I. Etapes du service et procédés utilisés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Etapes du service et procédés utilisés"

Transcription

1

2 I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements Stockage des vêtements Conditionnement des vêtements Restitution Livraison des vêtements A. Les machines de production et les matériels d utilisation les machines de nettoyage à sec les lave-linges les séchoirs les sèche-linges les fers à repasser La cabine de détachage La table à repasser l air comprimé la ventilation la climatisation 2 sur 6

3 Caractéristiques des principaux procédés de nettoyage Maîtrise du process Nettoyage Textiles Perchloroéthylène Utilisé depuis plus de 50 ans dans le nettoyage à sec Toute la profession au plan international est organisée autour de cette technique maîtrisée et efficace Donne une grande qualité de nettoyage (très bon solvant) Les solvants permettent de traiter avec efficacité des articles difficilement traitable ou non traitable avec l eau Ne convient pas à certains enduits Peut dégrader certaines garnitures et certains coloris Hydrocarbure (KWL) Utilisé depuis plus de 20 ans notamment en Allemagne Destiné à remplacer les solvants fluorés Solvant doux qui convient aux textiles les plus fragiles Les solvants permettent de traiter avec efficacité des articles difficilement traitables ou non traitables avec l eau Nécessité de renforçateurs de nettoyage Solvant siloxane (D5) Utilisé depuis plus de 20 ans aux USA, de manière confidentielle à l époque Augmentation très modeste du nombre d utilisateurs Solvant très doux Les solvants permettent de traiter avec efficacité des articles difficilement traitables ou non traitables avec l eau Aquanettoyage Utilisé depuis plus de 20 ans de manière confidentielle à l époque Commence à prendre de l essor Adapté à 60 % - 80 % des pièces, selon les cas Permet de traiter des vêtements que les solvants ne peuvent pas traiter Les pièces refusées ne sont pas celles refusées avec le perchloroéthylène Source étude FFPB / FNET / CTTN-IREN / Agence de l eau Seine Normandie / INRS / Assurance maladie / nov 2010 I. Consommation d énergie moyenne B. Consommation globale Les activités de pressing utilisent une quantité d'énergie non négligeable qui représente en moyenne 3 % du chiffre d'affaires. C'est aussi kwh ou HT par an et par actif. Principales sources d énergie utilisées (Données CNIDEP) Eau préchauffée (Chauffe-eau) Procédés de production Electricité Gaz naturel Chauffage Vapeur Chaudière vapeur Eau chaude sanitaire Aspiration Ventilation Froid commercial Eclairage Carburant Véhicules Systèmes annexes Air comprimé (Compresseur) 3 sur 6

4 1. Hiérarchisation des postes par consommation Répartition des consommations en mécanique 6,3% 2,1% Chauffage 10,0% machines de production 41,4% Ventilation 40,2% Eclairage Autres II. PRECONISATIONS D ACTIONS A. Coûts Zéro ou bonnes pratiques Machines de nettoyage à sec Entretenir régulièrement Les machines de nettoyage à sec permet des économies d énergies et augmente leur durée de vie. Nettoyer les filtres à boutons, à peluches et à solvant une fois par jour. Calorifuger la cuve de stockage des eaux de refroidissement de la machine NAS. La récupération de l eau de pluie pour le système de refroidissement permettrait de prolonger la durée de vie des machines. Les sèche-linges et lave-linges Entretenir les sèche-linge et les lave-linge en nettoyant fréquemment les filtres et en ajoutant de l anticalcaire si nécessaire. Utiliser le gaz naturel pour les séchoirs. Privilégier le séchage naturel. Utiliser systématiquement le programme économique et éviter de faire tourner vos machines à vide. Planifier l utilisation des machines, le travail décalé des machines peut dans le cas de la récupération d eau chaude des machines NAS avec distillateur, être utilisé pour les machines à laver. Utiliser les machines seulement en heures creuses. Ne pas laisser les machines sous tension lorsqu elles ne sont pas utilisées. Air comprimé Produire la pression minimum : Réduire la pression d air comprimé de 1 bar permet de réduire le coût de 15 % en moyenne. Eteindre les compresseurs le plus souvent possible : nuit, week-end, jours fériés Chasser les éventuelles fuites sur le réseau d air comprimé car cela peut représenter un coût de 1 HT par jour et par mm 2 de fuite : arrêter le compresseur, fermer la vanne et noter la pression. Regarder la pression après 1 h d arrêt. Si la perte de pression entre le compresseur et la cuve est inférieure à 1 Bar, on peut considérer que le circuit d air comprimé est étanche. Faire le test une fois par trimestre. B. Faibles Coûts Les machines de nettoyage à sec Mettre en place des électrovannes commandées par le programmateur de la machine à laver permettrait d utiliser l eau préchauffée du système de refroidissement de la NAS pour les lavages. 4 sur 6

5 Ventilation Utiliser une machine à sec de dernière génération pourvue d un épurateur à charbon actif. L air extrait doit être compensé par une arrivée d air neuf. Vérifier le dimensionnement de votre installation de ventilation. C. Investissements Privilégier l achat de machines de dernière génération avec des rejets et des consommations réduites. Regarder les étiquettes énergie. Les machines de NAS les plus économiques en énergie sont celles qui ne possèdent pas de distillateur mais filtrent le solvant. Bien choisir la capacité de sa machine en kilogramme de linge. Caractéristiques des principaux procédés de nettoyage Perchloroéthylène Hydrocarbure (KWL) Solvant siloxane (D5) Coût équipement Entre 29 et Sans distillateur entre Entre 35 et et Plus licence au Entre 35 et tambour en moyenne de par an Coûts d exploitation Electricité pour 12 kg EAU Pour 12 kg de linge traité 6 à 8 kwh par cycle 7 à 9 kwh avec distillateur Avec nébulisation entre 5 et 6 kw Aquanettoyage 7 à 9 kwh 5 à 8 kwh 140 l 300 à 350 l 350 à 400 l 100 à 200 l Laveuse plyus séchoir, plus pompe doseuse entre 22 et Matériel de finition automatisé indispensable au-delà d un certain soueil de production (environ 100 pièces/jour) : jusqu à au total (process + finition) Solvant 9 grammes 4 grammes 4 grammes aucun Par kg de linge traité Temps de cycle 45 mn 1 h 05 1 h 15 Entre 20 mn et 1 h plus le temps de séchage Coût de production à Nettoyage : 0.41 à la pièce hors en manuel infrastructure Avec finition : en mécanisé Maintenance Maintenance Maintenance accrue Maintenance accrue Maintenance annuelle réduite régulière (raclage, pour les machines pour les machines réglage) utilisant le procédé utilisant le procédé sous vide ou inertage sous vide ou inertage Source étude FFPB / FNET / CTTN-IREN / Agence de l eau Seine Normandie / INRS / Assurance maladie / nov 2010 Investir dans un système de récupération de l eau de refroidissement pour la réutilisation dans le lavelinge permet une économie d eau et de chaleur. Le temps de retour sur investissement est inférieur à un an. (Coût entre 1500 et 2000 HT) La récupération d eau chaude sur les machines de nettoyage à sec 5 sur 6

6 Investir dans des lave-linge et des sèche-linge plus sobres en énergie. III. CONTRÔLES PERIODIQUES L entretien des machines de nettoyage à sec réalisé par l entreprise est primordial pour leur bon fonctionnement, il permet des économies d énergies et augmente leur durée de vie : nettoyage complet de la machine une fois par an. Dans tous les cas les machines de nettoyage à sec doivent être vérifiées annuellement par un organisme compétent pour vérifier : Le bon état général du matériel, L étanchéité de la machine et l état des joints ouvrants, le bon fonctionnement du double séparateur, des dispositifs de sécurité sur les ouvrants et du contrôleur de séchage. La ventilation doit être entretenue et vérifiée régulièrement. Le groupe frigorifique doit être entretenu et vérifié annuellement. Les compresseurs d air sont soumis à des contrôles réglementaires. L inspection périodique a pour objet de vérifier que l état de l équipement sous pression lui permet d être maintenu en service avec un niveau de sécurité compatible avec les conditions d exploitation prévisibles. Elle a lieu aussi souvent que nécessaire. Pour les compresseurs d air susvisés, cet intervalle ne peut dépasser 40 mois. Un programme de maintenance de l installation doit être obligatoirement établi. IV. CONTACTS UTILES L installation doit être réalisée par un technicien compétent : fournisseur machine et/ou plombier. Fournisseurs et machines Marque NF- Machines de nettoyage à sec en circuit fermé liste des participants à la marque Contacts Site ADEME - Site CNIDEP - Pour plus d informations : artisanat.com 6 sur 6

I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés

I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés Mécanique Générale Les activités de la Mécanique Générale utilisent une quantité d'énergie non négligeable qui représente en moyenne 1,2 % du chiffre d'affaires. C'est aussi 22 000 kwh ou 1 200 HT par

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Air Comprimé» A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales De façon générale, tous secteurs d activités confondus, l air comprimé représente en moyenne 10 à 15 % de la facture

Plus en détail

nouvelle réglementation 2013

nouvelle réglementation 2013 Pressing : nouvelle réglementation 2013 SOURCES D INFORMATION Nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement Arrêté du 5 décembre 2012 modifiant l arrêté du 31 août 2009

Plus en détail

Les aides financières pour les pressings en 2015 en Meurthe et Moselle

Les aides financières pour les pressings en 2015 en Meurthe et Moselle Les aides financières pour les pressings en 2015 en Meurthe et Moselle Depuis la parution du nouvel arrêté «2345» le 5 décembre 2012 (voir note de veille «nouvelle réglementation dans les pressings» disponible

Plus en détail

LE SECHE-LINGE. Fiche synthèse produit

LE SECHE-LINGE. Fiche synthèse produit LE SECHE-LINGE Fiche synthèse produit Le sèche linge 2 LES DIFFERENTS TYPES DE SECHE-LINGE : Sèche-linge à condensation (classique) : la vapeur refroidie est transformée en eau via un condenseur. L eau

Plus en détail

L énergie dans les industries agro-alimentaires. Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations

L énergie dans les industries agro-alimentaires. Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations L énergie dans les industries agro-alimentaires Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations Tableau de bord énergétique - Systèmes de comptage La mise en place

Plus en détail

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation?

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? Sommaire page 2 > A { Qu est ce qu une Installation Classée pour la Protection de l Environnement (ICPE)?

Plus en détail

Economiser l énergie au quotidien. Le Guichet de l énergie de Verviers

Economiser l énergie au quotidien. Le Guichet de l énergie de Verviers Economiser l énergie au quotidien Le Guichet de l énergie de Verviers le guichet de l énergie Economies d énergie Conseils gratuits Isolation Chauffage et régulation Eau chaude sanitaire Energies renouvelables

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

Pressing : arrêté 2345

Pressing : arrêté 2345 SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 2 2009 Pressing : arrêté 2345 Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 23/11/2009 Introduction Depuis 2002, les installations de nettoyage à sec sont soumises

Plus en détail

Les technologies alternatives au nettoyage de vêtements et d articles textiles au perchloréthylène

Les technologies alternatives au nettoyage de vêtements et d articles textiles au perchloréthylène Fiche introduction Les technologies alternatives au nettoyage de vêtements et d articles textiles au perchloréthylène Introduction L activité de pressing a pour vocation de nettoyer, pour le compte de

Plus en détail

Métiers Métiers du. du bois

Métiers Métiers du. du bois métiers Métiers Métiers du du bois I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés A. Les procédés de fabrication L essentiel de l activité d un atelier de menuiserie consiste à travailler traditionnellement

Plus en détail

Rapide. Efficace. Propre.

Rapide. Efficace. Propre. Rapide. Efficace. Propre. Série NOVA Nous sommes sur la route de l excellence depuis toujours Depuis 1976, année de sa fondation, UNION a été immédiatement reconnue comme marque de référence dans son secteur,

Plus en détail

RESPECT DE L ENVIRONNEMENT

RESPECT DE L ENVIRONNEMENT SOFTWASH LAVAGE DÉLICAT RESPECT DE L ENVIRONNEMENT CEREMONIE VETEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELS (VPI) COSTUMES PRIMUS SOFTWASH LA SOLUTION DE NETTOYAGE DES TEXTILES DÉLICATS Partout dans le monde, les

Plus en détail

CREATION D UNE ENTREPRISE

CREATION D UNE ENTREPRISE CREATION D UNE ENTREPRISE QUELLES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT? METIERS DU NETTOYAGE PROFESSIONNEL DE VETEMENTS Initié en 2006, le programme «Entreprises et Environnement» est mené par la

Plus en détail

Guide d évaluation des risques

Guide d évaluation des risques Guide d évaluation des risques Pressing SR 108 PREV 04/2015 Ce guide a été réalisé par la Carsat Pays de la Loire et les Services de Santé au Travail de la Loire Atlantique et du Maine et Loire. Il comprend

Plus en détail

Maîtrise de l énergie dans les entreprises artisanales

Maîtrise de l énergie dans les entreprises artisanales NOTE DE VEILLE TECHNIQUE N 05 2007 SERVICE ENVIRONNEMENT Maîtrise de l énergie dans les entreprises artisanales Rédacteur :Sylvain AVRIL Approbateur : D. GOUTTEBEL Date : 03/09/07 SOURCE D INFORMATION

Plus en détail

SÉCHAGE L ÉLECTROMÉNAGER CE QU IL FAUT SAVOIR

SÉCHAGE L ÉLECTROMÉNAGER CE QU IL FAUT SAVOIR Suivez le guide! CE QU IL FAUT SAVOIR Votre facture d éléctricité n est pas votre facture de chauffage! Voici comment se répartit votre facture d éléctricité Attention plus vous consommez plus votre facture

Plus en détail

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques

Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Durée : 5 jours Bases du dépannage et maintenance des chaudières et centrales thermiques Réf : (Therm.01) - Permettre au personnel ayant la pratique, d'exploiter une installation comportant des générateurs

Plus en détail

Perdez vos kw superflus

Perdez vos kw superflus Perdez vos kw superflus Newsletter Energie Depuis 2010 Réunions > 250 participants Energies renouvelables Visites Energie > 60 visites ISO 50001 Programme Perdez vos kw superflus Accompagnement Actions

Plus en détail

Sensibilisation comportementale. Réunion d information Le 30 avril 2011

Sensibilisation comportementale. Réunion d information Le 30 avril 2011 Sensibilisation comportementale Réunion d information Le 30 avril 2011 Espace Info Energie Informer et conseiller Les semaines paires à Pontivy, - 1 rue Henri Dunant de 13h30 à 17h30 du lundi au vendredi

Plus en détail

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 -

SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - SYNTHESE SUR L ETUDE DES METIERS DU PRESSING - Janvier 2008 - OBJECTIF DE L ETUDE L objectif de cette étude est de répertorier tous les risques professionnels dans un pressing (base de l évaluation des

Plus en détail

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite

Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Réduire les consommations d énergie dans le bloc traite Olivier Palardy - Chambre d Agriculture de Vendée Sources: Ferme Expérimentale de Derval Institut de l élevage Deux gros consommateurs!!! Répartition

Plus en détail

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation

Confort dans l habitation L isolation Le chauffage et l eau chaude sanitaire La ventilation Sommaire Introduction Confort dans L isolation thermique Pourquoi bien isoler son habitation?? s?? financières Confort Thermique Protection environnement «Plus de confort et d'espace» Les parois non isolées,

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Electrolux Eco Care Nettoyage industriel

Electrolux Eco Care Nettoyage industriel Electrolux Eco Care Nettoyage industriel Electrolux Eco Care Nettoyage industriel 2 Electrolux Secteur Eco du Care nettoyage Nettoyage professionnel industriel Electrolux 3 5 Nous pensons constamment à

Plus en détail

REPRISE D UNE ENTREPRISE

REPRISE D UNE ENTREPRISE REPRISE D UNE ENTREPRISE QUELLES OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT? METIERS DU NETTOYAGE PROFESSIONNEL DE VETEMENTS Initié en 2006, le programme «Entreprises et Environnement» est mené par la

Plus en détail

Gestes et achats malins

Gestes et achats malins Gestes et achats malins Sommaire Introduction Gestes de sobriété Petits achats pour grandes économies Introduction Facture d énergie = kwh x Facile d agir Impossible d agir Introduction Argus des prix

Plus en détail

Performance énergétique en agro-industrie

Performance énergétique en agro-industrie FICHE EXEMPLE ACCOMPAGNEMENT Performance énergétique en agro-industrie 5 entreprises représentant 9 sites de production ont participé en 2013 à l accompagnement proposé par Alsace Qualité et soutenu par

Plus en détail

Lave-linge industriel HF150

Lave-linge industriel HF150 LAVAGE Lave-linge industriel HF150 CARACTÉRISTIQUES - Machine à laver capacité 14,5 kg (1/10) - Vitesse d essorage 1000 tr/mn. - Facteur G élevé - Moteur à variateur de fréquence - Sécurité anti-balourd

Plus en détail

Automobile & Mécanique agricole. Sources CNIDEP, IBGE

Automobile & Mécanique agricole. Sources CNIDEP, IBGE Automobile & Mécanique agricole Sources CNIDEP, IBGE I. Etapes de la fabrication (ou du service) et procédés utilisés L essentiel de l activité d une carrosserie consiste à réparer puis à remettre en peinture

Plus en détail

Je vérifie tous les ans que les montants des fenêtres et des portes extérieures ne laissent pas passer les courants d air

Je vérifie tous les ans que les montants des fenêtres et des portes extérieures ne laissent pas passer les courants d air Je vérifie tous les ans que les montants des fenêtres et des portes extérieures ne laissent pas passer les courants d air En hiver, j aère les pièces 5 minutes par jour, les fenêtres grandes ouvertes J'ai

Plus en détail

Point Pressing n 29. 30, rue Charles Baudelaire 75012 PARIS 01 53 02 90 22 www.cfet.fr. contact@cfet.fr. Chers confrères,

Point Pressing n 29. 30, rue Charles Baudelaire 75012 PARIS 01 53 02 90 22 www.cfet.fr. contact@cfet.fr. Chers confrères, 30, rue Charles Baudelaire 75012 PARIS 01 53 02 90 22 www.cfet.fr contact@cfet.fr Point Pressing n 29 Chers confrères, Vous voulez changer de solvant lequel choisir? Faut-il bannir le perchlo, se diriger

Plus en détail

Guide des symboles pour l entretien des vêtements et textiles

Guide des symboles pour l entretien des vêtements et textiles Guide des symboles pour l entretien des vêtements et textiles Symboles de lavage 95 ºC dans une laveuse commerciale; 95 ºC dans une laveuse commerciale; réglage pressage permanent. 70 ºC dans une laveuse

Plus en détail

WET CLEANING READY HS6013

WET CLEANING READY HS6013 WET CLEANING READY HS6013 HS6017 HS6023 RESPECTEZ L ENVIRONNEMENT AVEC LE NETTOYAGE À L EAU ED260 ED340 ED460 GIRBAU Laundry equipment un concept de nettoyage rapide, efficace, respectant la grande majorité

Plus en détail

Filtration. Schéma de principe de la filtration

Filtration. Schéma de principe de la filtration Filtration textes : R. Gregori, service gestion des fluides Photos/S. Elmosnino panneau 1 Le traitement de l eau est une des parties techniques parmi les plus importantes pour le bon fonctionnement d une

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Bouchers-Charcutiers Traiteurs Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts

Plus en détail

Et si vous. preniez l air... pour chauffer l eau? NOUVEAU ENCORE + PERFORMANT COP=3,7 CRÉDIT D IMPOT -40%

Et si vous. preniez l air... pour chauffer l eau? NOUVEAU ENCORE + PERFORMANT COP=3,7 CRÉDIT D IMPOT -40% Et si vous preniez l air... pour chauffer l eau? NOUVEAU ENCORE + PERFORMANT COP=3,7 CRÉDIT D IMPOT -40% Thermor, l expert en solutions d eau chaude pour votre confort Plus de 75 ans d expérience et de

Plus en détail

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser

Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Voici quelques petites astuces à mettre en place afin de vous faire économiser Éclairage L'éclairage représente en moyenne 15% d'une facture d'électricité. Pour en diminuer sa charge profitez au maximum

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Boulangers Pâtissiers Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts de l énergie

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

Oh! Comment procéder pour faire des économies d énergie?

Oh! Comment procéder pour faire des économies d énergie? Oh! Comment procéder pour faire des économies d énergie? L ELECTRICITE Le lave-linge Un lavage à 30 C consomme 3 fois moins d énergie qu un lavage à 90 C Les basses températures suffisent la plupart du

Plus en détail

PRIMUS VOUS OFFRE LA MEILLEURE PROTECTION

PRIMUS VOUS OFFRE LA MEILLEURE PROTECTION HYGIÈNE EXPERTS EN HYGIÈNE LES ÉTUDES MONTRENT QUE LE LINGE EST UN FACTEUR MAJEUR DE PROPAGATION D INFECTIONS PAR DES GERMES PATHOGÈNES. 10 à 15% des infections nosocomiales sont dues à une qualité insuffisante

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE

WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE Le symbole du cuvier indique si le lavage domestique est possible à la main et en machine. Le nombre à l intérieur de ce symbole indique la température de lavage maximale en

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

MAISON DE L HABITAT DE L ARIEGE

MAISON DE L HABITAT DE L ARIEGE A MAISON DE L HABITAT DE L ARIEGE 7 Boulevard Alsace Lorraine 09000 FOIX Tél : 05 34 09 24 82 Mail : contact@maisonhabitat09.fr A Des Gestes Simples pour de Grandes Economies d Energie Des gestes rusés

Plus en détail

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux.

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. veau de boucherie 2008-200200 Consommations d énergie en bâtiment veaux de boucherie Comité veau de boucherie FranceAgriMer Montreuil sous Bois Mardi 5 avril 20 Christophe Martineau Institut de l Elevage

Plus en détail

Le management de l énergie au service de la performance énergétique

Le management de l énergie au service de la performance énergétique Le management de l énergie au service de la performance énergétique Hubert F ORTIN Responsable maintenance et travaux neufs Responsable SMé H ubert.fortin@fr.lnpf.com Lactalis Nestlé Ultra F rais L AVA

Plus en détail

ETUDE D UN PRODUIT, D UN PROCESSUS, D UN SERVICE OU D UNE ACTION DE MAINTENANCE

ETUDE D UN PRODUIT, D UN PROCESSUS, D UN SERVICE OU D UNE ACTION DE MAINTENANCE SESSION 2003 CA/PLP et CAFEP CONCOUR S EXTERNE Section : ENTRETIEN DES ARTICLES TEXTILES ETUDE D UN PRODUIT, D UN PROCESSUS, D UN SERVICE OU D UNE ACTION DE MAINTENANCE Durée : 4 heures Calculatrice autorisée

Plus en détail

Perdez vos kw superflus

Perdez vos kw superflus Perdez vos kw superflus Newsletter Energie Energies renouvelables Depuis 2010 Réunions Visites Energie > 500 participants 1500 entreprises sensibilisées 60 entreprises / an accompagnées 17 entreprises

Plus en détail

6 Octobre 2015 Atelier AIR COMPRIME

6 Octobre 2015 Atelier AIR COMPRIME 6 Octobre 2015 Atelier AIR COMPRIME Club AIRM Intervenante : Fabienne ANSELIN CAP-50 cap-50@orange.fr 06 48 30 93 50 1 Atelier AIR COMPRIME OPTIMISATION DES INSTALLATIONS D AIR COMPRIME AC : environ 10

Plus en détail

Introduction. CINET : SOLVETEX II Etude comparative de La qualité des solvants

Introduction. CINET : SOLVETEX II Etude comparative de La qualité des solvants CINET : SOLVETEX II Etude comparative de La qualité des solvants L association CINET (comité international de l entretien du textile) a confié en mars 2011 au TKT une étude comparative sur les performances

Plus en détail

100 Eco-Gestes LE QUIZZ

100 Eco-Gestes LE QUIZZ ce quizz vont vous Les 100 questions de économies d énerpermettre d évaluer les jà et celles qu il est gie que vous faites dé. A chaque question encore possible de faire geste détaillé dans du quizz correspond

Plus en détail

PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE THERMODYNAMIQUE COLLECTIVE À APPOINT ÉLECTRIQUE

PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE THERMODYNAMIQUE COLLECTIVE À APPOINT ÉLECTRIQUE HYDRAPAC PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE THERMODYNAMIQUE COLLECTIVE À APPOINT ÉLECTRIQUE modèles de pompes à chaleur air/eau de à 6 kw (jusqu à 8 kw en parallèle) modèles de ballons de 5 à L Régulation

Plus en détail

C.C.A.P. CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES

C.C.A.P. CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES C.C.A.P. CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIÈRES Concernant le marché avec procédure adaptée passé en vertu de l article 28 du Code des Marchés Publics pour LA FOURNITURE, LE TRANSPORT, LA LIVRAISON

Plus en détail

SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIÉS. S1 Connaissance des vêtements et des articles à entretenir. CONNAISSANCES ÊTRE CAPABLE DE Unités

SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIÉS. S1 Connaissance des vêtements et des articles à entretenir. CONNAISSANCES ÊTRE CAPABLE DE Unités SAVOIRS TECHNOLOGIQUES ASSOCIÉS S1 Connaissance des vêtements et des articles à entretenir CONNAISSANCES ÊTRE CAPABLE DE Unités 1 Matériaux composant les articles textiles à entretenir 1 1 Les fibres textiles

Plus en détail

Blanchisserie Industrielle

Blanchisserie Industrielle Blanchisserie Industrielle recueil sur CD-ROM Référence : 3074511 ISBN : 978-2-12-074511-5 Année d édition : 2009 Analyse Les blanchisseries industrielles traitent le linge confié principalement par des

Plus en détail

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet 1 Ordre du jour La comptabilité énergétique en entreprise - Définition - Objectif / Enjeux

Plus en détail

Arrêté Ministériel du 5 décembre 2012 La ventilation : 2.6 de l annexe I

Arrêté Ministériel du 5 décembre 2012 La ventilation : 2.6 de l annexe I Arrêté Ministériel du 5 décembre 2012 La ventilation : 2.6 de l annexe I L arrêté du 5 décembre 2012 fixe des règles en ce qui concerne la ventilation d un atelier de nettoyage à sec, sans pour autant

Plus en détail

Electrolux Professional

Electrolux Professional Electrolux Professional Electrolux Professional 82 Federico Pascali, Food & Beverage Manager, St Regis, Rome, Italie Génération 5000 Electrolux Professional La meilleure qualité au meilleur prix Pour votre

Plus en détail

Chauffe-eau thermodynamique HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. YUTAMPO La solution 100% énergie renouvelable

Chauffe-eau thermodynamique HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. YUTAMPO La solution 100% énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO La solution 100% énergie renouvelable GAMME EAU CHAUDE SANITAIRE 1 kw CONSOMMÉ 3 kw DE CHAUFFAGE jusqu à 70% d économie

Plus en détail

Lave-vaisselle à avancement automatique

Lave-vaisselle à avancement automatique Lave-vaisselle à avancement automatique 2 electrolux wtm Lave-vaisselle à avancement automatique La nouvelle gamme de lave-vaisselle à casiers modulaires d Electrolux allie des prestations haut de gamme

Plus en détail

Conseils et astuces pour réduire mes consommations d'énergie

Conseils et astuces pour réduire mes consommations d'énergie Conseils et astuces pour réduire mes consommations d'énergie Metz Métropole et l Agence Locale de l Energie et du Climat du Pays Messin vous offrent ce guide dans le cadre du Mois des ClimatCités 2012

Plus en détail

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère

L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LE CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE L énergie de l air extérieur pour une eau chaude sanitaire naturellement moins chère LES PERFORMANCES DE TANÉO C EST L ASSURANCE : > DE 75 % D ÉNERGIE GRATUITE > D UN FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Récupérateurs de chaleur thermodynamiques. Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques

Récupérateurs de chaleur thermodynamiques. Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques Récupérateurs de chaleur thermodynamiques Chauffez gratuitement votre eau grâce à vos groupes frigorifiques Stop au gaspillage! La consommation d énergie des chauffe-eaux représente une part croissante

Plus en détail

Plus de confort moins de dépenses

Plus de confort moins de dépenses Carnet de bord Plus de confort moins de dépenses Sans investissement, nous avons réduit de 20% nos consommations... Astuces et bonnes pratiques... soit une économie de 350 euros par An. Réalisation: E

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

NETTOYAGE À L EAU ÉCOLOGIQUE CLEAN

NETTOYAGE À L EAU ÉCOLOGIQUE CLEAN NETTOYAGE À L EAU ÉCOLOGIQUE CLEAN L utilisation et la mise au rebut des produits chimiques étant de plus en plus réglementées, l industrie de la blanchisserie doit utiliser des méthodes de nettoyage plus

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET FICHE DE PRESENTATION DE PROJET TITRE : COLLECTE DE VETEMENTS POUR UNE ASSOCIATION CARITATIVE NIVEAU : 3 ème POLE : ENTRETIEN DU LINGE SITUATION DANS L ANNEE/ EN AUTOMNE OU AU MOMENT D UNE CAMPAGNE HUMANITAIRE

Plus en détail

découvrez le lavage High-Tech!

découvrez le lavage High-Tech! Laverie automatique découvrez le lavage High-Tech! élégance & impact } élégance Des lignes pures et une couleur moderne gris/argent. } Impact Une signalétique originale et impactante, un cube lumineux

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Conséquences de la circulaire du 16 août 2013 sur les pressings

Conséquences de la circulaire du 16 août 2013 sur les pressings Conséquences de la circulaire du 16 août 2013 sur les pressings 2013 SOURCES D INFORMATION Les sources suivantes ont été utilisées pour rédiger cette note de veille : Circulaire du 16 août 2013 relative

Plus en détail

Chauffage de piscine Guide d installation et d utilisation

Chauffage de piscine Guide d installation et d utilisation Manuel de la gamme ECOPAC Chauffage de piscine Guide d installation et d utilisation Ecopac52 & Ecopac84 Avant toute chose, il est important de vérifier l état de votre pompe à chaleur dès sa réception,

Plus en détail

QUIZZ. éco-gestes. donc par ce qui vous semble plus simple! Par la suite, rien ne vous empêche d en

QUIZZ. éco-gestes. donc par ce qui vous semble plus simple! Par la suite, rien ne vous empêche d en 100 éco-gestes le QUIZZ Les 100 questions de ce quizz vont vous r permettre d évalue les économies d éners gie que vous faite déjà et celles qu il est encore possible de faire. A chaque ques stion du quizz

Plus en détail

>> Que dit l arrêté du 5 décembre 2012 sur l interdiction du «perchlo»?

>> Que dit l arrêté du 5 décembre 2012 sur l interdiction du «perchlo»? >> Que dit l arrêté du 5 décembre 2012 sur l interdiction du «perchlo»? Le perchloréthylène, solvant suspecté d avoir des effets cancérigènes a fait l objet d une nouvelle réglementation : arrêté du 5

Plus en détail

en hiver, maîtriser sa facture d électricité

en hiver, maîtriser sa facture d électricité en hiver, maîtriser sa facture d électricité DOSSIER DE presse 2014 Contact presse service-de-presse@edf.fr Tél. : 01 40 42 46 37 Contact presse service-de-presse@edf.fr Tél. : 01 40 42 46 37 L arrivée

Plus en détail

Sanistage. Sanistage. Chauffe-eau pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire. durable water heater

Sanistage. Sanistage. Chauffe-eau pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire. durable water heater Sanistage Chauffe-eau pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire Sanistage durable water heater Sanistage chauffe-eau pompe à chaleur Système all in one pour bains et douches peu gourmand en énergie Le

Plus en détail

wmi NOUVEAUTÉ Lave-linge industriels, 10 / 13 / 16 kg BLANCHISSERIES Swissmade

wmi NOUVEAUTÉ Lave-linge industriels, 10 / 13 / 16 kg BLANCHISSERIES Swissmade NOUVEAUTÉ wmi Lave-linge industriels, 10 / 13 / 16 kg BLANCHISSERIES Swissmade Une technologie innovante pour le lavage professionnel La nouvelle génération de lave-linge «wmi» de la gamme Spirit industrial

Plus en détail

R E D A N G E / A T T E R T

R E D A N G E / A T T E R T FORMULAIRE DE DEMANDE D AUTORISATION COMMODO/INCOMMODO CLASSE 2 N 0403010201: ATELIERS DE TRAVAIL DU BOIS, à l exception de ceux exploités à des fins purement éducatives dans les écoles Etablissements

Plus en détail

Contrats de maintenance

Contrats de maintenance Contrats de 1. Aspects légaux 2. Critères de choix pour contrat de 3. Propositions de travaux à gérer sous forme de contrats de 4. Comment gérer les contrats de 5. Quelques expériences 6. Conclusion J.-P.

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Initiation à l'éco-construction M 0.6 La démarche Négawatt

Initiation à l'éco-construction M 0.6 La démarche Négawatt Initiation à l'éco-construction M 0.6 La démarche Négawatt La démarche NégaWatt Sobriété = Moins Efficacité = Mieux Renouvelable = Autrement Source : www.negawatt.org Rappels : schéma général Ressources

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION Certificat d aptitude professionnelle Métier du pressing 5 DÉFINITION DU SECTEUR D EMPLOI Dans la catégorie des métiers

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible.

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. lavage clim Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité économie confort Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. froid veille éclairage +3 10 En 10 ans

Plus en détail

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite?

Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? Comment économiser de l électricité dans le bloc traite? La consommation électrique du bloc traite représente 20 % en moyenne de la consommation énergétique totale d une exploitation laitière. Le tank

Plus en détail

L énergie naturelle de la géothermie.

L énergie naturelle de la géothermie. Pompe à chaleur géothermique ROTEX L énergie naturelle de la géothermie. Le système HPU ground ROTEX la pompe à chaleur géothermique qui fournit le chauffage avec une énergie naturelle gratuite. Un système

Plus en détail

Économiser l eau et l énergie chez soi

Économiser l eau et l énergie chez soi Économiser l eau et l énergie chez soi Le point sur nos consommations DES CHIFFRES QUI PARLENT Un ménage français consacre, en moyenne et par an, 6,2 % de ses ressources pour se chauffer, se déplacer,

Plus en détail

Nouvelles avancées en matière d application et de séchage des produits de finition - Automobile

Nouvelles avancées en matière d application et de séchage des produits de finition - Automobile Nouvelles avancées en matière d application et de séchage des produits de finition - Automobile 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille technique a été essentiellement établie à partir de documents

Plus en détail

Tableau d'identification des équipements et systèmes

Tableau d'identification des équipements et systèmes 30 x 80 mm VENTILATION (SYSTÈMES) pour l'alimentation et le retour) d'alimentation et 1 ventilateur de retour dans la même unité) d'alimentation et 1 ventilateur d'évacuation dans la même unité) d'alimentation)

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

La norme environnementale ISO 14001

La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 La norme environnementale ISO 14001 Application à une usine de plats cuisinés : Présentation de l activité : Les produits élaborés crus et surgelés : les viandes farcies,

Plus en détail

Bienvenue dans votre logement BBC

Bienvenue dans votre logement BBC Bienvenue dans votre logement Ce guide est là pour vous aider à bien utiliser votre appartement. Conservez le précieusement, afin de pouvoir le consulter en cas de doute. SOMMAIRE les points clés L isolation

Plus en détail

Electrolux Professional

Electrolux Professional Electrolux Professional Electrolux Professional 94 Dominique Lemelle, Directeur, AT France, Troyes, France Génération 5000 Electrolux Professional Contrôlez vos coûts de A à Z avec votre blanchisserie

Plus en détail

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 PLANS DE MAINTENANE DU OMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 Sami Bellalah 29 1- Présentation de la machine : Pour générer l air comprimé on fait appel à des compresseurs qui portent l air à la pression

Plus en détail

Le nec plus ultra en termes de centrales de traitement d air : combustion directe et combustion indirecte

Le nec plus ultra en termes de centrales de traitement d air : combustion directe et combustion indirecte KLIMAT Le nec plus ultra en termes de centrales de traitement d air : combustion directe et combustion indirecte Mark possède une série de centrales de traitement d air qui peuvent être utilisées dans

Plus en détail