Rapport de fin de stage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de fin de stage"

Transcription

1 Rapport de fin de stage Écoulement de la charge sur le système à image unique Kerrighed : application au domaine de la biologie. par Jérôme Gallard Équipe d accueil : PARIS Encadrement : Christine Morin - Pascal Gallard Septembre 2006 Contact : IRISA / INRIA Rennes Campus universitaire de Beaulieu Avenue du Général Leclerc RENNES Cedex - France Téléphone :

2

3 Remerciements Je souhaite remercier toute l équipe PARIS qui m a suivi et encadré tout au long de mon stage et particulièrement Christine Morin mon encadrant qui m a toujours été de bon conseil, m a toujours laissé libre court dans la gestion de mon travail et qui a bien voulu lire et relire ce rapport un nombre incalculable de fois! Je tiens également à remercier mon frère Pascal Gallard qui m a aussi encadré (aussi bien sur le plan des concepts que sur celui de la technique), soutenu et éclairé sur différents points tout au long de cette année! J aimerais également remercier tout le personnel de l ENSSAT (enseignant, personnel administratif, direction des études,...) qui m a guidé durant ces trois années sur le chemin du métier d ingénieur! Enfin, j adresse aussi mes remerciements les plus chaleureux à ma famille (mes parents, mes grand-parents, mon fidèle cousin,...) et à mes amis (ma tite Elvire, mon binome, Estelle, Fred,...) qui ont toujours été là pour moi au cours de ces trois années.

4

5 TABLE DES MATIÈRES I Table des matières Résumé V Mots-Clés V Abstract V Keywords V Introduction 1 1 Présentation Le cadre de travail L IRISA : une unité de recherche L équipe PARIS L activité de recherche Kerrighed Contexte de travail Introduction L informatique au service de la biologie Les besoins L application MrBayes L état de l art Les grappes de calculateurs Gestion des travaux sur grappes de calculateurs Introduction aux systèmes à exécution par lots Les principaux critères d évaluation Les fonctionnalités des systèmes à exécution par lots Les systèmes à image unique Présentation Les fonctionnalités qu offrent les systèmes à image unique Différents systèmes à image unique Kerrighed Synthèse Exécution différée de processus dans Kerrighed Motivation La gestion des processus

6 II TABLE DES MATIÈRES La gestion des processus dans un système Linux standard La gestion des processus avec Kerrighed Les principes de conception Vue d ensemble Gestion des processus différés Mise en œuvre dans Kerrighed Mise en liste d attente d un processus différé Introduction à la fonction fork() À quel moment devons nous bloquer la création du processus? La capacité FORK DELAY Instrumentation du do fork() Instrumentation de la structure task struct Gestion de la liste des processus différés Gestion du réveil des processus Présentation des différentes stratégies possibles Définition de l interface (API ) Réveil à l initiative d un nœud dans un anneau à jeton Réveil à l initiative de chaque nœud Comparaison qualitative des deux stratégies implémentées Ordonnancement des processus gérés en mode différé Préambule Ordonnanceur de Kerrighed : la fonction migration manager thread() Quand arrêter un processus différé Détection d un processus à arrêter Arrêt d un processus différé Synthèse La charge virtuelle : vload Le principe de la charge virtuelle (vload) Instrumentation du do exit() Évaluation Description du plan de tests Le matériel utilisé Notre application de simulation Étude comparative Étude théorique Les résultats Conclusion Étude des performances sans la capacité de migration Processus longs Processus courts Étude des performances avec la capacité de migration Synthèse

7 TABLE DES MATIÈRES III 5.6 Ordonnancement des applications Conclusion 51 Bibliographie Glossaire IX XI A Annexe XIII A.1 Le champs fd status XIII A.1.1 int check and block(struct task struct *tsk) XIII A.1.2 int check and unblock(struct task struct *tsk) XIII A.1.3 void add a pfd at the end of the list(struct task struct *tsk).. XIII A.2 Activation de la gestion des processus différés XIV A.3 Réveil à l initiative d un nœud sur un anneau à jeton XIV A.3.1 La fonction handle admin(); XIV A.3.2 La fonction handle jeton(); XV A.4 Pseudo-algorithme de notre application de simulation XVI

8 IV TABLE DES MATIÈRES

9 Résumé Le travail présenté dans le rapport a été effectué dans le cadre d un stage de fin d étude à l IRISA de Rennes. L IRISA est une unité de recherche dont l une des activités est le calcul à haute performance qui peut être obtenue par l utilisation de grappes de calculateurs. Cependant l utilisation de ressources distribuées au sein d une grappe n est pas simple. Kerrighed est un système d exploitation à image unique permettant de virtualiser un ensemble de ressources distribuées. Ainsi, l utilisateur a l impression que sa grappe de calculateurs est comme une seule machine multiprocesseur avec une mémoire partagée entre l ensemble des ordinateurs. Nous voulons étudier le comportement de Kerrighed avec des applications de type bio-informatique demandant beaucoup d heures de calcul et pouvant saturer tout système informatique. Les systèmes à exécution par lots permettent de gérer cette classe d application. Nous étudions de quelle manière il serait possible d intégrer à Kerrighed les fonctionnalités des systèmes à exécution par lots afin qu il puisse gérer au mieux l exécution de ce genre d application. Mots-Clés : Kerrighed, Linux, système d exploitation, grappe, système distribué, système à exécution par lots, ordonnancement de processus, Fork Delay, bio-informatique, LiveCD, Knoppix. Abstract We carried out our training period at IRISA, Rennes. IRISA is a research unit. One of its research activities is about high performance computing. Nowadays, industries need high performance computing to perform simulations. High performance computing can be reached with clusters. Clusters are not easy to use as their resources are distributed in different nodes. Kerrighed is a Single System Image Operating System and it eases cluster use by providing the illusion of a single virtual multiprocessor to users. This virtual computer provides the resources (CPU, memory, hard disk...) of the whole cluster that appears as a single machine. We want to study the behavior of Kerrighed with bioinformatics applications. For that, we took contacts with a laboratory of biology in Wales. They proposed to us the study of a class of application requiring hours of computation and being able to saturate any information processing system. There are systems making it possible to manage this class of application. They are called systems of batch scheduling. We study how it would be possible to integrate into Kerrighed the functionalities of a batch scheduling system so that it can manage as well as possible the execution of this kind of application. Keywords : Kerrighed, Linux, operating system, cluster, distributed system, batch scheduling, process scheduling, Fork Delay, bioinformatics, LiveCD, Knoppix. V

10 VI RÉSUMÉ

11 Introduction De nos jours, la puissance de calcul est de plus en plus désirée. Cela est dû au fait que de plus en plus de tâches sont informatisées et traitées de manière automatique. Cependant, cette puissance de calcul est une ressource limitée (même dans des centres de calcul dédiés). Elle doit donc être gérée au mieux afin d en tirer un profit maximum. Prenons par exemple le cas d une équipe de biologistes. Ils disposent d applications informatiques dont le temps de calcul peut dépasser aisément la centaine d heures. Dans la plupart des cas, les laboratoires de biologie ne possèdent pas d ordinateurs de calcul dédiés et les biologistes ne sont pas des spécialistes en informatique. Ils veulent cependant gérer au mieux les ressources (les ordinateurs) dont ils disposent afin d obtenir dans les meilleurs délais leurs résultats et cela de manière simple et efficace. Kerrighed est un système d exploitation à image unique développé par l équipe PARIS de l IRISA. Il offre des fonctionnalités permettant de gérer des grappes de calcultateurs. Nous voulons étudier le comportement de Kerrighed ainsi que les améliorations que l on pourrait lui apporter sur une classe d application dans le domaine de la bio-informatique. Nous avons décomposé notre travail en plusieurs étapes. Dans une première partie (stage d été 2005 et début du tutorat jusqu au mois d octobre), nous nous sommes concentrés sur le problème de la simplicité d utilisation de Kerrighed et nous avons obtenu une solution : le Kerrighed-LiveCD [13, 11]. Ce cédérom qui est à l origine de démonstration, est destiné à être repris et adapté pour une utilisation intensive par les laboratoires de biologie. Puis, comme exemple d application bio-informatique, nous avons étudié MrBayes, et son comportement sur le système Kerrighed. MrBayes est une application permettant de construire des arbres phylogéniques pour donner une probabilité de liens d évolution entre deux espèces d animaux. Cette première étape nous a permis d identifier de nouvelles fonctionnalités à mettre en œuvre dans Kerrighed pour une gestion efficace des ressources. La fonctionnalité majeure que nous retenons est la gestion des ressources au sein de la grappe par exécution différée des processus. C est ce que nous avons conçu et mis en œuvre à partir du mois d avril. Dans une première partie, nous présentons notre cadre de travail. Puis, nous exposons l état de l art relatif aux grappes, aux systèmes à image unique et aux systèmes à exécution par lots. Dans une troisième partie, nous indiquons l architecture mise en place pour la gestion des processus différés. La partie suivante précise la mise en œuvre de cette architecture. Puis, avant de conclure, nous présentons les résultats des tests effectués.

12 2 INTRODUCTION

13 3 Chapitre 1 Présentation 1.1 Le cadre de travail C est à l IRISA (Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires) à Rennes que ce tutorat est effectué. Les activités de l IRISA vont du développement de composants matériels à la conception de systèmes avancés. Une trentaine d équipes de recherche travaillent au quotidien sur différents thèmes de recherche. Les travaux présentés ici s effectuent dans le cadre d un tutorat ENSSAT réalisé au sein de l équipe de recherche PARIS (Programmation des systèmes parallèles et distribués pour la simulation numérique à grande échelle). Cette équipe s intéresse à la conception et à la mise en œuvre de systèmes d exploitation ainsi que de modèles de programmation pour grappes de PC et d intergiciels pour les grilles de calcul et de données L IRISA : une unité de recherche L IRISA est une unité de recherche qui regroupe 4 partenaires : l INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique), le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), l Université de Rennes I, l INSA (Institut National des Sciences Appliquées). L IRISA regroupe environ 540 pesonnes. Près de la moitié sont des chercheurs ou enseignants chercheurs. Il y a également plus de 180 doctorants et 90 ingénieurs. Les principaux axes des activités de recherche sont : les réseaux et systèmes informatiques, la modélisation du vivant (imagerie médicale, bio-informatique), la réalité virtuelle, la robotique, les langages de programmation et la conception logicielle, le traitement de données Signal-Texte-Son-Images et des connaissances,

14 4 CHAPITRE 1. PRÉSENTATION la modélisation, la simulation et l optimisation de systèmes complexes. D un point de vue structurel, les chercheurs de l IRISA travaillent au sein d équipes de recherche dont la taille varie de 10 à 40 personnes focalisées sur un thème de recherche spécifique. Chaque équipe comporte un responsable scientifique. De plus, l IRISA, dirigé par Claude Labit [16] entouré de son équipe de direction, comporte plusieurs services administratifs. En voici les principaux : le service des ressources humaines, le service financier, le service juridique, le service des moyens informatiques (sans lequel il ne serait pas possible de travailler au quotidien!) L équipe PARIS Les entreprises ont de plus en plus besoin de puissance de calcul pour effectuer des simulations. L activité de recherche de l équipe PARIS [29] concerne les grilles, les grappes et les fondements des systèmes pair-à-pair. Le projet conçoit de nouveaux mécanismes dont le but est de masquer la complexité de programmation des infrastructures parallèles et distribuées. La contribution dans ce champ d investigation peut être synthétisée ainsi : combiner des systèmes parallèles et distribués tout en préservant la transparence vis-à-vis de l utilisateur et des performances maximales L activité de recherche Kerrighed Un des axes de recherche de l équipe PARIS est la conception d un système d exploitation pour le calcul à haute performance sur grappe. C est l activité de recherche Kerrighed [25]. Kerrighed est un système à image unique (dont une description plus détaillée est donnée dans la section 2.3.4) pour grappe dont le but est d offrir une haute performance ainsi qu une haute disponibilité à l exécution d applications scientifiques (séquentielles et parallèles communiquant par message et par partage de mémoire). L objectif de cette activité de recherche est d apporter une solution permettant de gérer au mieux les ressources (CPU, mémoires, disque durs...) disponibles dans la grappe pour exécuter des applications de simulation et de faciliter l utilisation et la programmation des grappes. 1.2 Contexte de travail Introduction Dans le but d exécuter des applications de plus en plus complexes et coûteuses en ressources informatiques, il devient indispensable de disposer de systèmes permettant de les gérer de manière efficace afin de réduire au maximum leur temps d exécution. Au

15 1.2. CONTEXTE DE TRAVAIL 5 sein des laboratoires de biologie, il n est pas rare de vouloir exécuter des applications dont le temps de calcul dépasse la centaine d heures. Dans le cadre de nos travaux, nous avons pris contact avec les chercheurs du laboratoire de biologie du Molecular Ecology Group à l université de Bangor au Pays de Galles. Cette équipe travaille, entre autres, sur l étude des liens évolutifs existant entre différentes populations de lézards. Un des logiciels que cette équipe est amenée à utiliser de manière régulière est l application MrBayes que nous détaillons en section L informatique au service de la biologie Le terme de bio-informatique regroupe toutes les applications informatiques appliquées à la biologie [31]. Il existe différents types d application. Cela va de l analyse du génôme à la modélisation de l évolution d une population animale dans un environnement donné en passant par la reconstruction d arbres phylogénétiques. Ces applications sont très coûteuses en temps de calcul. L équipe de biologistes avec laquelle nous travaillons s intéresse à la reconstruction d arbres phylogénétiques. Ces biologistes ne disposent pas de machines dédiées au calcul. Cependant, ils veulent obtenir les résultats de leurs simulations rapidement. Enfin, ce ne sont pas des spécialistes en informatique Les besoins Concrètement, quelque soit la puissance de calcul disponible, selon les données à traiter, il y aura toujours possibilité de saturer un système informatique donné. Après étude de l environnement de travail des biologistes du Molecular Ecology Group, nous avons pu dégager qu ils veulent un système simple d utilisation qui gère efficacement leurs ressources informatiques peu abondantes L application MrBayes MrBayes [12] est une application bio-informatique de phylogénie. Cette application cherche s il existe des liens évolutifs entre différentes séquences génétiques qui lui sont données en entrée. En sortie, il donne un arbre qui décrit ces liens avec une certaine probabilité. Il existe plusieurs méthodes pour faire ces calculs. MrBayes en utilise une particulière qui consiste à calculer la vraisemblance de chaque arbre et à choisir celui présentant la plus forte vraisemblance. En pratique cela n est pas réalisable (temps de calcul beaucoup trop long). De ce fait, l application utilise un algorithme MCMC (Markov Chain Monte Carlo) pour obtenir un échantillon de la distribution de ces arbres. En effet, même si au départ nous disposons d une très grande puissance de calcul pouvant donner un résultat de l application MrBayes en moins d une heure pour un jeu de données, il est tout à fait possible, en rajoutant d autres séquences en entrée, d augmenter de manière considérable le temps de calcul. Or, les utilisateurs biologistes ne possèdent généralement pas d ordinateurs spécifiques dédiés aux calculs (ils utilisent dans la majorité des cas leur ordinateur de bureau) et ils ne sont pas forcément spécialistes des systèmes informatiques.

16 6 CHAPITRE 1. PRÉSENTATION Il nous faut donc trouver une solution permettant d utiliser au mieux plusieurs ordinateurs physiquement indépendants en vue de la réalisation d une même tâche.

17 7 Chapitre 2 L état de l art Une grappe de calculateurs est un ensemble d ordinateurs (que l on appelle également nœud) interconnectés et vus de l utilisateur comme une même unité de traitement. Les systèmes à image unique sont des systèmes d exploitation qui permettent de masquer la complexité des systèmes distribués et donc celle des grappes. En employant un système à image unique sur une grappe, l usager a alors l impression de n utiliser qu un seul ordinateur alors qu il en utilise plusieurs interconnectés par un réseau rapide. De plus, il existe d autres systèmes informatiques permettant de réguler une charge de travail sur un ensemble d ordinateurs disponibles. Ce sont les système à exécution par lots. Ils permettent une gestion efficace des différentes ressources (vu de la grappe, chaque nœud est une ressource car il contient de la mémoire, des processeurs... ) au sein de la grappe. Nous étudions dans les sections suivantes la bibliographie relative à ces différents systèmes. 2.1 Les grappes de calculateurs Une grappe de calculateurs est un ensemble de machines indépendantes interconnectées le plus souvent par un réseau rapide (dans le domaine de la haute performance) et vu comme une seule unité de traitement par l utilisateur [17, 14]. Ces architectures sont généralement beaucoup moins chères que des calculateurs parallèles à puissance équivalente. Cependant, bien qu elles puissent être une bonne alternative aux supercalculateurs, les grappes restent des architectures distribuées dont la programmation est complexe. Une solution consiste à utiliser un système à image unique (Single System Image - SSI) dont le but est de masquer la distribution (et donc la complexité) des ressources aux utilisateurs. Les grappes sont très utilisées pour faire des calculs en parallèle. La charge du système (nombre d opérations que le système est en train exécuter, voir la section 2.2.1) augmente considérablement si sur une même grappe, des centaines d utilisateurs lancent simultanément des centaines de calculs. Plus la charge augmente, et plus le risque que la

18 8 CHAPITRE 2. L ÉTAT DE L ART grappe devienne indisponible augmente. Afin de pouvoir gérer des ressources partagées entre de multiples utilisateurs, des systèmes à exécution par lots ont été mis en place. 2.2 Gestion des travaux sur grappes de calculateurs Introduction aux systèmes à exécution par lots Définitions La charge moyenne d un processeur (load average). La charge d un système [32, 10] représente la quantité de travail qu il est en train de traiter. La charge moyenne d un système représente ainsi la charge du système sur un temps donné. Conventionnellement, cette charge est donnée selon trois valeurs décrivant la charge moyenne du système sur la dernière minute, les cinq dernières minutes, et les quinze dernières minutes 1. Les systèmes à exécution par lots. En informatique une exécution par lots [33, 30] est un enchaînement automatique de commandes sans intervention d un opérateur. Les travaux lancés par ce type de système sont non-interactifs. Voici quels sont leurs intérêts : partage des ressources informatiques hétérogènes entre plusieurs utilisateurs (gestion de la concurrence d accès aux ressources), gestion efficace de la charge moyenne du système selon la disponibilité des différents nœuds (au sein d une même grappe, certains nœuds peuvent exécuter une application alors que d autres nœuds exécutent une autre application). Présentation De plus en plus, les architectures distribuées s imposent dans le monde du calcul à haute performance [1]. Cependant, l utilisation de ces systèmes est complexe. Pour les simplifier, il a été mis au point des mécanismes permettant de gérer l exécution des travaux sur un certain nombre de ressources disponibles, cela dans le but de les gérer au mieux. Du point de vue du système, il est important d utiliser en continu toutes les ressources disponibles. Cela a pour effet d augmenter la charge du système. Du point de vue de l utilisateur, l interactivité du système est primordiale c est à dire que le temps de réponse du système doit être le plus faible possible (il faut donc, que le système ait une faible charge). Pour exécuter un travail sur un système à exécution par lots, l utilisateur doit généralement écrire un fichier de description des ressources [3]. Ce fichier est un simple fichier texte contenant des mots-clés permettant d indiquer le nom du travail, le type de plate-forme désirée, le temps maximum d utilisation. Le travail ainsi que sa description sont envoyés à l ordonnanceur global du système à exécution par lots. Ce dernier possède une connaissance globale de l état de toutes 1. Sur un système Linux standard, la commande top fournit la charge moyenne du système.

19 2.2. GESTION DES TRAVAUX SUR GRAPPES DE CALCULATEURS 9 les ressources du système, et c est lui qui distribue les travaux en liste d attente sur les différents nœuds. La figure 2.1 montre une représentation simplifiée d un système à exécution par lots. Le nœud-maître reçoit toutes les soumissions des utilisateurs. Il a une parfaite connaissance de l état de ses ressources. Il attribue donc au mieux les tâches (du point de vue de l administration) à exécuter sur les ressources disponibles en essayant d avoir une charge plutôt élevée. Fig. 2.1 Représentation simplifiée d un système à exécution par lots Les principaux critères d évaluation Un système à exécution par lots doit répondre à trois grandes fonctionnalités [3] : Est-il simple d utilisation? Quelles sont les manipulations que l utilisateur doit faire afin d exécuter ses applications? Peut-il utiliser une interface de soumission standard au système Unix ou doit-il utiliser un système spécifique au gestionnaire d exécution par lots utilisés? Est-il robuste et tolérant aux fautes? Est-il simple d administration? Que doit configurer l administrateur pour que le système fonctionne? Combien de temps doit-il consacrer au système pour le maintenir à jour? Est-il compatible avec les applications existantes? Les applications existantes fonctionnent-elles sans modification avec le système à exécution par lots? Faut-il les recompiler?

20 10 CHAPITRE 2. L ÉTAT DE L ART Ces critères sont à garder en mémoire, car ils vont nous guider tout au long de notre travail Les fonctionnalités des systèmes à exécution par lots Il existe beaucoup de systèmes réalisant des exécutions par lots [6, 5, 1, 3, 24, 22, 2, 8, 7]. Nous énumérons ici leurs principales fonctionnalités. Tout d abord, un système à exécution par lots est capable de différer l exécution de processus. C est-à-dire que lorsque l utilisateur exécute son application, le système peut décider de ne l exécuter que plus tard si les ressources nécessaires pour l exécution de l application ne sont pas disponibles par exemple. Le nœud coordinateur : les systèmes à exécution par lots sont capables de gérer des ressources hétérogènes. Ils disposent pour la plupart d un nœud coordinateur (ou nœud-maître, vu sur la figure 2.1) qui centralise toutes les requêtes des utilisateurs et qui a une vision globale de l état (actif / inactif) de l ensemble des ressources dont il dispose. Ces ressources sont généralement hérérogènes (ces ressources peuvent être pour certaines sous système Unix, d autres sous SunOS... ). Le nœud coordinateur doit alors être capable de gérer l hétérogénéité des ressources. Ce nœud coordinateur exécute une politique d ordonnancement paramétrée par l administrateur du système ou bien par l utilisateur lui même s il en a les droits. Le problème de l utilisation d un nœud coordinateur est que si celui-ci devient défaillant, alors l ensemble des travaux de la grappe peut être perdu. La migration de processus : selon les systèmes, ce coordinateur peut, si besoin, déplacer des applications d une ressource à une autre. Cette capacité de migration d un processus permet par exemple à un processus d être déplacé d un nœud A à un nœud B si le nœud A devient défaillant 2. Cela évite au processus de se faire arrêter prématurément et de perdre ainsi tout le travail qu il a pu faire depuis sa création. La gestion des points de reprise d applications : le nœud coordinateur peut décider d arrêter les applications en cours d exécution ou de les redémarrer. Les mécanismes de sauvegarde et restauration de points de reprise permettent, par exemple, à l ordonnanceur de stopper l exécution d un processus dans le cas où un processus de priorité supérieure viendrait à réquisitionner cette même ressource. Puis, lors de la terminaison du processus de forte priorité, lorsque la ressource redevient libre, l ordonnanceur peut redémarrer le processus préalablement arrêté. Gestion dynamique des applications : nous appelons gestion dynamique d application le fait de changer la politique d ordonnancement vis-à-vis d une application en cours d exécution de celle-ci. D une manière générale les systèmes à exécution par lots 2. Il existe des mécanismes permettant de détecter une défaillance imminente d un nœud (exemple, augmentation brutale de la température).

21 2.3. LES SYSTÈMES À IMAGE UNIQUE 11 ne sont pas capable de gérer des applications dynamiques. En effet prenons l exemple d une application nécessitant une ressource processeur. Si au cours de son exécution cette application évolue et a besoin d une seconde ressource processeur la plupart des systèmes à exécution par lots ne chercheront pas à replacer correctement l application sur deux ressources processeur, mais vont la laisser sur une seule ressource processeur, qui est celle de départ. La tolérance aux fautes : certains systèmes sont tolérants aux fautes. Cela signifie qu en cours d exécution de l application, si un nœud vient à défaillir, alors le système peut redémarrer l application qui était exécutée sur ce nœud. Nous comparons maintenant trois systèmes à exécutions par lots qui sont LoadLeveler, Condor et Torque (le tableau 2.3 synthétise la comparaison de ces trois systèmes) : LoadLeveler [8] est un système commercialisé par IBM Corp. depuis plus de 15 ans. Sa stabilité n est plus à démontrer. L utilisateur soumet ses travaux par l intermédiaire de scripts en ligne de commande ou par interface graphique. Les travaux restent en liste d attente tant que les ressources ne sont pas disponibles. Ce système permet la migration de processus à condition que ceux-ci aient été liés avec les librairies de LoadLeveler. Enfin, la tolérance aux fautes de ce système est limitée car si une défaillance intervient sur une application, alors le système tente de relancer l application depuis le début de son exécution (le système perd tout le travail effectué par le processus depuis sa création). Condor [24] est un système à exécution par lots qui utilise les ressources des stations de travail des utilisateurs lorsqu elles sont inutilisées. Il est nécessaire d exécuter des applications qui sont liées avec les librairies Condor (donc refaire une édition de liens de l application). Ce gestionnaire existe depuis 1994 et est très utilisé dans le milieu académique. Il est robuste et fiable. De nombreuses extensions ont par ailleurs été développées afin de le rendre plus fonctionnel. Condor dispose des même fonctionnalités que LoadLeveler en proposant à l utilisateur une meilleure tolérance aux fautes (en cas de défaillance, il redémarre l application depuis le dernier point de reprise réalisé et non depuis le début de l exécution). Torque [7] anciennement connu sous le nom de Portable Batch System (PBS) est très utilisé dans le milieu industriel. Il dispose de nombreuses fonctionnalités permettant de gérer avec une grande précision l ordonnancement des travaux sur les ressources. 2.3 Les systèmes à image unique Présentation Un système à image unique a pour but de donner l illusion qu un ensemble de ressources distribuées ne forme qu une seule ressource partagée (c est-à-dire qu un ensemble

Conception des systèmes répartis

Conception des systèmes répartis Conception des systèmes répartis Principes et concepts Gérard Padiou Département Informatique et Mathématiques appliquées ENSEEIHT Octobre 2012 Gérard Padiou Conception des systèmes répartis 1 / 37 plan

Plus en détail

QCM systèmes d exploitation (Quarante questions)

QCM systèmes d exploitation (Quarante questions) QCM systèmes d exploitation (Quarante questions) QUIZZ OS N 1 (10 questions avec réponses) Question 1: Aux origines de l informatique, l'interface utilisateur des systèmes d exploitations était composée

Plus en détail

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs METAIS Cédric 2 ème année Informatique et réseaux Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs Cédric METAIS ISMRa - 1 - LES DIFFERENTS SYSTEMES RAID SOMMAIRE INTRODUCTION I LES DIFFERENTS RAID I.1 Le

Plus en détail

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing

Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Enseignant: Lamouchi Bassem Cours : Système à large échelle et Cloud Computing Les Clusters Les Mainframes Les Terminal Services Server La virtualisation De point de vue naturelle, c est le fait de regrouper

Plus en détail

Contributions à l expérimentation sur les systèmes distribués de grande taille

Contributions à l expérimentation sur les systèmes distribués de grande taille Contributions à l expérimentation sur les systèmes distribués de grande taille Lucas Nussbaum Soutenance de thèse 4 décembre 2008 Lucas Nussbaum Expérimentation sur les systèmes distribués 1 / 49 Contexte

Plus en détail

Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration

Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4. Rapport RE09. Load Balancing et migration Julien MATHEVET Alexandre BOISSY GSID 4 Rapport Load Balancing et migration Printemps 2001 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 SYNTHESE CONCERNANT LE LOAD BALANCING ET LA MIGRATION... 4 POURQUOI FAIRE DU LOAD BALANCING?...

Plus en détail

Charte d'utilisation des infrastructures de la plate-forme bioinformatique Genotoul

Charte d'utilisation des infrastructures de la plate-forme bioinformatique Genotoul Page 1/5 Objet de la modification Tableau des modifications Création du document 06/2014 Interdiction de lancer tout traitement de données sur les serveurs frontaux et purge du work sans préavis si fichiers

Plus en détail

VMWare Infrastructure 3

VMWare Infrastructure 3 Ingénieurs 2000 Filière Informatique et réseaux Université de Marne-la-Vallée VMWare Infrastructure 3 Exposé système et nouvelles technologies réseau. Christophe KELLER Sommaire Sommaire... 2 Introduction...

Plus en détail

ComputeMode : transformer une

ComputeMode : transformer une ComputeMode : transformer une salle de PC Windows en cluster Linux Philippe Augerat CASCIMODOT 19 novembre 2004 la société ICATIS! SAS créée le 28 janvier 2004 avec un capital de 37 Ke! Issue du Laboratoire

Plus en détail

Système de stockage IBM XIV Storage System Description technique

Système de stockage IBM XIV Storage System Description technique Système de stockage IBM XIV Storage System Description technique Système de stockage IBM XIV Storage System Le stockage réinventé Performance Le système IBM XIV Storage System constitue une solution de

Plus en détail

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters AVANTAGES

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters AVANTAGES FAMILLE EMC VPLEX Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters DISPONIBLITÉ CONTINUE ET MOBILITÉ DES DONNÉES DES APPLICATIONS CRITIQUES L infrastructure de stockage évolue

Plus en détail

Calcul Haute Performance avec OpenTURNS

Calcul Haute Performance avec OpenTURNS Calcul Haute Performance avec OpenTURNS Renaud Barate EDF R&D Workshop du GdR MASCOT-NUM «Quantification d incertitude et calcul intensif» 28 Mars 2013 Sommaire Présentation du logiciel OpenTURNS Problématiques

Plus en détail

Présentation SERVEUR EN CLUSTER. Clinkast 4 Avenue du Général de Gaulle F 92360 Meudon (+33) 6 20 44 86 95 (+33) 1 46 30 24 13

Présentation SERVEUR EN CLUSTER. Clinkast 4 Avenue du Général de Gaulle F 92360 Meudon (+33) 6 20 44 86 95 (+33) 1 46 30 24 13 Présentation SERVEUR D APPLICATIONS EN CLUSTER Description Un cluster est un ensemble d instances de serveurs d applications combinant haute disponibilité et forte évolutivité. Contrairement à un système

Plus en détail

Historique. Évolution des systèmes d exploitation (à travers les âges)

Historique. Évolution des systèmes d exploitation (à travers les âges) Historique Évolution des systèmes d exploitation (à travers les âges) Historique L histoire des systèmes d exploitation permet de dégager des concepts de base que l on retrouve dans les systèmes actuels

Plus en détail

Les environnements de calcul distribué

Les environnements de calcul distribué 2 e Atelier CRAG, 3 au 8 Décembre 2012 Par Blaise Omer YENKE IUT, Université de Ngaoundéré, Cameroun. 4 décembre 2012 1 / 32 Calcul haute performance (HPC) High-performance computing (HPC) : utilisation

Plus en détail

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007

Rapport d activité. Mathieu Souchaud Juin 2007 Rapport d activité Mathieu Souchaud Juin 2007 Ce document fait la synthèse des réalisations accomplies durant les sept premiers mois de ma mission (de novembre 2006 à juin 2007) au sein de l équipe ScAlApplix

Plus en détail

Répartition de charge dynamique dans un système distribuée

Répartition de charge dynamique dans un système distribuée Rapport de TER Répartition de charge dynamique dans un système distribuée Tuteur : Stephane Mancini Benjamin Petit Grenoble INP - Ensimag Mai 2010 Table des matières 1 Introduction 4 1.1 Contexte pratique...................................

Plus en détail

Systèmes à image unique pour grappes : Une étude comparative

Systèmes à image unique pour grappes : Une étude comparative Systèmes à image unique pour grappes : Une étude comparative Benoit Boissinot Benoit.Boissinot@ens-lyon.fr E.N.S Lyon sous la direction de Christine Morin Christine.Morin@irisa.fr IRISA Renaud Lottiaux

Plus en détail

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters

FAMILLE EMC VPLEX. Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters FAMILLE EMC VPLEX Disponibilité continue et mobilité des données dans et entre les datacenters DISPONIBILITE CONTINUE ET MOBILITE DES DONNEES DES APPLICATIONS CRITIQUES L infrastructure de stockage évolue

Plus en détail

en version SAN ou NAS

en version SAN ou NAS tout-en-un en version SAN ou NAS Quand avez-vous besoin de virtualisation? Les opportunités de mettre en place des solutions de virtualisation sont nombreuses, quelque soit la taille de l'entreprise. Parmi

Plus en détail

Retour d expérience en Astrophysique : utilisation du Cloud IaaS pour le traitement de données des missions spatiales

Retour d expérience en Astrophysique : utilisation du Cloud IaaS pour le traitement de données des missions spatiales Retour d expérience en Astrophysique : utilisation du Cloud IaaS pour le traitement de données des missions spatiales Cécile Cavet cecile.cavet at apc.univ-paris7.fr Centre François Arago (FACe), Laboratoire

Plus en détail

Intégration d un mécanisme de reprise d applications parallèles dans un système d exploitation pour grappe

Intégration d un mécanisme de reprise d applications parallèles dans un système d exploitation pour grappe Institut de Formation Supérieur en Informatique et Communication Université de Rennes 1 Campus de Beaulieu 35042 RENNES Institut de Recherche en Informatique et Systèmes Aléatoires Campus Universitaire

Plus en détail

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles

Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Le Ro le Hyper V Troisie me Partie Haute disponibilite des machines virtuelles Microsoft France Division DPE Table des matières Présentation... 2 Objectifs... 2 Pré requis... 2 Quelles sont les principales

Plus en détail

Exploiter un calculateur ou un cluster de calcul: Les gestionnaires de tâches et de ressources

Exploiter un calculateur ou un cluster de calcul: Les gestionnaires de tâches et de ressources Exploiter un calculateur ou un cluster de calcul: Les gestionnaires de tâches et de ressources Olivier Richard Laboratoire d Informatique de Grenoble (LIG) Projet INRIA Mescal 13 septembre 2007 Olivier

Plus en détail

Système d exploitation

Système d exploitation Chapitre 2 Système d exploitation 2.1 Définition et rôle Un ordinateur serait bien difficile à utiliser sans interface entre le matériel et l utilisateur. Une machine peut exécuter des programmes, mais

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION

CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION CH.3 SYSTÈMES D'EXPLOITATION 3.1 Un historique 3.2 Une vue générale 3.3 Les principaux aspects Info S4 ch3 1 3.1 Un historique Quatre générations. Préhistoire 1944 1950 ENIAC (1944) militaire : 20000 tubes,

Plus en détail

Processus! programme. DIMA, Systèmes Centralisés (Ph. Mauran) " Processus = suite d'actions = suite d'états obtenus = trace

Processus! programme. DIMA, Systèmes Centralisés (Ph. Mauran)  Processus = suite d'actions = suite d'états obtenus = trace Processus 1) Contexte 2) Modèles de Notion de Points de vue Modèle fourni par le SX Opérations sur les 3) Gestion des Représentation des Opérations 4) Ordonnancement des Niveaux d ordonnancement Ordonnancement

Plus en détail

Systèmes d exploitation. Introduction. (Operating Systems) http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/

Systèmes d exploitation. Introduction. (Operating Systems) http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/ Systèmes d exploitation (Operating Systems) Introduction SITE : http://www.sir.blois.univ-tours.fr/ mirian/ Systèmes d exploitation - Mírian Halfeld-Ferrari p. 1/2 Qu est-ce qu un SE? Ensemble de logiciels

Plus en détail

La Continuité d Activité

La Continuité d Activité La virtualisation VMware vsphere au service de La Continuité d Activité La virtualisation VMware vsphere La virtualisation et la Continuité d Activité La virtualisation et le Plan de Secours Informatique

Plus en détail

Windows Server 2008. Chapitre 1: Découvrir Windows Server 2008

Windows Server 2008. Chapitre 1: Découvrir Windows Server 2008 Windows Server 2008 Chapitre 1: Découvrir Windows Server 2008 Objectives Identifier les caractéristiques de chaque édition de Windows Server 2008 Identifier les caractéristiques généraux de Windows Server

Plus en détail

vbladecenter S! tout-en-un en version SAN ou NAS

vbladecenter S! tout-en-un en version SAN ou NAS vbladecenter S! tout-en-un en version SAN ou NAS Quand avez-vous besoin de virtualisation? Les opportunités de mettre en place des solutions de virtualisation sont nombreuses, quelque soit la taille de

Plus en détail

IV- Comment fonctionne un ordinateur?

IV- Comment fonctionne un ordinateur? 1 IV- Comment fonctionne un ordinateur? L ordinateur est une alliance du hardware (le matériel) et du software (les logiciels). Jusqu à présent, nous avons surtout vu l aspect «matériel», avec les interactions

Plus en détail

agility made possible

agility made possible DOSSIER SOLUTION CA VM:Manager Suite for Linux on System Z Comment réduire le coût et la complexité de la gestion et de la sécurisation des environnements z/vm et Linux on System z? agility made possible

Plus en détail

Gestion des sauvegardes

Gestion des sauvegardes Gestion des sauvegardes Penser qu un système nouvellement mis en place ou qui tourne depuis longtemps ne nécessite aucune attention est illusoire. En effet, nul ne peut se prémunir d événements inattendus

Plus en détail

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation

Perspectives pour l entreprise. Desktop Cloud. JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com. 2010 IBM Corporation Perspectives pour l entreprise Desktop Cloud JC Devos IBM IT Architect jdevos@fr.ibm.com Principe technique Disposer d un poste de travail virtuel accessible par la plupart des terminaux disponibles Ce

Plus en détail

SysFera. Benjamin Depardon

SysFera. Benjamin Depardon SysFera Passage d applications en SaaS Benjamin Depardon CTO@SysFera SysFera Technologie 2001 Création 2010 Spin Off INRIA Direction par un consortium d investisseurs 12 personnes 75% en R&D Implantation

Plus en détail

NEC Virtual PC Center

NEC Virtual PC Center NEC Virtual PC Center 24 mai 2007 Thomas LUQUET 1 Problématiques du poste client Sécurité & accès à l information Protéger l information contre les menaces internes Séparer l utilisation du PC personnel

Plus en détail

Cloud Computing. Introduction. ! Explosion du nombre et du volume de données

Cloud Computing. Introduction. ! Explosion du nombre et du volume de données Cloud Computing Frédéric Desprez LIP ENS Lyon/INRIA Grenoble Rhône-Alpes EPI GRAAL 25/03/2010! Introduction La transparence d utilisation des grandes plates-formes distribuées est primordiale Il est moins

Plus en détail

Conception d un Simulateur de Grilles Orienté Gestion d'équilibrage

Conception d un Simulateur de Grilles Orienté Gestion d'équilibrage Conception d un Simulateur de Grilles Orienté Gestion d'équilibrage Fatima Kalfadj 1, Yagoubi Belabbas 2 et Meriem Meddeber 2 1 Université de Mascara, Faculté des Sciences, Département d Informatique,

Plus en détail

Windows Internet Name Service (WINS)

Windows Internet Name Service (WINS) Windows Internet Name Service (WINS) WINDOWS INTERNET NAME SERVICE (WINS)...2 1.) Introduction au Service de nom Internet Windows (WINS)...2 1.1) Les Noms NetBIOS...2 1.2) Le processus de résolution WINS...2

Plus en détail

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales

AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER To cite this version: Daniel Wallach, Jean-Pierre RELLIER. AGROBASE : un système de gestion de données expérimentales.

Plus en détail

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement

Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Ne laissez pas le stockage cloud pénaliser votre retour sur investissement Préparé par : George Crump, analyste senior Préparé le : 03/10/2012 L investissement qu une entreprise fait dans le domaine de

Plus en détail

BAP E Gestionnaire de parc informatique et télécommunications MI2 / MI3 Ouverts au titre de 2010 Arrêté du 7/04/10 - J.

BAP E Gestionnaire de parc informatique et télécommunications MI2 / MI3 Ouverts au titre de 2010 Arrêté du 7/04/10 - J. BAP E Gestionnaire de parc informatique et télécommunications MI2 / MI3 Ouverts au titre de 2010 Arrêté du 7/04/10 - J.O du 25/04/2010 Epreuve écrite d admission du lundi 21 juin 2010 de 10h00 à 12h00

Plus en détail

Comment Cisco IT virtualise les serveurs d'application du centre informatique

Comment Cisco IT virtualise les serveurs d'application du centre informatique Comment Cisco IT virtualise les serveurs d'application du centre informatique La virtualisation des serveurs entraine une importante réduction des coûts, une baisse de la demande en ressources du centre

Plus en détail

Etude d architecture de consolidation et virtualisation

Etude d architecture de consolidation et virtualisation BOUILLAUD Martin Stagiaire BTS Services Informatiques aux Organisations Janvier 2015 Etude d architecture de consolidation et virtualisation Projet : DDPP Table des matières 1. Objet du projet... 3 2.

Plus en détail

WHITE PAPER. Quels avantages la déduplication offre-t-elle aux entreprises? Livre blanc Acronis

WHITE PAPER. Quels avantages la déduplication offre-t-elle aux entreprises? Livre blanc Acronis Quels avantages la déduplication offre-t-elle aux entreprises? Livre blanc Acronis Copyright Acronis, Inc. 2000 2009 Table des matières Résumé... 3 Qu est-ce que la déduplication?... 4 Déduplication au

Plus en détail

Les clusters Linux. 4 août 2004 Benoît des Ligneris, Ph. D. benoit.des.ligneris@revolutionlinux.com. white-paper-cluster_fr.sxw, Version 74 Page 1

Les clusters Linux. 4 août 2004 Benoît des Ligneris, Ph. D. benoit.des.ligneris@revolutionlinux.com. white-paper-cluster_fr.sxw, Version 74 Page 1 Les clusters Linux 4 août 2004 Benoît des Ligneris, Ph. D. benoit.des.ligneris@revolutionlinux.com white-paper-cluster_fr.sxw, Version 74 Page 1 Table des matières Introduction....2 Haute performance (High

Plus en détail

Systèmes distribués Introduction

Systèmes distribués Introduction Systèmes distribués Introduction Nabil Abdennadher nabil.abdennadher@hesge.ch http://lsds.hesge.ch/distributed-systems/ 2015/2016 Semestre d Automne 1 Aujourd hui les réseaux et les SDI sont partout! Réseaux

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne

UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne UC4 effectue tout l ordonnancement batch pour Allianz en Allemagne La société Le groupe Allianz est un des principaux fournisseurs de services globaux dans les domaines de l assurance, de la banque et

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

Disponibilité 24-7/365

Disponibilité 24-7/365 Buisness solution Technical solution Disponibilité 24-7/365 Presented by OSIsoft Comment utiliser LiveMeeting Télécharger du matériel additionnel Poser une question Audio et vidéo Copyrig h t 2014 OSIso

Plus en détail

Virtualisation des ressources serveur. Exemple : Systèmes partitionnés sous HP-UX et Oracle

Virtualisation des ressources serveur. Exemple : Systèmes partitionnés sous HP-UX et Oracle Virtualisation des ressources serveur Exemple : Systèmes partitionnés sous HP-UX et Oracle Sommaire 1 PRINCIPES DE LA VIRTUALISATION DES SERVEURS 3 2 PRINCIPES DE LA VIRTUALISATION DES SERVEURS PARTITIONNES

Plus en détail

Introduction aux Systèmes et aux Réseaux

Introduction aux Systèmes et aux Réseaux Introduction aux Systèmes et aux Réseaux Cours 5 Processus D après un cours de Julien Forget (univ Lille1) Laure Gonnord http://laure.gonnord.org/pro/teaching/ Laure.Gonnord@univ-lyon1.fr Master CCI -

Plus en détail

Systèmes Répartis. Pr. Slimane Bah, ing. PhD. Ecole Mohammadia d Ingénieurs. G. Informatique. Semaine 24.2. Slimane.bah@emi.ac.ma

Systèmes Répartis. Pr. Slimane Bah, ing. PhD. Ecole Mohammadia d Ingénieurs. G. Informatique. Semaine 24.2. Slimane.bah@emi.ac.ma Ecole Mohammadia d Ingénieurs Systèmes Répartis Pr. Slimane Bah, ing. PhD G. Informatique Semaine 24.2 1 Semestre 4 : Fev. 2015 Grid : exemple SETI@home 2 Semestre 4 : Fev. 2015 Grid : exemple SETI@home

Plus en détail

Master UPMC Sciences et technologies, mention informatique Spécialité Systèmes et Applications

Master UPMC Sciences et technologies, mention informatique Spécialité Systèmes et Applications Master UPMC Sciences et technologies, mention informatique Spécialité Systèmes et Applications Réparties Réalisation Assistée d Applications Réparties Projet - écriture d un générateur de code Encadreur

Plus en détail

Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere

Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere Mise en place d une machine virtuelle avec vsphere 15/11/2013 Par Aymeric BLERREAU Dans le cadre de l obtention du BTS SIO SISR Services Informatiques aux Organisation option Solution d Infrastructure,

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ORAN ES-SENIA

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ORAN ES-SENIA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ORAN ES-SENIA FACULTE DES SCIENCES DEPARTEMENT D INFORMATIQUE THESE Présentée

Plus en détail

Sybase High Avalaibility

Sybase High Avalaibility Sybase High Avalaibility Mars 2006 Documentation technique # 28 Sybase High Availability Principes généraux Sybase HA et Sun Cluster 3.0 Configuration Active-Active pour Sun Cluster 3.0 Configuration Active-Passive

Plus en détail

UC4 Operations Manager pour Mainframes

UC4 Operations Manager pour Mainframes Pour plus d informations sur les produits UC4, visitez http://www.liftoff-consulting.com/ UC4 Operations Manager pour Mainframes Introduction Les grands systèmes (Mainframes) jouent un rôle de plus en

Plus en détail

Vers l'orchestration de grilles de PC par les mécanismes de publicationsouscription

Vers l'orchestration de grilles de PC par les mécanismes de publicationsouscription Vers l'orchestration de grilles de PC par les mécanismes de publicationsouscription Présentée par Leila Abidi Sous la direction de Mohamed Jemni & Christophe Cérin Plan Contexte Problématique Objectifs

Plus en détail

ORACLE 10g Découvrez les nouveautés. Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE

ORACLE 10g Découvrez les nouveautés. Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE ORACLE 10g Découvrez les nouveautés Jeudi 17 Mars Séminaire DELL/INTEL/ORACLE Le Grid Computing d Entreprise Pourquoi aujourd hui? Principes et définitions appliqués au système d information Guy Ernoul,

Plus en détail

UTILISATION DE LA PLATEFORME WEB D ANALYSE DE DONNÉES GALAXY

UTILISATION DE LA PLATEFORME WEB D ANALYSE DE DONNÉES GALAXY UTILISATION DE LA PLATEFORME WEB D ANALYSE DE DONNÉES GALAXY Yvan Le Bras yvan.le_bras@irisa.fr Cyril Monjeaud, Mathieu Bahin, Claudia Hériveau, Olivier Quenez, Olivier Sallou, Aurélien Roult, Olivier

Plus en détail

Sommaire. Liste des figures

Sommaire. Liste des figures Sommaire Liste des figures Résumé Nos sociétés modernes sont devenues des "sociétés à projets", et tout projet à besoin de méthodes : voir, juger, agir, analyser, planifier, et contrôler. Ce que nous appelons

Plus en détail

3A-IIC - Parallélisme & Grid GRID : Définitions. GRID : Définitions. Stéphane Vialle. Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.

3A-IIC - Parallélisme & Grid GRID : Définitions. GRID : Définitions. Stéphane Vialle. Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec. 3A-IIC - Parallélisme & Grid Stéphane Vialle Stephane.Vialle@supelec.fr http://www.metz.supelec.fr/~vialle Principes et Objectifs Evolution Leçons du passé Composition d une Grille Exemple d utilisation

Plus en détail

10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2. 1. Migration des systèmes virtuels sans interruption de service

10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2. 1. Migration des systèmes virtuels sans interruption de service 10 tâches d administration simplifiées grâce à Windows Server 2008 R2 Faire plus avec moins. C est l obsession depuis plusieurs années de tous les administrateurs de serveurs mais cette quête prend encore

Plus en détail

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée

Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Avantage d'une migration vers une solution EDI externalisée Description Problématique Infrastructure Ressources Logiciel Maintenance Conclusion Avantages d une migration vers une solution EDI externalisée

Plus en détail

PLAN. Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle. Problème de synchronisation: Exemple. Spécification du Problème

PLAN. Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle. Problème de synchronisation: Exemple. Spécification du Problème PLAN Synchronisation des Processus: Exclusion Mutuelle N.Hameurlain http://www.univ-pau.fr/~hameur Spécification du problème Section Critique () Exclusion Mutuelle Principe Propriétés Réalisation d exclusion

Plus en détail

THÈSE. Présentée devant. l Université de Rennes 1. pour obtenir. par. Emmanuel JEANVOINE

THÈSE. Présentée devant. l Université de Rennes 1. pour obtenir. par. Emmanuel JEANVOINE N o d ordre: 3595 THÈSE Présentée devant l Université de Rennes 1 pour obtenir le grade de : DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE RENNES 1 Mention INFORMATIQUE par Emmanuel JEANVOINE Équipe d accueil : INRIA - Équipe-Projet

Plus en détail

Initiation au HPC - Généralités

Initiation au HPC - Généralités Initiation au HPC - Généralités Éric Ramat et Julien Dehos Université du Littoral Côte d Opale M2 Informatique 2 septembre 2015 Éric Ramat et Julien Dehos Initiation au HPC - Généralités 1/49 Plan du cours

Plus en détail

Virtual Data Center d Interoute. Prenez la main sur votre Cloud.

Virtual Data Center d Interoute. Prenez la main sur votre Cloud. Virtual Data Center d Interoute. Prenez la main sur votre Cloud. Faites évoluer vos ressources informatiques à la demande Choisissez la localisation d hébergement de vos données en Europe Le réseau européen

Plus en détail

Application web pour la coordination de trajets piétons jusqu aux transports en commun

Application web pour la coordination de trajets piétons jusqu aux transports en commun Application web pour la coordination de trajets piétons jusqu aux transports en commun PROJET DE FIN D ETUDES ASR Etudiants : Encadrants : Oumar Sharif DAMBABA Clément BERTHOU Olivier BERGER Christian

Plus en détail

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO

«clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO IN53 Printemps 2003 «clustering» et «load balancing» avec Zope et ZEO Professeur : M. Mignot Etudiants : Boureliou Sylvain et Meyer Pierre Sommaire Introduction...3 1. Présentation générale de ZEO...4

Plus en détail

Configuration et Déploiement d Applications Réparties par Intégration de l Hétérogénéité des Implémentations dans un Langage de Description d

Configuration et Déploiement d Applications Réparties par Intégration de l Hétérogénéité des Implémentations dans un Langage de Description d Configuration et Déploiement d Applications Réparties par Intégration de l Hétérogénéité des Implémentations dans un Langage de Description d Architecture Doctorant: Directeurs de thèse: Bechir ZALILA

Plus en détail

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles

Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles Métriques de performance pour les algorithmes et programmes parallèles 11 18 nov. 2002 Cette section est basée tout d abord sur la référence suivante (manuel suggéré mais non obligatoire) : R. Miller and

Plus en détail

Exécutif temps réel Pierre-Yves Duval (cppm)

Exécutif temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Exécutif temps réel Pierre-Yves Duval (cppm) Ecole d informatique temps réel - La Londes les Maures 7-11 Octobre 2002 Plan Exécutif Tâches Evénements et synchronisation Partage de ressources Communications

Plus en détail

Optimisation des performances du programme mpiblast pour la parallélisation sur grille de calcul

Optimisation des performances du programme mpiblast pour la parallélisation sur grille de calcul Optimisation des performances du programme mpiblast pour la parallélisation sur grille de calcul Mohieddine MISSAOUI * Rapport de Recherche LIMOS/RR-06-10 20 novembre 2006 * Contact : missaoui@isima.fr

Plus en détail

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C

Programmation C. Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Programmation C Apprendre à développer des programmes simples dans le langage C Notes de cours sont disponibles sur http://astro.u-strasbg.fr/scyon/stusm (attention les majuscules sont importantes) Modalités

Plus en détail

Forge. Présentation ( )

Forge. Présentation ( ) ( RetourListeFichesParThèmes ) Forge Présentation Définition Objectifs Services fournis, fonctions disponibles Services en ligne d hébergement de projets La solution des logiciels intégrés pour le déploiement

Plus en détail

Windows serveur 2008 installer hyperv

Windows serveur 2008 installer hyperv Windows serveur 2008 installer hyperv 1 Description Voici la description fournit par le site Microsoft. «Windows Server 2008 Hyper-V est le moteur de virtualisation (hyperviseur) fourni dans Windows Server

Plus en détail

L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i n f r a m e, un b e s o i n c r u c i a l

L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i n f r a m e, un b e s o i n c r u c i a l Siège social : 5 Speen Street Framingham, MA 01701, É.-U. T.508.872.8200 F.508.935.4015 www.idc.com L I V R E B L A N C P r o t ég e r l e s a p p l i c a t i o n s m ét i e r s c r i t i q u e s M a i

Plus en détail

VMware : De la Virtualisation. au Cloud Computing

VMware : De la Virtualisation. au Cloud Computing VMware : De la Virtualisation. au Cloud Computing Tunis, le 12 Décembre 2012 Jamal Belhachemi BDM South EMEA 2010 VMware, Inc. Tous droits réservés. 2010 #1 dans les priorités des Directeurs Informatiques

Plus en détail

Pour les entreprises de taille moyenne. Descriptif Produit Oracle Real Application Clusters (RAC)

Pour les entreprises de taille moyenne. Descriptif Produit Oracle Real Application Clusters (RAC) Pour les entreprises de taille moyenne Descriptif Produit Oracle Real Application Clusters (RAC) POURQUOI VOTRE ENTREPRISE A BESOIN DE CLUSTERISER LES SERVEURS La continuité opérationnelle est cruciale

Plus en détail

La haute disponibilité

La haute disponibilité Chapitre 3 La haute 3.1 Définition du cluster de serveurs...112 3.2 La mise en cluster des applications...114 3.3 Les composants du cluster de serveurs...115 3.4 Les obets du cluster de serveurs...119

Plus en détail

1 Mesure de la performance d un système temps réel : la gigue

1 Mesure de la performance d un système temps réel : la gigue TP TR ENSPS et MSTER 1 Travaux Pratiques Systèmes temps réel et embarqués ENSPS ISV et Master TP1 - Ordonnancement et communication inter-processus (IPC) Environnement de travail Un ordinateur dual-core

Plus en détail

SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio

SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio Version 1.0 Grégory CASANOVA 2 SQL Server Installation Center et SQL Server Management Studio [03/07/09] Sommaire 1 Installation de SQL Server

Plus en détail

Systèmes d'exploitation

Systèmes d'exploitation Systèmes d'exploitation Rôle d'un système : virtualisation Virtualisation du processeur Virtualisation de la mémoire Virtualisation du disque Virtualisation interface utilisateur Virtualisation du réseau

Plus en détail

Programmation parallèle et distribuée

Programmation parallèle et distribuée ppd/mpassing p. 1/43 Programmation parallèle et distribuée Communications par messages Philippe MARQUET Philippe.Marquet@lifl.fr Laboratoire d informatique fondamentale de Lille Université des sciences

Plus en détail

A. Partitionnement, systèmes de fichiers et RAID :

A. Partitionnement, systèmes de fichiers et RAID : Introduction : Ce cours a pour but d expliquer les différentes étapes de la gestion des disques sous Windows 7 Client. Afin d être le plus exhaustif possible, nous avons décidé de commencer par aborder

Plus en détail

ETUDE ET IMPLÉMENTATION D UNE CACHE L2 POUR MOBICENTS JSLEE

ETUDE ET IMPLÉMENTATION D UNE CACHE L2 POUR MOBICENTS JSLEE Mémoires 2010-2011 www.euranova.eu MÉMOIRES ETUDE ET IMPLÉMENTATION D UNE CACHE L2 POUR MOBICENTS JSLEE Contexte : Aujourd hui la plupart des serveurs d application JEE utilise des niveaux de cache L1

Plus en détail

Fiche Technique Windows Azure

Fiche Technique Windows Azure Le 25/03/2013 OBJECTIF VIRTUALISATION mathieuc@exakis.com EXAKIS NANTES Identification du document Titre Projet Date de création Date de modification Fiche Technique Objectif 25/03/2013 27/03/2013 Windows

Plus en détail

Unitt www.unitt.com. Zero Data Loss Service (ZDLS) La meilleure arme contre la perte de données

Unitt www.unitt.com. Zero Data Loss Service (ZDLS) La meilleure arme contre la perte de données Zero Data Loss Service (ZDLS) La meilleure arme contre la perte de données La meilleure protection pour les données vitales de votre entreprise Autrefois, protéger ses données de manière optimale coûtait

Plus en détail

Ordonnancement temps réel

Ordonnancement temps réel Ordonnancement temps réel Laurent.Pautet@enst.fr Version 1.5 Problématique de l ordonnancement temps réel En fonctionnement normal, respecter les contraintes temporelles spécifiées par toutes les tâches

Plus en détail

NFP111 Systèmes et Applications Réparties

NFP111 Systèmes et Applications Réparties NFP111 Systèmes et Applications Réparties 1 de 46 NFP111 Systèmes et Applications Réparties Cours 2 - Les appels de procédure distants (Partie 1) Claude Duvallet Université du Havre UFR Sciences et Techniques

Plus en détail

JACE : un environnement d exécution distribué pour le calcul itératif asynchrone

JACE : un environnement d exécution distribué pour le calcul itératif asynchrone N d ordre 1121 Année 2005 THÈSE Présentée à Université de Franche-Comté UFR Sciences et Techniques Laboratoire d Informatique de l université Franche-Comté Pour obtenir le GRADE DE DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures

Le stockage. 1. Architecture de stockage disponible. a. Stockage local ou centralisé. b. Différences entre les architectures Le stockage 1. Architecture de stockage disponible a. Stockage local ou centralisé L architecture de stockage à mettre en place est déterminante pour l évolutivité et la performance de la solution. Cet

Plus en détail

L importance de la «virtualisation de l espace de travail utilisateur» dans la virtualisation des postes de travail Whitepaper

L importance de la «virtualisation de l espace de travail utilisateur» dans la virtualisation des postes de travail Whitepaper res Software // Whitepaper L importance de la «virtualisation de l espace de travail utilisateur» dans la virtualisation des postes de travail Whitepaper IT, the way you need it 2 Contenu : Résumé...3

Plus en détail

Architectures logicielles pour les systèmes embarqués temps réel

Architectures logicielles pour les systèmes embarqués temps réel ETR 07 4 septembre 2007 Architectures logicielles pour les systèmes embarqués temps réel Jean-Philippe Babau, Julien DeAntoni jean-philippe.babau@insa-lyon.fr 1/31 Plan Architectures logicielles pour les

Plus en détail