou continuer à se laisser manger de la >> laine sur le dos, certes un peu moins vite? Air France-KLM n at-il pas été parmi les plus réactifs à dénoncer les dangers de ces compagnies qui viennent siphonner les marchés européens avec des hausses de capacités impressionnantes? Emirates, Qatar Airways, Etihad Airways ne sontils pas qualifiés de «prédateurs» en interne à Air France? «Fait-on entrer le loup dans la bergerie? La question se pose en effet, explique un cadre de la compagnie française. Nous avons fait plusieurs études qui appellent à la prudence.» Le principal problème réside dans le déséquilibre des marchés : la population d Abu Dhabi dépasse à peine les 1,5 million de personnes, celle de l Union européenne se rapproche des 500 millions. «Contrairement à la compagnie américaine Delta avec qui nous avons noué une alliance très forte, Etihad Airways n a aucun marché à proposer», admeton au sein d Air France. D où la modestie de l accord annoncé, qui se résume à quelques partages de codes vers des destinations non desservies par Air France-KLM. Si cette alliance est appelée à terme à être plus approfondie, la compagnie hexagonale tient pour le moment à procéder par étapes. «Nous en avons franchi une», commente-t-on chez Air France. «Si l accord est équilibré, nous développerons le nombre de destinations en partage de codes concernées à partir de la prochaine saison d été», précise-t-on. En outre, en mettant dans la boucle Air Berlin, aujourd hui contrôlée en partie par Etihad, l accord général s équilibre un peu plus. En effet, Air France et KLM trouvent ainsi un allié de poids pour défier son grand rival Lufthansa sur son marché. le pari s allier au prédateur Pour aller plus loin, Air France- KLM et Etihad devront donc trouver de nouveaux équilibres. Il faudra des contreparties à l ouverture d un plus grand nombre de destinations européennes à la compagnie du Golfe. Cette deuxième étape passera par des achats communs et des accords sur la maintenance, selon Etihad. S il n y a eu aucun détail communiqué sur ce point, Air France-KLM espérait, ces derniers mois, voir confier à Air France Industrie la maintenance d avions d Etihad. Cette alliance traduit les difficultés des compagnies aériennes traditionnelles face au pilonnage des transporteurs du Golfe, notamment sur les routes reliant l Europe à l Asie-Pacifique. Disposant de puissants aéroports de correspondances sur axe Dubai, Abu Dhabi, Doha, Emirates, Etihad et Qatar Airways ne cessent de prendre des parts de marché. Après avoir tenté durant des années de riposter, certaines compagnies classiques tentent de résister en s alliant avec l un des prédateurs. L australienne Qantas a ainsi annoncé le mois dernier un partenariat commercial d envergure avec Emirates, tandis que, selon la presse britannique, British Airways discute d une alliance avec Qatar Airways. Si cette information se vérifiait, Lufthansa apparaîtrait comme la seule des trois majors européennes à ne pas avoir conclu de partenariat avec un transport du Golfe. En apparence seulement, puisque Lufthansa s est alliée à Turkish Airlines qui, à bien des égards, présente nombre de points communs avec les transporteurs du Golfe (hub sur l itinéraire des routes Europe-Asie, qualité de services, forte hausse de capacités ). Et, récemment encore, selon des sources au sein de l Association of European Airlines (AEA), Lufthansa semblait s agacer quelque peu de la concurrence de la compagnie turque. Un agacement à méditer q Fabrice Gliszczynski Selon la revue Nature Climate Change, l évolution des gaz à effet de serre n est pas directement proportionnelle à celle du PIB. CO2 : l étude qui sème le doute Les experts climatiques vont devoir réviser leurs modèles de prévision de l évolution des émissions de CO 2. En effet, alors qu on les croyait jusqu à présent directement proportionnelles à l évolution du PIB, une étude parue dans la revue Nature Climate Change révèle que cette hypothèse n est pas vérifiée. Le chercheur Richard York, de l université >> de l Oregon, y soutient que les émissions augmentent plus vite, proportionnellement à la croissance, qu elles ne diminuent. Selon des calculs portant sur la période , les émissions de gaz à effet de serre par personne se sont accrues de 0,73 % par point de PIB supplémentaire, tandis qu elles n ont baissé que de 0,43 % lorsque le PIB baissait d un point. des prévisions invalidées Le chercheur y voit plusieurs explications : les infrastructures construites pendant les périodes le coup de froid fastes continuent de fonctionner, même au ralenti, pendant les périodes de recul économique. De même, les consommateurs ne renoncent pas facilement aux «mauvaises» habitudes prises au temps de l énergie bon marché. Le chercheur montre par ailleurs que l évolution des émissions dépend aussi de la façon dont se produit la croissance. Les émissions seront plus modérées si elle résulte d une progression lente mais constante que si elle est le fruit d à-coups faisant alterner crises et embellies économiques. Cette étude est d autant plus digne d intérêt que les stratégies d adaptation au changement climatique élaborées par les entreprises ou les États sont toutes fondées sur les prévisions des émissions et de leurs conséquences, qui méritent apparemment d être recalculées. q Dominique Pialot

12 12 L enquête LA TRIBUNE VENDREDI 12 octobre 2012 Cinéma Pour financer le tournage de ses nouvelles aventures, le héros a tro Astérix, un gaulois Les faits C est la plus grosse délocalisation de l histoire des productions françaises : en salles mercredi prochain, la saison 4 d Astérix, d un budget de 61 millions d euros, a été réalisée en Hongrie, en Irlande L enjeu Le dumping fiscal fait souffrir les industries techniques françaises. La Commission européenne, elle, réfléchit Jean-Pierre Gonguet Vingt-sept semiremorques bourrés de matériel de tournage hautement sophistiqué ont fait le tour de l Europe en On les a vus à Malte en mars, retrouvés en Hongrie en mai et revus durant l été en Irlande. Trois pays qui partagent une gentillesse fiscale hors du commun et éprouvent la même tendresse immodérée pour les producteurs de cinéma. Les deux producteurs, Marc Missonnier et Olivier Delbosc, ne leur ont pas résisté. Ils ont tourné Astérix et Obélix au service de sa majesté chez eux. Soixante-deux millions d euros et pas un seul tour de manivelle dans l Hexagone. Juste quelques effets spéciaux à Paris (certains ont d ailleurs été immédiatement soustraités au Canada dont la fiscalité sur le cinéma est très accueillante). Marc Missonnier et Olivier Delbosc ne sont pourtant pas forcément blâmables. Ils ont essayé de focus tourner en France. Leur calcul était simple : sur les 61,24 millions du film, entre dix et douze venaient des aides automatiques du Centre national du cinéma (CNC). Cellesci sont fonction des droits accumulés des producteurs et des distributeurs : plus un film marche, plus il ramène de taxes, plus sa cagnotte pour le film suivant augmente. Et lorsqu ils lancent Astérix, les deux hommes avaient justement un Petit Nicolas qui avait rapporté beaucoup de nouveaux droits à produire. Restaient 50 millions. Astérix avait bien sûr droit au crédit d impôt, mais il est, pour les productions françaises, plafonné à 1 million d euros. C est peu. D autant que le crédit d impôt international (pour les films étrangers tournés en France) se monte, lui, à 4 millions. Conclusion de Missonnier et Delbosc : si les Français pouvaient bénéficier des 4 millions accordés aux étrangers, Astérix ne serait alors plus très loin des 5 millions de crédit qu il pouvait obtenir en allant tourner à l étranger. Ils se disent Un dumping qui peut rapporter gros Le crédit d impôt existe depuis 2004 en France mais il est limité pour les productions françaises à 1 million d euros. Tout film avec un budget de plus de 8 millions d euros a, a priori, un intérêt fiscal à se délocaliser puisque ailleurs en Europe les systèmes sont déplafonnés. À partir de 10 millions, la délocalisation ne se discute même pas. Et ces productions sont extrêmement bénéfiques pour l économie locale. Le dumping rapporte. Deux études belges ont montré qu en Belgique chaque euro Repères En France 1 million ( c est en euros le montant du crédit d impôt accordé aux productions françaises. 4 millions ( c est le plafond du crédit d impôt accordé aux films étrangers tournés dans l Hexagone. À l étranger belgique ( Le Tax Shelter. Ce dispositif fiscal permet de réaliser 35 % d économies sur la production, auxquelles peuvent s ajouter les aides publiques. Montréal ( Les crédits d impôts s élèvent à 25 % pour l animation et à 20 % pour les effets spéciaux, auxquels s ajoute une aide fédérale de 15 %. Irlande( D après une étude du CNC, chaque euro consenti par l administration fiscale irlandaise permet de générer 1,27 euro de recettes fiscales. Astérix et Obélix au service de sa majesté a été tourné à Malte, en Hongrie et en Irlande. [Fidélité Films] même prêts à perdre ce million d écart si le gouvernement trouve une astuce pour qu ils bénéficient du même montant de crédit d impôt que les productions étrangères. Un lobbying totalement infructueux Et le lobbying commence. Pas de chance, fin 2010, Nicolas Sarkozy a ouvert la chasse aux niches fiscales, il ne se voit pas en créer une nouvelle. La rue de Valois, Bercy, Matignon, l Élysée la réponse est d avantage fiscal a ramené, selon les années, entre 1,02 euro et 1,15 euro. Les Irlandais font mieux, puisque selon une étude du CNC, chaque euro consenti par l administration fiscale irlandaise permet de générer 1,27 euro de recettes fiscales. Autre exemple : Astérix aux Jeux olympiques a été pratiquement entièrement tourné en Espagne, à Alicante. Les Espagnols ont mis 5 millions en coproduction et la région d Alicante aurait, selon elle, eu pour 28 millions d euros de retombées. q J.-P.G. toujours «non». Même Gilles Carrez (UMP), rapporteur de la commission des Finances à l époque (et élu de Brie-sur-Marne où des studios ont besoin de fonctionner) n arrive pas à convaincre Bercy et l Élysée. À la fin de 2010, Missonnier et Delbosc constatent donc leur échec et affrètent les camions pour aller tourner ailleurs : les milliers et milliers de nuits d hôtel, de figurants, de repas ont profité aux Irlandais, Maltais et Hongrois. Et le déficit du régime d assurance-chômage des intermittents du spectacle a encore augmenté. Astérix, c est la plus spectaculaire, la plus grosse délocalisation du cinéma français. C est aussi le quatrième film de cette série dont tous les épisodes ont été délocalisés pour tout ou partie. Mais le petit Gaulois teigneux est loin d être seul à s exiler. 70 % des films français avec un budget de 10 millions d euros et plus sont cette année tournés à l étranger. Bien sûr il y a quelques (très rares) films qui ont besoin d être tournés à l étranger. Jean- Pierre Jeunet vient de tourner 70 % des films français d un budget de 10 millions d euros et plus ont été tournés à l étranger cette année. L extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet au Canada pour des raisons artistiques, même si les célèbres cadeaux fiscaux du pays ont joué. Mais du Marsupilami à L écume des jours en passant par le prochain film de Michel Gondry, aucune raison de tourner en Belgique, si ce n est pour le tax shelter : 35 % d économies sur la production avec ce dispositif fiscal. Un vrai gâchis pour l industrie française. Cent cinquante millions, deux cents millions perdus chaque année à cause des productions délocalisées? Les chiffres les plus énormes circulent. Ce qui est sûr : un film français moyen, c est une PME de 20 à 30 personnes pendant un an. Vu le nombre de délocalisés, ce sont donc au moins 60 PME de perdues par an. De quoi énerver «tous les professionnels de la profession», comme dirait Jean-Luc Godard. Le système français finance désormais la croissance des autres pays européens. Les financements automatiques du CNC, issus des taxes sur les billets, représentent entre 30 % et 40 % des budgets de pro-

