Laser Nd:YAG pompé par laser diode

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laser Nd:YAG pompé par laser diode"

Transcription

1 Laser Nd:YAG pompé par laser diode B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN Il est indispensable de lire, outre cette notice en anglais, vos notes de cours et les ouvrages plus complets sur la physique des lasers que vous trouverez en bibliothèque. 1

2 2

3 3

4 4

5 5

6 6

7 7

8 8

9 9

10 10

11 11

12 12

13 13

14 14

15 15

16 16

17 17

18 18

19 19

20 20

21 21

22 22

23 23

24 24

25 PARTIE EXPERIMENTALE Le matériel qui vous est confié dans ce TP est très onéreux (environ ). Vous êtes priés d'en prendre un soin extrême. Tout dommage par manque de respect des consignes sera pénalisé. Nous allons décrire ici les différents éléments constituant le laser et présenter la procédure de réglage ainsi que les expériences à réaliser. Les expériences comprennent le montage, l'optimisation et l'étude du fonctionnement d'un laser Nd:YAG continu pompé par diode laser, doublé en fréquence ainsi que l'étude des impulsions courtes. L'accent sera plus mis sur l'aspect effet laser dans un cristal que sur la partie laser à semi-conducteur qui fait l'objet d'un TP spécifique Règles de Sécurité Le module laser à semi-conducteur produit un rayonnement à 805 nm de puissance maximum 500. Le module Nd:YAG (cristal) pompé par le laser à semi-conducteur produit par conversion de fréquence (doublage) un rayonnement à 1064 nm avec une puissance maximum de 100 mw. Aucune de ces fréquences n'est visible en particulier l'infrarouge à 1064 nm et la plus grande attention doit être portée aux points suivants 25

26 TRES IMPORTANTS: - LES PUISSANCES EMISES PAR LA DIODE LASER ET PAR LE LASER Nd:YAG PEUVENT CAUSER DES DOMMAGES IRREMEDIABLES A L'OEIL. IL EST DONC IMPERATIF DE NE JAMAIS METTRE SES YEUX AU NIVEAU DES FAISCEAUX. LE LASER Nd:YAG EST D'AUTANT PLUS DANGEREUX QU'IL EST INVISIBLE (1064nm). - Faire également attention aux réflexions éventuelles sur toute optique (miroir ou autres) placée sur le trajet du faisceau. - Bloquer le faisceau en fin de trajet par un matériau approprié. Règles de propreté - On ne mettra jamais les doigts sur les surfaces optiques actives (fenêtres, miroirs, prisme, étalon, quartz biréfringent, etc.). - En cas de souillure accidentelle, demander l'aide d'un enseignant pour utiliser les moyens appropriés. Ne pas essayer de nettoyer avec n'importe quoi! - Evitez de toucher les surfaces optiques avec la feuille de papier qui sert au réglage. - Pour certains éléments comme les cristaux les dommages peuvent être définitifs s'ils sont touchés avec les doigts. I - Description du matériel composant le laser. Les composants et modules constituant le laser Nd:YAG sont représentés sur les figures suivantes. Leurs caractéristiques et leurs fonctions sont détaillées 26

27 ci-dessous. Chaque élément est repéré par une lettre, en correspondance avec le texte. Figure 1: Composants et modules du laser A : Le module diode laser B : L'optique de collimation C : L'optique de focalisation D : Le support ajustable du cristal Nd:Yag E : Le support ajustable du miroir laser F : Le support du filtre G : Le détecteur photodiode rapide H : Le support ajustable du cristal KTP J : Le support ajustable du Q. Switch passif LS : La monture de miroir laser Chacun de ces éléments est monté sur un support qui est positionné et prérèglé sur le banc optique. 27

28 I- 1 - La diode laser (A) Le module A contient la diode laser à semi-conducteur qui forme le laser pompe. Elle émet principalement dans la gamme spectrale comprise entre 800 et 820 nm. La longueur d'onde varie avec la température de fonctionnement et avec le courant d'alimentation. La diode laser sert à pomper longitudinalement le barreau de Nd:YAG dans sa bande d'absorption autour de 808 nm. Le pompage à ces longueurs d'onde a pour avantages de minimiser l'échauffement du barreau et de fournir un très bon rendement optique (puissance émise/puissance de pompage). La diode est alimentée par un boîtier (décrit plus loin: Controller LDC01) qui permet de régler la température de fonctionnement, le courant d'alimentation et la fréquence de modulation (interne ou externe). La diode est montée sur un support ajustable avec précision en XY. Le Module A contient également la photodiode de régulation de la puissance laser de sortie, un élément Peltier pour assurer le refroidissement de la diode laser ainsi qu'une thermistance pour réguler la température lorsque le laser diode est en route, une lampe de signalisation située au sommet du module A, s'allume. En aucun cas le câble d'alimentation de la diode laser ne doit être déconnecté lorsque le boîtier de contrôle électronique LDCO1 est allumé. La diode laser (qui coûte cher) pourrait sinon être détruite. De toutes façons, ne pas essayer de démonter les vis scellées du connecteur sur le boîtier de contrôle au risque de perdre la garantie. 28

29 Recommandation importante : Afin d'augmenter la durée de vie de la diode laser, il est fortement recommandé, avant toute mise en route du laser (par "Power" ou "Head") ou bien avant de mettre la modulation, de mettre le réglage du courant d'injection à sa valeur la plus faible (potentiomètre "current" sur LDC01). I-2 L'optique de pompage (B et C) L'optique de collimation B a pour but de réduire la divergence très forte de la diode laser. C'est un triplet (assemblage de 3 lentilles) de très courte focale :f=6 mm. L'optique de focalisation C a pour but de focaliser le faisceau collimaté (faisceau parallèle) du laser diode dans le barreau de cristal Nd:Yag. I-3 La cavité optique du laser Nd:Yag (D et E) D et E composent les résonateurs du laser Nd:Yag. Le barreau de cristal Nd:Yag est un petit cylindre de 5 mm de diamètre et de 5 mm de longueur dont les faces actives sont planes et parallèles. Il est installé sur un support interchangeable LS qui est lui-même installé sur le support ajustable D. Les réglages sur les supports ont pour but d'ajuster en les inclinant les divers éléments sur le même axe optique, en particulier les faces des miroirs perpendiculaires à cet axe. La cavité laser Nd:Yad est formée à gauche par le barreau de Nd:Yag dont la face extérieure est recouverte d'une couche à haute réflectivité à 1064 nm, mais qui a une transmission de 80 % environ à la longueur d'onde du laser diode pompe à 805 nm. La face intérieure du cristal est par contre recouverte 29

30 d'une couche antireflet à 1064 nm afin d'éviter de former un étalon FP parasite entre les 2 faces du cristal. Le barreau du Nd:YAG peut être sorti de sa monture si un nettoyage s'avérait nécessaire. Mais bien lire les règles de propreté avant d'entreprendre cette opération avec un enseignant. La cavité laser est formée à droite par un miroir de diamètre 0.5 inch et de rayon de courbure 100 mm. Ce miroir est traité avec une couche de réflectivité 98 %, ce qui permet d'extraire 2 % de l'énergie pour former le faisceau laser utile aux expériences suivantes. Le miroir est monté sur un support LS identique à celui du cristal Nd:YAG, le support étant lui même installé sur le support ajustable (en inclinaison) E. I-4 Le porte-filtres (F) Deux types de filtres sont utilisés avant la photodiode. Suivant la gamme de longueurs d'onde à observer, on filtrera celles qui ne nous intéressent pas. La courbe de transmission des filtres utilisés est donnée en annexe. I-5 La photodiode rapide (G) Elle permet de visualiser sur un oscilloscope les intensités de la diode laser et du laser Nd:YAG à 1064 et à 532 nm, en mode continu ou en mode pulsé. Cette photodiode est reliée au contrôleur par un cordon BNC. I-6 Le cristal doubleur de fréquence (H) Placé à l'intérieur de la cavité, ce cristal non-linéaire KTP génère un faisceau à 532 nm. Afin de réaliser la conversion de fréquence de second harmonique (ou doublage de fréquence, de 1064 à 532 nm), on dispose d'un cristal de KTP (potassium titanyl phosphate) monté sur un support réglable H. Le cristal est un petit cube de 3 mm de côté maintenu par une monture spéciale. Il est 30

31 monté sur un support réglable d'une part en XY et d'autre part avec 2 réglages d'inclinaison (comme E). I-7 Le cristal de LiF, Q-switch passif (J) Le Module J, support ajustable de Q-Switch passif est identique au module H, sauf que le cristal de KTP a été remplacé par une lame de LiF utilisée comme absorbant saturable. Il sert a obtenir des trains d'impulsions laser de très courte durée donc de haute énergie (laser pulsé) à partir du laser continu fabriqué auparavant. I-8 Le contrôleur de la diode laser (LDC 01) L'unité de contrôle LDC01 rassemble toute l'électronique nécessaire au fonctionnement de la diode laser. Cette unité comporte les circuits de régulation de la puissance laser, le contrôle et la régulation de température, le contrôle du courant dans la diode. Il dispose également d'un générateur de modulation du courant de diode et d'un amplificateur pour la photodiode. Nous allons détailler chacun des éléments figurant en face avant et en face arrière du contrôleur. Sur le panneau avant : Température : Le réglage de la température est réalisé par action du potentiomètre à 5 tours. Sa valeur est affichée en degrés C. La stabilisation en température est obtenue en 10 à 30 secondes avec une précision de 0,1 C. Current : Le réglage du courant d'injection de la diode laser est obtenu par action d'un potentiomètre à 5 tours. Sa valeur est affichée en ma. Il est stabilisé à + ou - 1mA. Ce réglage n'est actif que si la modulation ("modulator") n'est pas actif ("OFF"). Modulator : Le courant d'injection peut être modulé soit en interne "INT" soit en externe "EXT", ou bien ne pas être modulé "OFF". - En interne le courant établie par "current" est modulée à la fréquence de modulation réglée par le potentiomètre "Freq" (entre 31

32 0,5 et 60 KHz). Les temps de commutation (à la montée ou à la descente) sont d'environ 1µs. - En externe il peut être modulé par une source externe que l'on aura branché en "EXT.Mod" sur le panneau arrière. Laser : Cette section regroupe l'interrupteur à clé "Head ON OFF" et l'interrupteur de régulation de puissance. Le laser peut en effet fonctionner selon deux modes : avec stabilisation de la puissance de sortie (régulée grâce à une photodiode située dans la tête laser) en position " Power Stab " ou bien en stabilisation de courant seule "Power Unstab". Sur le panneau arrière : LINE : Pour le branchement au secteur et l'interrupteur de marche arrêt. Laser Head : Connecteur à vis Scellée. Ne débrancher sous aucun prétexte (cf. la description du module A). Outre le fait que le laser diode ne peut être débranché sans dommage dès lors que le contrôleur est en route, l'électronique du contrôleur comporte des réglages adaptés à chaque diode laser. Inputs (entrées) : -Photodiode : La photodiode du module G est connectée par un cordon BNC à cette entrée qui est reliée à un amplificateur rapide d'impédance d'entrée 50 Ω et dont le gain peut être réglé entre 1 et 100 par le contacteur "GAIN". -Ext Mod : reçoit ( en relation avec "Modulator") le signal d'une source de modulation externe.cette entrée est à couplage continu et elle reçoit des signaux positifs de 0 à 5V. Outputs (Sorties) : On dispose des signaux de "monitoring" (contrôle) suivants : -Current: réglé à la sensibilité de 5mV/mA 32

33 -Temp: réglé à la sensibilité de 100mV/ C -Photodiode décrit en input donne la sortie de l'amplificateur de photodiode -Int.Mod: TTL. donne le signal du modulateur interne en niveau II- Réglages préliminaires. 1) Relire la recommandation importante du paragraphe I-1. et les consignes de sécurité et de propreté. RESPECTER LA PROCÉDURE DE MISE EN ROUTE DE LA DIODE LASER. RAPPELS IMPORTANTS: avant d'allumer l'alimentation de la diode laser par le commutateur placé à l'arrière, s'assurer que le régulateur de courant est à sa position minimum. Prendre la même précaution avant de tourner la clef sur la position "ON" ou de commuter les boutons de stabilisation et de modulation. Aucune surface optique ne doit être touchée, sinon on risque un dommage définitif, en particulier pour le cristal de KTP. 2) Allumer le contrôleur par le commutateur arrière. 3) Tourner la clef de l'alimentation sur la position "ON". Régler la température de la diode laser à 25 C et le courant à une valeur permettant de visualiser le faisceau de la diode laser sur écran placé devant la photodiode de mesure. 4) Placer la cible d'ajustement (écran avec des cercles concentriques) sur le support G. Placer ensuite le collimateur devant la diode laser (les 2 montures doivent se toucher quasiment) de façon à envoyer un faisceau parallèle sur la 33

34 cible. L'image du faisceau sur la cible doit être une tache rectangulaire que l'on centre avec les vis d'ajustement XY de la diode laser. Voir figure 2. Figure 2 5) Placer la lentille de focalisation à environ 5 cm du collimateur (voir figure 3). Réajuster le centrage du faisceau. Figure 3 6) Trouver le point de focalisation avec une feuille de papier. 7) Placer la monture D contenant le cristal Nd:YAG et centrer le barreau sur le point de focalisation. Voir figure 4. 34

35 Figure 4 III - Etude du spectre d'absorption du cristal Nd:YAG. Cette étude se fait normalement à l'aide d'un spectrographe ou d'un monochromateur à haute résolution. Nous allons la réaliser ici en utilisant la dépendance de la longueur d'onde émise par la diode laser en fonction de la température de la diode et du courant d'injection. 1) Régler la diode à un courant de 350 ma, soit environ deux fois plus élevé que le seuil nécessaire à l'obtention de l'effet laser, comme on le verra plus tard. 2) Remplacer la cible d'ajustement par la photodiode. Cette dernière sera connectée à l'entrée photodiode sur la face arrière de l'alimentation. La sortie photodiode du signal de la photodiode, amplifiée sera reliée à une voie de l'oscilloscope de même que la sortie courant d'injection. On peut alors visualiser le signal modulé à la sortie du barreau de Nd:YAG. 3) S'assurer en faisant varier la température de la diode laser que la photodiode n'est à aucun moment saturée. Sinon l'éloigner un peu plus du barreau de Nd:YAG. (On fera attention aux lumières parasites de la salle qui 35

36 pourraient entacher d'erreur les mesures effectuées avec un gain élevé). 4) En faisant varier la température (du minimum au maximum), noter la tension de la photodiode lue sur l'oscilloscope en fonction de la température (par pas de 2,5 C). Attendre une minute après chaque changement de température. Noter aussi les valeurs correspondant aux minimum et maximum de tension. 5) Soit PA la puissance envoyée par la diode laser sans le barreau et Pi la puissance transmise par le barreau à une température donnée : le taux d'absorption à cette température vaut 1-Pi/PA. Tracer la courbe de la puissance absorbée par le barreau de Nd:YAG en fonction de la température P(absorption du barreau Nd:YAG)=f(T C). On doit observer environ 3 ou 4 pics dont les longueurs d'onde correspondent aux bandes à 804,4 nm; 808,4 nm; 812,9 nm et 817,3 nm (connues par des méthodes spectroscopiques). En comparant la courbe expérimentale obtenue à la courbe ci-dessus représentant le spectre d absorption du Nd :YAG on peut établir une relation entre la température et la longueur d onde d absorption. IV- Etude de la dépendance de la longueur d'onde du rayonnement de la diode laser en fonction du courant d'injection. Cette étude sera menée plus en détail dans le TP spécifique aux diodes laser à semi-conducteur. La longueur d'onde du rayonnement de la diode laser augmente avec la température (de façon quasi proportionnelle mais avec des phénomènes d'hystérésis) et également avec le courant d'injection. 36

37 On se propose dans cette partie, de tracer la caractéristique i injection = f (T) de la diode laser à longueur d'onde d'émission constante. Pour cela on se placera dans des conditions telles qu'on ait le maximum d'absorption (correspondant à 808.4nm). Lorsqu'on fera croître ou (décroître) le courant d'injection on réduira (ou augmentera) la température de façon à se retrouver sur le maximum d'absorption, donc à la même longueur d'onde de 808,4nm. On suivra donc la procédure suivante : 1) Mettre le courant au minimum et régler la température de manière à se situer sur le pic d'absorption maximum (le second). 2) Pour des valeurs de courant allant du minimum au maximum, réajuster la température de manière à avoir le maximum d'absorption (minimum de transmission). Noter à chaque fois les valeurs du courant et de la température. 3) Tracer la courbe I(mA)=f(T C). La variation obtenue est-elle linéaire? V-Etude du laser Nd:YAG. V-1 Réglage du laser Nd:YAG. 1) Régler le courant à 350 ma. Etablir la température correspondant au pic d'absorption maximum à 808,4nm telle qu'elle a été déterminée en IV. 2) Ajuster l'inclinaison du cristal Nd:YAG à l'aide des vis du support D de sorte que les faces du cristal soient perpendiculaires à l'axe optique. Le réglage est facilité par l'utilisation d'un morceau de carton noir percé d'un trou de quelques millimètres de diamètre et placé à la sortie du collimateur. En le déplaçant légèrement autour de l'axe optique, on peut observer le faisceau par retour inverse sur la face d'entrée du cristal. 3) Positionner le support de miroir de sortie E à 11 cm environ de la face d'entrée du barreau Nd:YAG (voir figure 5). 37

38 Figure 5 4) On procédera comme en 2) pour le réglage de l'axe optique du miroir de sortie de la cavité que l'on rendra ainsi parallèle à l'axe optique du système. 5) Insérer le porte-filtre F muni du filtre RG 830 entre le miroir concave et la photodiode afin d'absorber la longueur d'onde du laser pompe et d'observer plus facilement le rayonnement laser. Cependant la longueur d'onde de 1064 nm est invisible et il est nécessaire pour la visualiser d'utiliser l'écran infrarouge fourni (carte jaune de marque Siemens faite d'un matériau convertissant l'ir en lumière visible). 6) Réglage final: En agissant sur les vis d'inclinaison de la monture du miroir puis de celles du barreau on arrive à observer le faisceau Nd:YAG sur l'écran IR et on optimisera le réglage en essayant d'obtenir le faisceau le plus fin et le plus intense possible. En débloquant légèrement la monture du miroir on cherchera à optimiser davantage le réglage en le déplaçant dans les deux sens. On pourra également utiliser pour cela la photodiode connectée à un oscilloscope. Régler enfin le courant de la diode de façon à se placer légèrement au-dessus du seuil laser. Reprendre les différents réglages et optimiser la cavité. Ajuster, au besoin, délicatement la position de la lentille de focalisation. 38

39 V-2 Mesure de la puissance du laser Nd:YAG en fonction de la température de la diode de pompage (donc en fonction de la longueur d'onde de pompe). 1) Régler le courant à 350 ma. 2) Faire varier la température par pas de 2,5 C et noter la tension de la photodiode. Attendre au minimum une minute à chaque changement de température. Relever aussi les valeurs de température correspondant aux maxima et minima de puissance. 3) Tracer la courbe P(laser 1064 nm)=f(t C). V-3 Mesure de la puissance du laser Nd:YAG en fonction du courant d'injection de la diode de pompage à longueur d'onde de pompe constante. 1) Etablir le courant d'injection à sa valeur maximale et régler la température de manière à se situer sur le pic d'absorption à nm (maximum de puissance Nd:YAG). 2) En faisant décroître le courant d'injection du maximum au seuil d'émission, et en ajustant la température de manière à rester sur le pic d'absorption. Noter les valeurs du courant d'injection et de la tension de photodiode. 3) Tracer la courbe P(laser à 1064 nm)=f(i ma de la diode laser). V-4 Détermination de la puissance de pompe seuil. Compte tenu des pertes dans la cavité laser Nd:YAG, il est nécessaire d'injecter une puissance de pompe minimum pour obtenir l'effet laser. A partir de quelle valeur minimum du courant d'injection n'obtient-on plus l'effet laser? Si l'on disposait d'un mesureur de puissance on pourrait alors mesurer la puissance de la diode laser pompe. La valeur minimum observée correspond à 39

40 la puissance seuil nécessaire pour obtenir l'oscillation laser avec le réglage de la cavité que vous avez fait. Meilleur sera le réglage, plus faible sera la puissance seuil. V-5 Observation des modes transverses TEM np Cette observation sera plus facile à faire après doublage de fréquence, mais elle est possible dès maintenant. VI Doublage de fréquence. Introduire le support H du doubleur de fréquence à l'intérieur de la cavité au plus près du barreau de Nd:YAG. Enlever le filtre RG830 et mettre à la place le filtre BG39 afin de supprimer les longueurs d'onde de la pompe et du laser Nd:Yag(voir figure 7). Utiliser un courant de diode laser nettement au-dessus du seuil et agir sur le réglage de H jusqu'à voir le faisceau vert en sortie de cavité. On réglera soigneusement le cristal (cube de 3 mm de côte) en XY pour bien le centrer sur l'axe optique, puis on ajustera son inclinaison pour avoir ses faces perpendiculaires à l'axe optique. Optimiser ensuite les réglages (cavité, position du cristal doubleur, position de la diode de pompage...) pour obtenir le seuil le plus bas. On réalisera alors des mesures identiques à celles décrites en V-2 : P(laser 532 nm)=f(t C) et en V-3 : P(laser 532 nm)=f(i ma). 40

41 Figure 7 Comparer les courbes P(laser 532 nm)=f(t C), P(laser 1064 nm)=f(t C) et P(absorption du barreau Nd:YAG)=f(T C) d'une part et P(laser à 1064 nm)=f(i ma de la diode laser) et P(laser 532 nm)=f(i ma) d'autre part. Commentaires. VII - Opération en mode Q-Switch. Figure 8 Introduire le cristal de LiF sur son support J à l'intérieur de la cavité au plus près du barreau de Nd:YAG comme sur la figure 8. 41

42 Enlever le filtre BG39 et le remplacer par le filtre RG830. Régler le courant de le photodiode au maximum. Ajuster les vis XY et régler l'inclinaison du cristal par les vis appropriés de façon à bien centrer le faisceau sur le cristal et d'orienter ses faces perpendiculaires à l'axe optique du laser. (Ce dernier réglage peut être obtenu au préalable en plaçant le cristal LiF hors de la cavité et en réglant le faisceau de retour; la précision de réglage sur le rail est très bonne et appropriée à une telle procédure). On doit alors observer sur l'oscilloscope les impulsions reçues par la photodiode. En affinant les réglages, on observe sur l'oscilloscope une trace semblable à celle de la figure 9. On a ainsi réalisé un laser déclenché passif Si l'on combine le Q-Switch passif avec la modulation du pompage on doit observer une trace identique à celle de la figure 10. On a ainsi presque réalisé un Q-Switch actif (un Q-Switch actif est en réalité un interrupteur optoélectronique tel qu'une cellule de Pockels). Figure 9 42

43 Figure 10 43

44 44

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

( ) = < u > +Δu ( t )

( ) = < u > +Δu ( t ) TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI GBF, OSCILLOSCOPE ET MULTIMETRE : PRODUCTION, VISUALISATION ET MESURE DE SIGNAUX ELECTRIQUES OBJECTIFS Produire un signal électrique (une tension)

Plus en détail

Optique : Interféromètre de Michelson Obtention du contact optique & Premières mesures

Optique : Interféromètre de Michelson Obtention du contact optique & Premières mesures Travaux pratiques Série 2 Optique : Interféromètre de Michelson Obtention du contact optique & Premières mesures Objectifs du TP : Se familiariser avec l utilisation d un interféromètre d apparence complexe.

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB Appareil de mesure de précision et système d'alarme en sécurité positive Module enfichable pour rail DIN TS35 Source d'alimentation pour accéléromètre à courant

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Amplificateur et commande

Amplificateur et commande CAPTEURS Bibliographie : [1]. G.Asch Les capteurs en instrumentation industrielle [2]. R Duffait, JP Lievre Expériences d électronique (chap ) [3]. Collection Durandeau 1èreS option Sciences expérimentales

Plus en détail

DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE

DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE Au service de l'eau F 57600 FORBACH Fax 03 87 88 18 59 E-Mail : contact@isma.fr DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE www.isma.fr SOMMAIRE Pages 1. GÉNÉRALITÉS...

Plus en détail

MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE

MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE Licence de Physique 2000-2001 Université F. Rabelais UFR Sciences & Techniques P. Drevet 1 A1 - GONIOMETRE DE BABINET I. PRINCIPE

Plus en détail

TP Vélocimétrie Doppler

TP Vélocimétrie Doppler TP Vélocimétrie Doppler Brahim Lamine, Agnès Maître, Catherine Schwob To cite this version: Brahim Lamine, Agnès Maître, Catherine Schwob. TP Vélocimétrie Doppler. Master. 2011. HAL Id:

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - IV

Les LASERS et leurs applications - IV Les LASERS et leurs applications - IV Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

"La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston

La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs Walter Scott Houston "La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston F.Defrenne Juin 2009 Qu est-ce que la collimation en fait? «Newton»? Mais mon télescope est

Plus en détail

Chaîne de détection IR Master OSAE

Chaîne de détection IR Master OSAE Chaîne de détection IR Master OSAE Damien Gratadour - Guillaume Chenegros email: damien.gratadour@obspm.fr guillaume.chenegros@obspm.fr 1 INTRODUCTION L'objectif de ce TP est sensibiliser les étudiants

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

L'oscilloscope. L oscilloscope, Description d'un oscilloscope moderne

L'oscilloscope. L oscilloscope, Description d'un oscilloscope moderne L'oscilloscope L oscilloscope, Un oscilloscope moderne est sans doute un instrument assez intimidant de prime abord... Sa face avant présente un nombre impressionnant de boutons de réglages, repérés par

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

L'OSCILLOSCOPE. 60 MHz 1 GS/s. Zone des menus. Menu contextuel

L'OSCILLOSCOPE. 60 MHz 1 GS/s. Zone des menus. Menu contextuel L'OSCILLOSCOPE. FONCTION DE L'OSCILLOSCOPE. L'oscilloscope permet le tracé, sur le repère orthonormé d'un écran, de la courbe représentative d'une fonction v = f(t) - v est l'amplitude instantanée du signal

Plus en détail

AMPLIFICATEUR DE PUISSANCE 4 CANAUX AUDIO POLE MULTI 400 4 CHANNEL POWER AMPLIFIER MULTI 400 MODE D'EMPLOI

AMPLIFICATEUR DE PUISSANCE 4 CANAUX AUDIO POLE MULTI 400 4 CHANNEL POWER AMPLIFIER MULTI 400 MODE D'EMPLOI AMPLIFICATEUR DE PUISSANCE 4 CANAUX AUDIO POLE MULTI 400 4 CHANNEL POWER AMPLIFIER MULTI 400 MODE D'EMPLOI CONSIGNES DE SECURITE ATTENTION: LIRE ATTENTIVEMENT LES INSTRUCTIONS QUI SUIVENT CAUTION RISQUE

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

MODE D EMPLOI HAA51 DETECTEUR PASSIF D INTRUSION A INFRAROUGE INTRODUCTION

MODE D EMPLOI HAA51 DETECTEUR PASSIF D INTRUSION A INFRAROUGE INTRODUCTION MODE D EMPLOI HAA51 DETECTEUR PASSIF D INTRUSION A INFRAROUGE INTRODUCTION Le HAA51 est un détecteur passif d'intrusion à infrarouge conçu pour un usage intérieur dans des systèmes de sécurité en site

Plus en détail

Optique : Spectroscope à réseau - Application à la mesure de la constante de Rydberg

Optique : Spectroscope à réseau - Application à la mesure de la constante de Rydberg Travaux pratiques Série 1 Optique : Spectroscope à réseau - Application à la mesure de la constante de Rydberg Objectifs du TP : Revoir l utilisation d un goniomètre (réglages, lecture au vernier ). Revoir

Plus en détail

DESCRIPTION ET UTILISATION d un OSCILLOSCOPE

DESCRIPTION ET UTILISATION d un OSCILLOSCOPE DESCRIPTION ET UTILISATION d un OSCILLOSCOPE I- Caractéristiques générales : Un oscilloscope est un voltmètre : il peut faire ce que fait un voltmètre habituel mais il peut aussi visualiser la façon dont

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels

2.1. Éléments à votre disposition. 2.2. Travail demandé. 2.1.1. Matériel. 2.1.2. Documentation. 2.1.3. Logiciels ETUDE ENERGETIQUE DE FAISCEAUX U52 - MISE EN ŒUVRE DU SYSTÈME 2.1. Éléments à votre disposition 2.1.1. Matériel Voir cadre 3. 2.1.2. Documentation Voir cadre 1 2.1.3. Logiciels Voir cadre 2. 2.2. Travail

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale

1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale 1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale I. BUT - Utiliser un oscilloscope pour mesurer des fréquences et des tensions - Déterminer la fréquence d un émetteur à ultrasons (noté US)

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Pendant tout le TP vous utiliserez la Fiche méthode de l oscilloscope OX 71 Livre Bordas, Collection ESPACE, 2008, p 183 I- FONCTIONNEMENT Mettre l appareil sous tension.

Plus en détail

Collimateur universel de réglage laser

Collimateur universel de réglage laser Collimateur universel de réglage laser Manuel de l utilisateur Réf. WG-840 Mise à jour 27.08.2013 En projetant un rayon laser dans l axe du canon de votre arme à feu, ce collimateur universel de réglage

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 TS Thème : Agir Activités Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 I. Transmission de l information 1. Procédés physique de transmission Une chaîne de transmission peut se schématiser

Plus en détail

PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT

PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT PINCES AMPEREMETRIQUES ET CAPTEURS DE COURANT INTRODUCTION Les pinces ampèremétriques sont destinées à étendre les capacités de mesure des multimètres, appareils de mesure de puissance, oscilloscopes,

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

Barrières infrarouge actif double faisceaux Multi fréquences SBT 30F-60F-80F-100F-150F Notice d installation. Logo

Barrières infrarouge actif double faisceaux Multi fréquences SBT 30F-60F-80F-100F-150F Notice d installation. Logo Barrières infrarouge actif double faisceaux Multi fréquences SBT 30F-60F-80F-100F-150F Notice d installation Notice d'installation barriere infra rouge SBT- F - V1.5 du 03042006 1 Guardall Sommaire 1.

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Specialists meeting of NPCCI electronic equipaent to ochiev electromagnetic comtobility (EEMC), Winfrith, U.K. 28 Febroory -2 Korch 1978 CEA-CONF 4289

Specialists meeting of NPCCI electronic equipaent to ochiev electromagnetic comtobility (EEMC), Winfrith, U.K. 28 Febroory -2 Korch 1978 CEA-CONF 4289 SERVICES D'ELECTRONIQUE DE SACLAY SERVICE D'INSTRUMENTATION POUR LES Saclay, le 1 Février 1978 APPLICATIONS INDUSTRIELLES JB/JCL/JZ Objectif 4130 Classement C5 Affaire SES 1038 Specialists meeting of NPCCI

Plus en détail

ETUDE D'UN LASER HELIUM-NEON

ETUDE D'UN LASER HELIUM-NEON ETUDE D'UN LASER HELIUM-NEON B. AMANA, CH. RICHTER et O. HECKMANN Page 1 PARTIE THEORIQUE I Description d'un laser à gaz He-Ne typique. Le laser He-Ne est le premier laser à gaz ayant fonctionné en mode

Plus en détail

Consommation. Poids brut (transport)

Consommation. Poids brut (transport) Manuel d utilisation Laminateurs à froid EM 1200 Spécifications Largeur maximum de plastification Epaisseur maximum de plastification Vitesse maximum Vitesse minimum (en ajustant la pression des rouleaux

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE ET DU GENERATEUR DE FONCTIONS

UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE ET DU GENERATEUR DE FONCTIONS UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE ET DU GENERATEUR DE FONCTIONS I / Utilisation de l oscilloscope Tektronix TDS 1002 et du GBF GFG.8216A: 1/ Visualiser à l aide de l oscilloscope une tension sinusoïdale fournie

Plus en détail

TP n 4 : Lumière et couleurs

TP n 4 : Lumière et couleurs TP n 4 : Lumière et couleurs Plan I. Lumières colorées : 1- Dispersion de la lumière par un prisme ou par un CD-rom : 2- Composition de la lumière blanche : 3- Lumières polychromatiques et monochromatiques

Plus en détail

TP de physique. Banc d optique. Réf : 202 917. Français p 1. Version : 3112

TP de physique. Banc d optique. Réf : 202 917. Français p 1. Version : 3112 Français p 1 Version : 3112 Sommaire 1. Introduction 1 2. Composition 1 2.1 Exemples de manipulation 1 2.1.1 TP : Mesure de la distance focale d une lentille convergente 1 2.1.2 TP : Dispersion de la lumière

Plus en détail

SKM 2-00. MODE D'EMPLOI Cassette modulateur Twin

SKM 2-00. MODE D'EMPLOI Cassette modulateur Twin MODE D'EMPLOI Cassette modulateur Twin Consignes de sécurité Table des matières 1 Consignes de sécurité... 2 2 Généralités...3 2.1 Volume de livraison... 3 2.2 Description... 3 2.3 Éléments d'affichage

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.

7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex. 7 bis impasse Denis Dulac - 94700 Maisons-Alfort FRANCE Tél. : 01 43 68 06 13 / Fax : 01 43 68 66 09 @ : promattex@promattex.com www.promattex.com NOTICE DB-30 Ce manuel de montage contient les éléments

Plus en détail

3B SCIENTIFIC PHYSICS

3B SCIENTIFIC PHYSICS 3B SCIENTIFIC PHYSICS Onde ultrason SW (230 V, 50/60 Hz) 1012845 Onde ultrason SW (115 V, 50/60 Hz) 1012846 Instructions d'utilisation 08/12 TL 1. Description L'onde ultrason SW est un équipement conçu

Plus en détail

OSCILLOSCOPES Numériques

OSCILLOSCOPES Numériques OSCILLOSCOPES Numériques La partie pratique de ce TP, effectuée en salle de TP, sera divisée en trois parties. Les deux premières parties sont consacrées respectivement au couplage et à la synchronisation

Plus en détail

Manuel d'installation, d'utilisation et de maintenance

Manuel d'installation, d'utilisation et de maintenance Simplicity & Comfort* Manuel d'installation, d'utilisation et de maintenance Ce manuel fait partie intégrante du kit et ne doit jamais être séparé de celui-ci F interphone vidéo à encastrer 2 fils platine

Plus en détail

Aspirateur sans sac. Réf: EV-500-S20 / Modèle: OCEAVCDC22GR MANUEL D UTILISATION

Aspirateur sans sac. Réf: EV-500-S20 / Modèle: OCEAVCDC22GR MANUEL D UTILISATION Aspirateur sans sac Réf: EV-500-S20 / Modèle: OCEAVCDC22GR MANUEL D UTILISATION MISES EN GARDE IMPORTANTES Lire attentivement le manuel d'instructions avant de vous servir de cet appareil. Conserver le

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

TP Détection d intrusion Sommaire

TP Détection d intrusion Sommaire TP Détection d intrusion Sommaire Détection d intrusion : fiche professeur... 2 Capteur à infra-rouge et chaîne de mesure... 4 Correction... 14 1 Détection d intrusion : fiche professeur L'activité proposée

Plus en détail

Filtre - Egaliseur Programmable. Mode d'emploi UHF1. Digital Terrestrial Ref. : 6504

Filtre - Egaliseur Programmable. Mode d'emploi UHF1. Digital Terrestrial Ref. : 6504 R Réf. : 6504 Filtre - Egaliseur Programmable Mode d'emploi GND Digital MULTI CHANNEL PROGRAMMABLE FILTER-EQUALIZER R DC1 DC Split Input Digital Ref. : 6504 OUT DC3 +5V /500 ma + SPECIFICATIONS - Développé

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

PROCEDURE POUR LE REMPLACEMENT DES CONDENSATEURS.

PROCEDURE POUR LE REMPLACEMENT DES CONDENSATEURS. PROCEDURE POUR LE REMPLACEMENT DES S. Table des matières 1. RAPPEL SUR L'ALIMENTATION.... 3 2. PROCEDER AU REMPLACEMENT DU (Référence sur le CI: C34).... 4 2.1. MATERIEL NECESSAIRE.... 4 3. PROCEDURE....

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE

TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE Polytech'Nice, Dép. Elec 4ème année T.P. d'electronique TP N 1 MODULATION D AMPLITUDE DEMODULATION D AMPLITUDE GENERALITES SUR LA MODULATION Les ondes électromagnétiques de fréquence élevée ont la propriété

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

La température du filament mesurée et mémorisée par ce thermomètre Infra-Rouge(IR) est de 285 C. EST-CE POSSIBLE?

La température du filament mesurée et mémorisée par ce thermomètre Infra-Rouge(IR) est de 285 C. EST-CE POSSIBLE? INVESTIGATION De nombreux appareils domestiques, convecteurs, chauffe-biberon, cafetière convertissent l énergie électrique en chaleur. Comment interviennent les grandeurs électriques, tension, intensité,

Plus en détail

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope.

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Le microscope simplifié TP : Le microscope Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Description : Un microscope est constitué entre autres de

Plus en détail

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES OBJECTIFS CELERITE DES ONDES SONORES Mesurer la célérité des ondes sonores dans l'air, à température ambiante. Utilisation d un oscilloscope en mode numérique Exploitation de l acquisition par régressif.

Plus en détail

Système de surveillance vidéo

Système de surveillance vidéo Conrad sur INTERNET www.conrad.fr N O T I C E Version 12/01 Entretien Pour un fonctionnement correct de votre système de surveillance vidéo, prenez note des conseils suivants : 1/ Tenez la caméra et le

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

LA LUMIÈRE. La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1

LA LUMIÈRE. La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1 LA LUMIÈRE La lumière Dossier BAC PRO SEN EIE LP du Giennois page : 1 1 QU'EST-CE QUE LA LUMIÈRE? Deux théories physiques contraires (mais semble-t-il complémentaires) s'affrontent. La première, dite corpusculaire,

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

Fiches Générateur Basses Fréquences

Fiches Générateur Basses Fréquences Fiches Générateur Basses Fréquences Note : Cet ensemble de fiches a été réalisé autour du Générateur de fonctions Centrad GF467AF. Il dispose d un grand nombre de fonctionnalités que l on peut retrouver

Plus en détail

Easy Lock. Mod. DPN13PG Mod. DPN18PG V.2 LIRE LES INSTRUCTIONS ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION ET LES CONSERVER EN CAS DE BESOIN PAGE 2 PAGE 4 PAGE 8

Easy Lock. Mod. DPN13PG Mod. DPN18PG V.2 LIRE LES INSTRUCTIONS ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION ET LES CONSERVER EN CAS DE BESOIN PAGE 2 PAGE 4 PAGE 8 Easy Lock Mod. DPN13PG Mod. DPN18PG PIN V.2! LIRE LES INSTRUCTIONS ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION ET LES CONSERVER EN CAS DE BESOIN GUIDE D'UTILISATION MANUTENTION NOTICE D'INSTALLATION PAGE 2 PAGE 4

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

PWA-100 ( 95-1321 ) Copyright LOTRONIC 2013 Page 1

PWA-100 ( 95-1321 ) Copyright LOTRONIC 2013 Page 1 COMBINE MOBILE PORTABLE STAND ALONE PA SYSTEM PWA-100 ( 95-1321 ) GB - INSTRUCTION MANUAL F - MANUEL D UTILISATION D - BEDIENUNGSANLEITUNG NL HANDLEIDING PT - MANUAL DE INSTRUÇÕES RO MANUAL DE UTILIZARE

Plus en détail

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave

500 W sur 13cm avec les modules PowerWave 500 W sur 13cm avec les modules PowerWave Philippe Borghini / F5jwf f5jwf@wanadoo.fr Janvier 2012 Introduction Tout le monde a déjà vu au moins une fois, sur les puces, ces fameuses platines PowerWave

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

L'intégration et le montage d'appareillages électriques doivent être réservés à des électriciens

L'intégration et le montage d'appareillages électriques doivent être réservés à des électriciens Automate d'éclairage de cage d'escaliers rail DIN N de commande : 0821 00 Module à impulsion N de commande : 0336 00 Manuel d utilisation 1 Consignes de sécurité L'intégration et le montage d'appareillages

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes

Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Modélisation d'un axe asservi d'un robot cueilleur de pommes Problématique Le bras asservi Maxpid est issu d'un robot cueilleur de pommes. Il permet, après détection d'un fruit par un système optique,

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Instructions de montage : Daytona 955i & Speed Triple (955i) Kit alarme, S4 - A9808077 / A9898079

Instructions de montage : Daytona 955i & Speed Triple (955i) Kit alarme, S4 - A9808077 / A9898079 ALARM cagi 3 CCESSORIES UINE ARTICLE ALARM E ALARM ALARM E ALARM CCESSORIES UINE ARTICLE Instructions de montage : Daytona 955i & Speed Triple (955i) Kit alarme, S4 - A9808077 / A9898079 Modèle Daytona

Plus en détail

TP oscilloscope et GBF

TP oscilloscope et GBF TP oscilloscope et GBF Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : ce travail a pour buts de manipuler l oscilloscope et le GBF. A l issu de celui-ci, toutes les fonctions essentielles

Plus en détail

Capteur de Tension 2 voies 1MHz

Capteur de Tension 2 voies 1MHz Capteur de Tension 2 voies 1MHz Référence PS-2190 Page 1 sur 7 Introduction Le capteur tension 1 MHz 2 voies est un capteur à deux voies haute vitesse qui a une gamme de mesure de -10 à +10V. Il a des

Plus en détail

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9)

RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 1 RECOMMANDATION UIT-R F.1332* UTILISATION DE FIBRES OPTIQUES POUR LE TRANSPORT DE SIGNAUX À FRÉQUENCE RADIOÉLECTRIQUE (Question UIT-R 204/9) Rec. UIT-R F.1332 (1997) L'Assemblée des

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION A492

GUIDE D UTILISATION A492 GUIDE D UTILISATION A492 Axe RF compteur Guide de démarrage rapide Cet appareil présente de nombreuses fonctions, y compris la mémoire, alarme, date / heure, etc moyenne qui nécessitera une étude du manuel

Plus en détail

L INTERFACE ET SES CAPTEURS / ACTIONNEURS L INTERFACE ET SES MODULES EXTERNES. Utilisation. L interface : L interface... 2

L INTERFACE ET SES CAPTEURS / ACTIONNEURS L INTERFACE ET SES MODULES EXTERNES. Utilisation. L interface : L interface... 2 Utilisation L INTERFACE ET SES CAPTEURS / ACTIONNEURS L INTERFACE ET SES MODULES EXTERNES L interface qui est piloté par le logiciel «Programming éditor» de Picaxe possède : 8 Entrées 8 sorties Ainsi que

Plus en détail

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectrophotométrie Spectrophotométrie La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectre d'absorption

Plus en détail

Introduction aux aberrations optiques

Introduction aux aberrations optiques Introduction aux aberrations optiques 1 Aberrations Les aberrations sont les défauts d'un système optique simple qui font que l'image d'un point ou d'un objet étendu obtenu par l'intermédiaire de ce système

Plus en détail

RÉALISATION D'UN ANALYSEUR ----------------------------

RÉALISATION D'UN ANALYSEUR ---------------------------- RÉALISATION D'UN ANALYSEUR DE SPECTRE Par Alain ARBOUET Lycée René Cassin - 64100 Bayonne arbouet.alain@wanadoo.fr ---------------------------- RÉSUMÉ Le programme 1995 de physique de PCSI recommande la

Plus en détail

Instruments de mesure

Instruments de mesure Chapitre 9a LES DIFFERENTS TYPES D'INSTRUMENTS DE MESURE Sommaire Le multimètre L'oscilloscope Le fréquencemètre le wattmètre Le cosphimètre Le générateur de fonctions Le traceur de Bodes Les instruments

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION

MANUEL D UTILISATION X-RAY LASER LASER PROFESSIONNEL MANUEL D UTILISATION Nous vous recommandons de lire attentivement le manuel avant toute utilisation. 1- 1. RECOMMANDATIONS GENERALES a. DEBALLAGE DE L APPAREIL Nous vous

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail