Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES"

Transcription

1 Les cahiers du LTPES Septembre 2012 Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Une étude sur une décennie de promotions ( ) WELSCHBILLIG, Henry R. & PRUSSEN, Paul L. HEINZ, Caroline, KANDEL, Sylvie & SCHWARTZ, Luc

2

3 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Impressum Rédaction: WELSCHBILLIG, Henry R. & PRUSSEN, Paul L. HEINZ, Caroline, KANDEL, Sylvie & SCHWARTZ, Luc Mise en page: insitu-creation-edition Impression: Imprimerie Reka Septembre 2012, Lycée Technique pour Professions Educatives et Sociales

4

5 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES PREFACE DE LA DIRECTION DU LYCEE Au Luxembourg, force est de constater qu il existe une sérieuse carence de connaissances sur le développement, passé et actuel, de l action éducative et sociale ainsi que sur les acteurs professionnels. L analyse qui en est faite est plutôt intuitive que scientifique et laisse, de ce fait, beaucoup de place à des interprétations subjectives et donc réduites. Aussi arrive-t-il régulièrement que des personnes (privées ou même publiques) donnent à leurs expériences et opinions personnelles la forme d affirmations générales, créant ou encourageant ainsi des préjugés aux conséquences souvent néfastes. 3 Directement concerné par ce phénomène et soucieux de ne pas en rester là, notre lycée a réagi par le biais de toute une série d activités et de mesures. Depuis 2005, le LTPES recueille chaque année des données systématiques sur les projets d avenir de tous les élèves d année terminale ainsi que sur la situation des mêmes élèves quelque neuf mois après l obtention de leurs diplômes. En septembre 2006, le lycée a présenté les résultats d une étude s adressant aux anciens élèves 1 des promotions 1999 à 2004 leur demandant des informations par rapport à leur situation professionnelle ou d études au moment-même de la recherche (2006), donc entre une et cinq années après avoir obtenu le diplôme. Finalement en 2010, nous avons entrepris la présente étude sur le parcours professionnel et d études de nos anciens élèves ayant terminé leurs études entre 1999 et Cette étude ne se limite pas à étudier la situation professionnelle et d études de ces personnes au moment-même de notre recherche (comme notre étude présentée en septembre 2006), mais elle s intéresse délibérément à l aspect temporel, à la progression de leurs carrières, de leurs éventuels changements d institutions et de champs de travail ainsi qu à leur poursuite d études supérieures, soit tout de suite après le bac ou ultérieurement. A présent, nous sommes fiers et heureux de pouvoir présenter les premiers résultats de cette étude. Pourquoi une étude sur le parcours professionnel et académique des anciens élèves? Connaître et suivre les parcours des anciens élèves pour mieux organiser les études des élèves actuels et préparer leur avenir, voilà le défi que nous nous sommes posé à l origine de la présente étude. En effet, quiconque a pour mission de concevoir et d organiser des études, de quel niveau qu elles soient, est, tôt ou tard, confronté à la question essentielle à quoi elles vont et doivent finalement servir et sur quoi elles débouchent en réalité. Dans notre domaine, celui de la profession et de la formation d éducateur au Luxembourg, il est utile et nécessaire de considérer un certain nombre de facteurs. En premier lieu, depuis leurs débuts en 1972, les études ont connu un essor extraordinaire marqué, entre autres, par des effectifs sans cesse croissants d élèves et de diplômés, des champs de travail très dynamiques et hautement expansifs, des disciplines scientifiques et techniques en évolution permanente. 1 Dans la suite du texte les termes «anciens élèves» et «éducateurs» désignent communément les élèves masculins et féminins qui ont obtenu le diplôme de fin d études secondaires techniques et le diplôme d Etat d éducateur.

6

7 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Ensuite, les caractéristiques mêmes de la profession et, par ricochet, de la formation nous interpellent, dans le sens où les attentes et exigences envers les facteurs professionnels ne cessent de croître et de changer, rendant indispensables un engagement accru, une gestion plus parfaite des risques ou encore un ressourcement tout au long d une carrière professionnelle. 4 Par ailleurs, il n existe au Luxembourg qu un seul endroit de formation des éducateurs (anciens instituts (IFEM et IEES), actuel lycée technique spécialisé (LTPES)), - une sorte à la fois de privilège et de grande responsabilité. Il ne s agit toutefois pas d un monopole de formation car les diplômes correspondants étrangers donnent, en vertu de la libre circulation des travailleurs, également accès au marché du travail autochtone. Finalement, la double finalité de préparation à la fois à la vie active et aux études supérieures, propre à toutes les divisions du cycle supérieur de l enseignement secondaire technique (EST), offre, après les études au IEES/LTPES, la possibilité de parcours professionnels et d études supérieures divers et variés. A qui s adresse l étude et quels en sont les objectifs? Les informations recueillies, les résultats, analyses et interprétations sont destinés d une part à un large public intéressé par les études secondaires en général et par les études et la profession d éducateur en particulier, d autre part aux professionnels de l action éducative et sociale et aux professionnels de l enseignement. Notre objectif est multiple: - informer sur un sujet pas ou peu connu, - suivre le parcours professionnel de nos anciens élèves pour lequel notre lycée tient une part de responsabilité, - analyser et comprendre les trajectoires multiples et variées des diplômés, - renseigner et orienter les futurs élèves et leurs parents sur les possibilités et limites des études et de la profession, - montrer, à l aide d une étude centrée sur les parcours professionnels et d études d éducateur, la pertinence d études similaires à effectuer auprès des bacheliers des autres divisions et sections de l ES et de l EST, - contribuer aux discussions et décisions en matière de politique éducative, sociale et familiale. Le fruit d un effort collectif et d un travail d équipe Dès à présent, nous aimerions remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué sous différentes formes à l étude. En premier lieu Caroline Heinz, Sylvie Kandel et Luc Schwartz, professeurs de sciences de l EST au LTPES qui ont mis leur haute compétence, leur grande ouverture d esprit et leur réel engagement au service de la présente étude. Soient félicités ensuite pour leur travail précieux les experts internes (personnel du lycée) et externes 2 au LTPES qui ont collaboré aux travaux de validation du questionnaire. 2 Les experts internes: Marianne Bauer-Tischleder, Geneviève Bender, Théo Ecker, Anouk Jadin, Martine Lanners, Sylvie Majerus / Les experts externes: Manuel Achten, Raymond Ceccotto, Michel Krier, Jos Matheis

8

9 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Par ailleurs, le personnel administratif du lycée a joué un rôle important lors de la détermination de la population, de l envoi des questionnaires et de leur dépouillement et nous lui en sommes reconnaissants. 5 L encodage des données fut réalisé par Christelle Heine, sous la supervision de Sylvie Kandel, et nous les en remercions. Un grand merci de notre part à Anouk Jadin, professeur de français du LTPES, pour son très précieux travail de correction du questionnaire et de l étude. Finalement, il nous tient particulièrement à cœur de remercier les très nombreux anciens élèves qui ont participé à notre étude; leurs réponses inspirent les dirigeants du lycée dans leurs efforts d optimiser les études d éducateur. Sans l expertise, le soin, l engagement et l enthousiasme de toutes ces personnes, la présente étude n aurait pas été possible: c est le fruit d un effort collectif et d un travail d équipe. Henry R. Welschbillig Directeur Paul L. Prussen Directeur adjoint

10

11 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES EN GUISE D INTRODUCTION Pour le métier d éducateur, le début de cette décennie 2010 représente à la fois une date anniversaire, puisque quelque quarante ans plus tôt a été mis en place le stage de formation pour moniteurs d éducation différenciée et institué un diplôme de fin de stage, précurseur des actuels diplôme de fin d études secondaires technique et diplôme d Etat d éducateur et aussi un moment charnière. La formation initiale de ces professionnels sera sous peu profondément réformée et reconstruite autour de référentiels professionnel et de formation nouvellement élaborés. 6 Une excellente occasion, à notre avis, de s arrêter sur cette profession et ces études qui se trouvent à la croisée des chemins, et de tenter de dresser un état des lieux intermédiaire. Nous sommes confrontés à un métier en plein essor à la fois quantitatif et qualitatif depuis ses débuts, dans les années En effet, depuis la première promotion en 1972 d une dizaine d élèves «pionniers» jusqu en 2011/12 où près de 900 élèves sont inscrits au lycée spécialisé et où des milliers de personnes travaillent dans le secteur de l action éducative et sociale au pays, il y a eu une foule impressionnante d évolutions, de changements et de mouvements. Il est communément admis que la profession de l éducateur est une profession caractérisée, par excellence, par la mobilité, à la fois horizontale et verticale. L absence d un profil professionnel unitaire mais, en revanche, l existence de profils professionnels pluriels, avec les exigences plurielles qui en découlent, auront finalement sans doute obligé et amené les professionnels, tout au long du chemin collectif et individuel, à s adapter en permanence, sur la base de leurs compétences centrales comme professionnels de la communication et de la relation. Il s agit en l occurrence des facultés d établir et de maintenir des relations humaines durables et «porteuses», de communiquer de manière complexe avec de nombreuses personnes prises en charge et de coopérer avec de nombreux autres professionnels ou encore d innover sans cesse en matière de prise en charge éducative et sociale. Dans une dimension plutôt transversale (ou horizontale), nous avons connu notamment une éclosion continuelle de nouveaux créneaux d intervention, en dépit (ou même peut-être en raison) de crises économiques et financières, ainsi qu une transition de l action originelle, exclusivement ou essentiellement éducative en faveur des enfants présentant un handicap, vers une action éducative et sociale actuelle, plus généralisée et globale, avec une multitude de champs d intervention différenciés. Dans une dimension d ascension verticale lors de la carrière professionnelle, il est à observer qu en raison du caractère général et polyvalent de ses études initiales de plus en plus reconnues, l éducateur peut accéder lors de sa carrière professionnelle à des postes de responsabilité accrue, moyennant bien sûr des efforts de formation continue spécifique. Nous verrons dans le cadre de la présente étude si ces mouvements verticaux en matière de carrière se répercutent et se concrétisent effectivement sur les parcours post-études de nos anciens élèves. «Aujourd hui, on ne fait plus carrière dans une même entreprise A l avenir, personne ne connaîtra de parcours linéaire» Un discours souvent entendu ces dernières années dans divers secteurs de travail au Luxembourg comme à l étranger. S agit-il d idées reçues ou d une réalité, aussi (ou même surtout) pour la profession de l éducateur? A nouveau, nous avons espoir d en savoir un peu plus à travers les résultats de l étude menée.

12

13 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Depuis ses origines, le métier d éducateur et d éducatrice est, avant tout, un métier appris et exercé par des femmes. Ont-elles des parcours franchement différents de ceux des hommes? Et comment arrivent-ils et elles à allier vie professionnelle et vie familiale? 7 Qu en est-il, en outre, du statut et du rôle de l éducateur et de l éducatrice dans la société? Que peuton espérer dans ce contexte pour une profession qui reste somme toute assez jeune? Là encore, notre étude, sans être complète et exhaustive, peut donner quelques indications sur ce sujet qui seront présentées au sein d un deuxième fascicule 3 à un moment ultérieur. Finalement, dans quelle mesure notre établissement arrive-t-il à remplir sa mission formative de poursuivre la double finalité des études, à savoir la préparation à la vie active et aux études supérieures? En d autres termes, comment se comportent nos anciens élèves en termes de parcours et de réussite tant dans le monde du travail que dans celui des études supérieures? Voilà des exemples de questions que nous nous posons régulièrement. Il en existe bien sûr toute une foule d autres. Nous verrons dans la suite que notre étude permet d y répondre, du moins partiellement. 3 Le présent fascicule est le premier d une série. Vu que le matériel de données récolté au sein de notre étude est particulièrement riche, un nombre substantiel de questions reste à traiter et à approfondir (cf. p. 28).

14

15 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES REALISER UNE ETUDE SUR LES PARCOURS POST- ETUDES DES ANCIENS ELEVES Dès 2004, nous avons systématiquement sondé à la fois les projets d avenir et les premières concrétisations (quelque neuf mois après l obtention du bac) des bacheliers, élèves de 14e, ainsi que des diplômés de l ancien IEES / du LTPES. 8 Plus tard, l idée nous est venue de faire une étude centrée sur le devenir de chaque diplômé depuis l année L étude menée est de type transversal, axée sur l aspect temporel voire séquentiel, étant donné que les participants sont invités à fournir des informations sur leur biographie professionnelle et académique. L ensemble des personnes ayant suivi avec succès les études au LTPES depuis la promotion 1999 pourrait, en outre, être recontacté à un moment ultérieur pour élucider la poursuite de leurs parcours respectifs. C est en avril 2009 que les premières idées se sont concrétisées. Le principal souci a été non seulement de décrire les situations professionnelles actuelles des anciens élèves, mais de s intéresser au parcours professionnel et académique de chacun, en essayant de le retracer (à travers des questions ouvertes et fermées) et en créant des cas de figure correspondant aux situations de vie des participants. La finalité de notre étude de parcours est donc de connaître à la fois les situations professionnelles, les changements, la nature des changements, les compétences indispensables au quotidien ainsi que les attitudes des anciens face à la formation continue («lifelong learning») (des informations au sujet des deux derniers points seront publiées dans un deuxième fascicule). L instrument à la base, le questionnaire a) Son élaboration Le questionnaire a été élaboré sur une période de sept mois (de juillet 2009 à janvier 2010). La version française a d abord été finalisée, ensuite le questionnaire a été traduit en langue allemande pour pouvoir répondre aux compétences et aisances langagières présumées des anciens élèves. Un choix qui s est avéré juste: la majorité des questionnaires renvoyés étaient en langue allemande. b) Sa validation interne et externe En décembre 2009, le questionnaire a été soumis à une procédure d expertise et de validation externe (professionnels du secteur socio-éducatif) et interne (enseignants) au LTPES 4. Les nombreuses propositions émanant des experts ont été intégrées, et le questionnaire a pu être définitivement validé à la fin du mois de janvier L envoi aux élèves ayant obtenu le diplôme de fin d études secondaires techniques entre 1999 et 2008 a été réalisé en janvier La population et la participation effective à l étude 1) La population interrogée L ensemble des élèves qui ont obtenu entre 1999 et 2008 le diplôme de fin d études secondaires techniques, section de l éducateur, et le diplôme d Etat d éducateur, constituent la population de l étude. Il s agit de 1439 anciens élèves, dont 201 hommes (14 %) et 1238 femmes (86 %). La propor- 4 Cf. p. 4

16

17 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES tion hommes/femmes varie selon l année de promotion: entre 7,6 % (2002) et 18,1 % (2007) pour les hommes, entre 81,9 % et 92,4 % pour les femmes. 9 L envoi des questionnaires a été fait sur base des adresses connues de l administration du lycée. D une part, d anciennes adresses des élèves du temps de leurs études (domicile des parents), d autre part, les adresses actuelles des anciens élèves assurant actuellement la fonction de tuteur d élèves stagiaires. En d autres termes, pour une partie de la population, il n a pas été possible de disposer d adresses actuelles dossiers ont été envoyés aux anciens élèves des promotions de 1999 à Chaque dossier contenait un questionnaire en langue allemande et un questionnaire en langue française avec, à chaque fois, une feuille d information annexe correspondante ainsi qu une enveloppe-réponse affranchie et adressée afin de faciliter au maximum le renvoi. La très grande majorité des dossiers remplis a été retournée entre février et mars Deux rappels ont permis d augmenter encore légèrement la participation effective. 2) La participation à l étude Tout d abord, sur les 1439 envoyés, 121 dossiers (8,4 %) ont été retournés par les P&T avec la mention «destinataire inconnu». Cela signifie que nous avons réellement contacté 1318 personnes par voie postale, qui avaient donc la possibilité de répondre au questionnaire et qui constituent en fin de compte la population réellement touchée de l étude. Finalement, 502 élèves sur 1318 ont rempli et renvoyé le questionnaire. Compte tenu du nombre limité d adresses actuelles d anciens élèves dont dispose le lycée, le pourcentage de retours par rapport au nombre total d anciens élèves contactés (34,9 % de l ensemble des diplômés et 38,1 % des personnes ayant reçu le questionnaire) est appréciable et plus que satisfaisant. En effet, généralement, on estime à environ 25 % le taux moyen de participation à une étude menée par voie postale. Un pourcentage de retours encore plus élevé aurait probablement pu être atteint si nous avions disposé de plus d adresses actuelles des anciens élèves. L encodage et le traitement des réponses ont été faits, d avril à juin 2010, à l aide du programme SPSS 14.0 (2005). L échantillon des participants effectifs est-il généralement représentatif par rapport à la population? Qu en est-il de la représentativité en fonction de variables choisies? Communément, un échantillon qui comprend près de 40 % des effectifs est avec une haute probabilité généralement représentatif. En d autres termes, les informations recueillies sur sa base sont très largement applicables pour l ensemble des personnes visées, sans intégrer d autres variables relatives à la population étudiée que le nombre. La représentativité générale d un échantillon peut être affinée si on recourt à d autres variables que le seul nombre de participants (p.ex. année de promotion des élèves, sexe, âge) en comparant la

18

19 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES répartition de certaines variables, d une part dans la population, et d autre part dans l échantillon des participants effectifs. 10 Répartition par année de promotion La participation par année de promotion est plutôt équilibrée, dans le sens où le taux varie entre 27,2 % et 42,4 %, avec une moyenne de 34,9 %. Les élèves de la promotion de 2008 ont renvoyé le plus de dossiers en valeur absolue (N=80), et la promotion de 2001 est la plus élevée en valeur relative (42 sur 99, soit 42,4 %). Il faut relever que depuis les années 1990, le nombre d élèves inscrits et diplômés a constamment et considérablement augmenté. Cette évolution se montre clairement dans notre échantillon. Ainsi, moins d un tiers (30,5 %) des participants effectifs font partie des cinq premières promotions ( ), tandis que plus que deux tiers (69,5 %) sont issus des cinq dernières promotions ( ). Or, pour l ensemble des diplômés, cette relation entre les 5 premières et les 5 dernières promotions est de 32,9 % à 67,1 %. Les différences entre l ensemble des diplômés et l échantillon des participants en ce qui concerne la variable année de promotion n étant pas significatives, nous pouvons assumer que l échantillon est représentatif quant à la variable considérée. Répartition par sexe Sur 1439 anciens élèves constituant la population, on compte 201 (14 %) hommes et 1238 (86 %) femmes. Notre échantillon des participants effectifs (N=501, car une réponse manquante) se compose de 63 hommes (12,6 %) et de 438 femmes (87,4 %), soit une infime surreprésentation des femmes par rapport aux hommes. Les différences entre la population et l échantillon des participants en ce qui concerne la variable sexe n étant pas significatives, nous pouvons assumer que l échantillon est représentatif quant à la variable considérée. Répartition par âge La moyenne d âge des participants à l étude est de 26 ans et 3 mois. Les plus jeunes participants sont âgés de 21 ans et le plus âgé de 38 ans. L âge d un tiers environ des participants (32,9 %) se situe entre 21 et 24 ans, celui d un deuxième tiers environ (34,6 %) entre 25 et 27 ans et celui du tiers restant (32,5 %) entre 28 et 38 ans. Etant donné que la répartition de l âge de la population des anciens élèves n a pas été calculée, nous ne sommes pas certains que la répartition par âge soit tout à fait comparable entre l échantillon des participants effectifs et la population. Résumé En fin de compte, l échantillon peut être considéré comme généralement représentatif et représentatif par rapport aux variables année de promotion et sexe des anciens élèves.

20

21 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Quelques informations utiles pour les lecteurs 11 - Lors de la lecture, il faut absolument considérer les grands écarts numériques existant entre le nombre de lauréats des différentes promotions (de 1999 à 2008) ainsi que les parcours y afférents très diversifiés. Concrètement, comme nous avons questionné 10 promotions différentes, de 1999 à 2008, les divers parcours, professionnels et d études, sont très hétérogènes. Il faut donc veiller à la manière d interpréter les différents résultats, en prenant en compte l année d obtention du diplôme et les différences de parcours qui en découlent. - Le plus jeune participant est âgé de 21 ans (promotion 2008), et le plus âgé a 38 ans (promotion 2000) (ayant eu l occasion de faire déjà de multiples expériences professionnelles et/ou d études). - Des interprétations prudentes sont intégrées dans le texte, dans le souci d une bonne lisibilité, sous forme de commentaires, d hypothèses et de pistes de réflexion. - En dernier lieu, il importe d évoquer que le choix des différentes situations professionnelles et académiques, proposé au sein du questionnaire, a été bien réfléchi et ces situations couvrent la quasi-totalité des possibilités. Ce choix n est toutefois pas exhaustif et ne peut ainsi pas tenir compte de certains parcours «non-conventionnels» d anciens élèves qui ont alors été attribués à un des cas de figure retenus.

22

23 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES DES PARCOURS PROFESSIONNELS ET ACADEMIQUES DIFFERENCIES Rappelons ici la double finalité des études d éducateur: d une part, la préparation à la profession d éducateur, d autre part, celle aux études supérieures. Après avoir accompli les études, les anciens élèves commencent soit une carrière professionnelle, soit entament des études supérieures au Luxembourg ou à l étranger. 12 Dans la suite, nous traitons en premier lieu les questions en relation avec la carrière professionnelle des anciens élèves, puis celles qui ont trait à la carrière académique de ceux qui ont choisi de suivre des études supérieures. APPRENDRE UN METIER POUR L EXERCER PAR APRES Les questions que bon nombre de personnes intéressées au monde de l enseignement se posent, sont notamment: A quoi servent des études déterminées? A quoi mènent-elles finalement? Par rapport aux études d éducateur, il y a lieu de se demander, pour les diplômés qui ne poursuivent pas d études supérieures, 1. s ils trouvent du travail, 2. et, si c est le cas, s ils travaillent en qualité d éducateur. Le fait d être employable et de trouver effectivement un emploi, de préférence durable, revêt une importance capitale en ces temps de situation économique difficile voire de crise économique et sociale. Les investissements considérables dans l éducation et la formation scolaires des jeunes doivent, tôt ou tard, porter fruit, aussi au Luxembourg, dans le sens où ils devront permettre aux jeunes de «faire leur vie» et de devenir des membres indépendants et responsables de notre société. Dans quelles situations professionnelles et/ou académiques nos anciens élèves sont-ils actuellement? Graphique: Situations professionnelles et/ou Au moment de l étude, sur les 502 personnes ayant répondu au questionnaire, académiques des anciens élèves pas d'activité 420 (83,7 %) travaillent (12,9 %) personnes font des études supérieures, 9 (1,8 travail et études études %) allient études et travail, 8 (1,6 %) personnes n ont pas d activité. De tels résultats peuvent être qualifiés de rassurants et d encourageants. travail 5 Toutes occupations confondues: travail comme éducateur (sans poursuivre en parallèle des études), dans une fonction correspondant à des études supérieures accomplies avec succès ou dans une fonction tout à fait différente.

24

25 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Les résultats dépassent, en effet, les attentes les plus optimistes. Vu la situation économique globale et vu la fulgurante progression de diplômés dans le secteur de l action éducative et sociale, on aurait pu craindre qu un nombre nettement supérieur de nos anciens élèves n aient des difficultés à trouver un emploi. En tout cas, nous voilà un peu plus rassurés quant à la question: chaque année plus d élèves, chaque année plus de diplômés, est-ce que cela signifie que nous «produisons» des chômeurs? Toutefois, nous sommes tout à fait conscients qu il ne s agit pas là d une sorte de «chèque en blanc» pour les promotions à venir. Bien au contraire, car nous savons que les promotions de 1999 à 2008 ont pu profiter d un certain nombre de décisions politiques, d initiatives et de mesures y relatives (avant tout, l augmentation fulgurante du nombre de places pour enfants d âge préscolaire et scolaire dans les foyers de jour, les maisons relais et l éducation précoce au cours des dix années passées) qui expliquent, du moins en partie, les résultats décrits. En effet, le nombre de places offerts au Luxembourg pour enfants de cette catégorie d âge est passé de en 2003 à en 2011, une progression spectaculaire de 1076 % au cours des huit années passées (chiffres mis à disposition par le Ministère de la Famille et de la Solidarité). Nous sommes certes conscients que ces institutions de prise en charge n occupent pas exclusivement des éducateurs comme intervenants pédagogiques. Toutefois, au vu des conditions d obtention de l agrément pour gérer une telle institution publique ou privée, il y a lieu de supposer qu un grand nombre d anciens élèves a pu trouver un emploi d éducateur (CDD ou CDI) dans une telle institution au cours des dernières années. 13 Sur les 8 personnes qui n ont actuellement pas de travail rémunéré, 3 ont accompli des études supérieures et une personne les a abandonnées. 7 personnes sont de sexe féminin et le seul homme fait partie des 3 personnes ayant accompli des études supérieures. Combien de personnes exercent le métier d éducateur? Pour rappel: au moment de l étude, 429 personnes 6 ont un travail rémunéré (soit 85,5 % de l échantillon). Parmi les personnes professionnellement actives, la très grande majorité travaille comme éducateur (358, soit 83,4 % ou 5 sur 6). En d autres termes, une personne sur six qui travaillent actuellement n est pas engagée comme éducateur. Est-ce qu un tel résultat était prévisible? A vrai dire, il était plutôt difficile, au moment de la conception de l étude, de formuler une hypothèse à ce sujet. Le résultat peut être interprété comme confirmation du bien-fondé d une des deux finalités des études consistant à préparer les élèves à la profession de l éducateur. A l origine et aux débuts de la formation (de 1973 à 1990), c était même l unique finalité des études. Aujourd hui encore, certains éléments (notamment les attentes des professionnels et, en partie, des enseignants du lycée) font que cette finalité prévaut, au moins pour certaines personnes, par rapport à celle de la préparation aux études supérieures. 6 Pour calculer le nombre total des personnes qui ont un travail rémunéré, il y a lieu d additionner les 420 qui travaillent et les 9 qui allient travail et études.

26

27 Les cahiers du LTPES Le parcours professionnel et académique des anciens élèves de l IEES et du LTPES Exercer la profession d éducateur, est-ce une vocation stable? 14 Le tableau 1 montre les différents cas de figure possibles pour ce qui est de l exercice de la profession. Tableau 1: Exercice de la profession d éducateur Personnes travaillant comme éducateur N en % sans interruptions ,7 avec interruptions 50 14,0 après abandon d études supérieures 35 9,8 après réussite d études supérieures 11 3,0 études supérieures en cours 9 2,5 Total ,0 Il y a, toutefois, nécessité de tenir compte du fait que les participants à l étude n ont pas entamé leur carrière professionnelle au même moment, les premiers en 1999, les derniers en Travailler sans interruptions depuis 1999 comme éducateur signifie bien sûr autre chose qu avoir maintenu le même emploi depuis l année de promotion 2007 ou On peut se demander si la proportion des personnes (7 sur 10) qui travaillent sans interruptions depuis l obtention du diplôme comme éducateur est élevée ou non. Tout d abord, la réponse à cette question est évidemment fonction des attentes et hypothèses envisagées. Selon une vision plutôt «classique» (et vraisemblablement caduque de nos jours) de carrière professionnelle, une personne fait des études, trouve un emploi et le garde tout au long de sa carrière. En revanche, d après des études et hypothèses plus «modernes», une carrière professionnelle ne correspond plus vraiment à un parcours linéaire quasiment ininterrompu. Dans la première hypothèse, les 70,7 % ne constituent pas un pourcentage très élevé. Dans la seconde, les 70,7 % semblent être un pourcentage plutôt élevé. Retenons finalement que, sur un laps de temps d au plus dix années, près de 30 % des personnes ont opéré un changement dans leur emploi (vers un autre emploi, des études ou un arrêt temporaire ou définitif), une proportion qui souligne une certaine mobilité des personnes. Il serait très intéressant et utile de connaître plus en détail les motifs de tels changements, un sujet que nous pourrons traiter dans le cadre d un deuxième fascicule.

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour accéder au marché de l emploi

Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour accéder au marché de l emploi Centre de ressources et de recrutement pour les jeunes diplômés issus de l immigration Lancement d une enquête AFIP dans le cadre du colloque Diversité + Université = Chômage? Freins et perspectives pour

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Après un Master 2. Après un Master 2. Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage. Devenir des diplômés Promotion 2010

Après un Master 2. Après un Master 2. Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage. Devenir des diplômés Promotion 2010 Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après un Master 2 Après un Master 2 Devenir des diplômés

Plus en détail

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse

«Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse DOSSIER DE PRESSE Paris, le 3 décembre 2013 «Formations et Emploi» Sommaire du dossier de presse Fiche «Vue d ensemble» Face à la crise, le diplôme protège du chômage et favorise l accès à la formation

Plus en détail

Transition École Vie Active

Transition École Vie Active Transition École Vie Active Analyse de l insertion professionnelle des élèves de l enseignement secondaire technique : le Certificat d initiation technique et professionnelle et le Certificat de capacité

Plus en détail

Sondage 2015 auprès des finissants en génie Rapport sur l Ouest du Canada* Réalisé par Ipsos Reid pour Ingénieurs Canada

Sondage 2015 auprès des finissants en génie Rapport sur l Ouest du Canada* Réalisé par Ipsos Reid pour Ingénieurs Canada Sondage 2015 auprès des finissants en génie Rapport sur l Ouest du Canada* Réalisé par Ipsos Reid pour Ingénieurs Canada Août 2015 *Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan et Manitoba Table des matières

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim

Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi. juin 2013. Regards croisés sur l intérim Les dossiers de l Observatoire des Métiers et de l Emploi juin 2013 Regards croisés sur l intérim regards croisés sur l intérim L Observatoire des Métiers et de l Emploi s est vu confier, depuis 2008,

Plus en détail

LYCÉE TECHNIQUE POUR PROFESSIONS ÉDUCATIVES ET SOCIALES (LTPES) En attendant la construction du nouveau Campus LTPES-NL à Mersch

LYCÉE TECHNIQUE POUR PROFESSIONS ÉDUCATIVES ET SOCIALES (LTPES) En attendant la construction du nouveau Campus LTPES-NL à Mersch LYCÉE TECHNIQUE POUR PROFESSIONS ÉDUCATIVES ET SOCIALES (LTPES) En attendant la construction du nouveau Campus LTPES-NL à Mersch Paul L. Prussen & Henry R. Welschbillig 1 Dans le cadre d une procédure

Plus en détail

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région

GREF. Bretagne IROISE CHÈQUE FORCE. Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force. Contrat de projets. Etat-Région GREF Bretagne CHÈQUE FORCE Insertion à 6 mois des bénéficiaires du Chèque Force Contrat de projets Etat-Région Septembre 2012 PÉRIMÈTRE DE L ÉTUDE Le Chèque Force est une aide individuelle du Conseil Régional

Plus en détail

Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes

Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes Master 2 Professionnel Transports Urbains et Régionaux de Personnes Bilan de l enquête carrière 2015 Le Master TURP, ancien DESS créé en 1992, est l une des rares formations spécialisées dans le domaine

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

Qui conduit un taxi au Canada?

Qui conduit un taxi au Canada? Qui conduit un taxi au Canada? Li Xu Mars 2012 Recherche et Évaluation Les opinions exprimées dans le présent document sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de Citoyenneté et

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence»

Rapport sur l offre de formation «licence» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E - 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007

Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 2007 OVE résultats Observatoire de la Vie Étudiante de l Université de Provence (Aix-Marseille I) www.up.univ-mrs.fr/ove Numéro 13 Mai 27 Devenir des diplômés de DUT 24, 24 mois après l obtention du diplôme

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Administration publique de l Université de la Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

Le ministère de l Éducation nationale

Le ministère de l Éducation nationale ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.25 AOÛT Les taux d obtention d un DEUG, d un DUT ou d un BTS, deux ans après le baccalauréat, varient de 64 % pour le DUT à 57 % pour le BTS et 37 %

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Panorama de l Economie Sociale et Solidaire à la Martinique L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE A LA MARTINIQUE : un secteur très féminisé qui représente 9 % de l emploi salarié total Février 2012 En 2009,

Plus en détail

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011

insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 n o 19 2015 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2011 TAUX D INSERTION 77,4 % PART DES EMPLOIS STABLES 67,8% PART DE POURSUITES D ÉTUDES 88,7% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 472 O B S E R VATO

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Chapitre 2 : Education et formation des marocains résidant à l étranger: une voie pour l intégration dans les sociétés d accueil?

Chapitre 2 : Education et formation des marocains résidant à l étranger: une voie pour l intégration dans les sociétés d accueil? Chapitre 2 : Education et formation des marocains résidant à l étranger: une voie pour l intégration dans les sociétés d accueil? Kamal MELLAKH 4 Introduction La présente contribution cherche, en premier

Plus en détail

Flash-Info. N 16 : Mai 2009

Flash-Info. N 16 : Mai 2009 Flash-Info N 16 : Mai 2009 Licence générale Que deviennent les diplômés 2006? Observatoire des Parcours Etudiants et de l Insertion Professionnelle (OPEIP) Méthodologie Sur les 4201 étudiants inscrits

Plus en détail

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SOMMAIRE JUILLET 2015 N 13 P.1 Un reclassement sur deux à l issue d une formation financée par Pôle emploi P.3 L expérience professionnelle est déterminante pour le reclassement

Plus en détail

Les 4ème et 5ème années d inscription dans l enseignement supérieur du Nord - Pas de Calais. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE)

Les 4ème et 5ème années d inscription dans l enseignement supérieur du Nord - Pas de Calais. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) POPULATION ORES Suivi de cohorte Bacheliers 2001 Février 2008 Les 4ème et 5ème années d inscription dans l enseignement supérieur du Nord - Pas de Calais Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) Pôle Universitaire

Plus en détail

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP

P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP ÉCLAIRAGES ET SYNTHÈSES SEPTEMBRE 2015 N 17 SOMMAIRE P.1 LES FORMATIONS PRIORITAIRES : PLUS COURTES, ET S ADRESSANT PLUS QUE LES AUTRES FORMATIONS À DES DEMANDEURS D EMPLOI DE NIVEAU CAP/BEP P.3 6 PERSONNES

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

Des études pour un emploi

Des études pour un emploi Consultation «Universités entreprises» http://www.universites-entreprises.com Des études pour un emploi Premiers résultats filière par filière Mai 6 Union nationale interuniversitaire 8 rue de Musset 7516

Plus en détail

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle

Après une Licence Professionnelle. Après une Licence Professionnelle Observatoire des Étudiants Cellule d aide au pilotage http://www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Esplanade des Antilles - 33 607 PESSAC Cedex ode@u-bordeaux3.fr - www.u-bordeaux3.fr/fr/ode.html Après une Licence

Plus en détail

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS

LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi. Spécificités et performances des canaux de recrutement. Anne-Sophie GENEVOIS LES CAHIERS DU CEPS/INSTEAD Population & Emploi Spécificités et performances des canaux de recrutement Anne-Sophie GENEVOIS Cahier n 2011-01 Janvier 2011 Spécificités et performances des canaux de recrutement

Plus en détail

Sciences et techniques de l ingénieur

Sciences et techniques de l ingénieur Sciences et Un an après l obtention de leur diplôme, plus de la moitié des nouveaux diplômés HES en sciences et occupent un emploi dans l industrie, tandis que 3 % travaillent dans les services privés.

Plus en détail

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période

Dares. Analyses. LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse sur longue période Dares Analyses MARS 1 N 1 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES DISPARITÉS SUR LE MARCHÉ DU TRAVAIL ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES : une analyse

Plus en détail

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi

N 2016-01. Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2016-01 Janvier 2016 Situation d ensemble des diplômés de la promotion 2013 Les conditions d emploi La recherche d emploi Enquête en ligne réalisée en mai 2015. L INSERTION

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion juridique des contrats d assurance de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Prise de position de Caritas_ juillet 2011 Risques de pauvreté élevés

Plus en détail

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total

N 14 - février 2012. Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique. Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total Pages économiques et sociales des Antilles-Guyane N 14 - février 2012 Panorama de l économie sociale et solidaire en Martinique Un secteur féminisé et 9 % de l emploi salarié total En 2009, en Martinique,

Plus en détail

information Les bacheliers S : des poursuites d études de plus en plus dispersées note d 12.10 Enseignement supérieur & Recherche AOÛT

information Les bacheliers S : des poursuites d études de plus en plus dispersées note d 12.10 Enseignement supérieur & Recherche AOÛT note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.10 AOÛT L évolution des orientations prises par les bacheliers S se caractérise principalement par une dispersion croissante de leurs choix : en

Plus en détail

Licence professionnelle Management de la relation commerciale

Licence professionnelle Management de la relation commerciale Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management de la relation commerciale Université Savoie Mont Blanc - USMB Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

De la première à la deuxième année. 2001-2002 à 2002-2003. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE)

De la première à la deuxième année. 2001-2002 à 2002-2003. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) POPULATION ORES Suivi de cohorte Bacheliers 2001 Décembre 2006 De la première à la deuxième année 2001-2002 à 2002-2003 Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) Pôle Universitaire Lille Nord-Pas de Calais

Plus en détail

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Figure 1 Figure 2 3 PORTRAIT DE LA POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Direction de la planification et de l information sur le marché du travail

Plus en détail

Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants

Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants Avec le concours de Regard croisé sur l insertion et l avenir professionnels des lycéens et des étudiants N 19269 Vos contacts Ifop : Frédéric Dabi frederic.dabi@ifop.com Beltrande Bakoula beltrande.bakoula@ifop.com

Plus en détail

Sommaire. L essentiel en bref 4. 4 Réforme de Bologne et réussite dans les hautes écoles 19. Introduction 6. 4.1 Taux de réussite au bachelor 19

Sommaire. L essentiel en bref 4. 4 Réforme de Bologne et réussite dans les hautes écoles 19. Introduction 6. 4.1 Taux de réussite au bachelor 19 Sommaire L essentiel en bref 4 Introduction 6 1 Taux de passage vers le master 7 1.1 Les taux de passage vers le master au sein des hautes écoles universitaires 7 1.2 Les taux de passage vers le master

Plus en détail

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88

Tableau 2: Indicateurs des titulaires du bachelor (n= 661) (en %) Psychologie Total HEU Passage à la filière de master 93 88 Psychologie Un an après la fin des études, 30 % des psychologues travaillent dans le domaine de la santé, notamment dans les hôpitaux et les cliniques. Par ailleurs, ils se répartissent sur un vaste spectre

Plus en détail

STAGE DE BACHELOR EN MILIEU

STAGE DE BACHELOR EN MILIEU STAGE DE BACHELOR EN MILIEU PROFESSIONNEL POUR LES ETUDIANTES ET ETUDIANTS EN SCIENCES SOCIALES Faculté des SSP, Géopolis, 1015 Lausanne Personne de contact : Madame Sophie Besson Conseillère aux études

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Métiers de l Administration Territoriale

MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Métiers de l Administration Territoriale UNIVERSITE RENNES HAUTE BRETAGNE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Métiers de l Administration Territoriale ETUDE DE L''INSERTION PROFESSIONNELLE DIPLOMES 004 Observatoire des Parcours Etudiants et de l'insertion

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 26 mai 2008. Objet: Projet de loi (5759) portant organisation de l enseignement fondamental (3248TEL) Saisine : Ministre de l Education nationale et de la Formation professionnelle (31 juillet

Plus en détail

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR JUILLET 2012 L ALTERNANCE DANS L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MÉTHODOLOGIE Les résultats présentés dans cette étude sont le fruit d une enquête qualitative réalisée en mai-juin 2011 pour mieux cerner la pratique

Plus en détail

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre?

L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? L'attrait pour un logement indépendant dépend-il du genre? Manon Bourligueux et Oriane Duchier Le recensement réalisé en 2012 montre que sur les 1396 étudiants en troisième année des Universités Paris

Plus en détail

L inscription dans une classe préparatoire

L inscription dans une classe préparatoire ISSN 1286-9392 www.education.fr 01.31 JUIN Si l admission en classe préparatoire est étroitement liée au parcours antérieur des élèves et à leurs résultats scolaires, les enseignants jouent un rôle important

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Sciences de l'éducation de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL)

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Formations et diplômes. Licence Sociologie

Formations et diplômes. Licence Sociologie Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sociologie Université Centre Universitaire Jean-François Champollion CUFR, Université Toulouse II - Jean Jaurès - UT2J (déposant) Campagne d évaluation

Plus en détail

Actualités OFS. Baromètre de Bologne 2012. 15 Education et science Neuchâtel, décembre 2012

Actualités OFS. Baromètre de Bologne 2012. 15 Education et science Neuchâtel, décembre 2012 Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS 15 Education et science Neuchâtel, décembre 2012 Baromètre de Bologne 2012 Impact de la réforme de Bologne sur

Plus en détail

Questions de soins infirmiers : Formation

Questions de soins infirmiers : Formation Questions de soins infirmiers : Formation Introduction La présente fiche d information analyse la formation des infirmières et infirmiers des catégories suivantes : Infirmières et infirmiers autorisés

Plus en détail

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges.

Généralités. L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Généralités L informatique couvre des secteurs d activités de plus en plus larges. Requiert une certaine créativité et des facultés d adaptation. Il est possible de changer de nombreuses fois de postes

Plus en détail

Licence professionnelle Management, logistique, transport

Licence professionnelle Management, logistique, transport Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management, logistique, transport Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Les CPGE EC économiques préparent en deux ans les étudiants aux concours des grandes écoles de management.

Les CPGE EC économiques préparent en deux ans les étudiants aux concours des grandes écoles de management. ECE Economique et commerciale, voie économique Les classes préparatoires économiques et commerciales préparent en deux ans les étudiants aux concours des grandes écoles de gestion et de management, afin

Plus en détail

information Les étudiants dans les instituts catholiques note d Forte augmentation des effectifs à la rentrée 2011 13.05

information Les étudiants dans les instituts catholiques note d Forte augmentation des effectifs à la rentrée 2011 13.05 note d information Enseignement supérieur & Recherche 13.05 JUILLET À la rentrée 2011, les instituts s accueillent 26 400 étudiants inscrits dans des formations canoniques ou de type universitaire. Plus

Plus en détail

OBSTACLES À LA MOBILITÉ POUR LE MÉTIER D ASSISTANT(E) SOCIAL(E)

OBSTACLES À LA MOBILITÉ POUR LE MÉTIER D ASSISTANT(E) SOCIAL(E) Allemagne France Luxembourg LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES OBSTACLES À LA MOBILITÉ POUR LE MÉTIER D ASSISTANT(E) SOCIAL(E) DÉFINITION L assistant(e) social(e) intervient auprès de

Plus en détail

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009

- NOTE. OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 Paris, le 24 janvier 2011 - NOTE OBJET : Résultats consolidés de l enquête «jeunes diplômés», promotion 2009 L enquête réalisée sur l insertion des diplômés 2009 de Sciences Po a permis de recueillir des

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Arts visuels et design

Arts visuels et design Arts visuels et design Après les études, les nouveaux diplômés HES en arts visuels et en design travaillent avant tout dans le secteur des services privés, principalement au sein d ateliers de graphisme

Plus en détail

Note à l attention de Madame la Ministre déléguée et de Monsieur le Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative

Note à l attention de Madame la Ministre déléguée et de Monsieur le Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative Réf. : mfpra Note à l attention de Madame la Ministre déléguée et de Monsieur le Ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative -------------------------- Objet : L évolution de la rémunération

Plus en détail

Merci de le compléter soigneusement en faisant particulièrement attention aux points suivants :

Merci de le compléter soigneusement en faisant particulièrement attention aux points suivants : Cher(e) étudiant(e), Vous souhaitez vous inscrire à l Université Saint-Louis pour l année académique 2013-2014 et venez de télécharger le formulaire de demande d inscription. Merci de le compléter soigneusement

Plus en détail

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise

Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Formation professionnelle supérieure Enquête 2014 auprès des diplômés sortant de formation commerciale et d économie d entreprise Connaissances, objectifs et exigences Lieu, Date Zurich, 19 Août 2014 Projet

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Éducateur spécialisé. Les métiers et les formations du travail social

Éducateur spécialisé. Les métiers et les formations du travail social Les métiers et les formations du travail social Éducateur spécialisé L éducateur spécialisé concourt à l éducation d enfants et d adolescents ou au soutien d adultes présentant un handicap, des troubles

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

ADMISSION PERSONNALISEE FPSE TITRE D ACCES BELGE Année académique 2011-2012

ADMISSION PERSONNALISEE FPSE TITRE D ACCES BELGE Année académique 2011-2012 Secrétariat des Etudes Place Warocqué 17 B-7000 MONS 00 32 (0)65 37 31 01-02-03-04-56 secretariat.fpse@umons.ac.be ADMISSION PERSONNALISEE FPSE TITRE D ACCES BELGE Année académique 2011-2012 PARTIE A CONSERVER

Plus en détail

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148»

«Extrait du cahier de l OPEQ n 148» «Extrait du cahier de l OPEQ n 148» LE CONTEXTE ECONOMIQUE DU PRF 2006-2007 PREQUALIFICATION, QUALIFICATION, ACCES A L EMPLOI En 2007, l emploi salarié privé en région tend à la hausse sur l ensemble des

Plus en détail

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3

Flash-Info O.P.E.I.P. Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? 4641 étudiants inscrits en L3 N 13 : Sept. 2008 Flash-Info O.P.E.I.P. Observatoire des Parcours Etudiants et de l Insertion Professionnelle (OPEIP) Sortis de l université en 2005... Que deviennent les étudiants de Licence 3? (Promotion

Plus en détail

Forum «MOBIVET-REGIO»

Forum «MOBIVET-REGIO» Forum «MOBIVET-REGIO» Résultat de l enquête de satisfaction des participants Le forum MOBIVET-REGIO s est tenu dans le cadre du Mondial des Métiers à Lyon, le 20 mars 2009. Il a réuni plus de 70 participants

Plus en détail

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Article. Travail rémunéré. par Vincent Ferrao. Décembre 2010

Article. Travail rémunéré. par Vincent Ferrao. Décembre 2010 Composante du produit n o 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Travail rémunéré par Vincent Ferrao Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Priorités de la Présidence luxembourgeoise

Priorités de la Présidence luxembourgeoise Dossier de presse Priorités de la dans les domaines de l Éducation nationale, de l Enfance, de la Jeunesse, de l Enseignement supérieur et de la Recherche 30 juin 2015 Priorités de la Éducation nationale,

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Histoire - métiers de la culture, des archives et du document (MECADOC) de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels

Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Chef de projet en automatismes industriels Université Claude Bernard Lyon 1 - UCBL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations

Plus en détail

Loi du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance.

Loi du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Loi du 12 mai 2009 portant création d une École de la 2 e Chance. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau; Notre Conseil d'état entendu; De l'assentiment de la Chambre des Députés; Vu la décision

Plus en détail

Résultats de l Enquête sur le stage en entreprise des professeurs-stagiaires CAPLP et CAPET

Résultats de l Enquête sur le stage en entreprise des professeurs-stagiaires CAPLP et CAPET Résultats de l Enquête sur le stage en entreprise des professeurs-stagiaires CAPLP et CAPET Enquête réalisée en 2005 à l Observatoire des Flux et des Formations par une stagiaire en Master Pro Ingénierie

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Management du logement social de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2%

90 % insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010. n o 10 2013 OBSERVATOIRE TAUX D INSERTION PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% n o 10 2013 insertion professionnelle des titulaires d un DUT 2010 TAUX D INSERTION 90 % PART DES EMPLOIS STABLES 83,2% SALAIRE NET MENSUEL MOYEN 1 437 OBSERVATOIRE Etude réalisée avec le soutien financier

Plus en détail

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse

Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Le parcours professionnel des chômeurs de longue durée en Suisse Cet article présente les premiers résultats d un projet de recherche qui étudie le parcours professionnel de personnes confrontées au chômage

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit de l entreprise Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants

Modèles d activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS Embargo: 03.09.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, septembre 2009 Modèles

Plus en détail