Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Jonathan MATTHEWS ICEDD

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Jonathan MATTHEWS ICEDD"

Transcription

1 Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Jonathan MATTHEWS ICEDD

2 Objectifs de la présentation Identifier les principaux manquements dans les installations existantes Identifier les mesures d amélioration possibles Evaluer l enjeu énergétique de ces améliorations 2

3 Plan de l exposé Que regarder? Que faire? Au niveau de la production Au niveau de la distribution Au niveau de l émission Au niveau de la régulation 3

4 Au niveau de la production? Identifier l âge et le type de chaudière Check-list Vérifier les résultats de l attestation d entretien Vérifier l adéquation puissance brûleur chaudière Vérifier la fermeture du clapet d air du brûleur lorsqu à l arrêt Vérifier si les brûleurs 2 allures sont correctement commandés Vérifier le surdimensionnement de la chaufferie Vérifier le fonctionnement de la cascade de chaudières Vérifier si les vannes d isolement motorisées sont fonctionnelles Vérifier le degré d isolation des chaudières Vérifier la présence et le bon fonctionnement du régulateur de tirage Vérifier que les chaudières sont à l arrêt en été Vérifier la bonne propreté et ventilation de la chaufferie Production 4

5 Type de chaudière? Production Chaudière gaz atmosphérique Réglage d usine Pertes par balayage importantes Les moins performantes du marché Rendement utile ~ % Aucune amélioration possible hormis son remplacement 5

6 Type de chaudière? Production Chaudière gaz atmosphérique Relever les puissances brute et utile Réglage d usine 90 % Pertes par balayage importantes Les moins performantes du marché Rendement utile ~ % Aucune amélioration possible hormis son remplacement Rendement utile (%) = Puissance utile (kw) / Puissance brute (kw) Données reprises sur la plaque signalétique 6

7 Type de chaudière? Production Chaudière gaz atmosphérique améliorée Conception adaptée pour limiter les pertes par balayage avec ventilateur pour extraction des fumées Réglage toujours d usine Pertes par balayage plus faibles Plus performantes que précédentes Rendement utile ~ % jugé acceptable 93 %

8 Type de chaudière? Production Chaudière gaz ou mazout à brûleur pulsé Performance dépend du réglage Vérifier les données reprises sur l attestation d entretien 8

9 Production Exemple attestation d entretien 9

10 Analyse des données de l attestation d entretien Production Attestation = électrocardiogramme de la chaudière Il est essentiel de l analyser et de s assurer de sa complétude Une mesure sur site est intéressante pour confronter les résultats (exemple entretien réalisé en été quand installation à l arrêt et donc pas en régime de température) Pour avoir un 1 er regard critique, il faut un ordre de grandeur des valeurs cibles Ancienne chaudière de 20 ~ 25 ans Ancienne chaudière de 20 ~ 25 ans Nouvelle chaudière non à condensation T fumées ~ C~ C Taux CO2 mazout 12, % 12, % Taux CO2 gaz % % Taux CO 0 ppm 0 ppm Excès d'air ~ 20 % ~ 20 % Tirage ~ Pa~ Pa Rendement ~ % ~ % 10

11 Zoom sur le cadre relatif aux mesures du rendement Production 74 Danfoss/S 74 Danfoss/S 4,5 3, ,8 0 3,9 12,6 12, ,1 185,4 25,2 25,2 117,9 160,2 94,5 92,6 11

12 Zoom sur le cadre relatif aux mesures du rendement Production Calcul de l excès d air = [CO2 max] / [CO2] CO2 max gaz = 11,8 % CO2 max fuel = 15,4 % 74 Danfoss/S 74 Danfoss/S 4,5 3, ,8 3,9 12, ,1 25,2 117,9 94,5 12, ,4 = 15,4 / 12,6 = 1,22 25,2soit 22 % 160,2 92,6 12

13 Analyse des données de l attestation d entretien Production Principales causes d un mauvais rendement Rendement de combustion = 100 f x (Tfumée Tambiante) / %CO2 Il y a problème si : % CO2 < en fuel, % en gaz Entrées d air parasites? Mauvais réglage? Excès d air trop important? température de fumée > 200 C Encrassement (Bacharach >1, CO > 75 ppm)? Propreté de la chaufferie? Ventilation de la chaufferie? (1.. 1,5 dm² / 17,5 kw) Mauvais tirage (>20 Pa; <10 Pa)? Régulateur de tirage? 13

14 Analyse des données de l attestation d entretien Production Si le rendement est peu performant, dans certains cas, un meilleur réglage semble être possible Interroger le chauffagiste sur la faisabilité d affiner le réglage Enjeu énergétique =??? 1 % de rendement de combustion en plus = environ 1 % de consommation en moins Si on ne peut améliorer le rendement au-delà de 90 % (limite acceptable), il faut envisager le remplacement du brûleur ou de l ensemble chaudièrebrûleur 14

15 Production Vérifier l adéquation puissance brûleur - chaudière C est peu fréquent mais il peut arriver de constater que le brûleur délivre une puissance supérieure à ce que la chaudière peut absorber On dégrade le rendement avec des températures de fumées plus élevées Enjeu énergétique 15 C de température de fumées en plus = environ 1 % de rendement de combustion en moins 15

16 Zoom sur le cadre relatif aux mesures du rendement Production (4,5 + 3) [USG/h] x 3,78 [litre/usg] x (14/7) 74 x 1074[kWh/litre] = 401 [kw] Danfoss/S Cela fait combien en kw? Danfoss/S 4,5 3, Ygnis Chaudière ,8 3,9 12,6 12, ,1 185,4 WA Cela fait combien en kw? 25,2 25, ,9 [kcal/h] 160,2 x 4,18 [joule/cal ou W.s/cal] 94,5 / ,6 [s/h] = 406 [kw] 16

17 Vérifier la fermeture du clapet d air du brûleur lorsqu à l arrêt Aujourd hui pratiquement tous les brûleurs rencontrés sur le terrain disposent d un volet d admission d air motorisé (datant après 1985) Dans certains cas, on constate qu il ne se referme pas à l arrêt (souvent la raison d un mauvais câblage électrique ou parfois d un problème mécanique) Un courant d air permanent refroidit la chaudière lorsqu à l arrêt Enjeu énergétique 0,5 à 1 % de la puissance nominale de la chaudière Production 17

18 Vérifier si les brûleurs 2 allures sont correctement commandés Il est fréquent de constater que les brûleurs 2 allures fonctionnent en réalité comme des brûleurs une allure Les raisons? Mauvais réglage des aquastats ou du régulateur Câblage 1ère allure pas réalisé On ne profite pas du meilleur rendement de combustion en 1 ère allure Enjeu énergétique % de rendement de combustion en plus 1,5 à 2 % de consommation en moins Production 18

19 Production Vérifier si les brûleurs 2 allures sont correctement commandés Broche verte non câblée 19

20 Vérifier le surdimensionnement de la chaufferie Production Les chaufferies sont généralement surdimensionnées Dans certains cas, il est possible de mettre à l arrêt la ou les chaudières excédentaires (soit manuellement soit automatiquement via un régulateur de cascade de chaudières) Comment vérifier? Etablir le rapport consommation / puissance installée Soit des kwh / kw = heures de fonctionnement à P nominale On devrait être alentour de heures pour un immeuble de bureaux (5 jours sur 7 et 12 heures par jour) Vérifier si un dispositif permet la mise à l arrêt de la chaudière inutile avec isolement sinon mettre à l arrêt manuellement et isoler hydrauliquement la chaudière excédentaire Enjeu énergétique Les pertes à l arrêt des chaudières inutiles maintenues en température 0,3 à 1,5 % de la puissance nominale de la chaudière 20

21 Vérifier le fonctionnement de la cascade de chaudières Production La cascade permet de ne maintenir en fonctionnement que la ou les chaudières nécessaires pour assurer les besoins de chauffage On évite ainsi les pertes à l arrêt des chaudières non nécessaires pour autant que l hydraulique le permette Généralement un régulateur de cascade mécanique ou électronique est présent et qui le cas échéant gérera la fermeture des vannes d isolement Vérifier ou placer un régulateur de cascade Enjeu énergétique Les pertes à l arrêt des chaudières inutiles maintenues en température 0,3 à 1,5 % de la puissance nominale de la chaudière 21

22 Vérifier le fonctionnement de la cascade de chaudières Production Cascade chaudière présente et fonctionnelle mais peu efficace point de vue énergétique car maintien irrigation chaudière via C1/C2 22

23 Vérifier le fonctionnement de la cascade de chaudières Production Cascade chaudière avec vannes d isolement motorisées Fermées à l arrêt de la chaudière? 23

24 Vérifier le fonctionnement de la cascade de chaudières Cascade chaudière avec vannes d isolement motorisées Production 24

25 Vérifier le degré d isolation des chaudières Production La jaquette peut parfois avoir été démontée et non remise en état ou bien l isolation n est plus présente sous la jaquette Réisoler correctement la chaudière 25

26 Vérifier le degré d isolation des chaudières Production 26

27 Vérifier que les chaudières sont à l arrêt en été Production Pertes à l arrêt observées tout l été pour une chaufferie récente de 430 kw : 430 [kw] x [h/an] x 0,3 [%] = [kwh PCI/an] ou 190 [ ] Approche réductrice si collecteur primaire est maintenu en température + consommation électrique de la pompe primaire Exemple pour une chaufferie de 680 kw d un immeuble de bureaux de 1993 consommant annuellement kwh pcs Signature énergétique immeuble de bureaux de m² kwh pcs kwh pcs consommés de juin à septembre soit près de 10% de la consommation annuelle!! Soit des pertes globales équivalentes à 5% de la P nominale sur les 4 mois 0 0,0 50,0 100,0 150,0 Degrés-jours 200,0 250,0 300,0 350,0 400,0 450,0 27

28 Vérifier que les chaudières sont à l arrêt en été Production Si production d ECS, toutes les chaudières ne doivent pas être maintenues en température isoler hydrauliquement les chaudières excédentaires Pour les vieilles chaudières atmosphériques, veilleuse reste permanente +/- 0,6 m³/jour soit 100 m³ de gaz sur l été 28

29 Vérifier la présence d un régulateur de tirage Production Il permet de maintenir une dépression constante au droit de la chaudière Souvent bloquer, casser ou non réglé 29

30 Vérifier la bonne ventilation de la chaufferie Production Les chaufferies doivent être correctement ventilées Il faut m³ d air pour brûler 1 l de mazout ou 1 m³ de gaz Une norme régit les ouvertures de ventilation à prévoir : NBN B dm² par 17,5 kw 30

31 Vérifier la bonne propreté de la chaufferie Production Une chaufferie sale est bien souvent responsable d un encrassement plus rapide de la chaudière et du brûleur Assurer un nettoyage annuel de la chaufferie 31

32 Production Petite étude statistique pour une commune Chaudière en fonctionnement inutile en été (70%)* Chaudières surdimensionnées (17%)* Allures de brûleur mal régulées (9%)* Régulation en cascade des chaudières absente, défectueuse ou incomplète (26%)* Brûleur mal réglé (9%)* * % des cas observés dans un parc de 22 bâtiments d une commune bruxelloise 32

33 Type de chaudière? Production Chaudière gaz à condensation Condense-t-on? Hydraulique adaptée? Régulation adaptée? Rendement ~ % 33

34 Y a-t-il condensation? Production Premier indice : des condensats s écoulent-ils à l égout? Une chaudière à condensation de 250 kw produit environ 14 litres par heure de condensats soit l équivalent d une chope de bière par minute 34

35 Y a-t-il condensation? Production Deuxième indice : l hydraulique semble-t-elle adaptée? Vérifier si l hydraulique est adaptée pour favoriser les retours froids Cumul imaginaire des recyclages d'eau chaude possibles vers la chaudière Les Situations à éviter 35

36 Y a-t-il condensation? Production Exemple d une hydraulique adaptée pour accepter des retours «haute température» 36

37 Y a-t-il condensation? Production Chaudière à condensation avec 2 retours : haute et basse température 37

38 Y a-t-il condensation? Production Chaudière à condensation avec 2 retours : haute et basse température Sortie chaudière Retour collecteur «haute température» On rentre après le condenseur Retour collecteur «basse température» On rentre dans le condenseur 38

39 Y a-t-il condensation? Production Troisième indice : la température de retour est-elle favorable? Pour apprécier pleinement la situation, une campagne de mesures s impose. On monitore la température de retour afin de vérifier si elle est inférieure au point de rosée des fumées (+/- 55 C pour le gaz, +/- 45 C pour le mazout) Température départ Température retour Température extérieure 39

40 Production Comment chiffrer les améliorations opérées au niveau de la production? Pour chiffrer l impact : de l amélioration du rendement de combustion via meilleur réglage brûleur du pilotage correct du brûleur en 2 allures de la suppression des pertes par balayage via clapet d air du brûleur du placement d un nouveau brûleur 2 allures de l isolement hydraulique de la chaudière excédentaire de la correction de la cascade chaudières Utilisation de l outil d évaluation du rendement saisonnier de production d Energie+ Une démo sur site est prévue lors de l atelier audit chauffage 40

41 Rénover toute la production? Production Pour évaluer le potentiel d économie d énergie suite à une rénovation complète, on estimera le rendement saisonnier de production avant et après rénovation La formule suivante permettra de chiffrer ce potentiel : Economie (kwh pci) = Conso actuelle (kwh pci) x [1 (η avant / η après)] On peut prendre les hypothèses suivantes dans le cadre d une rénovation : Type installation gaz ou mazout non à condensation mazout à condensation saisonnier de production sur PCI % % gaz à condensation % 41

42 Au niveau de la distribution? Distribution Vérifier si les conduites sont correctement isolées Check-list Vérifier si les vannes et échangeurs sont isolés Vérifier le surdimensionnement des circulateurs Vérifier si les circulateurs sont à l arrêt en été Placer des circulateurs à vitesse variable lorsque remplacement 42

43 Distribution Isoler les conduites et vannes 1 mètre de tuyau en acier non isolé de 1 pouce (DN25) parcouru par de l eau à 70 C présente une perte de 60 W Isoler une conduite diminue les pertes de 90% et est rentabilisé en 1à2années La perte énergétique d une vanne correspond à celle d un tuyau de même section d une longueur de 0,5 mètre pour des vannes récentes 1, 7 mètre pour des anciennes vannes Isoler une vanne est rentable en 2à4années (fonction du type de vanne, du régime de température et de la durée d irrigation) 43

44 Réduire la vitesse des circulateurs Distribution Indice : 80 C... par -10 C ext C 50 C... par +5 C ext C 44

45 Réduire la vitesse des circulateurs Distribution Réduire d un cran la vitesse des circulateurs secondaires permet de gagner 20% de leur consommation électrique Indice : la différence entre la température de départ et de retour Pour une température extérieure de 1 C, Tdépart Tretour devrait être de l ordre de C Si elle est de C, le débit est vraisemblablement 2 x trop élevé. 45

46 Distribution Mettre les circulateurs à l arrêt en été En été? Manuellement? Via la régulation? Quel enjeu énergétique? Une chaufferie de 500 kw Puissance des circulateurs : 2 kw Eté : h/an Gain : 2 [kw] x [h] = [kwh] x 0,12 [ /kwh] = 710 [ ] Quand Text > 15 C? 400 h de coupure supplémentaire Gain : 2 [kw] x 400 [h] = 800 [kwh] x 0,12 [ /kwh] = 96 [ ] 46

47 Au niveau de la régulation? Régulation Comprendre la régulation des chaudières (allure, cascade chaudières, régime température) des circuits secondaires (courbe de chauffe, horaire, ) locale (vanne thermostatique) Contrôler son bon fonctionnement au niveau des horaires (intermittence) au niveau des courbes de chauffe (intensité) Corriger les défauts, affiner certains réglages et réguler ce qui ne l est pas Assurer une maintenance de sa régulation Si gestion externalisée, un contrôle minimum doit être assuré 47

48 Régulation Les principales raisons d une régulation peu performante Paramétrage non adapté équipement fonctionne mal Paramétrage excessif (horaire, température) pour éviter les plaintes Intermittence non optimisée Surchauffe des locaux Régulation défaillante (régulateur HS) Pas de suivi de la régulation, pas de pilote à bord Déréglage Pas adaptation en fonction de l occupation Méconnaissance du fonctionnement de la régulation 48

49 Contrôler la régulation Bâtiment scolaire de m² avec piscine apprentissage Régulation Exemple 1 Consommation gaz annuelle 2008 Chaufferie 1 Année Consommation spécifique Concommations en kwh PCS Consommations en kwh pci Consommations normalisées en kwh pci Consommations spécifiques en kwh/m².an Enseignement communautaire Enseignement officiel Enseignement libre ou privé Enseignement moyenne Paradis des Enfants 50 0 Combustible 49

50 Contrôler la régulation Régulation Signature énergétique Consommations en kwh pcs Signature énergétique Janvier ,0 50,0 100,0 150,0 200,0 250,0 300,0 350,0 400,0 Degrés-jours 50

51 Contrôler la régulation Régulation En chaufferie 51

52 Régulation 52

53 Contrôler la régulation Régulation Campagne de mesures Chaufferie - Départ collecteur primaire Température en C

54 Contrôler la régulation Régulation Campagne de mesures Température en C Bâtiment A - 3 ème étage - 5 ème primaire C T ambiante classe T ambiante classe T extérieure préau 54

55 Contrôler la régulation Régulation Potentiel d économie via la régulation des seuls circuits radiateurs Equipement présent mais non exploité Remettre les V3V en automatique Vérifier le bon fonctionnement des équipements Reparamétrer les régulateurs climatiques Vérifier le résultat via campagne de mesures et affiner [kwh PCI] x 60% x 22,5% = [kwh PCI] soit près de 14% de la consommation globale du bâtiment Gain énergétique : [kwh PCS/an] ou [kwh PCI/an] Gain financier : 7164 [ /an] Investissement : 0 [ ] Temps de retour simple : 0 [années] Economie de CO2 : [kg CO2/an] 55

56 Régulation Contrôler la régulation kwh Signature énergétique Linéaire (2010) Linéaire (2009) Linéaire (2008) Interventions opérées début % de réduction de la consommation normalisée entre 2008 et Degrés jours 56

57 Régulation Faut-il abaisser ou couper le chauffage en inoccupation? Immeuble de bureaux construit en 1990 Superficie chauffée de m² Consommation spécifique de 136 kwh pci/m² Exemple 2 Facture gaz 2010 de HTVA 57

58 Régulation Faut-il abaisser ou couper le chauffage en inoccupation? Chaudière de 265 kw équipée d un brûleur gaz 2 allures Collecteur primaire en température constante 3 circuits radiateurs avec régulation climatique 58

59 Faut-il abaisser ou couper le chauffage en inoccupation? Une campagne de mesures pour voir T eau départ des 3 circuits + T ext. Régulation 59

60 Régulation Faut-il abaisser ou couper le chauffage en inoccupation? T ambiante bureau à chacun des 4 étages Le faible ralenti de 10 C de T eau en inoccupation a peu d impact sur la température ambiante seule une coupure complète est efficace 60

61 Potentiel d économie via une intermittence efficace? Régulation L absence de ralenti nocturne et de week-end = % de surconsommation 61

62 Régulation Problèmes de surchauffe Mauvais réglage des courbes de chauffe Mauvais emplacement des sondes Absence de vanne thermostatique dans des locaux à fort apport de chaleur Apport de chaleur non contrôlé 1 C de trop = % de surconsommation 62

63 Les sources de dysfonctionnement Régulation Déséquilibre hydraulique Equilibrage : Té de réglage du débit d'un radiateur 63 Corps de vanne thermostatique avec préréglage du débit

64 Régulation Petite étude statistique pour une commune Absence d intermittence ou mauvaise programmation des horaires ou des consignes (57%)* Mauvais réglage de la régulation (réglage excessif des courbes de chauffe) (35%)* Fonctionnement de la régulation inconnu (26%)* Absence ou mauvaise gestion de la régulation locale (35%)* Circulateurs en fonctionnement en été (70%)* Circulateurs éventuellement surdimensionnés (43%)* * % des cas observés dans un parc de 22 bâtiments d une commune bruxelloise 64

65 Au niveau de l émission? Emission Isoler les allèges Eviter d entraver l émission des radiateurs 65

66 Isoler les allèges Emission Les déperditions au travers d un mur situé derrière un radiateur sont doublées! Placer un isolant de 0,5 cm recouvert d aluminium sur un mur non isolé au dos d un radiateur permet de gagner : kwh/m².an Et est remboursé en ans 66

67 Eviter d entraver l émission des radiateurs Emission 67

68 Outils, sites internets, etc intéressants : Site Energie+ : Site Bruxelles-Environnement : 68

69 Contact Jonathan MATTHEWS Responsable audit énergétique ICEDD : 081/

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement Points d'attention sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire (AUDIT INSTALLATIONS) Gauthier KEUTGEN

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie

Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie (Responsable Energie) Bruxelles Environnement Diagnostic des installations de chauffage Jonathan MATTHEWS ICEDD Objectifs de la présentation Identifier

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

AUDIT INSTALLATIONS DE VENTILATION ET CLIMATISATION

AUDIT INSTALLATIONS DE VENTILATION ET CLIMATISATION Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE VENTILATION ET CLIMATISATION Jonathan FRONHOFFS CENERGIE Objectifs de la présentation Identifier les principaux

Plus en détail

Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion

Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion Audit énergétique de l'installation de chauffage Production d'eau chaude Distribution d'eau chaude et émission Gestion Production d'eau chaude Méthode et page de calcul établie par l'équipe Architecture

Plus en détail

Technologies de chauffage

Technologies de chauffage Technologies de chauffage Les différents types de systèmes Formation à la Procédure d Avis Énergétique Sommaire Production Chauffages décentralisés Chauffage central : chaudières à brûleur pulsé Chauffage

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Thomas GOETGHEBUER MATRIciel

Plus en détail

Pistes d économies en Chaufferies Industrielles

Pistes d économies en Chaufferies Industrielles Mardi 12 mars 2013 Pistes d économies en Chaufferies Industrielles Pascal LEBOIS Ingénieur Conseil Procédés Industriels Pôle Grands Comptes Direction Commerciale - GRTgaz 1 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes de production de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

Un système de chauffage encore plus performant en rénovation

Un système de chauffage encore plus performant en rénovation Un système de chauffage encore plus performant en rénovation Chauffage 1 Chauffage Evaluer : diagnostic énergétique d une installation existante (où part le combustible, notion de pertes et de rendement)

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB Séminaire Bâtiment Durable : Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LES EXIGENCES CHAUFFAGE PEB EGALEMENT AU SERVICE DE MES INSTALLATIONS

Plus en détail

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB

Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 1 Séminaire Bâtiment Durable: Rendre son installation de chauffage performante grâce à la PEB 21 octobre 2014 Bruxelles Environnement LA REGLEMENTATION CHAUFFAGE PEB Alain BEULLENS, DPT CHAUFFAGE ET CLIM

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION D'ECS : QUELLES SONT LES CARACTÉRISTIQUES FONDAMENTALES DES DIFFÉRENTS SYSTÈMES? Jonathan

Plus en détail

L évaluation de la rentabilité d un investissement

L évaluation de la rentabilité d un investissement L évaluation de la rentabilité d un investissement Formation des Responsables Énergie de la RBC Céline Martin ICEDD asbl 22 mars 2007 Situation de départ: le cas du remplacement d une chaudière On désire

Plus en détail

Workshop Energie (13 mai 2009)

Workshop Energie (13 mai 2009) Workshop Energie (13 mai 2009) Atelier B Réduire ses consommations, quelques actions concrètes Olivier CAPPELLIN & David LE FORT Conseillers en énergie Chemin du Stockoy 3 B-1300 WAVRE Tél: 010/47.19.43

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

Les phases du projet pas à pas... La bonne manière de placer une PAC...?! Case study. Etapes suivies par l'installateur...

Les phases du projet pas à pas... La bonne manière de placer une PAC...?! Case study. Etapes suivies par l'installateur... Etude de cas - résultats de la rénovation d'une habitation existante avec intégration d'une pompe à chaleur air/eau dans une installation de chauffage existante : dimensionnement et conception de l'installation

Plus en détail

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé.

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Mercredi 14 octobre 2015, 13 h 35 14 h 20 Espace Congrès: Rio de Janeiro 3 +11 TWh cumac générés depuis 2013 +100

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

ATTESTATION DE CONTRÔLE PERIODIQUE

ATTESTATION DE CONTRÔLE PERIODIQUE ATTESTATION DE CONTRÔLE PERIODIQUE Technicien chaudière agréé RIT : Société :... Particulier Nom :... N d identification :... Société :... N de TVA :... Rue :... N :. CP : Commune :... Tel :. Fax :...

Plus en détail

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur

Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Optimisations énergétiques sur un réseau vapeur Table des Matières A. Utilisations de la vapeur et terminologie Chaleur latente,chaleur sensible La boucle vapeur Le prix de la vapeur B. Optimisation de

Plus en détail

AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION AGMC

AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION AGMC FABRICANT D AEROTHERMES, ROOF-TOP, GENERATEURS D AIR CHAUD, TUBES RADIANTS N Constructeur : AQP 0027 AEROTHERMES GAZ MODULANTS A CONDENSATION Performances et Rendements Elevés (jusqu à 105%) Pas d émission

Plus en détail

Split - Inverter - Bi-étagée Très haute température e-connectée AÉROTHERMIE CHANGEZ D ENERGIE SANS CONTRAINTES

Split - Inverter - Bi-étagée Très haute température e-connectée AÉROTHERMIE CHANGEZ D ENERGIE SANS CONTRAINTES AJP@C À CHALEUR Split - Inverter - Bi-étagée Très haute température e-connectée 80 CPOMPE AÉROTHERMIE CHANGEZ D ENERGIE SANS CONTRAINTES AJP@C UNE POMPE À CHALEUR TRES HAUTE TEMPERA POUR LE REMPLACEMENT

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Systèmes d émission de chaleur : principes et enjeux Raphaël Capart ICEDD asbl

Plus en détail

La cogénération et PAC

La cogénération et PAC Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable «Remplacement des chaudières dans les immeubles à appartements» La cogénération et PAC Yves LEBBE Spécialiste Cogénération 7 octobre 201

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS

VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS VOTRE PARTENAIRE POUR L EQUIPEMENT DES CHAUFFERIES ET DES SOUS STATIONS Réchauffage de l eau d un circuit de chauffage Chaudières gaz à condensation PRESTIGAZ Chaudières gaz basse température EFFIGAZ Echangeurs

Plus en détail

Une chaudière VARINO, en version standard, module en puissance de façon autonome à partir d une consigne de température affichée sur son thermostat.

Une chaudière VARINO, en version standard, module en puissance de façon autonome à partir d une consigne de température affichée sur son thermostat. Gamme VARINO VARINO GRANDE La gamme se décline en trois versions : - les VARINO d allure verticale de 65 kw à 300 kw (huit modèles) - les VARINO GRANDE d allure horizontale de 350 kw à 600 kw (six modèles)

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Conception et regulation d installations techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION DE CHALEUR: CARACTERISTIQUES DE SYSTEMES INNOVANTS Jonathan FRONHOFFS Cenergie scrl Objectif(s)

Plus en détail

Chaudières traditionnelles

Chaudières traditionnelles Gamme Chaudières Traditionnelles et Récupérateur à condensation TOTALECO Chaudières traditionnelles ATLANTIC GUILLOT offre une large gamme de chaudières acier à équiper de brûleur gaz ou fioul pour une

Plus en détail

Cas pratique d une installation de cogénération. Introduction Rappel principes de base cogénération

Cas pratique d une installation de cogénération. Introduction Rappel principes de base cogénération Cas pratique d une installation de Introduction Rappel principes de base Circuit de valorisation thermique (intégration hydraulique) Organes de régulation hydrauliques (dimensionnement, ) et équipements

Plus en détail

Concevoir une nouvelle installation de chauffage

Concevoir une nouvelle installation de chauffage Concevoir une nouvelle installation de chauffage A quoi faut-il être attentif lorsque l on remplace une installation de chauffage? Ir. M. Demol ygnis@skynet.be Concevoir une nouvelle installation de chauffage

Plus en détail

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux

«CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux 1 «CHAUDIERES PERFORMANTES (STANDARD HAUT RENDEMENT, BASSE TEMPERATURE, CONDENSATION) AVEC REGULATION PERFORMANTE» Contexte Enjeux Dans le cadre de la réhabilitation d une chaufferie d un bâtiment tertiaire

Plus en détail

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE

L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE L'INTERPRÉTATION DE L'ATTESTATION DE CONTRÔLE D'UNE CHAUDIÈRE Dernière révision du document : janvier 2013 CONTEXTE En Wallonie, une nouvelle réglementation est d application depuis le 29 mai 2009 1 et

Plus en détail

CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE. Cycle technique M3 :INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Printemps 2009. PY Franck (ULg-DGSE) B Georges (ULg-LTAS)

CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE. Cycle technique M3 :INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Printemps 2009. PY Franck (ULg-DGSE) B Georges (ULg-LTAS) CONSTRUIRE avec l ÉNERGIE naturellement! Engagement Volontaire des Architectes & des Entreprises Cycle technique M3 :INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Printemps 2009 PY Franck (ULg-DGSE) B Georges (ULg-LTAS)

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE AQUACONDENS MI

AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE AQUACONDENS MI Aquacondens Chaudières murales à condensation AQUACONDENS CHAUFFAGE SEUL 1 MODÈLE MODULANT DE 6 À 25 KW AQUACONDENS PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE PAR BALLON SÉPARÉ 2 MODÈLES MODULANT DE 6 À 25

Plus en détail

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT

CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT CAF DU RHONE (ex :CAF de LYON) BILAN DE 1998 à 2013 DU CHAUD ET DU FROID A UN COÛT OPTIMAL ET RESPECTUEUX DE L ENVIRONNEMENT 1 - PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT. - DESCRIPTION DU SITE. - BILAN DES MESURES DEPUIS

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur SOMMAIRE 11... IINSSTALLATIIONSS ACTUELLESS... 2 22... PERFORMANCESS ACTUELLESS... 11 22...11. Ennrreeggi iisst trreemeennt tss... 11 22...22. Reennddeemeennt tss eet t vvaal lleeuurrss ccaarraacct téérri

Plus en détail

Page. 2.17. Améliorer l'efficacité des ventilo-convecteurs. 2.18. Limiter l'ajout d'eau au circuit

Page. 2.17. Améliorer l'efficacité des ventilo-convecteurs. 2.18. Limiter l'ajout d'eau au circuit Check-list Page Amélioration du rendement de la chaudière 2.1. Améliorer le réglage et la régulation du brûleur 2.2. Colmater et réisoler la chaudière 2.3. Réguler les chaudières en cascade 2.4. Isoler

Plus en détail

Entretien de la chaudière : Kesako?

Entretien de la chaudière : Kesako? L'entretien : une affaire de spécialiste Entretien de la chaudière : Kesako? Les chauffagistes sont des techniciens professionnels formés et agréés par les régions, seuls ceux-ci sont habilités à réaliser

Plus en détail

Fiche produit GAS 210 ECO PRO ECO PRO. Chaudière à condensation compacte pour un rendement optimal

Fiche produit GAS 210 ECO PRO ECO PRO. Chaudière à condensation compacte pour un rendement optimal Fiche produit GAS 210 ECO PRO GAS 210 ECO PRO Chaudière à condensation compacte pour un rendement optimal Les points forts en résumé. GAS 210 ECO PRO Remeha GAS 210 ECO PRO La chaudière Gas 210 ECO Remeha

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith

Le monitoring. Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith. André Servais, Stadtwerke St-Vith Le monitoring Chaufferie et réseau de chaleur de St-Vith André Servais, Stadtwerke St-Vith SITUATION DE DEPART 5 biens fonciers: o Puissance totale installée: o Consommation annuelle: 4.950 kw / 12 chaudières

Plus en détail

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS

Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS Pompe à chaleur à absorption gaz naturel chauffage et ECS Fiche d intégration dans le logiciel RT 2012 : U22win de PERRENOUD 26/08/2013 Version 5.0.26 du 30/07/2013 La procédure suivante décrit la saisie

Plus en détail

Matinée technique 24 novembre 2011. Régulation et Gestion Technique. Gisements et Enjeux

Matinée technique 24 novembre 2011. Régulation et Gestion Technique. Gisements et Enjeux Matinée technique 24 novembre 2011 Régulation et Gestion Technique Bâtiment Gisements et Enjeux Gisements et Enjeux - constat Communes du Pays de Rennes adhérentes au Conseil en Energie Partagé soit 49

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol :

Page : 1 de 6 MAJ: 01.03.2010. 2-10_Chaudieresbuches_serie VX_FR_010310.odt. Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Page : 1 de 6 Gamme de chaudières VX avec régulation GEFIcontrol : Référence article 058.01.250: VX18 Référence article 058.01.251: VX20 Référence article 058.01.252: VX30 Chaudière spéciale à gazéification

Plus en détail

Améliorer une installation de chauffage existante Concevoir une nouvelle installation de chauffage. Namur, 07/02/2013 -

Améliorer une installation de chauffage existante Concevoir une nouvelle installation de chauffage. Namur, 07/02/2013 - Améliorer une installation de chauffage existante Concevoir une nouvelle installation de chauffage Ir. Michel DEMOL Namur, 07/02/2013 - Dans le cadre de la formation URE non marchand de Wallonie Objectifs

Plus en détail

Inspections périodiques des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles

Inspections périodiques des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Inspections périodiques des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Mardi 26 novembre 2013 Thierry Palisson Ludovic Soleansky - Copyright Bureau Veritas Principe de fonctionnement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE LOGANO GE434 Chaudière au sol de marque :

FICHE TECHNIQUE LOGANO GE434 Chaudière au sol de marque : FICHE TECHNIQUE LOGANO GE434 Chaudière au sol de marque : Chaudière gaz atmosphérique Ecostream Logano GE434: une chaudière basse température compacte à deux blocs chaudière parallèles pour un chauffage

Plus en détail

Chaudières murales gaz à condensation. CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré

Chaudières murales gaz à condensation. CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré Chaudières murales gaz à condensation CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré Les avantages de la gamme WOLF Crédit d Impôt 13 % Une gamme étendue : 14 modèles

Plus en détail

Varino et Varino Grande

Varino et Varino Grande Varino et Varino Grande Chaudières gaz à condensation modulantes de 8 % à 100 % Très Bas NOx De 65 kw à 600 kw Varino et Varino Grande L excellence en matière de chauffage La VARINO, comme la VARINO GRANDE,

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind

HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC. With the future in mind made in Belgium With the future in mind HeatMaster 25 C 25 TC 35 TC 45 TC 70 TC 85 TC 120 TC Chaudière au gaz à condensation, à fonction double HeatMaster TC à condensation pour le chauffage central HeatMaster

Plus en détail

Notice de montage et de maintenance VITOTRONIC 100 VITOTRONIC 333. Vitotronic 100, type GC1. Régulation numérique de chaudière

Notice de montage et de maintenance VITOTRONIC 100 VITOTRONIC 333. Vitotronic 100, type GC1. Régulation numérique de chaudière Notice de montage et de maintenance Vitotronic 100, type GC1 Régulation numérique de chaudière Vitotronic 333, type MW1 Régulation numérique de cascade en fonction de la température extérieure Remarques

Plus en détail

Schémas de raccordement. Aller au sommaire

Schémas de raccordement. Aller au sommaire Schémas de raccordement Aller au sommaire Juin 00 Sommaire Cliquez sur le nom d un produit pour consulter son schéma de raccordement. FCX Couplage parallèle de deux FCX... Raccordement d un échangeur à

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS)

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Bruxelles Environnement LE CHOIX DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DE CHALEUR ET D ECS DANS LES LOGEMENTS INDIVIDUELS

Plus en détail

AXEO CONDENS CHAUDIÈRE FIOUL À CONDENSATION CHAUFFAGE SEUL OU AVEC ECS ACCUMULÉE PRODUIT TOUT INTÉGRÉ RENDEMENT JUSQU À 103%

AXEO CONDENS CHAUDIÈRE FIOUL À CONDENSATION CHAUFFAGE SEUL OU AVEC ECS ACCUMULÉE PRODUIT TOUT INTÉGRÉ RENDEMENT JUSQU À 103% CHAUDIÈRE FIOUL À CONDENSATION CHAUFFAGE SEUL OU AVEC ECS ACCUMULÉE PRODUIT TOUT INTÉGRÉ RENDEMENT JUSQU À 103% SOLUTION REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE AVEC... Qu est ce que l Axeo Condens?

Plus en détail

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon tampon Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon Tampon BT Ballon tampon avec isolation, pour couplage avec chaudière bois, 4 départs, 4 retours, 4 raccordement sonde/thermomètre,

Plus en détail

Notions sur les différentes Chaudières au sol

Notions sur les différentes Chaudières au sol TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Chaudières au sol Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différentes Chaudières au sol On donne : Un dossier ressource définissant

Plus en détail

Bouches de soufflage chauffantes ECO LA MARQUE DES PROS Chauffage par ventilation pour maisons passives.

Bouches de soufflage chauffantes ECO LA MARQUE DES PROS Chauffage par ventilation pour maisons passives. LA MARQUE DES PROS Bouches de soufflage chauffantes ECO Chauffage par ventilation pour maisons passives. Bouches de soufflage chauffantes ECO Chauffage par ventilation pour maisons passives La récupération

Plus en détail

Chaudières gaz à condensation VITODENS 100-W. climat d innovation

Chaudières gaz à condensation VITODENS 100-W. climat d innovation Chaudières gaz à condensation VITODENS 100-W climat d innovation Vitodens 100-W Performances, longévité, prix séduisant 2/3 VITODENS 100-W Performances, longévité, prix séduisant Vous cherchez une chaudière

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Restez toujours connectés...

Restez toujours connectés... Les options de la gamme TIM@X 060 et 130 Casse Pression Appoint 2 Zones Pack Small Pack Medium 1 Pack Medium 2 4 kw Pack Medium 3 4 kw Pack Large 4 kw Pack ECS 1 Pack ECS 2 4 kw Pack ECS 3 4 kw ECS UN

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

Notions sur les différents systèmes de chauffage

Notions sur les différents systèmes de chauffage TECHNIQUES DES INSTALLATIONS SANITAIRES Nom : ET ENERGIES THERMIQUES Les réseaux de chauffage Section énergétique Mr CHENUIL Notions sur les différents systèmes de chauffage On donne : Un dossier ressource

Plus en détail

ThermoCondensor alufer Hoval Exploitation maximale de l'énergie grâce à la technique de condensation pour des puissances élevées

ThermoCondensor alufer Hoval Exploitation maximale de l'énergie grâce à la technique de condensation pour des puissances élevées ThermoCondensor alufer Hoval Exploitation maximale de l'énergie grâce à la technique de condensation pour des puissances élevées L'exploitation efficace des potentiels disponibles facilite considérablement

Plus en détail

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option!

P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l. Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Système de Chauffage à 160 % de rendement l EnR n est plus en option! France Air & Robur Technology France Air, en partenariat avec Robur

Plus en détail

L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix - JUIN 2013

L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix - JUIN 2013 L'innovation certifiée depuis 1892 Gialix de 0,7 à 196 kw Chaudières électriques murales Une chaudière exceptionnelle aux performances exceptionnelles! Remplace facilement tout type de chaudière Silencieuse

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Production solaire thermique pour logements individuels et collectifs (< 10 unités) Gregory NEUBOURG APERe Objectif(s) de la présentation Connaitre

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Œrtli PU-CU 150 (F) Condens de 16 à 34 kw. Chaudières fi oul au sol à condensation

Œrtli PU-CU 150 (F) Condens de 16 à 34 kw. Chaudières fi oul au sol à condensation Œrtli PU-CU 150 (F) Condens de 16 à 34 kw Chaudières fi oul au sol à condensation Chaudières fi oul au sol à condensation Œrtli chaudières fiou L utilisation de la condensation en rénovation et dans le

Plus en détail

C 249-03. made in Italy. Tahiti Dual. Chaudières murales à gaz mixtes instantanées et chauffage seul EMEA

C 249-03. made in Italy. Tahiti Dual. Chaudières murales à gaz mixtes instantanées et chauffage seul EMEA C 249-03 made in Italy Tahiti Dual Chaudières murales à gaz mixtes instantanées et chauffage seul FR EMEA Chaudières murales à gaz mixtes Tahiti Dual FIABILITÉ SÉCURITÉ FACILITÉ D UTILISATION ET D ENTRETIEN

Plus en détail

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw

Guide de la mesure pour chaudières. de 4 à 400 kw Guide de la mesure pour chaudières de 4 à 400 kw Selon le nouvel arrêté du 15/09/2009 nous mettons à votre disposition : les attestations au format PDF - Dans les mallettes des analyseurs de combustion

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

Les chaudières à condensation

Les chaudières à condensation Les chaudières à condensation Combustion du gaz naturel : CH 4 + 2 O 2 CO 2 + 2 H 2 O + chaleur CH4 : Le méthane qui est le combustible O2 : L oxygènede l air qui est le comburant comburant CO2 : Le dioxyde

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Choix technique du système HVAC et ECS dans le logement collectif et assimilé Thomas GOETGHEBUER MATRIciel sa Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Chauffage au mazout et au gaz

Chauffage au mazout et au gaz Chauffage au mazout et au gaz Les objectifs d'apprentissage : Comprendre la différence entre un générateur d air chaud (fournaise) et une chaudière et savoir comment fonctionnent ces deux types d appareils,

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

Chaudières murales gaz à condensation CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré

Chaudières murales gaz à condensation CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré Conforme aux exigences label BBC et RT 2012 La compétence dans l économie d énergie Chaudières murales gaz à condensation CGB : Chauffage seul CGB-K : Mixte instantanée CGS, CGW : Mixte avec ballon intégré

Plus en détail

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température

Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Pompe à Chaleur Air / Eau Haute Température Gamme L É N E R G I E E S T N O T R E A V E N I R, É C O N O M I S O N S - L A. * La culture du Meilleur Pour le chauffage et l eau chaude sanitaire des maisons

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation

Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Initia Plus HTE Chaudière murale gaz à condensation Simplicité et performance : Tant en nouvelles constructions qu'en remplacement La nouvelle gamme de chaudières gaz à condensation Initia Plus a été spécialement

Plus en détail

VERSION CHEMINÉE OU VENTOUSE

VERSION CHEMINÉE OU VENTOUSE Aqualia Chaudières murales AQUALIA CHAUFFAGE SEUL 2 MODÈLES DE 9 À 24 KW AQUALIA PACK CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE PAR BALLON SÉPARÉ (MURAL OU SOL) 4 MODÈLES DE 9 À 24 KW GARANTIE 2 ANS AQUALIA MI

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Gestes et réglages méconnus Quelques infos pour commencer Cette lettre traite des gestes et réglages méconnus. D autres lettres sont entièrement dédiées à : - La courbe de chauffe - La régulation de chauffage

Plus en détail

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement.

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement. Streamline Chaudière gaz à condensation murale 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash MHG Mieux, tout simplement. Streamline Streamline : technique et rendement au meilleur prix Avec la série Streamline,

Plus en détail

HYSAÉ HYBRID 6000 CHAUDIÈRE HYBRIDE MURALE GAZ CONDENSATION ET POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE + ECS. Ultra compact. Solution RT 2012

HYSAÉ HYBRID 6000 CHAUDIÈRE HYBRIDE MURALE GAZ CONDENSATION ET POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE + ECS. Ultra compact. Solution RT 2012 HYSAÉ HYBRID 6000 CHAUDIÈRE HYBRIDE MURALE GAZ CONDENSATION ET POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE + ECS INNOVATION 2013 Ultra compact Solution RT 2012 Performances et économies FAITES CONNAISSANCE AVEC... HYSAÉ

Plus en détail

PLAGE Ecoles 2009-2013 Collège St-Hubert

PLAGE Ecoles 2009-2013 Collège St-Hubert 1 Une gestion énergétique durable pour tous... Bruxelles Environnement PLAGE Ecoles 2009-2013 Collège St-Hubert Pierre URBAIN & Marc LEMYE SeGEC Secrétariat Général de l Enseignement Catholique 1 Cas d

Plus en détail

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments

Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Le contrôle continu des consommations d énergie pour le chauffage des bâtiments Service de l environnement et de l énergie Ch. des Boveresses 155 1066 Epalinges Table des matières Introduction 2 Un réseau

Plus en détail