PROJET DE LOI DE SEPARATION ET DE REGULATION DES ACTIVITES BANCAIRES DEUXIEME LECTURE APRES L ADOPTION DU TEXTE DE LA COMMISSION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE LOI DE SEPARATION ET DE REGULATION DES ACTIVITES BANCAIRES DEUXIEME LECTURE APRES L ADOPTION DU TEXTE DE LA COMMISSION"

Transcription

1 1 20 juin 2013 PROJET DE LOI DE SEPARATION ET DE REGULATION DES ACTIVITES BANCAIRES DEUXIEME LECTURE APRES L ADOPTION DU TEXTE DE LA COMMISSION Adoption en première lecture par le Sénat le 22 mars Adoption en deuxième lecture par l Assemblée nationale le 5 juin Rapporteur : Richard YUNG (Soc., Français établis hors de France). Adoption du texte de la commission n 682(19 juin) Examen en séance : mercredi 26 juin après-midi et soir. Délai limite de dépôt des amendements en séance : lundi 24 juin, 12 heures. François FORTASSIN interviendra pour 8 minutes dans la discussion générale. 1. LetexteadoptéparleSénatenpremièrelecture Enpremièrelecture,leSénatamaintenul espritgénéraldutexte.aucunemodification substantielle n a été adoptée au principal article, l article 1 er, qui concerne la séparation («filialisation»)desactivitésspéculatives,decelles«utilesàl économie». Concernant la lutte contre les paradis fiscaux, deux amendements identiques des groupes socialiste et écologiste ont complété la liste des informations que les banques françaises devront publier chaque année pour chaque pays dans lequel elles ont des activités(article4bis).outrelesnomsdeleursentités/filiales,lanaturedeleursactivités, leurschiffresd affaires(produitnetbancaire)etleurseffectifs quifiguraientdéjàdansle texte adopté par l Assemblée elles devront publier leurs bénéfices avant impôts, le montanttotaldesimpôtsdontleursentitéssontredevablesetlessubventionspubliques reçues.encasdemanquementàcesobligationsdéclaratives,lacommissiondessanctions del Autoritédecontrôleprudentieletderésolution(ACPR)pourraengageruneprocédure desanctionàl encontredesdirigeantsdesétablissementsconcernés.

2 2 Plusieurs amendements (dont un d Yvon COLLIN et du groupe RDSE) ont renforcé la lutte contre la spéculation sur les matières agricoles. Ces amendements renforcent les pouvoirs de l Autorité des marchés financiers (AMF). Tout détenteur d instruments financiers assis sur une matière première agricole devra transmettre quotidiennement le détaildesespositionsàl AMF,au delàd uncertainseuilqu ellefixe. Unautreamendementd YvonCOLLINetdugroupeRDSE(article4terBA)renforcela luttecontreleblanchiment.ilpermetàtracfin(celluleluttecontrelescircuitsfinanciers clandestins, le blanchiment et le financement du terrorisme) de s opposer à l exécution d une opération financière non encore exécutée dès lors qu elle soupçonne que l argent pourraitêtreblanchiouserviraufinancementduterrorisme,quellequesoitlasourcedeses informations(actuellementtracfinnepeuts opposeràuneopérationquelorsquecelle ci afaitl objetd unedéclarationdesoupçonparunprofessionnelassujetti). Le Sénat a adopté un amendement du rapporteur pour avis de la Commission des affaires économiques, Yannick VAUGRENARD, relatif à la rémunération des dirigeants des banques et des salariés«dont les activités professionnelles ont une incidence significative surleprofilderisquedel entrepriseoudugroupe»,c est à direlestradersetmandataires sociaux,(article4decies).l amendementprévoitquel assembléegénéraledesactionnaires seprononcesurl enveloppedesrémunérationsattribuéesàcespersonnes. Le Sénat a également adopté quelques modifications concernant le deuxième volet du projet de loi, relatif à la résolution des crises bancaires, qui prévoit la transformation de l Autorité de contrôle prudentiel en «Autorité de contrôle prudentiel et de résolution» (ACPR)quiserachargée,encomplémentdesesmissionsactuellesdesupervisiondusecteur financier,denouvellesmissionsenmatièredepréventionetdegestiondescrisesbancaires. Un amendement de Pierre Yves COLLOMBAT qui élargit le nouveau «collège de résolution»del ACPR 1,enyajoutantlePrésidentdelachambrecommerciale,financièreet économique de la Cour de Cassation(article 5) a été adopté. Le Sénat a également prévu uneactualisationannuelledesplansderésolutionétablisparl ACPRetlerenforcementde l informationduparlement. LeSénataadoptéunnombreassezimportantd amendementsautitreviconcernant la protection des consommateurs, notamment à travers la limitation des frais bancaires. PlusieursamendementsdeMuguetteDINIreprennentdespropositionsdurapportqu elle avait rédigé avec Anne Marie ESCOFFIER sur le crédit à la consommation et le surendettement.laprocéduredesurendettementaainsiétéamélioréenotammentparune plusgrandepriseencomptedesmesuresdesuivibudgétaireetsocial. 1 Danscecollège,chargéd exercerlesnouvellesmissionsdel ACPRenmatièredepréventionetrésolutiondescrisesbancairessiégeaient déjà:legouverneurdelabanquedefrance,ledirecteurgénéraldutrésor,leprésidentdel Autoritédesmarchésfinanciers,unsousgouverneurdelaBanquedeFrance,leprésidentdudirectoiredufondsdegarantiedesdépôtsetderésolution.

3 3 Concernant les frais bancaires, alors que le texte adopté en première lecture à l Assemblée nationale prévoyait un plafonnement unique des commissions d interventions prélevées par les banques (en cas de découvert ), le Sénat a adopté un amendement de Jean Pierre CAFFET instaurant deux plafonds: le premier pour les clients modestes, le secondpourlesautres. Plusieurs amendements de Jean Pierre SUEUR ont aussi été adoptés qui modifient et complète l article 23, relatif à l utilisation des comptes bancaires des personnes défuntes dontlaportéeaétéréduite.desarticlesadditionnelsrelatifsauxformulesdefinancement d obsèquesetauxcontratsd assurance vieendéshérenceontégalementétéadoptés. Enfin, lors de la première lecture le Sénat a adopté l amendement du Gouvernement créant l Agence de financement des collectivités locales (article 11 quater C). Plusieurs amendements ont aussi été adoptés à l article 11 ter (titre III bis), introduit en première lecture à l Assemblée nationale par un amendement de Christian ECKERT, concernant l encadrementdesempruntscontractésparlescollectivitésterritoriales.cetarticlecréeun régime d encadrement du crédit afin d éviter que les collectivités ne contractent des «empruntstoxiques»;illeurinterditdesouscriredesempruntsditsstructurés.lesénata élargienpremièrelecturelebénéficedecerégimeauxservicesdépartementauxd incendie etdesecours. Le projet de loi a été adopté en première lecture par 158 voix pour et 0 voix contre (l ensembledesgroupesumpetcrcs estabstenuainsiqu unemajoritédugroupeudiet deuxmembresdurdse) 2. Lesmodificationsadoptéesparl Assembléenationaleendeuxièmelecture En deuxième lecture à l Assemblée nationale, 83 amendements ont été adoptés en commission (sur 136 déposés) et 26 en séance (sur 105 déposés). Un grand nombre d articles ont été adoptés conformes, il ne restera donc plus que 35 articles (sur 86) en discussionausénatendeuxièmelecture. LesarticlesduTitreIerrelatifàla«séparationdesactivitésutilesaufinancementde l économie des activités spéculatives» ayant été adoptés«conformes» par l Assemblée nationale,ilsneserontplusdiscutésendeuxièmelectureausénat. En commission les députés ont notamment renforcé la lutte contre la spéculation sur les matières premières agricoles et interdit la détention de stocks physiques(de matière premières)pardesétablissementsdecrédit.lacommissionaégalementrétablietpréciséle

4 4 dispositif garantissant l application du principe de parité au sein du Haut conseil de stabilitéfinancière 2,dontlaportéenormativeavaitétésuppriméeparleSénat. Parmilesamendementssignificatifsadoptésenséancepubliqueparlesdéputésfigure unamendementsocialistequiélargitl obligationdepublicationdecertainesinformations, pays par pays, prévu jusqu à présent uniquement pour les banques, à certaines grandes entreprises(article4bis).au delàd unchiffred affairesetd unnombredesalariésfixéspar décret, les (grandes) entreprises devront publier les informations suivantes: noms des implantations et nature d activité; chiffre d affaires; effectifs en équivalent temps plein; bénéficeouperteavantimpôt;montantdesimpôtssurlessociétésdontlesimplantations sontredevables;subventionspubliquesreçues.néanmoinslaportéedecetamendement estplusquelimitéepuisqu ilnes appliqueraitqu unefoisquelacommissioneuropéenne auratranchésurcesujet 3.Onvoitdoncmall intérêtd introduireunetelledispositionquine s appliquerapasjusqu àcequel Unioneuropéenneaitdéfinisesproprescritèresetquisera àcemomentlàprobablementobsolète. Toujoursàl article4bis(quiappartientauchapitresurlaluttecontrelesparadisfiscaux et le blanchiment de capitaux), l Assemblée nationale a adopté un amendement du Gouvernement relatif à l échange automatique d information. Depuis«l affaire Cahuzac» et les révélations d «Offshoreleaks» (cf notes de synthèse du 11 avril et 17 avril), Pierre MOSCOVICIplaideavecplusieursdeseshomologues,pourun«FATCAeuropéen».FATCA (Foreign account tax compliance act) est une loi adoptée aux Etats Unis qui oblige les établissements financiers du monde entier à communiquer à l administration fiscale américaine toute information sur les revenus perçus/versés par des citoyens américains, autrement dit à mettre en place«l échange automatique d information». L amendement du Gouvernement introduit le principe de l échange automatique d information en droit français,enprévoyantuneobligationdéclarativepourlesétablissementsfinancierssurles revenus et actifs financiers des contribuables, dont l administration fiscale française a besoin pour répondre aux demandes d assistance administrative de ses partenaires. ParallèlementleGouvernementfrançaispromeutuneréformeambitieusedela«directive épargne» au niveau européen 4. La Commission européenne a présenté mercredi 11 juin son projet de directive qui étend l échange automatique d informations entre les Etats membres(actuellementlimitéauxrevenusd épargne)auxautressourcesderevenus:plusvaluesencapital,dividendes,jetonsdeprésenceetdétailsdusoldebancaire.cettedirective devrait s appliquer à partir du 1 er janvier 2015 mais pour entrer en vigueur elle doit être 2 LeHautConseildestabilitéfinancièreremplaceraleCorefris(conseilderégulationfinancièreetdurisquesystémique),autoritéchargée delasurveillancemacro prudentielledusystèmefinancier 3 Ledernieralinéadel article4bisprévoiteneffetquecetteobligation«estapplicableàcompterdel entréeenvigueurd unedisposition adoptéeparl Unioneuropéenneetpoursuivantlemêmeobjectif». 4 La directive épargne adoptée en 2003 permet l échange automatique entre 25 pays de l UE (hors Luxembourg et Autriche qui ont bénéficié d une dérogation théoriquement temporaire) de la liste nominative des comptes et du montant des revenus d épargne enregistréshorsdupaysderésidence.

5 5 adoptéeàl unanimitéparlesetats membres.orl AutricheetleLuxembourg,déjàexclusdu champ (théoriquement de manière provisoire) de l actuelle directive épargne, ont fait connaître leurs réticences lors du dernier conseil Ecofin. Ces deux pays refusent pour l instantd appliquerl échangeautomatiqued informationstantquelasuissenel applique pas. Toujoursconcernantlesparadisfiscaux,lesdéputésontrétablil article4bisaquiavait étésuppriméparlesénat.cetarticleprévoitundébatannueldevantlescommissionsdes financesetdesaffairesétrangèresdechaqueassemblée,surlalistedesetatsetterritoires noncoopératifs(paradisfiscaux). Par ailleurs, l Assemblée nationale a adopté quatre amendements du Gouvernement à l article4decies,quicomplètentlesavancéesvotéesparlesénatsurlesrémunérationsdes dirigeants et des personnels des banques. Ces amendements permettent notamment de regrouper dans le code monétaire et financier l ensemble des dispositions relatives aux rémunérations et d assurer une plus grande cohérence dans leur champ d application. En outre,alorsquelesénatavaitsimplementinscritdansleprojetdeloil avisdel assemblée desactionnairessurlesrémunérationsdesdirigeantsetdestraders,undesamendements du Gouvernement propose d introduire un plafonnement des rémunérations variables «exprimé en fonction de la rémunération fixe de ces personnels».leprojetdeloiprend ainsi en considération les dernières avancées du projet de directive européenne CRD IV. L assemblée générale des actionnaires pourra déroger à ce plafonnement «dans des conditionsfixéespararrêtéduministrechargédel économie,sansquecelapuisseconduireà dépasser une limite fixée dans cet arrêté». Le texte renvoie donc à un arrêté ministériel pour fixer précisément ce plafond des rémunérations variables car, selon l exposé des motifs de l amendement: «le texte européen renvoie à des lignes directives qui doivent encoreêtredéfiniesparl autoritébancaireeuropéenne». Aucune modification majeure n a été adoptée dans le second volet relatif à la résolution.dansletroisièmevoletdelaloiquiconcernelaprotectiondesconsommateurs (en tant que client des banques), les députés sont revenus, après d importants débats en commission et en séance, sur le «double plafonnement» voté au Sénat concernant les fraisperçusparlesbanquesencasd incidentsdepaiement.alorsquelessénateursavaient souhaitéparl adoptiond unamendementdejean PierreCAFFETprévoirdeuxplafonds:un pour les clients modestes et un pour les autres clients, les députés ont considéré qu une tellemesureauraitdeseffetsperversetpénaliseraitlesclassesmoyennes,c estpourquoiils sontrevenusàlaversionqu ilsavaientvotéeenpremièrelectureetquiprévoitunplafond unique(paropérationetparmois)desfraisbancairespourtouslesclients 5. 5 Le Ministre, plutôt réservé sur cet amendement a donné un avis de sagesse en déclarant: «Je n ignore pas que, derrière votre amendement,ilyalacraintequ undoubleplafondneconduiseàviderdesasubstanceledispositifquevousavezadoptéenpremière lecture.personnellement,jenelecroispas,maisilyadescontraintes,avecousansdoubleplafond.celanesignifiebiensûrpasquenous

6 6 3. LetexteadoptéparlaCommissiondesfinancesduSénat Mercredi 19 juin, la commission des Finances a adopté 20 amendements du Rapporteur, Richard YUNG, modifiant 12 articles du projet de loi sur les 35 restants en discussion. Plusieurs de ces amendements visaient à revenir au texte adopté par le Sénat en première lecture, suite à des modifications votées par les députés. Ainsi le Rapporteur a proposé à nouveau de supprimer l article 4 bis A qui instaurait un débat annuel au Parlementsurlesparadisfiscaux,estimantquelesdeuxchambressontlibresdedemanderà avoir ce débat et qu il n est pas nécessaire de l imposer par la loi. La commission a égalementsuppriméànouveaul article17quinquiesprévoyaituneobligationdeformaliser parécrittoutconcoursbancaireàuneentreprise,autrequ exceptionnel. Surtout, dans la troisième partie du projet de loi relative à la protection des consommateurs,lacommissionestrevenueàlaversionadoptéeparlesénatdel article 17 qui traite du plafonnement des commissions d intervention (frais bancaires) en cas d incident de paiement. Les députés ont souhaité instaurer un plafond unique pour ces commissionstandisquelesénatavaitadoptéunamendementdejean PierreCAFFET,avec un avis favorable de la Commission et du Gouvernement, instaurant deux plafonds différents:unpourlesclientslesplusfragilesetunautre(plusélevé)pourlesautresclients. L amendement COM 14 adopté par la commission des Finances du Sénat revient à ce doubleplafonnementquiavaitétésuppriméendeuxièmelectureparlesdéputés.letexte delacommissionrétablitégalementla«versionsénat»del article23quiportesurl accès au compte d une personne défunte. Le Sénat avait en effet supprimé une partie de cet article, qui permet à certaines personnes d accéder au compte bancaire d une personne décédée pour régler certains frais relatifs à son décès, estimant que ces dispositions posaientdesproblèmesdesécuritéjuridiqueet«risquaientdecréerd importantsconflitsde successionsentrehéritiers».enfinlacommissionarétablil article33quiavaitétéintroduit en première lecture par un amendement du Rapporteur, puis supprimé par l Assemblée nationaleetquiportesurleremboursementdelamonnaieélectronique. Concernantlaluttecontrelesparadisfiscaux(article4bis)etcontrelaspéculationsur les matières premières agricoles (article 4 quinquies), la commission des Finances a confortéetpoursuivilesavancéesvotéesparl Assembléenationaleendeuxièmelecture. L amendementcom 4permetdésormaisàl ACPRdesanctionnerunétablissementquine respecterait pas ses obligations de déclaration«pays par pays»: l ACPR pourra enjoindre sous astreinte un établissement de publier ou de corriger sa déclaration. La commission a neseronspasvolontaristesdansladéterminationduplafonduniversel.tellessontlesréserves,dont,parhonnêteté,jevoulaisvousfaire part, qui me conduisent à penser que la mesure votée par le Sénat est équilibrée et répond à vos préoccupations, tout en ciblant les populationslesplusfragiles,cellespourlesquelles,initialement,jevoulaisagir.jen ignorepasquelleestvotrevolonté.jevoussoumets cesargumentsetjem enremetsàvotresagesse».

7 7 égalementadoptéunamendementsupprimantladernièrephrasedel article4quinquiesb adoptéparl Assembléenationalequiinterditauxbanquesdedétenirdesstocksphysiques de matière première agricoles dans l intention de manipuler les cours. Le Rapporteur a considéréqueladernièrephrasedecetarticlequiprévoyaitquel interdictionnes applique pas aux stocks «nécessaires au dénouement d une opération sur instruments financiers à terme» semblait «ouvrir une brèche en faveur de la spéculation», c est pourquoi il a proposédesupprimercettephrase(amendementcom 6).

N 551 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 551 ASSEMBLÉE NATIONALE N 551 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 décembre 2012. RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

N 3051 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3051 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3051 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 septembre 2015. PROPOSITION DE LOI visant à créer une obligation

Plus en détail

N 681 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013. Enregistré à la Présidence du Sénat le 19 juin 2013 RAPPORT FAIT

N 681 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013. Enregistré à la Présidence du Sénat le 19 juin 2013 RAPPORT FAIT N 681 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le 19 juin 2013 RAPPORT FAIT au nom de la commission des finances (1) sur le projet de loi, ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR

Plus en détail

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Ce document a été réalisé sur la base des études du Président de la Commission des Finances, Didier MIGAUD 1 1 2 3 4 5 Le bouclier fiscal

Plus en détail

PROJET DE LOI DE PROGRAMMATION DES FINANCES PUBLIQUES POUR LES ANNEES 2012 A 2017 (PROCEDURE ACCELEREE)

PROJET DE LOI DE PROGRAMMATION DES FINANCES PUBLIQUES POUR LES ANNEES 2012 A 2017 (PROCEDURE ACCELEREE) 1 31 octobre 2012 PROJET DE LOI DE PROGRAMMATION DES FINANCES PUBLIQUES POUR LES ANNEES 2012 A 2017 (PROCEDURE ACCELEREE) Examen en séance publique à l Assemblée nationale : 16,17 et 23 octobre. Examen

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

N 766 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011. Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juillet 2011 PROJET DE LOI PRÉSENTÉ

N 766 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011. Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juillet 2011 PROJET DE LOI PRÉSENTÉ N 766 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juillet 2011 PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2011-398 du 14 avril 2011 portant transposition de la directive

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. Séances du mercredi 17 février 2010

ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. Séances du mercredi 17 février 2010 Année 2010. N o 18 bis A.N. (C.R.) ISSN 0242-6765 Jeudi 18 février 2010 ASSEMBLÉE NATIONALE JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE XIII e Législature SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Séances du mercredi

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi

- 27 - TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi - 27 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi visant à supprimer les franchises médicales et participations forfaitaires. Réunie le mercredi 4 mars 2015, la commission n a pas adopté de texte sur la proposition

Plus en détail

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre.

La Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2016 (ci-après «LFSS 16») a été définitivement adoptée le 30 novembre. Loi de finances pour 2016, de finances rectificative pour 2015 et Loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2016 Actualités en matière de fiscalité des personnes physiques Les travaux relatifs aux

Plus en détail

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial.

Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur. à 150 000 par part de quotient familial. ! PARTICULIERS Article du projet de loi Article 3 Article 4 Intitulé de la mesure Explication du dispositif Date d entrée en vigueur Modifications apportées par l AN Création d une tranche création d une

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 11015-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 11015-A Secrétariat du Grand Conseil PL 11015-A Date de dépôt : 19 novembre 2012 Rapport de la Commission des finances chargée d étudier le projet de loi du Conseil d Etat ouvrant un crédit d investissement de

Plus en détail

I. Les enjeux de la lutte contre les paradis fiscaux, la fraude et l évasion fiscale : un «vieux» débat

I. Les enjeux de la lutte contre les paradis fiscaux, la fraude et l évasion fiscale : un «vieux» débat 1 11 avril 2013 LES REVELATIONS D «OFFSHORE LEAKS» : UNE OPPORTUNITE DE FAIRE AVANCER LA LUTTE CONTRE LES PARADIS FISCAUX? I. Les enjeux de la lutte contre les paradis fiscaux, la fraude et l évasion fiscale:

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 11 octobre 2013 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 - (N 1395) Commission Gouvernement Non soutenu AMENDEMENT présenté par M. Lamour ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 34,

Plus en détail

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

Nouveaux délais : 45 jours fin de mois ou 60 jours à compter de la date d émission de la facture

Nouveaux délais : 45 jours fin de mois ou 60 jours à compter de la date d émission de la facture TEXTES D APPLICATION DE LA LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (LME) CONCERNANT LE COMMERCE - LES DELAIS DE PAIEMENT Nouveaux délais : 45 jours fin de mois ou 60 jours à compter de la date d émission de

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Politique et pratiques de rémunération des collaborateurs dont les activités

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 244 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 17 mars 2009 PROPOSITION DE LOI tendant à favoriser l accès au crédit

Plus en détail

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 août 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-380 du

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 224 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 janvier 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à renforcer la protection des consommateurs

Plus en détail

Communiqué. M. Jean-Pierre SUEUR, sénateur du Loiret. Contrats obsèques : des avancées pour mettre fin aux dérives.

Communiqué. M. Jean-Pierre SUEUR, sénateur du Loiret. Contrats obsèques : des avancées pour mettre fin aux dérives. JEAN-PIERRE SUEUR Communiqué de M. Jean-Pierre SUEUR, sénateur du Loiret 26 octobre 2004 SENATEUR DU LOIRET ANCIEN MINISTRE Contrats obsèques : des avancées pour mettre fin aux dérives M. Jean-Pierre SUEUR

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014

Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Le régime des plus-values mobilières pour 2013 et 2014 Les plus-values réalisées par les particuliers à l occasion de la cession de valeurs mobilières ou de droits sociaux sont en principe imposables à

Plus en détail

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL

AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- DÉCISION DU COLLÈGE DE L AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Décision 2011-C-12 du 23 mars 2011 Institution d une commission consultative LE COLLÈGE EN FORMATION

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1531 du 17 décembre 2014 relatif au taux des cotisations d allocations familiales et d assurance

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 40 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 21 novembre 2012 PROJET DE LOI relatif à la mise en œuvre du principe

Plus en détail

Décret n. relatif au Fonds de financement des droits liés au compte personnel de prévention de la pénibilité

Décret n. relatif au Fonds de financement des droits liés au compte personnel de prévention de la pénibilité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n du relatif au Fonds de financement des droits liés au compte personnel de prévention de la pénibilité NOR : [ ] Publics concernés

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106)

ECB-PUBLIC. AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) FR ECB-PUBLIC AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 12 décembre 2012 sur la stabilité bancaire et financière (CON/2012/106) Introduction et fondement juridique Le 15 novembre 2012, la Banque centrale

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

JORF n 0076 du 31 mars 2015. Texte n 24

JORF n 0076 du 31 mars 2015. Texte n 24 Le 31 mars 2015 JORF n 0076 du 31 mars 2015 Texte n 24 DECRET Décret n 2015-362 du 30 mars 2015 relatif aux obligations déclaratives des entreprises d assurance et organismes assimilés NOR: FCPE1409747D

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

Une approche préventive qui repose sur des contrôles permanents et sur place

Une approche préventive qui repose sur des contrôles permanents et sur place Une approche préventive qui repose sur des contrôles permanents et sur place AMF ACPR : vers une convergence des processus de surveillance et sanctions? Paris, 14 octobre 2013 1 Contrôle sur place Contrôle

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965

Code des taxes assimilées aux impôts sur les revenus 23 novembre 1965 SOMMAIRE I. LÉGISLATION SPECIALE Loi modifiant le régime des sociétés en matière d impôts sur les revenus et instituant un système de décision anticipée en matière fiscale 24 décembre 2002 Arrêté royal

Plus en détail

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet Financière des Paiements Électroniques annonce l ouverture officielle de l offre Compte-Nickel au grand public et dévoile la carte des buralistes agréés. Après six mois de phase de test et l ouverture

Plus en détail

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES

POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES POUR MIEUX ORGANISER LE TRAVAIL SÉNATORIAL NOUVELLES RÈGLES, NOUVELLES HABITUDES VADEMECUM - JUIN 2015 Le bicamérisme est indispensable à l'équilibre des institutions de la République, car c'est plus de

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2014-07 du 26 novembre 2014 Relatif aux comptes des entreprises du secteur bancaire Cette note de présentation a pour objet de présenter

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger,

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, SEŃAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, PREŚENTEÉ Par Jean-Yves Leconte, Hélène Conway-Mouret, Claudine Lepage et Richard Yung

Plus en détail

N 2759 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 2759 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 2759 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 juillet 2010. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2010-420 du

Plus en détail

SOMMAIRE FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL... 1 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION...

SOMMAIRE FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL... 1 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION... SOMMAIRE FLASH SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL... 1 CHAPITRE 1 : RESPONSABLES DE LA NOTE D OPERATION... 3 1.1. RESPONSABLE DE LA NOTE D OPERATION... 3 1.2. ATTESTATION DU RESPONSABLE DE LA NOTE D OPERATION...

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2012-1366 du 6 décembre 2012 modifiant certaines dispositions relatives au compte épargne-temps et

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires (1) NOR : EFIX1239994L.

LOIS. LOI n o 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires (1) NOR : EFIX1239994L. LOIS LOI n o 2013-672 du 26 juillet 2013 de séparation et de régulation des activités bancaires (1) NOR : EFIX1239994L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue

Plus en détail

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI

N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982. Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI N 313 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19814982 Annexe au procès-veriml de la séance du 4 mai 1982. PROPOSITION DE LOI de développement de {'actionnariat, de {'épargne et de {'emploi, PRÉSENTÉE Par MM.

Plus en détail

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie,

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 5 août 2011 DECRET Décret n 2004-1165 du 2 novembre 2004 relatif aux c onseils de la formation institués auprès des chambres de métiers et de l artisanat de région, des chambres régionales de métiers

Plus en détail

A V I S A-2707/15-28. sur

A V I S A-2707/15-28. sur A-2707/15-28 A V I S sur le projet de loi portant approbation 1. de l'accord entre le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg et le Gouvernement des États-Unis d'amérique en vue d'améliorer le respect

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 10737-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 10737-A Secrétariat du Grand Conseil PL 10737-A Date de dépôt : 29 mars 2011 Rapport de la Commission des finances chargée d'étudier le projet de loi du Conseil d'etat modifiant la loi concernant le traitement

Plus en détail

ÉLECTIONS DEPARTEMENTALES DE MARS 2015 M É M E N T O. à l usage des candidats

ÉLECTIONS DEPARTEMENTALES DE MARS 2015 M É M E N T O. à l usage des candidats ÉLECTIONS DEPARTEMENTALES DE MARS 2015 M É M E N T O à l usage des candidats Décembre 2014 7.1.5.Les sanctions Le fait de ne pas déposer une déclaration de situation patrimoniale ou d intérêts, d omettre

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902.

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902. VICAT Société Anonyme au capital de 62.361.600 euros Siège social : Tour MANHATTAN 6 place de l Iris 92095 PARIS LA DEFENSE CEDEX 057 505 539 RCS Nanterre NOTE D INFORMATION RELATIVE A L AUTORISATION DEMANDEE

Plus en détail

Réforme des prélèvements sociaux prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014. Qui est concerné?

Réforme des prélèvements sociaux prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014. Qui est concerné? Réforme des prélèvements sociaux prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Qui est concerné? 1 Contexte Les députés ont approuvé ce mercredi 23 octobre la hausse des

Plus en détail

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005

Lettre d Information Juridique et Fiscale. 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 Lettre d Information Juridique et Fiscale 18 janvier 2006 4 ème Trimestre 2005 1. Informatique et Libertés ALERTES PROFESSIONNELLES La loi «SARBANES OXLEY», adoptée aux Etats-Unis, impose aux filiales

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Avocat au barreau de Paris Spécialiste en droit financier

Avocat au barreau de Paris Spécialiste en droit financier Avocat au barreau de Paris Spécialiste en droit financier Banque & Finance Juillet septembre 2013 Présentation International Compétences Le Cabinet Actualités Publications Recrutement BCE Mécanisme de

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Projet de loi «Macron» : état des lieux après l adoption par l Assemblée Nationale en première lecture (projet de loi n 2447)

Projet de loi «Macron» : état des lieux après l adoption par l Assemblée Nationale en première lecture (projet de loi n 2447) Projet de loi «Macron» : état des lieux après l'adoption par l'assemblée Nationale en première lecture p.1 Ajustement du prix d exercice de stock-options en cas de fusion p.3 Regroupement en une seule

Plus en détail

Credit d impôt pour dépenses de prospection commerciale Présentation du 16/12/13. Crédit d'impôt de prospection commerciale

Credit d impôt pour dépenses de prospection commerciale Présentation du 16/12/13. Crédit d'impôt de prospection commerciale Credit d impôt pour dépenses de prospection Présentation du 16/12/13 1 Les références Loi 2004-1484 du 30/12/2004 C.G.I. article 244 quater H Instruction fiscale du 18/04/2005 2 Objet de la loi Instaurer

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L

LOIS. LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L LOIS LOI n o 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d'assurance vie en déshérence (1) NOR : FCPX1402615L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président

Plus en détail

SOMMAIRE. Flash sur l Augmentation de Capital... 3. Chapitre 1. Responsables de la note d opération... 5

SOMMAIRE. Flash sur l Augmentation de Capital... 3. Chapitre 1. Responsables de la note d opération... 5 1 SOMMAIRE Flash sur l Augmentation de Capital... 3 Chapitre 1. Responsables de la note d opération... 5 1.1 Responsable de la note d opération. 5 1.2 Attestation du responsable de la note d opération......

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.)

LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA LOIRE LE COMPTE EPARGNE TEMPS (C.E.T.) Références - Décret n 2004-878 du 26 août 2004 modifié relatif au compte épargne temps dans la fonction

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43

JORF n 0192 du 21 août 2015. Texte n 43 Le 22 octobre 2015 JORF n 0192 du 21 août 2015 Texte n 43 ORDONNANCE Ordonnance n 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation NOR: EINC1512728R ELI:http://www.legifrance.gouv.fr/eli/ordonnance/2015/8/20/EINC1512728R/jo/texte

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

N 2562 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2562 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2562 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 31 mai 2010. PROPOSITION DE LOI portant simplification de dispositions

Plus en détail

Réforme des prélèvements sociaux prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014. Qui est concerné?

Réforme des prélèvements sociaux prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014. Qui est concerné? prévue dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 Qui est concerné? 1 Contexte Les députés ont approuvé mercredi 23 octobre la hausse des prélèvements sociaux sur certains produits

Plus en détail

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026)

3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 0(02 Bruxelles, le 18 juillet 2001 3URSRVLWLRQ UHODWLYH j OD ILVFDOLWp GH O psdujqh TXHVWLRQVVRXYHQWSRVpHV (voir aussi IP/01/1026) 3RXUTXRL OD &RPPLVVLRQ DWHOOH SUpVHQWp FHWWH SURSRVLWLRQ PRGLILpH GH GLUHFWLYH

Plus en détail

Assemblée Générale Mixte

Assemblée Générale Mixte Assemblée Générale Mixte 25 novembre 2014 Pierre Godé Assemblée Générale Mixte 25 novembre 2014 Jean-Jacques Guiony Contexte de la distribution exceptionnelle d actions Hermès Protocole transactionnel

Plus en détail

UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE. Société Anonyme au capital de 15 465 346,96 Siège Social : 32 avenue d Iéna 75116 PARIS 473 801 330 R.C.S.

UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE. Société Anonyme au capital de 15 465 346,96 Siège Social : 32 avenue d Iéna 75116 PARIS 473 801 330 R.C.S. UNION FINANCIERE DE FRANCE BANQUE Société Anonyme capital de 15 465 346,96 Siège Social : 32 avenue d Iéna 75116 PARIS 473 801 330 R.C.S. PARIS Descriptif du programme de rachat d actions torisé par l

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»),

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ci-après «l Autorité»), Avis n 2014-0659 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 juin 2014 relatif à une modification du catalogue des prestations internationales du service universel

Plus en détail

MEDEF Loi de finances pour 2013

MEDEF Loi de finances pour 2013 MEDEF Loi de finances pour 2013 Commission fiscalité 1 octobre 2012 Loi de finances pour 2013 Fiscalité des personnes physiques Commission fiscalité 1 octobre 2012 Fiscalité du Patrimoine : ISF (1) Aujourd

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2511. SPORT MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3328 Convention collective IDCC : 2511. SPORT Journal officiel du 25 novembre 2006 Arrêté du 21 novembre

Plus en détail

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE Le fonds National de Garantie a été institué par la loi n 100 du 31 décembre 1981 portant loi de Finances pour la gestion 1982, article 73 tel que modifié par l article 66

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

a) Les stock options 2 b) Les attributions d actions gratuites 4 c) Les carried interest 5

a) Les stock options 2 b) Les attributions d actions gratuites 4 c) Les carried interest 5 RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION DES FINANCES, DE L ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET DU CONTRÔLE BUDGÉTAIRE SUR LE PROJET DE loi de finances pour 2013 (n 235), TOME II PAR M. CHRISTIAN ECKERT Rapporteur général,

Plus en détail

Table des matières LARCIER 249

Table des matières LARCIER 249 Chapitre I. Le secret bancaire interne belge en matière d impôts autres que l impôt sur le revenu... 9 I.1. Introduction... 9 I.2. Le secret bancaire en matière de T.V.A.... 9 I.2.1. I.2.2. Les obligations

Plus en détail

N 3085 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3085 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3085 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 29 septembre 2015. PROPOSITION DE LOI relative au maintien de la

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel

9. FRANCE - Impôt sur le revenu Déduction des frais de double résidence. 10. FRANCE - TVA Location partielle de locaux nus à usage professionnel Lettre mensuelle Décembre 2004 La loi de finances pour 2005 et la loi de finances rectificative pour 2004 feront l objet d une lettre spéciale courant janvier 2005. SOCIETES 1. FRANCE - Retenue à la source

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le XXX SEC(2009) yyy final RECOMMANDATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL visant à autoriser la Commission à ouvrir des négociations en vue de la

Plus en détail

BANQUE DE L HABITAT Siège Social : 18, Avenue Mohamed V 1080

BANQUE DE L HABITAT Siège Social : 18, Avenue Mohamed V 1080 AUGMENTATION DE CAPITAL BANQUE DE L HABITAT Siège Social : 18, Avenue Mohamed V 1080 Décisions à l origine de l émission L Assemblée Générale Extraordinaire de la Banque de l Habitat, tenue le 18 février

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Compte rendu. Mardi 30 mars 2010 Séance de 14 heures 30. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire

Compte rendu. Mardi 30 mars 2010 Séance de 14 heures 30. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Mardi 30 mars 2010 Séance de 14 heures 30 Compte rendu n 59 Examen, en application de l article 88, des amendements

Plus en détail

LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS. Les dispositions du Titre I

LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS. Les dispositions du Titre I LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS Les dispositions du Titre I La loi pour le développement de la concurrence au service des consommateurs est parue au Journal Officiel

Plus en détail

DELIBERATION N CR 31-14

DELIBERATION N CR 31-14 1 CR 31-14 DELIBERATION N CR 31-14 DU 20 JUIN 2014 RENFORCER ET SPÉCIALISER LA GAMME RÉGIONALE D'INVESTISSEMENT EN FONDS PROPRES : FONDS NUMERIQUE, SILVER ECONOMIE ET ILE-DE- FRANCE CAPITAL 2 LE CONSEIL

Plus en détail

principales mesures du «paquet fiscal»

principales mesures du «paquet fiscal» principales mesures du «paquet fiscal» Loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat, publiée au Journal officiel le 22 août 2007. Les principales mesures en matière patrimoniale sont les

Plus en détail

N 1762 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1762 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1762 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 juillet 2004. PROPOSITION DE LOI tendant à redonner au salarié la

Plus en détail