V. Rédiger et présenter une BIBLIOGRAPHIE (TABLE BIBLIOGRAPHIQUE) - suite

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "V. Rédiger et présenter une BIBLIOGRAPHIE (TABLE BIBLIOGRAPHIQUE) - suite"

Transcription

1 1 V. Rédiger et présenter une BIBLIOGRAPHIE (TABLE BIBLIOGRAPHIQUE) - suite 3 L'entrée bibliographique d'un article de revue ou de journal L'ordre des renseignements bibliographiques Exemples: On doit disposer ces renseignements dans l'ordre suivant: - le nom et le prénom de l'auteur; - le titre de l'article; - la particule «in» (ou «dans»); - le nom de la revue ou du journal; - le numéro du volume et/ou du fascicule; - l'année de parution; - la référence à la pagination. FAURÉ, E., «La culture du tabac en Amazonie», in La Recherche, VII, n 36 (1987), pp GROULX, R., «Politique et écologie», in La Nouvelle Revue de sciences politiques, n 1 (1992), pp Remarque: comme pour les livres, les éléments principaux de l'entrée bibliographique d'un article de revue sont séparés par une virgule, jamais par un point. Le nom et le prénom de l'auteur La façon de procéder est la même que pour les livres. Le titre de l'article Aujourd'hui, on met le titre de l'article entre guillemets, en caractères romains et en bas de casse (la première lettre du titre et des noms propres étant, bien sûr, en capitales). L'ancienne habitude qui consistait à mettre le titre des articles en italique sans guillemets est en voie de disparition à peu près partout. Quelques revues renommées, marquées à la fois par le prestige et la nostalgie, s'obstinent à sauvegarder les anciens usages: c'est un combat perdu d'avance. La nouvelle façon de faire, bien qu'elle soit d'inspiration anglo-saxonne, présente l'énorme avantage de faire une distinction très nette entre les articles de revues et les livres. Il convient donc, par nécessité logique, de s'y rallier. Exemples: LAMBERT, D., «La rupture épistémologique», in Revue philosophique, IX, n 38 (1976), pp THORNDIKE, L., «Oresme and fourteenth-century commentaries on the Meteorologica», in Isis, XLV, n 140 (1954), pp WIELOCKX, R., «Guillaume de Moerbeke réviseur de sa révision du "De anima"», Recherches de théologie ancienne et médiévale, LIV (1987), pp

2 2 Il est à noter que cette façon de procéder est la même dans toutes les langues occidentales (guillemets, bas de casse). Une exception cependant: l'allemand, où la première lettre des substantifs est en majuscule. La particule «in» (ou «dans») Le titre de l'article est suivi d'une virgule et de la particule «in» écrite en romain (car elle est francisée). Certains auteurs utilisent la particule «dans»; c'est tout à fait acceptable. Plusieurs auteurs, influencés par le style expéditif des revues américaines, omettent le «in» ou le «dans»; la chose ne présente pas une gravité extrême et peut être tolérée, même s'il est souhaitable d'en rester à la tradition française. Le nom de la revue ou du journal - Le nom de la revue ou du journal d'où est tiré l'article suit immédiatement (sans deux points) la particule «in» (ou «dans») et est en italique. - L'usage des majuscules. Dans le cas des revues ou des journaux (à la différence des titres de livres), on met une majuscule non seulement à l'article initial (s'il y en a un), mais encore à tous les mots (sauf les articles et les prépositions intermédiaires) qui précèdent le premier substantif, et au premier substantif lui-même. Ainsi on écrit: in La Libre Belgique in Les Cahiers du cinéma in La Revue nouvelle de psychologie in La Nouvelle Revue d'anthropologie in La Nouvelle Libre Pensée in Science et Vie in Tribune libre En fait, il s'agit ici d'une application de l'ancienne règle des majuscules. Il vaut mieux s'y tenir, car c'est un usage bien ancré et fort difficile à modifier. Une dernière remarque: lorsque le nom de la revue ou du journal est composé uniquement de deux substantifs, de deux adjectifs ou de deux verbes, ceux-ci prennent tous les deux la majuscule (ex.: Science et Vie; Rouge et Noir; Vivre ou Mourir). - Abrègement des noms de revues ou de périodiques Quand, dans une Table bibliographique assez longue, on rencontre régulièrement les mêmes noms de revues ou de périodiques, il est d'usage de les réduire à un sigle. Il suffit alors de donner, tout de suite après l'en-tête de la Table, la liste des abréviations utilisées.

3 3 Exemple: Table bibliographique Liste des abréviations AHDLMA = Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge BSIEPM = Bulletin de la Société internationale pour l'étude de la philosophie médiévale RPL = Revue philosophique de Louvain RSPT = Revue des sciences philosophiques et théologiques On traite ces sigles comme s'il s'agissait de noms. On les met donc en italique dans la Table bibliographique. Exemples: CHENU, M.-D., «Notes de lexicographie philosophique médiévale», in RSPT, XVII (1928), pp FARAL, E., «Jean Buridan. Notes sur les manuscrits, les éditions et le contenu de ses ouvrages», in AHDLMA, XV (1946), pp Numéros spéciaux de revue. Il peut arriver que certains numéros de revues, spécialement de revues scientifiques, soient consacrés, dans une large mesure ou en totalité, à un sujet déterminé et en portent le titre. Dans ce cas, on met en italique les deux intitulés, en donnant en premier lieu le titre de la revue, et en second celui du numéro spécial, précédé de la mention «numéro spécial», elle-même précédée d'une virgule et suivie de deux points. Il peut se faire aussi qu'une revue ne publie que des numéros consacrés à des sujets choisis: on procède alors de la même façon, mais en utilisant uniquement la locution «numéro». Exemples: PANACCIO, C., «Intuition, abstraction et langage mental dans la théorie occamiste de la connaissance», in Revue de métaphysique et de morale, numéro spécial: Les universaux, n 1 (1992), pp PELLETIER, A.-M., «Il n'y a plus l'homme et la femme», in Communio, numéro: Homme et femme il les créa, XVIII, n 106 (1993), pp Le numéro du volume et du fascicule Il existe dans ce domaine une incohérence prononcée, qui n'est pas seulement due aux auteurs, mais également aux responsables de périodiques. En principe, on indique le numéro du volume et du fascicule: le premier en chiffre(s) romain(s), le second en chiffre(s) arabe(s). Normalement, tous les fascicules d'une revue qui sont publiés durant une année sont regroupés en un volume. Si une revue n'a qu'une seule parution par an, on ne la numérotera qu'en volumes, puisque, dans ce cas, fascicule et volume ne font qu'un. - Il peut arriver également qu'une revue ne numérote qu'en fascicule; il faut alors se résoudre à ne mentionner que cette indication. La façon de procéder est la suivante: on met une virgule après le nom de la revue, ensuite la numérotation en volumes, puis une virgule suivie de l'abréviation «n» marquée d'un espace, et enfin la numérotation en fascicules. Exemples: CINQ-MARS, J.-C., «L'élevage des perroquets sur la Côte Nord», in Revue de zoologie, IX, n 8 (1973), pp TREMBLAY, F., «La joie de vivre», in Revue d'anthropologie, XL (1972), pp

4 4 WERNER, J., «Réflexions sur la connaissance», in Revue de philosophie nouvelle, n 47 (1986), pp À l'heure actuelle, beaucoup de chercheurs omettent d'utiliser l'abréviation «n» et se contentent de donner le chiffre qui lui correspond. Exemple: CINQ-MARS, J.- C., «L'élevage des perroquets sur la Côte Nord», in Revue de zoologie, IX, 8 (1973), pp Cette seconde façon de faire peut être tolérée, mais il faut lui préférer la première, plus claire et moins expéditive. L'année de parution L'année de parution s'écrit en entier, est mise entre parenthèses et suit immédiatement, c'est-à-dire sans virgule, le numéro du fascicule ou, en son absence, du volume. Voir les exemples ci-dessus. La référence à la pagination On fera précéder les chiffres de référence à la pagination de l'abréviation «p.» ou «pp.» (quand il y a plusieurs pages) et d'un espace. On écrira ces chiffres au complet. Exemples: et non pas: p. 73 pp pp pp.73 pp pp ou pp Si on veut citer plusieurs passages d'un article ou d'un livre, on donne chacune des pages auxquelles on renvoie, après l'abréviation «pp.», et on les indique par ordre croissant. On ne fournit aucune autre indication et on ne revient pas à une numérotation antérieure. Si on veut souligner un passage important compris dans la pagination à laquelle on renvoie, on fragmente la référence sans rien ajouter d'autre. Exemple: et non pas: pp. 75, 88, 92-94, 95, 96-98, , 172. pp. 75, 88, (95), , 172. On évitera d'adopter la méthode américaine qui supprime l'abréviation «p.» précédant la numérotation. Cette façon de faire, ultra-expéditive, a le désavantage de semer la confusion et de supprimer les points de repère entre les chiffres. Exemple à ne pas suivre: LATULIPE, F., «Les toucans», in Revue de zoologie, IX, 33 (1976),

5 5 Le mieux est d'écrire: LATULIPE, F., «Les toucans», in Revue de zoologie, IX, n 33 (1976), pp L'entrée bibliographique d'un texte extrinsèque Il faut entendre par extrinsèque le texte qui n'appartient pas intégralement au livre dont il peut être extrait. C'est le cas des chapitres d'ouvrages collectifs ou des introductions, préfaces, etc. à des livres d'autrui. Le cas d'un chapitre tiré d'un ouvrage collectif (sous la direction d'un ou de plusieurs auteurs) Il peut arriver que, dans une Table bibliographique, on ne veuille mentionner que le chapitre rédigé par un auteur au sein d'un ouvrage collectif. Dans ce cas, on procède à la fois comme pour un article de revue et pour le chapitre d'un livre (voir plus haut). On donne d'abord le titre du chapitre en bas de casse et entre guillemets, on ajoute la particule «in» (ou «dans»), précédée d'une virgule, en la faisant suivre du nom et du prénom (abrégé) de l'éditeur (ou des éditeurs) en grandes et petites capitales; on précise ensuite le titre de l'ouvrage collectif, ainsi que le lieu de publication, la maison d'édition et la date; on indique enfin les pages de l'ouvrage collectif auxquelles le chapitre mentionné correspond. Exemples: FARAL, E., «L'espérance de vie des baleines bleues», in MACHAUT, G. DE (éd.), Les mammifères, Bruxelles, Éd. Le Cri, 1987, pp TREMBLAY, J., «Les plumes d'oiseau», in LAVIOLETTE, O., GOMEZ, A., BASSINE, F. (éds), Les rapaces, Longueuil, Le Préambule, 1986, pp Le cas des textes présentant le livre d'autrui La règle énoncée ci-dessus s'applique également aux préface, introduction, note, notice rédigées en vue de présenter le livre d'autrui. Cependant, on remplace le «in» (ou le «dans») précédé d'une virgule par un «à» sans virgule. Exemples: GOMEZ-MORIANA, A., «Préface» à TROTTIER, D., La subversion du discours rituel, Longueuil, Le Préambule, 1987, pp DEBUYST, S., «Introduction» à PATAR, B., Œuvres poétiques complètes, Longueuil, Le Préambule, 1992, pp. V-XII. FISCHER, D., «Notes» à JULIEN, J.-F., Les méandres de la pensée hugolienne, Paris, PUF, 1992, pp. 1*- 36*.

6 6 5 Remarques importantes d'ordre général Sur le plan technique 1) Chaque entrée bibliographique doit toujours être terminée par un point. 2) Pour chaque auteur, on donne indifféremment les articles de revues et les titres de livres (quand il y a lieu). Et on les classe non pas en mettant d'abord les titres de livres et ensuite les titres d'articles, mais en utilisant uniquement le critère chronologique croissant. Exemple: LEBEAU, F., Les orties blanches, Paris, L'équinoxe, «La germination des haricots», in Revue de botanique, XI, n 17 (1966), pp Traité de botanique médiévale, Paris, Seuil, «Les orchidées brésiliennes», in La Nouvelle Revue des plantes, n 4 (1977), pp Les plantes médicinales ardennaises, Louvain-la-Neuve, Éd. Duculot, ) Il faut rejeter énergiquement la mode actuelle (d'origine américaine) qui prend le parti d'ajouter au millésime une lettre de l'alphabet, en vue de préciser l'ordre chronologique au sein de la même année (1988a, 1988b, 1988c, etc.). Outre le fait que l'on n'est jamais sûr de l'ordre adopté, cela est parfaitement inutile, si on s'en tient aux règles énumérées ci-dessus. Il faut également bannir les innovations proposées par la Modern Language Association et par ses émules, qui consistent à mettre en évidence la date de parution de l'ouvrage. Exemple à ne pas suivre: 1988, DECONINCK, J.-M., La culture des radis en Amazone, Paris, Seuil (37). Cette façon de faire manifeste un profond mépris pour le lecteur et est motivée par le désir de faire vite. 4) On notera pour terminer la différence qui existe entre une entrée bibliographique donnée en note et une entrée bibliographique donnée dans la Table bibliographique. Dans le premier cas, on met le prénom (abrégé) de l'auteur avant le nom; dans le second, c'est l'inverse (pour mettre en relief l'ordre alphabétique des noms). Exemple: - Note de bas de page ( 1 ) Voir M. SCHOOYANS, L'avortement en questions - Table bibliographique SCHOOYANS, M., L'avortement en questions L'idéal, évidemment, serait d'harmoniser les deux types de référence et de procéder en note comme on le fait dans la Table bibliographique, mais on se heurte ici à des habitudes bien difficiles à changer. Sur le plan du contenu Normalement, une bibliographie ne doit comprendre que les ouvrages ou les articles auxquels on fait directement référence dans le texte de base ou dans les notes.

7 7 Il ne convient donc pas de citer les dictionnaires, les encyclopédies, les grammaires que l'on a consultés au cours de l'analyse. Sauf, bien sûr, s'il s'agit d'un ouvrage consacré aux techniques de l'écriture (comme c'est le cas dans le présent Dictionnaire ). Il ne convient pas non plus de mentionner les ouvrages d'intérêt général qui ne portent pas directement sur le sujet traité. Ainsi citer cinq ou six ouvrages de G. Duby ou de J. Le Goff dans une monographie consacrée à Buridan, philosophe du XIV e siècle, a quelque chose de ridicule et d'emphatique. Ces auteurs, en effet, ont consacré une grande partie de leurs travaux à des pans de l'histoire médiévale et bien peu à la pensée philosophique proprement dite. Vouloir prouver que l'on est un grand lecteur, doté d'une vaste culture générale, est un geste pédant et infantile. La sobriété est souvent la marque d'un jugement sain. Par ailleurs, constituer de très longue bibliographies ne fait qu'encombrer la recherche. On comprendra aisément qu'un ouvrage consacré à tel aspect d'aristote ou à telle problématique de S. Thomas ou de Bergson comporte une bibliographie substantielle; cependant, on s'efforcera de s'en tenir aux articles et aux livres dignes d'intérêt et d'une utilité incontestable. Les chercheurs américains, et leurs émules européens, ont la fâcheuse habitude de constituer des bibliographies énormes où une chatte ne retrouverait pas ses petits. Cette façon de faire est à bannir. Les règles à suivre seront donc les suivantes: 1) On reprend dans la bibliographie toutes les références directes et explicites du texte de base ou des notes. 2) On ajoute certains articles ou livres dont l'utilité concerne directement le sujet étudié. 3) On écarte toute autre forme de référence. Exception: Dans une monographie technique où l'on recense tout ce qui s'est dit ou écrit sur un auteur, on peut et on doit fournir la liste aussi complète que possible des articles et des ouvrages (même inintéressants) de l'auteur et sur l'auteur. Mais pour ce qui est des autres ouvrages mentionnés, on s'en tient aux trois règles énoncées ci-dessus. Par exemple, le livre de R. Groulx consacré à M. Foucault comprend 300 pages dont plus de la moitié constitue la bibliographie pratiquement exhaustive du célèbre écrivain français. Sur le plan de la présentation Certains chercheurs divisent leur Table bibliographique en trois ou quatre parties. La première étant consacrée aux sources proprement dites; la seconde aux ouvrages ou articles portant immédiatement sur le sujet traité; la troisième, et éventuellement la quatrième, se référant à des textes plus généraux mais d'une utilité évidente. Cette façon de faire peut être adoptée, mais il vaut mieux limiter le plus possible les divisions. Car multiplier les sections finit par lasser ou égarer le lecteur. Dans les livres d'histoire, il n'est pas rare de voir la bibliographie divisée selon les époques historiques considérées. Cette méthode ne manque pas d'intérêt.

8 8 Dans les éditions critiques, ou les ouvrages de même nature, on traite à part la bibliographie des sources. Ainsi dans la Table bibliographique d'un ouvrage consacré à Guillaume d'ockham, on mettra d'un côté la liste des œuvres du Venerabilis Inceptor et de tous les auteurs dont il s'est inspiré, et, d'un autre côté, la liste des ouvrages récents ou moins récents qui lui sont consacrés et que l'on a consultés avec profit. 6 Bibliographies particulières (pour mémoire) La catalographie L'élaboration d'une Table bibliographique ne doit pas être confondue avec une opération de catalogage, même si les affinités avec celle-ci sont évidentes. Sur une fiche de bibliothèque, en effet, figurent des indications que l'on ne mentionne pas dans une bibliographie scientifique: par exemple, le nombre de volumes, le nombre d'éditions, la cote, la date de naissance de l'auteur, etc. De plus, sur ce genre de fiches, les renseignements sont disposés d'une façon bien précise qui ne correspond pas souvent à ce qui se fait dans une bibliographie traditionnelle. En fait, la catalographie ressortit à la bibliothéconomie, pas à l'activité scientifique proprement dite. Il existe d'excellents manuels que l'on peut consulter. Les bibliographies complexes Lorsqu'on rédige un ouvrage dont la partie bibliographique est très importante, on se doit de donner des renseignements qui ne sont pas requis dans une Table bibliographique ordinaire. Une bibliographie complexe, en effet, doit normalement comporter des précisions telles que le nombre de volumes (ou de tomes), le rang d'édition, le nombre de pages, le titre des tomes, etc. Voici quelques exemples assez exhaustifs: TILLMANN, C., Traité de botanique, 2 e éd., Paris, Seuil, 1936, 3 vol. KASCHNIKOV, B., L'informatique russe (trad. française de G. Toso), 2 e éd., Paris, L'Éventail (coll. «Initiation», n 4), 1992, 3 vol. + un index. DEBUYST, R., Introduction au 7 e art, 8 e éd. ref., Paris, Éd. Universitaires (coll. «Cinéma», n 15), 1986 (1 ère éd. 1972). Tome I : Grammaire; II: Le montage; III: Un cinéaste exemplaire: Ingmar Bergman. LAFRAMBOISE, O., Traité de philosophie, 3 e éd. rev. et corr., Paris, L'Équinoxe (coll. «Savoir», n 36), (1 re éd. sous le titre: Encyclopédie philosophique, Paris, Aubier, 1948). Tome I: Logique (1975), 130 pp.; II: Anthropologie (1976), 148 pp.; III: Métaphysique (1977), 164 pp.; IV: Cosmologie (1979), 120 pp. Traduction anglaise: Introduction to Philosophy, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press, Tome I: Logic (1984), 120 pp.; II: Philosophical Anthropology (1984), 140 pp.; III: Metaphysics (1985), 180 pp.; IV: Cosmology (1986), 110 pp. La disposition des éléments, on le voit, est quelque peu différente de celle qui est requise pour une Table bibliographique habituelle. Cependant, la plupart des grands principes restent les mêmes.

9 9 Les bibliographies commentées Certains auteurs constituent des bibliographies accompagnées de commentaires ou d'appréciations. Cette façon de faire peut être d'un précieux secours, mais à condition qu'elle soit sobre (4 ou 5 lignes maximum) et ne vise qu'à renseigner (en évitant les dithyrambes et, à fortiori, les polémiques ou les attaques sournoises). Exemples: MONOD, J., Le hasard et la nécessité, Paris, Seuil, Ouvrage de vulgarisation scientifique du célèbre lauréat du prix Nobel, contesté à cause de l'accent qu'il met sur le hasard. Pour Monod, l'homme n'est jamais qu'un promeneur égaré à la lisière de l'univers. MÜLLER, H. M., Evolution, Kognition und Sprache, Hambourg, Parey, Les facultés cognitives et le langage: leur rôle dans l'évolution de l'homme. (Ces exemples sont tirés de l'ouvrage de Josef Reichholf, L'émancipation de la vie, Paris, Flammarion, 1993.) On peut faire commencer le commentaire en dessous de l'indication bibliographique et le mettre en un corps plus petit. Les mémoires et les thèses Les travaux universitaires de quelque importance, les mémoires de licence ou de maîtrise (dans le sens américain de master degree) et les thèses de doctorat sont traités comme des livres, mais avec quelques différences. Ainsi on indique, tout de suite après le titre, le type de travail auquel on se réfère, ainsi que le nom de l'institution où il a été produit; on donne ensuite, précédé d'une virgule, le nom du lieu où est située l'institution; et on met enfin l'année de parution. Exemples: BELAINSKY, J., La mortalité infantile, travail de fin d'études, collège d'enseignement général et professionnel Édouard-Montpetit, Longueuil (Québec), 1976, 132 pp. GRUSLIN, A., Jacques Godbout et les multiples visages du roman, mémoire de licence, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 1984, 168 pp. PATAR, B., Les quaestiones De anima (de prima lectura) de Jean Buridan, d'après le manuscrit 477 de la Stadsbibliotheek de Bruges. Édition, traduction, étude critique et doctrinale, thèse de doctorat, Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 1989, 773 pp. Les articles de dictionnaires, d'encyclopédies ou de catalogues - Si on connaît le nom de l'auteur de l'article, on procède comme pour un article de revue, mais en faisant précéder celui-ci de l'abréviation «art.». Exemples: MOODY, E. A., art. «Jean Buridan», in Dictionary of Scientific Biography, 1970, pp PATAR, B., art.. «Jean Buridan», in Dict. d'hist. médiévale, IX (1988), pp , col VAN RIET, G., art. «L'épistémologie», in Encyclopédie des sciences philosophiques, VII (1980), col Si l'ouvrage n'est pas paginé, mais numéroté par colonnes, on donne la référence en colonnes. Si on a affaire aux deux, on donne les deux.

10 10 - Si on ne connaît pas le nom de l'auteur, on procède de la façon suivante: on effectue le classement en raison de la première lettre du nom de l'ouvrage consulté (sans tenir compte de l'aritcle (défini ou indéfini); on donne ensuite le tome (s'il y a lieu) et l'année de publication, puis le titre de l'article; on fournit enfin les indications de lieu et de page(s). Exemples: Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, tome III (1938), «Avant-propos», Paris, pp Encyclopédie universelle, vol. X (1990), art. «Moyen Âge», Paris, pp Le Petit Larousse en couleurs (1988), art. «Jean Buridan», Paris, p Remarque: il peut arriver que l'article soit signé par des initiales. Dans ce cas, il faut se reporter à la liste des collaborateurs en début de volume et vérifier à qui on a affaire. Si on obtient un résultat, on procède exactement comme on l'a fait pour les noms d'auteurs plus explicites; sinon on oublie ces initiales et on traite l'article comme si le nom de l'auteur n'était pas connu. Les manuscrits et les documents d'archives - Les manuscrits Lorsqu'on étudie les penseurs du Moyen Âge et de l'antiquité, on peut être amené à utiliser un grand nombre de manuscrits (non publiés). On peut soit en dresser la liste dans une Table à part, soit l'intégrer (séparément) dans une Table bibliographique. La façon de procéder est la suivante: on donne le nom de la ville (en entier) et de la bibliothèque (en abrégé) où est déposé le manuscrit; on fournit ensuite la cote du manuscrit consulté; on renvoie enfin aux numéros de feuillets où commence et finit le texte examiné. Exemples: CRACOVIE, Bibl. Jag., 664, ff. 113 ra_ 139 vb. ERFURT, SB., Ampl. F 344, ff. 72 r_ 119 r. MUNICH, SB., Clm 6962, ff. 147 ra_ 180 rb. PARIS, Bibl. Nat., 16, 130, ff. 25 ra_ 35 vb. PRAGUE, Metr. Kap., L. 43, ff. 66 vb_ 89 va. VATICAN, Reg. Lat., 1959, ff. 1 ra_ 69 vb. VATICAN, Vat. Lat., 2162, ff. 110 ra_ 127 va. Remarques: 1) l'abréviation f. se redouble (ff.), lorsqu'il y a plusieurs feuillets. 2) v en exposant désigne le verso du feuillet et r le recto; a, b, c désignent les colonnes, quand il s'agit de manuscrits écrits sur 2 ou 3 colonnes. - Les documents d'archives On procède de la même façon que pour les manuscrits, mais en précisant en plus le titre du fonds auquel on fait référence. Exemples: BRUXELLES, Archives générales du Royaume, Cartes et plans manuscrits, n LONGUEUIL, Archives de la paroisse, Registre des naissances, f. 38 r.

11 11 SAINT-HUBERT, Archives communales, Registre aux délibérations du Conseil, ff. 38 R_ 42 V. SAINT-HUBERT, Archives de l'état, Curés-notaires de Bras, 2 e farde, n Bibliographie dans le cours d'un texte Il peut arriver que l'on soit amené à se référer à un auteur et à une de ses œuvres dans le cours d'un texte. Dans ce cas, on cite l'auteur, en commençant par son prénom, l œuvre et la page de l'édition à laquelle on renvoie. Exemple: Pour reprendre Alexandre Dumas (La dame de Monsoreau, tome II, p. 245), les petites causes produisent souvent de grands effets. Si l'ouvrage ne comporte pas de Table bibliographique, on ajoute un appel de note à la fin de la phrase, afin d'indiquer à quelle édition on se reporte. Exemple: Pour reprendre Alexandre Dumas (La dame de Monsoreau, tome II, p. 245), les petites causes produisent souvent de grands effets ( 1 ). Mais si l'ouvrage comporte une Table bibliographique, on se contente de cele)ci et on n'ajoute pas d'appel de note au texte. 8 Autres types de références apparentés aux bibliographies Les références filmiques Il peut arriver qu'un travail porte sur des réalisateurs de cinéma et sur certains de leurs films. Dans ce cas, on dresse un index filmique en donnant toutes les indications nécessaires. Celles-ci comprennent: le nom du réalisateur; le titre français du film, accompagné, s il y a lieu et autant que possible, du titre original entre parenthèses; le pays où a été réalisé le film; l'année de réalisation; le minutage. Exemples: ARCAND, D., Le déclin de l'empire américain, Québec, 1986, 120 minutes. FORMAN, M., L'as de pique (Cerny Petr), Tchécoslovaquie, 1967, 87 minutes. HATHAWAY, H., La pagode en flammes (China Girl), É-U., 1942, 86 minutes. THORPE, R., La perle noire (All the Brothers Were Valiant), É-U., 1953, 112 minutes. VON STERNBERG, J., Shanghai Gesture, É-U., 1941, 113 minutes. Remarques: 1) S'il n'existe pas de version française, comme c'est le cas pour beaucoup de films indiens, brésiliens, égyptiens, etc., et même américains, on met le titre original sans plus. 2) On donne la date de réalisation, et non pas de sortie, du film, car ce qui est intéressant pour l'analyse, c'est l'époque où a été réalisé le film, pas les aléas de la distribution. 3) Il va de soi que si l'on veut procéder à un examen exhaustif des films analysés, on établira une filmographie plus large, selon ses normes spécifiques (Cf. Patar, B., Dictionnaire, lemme «Filmographie»).

12 12 4) Dans les références filmiques, on ne précise ni la dimension du film (1,33 ou 1,65, ni sa coloration (noir et blanc, sépia, couleurs), ni son format (scope, vistavision, cinérama, format standard), ni ses conditions de tournage (70 mm, 35 mm, 16 mm, 8 mm). Les références discographiques On procède ici comme pour un livre ou pour un film, mais en tenant compte des éléments particuliers à un enregistrement. À ce propos, l'entrée discographique peut se faire soit par le nom de l'interprète ou du chef d'orchestre, soit par le nom du musicien. Voici quelques exemples: par le nom de l'interprète: KARAJAN, H., La 3 e symphonie de Brahms (London Symphony Orchestra), Paris, Decca, MARKOV, A., Concertos n s 1 et 2 de Paganini (Rundfunk Sinfonieorchester Saarbrücken, s/d M. Viotti-), Paris, Erato, MINKOWSKI, M., Titon et l'aurore de Mondonville (Les Musiciens du Louvre), Paris, Erato, SAVAL, J., Pièces de viole du troisième livre de Marin Marais, Paris, Astrée, par le nom du musicien: BARBER, S., Cello concerto, op. 22; Cello sonata, op. 6; et Adagio fur strings, op. 11 (Scottisch Chamber Orcherstra s/d Jukka-Pekka Saraste; solistes: Ralph Kirshbaum, violoncelle, Roger Vignoles, piano), Londres, Virgin Records, FORQUERAY, J.-B., Livre de clavecin de Madame Forqueray (Tom Koopman, claveciniste), Paris, Erato, MARAIS, M., Pièces de viole du troisième livre (J. Saval, viole de gambe), Paris, Astrée, PAGANINI, N., Concertos n s 1 et 2 pour violon et orchestre, op. 6 et 7 (Rundfunk Sinfonieorchester Saarbrücken s/d M. Viotti; Soliste: A. Markov), Paris, Erato, VIVALDI, A., Les quatre saisons (L'Europe galante; soliste: F. Biondi), Paris, Opus 111, Remarques: 1) Dans le second cas, plus détaillé, on peut ajouter le numéro de l'opus, pour mettre davantage l'accent sur l'œuvre du musicien; on donne également le nom du chef d'orchestre et éventuellement du (ou des) soliste(s). 2) L'abréviation «s/d» signifie «sous la direction de».

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents?

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Renato Scariati et Cristina Del Biaggio Département de géographie Université de Genève Version : 02 février 2010 Normes de rédaction 1 Table

Plus en détail

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation.

Hiver 2011 Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. Guide de présentation des travaux écrits du programme de Sciences humaines du cégep de Lévis-Lauzon. Normes de présentation. 1 Disposition générale La pagination Compter toutes les pages du texte, de la

Plus en détail

REGLES DE PRESENTATION D UNE

REGLES DE PRESENTATION D UNE REGLES DE PRESENTATION D UNE BIBLIOGRAPHIE 1.INTRODUCTION La bibliographie d un ouvrage est un outil qui permet - au lecteur de disposer des mêmes sources que celles utilisées par l auteur pour la rédaction

Plus en détail

SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ. Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690. Dernière édition : octobre 2011

SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ. Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690. Dernière édition : octobre 2011 SAISIE DES NOTES DE BAS DE PAGE et BIBLIOGRAPHIE MEMO RÉSUMÉ Norme AFNOR Z 44-005 NF ISO 690 Dernière édition : octobre 2011 Texte mis à jour le 29 janvier 2014 MM. DAUTHIER dauthier@univ-tln.fr 1 Notes

Plus en détail

Les références bibliographiques

Les références bibliographiques 1 Les références bibliographiques Remarques préliminaires La manière de citer une référence dépend de plusieurs facteurs 1. la nature de l'ouvrage: édition d'un auteur ancien, commentaire, monographie

Plus en détail

MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES

MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES 2012 Année universitaire 2011 MASTERS IUFM SECOND DEGRE LE MEMOIRE PROFESSIONNEL (S4) CAHIER DES CHARGES 1 - DEFINITION ET ENJEUX Cet UE prolonge l initiation à la recherche, commencée en M1 à travers

Plus en détail

NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS

NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS Les Presses de l Université du Québec NORMES DE PRÉSENTATION DES MANUSCRITS Le manuscrit, en version complète et définitive, doit être présenté de la manière la plus simple et uniforme possible, afin de

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE. Consignes pour la rédaction du mémoire L ADULTE»

MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE. Consignes pour la rédaction du mémoire L ADULTE» MASTER 2 «PSYCHOLOGIE DES PERTURBATIONS COGNITIVES : CLINIQUE DE L ENFANT ET DE L ADULTE» Consignes pour la rédaction du mémoire UFR de Lettres et Sciences Humaines Mention de Master de Psychologie Spécialité

Plus en détail

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION SPECIALITE SYSTEMES D'INFORMATION DES ENTREPRISES GUIDE POUR LA REDACTION

Plus en détail

PRESENTATION DES RECOMMANDATIONS DE VANCOUVER

PRESENTATION DES RECOMMANDATIONS DE VANCOUVER PRESENTATION DES RECOMMANDATIONS DE VANCOUVER Voici une présentation des recommandations de Vancouver. Ces recommandations ont pour objet d uniformiser la présentation des références bibliographiques dans

Plus en détail

LES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES guide à l usage des étudiants. sources : éléments :

LES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES guide à l usage des étudiants. sources : éléments : LES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES guide à l usage des étudiants sources : Les deux sources d information pour l élaboration d une liste de références bibliographiques sont : - le document lui-même (les informations

Plus en détail

Instructions pour effectuer des recherches sur la base de données de la bibliothèque (WHOLIS)... 2

Instructions pour effectuer des recherches sur la base de données de la bibliothèque (WHOLIS)... 2 Table of Contents Instructions pour effectuer des recherches sur la base de données de la bibliothèque (WHOLIS)... 2 Contenu de la base de données de la bibliothèque (WHOLIS)... 2 Autres sources d'information...

Plus en détail

4.1. Faire une page de titre 4.2. Rédiger l introduction

4.1. Faire une page de titre 4.2. Rédiger l introduction Nous présentons ici le détail de la présentation générale d un instrument de recherche papier, y compris tous les éléments complémentaires comme la bibliographie et les sources complémentaires (suite du

Plus en détail

COMMENT CITER OU PARAPHRASER UN EXTRAIT DE DOCUMENT SELON INFOSPHÈRE

COMMENT CITER OU PARAPHRASER UN EXTRAIT DE DOCUMENT SELON INFOSPHÈRE COMMENT CITER OU PARAPHRASER UN EXTRAIT DE DOCUMENT SELON INFOSPHÈRE Pourquoi et quand citer ses sources? Ajouter une valeur à son travail de recherche tout en respectant le droit d'auteur En se référant

Plus en détail

Méthodologie. des commentaires, des textes législatifs et réglementaires coordonnés reproduits in extenso, des décisions de jurisprudence.

Méthodologie. des commentaires, des textes législatifs et réglementaires coordonnés reproduits in extenso, des décisions de jurisprudence. MÉTHODOLOGIE Méthodologie La présente étude combine trois types d'informations : des commentaires, des textes législatifs et réglementaires coordonnés reproduits in extenso, des décisions de jurisprudence.

Plus en détail

Livret du jeune spectateur

Livret du jeune spectateur Page1 Livret du jeune spectateur NOM : PRENOM : CLASSE : ETABLISSEMENT : PROFESSEUR DATE DE L'OPERA / DU CONCERT : LIEU DE L'OPERA / DU CONCERT : Page2 AVANT D'ALLER AU CONCERT / A L'OPERA : SE PREPARER

Plus en détail

GUIDE DES TRAVAUX DES ÉLEVES MODULE D INITIATION À LA RECHERCHE : LE MÉMOIRE DE RECHERCHE ET D APPLICATION PROFESSIONNELLE

GUIDE DES TRAVAUX DES ÉLEVES MODULE D INITIATION À LA RECHERCHE : LE MÉMOIRE DE RECHERCHE ET D APPLICATION PROFESSIONNELLE MODULE D INITIATION À LA RECHERCHE : LE MÉMOIRE DE RECHERCHE ET D APPLICATION PROFESSIONNELLE Afin de valider leur formation, les élèves doivent rendre à la fin de leur cursus, un mémoire de recherche

Plus en détail

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE Entre : LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES DE FRANCE, représentée par son Président, Monsieur Paul FOURNEL, L'ASSOCIATION DES TRADUCTEURS

Plus en détail

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS Annuaire Ouvrage publié en principe chaque année ou selon une périodicité proche de l'année, qui donne une liste de noms de personnes ou d'organismes

Plus en détail

REDIGER UNE BIBLIOGRAPHIE

REDIGER UNE BIBLIOGRAPHIE Service documentation 2011/2012 REDIGER UNE BIBLIOGRAPHIE 1. Présentation 2. La bibliographie 2.1 Règles de présentation pour les documents imprimés 2.2 Règles de présentation pour les documents électroniques

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Éléments de présentation et de mise en pages d un rapport technique

Éléments de présentation et de mise en pages d un rapport technique Extrait de : VINET, Robert, PRÉGENT, Richard, CHASSÉ, Dominique. 2004. Introduction au génie et aux projets d ingénierie. 3 e éd. Presses internationales de Polytechnique. Éléments de présentation et de

Plus en détail

RÈGLES DE BASE DANS LA PRÉSENTATION DES DOCUMENTS SCIENTIFIQUES ET EN PARTICULIER DES MÉMOIRES UNIVERSITAIRES

RÈGLES DE BASE DANS LA PRÉSENTATION DES DOCUMENTS SCIENTIFIQUES ET EN PARTICULIER DES MÉMOIRES UNIVERSITAIRES 1 RÈGLES DE BASE DANS LA PRÉSENTATION DES DOCUMENTS SCIENTIFIQUES ET EN PARTICULIER DES MÉMOIRES UNIVERSITAIRES 1/ Utiliser une police courante (Times, Times New Roman ou encore Garamond), de taille 12

Plus en détail

Recommandations pour la réalisation pratique et la diffusion des mémoires

Recommandations pour la réalisation pratique et la diffusion des mémoires Recommandations pour la réalisation pratique et la diffusion des mémoires Sommaire 1 Décrire le contenu du mémoire : le résumé et les mots-clés...2 1.1.1 Le résumé...2 1.1.2 Les mots-clés...2 2 Bibliographie...4

Plus en détail

Initiation à la recherche documentaire

Initiation à la recherche documentaire Initiation à la recherche documentaire 1 Objectifs Cette séance est destinée à reprendre les principes de la démarche documentaire pour construire un parcours pertinent en terme de méthodologie et de résultats

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION

CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION CAHIER DES CHARGES POUR L ÉLABORATION D UN TRAVAIL DE MASTER CHAIRE RESSOURCES HUMAINES ET ORGANISATION Il est demandé aux étudiants qui souhaitent déposer un master à la chaire RHO de prendre connaissance

Plus en détail

Consignes rédactionnelles en Faculté des Lettres et Sciences Humaines

Consignes rédactionnelles en Faculté des Lettres et Sciences Humaines Consignes rédactionnelles en Faculté des Lettres et Sciences Humaines TABLE DES MATIE RES PRÉSENTATION GÉNÉRALE... 1 ELÉMENTS TYPOGRAPHIQUES... 2 CITATIONS... 3 DEUX MODES DE RENVOI BIBLIOGRAPHIQUE...

Plus en détail

CHARTE ANTI-PLAGIAT. Sciences Po 1. DEFINITIONS D ORDRE GENERAL... 2 2. RESPONSABILITES... 2 3. URKUND... 2 4. SANCTIONS... 3

CHARTE ANTI-PLAGIAT. Sciences Po 1. DEFINITIONS D ORDRE GENERAL... 2 2. RESPONSABILITES... 2 3. URKUND... 2 4. SANCTIONS... 3 CHARTE ANTI-PLAGIAT Sciences Po 1. DEFINITIONS D ORDRE GENERAL... 2 2. RESPONSABILITES... 2 3. URKUND... 2 4. SANCTIONS... 3 5. ANNEXE : PRINCIPES TECHNIQUES DE REDACTION ET DE RECOURS AUX SOURCES... 3

Plus en détail

1. Vérification de conformité aux normes Champion

1. Vérification de conformité aux normes Champion 1 Tout d abord, nous vous remercions vivement de faire confiance aux Éditions Honoré Champion, dont le prestige a toujours tenu à l extrême qualité du fond et au soin apporté à la forme. D où ces quelques

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes République Tunisienne Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique ---- *** ---- Ecole Supérieure Privée de d Ingénierie, Sciences et Technologies de Sousse (SupTech Sousse) Projet

Plus en détail

Comment présenter une bibliographie ou une réseaugraphie? Il existe plusieurs méthodes de présentation des sources bibliographiques.

Comment présenter une bibliographie ou une réseaugraphie? Il existe plusieurs méthodes de présentation des sources bibliographiques. Comment présenter une bibliographie ou une réseaugraphie? Il existe plusieurs méthodes de présentation des sources bibliographiques. Nous vous proposons ici un modèle local inspiré de diverses manières

Plus en détail

Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base

Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base 1 Quelques rappels sur le fonctionnement du clavier Voici quelques rappels, ou quelques appels (selon un de mes profs, quelque chose qui

Plus en détail

Réaliser une recherche avec le logiciel documentaire PMB

Réaliser une recherche avec le logiciel documentaire PMB Réaliser une recherche avec le logiciel documentaire PMB Compétence du socle commun : «Consulter des bases de données documentaires en mode simple» Je sais rechercher des références de documents à l'aide

Plus en détail

Guide du/de la candidat/e pour l élaboration du dossier ciblé

Guide du/de la candidat/e pour l élaboration du dossier ciblé Guide du/de la candidat/e pour l élaboration du dossier ciblé en vue de l obtention du titre de "Conseiller ère diplômé e en orientation professionnelle, universitaire et de carrière" par la validation

Plus en détail

Directives pour le travail de fin d études août 2009. b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES. (Mémoire)

Directives pour le travail de fin d études août 2009. b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES. (Mémoire) b) DIRECTIVES POUR LE TRAVAIL DE FIN D ETUDES (Mémoire) 17 I Définition L art 8.1 du Règlement d études (ci-après RE) précise que le travail de fin d études est composé du mémoire et de sa soutenance.

Plus en détail

PRÉSENTATION DU MÉMOIRE PROFESSIONNEL

PRÉSENTATION DU MÉMOIRE PROFESSIONNEL Validation de la scolarité des professeurs et CPE stagiaires des premier et second degrés Année 2007-2008 PRÉSENTATION DU MÉMOIRE PROFESSIONNEL I. SUPPORT Chaque stagiaire devra rendre son mémoire sur

Plus en détail

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage

Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Manuel de mise en page de l intérieur de votre ouvrage Merci de suivre strictement les recommandations de ce manuel qui a pour but de vous aider à préparer un livre dont la qualité de mise en page est

Plus en détail

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur.

Le chiffre est le signe, le nombre est la valeur. Extrait de cours de maths de 6e Chapitre 1 : Les nombres et les opérations I) Chiffre et nombre 1.1 La numération décimale En mathématique, un chiffre est un signe utilisé pour l'écriture des nombres.

Plus en détail

La recherche sur Internet Table des matières

La recherche sur Internet Table des matières La recherche sur Internet Table des matières 1- Internet est comme une bibliothèque publique... 2 Comment on utilise une bibliothèque ordinaire...2 L'Internet n'est pas une bibliothèque ordinaire...2 Synthèse...2

Plus en détail

MÉMOIRE SCIENTIFIQUE DE MASTER PROFESSIONNEL

MÉMOIRE SCIENTIFIQUE DE MASTER PROFESSIONNEL Master Transport, Logistique, Territoires & Environnement Directeur : Professeur Raymond Woessner MÉMOIRE SCIENTIFIQUE DE MASTER PROFESSIONNEL Le mémoire est différent d un rapport d entreprise car il

Plus en détail

Mémo d'utilisation de BD Dico1.6

Mémo d'utilisation de BD Dico1.6 Mémo d'utilisation de BD Dico1.6 L'application BDDico a été développée par la Section Cadastre et Géomatique de la RCJU. Son utilisation demeure réservée aux personnes autorisées. Les demandes d'utilisation

Plus en détail

Ouvrir ce texte avec Word ou open office- Enregistrez-le dans un format portable sous le nom DM_votreNom

Ouvrir ce texte avec Word ou open office- Enregistrez-le dans un format portable sous le nom DM_votreNom STAGE DOCTORAL INFORMATIQUE POUR LA RECHERCHE Objectif général : BUREAUTIQUE TRAITEMENT DE TEXTE Il s agit de mettre en forme un document libre de droit (le discours de la méthode), de procéder à un certain

Plus en détail

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier

GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE. Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier GUIDE DE RECHERCHE DOCUMENTAIRE Bibliothèque du Centre collégial de Mont-Laurier 1 Table des matières : Définir son besoin d information et déterminer le sujet... 3 Les ouvrages de référence ou usuels...

Plus en détail

Citations, références, mise en page. Guide pratique

Citations, références, mise en page. Guide pratique Citations, références, mise en page Guide pratique LA CITÉ COLLÉGIALE 7 janvier 2013 Créé par : BiblioCité Guide pratique Citations, références, mise en page 1 Au cours de la rédaction d un travail scolaire,

Plus en détail

Style de citation APA. Nadia Villeneuve Conseillère en information documentaire

Style de citation APA. Nadia Villeneuve Conseillère en information documentaire Style de citation APA Nadia Villeneuve Conseillère en information documentaire Style de citation APA Le style de citation APA est défini par l American Psychological Association. Ce style est le premier

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Comme beaucoup de personnes, j'ai voulu récupérer les notices de mon ancien logiciel de gestion de bibliothèque. Vu qu'il ne prévoyait pas

Plus en détail

Traité sur le droit des marques

Traité sur le droit des marques Base de données de l sur les textes législatifs Traité sur le droit des marques faits à Genève le 27 octobre 1994 LISTE DES ARTICLES Article premier : Expressions abrégées Article 2 : Marques auxquelles

Plus en détail

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2.

CH.8 Décidabilité. Propriétés des langages récursifs : Fermés par complémentation, union et intersection. oui. non. oui M 1. non. oui M 2. CH.8 Décidabilité 8.1 Les langages récursifs 8.2 La machine de Turing universelle 8.3 Des problèmes de langages indécidables 8.4 D'autres problèmes indécidables Automates ch8 1 8.1 Les langages récursifs

Plus en détail

Chapitre I : LE MEMOIRE DE FIN D ETUDES

Chapitre I : LE MEMOIRE DE FIN D ETUDES 1 Chapitre I : LE MEMOIRE DE FIN D ETUDES 1.1.Définition du mémoire Le mémoire de fin d'études en Sciences de Gestion est un travail personnel visant à approfondir et/ou à concrétiser les enseignements

Plus en détail

Faculté de l'éducation permanente La faculté d évoluer. Guide de présentation d un travail écrit

Faculté de l'éducation permanente La faculté d évoluer. Guide de présentation d un travail écrit Faculté de l'éducation permanente La faculté d évoluer Guide de présentation d un travail écrit 2 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION 3 Normes de présentation 3 Ordre des éléments 3 Papier, format et marges

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L INDEXEUR : LES PRINCIPES DE L INDEXATION COLLABORATIVE

GUIDE PRATIQUE DE L INDEXEUR : LES PRINCIPES DE L INDEXATION COLLABORATIVE GUIDE PRATIQUE DE L INDEXEUR : LES PRINCIPES DE L INDEXATION COLLABORATIVE Qu est-ce que l indexation ou annotation- collaborative? Ce procédé permet aux internautes de participer directement à l indexation

Plus en détail

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE.

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à Irène Mainguy, Pierre Mollier et Georges Odo pour leur aide précieuse, et pour nous avoir autorisé à publier

Plus en détail

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012

GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 GUIDE DE L'ARCHIVAGE OCTOBRE 2012 SOMMAIRE - Introduction Page 1 - Coordonnées du service d Archives de l INSERM Page 2 - Glossaire Page 3 - Les archives dans les bureaux Page 4 - Les archives administratives

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Ceci constitue la seule assurance de validité scientifique.

Ceci constitue la seule assurance de validité scientifique. Les références Règle : Tout document utilisé, cité ou mentionné doit être évoqué, dès sa première apparition et à chaque fois ensuite, selon un système de référence bien précis. Celui-ci doit permettre

Plus en détail

ECRIRE. Linguistyle. typographie 2 Lisibilité 3 Ecrire 4 Exercices. typographie. R e a l v i r t u e. 1 Anatomie du mot. Comprendre Comprendre

ECRIRE. Linguistyle. typographie 2 Lisibilité 3 Ecrire 4 Exercices. typographie. R e a l v i r t u e. 1 Anatomie du mot. Comprendre Comprendre 1 Anatomie du mot typographie 2 Lisibilité 3 Ecrire 4 Exercices GOTHIC R e a l v i r t u e Linguistyle Comprendre Comprendre Comprendre Comprendre Comprendre Comprendre ECRIRE Comprendre typographie T

Plus en détail

1. Informations préliminaires

1. Informations préliminaires 1 Tout d abord, nous vous remercions vivement de faire confiance aux Éditions Honoré Champion, dont le prestige a toujours tenu à l extrême qualité du fond et au soin apporté à la forme. D où ces quelques

Plus en détail

CAIRN.INFO Base de données mixte (texte intégral et résumé) de revues en sciences humaines et sociales

CAIRN.INFO Base de données mixte (texte intégral et résumé) de revues en sciences humaines et sociales CAIRN.INFO Base de données mixte (texte intégral et résumé) de revues en sciences humaines et sociales Guide d utilisation Mise à jour : octobre 2012 Service Commun de documentation Campus centre-ville

Plus en détail

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE?

COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? COMMENT REDIGER UN RAPPORT TECHNIQUE? Christiaens Sébastien Université de Liège Département PROMETHEE Institut de Mécanique et de Génie Civil, Bât. B52 Chemin des Chevreuils, 1 B-4000 Liège, Belgique Janvier

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation 1 / 8 Découvrir le code 1 5P-6P Fiche de présentation Titre de l'activité Sous-titre Degré(s) concerné(s) Durée estimée Résumé Contexte d'utilisation de la calculatrice Contenus et compétences mathématiques

Plus en détail

Qu est-ce qu un résumé?

Qu est-ce qu un résumé? Méthodologie d analyse et de mémoire Résumer un texte Quelques astuces et techniques Licence GSINFO Département GEII IUT d Évry N. Abchiche Mimouni 1 Qu est-ce qu un résumé? Exprime de façon brève, les

Plus en détail

STAGE D INITIATION RAPPORT DE. Elaboré par. Prénom NOM. Encadré par : Mr Prénom NOM (Société) Société d accueil :. (Sigle de la société d accueil)

STAGE D INITIATION RAPPORT DE. Elaboré par. Prénom NOM. Encadré par : Mr Prénom NOM (Société) Société d accueil :. (Sigle de la société d accueil) (Sigle de la société d accueil) REPUBLIQUE TUNISIENNE ***** MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA TECHNOLOGIE ***** DIRECTION GENERALE DES ETUDES TECHNOLOGIQUES *****

Plus en détail

Banque Islamique de Développement (BID) Prix de la BID pour la Science et la Technologie - 14 éme Edition (1437H/2016G)

Banque Islamique de Développement (BID) Prix de la BID pour la Science et la Technologie - 14 éme Edition (1437H/2016G) Banque Islamique de Développement (BID) Prix de la BID pour la Science et la Technologie - 14 éme Edition (1437H/2016G) INTRODUCTION DIRECTIVES RELATIVES AU REMPLISSAGE DES FORMULAIRES Le Prix de la BID

Plus en détail

SOMMAIRE AIDE À LA CRÉATION D UN INDEX SOUS WORD. Service général des publications Université Lumière Lyon 2 Janvier 2007

SOMMAIRE AIDE À LA CRÉATION D UN INDEX SOUS WORD. Service général des publications Université Lumière Lyon 2 Janvier 2007 SOMMAIRE 1) CRÉATION D UN INDEX SIMPLE 3 a) Étape 1 : Marquage des entrées d index (à l aide d un fichier de concordance) 3 Procédure d insertion du tableau 4 Saisie des entrées d index 5 Marquage automatique

Plus en détail

Directives relatives au travail de maturité

Directives relatives au travail de maturité Directives relatives au travail de maturité Afin de permettre une meilleure lecture, seule la forme masculine est utilisée ci-après. 1. Dispositions légales Les textes suivants constituent la base légale

Plus en détail

Réf. : Normes : ST.10/C page : 3.10.3.1 NORME ST.10/C PRÉSENTATION DES ÉLÉMENTS DE DONNÉES BIBLIOGRAPHIQUES. Note du Bureau international

Réf. : Normes : ST.10/C page : 3.10.3.1 NORME ST.10/C PRÉSENTATION DES ÉLÉMENTS DE DONNÉES BIBLIOGRAPHIQUES. Note du Bureau international Réf. : Normes : ST.10/C page : 3.10.3.1 NORME ST.10/C PRÉSENTATION DES ÉLÉMENTS DE DONNÉES BIBLIOGRAPHIQUES Note du Bureau international Le Comité des normes de l OMPI (CWS) a adopté les nouveaux textes

Plus en détail

PROTOCOLE TYPOGRAPHIQUE APPLICABLE AUX MÉMOIRES DE MASTER

PROTOCOLE TYPOGRAPHIQUE APPLICABLE AUX MÉMOIRES DE MASTER PROTOCOLE TYPOGRAPHIQUE APPLICABLE AUX MÉMOIRES DE MASTER Pour mettre en forme le texte selon le protocole, procéder de la manière suivante : ouvrir le document ; dans «Format», sélectionner «Paragraphe»

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE

CONDITIONS GENERALES DE L ASSURANCE PRINCIPALE Feuillet 1 DE L ASSURANCE PRINCIPALE Article 1 Article 2 Article 3 Article 4 Article 5 Ed. 04.05 QUELLES SONT LES PERSONNES QUE LE CONTRAT CONCERNE? Le preneur d'assurance est la personne qui conclut le

Plus en détail

CRÉER UNE BASE DE DONNÉES AVEC OPEN OFFICE BASE

CRÉER UNE BASE DE DONNÉES AVEC OPEN OFFICE BASE CRÉER UNE BASE DE DONNÉES AVEC OPEN OFFICE BASE 2 ème partie : REQUÊTES Sommaire 1. Les REQUÊTES...2 1.1 Créer une requête simple...2 1.1.1 Requête de création de listage ouvrages...2 1.1.2 Procédure de

Plus en détail

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934)

3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) 3-La théorie de Vygotsky Lev S. VYGOTSKY (1896-1934) Psychologue russe contemporain de Piaget, a également élaboré une théorie interactionniste de l'apprentissage, sage, mais qui insiste sur tout sur la

Plus en détail

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables

La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables La correction des erreurs d'enregistrement et de traitement comptables Après l'étude des différents types d'erreurs en comptabilité (Section 1) nous étudierons la cause des erreurs (Section 2) et les techniques

Plus en détail

Guide de présentation d un document universitaire MEMOIRE, RAPPORT DE STAGE

Guide de présentation d un document universitaire MEMOIRE, RAPPORT DE STAGE Guide de présentation d un document universitaire MEMOIRE, RAPPORT DE STAGE GUIDE DE PRESENTATION D UN DOCUMENT UNIVERSITAIRE Contenu du guide 1 STRUCTURE DU DOCUMENT... 1 1.1 Page de titre... 1 1.2 Pages

Plus en détail

Règles typographiques de base

Règles typographiques de base Règles typographiques de base Fiche créée le 9 octobre 2006, mise à jour le 12 août 2013 Copyright 2006-2013 Véronique Pierre, veronique.pierre[chez]free.fr Certains droits réservés, selon les termes du

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

BREVE PRESENTATION DU SERVICE «EDITEURS ACADEMIQUES ENLIGNE» ELISABETH DE PABLO (MSH- ESCOM, 1997)

BREVE PRESENTATION DU SERVICE «EDITEURS ACADEMIQUES ENLIGNE» ELISABETH DE PABLO (MSH- ESCOM, 1997) 1 BREVE PRESENTATION DU SERVICE «EDITEURS ACADEMIQUES ENLIGNE» ELISABETH DE PABLO (MSH- ESCOM, 1997) 2 Sommaire I. Description générale...3 II. Description détaillée...4 III. Visualisation de la consultation...

Plus en détail

Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series

Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series Soumission des articles pour l ICOFOM Study Series Procédure Les articles seront soumis à un comité de lecture pour une évaluation en double aveugle. A la suite des recommandations, si l article est accepté,

Plus en détail

BIBLIOGRAPHIE ET CITATIONS RESUME METHODOLOGIQUE

BIBLIOGRAPHIE ET CITATIONS RESUME METHODOLOGIQUE BIBLIOGRAPHIE ET CITATIONS RESUME METHODOLOGIQUE Bibliograhieetcitations 24.11.10 page1/7 1) CITATIONS Les citations doivent automatiquement faire l'objet d'une inscription de l'ouvrage en question en

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Festival de littérature genèse 2007/2008 Fiche d aide à l usage des enseignants

Festival de littérature genèse 2007/2008 Fiche d aide à l usage des enseignants Festival de littérature genèse 2007/2008 Fiche d aide à l usage des enseignants OULIPO Présentation, Définition: L'Ouvroir de Littérature Potentielle (OuLiPo) a été fondé, le 24 novembre 1960, par François

Plus en détail

Modèle de calcul des paramètres économiques

Modèle de calcul des paramètres économiques Modèle de calcul des paramètres économiques selon norme SIA 480 Calcul de rentabilité pour les investissements dans le bâtiment Version 3.2 1. Introduction 1.1 Version Excel Le modèle de calcul a été développé

Plus en détail

Indications pour les références dans un mémoire

Indications pour les références dans un mémoire J.C. Bologne, Iconographie - Iconologie Indications pour les références dans un mémoire I. Comment référencer en bibliographie? Le nom de l auteur apparaît toujours en premier. La bibliographie est classée

Plus en détail

Ré!. PRQ42001 QUALITE PROCEDURE. Index 02. Page 1/10. AGENCE NATIONALE DE L'AvIATION PROCEDURE MAÎTRISE DES DOCUMENTS

Ré!. PRQ42001 QUALITE PROCEDURE. Index 02. Page 1/10. AGENCE NATIONALE DE L'AvIATION PROCEDURE MAÎTRISE DES DOCUMENTS PROCEDURE QUALITE Index 02 Page 1/10 AGENCE NATIONALE DE L'AvIATION CIVILE PROCEDURE MAITRISE DES DOCUMENTS PROCEDURE QUALITE Date mai 2014 Page 2/10 1. OBJET La présente procédure définit les règles pour

Plus en détail

Éléments de cadrage général (toutes UE et semestres confondus)

Éléments de cadrage général (toutes UE et semestres confondus) Année Universitaire 2014/2015 Master MEEF mention «premier degré» Guide technique des écrits/dossiers à produire dans le cadre des UE3 et UE4/UE5 Éléments de cadrage général (toutes UE et semestres confondus)

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

CAP BOX Note utilisateurs

CAP BOX Note utilisateurs CAP BOX Note utilisateurs Sommaire ESPACE UTILISATEUR... Se connecter pour la ère fois sur son espace CAP BOX... Paramétrage du compte entreprise... Identité de l'entreprise.... Présentation des documents

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

MARQUE DE FABRIQUE, DE COMMERCE OU DE SERVICE DEMANDE D'ENREGISTREMENT

MARQUE DE FABRIQUE, DE COMMERCE OU DE SERVICE DEMANDE D'ENREGISTREMENT M N 50572 01 MARQUE DE FABRIQUE, DE COMMERCE OU DE SERVICE DEMANDE D'ENREGISTREMENT QUE DOIT CONTENIR UN DÉPOT? Votre dossier de dépôt comprend : 1 - la demande d enregistrement en cinq exemplaires (formulaire

Plus en détail

SERVICE RÉFÉRENCE et FORMATION DES PUBLICS

SERVICE RÉFÉRENCE et FORMATION DES PUBLICS SERVICE RÉFÉRENCE et FORMATION DES PUBLICS CATALOGUE DES FORMATIONS DOCUMENTAIRES Les formations intégrées au cursus étudiant Les séances sont organisées dans le cadre du cursus étudiant à la demande des

Plus en détail

Gestion électronique des thèses

Gestion électronique des thèses UCL Université catholique de Louvain Freddy Donckels PROR Réf.: FDO/02.073 Louvain-la-Neuve, le 20 décembre 2002. Gestion électronique des thèses 1. Introduction. Depuis plus de dix ans, l UCL publie un

Plus en détail

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances

Les probabilités. Chapitre 18. Tester ses connaissances Chapitre 18 Les probabilités OBJECTIFS DU CHAPITRE Calculer la probabilité d événements Tester ses connaissances 1. Expériences aléatoires Voici trois expériences : - Expérience (1) : on lance une pièce

Plus en détail

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit) Date :... N SEMU :......

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit) Date :... N SEMU :...... Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit) Réservé à la SEMU Date :... N SEMU :... ENTRE Pouvoir organisateur (nom et adresse):... Valablement représenté

Plus en détail

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI

Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI Cet examen comprend 2 parties. Les réponses à ces deux parties doivent figurer sur des pages séparées. MERCI!"#-t-! $!#%&'!( PARTIE I? Expliquez ses idées en vos propres mots et commentez-les (environ

Plus en détail

SOUTIEN AUX PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES FRANCOPHONES PÔLE STRATÉGIQUE «FRANCOPHONIE UNIVERSITAIRE ET LANGUE FRANÇAISE» DEMANDE DE CONTRIBUTION 2016

SOUTIEN AUX PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES FRANCOPHONES PÔLE STRATÉGIQUE «FRANCOPHONIE UNIVERSITAIRE ET LANGUE FRANÇAISE» DEMANDE DE CONTRIBUTION 2016 DEMANDE DE CONTRIBUTION 2016 Formulaire Auteur Cliquer sur les champs à remplir. Il est fortement recommandé de rédiger les textes dans un document séparé, de copier paragraphe par paragraphe leurs versions

Plus en détail

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères

Obligation de publication des comptes annuels et consolidés de sociétés étrangères Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

48RDAE12 RECHERCHE DOCUMENTAIRE APPLIQUEE A LA TRADUCTION

48RDAE12 RECHERCHE DOCUMENTAIRE APPLIQUEE A LA TRADUCTION UNIVERSITE PARIS VII UFR EILA ANNEE 2009-2010 48RDAE12 RECHERCHE DOCUMENTAIRE APPLIQUEE A LA TRADUCTION Enseignants : Mmes Bordet et Dupuy ; M. Delestre 1 Planning semestriel 2008-2009 1. semaine 1 Présentation

Plus en détail

GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE GUIDE POUR LA REDACTION DU MEMOIRE DE MASTER MBA (FORMULAIRE D)

GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE GUIDE POUR LA REDACTION DU MEMOIRE DE MASTER MBA (FORMULAIRE D) GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE GUIDE POUR LA REDACTION DU MEMOIRE DE MASTER MBA (FORMULAIRE D) Introduction Ce guide a été préparé pour assister l étudiant dans la rédaction

Plus en détail