Rapport technique VEMat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport technique VEMat"

Transcription

1 Rapport technique VEMat Validations Environnementales de Matériels Fabricant-Distributeur : GIRBAU - KREUSSLER Profession concernée : Pressings - blanchisseries Thème : Aquanettoyage Période du test : Février à septembre 2010 Réalisé par : Célia BORNIGAL Aquanettoyage : Laveuse et sécheuse GIRBAU et produits LANADOL CNIDEP - Septembre Validation technique Aquanettoyage GIRBAU - KREUSSLER CNIDEP/CB 09/10

2 SOMMAIRE PREAMBULE... 2 Contexte... 2 Validations techniques du CNIDEP... 2 Objectifs... 3 Utilisation des produits GIRBAU-KREUSSLER... 3 Durée du test... 3 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 4 Présentation générale des machines GIRBAU... 4 Présentation des produits Kreussler... 7 Applications...8 MESURES... 8 Analyse du LANADOL AKTIV et APRET... 8 Biodégradabilité Toxicité aigüe Métaux Autres valeurs remarquables Hypothèses Mesures de COV (Composés Organiques Volatils) AVIS TECHNIQUE...13 Efficacité, praticité et durabilité Impacts environnementaux Coûts d investissement et de fonctionnement CONCLUSION ANNEXES Consommations électriques des machines GIRBAU Consommations électriques des machines de nettoyage à sec classiques Résultats d analyse phase 2 (LANADOL AKTIV) Résultats d analyse phase 4 (LANADOL APRET) Résultats d analyse mélange FDS LANADOL Avant FDS LANADOL Aktiv FDS LANADOL Apret Fiche technique GIRBAU HS Fiche technique GIRBAU SLI Fiche technique LANADOL Demande d autorisation de rejet type Validation technique Aquanettoyage GIRBAU - KREUSSLER CNIDEP/CB 09/10

3 PREAMBULE Contexte Le CNIDEP, émanation de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de Meurthe et Moselle, a été labellisé «pôle d innovation de l artisanat» en Il est la référence nationale pour l amélioration des pratiques environnementales dans les petites entreprises. L action de veille du CNIDEP permet d identifier de nouvelles techniques ou de nouveaux produits supprimant ou limitant les pollutions et potentiellement adaptées à l artisanat. A l heure actuelle, ces techniques ont très rarement été mises en œuvre dans de très petites entreprises. Le CNIDEP propose de tester ces techniques pour vérifier leur applicabilité au monde artisanal. Il peut s agir de techniques de gestion de déchets, de protection des ressources en eau, de maîtrise de l énergie ou de réduction des nuisances de bruit. Le CNIDEP pourra ainsi tester le fonctionnement des techniques dont il fait la promotion et déterminer si les performances de ces matériels répondent à l exigence des partenaires et des collectivités, qui mettent en œuvre des actions à destination des artisans, subventionnent les investissements, etc. Validations techniques du CNIDEP Le CNIDEP teste depuis 2007 dans le cadre de ses validations techniques, des technologies propres dans des entreprises lorraines volontaires et propose des avis techniques permettant de faire connaitre ces technologies et d orienter les choix d acquisition. Les validations techniques du CNIDEP sont de véritables démarches pragmatiques. En effet, contrairement à des évaluations sur banc d essai, les machines sont utilisées en situations réelles par des artisans dans le cadre de leur activité habituelle. Une validation technique s articule selon 4 grands axes (Figure 1) : Veille technologique : recherche de technologies propres applicables à l artisanat Mise en test chez un ou plusieurs artisans volontaires : suivi de différents paramètres (praticité, efficacité, impacts environnementaux, coûts...) par le chargé de mission du CNIDEP et l artisan Rédaction d un rapport de validation technique, de fiches et de guides pratiques : le niveau de détails des documents varie en fonction des besoins des destinataires Diffusion des documents : aux artisans, Chambres de Métiers et de l Artisanat, Organisations Professionnelles, Organismes Relais du CNIDEP et financeurs... Figure 1 : organigramme méthodologique des validations techniques Dans un souci de lisibilité, les résultats des tests ont été regroupés selon 6 critères, tenant compte de l avis de l artisan testeur et du chargé de mission du CNIDEP : Efficacité : ce critère fait référence aux résultats techniques attendus par l artisan. Exemple : propreté des outils après nettoyage ; Praticité : ce critère fait référence au degré de complexité d installation, d utilisation, de maintenance et d entretien de la machine. Exemple : entretien fastidieux et quotidien ; Durabilité : ce critère fait référence à la solidité des matériaux, assemblages et accessoires. Exemple : le matériau de fabrication apparait fragile pour un usage professionnel ; Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 2

4 Investissement : ce critère fait référence aux coûts d investissement liés à l acquisition de la machine. Exemple : coûts de la machine de lavage, de l unité de traitement, des accessoires, etc. ; Fonctionnement : ce critère fait référence aux coûts annuels liés à l utilisation de la machine. Exemple : consommations annuelles en produit, filtres, élimination des déchets, électricité, eau, etc. ; Environnement : ce critère fait référence aux impacts environnementaux de la machine (production de déchets, consommation d eau, consommation énergétique...). Exemple : comparaison des rejets liquides avec les valeurs limites de référence, production de déchets dangereux (boues de peintures, filtres usagés, etc.), consommations d eau et d électricité, etc. La machine reçoit pour chaque critère une note s échelonnant de 1 à 5. La note attribuée aux critères «fonctionnement» et «investissement» n est pas arbitraire : elle résulte d une comparaison de la machine testée avec une machine classique de nettoyage à sec, qui utilise du perchloroéthylène (Tableau 1). Tableau 1: critères et notes associées Critères Efficacité - praticité - durabilité- environnement Investissement Fonctionnement/an 1 Mauvais > > Moyen à à Bon à et Très bon à et Excellent < < Objectifs Cette étude vise à valider le bon fonctionnement des machines GIRBAU et des produits LANADOL, commercialisés par KREUSSLER. Ce procédé est utilisable dans les entreprises artisanales concernées par les codes NAFA suivants (Tableau 2) : Tableau 2 : codes NAFA concernés 9601BR 9601BQ PRESSINGS LAVERIES, BLANCHISSERIES ET TEINTURERIES DE DETAILS Utilisation des produits GIRBAU-KREUSSLER Les machines GIRBAU et les produits LANADOL ont été testés dans plusieurs pressings (NAFA 9601BR), localisés respectivement à Senones (88), Commercy (55) et Epinal (88). Les machines ont été installées par un distributeur, après communication de toutes les informations nécessaires à l utilisation et à l entretien du matériel. Les salariés ont par ailleurs suivi une formation de deux jours en moyenne concernant l utilisation des machines et de leurs programmes. Durée du test La machine et les produits associés sont utilisés depuis plus d un an dans les pressings. La chargée de mission du CNIDEP a réalisé une visite dans chaque pressing afin de vérifier le fonctionnement du procédé en conditions réelles. Les modèles testés ont globalement tous les mêmes caractéristiques techniques, avec des capacités variables. Les consommations en eau, en énergie et en produit seront donc susceptibles d être légèrement modifiées en fonction du type de machine ou du programme choisi. Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 3

5 PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Environnement Durabilité Efficacité Praticité Investissement Lavage des vêtements à l eau et produits chimiques Machine 2 en 1 : activité blanchisserie et substitution du nettoyage à sec Fonctionnement Pas d utilisation de perchloroéthylène Lavage eau Machines : laveuse et sécheuse GIRBAU Produits : gamme LANADOL de KREUSSLER Un seul modèle de machine et séchoir sera présenté ici. A noter que d autres modèles existent, avec des capacités de charges variables. Quelque soit le modèle, la technologie reste la même. Présentation générale des machines GIRBAU Les machines, commercialisées par GIRBAU, sont composées d une laveuse (modèle testé : HS- 4022) et d une sécheuse (modèle testé : SLI-14). Ces machines permettent de laver des vêtements usuellement traités par un nettoyage à sec. En choisissant le programme adéquat (augmentation du volume d eau dans la laveuse), les machines peuvent se substituer aux activités de blanchisserie classiques. Les caractéristiques techniques de ces deux machines sont consignées dans le tableau 3. Tableau 3: caractéristiques techniques des machines GIRBAU testées Caractéristiques Laveuse HS-4022 Sécheuse SLI-14 Capacité 23 kg 14 kg Volume tambour 228 litres 313 litres Vitesse lavage 15 à 44 tours/minute / Vitesse essorage 917 tours/minute / Puissance de raccordement totale maximum (chauffage électrique + moteur) 19,75 kw 14 kw Consommations d eau De 45 litres/cycle (activité de type nettoyage à sec) à 300 litres/cycle (activité de type blanchisserie) / Dimensions hors tout H/L/P (mm) 1420//1000/ /791/936 Débit d air / 10,2 m³/minute Emissions sonores Inférieures à 70 db Illustrations (sources GIRBAU) Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 4

6 Laveuse HS-4022 La machine à laver-essoreuse GIRBAU HS est conçue pour le lavage de tous types de tissus, plongés dans un bain d eau et de produits de lavage. En fonction de la quantité d eau dans la machine et du programme sélectionné, la laveuse permet tantôt de laver des vêtements usuellement traités par un nettoyage à sec, tantôt de réaliser une activité de blanchisserie classique. Le tambour ainsi que la cuve de la laveuse sont en acier inoxydable permettant l augmentation de la durée de vie de la machine et limitant les phénomènes de corrosion. La machine ne NOMBREUX REGLAGES POSSIBLES recquiert pas de maintenance particulière (pas de graissage, pas de temps mort entre chaque lavage, pas de nettoyage de filtres, etc.) et le changement de pièces se fait aisément grâce à une bonne accessibilité des composants. La laveuse dispose de multiples cycles de lavage qui permettent d adapter à chaque type de traitement le programme adéquat. En effet, le programmateur électronique GIRBAU dispose d une capacité de 79 programmes de lavage (20 fixes, 59 programmables selon les besoins de l utilisateur). Les microprocesseurs présents sur la machine et les mélangeurs d eau chaude et froide permettent un contrôle très précis de la température du bain, Niveaux de bains : 6 niveaux disponibles, ce qui permet de réaliser des économies d eau en adaptant chaque cycle à la charge de linge ; Température: de 0 à 90ºC ; Dosage: 4 dosages-machine et 5 signaux externes pour dosage centralisé, de durée programmable ; Durée du cycle : de 1 à 99 minutes par phase ; Refroidissement : possibilité de sélection pour les tissus synthétiques ; Durée d essorage: de 1 à 12 minutes par phase ; Rotation : jusqu à six vitesses avec un seul moteur. Figure 2 : programmes multiples garantissant à chaque type de textile le traitement le mieux adapté en matière d hygiène et de sécurité. La machine calcule automatiquement la quantité d eau et de produit à ajouter, en fonction des vêtements présents (système de pesée). Enfin, le système d autoéquilibrage suspendu Girbau absorbe jusqu'à 95 % des vibrations, permettant ainsi aux laveuses d être installées sans scellement et réduisant les coûts d installation. Figure 3 : laveuse HS 4022 Figure 4 : tambour en inox Figure 5 : triage du linge Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 5

7 Système de pompes doseuses L alimentation de la laveuse HS-4022 peut être réalisée manuellement ou via un système de pompes automatiques (marque LAUNDRY SYSTEM). Les fûts de LANADOL sont alors connectés à un programmateur qui alimente la machine en produit de nettoyage, selon la programmation préalablement sélectionnée au niveau de la laveuse. Figures 6 : systèmes de pompes d alimentation des machines Sécheuse SLI-14 Le séchage du linge est permis par un flux d air axial. Ce flux d air entre dans le séchoir depuis la partie arrière et il est distribué à l intérieur du tambour sur une surafce non perforée avec différents capteurs de chaleur. Le maintien de l énergie et de la chaleur dans la machine permet un séchage rapide et une réduction des consommations énergétiques. Le microproceseur du séchoir effectue des diagnoctics complets de tous les paramètres de la machine pour obtenir le meilleur rendement et optimiser le processus de séchage. L accessibilité facile aux composants facilite l entretien et la maintenance. L accès au filtre se fait facilement via un système de tirroir : un message s affiche sur le display quand le filtre est chargé en éléments indésirables. Figure 7 : séchoir SLI 14 Le séchoir SLI-14 est équipé d un système standard de sécurité (SAFE). En cas d augmentation excessive de la tempértaure dans le séchoir, ce système active des arroseurs présents dans la machine. Une fois l incendie controlé, le système SAFE s arrête automatiquement, évitant les risques d autres défaillances. Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 6

8 Présentation des produits Kreussler La laveuse fonctionne avec des produits LANADOL commercialisés par KREUSSLER. LANADOL AVANT : pré détachant utilisé dans une cabine de détachage. Il permet d éliminer les graisses et les pigments. Il se compose d agents tensioactifs biodégradables qui protègent à la fois les textiles et les teintes. LANADOL AKTIV : produit de nettoyage injecté dans la laveuse Il est destiné au nettoyage, à la stabilisation des teintes et à la protection contre le rétrécissement et le feutrage des textiles. LANADOL AKTIV offre une protection colloïde temporaire empêchant le feutrage de la laine et d autres fibres au cours du lavage. Pour ce faire, certains composants de LANADOL AKTIV bloquent les groupes polaires dans la structure de la laine responsables de l absorption d eau, ce qui réduit l absorption d eau des fibres naturelles et donc leur gonflement. Les effets de lavage et le pouvoir d'anti-redéposition de LANADOL AKTIV ont été conçus de façon à pouvoir être largement obtenus indépendamment de la mécanique de lavage et de la température. LANADOL APRET : produit de finissage injecté dans la laveuse Il prévient les effets antistatiques et assure la protection des fibres lors du séchage. Il améliore le toucher des textiles nettoyés et le défroissement des tissus, il fixe les effets du repassage et assure un apprêt légèrement hydrophobe qui empêche la pénétration profonde de l humidité et des tâches. Au cours du processus de séchage, LANADOL APRET protège de façon ciblée la laine contre le feutrage et lisse la surface des textiles, ce qui facilite les travaux de repassage et de finissage. Figure 8 : Injection automatique des produits KREUSSLER dans la laveuse GIRBAU Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 7

9 Applications Le LANADOL permet de nettoyer des vêtements étiquetés avec les sigles d entretien suivants : P F W Nettoyable à sec avec des solvants usuels type du perchloroéthylène, du solvant R113 et de l'hydrocarbone (mais sans trichloréthylène). Nettoyage à sec en lavomatic possible. Nettoyable à sec avec des solvants pétroliers type solvant R113 et de l'hydrocarbone (essences minérales). Pas de nettoyage à sec en lavomatic. Nettoyable à l'eau sans produits (aqua-nettoyage). Pas de nettoyage à sec en lavomatic (symbole encore peu développé en France). MESURES Analyse du LANADOL AKTIV et APRET Le pressing localisé à Commercy a installé une vanne de prélèvement directement en sortie de machine. Cette installation a donc permis à la chargée de mission du CNIDEP de réaliser des prélèvements pour caractériser les rejets (machine équipée GIRBAU HS 6017 : même caractéristiques que celle présentée dans le rapport, mais avec un plus grande capacité). Caractéristique de la passe analysée Nom du programme : NAE MAXI n 21 Durée du cycle : 21 min Température : 25 Phases du cycle : Phase 1 : ajout de la lessive LANADOL AKTIV et de l eau (8 min) Phase 2 : vidange (4 min) Phase 3 : ajout du LANADOL APRET et de l eau (4 min) Phase 4 : vidange et essorage léger (5 min) Nombre de vêtements lavés : 8 (5 manteaux, 2 pantalons et 1 veste en laine mélangée, couleur foncée) Les prélèvements réalisés sont les suivants : Un premier prélèvement lors de la phase 2 : eau de lavage contenant le LANADOL AKTIV, collecté directement au niveau de la vanne ; Un second prélèvement lors de la phase 4 : eau de lavage contenant le LANADOL APRET, collecté directement au niveau de la vanne ; Un troisième prélèvement en réalisant un mélange des deux premiers prélèvements. Ce dernier permettra d identifier une éventuelle interaction entre le LANADOL AKTIV et LANADOL APRET. L ensemble de l eau utilisée pour ce cycle (environ 40 litres : 20 litres lors de la phase 2 et 20 litres lors de la phase 4) a été collecté par la chargée de mission du CNIDEP. Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 8

