RESISTANCE ET COLLABORATION AU DEBUT DE LA COLONISATION A MBANDAKA ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESISTANCE ET COLLABORATION AU DEBUT DE LA COLONISATION A MBANDAKA (1883-1893)"

Transcription

1 RESISTANCE ET COLLABORATION AU DEBUT DE LA COLONISATION A MBANDAKA ( ) par Honoré Vinck Publié dans: E.Müller et A.-M. Brandstetter (Ed.), Forschungen in Zaïre. Lit, Münster-Hamburg, 1992, et légèrement revu en août Note préliminaire: L'article de H. Vinck, Chefs et Patriarches de Mbandaka. AA 13(1992) [ ] est complémentaire du texte publié ici, principalement en ce qui concerne l'identification des chefs congolais de Mbandaka A la veille de la colonisation, Mbandaka, plus tard Coquilhatville, doit avoir été une importante agglomération d'ethnies diverses, mais apparentées ou acculturées. Aujourd'hui, l'agglomération s'étend officiellement sur plus de 30 km, bien que la portion effectivement urbanisé ou habitée soit beaucoup plus réduite. (1) Dans cette étude, nous ne prenons en considération que les villages absorbés par la. Ville actuelle et leur environnement immédiat. En particulier, Bonsole et Injolo sont laissés dé côté. A la lecture des articles de Lufungula sur quelques chefs de Mbandaka (Lufungula 1990 a-d: , ), j'ai été frappé par leur attitude de collaboration avec les colonisateurs, à une seule exception près (Ikenge). J'ai donc voulu approfondir cette question et les conclusions montreront que bien de nuances doivent être introduites dans ce schème un peu simple. Un problème de méthode se pose. Les sources principales et presque exclusives de notre connaissance de cette période, proviennent du côté des colonisateurs. La source principale est le journal de Lemaire (2), document privé, qui n'était pas destiné à la publication, et donc moins suspect de visées propagandistes. La tradition orale par contre, est fragmentaire et imprécise. Nous devons donc en tenir compte dans l'interprétation des faits qui seront évoqués ici. Stanley, dans ses deux livres (1879, surtout pp ; 1885, surtout p , ), nous donne déjà quelques indications. Mais c'est surtout Coquilhat (1888), un des deux fondateurs de "Equatorstation" qui sera confronté au problème du rejet des Blancs par la population autochtone. Ses successeurs: Pagels (1893: ) (3), Liebrechts (109: ) et Glave (1893: ) (4) en parlent également. Il me semble que les groupes qui habitaient Mbandaka à cette époque, étaient soumis au moment du départ de Lemaire. Fievez (1895) (5), Sarrazijn, Dubreucq et De Bauw, étaient déjà aux prises avec les populations "de l'intérieur": "Après nous Ntange [=Fiévez] s'est battu avec les Bofiji et les Injolo" (D. 491). Il faudrait faire aussi une distinction, bien que pas toujours évidente, entre hostilité et résistance, cette dernière incluant une certaine activité. Les groupes humains qui occupent le terrain nous intéressant ici, étaient principalement des Mongo ou des Mongoïsés. A l'intérieur de cette dénomination, ont doit distinguer entre riverains (Boloki et Eleku), d'une

2 part, et Terriens (Bokote), d'autre part, dont les Ntomba et les Bolenge.(6) 1. STANLEY FÉVRIER 1878 ET JUIN 1883 Comment les habitants de Mbandaka ont-ils réagi au phénomène curieux du premier blanc dans leurs parages, Stanley et de sa flottille? Sur une carte annexe à son livre "A travers le Continent mystérieux" (1879, tome 2), Stanley situe, à l'embouchure de la "Mohinbdu ou Ikelemba", le village "Ibonga". Cet endroit, du point de vue géomorphologique (rive droite de la Ruki), est inapte à l'établissement d'un village d'une certaine importance, et le mot "Ibonga" (7) suppose cette caractéristique. Mais Stanley ne savait pas exactement où se trouvait cette ou ces rivières. Boelaert prétend que Stanley n'avait pas vu l'endroit où se trouve l'actuel Mbandaka, mais qu'il est passé par derrière l'île Nsambala (Boelaert 1958,121). Il peut avoir donc bien vu les Nganda (endroits de séjour temporaire des pêcheurs) établis sur ces îles. En tous cas, Stanley écrit-il: "Les habitants, sans se montrer ouvertement hostiles, n'ont pas répondu à nos ouvertures que par le cri de guerre spécial: "yaka ha ha" (1879:309). Tout en longeant les îles ou la rive, sans y accoster, il aurait pu parfaitement interpréter ce "cri de guerre spécial", s'il l'avait compris le lomongo. "Yakaka" est la forme renforcée de "yaka" "venez". C'est donc lui qui ne répond pas à l'ouverture des habitants du pays. Il continue, et environ 10 km plus loin, il passe devant "Bouena" et "Ingouba" noms de localités entre Wangata et Wenje, mais inconnus aujourd'hui, où il tente d'entrer en contact avec des pêcheurs. Pour toute réponse, "ils saisirent leurs fusils et devinrent d'une activité dangereuse" (Stanley 1879: 309). Cette attitude réservée ou hostile change presque miraculeusement à Ikengo: "Arrivés à Ikinngo, nos présents sont acceptés sans crainte et nous nous empressons de sceller cette amitié par l'échange du sang" (Stanley 1879: 309). La raison n'en était certainement pas un élan soudain d'amour universel mais, selon Boelaert, qui tire ses informations de la tradition orale, le fait que l'expédition, en butte à de graves problèmes d'approvisionnement en vivres, y avait vendu environ 30 esclaves. Et Boelaert d'expliciter: "Comment expliquer autrement que les indigènes d'ici se sont présentés en si grand nombre et avec autant de vivres, s'ils n'avaient été alléchés par un prix qui, à leurs yeux, en valait la peine... cette population de marchands acharnés d'esclaves" (Boelaert 1954). En 1883, Stanley revient et il peut fonder, sans difficultés, avec Vangele et Coquilhat, son "Equatorstation", d'abord à Bojia, et finalement le 17 juin à Wangata, et non à l'embouchure de la Ruki, car la population, lui paraît encore trop "sauvage", appréciation qui perdurera encore quelques années." (Stanley 1885: 32). 2. L'ORGANISATION ADMINISTRATIVE DE L'AIRE GÉOGRAPHIQUE DE MBANDAKA À SES DÉBUTS (8) L'occupation de l'aire géographique de l'actuelle Mbandaka par l'etat Indépendant, se passe en deux temps avec une certaine interruption de 4 et 7 mois. Coquilhat résidait à Wangata pendant 10 mois et 13 jours (du au ) et Vangele y restait pendant 18 mois et 3 jours (du au ). Après les responsables se succèdent à un rythme accélérés. Casman succède à Vangele et y meurt après 5 mois (Biographie 1951: ). Pagels y reste du à avril 1886, c'est à dire 10 mois et 17 jours (Biographie 1955: ). Glave (Biographie 1951: ) y fait un plus long séjour: d'abord en tant que responsable du post de l'etat pendant 3 mois et 23 jours (du 1-1é-1885 au ), ensuite pour la Sanford Exploring Expedition et la Société Anonyme Belge (S.A.B.) jusqu'en mi D'autres responsables, notamment les chefs de la "Région de l'equateur", Liebrechts (Biographie 1952: ) ( à?) et Van Den Plas ( à? ) y résidaient officiellement. Le Poste de l'etat était supprimé le , mais de fait, il y restaient bien de gens du côté occupant: les missionnaires Murphy et Banks y séjournaient jusqu'en 1889, ainsi que les représentants de la Sanford

3 Exploring Expedition et de la Société Anonyme Belge: Boulanger, Michiels, des Zanzibarites et des Haoussa comme sentinelles (Boelaert 1959; 1988). Equateurville restait la base des expéditions de Vangele (Ubangi) et de Van Kerckhoven. Il y avait 108 soldats en 1889, 129 en 1890 et 170 en 1891 (Boelaert 1956)?. C'était un va-et-vient continuel. (La Force Publique 1952:annexe 6). Le 1 er août 1888 est créée le District de l'equateur, sans titulaire, jusqu'à l'arrivée en décembre 1890, de Charles Lemaire qui reconstruisait le Poste en avril 1891 et prospectait le nouvel emplacement de Coquilhatville. Avec l'arrivée de Lemaire, un détachement de soldats s'y est installé et en 1892, un camps d'instruction militaire y est créé à Equateurville (9). Il partait en juin 1893, après un séjour de 2 ans et 7 mois. L. Fievez lui succèdait en 1893, et y restait jusqu'en Sarrazijn continuait jusqu'en Le 23 février 1895, Coquilhatville recevait le statut de circonscription urbaine. 3. MÉTHODES DE SOUMISSION Grâce à une littérature contemporaine relativement abondante, nous pouvons reconstruire quelques détails des méthodes utilisées par l'occupant dans le but de s'imposer et de soumettre la population autochtone LES CONTRATS Stanley n'avait que des accords verbaux avec Inganda et Wangata (Coquilhat 1888: ). Vangele et Casman ont signé respectivement 12 et 3 contrats avec des responsables des villages environnants, mais 18 autres villages n'auraient pas été contactés, selon la carte de Coquilhat de juin Il s'agit de contrats écrits en français et "signés" par les deux partis. Selon la légende de la carte, il y avait 2 types d'occupation: il y avait les terrains appartenant en "propriété" à la Station et les villages sous sa "protection". Mais Vangroeweghe qui a vu la plupart de ces contrats, nous donne un seul genre de texte dont l'essentiel est libellé comme suit: "Les chefs susdits cèdent la souveraineté dudit district au Comité d'etudes du Haut-Congo (...) ils leur cèdent en outre en toute propriété, à perpétuité et à l'exclusion de toute autre personne (...) les terrains et les droits nécessaires pour exploiter toujours les ressources du pays et pour (...) développer les relations commerciales et autres (...)" (Vangroenweghe 1980: 188). La contrepartie était un paiement immédiat et une rétribution mensuelle qui pourrait être suspendue si les termes du contrat n'étaient pas respectés. En mai 1885, Pagels a ainsi 16 chefs à rétribuer (Pagels ). Coquilhat, qui a assisté à la signature de plusieurs de ces textes ne nous explique pas comment et en quelle langue on a fait comprendre aux chefs la portée des termes "souveraineté" et "toute propriété à perpétuité". Il est certain que ces textes ont été sujet à des interprétations très divergentes et ont en conséquent à l'origine de bien de querelles et de "combats" entre les contractants. Le comportement d'ikenge, qui veut contrôler et rançonner la livraison des vivres à la station, qui s'oppose à l'abatage de 3 arbres, qui refuse l'agrandissement du terrain, etc., le prouve abondamment. Cette attitude lui coûtera la vie OCCUPATION EFFECTIVE DU TERRAIN L'occupation effective ne suivait pas immédiatement la signature du contrat, sauf pour une partie de Wangata. Après la mort d'ikenge, on a fait déménager le village pour étendre le Poste. Bien de difficultés surgissent pour agrandir le terrain de Bokena-Boyela. L'affaire a été retenue par la tradition orale. L'opposition grandit et il fallut une ruse, l'enlèvement du fils du chef, pour faire aboutir les tractations (Hulstaert 1986: 84-85).(10)

4 Après la proclamation de l'etat Indépendant ( ), on n'entend plus parler de ces contrats. Signalons un autre genre d'occupation qu'était le système des sentinelles, soldats noirs, pour surveiller la production imposée vivres, caoutchouc, etc. Les villages autour d'equateurville ont ployé sous leur joug. Nos sources nous renseignent que: (1). Pendant que la Station d'equateurvillc était abandonnée par les Blancs de l'etat, à partir de Nouvelle Anvers, on y avait placé en octobre 1889comme représentants, un Zanzibarite et des soldats, (Boelaert 1952: 59). (2). Le village Ipeko, ne cédant pas facilement à la vente des poules bon marché à la Station, était ainsi "doté d'un Poste de 5 hommes (...) dès que la chose pourra se faire" ( ). C'est le seul cas signalé à Mbandaka même, mais le système existait déjà à cette époque dans d'autres endroits (p.e. à Lulonga). (3). Bangeli de Lifumba déclara: "Plus tard il plaça une sentinelle dans chaque village pour y rester et pour réunir les cotisations" (D. 468) (il n'est pas sûr que ceci vise l'époque de Ch. Lemaire). (4). Le soldat Molili réside à Boyeka sous Fiévez (Boelaert 1956: 201) SERVICES IMPOSES Au début, les services demandés se limitaient à l'approvisionnement en vivres contre paiement. Au temps de Lemaire, il n'y a pas encore de traces de travail obligatoire au service direct de l'etat, bien que le décret de 1891 permette de l'exiger en guise d'impôt. Le 13 mars 1891, Lemaire installait un marché à Wangata à organiser tous les 4 jours et fixait les prix des marchandises. A cette même occasion, on voit apparaître une forme d'imposition: "Chaque village [doit] fournira à son tour une dame-jeanne de massanga (11) gratuitement". Les chefs déclarent accéder à tout, mais le même jour, Lemaire allant à la rive droite pour acheter des vivres, est refoulé. On peut lire ensuite une longue liste d'indemnités de guerre. Plus tard, Lemaire impose des véritables impôts. On en trouve un véritable inventaire à la date du : "Villages Boussirandao: 1 homme libéré et 1 petite chèvre; Villages Nganda: 12 hommes libérés, 4 grandes chèvres, 4 petites chèvres, 20 poules; Villages Wangatas: 3 hommes libérés, 2 grandes chèvres, 2 petites chèvres; Village Macouli: 2 hommes libérés, 2 grandes chèvres; Villages Bandakas et Ilekou: 8 hommes libérés, 2 grandes chèvres, 2 petites chèvres et 5 poules". A plusieurs reprises, il note des quantités d'hommes, de vivres et de mitako pour G. Van Kerckhoven, à cette époque l'inspecteur d'etat. A partir de 1892, l'imposition comportera des pointes d'ivoire et du caoutchouc. Le 22 septembre 1892, les habitants de Lolifa ont "l'honneur d'inaugurer un genre d'imposition permanente: (1) chaque dimanche gratuitement 100 chikwangues; (2) chaque dimanche gratuitement un panier de caoutchouc pendant 10 dimanches". Cette pratique continuera jusqu'au début du 20 e siècle (12). La livraison systématique du caoutchouc doit avoir été imposé aussi aux villages de l'actuel Mbandaka, comme le signifie la déclaration des gens de Wangata en 1895 (voir paragraphe suivant). La tradition orale en parle, mais l'imprécision quant à l'époque ne permet pas d'en définir exactement le moment. Lemaire affirme d'avoir refusé l'imposition du caoutchouc (Lemaire 1894: 64) et Yampala de Boangi dit: "Wijima [= Sarazijn, l'auteur] arrive et arrête le caoutchouc" (D. 468). C'est donc seulement entre fin 1893 et 1897 qu'ils ont été confronté avec la corvée du caoutchouc CULTURES IMPOSÉES On ne peut parler non plus de cultures imposées sous Lemaire. Il a bien essayé de faire planter du riz par les Wangata, Bakoli. (Macouli) et Ipeko. Les chefs lui disent qu'il est le premier à faire une chose pareille

5 ( ) et Bongese y ajoute que cela ne lui intéresse pas; ce qui fait sortir le mot "imbécile" de la plume de Lemaire. Les habitants de Bokanga reçoivent encore des semences de tomates et d'aubergines. Le 2 juin, le riz sort de la terre, mais Lemaire n'en précise pas l'endroit exacte. Il a certainement essayé de faire cultiver du café comme les vieux de Wangata le confirment en octobre 1895: "Nous aurions dû, comme tu nous y avais engagé, planter beaucoup de café, et du riz. Alors peut-être n'aurions nous pas eu la palabre du caoutchouc" (Carnet 6: 1 au 2 oct Tervuren ). Car effectivement cette tentative n'avait abouti à rien comme le constate Lemaire lui-même le 10 août 1900 (Carnet 23. Tervuren ). Une fois installés à Coquilhatville, l'etat organisa des plantations de café avec des travailleurs engagés pour un terme bien défini INTERVENTIONS DANS LES COUTUMES: LES SACRIFICES HUMAINS Les rites funéraires mongo d'un personnage de rang, occasionnaient plusieurs sacrifies humains (Hulstaert 1937). Coquilhat et Vangele y ont été confrontés, mais n'avaient pas de moyens de s'y opposer. Pagels se heurte au même problème. C'est le paisible 'allié Ipambi, de Wangata, qui l' a organisé en janvier Pagels devait le menacer avec le canon, pour l'empêcher d'exécuter ses desseins, mais il a remarqué "la haine dans leurs yeux" et Ipami s'enfuit chez les Ipeko "pour continuer la lutte". (Pagels ). Liebrechts a pu sauver 4 jeunes filles du sacrifie humain à Wangata (est-ce le même cas?) (Liebrechts 1909: 152; voir aussi Boelaert 1952: 12). Le 12 mai 1891, le missionnaire Banks signale le sacrifice d'un enfant sur la tombe de Botuto (Montoutou), ce qui, après enquête, semble être faux. En mai 1893, Lemaire est invité à s'assurer de visu qu'on ne sacrifice pas d'esclaves à l'occasion de la mort du chef Ngulu des Wangata CONTRÔLE DU TRAFIC FLUVIAL Vangele avait instauré le contrôle de la navigation sur le fleuve. Le but en était l'acquisition d'ivoire et le contrôle du trafic d'esclaves. Toute pirogue devait arborer le drapeau de l'etat. Début 1888, Van Kerckhoven impose un permis de navigation, le drapeau de l'etat et le contrôle au Poste de l'etat pour toute pirogue et embarcation. Les Wangata perdaient ainsi leur droit de prélever un impôt sur l'ivoire de passage. Dès octobre 1889, le Zanzibarite posté à Wangata "entrave le commerce jusqu'à arrêter les pirogues de la factorerie" (Boelaert 1956: 200; voir aussi Mouvement 1888). Lemaire signale deux cas où il s'est accaparé de pirogues sans drapeaux. La première fois ( ), il s'agit des pêcheurs de Bolokw'a nsamba et la deuxième fois des gens de Boangi. Lemaire les poursuit et au refus du chef de Boangi de livrer les pirogues et les hommes, il répond par une attaque, répétée le lendemain ( ). Ces faits sont attestés par la tradition orale: "Ikoka (Lemaire) ne voulait pas que quelqu'un passe en pirogue. Si quelqu'un venait de passer, il rappelait, s'il ne voulait pas venir, il le tuait avec son fusil" (D.401 dans Hulstaert 1977: 56) INSTALLATION DES CHEFS Ceux qui se sont présentés lors de la première rencontre avec les Blancs, comme les responsables de la population, sont appelés "patriarches", "chefs", "grands chefs". On peut s'imaginer difficilement qu'à cette époque les colonisateurs se soient posé des questions sur les modalités que la tradition impose pour l'accession à ces fonctions. Ils ont pourtant remarqué que cela donnait lieu à des intrigues. Pour Coquilhat, le pouvoir de Bongese de Wangata w'ibonga, et de Mikoto de Mbandaka, "finaud paterne", est douteux. Imbele (près de la Station), Ejimokonda d'ipeko ("veut la guerre"), et Ioka (Wangata w'aliko) sont qualifiés de "mauvais". Lemaire ne cite qu'un seul cas d'un chef (Ioka Mpumu à Wangata w'aliko) institué par lui et par la suite destitué ( ). Le paiement mensuel des chefs devait aussi constituer une manière pratique de les inféoder. Il n'a pas été rapporté que quelqu'un l'aie refusé.

