Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES"

Transcription

1 Les cahiers du LTPES Septembre 2012 Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Une étude sur une décennie de promotions ( ) WELSCHBILLIG, Henry R. & PRUSSEN, Paul L. HEINZ, Caroline, KANDEL, Sylvie & SCHWARTZ, Luc

2

3 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Impressum Rédaction: WELSCHBILLIG, Henry R. & PRUSSEN, Paul L. HEINZ, Caroline, KANDEL, Sylvie & SCHWARTZ, Luc Mise en page: insitu-creation-edition Impression: Imprimerie Reka Septembre 2012, Lycée Technique pour Professions Educatives et Sociales

4

5 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES PREFACE DE LA DIRECTION DU LYCEE Au Luxembourg, force est de constater qu il existe une sérieuse carence de connaissances sur le développement, passé et actuel, de l action éducative et sociale ainsi que sur les acteurs professionnels. L analyse qui en est faite est plutôt intuitive que scientifique et laisse, de ce fait, beaucoup de place à des interprétations subjectives et donc réduites. Aussi arrive-t-il régulièrement que des personnes (privées ou même publiques) donnent à leurs expériences et opinions personnelles la forme d affirmations générales, créant ou encourageant ainsi des préjugés aux conséquences souvent néfastes. 3 Directement concerné par ce phénomène et soucieux de ne pas en rester là, notre lycée a réagi par le biais de toute une série d activités et de mesures. Depuis 2005, le LTPES recueille chaque année des données systématiques sur les projets d avenir de tous les élèves d année terminale ainsi que sur la situation des mêmes élèves quelque neuf mois après l obtention de leurs diplômes. En septembre 2006, le lycée a présenté les résultats d une étude s adressant aux anciens élèves 1 des promotions 1999 à 2004 leur demandant des informations par rapport à leur situation professionnelle ou d études au moment-même de la recherche (2006), donc entre une et cinq années après avoir obtenu le diplôme. Finalement en 2010, nous avons entrepris la présente étude sur le parcours professionnel et d études de nos anciens élèves ayant terminé leurs études entre 1999 et Cette étude ne se limite pas à étudier la situation professionnelle et d études de ces personnes au moment-même de notre recherche (comme notre étude présentée en septembre 2006), mais elle s intéresse délibérément à l aspect temporel, à la progression de leurs carrières, de leurs éventuels changements d institutions et de champs de travail ainsi qu à leur poursuite d études supérieures, soit tout de suite après le bac ou ultérieurement. A présent, nous sommes fiers et heureux de pouvoir présenter les premiers résultats de cette étude. Pourquoi une étude sur le parcours professionnel et académique des anciens élèves? Connaître et suivre les parcours des anciens élèves pour mieux organiser les études des élèves actuels et préparer leur avenir, voilà le défi que nous nous sommes posé à l origine de la présente étude. En effet, quiconque a pour mission de concevoir et d organiser des études, de quel niveau qu elles soient, est, tôt ou tard, confronté à la question essentielle à quoi elles vont et doivent finalement servir et sur quoi elles débouchent en réalité. Dans notre domaine, celui de la profession et de la formation d éducateur au Luxembourg, il est utile et nécessaire de considérer un certain nombre de facteurs. En premier lieu, depuis leurs débuts en 1972, les études ont connu un essor extraordinaire marqué, entre autres, par des effectifs sans cesse croissants d élèves et de diplômés, des champs de travail très dynamiques et hautement expansifs, des disciplines scientifiques et techniques en évolution permanente. 1 Dans la suite du texte les termes «anciens élèves» et «éducateurs» désignent communément les élèves masculins et féminins qui ont obtenu le diplôme de fin d études secondaires techniques et le diplôme d Etat d éducateur.

6

7 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Ensuite, les caractéristiques mêmes de la profession et, par ricochet, de la formation nous interpellent, dans le sens où les attentes et exigences envers les facteurs professionnels ne cessent de croître et de changer, rendant indispensables un engagement accru, une gestion plus parfaite des risques ou encore un ressourcement tout au long d une carrière professionnelle. 4 Par ailleurs, il n existe au Luxembourg qu un seul endroit de formation des éducateurs (anciens instituts (IFEM et IEES), actuel lycée technique spécialisé (LTPES)), - une sorte à la fois de privilège et de grande responsabilité. Il ne s agit toutefois pas d un monopole de formation car les diplômes correspondants étrangers donnent, en vertu de la libre circulation des travailleurs, également accès au marché du travail autochtone. Finalement, la double finalité de préparation à la fois à la vie active et aux études supérieures, propre à toutes les divisions du cycle supérieur de l enseignement secondaire technique (EST), offre, après les études au IEES/LTPES, la possibilité de parcours professionnels et d études supérieures divers et variés. A qui s adresse l étude et quels en sont les objectifs? Les informations recueillies, les résultats, analyses et interprétations sont destinés d une part à un large public intéressé par les études secondaires en général et par les études et la profession d éducateur en particulier, d autre part aux professionnels de l action éducative et sociale et aux professionnels de l enseignement. Notre objectif est multiple: - informer sur un sujet pas ou peu connu, - suivre le parcours professionnel de nos anciens élèves pour lequel notre lycée tient une part de responsabilité, - analyser et comprendre les trajectoires multiples et variées des diplômés, - renseigner et orienter les futurs élèves et leurs parents sur les possibilités et limites des études et de la profession, - montrer, à l aide d une étude centrée sur les parcours professionnels et d études d éducateur, la pertinence d études similaires à effectuer auprès des bacheliers des autres divisions et sections de l ES et de l EST, - contribuer aux discussions et décisions en matière de politique éducative, sociale et familiale. Le fruit d un effort collectif et d un travail d équipe Dès à présent, nous aimerions remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué sous différentes formes à l étude. En premier lieu Caroline Heinz, Sylvie Kandel et Luc Schwartz, professeurs de sciences de l EST au LTPES qui ont mis leur haute compétence, leur grande ouverture d esprit et leur réel engagement au service de la présente étude. Soient félicités ensuite pour leur travail précieux les experts internes (personnel du lycée) et externes 2 au LTPES qui ont collaboré aux travaux de validation du questionnaire. 2 Les experts internes: Marianne Bauer-Tischleder, Geneviève Bender, Théo Ecker, Anouk Jadin, Martine Lanners, Sylvie Majerus / Les experts externes: Manuel Achten, Raymond Ceccotto, Michel Krier, Jos Matheis

8

9 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Par ailleurs, le personnel administratif du lycée a joué un rôle important lors de la détermination de la population, de l envoi des questionnaires et de leur dépouillement et nous lui en sommes reconnaissants. 5 L encodage des données fut réalisé par Christelle Heine, sous la supervision de Sylvie Kandel, et nous les en remercions. Un grand merci de notre part à Anouk Jadin, professeur de français du LTPES, pour son très précieux travail de correction du questionnaire et de l étude. Finalement, il nous tient particulièrement à cœur de remercier les très nombreux anciens élèves qui ont participé à notre étude; leurs réponses inspirent les dirigeants du lycée dans leurs efforts d optimiser les études d éducateur. Sans l expertise, le soin, l engagement et l enthousiasme de toutes ces personnes, la présente étude n aurait pas été possible: c est le fruit d un effort collectif et d un travail d équipe. Henry R. Welschbillig Directeur Paul L. Prussen Directeur adjoint

10

11 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES EN GUISE D INTRODUCTION Pour le métier d éducateur, le début de cette décennie 2010 représente à la fois une date anniversaire, puisque quelque quarante ans plus tôt a été mis en place le stage de formation pour moniteurs d éducation différenciée et institué un diplôme de fin de stage, précurseur des actuels diplôme de fin d études secondaires technique et diplôme d Etat d éducateur et aussi un moment charnière. La formation initiale de ces professionnels sera sous peu profondément réformée et reconstruite autour de référentiels professionnel et de formation nouvellement élaborés. 6 Une excellente occasion, à notre avis, de s arrêter sur cette profession et ces études qui se trouvent à la croisée des chemins, et de tenter de dresser un état des lieux intermédiaire. Nous sommes confrontés à un métier en plein essor à la fois quantitatif et qualitatif depuis ses débuts, dans les années En effet, depuis la première promotion en 1972 d une dizaine d élèves «pionniers» jusqu en 2011/12 où près de 900 élèves sont inscrits au lycée spécialisé et où des milliers de personnes travaillent dans le secteur de l action éducative et sociale au pays, il y a eu une foule impressionnante d évolutions, de changements et de mouvements. Il est communément admis que la profession de l éducateur est une profession caractérisée, par excellence, par la mobilité, à la fois horizontale et verticale. L absence d un profil professionnel unitaire mais, en revanche, l existence de profils professionnels pluriels, avec les exigences plurielles qui en découlent, auront finalement sans doute obligé et amené les professionnels, tout au long du chemin collectif et individuel, à s adapter en permanence, sur la base de leurs compétences centrales comme professionnels de la communication et de la relation. Il s agit en l occurrence des facultés d établir et de maintenir des relations humaines durables et «porteuses», de communiquer de manière complexe avec de nombreuses personnes prises en charge et de coopérer avec de nombreux autres professionnels ou encore d innover sans cesse en matière de prise en charge éducative et sociale. Dans une dimension plutôt transversale (ou horizontale), nous avons connu notamment une éclosion continuelle de nouveaux créneaux d intervention, en dépit (ou même peut-être en raison) de crises économiques et financières, ainsi qu une transition de l action originelle, exclusivement ou essentiellement éducative en faveur des enfants présentant un handicap, vers une action éducative et sociale actuelle, plus généralisée et globale, avec une multitude de champs d intervention différenciés. Dans une dimension d ascension verticale lors de la carrière professionnelle, il est à observer qu en raison du caractère général et polyvalent de ses études initiales de plus en plus reconnues, l éducateur peut accéder lors de sa carrière professionnelle à des postes de responsabilité accrue, moyennant bien sûr des efforts de formation continue spécifique. Nous verrons dans le cadre de la présente étude si ces mouvements verticaux en matière de carrière se répercutent et se concrétisent effectivement sur les parcours post-études de nos anciens élèves. «Aujourd hui, on ne fait plus carrière dans une même entreprise A l avenir, personne ne connaîtra de parcours linéaire» Un discours souvent entendu ces dernières années dans divers secteurs de travail au Luxembourg comme à l étranger. S agit-il d idées reçues ou d une réalité, aussi (ou même surtout) pour la profession de l éducateur? A nouveau, nous avons espoir d en savoir un peu plus à travers les résultats de l étude menée.

12

13 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Depuis ses origines, le métier d éducateur et d éducatrice est, avant tout, un métier appris et exercé par des femmes. Ont-elles des parcours franchement différents de ceux des hommes? Et comment arrivent-ils et elles à allier vie professionnelle et vie familiale? 7 Qu en est-il, en outre, du statut et du rôle de l éducateur et de l éducatrice dans la société? Que peuton espérer dans ce contexte pour une profession qui reste somme toute assez jeune? Là encore, notre étude, sans être complète et exhaustive, peut donner quelques indications sur ce sujet qui seront présentées au sein d un deuxième fascicule 3 à un moment ultérieur. Finalement, dans quelle mesure notre établissement arrive-t-il à remplir sa mission formative de poursuivre la double finalité des études, à savoir la préparation à la vie active et aux études supérieures? En d autres termes, comment se comportent nos anciens élèves en termes de parcours et de réussite tant dans le monde du travail que dans celui des études supérieures? Voilà des exemples de questions que nous nous posons régulièrement. Il en existe bien sûr toute une foule d autres. Nous verrons dans la suite que notre étude permet d y répondre, du moins partiellement. 3 Le présent fascicule est le premier d une série. Vu que le matériel de données récolté au sein de notre étude est particulièrement riche, un nombre substantiel de questions reste à traiter et à approfondir (cf. p. 28).

14

15 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES REALISER UNE ETUDE SUR LES PARCOURS POST- ETUDES DES ANCIENS ELEVES Dès 2004, nous avons systématiquement sondé à la fois les projets d avenir et les premières concrétisations (quelque neuf mois après l obtention du bac) des bacheliers, élèves de 14e, ainsi que des diplômés de l ancien IEES / du LTPES. 8 Plus tard, l idée nous est venue de faire une étude centrée sur le devenir de chaque diplômé depuis l année L étude menée est de type transversal, axée sur l aspect temporel voire séquentiel, étant donné que les participants sont invités à fournir des informations sur leur biographie professionnelle et académique. L ensemble des personnes ayant suivi avec succès les études au LTPES depuis la promotion 1999 pourrait, en outre, être recontacté à un moment ultérieur pour élucider la poursuite de leurs parcours respectifs. C est en avril 2009 que les premières idées se sont concrétisées. Le principal souci a été non seulement de décrire les situations professionnelles actuelles des anciens élèves, mais de s intéresser au parcours professionnel et académique de chacun, en essayant de le retracer (à travers des questions ouvertes et fermées) et en créant des cas de figure correspondant aux situations de vie des participants. La finalité de notre étude de parcours est donc de connaître à la fois les situations professionnelles, les changements, la nature des changements, les compétences indispensables au quotidien ainsi que les attitudes des anciens face à la formation continue («lifelong learning») (des informations au sujet des deux derniers points seront publiées dans un deuxième fascicule). L instrument à la base, le questionnaire a) Son élaboration Le questionnaire a été élaboré sur une période de sept mois (de juillet 2009 à janvier 2010). La version française a d abord été finalisée, ensuite le questionnaire a été traduit en langue allemande pour pouvoir répondre aux compétences et aisances langagières présumées des anciens élèves. Un choix qui s est avéré juste: la majorité des questionnaires renvoyés étaient en langue allemande. b) Sa validation interne et externe En décembre 2009, le questionnaire a été soumis à une procédure d expertise et de validation externe (professionnels du secteur socio-éducatif) et interne (enseignants) au LTPES 4. Les nombreuses propositions émanant des experts ont été intégrées, et le questionnaire a pu être définitivement validé à la fin du mois de janvier L envoi aux élèves ayant obtenu le diplôme de fin d études secondaires techniques entre 1999 et 2008 a été réalisé en janvier La population et la participation effective à l étude 1) La population interrogée L ensemble des élèves qui ont obtenu entre 1999 et 2008 le diplôme de fin d études secondaires techniques, section de l éducateur, et le diplôme d Etat d éducateur, constituent la population de l étude. Il s agit de 1439 anciens élèves, dont 201 hommes (14 %) et 1238 femmes (86 %). La propor- 4 Cf. p. 4

16

17 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES tion hommes/femmes varie selon l année de promotion: entre 7,6 % (2002) et 18,1 % (2007) pour les hommes, entre 81,9 % et 92,4 % pour les femmes. 9 L envoi des questionnaires a été fait sur base des adresses connues de l administration du lycée. D une part, d anciennes adresses des élèves du temps de leurs études (domicile des parents), d autre part, les adresses actuelles des anciens élèves assurant actuellement la fonction de tuteur d élèves stagiaires. En d autres termes, pour une partie de la population, il n a pas été possible de disposer d adresses actuelles dossiers ont été envoyés aux anciens élèves des promotions de 1999 à Chaque dossier contenait un questionnaire en langue allemande et un questionnaire en langue française avec, à chaque fois, une feuille d information annexe correspondante ainsi qu une enveloppe-réponse affranchie et adressée afin de faciliter au maximum le renvoi. La très grande majorité des dossiers remplis a été retournée entre février et mars Deux rappels ont permis d augmenter encore légèrement la participation effective. 2) La participation à l étude Tout d abord, sur les 1439 envoyés, 121 dossiers (8,4 %) ont été retournés par les P&T avec la mention «destinataire inconnu». Cela signifie que nous avons réellement contacté 1318 personnes par voie postale, qui avaient donc la possibilité de répondre au questionnaire et qui constituent en fin de compte la population réellement touchée de l étude. Finalement, 502 élèves sur 1318 ont rempli et renvoyé le questionnaire. Compte tenu du nombre limité d adresses actuelles d anciens élèves dont dispose le lycée, le pourcentage de retours par rapport au nombre total d anciens élèves contactés (34,9 % de l ensemble des diplômés et 38,1 % des personnes ayant reçu le questionnaire) est appréciable et plus que satisfaisant. En effet, généralement, on estime à environ 25 % le taux moyen de participation à une étude menée par voie postale. Un pourcentage de retours encore plus élevé aurait probablement pu être atteint si nous avions disposé de plus d adresses actuelles des anciens élèves. L encodage et le traitement des réponses ont été faits, d avril à juin 2010, à l aide du programme SPSS 14.0 (2005). L échantillon des participants effectifs est-il généralement représentatif par rapport à la population? Qu en est-il de la représentativité en fonction de variables choisies? Communément, un échantillon qui comprend près de 40 % des effectifs est avec une haute probabilité généralement représentatif. En d autres termes, les informations recueillies sur sa base sont très largement applicables pour l ensemble des personnes visées, sans intégrer d autres variables relatives à la population étudiée que le nombre. La représentativité générale d un échantillon peut être affinée si on recourt à d autres variables que le seul nombre de participants (p.ex. année de promotion des élèves, sexe, âge) en comparant la

18

19 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES répartition de certaines variables, d une part dans la population, et d autre part dans l échantillon des participants effectifs. 10 Répartition par année de promotion La participation par année de promotion est plutôt équilibrée, dans le sens où le taux varie entre 27,2 % et 42,4 %, avec une moyenne de 34,9 %. Les élèves de la promotion de 2008 ont renvoyé le plus de dossiers en valeur absolue (N=80), et la promotion de 2001 est la plus élevée en valeur relative (42 sur 99, soit 42,4 %). Il faut relever que depuis les années 1990, le nombre d élèves inscrits et diplômés a constamment et considérablement augmenté. Cette évolution se montre clairement dans notre échantillon. Ainsi, moins d un tiers (30,5 %) des participants effectifs font partie des cinq premières promotions ( ), tandis que plus que deux tiers (69,5 %) sont issus des cinq dernières promotions ( ). Or, pour l ensemble des diplômés, cette relation entre les 5 premières et les 5 dernières promotions est de 32,9 % à 67,1 %. Les différences entre l ensemble des diplômés et l échantillon des participants en ce qui concerne la variable année de promotion n étant pas significatives, nous pouvons assumer que l échantillon est représentatif quant à la variable considérée. Répartition par sexe Sur 1439 anciens élèves constituant la population, on compte 201 (14 %) hommes et 1238 (86 %) femmes. Notre échantillon des participants effectifs (N=501, car une réponse manquante) se compose de 63 hommes (12,6 %) et de 438 femmes (87,4 %), soit une infime surreprésentation des femmes par rapport aux hommes. Les différences entre la population et l échantillon des participants en ce qui concerne la variable sexe n étant pas significatives, nous pouvons assumer que l échantillon est représentatif quant à la variable considérée. Répartition par âge La moyenne d âge des participants à l étude est de 26 ans et 3 mois. Les plus jeunes participants sont âgés de 21 ans et le plus âgé de 38 ans. L âge d un tiers environ des participants (32,9 %) se situe entre 21 et 24 ans, celui d un deuxième tiers environ (34,6 %) entre 25 et 27 ans et celui du tiers restant (32,5 %) entre 28 et 38 ans. Etant donné que la répartition de l âge de la population des anciens élèves n a pas été calculée, nous ne sommes pas certains que la répartition par âge soit tout à fait comparable entre l échantillon des participants effectifs et la population. Résumé En fin de compte, l échantillon peut être considéré comme généralement représentatif et représentatif par rapport aux variables année de promotion et sexe des anciens élèves.

20

21 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Quelques informations utiles pour les lecteurs 11 - Lors de la lecture, il faut absolument considérer les grands écarts numériques existant entre le nombre de lauréats des différentes promotions (de 1999 à 2008) ainsi que les parcours y afférents très diversifiés. Concrètement, comme nous avons questionné 10 promotions différentes, de 1999 à 2008, les divers parcours, professionnels et d études, sont très hétérogènes. Il faut donc veiller à la manière d interpréter les différents résultats, en prenant en compte l année d obtention du diplôme et les différences de parcours qui en découlent. - Le plus jeune participant est âgé de 21 ans (promotion 2008), et le plus âgé a 38 ans (promotion 2000) (ayant eu l occasion de faire déjà de multiples expériences professionnelles et/ou d études). - Des interprétations prudentes sont intégrées dans le texte, dans le souci d une bonne lisibilité, sous forme de commentaires, d hypothèses et de pistes de réflexion. - En dernier lieu, il importe d évoquer que le choix des différentes situations professionnelles et académiques, proposé au sein du questionnaire, a été bien réfléchi et ces situations couvrent la quasi-totalité des possibilités. Ce choix n est toutefois pas exhaustif et ne peut ainsi pas tenir compte de certains parcours «non-conventionnels» d anciens élèves qui ont alors été attribués à un des cas de figure retenus.

22

23 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES DES PARCOURS PROFESSIONNELS ET ACADEMIQUES DIFFERENCIES Rappelons ici la double finalité des études d éducateur: d une part, la préparation à la profession d éducateur, d autre part, celle aux études supérieures. Après avoir accompli les études, les anciens élèves commencent soit une carrière professionnelle, soit entament des études supérieures au Luxembourg ou à l étranger. 12 Dans la suite, nous traitons en premier lieu les questions en relation avec la carrière professionnelle des anciens élèves, puis celles qui ont trait à la carrière académique de ceux qui ont choisi de suivre des études supérieures. APPRENDRE UN METIER POUR L EXERCER PAR APRES Les questions que bon nombre de personnes intéressées au monde de l enseignement se posent, sont notamment: A quoi servent des études déterminées? A quoi mènent-elles finalement? Par rapport aux études d éducateur, il y a lieu de se demander, pour les diplômés qui ne poursuivent pas d études supérieures, 1. s ils trouvent du travail, 2. et, si c est le cas, s ils travaillent en qualité d éducateur. Le fait d être employable et de trouver effectivement un emploi, de préférence durable, revêt une importance capitale en ces temps de situation économique difficile voire de crise économique et sociale. Les investissements considérables dans l éducation et la formation scolaires des jeunes doivent, tôt ou tard, porter fruit, aussi au Luxembourg, dans le sens où ils devront permettre aux jeunes de «faire leur vie» et de devenir des membres indépendants et responsables de notre société. Dans quelles situations professionnelles et/ou académiques nos anciens élèves sont-ils actuellement? Graphique: Situations professionnelles et/ou Au moment de l étude, sur les 502 personnes ayant répondu au questionnaire, académiques des anciens élèves pas d'activité 420 (83,7 %) travaillent (12,9 %) personnes font des études supérieures, 9 (1,8 travail et études études %) allient études et travail, 8 (1,6 %) personnes n ont pas d activité. De tels résultats peuvent être qualifiés de rassurants et d encourageants. travail 5 Toutes occupations confondues: travail comme éducateur (sans poursuivre en parallèle des études), dans une fonction correspondant à des études supérieures accomplies avec succès ou dans une fonction tout à fait différente.

24

25 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Les résultats dépassent, en effet, les attentes les plus optimistes. Vu la situation économique globale et vu la fulgurante progression de diplômés dans le secteur de l action éducative et sociale, on aurait pu craindre qu un nombre nettement supérieur de nos anciens élèves n aient des difficultés à trouver un emploi. En tout cas, nous voilà un peu plus rassurés quant à la question: chaque année plus d élèves, chaque année plus de diplômés, est-ce que cela signifie que nous «produisons» des chômeurs? Toutefois, nous sommes tout à fait conscients qu il ne s agit pas là d une sorte de «chèque en blanc» pour les promotions à venir. Bien au contraire, car nous savons que les promotions de 1999 à 2008 ont pu profiter d un certain nombre de décisions politiques, d initiatives et de mesures y relatives (avant tout, l augmentation fulgurante du nombre de places pour enfants d âge préscolaire et scolaire dans les foyers de jour, les maisons relais et l éducation précoce au cours des dix années passées) qui expliquent, du moins en partie, les résultats décrits. En effet, le nombre de places offerts au Luxembourg pour enfants de cette catégorie d âge est passé de en 2003 à en 2011, une progression spectaculaire de 1076 % au cours des huit années passées (chiffres mis à disposition par le Ministère de la Famille et de la Solidarité). Nous sommes certes conscients que ces institutions de prise en charge n occupent pas exclusivement des éducateurs comme intervenants pédagogiques. Toutefois, au vu des conditions d obtention de l agrément pour gérer une telle institution publique ou privée, il y a lieu de supposer qu un grand nombre d anciens élèves a pu trouver un emploi d éducateur (CDD ou CDI) dans une telle institution au cours des dernières années. 13 Sur les 8 personnes qui n ont actuellement pas de travail rémunéré, 3 ont accompli des études supérieures et une personne les a abandonnées. 7 personnes sont de sexe féminin et le seul homme fait partie des 3 personnes ayant accompli des études supérieures. Combien de personnes exercent le métier d éducateur? Pour rappel: au moment de l étude, 429 personnes 6 ont un travail rémunéré (soit 85,5 % de l échantillon). Parmi les personnes professionnellement actives, la très grande majorité travaille comme éducateur (358, soit 83,4 % ou 5 sur 6). En d autres termes, une personne sur six qui travaillent actuellement n est pas engagée comme éducateur. Est-ce qu un tel résultat était prévisible? A vrai dire, il était plutôt difficile, au moment de la conception de l étude, de formuler une hypothèse à ce sujet. Le résultat peut être interprété comme confirmation du bien-fondé d une des deux finalités des études consistant à préparer les élèves à la profession de l éducateur. A l origine et aux débuts de la formation (de 1973 à 1990), c était même l unique finalité des études. Aujourd hui encore, certains éléments (notamment les attentes des professionnels et, en partie, des enseignants du lycée) font que cette finalité prévaut, au moins pour certaines personnes, par rapport à celle de la préparation aux études supérieures. 6 Pour calculer le nombre total des personnes qui ont un travail rémunéré, il y a lieu d additionner les 420 qui travaillent et les 9 qui allient travail et études.

26

27 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Exercer la profession d éducateur, est-ce une vocation stable? 14 Le tableau 1 montre les différents cas de figure possibles pour ce qui est de l exercice de la profession. Tableau 1: Exercice de la profession d éducateur Personnes travaillant comme éducateur N en % sans interruptions ,7 avec interruptions 50 14,0 après abandon d études supérieures 35 9,8 après réussite d études supérieures 11 3,0 études supérieures en cours 9 2,5 Total ,0 Il y a, toutefois, nécessité de tenir compte du fait que les participants à l étude n ont pas entamé leur carrière professionnelle au même moment, les premiers en 1999, les derniers en Travailler sans interruptions depuis 1999 comme éducateur signifie bien sûr autre chose qu avoir maintenu le même emploi depuis l année de promotion 2007 ou On peut se demander si la proportion des personnes (7 sur 10) qui travaillent sans interruptions depuis l obtention du diplôme comme éducateur est élevée ou non. Tout d abord, la réponse à cette question est évidemment fonction des attentes et hypothèses envisagées. Selon une vision plutôt «classique» (et vraisemblablement caduque de nos jours) de carrière professionnelle, une personne fait des études, trouve un emploi et le garde tout au long de sa carrière. En revanche, d après des études et hypothèses plus «modernes», une carrière professionnelle ne correspond plus vraiment à un parcours linéaire quasiment ininterrompu. Dans la première hypothèse, les 70,7 % ne constituent pas un pourcentage très élevé. Dans la seconde, les 70,7 % semblent être un pourcentage plutôt élevé. Retenons finalement que, sur un laps de temps d au plus dix années, près de 30 % des personnes ont opéré un changement dans leur emploi (vers un autre emploi, des études ou un arrêt temporaire ou définitif), une proportion qui souligne une certaine mobilité des personnes. Il serait très intéressant et utile de connaître plus en détail les motifs de tels changements, un sujet que nous pourrons traiter dans le cadre d un deuxième fascicule.

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes

Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes Bilan de l enquête carrière 2015 Le Master TURP, ancien DESS créé en 1992, est l une des rares formations spécialisées dans le domaine

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

L inscription dans une classe préparatoire

L inscription dans une classe préparatoire ISSN 1286-9392 www.education.fr 01.31 JUIN Si l admission en classe préparatoire est étroitement liée au parcours antérieur des élèves et à leurs résultats scolaires, les enseignants jouent un rôle important

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

Merci de le compléter soigneusement en faisant particulièrement attention aux points suivants :

Merci de le compléter soigneusement en faisant particulièrement attention aux points suivants : Cher(e) étudiant(e), Vous souhaitez vous inscrire à l Université Saint-Louis pour l année académique 2013-2014 et venez de télécharger le formulaire de demande d inscription. Merci de le compléter soigneusement

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Statistique et informatique décisionnelle de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011

Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011 Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011 RAPPORT FINAL DE SYNTHESE Ecole Supérieure des Affaires - Namur Comité des experts : M. Jean TONDEUR, président M. Laurent ARNONE, M. Alain PIEKAREK, M. Michel

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11 L Enseignement religieux au Luxembourg Sondage TNS-ILRES Juillet 08 11 5 av. Marie Thérèse L-2132 Luxembourg tél.: 44743-501 sesopi-ci@sesopi-ci.lu www.sesopi-ci.lu 978-2-9599806-3-3 Documentation Etude

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Les diplômes. Session 2008

Les diplômes. Session 2008 note d informationdécembre 09.28 À la session 2008, 444 0 diplômes de l enseignement professionnel des niveaux IV et V ont été délivrés en France par le ministère de l Éducation nationale. Ce nombre atteint

Plus en détail

L endettement chez les jeunes Rapport final

L endettement chez les jeunes Rapport final L endettement chez les jeunes Rapport final Résultats du sondage pour le secteur d Alma L école secondaire Séminaire Marie-Reine-du-Clergé ainsi que le Collège d Alma Remis au : Service budgétaire de Lac-

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 Paris, le 24 janvier 2011 - NOTE OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 L enquête réalisée sur l insertion des diplômés 2009 de Sciences Po a permis de recueillir des

Plus en détail

Les étudiants dans les écoles de management reconnues à diplôme visé en 2009-2010 Augmentation continue des effectifs

Les étudiants dans les écoles de management reconnues à diplôme visé en 2009-2010 Augmentation continue des effectifs note d 1.1 informationdécembre Enseignement supérieur & Recherche En 29-21, 87 8 étudiants suivent une formation dans l une des 84 écoles de management reconnues et habilitées à délivrer un diplôme visé,

Plus en détail

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013

de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 Portrait sommaire de l effectif infirmier du Québec 2012-2013 ÉVOLUTION ET CARACTÉRISTIQUES DE L EFFECTIF INFIRMIER Inscription au Tableau de l OIIQ Le nombre de membres se maintient à plus de 72 000 Le

Plus en détail

L éducation au Québec : L état de la situation

L éducation au Québec : L état de la situation Préscolaire Primaire Secondaire Collégial Universitaire 43101 45 509 93969 68 331 110 297 151 845 241019 251 612 240 980 251 237 L éducation au Québec : L état de la situation L éducation est un des sujets

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs Commission scolaire des Draveurs GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat Au service de la réussite de chacun N.B. Dans le présent texte, le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

N CANDIDAT IAE. N Score IAE Message (pour la FI) ADRESSE FORMATION D ORIGINE ET VILLE. cadre réservé à l administration.

N CANDIDAT IAE. N Score IAE Message (pour la FI) ADRESSE FORMATION D ORIGINE ET VILLE. cadre réservé à l administration. DOSSIER DE CANDIDATURE coller une photo (pas de scan) LILLE ECOLE UNIVERSITAIRE D E M A N A G E M E N T Master MAE MANAGEMENT ET ADMINISTRATION DES ENTREPRISES parcours MDE Management et Développement

Plus en détail

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction

Guide d entretien concernant les secrétaires de l IUT Guide d entretien concernant l assistante de direction Années universitaires : 2006-2007 Introduction I- Présentation générale du métier Polyvalence du métier Qualités requises Avantages et inconvénients Féminisation du métier II- Comparaison secteur privé

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Luxembourg Gambling Survey 2010. Enquête sur la pratique des jeux de hasard auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises

Luxembourg Gambling Survey 2010. Enquête sur la pratique des jeux de hasard auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises LXGS 2010 Luxembourg Gambling Survey 2010 Enquête sur la pratique des jeux de hasard auprès des élèves des écoles secondaires luxembourgeoises Katia Duscherer & Carlos Paulos CePT Centre de Prévention

Plus en détail

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE

chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE chapitre 1 ORIENTATION : LES ÉTUDES EN MANAGEMENT Par Christine GUESDON avec l aide de Jean TULOUP et de Mustapha BENKALFATE 8 Chapitre 1 L engouement pour les formations en management, au sein des écoles

Plus en détail

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60

Perception de l'emploi associatif. Le Mouvement Associatif. Novembre 2014. Perception de l'emploi associatif TNS 2014 48UK60 Le Mouvement Associatif Novembre 2014 1 Présentation de l enquête Méthodologie Echantillon Mode de recueil Dates de terrain Enquête en miroir : 501 jeunes représentatif des personnes âgées de 18 à 24 ans

Plus en détail

2 ème année de master

2 ème année de master 1/7 Année universitaire 2014-2015 DOSSIER DE CANDIDATURE pour une inscription en 2 ème année de master domaine Droit, Économie, Gestion mention Droit des assurances Avis de la commission DOSSIER DE CANDIDATURE

Plus en détail

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21

Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Secrétariat général de la cshep, Thunstr. 43a, 3005 Berne, tél.: 031 350 50 20, fax: 031 350 50 21 Recommandations de la CSHEP et de la CRUS pour la mise en œuvre coordonnée de la déclaration de Bologne

Plus en détail

Objet : Demande d admission à l Université de Mons Année académique 2010-2011 (Etudiants hors Union Européenne)

Objet : Demande d admission à l Université de Mons Année académique 2010-2011 (Etudiants hors Union Européenne) Objet : Demande d admission à l Université de Mons Année académique 2010-2011 (Etudiants hors Union Européenne) Madame, Mademoiselle, Monsieur, Afin de permettre l examen de votre demande d admission à

Plus en détail

Documents nécessaires pour l inscription

Documents nécessaires pour l inscription Documents nécessaires pour l inscription Annexe 2 Le dossier administratif et le dossier médical complets doivent être obligatoirement déposés au secrétariat de l école avant le 15 septembre 2013 (prendre

Plus en détail

La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014. Foire aux questions

La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014. Foire aux questions La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014 Foire aux questions Réalisée le 1 er mars 2015 Les études de kinésithérapie sont actuellement en

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Demande d inscription 2013-2014

Demande d inscription 2013-2014 Catégorie Paramédicale - Département Gilly Demande d inscription 2013-2014 Cette demande d inscription ne devient définitive qu après analyse par nos soins de votre dossier complet et paiement des frais

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

INSCRIPTION DES ETUDIANTS NON- RESIDENTS EN BELGIQUE

INSCRIPTION DES ETUDIANTS NON- RESIDENTS EN BELGIQUE ACTUEL NORD-PAS DE CALAIS Centre Régional Information Jeunesse Nord-Pas de Calais 2, rue Nicolas Leblanc - 59000 LILLE Tél. : 03.20.12.87.30 - Fax : 03.20.12.87.31 - www.crij-npdc.asso.fr Information Jeunesse

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Management public de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Inscription Prépa Concours

Inscription Prépa Concours Inscription Prépa Concours Le dossier d inscription comporte 3 pages. Vous devez les compléter, et joindre les pièces demandées. Le justificatif de responsabilité civile est nécessaire pour effectuer le

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Anthony, ingénieur d études diplômé d un Master Réseaux, application documentaire, ingénierie et sécurité Les métiers de l Informatique Le domaine Sciences, Technologies, Santé

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010

Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 Evaluation du cursus «Information et communication» 2009-2010 RAPPORT FINAL DE SYNTHÈSE Université de Liège (ULg) Comité des experts : M. Pascal LARDELLIER, président, M. Mihai COMAN, M. Frank PEETERS,

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Dossier de. candidature PROGRAMME MASTER GRANDE ÉCOLE - ESC MONTPELLIER CONCOURS INTERNATIONAL NOM... Prénom... Année académique...

Dossier de. candidature PROGRAMME MASTER GRANDE ÉCOLE - ESC MONTPELLIER CONCOURS INTERNATIONAL NOM... Prénom... Année académique... Dossier de candidature PROGRAMME MASTER GRANDE ÉCOLE - ESC MONTPELLIER CONCOURS INTERNATIONAL EXCLUSIF! 32 ème Meilleur Master in Management dans le Monde (Classement Financial Times Septembre 2014) NOM.

Plus en détail

GESTION, ADMINISTRATION

GESTION, ADMINISTRATION GESTION, ADMINISTRATION A vec 73 5 emplois et 9,8 % des actifs, les métiers de la gestion et de l administration des entreprises constituent le troisième domaine professionnel dans la région, un rang identique

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY Inscriptions Dès maintenant sur rendez-vous Contactez-nous Mme CHAREYRON - Chef d établissement Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY 02 38 44 51 25 02 38 44 14 62 RENTREE 2011 Ouverture

Plus en détail

Des aides financières discriminatoires?

Des aides financières discriminatoires? Des aides financières discriminatoires? L arrêt de la Cour de justice de l Union européenne dans l affaire Elodie Giersch et autres contre État du Grand-Duché de Luxembourg Prof. Dr. Jörg Gerkrath, Professeur

Plus en détail

RELEVE DE DECISIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION. Séance du mardi 18 novembre 2014 1 ORDRE DU JOUR

RELEVE DE DECISIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION. Séance du mardi 18 novembre 2014 1 ORDRE DU JOUR RELEVE DE DECISIONS DU CONSEIL D ADMINISTRATION Séance du mardi 18 novembre 2014 1 ORDRE DU JOUR 1. Approbation du procès-verbal du conseil d administration du 21 octobre 2014 2. Prorogation de la Fondation

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences et techniques des activités physiques et sportives de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Licence Economie-gestion

Licence Economie-gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Economie-gestion Université Pierre Mendes France - Grenoble - UPMF Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1

Plus en détail

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?»

«L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» «L utilisation d un intranet permet-il la mise en place d un travail collaboratif et/ou coopératifs? Pour quelles compétences?» Introduction Le travail que nous présentons ici repose sur une expérience

Plus en détail

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système

Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Analyse complémentaire Réforme du régime d assurance chômage des Intermittents. Evaluation quantitative du nombre d intermittents exclus du système Cette analyse porte sur une étude statistique permettant

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLOME

SUPPLEMENT AU DIPLOME SUPPLEMENT AU DIPLOME Préambule : «Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l Europe et l UNESCO/CEPES. Le supplément vise à fournir des données

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

Master Santé publique

Master Santé publique Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Santé publique Université Toulouse III- Paul Sabatier- UPS (déposant) Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé de gestion patrimoniale immobilière de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Point de situation sur la réforme du lycée. I. Les faiblesses du lycée actuel et la nécessité de le réformer

Point de situation sur la réforme du lycée. I. Les faiblesses du lycée actuel et la nécessité de le réformer 1 Point de situation sur la réforme du lycée I. Les faiblesses du lycée actuel et la nécessité de le réformer Sur le diagnostic et la problématique de départ, l essentiel du travail est fait. D une part,

Plus en détail

Préparation au concours d aide-soignant

Préparation au concours d aide-soignant Préparation au concours d aide-soignant Le métier Il contribue à une prise en charge globale des personnes en liaison avec les autres intervenants au sein d une équipe pluridisciplinaire, en milieu hospitalier

Plus en détail

NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE NOTICE POUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Cerfa FA14 Avant de conclure un contrat d apprentissage, renseignez-vous sur les règles applicables au contrat ainsi que les dispositions particulières prévues dans

Plus en détail