RAPPORT DE STAGE REALISATION D UN BANC DE TEST CONDENSATEURS Du 08 Avril au 14 Juin 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE STAGE REALISATION D UN BANC DE TEST CONDENSATEURS Du 08 Avril au 14 Juin 2013"

Transcription

1 IUT Montpellier/Sète AIRBUS Opérations SAS Département Mesures-Physiques 316, route de Bayonne 99, Avenue Occitanie Toulouse Cedex Montpellier RAPPORT DE STAGE REALISATION D UN BANC DE TEST CONDENSATEURS Du 08 Avril au 14 Juin 2013 Jérémie BURKY DUT MP Option TI Maître de stage : Jean-Pierre CASTIELLO Tuteur de stage : Christophe PALERMO

2

3 IUT Montpellier/Sète AIRBUS Opérations SAS Département Mesures-Physiques 316, route de Bayonne 99, Avenue Occitanie Toulouse Cedex Montpellier RAPPORT DE STAGE REALISATION D UN BANC DE TEST CONDENSATEURS Du 08 Avril au 14 Juin 2013 Jérémie BURKY DUT MP Option TI Maître de stage : Jean-Pierre CASTIELLO Tuteur de stage : Christophe PALERMO

4 REMERCIEMENTS Au cours de mon stage, j ai été amené à rencontrer des personnes qui, autant par leurs compétences professionnelles que par leurs qualités humaines m ont permis de progresser et d'améliorer mes connaissances. Je souhaite remercier particulièrement : M. Jérôme TOULZE, chef du groupe Technologie et Fiabilité des Composants Electronique pour m avoir accueilli dans son groupe, m avoir donné beaucoup de conseils et apporté les bases du fonctionnement en entreprise. M. Jean-Pierre CASTIELLO, mon maître de stage, pour m avoir proposé ce stage, fait partager son expérience, son savoir, sa gentillesse et pour m avoir guidé dans la réalisation de ce projet. M. Ouanis BISSAOUI, alternant dans le groupe, pour m avoir fait découvrir l entreprise, le groupe, l environnement de travail ainsi que son expérience. M. Laurent BENARD, pour m avoir conseillé et fait partager son expérience tout au long de mon stage. M. Emilion ESNAULT ainsi que M. Thomas MANZANO pour m avoir aidé à effectuer ma présentation orale devant les employés du département. M. Christophe PALERMO, mon tuteur de stage, pour m avoir accompagné durant mon stage. M. Fréderic BELCHI, Mme Ludivine NAUDY, Mme. Agnès LE PRUNENEC, M. Régis DAVEN, Richard SALAS, Michel LACIME, Maria MAGDALENA MAZUREK, Valérie FARRES, Laurent ALBY pour leurs conseils et leur convivialité. Je souhaite aussi remercier tous les employés d AIRBUS OPERATIONS SAS et de SERMA INGENIERIE pour leur sérieux, l expérience humaine et professionnelle qu ils m ont apportés. 1

5 RÉSUME En deuxième année de DUT Mesures Physiques, nous effectuons un stage d au moins dix semaines en entreprise. J ai eu la chance de pouvoir réaliser ce stage chez Airbus Operations SAS, à Saint-Martin-du-Touch, dans le département Electronique, et plus particulièrement dans le service Fiabilité des Composants. J'ai dû réaliser un programme sous NI- Labview pour tester des condensateurs, avec du matériel National Instruments (NI). J ai pu réaliser un programme, et une maquette électronique permettant le test autonome de ces composants. Cette expérience professionnelle s est déroulée dans d excellentes conditions, grâce à un tuteur de stage très pédagogue et agréable, tout comme le service d accueil, et un sujet de stage intéressant et innovant. Mots clés : Informatique, Electronique, Labview, composant, Condensateur, test. SUMMARY During the second year of DUT Physical measures we need to do an internship for at least ten weeks with a company. I was lucky to accomplish this training period at Airbus Operations SAS, Saint-Martin-du-Touch in the Electronics department, especially in reliability components group. I had to make a program sub NI Labview to test capacitors, with National Instruments hardware (NI). I was able to make a program and an electronic model for the independent testing of these components. This first professional experience Happened in excellent conditions thanks to a nice and well explainer internship mentor and a very interesting and innovating training topic. Keywords: Computer, Electronics, Labview, component, capacitor, test. 2

6 REMERCIEMENTS... 1 RÉSUME... 2 SUMMARY... 2 INTRODUCTION... 4 I. AIRBUS... 5 I.1 HISTORIQUE D AIRBUS... 5 I.2 LOCALISATION D AIRBUS... 6 I.3 LES PRODUITS D AIRBUS... 7 I.4 LES CHIFFRES ET LA CONCURRENCE... 7 I.5 SITES DE CONCEPTION, DE FABRICATION ET D ASSEMBLAGE... 8 I.6 LE GROUPE «TECHNOLOGIE ET FIABILITÉ COMPOSANTS»... 9 II. LE STAGE II.1 QU EST-CE QU UN CONDENSATEUR? II.2 CONTEXTE II.3 CAHIER DES CHARGES II.4 ETUDE THÉORIQUE DU BANC DE TEST II.5 MATÉRIEL UTILISÉ II.6 L ENVIRONNEMENT NI-LABVIEW II.7 LE BANC DE TEST II.7.1 Le banc avec Calibrator II.7.2 Le banc avec la maquette II.8 AMÉLIORATIONS APPORTÉES II.8.1 L Autotest II.8.2 L étalonnage II.8.3 Enregistrement des mesures dans un fichier Excel II.8.4 Choix R/C et D/φ II.8.5 Variation générateur II.9 PROJET FUTUR III. LA PRÉSENTATION AIRBUS IV. BILAN CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE GLOSSAIRE ANNEXES... I 3

7 INTRODUCTION Durant la seconde année du Diplôme Universitaire de Technologie (DUT) de Mesures Physiques, nous sommes amenés à effectuer un stage de dix semaines en entreprise. Ce stage, qui clôture deux années de formation théorique, nous permet d acquérir une première expérience dans le milieu professionnel au cours de laquelle nous sommes amenés à réaliser un projet impliquant un ou plusieurs domaines de notre formation. J ai choisi de réaliser mon stage au sein de l entreprise Airbus Operations SAS à Toulouse sur le site de Saint-Martin-du-Touch, plus précisément dans le groupe Technologie et Fiabilité des Composants Electronique du département Electronique d Airbus. Le sujet de mon stage consiste à réaliser un banc de test automatique pour des condensateurs via le logiciel LABVIEW. Ce stage s est effectué dans le cadre de l amélioration continue de la qualité et de la fiabilité des calculateurs embarqués. Ce rapport rend compte de mes travaux effectués durant les trois mois de stage dans l entreprise Airbus Opération SAS. Il se déroulera en trois grandes parties: La première partie présente la société Airbus. La seconde partie traite du stage : le cadre, le sujet de stage, le déroulement. La dernière partie détaille la présentation que j ai dû effectuer devant le personnel de mon département. 4

8 I. AIRBUS Airbus est un constructeur aéronautique européen et également un acteur majeur dans la construction aéronautique mondiale. Filiale à 100 % du groupe industriel EADS, il conçoit, développe, construit, vend et assure la maintenance des avions du même nom. Il est en concurrence directe avec l'américain Boeing. Son siège social est situé en France à Blagnac. Son Président Directeur Général (PDG) est Fabrice BREGIER depuis juin I.1 Historique d AIRBUS En 1967, à Londres, Jean CHAMANT (ministre français), John STONEHOUSE (ministre anglais) et Klaus SCHNETS (ministre allemand) signent le «protocole d accord lançant la phase de définition du projet d Airbus Européen», c est le début de la coopération européenne dans l aviation. C est en 1970, que les sociétés SNIAS (France) et la Deutsche- Airbus (Allemagne) s associent pour créer le Groupe d Intérêt Économique (G.I.E) Airbus Industrie (malgré le retrait du Royaume Unis, Hawker-Siddeley Aviation sous-traite les ailes). Un an après, CASA (Espagne) rejoint Airbus pour développer l A310, et en 1979, c est British Aerospace (Royaume-Uni) qui rejoindra Airbus. Belairbus (Belgique) et Fokker (Pays-Bas) participeront à certains programmes d Airbus. Le 10 juillet 2000, la nouvelle entité fusionne à son tour avec l'allemand DASA et l'espagnol CASA pour former EADS (European Aeronautic Defence and Space company). En 2001, EADS passe du G.I.E. à une S.A.S. (Société par Actions Simplifiée). EADS est le premier groupe de défense en Europe et le deuxième dans le monde dans le secteur de l'industrie aéronautique et spatiale civile et militaire. Sa création répond à la volonté des Européens de disposer d'un groupe industriel de puissance mondiale, capable de rivaliser, entre autres, avec Boeing. EADS occupe une place unique dans le paysage industriel militaire et aéronautique mondial. Le groupe est le numéro un mondial dans le domaine des hélicoptères civils avec Eurocopter, le lancement de satellites avec Ariane V et les missiles avec MBDA (image ci-contre). Airbus est à présent une entreprise totalement intégrée, formée de 5 "NatCos" (National Companies) : Airbus Central Entity (siège social, Blagnac) Airbus France (Toulouse, Saint-Nazaire, Méaulte, Nantes) Airbus UK (Filton et Broughton au Royaume-Uni) Airbus Deutschland (Hambourg, Breme, Stade ) Airbus España (Madrid, Illescas, Puerto Real, Getafe ) 5

9 I.2 Localisation d Airbus Figure 1 : Sites d'airbus Airbus est présent sur 16 sites en Europe (France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne) et dans le monde, dans le domaine de la conception, la fabrication de pièces et d assemblage d avions. Les différentes pièces sont transportées d un site à l autre par voie maritime ou aérienne, grâce au Beluga (avion de transport le plus volumineux conçu par Airbus). Le site de Saint Martin-du-Touch, situé près de Toulouse, est le site où est basé la gestion des opérations d Airbus SAS ainsi que les services administratifs. Figure 2 : Site de Saint-Martin-du-Touch 6

10 I.3 Les produits d Airbus On peut répartir en trois familles les avions civils d Airbus : Les avions à «petite capacité» (Single Aisle) : entre 100 et 220 passagers, famille des A320, rayon d action de 5000 Kilomètres Les avions à «moyenne capacité» (Long-Range) : entre 250 et 350 passagers, famille des A330 et A340, A350, rayon d action Kilomètres Les avions à «forte capacité» : 555 passagers (voir 800 dans le futur), famille des A380, rayon d action Kilomètres Les avions militaires tels que l A400M Le plus petit: A318 Le plus long : A Le Beluga, ayant le plus grand volume interne. Le composite : l'a350 XWB Et le plus gros : l A380 Les A330 et surtout les A340, plus grands consommateurs de kérosène, seront remplacés à terme par les A350 XWB. Le premier vol de l A350 XWB est prévu pour le mois de Juin d après le PDG d Airbus Fabrice Brégier. Néanmoins, aucune date officielle n a été divulguée. I.4 Les chiffres et la concurrence Avec près de employés (59749 exactement), Airbus s impose comme le leader de l aéronautique au niveau européen. Cette année, Airbus annonce le chiffre de 750 commandes en 2013 dont 80 pourraient concerner l A350 XWB. Le récapitulatif des avions vendus, livrés et en opérations sont regroupés dans ce tableau : Families A320 A300 A330 A340 A350 A380 TOTAL Orders Deliveries In Operation Figure 3 : Chiffres d Airbus Avril

11 I.5 Sites de conception, de fabrication et d assemblage La conception des appareils et de leurs éléments se fait sur les mêmes sites que les sites de fabrication, par spécialité. De plus des centres de conception existent à Wichita (Kansas, États- Unis) et à Moscou (Russie). Les sous-ensembles des avions sont produits dans plusieurs usines réparties sur le continent européen. L'organisation habituelle est de fabriquer : Les ailes en Grande-Bretagne, Les stabilisateurs horizontaux, sections de fuselage en carbone, empennage horizontal et certaines sections de l'a380 en Espagne, L avant et l'arrière des fuselages, avec les empennages verticaux, les cabines et intérieurs de cabines en Allemagne, Les tubes, la pointe avant et la partie centrale des fuselages, ainsi que les nacelles des réacteurs en France. Bien sur, cette distribution peut varier en fonction des modèles. Le tout est assemblé soit à Toulouse (pour les A320, A300/310, A330, A340, A380 et A350 XWB), soit à Hambourg (pour les A318, A319 et A321), et plus récemment, à Tianjin (Chine) pour les A320, dans le cadre d'une coentreprise détenue à 49% par Airbus. Le site de Tianjin a livré son premier avion en juin Dans un futur proche, la chaîne en Alabama permettra d assembler des Airbus de la famille A320. La cabine des avions en état de vol doit ensuite être personnalisée pour la compagnie cliente, c'est ce qu'on appelle l'aménagement commercial, c'est-à-dire sièges, toilettes, cuisines, compartiments à bagages Ci-dessous, l exemple de provenance des pièces de l A380 : Figure 4 : Chaîne d'assemblage A380 8

12 I.6 Le groupe «Technologie et Fiabilité Composants» La division Avionics and Simulation Products est orientée vers deux directions : l avionique et la simulation. C est une partie primordiale pour la branche aéronautique d Airbus en matière d électronique, de logiciels, d équipements de systèmes et de services qui regroupe un peu plus de six cents personnes. Le département électronique du site de Saint-Martin-du-Touch est un pôle de compétences et d expertises pour le développement, la production, le test, et le suivi (origine de pannes) des produits électroniques issus du centre Avionics and Simulation Products. Le groupe Technologie et Fiabilité des composants électroniques s occupe de sélectionner, qualifier et assurer le suivi de tous les composants utilisés dans les produits développés par Avionics and Simulation Products, qui doivent répondre en termes de performances et de fiabilité. Les composants sont choisis pour des calculateurs de vol (gouverne arrière, volets), d alarme, et pour les ATSU (Air Trafic System Unit : sert à connaitre la position de l avion, visualiser son trajet et la carte du trafic aérien ), mais aussi pour les simulateurs, qui servent à former les pilotes, et à intégrer les systèmes avioniques. De nombreux moyens sont mis à disposition de ce service, notamment pour réaliser des tests, de performance et de validation, mais aussi pour l analyse de défaillance des composants, comme les défauts de fabrication ou une usure anormale. C est ce service qui m a accueilli pour réaliser ce stage de validation de DUT. La politique de l entreprise étant de ne pas exposer au public l organigramme de l entreprise, je ne suis pas autorisé à divulguer d informations sur ce point. C est pourquoi j ai choisi de vous expliquer le fonctionnement du groupe. 9

13 II. LE STAGE Dans le cadre de l amélioration continue de la qualité et de la fiabilité des calculateurs embarqués développés par Airbus, le service des Composants Electroniques réalise des analyses électriques et technologiques de composants électroniques. Dans ce cadre, le stage a pour but de réaliser un banc de test automatique de condensateurs grâce au logiciel National Instruments LABVIEW. Dans le laboratoire de test, le banc actuel ne délivre que 270mV efficace dans le composant lors du test. Ce banc étant très précis, les mesures qu il effectue sont justes. La problématique se situe au niveau du courant délivré dans le composant et donc dans sa tension correspondante : elle n est pas suffisamment élevée pour permettre au composant d être testé dans ses conditions de fonctionnement. Le but principal de mon stage est de permettre le test de ces condensateurs dans leurs conditions de fonctionnement. Les principales activités de ce stage consistent à : La mise en œuvre des éléments permettant le test dans les conditions optimales (Contrôle tension alimentations, générateur, fixation isolée, relais ). Le développement d une application de test condensateur comprenant : La mesure d un condensateur sous une tension choisie. La possibilité de faire varier les composantes du générateur. Choisir entre tester une résistance ou un condensateur. Effectuer un étalonnage de la maquette. II.1 Qu est-ce qu un condensateur? Un condensateur est un composant électronique constitué de deux armatures conductrices (électrodes) en influence totale et séparées par un isolant polarisable. Il se schématise comme ceci : Sa principale propriété est de stocker des charges électriques opposées sur ses armatures. Le condensateur est caractérisé par le coefficient de proportionnalité entre charge et tension appelé capacité électrique (Farad : F). La relation liant la tension aux bornes du condensateur et le courant est : Le condensateur est utilisé principalement pour : 10

14 Stabiliser une alimentation électrique (il se décharge lors des chutes de tension et se charge lors des pics de tension) ; Traiter des signaux périodiques (filtrage ) ; Séparer le courant alternatif du courant continu, ce dernier étant bloqué par le condensateur ; Stocker de l'énergie, auquel cas on parle de super condensateur. Lorsqu on utilise le condensateur en convention récepteur, il est vu et calculé comme un dipôle. C est-à-dire que pour une tension appliquée au condensateur on a : Figure 5 : Schéma convention récepteur Donc en convention récepteur, u=v1-v2. Nous savons aussi que d après la loi d ohm, pour une tension et un courant donné l impédance ohmique d un composant électronique vaut : Z = I U En courant continu, les valeurs numériques suffisent à calculer la valeur du composant. Mais lorsque le composant est soumis à une tension alternative comme un sinus, le calcul devient plus complexe. Pour extraire la valeur d un condensateur soumis à une tension alternative, il faut la phase et le module des tensions et courants pour déterminer la valeur du condensateur. En effet, un condensateur dit «parfait» retarde la tension de π/2 (ou 90 ) par rapport au courant. Ce qui nous donne : Figure 6 : Schéma de Fresnel condensateurs 11

15 Il faut donc effectuer deux calculs pour déterminer la valeur numérique du condensateur et sa phase afin d avoir les données qui le caractérisent. L impédance d un condensateur vaut : U 1 Z I C Les valeurs exprimées ici sont en valeur efficaces. En transformant les valeurs de U et de I en complexe, nous avons bien une impédance purement imaginaire donc avec φ=- π/2. Le condensateur se comporte donc bien comme un circuit ouvert lorsqu une tension continue y est appliquée et un fil dans les hautes fréquences. Pour cette raison, les condensateurs sont utilisés dans des filtres avec des résistances ou des composants actifs (Amplificateurs Opérationnels). Dans la pratique, le condensateur réel ne correspond pas seulement à deux armatures munies d un diélectrique. Son modèle pratique se compose d une bobine, d une résistance série ainsi que d une résistance parallèle. Le schéma ci-dessous illustre le modèle réel du condensateur : L Rs C Rp Figure 7 : Représentation Condensateur réel L : Inductance des liaisons (inductance série) Rs : Résistance due aux liaisons, au diélectrique (Résistance série) Rp : Résistance d isolement (Résistance parallèle) Pour un condensateur idéal, Rs=0, L=0, Rp=. Influence de ces éléments : di L : Si le condensateur est soumis à de fortes pointes de courant ( ) il y a risque d apparition dt d une surtension destructive. 12

16 Rs : Si la valeur efficace du courant dans le transistor est élevée, il y a échauffement, donc risque de destruction du condensateur. Rp : Lorsque le condensateur est isolé, il se décharge via Rp (appelé également résistance de fuite). En basse fréquence, le condensateur se comporte comme une résistance Rp, en haute fréquence comme une inductance L. Les condensateurs ne sont pas parfaits, ils consomment de l énergie active. On appelle angle de perte (δ) l angle dont la tangente (tan(δ)) vaut Q P. P et Q sont les énergies active et réactive consommées par le condensateur. δ est une fonction de ω. II.2 Contexte A ce jour, il existe différents types de condensateurs qui sont souvent issus d une modification au niveau chimique. C est-à-dire que selon l utilisation du composant, sa structure va devoir supporter des hautes fréquences, ou des grandes tensions, ou accumuler de l énergie. Toutes ces modifications dépendent du diélectrique utilisé ou de la composition des armatures. Il existe beaucoup de condensateurs mais les plus fréquents sont : céramique multicouche, céramique disque, film polyester multicouche, céramique tubulaire, polystyrène, film polyester métallisé, électrolytique aluminium Tous ont un rôle bien défini et ont une plage d utilisation adéquate à leur composition chimique. Dans l ordre cité ci-dessus, les condensateurs avec une échelle de distance en cm : Figure 8 : Différents types de condensateurs 13

17 II.3 Cahier des charges Afin de tester des condensateurs en effectuant un test non destructif, j ai pour but d extraire les données caractéristiques d un condensateur afin de valider son fonctionnement ou non. En contrôle d entrée, des lots de condensateurs neufs sont récupérés stockés. Avant de les acheminer vers le secteur production, il faut valider le lot. Pour cela, un échantillon du lot est prélevé et ensuite testé. Des nouveaux condensateurs fonctionnant sous une tension sinusoïdale de 1V efficace à une fréquence de 1 khz sont en défaut lors des tests sur les cartes complètes. Néanmoins, dans le laboratoire de test, le banc actuel ne délivre que 270mV efficace dans le composant lors du test. Ce banc étant très précis, les mesures qu il effectue sont très rigoureusement justes. Le problème étant au niveau du courant délivré dans le composant et donc sa tension correspondante : elle n est pas suffisamment élevée pour permettre au composant d être testé dans ses conditions de fonctionnement. C est pourquoi l objet de mon stage a été défini : permettre le test de ces condensateurs dans leurs conditions de fonctionnement. Il faut donc un banc de test appliquant un signal d entrée variable donc un test sur-mesure. Une donnée essentielle est que le composant ne doit en aucun cas être détruit lors du test. C est une indication primordiale car il faut prévoir une défaillance au niveau du banc et arrêter immédiatement le test si un défaut est détecté. Le test doit pouvoir fonctionner pour la plus grande plage de condensateurs possibles autant pour des condensateurs à forte valeur (~200 µf) ou à faible valeur (~10 nf). Il faut donc pour cela des appareils de mesures sophistiqués et très précis. Pour calculer la valeur numérique d un condensateur ainsi que sa phase, il faut extraire les Waveform ainsi que les valeurs efficaces du courant I et de la tension V aux bornes du condensateur. Une contrainte (et pas des moindres) est présente ici : Impossibilité de relever le courant aux bornes du condensateur. 14

18 II.4 Etude théorique du banc de test Avec le cahier des charges indiqué ci-dessus, il faut prendre en compte chaque requête pour disposer d un test pertinent. En premier lieu, il faut être capable de relever la tension et le courant parcourant le condensateur. Le circuit suivant permet cette tâche : Figure 9 : Schéma banc de test De cette façon, le calcul de la valeur du condensateur est alors possible car nous disposons de la tension aux bornes de la résistance R. Et comme, d après la loi d Ohm U = R x I et connaissant la valeur de R, nous avons : Ui I R En ayant la valeur U v, nous pouvons en déduire l impédance complexe Z. Par calcul théorique décrit auparavant, nous aboutissons à la valeur de C. Sa phase quant à elle, se mesure avec la visualisation des signaux U i et U v. II.5 Matériel utilisé Banc National Instruments : Figure 10 : Banc NI PXI

19 Ce banc a été fourni avec de nombreuses cartes d entrées sorties. Il permet la communication entre l ordinateur et le banc. On peut aussi brancher d autres cartes NI afin de compléter l interaction. Il est entre autre muni : D un support permettant les commutations (NI PXI-2527) D un générateur numérique ou analogique (NI PXI-5412) D une carte de sortie analogique (NI PXI-6733) D un Multimètre Digital (NI PXI-4072) D une carte Alimentation continue (NI PXI-4110) D un oscilloscope (NI PXI-5124) Carte de commutation : Figure 11 : Carte NI-2627 Cette carte se place dans le compartiment NI PXI-2527 du banc NI. Elle permet la connexion d entrées sorties avec le banc pour effectuer des commutations à l aide de relais. Cette carte va permettre d envoyer des tensions vers le voltmètre DMM (NI PXI-4072) par exemple. Cette carte est un multiplexeur 32*1 2fils. Il faudra donc amener les fils jusqu à ce boitier pour effectuer la configuration de la commutation automatique. Support de composant : Figure 113 : Support placement condensateurs 16

20 Ce support (fixé sur mon banc de test) sert à placer le composant à tester. Il est très précis car il permet une mesure en 4 fils (deux en tension, deux en courant). Calibrator : Figure 124 : Calibrator Cet appareil est un générateur (tension ou courant) de précision. Il est utilisé au départ dans des laboratoires de métrologie. Alimentation : Figure 135 : Alimentation banc générateur Cette alimentation permettra l alimentation d un deuxième circuit rendant le banc autonome. 17

21 II.6 L environnement NI-Labview Le logiciel Labview, développé par National Instruments, est un programme qui fonctionne sous langage G. Pour les développeurs, ce programme se présente sous la forme d un schéma, le diagramme, réunissant différents icônes reliées par des fils de couleurs. Chaque fil symbolise le passage d une donnée depuis une source dont elle sort (comme résultat), vers une cible où elle entre (comme paramètre). Une conséquence importante de cette règle est que les traitements qui n'échangent pas de données sont libres de s'exécuter en parallèle. C est une donnée extrêmement importante car plusieurs exécutions peuvent s effectuer en même temps, et donc accélérer les phases de test. Il est agencé de façon hiérarchique avec des programmes et sous-programmes appelés VI. Ce logiciel est surtout utilisé dans l industrie, par des scientifiques pour développer des systèmes sophistiqués de mesure, de test et de contrôle, analyser des données. Exemple avec une boucle FOR : 18

22 Exemple avec une boucle WHILE : La principale tâche qui va m être conféré sous Labview va être de configurer chaque élément du banc NI PXI En effet, Labview possède des VI s déjà créés permettant l interaction avec les cartes du banc. Un exemple est la programmation du générateur analogique (NI PXI-5412). Nous allons envoyer un signal sinusoïdal de 1V crête et de fréquence 1 khz. Exemple de Génération de signal : Pour illustrer le générateur obtenu, voici un exemple de paramétrage de l oscilloscope (NI PXI- 5124) permettant de visualiser le générateur. Exemple d acquisition de signal sur l oscilloscope : 19

23 En configurant la voie d acquisition, le rang vertical, l offset, le type de donnée, nous pouvons visualiser le signal généré dans le VI précédent. De la même manière, nous contrôlons l alimentation de service, et le DMM. Exemple d acquisition de signal sur le DMM : Ici, le DMM effectue une acquisition du signal avec une résolution de 1mV et un calibre de 10V. Vc L amplitude du signal est calculée. J ai effectué Vrms = car le signal en entrée est un sinus. 2 Ces VI s permettent donc une configuration rapide et efficace. Nous pouvons paramétrer de façon très précise chaque carte. Un exemple en test est de limiter l apport en courant d une alimentation. C est indispensable de pouvoir plafonner la valeur maximale de courant que l alimentation peut envoyer dans un banc de test afin de ne pas détériorer le composant à tester. 20

24 Réalisation d un banc de test 08 Avril - 14 Juin 2013 II.7 Le banc de test La réalisation du banc de test s est déroulée en deux parties. Durant une première partie de mon stage, j ai programmé, configuré et testé mon banc avec comme générateur de sinusoïde le Calibrator. Comme dit précédemment, cet appareil est très précis et encore plus en générateur de courant. En effet, la sortie générateur du banc NI PXI-1044 est une sortie numérique. La sinusoïde résultante est donc échantillonnée et n est donc pas «parfaite». Or, nous voulons un test de précision pour effectuer nos mesures : si la maquette n envoie pas une information vraie et juste, le test aura tendance à renvoyer des informations erronées. C est pourquoi l utilisation de ce générateur s est avérée indispensable. Lorsque j eu terminé cette partie, mon maître de stage et moi-même avons réfléchi à une solution permettant le remplacement du Calibrator. En effet, la monopolisation de cet outil pour mon test était impossible puisque le Labo ne disposait que d un seul appareil. Son coût ( 10 k ) rend impossible l achat de plusieurs générateurs. C est pourquoi j ai réalisé une maquette permettant la génération du signal. Ceci a pour conséquence de libérer le calibrator ainsi que de rendre le banc de test encore plus autonome. II.7.1 Le banc avec Calibrator Cette partie de mon stage est essentiellement du Software, sous Labview. Comme défini dans le cahier des charges, j ai pour objectif de créer un test autonome capable de tester des condensateurs. Une information capitale est de ne pas détruire le composant lors du test. Des sécurités devront donc être placées afin de ne pas endommager la maquette ou le composant. Afin d avoir le signal le plus propre possible, le calibrator est un générateur de courant sinusoïdale de 2A et 1000Hz. La mise en parallèle d une résistance de 0.5 Ω de précision va permettre de générer une tension sinusoïdale de 1Veff et 1kHz. Le schéma global de la maquette de test ressemble à ce modèle : Calibrator : sinus Amplitude = 2A Fréquence : 1kHz 500m I_Mesure + V Ui X V_Mesure + V Uv 500m 21

25 La résistance de 500mΩ contre la masse permet de ne pas court-circuiter la masse avec le condensateur. Les amplificateurs de différences disposés ici sont alimentés en 15V. Rs Le gain de l ampli I_mesure est de 60.6 car son gain G 20* où Rs= 10kΩ et Rg=3.3kΩ. Rg Le gain de l ampli V_mesure est de 2 et son gain a la même formule avec Rs=10kΩ et Rg=100kΩ. Rs est fixé selon la Datasheet du constructeur (AMP01). La seconde résistance permet le réglage du gain. Mon maître de stage a fixé ce gain car il a calculé la valeur mesurée aux bornes des composants et la résolution du DMM. Il en a conclu ces valeurs qui permettent un résultat juste. La construction de mon programme a été d abord très classique. J ai configuré les appareils et j ai construit une interface extrêmement simple. La partie interface n est venue que lorsque tous les calculs étaient bons. Comme je ne voulais pas configurer manuellement le Calibrator, j ai cherché sur National Instruments des VI s permettant son pilotage. En regardant la documentation et connaissant le fonctionnement de Labview, j ai réussi à générer le signal souhaité. Diagramme du programme pilotant le Calibrator : Pour ne pas endommager les relais de ce générateur, j établis d abord 0.2A puis ensuite 2A. Ceci permet donc la préservation du produit. Ne disposant que d un seul multimètre et voulant mesurer deux données, il m a fallu configurer le boîtier de commutation. C est un multiplexeur 32*1 avec 32 entrées et 1 sortie. Cet outil est extrêmement utile car il permet la mesure de beaucoup de données en utilisant seulement un bloc. Bien entendu cette commutation doit être automatique. 22

26 Un assistant à Labview, NI-Switch Executive, permet la création de voies virtuelles pour configurer ces commutations. Je peux donc configurer mon bloc, appeler mes voies d entrées I_mesure et V_mesure pour faciliter ma programmation. Exemple de configuration des voies dans Switch Executive : Ecriture du nom des routes : ici I_mesure Liaisons à effectuer pour la route : ici la voie où est connecté le courant est relié au DMM. Lorsque la configuration des voies virtuelles est effectuée, nous pouvons écrire le programme dans Labview. 23

27 Le programme qui va suivre effectue trois actions : Déconnexion de toutes les voies (par précaution). Connexion de I avec le DMM et donc mesure de I. Connexion de V avec le DMM et donc mesure de V. Diagramme d I/V mesure : Ces VI s sont très puissants puisque si la configuration et la programmation ont été réalisées avec soin, les mesures sont effectuées automatiquement. Avec tous les VI s présentés ci-dessus, je peux effectuer un test de ma maquette. Lorsque mon test relève la valeur d Ui et d Uv brutes, il me faut remettre les valeurs du courant et de la tension. Ici, ce VI récupère les mesures acquises du VI précédent et calcule la valeur de Z. 24

28 Diagramme acquisition de phase : Ici, c est la phase des signaux qui nous intéresse. Ce VI permet de visualiser Uv et Ui et d extraire le déphasage qui règne entre les deux. Cette partie du VI de test calcule toutes les données qui nous intéressent. Nous partons de Z et de φ. De cela, les calculs automatiques de R, de C et de D sont effectués. Néanmoins, ce n est pas parce que le programme envoie les données qu elles sont bonnes. Il faut tout d abord déterminer l étendue de mesure que propose le banc. Bien sur, le test permet de mesurer des résistances puisque l impédance et la phase permettent le calcul d une résistance. J ai donc choisi des valeurs de résistances allant de 0 à 100kΩ. Les valeurs à très faibles impédance (<1Ω) ne sont pas juste mais sont mesurables. Les valeurs au-delà de 15kΩ ne sont plus mesurables : le DMM sature. 25

29 L étendue de mesure va donc de 0.5 à 15kΩ soit 320 µf à 10 nf. Néanmoins, ce n est pas parce que l on est dans l étendue de mesure que les résultats sont bons. Il faut donc effectuer un étalonnage de la maquette avec des résistances pour avoir des résultats fidèles, justes et donc précis. Pour ce faire, il me faut régler deux paramètres : L offset Le gain Pour régler l erreur d offset, je place une résistance connue et de grande précision dans le banc de test. Cette résistance doit se situer dans la gamme où le maximum de mesures sera effectué. J ai donc choisi une résistance de 1kΩ. En effectuant un moyennage sur 10 mesures, je repère l erreur. Ensuite, il faut régler le gain. J ai donc pris 15 résistances allant de 0.5 à 10kΩ. Sur ces quinze relevés, j en ai extrait une courbe d équation : Valeur mesurée = f (Valeur vraie). Pour plus de précision, j ai choisi une courbe de tendance polynomiale de degré 2. Enfin, j ai rentré ces valeurs dans Labview, ce qui fera la correction automatiquement à chaque mesure. Correcteur d impédance : L équation finale de correction est : Zc 1e 5 Z² Z Pour contrôler l efficacité du banc, j ai effectué une dizaine de mesures par résistance. Le banc est maintenant juste et fidèle donc précis. Le programme fonctionne bien mais est dépendant du Calibrator. D autres employés du Laboratoire ayant besoin de cet outil, mon maître de stage m a suggéré de créer une maquette électronique permettant la génération du signal à partir du banc NI PXI

30 II.7.2 Le banc avec la maquette Dans cette partie, je vais expliquer comment je suis arrivé à créer et programmer une maquette permettant la génération d un signal sinusoïdal le plus parfait et stable possible. Pour ce faire, je vais utiliser un circuit imprimé pour fabriquer un générateur. Il sera alimenté par une alimentation externe et le signal d entrée sera fourni par le banc NI PXI Ce signal étant au départ numérique, il n est pas «parfaitement lisse». Or, pour que le test soit pertinent il faut un signal le plus parfait possible. Cette maquette aura donc pour but de générer un sinus le plus lisse possible ne comportant qu un seul harmonique. Ce travail en amont du test est indispensable pour avoir un test pertinent. Mon maître de stage et moi-même avons donc réfléchi sur le design de la maquette et des éléments à utiliser pour la construire. Un amplificateur opérationnel permet un lissage de la courbe et donc une sinusoïde de très bonne qualité. Il ne faut pas laisser le gain d un amplificateur à 1 sous peine de rendre son fonctionnement instable. Le problème est aussi qu un amplificateur devient instable si un condensateur est placé à sa sortie. Il faudra donc placer des résistances pour permettre à l ampli d être stable. Pour effectuer un montage de qualité, nous allons effectuer un pont diviseur de tension en amont de l ampli et rétablir le signal avec un gain de même valeur. 27

31 Réalisation d un banc de test 08 Avril - 14 Juin 2013 Montage de la maquette générateur (câblage de l ampli page suivante) : Le placement de ce condensateur permet d effectuer un circuit intégrateur. C est un circuit du 1 premier ordre avec comme fréquence de coupure : F avec R=8kΩ et C=470pF. 2* * R * C D où F 43kHz 1u 8k Générateur Banc NI 670 2,2k Ilim 6 E/S OPA u 2,5m 10 -> Vers circuit de test Cette partie est le pont diviseur : Nous avons pris les composants que nous avions à notre disposition. 148 Il y a donc : Vs * V 0.18* V. 671 En sortie de l amplificateur, nous devons savoir la constante RC du circuit. RC 8k*470p 3.76 E 6 Et nous savons que pour un test à 1kHz, T=1 E-3 s s 8k Donc T>>τ, d où Vs k Le total des deux gains en sortie ne vaut pas 1 mais nous pourrons rectifier la valeur du générateur NI pour obtenir 1V en sortie. Enfin la dernière partie est décomposée en deux étapes : Une résistance 10Ω permettant de charger la maquette et donc de stabiliser l ampli. Une bobine rétablir la phase du circuit. Une résistance de 3Ω en série avec une bobine très faible pour stabiliser l amplificateur : ne pas visualiser une charge purement capacitive. 28

32 Réalisation d un banc de test 08 Avril - 14 Juin 2013 Câblage de l amplificateur OPA547F : OPA547 Ces deux condensateurs permettent la stabilisation de l alimentation de l amplificateur k 1u Cette résistance permet une limitation en consommation de courant par l amplificateur. La Datasheet préconise un courant 15 entre 0 et 750mA. J ai choisi 55.5mA ( I 55.5mA). 27k u Ilim E/S 6 Les diodes «foudre» sont utilisées pour protéger la maquette d une surtension. Si un défaut de tension apparaît en sortie, les diodes s ouvrent et vont aux alimentations. Cette dernière se mettra en défaut et arrêtera le test. 15 Une fois cette partie théorique du montage effectuée, il faut réaliser la maquette. Les techniques élémentaires de soudure m ont été enseignées par mon maître de stage. J ai donc réalisé la maquette. Enfin, j ai connecté les deux maquettes afin de pouvoir effectuer le test. Il me faut néanmoins modifier mon programme pour permettre la génération du signal. VI circuit générateur : Ce VI génère un signal permettant à la maquette de sortir un signal lisse et précis sur le condensateur. 29

33 II.8 Améliorations apportées Au cours du stage, j ai pris contact avec les personnes qui allaient être amenées à utiliser mon banc. Cette étape d écoute est très importante car elle détermine le succès du banc de test : l objectif est d avoir un banc de test qui marche, qui est interactif et qui est facile d utilisation. J ai donc réfléchi à plusieurs améliorations capables d étoffer mon banc et de le rendre facile d utilisation. II.8.1 L Autotest L Autotest est une amélioration de contrôle de qualité du banc. En effet, mon maître de stage et moi-même avons réfléchi à une alternative permettant de contrôler l état du banc. J ai donc créé un VI permettant la vérification de la maquette. Pour ce faire, j ai utilisé la carte de commutation pour relever plusieurs valeurs références du banc : La valeur du générateur (1Veff) Le contrôle des deux alimentations de la maquette électronique (Alim1 Alim2) Le contrôle de l état des composants de la maquette La valeur du générateur se fait simplement en mesurant la valeur du générateur avec le DMM. Il en est de même pour les alimentations de service. Pour la validation de l état de la maquette, il faut placer une résistance sur le support de test, indiquer sa valeur et valider. Le programme va relever la valeur de I et de V en effectuant un test de ce composant. En indiquant sa valeur, le programme effectue le rapport de I et de V mesurés. 30

34 Lorsque tous les voyants sont au vert, le test est validé et notifié à l utilisateur. II.8.2 L étalonnage Cette partie permet de ré étalonner le banc de test. En effet, selon les conditions climatiques ou la variation de la tension de service ou autre, un étalonnage peut s avérer nécessaire. C est pourquoi, une mesure du zéro est effectuée. Lorsque l on choisit le mode étalonnage, le programme prévient l utilisateur pour placer un fil sur le support de test. Un fil ayant une valeur résistive de 0, cet étalonnage permet le réglage de l offset de la maquette. Tout ceci est automatique et l utilisateur n a pas à faire de calculs. II.8.3 Enregistrement des mesures dans un fichier Excel Comme les utilisateurs vont être amenés à tester des lots de composants (quelques dizaines), la sauvegarde de chaque test peut s avérer indispensable. C est pourquoi j ai mis en place un sous- VI collectant les données acquises au cours des tests. A la fin du test, lorsque le bouton STOP est pressé, l utilisateur a le choix entre ouvrir le classeur ou non. Exemple de fichier Excel après une série de tests : Amp géné (V) Fréq géné (Hz) Z (ohms) R (ohms) C (F) P ( ) D Etat Date Heure ,8267 1, ,66E-06-88,75 0,022 PASS 06/06/ : ,2 22, ,07E-07-89,13 0,015 FAIL 06/06/ :32 Pour cet exemple, le premier un condensateur de 2.65 µf et le second un condensateur de 100nF. Le premier est accepté par rapport à la saisie. Le second a été refusé car il n était pas dans les critères d acceptations. L utilisateur peut donc utiliser les données pour effectuer des rapports ou autre. Cette partie de mon programme ne s est pas effectuée sans problèmes. Le premier des soucis a été le transfert des données de Labview vers Excel. 31

35 En effet, lorsque je configure Labview pour le préparer à envoyer les données, il faut convertir les nombres en chaînes de caractères. Seulement, le système international n étant pas configuré sous Labview, Excel ne reconnait pas automatiquement les informations entrant dans sa base de données. VI permettant la création du tableau pour l enregistrement des données : Valeur à faux car non utilisation du séparateur du système Labview Conversion nombre en chaîne de caractères Variable à inscrire dans le tableau Basculement en tableau 1 ligne et 10 colonnes Création d un tableau de 1 colonne et 10 lignes Une fois ce tableau créé, il faut configurer Excel pour qu il s ouvre automatiquement, qu il nomme chaque donnée et qu il réceptionne ce tableau de sorte que les données s y inscrivent et y soient reconnues. J ai donc dû rechercher des exemples sur NI.com afin de déterminer le programme que je devais réaliser. Cette étape a elle aussi été difficile car j ai du utiliser des parties de Labview que je ne connaissais pas. 32

36 Initialisation du tableur Excel : Nœuds de propriétés ou de méthode permettant l accès à Excel de façon rapide. Enregistrement de mesures dans fichier Excel : Exécution des boucles sur N lignes et N colonnes. Sous-VI sur ni.com écrivant dans Excel Le fichier Excel étant déjà créé et en lecture seule, j ai configuré le tableur en mise en forme conditionnelle pour que PASS apparaisse en vert et FAIL en rouge. 33

37 II.8.4 Choix R/C et D/φ Cette partie est une amélioration permettant à l utilisateur de choisir entre tester une résistance et un condensateur. Le second sélecteur permet de choisir d exprimer le composant avec sa phase ou son angle de fuite D. Pour que l utilisateur soit mieux notifié de son choix, un schéma de condensateur apparaît lorsque le condensateur est sélectionné et un schéma de résistance lorsque l on sélectionne la résistance. Basculement «Mode condensateur» : Basculement «Mode Résistance» : 34

38 II.8.5 Variation générateur Le choix de faire varier la tension d alimentation s est avéré utile pour des composants étant utilisé sous des tensions et des fréquences différentes. Par défaut, la case est décochée pour ne pas à avoir à toucher les valeurs du générateur. Il faut donc la cocher pour avoir le choix de modifier les valeurs du générateur. Interface variation de générateur : Ce VI apparaît et l utilisateur a donc la possibilité de faire varier les paramètres du générateur de tension. Cette partie est très importante car elle ne bride pas le test. Il est donc important de laisser la liberté aux utilisateurs de pouvoir modifier les valeurs du test. Bien entendu, les valeurs saisies du générateur seront indiquées dans le tableur Excel à l endroit du test du composant. 35

39 Ilim E/S Réalisation d un banc de test 08 Avril - 14 Juin 2013 II.9 Projet futur Mon stage ayant une durée maximale de 10 semaines, je n ai pas les moyens pour effectuer un test exploitant tous les condensateurs possibles avec toutes les tensions d alimentation possibles. Néanmoins, tout en rédigeant mon rapport de stage, j ai commencé à élaborer avec mon maître de stage un régulateur de phase automatique. Ce régulateur, placé à la sortie de l amplificateur de ma maquette génératrice permettrait au banc de ne pas se mettre à osciller. Lorsque des très grands condensateurs sont insérés sur le banc, la faible impédance fait osciller mon ampli. La solution serait donc de créer un générateur de courant déphasé de +90 pour redresser la phase et donc stabiliser le système. Pour créer un générateur de courant, il faut injecter un générateur de tension aux bornes d un circuit intégrateur, et mettre en sortie une grande résistance. Celle-ci aura pour but de générer un courant qui ira dans le banc. Le schéma théorique ci-dessous est un montage possible : 470p 8k Grande résistance pour générer du courant Générateur Banc NI 670 2,2k Ilim 6 E/SOPA u OPA547 -> Vers circuit de test Circuit construire à Signal identique que le 1er mais déphasé de +90 Afin de générer un signal déphasé d exactement 90 par rapport à celui généré, il faut avoir le même générateur. Or, avec la carte NI PXI-5412 (générateur analogique), il n y a qu une sortie. Il faut donc utiliser une autre carte pour générer deux signaux. La carte NI PXI-6733 est une carte permettant l acquisition et la génération de signaux numériques, analogiques ainsi que des compteurs. Il faut donc prendre possession de cette carte afin de lui faire générer ces signaux. Le problème est que les drivers utilisant cette carte sont trop anciens, il faut donc utiliser DAQ-mx (pilote universel NI-Labview). Cette donnée n est pas à l avantage d une programmation simplifiée puisque comme il est universel, sa programmation est plus compliquée car non spécifique à la carte. 36

40 J ai donc pris possession de ces VI s afin de programmer ma carte. Etant au départ un générateur numérique, sa fréquence d échantillonnage n est pas optimale pour extraire un signal sinusoïdal parfait. J ai donc dû paramétrer et moyenner les signaux pour les générer. VI permettant la génération de deux sinusoïdes déphasées de 90 : 37

41 III. LA PRÉSENTATION AIRBUS Au cours de mon stage, j ai dû effectuer une présentation de mon stage devant le personnel AIRBUS. Emilion ESNAULT ainsi que M. Thomas MANZANO étaient les organisateurs de cet évènement. La date de la représentation était le 10 Juin Elle s est décomposée en deux parties : Matin : Explication du stage et des enjeux devant un poster format A1. Après-midi : Soutenance de 15 min dans un auditorium devant 50 employés du départements Electronique. Avec l aide de mon maître de stage, j ai préparé mon poster format A1. J ai décris les enjeux, les objectifs ainsi que les étapes de mon stage. 38

42 La seconde partie de ma présentation est la réalisation d un diaporama et une soutenance expliquant le stage. J ai donc réalisé un diaporama comportant des schémas explicatifs de ma maquette électronique, des impressions écrans de mon programme, ainsi que des schémas de montage de mon test. La durée de 15 min n étant pas élevée, j ai dû apprendre à cibler les informations essentielles de mon stage pour les expliquer ce jour-là. Cette expérience fût très enrichissante puisque j ai dû mettre de côté mon appréhension afin de présenter mon travail devant 50 personnes. Ce fût un baptême du feu des plus compliqués pour moi. Je pense avoir réussi cette étape car j ai reçu les félicitations de Jérôme TOULZE, mon chef de groupe ainsi que de mon maître de stage et de tous les employés présents lors de mon oral. Je remercie donc AIRBUS pour cette initiative qui met en avant le travail des stagiaires et qui leur fait comprendre les enjeux économiques et techniques de leurs travaux. 39

43 IV. BILAN Ce stage passé au sein de la grande entreprise qu est Airbus a été une expérience très enrichissante. Tout d abord, sur le plan technique, notamment dans le domaine de l électronique, mais aussi en programmation graphique G avec la manipulation du logiciel Labview. Avoir travaillé avec un personnel compétent dans une entreprise incontournable sur le plan international m a permis d évoluer dans d excellentes conditions et d acquérir une première expérience du monde du travail en utilisant, sur un projet concret, les connaissances acquises durant mes deux années d étude à l IUT. J ai appris à mener un projet en électronique et en informatique d instrumentation, de son étude jusqu'à sa réalisation. A la fin de mon stage, j ai pu réaliser toutes les missions qui m ont été confiées. J ai réalisé mon banc de test dans les temps et j ai réussi à rechercher d autres solutions permettant l augmentation de la gamme de mesures. Ces dix semaines de stage m ont permis de découvrir le fonctionnement interne d Airbus (appel aux sociétés de sous-traitance, notamment dans le service des composants électroniques), et en particulier l organisation du département électronique. J ai également pu me rendre compte que le travail s effectue la plupart du temps en équipe et que de bonnes qualités humaines et relationnelles sont indispensables pour évoluer dans le monde professionnel. C est d ailleurs avec plaisir et motivation que j ai travaillé avec M. Jean-Pierre CASTIELLO ainsi que tout le personnel du service des Composants Electroniques. Participer à un tel projet, à la fois intéressant et utile à une entreprise telle qu AIRBUS a pour moi été une chance. De plus, cette première expérience professionnelle m a aussi permis de conforter mon projet de poursuites d études en école d ingénieur en apprentissage. J ai eu les félicitations de mon maître de stage ainsi que de mon groupe. Mme. Ludivine NAUDY ainsi que M. Jérôme TOULZE décidant d ouvrir un poste d alternance, ils m ont fait part de poste à pourvoir. J ai donc décidé de postuler dans ce groupe afin de poursuivre mes études par la voie de l alternance. 40

44 CONCLUSION L objectif de ce stage était de créer un programme sous environnement LABVIEW en mettant au point un banc de test automatisé pour relais électromécaniques. L utilisation de matériel performant m a permis de travailler dans de bonnes conditions et de façon professionnelle, et c est avec plaisir et sérénité que je me suis intégré dans le monde industriel durant ce stage. Ce stage est, pour moi, un épanouissement à tout point de vue. Je suis parti de connaissances basiques non spécifiques, pour au final développer une application complexe sous LABVIEW. Ce stage m a permis de progresser et de m enrichir énormément d un point de vue technique. Le développement du régulateur automatique de la phase n est pas terminé mais avec le temps qu il me reste je peux élaborer une première version fonctionnelle de ce régulateur. 41

45 BIBLIOGRAPHIE (Intranet) Manuels des instruments utilisés 42

46 GLOSSAIRE NI : National Instruments Labview : Programme informatique fonctionnant sous Langage G. Il est développé par National Instruments. IHM : Interface Homme Machine. NI: National Instruments : cette société est en particulier le premier fournisseur mondial de cartes d acquisition de données et d interfaces de contrôle d'instrumentation. VI : Virtual Instrument : Labview permet de réaliser des VI pour mettre au point le graphe d'une fonction (ensemble d'opérations) et définir les relations entre les terminaux et les points d'entrée/sortie du graphe. Un VI est composé de trois parties liées : Une face-avant (Front-Panel) : c'est l'interface utilisateur de la fonction. Cette face-avant, personnalisable à loisir, est composée d'objets graphiques comme des interrupteurs, des potentiomètres, des zones de graphismes, etc. Un diagramme (Block-Diagram) : cette partie décrit le fonctionnement interne du VI. On utilise donc le langage G pour décrire ce fonctionnement. Destiné à être utilisé par des ingénieurs et des scientifiques, non informaticiens de formation, Labview utilise un langage de programmation graphique G (pour Graphique) afin de décrire les programmes dictant le comportement de l'application. Ainsi l'utilisateur est affranchi de la lourde syntaxe des langages de programmation textuels tels que C, Basic, etc. Une icône (Icon) : c'est la symbolisation de l'instrument virtuel qui permettra de faire appel à un instrument virtuel déjà créé à l'intérieur d'un autre instrument virtuel, c'est un principe de structure hiérarchique et de modularité. C'est par ce biais que nous définirons les points d'entrées et de sorties globaux de notre fonction. SOUS-VI : Un VI peut faire appel à un autre VI lors de son exécution, cette application est un sous-vi de celle qui l appelle. Datasheet : une Datasheet est une fiche de spécifications résumant les caractéristiques techniques d un produit, composant (par exemple composant électronique), d un sous-système ou d un logiciel. Elle doit donner des détails suffisants pour que le produit puisse être utilisé et/ou intégré correctement à un système par une personne ne le connaissant pas). DUT: Device Under Test : c est l unité subissant des tests. 43

47 ANNEXES 08 Avril - 14 Juin 2013 ANNEXES I

48 ANNEXES 08 Avril - 14 Juin 2013 L annexe va dérouler toutes les interfaces permettant le test des condensateurs. Les diapos représentent : 1 : Face-avant du programme 2 : Interface choix test 3 : Action Etalonnage 4 : Début Autotest 5 : Placement résistance Autotest 6 : Fin Autotest 7 : Message succès Autotest 8 : Interface Mode Test 9 : Saisie des valeurs du composant 10 : Ouvrir Excel? II

49 ANNEXES 08 Avril - 14 Juin 2013 III

50 ANNEXES 08 Avril - 14 Juin 2013 IV

51 ANNEXES 08 Avril - 14 Juin 2013 V

52 ANNEXES 08 Avril - 14 Juin 2013 VI

53 ANNEXES 08 Avril - 14 Juin 2013 VII

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

Echantillonnage MP* 14/15

Echantillonnage MP* 14/15 Echantillonnage MP* 14/15 1. Principe de l oscilloscope numérique L oscilloscope numérique est principalement constitué d un amplificateur analogique (sur chaque voie), d un convertisseur analogique-numérique

Plus en détail

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp)

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) LSM 2 - Mesures physiques - Instrumentation Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) Les circuits étudiés jusqu'ici sont des circuits passifs constitués de résistances, condensateurs inductances

Plus en détail

Acquisition : Les exemples d applications :

Acquisition : Les exemples d applications : Acquisition : Les exemples d applications : Exemple 1 : Assistant Programmation à l aide de l assistant Nous allons générer une tension V1 qui varie de 0 à 5V. Cette tension augmentera d un pas: p = 5

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 4 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Redressement d une tension I. Objectifs Redressement d une tension alternative par le moyen de diodes. Transformation

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE Polytech'Nice 4 ème Année T.P. d'electronique TP N 6 AIMENTATIONS A DECOUPAGE I. e mécanisme de régulation à découpage e but de cette manipulation est la compréhension du mécanisme de régulation par découpage.

Plus en détail

6GEI305 Dynamique des systèmes II. Laboratoire #2

6GEI305 Dynamique des systèmes II. Laboratoire #2 6GEI305 Dynamique des systèmes II Laboratoire #2 Introduction aux impédances et à la plaquette de prototypage Automne 2010 1. Objectifs Se familiariser avec les plaquettes de prototypage Concrétiser la

Plus en détail

Le GBF Générateur basse fréquence

Le GBF Générateur basse fréquence Le GBF Générateur basse fréquence Il génère des signaux alternatifs ( carré, sinusoïdale et triangulaire ) en sa sortie ( output- 50 ) Pour chaque signal, on peut modifier : l amplitude ( en agissant sur

Plus en détail

OSCILLOSCOPES Numériques

OSCILLOSCOPES Numériques OSCILLOSCOPES Numériques La partie pratique de ce TP, effectuée en salle de TP, sera divisée en trois parties. Les deux premières parties sont consacrées respectivement au couplage et à la synchronisation

Plus en détail

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 - Sujet G345-01 Page de garde BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 Le dossier-sujet

Plus en détail

Séance P2I n 1 (7 sept 2015) Module 1 : Mini-projet «Eclairage automatique»

Séance P2I n 1 (7 sept 2015) Module 1 : Mini-projet «Eclairage automatique» Séance P2I n 1 (7 sept 2015) Module 1 : Mini-projet «Eclairage automatique» Description du mini-projet L objectif Pour chaque étudiant : assembler et faire fonctionner un dispositif électrique au format

Plus en détail

Formation STI2D Découverte de LabView 2011

Formation STI2D Découverte de LabView 2011 1 Présentation de Labview LabVIEW est un langage de programmation graphique destiné au développement d'applications d'instrumentation : acquisition par l'intermédiaire de cartes externes et restitution

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

Etude de la communication entre la borne de recharge et le chargeur de batterie : vérification du fonctionnement Thème : Énergie

Etude de la communication entre la borne de recharge et le chargeur de batterie : vérification du fonctionnement Thème : Énergie LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD 1STI2D Système d Information et Numérique Etude de la communication entre la borne de recharge et le chargeur de batterie : vérification du fonctionnement Thème : Énergie

Plus en détail

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES

ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES Université Paul Sabatier TP Physique du Tronc Commun de CIMP Introduction Travaux Pratiques d Electronique ALLUMAGE AUTOMATIQUE DES PHARES D UNE AUTOMOBILE EN CAS D OBSCURITE L électronique est un secteur

Plus en détail

BANC D ETALONNAGE BASSE PRESSION GPC

BANC D ETALONNAGE BASSE PRESSION GPC Fiche de Données Techniques BANC D ETALONNAGE BASSE PRESSION GPC Répond à tous les besoins d étalonnage, de vérification et d ajustage Etalonnage sur site ou en laboratoire Mesure précise et sans dérive

Plus en détail

AP1.1 : Montages électroniques élémentaires. Électricité et électronique

AP1.1 : Montages électroniques élémentaires. Électricité et électronique STI2D Option SIN Terminale AP1.1 : Montages électroniques élémentaires Électricité et électronique Durée prévue : 3h. Problématique : connaître les composants élémentaires de l'électronique Compétences

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

PROJETS DE PHYSIQUE STATISTIQUE

PROJETS DE PHYSIQUE STATISTIQUE Université Paris-Sud Master et magistère de physique fondamentale PROJETS DE PHYSIQUE STATISTIQUE Manuel d initiation à la prise de données http://hebergement.u-psud.fr/projetsdephysiquestatistique 1

Plus en détail

Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN)

Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN) 1/5 Partie Agir : Défis du XXI ème siècle CHAP 20-ACT EXP Convertisseur Analogique Numérique (CAN) Objectifs : Reconnaître des signaux de nature analogique et des signaux de nature numérique Mettre en

Plus en détail

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 Travaux pratiques d électronique, première séance Circuits passifs S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 1 Révision 1. Explorez le protoboard avec le voltmètre. Faites un schéma des connexions. 2. Calibrez

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

4 TP CCP régulièrement donné : Etude d un circuit RLC série

4 TP CCP régulièrement donné : Etude d un circuit RLC série Précision des appareils Appliquer une amplitude s 0 de 800 mv à l oscillo. Déterminer la précision à laquelle on connaît s 0. Est-ce suffisant? Rép L oscillo donne une amplitude qui bouge d environ 2 pour

Plus en détail

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL 6.1 Instruments Un amplificateur opérationnel de type 741. Un oscilloscope à double canon à électron. Un générateur de signaux Wavetek. Un générateur

Plus en détail

TP oscilloscope et GBF

TP oscilloscope et GBF TP oscilloscope et GBF Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : ce travail a pour buts de manipuler l oscilloscope et le GBF. A l issu de celui-ci, toutes les fonctions essentielles

Plus en détail

6GEI620 - Électronique II. Laboratoire #1

6GEI620 - Électronique II. Laboratoire #1 6GEI620 - Électronique II Laboratoire #1 Conception avec amplificateurs opérationnels Hiver 2008 1. Objectifs Se familiariser avec l outil Multisim Se familiariser avec le prototypage Apprendre, dans un

Plus en détail

Electricité Etude du facteur de puissance

Electricité Etude du facteur de puissance Etude du facteur de puissance Français p 1 Maquette amélioration du facteur de puissance Version : 0109 1 La maquette 1.1 Descriptif La maquette facteur de puissance permet d aborder, par analogie, la

Plus en détail

Sonde détectrice HF.

Sonde détectrice HF. Sonde détectrice HF. Une sonde détectrice HF permet de convertir un multimètre classique en voltmètre HF. On l utilise essentiellement pour effectuer des mesures relatives de signaux haute fréquence mais

Plus en détail

Expériences avec un oscilloscope numérique

Expériences avec un oscilloscope numérique Expériences avec un oscilloscope numérique Pratiques Expériences Certaines figures et textes sont tirés de l excellent DICTIONNAIRE de PHYSIQUE EXPERIMENTALE, tome4, L électricité, Jean-Marie Donnini,

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité PREPARATION (à rédiger avant de venir en TP) Il s agit de trouver une méthode pour mesurer la capacité C d un condensateur, en étudiant

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles

Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Durée : 5 jours Pratique de réparation et dépannage des cartes électroniques industrielles Réf : (Elec 01) capables de : - Comprendre et mettre en œuvre les différentes méthodes de tests des composantes

Plus en détail

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron. Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B4510 UNIITE DIIDACTIIQUE LIIGNE DE TRANSMIISSIION MANUEL D IINSTRUCTIIONS Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES. Champ professionnel : Alarme Sécurité Incendie SOUS - EPREUVE E12

Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES. Champ professionnel : Alarme Sécurité Incendie SOUS - EPREUVE E12 Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES Champ professionnel : Alarme Sécurité Incendie SOUS - EPREUVE E12 TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Durée 3 heures coefficient 2 Note

Plus en détail

Concours d entrée en Ingénierie, 2012

Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Concours d entrée en Ingénierie, 2012 Nom : Prénom : Test des connaissances professionnelles en électricité-électronique TCP-E Durée : 3 heures 1. Cocher la réponse exacte 1 En continu, une capacité se

Plus en détail

Capteur de Tension 2 voies 1MHz

Capteur de Tension 2 voies 1MHz Capteur de Tension 2 voies 1MHz Référence PS-2190 Page 1 sur 8 Equipement inclus Capteur tension 1 MHz 2 voies Matériel nécessaire Interface GLX PS-2002 Cordons de raccordement DEMARRAGE RAPIDE 1) Connectez

Plus en détail

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique

Fiche technique expérimentale 5. Notions sur l acquisition numérique Fiche technique expérimentale 5 Notions sur l acquisition numérique D.Malka MPSI 2014-2015 Lycée Saint-Exupéry Ce bref guide traite de quelques éléments important sur l acquisition numérique des signaux

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

Simulateur de transitoires sur réseau électrique automobile selon ISO 7637-1

Simulateur de transitoires sur réseau électrique automobile selon ISO 7637-1 Simulateur de transitoires sur réseau électrique automobile selon ISO 7637-1 Ir H. COPPENS d EECKENBRUGGE PIERRARD Virton Ing. S. GEORGES PIERRARD - Virton Le travail consiste en la réalisation d un générateur

Plus en détail

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8

1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 1/10 guide_utilisateur_carte_mermoz_v1.8 Fonctions La carte Mermoz est un système électronique qui se charge d enregistrer et de dater des mesures de tension. Elle peut être utilisée pour une large variété

Plus en détail

TP N 01 : Redressement non commandé - Montage monophasé mono alternance

TP N 01 : Redressement non commandé - Montage monophasé mono alternance Université Djillali LIABES Sidi Bel-Abbes Faculté de sciences de l Ingénieur - Département d Electrotechnique - Licence ELM ETT Module Electronique de puissance TP N 01 : Redressement non commandé - Montage

Plus en détail

Conversion électronique statique

Conversion électronique statique Conversion électronique statique Sommaire I) Généralités.2 A. Intérêts de la conversion électronique de puissance 2 B. Sources idéales.3 C. Composants électroniques..5 II) III) Hacheurs..7 A. Hacheur série

Plus en détail

TP 8 : Analyse spectrale d un son

TP 8 : Analyse spectrale d un son «La musique est une science qui doit avoir des règles certaines ; ces règles doivent être tirées d un principe évident, et ce principe ne peut guère nous être connu sans le secours des mathématiques» Jean

Plus en détail

Acquisition de données et pilotage d instruments avec LABVIEW

Acquisition de données et pilotage d instruments avec LABVIEW W 2009 PROJET LABVIEW Acquisition de données et pilotage d instruments avec LABVIEW Projet Linel LABVIEW (70h) L Besoin logiciel et matériel : (par poste) 1 PC + le logiciel LABVIEW version (8.2) + le

Plus en détail

Correcteur vidéo Mise à jour du 2 janvier 2011 «ravive les couleurs et les détails!» F5RCT Jean-Matthieu STRICKER

Correcteur vidéo Mise à jour du 2 janvier 2011 «ravive les couleurs et les détails!» F5RCT Jean-Matthieu STRICKER Correcteur vidéo Mise à jour du 2 janvier 2011 «ravive les couleurs et les détails!» F5RCT Jean-Matthieu STRICKER En télévision d amateur, il est parfois nécessaire de corriger le signal vidéo tant à l

Plus en détail

Alimentations DC 400W Puissance constante Intégrables ½19" / 2U avec interfaces de télécommande TOE 8951 et TOE 8952

Alimentations DC 400W Puissance constante Intégrables ½19 / 2U avec interfaces de télécommande TOE 8951 et TOE 8952 Alimentations DC 400W Puissance constante Intégrables ½19" / 2U avec interfaces de télécommande TOE 8951 et TOE 8952 Réglages rapides et précis par encodeurs ou par les interfaces. Interfaces analogique,

Plus en détail

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique FOUGERAY P. ANNE J.F. TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique bi courbe,

Plus en détail

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF

1 Introduction. CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF PHYSQ 126: Circuits RLC 1 CIRCUITS RLC À COURANT ALTERNATIF 1 Introduction. Le but de cette expérience est d introduire le concept de courant alternatif (en anglais, Alternating Current ou AC) et d étudier

Plus en détail

JUMO AUTOMATION S.P.R.L. / P.G.M.B.H. / B.V.B.A Industriestraße 18 4700 Eupen, Belgique

JUMO AUTOMATION S.P.R.L. / P.G.M.B.H. / B.V.B.A Industriestraße 18 4700 Eupen, Belgique JUMO GmbH & Co. KG Adresse de livraison : Mackenrodtstraße 14, 36039 Fulda, Allemagne Adresse postale : 36035 Fulda, Allemagne Tél. : +49 661 60030 Fax. : +49 661 6003607 EMail : mail@jumo.net Internet

Plus en détail

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA

Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Université de Bourgogne Faculté Mirande Rapport de projet Licence Electronique, Signal et Image Réalisation d une carte de traitement d image à base de FPGA Sébastien Jeanniard Guillaume Lemaître Novembre

Plus en détail

U c U n U 3 I 3. Hacheur

U c U n U 3 I 3. Hacheur G. Pinson - Physique Appliquée Alimentation à découpage 2-TP / 1 2 - ALIMENTATION À DÉOUPAGE Sécurité : manipulation réalisée en TBTS. Principe : générateur de tension (U ) réglable (par ) et régulée,

Plus en détail

Modélisation électrique

Modélisation électrique Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse Rapport de TP Modélisation électrique de la commande de charge dans l automobile Simon Bouvot Alexis Ferte

Plus en détail

MTS. Systèmes de tests de compteurs

MTS. Systèmes de tests de compteurs MTS Systèmes de tests de compteurs - Générateur de signaux arbitraires - Amplificateurs - Compteur étalon - Calculateur d erreur - Têtes de lecture - Transformateurs Conception d un système standard ou

Plus en détail

1. PRESENTATION DU PROJET

1. PRESENTATION DU PROJET Bac STI2D Formation des enseignants Jean-François LIEBAUT Denis PENARD SIN 63 : Prototypage d un traitement de l information analogique et numérique (PSoC) 1. PRESENTATION DU PROJET Les systèmes d éclairage

Plus en détail

Fiches Générateur Basses Fréquences

Fiches Générateur Basses Fréquences Fiches Générateur Basses Fréquences Note : Cet ensemble de fiches a été réalisé autour du Générateur de fonctions Centrad GF467AF. Il dispose d un grand nombre de fonctionnalités que l on peut retrouver

Plus en détail

Oscilloscope actif de précision CONCEPT 4000M

Oscilloscope actif de précision CONCEPT 4000M Oscilloscope actif de précision CONCEPT 4000M ZI Toul Europe, Secteur B 54200 TOUL Tél.: 03.83.43.85.75 Email : deltest@deltest.com www.deltest.com Introduction L oscilloscope actif de précision Concept

Plus en détail

Università di Roma - Sapienza. Laboratorio di sistemi [SUIVEUR SOLAIRE] DUVAL Alexis & HASHEMI Keyvan

Università di Roma - Sapienza. Laboratorio di sistemi [SUIVEUR SOLAIRE] DUVAL Alexis & HASHEMI Keyvan 2012 Università di Roma - Sapienza Laboratorio di sistemi [SUIVEUR SOLAIRE] DUVAL Alexis & HASHEMI Keyvan Sommaire I. Présentation p 2-3 II. Principe du suiveur solaire p 4 III. Conception de la maquette

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

COMMANDES D AXES. Présentation générale

COMMANDES D AXES. Présentation générale COMMANDES D AXES Présentation générale Les commandes d axes SGA Automation ont été conçues sans accepter aucun compromis en termes de qualité, de fiabilité et de performance. Les moteurs sont placés dans

Plus en détail

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal 1 Introduction Dans les premiers chapitres d électrocinétique, nous avons travaillé sur les régimes transitoires des circuits comportant conducteur ohmique,

Plus en détail

Guide d utilisation du Logiciel Electronics Workbench (EWB)

Guide d utilisation du Logiciel Electronics Workbench (EWB) Guide d utilisation du Logiciel Electronics Workbench (EWB) 1. Introduction Electronics WorkBench (EWB) est un logiciel de simulation des circuits électroniques qui permet de tester et d'analyser des circuits

Plus en détail

TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique TP 6 initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique Tektronix TDS (210 ou 1001B) bicourbe,

Plus en détail

Série 7 : circuits en R.S.F.

Série 7 : circuits en R.S.F. Série 7 : circuits en R.S.F. 1 Documents du chapitre Action d un circuit du 1er ordre sur un échelon de tension et sur une entrée sinusoïdale : Déphasage de grandeurs sinusoïdales et représentation de

Plus en détail

MANUEL D'UTILISATION DU MULTIMETRE DIGITAL ITC-921 Version 1.5

MANUEL D'UTILISATION DU MULTIMETRE DIGITAL ITC-921 Version 1.5 MANUEL D'UTILISATION DU MULTIMETRE DIGITAL ITC-921 Version 1.5 1. INTRODUCTION. Cet instrument est un multimètre digital compact fonctionnant sur pile et comportant 3 chiffres pour la mesure de tensions

Plus en détail

COMMANDES D AXES. Présentation générale

COMMANDES D AXES. Présentation générale Présentation générale Les commandes d axes SGA Automation ont été conçues sans accepter aucun compromis en termes de qualité, de fiabilité et de performance. Les moteurs sont placés dans des boîtiers blindés

Plus en détail

Acquisition de données avec une carte multi-fonctions sous LabVIEW. Cours LabVIEW ENSPS J2 Serio@unistra.fr V1.04-2011

Acquisition de données avec une carte multi-fonctions sous LabVIEW. Cours LabVIEW ENSPS J2 Serio@unistra.fr V1.04-2011 Acquisition de données avec une carte multi-fonctions sous LabVIEW 1 1 Objectifs de la séance Acquisition de données avec un module d acquisition de données multifonctions (USB 6009) et traitement sous

Plus en détail

Clemenceau. Présentation de l AOP. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.Granier)

Clemenceau. Présentation de l AOP. Lycée. PCSI 1 - Physique. Lycée Clemenceau. PCSI 1 (O.Granier) Lycée Clemenceau PCSI 1 (O.Granier) Présentation de l AOP Liens vers : TP-Cours AOP n 1 TP-Cours AOP n 2 TP-Cours AOP n 3 I Présentation et propriétés de l AOP : 1 Description de l AOP : Aspects historiques

Plus en détail

I- SITUATION PROBLEME

I- SITUATION PROBLEME I- SITUATION PROLEME 1-Le flash classique d un appareil photo. Le flash augmente la luminosité pendant un court instant au moment où "l'obturateur" de l appareil photo s'ouvre. Le flash est alimentée par

Plus en détail

Automatisation d une scie à ruban

Automatisation d une scie à ruban Automatisation d une scie à ruban La machine étudiée est une scie à ruban destinée à couper des matériaux isolants pour leur conditionnement (voir annexe 1) La scie à lame verticale (axe z ), et à tête

Plus en détail

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif

Z-SCOPE V5. ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Z-SCOPE V5 ANALYSEUR D IMPEDANCE SUR PORT USB destiné au contrôle non destructif Fonctionnalités Générateur d un signal d excitation sinusoïdal de fréquence variable jusqu à 100 khz Mesure d un signal

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Introduction 02. II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04

SOMMAIRE. I. Introduction 02. II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04 SOMMAIRE I. Introduction 02 II. Glossaire 03 a. Glossaire technique 03 b. Glossaire fonctionnel 04 III. Présentation de l'association 05 a. Présentation juridique et géographique 05 b. Présentation de

Plus en détail

Apprendre à développer pour créer des objets intelligents

Apprendre à développer pour créer des objets intelligents Arduino Apprendre à développer pour créer des objets intelligents Nicolas GOILAV Geoffrey LOI Table des matières 1 Les éléments à télécharger sont disponibles à l'adresse suivante : http://www.editions-eni.fr

Plus en détail

Cours Procédés Mesures sous LabVIEW : Base de la Programmation et Applications. TP LabVIEW UFR Sitec M1 1 bserio@u-paris10.fr V1.

Cours Procédés Mesures sous LabVIEW : Base de la Programmation et Applications. TP LabVIEW UFR Sitec M1 1 bserio@u-paris10.fr V1. Cours Procédés Mesures sous LabVIEW : Base de la Programmation et Applications TP LabVIEW UFR Sitec M1 1 Philosophie de LabVIEW Langage de programmation entièrement graphique Les programmes sont construits

Plus en détail

TP 1: Circuits passifs

TP 1: Circuits passifs Travaux Pratiques Avancés (TPA) d Electronique Année 2015-16 TP 1: ircuits passifs Sergio Gonzalez Sevilla *, Antonio Miucci Département de Physique Nucléaire et orpusculaire (DPN), Université de Genève

Plus en détail

MONTAGES ELECTRONIQUES

MONTAGES ELECTRONIQUES MONTAGES ELECTRONIQUES Classes concernées : 2 nde MPI, TS, TS spé (Bilbio : livres de 2 nde MPI, TS et TS spé Hachette) INTRODUCTION L électronique est omniprésente dans notre quotidien. Que ce soit dans

Plus en détail

ACS-13A IP66 56 mm! 4 consignes Connexion USB de l affichage LCD Applications

ACS-13A IP66 56 mm! 4 consignes Connexion USB de l affichage LCD Applications Mini, smart, complet ACS-13A Protection IP66 Profondeur de 56 mm! 4 consignes, sélection externe Connexion USB pour configuration et suivi des mesures en ligne Contraste extrême des caractères à 11 segments

Plus en détail

G3080 GECKO-2000. Chauffe-Colonne HPLC. Notice d utilisation

G3080 GECKO-2000. Chauffe-Colonne HPLC. Notice d utilisation GECKO-2000 ECRAN : CHOIX DE LA LANGUE FRANCAIS / ANGLAIS : Lors de la mise sous tension, maintenez appuyé la touche : [+] pour l anglais [-] pour le français Chauffe-Colonne HPLC G3080 Notice d utilisation

Plus en détail

Instruments de mesure

Instruments de mesure Chapitre 9a LES DIFFERENTS TYPES D'INSTRUMENTS DE MESURE Sommaire Le multimètre L'oscilloscope Le fréquencemètre le wattmètre Le cosphimètre Le générateur de fonctions Le traceur de Bodes Les instruments

Plus en détail

TP d asservissement numérique sur maquette Feedback

TP d asservissement numérique sur maquette Feedback SOUBIGOU Antoine GE3S Semestre 5 2002 PAILLARD Jean-Noël TP d asservissement numérique sur maquette Feedback ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES ARTS ET INDUSTRIES DE STRASBOURG 24, Boulevard de la Victoire

Plus en détail

TP2 Modulation d'amplitude Cycle S2 / Module M2107

TP2 Modulation d'amplitude Cycle S2 / Module M2107 RESEAUX & TELECOMMUNICATIONS TP2 Modulation d'amplitude Cycle S2 / Module M2107 RT1A 2014-15 1 Matériel 1 "double" générateur AFG 3022 avec 2 charges 50 Ω 1 Platine de fonctions enfichables 2 Fonctions

Plus en détail

T 1000 PLUS. Appareil monophasé de test de relais de protection DOMAINE D APPLICATION. Conçu pour les tests des relais et des convertisseurs

T 1000 PLUS. Appareil monophasé de test de relais de protection DOMAINE D APPLICATION. Conçu pour les tests des relais et des convertisseurs Appareil monophasé de test de relais de protection Conçu pour les tests des relais et des convertisseurs Contrôlé par microprocesseur Muni de déphaseur et générateur de fréquence Résultats et réglages

Plus en détail

1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage

1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage Caractérisation haute fréquences de composants passifs JULIEN FLAMANT julien.flamant@ens-cachan.fr SIMON SELLEM simon.sellem@ens-cachan.fr Motivation Le domaine des «hautes fréquences» est le domaine privilégié

Plus en détail

Visite guidée de l oscilloscope et du générateur de fonctions

Visite guidée de l oscilloscope et du générateur de fonctions Lab No 4 Montage : NfAp : 1 NfAp : Visite guidée de l oscilloscope et du générateur de fonctions Buts Apprendre à utiliser l oscilloscope pour observer et mesurer des grandeurs physiques reliées principalement

Plus en détail

Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011

Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011 Lycée Privé Alfarabi SFAX Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011 2011 / 2012 Section : Sciences de l informatiques Coefficient : 3 EPREUVE : SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures M. Abdmouleh Nabil Le devoir

Plus en détail

Lancez le logiciel un schéma est complètement ou partiellement chargé.

Lancez le logiciel un schéma est complètement ou partiellement chargé. Multisim permet la saisie de schéma et la simulation de ceux-ci Présentation Lancez le logiciel un schéma est complètement ou partiellement chargé. les composants à gauche, ils sont regroupés par catégorie,

Plus en détail

Gestion et entretien des Installations Electriques BT

Gestion et entretien des Installations Electriques BT Durée : 5 jours Gestion et entretien des Installations Electriques BT Réf : (TECH.01) ² Connaître les paramètres d une installation basse tension, apprendre les bonnes méthodes de gestion et entretien

Plus en détail

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 11. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 11 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Utilisation de l oscilloscope à mémoire numérique I. Introduction Avec un oscilloscope numérique, le signal étudié

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Présentation de la macro Scope/Igor en USB Rédaction du document: Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) ; mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr Programmation : Colin Lopez, (I.R.)

Plus en détail

DVM 68 Multimètre Digitale LCD Auto Range

DVM 68 Multimètre Digitale LCD Auto Range DVM 68 Multimètre Digitale LCD Auto Range 1. Description Votre DVM 68 est un multimètre digital professionel avec un affichage 3 ½ digit LCD. On l'emploie pour multiples usages à la maison, au chantier,

Plus en détail

TRANSISTOR BIPOLAIRE

TRANSISTOR BIPOLAIRE I Introduction I.1 Constitution Le transistor bipolaire est réalisé dans un monocristal comportant trois zones de dopage différentes. n p n collecteur base émetteur n C On reconnaît deux jonctions PN p

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

NEXEYA pilote le projet collaboratif ACOVAS.

NEXEYA pilote le projet collaboratif ACOVAS. Le 12 juin 2013, pilote le projet collaboratif ACOVAS. Le projet ACOVAS, porté par, a été labellisé par le pôle AEROSPACE VALLEY dans le domaine d activités Systèmes Complexes et Intégration. ACOVAS est

Plus en détail

Plan. 1 caractéristiques communes 2 Les multimètres analogiques 3 Les multimètres numériques 4 l ohmmètre

Plan. 1 caractéristiques communes 2 Les multimètres analogiques 3 Les multimètres numériques 4 l ohmmètre LES MULTIMETRES ( VOLTMETRE, AMPEREMETRE,OHMMETRE,..) Plan 1 caractéristiques communes 2 Les multimètres analogiques 3 Les multimètres numériques 4 l ohmmètre LES MULTIMETRES ( VOLTMETRE, AMPEREMETRE,OHMMETRE,..)

Plus en détail