6 3.8. LES EXPÉDITIONS PUNITIVES Les expéditions punitives dans les environs de Mbandaka ne prenaient pas beaucoup de temps, c'est une affaire de quelques heures, le temps de tirer dans la masse si les hommes sont restés au village ou le temps de brûler et de détruire le habitations et les champs LES FAITS En 1888, Coquilhat écrivait encore (1888:148): "Pour arriver à la domination des nègres, l'emploi de la force est exclu de notre programme, hors le cas de légitime défense (...) c'est l'appât de nos articles de traite qui sert de grand moyen". Pagels, deux ans plus tard, a d'autres sentiments. Il fallait "renforcer la station avec une forte garnison pour pouvoir punir sévèrement les indigènes chaque fois qu'ils désobéiraient (...). Avec les 26 hommes armés que je possédais, je ne savais pas agir efficacement contre les populations des environs de la Station" (Pagels ). Le Zanzibarite, posté à Wangata (après la suppression du Poste et avant l'arrivée de Lemaire) "est d'ailleurs continuellement en guerre avec l'un ou l'autre village des alentours" (Boelaert 1988: 57). Lemaire a enregistré pour une période de deux ans, neuf localités se situant sur le terrain de l'actuel Mbandaka, qui ont été"visitées" par une expédition punitive. Le résultat en était au moins: 24 morts pour les villageois et 2 pour la Station, de nombreux blessés et les villages brûlés. Après chaque expédition punitive, un "tribut de guerre" était exigé. Pour les cas mentionnés dans le Journal de Lemaire on arrive au résultat suivant: 36 hommes "libérés", au moins 6500 mitako (barrettes de laiton d'environ 20 cm servant d'unité monétaire au début de la colonisation), 22 chèvres, 118 poules et 10 paniers de caoutchouc. Ces chiffres sont certainement incomplets et il faut y ajouter d'autres impositions signalées dans le texte mais sans mention de leur contexte. Dans cette catégorie, on compte 59 hommes (souvent remplacés par 1000 ou même par 500 mitako par personne, parfois refusés aussi parce que pas de bonne qualité), 32 chèvres, 1600 mitako, 56 poules, et quantité de chikwangues et de bambous. Les villages à la rive droite ont le plus souffert. Ainsi Bonkombo a été attaqué trois fois, Mpombo et Nkoto deux fois, Bakanga et Lukumbi une fois. A part ces attaques séparées, l'ensemble de ces villages de la rive droite a reçu trois visites militaires sous Lemaire. Généralement ces incursions se terminaient avec la demande de la paix et peu après par l'échange de sang et le paiement d'un tribut. Ces villages de la rive droite ont dû enregistrer au moins 30 morts (Ngombo 15 et Bonkombo 15), payer 2150 mitako, 165 poules, et 1300 bambous LES MOTIFS Les occupants avaient signé des contrats avec la bonne moitié des villages, comme nous l'avons signalé. Il est clair, que les chefs et les villageois ne se sont pas tenus aux clauses d'un contrat qu'ils n'ont pas pu comprendre et dont ils ne voyaient pas les avantages. Mais l'etat avait besoin de vivres et de tranquillité, et d'étendre son autorité. Le moindre prétexte était bon pour une expédition sanglante. "Et quand un village allait porter des vivres et qu'il n'y en avait pas assez, les sentinelles avec quelques hommes, prenaient quelques prisonniers, détruisaient tout" (D. 468). Sous Lemaire, Lolifa est attaqué pour avoir refusé de venir à la Station, Bokanga (Inganda) pour avoir empêché Lenaerts de couper des lianes, Inkole pour avoir refusé de vendre des poules, Ipeko pour la même raison et plus tard pour avoir fait alliance avec Inkole; Boangi est attaqué pour refus d'extradition de pirogues fugitives sans drapeaux, Iyonda et Buya pour n'avoir pas remis à la Station 24 réfugiés; Mpombo a vendu une femme volée à la Station, Bonkombo a menacé un allié (Wangata) et refusé de vendre des vivres à Lenaerts. Les motifs qui ont entraîné la mort d'ikenge de Wangata étaient ses tracasseries qui handicapaient

7 l'approvisionnement de la Station. Pagels a attaqué le village du chef Imbele qui avait maltraité 3 soldats de passage. Résultat: 7 morts du côté du village, un mort côté de la Station. Quand, à l'occasion d'une promenade, son boy est tué (à 10 km de la Station), il brûle le village et y tue 10 personnes. Boshart, resté quelque temps avec Lemaire, cite le refus de livrer des recrues, comme motif d'attaque (Boelaert 1955: 12,1). Les villages essayaient de se défendre, mais la supériorité des Blancs était grande. Les villageois ont réussi à tuer deux personnes et à blesser une vingtaine des sujets de Lemaire, et quelques unes du temps de Pagels L'EXERCICE DE LA JUSTICE S'imposer comme arbitre dans les conflits internes donne une inf1uence considérable sur la population. Déjà Vangele essaie s'attribuer ce rôle, et quelques années plus tard, Lemaire prend en mains de manière systématique les conflits qu'on lui soumet ou dont il a pris connaissance. Nous lisons dans son Journal: "Les populations riveraines soumettent à l'etat quantité de palabres qui s'arrangent généralement à notre intervention pacifique" ( ). Entre le 24 et le 26 mars 1891, se déroule l'affaire Bokanga d'inganda. Ce dernier avait doté une femme appartenant à un habitant de Wangata et qui était venu se plaindre chez Lemaire de la surenchère. Celui-ci arrêtait Bokanga, confisquait la femme au Poste et faisait payer des amendes au père de la femme et au prétendant. Le 6 septembre de la même année, un cas de vol à la factorerie de la Société Anonyme Belge (S.A.B.) a entraîné une condamnation à une servitude pénale d'un mois et une amende. Le lendemain, une palabre d'une femme, qui a entraîné coups et blessures, est assortie de 6 mois de servitude pénale et une amende. Le 1er juillet fête de la fondation de l'etat Indépendant, Lemaire proclame une grâce générale. Les structures de la justice seront officiellement instituées beaucoup plus tard. Pendant les premières années, seul un conseil de guerre a fonctionné. 4. MÉTHODES DE RÉSISTANCE Il y a eu plusieurs tentatives de résistance, mais sans la moindre organisation. En outre, nos sources ne nous permettent pas d'en cerner les motivations conscientes et explicites. Nous pouvons distinguer plusieurs stratégies plus ou moins spontanées, quelques fois plus systématiques, mais toujours peu efficaces LE REFUS DE LIVRAISON DE NOURRITURE POUR LE POSTE A plusieurs reprises nous voyons que les habitants des villages aux environs du Post de l'etat refusent ou sabotent la livraison de nourriture. C'était le point le plus épineux pour les Blancs qui avaient à nourrir parfois quelques centaines de personnes et à prévoir de longues excursions sur le fleuve vers des régions inconnues. Les villages (leurs chefs) l'utilisaient cette tactique comme moyen de manifester leur indépendance (Ikenge) ou pour obtenir des prix plus élevés (village d'ipeko, le ). "Monsieur Lenaerts, s'étant rendu sur la rive droite pour acheter des vivres, a dû se retirer devant les menaces des indigènes" est une phrase qu'on rencontre plusieurs fois dans le Journal de Charles Lemaire ASILE AUX DESERTEURS Les désertions des "libérés" du Poste ou des bateaux de l'etat, étaient fréquentes. Ils se cachaient dans les villages environnants. Mais les agents du Poste savaient les découvrir. Ainsi Lemaire signale 10 cas de désertion en deux ans. Certains villages détiennent les déserteurs depuis plus d'un an ( ). Lolifa avait fait déserter et accueilli les prisonniers de la Tshuapa ( ). Iyonda et Bojia en avaient casé 24 ( ). Lemaire nous apprend que le 2 août 1891, 10 Mongo libérés se sont sauvés et réfugiés chez

