L évaluation de la rentabilité d un investissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L évaluation de la rentabilité d un investissement"

Transcription

1 L évaluation de la rentabilité d un investissement Formation des Responsables Énergie de la RBC Céline Martin ICEDD asbl 22 mars 2007 Situation de départ: le cas du remplacement d une chaudière On désire remplacer une vieille chaudière de 300 kw ayant un rendement saisonnier estimé de 75% par une chaudière à condensation ayant un rendement saisonnier estimé de 101%. L investissement total est de euros HTVA. Comment évaluer la rentabilité de cet investissement?

2 Un investissement est rentable lorsque le montant de cet investissement est inférieur aux gains procurés durant toute la durée de vie du projet Méthode courante: ratio de l investissement et des gains - Investissement = euros HTVA - Gains espérés sur 1 an : - consommation chaudière actuelle = litres fuel/an * 0,47 euros/litre - consommation chaudière à condensation = litres fuel/an * 0,47 euros/litre économie (gain) = euros/an Rentabilisation en: / = 5,8 ans

3 Le Temps de Retour Simple (TRS) Période au terme de laquelle la somme cumulée des gains financiers générés par le projet = montant de l investissement initial et donc au terme de laquelle l investissement devient rentable Formule : TRS = Inv GAN Où : Inv = Investissement initial du projet GAN = Gain Annuel Net du projet Critère : TRS < durée de vie économique du projet Première question: quel montant d investissement prendre en compte?

4 Le montant de l investissement Le montant initial de l investissement = 2 cas: - Si doit investir, ne prend en compte que le surplus du montant dû à la protection de l environnement - Si investissement non nécessaire, prend en compte la totalité du montant Si doit investir, va comparer avec une solution traditionnelle: chaudière à brûleur pulsé traditionnelle de rendement saisonnier estimé de 92% : - investissement de euros HTVA - gain annuel = litres fuel/an * 0,47 euros/litre = euros Comparaison de la solution «condensation» et traditionnelle: - surcoût = euros - économie supplémentaire = euros TRS du surcoût = 3,8 ans

5 Deuxième question: que faire si les gains annuels sont différents d une année à l autre? Si hétérogénéité dans les flux financiers annuels sommer les gains nets de manière chronologique Exemple: si l investissement de départ = euros le TRS peut varier: TRS Rentrées nettes ,7 Rentrées nettes ,7 Rentrées nettes ,5

6 Troisième question: Comment comparer un investissement effectué aujourd hui avec des gains qui apparaîtront dans le futur? Solution :Exprimer les gains futurs par rapport au moment présent et donc calculer la valeur actualisée nette des gains futurs La Valeur Future d un gain : Le principe de l actualisation Où : VA = Valeur Actuelle du gain futur k = Taux d actualisation n = Durée de vie économique ( 1 k) n VF = VA + La valeur future d un montant de 100 placé à 5%/an pendant 5 ans: VF = ( ) = =

7 Le principe de l actualisation La Valeur Actuelle d un gain futur : VA = VF ( 1 + k ) n La valeur actuelle d 1 euro perçu dans le futur = d autant plus faible si n est grand et k est élevé Il suffit de placer maintenant à 5 %/an pour obtenir 100 dans 5 ans VA = = = ( ) Le taux d actualisation Taux correspondant au coût du capital nécessaire pour financer le projet 3 cas possibles: 1. Si ressources financières non disponibles: coût du capital = coût de mise à disposition de ces ressources par un tiers (taux du crédit) 2. Si ressources financières disponibles: coût du capital = coût d opportunité des ressources placées (taux d intérêt ou rendement financier) 3. Si financement en partie en fonds propres: coût du capital = pondération des différents taux en fonction de la proportion de chaque type de financement

8 Si on actualise les gains annuels: / (1,06) 1 = euros / (1,06) 2 = euros / (1,06) 3 = euros / (1,06) 4 = euros / (1,06) 5 = euros TRS = 4,29 ans Quatrième question: cette méthode permetelle de faire un choix pertinent d un point de vue économique?

9 NON: Ne tient pas compte des gains générés après la période de temps de retour donc, entre deux alternatives ayant un même TRS, pourrait choisir la solution qui n apporte plus rien après la rentabilisation de l investissement Comment utiliser autrement l actualisation des flux monétaires et tenir compte de la durée entière du projet? La valeur actualisée nette Différence entre les gains actualisés et les dépenses actualisées sur la durée de vie du projet Formules : VAN = VA (gains) - VA (dépenses) - Inv Où : t = année k = taux d actualisation Critère : VAN positive ( > 0)

10 Possibilité de l exprimer sous forme d indice de profitabilité: VA (gainsnets) IP = Inv Critère: IP > 1 Dans l exemple, si on considère une durée de vie de 5 ans, ( ) = euros VAN > 0 donc projet rentable

11 Cinquième question : mais quelle durée de vie prendre en compte? La durée de vie d un projet Durée de vie économique Durée de vie technique Période au terme de laquelle il ne sera plus rentable de continuer le projet vu les performances des techniques concurrentes Période au terme de laquelle l équipement ne pourra plus remplir sa fonction (car les réparations sont trop fréquentes et/ou trop coûteuses) Calculs de rentabilité selon la durée de vie économique (généralement 20 ans voire 25 ans) Exp : Les certificats verts, composante majeure du GAN d une cogénération biomasse, sont garantis pour 10 ans durée de vie économique = 10 ans

12 Sixième question : comment tenir compte de l évolution du contexte énergétique et des prix de l énergie? L évolution future des prix de l énergie : Source : Perspectives énergétiques (Bureau Fédéral du Plan en 2001)

13 Si le prix de l énergie augmente, les gains nets vont en être affectés car l économie en euros d 1 litre de fuel est plus importante Coefficient de multiplication de la variable = (1 + j)/(1 + k) à la place de 1 / (1 + k) Où: j est le taux d accroissement des prix de l énergie (ou le taux d accroissement du prix d une autre variable) et Et donc: k est le taux d actualisation VA (variable) = n variable (1 t ( 1 + j) t = 1 + k) t Selon les termes du contrat de fourniture d énergie Quelques recommandations pour la pré-étude : Prix combustible fossile (gaz/mazout) : + 3 à 6 %/an Prix combustible biomasse (bois) : + 5 à 10 %/an Prix électricité : + 1 à 3 %/an Inflation : + 2 à 3 %/an % (100 pour 1994) 200% 180% 160% 140% 120% 100% 80% 60% 40% 20% 0% Evolution prix mazout chauffage y = x y = x A euro courant A euro constant Linéaire (A euro courant) Linéaire (A euro constant)

14 Si on économise la même quantité de fuel par an ( litres) et que le coût actuel de l énergie est de 0,47 euros/litre mais qu il croît à du 3%/an - Après 1 an, l économie est de 5 452*1,03=5 615,5 - Après 2 ans, elle est de (5 452 *1,03) * 1,03 = Après 3 ans, elle est de * 1,03 = Après 4 ans, elle est de * 1,03 = Après 5 ans, elle est de * 1,03 = Etc On actualise ensuite ces gains comme vu précédemment et on fait la différence par rapport à l investissement de T 0. Septième question : et les subsides?

15 L influence des subsides sur la rentabilité des investissements Règle: Un bon projet devrait être rentable sans subside Subsides = incitants à l investissement La demande d un subside pour un projet non rentable devra être solidement argumentée + les avantages qui n ont pas été pris en compte dans son évaluation micro-économique Un subside peut être pris en compte dans le calcul de rentabilité puisqu il constitue une rentrée financière due à l investissement. Mais plus le subside est perçu tard, moins l effet sur la valeur nette actualisée sera bénéfique, à taux d actualisation identique Exemple: - Soit un investissement dans un système de chaudière à condensation de euros HTVA - Soit une économie annuelle de euros - Possibilité de susbside de 20% à la RBC TRS sans le subside = 5,8 ans TRS avec le subside = 4,6 ans

16 Huitième question : faut-il tenir compte de l amortissement de l équipement? L amortissement dans le calcul de rentabilité Règle : Si les aspects fiscaux n interviennent pas, il ne faut jamais prendre en compte les amortissements Si les aspects fiscaux interviennent, il faut prendre en compte les flux financiers dus aux amortissements

17 Autres méthodes dérivées du TRS et de la VAN Le taux de rentabilité interne (TRI) Taux d actualisation K qui annule la VAN d un projet VAN n = (gains t = 1 - coûts) 1 - Inv = 0 t (1 + k) Formule : Formule itérative Critère : TRI > taux d actualisation

18 Le Temps de Retour Élaboré (TRE) Période n au terme de laquelle la VAN est nulle VAN n = (gains t = 1 - coûts) 1 - Inv = 0 t (1 + k) Formule : Formule itérative Critère : TRE < durée de vie économique Coût du kwh de Combustible Économisé (CCE) Si coût d exploitation presque nul, montant de l investissement = coût total pour économiser une certaine quantité d énergie. Formule : CCE = Inv n Q kwh Où : Q kwh = Quantité de combustible économisée chaque année n = durée de vie du projet Critère : CCE < Coût kwh

19 Neuvième question: comment choisir entre des alternatives? Comparaison de projets à durée de vie différentes L Annuité Equivalente (ANCO) L ANnuité COnstante équivalente correspond à la valeur actualisée nette du projet calculée sur sa durée de vie ( ) ( ) n Formule : k VAN ANCO = 1 1+ k Où : k = Taux d actualisation n = Durée de vie économique Critère : Projet qui maximalise l ANCO

20 Exemple: Le remplacement anticipé d une chaudière à mazout Actuellement : chaudière 650 kw th vieille de 15 ans et rendement 65 % Solution : nouvelle chaudière 650 kw th avec un rendement de 90 % Hypothèses de calcul : 1. Coût du mazout : 0.47 /litre (prix officiel au 1/04/2006) 2. Besoins nets en chaleur : kwh th /an 3. Évolution coût du mazout : + 3 %/an 4. Coût d investissement : HTVA 5. Taux d actualisation : 6 %/an 6. Durée de vie économique : 20 ans 1 ère étape : calcul de la VAN des coûts Actuellement : Consommation annuelle = kwh / 65 % / 10 kwh/litre = l/an Coût annuel en combustible = l/an X 0.47 /l = /an Flux financiers sortants actualisés = (pour les 5 années restantes) Solution : Consommation annuelle = kwh / 90 % / 10 kwh/litre = l/an Coût annuel en combustible = l/an X 0.47 /l = /an Flux financiers sortants actualisés = (pour les 20 années de durée de vie économique)

21 2 ème étape : calcul de l Annuité Constante (ANCO) des coûts Actuellement : ANCO = Solution : ANCO = Conclusion : Le remplacement de la vieille chaudière est moins coûteux Sélection d un projet parmi des alternatives de même durée Des projets peuvent être : -Mutuellement exclusifs (1), -Compatibles (2) mais souvent il existe une interaction entre les projets, Exemple: (1):deux systèmes de cogénération différents (2):isolation tuyaux de chauffage et nouvelle chaudière

22 3 situations pour un investissement économiseur d énergie: Rénovation avec ou sans amélioration énergétique : Nouvelle technologie performante ou très performante : Différentes technologies montrant une efficacité énergétique différente sont possibles (= cas d une nouvelle installation) Rénovation partielle ou globale : Choix entre une amélioration partielle et une rénovation globale en fonction de la rentabilité et de l économie engendrée. Exemple 1 : Rénovation avec ou sans amélioration énergétique? Un pignon doit être protégé car il présente des problèmes de dégradation mécanique et de d humidité. - Solution de départ : simple bardage Coût : 70 /m² - Solution «énergétique» : isolation du mur par l extérieur (sous le bardage) Coût : 90 /m² Coût de l amélioration «énergétique» : seul le surcoût de l isolation doit être pris en compte (isolant, bois supplémentaire, rives plus grandes, placement de l isolant) soit 20 /m² - Gain énergétique : 10 litres fuel/m²/an ou m³gaz/m²/an - Gain financier (à 0,47 /litre ou m³) : 4,7 /m²/an - Temps de retour de l amélioration «énergétique» : 4,2 ans

23 Exemple 2 : Nouvelle technologie performante ou très performante? Exemple : choix d un vitrage Temps de retour du remplacement d une ancienne fenêtre avec double vitrage par une fenêtre avec double vitrage est de 25 ans. Par contre, si pour des raisons mécaniques, les fenêtres doivent être changées, le surcoût d un double vitrage à basse émissivité par rapport à un double vitrage traditionnel (env. 25 /m²) est remboursé en 6 ans par les économies d énergie supplémentaires. Exemple 3 : Rénovation partielle ou globale? Soit 2 chaudières de kw fonctionnant en parallèle - consommation: litres de fuel par an - fortement surdimensionnées et les brûleurs sans bonnes performances rendement actuel : 73,6 % Amélioration 1 : Mise à l arrêt complet d une des chaudières. Rendement atteint : 80,1% Gain énergétique par rapport à la situation précédente : 8 %. Consommation après amélioration 1 : litres/an. Gain financier par rapport à la situation précédente : /an Investissement : 0 Temps de retour : 0 an

24 Amélioration 2 : Remplacement du brûleur de la chaudière restante Rendement atteint : 87,8 % Gain énergétique par rapport à la situation précédente: 9 %. Consommation après amélioration 2 : litres/an. Gain financier par rapport à la situation précédente : /an Investissement : Temps de retour : ans Amélioration 3 : Remplacement de la chaudière restante par une nouvelle chaudière à condensation Rendement atteint : 101 % Gain énergétique par rapport à l amélioration 1 : 20 %. Consommation après amélioration 3 : m³gaz/an (=litres/an). Gain financier par rapport à l amélioration 1 : /an Investissement : Temps de retour : 7,5 ans Mais par rapport à la situation de départ : Gain énergétique par rapport à la situation de départ : 27 %. Consommation après amélioration 3 : m³gaz/an (=litres/an). Gain financier par rapport à la situation de départ : /an Investissement : Temps de retour : 5,2 ans

25 Conclusion Principe général : Rentabilité = montant de l investissement < aux gains procurés durant toute la durée de vie du projet Les indicateurs de rentabilité : 1. Valeur Actualisée Nette (VAN) 2. Taux de Rentabilité Interne (TRI) 3. Temps de Retour Simple (TRS) 4. Temps de retour Élaboré (TRE) 5. Coût du Combustible Économisé (CCE) Les critères de rentabilité : > 0 > taux d actualisation < durée de vie économique < durée de vie économique < Coût d Achat du Combustible Influence des hypothèses de calcul: Taux d actualisation, durée de vie économique, évolution des prix de l énergie, taux de subside, montant d investissement, Un outil EXCEL pour vous faciliter la vie Exemple: Système de cogénération au sein d un hôpital Dimensionnement du ballon de stockage fait au préalable en fonction des besoins nets en chaleur Dépenses initiales: - système de cogénération: euros HTVA - Installation: euros - Etudes + génie civil: euros - Imprévus (15%): euros

26 Gains: Electricité: Chaleur: - Production d électricité auto-consommée et donc non achetée: euros - Production d électricité vendue sur le marché: euros - Production de chaleur auto-consommée: euros - Obtention de certificats verts (à 70 euros le CV): euros Coûts d exploitation: - Consommation annuelle de combustible: euros - Entretien du système: euros Autres données: - Durée de vie économique du système: 10 ans - Accroissement annuel du prix d électricité: 2% - Accroissement annuel du prix du combustible: 5% - Accroissement annuel du prix de l entretien: 2% - Taux d actualisation: 5%

27 Méthode d évaluation de la rentabilité TRS TRE VAN TRI ANCO Sans subside 3,2 ans 3,4 ans euros 28% ,7 euros Avec subside 2,6 ans 2,7 ans euros 36% euros

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

Comment intégrer un grand système de production d énergie renouvelable dans votre établissement?

Comment intégrer un grand système de production d énergie renouvelable dans votre établissement? Comment intégrer un grand système de production d énergie renouvelable dans votre établissement? Copropriété La Sauvenière : 250m² de panneaux solaires thermiques combiné à une cogénération à l huile végétale

Plus en détail

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Horia Bali Bruxelles, le 7 octobre 2009 Aperçu des aides disponibles en RBC Les services

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Le chauffage à la biomasse, une question d économie? Chaque entreprise possède des caractéristiques qui lui sont propres. De fait, le

Plus en détail

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Jonathan MATTHEWS ICEDD

Formation L énergie. dans les bâtiments durables. Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE. Jonathan MATTHEWS ICEDD Formation L énergie dans les bâtiments durables Bruxelles Environnement AUDIT INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE Jonathan MATTHEWS ICEDD Objectifs de la présentation Identifier les principaux manquements dans

Plus en détail

Le tiers investissement des projets en économie d énergie

Le tiers investissement des projets en économie d énergie Le tiers investissement des projets en économie d énergie 1. Principes de fonctionnement 2. Conditions de rentabilité 3. Contrat de performance énergétique 4. Cas concrets 1. Principes Tiers-investissement

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE

LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE LES CERTIFICATS D ECONOMIES D ENERGIE Contexte et objectifs Principes de fonctionnement Exemples 1 Association Loi 1901 - à but non lucratif Indépendante Créée en 1978 1600 adhérents 14 groupes régionaux

Plus en détail

Mission du facilitateur URE PROCESS

Mission du facilitateur URE PROCESS EFFICACITE ENERGETIQUE Autofinancement de projets Mission du facilitateur URE PROCESS Origine Les CCI wallonnes ont porté le projet EPW Opérateurs privés ou associatifs choisis par la RW pour leurs compétences

Plus en détail

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o LA RENOVATION ENERGETIQUE LA RENOVATION ENERGETIQUE 1. DIAGNOSTIC Pourquoi rénover? Que faut-il rénover? Comment s y prendre? 2. SOLUTIONS Remplacement du chauffage Capteurs solaires Isolation de l enveloppe

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

DERRIERE cette porte DECOUVREZ UN SYSTEME revolutionnaire

DERRIERE cette porte DECOUVREZ UN SYSTEME revolutionnaire DERRIERE cette porte DECOUVREZ UN SYSTEME revolutionnaire Vos avantages en un simple regard 5 ans* DE GARANTIE PAR LE FABRICANT *Sur le fonctionnement de la céramique avancée Réduction considérable de

Plus en détail

Principe d optimisation. Optimisation technico-économique. Coût. Isolation thermique. Isolation optimale

Principe d optimisation. Optimisation technico-économique. Coût. Isolation thermique. Isolation optimale Optimisation technico-économique Objectif : obtenir une certaine prestation à moindre coût Dans le domaine du bâtiment, cette optimisation peut s appliquer à trois niveaux différents : choix des composants

Plus en détail

Quel chauffage pour ma maison? facesud énergie 1968 Mase www.facesud- energie.ch

Quel chauffage pour ma maison? facesud énergie 1968 Mase www.facesud- energie.ch Quel chauffage pour ma maison? facesud énergie 1968 Mase OrganisaBon : Amis de Mase Quel chauffage pour ma maison? Mase, 19.01.2012 UNE HISTOIRE ORDINAIRE Il était une fois en 1970 ConstrucBon d une villa

Plus en détail

Résumé et comparaison des coûts

Résumé et comparaison des coûts Salon Greentech Fribourg Energies de chauffage Etat des lieux et perspectives Résumé et comparaison des coûts des différents systèmes de chauffage Jeudi 22 octobre 29 1 Comparaison des vecteurs énergétiques

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Benjamin Dessus 13 mars 2013 www.global-chance.org 13 mars 2013

Plus en détail

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014

Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme. Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Le miscanthus : opportunités énergétiques à la ferme Laurent Somer, ValBiom asbl Sankt Vith / Saint-Vith 13 juin 2014 Plan de l exposé Pourquoi du miscanthus? Chaudières polycombustibles : aspects techniques

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

Les certificats d économies d énergie Le dispositif français

Les certificats d économies d énergie Le dispositif français Les certificats d économies d énergie Le dispositif français Une mesure phare de la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique 25/04/2006 Certificats d économies d énergie Mesure

Plus en détail

Installation d'une cogénération au gaz 230 kw th - 150 kw é

Installation d'une cogénération au gaz 230 kw th - 150 kw é Installation d'une cogénération au gaz 230 kw th - 150 kw é Dans un home pour personnes âgées ETUDE DE FAISABILITE Tâche réalisée par le Facilitateur en Cogénération de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

TFE. Etude de rentabilité globale d une cogénération pour des copropriétés avec financement de type tiers-payant. Par Ir.

TFE. Etude de rentabilité globale d une cogénération pour des copropriétés avec financement de type tiers-payant. Par Ir. TFE P r é s e n t é e n v u e d e l ' o b t e n t i o n d u M a s t e r C o m p l é m e n t a i r e e n G e s t i o n i n d u s t r i e l l e e t t e c h n o l o g i q u e Etude de rentabilité globale

Plus en détail

L' ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE ou THERMIQUE QUE CHOISIR?

L' ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE ou THERMIQUE QUE CHOISIR? L' ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAIQUE ou THERMIQUE QUE CHOISIR? Gregory Neubourg Chargé de Mission Avec le soutien de 2 Plan de la présentation 1. Le solaire thermique 1. Principe de fonctionnement 2. Etapes

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN POUR VOTRE CHAUDIÈRE

CONTRAT D ENTRETIEN POUR VOTRE CHAUDIÈRE CONTRAT D ENTRETIEN POUR VOTRE CHAUDIÈRE ANTICIPEZ ET PRENEZ VOS PRÉCAUTIONS... ABONNEZ-VOUS AU CONFORT DE VIE!... SIGNEZ UN CONTRAT D ENTRETIEN POUR VOTRE CHAUDIÈRE 04 ENTRETIEN RÉGULIER DE VOTRE CHAUDIÈRE

Plus en détail

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Florent PERRIN Responsable région Rhône Alpes CleanTuesday Rhône-Alpes Juin 2010 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Le GIEC a confirmé que

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE 03/11/2011 Présentation CertiNergy 1 Sommaire Le partenariat entre la Fédération de la Plasturgie et CertiNergy Le dispositif

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Chauffage à distance Le Landeron

Chauffage à distance Le Landeron Chauffage à distance Le Landeron Séance d information 20 avril 2015 Contren SA, Quai Max-Petitpierre 4, 2001 Neuchâtel, www.contren.ch 1 Déroulement de la soirée 1. Introduction/présentations 2. Pourquoi

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Fonds de Réduction du. Réductions d'impôts. Les aides publiques pour améliorer la performance. énergétique des logements. Réductions d'impôts

Fonds de Réduction du. Réductions d'impôts. Les aides publiques pour améliorer la performance. énergétique des logements. Réductions d'impôts Réductions d'impôts http://mineco.fgov.be/energy/rational_energy_use/tax_reductions/home_fr.htm Les aides publiques pour améliorer la performance énergétique des logements Pascal Ons, Consultant pascal.ons@skynet.be

Plus en détail

L expérience des Ateliers du Saupont Entreprise de Travail Adapté

L expérience des Ateliers du Saupont Entreprise de Travail Adapté L expérience des Ateliers du Saupont Entreprise de Travail Adapté Province du Luxembourg, Bertrix 2010 Projet de trigénération au bois Production simultanée de chaleur, électricité et froid UNion des entreprises

Plus en détail

Economiser l énergie en chauffant. Fabrice DERNY

Economiser l énergie en chauffant. Fabrice DERNY Economiser l énergie en chauffant Fabrice DERNY Vous avez dit "Basse Energie"?... 1 l'emplacement de l'immeuble Constat : La consommation journalière de chauffage d'un appartement est équivalente à celle

Plus en détail

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts

Avertissement. Version 2.3. Juin 2003. Les objectifs poursuivis. Les principes du régime des certificats verts Commission Wallonne Pour l Energie Version 2.3. Juin 2003 LE REGIME DES CERTIFICATS VERTS dans le cadre de l ouverture du Marché de l Electricité en Wallonie Sommaire Les objectifs poursuivis Les principes

Plus en détail

PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie

PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie Cuarnens, le 25 novembre 2013 Municipalité de Cuarnens PREAVIS MUNICIPAL No 19/2013 Demande de crédit pour alimenter en énergie les 6 appartements de l ancienne porcherie Monsieur le Président, Mesdames

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT 1 2 3 4 5 DEFINITION DES EQUIPEMENTS AQUATIQUES Cet espace aqualudique sports-loisirs

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme

Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme Version du 9 mai 2006 La rentabilité économique de l huile de colza est calculée, en prenant en compte les hypothèses

Plus en détail

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales

Calcul de la puissance de chauffe Informations générales Informations générales 1 Marche à suivre Un dimensionnement correct des installations de chauffage central est essentiel pour l utilisation rationnelle de l énergie dans les bâtiments. Le schéma montre

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

Installation d une chaudière biomasse alimentée au miscanthus : aspects économiques et pratiques

Installation d une chaudière biomasse alimentée au miscanthus : aspects économiques et pratiques Installation d une chaudière biomasse alimentée au miscanthus : aspects économiques et pratiques Novembre 2013 V ValBiom soutient le développement durable et harmonieux des filières de valorisation nonalimentaire

Plus en détail

Figure 1 : Consommation du parc immobilier du canton de Zurich représentatif pour la Suisse.

Figure 1 : Consommation du parc immobilier du canton de Zurich représentatif pour la Suisse. Argumentaire pour l assainissement des bâtiments 19 octobre 2009 1. Objectifs Le présent document a pour objectifs : de montrer pour quelles raisons la rénovation du parc immobilier est nécessaire; d énoncer

Plus en détail

La cogénération trigénération

La cogénération trigénération La cogénération trigénération F i c h e t e c h n i q u e P R I S M E nº 4 Problématique Une des technologies prometteuses pour satisfaire les critères de meilleure efficacité énergétique et de moindres

Plus en détail

Rapport de simulation RETSCREEN Évaluation du type de vitrage des fenêtres. Par Véronique Gauthier Marie-Eve Robinson

Rapport de simulation RETSCREEN Évaluation du type de vitrage des fenêtres. Par Véronique Gauthier Marie-Eve Robinson Rapport de simulation RETSCREEN Évaluation du type de vitrage des fenêtres Par Véronique Gauthier Marie-Eve Robinson 12 février 2015 TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. PROBLÉMATIQUE 1.1 BUT DU PROJET 4 1.2 DÉFINITION

Plus en détail

Les Certificats d'économies d'énergie (CEE) : bilan et perspectives

Les Certificats d'économies d'énergie (CEE) : bilan et perspectives Les Certificats d'économies d'énergie (CEE) : bilan et perspectives Valérie Blanchard DREAL Alsace Novembre 2014 Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

Beci - Conférence Energie

Beci - Conférence Energie Beci - Conférence Energie Les Certificats Verts en Région de Bruxelles Capitale (RBC) 23/06/2010 Régis Lambert 1 Sommaire Principe des Certificats Verts Calcul du nombre de Certificats Verts Les Certificats

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

Les aides et outils financiers et méthodologiques de la Région wallonne en matière d énergie

Les aides et outils financiers et méthodologiques de la Région wallonne en matière d énergie Les aides et outils financiers et méthodologiques de la Région wallonne en matière d énergie Facilitateur tertiaire : Service du Facilitateur Tertiaire - asbl Institut de Conseil et d'etudes en Développement

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement Plan Maximisation et création de valeur Le concept de Valeur Actuelle Nette Les différents types d investissements Les critères du choix d investissement

Plus en détail

PARC RESIDENTIEL FRANCILIEN FICHES DE REHABILITATION POUR DES EXEMPLES DE BATIMENTS TYPES

PARC RESIDENTIEL FRANCILIEN FICHES DE REHABILITATION POUR DES EXEMPLES DE BATIMENTS TYPES DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations JUIN 2012 PARC RESIDENTIEL

Plus en détail

Certificats d Economie

Certificats d Economie Les Certificats d Economie d Energie (C.E.E.) 4 avril 2013 Yann LE BARILLIER Responsable Partenariats et Efficacité Energétique ylebarillier@primagaz.fr Primagaz, partenaire energétique et «obligé» Une

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

la micro-cogénération au bois sort de l ombre

la micro-cogénération au bois sort de l ombre Références Biomasse : la micro-cogénération au bois sort de l ombre Le contexte énergétique actuel, favorable aux énergies renouvelables, amène un regain d intérêt pour le bois-énergie, comme en témoigne

Plus en détail

CH X Intérêts composés - Amortissements

CH X Intérêts composés - Amortissements CH X Intérêts composés - Amortissements I) Les intérêts composés : 1) Situation : Un capital de 20 000,00 est placé à un taux d intérêts de 4 % l an pendant 5 ans. Chaque année les intérêts produits viennent

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

LES COUTS DE DIFFERENTES FILIERES DE PRODUCTION ET D ECONOMIE D ELECTRICITE. B. Dessus, Global Chance 8 avril 2012

LES COUTS DE DIFFERENTES FILIERES DE PRODUCTION ET D ECONOMIE D ELECTRICITE. B. Dessus, Global Chance 8 avril 2012 LES COUTS DE DIFFERENTES FILIERES DE PRODUCTION ET D ECONOMIE D ELECTRICITE B. Dessus, Global Chance 8 avril 2012 * INTRODUCTION Le récent rapport de la Cour des comptes sur les coûts de la filière nucléaire

Plus en détail

Lifecyclecosting à la clinique romande de réadaptation - Un retour d expérience d une installation de chauffage par CCF et PAC

Lifecyclecosting à la clinique romande de réadaptation - Un retour d expérience d une installation de chauffage par CCF et PAC Lifecyclecosting à la clinique romande de réadaptation - Un retour d expérience d une installation de chauffage par CCF et PAC Journées de formation IHF à Toulouse le 13.06.2014 Présentation de Tomas Bucher

Plus en détail

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013 PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais Réunion Publique du 27/06/2013 1 Sa durée est de 3 ans de Juin 2013 à Mai 2016. Le périmètre de l opération concerne les 10

Plus en détail

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E

pmpasbl CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E ANNEXE AU VADE MECUM RESIDENTIEL 2009 (VM consolidé 2011) CALCUL DE LA CONSOMMATION DE CHAUFFAGE, D EAU CHAUDE S A N I T A I R E E T A U X I L I A I R E S E N E N E R G I E P R I M A I R E pmpasbl Page

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt

Crédit d impôt : pour qui? Quel montant de crédit d impôt? Conditions d attribution du crédit d impôt Crédit d impôt : pour qui? particulier locataire propriétaire occupant bailleur occupant à titre gratuit Quel montant de crédit d impôt? le crédit d impôt est calculé sur le montant TTC des équipements

Plus en détail

Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation durable de l énergie.

Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation durable de l énergie. Les aides à l investissement en faveur de la protection de l environnement et de l utilisation durable de l énergie. 1 SERVICE PUBLIC DE WALLONIE DIRECTIONS GENERALES OPERATIONNELLES DGO 1 «Routes et bâtiments»

Plus en détail

Rénover son bâtiment Mode d emploi

Rénover son bâtiment Mode d emploi Un Article de presse de Fribourg, le 31 mai 2010 Rénovation, énergie solaire : comment bien faire et quel financement? Rénover son bâtiment Mode d emploi En Suisse, près de deux millions de bâtiments,

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Pour INtégrer de l Enr dans un projet, il ne suffit pas de peindre les murs en vert! Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Lago Récupérer l énergie de la cuisine pour chauffer

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH

CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH CONSEIL PERSONNALISE POUR LA REALISATION D'UNE CHAUFFERIE AUTOMATIQUE AU BOIS POUR LA COMMUNE DE BREITENBACH DEMANDEUR DE LA PRE-ETUDE Commune de Breitenbach 4, place de l église 67220 BREITENBACH Tél

Plus en détail

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole Comparaison France et Allemagne Février 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

Cap sur la croissance!

Cap sur la croissance! Cap sur la croissance! EDORA Qui sommes-nous? Fédération de producteurs ER Plus de 85 Membres: Toutes les filières ER (éolien, biomasse, hydro, solaire) De la (très) grande et la (toute) petite entreprises

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

Les choix d investissement

Les choix d investissement Finance Les choix d investissement Arnaud THAUVRON Maître de Conférences (École Supérieure des Affaires Université Paris XII) Référence e-theque : 2003A0127T ISBN : 2-7496-0068-5 e-theque 2003 e-theque

Plus en détail

ETEL SA 2112 MOTIERS BÂTIMENT SYSTEME LES INSTALLATIONS DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION DE CHALEUR ET DE FROID EN QUELQUES CHIFFRES

ETEL SA 2112 MOTIERS BÂTIMENT SYSTEME LES INSTALLATIONS DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION DE CHALEUR ET DE FROID EN QUELQUES CHIFFRES Version Décembre 2008 ETEL SA 2112 MOTIERS BÂTIMENT SYSTEME LES INSTALLATIONS DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION DE CHALEUR ET DE FROID EN QUELQUES CHIFFRES LE BATIMENT Volume du bâtiment 27'100 m 3 Surface

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat «Comprendre et qualifier la situation et l évolution du marché dans toutes ses compoanah N 5 Septembre 2015 Observatoire

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail