«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire"

Transcription

1 «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme Document de travail

2 Un marché du travail dynamique mais surtout flexible En 1992, on comptabilisait moins de travailleurs à temps partiel. En 2008, on dépasse le million. Il y a donc un doublement du travail à temps partiel depuis une quinzaine d année. Parmi les emplois créés entre 1992 et 2008, plus de 75% sont des temps partiels. Désormais, 22,6% des emplois sur le marché belge sont à temps partiel. Les femmes sont majoritairement touchées. Ce type de flexibilisation du marché du travail n est pas une particularité belge. Le travail à temps partiel représente 26% des travailleurs allemands, faisant suite à une croissance quasi similaire à celle de la Belgique. Les Pays-Bas, malgré un niveau de base déjà élevé, ont connu une progression à peine plus faible. Aujourd hui près d un travailleur hollandais sur deux est à temps partiel. Enfin, le nombre de travailleurs à temps partiel a également cru en France mais deux fois moins rapidement qu en Belgique. Depuis 1996 et l introduction des 35 heures, l emploi à temps partiel n a pratiquement plus progressé. Le fait d abaisser collectivement la durée du temps de travail transforme des temps partiels en temps pleins. En 2008, le nombre moyen d'heures de travail habituellement prestées par semaine dans l'activité principale par un salarié est de 35,3 heures en Belgique, c'est-à-dire un niveau équivalent à celui rencontré en Suède et en Irlande, un peu plus faible qu en France et qu au Royaume-Uni mais plus élevé qu en Allemagne, qu au Danemark et surtout qu aux Pays-Bas (29,9). C est dire si certaines économies industrialisées, et non des moindres, se sont tournées vers l application à grande échelle de réductions individuelles du temps de travail notamment via le temps partiel. Insistons sur le fait que ces réductions n ont pas été négociées. Elles sont imposées aux travailleurs qui en subissent les conséquences en termes de baisse de leur salaire alors que les entreprises sont quant à elles aidées pour maintenir leur compétitivité. Mais qui dit travail à temps partiel dit également salaire partiel. Que signifie encore un salaire minimum interprofessionnel quand 8% des salariés et 44% des salariées belges sont à temps partiel? Rappelons que les objectifs de Lisbonne s appuyaient sur trois piliers : économique, social et environnemental. Sous des politiques libérales et conservatrices parfois menées par des gouvernements de gauche, l objectif social semble se résumer à l amélioration cosmétique des statistiques d emplois et de chômage. Il était pourtant question de création d emplois de qualité. Aussi, d autres modes de flexibilisation du travail se sont ajoutés aux temps partiels. En 1985, équivalents temps plein étaient occupés chaque jour sous contrat intérimaire. En 2008, ils étaient , soit 7 fois plus. A cela il faut encore ajouter les travailleurs en titres-service dont 98% sont des femmes et qui, en à peine quelques années d existence, représente près de travailleurs. Plus que jamais, le travail à temps plein sous CDI doit redevenir la norme. En lieu et place d une somme de réductions individuelles imposées, nous devons défendre la mise en place d une réduction collective du temps de travail négociée qui permette à ceux et celles qui n ont pas la possibilité de travailler à temps plein de ne pas errer dans la misère avec un salaire poche en dessous du seuil de pauvreté. 2

3 La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire La redistribution du travail n a jamais été une préoccupation sérieuse des gouvernements qui se sont succédés. Des plans ont été mis en place mais les gouvernements ont soigneusement évité de trop en parler ou de forcer la marche aux employeurs. Résultat, seules quelques entreprises ont pris le pas de la réduction collective du temps de travail. Pourtant, l exemple français montre assurément que la réduction collective du temps de travail a des retombées positives sur l emploi (création de postes) et l économie nationale. La prétendue perte de compétitivité des entreprises françaises n a pas grand chose à voir avec le passage aux 35h. Elle est vraisemblablement le résultat d une conjonction de facteurs au sein desquels la concurrence fiscale et sociale que se sont livrés les pays voisins (comme l Irlande, l Italie, le Royaume-Uni, la Belgique et l Allemagne) a joué un grand rôle. C est dans ce cadre que nous proposons de remettre la réduction collective du temps de travail à l ordre du jour, en précisant d entrée de jeu qu elle ne peut ni coûter à l entreprise ni signifier une perte de revenus pour le travailleur. Le modèle proposé est le suivant : les employeurs se voient octroyer des réductions de cotisations sociales proportionnellement à la diminution de la durée du travail dans l entreprise et au nombre d embauches compensatoires réalisées. Ces réductions de cotisations permettent de couvrir l augmentation de la masse salariale. Le système est incitatif et non obligatoire. Pour être efficace, il doit être accompagné des moyens de contrôle et de formation nécessaires. La réduction collective du temps de travail n a par ailleurs de sens que si, en parallèle, on stoppe les incitants aux heures supplémentaires comme, ces dernières années, l octroi d avantages fiscaux. Les pertes qu impliquent les réductions de cotisations sociales doivent être compensées via des mesures fiscales justes, et l abandon de cadeaux fiscaux tels que les intérêts notionnels. Nous l avons dit, la répartition des richesses est aujourd hui de plus en plus inégale et les modèles sociaux les plus avancés sont ébréchés de toutes parts, au nom de la seule concurrence économique. La durée du travail, sa flexibilité, son coût, sa productivité sont tour à tour examinés afin de modifier la donnée qui permettrait d augmenter les profits. Nous ne nions pas les défis imposés par la mondialisation de l économie mais nous entendons les relever sans céder aux analyses simplistes des patrons qui répondent à la situation par des licenciements, les délocalisations, la modération voire la régression salariale ou encore l allongement du temps de travail. En réalité, ces attitudes ne proposent aucune solution à long terme pour l emploi et l économie. Que valent deux heures supplémentaires face au niveau des salaires en Chine ou en Europe de l Est? Notre compétitivité doit se construire ailleurs que dans la comparaison avec des salaires au rabais. Les politiques de l emploi pataugent. Entre temps de travail émietté par les titres-services d une part, et les heures supplémentaires rendues attractives d autre part, elles peinent à enrayer le taux de chômage. D après nos calculs, le taux de sous-emploi atteint les 18% de la population active en Belgique. Nous rappelons que la priorité n est pas de réactiver les plus âgés pour satisfaire les lignes directrices européennes, mais bien de trouver les moyens de proposer un contrat de travail aux jeunes qui terminent leur cycle d études. 3

4 Le recul du chômage passe par une meilleure redistribution du temps de travail encore disponible. Certainement pas par l allongement des horaires de ceux qui ont déjà un emploi. Le raisonnement coule de source mais la mise en œuvre de la réduction du temps de travail sans perte de salaire avec embauche compensatoire entraîne des coûts que personne ne veut supporter totalement. Nombre de chercheurs, économistes et autres sociologues du travail ont mis en évidence les avantages d une réduction massive et collective du temps de travail, non seulement pour la solution partielle qu elle offre face au chômage mais pour les différents temps sociaux qu elle libère et la qualité de vie qu elle engendre. La RCTT (réduction collective du temps de travail) doit cependant s envisager sans nuire à la santé financière ou à la compétitivité de l entreprise qui sont elles-mêmes génératrices d emplois. Compte tenu de ces éléments, la FGTB Liège Huy-Waremme livre une proposition chiffrée, basée sur divers réflexions et schémas existants. Principe Introduire des expériences de réduction collective du temps de travail jusqu à 32 heures semaine tout en : incitant l embauche compensatoire à 100%, permettant le maintien du salaire au travailleur, assurant un coût neutre pour l employeur par le biais d une réduction des cotisations sociales patronales. L entreprise qui veut tenter l expérience conclut une convention collective de travail avec les organisations syndicales. Il s agit donc d une initiative à prendre par l entreprise. Il n y a aucune contrainte, que des incitants. Comment calculer l embauche compensatoire? On prend en compte les travailleurs déclarés à l ONSS (ouvriers et employés) ainsi que le nombre d intérimaires occupés en moyenne durant les 12 mois précédant la demande pour la raison «surcroît de travail». Les cadres supérieurs et le personnel de direction ne doivent pas être pris en 4

5 compte ni soumis à la règle. La réduction du temps de travail permet de dégager un certain crédit d heures disponibles pour l engagement de nouveaux travailleurs. Exemple : une entreprise emploie en moyenne 100 travailleurs, hors cadres et personnel de direction, à 38 heures/semaine. La réduction à 32 heures dégage 6 heures par travailleur, soit un total de 600 heures sur les heures prestées initialement. L entreprise peut donc réengager 18,75 équivalents temps plein. Comment inciter l entreprise à embaucher? Notre proposition de réduction collective du temps de travail garantit un coût neutre pour l employeur. Pour ce faire, une réduction structurelle de cotisations patronales est déterminée pour chaque employeur qui tente l expérience de manière à ce que la masse salariale (en euros constants) soit identique avant et après la mise en place de la réduction collective du temps de travail. Ainsi, pour réduction collective du temps de travail de 38 heures à 32 heures avec embauches compensatoires à 100%, la réduction structurelle octroyée abaisse le taux effectif de cotisations patronales jusqu à : 25,59% sur la rémunération brute (x 108%) pour les ouvriers au lieu de 50,56%. 13,73% sur la rémunération brute pour les employés au lieu de 35,06%. La réduction des cotisations patronales s applique sur l entièreté des rémunérations de tous les travailleurs (anciens et nouveaux engagés) sous statut employé et sous statut ouvrier dans les secteurs pour lesquels la prime de fin d année est payée via un fonds de sécurité d existence. Pour les entreprises qui paient en direct la prime de fin d année (13 ème mois) à leurs travailleurs sous statut ouvrier, la réduction des cotisations patronales s applique sur l entièreté des rémunérations, à l exception de la prime de fin d année (13 ème mois), de tous les travailleurs (anciens et nouveaux engagés). Et si l employeur ne compense pas entièrement le temps dégagé? A priori, il n y a aucune obligation d embauche compensatoire ; juste une incitation. Celle-ci repose sur la garantie d un coût neutre pour l employeur par le biais d une réduction des cotisations patronales. Par conséquent, si l engagement d un nombre de travailleurs en équivalent temps plein ne correspond pas à la réduction collective du temps de travail, la réduction structurelle est automatiquement modulée afin de garantir que la masse salariale soit identique avant et après. Plus l embauche compensatoire est importante, plus la réduction structurelle en pourcent du salaire brut 5

6 l est également. Le taux effectif de cotisations patronales diminue dès lors que le taux de compensation augmente. Embauche compensatoire réalisée OUVRIER Réduction structurelle sur les rémunérations brutes à 108% Taux de cotisations patronales effectif EMPLOYE Réduction structurelle sur les rémunérations brutes Taux de cotisations patronales effectif 0% 50,56% 35,06% moins de 5% 2,43% 48,13% 1,07% 33,99% de 5% à 10% 3,68% 46,88% 2,13% 32,93% de 10% à 15% 4,93% 45,63% 3,20% 31,86% de 15% à 20% 6,18% 44,38% 4,27% 30,79% de 20% à 25% 7,43% 43,13% 5,33% 29,73% de 25% à 30% 8,68% 41,88% 6,40% 28,66% de 30% à 35% 9,93% 40,63% 7,46% 27,60% de 35% à 40% 11,17% 39,39% 8,53% 26,53% de 40% à 45% 12,42% 38,14% 9,60% 25,46% de 45% à 50% 13,67% 36,89% 10,66% 24,40% de 50% à 55% 14,92% 35,64% 11,73% 23,33% de 55% à 60% 16,17% 34,39% 12,80% 22,26% de 60% à 65% 17,42% 33,14% 13,86% 21,20% de 65% à 70% 18,67% 31,89% 14,93% 20,13% de 70% à 75% 19,91% 30,65% 15,99% 19,07% de 75% à 80% 21,16% 29,40% 17,06% 18,00% de 80% à 85% 22,41% 28,15% 18,13% 16,93% de 85% à 90% 23,66% 26,90% 19,19% 15,87% de 90% à 95% 24,91% 25,65% 20,26% 14,80% 95% et plus 24,97% 25,59% 21,33% 13,73% Ceci nécessite toutefois la mise en place de procédures de contrôle afin de vérifier le niveau de l embauche compensatoire, mais aussi afin de s assurer qu il s agit bel et bien d une création nette d emplois. Certains pourraient, par exemple, être tentés d engager des sous-traitants. Il n y aurait, dans ce cas, aucune création nette d emploi pour l économie ; juste un déplacement de travailleurs entre deux entreprises avec, en prime, une intensification du travail pesant sur les épaules des anciens travailleurs de l entreprise qui viendrait de réduire le temps de travail. 6

7 Quel serait l impact de telles expériences? A travers 2 exemples, ouvriers et employés, nous avons simulé les impacts, tant pour la Sécurité sociale que pour le marché du travail, d un meilleur partage du temps de travail. Effets d'une réduction du temps de travail dans le secteur privé belge OUVRIERS EMPLOYES Situation initiale Nombre initial de travailleurs Durée hebdomadaire du travail (en heures) Salaire mensuel moyen ( ) Charges patronales directes 50,56% + 15% 35,06% Masse salariale annuelle payée par les employeurs ( ) Charges patronales directes ( ) Coût moyen par travailleur pour les employeurs ( ) Réduction à 32 heures payées 38 Pourcentage de compensation 100% 100% Embauche compensatoire 18,75 18,75 Masse salariale annuelle payée par les employeurs ( ) Charges patronales directes ( ) Différence de masse salariale avec la situation initiale ( ) Réduction structurelle des cotisations patronales ( ) Charges sociales à payer par l'employeur ( ) taux moyen 40,59% 12,62% Perte de recettes pour l'onss ( ) Compensation l'ipp sur les nouveaux salaires ( ) Perte de recettes pour l'onss (si financement alternatif) ( ) Coût moyen par nouveau travailleur pour l'onss ( ) Coût moyen par travailleur pour les employeurs ( ) Réduction moyenne du coût par travailleur ( ) Les deux exemples sont fondés sur un nombre initial de travailleurs de 100 et sur une réduction collective du temps de travail de 38 à 32 heures avec embauche compensatoire à 100%. Dans le régime des ouvriers, une réduction structurelle de par travailleur (anciens et nouveaux) est déduite des cotisations patronales afin de garantir un coût neutre pour l employeur. Le coût moyen par travailleur se contracte dès lors de 15,8%, passant de à Le taux moyen des cotisations patronales passe quant à lui de 50,56% à 25,59%, auxquels il faut ajouter, le cas échéant, 7

8 les cotisations au Fonds de Sécurité et d existence (15%). Au final, chaque nouveau travailleur coûte directement près de à la Sécurité Sociale. C est toutefois sans tenir compte des effets obtenus en retour. En effet, ces nouveaux travailleurs vont percevoir un salaire plus élevé que l allocation de chômage et donc contribuer plus aux recettes à l IPP. Rien qu en comptabilisant ces nouvelles recettes à l IPP et en les transférant intégralement à la Sécurité sociale, on peut estimer la perte moyenne pour l ONSS à par nouveau travailleur engagé. A cela on pourrait encore ajouter des recettes TVA plus élevées Pour le régime des employés, on aboutit à une perte moyenne pour l ONSS de par nouveau travailleur engagé, réduite à si l on tient compte des effets en retour. Aussi, vu que la conclusion d une telle expérience ne peut pas avoir d impact sur la masse salariale de l entreprise, le coût moyen par travailleur (anciens et nouveaux) est réduit de 15,8%, passant de à , grâce à une réduction structurelle de Ces coûts sont certes importants. Ils restent néanmoins bien en-deçà du coût macroéconomique d un demandeur d emploi. Pour 2008, nous estimons ce coût à un peu plus de , auxquels il faudrait ajouter environ pour les mesures wallonnes de formation et de remise à l emploi. Dans les deux exemples exposés ci-avant, l ONSS serait privée d environ par an pour créer 18,75 emplois. En réorientant les réductions de cotisations patronales ciblées, c'est-à-dire 487 millions en 2006, vers des expériences de réduction du temps de travail, on créerait un peu plus de emplois. Aussi, début 2007, sur les 1,4 millions d employés que compte la Belgique, travaillaient à temps plein, soit 65%. De même, sur les 1,2 millions d ouvriers que compte la Belgique, travaillaient à temps plein, soit 67%. Si la réduction collective de travail devait s appliquer à tous les travailleurs à temps plein, la perte pour l ONSS s élèverait à 6,5 milliards. En revanche, elle permettrait la création de emplois ce qui, à situation inchangée, diviserait par 2 le nombre de demandeurs d emplois. Si le gouvernement décidait de dégager une enveloppe de 2 milliards d euros pour sa politique de l emploi, soit la moitié à peine des actuelles réductions structurelles de cotisations patronales, dans les hypothèses de revenus moyens que nous avons prises, on peut créer de à emplois selon que les recettes IPP supplémentaires ne sont pas ou sont affectées au financement de la Sécurité sociale. La FGTB Liège-Huy-Waremme veut rappeler que le rôle de l Etat est d insuffler des mécanismes de régulation de l économie pour que la croissance reste synonyme de bien-être des citoyens et favorise le droit au travail. C est pourquoi nous souhaitons prendre nos responsabilités, provoquer la réflexion, l action, et les pressions constructives. Consolider les avancées, c est tout mettre en œuvre pour que le politique récupère et actionne les leviers trop souvent abandonnés à l économie de marché, c est l amener à recouvrer son influence et sa capacité d intervenir dans la sphère économique. Nous y voyons en effet un moyen efficace de lutter contre le libéralisme débridé qui agresse en permanence notre modèle social, un des meilleurs au monde. 8

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Le Contrat premier emploi

Le Contrat premier emploi www.far.be Le Contrat premier emploi Marie Greffe Septembre 06 Historique En 1999, afin de stimuler le travail des jeunes, Laurette Onkelinx (PS), alors ministre de l Emploi, lance l idée d un «Plan Rosetta»,

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

Heures supplémentaires

Heures supplémentaires Heures supplémentaires Présentation et évolutions des allégements Tepa La loi du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat a créé au 1er octobre 2007, une exonération d impôt

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL

Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Contrat d adaptation professionnelle INFORMATIONS A L USAGE DE L ENTREPRISE FORMATRICE ET DE SON SECRETARIAT SOCIAL Si vous vous posez des questions en matière de PROCESSUS DE FORMATION, voyez les rubriques

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE IMPACT de la NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE MAI 2014 Page 1 sur 26 1. Impact global Issues de l accord signé en mars 2014 et valables pour 2 ans, les nouvelles règles d Assurance chômage ont été

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT

REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT REVOIR LE FINANCEMENT DE L ASSURANCE MALADIE EN BASCULANT DES COTISATIONS SOCIALES VERS D AUTRES SOURCES DE FINANCEMENT Revoir le mode de financement de notre système d Assurance-maladie, institution à

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012

SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012 FLASH N 46-01/10/2012 SALAIRES ET INDEMNITES AU 01.10.2012 ADAPTATION DES SALAIRES ET INDEMNITES à dater du 1 er octobre 2012 Pour les employés (CP 226), conformément à l accord sectoriel 2011-2012 et

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider. Le Syndicat libéral est là pour vous aider. fermeture de votre entreprise

Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider. Le Syndicat libéral est là pour vous aider. fermeture de votre entreprise Fermeture? Faillite? Le Syndicat libéral est là pour vous aider Le Syndicat libéral est là pour vous aider Introduction L entreprise qui vous occupe a été déclarée en faillite. Certes, il s agit d un coup

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé

Fiche n 6. Trois priorités pour les futures négociations. 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Fiche n 6 Trois priorités pour les futures négociations 1 - Bâtir un contrat social renouvelé Lorsque le contexte change, il est très important de vérifier si les objectifs d un système sont toujours adaptés

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais

Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013. traduction du texte original rédigé et signé en néerlandais Commission Paritaire pour les employés du commerce international, du transport et de la logistique Projet de Protocole d'accord 2013-2014 du 28 octobre 2013 traduction du texte original rédigé et signé

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés

Salary Plan. L assurance de groupe flexible pour salariés Salary Plan L assurance de groupe flexible pour salariés Une assurance de groupe : oui ou non? La question ne se pose plus. Mais choisissez la bonne formule. La pension complémentaire : plus que jamais

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale.

2,5 x SMIC horaire x [(12 x 151,67) + nombre d'heures complémentaires ou supplémentaires)] rémunération totale. QUESTION- DU 6 DECEMBRE 2013 2. Calcul du CICE Quelles sont les règles d arrondi? Le montant du CICE, du plafond d'éligibilité et de l'assiette est arrondi à l'euro le plus proche. La fraction d'euro égale

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La prime d innovation

La prime d innovation Le SPF Economie vous informe! La prime d innovation Récompenser un travailleur créatif? Oui! Grâce à l exonération fiscale des primes d innovation La prime d innovation Récompenser un travailleur créatif?

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

CONSTAT N 2 : PLUS MAIGRE LA PENSION!

CONSTAT N 2 : PLUS MAIGRE LA PENSION! Novembre 2012. 15.681 S I G N E S RÉFLEXIONS ET ANALYS E DES PENSIONNÉS & PRÉPENSIONNÉS DU CEPA G SUR LA RÉFORME DES PENSIONS ET DES FINS DE CARRI ÈRE : CONSTAT N 2 : PLUS MAIGRE LA PENSION! Rosenfeldt

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

Le travail à temps partiel Les pièges à éviter

Le travail à temps partiel Les pièges à éviter Le travail à temps partiel Les pièges à éviter 1 HOMMES - FEMMES Les références aux personnes et fonctions au masculin visent naturellement aussi bien les hommes que les femmes. FR-NL Deze brochure is

Plus en détail

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC

QUEBEC. ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC QUEBEC ASPECTS JURIDIQUES Service Expa-Conseil I. LA PROTECTION SOCIALE AU QUEBEC Il existe deux statuts au regard de la sécurité sociale française, le détachement et l expatriation. Le détaché est rattaché

Plus en détail

La sécurité sociale en Belgique

La sécurité sociale en Belgique La sécurité sociale en Belgique Séminaire d économie publique deuxième master en sciences politiques et économiques 4 décembre 2014 Jean-Marc Laasman Directeur - Service d études Solidaris Mutualité Socialiste.

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

TESA Notice additive générale

TESA Notice additive générale TESA Notice additive générale EMPLOYEUR Recto TAUX GLOBAUX DE PART SALARIALE UTILISÉS DANS LE TESA MONTANT DU SMIC OU DU SALAIRE CONVENTIONNEL Verso TAUX DÉTAILLÉS DES PARTS SALARIALE ET PATRONALE (EXEMPLE)

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL LE CHOMAGE PARTIEL Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Lyon Siège social : 20,

Plus en détail

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Andrew Jackson Le présent essai a été rédigé à la suite d articles des médias selon lesquels l ex-ministre des Finances et ex-premier ministre canadien Paul Martin

Plus en détail

Créer votre propre emploi? Relevez le défi!

Créer votre propre emploi? Relevez le défi! Créer votre propre emploi? Relevez le défi! chapitre 5 Créer son propre emploi. Beaucoup en rêvent mais peu en font une réalité. Pourtant, devenir indépendant peut être un moyen de créer son emploi. Les

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR?

RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? RETRAITES : Y A-T-IL UNE SOLUTION IDÉALE EN EUROPE POUR UN AVENIR? Une question européenne mais traitée dans chaque Etat membre L avenir des systèmes de retraite et ses conséquences sur la zone euro, internationalise

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013)

Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) Aide au calcul de votre contribution formation 2014 (exercice 2013) I. Calcul de l effectif Salariés pris en compte dans l effectif Est considérée comme salariée, toute personne ayant reçu une rémunération,

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015

Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015. Ce qui change au 1 er janvier 2015 les infos DAS - n 017 23 janvier 2015 Taux des charges sociales sur les salaires Année 2015 Ce qui change au 1 er janvier 2015 Nouvelle cotisation patronale au fonds de financement des syndicats Assurance

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

CHAPITRE III - LA PAYE

CHAPITRE III - LA PAYE CHAPITRE III - LA PAYE Dans la plupart des entreprises, les charges de personnel représentent le poste le plus important de la valeur ajoutée. C'est dire leur importance en masse globale. Les charges de

Plus en détail

memo Entreprise en faillite : et maintenant?

memo Entreprise en faillite : et maintenant? memo Entreprise en faillite : et maintenant? Table des matières Entreprise en faillite : et maintenant?... 4 Qui est qui lors d une faillite?... 6 Que devez-vous faire?... 7 Que faut-il indiquer sur votre

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Dossier de presse 25 septembre 2013. Partenaire de l

Dossier de presse 25 septembre 2013. Partenaire de l Dossier de presse 25 septembre 2013 Partenaire de l Communiqué de presse Une fédération pour défendre les entreprises de titres-services Les titres-services connaissent un succès croissant. Près d un habitant

Plus en détail

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers.

Cette sur-taxation ne vise pas les CDD qui ont pour finalité les remplacements maladie, maternité, congés payés et les contrats saisonniers. LETTRE D INFORMATION SOCIALE AOÛT 2013 La loi sur la Sécurisation de l Emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 amène plusieurs modifications juridiques et techniques sur la gestion du personnel. Il nous semble

Plus en détail

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application

Dossier d information. DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application DROITS RECHARGEABLES Elargissement de l accès au droit d option pour prendre en compte les difficultés d application MARS 2015 DROITS RECHARGEABLES Mars 2015 SOMMAIRE Une application problématique dans

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11

LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES SESPROS 2O11 LA PROTECTION SOCIALE EN BELGIQUE DONNÉES 2O11 Au niveau international et européen en particulier, les soins de santé et la vieillesse occupent le premier rang en matière de protection sociale. Les Etats

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

FICHE n 4 Les éco-chèques

FICHE n 4 Les éco-chèques FICHE n 4 Les éco-chèques 1. Revendication Négocier la conversion des éco-chèques en salaire brut. 2. Législation a. En générale L accord interprofessionnel 2009-2010 instituait avec les éco-chèques un

Plus en détail

Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012

Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012 Chômage économique pour les employés à partir du 1er janvier 2012 Contexte et entrée en vigueur A la suite de la crise économique mondiale, un certain nombre d'actions de crise temporaires ont été entreprises.

Plus en détail

Et si on reparlait du temps dédié au travail? Mai 2014

Et si on reparlait du temps dédié au travail? Mai 2014 Et si on reparlait du temps dédié au travail? Mai 2014 1 SOMMAIRE 1. Méthodologie et contexte 2. Stabilité des attentes et enjeu lié à la gestion du développement professionnel 3. L organisation du temps

Plus en détail

SSIG UN ÉCLAIRAGE COMPARATIF PA S C A L E V I E L L E F E R R A R A 1 4 / 0 2 / 2 0 1 3

SSIG UN ÉCLAIRAGE COMPARATIF PA S C A L E V I E L L E F E R R A R A 1 4 / 0 2 / 2 0 1 3 SSIG UN ÉCLAIRAGE COMPARATIF PA S C A L E V I E L L E F E R R A R A 1 4 / 0 2 / 2 0 1 3 LA SÉCURITÉ DES CITOYENS EUROPÉENS, UN DÉFI À LA CRISE La transformation des besoins exige une renégociation fondamentale

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

note documentaire Cce 2012-0224 Méthodologies utilisées pour le calcul des taux d imposition implicites

note documentaire Cce 2012-0224 Méthodologies utilisées pour le calcul des taux d imposition implicites note documentaire Cce 2012-0224 Méthodologies utilisées pour le calcul des taux d imposition implicites MR/CB/VD/SL 2 mars 2012 Méthodologies utilisées pour le calcul des taux d imposition implicites

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

immigration conséquences positives pour les assurances sociales

immigration conséquences positives pour les assurances sociales immigration conséquences positives pour les assurances sociales Fiche d information 4 : Assurances sociales L essentiel en bref : Seuls ceux qui cotisent aux assurances sociales peuvent bénéficier de leurs

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier

travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier travailler en france frontalière Guide pratique du travailleur frontalier 1 Vous exercez votre activité professionnelle, salariée ou indépendante, sur le territoire français mais résidez sur le territoire

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Les heures supplémenta ires. Février 2014. Consultez notre site ucm.be

Les heures supplémenta ires. Février 2014. Consultez notre site ucm.be Les heures supplémenta ires Février 2014 Editeur responsable : Secrétariat social des Classes Moyennes de la Province de Liège, Joëlle Pirlet, administrateur délégué, boulevard d Avroy 44, 4000 Liège Date

Plus en détail

Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, mobile dans la Grande Région?

Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, mobile dans la Grande Région? www.frontalierslorraine.eu www.espaceculturelgr.eu Quel est le régime d assurance maladie applicable à l artiste de spectacle vivant, Novembre 2011 2 Introduction Le CRD EURES Lorraine est une association

Plus en détail

Frédéric Clerbaux Conseiller juridique à l'unipso

Frédéric Clerbaux Conseiller juridique à l'unipso Les nouveautés APE en 2013 Frédéric Clerbaux Conseiller juridique à l'unipso Préambule De nouvelles modifications vont entrer prochainement en vigueur. Sans changer fondamentalement le dispositif APE,

Plus en détail

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation?

Quel avenir pour l intérim. en pleine mutation? Quel avenir pour l intérim dans un marche du travail en pleine mutation? Les mutations économiques intervenues au cours des 35 dernières années ont fait naitre de nouvelles organisations du travail 1980

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Aujourd hui, il est consultant dans les domaines de Paie, Déclarations et Ressources Humaines.

Aujourd hui, il est consultant dans les domaines de Paie, Déclarations et Ressources Humaines. Emploi Salarié Retraité Document réalisé par Albert CREPALDI, septembre 2008 Présentation : Albert CREPALDI a passé toute sa carrière depuis 1970 dans le monde du service paie et RH, au sein d une grande

Plus en détail

TRAVAILLER COMME ARTISTE

TRAVAILLER COMME ARTISTE ARTISTE Qui est artiste?... 1 Travailler comme artiste... 2 Travailler par l'intermédiaire de Tentoo... 2 Le régime des petites indemnités... 2 Prestation artistique versus statut d'artiste... 3 Le statut

Plus en détail

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER :

Les employeurs dont les salariés entrent dans le champ de l'assurance chômage. A NOTER : Loi n 2003-47 du 17 janvier 2003 Décret 2003-487 du 11 juin 2003 Loi n 2004-1484 du 30 décembre 2004 Décret 2007-968 du 15 mai 2007 Décret n 2007-1380 du 24 septembre 2007 Loi n 2010-1594 du 20 décembre

Plus en détail

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de séjour (missions) en Belgique et à l étranger

Plus en détail

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise

Employee Benefits Easy Plan L assurance de groupe pour la petite entreprise Employee Benefits L assurance de groupe pour la petite entreprise : l assurance de groupe pour la petite entreprise Ma petite entreprise, j en suis fier. Je l ai créée et je l ai développée avec beaucoup

Plus en détail

LICENCIEMENT COLLECTIF, FERMETURE D ENTREPRISE, FAILLITE : QUELS DROITS POUR LES TRAVAILLEURS CONCERNES?

LICENCIEMENT COLLECTIF, FERMETURE D ENTREPRISE, FAILLITE : QUELS DROITS POUR LES TRAVAILLEURS CONCERNES? LICENCIEMENT COLLECTIF, FERMETURE D ENTREPRISE, FAILLITE : QUELS DROITS POUR LES TRAVAILLEURS CONCERNES? Etude Par Herbert MAUS, Form Action André Renard. et ceux confrontés à cette problématique disposent

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail

Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail Belgique : Gros plan sur les maladies professionnelles et les accidents du travail L assurance belge contre les maladies professionnelles et les accidents du travail occupe une place particulière dans

Plus en détail