Deuxième actualisation du document de référence 2013 déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 13 août 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Deuxième actualisation du document de référence 2013 déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 13 août 2014"

Transcription

1 Deuxième actualisation du document de référence 2013 déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 13 août 2014 Document de référence 2013 déposé auprès de l Autorité des marchés financiers le 21 mars 2014 sous le numéro de visa D Première actualisation du document de référence 2013 déposée auprès de l Autorité des marchés financiers le 7 mai 2014 sous le numéro de visa D A01. La présente actualisation du document de référence 2013 a été déposée auprès de l Autorité des marchés financiers (AMF) le 13 août 2014 conformément à l article de son règlement général. Elle pourra être utilisée à l appui d une opération financière si elle est complétée par une note d opération visée par l AMF. Ce document a été établi par l émetteur et engage la responsabilité de ses signataires.

2 Sommaire 1. Communiqué de presse et événements postérieurs au dépôt de la première actualisation du document de référence 2013 (le 7 mai 2014) Résultats du 2 ème trimestre et du 1 er semestre 2014 : communiqué de presse du 31 juillet Partenariat renouvelé entre le Groupe BPCE et CNP Assurances Rapport financier semestriel au 30 juin Préambule Faits majeurs du premier semestre Environnement économique et financier du premier semestre Faits majeurs du semestre Données financières du Groupe BPCE Résultats du Groupe BPCE Métiers du groupe Compte de résultat par secteur Banque commerciale et Assurance Banque de Grande Clientèle, Épargne et Services Financiers Spécialisés Participations financières Hors métiers Analyse du bilan consolidé du Groupe BPCE Données financières du groupe BPCE SA Résultats du groupe BPCE SA Analyse du bilan consolidé du groupe BPCE SA Investissements Événements post clôture Perspectives pour le second semestre Gestion des risques Facteurs de risques Fonds propres et ratios prudentiels Risques de crédit et de contrepartie Encours douteux Risques de marché Risques de liquidité, de taux et de change Risque assurances Risques juridiques Procédures judiciaires et d arbitrage BPCE Procédures judiciaires et d arbitrage Natixis Recommandations du Forum de Stabilité Financière Gouvernance Assemblée générale ordinaire de BPCE du 16 mai Plan de rétablissement et de réorganisation (le «PRR») Contrôleurs légaux des comptes ème Actualisation du document de référence 2013

3 5. Information financière Comptes consolidés résumés IFRS du Groupe BPCE au 30 juin Rapport des commissaires aux comptes sur l information financière semestrielle du Groupe BPCE Comptes consolidés résumés IFRS du groupe BPCE SA au 30 juin Rapport des commissaires aux comptes sur l information financière semestrielle du groupe BPCE SA Informations générales Documents accessibles au public Responsable de l actualisation du document de référence et du rapport financier semestriel Attestation du responsable Table de concordance ème Actualisation du document de référence 2013

4 1. Communiqué de presse et événements postérieurs au dépôt de la première actualisation du document de référence 2013 (le 7 mai 2014) 1.1 Résultats du 2 ème trimestre et du 1 er semestre 2014 : communiqué de presse du 31 juillet 2014 Paris, le 31 juillet 2014 Groupe BPCE : 1 er semestre 2014 solide avec un résultat net part du groupe de 1,7 milliard d euros 1 en hausse de 10,4 % par rapport au 1 er semestre 2013 Bonne performance commerciale des métiers cœurs Réseaux Banque Populaire et Caisse d Epargne Épargne de bilan 2 en hausse de 9,6 % sur un an et une bonne performance de l assurance vie Progression des encours de crédits de 5,6 % sur un an Métiers cœurs de Natixis BGC : hausse de 8,3 % des revenus au S Épargne : collecte nette record de 17 milliards d euros en gestion d actifs et hausse de 15,9 % des revenus au S SFS : progression de 1,7 % des revenus au S1-2014, en ligne avec les performances du pôle Banque commerciale et Assurance Des résultats robustes et récurrents Revenus des métiers cœurs de 5,5 milliards d euros au T2-2014, en hausse de 2,9 % par rapport au T et de 11,0 milliards d euros au S1-2014, en hausse de 3,2 % par rapport au S Coût du risque modéré : 33 points de base au T2-2014, en baisse de 3 points de base par rapport au T Résultat net part du groupe 1 de 828 millions d euros au T2-2014, en hausse de 5,0 % par rapport au T et de 1,7 milliard d euros au S1-2014, en hausse de 10,4 % par rapport au S Poursuite du renforcement de la solvabilité au T Ratio de Common Equity Tier 1 3 : 11,1 % soit + 20 points de base par rapport au 31/03/2014 Ratio de solvabilité global 3;4 : 14,5 % soit + 70 points de base par rapport au 31/03/2014 Ratio de levier 5 > 4 % Situation de liquidité renforcée Programme de refinancement MLT 2014 d ores et déjà réalisé Ratio de liquidité court terme LCR >à 100 % 6 au 30/06/2014 Résultats T2-13 et S1-13 pro forma du transfert de BPCE Assurances à Natixis Assurances et du rachat (suivi de leur annulation) par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement (CCI) détenus par Natixis. 1 Hors réévaluation de la dette propre pour les résultats groupe. 2 Hors épargne centralisée. 3 Estimation au 30/06/2014 CRR/CRD 4, sans mesures transitoires après retraitement des impôts différés actifs. 4 Y compris émissions de Tier 2 de juillet Estimation au 30 juin 2014 sur la base de l interprétation par le Groupe BPCE du projet de règlement qui devrait intégrer dans la CRR la plupart des préconisations faites en janvier 2014 par le Comité de Bâle. 6 Selon l interprétation par le Groupe BPCE des dernières normes Bâle 3 connues. 3 2 ème Actualisation du document de référence 2013

5 Premiers résultats de la mise en œuvre du nouveau plan stratégique ( ) Plan stratégique «Grandir autrement» Synergies de revenus et de coûts Déploiement au 30 juin 2014 globalement en avance sur les objectifs 2017 linéarisés : 127 millions d euros de revenus supplémentaires entre les Banques Populaires, les Caisses d Epargne et Natixis (objectif : 870 millions d euros) ; 110 millions d euros de synergies de coûts (objectif : 900 millions d euros) Assurance Épargne Digital Accord entre CNP Assurances et le Groupe BPCE sur la mise en œuvre d un partenariat renouvelé pour une durée de 7 ans, à compter du 1 er janvier 2016 Croissance annuelle des encours de gestion privée : + 6,1 %, en phase avec l ambition du plan stratégique Poursuite du programme entreprise numérique. Lancement de Dilizy et Izly pour faciliter les paiements de proximité Autres faits marquants du trimestre Fermeture de la GAPC Cession de participations non stratégiques Cotation de près de 59 % du capital de Coface fin juin 2014, sans impact en résultat Fusion de deux Banques Populaires Projet de fusion des Banques Populaires Alsace et Lorraine Champagne approuvé par les instances ; réalisation prévue pour novembre 2014 Le 31 juillet 2014, le conseil de surveillance de BPCE, présidé par Stève Gentili, a examiné les comptes du groupe pour le deuxième trimestre et le premier semestre François Pérol, président du directoire, Groupe BPCE, a déclaré : «Les résultats du groupe pour ce trimestre, et pour le premier semestre 2014, sont solides : dynamisme commercial dans tous nos métiers stratégiques, maîtrise des charges et du coût du risque, progression de la rentabilité sont au rendez-vous. Le résultat net part du groupe augmente ainsi de 10,4 % pour le semestre, à 1,7 milliard d euros. Notre solvabilité s en trouve renforcée, comme notre situation de liquidité. Tous les grands projets de notre plan stratégique «Grandir ensemble» ( ) sont lancés. Certains ont franchi des étapes décisives ce trimestre. Je me félicite, notamment, de la conclusion d un partenariat national avec le CNOUS - qui vient appuyer notre ambition digitale dans la banque de proximité -, de la cotation réussie de Coface, et de la conclusion d un accord de principe avec CNP qui refonde notre partenariat pour les années » 4 2 ème Actualisation du document de référence 2013

6 1. RÉSULTATS CONSOLIDÉS DU GROUPE BPCE DU 2 e TRIMESTRE ET DU 1 er SEMESTRE Le Groupe BPCE présente une base solide de résultats, avec un résultat net part du groupe (hors réévaluation de la dette propre) de 828 millions d euros au deuxième trimestre 2014 et de 1,7 milliard d euros au premier semestre Les métiers cœurs du groupe présentent une solide récurrence : 1,5 milliard d euros avant impôt au deuxième trimestre 2014, après 1,6 milliard d euros avant impôt au premier trimestre La solvabilité et la liquidité sont significativement renforcées, avec un ratio de Common Equity Tier 1 3 de 11,1 %, en augmentation de 20 points de base et un ratio de solvabilité global de 14,5 % 3;4 au 30 juin Le programme de refinancement moyen-long terme 2014, de 30 milliards d euros, est d ores et déjà réalisé. Le Groupe BPCE confirme encore son rôle actif dans le financement de l économie avec une hausse de 5,6 % sur un an de ses encours de crédits clientèle (réseaux Banque Populaire et Caisse d Epargne). L ensemble du Groupe BPCE poursuit la mise en œuvre du plan stratégique «Grandir autrement». Tous les grands projets prévus dans ce plan sont lancés et les premières réalisations sont en ligne avec les objectifs. 127 millions d euros de revenus supplémentaires entre les Banques Populaires, les Caisses d Epargne et Natixis ont été enregistrés au 30 juin 2014, pour un objectif de 870 millions d euros à horizon Tous les grands métiers du groupe contribuent à la réalisation de ces synergies et, notamment, l assurance pour 45 % (enregistrant une forte progression au semestre) et le crédit à la consommation pour 37 %. Du côté des synergies de coûts, 110 millions d euros ont été réalisés au 30 juin 2014, pour un objectif de 900 millions d euros à horizon Les principales sources d économies proviennent de la gestion des systèmes d information, de la modification de process et d organisation. Ce plan fixe trois principaux axes : créer les banques leaders de la relation humaine et digitale, s affirmer comme un acteur majeur de l épargne pour financer nos clients et devenir un bancassureur de plein exercice. Sur le premier axe, l innovation mise au service de leurs clients par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne s est traduite par une nouvelle offre, Dilizi, un service de «caisse digitale» destiné aux professionnels et leur permettant de disposer d un outil d encaissement en situation de mobilité, à partir d un smartphone. Izly - porte-monnaie électronique développé par le Groupe BPCE -, a été retenu par le CNOUS pour être la nouvelle solution de paiement fournie par les CROUS aux étudiants afin de réaliser leur paiement sur le campus, par carte étudiant (carte multiservice) ou par téléphone. Le développement de la banque numérique se poursuit avec le déploiement, par 35 % du réseau des agences Banque Populaire et Caisse d Epargne, de la signature électronique en agence. Au 30 juin 2014, 57,5 % de l offre 7 Résultats T2-13 et S1-13 pro forma du transfert de BPCE Assurances à Natixis Assurances et du rachat (suivi de leur annulation) par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement (CCI) détenus par Natixis. Hors réévaluation de la dette propre pour les résultats groupe. 5 2 ème Actualisation du document de référence 2013

7 peut être souscrite électroniquement en agence, contre 50 % à fin décembre 2013 et pour un objectif de plus de 80 % à l issue du plan. Par ailleurs, au 30 juin 2014, 56 % des clients des deux réseaux sont abonnés à la banque en ligne contre 52 % un an auparavant. L objectif à horizon 2017 est de parvenir à plus de 80 % de clients abonnés à la banque en ligne. Le deuxième axe du plan «s affirmer comme un acteur majeur de l épargne pour financer nos clients» s est concrétisé, notamment, par le lancement de nouveaux espaces de gestion privée par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne, conjuguant proximité et expertise pour leurs clients en région. Au 30 juin 2014, les deux réseaux comptaient clients en gestion privée et gestion de fortune contre au 30 juin 2013 ainsi qu un encours de 159,4 milliards d euros contre 150,1 milliards d euros au 30 juin Le troisième axe concerne le métier de l assurance. En assurance vie, dans le réseau des Banques Populaires, le nouveau contrat Grand Public Horizéo enregistre une bonne performance avec contrats en portefeuille à fin juin 2014 ; c est aussi le cas pour les mandats de gestion qui représentent plus d un milliard d euros d encours gérés avec 40 % d unités de compte. En dommage, prévoyance et santé, le nombre de contrats s établit à au 30 juin 2014, il était de au 30 juin 2013, avec un chiffre d affaires de 706,3 millions d euros au premier semestre 2014, contre 651,3 millions d euros au premier semestre 2013, l objectif étant d 1,5 milliard d euros en Résultats consolidés du deuxième trimestre Le produit net bancaire du Groupe BPCE atteint millions d euros, en hausse de 4,3 % par rapport au deuxième trimestre 2013 ; pour les métiers cœurs, la progression est de 2,9 % à millions d euros. Les frais de gestion du groupe s élèvent millions d euros, en hausse de 2,1 % par rapport au deuxième trimestre Les frais de gestion des métiers cœurs affichent une progression de 1,9 %, à millions d euros. Le coefficient d exploitation ressort à 68,3 % pour le groupe (en baisse de 1,5 point par rapport au deuxième trimestre 2013). Il est de 65,7 % pour les métiers cœurs (en réduction de 0,7 point par rapport au deuxième trimestre 2013). Le résultat brut d exploitation s élève à millions d euros, en hausse de 9,4 % par rapport au deuxième trimestre La contribution des métiers cœurs du groupe atteint millions d euros, en hausse de 4,9 % par rapport au deuxième trimestre Le coût du risque s élève à 491 millions d euros, en baisse de 8,0 % par rapport au deuxième trimestre En ce qui concerne les métiers cœurs, il est en baisse de 12,9 %, à 454 millions d euros. Le Groupe BPCE présente un profil de risque restant modéré à 33 points de base 9 en baisse de 3 points de base par rapport au deuxième trimestre Les résultats du T2-13 et S1-13 sont pro forma du transfert de BPCE Assurances à Natixis Assurances et du rachat (suivi de leur annulation) par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement (CCI) détenus par Natixis. Hors réévaluation de la dette propre pour les résultats groupe. 9 Coût du risque en pb annualisés sur encours bruts de crédits à la clientèle début de période. 6 2 ème Actualisation du document de référence 2013

8 Le taux d encours douteux sur encours bruts ressort à 3,7 % au 30 juin Il était de 3,9 % au 31 décembre Le taux de couverture des créances douteuses ressort à 78,7 % 10 au 30 juin 2014, en hausse de 0,5 point par rapport au 31 décembre Le coût du risque des métiers cœurs du groupe s établit à 32 points de base, en baisse de 5 points de base par rapport au deuxième trimestre En Banque commerciale et Assurance, le coût du risque s établit à 30 points de base au deuxième trimestre 2014, en baisse de 6 points de base par rapport au deuxième trimestre 2013 caractérisé par un renforcement des provisions collectives et quelques dossiers significatifs. Le coût du risque des métiers cœurs de Natixis ressort à 43 points de base au premier semestre 2014, il était de 53 points de base au premier semestre Le coût du risque s améliore notamment dans la Banque de Grande Clientèle et les Services Financiers Spécialisés. Le résultat avant impôt progresse de 11,5 % et s établit à millions d euros au deuxième trimestre Le résultat avant impôt des métiers cœurs augmente de 11,3 % à millions d euros au deuxième trimestre Le résultat net part du groupe hors réévaluation de la dette propre s inscrit en hausse de 5,0 % et ressort à 828 millions d euros. Le résultat net part du groupe s inscrit en hausse de 4,1 % et ressort à 801 millions d euros. Le résultat net part du groupe des métiers cœurs progresse de 2,9 % et ressort à 856 millions d euros au deuxième trimestre Le ROE des métiers cœurs ressort à 10 %, en hausse de 1 point. 1.2 Résultats consolidés du premier semestre ;12 Le produit net bancaire 12 du Groupe BPCE atteint millions d euros, en hausse de 3,6 % par rapport au premier semestre 2013 ; pour les métiers cœurs, la progression est de 3,2 % à millions d euros. Les frais de gestion du groupe s élèvent millions d euros, en hausse de 1,5 % par rapport au premier semestre Les frais de gestion des métiers cœurs affichent une progression de 1,9 %, à millions d euros. Le coefficient d exploitation ressort à 68,1 % pour le groupe (en baisse de 1,4 point par rapport au premier semestre 2013). Il est de 65,5 % pour les métiers cœurs (en réduction de 0,8 point par rapport au premier semestre 2013). Le résultat brut d exploitation 12 s élève à millions d euros, en hausse de 8,4 % par rapport au premier semestre La contribution des métiers cœurs du groupe atteint millions d euros, en hausse de 5,6 % par rapport au premier semestre Le coût du risque s élève à 925 millions d euros, en baisse de 9,2 % par rapport au premier semestre En ce qui concerne les métiers cœurs, il est en baisse de 11,3 %, à 864 millions d euros. 10 Taux de couverture y compris suretés relatives aux encours dépréciés. 11 Les résultats du T2-13 et du S1-13 sont pro forma du transfert de BPCE Assurances à Natixis Assurances et du rachat (suivi de leur annulation) par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement (CCI) détenus par Natixis. 12 Hors réévaluation de la dette propre pour les résultats groupe. 7 2 ème Actualisation du document de référence 2013

9 Le résultat avant impôt 12 progresse de 12,8 % et s établit à millions d euros au premier semestre Le résultat avant impôt des métiers cœurs augmente de 11,7 % à millions d euros au premier semestre Le résultat net part du groupe hors réévaluation de la dette propre s inscrit en hausse de 10,4 % et ressort à millions d euros. Le résultat net part du groupe s inscrit en hausse de 10,2 % et ressort à millions d euros. Le résultat net des métiers cœurs progresse de 6,8 % et ressort à millions d euros au premier semestre Le ROE des métiers cœurs ressort à 10 %, en hausse de 1 point. 2. SOLVABILITÉ ET LIQUIDITÉ 13 : RENFORCEMENT DE LA SOLVABILITÉ AU DEUXIÈME TRIMESTRE Solvabilité renforcée La solvabilité du Groupe BPCE est en augmentation significative au deuxième trimestre 2014, avec un ratio de Common Equity Tier 1 Bâle 3 14 de 11,1 %, au 30 juin 2014, en amélioration de 20 points de base par rapport au 31 mars Le groupe présente un ratio de solvabilité global 14;15 de 14,5 %, en augmentation de 70 points de base par rapport au 31 mars Le groupe affiche un ratio de levier Bâle 3 16 supérieur à 4 % au 30/06/ Liquidité : situation renforcée ; refinancement court terme Les réserves de liquidité couvrent 137 % des encours de refinancement court terme et s élèvent à 165 milliards d euros à fin juin 2014, dont 113 milliards d euros d actifs disponibles éligibles au refinancement banques centrales et 52 milliards d euros de liquidités placées auprès des banques centrales. Le coefficient emplois/ressources clientèle du Groupe BPCE 17 ressort à 125 % au 30 juin Le Ratio de liquidité court terme LCR est supérieur à 100 % 18 au 30/06/ Refinancement moyen-long terme : le programme d émissions 2014 d ores et déjà réalisé contribue à l atteinte de l objectif de LCR supérieur à 100 % avec six mois d avance sur l objectif Le Groupe BPCE démontre sa capacité à lever des montants importants grâce à une diversification accrue de sa base d investisseurs. Son accès aux grands marchés de dette lui a permis de lever au total 30,3 milliards d euros de ressources à moyen-long terme au 18 juillet 2014, sur un programme 2014 de 30 milliards d euros. La durée moyenne à l émission s élève à 6,9 ans, le taux moyen est de mid-swap + 54 points de base. 13 Mise en réserve de résultats tenant compte de la distribution prévisionnelle de dividendes. 14 Estimation au 30/06/2014 CRR/CRD 4, sans mesures transitoires après retraitement des impôts différés actifs. 15 Y compris émission de Tier 2 de juillet Estimation au 30 juin 2014 sur la base de l interprétation par le Groupe BPCE du projet de règlement qui devrait intégrer dans la CRR la plupart des préconisations faites en janvier 2014 par le Comité de Bâle. 17 Hors SCF (Compagnie de Financement Foncier, société de crédit foncier du groupe). 18 Selon l interprétation par le Groupe BPCE des dernières normes Bâle 3 connues. 8 2 ème Actualisation du document de référence 2013

10 Au 18 juillet 2014, 75 % du refinancement concerne des émissions non sécurisées, et 25 % des émissions sécurisées. Le Groupe BPCE accroit la diversification de sa base d investisseurs, concernant les émissions publiques non sécurisées levées sur le marché institutionnel. Les émissions en devises autres que l euro représentent 49 % du total, contre 30 % en 2013, et au sein de ces émissions en devises autres que l euro, 34 % a été levé en dollars US, 7 % en livres sterling et 4 % en yens. Au 18 juillet 2014, 26,8 milliards d euros ont été levés sur le pool de refinancement MLT de BPCE, soit 107 % du programme de 25 milliards d euros. A la même date, 3,5 milliards d euros ont été levés sur le pool de refinancement du CFF, soit 70 % du programme de 5 milliards d euros. Le Groupe BPCE développe des modes de refinancement complémentaires, comme l opération de titrisation publique déconsolidante portant sur des crédits à l habitat de près de 1 milliard d euros, conclue par le Crédit Foncier en mai RÉSULTATS CONSOLIDÉS DU GROUPE BPCE AU 2 e TRIMESTRE 2014 en millions d euros T2-14 T2-14 / T2-13 PF VARIATION % METIERS CŒURS ** T2-14 T2-14/ T2-13 PF VARIATION % Produit net bancaire * ,3 % ,9 % Frais de gestion ,1 % ,9 % Résultat brut d exploitation * Coefficient d exploitation ,3 % + 9,4 % - 1,5 pt ,7 % + 4,9 % - 0,7 pt Coût du risque ,0 % ,9 % Résultat avant impôt * ,5 % ,3 % Résultat net part du groupe * Impact en résultat de la réévaluation de la dette propre ,0 % + 36,3 % Résultat net part du groupe ,1 % ,9 % ROE 6,1 % - 0,3 pt 10 % + 1pt * Hors réévaluation de la dette propre pour les résultats du groupe. ** Les métiers cœurs sont la Banque commerciale et Assurance (avec notamment les réseaux Banque Populaire et Caisse d Epargne ainsi que le Crédit Foncier, Banque Palatine et BPCE International et Outre-mer), la Banque de Grande Clientèle, l Épargne et les Services Financiers Spécialisés (Natixis). Résultats T2-13 pro forma du transfert de BPCE Assurances à Natixis Assurances et du rachat (suivi de leur annulation) par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement (CCI) détenus par Natixis. 9 2 ème Actualisation du document de référence 2013

11 RÉSULTATS CONSOLIDÉS DU GROUPE BPCE AU 1 er SEMESTRE 2014 en millions d euros S1-14 S1-14 / S1-13 PF VARIATION % METIERS CŒURS ** S1-14 S1-14/ S1-13 PF VARIATION % Produit net bancaire * ,6 % ,2 % Frais de gestion ,5 % ,9 % Résultat brut d exploitation * Coefficient d exploitation ,1 % + 8,4 % - 1,4 pt ,5 % + 5,6 % - 0,8 pt Coût du risque ,2 % ,3 % Résultat avant impôt * ,8 % ,7 % Résultat net part du groupe * Impact en résultat de la réévaluation de la dette propre ,4 % + 18,5 % Résultat net part du groupe ,2 % ,8 % ROE 6,4 % + 0,1 pt 10 % + 1 pt * Hors réévaluation de la dette propre pour les résultats du groupe. ** Les métiers cœurs sont la Banque commerciale et Assurance (avec notamment les réseaux Banque Populaire et Caisse d Epargne ainsi que le Crédit Foncier, Banque Palatine et BPCE International et Outre-mer), la Banque de Grande Clientèle, l Épargne et les Services Financiers Spécialisés (Natixis). Résultats S1-13 pro forma du transfert de BPCE Assurances à Natixis Assurances et du rachat (suivi de leur annulation) par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement (CCI) détenus par Natixis ème Actualisation du document de référence 2013

12 3. RÉSULTATS 19 DES MÉTIERS : FORTE DYNAMIQUE COMMERCIALE DE TOUS LES MÉTIERS 3.1 Banque commerciale et Assurance Le métier Banque commerciale et Assurance regroupe les activités du réseau Banque Populaire, du réseau Caisse d Epargne, de l Assurance et des Autres réseaux comprenant BPCE IOM, Banque Palatine et Financement de l Immobilier. Les Banques Populaires et les Caisses d Epargne conservent, sur le premier semestre 2014, des performances commerciales solides. L assurance, axe majeur de développement inscrit dans le plan stratégique du groupe, est en progression sur toutes ses composantes (vie, dommage, santé, prévoyance) et confirme la tendance du premier trimestre L activité commerciale des réseaux Banque Populaire et Caisse d Epargne a été dynamique au cours du deuxième trimestre 2014 avec une croissance de + 9,6 % de l épargne de bilan, hors épargne centralisée, et des encours de crédit en augmentation de + 5,6 %. Si la production de crédits immobiliers a connu une baisse sensible par rapport à un premier semestre 2013 exceptionnel, le crédit à la consommation et le crédit à l équipement ont fait preuve d une bonne résistance sur le trimestre écoulé. Le digital et le numérique sont au cœur des actions de développement des réseaux. Le premier semestre 2014 est ainsi marqué par le lancement de nouvelles offres destinées à améliorer l expérience client. Première banque de la création d entreprises, Banque Populaire va plus loin dans l accompagnement des entrepreneurs avec StartMyStory, un outil innovant d aide à la conception de business plan. Pour ses clients professionnels et entreprises, Banque Populaire propose une nouvelle solution d affacturage CREANCEssentiel, et une application mobile CREANCEnet, qui permet de suivre partout, et à tout moment, son compte d affacturage. Première banque des jeunes avec plus de 7 millions de clients, la Caisse d Epargne poursuit une démarche innovante et affinitaire au service des ans et propose de nouvelles offres aux étudiants, aux apprentis et aux jeunes actifs en CDI comme en CDD. En phase avec les usages de cette génération, elle lance la première application «jeunes» ouverte aux clients et aux non clients. La Caisse d Epargne a, par ailleurs, refondu son application mobile - première application bancaire en France avec plus de 3 millions de téléchargements -, qui permet notamment la personnalisation des fonctionnalités favorites et l accès rapide sans authentification. Résultats financiers 19 du premier semestre 2014 de la Banque commerciale et Assurance Les revenus de la Banque commerciale et Assurance s établissent à millions d euros au premier semestre 2014, soit une progression de 2,3 % par rapport au premier semestre 2013 (hors variation de la provision épargne logement). La marge nette d intérêt affiche une progression significative, portée par la hausse des encours, alors que sur les commissions, l impact sensible des mesures réglementaires (baisse du taux de commission sur épargne réglementée et plafonnement des commissions d intervention) a été atténué par la bonne orientation des commissions d assurance vie. 19 Résultats T2-13 et S1-13 pro forma du transfert de BPCE Assurances à Natixis Assurances etpro forma du rachat (suivi de leur annulation) par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement (CCI) détenus par Natixis ème Actualisation du document de référence 2013

13 Le résultat brut d exploitation s établit à millions d euros, en hausse de 4,6 % par rapport au premier semestre Le coefficient d exploitation ressort à 66,0 %, en baisse de 0,9 point sur un an. Le coût du risque, à 719 millions d euros sur le semestre, est en baisse de 8,2 %. La contribution de la Banque commerciale et Assurance au résultat avant impôt du groupe s établit à millions d euros au premier semestre 2014, (dont 48 % provient des Caisses d Epargne, 40 % des Banques Populaires et 12 % de l Assurance et des Autres réseaux). Elle est en progression de 10,3 % par rapport au premier semestre Banque Populaire Le réseau Banque Populaire regroupe les 19 Banques Populaires, dont la CASDEN Banque Populaire et le Crédit Coopératif ainsi que leurs filiales, le Crédit Maritime Mutuel et les sociétés de caution mutuelle. Fonds de commerce Le réseau Banque Populaire poursuit sa stratégie de bancarisation qui se traduit, sur le deuxième trimestre 2014, par une progression de ses clients particuliers actifs équipés et assurés de 6 %, les clients professionnels en double relation active augmentent de 2,8 % par rapport au deuxième trimestre Épargne L encours d épargne (hors épargne centralisée) s élève à 205 milliards d euros à fin juin 2014, en hausse de 5,5 % sur un an. L épargne de bilan (hors épargne centralisée) présente une progression soutenue de 7,7 % bénéficiant, notamment, de la hausse des dépôts à vue (+ 8,6 %) et des comptes à terme (+ 10,7 %). En parallèle, les encours d épargne financière sont restés stables, portés par les encours d assurance vie, en progression de 3,2 %. Crédits Les encours de crédits s établissent à 168 milliards d euros à fin juin 2014, en progression de 3,9 % sur un an. Les encours de crédits immobiliers progressent de 6,4 %, mais la production connait un ralentissement par rapport à un premier semestre 2013 très soutenu. La dynamique du crédit à la consommation perdure avec une production en hausse de 11,4 % au premier semestre Enfin, dans un contexte économique peu porteur, la production de crédits à l équipement affiche une bonne résistance par rapport au premier semestre Bancassurance Le portefeuille de contrats de prévoyance, dommage et santé progresse de 7,2 %. Résultats financiers du premier semestre 2014 Le produit net bancaire augmente de 3,3 % au premier semestre, à millions d euros (hors variation de la provision épargne logement) ème Actualisation du document de référence 2013

14 La marge nette d intérêt du premier semestre s inscrit en hausse de 6,2 % 20. Les commissions augmentent de 0,7 %, compte tenu du plafonnement des commissions d intervention et de moindres indemnités de remboursement anticipé. Les frais de gestion, à millions d euros, sont en légère progression (+ 0,5 %). Le résultat brut d exploitation ressort à millions d euros, en hausse de 7,8 %. Le coefficient d exploitation, s établit à 65,6 %, en amélioration de 1,6 point. Le coût du risque, à 343 millions d euros au premier semestre 2014, est en baisse de 4,5 %. Le réseau Banque Populaire contribue au résultat avant impôt du Groupe BPCE à hauteur de 790 millions d euros au premier semestre 2014, en progression de 15,2 % Caisse d Epargne Le réseau Caisse d Epargne regroupe les 17 Caisses d Epargne. Fonds de commerce Les Caisses d Epargne ont poursuivi au deuxième trimestre leur stratégie de bancarisation et d équipement. Le nombre de clients particuliers bancarisés progresse de 3,1 %, le nombre de clients actifs professionnel s inscrit en hausse de 5,5 %. Épargne L encours d épargne (hors épargne centralisée) s élève à 307 milliards d euros au 30 juin 2014, en hausse de 7,4 % sur un an, porté notamment par la forte progression de l épargne de bilan (+ 11,1 % hors épargne centralisée). Le contexte de taux court bas pénalise les livrets (- 4,0 %) au profit des produits d épargne long terme, notamment les PEL (+ 9,2 %) et l assurance vie (+ 3,3 %), dont la collecte brute progresse de 35,4 %. Les encours de comptes à terme connaissent également une forte croissance (+ 32,5 %), notamment sur les marchés spécialisés. Crédits Les encours de crédit s établissent à 206 milliards d euros à fin juin, en progression de 7,1 % sur un an. L encours des crédits immobiliers reste en forte progression (+ 8,5 %), en dépit d un recul de la production au premier semestre par rapport à la même période en Le crédit à l équipement a bien résisté avec une croissance des encours (+ 2,0 %) dans un contexte de moindre demande. Concernant le crédit à la consommation, les encours sont en hausse (+ 3,2 %), servis par une production stable. Bancassurance Le portefeuille de contrats de prévoyance, dommages et santé progresse de 11,4 %. Résultats financiers du premier semestre Hors variation de la provision épargne logement ème Actualisation du document de référence 2013

15 Le produit net bancaire s élève à millions d euros au premier semestre (hors variation de la provision épargne logement) ; il augmente de 1,2 %. La marge nette d intérêt continue de progresser (+ 5,9 %). Les commissions, en baisse de 4,3 %, sous les effets de la baisse des commissions sur épargne réglementée, du plafonnement des commissions d intervention et de la baisse des indemnités de remboursement anticipé sur les crédits. Les frais de gestion sont stables à millions d euros. Le résultat brut d exploitation ressort à millions d euros, en hausse de 1,4 %. Le coefficient d exploitation est en baisse de 0,3 point, à 65,7 %. Le coût du risque s établit à 276 millions d euros, en augmentation de 2,1 %. Le réseau Caisse d Epargne contribue au résultat avant impôt du Groupe BPCE à hauteur de 935 millions d euros au premier semestre 2014, en hausse de 1,1 % Assurance et Autres réseaux (BPCE IOM, Banque Palatine et Financement de l Immobilier) Assurance La principale composante du pôle Assurance est la participation minoritaire dans CNP Assurances, consolidée par mise en équivalence. En assurance vie, la collecte brute s élève à 2,2 milliards d euros au deuxième trimestre 2014, en progression de 25 %, et s élève à 4,9 milliards d euros au premier semestre 2014, en hausse de 38 %, sous l impulsion des produits de la gestion privée représentant 58 % de la collecte au premier semestre. La collecte brute en unités de compte représente 15 % du chiffre d affaires du premier semestre 2014, en hausse de 3 points par rapport au premier semestre La contribution de l activité Assurance au résultat avant impôt du Groupe BPCE du premier semestre 2014 s élève à 103 millions d euros, en hausse de 4,0 % par rapport au premier semestre BPCE IOM BPCE International et Outre-mer (BPCE IOM) regroupe les filiales internationales et Outre-mer du Groupe BPCE hors Natixis. L encours d épargne de BPCE IOM s établit en hausse de 3,9 %, à 8,1 milliards d euros à fin juin Cette progression est portée par la hausse de l épargne de bilan (+ 4,2 %) et de l épargne financière (+ 2,0 %). Les encours de crédit à fin juin 2014 sont stables, à 8,8 milliards d euros. Sur le marché des particuliers, les crédits immobiliers et les prêts personnels progressent respectivement de 5,6 % et de 4,2 %. Sur le marché des entreprises, les crédits d équipements ralentissent (- 3,2 %), alors que les prêts à court terme restent stables ème Actualisation du document de référence 2013

16 La contribution de BPCE IOM au résultat avant impôt du Groupe BPCE du premier semestre 2014 s élève à 70 millions d euros. Banque Palatine A fin juin 2014, les encours d épargne de la Banque Palatine s établissent à 16,5 milliards d euros, en hausse de 5,0 % sur un an. Les dépôts à vue progressent de 16,5 %, traduisant le dynamisme du marché de l entreprise. L épargne financière augmente de 2,4 % sur un an, portée par la nette hausse des encours (titres, OPCVM et Assurance vie) pour la clientèle privée. Les encours de crédit s élèvent à 6,9 milliards d euros, en hausse de 4,4 % sur un an. La bonne orientation de la production de crédits à l habitat (+ 17,4 %) permet de stabiliser les encours de la clientèle privée. Sur le marché des entreprises, la croissance des crédits à moyen-long terme atteint 10,1 %, portée par une production soutenue. La contribution de la Banque Palatine au résultat avant impôt du Groupe BPCE du premier semestre 2014 s élève à 43 millions d euros, en augmentation de 88,4 % par rapport au premier semestre Financement de l Immobilier Le Crédit Foncier est la principale composante du pôle Financement de l Immobilier. Au deuxième trimestre 2014, la production totale de crédits s élève à 2,4 milliards d euros, stable par rapport au deuxième trimestre La production de crédits s établit à 1,6 milliard d euros sur le marché des particuliers, stable dans un marché résidentiel orienté à la baisse. Concernant le financement des investisseurs immobiliers et des équipements publics, la production progresse à 0,8 milliard d euros au deuxième trimestre 2014 contre 0,5 milliard d euros au premier trimestre La production totale pour le premier semestre 2014 s élève à 4,4 milliards d euros, en recul de 14 % par rapport au premier semestre Les encours 21 de crédit des métiers cœurs s élèvent à 84 milliards d euros au 30 juin 2014 contre 82 milliards d euros à fin juin Dans le cadre du plan stratégique «Grandir autrement» du Groupe BPCE, la Compagnie de Financement Foncier, filiale à 100 % du Crédit Foncier, déploie désormais une partie de son activité de refinancement au service des autres établissements du groupe. Depuis le lancement de ce plan, plus de 2,5 milliards d euros d actifs longs des Banques Populaires et des Caisses d Epargne ont été ainsi refinancés par la Compagnie de Financement Foncier au 30 juin Au premier semestre 2014, le produit net bancaire du pôle Financement de l Immobilier, à 355 millions d euros, est en hausse de 3,8 % par rapport au premier semestre Les frais de gestion du premier semestre 2014 sont en hausse de 2,8 %, à 273 millions d euros. Le coût du risque s élève à 64 millions d euros, en baisse de 2,2 % par rapport au premier semestre La contribution, au premier semestre 2014, du pôle Financement de l Immobilier au résultat avant impôt du Groupe BPCE est de 20 millions d euros, en hausse de 39,2 %. 21 Encours de gestion ème Actualisation du document de référence 2013

17 3.2 Banque de Grande Clientèle, Épargne et Services Financiers Spécialisés (métiers inclus dans Natixis) 22;23 Le produit net bancaire 24 des métiers cœurs de Natixis (Banque de Grande Clientèle, Épargne et Services Financiers Spécialisés) s établit à millions d euros pour le deuxième trimestre 2014 en hausse de 12,8 %. Dans la Banque de Grande Clientèle 24, les revenus affichent une évolution positive (+ 17,0 %) reflétant la progression du PNB portée par les activités de marché et l international. Le Pôle Epargne affiche de bonnes performances (revenus en croissance de 13,8 %) traduisant le dynamisme de toutes les lignes métiers. Les revenus du Pôle SFS (+ 1,8 %) enregistrent une progression soutenue sur les financements spécialisés. Les synergies de revenus avec les réseaux Banque Populaire et Caisse d Epargne sont de 68 millions d euros au premier semestre 2014, en avance sur l objectif linéarisé. Les frais de gestion, à millions d euros, sont en hausse de 5,9 %. Le coefficient d exploitation est en baisse de 4,0 points au deuxième trimestre 2014 et ressort à 62,3 %. Le coût du risque est en baisse significative (- 18,0 %) ; il s élève à 76 millions d euros au deuxième trimestre La contribution des métiers cœurs de Natixis au résultat avant impôt du Groupe BPCE s établit à 611 millions d euros, en hausse de 34 % par rapport au deuxième trimestre Le ROE après impôt des métiers cœurs de Natixis s établit à 13 %, en augmentation de 4 points. (Pour une analyse plus détaillée des métiers et des résultats de Natixis, merci de vous reporter au communiqué de presse de Natixis que vous trouverez en ligne sur 3.3 Participations financières Les participations financières concernent principalement les activités de Coface et de Nexity 25. Au deuxième trimestre 2014, le produit net bancaire des participations financières s établit à 420 millions d euros, en baisse de 4,9 % par rapport au deuxième trimestre Le résultat avant impôt est de 74 millions d euros. Coface 22 Les résultats contributifs au Groupe BPCE sont différents de ceux publiés par Natixis. 23 Résultats T2-13 et S pro forma du transfert de BPCE Assurances à Natixis Assurances et pro forma du rachat (suivi de leur annulation) par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement (CCI) détenus par Natixis. 24 Données présentées hors éléments exceptionnels : première application de IFRS 13 (+ 72 M au S1/13) et évolutions méthodologiques liées (- 37 M au T2-14/S1-14). 25 Le pôle Participations financières comprend les participations dans Coface, Nexity et Volksbank Romania ainsi que les activités de Private Equity de Natixis ème Actualisation du document de référence 2013

18 Au deuxième trimestre 2014, le chiffre d affaires de l assurance progresse de 1 % par rapport à la même période en 2013 et de près de 2 % au premier semestre La gestion des risques est maîtrisée : le loss ratio 26 baisse de plus de 6 points sur un an et ressort à 50,9 % au premier semestre Le cost ratio 26 s élève à 26,9 % au premier semestre 2014, Le ratio combiné 26 ressort à 77,8 %, en nette amélioration : il se situait à 84,6 % au premier semestre Près de 59 % du capital de la Coface a été cotée avec succès. Les performances financières pour le premier semestre sont conformes aux indications données lors de la préparation de la cotation. Nexity Les réservations de logements neufs sont en légère hausse au premier semestre Le carnet de commandes s établit à 3,3 milliards d euros dont 2,9 milliards d euros pour l immobilier résidentiel, soit 19 mois d activité de promotion. Le chiffre d affaires semestriel est en baisse à 1,11 milliard d euros au premier semestre 2014 comparé à 1,27 milliard d euros pour la même période en 2013, avec notamment le recul du chiffre d affaires du pôle Immobilier d entreprise. Précisions méthodologiques La participation du Groupe BPCE dans BPCE Assurances (60 %) a été transférée à Natixis Assurances le 13 mars 2014 avec effet rétroactif au 1 er janvier Ce transfert est réalisé en conservant les accords capitalistiques et de coopération existants avec Macif et MAIF. La contribution de BPCE Assurances, présentée auparavant au sein de la Banque commerciale et Assurance, est désormais affectée au métier Épargne de Natixis. L information sectorielle a été modifiée à compter du T2-14. Le pôle Banque commerciale et Assurance comprend désormais 3 sous-pôles : les Banques Populaires, les Caisses d Epargne et le sous-pôle Assurance et Autres réseaux, qui regroupe essentiellement les filiales Banque Palatine, BPCE IOM, Crédit Foncier et la participation minoritaire dans CNP Assurances. Par ailleurs, le souspôle Activités en gestion extinctive a été regroupé avec le pôle Hors métiers. Les résultats du T2-13 sont présentés pro forma de l opération de rachat suivie de leur annulation par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement (CCI) détenus par Natixis réalisée le 6 août À compter du T2-13, l allocation de fonds propres normatifs aux métiers du Groupe BPCE est réalisée sur la base de 9 % des risques pondérés moyens en Bâle 3. L information sectorielle du Groupe BPCE a été retraitée en conséquence sur les périodes passées. 26 Ratios assurance crédits nets de réassurance. Pro forma réalisé sur le loss ratio : les participations bénéficiaires sont imputées sur les primes (chiffres d affaires) et non plus incluses avec les charges de sinistres ; pro forma réalisé sur le cost ratio : la CVAE est retirée des charges de gestion de l assurance et imputée sur l imposition ème Actualisation du document de référence 2013

19 1.2 Partenariat renouvelé entre le Groupe BPCE et CNP Assurances Paris, le 31 juillet 2014 Les Groupes BPCE et CNP Assurances, dont les accords de distribution actuels dans le domaine de l assurance arrivent à échéance le 31 décembre 2015, sont convenus des principes d un partenariat renouvelé à compter du 1 er janvier Ces principes ont été approuvés le 31 juillet par le conseil d'administration de Natixis et le conseil de surveillance du Groupe BPCE. Ce partenariat renouvelé, qui sera mis en œuvre à compter du 1er janvier 2016 pour une durée de 7 ans, repose sur les volets suivants : Un nouveau partenariat en assurance des emprunteurs (ADE) collective entre CNP Assurances et l ensemble des réseaux du Groupe BPCE dans le cadre d un accord de co-assurance à hauteur de 66% par CNP Assurances et 34% par Natixis Assurances ; Un partenariat en prévoyance collective pour la couverture des besoins des salariés des clientèles professionnelles et entreprises du Groupe BPCE ; Un partenariat ciblé en prévoyance individuelle sur les produits de dépendance et de garantie du locataire, Natixis Assurances étant le producteur unique des réseaux du Groupe BPCE sur les autres produits de prévoyance individuelle ; Un alignement d intérêts entre CNP Assurances et BPCE pour la gestion des encours restant chez CNP Assurances correspondant aux contrats souscrits par les clients des Caisses d'epargne jusqu au 31 décembre 2015 qui continueront à être gérés selon les termes actuels, ainsi qu une réassurance en quote-part de 10% de ces encours par Natixis Assurances ; La conception et la gestion par Natixis Assurances de l ensemble des contrats épargne et retraite (assurance vie et capitalisation) qui seront distribués par le réseau des Caisses d Epargne à compter du 1er janvier 2016, comme c est déjà le cas pour le réseau des Banques Populaires. Le Groupe BPCE se félicite des perspectives ouvertes par ce partenariat renouvelé, qui s inscrit pleinement dans son plan stratégique et qui lui permet de conforter son rôle de bancassureur de plein exercice dans l intérêt de ses clients. Les équipes opérationnelles du Groupe BPCE vont maintenant décliner ce partenariat renouvelé dans le cadre d accords contractuels. La mise en œuvre de ce partenariat renouvelé sera soumise à l approbation définitive des conseils d'administration et de surveillance de CNP Assurances et du Groupe BPCE après avis des instances représentatives du personnel concernées. Enfin, le Groupe BPCE a confirmé au conseil d'administration de CNP Assurances son intention de rester un actionnaire stable de CNP Assurances dans le cadre des pactes d actionnaires existants ème Actualisation du document de référence 2013

20 2. Rapport financier semestriel au 30 juin Préambule Les éléments financiers présentés au titre du premier semestre 2014 et les informations comparatives au titre du premier semestre 2013 ont été établis en appliquant les principes et méthodes comptables conformes au référentiel IFRS tel qu adopté par l Union européenne et applicable à cette date, excluant donc certaines dispositions de la norme IAS 39 concernant la comptabilité de couverture. Ce rapport de gestion présente les performances du Groupe BPCE et du groupe BPCE SA constitués autour de l organe central BPCE, créé le 31 juillet 2009 à la suite du rapprochement des Groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne. Les résultats du groupe BPCE SA seront présentés de façon synthétique, car l activité et les résultats des deux ensembles sont étroitement liés. Les principales différences de périmètre par rapport au Groupe BPCE concernent : l exclusion des contributions des Banques Populaires et des Caisses d Epargne, l exclusion du holding CE Holding Promotion, et donc de ses participations dans Nexity, Habitat en Région Services et Erixel. Pour mémoire, les comptes 2013 sont présentés pro forma du rachat (suivi de leur annulation) par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne des certificats coopératifs d investissement et du transfert de BPCE Assurances à Natixis Assurances (sous pôle Epargne). En l absence de règles d arrondis, la somme des valeurs figurant dans les tableaux et analyses peut différer légèrement du total reporté. 2.2 Faits majeurs du premier semestre Environnement économique et financier du premier semestre 2014 La croissance mondiale a continué de s améliorer au 1er semestre 2014, même si son rythme de redressement est demeuré fragile et modeste, avec une reprise d environ 3 % l an au 2ème trimestre, après un retrait à 1,9 % l an au 1er trimestre. Ce fléchissement, qui a induit une nette contraction du commerce mondial pour la première fois depuis 2009, traduit plutôt un aléa conjoncturel, car il a principalement été dû aux rigueurs de l hiver aux Etats-Unis et à un nouveau retrait des capitaux étrangers dans les pays émergents. Il ne contredit donc pas la tendance apparue depuis l été 2013 au rééquilibrage de l activité mondiale en faveur des pays avancés bénéficiant d un fort stimulant monétaire. La croissance française a stagné au 1er trimestre 2014, en raison de la contraction de la demande mondiale, du contrecoup d achats anticipés fin 2013, liés à la hausse du taux de la TVA au 1er janvier, et de la baisse des dépenses d énergie (hiver particulièrement doux). Au 2ème trimestre, elle n est pas parvenue à profiter davantage du modeste redressement européen, en dépit d un léger rebond lié à la dissipation des facteurs ponctuels défavorables. Contrairement à la hausse observée en Allemagne, et plus encore en Espagne, aucune dynamique de l investissement productif, qui est souvent le moteur d une reprise, ne s est encore véritablement enclenchée en France, face à la faiblesse de la demande et du taux de marge des entreprises. Conséquence de l atonie conjoncturelle, l inflation s est nettement affaiblie à 0,5 % en juin (inflation sous-jacente à seulement 0,1 %), malgré la hausse de la TVA. En mai, chômeurs de catégorie A ont été enregistrés, soit une hausse de 0,7 % par rapport à avril. Le taux de chômage est ainsi resté proche de ses maxima : 9,7 % en métropole et 10,4 % DOM compris. Enfin, le déficit budgétaire a finalement été plus fort que prévu par le gouvernement en 2013 (4,3 % du PIB au lieu de 4,1 %, dette publique à 93,5 %). Dès le 5 mars, la France a été mise sous surveillance renforcée par la Commission européenne, dans un contexte où le déficit public demeure supérieur à celui de la moyenne européenne. En juin, la BCE a baissé ses trois taux directeurs et a annoncé une batterie de nouvelles mesures de politiques moins conventionnelles, pour lutter contre une inflation trop basse, la contraction persistante du crédit au secteur privé et la tendance désinflationniste à 19 2 ème Actualisation du document de référence 2013

21 l appréciation de l euro. En lien avec la désinflation européenne et les politiques monétaires toujours ultra-expansionnistes, les taux longs américains, allemands et français se sont encore détendus, l OAT 10 ans atteignant un niveau historiquement bas de 1,595 % le 30 juin, contre 2,095 % le 31 mars et 2,5 % le 31 décembre Enfin, on a assisté à une forte baisse de la volatilité des marchés boursiers et à une solidité relative du CAC 40, ce dernier se situant à 4422,8 points le 30 juin 2014, contre 4296 le 31 décembre 2013, avec un pic à 4595 le 10 juin Faits majeurs du semestre TRANSFERT DE BPCE ASSURANCES VERS NATIXIS Le 13 mars 2014, BPCE et Muracef ont transféré leur participation (60 %) dans BPCE Assurances à Natixis Assurances, avec effet rétroactif au 1er janvier Ce transfert a été réalisé en conservant les accords capitalistiques et de coopérations existants avec MAIF et MACIF. COFACE Le groupe a placé avec succès environ 51 % du capital de Coface le 27 juin Suite à l exercice intégral de l option de sur-allocation portant sur 15 % de l offre de base, Natixis reste actionnaire de 41,35 % du capital de Coface. Cette opération n a pas dégagé d impact significatif sur le compte de résultat consolidé du groupe. FERMETURE DE LA GAPC La politique de réduction des risques concernant les portefeuilles du canton GAPC a été poursuivie, avec des cessions d actifs à hauteur de 1,6 milliard d euros de nominal au premier semestre Conformément aux annonces effectuées il y a un an, la GAPC a été fermée le 30 juin 2014 avec transfert du stock résiduel au pôle Banque de Grande Clientèle. 2.3 Données financières du Groupe BPCE Résultats du Groupe BPCE Le Groupe BPCE a confirmé des résultats robustes et récurrents et une bonne performance commerciale de ses métiers cœurs. Groupe BPCE Variation Métiers cœurs Variation S1-14 S1-13 pf M % S1-14 S1-13 pf M % Produit net bancaire ,5% ,2% Frais de gestion ,5% ,9% Résultat brut d'exploitation ,2% ,6% Coefficient d'exploitation 68,5% 69,8% -- -1,4 pt 65,5% 66,3% -- -0,8 pt Coût du risque ,2% ,3% Résultat des entreprises MEE ,6% ,5% Gains ou pertes nets sur autres actifs ns ns Variations de valeurs des écarts d'acquisition Résultat avant impôt ,6% ,7% Impôts sur le résultat ,6% ,8% Intérêts minoritaires ,2% ,9% Résultat net part du groupe ,2% ,8% PRODUIT NET BANCAIRE Le produit net bancaire du Groupe BPCE s élève à 11,8 milliards d euros au premier semestre 2014, en hausse de 3,5 % par rapport au premier semestre Ses métiers font preuve d une forte dynamique commerciale, notamment l assurance et d une progression de la rentabilité. Les revenus de ses métiers cœurs s établissent à 11,0 milliards d euros à mi-année 2014, en progression de 3,2 % par rapport au premier semestre FRAIS DE GESTION 20 2 ème Actualisation du document de référence 2013

