ont appris à l Ecole de Guerre, est-ce qu il n aurait pas mieux valu, qu ils aient été laissés à l école civile du bon sens? Approbations.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ont appris à l Ecole de Guerre, est-ce qu il n aurait pas mieux valu, qu ils aient été laissés à l école civile du bon sens? Approbations."

Transcription

1 La Commune 1 Paris. Jeunes bourgeois, des gardes nationaux du poste de l Hôtel de Ville. Jeune bourgeois.- Peuple de Paris, vous demandez au peuple allemand, d unir ses forces aux vôtres, pour exiger de vos gouvernements qu ils fassent la paix.....voulezvous rester les miséreux et les obscurs que vous êtes?.... De Sedan, où il est, Napoléon le 3, sur les traces de Napoléon le 1, de sa puissante armée, va repousser d une poussée formidable le Prussien envahisseur hors de nos frontières, dans l élan conquérir toute l Europe. Ce que l Empereur conquiert, est-ce que le peuple ne le conquiert pas avec lui? Que voulez-vous être, un géant français magnifié par la guerre, ou un nain rapetissé par la paix? Que vaut-il mieux, être les premiers en Europe avec votre Empereur, ou dans vos quartiers être ce que vous êtes, les derniers des derniers? Valmy a été le prélude à la première invasion, que Sedan soit le prélude à la deuxième. (essayant de les entraîner à crier avec lui) Vive l Empereur. Paraît un vendeur de journaux. Un vendeur de journaux. (vendant le Cri du Peuple) L Empereur a capitulé. Sedan s est rendu. Demandez le Cri du Peuple. Un fonctionnaire colle une affiche. Tous s y réunissent. Un garde national.- (lisant l affiche) Assemblée Nationale. A la nation. L Empereur Napoléon III, après une bataille acharnée, a fait reddition à l ennemi de la place de Sedan, et s est constitué prisonnier. Le vendeur de journaux. L Empereur a capitulé, avec lui, le Ministre de la Guerre le général Leboeuf, 39 généraux, soldats, chevaux, 600 canons. Demandez le Cri du peuple. 1 garde national , qui se rendent d un coup. Belle discipline. 2 garde national. 39 généraux. Qui se rendent en paquet. Belle stratégie. 3 garde national. Leboeuf aux belles cornes a tourné en tête de veau sauce vinaigrette. 1 garde national. (aux jeunes bourgeois) Ceux-là, qui rêvaient d en découdre avec le Prussien, sont les premiers à tomber en loques. Un Parisien.- (suivis par des gamins; frappant du tambour, chantant) V là le sire de Fisch-ton-camp Qui s en va-t-en guerre Deux temps, trois mouvements Sens devant derrière V là le sire de Fisch-ton-camp Qui s en va-t-en guerre Sortent les jeunes bourgeois.

2 Nouvelle affiche. Un garde national.- (la lisant) Assemblée nationale. A la nation. Sur proposition de Jules Favre, chef de l opposition, l Assemblée Nationale déchoit l Empereur Napoléon III de sa souveraineté. Le garde national. Et maintenant? A l Assemblée. Ils sortent, en courant. Palais Bourbon. L Assemblée, en tumulte. Les gardes nationaux, bousculant les zouaves, occupent les tribunes. Jules Favre monte à la tribune. Le Président frappe de son marteau. Le silence se fait. Jules Favre. L opposition, Messieurs les Députés, propose que la nation élise une Assemblée Constituante, qui statuera sur une nouvelle constitution française, qui décidera quel régime gouvernera la France désormais. Un garde national.- (fort) C est tout statué. La République. Les gardes nationaux.- (levant la main, comme s ils votaient) La République. Huées dans les rangs de l Assemblée. Jules Favre. Ce n est pas le ruisseau qui choisira le régime qui gouvernera la France, c est l Assemblée élue par la nation. Gardes, évacuez les tribunes. Les gardes évacuent les tribunes. Tumulte. Devant l Hôtel de Ville, groupes de gardes nationaux. Paraît un vendeur de journaux. Un vendeur de journaux. (vendant le Cri du Peuple) Metz s est rendu, Bazaine s est constitué prisonnier. Demandez le cri du Peuple. Devant l Hôtel de Ville, un colleur d affiches, colle une affiche. Un garde national. (lisant l affiche) (fort) Au peuple français. Le Gouvernement vient d apprendre la douloureuse nouvelle de la reddition de Metz. Le Maréchal Bazaine et son armée ont dû se rendre après d héroïques efforts. Pleine de reconnaissance pour les courageux soldats qui ont combattu pied à pied pour la Patrie, la Ville de Paris voudra être digne d eux. Le vendeur de journaux.- (fort) A Metz se sont rendus 3 maréchaux, officiers, soldats, canons, fusils, 3 millions d obus, 23 millions de cartouches. Un garde national. 3 maréchaux, 6000 officiers, soldats. Mais qu est ce que c est que ces maréchaux qui s enferment dans des places? Ne savent-ils pas que ce qui fait fort le Prussien, ce sont ses canons? Ne cherchez plus. Coucou, c est nous. On est tous là, groupés. Vous pouvez faire sur nous des cartons. Prenez votre temps. Pointez, visez, tirez. Vous ne pouvez pas nous manquer Comme un bourgeois peureux, le maréchal se claquemure dans la place, verrouille les portes, guette tremblant derrière les volets fermés..ces militaires de carrière, ils ne savent pas que le fort du Français, c est le chassepot, qui tire plus vite que le fusil du Prussien? Que le terrain du fusil, c est le champ de bataille, le corps à corps? Si c est ce qu ils

3 ont appris à l Ecole de Guerre, est-ce qu il n aurait pas mieux valu, qu ils aient été laissés à l école civile du bon sens? Approbations. D autres affiches. Ouvriers et gardes nationaux vont d une affiche à l autre, l un ou l autre la lisant à voix haute. 1ère affiche. Verdun, Amiens ont capitulé. 2ème affiche. Rouen, Phalsbourg, Toul ont capitulé. 3ème affiche. Sur la Marne, nos troupes ont été contraintes de battre en retraite. 4éme affiche. L ennemi a force l armée de la Loire a été de se replier. 5éme affiche. Les Prussiens assiègent Strasbourg. (commentant) Comme les Prussiens aiment Strasbourg d un amour ravageur. Ils la canonnent jour et nuit. 8éme affiche. Les Prussiens occupent Strasbourg en ruines de ses maisons et de ses habitants. Le 1 garde national.- (levant le poing) Généraux bricoleurs. Désordre meurtrier. Pagaille criminelle. Le 2 garde national..... Officier de métier, c est devenu fonctionnaire. Logement de fonction, mess d officier, ordonnance pour cirer ses chaussures, c est assuré contre les accidents du travail, ça fait valoir ses droits à leur retraite...les officiers sont faits pour tuer et être tués, c est fini tout ça, c est fait pour faire tuer et faire être tués les civils. De la guerre, qui seul en réchappe? Le général. Où sont les Alexandre et les César, qui se battaient à la tête de leurs troupes. Et soudain, on entend les canons. Le garde national.- (montrant du doigt l Est de Paris) Les Prussiens. De l Est Parisien, arrivent des familles chargées de bagages. On entend les canons prussiens au loin. Le Comité Central de la Fédération de la Garde Nationale des 20 arrondissements de Paris se porte devant l Hôtel de Ville, gardé par les Chouans au Cœur Sacré de Jésus, et les Zouaves pontificaux. Ferré. Le Comité Central de la Fédération des Gardes Nationaux des 20 arrondissements de Paris demande à parler au général Trochu. Un officier se présente au balcon. Ferré. Le Comité Central demande au général Trochu ce qu il fait pour défendre Paris contre les Prussiens. L officier.- (montrant la troupe qui revient de la sortie) Le général Trochu a commandé une sortie vers Châtillon. Rentrent des soldats, épuisés, de Châtillon, portant des blessés, tirant des charrettes chargés de soldats morts. Un soldat.- (découragé à Ferré) On était en position de force, le capitaine a sonné la retraite. L officier. Le général Trochu fait savoir, au Comité Central de la Garde Nationale, que la campagne de Paris obéit à un plan d ensemble, que ce plan d ensemble relève du secret militaire. Un autre jour. On entend les canons prussiens au loin. Le Comité Central de la Fédération de la Garde Nationale des 20 arrondissements de Paris se porte devant

4 l Hôtel de Ville, gardé par les Chouans au Cœur Sacré de Jésus, et les Zouaves pontificaux. Ferré. (vivement) Le Comité Central de la Fédération des Gardes Nationaux des 20 arrondissements de Paris demande à parler au général Trochu. Un officier se présente au balcon. Ferré. Le Comité Central demande au général Trochu ce que cache cette inertie. Il ne cesse d ordonner contre les Prussiens de petites sorties. Pourquoi n ordonne-t-il pas une sortie en masse? L officier indique au loin des soldats. Rentrent des soldats, de la Malmaison, épuisés, portant des blessés, tirant des charrettes chargés de soldats morts. Un soldat. (à Ferré) Ils ont sonné la retraite. On gagnait. C est désespérant. L officier. Le général Trochu rappelle au Comité Central, que ce que la tactique perd en détail, la stratégie le gagne en gros, que la défense de Paris obéit à un plan d ensemble, qui relève du secret militaire. Ferré. Le député Jules Favre, chef de l opposition, a été aperçu se dirigeant vers les lignes prussiennes. L officier. Le député Jules Favre a dit que la France ne cèdera pas un pouce de son territoire, pas une pierre de ses forteresses, comme le général Trochu a dit que le gouverneur de Paris ne capitulera pas...le général Trochu informe le Comité Central qu il défèrera en conseil de guerre les citoyens qui incriminent les généraux d impéritie et de trahison. L officier se retire. Un Parisien.- (en même temps qu il tape sur un tambour, chantant) Savez-vous l plan de Trochu Plan plan Mon Dieu quel beau plan Grâce au plan de Trochu Rien n est fichu. Le Comité Central sort en tumulte. Hôtel de Ville. On entend les canons prussiens au loin. Trochu et les maires d arrondissement. Général Trochu.- (aux maires) Messieurs les Maires des arrondissements de Paris, je vous ai convoqués, parce qu en tant qu élus, c est à vous de raisonner la population. Toute l Allemagne assiège Paris : Royaume de Prusse, Confédération de l Allemagne du Nord, Royaume de Bavière, Grand Duché de bade, Royaume de Wurtemberg Allemands s opposent à Français. Résister est une pure folie. La guerre est perdue. Il faut que la population se plmie à l idée. Ferré. La guerre, pour vous, est une affaire de balance? La partie qui a le plus de masse et de poids est celle qui vaincra l autre? Il ne vous viendrait pas à l esprit que la qualité pourrait vaincre la quantité? Qu un Français patriote pourrait vaincre 3 Prussiens pillards? Général Trochu. A quoi bon des massacres?l histoire est faire de défaites et de victoires successives. Réservons-nous pour la prochaine guerre ce sera notre guerre de revanche. Ferré. Ne comptez pas sur les maires de Paris, pour annoncer au peuple de Paris, que le Gouverneur de Paris parle de capituler. Général Trochu. Ne comptez pas sur moi non plus.....j en ai assez de donner au public des représentations militaires, afin d essayer de le raisonner. Je démissionne.

5 Un maire. Que disait le général Trochu? Que le gouverneur de Paris ne capitulera pas. Pour ne pas tenir parole que fait-il? Il démissionne. Il ne capitulera pas, parce qu il aura démissionné. Nos compliments pour sa conception de l honneur. Ferré et le Comite Central se retirent, parfaitement dégoûtés. Un Parisien.- Choir pour choir Il a chu Trochu Trochu a trop chu. Sur la Place de l Hôtel de Ville. Un autre Fédéré. (vers les lignes prussiennes) Prussiens, garçons d écurie, langue faite pour hurler aux chevaux et aux chiens, Tonitruant, vociférant, vous déchirez l air de vos vocables aux arêtes vives et coupantes. Je vous hais. Un troisième fédéré.- (Vers les lignes prussiennes)..de vos bas quartiers, tourbes, sables, marais de Prusse Orientale, vous descendez, en hordes, piller et casser les beaux quartiers de l Europe. Bandits. Un fonctionnaire paraît sur la terrasse, suspend un écriteau : Election de l Assemblée Nationale Constituante. Les bureaux électoraux sont ouverts. Les gardes nationaux forment la file devant le bureau électoral. 2 Croisset. Maison de Flaubert. Son gueuloir. Flaubert.- (agenouillé vers Paris, joignant les mains) S il vous plaît, Assemblée Nationale Constituante, donnez-nous un roi. Aux rois couronnés, sacrés, oints, le pays entier portait foi et hommage. Les rois se succédaient de père en fils, faisaient du pays une seule tête. Ces soleils éclairaient et chauffaient toute la nation jusqu à ses confins. Ces lustres étincelants du milieu de la salle, illuminaient le pays jusqu au moindre recoin. Que nous gouverne à nouveau cette noblesse, pour qui travailler était une déchéance. Pour ces princes, les artistes étaient des princes..... Sous une République, ne régne que l utilité vulgaire. Plus de nobles sujets, plus de sujets du tout. Martyrs d eux-mêmes, le supplice de l artiste est la page blanche. Dérision cruelle, il ne reste plus à l artiste qu à écrire sur son impuissance. Un roi, par pitié. Donnez-nous un roi. Assemblée Nationale. (On entend les canons prussiens au loin). Dans les tribunes du public, des gardes nationaux. A la tribune, le Président.

6 Le Président. J ai l honneur d ouvrir la 1ère session de l Assemblée Nationale Constituante. Entrent les députés, siéger à leur place. Le Président. 645 sièges ont été pourvus. Ont été élus : monarchistes (qui se lèvent, et puis s assiéent) - 30 bonapartistes (qui se lèvent et puis s assiéent républicains (qui se lèvent et puis s assiéent)- 15 divers droite (qui se lèvent et pui s assiéent). Après entente entre les partis, Adolphe Thiers est nommé chef de l exécutif. Adolphe Thiers monte à la tribune. Adolphe Thiers. Les 400 députés monarchistes majoritaires demandent à créer une commission, qui décidera qui de la famille royale des Bourbons, ou de la famille royale des D Orléans gouvernera le pays. Il est donné droit à leur demande. Des tribunes du public. 1 garde national. (fort) On a fait son sort à Louis XVI en 1793, on a fait son sort à Charles X en 1830, on a fait son sort à Louis-Philippe en 1848, et on a droit à une resucée de rois. 2 garde national.- Nous avons beau décapiter les cent têtes de l hydre despotique, elle ne finissent pas de repousser. 1 garde national. Ces petits Thiers et bourgeois consorts qui entrent sans un sou en politique, et en sortent millionnaires, adorent cacher leurs trafics et leurs turpitudes sous un manteau de sacre. Avoir un maître oint donne droit à ces domestiques de piller la vaisselle. Le Président.- (tapant frénétiquement du marteau) Si les tribunes ne cessent pas d intervenir, je les ferai évacuer manu militari. Les tribunes se taisent. Thiers redescend à son banc. Un huissier va auprès du Président, lui apporter une feuille. Le Président. Le Comité Central de la garde nationale de Paris demande à être reçu par l Assemblée. Qu il soit donné droit à leur demande. Entre le Comité Central. Le Président. L Assemblée vous écoute. Ferré. Le Comité Central vient d apprendre que la majorité monarchiste de l Assemblée a créé une commission, qui décidera qui de la famille de Bourbon ou de la famille de D Orléans gouvernera le pays. Le Président. C est exact. Ferré.- En réponse à cette quatrième restauration, le Comité Central décrète, qu il sera procédé à Paris à l élection d une Commune de Paris, qui instituera à Paris la République. Thiers monte à la tribune. Thiers.- Le chef du pouvoir exécutif informe le Comité National, que l Assemblée Nationale Constituante est seule habilitée à choisir le système politique qui gouvernera la France. Il déclare d ores et déjà que l élection d une Commune, qui établirait la République à Paris, est illégale. Il considèrera cette Commune Républicaine, si elle venait à être élue, comme rebelle. Ferré. Le Comité National prend acte de la réponse du Chef de l exécutif. Il se retire. Thiers. La séance est levée. Monsieur Favre, voulez-vous me rejoindre. Les députés sortent. Jules Favre rejoint Thiers.

7 Assemblée Nationale. Le bureau de Thiers. Thiers et Jules Favre. Entrent Thiers et Jules Favre. Thiers... (à Favre) Favre, allez trouver Bismarck... Lorsque le père de famille est loin de sa famille, le fils effronté, fier de sa jeune force, frappe la table du poing, lève la main contre la mère impuissante. Il faut de toute urgence que le père rentre à la maison, pour que l ordre règne à nouveau dans la famille...demandez à Bismarck, qu il accepte de nous renvoyer nos soldats prisonniers, afin qu ils nous aident à rétablir l ordre. Troc pour troc, dites-lui qu en échange, nous signerons la paix, aux conditions qu il voudra. Pressez-vous. Si la Commune s avisait à engager les hostilités aujourd hui, nous serions perdus.. Partez sans perdre une minute. Favre et Thiers sortent. Place de l Hôtel de Ville. On entend les canons prussiens au loin. Une grande affiche : Election de la Commune de Paris. Sur la place, foule d homme et de femmes. Sous la surveillance du Comité Central, les employés finissent d établir les listes des élus des 20 arrondissements de Paris. Le 1 fédéré. (dans l attente) (à part) Thiers a transféré L Assemblée Nationale à Versailles. Sans gouvernants, qu est ce qu on va devenir? Le 2 fédéré. Qu est ce qui est le plus grave à manquer dans une pyramide? Le sommet ou la base? Le 1 fédéré.-la base, bien sûr. Le 2 fédéré. Qu est ce qui est le plus facile à faire, d un homme politique un couvreur, ou d un couvreur un homme politique? Un inspecteur primaire d un instituteur, ou un instituteur d un inspecteur primaire? Un inspecteur ne sait qu inspecter, un instituteur, en plus d inspecter, sait enseigner. Un homme politique n a que sa langue, le couvreur en plus de sa langue, sait couvrir les toits. (montrant l affiche) C est le couvreur, qui aujourd hui est élu. Paraît sur la terrasse, le Comité central. Son Président- (d une voix forte, à tous) Mes amis, la Commune est élue. Paraissent les élus de la Commune, avec à leur tête Ferré. Le Président du Comité central. (d une voix forte) Camarades, la tâche que s était fixée votre Comité Central, élire la Commune de Paris, est accomplie. L enfant est né viable. Nous n avons été qu un régent : tout le pouvoir est désormais à l enfant roi. Vive la Commune libre. La foule. (enthousiaste) Vive la Commune libre. Ferré. (à la foule) Paris m a honoré en m élisant membre de la Commune, la Commune m a honoré, en m élisant son Président. J essaierai d honorer Paris. Applaudissements. Un garde national apporte deux dépêches au Président de la Commune. Il ouvre la première, lit en silence, puis s adresse à la foule. Ferré. Citoyens, Adolphe Thiers, chef du pouvoir exécutif, a signé à Francfort le traité de paix entre la France et l Allemagne. La France abandonne l Alsace et la Lorraine, qui sont cédées à l Allemagne, à perpétuité en toute souveraineté et propriété, s engage à verser une indemnité de guerre de 5 milliards de francs, dont le versement conditionnera l évacuation des troupes d occupation. Les députés alsaciens et lorrains ont signé une protestation, ils ont démissionné. La canonnade prussienne s arrête de tonner. Une femme. Ils ont arrêté de canonner.

8 Un 1 ouvrier. (avec force) Paris avait tout accepté, le froid, la faim, sauf la capitulation. Ferré. (à la foule) La patrie, qu est ce que ces bourgeois en ont à faire? Les bourgeois ont coupé la France en parcelles, dont chacun se croit propriétaire : c est cette parcelle, qui est sa patrie : ils réduisent leur petite âme à leur petit bien. Ce qu ils ne savent pas, c est qu ils s illusionnent : en deux générations leurs soit disantes propriétés bourgeoises auront passé à d autres bourgeois. La France, les riches ne l ont qu en location, le peuple l a en propriété. La France n est une patrie que pour le peuple. Vive votre France. La foule. (enthousiaste) Vive notre France. Ferré.- (aux élus de la Commune) Au travail. Ils entrent dans l Hôtel de Ville. La foule très gaie, se disperse. 3 Hôtel de Ville. La Commune en séance. Le greffier lisant. Le greffier.- (lisant) La Commune procédant du peuple, voici les premières mesures qu au nom du peuple, les membres de la Commune entendent décréter : Article 1. La République est instituée à Paris. Les élus de la Commune se lèvent et observent une minute de silence. Article 2. La Commune n engagera pas contre Versailles les hostilités. Elle refuse de déclencher la guerre civile. Tolain. (se levant vivement, vibrant) Objection, permettez. Karl Marx et de Friedrich Engels, que je représente, trouvent votre naïveté criminelle. Versailles est désarmée : son armée régulière est prisonnière des Prussiens. Le moment est propice, pour faire au bénéfice du peuple, le coup d Etat, que Napoléon III avait fait à son bénéfice. Investissons Versailles. Destituons la bourgeoisie de son pouvoir, et instaurons une dictature du prolétariat, dont nous, hommes éclairés, serons les dictateurs. Soyons les accoucheurs de la nouvelle ère, celle des démocraties populaires. Ferré.- Dans votre dictature du prolétariat, Tolain, il y a dictature, et il y a prolétariat. Selon la Commune, le peuple n a pas besoin de chefs, le peuple est luimême son propre chef. La Commune n usera pas de procédés impérialistes, et ne déclenchera la guerre civile. (Il lève la main, une large majorité des membres de la Commune lève la main avec lui) La proposition de Tolain est rejetée. (Tolain fait un geste méprisant de la main) (Le Président fait signe au greffier de poursuivre) Le greffier.- (lisant) Article 3. Les fonds monétaires et les stocks d or de la Banque de France seront remis à Versailles, qui est l Etat. La Commune s engage à ne tirer des traites, à la Banque de France, que sur le compte créditeur de la Ville de Paris. Tolain. (vibrant) Objection. Objection. Le pouvoir est d abord le pouvoir financier. Profitons de ce que la Banque de France est dans vos murs. Saisir les fonds d Etat et les stocks d or, c est désarmer Versailles, et armer la Commune.

9 Ferré.- La Commune n usera pas des procédés bourgeois, et ne fera pas basse sur les fonds publics. (Il lève la main, une large majorité lève la main) La proposition de Tolain est rejetée. Tolain. Marx a raison quand il dit, que les Révolutionnaires français sont chauvins. Depuis 89, ils croient que la Révolution n est que française. Mais chaque fois que les révolutionnaires français ont conduit une révolution, qu ils ont libéré leur peuple, leur peuple, perdu, égaré, affolé par la liberté, s est jeté dans les bras du 1er sabreur venu. Les révolutionnaires français sont les spécialistes de la révolution, oui, mais de la révolution manquée. (Il fait un geste méprisant vers le Président) Un membre de la Commune. (avec force, à Tolain) De quoi se mêle ce professeur allemand? Il est ouvrier? Il travaille de ses mains? Ce philosophe allemand fait la révolution en chambre, à Londres. Qu il laisse chaque nation faire sa révolution comme elle l entend. Que cet Allemand conduise donc la révolution allemande, si du moins l obéissante Allemagne est capable de se révolter. Un silence. Le Président fait signe au greffier de poursuivre. Le greffier.- (poursuivant) Article 4. Les traitements de fonctionnaires sont abaissés au niveau des traitements d ouvriers. Article 5. La Commune décrète la séparation de l Eglise et de l Etat. Fin est mise à la mainmise de l Etat sur les âmes par le goupillon. Article 6. L église Ste Geneviève est excommuniée de la riche et puissante Eglise Catholique, et consacrée en Panthéon des Saints et des Martyrs laïcs de la République. Soudain, entre une mère de famille, enceinte, en tablier de ménage, ses cinq enfants courant partout dans la salle, poursuivis par des gardes nationaux. Toute la Commune est perturbée, les élus se lèvent à demi, jettent des regards de tous côtés. La femme.- (aux gardes) Je vous préviens, si l un d eux attrape un de mes enfants, je le lui donnerai à garder jusqu au soir.....(se montrant) Pardonnez ma tenue. Nourriture, linge, ménage, soin des enfants, le jour ; la nuit, queue pour le lait à deux heures du matin, queue au boucher, queue au boulanger, j ai tellement à m occuper, que je n ai jamais le temps de m habiller. Un membre de la Commune.- (se levant, lui montrant sa tenue) Marie-France. La femme. (présentant) Mon mari. Qu il est propre et beau. Il a tout le temps, lui, de se raser, de se peigner, de brosser ses vêtements, de cirer ses bottes... (soudain, gênée, à Ferré)... Cette assemblée de messieurs m impressionne trop. Je m étais crue, je me renie. Je m aperçois que je suis déplacée. (battant le rappel de ses enfants) Les enfants. Elle va vers la porte. Ferré.- Madame. Madame. (Il lui fait signe de la main de rester) Vous nous avez pris à notre propre piège. Nous vous écouterons, pour une seule bonne raison, c est, que vous êtes seule, et femme, et nous, en nombre, et hommes. Parlez, je vous prie. La femme revient. La femme. Mon mari se dit démocrate. Qu est ce que c est qu un démocrate? N estce pas celui qui d abord est démocrate chez lui? Etonnez-vous que les femmes soient royalistes. Chez elles, règne un roi en maître absolu : leur mari......je voudrais que vous preniez conscience de ceci cuisinière, lingère, nourrice, femme de chambre, femme de courses, à nous seules, nous sommes toute la domesticité de la maison, mais à faire tout cela, qui est essentiel, nous ne laissons aucune trace dans l histoire, quand (montrant son mari) notre maître et seigneur, rien qu à parler et voter seulement, laissera dans l histoire une trace ineffaçable. Je ne suis pas exigeante, je vous demande de nous ouvrir, à nous, femmes, des clubs de femmes, où nous

10 irions le soir faire un peu nos jeunes femmes comme le jour, nos maris font les jeunes hommes. Nous aimerions tellement, hors biologie, déposer un peu nos rôles de femelle et de reproductrice, et être un peu des êtres humains. Ferré.- (levant la main) Que la Commune décrète d abord, que les hommes, prendront le relais de leur femme dans la garde des enfants, le soir à partir de huit heures, (tous les élus lèvent la main). Qu il soit donc décrété par voie de conséquence que soient créés des clubs de femmes et d hommes : à cet effet, nous réquisitionnons Un membre de la Commune. Les églises Tous rient et applaudissent. Ferré.- Qu il soit décidé que les églises restent vouées au culte de 5 heures du matin à 8 heures du soir, et deviennent des clubs de femmes et d hommes à partir de 8 heures du soir......aux voix. Majorité de voix. Ferré.- Le décret est voté. Greffier, prenez note : ce sera le contenu de l article 7. (aux gardes nationaux et à leur officier) Veuillez le notifier à MM. Les Curés de églises de Paris....(à la femme) La Commune vous remercie pour votre intervention. La femme, joyeuse, les enfants, sort dans le chahut et les rires. Le Président. (au greffier) Poursuivez. Le greffier.- (lisant) Article 8. Les denrées et le charbon sont réquisitionnés. Il est établi pour tous un rationnement proportionnel, ainsi qu un service d assistance aux plus démunis. Article 9. Les trois derniers mois de loyer sont remis. Article 10. La prostitution et l ivrognerie sur la voie publique sont interdites, et seront sanctionnées par la loi. Que la Commune veuille confirmer leurs décrets par un vote. (tous lèvent la main) Le Président. La séance est levée. Tous sortent. Assemblée de Versailles. Thiers à la tribune, le visage tourné vers Paris. Thiers. En réponse, aux décrets illégaux de la Commune, le décret de la Commune concernant le moratoire des loyers est abrogé : les loyers sont exigibles avec les intérêts de retard. Les journaux et les clubs sont interdits. La solde de 1,50 F des gardes nationaux est supprimé. Enfin, pour parachever notre œuvre, que le blocus est décrété. (Il lève la main) (Les députés lèvent la main) Le Président. Les décrets du chef de l exécutif sont approuvés par l Assemblée. Thiers.- Le général Clément Thomas est nommé commandant de la Garde Nationale. Obéissant aux conditions du traité de paix, je lui donne ordre d enlever à la Garde Nationale de Paris ses canons de Montmartre, et de les remettre à l ennemi. (aux députés, levant la main) Veuillez commander au général Clément Thomas, d exécuter cet ordre sur le champ. (les députés lèvent la main) Thiers.- (au général Clément Thomas) Général Thomas, à la tête des bataillons de la Garde nationale qui nous sont fidèles, veuillez procéder à l enlèvement des canons de Montmartre, au besoin par la force. Général Thomas. A vos ordres. Il sort. Montmartre. Les canons de la Garde Nationale. Devant les canons, femmes se tenant par les coudes, font des chaînes. Les gardes nationaux, suivis du général Thomas à cheval, arrivent au bout de la rue. Sur geste

11 du général, les gardes vont aux femmes, essaient de rompre leur chaîne, n y arrivent pas. Le Général, à ses gardes : En formation. Les gardes reviennent sur leurs rangs. Général Thomas.- Par ordre du chef de l exécutif, et en vertu du règlement des conventions d armistice je procède à la saisie des canons de la Garde Nationale ère ligne en position du tireur à genoux. 2ème ligne en position du tireur debout. 3ème ligne prête à relayer la 2ème ligne. Gardes, armez vos fusils. En joue, doigt sur la détente, prêts à tirer. J ordonne aux rebelles qui font obstacle à l application de la loi de se disperser. 1ère sommation. 2ème sommation. 3ème sommation. Soldats en joue, prêts à tirer. A mon commandement. Adjudant Vardaguerre.- (s avançant et faisant face aux soldats, vibrant) Mais c est qu il ordonnerait vraiment de faire feu. Soldats, à mon commandement : crosse en l air. Les soldats obéissent. Général Thomas. (froid) Adjudant, je vous accuse d insoumission. L insoumission, en temps de guerre, est assimilé à la désertion. Vous êtes passible du conseil de guerre, et de l exécution capitale. Gardes, saisissez le traître. L adjudant. (vibrant) Général, je vous accuse de double haute trahison envrs le Prussien, envers les Parisiens. Vous êtes coupable supérieurement, en officier supérieur. Vous êtes passible du jugement du peuple, et de l exécution capitale. Gardes, saisissez le traître. Les gardes font descendre le général de cheval sans ménagement, lui ôtent ses armes, lui ligotent ses mains. Arrivent des gardes nationaux, tenant solidement en mains un civil. Un garde national.- (agitant un carnet ouvert) Voyez un peu qui j amène-là. Ce civillà prenait note dans ce carnet des barricades, de leur hauteur, de leur largeur, du canon qui l armait, de la garde nationale qui la défendait..... Apparemment, il n avait pas pensé à une chose, c est que les gens connus sont reconnus par des inconnus.. Il y a 22 ans, alors que le peuple manifestait pour chasser le roi bourgeois, cet olibrius, costumé en général, ses soldats en avant, lui à cheval à l arrière, avait fait sabrer le peuple sans pitié : le général Lecomte Les généraux, quand ils ont fait leur coup, s arrangent toujours pour mettre entre eux et le peuple des soldats. Jamais on ne les voit se promener en ville, ils savent trop bien pourquoi. Celui-là s est risqué : c était imprudent. Tous deux sont placés devant un mur. Un officier de la garde nationale place un peloton. Le général Lecomte est ferme. Général Lecomte. (fier, méprisant) Avant, le rat vieille moustache, n osait pas risquer sa tête par un soupirail. Maintenant par les bouches d égouts, par bandes, noirs, museau pointu, oreilles sans poils, longue queue écaillée, ils envahissent les rues. Vivement que l armée dératise Paris. L officier. Feu à volonté. Le général Thomas, fuyant, supplie Général Thomas. J ai 5 enfants, pour mes enfants, ayez pitié.. Pour mes enfants, ayez pitié. J ai 5 enfants... J ai 5 enfants. Pour mes enfants, ayez pitié. Le général Lecomte est abattu. Le général Thomas, fuyant, est atteint et abattu. Paris. Devant un atelier de confection, les 8O ouvrières. Sophie Doctrinal sort de l atelier.. Sophie. Le patron nous a lâchées. Il est parti à Versailles. La 1ère ouvrière. Avec la caisse?

12 Sophie. Tu aurais imaginé sans? Silence. La 2ème ouvrière.- (montrant l atelier) On a les commandes, on a les étoffes, on a la passementerie, on a les machines, on a les ouvrières. Il y a de quoi fulminer. Silence. La 2ème ouvrière.- (y pensant tout à coup) Sophie. Tu étais le bras droit du patron. La 1ère ouvrière. Tu étais tellement son bras droit, qu il n était plus que gauche de l autre. La 2ème ouvrière. Si tu prenais l atelier en charge? Fournisseurs, matériaux, machines, clients, comptabilité, il n y a rien que tu ignores. Toutes.-- Mais oui. C est vrai. Sophie. Sophie.- Ce n est pas légal. La 2ème ouvrière. Faisons le légal. Allons voir la Commune. Toutes. Allons voir la Commune. Telles qu elles sont, elles se mettent marche vers la Commune. Hôtel de Ville. Les ouvrières attendent. Sort Sophie Doctrinal, radieuse, deux feuilles en mains, qu elle lit aux ouvrières. Sophie.- (lisant) La Commune décrète que la gestion des fabriques abandonnées par les patrons sera confiée aux ouvriers, en association coopérative. Pertes et bénéfices seront partagés entre les ouvriers. (montrant la 2ème feuille) Le règlement des associations coopératives. Toutes. Hourrah. La 1ère ouvrière. A l atelier. Elles sortent, joyeuses. Paris. Une mansarde, avec une vieille cheminée, et une glace en trumeau, qui ne réfléchit qu en partie, le tain, derrière,noirci, s étant piqué et effrité. Julien est en train de laver son linge dans un baquet. On frappe, Oui? Entre Marie-Paule. Julien.- (surpris, joyeux) Maman. Marie-Paule.- (l embrassant) Mon Julien. Ils s embrassent longuement. Julien. Qu est-ce que tu fais à Paris? Marie-Paule.- (encore effrayée).. J ai marché le plus vite que j ai pu, tellement j avais peur. Tu aurais dû voir leurs figures d assassin. De quels yeux menaçants, ils me pointaient. Julien. (tranquillement) Ils étaient ébahis de voir une bourgeoise chez eux, Maman. Marie-Paule.- Et comme ils riaient. Leurs rires éclatants m écorchaient les oreilles. Julien. (tranquillement) Ils venaient de se raconter une bonne blague, Maman. Marie-Paule.- Un a mis la main à sa poche, comme pour sortir un couteau. Julien. (tranquillement) Il a mis la main dans leur poche pour sortir son mouchoir, Maman. Marie-Paule.- Un tapait du poing avec force dans la main, comme sur mon visage. Julien. (tranquillement) Ils tapait du poing dans sa main, comme on se gratte le nez, Maman. Un silence. Julien. (entourant sa mère de ses bras, et la conduisant vers la porte) Ce n est pas un lieu pour toi, Maman. S ile te plaît, retourne à Versailles. Un silence.

13 Julien. Tu es trop fragile, trop délicate, tu es trop habituée aux belles manières. Dans l entourage de ton mari de ministre, tu es trop rompue aux politesses délicates, aux beaux compliments, aux charmants mensonges. On cultive, là-bas, trop l art de parler, sans le poids des actes. Ici, ils sont rudes, carrés, muets, eux, au contraire, ne parlent que par actes. Tu ne t y feras pas. Un silence. Marie-Paule.-....Ton père m a dit que c était par haine de lui, que tu avais été, pendant tes études, un tel cancre. Julien. Il n a rien compris. J ai été un cancre par haine des études. On pioche, on bûche, on force sa mémoire à emmagasiner des bibliothèques entières, pour rien, dans le seul but de s assurer la meilleure place et le meilleur salaire possibles. C est une idée que je n ai jamais supportée. Un silence. Marie-Paule.- Je m étais fait les trompettes de sa gloire. J ai accompagné ton père dans son office, comme co-officiant de sa messe. Longtemps des taies avaient occulté ma vue. Puis tu es parti, et les taies, brusquement, sont tombées C est toi qui as raison. Toute sa vie, ton père a déployé son intelligence, qui est exceptionnelle, non pour faire quelque chose de bien ou d utile, mais sous le couvert du bien et de l utile, mais pour conquérir des places. A chaque échelon, je l ai vu flatter ses supérieurs d une double honteuse façon, en les élevant, eux, plus haut qu ils n étaient, - alors qu il en disait pis que pendre -, et en s humiliant, lui, plus bas qu il n était, - alors qu il avait de lui-même, la plus haute idée..... La presse a découvert ses malversations. Pour couronner le tout, elle a découvert ses dévergondages. Je me suis demandé à la fin ce que je faisais encore avec lui. Julien. Retourne à Versailles, Maman. La vie sera trop dure pour toi ici. Marie-Paule. Trop tard. Mon choix est fait. Un silence. Julien.- (embarrassé) J ai quelqu un. Marie-Paule.- Je ne t importunerai pas. Autorise-moi à te rendre visite de temps à autre. Julien. Je te le demande... Où tu vas aller? Marie-Paule. C est moi l enfant, ou toi? Ils s embrassent. Marie-Paule sort. Par la fenêtre, Julien fait un signe à sa mère. Eglise Ste Eustache. Il est 8 heures du soir. Fin du service religieux. Des femmes entrent, en nombre, restent au fond de l église, et attendent. Le curé, les voyant, monte en chaire. Le curé.- (faisant un signe de croix ; les rares fidèles, et les femmes du fond de l église font le signe de croix avec lui) Au nom du Père, du Fils, et du Saint-Esprit. Épître de Paul à Timothée. (Les fidèles rient sous cape, il lit) Chers frères et sœurs, le corps n est pas fait pour la fornication : il est pour le Seigneur. Celui qui fornique pèche contre son propre corps. Cependant, à cause des débauches, que chaque homme ait sa femme, et chaque femme son mari. Ceux qui se marient connaissent la tribulation de la chair, et moi je voudrais vous l épargner..... Que ceux donc qui ont une femme vivent comme s ils n en avaient pas. Celui qui se marie ne fait pas mal, mais celui qui ne se marie pas fait mieux. Je voudrais vous voir exempt de troubles. La chair produit impureté, fornication, débauche, et je vous préviens, ceux qui commettent ces fautes n hériteront pas du Royaume des Cieux.. N oubliez pas, mes sœurs, que ce n est pas l homme qui a été créé de la femme, mais la femme qui a été

14 tirée de la côte de l homme. Ce n est pas non plus Adam, qui se laissa séduire, mais Eve, qui, séduite, a séduit Adam. C est enfin la femme qui pèche et fait pécher. La femme est douze fois impure, dit ele livre. C est pourquoi, dit l apôtre, j interdis aux femmes de prendre la parole dans les assemblées. Au nom du Père, du Fils, du Saint- Esprit. Silence religieux. Le curé s apprête à descendre de la chair. Dans le silence religieux, soudain, du fond de l église Une femme. Je suppose, Monsieur le Curé, que c est pour nous que vous dites ça. Le curé.- (ébahi, portant sa main à la bouche, pour lui dire de faire silence) Madame. La femme. Vous parlez bien, vous. (Le curé descend de trois degrés l escalier de la chaire) L habitude de MM les Curés, en chaire, c est de faire, en procurateurs, le procès des femmes. En tant qu accusée, je demande droit de réponse Votre Paul me reste en travers de la gorge, M. le Curé. Il dit que la femme est un être douze fois impur. C est vrai, nous avons chaque mois nos règles. Le curé. (avec un haut le cœur) Madame. Une fidèle.- (se levant, à la femme) Madame, vous devriez avoir honte. La femme. (à la fidèle) D être une femme? (au curé) Vous oubliez que c est grâce à ce mécanisme que vous avez été un jour, conçu. La fidèle. (véhémente) M. le curé, n acceptez pas qu on vous insulte. Le curé. (aux fidèles) Mesdames, rentrez chez vous, je vous en supplie. C est moi que cette dame interpelle. Les fidèles, dans un grand bruit de chaises, se lèvent et sortent de l église, en foudroyant du regard les femmes du fond de l église. Les femmes du fond de l église, viennent s asseoir dans la nef. La femme. (se plaçant devant une chaise, mais restant debout) Direz-vous que vous êtes né tout fait à 20 ans? Direz-vous que vous n avez pas bavé quand vous avez fait vos dents, que vous n avez pas fait dans vos culottes, que vous n avez pas volé dans le porte-monnaie de votre maman, qu à la puberté vous ne vous êtes pas touché? Sourires dans l assistance. Le curé. Madame. (il veut descendre de chaire) La femme. Rien que dix minutes, Monsieur le Curé, on vous a écouté pendant deux siècles Vous dites que la femme est née de la côte de l homme. Permettez, je ne vois pas très bien comment ça a pu se faire. Selon moi, ce sont des contes de bonshommes. Par contre, il y a une chose que je réalise très bien, c est comment l homme naît de la femme.. Vous dites : que ceux qui ont une femme vivent comme s ils n en avaient pas. Direz-vous que la chasteté est bonne? Non, parce que le monde finirait : plus de prêtres, vous vous rendez compte? Paul interdit à la femme de prendre la parole dans les assemblées, on le comprend, elle n arrêterait pas de parler tellement elle a des choses à dire. (elle s assied) Une autre femme.- (se levant) Vous dénigrez les femmes, il y en a pourtant une, que vous portez au pinacle : votre (insistant) Moman. Vous adorez les Mères, (levant l index) Vierges. La Vierge Mère, là haut, dans sa niche, en robe bleu pastel jusqu aux pieds, les mains jointes, les yeux au ciel, vous adorez. Mais la femme, mère d enfants, enceinte, ménagère, fatiguée, négligée à force de travaux, vous l avez en exécration. (elle s assied) Silence. Certaines femmes pleurent. Une autre femme. (se levant) L Eglise? Paraît-il, est chrétienne? A l église, j entends des chants, des glorias, des te deum, des psaumes, je vois des candélabres, des cierges, des chasubles brodées au fil d or, des calices, des ciboires d or, je vois des femmes en belle toilette s agenouiller, communier, fermer les yeux, se signer, courber

15 la tête, je sens de l encens....mais je croyais que la spécialité du christianisme, c était Dieu fait homme? Le Dieu, on l entend, on le voit, on le sent, mais où est l homme? L église devait être la maison du pauvre. De pauvres, on n en voit plus, qu à la porte de l église. La 1 femme. (à la femme) Nous lui faisons souffrir le martyre à ce pauvre homme. Laissons-le aller, il ne fait que suivre les directives de ses supérieurs.. La 3 femme. Il n y est pour rien. Laissons-le aller. Approbation générale. Le curé descend de la chaire et sort de l église. Une femme monte en chaire, d un pas vigoureux. La femme. (en montant) Moi je vous ferai un sermon à ma manière. Savez-vous quel est notre mal à nous, les femelles? Le mâle De la carrure, du muscle, du poil, on se dit quand on fait la connaissance d un, on va pouvoir s appuyer dessus. Malheur. La première fois qu on s appuie dessus, ça vacille, comme de branlantes rambardes d escalier, vite on retire la main, pour ne pas se retrouver dans la cage d escalier 5 étages plus bas.. Où sont les Amazones au sein coupé? Pour se perpétuer, elles s unissaient à de jeunes étrangers, faisaient avec eux leur affaire, et les chassaient à coup de cravache. Si elles avaient des filles, elles les gardaient, des garçons, elles les jetaient dans les décharges publiques..... Hors la reproduction, je vous demande, un homme à quoi ça peut servir?.... Heureuses abeilles, une fois le vol nuptial achevé, elles refusent aux faux-bourdons l entrée de la ruche, et les laissent mourir, dehors, de faim et de froid, dehors. Si vous m écoutez, vous ferez à l avenir comme elles. J ai dit. Elle descend, des femmes rient, d autres applaudissent. Une virago, un fouet autour du cou, monte en chaire. La virago. Moi, je m adresse à ces femmes que je vois, aux lèvres scellées, qui baissent la tête. Osons parler de ces maris, qui boivent un coup de trop, et dont, de ce coup en trop, ils cognent leur femme. Ils titubent, ne savent plus où mettre leurs pieds, mais leurs poings, ils savent où les poser. Je donne avis à ces femmes : si vos maris sont avec vous trop bavards des pieds et des poings, nous sommes une petite équipe, qui nous chargeons de leur clouer le bec.... Une bonne petite grippe, et ces montagnes de viande, ces massifs de muscles sont au lit, suants, tremblants, sans forces... Que ces femmes ne craignent pas que leur homme, après, se venge, nous assurons le suivi. S ils continuent d afficher une trop belle santé, nous revenons leur donner un coup de chaud et froid, et les voilà de nouveau au lit, grelottants.....chacune de nous n est qu un fil, que chacune de ces brutes romprait comme un rien, mais, assemblés, tordus, tressés, tous nos fils font une belle corde bien solide. (elle fait claquer son fouet) Donc, ne craignez pas. Faites appel à nous. Nous tenons une permanence, tous les soirs, dans le premier confessionnal de gauche. Rires, et applaudissements. Un homme, avec un brassard noir au bras, se lève d une chaise, lève timidement la main. Le veuf. Bien, que je ne sois qu un homme, me permettrez vous de dire un mot? Tous les hommes ne sont pas comme dites qu ils sont. Sans vanité aucune, ma femme m adorait. Une femme. On vous écoute. Le veuf. Entendez-moi. Je suis veuf. Rires. Le veuf. Et veuf heureux. Je suis heureux que ma femme ait décédé avant moi.

16 La femme. (riant) C est net, carré. Il est franc. Rires. Le veuf. Entendez-moi : je suis heureux pour elle, pas pour moi Si j avais décédé avant elle, elle aurait été totalement démunie. Elle n aurait pas su comment vivre. Elle m était attachée, comme un fruit à l arbre. Sans moi, elle aurait La femme. (riant) Chu. Rires. Le veuf. Entendez-moi : j étais sa vie. J étais la fenêtre, par laquelle elle connaissait le monde. Sans moi, elle n aurait pas su comment vivre. La femme. Avec vous, apparemment, non plus. Rires. Le veuf. Entendez-moi : j étais sa vie. Si je n avais plus vécu, elle ne m aurait guère survécu.. Si j avais décédé avant elle, elle aurait vécu pâlotement quelque temps des souvenirs de moi : lorsqu ils auraient pâli et se seraient évanouis, elle aurait, comment dire, décédé d inanition. La femme. Peut-être, justement, elle en avait peut-être soupé? Rires. Le veuf. (descendant de la chaire) Savez-vous que vous me froissez? La femme. La femme est morte, le veuf est froissé. Rires. Le veuf se rasseoit. Dans la nef, une femme lève la main. La femme. (se levant) S il vous plaît, revenons sur terre, parlons nourriture? (approbation) On parle de tous côtés de pigeon, de chat, de rat : ça doit être un produit de luxe, parce que je n en ai jamais vu la queue d un seul..nous avons droit à 120 g de viande pour 3 jours, elle va être réduite à 100. Le pain n est plus du pain, on y trouve de la paille hachée et de l écorce de châtaigne. La confiture est sans fruits, le beurre est sans lait, le pâté est sans viande. Nous sommes plusieurs à offrir des solutions au problème de la pénurie : il y a certains aliments auxquels on ne pense pas, les pâquerettes, les orties.. Une autre femme. Nous aussi, nous avons des idées. La femme. (à l autre) On se réunit autour de l autel du chapelle de la Vierge? Avec des bruits de chaises, des femmes se lèvent et se dirigent vers la chapelle. Une vieille femme. (chantant) Depuis que je mange du chien J suis vorace J ai d l audace. Rires. Eglise Saint Séverin. Club des hommes. Les hommes parlent véhémentement entre eux. Pierre d Angle monte en chaire. Pierre d Angle. Permettez. Permettez. Un simple citoyen. Un simple citoyen. Deux mots.(le silence a de la difficulté à se faire) (parlant fort) Vouloir être célèbre? Vouloir se faire un nom? (le silence se fait) S attacher le boulet de la célébrité au pied? Etre sans cesse épié, guetté? Me livrer moi-même à un public que je méprise, pour qu il m aime et m embrasse, ou m insulte m injurie, selon?...ou vouloir rester inconnu? Vouloir aimer qui j aime? Haïr qui je hais? Aller vers qui me plait. Tourner le dos à qui me déplaît? Pouvoir dire à haute voix ce que je pense? Me taire si je veux? Tourner ma veste si le besoin s en fait sentir? Un silence.

17 Pierre d Angle.... Quel est celui qui refuse de partir d un principe de vaine gloire? Quel est le faiseur de sa propre opinion? Se moque de l opinion des autres? Quel est celui qui n accepte pas que quelqu un pense à sa place? Quel est celui qui ne veut qu une chose, qu on le laisse faire à son idée, ne s honore que d une chose, de bien faire ce qu il fait? Quel est celui qui veut être aimé de ceux qu il aime : sa femme, ses enfants, ses amis, son travail, qui ignore ceux qu il ne connaît pas?.....(un silence) Qu est ce qu un homme obscur? Un homme qui agit et pense, en toute liberté : puisqu il est inconnu, qui prêterait attention à ce qu il dit? En bas, dit-on, il y a, paraît-il, les humbles : qui ne sait que c est la classe fière entre toutes Pourquoi s humilierait-elle, puisqu elle n attend la faveur de personne?.. On appelle le peuple la racaille, comment peut-il être la racaille? La misère lui ligote les mains, il est honnête par force. Quand on n a que trois sous, on ne peut que voler trois sous. Pour être malhonnête, il faut être riche. La richesse fait la rapacité : elle a tout à gagner. La pauvreté fait la générosité : elle n a rien à perdre. L obscurité et la modestie ont toujours affaire avec l admiration et l amour, la célébrité et l arrogance ont toujours affaire avec la jalousie et haine. C est en fait, la classe des riches qui est la racaille..... Mes maîtres, célébrons les inconnus : ce sont les seuls, qui méritent la célébrité... Quel est celui qui occupe le plus la pensée? Celui dont on parle le moins. Celui qui est toujours dans l esprit, n est jamais sur les lèvres. Qu est ce qui est à découvrir? Le nouveau. Quel est le nouveau? L inconnu. C est ce qui est inconnu qui a de la saveur, c est vers l inconnu que tout le monde accourt. Vrais chefs d œuvre sont inconnus, vrai auteur est inconnu. C est à Paris que la Province monte, pour se faire un nom. Le peuple, de même, veut dans sa Commune, se faire un nom. Gloire dans cette Commune, donc, à cet illustre inconnu. Honneur à ces obscurs qui s illustrent en tant qu obscurs, et honneur, de même, par eux, aux obscurs de toute la terre. Vive le peuple, mes maîtres. Vive vous. Silence religieux. Certains ouvriers pleurent. D autres émus, tournent ou cachent leur visage. Chez les Bocquin. Le mari prend sa valise de carton, y met du linge. Lucie, debout à côté de la porte, donnant la main à son garçon, le regarde faire Son mari. Je fais ce que je t ai dit que je ferai. Sans doute ne m as-tu pas cru. Croismoi. Lucie le regarde. Son mari. e t imagine pas que tes yeux pourront me retenir. Il sort. Lucie le suit, à une dizaine de mètres derrière lui, donnant la main à son garçon.. Son mari.- (se retournant) Tu as beau lancer sur moi le harpon de tes yeux, je ne me laisserai pas accrocher. Il se dirige vers les fortifications, les escalade. Elle le regarde d en bas. Son mari.- (se retournant une dernière fois) Tu veux te faire le reproche vivant. (riant, levant les mains) Constate que je ne me sens coupable en rien. Ils disparaît. Elle escalade les fortifications, et voit son mari se diriger vers les lignes versaillaises, agiter vers les soldats versaillais un mouchoir blanc. Elle le suit des yeux, elle se dresse, jusqu à ce qu elle le voit disparaître. Puis attend un peu, pour être sûre tout à fait qu il ne réapparaîtra pas. Lucie revient sur ses pas, vers chez elle. Au passage, s arrêtant à une maison, son garçon à la main, elle monte au 4ème étage, frappe, se retire sur le palier, loin devant la porte.

18 Marcellin. (ému)vous. Lucie.- Mon mari vient de me quitter pour Versailles. Il m a démariée..autant que mes yeux ont pu le déduire des vôtres, Monsieur Marcellin, je ne vous déplaisais pas. Marcellin. (gêné) Je n avais pas remarqué que vous l aviez remarqué. Lucie.- Peut-être êtes-vous fait comme bien des hommes. Vous jetez sur toutes les femmes les mêmes regards de convoitise, qu elles soient de leur goût ou pas. Marcellin. (gêné) Non, non. Lucie. Je vous le reproche d autant moins, qu à la dérobée, bien que je sois femme, je vous jetais le même regard. Silence. Marcellin. Que ne vous trahissiez-vous un peu. Vous m auriez donné espérance. Lucie. Mariée, j étais fidèle par devoir, par fierté... Croyez-vous que vous pourriez aimer un peu une femme qui a déjà servi? Marcellin. Croyez-vous que vous pourriez aimer un peu un homme qui s est usé à des bêtises? Lucie. De vos restes, j accepterais ce que vous voudrez bien me donner. Un silence. Marcellin. J ai pour vous une telle inclination, que si vous voulez bien m aimer, j accepterais qu entre nous il ne se passe rien. Lucie. J ai pour vous une telle inclination, que si vous voulez bien m aimer, j accepterais qu il se passe, à l aventure, quelque chose. Tous deux reculent d un pas. Marcellin. (les yeux ardents) Que je me réjouirai de penser à vous. Lucie. (les yeux baissés) Que je me réjouirai de penser que vous pensez à moi. Elle descend à reculons, son garçon à la main. Marcellin la suit du regard. Place Vendôme. La colonne, debout, sciée, une corde attachée à son haut, prête à être abattue. Courbet. Tant que Bonaparte a été porté par le peuple de la Révolution, il a été au plus haut. Du jour, où se croyant, il s est couronné lui-même Empereur, s est fait appeler Napoléon Premier, que le peuple s étant ôté de dessous lui, il a essayé de se maintenir dans les hauteurs par sa seule police, ç a été la chute... Cette colonne Vendôme, qu il s est érigé à sa gloire, où, au sommet, il s est statufié en un César grand comme trois Bonapartes, est lourde et bête, vaniteuse et vulgaire. Elle dépare la place, comme une affreuse faute de goût. A bas la colonne. Des gardes nationaux tirent la corde, La colonne s abat en tronçons sur la paille. Assemblée Nationale. Thiers à la tribune, tourné vers Paris. Thiers. Les Vandales ont démoli la colonne Vendôme. Paris la belle ville, aux beaux monuments, est aux mains des barbares. Paris est au pillage, la France court au tombeau. De sur un tronçon de la colonne Vendôme, à terre, Ferré répond à Thiers, tourné vers Versailles. Ferré. Paris ville-musée. Paris, ville morte. Capitale de marbres, que la bourgeoisie réquisitionne pour y loger ses trafics et ses turpitudes. Paris, ville de pierres, d où le peuple, qui l a construite, est banni. Paris, cimetière de cénotaphes.

19 4 Versailles. Le bureau de Thiers. Son chef de cabinet entre et annonce : le général Galliffet. Thiers se lève, va à la porte accueillir le général. Thiers. Général Galliffet. Les Prussiens vous ont libéré. Général Galliffet. Avec de l armée régulière. Thiers le serre dans ses bras. Thiers.- Quelle fierté de vous avoir....vous êtes l honneur de notre armée défaite. Vous seul, vous avez chargé les Prussiens jusqu à ce que votre sabre vous soit arraché des mains. Au milieu de toute la boue militaire, vous êtes la paillette d or, le doigt la saisit en tremblant, désireux de ne pas la laisser échapper... Comment reprocher, cependant, Général, à l Empereur de s être rendu? Général Galliffet. (approuvant) Un pays déchiré fait une armée déchirée. Thiers. Depuis cette malheureuse révolution de 89, le pays est maladif, égrotant, valétudinaire. L occasion s offre enfin, pour lui faire subir un traitement de cheval, et le remettre enfin sur pied.....il s est formé à Paris un abcès de fixation révolutionnaire : j ai l intention de l ouvrir largement, de le curer à fond. Le pot au feu bout, de l écumoire, je veux écumer cette sale écume et de la jeter J ai deux craintes, la première, c est que nos prisonniers libérés, déprimés par la défaite, fraternisent avec les Communards. Général Galliffet.- (riant) Là, je vous tranquillise tout de suite. Vos prisonniers ont réintégré leur caserne, ils sont aux mains des officiers.... Caserne c est cloître. Comme un Père Abbé dans son monastère, l officier est seul maître après Dieu. Pas même après Dieu, avant. Pas même avant, il est (insistant) Dieu Pour le soldat, il est la Cause la première, le Grand Etre, l Instance Suprême. Il est Dieu, sacré nom de Dieu. Ce Dieu ne doit pas même croire en Dieu, parce que cela le ferait croire en quelqu un d autre qu en lui, et cela affaiblirait son pouvoir. Apprenez ce que vous savez, qu une méchante brute de chef est plus respectée et aimée, qu un chef humain, qui est parfaitement méprisé. Thiers. (riant, lui serrant les mains) Vous me tranquillisez.... Mon 2ème sujet de crainte, c est que la rébellion du peuple parisien trouve un écho dans le peuple du pays. Le problème du politique est de faire, pour le salut du pays, du peuple de la Commune un peuple dans lequel le peuple français aura de la honte à se reconnaître. Nous avons déjà amplement propagé par le pays, les cambriolages, les dégradations de monuments, les immondices dans les rues, l ivrognerie, l impudicité, la dilapidation des fonds publics, dont s est rendue coupable la Commune. Nous avons maintenant l assassinat des généraux Lecomte et Thomas. Je n attends plus qu une chose, que la Commune déclenche contre nous les hostilités. Déclencher la guerre civile, c est une chose que lea pays ne lui pardonnera pas.. Un peu de patience, général, cela ne saurait tarder. Vous pourrez donner bientôt votre pleine mesure. Ils sortent tous les deux.

20 Porte de Neuilly. Les fédérés. Des lignes versaillaises, une voix se fait entendre. La voix. (appelant) Les Fédérés, un officier versaillais vous parle. Les piquants d une coque de châtaigne blessent quand on les prend à pleine main, mais si de deux doigts délicats on l ouvre, on accède aux brillantes châtaignes farineuses. Sous nos redoutables uniformes de zouaves, battent des cœurs fraternels. L officier fédéré monte sur la barricade : une ligne de zouaves, la main droite devant le fusil, la main gauche levant la main en signe de fraternité. L officier fédéré fait signe aux fédérés du fort, ils le redescendent, ouvrent les bras et avancent vers les Versaillais. L officier versaillais. (ouvrant les bras) A la vie. (aux zouaves, sauvagement) A la mort. (aux Versaillais) Feu. Les zouaves font feu, abattent les Fédérés, et montent sur le fort. L Assemblée de Versailles. A la tribune, Thiers, avec à côté de lui le général Galliffet. Thiers. A la hâte. J apprends à l instant qu un bataillon de rebelles de la Commune a attaqué nos postes. La Commune a déclenchéla guerre civile. La guerre est déclarée entre la France légale et les hors-la-loi de Paris. Général Galliffet, à l assaut. L Assemblée.- (se levant) A l assaut. Le général Galliffet sort. On entend des trompettes guerrières. Fort de Neuilly. Le général Galliffet, à la tête de ses cuirassiers et un bataillon d infanterie. Galliffet.- L épine insupportable de la défaite dans mon pied me fait souffrir à hurler. Je veux que ces hors-la-loi souffrent avec moi. Cuirassiers. (Il lève son sabre, les cuirassiers font comme lui) A l assaut. Le Général Galliffet et ses cuirassiers se lancent à l assaut. Les fantassins suivent en courant. Fusillade de part et d autre. Les Versaillais investissent le fort. Le Général Galliffet et ses cuirassiers cernent les fédérés. Général Galliffet. On soulève la pierre. Horreur, dessous, serrés les uns contre les autres, toute une colonie de cloportes gris... Les fédérés lèvent les mains. Général Galliffet. Je m appelle Galliffet. Apprenez que devant des barbarismes comme vous, dans le beau texte de Paris, je n ai qu un réflexe, les barrer d un trait rouge... Sur une ligne. Le peloton se place. Les fantassins piquant les prisonniers les forcent à se mettre en ligne. Le général Galliffet les passe en revue. Général Galliffet. Peloton d exécution. (Il montre le mur, le peloton se place) (à la file) Les cheveux gris et les cheveux blancs, incurables quarante-huitards,. En 48 déjà infectés, ce sont eux qui ont contaminé 70. Au mur. (les fantassins arrachent les casquettes, de la baïonnette poussent les hommes à cheveux gris et cheveux blancs vers le mur) (au peloton) Peloton, en joue. Feu. Le peloton tire, les fédérés s abattent. Le peloton réarme les fusils. Général Galliffet. Les blessés, vous avez dû blesser les nôtres. Qu ils n imaginent pas que nous allons les remettre sur pied. Au mur (les blessés, graves comme bénins sont poussés au mur) (au peloton) Peloton, en joue. Feu. Le peloton tire, les fédérés s abattent. Le peloton réarme les fusils.

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Ngoc-hoang, l empereur de Jade, le dieu suprême des cieux, vivait dans son royaume céleste où il possédait un palais

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

Histoire de Manuel Arenas

Histoire de Manuel Arenas Histoire de Manuel Arenas Dieu est le seul Dieu vivant nous pouvons Lui faire entièrement confiance! Source : Hugh Steven, «Manuel» ( 1970 Wycliffe Bible Translators) En français : «Manuel le Totonac»

Plus en détail

Vive le jour de Pâques

Vive le jour de Pâques Voici le joyeux temps du Carême, 40 jours où les chrétiens élargissent leurs cœurs, se tournent vers leurs frères et sont invités à vivre à la manière de Jésus-Christ. Chaque semaine ce livret t aidera

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Résister aux tentations et aux accusations

Résister aux tentations et aux accusations Résister aux tentations et aux accusations Jésus est venu détruire toute dette Exode 20.17 «Tu ne convoiteras pas!» Satan structure sa dette et travaille avec la tentation essentiellement à travers les

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Chers fidèles du Christ, Chers séminaristes, La fête de Sainte Thérèse de l Enfant Jésus, patronne de votre séminaire, permet chaque

Plus en détail

V3 - LE PASSE COMPOSE

V3 - LE PASSE COMPOSE CM1 V.3 LE PASSE COMPOSE DE L INDICATIF Il s agit de mettre en évidence la conjugaison des verbes en «er», en «ir-iss» des verbes être, avoir, faire, prendre, aller, pouvoir. On mettra en évidence le fait

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

Chers parrains, chers amis, chère famille

Chers parrains, chers amis, chère famille Jeudi 1 er Janvier 2015, Jet New s n 2 Chers parrains, chers amis, chère famille Tout d abord je crois qu il est important que je vous souhaite pleins de belles choses pour cette année 2015!! «Vivez, si

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens.

Les enfants et la sécurité alentour des. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Les enfants et la sécurité alentour des Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Parlons de sécurité quand tu joues alentour des chiens. Qu est-ce que ton chien aime faire avec toi? Qui

Plus en détail

Le carnaval des oiseaux

Le carnaval des oiseaux Le carnaval des oiseaux Marie-Jane Pinettes et Jacques Laban Juillet 2001 1 Le carnaval des oiseaux A Camille, Margot et Théo 2 LE CARNAVAL DES OISEAUX Il y a longtemps, mais très, très longtemps, tous

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229)

CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) CHANT AVEC TOI NOUS IRONS AU DÉSERT (G 229) 1 Seigneur, avec toi nous irons au désert, Poussés comme toi par l Esprit (bis). Et nous mangerons la parole de Dieu Et nous choisirons notre Dieu Et nous fêterons

Plus en détail

Au pays du non voyant

Au pays du non voyant Olivier Guiryanan Au pays du non voyant Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Manuscrit et Vocabulaire

Manuscrit et Vocabulaire Manuscrit et Vocabulaire Histoires fantastiques : En voiture! «Bienvenue dans votre voiture. Je vais accompagner pendant votre voyage. Laissez-moi vous guider!» On entend une voix mélodieuse quand Papa

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

Solennité de MARIE, Mère de Dieu Journée mondiale de la paix Paroisse catholique francophone

Solennité de MARIE, Mère de Dieu Journée mondiale de la paix Paroisse catholique francophone St Thomas d Aquin Solennité de MARIE, Mère de Dieu Journée mondiale de la paix Paroisse catholique francophone 1 er janvier 2014 Entrée Peuple louez Marie Ref/ Peuple louez Marie (Ave Marie) la mère au

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Funérailles Robert Massé, c.s.v. 13 avril 2013 Ap 21: 1-5a.6b-7 - Mt 11:25-28

Funérailles Robert Massé, c.s.v. 13 avril 2013 Ap 21: 1-5a.6b-7 - Mt 11:25-28 Funérailles Robert Massé, c.s.v. 13 avril 2013 Ap 21: 1-5a.6b-7 - Mt 11:25-28 Venez à moi vous qui peinez..., je vous procurerai le repos. Dimanche dernier, dimanche des «Pâques closes», Robert nous a

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010

ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 ACTIVITE ANNUELLE GESTION RISQUE 2010 Cette documentation est réservée à l usage du personnel et des médecins du Centre de santé et de services sociaux de Port-Cartier. Les autres lecteurs doivent évaluer

Plus en détail

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD.

LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. LIVRET PÉDAGOGIQUE AUTOUR DE L OUVRAGE UNE BANDE DESSINÉE DE LOÏC DAUVILLIER, MARC LIZANO & GREG SALSEDO, PUBLIÉE AUX ÉDITIONS DU LOMBARD. est une bande dessinée publiée par les éditions Lombard. - scénario

Plus en détail

La Neuvaine de l'assomption

La Neuvaine de l'assomption La Neuvaine de l'assomption 6 au 14 août 2012-15 août fête de l'assomption Après chaque journée, terminer par une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Confession et communions recommandés durant

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE. Chambre de l Assemblée législative. le mardi 29 juillet 2003

PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE. Chambre de l Assemblée législative. le mardi 29 juillet 2003 PROCÉDURE POUR L OUVERTURE DE LA PREMIÈRE SESSION DE LA 55 e LÉGISLATURE Chambre de l Assemblée législative le mardi 29 juillet 2003 1. À 15 heures, la greffière, les greffiers adjoints et le sergent d

Plus en détail

Les p'tites femmes de Paris

Les p'tites femmes de Paris Les p'tites femmes de Paris De Géraldine Feuillien D'après une idée de Stéphanie Bouquerel Episode 2: Ménage à trois 1 APPARTEMENT DE - BUREAU- INT - JOUR 1 Mais enfin Julien! Qu est ce qui t as pris de

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

AMÉLIE NOTHOMB. Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL

AMÉLIE NOTHOMB. Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL AMÉLIE NOTHOMB Tuer le père ROMAN ALBIN MICHEL Éditions Albin Michel, 2011. ISBN : 978-2-253-17415-8 1 re publication LGF. «L obstination est contraire à la nature, contraire à la vie. Les seules personnes

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

Chante le matin. Chansonnier p. 33

Chante le matin. Chansonnier p. 33 de Yves Duteil Chante le matin Chante le matin qui vient te réveiller, Chante le soleil qui vient te réchauffer, Chante le ruisseau dans le creux du rocher, Le cri de l oiseau dans le ciel l été. La, la,

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

0:51 Au Moyen-Âge, les femmes prennent activement part aux métiers de l artisanat et du commerce. Elles ont obtenu une certaine indépendance.

0:51 Au Moyen-Âge, les femmes prennent activement part aux métiers de l artisanat et du commerce. Elles ont obtenu une certaine indépendance. 00:22 La ville au Moyen-Âge est un espace de liberté. Celui qui possède le droit du citoyen, a la possibilité d accéder à la prospérité par le travail et l intelligence. Cela vaut aussi pour les femmes,

Plus en détail

Lire et comprendre 1

Lire et comprendre 1 Lire et comprendre 1 Faites place à Mini-Loup, indien des mers du Sud. Faites place à Mini-Loup, corsaire des mers du Sud. Faites place à Mini-Rat, corsaire des mers du Sud. L équipe tire et pousse la

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN

RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN KIT RITUELLIQUE N 4 DISPOSITION DES BOUGIES BOUGIE BLANCHE 1 BOUGIE NOIRE 2 BOUGIE ROUGE 3 BOUGIE MARRON 4 BOUGIE BLEUE MARINE 5 BOUGIE CELESTE 6 GRANDES BOUGIES

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption Religieuses de l Assomption 17 rue de l Assomption 75016 Paris France Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption U n c h e m i n d E s p é r a n c e a v e c M a r i e www.assumpta.fr

Plus en détail

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE!

PAR VOTRE MEDECIN! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! «FUN», LES CIGARETTES RECOMMANDÉES PAR VOTRE MEDECIN! OUAH, DOC! JE ME SENS DÉJÀ MIEUX! C EST parce QUE FUN utilise le MEILleur DES TAbacs!! NOUVELLE PERCÉE MÉDICALE! VÉRIDIQUE! On a découvert que les

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Les rapports du chrétien avec les autres

Les rapports du chrétien avec les autres Leçon 13 Les rapports du chrétien avec les autres C était le moment des témoignages, lors de notre rencontre du lundi matin, à la chapelle de l Ecole biblique. Une jeune fille nommée Olga se leva pour

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle

Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle Ça me panique, pas question de le nier. Mais c est ma seule carence, le dernier point encore sensible entre elle et moi, ce fait que, dès qu elle commence sa crise d éternuements, il faut que je m arrache.

Plus en détail

Emmanuel, Dieu avec nous

Emmanuel, Dieu avec nous Emmanuel, Dieu avec nous Jésus, un homme comme nous, dans une chair de péché Texte : Matthieu 1:18-23 (Ce que croit les Ad7J, p. 103, 55) Connaissez-vous la généalogie de Jésus? Luc 3:31 - Fils de David

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère

Poèmes. Même si tu perds, persévère. Par Maude-Lanui Baillargeon 2 e secondaire. Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Poèmes École : Polyvalente de Normandin Commission scolaire : Du Pays des Bleuets Même si tu perds, persévère Par Maude-Lanui Baillargeon Même si tu perds Tu n es pas un perdant pour autant Persévère Ne

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Duscherer K., Khan A. & Mounoud P. Associations Verbales pour 76 Verbes d Action Swiss Journal of Psychology

Duscherer K., Khan A. & Mounoud P. Associations Verbales pour 76 Verbes d Action Swiss Journal of Psychology Duscherer K., Khan A. & Mounoud P. Associations Verbales pour 76 Verbes d Action Swiss Journal of Psychology Annexe D: Liste des réponses associatives primaires pour les différents groupes d âges avec

Plus en détail

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22

JE CHLOÉ COLÈRE. PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 JE CHLOÉ COLÈRE PAS_GRAVE_INT4.indd 7 27/11/13 12:22 Non, je ne l ouvrirai pas, cette porte! Je m en fiche de rater le bus. Je m en fiche du collège, des cours, de ma moyenne, des contrôles, de mon avenir!

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR

INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR INT. SALON DE LA CABANE DANS LA FORÊT JOUR Quelqu un glisse une lettre sous la porte d entrée du salon. Jake se précipite pour la ramasser. Jake retourne l enveloppe : elle est adressée à «Finn». Chouette,

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Octave MIRBEAU LA BAGUE

Octave MIRBEAU LA BAGUE Octave MIRBEAU LA BAGUE LA BAGUE Un matin, le vieux baron vint chez moi. Et, sans préambule, il me demanda : Est-ce vrai, docteur, qu il y a du fer dans le sang? C est vrai Ah! je ne voulais pas le croire

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE

SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE SOYETTE, LE PETIT VER A SOIE Le tout petit œuf. La toute petite chenille Le tout petit œuf vu à la loupe Il était une fois un tout petit œuf, pondu là. Un tout petit œuf, petit comme un grain de poussière.

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

Les jeux de l école de basket

Les jeux de l école de basket Soirée départementale d information technique du 25.11.2002 : (par Delphine MONGIN, chargée auprès du comité départemental, de la promotion et du développement des écoles de basket) Les jeux de l école

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail