Unir nos forces pour renouveler notre action ensemble. 2, 3, 4, 5 et 6 juin 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Unir nos forces pour renouveler notre action ensemble. 2, 3, 4, 5 et 6 juin 2008"

Transcription

1 6 Unir nos forces pour renouveler notre action ensemble 2, 3, 4, 5 et 6 juin 2008

2

3 6 Unir nos forces pour renouveler notre action ensemble Équipe du congrès Danielle Couture, coordonnatrice Sophie Fontaine-Bégin, conseillère syndicale, service Éducation- Animation Mélissa Lacroix, conseillère syndicale, secteur Relations de travail Suzanne Lavoie, responsable politique Marie Eve Lepage, conseillère syndicale, service Communication- Information Micheline Poulin, conseillère syndicale, service Communication- Information Marc Thibault-Bellerose, conseiller syndical, secteur Sociopolitique A08-C-I-D6

4

5 Un congrès constitue un événement important dans la vie d une organisation. Il s agit d un moment charnière où les déléguées sont invitées à réfléchir et à définir les orientations d une organisation qui se veut actuelle, combative et authentiquement démocratique. Ainsi, avec le souci de construire un projet syndical porteur d espoir et à l image des membres et des militantes composant la Fédération, ce premier congrès sous la bannière FIQ revêt une importance particulière. En toile de fond, force est d admettre que la FIQ, tout comme le mouvement syndical dans son ensemble, évolue dans un environnement politique et économique qui lui est extrêmement défavorable. Année après année, elle continue à se battre avec énergie afin de contrer les multiples assauts de gouvernements néolibéraux dont les actions s inscrivent en complète contradiction avec les valeurs syndicales. Malgré tout, la FIQ et d autres organisations syndicales du Québec ont été en mesure de préserver certains acquis et de pallier au pire. En se penchant sur la situation vécue ailleurs, il est possible de mesurer l étendue de la menace latente pour le mouvement syndical. Conséquemment, la FIQ convie ses syndicats, ses déléguées, ses équipes locales, ses membres et ses salariées à entreprendre une importante démarche dont l objectif est de poser les principaux jalons qui permettront l avancement de la cause des professionnelles en soins et de la population, mais aussi de créer une société à l image de valeurs progressistes et solidaires. Pour y arriver, la FIQ estime qu elle doit s inscrire dans une démarche d introspection sérieuse et profonde. La crise du mouvement syndical à l échelle internationale a stimulé la réflexion de nombreux chercheurs désirant fournir des pistes de solutions pour lui permettre de se renouveler et de reprendre la place qui lui revient. À la lumière de ces analyses fort pertinentes, la Fédération propose de revoir ses manières de faire et son fonctionnement dans le but de créer une meilleure synergie entre les différents paliers de l organisation et de favoriser une participation active du plus grand nombre de personnes. Par une implication accrue et une réappropriation de l action syndicale par les membres, la FIQ a la conviction qu il sera possible de gagner du terrain sur ce champ de bataille parsemé d embûches. 8 e congrès Renouveler notre action ensemble

6 Ainsi, quatre thèmes sont successivement abordés, soit la crise du syndicalisme, une analyse des pratiques syndicales, la FIQ d aujourd hui et le syndicalisme de mouvement social, le tout suivi d une recommandation du Comité exécutif. Il est plus que jamais nécessaire d unir nos forces pour renouveler notre action ensemble. 6 8 e congrès Renouveler notre action ensemble

7 I La crise du syndicalisme Depuis plusieurs années, sur toutes les tribunes, le mouvement syndical est présenté comme l un des grands responsables de la pauvreté toute relative du Québec. Par sa puissance excessive et son influence, il condamnerait le Québec à l immobilisme, terme galvaudé s il en est un, puisqu il empêcherait les grands bâtisseurs et autres sauveurs de l humanité du secteur privé d agir sans entrave. Dans le secteur public, les organisations représentant les travailleurs-euses feraient obstacle à la pourtant nécessaire modernisation d un État qui n aurait plus les moyens de ses ambitions poussiéreuses. Cette refonte de l État passerait inévitablement par la privatisation, puisque le secteur privé serait, par définition, plus efficace et donc moins onéreux. Toutefois, il est paradoxal de parler de la prétendue influence démesurée qu exercerait le mouvement syndical au Québec, alors que dans la presque totalité des pays industrialisés, ce mouvement vit depuis longtemps une crise majeure qui menace ses fondements mêmes. Lorsqu il est dit que le Québec est en retard sur ses partenaires économiques occidentaux, est-ce de cela dont il est question? La crise du syndicalisme à l échelle mondiale Depuis ses débuts, le mouvement syndical a eu à faire face à l adversité. De tous temps, il a eu à affronter l hostilité des employeurs qui, à juste titre, voyaient en lui une menace directe à leur droit - apparemment d origine divine - de faire de l argent aux dépens des autres. Pendant longtemps, à cette hostilité s est ajoutée la répression complice d un État dirigé par des personnes issues du même milieu et dont l action se limitait à protéger le droit de leurs amis. S il est possible d affirmer que le mouvement syndical a connu son apogée lors de la période suivant la Deuxième Guerre mondiale, force est de constater qu il subit, depuis environ 20 ans, une offensive sans précédent visant à réduire de manière considérable son pouvoir d action et son champ d influence. Le taux de syndicalisation, soit la proportion de travailleurs-euses syndiqué-e-s par rapport à l ensemble des travailleurs-euses d un pays donné, est un indicateur pertinent, bien qu imparfait, pour mesurer l ampleur de la crise affectant le mouvement syndical dans la majeure partie des démocraties occidentales. Le tableau suivant présente l évolution du taux de syndicalisation, dans 16 pays, entre les années 1980 et e congrès Renouveler notre action ensemble

8 Pays Canada États-Unis Australie Nouvelle-Zélande Japon France Allemagne Italie Grande-Bretagne Irlande Espagne Pays-Bas Finlande Suède Norvège Danemark ,6 19,5 49,5 69,1 31,1 18,3 34,9 49,6 50,7 57,1 12,9 34,8 69, ,3 78, ,4 12,4 22,9 22,1 19,7 8,3 22,6 33,7 29,3 35,3 16,3 22,3 74, ,3 70,4 Source : VISSER (2006). Ce tableau démontre que, entre 1980 et 2003, un déclin important du taux de syndicalisation a été observé. Des pays comme l Australie, la Nouvelle-Zélande et la France ont vu la proportion de travailleurs-euses protégé-e-s par un syndicat chuter de plus de moitié, alors que les autres pays ont observé une diminution moins abrupte, mais néanmoins très importante, du taux de syndicalisation. Comment interpréter ces données et que faut-il en retenir? Le taux de densité syndicale n est pas le meilleur indicateur et le lien entre le taux de syndicalisation et le pouvoir relatif du mouvement syndical dans un pays donné n est pas nécessairement positif. Par exemple, la France présente un taux de densité syndicale plus faible que celui des États-Unis, mais il appert que le mouvement syndical français est davantage à même d influencer l agenda politique de l Hexagone que le sont les organisations syndicales états-uniennes. Néanmoins, il est permis de présumer que, dans une démocratie, plus le mouvement syndical représente une proportion élevée de la population active, plus son rapport d influence est important (Jackson, 2006). En effet, un mouvement représentant les intérêts d une large partie de la population a davantage de chances d être considéré comme un acteur légitime avec lequel les employeurs et le gouvernement doivent composer. Ainsi, les leaders politiques cherchant à se faire élire ou à demeurer au pouvoir n ont pas intérêt à s aliéner une partie importante de la population syndi- 8 8 e congrès Renouveler notre action ensemble

9 quée. À l inverse, les intérêts défendus par le mouvement syndical, même s il ne représente qu une faible partie de la population, peuvent plus facilement être questionnés et assimilés à des intérêts corporatistes et particuliers ne correspondant pas nécessairement à ceux de la majorité. En ce sens, la baisse du taux de syndicalisation peut facilement être interprétée comme le résultat du déclin marqué de son rapport de force et de son influence politique. Comment expliquer cette chute libre du mouvement syndical? Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte lorsque vient le temps d expliquer les causes du déclin du mouvement syndical. L instauration de politiques issues de l idéologie néolibérale dans la majorité des pays du monde n y est probablement pas étrangère. Selon cette idéologie, le bien-être collectif ne peut être atteint que par la responsabilisation des individus à l égard de leur propre bien-être. Ainsi, la compétition et la concurrence les pousseraient à se dépasser et à être créatifs afin de se retrouver du côté des gagnants plutôt que du côté des perdants. Cette saine concurrence stimulerait la productivité, l efficience et le développement économique, parce que la récompense irait aux plus méritants. Il va de soi que les tenants de ce courant de pensées ont en horreur toute ingérence de l État dans l économie qui, par son action, octroierait des ressources à des individus ou à des groupes d individus qui ne le méritent pas. L intervention de l État, par définition, change les règles du jeu en imposant des normes qui mettent en péril les mécanismes du libre marché. Pour les néolibéraux, certaines personnes sont pauvres parce qu elles le méritent et toute initiative visant à améliorer leur sort représente un gaspillage ou une prime à la paresse. Si, dans la communauté scientifique, les penseurs néolibéraux ont parfois été perçus comme des hurluberlus doctrinaires et que, pendant longtemps, le seul dirigeant appliquant leurs préceptes a été le tristement célèbre dictateur chilien Augusto Pinochet 1, la crise économique du début des années 80 leur a néanmoins fourni un alibi de taille pour mousser leur cause. Pour les tenants du néolibéralisme, cette crise économique démontre que l intervention de l État dans l économie mène à la catastrophe. Profitant de cette conjoncture, ils ont réussi à faire élire dans des pays clés deux de leurs disciples, soit Margaret Thatcher en Grande-Bretagne et Ronald Reagan aux États-Unis. L influence exercée par ces deux pays, notamment auprès des grandes institutions financières internationales que sont la Banque mondiale (BM) et le Fonds monétaire international (FMI), a suffi à faire tranquillement chavirer le monde entier dans l ère néolibérale. 1 Certains auteurs néolibéraux soutiennent fermement la thèse selon laquelle les régimes autoritaires sont préférables aux régimes démocratiques, parce qu ils réussissent avec plus de facilité à appliquer avec rigueur les politiques néolibérales impopulaires, mais néanmoins nécessaires. Voir LIMONGI et PRZEWORSKI (1994). 8 e congrès Renouveler notre action ensemble 9

10 Ce passage au néolibéralisme s est matérialisé par l adoption, dans la très grande majorité des pays, d une série de mesures visant à transformer le rôle que joue l État dans l économie et dans la sphère sociale. Dorénavant, le salut d une nation réside dans la stricte mise en place des recettes prescrites par le consensus de Washington 2. Les principaux ingrédients du succès se résument alors en cinq grands principes 3, soit la discipline budgétaire, le retrait de l État de la sphère sociale, la réforme fiscale, la privatisation et la déréglementation. n Discipline budgétaire Auparavant, en période de récession, il était jugé souhaitable que les États s endettent afin de soutenir la demande et, par le fait même, de stimuler l économie. Une fois la croissance rétablie, les États bénéficieraient ainsi des revenus nécessaires au remboursement de la dette. Pour les néolibéraux, l État doit en tout temps chercher à réaliser des surplus qui peuvent ensuite être redistribués sous forme de diminution d impôts. L obligation de réaliser des bénéfices, peu importe la conjoncture économique, est remplie au moyen de coupures budgétaires. n Retrait de l État de la sphère sociale Afin d en arriver à l équilibre budgétaire, mais surtout dans le but de stimuler la croissance par une responsabilisation des individus quant à leur condition, l État doit consentir à abandonner ses charges sociales au profit du marché. n Réforme fiscale L équilibre budgétaire, qui est notamment réalisé par le retrait de l État de la sphère sociale, génère nécessairement des surplus permettant de réduire les impôts au seuil minimal. La redistribution optimale du revenu se fait naturellement par le marché. n Privatisation Selon les néolibéraux, il n existe aucun argument valable en faveur du maintien d une entreprise ou d un service public. Comme l État fait des choix de nature politique qui ne sont pas économiquement rationnels, le coût d un service public sera toujours plus élevé par rapport à celui du même service offert par le secteur privé. Afin de maintenir l équilibre budgétaire et de respecter les lois du marché, les néolibéraux enjoignent les États de privatiser les entreprises et les services publics. 2 Le consensus de Washington fait référence à une liste de 10 recettes économiques élaborées par J. Williamson. Appliquées dans leur intégralité à l échelle internationale, ces mesures seraient à même de garantir la prospérité de l humanité. L adhésion pleine et entière de la Banque mondiale, du Fonds monétaire international et du Trésor états-unien, institutions basées à Washington, inspira le surnom de ce mantra du néolibéralisme (Dezalay et Garth, 1998). 3 Afin de simplifier la démonstration, cinq recettes du consensus ont été retenues, telles que développées par Fontaine-Bégin (2007) e congrès Renouveler notre action ensemble

11 n Déréglementation Enfin, pour appliquer le sacro-saint principe de la libre concurrence des agents économiques, l État doit abandonner toute règle visant à favoriser indûment un groupe d individus en particulier, et ce, à tous les niveaux. La déréglementation du marché du travail et de l encadrement juridique des relations de travail figure au sommet des priorités. En regard de ces principes, il est évident que l acteur syndical constitue une entrave à la libre concurrence entre les individus et que les valeurs syndicales et néolibérales sont en complète opposition. Ainsi, les organisations syndicales véhiculent des valeurs de solidarité, d équité et de justice; elles considèrent que les travailleurseuses sont égaux-égales et qu ils-elles doivent être traité-e-s de manière non arbitraire et, en tant que collectif, elles défendent des intérêts opposés à ceux de l employeur. Pour un néolibéral, l intérêt collectif n existe pas et la liberté individuelle doit primer sur tout. L employeur devrait avoir le droit d user de sa main-d œuvre comme bon lui semble, alors que les employé-e-s devraient pouvoir vendre leurs services selon leur valeur sur le marché. En négociant les conditions de travail et le salaire pour un groupe d individus, les syndicats empêcheraient les employeurs de récompenser les plus méritants et de pénaliser les moins performants. Cette allocation non rationnelle des ressources, dans le jargon néolibéral, nuirait aux performances des entreprises qui se trouveraient désavantagées face à leurs concurrentes non syndiquées. Selon cette logique, les syndicats desserviraient les intérêts des travailleurs-euses qu ils représentent puisque ces entreprises ne seraient plus en mesure de répartir les fruits de leur croissance. À terme, la survie même des entreprises, et donc des emplois, serait menacée. En somme, dans l optique néolibérale, tant l action de l État en faveur d une redistribution non rationnelle des revenus que l action syndicale en faveur d un traitement égal pour les travailleurseuses engendrent une société de perdants. Les néolibéraux à l assaut du pouvoir syndical À défaut de pouvoir interdire l existence des organisations syndicales, les dirigeants inspirés par le dogme néolibéral ont fait de l affaiblissement du mouvement syndical une priorité. Ce n est pas un hasard si c est en Nouvelle-Zélande, un des pays ayant appliqué avec le plus de célérité les recettes néolibérales, que la chute la plus marquée du taux de syndicalisation a été enregistrée; entre 1980 et 2003, il est passé de 69,1 % à 22,1 % 4. Les moyens d affaiblir le mouvement syndical sont nombreux. Par exemple, les mécanismes de négociation centralisée, que ce soit au niveau national ou sectoriel, ont rapidement été abandonnés pour une décentralisation au niveau local, affaiblis- 4 Pour une étude des effets dévastateurs des politiques néolibérales sur le mouvement syndical néozélandais, voir Buchanan et Nicholls (2001). 8 e congrès Renouveler notre action ensemble 11

12 sant du coup le rapport de force syndical. De façon plus importante, l ensemble des règles régissant les relations entre les employeurs et les organisations syndicales ont été remises en cause. Ainsi, les lois définissant les modalités d accréditation syndicale peuvent être modifiées afin de rendre plus ardue la syndicalisation. L introduction du vote libre, nettement à l avantage des employeurs, en est un bon exemple. Les règles permettant la sous-traitance sont également assouplies afin que les employeurs puissent réduire leurs coûts d opération en transférant une part croissante de leur production à des sous-traitants où la main-d œuvre est non syndiquée. La privatisation des entreprises publiques cause également beaucoup de tort au mouvement syndical. En effet, dans le secteur public, une densité syndicale beaucoup plus élevée que dans le secteur privé est observée (Visser, 2006). Par le fait même, les accréditations syndicales que détiennent les syndicats du secteur public ne sont pas nécessairement transférées une fois l entreprise privatisée. Un autre exemple de l effet néfaste qu ont eu les politiques néolibérales sur le taux de syndicalisation est l accélération du processus de libéralisation économique, souvent associée au phénomène de la mondialisation. En effet, l ouverture des différentes économies nationales à la concurrence internationale a facilité l installation d une nouvelle division du travail. Celle-ci se caractérise par le déplacement du secteur manufacturier, requérant une main-d œuvre peu qualifiée, des pays du Nord vers les pays du Sud. Au Nord, le secteur des services s est développé à une vitesse fulgurante, employant désormais la grande majorité de la main-d œuvre. Or, le secteur manufacturier représentait en quelque sorte le terreau fertile du syndicalisme dans les pays du Nord. Il était plus facile d y syndiquer les travailleurseuses parce qu ils-elles étaient souvent nombreux-euses sur un même lieu de travail. À l inverse, la syndicalisation est beaucoup plus difficile dans le secteur des services parce que les travailleurs-euses sont généralement dispersé-e-s en différents endroits. D autre part, la libéralisation économique a aussi facilité la mobilité du capital, à un point tel qu une entreprise peut dorénavant déplacer ses installations en un temps record. Cette mobilité crée une pression énorme sur la main-d œuvre puisqu elle se trouve désormais en compétition avec les travailleurs-euses du monde entier. Afin de réduire leurs coûts de production et, ainsi, d augmenter leur marge de profits, les employeurs peuvent maintenant user de la menace d une délocalisation de la production afin d imposer leurs conditions. Les organisations syndicales se retrouvent donc dans une situation extrêmement délicate alors qu elles doivent chercher à obtenir des gains ou à maintenir le statu quo sans que les emplois soient menacés. Néanmoins, il est évident que le rapport de force syndical s en trouve considérablement affaibli e congrès Renouveler notre action ensemble

13 Qu en est-il au Québec? À l échelle internationale, la conjoncture dans laquelle évolue le mouvement syndical est loin d être encourageante. Cependant, il convient de se demander si cette conjoncture est la même au Québec. En ce qui a trait au taux de syndicalisation, le Québec semble épargné par la chute vertigineuse vécue dans les autres pays occidentaux. En effet, depuis plusieurs années, le taux de syndicalisation du Québec se maintient autour de 40 %, ce qui le situe parmi les nations occidentales où la plus grande densité syndicale est conservée. Faut-il en conclure que le mouvement syndical du Québec est immunisé contre une tendance généralisée à l ensemble des autres pays industrialisés? Si bien peu de gens y croient, il demeure néanmoins que la situation relativement confortable dans laquelle évoluent les organisations syndicales du Québec vient tempérer un sentiment d urgence qui devrait pourtant être omniprésent (Murray, 2004). La stabilité du taux de syndicalisation au Québec s explique, entre autres, par le fait que l onde de choc néolibérale s est faite sentir plus tardivement et plus graduellement qu ailleurs en Occident. En effet, les Québécoises et les Québécois demeurent attaché-e-s aux institutions étatiques parce que leur identité collective s est forgée en symbiose avec la construction de l État-providence 5. Par conséquent, pendant longtemps, il aurait été suicidaire pour le gouvernement du Québec de procéder à des réformes en profondeur des missions sociales de l État et à la privatisation des entreprises publiques. Quant au pouvoir des organisations syndicales, il se serait avéré très risqué de s y attaquer de front. Comme les syndicats représentent presque la moitié de la population active, il valait mieux y aller petit à petit afin d éviter de s aliéner tout un pan de la société. Pour ce qui est de l effritement du pouvoir syndical, de nombreux signes indiquent que la crise du syndicalisme ayant sévi sur la presque totalité des pays industrialisés est sur le point d éclater au Québec. En premier lieu, bien que le taux de syndicalisation soit stable, certains indicateurs sont plutôt inquiétants. Par exemple, le taux de syndicalisation des hommes âgés de 25 à 34 ans a chuté de presque 20 points de pourcentage entre 1981 et 2004, passant de 43 % à 24 % (Statistique Canada, 2005). Près d un tiers du recul de l adhésion syndicale des jeunes hommes tient à leur concentration accrue dans le secteur des services où la syndicalisation est très faible. D autre part, près des trois quarts des emplois créés entre 1975 et 1995 étaient atypiques (à temps partiel ou temporaires) dans le secteur des services, alors qu en 2000, plus du tiers des Québécoises et des Québécois occupait ce type d emplois, une situation n aidant en rien l augmentation du taux de syndicalisation (Malenfant et Al., 2002). Cette croissance sans précédent de l emploi atypique et les nombreuses pertes d emploi dans les secteurs primaire et secondaire de l économie sont autant de facteurs 5 Une importante étude réalisée en 2006 par la firme de sondage CROP démontrait qu une grande majorité des Québécoises et des Québécois s oppose à la mise en place de politiques d inspiration néolibérale. Ces résultats sont encore plus probants en regard des préambules hautement biaisés précédant chaque question. Voir Giguère (2006). 8 e congrès Renouveler notre action ensemble 13

14 susceptibles d affecter négativement le taux de syndicalisation du Québec. Malgré une chute marquée de la syndicalisation dans le secteur privé, la forte densité syndicale observée dans le secteur public, jusqu ici relativement épargné par la privatisation, a mitigé les dommages. Au-delà des chiffres et même si le mouvement syndical représente toujours près de 40 % de la population active du Québec, l influence qu il exerce sur la scène politique semble être en décroissance et les gouvernements successifs apparaissent de plus en plus enclins à le défier. Depuis les années 80, de nombreuses mesures ont été adoptées dans le but de déréglementer le marché du travail et, ainsi, d accroître la flexibilité des entreprises. Par ricochet, ces mesures tendent à amenuiser le pouvoir des travailleurs-euses et des organisations syndicales québécoises. En 1994, Jacques Parizeau, nouvellement élu premier ministre, met sur pied le Secrétariat à la déréglementation dont le mandat est de «[ ] recommander des mesures de simplification administratives dans l application des lois et règlements touchant les entreprises» (Gélinas, 2003). Toujours en 1994, la durée des conventions collectives est déplafonnée en amendant l article 65 du Code du travail (L.R.Q., c. C-27) (Fontaine-Bégin, 2007). S ensuivent les amendements à la Loi sur les décrets de convention collective (L.R.Q., c. D-2) 6 demandés par les employeurs depuis les années 80. En 1996, le gouvernement péquiste de Lucien Bouchard accède à leur demande quant à l abrogation de certains articles de cette loi (entre autres les articles 2 et 6). En conséquence, le nombre de décrets de convention collective est passé de 29 à 20 entre 1996 et 2000 (Charest et Vallée, cités dans Fontaine-Bégin, 2007). Plus récemment, en 2003, l une des premières mesures adoptées par le gouvernent libéral de Jean Charest a été de procéder à la réforme de l article 45 du Code du travail. Son objectif était de faciliter le recours à la sous-traitance pour permettre aux entreprises de se soustraire aux contraintes imposées par les conventions collectives. Enfin, l appui sans réserve des gouvernements péquistes et libéraux à la signature d accords commerciaux et à l adhésion du Québec dans le processus de libéralisation économique, ayant cours à l échelle mondiale, s inscrit également dans leur volonté de soumettre le marché du travail aux impératifs de la libre concurrence des agents économiques (Fontaine-Bégin, 2007). 6 Ne pas confondre avec la notion de «décret tenant lieu de convention collective» qui est une décision prise par le cabinet en exécution d une loi afin d accorder des droits ou d imposer des obligations. La Loi sur les décrets de convention collective réfère à une convention ou à une entente basée sur une ou plusieurs conventions collectives, étendue juridiquement, qui lie des employeurs et des salarié-e-s, syndiqué-e-s ou non, dans un secteur d activités spécifique et sur un territoire donné (province ou région). Son contenu touche entre autres des dispositions comme les salaires, les avantages sociaux et la classification des postes de travail. Les dispositions d un décret sont d ordre public. En ce moment, des décrets existent dans l industrie de l automobile (7 décrets régionaux), chez les agents de sécurité employés par des agences spécialisées, dans le secteur du camionnage et celui de la cueillette des déchets (3 décrets), dans le secteur de l entretien ménager (2 décrets) et, enfin, dans certains autres secteurs particuliers de l économie (6 décrets) e congrès Renouveler notre action ensemble

15 L exemple d Olymel Le conflit ayant opposé l employeur et le syndicat à l usine d Olymel à Vallée-Jonction, en 2007, illustre bien les conséquences de la libéralisation économique sur le rapport de force syndical. Lors du renouvellement de la convention collective, Olymel a prétexté la forte concurrence internationale pour exiger des travailleurs-euses une diminution de 30 % de leur salaire, faute de quoi l usine, pourtant l une des plus modernes et des plus productives de l entreprise, serait fermée. Devant le refus du syndicat d acquiescer à la demande de la direction, l employeur en a profité pour attaquer non seulement la légitimité du syndicat local, mais également celle du mouvement syndical en général en le comparant à un dinosaure mettant en péril la santé économique du Québec et le sort des travailleurs-euses. Ce discours a été amplement repris par les médias de masse et leurs éditorialistes serviles, de même que par l ex-premier ministre Lucien Bouchard qui n a pas raté l occasion de participer de nouveau à une entreprise de démolition de la légitimité syndicale. Nommé porte-parole d Olymel, il avait le mandat large de négocier avec tous les intervenants de l industrie du porc, dont les syndicats. À la suite de l annonce de la fermeture de l usine et à cause de l énorme pression subie quant à leur avenir, les syndiqué-e-s se sont finalement plié-e-s aux exigences patronales. Si les travailleurs-euses directement concerné-e-s ont dû faire d énormes concessions, l ensemble des travailleurseuses du Québec en sort perdant tellement le mouvement syndical a été éclaboussé par ce conflit. Peu de temps après le règlement du litige, Olymel consentait des augmentations salariales de 6 %, sur trois ans, aux cadres de l entreprise 7. Même si les syndicats du secteur public n évoluent pas dans un environnement où la féroce compétition internationale est évoquée pour sabrer les salaires et les conditions de travail, ils sont tout de même fortement touchés par la mise en place des politiques néolibérales. Dans ce secteur, le principe de la discipline budgétaire est invoqué pour imposer des reculs aux travailleurs-euses. L objectif d atteindre le déficit zéro proposé par Lucien Bouchard et les nombreuses coupures budgétaires qui s en sont suivies s inscrivent dans cette logique. La situation dans le secteur de la santé illustre bien les effets des politiques néolibérales sur le pouvoir relatif des organisations syndicales. Pour réduire le déficit, d importantes coupures budgétaires sont imposées; entre 1994 et 1999, près de 1 milliard de dollars a été amputé au budget de la santé (FIQ, 2007). Tout d abord, la pénurie de ressources dans le réseau est pérennisée grâce à l adoption, en 2000, de la Loi sur l équilibre budgétaire du réseau public de santé qui oblige les établisse- 7 Voir Les cadres d Olymel toucheront une augmentation en 2007, Journal de Québec, en ligne (Page consultée le 10/04/08) : html. 8 e congrès Renouveler notre action ensemble 15

16 ments de santé à réaliser des surplus, peu importe la conjoncture. Par la suite, les baisses d impôts successives, souvent accordées aux plus fortuné-e-s, limiteront les possibilités de réinvestissement dans un réseau qui en aurait pourtant bien besoin. Créée de toutes pièces par des gouvernements aveuglés par l idéologie néolibérale, la pénurie de ressources financières permet de justifier d importants reculs, en dépit de l opposition des organisations syndicales. Par exemple, alors même qu une détérioration constante des conditions de travail des salarié-e-s œuvrant dans le secteur de la santé est observée, le gouvernement Charest s emploie à saper le pouvoir des organisations syndicales qui les défendent. L adoption du projet de loi 7, qui interdit la syndicalisation des travailleurs-euses œuvrant dans les ressources intermédiaires, est peut-être l exemple le plus probant et radical de la volonté de ce gouvernement de miner le pouvoir syndical légitime afin de maîtriser les coûts du système et de respecter le principe de la discipline budgétaire. En 2003, l adoption du projet de loi 30, en plus d être en contradiction avec le droit de représentation, a décentralisé 26 matières de négociation vers le palier local afin d affaiblir le rapport de force syndical. L adoption du projet de loi 142, qui a imposé arbitrairement les conditions de travail des salarié-e-s des secteurs public et parapublic, est un autre exemple de la volonté du gouvernement du Québec de s affranchir du mouvement syndical au nom de l orthodoxie néolibérale. En somme, il apparaît que les gouvernements péquistes et libéraux s étant succédé au pouvoir au cours des dernières années considèrent le mouvement syndical comme un obstacle à l établissement de leur projet néolibéral. Alors qu elles représentent toujours près de 40 % de la population active et malgré les stratégies déployées, les organisations syndicales du Québec n ont pas été en mesure de s opposer efficacement à l instauration des politiques néolibérales et, par extension, à l effritement de leur rapport de force et d influence. Pire encore, les trois grands partis occupant l échiquier politique partagent la même conception du rôle de l État, conception qui s oppose radicalement à celle du mouvement syndical. Comment se fait-il que l establishment politique actuel véhicule des valeurs allant à l encontre de celles du mouvement syndical qui est pourtant le représentant légitime d une grande partie de la population du Québec? Pour orchestrer les stratégies néolibérales : un discours fort Pour faciliter l implantation des politiques néolibérales et convaincre la population de leur légitimité, l élément «discours» est fondamental (Greener, 2003, cité dans Fontaine-Bégin, 2007). Qu il s agisse de la vente d un produit ou encore d une idée, il est nécessaire d en faire la promotion. La circulation de l information est nettement facilitée depuis l avènement de l Internet et des nouvelles télévisées en direct; le discours est martelé jusqu à ce que l auditoire cible, en l occurrence la population, le considère comme allant de soi. Évidemment, le discours en faveur des stratégies néolibérales prend toute la place dans les médias et il devient très difficile pour les organisations syndicales d y faire la leur. Une étude menée il y a quelques années démontrait que la couverture 16 8 e congrès Renouveler notre action ensemble

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada?

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? 31 mars 2011 0 À l annonce du déclenchement des élections fédérales 2011, le Réseau FADOQ se fait la voix des aînés

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR»

PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» PROPOSITIONS EN VUE DE LA TENUE DU CONGRÈS DE LA FSSS 2009 «POUR LE MEILLEUR ET POUR L AVENIR» I - Pour la défense et la promotion des services sociaux et de santé publics pour les personnes aînées en

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du

Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du Les services publics: un outil historique Le SISP, le secteur public et la négociation Avenir du SISP et du SISP-N Une centrale des travailleurs du secteur public? 2 Les services publics, une réponse aux

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

LISTE DES RECOMMANDATIONS

LISTE DES RECOMMANDATIONS LISTE DES RECOMMANDATIONS Recommandation 1 Le Comité recommande la présentation en 2005 d un projet de loi qui créerait une nouvelle entité de l État appelée la Commission de l assurance-emploi. Cette

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 2CO/F/6.1 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION CHANGER LA MONDIALISATION 1. Le Congrès exprime sa plus vive préoccupation face

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail

Une Loi qui se renouvelle

Une Loi qui se renouvelle IMPLANTATION DE LA LOI FAVORISANT LE DÉVELOPPEMENT ET LA RECONNAISSANCE DES COMPÉTENCES DE LA MAIN-D ŒUVRE ET DE SES RÈGLEMENTS Une Loi qui se renouvelle Un virage vers la qualité L adoption par l Assemblée

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

Paiement préautorisé ou chèque en blanc? S O M M A I R E E X É C U T I F. par

Paiement préautorisé ou chèque en blanc? S O M M A I R E E X É C U T I F. par ? S O M M A I R E E X É C U T I F par avril 2005 LES PAIEMENTS PAR DÉBIT PRÉAUTORISÉS Le nombre de paiements par débit préautorisé (DPA) effectués dans les comptes des consommateurs a connu depuis plusieurs

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

Soins infirmiers et cardio-respiratoires Choisir la FSSS CSN

Soins infirmiers et cardio-respiratoires Choisir la FSSS CSN Soins infirmiers et cardio-respiratoires Choisir la FSSS CSN DANS LES SOINS INFIRMIERS ET CARDIO-RESPIRATOIRES, LA FSSS CSN EST UNE FORCE MARQUANTE En choisissant la CSN et la Fédération de la santé et

Plus en détail

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources

Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Permettre l'accès de tous au logement pour tous Combattre les mécanismes d'exclusion du logement pour insuffisance de ressources Préambule Pour les revenus les plus modestes, le poids du budget logement

Plus en détail

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI

ENTREPRISES MULTINATIONALES MATIÈRE D EMPLOI LES PRATIQUES des ENTREPRISES MULTINATIONALES en MATIÈRE D EMPLOI au CANADA : développer les capacités organisationnelles et les institutions pour favoriser l innovation Jacques Bélanger, Pierre-Antoine

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LA FÉDÉRATION INTERPROFESSIONNELLE DE LA SANTÉ DU QUÉBEC (FIQ) LA FÉDÉRATION AUTONOME DE L'ENSEIGNEMENT (FAE) POUR LES

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Il est temps de réinventer l assurance emploi

Il est temps de réinventer l assurance emploi 1 Conférence IRPP de Diane Bellemare Is it time to reinvent employment insurance? Introduction Au Canada, l assurance chômage a subi plusieurs réformes depuis son adoption en 1940. L objectif du régime

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence

Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Opter pour un agréé de l AQVE, c est choisir la compétence Vérification environnementale Association Québécoise de Vérification Environnementale CONTEXTE ET ENJEU La préservation de l environnement devient

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Budget provincial 2015

Budget provincial 2015 Budget provincial 2015 Le 26 mars 2015, le gouvernement du Québec a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines pourraient avoir un impact sur les membres de l Association

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

MÉMOIRE DE L UMQ PRÉSENTÉ À LA COMMISSION NATIONALE D EXAMEN SUR L ASSURANCE-EMPLOI

MÉMOIRE DE L UMQ PRÉSENTÉ À LA COMMISSION NATIONALE D EXAMEN SUR L ASSURANCE-EMPLOI MÉMOIRE DE L UMQ PRÉSENTÉ À LA COMMISSION NATIONALE D EXAMEN SUR L ASSURANCE-EMPLOI Le 29 juillet 2013 la Commission nationale d examen sur l assurance-emploi i TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION DE L UNION

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires

Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires Leçon 3 : Perspectives politiques et priorités budgétaires OBJECTIFS Les élèves découvriront comment les opinions politiques et les priorités se répercutent sur l établissement du budget fédéral. MOTS

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ

LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ LA COMPLÉMENTARITÉ DES SERVICES ENTRE LA SOCIÉTÉ RADIO-CANADA ET LES TÉLÉDIFFUSEURS PRIVÉS : MYTHE OU RÉALITÉ MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU CONSEIL DE LA RADIODIFFUSION ET DES TÉLÉCOMMUNICATIONS CANADIENNES DANS

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif

Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat. Sommaire exécutif Pensions 4-2 au Québec : Vers un nouveau partenariat Sommaire exécutif Paul Gauthier Richard Guay Michel Magnan Fellow Invité, CIRANO Fellow, CIRANO Fellow, CIRANO ESG-UQÀM JMSB-Concordia Équipe de Direction

Plus en détail