22 Les frais de gestion s élèvent à - 8,1 milliards d euros, en légère hausse (+ 1,5 %) par rapport au premier semestre Cette évolution se concentre notamment sur le pôle Épargne qui poursuit son développement (effectif en hausse de 4%). Le coefficient d exploitation s améliore de 1,4 point pour s établir à 68,5 %. RESULTAT D EXPLOITATION Le résultat brut d exploitation s établit à 3,7 milliards d euros au premier semestre 2014, en hausse de + 8,2 % par rapport au premier semestre Le coût du risque du Groupe BPCE, à 0,9 milliard d euros, s améliore de 9,2% par rapport à la même période de référence 2013 avec toutefois des évolutions contrastées par pôle. Le coût du risque en points de base du Groupe BPCE est maintenu à un niveau modéré, il s inscrit à 31 points de base en moyenne semestrielle 2014 en recul par rapport au 1 er semestre 2013 (35 points de base). Sur les métiers cœurs, le coût du risque diminue de 11,3 %. Le résultat d exploitation s élève ainsi à 2,8 milliards d euros au premier semestre RESULTAT NET PART DU GROUPE Avec un résultat net part du groupe à 1,7 milliard d euros, en hausse de 10,2 % par rapport au premier semestre 2013 pro forma, le Groupe BPCE confirme des résultats solides et récurrents Métiers du groupe Le Groupe BPCE s articule autour de ses deux métiers cœurs. La Banque commerciale et Assurance inclut : le réseau Banque Populaire regroupant les 19 Banques Populaires et leurs filiales, le Crédit Maritime Mutuel et les sociétés de caution mutuelle ; le réseau Caisse d Epargne constitué des 17 Caisses d Epargne ; l Assurance et Autres réseaux, qui comprend principalement la participation minoritaire du groupe dans CNP Assurances, le Financement de l Immobilier, dont les résultats reflètent essentiellement la contribution du groupe Crédit Foncier, BPCE IOM et la Banque Palatine. La Banque de Grande Clientèle, l Épargne et les Services Financiers Spécialisés constituent les métiers cœurs de Natixis : la Banque de Grande Clientèle, qui se positionne comme la banque de la clientèle grandes entreprises et institutionnels de BPCE ; l Épargne avec la gestion d actifs, l assurance et la banque privée ; les Services Financiers Spécialisés, qui regroupent les métiers de l affacturage, du créditbail, du crédit à la consommation, des cautions et garanties, de l ingénierie sociale, des paiements et des titres. Le pôle des Participations financières est le troisième secteur opérationnel, constitué par les participations du groupe dans Nexity, Volksbank Romania, ainsi que celles de Natixis dans Coface, Corporate Data Solutions, Natixis Algérie et Natixis Private Equity. Le pôle Hors métiers regroupe notamment : la contribution de la gestion active des portefeuilles cantonnés (GAPC) de Natixis jusqu au 30 juin 2014 et les activités en gestion extinctive de compte propre et gestion déléguée de l ex-cnce ; la contribution de l organe central et des holdings du groupe ; la réévaluation de la dette propre ; les impacts résultant des opérations de gestion dynamique du bilan du Crédit Foncier (cessions de titres et rachats de passifs) ; les éléments relatifs aux dépréciations de valeur des écarts d acquisition et aux amortissements des écarts d évaluation, ces éléments relevant de la stratégie d acquisition de participations menée par le groupe. La présentation des pôles en 2014 prend en compte les évolutions suivantes : le pôle Banque commerciale et Assurance regroupe dorénavant trois sous pôles, le réseau Banque Populaire, le réseau Caisse d Epargne, l Assurance et Autres réseaux. Ces modifications ont conduit à : 21 2 ème Actualisation du document de référence 2013

23 reclasser Natixis Algérie et Hô-chi-Minh du pôle Banque commerciale et Assurance au pôle Participations financières ; transférer les activités transverses (entités outils, fonctions centrales financières du groupe), les activités d investissement (activités de capital investissement, les sociétés immobilières), les autres activités du pôle Banque commerciale et Assurance au pôle Hors métiers ; Transfert de la participation Caceis du sous pôle SFS au Hors métiers, Modification de la dénomination du sous pôle Activité en gestion extinctive et hors métiers en Hors métiers suite notamment à la clôture au 30 juin 2014 de la structure de cantonnement GAPC. L information sectorielle du Groupe BPCE a été retraitée en conséquence sur les périodes passées Compte de résultat par secteur Banque commerciale et Assurance BGC, Epargne et SFS Participations financières Hors métiers Groupe BPCE S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf Produit net bancaire Frais de gestion Résultat brut d'exploitation Coefficient d'exploitation 66,0% 66,9% 64,4% 64,9% 83,5% 82,3% ns ns 68,5% 69,8% Coût du risque Résultat des entreprises MEE Gains ou pertes nets sur autres actifs Variations de valeurs des écarts d'acquisition Résultat avant impôt Impôts sur le résultat Intérêts minoritaires Résultat net part du groupe Le produit net bancaire des deux métiers cœurs du groupe, Banque commerciale et Assurance et Banque de Grande Clientèle, Épargne et Services Financiers Spécialisés, est en hausse par rapport au premier semestre 2013 de 3,2 % traduisant une forte dynamique commerciale. Leur contribution est prépondérante pour le groupe : le poids relatif du produit net bancaire de la Banque commerciale et Assurance par rapport à celui généré par l ensemble du groupe est de 63,8 %, celui de Banque de Grande Clientèle, Épargne et Services Financiers Spécialisés est de 29,4 % Banque commerciale et Assurance Banques Populaires Caisses d'epargne Assurance et Autres réseaux Banque commerciale et Assurance Variation S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf M % Produit net bancaire ,8% Frais de gestion ,4% Résultat brut d'exploitation ,6% Coefficient d'exploitation 65,6% 67,2% 65,7% 66,0% 68,8% 69,8% 66,0% 66,9% -- -0,9 pt Coût du risque ,2% Résultat des entreprises MEE ,0% Gains ou pertes nets sur autres actifs ns Résultat avant impôt ,3% Le résultat avant impôt du pôle est en hausse de 10,3 % par rapport à 2013, dans une économie en faible croissance. Les réseaux Banque Populaire et Caisse d Epargne représentent 88,0 % du résultat avant impôt du pôle au premier semestre LES BANQUES POPULAIRES Dans un environnement macroéconomique qui reste peu porteur, le réseau Banque Populaire maintient une activité commerciale solide depuis un an, qui se traduit par la poursuite de l intensification de la relation clientèle (+ 6 % de clients actifs équipés et assurés et + 2,8 % de clients professionnels en double relation active). Une dynamique commerciale très forte, soutenue par un développement des encours de dépôts bilantiels (hors épargne centralisée) de 7,7 % 22 2 ème Actualisation du document de référence 2013

24 La collecte des Banques Populaires reste performante dans un marché des dépôts toujours fortement concurrentiel. Les encours d épargne bilantielle (hors centralisation) des Banques Populaires progressent de manière très dynamique sur un an (+ 9,8 milliards d euros, + 7,7 %) pour atteindre 136,8 milliards d euros à fin juin Les encours d épargne financière s établissent quant à eux à 68,4 milliards d euros et sont quasi stables : la confirmation du rebond sur l assurance vie (+ 1,3 milliard d euros, + 3,2 %) compense la décollecte sur les OPCVM. L activité est dynamique sur l ensemble des marchés. Sur le segment des particuliers, la hausse des encours d épargne de bilan est portée par les dépôts à vue (+ 1 milliard d euros, + 5,5 %) et les PEL (+ 700 millions d euros ; + 4,4 %), qui profitent du ralentissement des livrets (+ 400 millions d euros, + 1 %). Sur les autres marchés, la collecte très soutenue d épargne bilantielle (+ 7,4 milliards d euros, + 13,4 %) profite aux dépôts à vue (+ 3 milliards d euros, + 10,5 %) et à terme (+ 3,4 milliards d euros, + 16 %). Encours d'épargne (en Md ) 5,5% 67,5 68,4 127,0 136,8 S1-13 S1-14 Epargne financière Epargne bilantielle (hors Ep. centralisée) Une progression des encours de crédits de 3,9 % dans une conjoncture économique toujours difficile Les Banques Populaires, acteurs pleinement engagés auprès de leurs clients, financent activement l économie, avec une progression annuelle des encours de crédits de 3,9 % (+ 6,3 milliards d euros), qui atteignent 168,3 milliards d euros à fin juin Les encours de crédits sur le marché des particuliers progressent de 6,4 % (+ 5,4 milliards d euros). Ils sont portés par la forte hausse des prêts à l habitat (+ 5,3 milliards d euros, + 6,4 %), en lien avec l intensification de la conquête clientèle. Le dynamisme des crédits consommation se traduit par une production semestrielle en hausse de 11,4 % (+ 171 millions d euros) par rapport à fin juin Sur les autres marchés, les crédits à l équipement résistent bien alors que le contexte économique, avec une baisse de la demande, est peu propice à l investissement. La production est stable durant le premier semestre et les encours de crédits à l équipement progressent légèrement (+ 379 millions d euros, + 0,7 %) pour atteindre 54,1 milliards d euros à fin juin ème Actualisation du document de référence 2013

25 Encours de crédits (en Md ) 162,0 3,9% 168,3 24,9 25,6 53,7 54,1 83,4 88,7 S1-13 S1-14 Crédits immobiliers Crédits à l'équipement Autres Cré dits im m ob ilier s Cré dits à l'é q u ipe m en t Au tre s Résultats financiers Le produit net bancaire du réseau Banque Populaire s établit à 3,2 milliards d euros sur le premier semestre 2014, en hausse de 2,9% par rapport au premier semestre 2013 (+ 104 millions d euros, + 3,3 % hors variation de la provision épargne logement). Banques Populaires Variations S1-14 S1-13 pf M % Produit net bancaire ,9% Marge d'intérêt ,5% Commissions ,7% Autres activités ,7% La marge d intérêt 27 (hors variation de la provision d épargne logement) connait une progression soutenue de 6,2 % (+ 118 millions d euros) pour s élever à 2,0 milliards d euros. Elle est soutenue par le développement dynamique des encours d épargne et de crédits et par l amélioration du taux de marge d intermédiation clientèle. Les commissions 1 se maintiennent quant à elles à 1,2 milliard d euros (+ 0,7% par rapport au premier semestre 2013) : la hausse des commissions sur épargne financière (+ 20 millions d euros, + 12,9 %) compense les effets réglementaires défavorables (baisse des commissions sur épargne centralisée et plafonnement des commissions d intervention). Les frais de gestion sont quasi-stables (+ 0,5 %) et traduisent la bonne maîtrise des charges par les établissements. Avec le dynamisme du PNB et la bonne tenue des frais de gestion, le résultat brut d exploitation s établit à 1,1 milliard d euros (+ 81 millions d euros, + 7,8 %). En conséquence, le coefficient d exploitation hors variation de la provision épargne logement s améliore de 1,8 point à 65,5 %. Le coût du risque recule de 4,5 % (- 16 millions d euros) pour s élever à -343 millions d euros. Ramené aux encours de crédits, le coût du risque s élève à 40 points de base 28, en recul par rapport au 30 juin 2013 (44 points de base). La contribution des Banques Populaires au résultat avant impôt du pôle s établit à 790 millions d euros. LES CAISSES D EPARGNE L activité des Caisses d Epargne a été dynamique entre fin juin 2013 et fin juin 2014, confirmant la forte implication des établissements dans le financement de l économie française. L accent mis sur la stratégie d équipement se traduit par une progression de 3,1 % des clients bancarisés principaux sur le segment des particuliers et une croissance plus dynamique des clients professionnels actifs (+ 5,5 %) ainsi que des clients Entreprises actifs (+ 9,0 %). 27 Les commissions sur épargne centralisée sont retraitées de la marge d intérêt et intégrées dans les commissions 28 Coût du risque en points de base sur encours bruts de crédits à la clientèle en moyenne semestrielle 24 2 ème Actualisation du document de référence 2013

26 Une progression dynamique des encours de dépôts bilantiels (hors épargne centralisée) de 11,1 % Alors que le marché de l épargne reste concurrentiel, la progression des encours bilantiels (hors centralisation) entre juin 2013 et juin 2014 reste très soutenue à + 11,1 % (+ 19 milliards d euros). Les encours d épargne financière progressent de 2,2 % (+ 2,6 milliards d euros), la décollecte sur les OPCVM étant compensée par la bonne performance sur l assurance vie (+ 3,5 milliards d euros, + 3,3 %). Sur le marché des particuliers, le contexte de taux courts d un faible niveau profite aux dépôts à vue (+ 2,2 millliards d euros, + 10,2 %), à l épargne-logement (+ 3,5 milliards d euros, + 9,1 %) et à l assurance-vie (+ 3,1 milliards d euros, + 3,1 %), au détriment des livrets (- 4,3 milliards d euros, - 3,6 %). Concernant les autres marchés, le développement du fonds de commerce entraine les encours d épargne bilancielle à la hausse (+ 6,2 milliards d euros, + 12,4 %), notamment les dépôts à vue (+ 3,7 milliards d euros, + 22,9 %). En lien avec les contraintes réglementaires de liquidité, le recyclage des comptes sur livrets (- 1,1 milliard d euros, -6,2 %) vers les dépôts à terme (+ 4,7 milliards d euros, + 51 %) s est poursuivi. Encours d'épargne (en Md ) 286,2 7,4% 307,5 307,5 286,2 117,7 120,4 117,7 120,4 168,5 187,1 168,5 187,1 S1-13 S1-14 Epargn e b ilan tielle (hor s Ep. centr alisée) Epargn e f inancière S1-13 S1-14 Epargne financière Epargne bilantielle (hors Ep. centralisée) Une hausse des crédits de 7,1 % dans un contexte économique peu propice à l investissement Les encours de crédits, qui s élèvent à 206,2 milliards d euros au 30 juin 2014, connaissent une hausse de 7,1 % sur un an (+ 13,6 milliards d euros), ce qui confirme l engagement du réseau Caisse d Epargne dans le financement de l économie et des régions. Sur le marché des particuliers, les encours de crédit progressent de 8,2 % (+ 9,1 milliards d euros) par rapport à fin juin Ils atteignent 120,8 milliards d euros sous l effet de la hausse du crédit à l habitat (+ 8,6 milliards d euros, +8,6 %). La production totale de crédits immobiliers est toujours soutenue, bien qu en recul de 21 % (- 2,5 milliards d euros) par rapport à une référence 2013 exceptionnelle. Les crédits consommation résistent bien, avec une production totale stable (3,2 millards d euros) par rapport au premier semestre 2013 et des encours qui progressent de 3,2 % (+ 346 millions d euros). Si la production fléchit sur les crédits aux entreprises et institutionnels, en lien avec la moindre demande du secteur public et le contexte économique peu propice à l investissement, les encours progressent de 2 % (+ 1,1 milliard d euros) pour atteindre 56,6 milliards d euros à fin juin ème Actualisation du document de référence 2013

27 Encours de crédits (en Md ) 206,2 192,6 7,1% 206,2 192,6 56,6 25,3 22,6 55,5 56,6 55,5 114,5 124,3 114,5 124,3 S1-13 S1-14 Crédits im mobiliers Crédits à l'équ ip ement Aut res S1-13 S1-14 Crédits immobiliers Crédits à l'équipement Autr es Résultats financiers Le produit net bancaire du réseau Caisse d Epargne s établit à 3,5 milliards d euros au premier semestre 2014, et marque une légère hausse de 0,6 % (+ 20 millions d euros) par rapport au premier semestre 2013 (+ 1,2 % hors variation de la provision épargne logement). Caisses d'epargne Variations S1-14 S1-13 pf M % Produit net bancaire ,5% Marge d'intérêt ,8% Commissions ,3% Autres activités ,0% La marge d intérêt 29 hors variation de la provision d épargne logement augmente fortement (+ 120 millions d euros ; + 5,9 %), portée par la progression dynamique des encours de crédits et d épargne. Les commissions reculent de 4,3 % (- 64 millions d euros) à 1,4 milliard d euros, impactées par des effets réglementaires défavorables, notamment relatifs aux commissions sur épargne centralisée (- 54 millions d euros, - 26,6 %), que ne compense pas la bonne tenue des commissions sur épargne financière avec le dynamisme de l assurance-vie (+ 20 millions d euros, + 7,0 %). Les frais de gestion sont stables, traduisant la maîtrise des charges par les établissements. Ainsi, le résultat brut d exploitation atteint 1,2 milliard d euros, soit + 1,4 % par rapport au premier semestre 2013 (+ 17 millions d euros). Le coefficient d exploitation (retraité de la provision épargne logement) s améliore de 0,7 point à 65,8 %. Le coût du risque atteint millions d euros et augmente légèrement de 2,1 % (- 6 millions d euros). Rapporté aux encours de crédits, il s élève à 27 points de base 30 au 30 juin 2014, quasi-stable par rapport au 30 juin 2013 (29 points de base). La contribution des Caisses d Epargne au résultat avant impôt du pôle atteint 935 millions d euros. ASSURANCE ET AUTRES RESEAUX Concernant CNP Assurances, le chiffre d affaires du premier semestre 2014 s établit à 15,8 milliards d euros en progression de 12,5 % (+14,2 % à périmètre et change constants), la collecte nette du groupe atteint + 2,2 milliards d euros et les encours moyens progressent de 2,8 % pour atteindre 305,4 milliards d euros sur la période. Le chiffre d affaires en France au 29 Les commissions sur épargne centralisée sont retraitées de la marge d intérêt et intégrées dans les commissions 30 Coût du risque en points de base sur encours bruts de crédits à la clientèle en moyenne semestrielle 26 2 ème Actualisation du document de référence 2013

28 premier semestre 2014 est de 12,4 milliards d euros, en hausse de 19,7 % par rapport au premier semestre 2013, il a bénéficié du dynamisme du segment épargne. En outre l activité prévoyance/santé/assurance emprunteurs est en hausse de 3,0 % au premier semestre 2014 reflétant une bonne dynamique sur l ensemble de la gamme. Le chiffre d affaires hors France au premier semestre 2014 s élève à 3,4 milliards d euros, en recul de 8,0 % (-1,6% à périmètre et change constants) impacté principalement par un effet de change défavorable en Amérique Latine. Le coefficient d exploitation du premier semestre 2014 est en amélioration à 36,5 % contre 37,8% au premier semestre 2013 du fait d une bonne maîtrise des frais généraux en progression limitée de 1,7 %. Le résultat courant avant impôts s établit à millions d euros en progression de 2,8 % par rapport à La contribution au résultat avant impôt du pôle Assurance est de 103 millions d euros au premier semestre 2014 (dont 97 millions d euros pour CNP Assurances) en progression de 4,0 % par rapport au premier semestre Les Autres réseaux regroupent le Financement de l Immobilier, BPCE International et Outre- Mer (BPCE IOM) et Banque Palatine. Le Financement de l Immobilier contribue au résultat avant impôt du pôle à hauteur de 20 millions d euros, contre 14 millions d euros au premier semestre Le groupe Crédit Foncier constitue l essentiel du sous-pôle Financement de l Immobilier, tant en termes de production que de résultats financiers. Il affiche une production totale de 4,4 milliards d euros, en recul de 14 % par au premier semestre 2013, dans un environnement économique difficile. S agissant du financement des particuliers, la production s élève à 3,1 milliards d euros. Le Crédit Foncier conforte sa position de premier prêteur des ménages aux revenus modestes et intermédiaires avec un accroissement de sa part de marché dans la distribution des prêts à taux zéro + (27 %) et une part de marché de 42 % sur le prêt à l accession social. La production de crédits sur le marché des investisseurs immobiliers, des professionnels de l immobilier (promoteurs immobiliers ) et équipements publics s élève à 1,3 milliard d euros, en recul de - 16,2 % par rapport au premier semestre 2013, dans un marché orienté à la baisse sur le secteur public, en raison de la diminution des dotations de l Etat et du contexte électoral. Les encours totaux du groupe Crédit Foncier atteignent 106,8 milliards d euros, en hausse de 0,7 % par rapport au 31 décembre Le produit net bancaire du sous-pôle Financement de l Immobilier s établit à 355 millions d euros, en hausse de 3,8 % par rapport au premier semestre Les frais de gestion s élèvent à millions d euros. Hors projet de mutualisation des SI et de la reprise exceptionnelle de 11 millions d euros en 2013 sur Banco Primus, les frais de gestion s inscrivent en baisse de 1,6 % par rapport au premier semestre Le coût du risque a été principalement impacté au premier semestre 2014 par des compléments de provisions sur certains dossiers Corporates. Le groupe BPCE International et Outre-mer (BPCE IOM) contribue au résultat avant impôt du pôle à hauteur de 70 millions d euros, contre 30 millions d euros au premier semestre 2013, sous l effet de la bonne tenue de la marge nette d intérêt du pôle international et du dynamisme des commissions du pôle Outre-Mer. Cela se traduit par une augmentation du résultat brut d exploitation (+ 3,1 %) par rapport au premier semestre Le résultat avant impôt bénéficie de l amélioration du coût du risque (- 79,9 %), le premier semestre 2013 ayant été fortement pénalisés par des ajustements de nature exceptionnelle sur l international (Banque Tuniso-Koweitienne et la Banque Internationale du Cameroun pour l Epargne et le Crédit), tandis que le deuxième semestre 2014 bénéficie d une reprise de provision sur un dossier de crédit. La Banque Palatine contribue au résultat avant impôt du pôle à hauteur de 43 millions d euros, contre 23 millions d euros au premier semestre 2013, sous l effet de la bonne tenue de la marge nette d intérêt malgré un contexte de taux peu favorable et des commissions en 27 2 ème Actualisation du document de référence 2013

29 augmentation notamment sur l asset management. Cela se traduit par une hausse du résultat brut d exploitation (+ 10,0 %) par rapport au premier semestre Le résultat avant impôt bénéficie de l amélioration du coût du risque (- 34,7 %), le premier semestre 2013 ayant été fortement pénalisé par la dotation au titre d un dossier Corporates Banque de Grande Clientèle, Épargne et Services Financiers Spécialisés Ce secteur regroupe les trois métiers cœurs de Natixis ; sa contribution au résultat du Groupe BPCE s entend après prise en compte des intérêts minoritaires à hauteur de 28 %. BGC Epargne Services financiers spécialisés BGC, Epargne et SFS Variation S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf M % Produit net bancaire ,2% Frais de gestion ,4% Résultat brut d'exploitation ,8% Coefficient d'exploitation 57,6% 57,3% 71,3% 73,9% 65,7% 66,1% 64,4% 64,9% -- -0,5 pt Coût du risque ,2% Résultat des entreprises MEE ns Gains ou pertes nets sur autres actifs ns Résultat avant impôt ,4% BANQUE DE GRANDE CLIENTELE (BGC) Au premier semestre 2014, le produit net bancaire de la Banque de Grande Clientèle s'élève à millions d'euros en progression de 0,5 % par rapport au premier semestre Après retraitement des éléments exceptionnels relatifs aux activités de fixed income et trésorerie (produit de 72 millions d'euros au premier semestre 2013 et charge de 37 millions d'euros au premier semestre 2014), le produit net bancaire affiche une progression de 8,3 %. Ces éléments exceptionnels sont relatifs à la première application de la norme IFRS 13 au premier semestre 2013 et à un changement de méthodologie au premier semestre A 200 millions d'euros, les revenus de la banque commerciale progressent de 4 %. Avec des encours des activités de financements classiques quasi-stables par rapport à fin juin 2013, le produit net bancaire est soutenu par une production nouvelle importante et le développement des activités de trade finance, notamment en Asie. A 558 millions d'euros, les activités de financements structurés affichent des revenus en progression de 12 %, à change constant, par rapport au premier semestre Malgré un contexte économique européen peu favorable, cette performance résulte d'une production nouvelle dynamique en progression de 25 %, à près de 11,7 milliards d'euros (y compris opérations de restructuration) et d'un bon niveau de commissions de service. Par domaine, on observe une croissance significative du produit net bancaire des activités global energy & commodities et real estate finance, la résilience des activités d'acquisition finance et le repli des activités d'equity linked finance, d'aircraft et d'infrastructure. Les revenus des activités de marchés sont en baisse de 10 % par rapport au premier semestre Après retraitement des éléments exceptionnels mentionnés ci-dessus, les revenus des activités de marchés ressortent à 762 millions d'euros, en progression de 4 % par rapport au premier semestre ème Actualisation du document de référence 2013

30 A 478 millions d'euros au premier semestre 2014, les revenus des activités de taux, change, crédit, matières premières et trésorerie sont en baisse de 19 % par rapport au premier semestre Après retraitement des éléments exceptionnels mentionnés ci-dessus, à 515 millions d'euros, le produit net bancaire est stable. L'activité commerciale progresse de 7 % de semestre à semestre. Par segment, on note les évolutions suivantes : les revenus des activités de la plateforme de dettes sont en progression de 9 % par rapport à 2013, en cela compris une progression significative du segment primary bonds et la résilience des activités de titrisation, les revenus des activités fixed income (taux, crédit, change et commodities) sont en augmentation de 13 %, notamment sur les activités de taux dont le produit net bancaire du premier semestre 2013 avait été impacté défavorablement par les mouvements de marché de juin. Les revenus issus des activités de change sont en repli, conséquence de la faible volatilité observée ce semestre et de la concurrence accrue sur ce segment, A 246 millions d'euros, les activités actions affichent des revenus en hausse de 14 % sur un an, portées par la performance de l'equity finance dont les revenus progressent de 29 % et par le dynamisme des activités de conseil dont le produit net bancaire est multiplié par plus de deux. Au premier semestre 2014, les charges de la Banque de Grande Clientèle s'élèvent à 854 millions d'euros, en progression de 1,0 % par rapport au premier semestre L'évolution des principaux postes de charges est maîtrisée : les frais de personnel internes fixes sont en repli de 2 %, les frais informatiques sont stables et les frais d'exploitation sont en diminution de 4 %. Le résultat brut d'exploitation s'élève à 629 millions d'euros, stable par rapport au premier semestre Retraité des éléments exceptionnels mentionnés ci-dessus, il s'établit à 666 millions d'euros au premier semestre 2014 contre 559 millions d'euros au premier semestre 2013, soit une progression de 19 %. Le coefficient d'exploitation ressort à 57,6 % au premier semestre Après retraitement des éléments exceptionnels mentionnés ci-dessus, le coefficient d'exploitation du premier semestre 2014 s'établit à 56,2 % en réduction de - 4 points par rapport au premier semestre 2013 (60,2 %). A 113 millions d'euros, le coût du risque est en réduction de - 26 % par rapport au premier semestre 2013, concentré sur un nombre limité de contreparties. ÉPARGNE Les revenus du pôle Épargne progressent de 15,9 % sur le semestre à millions d'euros (+ 18,5 % à change constant). Les charges progressent de 11,8 % (+ 14,2 % à change constant). La hausse tient à l'augmentation des frais de personnel de la Gestion d'actifs essentiellement. Le résultat brut d'exploitation progresse de 27,6 % (+ 30,8 % à change constant) à 390 millions d'euros. Gestion d actifs Au cours du semestre écoulé, le développement de Natixis Global Asset Management (NGAM) a été marqué par : le rattachement de l ensemble des sociétés de gestion du Capital Investissement dans le périmètre NGAM avec un effet rétroactif au 1er janvier et la mise en place d'un véhicule de sponsoring pour effectuer le suivi des engagements Natixis dans les fonds, la cession de l'activité growth equity chez Hansberger qui a conduit à la comptabilisation d'une moins-value de cession de 12,6 millions de dollars avant impôts. Les encours sous gestion à fin juin 2014 s'élèvent à 679,6 milliards d'euros en croissance de 48,1 milliards d'euros par rapport au 31 décembre 2013 à change constant, soutenus par un effet marché de 27,0 milliards d'euros, par une collecte de 17,1 milliards d'euros (dont 16,1 milliards aux Etats-Unis) et par l'intégration au sein de ce métier des entités de private equity (+ 4,1 Md ) ème Actualisation du document de référence 2013

31 Evolution des encours sous gestion sur 6 mois (en milliards d'euros) +2,2 +17,1 +27,0 +4,1 629, ,6 31/12/13 change collecte nette effet marché autres 30/06/14 La collecte nette qui s'élève à 17,1 milliards d'euros et à 18,0 milliards hors monétaires reflète des évolutions contrastées selon les zones : les États-Unis enregistrent une collecte de 16,1 milliards d'euros essentiellement soutenue par Loomis sur les produits obligations et actions, et Harris Associates sur les produits actions, l'europe affiche une collecte nette de 0,6 milliard d'euros, H20 réalisant une collecte de 1,3 milliard principalement en obligations, AEW Europe une décollecte nette de 1,7 milliard, et Ossiam, Darius et MIROVA une collecte de + 0,3 milliard chacun. Le taux de rémunération moyen des encours à 27 bp est en progression de 10 % par rapport au premier semestre 2013 (24 bp au premier semestre 2013). Le mix produits à fin juin confirme la prépondérance dans les encours des produits obligataires à 28 % et des produits assurance à 27 %. Au 30 juin 2014, le produit net bancaire à millions d'euros est en progression de 16 % par rapport à la période de référence 2013 (soit + 20 % à change constant) soutenu notamment par les commissions sur encours aux États-Unis (en hausse de 154 millions de dollars, dont 117 millions de dollars chez Harris Associates) et les commissions de surperformance en Europe. Banque privée La banque privée enregistre une collecte nette de 918 millions d'euros sur le premier semestre 2014, qui fait plus que doubler par rapport au premier semestre 2013 (+ 447 millions d'euros de collecte nette). La collecte demeure soutenue par les réseaux Banque Populaire et Caisse d Epargne et par la clientèle directe sur la gestion de fortune notamment. La collecte de la plateforme CGPI (conseiller en gestion de patrimoine indépendant) revient à l'équilibre après plusieurs trimestres de décollecte. Les encours sous gestion s'établissent à 24,0 milliards d'euros au premier semestre 2014, en hausse de 12 % par rapport au premier semestre Le produit net bancaire de la banque privée à 63,6 millions d'euros est en hausse de 11 % par rapport au premier semestre Assurances Le métier a finalisé au cours du premier trimestre 2014, l'acquisition de 60 % du capital de BPCE Assurances, assureur des garanties «dommages» distribuées par les Caisses d'épargne. Un pro forma de cette acquisition a été réalisé sur les données de gestion 2013 pour assurer la comparabilité. Le premier semestre a été marqué par une dynamique satisfaisante : avec 2,1 milliards d'euros, la collecte brute d'assurance vie progresse de 12 % par rapport au premier semestre 2013, elle a été portée par une campagne promotionnelle auprès du réseau Banque Populaire, le produit Horizéo a ainsi conquis nouveaux clients et réalisé 30 2 ème Actualisation du document de référence 2013

32 une collecte de 163 millions d euros. Retraitée d'éléments exceptionnels, cette collecte s'inscrit dans la tendance de + 2 % constatée pour l'ensemble du marché français, la collecte en unités de compte réalisée par le réseau Banque Populaire s'établit en hausse de plus de 14 % par rapport au premier semestre La collecte luxembourgeoise étant importante sur les fonds «euros», la croissance pour les unités de comptes est ramenée à + 8 % sur l'ensemble de l'activité vie, la baisse continue des prestations vie permet d'afficher une collecte nette d'assurance vie en hausse de près de 11 % à près de 540 millions d euros, les cotisations de prévoyance et de l'assurance des emprunteurs (309 millions d euros, soit + 19 %) sont portées par le dynamisme de l'assurance des emprunteurs (+ 26 %) dans un contexte de stabilité de la prévoyance individuelle (+ 1 % à 74 millions d euros), sur des marchés difficiles, les cotisations dommages acquises sont en hausse de 10 % à 504 millions d euros pour les deux réseaux Caisse d Epargne et Banque Populaire, portées par la croissance de 19 % des contrats santé, de 13 % des garanties multi-risque habitation et de 8 % des garanties auto. Au total, plus de nouveaux contrats ont été signés au cours du premier semestre, soit une hausse de 14 % par rapport au premier semestre Le produit net bancaire des activités d'assurance atteint 264,9 millions d euros, soit une amélioration de 21 % par rapport au premier semestre 2013 qui reflète : la poursuite de la normalisation du produit net bancaire acquis par l'assurance vie (81 millions d euros / + 17 %), la forte croissance du produit net bancaire (68 millions d euros / + 27 %) des activités de prévoyance et d'assurances des emprunteurs, portées un développement significatif des cotisations sans dérive de la sinistralité, la croissance soutenue du produit net bancaire dommages (116 millions d euros / + 19 %), soutenue par le développement de l'activité avec les réseaux. SERVICES FINANCIERS SPECIALISES (SFS) Les revenus du pôle SFS, à 632 millions d'euros, progressent de 2 % par rapport au premier semestre Grâce à une bonne maîtrise des charges, le coefficient d'exploitation à 65,7 % s'améliore de 40 bp. Le résultat brut d'exploitation à 217 millions d'euros augmente de 3 % par rapport au premier semestre Répartition du produit net bancaire du premier semestre 2014 des métiers de sfs L'activité commerciale des financements spécialisés est restée très soutenue et la croissance des résultats commerciaux est notable par rapport au premier semestre Cette croissance est liée tant à l'activité réalisée avec les réseaux du Groupe BPCE qu'à celle conduite avec la clientèle propre ème Actualisation du document de référence 2013

33 Concernant l'affacturage, le chiffre d'affaires affacturé a crû de 9 % par rapport à mi-2013 notamment grâce au développement au sein du réseau des Caisses d'epargne et auprès des clients entreprises de Natixis. Natixis Factor est le quatrième acteur sur ce marché en France. L acitivité de cautions et garanties a enregistré un niveau de primes émises quasi stable par rapport à mi-2013 qui constituait une référence élevée, le volume de prêts aux particuliers cautionnés restant soutenu en raison du dynamisme des réseaux sur les prêts immobiliers dans un contexte de taux historiquement bas. Le crédit consommation a consolidé son activité de crédit renouvelable au sein des Banques Populaires et des Caisses d'epargne, ses encours au 30 juin 2014 progressant de 4 % sur un an à près de 1,8 milliard d'euros. Les encours de prêts personnels gérés s'élèvent à 14,4 milliards d'euros à mi-2013, en hausse de 12 % sur un an, bénéficiant sur cette offre du développement des Banques Populaires. La production nouvelle des activités de crédit-bail est stable par rapport au premier semestre 2013 ; les encours moyens sont restés quasi stables à 11,5 milliards d'euros. Au total, le produit net bancaire des activités de financements spécialisés bénéficie de cette bonne dynamique commerciale et s'élève à 366 millions d'euros en progression de 3 % par rapport au premier semestre L'activité des services financiers est plus contrastée. L'ingénierie sociale confirme sa première place de teneur de compte d'épargne salariale notamment grâce au développement de l'activité réalisée avec les réseaux. Par rapport à mi- 2013, les encours gérés d'épargne salariale progressent de 12 % et les encours Perco conservés de 30 % sur un an. Les titres de services poursuivent leur développement ; la part de marché du Chèque de Table s'établissant à 15,4 % en progression de 110 bp par rapport à mi-2013 tandis que les contrevaleurs émises augmentent de 9 % sur la même période. Pour sa part, le métier titres a développé sa prestation d'assistance et de middle-office aux réseaux Banque Populaire et Caisse d'epargne lancée en avril L'environnement demeure défavorable à l'épargne financière et le nombre de transactions recule de 7 % par rapport à mi L'activité des paiements est dynamique sur la monétique avec une hausse de 2 % des transactions de compensation. Dans ce contexte, le produit net bancaire des services financiers s'établit à 266 millions d'euros sur le semestre, stable par rapport au premier semestre Participations financières Les intérêts du groupe dans ses participations (dont Nexity, Coface, Corporate Data Solutions, Natixis Private Equity, Natixis Algérie et Volksbank Romania) sont identifiés dans le pôle Participations financières. Participations financières Variation S1-14 S1-13 pf M % Produit net bancaire ,8% Frais de gestion ,5% Résultat brut d'exploitation ,0% Coefficient d'exploitation 83,5% 82,3% -- 1,1 pt Coût du risque ns Résultat des entreprises MEE ns Gains ou pertes nets sur autres actifs ns Résultat avant impôt ,4% Le résultat avant impôts du premier semestre 2014 s élève à 138 millions d euros en recul de 18 millions d euros. Ce retrait est principalement localisé dans Nexity, du fait notamment de la baisse du chiffre d affaires de l immobilier d entreprise. La contribution des différentes participations financières de Natixis s établit à 76 millions d euros et est en progression de 6,0 % (+ 4 millions d euros) par rapport au premier semestre ème Actualisation du document de référence 2013

34 NEXITY Le carnet de commandes de Nexity s établit au 30 juin 2014 à millions d euros, en progression de 4,8 % par rapport au premier semestre 2013, et correspond à l équivalent de 19 mois de l activité de promotion de la société. En Immobilier d entreprise, les prises de commandes du semestre ressortent à 21 millions d euros. L activité Services immobiliers aux particuliers est marquée par l acquisition d Oralia au 1 er avril 2014 avec l intégration de lots supplémentaires dans le portefeuille de Nexity. Le chiffre d affaires 31 de Nexity s établit à millions d euros au premier semestre 2014, en diminution de 12,4 % : Immobilier résidentiel : le chiffre d affaires ressort à 735 millions d euros, en baisse de 8,6 % par rapport à fin juin Cette évolution s explique par la baisse de l activité en France et à l international ; Immobilier d entreprise : le chiffre d affaires affiche une baisse de 57,1 %. Le chiffre d affaires du premier semestre 2013 intégrait la contribution de nombreuses opérations en phase de construction très avancée pour assurer leur livraison au deuxième semestre 2013, alors que l avancement du premier semestre 2014 ne concerne principalement que des opérations en en phase de gros œuvre, encore peu génératrices de chiffre d affaires ; Services et Réseaux : la hausse du chiffre d affaires de 4,5 % provient notamment de l impact positif lié à l intégration d Oralia au deuxième trimestre 2014 (+ 16 M de CA) et d une hausse du chiffre d affaires généré par les réseaux de franchises (+ 1,6 %). en millions d euros S1-14 S1-13 Variation S1-14/S1-13 Immobilier résidentiel (8,6) % Immobilier d entreprise (57,1) % Services & réseaux ,5 % Autres activités 44 3 na CHIFFRE D AFFAIRES (12,4) % Nota : Les chiffres d affaires de l Immobilier résidentiel et de l Immobilier d entreprise (pour le VEFA et les contrats de promotion immobilière) sont reconnus selon la méthode de l avancement, c'est-à-dire calculés sur la base des ventes notariées et au prorata de l avancement des coûts de constructions engagés. Le résultat opérationnel courant atteint 73 millions d euros (contre 85 millions d euros au premier semestre 2013), soit un taux de marge de 6,6 %, quasi-stable par rapport à celui constaté au premier semestre 2013 (6,7 %). L analyse de l évolution des taux de marge des métiers montre une stabilité des marges du pôle Immobilier résidentiel (8,0 % au premier semestre 2014 et 2013), une amélioration de la marge du pôle Immobilier d entreprise (12,6 % contre 9,6 % au premier semestre 2013) et du pôle Services et Réseaux (4,8 % contre 3,4 % au premier semestre 2013). La contribution de Nexity (en vision IFRS 11) au résultat avant impôt du pôle Participations financières est de 62 millions d euros au premier semestre 2014, en recul de 25,4 % par rapport au premier semestre COFACE L'introduction en bourse de Coface s'est déroulée avec succès montrant ainsi la confiance des investisseurs dans une entreprise aujourd'hui recentrée sur son métier historique. Coface est désormais détenue à hauteur de 41,35 % à l'issue de l'opération (maintien en intégration globale dans les comptes consolidés). 31 Les indicateurs et les données financières commentées sont issus du reporting opérationnel avec la présentation des co-entreprises en intégration proportionnelle. A contrario, la vision contributive de Nexity au pôle Participations Financières est présentée en norme comptable IFRS ème Actualisation du document de référence 2013

35 Le chiffre d'affaires du semestre, à 724 millions d'euros est quasi-stable (- 0,3 %) pénalisé par l'effet change. A change constant, il progresse de 1,8 % par rapport au premier semestre 2013 : l'assurance qui représente 95 % du chiffre d'affaires est en hausse de 1,7 % et l'affacturage de 3,4 %. Le ratio sinistres sur primes net de réassurance ressort à 50,9 % au premier semestre 2014 contre 56,2 % pour le premier semestre 2013, soit une amélioration de 5,3 points reflétant une sinistralité en amélioration. Le produit net bancaire du premier semestre 2014 atteint 348 millions d'euros, en baisse de - 3,5 % par rapport au premier semestre 2013 mais en hausse de 7,3 % à périmètre et change constants et hors éléments exceptionnels (produits financiers au premier semestre 2013 et coût de la dette hybride au premier semestre 2014). Le résultat brut d'exploitation progresse de 40 % en constant et hors exceptionnel. CORPORATE DATA SOLUTIONS Le produit net bancaire du premier semestre 2014 atteint 42 millions d'euros, en retrait de 14,9 % par rapport au premier semestre Cette baisse s'explique par les cessions l'an dernier des entités belges et portugaises ainsi que par l'apport de l'activité de gestion de créances d'ellisphère à la joint-venture avec Intrum Justicia «IJCOF Corporate». Retraitée de ces éléments ainsi que des dépréciations au deuxième trimestre 2013 d'entités non consolidées de Kompass, la baisse ressort à 3,9 % à change constant. NATIXIS PRIVATE EQUITY (NPE) Natixis Private Equity détient majoritairement des parts de fonds et s'apparente aujourd'hui à un fonds de fonds. Par rapport au 30 juin 2013, les encours en quote-part Natixis (ou cash at risk ) sont en retrait de 30 % pour atteindre 251 millions d'euros à fin juin 2014 et les engagements hors bilan, à 64 millions d'euros, baissent de 54 %. Le produit net bancaire du premier semestre 2014 est négatif de 1 million d'euros contre un montant négatif de - 5,6 millions d'euros au premier semestre L'activité du semestre est marquée par la cession intégrale de nos participations dans les fonds Finatem II et III, en ligne avec la stratégie de désengagement. Les encours de risques pondérés s'élèvent à 709 millions d euros au 30 juin 2014, en diminution de 12 % sur le semestre. NATIXIS ALGERIE L'activité de Natixis Algérie profite du dynamisme de l'activité avec les clients. En monnaie locale, les encours de crédits moyens progressent de 25 % et les dépôts clientèle sont en hausse de 41 % par rapport au premier semestre Les encours hors-bilan progressent de 9 %. Natixis Algérie présente un produit net bancaire de 33 millions d euros. Du fait des changements réglementaires intervenus mi-2013 sur les commissions sur opérations de commerce extérieur ainsi que d'un effet change négatif, le produit net bancaire est en baisse de 3 % par rapport au premier semestre A change constant le produit net bancaire ressort en hausse de 1 % ème Actualisation du document de référence 2013

36 2.3.7 Hors métiers Hors métiers Variation S1-14 S1-13 pf M % Produit net bancaire ,2% Frais de gestion ,2% Résultat brut d'exploitation ,9% Coût du risque ,0% Résultat des entreprises MEE ns Gains ou pertes nets sur autres actifs ns Variations de valeurs des écarts d'acquisition ns Résultat avant impôt ,2% Le résultat avant impôt du groupe du pôle Hors métiers est de millions d euros au premier semestre 2014, contre millions d euros au premier semestre Les principaux impacts au 30 juin 2014 sont les suivants : la réévaluation de la dette à la juste valeur par résultat au titre du risque de crédit propre de - 60 millions d euros sur le premier semestre 2014 soit + 25 % par rapport au premier semestre 2013, plus value sur la cession de la participation minoritaire dans Lazard intervenue en juin 2014 de 99 millions d euros impactant le produit net bancaire du premier semestre 2014, la dépréciation durable des titres Banca Carige de - 10 millions d euros au premier semestre 2014 contre - 31,8 millions d euros au premier semestre 2013, la variation des valeurs d acquisition intègre une dépréciation au titre de l unité de gestion de trésorerie Corporate Data Solutions au 30 juin 2014 pour - 39 millions d euros Analyse du bilan consolidé du Groupe BPCE Variation En milliards d'euros Md % C aisses, banques centrales ,9% Actifs financiers à la juste valeur par résultat ,7% Instruments dérivés de couverture ns Actifs financiers disponibles à la vente ,2% Prêts et créances sur les établissements de crédit ,1% Prêts et créances sur la clientèle ,0% Ecart de réévaluation des portefeuilles couverts en taux ns Actifs financiers détenus jusqu'à l'échéance ,7% Actifs d'impôts ,5% C omptes de régularisation et actifs divers ,7% Parts dans les entreprises mises en équivalence ns Immeubles de placement ,6% Immobilisations corporelles ,4% Immobilisations incorporelles ,2% Ecarts d'acquisition ,4% Actif ,5% Banques centrales ns Passifs financiers à la juste valeur par résultat ,4% Instruments dérivés de couverture ns Dettes envers les établissements de crédit ,1% Dettes envers la clientèle ,4% Dettes représentées par un titre ,1% Ecart de réévaluation des portefeuilles couverts en taux ns Passifs d'impôts ,0% C omptes de régularisation et passifs divers ,0% Provisions techniques des contrats d'assurance ,7% Provisions pour risques et charges ,7% Dettes subordonnées ns Capitaux propres ,5% Capitaux propres part du groupe ,1% Intérêts minoritaires ,3% Passif ,5% 35 2 ème Actualisation du document de référence 2013

37 Au 30 juin 2014, le total du bilan consolidé du Groupe BPCE s élève à milliards d euros, en hausse de 2,5 % par rapport au 31 décembre VARIATIONS SUR LES POSTES SIGNIFICATIFS A L ACTIF DU BILAN CONSOLIDE Les principaux postes de l actif sont composés des prêts et créances à la clientèle (52,7 % du total de l actif au 30 juin 2014) et aux établissements de crédit (9,8 %), des actifs financiers à la juste valeur par résultat (15,8 %), et des actifs financiers disponibles à la vente (7,2 %). L ensemble de ces rubriques contribue ainsi à près de 85,5 % à la constitution de l actif du groupe. Actifs financiers à la juste valeur par résultat Ces actifs financiers comprennent les opérations négociées à des fins de transaction, y compris les instruments financiers dérivés, et certains actifs et passifs que le groupe a choisi de comptabiliser à la juste valeur par résultat au titre de l option offerte par la norme IAS 39. Les opérations de couverture conclues par les entités du groupe par l intermédiaire de Natixis ont été reclassées des instruments financiers à la juste valeur par résultat vers les instruments dérivés de couverture. La baisse des encours sur la période de 24,1 milliards d euros se décompose en : une diminution du portefeuille de titres à revenu fixe (- 5,3 milliards d euros) provenant notamment des effets publics (- 5,2 milliards d euros) ; une progression du portefeuille de titres à revenu variable (+ 2,4 milliards d euros) ; une diminution du portefeuille de prêts (- 13,9 milliards d euros) provenant notamment des titres reçus en pension (- 13,5 milliards d euros) ; une diminution des instruments dérivés de transaction (- 7,4 milliards d euros). Actifs financiers disponibles à la vente Ces actifs financiers sont composés des obligations, des actions ainsi que des effets publics et valeurs assimilées qui ne sont pas classés dans les autres catégories de l actif. Ils présentent un encours de 82,7 milliards d euros au 30 juin 2014 contre 79,4 milliards d euros fin La hausse constatée de 3,3 milliards d euros s explique par la progression des titres à revenu fixe (+ 2,6 milliards d euros). Prêts et créances sur la clientèle et les établissements de crédit Cette catégorie regroupe les actifs financiers non dérivés à paiement fixe ou déterminable qui ne sont pas traités sur un marché actif, corrigés des dépréciations éventuelles. L encours global progresse de 4,8 % sur la période et s élève à près de 719,7 milliards d euros au 30 juin L encours net des prêts et créances sur la clientèle est de 607,2 milliards d euros, en progression de 28,8 milliards d euros sur le semestre (+ 5,0 %). Cette variation résulte principalement de l activité soutenue des métiers du groupe, et en particulier de la Banque commerciale et Assurance, avec une hausse de 19,5 milliards d euros de Valeurs et titres reçus en pension, de 4,3 milliards d euros des encours de crédit au logement, 1,2 milliard d euros des encours de crédit à l équipement et de 1,1 milliard d euros de prêts à la clientèle financière. Cette progression compense le recul des valeurs des Autres Crédits (- 2,9 milliards d euros). Le taux d encours douteux sur encours bruts clientèle est de 3,7 % au 30 juin 2014, en légère baisse par rapport au 31 décembre 2013, et les dépréciations constituées (y compris collectives) s élèvent à 12,3 milliards d euros. L encours net des prêts et créances sur les établissements de crédit atteint 112,4 milliards d euros, en hausse de 4,4 milliards d euros sur le semestre (+ 4,1 %). Cette évolution intègre la hausse des comptes et prêts à terme (+ 3,2 milliards d euros), des opérations de prises en pension (+ 0,8 milliard d euros). Le taux d encours douteux et les dépréciations constituées s inscrivent en baisse sur la période. VARIATIONS SUR LES POSTES SIGNIFICATIFS AU PASSIF DU BILAN CONSOLIDE Le passif du bilan est constitué au 30 juin 2014 à près de 87,0 % des éléments suivants : dettes envers la clientèle (40,7 %) et envers les établissements de crédit (7,7 %) ; 36 2 ème Actualisation du document de référence 2013

38 dettes représentées par un titre (21,1 %) ; passifs financiers à la juste valeur par résultat (12,9 %) ; capitaux propres part du groupe (4,6 %). Passifs financiers à la juste valeur par résultat Au passif, ce portefeuille est constitué d instruments de dette évalués en juste valeur à la date d arrêté comptable en contrepartie du compte de résultat. Au 30 juin 2014, il représente 148,5 milliards d euros, affichant une baisse de 31,4 milliards d euros (- 17,4 %) sur la période. Cette évolution s explique essentiellement par la diminution des titres donnés en pension (- 13,9 milliards d euros), des passifs détenus à des fins de transactions (- 9,1 milliards d euros) et des dérivés de transaction (- 9,7 milliards d euros). Dettes envers la clientèle et les établissements de crédit Les dettes envers la clientèle et les établissements de crédit sont de 558,0 milliards d euros au 30 juin 2014, et présentent une hausse de 11,0 milliards d euros par rapport au 31 décembre Les dettes envers la clientèle s élèvent à 469,3 milliards d euros, en hausse de 11,1 milliards d euros sur le semestre. Cette variation se décompose principalement en : une progression des comptes ordinaires créditeurs (+ 5,6 milliards d euros) ; une augmentation des placements sur les produits à régime spécial (+ 2,7 milliards d euros) portée par le plan épargne-logement (+ 1,9 milliard d euros) ; une progression des opérations données en pension (+ 12,2 milliards d euros) ; une baisse des comptes à vue et comptes à terme (- 9,0 milliards d euros) ; Les dettes envers les établissements de crédit s établissent à 88,7 milliards d euros, stables sur le semestre. Dettes représentées par un titre Ces dettes s établissent à 242,7 milliards d euros au 30 juin 2014, en progression de 28,1 milliards d euros sur la période. Une tendance qui s explique par l évolution des emprunts obligataires (+ 8,0 milliards d euros) et celui des titres du marché interbancaire et des titres de créances négociables (+ 20,9 milliards d euros). Capitaux propres Les capitaux propres part du groupe s élèvent à 53,4 milliards d euros au 30 juin 2014 contre 51,3 milliards d euros au 31 décembre Cette évolution intègre en particulier : le résultat de la période : + 1,7 milliard d euros ; une augmentation de capital : + 0,6 milliard d euros, dont 0,5 milliard d euros lié aux émissions de part sociales des Banques Populaires et des Caisses d Epargne et 0,2 milliard lié à l augmentation de capital des Banques Populaires et des Caisses d Epargne ; une distribution : - 0,4 milliard d euros. 2.4 Données financières du groupe BPCE SA Résultats du groupe BPCE SA La formation du résultat du groupe BPCE SA s entend après retraitement des contributions des entités non consolidées dans ce périmètre. Au premier semestre 2014, le passage entre le résultat net du Groupe BPCE et celui du groupe BPCE SA se résume ainsi : S1-14 Résultat net du Groupe BPCE Entités non consolidées ou consolidées selon une méthode différente (1) Autres éléments 6 Résultat net du Groupe BPCE SA 538 (1) dont notamment Banques Populaires, Caisses d'epargne et leurs filiales locales et SLE, Nexity 37 2 ème Actualisation du document de référence 2013

39 Le groupe BPCE SA affiche un résultat net part du groupe de 538 millions d euros en hausse de 19,0% par rapport au premier semestre de l année précédente. Banque commerciale et Assurance * BGC, Epargne et SFS S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf S1-14 S1-13 pf Produit net bancaire Frais de gestion Résultat brut d'exploitation Coefficient d'exploitation 68,8% 69,9% 64,4% 64,9% 81,1% 84,5% ns ns 71,7% 74,5% Coût du risque Résultat des entreprises MEE Gains ou pertes nets sur autres actifs Var. de valeur des écarts d'acquisition Résultat avant impôt Impôts sur les bénéfices Intérêts minoritaires Résultat net part du groupe * Hors Banques Populaires, Caisses d'epargne, et leurs filiales locales et sociétés locales d'épargne Participations financières Hors métiers groupe BPCE SA Les performances de la Banque commerciale et Assurance à 173 millions d euros progressent de 6,1% par rapport au premier semestre 2013 portées notamment, par une amélioration des contributions de BPCE IOM et de la Banque Palatine. Le pôle Banque de Grande Clientèle, Épargne et SFS affiche, avec un résultat de 517 millions d euros, une croissance de 12,6 % par rapport au premier semestre 2013 soutenue par une activité dynamique sur l ensemble de ses métiers. Le résultat du pôle Participations financières à 33 millions d euros reste stable sur un an. Le résultat du pôle Hors métiers s établit à -185 millions d euros contre 202 millions d euros au premier semestre Il intègre notamment un impact de la réévaluation de la dette à la juste valeur par résultat au titre du risque de crédit propre de - 31 millions d euros, une dépréciation des écarts d acquisition de - 28 millions d euros concernant Corporate Data Solutions compensés par la plus value de cession de la participation minoritaire dans Lazard ème Actualisation du document de référence 2013

40 2.4.2 Analyse du bilan consolidé du groupe BPCE SA Données contributives Variation 30/06/ /12/2013 En milliards d'euros Md % Caisse, Banques Centrales ,9% Actifs financiers à la juste valeur par résultat ,5% Instruments dérivés de couverture ,3% Actifs financiers disponibles à la vente ,9% Prêts et créances sur les établissements de crédit ,6% Prêts et créances sur la clientèle ,4% Ecart de réévaluation des portefeuilles couverts en taux ns Actifs financiers détenus jusqu'à l'échéance ,4% Actifs d'impôts ,8% Comptes de régularisation et actifs divers ,5% Parts dans les entreprises mises en équivalence ns Immeubles de placement ,2% Immobilisations corporelles ,6% Immobilisations incorporelles ,2% Ecarts d'acquisition ,1% Actif ,0% Banques centrales ns Passifs financiers à la juste valeur par résultat ,9% Instruments dérivés de couverture ns Dettes envers les établissements de crédit ,4% Dettes envers la clientèle ,7% Dettes représentées par un titre ,5% Ecart de réévaluation des portefeuilles couverts en taux ns Passifs d'impôts ns Comptes de régularisation et passifs divers ,8% Provisions techniques des contrats d'assurance ,0% Provisions ,2% Dettes subordonnées ,3% Capitaux propres ,4% Capitaux propres part du groupe ,7% Intérêts minoritaires ,0% Passif ,0% Au 30 juin 2014, le total du bilan consolidé du groupe BPCE SA s élève à 738 milliards d euros, en hausse de 3,0 % par rapport au 31 décembre Cette progression s explique principalement par les Prêts et créances sur la clientèle et les Dettes représentées par un titre (respectivement + 21,8 milliards d euros et + 27,5 milliards d euros) par les Comptes de régularisation actifs et passifs divers (respectivement + 6,3 milliards d euros et + 5,2 milliards d euros). Elle est compensée par une baisse marquée des Actifs et Passifs financiers à la juste valeur par résultat (respectivement - 22,2 milliards d euros et - 25,0 milliards d euros). Par ailleurs, les capitaux propres part du groupe s élèvent à 21,6 milliards d euros au 30 juin 2014 contre 21,2 milliards d euros au 31 décembre Cette évolution de + 0,4 milliard d euros résulte principalement : de l intégration du résultat de la période : + 0,5 milliard d euros ; d une distribution de dividendes : - 0,1 milliard d euros ; de la rémunération des TSS : - 0,1 milliard d euros ; des transactions avec les minoritaires : - 0,1 milliard d euros. 2.5 Investissements Au premier semestre 2014 BPCE n a pas réalisé d investissement significatif (investissement supérieur à un milliard d euros nécessitant la majorité qualifiée du conseil de surveillance) au cours de l exercice ème Actualisation du document de référence 2013

41 2.5.2 En 2013 BPCE n a pas réalisé d investissement significatif (investissement supérieur à un milliard d euros nécessitant la majorité qualifiée du conseil de surveillance) au cours de l exercice En 2012 BPCE n a pas réalisé d investissement significatif (investissement supérieur à un milliard d euros nécessitant la majorité qualifiée du conseil de surveillance) au cours de l exercice. 2.6 Événements post clôture Les Groupes BPCE et CNP Assurances, dont les accords de distribution actuels dans le domaine de l assurance arrivent à échéance le 31 décembre 2015, sont convenus des principes d un partenariat renouvelé à compter du 1 er janvier Ces principes ont été approuvés le 31 juillet par le conseil d'administration de Natixis et le conseil de surveillance du Groupe BPCE. Ce partenariat renouvelé, qui sera mis en œuvre à compter du 1er janvier 2016 pour une durée de 7 ans, s inscrit pleinement dans le plan stratégique du Groupe BPCE et lui permettra de conforter son rôle de bancassureur de plein exercice dans l intérêt de ses clients. La mise en œuvre de ce partenariat renouvelé sera soumise à l approbation définitive des conseils d'administration et de surveillance de CNP Assurances et du Groupe BPCE après avis des instances représentatives du personnel concernées. Enfin, le Groupe BPCE a confirmé au conseil d'administration de CNP Assurances son intention de rester un actionnaire stable de CNP Assurances dans le cadre des pactes d actionnaires existants. 2.7 Perspectives pour le second semestre 2014 Au second semestre 2014, le redressement graduel mais encore fragile de l économie mondiale se poursuivrait en faveur des pays avancés, après le fléchissement observé au 1 er trimestre. Il continuerait de pâtir de l affaiblissement général du potentiel de croissance, de la poursuite du long processus de désendettement privé et public, de l amoindrissement structurel des gains de productivité dans les pays émergents en rattrapage économique et de l hétérogénéité économique des pays européens. De plus, hormis des tensions géopolitiques ou une nouvelle crise de change liée aux déséquilibres extérieurs, des aléas seraient toujours susceptibles de le freiner ou de l interrompre, dont le principal serait l émergence d une spirale de déflation européenne. Pour autant, le renforcement progressif des conditions économiques viendrait de la solidité de la reprise américaine, du moindre ralentissement des économies émergentes, de l impact toujours favorable des politiques monétaires extrêmes de part et d autre de l Atlantique et d une «resynchronisation» du cycle économique européen avec l activité mondiale. La France croîtrait au second semestre au même rythme que la zone euro. Cependant, les effets d acquis défavorables du 1 er trimestre et une dynamique conjoncturelle encore incertaine limiteraient sa performance à environ 0,6% de croissance en 2014, contre 0,4% en Ce rythme serait donc insuffisant pour créer rapidement des emplois salariés, pour réduire les défaillances d entreprises et pour permettre au déficit budgétaire de se conformer aux objectifs préalablement assignés par le gouvernement avec un PIB progressant à 1%. Malgré la montée en charge de l emploi aidé dans les administrations publiques, le taux de chômage augmenterait légèrement à 10,2 % sur l ensemble de la France d ici la fin de l année. Conséquence d une forme d attentisme et d une révision probable à la baisse des perspectives de long terme, la consommation progresserait de manière modeste, en ligne avec un pouvoir d achat qui pâtirait du profil heurté des impôts, mécaniquement plus lourds au second semestre. Après sa contraction au 1 er trimestre, l investissement des entreprises se redresserait légèrement, grâce aux effets favorables du crédit d impôt sur la compétitivité (CICE) et de l amélioration des conditions de financement. Enfin, l inflation ne dépasserait pas 1 % d ici à la fin de l année, en dépit de l impact de la hausse de TVA ème Actualisation du document de référence 2013

42 La politique monétaire de la BCE serait toujours favorable, sans probablement utiliser l outil de monétisation explicite des dettes publiques, du fait de l absence de matérialisation du risque déflationniste. A contrario, la Fed commencerait à normaliser très prudemment la sienne, surtout à partir d octobre, avec la fin du programme de rachats mensuels d actifs. En conséquence, les taux longs américains, très bas au regard de la croissance nominale de ce pays, pourraient remonter, entraînant ainsi à la hausse les taux longs allemands et singulièrement français, qui ont atteint des niveaux historiquement bas. La remontée de l OAT 10 ans resterait cependant très bornée par la faiblesse de la croissance et de l inflation, sauf en cas de réévaluation brutale du risque souverain français ème Actualisation du document de référence 2013

43 3. Gestion des risques 3.1 Facteurs de risques Les facteurs de risques n ont pas, concernant le Groupe BPCE, subi d évolution significative par rapport à la situation décrite dans le document de référence 2013 du Groupe BPCE (Chapitre 3 pages 110 à 115). 3.2 Fonds propres et ratios prudentiels Fonds propres et ratios de solvabilité BÂLE 3 1 BÂLE 2,5 30/06/ /03/ /12/ /12/2012 Total risques pondérés 404 Md 407 Md 369 Md 381 Md Fonds propres Common Equity Tier 1 45,0 Md 44,3 Md 42,0 Md 40,9 Md Fonds propres Tier 1 49,2 Md 48,5 Md 47,3 Md 46,5 Md Ratio de Common Equity Tier 1 11,1 % 10,9 % 11,4 % 10,7 % Ratio de Tier 1 12,2 % 11,9 % 12,8 % 12,2 % Ratio de solvabilité global 2 14,0% 13,6 % 14,4 % 12,5 % NOTATIONS LONG TERME (31 JUILLET 2014) A perspective négative A2 perspective négative A perspective stable 1 Tenant compte des dispositions transitoires prévues par la CRR / CRD 4 - Estimation au 30/06/ Au 30 juin 2014, l excédent en fonds propres du conglomérat financier est estimé à plus de 20 Md Gestion de la solvabilité du groupe en Bâle 3 Sur le premier semestre 2014, la solvabilité du Groupe BPCE s est renforcée : le ratio de Common Equity Tier 1 Bâle 3, qui tient compte des dispositions transitoires prévues par la CRR/CRD4, s élève à 11,1% 32 au 30 juin 2014, en progression par rapport à un ratio estimé à 10,3% 33 au 31 décembre La progression du ratio de Common Equity Tier One Bâle 3 de 80 points de base sur le semestre est liée : à la croissance dynamique des fonds propres Common Equity Tier 1 de 2,7 milliards d euros, portée notamment par les résultats mis en réserve et par la collecte de parts sociales réalisée par les deux réseaux (dont l impact en fonds propres est de 0,8 milliard d euros sur le 1 er semestre 2014) ; à une bonne maîtrise des risques pondérés à 404 milliards d euros au 30 juin Le groupe a, au cours du semestre, réduit son profil de risque de 5 milliards d euros comparé à 32 Estimation au 30/06/2014 tenant compte des dispositions transitoires prévues par la CRR/CRD4 33 Risques pondérés Bâle 3 estimés à 409 Md au 31/12/ ème Actualisation du document de référence 2013

44 celui de fin Cette évolution est liée notamment à la baisse constatée chez Natixis (impact de la GAPC et de la Coface). De plus, au 30 juin 2014, le ratio de solvabilité global du groupe s élève à 14,0% 27 en progression par rapport à fin Cette évolution s explique, d une part, par la hausse constatée sur le ratio de Common Equity Tier 1, et, d autre part par les émissions de Tier 2 réalisées sur le semestre dont le montant global est d environ 2 milliards d euros (1,5 milliard de dollars en janvier 2014 et 750 millions de livres sterling en avril 2014). Sans tenir compte des dispositions transitoires prévues par la CRR/CRD4 et après retraitement des impôts différés actifs, le ratio de Common Equity Tier 1 est de 11,1 % au 30 juin Perspectives Sur le second semestre 2014, l ensemble du Groupe BPCE poursuivra la mise en œuvre du plan stratégique et sera notamment mobilisé sur son objectif de renforcement de sa solidité financière : le plan définit un objectif de ratio de Common Equity Tier 1 supérieur ou égal à 12 % en 2017 et de ratio global de solvabilité supérieur ou égal à 15 % en 2017 au plus tard. 3.3 Risques de crédit et de contrepartie Organisation de la gestion du risque de crédit et de contrepartie L organisation de la gestion du risque de crédit et de contrepartie et la méthodologie de mesure des risques sont décrites de manière détaillée au sein du document de référence 2013 (Chapitre 3 pages 125 à 126). La mesure des risques repose sur des systèmes de notation adaptés à chaque typologie de clientèle ou d opérations, dont la direction des Risques assume la définition et le contrôle de performance. Répartition des engagements au 30 juin ème Actualisation du document de référence 2013

45 Le total des expositions brutes du Groupe BPCE, hors autres actifs, est en très légère hausse sur le semestre (+ 0,5 %) à milliards d euros. Les entreprises et la clientèle de détail, métiers historiques du groupe, concentrent plus de la moitié des expositions brutes du groupe au 30 juin 2014 (55 %). On constate sur le premier semestre 2014 une stabilité dans la répartition des expositions par type de secteur, avec une prépondérance des secteurs locations immobilières et finance assurance. Répartition géographique des engagements au 30 juin 2014 Les expositions brutes du Groupe BPCE restent très majoritairement concentrées en Europe (88 %), notamment en France (68 %). 3.4 Encours douteux Encours douteux et dépréciations Groupe BPCE En millions d euros 30/06/ /12/ /12/2012 Encours bruts de crédits clientèle Dont encours douteux Taux encours douteux / encours bruts 3,7 % 3,9 % 3,7 % Dépréciations constituées Dépréciations constituées / encours douteux 53,2% 52,7 % 53,0 % Taux de couverture y compris sûretés relatives aux encours dépréciés 78,7 % 78,2 % 73,7 % 1 Y compris dépréciations collectives 3.5 Risques de marché Organisation de la gestion des risques de marché L organisation de la gestion des risques de marché et la méthodologie de mesure des risques sont décrites de manière détaillée au sein du document de référence 2013 (Chapitre 3 pages 146 à 147) ème Actualisation du document de référence 2013

Paris, le 31 juillet 2014

Paris, le 31 juillet 2014 Paris, le 31 juillet 2014 Groupe BPCE : 1 er semestre 2014 solide avec un résultat net part du groupe de 1,7 milliard d euros 1 en hausse de 10,4 % par rapport au 1 er semestre 2013 Bonne performance commerciale

Plus en détail

Paris, le 31 juillet 2014

Paris, le 31 juillet 2014 Paris, le 31 juillet 2014 Groupe BPCE : 1 er semestre 2014 solide avec un résultat net part du groupe de 1,7 milliard d euros 1 en hausse de 10,4 % par rapport au 1 er semestre 2013 Bonne performance commerciale

Plus en détail

Paris, le 6 mai 2014. Groupe BPCE : résultats du premier trimestre 2014. Solides performances commerciales et financières

Paris, le 6 mai 2014. Groupe BPCE : résultats du premier trimestre 2014. Solides performances commerciales et financières Paris, le 6 mai 2014 Groupe BPCE : résultats du premier trimestre 2014 Solides performances commerciales et financières Performances financières solides Revenus des métiers cœurs 1 de 5,5 milliards d euros,

Plus en détail

Une base de résultats récurrente pour le Groupe BPCE, portée par la performance des métiers cœurs

Une base de résultats récurrente pour le Groupe BPCE, portée par la performance des métiers cœurs Paris, le 4 novembre 2014 Résultats 1 du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2014 : Un résultat net part du groupe 2 robuste de 2,5 Md sur 9M-14 (+ 8,2 %) et de 810 M au T3-14 (+ 4,0 %), permettant

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2013

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2013 Paris, le 6 novembre 2013 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2013 Solidité des résultats au T3-13 et sur 9M-13. Résultat net part du groupe 1, hors réévaluation de la dette propre, en

Plus en détail

Forte progression de la solvabilité et poursuite du renforcement de la liquidité

Forte progression de la solvabilité et poursuite du renforcement de la liquidité Paris, le 19 février 2015 Résultats 1 de l année 2014 : solides performances du Groupe BPCE en 2014, avec un résultat avant impôt 2 de 5,6 Md, en forte hausse (+ 9,5 %) par rapport à 2013 et un résultat

Plus en détail

RÉSULTATS 1 DU PREMIER TRIMESTRE 2015 DU GROUPE BPCE

RÉSULTATS 1 DU PREMIER TRIMESTRE 2015 DU GROUPE BPCE Paris, le 6 mai 2015 RÉSULTATS 1 DU PREMIER TRIMESTRE 2015 DU GROUPE BPCE Performances robustes du Groupe BPCE au T1-2015, avec un résultat net part du groupe (hors éléments exceptionnels et impact de

Plus en détail

Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité

Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité Paris, le 19 février 2014 Groupe BPCE : résultats de l année 2013 et du 4 e trimestre 2013 Solides performances du Groupe BPCE, avec un profil de risque restant modéré et une forte amélioration de la solvabilité

Plus en détail

Groupe BPCE : résultats du premier trimestre 2013

Groupe BPCE : résultats du premier trimestre 2013 Paris, le 6 mai 2013 Groupe BPCE : résultats du premier trimestre 2013 Résultats du T1-13 solides dans un environnement économique difficile Résultat net part du groupe de 754 millions d euros, en progression

Plus en détail

RÉSULTATS 1 DU 2 e TRIMESTRE ET DU 1 er SEMESTRE 2015 DU GROUPE BPCE

RÉSULTATS 1 DU 2 e TRIMESTRE ET DU 1 er SEMESTRE 2015 DU GROUPE BPCE Paris, le 30 juillet 2015 RÉSULTATS 1 DU 2 e TRIMESTRE ET DU 1 er SEMESTRE 2015 DU GROUPE BPCE Résultats en progression : résultat net 2 de 841 M au T2-15 (+ 2,3 %) et de 1 850 M au S1-15 (+ 9,7 %) UNE

Plus en détail

Groupe BPCE : Résultats du premier trimestre 2012. Paris, le 9 mai 2012

Groupe BPCE : Résultats du premier trimestre 2012. Paris, le 9 mai 2012 Paris, le 9 mai 2012 Groupe BPCE : Résultats du premier trimestre 2012 Résolument engagé dans le financement de l économie, le Groupe BPCE maintient une bonne capacité bénéficiaire et poursuit le renforcement

Plus en détail

Résultats du 1 er trimestre 2015. 6 Mai 2015

Résultats du 1 er trimestre 2015. 6 Mai 2015 Résultats du 1 er trimestre 2015 6 Mai 2015 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie du Groupe BPCE. Par nature,

Plus en détail

Résultats au 30 septembre 2011 du Groupe BPCE :

Résultats au 30 septembre 2011 du Groupe BPCE : Paris, le 9 novembre 2011 Résultats au 30 septembre 2011 du Groupe BPCE : Bonne résistance dans un environnement très difficile au 3 e trimestre Revenus en progression de 3,4% 1 au T3, à 5,48 Md EUR contre

Plus en détail

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros.

Résultat net 2008 : - 2 milliards. Retraité des éléments exceptionnels, le résultat avant impôt s élève à + 2,2 milliards d euros. COMMUNIQUE DE PRESSE Année 2008 : une perte exceptionnelle de 2 milliards d euros dans un contexte de crise aggravé Un Groupe qui reste solide avec un ratio Tier 1 satisfaisant Résultat net 2008 : - 2

Plus en détail

GROUPE BANQUE POPULAIRE

GROUPE BANQUE POPULAIRE Paris, le 25 février 2005 GROUPE BANQUE POPULAIRE Résultats de l exercice 2004 FORT DÉVELOPPEMENT DE L ACTIVITÉ RÉSULTAT NET EN HAUSSE DE 24% AUGMENTATION DE 32% DU DIVIDENDE DE NATEXIS BANQUES POPULAIRES

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006

Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Paris, le 17 mai 2006 Des résultats excellents au 1 er trimestre 2006 Résultat brut d exploitation : 1 502 millions d euros (+ 46,7 %) Résultat net part du groupe : 1 385 millions d euros (+ 53,0 %) Coefficient

Plus en détail

Résultats du 3 ème trimestre 2014 et 9 mois 2014

Résultats du 3 ème trimestre 2014 et 9 mois 2014 Paris, le 4 novembre 2014 Résultats du 3 ème trimestre 2014 et 9 mois 2014 RNpg en progression significative : 318 M au 3T14 (1), en hausse de 21 % vs. et de 961 M au (1), en hausse de 15 % vs.. Forte

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients

RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE. La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 Juillet 2014 RESULTATS ET ACTIVITE PREMIER SEMESTRE 2014 LA BANQUE POSTALE La Banque Postale poursuit sa dynamique de développement au service de tous ses clients Forte

Plus en détail

Groupe BPCE : résultats annuels 2012

Groupe BPCE : résultats annuels 2012 Paris, le 17 février 2013 Groupe BPCE : résultats annuels 2012 Opération de simplification de la structure du groupe : projet de rachat par les Banques Populaires et les Caisses d Epargne, pour 12,1 milliards

Plus en détail

13 novembre 2013 Présentation du Plan stratégique 2014-2017 du Groupe BPCE

13 novembre 2013 Présentation du Plan stratégique 2014-2017 du Groupe BPCE 13 novembre 2013 Présentation du Plan stratégique 2014-2017 du Groupe BPCE Sommaire 1. 2010-2013 : succès du plan «Ensemble» 2. «Grandir autrement»: notre nouveau plan stratégique 2014-2017 3. Nos ambitions

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée

Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Paris, le 26 février 2015 Le CIC en 2014 Vitalité du réseau commercial, solidité financière confirmée Résultats au 31 décembre 2014 Produit net bancaire 4 410 M Un PNB stable 1 (-0,8%) Résultat net comptable

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

RÉSULTATS SEMESTRIELS

RÉSULTATS SEMESTRIELS RÉSULTATS SEMESTRIELS 7 octobre 2 Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Chiffres clés Activité commerciale financiers Coût du risque Fonds propres Conclusion Annexe 3 Faits marquants Acquisition en décembre 2003 de Banque

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2012 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2012 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 5 mars 2013 RESULTATS ET ACTIVITE 2012 DE LA BANQUE POSTALE Appuyée sur des résultats solides, La Banque Postale poursuit avec confiance le développement de ses activités

Plus en détail

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances

Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 Groupe Vaudoise Assurances Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2015 3 Siège social Vaudoise Assurances Place de Milan Case postale 120 1001

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Réunion d actionnaires Strasbourg, 9 octobre 2014

Réunion d actionnaires Strasbourg, 9 octobre 2014 Réunion d actionnaires Strasbourg, 9 octobre 2014 Sommaire 1. Les métiers 2. La stratégie 3. Les résultats du premier semestre 2014 4. La politique de distribution, l action 5. Le dispositif de communication

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2015

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2015 RÉSULTATS AU 30 JUIN 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2015 FORTE PROGRESSION DES RÉSULTATS SOLIDE GÉNÉRATION ORGANIQUE DE CAPITAL HAUSSE DES REVENUS DANS TOUS LES PÔLES - FORTE CROISSANCE

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

AVRIL 2014. Présentation institutionnelle du Groupe BPCE

AVRIL 2014. Présentation institutionnelle du Groupe BPCE AVRIL 2014 Présentation institutionnelle du Groupe BPCE Sommaire 1. Un grand groupe bancaire et d assurance coopératif 2. Le Groupe BPCE, un modèle d organisation unique 3. Une ambition pour 2017 : "Grandir

Plus en détail

Résultats du 2 e trimestre 2014. 31 juillet 2014

Résultats du 2 e trimestre 2014. 31 juillet 2014 Résultats du 2 e trimestre 2014 Avertissement Cette présentation peut comporter des objectifs et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de Natixis. Par nature, ces objectifs reposent

Plus en détail

Rapport intermédiaire au 30 juin 2014 Groupe Vaudoise Assurances

Rapport intermédiaire au 30 juin 2014 Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2014 Groupe Vaudoise Assurances Groupe Vaudoise Assurances Rapport intermédiaire au 30 juin 2014 3 Siège social Vaudoise Assurances Place de Milan Case postale 120 1001

Plus en détail

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse

Vendredi 28 mars 2014. Conférence de presse Vendredi 28 mars 2014 Conférence de presse Point sur 2013 et perspectives pour 2014 Le Crédit Agricole Alsace Vosges : une banque régionale de plein exercice en profonde transformation Page 2-28/03/2014

Plus en détail

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007

Présentation des résultats 2006. 15 mars 2007 Présentation des résultats 2006 15 mars 2007 Préambule Le intègre dans son périmètre la création de Natixis intervenue le 17 novembre. Les données financières présentées sont issues des comptes pro forma

Plus en détail

HAUSSE DES REVENUS DES METIERS CŒURS PROGRESSION DES RESULTATS (1) UNE STRUCTURE FINANCIERE SIGNIFICATIVEMENT RENFORCEE

HAUSSE DES REVENUS DES METIERS CŒURS PROGRESSION DES RESULTATS (1) UNE STRUCTURE FINANCIERE SIGNIFICATIVEMENT RENFORCEE Paris, le 19 février 2014 2/2 De bons résultats portés par le dynamisme de nos trois métiers, les premières étapes du Plan Stratégique sont engagées HAUSSE DES REVENUS DES METIERS CŒURS PNB des métiers

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Infos financières Décembre 2014

Infos financières Décembre 2014 Infos financières Décembre 14 Évolutions monétaires à Saint-Pierre-et-Miquelon au septembre 14 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Conséquence d une activité mondiale plus faible que prévu

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

Information trimestrielle au 30 septembre 2010

Information trimestrielle au 30 septembre 2010 CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL NORD DE FRANCE Société coopérative à capital et personnel variables. Siège social : 10, avenue Foch, B.P. 369, 59020 Lille Cedex. 440 676 559 R.C.S. Lille. Information

Plus en détail

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux 4/ ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux / 4.3 États financiers sociaux 4.3.1 BILAN Actif (en euros) Actif Immobilisé Immobilisations incorporelles 5 209 299 Participations dans entreprises liées

Plus en détail

Résultats du 3 ème trimestre 2015 et 9 mois 2015

Résultats du 3 ème trimestre 2015 et 9 mois 2015 Résultats du 3 ème trimestre 2015 et 9 mois 2015 Paris, le 4 novembre 2015 PROGRESSION DES REVENUS de 10% à 6 316 M et du RÉSULTAT NET de +13% à 1 028 M au PROFITABILITÉ DES MÉTIERS CŒURS EN HAUSSE ET

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Un résultat semestriel 2007 en forte progression : résultat net de 1,45 Md, en hausse de près de 50 %

Un résultat semestriel 2007 en forte progression : résultat net de 1,45 Md, en hausse de près de 50 % COMMUNIQUE DE PRESSE Un résultat semestriel 2007 en forte progression : résultat net de 1,45 Md, en hausse de près de 50 % (Paris, le 12 septembre 2007) --- Les résultats semestriels 2007 du Groupe Caisse

Plus en détail

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010 Société anonyme au capital de 7 0407 543 Euros Siège social : 60, boulevard Thiers 42007 SAINT-ETIENNE 433 925 344 R.C.S. Saint Etienne APE 741 J Exercice social : du 1 er janvier au 31 décembre COMPTES

Plus en détail

Conférence «The Premium Review» 2 décembre 2004

Conférence «The Premium Review» 2 décembre 2004 Conférence «The Premium Review» 2 décembre 2004 Crédit Agricole S.A. 3 ans après son introduction en bourse Jean Laurent Directeur Général 1 Sommaire Le groupe Crédit Agricole La stratégie mise en œuvre

Plus en détail

Une performance solide, un bilan renforcé

Une performance solide, un bilan renforcé 5 mars 2014 Le groupe Crédit Mutuel en 2013 1 Une performance solide, un bilan renforcé Un résultat net (2 651 M, soit + 23,3 %), destiné principalement à être réinvesti dans le groupe, au service de ses

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011 10 novembre 2011 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur

Plus en détail

CREDIT COOPERATIF. (En application de l article L212-38-1 du règlement général de l'autorité des Marchés Financiers)

CREDIT COOPERATIF. (En application de l article L212-38-1 du règlement général de l'autorité des Marchés Financiers) CREDIT COOPERATIF Société coopérative anonyme de Banque populaire à capital variable, régie par les articles L 512-2 et suivants du Code monétaire et financier, l'ensemble des textes relatifs aux Banques

Plus en détail

Etats financiers consolidés du Groupe BPCE. au 31 décembre 2013. Version non auditée

Etats financiers consolidés du Groupe BPCE. au 31 décembre 2013. Version non auditée Etats financiers consolidés du Groupe BPCE au 31 décembre 2013 Version non auditée GROUPE BPCE - version non auditée - 1 - 5 RAPPORT FINANCIER 5.1 Comptes consolidés IFRS du Groupe BPCE au 31 décembre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 25 février 215 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES RÉSULTATS ANNUELS RÉSULTATS EN LIGNE AVEC LES ATTENTES BONNES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 888 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN

BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN 7 OCTOBRE 2013 RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY BÂTIR LA BANQUE DE DEMAIN CHAPITRE 1 UN MODÈLE DE BANQUE UNIVERSELLE ORIENTÉ CLIENT RENCONTRE ACTIONNAIRES ANNECY UN ACTEUR BANCAIRE DE PREMIER PLAN 32 millions

Plus en détail

Résultats annuels 2014

Résultats annuels 2014 Résultats annuels 2014 SCOR enregistre un résultat net de EUR 512 millions et une augmentation de 15 % de ses fonds propres, et propose un dividende de EUR 1,40 (+ 8 %) En 2014, le Groupe a enregistré,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014 DIRECTION DE LA COMMUNICATION SERVICE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 février 2014 RESULTATS TS 2013 DU GROUPE LA POSTE Chiffre d affaires consolidé de 22 084 millions d euros, en progression

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net

Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Paris, le 31 juillet 2015 Résultats semestriels 2015 Forte amélioration du résultat net Un chiffre d affaires en hausse de +0,9% à 9,3 milliards d euros Développement ciblé en France Croissance à l international

Plus en détail

RAPPEL DU PROFIL DE LA SOCIETE

RAPPEL DU PROFIL DE LA SOCIETE Paris, le 13 novembre 2014 SOMMAIRE Faits marquants au 30 septembre 2014 2 Analyse des activités 3 Finance et trésorerie 4 Analyse du compte de résultat du 3ème trimestre 2014 et 9 mois 2014 4 Adéquation

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL D AQUITAINE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM d Aquitaine dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis

Modern Leasing sur la cote de la Bourse de Tunis Secteur : Leasing Nombre de titres offerts : 1 000 000 titres Prix : 8,500D Jouissance des actions : 1 er janvier 2010 Capitalisation boursière après OPF : 34MD Notation par Fitch Rating: LT : A- (tun)

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

%)2&()'& */&!3/3" )44%%&1% 5/3&!3/"

%)2&()'& */&!3/3 )44%%&1% 5/3&!3/ " #$ %&'()' *+ *," #$ -&))&. /," &(%#&&(&&&&$ 01% %& +/+& /," %)2&()'& */& 3/3" )44%%&1% 5/3& 3/" )&1&6(7%1'))(1&-&8&&&1 7'%9&':'/))&&)&&)'&)%&1&-& --/)) -( ';%( &'& %4&< =/' (&'&'%&%')4&&/(('&& %&/ '&

Plus en détail

RAPPEL DU PROFIL DE LA SOCIETE

RAPPEL DU PROFIL DE LA SOCIETE Paris, le 6 mai 2015 SOMMAIRE Faits marquants au 31 mars 2015 2 Analyse des activités 3 Finance et trésorerie 4 Analyse du compte de résultat du 1er trimestre 2015 4 Adéquation des fonds propres 5 Perspectives

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés)

Chiffre d affaires consolidé de 6 347 millions d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) 14.18 Prises de commandes en hausse de 25 % à 9,1 milliards d euros Chiffre d affaires de 6,3 milliards d euros, en hausse de 10 % à périmètre et taux de change constants (+7 % publiés) Marge opérationnelle

Plus en détail

Performance des résultats et solidité renforcée

Performance des résultats et solidité renforcée 4 mars 2015 Le groupe Crédit Mutuel en 2014 1 Performance des résultats et solidité renforcée Un résultat net de 3 027 M (soit + 11,4 %) permettant de renforcer la structure financière du Crédit Mutuel

Plus en détail

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014

RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 RÉSULTATS AU 30 JUIN 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 31 juillet 2014 CHARGES EXCEPTIONNELLES RELATIVES A L ACCORD GLOBAL AVEC LES AUTORITÉS DES ÉTATS-UNIS 5 950 M AU 2T14 DONT : - PÉNALITÉS* : 5 750

Plus en détail

Notation, refinancement, instruments hybrides Nicolas Duhamel Directeur général Finances, membre du directoire

Notation, refinancement, instruments hybrides Nicolas Duhamel Directeur général Finances, membre du directoire Notation, refinancement, instruments hybrides Nicolas Duhamel Directeur général Finances, membre du directoire Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Succès du plan Digital 2015 Accélération de la croissance Internet en 2015

Succès du plan Digital 2015 Accélération de la croissance Internet en 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 10 février 2015 Succès du plan Digital 2015 Accélération de la croissance Internet en 2015 Reprise de la croissance Internet au 4 ème trimestre 2014: +2% qui s accélérera

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

Revenus totaux : 3 337 M (+ 3,2 %) Résultat brut d exploitation : 2 442 M (+ 3,7 %) Résultat net part du Groupe : 1 080 M (+ 4,8 %)

Revenus totaux : 3 337 M (+ 3,2 %) Résultat brut d exploitation : 2 442 M (+ 3,7 %) Résultat net part du Groupe : 1 080 M (+ 4,8 %) Paris, le 19 février 2015 Communiqué Résultats annuels 2014 Un résultat net part du Groupe de 1 080 M, en augmentation de 4,8 %., premier assureur de personnes en France, présent en Europe et en Amérique

Plus en détail

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable

Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable Paris, le 17 mars 2011 Engagement 2014 : une ambition forte et sereine, une croissance organique rentable * Crédit Agricole S.A : premier groupe bancaire français à publier un plan stratégique en environnement

Plus en détail

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau de flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 * ex Legrand Holding

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE CHIFFRES CLES. Paris, le 8 mars 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE CHIFFRES CLES. Paris, le 8 mars 2012 DIRECTION DE LA COMMUNICATION SERVICE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 8 mars 2012 RESULTATS 2011 DU GROUPE LA POSTE L EXERCICE 2011 CONFIRME LA ROBUSTESSE DE LA STRATEGIE ET DU MODELE MULTIMETIER

Plus en détail

Résultats annuels 2005

Résultats annuels 2005 Résultats annuels 2005 SOMMAIRE Chiffres clés Activité 2005 - Crédit-Bail Immobilier/Location Longue Durée - Location simple Résultats 2005 Structure financière LOCINDUS en bourse Perspectives pour 2006

Plus en détail

Une année 2013 très positive pour le groupe BRED

Une année 2013 très positive pour le groupe BRED Communiqué de Presse Paris, le 31 mars 2014 Une année 2013 très positive pour le groupe BRED Produit net bancaire 955 M (+5,9%) Résultat courant 282 M (+9,5%) Une solidité financière confirmée Coefficient

Plus en détail

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1

GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 30 JUIN 2012 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 GROUPE ILIAD INFORMATION FINANCIERE SEMESTRIELLE RESUMEE 3 JUIN 212 SOMMAIRE COMPTE DE RESULTAT CONSOLIDE SEMESTRIEL... 1 ETAT DE RESULTAT GLOBAL SEMESTRIEL... 2 RESULTAT NET HORS ELEMENTS NON RECURRENTS...

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Diminution de l endettement net consolidé de 8 % sur le semestre

Diminution de l endettement net consolidé de 8 % sur le semestre Comptes consolidés semestriels 30 juin 2009 COMMUNIQUE DE PRESSE 28 SEPTEMBRE 2009 Progression du chiffre d affaires (pro forma) en croissance de 5,6 % à 151 M Solide rentabilité : EBITDA de 25 M soit

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011 ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS TELLES QU ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE 31 DECEMBRE 2011-1 - SOMMAIRE ETATS DE SYNTHESE Etat de la situation financière au 1 er janvier

Plus en détail

Résultats Annuels 2008*

Résultats Annuels 2008* Paris, le 5 mars 2009, 21h45 Résultats Annuels 2008* Hausse de 16% des loyers Progression du résultat courant de 3,4% (à périmètre constant) Croissance de 34% du cash-flow opérationnel Augmentation de

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

SODITECH INGENIERIE SA

SODITECH INGENIERIE SA RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 SODITECH INGENIERIE SA E-mail : contact@soditech.com - Site web : www.soditech.com 1 SOMMAIRE ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER 3 Responsable

Plus en détail

Un système de garantie et de solidarité bénéficie à l ensemble des établissements de crédit affiliés à BPCE.

Un système de garantie et de solidarité bénéficie à l ensemble des établissements de crédit affiliés à BPCE. Mai 2011 En bref PROFIL Le Groupe BPCE est le deuxième groupe bancaire en France, avec 36 millions de clients, 8 millions de sociétaires et 125 000 collaborateurs. Constitué des réseaux des Banques Populaires

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 30 septembre 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 30 septembre 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 30 septembre 2012 Lundi 19 novembre 2012 Sommaire : Introduction > Ventilation du produit net bancaire > Les revenus de la banque de détail amorcent

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

ACTUALISATION A03 DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2013

ACTUALISATION A03 DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2013 ACTUALISATION A03 DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2013 ÉLÉMENTS FINANCIERS AU 30 JUIN 2014 Crédit Agricole S.A. Actualisation du Document de référence 2013 - A03 Sommaire Eléments financiers au 30 juin 2014 de

Plus en détail

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008

Conférence de presse 26 février 2009. Groupe Banque Populaire. Résultats 2008 Conférence de presse 26 février 2009 Groupe Banque Populaire Résultats 2008 Avertissement Cette présentation peut inclure des prévisions basées sur des opinions et des hypothèses actuelles relatives à

Plus en détail

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3

APERÇU DU SECTEUR. au 1T11. des caisses populaires et credit unions de l Ontario. Mai 2011 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Mai 2011 APERÇU DU SECTEUR des caisses populaires et credit unions de l Ontario au 1T11 DANS CE NUMÉRO : Sommaire des résultats financiers Page 3 Faits saillants financiers Page 5 États financiers sectoriels

Plus en détail