L évaluation de la rentabilité d un investissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L évaluation de la rentabilité d un investissement"

Transcription

1 L évaluation de la rentabilité d un investissement Formation des Responsables Énergie de la RBC Céline Martin ICEDD asbl 22 mars 2007 Situation de départ: le cas du remplacement d une chaudière On désire remplacer une vieille chaudière de 300 kw ayant un rendement saisonnier estimé de 75% par une chaudière à condensation ayant un rendement saisonnier estimé de 101%. L investissement total est de euros HTVA. Comment évaluer la rentabilité de cet investissement?

2 Un investissement est rentable lorsque le montant de cet investissement est inférieur aux gains procurés durant toute la durée de vie du projet Méthode courante: ratio de l investissement et des gains - Investissement = euros HTVA - Gains espérés sur 1 an : - consommation chaudière actuelle = litres fuel/an * 0,47 euros/litre - consommation chaudière à condensation = litres fuel/an * 0,47 euros/litre économie (gain) = euros/an Rentabilisation en: / = 5,8 ans

3 Le Temps de Retour Simple (TRS) Période au terme de laquelle la somme cumulée des gains financiers générés par le projet = montant de l investissement initial et donc au terme de laquelle l investissement devient rentable Formule : TRS = Inv GAN Où : Inv = Investissement initial du projet GAN = Gain Annuel Net du projet Critère : TRS < durée de vie économique du projet Première question: quel montant d investissement prendre en compte?

4 Le montant de l investissement Le montant initial de l investissement = 2 cas: - Si doit investir, ne prend en compte que le surplus du montant dû à la protection de l environnement - Si investissement non nécessaire, prend en compte la totalité du montant Si doit investir, va comparer avec une solution traditionnelle: chaudière à brûleur pulsé traditionnelle de rendement saisonnier estimé de 92% : - investissement de euros HTVA - gain annuel = litres fuel/an * 0,47 euros/litre = euros Comparaison de la solution «condensation» et traditionnelle: - surcoût = euros - économie supplémentaire = euros TRS du surcoût = 3,8 ans

5 Deuxième question: que faire si les gains annuels sont différents d une année à l autre? Si hétérogénéité dans les flux financiers annuels sommer les gains nets de manière chronologique Exemple: si l investissement de départ = euros le TRS peut varier: TRS Rentrées nettes ,7 Rentrées nettes ,7 Rentrées nettes ,5

6 Troisième question: Comment comparer un investissement effectué aujourd hui avec des gains qui apparaîtront dans le futur? Solution :Exprimer les gains futurs par rapport au moment présent et donc calculer la valeur actualisée nette des gains futurs La Valeur Future d un gain : Le principe de l actualisation Où : VA = Valeur Actuelle du gain futur k = Taux d actualisation n = Durée de vie économique ( 1 k) n VF = VA + La valeur future d un montant de 100 placé à 5%/an pendant 5 ans: VF = ( ) = =

7 Le principe de l actualisation La Valeur Actuelle d un gain futur : VA = VF ( 1 + k ) n La valeur actuelle d 1 euro perçu dans le futur = d autant plus faible si n est grand et k est élevé Il suffit de placer maintenant à 5 %/an pour obtenir 100 dans 5 ans VA = = = ( ) Le taux d actualisation Taux correspondant au coût du capital nécessaire pour financer le projet 3 cas possibles: 1. Si ressources financières non disponibles: coût du capital = coût de mise à disposition de ces ressources par un tiers (taux du crédit) 2. Si ressources financières disponibles: coût du capital = coût d opportunité des ressources placées (taux d intérêt ou rendement financier) 3. Si financement en partie en fonds propres: coût du capital = pondération des différents taux en fonction de la proportion de chaque type de financement

8 Si on actualise les gains annuels: / (1,06) 1 = euros / (1,06) 2 = euros / (1,06) 3 = euros / (1,06) 4 = euros / (1,06) 5 = euros TRS = 4,29 ans Quatrième question: cette méthode permetelle de faire un choix pertinent d un point de vue économique?

9 NON: Ne tient pas compte des gains générés après la période de temps de retour donc, entre deux alternatives ayant un même TRS, pourrait choisir la solution qui n apporte plus rien après la rentabilisation de l investissement Comment utiliser autrement l actualisation des flux monétaires et tenir compte de la durée entière du projet? La valeur actualisée nette Différence entre les gains actualisés et les dépenses actualisées sur la durée de vie du projet Formules : VAN = VA (gains) - VA (dépenses) - Inv Où : t = année k = taux d actualisation Critère : VAN positive ( > 0)

10 Possibilité de l exprimer sous forme d indice de profitabilité: VA (gainsnets) IP = Inv Critère: IP > 1 Dans l exemple, si on considère une durée de vie de 5 ans, ( ) = euros VAN > 0 donc projet rentable

11 Cinquième question : mais quelle durée de vie prendre en compte? La durée de vie d un projet Durée de vie économique Durée de vie technique Période au terme de laquelle il ne sera plus rentable de continuer le projet vu les performances des techniques concurrentes Période au terme de laquelle l équipement ne pourra plus remplir sa fonction (car les réparations sont trop fréquentes et/ou trop coûteuses) Calculs de rentabilité selon la durée de vie économique (généralement 20 ans voire 25 ans) Exp : Les certificats verts, composante majeure du GAN d une cogénération biomasse, sont garantis pour 10 ans durée de vie économique = 10 ans

12 Sixième question : comment tenir compte de l évolution du contexte énergétique et des prix de l énergie? L évolution future des prix de l énergie : Source : Perspectives énergétiques (Bureau Fédéral du Plan en 2001)

13 Si le prix de l énergie augmente, les gains nets vont en être affectés car l économie en euros d 1 litre de fuel est plus importante Coefficient de multiplication de la variable = (1 + j)/(1 + k) à la place de 1 / (1 + k) Où: j est le taux d accroissement des prix de l énergie (ou le taux d accroissement du prix d une autre variable) et Et donc: k est le taux d actualisation VA (variable) = n variable (1 t ( 1 + j) t = 1 + k) t Selon les termes du contrat de fourniture d énergie Quelques recommandations pour la pré-étude : Prix combustible fossile (gaz/mazout) : + 3 à 6 %/an Prix combustible biomasse (bois) : + 5 à 10 %/an Prix électricité : + 1 à 3 %/an Inflation : + 2 à 3 %/an % (100 pour 1994) 200% 180% 160% 140% 120% 100% 80% 60% 40% 20% 0% Evolution prix mazout chauffage y = x y = x A euro courant A euro constant Linéaire (A euro courant) Linéaire (A euro constant)

14 Si on économise la même quantité de fuel par an ( litres) et que le coût actuel de l énergie est de 0,47 euros/litre mais qu il croît à du 3%/an - Après 1 an, l économie est de 5 452*1,03=5 615,5 - Après 2 ans, elle est de (5 452 *1,03) * 1,03 = Après 3 ans, elle est de * 1,03 = Après 4 ans, elle est de * 1,03 = Après 5 ans, elle est de * 1,03 = Etc On actualise ensuite ces gains comme vu précédemment et on fait la différence par rapport à l investissement de T 0. Septième question : et les subsides?

15 L influence des subsides sur la rentabilité des investissements Règle: Un bon projet devrait être rentable sans subside Subsides = incitants à l investissement La demande d un subside pour un projet non rentable devra être solidement argumentée + les avantages qui n ont pas été pris en compte dans son évaluation micro-économique Un subside peut être pris en compte dans le calcul de rentabilité puisqu il constitue une rentrée financière due à l investissement. Mais plus le subside est perçu tard, moins l effet sur la valeur nette actualisée sera bénéfique, à taux d actualisation identique Exemple: - Soit un investissement dans un système de chaudière à condensation de euros HTVA - Soit une économie annuelle de euros - Possibilité de susbside de 20% à la RBC TRS sans le subside = 5,8 ans TRS avec le subside = 4,6 ans

16 Huitième question : faut-il tenir compte de l amortissement de l équipement? L amortissement dans le calcul de rentabilité Règle : Si les aspects fiscaux n interviennent pas, il ne faut jamais prendre en compte les amortissements Si les aspects fiscaux interviennent, il faut prendre en compte les flux financiers dus aux amortissements

17 Autres méthodes dérivées du TRS et de la VAN Le taux de rentabilité interne (TRI) Taux d actualisation K qui annule la VAN d un projet VAN n = (gains t = 1 - coûts) 1 - Inv = 0 t (1 + k) Formule : Formule itérative Critère : TRI > taux d actualisation

18 Le Temps de Retour Élaboré (TRE) Période n au terme de laquelle la VAN est nulle VAN n = (gains t = 1 - coûts) 1 - Inv = 0 t (1 + k) Formule : Formule itérative Critère : TRE < durée de vie économique Coût du kwh de Combustible Économisé (CCE) Si coût d exploitation presque nul, montant de l investissement = coût total pour économiser une certaine quantité d énergie. Formule : CCE = Inv n Q kwh Où : Q kwh = Quantité de combustible économisée chaque année n = durée de vie du projet Critère : CCE < Coût kwh

19 Neuvième question: comment choisir entre des alternatives? Comparaison de projets à durée de vie différentes L Annuité Equivalente (ANCO) L ANnuité COnstante équivalente correspond à la valeur actualisée nette du projet calculée sur sa durée de vie ( ) ( ) n Formule : k VAN ANCO = 1 1+ k Où : k = Taux d actualisation n = Durée de vie économique Critère : Projet qui maximalise l ANCO

20 Exemple: Le remplacement anticipé d une chaudière à mazout Actuellement : chaudière 650 kw th vieille de 15 ans et rendement 65 % Solution : nouvelle chaudière 650 kw th avec un rendement de 90 % Hypothèses de calcul : 1. Coût du mazout : 0.47 /litre (prix officiel au 1/04/2006) 2. Besoins nets en chaleur : kwh th /an 3. Évolution coût du mazout : + 3 %/an 4. Coût d investissement : HTVA 5. Taux d actualisation : 6 %/an 6. Durée de vie économique : 20 ans 1 ère étape : calcul de la VAN des coûts Actuellement : Consommation annuelle = kwh / 65 % / 10 kwh/litre = l/an Coût annuel en combustible = l/an X 0.47 /l = /an Flux financiers sortants actualisés = (pour les 5 années restantes) Solution : Consommation annuelle = kwh / 90 % / 10 kwh/litre = l/an Coût annuel en combustible = l/an X 0.47 /l = /an Flux financiers sortants actualisés = (pour les 20 années de durée de vie économique)

21 2 ème étape : calcul de l Annuité Constante (ANCO) des coûts Actuellement : ANCO = Solution : ANCO = Conclusion : Le remplacement de la vieille chaudière est moins coûteux Sélection d un projet parmi des alternatives de même durée Des projets peuvent être : -Mutuellement exclusifs (1), -Compatibles (2) mais souvent il existe une interaction entre les projets, Exemple: (1):deux systèmes de cogénération différents (2):isolation tuyaux de chauffage et nouvelle chaudière

22 3 situations pour un investissement économiseur d énergie: Rénovation avec ou sans amélioration énergétique : Nouvelle technologie performante ou très performante : Différentes technologies montrant une efficacité énergétique différente sont possibles (= cas d une nouvelle installation) Rénovation partielle ou globale : Choix entre une amélioration partielle et une rénovation globale en fonction de la rentabilité et de l économie engendrée. Exemple 1 : Rénovation avec ou sans amélioration énergétique? Un pignon doit être protégé car il présente des problèmes de dégradation mécanique et de d humidité. - Solution de départ : simple bardage Coût : 70 /m² - Solution «énergétique» : isolation du mur par l extérieur (sous le bardage) Coût : 90 /m² Coût de l amélioration «énergétique» : seul le surcoût de l isolation doit être pris en compte (isolant, bois supplémentaire, rives plus grandes, placement de l isolant) soit 20 /m² - Gain énergétique : 10 litres fuel/m²/an ou m³gaz/m²/an - Gain financier (à 0,47 /litre ou m³) : 4,7 /m²/an - Temps de retour de l amélioration «énergétique» : 4,2 ans

23 Exemple 2 : Nouvelle technologie performante ou très performante? Exemple : choix d un vitrage Temps de retour du remplacement d une ancienne fenêtre avec double vitrage par une fenêtre avec double vitrage est de 25 ans. Par contre, si pour des raisons mécaniques, les fenêtres doivent être changées, le surcoût d un double vitrage à basse émissivité par rapport à un double vitrage traditionnel (env. 25 /m²) est remboursé en 6 ans par les économies d énergie supplémentaires. Exemple 3 : Rénovation partielle ou globale? Soit 2 chaudières de kw fonctionnant en parallèle - consommation: litres de fuel par an - fortement surdimensionnées et les brûleurs sans bonnes performances rendement actuel : 73,6 % Amélioration 1 : Mise à l arrêt complet d une des chaudières. Rendement atteint : 80,1% Gain énergétique par rapport à la situation précédente : 8 %. Consommation après amélioration 1 : litres/an. Gain financier par rapport à la situation précédente : /an Investissement : 0 Temps de retour : 0 an

24 Amélioration 2 : Remplacement du brûleur de la chaudière restante Rendement atteint : 87,8 % Gain énergétique par rapport à la situation précédente: 9 %. Consommation après amélioration 2 : litres/an. Gain financier par rapport à la situation précédente : /an Investissement : Temps de retour : ans Amélioration 3 : Remplacement de la chaudière restante par une nouvelle chaudière à condensation Rendement atteint : 101 % Gain énergétique par rapport à l amélioration 1 : 20 %. Consommation après amélioration 3 : m³gaz/an (=litres/an). Gain financier par rapport à l amélioration 1 : /an Investissement : Temps de retour : 7,5 ans Mais par rapport à la situation de départ : Gain énergétique par rapport à la situation de départ : 27 %. Consommation après amélioration 3 : m³gaz/an (=litres/an). Gain financier par rapport à la situation de départ : /an Investissement : Temps de retour : 5,2 ans

25 Conclusion Principe général : Rentabilité = montant de l investissement < aux gains procurés durant toute la durée de vie du projet Les indicateurs de rentabilité : 1. Valeur Actualisée Nette (VAN) 2. Taux de Rentabilité Interne (TRI) 3. Temps de Retour Simple (TRS) 4. Temps de retour Élaboré (TRE) 5. Coût du Combustible Économisé (CCE) Les critères de rentabilité : > 0 > taux d actualisation < durée de vie économique < durée de vie économique < Coût d Achat du Combustible Influence des hypothèses de calcul: Taux d actualisation, durée de vie économique, évolution des prix de l énergie, taux de subside, montant d investissement, Un outil EXCEL pour vous faciliter la vie Exemple: Système de cogénération au sein d un hôpital Dimensionnement du ballon de stockage fait au préalable en fonction des besoins nets en chaleur Dépenses initiales: - système de cogénération: euros HTVA - Installation: euros - Etudes + génie civil: euros - Imprévus (15%): euros

26 Gains: Electricité: Chaleur: - Production d électricité auto-consommée et donc non achetée: euros - Production d électricité vendue sur le marché: euros - Production de chaleur auto-consommée: euros - Obtention de certificats verts (à 70 euros le CV): euros Coûts d exploitation: - Consommation annuelle de combustible: euros - Entretien du système: euros Autres données: - Durée de vie économique du système: 10 ans - Accroissement annuel du prix d électricité: 2% - Accroissement annuel du prix du combustible: 5% - Accroissement annuel du prix de l entretien: 2% - Taux d actualisation: 5%

27 Méthode d évaluation de la rentabilité TRS TRE VAN TRI ANCO Sans subside 3,2 ans 3,4 ans euros 28% ,7 euros Avec subside 2,6 ans 2,7 ans euros 36% euros

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Rentabilité des investissements au sein des grands ensembles Thomas Deville Cenergie Objectif(s) de la présentation Donner quelques notions

Plus en détail

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry

Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Audit énergétique du Complexe Sportif du Blocry Fabrice DERNY ICEDD Le Complexe Sportif du Blocry 3 ans 18 5 m² et 19 salles de sports (occupées de 9 à 23h 36 j/an) 9 terrains de tennis couverts (bulles)

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR UNE SOLUTION RENTABLE?

LA POMPE A CHALEUR UNE SOLUTION RENTABLE? LA POMPE A CHALEUR UNE SOLUTION RENTABLE? Paul COBUT Energy Saving Services 1 12 juin 2008 DISPONIBILITE DE L ENERGIE SOLAIRE PARMI LES 4 ENERGIES RENOUVELABLES DE BASE : - EOLIEN - HYDRAULIQUE - BIOMASSE

Plus en détail

Le tiers investissement des projets en économie d énergie

Le tiers investissement des projets en économie d énergie Le tiers investissement des projets en économie d énergie 1. Principes de fonctionnement 2. Conditions de rentabilité 3. Contrat de performance énergétique 4. Cas concrets 1. Principes Tiers-investissement

Plus en détail

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout

Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Quels travaux? à quel coût? et pour quelle rentabilité? Le simulateur qui vous dit tout Séminaire : Rénovation énergétique pour ménages à bas revenus 8 octobre 2010 Brussels Table des matières Quelques

Plus en détail

11_ Coût global. Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel.

11_ Coût global. Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel. 11_ Coût global Cette analyse présente un retour sur les simulations du coût global des maisons de Hunspach et de Ludwigswinkel. P A N O P T I Q U E P o r t e r u n r e g a r d g l o b a l s u r l E d

Plus en détail

La cogénération et PAC

La cogénération et PAC Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable «Remplacement des chaudières dans les immeubles à appartements» La cogénération et PAC Yves LEBBE Spécialiste Cogénération 7 octobre 201

Plus en détail

Rénovation thermique de votre logement

Rénovation thermique de votre logement Audits et conseils énergétiques Rénovation thermique de votre logement Réalisé par : Guy LAMOUR Pour : Mr et Mme LEFRANC à LANDAS Le : 19/03/2015 Guy Lamour : conseiller indépendant en rénovation thermique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement La Cogénération dans le bâtiment durable Yves LEBBE Spécialiste Cogénération Service du Facilitateur Bâtiment Durable Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Le chauffage à la biomasse, une question d économie? Chaque entreprise possède des caractéristiques qui lui sont propres. De fait, le

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Gestion de l énergie (responsable énergie) Bruxelles Environnement Financement et rentabilité Jonathan FRONHOFFS CENERGIE Obectif(s) de la présentation Donner quelques notions

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Energies nouvelles et cogénération

Energies nouvelles et cogénération Energies nouvelles et cogénération Quand protéger l environnement devient rentable Ismaël Daoud Facilitateur en Cogénération de la Région wallonne COGENSUD asbl & ICEDD asbl ExpoForum Solutions Energie

Plus en détail

La cogénération. Annick Lempereur Facilitateur en Cogénération pour la Wallonie.

La cogénération. Annick Lempereur Facilitateur en Cogénération pour la Wallonie. La cogénération Annick Lempereur Facilitateur en Cogénération pour la Wallonie. URE? Utilisation Rationnelle de l Energie. Consommer mieux, consommons MOINS! Réduisons nos consommations d énergie (Electricité,

Plus en détail

Objectif de la présentation

Objectif de la présentation Amélioration des prestations énergétiques des centres sportifs et piscines La cogénération dans les piscines: Pourquoi, comment, et rentabilité d une cogénération Yves LEBBE Facilitateur en Cogénération

Plus en détail

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants?

Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Concurrence Energie Econométrie Quelles propositions de réforme des politiques publiques françaises pour l efficacité énergétique des bâtiments existants? Yannick Perez 1, Vincent Rious 2 1. Supélec &

Plus en détail

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Juin 2015. Pierre MARTIN Juin 2015 Bois-énergie Suivi des prix des combustibles bois Pierre MARTIN Facilitateur Bois-énergie Entreprises & Particuliers t 081 62 71 88 @ p.martin@valbiom.be Prix moyen derniers 12 mois /unité c

Plus en détail

Comment intégrer un grand système de production d énergie renouvelable dans votre établissement?

Comment intégrer un grand système de production d énergie renouvelable dans votre établissement? Comment intégrer un grand système de production d énergie renouvelable dans votre établissement? Copropriété La Sauvenière : 250m² de panneaux solaires thermiques combiné à une cogénération à l huile végétale

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie

Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques. de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Pour une harmonisation des méthodes et des paramètres économiques de comparaison entre les filières de production ou d économie d énergie Benjamin Dessus 13 mars 2013 www.global-chance.org 13 mars 2013

Plus en détail

Le crédit d impôt développement durable

Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt développement durable Le crédit d impôt dédié au développement durable en vigueur concerne les dépenses de travaux payées à compter du 1er janvier 2014 (dispositions issues de l article

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

Le chauffage le plus économique: La pompe à chaleur

Le chauffage le plus économique: La pompe à chaleur Le chauffage le plus économique: La pompe à chaleur Avec une pompe à chaleur moderne, vous économiserez non seulement au minimum de 60 à 80 % d'énergie, jusqu'à 100 % de CO2, mais aussi et surtout des

Plus en détail

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1

07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 07/10/2009 TITRE PRESENTATION 1 ENERGY BREAKFAST Le chauffage de votre entreprise 2 TABLE DES MATIERES Le chauffage : C EST IMPORTANT! Diverses techniques de chauffage Nouvelles techniques de chauffe La

Plus en détail

1/19 Chauffage à la biomasse ------- Bonnes pratiques Yann ROGAUME Mise en Place d une Chaufferie Plaquettes 2/19 Etapes importantes : - Maîtriser les dépenses énergétiques ; - Déterminer précisément les

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Principe d optimisation. Optimisation technico-économique. Coût. Isolation thermique. Isolation optimale

Principe d optimisation. Optimisation technico-économique. Coût. Isolation thermique. Isolation optimale Optimisation technico-économique Objectif : obtenir une certaine prestation à moindre coût Dans le domaine du bâtiment, cette optimisation peut s appliquer à trois niveaux différents : choix des composants

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

CH X Intérêts composés - Amortissements

CH X Intérêts composés - Amortissements CH X Intérêts composés - Amortissements I) Les intérêts composés : 1) Situation : Un capital de 20 000,00 est placé à un taux d intérêts de 4 % l an pendant 5 ans. Chaque année les intérêts produits viennent

Plus en détail

Objectif de la présentation

Objectif de la présentation La cogénération: Principe Technologies disponible Certificats verts Aides Yves LEBBE Facilitateur en Cogénération pour la Région de Bruxelles Capitale Confédération Construction - Bruxelles le 4 novembre

Plus en détail

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR

PROJET. SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY. - Page 1/9 - Damien LECLERC 1 rue du courtil cabot 45700 VILLEMANDEUR Logiciel référencé par la marque PROJET SCI LA PLUME ROUGE 538 rue Raymond Tellier 45200 AMILLY Date de l'étude : ARTISAN 05.01.2011 CLIENT SARL LECLERC Désiré SCI LA PLUME ROUGE Damien LECLERC 1 rue du

Plus en détail

Le chauffage électrique, une contrainte ou une opportunité? Présenté par Mme Sahar Pasche Directrice, cofondatrice d Ecobuliding 8 octobre 2014

Le chauffage électrique, une contrainte ou une opportunité? Présenté par Mme Sahar Pasche Directrice, cofondatrice d Ecobuliding 8 octobre 2014 Le chauffage électrique, une contrainte ou une opportunité? Présenté par Mme Sahar Pasche Directrice, cofondatrice d Ecobuliding 8 octobre 2014 Chauffage électrique - parlons en Après la crise pétrolière

Plus en détail

L Eco PTZ : le bouquet de travaux et la performance énergétique globale après travaux, Ou comment intervenir globalement en rénovation.

L Eco PTZ : le bouquet de travaux et la performance énergétique globale après travaux, Ou comment intervenir globalement en rénovation. L Eco PTZ : le bouquet de travaux et la performance énergétique globale après travaux, Ou comment intervenir globalement en rénovation. Pourquoi l éco prêt? La mise en place de l éco-prêt est là pour inciter

Plus en détail

Économies d énergie et énergies renouvelables. Comment gagner 15 %, 25 %, 40 % ou 50 % sur vos équipements? Les nouvelles dispositions pour 2006!

Économies d énergie et énergies renouvelables. Comment gagner 15 %, 25 %, 40 % ou 50 % sur vos équipements? Les nouvelles dispositions pour 2006! Économies d énergie et énergies renouvelables Comment gagner 15 %, 25 %, 40 % ou 50 % sur vos équipements? Le crédit d impôt? Il est fait pour moi! Illustrations : Claire Laffargue Les nouvelles dispositions

Plus en détail

La micro-cogénération en France Nouvelles perspectives en résidentiel collectif

La micro-cogénération en France Nouvelles perspectives en résidentiel collectif La micro-cogénération en France Nouvelles perspectives en résidentiel collectif Charles-Emile HUBERT GDF SUEZ - Direction de la Recherche et de l'innovation - CRIGEN Février 2011 Cogénération, mini-cogénération,

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09. Chapitre 1 : principes 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.2015 Plan du cours Arbitrage et décisions financières valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et

Plus en détail

L'éco-prêt, pour qui, pour quoi?

L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt à taux zéro est un engagement du grenelle de l'environnement. Il permet, grâce à la rénovation énergétique de réduire les consommations d'énergie et les émissions

Plus en détail

La rénovation énergétique plus intéressante que l épargne!

La rénovation énergétique plus intéressante que l épargne! Investissement : 12 300 Capital 12 300 Placement WTC 15-A : Chaudière gaz à condensation et accessoires CESI avec 2 capteurs WTS-F1 et 1 préparateur ECS solaire WASol 310 3 850 4 900 8 560 Gaz : 600 /

Plus en détail

Service du Facilitateur Bâtiment Durable

Service du Facilitateur Bâtiment Durable Bruxelles Environnement Service du Facilitateur Bâtiment Durable La micro-cogénération pour le bâtiment Yves LEBBE Spécialiste Cogénération Plan de l exposé: micro-cogénération > 1 kwé C est quoi la cogénération,

Plus en détail

INDICATEURS TECHNIQUES

INDICATEURS TECHNIQUES Réseau REAGRI Groupe «Agriculture et Energie» Novembre 2006 La chaudière polycombustible Ex : bois-déchiqueté ATOUTS CONTRAINTES o Forte réduction de la facture énergétique. o Confort d utilisation. o

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place

Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Chauffage à la biomasse : la bonne énergie à la bonne place Présenté par: Catherine-Anne Renaud, ing., CEM Associée écologique LEED Vice-présidente R+O Énergie Plan de la présentation 1. Mise en contexte

Plus en détail

Financez vos investissements en énergies renouvelables! Me Jean-François Jaminet (The Legal Side) Imperia Automobiles 10 mai 2011

Financez vos investissements en énergies renouvelables! Me Jean-François Jaminet (The Legal Side) Imperia Automobiles 10 mai 2011 Financez vos investissements en énergies renouvelables! Me Jean-François Jaminet (The Legal Side) Imperia Automobiles 10 mai 2011 Contexte Augmentation des besoins énergétiques Incertitudes sur l approvisionnement

Plus en détail

Analyse des Investissements et Création de Valeur

Analyse des Investissements et Création de Valeur Analyse des Investissements et Création de Valeur Les 4 prochains modules Le Coût de Capital Evaluer la performance financière d une activité Analyse des investissements et création de valeur Evaluation

Plus en détail

ING-802 Analyse de Faisabilité. Devoir no. 1 (5%) Solutionnaire

ING-802 Analyse de Faisabilité. Devoir no. 1 (5%) Solutionnaire ING-802 Analyse de Faisabilité Professeur : Ali Gharbi Automne 2006 Chargé de TP : Adnène Hajji Devoir no. 1 (5%) Solutionnaire Problème no. 1 : Vous venez d acheter une œuvre d art. Le contrat stipule

Plus en détail

DERRIERE cette porte DECOUVREZ UN SYSTEME revolutionnaire

DERRIERE cette porte DECOUVREZ UN SYSTEME revolutionnaire DERRIERE cette porte DECOUVREZ UN SYSTEME revolutionnaire Vos avantages en un simple regard 5 ans* DE GARANTIE PAR LE FABRICANT *Sur le fonctionnement de la céramique avancée Réduction considérable de

Plus en détail

Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété. Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013

Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété. Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013 Présentation Primes énergie.fr Salon Indépendant de la Copropriété Les Certificats d Economies d Energie Paris Porte de Charenton, 16 17 Octobre 2013 Introduction au dispositif Méconnu du grand public

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

Les cogénérations en Ile-de-France

Les cogénérations en Ile-de-France Les cogénérations en Ile-de-France Hélène SANCHEZ Direction Régionale et Interdépartementale de l Environnement et de l Énergie (DRIEE) Service Energie Climat Véhicules Colloque ATEE/AFG/APC/AICVF/ARENE

Plus en détail

Prix de l énergie dans l habitat

Prix de l énergie dans l habitat Prix de l énergie dans l habitat Mise à jour février 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction Le prix des énergies n a cessé d augmenter depuis la fin du 20ème siècle.

Plus en détail

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes

La dynamique Grenelle et les outils incitatifs. Arno HOULLIERE, chargée de mission Patrimoine Environnement Métiers Matériaux CAPEB Rhône-Alpes La dynamique Grenelle et les outils incitatifs Les aides financières (TVA à taux réduit) (Crédit d impôt développement durable) Eco PTZ, FEDER TVA à 5,5 % Travaux d isolation, changement de fenêtres Installation

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

Vers des Bâtiments à Energie Positive

Vers des Bâtiments à Energie Positive Vers des Bâtiments à Energie Positive Economie d Energie Efficacité Energétique Energies Renouvelables et Locales Daniel QUENARD CSTB-Grenoble Dpt Enveloppes et Revêtements / Physique des Matériaux quenard@cstb.fr

Plus en détail

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique

Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Réduction des consommations d hydrocarbures par pré-traitement physique Florent PERRIN Responsable région Rhône Alpes CleanTuesday Rhône-Alpes Juin 2010 CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL Le GIEC a confirmé que

Plus en détail

Le financement des investissements

Le financement des investissements Les modes de financement Le crédit aux particuliers Le crédit aux entreprises 1 Les modes de financement L autofinancement Le crédit bancaire Le crédit-bail La location longue durée 2 L autofinancement

Plus en détail

Energie naturelle efficace. Les pompes à chaleur : un chauffage d avenir

Energie naturelle efficace. Les pompes à chaleur : un chauffage d avenir Pompes à chaleur Energie naturelle efficace. Les pompes à chaleur : un chauffage d avenir Des exemples de solutions domestiques 10 2012 Pompes à chaleur : le système de chauffage du futur. Découvrez des

Plus en détail

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel

La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel La place du granulé dans les secteurs collectif et industriel 1 Contexte énergétique Les engagements nationaux et européens 2050 : Facteur 4 réduction par 4 des émissions des GES (Gaz à Effet de Serre)

Plus en détail

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT

CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT CHAUFFAGE PAR LE BOIS ESPACE AQUALUDIQUE DE CARHAIX PREMIER RETOUR D EXPERIENCE APRES TROIS ANNEES DE FONCTIONNEMENT 1 2 3 4 5 DEFINITION DES EQUIPEMENTS AQUATIQUES Cet espace aqualudique sports-loisirs

Plus en détail

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o LA RENOVATION ENERGETIQUE LA RENOVATION ENERGETIQUE 1. DIAGNOSTIC Pourquoi rénover? Que faut-il rénover? Comment s y prendre? 2. SOLUTIONS Remplacement du chauffage Capteurs solaires Isolation de l enveloppe

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Fonds de Réduction du Coût Global de l Energie

Fonds de Réduction du Coût Global de l Energie Fonds de Réduction du Coût Global de l Energie Présentation FRCE BATIBOUW Le 2 mars 2009 Union Européenne 2007-2020 Rappel des objectifs - 20 % 20 % +20 % Co2 Energies renouvelables Efficacité énergétique

Plus en détail

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise

Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Services Facilitateur Energie Secteur Tertiaire et aides financières pour le secteur tertiaire en Région bruxelloise Horia Bali Bruxelles, le 7 octobre 2009 Aperçu des aides disponibles en RBC Les services

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE Thomas GOETGHEBUER MATRIciel

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

Intégration accrue de production locale d énergie dans les réseaux

Intégration accrue de production locale d énergie dans les réseaux Commission wallonne pour l Energie Intégration accrue de production locale d énergie dans les réseaux Séminaire CMS DeBacker Bruxelles, Auditoire FEB, le 20 octobre 2010 Francis GHIGNY Président de la

Plus en détail

Projet de réseau de chaleur porté par une coopérative citoyenne L exemple de Malempré

Projet de réseau de chaleur porté par une coopérative citoyenne L exemple de Malempré Projet de réseau de chaleur porté par une coopérative citoyenne L exemple de Malempré Table des matières Présentation du projet Pourquoi une coopérative citoyenne? Le fonctionnement de la coopérative Avantages

Plus en détail

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES

LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES LES CONTRATS D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE CVC: MISE EN ŒUVRE D UN PROJET D EFFICACITE ENERGETIQUE LE METIER INTÉRÊT D UN CONTRAT LES TYPES DE CONTRAT APPLICABLES EXEMPLES RQE du 26 octobre 2012 -Nantes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

IIIÈME UNIVERSITÉ D AUTOMNE TROYES, 04-06 OCTOBRE 2013. Prof. Gabriel A. Giménez Roche

IIIÈME UNIVERSITÉ D AUTOMNE TROYES, 04-06 OCTOBRE 2013. Prof. Gabriel A. Giménez Roche IIIÈME UNIVERSITÉ D AUTOMNE TROYES, 04-06 OCTOBRE 2013 Le Premier Sceau du Boom 2 Capital financier abondant et relativement bon marché sans formation additionnelle d épargne réelle Distorsion du Marché

Plus en détail

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles

Pour INtégrer de l Enr. les murs. Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Pour INtégrer de l Enr dans un projet, il ne suffit pas de peindre les murs en vert! Les solutions en récupération d énergie pour cuisines professionnelles Lago Récupérer l énergie de la cuisine pour chauffer

Plus en détail

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros.

Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. Thermique, acoustique, feu Des conseils de pros pour les pros. 11.11.09 Utilité de l isolation pour le développement durable Christoph Blaser, Responsable CPI, SG-ISOVER SA Table des matières 1. Exigences

Plus en détail

Fonds de Réduction du. Réductions d'impôts. Les aides publiques pour améliorer la performance. énergétique des logements. Réductions d'impôts

Fonds de Réduction du. Réductions d'impôts. Les aides publiques pour améliorer la performance. énergétique des logements. Réductions d'impôts Réductions d'impôts http://mineco.fgov.be/energy/rational_energy_use/tax_reductions/home_fr.htm Les aides publiques pour améliorer la performance énergétique des logements Pascal Ons, Consultant pascal.ons@skynet.be

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013

Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013 Centre d Accueil des Heures Claires. AGRANDISSEMENT DE LA RESIDENCE LEON D ANDRIMONT à LIMBOURG. Présentation, le 24 janvier 2013 SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE SITUATION EXISTANTE

Plus en détail

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier Module de formation NOTES DU FORMATEUR ANALYSES FINANCIÈRE ET DE RISQUE AVEC LE LOGICIEL RETSCREEN COURS D ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES Ce document donne la transcription de la présentation orale

Plus en détail

Pertinences et particularités d un réseau de chaleur en milieu rural : l exemple de Malempré

Pertinences et particularités d un réseau de chaleur en milieu rural : l exemple de Malempré Parole d expert Pertinences et particularités d un réseau de chaleur en milieu rural : l exemple de Malempré Charles HAVELANGE, Malempré, la Chaleur d y Vivre Avec le soutien de : Pertinence et particularités

Plus en détail

Le solaire : un acte citoyen. http://www.climamaison.com/ 1/7

Le solaire : un acte citoyen. http://www.climamaison.com/ 1/7 Le solaire : un acte citoyen http://www.climamaison.com/ Le solaire, bien que distant de quelques 150 millions de kilomètres de la terre, est une énergie disponible, gratuite, économique et non polluante.

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

Le coût global comme outil d accompagnement des collectivités et des bailleurs

Le coût global comme outil d accompagnement des collectivités et des bailleurs Le coût global comme outil d accompagnement des collectivités et des bailleurs 12 Mai 2009, Clermont-Ferrand «Construire et rénover: quel coût pour l énergie durable?» Philippe Outrequin, Crdd La Calade

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

GPA-786 Rentabilité de projets d automatisation. Cours 1 Rappel des notions de base d analyse de rentabilité de projet

GPA-786 Rentabilité de projets d automatisation. Cours 1 Rappel des notions de base d analyse de rentabilité de projet GPA-786 Rentabilité de projets d automatisation Cours 1 Rappel des notions de base d analyse de rentabilité de projet Cours 1 : Sommaire Concepts de coût Coût d opportunité ou d option Coût perdu Coût

Plus en détail

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan

Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement. Plan Chapitre 6 - Comment analyser des projets d investissement Plan Maximisation et création de valeur Le concept de Valeur Actuelle Nette Les différents types d investissements Les critères du choix d investissement

Plus en détail

Bilan économique pour la collectivité

Bilan économique pour la collectivité Programme TSP sur la performance énergétique des bâtiments Note d analyse complémentaire Bilan économique pour la collectivité Le Programme TSP pour la rénovation thermique des bâtiments vise à structurer

Plus en détail

Les certificats d économies d énergie Le dispositif français

Les certificats d économies d énergie Le dispositif français Les certificats d économies d énergie Le dispositif français Une mesure phare de la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique 25/04/2006 Certificats d économies d énergie Mesure

Plus en détail

Certificats d Economies d Energie (CEE)

Certificats d Economies d Energie (CEE) Certificats d Economies d Energie (CEE) Bilan global du dispositif 30 janvier 2014 Cyrielle Borde, Service Climat, ADEME Dispositif des Certificats d économies d énergie (CEE) I. Fonctionnement du dispositif

Plus en détail

CI Pro Cheminée Chaque maison sa cheminée

CI Pro Cheminée Chaque maison sa cheminée CI Pro Cheminée Chaque maison sa cheminée Choix libre du système de chauffage Indépendance Une chose judicieuse Membres Les associations suivantes sont membres de la Communauté d intérêt «CI Pro Cheminée»:

Plus en détail

Projet de Loi de finances 2013

Projet de Loi de finances 2013 Projet de Loi de finances 2013 Crédit d impôt développement durable article 200 quater applicable à l acquisition des matériaux d isolation thermique des parois vitrées, des volets isolants et des portes

Plus en détail

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux.

Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. Situation énergétique des élevages de veaux. veau de boucherie 2008-200200 Consommations d énergie en bâtiment veaux de boucherie Comité veau de boucherie FranceAgriMer Montreuil sous Bois Mardi 5 avril 20 Christophe Martineau Institut de l Elevage

Plus en détail

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles

II Le budget d investissement : - elle engage l avenir de l entreprise. - elle a des effets difficilement réversibles II Le budget d investissement : Le budget d investissement est un élément constitutif du budget financier. Chacun des éléments du budget a un rôle précis dans l élaboration d une planification et d un

Plus en détail

Energies renouvelables et économies d'énergie crédit d'impôt : un sacré coup de pouce

Energies renouvelables et économies d'énergie crédit d'impôt : un sacré coup de pouce Energies renouvelables et économies d'énergie crédit d'impôt : un sacré coup de pouce Paris, le 5 janvier 2005 Annoncées dans le Plan Climat en juillet 2004, les mesures fiscales en faveur des énergies

Plus en détail

Bâtiments et société à 2000 watts

Bâtiments et société à 2000 watts Bâtiments et société à 2000 watts Francine Wegmüller 7 novembre 2012 Table des matières 1. 2. 3. 2 Bâtiments et société à 2000 watts Les énergies renouvelables dans le bâtiment Conclusions 1. Bâtiments

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment 1 Atelier Les Eco-cités Micro-Cogénération Présentation Olivier CAMP 2 Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment Micro-cogénération Faites des économies de chauffage ET produisez

Plus en détail