10 : Les échantillons ont été analysés selon les paramètres de la pollution non domestique (Loi sur l Eau et les Milieux Aquatiques du 30 décembre 2006) par un laboratoire indépendant (IPL Maxéville). Les rapports d analyse sont disponibles en annexes. Tableau 3 : résultats d analyse et comparaison avec les valeurs limites de référence Unités Résultats d analyse PARAMETRES GLOBAUX Phase 2 Phase 4 Mélange Valeurs de références (arrêté du 2 février 1998) ph Unités ph 7,15 7,4 7, ,5 Matières en suspension mg/l Demande chimique en oxygène (DCO) Demande biologique en oxygène (DBO 5 ) mg O 2 Ll 2 030* Azote total mg/l Phosphore total mg/l 2,4 1 1,8 50 TOXICITE AIGUE Inhibition de la mobilité de Daphnia Magna CE 50i- 24h en % 3,7 10,3 6,6 Voir ci-après * Les valeurs représentées en gras sont supérieures aux limites de référence des rejets. Tableau 3 (suite) : résultats d analyse et comparaison avec les valeurs de référence OLIGO-ELEMENTS MICROPOLLUANTS ORGANIQUES Unités Résultats d analyse Phase 2 Phase 4 Mélange Valeurs de références (arrêté du 2 février 1998) Arsenic < 0,01 < 0,01 < 0,01 / Cadmium <0,002 <0,002 <0,002 0,5 Chrome 0,12 0,07 0,09 0,5 Cuivre 1,2* 0,22 1* 0,5 mg/l Mercure 0,0003 <0,0002 <0,0002 / Nickel 0,04 0,01 0,03 / Plomb 0,07 0,02 0,04 0,5 Zinc 2,1* 0,58* 2,8* 0,5 PARAMETRES INDESIRABLES Organohalogénés adsorbables (AOX) µg Cl/L Indice hydrocarbures totaux mg/l 3,3 0,97 3,7 10 Graisses et huiles mg/l * Les valeurs représentées en gras sont supérieures aux limites de référence des rejets. Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 9

11 Biodégradabilité Le rapport DCO/DBO 5 est compris entre 7 et 3,63 pour les trois échantillons : l effluent n est pas considéré comme étant facilement biodégradable. En effet, ce rapport est généralement compris entre 2 et 3 pour un effluent à dominante domestique. Pour les effluents d'industries agroalimentaires, il est de l'ordre de 1,5 à 2, ce qui traduit une meilleure biodégradabilité. Enfin, lorsqu'il est supérieur à 3 cela traduit l'apport d'un effluent industriel plus ou moins difficilement biodégradable. Toxicité aigüe La CE 50i-24h correspond à la concentration du bain de lavage qui en 24 heures, immobilise (tue) 50 % des daphnies mises en expérimentation. Il n existe pas de référentiel officiel permettant d attribuer un degré de toxicité à un effluent en fonction des résultats des tests d écotoxicité réalisés. Néanmoins, la classification de Vaseur et al., 1986 est couramment utilisée pour la caractérisation écotoxique d un effluent : Effluent peu toxique : 100 % < CE 50 < 10 % Effluent toxique : 10 % < CE 50 < 1% Effluent très toxique : CE 50 <1% La CE 50i-24h varie entre 3,7 % (phase 2 : LANADOL AKTIV) et 10,3 % (phase 4 : LANADOL APRET). La phase de lavage n 2 semble donc être la plus impactante. Le mélange des deux produits (LANADOL AKTIV et APRET) ne semble pas présenter de phénomènes de synergie ou d antagonisme (6,6 %). Les phénomènes d écotoxicité aigüe observés peuvent résulter à la fois des produits LANADOL utilisés, mais aussi des vêtements nettoyés. En effet, le secteur textile fait appel à de nombreuses substances chimiques tout au long du processus de fabrication (métaux, colorants azoïques, phtalates, formaldéhydes ). BON A NOTER Une étude réalisée par l INC a permis de comparer l écotoxicité de 35 lessives domestiques (cf. étude INC et INERIS «Etude et comparaison de l écotoxicité de 35 lessives domestiques»). A la suite de cette étude, le comité de pilotage a décidé au cours des différents essais comparatifs : De classer une seule lessive les noix de lavage indiennes dans la catégorie «faible potentiel d écotoxicité» De classer toutes les autres lessives comme générant des bains de lavage «potentiellement écotoxiques», avec 3 degrés : modéré, élevé et très élevé. Globalement, les lessives liquides apparaissent comme étant les plus écotoxiques, suivies par les lessives poudres et enfin les tablettes. Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 10

12 Tableau 4 : potentiels écotoxiques des lessives testées (hors noix de lavage indiennes) Potentiel écotoxique faible Potentiel écotoxique modéré Potentiel écotoxique élevé Potentiel écotoxique très élevé Lessives liquides Lessives poudres Lessives tablettes Total / / / / / 4 Total Métaux Les concentrations en zinc et en cuivre sont légèrement supérieures aux valeurs de référence. Cependant, là encore, c est la phase n 2 du cycle de lavage qui génère la plus grande quantité de métaux lourds (1,2 mg/l de cuivre et 2,1 mg/l de zinc contre 0,22 mg/l de cuivre et 0,58 mg/l de zinc pour la phase 4). Les produits LANADOL ne sont pas forcement à incriminer dans ce cas car les métaux lourds sont couramment utilisés dans les textiles au moment de leur fabrication. D autre part, des mesures réalisées par le CNIDEP sur le produit pur n avaient détectées aucune trace de métaux lourds. Le produit LANADOL ne peut donc pas être incriminé dans ce cas. Autres valeurs remarquables Deux autres valeurs sont à souligner : Une valeur de DCO juste au dessus de la valeur limite de référence pour l échantillon «Phase 2» (eau + vêtements + LANADOL AKTIV) ; Une concentration en graisses deux fois supérieure aux valeurs de référence pour l échantillon «mélange». Cette valeur ne semble cependant pas cohérente compte-tenu des faibles valeurs en graisses des deux échantillons isolés, qui ont servi à constituer le mélange (échantillon mélange = échantillon phase 2 + échantillon phase 4). Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 11

13 Hypothèses Trois hypothèses peuvent être émises concernant la non-conformité du rejet de l effluent dans un réseau d assainissement : L écotoxicité identifiée et la charge élevée en zinc et en cuivre provient des produits LANADOL utilisés (notamment du LANADOL AKTIV, phase 2). Compte tenu des faibles volumes de rejets et des probables phénomènes de dilution dans le réseau d assainissement, les autorités compétentes doivent définir si le rejet est considéré comme acceptable. Le cas échéant, si les résultats sont confirmés par des campagnes complémentaires, il pourrait être envisageable de substituer les produits LANADOL par des produits moins néfastes pour le milieu aquatique. L écotoxicité identifiée et la charge élevée en zinc et en cuivre proviennent des vêtements eux-mêmes. En effet, ce type de vêtement n est usuellement pas nettoyé avec des procédés à l eau, mais avec des produits solvantés de type perchloroéthylène. Certains composés toxiques des vêtements sont hydrophiles et solubles dans l eau : ils ont tendance à être entrainés par l eau lors du lavage. Ces composés polaires n avaient pas été éliminés par de précédents lavages au perchloroéthylène (solvant hydrophobe). Cette hypothèse pourrait donc en partie expliquer une écotoxicité et une charge en métaux qui diminuent lors de la deuxième phase de lavage (phase 4). L écotoxicité identifiée et la charge élevée en zinc et en cuivre provient à la fois des produits LANADOL et des composés toxiques présents sur les vêtements. De plus, ce sont les services d assainissements et le maire qui doivent statuer sur l acceptation ou non de tels rejets dans leurs réseaux (arrêtés d autorisation de déversement, éventuellement complétés par des conventions). Un exemple de demande d autorisation de rejet est présenté en annexe. Mesures de COV (Composés Organiques Volatils) Une mesure réalisée au cours de la validation technique des procédés GIRBAU-KREUSSLER a souligné l absence de Composés Organiques Volatils dans le local (0 ppm sur les 30 min d enregistrement). Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 12

14 AVIS TECHNIQUE L avis du chef d entreprise qui est souvent utilisateur du matériel est primordial dans l artisanat. En effet, les solutions doivent tenir compte des habitudes et des pratiques des artisans tout en remplissant les objectifs techniques, qui sont le premier critère de choix, bien souvent avant les critères réglementaires ou environnementaux. Efficacité, praticité et durabilité Bonne efficacité de lavage pour différents types de vêtements, y compris ceux qui nécessite classiquement un nettoyage à sec (vestes, costumes, robes de mariées, pulls en laine, couettes, édredons, uniformes, fausses fourrures, etc.) ; Elimination des odeurs (sueur, parfum, tabac ) et possibilité de désinfection ; Bonne élimination des taches maigres : sucre, sel, boisson, amidon, lait, liquides physiologiques (sang, urines ) ; Pas de filtres à changer ou à nettoyer ; Odeur agréable ; Machines robustes, adaptées à un usage professionnel ; Vibrations et bruit limités par le système d auto équilibrage suspendu. Charge de travail plus importante et qualification nécessaire des salariés : Tri des vêtements : couleur/clair, lourd/léger ; Finissage qui demande davantage de travail que le nettoyage à sec (et augmente les risques ergonomiques) : augmentation des durées de repassage des articles (20 % en moyenne), notamment pour les vestes, tailleurs et manteaux. L acquisition d un mannequin de défroissage est par ailleurs conseillé pour réduire la charge de travail (coût moyen : ). Une humidité résiduelle élevée des vêtements à la sortie du séchoir permet de faciliter le finissage ; Soin particulier à apporter lors du lavage et séchage de certains tissus délicats (laine, angora, mohair). Les durées et les températures de programmes doivent être scrupuleusement respectées sous peine d altération des tissus ; Une formation pour l utilisation des machines (programmes, temps de séchage, humidité résiduelle, etc.) est primordiale pour un résultat optimal de lavage et séchage ; Taches grasses plus difficiles à éliminer : graisses, colles, résines et huiles. Obligation d appliquer un détachant avant lavage ; Impacts environnementaux Pas d utilisation de solvant : Pas de danger pour la santé et la sécurité des salariés et des clients ; Absence de Composés Organiques Volatils dans le local ; Pas de déchets dangereux à éliminer. Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 13

15 Pas de classement hygiène-sécurité pour le LANADOL AKTIV et LANADOL APRET : pas de phrase de risque, ni de symbole de danger ; Machines non soumises à l arrêté 2345 et aux prescriptions techniques associées ; Consommations d eau (moins de 50 litres pour un cycle de type nettoyage à sec) et d énergie réduites par rapport au nettoyage à sec (cf. coûts de fonctionnement). Les résultats d analyse ont révélé une écotoxité élevée et des concentrations en zinc et cuivre supérieures aux valeurs de référence (arrêté du 2 février 1998). Différentes hypothèses peuvent être formulées et sont présentées dans la partie «MESURES». A noter que la toxicité des rejets du nettoyage à l eau est du même ordre de grandeur que la toxicité des effluents de blanchisserie industrielle... Des études ont par ailleurs montré que la plupart des lessives domestiques (notamment les liquides), généraient des effluents écotoxiques. In fine, il appartient au maire de chaque commune de statuer sur l acceptation d un rejet d aquanettoyage, via les arretés d autorisation de déversement ; Le détachant LANADOL AVANT est considéré comme «Irritant Xi». Les équipements de protection individuelle doivent etre portés par les salariés lors de son utilisation, conformément à la FDS. Coûts d investissement et de fonctionnement Les coûts d investissement et de fonctionnement annuels sont estimés selon les données du fabricant et les résultats de la validation technique. Ils pourront donc sensiblement varier dans d autres circonstances d utilisation (nombre de cycles réalisés annuellement, nombre de jours travaillés, types de vêtements lavés, etc.). Tableau 5 : coûts d investissement et de fonctionnement des machines GIRBAU-KREUSSLER Investissement Fonctionnement Estimés sur 1 an 1 (soit 48 semaines de travail, 336 jours, cycles s) Produits Caractéristiques Coûts constatés 2010 (en HT/an) Laveuse GIRBAU HS Sécheuse GIRBAU SLI Pompes doseuses / COUTS D INVESTISSEMENT TOTAUX LANADOL AVANT Consommations : 143 / 24 litres 143 environ 24 litres / an LANADOL AKTIV Consommations : environ 24 litres / / 24 litres 858 mois soit 144 litres /an LANADOL APRET Consommations : environ 24 litres / / 24 litres 858 mois soit 144 litres /an Electricité 2 Consommation totale: 0,10 /kwh kwh/an Eau Consommations : 50 litres/cycle soit 84 m 3 /an pour un 3 /m nettoyage de type «à sec» Charge de travail Finissage Non déterminée COÛTS DE FONCTIONNEMENT ANNUELS TOTAUX Environ /an Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 14

16 Tableau 6 : coûts d investissement et de fonctionnement d une machine de nettoyage à sec classique (sources : Gisements et impacts des déchets dangereux en quantités dispersées, Agence de l Eau Loire Bretagne) Produits Caractéristiques Coûts constatés 2009 (en HT/an) Investissement Fonctionnement 3 Estimés sur 1 an (soit 48 semaines de travail = 336 jours) Machine de nettoyage à sec classique + système de distillation Prix moyens à COUTS D INVESTISSEMENT TOTAUX à Perchloroéthylène Consommations : entre 100 et 210 kg/an Détachant Consommations : environ 24 litres/an Elimination des déchets (boues et filtres) Fréquence : 60 kg/3mois Electricité 4 Consommations : kwh/an Eau Consommations : 150 litres/cycle soit 252 m 3 /an 17 /17 kg (10 litres) 100 à / 10 litres /fût de 200 litres (CHIMIREC) COÛTS DE FONCTIONNEMENT ANNUELS TOTAUX ,10 /kwh /m Environ /an A vue des deux tableaux précédents, les coûts de fonctionnement de l Aquanettoyage semblent inférieurs à ceux du nettoyage à sec. ATTENTION : Les coûts de fonctionnement de l Aquanettoyage n incluent pas le temps de finissage plus important que pour le nettoyage à sec. Difficilement chiffrable, on estime que le temps supplémentaire passé pour le repassage d un article nettoyé à l eau est d environ 20 %. De plus, cette comparaison n intègre pas les aménagements à réaliser pour se conformer à la réglementation et notamment à l arrêté 2345, pour les installations qui utilisent du perchloroéthylène (aspiration au dessus des points de travail, traitement de l air, formation du personnel, etc.). Tableau 7 : comparaison des coûts entre un nettoyage à sec classique et un Aquanettoyage Machines Machines GIRBAU- Machines de nettoyage à sec KREUSSLER Sensiblement identiques Produits Eau (hors bâche à eau) Energie Elimination des déchets Légende : : coûts ou consommations moins élevés : coûts ou consommations plus élevés Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 15

17 CONCLUSION Les machines GIRBAU sont des technologies qui permettent de laver à l eau, des articles qui recquièrent habituellement un nettoyage à sec. L absence de perchloroéthylène dans les locaux améliore considérablement la qualité de l air, permet de s affranchir d une mise aux normes lourde (arrêté 2345) et réduit considérablement la production de déchets dangereux. De plus, les machines GIRBAU semblent remplir les attentes de l artisan d un point de vue de l efficacité de lavage et du respect des textiles. A noter cependant une charge de travail plus conséquente que pour les techniques de nettoyage à sec (et des risques de TMS accrus) et la nécessité d une connaissance approfondie des programmes de lavage, pour éviter toute altération des vêtements (formation obligatoire des salariés). Cependant, ce type de procédé rejette des eaux de lavage dans le réseau d assainissement. Les analyses réalisées lors de la validation technique ont révélé une écotoxicité des rejets et des métaux, tels que le cuivre et le zinc. Plusieurs hypothèses ont pu être formulées pour expliquer ce résultat, en impliquant les produits KREUSSLER, les vêtements nettoyés ou une combinaison des deux. A noter que la toxicité aigüe des rejets du nettoyage à l eau est du même ordre de grandeur que la toxicité des effluents de blanchisseries industrielles. Des études ont par ailleurs montré que la plupart des lessives domestiques (notamment les liquides), généraient des effluents écotoxiques. In fine, il appartient au maire de chaque commune de statuer sur l acceptation d un rejet d aquanettoyage, via les arretés d autorisation de déversement (l entreprise devant être à l origine de la démarche lors de l installation, modèle de demande en annexe). Le cas échéant, les machines GIRBAU ne posant pas de problème particulier, une substitution des produits KREUSSLER pourrait être envisagée. Coûts d investissement Légende : + : plus performant pour le critère considéré - : moins performant pour le critère considéré Tableau 8 : comparaison des deux techniques pour chaque critère Machines GIRBAU- Machines de nettoyage à sec KREUSSLER Sensiblement identiques Coûts de fonctionnement + - Environnement Durabilité Eau consommations + - Eau rejets - + Déchets + - Energie + - Air + - Sensiblement identiques Praticité - + Efficacité Sensiblement identiques (fonction du type de salissures : nettoyage à sec plus efficace sur taches grasses et l Aquanettoyage plus efficace sur taches maigres) Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 16

18 ANNEXES Consommations électriques des machines GIRBAU Laveuse Sécheuse Puissance (kw) 19,75 14 Coefficient de correction (valeur moyenne : la résistance électrique ne chauffe pas à 100 % pendant tout le cycle de lavage) 0,3 1 Durée du cycle (heure) 0,35 (21 minutes) 0,08 (5 minutes) Nombre de cycles/jours 5 5 Nombre d heures de fonctionnement/jour 1,75 (0,35 x 5) 0,4 (0.08 x 5) Nombre de jours/an (48 semaines) Nombre d heures de fonctionnement/an 588 (336 x 1,75) 134 (0,4 x 336) Consommations (kwh)/an (588 x 19,75 x 0,3) (134 x 14 x 1) Consommations totales kwh/an Prix du kwh ( ) 0,10 Coût total 536 /an Consommations électriques des machines de nettoyage à sec classiques Consommations (kwh) facteur de correction inclus Durée du cycle avec distillation (heure) 8 (source : étude énergie CNIDEP) 0,7 (40 minutes) Nombre de cycles/jours 5 Nombre d heures de fonctionnement/jour 3,5 (0.7 x 5) Nombre de jours/an (48 semaines) 336 Nombre d heures de fonctionnement/an (336 x 3,5) Consommations (kwh)/an (8 x 1 776) Prix de kwh ( ) 0,10 Coût total 940 /an Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 17

19 Résultats d analyse phase 2 (LANADOL AKTIV) Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 18

20 Validation technique GIRBAU/KREUSSLER CNIDEP/CB 07/10 19

WET CLEANING READY HS6013

WET CLEANING READY HS6013 WET CLEANING READY HS6013 HS6017 HS6023 RESPECTEZ L ENVIRONNEMENT AVEC LE NETTOYAGE À L EAU ED260 ED340 ED460 GIRBAU Laundry equipment un concept de nettoyage rapide, efficace, respectant la grande majorité

Plus en détail

RESPECT DE L ENVIRONNEMENT

RESPECT DE L ENVIRONNEMENT SOFTWASH LAVAGE DÉLICAT RESPECT DE L ENVIRONNEMENT CEREMONIE VETEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELS (VPI) COSTUMES PRIMUS SOFTWASH LA SOLUTION DE NETTOYAGE DES TEXTILES DÉLICATS Partout dans le monde, les

Plus en détail

I. Etapes du service et procédés utilisés

I. Etapes du service et procédés utilisés I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements

Plus en détail

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie

Club Environnement CCI Jura. La gestion des eaux usées issues de l industrie Club Environnement CCI Jura La gestion des eaux usées issues de l industrie Bertrand DEVILLERS Le 1 er juin 2015 Les catégories d eaux usées Trois catégories d eaux usées : Les eaux usées domestiques (eaux

Plus en détail

NETTOYAGE À L EAU ÉCOLOGIQUE CLEAN

NETTOYAGE À L EAU ÉCOLOGIQUE CLEAN NETTOYAGE À L EAU ÉCOLOGIQUE CLEAN L utilisation et la mise au rebut des produits chimiques étant de plus en plus réglementées, l industrie de la blanchisserie doit utiliser des méthodes de nettoyage plus

Plus en détail

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques

Les effluents des établissements hospitaliers. Direction des Affaires Techniques Les effluents des établissements hospitaliers J. DROGUET - Présentation Hopitech 2007 Contexte Les établissements hospitaliers sont de gros consommateurs d eau (env 800-1000 L/lit). Les différents types

Plus en détail

LANADOL L original du nettoyage à l eau

LANADOL L original du nettoyage à l eau LANADOL L original du nettoyage à l eau Votre gage de succès pour un nettoyage éco-responsable des textiles www.kreussler-chemie.com WETCLEANING, CREATED BY KREUSSLER. Êtes-vous à la recherche d une solution

Plus en détail

Systèmes de séchage professionnels

Systèmes de séchage professionnels Systèmes de séchage professionnels Laundry Solutions Nouveaux systèmes de séchage Laundry Solutions Séchage, un procès simple mais très important! Comme complément de base du processus de lavage industriel,

Plus en détail

nouvelle réglementation 2013

nouvelle réglementation 2013 Pressing : nouvelle réglementation 2013 SOURCES D INFORMATION Nomenclature des installations classées pour la protection de l environnement Arrêté du 5 décembre 2012 modifiant l arrêté du 31 août 2009

Plus en détail

Blanchisserie Industrielle

Blanchisserie Industrielle Blanchisserie Industrielle recueil sur CD-ROM Référence : 3074511 ISBN : 978-2-12-074511-5 Année d édition : 2009 Analyse Les blanchisseries industrielles traitent le linge confié principalement par des

Plus en détail

WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE

WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE WWW.CLEVERCARE.INFO LAVAGE Le symbole du cuvier indique si le lavage domestique est possible à la main et en machine. Le nombre à l intérieur de ce symbole indique la température de lavage maximale en

Plus en détail

Programme de lavage du linge Aquanomic. Une approche simple et sûre pour les meilleurs résultats

Programme de lavage du linge Aquanomic. Une approche simple et sûre pour les meilleurs résultats Programme de lavage du linge Aquanomic Une approche simple et sûre pour les meilleurs résultats Le saviez-vous... pour 70% des clients d hôtel le linge propre est un des trois premiers facteurs de satisfaction*1

Plus en détail

FONTAINE DE DEGRAISSAGE BIOLOGIQUE SR 5000-2011. Dégraissage mécanique. Environnement. Durabilité

FONTAINE DE DEGRAISSAGE BIOLOGIQUE SR 5000-2011. Dégraissage mécanique. Environnement. Durabilité FNTAINE DE DEGRAISSAGE BILGIQUE FNTAINE DE DEGRAISSSAGE BILGIQUE SR 5000 2011 Environnement Durabilité Dégraissage mécanique Efficacité 5 4 3 2 1 0 Traitement biologique Fonctionnement Praticité Unité

Plus en détail

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E

AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales D.O.E AFM Recyclage Cheviré (44) Station de traitement des eaux pluviales Version du 22/04/2009 SOMMAIRE I OBJET ET DONNEES DE BASE... 3 A. OBJET... 3 B. DONNEES DE BASES... 3 II DESCRIPTIF... 6 Saint Dizier

Plus en détail

Introduction. CINET : SOLVETEX II Etude comparative de La qualité des solvants

Introduction. CINET : SOLVETEX II Etude comparative de La qualité des solvants CINET : SOLVETEX II Etude comparative de La qualité des solvants L association CINET (comité international de l entretien du textile) a confié en mars 2011 au TKT une étude comparative sur les performances

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET

FICHE DE PRESENTATION DE PROJET FICHE DE PRESENTATION DE PROJET TITRE : COLLECTE DE VETEMENTS POUR UNE ASSOCIATION CARITATIVE NIVEAU : 3 ème POLE : ENTRETIEN DU LINGE SITUATION DANS L ANNEE/ EN AUTOMNE OU AU MOMENT D UNE CAMPAGNE HUMANITAIRE

Plus en détail

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement

Raccordement des entreprises. à un réseau public d assainissement JOURNEE ASCOMADE Raccordement des entreprises à un réseau public d assainissement Vendredi 28 mars 2008 ELIMINATION DES EFFLUENTS INDUSTRIELS Traitement par une station d épuration interne Prétraitement

Plus en détail

lagoon Advanced Care Electrolux Professionnel Pressing Nettoyage à l eau Rapide, facile et écologique

lagoon Advanced Care Electrolux Professionnel Pressing Nettoyage à l eau Rapide, facile et écologique lagoon Advanced Care Electrolux Professionnel Pressing Nettoyage à l eau Rapide, facile et écologique Vos attentes......un système respectueux de l environnement,, conforme au 2345 et sans solvants pour

Plus en détail

Machines à laver 2011

Machines à laver 2011 Machines à laver 2011 Design and Quality IKEA of Sweden Machines à laver IKEA conçues pour servir jour après jour. Les machines à laver IKEA ont des fonctions simples à utiliser, en mesure de satisfaire

Plus en détail

SYSTEME G. La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins

SYSTEME G. La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins SYSTEME G La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins 05-02-2014 SYSTEME G LA REPONSE AUX SOUCIS DU SECTEUR Le système G: l application aux maisons de repos de la philosophie de Automatic Industries

Plus en détail

Droits et Devoirs des différents acteurs

Droits et Devoirs des différents acteurs Droits et Devoirs des différents acteurs Mardi 28 Mai 2013 Centre technique municipal de Besançon Stéphanie LARDET Chargée de mission Environnement ASCOMADE www.ascomade.org Contenu 1. Ce que dit la réglementation

Plus en détail

INSTRUMENTS. Lave instruments de grands dimensions pour centrales de stérilisation.

INSTRUMENTS. Lave instruments de grands dimensions pour centrales de stérilisation. INSTRUMENTS Lave instruments de grands dimensions pour centrales de stérilisation. LAVE INSTRUMENTS DE GRAND CAPACITÉ Avec plus de 30 années d expérience en technologie de lavage, la Division Instruments

Plus en détail

Calandres professionnelles. L ensemble de produits

Calandres professionnelles. L ensemble de produits Calandres professionnelles L ensemble de produits Technologie de repassage de pointe Singulière par sa performance convaincante par sa qualité Le linge propre, frais et parfaitement repassé est la carte

Plus en détail

Electrolux Professional

Electrolux Professional Electrolux Professional Electrolux Professional 94 Dominique Lemelle, Directeur, AT France, Troyes, France Génération 5000 Electrolux Professional Contrôlez vos coûts de A à Z avec votre blanchisserie

Plus en détail

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc

AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées. Gestion des Eaux Industrielles au Maroc AGIRE Atelier sur l Assainissement, l Epuration et la Réutilisation des Eaux Usées Gestion des Eaux Industrielles au Maroc Mme Touria JAOUHER Département de l Eau Agadir, du 7 au 11 Décembre 2009 8000

Plus en détail

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé

De la goutte au poudre de la suspension aux granules. Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé De la goutte au poudre de la suspension aux granules Traitement innovateur des liquides dans les sécheurs en lit fluidisé Transformez vos suspensions et pâtes sortie d air Ce sont les techniques de séchage

Plus en détail

EcoCCore LA NOUVELLE DIMENSION DU NETTOYAGE AU SOLVANT. www.durr.com

EcoCCore LA NOUVELLE DIMENSION DU NETTOYAGE AU SOLVANT. www.durr.com EcoCCore LA NOUVELLE DIMENSION DU NETTOYAGE AU SOLVANT www.durr.com Le nettoyage de pièces : un process générateur de process générateur de valeur valeur Les exigences croissantes en termes de qualité

Plus en détail

Les aides financières pour les pressings en 2015 en Meurthe et Moselle

Les aides financières pour les pressings en 2015 en Meurthe et Moselle Les aides financières pour les pressings en 2015 en Meurthe et Moselle Depuis la parution du nouvel arrêté «2345» le 5 décembre 2012 (voir note de veille «nouvelle réglementation dans les pressings» disponible

Plus en détail

Les activités ayant des «eaux usées non domestique» et leurs prescriptions techniques spécifiques :

Les activités ayant des «eaux usées non domestique» et leurs prescriptions techniques spécifiques : Les activités ayant des «eaux usées non domestique» et leurs prescriptions techniques s : (L arrêté du 21 décembre 2007 relatif aux modalités d établissement des redevances pour pollution de l eau et pour

Plus en détail

Hygiene. Wet-Clean L entretien des textiles pour les professionnels

Hygiene. Wet-Clean L entretien des textiles pour les professionnels Hygiene Wet-Clean L entretien des textiles pour les professionnels Wet-Clean La solution idéale pour le nettoyage au mouillé dans votre établissement > La solution tout-en-un au sein de votre établissement:

Plus en détail

Guide VEMat Peinture V a l i d a t i o n s E n v i r o n n e m e n t a l e s d e M a t é r i e l s. Nettoyage des outils de peinture en bâtiment

Guide VEMat Peinture V a l i d a t i o n s E n v i r o n n e m e n t a l e s d e M a t é r i e l s. Nettoyage des outils de peinture en bâtiment Guide VEMat Peinture V a l i d a t i o n s E n v i r o n n e m e n t a l e s d e M a t é r i e l s Nettoyage des outils de peinture en bâtiment 2009 SOMMAIRE PREAMBULE... 1 Les entreprises de peinture

Plus en détail

Effets de la REP déchets diffus spécifiques sur l artisanat 2012

Effets de la REP déchets diffus spécifiques sur l artisanat 2012 Effets de la REP déchets diffus spécifiques sur l artisanat 2012 SOURCE D INFORMATION Décret n 2012-13 du 4 janvier 2012 relatif à la prévention et à la gestion des déchets ménagers issus de produits chimiques

Plus en détail

Acheter au plus prêt de vos besoins! CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières)

Acheter au plus prêt de vos besoins! CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières) Acheter au plus prêt de vos besoins! CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières) règlementation Appel d offre si budget supérieur à 135 000 Contacter la cellule des marchés (Entité Financière) au

Plus en détail

REGLEMENTATION BLANCHISSERIE

REGLEMENTATION BLANCHISSERIE NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2008 SERVICE ENVIRONNEMENT REGLEMENTATION BLANCHISSERIE Rédacteur : A.CHEVILLARD Approbateur : D. GOUTTEBEL Date : 25/03/08 Définition : Les blanchisseries et laveries

Plus en détail

Lave-linge industriel HF150

Lave-linge industriel HF150 LAVAGE Lave-linge industriel HF150 CARACTÉRISTIQUES - Machine à laver capacité 14,5 kg (1/10) - Vitesse d essorage 1000 tr/mn. - Facteur G élevé - Moteur à variateur de fréquence - Sécurité anti-balourd

Plus en détail

Génération 5000 Electrolux Professional Des économies à long terme Dans votre laverie résidentielle

Génération 5000 Electrolux Professional Des économies à long terme Dans votre laverie résidentielle Génération 5000 Electrolux Professional Des économies à long terme Dans votre laverie résidentielle Mes résidents sont très satisfaits de laver leur linge et leurs vêtements dans une laverie de la marque

Plus en détail

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS Pour répondre aux besoins de chaque industriel Intégration d une démarche de développement durable pour réduire les consommations en eau et en énergie? Besoin

Plus en détail

Autorisation et Convention

Autorisation et Convention Autorisation et Convention Déversement d eaux usées non domestiques dans les réseaux publics de collecte Entreprises et Collectivités : procédures pour être en conformité avec la loi Crédit photo CA Évry

Plus en détail

Nouvelle réglementation & technologies alternatives

Nouvelle réglementation & technologies alternatives Réunion d information Nettoyage à sec : Nouvelle réglementation & technologies alternatives Réunion d information pressings 21 février 2013 Madeline FUSS Le CNIDEP Chambre de Métiers et de l'artisanat

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA METROPOLE DE LYON ARRETE N 2016-04-21-R-0333 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement des eaux usées autres

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Systèmes de lavage à ultrasons CEIA

Systèmes de lavage à ultrasons CEIA w w w.c e ia.in t e r na t i o nal.c o m Systèmes de lavage à ultrasons CEIA 2 a p p l i c a t i o n s Laboratoires dentaires Instruments médicaux/de chirurgie Nettoyage soigné des instruments de chirurgie

Plus en détail

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation

Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Efficacité des vêtements de protection contre les produits chimiques liquides vis-à-vis de la perméation Société de médecine du travail PACA-Corse 15 mars 2011 Amandine Paillat Contexte et présentation

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

Bien plus que de l air frais Les systèmes de climatisation Truma

Bien plus que de l air frais Les systèmes de climatisation Truma Bien plus que de l air frais Les systèmes de climatisation Truma Aventa eco Aventa comfort compact comfort comfort RC vario * avec TG 1000 sinus. ** mode chaud possible à partir d une température extérieure

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

SIGNES DE L EXPÉRIENCE L EXPÉRIENCE QUI NE LAISSE PAS DE SIGNES

SIGNES DE L EXPÉRIENCE L EXPÉRIENCE QUI NE LAISSE PAS DE SIGNES SIGNES DE L EXPÉRIENCE L EXPÉRIENCE QUI NE LAISSE PAS DE SIGNES G THE WRINKLE FREE EXPERIENCE 02 03 A 3 ENGAGEMENT DANS L INNOVATION 5 brevets internationaux protègent des solutions innovantes qui ont

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

Étiquetage environnemental Secteur textile

Étiquetage environnemental Secteur textile Étiquetage Secteur textile Sandrine Pesnel Equipe de recherche GEMTEX (ENSAIT) du projet ACVTEX 28/04/2010 1 Le projet ACVTex Le projet : Partenaires : Débuté en 2008 projet de 4 ans Programme transfrontalier

Plus en détail

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent

A B C Eau Eau savonneuse Eau + détergent 1L : Physique et chimie dans la cuisine Chapitre.3 : Chimie et lavage I. Les savons et les détergents synthétiques 1. Propriétés détergentes des savons Le savon est un détergent naturel, les détergents

Plus en détail

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation?

CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? CRMA Limousin > Nettoyage à sec : quelle réglementation? Nettoyage à sec : quelle réglementation? Sommaire page 2 > A { Qu est ce qu une Installation Classée pour la Protection de l Environnement (ICPE)?

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2013-07-15-R-0287 commune(s) : Villeurbanne objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

Principes de l écolabel

Principes de l écolabel Principes de l écolabel L'Eco-label européen - Qu'est-ce que c'est? Créé en 1992, l Eco-label européen est le seul label écologique officiel européen utilisable dans tous les pays membres de l'union Européenne.

Plus en détail

LES DECHETS La liste des déchets établit une nomenclature pour les déchets dangereux et non dangereux. Cette liste unique est définie dans l annexe II du décret n 2002-540 du 18 avril 2002. Les déchets

Plus en détail

Les économies d eau, l affaire de tous

Les économies d eau, l affaire de tous Les économies d eau, l affaire de tous La robinetterie Les toilettes L électroménager Liens vers sites spécialisé Sources La robinetterie les réducteurs de pression individuel robinets mitigeurs robinets

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE PRESSINGS NOMMEE AQUABONUS

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE PRESSINGS NOMMEE AQUABONUS CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE PRESSINGS NOMMEE AQUABONUS (Arrêté du 9 décembre 2010 relatif aux incitations financières) Subvention pour la substitution du

Plus en détail

CONTENU. B- Traitement et recyclage des déchets 1. Démolition des navires

CONTENU. B- Traitement et recyclage des déchets 1. Démolition des navires CONTENU 2 I- Une transition sûre et équitable? Les enjeux mondiaux du développement durable II- Le débat écologique et sa dimension sociale III- Les nuances de vert dans les emplois verts IV. Emplois verts

Plus en détail

Nouvelles avancées en matière d application et de séchage des produits de finition - Automobile

Nouvelles avancées en matière d application et de séchage des produits de finition - Automobile Nouvelles avancées en matière d application et de séchage des produits de finition - Automobile 2006 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille technique a été essentiellement établie à partir de documents

Plus en détail

eat recovery system Metos Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste La solution compacte à vos dechets! www.metos.com

eat recovery system Metos Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste La solution compacte à vos dechets! www.metos.com eat recovery system Metos Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste La solution compacte à vos dechets! www.metos.com Traitement de Déchets Solus Eco Flex Waste De plus en plus, le traitement des biodéchets

Plus en détail

37496_SGD_CatCouv_0109 22/04/09 15:14 Page 1. www.sgd-france.com

37496_SGD_CatCouv_0109 22/04/09 15:14 Page 1. www.sgd-france.com 37496_SGD_CatCouv_0109 22/04/09 15:14 Page 1 www.sgd-france.com 37496_SGD_CatCouv_0109 22/04/09 15:14 Page 2 QUALITÉ / S.A.V. / GARANTIE + de 20 ans d expérience dans la recherche de SOLUTIONS de NETTOYAGE

Plus en détail

Convoyeurs Pneumatiques APPLICATIONS

Convoyeurs Pneumatiques APPLICATIONS Convoyeurs Pneumatiques APPLICATIONS Convoyeurs pneumatiques pour poussières et granulés Pourquoi utiliser un convoyeur pneumatique? Les convoyeurs pneumatiques Nilfisk-CFM ont été conçus pour le transfert

Plus en détail

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution

Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution Dépollution des eaux pluviales des routes et parkings : Problématique et solution POLLUTEC Lyon, le 1 er décembre 2010 Plan de la présentation Présentation du syndicat ISGH Pollution des eaux pluviales

Plus en détail

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5

VEILLE REGLEMENTAIRE Environnement Fiche VRE.5 LES EFFLUENTS Code de la Santé Publique L1331-10 Code de l Environnement R214-1 et suivants Arrêté du 22 juin 2007 relatif à la collecte, au transport et au traitement des eaux usées des agglomérations

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF BIOROCK La filière d assainissement compacte BIOROCK Documentation technique FOURNISSEUR DE SOLUTIONS POUR A.N.C. DESCRIPTION DE LA FILIERE COMPACTE Une filière compacte est conçue pour traiter les effluents domestiques (les eaux ménagères et les

Plus en détail

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES

UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES MISE EN DÉCHARGE, RECYCLAGE, TECHNIQUE INCINÉRATION- DES DÉCHETS ÉPURATION DES EAUX USÉES UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT Une entreprise de Bayer et LANXESS UN RÉSEAU AU SERVICE DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Filtre/Sécheurs émaillés

Filtre/Sécheurs émaillés Filtre/Sécheurs émaillés Innovation par la compétence. La nouvelle dimension de Filtre/Sécheurs pour milieu corrosif Rosenmund est une marque leader dans le domaine de la séparation liquide/solide et du

Plus en détail

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées Centre Départemental de Gestion du Cher ZA Le Porche 18340 PLAIMPIED-GIVAUDINS Tél. : 02.48.50.82.50 Fax : 02.48.50.37.59 www.cdg18.fr Adresse postale B.P. 2001 18026 BOURGES Cedex Le Président du Centre

Plus en détail

Le séchage des ateliers :

Le séchage des ateliers : Le séchage des ateliers : Quelles technologies et quels coûts énergétiques? Jacques GUILPART- MF Conseil j. guilpart@mfconseil.fr 06 43 44 66 28 www.mfconseil.fr Adam TCHAÏKOWSKI, Dessica a.tchaikowski@dessica.fr

Plus en détail

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique

Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau. La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 eau La solution compacte & économique Thermorégulateurs Easitemp 95 et 150 Eau Easitemp définit un nouveau standard pour les thermorégulateurs. Un concept innovant,

Plus en détail

Association Suisse des Fabricants et Fournisseurs d Appareils électrodomestiques. La nouvelle étiquette énergie 2011

Association Suisse des Fabricants et Fournisseurs d Appareils électrodomestiques. La nouvelle étiquette énergie 2011 Association Suisse des Fabricants et Fournisseurs d Appareils électrodomestiques La nouvelle étiquette énergie 2011 INTRODUCTION L étiquette énergie, histoire d un succès Les principaux critères d achat

Plus en détail

caractéristiques et spécifications

caractéristiques et spécifications caractéristiques et spécifications CYGNUS COMMANDES UNE CONCEPTION SUR MESURE Une nouvelle norme pour les commandes de laveuses-essoreuses IPSO établit une nouvelle norme dans le domaine des commandes

Plus en détail

Laveur et désinfecteur de laboratoire > Steelco LAB 600

Laveur et désinfecteur de laboratoire > Steelco LAB 600 Laveur et désinfecteur de laboratoire > Steelco LAB 00 > Le Steelco LAB 00 est une machine à laver ergonomique conçue pour un chargement frontal ainsi qu un lavage et un séchage à hauteur variable. Sa

Plus en détail

liquide de refroidissement produits d entretien lave glace

liquide de refroidissement produits d entretien lave glace liquide de refroidissement produits d entretien lave glace Sommaire Présentation de la société 4 Les produits de la marque SMB..5 - L entretien de la clim auto...5 - Liquides de refroidissement et antigels.5

Plus en détail

Performances environnementales et économiques économiques. Description

Performances environnementales et économiques économiques. Description BREF Industries de traitement des déchets - Doc. de synthèse V 1.0-01/12/08 MTD pour des types spécifiques de traitements de déchets TRAITEMENTS BIOLOGIQUES DES DECHETS - METHANISATION Description 65 -

Plus en détail

Electrolux Professional

Electrolux Professional Electrolux Professional Electrolux Professional 82 Federico Pascali, Food & Beverage Manager, St Regis, Rome, Italie Génération 5000 Electrolux Professional La meilleure qualité au meilleur prix Pour votre

Plus en détail

LSA6444X2. SMEG ELITE Lave-vaisselle pose libre, 60 cm, orbital, inox anti-trace/gris métal Classe énergétique A+++A EAN13: 8017709166748

LSA6444X2. SMEG ELITE Lave-vaisselle pose libre, 60 cm, orbital, inox anti-trace/gris métal Classe énergétique A+++A EAN13: 8017709166748 SMEG ELITE Lave-vaisselle pose libre, 60 cm, orbital, inox anti-trace/gris métal Classe énergétique A+++A EAN13: 8017709166748 Capacité 13 couverts 7 programmes + 6 programmes rapides : Trempage, Verres,

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON

EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU RHONE EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU PRESIDENT DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE LYON ARRETE N 2011-04-14-R-0147 commune(s) : Meyzieu objet : Autorisation de déversement

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI

FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI FICHE DE DONNEES DE SECURITE KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Désignation commerciale : KOOLNET GRAS PRET A L EMPLOI Date de création : 29/02/2000 Date de révision : 01/04/2005 FICHE DE DONNEES DE SECURITE

Plus en détail

COMPRESSEURS DENTAIRES

COMPRESSEURS DENTAIRES FRANCE COMPRESSEURS DENTAIRES TECHNOLOGIE SILENCIEUSE MGF NOS SERVICES, NOS ENGAGEMENTS - Les pièces détachées sont disponibles sur stock dans notre site localisé en Saône-et-Loire. Envoi express en h

Plus en détail

Brochure produit. Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées.

Brochure produit. Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées. Brochure produit Wilo-Sevio ACT, le traitement innovant des eaux usées. 2 Traitement innovant des eaux usées Optimisation des performances de traitement grâce aux technologies innovantes Wilo. Les exploitants

Plus en détail

Lave-vaisselle à avancement automatique

Lave-vaisselle à avancement automatique Lave-vaisselle à avancement automatique 2 electrolux wtm Lave-vaisselle à avancement automatique La nouvelle gamme de lave-vaisselle à casiers modulaires d Electrolux allie des prestations haut de gamme

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

Après Presque 2 ans de R&D, notre équipe d ingénieurs, en étroite collaboration avec les services commerciaux,

Après Presque 2 ans de R&D, notre équipe d ingénieurs, en étroite collaboration avec les services commerciaux, MESSAGE DU PRESIDENT de PRIMUS GROUP Eddy Coppieters CHER PARTENAIRE, PRIMUS EST FIER DE VOUS PRESENTER SA NOUVELLE GAMME FX DE LAVEUSES ESSOREUSES. TANT AU NIVEAU DE SON LOOK CONTEMPORAIN QUE DE SON NIVEAU

Plus en détail

MultiZONE. en fonction de chaque configuration» «Je veux avoir la liberté de choisir MA SOLUTION. C hauffage & Climatisation.

MultiZONE. en fonction de chaque configuration» «Je veux avoir la liberté de choisir MA SOLUTION. C hauffage & Climatisation. C hauffage & Climatisation * «Je veux avoir la liberté de choisir MA SOLUTION en fonction de chaque configuration» Solution RESIDENTIEL PETIT TERTIAIRE Solution Je veux un confort optimal quelle que soit

Plus en détail

REJETS INDUSTRIELS GRAND TROYES AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU. Enjeux et moyens

REJETS INDUSTRIELS GRAND TROYES AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU. Enjeux et moyens REJETS INDUSTRIELS AU RÉSEAU PUBLIC D EAUX USÉES DU GRAND TROYES Enjeux et moyens Définition des eaux usées Eaux usées domestiques Eaux ménagères (lessives, cuisines non collectives, douches ) Eaux vannes

Plus en détail

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES

DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES Fiche pratique DIAGNOSTICS : LES PRINCIPAUX TEXTES APPLICABLES DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE - ordonnance n 2005-655 du 8 juin 2005 : mise en place du dossier de diagnostic technique - décret n 2006-1114

Plus en détail

Les éventuels plis restants disparaîtront d eux-même grâce à la chaleur de votre corps lors du porter.

Les éventuels plis restants disparaîtront d eux-même grâce à la chaleur de votre corps lors du porter. OLYMP Luxor - impeccable même sans repassage: Lavez toujours séparément les vêtements blancs et couleurs. Pour conserver des couleurs éclatantes, nous vous recommandons l utilisation de lessives fines.

Plus en détail

Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse

Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse Notre ligne de produits lessive et nettoyants de Suisse Page Lessives poudres 4 Lessives liquides 5 Lessives spéciales 6 7 Aides au lavage 8 Adoucissants 9 Nettoyants ménagers 10 11 Nettoyants vaisselle

Plus en détail

Le spécialiste de la lubrification automatique. Les systèmes de lubrification perma sur le terrain Escaliers mécaniques

Le spécialiste de la lubrification automatique. Les systèmes de lubrification perma sur le terrain Escaliers mécaniques Le spécialiste de la lubrification automatique Les systèmes de lubrification perma sur le terrain Escaliers mécaniques Sécurité de processus irréprochable avec le système de lubrification perma ECOSY Le

Plus en détail

Pressing CTTN. Métiers du. Formations et conseil aux entreprises. Expertise Ethique Indépendance

Pressing CTTN. Métiers du. Formations et conseil aux entreprises. Expertise Ethique Indépendance CTTN Formations et conseil aux entreprises Métiers du Pressing Réglementation des installations classées : nouveau texte - nouvelles mesures, Les évolutions technologiques, Parcours d excellence, Initiation,

Plus en détail

Caractérisation risation des substances dangereuses dans l artisanatl. Premiers résultatsr. Marie-Pierre FISCHER

Caractérisation risation des substances dangereuses dans l artisanatl. Premiers résultatsr. Marie-Pierre FISCHER Caractérisation risation des substances dangereuses dans l artisanatl Premiers résultatsr Marie-Pierre FISCHER Contexte La Directive Cadre Européennerenforce la protection de l environnement en spécifiant

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

H A B I T AT RÉCONCILIONS PROGRÈS ET ENVIRONNEMENT

H A B I T AT RÉCONCILIONS PROGRÈS ET ENVIRONNEMENT G u i d e P r a t i q u e Le lavage : vos appareils gagnent en effi c a c i t é H A B I T AT RÉCONCILIONS PROGRÈS ET ENVIRONNEMENT LE LAVAGE DOMESTIQUE : VOS A P PAREILS GAGNENT EN EFFICAC I T É Faire

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES

RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 DIAGNOSTIC DE L ETAT L ET PERSPECTIVES RENCONTRE AVEC LES PRODUCTEURS D ELECTRICITE Lundi 19 février 2007 ENVIRONNEMENT, HYGIENE ET SECURITE AU NIVEAU DU SECTEUR DE L ELECTRICITE ET DU GAZ DIAGNOSTIC DE L ETAT L ACTUEL ET PERSPECTIVES Par :

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté.

FILTRES MOBILES. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles permettent d améliorer un poste de travail sans difficulté. Les filtres mobiles sont un moyen pratique et rentable d améliorer un poste de travail en un rien de temps. Les unités correspondent

Plus en détail