8 les Bonsole. Enfin quelques jours après, un libéré Mongo est parti chez les Wangata-les-bois. Lemaire doit constater que "Ces hommes ne seront rendus que après une action armée" ( ) LA FUITE A l'approche d'une attaque qu'on craint supérieure a ses forces, il arrive que le village se vide. Un cas typique est raconté par Lemaire ( ): "Expédition contre les villages de la rive droite. Retour à 4 heures. Les villages étaient barricadés des trous de loup à flèches préparés. Rien dans les villages". Dans un autre cas, on voit qu'on menace de se réfugier du coté français. "Vous pouvez essayer de nous attaquer, dit Bonkombo, nous passerons sur la rive française" ( ). En 1895, Lemaire le rappelle encore: "Si l'indigène, mécontent, peut gagner le territoire voisin, il ne manque pas de le faire, ça a été le cas dans le Congo à Tchumbiri, Loukulela... Boussindi, Irebou et dans le bas Ubanghi" (Carnet 6. Tervuren ) ATTAQUES ARMES ET ALLIANCES ENTRE VILLAGES Les Mbandaka ne se sont jamais présentés en forces armées coalisées. Les actions le plus audacieuses consistent en quelques tires de flèches furtives. Et la station est fortifiée. Il y a des tours de guet et des sentinelles jour et nuit. Dans l'affaire d'ikenge nous supposons quelques connivence en vu d'un butin à partager, mais l'histoire nous apprend que l'action est restée sans effet apparent: "Ce sont les clans éloignés entrés dans le complot contre nous, qui (...) se pressent pour avoir leur part de rapine" (Coquilhat 1888: 176). On pourrait encore mentionner le texte de Glave, bien que légèrement en dehors de la circonscription visée par la présente étude. Il s'agit d'une attaque de la part des Bonsole: "Whilst living amongst the Ba-Nkundu here I was repeatedly hearing rumors in the villages of an expected attack from a large inland tribe called Monzolé. As no white man hat ever visited these people, I decided that I would endeavour to make friends with them by visiting their villages..." (Glave1893: 179). Plusieurs attaques de personnes isolées sont signalées. Augouard, se basant sur les dires des responsables de la Station en août 1885, témoigne: "Les gens de la Station, blancs ou noirs, ne peuvent sortir de l'enceinte que bien armés, car les indigènes tuent infailliblement ceux qui tombent entre leurs mains. Les villages alliés des blancs sont attaqués" (Augouard 1886: 93-96) ainsi le 7 septembre 1891, Ipeko veut attaquer Mbandaka parce qu'ils ne les ont pas avertis de l'attaque des Blancs. En septembre 1893, Ipeko et Wangata w'aliko invitent Ikenge à attaquer Bolela (de Bakoli). Après la mort d'ikenge, "Le calme renaîtrait complètement si les amis du chef mort ne criaient vengeance dans Inganda et ne cherchaient à créer une confédération contre nous" (Coquilhat 1888: 177). L'expédition punitive contre Inkole ( ) est attaqué par Ipeko et sera obligée de rebrousser chemin, quelques jours cependant, après avoir fait l'échange de sang avec le responsable du Poste. "Il y a coalition entre la population de l'intérieure Ipeko, Bamania, Wangata-des-bois, Moussolé etc." ( ). Mais tout cela semble peu ou pas organisé et ne sera jamais une menace sérieuse pour l'occupant. Coquilhat l'avait déjà bien remarqué: "Le peu de cohésion qui, ici comme dans le Bas-Congo, règne entre les tribus, et l'absence de grands Etats et même de groupes dépassant quelques milliers d'âmes, facilitent les progrès de notre autorité dans la contrée" (Coquilhat 1383: 1-17) LA PROLÉTARISATION Vangele n'avait pas pu engager des hommes pour travailler à la Station de l'equateur mais bien 45 femmes de Bakoli (Vangele 1884: 66). Au temps de Lemaire on va plus loin. Pour la construction de Coquilhatville, 5 équipes de scieurs étaient engagés. Le , Lemaire a mis 4 personnes au sciage de long. Bon nombre de libérés seront dirigés vers ce genre de services. En 1893, il y avait à Coquilhatville 154 indigènes engagés. Encore à Equateurville les soldats, originaires de l'uélé, "avaient été dressés par des agents blancs du camp" (Lemaire 1894: 185, 137). L'apprentissage de métiers insérant les gens de la région dans le nouveau système social, les rendant de plus en plus

9 dépendants d'un paiement organisé, tout en perdant leurs occupations traditionnelles et indépendantes (cf. Cattier 1906). 5. ATTITUDES ET SENTIMENTS ENVERS L'OCCUPANT La résistance au conquérant de sa terre est un sentiment universel en raison de toutes sortes d'interventions dans la vie et les institutions traditionnelles que cela entraîne. A ne pas s'étonner donc que les habitants de Mbandaka aient fait montre de sentiments peu amicaux envers les premiers Blancs. Pagels est confronté plusieurs fois avec cette hostilité sournoise. A propos du chef Imbele, il écrit: "Cet Imbele avait toujours été hostile aux Blancs, bien qu'il fut le voisin le plus proche au sud de la Station. Il avait toujours rejeté toutes les offres de relation des Européens et même mes successeurs ne sont jamais parvenus à lui faire abandonner les idées cruelles de l'ancien temps" (Pagels ). Après une excursion punitive, il viendra quand-même conclure la paix. Quand Pagels s'oppose aux sacrifices humains à Wangata: "seul un murmure gronde parmi la foule. Je pense que les sauvages furent saisis par l'audace des deux Blancs et en oublièrent leur haine" (Pagels ). Liebrechts, en visite à la mission protestante, remarque un individu étrange; "J'en fis l'observation au missionnaire. Il connaissait cette individu comme un féticheur Wangata d'une hostilité féroce à regard des Européens et dont tous les efforts selon lui, tendaient à nous chasser du pays (...) ajoutant qu'il était certain qu'un jour il tuerait un des Blancs" (Liebrechts 1909: 152). C'est Glave qui le tuera peu après (cf. Liebrechts 1909: 152). Quand Glave a la direction de la Station, il juge le peuple "friendly" (Glave 1393:. 172), mais les Bonsole semblent rester "dangereux". Charles Lemaire aussi remarque des sentiments hostiles. Le lors de l'attaque à Lolifa, "les indigènes sont à la rive insultant le blanc" (&) "ces villages ne veulent pas la paix". ( ). Le chef d'ipeko, Ejimokondo, "est animé de mauvaises dispositions pour l'etat" ( "Ekoio continue à vouloir la guerre" ( ). Les textes précédents rendent compte exclusivement de la perception des faits par les Blancs. Des témoignages indigènes peu précis, il est vrai, confirment certaines données. L'extension du terrain à Mbandaka est d'abord refusée par Bokilimba qui laissait dire: "Je refuse (...) Ces gens sont des mânes. Qu'ils retournent à Wangata" (Hulstaert 1983: 167). Mais pas seulement des Blancs semblent avoir été objet de mépris. Antoine Boongo raconte en 1954: "Après l'arrivée des Blancs, les gens étaient fâchés contre les Wangata: que c'est vous qui nous avez amené ces fantômes id et ils appelaient la mort sur les Wangata (...)" (D. 400). Paul Ngoi, dans sont essai (1937) sur l'arrivée des premiers Blancs dans la région de l'équateur congolais, conclue: "Pendant que nos ancêtres vaquaient normalement à leurs occupations surgirent des étrangers blancs; ce fut un spectacle effroyable au début, car jamais on avait vu des gens pareils auparavant. La plupart des gens ne supportaient les regarder, mais ceux qui étaient courageux n'avaient pas pris la fuite. Le fait qu'ils étaient accompagnés de noirs comme nous motivait le courage de ceux qui n'avaient pas peur d'eux. Lorsque les Blancs sont arrivés au début, nos gens ne leur ont pas déclaré la guerre, mais les Blancs, eux-mêmes, après avoir séduit le pays, ont commencé à introduire la guerre petit à petit. Ce fut une guerre très meurtrière. Cependant, elle fut de courte durée. Nos gens n'avaient pas d'armes puissantes pour les combattre. Les Blancs ont pris le dessus à cause de leurs armes puissantes, et à cause de la présence dans leur rang d'auxiliaires noires. Voilà pourquoi nos gens n'ont pas pu repousser l'envahisseur. Mêmes les

10 0 téméraires parmi nous n'ont pas résisté aux Blancs, et ont finalement capitulé. Ils ont par la suite vécu en paix, mais c'était une paix superficielle." (13) 6. COLLABORATION L'occupant s'est vite assuré de la collaboration de plusieurs chefs ou de personnes influentes, qui ont grandement facilité sa tâche d'occupation et d'exploitation du pays APRÈS RÉSISTANCE Au début, on pensait que les contrats étaient une base réelle d'entente et Coquilhat ecrit: "Accueil égal est réserve a tous les chefs qui se comportent honnêtement avec nous, quant aux autres, on s'efforce de les mener dans la bonne voie" (Coquilhat 1888: 147). Nus avons vu que la majorité des villages de Mbandaka a d'abord essayé de résister à l'occupant, mais que très vite ils ont accepté la paix et payé un tribut de guerre. Lemaire l'exprime de manière lapidaire et presque stéréotype: "Les Barouki (&) demandent (&) l'amitié de Boula Matari qui est devenu très fort" ( ). Lolifa a été attaqué et brûlé, avec 15 morts, le 14 avril 1891 mais déjà le 27 du même mois, ils font l'échange de sang et livrent en guise de tribut 16 hommes, 2 béliers, 10 canards et 500 bambous. Cette paix n'était pas durable, souvent seulement une tactique. Craignant une attaque après la mort d'ikenge, la Station est fortifiée mais, "En attendant la paix est solennellement confirmée avec tout Wangata" (Coquilhat 1888: 177). En 1895, Lemaire décrit bien le processus psychologique réel du Noir: "Ou bien il se soumet de mauvais gré jusqu'à ce qu'il se présente à lui une occasion de se venger ou bien il commence par résister et on ne le réduit qu'à coups de fusil" (Carnet 6. Tervuren ) COLLABORATION LIBRE Stanley, Coquilhat et Vangele ont été reçus avec quelque suspicion, mais ils ont pu s'installer sans usage de la force. Il y avait à première vue des avantages pour ces chefs locaux, dont certains (les Boloki des rives) étaient des commerçants nés, et qui, en outre, se sont vite laissés séduire par les cadeaux et le paiement mensuel. Après avoir pris connaissance de l'une ou l'autre manière du véritable enjeu, il y en a qui se sont opposés comme nous l'avons décrit, mais il y en avait d'autres qui ont continué la collaboration LES PERSONNES Dans la série de quelques dizaines de chefs et patriarches mentionnés par les premiers représentants de l'etat Indépendant du Congo, nous trouvons 7 noms pourvus d'un épithète favorable (tous riverains!). (1) Bolila "le grand chef de Macouli" ( ), (Bakole-Wangata w'ibonga) déjà mentionné. Il tenait Vangele au courant des intrigues d'ikenge (Coquilhat 1888: 147). C'est lui qui, après la mort d'ikenge, se rend le premier à la Station avec des vivres et restitue ainsi la "confiance". Sous Lemaire il faisait souvent fonction d'intermédiaire. Stanley profita des bonnes relations de Vangele avec Bolila, "le seigneur de Macouli" (Coquilhat 1838: 167). Bolila est l'informateur et le médiateur de la Station. Le 1 er août 1888, Bolila allait chez Vangele pour discuter une extension du terrain. Pour donner une petite leçon à Ikenge, Stanley faisait semblant d'installer la station chez lui (octobre 1883). 2) Ipambi, le deuxième chef de Wangata à côté d'ikenge est "paisible" (Coquilhat 1888: 145) mais c'est lui qui selon Pagels ( ) s'est emparé du pouvoir à Wangata w'ibonga à la place de Nsala Jom (qui enseigne "kilolo" à Coquilhat) (1888: 146) mais qui grondait quand l'etat lui défendit les sacrifices humains.

11 1 3) Ntuka (Ntouka) de Wangata "qui se montre très dévoué" est un des plus importants intermédiaires au temps de Lemaire, notamment pour la paix avec Mpombo ( ), Nkoto ( ), Bongata ( ). C'est Ntuka qui signale à Lemaire la présence d'un chef rebelle de l'ikelemba ce qui entraînera une intervention ( ).. 4) Bokweya (Bonkwela?) de Wangata w'ibonga intervient dans la palabre avec Ikengo ( ) Manialo (Banyalo?) d'iyonda est un "allié dévoué" (Coquilhat 1888: 146). 6) Ikumu de Bolele (Ruki) est "digne et affable". 7) Wangata w'aliko ( ) et Bamanya ( ) se sont soumis sans guerre. Ce qui n'a pas empêché que ce Wangata a été attaqué plus tard ( ) MOTIFS Il n'est plus possible d'avoir des témoignages directs et fiables sur les motivations des collaborateurs avec l'occupant. Néanmoins quelques indications peuvent être distillées des textes à notre disposition L'AIDE DE L'ETAT POUR COMBATTRE UN VILLAGE ENNEMI Ainsi en 1886, Glave signale que le chef Welo des Bonsole lui proposait de s'unir à lui pour soumettre les environs, mais ces voisins le tueront 2 ans plus tard (Glave 1893: 179). "Molira réclame l'appui de Vangele pour faire des remontrances à Motsirando (...). Cet appui est accordé et exerce une influence très efficace sur les dispositions de nos peu sociables voisins d'aval" (Coquilhat 1888: 179). Le groupe Ejimokondo d'ipeko exige la livraison d'une personne de Wangata qui se trouve chez le groupe Monganda (d'ipeko). "Refus de Monganda qui prend les armes contre Edzimounkoundou et déclare qu'il viendra au plutôt se soumettre à Boula-Matari, et qu'aidé par celui-ci, il ira guerroyer contre Edzimounkoundou" ( ). Le les villages Bokanga, Mpombo et Lukumbi demandent à se joindre au Blanc pour aller faire palabre à deux autres villages. Des "auxiliaires" de Wangata w'ibonga accompagnent les pelletons de la Station pour l'attaque d'inkole ( ), et d'ipeko (4-9-91) et les riverains du fleuve s'associent à la flottille du Poste avec 10 pirogues pour attaquer Boangi ( ) AVANTAGES MATÉRIELS Le véritable enjeu de cette occupation ne pouvait se révéler dès les premiers jours. Le fait de céder un lopin de terre ne signifie pas nécessairement une collaboration; bien que, pour les chefs, accepter mensuellement, pendant des années, un paiement en nature n'est pas innocent. Ikenge cherchait avant tout à profiter le plus possible de la présence des Blancs. Il avait bel et bien accepté leur présence, et quant à ses soi-disant résistances, elles cèdent rapidement dès l'obtention d'un nouvel avantage, comme aussi devant le constat de son échec en la matière. Les intermédiaires sont payés pour leurs interventions: Ntuka reçoit: 100 mitako ( ); 50 mitako (4-8-91); 100 mitako ( ); Bokwela (Wangata) ( ); Bongese 250 ( ) ESPRIT D'OUVERTURE AU NOUVEL ORDRE SOCIO-ÉCONOMIQUE Bolela, appartenant à un groupe de commerçants bobangi, est l'exemple de collaborateur fidèle, qui a vite compris que la situation étant ainsi, il vaut mieux s'y adapter. Il doit avoir connu ou entendu parler des

12 2 comptoirs des Blancs à la côte. Son village (ou lui-même) allait commercer régulièrement jusqu'au Pool et ne s'arrêtait pas à Tshumbiri. Coquilhat rappelle d'ailleurs: "l'homme du progrès, le commerçant ouvert" et "Vangele a aussi trouvé dans Molira, le chef de Makouli, un allié dévoué, comprenant admirablement le parti à tirer de la présence des Européens au point de vue commercial" (Coquilhat 1888: 145). L. Guiral raconte qu'il fait un bout de voyage (jusqu'à Makoko Njali) avec un certain "Macouli", un Bobangi qui était venu vendre ses marchandises au Pool et rentrait vers le Haut (...) et cela, (du 1er au 11 mai J882) un an avant l'établissement de la Station (Guiral 1889: ). Aurait-il été le seul qui dès le début, ait compris la situation dans ce sens? 7. CONCLUSION 7.1. L'IMPORTANCE DE MBANDAKA La configuration géographique de Mbandaka en fait un carrefour important. Ainsi, traditionnellement, c'était déjà une plaque tournante de toute une activité économique. On peut comprendre que l'occupant ait voulu s'emparer le plus vite possible de ce site stratégique. La plaine de Bamanya, à 10 km de la rive du Zaïre, sur un affluant de la Ruki, était un grand champ d'exploitation de fonte de fer des Losakanyi, probablement jusqu'à une époque proche de l'arrivée des Blancs (Eggert 1987). Mbandaka, au confluent de la Ruki et de l'ikelemba, sur le passage du trafic d'esclaves et d'ivoire de la Lulonga en relation avec la Ngiri (Van Leynseele 1981), avait une longue tradition commerciale pré-coloniale pratiquée surtout par les Bakoli (Macouli) sur le fleuve et les Boloki de l'embouchure de la Ruki (Hulstaert 1977). Des entreprises privées comme la Sanford Exploring Expedition, puis la Société Anonyme Belge, qui ont pendant longtemps monopolisé l'exploitation agricole dans la région, pourraient déjà s'appuyer sur le Poste de l'etat d'equateurville OCCUPATION RELATIVEMENT FACILE Il y a eu des résistances mais sans ténacité et peu organisés et vite vaincues par la force et par la collaboration. Les habitants n'ont pas pu mettre sur pied une armée comme l'ont fait les Budja et les Azande par exemple. Quelques attaques isolées, quelques menaces plutôt verbales que réelles ont été signalées. Une fois l'autorité de l'etat bien établie dans l'agglomération de Mbandaka, les exactions devenaient plus rares ont moins pesé sur les habitants des ces villages que sur ceux plus éloignés et moins en vue. Pendant une courte période, les villages Wangata et Mbandaka ont été convoqué à la récolte du caoutchouc (D, 401 et 409). Les obligations de ravitaillement en nourriture, le recrutement de personnel et de soldats et les corvées, ont pu être durement ressentis, mais cela n'est toujours pas comparable à la récolte du caoutchouc à l'intérieur, loin des agents de la justice et hors de tout contrôle de l'extérieur LES MÉTHODES D'OCCUPATION Certains méthodes d'implantation pratiquées par les premiers colonisateurs ont dû être adoptés à Mbandaka comme ailleurs: "Je suivis les exemples reçus" écrivait Lemaire (Boelaert 1956; Hulstaert 1977). Mais à l'occasion d'un passage à Coquilhatville, en 1895, Lemaire réf1échit sur ces procédés: "Il y a lieu à craindre que les procédés d'occupation actuels n'arrivent a détruire l'un après l'autre les arguments que nous avons données pour la reprise (14). Nous avons dit que l'exploitation devant se faire par l'indigène et librement, ici on dirait qu'on veut établir l'esclavage américain et qu'en certains points l'élimination, voir la destruction du noir deviennent systématiques" (Carnet 6: 1-10 et Tervuren ).

13 3 ABREVIATIONS D = documents de E. Boelaert sur l'arrivée des Blancs à Mbandaka, suivis du numéro du document. Les originaux de ces documents se trouvent dans les Archives Aequatoria à Bamanya. On en trouve la traduction française dans les Annales Aequatoria et sur le web: H. Vinck, L'Arrivée des Blancs sur les bords des rivières équatoriales du Zaire (en collaboration). Partie I. Annales Aequatoria 16(1995)13-134; Partie II,17(1996) [ sous la rubrique: Edition et analyse]. Carnet = les journaux de Charles Lemaire conservés dans la section d'histoire à Tervuren et dont des extraits ont été publiés dans: H. Vinck, Charles Lemaire de passage à Mbandaka (1895; 1900; 1902), Annales Aequatoria 13(1992) Les citations du carnet de notes de Lemaire publié par D. Vangroenweghe (1986) seront indiquées dans le texte par leurs dates dans le journal. NOTES 1. Pour des informations plus amples, lire: Divers, Mbandaka : hier et aujourd'hui, 1990 (sur et les autres articles sur sous la rubrique "Mbandaka". 2. Il s'agit du journal que Lemaire tenait pendant son premier séjour de plus de deux ans a Equateurville (D. Vangroenweghe 1986:7-73). Nous utilisons aussi des extraits inédits d'autres de ses journaux cfr H. Vinck 1992: Trois notices biographiques sur Lemaire sont à signaler: N. Laude 1951: ; E. Boelaert 1953: ; P. Salmon 1984: Nous avons utilisé un fragment de traduction française trouvé dans le Fonds Boelaert (Archives Aequatoria). 4. G. Hulstaert a commenté ce texte (1985) ainsi que E. Boelaert ( ). 5. Sur Fiévez, lire: E. Boelaert (1952). 6. La composition ethnique de Mbandaka et son développement historique ont été magistralement exposés par G. Hulstaert 1986: , et repris dans: Mbandaka. Hier et aujourd'hui, 1990: "Ibonga", ville, Poste des Blancs, voir G. Hulstaert 1957: 762. En général, le mot signifie aussi toute agglomération importante à caractère commercial ou religieux (plantation ou succursale, Poste de Mission, etc.). 8. Les données qui suivent sont tirées de diverses publications de E. Boelaert et des informations contenues dans ses archives. Quant aux dates précises (et même concernant les fonctions exactes), plusieurs doutes demeurent. Lire principalement, E. Boelaert 1952: Sur la reconstruction du Poste, lire Le Mouvement géographique du 1er novembre 1891 (reproduit dans Mbandaka. Hier et aujourd'hui, 1990: ). 10. Hulstaert: 1986 est repris dans: Mbandaka. Hier et aujourd'hui, 1990: Massanga (masanga), du Lingala: vin de palme. 12. L'hôpital et l'orphelinat de la Mission des Trappistes à Bamanya seront approvisionnés ainsi en poissons et en chikwangues jusqu'en "Iso la Bendele" [Nous et les Blancs] Texte de Paul Ngoi, présenté au Concours de l'institut International Africain de Londres en 1937 et publié partiellement en traduction française de Ch. Lonkama, par H. Vinck dans: Annales Aequaria 19(1998) Texte cité à la page179.

14 4 14. Les discussions autour d'une éventuelle reprise du Congo par la Belgique datent de LITTÉRATURE Augouard P.P De Brazzaville à l'équateur. Les Missions Catholiques 18: Boelaert Edmond 1952 a Equateurville, Aequatoria 15,1: 1-l2) 1952 b Ntange, Aequatoria 15,2: 58-62; 3: /53 Glave. 8, 3: Pax (Coquilhatville) 1, Charles Lemaire, premier commissaire du district de l'equateur, Bulletin de l'institut Royal des Sciences Coloniales Belge. 4, 1: Stanley chez nous. [Texte inédit d'une allocution en 1954].MS. Archives Aequatoria, Fonds Boelaert 1955 Le Capitaine Boshart, Aequatoria 18, 4: 1956 Les expéditions commerciales à l'equateur, Bulletin des Séances de l'académie Royale des Sciences Coloniales 2, 2: Les premières explorations de la Ruki et de ses affluents. Aequatoria 4: La Sanford Exploring Expedition, Aequatoria 22: Les débuts de la SAB à l'equateur. Annales Aequatoria 9: Biographie Biographie coloniale belge. 7 vols. Bruxelles. Cattier Félicien 1906 Etude sur la situation de l'etat Indépendant du Congo. Bruxelles. Coquilhat Camille 1888 Sur le Haut-Congo. Paris. Eggert Manfred K.H Archäologische Forschungen im Zentralafrikanischen Regenwald. Die grossen Abenteuer der Archäologie. Ed. par R. Pörtner, H.G. Niemeyer. Vol. 9. p Salzburg Fiévez Victor Léon 1895 Le district de l'equateur. Le Congo illustré 4: 73-75; 84-87; 92-95; Force Publique 1952 La Force Publique de sa naissance à 1914: participation des militaires à l'histoire des premières données du Congo. Bruxelles 5Institut Royal Colonial Belge, Scetion des Sciences Morales et Politiques, Mémoires, in 8, 27)

15 5 Glave Edoard J Six years of adventures in Congo-land, London. Guiral Léon 1889 Le Congo Français: du Gabon à Brazzaville. Paris. Hulstaert Gustaaf 1937 Coutumes funéraires des Nkundo, Anthropos 32, ; 3: Dictionnaire Français-Lomongo. 2 vol. Tervuren (Annales, Linguistique, in 8, n.16) 1977a Anciennes relations commerciales à l'équateur. Enquêtes et documents d'histoire Africaine 2: Témoignage de Antoine Boongo: documents africains sur la pénétration européenne dans l'équateur; Traduction et notes de G. Hulstaert. Enquêtes et documents d'histoire Africaine 2: Traditions orales sur l'origine de Mbandaka. Annales Aequatoria 4: Avec Glave à l'equateur. Zaire-Afrique 25, 196: Aux origines de Mbandaka, Annales Aequatoria 7: Jenssen-Tusch H Scandinaver I Congo, Kopenhagen Lemaire Charles 1894 Congo et Belgique. Bruxelles. Laude N Charles Lemaire. Biographie Coloniale Belge (BCB). Vol. 2., col Liebrechts Charles 1909 Souvenirs d'afrique: Congo, Léopoldville, Bolobo, Equateur ( ). Bruxelles. Lufungula Lewono 1990 a Ikenge des Wangata. Mbandaka. Hier et Aujourd'hui, Bamanya-Mbandaka, Etudes Aequatoria 10, b Ilonga Boyela et Ibuka y'olese. Mbandaka. Hier et Aujourd'hui, Bamanya-Mbandaka, Etudes Aequatoria 10, pp c Bongese. Chef des Ntomba. Mbandaka. Hier et Aujourd'hui, Bamanya-Mbandaka, Etudes Aequatoria 10, pp d Bofonge, premier noir bourgmestre de Mbandaka. Mbandaka. Hier et Aujourd'hui, Bamanya-Mbandaka, Etudes Aequatoria 10 Mbandaka

16 Mbandaka. Hier et Aujourd'hui, Bamanya-Mbandaka, Etudes Aequatoria 10 Mouvement 1888 Le Mouvement Géographique, 8 août 1888, 1) Le Mouvement Géographique, p. 110 Pagels Georges Vid öfre Congo. Scandinaver I Congo. Edité par H. Jenssen-Tusch, pp Kopenhagen [selon la traduction française partielle, dans les Archives Aequatoria, Fonds Boelaert] Salmon Pierre 1984 Charles Lemaire. Hommes et Destin 5. (Paris). Stanley Henry Morton 1879 A travers le continent mystérieux, 2 vols. Paris 1885 The Congo and the founding of its Free State. 2 vols. Loncloii. Van Leynseele Pierre 1981 L'arrivée des Européens et la fin de l'ancien commerce dans le bassin du Zaire. Annales Aequatoria 2: Vangele Alphonse 1884 [Lettre 1er juillet 1884]. Le Le Mouvement Géographique, p. 66c. Vangroenweghe Daniel 1980 Les premiers Blancs à Equateurville. Annales Aequatoria 1986 Charles Lemaire à l'equateur. Son journal inédit Annales Aequatoria 7: Vinck Honoré 1981 Note sur le contrat entre Augouard et Bolila de Wangata en Annales Aequatoria a Charles Lemaire de passage à Mbandaka (1895; 1900; 1902), AA 13(1992) b Chefs et Patriarches de Mbandaka. AA 13(1992) [ ] 1995 Arrivée des Blancs sur les bords des rivières équatoriales du Zaire (en collaboration). Partie I. AA 16(1995)13-134; Partie II,17(1996) [ Edition et analyse]

La procédure concernant une demande d aide

La procédure concernant une demande d aide Version n : 1 Dernière actualisation : 11-12-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Quand est-ce que je peux demander de l aide au CPAS? 3) Comment obtenir une aide du CPAS? Étape n 1 : l introduction de

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Règles du jeu officielles du Monopoly

Règles du jeu officielles du Monopoly Règles du jeu officielles du Monopoly Garanties presque sans erreurs BUT DU JEU : Etre le dernier joueur à rester en jeu, c'est-à-dire le dernier joueur n'ayant pas fait faillite. PREPARATION 1. Prenez

Plus en détail

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE Qui êtes-vous? Chaque année l'a.b.f. enregistre un nombre important de nouvelles adhésions. Mais au lieu d'augmenter les effectifs, ces nouveaux membres ne viennent guère que compléter les vides laissés

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

VILLEBRUMIER SEPTEMBRE 2000 1

VILLEBRUMIER SEPTEMBRE 2000 1 VILLEBRUMIER SEPTEMBRE 2000 1 Le Mot du Maire, (discours prononcé lors de l'inauguration de la fontaine) "Tout d'abord, permettez-moi de vous adresser au nom de la municipalité, mes meilleurs vœux pour

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Suivre les pas de ceux qui ont réussi

Suivre les pas de ceux qui ont réussi Suivre les pas de ceux qui ont réussi «Les bénéfices de la méthode inductive» De manière très résumée, on peut dire que la méthode inductive est la méthode de l'expérience. C'est une méthode qui travaille

Plus en détail

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

Traite des êtres humains, que faire?

Traite des êtres humains, que faire? Traite des êtres humains, que faire? Conseils pour le personnel hospitalier InTRODUCTION Il arrive que le personnel hospitalier soit confronté à des situations liées à la traite des êtres humains. Ce sont

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS

NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS NOUVELLE LOI SUR LES ASBL: NOUVELLES FORMALITES ET PUBLICATIONS La nouvelle loi du 2 mai 2002 sur les asbl apporte des changements : - dans la rédaction des statuts ; - dans les formalités et les publications

Plus en détail

DIRECTIVE ÉCOCIDE. Article 1 Définition de l Écocide

DIRECTIVE ÉCOCIDE. Article 1 Définition de l Écocide DIRECTIVE ÉCOCIDE Article 1 Définition de l Écocide 1. Écocide La présente Directive établit la définition de l' Écocide comme l endommagement important, la destruction ou la perte d écosystèmes d un territoire,

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014

17 eme Dimanche du temps ordinaire (A) : Dimanche 27 juillet 2014 17 eme : Dimanche 27 juillet 2014 Au service du Royaume déjà là! Comme un négociant qui recherche des perles fines. Réf. Biblique : 1 ère lecture : Rois (1 R 3,5.7-12) 5 A Gabaon, pendant la nuit, le Seigneur

Plus en détail

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES

METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES METHODES DE TRAVAIL : IDEES GENERALES Les questions suivantes sont destinées à vous aider à vous situer et vous faire quelques propositions d'amélioration. 1. Pour quelles raisons ai-je choisi cette formation?

Plus en détail

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011

INFOS JURIDIQUES. Flash sur le Droit du Travail. Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 INFOS JURIDIQUES Flash sur le Droit du Travail Publication mensuelle éditée par la CSL EDITION SPÉCIALE Février 2011 La notion de cadre supérieur en droit luxembourgeois La présente publication a pour

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

CONTRAT D HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE SUR L UNIVERSALITÉ DES BIENS EN STOCK TABLE DES MATIÈRES

CONTRAT D HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE SUR L UNIVERSALITÉ DES BIENS EN STOCK TABLE DES MATIÈRES CONTRAT D HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE SUR L UNIVERSALITÉ TABLE DES MATIÈRES PAGE PRÉAMBULE...5 0.00 INTERPRÉTATION...6 0.01 Terminologie...6 0.01.01 Activités...6 0.01.02 Biens en stock...6 0.01.03 Cas de défaut...7

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970.

Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Discours d'adieu prononcé par M. K.-O. Steffe à l'occasion de la réception donnée par M. Formentini au Personnel de la Banque, le 29. juin 1970. Madame Formentini, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs,

Plus en détail

Lotissements agricoles de la rivière Rouge

Lotissements agricoles de la rivière Rouge Lotissements agricoles de la rivière Rouge Aperçu de la leçon Les élèves étudient le rôle que la rivière Rouge a joué dans le type d établissement et le système de propriété foncière adoptés par les Métis

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB 5B112] Références du document 5B112 5B1121 Date du document 01/09/99 SECTION 2 Personnes domiciliées en France SOUS-SECTION 1 Personnes concernées A. DÉFINITION

Plus en détail

Enquête prise de poste

Enquête prise de poste Enquête prise de poste Contacts : ANDRH - 01 56 88 18 27 - Nathalie Tran Atomos Conseil - 01 44 20 40 30 - Olivier Pleplé Septembre 2010 Sommaire I Données quantitatives générales... 3 II Qualité des prises

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

«L'Homme et l'argent»

«L'Homme et l'argent» Extraits choisis du livre : «L'Homme et l'argent» De Jacques Elul La fuite de l'homme dans le système pour éviter la question personnele Concernant l'argent tout se passe comme si chacun n'avait absolument

Plus en détail

Mission de Développement économique Juillet 2013

Mission de Développement économique Juillet 2013 Mission de Développement économique Juillet 2013 Notre objectif ce mois ci était le développement de la coopérative agricole qui se compose de la coopérative de café/cacao, du groupement d avocat et du

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

Comment maîtriser sa colère

Comment maîtriser sa colère Comment maîtriser sa colère La résolution de problemès Homewood Solutions Humaines MC, 2011. Ce cahier d exercices accompagne le cours électronique intitulé Comment maîtriser sa colère et est destiné à

Plus en détail

Communication non violente

Communication non violente Intervalle coaching formation conseil Communication non violente Il n est pas rare qu un dialogue paisible, que ce soit au travail avec un collègue ou en famille avec ses enfants ou son (sa) conjoint(e),

Plus en détail

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance.

Le texte précise bien que c est la terre qui fait pousser «automatiquement» la plante. Le semeur ne doit plus se mêler de la croissance. Mc 4.26-32 Espérer, c est s oublier Jésus a souvent donné la simplicité des enfants comme modèle de réception de sa Parole ; nous allons suivre leur exemple. Merci les enfants. Les deux histoires que nous

Plus en détail

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Les États-Unis sont le marché touristique international le plus important pour le Canada et l Ontario. Par conséquent, on déploie des efforts importants

Plus en détail

LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918.

LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918. LA DÉSERTION À L ENNEMI D UN MILITANT SOCIALISTE DES PYRÉNÉESORIENTALES EN 1914-1918. LE MIDI ROUGE, BULLETIN DE L ASSOCIATION MAITRON LANGUEDOCROUSSILLON, PERPINYÀ, N 8, DÉCEMBRE 2006, pp. 22-24. Le Code

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE CONGRES D'AUTISME FRANCE DU 6 NOVEMBRE 2004 EVELYNE FRIEDEL, PRESIDENTE

DISCOURS DE CLOTURE CONGRES D'AUTISME FRANCE DU 6 NOVEMBRE 2004 EVELYNE FRIEDEL, PRESIDENTE DISCOURS DE CLOTURE CONGRES D'AUTISME FRANCE DU 6 NOVEMBRE 2004 EVELYNE FRIEDEL, PRESIDENTE Chers Amis, Comme je vous l'indiquais ce matin, je crois aussi essentiel de vous présenter, alors qu'autisme

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Comme beaucoup de personnes, j'ai voulu récupérer les notices de mon ancien logiciel de gestion de bibliothèque. Vu qu'il ne prévoyait pas

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013)

RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) 1 CONCERTATION POUR LE PROJET DE RECONSTRUCTION DE LA LIGNE DE GRAND TRANSPORT D ELECTRICITE ENTRE ARRAS ET LILLE RAPPORT D ETAPE DU GARANT CNDP (08 avril 2013) RAPPEL Le débat public pour ce projet dont

Plus en détail

[Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...»

[Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...» [Extrait Gratuit] «Les Secrets des ebooks gratuits Rentables enfin dévoilés...» Découvrez comment gagner de l'argent avec un ebook gratuit! Écrit par Sébastien Laude et offert par le responsable de ce

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

un jeu de Uwe Rosenberg BOHNANZA RÈGLES DE JEU

un jeu de Uwe Rosenberg BOHNANZA RÈGLES DE JEU un jeu de Uwe Rosenberg BOHNANZA RÈGLES DE JEU Joueurs: 2 à 7 Âge: 12 ans et plus Durée : 45 minutes Matériel 154 cartes haricot 7 cartes 3 ème champ 1 livret de règles Nombre de cartes de chaque variété

Plus en détail

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/ A Madame et Messieurs le Gouverneurs Aux bourgmestres Nos réf. : VIII/D/JC/ Objet : Circulaire concernant l'application de la loi du 10 avril 1990 sur les entreprises de gardiennage, sur les entreprises

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka

LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka VERIFIER A L AUDITION LES RESERVES AUX TRAITES Déclaration du Président du Comité de rédaction, M. Peter Tomka Monsieur le Président, ceci est le troisième rapport du Comité de rédaction, au sujet des

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com

Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers. http://www.investir et immobilier.com Les 10 règles indispensables pour réussir vos achats immobiliers http://www.investir et immobilier.com Sommaire Sommaire... 2 1. Bien définir son objectif et sa stratégie... 3 2. Acheter dans un secteur

Plus en détail

- JURISPRUDENCE - 1. Cession de créance Notification dans la citation introductive d instance

- JURISPRUDENCE - 1. Cession de créance Notification dans la citation introductive d instance 1 LA REVUE EN LIGNE DU BARREAU de LIEGE - JURISPRUDENCE - Tribunal de première instance de Liège (7 ième chambre ) 12 février 2002 1. Cession de créance Notification dans la citation introductive d instance

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Document Unique d'evaluation des Risques : Information et Règlementation

Document Unique d'evaluation des Risques : Information et Règlementation Document Unique d'evaluation des Risques : 1. Définition du Document Unique d Evaluation des Risques (DUER) Le Document Unique d Evaluation des Risques, c'est l'évaluation des risques et une démarche de

Plus en détail

Garde des enfants et droit de visite

Garde des enfants et droit de visite Garde des enfants et droit de visite Lorsque vous ne vivez plus ensemble en famille Conna tre vos droits et vos responsabilités concernant votre enfant Begin a better ending Commencer une meilleure fin

Plus en détail

LE REVENU D INTÉGRATION

LE REVENU D INTÉGRATION Version décembre 2013 LE REVENU D INTÉGRATION revenu d intégration LE DROIT AU REVENU D INTÉGRATION en douze pas... Qu est-ce qu un revenu d intégration? Quelle conditions remplir pour recevoir le revenu

Plus en détail

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?

Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant? «Poser des limites à l enfant. Sanction : comment avoir une attitude éducative constructive et cohérente avec l enfant?» Intervention de Madame Mireille Colin, formatrice et psychopraticienne. Pourquoi

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

Plainte avec Constitution de Partie Civile Nicole Guihaumé c/ UDAF 12 octobre 2015 1/13

Plainte avec Constitution de Partie Civile Nicole Guihaumé c/ UDAF 12 octobre 2015 1/13 Nicole Guihaumé 9 rue des Périchaux 75015 PARIS 0155769184 nicole.guihaume@hotmail.fr Tribunal de Grande Instance Monsieur le Doyen des Juges d'instruction Place Pierre Flotte 34040 Montpellier Cedex 1

Plus en détail

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR

CHARTE DU BÉNÉVOLAT. «Les exclus» de René LENOIR CHARTE DU BÉNÉVOLAT «Que chacun, dans son lieu de vie et de travail, participe à cette lutte pour l intégration de tous dans une société de solidarité et de fraternité». «Les exclus» de René LENOIR Les

Plus en détail

Tous ce que vous devez savoir sur les Antivirus... et comment choisir un!

Tous ce que vous devez savoir sur les Antivirus... et comment choisir un! Tous ce que vous devez savoir sur les Antivirus... et comment choisir un! Author : soufiane Bonjour, De nos jours, les virus sont devenus de plus en plus très nombreux, plus sophistiqués et plus dangereux.

Plus en détail

DIRECTIVE RELATIVE AUX. Comportements COMPOR- TEMENTS DANS L ARMÉE DE TERRE

DIRECTIVE RELATIVE AUX. Comportements COMPOR- TEMENTS DANS L ARMÉE DE TERRE Comportements DIRECTIVE RELATIVE AUX Comportements COMPOR- TEMENTS DANS L ARMÉE DE TERRE État-major de l armée de terre Paris, mars 2001 PRÉAMBULE Le «Code du soldat de l armée de terre» et son guide s

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

Histoire du Käfigturm

Histoire du Käfigturm Histoire du Käfigturm Tour de défense et prison (1256-1640) Le Käfigturm tire son nom de son ancienne fonction: en effet, pendant la majeure partie de sa longue histoire, ce bâtiment servit de "Käfig",

Plus en détail

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une

La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une Nouvelle Calédonie La Nouvelle-Calédonie va-t-elle devenir un état indépendant? Si oui, à quelle échéance? Si non, pourquoi? Pourquoi la France conserverait-elle une souveraineté sur un territoire si loin

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

COMMUNICATION AUX MEMBRES

COMMUNICATION AUX MEMBRES PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission des pétitions 29.9.2014. COMMUNICATION AUX MEMBRES Objet: Pétition n 0564/2012, présentée par Marianne van Eck, de nationalité néerlandaise, sur les problèmes administratifs

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

BTS NRC. Trouver son stage en entreprise

BTS NRC. Trouver son stage en entreprise BTS NRC Trouver son stage en entreprise Comment trouver un stage? htp://fr.wikihow.com/trouver-un-stage Un stage est un bon moyen de vous faire ouvrir des portes et d'acquérir de l'expérience sur un poste

Plus en détail

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer

Les trois brigands 1 Tomi Ungerer Les trois brigands 1 Quel est le titre de ce livre? Qui est l'auteur de ce livre? Quelle est l'édition de ce livre? A ton avis, que peut raconter cette histoire? Les trois brigands 2 Il était une fois

Plus en détail

Pourquoi apprendre? Danny Patry Montérégie (2002)

Pourquoi apprendre? Danny Patry Montérégie (2002) Pourquoi apprendre? C'est la première question que vous devez vous poser. Peu importe l'école que vous choisirez et le professeur que vous aurez, cela n'a pas vraiment d'importance si vous ne savez pas

Plus en détail

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007

Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Soutien scolaire au collège Michelet 2006-2007 Membres du PIF : DE BAZELAIRE Marc DUCASSE Marie-Laure GRIMAL Clément LAFFAYE Nicolas PAILLASSA David Marraine : Madame Danielle ANDREU (professeur à l'enseeiht)

Plus en détail

scaricato da www.risorsedidattiche.net

scaricato da www.risorsedidattiche.net Le Français en ligne Verbes je-tu-il/elle-ils-elles Ecrivez les verbes au présent du. Je ne crois pas qu'il... possible de tout faire en même temps. (être) Je doute que tu... la capacité de comprendre

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION

Demandeur RONA. Entreprise DÉCISION Dossier : 01 15 48 Date : 20030929 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. RONA Entreprise DÉCISION L'OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE [1] Le 20 août 2001, le demandeur s adresse à Rona pour

Plus en détail

Histoire d'une ferme en Flandre. A. L'histoire L'histoire de la maison et de ses occupants est en bleu et les éléments d'histoire locale en rouge.

Histoire d'une ferme en Flandre. A. L'histoire L'histoire de la maison et de ses occupants est en bleu et les éléments d'histoire locale en rouge. Histoire d'une ferme en Flandre A. L'histoire L'histoire de la maison et de ses occupants est en bleu et les éléments d'histoire locale en rouge. La construction Quand débute la construction de la ferme,

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges, CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE 133-73 CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE 1973 1 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Apparus dans les armées allemande et britannique durant la seconde guerre mondiale, puis développés aux USA et dans le Royaume- Uni

Plus en détail

Investissements déraisonnables

Investissements déraisonnables Chapitre 47 Investissements déraisonnables Il y a quelques semaines, alors que j assistais au camp-meeting de San Jose [1905], certains de nos frères me présentèrent ce qu ils considéraient comme une occasion

Plus en détail

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse

Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide. Cadre d analyse Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide Cadre d analyse Définition juridique du crime de génocide L article 2 de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide

Plus en détail

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre

La pauvreté rend malade et la maladie rend pauvre SAMPOL_octobre_2015.indd 27 8.10.2015 8:28:34 UNE PROTECTION SOCIALE POUR TOUT LE MONDE rend malade et la maladie rend pauvre Thomas Rousseau Cher responsable politique d'un pays d'afrique subsaharienne,

Plus en détail

FICHE 1 LES ACCORDS DE MAINTIEN DANS L EMPLOI

FICHE 1 LES ACCORDS DE MAINTIEN DANS L EMPLOI FICHE 1 LES ACCORDS DE MAINTIEN DANS L EMPLOI Mesure phare de l ANI du 11 janvier 2013, les «accords de maintien dans l emploi» ont fait leur apparition dans le Code du travail avec l entrée en vigueur

Plus en détail

La Commission de la protection de la vie privée,

La Commission de la protection de la vie privée, COMMISSION DE LA PROTECTION DE LA VIE PRIVEE AVIS NE 14 / 95 du 7 juin 1995 -------------------------------------- N. Réf. : A / 94 / 016 / 86 OBJET : Applicabilité de la loi du 8 décembre 1992 relative

Plus en détail

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012

LEÇON. En route pour Jérusalem. Sabbat. Dimanche. 5 mai 2012 mai 2012 LEÇON En route pour Jérusalem Sabbat Fais l activité de la semaine, p. 38. Est-ce que ta famille a déjà déménagé dans un endroit inconnu? Quels étaient tes sentiments? Avais-tu peur, étais-tu

Plus en détail

La gestion du stress. Table des matières

La gestion du stress. Table des matières Table des matières 1. Prenez du recul sur une situation... 2 2. Gérez le temps... 2 3. Maîtrisez-vous... 2 4. Ayez des convictions... 3 5. Montrez votre force morale... 4 6. Comprenez la force mentale

Plus en détail

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme

Réussir son approche commerciale avec un prospect. Direction Marketing Clients Firme Réussir son approche commerciale avec un prospect 61 Réussir son approche commerciale avec un prospect Organisation de l atelier Durée Thème Pédagogie 20 Réussir un premier RDV avec un prospect (les 2

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail