GROUPE DE TRAVAIL SUR LES NOUVELLES FORMES D AUGMENTATION DE CAPITAL

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GROUPE DE TRAVAIL SUR LES NOUVELLES FORMES D AUGMENTATION DE CAPITAL"

Transcription

1 GROUPE DE TRAVAIL SUR LES NOUVELLES FORMES D AUGMENTATION DE CAPITAL Rapport du groupe de travail Présidé par Jean-François LEPETIT Juin

2 - 2 - SOMMAIRE Avant-propos I - NOUVELLES FORMES D AUGMENTATION DE CAPITAL A/ LA PRATIQUE AMERICAINE DES EQUITY LINES 1 - Des procédures différenciées en fonction de la qualité des émetteurs 2 - Des modes de placements progressivement assouplis a) Le Public Investment for Private Equity (PIPE) b) Les Equity lines B/ LES PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES PROJETS FRANÇAIS 1 - Les Equity lines a) L augmentation de capital par tranches successives b) L émission de bons de souscription d actions réservée à un intermédiaire 2 - Les projets d inspiration voisine II - PROBLEMATIQUE ET PROPOSITIONS A/ LES ASPECTS TECHNIQUES ET JURIDIQUES 1 Les objectifs et les conséquences de l Equity line a) Les objectifs poursuivis par l émetteur b) Les conséquences pratiques pour l émetteur et le marché 2 Les aspects juridiques a) Le risque de détournement de procédure b) La question du mode de détermination du prix d émission c) La préservation de l intégrité du marché

3 - 3 - B LES PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL 1 - Une gestion plus flexible des augmentations de capital pour l ensemble des sociétés cotées - Proposition 1 : Modification législative des règles d encadrement du prix d émission - Proposition 2 : Evolution du cadre réglementaire en faveur d un système de programme global d émission de titres 2 - L encadrement spécifique des opérations d Equity line dont les conditions particulières exigent des précautions supplémentaires - Proposition 3 : Transparence des détails du mécanisme vis-à-vis des actionnaires et du marché - Proposition 4 : Maintien d une stricte séparation entre marché primaire et marché secondaire du titre concerné - Proposition 5 : Prohibition de toute possibilité de manipulation des cours par l intermédiaire - Proposition 6 : Clarification des règles de tarification de l émission par l intermédiaire - Proposition 7 : Absence d interférence avec une procédure éventuelle d offre publique CONCLUSION

4 - 4 - Avant-propos La Commission des opérations de bourse a été saisie, au milieu de l année 2001, de plusieurs projets, dont certains très avancés, se rapprochant des Equity lines américaines. Afin de répondre aux demandes les plus urgentes, elle a fixé, dans un communiqué du 25 juillet 2001, quatre conditions d acceptabilité de ce type de financement. Soucieuse d éclairer sa réflexion et de mieux mesurer les enjeux de ces nouveaux produits, elle a demandé dans le même temps à l un de ses membres, M. Jean-François LEPETIT, de constituer un groupe de travail 1 pour apprécier la compatibilité de ces opérations avec le droit français et l'intérêt qu elles pourraient présenter pour la place de Paris. Le groupe de travail, qui s est réuni à plusieurs reprises entre le 8 novembre 2001 et le 5 avril 2002, a travaillé à partir de documents fournis par les services de la Commission et d entretiens avec divers professionnels des marchés financiers 2 ou autres personnalités compétentes. Sans chercher à expertiser chacun des projets, dont il n a d ailleurs pas eu connaissance dans le détail, le groupe de travail s est attaché à analyser, de manière générale, la faisabilité juridique et l opportunité de l introduction de ces produits et d autres formes récentes d augmentation de capital, avant de formuler des propositions pour la mise en oeuvre pratique des opérations primaires des sociétés françaises cotées. 1 Lire composition en annexe. 2 Voir annexes.

5 - 5 - I - NOUVELLES FORMES D AUGMENTATION DE CAPITAL L Equity line est un mode de financement, issu de la pratique nord-américaine, qui prend la forme d un engagement, pris sur une période longue (entre un et trois ans) par un intermédiaire financier ou un investisseur, de souscrire à des augmentations de capital par tirages successifs, dont le montant et la fréquence sont déterminés par l émetteur. A/ LA PRATIQUE AMERICAINE DES AUGMENTATIONS DE CAPITAL La réglementation américaine fait une distinction stricte, en fonction de la qualité de l émetteur, entre les différentes procédures d enregistrement des prospectus, en ce qui concerne aussi bien le type d information à communiquer au marché lors d une opération que le mode d instruction des documents par le régulateur. Les structures d émission et les modes de placement des titres ont été, en revanche, considérablement assouplis au cours des dernières années, avec l assentiment de la Securities and Exchange Commission (la SEC), de façon à permettre une liaison plus fluide entre placement primaire privé et revente secondaire de titres auprès du public. 1 - Des procédures différenciées en fonction de la qualité des émetteurs La réglementation américaine distingue les sociétés en fonction de leur éligibilité à la norme dite S-3, laquelle prévoit l établissement d un prospectus allégé pour les sociétés atteignant une capitalisation boursière de USD 75 MM, cotées depuis plus d un an et ayant satisfait à leurs obligations d information permanente du marché. Les sociétés éligibles à la norme S-3 bénéficient de la règle 415, qui leur permet de procéder à des augmentations de capital différées dans le temps suivant la technique dite du «shelf offering». L émetteur peut ainsi : - mettre en place un programme pluriannuel d émissions pouvant porter sur plusieurs catégories de titres, - et établir un prospectus simplifié indiquant un montant maximal à émettre, encadré par un plafond réglementaire de 10 % du capital de la société. La SEC instruit le document d information suivant une procédure accélérée ou par échantillon ex post. La mise en œuvre de ce programme se fait par tranches successives aux conditions de marché du moment. Les modalités de placement de chaque tranche sont libres et n exigent la publication d un supplément au prospectus initial qu en cas de placement des titres auprès du public (voir infra). Les sociétés non éligibles à la norme S-3 ne peuvent pas bénéficier de la règle 415 et doivent donc établir un prospectus complet, soumis à une instruction exhaustive par l autorité de contrôle.

6 Des modes de placements progressivement assouplis Les sociétés cotées aux Etats-Unis, qu elles soient ou non éligibles à la norme S-3, peuvent traditionnellement utiliser deux procédés de placement de leurs titres : - le «Private placement» auprès d institutionnels, pour lequel aucun prospectus spécifique n est nécessaire si les titres ne sont pas revendus dans le public mais restent de négociabilité limitée entre investisseurs qualifiés (les «QIBs») ; - le «Public offering», pour lequel un prospectus décrivant les modalités de l opération doit être établi et sa pertinence vérifiée par la SEC avant le placement dans le public. La frontière entre ces deux types de placements s est néanmoins progressivement atténuée au travers de deux techniques principales : le Public Investement for Private Equity et l Equity line. a) Le Public Investment for Private Equity (PIPE) Le PIPE consiste en une augmentation de capital réservée à un ou plusieurs investisseurs qualifiés, suivie d une revente des titres dans le marché public secondaire après établissement et enregistrement d un prospectus auprès de la SEC. Initialement, la SEC exigeait une période minimale entre le placement privé initial et l enregistrement, du fait notamment de la décote importante obtenue par l investisseur privé par rapport au cours de bourse. Cette période a été progressivement réduite à moins de six mois puis, plus récemment, la SEC a autorisé l enregistrement du prospectus avant même la clôture du placement privé. Dans ce cadre, une quotité et un prix doivent être déterminés dès la conclusion du placement privé et l engagement de l investisseur est ferme dès l origine. En fonction du statut des émetteurs, éligibles ou non à la norme S-3, la taille du prospectus et ses modalités de contrôle seront ajustées par la SEC, permettant donc une sortie plus ou moins rapide des investisseurs initiaux dans le marché secondaire. Enfin, l investisseur initial n a pas de responsabilité particulière vis-à-vis du marché lors de la revente, la véracité du contenu du prospectus étant intégralement garantie par l émetteur. b) Les Equity lines Les Equity lines se sont développées à partir de 1998 aux Etats-Unis, où elles ont été utilisées par environ deux cents émetteurs. Elles consistent, comme le PIPE, en un accord initial entre un émetteur et un investisseur sur une augmentation de capital réservée, mais dont l exécution s effectue par tranches d émission de titres, qui, dès qu un prospectus est enregistré, peuvent faire ensuite l objet d une revente secondaire dans le marché.

7 - 7 - L Equity line se distingue toutefois du PIPE sur deux points fondamentaux : - le prix et la quotité ne sont pas déterminés lors de la signature de l accord initial entre l investisseur et l émetteur : chaque tranche est émise aux conditions de marché du moment et pour une quotité sur laquelle l investisseur a une certaine discrétion ; - la responsabilité de l intermédiaire est très largement accrue dans ce mécanisme, en ce qu il acquiert le statut d «underwriter» faisant peser sur lui des obligations juridiques lourdes vis-à-vis du public lors de la revente secondaire des titres. S agissant de l information requise, à moins que l émetteur ne soit éligible à la norme S-3 (ce qui n est pas souvent le cas puisque la plupart des émetteurs ayant utilisé cette technique aux Etats-Unis avaient une faible capitalisation), la SEC exerce un contrôle exhaustif et donc potentiellement long sur le prospectus annuel non simplifié exigé dans ce cas. En revanche, la SEC ne se préoccupe pas d encadrer les conditions financières de la transaction, notamment la taille de la décote initiale accordée à l investisseur (qui peut aller dans certains cas jusqu à 25 ou 30 % du cours de bourse). L aspect manipulation de cours par l intermédiaire lors des tirages et des reventes au public est couvert par la réglementation générale de la SEC en ce domaine. B/ PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DES PROJETS FRANÇAIS Les projets présentés depuis environ douze mois à la COB ont pris des contours variables, mais toujours largement inspirés de l expérience américaine précédemment rappelée bien qu ils en différent ensuite sur des points très significatifs. 1 - Les Equity lines Deux techniques sont utilisées : l augmentation de capital par tranches successives et l émission de bons de souscription d actions réservée à un intermédiaire. a) L augmentation de capital par tranches successives L assemblée générale extraordinaire de l émetteur vote une augmentation de capital à exécution successive sur une période de deux ans reconductible, réservée à un intermédiaire financier qui s engage à souscrire les actions à émettre dans les conditions fixées par un contrat cadre. Aux termes de cette convention, l augmentation de capital se réalise dans les conditions suivantes : - nombre d actions limité et plafond global en euros déterminés par la résolution de l assemblée générale extraordinaire ;

8 prix d émission des actions nouvelles déterminable : il est fixé au moment de chaque augmentation de capital par le conseil d administration sur la base d une décote par rapport à la moyenne des cours de clôture de l action pondérée par les volumes, mesurés sur les X jours de bourse consécutifs suivant la date à laquelle la société aura notifié au souscripteur une demande de tirage («période de référence») ; - si le cours de clôture de la période référence est inférieur au prix minimum d émission des actions nouvelles («prix plancher»), engagement réduit du souscripteur au titre de l augmentation de capital et non prise en compte du cours de clôture pour le calcul du prix d émission des actions ; - engagement de souscription de l intermédiaire limité, pour chacun des tirages successifs, à X % des volumes quotidiens constatés durant la période de référence ; - délégation de deux ans donnée au Conseil d administration pour mettre en œuvre les modalités d application. b) L émission de bons de souscription d actions réservée à un intermédiaire (Schémas GENSET & LVL MEDICAL) La société procède à une émission de bons de souscription d actions (BSA) au bénéfice d un établissement de crédit. Dès leur émission, les bons, conventionnellement incessibles, peuvent être exercés à tout moment pendant une durée de deux ans et donnent le droit à leurs titulaires de souscrire des actions à un prix inférieur au cours de bourse des actions de la société au jour de l exercice. Les décotes présentées peuvent aller jusqu à 10 ou 15 %. Par une convention séparée, la société et la banque fixent leurs engagements réciproques ayant trait aux conditions d exercice des BSA : l exercice des bons par la banque est subordonné à l autorisation de la société émettrice. Celle-ci lui notifiera, en effet, au fur et à mesure de ses besoins, l ouverture du droit d exercer les BSA. La notification n indiquera cependant que le montant maximum d actions que la société souhaite émettre à la suite de l exercice des BSA. La banque, quant à elle, est tenue de souscrire un certain nombre d actions correspondant au montant le plus faible entre le montant notifié et un montant déterminé d actions, en application d une formule stipulée dans la convention, de sorte que les actions émises ne représentent pas plus de X % des volumes d échange observés sur le marché pendant les cinq jours de bourse précédant l exercice des BSA. La société émettrice s engage à notifier une demande d exercice d un nombre minimal de BSA correspondant à une ou plusieurs augmentations de capital d un montant global déterminé. En cas de non-respect de cette obligation, la banque pourra, après une période de dixhuit mois, exercer des BSA pour le nombre d actions correspondant au montant minimum fixé en euros.

9 - 9 - Enfin, l engagement pris par la banque d exercer des BSA à la demande de la société est plafonné. Une fois ce montant atteint, la banque n a plus l obligation de procéder à des souscriptions, mais est simplement titulaire d une option de souscription pour les augmentations de capital ultérieures. Ces deux types de produits répondent donc à une série de caractéristiques communes : - un prix de souscription calculé à partir d un cours moyen pondéré, calculé sur une période de référence, auquel une forte décote est appliquée en rémunération de l intervention et du risque pris par l intermédiaire ; - une période de tirage relativement longue (environ deux ans) ; - un plafond global en montant et un plafond par tirage fondé sur la liquidité du marché secondaire : chaque émission se calcule par rapport à un pourcentage du volume traité sur le titre pendant une période de référence prédéterminée ; - une fréquence des tirages dépendant de l émetteur, mais aussi de l évolution du cours de bourse ; - un cours plancher pré-défini en dessous duquel l émetteur ne peut effectuer de tirages ; - un engagement de l émetteur pour un montant minimum. A défaut, il engage sa responsabilité contractuelle et doit indemniser l intermédiaire. 2 - Les projets d inspiration voisine D autres projets, quoique différents des Equity lines déjà décrites, correspondent à des objectifs en partie similaires. Peuvent être cités à ce titre :? l émission de BSA réservée à un intermédiaire financier qui, après exercice, les rétrocède à un investisseur qualifié ;? l attribution gratuite à tous les actionnaires de BSA, à un prix déterminable, avec une durée d exercice plus ou moins longue (comprise entre trois et six mois). Le prix d exercice, ajusté quotidiennement, est établi avec une décote par rapport au cours de bourse de la veille. L émetteur envisage, dans ce second cas, d utiliser une autorisation d émission avec maintien du droit préférentiel de souscription pour l attribution de ces bons, ce qui lui laisse toute latitude juridique quant au niveau du prix d exercice par rapport au cours de bourse. Or, la décote du prix d émission se situe généralement entre 10 et 15 % dans ce type de projet. Le bon se présente alors comme un véritable substitut du droit préférentiel de souscription mais à un prix déterminable dans la mesure où l assemblée générale se prononce sur un prix d émission dont le mode de calcul est lié à l évolution du cours de l action sur les mois suivants.

10 II - PROBLEMATIQUE ET PROPOSITIONS Le groupe de travail a tenu, en premier lieu, à procéder à une analyse des conséquences pratiques de ces divers produits, aussi bien pour l émetteur que pour le marché, et à définir en particulier les risques au plan juridique. Puis, dans un second temps, il a souhaité formuler une série de propositions qui ont à la fois pour objectif de faciliter la gestion des opérations primaires, dans l intérêt des émetteurs comme des actionnaires, tout en assurant la transparence et la pertinence des informations transmises aux investisseurs et en préservant le bon fonctionnement des marchés secondaires notamment contre les risques de manipulation de cours. A/ ASPECTS PRATIQUES ET JURIDIQUES 1 Les objectifs et les conséquences de l Equity line a) Les objectifs poursuivis par l émetteur? Une capacité de reconstitution des fonds propres malgré l adversité des marchés Il est de fait que les Equity lines 3 sont plutôt, aux Etats-Unis comme en France, destinées à des sociétés dont la situation financière ou la taille ne permettent pas de sortir sur le marché primaire par des techniques habituelles d émission. L Equity line permet à ce type d entreprises de s affranchir des contraintes de calendrier, de prix et de mode de placement qui entourent les augmentations de capital classiques et, par conséquent, de lever rapidement des capitaux dès que les conditions de volume et de prix fixées par la convention sont réunies.? Une faculté de respiration du capital utilisable au moment opportun Une fois la taille du programme déterminée et le calendrier des besoins de financement établi, la procédure s organise autour de l engagement de l intermédiaire financier de souscrire l intégralité des actions nouvelles au rythme décidé par l émetteur et permis par les conditions de marché. L émetteur dispose d une certaine faculté de choix dans la détermination de la date et du montant de chaque tirage et peut, par conséquent, limiter plus strictement la dilution liée à l émission d actions nouvelles à ses besoins. b) Les conséquences pratiques pour l émetteur et le marché? Un effet dilutif difficilement maîtrisé par l assemblée générale Le caractère déterminable du prix d une émission, dont la mise en œuvre est déléguée au conseil sur une longue période, donne peu de levier à l assemblée générale pour 3 On retiendra cette dénomination par commodité, étant observé que les projets en cours sont différents du modèle américain et qu une formulation française devra être trouvée ; on peut notamment songer à «lignes d actions».

11 contrôler la dilution du capital de manière efficiente. Le risque est d autant plus élevé pour les actionnaires que les Equity lines, du fait de la situation financière des émetteurs concernés, portent en général sur des proportions très élevées du capital de la société (jusqu à 50 % dans certains dossiers présentés).? Une moindre visibilité pour le marché La mise sur le marché de titres à des dates imprévisibles et pour des quotités inconnues ne permet pas aux actionnaires d anticiper de façon précise les dilutions successives. Le montant de la ligne de financement n est lui-même qu indicatif et dépend in fine des conditions du marché du titre. Il existe ainsi une incertitude plus longue sur la réalisation ou non de l augmentation de capital envisagée et, par conséquent, de la capacité ou non de la société à couvrir ses besoins de financement prévisionnels.? Un coût élevé d émission Les frais liés à l émission sont élevés pour l émetteur par rapport à une émission publique : commission de mise en place, commission forfaitaire à chaque tirage et décote d environ 10 à 15 % lors de la souscription des actions. Selon les cas, la part respective des commissions (qui ont impact direct sur les résultats de l émetteur) et de la décote dans la rémunération de l intermédiaire est en outre très variable.? Une prise de risque transférée en réalité au marché Présentée comme souscrite par un intermédiaire financier, l Equity line est en fait destinée à être, au-delà de l apparence juridique d augmentation de capital réservée, absorbée par le marché au travers d une série de placements publics. La bonne information des investisseurs existants ou potentiels est donc impérative à chacune des différentes étapes du processus, de façon à éviter toute ambiguïté sur le fait que la mise en place d une Equity line entre un émetteur et un intermédiaire ne signifie pas un investissement de ce dernier au capital de la société. 2 Les aspects juridiques a) Le risque de détournement de procédure Si les opérations envisagées se présentent comme des augmentations de capital réservées à personne dénommée (un prestataire de service d investissement ou une société tierce) régies par les dispositions des articles L et L du Code de commerce, leur dénouement conduit, en revanche, à devoir les considérer comme produisant les effets des augmentations de capital par appel public à l épargne, les titres souscrits ayant vocation à être recédés immédiatement sur le marché, voire à être souscrits directement par le public.

12 Aucune disposition législative n assujettit les bénéficiaires d une augmentation de capital réservée à la conservation des titres souscrits dans la durée 4. Pour autant, l entrée au capital d un investisseur à des conditions favorables (décote) accompagne, en principe, un partenariat financier ou industriel et, de ce fait, les actions ainsi émises ont généralement vocation à être durablement conservées. Dès lors, il pourrait être considéré comme contraire à l objectif poursuivi par le législateur. La question est probablement plus complexe lorsque l augmentation de capital résulte de l exercice de BSA. Comme précédemment indiqué, l augmentation de capital est souscrite par le porteur du bon qui n est pas nécessairement le souscripteur du bon, sauf bien entendu à prévoir l incessibilité du bon. On peut ainsi relever que la Commission a été amenée, en 1987, à refuser le projet d une société non cotée qui souhaitait procéder à une émission gratuite de BSA aux actionnaires qui, pour la plupart, devaient les remettre immédiatement et gratuitement à la disposition du public. Elle a, en effet, considéré, eu égard aux circonstances de fait (mise à disposition gratuite du public, faible durée d exercice rendant impossible l organisation d un marché) «que l opération envisagée visait moins la création d une véritable valeur mobilière, que la possibilité, par le détour des bons de souscription, d ouvrir le capital de la société au public en s exonérant des dispositions propres aux augmentations de capital de ce type». 5 La même année 6, la Commission a appelé l attention des émetteurs sur l interprétation qui devait être faite des dispositions de l article L du Code de commerce relatives aux augmentations de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription au profit d une ou plusieurs personnes. Elle a précisé, à cet égard, qu une augmentation de capital régie par les dispositions susvisées ne pouvait être réalisée au profit d un très grand nombre de personnes, y compris lorsque ces personnes appartiennent à une catégorie déterminée, sous peine d être constitutives d un détournement de la loi. La Commission reconnaît toutefois implicitement la licéité du mécanisme de la prise ferme et ce en dépit de la contradiction qui existe entre ce mécanisme et la notion d opération publique. Sur ce point, elle indiquait dans son rapport annuel de que «le preneur bénéficie, en dehors des formes prévues par la loi, d une opération réservée» et imposait le respect de certaines conditions pour éviter tout risque de requalification de l opération de prise ferme. 4 Le législateur a toutefois fixé des règles spécifiques pour la réalisation des augmentations de capital par appel public à l épargne, lesquelles diffèrent selon que les titres émis confèrent ou non à leurs titulaires les mêmes droits que les actions anciennes (articles L et L du Code de commerce). 5 Bulletin COB janvier 1987 n Rapport annuel COB 1987, p Rapport annuel COB 1992, p. 158.

13 b) La question du mode de détermination du prix d émission Par principe, le prix d émission ou ses critères de détermination doivent être fixés selon les règles posées à l article L du Code de commerce relatif aux augmentations de capital réservées à personne(s) dénommée(s), à savoir «par l assemblée générale extraordinaire sur rapport du conseil d administration ou du directoire et sur rapport spécial du commissaire aux comptes». Tel est bien le cas dans les montages proposés, la résolution autorisant l émission des actions précisant que le prix est fixé à partir des cours de bourse de la période de référence minorés d une décote prédéterminée. A raison de la nature réelle de l opération, destinée à être placée auprès du public, il pourrait toutefois être considéré que ce prix devrait respecter les règles applicables aux augmentations de capital sans droit préférentiel de souscription et être, en conséquence, «au moins égal à la moyenne des cours constatés ( ) pendant dix jours consécutifs choisis parmi les vingt derniers jours de bourse précédant le début de l émission ( )» (article L du Code de commerce). Or, l application de cette règle interdirait les décotes envisagées. Cette motivation des Equity lines correspond à une recherche récurrente du marché pour s affranchir des règles entourant le prix des émissions en France. Ainsi, outre la mise en place de l Equity line, il convient de citer d autres techniques comme l attribution de bons par l émetteur à l ensemble des actionnaires, suivie d une cession des bons à un syndicat bancaire, qui, après les avoir exercés, peut les replacer auprès d investisseurs sans avoir à respecter la règle des «dix parmi les vingt», ou encore l émission d actions à bons de souscription d actions (ABSA). c) La préservation de l intégrité du marché Il convient de rappeler ici qu au-delà des engagements contractuels, la réglementation de droit commun relative à l utilisation d une information privilégiée ou à la manipulation de cours demeure applicable. En conséquence, l émetteur ne saurait impunément effectuer un tirage dans une période précédant la communication au marché d une information pouvant avoir une incidence significative sur le cours de son action. Par ailleurs, dans le montage de type Equity line, l émetteur notifie sa demande de souscription à l intermédiaire qui dispose d un délai pendant lequel s établissent le ou les cours de bourse de référence et la quotité maximale susceptible d être souscrite. Il apparaît donc nécessaire de prévoir à tout le moins que le souscripteur ne peut pas intervenir sur le marché pendant cette période afin d éviter tout risque de manipulation de cours ou d utilisation d information privilégiée. A cette fin, le régulateur a d ores et déjà posé un certain nombre de conditions, telles qu énoncées dans le communiqué de presse de la Commission des opérations de bourse en date du 25 juillet 2001 et actualisées sur la base de la pratique opérationnelle, et qui portent à la fois sur des principes de transparence de l opération, d absence de manipulation de cours dans le marché secondaire et de prise de risque effective par les intermédiaires sur la transaction primaire.

14 d) Le soutien abusif de crédit D aucuns ont vu dans les montages proposés une opération de crédit dissimulée derrière une augmentation de capital réservée, l intermédiaire n ayant pas vocation à demeurer durablement dans le capital de l émetteur. Aux termes de cette analyse, l intermédiaire apporte un concours financier à court terme aux fins de refinancement d une entité qui, en raison de son activité et/ou des conditions de marché, se voit refuser les concours bancaires classiques. Il en résulte que l opération pourrait être analysée en une ouverture de crédit assortie soit d une compensation de créances soit d une procédure d apport en nature selon que l on considère que sont réunis ou non les critères de liquidité et d exigibilité des créances, objets de la compensation. L intervention de l intermédiaire auprès d une société qu il sait être en difficultés financières serait ainsi susceptible de constituer un soutien abusif en ce qu elle retarde l ouverture d une procédure de redressement ou qu elle donne à croire aux autres créanciers à la possible continuation de l activité de l émetteur. Sans préjuger de l interprétation souveraine des Tribunaux, il apparaît qu un tel raisonnement fait fi de l entrée certaine au capital de l émetteur d actionnaires (un intermédiaire financier recédant immédiatement les titres émis dans le marché secondaire) qui seront tenus aux droits et obligations non de créanciers mais bien d actionnaires. Par ailleurs, les opérations visées jusqu à présent par la Commission des opérations de bourse et qui sont destinées à être in fine supportées par le marché secondaire, n ont pas vocation à permettre à des sociétés en grande difficulté financière de bénéficier d une technique de refinancement subsidiaire par rapport aux méthodes traditionnelles de sollicitation du crédit ou du capital. La Commission est ainsi amenée à refuser la délivrance d un visa à des sociétés qui sont dans l incapacité de produire des comptes ou auxquelles les commissaires aux comptes opposent un refus de certification des comptes en raison de l incertitude pesant sur la continuité de l exploitation. B/ PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL Les Equity lines offrent indéniablement une plus grande souplesse que l augmentation de capital classique pour un certain type de sociétés évoluant dans des secteurs d activités fortement consommatrices de trésorerie et confrontées à un contexte de forte volatilité des marchés. Du fait des risques non négligeables qu elles peuvent entraîner pour les investisseurs, leur mise en œuvre doit cependant s accompagner de précautions particulières afin d assurer au marché une visibilité correcte sur l opération et ne pas fausser son fonctionnement quotidien. Au cours de leurs travaux, les membres du groupe de travail ont, en outre, constaté qu un certain nombre de techniques, plus ou moins complexes et analogues aux Equity lines, se sont également développées dans le seul but, en fait, de s affranchir des contraintes qui régissent aujourd hui les augmentations de capital des sociétés cotées et notamment de la règle des «dix parmi les vingt».

Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor

Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor Information Règlementée Paris, 29 Mars 2007 Principales caractéristiques de l augmentation de capital en numéraire réservée aux adhérents du Plan d Epargne d Entreprise du Groupe Accor Accor S.A. a décidé

Plus en détail

Inside Secure. (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 21)

Inside Secure. (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 21) Rapport des commissaires aux comptes sur l émission et l attribution réservée de bons de souscription d actions avec suppression du droit préférentiel de souscription (Assemblée générale du 26 juin 2014

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 21 MARS 2012 --------------------------------- TEXTE DE RESOLUTIONS

ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 21 MARS 2012 --------------------------------- TEXTE DE RESOLUTIONS Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 467 226 960 euros RCS PARIS n 493 455 042 Siège social : 50, avenue Pierre Mendès France 75201 PARIS Cedex 13 ASSEMBLEE GENERALE MIXTE

Plus en détail

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions

Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions Rapport des commissaires aux comptes sur l autorisation d attribution d options de souscription ou d achat d actions (Assemblée générale du 26 juin 2014 Résolution n 19) PricewaterhouseCoopers Audit 63

Plus en détail

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE

PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE PROJET DE RESOLUTIONS DE L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE Onzième résolution L assemblée générale, statuant aux conditions de quorum et de majorité requises pour les assemblées générales extraordinaires,

Plus en détail

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012

RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 6 JUIN 2012 Société anonyme avec Conseil d Administration Au capital social de 7 097 879 Siège social : 155 avenue de la Rochelle, 79000 Niort B 025 580 143 RCS Niort RESOLUTIONS PROPOSEES AU VOTE DE L ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

RAPPORT COMPLEMENTAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL DECIDEE SUR DELEGATION DE L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT COMPLEMENTAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR L AUGMENTATION DE CAPITAL DECIDEE SUR DELEGATION DE L ASSEMBLEE GENERALE PASCAL PIVETEAU SA Société anonyme à conseil d administration au capital social de 225 060 euros réparti en 2.250.600 actions de 0,1 euro de valeur nominale Siège social : 26, rue Malar 75007 Paris 529

Plus en détail

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION

POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION POLITIQUE DE VOTE AUX ASSEMBLEES GENERALES DES SOCIETES COTEES DES FCPR SOUS GESTION 1 I - INTRODUCTION 2 AURIGA PARTNERS est une société de gestion de portefeuille pour compte de tiers agréée par la Commission

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

INFORMATIONS CONCERNANT LE CAPITAL

INFORMATIONS CONCERNANT LE CAPITAL INFORMATIONS CONCERNANT LE CAPITAL Les conditions auxquelles les statuts soumettent les modifications du capital social et des droits attachés aux actions sont en tous points conformes aux prescriptions

Plus en détail

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004)

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) EMETTEUR CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE DU NORD EST

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015

ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE AU RAPPORT DE GESTION PORTANT SUR LA PARTIE EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 2 JUIN 2015 AFONE Société anonyme à Conseil d administration au capital de 589 001,60 euros Siège social : 11 place François Mitterrand 49100 ANGERS 411 068 737 RCS ANGERS ASSEMBLEE GENERALE DU 2 JUIN 2015 ANNEXE

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

PRISMAFLEX INTERNATIONAL

PRISMAFLEX INTERNATIONAL PRISMAFLEX INTERNATIONAL Société anonyme au capital de 2.374.758 Siège social à Haute Rivoire (69610), 309 Route de LYON CS 50001, Lieudit la Boury 345 166 425 RCS LYON ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ET

Plus en détail

Bernard Loiseau SA. Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961

Bernard Loiseau SA. Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961 Bernard Loiseau SA Saulieu le 24 mai 2011 Place de cotation des actions : Bourse de Paris Eurolist Compartiment C Code SICOVAM : 6696 Code ISIN FR000 0066961 Approbation par l Assemblée générale mixte

Plus en détail

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE)

Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange en actions nouvelles ou existantes (OCEANE) Communiqué du 6 octobre 2006 NE PAS DIFFUSER AUX ETATS UNIS, AU CANADA, EN AUSTRALIE, EN GRANDE BRETAGNE OU AU JAPON Emission par Solving International d obligations à option de conversion et/ou d échange

Plus en détail

LE BELIER Société anonyme à Conseil d administration au capital de 6 631 956,08 uros Siège social : 33240 VERAC 393 629 779 RCS Libourne --------

LE BELIER Société anonyme à Conseil d administration au capital de 6 631 956,08 uros Siège social : 33240 VERAC 393 629 779 RCS Libourne -------- LE BELIER Société anonyme à Conseil d administration au capital de 6 631 956,08 uros Siège social : 33240 VERAC 393 629 779 RCS Libourne -------- RAPPORT COMPLEMENTAIRE DU DIRECTEUR GENERAL RELATIF A L

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats

Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Recommandation AMF n 2010-17 Communication financière des sociétés cotées à l occasion de la publication de leurs résultats Textes de référence : articles L. 621-7 du code monétaire et financier et 221-4

Plus en détail

APPEL PUBLIC A L EPARGNE

APPEL PUBLIC A L EPARGNE FICHES PEDAGOGIQUES APPEL PUBLIC A L EPARGNE PAR LA COSUMAF APPEL PUBLIC A L EPARGNEL L Appel Public à l Epargne (APE) est une opération du marché financier qui permet à un émetteur (Etat, Collectivités

Plus en détail

VALTECH SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2 343 382,98 SIEGE SOCIAL : 103 RUE DE GRENELLE 75007 PARIS RCS PARIS 389 665 167

VALTECH SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2 343 382,98 SIEGE SOCIAL : 103 RUE DE GRENELLE 75007 PARIS RCS PARIS 389 665 167 VALTECH SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2 343 382,98 SIEGE SOCIAL : 103 RUE DE GRENELLE 75007 PARIS RCS PARIS 389 665 167 RAPPORT DU CONSEL D ADMINISTRATION A L ASSEMLEE GENRALE DU 26 JUILLET 2011 Mesdames,

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2008-15 DU 4 DÉCEMBRE 2008 Afférent au traitement comptable des plans d options d achat ou de souscription d actions et des plans d attribution d actions

Plus en détail

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PARIS LA DÉFENSE, LE 4 JUIN 2013 DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS autorisé par l Assemblée Générale Mixte du 30 mai 2013 1. CADRE JURIDIQUE En application des articles L. 225-209 et suivants

Plus en détail

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE

3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3. RAPPORT DU DIRECTOIRE SUR LES RÉSOLUTIONS PRÉSENTÉES À L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE 3.1. RELEVANT DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE Approbation des comptes 2014 et affectation du résultat Par le vote

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise pour faire

Plus en détail

YMAGIS Société anonyme au capital de 1.974.040,50 euros Siège social : 106, rue La Boétie 75008 Paris 499619864 R.C.S. Paris

YMAGIS Société anonyme au capital de 1.974.040,50 euros Siège social : 106, rue La Boétie 75008 Paris 499619864 R.C.S. Paris YMAGIS Société anonyme au capital de 1.974.040,50 euros Siège social : 106, rue La Boétie 75008 Paris 499619864 R.C.S. Paris RAPPORT DU CONSEIL d ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 30 JUIN

Plus en détail

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN NOTE D INFORMATION ETABLIE SUITE A LA DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE PROCEDER AU LANCEMENT EFFECTIF DU PROGRAMME DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS AUTORISE PAR l ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 26

Plus en détail

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013

Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Jeudi 6 juin 2013 1 Article 18 du projet de loi de séparation et de régulation des activités bancaires Jeudi 6 juin 2013 2 L assemblée nationale a voté dans la nuit du 5 au 6 juin 2013 en seconde lecture le projet de loi

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Assemblée Générale mixte ordinaire et extraordinaire

Assemblée Générale mixte ordinaire et extraordinaire Assemblée Générale mixte ordinaire et extraordinaire 24 septembre 2014 Référen ce Indice Date DASSAULT AVIATION ASSEMBLÉE GÉNÉRALE MIXTE ORDINAIRE ET EXTRAORDINAIRE DU 24 SEPTEMBRE 2014 -ooo- ORDRE DU

Plus en détail

A U D I K A G R O U P E

A U D I K A G R O U P E Page 1 sur 8 A U D I K A G R O U P E Société anonyme au capital de 283 500 Siège social : 58 avenue Hoche 75008 Paris SIREN : 310 612 387, R.C.S. Paris Ordre du jour de l assemblée générale ordinaire et

Plus en détail

Encadrement des marchés publics de la CCI

Encadrement des marchés publics de la CCI Encadrement des marchés publics de la CCI Selon l article 26 du CMP, les marchés sont passés sur Appel d Offres (AO). Toutefois, selon le montant et la nature du marché, le Pouvoir Adjudicateur pourra

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

AUGMENTATION DE CAPITAL A L EFFET DE REMUNERER LES APPORTEURS A L OFFRE PUBLIQUE D ECHANGE INITIEE PAR LA SOCIETE SUR LA SOCIETE GROUPE STERIA

AUGMENTATION DE CAPITAL A L EFFET DE REMUNERER LES APPORTEURS A L OFFRE PUBLIQUE D ECHANGE INITIEE PAR LA SOCIETE SUR LA SOCIETE GROUPE STERIA SOPRA STERIA GROUP Société anonyme au capital de 19 440 371 euros 326 820 065 RCS Annecy Siège social : PAE Les Glaisins - 74940 ANNECY-LE-VIEUX Direction Générale : 9 bis rue de Presbourg 75116 PARIS

Plus en détail

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 1. INTRODUCTION Il est rappelé que l Assemblée Générale Mixte du 2 juin 2014, dans sa cinquième (5 ème ) résolution, avait précédemment autorisé le

Plus en détail

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS

GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS GENERALE DE SANTE SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 42.320.396,25 EUROS SIEGE SOCIAL : 96, AVENUE D IENA 75116 PARIS N 383 699 048 RCS PARIS ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 6 JUIN 2012 RESULTATS DES

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE

CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE CREDIT AGRICOLE DE NORMANDIE SEINE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : Cité de l Agriculture - chemin de la Bretèque - 76230 BOIS-GUILLAUME Siret 433 786 738 00016 - APE

Plus en détail

TABLEAU EXPLICATIF CONCERNANT LES RESOLUTIONS DEVANT ETRE SOUMISES A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 29 JUIN 2011

TABLEAU EXPLICATIF CONCERNANT LES RESOLUTIONS DEVANT ETRE SOUMISES A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 29 JUIN 2011 TABLEAU EXPLICATIF CONCERNANT LES S DEVANT ETRE SOUMISES A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 29 JUIN 2011 Le tableau ci-après présente de manière synthétique les principaux éléments concernant chacune

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne)

- Au-delà de 130 000 HT : idem ci-dessus + BOAMP + JOUE (Journal Officiel de l Union Européenne) MARCHES PUBLICS : GUIDE DE PROCEDURE INTERNE RAPPEL CODE DES MARCHES PUBLICS Textes de référence : - Code des Marchés Publics (D 2006-975 du 1er août 2006) - Règlement Intérieur CCIT de l ARIEGE - Règlement

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION ALBIOMA SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 1 122 964,11 IMMEUBLE LE MONGE 22 PLACE DES VOSGES, LA DÉFENSE 5 92400 COURBEVOIE

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE

APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE Publicité préalable à la décision de transfert d Euronext Paris sur Alternext APPROBATION PAR L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU TRANSFERT DE LA COTATION DES TITRES DE LA SOCIETE PISCINES DESJOYAUX SA D

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013

Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée générale mixte du 28 juin 2013 Altran 96 avenue Charles de Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine - France Tél. : 0033 1 46 41 70 00 Fax : 0033 1 46 41 72 11 www.altran.com Descriptif du programme de rachat d actions autorisé par l assemblée

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS)

Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS) Le 13 février 2007, le Parlement luxembourgeois a adopté une loi introduisant le Fonds d Investissement Spécialisé (FIS). Cette nouvelle loi remplace la loi du

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS CREDIT AGRICOLE DE PROVENCE COTE D AZUR RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS de la CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE PROVENCE COTE D'AZUR et du GROUPE «CREDIT AGRICOLE»

Plus en détail

GROUPE GORGE Société anonyme au capital de 13.181.843 euros Siège social : 19, rue du quatre septembre, 75002 Paris 348 541 186 RCS Paris

GROUPE GORGE Société anonyme au capital de 13.181.843 euros Siège social : 19, rue du quatre septembre, 75002 Paris 348 541 186 RCS Paris GROUPE GORGE Société anonyme au capital de 13.181.843 euros Siège social : 19, rue du quatre septembre, 75002 Paris 348 541 186 RCS Paris COMPLEMENT AU RAPPORT DE GESTION DU CONSEIL D ADMINISTRATION PRESENTE

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS WWW.SAFPT.ORG COMPTE EPARGNE TEMPS EFFET : 1ER JANVIER 2010 Texte de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984, modifiée, portant dispositions statutaires applicables à la fonction publique territoriale,

Plus en détail

FONCIERE PARIS FRANCE

FONCIERE PARIS FRANCE FONCIERE PARIS FRANCE Société anonyme au capital de 86.997.900 euros Siège social : 52, rue de la Bienfaisance, 75008 Paris 414 877 118 RCS Paris RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine.

Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Les marchés financiers offrent des opportunités à long terme pour rechercher un potentiel de valorisation de votre patrimoine. Afin d en profiter, le Plan d Epargne en Actions (1) (PEA) et le Plan d Epargne

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

DELEGATIONS ET AUTORISATIONS ET FINANCIERES DÉLÉGATIONS ET AUTORISATIONS FINANCIÈRES EN COURS DE VALIDITÉ

DELEGATIONS ET AUTORISATIONS ET FINANCIERES DÉLÉGATIONS ET AUTORISATIONS FINANCIÈRES EN COURS DE VALIDITÉ DELEGATIONS ET AUTORISATIONS ET FINANCIERES DÉLÉGATIONS ET AUTORISATIONS FINANCIÈRES EN COURS DE VALIDITÉ DÉLÉGATIONS ET AUTORISATIONS FINANCIÈRES SOUMISES A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 18 AVRIL 2013

Plus en détail

DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC

DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC DE L APPEL PUBLIC A L EPARGNE A L OFFRE AU PUBLIC Ordonnance n 2009-80 du 22 janvier 2009 (JO du 23 janvier 2009) La notion d appel public à l épargne, issue de l article 72 de la loi de 1966, manifestait

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

DU GROUPEMENT DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE Acte constitutif DU DE COMMANDES POUR L ACHAT DE GAZ NATUREL, DE FOURNITURES ET DE SERVICES EN MATIÈRE D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE APPROUVÉ LE 18 DÉCEMBRE 2012 PAR LE COMITÉ D ADMINISTRATION DU SIGEIF 6 4

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

NATIONAL CONSEIL VIE DU

NATIONAL CONSEIL VIE DU 717 VIE DU Au cas d espèce, Monsieur X est concomitamment, d une part, président de la SAS B, laquelle est présidente de la SAS A et, d autre part, co-contractant de la SAS A dans l opération envisagée.

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours.

CHAPITRE I ER. Créer de nouveaux droits pour les salariés. Section 1. De nouveaux droits individuels pour la sécurisation des parcours. Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 4 avril 2013

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 8 AVRIL 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 8 AVRIL 2014 Assemblée générale annuelle mixte Le 8 avril 2014 à 13h30 au siège social à Aubagne RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 8 AVRIL 2014 Nous vous précisons à titre préliminaire

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Annexe Conv GDXX/15 PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Entre, La Communauté d Agglomération du Grand Dole Dont le siège est fixé Place de L Europe 39100 DOLE Représentée par son Président

Plus en détail

LES HOTELS BAVEREZ. Société Anonyme au capital de 10 127 050 euros Siège social : 2, Place des Pyramides, 75001 Paris 572 158 558 R.C.S.

LES HOTELS BAVEREZ. Société Anonyme au capital de 10 127 050 euros Siège social : 2, Place des Pyramides, 75001 Paris 572 158 558 R.C.S. LES HOTELS BAVEREZ Société Anonyme au capital de 10 127 050 euros Siège social : 2, Place des Pyramides, 75001 Paris 572 158 558 R.C.S. Paris ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 15 JUIN 2015 AVIS PREALABLE A L

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE CENTRE LOIRE

CREDIT AGRICOLE DE CENTRE LOIRE CREDIT AGRICOLE DE CENTRE LOIRE Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 8 Allée des Collèges 18 BOURGES Siret 398 824 714 - APE 651 D Note d information émise à l occasion de

Plus en détail

INFOTEL. Société Anonyme au capital de 2.662.782 Euros Siège social : 36 Avenue du Général de Gaulle - Tour Gallieni II 93170 BAGNOLET

INFOTEL. Société Anonyme au capital de 2.662.782 Euros Siège social : 36 Avenue du Général de Gaulle - Tour Gallieni II 93170 BAGNOLET INFOTEL Société Anonyme au capital de 2.662.782 Euros Siège social : 36 Avenue du Général de Gaulle - Tour Gallieni II 93170 BAGNOLET 317 480 135 RCS BOBIGNY SIRET : 317 480 135 000 35 RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

VOLTALIA Société anonyme au capital de 139.106.658,90 euros Siège social : 28, rue de Mogador - 75009 Paris - France 485 182 448 R.C.S.

VOLTALIA Société anonyme au capital de 139.106.658,90 euros Siège social : 28, rue de Mogador - 75009 Paris - France 485 182 448 R.C.S. VOLTALIA Société anonyme au capital de 139.106.658,90 euros Siège social : 28, rue de Mogador - 75009 Paris - France 485 182 448 R.C.S. Paris Rapport complémentaire du conseil d administration Augmentation

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 COMPTE EPARGNE-TEMPS En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 PRESENTATION GENERALE DU DISPOSITIF SOMMAIRE I. CADRE GENERAL

Plus en détail

Addendum belge au prospectus d émission

Addendum belge au prospectus d émission Contrôle de l'information et des marchés financiers Annexe II : modèle d addendum belge au prospectus Addendum belge au prospectus d émission Date Dénomination de l OPCVM Forme juridique de l OPCVM (société

Plus en détail

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF)

LE COMPTE PERSONNEL DE FORMATION (CPF) Généralités : Le compte personnel de formation (CPF) est applicable depuis le 1er janvier 2015. Créé par la loi n du 5 mars 2014 sur la réforme de la formation professionnelle, il permet aux salariés et

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 18, rue Salvador Allende - 86 POITIERS Siret 399 78 97 16 - APE 651 D Note d information

Plus en détail

Société anonyme au capital de 5 330 364 Siège social : 45, quai de la Seine, 75019 Paris RCS PARIS 352 335 962

Société anonyme au capital de 5 330 364 Siège social : 45, quai de la Seine, 75019 Paris RCS PARIS 352 335 962 Société anonyme au capital de 5 330 364 Siège social : 45, quai de la Seine, 75019 Paris RCS PARIS 352 335 962 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 25 JUIN 2014

Plus en détail

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2.375.584 SIEGE SOCIAL : 92/98 BOULEVARD VICTOR HUGO 92115 CLICHY CEDEX RCS NANTERRE : 403 570 781 NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES

Plus en détail

LES DIFFERENTES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS

LES DIFFERENTES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS LES DIFFERENTES PROCEDURES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS Les marchés publics sont des contrats conclus entre un ou plusieurs opérateurs économiques (entités publiques ou privées exerçant une activité

Plus en détail

Plaquette d information LES BILLETS DE TRESORERIE. Décembre 2013

Plaquette d information LES BILLETS DE TRESORERIE. Décembre 2013 Plaquette d information LES BILLETS DE TRESORERIE Décembre 2013 Principales caractéristiques des billets de trésorerie Le BT est un titre de créance négociable, titre financier émis au gré de l émetteur,

Plus en détail

CONVOCATIONS GROUPE MONCEAU FLEURS

CONVOCATIONS GROUPE MONCEAU FLEURS CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS GROUPE MONCEAU FLEURS Société Anonyme à Directoire et Conseil de surveillance au capital de 12 850 882,95 Euros. Siège social : 23, rue d

Plus en détail

Rapport des Commissaires aux comptes

Rapport des Commissaires aux comptes Rapport des Commissaires aux comptes sur les opérations sur le capital prévues dans les résolutions soumises à l Assemblée Générale Extraordinaire du 28 mai 2015 Mesdames, Messieurs les Actionnaires, En

Plus en détail

AUDIENCE LABS Société Anonyme Au capital de : 3 485 820 euros Siège social : 2, Place Louis Pradel, 69001 Lyon RCS 533.030.698

AUDIENCE LABS Société Anonyme Au capital de : 3 485 820 euros Siège social : 2, Place Louis Pradel, 69001 Lyon RCS 533.030.698 AUDIENCE LABS Société Anonyme Au capital de : 3 485 820 euros Siège social : 2, Place Louis Pradel, 69001 Lyon RCS 533.030.698 ASSEMBLEE GENERALE DU 17 septembre 2015 Projet de texte des résolutions Première

Plus en détail