70 ans. Centre intégré de lutte contre le cancer de 1939 à nos jours

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "70 ans. Centre intégré de lutte contre le cancer de 1939 à nos jours"

Transcription

1 70 ans Centre intégré de lutte contre le cancer de 1939 à nos jours

2 Ci-contre : L'Institut Jules Bordet en éditeur responsable : Dominique de Valeriola Haldorp 29, 1630 Linkebeek équipe rédactionnelle : Louise Vanderweerden / Jean-Benoît Burrion / Martine Hazard / Dominique de Valeriola / Marianne Paesmans Conception graphique : La conception graphique de cette brochure a été confiée à Bérengère Bordet, arrière-petite-cousine de Jules Bordet Bérengère Bordet Chaussée d Alsemberg 950, 1180 Bruxelles /

3 [ Editorial ] L'Institut Jules Bordet fête avec fierté ses 70 années d'existence, une existence entièrement consacrée à la lutte contre le cancer. Depuis sa création en 1939, l'institut n'a jamais démenti sa vocation pionnière dans le combat contre une maladie complexe et difficile. Face au cancer, les destins des patients et des soignants font plus que se croiser, ils se lient. En témoignent les appuis que l Institut reçoit de ses patient(e)s et de leurs proches pour continuer à "Ensemble, faire gagner la vie". A l occasion de cet anniversaire, nous avons pris un moment pour nous remémorer le chemin parcouru. Sans prétention d exhaustivité. Sans prétention aucune, d ailleurs, hormis celle de continuer à nous tourner vers l avenir, fiers de notre passé. Et sachant pertinemment que ce sont les femmes et les hommes d'hier et d'aujourd hui qui constituent l'essence même de l'institut Jules Bordet. Médecins, infirmier(e)s, chercheurs, paramédicaux, psychologues, administratifs, technicien(ne)s, passionnés par leur métier et dévoués à leur travail, mais aussi patientes et patients, confrontés aux progrès de la science et à ses incertitudes : sans elles, sans eux, le parcours retracé dans cette brochure n'aurait pas été possible. Dominique de Valeriola, Directeur Général Médical. Olivier Van Tiggelen, Directeur Général. Juin [ à propos... ] Situé au cœur de l Europe, l Institut Jules Bordet est l un des premiers centres européens du cancer à avoir vu le jour. Seul hôpital autonome de Belgique exclusivement consacré à cette pathologie, l Institut Jules Bordet intègre dans une stratégie multidisciplinaire ses trois missions fondamentales : la prise en charge du patient, la recherche et l enseignement. En concentrant sur un même site l ensemble des disciplines médicales et paramédicales de la lutte contre le cancer, l Institut Jules Bordet offre un éventail complet de services couvrant la prévention, le dépistage, le diagnostic, le traitement et la réhabilitation. Par essence pionnier et innovateur, l Institut se dote en permanence des technologies de pointe et utilise les approches thérapeutiques les plus récentes ou en cours de développement. Avec une capacité de 154 lits d hospitalisation et un hôpital de jour de 13 lits, l Institut Jules Bordet assure chaque année séjours hospitaliers et passages en hôpital de jour. Il délivre annuellement plus de consultations, dont environ dépistages. L Institut emploie 900 personnes, dont 150 médecins et 100 chercheurs. Ses activités importantes en recherche translationnelle, en recherche clinique et en recherche fondamentale se traduisent par la parution annuelle d environ 200 articles scientifiques de haut niveau. L Institut Jules Bordet collabore avec plusieurs institutions européennes et américaines, parmi lesquelles le National Cancer Institute (NCI), l European Organisation for Research and Treatment of Cancer (EORTC), l Organisation of European Cancer Institutes (OECI). Ensemble, faisons gagner la vie.

4 [ ] 1923 Du radium pour la Belgique. L'Union Minière du Haut Katanga offre en location 8 grammes de bromure de radium à la Fondation Universitaire, à l'intention des 4 grandes universités belges Création d un Centre des Tumeurs à l'hôpital Brugmann. Récemment construit par l architecte Victor Horta, l Hôpital Brugmann accueille un tout nouveau Centre des Tumeurs d une capacité de 20 lits. Il est constitué de trois services (chirurgie, radiothérapie, anatomie pathologique) et d une unité de recherche (physique, biologie, "recherches cliniques immédiates"). Ce nouveau centre est dirigé par un conseil scientifique constitué de 3 cliniciens, les Docteurs Depage, Vandervelde et Bayet et de 4 scientifiques, le physicien Piccard, le bactériologiste Bordet, le biochimiste Slosse et l'anatomo-pathologiste Dustin. Il fonctionne sous l'autorité d'un conseil supérieur composé de délégués de l'université Libre de Bruxelles et de la Commission d'assistance Publique. L Institut dépend toujours aujourd hui de l Université Libre de Bruxelles (ULB) et du Centre Public d Aide Sociale (CPAS) Décision de la construction d'un centre national du cancer. Ce centre inclut des services de dépistage, de consultations, de traitements et de recherche. Le nom de Jules Bordet est adopté en raison de la participation de ce chercheur renommé à la direction scientifique du Centre des Tumeurs dès 1924, de ses découvertes en microbiologie (Prix Nobel en 1919) et de l'éclat de son enseignement. L'Institut Jules Bordet sera construit selon des règles d architecture hospitalière révolutionnaires pour l'époque. La circulation verticale via une très large rampe hélicoïdale est un concept hospitalier nouveau. Ancienne salle d opération. Le Professeur Suzanne Simon, responsable du Département de radiothérapie en 1945, consciente de l intérêt que les Allemands pourraient avoir pour le radium utilisé dans son service, achète un panier à provisions, le remplit de quelques légumes du marché et, après avoir caché le radium sous ses légumes, rentre tranquillement chez elle pour enterrer son précieux larcin dans son jardin à Auderghem Construction de l Institut Jules Bordet. Les bâtiments auront la forme d'un L dont l'une des parties, l'aile H, sera destinée à l'hospitalisation et l'autre, l'aile T, aux traitements. Deux architectes réputés, Gaston Brunfaut et Stanislas Jasinski, sont désignés. Le premier s'occupe de l'aile H et le second de l'aile T. L'architecture hospitalière de l'entre-deuxguerres connaît une révolution suite aux progrès techniques et au développement durant le 19 ème siècle de nouveaux matériaux de construction comme le béton, le verre et le fer. De nouvelles règles d hygiène prônent les angles arrondis et l'abandon de l'ornement. La tendance est également à la fonctionnalité et à la rationalisation spatiale (abandon du type pavillonnaire au profit du type monobloc). Gaston Brunfaut joue un rôle primordial dans la diffusion de ces nouveaux principes architecturaux ; il s'inspire du traité d'architecture hospitalière moderne Krankenhausbau in neuer Zeit de Heinrich Schmieden (1930) Découverte de la Pénicilline Exposition universelle à Bruxelles Prix Nobel de Médecine de Corneille Heymans Découverte des facteurs Rhésus du sang

5 [ ] 1939 Inauguration de l Institut Bordet. La 2 ème guerre mondiale empêche la mise en service immédiate : l hôpital sert d abord pour la Wehrmacht et ensuite pour l armée britannique, à la Libération. En 1945, l'institut entre enfin au service de la population Création d un laboratoire d'investigation clinique au sein du Service de Médecine. Les premières études cliniques sur de nouveaux agents chimiothérapiques commencent L'histoire moderne de l'institut débute avec le Professeur Albert Claude (Prix Nobel 1974). Albert Claude est désigné comme Directeur Scientifique de l'institut à son retour de l Institut Rockefeller de New York Le Professeur Henri Tagnon rejoint Albert Claude. De retour des Etats-Unis d Amérique (Memorial Sloan-Kettering Hospital of New York), Henri Tagnon change la pratique cancérologique en Belgique. Il jette les bases d'une recherche clinique de haut niveau et donne à l Institut Jules Bordet une réputation nationale et internationale exceptionnelle. Henri Tagnon introduit 3 nouveaux concepts importés des Etats-Unis d Amérique : > Le dossier médical unique > Le régime de prestations à temps plein pour les médecins > La multidisciplinarité des approches diagnostique et thérapeutique Création du Service Clinique de Médecine. Les concepts nouveaux de chimiothérapie et d immunothérapie s ajoutent aux traitement chirurgicaux et à la radiothérapie. L Institut se dote d un service clinique de médecine. Introduction de nouveaux outils diagnostiques. L anatomie pathologique sort des salles d autopsie pour entrer dans les salles d opérations avec un nouveau rôle diagnostique. L Institut possède le premier microscope électronique de Belgique. En radiologie, plusieurs techniques innovantes sont introduites au cours des années : tomographie classique et complexe (crâniographe MIMER, angiographie, thermographie, xérographie, ultrasonographie...). Un laboratoire de médecine nucléaire est créé en Il deviendra le service de médecine nucléaire en Dès le début, on y administre des doses thérapeutiques d Iode 131 et de Phosphore 32. Ci-dessus 1 : En 1950, Albert Claude demande à Paul Delvaux de peindre un portrait de Jules Bordet. L'artiste décide de représenter le savant de nuit, dans son laboratoire. Jules Bordet est alors âgé de 85 ans. Ci-dessus 2 : Debout, le Docteur P. Dor, les Professeurs A. Claude, H. Tagnon, J. Henry. Ci-dessous à gauche : Le Professeur Albert Claude. Ci-dessous à droite : L intérieur d une chambre en Instauration par P. Denoix de la classification TNM des tumeurs malignes Hiroshima Vote des femmes en Belgique Création de la World Health Organization (WHO) Découverte de la structure de l ADN par Watson et Crick Administration du 1 er vaccin de la poliomyélite Développement de la 1 ère valve artificielle du coeur Lancement du Spoutnick I par l URSS

6 [ ] 1959 Acquisition du 1 er Bêtatron en Belgique. Un bunker est construit pour sécuriser l utilisation de ce nouvel accélérateur de particules L oncologue Jean-Claude Heuson, en étroite collaboration avec le chirurgien Wolrad Mattheiem, introduit la cancérologie mammaire avec prise en charge globale de la maladie. Une clinique du sein avant la lettre est créée à l Institut Jules Bordet Première initiative belge de dépistage précoce du cancer avec l ouverture de la Clinique de Dépistage L Institut Jules Bordet participe à la fondation de l EORTC (European Organisation for Research and Treatment of Cancer). Henri Tagnon sera Président de l EORTC en Soucieux de rigueur dans l'évaluation des études cliniques, il organise les groupes coopérateurs de l EORTC autour d un centre de données pour coordonner de vastes études internationales et crée à l Institut un Bureau de Liaison avec le NCI (National Cancer Institute). Il implante également un laboratoire d identification de nouveaux médicaments anticancéreux qui teste les substances sur diverses tumeurs animales. Ce Bureau de Liaison favorisera déjà à l époque les échanges de chercheurs entre les Etats-Unis d Amérique et l'europe. Création du BACR (Belgian Association for Cancer Research). Les Professeurs Henri Tagnon et Yvon Kenis figurent parmi les fondateurs du BACR, initialement dénommé ABEC (Association Belge d'etude contre le Cancer) L épouse du Professeur Henri Tagnon et Madame Jacqueline Van Halteren fondent "Les Amis de l Institut Bordet. L asbl a pour buts de soutenir la recherche et de contribuer au bien-être des patients. Environ 2 millions d euros sont actuellement octroyés chaque année à l Institut. Ci-dessus à gauche: L accueil de la Clinique de Dépistage en Ci-dessus à droite: Le Président et la Secrétaire Générale des Amis de l'institut Bordet (Ariane Cambier et le Baron Janssen), lors de l'événement "les 101 Tables pour la Vie" en Création d une des premières infrastructures de cytaphérèse en Belgique. L unité est créée par le Professeur Pierre Stryckmans, Chef de la Clinique d'hématologie. Elle utilise une technique de séparation des cellules du sang qui permet à l Institut Jules Bordet de fournir plusieurs hôpitaux belges en globules blancs et en plaquettes. L une des activités principales devient rapidement le prélèvement de cellules souches du sang dans le but d'autoou d'allogreffe pour le traitement des leucémies. Création du Laboratoire de Microbiologie et de la Clinique des Maladies Infectieuses. Ces structures sont essentielles pour la bonne prise en charge des patients immunodéprimés par la maladie et ses traitements. Traitement antibiotique empirique chez des patients en neutropénie fébrile. Ce concept nouveau préconise l antibiothérapie à large spectre dès qu une fièvre apparaît chez un patient immunodéprimé. Introduite à l Institut par le Professeur Jean Klastersky, cette stratégie permet de diminuer drastiquement la morbidité et la mortalité liées aux traitements anticancéreux. Première forme d unité stérile. Elle permet d isoler et de traiter les patients aux défenses immunitaires fortement diminuées. La première chambre stérile à flux laminaire apparaîtra en Une unité stérile modèle de 12 lits dont 6 à flux laminaire sera aménagée en Exposition 58 Développement de la pénicilline synthétique Indépendance du Congo Synthèse de l ADN 1 ers pas sur Commercialisation de Identification du la lune (ApolLo XI) la pilule contraceptive Récepteur d oestrogène Synthèse d un gène complet 1 ère greffe de coeur

7 [ ] 1972 Création de la première unité d hospitalisation de jour oncologique en Belgique. Elle permet d éviter les hospitalisations classiques pour l administration des traitements chimiothérapiques Fondation de l asbl Notre Boutique. Elle est destinée à promouvoir le bien-être des patients. Cette asbl continue depuis lors à sustenter patients et visiteurs dans sa cafétéria et son snack Premières greffes de moelle autologues. Réinfusion de cellules souches hématopoiétiques appartenant au malade lui-même. Développement d'une méthode pour la mesure du récepteur d œstrogènes (RO) dans les cancers du sein. Cette technique au charbon-dextran, sensible et peu onéreuse, permet de prédire la réponse à l'hormonothérapie. L intérêt de combiner chimiothérapie cytotoxique et hormonothérapie se renforce Ohio Nuclear Deltascan. Premier scanner à rayons X en Europe continentale permettant l étude tomodensitométrique du corps dans sa totalité. Jusqu'alors, les scanners n'exploraient que le crâne. Création du Laboratoire d Oncologie Chirurgicale Expérimentale. Il étudie principalement le mélanome malin, encore aujourd'hui. Ci-dessus 1 : L'appareil de cytaphérèse permet le prélèvement de cellules souches du sang circulant en vue d auto ou d allogreffe. Ci-dessus 2: Un système de chambre à flux laminaire permet d'isoler les malades dans l'unité stérile. Ci-dessous : Visite de S.M. la Reine Fabiola lors de l'inauguration de l'accélérateur linéaire en Le Service de Radiothérapie acquiert un accélérateur linéaire. Il possédait déjà un "cobalt" et un bêtatron Construction de l'hôpital Erasme Découverte du Taxol Prix Nobel de Médecine d'albert Claude avec Christian de Duve et George Emile Palade, pour leur découverte sur l ultra-structure cellulaire Approbation du Tamoxifene aux Etats-Unis pour le traitement du cancer du sein Les RMN se développent (Résonance Magnétique Nucléaire)

8 [ ] 1978 Création du Comité d'ethique, le premier en Belgique. Les fonctions du Comité Ethique sont : l avis sur tout protocole d'expérimentation sur l'homme ; l accompagnement et le conseil concernant les aspects éthiques de la pratique des soins hospitaliers ; l assistance à la décision concernant les cas individuels en matière d'éthique. En ce qui concerne l euthanasie, l Institut Jules Bordet a toujours été présent dans les débats, avec une réputation de rigueur éthique et d engagement de ses médecins. Création au départ de l'institut Jules Bordet d un groupe coopérateur ancêtre de l ELCWP. L European Lung Cancer Working Party sera fondé en 1988 par le Professeur Jean Klastersky. Le cancer bronchique est l un des plus fréquents et des plus mortels en Europe. Regroupant des cancérologues et des pneumologues de différents hôpitaux belges, ce groupe a pour but de développer la recherche sur le cancer du poumon et d assurer la formation continue des médecins et infirmières. Le groupe belge s est rapidement développé et a été rejoint par des centres de plusieurs autres pays Premières allogreffes à l Institut Jules Bordet. Ces greffes réalisées entre frères et sœurs ou autres personnes compatibles donnent de nouveaux espoirs de guérison à de nombreux patients atteints de leucémie Développement de la cœlioscopie. Déjà utilisée lors de petites interventions bénignes, elle est appliquée dans le courant des années 80 au traitement chirurgical de certaines tumeurs gynécologiques et permet d en limiter les inconvénients postopératoires pour le patient. L Institut Jules Bordet participe au développement de nouveaux traitements antiémétiques. Dans les années 80, l essor des antiémétiques permet d améliorer la tolérance des patients aux produits chimiothérapiques. Création de l ASTI, unité de soins intensifs oncologiques destinée à l Administration et à la Surveillance de Traitements anticancéreux Intensifs. Cet événement est unique en Belgique : auparavant, en effet, le fait d'avoir un cancer incurable par chirurgie rendait trop souvent l admission de ces patients en unité de soins intensifs peu utile, en raison de leur pronostic inéluctable. Premiers modules de formation en soins infirmiers en oncologie organisés par le département infirmier de l Institut. En 1989, création d un programme complet de cours en soins infirmiers en oncologie en partenariat entre l'institut Bordet, la Société des Infirmières en Oncologie et l'ecole d Infirmier(e)s de l ULB. Cette formation existe toujours et s adresse à des infirmières déjà diplômées désireuses de se spécialiser en oncologie. Ces cours sont donnés entre autres par des médecins et infirmières de l Institut. Acquisition du premier laser thérapeutique en Belgique. Le laser est surtout utilisé pour les cancers débutants du col de l utérus mais aussi parfois pour l excision de volumineuses tumeurs, quelle qu en soit l origine. Création de l OECI. L Institut Jules Bordet est un des membres fondateurs de l Organisation of European Cancer Institutes qui regroupe actuellement plus de 60 centres du cancer en Europe. L équipe soignante en action à l ASTI er bébé éprouvette (Louise Brown) in vitro Découverte du PSA (Prostate Specific Antigen) Identification des oncogènes dans les cellules cancéreuses humaines Immunohistochimie

9 peau (Port-a-cath ), pour l'administration des médicaments injectables, produits sanguins, dérivés nutritionnels et prélèvements sanguins pour les patients dont le réseau veineux est déficient. Cette nouvelle technique facilite l administration et améliore la tolérance aux traitements. Les dispositifs d'accès veineux implantables facilitent l'administration des traitements. [ ] 1981 Création de l'admd (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) par le Professeur Yvon Kenis. Ce projet a toute son importance car il est précurseur des lois sur l'euthanasie en L implication des médecins de l Institut Jules Bordet se poursuit dans cet important débat éthique et philosophique. Création de l'esso (European Society of Surgical Oncology). Le Professeur Worald Mattheiem compte parmi les fondateurs. L Institut Jules Bordet abrite le secrétariat de l ESSO pendant 20 ans Création du Fonds Ariane. Ce fonds est destiné à soutenir financièrement la recherche contre la leucémie aiguë. Ariane, victime d une leucémie à 23 ans, avait souhaité que le combat mené contre sa maladie continue après elle. Ariane, 23 ans, a laissé derrière elle la fondation qui porte son nom Dispositifs d accès veineux implantables. L Institut Jules Bordet est parmi les premiers en Belgique à utiliser les dispositifs d accès veineux implantables sous la Création de la SIO (Société des Infirmières en Oncologie). Cette Société, pionnière en Belgique, est une initiative des infirmières de l Institut Jules Bordet. Elle rejoint d emblée la EONS (European Oncology Nursing Society), dont la célèbre membre fondatrice, Rosette Poletti, a inspiré l initiative belge Création de la première unité de psycho-oncologie en Belgique. Modèle pluridisciplinaire associant psychiatres et psychologues, cette unité offre non seulement au patient et à ses proches un soutien psychologique mais réalise aussi une recherche intensive sur les problèmes psychologiques associés au diagnostic de l affection cancéreuse et à ses traitements. L Institut crée la première clinique du sein d Europe. La législation sur les cliniques du sein ne viendra que bien plus tard, en Création du "Fonds Jean-Claude Heuson". Après le décès du Professeur Heuson, un fonds spécial est créé pour soutenir financièrement la recherche sur le cancer du sein à l Institut Jules Bordet. L Institut Jules Bordet organise le premier congrès sur les Soins Supportifs. Ce congrès est organisé via l ICSCO (International Consensus on Supportive Care in Oncology) qui deviendra en 1990 le MASCC (Multinational Association of Supportive Care in Cancer). Créé au départ de l Institut Jules Bordet, le MASCC est la première organisation internationale à se préoccuper des soins de soutien aux patients cancéreux. Le MASCC associe actuellement des experts de plus de 60 pays et édite une revue scientifique internationale: le journal Supportive Care in Cancer Identification du virus du SIDA Identification de l HPV en tant qu'agent du cancer du col utérin Accident de Tchernobyl

10 L'Institut Jules Bordet en 2009.

11 [ ] 1987 Création d une Clinique d Urologie. Cette clinique, inhabituelle dans un centre anti-cancéreux, est une des originalités de l Institut Jules Bordet. On y développe des techniques de laser pour l exérèse des polypes de la vessie, ainsi que l échographie endorectale. La chirurgie laparoscopique prendra le dessus sur la chirurgie classique des tumeurs prostatiques fin des années La maîtrise de cette technique s accroîtra pour être adoptée par la suite dans d autres indications de chirurgie mini-invasive comme les cystectomies et néphrectomies totales (exérèses de vessie et de rein) L Institut Jules Bordet est le premier en Belgique à réaliser des irradiations peropératoires. En cours d intervention chirurgicale, des tumeurs mammaires sont traitées par curiethérapie et des tumeurs abdominopelviennes sont irradiées à l aide de l accélérateur linéaire Ouverture d une consultation de la douleur. Première du genre en Belgique, elle combine l expertise des anesthésistes, internistes, neurologues et infirmiers. Création de l'unité de Réhabilitation. Par une meilleure prise en charge globale et pluridisciplinaire de la détresse de certains patients, elle améliore leur qualité de vie et facilite leur reprise des activités professionnelles et sociales après les traitements. L Institut Jules Bordet devient la référence nationale en radioprotection. Développée par le Professeur Janos Frühling, cette expertise confère au Service de Médecine Nucléaire de l Institut ce nouveau statut. Début 1990 Apparition de la notion de recherche translationnelle. La recherche translationnelle vise à intégrer dès que possible les résultats des recherches fondamentales en laboratoire dans les recherches cliniques au profit des malades : bench to bedside. Ce concept particulièrement développé à l Institut permettra de nombreuses avancées thérapeutiques. Le système DEXA, pour la mesure de la minéralisation osseuse Création de l'unité de Biostatistique, d Epidémiologie et de Prévention (UBEP). L UBEP prendra le nom de Data Centre en Il participe à la recherche épidémiologique pour déterminer les facteurs de risques et organiser la prévention, mais aussi à la recherche translationnelle et clinique pour mieux comprendre la maladie cancéreuse et optimiser son traitement. Administration avec succès de la combinaison TNF-alpha (Tumor Necrosis Factor) avec un agent alkylant. Certaines tumeurs comme le mélanome malin sont souvent localisées au niveau des bras ou des jambes : grâce à une technique de circulation extra corporelle, l'isolement du membre malade en cours d intervention chirurgicale permet sa perfusion avec une concentration élevée de médicament que ne supporterait pas l'organisme entier. Cette technique n est possible que grâce à la collaboration étroite entre le chirurgien et le chimiothérapeute. Un programme de désintoxication tabagique destiné au personnel des entreprises est créé. Il deviendra en 2000 le Centre de Désintoxication Tabagique avec le soutien des Amis de l Institut Bordet Acquisition du système DEXA. Le DEXA (dual energy X-ray absorbtionmetry) HOLOGIC QDR 1000 sert à mesurer la minéralisation osseuse. Cette technique d imagerie est importante pour le dépistage de l ostéoporose dans le suivi des traitements anticancéreux. Elle permet également la mesure automatisée des tassements vertébraux. Début de l informatisation du dossier médical. Il évoluera en 2001 vers un Dossier Médical Informatisé (DMI) multimédia via le programme ORIbase (Oncology Related Information base). Conçu à l Institut Jules Bordet, ORIbase a été primé au COMMON Europe and IBM System i Innovation Awards à Londres en Découverte du Récepteur Her-2/Neu surexprimé dans certains cancers du sein Chute du mur de Berlin Création du registre belge de donneurs de moelle interdiction de fumer dans les lieux publics en californie Légalisation de l'avortement en Belgique Eclatement de l URSS

12 [ ] 1994 Création et installation à l Institut de la première banque belge de sang de cordon (Belgian Cordon Blood Bank) avec le concours financier du Télévie. Création du BIG (Breast International Group). Créé à l initiative d experts européens, le BIG est un consortium indépendant et sans but lucratif menant des études cliniques à grande échelle dans le domaine du cancer du sein. Initié et coordonné à partir de l Institut Jules Bordet, ce modèle de collaboration internationale compte plus de institutions hospitalières dans 38 pays. Depuis sa création, plus de femmes ont participé à ses essais cliniques. Le TransBIG, réseau financé en partie par la Commission Européenne, regroupe une quarantaine d institutions de 21 pays. Son objectif est de promouvoir la recherche translationnelle. Il coordonne entre autres l étude MINDACT, premier essai clinique à utiliser une signature génomique pour décider d une stratégie thérapeutique dans le cancer du sein au stade précoce (www.breastinternationalgroup.org). L unité Br.E.A.S.T. (Breast European Adjuvant Study Team) de l Institut Jules Bordet, créée en 1997, est un important data centre fonctionnant pour le BIG. Il mène, en collaboration avec l industrie pharmaceutique, des études cliniques de phase III pivotales dans le traitement du cancer du sein. Le BioArchive System permet le stockage et la gestion d échantillons congelés de sang de cordon Acquisition du Système LIFE Laser Imaging Fluorescence Endoscope. Première en Europe dans le dépistage du cancer du poumon, cette forme d endoscopie par photo-détection est basée sur la différence d auto-fluorescence spontanée de la muqueuse bronchique normale et des lésions (pré)néoplasiques. Elle permet un diagnostic précoce de certaines tumeurs des voies bronchiques, impossibles à détecter par bronchoscopie classique. L Institut devient l un des 5 hôpitaux du réseau IRIS de la Région Bruxelloise. Interhospitalière Régionale d Institutions de Soins, l Institut fonctionne comme association indépendante avec personnalité juridique propre dans le cadre légal du Chapitre 12 de la loi sur les CPAS. réseau iris Identification du tabagisme passif comme carcinogène par l Agence pour la Protection de l Environnement Mort du Roi Baudouin

13 [ ] 1997 Le laboratoire d anatomie pathologique de l Institut est le premier en Belgique à utiliser l analyse FISH (Fluorescence In Situ Hybridation) pour la recherche de l expression de l antigène HER-2 dans le cancer du sein. Ci-dessus : Le logo de l'espace enfants - Bordet'n Kids, soutenu par les Amis de l'institut Bordet. Ci-dessous : Espace enfants: les enfants des patients sont aussi pris en charge. Création d'une Unité Aiguë de Soins Supportifs (U.A.S.S.) de 5 lits. L unité prodigue aux patients des soins supportifs et palliatifs. Introduction de la technique chirurgicale du ganglion sentinelle. L Institut innove en Belgique et figure parmi les premiers en Europe à éviter les conséquences des évidements chirurgicaux de ganglions lymphatiques à de nombreux patients grâce à cette technique, en particulier dans le cancer du sein Création de l Espace Enfants. Par le truchement d activités ludiques, il offre aux enfants des patients la possibilité d'être entendus et soutenus. Projet mené en collaboration avec les asbl Cancer et Psychologie et Amis de l'institut Bordet En Belgique, la 1 ère greffe haplo-identique (greffe semi-compatible) chez un patient atteint de leucémie se fait à l Institut. Autre première en Belgique à l Institut : une prostatectomie radicale entièrement réalisée par laparoscopie. Une autre nouvelle technique chirurgicale plus légère, la cryothérapie, est introduite dans les années 1990 en urologie dans le traitement du cancer du rein : du gaz argon puis de l hélium sont injectés dans des aiguilles enfoncées dans la lésion. L alternance de chaud et de froid détruit la tumeur en laissant une simple cicatrice Introduction du score MASCC (Multinational Association of Supportive Care in Cancer) dans les guidelines de l Infectious Diseases Society of America (IDSA). Le score MASCC est prédictif du risque de complications chez les patients neutropéniques fébriles. Ce concept, initié par l Institut, a permis de simplifier la prise en charge des patients. En cas de score prédisant un faible risque, le patient peut rentrer à domicile avec un simple traitement antibiotique oral Apparition de l'euro

14 L Hôpital de Jour rénové. Chambre de l'hôpital de Jour. [2001] 2001 Création du Registre du Cancer de l Institut Jules Bordet. Le Registre du Cancer de l Institut permet d alimenter le Registre National du Cancer et de suivre l efficacité des stratégies de traitement proposées à l Institut. Introduction de la technique américaine du CHIP (Chimio Hyperthermie Intra Péritonéale). Technique révolutionnaire en Belgique, elle permet d augmenter la survie des patients atteints de carcinomatose péritonéale d origine colorectale, de pseudomixomes et de mésothéliomes péritonéaux par l administration de chimiothérapie associée à de l hyperthermie dans le péritoine en cours d intervention chirurgicale. Traitement radio-immunologique des lymphomes non hodgkiniens de type B par l administration d'anticorps anti-cd20 humanisés marqués à l iode 131 radioactif. Ce type de radio-immunothérapie représente un grand progrès dans le traitement de ces cancers et est une première en Belgique. Acquisition d un Ablatherm pour le traitement des cancers prostatiques par ultrasons à haute fréquence (High Intensity Frequence Ultrasounds - HIFU). Une sonde échographique est introduite dans le rectum et détruit les foyers de cancers de prostate grâce à une augmentation de la température. Cette approche peu invasive est utilisée chez des patients qui ne remplissent pas les conditions pour d autres techniques. Inauguration de l'unité de pharmacologie clinique oncologique Anne Remy. Cette unité est composée de 3 chambres destinées aux études pointues de phase I sur de nouveaux médicaments anticancéreux. Achat du 1 er robot de micro-puces d ADN. Cette acquisition est pionnière en Europe. La technique des micro-puces permet d identifier les spécificités génomiques des cancers et de mieux prédire leur pronostic et leur comportement face aux traitements. Installation d un appareil PET (Positron Emission Tomography). Le contraste des images n est plus déterminé par la structure du tissu mais par ses caractéristiques métaboliques. On passe de l imagerie structurelle à l imagerie fonctionnelle ou métabolique. Aujourd hui le nouveau PET-CT permet d associer les modalités fonctionnelle et structurelle en combinant l image restituée par le PET avec celle fournie par le scanner, obtenues durant un même examen. Rénovation complète de l'hôpital de Jour. L'objectif est d offrir aux patients une ambiance et un confort de qualité. Le Professeur Martine Piccart est élue membre du Board de l ASCO (American Society of Clinical Oncology). L ASCO est la plus importante société scientifique d oncologie au monde. Cette nomination est un événement rare pour un cancérologue européen Attentat du World Trade Center Publication du séquençage du génome humain

15 [ ] 2002 Introduction de la colonoscopie virtuelle. Cette nouvelle technique est possible grâce à l acquisition d un nouveau scanner multi-barrettes. Utilisation du laser athermique pour le traitement des mucites buccales. Les mucites buccales (aphtes), très douloureuses, sont des effets indésirables de la radio et chimiothérapie Création du plateau de sénologie. Les techniques d imagerie de dépistage et de diagnostic du cancer du sein sont regroupées grâce à un don des Amis de l Institut Bordet. Numérisation totale du Service d Imagerie. Fini la production de clichés radiologiques! Les images circulent par voie informatique. Technique des Sirsphères. Nouvelle en Belgique, cette technique traite les cancers et métastases hépatiques par l injection de micro-billes radioactives dans les vaisseaux irriguant le foie. Elle repose sur une étroite collaboration entre la médecine nucléaire et l oncologie digestive Nouvelle technique de prothèses de membres pour les enfants atteints de tumeurs osseuses. Ces nouvelles prothèses peuvent croître en même temps que le membre grâce à un dispositif actionné par un aimant externe posé sur la peau. Premiers résultats de l étude HERA au congrès de l ASCO (American Society of Clinical Oncology). L étude HERA montre que l utilisation du trastuzumab (Herceptin ) en combinaison avec la chimiothérapie classique chez les femmes atteintes d un cancer du sein HER-2 positif non généralisé diminue de moitié le risque de récidive. Cette étude coordonnée par le BIG a débuté en 2001 et a enrôlé près de femmes Identification d une signature génétique déterminant l agressivité du cancer du sein. Découvert à l Unité de Génomique Fonctionnelle et de Recherche Translationnelle de l Institut grâce à la technique des micropuces, le grade génomique sera commercialisé par la firme Ipsogen en 2008 sous forme de test biologique. Participation de l'institut Jules Bordet à la création de l EHNS (European Head and Neck Society). Ce groupe multidisciplinaire s occupe de promouvoir les échanges, la recherche, la formation et la prévention dans le domaine des tumeurs cervico-faciales. Introduction de la technique d infusion des membres dans le traitement du mélanome. Insertion, sous contrôle radiologique et sous anesthésie locale, de fins cathéters dans les vaisseaux sanguins principaux du membre à traiter et infusion du médicament qui circule très lentement. Cette technique inédite en Europe est importée d Australie. Le Professeur M. Piccart devient Présidente de l'eortc. Inauguration de la maison "Les Tournesols". L asbl Julie et Françoise Drion y offre aux familles un hébergement à proximité de leur proche hospitalisé. Signature de l accord-cadre visant la reconstruction de l Institut Jules Bordet. L Institut Jules Bordet, l ULB, le CPAS de Bruxelles, la Ville de Bruxelles, IRIS et l Hôpital Erasme conviennent le 19 octobre 2005 de reconstruire l Institut à côté de l Hôpital académique Erasme à Anderlecht et d y concentrer les activités oncologiques du campus. La capacité de ce nouveau centre de référence de lutte contre le cancer passera de 154 à 250 lits. Les micro-puces utilisées par l Unité de génomique fonctionnelle 2002 Publication de la loi sur l'euthanasie en Belgique Loi sur les droits des patients Loi sur les Programmes de Soins en Oncologie organisant l oncologie dans les hôpitaux belges selon deux niveaux de services

16 [2007] 2007 Acquisition d'un appareil de recherche de cellules tumorales circulantes dans le sang. Testé à l Institut Jules Bordet et à l Institut National du Cancer à Milan, cet appareil permet la détection semi-automatique de cellules cancéreuses circulantes isolées dans le sang à l aide d anticorps spécifiques couplés à des billes magnétiques. L Institut Jules Bordet pratiquait déjà auparavant la détection des micrométastases ganglionnaires en per-opératoire par technique biomoléculaire. Démarrage de l étude ALTTO dans le cadre du Breast International Group. Le but de l étude ALTTO est d évaluer l utilisation du lapatinib en situation adjuvante, seul et en combinaison avec la Herceptin, chez les patientes présentant un cancer du sein HER-2 positif. Ouverte en 2007, l étude prévoit d inclure patientes dans sites répartis dans une cinquantaine de pays. Orchestrée par le BIG (Breast International Group) et le NCCTG (North Central Cancer Treatment Group), l étude ALTTO est supervisée conjointement par l Institut Jules Bordet et la Mayo Clinic (Floride). Ci-dessus : Le SPECT-CT associe l imagerie fonctionnelle à l imagerie structurelle. Ci-dessous : Le magnetom Verio, d'une puissance de 3 Tesla, première IRM dotée d'un tunnel à large ouverture. Rédaction du Livre Blanc du cancer. Onze médecins experts belges y participent dont deux de l Institut Jules Bordet. Le Livre Blanc incite les pouvoirs politiques à soutenir la recherche translationnelle et à lancer rapidement un Plan National de Lutte contre le Cancer en Belgique à l instar de la France. Acquisition du SomoVu. Cet appareil, un des premiers en Europe, est exploité en sénologie pour l obtention automatisée et le stockage d images échographiques en trois dimensions. La technique est basée sur la reconstruction d une image échographique de l organe à partir de clichés successifs de tranches de tissus pris à quelques mm d intervalle. Création en partenariat avec les Amis de l Institut Bordet du projet Bordet'n Family. Ce projet est destiné à aider les patients et leur entourage à gérer les répercussions de la maladie sur les relations des malades avec leurs proches et leurs enfants Arrêté Royal fixant les normes d'agrément pour les cliniques du sein Reconnaissance du titre de médecin spécialiste en oncologie médicale et de la compétence particulière en oncologie pour 13 spécialités de base 2008 laurette onkelinx, Ministre de la Santé Publique et des Affaires Sociales, lance le Plan National Cancer

17 [ ] 2008 Installation du SPECT-CT (Single Photon Emission Computed Tomography - Computed Tomography). Cette machine de médecine nucléaire se compose d une gamma caméra de la dernière génération (SPECT) et d un scanner (CT) qui restituent en un seul temps d examen sur une même image les caractéristiques structurelles et fonctionnelles des tissus. Cette technique permet le diagnostic et le suivi des métastases osseuses, la détection du ganglion sentinelle, le suivi des cancers thyroïdiens, le diagnostic des embolies pulmonaires, etc Acquisition d une nouvelle installation de résonance magnétique nucléaire de 3.0 Tesla. Cet appareil développe un champ magnétique très puissant et constitue à ce jour le système le plus accompli et le plus performant de diagnostic par résonance magnétique nucléaire sur le corps entier. Il a été acquis grâce aux Amis de l Institut Bordet et à la Loterie Nationale. Création d'une unité pilote d'onco-gériatrie. En partenariat avec l Hôpital St Pierre, cette unité assure une prise en charge spécifique et adaptée des patients cancéreux de plus de 70 ans. L'Institut Jules Bordet est certifié par l ESMO. L European Society for Medical Oncology reconnaît l Institut comme Designated Centre of Integrated Oncology and Palliative Care Première Table Ronde du comité de patients "Vaincre". Soutenu par le European Lung Cancer Working Party, ce comité entend faire du patient un partenaire de son oncologue. La Clinique du sein peut s appuyer sur deux nouvelles techniques de pointe. Un mammographe digital à compteur de photons permettant une nette diminution de l exposition des patientes aux rayons X tout en gardant une qualité d image excellente, ainsi qu un appareil de mammoscintigraphie très performant dans l identification et la caractérisation des lésions mammaires ont été acquis. Installation du Mobetron dans l une des salles d opération. Dans le traitement du cancer du sein, le Mobetron permet d administrer une dose unique de radiothérapie au cours de l intervention chirurgicale (Intra Operative Electronbeam Radio Therapy). Cette technique présente de grands avantages thérapeutiques mais aussi psychologiques en épargnant à la patiente plusieurs semaines de radiothérapie post-opératoire. Première Conférence Impakt. Organisée conjointement par le Breast International Group (BIG) et la European Society for Medical Oncology (ESMO), cet événement international a pour thème la recherche translationnelle dans le cancer du sein. Première conférence du genre en Europe, elle réunit trois jours durant les meilleurs chercheurs et cliniciens du monde entier pour échanger de façon multidisciplinaire les plus récentes avancées diagnostiques et thérapeutiques. [Le futur] 2009 Arrêté ministériel définissant le titre particulier d infirmier en oncologie, via une 4 ème année de spécialisation Construction du nouvel Institut Jules Bordet à côté de l Hôpital Erasme sur le Campus Universitaire de la Faculté de Médecine de l ULB, à Anderlecht. D une capacité de 250 lits, il continuera à offrir aux patients un environnement spécialisé et humain ainsi qu un ensemble de technologies innovantes à la pointe du progrès. Son ouverture est prévue en investiture de Barack Obama

18 Le futur bâtiment de l'institut Jules Bordet, prévu pour 2015.

19

20 Ensemble, faisons gagner la vie. Institut Jules Bordet - 1, rue Héger-Bordet Bruxelles Tél réseau iris

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu

Centre du sein. Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Centre du sein Tous les spécialistes Tous les équipements Un seul lieu Présentation Situé à la Maternité, le Centre du sein regroupe au même endroit toutes les expertises et tous les équipements nécessaires

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision

Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision DOSSIER DE PRESSE Progrès & radiothérapie, vers un meilleur accès aux techniques de haute précision Inauguration du CyberKnife M6 au Centre de Lutte Contre le Cancer Eugène Marquis de Rennes 20 février

Plus en détail

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis

Enseignement de la sénologie. M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Enseignement de la sénologie M. Espié Centre des maladies du sein Hôpital Saint Louis Un constat En France pendant les études médicales environ 3 heures sont consacrées au cancer du sein et quasiment aucune

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) :

Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Centre Régional Universitaire de Cancérologie (CeRUC) : Les meilleures expertises du CHU Amiens-Picardie rassemblées dans un pôle d excellence régional. Avril 2014 1 Communiqué de synthèse La prévention,

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

Définition de l activité de radiothérapie

Définition de l activité de radiothérapie Equipe médicale : Dr Claudine BEAUMONT-RAYMOND : 03 25 49 48 87 (secrétariat) Dr Dominique EYCHENNE : 03 25 49 47 56 (secrétariat) Dr Ulrich NIEWOEHNER : 03 25 49 47 82 (secrétariat) Définition de l activité

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie

Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Actualités du traitement du cancer Radiothérapie Véronique Vendrely Service d oncologie radiothérapie Hôpital Saint André Bordeaux Club des jeunes néphrologues 20 Mai 2006 Introduction Quelques bases pour

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages

Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages Centre Hospitalier Pontoise Service d Hématologie clinique et Thérapie cellulaire Bâtiment Médico-Chirurgical - 3 ème et 4 ème étages Chef de service : Dr Hugo GONZALEZ Accueil secrétariat 01 30 75 49

Plus en détail

Etendue des garanties : Traitements HOPITALIERS

Etendue des garanties : Traitements HOPITALIERS Etendue des garanties : Traitements HOPITALIERS Hébergement et repas en chambre simple ou double Consultations et diagnostic, y compris pathologie, radiologie, TDM (tomodensitométrie), IRM (imagerie par

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER De la prostate COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

La Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau

La Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau La Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau Son historique La Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau a été créée en 1990, par un groupe de parents et d amis d enfants atteints de cancer.

Plus en détail

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain

Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Ensemble, face aux cancers, aujourd hui et demain Après deux années de travaux, l Institut de cancérologie du Gard (ICG) ouvrira prochainement ses portes afin de lutter contre les pathologies cancéreuses,

Plus en détail

Le Centre Léon Bérard Un nouveau bloc opératoire pour la cancérologie de demain

Le Centre Léon Bérard Un nouveau bloc opératoire pour la cancérologie de demain Le Centre Léon Bérard Un nouveau bloc opératoire pour la cancérologie de demain Contact presse Nathalie Blanc / Maryline Céa 04 78 78 51 45 /51 86 communication@lyon.unicancer.fr 2 Communiqué de presse

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION

HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION HÔPITAL PRIVÉ SÉVIGNÉ INAUGURATION DOSSIER DE PRESSE VENDREDI 2 OCTOBRE 2009 SOMMAIRE L INAUGURATION DU 2 OCTOBRE 2009 p 4 La nouvelle Maison des Consultations L extension du bloc opératoire L HÔPITAL

Plus en détail

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie

Un numéro de téléphone pour un rendez-vous mammographie Dossier de presse Lyon, le 4 avril 2012 Cancer du sein : accompagner les patientes à chaque étape de leur maladie Une nouvelle plateforme à l hôpital de la Croix-Rousse Avec plus de 50 000 nouveaux cas

Plus en détail

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération

Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération PLAN CANCER 2003-2007 Inauguration d un accélérateur de particules de dernière génération consolidant le plateau technique du Centre Hospitalier Sud Francilien dédié à la cancérologie Mercredi 19 décembre

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

Programme Mammographie. Les examens complémentaires

Programme Mammographie. Les examens complémentaires Programme Mammographie Les examens complémentaires Le saviez-vous? Les différents examens complémentaires à une mammographie de dépistage servent bien souvent à exclure un cancer. Une intervention chirurgicale

Plus en détail

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone

Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Incidence du cancer en Belgique et dans la Communauté Germanophone Julie Francart, Katia Emmerechts, Liesbet Van Eycken Eupen, le 5 Avril 2011 Contenu Introduction Objectives Incidence du Cancer en Belgique

Plus en détail

Devenir acteur de santé

Devenir acteur de santé de cadres de santé d ambulanciers d auxiliaires de puériculture école d infirmiers de bloc opératoire des aides-soignants école d infirmiers anesthésistes Les écoles et instituts de formation aux professions

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer de la prostate G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer de la prostate Juin 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Introduction Cette brochure vise à vous familiariser avec la greffe de cellules hématopoïétiques (GCH). Elle présente en quelques

Plus en détail

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit.

L œil augmenté pourra 1) voir en transparence ; 2) voir l invisible ; 3) voir l infiniment petit. JACQUES MARESCAUX CHIRURGIE DU FUTUR GUIDÉE PAR L IMAGERIE NUMÉRIQUE Résumé Introduction L intégration dans une salle d opération des technologies informatiques et robotiques permet d augmenter la sécurité,

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse

Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le Centre Hospitalier Universitaire de Toulouse Le CHU de Toulouse assure 4 missions : le Soin, la Prévention, l Enseignement, la Recherche 4 ème CHU de France!180 000 patients hospitalisés!500 000 consultants!118

Plus en détail

Élaboré dans le cadre de la

Élaboré dans le cadre de la Traitements et soins Cancer du sein C O L L E C T I O N Recommandations Outil d aide à la décision Consensus d experts à partir de recommandations internationales Focus sur les indications de la radiothérapie

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

La médecine pour tous

La médecine pour tous Commission Nationale d Ethique pour la Médecine Humaine Académie Suisse Des Sciences Médicales La médecine pour tous Quid des cancers? Prof Pierre Yves Dietrich Chef du centre d Oncologie Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL Document préparé par : Edgard Nassif, M.D., MBA Présentateur

Plus en détail

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Données épidémiologiques 2008 2009 2010 2011 Total 1707 1623 1809 1755

Plus en détail

Ententes interprovinciales en assurance santé

Ententes interprovinciales en assurance santé 003 À l intention des directeurs généraux et des directeurs des finances des établissements hospitaliers autorisés à facturer des services hospitaliers rendus à des résidents des autres provinces et des

Plus en détail

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand :

1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : 1 ere semaine d information sur les cancers organisée au CHU de Clermont-Ferrand : information et communication au service des patients Chargé de communication et des missions culturelles 2011, la Fédération

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques pour vaincre le cancer

Les stratégies thérapeutiques pour vaincre le cancer Les stratégies thérapeutiques pour vaincre le cancer Valérie Kokoszka En 2016, pharma.be, l Association générale de l industrie du médicament, fête ses 50 ans. A cette occasion, nous revenons dans cette

Plus en détail

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE

UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE UN AGENT DE CONTRASTE CELLULAIRE POUR LA RMN DOTE D UN ÉNORME POTENTIEL CLINIQUE (Traduit et adapté d après Barentsz J. 2005. Intra Venous cellular MR contrast agent with an enormous clinical potential.

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels R Collomp - D Qualité II.3. Cer5fica5ons EHPAD 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations

Plus en détail

Je donne pour qu on trouve

Je donne pour qu on trouve Je donne pour qu on trouve En donnant, vous avez le pouvoir de faire progresser la recherche et les soins aux patients. Aidez-nous à atteindre l objectif de la première campagne de financement sur le myélome

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

www.cancerdusein.org

www.cancerdusein.org www.cancerdusein.org CHANTAL THOMASS ET LA CAISSE D EPARGNE S ASSOCIENT POUR SOUTENIR LA LUTTE CONTRE LE CANCER DU SEIN. À l occasion de la Journée des Droits de la Femme, Chantal Thomass et la Caisse

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Comment se déroule un don de sang placentaire?

Comment se déroule un don de sang placentaire? Don de sang placentaire Le sang placentaire (appelé aussi sang de cordon car il se trouve dans le cordon ombilical) est le sang qui est issu du placenta. Il renferme une grande quantité de cellules souches

Plus en détail

Accompagnement à domicile

Accompagnement à domicile Centre de santé et de services sociaux - Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Accompagnement à domicile Nathalie Bouchard, ARH Louise Bilodeau, Inf. Patrice Giasson, Erg. Sylvie Paquin, Inh.

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

La prise en charge du cancer de l endomètre

La prise en charge du cancer de l endomètre GUIDE PATIENT AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer de l endomètre Juillet 2011-1 - Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide, afin de vous informer sur le cancer

Plus en détail

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient!

Le dépistage du cancer de la prostate. une décision qui VOUS appartient! Le dépistage du cancer de la prostate une décision qui VOUS appartient! Il existe un test de dépistage du cancer de la prostate depuis plusieurs années. Ce test, appelé dosage de l antigène prostatique

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE

Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE Le Cancer en Tunisie UN CONTEXTE 1 Plan de la présentation Analyse de la situation Contexte épidémiologique Les principaux acquis Les principales insuffisances Stratégie de lutte contre le cancer 2010-2014

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN

INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN Calformed, 09/02/2007, Dr J.M Loez, Calais INDICATIONS CHIRURGICALES DANS LE CANCER DU SEIN I - RAPPEL DE LA CLASSIFICATION CLINIQUE DES CANCERS DU SEIN A - TUMEUR PRIMITIVE Tx non déterminé To pas de

Plus en détail

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation

Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Centre de SSR St Christophe Présentation du centre de Soins de Suite et de Réadaptation Historiquement le Centre SSR St Christophe était une Maison de Repos, La Désix, créée en 1958 sur la commune de Sournia.

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Résumé des prestations

Résumé des prestations Résumé des prestations Un tableau simple pour vous aider à choisir le niveau de couverture qui correspond à vos besoins Plan Santé International healthcare Choisissez le niveau de couverture qui vous convient:

Plus en détail

Indications de la radiothérapie

Indications de la radiothérapie traitements, soins et innovation MAI 2009 Indications de la radiothérapie CANCER Des vads COLLECTION recommandations & référentiels OUTIL D AIDE À LA DÉCISION CONSENSUS D EXPERTS À PARTIR DE RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance

Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Les lignes directrices de suivi des cancers les plus communs Volet survivance Alain Bestavros MD, FRCPC Hémato-oncologue Professeur adjoint de clinique Université de Montréal 25 septembre 2015 Je suis

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie

Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Coalition européenne contre le cancer du sein Document extrait du site Version imprimable Les traitements des cancers du sein - Chimiothérapie Oeuvre collective de la FNCLCC Extrait de Comprendre le cancer

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes

Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes AIDE À LA PRATIQUE Cancer du sein Quelles modalités de dépistage, pour quelles femmes? Chaque année, près de 49 000 cas de cancers du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie.

Plus en détail

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme

Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Un équipement de la dernière génération pour les examens de la Femme Le Mammographe Numérique avec tomosynthèse» au Centre Hospitalier de Valenciennes 1 Sommaire Contexte...p. 3 Une technologie de pointe

Plus en détail

LE PLAN CANCER 2014-2019

LE PLAN CANCER 2014-2019 LE PLAN CANCER 2014-2019 De la part de la porte-parole Najat Vallaud-Belkacem Mercredi 5 février 2014 Le 3 ème Plan cancer (2014-2019) a été présenté par le président de la République. Il sera doté de

Plus en détail

Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris

Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris Dossier de presse 2012 Après-midi «Voir le cancer» Samedi 13 octobre 2012 à Paris Contact presse Tél : 01 48 03 72 47 Charlotte RICHARD Courriel : communication@canceropole-idf.fr VOIR LE CANCER : une

Plus en détail

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale

Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale Normes spécifiques d agrément pour les programmes de résidence en chirurgie colorectale 2011 INTRODUCTION Toute université qui aspire à l'agrément d'un programme en chirurgie colorectale doit déjà parrainer

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Du diagnostic au traitement des cancers :

Du diagnostic au traitement des cancers : Quand le nucléaire soigne Du diagnostic au traitement des cancers : la radiothérapie Jean DATCHARY IUT Cherbourg-Manche Lundi 19 mars 2012 1 Deux grandes découvertes qui ne passent pas inaperçues 28/12/1895

Plus en détail

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U²

Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier. Evolution vers l U² Retombées du développement de la Chirurgie Ambulatoire au Sein de l etablissement Hospitalier Evolution vers l U² Docteur F Dravet ICO NANTES Reunion ARS septembre 2013 Intime conviction intérêt pour malades

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016

CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 RéSEAUX DE SANTé CANCéROLOGIE GéRONTOLOGIE SOINS PALLIATIFS DU VAL D OISE CATALOGUE DES FORMATIONS 2016 N agrément formation continue : 119 504 04 595 N agrément OGDPC : 4330 https://www.ogdpc.fr/ Programme

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale

Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale 1 er février 2013 Nouvelle version du Guide du bon usage des examens d'imagerie médicale Limiter l exposition des patients aux rayonnements ionisants Améliorer la qualité des soins Promouvoir l interdisciplinarité

Plus en détail

PARTENARIATS ENTREPRISES

PARTENARIATS ENTREPRISES 1 Le rendez-vous annuel de collecte de fonds de l Institut Pasteur 2 Un événement médiatique national Une opération de lancement : journée portes ouvertes, exposition événementielle à Paris et en régions.

Plus en détail

Les Comités de Thérapie du Cancer

Les Comités de Thérapie du Cancer Les Comités de Thérapie du Cancer L expérience des sarcomes au CUSM Robert E. Turcotte MD FRCSC Chaire Maurice E. & Marthe Muller Université McGill Professeur titulaire et Directeur, Division de chirurgie

Plus en détail

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE

VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE INFOS PATIENTS SEIN - PATHOLOGIE MAMMAIRE VOTRE PARCOURS DE SOINS EN PATHOLOGIE MAMMAIRE Bienvenue VOUS AVEZ RENDEZ-VOUS POUR UNE PREMIÈRE CONSULTATION EN SÉNOLOGIE. NOUS AVONS RÉALISÉ CETTE PLAQUETTE

Plus en détail

GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA

GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA DOSSIER DE PRESSE GUSTAVE ROUSSY / ASTRAZENECA Une alliance au service des patients CONTACTS PRESSE : Véronique Simon 01.45.03.56.58 / 06.68.86.32.30 / v.simon@ljcom.net GUSTAVE ROUSSY Christine Lascombe

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé

Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé Prise en charge multimodale du cancer du sein modèle du traitement ciblé M. Berlière Clinique du Sein Centre du Cancer Cliniques Universitaires St Luc Quand la cible n est pas seulement la tumeur mais

Plus en détail

Une salle plus adaptée pour les équipes

Une salle plus adaptée pour les équipes Depuis quelques semaines, le service de chirurgie vasculaire et cardiaque de la Clinique du Tonkin de Villeurbanne pratique ses interventions dans une toute nouvelle salle, pourvue d un équipement d imagerie

Plus en détail

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares»

Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» Cahier des charges «Centre de compétences maladies rares» (mars 2007) Ministère de la Santé et des Solidarités DHOS Bureau O4 1 Table des matières 1. DESCRIPTION DU CENTRE DE COMPETENCES...4 1.1 L'EQUIPE

Plus en détail