La petite histoire d une grande association

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La petite histoire d une grande association"

Transcription

1 D r Marc-André Asselin La petite histoire d une grande association Histoire de l Association des médecins omnipraticiens de Montréal

2 Révision linguistique : Martine Picard Conception graphique - Infographie - Mise en page : Cynthia Hayes Impression : BL Litho, Laval Marc-André Asselin, 2011 Dépôt légal : 1 er trimestre 2011 Bibliothèque et Archives nationales du Québec ISBN Tous droits réservés Éditeur Association des médecins omnipraticiens de Montréal 1440, rue Sainte-Catherine Ouest Bureau 1000 Montréal (Québec) H3G 1R8 Téléphone : Télécopieur : Adresse courriel : Adresse site Web :

3 À tous les petits Arnaud du Québec, pour qu ils songent un jour à devenir spécialiste en médecine familiale.

4

5 On doit dorénavant considérer la médecine générale comme une discipline particulière et en faire fixer les normes comme on l a fait pour les spécialités médicales. D r Georges Desrosiers 6 février 1962 La vie doit être vécue en regardant vers l avenir, mais elle ne peut être comprise qu en se retournant vers le passé. Søren Kierkegaard Journal 1843

6

7 REMERCIEMENTS Lorsque j ai entrepris ce retour sur les cinquante dernières années, je ne m imaginais pas la quantité de travail que cela exigerait. Je croyais naïvement qu il suffisait d écrire le texte, de le mettre en page et de l imprimer, d une façon ou d une autre, et que le tour était joué. Quelle ne fut pas ma surprise devant la complexité du processus auquel j étais confronté. Je m y suis mis il y a plus de trois ans et sans le soutien, l aide technique et les encouragements de nombreuses personnes, ce livre ne serait jamais sorti de mon ordinateur. J adresse d abord un remerciement particulier à Danielle Thibaudeau-Villemaire, ma fidèle collaboratrice, qui m a épaulé et encouragé à chacune des étapes de ce livre, tout en y investissant temps et énergie à la mise en forme, aux multiples lectures, à la coordination générale et à la révision des épreuves. Je tiens à remercier les médecins qui ont gracieusement accepté de me rencontrer, de raconter et de se raconter. Je pense à Guy Laporte, Georges Boileau, Georges Desrosiers, André Lapierre, Jean-Guy Harris, Raymond Rivest et Jacques Dinelle. Merci également à M e François Chapados qui a aussi accepté de me raconter, mais qui, de plus, a revu l essentiel de ce livre une fois la première ébauche terminée. Je suis très reconnaissant à Jacqueline Pitre-Pineault et Ghislain Germain, archivistes de la Fédération, sans qui ce livre n aurait pu voir le jour. Leur immense travail de recherche historique, de vérification et de coordination a permis la réalisation de ce retour dans le passé. À maintes reprises, j ai songé à abandonner, chaque fois ils m ont convaincu de poursuivre. Mes remerciements vont aussi à Sophie Côté pour sa contribution à la relecture des textes. IX

8 J exprime ma gratitude aux membres du Bureau de l AMOM pour leur compréhension et leurs encouragements devant ce projet un peu fou. Je remercie la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec pour son appui et son soutien matériel et financier, ainsi que les Fonds d investissement FMOQ inc. et Dale Parizeau Morris Mackenzie pour leur aide financière dans cette entreprise. Finalement, j éprouve une reconnaissance toute spéciale envers mon épouse Nicole, pour son amour, sa patience et sa compréhension pendant ces centaines d heures d absence dévolues à la rédaction de ce livre. X

9 PRÉFACE Il y a quelques années, le D r Marc-André Asselin s est lancé le défi d écrire l histoire du premier véritable regroupement de médecins généralistes du Québec, l Association des médecins omnipraticiens de Montréal (AMOM). Fortement engagé depuis près d une trentaine d années dans l Association, dont les quinze dernières à titre de président, fier Montréalais et surtout médecin de famille depuis quarante ans, il était la personne toute désignée pour nous faire vivre ce voyage exigeant et passionnant à travers les cinquante dernières années de notre profession. À l heure où la médecine familiale a plus que jamais besoin d être valorisée et d être âprement défendue, il est bon de se rappeler tout le chemin parcouru grâce à la contribution de médecins précurseurs qui ont su faire preuve de persévérance et de détermination alors que tout était à faire au Québec, autant dans le domaine de la santé que sur le plan syndical. L actualité et notre quotidien nous rappelant constamment que rien n est acquis pour les médecins omnipraticiens, la lutte et l acharnement de ces pionniers à défendre nos droits et nos revendications légitimes ne peuvent que nous inspirer à poursuivre la bataille. Voici donc un livre qui, au-delà des mots et des anecdotes, nous ramène toujours à l essentiel, soit à ce que l on est : des spécialistes en médecine familiale qui offrent tous les jours des soins de grande qualité à leurs concitoyens. Les médecins omnipraticiens ont, de tout temps, dû se battre en parallèle pour obtenir une reconnaissance souhaitée et méritée, d où l importance de S ENGAGER. S ils ne défendent pas eux-mêmes leurs intérêts, personne ne le fera à leur place. Voilà sans doute d ailleurs le message à retenir de l héritage laissé par les fondateurs et les dirigeants passés de l AMOM. Bonne lecture! Le président, Fédération des médecins omnipraticiens du Québec D r Louis Godin XI

10

11 AVANT-PROPOS Cette histoire est née de mon désir profond de comprendre mes origines et ma persévérance dans ce métier difficile qui est ma vie depuis près de 40 ans. Je suis médecin de famille à Montréal. Mon activité syndicale, au service de mes confrères depuis près de trois décennies, fut certainement à l origine de ce goût de savoir et de raconter. La certitude que nos liens les plus anciens nos origines expliquent nos actions présentes m a convaincu d insister et de poursuivre. Si l on ignore d où l on vient, il est difficile de savoir où l on va. Ce vieil adage un peu guindé me semble encore plus vrai aujourd hui après avoir revisité cette époque. Les choses changent, mais jamais autant qu on le pense ni qu on le voudrait. Le modèle de la médecine familiale que nous défendons avec ardeur, et qui est unique en Occident, n est pas apparu sous le coup de baguette d un quelconque magicien. C est au courage et à la vision des bâtisseurs dont nous parlerons dans ce livre que nous le devons. J ai la conviction profonde que les omnipraticiens du Québec ignorent, pour la plupart, le chemin que nous avons dû parcourir pour y arriver. Pour citer Søren Kierkegaard, «La vie doit être vécue en regardant vers l avenir, mais elle ne peut être comprise qu en se tournant vers le passé.» Ce métier que nous partageons et que nous pratiquons avec passion est parmi les plus exigeants et les plus difficiles qui existent. Il reste aussi certainement le plus magnifique, oscillant entre l art et la science, même s il fut souvent snobé et méprisé par ceux-là mêmes qui nous formaient. Ses exigences démesurées en font un bel idéal à atteindre. 1 AVANT-PROPOS

12 C est en hommage à toutes les femmes et à tous les hommes qui ont osé et qui osent encore aujourd hui jouer ce rôle souvent ingrat de médecin de famille que j ai voulu écrire, bien humblement, cette histoire qui a débuté il y a plus de cinquante ans. La médecine familiale, actuellement au centre de tous les débats sur la santé, est toujours d une actualité criante. J ai voulu saluer, dans ces quelques lignes, tous les médecins de la première heure qui ont su résister farouchement et qui ont réussi à nous transmettre des valeurs fondamentales que nous n oublierons pas. Il fut difficile de revenir sur cette période à la limite de la mémoire et pour laquelle il existe peu de documents. J ai eu le plaisir de rencontrer plusieurs de nos pionniers tout au cours de ce retour dans notre passé, et ce fut peut-être là ma plus grande joie. Je garderai toujours un souvenir ému de cette rencontre entre le D r Guy Laporte et le D r Jacques Dinelle et de leur étreinte après plus de quarante années d éloignement. Je n oublierai pas non plus l étonnement du premier devant l ampleur qu avait prise la Fédération, rejeton qu il avait abandonné après quelques années lorsque, comme plusieurs praticiens d alors, il avait choisi la spécialité. Je me souviendrai longtemps de la vivacité d esprit et de la sagesse du D r Georges Desrosiers à l approche de ses quatre-vingts ans. La finesse de ses analyses et de ses commentaires m a aidé à mieux saisir la réalité de l époque et le chemin parcouru entre le praticien d alors, l omnipraticien d hier et le spécialiste en médecine familiale d aujourd hui. Je me rappellerai surtout leur fierté du travail accompli. Comment ne pas saluer les trois grands ténors du syndicalisme médical, issus de l Association des médecins omnipraticiens de Montréal, que furent d abord le D r Gérard Hamel, puis le D r Clément Richer et enfin le D r Renald Dutil. Ces hommes auront dirigé et défendu farouchement les droits et les valeurs des omnipraticiens du Québec pendant près de quarante ans. 2 LA PETITE HISTOIRE D UNE GRANDE ASSOCIATION

13 Il faut se rappeler que cette histoire commence bien avant l ère de l informatique. Ce sont donc les protagonistes mêmes qui devaient colliger les données nécessaires aux écrits et dactylographier les procès-verbaux des réunions. Ce fut une période enivrante où tout était possible, mais où rien ne fut facile. Si, près de cinquante années plus tard, les omnipraticiens du Québec peuvent encore s exprimer d une voix forte et percutante et si leur métier est toujours respecté dans notre société, c est aux pionniers dont nous parlerons dans ces quelques pages qu ils le doivent. Avant l adoption officielle du terme «omnipraticien» par l AMOM en 1963, un certain nombre d expressions était en usage pour désigner un médecin pratiquant la médecine générale : praticien, praticien général, médecin de pratique générale, médecin-chirurgien en pratique générale, généraliste, médecin généraliste, médecin de médecine générale, médecin de famille. AVANT-PROPOS 3

14

15 CHAPITRE 1 Le monde médical de 1940 à 1960 La fin de la Seconde Guerre mondiale permet le développement d une médecine plus scientifique, plus technique. De libérale qu elle était, la médecine devient organisée. La population découvre alors une nouvelle façon de consulter, de se faire soigner. On sait bien que le vieux médecin de famille, à la fois conseiller, confident et thérapeute, est un personnage qui appartient au passé : il a cédé sa place au spécialiste qu on va voir à l hôpital 1 Les médecins sont alors tous des praticiens. Les rôles sont mal définis et les champs d activité se superposent. Jusqu en 1940, le corps médical croît au même rythme que la population. De 1911 à 1951, le rapport médecins/population se maintient en effet à 1 pour 1050 en moyenne 2. À partir de 1940, et plus particulièrement de 1945, l arrivée de nombreux médecins étrangers et l apparition de nouvelles spécialités transforment rapidement l image de la médecine. Les médecins d ailleurs ont alors l obligation de travailler cinq années dans un établissement hospitalier avant d accéder à la citoyenneté canadienne. C est le permis restrictif des années La plupart en profitent pour faire ou parfaire une résidence et obtenir ainsi un diplôme de spécialiste, tout en se donnant le droit et la chance de devenir citoyens canadiens. 5 CHAPITRE 1

16 Liste des spécialités reconnues par le Collège des médecins et chirurgiens de la province de Québec Anesthésie Allergie Chirurgie générale Anatomie pathologique Chirurgie orthopédique Anesthésie Chirurgie plastique Bactériologie Chirurgie thoracique Biochimie médicale Dermatologie et syphiligraphie Cardiologie Hygiène Chirurgie générale Médecine interne Chirurgie orthopédique 1. Allergie Chirurgie plastique et reconstructive 2. Cardiologie Chirurgie thoracique 3. Maladies pulmonaires et T.B. Dermato-syphiligraphie 4. Gastro-entérologie Gastro-entérologie Médecine physique Gynécologie Neuro-chirurgie Hématologie Neurologie et/ou psychiatrie Hygiène publique Obstétrique et/ou gynécologie Maladies pulmonaires et T.B. Ophtalmologie Médecine interne Otolaryngologie Médecine physique et réhabilitation Pathologie et/ou bactériologie Neuro-chirurgie Pédiatrie Neurologie Radiologie : diagnostique et/ou thérapeutique Obstétrique Urologie Ophtalmologie Oto-rhino-laryngologie Pathologie clinique Pédiatrie Psychiatrie Radiologie : diagnostique et/ou thérapeutique Urologie Source : Loi et règlements des spécialités, Collège des médecins et chirurgiens de la province de Québec, 1948, Comme on peut l imaginer, l augmentation rapide des Histoire de l Association des médecins omnipraticiens de Montréal effectifs en spécialité au détriment de la pratique générale a des effets importants sur l organisation et la distribution des soins. Durant cette période, le nombre de spécialistes au Québec grimpe rapidement, allant jusqu à tripler, passant de 906 en 1941 à 2443 en 1961, pour un ratio médecins/population de 1 pour Une telle hausse favorise aussi la concentration des technologies et des effectifs en ville au détriment des régions intermédiaires et rurales et change aussi le rapport de force dans les établissements. La relation entre spécialistes et praticiens s en trouve alors modifiée, voire perturbée. Grâce à leur concentration hospitalière, les spécialistes s approprient le contrôle des lits, dans une société où le patient doit payer l ensemble de ses soins. Bien qu inégale, la lutte entre les 6 LA PETITE HISTOIRE D UNE GRANDE ASSOCIATION

17 praticiens et les spécialistes est féroce. Quelque cinquante ans plus tard, cette concentration urbaine et cette mainmise des spécialistes sont toujours bien présentes et constituent encore une source de soucis. La hiérarchisation des soins et le contrôle des technologies représentent toujours aujourd hui des sujets de grande actualité, car le problème de l accès à un plateau technique réservé à la première ligne n est toujours pas réglé. La spécialisation vient soudainement briser la belle homogénéité historique du corps médical. On peut dire que jusqu aux années 1940, le corps médical formait un ensemble relativement homogène; les médecins, en grande majorité, pratiquaient leur métier de la même façon, dans des conditions relativement semblables; ils recevaient tous une formation à peu près équivalente et leurs problèmes, tout comme leurs intérêts professionnels, étaient sensiblement les mêmes. La spécialisation a cependant engendré un processus de différenciation qui a fait éclater cette homogénéité 4. De 1951 à 1971, le ratio spécialistes/non-spécialistes s inverse passant de 22,5 % à 54,4 % 5. La spécialisation a également contribué à la création d une nouvelle hiérarchisation au sein de la profession médicale. De nouveaux rapports d autorité sont apparus au sein du groupe des médecins; alors qu auparavant c étaient l expérience et les habiletés développées au fil des années qui fondaient les rapports d autorité, ce sont maintenant le niveau de formation et le degré de spécialisation qui remplissent cette fonction 6. Les nouveaux spécialistes ont eu vite fait de réclamer, au nom de leur formation prolongée et des performances qu elle leur permet, une autorité accrue sur la pratique médicale, de même qu un statut plus élevé au sein de la profession 7. CHAPITRE 1 7

18 Caricature publiée dans Le Médecin du Québec, Vol. 4, n o 5, mai 1969, p. 30. Vers la fin des années 1950, les praticiens assistent sans voix à leur perte d influence à l intérieur de la profession. La scission entre les deux groupes se confirme. La rémunération des praticiens est inférieure à celle des spécialistes, leurs champs de pratique sont mal définis, leur prestige est à la baisse et l accès aux universités et aux hôpitaux universitaires leur est désormais pratiquement refusé. Le mépris à peine voilé de leurs confrères spécialistes est omniprésent et cinglant. Les spécialistes ont pris le contrôle du Collège des médecins. L avenir s annonce sombre pour les praticiens d alors. 8 LA PETITE HISTOIRE D UNE GRANDE ASSOCIATION

19 Le paternalisme et le pouvoir du Collège sont incontournables. Les modifications de la démographie médicale ne simplifient pas la situation. Jusqu en 1960, les omnipraticiens ne disposaient d aucun moyen d action pour redresser cette situation. Sans doute, il y avait le Collège des médecins, mais d une part il était plus sensible aux aspirations des spécialistes et, d autre part, il ne lui revenait pas, en principe, d engager une action revendicatrice pour ses membres. La loi qui a créé le Collège lui donnait avant tout la mission de réglementer la formation professionnelle, de contrôler l accès à la pratique et d assurer la qualité des soins dispensés 8. Dans un texte publié en 1986 qui s intitulait : «Malbrough s en va en guerre La conscription», le D r Gilles des Rosiers, jeune frère du D r Georges Desrosiers dont nous parlerons plus loin, alors directeur de la Formation professionnelle à la Fédération, s exprime ainsi : ( ) les propos entretenus par nos confrères spécialistes, tant à la faculté de médecine, dans la presse médicale qu au Collège des médecins, mettant en doute notre compétence professionnelle et critiquant sans fondement nos diagnostics cliniques la politique d apartheid médical mise en application à l hôpital Maisonneuve : défense aux omnipraticiens de porter le sarrau, vestiaires et toilettes distincts 9. Il conclut par cette phrase lapidaire : Comme on le sait, c est de la frustration qu est né le syndicalisme. ( ) J avais atteint mon seuil de tolérance et décidai de militer au sein de l Association de Montréal 10. CHAPITRE 1 9

20 Dans son éditorial du Médecin du Québec de janvier 1986, le D r Clément Richer parle de cette époque : «( ) dans les rares cas où l omnipraticien avait des privilèges d hospitalisation pour assurer les soins de ses propres patients, il était alors considéré au mieux comme un interne, au pire comme un intrus 11». Les praticiens n ont nulle part où se tourner. La marmite est sur le feu, prête à exploser. Au début des années 1950, alors que la grogne s amplifie, certains groupes de praticiens manifestent la volonté de contre-attaquer. Des projets de regroupement voient ainsi le jour. À Sherbrooke, en décembre 1953, le D r Gérard Letendre fonde un premier syndicat professionnel composé des praticiens du district médical de Saint- D r Gérard Letendre François 12, dont le premier président sera le D r Louis Gagnon et le premier secrétaire, le D r Zéphirin Côté. Les membres de cette association se joindront à l Association de l Estrie lors de sa fondation en c Photo Gaby Six mois plus tard, à Québec, des médecins se regroupent sous le nom de l Association des praticiens généraux de la Ville et du District de Québec, association sans statut juridique connu. En avril 1956, sous l impulsion de ces mêmes médecins, une compagnie appelée Association des Médecins en Pratique générale du Québec est créée à Québec. Il s agit de la première tentative de formation d une fédération d omnipraticiens. Même si les efforts échouent, le mouvement est lancé. Le Collège voit d un mauvais œil la création de ces associations à forte teneur syndicale et politique. 10 LA PETITE HISTOIRE D UNE GRANDE ASSOCIATION

21 L évolution se fait très rapidement dans notre province. Les associations de toutes sortes, et particulièrement les syndicats, ont fait la preuve de leur nécessité, de leur puissance et de leur efficacité. C est un fait que le Collège des médecins possède plus de pouvoirs qu aucune autre association ou syndicat. C est évident, que depuis quelques mois en particulier, nombre de médecins appartenant à différentes disciplines se groupent en diverses associations afin de s occuper des intérêts matériels de notre profession qui connaît de nombreuses difficultés. Le Collège des Médecins étant l autorité suprême, il importe que nous évitions tout conflit avec ces différentes associations. C est pourquoi je propose que le Collège encourage d une façon tangible tout mouvement ayant des intérêts communs sous une fédération, celle-ci devenant en quelque sorte un des comités consultatifs du Collège 13. C est ainsi que s exprime le D r Georges Pelletier dans une lettre envoyée au Collège le 31 mai Malgré une grande réserve et beaucoup de protectionnisme, le mouvement est enclenché et ne s arrêtera plus. Le ton laisse présager le caractère inéluctable des démarches. Les praticiens continuent de faire pression. Ils insistent sur l incompatibilité des deux rôles du Collège, soit de protéger l intérêt du public et celui de ses membres. Les grands débats sur l assurance maladie rendent encore plus incongrues les velléités du Collège qui deviendrait alors le négociateur des conditions de travail des praticiens. C est donc de l insatisfaction de ces derniers, et particulièrement de ceux de la région de Montréal comme nous le verrons, que naît le syndicalisme médical au Québec CHAPITRE 1

22 La syndicalisation en général, principalement celle des médecins, fait l objet à l époque de plusieurs analyses, comme en fait foi cet article paru dans le magazine Maclean s en 1965 : Les racines de ce mouvement sans précédent dans l histoire médicale de la province remontent à la fin de la dernière guerre. Avant cette époque, le généraliste était le roi de sa profession; au Québec, seul le prêtre occupait un statut social supérieur au sien et partout dans le monde occidental, il jouissait d un prestige similaire. Mais après la guerre, une nouvelle classe de médecins se développe qui bouleverse la hiérarchie traditionnelle. Avec les progrès fantastiques de la médecine, les spécialistes envahissent la profession, et progressivement en prennent le contrôle : postes de commande au Collège des médecins, chaires universitaires, cote d amour des patients qui en viennent à les préférer au généraliste, ce médecin qui n a pas fini son cours ( ) L omnipraticien, lui, garde les tâches ingrates, les longues heures, les appels de nuit, les postes dans les petites villes et les villages, la clientèle des quartiers populaires dans les grandes villes. La chute est telle qu un certain nombre de généralistes, après de longues années de pratique, ont entrepris des études qui les conduisaient à la spécialisation 15. Selon Michel Vaillancourt 16, auteur d une thèse sur le sujet, la création de l assurance hospitalisation en 1961 constitue l un des éléments déclencheurs du syndicalisme médical du fait qu elle a stimulé le besoin de regroupement. Ce mouvement est toutefois né de l image et de l insatisfaction des praticiens de l époque. M. Vaillancourt ajoute que l on peut difficilement considérer l histoire du syndicalisme médical comme un tout en raison de la présence des deux fédérations. On ne peut qu être d accord avec cette affirmation. Les motifs de regroupement sont certainement différents d un groupe à l autre. Chez les spécialistes, le syndicalisme découle de la création de l assurance maladie à laquelle ils s opposent farouchement. Leur présence dans les établissements leur assure un modèle d organisation fort satisfaisant. Ils s y retrouvent facilement, 12 LA PETITE HISTOIRE D UNE GRANDE ASSOCIATION

23 et ce milieu de rencontre naturel leur est suffisant. Au contraire, le syndicalisme des omnipraticiens est issu de leur insatisfaction, de leur perte de reconnaissance et de leur isolement. Même solution, deux dynamiques. Gilles Brown, Éditions Musicobec Le Petit Journal, semaine du 22 janvier 1961, p. 45 Gilles Brown, Éditions Musicobec Le Petit Journal, semaine du 12 mars 1961, p. 44 Gilles Brown, Éditions Musicobec La Patrie, 22 avril 1962, p. 3 Certains préfèrent un autre modèle, comme le suggère le D r Lucien Rinfret dans L Information Médicale et Paramédicale du 21 février 1961 sous le titre provocateur : «Individualisme versus syndicalisme». Non, ne demandons pas le Grand Sacrifice à ceux qui ont encore du cœur! Pensons plutôt à un moyen plus facile, à un procédé qui, en somme, est la route normale à suivre. 13 CHAPITRE 1

24 Ce moyen, il me semble, c est que notre Collège prenne en main la question. Ici, j invite respectueusement nos Gouverneurs à vouloir bien étudier la proposition concrète que voici : 1. Laisser intacte la Charte actuelle du Collège 2. Faire une demande immédiate à la Législature Provinciale pour obtenir l autorisation de fonder l Association Professionnelle des Médecins de la Province de Québec. (L A.P.M.P.Q.) 3. Annexer cet organisme indépendant au Collège 17. C est la pensée magique de la simplicité. Une seule association professionnelle, pas un syndicat, et sous la gouverne et la dépendance du Collège! On souhaite continuer à tourner en rond. Le Collège, et peut-être aussi certains confrères spécialistes, n y voit probablement là aucun problème. Il est clair que les praticiens, qui sentent l urgence d agir, ne voient pas comment une telle structure peut venir à bout de régler les problèmes existants. Les moyens proposés varient, mais le but reste le même : se doter d une voix forte et rassembleuse. Tous les ingrédients sont alors réunis. Les praticiens de la région s accordent rapidement sur la voie à suivre. Le 3 février , à 22 h 15 au Holiday Inn de Saint-Laurent, à la suite d une convocation que leur adressait le D r Guy Laporte, une dizaine de praticiens de Montréal se réunissent pour discuter de la création d une association autonome visant la défense de leurs intérêts. Un mois plus tard, soit le 4 mars 19, la boule de neige commence sa descente. Lors de cette première rencontre officielle, trente et un praticiens signent la requête en constitution d un syndicat professionnel au Pavillon Châteaubriand. Deux ans plus tard, sous leur impulsion et leur dynamisme, le Québec compte suffisamment de syndicats régionaux pour voir naître la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec. 14 LA PETITE HISTOIRE D UNE GRANDE ASSOCIATION

25 Lettre adressée à tous les médecins de médecine générale de la région de Montréal en janvier CHAPITRE 1

26 16 LA PETITE HISTOIRE D UNE GRANDE ASSOCIATION

27 CHAPITRE 2 Le syndicalisme médical et le Collège des médecins La première tentative de syndicalisation des médecins du Québec remonte aussi loin qu au début du siècle dernier. En 1911, un projet de syndicalisation de la profession médicale est présenté au Comité de règlements et de législation du Collège des médecins du Québec. Ce projet visant «la protection des membres de la profession» est cependant rapidement rejeté 1. Le Collège de l époque, soucieux de la mission qui lui est confiée, s oppose alors farouchement à toute loi qui favoriserait la création de syndicats professionnels. Cette position du Collège prendra plusieurs décennies avant de s atomiser. Par exemple, l idée de confier au Comité des hôpitaux la fonction de voir à ce que les médecins-chirurgiens en pratique générale fassent partie du personnel médical des hôpitaux était repoussée par le Collège, sous prétexte qu elle était contraire à l article 14 de la loi médicale. On ne songeait pas non plus à changer cette partie de la Loi 2. Le Collège maintient la ligne dure pendant plus d un demisiècle. Une proposition visant la création de syndicats professionnels régionaux pour décentraliser les décisions est faite sans succès. La défense des intérêts du public et l établissement des tarifs médicaux, apanage du Collège, sont deux éléments incompatibles qui irritent profondément les praticiens. La confusion des rôles, pourtant évidente, est cependant défendue avec acharnement par le Collège. CHAPITRE 2 17

28 En 1928, le D r A.-J. Boisvert présente un projet de groupements médicaux autonomes à l intérieur même de la structure du Collège 3. Il évitait ainsi l affrontement. Tout en faisant diligence pour étudier le modèle d organisation proposé, le conseil du Collège rejette malgré tout la menace par voie majoritaire. À partir de 1946, le Collège autorise ses membres à créer des associations professionnelles, dans le but surtout de permettre les échanges sociaux et professionnels. Les spécialistes peu nombreux et dispersés sont les premiers à se prévaloir de cette possibilité 4. C est ensuite le calme plat jusqu au début des années Le Collège continue à jouer le double rôle de protecteur de la santé des citoyens et de représentant et défenseur de la profession médicale. Dans un contexte de pratique libérale et dans une société où le secteur de la santé était peu organisé, il était facile de concilier les rôles de protecteur du public et de défenseur des intérêts professionnels des médecins 5. Le Collège assume cette tâche par la force des choses, malgré la contradiction manifeste. Comme le disait Évelyn Gagnon en février 1965 dans le magazine Maclean s 6, le Collège agit comme un examinateur qui veut préserver les intérêts du candidat à l examen. Le Collège joue ce rôle avec un grand paternalisme, mélange de contrôle et de conseils comme en fait foi cette anecdote de Le D r Gérald LaSalle, alors registraire du Collège, envoie à tous les praticiens un feuillet à afficher dans leurs cabinets, dont le titre est : «La vocation de prêtre, la vocation de médecin 7». On peut imaginer l effet d une telle analogie dans une période où l Église catholique est omniprésente et au centre de tous les débats dans la Province et où le Collège fixe aussi les honoraires des praticiens. 18 LA PETITE HISTOIRE D UNE GRANDE ASSOCIATION

29 Quand on connaît la rémunération dévolue aux membres du clergé de l époque, on ne peut s étonner de la réaction des omnipraticiens. Le pamphlet contenait aussi des passages méprisants sur la médecine familiale comme en témoigne la réponse du D r Georges Boileau au nom de l Association. Nous n avons malheureusement pas retrouvé le texte original du Collège, mais nous avons mis la main sur la réponse du D r Boileau en date du 18 février Sévère, elle nous permet de comprendre, dans deux passages, les perceptions du Collège de l époque. Le premier passage laisse présager la lente disparition de la médecine familiale en soulignant que plus elle revêt un caractère scientifique, plus son champ d action rétrécit. Le deuxième passage suppose que les omnipraticiens travaillent dans des conditions d isolement et avec des outils imparfaits et que seuls les spécialistes peuvent donner le ton à la profession. La conclusion du D r Boileau était claire. Elle exigeait que le Collège cesse une telle publication. Nous avons retrouvé la réponse laconique du D r LaSalle envoyée trois jours plus tard, dans laquelle il annonce que le feuillet ne sera pas réimprimé. Aucune excuse, aucun regret! Cette anecdote démontre jusqu à quel point, au début des années 1960, le paternalisme et le mépris du Collège sont importants. Sa vision de la médecine familiale n évolue pas. Les praticiens subissent les effets de la spécialisation. Le Collège n est cependant pas le seul alors à s opposer à la naissance des syndicats professionnels. Il a un allié puissant, le gouvernement ultraconservateur de Maurice Duplessis. Ce n est finalement qu avec l arrivée du gouvernement de Jean Lesage le 22 juin 1960 et l adoption de la Loi des hôpitaux en 1962, que la chose devient enfin possible. 19 CHAPITRE 2

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE»

STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 1 STATUTS DE l ASSOCIATION «CASTELMAUROU CITOYENNE ET DEMOCRATE» 2 ARTICLE 1 DESIGNATION Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices.

RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca. Compétences. Synergie. Bénéfices. RENAUD DESAUTELS DRAPEAU FORTIN ca Compétences. Synergie. Bénéfices. GROUPE SERVICAS 2 Compétences. Le Groupe Servicas a été fondé en 1992. Depuis sa création, le Groupe a toujours revêtu une importance

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

GUIDE DE DÉTERMINATION DE L ÉCHELON SALARIAL

GUIDE DE DÉTERMINATION DE L ÉCHELON SALARIAL GUIDE DE DÉTERMINATIONN DE L ÉCHELON SALARIAL CALCUL DE L EXPÉRIENCEE ET DE LA SCOLARITÉ AVANCEMENT D ÉCHELON EN «PROGRESSION NORMALE» ET EN «PROGRESSION ACCÉLÉRÉE» CONVENTION 2010-2015 JANVIER 2012 Rédaction

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Le gouvernement du Canada offre un

Le gouvernement du Canada offre un Guide de la sécurité sociale et des régimes de retraite au Canada Le gouvernement du Canada offre un système de revenu de retraite qui permet le versement de prestations mensuelles aux personnes suivantes

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR

COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR PROVINCE DU BRABANT WALLON ARRONDISSEMENT DE NIVELLES COMMUNE DE PERWEZ Article 1. COMMISSION LOCALE DE DEVELOPPEMENT RURAL REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR TITRE I. MISSIONS Conformément au décret de l Exécutif

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES «RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement intérieur définit les modalités

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

STATUTS Association Centre de Santé des Grand Synthois

STATUTS Association Centre de Santé des Grand Synthois STATUTS Association Centre de Santé des Grand Synthois TITRE 1 : DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 : Il est fondé sous la dénomination «Centre de Santé des Grand Synthois» une Association régie par la Loi

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. RAISON D ÊTRE La présente charte décrit le rôle du conseil d administration (le «conseil») d Aimia Inc. (la «Société»). La présente charte est assujettie aux dispositions

Plus en détail

FACULTÉ DE MÉDECINE RÈGLEMENT NUMÉRO UN. Règlement relatif à la composition, à l organisation et aux compétences du Conseil de la Faculté de médecine.

FACULTÉ DE MÉDECINE RÈGLEMENT NUMÉRO UN. Règlement relatif à la composition, à l organisation et aux compétences du Conseil de la Faculté de médecine. FACULTÉ DE MÉDECINE RÈGLEMENT NUMÉRO UN Règlement relatif à la composition, à l organisation et aux compétences du Conseil de la Faculté de médecine. Article 1 1.1 Mise à part pour les membres d office,

Plus en détail

«Le bon plan est celui qui vous permet de réaliser ce qui compte pour vous» Dominique Vincent, MBA, CIM Vice-présidente, gestionnaire de portefeuille

«Le bon plan est celui qui vous permet de réaliser ce qui compte pour vous» Dominique Vincent, MBA, CIM Vice-présidente, gestionnaire de portefeuille «Le bon plan est celui qui vous permet de réaliser ce qui compte pour vous» Dominique Vincent, MBA, CIM Vice-présidente, gestionnaire de portefeuille Un plan financier clair et simple est synonyme de tranquillité

Plus en détail

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Berne, le 9 janvier 2012 Ce que la Banque nationale suisse (BNS) a pu accomplir depuis ma nomination

Plus en détail

Comité des Fêtes d Oulins

Comité des Fêtes d Oulins Comité des Fêtes d Oulins Association loi 1901- Statuts du COMITE DES FETES D OULINS ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par

Plus en détail

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe.

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe. Gixe Statuts d association conforme à la loi du 1er juillet 1901 1 Constitution Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL Document préparé par : Edgard Nassif, M.D., MBA Présentateur

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre

STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre STATUTS DE L'ASSOCIATION : Viviers Fibre ARTICLE 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition

Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT. Éric Delamarre. Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8. 2 e édition Profession PHOTOGRAPHE INDÉPENDANT Éric Delamarre Groupe Eyrolles, 2009, 2011, ISBN : 978-2-212-67338-8 2 e édition Avant-propos Être photographe professionnel indépendant, c est avant tout concevoir,

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

STATUTS DE L ASMAV. Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise

STATUTS DE L ASMAV. Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise STATUTS DE L ASMAV Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise I.- NOM, SIEGE, BUT ET DUREE Article 1 er : Nom L Association suisse des médecins assistants et chefs

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

Angelcare. Étude de cas Consommateurs

Angelcare. Étude de cas Consommateurs Angelcare Étude de cas Consommateurs Angelcare et Mobilogie réinventent le moniteur pour bébé. Profil Angelcare offre aux parents la tranquillité d esprit en fabriquant des produits pour enfants novateurs

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

Guide d utilisation du journal de stage

Guide d utilisation du journal de stage Guide d utilisation du journal de stage À l intention des candidats à l exercice de la profession Table des matières Présentation du journal de stage 2 Aperçu des étapes à suivre 2 Étape 1 - Commencer

Plus en détail

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016

Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études. Guide 2015-2016 Présentation d une requête au comité d examen des demandes dérogatoires au regard de l aide financière aux études Guide 2015-2016 Le présent document a été produit par le ministère de l Éducation, de l

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance perte d emploi pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 21559

Demande de règlement au titre de l assurance perte d emploi pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 21559 Représentant de BMO Banque de Montréal : Demande de règlement au titre de Timbre de la succursale domiciliataire Signature Numéro de télécopieur Veuillez joindre une ou des saisies d écran des renseignements

Plus en détail

DÉFIS DE LA RÉGLEMENTATION DE L IMMIGRATION AUJOURD HUI

DÉFIS DE LA RÉGLEMENTATION DE L IMMIGRATION AUJOURD HUI DÉFIS DE LA RÉGLEMENTATION DE L IMMIGRATION AUJOURD HUI QUI SOMMES-NOUS? Enracinée dans les organisations fondées en 1986, l ACCPI a été créée il y a dix ans à titre d Association des conseillers réglementés

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification

Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Foire aux questions Documents mentionnés dans la liste de vérification Questions 1) Quelle longueur doit avoir la lettre d accompagnement et quel doit être son contenu? 2) Pouvez-vous m envoyer un exemple

Plus en détail

C est avec grand plaisir que j ouvre le séminaire de cette matinée, consacré aux nouvelles normes comptables de l Etat.

C est avec grand plaisir que j ouvre le séminaire de cette matinée, consacré aux nouvelles normes comptables de l Etat. Séminaire sur les normes comptables de l Etat Intervention d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Bercy, 1 er décembre 2003 Mesdames, Messieurs, C est avec grand plaisir

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1825 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 8 juillet 2009. PROPOSITION DE LOI visant à reconnaître la profession

Plus en détail

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015

ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 FR ASSEMBLÉE INTERNATIONALE DISCOURS SAN DIEGO (ÉTATS-UNIS) DU 18 AU 24 JANVIER 2015 Ce que j attends de moi, je l attends aussi de vous K.R. Ravindran Président élu du Rotary Lorsque je me suis adressé

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L

ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ALLOCUTION DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DES TRAVAUX DU RENDEZ- VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE CASABLANCA, Mercredi 15 avril 2015 Messieurs les Présidents,

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Renseignements pour les nouveaux entraîneurs Foire aux questions

Renseignements pour les nouveaux entraîneurs Foire aux questions Renseignements pour les nouveaux entraîneurs Foire aux questions Cher participant au cours de Patinage Plus, Merci de votre intérêt à devenir un entraîneur professionnel de Patinage Canada! Peu après l

Plus en détail

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3

taboo Ciel avec Réussir sa compta Nathalie Crouzet Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Nathalie Crouzet sans taboo Réussir sa compta avec Ciel Groupe Eyrolles, 2008, ISBN : 978-2-212-12263-3 Avant-propos La comptabilité est pour certains une véritable bête noire, qu il est soit disant difficile,

Plus en détail

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler!

Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Intégration : la limite est dépassée Faut faire plus qu en parler! Le chemin parcouru L intégration des élèves en difficulté en classe régulière est une priorité pour la Fédération des syndicats de l enseignement

Plus en détail

LETTRE DU PERSONNEL DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC AUX MEMBRES DE LA COMMISSION DE LA CULTURE

LETTRE DU PERSONNEL DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC AUX MEMBRES DE LA COMMISSION DE LA CULTURE LETTRE DU PERSONNEL DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC AUX MEMBRES DE LA COMMISSION DE LA CULTURE ÉTUDE DU PROJET DE LOI NO 160 LOI CONCERNANT LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC ET MODIFIANT CERTAINES

Plus en détail

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Loi sur les ingénieurs forestiers (chapitre I-10, r. 13) SECTION I DISPOSITION

Plus en détail

Association science et bien commun Projet de charte

Association science et bien commun Projet de charte Association science et bien commun Projet de charte L Association science et bien commun (ASBC) est un organisme sans but lucratif enregistré au Registre des entreprises du Québec depuis juillet 2011.

Plus en détail

1. Approbation du procès-verbal de l'assemblée générale du 23 mars 2010

1. Approbation du procès-verbal de l'assemblée générale du 23 mars 2010 Procès-verbal de l Assemblée générale de l AETOC - Association d entraide de personnes souffrant de troubles obsessionnels-compulsifs du 15 mars 2011 de 18 h. 45 à 21 h., Association Parole, 1 rue du Vieux-Billard

Plus en détail

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy

STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy STATUTS Association des collectivités du Grand Roissy Article 1 er Dénomination Durée Siège Objet Accusé de réception Ministère de l intérieur 68488072 I. Il est constitué, une Association régie par la

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat.

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat. CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1 er OBJET Le présent règlement, établi en vertu des dispositions de l article 4 des statuts

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle, du 15 mai au 1 ier juin 2015

Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle, du 15 mai au 1 ier juin 2015 Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Ligne directrice n o 2015-07 Élection partielle remplacée par une élection générale Commentaires formulés lors de la période de consultation officielle,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012

STATUTS ARAET. Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 -1- STATUTS ARAET Approuvés par l'assemblée générale de l'araet, le 17 mars 2012 TITRE I : Nom Buts Siège - Durée Article 1 : Nom 1.1 L Association Romande Arts, Expression et Thérapies - ARAET - est une

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence :

IDENTIFICATION. NOM DU STAGIAIRE : N o d étudiant : Adresse complète de la résidence : STAGIAIRE - DEMANDE D INSCRIPTION AU STAGE AVOCAT - DEMANDE D AUTORISATION D AGIR COMME MAÎTRE DE STAGE Articles 26, 27, 28 et 29 du Règlement sur la formation professionnelle des avocats Ce formulaire

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance perte d emploi hypothécaire Assurance-crédit Contrat n o 51007

Demande de règlement au titre de l assurance perte d emploi hypothécaire Assurance-crédit Contrat n o 51007 hypothécaire Représentant de BMO Banque de Montréal Timbre de la succursale domiciliataire Signature Numéro de télécopieur Veuillez joindre une ou des saisies d écran des renseignements sur le compte et

Plus en détail

Relevant du livre II SIREN 776 950 677

Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Mutuelles de France 70 Boulevard Matabiau BP 7051 31069 TOULOUSE CEDEX 7 Tél 0 810 131 111 Fax 05 61 63 03 77 Règlement intérieur MUTAMI page 1/5 suite à l Assemblée

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS Ministère de la Santé et des Soins de longue durée La présente feuille de renseignements fournit de l information de base aux fournisseurs de services de santé ainsi qu au grand

Plus en détail

STATUTS GROUPEMENT SUISSE DU FILM D ANIMATION SCHWEIZER TRICKFILMGRUPPE

STATUTS GROUPEMENT SUISSE DU FILM D ANIMATION SCHWEIZER TRICKFILMGRUPPE STATUTS GROUPEMENT SUISSE DU FILM D ANIMATION SCHWEIZER TRICKFILMGRUPPE I - NOM, SIÈGE, DURÉE, BUTS ET ACTIVITÉS Article 1 Sous la dénomination GROUPEMENT SUISSE DU FILM D ANIMATION (GSFA), il a été fondé

Plus en détail

PROJET LIBERTÉ- NATION

PROJET LIBERTÉ- NATION 15 OCTOBRE 2014 L AN 2030 LA RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE DU QUÉBEC PROJET LIBERTÉ- NATION POLITIQUE FICTION? Synopsis Me Guy Bertrand Promotion du produit (le Pays québécois : RFQ) : par un Plan de marketing et

Plus en détail

Présenté par le Réseau FADOQ devant la Commission de l aménagement du territoire

Présenté par le Réseau FADOQ devant la Commission de l aménagement du territoire Projet de loi 22 concernant la pénalité en cas de résiliation de bail: Une avancée législative, mais un timide impact dans le quotidien des aînés et de leur famille Présenté par le Réseau FADOQ devant

Plus en détail

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL?

Copropriété JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions JE SUIS COPROPRIETAIRE QU EST-CE QUE LE CONSEIL SYNDICAL? Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12

Plus en détail

Période de recueillement et la séance est ouverte par le président. Il est constaté le quorum.

Période de recueillement et la séance est ouverte par le président. Il est constaté le quorum. De la séance ordinaire du Conseil de la Communauté métropolitaine de Québec, tenue au siège social de la CMQ, au 1130, route de l'église, à Sainte-Foy, le 18 avril 2002 à 17 h. Sont présents formant quorum:

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

APRES-INRS. Compte rendu du 23 e Conseil d administration Tenu vendredi, le 30 avril 2010 à 10h00

APRES-INRS. Compte rendu du 23 e Conseil d administration Tenu vendredi, le 30 avril 2010 à 10h00 APRES-INRS Compte rendu du 23 e Conseil d administration Tenu vendredi, le 30 avril 2010 à 10h00 Local 4412 de l Édifice INRS à Québec et Local G-09 de l Édifice 18 au Campus de l IAF à Laval Étaient présents

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES ARTICLE 2 : DEMISSION-RADIATION

REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES ARTICLE 2 : DEMISSION-RADIATION COCuMONT Mémoire et Patrimoine REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES 1.1. Membres actifs : Les membres actifs sont admis lors du paiement de la cotisation annuelle. Ils bénéficient de tous

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER

LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER LETTRE D INFORMATION IMMOBILIER ANNEE 2014 SEPTEMBRE N 752 LOI ALUR TROISIEME PARTIE : COPROPRIETE Jean-Jacques Salmon Philippe Salmon Christine Baugé David Alexandre Droit immobilier Droit de la construction

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études

Le budget de 1998. Bâtir le Canada pour le XXI e siècle. Stratégie canadienne pour l égalité des chances. Aider à gérer la dette d études Le budget de 1998 Bâtir le Canada pour le XXI e siècle Stratégie canadienne pour l égalité des chances Aider à gérer la dette d études février 1998 «Il est inutile de rappeler aux Canadiens que l endettement

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

Modification 72 à l Accord-cadre

Modification 72 à l Accord-cadre 024 À l intention des médecins spécialistes 29 avril Modification 72 à l Accord-cadre Assurance responsabilité professionnelle Les représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux et de votre

Plus en détail

Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC

Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC 11 décembre 2015 Bulletin de la campagne Une action de campagne qui passe par le formulaire PSOC Dans les prochaines semaines, les organismes communautaires autonomes en santé et services sociaux (OCASSS)

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES

STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES STATUTS DE L ASSOCIATION PARIS EST VILLAGES Les modifications de ces statuts, établies par le Conseil d'administration de l'association, ont été votées et acceptées à l'assemblée Générale Ordinaire du

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Au Forum provincial des réseaux de soutien à l immigration francophone

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012)

CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL. (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) CEREMONIE DE LANCEMENT DU SITE WEB DE LA PHARMACIE NATIONALE D APPROVISIONNEMENT DU SENEGAL (SISDAK 2012 : 05 au 08juillet 2012) DISCOURS DU DIRECTEUR DE LA PNA Madame le Ministre de la Santé et de l Action

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail