Apports thermiques avec collecteurs solaires pour de l eau chaude sanitaire dans la Maison de retraite Korian Pontlieue

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Apports thermiques avec collecteurs solaires pour de l eau chaude sanitaire dans la Maison de retraite Korian Pontlieue"

Transcription

1 Projet de recherche EPA-F4 éhabilitations des Etablissements pour Personnes Agées et Facteur 4 Apports thermiques avec collecteurs solaires pour de l eau chaude sanitaire dans la Maison de retraite Korian Pontlieue Annexe VII Cristian Cuevas Université de Concepción Octobre 2011 Partenariats du projet: UTeam (UTC) Énergies demain Philippe DEHAN architecte Elioth - ENIA Architectes Université de Concepción (Chili) Coordination générale : UTeam (UTC) Fondation Bâtiment Énergie

2

3 TABLE DES MATIÈES 1 INTODUCTION DESCIPTION DE L INSTALLATION ET DE LA METHODE DE CALCUL Méthode de calcul f-chart Calcul de la demande d énergie pour réchauffer l eau sanitaire Panneaux solaire de référence DONNEES D ENTEE DE LA METHODE DE CALCUL ayonnement sur les panneaux solaires Consommation d eau sanitaire Température de l eau du réseau Paramètres du modèle Emplacement disponible ESULTATS Analyse paramétrique pour estimer le taux de couverture ésultats pour une surface de transfert donnée CONCLUSIONS EFEENCES

4 Nomenclature A c : surface d échange des collecteurs, [m 2 ] A res : surface d échange du réservoir, [m 2 ] c w : chaleur massique de l eau, [J/kgK] F : facteur d évacuation de la chaleur du capteur solaire ' F : facteur modifié d évacuation de la chaleur du capteur solaire f : taux de couverture mensuel H t : moyenne mensuelle du rayonnement solaire incident quotidien dans le plan des capteurs, [J/m 2 ] L : charge de chauffage totale mensuelle, [J] L l : charge de chauffage due aux pertes du réservoir, [J] L w : charge de chauffage mensuelle de l eau, [J] M& c : débit capacitif minimum, [W/K] ( ) min M& w : débit d eau, [kg/s] N : nombre de jours dans le mois considéré T a : moyenne mensuelle de la température ambiante, [ºC] T amb : température ambiante, [ºC] T ref : valeur empirique de référence égale à 100 C, T w,ex : température de l eau de départ du système de chauffage, [ºC] T w,su : température de l eau du réseau, [ºC] ( U A) L : coefficient d échange global de l échangeur, [W/K] U L : coefficient global de pertes thermiques des collecteurs, [W/m 2 K] U res : coefficient global de pertes thermiques du réservoir, [W/m 2 K] V w,a : volume du réservoir actuel, [m 3 ] V w,ref : volume du réservoir de référence, [m 3 ] X : valeur adimensionnelle de la méthode f-chart X c : valeur adimensionnelle corrigée de la méthode f-chart Y : valeur adimensionnelle de la méthode f-chart Y c : valeur adimensionnelle corrigée de la méthode f-chart Z : valeur adimensionnelle de la méthode f-chart Symboles grecques ( τ α ) : moyenne mensuelle du produit de la transmissivité et de l absorptivité du capteur ε L : efficacité de l échangeur t : nombre de seconds par mois, [s] 3

5 1 INTODUCTION Dans cette étude on va explorer l utilisation d énergie solaire pour la production d eau chaude sanitaire dans la Maison de etraite Korian Pontlieue dans le cadre du projet EPA-F4 (éhabilitations des Etablissements pour Personnes Agées et Facteur 4). Pour cette analyse on utilisera la méthode f-chart, laquelle va permettre d estimer la surface d échange pour atteindre un taux de couverture acceptable. En parallèle à cette analyse on va estimer la surface disponible sur les toits et terrasses du bâtiment pour estimer à la fois la surface de collecteurs maximale qu on sait installer. La méthode d analyse utilisée dans cette étude considère une analyse mensuelle, laquelle sera ensuite intégrée pour avoir un résultat annuelle du système considéré. 4

6 2 DESCIPTION DE L INSTALLATION ET DE LA METHODE DE CALCUL 2.1 Méthode de calcul f-chart Pour développer l analyse du système de chauffage solaire d eau chaude sanitaire, on va utiliser la méthode f-chart [1]. Cette méthode considère le système présenté à la Figure 1. Ce système comporte d un circuit primaire qui capte l énergie solaire et qui la transfère vers le circuit d eau chaude sanitaire à travers un échangeur de chaleur. Le circuit d eau chaude sanitaire compte avec un système de stockage (réservoir) lequel est connecté avec le réseau d eau froide et le point de consommation d eau chaude. Figure 1 : système de chauffage considéré par la méthode f-chart Cette méthode utilise les deux paramètres adimensionnels suivants : X = F Y = F U L F F ( τ α ) ' n F F ( T T ) ' ref a Ac t L ( τ α ) Ac H t N ( τ α ) L n Le paramètre X doit être corrigé pour le système présenté à la Figure 1 avec la corrélation suivante : X X c 116, + 118, T = w + 386, T 100 T a w,su 2, 32T a Avec ces paramètres il est possible de déterminer le taux de couverture mensuelle f du système solaire. f = ,029Y 0,065 X c 0,245Y + 0,0018 X c + 0,0215Y La méthode f-chart est valable pour un réservoir d une capacité de 75 l/m 2 de surface de collecteur. Si on utilise un réservoir avec une capacité différente, il faut corriger la valeur du paramètre X comme suit : 5

7 X X c V = V w,a w,ref 0,25 Il existe une autre correction qu il faut introduire dans le cas où on utilise un échangeur de chaleur avec des caractéristiques différentes à celles utilisées dans la formulation de cette méthode. Cette correction se réalise avec les relations suivantes : ε L Z = ( M& c) ( U A) L min Y c 0, 139 = 0, , 65 exp Y Z Pour le développement du modèle, il a été utilisé une valeur de Z = 2. Pour une valeur de Z différente, il faut utiliser la correction précédente. Dans la pratique Z varie entre 1 et 3. Cette méthode a été validée dans les conditions présentées au Tableau 1. Tableau 1: plage des valeurs utilisées pour la validation du modèle f-chart Paramètre Plage ( τ α ) n 0,6 0,9 ' F A m 2 c U 2,1 8,3 W/m 2 K L β 30 90º ( U A) h W/K 2.2 Calcul de la demande d énergie pour réchauffer l eau sanitaire L énergie qu on doit fournir au système est celle nécessaire pour réchauffer l eau et pour compenser les pertes vers l ambiance des réservoirs : L = L w + L l Où L w est l énergie nécessaire pour réchauffer l eau sanitaire : L w = M& w c w ( T T ) w,ex w,su Et L l est l énergie «perdue» vers l ambiance par le réservoir : L l = U res A res ( T T ) w,ex amb T amb est la température ambiante où est installé le réservoir, que dans ce cas-ci on la considère comme constante pendant toute l année et avec une valeur égal à 20ºC. 6

8 2.3 Panneaux solaire de référence Pour les panneaux solaires on va utiliser comme référence un collecteur Viessmann modèle Vitosol 200 avec les caractéristiques techniques présentées au Tableau 2. Tableau 2 : caractéristiques techniques et géométriques du collecteur 7

9 3 DONNEES D ENTEE DE LA METHODE DE CALCUL 3.1 ayonnement sur les panneaux solaires Le rayonnement sur les panneaux solaires doit être objet d une étude pour déterminer l inclinaison optimale des collecteurs qui maximise l énergie solaire incidente sur la surface de l absorbeur. Dans cette analyse on a considéré les données météos de la ville de Tours, pour lesquelles on a exploré plusieurs inclinaisons en allant de 20 à 50º. Les résultats obtenus sont présentés au Tableau 3. Mois T a Tableau 3 : rayonnement sur les panneaux solaires H t [kj/m 2 ] 20º 25º 30º 35º 40º 45º 50º [ºC] Janvier 3, Février 4, Mars 8, Avril 10, Mai 14, Juin 17, Juillet 19, Août 19, Septembre 16, Octobre 12, Novembre 7, Décembre 4, Totale annuelle D après ces résultats l inclinaison optimale pour les collecteurs est de 35, on utilisera donc les valeurs correspondantes à cette inclinaison pour l analyse qui suit. 3.2 Consommation d eau sanitaire La température de l eau chaude fournie par le système de chauffage doit se trouver entre 35 et un maximum de 60ºC. La plupart des références qu on trouve sur les consommations d eau sont basées sur une température de 60ºC, valeur qu on retiendra pour cette étude. En ce qui concerne le besoin d eau chaude sanitaire des chambres des maisons de retraite on trouve plusieurs valeurs dans les références spécialisées. Braud [2] propose une consommation d eau chaude sanitaire à 60ºC de 40 l/lit/jour. D après Dubreuil et Giraud [3] la consommation d eau chaude sanitaire à 60ºC dans les chambres de maisons de retraite est de 60 l/lit/jour. Cette même référence propose aussi tenir compte des effets saisonniers des consommations d eau mensuelles dans l établissement. Cette correction n est pas précisément proposée pour les maisons de retraite, mais on va l utiliser car elle semble assez logique pour touts les systèmes de chauffage d eau sanitaire. Les facteurs de corrections son ceux qui se trouve au Tableau 4. 8

10 Tableau 4 : répartitions mensuelles des consommations d eau Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre 1,25 1,20 1,10 1,05 1,00 0,80 0,50 0,60 0,90 1,05 1,15 1,40 A ces valeurs il faut rajouter les consommations d eau dans la cuisine. Braud [2] suggère une consommation entre 9 et 10 l/repas pour les cuisines des maisons de retraite avec lave-vaisselle. Dans cette étude on ne va que considérer les consommations d eau des chambres pour un total de 107 lits, car elles devraient être les plus importantes et assez juste pour l emplacement disponible du système qu on sait installer dans ce bâtiment. 3.3 Température de l eau du réseau Une autre valeur qui doit être considéré dans la modélisation est la température de l eau du réseau, laquelle dans ce cas-ci a été obtenue de la page de Tecsol [4] pour la ville de Le Mans. Les valeurs sont présentées au Tableau 5. Tableau 5 : température de l eau du réseau T w, su [ºC] Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre 7,5 7,8 9,4 11,0 12,0 14,0 15,0 15,0 14,0 11,0 9,3 7,8 3.4 Paramètres du modèle Pour développer ce modèle on a défini les paramètres suivants : F F F F ( τ α ) 0, 79 n = W U L = 6, 5 m 2 K ' = ( τ α ) ( τ α ) U res 0,98 n = 0,94 W = 0, 65 m 2 K 9

11 3.5 Emplacement disponible Si on tient compte de l écart minimum qu il faut respecter entre les collecteurs, présenté à la Figure 3 (Petitjean [5]), et de la surface disponible sur les terrasses, on peut estimer la quantité de panneaux solaires qu on sait installer dans ce bâtiment. 3 m Figure 3 : distance minimale qu il faut avoir entre deux files de collecteurs D après les Figures 4, 5, 6 et 7 on sait installer 34 panneaux sur la terrasse du niveau 6, 24 sur la terrasse du niveau 5, 12 collecteurs sur la terrasse du niveau 4 et 52 sur le toit du niveau 3. En total en peut installer 122 panneaux, c.à.d. une surface d échange de 284 m 2. Figure 4 : emplacement des panneaux sur la terrasse du niveau 6 10

12 Figure 5 : emplacement des panneaux sur la terrasse du niveau 5 Figure 6 : emplacement des panneaux sur la terrasse du niveau 4 11

13 Figure 7 : emplacement des panneaux sur la terrasse du niveau 3 4 ESULTATS 4.1 Analyse paramétrique pour estimer le taux de couverture D après Petitjean [5], un taux de couverture annuel entre 50 et 70% est un bon compromis économique pour les installations solaires. On retiendra une valeur de 60% pour l analyse qui suit. Dans un premier cas on va analyser l effet de la surface totale installée des collecteurs sur le taux de couverture pour deux demandes d eau : 40 et 60 l/lit/jour, résultats qui se trouvent à la Figure Taux de couverture [-] l/lit/jour 40 l/lit/jour A c [m 2 ] Figure 8 : taux de couverture pour différentes surfaces installées 12

14 D après ces résultats, si on veut avoir un taux de couverture de 60% il faut une surface d échange installée qui doit être entre 185 et 275 m 2. En considérant une surface d ouverture de 2,33 m 2 des collecteurs de référence, il faut installer entre 80 et 118 collecteurs. Si on considère maintenant la surface de panneaux (284 m 2 ) qu on sait installer dans ce bâtiment, on peut dire qu on peut avoir un taux de couverture qui se trouve entre 60 et 70%. 4.2 ésultats pour une surface de transfert donnée On va fixer maintenant la surface des panneaux qu on peut installer dans cette maison pour déterminer les apports solaires pour touts les mois pour une consommation d eau de 60 l/lit/jour. On va donc fixer une surface installée de 284 m 2. Les résultats obtenus sont présentés au Tableau 6. On observe que pour les mois de juin, juillet et août le système fournie plus d énergie que la nécessaire pour réchauffer l eau à 60ºC, ce qui peut entrainer des températures d eau trop élevées dans le système si on ne prévoit pas un système pour dégager cette excès d énergie. En peut aussi utiliser cet excès d énergie pour le chauffage de l eau de la cuisine pendant ces mois. Le taux de couverture minimum se trouve en décembre, avec un 5,2 %. La différence devra être couvert par un système auxiliaire, qui peut être le système qui est utilisé actuellement. Dans ces conditions le système avec des panneaux solaires fournie un 60,9 % de l énergie nécessaire pour la consommation d eau sanitaire des chambres. Tableau 6 : performance mensuelle et annuelle du système de chauffage Mois H t [J/m 2 ] T a [ºC] L [J] X c Y f fl [J] Janvier 6.247E E E+10 Février 1.036E E E+10 Mars 1.436E E E+10 Avril 1.864E E E+10 Mai 1.917E E E+10 Juin 2.073E E E+10 Juillet 2.195E E E+10 Août 2.062E E E+10 Septembre 1.714E E E+10 Octobre 1.148E E E+10 Novembre 8.169E E E+10 Décembre 4.824E E E+09 Total 5.110E E+11 Si le système de chauffage est dimensionné pour seulement chauffer l eau des chambres, pour éviter ce problème de réchauffement, on pourrait dimensionner le système pour satisfaire le 100 % de demande d eau chaude sanitaire pour le mois où on risque d avoir le réchauffement le plus élevé. Ces résultats sont présentés au Tableau 7. 13

15 Le taux de couverture de ce système est de 41,7%, pour une surface d échange de 121 m 2, c.à.d. une installation avec 52 panneaux solaires. Dans ce cas c est le mois de juillet qui est utilisé pour le dimensionnement du système. Tableau 7 : performance mensuelle et annuelle du système de chauffage Mois H t [J/m 2 ] T a [ºC] L [J] X c Y f fl [J] Janvier 6.247E E E+09 Février 1.036E E E+10 Mars 1.436E E E+10 Avril 1.864E E E+10 Mai 1.917E E E+10 Juin 2.073E E E+10 Juillet 2.195E E E+10 Août 2.062E E E+10 Septembre 1.714E E E+10 Octobre 1.148E E E+10 Novembre 8.169E E E+09 Décembre 4.824E E E+08 Total 4.999E E+11 5 CONCLUSIONS Avec l analyse présenté dans cette étude on a démontre que dans la Maison de retraite Korian Pontlieue il y a moyen d installer un système de chauffage par panneaux solaires qui peut au moins satisfaire la demande d eau chaude sanitaire des chambres, avec un taux de couverture de l ordre de 61%. A cette première étude il faut faire d autres études complémentaires, comme une étude technique pour déterminer la faisabilité de l installation de ce système sur les toits et terrasses et une étude économique pour voir la rentabilité de ce système. 14

16 EFEENCES [1] J. A. Duffie, W. A. Beckman, Solar Engineering of the Thermal Processes, (second ed.), John Wiley & Sons Inc., New York (1991). [2] P. Braud. Eau Chaude Sanitaire, Techniques de l Ingénieur (1996). [3] G. Dubreuil, A. Giraud, Calculs pratiques de plomberie sanitaire : Eau froide, eau chaude, évacuations, Les éditions parisiennes (EDIPA) (2008). [4] Tecsol, Eau Chaude Solaire - Manuel pour la conception, le dimensionnement et la réalisation des installations collectives (ADEME 2002). [5] C. Petitjean. Eau Chaude Sanitaire Solaire - Application à l individuel et au collectif - Guide pour l installateur. COSTIC (Comité Scientifique et Technique des Industries Climatiques). 15

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

Etude technico-économique d une installation de chauffage solaire à usage industriel

Etude technico-économique d une installation de chauffage solaire à usage industriel Revue des Energies Renouvelables SIENR 14 Ghardaïa (2014) 135 139 Etude technico-économique d une installation de chauffage solaire à usage industriel K. Kaci 11, M. Kouadri 2, M. Merzouk 3 N. Kasbadji

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC)

Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Les Chauffe-Eau Solaires Collectifs (CESC) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs d une installation solaire collective de production d ECS. Date 1 3/ 12/2012

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Optimisation des Surfaces de Captation des Installations Solaires de Chauffage d Eau Collectif

Optimisation des Surfaces de Captation des Installations Solaires de Chauffage d Eau Collectif Rev. Energ. Ren. : Chemss 2000 25-31 Optimisation des Surfaces de Captation des Installations Solaires de Chauffage d Eau Collectif S. Sami l, A. Hamid 2, D. Lafri 1, D. Semmar l et R. Kharchi l 1 Centre

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI)

Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Les Chauffe-Eau Solaires Individuels (CESI) Cette fiche décrit la façon de renseigner dans Clima-Win les éléments constitutifs de l installation solaire de production d ECS. Date 0 2 / 1 0 /2013 V ersion

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI)

L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) L offre DualSun pour l eau chaude sanitaire (CESI) CESI signifie Chauffe-eau Solaire Individuel. L offre CESI est adaptée à tous les bâtiments qui ont des besoins en eau chaude sanitaire. L installation

Plus en détail

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix

Fiche d application du Titre V RT2012 Module Thermique avec ECS accumulée Logix Module Thermique avec ECS accumulée Logix Arrêté ministériel du 27 janvier 2015 Module Thermique d Appartement Logix avec affichage des consommations de chauffage et d eau chaude sanitaire Module de distribution

Plus en détail

ETUDE PARAMETRIQUE ET CONCEPTION D UN PROTOTYPE DE CAPTEUR PLAN POUR CHAUFFE EAU SOLAIRE

ETUDE PARAMETRIQUE ET CONCEPTION D UN PROTOTYPE DE CAPTEUR PLAN POUR CHAUFFE EAU SOLAIRE ETUDE PARAMETRIQUE ET CONCEPTION D UN PROTOTYPE DE CAPTEUR PLAN POUR CHAUFFE EAU SOLAIRE SELLAMI Rabah 1, KASBADJI MERZOUK Nachida 1 et OMARI Tariq 1 1: Unité de Développement des Equipements Solaires

Plus en détail

Innovation. La communauté solaire Drake Landing

Innovation. La communauté solaire Drake Landing www.dlsc.ca Innovation. La communauté solaire Drake Landing La communauté solaire Drake Landing (CSDL) est un quartier de 52 maisons, organisé selon un plan directeur, situé dans la ville d Okotoks, en

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen

Journée Infra 7 février 2012 JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT. SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen JOURNEE INFRA 2012 ENERGIE: PRODUCTION ET TRANSPORT SITUATION EN MATIERE D ENERGIE SOLAIRE Bernard Thissen Index 1) Technologies solaires 2) Les avantages de l énergie solaire thermique 3) La production

Plus en détail

Exercice 1 : Chaudière

Exercice 1 : Chaudière Exercice 1 : Chaudière Les grandeurs suivantes ont été relevées sur une chaudière (située à Lausanne), d une puissance de 13kW : Nombre d heures de fonctionnement : 820 [h/an] Puissance de maintien de

Plus en détail

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol -Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase Energie Solaire SA Version 16.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-solaire.com 1/29 Energie Solaire SA: Fondée

Plus en détail

CONCEPTION, DÉVELOPPEMENT ET FABRICATION EUROPÉENNE BLOC SOLAIRE EAU CHAUDE SANITAIRE GRANDS VOLUMES CHAUFFAGE CENTRAL CHAUFFAGE DE PISCINES

CONCEPTION, DÉVELOPPEMENT ET FABRICATION EUROPÉENNE BLOC SOLAIRE EAU CHAUDE SANITAIRE GRANDS VOLUMES CHAUFFAGE CENTRAL CHAUFFAGE DE PISCINES CONCEPTION, DÉVELOPPEMENT ET FABRICATION EUROPÉENNE BLOC SOLAIRE EAU CHAUDE SANITAIRE GRANDS VOLUMES CHAUFFAGE CENTRAL CHAUFFAGE DE PISCINES ÉCONOMIE CONFORT ÉCOLOGIE JOUR ET NUIT, QU IL PLEUVE OU QU IL

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Séminaire. Chauffage dans les immeubles à appartements. LE SOLAIRE THERMIQUE Stéphane Barbier. Service Facilitateur du Bâtiment Durable

Séminaire. Chauffage dans les immeubles à appartements. LE SOLAIRE THERMIQUE Stéphane Barbier. Service Facilitateur du Bâtiment Durable Séminaire Chauffage dans les immeubles à appartements LE SOLAIRE THERMIQUE Stéphane Barbier Service Facilitateur du Bâtiment Durable Plan de l exposé Le solaire thermique Marché L installation ST Dimensionnement

Plus en détail

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide Solar eating System Factsheet (SSF) - Dossier guide Les Factsheets (feuille de données) publiés sur la page Internet de SPF résument les résultats des tests des systèmes solaires pour la production d eau

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

L EAU CHAUDE DES PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES INVENTION SLOVAQUE BREVETÉE LES CHAUFFE-EAU HYBRIDES LOGITEX CATALOGUES DES PRODUITS

L EAU CHAUDE DES PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES INVENTION SLOVAQUE BREVETÉE LES CHAUFFE-EAU HYBRIDES LOGITEX CATALOGUES DES PRODUITS L EAU CHAUDE DES PANNEAUX PHOTOVOLTAÏQUES INVENTION SLOVAQUE BREVETÉE LES CHAUFFE-EAU HYBRIDES LOGITEX CATALOGUES DES PRODUITS Les chauffe-eau LOGITEX représentent une nouvelle solution révolutionnaire

Plus en détail

Cliquer ici pour obtenir la version complète.

Cliquer ici pour obtenir la version complète. Cliquer ici pour obtenir la version complète. www.elektor.fr/nrj Chauffe-eau solaire individuel (CESI) (dossier pédagogique destiné aux enseignants) Objectifs : S INFORMER des différentes structures d

Plus en détail

Tableau de bord de suivi simplifié pour installation solaire thermique collective

Tableau de bord de suivi simplifié pour installation solaire thermique collective pour installation solaire thermique collective Tableau de suivi permettant de consigner les relevés de comptage effectués manuellement sur une installation solaire thermique collective Préambule La connaissance

Plus en détail

Programme de Promotion de l Utilisation du Chauffe-eau Solaire en Tunisie

Programme de Promotion de l Utilisation du Chauffe-eau Solaire en Tunisie Programme de Promotion de l Utilisation du Chauffe-eau Solaire en Tunisie ANNEXE 1 Spécifications Techniques d admissibilité des chauffe-eau solaires au programme Page 1 sur 5 1- Admissibilité des chauffe-eau

Plus en détail

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014

Fiche d application du Titre V Système RT2012 «Chauffe-eau thermodynamique Cylia EAU / Xiros EAU» Validé le 1 er décembre 2014 Fiche d application du Titre V Système RT2012 Validé le 1 er décembre 2014 Xiros EAU - 100 L - 150 L Cylia EAU - 200 L - 300 L 1. Le PRINCIPE Les chauffe-eau thermodynamiques Xiros EAU et Cylia EAU, captent

Plus en détail

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN

Avec DUOSUN. Avant DUOSUN La dernière invention DUOSUN est un capteur solaire thermique qui fonctionne bien mieux. Il est moins cher et est plus propre que les autres produits actuellement disponibles. Ce capteur est destiné à

Plus en détail

La méthode "FSC" : un outil très puissant

La méthode FSC : un outil très puissant La méthode "" : un outil très puissant Thomas Letz, INES Education thomas.letz@ines-solaire.fr Un système solaire combiné (SSC) est une installation solaire thermique fournissant de l'énergie provenant

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 5 octobre 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative à la prise en compte

Plus en détail

CAPTEURS THERMOSOLAIRE

CAPTEURS THERMOSOLAIRE CAPTEURS THERMOSOLAIRE CAPTEURS THERMOSOLAIRE CATEGORIE Constructions neuves Les capteurs thermosolaires sont destinés à transformer le rayonnement solaire pour chauffer un fluide caloporteur. La chaleur

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

Rapport chiffré sur le fonctionnement et le rendement d un chauffe-eau solaire

Rapport chiffré sur le fonctionnement et le rendement d un chauffe-eau solaire Rapport chiffré sur le fonctionnement et le rendement d un chauffe-eau solaire Introduction Afin de pallier le problème de réchauffement climatique, la Région Wallonne encourage les particuliers à installer

Plus en détail

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux

La rentabilité de l énergie solaire n est plus à prouver dans de nombreux Les architectes ont un rôle clé à jouer dans le développement des énergies renouvelables pour pouvoir utilement conseiller un maître d ouvrage vers la solution la plus adaptée. OBJECTIF Ce guide propose

Plus en détail

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Stéphane GIBOUT*, Erwin FRANQUET, Jean CASTAING-LASVIGNOTTES,

Plus en détail

6 SOLUTIONS DE COUPLAGE 6

6 SOLUTIONS DE COUPLAGE 6 ERM AUTOMATISMES INDUSTRIELS 280 Rue Edouard Daladier 84973 CARPENTRAS Cedex Tél : 04 90 60 05 68 - Fax : 04 90 60 66 26 Site : http://www.erm-automatismes.com/ E-Mail : Contact@erm-automatismes.com 1

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd 3.1 La consommation d éd Contenu Lien vers la PEB Bases techniques Applications Synthèse Lien vers le logiciel PEB 2 Liens vers la PEB Les 3 volets 1.

Plus en détail

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air

Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Energie et bâtiments (10) L étanchéité à l air Depuis de nombreux mois, nous avons parcouru ensemble pas à pas les différents aspects qui permettent d isoler au mieux un bâtiment. Nous avons ainsi analysé

Plus en détail

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada Introduction aux eau solaires chauffe- eau Ressources naturelles Canada Natural Resources Canada Chauffe-eau solaires L énergie solaire est une source d énergie propre et abondante qui peut nous aider

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE

Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE Etude de faisabilité : SOLAIRE THERMIQUE Dans cette partie, nous analyserons la pertinence de l'installation de panneaux solaires thermiques dans le but de soutenir la production d'eau chaude sanitaire.

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

Chauffe-eau solaire collectif-cesc

Chauffe-eau solaire collectif-cesc Chauffe-eau solaire collectif-cesc Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : U22win de PERRENOUD Version du 06/02/2015 Présentation La présente fiche décrit le principe et la saisie d un chauffe-eau

Plus en détail

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base

Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base NBN EN 12831:2003 prnbn EN 12831 ANB Christophe Delmotte, Ir Laboratoire Mesure de prestations d Installations Techniques CSTC - Centre Scientifique

Plus en détail

Extrait de la réglementation thermique RT2012

Extrait de la réglementation thermique RT2012 Extrait de la réglementation thermique RT2012 LES EXIGENCES Pour répondre à la RT 2012 il conviendra de respecter 3 exigences : - Bbio > Bbio max - Cep > Cep max - Tic > Tic de référence LE COEFFICIENT

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS) : conception et régulation

Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS) : conception et régulation Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS) : conception et régulation Bruxelles Environnement PRODUCTION DE CHALEUR: CARACTERISTIQUES DE SYSTEMES INNOVANTS Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE

JORF n 0301 du 28 décembre 2007. texte n 5 ARRETE JORF n 0301 du 28 décembre 2007 texte n 5 ARRETE Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine NOR: DEVU0763823A Le ministre

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

JE CHOISIS. Radiateurs électriques

JE CHOISIS. Radiateurs électriques JE CHOISIS Radiateurs électriques JE CHOISIS Un radiateur électrique En matière de radiateurs électriques, trois technologies différentes s offrent à vous : l inertie, le panneau rayonnant et le convecteur.

Plus en détail

Chauffe eau solaire. Système

Chauffe eau solaire. Système Système Chauffe eau solaire I. INTERÊT Utiliser le soleil pour chauffer l eau sanitaire est une idée qui paraît d une logique implacable. Le principe des chauffe-eau solaires est simple et la technique

Plus en détail

LE SOLEIL. Source d énergie gratuite, pour tout le monde

LE SOLEIL. Source d énergie gratuite, pour tout le monde LE SOLEIL Source d énergie gratuite, pour tout le monde Petite histoire. - Le soleil est, depuis des millions d années, la source d énergie la plus importante sur terre. Les rayons solaires qui parviennent

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 4 janvier 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Contenu et but Cette aide à l application traite de la procédure à suivre et des exigences à respecter pour la conception,

Plus en détail

IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase

IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase IceSol - Système de chauffage avec pompe à chaleur solaire et stock à changement de phase ENERGIE SOLAIRE SA, Bernard Thissen www.energie- solaire.com JPPAC 15, Lausanne 10.03.2015 ENERGIE SOLAIRE SA www.energie-

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 29 octobre 2012 relatif à l agrément de la demande de titre V relative à la prise en compte

Plus en détail

EE22 : chauffe eau solaire collectif

EE22 : chauffe eau solaire collectif EE22 : chauffe eau solaire collectif Table des matières 1. Caractériser l association des sources 1.1. Architecture du système 1.2. Caractérisation du besoin 1.2.1. Profil de puisage 1.2.2. Profil de la

Plus en détail

Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température

Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température Survol des différentes technologies en géothermie de très basse température Philippe Pasquier Département des génies civil, géologique et des mines 7 mars 2012 7 mars 2012 Conférence du GRIES page 1 Plan

Plus en détail

CESI Classique. Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013

CESI Classique. Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013 CESI Classique Fiche d intégration dans le logiciel RT2012 : ClimaWin de BBS Slama Version 4.1.5.3 du 27/05/2013 Présentation Le présent document décrit la saisie et la prise en compte d une chaudière

Plus en détail

Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires. Catalogue

Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires. Catalogue Itho Daalderop Chauffe-eau solaires et capteurs solaires Catalogue 2 Les chauffe-eau solaires Itho Daalderop propose deux modèles de chauffe-eau solaires, le Solior et le Préchauffeur. Le Solior est un

Plus en détail

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973

Ballon tampon. Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon tampon Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Ballon Tampon BT Ballon tampon avec isolation, pour couplage avec chaudière bois, 4 départs, 4 retours, 4 raccordement sonde/thermomètre,

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Conception et regulation d installations techniques Bruxelles Environnement PRODUCTION DE CHALEUR: CARACTERISTIQUES DE SYSTEMES INNOVANTS Jonathan FRONHOFFS Cenergie scrl Objectif(s)

Plus en détail

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE

RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE RESIDENCE DINETARD BRICE FEBVRE GRDF JEAN PASCAL AGARD ATMOSPHERE PAC absorption gaz Le site de la Résidence Dinetard à Toulouse SOMMAIRE Le site instrumenté Etudes de dimensionnement : 1, 2 ou 3 PAC??

Plus en détail

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001

BÂTIMENT. Article publié dans Porc Québec Août 2001 MAÎTRISER LA VENTILATION MINIMUM POUR DIMINUER LES COÛTS DE CHAUFFAGE Article publié dans Porc Québec Août 2001 BÂTIMENT FRANCIS POULIOT Ingénieur agricole Centre de développement du porc du Québec Avec

Plus en détail

Fiche technique détaillée du panneau DualSun

Fiche technique détaillée du panneau DualSun Fiche technique détaillée du panneau DualSun Table des matières I. Caractéristiques physiques du panneau DualSun... 2 a. Dilatation différentielle... 2 II. Caractéristiques photovoltaïques... 3 a. Augmentation

Plus en détail

L enjeu de la ventilation

L enjeu de la ventilation L enjeu de la ventilation Laurent Cabau France Air L enjeu de la ventilation Sous deux aspects: Réglementaire et Sanitaire Besoins, débits Techniquement et réglementaire Simple flux autoréglable Simple

Plus en détail

Retour d'expérience installations solaires thermiques

Retour d'expérience installations solaires thermiques Retour d'expérience installations solaires thermiques Asder Xavier Cholin 17 février 2011 Plan 1.Rapide présentation d INES 2.Particularités du 3.Suivi de CESI (TélésuiWeb) 4.Suivi de Systèmes Solaires

Plus en détail

Capitalisation 2013 Plan

Capitalisation 2013 Plan Capitalisation 2013 Plan 2 L échantillon 1. Les consommations mesurées 2. L impact des conventions (climat et occupation) 3. Les performances du bâti et des systèmes 4. Le confort thermique L échantillon

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Le chauffe-eau solaire

Le chauffe-eau solaire Avril 2007 (mise à jour 2010) Chambre d Agriculture du Cantal Le chauffe-eau solaire En réponse à la demande d eau chaude nécessaire, le chauffe-eau solaire peut être une solution pertinente puisqu en

Plus en détail

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010

Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Récupération et valorisation des calories des réseaux d assainissement 05/11/2010 Philosophie Constat : Les eaux usées recèlent de grandes quantités d'énergie. La source de chaleur se trouve à proximité

Plus en détail

P est la puissance thermique nominale de la chaudière installée.

P est la puissance thermique nominale de la chaudière installée. Certificats d économies d énergie Opération n BAT-TH-102 Chaudière collective haute performance énergétique 1. Secteur d application Locaux du secteur tertiaire existants réservés à une utilisation professionnelle

Plus en détail

Principes de la réglementation concernant la performance énergétique des bâtiments fonctionnels

Principes de la réglementation concernant la performance énergétique des bâtiments fonctionnels Principes de la réglementation concernant la performance énergétique des bâtiments fonctionnels Présentation du Ministère de l Economie et du Commerce extérieur Journée Construction Acier 2011 Luxembourg,

Plus en détail

Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications. par. Professeur École Polytechnique de Montréal PLAN

Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications. par. Professeur École Polytechnique de Montréal PLAN Géothermie assistée à l énergie solaire : Principe de base et applications par Michel Bernier, ing., Ph.D. Professeur École Polytechnique de Montréal 1 Solaire Rayonnement Capteursp Géothermie Puits/champs

Plus en détail

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques

Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Dimensionnement de champs de sondes géothermiques Sommaire 1: géothermie et ENR 2: la sonde géothermique 3: dimensionnement d une sonde simple 4: dimensionnement d un champ de sondes 5: TRT Source: EED

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

Pompe à chaleur collective à absorption de type air/eau ou eau/eau

Pompe à chaleur collective à absorption de type air/eau ou eau/eau Certificats d économies d énergie Opération n BAR-TH-150 Pompe à chaleur collective à absorption de type air/eau ou eau/eau 1. Secteur d application Appartements existants. 2. Dénomination Mise en place

Plus en détail

La certification NF des équipements multi-énergies

La certification NF des équipements multi-énergies La certification NF des équipements multi-énergies Conférence INTERCLIMA - 5 novembre 2013 INTERVENANTS : Christine KERTESZ AFNOR CERTIFICATION Sophie BOCQUILLON Sylvain CURTY EUROVENT CERTITA CERTIFICATION

Plus en détail

Eau chaude sanitaire solaire

Eau chaude sanitaire solaire Réglementations Thermique Acoustique Aération Départements d Outre-Mer Version 1.1 Fiche d application Thermique BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère de l'écologie, du développement durable et de l énergie

Plus en détail

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie.

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie. Leçon N 1 : Température et chaleur Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. Connaître l'existence des échelles de Etalonnage d'un thermomètre. Vérifier expérimentalement que lors d

Plus en détail

«La lutte contre le rećhauffement climatique, une chance pour les PME» Energie Solaire SA. Wolfgang Thiele CEO Energie Solaire SA

«La lutte contre le rećhauffement climatique, une chance pour les PME» Energie Solaire SA. Wolfgang Thiele CEO Energie Solaire SA «La lutte contre le rećhauffement climatique, une chance pour les PME» Energie Solaire SA Wolfgang Thiele CEO Energie Solaire SA Energie Solaire SA - Histoire Plus de 40 années d expérience dans le domaine

Plus en détail

Ordonnance sur le Fonds communal pour l efficacité énergétique

Ordonnance sur le Fonds communal pour l efficacité énergétique Municipalité de Moutier Ordonnance sur le Fonds communal pour l efficacité énergétique (Ordonnance FCEE) Le Conseil Municipal, vu le droit supérieur, vu le règlement communal sur les taxes et redevances

Plus en détail

L ingénierie au service de la nature MC

L ingénierie au service de la nature MC L ingénierie au service de la nature MC Concerto, la fenêtre qui est testée pour l étanchéité à l air aussi bien à -30 C qu à température ambiante 20 C. Pourquoi est-il important d évaluer le degré d étanchéité

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

SEasonal PErformance factor and MOnitoring for heat pump systems in the building sector (SEPEMO-Build)

SEasonal PErformance factor and MOnitoring for heat pump systems in the building sector (SEPEMO-Build) SEasonal PErformance factor and MOnitoring for heat pump systems in the building sector (SEPEMO-Build) P. Rivière, CEP Paris, Mines ParisTech V. Partenay, P. Riederer, CSTB C. Arzano-Daurelle, C.T. Tran,

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

Climatisation Solaire

Climatisation Solaire Climatisation Solaire 06 Décembre 2007 Architecte: Du Rivau & Associés BET: Top Bis Conception du système solaire combiné : Rafraîchissement, Chauffage, ECS Capteurs Solaires 300 m 2 de capteurs sous vide

Plus en détail

Aspects techniques et pratiques du dimensionnement d une installation photovoltaïque hors-réseau

Aspects techniques et pratiques du dimensionnement d une installation photovoltaïque hors-réseau 8 décembre 2003 1/5 Aspects techniques et pratiques du dimensionnement d une installation photovoltaïque hors-réseau Guerrino BARP - Bon jour sourire asbl Calcul d un système solaire photovoltaïque avec

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Aménagement, nature MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Direction de l habitat, de l urbanisme et des paysages Arrêté du 12 juin 2013 relatif à l agrément de la demande de titre V relative

Plus en détail

RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 : LES SOLUTIONS CHAFFOTEAUX

RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 : LES SOLUTIONS CHAFFOTEAUX Gaz Solaire Air Électricité RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 : LES SOLUTIONS CHAFFOTEAUX DOSSIER DE PRESSE Septembre 2012 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La Réglementation Thermique 2012 est applicable à

Plus en détail