Laser Nd:YAG pompé par laser diode

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Laser Nd:YAG pompé par laser diode"

Transcription

1 Laser Nd:YAG pompé par laser diode B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN Il est indispensable de lire, outre cette notice en anglais, vos notes de cours et les ouvrages plus complets sur la physique des lasers que vous trouverez en bibliothèque. 1

2 2

3 3

4 4

5 5

6 6

7 7

8 8

9 9

10 10

11 11

12 12

13 13

14 14

15 15

16 16

17 17

18 18

19 19

20 20

21 21

22 22

23 23

24 24

25 PARTIE EXPERIMENTALE Le matériel qui vous est confié dans ce TP est très onéreux (environ ). Vous êtes priés d'en prendre un soin extrême. Tout dommage par manque de respect des consignes sera pénalisé. Nous allons décrire ici les différents éléments constituant le laser et présenter la procédure de réglage ainsi que les expériences à réaliser. Les expériences comprennent le montage, l'optimisation et l'étude du fonctionnement d'un laser Nd:YAG continu pompé par diode laser, doublé en fréquence ainsi que l'étude des impulsions courtes. L'accent sera plus mis sur l'aspect effet laser dans un cristal que sur la partie laser à semi-conducteur qui fait l'objet d'un TP spécifique Règles de Sécurité Le module laser à semi-conducteur produit un rayonnement à 805 nm de puissance maximum 500. Le module Nd:YAG (cristal) pompé par le laser à semi-conducteur produit par conversion de fréquence (doublage) un rayonnement à 1064 nm avec une puissance maximum de 100 mw. Aucune de ces fréquences n'est visible en particulier l'infrarouge à 1064 nm et la plus grande attention doit être portée aux points suivants 25

26 TRES IMPORTANTS: - LES PUISSANCES EMISES PAR LA DIODE LASER ET PAR LE LASER Nd:YAG PEUVENT CAUSER DES DOMMAGES IRREMEDIABLES A L'OEIL. IL EST DONC IMPERATIF DE NE JAMAIS METTRE SES YEUX AU NIVEAU DES FAISCEAUX. LE LASER Nd:YAG EST D'AUTANT PLUS DANGEREUX QU'IL EST INVISIBLE (1064nm). - Faire également attention aux réflexions éventuelles sur toute optique (miroir ou autres) placée sur le trajet du faisceau. - Bloquer le faisceau en fin de trajet par un matériau approprié. Règles de propreté - On ne mettra jamais les doigts sur les surfaces optiques actives (fenêtres, miroirs, prisme, étalon, quartz biréfringent, etc.). - En cas de souillure accidentelle, demander l'aide d'un enseignant pour utiliser les moyens appropriés. Ne pas essayer de nettoyer avec n'importe quoi! - Evitez de toucher les surfaces optiques avec la feuille de papier qui sert au réglage. - Pour certains éléments comme les cristaux les dommages peuvent être définitifs s'ils sont touchés avec les doigts. I - Description du matériel composant le laser. Les composants et modules constituant le laser Nd:YAG sont représentés sur les figures suivantes. Leurs caractéristiques et leurs fonctions sont détaillées 26

27 ci-dessous. Chaque élément est repéré par une lettre, en correspondance avec le texte. Figure 1: Composants et modules du laser A : Le module diode laser B : L'optique de collimation C : L'optique de focalisation D : Le support ajustable du cristal Nd:Yag E : Le support ajustable du miroir laser F : Le support du filtre G : Le détecteur photodiode rapide H : Le support ajustable du cristal KTP J : Le support ajustable du Q. Switch passif LS : La monture de miroir laser Chacun de ces éléments est monté sur un support qui est positionné et prérèglé sur le banc optique. 27

28 I- 1 - La diode laser (A) Le module A contient la diode laser à semi-conducteur qui forme le laser pompe. Elle émet principalement dans la gamme spectrale comprise entre 800 et 820 nm. La longueur d'onde varie avec la température de fonctionnement et avec le courant d'alimentation. La diode laser sert à pomper longitudinalement le barreau de Nd:YAG dans sa bande d'absorption autour de 808 nm. Le pompage à ces longueurs d'onde a pour avantages de minimiser l'échauffement du barreau et de fournir un très bon rendement optique (puissance émise/puissance de pompage). La diode est alimentée par un boîtier (décrit plus loin: Controller LDC01) qui permet de régler la température de fonctionnement, le courant d'alimentation et la fréquence de modulation (interne ou externe). La diode est montée sur un support ajustable avec précision en XY. Le Module A contient également la photodiode de régulation de la puissance laser de sortie, un élément Peltier pour assurer le refroidissement de la diode laser ainsi qu'une thermistance pour réguler la température lorsque le laser diode est en route, une lampe de signalisation située au sommet du module A, s'allume. En aucun cas le câble d'alimentation de la diode laser ne doit être déconnecté lorsque le boîtier de contrôle électronique LDCO1 est allumé. La diode laser (qui coûte cher) pourrait sinon être détruite. De toutes façons, ne pas essayer de démonter les vis scellées du connecteur sur le boîtier de contrôle au risque de perdre la garantie. 28

29 Recommandation importante : Afin d'augmenter la durée de vie de la diode laser, il est fortement recommandé, avant toute mise en route du laser (par "Power" ou "Head") ou bien avant de mettre la modulation, de mettre le réglage du courant d'injection à sa valeur la plus faible (potentiomètre "current" sur LDC01). I-2 L'optique de pompage (B et C) L'optique de collimation B a pour but de réduire la divergence très forte de la diode laser. C'est un triplet (assemblage de 3 lentilles) de très courte focale :f=6 mm. L'optique de focalisation C a pour but de focaliser le faisceau collimaté (faisceau parallèle) du laser diode dans le barreau de cristal Nd:Yag. I-3 La cavité optique du laser Nd:Yag (D et E) D et E composent les résonateurs du laser Nd:Yag. Le barreau de cristal Nd:Yag est un petit cylindre de 5 mm de diamètre et de 5 mm de longueur dont les faces actives sont planes et parallèles. Il est installé sur un support interchangeable LS qui est lui-même installé sur le support ajustable D. Les réglages sur les supports ont pour but d'ajuster en les inclinant les divers éléments sur le même axe optique, en particulier les faces des miroirs perpendiculaires à cet axe. La cavité laser Nd:Yad est formée à gauche par le barreau de Nd:Yag dont la face extérieure est recouverte d'une couche à haute réflectivité à 1064 nm, mais qui a une transmission de 80 % environ à la longueur d'onde du laser diode pompe à 805 nm. La face intérieure du cristal est par contre recouverte 29

30 d'une couche antireflet à 1064 nm afin d'éviter de former un étalon FP parasite entre les 2 faces du cristal. Le barreau du Nd:YAG peut être sorti de sa monture si un nettoyage s'avérait nécessaire. Mais bien lire les règles de propreté avant d'entreprendre cette opération avec un enseignant. La cavité laser est formée à droite par un miroir de diamètre 0.5 inch et de rayon de courbure 100 mm. Ce miroir est traité avec une couche de réflectivité 98 %, ce qui permet d'extraire 2 % de l'énergie pour former le faisceau laser utile aux expériences suivantes. Le miroir est monté sur un support LS identique à celui du cristal Nd:YAG, le support étant lui même installé sur le support ajustable (en inclinaison) E. I-4 Le porte-filtres (F) Deux types de filtres sont utilisés avant la photodiode. Suivant la gamme de longueurs d'onde à observer, on filtrera celles qui ne nous intéressent pas. La courbe de transmission des filtres utilisés est donnée en annexe. I-5 La photodiode rapide (G) Elle permet de visualiser sur un oscilloscope les intensités de la diode laser et du laser Nd:YAG à 1064 et à 532 nm, en mode continu ou en mode pulsé. Cette photodiode est reliée au contrôleur par un cordon BNC. I-6 Le cristal doubleur de fréquence (H) Placé à l'intérieur de la cavité, ce cristal non-linéaire KTP génère un faisceau à 532 nm. Afin de réaliser la conversion de fréquence de second harmonique (ou doublage de fréquence, de 1064 à 532 nm), on dispose d'un cristal de KTP (potassium titanyl phosphate) monté sur un support réglable H. Le cristal est un petit cube de 3 mm de côté maintenu par une monture spéciale. Il est 30

31 monté sur un support réglable d'une part en XY et d'autre part avec 2 réglages d'inclinaison (comme E). I-7 Le cristal de LiF, Q-switch passif (J) Le Module J, support ajustable de Q-Switch passif est identique au module H, sauf que le cristal de KTP a été remplacé par une lame de LiF utilisée comme absorbant saturable. Il sert a obtenir des trains d'impulsions laser de très courte durée donc de haute énergie (laser pulsé) à partir du laser continu fabriqué auparavant. I-8 Le contrôleur de la diode laser (LDC 01) L'unité de contrôle LDC01 rassemble toute l'électronique nécessaire au fonctionnement de la diode laser. Cette unité comporte les circuits de régulation de la puissance laser, le contrôle et la régulation de température, le contrôle du courant dans la diode. Il dispose également d'un générateur de modulation du courant de diode et d'un amplificateur pour la photodiode. Nous allons détailler chacun des éléments figurant en face avant et en face arrière du contrôleur. Sur le panneau avant : Température : Le réglage de la température est réalisé par action du potentiomètre à 5 tours. Sa valeur est affichée en degrés C. La stabilisation en température est obtenue en 10 à 30 secondes avec une précision de 0,1 C. Current : Le réglage du courant d'injection de la diode laser est obtenu par action d'un potentiomètre à 5 tours. Sa valeur est affichée en ma. Il est stabilisé à + ou - 1mA. Ce réglage n'est actif que si la modulation ("modulator") n'est pas actif ("OFF"). Modulator : Le courant d'injection peut être modulé soit en interne "INT" soit en externe "EXT", ou bien ne pas être modulé "OFF". - En interne le courant établie par "current" est modulée à la fréquence de modulation réglée par le potentiomètre "Freq" (entre 31

32 0,5 et 60 KHz). Les temps de commutation (à la montée ou à la descente) sont d'environ 1µs. - En externe il peut être modulé par une source externe que l'on aura branché en "EXT.Mod" sur le panneau arrière. Laser : Cette section regroupe l'interrupteur à clé "Head ON OFF" et l'interrupteur de régulation de puissance. Le laser peut en effet fonctionner selon deux modes : avec stabilisation de la puissance de sortie (régulée grâce à une photodiode située dans la tête laser) en position " Power Stab " ou bien en stabilisation de courant seule "Power Unstab". Sur le panneau arrière : LINE : Pour le branchement au secteur et l'interrupteur de marche arrêt. Laser Head : Connecteur à vis Scellée. Ne débrancher sous aucun prétexte (cf. la description du module A). Outre le fait que le laser diode ne peut être débranché sans dommage dès lors que le contrôleur est en route, l'électronique du contrôleur comporte des réglages adaptés à chaque diode laser. Inputs (entrées) : -Photodiode : La photodiode du module G est connectée par un cordon BNC à cette entrée qui est reliée à un amplificateur rapide d'impédance d'entrée 50 Ω et dont le gain peut être réglé entre 1 et 100 par le contacteur "GAIN". -Ext Mod : reçoit ( en relation avec "Modulator") le signal d'une source de modulation externe.cette entrée est à couplage continu et elle reçoit des signaux positifs de 0 à 5V. Outputs (Sorties) : On dispose des signaux de "monitoring" (contrôle) suivants : -Current: réglé à la sensibilité de 5mV/mA 32

33 -Temp: réglé à la sensibilité de 100mV/ C -Photodiode décrit en input donne la sortie de l'amplificateur de photodiode -Int.Mod: TTL. donne le signal du modulateur interne en niveau II- Réglages préliminaires. 1) Relire la recommandation importante du paragraphe I-1. et les consignes de sécurité et de propreté. RESPECTER LA PROCÉDURE DE MISE EN ROUTE DE LA DIODE LASER. RAPPELS IMPORTANTS: avant d'allumer l'alimentation de la diode laser par le commutateur placé à l'arrière, s'assurer que le régulateur de courant est à sa position minimum. Prendre la même précaution avant de tourner la clef sur la position "ON" ou de commuter les boutons de stabilisation et de modulation. Aucune surface optique ne doit être touchée, sinon on risque un dommage définitif, en particulier pour le cristal de KTP. 2) Allumer le contrôleur par le commutateur arrière. 3) Tourner la clef de l'alimentation sur la position "ON". Régler la température de la diode laser à 25 C et le courant à une valeur permettant de visualiser le faisceau de la diode laser sur écran placé devant la photodiode de mesure. 4) Placer la cible d'ajustement (écran avec des cercles concentriques) sur le support G. Placer ensuite le collimateur devant la diode laser (les 2 montures doivent se toucher quasiment) de façon à envoyer un faisceau parallèle sur la 33

34 cible. L'image du faisceau sur la cible doit être une tache rectangulaire que l'on centre avec les vis d'ajustement XY de la diode laser. Voir figure 2. Figure 2 5) Placer la lentille de focalisation à environ 5 cm du collimateur (voir figure 3). Réajuster le centrage du faisceau. Figure 3 6) Trouver le point de focalisation avec une feuille de papier. 7) Placer la monture D contenant le cristal Nd:YAG et centrer le barreau sur le point de focalisation. Voir figure 4. 34

35 Figure 4 III - Etude du spectre d'absorption du cristal Nd:YAG. Cette étude se fait normalement à l'aide d'un spectrographe ou d'un monochromateur à haute résolution. Nous allons la réaliser ici en utilisant la dépendance de la longueur d'onde émise par la diode laser en fonction de la température de la diode et du courant d'injection. 1) Régler la diode à un courant de 350 ma, soit environ deux fois plus élevé que le seuil nécessaire à l'obtention de l'effet laser, comme on le verra plus tard. 2) Remplacer la cible d'ajustement par la photodiode. Cette dernière sera connectée à l'entrée photodiode sur la face arrière de l'alimentation. La sortie photodiode du signal de la photodiode, amplifiée sera reliée à une voie de l'oscilloscope de même que la sortie courant d'injection. On peut alors visualiser le signal modulé à la sortie du barreau de Nd:YAG. 3) S'assurer en faisant varier la température de la diode laser que la photodiode n'est à aucun moment saturée. Sinon l'éloigner un peu plus du barreau de Nd:YAG. (On fera attention aux lumières parasites de la salle qui 35

36 pourraient entacher d'erreur les mesures effectuées avec un gain élevé). 4) En faisant varier la température (du minimum au maximum), noter la tension de la photodiode lue sur l'oscilloscope en fonction de la température (par pas de 2,5 C). Attendre une minute après chaque changement de température. Noter aussi les valeurs correspondant aux minimum et maximum de tension. 5) Soit PA la puissance envoyée par la diode laser sans le barreau et Pi la puissance transmise par le barreau à une température donnée : le taux d'absorption à cette température vaut 1-Pi/PA. Tracer la courbe de la puissance absorbée par le barreau de Nd:YAG en fonction de la température P(absorption du barreau Nd:YAG)=f(T C). On doit observer environ 3 ou 4 pics dont les longueurs d'onde correspondent aux bandes à 804,4 nm; 808,4 nm; 812,9 nm et 817,3 nm (connues par des méthodes spectroscopiques). En comparant la courbe expérimentale obtenue à la courbe ci-dessus représentant le spectre d absorption du Nd :YAG on peut établir une relation entre la température et la longueur d onde d absorption. IV- Etude de la dépendance de la longueur d'onde du rayonnement de la diode laser en fonction du courant d'injection. Cette étude sera menée plus en détail dans le TP spécifique aux diodes laser à semi-conducteur. La longueur d'onde du rayonnement de la diode laser augmente avec la température (de façon quasi proportionnelle mais avec des phénomènes d'hystérésis) et également avec le courant d'injection. 36

37 On se propose dans cette partie, de tracer la caractéristique i injection = f (T) de la diode laser à longueur d'onde d'émission constante. Pour cela on se placera dans des conditions telles qu'on ait le maximum d'absorption (correspondant à 808.4nm). Lorsqu'on fera croître ou (décroître) le courant d'injection on réduira (ou augmentera) la température de façon à se retrouver sur le maximum d'absorption, donc à la même longueur d'onde de 808,4nm. On suivra donc la procédure suivante : 1) Mettre le courant au minimum et régler la température de manière à se situer sur le pic d'absorption maximum (le second). 2) Pour des valeurs de courant allant du minimum au maximum, réajuster la température de manière à avoir le maximum d'absorption (minimum de transmission). Noter à chaque fois les valeurs du courant et de la température. 3) Tracer la courbe I(mA)=f(T C). La variation obtenue est-elle linéaire? V-Etude du laser Nd:YAG. V-1 Réglage du laser Nd:YAG. 1) Régler le courant à 350 ma. Etablir la température correspondant au pic d'absorption maximum à 808,4nm telle qu'elle a été déterminée en IV. 2) Ajuster l'inclinaison du cristal Nd:YAG à l'aide des vis du support D de sorte que les faces du cristal soient perpendiculaires à l'axe optique. Le réglage est facilité par l'utilisation d'un morceau de carton noir percé d'un trou de quelques millimètres de diamètre et placé à la sortie du collimateur. En le déplaçant légèrement autour de l'axe optique, on peut observer le faisceau par retour inverse sur la face d'entrée du cristal. 3) Positionner le support de miroir de sortie E à 11 cm environ de la face d'entrée du barreau Nd:YAG (voir figure 5). 37

38 Figure 5 4) On procédera comme en 2) pour le réglage de l'axe optique du miroir de sortie de la cavité que l'on rendra ainsi parallèle à l'axe optique du système. 5) Insérer le porte-filtre F muni du filtre RG 830 entre le miroir concave et la photodiode afin d'absorber la longueur d'onde du laser pompe et d'observer plus facilement le rayonnement laser. Cependant la longueur d'onde de 1064 nm est invisible et il est nécessaire pour la visualiser d'utiliser l'écran infrarouge fourni (carte jaune de marque Siemens faite d'un matériau convertissant l'ir en lumière visible). 6) Réglage final: En agissant sur les vis d'inclinaison de la monture du miroir puis de celles du barreau on arrive à observer le faisceau Nd:YAG sur l'écran IR et on optimisera le réglage en essayant d'obtenir le faisceau le plus fin et le plus intense possible. En débloquant légèrement la monture du miroir on cherchera à optimiser davantage le réglage en le déplaçant dans les deux sens. On pourra également utiliser pour cela la photodiode connectée à un oscilloscope. Régler enfin le courant de la diode de façon à se placer légèrement au-dessus du seuil laser. Reprendre les différents réglages et optimiser la cavité. Ajuster, au besoin, délicatement la position de la lentille de focalisation. 38

39 V-2 Mesure de la puissance du laser Nd:YAG en fonction de la température de la diode de pompage (donc en fonction de la longueur d'onde de pompe). 1) Régler le courant à 350 ma. 2) Faire varier la température par pas de 2,5 C et noter la tension de la photodiode. Attendre au minimum une minute à chaque changement de température. Relever aussi les valeurs de température correspondant aux maxima et minima de puissance. 3) Tracer la courbe P(laser 1064 nm)=f(t C). V-3 Mesure de la puissance du laser Nd:YAG en fonction du courant d'injection de la diode de pompage à longueur d'onde de pompe constante. 1) Etablir le courant d'injection à sa valeur maximale et régler la température de manière à se situer sur le pic d'absorption à nm (maximum de puissance Nd:YAG). 2) En faisant décroître le courant d'injection du maximum au seuil d'émission, et en ajustant la température de manière à rester sur le pic d'absorption. Noter les valeurs du courant d'injection et de la tension de photodiode. 3) Tracer la courbe P(laser à 1064 nm)=f(i ma de la diode laser). V-4 Détermination de la puissance de pompe seuil. Compte tenu des pertes dans la cavité laser Nd:YAG, il est nécessaire d'injecter une puissance de pompe minimum pour obtenir l'effet laser. A partir de quelle valeur minimum du courant d'injection n'obtient-on plus l'effet laser? Si l'on disposait d'un mesureur de puissance on pourrait alors mesurer la puissance de la diode laser pompe. La valeur minimum observée correspond à 39

40 la puissance seuil nécessaire pour obtenir l'oscillation laser avec le réglage de la cavité que vous avez fait. Meilleur sera le réglage, plus faible sera la puissance seuil. V-5 Observation des modes transverses TEM np Cette observation sera plus facile à faire après doublage de fréquence, mais elle est possible dès maintenant. VI Doublage de fréquence. Introduire le support H du doubleur de fréquence à l'intérieur de la cavité au plus près du barreau de Nd:YAG. Enlever le filtre RG830 et mettre à la place le filtre BG39 afin de supprimer les longueurs d'onde de la pompe et du laser Nd:Yag(voir figure 7). Utiliser un courant de diode laser nettement au-dessus du seuil et agir sur le réglage de H jusqu'à voir le faisceau vert en sortie de cavité. On réglera soigneusement le cristal (cube de 3 mm de côte) en XY pour bien le centrer sur l'axe optique, puis on ajustera son inclinaison pour avoir ses faces perpendiculaires à l'axe optique. Optimiser ensuite les réglages (cavité, position du cristal doubleur, position de la diode de pompage...) pour obtenir le seuil le plus bas. On réalisera alors des mesures identiques à celles décrites en V-2 : P(laser 532 nm)=f(t C) et en V-3 : P(laser 532 nm)=f(i ma). 40

41 Figure 7 Comparer les courbes P(laser 532 nm)=f(t C), P(laser 1064 nm)=f(t C) et P(absorption du barreau Nd:YAG)=f(T C) d'une part et P(laser à 1064 nm)=f(i ma de la diode laser) et P(laser 532 nm)=f(i ma) d'autre part. Commentaires. VII - Opération en mode Q-Switch. Figure 8 Introduire le cristal de LiF sur son support J à l'intérieur de la cavité au plus près du barreau de Nd:YAG comme sur la figure 8. 41

42 Enlever le filtre BG39 et le remplacer par le filtre RG830. Régler le courant de le photodiode au maximum. Ajuster les vis XY et régler l'inclinaison du cristal par les vis appropriés de façon à bien centrer le faisceau sur le cristal et d'orienter ses faces perpendiculaires à l'axe optique du laser. (Ce dernier réglage peut être obtenu au préalable en plaçant le cristal LiF hors de la cavité et en réglant le faisceau de retour; la précision de réglage sur le rail est très bonne et appropriée à une telle procédure). On doit alors observer sur l'oscilloscope les impulsions reçues par la photodiode. En affinant les réglages, on observe sur l'oscilloscope une trace semblable à celle de la figure 9. On a ainsi réalisé un laser déclenché passif Si l'on combine le Q-Switch passif avec la modulation du pompage on doit observer une trace identique à celle de la figure 10. On a ainsi presque réalisé un Q-Switch actif (un Q-Switch actif est en réalité un interrupteur optoélectronique tel qu'une cellule de Pockels). Figure 9 42

43 Figure 10 43

44 44

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER).

LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER). LASER A SEMI-CONDUCTEUR (DIODE LASER). I-THEORIE I - 1 Spécificité du laser à semi-conducteur. La faisabilité d'une émission laser au sein d'un semi-conducteur fut démontrée expérimentalement dans l'arséniure

Plus en détail

Travaux Pratiques d Optique Intégrée Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés

Travaux Pratiques d Optique Intégrée Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés ATTENTION : SOYEZ DELICAT!! LE MATERIEL EST FRAGILE ET TOUTE DEGRADATION ENTRAINERA UNE NOTE ELIMINATOIRE. Principe de mesure : Un signal lumineux en provenance

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

( ) = < u > +Δu ( t )

( ) = < u > +Δu ( t ) TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI GBF, OSCILLOSCOPE ET MULTIMETRE : PRODUCTION, VISUALISATION ET MESURE DE SIGNAUX ELECTRIQUES OBJECTIFS Produire un signal électrique (une tension)

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

Collimateur universel de réglage laser

Collimateur universel de réglage laser Collimateur universel de réglage laser Manuel de l utilisateur Réf. WG-840 Mise à jour 27.08.2013 En projetant un rayon laser dans l axe du canon de votre arme à feu, ce collimateur universel de réglage

Plus en détail

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB

MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB MODULE DE SURVEILLANCE DE VIBRATION ALVIB Appareil de mesure de précision et système d'alarme en sécurité positive Module enfichable pour rail DIN TS35 Source d'alimentation pour accéléromètre à courant

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES

MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES EXPÉRIENCE 5 MIROIRS SPHÉRIQUES ET LENTILLES I. Introduction et objectifs Les miroirs et les lentilles sont des objets utilisés quotidiennement. Le miroir le plus répandu (et le plus simple) est le miroir

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz,

Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, Étude théorique et expérimentale des lasers solides bi-fréquences dans les domaines GHz à THz, en régime continu ou impulsionnel. Applications opto-microondes. NGOC DIEPLAI Laboratoire d Electronique Quantique

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

V e TP OSCILLATEUR A PONT DE WIEN. I Etude de la chaîne directe en régime sinusoïdal : 11 Pont de Wien : étude rapide d un filtre passe bande :

V e TP OSCILLATEUR A PONT DE WIEN. I Etude de la chaîne directe en régime sinusoïdal : 11 Pont de Wien : étude rapide d un filtre passe bande : TP OSILLATE A PONT DE WIEN I Etude de la chaîne directe en régime sinusoïdal : 11 Pont de Wien : étude rapide d un filtre passe bande : = 10 kω; = 22 nf éaliser le montage a] Mesure de la fréquence centrale

Plus en détail

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses?

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses? Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres en utilisant des interférences lumineuses? Il a fallu attendre le début des années 1980 pour «voir» pour la première fois des atomes de

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp)

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) LSM 2 - Mesures physiques - Instrumentation Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) Les circuits étudiés jusqu'ici sont des circuits passifs constitués de résistances, condensateurs inductances

Plus en détail

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display)

Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) Etude d un afficheur à cristaux liquides (LCD : Liquid Crystal Display) La partie A décrit la structure et le fonctionnement d une cellule LCD. La partie B décrit le dispositif d étude et les observations

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main

Titre : Introduction à la spectroscopie, les raies de Fraunhofer à portée de main P a g e 1 Titre : Description de l activité : Mieux appréhender l analyse de la lumière par spectroscopie. Situation déclenchante : La décomposition de la lumière par un prisme de verre est connue depuis

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique.

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. But du TP : le but de ce neuvième TP de seconde année est l'étude d'une chaîne de transmission utilisant une fibre optique.

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

TRIDENT100 LASER 100MW 3 COULEURS DMX 512

TRIDENT100 LASER 100MW 3 COULEURS DMX 512 TRIDENT100 LASER 100MW 3 COULEURS DMX 512 Merci d'avoir choisi ce produit TECHNYLIGHT. Avant toute utilisation, veuillez lire attentivement la notice. Ce produit a été testé et emballé correctement par

Plus en détail

DESCRIPTION ET UTILISATION d un OSCILLOSCOPE

DESCRIPTION ET UTILISATION d un OSCILLOSCOPE DESCRIPTION ET UTILISATION d un OSCILLOSCOPE I- Caractéristiques générales : Un oscilloscope est un voltmètre : il peut faire ce que fait un voltmètre habituel mais il peut aussi visualiser la façon dont

Plus en détail

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope.

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Le microscope simplifié TP : Le microscope Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Description : Un microscope est constitué entre autres de

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS LES LASERS Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome, faire preuve d'initiative. S'impliquer. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité.

Plus en détail

MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE

MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE MESURE DE L INDICE DE REFRACTION D UN MILIEU EN FONCTION DE LA LONGUEUR D ONDE Licence de Physique 2000-2001 Université F. Rabelais UFR Sciences & Techniques P. Drevet 1 A1 - GONIOMETRE DE BABINET I. PRINCIPE

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Une fois la lunette réglée, escamotez le miroir semi-rééchissant. Corrigez l'horizontalité de la lunette si nécessaire

Une fois la lunette réglée, escamotez le miroir semi-rééchissant. Corrigez l'horizontalité de la lunette si nécessaire TP 06 - Spectroscope à réseau Comment analyser la lumière émise par une source? 1 Principe et réglages du spectrogoniomètre à lunette autocollimatrice Figure 1: Goniomètre Le goniomètre est un appareil

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT.

1) Prise en main de l'oscilloscope numérique et de sa fonction FFT. TP n 8 : obtention des spectres de signaux usuels. But du TP : ce huitième TP de BTS SE a pour but l'étude de la manière d'obtenir le spectre d'un signal sinusoïdal et carré avec un rapport cyclique variable.

Plus en détail

Optique : expériences de base

Optique : expériences de base Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Optique : expériences de base Sextant, Optique expérimentale 1 I) Sources lumineuses 1) Sources thermiques Elles ont un spectre continu dont

Plus en détail

Amplificateur et commande

Amplificateur et commande CAPTEURS Bibliographie : [1]. G.Asch Les capteurs en instrumentation industrielle [2]. R Duffait, JP Lievre Expériences d électronique (chap ) [3]. Collection Durandeau 1èreS option Sciences expérimentales

Plus en détail

Les lentilles minces TP 3

Les lentilles minces TP 3 TP 3 Les lentilles minces Mots-clefs : lentille convergente, lentille divergente, distance focale, équation de conjugaison, réel, virtuel, méthode de Silbermann, autocollimation. Vous disposez de : un

Plus en détail

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION

U D. I D = I so e - 1 - I I. INTRODUCTION H7. Photovoltaïsme : énergie solaire I. INTRODUCTION Le soleil est une source d énergie pratiquement inépuisable. La plus grande partie de l énergie utilisée par l homme jusqu à présent a son origine dans

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE

PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PRISME ET RESEAU APPLICATION A LA MESURE DE LONGUEURS D'ONDE PARTIE THEORIQUE A - RESEAUX 1 - Définition On appelle réseau plan le système constitué par un grand nombre de fentes fines, parallèles, égales

Plus en détail

FICHE D'EXPERIENCE : CELLULE A EFFET POCKELS

FICHE D'EXPERIENCE : CELLULE A EFFET POCKELS FICHE D'EXPERIENCE : CELLULE A EFFET POCKELS I/ Matériel laser He-Ne (O.15) 2 polariseurs cellule de Pockels 2 boîtiers servant à l'alimentation : un boîtier HT et un pour la modulation (O.31) câbles BNC

Plus en détail

Notice de présentation et d'utilisation d'un ensemble d'appareils de mesure

Notice de présentation et d'utilisation d'un ensemble d'appareils de mesure Notice de présentation et d'utilisation d'un ensemble d'appareils de mesure A) ANALYSE FONCTIONNELLE DU SYSTEME I) Présentation de l organisation d une mesure. Une mesure se fait en 3 étapes successives.

Plus en détail

Mesure de constantes universelles : c

Mesure de constantes universelles : c Manipulation Bac. Math. Constantes universelles : c 1 Mesure de constantes universelles : c 1. But de la manipulation Le but de la manipulation est la mesure de la constante universelle : valeur de la

Plus en détail

Antenne amplifiée d intérieure SRT ANT 10 ECO

Antenne amplifiée d intérieure SRT ANT 10 ECO Antenne amplifiée d intérieure SRT ANT 10 ECO Image simulée Manuel d'utilisateur Table de Matière 1.0 INTRODUCTION 1 2.0 CONTENU DE LA BOITE 1 3.0 PRECAUTIONS D UTILISATION 2 4.0 BRANCHEMENT DE L ANTENNE

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE DE L AUTOMATISME POUR VOLET ROULANT : DOTRON 550 Version: Manivelle 6mN et 10mN

NOTICE DE MONTAGE DE L AUTOMATISME POUR VOLET ROULANT : DOTRON 550 Version: Manivelle 6mN et 10mN NOTICE DE MONTAGE DE L AUTOMATISME POUR VOLET ROULANT : DOTRON 550 Version: Manivelle 6mN et 10mN Attention : A lire Impérativement! Avant d'utiliser cet appareil, il convient de lire attentivement le

Plus en détail

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols.

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols. SYSAM SP5 et OSCILLO5 Fiches de montages Etude d un filtre actif passe-bande I. Généralités Ce document a pour but de montrer comment utiliser Oscillo5 pour étudier un filtre en régime harmonique (attaque

Plus en détail

Manuel d installation KIT NUR

Manuel d installation KIT NUR Veuillez lire attentivement ces consignes de sécurité qui s adressent uniquement à un installateur photovoltaïque qualifié : Manuel d installation KIT NUR Ce présent document contient des informations

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - IV

Les LASERS et leurs applications - IV Les LASERS et leurs applications - IV Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE

DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE Au service de l'eau F 57600 FORBACH Fax 03 87 88 18 59 E-Mail : contact@isma.fr DETECTEUR DE FILM D'HUILE TYPE OFD 901 ALIMENTATION 24 VDC MONTAGE ET MISE EN SERVICE www.isma.fr SOMMAIRE Pages 1. GÉNÉRALITÉS...

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

L'intégration et le montage d'appareillages électriques doivent être réservés à des électriciens

L'intégration et le montage d'appareillages électriques doivent être réservés à des électriciens Automate d'éclairage de cage d'escaliers rail DIN N de commande : 0821 00 Module à impulsion N de commande : 0336 00 Manuel d utilisation 1 Consignes de sécurité L'intégration et le montage d'appareillages

Plus en détail

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes

Laser à Cascade Quantique. génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Laser à Cascade Quantique étudié par spectroscopie THz ultrarapide, et génération du rayonnement THz par excitation optique des transitions inter-bandes Présentation : Simon SAWALLICH Date : Mercredi 14/04/2008

Plus en détail

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire

Votre partenaire indépendant en spectroscopie optique modulaire NOS SYSTÈMES RAMAN pour votre application en laboratoire ou en procédés avec des longueurs d ondes d excitation 632 nm ou 785 nm Les systèmes se composent d un spectromètre à très haute sensitivité RAMAN,

Plus en détail

onlinecomponents.com

onlinecomponents.com Convertisseur/isolateur à 3 voies configurable version bipolaire, plage de signaux normalisés ±20 ma ou ±0 V TERFACE Fiche technique Description PHOENI CONTACT - 09/200 L'isolation 3 voies garantit un

Plus en détail

PROCEDURE POUR LE REMPLACEMENT DES CONDENSATEURS.

PROCEDURE POUR LE REMPLACEMENT DES CONDENSATEURS. PROCEDURE POUR LE REMPLACEMENT DES S. Table des matières 1. RAPPEL SUR L'ALIMENTATION.... 3 2. PROCEDER AU REMPLACEMENT DU (Référence sur le CI: C34).... 4 2.1. MATERIEL NECESSAIRE.... 4 3. PROCEDURE....

Plus en détail

FABRIQUEZ VOTRE VIDEOPROJECTEUR POUR MOINS DE 10 EUROS!!!

FABRIQUEZ VOTRE VIDEOPROJECTEUR POUR MOINS DE 10 EUROS!!! FABRIQUEZ VOTRE VIDEOPROJECTEUR POUR MOINS DE 10 EUROS!!! Copyright 2007 Refextra Tous droits réservés, La lentille de Fresnel LE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT L'objectif de Fresnel a été inventé par Augustin

Plus en détail

TP fibre optique dopée erbium

TP fibre optique dopée erbium TP fibre optique dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : le faisceau du laser de pompe est puissant. Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION DU MULTIMETRE DIGITAL ITC-921 Version 1.5

MANUEL D'UTILISATION DU MULTIMETRE DIGITAL ITC-921 Version 1.5 MANUEL D'UTILISATION DU MULTIMETRE DIGITAL ITC-921 Version 1.5 1. INTRODUCTION. Cet instrument est un multimètre digital compact fonctionnant sur pile et comportant 3 chiffres pour la mesure de tensions

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON

LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON 1. Les objectifs 1.1. La mise en évidence du phénomène d`interférence pour obtenir des

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN

Master 1 Physique----Université de Cergy-Pontoise. Effet Kerr EFFET KERR. B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN EFFET KERR B. AMANA, Ch. RICHTER et O. HECKMANN 1 I-Théorie de l effet Kerr L effet Kerr (1875) est un phénomène électro-optique de biréfringence artificielle. Certains milieux, ordinairement non-biréfringents,

Plus en détail

POLARISATION DE LA LUMIÈRE

POLARISATION DE LA LUMIÈRE TRAVAUX PRATIQUES POLARISATION DE LA LUMIÈRE Cette séance de travaux pratiques propose quelques expériences sur l étude et la manipulation de la polarisation d un faisceau. Ces expériences se concentrent

Plus en détail

Lentilles minces convergentes

Lentilles minces convergentes Lentilles minces convergentes Lors de la rédaction, il est nécessaire de faire des schémas très soignés, au crayon, sur lesquels vous indiquerez avec précision les caractéristiques de la lentille, de l'objet

Plus en détail

I) Introduction aux manipulations en électricité

I) Introduction aux manipulations en électricité OSCILLOSCOPES I) Introduction aux manipulations en électricité 1) L'instrument de base : l'ohmmètre Rappelons qu'un ohmmètre ne s'utilise que sur des appareils débranchés! - pour d'évidentes raisons de

Plus en détail

Notice d utilisation. EASY Sender 5.8. Avec relais de télécommande

Notice d utilisation. EASY Sender 5.8. Avec relais de télécommande EASY Sender 5.8 Avec relais de télécommande Notice d utilisation Référence document : NS_511058_1002 Pour une installation correcte et rapide, nous insistons sur l utilisation de cette notice. 2 Certificat

Plus en détail

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier.

TP : Polarisation. Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. TP : Polarisation Le but de ce TP est d'analyser la polarisation de la lumière et de mettre en évidence quelques phénomènes qui peuvent la modifier. I. Rappels sur la polarisation 1. Définition La polarisation

Plus en détail

Mesure Instrumentation

Mesure Instrumentation Instrumentation 291 072 Français p 1 Version : 2109 1 Introduction Nous vous recommandons de lire attentivement ce manuel avant toute utilisation et de suivre scrupuleusement les indications qu'il contient.

Plus en détail

Interphone vidéo couleur 2 fils FR

Interphone vidéo couleur 2 fils FR Interphone vidéo couleur 2 fils FR 2 fils Nora 112204 112206 V1 www.avidsen.com FR Important Avant de mettre votre produit en service, veuillez lire attentivement cette notice pour vous familiariser avec

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Pyromètre bichromatique digital, fixe avec fibre optique pour la mesure de température sans contact entre 700 et 2500 C

Pyromètre bichromatique digital, fixe avec fibre optique pour la mesure de température sans contact entre 700 et 2500 C Mesure de température sans contact avec des pyromètres Infratherm ISQ 5-LO Très précis, digital, rapide. Pyromètre bichromatique digital, fixe avec fibre optique pour la mesure de température sans contact

Plus en détail

Capteurs de vibration

Capteurs de vibration Capteurs de vibration Dans le monde industriel actuel, connaitre l état de santé de ses équipements offre à tout gestionnaire de maintenance la possibilité de maitriser les arrêts non-planifiés de ces

Plus en détail

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE

CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE CH 06 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Pendant tout le TP vous utiliserez la Fiche méthode de l oscilloscope OX 71 Livre Bordas, Collection ESPACE, 2008, p 183 I- FONCTIONNEMENT Mettre l appareil sous tension.

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques

Les cellules photovoltaïques Le texte qui suit est extrait intégralement du site web suivant: http://e-lee.hei.fr/fr/realisations/energiesrenouvelables/filieresolaire/mppt/mppt/principes.htm 1 Principe Les cellules photovoltaïques

Plus en détail

TP N 01 : Redressement non commandé - Montage monophasé mono alternance

TP N 01 : Redressement non commandé - Montage monophasé mono alternance Université Djillali LIABES Sidi Bel-Abbes Faculté de sciences de l Ingénieur - Département d Electrotechnique - Licence ELM ETT Module Electronique de puissance TP N 01 : Redressement non commandé - Montage

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Livret de sécurité (2009)

Livret de sécurité (2009) Laboratoire Collisions, Agrégat, Réactivité Equipe Femtoseconde Livret de sécurité (2009) Baynard Elsa Elsa.baynard@irsamc.ups tlse.fr Sommaire INTRODUCTION... 3 PRESENTATION DES RISQUES... 4 I. DES CHIFFRES

Plus en détail

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

SKM 2-00. MODE D'EMPLOI Cassette modulateur Twin

SKM 2-00. MODE D'EMPLOI Cassette modulateur Twin MODE D'EMPLOI Cassette modulateur Twin Consignes de sécurité Table des matières 1 Consignes de sécurité... 2 2 Généralités...3 2.1 Volume de livraison... 3 2.2 Description... 3 2.3 Éléments d'affichage

Plus en détail

DETECTEUR LINEAIRE Réf. : 330 105

DETECTEUR LINEAIRE Réf. : 330 105 DETECTEUR LINEAIRE Réf. : 330 105 Notice installateur Respectez la nature et la longueur des câbles. Respectez la polarité des raccordements. L installation doit respecter les exigences de la norme NF

Plus en détail

LABE04 5 oct 2004. Table des matières. Métraux Nathanaël - YTM1 1 TLC556

LABE04 5 oct 2004. Table des matières. Métraux Nathanaël - YTM1 1 TLC556 Table des matières Cahier des charges...2 a)... 2 b)... 2 Bref rappel théorique... 2 Mode astable... 3 Mode monostable... 3 Introduction...3 Calculs pour l'astable... 3 Formules utilisées... 3 Tableau

Plus en détail

UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE ET DU GENERATEUR DE FONCTIONS

UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE ET DU GENERATEUR DE FONCTIONS UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE ET DU GENERATEUR DE FONCTIONS I / Utilisation de l oscilloscope Tektronix TDS 1002 et du GBF GFG.8216A: 1/ Visualiser à l aide de l oscilloscope une tension sinusoïdale fournie

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Les dangers du laser pour les yeux THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Activité documentaire (1,5h) Les dangers du

Plus en détail

3B SCIENTIFIC PHYSICS

3B SCIENTIFIC PHYSICS 3B SCIENTIFIC PHYSICS Jeu d optique laser de démonstration U17300 et jeu complémentaire Manuel d utilisation 1/05 ALF Sommaire Page Exp. n o Expérience Jeu d appareils 1 Introduction 2 Eléments fournis

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Capacimètre (microfarad)

Capacimètre (microfarad) Capacimètre (microfarad) Modèle NCM-20 MANUEL DE L UTILISATEUR, DE L OPÉRATEUR ET D ENTRETIEN Numéro de pièce 150N-26249 Capacimètre NCM-20 MANUEL DE L UTILISATEUR 1. GÉNÉRALITÉS... 3 1.1 Introduction...

Plus en détail

Interphone vidéo couleur 2 fils FR

Interphone vidéo couleur 2 fils FR Interphone vidéo couleur 2 fils FR 2 fils Luta 112202 112203 112205 V1 www.avidsen.com * Simplicité Confort FR Important Avant de mettre votre produit en service, veuillez lire attentivement cette notice

Plus en détail

Videophone. Manuel d'installation et d'utilisation. (Modèle : 34837)

Videophone. Manuel d'installation et d'utilisation. (Modèle : 34837) Introduction Videophone Manuel d'installation et d'utilisation (Modèle : 34837) Merci d'avoir acheté ce produit Chacon. Ce videophone est un interphone vidéo facile à monter et à utiliser. Pour garantir

Plus en détail