13 vendredi 12 octobre 2012 LA TRIBUNE L enquête 13 uvé la potion magique : les paradis fiscaux cinématographiques européens pas très français Film d animation réalisé par le studio Mikros pour M6, Le Domaine des dieux est 100 % français les Éditions Albert René / Goscinny-Uderzo 2012 M6 Studio «Le premier financement d un film, c est le CNC. Le deuxième, ce sont les télévisions. Il ne serait pas illogique de territorialiser cette dépense publique.» Gilles Gaillard, directeur général de Mikros Image, qui prépare un autre Astérix pour m6. duction des films français. Et cela, comme pour Astérix, sans aucune condition de localisation : le film peut être tourné n importe où dans le monde et n employer aucun Français, à condition qu il parle français! Le système assure désormais la croissance du cinéma belge et hongrois. l Astérix de m6 : un projet 100 % français L industrie du cinéma est en croissance partout dans le monde, la France est techniquement l un des pays les mieux placés pour en bénéficier et cela ne se passe pas bien. Les exemples de l animation, des effets spéciaux et de la 3D sont patents. Il existe ainsi un autre Astérix, actuellement en production, que mijote le studio Mikros pour M6. C est l Astérix «vertueux», français à 100 %. Le budget du Domaine des dieux, réalisé par Louis Clichy, est moins de deux fois celui de l autre Astérix. Le producteur, M6 films, avait donc certainement moins à gagner que Missonnier et Delbosc à une délocalisation. Surtout, il s agit d un film d animation en 3D, domaine dans lequel les Français sont réputés. Enfin, M6 affiche une volonté politique claire de produire français. Le Domaine des dieux, ce sont 200 emplois, essentiellement à Levallois-Perret. Mais ce type de production est de plus en plus rare. Gilles Gaillard, le directeur général de Mikros Image, explique : «Je ne reçois plus une commande de films sans que l on me demande de calculer dans le même temps les meilleures hypothèses de financement et d optimisation fiscale dans quatre ou cinq pays différents, Inde comprise. Les producteurs ont compris que depuis qu il y avait Internet et que l on pouvait tout dématérialiser, la localisation d un film d animation n avait aucune importance. Seuls comptent la qualité technique du studio retenu et les gains fiscaux. Je fais donc autant de 3D que de conseil en financement.» Quand Gérard Depardieu jouait Obélix pendant la journée en Irlande, les images étaient travaillées le soir en France et au Canada, et le lendemain matin tout était fini. Le souci est que Mikros Image, pour ne pas perdre de commandes, s est aussi délocalisé : filiales à Liège, Bruxelles, Luxembourg et Montréal pour être présente dans chaque eldorado fiscal. Ce serait une faute industrielle de ne pas le faire. à Montréal, les crédits d impôts sont de 25 % pour l animation C est un vrai gâchis pour l industrie française. Combien de millions sont perdus chaque année? et de 20 % pour les effets spéciaux, auxquels s ajoute une aide fédérale de 15 %. Et tout peut se cumuler. Au final, le Canada est encore plus intéressant que la Belgique : le système de tax shelter belge amène des rendements réels de 25 à 30 % auxquels peuvent s ajouter les aides publiques belges mais on finit rarement à plus de 50 % d économies. L Irlande est du même ordre, et depuis peu, l État de New York s est aussi mis aux soldes fiscales. Big Apple faisait 30 % de ristourne, depuis juin c est 40 %! Non seulement les Français ne peuvent pas lutter mais le système permet aux Belges, Hongrois, Tchèques et Irlandais de construire les industries techniques qui leur manquent. «Le premier financement d un film, c est le CNC, donc une taxe parafiscale publique. Le deuxième, ce sont les télévisions, dont souvent la télévision publique [France 2 et France 3 sur Astérix et Obélix au service de sa majesté, ndlr], constate Gilles Gaillard. Il ne serait pas illogique d associer un critère de territorialisation à cette dépense publique.» Car la Belgique se sert de cette manne pour financer les studios ou des écoles de formation aux métiers du cinéma, alors qu il y a quelques années encore, elle faisait venir bon nombre de techniciens français pour les tournages attirés avec ses cadeaux fiscaux. Le savoir-faire ne suffit plus À cela s ajoute le fait que les systèmes belge ou canadien évoluent pratiquement en temps réel pour casser les prix. «Notre avantage, c est le savoir-faire», explique Philippe Sonrier de Mac Guff, le gros studio d animation parisien qui, en 2012, emploie entre 400 et 500 personnes. «Mais notre savoir-faire, ça tient de moins en moins face aux cadeaux fiscaux de 40 %. Aujourd hui, notre qualité technique nous permet de passer si l on ne fait que des petites réductions de 10 % sur les budgets. Tous ceux qui ont trop cassé les prix dans le secteur, se sont scratchés.» Pour autant il y a la réalité : Mac Guff vient de sortir Kirikou, entièrement fait maison ; mais sur ses cinq films en discussion avec des producteurs, un seul serait, pour l instant, fait en France. Que fait la Commission européenne? Pourquoi ne met-elle pas le holà à ce dumping fiscal? «C est horriblement compliqué», explique Thierry de Segonzac, le patron de la Fédération professionnelle des industries techniques qui se prépare à de rudes négociations dans les prochains jours à Bruxelles. «D abord parce ce que nous autres, les Français, devons jouer low profile. Nos comptes de soutien, nos obligations d investissements, tout cela est tangent avec la Commission car elle cherche à remettre à plat le système des aides d État. Dans le même temps, elle a l intention de supprimer le critère de territorialisation dans le système des crédits d impôt ou de tax shelter.» En clair, une production française pourrait aller chercher du «tax shelter» en Belgique et revenir tourner en France. Mais rien n est fait et la France n est pas franchement majoritaire sur la question. q

14 14 entreprises & innovation LA TRIBUNE VENDREDI 12 octobre 2012 Ces patrons qui osent «libérer» leurs salariés anti-management Persuadés que le meilleur moyen pour rester compétitifs est de responsabiliser leurs troupes, certains chefs d entreprise ont fait le pari de lâcher la bride à leur personnel. Visite guidée dans ces laboratoires de ressources humaines qui affichent des performances très convaincantes. Sophie Péters Vu de loin, de très loin, on pourrait croire au monde des «bisounours». Ou à une énième élucubration managériale dont les consultants auraient le secret. Mais de management, point. Il est justement question de s en libérer. Qu elles s appellent Chronoflex à Nantes, Flavi à Hallencourt en Picardie, Poult à Montauban, ou encore Lippi à Mouthiers-sur-Boëme en Poitou- Charentes ou Usocome à Haguenau, ces entreprises tendent à considérer leurs salariés comme des adultes responsables et non comme de bons petits soldats Elles suivent en cela leurs modèles, des géants mondiaux parfois, qui ont pour nom Harley-Davidson, Sun Hydraulics, ou encore W.L.Gore et Southwest Airlines. des leaders choisis par les salariés eux-mêmes La plupart de ces entreprises n ont pas de parking réservé à la direction, ni de bureaux plus spacieux pour les cadres. Certaines ne regroupent pas leurs collaborateurs par service mais par client. Beaucoup ne disposent plus, depuis longtemps, d une pointeuse. La plupart autorisent les salariés à fixer leurs propres emplois du temps et certaines n ont plus aucun manager, ni titres, ni grades. Les salariés choisissent leurs leaders, définissent eux-mêmes la description de leurs postes. Ces entreprises ont plusieurs points communs : des retours sur investissement élevés, un taux de rotation de leurs salariés extrêmement bas et surtout, surtout, la considération et le respect qu elles donnent à leurs salariés. «Ici, on les écoute au lieu de leur dire quoi faire. On leur transmet toutes les informations sur la marche de l entreprise leur permettant de prendre collectivement les meilleures décisions. On encourage la prise de risque sans avoir recours aux carottes et aux bâtons», résume Jean-François Zobrist, l ancien patron de Favi, devenu leader mondial en fonderie souspression d alliages cuivreux. Entré chez Favi en 1971, Jean-François Zobrist constate qu il n y a «pas de performance sans bonheur», et «Il n y a pas de performance sans bonheur, et il n y a pas de bonheur sans responsabilité.» Jean-François Zobrist, ancien patron de favi, leader mondial en fonderie d alliages cuivreux «pas de bonheur sans responsabilité». Il décide de lâcher la bride à ses ouvriers en supprimant les échelons hiérarchiques. Ces derniers s organisent en «mini-usines» dédiées à chaque client. Le «leader» de chaque mini-usine, ancien ouvrier expérimenté, n impose aucune directive à son équipe sans en expliquer l origine, le «pourquoi». Il les laisse en revanche libres du «comment», chacun trouvant alors des améliorations. Libres aussi des cadences, qui, du coup, s envolent du fait de leurs nouvelles responsabilités. Tous ceux qui rencontrent un problème et trouvent une solution l appliquent. Pas besoin d en parler avant pour demander l autorisation, ni après pour obtenir des remerciements. Le leader n a, dans cette organisation, que des fonctions d assistance. Et ça marche comme ça depuis déjà plus de dix ans, Favi ayant évité la crise des équipementiers automobiles avec un cash flow positif à deux chiffres et des parts de marché en Europe, passées de 50 à 70 % en Quant à Jean-François Zobrist, il est devenu une «figure» et raconte sa démarche au sein des réseaux APM et Germe, sortes de pépinières des patrons libérateurs, avec des formules à la Audiard : «Il y a le même taux d imbéciles chez les ouvriers que chez les ingénieurs, mais les seconds coûtent plus cher» ; et aussi : «Les chefs de service s ennuient, alors ils passent leur temps à emm les ouvriers» ; ou encore : «RH pour moi, c est rendre heureux et pour ça, pas besoin d un DRH.» Aujourd hui, son expérience est largement relayée par un autre «évangéliste», Isaac Getz, professeur à ESCP Europe et auteur de Liberté & Cie, quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises, (éd. Fayard, 2012, 22 euros) avec le journaliste du Wall Street Journal, Brian M. Carney. «Les rh ne s occupent que de la surface des choses» Pendant quatre ans, Isaac Getz se passionne pour ces entreprises qui ne connaissent pas la crise et où les salariés coulent une vie professionnelle épanouie. Au terme de son enquête, il cherche à démontrer que la liberté donne de meilleurs résultats que le caporalisme : «L exercice d un contrôle autoritaire s accompagne d une multitude de coûts cachés qui ne pèsent pas seulement sur les bénéfices, mais Repères Une démarche pas si nouvelle 1957 ( Mac Gregor défendait avec sa théorie «Y», l autoréalisation et l autodirection en tant que besoins fondamentaux. années 1970 ( En France, Jean-Christian Fauvet, le patron de Bossard Consultant, expliquait déjà comment les bureaucraties hiérarchiques conduisaient inévitablement à des conflits et à la sous-performance. Et R.Townsend publiait aux États-Unis en 1970 (et en France en 1991) Au-delà du management : comment empêcher les entreprises d étouffer les gens et de bloquer les profits (éd. Arthaud) ( L ouvrage de Shiba, Graham et Walden, TQM : les quatre révolutions du management (éd. Dunod), poursuivait le même chemin ( Publication de l ouvrage d Isaac Getz, Liberté & Cie, quand la liberté des salariés fait le bonheur des entreprises (Fayard). Avec la crise, l intérêt porté à cette approche qui conjugue performance de l entreprise et bien-être des salariés prend de la vigueur. Le principe de Kawakita, une référence «Si tu veux faire traverser une rivière aux gens, d abord fais-les rêver sur la beauté de l autre rive, puis veille à ce que personne n ait peur de l eau, et seulement quand plus personne n a peur, apprends-leur à nager et alors ils traverseront tout seuls.» Une manière poétique de dire que les salariés ne s opposent pas forcément au changement, mais à ce qu on les change. sur la santé des employés [ ] La grave erreur des bureaucrates est de s imaginer que, parce qu une chose s appelle règle, elle est préférable à un arrangement moins formel. D autant que la plupart de ces règles ne se bornent pas à saper le moral des salariés : elles empêchent la grande majorité d entre eux de faire ce qui conviendrait.» Carlos Verkaeren, PDG depuis dix ans des biscuiteries Poult (230 millions de CA, personnes dont 800 en France), en est persuadé : «Les RH ne s occupent que de la surface des choses. En enquêtant auprès des multinationales plus résilientes que les autres, je suis arrivé à la conclusion que le seul avantage concurrentiel, c est la façon d organiser le management.» En 2006, il arrête pendant deux jours l usine de Montauban et réunit les 800 salariés pour travailler sur leur vision de l entreprise. Ils déterminent alors eux-mêmes leur organisation (planning, ligne de production, congés, etc.) et suppriment deux échelons hiérarchiques. «Depuis, l usine fonctionne avec une productivité accrue et le résultat opérationnel a doublé en deux ans», constate Carlos Verkaeren. Pour lui, le secret d une bonne organisation consiste à faire coïncider l intérêt des salariés et celui de l entreprise. Chez Poult, ni titres, ni organigramme mais juste des communautés d expertise et un comité de pilotage pour étudier les rémunérations et les recrutements. Au final, un management à la scandinave, où l on privilégie les moyens sur les objectifs, et où la liberté se paye par

15 vendredi 12 octobre 2012 LA TRIBUNE entreprises & innovation 15 L humour hisse pavillon haut dans les locaux du centre d appels IMA Technologies. [DR] Les quatre étapes pour libérer son entreprise, selon Isaac Getz, professeur à ESCP Europe : 1 / Arrêtez de parler, commencez par écouter et mettez-vous au même niveau que vos employés. 2 / Partagez votre vision de l entreprise ouvertement afin que tous les employés aient la capacité de se l approprier. 3 / Arrêtez d essayer de motiver les gens, mais construisez un environnement qui leur permette d évoluer et de s autodiriger. 4 / Pour maintenir la liberté de votre entreprise, soyez-en le garant par une vigilance de tous les instants. Entre deux prises de tête bien techno, le bon vieux baby-foot de IMA Technologies remporte un succès incontesté. [DR] focus Donner de l autonomie? Un vrai acte d autorité! Pour qui veut s atteler à cette nouvelle forme d organisation du travail, il ne s agit pas de supprimer des échelons hiérarchiques et de troquer un 4x4 contre une 2 CV, ni de lâcher la bride et de dire en substance aux équipes «débrouillez-vous». Le chemin est long, exigeant et semé de chausse-trappes. À commencer par la résistance et la méfiance de salariés habitués à «obéir» et à appliquer des procédures. Quand ce n est pas le patron qui se voit soupçonné de délit de démagogie. «Il est très délicat de s interdire de décider quand tout le personnel estime que l on détient la solution. Et dès que le patron relâche l emprise d autres tentent de s en emparer. Le plus difficile c est la phase de transition. Tout le monde continue à venir voir le patron. Mon premier problème, c est la tentation de résoudre», admet Frédéric Lippi. Fabricant de grillages et de clôtures, la PME familiale (260 personnes, 40 millions d euros de CA) qu il reprend peu à peu avec son frère Julien est engagée dans la démarche. «Nous créons les conditions pour que les choses se fassent. En période de crise, l auto-organisation coûte moins cher et rapporte plus à tous points de vue», estime Frédéric Lippi. «Ceux qui n aiment pas manager pensent que l autonomie c est plus facile. C est l inverse, renchérit Michel Long, dirigeant de Mecabor. N importe qui peut faire appliquer des ordres. Mais faire preuve de clairvoyance, d attention de chaque instant et de souplesse n est pas donné à tout le monde. C est un nouvel apprentissage quotidien.» q s. P. la responsabilité et un engagement collectif. «L entreprise n est pas rose tous les jours, mais les salariés sont plus heureux car ils sont très investis», convient le président qui avoue avoir lui-même dû «lâcher prise» non sans difficulté et laisser les salariés décider. l abandon des symboles statutaires du pouvoir «Lâcher prise»? C est la clé de ces transformations menées par ces patrons. En supprimant toute surveillance au profit de l autoorganisation du personnel, ils ont décuplé la motivation au prix d un intense effort sur leur rapport au pouvoir. à l instar d Alexandre Gérard, le fondateur de Chronoflex. En 2009, très inquiet de la baisse d un tiers de l activité, il croise le chemin de Jean-François Zobrist et Isaac Getz. Il en ressort convaincu que le salut de son entreprise passe par son changement à lui! En quelques mois, il «nettoie» tous les signes de pouvoir (plus de parking, ni de grand bureau, ni de titre ronflant), histoire de commencer par créer un langage commun. Puis, il réunit le personnel et laisse émerger les solutions. Des sortes d universités permanentes se mettent en place, chacun formant son voisin sur ce qu il sait faire, afin de monter en compétences tous les collaborateurs. Les primes sont décidées collectivement et partagées par le groupe. Le management intermédiaire n existe plus. Il sert de «ressource» à la façon des porteurs d eau. «Il n est pas question de dire faites ce que vous voulez, ni même faites ce qui vous paraît le mieux, car sans orientation tout le monde se mettra à faire ce qu il estime le plus utile pour l entreprise, quitte à être en contradiction avec la vision globale. Pire encore, les gens risquent de se mettre à agir dans leur propre intérêt et non dans celui de la société. La liberté au travail, ce n est ni la hiérarchie ni l anarchie. Juste un environnement au sein duquel les salariés se motivent tout seuls», explique Alexandre Gérard. Aux «managers» de comprendre ce qui entrave le fonctionnement et d y remédier pour que les salariés puissent s autodiriger. Poussant la logique de libération de son entreprise à l extrême, il vient de partir pendant un an faire le tour du monde en famille. Et s est préparé avec son coach en revisitant ses croyances. à commencer par celle qui voudrait «qu il se saigne au boulot pour que tout marche bien». «Le premier frein, c est moi, reconnaît Alexandre Gérard. J ai compris la différence entre avoir le pouvoir de faire les choses et le pouvoir sur les gens.» l étonnante modernité des fables de la fontaine La nuance est bien là. Pour Isaac Getz, «tant que le siège de la décision est occupé, les managers obéissent sans trop réfléchir. Quand il est vide, le terrain le remplit. Si on laisse aux salariés le pouvoir de résoudre un problème, ils trouvent la solution eux-mêmes. Sinon ils appliquent mais sans conviction». Ce chantre de la libération compare les entreprises au chêne et au roseau de La Fontaine : les chênes, adeptes du commandement et du contrôle, souffrent aujourd hui du vent de la crise quand les roseaux, acquis à l initiative individuelle, s adaptent. Au final, l agilité d une entreprise est déterminée par son leadership : «Pour atteindre la performance forte et durable qu ils visaient, ces patrons ont renoncé à agir sur l homme (à le contrôler, le motiver, le manager) et préféré agir sur son environnement pour que ce dernier le nourrisse», résume Isaac Getz. Mais avec deux cartes maîtresses, la transparence et la confiance, dans un jeu qui implique les salariés. Cela leur inspire une automotivation qu aucun chèque ne produira jamais. q

16 16 entreprises & innovation LA TRIBUNE VENDREDI 12 octobre 2012 l entreprise de la semaine Depuis quinze ans, en Bretagne, le chercheur Franck Zal, fondateur de la société Hemarina, s intéresse à l hémoglobine du ver marin arénicole. Composé de molécules géantes extracellulaires, le sang de l animal favoriserait l oxygénation des cellules, ainsi que la cicatrisation et la réparation des tissus L hémoglobine des vers marins transformée en or rouge Frédéric Thual Cela pourrait ressembler à un remède miracle. Pour les grands brûlés, pour des hémorragies post-blast dues à l effet de souffle des explosions, pour des infarctus du myocarde, pour des anémies provoquées par des maladies orphelines d Amérique latine et d Afrique, pour la préservation, le transport et la transplantation de tissus, de greffons ou d organes (reins, foie, cœur, cornée ), etc. Si les applications sont légion et l idée un peu folle, elle n a, cependant, pas échappé aux financeurs (Inserm Transfert Initiative, Finistère Angels, Armor Angels, XMP et Arkéa Capital Investissement) de la 6,3 millions d euros, c est la levée de fonds récemment réussie par Hemarina, lors d un deuxième tour de financement. start-up bretonne Hemarina, qui vient d effectuer une levée de fonds de 6,3 millions d euros lors d un deuxième tour de financement, où vient d entrer Maurice Lesaffre représentant d un fonds privé familial, doté d une expérience internationale et industrielle dans le domaine de l agroalimentaire. Depuis sa création en 2007, l entreprise multiplie les soutiens (le bio-booster breton Capbiotek) et les récompenses liés à l innovation. 50 fois plus d oxygène que l hémoglobine humaine Un million d euros en fonds d amorçage, une première levée de fonds de trois millions d euros et une deuxième cette semaine. Chacun y va de son concours pour soutenir les recherches de Franck Zal, chercheur en océanographie biologique à la station de Roscoff, qui voulait comprendre comment Une molécule géante Il faudra encore 5 à 8 ans de recherches pour un développement clinique des vertus de l hémoglobine d arénicole. [DR] le ver arénicole enfoui sous les sables des plages bretonnes peut-il continuer à respirer quand la mer monte? L observation du système vasculaire et respiratoire du ver lui a permis de mettre en évidence un agent transporteur d oxygène extra- cellulaire. Une molécule géante de 3,6 millions de daltons (unité de masse des atomes unifiée) comparés à la centaine de milliers de daltons d une molécule humaine. Contrairement à l hémoglobine humaine, celle-ci vit en dehors des cellules et surtout transporte 50 fois plus d oxygène. Ce sera la naissance d Hemarina Le ver marin arénicole (de aréno, «sable», et cole, «qui habite») se loge jusqu à 40 cm de profondeur dans le sédiment sableux. Grâce à une molécule «géante» de 3,6 millions de daltons (unité de masse unifiée des atomes), son hémoglobine transporte 50 fois plus d oxygène que l hémoglobine humaine. C est ainsi qu il «respire» même enfoui dans le sable, à marée haute. qui a, depuis, déposé dix brevets. Deux autres sont en attente. L entreprise a obtenu une licence exclusive pour l exploitation de cet agent transporteur d oxygène dont le brevet est détenu par l Inserm et le CNRS-UPMC, utilisé pour préserver les organes en attente de greffe grâce à une meilleure oxygénation du greffon. Et déploie également un activateur de croissance cellulaire aux propriétés antioxydantes, évitant notamment la production d éléments toxiques pour les tissus vivants. Si le chiffre d affaires reste encore embryonnaire, Hemarina réunit déjà 21 personnes, à Morlaix (Finistère). «Nous avons quatre axes stratégiques», déclare Mohammed Charki détaché par le laboratoire pharmaceutique Sanofi pour accompagner le développement du business de l entreprise, dans le cadre d une opération de mécénat de compétences. D ici à la fin de 2013, la start-up voudrait en Repères LES CHIFFRES ( C est le nombre d emplois générés en Bretagne par l industrie des biotechnologies. Elle aurait généré un CA de 150 millions d euros en ( C est, en milliards de dollars, l estimation du marché biopharmaceutique mondial, en LA TENDANCE Les biomédicaments ( Ils constituent le principal moteur de la croissance du marché pharmaceutique (+ 11 % par an). 70 % des produits thérapeutiques développés dans le monde proviennent des biotechnologies. Les biotechs ( Elles ont généré l émergence de 155 molécules de nouveaux médicaments au cours des dix dernières années. Les biomolécules représentent 18 % des nouvelles mises sur le marché. LES ACTEURS 250 ( La Bretagne compte 250 acteurs dans les biotechnologies marines. Parmi elles, 150 entreprises (Sanofi Aventis, Yves Rocher, Lactalis, etc.) et plates-formes techno adhèrent au cluster breton Capbiotek. 10 e rang ( La France se situe au 10 e rang mondial des producteurs d algues, avec tonnes (moins de 1 %), dont 90 % sont récoltés en Bretagne. Sources : étude Xerfi/Capbiotek/BDI/ Leem/biotechnologies en France. effet aboutir à la mise au point et à la mise sur le marché d une solution capable d accroître la durée de conservation des greffons reins en attente de transplantation. Des travaux qui pourraient alors s étendre au foie, au rein, au cœur L hémoglobine d arénicole permettrait de prolonger la vie des greffons en attente de transplantation. ou à la cornée. La préservation de lignées cellulaires et de tissus pourrait répondre au besoin de «bio-banking», ces plates-formes nationales et internationales de connaissances sur les tissus humain et animal. «Les résultats en phase préclinique démontrent que le procédé révèle une absence de toxicité au niveau rénal et qu il n y a pas lieu d anticiper de réactions immunitaires chez l homme», indique Mohammed Charki. Riche en oxygène, cette solution pourrait aussi bénéficier à des maladies provoquant des pertes aiguës ou chroniques de sang, comme la drépanocytose et la bêta-thalassémie, deux maladies génétiques orphelines rencontrées essentiellement en Afrique, en Amérique du Nord et Latine. un sang universel, plus «durable» Plus largement, les vertus de l hémoglobine d arénicole, compatible avec tous les groupes et rhésus, pourraient aussi pallier les problèmes des urgences et des banques de sang. Comme, par exemple, lors d infarctus du myocarde ischémique, pour lequel une injection dans les premières heures pourrait permettre d attendre d avantage et de minimiser les risques de séquelles irréversibles. Autres applications : les varices, les AVC, les traumatismes post-blast Confronté à de nombreuses pertes et séquelles irréversibles en zones de conflit, l US Navy s est, d ailleurs, rapprochée de Hemarina pour soutenir et accélérer ce programme. En plus de l accélération des cicatrisations, l apport en oxygène promis par cette découverte devrait permettre de combattre les infections comme les abcès dentaires, la conservation des greffes, les affections diabétiques, les ulcères variqueux Reste qu il faudra encore de 3 à 8 ans de recherches, selon les objectifs visés et l ambition des partenaires industriels, pour aboutir au développement clinique et à une mise sur le marché généralisée. Compte tenu des finances nécessaires, Hemarina devra changer de voilure. Jusqu à présent approvisionnée par des fermes d élevage britanniques et hollandaises auxquelles elle a imposé de modifier les protocoles d élevage, l entreprise bretonne réfléchit à la réalisation de sa propre ferme pour assurer ses approvisionnements en vers arénicole, dont quelques dizaines de kilos libèrent quelques grammes d or rouge. q

17 vendredi 12 octobre 2012 LA TRIBUNE entreprises & innovation 17 Quand la Scop affronte la multinationale la techno Leader mondial des capteurs à infrarouges, SET risque de passer à suivre dans le giron d un groupe américano-singapourien. À moins que le projet de Scop des salariés ne l emporte à la barre du tribunal de commerce. Les transatlantiques, comme autrefois nouveau et intéressant Grâce à sa technologie de réalité augmentée immersive, Biplan fait revivre l épopée transatlantique dans la grande rade de Cherbourg. Paul Turenne, à Grenoble, Acteurs de l économie SET fabrique des machines d hybridation de puces permettant de souder avec une précision inférieure au micron. [SET] Depuis la rentrée, le temps est suspendu pour les 42 salariés de SET (Smart Equipment Technology). Cette PME basée à Saint-Jeoire (Haute- Savoie) attend le verdict du tribunal de commerce d Annecy pour être fixée sur son sort. Placée en redressement judiciaire au mois d avril, la société, considérée par la préfecture comme un dossier stratégique, voit s affronter deux projets de reprise aux antipodes l un de l autre. Le premier émane d un groupe américano-singapourien, KnS, qui emploie environ salariés dans le monde. Le second, baptisé SET Corporation, est un projet de société coopérative et participative (Scop) porté par 37 salariés de la société, afin de conserver le savoir-faire en France. Le dossier s avère sensible. Car SET conçoit et fabrique des machines d hybridation de puces, qui permettent de souder avec une précision inférieure au micron des composants fragiles et de petites tailles. Elle se hisse même au rang de leader mondial pour les capteurs à infrarouges. Le tout pour des laboratoires de recherche, dont le CEA Leti à Grenoble, mais également pour des fournisseurs du ministère de la Défense. Michel Rohart, président de l Union régionale des sociétés coopératives (Urscop), qui a accompagné les salariés dans leur montage, voit en KnS un groupe «essentiellement préoccupé par la rentabilité financière». Et de rappeler que ce groupe n a pris des engagements sur l emploi que pour une durée de trois ans. «Au-delà, nous n avons aucune certitude sur le maintien du savoir-faire en France.» un tour de table à 3 millions d euros Alexandre Moulin, commissaire au redressement productif en Rhône-Alpes, s étonne de ces critiques : «Nous avons travaillé pour l amélioration des offres et n avons pas identifié d éléments majeurs posant un problème avec l une d entre elles. De manière objective et d après les éléments en notre possession, il n est pas du tout incohérent pour KnS de maintenir, loin de ses grands centres de décision, des activités de développement de produits et de production de quelques dizaines de machines par an.» Pour autant, Alexandre Moulin juge le projet de Scop «bien capitalisé et cohérent du point de vue de la stratégie». De fait, le projet peut d ores et déjà s appuyer sur un tour de table consolidé de 3 millions d euros, incluant un apport de euros du grand emprunt. KnS, qui a apporté des améliorations de son offre à la dernière minute, provoquant pour la deuxième fois un report du jugement du tribunal, se refuse à communiquer. La décision du tribunal est attendue pour le 23 octobre. q Le promeneur visionne les animations sur un smartphone grâce à des puces placées le long du front de mer. [DR] àcherbourg (Manche), dans ce «port des Amériques» où firent escale les grands paquebots transatlantiques, le promeneur équipé d un smartphone ou d une tablette (mis à disposition par l Office de tourisme) accède à des animations à l aide d applications qu il télécharge ou qui se déclenchent lorsqu il passe devant des «QR codes» ou des puces NFC (sans contact) placées le long du front de mer. Cette opération baptisée «Le grand départ» résulte d un partenariat entre la ville d Equeurdreville-Hainneville et de plusieurs sociétés, dont Biplan (1 million d euros de CA ; 10 salariés). Parallèlement à la production de films d entreprise et de documentaires, Biplan a renoué avec une activité de 3D qu elle avait abandonnée, en y ajoutant la 3D géolocalisée, qui permet d obtenir une «réalité augmentée immersive». Pour Le grand départ, labellisé par le pôle de compétitivité TES, Biplan estime avoir montré tout son savoir-faire : films de qualité documentaires, animations en 3D, réalité augmentée, audiodescriptions pour les non et malvoyants. Lionel Guil laume, le responsable de l innovation, l assure : «Biplan va continuer à se développer dans la R & D et la réalité augmentée, notamment à l international.» À Rouen, Biplan se prépare à faire un saut qualitatif avec la production en tournage 5D pour donner «un rendu cinématographique à la vidéo», selon Éric Terrier, directeur. Cofondateur de Biplan, il est aussi l actionnaire majoritaire de la télévision locale Chaîne normande (CA : 1,5 million d euros ; 15 salariés) qui émet sur la TNT depuis un an. Il planche sur le principe de directs événementiels et sur des synergies avec Biplan. q Claire Garnier, à rouen onvaparlerdelui Dominique Massonneau, président de M-Énergies Il met sa pêche au service de l énergie On ne se range plus quand on a 60 ans! Dominique Massonneau a attendu l âge de la retraite pour créer, en 2009, M-Énergies, un groupe qui affiche aujourd hui une progression spectaculaire dans le grand Est de la France. Directeur de Vinci Est durant vingt ans, l industriel a eu tout loisir de préparer le terrain avant de se lancer dans l aventure de l entrepreneuriat. En reprenant Solorec, entreprise de chauffage de 140 salariés installée en Meurthe-et-Moselle, alors en grande difficulté, l ancien cadre dirigeant a choisi en connaissance de cause le marché de la maintenance des chaudières individuelles et des chaufferies collectives. «Du traitement de l eau à la gestion des parkings, j ai eu l occasion d exercer de nombreux métiers au sein du groupe Vinci. L énergie m est apparue comme un métier d avenir que j avais les moyens d appréhender», explique Dominique Massonneau. Dûment réorganisée et chapeautée par la holding M- Énergies, l entreprise a repris par la suite une dizaine de sociétés de moins de 20 salariés en Lorraine, en Alsace, en région parisienne et au Luxembourg. Désormais doté d un bureau d études spécialisé dans les nouvelles technologies du chauffage, M-Énergies, qui réalise 23 millions d euros de chiffre d affaires pour 214 salariés, constitue aujourd hui l un des seuls groupes indépendants capables de concurrencer des leaders nationaux, comme Dalkia et Cofely, sur le marché de la maintenance des chaufferies collectives. Humaniste revendiqué, Dominique Massonneau a transformé ses convictions en atout. À l heure de céder leur entreprise, les dirigeants de PME accordent volontiers leur confiance à ce sexagénaire affable qui prend le temps de broder au petit point une reprise sur mesure. Affilié au réseau «Entrepreneurs d avenir», il croit à l existence du bonheur au travail, dans lequel il voit le plus sûr moyen de fidéliser ses salariés. q Pascale Braun, à Nancy À l âge où d autres se retirent, Dominique Massonneau a créé un groupe qui a réalisé 23 millions de CA en [DR]

18 18 entreprises & Financement LA TRIBUNE VENDREDI 12 octobre 2012 le zoom de la semaine Qu elles soient coopératives de production ou de distribution, mutuelles ou encore associations, les entreprises de l économie sociale et solidaire peinent à se financer. Elles représentent pourtant un poids économique considérable : 2,3 millions d emplois en France. Entreprises sociales recherchent fonds propres désespérément Séverine Sollier Comment trouver des capitaux pour renforcer la solidité financière? Pour les entreprises de l économie sociale et solidaire, cette question tourne, plus qu ailleurs, au casse-tête. Et pour cause : ces structures n ont pas d actionnaires, mais des sociétaires ou des adhérents qui n ont pas forcément envie ou les moyens de participer à des augmentations de capital. Gênant pour des entreprises qui représentent, selon l Insee, près de 10 % de l emploi salarié en France, soit 2,3 millions de personnes, et 8 % des salaires ( lire encadré ci-dessous). Pour les aider à croître et à embaucher, l idée de l actuel gouvernement serait d aménager des instruments financiers spécifiques. Les détails devraient figurer dans le projet de loi relatif à l économie sociale et solidaire prévu pour le premier semestre De leur côté, les mutualistes ont bien failli bénéficier d un traitement spécial. Au cœur de l été, le gouvernement a soumis aux fédérations de mutuelles un projet de texte FOCUS Les banques coopératives sont structurées en trois groupes : Crédit agricole, BPCE, Crédit mutuel. Ils maillent l ensemble du territoire avec les 39 caisses régionales de Crédit agricole et leurs caisses locales affiliées, les 19 Banques populaires, les 17 Caisses d épargne, et les 18 fédérations de Crédit mutuel avec leurs caisses locales. créant des «certificats mutualistes». Ils sont directement inspirés des certificats coopératifs, qui permettent aux banques coopératives de vendre à leurs clients des parts sociales sur lesquelles ils touchent un intérêt dont le montant est fixé annuellement. «Mais le gouvernement nous a demandé de nous prononcer sous 48 heures. Il voulait créer ces certificats de toute urgence», raconte un L impératif démocratique Les acteurs de l économie sociale et solidaire regroupent des coopératives, des mutuelles, des institutions de prévoyance, des associations et des fondations exerçant dans des domaines très divers : agriculture, sanitaire et social, enseignement, hospitalisation, banque et assurance mais aussi agroalimentaire, commerce de gros ou bâtiment, etc. Les coopératives géantes comme les Hypermarchés Leclerc (37,8 milliards de chiffres d affaires en 2011 et salariés) ou le Crédit agricole (35,1 milliards d euros de produit net bancaire en 2011, salariés) n ont évidemment pas les mêmes problèmes d accès aux ressources financières que les Scop industrielles de taille moyenne ou les petites associations locales. Mais elles ont en commun quatre grands principes : une gouvernance démocratique (une personne = une voix, quel que soit l apport en capital ou en temps de travail) ; la solidarité (pas d appropriation individuelle des profits) ; un projet collectif avec une gestion indépendante ; la libre adhésion. q Classement par chiffre d affaires en 2010 (produit net bancaire) position 10 % des emplois salariés, en France, sont occupés dans une structure de l économie sociale et solidaire, selon l insee. Les banques coopératives : 60 % de l activité banque de détail et plus de 21 millions de sociétaires nom de la coopérative CA 2010 (filiales comprises), en million d euros mutualiste. Pourquoi si vite? Le sort de l assureur Groupama, confronté depuis un an à la nécessité de renforcer ses fonds propres, en aurait été certes grandement amélioré, explique ce même mutualiste. Mais ni les mutuelles ni même le Trésor ne semblaient prêts à aller si rapidement. Nombre de membres adhérents 2010 Nombre de salariés GROUPE CRÉDIT AGRICOLE GROUPE BPCE dont Caisse d épargne dont Banque populaire dont Crédit coopératif 386, GROUPE CRÉDIT MUTUEL Source : Coop FR/Panorama sectoriel des entreprises coopératives (le Top 100 en 2012) un instrument financier accessible à tous Car pour les assureurs mutualistes, il ne s agit pas simplement d ajouter une nouvelle possibilité à la liste prévue par le Code des assurances, mais de créer un nouvel instrument financier, accessible y compris aux petites entités, qui pourrait être comptabilisé comme des fonds propres «durs» selon les nouvelles normes prudentielles de Solvabilité 2. Il reste à déterminer si ces titres seraient réservés aux seuls sociétaires (les clients) ou également à des investisseurs institutionnels. Une réflexion est menée en parallèle du côté des Scop, ces sociétés coopératives et participatives dont les salariés sont les associés majoritaires. Certes, «quand elles gagnent de l argent, les Scop mettent en moyenne 40 % de leurs bénéfices en réserve dans l entreprise», explique Patrick Lenancker, président de la confédération générale des Scop (CG Scop). Mais parfois, ce n est pas suffisant, notamment dans les cas de rachat d une entreprise de taille intermédiaire. Or «l intervention des fonds de capital investissement est limitée», observe Patrick Lenancker. Ils ne peuvent en effet pas miser sur la plus-value réalisée à la revente comme dans une transaction habituelle pour se rémunérer, car les parts sociales d une Scop restent toujours à leur valeur nominale initiale. Pour palier l absence d intervention des fonds traditionnels, les Scop ont donc mis en place leurs propres structures, en particulier, la Socoden ou Société coopérative de développement et d entraide, alimentée depuis quarante ans par une cotisation annuelle de toutes les Scop. Ses prêts participatifs peuvent être Les Scop ont créé une structure d entraide alimentée par une cotisation annuelle. complétés par l Institut de développement de l économie sociale (Ides), créé en 1983 par des grandes banques coopératives et mutuelles, mais aussi l État et la Caisse des dépôts. Lorsque les montants rassemblés restent trop faibles, il faut chercher d autres soutiens. À défaut, les acteurs de l économie sociale sont amenés à créer des filiales de statut privé «traditionnel». Les groupes coopératifs bancaires et agricoles doublent ainsi leurs effectifs dans des filiales extérieures à l économie sociale. Si la banque publique Oséo et le FSI (Fonds stratégique d investissement) ne sont en théorie pas fermés aux Scop, leur accès reste en pratique malaisé. Elles misent donc aujourd hui sur la perspective de fusion de ces deux structures au sein de la nouvelle Banque publique d investissement (BPI) qui doit être officialisée le 17 octobre. Sur les 30 milliards de capacité d investissement dont elle serait dotée, 500 millions seraient dédiés à l économie sociale. Cette manne financière pourrait notamment être utilisée lorsque la valeur de l entreprise est si élevée que la reprise par les salariés ne peut s opérer en une seule fois. L investisseur public serait donc détenteur de parts sociales pendant 5 ou 10 ans, le temps pour les salariés de monter dans le capital grâce par exemple au réinvestissement de la totalité des excédents. La BPI soutiendrait les associations La BPI serait susceptible de soutenir aussi les associations dont la situation vacillante avec l assèchement progressif des financements publics, en particulier dans le secteur sanitaire et social. «Le gouvernement a le projet de relancer les titres associatifs», indique Hugues Sibille, vice-président du Crédit coopératif. Cette banque historique de l économie sociale vient justement de lever auprès d investisseurs institutionnels 4 millions d euros de titres associatifs pour l association humanitaire Acted. Une opération qui reste très exceptionnelle car, faute de présenter une liquidité suffisante et une rémunération attractive, ces titres peinent à convaincre les candidats à l investissement. Or toutes n ont pas la possibilité, comme les associations et fondations à forte notoriété (Médecins sans frontières, la Croix-Rouge, les Apprentis d Auteuil, etc.), de faire appel à la générosité des particuliers. q

19 vendredi 12 octobre 2012 LA TRIBUNE entreprises & Financement 19 L emballage change de tête elle cherche Objectif d Olivier Salaun, nouveau patron du spécialiste de l argent de l emballage haut de gamme PSB Industries : atteindre une taille critique, malgré un contexte toujours plus difficile et exigeant. Pascale Besses-Boumard PSB Industries, le spécialiste de l emballage sur mesure pour la cosmétique et la chimie de spécialité (245 millions d euros de chiffre d affaires en 2011) est en passe de franchir un cap. Figure tutélaire de l entreprise, Jean-Baptiste Bosson, qui l avait accompagné depuis ses débuts, a décidé de passer le flambeau. C est Olivier Salaun, un ingénieur de formation, ancien vice-président du groupe Ahlstrom (leader mondial des matériaux haute performance à base de fibres), qui lui succède. Un tournant hautement symbolique, tant Jean-Baptiste Bosson a imprimé sa marque dans cette entreprise. PSB Industries repose aujourd hui sur trois piliers : l emballage pour les produits cosmétiques (activité historique de la société), l emballage sur mesure (notamment pour le secteur agroalimentaire) et la chimie de spécialité, dernière branche très pointue et réalisant les meilleures marges. L arrivée d Olivier Salaun devrait être l occasion pour la direction de 11,4 millions d euros. C est le résultat net de l entreprise en L arrivée d Olivier Salaun est l occasion pour la direction de redéfinir la stratégie de l entreprise. [DR] remettre à plat la stratégie en vigueur et déterminer les axes à privilégier. Une chose est sûre : le nouvel homme fort de la société envisage de poursuivre le rythme de croissance enregistré jusqu à présent, tout en ayant recours à des opérations de croissance externes et internes. Pour maintenir ses parts de marché et répondre aux attentes de ses clients (notamment les leaders mondiaux de la cosmétique), l entreprise se doit, de fait, d être sur tous les fronts et offrir les systèmes les plus innovants. Le gearing actuel de PSB (l endettement net mesuré par rapport aux fonds propres) est aux alentours de 100 %, soit le maximum autorisé par les analystes financiers. La dette ne représente toutefois que deux fois le résultat opérationnel (l Ebitda), quand la communauté financière estime qu un multiple de trois fois est tout à fait tolérable. Du coup, Olivier Salaun compte bien utiliser ce levier pour négocier avec ses banques de nouvelles options en cas de besoin. Un volume d activité en hausse de 8,1 % en 2011 Jusqu à présent, PSB Industries a toujours très bien géré les périodes difficiles en anticipant au maximum les contractions d activité. En 2011, le résultat net du groupe a progressé de 7,8 % à 11,4 millions d euros pour un volume d activité en hausse de 8,1 % (+25 % en 2010). Les investisseurs se montrent d ailleurs assez confiants sur le potentiel de la société puisque l action s adjuge plus de 32 %. Reste à savoir si le nouveau patron va vouloir se concentrer sur un ou deux métiers pour éviter de s éparpiller au moment où la course à la taille critique n a jamais été aussi dure. q Quatre cents patrons mutualisent leurs capitaux le bon «Agregator Capital.» Il ne s agit plan pas là du nouveau film de science-fiction de James Cameron, mais d un fonds d investissement très particulier, qui vient d apporter aux côtés de LBO France quelque 10 millions d euros à Materne Mont-Blanc. Cet investissement dans le célèbre fabricant picard de crèmes dessert illustre bien le fonctionnement pour le moins original d Agregator Capital. En 2005, Michel Laroche, président de Materne Mont- Blanc, avait rejoint Agregator Capital qui, à l époque, n était pas un fonds d investissement, mais un «club» d entrepreneurs français créé trois ans plus tôt par les fondateurs du réseau social Viadeo. Pour la plupart installés en région, les entrepreneurs membres d Agregator Capital sont associés les uns aux autres via un fonds mutualisé. Concrètement, chacun d entre eux apporte à ce fonds une partie du capital de sa Un club d entrepreneurs français devenu, en 2008, fonds d investissement. propre société, et reçoit en échange une part du fonds. L idée étant de permettre aux entrepreneurs de diversifier leur patrimoine. Ce «club» d entrepreneurs a décidé d aller plus loin en 2008, en lançant un fonds d investissement, baptisé lui aussi Agregator Capital. Abondé par les 400 entrepreneurs, ce fonds investit dans leurs sociétés, dont les valorisations sont comprises entre 5 et 100 millions d euros. Agregator Capital intervient en tant qu actionnaire minoritaire, sur les différents segments du private equity, du capital-risque au LBO (leverage buy-out : acquisition par endettement), en passant par le capital-développement. C est précisément pour se développer à l étranger et recruter 200 collaborateurs que Materne Mont-Blanc avait besoin de 10 millions d euros. Une somme que le groupe a trouvée auprès de son actionnaire principal, le fonds LBO France, mais également auprès d Agregator Capital, le patron de Materne faisant partie des entrepreneurs actionnaires du fonds. Outre Materne Mont-Blanc, Agregator Capital détient, par exemple, des participations dans AD4Screen (marketing), NovaWatt (énergie) ou bien encore Star s Service (logistique). Le système fonctionne si bien qu Agregator Capital va lancer un deuxième fonds, dans les prochaines semaines. Lequel sera, lui aussi, souscrit par «le club des 400.» q Christine Lejoux

20 20 territoires / france LA TRIBUNE VENDREDI 12 octobre 2012 Les casinos du groupe Partouche (ici, celui du Touquet) ont enregistré une baisse de 3,3 % de leur CA en juillet 2012 par rapport à la même période de [Pixpalace] La municipalité de Berck met en avant l attractivité que représente le casino pour la ville. [pixpalace] Casinos / Rien ne va plus sur les bords de la Manche tapis ou banqueroute? Deux nouvelles autorisations d ouverture ayant été récemment données dans la Somme, on comptera bientôt sept établissements de jeux sur un axe long de seulement 92 km Claire Garnier «Les usines et les commerces ferment, mais on ouvre des casinos!» Sandra Blachère, cogérante du casino municipal de Cayeux-sur-Mer (Somme) et ancienne coproductrice de l émission La Classe, de Guy Lux, fait allusion aux deux nouveaux casinos autorisés dans la Somme en 2012 par Claude Guéant, alors ministre de l Intérieur, situés à Mers-Les-Bains et à Fort-Mahon. «On n est pas à Las Vegas, ici!» soupire un élu «Nous avons maintenant des casinos très rapprochés les uns des autres. Où est-ce que l on va trouver les nouveaux joueurs?» Des casinos très rapprochés, c est le moins que l on puisse dire : un casino au Tréport (Seine-Maritime), un à Mers-Les-Bains (Somme) qui vient donc d ouvrir, un à Cayeuxsur-Mer (Somme), un à Fort- Mahon (Somme) dont l ouverture est prévue pour juin 2013, un à Berck (Pas-de-Calais) et deux au Touquet (Pas-de-Calais). «C est aberrant d avoir autant de casinos dans un mouchoir de poche, avec la baisse du pouvoir d achat. On n est pas à Las Vegas ici!» soupire le premier adjoint à la mairie de Cayeux, Bernard Blouin. Au chapelet de casinos entre Le Touquet et Le Tréport, il faut encore ajouter les établissements voisins de Dieppe et de Forges- Les-Eaux, en Seine-Maritime, et un peu plus loin ceux de Lille et de la côte normande Sans oublier le casino de l unique station thermale d Île-de-France, Enghien-les- Bains (Val d Oise), premier casino de France, pas si éloigné. Sandra Blachère qui a bâti son affaire en vingt ans avec sa famille estime que ces nouvelles autorisations «risquent d envoyer certains casinos au tapis. Les petits finiront par être mangés par les plus gros». Du fait de l engouement des jeux en ligne, les casinotiers français sont aux abois, qu ils soient de grands groupes ou de petits indépendants. Le dernier exercice montre une légère augmentation de leur chiffre d affaires, mais cette dernière n était due qu à quelques établissements, la moitié enregistrant une baisse d activité. Ainsi, le chiffre d affaires des casinos du groupe Partouche affichait en juillet 2012 une baisse de 3,3 % par rapport à la même période de Dans un communiqué, le groupe faisait état d une «grande morosité dans le secteur au cours des deux derniers trimestres» et annonçait que les «prévisions de l exercice 2012 ne pourraient être tenues». Le casino de Cayeux-sur-mer (3,8 millions d euros de chiffre d affaires, 25 salariés) a fait ses calculs. Avant l ouverture de son concurrent de Mers-Les-Bains en septembre 2012, il enregistrait déjà une chute de son chiffre d affaires de 10 %. Pour autant, il ne fera pas de recours contre l arrivée de ce concurrent. «Mers est une station touristique qui est fondée à ce titre à avoir un casino», explique Sandra Blachère. Mers a d ailleurs vécu avec un casino pendant plus d un siècle. D autres ne sont pas aussi beaux joueurs. Le groupe JOA, qui exploite le casino du Tréport, est entré en guerre contre le casino de Cayeux (distance : 21 km) en allant coller à Cayeux des affiches publicitaires vantant le casino du Tréport! Attaques et contreattaques entre groupes Il vient de les retirer. Il faut dire que le «danger» s est rapproché, avec l ouverture en septembre 2012 du casino de Mers, à 2 km du Tréport. Il a déposé un recours auprès du tribunal administratif d Amiens contre l arrêté ministériel autorisant ce casino. Au Tréport, ni le maire (PCF), ni le directeur du casino, ne souhaitent évoquer l actualité. «Je ne ferai aucun commentaire sur le sujet «C est aberrant d avoir autant de casinos, avec la baisse du pouvoir d achat.» Bernard Blouin, 1 ER Adjoint au maire de clayeux (somme) et le groupe JOA vous fera la même réponse», a répondu à La Tribune Jean-Marie Grosse, le directeur du casino. Sébastien Guivarch, le propriétaire du bowling qui accueille le casino de Mers, éclate de rire : «Le groupe JOA nous attaque, mais il ne veut pas que cela se sache! Il nous a d abord attaqués en référé et a été retoqué.» Et ce qui ne manque pas de piquant, pointe-t-il, c est que «le groupe JOA est lui-même attaqué par Partouche pour sa nouvelle implantation de La Seyne-sur- Mer!» De son côté, le groupe Partouche (464 millions d euros de chiffre d affaires consolidé, dont 417 dans les casinos) attaque tous azimuts. Dans le Sud-Est, il a saisi le tribunal administratif de Toulon pour empêcher l ouverture des casinos de Sanary-sur-Mer et de la Seyne-sur-Mer ; en Picardie, celui d Amiens pour barrer la route à l autorisation accordée au casino de

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 «L euro nous a protégés des crises financière successives» Le taux de rémunération

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

1. Il était une fois la crise :

1. Il était une fois la crise : I- La crise de la zone euro, de A à Z : 1. Il était une fois la crise : A l automne 2008, une crise financière mondiale affecte l économie mondiale et touche tous les États membres de l Union Européenne,

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE

CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE CONFERENCE DE PRESSE DES RETRAITES CGT SEMITAN SYNDICAT DES RETRAITES CGT DE LA SEMITAN LA REVOLTE Y a-t-il une différence entre la politique d austérité qu a mené Nicolas Sarkozy envers le monde du travail

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

Lettre d information # 3 Janvier 2008

Lettre d information # 3 Janvier 2008 Lettre d information # 3 Janvier 2008 Activités de la FERA Préparation d un plan d action de la FERA sur le cinéma en ligne La Déléguée générale et le Conseil d administration de la FERA travaillent sur

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

5 prévisions pour 2015

5 prévisions pour 2015 Mars 2015 Wim Meulemeester Expert placements L année 2014 a été une année surprenante en termes de placements. Même si un taux faible correspondait aux attentes, de nombreux experts ont été étonnés de

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Votre Revue de Presse Du 22 / 12 /2014 N 301. www.conect.org.tn

Votre Revue de Presse Du 22 / 12 /2014 N 301. www.conect.org.tn conect Votre Revue de Presse Du 22 / 12 / By N 301 Suivez nos actualités www.conect.org.tn technique.conect@hexabyte.tn // technique@conect.org.tn tel : +216 71231 402 // Fax : +216 71231059 Marché financier

Plus en détail

Savoir/agir numéro 3, mars 2008. Plus longtemps, plus flexible, moins cher. Michel Husson, chercheur à l IRES

Savoir/agir numéro 3, mars 2008. Plus longtemps, plus flexible, moins cher. Michel Husson, chercheur à l IRES Savoir/agir numéro 3, mars 2008 Plus longtemps, plus flexible, moins cher Michel Husson, chercheur à l IRES Chapô : Travailler plus pour gagner plus : on connaît la chanson. Mais cet hymne à la valeur

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Affaire DSK : vos questions, nos réponses!

Affaire DSK : vos questions, nos réponses! Affaire DSK : vos questions, nos réponses! Les rendez-vous du mercredi : les questions de la classe de CM2 de l école Robin Vous êtes très nombreux à vous poser des questions sur l arrestation de l homme

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS

LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS 9 LA LETTRE HEBDOMADAIRE D ANTEIS page 4 : un outil de gestion de trésorerie, Octavie 2. La fin de semaine a été marquée par la dégradation de la situation politique en Egypte qui d une part menace la

Plus en détail

La CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime de base et la FFMKR annonce

La CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime de base et la FFMKR annonce 3 octobre 2012 La CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime de base et la FFMKR annonce Communiqué Lu sur EGORA le 26/09/2012 : «la CARMF va annoncer la cessation de paiement de son régime

Plus en détail

Économie & Finances. chapitre 1

Économie & Finances. chapitre 1 chapitre 1 Économie & Finances L épreuve de «Connaissances générales» du test ARPEGE s appuie sur un grand nombre de questions économiques justifiant un suivi des faits qui auront marqué l actualité de

Plus en détail

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat Pour défendre le pouvoir d achat > revalorisation de + 25 % de l allocation de rentrée scolaire grâce à un quotient

Plus en détail

Le Manifeste du ME-F

Le Manifeste du ME-F 1 Mouvement Européen-France Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents Juillet - aout 2013 Rapport de dépouillement 11/08/2013 2 Le Manifeste du ME-F Consultation des adhérents. Juillet aout 2013

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Europe 1 8 juillet 2015 MAXIME SWITEK L interview politique, Jean-Pierre ELKABBACH vous recevez ce matin Christian NOYER, le gouverneur de

Plus en détail

L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer

L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer New York, 14 juin 2006-06-29 L accord de trafic aérien entre l Union européenne et les Etats-Unis, ce qu il va changer Discours prononcé par Jean-Cyril Spinetta, Président-Directeur Général d AIR FRANCE

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113

Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée UMR CNRS 5113 Jean-Marie Harribey CESE 3 avril 2013 Version révisée 7 novembre 2013 Le financement de la transition écologique Jean-Marie Harribey http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques/blogs/harribey.fr

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences.

L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. L austérité budgétaire: définition, calcul et conséquences. Pour mener un char quelque part, on a trois décisions à prendre: 1. La destination.. 2. La route qu on va suivre.. 3. La vitesse à laquelle on

Plus en détail

UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE?

UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE? C O M P T E - R E N D U UNION EUROPÉENNE : UNE NOUVELLE MANDATURE POUR QUELLE DYNAMIQUE? COMPTE-RENDU DE LA CONFÉRENCE-DÉBAT ORGANISÉE LE 2 DÉCEMBRE 2014 À PARIS, PAR L IRIS ET LA MAISON DE L EUROPE. autour

Plus en détail

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

«Les méfaits de l impôt sur la fortune en France depuis 1981 Un exemple à ne pas suivre»

«Les méfaits de l impôt sur la fortune en France depuis 1981 Un exemple à ne pas suivre» «Les méfaits de l impôt sur la fortune en France depuis 1981 Un exemple à ne pas suivre» Nous publions le texte de la conférence donnée à Liège le 8 décembre 2011, à l occasion du Property Day, par Paul

Plus en détail

La croissance des institutions financières internationales privées depuis

La croissance des institutions financières internationales privées depuis 137 Une réponse progressiste européenne à la crise dans la zone euro Trevor Evans Professeur d économie à la Berlin School of Economics & Law La croissance des institutions financières internationales

Plus en détail

Les TPE et les mesures économiques du gouvernement. Octobre 2012

Les TPE et les mesures économiques du gouvernement. Octobre 2012 Les TPE et les mesures économiques du gouvernement Octobre 2012 METHODOLOGIE Méthodologie Étude quantitative auprès de 506 dirigeants d entreprise de 0 à 19 salariés L échantillon a été raisonné puis redressé

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

L Union européenne face à la croissance économique

L Union européenne face à la croissance économique L Union européenne face à la croissance économique Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? I) L Union européenne : une croissance économique décevante 1 Une croissance plus

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Regards croisés sur l entreprise

Regards croisés sur l entreprise Regards croisés sur l entreprise Quelles perspectives de financement pour les PME depuis la crise? 10 juin 2014 Fiche mémo Eléments de contexte Situation des PME françaises L accès au financement des PME

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Ce document a été réalisé sur la base des études du Président de la Commission des Finances, Didier MIGAUD 1 1 2 3 4 5 Le bouclier fiscal

Plus en détail

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF?

CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? 10 mars 2009 15.681 SIGNES CONFÉRENCE NATIONALE DES PENSIONS : QUEL DOIT ÊTRE NOTRE OBJECTIF? Dalila Larabi & Michel Rosenfeldt Rétroacte La Conférence Nationale sur les Pensions, lancée cette année, a

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

C est un mode de calcul

C est un mode de calcul Merci d être sur le plateau de BFM TV. Vous êtes gouverneur de la Banque de France, président de l Autorité de Contrôle Prudentiel, c est-à-dire ce qui supervise toutes les banques en France. Alors, évidemment,

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

«Vous devez être préparé à faire des heures supplémentaires sans rémunération additionnelle.»

«Vous devez être préparé à faire des heures supplémentaires sans rémunération additionnelle.» Ryanair «Attachez vos ceintures, nous déconnons» Rassurez-vous, le message ne s adresse qu au personnel de cabine qui vous accompagne. Vous, vous avez bénéficié d un tarif intéressant pour vous envoler,

Plus en détail

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande 1. L industrie est-elle une de vos priorités? Pourquoi? L industrie figure en première page de mon programme parce

Plus en détail

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C.

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. J GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE ASSOCIATION

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable

25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable Les Français et l économie 25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Lire la Société et le Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Echantillon : 1

Plus en détail

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N 43 Matraquage fiscal Aucune réponse pour la compétitivité et l'emploi! Vendredi 28 septembre 2012, le gouvernement a présenté son budget 2013, qui va à l encontre de

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

La lettre de votre Expert-comptable

La lettre de votre Expert-comptable CABINET Marc Emmanuel PAQUET MARTINIQUE COMPTA FINANCE SARL La lettre de votre Expert-comptable Au sommaire : SOCIAL - ce qui a changé au 1 er janvier 2014 FISCALITE - ce qui a changé au 1 er janvier 2014

Plus en détail

De la crise au Pacte budgétaire

De la crise au Pacte budgétaire De la crise au Pacte budgétaire Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. La crise n est pas celle qu on dit Source : Trésor-éco, n 26,

Plus en détail

Statistiques fiscales des particuliers

Statistiques fiscales des particuliers Statistiques fiscales des particuliers ANNÉE D IMPOSITION 1996 Édition 1999 Quebec Avant-propos Ce document présente les statistiques fiscales en matière d impôt sur le revenu des particuliers pour l année

Plus en détail

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N 35 13 juillet 2012 La conférence sociale Le changement, c est pas pour maintenant!! Alors que le 18 janvier dernier se tenait à l'elysée l'ultime sommet social du quinquennat

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Les marchés font-ils

Les marchés font-ils Le marché, la crise, l austérité et la croissance 5 Pascale-Marie Deschamps Les marchés font-ils la loi? Réponses aux idées reçues et aux solutions toutes faites Entretiens avec Pierre de Lauzun et Philippe

Plus en détail

PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE

PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE PERTE DU TRIPLE A : LA FRANCE SANCTIONNEE Par Thomas Chalumeau, coordonnateur du pôle «Economie et finances» de Nova, Le 13 janvier 2012 Ironie de l histoire, c est un vendredi 13 que la France perd sa

Plus en détail

Market Flash. 18 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 18 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 18 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : La crise de l Irlande : une deuxième tragédie grecque? Une équipe d experts de la Commission

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

PROJET DE LOI DE SEPARATION ET DE REGULATION DES ACTIVITES BANCAIRES DEUXIEME LECTURE APRES L ADOPTION DU TEXTE DE LA COMMISSION

PROJET DE LOI DE SEPARATION ET DE REGULATION DES ACTIVITES BANCAIRES DEUXIEME LECTURE APRES L ADOPTION DU TEXTE DE LA COMMISSION 1 20 juin 2013 PROJET DE LOI DE SEPARATION ET DE REGULATION DES ACTIVITES BANCAIRES DEUXIEME LECTURE APRES L ADOPTION DU TEXTE DE LA COMMISSION Adoption en première lecture par le Sénat le 22 mars 2013.

Plus en détail

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali

Les FRANCAIS. l EPARGNE ENQUETE 2012. Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali ( Les FRANCAIS l EPARGNE & la RETRAITE ENQUETE Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali Jérôme JAFFRÉ Directeur du Centre d Etudes et de Connaissances sur l Opinion Publique Jean-Pierre

Plus en détail

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire

Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Sauvetage de la Grèce et zone euro Argumentaire Cette note est la suite d une première note sur la crise de la Grèce. Une prochaine note sera consacrée au plan d aide à la Grèce et à ses conséquences (suppression

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail