Le Président de la République reçoit la Fédération des Banques de Mauritanie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Président de la République reçoit la Fédération des Banques de Mauritanie"

Transcription

1 Clôture de la 2 ème session parlementaire ordinaire Les présidents du Sénat et de l'assemblée Nationale ont rendu public, mercredi, un communiqué dans lequel ils précisent que la deuxième session ordinaire de l'année parlementaire est prévue le jeudi 9 juillet 2015 à 23 heures. HORIZONS Imsakiya Jeudi 22 Ramadan Ftour :...19 h 44 Imsak:...4 h 58 Vendredi 23 Ramadan Ftour :...19 h 44 Imsak:... 4 h 58 QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATIONS - ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION - N 6552 DU JEUDI 09 JUILLET 2015 PRIX : 100 UM Le Président de la République reçoit la Fédération des Banques de Mauritanie Le ministre de l Environnement devant l Assemblée nationale : " Des mesures appropriées pour le traitement des ordures de Tivrit " Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a reçu en audience, hier après-midi au Palais Présidentiel à Nouakchott, la Fédération des Banques de Mauritanie conduite par son président, M. Isselmou Ould Tajedine. À l'issue de l'entrevue, M. Isselmou Ould Tajedine a indiqué que les membres de la Fédération ont été honorés par l'audience que leur a accordée le Président de la République avec qui ils ont discuté du progrès enregistré par notre pays dans le domaine bancaire au cours de la période 2009 à La même période a été également marquée par un accroissement des succursales bancaires dans toutes les wilayas du pays qui a permis de densifier le maillage financier national, de rapprocher les services bancaires des citoyens à l intérieur du pays, de mettre sur le marché de nouveaux produits bancaires et de fournir des facilités de paiement à l intérieur et à l extérieur du pays. Lire en page 3 La séance plénière de l Assemblée nationale qui s est tenue hier, sous la présidence de M. Mohamed Ould Boïlil, président de cette chambre, a été consacrée aux réponses du ministre de l Environnement et du Développement durable, M. Amédi Camara, relatives à une question orale d un député au sujet des conséquences et des risques liés au traitement des ordures au niveau du centre de Teverit à l ouest de la moughataa de Wad Naga. Le ministre a assuré que plusieurs missions d experts ont été dépêchées par son département au niveau de ce site de traitement des ordures, affirmant que toutes les dispositions ont été prises conformément aux normes environnementales les plus rigoureuses, de telle sorte que ce centre d enfouissement et de traitement des ordures ne représente aucun risque pour les habitants de Teverit et pour leur cadre de vie. Lire en page 4 Validation des objectifs de l'énergie durable pour tous Le Sénat adopte un projet de loi de recouvrement des créances des banques Le Sénat a adopté, au cours d'une séance plénière tenue mercredi à Nouakchott sous la présidence de M. El Hadj Abdoul Ba, vice-président de cette chambre, un projet de loi abrogeant et remplaçant la loi du 23 novembre 2011 et instituant un régime particulier de recouvrement des créances des banques et établissements de crédit. Le Sénat a également tenu une séance plénière réservée à la réponse à une question orale adressée au ministre de l'education nationale relative à l'amélioration des conditions des enseignants et l'état des salles de classes. Le Sénat a aussi adopté un projet de loi portant code des hydrocarbures bruts. Lire en page 4 Les travaux d'un atelier de restitution et de validation de l'évaluation et de l'analyse des écarts à combler pour atteindre les objectifs de l'énergie durable pour tous ont débuté, hier matin, à Nouakchott. Au cours de la rencontre, les participants se penchent sur un rapport qui traite de la situation, des opportunités, des écarts et des perspectives des énergies et de l'efficacité énergétique. Au cours des dernières années, l'etat a consenti d importants investissements pour réaliser des infrastructures de production, de transport et de distribution de l'énergie tout comme il s attelle à valoriser le potentiel énergétique (solaire, éolien et gazier) que recèle le pays. Le rapport sur l'énergie propose une meilleure adéquation entre les objectifs et les potentialités en vue d une plus grande efficacité au service d une énergie durable qui profite à tous les citoyens et sous-tend un développement pérenne. Lire en page 3 Pluviométrie : Des précipitations enregistrées sur des villes et localités du pays Réchauffement de la planète La science au chevet du climat Lire en page 5 Lire en page 7

2 Page 2 ADRESSES UTILES Police Secours 17 Sapeurs Pompiers 18 Brigade Maritime Brigade Mixte SOMELEC (Dépannage) SNDE Météo Avis aux Employeurs COMMISSARIATS DE POLICE Commissariat TZ Commissariat TZ Commissariat Ksar Commissariat Ksar Commissariat El Mina Commissariat El Mina Commissariat Sebkha Commissariat Sebkha Commissariat Riadh Commissariat Riadh Commissariat Arafat Commissariat Toujounine Commissariat Dar Naïm Commissariat Dar Naïm Commissariat Teyarett Commissariat Teyarett Commissariat Spécial Aéroport Commissariat Voie publique Direction Régionale de la Sûreté Police Judiciaire HÔPITAUX Centre Hospitalier National Hôpital Cheikh Zayed Polyclinique PMI Pilote PMI Ksar PMI Teyarett CLINIQUES Clinique Moulaty Clinique Najar Clinique Kissi Clinique Dr. Moumine Clinique Makam Ibrahim Clinique Ben Sina Clinique Tisram Clinique Clinique El Qods Clinique Adama Diani Clinique Bien-être Clinique Chiva BANQUES BAMIS BADH BMCI BNM BCI BACIM BANK CHINGUETTI BANK GBM SOCIETE GENERALE MAURITANIE ATTIJARIBANK MAURITANIE Le Directeur Général de la CNSS informe l'ensemble des employeurs affiliés à la Sécurité Sociale qu'au terme de l'arrêté n 561/MFPTMA du 7 avril 2015, les déclarations sont désormais trimestrielles et doivent être déposées à la Caisse avec le règlement correspondant, dans les 15 premiers jours de chaque trimestre civil, pour les cotisations du trimestre civil précédent. Les employeurs occupant plus de 19 travailleurs ne sont plus tenus de déposer des déclarations mensuelles, HORIZONS QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATION ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION DIRECTEUR DE PUBLICATION, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION: Yarba Ould Sghaïr DIRECTEUR DE LA RÉDACTION : Le Directeur Général Mohamed Aly DEDEW Mohamed Saleh Ould Chighaly AMI FAX: B P: 371/ 467 Département Promotion et Distribution: Siège: / RÉDACTEUR EN CHEF : SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA RÉDACTION : Diagana Babouna Baba Dianfa Traoré RESPONSABLE DE LA MAQUETTE : Elhadrami Ould Ahmedou TIRAGE : IMPRIMERIE NATIONALE

3 HORIZONS N 6552 DU JEUDI 09 JUILLET 2015 ACTUALITE Page 3 Le Président de la République reçoit la Fédération des Banques de Mauritanie Le ministre de la Défense s'entretient avec l'ambassadeur de France Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a reçu en audience, hier après-midi au Palais Présidentiel à Nouakchott, la Fédération des Banques de Mauritanie conduite par son président, M. Isselmou Ould Tajedine. À l'issue de l'entrevue, M. Isselmou Ould Tajedine a indiqué que les membres de la Fédération ont été honorés par l'audience que leur a accordée le Président de la République avec qui ils ont discuté du progrès enregistré par notre pays dans le domaine bancaire au cours de la période 2009 à 2014 marquée par une évolution de 120 % à 140 %. Il a aussi précisé que cette période a été caractérisée par un accroissement des succursales bancaires dans toutes les wilayas du pays avant d'ajouter que des moyens de paiement électronique ont été fournis aux résidents nationaux à l'étranger afin de leur permettre de s'acquitter de leurs factures d'hôtels et de payer les différents services dont ils ont besoin. Il a également noté que les étrangers résidant en Mauritanie ont également bénéficié des mêmes facilités de paiement. Le président de la Fédération a, en outre, affirmé que les discussions ont porté sur les problèmes que rencontre le système bancaire dans notre pays avant d'assurer que le Président de la République leur a souligné l'importance capitale qu'il accorde à la promotion du secteur bancaire et à sa pérennité afin de lui permettre de jouer son rôle dans le développement de notre économie nationale. L'audience s'est déroulée en présence du ministre des Finances, M. Moctar Ould Diay et du gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie, M. Abdel Aziz Ould Dahi. Evaluation de la situation des pesticides en Mauritanie Le ministre de l'agriculture, M. Brahim Ould Mbarek Ould Mohamed El Moctar, a déclaré, hier, que malgré le rôle important des pesticides dans la lutte contre les ennemis de culture, les pesticides périmés cons tituent des dangers sur la santé publique et sur la biodiversité. Cette déclaration intervient, lors d'une réunion des partenaires techniques et relative à la problématique des pesticides périmés, tenue hier au ministère de l'environnement et du Développement durable en présence des ministres de la Santé, de l'environnement et du Développement durable. Le ministre a précisé qu'autant la Mauritanie a toujours compté sur ses partenaires au développement en matière de lutte contre l'invasion des criquets pèlerins, autant elle compte sur eux pour une élimination totale des pesticides périmés du fait de leurs dangers sur la santé et l'environnement. Les participants ont suivi un exposé présenté par les techniciens du secteur de l'agriculture avec la collaboration des secteurs respectifs de la santé et de l'environnement, relatif à la situation des pesticides et leur répartition géographique sur le territoire national. L'exposé a mis en relief les quantités de pesticides périmées estimées à 113 tonnes et litres en plus d'un dépôt de pesticides non périmés estimé à 350 tonnes et litres. Les partenaires techniques et financiers ont loué l'initiative du gouvernement relative à la recherche de solutions liées à la problématique des pesticides en Mauritanie. Ils ont recommandé l'élaboration de fichiers plus précis pour faciliter l'atteinte des objectifs. Au cours de cette réunion, il a été décidé d'élargir la commission technique chargée du dossier des pesticides aux partenaires pour garantir la pérennité de l'appui et des financements. Le représentant de la FAO en Mauritanie a déclaré que son organisation planche sur les aspects liés à la lutte contre les criquets pèlerins dans la sous-région et l'usage des pesticides pour une meilleure sécurité alimentaire des peuples. Adrar : Distribution de poissons aux populations démunies Au total, 18 tonnes de poissons viennent d'être distribuées gratuitement aux populations à faible revenu dans la ville d'atar et ses environs en ce mois béni de Ramadan par la Société Nationale de Distribution de Poissons. L'opération s'est déroulée hier sous la supervision du wali mouçaid de l'adrar, M. Lebatt Ould El Moktar, en présence de l'adjoint du maire d'atar et du représentant de la Société Nationale de Distribution de Poissons. Le wali a déclaré, à cette occasion, que cette assistance intervient sur instructions du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, appelant à l aide aux populations nécessiteuses. La commissaire aux Droits de l'homme et à l'action humanitaire, Mme Aichetou Mint M'Haiham, a supervisé, mardi à Nouakchott, la cérémonie de lancement des travaux de l'atelier sur les concertations finales du second cycle du rapport national de l'examen périodique universel (EPU). La commissaire a indiqué, à cette occasion, que l'atelier permettra aux participants d'examiner le contenu du rapport élaboré dans le cadre d'un processus de concertation, tout en prenant en compte les avis de tous les acteurs concernés. Elle a réaffirmé, également, le grand intérêt accordé à cette concertation dont les recommandations seront retenues dés l'approbation du rapport par le gouvernement. Mme Mint M'haiham a rappelé, par la suite, l'attachement du gouvernement à ses engagements en matière de droits de l'homme, illustrant ses propos par les importantes mesures prises dont la création d'une commission technique multisectorielle, Le ministre de la Défense nationale, M. Diallo Mamadou Bathia, a reçu, hier à Nouakchott, SEM Joél Meyer, l'ambassadeur de France accrédité en Mauritanie. Le diplomate français s est félicité, à cette occasion, du niveau distingué des relations de coopération entre les deux pays et le rôle pionnier joué par la Mauritanie dans la sécurité sous-régionale, réitérant l'appui de son pays à la Mauritanie à travers le G5, jusqu'à l'atteinte de ses objectifs légitimes de garantie de la sécurité et de la paix dans la sous-région. Il a félicité, également, le ministre de la Défense nationale pour l'opérationnalité de l'armée mauritanienne, constatée à travers l'excellent équipement et la bonne organisation des corps militaires qu'il a eu l'honneur de visiter. L'entrevue s'est déroulée en présence du secrétaire général par intérim, du Colonel Mohamed Lemine Ould Chourve, du Colonel Hanena Ould Henoune, du directeur des Services financiers au ministère de la Défense nationale, du directeur des Relations extérieures au même département ainsi que du Colonel Seyid Ould Asry, directeur du cabinet du ministre de la Défense nationale et l'attaché militaire à l'ambassade de France à Nouakchott. Concertations sur le rapport national de l'epu chargée d'élaborer les rapports adres- sés aux instances habilitées et la révision des lois relatives à la lutte contre la torture. Elle a souligné, enfin, la ratification du projet de loi créant un mécanisme national de lutte contre la torture, qui est en cours d'adoption par le parlement pendant son actuelle session. Mme Mehret Ghebray a indiqué, au nom du représentant du Haut-commissariat aux Droits de l'homme en Mauritanie, que l'examen périodique universel représente un instrument d'appréciation de la situation des droits de l'homme dans tous les Etats membres de l'onu, sous forme de dialogue interactif entre l'etat d'examen et le reste des membres des Nations Unies. Elle a indiqué, également, que les concertations relatives au second cycle du rapport national de l'examen périodique universel constituent une occasion pour créer une participation active et réelle de tous les acteurs.

4 ACTUALITE Page 4 Le ministre de l'environnement à l Assemblée nationale : " Des mesures appropriées pour le traitement des ordures de Tivrit " L'Assemblée Nationale a consacré sa session plénière, tenue hier à Nouakchott, sous la présidence de M. Mohamed Ould Boilil, son président, aux réponses données par le ministre de l'environnement et du Développement durable, M. Amedi Camara à la question orale posée par le député Mohamed Abderrahmane Dede Baba relative aux effets négatifs sur les habitants découlant du traitement des ordures au niveau de la zone-ouest de la moughataa de Wad Naga. S adressant au ministre, le député a qualifié de catastrophe environnementale et sanitaire l'usage de cette zone pour l'enfouissement des ordures, lui demandant d'expliquer les raisons de cette situation et d'éclairer l'opinion publique sur les mesures prises pour épargner aux citoyens les préjudices de ces dangers. Dans sa réponse, le ministre de l'environnement et du Développement durable, a, tout d'abord, exprimé sa joie de se trouver devant les honorables députés pour éclairer l'opinion publique sur cette affaire. M. Camara a ensuite souligné que le centre d'enfouissement des ordures de Tivirit fait l'objet d'un grand intérêt de la part de son département et que plusieurs missions ont été dépêchées en vue d'évaluer la situation au niveau de cette zone. Le ministre a encore indiqué que plusieurs remarques à propos de la conception de ce centre avaient été enregistrées en 2008 dont le constat que l'enfouissement des ordures ne répondait pas aux normes exigées, en plus de l'existence de conteneurs inadaptés. Ces remarques avaient conduit le département à élaborer une consultation technique qui a abouti à un rapport détaillé sur l'ensemble des mesures à prendre dans le domaine du traitement des ordures au niveau de ce centre, a ajouté le ministre. Il a ensuite précisé que parmi ces mesures figurent l'interdiction d'incinérer ou de déposer les ordures en dehors du centre, ainsi que la délimitation d'une nouvelle zone appropriée pour le traitement des déchets chimiques et autres polluants. Aussi, le ministre a révélé que toutes ces mesures ont été notifiées à tous les départements ministériels concer nés afin que ce centre joue son rôle dans le cadre du respect de l'environnement. Le ministre a, par la suite, souligné que toutes les questions liées à la santé des citoyens font l'objet d'une attention particulière. Il n a pas manqué de rappeler dans ce cadre la visite effectuée au centre de traitement des ordures de Tivirit par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, qui s'est informé sur place des mesures prises à ce sujet. M. Camara a affirmé qu'il convient de distinguer une situation de flottement entre les deux phases de gestion de ce centre d'enfouissement des ordures. La première phase est relative à la période de la société Pizzorno et la deuxième concerne l'étape de la gestion actuelle du centre par la Communauté urbaine de Nouakchott (CUN). Entre ces deux phases, il y a eu une période transitoire qui est à l'origine des perturbations constatées. Par ailleurs, le ministre a rappelé la mesure d'interdiction des sachets plastics après une étude qui a prouvé que 90% des déchets sont composés de ces plastics. Cette décision, a souligné le ministre, a été saluée par les organisations internationales con cernées par l'environnement, en plus du fait que plusieurs pays voisins essaient de tirer profit de l'expérience mauritanienne dans ce domaine. A la fin de son intervention, le ministre a exprimé sa joie de recevoir tous les citoyens qui ont des problèmes relatifs à l'environnement, rappelant que cela entre dans le cadre des missions de son département qui considère que la protection de l'environnement est une mission participative qui exige la mobilisation de tous. La commission des Affaires étrangères examine quelques projets de loi La commission des Affaires étrangères à l'assemblée nationale a consacré la réunion qu'elle a tenue hier matin, sous la présidence du député Mohamed Ould Seyid Ould Guelaye, son président, à l'examen du projet de loi autorisant la ratification de la convention entre le gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le secrétariat de l'institut intergouvernemental pour la Recherche scientifique et l'organisation Internationale pour la Reforme d'urgence portant création d'un siège pour l'institut et l'organisation susmentionnés. Au cours de cette réunion, la commission a suivi un exposé relatif à cette convention présenté par la ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mme Vatma Vall Mint Soueinae. A l'issue de la réunion, la commission des Affaires étrangères élaborera un rapport détaillé qui sera présenté lors de la prochaine séance plénière de la chambre basse. La commission des Relations extérieures discute deux projets de loi La commission des Relations extérieures à l'assemblée Nationale s'est réunie, hier à Nouakchott, sous la présidence du député Mohamed Ould Seyid Ould Guelaye, son président. La réunion était consacrée à la discussion de deux projets de lois, le premier, relatif à l'accord de coopération entre la République Islamique de Mauritanie et l'etat du Qatar dans le domaine de l'environnement et le second a trait à la convention de Minamata sur le mercure. Au cours de cette réunion, le ministre de l'environnement et du Développement durable, M. Amedi Camara, a présenté un exposé devant la commission sur les deux projets de loi. Au terme de la réunion, la commission élaborera deux rapports détaillés qu'elle soumettra à l'assemblée Nationale pour adoption en séance plénière. Sénat : L'année 2015 a vu la réhabilitation de l'école publique Le Sénat a tenu une séance plénière sous la présidence de M. Mohamed El Hacen Ould El Hadj, son président. Cette séance était réservée à la réponse à une question orale adressée par le sénateur Mohamed Ould Ghadde à M. Ba Ousmane, ministre de l'education nationale. Voici l intitulé de la question orale : " Après la proclamation par le gouvernement de l'année 2015, année de l'education, les citoyens s attendaient à ce qu une attention particulière soit accordée à ce secteur notamment en ce qui concerne l'amélioration des conditions des enseignants et l'état des salles de classes. Pourquoi l'année de l'education ne diffère-t-elle pas des années précédentes? Pourquoi n'a-t-on pas défini une stratégie claire et permanente en matière d'éducation? Dans sa réponse, le ministre de l'education nationale a indiqué que le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz accorde une attention particulière au secteur de l'education nationale, que la proclamation de l'année 2015 année de l'education constitue une première dans l'histoire du pays, et qu'elle marque le début d'une nouvelle et sérieuse réforme du secteur de l'éducation. Le ministre de l'education nationale a précisé que l'année 2015 a vu la réhabilitation de l'école publique et son département a, au cours des derniers mois, recensé les insuffisances enregistrées au niveau des établissements scolaires et des effectifs pédagogiques sur le plan national. Le ministre a également rappelé qu'au cours de cette année, son département a mis à jour une importante base de données et lancé un programme national qui vise à la construction de centaines d'infrastructures scolaires, et à l'électrification et l'équipement d'un grand nombre d'écoles ainsi que l'amélioration de conditions de vie des enseignants et le recrutement de bénévoles pour résorber les déficits. Il a, ensuite, affirmé qu'au cours de cette année, le département n'a enregistré aucun cas d'absence non justifiée au niveau des effectifs enseignants. Dans ses réponses aux questions posées par les sénateurs, M. Ba Ousmane a rendu hommage aux intervenants et a indiqué que chacun doit jouer le rôle qui lui revient tout en rappelant que le ministère de l'education adopte le principe de la concertation. Le Sénat adopte un projet de loi de recouvrement des créances des banques Le Sénat a adopté, au cours d'une séance plénière tenue, mercredi à Nouakchott, sous la présidence de M. El Hadj Abdoul Ba, vice président de cette chambre, un projet de loi abrogeant et remplaçant la loi du 23 novembre 2011 et instituant un régime particulier de recouvrement des créances des banques et établissements de crédit. Prenant la parole à cette occasion, Me Brahim Ould Daddah, ministre de la Justice, qui représentait le gouvernement à la plénière, a passé en revue le texte de loi, mettant en relief les motifs de l'abrogation de la loi. Il a, à ce sujet, précisé l'importance du rôle joué par les banques et les établissements de crédit dans le développement et la prospérité des pays. Mais ces institutions, a-t-il dit, ont fait l'objet, à une période donnée, de détournements systématiques qui ont conduit à la faillite de la plupart d'entre elles et le trébuchement des autres. En réponse aux questions des sénateurs, le ministre de la Justice a indiqué que l'ancienne loi qui, bien que ne datant pas de longtemps, n'a pas résorbé les insuffisances pour lesquelles elle a été élaborée, ce qui a nécessité, a-t-il dit, sa modification pour faire face à l'évolution des méthodes de détournement et le non respect par la plupart des opérateurs de leurs engagements. Il a, en outre, souligné l'importance de l'adoption du texte comme mécanisme de garantie permettant aux établissements de crédits de recouvrer leurs fonds et pour mettre un terme à la pratique de la fraude et autres formes de détournements qui se soldent en général par un impact négatif sur l'économie nationale. Le ministre a noté que le nouveau texte a pour objectif la protection des intérêts des uns et des autres contre les opérateurs de mauvaise foi. Quant aux clients fidèles et honnêtes, le texte ne vise que protéger leurs intérêts, a-t-il affirmé. Le Sénat adopte un projet de loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi portant code des hydrocarbures bruts Lors d une séance plénière tenue hier aprèsmidi, sous la présidence de M. El Hadj Abdoul Ba, son vice-président, le Sénat a adopté un projet de loi modifiant et complétant certaines dispositions de la loi N 033/2010 du 20 juillet 2010, modifiée par la loi N 44/2011 du 25 octobre 2011 portant code des hydrocarbures bruts. Au cours de cette séance, le gouvernement était représenté par M. Mohamed Salem Ould El Bechir, ministre du Pétrole, de l'energie et des Mines. A cet effet, le ministre a indiqué que l'application du code des hydrocarbures bruts a montré la nécessité de la révision de certaines dispositions relatives au domaine pétrolier national afin de permettre à l'etat d'explorer l'ensemble du territoire national à l'exception des réserves naturelles. Il a ajouté que la modification concerne essentiellement l'article 7 qui, dans sa formule actuelle, ne permet pas d'accorder des permis de recherche au niveau des zones avoisinant les frontières nationales et qui ne peuvent pas être réparties en unités de 5 Km de côté enregistré. La présente modification vient combler cette lacune et propose que la recherche puisse couvrir les zones avoisinant les frontières nationales et que les unités à explorer soient moins grandes à condition qu'elles soient accordées par le conseil des ministres. Dans ses réponses aux questions des sénateurs, le ministre du Pétrole, d l'energie et des Mines a précisé que le gouvernement accorde une attention particulière à la protection de l'environnement et que les sociétés internationales qui interviennent dans le domaine de la recherche pétrolière s'engagent à préserver l'environnement et ce à tous les niveaux de la recherche.

5 ACTUALITE Page 5 Validation des objectifs de l'énergie durable pour tous Les travaux d'un atelier de restitution et de validation d'évaluation et d'analyse des écarts à combler pour atteindre les objectifs de l'énergie durable pour tous, ont débuté, hier matin, à Nouakchott. Au cours de la rencontre, les participants se penchent sur un rapport qui traite de la situation, des opportunités, des écarts et des perspectives des énergies et de l'efficacité énergétique. Dans le discours qu'il a prononcé à cette occasion, le secrétaire général Les travaux d'un atelier de restitution du rapport provisoire de l'enquête intitulée "Environnement urbain et santé à Nouakchott" ont démarré, hier à Nouakchott. L objet de cette rencontre, organisée par le Laboratoire d Etudes environnementales et de Recherches géographiques à la Faculté de Lettres et de Sciences humaines à l'université de Nouakchott en collaboration avec l'organisation Mon diale de la Santé (OMS), est d étudier les impacts environnementaux sur la santé des populations de Nouakchott, y compris la pollution émanant des usines, des changements climatiques et de certains arbres nuisibles à l'environnement. Ouvrant les travaux de l'atelier, Dr Sidi Ould Mohamed Abdallahi, président de l'université de Nouakchott, a indiqué que l'environnement urbain constitue l'une des du ministère du Pétrole, de l'energie et des Mines, Dr Mohamed Ould Cherif, a indiqué que le gouvernement, sur instruction du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a fait du secteur de l'energie l'une de ses priorités puisqu'il constitue, selon lui, un véritable support au développement économique et social du pays. Il a, par la suite, souligné que l'important volume des investissements consentis par l'etat pour réaliser des préoccupations essentielles du développement économique et social étant donné son lien étroit avec la santé publique. Il a ajouté que l'université de Nouakchott a décidé, dans le cadre de sa stratégie de promotion de la recherche scientifique, la création d'unités de recherche spécialisées et des laboratoires chargés d'étudier et d'analyser toutes les problématiques de développement. Il a enfin remercié l'oms pour l'appui qu'elle accorde à l'université de Nouakchott dans le domaine de la recherche scientifique. De son côté, le représentant de l'oms en Mauritanie, Dr Jean Pierre Baptiste, a indiqué que les ministres en charge de l'environnement de l'afrique se sont accordés sur la mise en œuvre d'un cadre d'adaptation de la santé publique au changement climatique. Il a ajouté infrastructures de production, de transport et de distribution de l'énergie démontre l'intérêt accordé à ce secteur. Il a aussi précisé que notre pays recèle d'importantes potentialités (solaire, éolienne et gazière) permettant à l'etat de répondre à la demande croissante en énergie à travers l'exploitation intense des potentialités nationales qui constituent une source énergétique permanente et facile à exploiter. Le représentant résident adjoint du PNUD, M. José Gabriel Vitoria Levy a, de son coté, félicité notre pays pour ses efforts visant la promotion de l'accès à l'énergie propre. Il a également précisé qu'il reste pour la Mauritanie, qui a adhéré à l'initiative "Energie Durable pour Tous" en 2013, l'élaboration du plan d'action dont la mise en œuvre par notre pays avec l'appui de ses partenaires au développement va aboutir à atteindre des objectifs de l'initiative. L'accès à l'électricité, dans notre pays, est de 34 % alors que moins de 5 % de sa population rurale n'a pas d'électricité. Restitution du rapport de l'enquête " Environnement urbain et santé à Nouakchott" M. Ahmed Ould Ehel Daoud, ministre des Affaires islamiques et de l'enseignement originel, a supervisé, hier à Foum Gleita, relevant de la moughataa de M'Bout (Gorgol), l'inauguration d'une mahadra pour l'enseignement du Coran, sur financement du Projet "Appui à l'enseignement originel dans les zones défavorisées en matière d'enseignement". La mahadra accueille 30 élèves dont 30% de filles. La durée d'étude pour la récitation du Coran est de 2 ans. que les ministres se sont engagés à mettre en œuvre 11 actions prioritaires afin de résoudre efficacement les problèmes liés aux interfaces santé et environnement. Il a indiqué que cette étude s'insère dans le cadre de la fourniture de données factuelles, qui inséreront l'élément clé pour une bonne planification des interventions de lutte contre les maladies liées à l'environnement. Dans une déclaration à l'ami, Dr. Moctar Ould Hacen, président du Laboratoire d Etudes environnementales et de Recherches géographiques à l'université de Nouakchott, a dit que son équipe a mené une étude ciblant certaines familles à El Mina et Arafat qu'elle a questionnées sur les problèmes de santé qu'elles rencontrent. Les résultats de cette enquête, a-t-il précisé, ont montré que les maladies dont souffrent des membres de ces familles sont liées à l'environnement urbain et proviennent des usines situées dans les quartiers et des émanations des véhicules. Il a ajouté que l'équipe a recensé 51 facteurs environnementaux nuisibles à la santé humaine. Près de 50 cadres issus des secteurs concernés, des institutions de recherches et de la société civile intervenant dans le domaine de l'environnement urbain et de la santé prennent part à cet atelier. Inauguration d'une mahadra à Foum Gleita La mahadra accorde des bourses à ses élèves. La cérémonie d'ouverture de la mahadra s'est déroulée en présence du wali du Gorgol et du directeur régional des affaires islamiques. L'ambassadeur du Japon félicite la Mauritanie pour son élection à un organe de Traités de l'onu L'ambassadeur du Japon en Mauritanie SEM. Jun Yoshida, a félicité la commissaire aux Droits de l'homme et à l'action Humanitaire, Mme Aichetou Mint M'Haiham, pour la récente élection de la Mauritanie au Comité pour l'elimination de toutes formes de Discrimination raciale, un organe de Traités de l'organisation des Nations Unies (ONU). L'ambassadeur nippon a présenté ses félicitations, au cours d'une audience, qui lui a été accordée mercredi par la commissaire au siège du Commissariat aux Droits de l'homme et à l'action Humanitaire (CDHAH). " Je tiens à vous présenter mes vives Kiffa... 26,5 mm Ouad Raoudha...80 mm Fam Lekhdheiratt...30 mm Ahel Lemir...12 mm Kendra mm Meyssah...50 mm Gvava...55 mm Maghtaa Sfeira...12 mm El Melgué...17 mm Zoueira...10 mm Bir El Barka...34 mm Amerkel...12 mm Oum El Khiz...20 mm Guerou...21 mm Barkéol mm Laoueissi...23 mm Lebheir...18 mm Guiller mm Daghveg mm Kankossa...32 mm Avrare...25 mm Hamod mm El Varaa...18 mm Oueringuel...21 mm Tiwel...30 mm félicitations pour l'élection de votre pays au Comité pour l'élimination de toutes formes de discrimination raciale", a déclaré M. Yoshida au cours de la rencontre, durant laquelle, plusieurs aspects de coopération ont été abordés. L'audience s'est déroulée en présence de M. Hamady Samba Bâ, directeur général de l'action Humanitaire au CDHAH, de M. Masataka Sugimoto, secrétaire aux Affaires politiques de l'ambassade du Japon en Mauritanie et de M. Isselmou Ould Salihi, coordinateur du Centre d'information, de Sensibilisation et de Documentation du CDHAH. Pluviométrie : Des précipitations enregistrées sur des villes et localités du pays Des pluies sont tombées au cours des dernières 24 heures sur des villes et localités du pays. C'est ce que révèle le Réseau Administratif de Commandement (RAC) du ministère de l'intérieur et de la Décentralisation qui a fait état des hauteurs suivantes enregistrées dans les villes et localités de: Tinguelouezza...32 mm Blajmil...26 mm Sani mm Boudhlil...46 mm Boumdeid...02 mm Maghama...49 mm Toulel mm Wali mm Daw mm Sagné mm Toueijile mm Bewlegue... 8,5 mm M'bout mm Soufa mm Kowb Ehel Djaji...28 mm N'djadbeni Gandéga mm Kowb Ehel Yamani mm Ergheiwa mm Boudami mm Tikobra mm Metawle mm Legneiba mm Lembeidiatt mm Tufundé Civet... 2 mm

6 MAGAZINE Page 6 Hygiène de vie Comment en finir avec les «kilos émotionnels»? Le gain et la perte de poids ne seraient pas seulement liés aux habitudes alimentaires et à l hygiène de vie. Ce serait également une question d émotions... Qu est-ce que les «kilos émotionnels»? Le Dr Stéphane Clerget, psychologue et pédopsychiatre français, s est penché sur la question qui a fait l objet d un livre «Les kilos émotionnels : comment s'en libérer?», paru en Dans son ouvrage, le Dr Stéphane Clerget indique que ce sont principalement les sentiments négatifs (stress, anxiété, colère, etc.) qui affectent le poids, notamment lorsque ceux-ci sont très intenses, trop fréquents et difficiles à gérer. Une personne qui vit une perte de contrôle sur le plan psychologique sera susceptible d être affectée également sur le plan comportemental. Le Dr Clerget souligne à ce sujet que les émotions négatives affectent le comportement et la santé psychologique d'une personne, tant sur la perte que sur la prise de poids, en mangeant moins ou en mangeant plus. Chercher à combler un vide et à se réconforter en consommant des plats qui nous remémorent des souvenirs positifs est un fait bien connu et largement exploité par de nombreuses industries. Lorsqu'un individu agit sous le coup de l'émotion, il peut modifier complètement son choix alimentaire habituel de même que sa façon de consommer les aliments. Mais l organisme réagira à ce bouleversement en stockant davantage de graisses. Par exemple, un état dépressif qui perdure peut entraîner l accumulation de masse graisseuse. Il s agit d une sorte de mécanisme d autodéfense du corps qui, comme le mentionne Stéphane Clerget, cherche à s envelopper, à s emmitoufler et à se protéger. Les «kilos émotionnels» et l alimentation Les «kilos émotionnels» sont intimement liés à la nourriture. Bien qu encore peu d études crédibles soient orientées vers ce sujet, les chercheurs s intéressent maintenant davantage à ce phénomène qu ils ont baptisé «émotionalité alimentaire» ou «l alimentation émotionnelle». Selon une étude parue en avril 2013, dans l American Journal of Clinical Nutrition, 52 % des femmes contre 20 % des hommes mangent sur le coup d'une émotion négative1. Cette même étude a permis de démontrer que le risque de surpoids est 5 fois plus élevé chez la personne qui consomme une nourriture souvent plus grasse ou plus sucrée pour apaiser des sentiments négatifs. La relation entre alimentation et santé mentale serait d'ailleurs bidirectionnelle, selon autre une étude parue en 2005, dans le Canadian journal of public health. Les auteurs affirment que «l'humeur ou l'état psychologique peuvent influencer ce qu'on mange, de même que les quantités consommées, tandis que l'alimentation influence également l'humeur et le bien-être psychologique.» Il est primordial d avoir une relation saine avec la nourriture et de ne pas laisser les émotions contrôler l'appétit. Quels gestes doit-on poser pour se libérer des «kilos émotionnels»? Pour vaincre ces compulsions alimentaires, il est conseiller de s interroger d abord afin de savoir si on ressent vraiment la faim ou bien s il s agit seulement d un processus de compensation. Si la réponse est non et que le besoin n est pas physiologique, c est que vous cherchez à tromper l ennui ou à compenser des émotions négatives. Néanmoins, le processus n est pas aussi simple chez une personne qui a adopté de mauvaises habitudes alimentaires depuis de nombreuses années. La véritable faim et l émotionalité alimentaire peuvent alors être difficiles à démêler. Dans ce cas, il faut approfondir l analyse de la situation et se questionner davantage : Êtes-vous souvent attiré(e) par les produits présentés dans les publicités? Avez-vous tendance à grignoter après une journée stressante ou épuisante? Quels types d aliments vous font le plus envie : salés, sucrés, gras? Comment vous sentez-vous après avoir assouvi votre envie? Trouvez-vous difficile de résister aux aliments gras/sucrés lorsque l envie se présente? Est-ce que vous vous conditionnez avant ou entre les repas à manger certains types d aliments? Est-ce que la nourriture est régulièrement une récompense pour vous? Par exemple, vous offrezvous du chocolat après une dure journée au travail? Linda Spangle, auteure du livre Life is Hard, Food is Easy: The 5- Step Plan to Overcome Emotional Eating and Lose Weight on Any Diet, a divisé les émotions qui suscitent une compulsion alimentaire en deux catégories : les émotions de tête et les émotions de cœur. La première catégorie se rapporterait à des sentiments tels que la colère, l agressivité et le stress qui sont généralement associés à la consommation d aliments à la texture croquante (croustilles, chips, biscuits). À l inverse, les émotions de cœur (tristesse, besoin de réconfort, solitude, fatigue) nous orienteraient davantage vers des aliments à la texture moelleuse, comme le chocolat, la crème glacée ou les pâtes. En prenant soin d identifier la situation dans laquelle vous vous trouvez ou ce que vous avez vécu au cours des derniers jours, vous serez davantage en mesure de contrôler vos envies artificielles de manger. Vous pouvez également tenter de détourner votre attention de la nourriture en pratiquant une activité ou un loisir que vous affectionnez particulièrement, comme la lecture ou une promenade à pieds. Vous mangez ces aliments tous les jours, pourtant, ils détruisent vos dents Caries, dents jaunes, problèmes de gencives.vous voulez éviter ou stopper vite ces méfaits sur vos dents? Suivez les conseils du Dr. Sameer Patel et évitez les aliments ci-dessous, si vous voulez préserver la santé de votre dentition. 1. Le petit-déjeuner Danger Certaines céréales qu on achète sous forme de muesli contiennent des additifs. Pire, une portion de ces céréales contient plus de trois cuillères à soupe de sucre. Bien que les fabricants vantent leurs produits comme étant «sains», les céréales sont un mauvais choix pour les dents. Solution Manger des céréales avec des produits laitiers aide à réduire l impact du sucre sur la santé des dents. Le calcium et la vitamine D contenus dans les produits laitiers sont des ingrédients utiles qui aident à renforcer les dents. 2. Les boissons chaudes Danger Le café et le thé sont mauvais pour les dents si vous les consommez en grandes quantités. En effet, des taches foncées peuvent apparaître et les dents peuvent jaunir. La consommation régulière de ces boissons peut conduire à la mauvaise haleine et à la déshydratation des lèvres. Sidi Moustapha Ould BEL- LALI Solution Il est préférable de se rincer la bouche avec de l eau et réduire ainsi le risque de déshydratation des lèvres. 3. Les boissons froides Danger Pour ceux qui aiment préparer des jus, méfiance! Les fruits sont des aliments sains et pleins de bienfaits pour le corps. Seulement, certains d entre eux contiennent des acides. Lorsqu ils sont pressés, une plus grande quantité d acides touche les dents et nuit à la santé de leur émail. Solution Le calcium contenu dans les produits laitiers et le lait de soja peuvent renforcer les dents et prévenir les dommages causés par les acides de fruits. 4. Le sandwich Danger La majorité des sandwichs contiennent beaucoup de sucre qui améliorent le goût du pain. Les glucides transformés peuvent créer plus de bactéries dans la bouche et donc conduire à des caries et problèmes dentaires. Solution Préférez des sandwichs avec du pain contenant des céréales complètes. C est le meilleur choix pour une bonne santé des dents. 5. Les aliments à grignoter Danger Les aliments à grignoter comme les fruits secs ou le maïs soufflé peuvent être très nocifs pour les dents. Bien que les sucres contenus dans les fruits secs soient naturels, quand ils sont dans la bouche, ils ne diffèrent pas des sucres transformés. Le popcorn produit un acide fort une fois en bouche et peut causer de grands dommages. Solution Remplacez ces aliments avec des pommes et des poires qui contiennent plus d eau. En fait, le fruit qui contient une plus grande quantité d eau réduit la quantité de son acide. Un nettoyage régulier des dents empêche la création de tartre qui peut se produire à partir de résidus de nourriture.

7 HORIZONS N 6552 DU JEUDI 09 JUILLET 2015 ENVIRONNEMENT Page 7 Réchauffement de la planète La science au chevet du climat Après avoir accumulé les preuves du rôle de l'homme dans le réchauffement de la planète, les scientifiques, réunis à l'unesco à Paris, à cinq mois de la COP21, veulent mettre l'accent sur les pistes pour agir. Alors que la communauté internationale se retrouvera en décembre sous l'égide de l'onu pour tenter de trouver un accord contre le dérèglement climatique, experts du monde entier et de toutes disciplines sont rassemblés jusqu'à vendredi pour partager leurs travaux, et rappeler aux gouvernements que l'heure des choix est venue. "Le monde est à un carrefour critique", a déclaré le secrétaire général de l'onu, Ban Ki-moon, dans un message lu en son absence. Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC), le groupe des experts climat de référence, qui a publié en 2014 la dernière synthèse de la recherche mondiale, a montré que "la température des surfaces terrestre et océanique a crû globalement de près de 1 C (depuis le début du 20e siècle), et que dans certaines parties d'afrique, d'asie, d'amérique du nord et du sud, la hausse va jusqu'à 2,5 C", a rappelé M. Ban. "Et le GIEC nous dit que nous allons vers un réchauffement de 5-6 C si rien n'est fait". "Il est clair" que les engagements de réduction des gaz à effet de serre publiés depuis mars par les Etats dans le cadre des négociations "ne suffiront pas à nous permettre de garder l'objectif de +2 C". "Il est essentiel d'avancer sur les financements, la confiance, les connaissances, les technologies...", a-t-il énuméré. Pour le secrétaire général de l'organisation météorologique mondiale, Michel Jarraud, "il est encore possible de changer le cours des choses et atténuer le changement climatique (...) mais le temps presse". "Les décideurs peuvent compter sur des informations scientifiques pour (nous) acheminer vers des solutions plus rationnelles", a-t-il relevé, qu'il s'agisse d'urbanisme, santé, agriculture, gestion de l'eau... De l'alerte aux solutions Les scientifiques rappellent que pour rester sous 2 C, le monde devra réduire de 40 à 70% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050 et arriver à la "neutralité carbone" à la fin du siècle. "Seul un accord ambitieux sur la réduction des émissions mettra le monde sur la voie d'un développement durable", a rappelé Flavia Schlegel, directrice générale adjointe de l'unesco, pour qui "notre avenir repose sur les liens entre l'information scientifique et les politiques". "Ce n'est pas aux scientifiques de dire aux gouvernements ce qu'ils doivent faire en décembre, mais ils ont un rôle important à jouer pour éclairer leurs choix", explique Chris Field, directeur du département d'ecologie globale de l'institut Carnegie (USA). "Il existe une large gamme de solutions basées sur des résultats scientifiques et qui sont économiquement soutenables". Les experts venus à Paris représentent un large panel de disciplines: physique, géographie, technologie, mais aussi économie, sciences politiques... Car les sciences du climat évoluent, alors que le réchauffement s'accélère, explique à l'afp le climatologue Hervé Le Treut, président du comité d'organisation de la conférence. Plus de 160 ateliers sont prévus cette semaine, sectoriels (océans, Arctique, forêt...) ou non, consacrés à la lutte contre le réchauffement comme aux politiques d'adaptation. L'occasion de faire le point de l'état de la recherche mais aussi des progrès espérés, notamment dans la prédictibilité des événements climatiques extrêmes et la circulation atmosphérique. L état de la science sur le climat, le GIEC et son 5e rapport Les nouvelles projections de l organisation météorologique mondiale et de Météofrance d ici 2050, avec des pics de températures au-delà de 40 C en France, illustrent de manière dramatique les conséquences du dérèglement climatique si des mesures ne sont pas prises pour contenir le réchauffement dans la limite de 2 C. Les conclusions scientifiques du GIEC sont sans appel : le réchauffement du système climatique est sans équivoque et le GIEC qualifie d extrêmement probable (plus de 95% de chance, alors que cette probabilité s élevait à 90% en 2007 et à 66% en 2001) le rôle des activités humaines dans l augmentation des températures moyennes depuis le milieu du XXe siècle. Le cinquième rapport d évaluation (AR5) du GIEC est composé de trois volumes et d un rapport de synthèse, publié en octobre Les éléments qu il contient devront être pleinement pris en compte dans le cadre de l élaboration de l accord sur le climat de 2015, afin qu il soit suffisamment ambitieux pour répondre au défi du changement climatique. Le premier volume du rapport du GIEC est dédié aux aspects scientifiques de l évolution du Climat. Les principaux points de ce volume sont les suivants : La hausse des températures est une certitude confirmée La température moyenne annuelle a déjà augmenté de 0,85 depuis 1880 et devrait croitre de 0,3 à 4,8 C d ici 2100 en fonction des émissions des gaz à effet de serre. Les données de la moyenne mondiale de la température en surface terrestre et océanique combinée font état d une augmentation de 0,89 C au cours de la période L énergie accumulée par l intensification de l effet de serre pénètre les océans en profondeur Les océans renferment plus de 90 % de l énergie additionnelle accumulée dans le système climatique entre 1971 et Si plus de 60% de l augmentation nette d énergie a été emmagasinée dans la partie supérieure de l océan (0 700 m), 30 % se situent à une profondeur de plus de 700 m. La fonte des calottes glaciaires est devenue une question cruciale Sur la période , il est probable (90 à 100 %) que la banquise arctique a décru de 3,5 à 4,1 % par décennie et que cette fonte se poursuive au 21e siècle, laissant l océan Arctique quasiment libre de glace avant le milieu du siècle. Le volume des glaciers de montagne devrait aussi continuer à se réduire, quel que soit le scénario étudié. Alors qu en 2007, on évoquait une élévation du niveau de la mer de 18 à 59 cm d ici 2100, les nouvelles études prévoient une hausse probable de 26 à 82 cm. Les deux causes les plus importantes de cette montée de la mer qui semble s accélérer ces deux dernières décennies sont l expansion thermique (dilatation de l eau liée au réchauffement) ainsi que la fonte des glaciers. Le niveau moyen mondial de la mer s est déjà élevé de 0,19 m au cours de la période Il est encore possible de limiter le réchauffement climatique Les concentrations de CO2 liées aux activités humaines ont augmenté de 40 % depuis l ère préindustrielle (1750) et de plus de 20 % depuis Les océans ont absorbé 30% des émissions d origine humaine de CO2, entrainant notamment leur acidification. Cette hausse est le résultat de l activité humaine et s explique principalement par la combustion de combustibles fossiles et la déforestation, et dans une faible mesure, par la production de ciment. Les concentrations actuelles de gaz à effet de serre (GES) que sont le (CO2), le méthane (CH4), et l oxyde nitreux (NO) sont plus élevées que la plage de concentrations enregistrées dans les carottes de glace au cours des dernières années. L objectif de limitation à 2 C du réchauffement climatique est encore possible sous certaines conditions. Le scénario compatible avec la limitation à 2 C du réchauffement climatique entre la fin du 19e siècle et la fin du 21e siècle implique l existence d un pic d émissions aux environs de 2020 suivi d une décroissance jusqu en Pour limiter la hausse des températures à 2 C à la fin du siècle par rapport à 1870, il faut également que la quantité accumulée d émission de CO2 d origine humaine n excède pas 800 gigatonnes de carbone. Or, depuis 1870, les hommes ont déjà relâché 531 gigatonnes de carbone. Les hypothèses techniques et sociétales d un tel scénario étaient déjà présentes dans le volume 3 du rapport du GIEC. Baba D. Traoré

8 ANNONCES Page 8 AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL Objet: Appel d'offres national ouvert N 35/CPMP/SR/PDDO/MA/2015 Pour la réalisation de travaux d'équipement de forages l'irrigation du Périmètre de N'BEIKET LAHWACH dans la wilaya du Hodh EL Charghi. Le Ministère de l'agriculture - Programme de Développement Durable des Oasis (PDDO) - lance un appel d'offres ouvert pour la réalisation des travaux cités en objet et répartis en deux (2) lots comme suit: Lot 1 : Travaux de réalisation de stations de pompage pour 3 forages à N' beiket Lahwach dans la wilaya du Hodh El Charghi, Lot 2: Travaux de réalisation de châteaux d'eaux et réseaux de branchement pour 2 sites à N'beiket Lahwach dans la wilaya du Hodh El Charghi. Liste des 3 sites de la zone N' beiket Lahwach pour les lots 1 et 2 : 1.Le présent appel d'offres est ouvert à égalité de chance, à toutes les entreprises de travaux publics intéressées et en règle par rapport à la législation en vigueur en Mauritanie. 2.Les marchés concernés par le présent appel d'offres sont financés par le Fonds Arabe de Développement Economique et Social (FADES) et l'etat Mauritanien. 3.Les candidats pourront retirer le dossier d'appel d'offres contre récépissé de paiement au trésor public de la somme de Cinquante Mille ouguiyas ( UM) à l'adresse cidessous: Unité Centrale de Coordination du PDDO, BP : 2911, Tel. : / , Fax: Nouakchott Mauritanie. 4. Les offres doivent parvenir à l'adresse suivante: «A Monsieur le Président de la Commission de la Passation des Marchés Publics du Secteur Rural (CPMP/SR), Avenue Moctar Ould Daddah, Immeuble MOUNA, 2ème étage Nouakchoot- Mauritanie 5. L'entreprise attributaire d'un marché (ou de plusieurs) doit prendre les dispositions nécessaires pour commencer les travaux immédiatement après la signature du contrat, sur le premier site que lui indiquera le PDDO. 6. Sous peine de forclusion, chaque offre doit être accompagnée d'une caution de soumission d'un montant au moins égal à: UM pour le lot UM pour le lot Les offres seront ouvertes en séance publique, en présence des représentants des soumissionnaires qui souhaitent y assister à la salle de réunion du siège de la CPMP/SR en date du 11/08/2015 à 10h Le délai d'exécution est de Cinq(5) mois pour le lot l et Six(6) mois pour le lot 2. La Secrétaire Générale du MDR M'AIZIZA MINT MAHFOUDH OULD KERBALLY DEPISTAGE DU VIH/SIDA Où dois-je me rendre? - Au Centre National d Hygiène (CNH)/Centre de Dépistage Volontaire et Anonyme (CDVA) - Au CNTS (Centre National de Transfusion Sanguine) - Au Centre de Kiffa - A l Hôpital militaire de Nouakchott. - Au Centre médical Alpha de Sebkha sis cinéma Saada. D autres centres seront ouverts dans les capitales régionales. Les analyses du dépistage du VIH sont gratuites et confidentielles, vos résultats ne seront connus que par vous. COMMUNIQUE DE PRESSE APPEL A CANDIDATURES POUR LA 7ème EDITION DU SAlIT BAMAKO L'Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) organise, du 28 octobre au l " novembre 2015, à Bamako (Mali), la 7ème édition du Salon Africain de l'invention et de l'innovation Technologique (SAlIT). La manifestation a pour objectif de détecter et de faire émerger les meilleurs résultats de recherche, inventions et innovations susceptibles d'aboutir à la création d'entreprises dans les Etats membres de l'oapi. Placé sous le haut patronage du Président de la République du Mali, le SAliT offre un lieu d'échange privilégié entre inventeurs, chercheurs, partenaires financiers et opérateurs économiques à la recherche de créneaux porteurs. A l'occasion de la 7ème édition, un appel à candidatures est lancé pour sélectionner les meilleures œuvres devant être exposées. Il est ouvert aux centres et laboratoires de recherche, aux équipes de recherche, institutions de R&D, aux établissements d'enseignement, aux écoles d'ingénieurs, aux entreprises industrielles, aux inventeurs et chercheurs isolés, etc. résidant sur le territoire OAPI ou à l'étranger. La sélection des oeuvres se fera sur la base des critères suivants: nouveauté, niveau d'inventivité et opportunité commerciale. La date limite de dépôt des œuvres auprès de l'oapi est fixée au 15 août Les dossiers de candidatures peuvent être déposés directement au siège de l'organisation ou auprès des Structures Nationales de Liaison avec l'oapi (SNL) où les formulaires d'inscription peuvent être retirés. Les inscriptions peuvent également être faites en ligne à partir du site web du salon à l'adresse: Plusieurs prix dont le Grand Prix du Président de la République seront décernés aux meilleures œuvres. En plus des prix qui sont offerts et des rencontres d'affaires, l'oapi apporte un soutien financier et un encadrement technique aux trois meilleures œuvres du Salon en vue de favoriser leur exploitation industrielle. Tous les domaines de la technologie et des sciences appliquées sont concernés par l'appel à candidatures, y compris la médecine et la pharmacopée traditionnelles et les TIC. Les renseignements complémentaires sur le présent appel à candidatures peuvent être obtenus auprès de la SNL, sise au ministère chargé de l'industrie de chaque pays membre, au siège de l'oapi à Yaoundé; Tél. : (+237) Il Il ; ou sur les sites web ci-après: et

9 ANNONCES Page 9 Ministère de l'elevage Direction des Services Vétérinaires(DSV) Avis d'appel d'offres N :32/CPMP/SR/DSV/ME/ Le Ministère de l'elevage a obtenu dans le cadre de son budget 2015 des fonds, pour la Construction de 3 aires d'abattage à Aleg, Kiffa et Rosso. 2. Le Ministère de l'elevage sollicite des offres sous pli fermé de la part de candidats éligibles et répondant aux qualifications requises pour réaliser les travaux suivants: la Construction des aires d'abattage à Aleg, Kiffa et Rosso. 3. Les candidats intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires et examiner le Dossier d'appel d'offres auprès de la Commission de Passation des Marchés Publics du Secteur Rural ou du service marchés du Ministère de l'elevage ou de la Direction des Services Vétérinaires à Nouakchott, Mauritanie, Tél: , Fax: ou sur les sites elevage.gov.mr ou site commission 4. Les exigences en matière de qualifications sont: L'Expérience technique et la capacité financière. Voir le document d'appel d'offres pour les informations détaillées disponible sur sites, elevage.gov.mr ou site commission 5. Les candidats intéressés peuvent obtenir un dossier d'appel d'offres complet au service des marchés du ME contre un paiement, non remboursable, au Trésor Public exclusivement d'un montant de UM. 6. Les offres devront être soumises à l'adresse ci -après : Commission de Passation des Marchés Publics du secteur Rural, avenue Moctar O. Daddah, Immeuble Mouna 2ème étage au plus tard le 11/08/2015 à 10 h. Les offres remises en retard ne seront pas acceptées. Les offres seront ouvertes en séance de la CPMP/SR à l'adresse ci-dessus 06/08/2015 à 10 h. 7. Les offres doivent être accompagnées d'une garantie de soumission, d'un montant de UM. La garantie de soumission demeurera valide pour une durée de 120 jours à compter de la date limite de dépôt de soumission. 8.Le délai d'exécution est de 05 mois. Le Secrétaire Général du ministère de l Elevage Dr FALL Moktar MINISTERE DE L'ELEVAGE Avis d'appel d'offres (AAO) N 34/CPMP/SR/CNERV/ME/ Le Ministère de l'elevage envisage de financer sur le budget Etat l'acquisition d équipements et de produits de laboratoire en deux lots distincts. 2.Le Ministère de l'elevage sollicite des offres sous pli fermé de la part de candidats éligibles et répondant aux qualifications requises pour exécuter la fourniture d'équipements et de produits de laboratoire en deux lots distincts. 3. La passation du Marché se fera par voie d'appel d'offres national ouvert. 4.Les soumissionnaires intéressés peuvent obtenir des informations complémentaires et examiner le Dossier d'appel d'offres auprès de la Commission de Passation des Marchés Publics du Secteur Rural ou du service marchés du Ministère de l'elevage ou de la Direction du Centre National d'elevage et de Recherches Vétérinaires (CNERV) Nouakchott, Mauritanie, Tél: , , , ou consulter sur les sites web : 5.Le dossier d'appel d'offres, en version authentique cachetée par la CPMP/SR, pourra être obtenu auprès du Service des Marchés du Ministère de l'elevage contre reçu de versement de la somme, non remboursable, de UM (Vingt Mille) au Trésor Public exclusivement, seule la copie cotée et paraphée fait foi. 6.Les soumissions, d'une validité de 90 jours à compter de la date limite de dépôt des offres doivent être établies en Français. 7. Les offres seront placées dans une enveloppe fermée, qui ne devra comporter que la mention: «A Monsieur le Président de Commission de Passation des Marchés Publics du Secteur Rural (CPMP/SR), Avenue Moctar OuId Daddah, Immeuble MOUNA, 2èmt étage et dans le coin gauche: «Offres pour la fourniture d'équipements et de produits de laboratoire en deux lots distincts» Pli à n'ouvrir qu'en séance de dépouillement 8.Les offres doivent être transmises, sous peine de forclusion, au plus tard le 11/08/2015 à 10 heures en quatre (4) exemplaires dont un (l) original marqué comme tel et trois (3) copies. -Les soumissions doivent être accompagnées d'une garantie de soumission d'une validité de 120 jours, pour compter de la date d'ouverture des plis et d'un montant de -Lot l: UM. -Lot 2: UM 9.Le délai de livraison, pour chaque lot est de deux mois. 10.Les plis contenant les soumissions seront ouverts, en séance publique, le 11/08/2015 à 10 heures, par la Commission de Passation des Marchés Publics du Secteur Rural en présence des soumissionnaires qui souhaitent y assister. Le Secrétaire Général du Ministère de l'elevage Dr FALL Moktar Ministère du Pétrole, de l Energie et des Mines (MPEM) Société Mauritanienne de Gaz- SOMAGAZ PLAN PREVISIONNEL ACTUALISE DE PASSATION DES MARCHES POUR L ANNEE 2015 AON Appel d Offre National AOI Appel d Offre International Président de la CPMSSBIE khalihena SIDI ETHEIMINE

10 HORIZONS N 6552 DU JEUDI 09 JUILLET 2015 ANNONCES Page 10 Avis d'appel d'offres National(AON) N 170/DPEF/PNDSE/2015 ACQUISITION D'EQUIPEMENTS POUR LA PRODUCTION VEGETALE AU PROFIT DES ETABLISSEMENTS DE FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE. 1. Cet Avis d'appel d'offres fait suite à l'avis Général de Passation des Marchés paru dans le quotidien Horizons du 27 mars 2015 et dans le site undbonline/dg market en date du 28 juillet Le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie a obtenu un credit de l'association Internationale de Développement pour financer le Projet d'appui à la formation Technique et Professionnelle, et a l'intention d'utiliser une partie de ce crédit pour effectuer des paiements au titre du Marché d'acquisition d'équipement pour la production végétale au profit des établissements de Formation Professionnelles. 3. La Direction des Projets Education-Formation sollicite des offres fermées de la part de soumissionnaires éligibles et répondant aux qualifications requises pour fournir les articles objet des marchés. 4. La passation du Marché sera conduite par Appel d'offres International(AOI) tel que défini dans les «Directives: passation des marchés financés par les Prêts de la BIRD et les Crédits et Dons de l'aid», et ouvert à tous les soumissionnaires de pays éligibles: tels que définis dans les Directives. 5. Les soumissionnaires éligibles et intéressés peuvent obtenir des informations auprès de Monsieur Abderahim Ould Ahmed Salem, et prendre connaissance des documents d'appel d'offres à l'adresse suivante: Direction des Projet Education - Formation, BP : 6541 Téléphone (222) ; (222) & , Fax: (222) , de 09 Heures du matin à 16 heures de l'après -midi (Heure GMT), pendant les jours ouvrables. 6. Les exigences en matière de qualifications sont: La réalisation durant les cinq dernières années au moins d un (1) marché similaire. La similitude devra porter sur un contrat de fournitures analogues de valeur égale à au moins 50 % de son offre. Cette expérience doit être attestée par un client reconnu (public ou parapublic).cette attestation doit contenir les informations minimales suivantes: Date d'achèvement, nom du client, montant du contrat. Nota bene: l'agrégation d'un nombre de marchés de montant inférieur pour atteindre le chiffre du montant requis ne sera pas considérée comme une conformité pour l'essentiel au titre de ce critère. les Fournitures proposées doivent être conformes aux spécifications demandées Le Soumissionnaire doit fournir la preuve écrite que les Fournitures qu'il propose remplissent la(les) condition(s) d'utilisation suivante: Conforme aux spécifications demandées. 7. Les soumissionnaires intéressés peuvent obtenir un dossier' d'appel d'offres complet en français en formulant une demande écrite à l'adresse mentionnée ci-dessous contre un paiement' non remboursable de quinze mille ( MRO) ouguiya. 8. Le paiement sera effectué par versement au compte bancaire ouvert au nom de la DPEF à la BMCI, Nouakchott, dont les coordonnées sont les suivantes: 9. Sur présentation du récépissé de la banque, le dossier d'appel d'offres sera remis aux candidats intéressés ou adressé à leurs frais en utilisant le mode d'acheminement qu'ils auraient choisi. Les offres devront être soumises à l'adresse ci-dessous au plus tard le 29 juillet 2015 à 10 heures La soumission des offres par voie électronique ne sera pas autorisée. Les offres remises en retard ne seront pas acceptées. Les offres seront ouvertes en présence des représentants des soumissionnaires présents à l'adresse mentionnée ci-dessous le 29 juillet 2015 à 10 heures. Les offres doivent comprendre une garantie de l'offre valable 118 jours pour un montant en ouguiyas ou sa contre-valeur librement convertible de : MRO L'adresse à laquelle il est fait référence ci-dessus est : Salle de réunion de la DPEF. DIRECTION DES PROJETS EDUCATION /FORMATION -Fax: (222) Téléphone: (222) (222) Le Directeur des Projets Education-Formation AHMED MOHAMED KANE

11 HORIZONS N 6552 DU JEUDI 09 JUILLET 2015 ANNONCES Page 11 Avis d'appel d'offres National N 168/DPEF/PNDSE/2015 ACQUISITION EN TROIS LOTS D'EQUIPEMENTS DE LÂBORATOIRE AU PROFIT DE L'ECOLE DES MINES DE MAURITANIE (ENiM) 1. Cet Avis d'appel d'offres fait suite à l'avis Général de Passation des Marchés paru dans le quotidien Horizons du 27 mars 2015 et dans le site undbonline/dg market en date du 28 juillet Le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie a obtenu un credit de l'association Internationale de Développement pour financer le Projet d'appui à la formation Technique et Professionnelle, et a l'intention d'utiliser une partie de ce credit pour effectuer des paiements au titre du Marché d'acquisition en trois lots d'équipements de labora~oire au profit de l'ecole Nationale des Ingénieurs de Mines (ENiM) Lot 1: Acquisition et mise en service d'équipements pour Laboratoire d'hydrogéologie et géochimie de l'environnement, laboratoire de Géophysique et laboratoire de Minéralurgie. Lot 2: Acquisition d'équipements pour laboratoire d'énergétique et laboratoire de Mécanique. Lot 3: Acquisition d'équipements pour Laboratoire d'electronique analogique, Laboratoire Système Logique, laboratoire Automatique et laboratoire de Machines Electriques et Electronique de puissance 3. La Direction des projets Education Formation sollicite des offres fermées de la part de soumissionnaires éligibles et répondant aux qualifications requises pour fournir les articles objet des marchés. 4. La passation du Marché sera conduite par Appel d'offres International(AOI) tel que défini dans les «Directives: passation des marchés financés par les Prêts de la BIRD et les Crédits et Dons de l'aid», et ouvert à tous les soumissionnaires de pays éligibles tels que définis dans les Directives. 5. Les soumissionnaires éligibles et intéressés peuvent obtenir des informations auprès de Monsieur Abderahim Ould Ahmed Salem, et prendre connaissance des documents d'appel d'offres à l'adresse suivante: Direction des Projet Education - Formation, BP : 6541 Téléphone (222) ; (222) & , Fax: (222) , de 09 heures du matin à 16 heures de l'après-midi (Heure GMT), pendant les jours ouvrables. 6. Les exigences en matière de qualifications sont: Par lot: La réalisation durant les cinq dernières années au moins d un (1) marché similaire. La similitude devra porter un contrat de fournitures analogues de valeur égale au moins 50 % de l'offre). Cette expérience doit être attestée par un client reconnu Cette attestation doit contenir les informations minimales suivantes: nature des fournitures, Date d'achèvement du contrat, nom du client, montant du contrat Le Soumissionnaire doit fournir la preuve écrite que les Fournitures qu'il propose remplissent la(1es) condition(s) d'utilisation suivante: Conforme aux spécifications demandées. 7. Les soumissionnaires intéressés peuvent obtenir un dossier d'appel d'offres complet en Français en formulant une demande écrite à l'adresse mentionnée ci-dessous contre un paiement non remboursable de quinze mille ( MRO) ouguiya. 8. Le paiement sera effectué par versement au compte bancaire ouvert au nom de la DPEF à la BMCI, Nouakchott, dont les coordonnées sont les suivantes: 9. Sur présentation du récépissé de la banque, le dossier d'appel d'offres sera remis aux candidats intéressés ou adressé à leurs frais en utilisant le mode d'acheminement qu'ils auraient choisi. 10. Les offres devront être soumises à l'adresse ci-dessous au plus tard le 30 juillet 2015 à 10 heures La soumission des offres par voie électronique ne sera pas autorisée. Les offres remises en retard ne seront pas acceptées. Les offres seront ouvertes en présence des représentants des soumissionnaires présents à l'adresse mentionnée ci-dessous le 30 juillet 2015 à 10 heures. Les offres doivent comprendre une garantie de l'offre valable 118 jours pour un montant par lot en ouguiyas ou sa contre-valeur librement convertible de : Lot 1 : Lot 2: Lot 3 : MRO MRO MRO L'adresse à laquelle il est fait référence ci-dessus est : Salle de réunion de la commission de passation des marchés DIRECTION DES PROJETS EDUCATION /FORMATION -Fax: (222) Téléphone: (222) (222) Le Directeur des Projets Education- Formation AHMED MOHAMED KANE Avis d'appel d'offres National N l 69/DPEF/PNDSE2015 ACQUISITION D'EQUIPEMENTS POUR LA PRODUCTION ANIMALE AU PROFIT DES ETABLISSEMENTS DE FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE. 1. Cet Avis d'appel d'offres fait suite à l'avis Général de Passation des Marchés paru dans le numéro le quotidien Horizon du 27 mars 2015 et dans le site undbonline/dg market en date du 28 juillet Le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie a obtenu un crédit de l'association Internationale de Développement pour financer le Projet d'appui à la formation Technique et Professionnelle, et à l'intention d'utiliser une partie de ce crédit pour effectuer des paiements au titre du Marché d'acquisition d'équipements pour la production animale au profit des établissements de Formation Technique et Professionnelle. 3. La Direction des projets Education Formation sollicite des offres fermées de la part de soumissionnaires éligibles et répondant aux qualifications requises pour fournir les articles objet des marchés. 6. Les exigences en matière de qualifications sont: La réalisation durant les cinq dernières années au moins 1 marché similaire. La similitude devra porter sur un contrat de fournitures analogues de valeur égale à au moins 50 % de son offre. Cette expérience doit être attestée par un client reconnu (public ou parapublic).cette attestation doit contenir les informations minimales suivantes: Date d'achèvement, nom du client, montant du contrat. Nota bene: l'agrégation d'un nombre de marchés de montant inférieur pour atteindre le chiffre du montant requis ne sera pas considérée comme une conformité pour l'essentiel au titre de ce critère. les Fournitures proposées doivent être conformes aux spécifications demandées Le Soumissionnaire doit fournir la preuve écrite que les Fournitures qu'il propose remplissent la(les) condition(s) d'utilisation suivante: Conforme aux spécifications demandées. 7. Les soumissionnaires intéressés peuvent obtenir un dossier d'appel d'offres complet en français en formulant une demande écrite à l'adresse mentionnée ci-dessous contre un paiement' non remboursable de quinze mille ( MRO) ouguiya. 8. Le paiement sera effectué par versement au compte bancaire ouvert au nom de la DPEF à la BMCI, Nouakchott, dont les coordonnées sont les suivantes: 4. La passation du Marché sera conduite par Appel d'offres International(AOI) tel que défini dans les «Directives: passation des marchés financés par les Prêts de la BIRD et les Crédits et Dons de l'aid», et ouvert à tous les soumissionnaires de pays éligibles tels que définis dans les Directives. 5. Les soumissionnaires éligibles et intéressés peuvent obtenir des informations auprès de Monsieur Abderahim Ould Ahrned salem, et prendre connaissance des documents d'appel d'offres à l'adresse suivante: Direction des Projet Education - Formation, BP : 6541 Téléphone (222) ; (222) & , Fax: (222) , de 09 Heures du matin à 16 heures de l'après Midi (Heure GMT), pendant les jours ouvrables. 9. Sur présentation du récépissé de la banque le Dossiers D'appel d'offres sera remis aux candidats intéressés ou adressé à leurs frais en utilisant le mode d'acheminement qu'ils auraient choisis. 10. Les offres devront être soumises à l'adresse ci-dessous au plus tard le 30 juillet 2015 à 10 heures La soumission des offres par voie électronique ne sera pas autorisée. Les offres remises en retard ne seront pas acceptées. Les offres seront ouvertes en présence des représentants des soumissionnaires présents à l'adresse mentionnée ci-dessous le 30 juillet 2015 à 10 heures. Les offres doivent comprendre une garantie de l'offre valable 118 jours pour un montant en ouguiyas ou sa contre-valeur librement convertible de : MRO L'adresse à laquelle il est fait référence ci-dessus est (sont) : 11. L'adresse mentionnée(s) cidessus est: Salle de réunion de la DPEF. DIRECTION DES PROJETS EDUCATION /FORMATION -Fax: (222) Téléphone: (222) (222) Le Directeur des Projets Education-Formation AHMED MOHAMED KANE

12 SP RTS Sidi - Brahim dit Dieng Page 12 Mondial 2018 Le tirage au sort des éliminatoires le 25 juillet C est ce 25 juillet que la Fifa effectuera à Saint-Pétersbourg, le tirage au sort des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, qui aura lieu en Russie. Un premier tour qui devrait, entre autres, épargner les cinq meilleurs africains au classement Fifa de juin, à savoir Côte d Ivoire, Ghana, Tunisie, Algérie et Sénégal. Quatre continents seront concernés par le tirage au sort du Mondial 2018, calé pour le 25 juillet à Saint- Pétersbourg : il s agit de l Afrique, de l Europe, de l Océanie et de l Amérique. L Asie pour sa part, n est pas concernée puisque les éliminatoires dans ce continent ont déjà commencé. La Fifa a publié le mode d emploi de ce tirage pour les quatre continents, en attendant qu il soit confirmé, le 24 juillet prochain, soit la veille de la cérémonie. Pour ce qui est de l Afrique, la plus haute instance du football mondial a confirmé qu il y aura un premier tour en aller-retour, au mois d octobre prochain. Le mode d emploi de ce premier tour a été effectué par la Caf. Ainsi, au premier tour, on devra réduire le nombre d équipes présentes pour le deuxième tour. Donc, sur les 54 sélections africaines, 28 prendront part au premier tour prévu en aller-retour pour la double date Fifa du mois d octobre. Ce seront les 28 équipes les moins classées mondialement qui vont s affronter entre elles. 14 équipes vont donc passer au second tour, toujours programmé en aller-retour pour la double date-fifa du mois de novembre. Toutes les grosses cylindrées favorisées Durant ce mois, le nombre d équipes africaines en lice atteindra une quarantaine, lesquelles s affronteront entre elles pour dégager 20 sélections pour le troisième et dernier tour des éliminatoires. Ainsi de grosses cylindrées, comme l Algérie, le Ghana, le Cameroun, le Mali, le Sénégal, la Côte d Ivoire et le Nigeria, exemptés au premier tour, bénéficieront d un avantage certain. Ces équipes auront comme adversaires des rescapés du premier tour. Cela dit, toutes ces équipes croiseront celles classées parmi les 28 dernières sélections d Afrique. Les grosses cylindrées seront donc toutes avantagées pour faire partie de la Coupe du monde 2018, mais aussi par rapport au classement Fifa. Côte d Ivoire, Ghana, Tunisie, Algérie et Sénégal têtes de série Pour ce qui est du troisième et dernier tour des éliminatoires, on risque d avoir des chocs entre grosses cylindrées. A noter que les cinq meilleures équipes, selon le classement du mois de juin, sont l Algérie, la Côte d Ivoire, la Tunisie, le Ghana et le Sénégal. Les vingt équipes qualifiées à l issue du deuxième tour composeront cinq groupes de quatre équipes. Le premier de chaque groupe sera qualifié pour la Coupe du monde Tournois de football féminin et masculin des Jeux Africains 2015 Procédure des tirages au sort du tournoi final Prévue ce jeudi 9 juillet 2015 au siège de la CAF au Caire en Egypte dès 11h, heure locale, la cérémonie du tirage au sort des tournois de football féminin et masculin des Jeux Africains, Brazzaville 2015, se déroulera selon le procédé qui suit. Chaque tournoi va rassembler huit sélections dont Sept issues des qualifications qui viendront à chaque fois s ajouter au pays organisateur, le Congo. A- Chez les dames Le Congo, pays hôte sera tête de série dans le groupe A avec le coefficient A1 tandis que le Cameroun, Joseph Koto Bonhomme au cœur de lion Souvent contesté même quand les résultats plaidaient en sa faveur, l ancien ailier droit de la Jeanne d Arc de Dakar a fait de la première participation des Lionceaux du Sénégal en Coupe du Monde une réussite avec à la clé une 4e place. Il peut revendiquer, comme sélectionneur national à divers niveaux au Sénégal, le meilleur palmarès. Il a remporté en 2009 et 2010, le tournoi de l UEMOA (Union économique monétaire ouest africain). Ce qui lui a valu l appellation mi-sérieuse, mi-dérisoire de «coach expert du Tournoi de football de l Uemoa». Comme pour circonscrire sa compétence à ce tournoi sous régional.dans le prolongement de ces succès, il a pourtant réussi à qualifier la sélection nationale composée de joueurs du terroir aux deux premières éditions du CHAN en 2009 et Désormais figurent également à son tableau de chasse une finale en Coupe d Afrique des Nations U20 et une 4e place en Coupe du Monde de la même catégorie, meilleure performance jamais réalisée par une sélection sénégalaise en Coupe du Monde. Ces deux dernières performances ont permis à Joseph Koto de revenir en grâce dans les médias locaux. Notamment après l échec dans les éliminatoires du CHAN 2014 face à la Mauritanie et surtout l élimination des Lions du Sénégal pour la CAN 2013 par la Côte d Ivoire, avec Koto dans le rôle de sélectionneur intérimaire.l entame manquée de la CAN U20 à domicile au mois de mars n avait pas été pour arranger les choses. Houspillé par le public et la tenant du titre, sera tête de série du groupe B en position B1. Les six équipes restantes (Côte d Ivoire, Egypte, Ghana, Nigeria, Afrique du Sud, Tanzanie) seront mises dans le même pot. La 1ère équipe tirée ira au groupe A tandis que la suivante ira au groupe B. A chaque fois une autre boule sera tirée des pots 2 ou 3 pour déterminer la position A2, B2, etc ; jusqu à ce que les deux groupes de quatre équipes chacun soient constitués. Les équipes classées 1ère et 2e de chaque groupe à l issue de la phase de groupe s affronteront en demi-finales croisées. B- Chez les messieurs Le principe du tirage est identique à celui appliqué pour le tournoi féminin. Le Congo, pays hôte sera A1 tandis que le Ghana, tenant du titre est B1. Burkina Faso, Egypte, Nigeria, Sénégal, Soudan et Zimbabwe seront dans le même pot avec le 1er tiré dans le groupe A et le suivant dans le groupe B. Une boule sera tirée dans le pot 2 ou dans le pot 3 pour déterminer la position à savoir A2, B2 etc. Les équipes classées 1ère et 2e à l issue des matchs de groupe s affronteront en demi-finales croisées presse, il avait gardé la confiance de ses joueurs et la mainmise sur son groupe, privilégiant l échange avec ses poulains au dirigisme. «Il est très apprécié par ses joueurs car il les écoute et il prend surtout en compte leurs avis», confie un membre du staff technique des Lionceaux. Il a conservé les mêmes méthodes pour la Coupe du Monde en Nouvelle-Zélande. «Du début à la fin du Mondial, aucune visite, aucun contact à l hôtel», indique un membre du staff technique qui a requis l anonymat.une rigueur qui tranche quelque peu avec sa mine débonnaire. Cette décision a fait grincer des dents, mais le technicien sénégalais, s est montré intransigeant. Même dans la gestion de sa relation avec les médias, qui ne l ont pas toujours eu à la bonne. Le Jeudi Littéraire De la littérature arabe mauritanienne e ghna au féminin A la différence du shi r, le ghna pouvait être composé par des femmes. Celles-ci en pratiquaient surtout un cas particulier appelé le tabrâ. Mais celui-ci ne pouvait être qu un distique où les deux rimes doivent rimer : «Qui me dira, qui me dira Si l on s aime dans l au-delà». N eût été cette spécificité, le tabrâ aurait eu un développement meilleur aujourd hui. Dans cette poésie, les jeunes filles y manifestent leurs sentiments amoureux que la société leur interdisait d extérioriser. Les poèmes sont généralement déclamés dans des lieux reclus. Toutefois, il est possible qu une passante recueille les propos, et aille les transmettre au destinataire c est-à-dire le jeune homme célébré dans les vers. Actuellement, avec l urbanisation, il arrive que certaines poétesses ne se soucient guère des tabous et expriment au grand jour leurs sentiments amoureux Autres formes d expressions littéraires. La société maure, à l instar des autres, possède une littérature orale, véhicule des idées morales et sociales d un peuple à un moment donné de son évolution historique. Plusieurs modes d expressions peuvent constituer ce vaste champ littéraire ; nous pouvons citer entre autres les proverbes, les dictons, les devinettes, les contes Tous ces genres mettent l accent sur le vécu, les valeurs structurantes, la morale de la personnalité maure. Dans l ouvrage, Ouverture sur la littérature en Mauritanie, Catherine Belvaude établit une typologie qui résume rapidement les différents domaines abordés par l un ou l autre de ces genres relevant de l oralité. Pour les proverbes, la sagesse populaire attire l attention surtout sur les relations sociales, la famille, le matériel, l argent, le temps, la patience, le pouvoir, la responsabilité, le comportement, la pudeur Les devinettes, elles, tournent autour des éléments suivants : le ciel, la lune et les étoiles ; l eau, le puits, l oasis ; la tente, le mobilier et les ustensiles,, la traite ; le thé ; la religion, la guerre, l échange des coups de feu Les dictons, eux, sont souvent forgés par des anecdotes, donc inspirés par la réalité. Mais comme les proverbes ou les devinettes, ils connotent des aspects de l humaine condition. Une autre constituante de la littérature maure est ce que l on appelle, à défaut de meilleure traduction, le conte. A vrai dire «le mr dde» dit plus qu un conte pris dans son acception française. Ce terme du dialecte hassaniya veut dire «récit formalisé en ce qu il constitue une entité bien établie possédant quelques discriminants formels pouvant être recueillis en dehors du contexte de son émission habituelle et apte à s intégrer dans une catégorie à laquelle les lecteurs donnent un titre.» Comme il ressort de cette définition, nous pouvons remarquer au moins deux aspects de contes dans le milieu maure. Un premier qui serait contextuel et qui se caractériserait surtout par un apprentissage de l art de la parole, mais ils peuvent aussi être moralisateurs ou formateurs. Un second qui ne devrait être narré que la nuit. Aline Tauzin subdivise cette catégorie de contes en deux sous groupes les contes d animaux «histoire du temps où les animaux parlaient», et les contes merveilleux car imaginaires. Mais tous doivent obéir à des formules d entrée et de sortie. Les uns et les autres contribuent à l initiation, au processus de maturation et à l enseignement de l humilité chez l individu. En fait, les contes ne font qu observer la société qui les voit exister. Pour la société arabe de Mauritanie, Tauzin constate six variantes de contes : les contes pour rire, les contes de la sagesse, les contes de la ruse des femmes, les contes de démons, les contes, les contes pour les enfants ect. A l issue de ce survol de quelques éléments constituants de l imaginaire littéraire mauritanien, nous avons pu remarquer la dynamique créative d un peuple mais dans un environnement et une langue qui lui sont identifiés. La question que l on pourrait se poser est de savoir en quoi la colonisation, donc le contact avec la langue française, a-t-elle pu influencer les Mauritaniens s exprimant dans la langue de Molière, et comment ils traduisent leur vécu et leur imaginaire dans leurs œuvres? Dr. M bouh Seta DIAGANA Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université de Nouakchott

PROCESVERBAL N 48/CNCMP/2012

PROCESVERBAL N 48/CNCMP/2012 République Islamique de Mauritanie., Honneur - Fraternité - Justice Secrétariat Général du Gouvernement Commission Nationale de Contrôle des Marchés Publics ~~.)yjl ~~,!I ~.)~I J~-.~1-~~ L,,,.~, ~~ L...\aJ'

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures

Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures DISCOURS DE S.E. BAUDELAIRE NDONG ELLA PRESIDENT DU CONSEIL DES DROITS DE L HOMME Salle de l Assemblée, Palais des Nations 02 décembre 2014, 10 heures 1 Excellences, Mesdames et Messieurs, Je suis honoré

Plus en détail

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Yousif: Vers la création d une union de banques francophones Torbey: Importance du rôle financier de Beyrouth Obolensky: Nécessité de promouvoir la coopération

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE

I - L ELABORATION ADMINISTRATIVE FICHE 9 - L ELABORATION DU BUDGET La loi de finances de l année fait l objet d une double élaboration. Le projet est préparé par les différents ministères parmi lesquels le ministère des Finances joue

Plus en détail

Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax

Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax Chambre de Commerce et d Industrie de Sfax 1 C'est une visite à dominance économique que la Chambre de Commerce et d'industrie de Sfax vient d'effectuer au Mali et au Burkina Faso à la tête d'une importante

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

RAPPORT DE L ATELIER

RAPPORT DE L ATELIER République de Côte d Ivoire Union Discipline - Travail ---------------- AGENCE NATIONALE DE L ENVIRONNEMENT AUTORITE NATIONALE DU MDP CÔTE D IVOIRE En partenariat avec : UNEP RISOE CENTER UNION EUROPEENNE

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL

SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL N 20 le 09 mai 2012 SIGNATURE DU COMPACT NATIONAL APPROPRIATION, ALIGNEMENT, HARMONISATION, GESTION AXEE SUR LES RESULTATS ET RESPONSABILITE MUTUELLE POUR UN IMPACT REEL L e Ministre de la Santé SEM Ba

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie

Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Discours de Monsieur Philippe GERMAIN, Président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie Rencontres Océaniennes 2015 «Mobiliser les savoirs pour la gouvernance face aux défis du changement climatique

Plus en détail

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique,

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique, Décret n 83-135 du 19 février 1983 portant obligation pour toutes les entreprises publiques privées nationales intervenant dans le cadre du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique, de détenir

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel)

NOR : DEVD1121712J. (Texte non paru au journal officiel) RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement Commissariat général au développement durable Secrétariat général (DD) Circulaire du 3 août 2011 relative

Plus en détail

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Octobre 2013 CFS 2013/40/10 Rev.1 F COMITE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE MONDIALE Quarantième session Rome (Italie), 7-11 octobre 2013 PROPOSITIONS D'AMENDEMENTS À APPORTER AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CSA ET

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010 Compte Rendu de l Atelier Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques 1. Contexte Le 9 décembre 2010 Beyrouth - Liban Les besoins en investissement pour

Plus en détail

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE Pétrole et l organisation de l administration Centrale de son département. ARTICLE PREMIER : Le Ministre de l Energie et du Pétrole a pour mission générale d élaborer,

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Rapport du Comité d'audit

Rapport du Comité d'audit Cote du document: EB 2008/93/R.25 Point de l'ordre du jour: 11 e) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d'audit Conseil d'administration Quatre-vingt-treizième

Plus en détail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail

DECRET. n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique NOR : [ ] DECRET n [ ] du [ ] relatif aux modalités de mise en œuvre du télétravail Publics concernés : fonctionnaires,

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Propositions de suivi

Propositions de suivi Documents d information SG/Inf(2014)2 20 janvier 2014 Débat thématique : «Sécurité des journalistes Mesures à prendre pour améliorer la mise en œuvre des normes en matière de droits de l homme» Propositions

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE

COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL BEAUCE-APPALACHES POLITIQUE RELATIVE À L'INTERNATIONALISATION ET À L'ÉDUCATION INTERCULTURELLE ET CITOYENNE 1055, 116 e rue Ville Saint-Georges (Québec)

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

DECLARATION DE CLOTURE DE MME TINA JOEMAT- PETTERSSON, MINISTRE SUD-AFRICAINE DE L'AGRICULTURE, DES FORETS ET DES PECHES, A L'OCCASION DE LA

DECLARATION DE CLOTURE DE MME TINA JOEMAT- PETTERSSON, MINISTRE SUD-AFRICAINE DE L'AGRICULTURE, DES FORETS ET DES PECHES, A L'OCCASION DE LA DECLARATION DE CLOTURE DE MME TINA JOEMAT- PETTERSSON, MINISTRE SUD-AFRICAINE DE L'AGRICULTURE, DES FORETS ET DES PECHES, A L'OCCASION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L'AGRICULTURE ADAPTEE

Plus en détail

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE

Discours de : Premier Ministre de la République Togolaise A LA. CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE INTERNATIONALE DES DROITS DE L HOMME ET DE République Togolaise Travail-Liberté-Patrie Discours de : Son Excellence Monsieur Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU Premier Ministre de la République Togolaise A LA CEREMONIE D OUVERTURE DE LA 64 ème JOURNEE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT Lors de la réunion des Experts sur

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement

Prise de position et réflexions. sur. le 6e programme d'action de l'ue pour. l'environnement Prise de position et réflexions sur le 6e programme d'action de l'ue pour l'environnement 1. Importance générale de l'environnement dans les régions frontalières et transfrontalières 2. Nécessité d'un

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 16/21 Réexamen des activités et du fonctionnement du Conseil des droits de l homme Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 12 avril 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/16/21 Conseil des droits de l homme Seizième session Point 1 de l ordre du jour Questions d organisation

Plus en détail

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule

Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule Accord entre l'organisation des Nations Unies et l'organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle [ * ] Préambule En application des dispositions de l'article 57 de la Charte des Nations Unies et

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE La COP 21 & Haïti LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE QU EST CE QUE LA COP 21? LES ENJEUX DE LA COP 21 LES OBJECTIFS DE L ACCORD LA CONTRIBUTION D HAÏTI LA COOPERATION DE LA FRANCE HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014

CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS DES TRAVAUX DE LA SEMAINE DE LA DIASPORA EDITION 2014 Au Gouvernement du Burundi

Plus en détail

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION

(Genève, 16 20 septembre 2002) INTERVENTION MISSION PERMANENTE DE TUNISIE GENEVE QUATRIEME CONFERENCE DES ETATS PARTIES A LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE L EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2015/1 Distr. générale 3 février 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

REGLEMENT PORTANT MODALITES DE RECRUTEMENT ET STATUT DE L'AUDITEUR DES SESSIONS NATIONALES DE L'INSTITUT NATIONAL

REGLEMENT PORTANT MODALITES DE RECRUTEMENT ET STATUT DE L'AUDITEUR DES SESSIONS NATIONALES DE L'INSTITUT NATIONAL REGLEMENT PORTANT MODALITES DE RECRUTEMENT ET STATUT DE L'AUDITEUR DES SESSIONS NATIONALES DE L'INSTITUT NATIONAL DES HAUTES ETUDES DE LA SECURITE ET DE LA JUSTICE Le présent règlement pris pour l'application

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget

ACCORDS DU BOURGET. Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget ACCORDS DU BOURGET Signés par les Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques le 6 mai 2015 au Lycée du Bourget Préambule La Conférence des Parties, Rappelant l objectif

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif :

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif : Termes de référence Consultant national en coordination du travail gouvernemental I. Information sur la mission Intitulé de la mission: Type de contrat : Lieu de la mission : Durée de la mission : Date

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA

ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA ASSOCIATION DES LAUREATS DE L'INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET D'ADMINISTRATION DES ENTREPRISES Région de Casablanca ALISCA Association marocaine régie par le dahir du 15 novembre 1958 Siège : Casablanca,

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice PREMIER MINISTERE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Visa -DGLTE -DBC -CF Décret n 092-2007 / PM fixant les attributions du ministre chargé de la Jeunesse et des Sports et l

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Discours

Programme des Nations Unies pour le développement. Discours Programme des Nations Unies pour le développement Discours Atelier technique de mobilisation des parties prenantes au processus de formulation de l Agenda d Action-Pays (AAP) et la formulation du Programme

Plus en détail

BANQUE DE FRANCE PROTOCOLE D'ACCORD POUR LA CREATION D'UN ESPACE DE CONCILIATION BANCAIRE AUPRES DES PARTICULIERS

BANQUE DE FRANCE PROTOCOLE D'ACCORD POUR LA CREATION D'UN ESPACE DE CONCILIATION BANCAIRE AUPRES DES PARTICULIERS CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 3 ème RÉUNION DE 2011 Séance du 21 avril 2011 CG 11/3 è me /BP-V-09 BANQUE DE FRANCE PROTOCOLE D'ACCORD POUR LA CREATION

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES PROGRAMME DE FINANCEMENT DE PLANS DIRECTEURS RÉGIONAUX DES ÉQUIPEMENTS ET TECHNOLOGIES DE TRAITEMENT DES MATIÈRES ORGANIQUES ET DES RÉSIDUS ULTIMES DANS UNE PERSPECTIVE D AUTONOMIE RÉGIONALE JANVIER 2008

Plus en détail

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014

Fiche obligation légales. Entreprises de 50 à 299 salariés. Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 Fiche obligation légales Entreprises de 50 à 299 salariés Etat du droit après la promulgation de la loi du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes Pour rendre plus effective l

Plus en détail

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012)

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) DISCOURS DU DIRECTEUR DE LA PNA Madame le Ministre de la Santé et de l Action

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale L ENERGIE : UN FACTEUR DE COMPETITIVITE MAJEUR POUR LES IAA L agroalimentaire représente 15%

Plus en détail

Procès verbal de l Assemblée Générale Ordinaire de la Fondation des Amis du Lycée Français Théodore Monod en date du 14/11/2013

Procès verbal de l Assemblée Générale Ordinaire de la Fondation des Amis du Lycée Français Théodore Monod en date du 14/11/2013 Procès verbal de l Assemblée Générale Ordinaire de la Fondation des Amis du Lycée Français Théodore Monod en date du 14/11/2013 L assemblée générale ordinaire de la «Fondation des Amis du Lycée Français

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Que sont les crédits de priorité régionale? Les crédits de priorité régionale ont été mis en place dans les systèmes d évaluation LEED 2009

Plus en détail

«Défi Copro à Energie positive» Appel à candidature

«Défi Copro à Energie positive» Appel à candidature «République Française Ville de Saint-Cloud Développement durable «Défi Copro à Energie positive» Appel à candidature 1. Contexte et enjeux Avec 44% du bilan énergétique, le secteur du bâtiment est le plus

Plus en détail

INITIATIVE REGIONALE «INVESTIR DANS L UEMOA» ------ TOURNEE DES INVESTISSEURS POST CONFERENCE INTERNATIONALE DE DUBAÏ EN COTE D IVOIRE

INITIATIVE REGIONALE «INVESTIR DANS L UEMOA» ------ TOURNEE DES INVESTISSEURS POST CONFERENCE INTERNATIONALE DE DUBAÏ EN COTE D IVOIRE INITIATIVE REGIONALE «INVESTIR DANS L UEMOA» ------ TOURNEE DES INVESTISSEURS POST CONFERENCE INTERNATIONALE DE DUBAÏ EN COTE D IVOIRE COMMUNIQUÉ FINAL Abidjan, le 27 février 2015 Dans le cadre de la tournée

Plus en détail

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati

Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Projet de suivi et plaidoyer budgétaire des fonds alloués aux politiques de gratuité des soins de santé dans le cercle de Kati Termes de référence de l étude sur la mobilisation, la gestion et l impact

Plus en détail

Brevets d'invention : procédure

Brevets d'invention : procédure Doc. 12.174/CA/20.10.1999 Brevets d'invention : procédure Préambule Le présent règlement s'inscrit dans le cadre du "Règlement général en matière de propriété, de protection et de valorisation des résultats

Plus en détail

Communiqué du Conseil des Ministres du 08 novembre 2013

Communiqué du Conseil des Ministres du 08 novembre 2013 Communiqué du Conseil des Ministres du 08 novembre 2013 Le Conseil des Ministres s est réuni en session ordinaire, le vendredi 8 novembre 2013 dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba sous

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Ouverture d une Pépinière dédiée à la finance 5 rue d UZès

Ouverture d une Pépinière dédiée à la finance 5 rue d UZès Ouverture d une Pépinière dédiée à la finance 5 rue d UZès Présentation à l attention des PME candidates Mercredi 30 juin 2010 www.finance-innovation.org 1 La création d une pépinière dédiée aux entreprises

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007. Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé

Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007. Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007 Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé Sous direction des sapeurs-pompiers et des acteurs du

Plus en détail

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation

Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation RÉUNION DE LA REVUE DE LA STRATÉGIE DE L ITIE, HENLEY, 11-12 AVRIL 2012 Document de fond sur le contrôle de qualité et un projet de système de notation Secrétariat international de l ITIE Oslo, 4 avril

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

OFFRE POUR CONSULTANCE

OFFRE POUR CONSULTANCE 1 3, Rue du Marché, B.P.1490 Bujumbura- Burundi, Tél. (257) 22 301300 / 301302 OFFRE POUR CONSULTANCE Recrutement d un(e) Consultant(e) national pour le poste d appui au programme «Droits des Femmes, Leadership

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail