0 Organe de concentration Républicaine a. Rédacteur en chef : J.-D. SABRIÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "0 Organe de concentration Républicaine a. Rédacteur en chef : J.-D. SABRIÉ"

Transcription

1 28 {{* année). Samedi 6 Juillet 1912 m -Лу/Г' le numér 5 centimes TÉIFPH01? 86 0 Organe de concentration Républicaine a TÉLÉPHONE 86 POLITIQUE AGRICOLE MARITIME O O M M I E I R O I A L ^ Paraissant lo S A M E D I ABONNEMENTS 1 Л П. Quimper, Finistère cl départements limitrophes Autres départements 4 Etranger в 50 6 Mois. Les abonnements partent du /'' r ou du 15 de chaque mois Tréfeaux politiques Ço unicspases Au Conseil Municipal de Les Morts S'agit-il de fendre l'oreille à de pauvres chiens, les conseillers collectivistes do Brc?t pont vivants, bien vivants, très vivants! S'agit-il ou contraire d'apporter uno oholo municipale à l'érection d'un monument au général Colson qui futtuéen 1870 en conduisant la charge des cuirassiers de Rcischoffen, nos conseillers sont morts et bien morts! Est-il question de voter au maire et aux adjoints de» mille et des cents, ils sont vivants, bien vivants, très vivants! Mais que le moment vienne de répartir les 24 mandats do délégués sénatoriaux entre les 21 unifiés du Conseil et leurs l,"> collègues républicains, les conseillers sont morts et bien morts! Ils me rappellent la fameuse jument de Rolland qui avait toutes les qualités, mais ces qualités étaient déparéos par un défaut capital : elle était morte. Nos conseillers collectivistes sont allés choisir pour compléter l'effectif «les délégués revenant à la ville «le Brest les éelopés du suffrage universel, tous ceux dont les électeurs brestois n'ont pas voulu le mai et le 10 mai. Mais, me direz-vous, que font do la R. P. ces socialistes épris de plus de justice élec'orale. Eh bien! ils se dispensent do mettre leurs actes en harmonie avec leurs principes et leurs paroles, et voilà tout. Peu leur importe d'être justes. Ils se moquent «le leurs collègues républicains comme de Colin Tampon. Quand on est la minorité, on s'égosille a réclamer une part du gâteau ; mais quand on est la majorité, à quoi bon? Alors c'est le partage de Monlgomery, tout d'un côté et rien de l'autre. A NOS ABONNÉS Veici l'époque de l'année où la plus grande partie de nés abcnnemenls sent devenus renouvelables. Seus prions instamment les amis du * Cileyen» dent l'abennemenl expire, de veulcir bien nctts adresser le mentant de l'abennemenl peur , et ce, afin de simplifier nés écritures et de ncus éviter les frais relativement élevés d'encaissement. A ceux dcnl les quittances cnl déjà été mises en circulation, ncus leur demandons de faire, comme par le passé, bon accueil à nés encaisseurs, apportant ainsi à notre œuvre un appui c-mm-iihc I. Rappelons que la vente au numéro 11c rapporte rien au journal. L'abonnement, au contraire, est la pierre angulaire de l'édifice. R É P U B L I C A I N S! Abonnez-vous au CITOYEN et faites abonner vos amis. L'EXODE Un député unifié désabusé Le parti socialiste unifié so désagrège Après MM. Devèzo, François l'ournier, Breton, M. Molle, député «le l'hérault, vient de quitter la section française do l'internationale ouvrière. Il s'épanche ainsi dansun journal ami : K Puisque l'unité, écrit-il, a perdu la voie do la vraie doctrine pour devenir un radicalisme spécial... 0 Vlan, dans l'œil I M. Jules Guesde, qui prévoit d'autre.') départs, se réjouit. A quelqu'un qui Fintenogeait, il répondit de sa voix sarcustique : Oui, Molle a quitté lo parti avant qu'on lo f... a la porte. Quand ou veut monter dans l'air pur, on jette dti lest. Kncore cinq ou six allégements et tout ira mieux. Et dire que parmi les cinq ou six, M. Jules Guesdo compte M. Jaurès! vivants Brest Je m'évertue à soutenir ( 110 le collectivisme est une chapelle ressemblant à toutes celles que nous connaissons déjà. La calotto rouge est faite à la ressemblance do son ainéo, la calotte noire. Les bretons so sont émancipés di>jù «lu joug «les cures et il n'y a pas do raison pour qu'ils tombent sous le joug des socios. La tyrannie est lourde et détestable, d'où qu'elle vienne. Avant «le voter, les conseillers cléricaux ne manquent jamais d'aller prendre le mot d'ordre au presbytère. Nos socios breslois, le Tréïs peut-être exepté, sont allés le prendre au comité socialiste, où domino comme toujours l'inllticncc des meneurs. Ces meneurs sont pour la plupart les refusés du suffrage universel, ceux qui entendent les joies du paradis municipal, mais n'y ont pu entrer. Ces bigres à poil ont décidé < u'ils iraient voter à Quimper et MM. Masson, Goude et Philippot ont répondu :,4 mrn. L'esclave n'a qu'un maître, m:iis nos élus brestois en ont par centaines. Ce n'est pas seulement à l'église qtio Gros Jean en remontre a son curé. Lo véritable conseil municipal, ce n'est pas les 21 élus que le flot populaire a poussés a l'hôtel de Ville, ce sont ceux qui sont dans la coulisse après avoir délibéré de chic, au milieu des bouffées de tabac, sans avoir consulté les dossiers. Le comité socialiste dicte ot le conseil municipal transcrit. Comme ils pèsent peu dans les décisions, ceux que la fortune a portés nu haut de la roue! Avant pou, la baleine du comité socialislo aura avalé les 21 petits Jonas qui s'agitent sur les banquettes de l'hôtel de Ville. La OVIDE. Rosserie du " Cri du Peuple " Avczvous lu l'entrefilet hypocrite et mensonger récemment inséré dans lo Cri du Peuple au sujet de l'assimilation des pensions il' 1 retraite des gardesconsignes, des pompiers de la Marine et des surveillants des prisons maritimes à celles des sous-officiers des équipages de la flotte '.' Le Cri du Peuple du 15 juin dit que c'est la faute do M. Le Bail si le projet ne vient pas en discussion et «)uo le rapport peut so faire facilement en huit jours. Or, M. Goude qui a écrit ou inspiré cet entrefilet,a assisté le jeudi 13 juin, à la Commission de la Marine, à la lecture du rapport do M. Le Bail favorable à cette assimilation. Lo rapport était donc fait et approuvé par M. Goude lui-môme deux jours avant la publication de l'article du Cri. 11 est bon d'ajouter qu'avant do faire venir une réforme devant la Chambre, il faut avoir l'adhésion financière du Ministre des finances et un voto do la Chambre pour la fixation. Or, ce n'est c 110 depuis dix jouis «pie le rapporteur, M. Le Bail, est en possession des évaluations des Ministres do la Marine et des Finances qu'il n'avait même pas quand il a fuit à la Commission do la Marine son rapport qui est à i'impression et va être distribué. Lo journal do M. Goude a des procédés répugnants et M. Goude lui-mèmo n'est pas un personnage orilinaire. Sos électeurs peuvent être tiers do lui! Glanes et Perles Le sala:;e «les mm\ eati nés. Le Journal de médecine, et de chirurgie pratiques rapporte^ d'après une revue américaine, une étiangecoutume qui est encore en vigueur dans certaines contrées d'asie et aussi d'europe, et qui consiste a saler les enfants nouveau-nés, Rédacteur en chef : J.-D. SABRIÉ BUREAUX et Imprimerie : 21, Eue du Salit, 21 I.cs Bureaux sont ouverts do 9 h. à Midi le matin et de 2 heures à 6 heures le soir. Adresser toutes communications concernant la Rédaction à IH.Sabrié, et tout ce qui concerne l'administration ou l'imprimerie à Itl. P. Gtiéguen, administrateur-gérant. Les manuscrits ne sont pas rendus. A toute demande de renseignements, Joindre un timbre pour la réponse. Les mères s'imaginent que, par ce procédé, elles donneront à l'enfant la santé et la l'o к * pour toute la durée de son exiset que, en même temps, elles éloigne tenet*, RONT de lui les esprits malfaisants. ("est ainsi que, chez les Arméniens russes, on couvre d'un sel très fin la peau tout entière du bébé, pendantilll moins trois heures, puis on soumet le petit corps à un lavage énergique avec de l'eau chaude. Chez une tribu montagnarde do l'asie Mineure, les femmes Lussent R E P O S E R P E N - dant vingt-quatre heures leurs nouveau-nés dans la saumure. Les Crées ont également l'habitude de saupoudrer leurs enfants de sel. Cet usage se retrouve dans certaines parties de l'allemagne. Si le camir vous en dit... Une or:i3«:ni fumé!)-ce. Il en. t de tous les genres, de vibrantes, que l'on clame le liras tendu et les yeux au ciel, d'émues que l'on déroule d'une voix mouillée et une main sur son cojur. lin voici une qui nous semble appartenir plutôt nu genre insinuant : и Messieurs, l'honnête homme que nous pleurons T O U S m'a emprunté un jour cent lianes et n'a jamais pu nie les rendre. Alin que sa mémoire reste sans tâche, je vous propose «le l'aire une souscription pour me rembourser cette somme. Je connais voue grand coiur, messieurs : vous accepterez.» In «jnl u'adiurl pas 1«>ч miracles» Un recteur s'vitorçnil d'expliquer a un de ses paroissiens, valet de charrue, en quoi consistait un miracle. Pensant qu'il s'était fait comprendre, il lui du : Maintenant, mon garçon, je suppose que vous voyiez le soleil se lever au milieu de la nuit, comment appellerie/.-vous cela? La lune, Mons.our le Curé. Mais suppose'/, que vous sachiez que ce n'est pas la lune, mais le soleil, et que vous le voyiez se lever nu milieu de la nuit, «ue penseï iez-vous 1 Ju penserais qu'il est temps de me lever, Monsieur le Curé. Il i'asit s eutc!i«si'e! Dans un restaurant, près d'une grande gare, on peut lire une pancarte : и Ici, on parle toutes les langues». Vous avez do nombreux interprètes? demande un consommateur. l'as un seul. Chu donc alors parle toute les langues? Les clients, Monsieur! A Brest, les socialistes «pii sont 21 contre 1 '«ont droit à 21 délégués. Ils ont choisi tous les conseillers socialistes et sont allés prendre en dehors du Conseil lo supplément des délégués* auxquels ils avaient droit. A Pouldavid les réactionnaires, Bclbéoch on tète, qui sont 12 contre '.) républicains à Pouldergat, ont pris les G délégués dans la section do Pouldavid. Si l'evangile ordonne do prier pour ses ennemis, la IL P. ordonne do voter partiellement pour eux. Quota fumistes que les erpéistes et quelle guitare que la IL P.! UN REVENANT! Le Citoyen fernand LE QOK On le croyait perdu et on avait promis forte récompense à celui qui lo retrouverait. C'est fait. Il u écrit do Nantes au Cri du Peuple uno lettre [jour féliciter les socialistes victoire! brestois do leur Il est épaté du résultat. Plus do cinq millo voix! alors quo lui, Fernand, O mon Fernand en a obtenu iï Nantes aux dernières élections municipales 48 pour tout potage. Lo citoyen Le Goïc après nvoiréchoué á Douarnenez et a Nantes compte so présenter à Melun ot a Carcassonne et alors nous pourrons chanter avec Itaoul Ponction : i:n ipiltliinl Melun.Nous étions un, Arrivés à Ciircusonno /.ut I plus personne. u umili Grâce ù la trahison des unifiés qui se sont abstenus, la présidence du Conseil municipal de Paris a clé livrée aux réactionnaires. Comme dans la voie de la trahison il n'y a pas de raison de s'arrêter, la présidence du Conseil général de la Seine vient, aussi d'échoir à un réactionnaire, grace encore à la même tactique d'abstention «les mêmes hommes. Les socialistes républicains conscients continuerontils à conserver les écailles qu'un optimisme généreux leur a l'ait pousser sur les yeux ;' Comment peuvent-ils rester une minute de [dus dans le parti de la trahison républicaine S'il> continuent,toute l'eau de la mer ne sera pas su il leur infamie. isante pour les laver de PENSÉES // n'y a qu'un bonheur, le devoir ; il n'y a qu'une consolation, le travail ; il n'y a qu'une jouissance, le beau. Carmen LA NATALITÉ EN BRETAGNE Sylva- Les statistiques de l'année 1911 accusent dans les cinq départements bretons un excédent do naissances.-iules décès, pour une population totale «le âmes. Il y a un certain fléchissement dans l'ille-et-vilaine et la Loire- Inférieure. Les départements bretonnants accusent une forte plus-value. En ce qui concerne plus particulièrement le Finistère, les naissances O N T été. en 1911, de et les décès de 15.<SIÎ7. Soit un excédent de m POUR LES VIEUX DEMi-SOLDI ERS 1.0 coin «les rieurs. La Commission chargée par le Ministre Tu devais te marier. des Finances d'examiner la question delà J'ai horreur de l'esclavage. Il te faudrait, comme à moi, une femme douce, aimante, excellente ménagère... rétroactivité des pensions de demi-solde a déjà siégé quatre l'ois. Cette commission est composée de MM. Chastelio, directeur de C'est bon. J'attendrai «pie ta femme la Dette inscrite, président, ot Cellier, inspecteur soit veuve! des Finances, pour les Finances ; Neuville, administrateur des Invalides et Caiilat, administrateur do l La H. P... Une duperie! " elasse, pour la Marine, Tirman,' directeur, et Bazin, sous-directeur, pour le Commerce. La commission travaille avec la plus Tandis qu'à Quimper les socialistes grande activité. Elle compte déposer son coquelicots et les républicains zébrés rapport pour le 1" juillet. votaient pour les réactionnaires du poil le plus blanc, les réactionnaires ou les socialistes se gardaient bien ailleurs de donner leurs voix aux républicains du Variétés Agricoles Conseil. La boisson du cheval. Conservation des fruits. Production du cidre en Allemagne. S'être territoire agricole. Pour connaître le sexe des pigeonneaux du nid. Détermination du pouvoir germinali!. Exportation de nitrate de soude du Chili. Qualités des vins de Bordeaux de isi 1 à ig 11. Certains prétendent qu'il faut faire boire été comme hiver de l'eau chaudo au cheval qui rentre, du travail fatigué <'t «en sueur». D'autres soutiennent qu'au moins l'eau doit être tiède. L'eau tiède en boisson (20 à 25 ) ne vaut pas mieux que l'eau chaude. L'eau chaude a perdu sous l'influence de la chaleur la plus grande pailie du gaz qu'elle contenait et constitue uni" boisson lourde, indigeste ot qui enraye les fonctions digesti vos. L'eau tiède est également lounle Ot indigeste. N'est-ce pas elle qu'on sert comme vomitif.' Ce qu'on doit donner au cheval c'est de l'eau froide, c'est-à-dire «le l'eau à la température de 5 à 10, qui, pour son estomac, joue le rôle d'un tonifiant. Pendant les deux saisons extrêmes, l'hiver et l'été, il faut prendre quelques précautions, de telle sorte «pie la boisson so rapproche do la température du corps de l'animal. Il convient en été de tirer l'eau et de la laisser séjourner quelques heures à l'air et au soleil afin qu'elle s'éelimill'e avant de la donner au cheval. En hiver, il l'andrà, au contraire, l'aire sé* journer l'eau à l'écurie pour obtenir le même résultat. Enfin, il existe un autre moyen bien simple de couper le froid de l'eau destinée au cheval. Ce moyen consiste à mettre par seau d'eau une bonne poignée de son ou do farine d'orge et de brasser ensuite avec le buis nu. ANNONCES : la ligne Annonces judiciaires et diverses (4 page) 0 '20 Réclames (3 fi page) 0 30 Réclames (2 U page) 0 50 Chronique locale ou départementale / Annonces payables d'avance. Prix à forfait pour les Annonces répétées et traités de publicité Un de nos lecteurs nous demande quelles conditions doit remplir un fruitier. Quand on veut 11 ansfoi mer un appartement en fruitier, il faut, de préférence, le choisir avec une exposition nord et peu sujet aux changements de température. Pour être bon, un l'initier doit être obscur, see, d'uni' température liasse (3 à 6 degrés centigrades) et aussi uniforme «pie possible. L'humidité, la lumière et la chaleur sont des agents qui hâtent la maturation des fruits. Les poires doivent être, dans le fruitier, placées sur l'œil ou L'ombilic et les pommes en sens inverse, sur la queue. Quand on veut retarder notablement la maturité des fruits à conserver, ilfaut, avant «le h's mettre au fruitier, plonger l'extrémité de la queue dans un verni obtenu en faisant dissoudre de la c re à cacheter dans de l'esprit de vin chauflt au bain marie. Les Allemands,<pii passaient pour des buveurs de bière,se sont mis à apprécier et à consommer du cidre. IL y a 2 ans les gares du réseau de l'est ont chargé et expédié S U I a frontièro allemande, pendant 2 mois, Ü02 wagons de pommes françaises pesant G kilos auxquels il y a lieu d'ajouter 681 wagons chargés sur le 1'. L. M. pesant kilos. Ce «pie les Allemands veulent,ce sont des fruits bien sains, exempts de toute atteinte de pourriture. Leur prédilection va aux fruits de joli coloris roug:et«le saveur acide qu'ils emploient à la confection d'un cidre aigrelet Les Allemands cultivent des pommiers en très glande quantité, notamment sur les bords du Mun, dans la vallée du Neckar et sur les coteaux de l'odenwald et du Taumes. Des fabriques se sont installées sur place et aujourd'hui on ne se contente plus de produire pour la consommation locale, on en exporte d'une manière sérieuse. /.«surface totale de la France qui comprend.y.'.! hectares se répartit de la manière suivante : Terres» ««culture, jachère, prairies artificielles ou temporaires !)15, prés naturels LsiT.WN, herbages Li78.100, pâturages et pacages , vignes en production et non encore en production , landes et terres incultes , cultures diverses non dénommées , bois et forêts!),;to:).t('i0, territoire non compris dans les catégories ci-dessus , soit un total de L'.»s:>. Lorsque le couple de pit/eonneaux est tète bêche, l'on est certain «l'avoir mâle et femelle; mais le plus sur est d'approcher du nid : celui qui se dresse est certainement le mule, et vous verrez l'autre s'abaisser d'un air craintif. On sait qu'il est très difficile de s'assurer sans essai, que tel loi de graines germera ou ne germera pas. M. Pierre Lesage vient de constater que des grains «pu ont perdu leur pouvoir germinatif, colorent une solution de potasse, tandis цие si elles peuvent germer, elles ne la colorent pas. On voit «le suite qu'elle sera l'importance de cette reniai «pie, si l'expérience montre qu'elle s'applique à toutes les graines usuelles. L ' E M P L O I du nitrate de soude devient de I plus en plus considérable dans le monde. Le fluii est, on lésait, le grand fournisseur de cet engrais. Les expéditions ont été ten mille tonnes) de 1.027, en 1007; 2.020, on 1008 ; 2.105, en 1009; 2.306, en 1910; 2.391, en Au cours du dernier siècle, il y a eu 19 grandes années pour les vins rouges, [1811, , 1827,1828, 1831, 1834, 1841, 1817, 1848, 1858, 1801, 1869, 1875, 1878, 18S7, 1890, 1900, 1911) et 16 pour les blancs (1822, 1834, 1817, 1858, 1861, 1864,1869, 1871, ISSi, 1890, 18!>3, 181K1, 1890, 1900, 1004, 1906), La pioduetion de la Gironde depuis 1810, a varié de hl. en 1854, à en M O U. RECETTES Le bon chocolat AGRICOLA, MENAGERES Toutes les recettes concernant la confection d'un bon chocolat no valent pas, parait-il, celle que Brillât-Savarin note dans sa Phyaiologie du Goût. Visitant un jour au couvent de Bellcy on lui servit un chocolat si onctueux i)iie son flair de gourmet fut mis en éveil et qu'il demanda des explications à la supérieure. «Lorsque vous voudrez prendre du bon chocolat, répondit celle ci, faites-le réduire dés la veille dans une cafetière do faïence, et laissez la. Le repos de la nuit lo concentre, lui donne un velouté «jiii le îcnd bien meilleur. Le bon Dieu, ajoutait la supérieure, ne peut pas s'of- IVnser de ce petit raffinement, car il est lui mémo tout excellence!» /.. NOS PÊCHEURS DE MAURITANIE Les Primes Lue dépèche, reçue en dernière heure, vendredi dernier, nous annonçait que M. Merlaux-Ponty, gouverneur général de l'afrique Occidentale française, venait de donner des indications à Dakar pour que toutes mesures utiles soient prises immédiatement à Port-Etienne et à Las Palm as, en vue d'établir la justification de séchage des morues mauritaniennes. Voici les termes de ce càblogramme, arrêtés après entrevue de M. Ponty avec M. Georges Le Bail : «Gouverneur général, Dakar.» «De la part Gouverneur général «Ponty. Prière télégraphier Rési- i dent Port-Etienne et Consul France «Las-Palmas vous indiquer par câblo- «gramme quantités exactes poisson im- «portées de Port-Etienne aux Canaries M pendant dernière campagne et vous» certifier par la même voie que ce pois- «son a été séché avant être salé. Omis- «sion cette indication sur certificats» déjà délivrés rend paiement prime t< impossible ce qui risque décourager K mouvement pêcheurs bretons vers nos u côtes mauritaniennes au grand préju- «dice populations maritimes françaises «et intérêt économique Afrique Occi- «dentale française.» La question des Sesnes Nouvelle lettre de remerciements. 1 /. Georges Le liait, député, vient de recevoir la lettre suivante, au tujet de la suppression récente de la senne d maquereaux, due ù ses démarches réitérées : Etel, 12 juin Le Secrétaire-Trésorier du Syndicat professionnel maritime d'etel à Monsieur Le Bail, député du Finistère, Paris. Monsieur le Député, Sans attendre la réunion générale de notre syndicat, nous tenons à vous adresser, après avoir pris connaissance de l'arrêté ministériel du 8 juin 1912, nos plus vifs remerciements pour le nouveau service que vous venez de rendre aux pêcheurs. Avec nos plus vives félicitations pour le vif et prompt suceès de vos démarches, veuillez agréer, Monsieur le Député, l'assurance de notre profonde gratitude. Pour le bureau et par ordre, G RANGER, Secrétaire du Syndicat professionnel d'etel (Morbihan). LE NOUVEL HORAIRE DES TRftINS Nos lecteurs trouveront en /' page le nouvel horaire des trains intéressant notre région [service d'été). LA GRÈVE Ï>ES INSCRITS jjwlritimes Les inscrits maritimes naviguant au commerce avaient demandé une augmentation de salaires et l'application de la loi sur le repos hedbomadaire. N'ayant obtenu au bout de quatre mois aucune solution, ni même aucune réponse à leurs propositions, ils décidèrent de se mettre en grève. Voici quels étaient les salaires mensuels qui étaient payés aux inscrits par la Compagnie transatlantique : Premier maitre ou premier chauffeur, 132 fr. 50; second maitre ou second chauffeur, 110 fr. ; timonier, 90 fr. ; gabier, 85 fr. ; soutier et matelot de pont, S0 fr. ; novice, 50 fr. ; mousse, 35 fr. La Compagnie proposa un léger relèvement qui no fut pas juge suffisant. D'autres compagnies ne répondirent pas. Il est prouvé qu'à l'étranger, en An-» gleterre et en Allemagne notamment* les salaires sont supérieurs de 20 à 25 0;0. Aucun arbitrage n'ayant été accepté par les Compagnies, la Chambre a voté à l'unanimité un ordre du jour, invitant le Gouvernement à faire aboutir dans lo plus bref délai les pourparlers d'arbitrage, et, a défaut à appliquer les lois existantes (suspension «iu monopole du pavillon ou réquisition des bateaux), I

2 LE CITOYEN La grève des Inscrits Maritimes. Aucun arrangement n'étant intervenu le 2 juillet, M. Vaillant, à raison des poursuites exercées centre les inscrits, a accusé le Gouvernement de violer le droit de coalition des Inscrits Maritimes poursuivis pour désertion et a déposé un projet de résolution invitant le Gouvernement à vaincre les résistances des Compagnies. I Le Ministre du Commerce a répondu qu'il n'a pas à intervenir et qu'il se borne à appliquer la loi. L'ordre du jour pur et simple a été proposé contre l'ordre du jour Vaillant. Pour l'adoption 304, contre 173. Le vote, des députés du Finistère a été le suivant : Pour l'ordre du jour : Vitliers, de Mun, Danlélou, Duhuisscn, Hugct-Derville, Scublgou. Centre : Le Bail, Le Louédec, Plouzané, Coude. Abstenu : Clearec. h& Dépêche de Brest an nonce qu'on u prôto à M. Isnard, ancien député do Brost, l'intention do poser sa candidature aux élections sénatoriales du 28 juillet». Quelques jours plus ;ùt, ou (( prétait» la même intention à M. Miossec ex-député de Chnteaulin ; l'information n'a pas été démentie. Dans les deux camps, les candidatures promettent d'être nombreuses et il ne parait guère possible, étant données les personnalités en jen, de dire vers quels favoris so dessineront les préférences, entre quels candidats la lutte sera circonscrite. Mais au moment où vont être lancés les appels à la bataille, nous demandons à tous les électeurs du second degré qui se réclament des idées républicaines d'apporter au scrutin la plus scrupuleuse pensée de discipline. Dans notre département,plus nue jamais, c'est la lutte des blancs et des bleus qui se perpétue'. Il appartient à tous les les défenseurs de l'idée démocratique de l'aire bloc sur le candidat républicain qui réunira les plus grandes chances de succès. Par cette tactique seule, ils leur appartient de déterminer la victoire. Organisons le Crédit maritime Les réformes en faveur do nos populations maritimes de la côte sont actuelle ment l'objotd'étudesapprofondios. C'est ainsi qu'en dehors des commissions dont nous parlons plus haut, une autre commission fonctionne pour le Crédit maritime. Elle est composée de MM. Kerzoncuff, Laurent et Atthalin, représentant la Marine, Réveillon, chef do bureau des douanes, llaouot-desloogchamps, souschef de bureau au mouvement D E S fonds. La Commission, travaillant sur le texte des propositions de loi déposées par MM. Le Bail et Le Uou/ic, compte pouvoir remettre dans quelques jours à la signature du Ministre des Finances un projet de loi unique, organisant le Crédit Maritime, l'hypothèque maritime, l'assurance et la réassurance maritimes. Les {roubles de Languidic La Cour d'appel de Rennes a rendu mercredi son arrêt dans l'affaire des troubles de Languidic. L'abbé Jall'ré, curé doyen de Languidic, qui a implicitement désigné M. Le Goff à la fureur de ses fidèles, voit son action repoussée. La Cour maintient l'amende de fr. prononcée par le tribunal correctionel de Loricnt. En ce qui concerne MM. de Kerret, Le Garrec, Yhuel et l'abbé Le Runigo, la Cour, retenant une partie des faits relevés à leur charge, les condamne chacun à cinq jours de prison et solidairement à i(x) fr. de dommages-intérêts envers M. Le Collet 400 fr. do dommages-intérêts envers M. Le Bouëdec. COUR D'ASSISES du Finistère La 3' session des assises du Finistère s'est ouverte lundi dernier à midi, sous la présidence de M. Drouot, conseiller à la cour d'appel de Rennes. Après 1 appel des jurés, on procède à l'examen de la première affaire. Audience du F*juillet.Vttcmti»lis 11 ln i>u<ioiii>. - Yves-Marie Leyou, 17 ;rns, domestique de ferme a Landerneau, est accusé d'avoir, dans le courant de l'année et notamment le 1S mai, commis des attentats à la pudeur sous violence, sur une lillelte de moins de treize ans. Leyou, reconnu coupable avec admission des circonstances atténuantes, est condamné à un an de prison sans sursis. Ministère public M. Cazenavctto, procureur de la République ; défenseur M' Louvière. V«>1«* (funllflés. --- L'individu qui comparait ensuite est le nommé Jean- Louis Le Roux, 29 ans, ouvrier agricole, qui a à son actif un nombre assez coquet de vols qualifiés ou simples dans les environs de Quimperlé. Ces faits, extrêmement banals, sont corroborés par do nombreux témoignages et d'ailleurs avoués. L'accusé a de mauvais antécédents. Il est paresseux et ivrogne. M. Brouard, substitut est assis au banc do l'accusation. M' Le Rails fils assiste le préveu u. Après deux audiences occupées par l'audition des témoins et des plaidoiries, ;i Cour condamne Le Roux à.")ans do prison. NOTREIÔUSCRIPTION pour le cantonnier-chef Le Çorre Les souscriptions continuent à nous parvenir nombreuses au prolit du persécute de Plonévez-Porzay. Nous serons heureux de lui transmettre ces sommes icçues et do contribuer ainsi à le soutenir dans la lutte contre l'injustice qu'il n'a pas provoquée mais dont tous les républicains dignes de ce nom avaient le devoir de lo défendre. Constatons une fois de plus qu'ils n'ont pas hésité devant lui et remercions les encore du geste généreux qu'ils ont si spontanément accompli. Voici le détail de ces noms composant la liste centralisée à ('liàteauneul'-du-l'oou et dont nous avons donné samedi le montant : Liste de Chdteauneuf-du-Faou. Contre les persécuteurs 1 f.»» Ln ami des persécutés 1»» Hou, hou, la calotte 1»» Un anticlérical, 0 25 Un A M I 1 mi A lias les corbeaux 0 50 Pour la fraternité ' X. et Y., de Plonévcz-du-Faou.. 1 "l> Ln excommunié 0 25 L'enfant chéri des curés 0 25 Un.clérical 0 25 Foultou 0 25 Pour la solidarité () 30 Lu ancien frère de l'école chrétienne 0 50 Cn phalansléricn féministe.... t) 50 Un enfant do eu:tir *... T ))» Un ealotin 0 50 Un curé cn rupture de banc Pour l'union et la justice 1»» Un ami des hommes noirs... 1»» A bas les jésuites et l'abbé Soubigou... 1 ))» Total... Ki f. 50 lîepoil de la L! liste 25Í f. 30 Nous avons reçu encore : Liste de Casi. 2 Cantonniers 2fr. Un surnommé Truill I Un sabot excommunié (> 59 Pour raboter les curés 0 50 Soïz Fri butunn 0 50 Un diable et son enclume (I 50 T U abonné du Citoyen 1 Un qui n'aime pas tes aumôniers Une mère de famille 1 Liste de Logonna-Daoulas. Athanaso et Porthos 0 f. 50.lean et N'yny en promenade à Brest 0 35 L'Ane I.olo et Compagnie I»» Bruyère, pour une prière à Santès-Isidoro 0 50 \ il 50 M. Lautrédou, ancien instttululeur, Penmarc'h t f.»» Liste de Plomodiern Les républicains de Plomodiern, indignés par les manoeuvres peu charitables et surtout peu chrétiennes d'un certain curé, adressent au camarade Le Corre, cantonnier-chef à Plonévez (locataire du presbytère) leurs encouragements et l'expression de leur profonde sympathie. Dérireux do lo soutenir jusqu'au bout dans la lutte, ils adressent au journal républicain Le Citoyen, une liste de souscription montant à 18 fr. 85. Un camarade du Japonais CIlSOUlané île Plomodiern 5 f.»» Un ami du boxeur de Landeleau. t) 20 Un collègue à l'abbé Delante... (> 20 Un conseiller municipal, candidat au conseil de Fabrique,... 1»» Un aumônier de la Marine, retraité à 23 ans 0 50 Pour payer une queue au coq du clocher de Plomodiern 0 20 Une enfant de marie future religieuse 0 50 Créach, instituteur 1»» lu ami à Mieliellic, en villégiature à Saint-Lie 0 50 lion pour un bureau do tabacs.. (I 25 Pour paver l'apéro à Yan-ar- Maout 0 " ti 3 anonymes 3»» Pour que Dieu (le père) refasse le monde sans curés 1»» 20 sous pour paver un étouflbir neuf au Curé de Plomodiern. 1»)) Une institutrice anticléricale 1»» Un instituteur ami de Monseigneur 1»» Pour le triomphe des anticléricaux à Plomodiern 1»» l 11 mangeur de curés 0 25 I a ancien moine 0 25 Araos, atao poui la mutuelle Incendie de Michellie 0 25 Araolv atao pour payer des pastilles Géraudel à Michellie NOUVELLES BEPARTEHERTALBS BREVET SUPÉRIEUR Lundi ont commencé à Quimpcr les examens du brevet supérieur pour les jeunes tilles. 1 >nt été déclarées admissibles aux épreuves orales : Mlles Le Borre, Bidon, Bodones, Le liol/.er, Bouroullec, Le Bras, Burin, Cadec, Criou, Croguenncc, Lo Dam, Dard, Driart, Le Gac, Galaine, Garzuel, Le Goc, Gourden, Guéguen, I/.arn, Jade, l.liostis, Marzin, Le Pcntrec, Pouliqueu, Roignatit, Le Stourm, Albcrtino Tanguy, Van, soit 2:i sur 40 aspirantes. Admissibles de l'année dernière : Mlles ('aiion, Mêlante Tanguy. l'i»1res DE LA SEMAINE Samedi G juillet. -- Saint-Renan, Ploues* cai, Le Ponthou. Lundi 8, -- La Martyre, Lesucven, Pool* laouon, Trégarvan. Mardi ' >. - Plabonncc, La Fouillée, Guimace, Sain-Thégonnec. Mercredi Landudcc, Bannalec, Jeudi Guipavas. Vendredi Douarnenoz. Q U I M P E R Concert de la Jeunesse Républicaine- Soucieuse do justifier son but de propagande et d'action civique, la «Jeunesse Républicaine Quimpéroisc» a organisé un concertconférence qui aura lieu demain soir, diirianclie au théâtre municipal. Au programme, figurent les noms des artistes et amateurs les plus justement applaudis dans notre ville et le comité s'est adjoint des collaborations qui lui assurent, d'ores et déjà, le succès le plus grand. Nous espérons que tous les républicains apporteront leur témoignage de sympathie' à la jeune société en assistant à cette fête dont l'intérêt ne saurait leur échapper. L'ouveiture des portes aura lieu à S heures et la levée du rideau à s h Pour la location, s'adresser comme d'usage. Fête des Ecoles. Vendredi soir 12 courant, aura lieu au Théâtre municipal de Quimper, une soirée offerte aux amis de l'enseignement par les élèves-maîtres des deux écoles normales et les élèves des écoles primaires publiques. Au cours de la soirée, aura lieu la distribution des prix aux élèves des cours d'adultes et des cour» de dessins. On peut dès maintenant retenir ses places au Théâtre (Prix des places, 1 fr. et 0 fr. 50). Classe Quelques Vétérans de la classe.s;.' désireux do fêler leur cinquantenaire en un banquet amical, font appel indis* linctomcrit à tous les vieux caminados de ladite classe pour se joindre à eux. Ce banquet devant avoir Lieu incessamment, prière d'adresser les adhésions le plus tôt possible à Mi Drillieli, carrossier rue des Douves. Mutuelle, des Employés et Comptables. --- Réunion générale со soir samedi, (icou-, r.'ini, à 8 h. 30 du soir, salle du Gymnase, li sera procédé au renouvellement du bureau. Présence indispensable. Musique militaire. Voici lo programme du concert du dimanche T juillet 1912, de \\ heures ;'i \ heures. Boecace (allégro) F. dosuppé Patrie, (fantaisie) Paladilho Emma Lien/ (f.p. clarinettes) Pironelle Solistes : MM. Logea y. Grandin. Dernier, Gourmelen. Ballet Enuptien Lulgini Le bon Bourgeois (polka)... Sellenick Etat-cie.il du 2S juin au 4 juillet Naissances : Léonie Jézéquol, rue Sainte- Catherine, 2 ; Hervé Cornic, rue Saint-Mathieu. 10 ; Jean M.ilo, rue Neuve, 52; Mario Alour,rii'! de la Providence ; Guillaume L'Helgouaeh, ruo Saint-Mathieu, Irt ; Jean Lasseau, rue des Douves, Il ; Suzanne L" Mao, rue Verdelet, \. 17!l naissances en mariages. Décès : Pierre Dlquélou, 70 ans, tonnelier, époux de Le Corre, rue de Pontl'Abbé,.'!!! ; Yves Lo Mat, Oi ans, scieur do long, époux de llascoët, chemin du Halage; Marie Trellu, 08 ans, journalière, veuve de Le Roy, rue des Douves, 12 ; Anne Pouli- ( 11011, is ans, religieuse, rue de la Providence, Auguste L'IIelguen, 2 mois, rue de Pont-l'Abbé, 31 : Pierre Yaouanc,69 ans, cultivateur, veuf do Le Corre, rue de l'hospice ; Anna Klourv, 27 ans, s. p., épouse Le Grand, rue Laënnce, i ; Victor Bigaré, 59 ans, s. p., cêl., rue do l'hospice ; Marie Le Goanvie, 51 ans, ménagère, veuve de Pelleter, rue Sainl-M.'illiieii, i ; Jean.lugeau, 09 ans, Maine ferblantier, époux Philippe, Place Torre-au-Duc, 'décès en 1912 dont P.»S aux hôpitaux.. Publications de mariages : Lucien Lembcye, employé de commerce à Paris et Herveline Pronost, couturière à Quimper. Louis Le Doaré, marin-pécheur et Louise Le Page couturière, dom. F ranch ljipaiiii.ehaull'euret Isabelle CralT, couturière Doua гиене/, Régates. Le Ministre de la Marine a accordé pour lespiochaines régatoslcs prix consistant en : 20 IV. pour l'aviron ; 1 montre ; 1 longue vue ; 1 baromètre; I médaille vermeil (grand modèle); 1 médaille argent (giand modèle) ; pour la natation 25 fr. T r é b o u l Régales. Le Ministre do la Marine a accordé les prix suivants pour les régates : 1 longue vue ; 1 baromètre ; 1 médaille vermeil (grand modèle) 1 médaille argent (grand modèle) ; 1 médaille bronze (grand modèle) ; pour la natation, 25 IV. Audierno Sucrés. --- M. Le Griguer, instituteur adjoint à A mi i I-RI ю a présenté au certificat d'études à Pont-Croix 34 élèves sur lesquels 32 ont éié reçus. Nous lui adressons nos vives félicitations. Pont l'abbé.1/. Plouzané à Pont-l'Abbé. - M. Le l) r Plouzané, député, nous prie d'annoncer qu'il recevra demain dimanche à Pontl'Abbé les personnes qui désireraient lui parler. Union musicale. Voici le programme du concert donné par Г Union Musicale,uimanche 7 juillet, a8 h. dirsoir, Dois public : 1. Plume au Vent, Pas Red. V. 'l'urine 2. Vellêda, Polka. Blancheteau. 3. Ilubertc, Gavotte F. Andrieu. i. T'en souviens-tu, Valse. V. Turine. 5. Panache et Pompon, M. F, Andrieu. 0. Le Dauphin, Allégro... A. Torelli. Etat-Civil du mois de juin. -Naissances ; Pierre-Marie Folçoas ; Yves-Marie Le Gouyen ; Julien-Marie Guellcc ; Cécile Durand ; Corentino Trébern ; Josèphe-Marie Bernard ; Marguerite Le Garrec ; Marie Guirriec ; Corentino Brioc ; Louis Le LeulT; Pierre Struilloii ; Jeanne-Marie Le Pemp ; Eugène-Jacques Loussouarn ; Pierre-Marie Le Guiader ; Marie-Louise Thomas. Décès : Jean Roué, prêtre, 52 ans, célibataire ; Alain Gourmelen, serrurier, 22 ans, célibataire ; Marie Lucas, 71 ans, veuve de François Stêphan ; Pierre Tanniou, garçon d'hôtel, 32 ans, époux de Marie-Louise Le (ioli ; Marie-Jeanne Signer, couturière, célibataire, 20 ans. Mariages ; Michel M a vie et Marie Yvin ; Yves Bois et Marie Le Draoulec ; Yves Chatalcn et Marie Larzul ; François Spagnol et Victorinc Riou ; François-LouisCayrel et Louise Spagnol ; Jean Aïolis et Marie Le Drézen. Gruilvincc La tuer de Guiloinee est enjin bénie I к Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre» ; c'est ainsi que débute une vieille bible que je possède depuis quelque temps déjà. Plus loin, il est parlé des poissons, et je lis : «Et Dieu les bénit en disant : Croisse/, et multipliez, et remplissez les eaux, etc.» 11 y a donc longtemps que Dieu a béni les mers. Le dimanche 23 juin, dans l'après-midi, le Guilvinoc était en fête, car ce jour-là un prêtre voulait bénir la mer. Les barques sillonnaient l'entrée du port, et, ma foi, lo coup d'oeil était pittoresque à un moment donné, car il y avait une bonne brise, et les barques filaient à une bonne allure. 11 y avait aussi un bateau plus grand sur lequel pontifiaient des prêtres. Pour rehausser la fête, on avait l'ait venir une musique étrangère, qui était aussi montée à bord. C'est de ce bateau que.partait la bénédiction, qu'un prêtre jetait au prix que cela lui coulait, à droite, à gaucho, vers la cote, et vers le large. Un spectateur disait que la bénédiction de la nier par le phare d'eckiiiulil était autrement grandiose et imposante, et que le geste du prêtre paraissait bien mesquin en comparaison de ce spectacle que l'on voit toutes les nuits. Il y a do mauvaises langues partout. La mer voulut rendre aux prêtres et aux musiciens l'honneur qu'ils lui faisaient, et dansait un peu au son de la musique, ce qui ne fit pas le compte de ces promeneurs, et il paraîtrait que quelques-uns finirent par sentir le cœur se soulever. Bientôt à la joie des vieilles (du fond, s'entend) on en vit passer la téle pardessus bord, et crac I les estomacs so vidèrent et les vieilles (ne pas confondre I) se régalèrent d'andouilles, de saucissons, de patates, etc. etc., lo tout sans doute assaisonné de madère et devin blanc, Ce sont elles qui étaient vraiment à la fête. Enlln la bande de bénisscurs débarqua ; quelques-uns ayant le visage bien pâle, heureux de mettre pied literie pour pouvoir rétablir l'équilibre du corps et de l'estomac. Et maintenant, que restera-t-il de celte sénédiction de la mer? A quoi aura-t-elle bervi? Sans doute ceux qui avaient organisé cette fêle croient avoir attrapper des poissons à deux pâlies dans leur filet. Messieurs, vous vous trompez, le monde commence à voir clair, il voit votre filet, et il s'en mélio. Le siècle de la sorcellerie est passé. Jeanne d'arc l'ut autrefois bridée par 1 Eglise comme sorcière, et vous continuez toujours la pratique de la sorcellerie. La mer ne vous connait pas, elle no fait aucun cas de vos gestes ridicules et enfantins, des tonneaux d'eau bénite n'y changeraient rien. Quelques femmes embarrassées demandaient : D'où vient-il que cette cérémonie n'a lieu qu'au Guilvinec? D'où v ; ont-il que l'on fait la pèche ailleurs sans bénir la mer? Dieu avait-il oublié la baie du Guilvinec lorsqu'il donna autrefois sa bénédiction '. Pèche-t-on plus de poissons au Guilvinec qu'ailleurs? Questions bien à propos en vérité. Monsieur le bénisseur du Guilvinec ferait bien d'y répondre. Il pourra du reste, leur l'aire savoir que l'on spécule sur la bêtise humaine ailleurs qu'au Guilvinec.. Ces fêtes laissent lo vide au cœur ; il n'en reste rien, rien, rien. Je lis encore dans ma vieille bible : «Et Jésus, voyant les foules, fut ému de compassion envers elles, parce qu'elles étaient épuisées et dispersées comme des brebis qui n'ont pas de berger». «Un père donnet-il une pierre à son lils, s'il lui demande du pain '.» l'a pape, Clément XIV, disait que les conducteurs spirituels de son temps s'occupaient do tondre les brebis plutôt que de les pailre. Je me range volonticr du coté de ce bon pape ; ses paroles n'ont jamais été plus d'actualités qu'aujourd'hui. P L O J J A W L C L ^aiiil(;«m'ia«i>iii Le Concours d'enseignement agricole cl ménager. Les instituteurs et les institutrices si dévoués du canton D E Plogastel- Saint-Goimain, qui ont eu de si jolis succès aux examens du certificat d'études, l'ont en ce moment la préparation de leurs élèves au concours annuel d'enseignement agricole et ménager. Nous résumons le programme de préparation pour les garçons : 1' La plante, sa nutrition, sa multiplication, l'atmosphère, sa composition, les poussières, leur rôle, fabrication des conserves; antiseptiques ; conservation des matières alimentaires par le sel, le vinaigre, l'alcool ; les maladies infectieuses, vaccins, antisepsie, asepsie, désinfection des locaux ; 2' le sol, éléments physiques et fertilisants, propriétés physiques, engrais et amendements, ceux employés dans la légion. '.V Mutualité agricole, diverses formes de l'association, syndicats, coopératives, sociétés d'animaux mutuelles contre la mortalité du bétail, sociétés de crédit agricole. Pour les filles, le programme est le suivant : Le même que pour les garçons en ce qui concerne l'hygiène, les poussières, les microbes, les antiseptiques, les- maladies infectieuses, la conservation des matières alimentaires. De plus, la vacherie et la laiterie, les éléments do la comptabilité ménagère et l'alimentation ménagère. Dans cette dernière question, les élèves ont à donner des indications précises sur le profit à tirer dans l'alimentation ménagère de l'utilisation des légumes et de la ' V I A N D E (pie produit ou que peut produire line exploitation agricole de la région. Les matières de ce programme ont été choisies d'accord par M. l'inspecteur d'académie et M. le professeur départemental d'agriculture. Le jour du concours sera ultérieurement fixé. Cliûteauncuf-du'Faou Chemin de fer. La mise en marche du chemin do fer départemental de Plouescat à Rospordcn devait avoir lieu en 1911 et nous attendons toujours! Les passages à niveau de cette ligne sont faits en biais au lieu d'être droits, de sorte que les deux rails traversant les routes no sont pas à la même hauteur. On se demande si on ne remédiera pas à cet état de choses 1 I* I O 11 cl i i- y Félicitations. Le Conseil municipal vient de voter des félicitations à M. Saoutic, instituteur, pour lo dévouement dont il l'ait preuve dans ses fonctions. M. Saoutic a présenté à l'examen du certificat d'études neuf élèves qui ont tous été admis. B R E S T Election Cantonale. - L'élection du premier canton de Brest, pour la désignation d'un conseiller général en remplacement de M. Delobeau, a donné le résultat suivant : Inscrits ; Votants ; ( )nt obtenu : MM. Philipot, socialiste unifié. L949voix Simon, rép. démocrate Homo, libéral 377 Fort, radical Bulletins nuls Il y a lieu de noter que lo nombre des abstentions a été considérable. M. Philippin n'a pas réuni le quart dos inscrits. 11 y a ballottage. mm L'Administrateur-Gérant, Pierre GUÉGUEN Bulletin de la Pèche Pêche de la sardine du 27 juin au '! juillet Moyenne pur iour Poissons Nombre de poisons РИ! (Ili Ai cachou... bateaux au Mioo. io; 15 mio 25 Les Saldes.., /52 30 Saint-Gilles ,000 iti, Ile d'yeu /45 18 Le Croisie,, La Turballe Belle-Ile , Quiberon, , Concarneau ù lle-tudy Guilvinec.,., Penmarc'h,. )l»» )) Audiorne.,..»»» Douarnenoz à Camaret ù 600 ЗО 25 Lunetes etpincenez Verres garantis iihsoliimenl purs E X É C U T I O N S O I G N É E dos ordonnanças do MM. les Oculistes JUMELLES Thermomètres BAROMÈTRES G. PEPIN, Opticien 16, rue Keréon, QUIfflpER Etudes de M SOUDRY,docteur en droit, avoué,rue Luénnec,n 19, à Quimper et de M" LE BIIIAN,notaire à Plogastel- St-Germain. V E J S Î T E : р ^ ы l i c i t a t i o u En l'él ude et par le ministère de M" LE JÍÍ/ÍAN, notaire à Plogastel St-Germain. LE ттъ\ 30 JUILLET 1912, à "Ì licni'cm <lc Гаргек-iiiirii. DEPARTEMENT DU FINISTERE. ARRONDISSEMENT DE. CANTON ET COMMUNE DE PLO- GASTE L-SAINT-GE RM AI X. Au bourg et aux issues du bourg de Plogastel.Saint-Germain Premier lot Ce lot comprend : A l BON M A R C H É IHt'tUt Vêtement*, (Jliemtaerie, Chapellerie, llonucteiie* à usage do commerce, couverte en ardoises, ayant rez-de-chaussée, étage et grenier, avec une porte au midi et une au pignon levant. DEUX KTABLES s'entre joignant, couvertes en ardoises, situées au couchant et contiguës au pignon couchant de ladite maison d'habitation. IL\E COUR et Ш 14'ITS au midi de ces bâtiments. ГХ II.WOAR couvert en ardoises et séparé des autres bâtiments, situé au couchant de ladite Cour et ouvrant au levant d'une porte cochère. Et une PARCELLE»E T К Kit к labourable nommée Ar-Bar-Bras, située au midi de ladite Cour et dudit Hangar, portée au plan cadastral de ladite commune de Plogastel Saint-Germain, sous les numéros 166 P et 196 P, de la section D, pour une contenance de un hectare vingt-huit ares soixante-quinze centiares. Ces biens situés au bourg de Plogastel Saint-Germain, donnent du nord sur la route de Plogastel-SaintGermain à Quimper, sur propriété à M. Pierre Le Pape, sur droits aux héritiers Ansquer, sur droits aux héritiers Boulain et sur droits à M. Jean Guénec, du levant sur droits à Madame veuve Le Bras, sur droits à Madame Henri Plouzennec et sur droits à M. Caëric, du midi sur chemin et du couchaut sur autre chemin menant du bourg de Plogastel-Saint Germain à Briscoul. Mi'cp i P r jv fixée P a r l e ШМ5 d Г11А tribunal : 1 A АЛЛ Г р quatorze mille Jrancs, ci. ' Deuxième lot Ce lot comprend : l'xi'. MAISONNETTE servant d'habitation, couverte en chaume, ayant sa façade au nord,d'une longueur de trois mètres quarante centimètres, située au pignon levant et contiguë à la maison d'habitation, de M. Le Gall, au bourg de Plogastel Saint-Germain. Cette maisonnette donne du nord sur cour, du levant sur hangar à M. Jean Guennecetjardin aux héiitiers Boulain, du midi sur ledit jardin aux héritiers Boulain, et du couchant sur ladite maison de Monsieur Yves Lo Gall. Mkp h Priï fixée P iir l c Ш1Ы! d Г11А uibunal : ОЛЛ Г р trois cents francs, ci.. uuu II. Troisième loi Ce lot comprend : lull'x (HtlllS s'entre joignant dits Rulan, situés aux dépendances du bourg do Plogastel-Saint-Germain, d'une contenance do un hectare huit ares quatre vingt-dix centiares, formant la moitié ouest du numéro 149, section D du plan, ayant lc champ au nord, ses talus nord ot couchant bout nord, et celui au midi, ses talus levant et nord ; le tout donnant du nord sur chemin de piéton qui le séparo de terres à M. Tudec Thomas et terres dépendant de Briec-Bras, du lovant sur le surplus dudit numéro 149 à Madame Henri Plouzennec, du midi sur droits à Madame veuve Gourlaouen, et du couchant sur droits à. Madame Henri Plouzennec et terres dépendant de Briec- Bras. Mise à Prix tribunal : f) АЛЛ P«deux mille francs, ci.. * 1 < Quatrième lot ГХ f.iiuil* sous lande nommé Parcar-Leurquer, situé aux dépendances dudit bourg de Plogastel Saint-Germain, au couchant de la route de Plogastel- Saint-Germain à Landudcc et Gourlizon, porté au plan cadastral sous lc numéro 144, de la section D, pour une contenance de quarante-huit ares quatre-vingtdix centiares, ayant ses talus levant et ouest; donnant du nord sur champ à M. Pierre Lo Bars, du levant sur ladite route de Plogastel-Saint-Germain a Landudcc ot Gourlizon, du midi sur champ à M. Tudec Thomas, et du couchant sur la montagne de Briec- Bras, vu» +» a fixée par le JVIisea PruX tribunal :, p n f t F douze cents francs, ci.. L^* Cinquième lot i;x CHAMP dit Menez-L' uré ou Parc- Yan-Pélon, situé aux dépendances du dit bourg de Plogastel-Saint-Germain, porté au plan cadastral do ladite commune do Plogastel-Saint-Germain, sous le numéro 235 P, de la section B, pour une contenance de quarante ares vingtquatre centiares, ayant ses talus couchant et nord, donnant du midi, bout couchant sur M. François Le Pape et sur M. Guillaume Le Bis, du couchant et du nord sur droits à M. Yves Lc Gall, et du levant sur droits à M. Nicolas Lc Corre. jviise à Prix S u n " : le, n n n c mille francs, ci l.uuu fp. Sixième lot CX CHAMP nommé Parc-ar-Fcunteun, situé aux dépendances dudit bourg de Plogastel-Saint-tiermain, porté au plan cadastral de ladite commune sous le numéro 2-iO P, de la section B, pour une contenance de quarante-et-un ares dix centiares, ayant ses talus nord, levant et midi, donnant du midi sur chemin de la fontaine qui le sépare de la propriété de M. llélo, du couchant sur champ appartenant audit M. Ilélo, du nord sur droits à Madame Plouzennec, et du levant sur chemin de servitudes qui le sépare de la prairie formant, le septième lot ci-après.... fixée par lc JVIise a prix tribunal : f n n n C l f mille francs, ci l.uuu ff. Septième lot UNE PRAIRIE dite Prat-Feunteun, autrefois formant deux prairies, nooàîmées Foënnec- Vian et Foennec-Créis, situé aux dépendances dudit bourg de Plogastel-Saint Germain, portée au plan cadastral de ladite commune sous le numéro241 P,de lasoction B.pour une contenance de trente-cinq ares soixante-douze centiares, ayant ses talus nord et levant vis-à-vis de la prairie appartenant à M. Vincent Friant et turon couchant, donnant du nord sur droits à Madame Henri Plouzennec, du levant sur prairies à M. Vincent Friant, M. Pierre Le Bars et M. Le Corre, du midi sur chemin de la fontaine, et du couchant sur le chemin qui la sépare du sixième lot ci-dessus. USE A PRIX fif r t e bu p n3! e, K A A P D deux mille cinq cents fr. ci. -louu M, Huitième et dernier lot UNE PRAIRIE dite Foënnec-Bras, située aux dépendances dudit bourg de Plogastel-Saint-Germain, portée au plan cadastral do ladue commune sous le numéro 2i2 P, de la section B, pour une contenance de trente-six ares soixantedix centiares, ayant ses talus couchant, midi, levant, et la moitié du talus nord, donnant du nord sur prairie à Madame Henri Plouzennec, du levant sur prairie appartenant à M. Vincent Friant, du midi sur prairie appartenant à M. Jean Guénec et du couchant sur chemin d'exploitation. leai'iih tribunal: A A A A rn trois mille francs, ci.. UiVl!" Mil Entrée en jouissance au 29 septembre Cette vente est poursuivie en exécution d'un jugement du Tribunal civil do Quimper, en date du 25 avril 1912, enregistré, rendu contradictoirement, Entre : Pierre-Louis Le Gall, commerçant, demeurant au bourg communal de Plonéour-Lanvern, demandeur qui a et continue pour Avoué près le Tribunal civil de Quimper. M J. SOUDRY, en l'étude duquel, sise à Quimper, rue Laënnec, n 19, il a fait élection de domicile. M SOIBRY. Avoué. TA : Jean-Louis Plouzennec, veuf de Maric- Jeaunc Le Gall, débitant de boissons, demeurant au bourg communal de Plogastel-Saint-Germain, défendeur qui a pour Avoué constitué près le dit Tribunal : H c JOXCOUR, Avoué. V.i ciifor<(" : Pierre Quiniou, débitant de boissons, demeurant au bourg de Plogastel-Saint- Germain, pris en sa qualité de tuteur datif de : 1 Barbe ; 2 Marie-Louise ; 3 Jeanne Lo Gall, enfants mineurs issus du mariai c de feus Alain Le Gall et Jeanne Garrec, aussi défendeur ayant pour Avoué constitué près le dit Tribunal : M" MOl'DRY. Avoué. L'adjudication des immeubles ci dessus désignés aura lieu en huit lots distincts ot sépares composés comme cidessus et sur les mises à prix sus-indiquées, en l'étude et par lc ministère de' M LE BIHAfi, notaire à Plogastel- Saint Germain, le Mardi trente juillet 1913, à 2 heures de l'après-midi, à éteinte de feux, au plus offrant et der«nier enchérisseur, aux clauses et conditions du cahier de» charges, déposé on l'étude dudit M LE BIHAN, où toute personne peut en prendre communication et cn présence de Jérôme Le Bars, cultivateur, demeurant à Briec-Bras, en la commune de Plogastel Saint-Germain, subrogé-tuteur des trois mineurs Le Gall susnommés ou lui dûment appelé. Rédigé par l'avoué poursuivant soussigné. A Quimper, le \ Juillet 1912, J. S O U D R Y, Avoué,

3 LE CITOYEN Concours do sapeurs pompiers de Lesneven. La Municipalité et la Subdivisión des Sapeurs-Pompiers organisent, sousla présidence d'honneur de M. Chaleil, Préfet du Finistère, un grand concours de manœuvre de pompes à incendie, de sauvetage, et concours de tambours et clairons, qui aura Heu le dimanche 25 août prochain, à l'occasion de la réunion générale de l'union des corps de Sapeurs-Pompiers de Basse- Bretagne. Ce concours est ouvert à tous les corps de Sapeurs-Pompiers de Fiance ; cependant ne seront admis que les cinquante premiers / qui auront fait parvenir leur adhésion à M. le Maire de Lesneven, quinze jours au plus tard après la publication du Règlement. 11 comprendra : un examen pour tous les ollicicrs et. sous-officiers. Un concours de manœuvre exécuté d'après un thème préparé par le chef de détachement, qui le fera étudier chez lui par son équipe de mana'uvrants ; ce thème devra être combiné en tenant compte des nécessités de la localité et du matériel dont il dispose dans sa commune. l'no revue du matériel et de la tenue précédera la manœuvre. De nombreux prix, consistant en objets d'art, montres remontoirs, médailles et plaquettes argent et bronze, etc. ; des prix d'ensemble seront réservés aux détachements pour le matériel, la manœuvre et la tenue. Le concours du 2."> août sera clôturé par un grand banquet avec grande l'été de nuit et bal champêtre. Des promenulos sur les bords de la mer scron' organisées pour Brignogan, station balnéaire recherchée, Saint-Pol-de-I.éon et Brest, les 20 et 27 août. I ifi I glvark E*, CHUTES«MATRICES T DÉPLACEMENTS duorganes La méthode E1 uarri (da Paris) est la plut modarne. Sun rivale au monda, alla ast la aaula go ivanl asaurar la gutrltoa. Do tous les Hé u:x qui s'abattent sur notre pauvro humanité, en est-il causant tant de ravages quo la Hernie? Que de personnes ont eu leur vie gâtée par cette dangereuse infirmité! Combien d'autres sont mortes dans les douleurs atroces de l'étranglement herniaire! Aussi notre devoir est d'annoncer l'arrivée do M. A. EDOI'ARI», lo renommé spécialiste herniaire de ParU, inventeur d'une nouvelle méthode qui fait disparaître nunmitot les Hernie*» et DeNcente*» les plus rebelles et assure la guérimon définitive en quelques mol* sans interruption do travail, ainsi quo le démontre, mieux que toutes les belles promesses, cette attestation récente, venant s'ajouter à tant d'autres : «Monsieur A. Edouard. Paris. «A ma grande satisfaction, j'ri le dea voir de vous informer que je suis ra- <( diralement guéri de mes deux ti hernie*» grâce à votre bienfaisante «méthode. Je suis très heureux de «vous avoir connu, parce que, ne pou- «vant plus travailler avant, vous m'avez «désormais rendu la vie» <( Croyez à ma vive reconnaissance et «publiez-le pour montrer à ceux qui «souffrent défaire comme moietdes'a- «dresser à vous. «Le Bars, Stanislas, «a St-Méeh. p r Ploudaniel (Finistère).» C'est pourquoi nous invitons ceux qui veulent guérir, à dédaigner ces continuelles réclames de charlatans, et de ne s'adresser qu'à IN. A. EDOI'ARH, do Paris, l'habile spécialiste herniaire qui a obtenu le diplôme d'honneur et qui est si connu dans notre région pour ses milliers de guérlsons. Il est le seul qui visite personnellement notre région, c'est donc lui seul que nous engageons d'aller consulter sans retard à :, le mercredi 17 Juillet, hôtel de l'epéo ; PONT-L'ABBÉ, le jeudi 18 Juillet, jusqu'à 2 h. 1/2, Hôtel du Lion d'or ; LE, le vendredi 19 Juillet, jusqu'à 3 h., hôtel du Commerce. A. EDOUARD, 140 boulevard Richard- Lenoir, Paris. Etude de M Pierre JACQ, notaire Il Illlll 1«.1111 I II ù 2 heures en l'etude EN LA VILLE DE Quartier de Locmaria à l'angle do la route de Bénodet et de la rue du Presbytère. l«r Lot Une /Raison et divers Edifices à usage de boulangerie Alise a Prix : 1O.00O le. 2" Lot* l.\ (.itoii'i: i5i 3 u.tiwo\k accolées sans communication entres elles avec jardin derrière. IIINC a Prix : iv 3 e Lot _-m mm s» m rmj au sud du précédent lot avec grand hangar. lllso à Prix : 3.0OO l'r. 4 e Lot. TEIRIR^VlIINr derrière la boulangerie ci-dessus et la propriété Bolloch, d'une superficio de 800 mètres carrés environ. Mise à Prix : 4.O0O IV. 5 Lot. T E R R A I N à la suite du lot d'une superficio do T<î4> mètres carrés environ avec grand hangar. Alise a Prix : IV. Jouissanco au 29 septembre, Voir les affiches. SAILLIE DES OMOPLATES (CYPHOSE) Dès le jeune âge chercher à redresser l'enfant avec le Corset cl-contre 6. PEFIH m Bantíaglste-Orthopódiste, AU BON MARCHE QUAIPER Le plus beau choix de cowtumes pour Enfants et le meilleur marché» TRIBUNAL CORRECTIONNEL DE Audience du 25 juin 1912, ROSPORDEN. Un acquittement. Une débitante de Rosporden, Mme Le Mcnn, recevait il y a quelque temps un colis on dépôt, que lui avait remis le courrier do Quimper. Après s'être enquis vainement, alliime-t-elle, du destinataire de ce paquet, qui contenait un costume déjeune tille, elle le garda et, finalement, lo lit porter à sa fillette, le jour de la cavalcade de Rosporden. La personne à laquelle était destinée la toilette, et qui la cherchait vainement, la reconnut sur la jeune fille et porta plainte conte la débitante C'est ainsi quo Mme Le Menu est poursuivie sous la prévention de détournements d'objets. File prétend avoir agi do bonne loi et a d'ailleurs indemnisé le plaignant. Après plaidoirie de M* Alizon, le tribunal estime qu'il y a lieu d'acquitter la prévenue. PLEUVEN. Entre voisins. La famille Millourct la famille Le (JOIV, qui habitent a Pleuven deux fermes voisines, vivent on mauvaise intelligence. Au mois de juin dernier, une querelle s'éleva entre la jeune Marie-Louise Le Goff, âgée de II? ans, et la femme Millour. Bientôt, le mari du cette dernière Francois-Jcan-Marie Millour, 30 ans, ainsi (pic la femme Le Goll' se mirent do la partie. Des coups furent échangés dans les conditions qui paraissent assez difficiles à définir. Quoiqu'il en soit, et après uno information qui fut laborieure, les quatre acteurs de cette scène sont poursuivis, sous l'inculpation de coups réciproques. Le tribunal estime que la culpabilité de François Millour, ainsi que celle do la jeune Le Golf n'est pas suffisamment démontrée et les acquitte purement et simpkment. Par ailleurs, tenant compte de la différence de gravité des blessures reçues par les deux autres inculpées, condamne la femme Le Golf à 16 IV. d'amende et sa voisine la femme Millour à "il) fr. d'amende. Toutes deux bénéficient du sursis. AUDIERNE. A propos de pêche. Le samedi S juin dernier, les marinspêcheurs d'audierne avaient décidé, d'un commun accord, de ne pas faire de sortie en mer. Il s'agissait d'une mesure d'ordre professionnel tendant à éviter la baisse excessive du prix de la sardine de dérive. Deux matelots, les nommés Thomas Le Lay, et Yves Dan/é, passèrent outre ce jour-là à cotte délibération, et partirent faire la pèche. Lorsqu'ils furent de retour, ils eurent une discussion, à ce sujet, avec des camarades et bientôt, Le Lay se prit au collet avec un autre marin-pécheur, Joseph Danzé, qui lui reprochait sa conduite. Il n'en fallut pas plus pour amener une conflagration générale. Aux dires d'un spectateur do la scène, Yves Danzé et Lo Lay se portèrent des coups avec les sieurs Jalfry, Joseph Danzé et Simon, de telle sorte que les cinq marins comparaissent aujourd'hui sous l'inculpation de coups réciproques. M 0 Le Bail fils présente la défense de Joseph Danzé, Jalfry et Priol. Le tribunal condamne finalement les prévenus : Yves Danzé et Priol à lli fr, d'amende, les trois autres :'i 5 fr., mais les fait tous bénéficier du sursis. DOUARNENEZ. - La lurlutte. - René Le Joncour, 47 ans, pntron-pécheurà Douarnenez a péché lo 12 juin à la tin lutte. Par défaut, il est condamné à 50 IV. d'amende. Le bon cognac. Dans la soirée du 11 mai, Mme Ancel, débitante à Douainenez apercevait la femme Paul, née Pliilomène Sergent, au moment où elle lui volait un litre do к fine». On apprit quelque temps plus tard que la voleuse avait commis un mémo larcin chez Mme Lo Bcrre, fermière à Pen-ar-Hoat. La femme Paul no se présente pas. Par défaut, elle est condamnée à là jours de prison. P( (NT-L'ABBÉ. - Mal récompensée. C'est également par défaut qu'est poursuivie la femme Morvan, née Marie Le Page, âgée do 58 ans. Il y a quelques jours, elle se présentait chez une demoiselle Mario Toulemont, débitante à Pont-l'Abbé, a laquelle, non contente de demander l'hospitalité pour une nuit, elle emprunta une chemise neuve, disant qu'elle lui garderait seulement lo temps nécessaire de laver et faire sécher la sienne. Or, la femme Morvan partit avec la chemise qu'elle tenta de vendre à une dame Lucas. Justement indignée du procédé, la débitante l'a dénoncée, lui raison de ses antécédanls, la prévenue aura à acomplir 2 mois de prison. Audience du 2 juillet FOUESNANT. -- Les mauvaises rencontres. Le 27 avril,vers 3 heures do l'aprèsmidi, une ménagère passait dans un chemin éloigné de toute habitation lorsqu'un individu nommé Le (ii il, âgé de 1!) ans, cultivateur à Fouesnanl, l'aborda et se permit des gestes d'une immoralité inqualifiable. Poursuivi à huit clos, pour attentat à la pudeur, Le Gril, est condamné a G mois de prison.. -- Ivrognes. -- Pour ivresse en récidive la femme Poupon récolte six jouis de prison et Iti IV. d'amende ; Alain Kéruzoré, 15 jours do prison et 1С fr. d'amende ; Pierre-Marie Le Cann, 32 ans, 10 jours de prison et 100 IV. d'amende ; Goa- Icr, Alain, 15 jours et 30 fr. Les deux derniers sont en outre privés, pendant deux ans, do leurs droits électoraux. PLONÉIS. -- Une agression. Jean- Louis Diascorn, 1!) ans, cultivateur à Plonéis, est inculpé d'avoir, le 2!) avril dernier, à i) heures du soir, attendu sur la route le nommé Toullec et sa tille, la femme Lagndec, avec lesquels il vit on mauvaise intelligence, et de les avoir frappé violemment à coups de bâton. Diascorn nie les faits et produit même certains témoignages tendant à établir qu'il s'est couché со soir là de fort bonne heure. Mais il est formellement reconnu par les victimes île celte agression. M 0 Le Bail fils présente la défense do Jean-Louis Diascorn, qui est finalement condamné à 15 jouis de prison avec sursis. LA FORÊT-FOUESNANT. - Opposition. Condamné à 3 mois de prison par défaut, pour avoir, le 30 avril, violemment frappé sa femme, Ilamon Jean-François, 19 ans fait opposition à ce jugement. La peine est réduite à un mois par le tribunal. M u Dclnportc, défenseur.. -- Le vieux vagabond. C'est la première fois que le nommé Theffiou, Louis, né en 1838 à Plonéis comparait en correctionnelle pour vagabondage. Sa situation spéciale parait digne d'intérêt au tribunal qui l'invite à l'aire les démarches nécessaires pour bénéficier des lois d'assistance aux vieillards. Mais il doit appliquer une peine, le délit étant démontré : 0 jours de prison avec sursis. -- Sans billet. - Tincuff a voyagé du Trévoux à Quimper sans billet le 19 juin. 11 est récidiviste. Par défaut, le tribunal lui inflige 100 fr. d'amende. PONT-L'ABBÉ. --.Sur une plate. - Le 12 juin dernier, Alain, Charles, Marie, marin-pêcheur, âgé 'le 49 ans, a été supris naviguant sur une plate sans être muni d'un rôle d'équipage. 2Г> fr. d'amende par défaut. LE GU1LVINEC. - Il était ivre! - C'est Г excuse invoquée parle sieur Le Floch Thomas, 25 ans, pour expliquer un vol de 2(1 IV. commis au Guilvinecchcz Mme Le Brun,commerçante Le Floch s'entend condamner à 20 jours de prison, mais bénéficie du sursis. Q u e s t i o n s Les Choux A g r i c o l e s i'otors Les lions légume**. (Suite) Voici quelques variétés de choux pommés blancs. Chou express. Variété d'une nativité remarquable, petite, régulière, pommant bien, feuilles extérieures peu nombreuses et peu développées, ce qui permet d'en faire des plantai ions serrées, bonne qualité. Chou Jnanet hâtif. Remarquable par son pied absolument court, do sorte que la pomme se trouve p'nqtiée sur terre. Variété très précoce, rustique, pomme assez forte, aplatie et forme, feuillage vert foncé. Chou d'yorckpetit. Jolie petite variété à pomme oblongue et bien sériée, tenant peu de place, très caiacléiisée par ses feuilles primaires presque toujours repliées extérieurement dans le sens de la nervure de couleur métallique. Chou lialacan gros. Assez hâtif -, pomme très grosse, haute ; variété bien distincte par son feuillag.! ondulé. Cliou cœur de. bœuf moyen de lu halle. Variété hâtive de belle grosseur, à jolies pommes régulières, comme l'indique -son nom en forme de cœur, Chou Charantais. Belle variété hâtive, rappelant le chou Jonnel hàtif, mais à pommes un peu plus haute et à pied plus élevé ; bonne qualité. Chou très hiilif d'etampcs. Très jolie variété aussi précoce que l'express, pomme en foi me de cœur se tei minant par une pointe sortant un peu du feuillage, assez volumineuse, très bonne qualité. Chou pointu de Winigstadt- Variété à pomme conique se tei minant par une pointe qui lui donne un caractère spécial, très dure, rustique à la sécheresse ; feuillage très vert foncé, bonne qualité. Chou de Saint-Denis. Belle et grosse variété tardive assez haute sur pied, donnant des pommes très grosses et très fermes teintées de violet sur le dessus, convient bien pour la choucroute, très bonne qualité, très rustique. Chou Brunswick pied court. Variété à pied très court, très tardive, pomme très grosso.et très ferme, bonne qualité, recherché pour la choucroute. C7io«quintal d'auvergne. Variété très grosse, feuillage très ample, pomme énorme se formant très tardivement, ce qui lui donne l'avantage sur les autres variétés moins tardives. (à suivre). LES MARCHÉS. Marché du 20 juin. Farine, première qualité, les KiO kilos, il à 42 ; farine, deuxième qualité, l!t à 40.)»); froment, 30à3L»»;seigle, 22à 22.50; sarrasin, 2!) à 30.»)) ; avoine, 21.i.» à 21.50; orge, 23 à 2i.»»;son, 13à 11.»»; pommes de terre, 8.50 à i); foin, les 500 kilos, 55à00; paille, 30 à 32; bomf, le kilo sur pied, 0.70 à 0.7."); vache, 0.00 à 0.65; veau, 0.75 à 0.80; mouton, 0.80 à 0.85; porc, 1.10a 1.20; beurre, le kilo en gros, 2.20 à 2.30, et en détail, 2.40 à 2.50 ; œufs, la douzaine, 0.05 à 1.»)) ; poulets, la couple, 4.50 à 0.»»; cidre, la barrique, 10 à 45 fr. DOUARNENF.Z. Marché du lundi l" 1 juillet. Farine, première qualité, les 100 kilos, ; farine, deuxième qualité, 40.25; froment, à 32.75; seigle, 20.50; sarrasin,20.25 à 27.»»; avoine,28.»»à29.»»; pommes de terre,les 100k., 12. ; foin, les 500 kilos,»» à G0 ; paille, 40.»» à 42 ; beurre, le kilo, 2.80 ; œufs, la douzaine, 0.00 à».»» ; poulets, la couple, 3.50 à 4.»» ; cidre, la barrique, 35 francs. àoncarneau. Marché du pf Juillet. Farine 1' qualité, les 100 kilos, 41 à 42 farine, 2 e qualité, 30 à 40 ; froment, 30 à 31 ; seigle, 21 à 22 ; sarrasin, 20 à 3(1 ; avoine, 24 à 25 ; orge, à 22; son, 15.»» à 10.»» ; pommes de terre, 8.50 à 0 les 100 kilos; foin, les 500 kilos, 55 à d0 ; paille, 28 à 32 ; bœuf, le kilo sur pied, 0.70 à 0.75; vache, 0.00 à 0.05; veau, 0.75 à» ; mouton, 0.90 à 1.»»; porc, 1.25àl.30; beurre, le kilo en gros, 2.30 à» ; en détail,» à 2.50 ; ouifs, la douzaine, 1.10; poulets, la couple, 4 à 4.50; lièvres, la pièce,».»» à» ; perdrix,».»» à»; cidre, la barrique, 10 à 42 ; lapins (le garenne,».»» à».»» ; oignons, le kilo au détail,».»» ; fagots, lo cent,»» fr. ; au détail,».»» le fagot. QÙIMPERLÉ - Marché du vendredi 28 Juin. Farine, première qualité, les 100 kilos, 34.»» à»».»» ; farine, deuxième qualité, 33.»»; froment,24.75à»».»»; seigle, 21.»» ; sarrasin, 27.»» à 28 ; avoine, à 19.50; org?, 18.»»; son, 17.» ; pommes do terre, 9.50 à 10.»» ; foin, les500 kilos, 70.»» à 75.»» ; veau, 1.»» à 1.10; mouton, 0.95; porc, 1.30 à 1.35 ; beurre, le kilo en gros, 2.G0, et en détail, 3.»» à».»»; œufs, la douzaine, 1.50; poulets, la couple, 3.»» à 7.»»; cidre, la barrique, 20 francs. CHATEAULIN Marché du 27 Juin. Froment, prix moyen, les 100 kilogs, 28.»»; seigle, ; orge, 20.50; sarrasin, 8.5(1; avoine, ; pommes do terre, 7.25; foin, les 500 kilos, 55 à 00; paille,40 à 45; beurre, le kilo, 2.10 à 2.15 ; œufs, la douzaine, 0.80 à 0.90; cidro. la barrique, 35 à45 fr. MORLAIX. Marché du 29 Juin. Farine, première qualité, les 100 kilos, à il.50; farine, deuxième qualité, à ; froment, 28 à 29.»» ; seigle, 18.»» à 20.»»; sarrasin, 24.»» à 2G.»» ; avoine, 21.»» à 22.»»; orge, 19.»» à 19.50; son, 18.»» à 19.»» ; pommes de terre, 0.»» à».»»; foin, les 500 kilos, 45.))» à 00.»»; paille, 35.»» a 40.»»; bœuf, lo kilo sur pied, 0.85 à 0.90; vache, 0.75 à 0.80; veau, 0.80 à 0.85; mouton, 1.»»; porc, 1.35 à 1.40 ; beurre, le kilo en gros,2.20 à 2.30toutesles qualités, et en détail; 2.20 à 2.lit) ; œufs, la douzaine, 0.90 à 0.95; cidre la barrique, 35 à 40; asperges, la botte,».»» à».»» ; salades la douzaine de têtus, 0.40 à 0.5(1 ; artichauts, la douzaine 0.75 à 1.»». Elections Sénatoriales KÏ'I.M;lit» tiénatokimx Arrondissemsnt de Brest. BREST. Titulaires : Jean Le Gall, Louis Plonévez, Henri Le Gall, Pierre Lo Bras, Ernest Korviigaull, Jean Le Trois, Gabriel Toullec, Guillaume Quéran, Jules Puzin, Philippe Hanauër, Jules Le Vessol, Louis Guillou, Mippolyte André, Henri Tygréat, Allain Simon, Joseph Toùpin,Pierre Charles, Jean Keimorgfint, Emile Quérô, Jean Jambry, Bernard Coivez, Alphonse Laveuve,Coientiii Nézet, François Courant. Suppléants i Paul Moigne, Armand Mourrai», Félicien Gallon, Jcan,Chaoudour Albert Morvan. BOHAR8, Titulaires ', Yves Drogou, Jean-Mario Roscongar. Suppléant : Jean-Marie Relloch, GOUESNOU. Titulaires.-Jean-Marie Gélébart,Jean-Marie Justin. Suppléant : Sébastien Ségalen. GUILERS. Titulaires: FrançoisMazé, Jean Le Roux, René Riou. -- Suppléant : Goulvon Kervennic. LAMBliZELLEC. - Titulaires : Jean Augustavc Cloarec, Claude Goasdoué, Ernest Kervarec, Joseph Le Borgne, Pierre Billand, Yves Brenterch, Jules Castellou, Alexandre Pineau, Charles Cloarec, Auguste Duval,Jean-Louis Guédon, Jean-Marie Créach. -- Suppléants : Charles Pelli, Pierre Pennée, Paul Bellamy. SAINT-MARC- Titulaires : NicolasDonvnl, Guillaume Roudot, Jean Gourmelon, EtienneKéiiz ou, MathieuL'Haridon,Guillaume Morvan,François Korléqucr, Jacques Le Bris,Yves Saoul.-- Suppléants : Nicolas Ramonel, Jean-Mario Théoden. ST-PIERRE-QUILBIGNON. -- Titulaires. Charles Pondaven, Léon Souben, Jean Julien, Hippolyle Rolland, Auguste Floch, Baptiste Le Bars, Emile Le Méc Horgoualcli Alexis, Francis Sauvion, Alain Potion, Jacques Keiniee, Jules Pasteur -- Suppléants : Jean Le Goll', Joseph Quinquis, Auguste Bisien. DAOULAS. -- Titulaires : Charles Dangiiy-des-Déserts, Jean-François Naguet. Suppléant : Jean-François Kerdonculï. HANVEC." Titulaires : François Le Bras, Michel G rail, Michel Rosmorduc, François Léon, Hervé Calice, Jean Rosuel. -- Suppléants : Jean-François Mazé,Jean Déniel. HOP1TAL-CAMFROUT. - Titulaires: Jean-Marie-Germain Gloaguen, Jean Nicolas Diverrès. Suppléant : Yves-Sébastien Le Guillou. I.( )G< )NNA - DAOULAS -- Titulaires : Jean-Marie Miossec, Jean-François Le Cann, Alain Buzaré. -- Suppléant : François Diverrès. LOPERHET." Titulaires:JosephVigouroux, Louis Le Roux, François Le Rest. -- Suppléant : Claude Mazéas. IRVILLAC. - Titulaires : Yves Quillec, Pierre Le Bris, Jacques Cloarec. -.S'u/)- pléunt : Yves Saliou. PLOUGASTEL-DAOULAS. - Titulaires: Louis Nicollc.Mathurin Thomas,Le Bot, Dincuff.Jézéqucl, Claude Le Gall,Adrien Le Gall,Corentin Kervella,Le GalfiVilleneuve).- Suppléants : Jacques Le Gall,Jean Le Gall. RUMENGOL. - Titulaires : Guillaume Le Lann, François Cadec. -- Suppléant : Jean Gouriou. ST-ELOY. - 'Titulaires : Henri Le Men, Jérôme Boulin'. - Suppléant : Etienne Le Guern. ST-l RBA1N. -- Titulaires : François Diverrès, Nicolas Abgrall. - Suppléant : Augustin Le Boisanger. DIRINON. -- Titulaires : Arthur de Lesguein, François Sanquer. Suppléant : Juan Salaun. GUIPAVAS. -- 'Titulaires : Francois- Yves Guéguen, Yves Kervennic, Pierre Meilin, ("lande Pi riou, Jean-Louis Colin, Gabriel Laurent, Charles Goux, Michel Lo Guon, Henri Colin. Suppléants : Yves Guéguen, Joseph Kervennic. LA FORÊT. -- Titulaires : FrançoisBillaut, Julien Copin. -- Suppléant : Yves Morvan. LANDERNEAU. - Titulaires: Gaston de l'hôpital, Edmond Le Bos, Paul Roy, Hervé Bouguen, Jules Le Mcur, Hippolyle du Rusunan, Jean Donnait, Albert Kérébel, Paul Le Roux.-- Suppléunts : Georges de Kerpiigent, Jules Bazin. PFNCRAN. Titulaires: Armand de Lesguern, Hervé Balanant. Suppléant : Jacques Emily. PLOUEDERN. Titulaires : Jean-Marie Yvinec, Nicolas Hily, François Pouliquen. Suppléant : Yves André. RELECQ-KERHUON. Titulaires : Sébastien Calvez, Jean-Marie Potin, Joseph Hcrnot, Gabriel Mazé, Jean-Louis Guillemet, Denis Mesguen, Jacques Goulven, Jean Moblanc, Ernest Le Bris. - Suppléants ; Guillaume Le Rum, Claude Tcurnellec, SAINT-DIYY. -- Titulaires : Guillaume Léal, Jean-Marie Kc'rriou. Suppléant : Olivier Léziard. SAINT-THON AN. - Tituluires : Jean Page, Goulven Bihan. -- Suppléant : René Billant. TREMAOUÉZAN. -- 'Titulaires : Pascal Fremont, Joseph Moysau. Suppléant : Louis Thomas. GU1SSENY. Titulaires : Gabriel Le Roy, Goulven Cabon, François Cabon, Jean- Louis Berihou (maire), Jean-Louis Berthou (adjoint-maire), Yves Roudaut. -- Suppléants : Guillaume Broc'h, Jean-Michel Breton. LANDÉDA. - Titulaires : Gustave Glaizot, François Ilerrv, Jean-Marie Buhannic. -- Suppléant : Louis Jestin. LANNILIS. -- Titulaires : Jean-Aimé Laot, Auguste Morvan, Jean-Marie Pcllan, François Guillcrmou, Jean Floc'h, Louis de Poulpiquet, Alexis L'hour, Yves Salaun, Ollivier Laot. -- Suppléants : Joseph Goachet, Jean Le Jeune. PLOUGUERNEAU. -- Joseph Mauguen, Jean Cabon, François Loaéc, Joseph Loaëc, Jean Roudaut, Pierre Abjean, François Tanguy, François Abjean, Yves Abjean. -- Suppléants : Jean-Marie Cabon, Jean-Louis Cabon. SAINT-FRÉGANT. - Titulaires: Louis Vourc'h, Laurent Lyvinec. Suppléant : François Féroé. GOULVEN. Titulaires : Jean-Louis Cabon, François Loaéc. -- Suppléant : Auguste Morvan. KERLOUAN. Titulaires: Jean-Marie Loaëc, Joseph Ronvcl, Jean l'guen, François l guen, Jacques Salon, François Jacq. Suppléants : François Ilabasque, Jacques llaoasque. KERNOUÈS. - Jean Le llir, Jean-Marie Torchon. -- Suppléant : Lezny Cabon. LE FOLGOET. - Gabriel' Grall, Yves 'Thomas. -- Suppléant : Claude Le Guen. LESNEVEN. -- Titulaires : Joseph Udeyé, Joseph Perrot, Joseph Francès, Louis Le Hir, Gabriel Prigent, Ambroise Cozanet. - Suppléants : Pierre Jubil, Eugène Roudaut. PLOL'DANIEL.» Pierre Huguen, Yves Séné, Yves Lagadec, Yves Thomas, Jean- Marie Guézennee, Jean-Pierre Paugain. -- Suppléants : Vincent Abhorvé, Jean Léost. PLOUIDER.» Titulaires : Maurice Le Bras, Jean Offrel, Jean-Louis Roué, Guillaume Branchée, Ambroise Riou, François Thomas. -- Suppléants : Christophe 'Tanguy, Tanguy Ponnors. PLOUNÉOUR-TRE2." Titulaires: Yves Noël, Christophe Le Borgne, Jean-Marie Ollivier. Yves Calvez. Jean-René Ollivier Jean Ollivier.-- Su]>pléants : Yves Lunven, Ollivier Abgrall-Abliamon, SAINT-MÉEN, -- Titulaires : François Féroé, Jean Dantec. -- Suppléant : Martin Le Bras. TRÉGARANTEC. -- Titulaires : Jean- Mario Séné, Charles de Kerdanet. -- Suppléant : Guillaume Pénarguéar. OLTISSANT. - Titulaires : Ilippolyte Malgorn, Paul Noël, Aristide Dupont, Denis Forjonel, Jean-Louis Malgorn, Paul Bertliélé. -- Suppléants : Jean-Marie Cozan, Louis 'Tuai. BOURG-BLANC Titulaires : Gabriel Crozon, Alain Guével, Alexandre Tréguer. -- Suppléant : Yves Le Gall. COAT-MÉAL. -- Titulaires : Joseph 'Thomas, Jean Le Bris. -- Suppléant : Yves Fa gon. GL'IPRONVEL. - Titulaire: Jean-François Terrom. -Suppléant : Hervé Derrien. KERNILIS. - Titulaires: Jean Landuré, Yves Breton. - Suppléant : Jean-Marie Roudaut. ' KERSAINT-PLABENNEC ilulaires: Jean-Louis Pcllicaut, Jean-Pierre Masson. - Suppléant : Jean-Marie Guillou. I.ANARYILY. - Titulaires : François Cadiou, Olivier Jacopin. -- Suppléant : Jean-Marie Jaouen. LE DRENNEC. - Titulaires : François Inizan, Jean Omnès. -- Suppléant : Louis Jestin. LOC-BRÉVALAIRE. -- Titulaire : Yves Rozec. -- Suppléant : Allain Simon. MILIZAC. Titulaires : Hunaut, André, Gélôbart. Suppléant. Le Fourn. PLABKNNKC. Titulaires : Le Guével, Kormorgant, Goucz, Jestin, Jacob, André, Kersimon, Abiven, Le Dali. Suppléants: Pelliau, Mauguen. PLOL'VIEN. Titulaires : Salou, Madec, Quéouron, Floch, Golf, 'Tréguer. Suppléants : Le Fourn, Pailler. BRÉLÈS. Titulaires : Kérébcl, Quéméneur. Suppléant : Toquin. LA MPAUL-PLOUDALMÉZEAU. Titulaires : Godehcit, Pellen. Suppléant : Roué. LANDUNVliZ. Titulaires : Marzin, Cadalen, Leven. Suppléant : Quéméneur. LANILDL'T. Titulaires : de Kcrros, Mellaza. Suppléant : Lamay. LARRET. Titulaire: Morvan. Suppléant : Arzel. PLOUDALMÉZEAU. -- Titulaires : Gourvennec, Pérès, Garo, Cabon, Bouzéloc, 'Thomas, Pronostic, Colin, Wimel. -- Suppléants : Allain, Carof. PLOUGUIN. - Titulaires : Bcrthout, Pelléau, Thomas. -- Suppléant : Terrom. PLOURIN. - Titulaires : Arzur, Pellen. -- Suppléant : Gélébart. PORSPODER.-- Titulaires : LTIer, Pondaven, Thépaui. -- Suppléant : Bazil. SAINT-PABU. - Titulaires : Quéméneur, Laot. - Suppléant : Salaun. TRÉGLONOU.-- Titulaires : de Rivcrieulx, Bizien. -- Suppléant : Lescop. TRÉOUERGAT. - Titulaire : Kermarrec. -- Suppléant : Bornicot. LA MARTYRE. -- Titulaires : Le Forestier de Quillien,Cann.- Suppléant : Yvinec. LANNEUFRET. -- Titulaire : Hamon. - Suppléant : Kerdoncuff. LA ROCHE-MALRICE. - Titulaires : Bazin, Caër. -- Suppléant : Elléouet. LE TRÉHOU. -- Titulaires : Fichou, Cann. -- Suppléant : Liziard. LOC-KGUNER-PLOUDIRY. - Titulaires : Jézégou, Bothorel. -- Suppléant : Grall. PLOUD1RY. -- Titulaires : Jacob, Roquinarc'h. -- Suppléant : Yvinec. TRÉFLÈVENEZ. - Titulaire : du Rusquec. -- Suppléant : Masson. LAMPAUL-PLOUARZEL.-- Titulaires.: Kéribel, Lamon. -- Suppléant Guéna. LANRIV» IARÉ. -- Titulaires : Raguinès, Briant. - Suppléant : Cloaré. LE CONQUET. -- Titulaires : Le Roy, Taburet. - Suppléant : Le Guerrannic. LOC-MARIA. - Titulaires : Boucher (desservant), Marzin. - Suppléant : Kérébel. ILE-MOLÈNE. - Titulaires : Tuai, Le Bcrre. -- Suppléant : Bidau. PLOUARZEL. - Titulaires : Léaustic, Pelle, Kérébcl, Goitre, Hunot, Le Ru. - Suppléants : L'Hostis, Allançon. PLOCGONYEL1N. Titulaires : Michel, Le Meur (desservant), Hall. - Suppléant : Que ré. PLOUMOGUER. '- Titulaires : Ferrelloc, Lannuzel, Petton. - Suppléant : Blunven. PLOUZANÉ. - Titulaires: Inizan (vicaire), Lais, Nédéloc. -- Suppléant : Deniel. SAINT-RENAN. «Titulaires : Riou, Riou, Saliou. -- Suppléant : Léost. TRÉBABU. -- Titulaire: de Kergariou- Gonzague. -- Suppléant : Floch. Arrondissement de Quimperlé QÙIMPERLÉ. Titulaires : MM. Courtier, Beaufrère, Hervé, Le Tallec, Moren, Gillard, Le Nv, Guiomar, Le Borgne. -- Suppléants: MM. Cotonnec, Péron. LOCUNOLÉ. Titulaires : MM. GuiscritV, Kerhervé." Suppléant : M. Kerhervé. BANNALEC. 'Titulaires : MM. Landrein, Guernec, Boëdec, Le Roy, Le Bris, Buicl, Prat, Goapper. -- Suppléants : MM. Even, Lo Naour. NÉVEZ. Titulaires : MM. Tréguier, Sellin, Coadou, Canévet. -- Suppléant : M. Sellin. PONT-AVEN. Titulaires : MM.Simonou, Sàtre, Cariou. - Suppléant : M. Sellin. R1EC-SIR-BÉLON. Titulaires: MM. Berthou, Bisquay, Bisquay, Bisquay, Boulic, Cadoret fils, Cadoret, Conan, Guyomard. -- Suppléants : MM. Dervout, Flécher. BAYE. Titulaires : MM. Le Boëdec, David. -- Suppléant : M. Bourhis. CLOHARS-CARNOET. Titulaires: MM. Amiren, Julien. Mérère, Le Tollec, Richard, Gouyec, LcTouër. -- Sippléants : MM. Le, Delliou, Brangoulo. MELLAC. Titulaires : MM. Le Boëdec, Toupin. - Suppliant : M. Marion. TRÉMÉVEN. - Titulaires : MM.Caëric, Garrec. -- Suppléant : M. Miniou. QUERR1EN. -- Titulaires : MM. Boulben, Rou/.ie, Conan, Le Guern, Nadan, Gallic. -- Suppléants : MM. Thomas, Derrien. SAINT-THURIEN; -- Titulaires : MM. Buquen, Favennec, Prat. -- Suppléant : M. Nahennec. SCAER. - Titulaires : MM. Ollivier, Mont fort; Kersulec, Kersulec, Ollivier, Touigoat, Rodallec, Ollivier. - Suppléants: MM. Buzet, Bec. ARZANO. - Titulaires : MM. Hello, Richard, Bienvenu. - Suppléant : M. Daniel. GUILLIGOMARCH.- Titulaires : MM. Corderoc'h, Ilélou. - Suppléant : M. Picarde. RÉDÉNÉ. - Titulaires : MM. Dodeur, Michel, Le Bris. -- Su]>pléant : M. Le Roux. KERNÉVEL. - Titulaires : MM. Boédec, Le Flao, Nerzic, Maotit, Poupon, Le Reste. -- Suppléants : MM. Landrein, Hervé. MELGVEN. - Titulaires : MM. Lijour, Cariou, Hervé, Lo Bihan, Nicot, Sancéau. -- Suppléants : MM. Caradec, Nerzic. LE TRÉVOUX. - Titulaires : MM. GoureulT, Furie, Rénot.-- Suppléant : M. Grand. MOËLAN. - Titulaires : MM. Guéguen, Le Dozc, Lo Tollec, Guéguen, Le Doze, Audren, Le Garrec, Fouesnanl, Le Bloa. -- Suppléants : MM. Le GoiV, Kerouriou. NIZON. - Titulaires : MM. Furie, de la Villemarqué, Guillou. - Suppléant : M, Le Gall.

4 LE CITOYEN A V I S Mesdames BARGAIN et CHAVET ont l'honneur do provenir la clientèle do l'imprimerie Jaouen que, par suite du décès do Mme Jaouen,leur mère* elles continueront désormais la suite des affaires sous la raison sociale suivante : Imprimerie A. JAOUEN, CHAVET ot BARGAIN, Successeurs. POINTS PE DROITS ET POINTS PE FAITS La coiimn»il!tt ; du chien. Chez son houcher, Mme Sioux, habitant Saint-Oaen, se rend, ilyadeuxans, cortain soir, djins le louable but de régler sa note. Personne no se trouvait dans la boutique pour la recevoir. Néanmoins, Mme sioux voulut y pénétrer, alin déplacer l'argent et la note sur le comptoir. Mais son inspiration ne fut pas heureuse. En otl'ct un gros chien, qu'elle n'avait pas aperçu, lui sauta a la gorge et, d'un maître coup de dents,lui enleva la pointe d'un sein. A la neuvième chambre de la Cour d'appel de Paris, la cliente réclamait donc francs de dommages-intérêts au propriétaire du chien. La Cour a jugé que Mme Sioux avait été blessée par sa faute. Elle n'aurait pas du entrer dans la boutique en l'absence de son fournisseur. La «Bre(agne Commerciale». Chefs dœuvres <k Maîtres 1.0 Xow-York-Hoi'ulti s'est livré à une enquête auprès des marchands de tableaux, pour saveur le prix que pourraient atteindre les toiles rares. M. J. Oeveen dit qu'il y a, en Europe, dans les collections privées, une douzaine d'œuvres, dont il donnerait volontiers cinq million* de francs, avec la certitude de tirer un joli bénéfice Où allons-nous avec une telle surenchère '! Mais, s'il savait que dans un coin de notre Bretagne, il existe un Prfmitil' attribue à tniniicct. assez bien conservé, et dont le propriétaire ignore peut-être In réelle valeur, que dirait M. J. Dcvecn? FURET. PRETS sur IMMEUBLES Amortissables à long terme. Tout propriétaire peut en contractant un emprunt au CRÉDIT FONCIER de FRANCE se procurer des fonds pour commerce, industrie, exploitation agricole, acquisition d'immeubles, remboursement d'hypothèques antérieures, constitution de dot, etc. Le capital n'est- jamais exigible. \\ s'amortit dans un délai de 10 à 75 ans, mais l'emprunteur peut, à son gré, rembourser tout ou partie du prêt, en profitant de ^amortissement déjà effectué. 6 milliards de prêts réalisés actuellement. LE CRÉDIT FONCIER DE FRANCE consent aussi des prêts aux département», communes, chambres de commerce, hospices, bureaux de bienfaisance, et autres établissements publics pour toute durée à des conditions très avantageuses et sans aucune commission. 4 milliards de prêts réalisés. A/cjrc/d/mu, qui èl09 iiìquicten patir vtìt ipoqtn, M i... -1, INÉAULARIU'., l'ctarj. UU.uppraxiions), QUANTI VOTIS IIUI'OZ TUUI O S S N Y Ó si\n«. RDXULTAT. ferita cn LOTTO contisr.ee cu U'ilu LabnraltIre d. Spila Ite», II, BONI. P apiii. LILLE, qui vous In-ilm-fS un t-.ii^aa MO/en ittiolo», giranti et sani diliger. KOMME MAFIE ÄXTN, voyagerait pour maison sérieuse Alimentation. Ferirò au journal. POUR TOUS RENSEIGNEMENTS S'ADRESSER : A M. BERNARD, à Brest, 24, rue d'aiguillon, dirccteiu do la succursale A VENDRE du Crédit Foncier pour le département du Finistère. RÉSIDU DE SOUDE Encoi d'une notice sur demand". pour engrais. R E N S EI ( i N E M 1«: N T S G H A T U i T S S'adressera M. Schang, Pont-Croix tu ce.3 и id X Ci С (S fie гч *8 г во S' *>» S3 <ъ Ce и M ш»' ГО Ä. gl y. m m 0-1 <^ s О. CD LI OO 1л S ' «H Щ pi л" CSI щ ce СЛ. 8*» i 9 l 2. 2, г.- % а Ci а Ь О с И ss 2 X TÍ ~ О ' S X о > с X = fi 2. и 2 -i ^_ 3 сэ" о* t/1 л* * ü li и а. г* X ci c S fi) Ö5 "О "О!Я о о Э 3 ел и-. аз ~,,< Q ci ~ я с/; сл ï о (В 3 О О Г> О «э ID В. 3 (В (Л ii-а "? si о SS ч -I о Р 1 CD иг м < О M < с» и: M СП И». < О а и «1 О с s s m g ас > Ю СП d St) И Я) р. С ЕЕ го *2L В* p го п Ü о го о 3 В СО* го го а с и (В о го хл 40 B O N M A R C H E Vt^tcnictitM iitinei'bitéablem ( KtciloliotieM. <3Hal;as'diiie.4. lele) tl m o y e n n a n t un rabais de (en u li ta 1 s j pour cent francs,» toutes Chaque soumission sera placée dans Eludes de M Victor CROUAN, Avouéune enveloppe fermée, qui sera ellem ê m e renl'ei m é c avec les certificats de Licencié, à Quimpor, et de M'' СОТ- TIN, notaire a Concamcau. capacité et l'engagement de verser le cautionnement, dans une première enveloppe ENTE PAR également cachetée. En l'étude et jeu- le ministère de.l/" Cottin, notaire ii Concarneau. Le V-mh'cs'ii 8» Juillet iiit'i t) '2 heures île l'après midi. EN LA VILLE DE CONCARNEAU Eu" de Coureg Quartier de la M a i s o n Verte Une Grande Maison d'habimion construite ou pierres et cotnerto en nr doises élevée sur terre plein, d'un re/.-dcchaussée, do trois étages et grenier. Cour, voie charretière pour y accéder, puits et murs de clôtures mitoyens, cabinets d'aisances et huit caveaux construits en planches couverts en ardoises, atelier en planches couvert en zinc. Contenance totale : ",'11 mq 18. En revenu : francs. tltee à Prix : l«.<»00 l'r. X. CROIIA\, Avoué-Licencié. Pour Sous vos Imprimés Ad rossez-vous n l'imprimerie dû QU IMPER COMMUNE DE PENHARS Citoyen Çonstruclion d'un Croupe scolaire a» Slatiicaii «Sta ìhcutlna-vch Le C>.'e»nei«'3ic "21.Duiilct \>vm h.iin. à 2 heures de l'après-midi, il sera procédé eu la Mairie do Penhars, à l'adjudication, en l'n SEUL LOT, sur soumission cachetée, des Travaux à exécuter pour la construction d'un Croupe scolaire au hameau du Moulin-Vert, montant du devint le. (Non compris les honoraires de l'architecte). t'.aiitiuniiiciiicisd l'e. Extuai 1 m t ' x : des Charges Article \. l.es soumissions devront être déposées /1 la Mairie île Penhars au moins deux jours avant l'adjudication, rte. Les plan, cahier des charges et détail estimatif sont déposés à la Mairie de Penhars, où les entrepreneurs peuvent en prendre connaissance, de 8 heures du matin à i heures du soir. Les s o u m i s s i o n s seront rédigées sur timbre a 0 l'r. 60 dans les termes suivants :» Je soussigné (Nom et prénoms), «Entrepreneur, demeurant à, «après avoir pris connaissance des plan, «devis et cahier des charges dos Trait vaux à exécuter pour la Construction» il'un Groupe scolaire au hameau du» Moulin-Vert, lesdiis travaux évalués à H la somme de francs, me sou- «mets et m ' e n g a g e à les exécuter on me» conformant aux prescriptions des dits «plan, devis et cahier des charges cl P e n h a r s, le 14 juin Le Maire, V.» 'HERVÉ. 1 ITYltnr r a ' s acacia très secs, tou-.1 \ ijjlllfllijj tes dimensions. S'adresser à M. L E R E S T E, Poul dreu/ic.. DEHANDESJ'EMPLOIS Petites Annonces Gratuites OUVRIER H O R L O G E R - BU 0 U T I L R, sortant du régiment, d'excellente famille, demande place à Quimpor. S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME, 16 ans, demande place comme petit commis. S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME libéré du service militaire, demande place de '2 clerc ou autro emploi. S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME, 18 ans, au courant de la procédure, demande placo étude d'huissier ou d'avoué ou dans maison de commerce. S'adresser au bureau du Journal. Elude de M e J. SÉNIÉ. avoué-licencié, 25, rue I.AËIIIICC à Quimpor. VENTE PAHllSTAW k L'AUDIENCE DES CRIÉES DU TRIBUNAL CIVIL DE QUIHPBR Le Jeudi 2» JuiGIci Hbi'l à S h. l\2 du matin. En la commune do Plogonncc, canton do Douarncnez. \,\riloimiliilllliluidk R U B I H l N COMPRENANT : Un vieux Manoir servant d'habitation, terres de toute nature, bois courants, forestiers et taillis, d'un seul tenant. Contenance approximative : 53 hectare». Voir les affiches. L'A voué poursuivant,.r. SÉNIÉ machines vendues! Plus do 900 Première Prix prouvent la surabondamment supérériorité des ECRÉMEUSES Vendues par M. fil. LE RESTE Consf à l'ouldrcuzic et ses agents dans les cantons de Pont-Croix et Pont-I'Abbé HIO.OOO Etorénieuses de. toutes marques ont été échangées contre des Alla-Laval. Société des Ecréme uses A LEA-LA VAL Gf>, Avenue Parmentiei à PARIS. AU Bétel Phare Eckmil Mesdames Dagorn et Belbéoch, propriétaires, ont l'honneur de prévenir que l'ouverture de leur Hôtel, si avantageusement connu, aura lieu le Sept Juillet. Sous peu Crand Péjeuner d'inauguration M R & M ME ALLIER Diplômés de l'université de Paris /, rue Kêrêon, En l'ace la Cathédrale. Maladies de la bouche et des dents Prothèse Redressements Consultations tous les jours de 8 h. du matin à 6 h. du soir. PRIX MODÉRÉS -A. C É D E R POUR CAUSE DE SANTÉ. UN BON DÉBIT A ф! Ill PER S'adresser au Journal. AU MENESTREL 18,Place Snint-Corentin, 18 PHONOGRAPHE a 19 francs PATHÉ sans pavillon et avec pavillon ti"«i>!*«s o n o r e «_ m k.-m n i t o - D m tw œ très beau modèle à 150 francs Grand choix de disques à partir de loo franc*. Château-Musée de EERIOLËT Près CONCARNEAU Ce Château, donné au Département du Finistère parla princesse Narishkine, est situé au milieu d'un Parc magnifique, à un kilomètre de. Concarneau. C'est la reconstitution fort intéressante d'un Manoir du XV" siècle. Le Musée renferme une superbe collection de tapisseries, faïences, objets d'art, meubles anciens, coiffes et costumes bretons, parchemins, sceaux et autographes dont quelques-uns remontent au XII e siècle. Il possède en outre une précieuse collection de peintures du grand paysagiste Camille Bernier. Le prix des entrées est de 50 centimes, la semaine de 9 h. matin à 5 h soir, sauf le lundi matin, et de 15 centimes le dimanche après-midi. BON MARCHÉ 24, Rae do Parc, 24 GRAND MAGASIN DE CONFECTIONS POUR HOMMES Jeunes Ggtxs et Enfants VETEIÏIENTS [ iii ir ijiii râbles GABARDINE CAOUTCHOUCS Notre rayon J4 GRAND m * JBD IRIPIRT >i m M A CHEMISERIE Cil ipellerie SPORTS U T O S pour garçonnets est des mieux assorti de la région. CHOIX DE VÊTEMENTS EN LE BON ìli VRCIIÉ n'a aucune Succursale aux Environs de Quimper 4<> Ы on H O R A I R E I D E S T R A I T S (Service d'été 1912) L e Citoyen STATIONS îîrost Landorneau... Chátcaiilin Quimpor Hospordeii Quimpcrlé Lo rie ut Vannes Kodon Siivenay Nanies Paris (Anstellit/.)... (Quai d'oreoy) dép arr dép. arr. dép. arr Licno de Brest à P;nis (Orsay ou Austerlilz). loi Expr. Omn. ( linn. Omn. Mixte ( Mim t llllll G 58!)!i )!l !) 7 ILS r, 4U Ili 17 H Iti ii; s и Hl 8 52 <) i; iâ Iii 17 5fi!) 50. io :«) IO 55 IS 5(i lü 13 LS 27 I!) IT 1!) I!) Il IM IS 7 22 :!.' 4 Ii i Ii ( imi), о 18 3 I!) l'i 1 20 í :>:i Hap »>i IO m О 35 7 I! ( linn IS 17 li) »» Ш 23.".1 STATIONS Paris (quai d' Orsay) (Auste rlitz)... Nantes Savenay Redon N'ali nés I.orient Quimporlé.. Itospordon.. Quimpor. Cliàtcaulin.. Landorneau. Brest Ligne de Paris (Orsay ou AusterliU) à Brest '» ! Í) Omn. Pap. ( Imn. ( Imn, Expr. Expr. Omn. Expr. О m n. Expr. dép » i :t li li Hi (i.">."> 11» il г> 12 (i» 8 18 S !) il (i (i 7 1!) 0 31!) II !) arr. t t !)» 21 i dép S > !) I t 3i 0 12 II ".il 1!) iti Il U) arr. 0 S "ili II 1( dép. ti 12 Ì)» * 7 13!) (i Iii !) > > arr Ü IG 23 5 Quimper Guengat Le Juch Douarnenez Ligne de Quimper à Douarnenez dép Í arr Ligne de Douarnenez à Quimper Douarnenez dép. (i Le Juch Guengat Quimper... arr I!) 49 Ligne dé Quimper à Pont-I'Abbé Quimper dép. t; u; 8 2Í Ii 5 17 il PliiiTuiïan (i li 22 IS ( 'onibiit-tiémcoc li 3) Pont-I'Abbé arr li I. ;gne I e Pont -l'abbi 1 à Qu mper Pont-I'Abbé... dép Combiit-Tiéméoc ,") arr » Rospordeti..., dép La Boissiere... Concarnoau... иг Ligne do Rosporden à Con corn eau 8 io 11» 13 n S Il lú li > Conenrnonu.. La Boissiere Rosporden...,me de dép ar Concarneau ù Rosporden Г, fi ) lì 13 1( Douarnenez. Pont-Croix. Audioino... Ligne de Douarnenez à Audierne. dép. 8» » 18 ЩА S... ar HI e! «a. 4 * Audierne,.. Pont-Croix. Douarnenez. Ligne d'audierne à Douarnenez dép ili ar Ii vii Ь OOjjg PonH'AbbóP.O. dép Plobannaloc Treffiagat (ìuilvinec Kérity Saint-Guónolé.., arr.siiint-guónoló... dép.\ Kérity Guilvinec Treffiagat Plobannaloc Pont'l'AbbéP.O.. arr Ligne ile Pont-I'Abbé ii Snint-Guéiioló it и;» h 19 )) 7 40 {) m 17g lu IO 2.V->.-j S Ю с "í у С ;_J im З С о Ligne :lc Snint-Guénolé à Pont-ГАЪЪ «Он Ol TS ~. -. О g ?Ü i ВТ? ( '.illl.'iix Mol гегг ( ioli l'ili Seller Kernévol Rosporden Rosporden. Kernévol.., Scnër Gourin Motrelï Cnrhnix.,, Ligne de Carhaix à Itospordon dép. arr... dép, arr (i il Il >, Il don à Carhaix ir, li 8 18» 9 h 13» li li Pigili de Carlini x à Cliàtcaulin Carhaix.. dép a Ploiiévez-dii-h'aou ЪЗ 2 3 Il io 20 6 Chtìlcaunoufcdu-Faou li Il PI jyhen g s Port-l.aunav È Cliàtcaulin P.O. arr ОЭ Ligne de Cliàtcaulin i Carhaix Cliftleaulin P.O dép Port-Launay 7 23 io 41 1( Pleyben..." » Chnteauneuf-du-Faou Plonévez-dii-Fnou Carhuix i.arr li IQ 3 аз Quimpcrlé Motilan Po n't-a ve n Trégunc Lan riec Concarneau P, О Ligne de Quimporlé à Concarneau dép ar И) il 8 li 11 i Ligne do Concarneau ii Quimperlé Concarneau P. О dép Lan riec Trégunc Pont-Avcn... 7» MoSlnn li l Quimperlé arr Quimper. Imprimerie Bretonne du Citoyen, 21, rue du Salle. Certifié par le Gérant soussigné. Quimper, Ш *T Г / A 3 ^ fjit Vu pour légalisation de la signature ci-contre. Mairie de Quimperi le Le Mairt,

5 29 (4 e année). - Samedi Ì3 Juillet Ш2 le numéro 5 centimes TÉLÉPHONE 86 /2/ Organe de concentration Républicaine a TÉLÉPHONE 86 POLITIQUE AGRICOLE IVIA.blITinS^E COMMERCIAL Paraissant l<e SAMEDI ABONNEMENTS : 1 An. 6 Mois. Quimper, Finistère et départements limitrophes 3C.50 2 f. Autres départements Etranger Les abonnements partent du 1" ou du 15 de chaque mois. L'ECOLE ET LU VIE Les traitements des instituteurs. J'ai sous les yeux deux documents, le Rapport de M. lo Ministre dé l'instruction Publique à la Commission Ht l'enseignement et le Projet de loi déposé par M. Jean Itupuif, portant autorisation d'engagement de dépenses pour l'amèliorution delà situation du personnel des Postes, des Têlêgrapheset des Téléphones, du personnel des Contributions Indirectes et du personnel des Douanes. Lo dernier document résout la question budgétaire pour le personnel do catégories fort intéressantes de fonctionnaires, tandis que le premier se contente de poser les questions.sans les résoudre en attendant le jour où on les résoudra sans les appuyer do propositions budgétaires. Pourquoi no pas traiter sur le mémo pied des fonctionnaires dont les traitements sont insuffisants et ne pas unifier des situations analogues? Il faut sonsi blcmcnt les mêmes connaissances et lo mémo dévouement professionnel pour s'acquitter de sa tâche dans l'enscignement comme dans les autres corporations administratives favorisées par le projet ministériel. Pourquoi dès lors ne pas faire veniren ligoe et résoudro d'en?*mblc des questions qui intéressent des catégories éguït^mérttnbtes <l«fonctionnaires ^r^memes^resonvset les mêmes droits à la bienveillance et à la justice? Le bon renom do la République exige que les fonctionnaires qui la représentent et qui actionnent les rouages compliqués de tous ses services, vivent convenablement et la représentent dignement. La justice sociale consiste à assurer pour les uns comme pour les autres la convenance et la plénitude de la vie. En est il ainsi? En France, l'instituteur stagiaire débute à fr., au sortir de l'école normale. 11 lui faut subir l'épreuve du certificat d'aptitude pédagogique, el justifier do 2 années d'exercice, pour être nommé titulaire à fr. Et l'avancement lui vient ensuite avec lenteur, tous les 5 ou 0 ans, pour aboutir, èn lin de carrière, à un maximum de fr. Jo sais bien que l'instituteur a droit à une indemnité de logement, mais elle est faible. Comparons les situations voisines aujourd'hui et demain : Commis des Postes. Minimum Maximun Aoiourl *»ul toit AujoiirOol Demain l.boo l.ixk) Commis des Douanes Commis des Contributions Indirectes Voilà pour la France. Voici maintenant les traitements des instituteurs à l'etranger : Tandis qu'en Allemagne, suivant ies Etats, lo traitement de début atteint une moyenne do l.ôoo fr. et celui dofin de carrière un maximum général moyen do fr., pour d'autre pays nous avons les chiffres suivants : Minimum Maximum Angleterre f f. Alsace - Loraino ,500 Rappelons que la vente an numéro ne D'.tjjjxtoJi- rien au journal. L'abonne' ment, au contraire, est la pierre angulaire Autriche de I édifice. Belgique ,000 Bulgarie RÉPUBLICAINS ï Danemarck.... 1, Abonnez-vous au CITOYEN Etats-Unis.., et faites abonner vos amis. Prusse Qu'on no voie pas surtout en Franco un obstucle à une réforme qui s'impose, dans le nombre des instituteurs et institutrices, qui sont Les agents et fcous-tigci ts des postes sont bien à eux seuls 1CG.CG0 et on \u relever date daro leurs traitements déjà Mipériours à ceux des instituteurs, avec un avancement plus rapide et deu retraites beaucoup plus élevées. On nous a dit que renseignement laïque était la pierre angulaire do la République ; on répète volontiers que l'instituteur préparc la Franco do domain cl qu'il tient dans ses mains l'avenir du pays. On a ajouté quo l'instituteur prussien a été lo vainqueur de Budowa et de 1870, ce qui n'est vrai qu'en partie, puisque renseignement supérieur a jiué dans la terrible partie un rôle prépondérant. Mais, si les instituteurs forment dans la nation un corps h distingué et dont le rôle doit être un jour décisif, il faut les payer convenablement afin de pouvoir leur demander beaucoup et obtenir encore d'eux davantage. La concurrence est déjà rude. Si l'on n'y prend garde, ello va devenir dangereuse, grâce au trésor do guerre amassé par l'eglise et à l'intolérance do ses ministres. Dans le recrutement du personnel, il nous faut le nombre et la qualité. Or, le nombre tend à nous échapper et lo recrutement de nos écoles normales devient do jour en jour plus difficile. Voyez l'illo et-vilaine, pai exemple. On ne consent plus à concourir pour l'ecole normale, et, quand on est entré dans l'enseignement par cette porte, c'est avec l'espérance d'en sortir à la première occasion. Que d'instituteurs ont faussé compagnie à l'université pour embrasserd'autres carrières plus lucratives et sont entrés dans le commerce, l'industrie.ou ont pris la tangente pour pénétrer dans d'autres administrations de l'etat où les services sont mieux rétribués! Les Commissaires de surveillance administrative des chemins do fer se recrutent aujourd'hui en majorité parmi les instituteurs. D'autres maîtres préparent lo cor.cours de l'inspection du Travail. Si la source d'un bon recrutement se tarit bientôt, si l'avancement n'est pas accéléré et. les retraites améliorées, l'exode continuera et l'avenir de l'école laïque sera compromis, Lo danger esta nos portes et personne ne parait lo voir. Est il admissible quo vous offriez t.ux normaliens et aux normaliennes dîs traitements de début do fr. analogues à ceux que los facteurs locaux et ruraux vont recevoir demain? Avouez que c'est trop peu pour des fonctionnaires qui jouissent d'uno situation morale tant vantée, qui ont besoin do représenter, cl qui ont la glorieuse mission, n'est-ce pas, de préparer l'esprit et lo сами- des générations futures. Georges LE BAIL, Député du Einistère. A NOS ABONNES Veki l'époque de l'année cù ta plus grande partie de ncs abonnements sont devenus renouvelables. Sous prions instamment les amis du «Citoyen» dont l'abonnement expire, de vouloir bien nous adresser le montant de l'abonnement peur ig 12-13, et çe > a^ a de simplifier ncs écritures et de nous éviter les frais relativement élevés d'encaissement. A ceux dont les quittances ont déjà été mises en circulation, nous leur demandons de faire, comme par le passé, bon accueil à ncs encaisseurs, apportant ainsi ù notre œuvre un»i»i>h1 C M N C I I U C!. Au Concours Agricole d'amiens Le fnoiivcb'heiiieiil Notifient lew Aftrleiilleurw* Rédacteur en chef s J.~D. S A13 RIE BUREAUX et Imprimerie : 21, Rue du Salle, 21 Les Bureaux sont ouverts do 9 h. à Midi lo matin et do 2 heures à fi heures le soir. Adresser toutes communications concernant la Rédaction à II. Sabrié, et tout ce qui concerne l'administration ou l'imprimerie à M. P. Ouégiien, administrateur-gérant. Les manuscrits ne sont pas rendus. A toute demande, de renseignements, joindre un timbre pour la réponse. MM. Pums, ministre de l'agriculture et KlolZ) ministre des Finances, ont prononcé des dis-tours devant plus de N00 convives. M. Pums a parlé le premier : Depuis qu'il n l'honneur de diriger lo département de l'agriculture* M. Pains a éprouvé, maintes l'ois, un profond sentiment do fierté pour son piiys. Chacun do ses voyages lui permet d'admirer l'œuvre persévérante des artisans du sol : l'effort accompli est immense, les résultats considérables. Les syndicats agricoles ont donné à la coopération, cotte l'orme supérieure do la mutualité, un puissant développement. Le crédit agricole devient de plus en plus la caisse de l'épargne paysanne. Les lois sur lo crédit à long et à comi (erme, sur le hier, de famillo insaisissable, sont des étapes dans la voie des améliorations qui préserveioni le paysan de France du mirage décevant des villes. El le Ministre a ajouté : d C'est dans l'enseignement professionnel agricole que nous trouverons les moyens de mettre en valeur noire sol nationnal.» M. Elotz, ù son tour, a fait des déclaration s in teressart tes. Il a dit '/ne le Gol, reniement n'abaisserait puis les droits de douane sur les blés parce que cette opération ne profiterait qu'aux spéculateurs. Les leçons de 1898 restent présentes à tous les esprits réfléchis : la suppression des droits de douane sur les Idés n'a alors profilé qu'aux intermédiaires, sans (pie les piix diminuent, et n déterminé dans lo monde agiicolo une crise douloureuse de plusieurs années. Seul le spéculateur est intéiessé à de pareilles campagnes auxquelles l'intérêt public demande de mettre lin. Le Gouvernement secondera les besoins do notre démocratie agricolo en taisant aboutir avant la lin do la présente législature, par la réforme fiscale, le dégrèvement de la terre, grâce à l'abandon de G0 millions de l'impôt foncier sur la propriété non bâtie, qui preditela à nos campagnes dans In propoilion des 2 3 du principal actuel. La contre-partie de ce sacrifice devra être recherchée dans l'impôt sur les valeurs mobilières,,1a- rente française continuant à jouir de ses'immunités actuelles ; car elle représente le eiédit privilégié de l'etat. Election Législative BOUCHES-DU-RHONE I.'élection d'un député en remplacement du regretté M. Poisson a eu lieu dimanche 7 Juillet, dans la i circonscription do Marseille. En voici lo résul at : MM. Chevillon, radical-socialiste voix. Diïon, progressiste Lévy, socialiste unifié Borgcon, socialiste indépend Artaud, libéral 230 Ballottage. Election Sénatoriale TARN-ET-GAttONNE Une élection sénatoriale a eu lieu dimanche dernier à Montaiiban, pour remplacer M. Rolland, républicain, décédé. Voici lo résultat du l u r tour : Inscrits 424 ; Votant 420, Ont obtenu : MM. le l) r Lacaze, conseiller général, radical-socialiste, 103 voix; Stflers, conseiller général, progressiste, 91 ; Cape* ran, ancien député, maire de Monlauban, radical, 71) voix ; Bordarics, conseiller général, républicain do gauche, 55 voix; Garnisson, conseiller général, radical, 55 : Dufaur, conseiller général, républicain de gauche, 21) voix ; Bachala, maire do Saint-Porquier, candidat agricole, 2; Vaillant, député, socialiste unifié, 2 ; Soubios,conseiller général, républicain de gaucho, I. Ballottage. 2" tour do scrutin! Ont obtenu : MM. Capéian, 181 Voix ; Lacaze, 171 ; Salers, GO ; Garnisson, 1. Ballottage. 3" tour de scrutin, tint obtenu : MM. Capéran, radical-socialiste 271 voix, Elu ; Si.» lors, progressiste, 94 ; Lacaze, radical-socialiste, 48. Les Manœuvres Navales Malgré les promesses do M. Délaissé, répondant il y a quelques mois ù une question de M. Le Bail, les-manœuvres navales n'auront pas lieu à Brest, cetto année. Les deux premières oscadres, à Toulon, et In troisième à Brest manœuvreront séparément. Il y a à cela plusieurs motifs. Les Anglais ont abandonné en partie la Méditerranncc pour concentrer leurs forces dans lo Nord. Nous avons donc la garde de la mer lutine. En cas do conflit, les navires n'ati' raient pas toutes leurs poudres abord et seraient obligés de gagner Toulon pour s'approvisionner. Enfin, le parcours Toulon-Brest coûto cher et on ne veut pas, sous prétexte d'économie, augmenter notre dette Jlottante. Espérons que l'année prochaine les nuages se seront dissipés, que les navires auront leurs approvisionnements complots do poudre nouvelle et que les motifs d'économie qu'on invoque céderont lo pa) à la nécessité de manœuvrer dans le Nord, dans le pays de la vraie navigation. La Bretagne a lo droit de posséder périodiquement dans ses eaux toutes les escadres montées par tant do ses fils, dont, hélas! beaucoup ne reviennent pas. L* LOI PE PIX HEURES I*OIII» le* ouvrier* La Chambre a terminé cette semaine l'examen du projet do loi limitant en principe à 10 heures la journée de travail dans le établissements industriels. La Mésaventure de l'abbé Piton. L'abbé Piton, dont la mésaventure est désormais fameuse, a fait l'autre jour l'objet d'un débat devant le tribunal correctionnel d'angers. Devant une sailo arcbicomble, les témoins établirent la duplicité du singulier curé de Stint-Scrge qui, pour masquer ses détournements et sa fuite, avait, on s'en souvient, imaginé une mise en scène d'opéra-comique. M. Piton, en jetant, c'est lo cas de le dire, sa soutane aux orties dans un champ de la banlieue, y avait joint un crucifix, des médailles, afin qu'il fut bien établi qu'on l'avait dépouillé là. Il y a des gens qui ne respectent rien. L'inculpé n'avait pas cru devoir répondre à la convocation du Parquet. C'est donc par défaut que, conformément aux dispositions des articles 322 et 32:1 du code pénal, punissant le l'ait de vouloir égarer les enquêtes de la justice, l'abbé Piton a été condamné à huit mois de prison sans sursis. Les j\ Lorient et à palate socialistes. Ils vont bien! Qui ne connaît, à Douarnencz et à Quimper, le citoyen Craissac, devenu propriétaire à Belle-Ile '.' Notre confrère VUnion républicaine du Morbihan nous raconte que c'est lui, à Palais, qui mène la campagne pour que les processions sortent librement et quo c'esl lui qui so fait près du maire et du Conseil municipal l'interprète du curé. Notre francmaçon a abandonné la loge pour l'eglise, et, dans ses mains, la truelle s'est changée en goupillon. A Lorient, le citoyen Le Bourgo (lisez le Goudo [orientais) proteste contre les Conseils municipaux précédents qui ont supprimé les appellations des rues à noms de saints pour lus remplacer par les noms de Victor Hugo, Emile etc.. Zola, au " Progrès '* de Coyeo fr Propos de la R. P. et de deux Députés. Prenant ses désirs pour la réalité, le Progrès de doyen prétend que les rapports sont tendus entre MM. Le Bail et Plouzané, et, bien mieux, que In question de la II. I'. les a brouilles à tout jamais. Avec les cléricaux, il faut s'attendre ù tout. Leur audace n'a pas de bornes. Et comment M. Le Bail pourrait-il en vouloir à M. Plouzané do ne pas penser commo lui sur cetto réforme de la R. P. qui figurait dans son programme, lo jour où sa candidature l'ut acclamée à la Mon domaine n'est pas de co monde, réunion de Quimper? a dit le Christ. Et do la mémo bouche, Les idées particulières de-m. Plouzané il commandait aux hommes de tout quitter pour lo suivre, do porter leur croix no sauraient influencer les opinions du Citoyen dans lu question do la réformo tous les jours et d'être parfaits commo électorale. le Père Céleste. Entre temps, il faisait Aujourd'hui, commo demain M. Lo Bail restera ù lu fois l'ami de M. Plouzané et do la théorie majoritaire. ANNONCES s la ligne Annonces judiciaires et diverses (4 page) 0L20 Réclames (3" page) 0 30 Réclames (2 e page) 0 50 Chronique locale ou départementale 1 Annonces payables d'avance. Prix à forfait pour les Annonces répétées et traités de publicité COUPS PE ÇftRÇETTE Face à la Meute! Dans tout cela, il n'y n qu'un monsongo tic plus à l'actif du Progrès. Lo rosier produit nécessairement des roses et le rossignol dos chansons, Lo Progrès produit... des mensonges, Co sont ses roses a lui et il y a longtemps que nous Connaissons leur parfum. L'article du Citoyen sur l'intolérance des prêtres refusant l'absolution aux moribonds laïques a produit dans le monde clérical l'effet d'un pavé tombant dans une grenouillère. Le Progrès fulmine et le polémiste anonyme du Courrier du Einistère s'agite comme s'il avait avalé une boulette empoisonnée. Jamais on n'avait assisté à pareille levée de goupillons. Pour répondre à Diogène, la cléricaille a mobhisé les plumes de toutes ses oies. Songez donc! Diogène le cynique a l'audace d'abandonner la philosophie pour s'occuper un brin de théologie. Et le Basile fulminate du Courrier du Finistère, de lui jeter à la tête en latin : K A chacun son métier : que le cordonnier ne regarde pas au dessus de sa chaussure». L'homme noir n'aime pas <ju'on tire le lapin sur ses terres, qu'il garde avec une jalousie féroce, toute féodale. En revanche, il s'arroge le droit d'envahir, quand il le veut, le temporel des Républiques, de chasser sur tous les domaines, de fouler aux pieds les avoines et les froments du prochain, d'escalader les enclos, de pénétrer dans les palais du Souverain avec effraction et dans l'intimité des particuliers avec de fausses clefs. A lui, l'eglise et le Presbytère! et aussi, par surcroît, la Politique, le Parlement, l'enseignement, la Magistrature, la Finance, l'armée, la Marine, c'est-à-dire tout ce qui vit, respire, discute, enseigne, légifère, juge, remue de l'argent, manie le fusil ou tire le canon J'oublie l'étude du notaire, l'officine à testaments où on élabore le texte des fondations pieuses, où on fabrique les personnes interposées. Retenus par la crainte ou endormis par l'appât du gain, beaucoup de gens à la rondo affectent d'approuver ou se taisent. Malheur à ceuk qui condamnent dans leur ;imo honnête et généreuse k»s relus d'absolution qui sont un moyen de chantage odieux sur les âmes laïques! Et Diogène, devant ces envahissements et ces persécutions, n'aurait, pas le droit do s'indigner et do quitter un moment son tonneau pour rappeler aux préd'icants noirs qu'autrefois un Dieu do paix vint prêcher aux hommes une morale de bonté, do justice, de charité et de fraternité humaine plus douce que toute la douceur du monde? Diogène n'aurait pas la faculté de faire allusion à un livre, l'evangile, dont un seul verset en apprend plus aux hommes que les simagrées et. les commentaires réunis des prêtres qui vivent grassement do l'autel? Que diable, nous ne sommes plus à l'époque où l'eglise, pour obtenir le silence et réaliser la soumission, faisait rôtir ou décapiter les gens. Pour confondre ses adversaires, Diogène revendique le droit de manier la fronde et de porter la pointo railleuse do sa plume au visage des hypocrites. Le moment est venu do lutter et do tailler dans lo vif pour repousser les prétentions des audacieux qui viennent faire la loi chez nous. * * * marcher lo paralytique, pardonnait à la femme adultère et priait sur le Calvaire pour ceux qui le crucifiaient. Puis, ses apôtres sont venus qui, couverts do bure grossière, tête et pieds nus, revêtus des seules aimes do lumière, se répandirent à travers les nations pour chanter les miséricordes du Seigneur. Appliqués aux choses d'en haut et la tèto dans les étoiles, ris méprisaient les biens de la terre, so contentaient pour vivre du suffisant et thésaurisaient dans le ciel. Ils n'auraient jamais admis qu'on put croire qu'ils vendaient à prix d'argent le paradis, qui ne peuts'acheter que par de bonnes œuvres. C'est- être riche, disait Saint-Paul, que de savoir se contenter de peu. Et comme il ne voulait même pas qu'on put l'accuser de vivre seulement de l'autel, il travaillait jour et nuit comme un ouvrier, pendant les heures où il ne s'adondait pas à la prédication. * Ah! je ne nie certes pas la droiture de cœur et l'esprit évangélique de beaucoup de prêtres. J'en sais qui se consacrent tout entiers aux devoirs de leur ministère et qui marchent dans les sentiers du Seigneur en suivant les traces des apôtres. Je ne puis me défendre de respect, par exemple, devant la mémoire d'un abbé du Marc'hallah qui, après avoir tout perdu, sa femme et ses enfants, entre tard dans les ordres, édifie tout le monde par ses vertus, console les mou* rants sur les champs de bataille de 1870 balayés par les obus et les balles, entre un jour au Parlement porté par le flot populaire pour en sortir aussitôt, sentant bien qu'il n'est pas fait pour les luttes de la politique et que l'arène parlementaire convient peu au caractère d'un ministre de la religion. Mais Diogène a bien le droit, je suppose, de trouver qu'au milieu des prêtres qui sont le pur froment de Jésus- Christ, poussent nombreux des gens qui n'en ont que le nom et qui s'y mêlent comme l'ivraie. Et combien il est difficile de mener de front la religion et la politique! La terre elle-même ne peut pas produire deux récoltes à. la fois. Les prêtres d'aujourd'hui qui tien* nent la plume dans les gazettes sont bien sévères pour autrui. Ils ne badinent pas, par exemple, sur le chapitre des apéritifs et sont inexorables pour les laïques qui passent à tort ou à raison pour avoir eu parfois la gorge aussi sèche que lo cœur des curés. * «Si j'en crois le grand Tertullien, les prêtres n'ont pas toujours atteint laper* fection qu'ils réalisent à notre époque, Le grand écrivain chrétien, dont s'est si souvent inspiré Bossuet, tonne contre ceux pour qui «le ventre tient lieu de divinité ; l'estomac, de temple ; les intestins, d'autel ; le cuisinier, do prêtre ; l'odeur des aliments, d'esprit saint ; les épices, de grâces ; ceux pour qui la charité bouillonne dans la marmite, la foi s'échauffe à la cuisine et l'espérance gît dans les mets exquis de la table»... prêtres do Bacchus plutôt que prêtres du Très-Haut! Et Saint -Jean-Chrysostome pouvait s'écrier un jour : «Beaucoup do prêtres e.t peu de prêtres ; beaucoup le sont de nom et peu en œuvres» (1). Aujourd'hui, chez nous, on dit plus simplement que l'habit ne fait pas le moine. Mais j'ai hâte d'abandonner C0 sujet scabreux cl jo suis prêt à faire au clergé amende honorable. Jamais, à aucun moment, les curés n'ont fait bonne chère. A aucune époque ils n'ont connu les truffes de la mortification, ni les turbots de la pénitence. C'est une injustice de prétendre qu'ils sont brouillés avec le pain noir et qu'ils ont perdu le goût de la pomme de terre. C'est une infamie desoûtenir qu'ils ont, sons une autre l'orme que l'aquatique, pris possession de l'élément liquide. Ajoutez à cela qu'ils sont individuellement ou en masso pauvres comme Job et nus comme de petits Saint-Jean. Proclamons bien haut qu'ils réunis* sent toutes les perfections, moins une, Co sonl des vases d'élection, mais le précieux argile contient malheureusement trop de fiel. (Il Multi sacerdotes, panelsacerdotes; multl munine. pouci opère. Mulfi exlerna veste, pauci interna periccliohe.

6 LE CITOYEN Les prêtres ont extirpé la cupidité et la gourmandise, mais ils ont oublié do planter la charité ("2). Voilà pourquoi ils no sont pas restés comme un olivier fertile dans la maison du Seigneur (3). Jo le démontrerai dans le prochain numéro. Car, tant que les curés feront do la politique, ils n'empòchcrent pas Diogene do fairo do la théologie. ' Je respecte la religion, voilà qui est entendu, et les piètres aussi, à la conditions qu'ils soient respectables. «-Courago, tu l'atteindras!» disait mon grand ancêtre Diogene, à un enfant qui jetait dos pierres à un gibet. A son tour, lo Citoyen crie à Diogene de tonto la force de ses jeunes poumons eh désignant le cléricalisme, c'est-à dire l'ennemi, aujourd'hui comme hier, et, demain comme aujourd'hui : «Courage, toi. l'atteindras!» DIOGENE. ZEIsT A U T O Ì Les Élections Sénatoriales du 28 Juillet. La douleur du Progrès fait peine à voir. Kilo constate avec des larmes dans les yeux (los. beaux yeux do Goyon, de Chariot et de Frank) que les conservateurs vont au scrutin en ordre dispersé, ot que c'est le gâchis. Los conservateurs du Léon en tionnent pour M. Villicrs, tandis que les réactionnaires do la Cornouaillc sont fortement sollicités par M. de Carlbrt. Le cœur do Goyon balance entre cas deux noms. On prétend que M. Miosscc, ancien député, songo aussi à la candidature ot qu'il s'appliquo depuis 15 jours à donner le jour à ses idées de derrière la tèto. Qu'est devenue la vieille devise des cléricaux : in necessariis imitas f L'unité est bien malade! Serait elle morte! Le parti républicain, lui non plus, n'échappe pas à la criso dont souffre lo parti conservateur. Les candidats se proclament euxmêmes sans avoir consulté personne. On a perdu l'habitude des congrès désormais remisés dans la catégorie des vieilles lunes. Nous attendons les professions do foi. Non pas qu'elles aient toujours lo mérite de la franchise et do la clarté politique ou qu'elles se distinguent par la fermeté des principes. Mais on sait quo les écrits restent, tandis que les paroles volent. Vous connaisse/, la fable do la chauve-souris qui, suivant l'occasion, montrant ses ailes peut dire : Jo suis oiseau. Ou montrant sa figure s'écrier : Je suis souris. C'est l'histoire du parti clérical. Mais il ne faut pas que les républicains se mettent à imiter les ultrainontains. J'espère que l'élection prochaine nous donnera des candidats républicains au sang riche, entre lesquels on n'aura au deuxième tour que l'embarras du choix. Depuis quelquo temps, le parti républicain ost indisposé. Il souffro d'un mal qu'on appollo l'anémie. POUR LES PÊCHEURS MAURITANIENS Le paiement des primes. Les nouvelles sont bonnes. 1 A la suite d'un accord intervenu entre les ministères du Commerce ot des Finances, et, sous l'impulsion de MM. Poiily et Griivel. le paiement des primes sera l'ait aux 12 dundees qui ont travaillé cet hiver sur les côtes do Mauritanie. La liquidation aura lieu dans uno quinzaino de jours, dès que le certifient collectif adressé il y a quelques jours do Las-Pal mas aura été remplacé par des certificats individuels dont les originaux ont été envoyés à la signature du chancelier do La'i-Palmas. La primo sor.i payée au patron do chaque dundee qui a déjà touché lo prix du poisson à Lus Pal m as. Le patron et lo ou los armateurs s'arrangeront ensuito pour lo règlement entre eux.. «». Autour.des Ré for m es Facteur/* et cantonnier*. * Les sous-agents des Postes, facteurs locaux et ruraux, vont voir leur traitement minimum élevé do 900 à IV. et leur traitement maximum do a francs. Nous nous en réjouissons, mais nous formons lo VI'u que les cantonniers reçoivent un traitement mieux on rapport avec leurs services. En fin do carrière, un cantonnier no jouit pas actuellement du traitement do début d'un l'acteur. Fnctcui*M-rccevcuFM. ' D'après lo projet ministériel, lo traitement minimum des facteurs-receveurs doit ôtro porté do à francs et leur traitement maximum do l.goo à francs. POI LE PORT ftldiëi Kxtirpa cupiditiitein ut planta cbaritiiteui St Augustini. (3) Sicut oliva fructífero In Del domo. Pour lous vos Imprimés Adressez-vous a l'imprimerie du C i t o y e n lue lettre de 31. le Ministre ' des Travaux Publics. AI. Le Bail, député, a reçu la lettre suivante : Ministère des Travaux Publics. 1«' JuiHel Monsieur le Député, Pour fairo suite à ma lettre du 15 juin dernier, jo m'empiosse de vous informer quo des propositions viennent do m'ètre adressées on vue de l'exécution de travaux de dragages à l'entrée de la rivière du Goyen. Je soumets ce projet au conseil général des Ponts et Chaussées et rien ne sera négligé pour qu'une décision intervienne le plus rapidement possible. Fil ce ipii concerne rétablissement de coffres d'amarrage, un projeta déjà été pris on considération par un de mes prédécesseurs, sous la réserve quo la commune d'audierne souscrirait l'engagement do fournir un subside de francs, représentant lo tiers de la dépense prévue ; dès que co concours aura été voté par lo Conseil municipal, les Ingénieurs seront invités à présenter des propositions définitives pour l'acquisition des bouées. Agréez, Monsieur le Député, etc.. Le Ministre des Travaux Publies, DL'PUY. Le Danemarck agricole, pays admirable! L'abattoir industriel aux Etats-Unis. L'influence du vin sur les poules. La propriété lilliputienne. La production du blé aux Etats-Unis. Fixation des dunes de sable par les oyats. Que do chemin nous avons encore à parcourir au point do vue agricole! Dans un article du D r l.abat publié dans la lh rue des Deux Mondes et intitulé Lu vocation paysanne et l école, je (lis ce qui suit : «f.e plus petit peuple de l'europo donne un exemple dont les plus grands peuvent tirer profit. Le Danemarck n'a guère plus d'étendue que la Bretagne, et il exporte autant de chevaux que toute la France, trois l'ois plus de bétail vivant, dix-huit l'ois plus do viande de boucherie et de pore salé, quatre l'ois plus de beurre, et un million d'œufs par jour, alors que nous en achetons 130 millions par an à l'étranger. La science, secondée par l'amour du travail, l'esprit d'initiative et d'association, inspire et dirige co merveilleux effort : on peut suivre ses applications dans le choix des semonces et des engrais, le défrichement des landes, l'élevage des porcs et des bestiaux, les industries laitières, la production des œufs, dont pas un ne sort du Danemarck, en passant par les sociétés de vente, sans avoir été vérifié ii la lumière électrique. Notons que nous sommes dans un pays de petite culture: los deux tiers de sa superficie sont occupés par des fermes de moins do dix hectares.» Avez-vous idée do ce qu'est un abattoir industriel aux Etats-Unis? L'abattoir américain n toujours plusieurs étages, et c'est par l'étage supérieur que les animaux pénètrent, amenés par une rampe inclinée. Nous ne détaillerons pas les opérations qu'y subit le bœuf : signalons simplement quo le principe de la division du travail est soigneusement observé ; un ouvrier coupe los tétes, un autre détache los membres, un troisième scie le sternum, un quatrième détache lo cuir jusqu'à micorps, laissant à un cinquième le soin d'achever l'écorchagû. Les sous-produits : sang, cuir, cornes, etc., tombent par des ouvertures pratiquées dans le sol do l'atelier et sont conduits par dos gaines en métal ou en bois jusqu'à ux ateliers respectifs où ils sont traités immédiatement. L'abattoir est en effet doublé d'un ensemblo d'industries secondaires : fondoirs, boyauderics, margarinerios, charcuteries, etc., et on voit l'avantage d'amener les animaux, qui en sont la matière première, par l'étage supérieur, toutes les matières cheminant sans dépense de force motrice, de main-d'œuvre, ni.de temps. Pour prendre un bœuf vivant à la partie supérieure de rétablissement et le livrer, prêt à figurer à l'étal du bouclier, et les sousproduits traités, il faut 4 heures environ otla dépense revient à 1 fr. 25. Le même travail do dépeçage coûte, à la Villcttc, i à 5 IV., et environ 10 francs en taxes diverses. m Los Romains, qui no reculaient devant aucun sacrifice quand il s'agissait de garnir leur table de mots rares et délicats, introduisirent le vin dans la nourriture des animaux destinés à leur alimentation. Pendant les hivers do X O! ) et , du l»' octobre au l g r février, M Joubort, prol'osseur d'agriculiure, a divisé ses 12 poules gatl n aises on deux lots égaux. Toutes reçurent la même alimontion, nuis los G poulos du premier lot reçurent, en outre, chacune, 10 centimètres cubes de vin par jour. Pendant la durée do l'expérience, les poules soumises au régime du vin pondirent US (< ut'a de plus que les autres. En les poules employées étant plus jeunes,l'excédant no fut que de 87 œufs pour 4 mois d'hiver. Co n'est passoulomontàl'ilc'do-boin qu'on so trouve en présence d'une propriété lilliputienne offrant l'aspect de champs n'ayant que quelques mètres carrés de superficie. A l'ilo do Ré, il y a des champs ayant tout au plus deux mètres carrés, On so borno à y planter quelques choux ou quelques oignons. Ou y l'ait aussi du blé ou do l'avoino, do la luzerne, du trèfle, do la vigne, des pommes do terre. C'est une véritable marqueterie végétale. La production du blé diminue aux Etats- Unis. Les exportations en boisseaux étaient do 132.0ii0.007 on 1901, de I.Q57 en 1908 ; elles sont tombées à 00 millions en 1909, 46 millions en 1910 et 23 millions eu Le journal La Xuture contient un article intéressant sur la fixation des dunes par los oyats ou roseaux dos subies. Ces végétaux servent par leurs racines nombreuses et traçantes à fixer les dunes et à préparer la voie aux plantations conifères (pins maritimes dans lo Sud, pins sylvestres dans le Nord). On travaille le sable au préalable et la transplantation so l'ail de préférence' en automne et au printemps. agricola: Pour Se cantonnier-chef Le Çorre Lo total ilo la précédente liste était de V Un tinti clérical et unti révolutionnaire, Bénodet 0 IV Liste de Quêménèoen. Un missionnaire do Quéménéven anonymes de Quéménéven 1 Pour que los curés nqus laissent libres 0 Pour avoir uno cloche neuve à Quéménéven 0 Pour une robe neuve à Soubigou.. 0 Pour qu'on traile les cléricaux comme il l'ont traiter les autres.. 0 Liste, de Pleyben. Un partisan de l'augmentation du salaire dos cantonniers 0 l'n écteuré des procédés do nos cléricaux T 1 Un groupe d'amis 3 Séta péra g 1 Un bon chrétien 1 l'n iils de cantonnier 0 Un Glazik 0 Un calotin 0 Liste de Chdleau'in Un pays de Pio X 1 Au souvenir du 1 Juin Un ami des cantonniers 2 line amie, sieur à Rotoncuf 1 l In calotin eliàleaulinois 1 Un cantonnier île Chàtoaulin 0 Crapic, Saint-Coulitz 1 Calotte 5 Charles Henri, cantonnier paveur.. 1 Even, cantonnier, moulin du Lay.. 0 Souscription recueillie a% pardon, de Sainte-Barbe Un groupe de républicains 2 Pour acheter une soutane 1 Un marchand de scapulaires 1 Gare aux filous 0 Un collègue de l'abbé Piton 0 Un porteur de bannière 0 Un quêteur de beurre 0 Uno marchande 0 Lo marquis de Sainte-Barbe 1 Du côté de Saint-Nicodème 0 Pour demander le beau temps 0 Deux jeunes amoureux 1 A bas los fainéants! anticléricaux 1 Liste de Lannédern Un ancien choriste 1 A bas la calotte 0 Pierre, ami de Mai Deo 0 Pour payer un voyage du Mai Deo à B raspa ris 0 75 Au pays du chien noir poilu 0 50 L'ami Soi'c 1 v») LUcifer 0 50 Somme reçue à ce jour 321)fr. 70 Les Œuvres Complémentaires de l'ecole. Le rapport de la Commission chargée do dresser la liste des récompenses pour collaboration aux œuvres d'adultes et œuvres complémentaires do l'école a paru ces jours derniers à VOfficiel'. H constate l'excellence de Pieuvre poursuivie et l'extension qu'elle ne cesse de prendre. C'est ainsi que le nombre des cours d'adultes s'élève actuellement à , on France, dont cours do garçons et 20.!J0D cours do jeunes fiiles. Le nombre des associations amicales d'anciens et d'anciennes élèves est évalué à et patronages laïques fonctionnent en dehors de ces groupements. A la suite des propositions qui lui ont été faites à cet. égard, M. le Ministre de l'instruction Publique et des Beaux-Arts a arrêté une liste de récompenses en faveur des personnes qui collaborent à cette action post-scolaire. Voici la partie do cette liste concernant le Finistère ; Médaille di vermeil aveeprini» de 100 fr. M. Carré, Guillaume, instituteur à Saint- Pierrc-Quilbignon. Médailles d'argent avec prime de 75 fr. MM. Inizan, Christophe-Mario-Yvonne, instituteur à Lcsneven ; Bauguion, Jean- Louis, instituteur à Chotirs-Cailujt'l. Médailles de brome avec prime de 50 fr. MM. Féat, Snlpice-Marie, instituteur à Sibiril ; Gandon, Louis-Martial-Mario, instituteur à Guipavas ; Çalméjane, Jean-Baptiste-Alexandre, instituteur h Landeloau ; Le Coz, Antoine-Louis, instituteur à Seaër; Ilerrv, Louis-Ferdinand, instituteur à I.ampaul Plouarzel ; Pouliquen, Pierre, instituteur à Quinipei ; DéllCSt, Michel, instituteur à Trelliagat. Rappels de médaille de brome. MM. Castrée, Joseph, instituteur à Plogolf; Que ré, Paul, instituteur à Tréllaouénan ; Jézéquel, Hyacinthe, instituteur à Pont-Croix; Rolland, Olivier, instituteur à Guissény ; Liiunoy, Auguste, instituteur à Muclgotit ; Dambrine, Aristide, instituteur à Corny ; Coquohn, Louis, instituteur à Penmnre'li-Kérity. Dons de livres. M. Rosuol, Jean, instituteur & Hanvcc j Mlle Searaliin, Jeanne, institutrice à Chàteatilin ; MM. Sévère, Jean-François, iustituieur à Saint-Pol-ile-I.éoii ; Bernard, Marcelin, instituteur à l'oullan ; Korloch, Jean' Timothéo, instituteur à Ile-Tudy ; Le Lonpp, Pierre, instituteur à Bannoloc ; Blanc, Louis, instituteur k Brest; Mmo Toxier, née Chauvcl, Elvina, institutrice à Bannaloc ; MM. Morvan, Jean-Louis, instituteur à Poniuaroh ; Salaiin, Mielioi, instituteur à Plomeur ; Filés, Noël-Mario, instituteur à Plouôgat-Guerrand ; Dolavallo, Emile-Victor, Instituteur a Pont-l'Abbé ; Mmo veuve Layee, Léontinc, institutrice à Gourlizon ; MM. Montfort, Yves-Mario, instituteur h Pont-l'Abbé ; Qiiciihiin, Jean, instituteur à Porspoder, Rappels du don de livres. MM. Guéran, Jean, instituteur à Saint- Piorre-Quilbignon ; Tbébault, François, instituteur à Piouvien ; Loussouarn, Joseph, instituteur à Daoulas ; (irai!. Pierre, instituteur à la Fouillée. Diplômes. MM, Baudot, Edmond, professeur à l'éoole pratiquo d'industrie t Dreit ; Dodu, Célestin, professeur à l'école pratique d'industiie à Brest ; Le Guénédal, Jean, professeur à l'école pratique d'industrie à Brest ; Guicbard, François, directeur de l'école normale de Quiitipor ; Moussion, propriétaire à Loctudy ; Néré, Georges, professeur à l'école pratique d'industrie à Brest. Rappels de diplômes. MM. Jaouin, Auguste, directeur du génie maritime, en retraite, à Brest ; l e Coz, Charles, surveillant technique de la marine à Lambézellec ; Mlle Trellu, directrice de l'écolo professionnelle à Brest. Lettres de félicitations. MM. Arnatulcau, Charles, agent technique principal do la marine à Brest ; liions, Louis, commissaire do camino scolaire à Brest ; Châtelain, Eugène, directeur de cantine scolaire à Brest ; Divcrrès, François, agent technique de la marine à Brest; Dubreuil, Pierre, professeur à l'écolo pratique d'industrie à Brest ; Mme Gaignerot, présidente d'honneur du patronage et do l'association de Chàtcaulin ; MM. Le Guen, Jean, agent technique de la marine à Brest ; Guillou, Hippolyte, commissaire de iantine scolaire à Brest ; Ingouf, Eugène, agent technique do la mai ino à Brest; Kéromnès, François, agent technique de la marine à Brest ; Liétliould, Hippolyte, commissaire decantino scolaire à Brest. ; Mazéas, Joseph, chef des travaux à l'école pratique d'industrio à Brest ; Mme Pérennès, vice-présidente do la société d'encouragement à renseignement agricole et ménager à Pleyben; MM. Quiniou, Auguste, commissaire do cantino scolaire à Brest ; Robert, Edouard, commissaire de cantine à Brest. D'ASSISES du Finistère Bulletin de la Pèche Pêche de la sardine du 3 au 10 juillet 1912 Moyenne Nombre de Prix par jour halpsiiï Poissons poisons mi klirft du mille A ronchon.... ualçaua au miuy Les Sables Sainl-Gilles Ile d'yen Le Croisic... G La Turbal le Belle-Ile Quiberon Con carnean Ile-Tudy Guilvinec Penmarc'h Auiliei ne... )>»»» Douarncncz Camaret CONCARNFAl Sprats. Mardi, , lui., prix, 5 francs. Thons. Lo 3 juillet, 250 douzaine ; le 4, 200 à 70 IV. ; 78 fr. ; le 6, à 78 fr. ; 70 fr. ; le!), 250 à 81 fr. 50. à 140 au h 83 francs la le 5, à le 8, à TRIBUNAL C 0 R M «DE Audience du V juillet DOUARNENEZ. L'ivrogne récalcitrant- Le nommé Kérivcl, arrêté pour ivresse manifeste le 7 juillet à Douarncncz, a compliqué son cas en opposant aux agents une résistance acharnée. De plus, il les a injurié. Il lui en coûte aujourd'hui 10 jours de prison et 5 fr. d'amende.. Sur le trottoir. Samedi dernier, des agents do Quimper ont trouvé, couché ivre mort rue St-François le sieur Maurice,Thomas-Paul, âgé de 57 ans. Fiant donnés ses antécédents, Maurice s'entend condamner à 15 jours de prison et 30 fr. d'amende. Il est en outre déchu de ses droits électoraux. PLOMEUR. L's rancunes. Le 18 juin, à 8 heures du soir, la femme Gloaguen, née Marie-Jeanne Le Pape, ménagère à Plomeur, traversait le champ de la veuve Cossec, lorsque cette dernière, qui est brouillée avec oîle, lui fit l'observation qu'elle n'avait pas le droit de passer sur sa terre. La femme Gloaguen répondit par un coup de manche do fourche qui contusionna sérieusement Mmo Cossec. Par défaut, la violente est condamnée à un mois de prison. PONT-L'ABBÉ. La dive bouteille. Pour avoir été trouvée en goguette, le 24 juin dernier, la femme Guéguen, née Marie- Jeanne Gadonna, est frappée de 6 jours,do prison et 10 fr. d'amende. L'inculpée fait défaut.. -- Le prix des cerises. Alors qu'il faisait une tournée de vérification à la halle de Quimper, le 22 juin dernier, M. Biberon, commissaire do police, s'aperçut qu'une dame veuve C..., marchande de fruits, avait suspendu à l'ai mature de fer soi vaut à soutenir un des plateaux de sa balance, un poids de 50 grammes en fonto. Il en résultait une perte de 50 grammes de marchandises par pesée et par client. La veuve C..., ne nie point le l'ait, qui n'est du reste pas niable. Elle prétend seulement avoir voulu, par ce moyen déloyal, contrebalancer l'augmentation dos prix des cerises. Lo tribunal n'entend pas do cette oreille et condamne'la délinquante A 501V. d'amende. En outre, il ordonne l'affichage de son jugement. PONT-L'ABBÉ. Les abandonnés. Pierre-Jean Diquélou, un enfant do 11 ans, comparait sous l'inculpation de vols,. Il a, lo 2 juin dernier, volé une montre et sa chaîne au préjudice de son homonyme Diquélou, qui avait laissé l'une et l'autre dans la poche do son veston, accroché à une haie. Quelques jours plus tard, il dérobait uno paire do lunettes à M. Rouard, cantonnier. Les mauvais instincts du petit inculpé sont établis par des faits antérieurs assez graves. Orphelin de son père et abandonné par sa mère, il habite avec ses grands parents qui renoncent à le corriger. Dans ces conditions, Diquélou, Pierre- Jean, acquitté commo ayant agi sans discernement, est envoyé on maison do correction jusqu'à sa 10 année. GOUÉSN.VC'IL Une rixe. Le dimanche 23 juin, Taboret, Jean-Marie, 30 ans, cultivateur à Gouesnac'li se prit de querelle avec le sieur Cuzon, Jean-Marie, âgé do 50 ans. Il le jeta par trois l'ois à terre et lo frappa avec brutalité. Taboret aura une amende do 25 IV. à acquitter. FOUESNANT. - A Coups de pierres. - Coronlino Kcravee, veuve Bevon, 07 ans, est iricttlpèe d'avoir Brisé dos flarreaux'do vitro chozson ox-propriétaito, M. Corenlin GourlaouUn, menuisier. Malgré ses dénégations énergiques, lo tribunal juge sa culpabilité établie ot lui iulligo 25 fr, d'amende. I A udience du '.'juillet L'alcool meurtrier. Le 2 avril , lo nommé Jules Paul, marin-pécheur à Camaret, rentrait vers8 b.du soi reliez son père avec lequel il habite. Il était en état d'ivresse. Do son coté lo père Paul avait bu I plus quo do raison. Une dispute éclata entre les deux hommes. Que se passa-t-il exactement entre eux? L'enquête, sur co point, n'a pu établir les ' faits d'une manière précise. Toujours est-il quo quelques minutes plus tard, Paul père frappait à la porto d'une voisine en la priant do venir voir son fils. Celui-ci gisait sur le plancher de la chambre dans une mare de sang, Il portail un coup de couteau on pleine poitrine et no larda pas à expirer. Paul, arrêté aussitôt, prélendit que son Iils s'était tué accidentellement en se jetant sur lui, alors qu'il tenait son couteau ouvert à la main. Cotte version est contredite par lo médecin qui a examiné le cadavre. Après réquisitoire do M. le substitut. Pinot et plaidoirie do M* Le Goasguen. Paul est aequilté. Audience du 1 juillet. Avortemcnt. Marie Biiand, femme Lo Saux, 3i ans, ouvrière d'usine à Conearneau,esl accusée d'avoir pratiqué un avortement sur la personne d'une veuve Lo Bihan, née Marie Penglaou, débitante, vers lo mois de novembre dernier. Toutes deux sont poursuivies pour co fait, qui est avoué. L'affaire est renvoyée au samedi, l'un des jurés s'étant trouvé indisposé à l'ouverture des débals. A l'audience do samedi, la Cour, après avoir entendu le verdict du jury, condamne la femme Le Saux à un an de prison et la veuve Le Biban à l.'i mois de la même peine. Ministère public, M. Cazonavette, procureur de la République ; défenseurs, M e s Alizon et du Rusquec. Audience du 5 juillet. Un drame domemiliiiue. Mario Gabriel le Cloarec, femme Poupon, 35 ans, ménagère à Trévilv, en Spézct, est accusée d'avoir ébouillanté son mari, alors qu'il était couché, en versant sur lui dos casseroles d'eau bouillante et lui causant ainsi des blessures qui lui occasionnèrent sa mort. Contrairement aux dires du défunt, la femme Poupon soutient que les brûlures constatées résultent d'une chute faite par son mari dans le foyer où se trouvait un chaudron rempli d'eau Bouillante, qui so renversa sur lui. M. Pinot, substitut, occupe le siège du ministère public. M* Le Goasguen assiste la femme Poupon qui est acquittée. Audience du 0 juillet. Infanticide. Mario Jacob, 23 ans, domestique dans un débit de la rue Monge, à Brest, était poursuivie pour avoir étranglé un enfant qu'elle venait de meure au monde. Marie Jacob est condamnée à 1S mois de prison après plaidoirie de M de Chabre. Ministère public, M. Brouard, substitut. A udience du 8 juillet. Les s*ulteei d'une rixe. Lo 10 mars dernier dans la soirée, le nommé Pierre-Emmanuel Morandeau, patron de bateau à Fouesnant, quittait la tenue de Rue-Névez pour regagner son domicile, lorsqu'il eut une disjussion avec deux garçons île ferme, Bolloré et Nicot. Le premier échangea des coups avec Morandeau, qui partit en proie à une vive irritation. Il ne tarda pas à revenir armé d'un fusil et, se présentant inopinément dans la chambre occupée par los doux domestiques, il fil fou sur celui qui l'avait frappé, l'atteignant grièvement à l'épaule cl au cou. Bolloré a survécu à ses blessures. Apiès réquisitoire de M. Cazonavette et plaidoirie de M" Alizon, Morandeau est acquitté. La session est close. AU BON MARCHÉ 1.4' pliin heau choix de costumes pour B'.nfani* et le meilleur marché. Comment ils nieiircnl Les obsèques du canonnierguénec Dans l'épouvantable accident qui se produisit ces jours derniers abord du Jules Michèle t et en de ni lia la marine française, les bretons, une fois de plus, ont été les premiers a payer leur tribut à la mort. Parmi eux, il en est un qui nous louche de près, l'apprenti canonnier Pierre Ciiiéncc, àgo do 19 ans, dont ces obsèques ont eu lieu mardi à Plogaslol- Saint-Germain, où il est né, uu milieu d'uno nffluenco considérable. Un trait admirable, que notre confrère le Journal a recueilli, a marqué les derniers instants de cet enfant héroïque au moment où, blessé à mort, il était transporté à l'hôpital. «L apprend! Guénec, écrit son correspondant do Toulon, qui devait succomber le premicren arrivant à l'hôpital, refusa lo thé que lui offrait lo médecin pendant lo trajet, a Je sais, dit-il, que je vais mourir. Donna-le à mes camarades. Pour moi, il n'y o plus rien à fairo. Jo no vous demande qu'une chose, c'est, en arrivant à St-Mandrior, de télégraphier à mon père que je suis mort.» Lo cercueil do Guénec est arrivé samedi soir à Plogastol, couvert do six couronnes auxquelles trois autres vinrent s'ajouter, offertes par dos habitants do la commune. Et la population a fait au jeune marin les obsèques les plus dignes, les plus émouvantes, auxquelles les enfants des écoles avaient été conviés. Au cimetière, M. Ilummond, secrétaire général do la Préfecture et M. Dard, administrateur do la Marine rendirent un dernier nommage à lu mémoire de celui qui. fièrement, tomba victime du devoir. M. le docteur Plouzané, député, au nom do cette marine à laquelle il reste si fortement attaché, sut trouver des accents qui émurent profondément l'assistance pour dire le dévouement inlassable de nos marins : «Dans le superbe et sanglant holocauste, dit-il, notre Bretagne compte encore nombre de ses enfants. En sa douleur, elle s'enorgueillit d'être toujours la terre do vaillance, de devoir et de dévouement. Chez elle, la race des Guénec n'est point prête à se tarir. Jo vous en prends à témoins, jeunes hommes, camarades d'enfance de notre cher disparu, et vous aussi, enfants qui m'écoûtez. Vous serez tous fidèles, n'est-il pas vrai à la devise de vos anciens : pour l'honneur, pour la patrie, toujours en avant : araok atao!» M. le colonel Roudière, à son tour, dit un adieu suprême à ce camarade tombé sur la brèche. Et c'est au milieu do ces pensées de tristesse, combien réconfortantes pourtant! que se sépara la foule émue. Après tant d'autres, Guénec repose en paix dans le petit cimetière de Plogastcl, comme ses devanciers frappé au service de la France. Que sa famille en deuil nous permette de nous incliner à notre tour sur son glorieux cercueil et qu'elle reçoive aussi l'hommage do nos condoléances sincères. HQDVBLLESDÉPARTEMENTALES INSTITUTEURS SECRÉTAIRES DE MAIRIE. Le jeudi 27 juin à 10 heures du matin, les Secrétaires de mairie-instituteurs du département du Finistère se sont réunis dans uno des salles du gymnase à, Quimper. L'assemblée constitue ainsi son Bureau : Président, M. Th. Nicolas ; assssseurs, M. Dambrine et Coantic ; secrétaire M. Morvan. Le Président ouvre la séance et donne lecture des lettres des collègues qui, ne pouvant assister à la réunion, lui ont fait parvenir leur adhésion au groupement projeté. A l'unanimité des membres présents, une association départementale des secrétaires de Mairies-Instituteurs est constituée sous le titre : «Association des Secrétaires de Mairie-Instituteurs du Département du Finistère.» Les statuts de cette.association sont immédiatement discutés et adoptés. Il este\isuite procédé à l'élection d'un Conseil administratif de 11 membres. Ont été élus : MM. Th. Nicolas, de Tréboul ; Coantic, de Beuzec-Couq ; Morvan, de Penmarc'h ; Chapalain, de Riec-sur-Bélon ; Labadôs, de Mellac ; Dambrine, de Coray ; Marc, de Saint- Nic ; Queulain, de Porspoder ; Lorentz, de Plougonvelin ; Gradel, de Guiclan et Dalle, de Lanhouarueau. Ce Comité a formé son bureau comme suit : Président M. Th. Nicolas ; Vice- Président, M. Dambrine ; Trésorier, M. Coantic ; secrétaire, M. Morvan. L'Assemblée autorise le Bureau à introduire, par la voiç^ft la Fédération Nationnalo des Secrétaires de Mairie-Instituteurs une instance devant le Conseil d'etat contre le maire de Plouarzel pour abus de pouvoir dans la révocation de M. Larminier, secrétaire do mairie. Dans l'après-midi,le Président a présenté les membres du Comité d'administration à M. lo Préfet et à M. l'inspecteur d'académie. Le Bureau adresse un appel pressant à tous les collègues du Département pour.qu'ils fassent parvenir le plus tôt possible leur adhésion au Président, et leur cotisation annuelle, fixée à 1 franc,à M. Coantic, trésorier. SERVICE DE LA RIVIÈRE L'ODET Voici l'horaire du service -de la rivière î'odet, de Quimper à Bénodet et viceversa, par lo bateau-automobile Terfel, pour le mois de juillet : DÉPART TIFPSRT DE Qii'.iLp«R. DE BINODET. Il Dimanche. 1 h. 30 s. 4 h. 30 s. 15 Lundi... 8 m. 4 s. 10 Mardi m s. 17 Mercredi m. i s. 18 Jeudi m. 5 s. 10 Vendredi. i) m. 4 s. 20 Samedi.. 0 m. 5 s. 21 Dimanche. 0 m. 0 s. 22 Lundi m s. 23 Mardi m m. 21 Mercredi m. 11 m. 25 Jeudi m s. 20 Vendredi. 1 s s. 27 Samedi s. i s. 28 Dimanche s s. 20 Lundi s s. 30 Mardi m. I 30 s. 31 Mercredi m. 4 s. Le prix des places est ainsi fixé! I 1 " classe, 2 fr. ; 2' classe, 1 fr. 25; los dimanches, jeudis et jours fériés : 1" classe, 1 fr. 50; 2' cl., 1 fr. ; supplément de 0 IV. 25 par place réservée; bicyclettes, 0 fr. 75; colis postaux, 0 IV. 25; bagages, suivant poids et encombrement. BREVET SUPERIEUR Ont été déclaré admissibles aux épreuves orales du Brevet supérieur : MM. Beuzit, Le Bihan, Blanchard, Botiiv, Le Bris, Colloch, Coquelin, Gestin, Gloaguen, Le Guettée, Le Guillou, Lo Guirricc, Lozach, Maée, Morice, Pérès, Raver, Trellu. Admissibles de MM. Le Noacb, Rouxol TA BLETTES A DM INISTR ATIVE9 Syndics et gardes Maritimes. M. A. Quiviger, syndic de 2'' classe à Plounéour* Trez, est nommé à la l r u classe. M. Tanguy, garde maritime de 2 classe de Porl'Rhu, a Douarnenez est nommé à la l r t classe (choix). Chef guetteur. Lo chef guetteur de l" classe Bloch (Laurefft-Morie) a été nommé au grade do chef guetteur instructeur en remplacement do M. Perrodo, décédé. M. Bloch est appelé à servir au port de Brest. FOIRES DE LA SEMAINE Samedi 13 juillet. Plonéour-Lanvern, Morlaix. Lundi 15. Ploudalmézeati, Landévonuoc, Saint-Hernin, Guimiliau. Mardi 10. Peumerit, Spézot, Plouuéour- Ménez. Mercredi 17. Dirinon, Lo Releck-lverbtion, Camaret, Lanhouarueau, Ploué/.oe'h. Jeudi 18. Pont-Croix, Rospordon, Plouguerneau, Huelgoat, Sizum Vendredi 19. Néant.

7 LE CITOYEN &DIMPER Nécrologie- Nous avons appris avec lu plus vif regret la mort de M. Louis Guichard pùro <lo M. F. Guichard directeur de l'école normale dos gardons M. Louis Guichard est décode à l'âge de su ans a Pontorson,alors que rien,hormis son grand âge, ne pouvait l'aire prévoir sa lin. Dans celle douloureuse circonstance, lo Citoyen tient à exprimer à M. F. Guichard ainsi qu'à sa lamilkj ses bien vives condoléances. Obsèques. Vendredi dernier, a 2 heures de l'apiès-midi, ont eu lieu les obsèques de M. Jean-Louis Jugeait, maître ferblantier, âgé de (li) ans. Le convoi funèbre était précédé du drapeau de la 285* section des Vétérans, Une assislance nombreuse de parents et d'amis venus pour témoigner de leurattaehement au disparu, suivait le convoi de cet homme de bien. Au cimetière, M. le lieutenant-colonel Koudière rendit un éclatant hommage aux vertus d'honneur et de travail du défunt. Nous nous inclinons à notro tout devant la tombe de celui qui fut, dmrant sa vie, l'exemple du bon républicain et du bon patriote, et nous prious la famille do M. Jugeau do recevoir nos bien sincères condoléances. Concerts instrumentaux. Nous apprenons avec plaisir que les concerts instrumentaux vont incessament recommencer au Café de Bretagne. Comme l'année dernière, M. Le 1 ioniliis s'est assuré le concours de Mme l'"oin- Pichon, harpiste et pianiste du grand théâtre de Nantes et de M. Fein, violoncelliste au même théâtre, M. Gendrot, violon solo au grand théâtre de Hennés, les accompagne. Le succès obtenu par ces excellents artistes pendant la dernière saison d'été est un sur garant de la faveur que le public Quimcontinuera à accorder i\ ces concerts. Le samedi l.'i juillet, à l'issuo du concert, BAL POPULAIRE à grand orchestre, en face du Café. Les consommations seront a prix réduits. Fête des Ecoles. Rappelons que c'est ce soir vendredi qu'aura lieu au Théâtre municipal de Quimper, la soirée offerte aux amis de l'enseignement par les élèves-maitres des deux écoles normales et les élèves des écoles primaires publiques. ' Cette fèto, placée sous lo patronage de M. Le liais, maire de la ville de Quimper, de M. Diival, inspecteur d'académie, et de M. Orsori, président de la Société Républicaine d'education populaire, sera présidée par M. lo Préfet du Finistère. Le programme sera très varié et très intéressant. Le prix des places est tixé à 1 l'r. et 0 fr. 50. Concert de la " Jeunesse Républicaine Quimpéroise. Lo concert-conférence offert dimanche soir a ses membres honoraires par la '' Jeunesse Républicaine Quimpéroise ", a obtenu lo plus brillant succès. Nous donnerons samedi le compterendu de celte fête. Concours et examens. Nous avons appris avec plaisir que M. Marchai, surveillant au Lycée, ex-champion de Bretagne de natation, a subi avec succès le concours d'admission à l'emploi de Commis des Trésoreries. Nous adressons à M, Marchai nos plus sincères félicitations avec nos meilleurs vœux pour sa réussite dans la carrière qui s'ouvre à lui. Certificat d'études. Ont été reçus au certificat d'éludés (garçons) : Ecole de la rue du Lycée. André Bastion, François Roder, Corentin Chrislien, Michel Cornic, Louis Cosquer, André Le Folî, Aristide Gauthier, Pierre LeGloanec, Corentin (irannec, Michel Guéguen, Jean Le Guelloc, Adolphe Ilarré, Félix Kerrest, Kdmond Lacoëntre, Pierre Lan nuzol, Coustanl Lescop, François Mao, Pierre Pichon, Jean Poupon, Lucien Le Rerrc, Pierre Rozec. Ecole de la rue du Chapeau-Itouge. Yves Cariou, Jean-Marie Corcuff, René Cuirot, Michel Denis, René Lo Floch, Jean Gentric, Charles Gulvarc'n, Paul Justin, Alexandre Hélio, Pierre Kermoal, Pierre Lamour, Paul Loubatié, Joseph Lduchouarn, Adolphe Michel,JeanNar/.iil, Pierre Quéré, Gabriel Rabany, Jacques Lo Saux, Pierr' 1 Sléphant, André Thépaut. Ecole privée route de Brest. Corentin Bernard, Jean Gaonach. Ecole privée Saint-Joseph. René Richard. Musique Militaire. Programtno du conçoit du famodi 13 juillet de 8 h. 1/2 à 5) h. 1,2 du soir. Le Fringant (pas redoublé)... Sellenick Ouverture de concert Giraud Ballet égyptien Luigini Sphinx (valsé) Popy Lyre Quimpéroise. Voici lo programme du concert qui aura lieu demain dimanche 1 i juillet après-midi surle Champde-Bataille. icroek-nhô (allegro) G. Roussel Lo Fille du Tumbour-Major (ouverture) Oflenbacli Lèvres Roses (valse) I 1 '. Andriou L'Aimée tpoluap. piston).. Reicheidsiein Soliste : M. I.inérac. Patapoum (marche officielle du Comité des Fêtes do Nice) H. Tarelli La Marseillaise. MM. les membres honoraires sont invités ft assister à rassemblée générale de la Lyre Quimpéroise, qui aura lieu à l'école maternelle do la rue des Rcgtinires, le jeudi 18 juillet à 8 h. 1/2 du soir. K erfeunleun Le feu, Un incendie d'une violence extrême s'est déclaré mardi soir vers 11 heures dans la scierie do M, Tflridec, nouvellement construite dans un champ situé entre le lieu dit Goain-Dro et l'abattoir, en Kerfeunteun. En quelques minutes, le bâtiment fut 1» proie des llammes et les pompiers do Quimper, appelés par téléphone, durent borner leurs ell'orts à noyer les décombres, aidés par le piquet d'incendie du 118" de ligne. Toutes les marchandises contenues dans la scierie ont été perdues, ainsi que lo matériel. Les dégâts 'élèveraient à IV. environ. Us sont couverts par une assurance. Les causes de cet incendie sont jusqu'ici Inconnues. Penlinm Elections Municipales. On se rappelle que le conseil de piéfecluie a annulé, pour Vice de foime, les élections municipales du 5 mai pour la commune de l'enhars. Les élections pour lenouveler le Conseil municipal viennent d'être fixées au 21 juillet prochain. S_J_i! !_.: > Dounrnenez Autour d'une ajffiche. A plusieurs reprises, nous avons protestó contre une augmentation, à nos veux injustifiée do la cote mobilièié'dont avaient été frappés un certain nombre de contribuables do Douarnenez. M. Bardouil, alors maire, lit connaître vers cette époque que, grâce à dos démarches pressantes auprès des pouvoirs publics, une somme do francs, provenant des fonds de non valeurs, pourrait être consacrée au dégrèvement do cet impôt. L'ineffable M. de Pénanros, son successeur, vient de faire placarder une alliehe où, mettant M. Georges Lo Bail et lo Préfet du Finistère en cause, il les accuse tout uniment d'être la cause que cette réforme n'ait pas encore abouti! Nous sommes en mesure do démentir uno pareille allégation. A la préfecture, on a l'habitude d'appliquer la loi, ni pour M. Le Bail, ni contre lui, mais la loi intégrale. Que les réactionnaires de la mairie sachent bien que la manœuvre ne prend plus et se tiennent pour avertis que de leurs calomnies no sortira pour eux qu'un pou plus de ridicule et d'impopularité. Lisez et jugez. Un ami nous écrit : Je viens de lire lo Progrès du (1 et le Cri du Peuple du 7 juillet. 11 n'y a plus de doute. Les socios sont pris la main dans le sac. L'accord entre eux et les calotins est évident. Jugez-en : Dans le numéro du Citoyen du 20 juin, des correspondants de Douarnenez attaquent la municipalité nouvelle au sujet de l'interdiction do la mendicité dans cette ville, sauf au profit des prêtres, et au sujet de la gratuité des fournitures scolaires aux élèves indigents des écoles libres, l'as une attaque dans les deux articles contre les socialistes. Néanmoins, dans deux articles qu'on dirait échappés de la même plume, le Cri du Peuple et le Progrès s'acharnent contre les correspondants du Citoyen. Klectetirs, qui ne demandez pas mieux que de vous éclairer, lisez et jugez! et la moutarde ne tardera à vous monter au nez. Qui trompe-t-on dans le Cri du Peuple, dont le clérical Le Tréïs est le gérant.' Courses de chevaux, Los courses do Douarnenez auront lieu lo dimanche 21 juillet 1012, à 1 heure précise, sur l'hippodrome de la plage du Ris : Première course, au trot monté, poids libre, entrée ;) IV. Prix de l'agriculture. Pour chevaux et juments de '.\ ans et au-dessus, nés et élevés dans les arrondissements de Quimper, Chateaulin et dans les arrondissements limitrophes, et appartenant à des 'propriétaires, à l'exclusion dos chevaux do réforme. Distance : 3000 mètres environ, l" prix, 50 IV. ; 2', 10 fr. ; 3\ 25 IV. ; i\ 10 IV. Deuxième course, au galop, poids libre, entrée 3 IV. Prix do l'avenir. Pour clwjvaux entiers, hongres et juments de 3 ans et audessus, de toute espèce, à l'exclusion des chevaux de pur sang, appartenant à des propriétaires domiciliés dans les arrondissements do Quimper, Chateaulin et environnants. Distance, 3000 mètres environ. I" prix, 125 IV. et les entrées; 2, 70 IV.; 3", 35 fr. ; V, 20 francs. Troisième course, au trot monté, poids libre, entrée 8 IV. Prix de la Ville de Douarnenez. Pour chevaux entiers, hongres et juments de toute espèce, nés et élevés en France, âgés de 3 ans et au-dessus. Distance : mettes environ. 1 e r prix, 150 I'., 2-, 90 fr., S-, 60 fr. Quatrième course, au galop (haies), poids libre (minimum G0 kil.), entrée 5 fr. Prix de la Grève. Pour chevaux entiers, hongres e< juments de <i ans et au-dessus, de toute espèce, nés on France, n'ayant jamais gagné un prix supérieur à fr. Distance, 2SH0 mètres environ. 1"' prix, 100 IV. ; 2', G0 fr. ; 3», 20 francs. Cinquième course, au trot attelé, poids libro, entrée 0 fr. Prix des Amateurs. Pour tous chevaux et juments de service do toute espèce, âgés de 3 ans et au-dessus, nés et élevés on Fiance, appartenant depuis 0 mois au moins aux mêmes propriétaires, attelés â des voitures à 2 roues (à l'exclusion du sulky), conduits par leurs propriétaire?, amis ou domestiques. Distance, 3000 mètres environ. 1 e r prix, 75 fr. ; 2", 50 fr. ; 3', 25 fr. Sixième course, stceple-chase, poids libre (minimumfil) kil.), entrée S IV. Prix do la Société des Courses. Pour chevaux entiers, hongres et juments do í ans et audessus, de toute espèce, nés et élevés on France. Distance, mètres environ, 1 ' prix, 100 IV. et les entrées; 2, 00 IV.; 3, 10IV. Divertissement. Course de poneys attelés (handicap). Prix : Flots de Rubans; entrée : 1 francs. Les engagements seront reçus jusqu'au vendredi 19 juillet, avant 7 heures du soir, par M. Picaud, secrétaire de la Société des Courses, au siège de la Société, 11, nie.lean- Bart, â Douarnenez. Pnuldrcuzic Fêle nationale. Voici le programme dos réjouissances qui auront lieu il l'occasion de la fête nationale, le dimanche 21 juillet 1012 : A 1 heu ce, courses d'enfants et jeux divers (route de Quimper) ; à 3 heures, couiso de chevaux (cantonale) route do Ponhors, prix, 12 fr., 8 l'r., 4 IV. ; course de chevaux (locale) roule de Pont-l'Abbé, prix, 12 IV., 8 fr., h fr. ; à! heures, course do bicyclettes (cantonale) tour de Goarom-Vez,prix, 10 fr., 5 fr., 3 fr. ; course de bicyclettes (locale) route do Plo/.óvetjO fr., i fr., 2 fr. ; ii5 heures, danse d'honneur et distribution dos prix ; danses au biniou ; feu d'artifice et retraite aux flambeaux. La Féte Nationale. Comme d'habi* tudo, la l'été nationale scia célébrée âtréo* gat le 14 juillet. Programmo : à 8 h. 12, sonnerie des cloches ; â 11 heures, distribution do pain aux indigents ; course de garçons, course do filles, course d'hommes, tombola pour les femmes, course de bicyclettes, course do chevaux, concours de fumeurs, danso au biniou. II licito at Quatrième lettre ouverte à Monsieur le Maire. Monsieur le Mairo, N'ayant pas daigné nous soumettre do programme) ni apprécier celui queje vous ai tracé, pet mettez que jo porte vos actes â la connaissance do vos électeurs. Lorsque je lisais sur vos affiches : «comme nous vous l'avions promis, les séances du conseil ont été publique»» j'étais loin de penser que cela signifiait : «Jusqu'ici tout lo monde a été admis à nous écouter ; désormais nos réunions seiont privées.» Oui, Monsieur lo Maire, vos réunions sont loin d'être publiques car, lorsqu'un mardi, àmidi, le tambour vient annoncer aux travailleurs que le conseil municipal se réunit à uree heure, n'est-ce point les inviter à rester chez eux? Nous croyez-vous donc assez riches pour povdro uno demi-journée pour vous voir â l'œuvre '! Pourquoi la session la plus importante do l'année n'aurait-elle pas lieu un dimanche ou un soir quand les ouvriers ont lini leur travail? Craignez-vous donc les indiscrets ou sacrifiez-vous le droit de contrôle do vos électeurs au besoin qu'éprouvent nos conseillers de se délecter dans lo giron de leur sainte mère l'eglise? Je comprends très bien que c'est ennuyeux pour vous de manquer aux vêpres qui ont lieu, le soir, entre ce i lai n s dimanches de l'année, ou de no pouvoir assister, le dimanche, à la grand'mosse. Mais Monsieur le Maire, il y ti des accommodements, même avec lo Ciel. Votre neveu vous dira d'ailleurs que l'eglise pardonne facilement à ses lils et (pie noire charmant curé est tout disposé à accorder la pastille divine à tous ceux qui travaillent pour lui, surtout quand on est possesseur d'une automobile qui vous transporte en quelques minutes aux pieds, des confesseurs morlaisiens. La même faveur étant également faite aux membres d'une famille unie ainsi qu'à tous ceux qui s'occupent du triste sort de leur prochain, vous serez également acquitté devant le tribunal du Très-Haut si eo que l'on prétend est vrai. Ne m'at-on pas en effet affirmé que vous vous intéressiez particulièrement aux contributions payées par certaines personnes dont les moyens ne permettent le séjour parmi nous que pendant la saison des touristes? Jacques BONHOMME. B R E S T Obsèques. Mardi dernier ont eu lieu à Brest les obsèques do Mme Vve Marcelon' veuve de M. Pierre Marcelon, ancien chej do division à la Préfecture du Finistère et mère do M. Eugène Marcelon, publiciste à Brest. Nous prions la famille de la défunte d'agréer nos sincères condoléances. Election Cantonale. Voici lo résultat du scrutin de ballottage qui 1 eu lieu dimanche pour la nomination d'un conseiller général dans lé l or canton de Brest. Inscrits : Votants : ( hit obtenu : MM. Philippol Elu Paul Simon AVIS Mesdames BAR-GAIN et CIIAVET ont l'honneur de prévenir la clientèle de l'imprimerie Jaoucn que, par.suite du décès de Mme Jaoucn,leur more, elles continueront désormais la suite des affaires sous la raison sociale suivante : Imprimerie A. JAOUEN, CHAVET et BARGA1N, Successeurs. 411 M\ MARCHÉ «LHU'ER Vêtement*. Chemiserie, Chapellerie, Bonneterie. AU CONSEILMUNICIPAL de Q U I M P E R Séance du 9 juillet 1912 Beaucoup de monde, mardi soir, à la séance publique du Conseil municipal. A l'occasion du budget, on pcnsaitgénéralemcnt que des discussions intéressantes ne manqueraient pas de so produire. A vrai dire, le public ne fut pas tout à fait déçu. La séance est présidée par M. Le Hars, maire, qui excuse tout d'abord MM. Le Diberdcr et Canet, absents. On désigne M. Jacquelin pour remplir les fonctions do secrétaire. M. Le Hars l'ait ensuite uno communication au sujet d'un changement d'horaire de truin, après quoi, l'ordre du jour est abordé. Il comprend tout d'abord l'examen du compte administratif de Compte ndiiiliilntrutlf Suivant l'usage, M. le Mairo se retire de la sal lo des.séances pendant la lecture du rapport de M. Cabon, au nom de la Commission des Finances. M. Laurent le remplace à la présidence M. Cal/on constate qu'aucune observation n'est à l'aire touchant la régularité du compte administratif, qui se solde par unexcédent de recettes de f.87. Toutefois, il émet le vœu quo ce compte soit à l'avenir présenté de façon, dit-il, à offrir plus de clarté aux personnes peu habituées à la comptabilité administrative. En résumé, lo rapporteur demande que des tableaux soient fournis qui établiraient l'actif et lo passif communal. Nous Talonnerons peut-être en lui disant que le compte qu'il a compulsé n'est pas au tro chose. Mais voilà : M. Cabon, rapporteur do la Commission des Finances, ignoro la a comptabilité administrative». M. Layec, de son côté, voudrait que la faculte soit donnée à tout conseiller de vérifier les recettes et dépenses, ce qui est moralement impossible en ce moment, affirme- t-il, Il votera néanmoins les conclusions du rapport. M. Laurent l'ait obsorver à M. Cabon quo ce qui, à première vue ne paraît pas très clair en-matière do finances municipales s'explique facilement... il suffit do l'apprendre! Quant à l'intervention do M. Laycc, il démontre quelles dillicultcs ce serait pour lo receveur municipal s'il lui fallait pormctlro à chaque conseiller do venir vérifier directement ses opérations. M. Laycc ne so tient pas pour battu et mot en cause certains fonctionnaires municipaux qui lui ont refusé communication de documents en se retranchant derrière les règlements. (Il n'y a qu'un malheur, c'est quo lesdits règlements sont formels à cet égard). M, Laurent. Quand voue serez aussi vieux conseiller que moi, vous verrez que la méthode dont vous vous plaignez est la seule possible. Mais MM. Kerjean et Stéphan viennent à la rescousse. Ils voudraient, eux aussi, qu'un travail fut fait pour permettre un contrôle plus minutieux à la commission. M. Laurent, Il faudra alors c*-écr un emploi nouveau à la Mairie. Finalement, et après cet irwtermodo par lequel les conseillers novices tenaient à démontrer leurs ardeurs... débutantes, lo rapport est voté à l'unanimité. M. lo Maire rentre en séance et M. Laurent le félicite au nom de ses collègues de l'approbation qui vient de lui être donnée M. Le Hars constate qu'en effet, il y a lieu de se réjouir de la situai ion financière indiqué par le compte administratif de Une part de ce résultat revient au dévouement de ses collaborateurs anciens, notamment M. Bodercau, qui pendant huit années mit son dévouement au service de notre cité. Ils ont droit à cet hommage qu'il est heureux de leur rendre. J'espère dit M. lo Mairo, que je trouverai auprès de mes nouveaux collaborateurs lo même zèle et lo même dévouement éclairé. En ce qui concerne la situation actuelle, M. Le Hars estime que la plus grande prudence doit être la règle de conduite du Conseil. En effet, alors que les recettes restent stationnaires, les dépenses.sont appelées à augmenter dans dos proportions assez fortes. 11 espère, pour mener à bien la téclio qui incombe à la nouvelle municipalité, quo le concours de tous ne lui feront pas défaut. Vous saurez, dit-il, conserver à cette cité sa réputation de ville coquette et sagement administrée. (Applaudissements). Compte.* de :>'<'s<ioii. Le compte de gestion du receveur municipal pour l'exercice 11)11 est approuvé sans discussion. Il en est de mémo du compte d'administration du collège de jeunes lilles, qui laisse un excédent de receltes do francs. On passe à la lecture des chapitres additionnels au budget de Mais avant de procéder à la discussion, M. le Maire donne quelques indications sur... la comptabilité administrative. Indications qui ne sont pas sans utilité, comme on l'a vu plus haut. Les NiibveiitioiiN. Voici le chapitre des subventions : La société de gymnastique la Quimpéroise a sollicité un relèvement de la somme. Elle ne touche que!î00 francs. Malgré l'insistance do M. Leblanc, le Conseil so range à l'avis de la commission qui tout en «exprimant son regret» de no pouvoir mieux faire pour la vaillante société, lui refuse toute augmentation. Il y a certainement lieu de le regretter. La Chorale Quimpéroise, plus heureuse, voit son allocation annuelle de 300 francs, portée à 600. Une subvention de 300 francs est accordée au Syndicat d'initiative du Finistère. llinployé* municipaux. Une somme do 300 francs est votée pour augmentation à deux jeunes employés de mairie. Au sujet d'un relèvement do traitemont au conducteur du service des eaux, M. Kerjean s'étonne du retard apporté à son augmentation. M. le Maire fait observer que son prédécesseur avait traité avec l'intéressé à raison de francs par an, a titre définitif. Néanmoins, le fonctionnaire dont il s'agit fut augmenté. Il tient à spécifier que le Conseil municipal, dans cette affaire, a donné plus qu'il n'avait promis. Le Conseil ratifie l'augmentation demandée. Un crédit est voté pour ouverture d'une nouvelle classe à l'école do la ruo du Lycée, et ainsi qu'une somme de l.loof., affectée à la création d'un nouvel emploi d'instituteur. Au kiosque 1 musique. Un projet consistant à rétablissement de deux rampes de gaz au kiosque de musique, pour remplacer les vieux lustres à peu près hors d'usage, a été présenté à la Commission des Finances. Cette dernière proposo d'adopter une seule rampe, d'effet très artistique, dont l'installation n'excédera pas 574 francs. Adopté. A ni T'es ira vaux. L'acquisition d'un immeuble, empiétant sur la voio publique, rue do la Providence, est décidé et un crédit do francs necordç à cet effet. Une dépense do francs pour installation de l'éclairage au gaz à l'école de la rue du Lycée est également ordonnée. Le Nomit'ui' esi exigeant.' Lo sonneur eu beffroi municipal a demandé une augmentation de salaire. M. de Kerangal insiste pour que satisfaction lui soit donnée et nous apprend qu'en ce temps fertile en élections, le cari lion ne tir a beaucoup plus d'ouvrage(?) Le Conseil, malgré cet argument, refuse lo subside IOucore des subvenuoiin. La Société dos raids hippique du Finistère a demandé ollo aussi à so l'aire subventionner. Sa requête est repoussée. Mémo refus pour le Sanatorium postal. Avis défavorable est donné à la domando formulée par la société do gymnastique la Phalange d J Aroor, pour obtenir une subvention la commission ayant estimé, avec raison, que la municipalité peut donner de subsides à une œuvre d'un caractère confessionnel. M. de h'érangal proteste et voit naturellement duns cette mesure do puro justice «atteinte aux droits des catholiques». Pourquoi subventionner, HERNIEUX NE CROYEZ PAS Depuis 3 ans que j'habite ici, je suis très-étonné de voir que tous les Grands Spécialistes lire Fumistes qui guérissaient les Hernies avec leurs merveilleux Bandages, se mettent à en inventer un nouveau tous les 6 mois ; pourquoi toutes ces nouvelles inventions puisque le premier guérissait? Je vais vous le dire ; c'est tout simplement parce que la... Victime qui a été trompée une première fois ne remord plus à l'hameçon ; alors on lui représente un renouveau bandage on lui renromot une renouvelle guérison et revoyez renouvelle reexploilalion en attendant renouvelle découverte. J'ai les preuves de ce que j'avance. Aucun des Spécialistes annoncés ne se présente lui-même, le public est donc encore trompé puisqu'il se figure expliquer son cas au Grand Maître et il se trouve en présence d'un simple voyageur.. A ceux qui souffrent de bien méditer. G. PKPIN, Bandagiste Q U I M P E R dit-il, une société de gymnastique à l'exclusion de l'autre '! M. Stéphan. Parce que la première est neutre et que l'autre est avant tout un patronage confe.ssio.nnel. Tous les jeunes gens peuvent faire partie de la Quimpéroise ; il fautôtre catholique pour être membre de la Phalange. Et le crédit est repoussé à mains levées. Seuls, les conseillers de la liste libérale lèvent la main à la contre-épreuve. La Lyre Quimpéroise a demandé une augmentation do subvention. Sur avis do la commission, lo chiffre actuel de 1000 fr. est maintenu. Une discussion s'engage au sujet de l'allocation demandée par la Bourse du Travail. M. Machcnaud, rapporteur, demande au nom de la Commission le rétablissement de la subvention de ôoofr. dont jouissait cette institution et qui fut retirée à la suite d'une conférence anarchiste faite par un agitateur venu de Paris. M. I^o Hars explique dans quelles conditions la mesure fut prise : C'est parce que les syndicats étaient sortis de la loi de Le Conseil municipal s'est fait un honneur de voter la subvention dès le premier moment. Quant on a fait appel au sang et à la révolte, il a estimé qu'il devait la retirer. M. Stéphan dit que la bourse de travail de Quimper n'est pas un foyer de révolte. M. Lévénès constate qu'il y a un appel au sang dans la Marseillaise (!) L'orateur dont il s'agit, un certain Oliarles Davray illustrait ses conférences de poésies et de chansons... M. Kerjean. Il est dommage que Charles Davray, avec sa jolie voix, ne puisse pas nous en chanter quelques unes ce soir. M. Le Hars. Je vous assure que je ne lo laisserai pas continuer longtemps. Sous bénéfice de ces observations, le crédit de 500 fr. est rétabli d'un commun accord. Autre discussion au sujet de subventions à accorder aux sociétés de bienfaisance la Maternité, la Société Maternelle et la Société d'assistance aux pauvres.mm. Jaquelinet Afaclienaud insistent pour que ces associations reçoivent une nllocation de la Ville, M. Le Hars serait partisan de réserver les crédits municipaux au bureau de bienfaisance, qui est une œuvre municipale. Par 16 voix, îôo francs sont votés à repartir entre les trois sociétés. Lo Conseil ratifie un crédit pour indemnité de déplacement à M. le Conservateur du Musée. Il est 11 h. 1/4, La séance est levée et comme nous ne sommes qu'au tiers de l'ordre du jour, on décide de se réunir demain soir, mercredi. Séance du 10 juillet. La séance est ouverte, ou plutôt reprise à S h. t/2. M. Laurent s'est l'ait excuser. On dansera. M. le Maire dit qu'il a été saisi de la demande d'autorisation, pour un administré, de (aire danser devant sa porte pendant la nuit du 13 au li juillet. il/. Jacquelin est d'avis d'accorder. M. Machenaud voudrait savoir si la demande est personnelle ou collective. M. le Maire. 11 s'agit ici d'une demande personnelle. Mais j'ai reçu une autre pétition, émanant d'un groupe. A ce propos, M. Le Hars estime quo, pour les l'êtes de quartier, il serait juste de retenir pour la Ville une contribution résultant du prêt de son matériel. Il en est ainsi décidé.. Budget de Après expédition de trois questions peu importantes, on passe à la lecture du budget primitif do Allocation aux vieillards. L'allocation mensuelle des vieillards est portée à "20, fr. Un centime sera voté pour faire face à cette nouvelle charge. Location des salles publiques. M. Lévénès voudrait que l'on fit payer la salle du gymnase, non seulement pour les séances do sociétés, mais encore pour les réunions telles que les examens. M. lo Mairo signale lo danger : Cette mesure pourrait avoir pour cll'et de privée Quimper des examens qui lui amènent du monde. Le statu quo est maintenu. Le Musée. M. Kerjean voudrait la gratuité do l'entrée au Musée pour les Quimpérois. M. le Maire fait observer quo les cartes permanentes sont jamais refusées et que lo dimanche et tes jours fériés, l'entréo du Musée est gratuite. M. Jacq. Combien y a-t-il d'entrées lo dimanche il/. Le Hars. Très peu. La gratuité lotis les jours est repoussée à l'unanimité sauf M. Kerjean. Indemnité de famille, Un projet d'indemnité familiale pour les employés de mairie, présenté par M. le Maire est renvoyé à une commission. [à suivre). Les Petits Pois PLOZKVET. La vente des petits pois verts aux usines de conserves est rémunératrice pour nos cultivateurs, cette année. La campa<ruo a commencé lo 11 juin ; les wix, jusqu'à ce jour, ont été do 24 à 30 fr. les 100 kg. Malheureusement, l'apparition d'un puceron vert sur les cultures a occasionné une diminution considérable dans le rendement. Les expéditions ont été faite? par une trentaine d'agents ou de sous-agents pour des usines situées à Pouldreuzic, Ploulnnec, Douarnenez,. Quimper, Lorient, Châteauneuf-du-Faou, La Roche-sur-Yon et Paris. Voici le relevé des quantités exportées : \ T " semaine, 100 tonnes ; 2«semaine, 400 tonnes; 3 U semaine, 400 tonnes; 4 semaine, 150 tonnes. On présume que le marché pourra tenir lô jours encore, mais avec des stocks graduellement réduits. TRKOGAT. Depuis 8 jours, le co«rs des petits pois est de 25 francs les 100 kg. Précédemment,les cours avaient varié entre 25 et 2.S francs. PRETS A «LES Amortissables à long terme Tout propriétaire Cimmeublsi p-ut, «a contractant un emprunt nypotheeair* au es oit mizm de France M procurer dei fonds pour commerce, Industrie, eiploltation agricole, acquisition -d'inimeubles, remboursement d'hypothèques anterleures, constitution de dot, etc. /. J empiimi»' «! immmiê rmietila. Il s'amortit dans on délai de 10 k 71 ans, m*mi» Fmmmpr tlémr 1 p r **t, 4 son fri, rrw.'j#urn»- tmul mu pmrti» «fw prêt»»~ r-~ft;ant mm l'amn-miimiml *èim 'fmalmé. POCL TOUS RIKSLTGFILMDITT L'ADALLSIL AL MÉDIT FILCIÉI IL FBUCE. II. M in SUSCITILI, F I * Et à M. BERNARD, 24, nie d'aiguillon, à Brest, directeur de la succursale du Crédit Foncier de France, pour le département du Finistère. Coffres-Forts incombustibles A SOLDER A. Xédélec,24,rue de Brest, H O T E L du Phare cteckmul PIM*NCHE 14 JUILLET Grand Péjeuner d'inauguration * En cette occasion les propriétaires se feront un plaisir d'offrir à leurs Visiteurs 111 I I I a u s s i choisi que bien soigné au prix habituel. LUNETTESET PINCE NEZ Verres garantis absolument pers EXÉCUTION SOIGNÉE des ordonnances de MM. les Oculistes JUMELLES Thermomètres BAROMÈTBES G. PEPIN, Opticien 16, rue Keréon, QUimPER ^ HALLE A LA CHAUSSURE J» Où l'on peut trouver les meilleures Formes Américaines Anglaises Françai&es pour HOMMES, à 4 et pour DAMES, à Xt M A R C H A N D I S E S D E I " Q U A L I T É J F 2, Rue Astor et 12, Rue S'-François -

8 Elections Sénatoriales IU I I (.1 I 4 ti*'л ATOIl! H Y Arrondissement de Qu'imper. Al'DIFRNF.. Titulaires : Campion, Ilouat, Savin, Pilon, llonal, Stéphan, Héheurt, Courtemanohe, Coquet. Suppléants: Lo Gall, Magadur. DFNODET. Titulaires : Rouilloux- Lafont, l.o Clineho. Suppléant : Gouzien. BETJZEC-CONQ. - Titulaires : l.o Cranc, l.o Bcrre, Hervé, Déréach, Royer, l.o Noaeh, Costnouee, Bure!, Hervé. Suppléants : Duvnl, Ravallae. BR1EC. Titulaires : Maguor, Mérour, Moënnor, Maguer, Croissant, Rannou, Gautier, Seznee, Guénolé. Suppléants : Darsillon, Pennée. BEUZEC-CAP-SIZUN. - Titulaires : Ansquar, Riou, Sergent. Suppléant : Bris. CONCARNEAU. Titulaires : Campion, D.not, Bcscon, l.o Coroller, Le Coz, Lo Douff, Caudan, Rospnrd, Déniel. Suppléants : Criquet, Quolven. CLFDEN-CAP SIZUN. - Titulaires: Pérennes, Coz, Gloaguen, Donnait, Pelle, Carvnl. Suppléants : Borriet, Môrour. CLOHARS- Pi H'ESN A NT. - Titu laires: N»uët du Taillv, de Jacquelot du BoiSlOUvray. Suppléant : Gon/.ien. C'OMBRIT. - Titulaires : Certen, de Villefrov, Giiitot, L'Holhounch, Chauvel, Diquélou. Suppléants : Tanniou, Sévignon. DOUARNENEZ. Titulaires: Hassoël, Quinquis, do Pénanros, Criou, Le Gall, Marin, Rovault, Le Gall, Bréard, Jaequin, Fôr.on, Bloueh. -- Suppléants : Le lierre, Nédéloc, l.aurovt. ELLIANT. -- Titu'aircs : Le Bouillis, Gourlay, Cotten, Gourmolen, Guillou, Le Roy, Le Bourhis, Kergourlay, Quéméré. - Suppléants : Cavellat, Le Moigne. KRGL'É-ARMEL. Titulaires : Cornic, Pôrennou, Corro, Le Quinquis, Kornovez, Hostiou, Péron, Couslans, Le Stor, ERGl É-GABÉRIC. Titulaires : Le Roux, Lo GotT, Danion, Bacon, Bolloré, Feunteun. -- Suppléants : Le Roux, Quelven. ESQC1RIEN. - Titulaires: Bontonnou, Perrot, Quillivic, Thomas, Priol, Kersual. Suppléants : Priol. Calvez. FOl'ESNANT. -- Titulaires : Keroulin, Le Guyader, Rertholom, Guillou, Nézet, Sourin. -- Suppléants : Rousseau, N'oaeh. G0URL1Z0N. - Titul tires : Cloarec, Fertil. -- Suppléant : Le Moal. GUlLhR. -- Titulaires : Lo Pape, Pichavont. -- Suppliant: Ansqnor. GOL'ESNACH. - Titulaires : Guyader, Pétillon. -- Suppléant : Tamic. GOl'LIEN.-- Titulaires : Dréau, Mener. Suppléant : Qtiéré. GUENGAT. - Titulaires : BénatV, Le Qnéatt, Pérennon. -- Suppléant : Cluito. ILE-TFDY. - Titulaires: Cariou.Pochic. Suppléant : Bargain. ILE-DE-SEIN. -- Titulaires : Muguet, Hernes. -- Suppléant : Menez. KERFEL'NTEl'N." Titulaires :Le Gars, Le Cœur, Jaoue», Laouénan, Ollivior, Le Viol. -- Suppléants : Jaouen, Lozao'hmeur. LA FORET-FOI'ESN'ANT.-- Titulaires: Merrien, Soudy, Jan. - Suppléant : Guéguen. LAN DR ÊVÀ R ZEC. -- Titulaires / Niger, Marquis de Piœuc, OUivier. -- Suppléant : Le Gars. LANDL'DAL. - Titulaires : Le Ru, Pennarun. -- Suppléant : de Pompery. LANGOLEN. -* Titulaires : do la Grandiore, Cozic. -- Suppléant : Bourhis. LANDL'DEC. - Titulaires : Le Corro, Kerloch, Lo Brun. -- Suppléant : Burcl. LANRIF.C. - Titulaires : Sollin, Rousseau, Lozivit, Le Goe, Glémarrec, Dagorn. - Suppléants : Lo Naour, Pézennec. LE GUILVINEC. -- Titulaires : Lucas, Folgoas, Le Cléach, Criquet, Larnicol, Le Papo, Bigcr, Rolland, Kernallen. --.Suppléants : Pennarun, Le Nours. LE JCCH." Titulaires: Boété, Youinou. - Suppléant : de Keroullas. LOCTL'DY. - Titulaires : Dcrricn, de Carfort, Le Roux, Le Tareau, Péron, Guiekaoua. -- Suppléants : Lo Cn-ur, Carioti. MAIIALON. - Titulaires : Bariou, Pennée. -- Suppléant : Quéré. MEILARS. - Titulaires : Bariou, Savina. - Suppléant : Colloch. PONT-L'ABBÉ. - Titulaires : Mo.vsan, Nicolas, Maréchal, Gélot, Le Gall, Briee, Pichavant, Lo Bastard, Rolland. - Suppléants : Le Chever, Allain. PENMARC'H. - Titulaires : Kerloch, Durand, Cloarec, Stéphan, Berrou, Lclgouaroh, Auffrot, Riou, Miroux. -- Suppléants : Stéphan, Le Gall. PLOMEL'R. -- Titulaires : Chardon, Cariou, Volant, Le Floc'h, Bargain, Cosquer. -- Suppléants : Salaûn, Le Berro. PEL'MERIT. -- ra«te»>c*:canévet, Hénalï, Bilien. - Suppléant : Marzin. PENHARS. -- Titulaires : D'hervé, Hénalï, Hascoët. -- Suppléant : < dllvier. PLEL'VEN. - Titulaires : Cosquéric, Louédec. -- Suppléant : Chalony. PLOBANNALEC. - Titulaires : Stéphan, Mariel, Larnicol, Riou, Calvez, Quiniou. -- Suppléants : Morvan, Le Bec. PLOGASTEL-SAINT-GERMAIN." Titulaires : Garrec, Hélo, Quiniou. - Suppléant : Vigouroux. PLOGOFF. - Titulaires : Thomas, Marzin, Jadé, Ouézongar, Poulha/.an, Dagorn. " Suppléant : Yvenilou. PI.( inéis. - 'Titulaires : Moënnor, de Carné. - Suppléant : Léty. PLONÉmiM.ANVERN. - Titulaires : Toulomont, Failler, Daniel, Bois, Toulemont, Guénolé, Salatin, Yvinoc, Daniel. -- Suppléants : Roger, Mavic. PLOARÉ. -- Titulaires : Lo Moan, Castrée, Le Brenn, Doaré, Prigont, Kcrvarec. Suppléants : Ancel, Floch. PLOMELIN. Titulaires : do Carné, Pluzennec, Daniel. -- Suppléant : Quilhec. PLOGONNEC. -- Titulaires : Cosmao, L'Helgouach, Boété, Cosmao, Seznee, Bourhis. Suppléants : Timcn, Quéau. PLOCIIINEC - Titulaires : de Léclusc- Trévoédal, Ansquor,Burel, Colin, LeBorrc, Buiel, Goniiloii, Colin, Rogol SuppléantS : Rogol, Sergcnl. PLUGUFFAN. -- Titulaircs : de Lócluso do Longraye, Larhnnt, Fcuntouu. -- Suppléant : Coadou. PONT-CROIX. - Tilulaires : Kei s.'iii'lv, llénalv, Le Band. - Suppléunt : Gadonna Pi IULDERGAT.- QilCll.énor. Le Mingile, Tilulaires Guillou, Boll.éoeh, Le D.OHV, Jolivet. - Suppléants : Youinou, Raphalcn. l'i luldreuzic. - Titulaircs : llénalv, Clorcnnec, HnscolH. - Suppléant : Ynnnic, POULLAN. - Tilulaires : Lo Bars, Rozen, Kórivol. Suppléant : Cnnévot. Pi.(IVAN. -- Titulaircs : Plouhinoc, Alnnnou, Goancc - Suppléant : Le Pape. PLOZËVET. Tilulaires : Kéravcc, Cabillic, Le Goti, Cnbillic, Goya), Le Berrò, Le Goti', llélou, lleivé. - Suppléan's : Cudonnoc, Quéré, PR1MELIN, Tilulaires : Brénéol, Lo Corre, Pérennès. -- Suppléant : Lécuyer. RUSPORDEN. - Tilulaires: Quéméró, Postic, Chnpalen. Suppléant: Le Strat. SA1NT-EVARZEC." 7'iV«/aw-es:Bouard, Calvez, Le Maout. - Suppléant : Riou. SA1NT-YVI. Titulaircs : Bronnec, Coiten, Bleuzen. -- Suppléant : Goiirmelon. SAINT-J F.AN-'l'Ri >LIMON - Tilulaires: Tannoau, Larzul, -- Suppléant : Tanniou. TOl'RC'H. -- Tilulaires: Caugant, Le S E O U L. -- Suppléant : Poupon. TRÉBtìUL. - Titulaircs: Gonidcc, Le GolV, Boni/oc, Noi maini, Guével, Cloaró, Keii'enilal, Le Bis, Kérivel. -- Suppléants : Aneel, Le Bene. TREFF1AGAT. - Tilulaires: Mólcnncc, Thomas, Boncst. - Suppléant : Pochnt. TRÉGUENNEC. -- Titulaircs : Jolivet, Le Garrce. Suppléant : Larvai. TRÉMÉOC. -- Tilulaires : Le Roux, Fervi illant. -- Suppléant : Guonnoc. TRÉOGAT. - Tilulaires : Caoudal, Ilaphalen. - Suppléant : Faou, TRÉGl'NC. - Tilulaires : Quenlcl, Caidenner. Cotteli, Péro, Drouglazct, Dlivnl, Glémarrec, Ivorlédan, Bourhis. -- Suppléants : Le Saiix, Guisquct. L'A d m in is Irateur-Gérant, Pierre GUÉGUEN litudcs de M u SOVDHY, (loclcur cn droit, avoué гче Laënnee, n" DJ, à Qu i m per. et ile M" JACQ, notaire ;'i Quimper. IP -A. IR LICITATION en l'etude et par le ministère de M" Jac'i, notaire à Quimper LE mercrepi 7 *OUT 1912 à % beurr* «le l'apri s-midl. OcsItjnailoD de l'iuiiiitiitic à vendre : Département du Finistère. Arrondissement, Canton. Commune et Ville de UNE. LOT UNIQUE MAISON sise à Quimper, place du Chnmp de foire, n 12, élevée sur sol d'un rez-de-chaussée, deux étages et mansardes, avec cour derrière, d'un revenu annuel de 1700 francs. Cette maison est bornée au nord par propriété Rannou, à l'est pai' propriété Kerbourc'h et le cimetière Saint-Louis, à l'ouest par propriété Bourvéau, propriété Cornic et propriété Rannou, au sud par le Champ de foire. nal : vingt-trois mille ] franc::, ci 20l Cette vente est poursuivie en exécution d'un jugement du tribunal civil de Quimper, en date du 15 mai 1912, enregistré, rendu co nt radie toi re ment. Inlr»' : 1" M. Jean-Yves Kervran, instituteur, demeurant à Confort, en la commune de Meilars ; 2" M. Joseph Kervran, mécanicien, demeurant à Quimper, place du Champ de foire, n 12 ; 3 M. Auguste-Pierre-Louis- Marie Kervran, électricien, demeurant à Quimper, demandeurs qui ont pour avoué constitué près le dit tribunal M 0 J. Soudry, en l'étude duquel, sise a Quimper, rue Laénnec, n" 10, ils ont l'ait élection de domicile,- lit : M' SOUDRY, Avoué. 1 M. Corentin Kervran, comptable demeurant 1 Quimper, rue du Salle, pris tant en son nom personnel que comme tuteur datif de sa sœur mineure Augustine- Maric-Isabelle Kervran ; 2" M. Louis-Augustin Kervran, ancien agent d'assurances, demeurant a \Iantcs, rue de Metz, n 4, tant en privé nom qu'en sa qualité de subrogé-tuteur de ladite mineure Au gusti nc-m a rie -Isabelle Kervran, défendeurs ayant pour avoué constitué près ledit tribunal, M" SÉNIK, Avoué. L'adjudication de l'immeuble cidessus désigné aura lieu le Mercredi 7 août 1912, h 2 heures de l'après-midi, en l'élude et par le ministère de M c JACQ, notaire n Quimper) sur la mise a prix de LE francs, fixée par le tribunal, a éteinte de feux, au plus offrant et dernier enchérisseur, aux clauses et conditions du cahier dos charges déposé en t'élude du dit M''.Incq, où toute personne peut en prendre communication et en présence de M. François Siagnol, principal clerc de notaire, demeurant à Quimper, subrogé-tuteur ad-hoc de ladite mineure Kervran. Rédigé par l'avoué soiissign é. poursuivant Quimper, le 11 juillet J. SOUDRY. Aoouè. Placer ses économies est souvent dillicile. Lo faire dans une Société fonctionnant sous le contrôle de l'etat et déposant ses fonds à la Banque do France est une sage précaution. I.:> Prévoyance D'i'uiH'.-iUe vie constitue un capital, une dot ou une retraite par versements depuis -2 IV. 50 par mois. File fonctionne sous lo cou trùlo de l'etal et dépose tous ses fonds à la Banque de France. I L F I E I I Î A Ï I V imis '(' iw<>i»;m'iii<>iils> à IH..a. «ÉvlÉLÉBEn, route île Pont- IMIihé. ia 4yii'tu!>««*. Eludes de M» André JONCOUR, avouélicencié,.">, rue du Quai, à Quimper, et de M'' GA( >UYER, notaire à Pont-l'Abbé. V E J S I T E Par Lieitation Pour plus amples renseignements, consulter les affiches et s'adresser à M 0 GAOUYER, notaire a Pont-l'Abbé. COMMUNE DF PENHARS Construction d'un Groupe scolaire aïs ICiiiisoaii día Moiiüci-VrH ADJUDICATION Le Vendredi 86 Juillet i»i't (i 'J lu ares de l'après-midi Eu la MAIRIE DF. PENMARC'H Et par le ministère de M- GAOUYER, notaire à l'ont l'abbé- En la COMMUNE DE PENMARC'H Les édifices, superfi ces et droits réparatoircs du domaine, dit Kérérec-Manoir, au \ilinge do Kérellec, et diverses parcelles do terre au même lieu, en six lots séparés et sur un total de mise à prix de fr. Le Dimanche 'il Juillet prochain. à 2 heures de l'après-midi, il sera procédé en la Mairie de Penhars, à l'adjudication, en UN SEUL LOT, sur soumission cachetée, des Travaux à executor pour la construction d'un Groupe scolaire au hameau du Moulin-Vert, montant «lu devis... ' «.500 fr, (Xon compris tes honoraires de l'architecte). Cautionnement... I 200 Fr. ExTtiAir nu CAHIER D E S CIIAHOES Article 4. Les soumissions devront être déposées à la Mairie de l'enhars au moins deux jours avant l'adjudication, de. Les plan, cahier des charges et détail estimatif sont déposés à là Mairio do Penhars, où les entrepreneurs peuvent en prendre connaissance, de 8 heures du matin à 1 heures du soir. Les soumissions seront rédigées sur timbre à 0 fr. GO dans les termes suivants : «,1c soussigné (Nom et prénoms), n Entrepreneur, demeurant à, a oprès avoir pris connaissance des plan, «devis et cahier des charges des Tra- «vaux à exécuter pour la Construction» d'un Groupe scolaire au hameau du u Moulin-Vert, lesdils travaux évalués à «la somme do francs, mo sou- «mets et m'engage à les exécuter en mc «conformant aux proscriptions des dits a plan, devis et cahier des charges et «moyennant un rabais do (en toutes «lettres) pour cent francs.» Chaque soumission sera placée dans une enveloppe fermée, qui sera clloniémo renformée avec les certificats do capacité et l'engagement de verser lo cautionnement, dans une première enveloppe également cachetée. Penhars, lo 14 juin Le Maire, P. D'HERVÉ. Eludes do M' André JONCOl'R, Avoué- Licencié, 5, rito du Quai, à Quimper, et do M«GAOUYER, Notaire à Pont-l'Abbé. (Exécution de la loi du 211 octobre 1884.) V E N T E PAR LICITATION En l'étude do M 0 GAOUYER, notaire à Pont-l'Abbé. 1.1 HAU III «3 JUILLET à 1 h. 1 2 de l'après-midi Une Pelilo Propriété sise à KERLOUÂRGAT, en la communo do Plobannalcc. /DISE * PRIM : fr. CITOYEN AU BON MARCHE 4puaieü»i<:ig Boliw E O I S B N L E I «veston. I N*III nouveauté »..75. lifí Гг. и caá Chefs d'œuvres d} Maîtres Le Xcw-York-Ilcrald s'est livré à une cnquôto auprès des marchands do tableaux, pour savoir lo prix que pourraient atteindre les toiles rares. M..1. Devecn dit qu'il y a, en Europe, dans les collections privées, une douzaine d'œuvres, dont il donnerait volontiers ciii< million** «le Francs, avec la certiludo do tirer un joli bénéfice. Où allons-nous avec une telle.surenchère? Mais, s'il savuil que dans un coin do notre Brelagno, il existe un Primitif atti Ihuc à 5bouquet, assez, bien conservé, et dont lo propriétaire ignore peut-être la réelle valeur, que dirait M. J. Devecn? FURET. Etude de M",1. SENIE, avoué-licencié, 2ô, rue Lai'oinec à Qu'imper. VENTE PâUlGÎTATION k L'AUDIENCE DES CRIÉES DU TRIBUNAL CIVIL DE Le Jeudi 555 Juillet IWI55 à 8 h. 112 du matin. En la commune do Plpgonnec, canton de Douarnenez. U PROPRIÉTÉ RURALE DE Rllilll^ COMPRENANT : Un vieux Manoir servant d'habitation, terres dç toute nature, bois courants, forestiers et taillis, d'un seul tenant. Contenance approximative : 58 hectare». MISE A PRIX : Quatrevingt - dix - h uit mille francs, ci 9K.000 Vr. Voir les affiches. L'A roué poursuivant, A S. «ÉNIÉ. VENDRE RÉSIDU DE SOUDE pour engrais. S'adressera M. Sehang, Pont-Croix Etude do M Pierre JACQ, notaire LE JEUDI ЯН.IIELLB'.T 13M55 à 2 heures en l'etude EN LA VILLE DE Quartier de Locmaria à l'angle de la route do Bénodet et de la rue du Presbytère. 1 e r Lot Une (Ttaison ef divers Edifices à usage de boulangerie Uise à Prix : ÎO.OOO I v. 2 p Lot u\ t.fiitn» iiuso\m accolées sans communication entres elles avec jardin derrière. Mise à Prix : 15.ООО Fr. 3 Lot -H /т. ш m. m» m rw au sud du précédent lot avec grand hangar. Mise u Prix : 5*.ООО Fr. 4 e Lot. TEKBAI]ST derrière la boulangerie ci-dessus et la propriété Bolloch, d'une superficie de 800 mètres carrés environ. Mise à prix : 4.ООО Ir. Г)'' Lot. T E R R A I N à la suite du 4 lot d'une superficie do 700 mètres carrés environ avec grand hangar. Mise и Prix : l.ooo Fr. Jouissance au 29 septembre. Voir les affiches. E N T R E E iepubltcains, lisez- et, faites tipe le a Citoye nuassf^"tmtfittt""*ими Départements # Autres limitrophes J^Q Dipaitemeats 6 M O I S 1 on ' * " ms 6 M O I S 1 A N 2fr. $/.50 Organe de Concentration Républicaine 2/50 4 fr. BULLETIN Je soussigné déclare souscrire pour un abonnement de. D'ABONNEMENT à partir du.au journal " Le Citoyen " Ci-joint un mandat de. (1) Nom, prénoms, profession cl adresse..le..19 S I G N A T U R E : Dctachcr ce bulletin et 1.nl»e«-s»:> à Tri. P. Gucgucn, Admlnlstratenr-gérant «lu Citoyen ". 21, rue du Salle, Quimper S'adresser dreu/.ic. rais acacia tres secs, tou tes dimensions, à M. LE RESTE,. A. C E D E E POUR CAUSE DE SANTÉ Poul UN BON DÉBIT A S'adresser QU LMP Lit au Journal. actif, connais HOMME MAPIÉ sant lo breton, voyagerait pour maison sérieuse Alimentation. Ecrire au journal. ( i AU MÉNESTREL 18,Place Saint-Corentin, 18 PHONOGRAPHE à 10 francs PATHÉ sans pavillon et avec pavillon (ген sonore «m m. m «m m m ж вез très beau modèle à 150 franc* Grand choix de FIAJXrOS TIMBRE LIBRE à partir de 700 disques 3STEXJFS francs. M r & M" ALLIER l liirurgh'ps-dfntbtcs Diplômés de l'université de Paris 1, rue Kéréon, En face la Cathédrale. Maladies de la bouche et des dents Prothèse Redressements Consultations tous les jours de 8 h. du matin à Oh. du soir. PRIX MODÉRÉS machines vendues! Plus de 900 Premiers Prix prouvent surabondamment la supérériorité des ECRÉHEUSEM Vendues par M. fil. LE RESTE Consf à Pouldreuzic et ses agents dans les cantons de Pont-Croix et Pont-l'Abbé loo OOO Lercnicuscs de toutes marejues ont été échangées contre des Alfa-Laval. Société des Ecrémeuses A LFA-LA VA L 60, Avenue Parmentier à PARIS. AD BON MARCHÉ Vêtement* ininerniéaltics C'aoutelioiie*. Gabardines, (etc) DEMANDESJ EMPLOIS Petites Annonces Gratuites OUVRIER HORLOGER- BIJOUTIER, sortant du régiment, d'excellente famille, demande place S'adresser.au bureau du journal. JEUNE HOMME, 16 ans, demande place comme petit commis. S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME libéré du service militaire, demande place de 2 e clerc ou autre emploi. S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME, 18 ans, au courant de la procédure, demande placo étude d'huissier ou d'avoué ou dans maison de commerce. S'adresser au bureau du Journal. Château-Musée de KERIOLET Près CONCARNEAU Ce Château, donné au Département du Finistère parla princesse Narishkine, est situé au milieu d'un Parc magnifique, à un kilomètre de Concarneau. C'est la reconstitution fort intéressante d'un Manoir du XV 3 siècle. Le Musée renferme une superbe collection de tapisseries, faïences, objets d'art, meubles anciens, coiffes et costumes bretons, parchemins, sceaux et autographes dont quelques-uns remontent au XII" siècle. 11 possède en outre une précieuse collection de peintures du grand paysagiste Camille Bernier. Le prix des entrées est de 50 centimes, la semaine de 9 h. matin à 5 h. soir, sauf le lundi matin, et de 15 centimes le dimanche après-midi. 73 Hue Kéréon, Succursales du Finistère : CADEAU 3 E N T R É E M EIRE BREST, 30, rue-d'aiguillon. DOUARNENEZ, 33, rue Jean-Bart. AUDIERNE, quai du Port, près de l'hôtel. CONCARNEAU, 3, quai Carnot. PONT-L'ABBÉ, 19, rue Hoche. LAN- DERNEAU, 11, rue Fontaine-Blanche. Les Négociants et Commerçants avisés s'adressent tous à la Maison du TIMBRE CADEAU pour obtenir une réclame efficace. Les Acheteurs et Acheteuses prévoyants et économes s'adressent tous aux Maisons de Commerce donnant l'escompte en TIMBRÉS CADEAUX. L'Escompte en TIMBRES CADEAUX est avantageux pour les personnes aisées et riches ; il l'est surtout pour la classe ouvrière, chez laquelle la collection devient un bienfait. Le TIMBRE CADEAU est une institution commerciale basée sur l'évolution du Commerce. Elle enseigne l'épargne et fournit la meilleure et la plus sûre méthode de se protéger de part et d'autre contre le crédit. Toutes les classes de la Société collectionnent le TIMBRE CADEAU. Primes à 400, 625, 850 Timbres et le Carnet entier, qui est de Seule maisdri offrant Ces avantages. NOTA. Les Timbres délivrés dans le Finistère et portant le mot BREST peuvent, au choix du porteur, être remboursés en primes dans les succursales du département. Les Timbres Cadeaux conservent liur valeur pour les Succursales existant dans les principales villes de France, mais seulement en prévenant, au préalable, la Direction u Finistère, 30, rue d'aiguillon, qui, après vérification, remettrait un bon. Quimper. Imprimerie Bretonne du Citoyen, 21, rue du Sallé. Certifié par Quimper, le le Gérant soussigné. Vu pour légalisation de la signature encontre. Mairie, de Quimper, le Le Maire,

9 30 (4 е année). Samedi 20 Juillet 1912 le numéro 5 centimes TÉLÉPHONE 86 a Organe de concentration Républicaine a TÉLÉPHONE 86 POLITIQUE AGRICOLE MARITIME COMMERCIAL Paraissant le SAMEDI ABONNEMENTS i 1 An. 6 Mois. Quimper.Finistèreetdépnrtementslimitrophcs 3f.50 2f. Autres départements Etranger Les abonnements partent du / er ou du 15 de chaque mots. Rédacteur on chef : J.-D. SABRIÉ BUREAUX et Imprimerie : 21, Rue du Salle, 21 QUI M PER Les Bureaux sont ouverts do 9 h. à Midi le matin et de 2 heures à G heures le soir. Adresser toutes communications concernant la Rédaction à 1M. Satiric, et tout ce qui concerne l'administration ou l'imprimerie à 1H. P. Gucgucn, administrateur-gérant. Les manuscrits ne sont pas rendus. A toute demande de renseignements, joindre un timbre pour la réponse. ANNONCES : la ligne Annonces judiciaires et diverses (4 page) 0i'.20 Réclames (3" page) 0 30 Réclames (2" page) 0 50 Chronique locale ou départementale / Annonces payables d'avance. Prix à'forfait pour les Annonces répétées et traités de publicité EN REVENANT DE LA REVUE... Réponse au Manifeste de M. MASSON Citoyen Masson, Il ne famait pas aller à la revue. Votre place n'était pas lé. En y assistant avec vos camarades, vous avez entendu donnerlo change à la population brestoisc et montrer aux ro traités et aux électeurs patriotes que vous ne vous écartiez pas de la ligne de conduite suivie par vos prédécesseurs bourgeois. En tenant votro chapeau a la main pendant le défilé des troupes, vous avez voulu.par une attitudo étudiée d'avance, éviter de saluer au passage lo drapeau do la France. Tourmenté par la crainte do no plus paraître assez avancé, vous avez rédigé un manifeste à la population brestoiso pour expliquer votro présence si naturelle à la revue. Que de circonlocutions et d'ànerics dans ces quarante lignes où vous avez tenté do noyer dans le fatras des mots la portée d'un geste national. Les électeurs patriotes et républicains ne vous sauront aucun gré de votre attitude équivoque. Les anarchistes révolutionnaires, les syndicalistes antiputrides vous jugent déjà sévèrement. Ils trouvent quo votro airoganec antimilitariste a fondu comme une cire sous les brûlants rayons d'un.-olcil de juillet. Dans la vie, on ne remonte pas les courants. Pour les camarades, pour les purs, \;ous n'êtes déjà plus le dur à cuire, l'irréconciliable d'hier. Vous avez flanché, et ce n'est pas fini. De concessions en concessions, où en arriverez vous dans quatre ans? Mais qu'importe, puisque M. Hervé vous approuve. C'est lui qui, en septembre 1907, écrivait : «Nous ne reculons pas d'une ligne. «Nous désertons toutes les patries ; nous «ne donnerons pas pour la nôtre un «centimètre carré de notre peau, quel a que soit l'agresseur, quel que soit le «prétexte de laguerre, nous avons autre «chose à faire. Et si pourtant il faut «risquer quelque chose, nous voulons «le faire pour quelque chose qui en «vaille la peine». * * Dans votre manifeste, vous appelez de tous vos vœux l'avènement des Etats-Unis d'europe, eù toutes les patries actuelles, réconciliées sous les plis du drapeau rouge de l'internationale, pourront enfin, en toute sécurité, chacune avec son génie propre, poursuivre leur rêve de justice sociale. Sûrement, le jour où vous avez écrit ces lignes, i! y avait des nuées dans votre cerveau. Et qui donc ne déteste pas la guerre et n'appelle do tous ses vœux le jour où l'humanité réconciliée ne vivra plus que pour la paix? Mais croyez-vous que cetto heure soit venue? Plus que jamais,l'europe retentit du bruit des armes et plus que jamais aussi elle augmente le nombre de ses matelots et de ses soldats. Et, si le conflit surgit demain et mot Je feu à toutes nos frontières a'là fois, êtesvous prêt à repousser l'attaque et à renouveler le geste des PÏeux armés lant de fois pour la délivrance dusol national? Tous les peuples sont des frères, dites- Vous. Ce n'est pas vrai. Lo langage décevant que vous tenez n'est pas nouveau sous lo soleil ; il a déjà conduit bien des nations au tombeau. A force de tehîr à un peuple des propos amollissants, on le dépouille à la longue des vertus que laguerro exige..11 faut bien que la démocratie travaille! Et quand ce n'est pas à forger les armes do la libellé et do la défenso nationale, c'est qu'alors il no lui reste plus qu'à façonner les chaînes de la servitude. Regardez la Grèce, le pays des marins de Salaminc et des hoplites de Marathon. Des sophistes cemmo vous et des démagogues lui ont vanté les beautés do la lutte de classes et de l'égoïsmo social. : Quand vint le jour de l'épreuve, malgré les exhortations do Démosthèno, elle ne put résister aux coups du Macédonien. Nous la voyons plus tard devenue province romaine. L'Empire romain a subi la même destinée. Des poètes, et Properce, et Tibulle, et, plus tard, des écrivains chrétiens, lui ont vanté les beautés de la paix et désappris le culte de l'héroïsme. Ttbtillo écrivait : «Loin de moi les «llèches d'airain ; que d'autres aillent «à la guerre! Quelle folie do courir au «devant de la mort». Rome, ainsi all'adio, n'a pas pu résister aux coups des barbares. Et la Pologne! N'est ce pas l'individualisme qui a ruiné ce peuple également renommé peur le libéralisme de ses mœurs, la grâce de ses femmes et la bravoure de ses hommes? Deux mois tic la Prusse. «Le palrioliïme, s'écriait Gœthc,Dieu nous en préserve.» Les pâles lueurs do la nébuleuse cosmopolite ont conduit ce peuple à Iéua! Mais quelle leçon, quel réveil! et. depuis, quelles revanches! 1815 et 1870! Citoyen Masson, réfléchissez! Kant lui aussi, il y a plus d'un siècle, avait salué la venue dos Etats Unis d'europe! «Lo jour viendra sûrement, disait-il, «où se constitueront les Etats-Unis «d'europe ; mais jusqu'à ce jour suit prême, chaque peuple devra avoir la «main sur la garde de son épée, aulro- «ment, il risquerait de disparaître avant «le grand jour. m «Vous trouvez peut-être quo je n'ai pas qualité pour vous avertir et que ma voix est celle d'un suspect. Eh! bien, je vais évoquer les ombres do vos frères aînés de la Commune. Vivant à leur époque, vous n'auriez pu vous dispenser do mettre un fusil d'insurgé à la disposition do vos idées. Ces hommes ont pu commettre des erreurs criminelles, mais beaucoup étaient de rudes lapins dont lo langage clairvoyant, s'il avait été écouté, nous aurait épargné des catastrophes et dont la fière attitude devant l'etranger ne s'est pas d'abord démentie. Arthur Arnould écrivait le 9 mai 1807 : «A quoi donc peut servir une Ligue de la paix entre citoyens du mémo pays? «Est-ce qu'il dépend d'une seule «nation, cette nation s'appelât elle «mémo la France, do rendre la guerre, n ajumáis impossible, àjamai.i inutile'.'» Peut on dire qu'on ne veut, qu'on «ne voudra jamais de la guerre à aucun «prix '.'» Et le dire ainsi, de cette façon gé- «itéralo, absoluo, quand los Allemands a se garderont bien de mettre leurs voix ti à l'unisson des nôtres, n'est-ce pas «marcher contre lo but proclamé, en «encourageant indirectement l'audace «des Prussiens, en les poussant à «augmenter leurs prétentions dans la «mesure mémo de la répulsion que «nous exprimions avec trop peu do res «triction contre la guerre?» Pourquoi co langage n'a-til pas été entendu ',' Il est vrai à M ans de distance, surtout après les leçons des événements. Trois ans après, la France était envahie et vaincue. Mais, du moins, Blanqui, lui a tenu, dans l'épreuve un fier langage quo les révolutionnaires d'aujourd'hui n'ont pas le droit d'oublier. Comparez vos titres aux siens, citoyen Masson! Vous avez subi un jour uno révocation passagère au bout de laquelle vous avez tiouvé des compensations qui autorisent encoró pour vous do nou j veaux espoirs. Blanqui, lui, a eu la peau trouée sur les barricades h 21 airs ; il a été interné au Mont Saint-Michel, à Bollo-Iule, à Doullcns et condamné deux fois à morti Voici co qu'écrit lo grand conspirateur le ir> septembre 1870 : «Un peuple ne peut compter que sur lui même. Malheur à qui espère son salut do l'etranger! Nos défaites ont déjà détruit lo prestige de la Franco. Tous ses services, toutes ses gloires sont oubliés. La force seule impose. Hier lo respect, aujourd'hui le dédain, le mépris. " Vue paix humiliante nous mettra sous я les pieds». Je vous fais grâce du manilcstc qu'il signa quelques jours plus tard avec d'autres communards qui s'appelaient Eudes, Flotte, Oranger, Tridon, etc. et oit il crie sa foi dans la patrie. Soyez co quo vous voudrez, citoyen Masson, en politique et en matière sociale, mais mille tonnerres, ne diminuez pas la France et n'essaye/, pas d'affaiblir lo culte que tous ses enfants doivent avoir pour elle. C'est le plus beau pays du monde ot les idées d'humanité et de justice dont il s'est fait lo propagandiste dans l'histoire, autorisent toutes les espérances sociales au profit des fils de sa démocratie ardente et généreuse. Nous n'avez pas lo droit de laisser votre pays sans défense. Ce serait un crime et une impiété. Et, do grâce, ne vous résignez pus à l'imitation servile de cet animal qui n'avait que ses pieds pour pourvoir à ses besoins et se préserver du danger, et qui était si stupide qu'il se les mangeait par distraction. Voilà les réflexions queje faisais à Paris le 1-i Juillet en revenant d'une autre revue où citoyens vinrent acclamer la France et la jeune arméo de la République! Vive la France, Citoyen! Georges LE BAIL. A NOS ABONNÉS Voici l'époque de l'année eù la plus grande partie de nés abonnements sent devenus renouvelables. iïeus prions instamment les amis du * Citoyen» dent l'abonnement expire, de vouloir bien nous adresser le mentant de l'abonnement pour tçt 2-i3, et ce, afin de simplifier nos écritures et de nous éviter les frais relativement élevés d'encaissement. A ceux dent les quittances ont déjà été mises en circulation, nous leur demandons de taire, comme par le passé, bon accueil à nos encaisseurs, apportant ainsi à notre oeuvre un appui emnentlel. Rappelons que la vrnte nu numéro ne rapporte rien au journal. L'abonnement, au contraire, est la pierre angulaire de l'édifice, RÉPUBLICAINS 1 Abonnez-vous au OITOYEN et faites abonner vos amis- La Réforme Electorale La Chambre a adopté lo 11 courant, l'ensemble du projet do loi portant modification aux lois organiques sur l'élection des députés. Le nouveau système électoral, basé sur le scrutin de lisle et la représentation proportionnelle, a réuni 339 voix contre 217. Voici comment so décomposent les voix acquises pour ou contre la réforme : Ont voté pour : Groupo do gauches 12G Socialistes unifiés 69 Progressistes et Groupes do droite 130 Indépendants 12 Non inscrits à un groupo. 5 Ont volé contre ; Groupes de gauche 208 Socialistes unifiés 3 Progressistes et Groupes "' do droite,., 5 Indépendants 6 Non inscrit à un groupe. 1 Se sont abstenus : Groupes de gauche 20 Socialiste unifié 1 Absents 117. Vole* de non député* En ce qui concerne lo Finistère, les Votes do nos députés se répartissent ainsi : Ont voté pour : MM, Villicrs, Soubb gou, PloUzané, Goudo, do Mun, Duniélou, IIugot-Dcrville. Ont voté centre: MM. Cloarcc, Dubuisson, Lo Bail, Le Louédec. Vote» Лен député* brctoiim. Nous et oyons devoir dopner les votes des députés des autres départements bretons dans cet important scrutin : Ont voté peur: MM. Oui.st'hau.Mando, Guernier, René Brico, Lefas.de Chappedelaine, de l'estourbeillon, Forçat, Lamy, Simon, Porteu, Ginoux- Defermon, du Halgouët.dc Juigné, do la Ferronnais, de Lanjuinais, de Roban, de Montaigu. Ont voté conire : MM. Brard, Dclaroche-Vcrnet, Le llérisséj.e Rouzie, Nail, Surcouf, Baudet, Le Tro'adcc, Roch, Sibillo, Even, de Dion. Absents par congé: MM. Armez, do Kcrguézec. La défense de l'école laïque Un grand meeting national 11 y a huit jours a eu lieu au Palais- Bourbon, sous la présidence de M. Beauvisage, sénateur du Rhône, et sur l'initiative de divers groupements d'instituteurs et d'institutrices laïques, une réunion de députés et de sénateurs. Le but de cette réunion était de s'entendre en vue de la préparation d'un grand meeting national pour la défense de l'école laïque. Tous les groupes de gaucho, depuis la gauche démocratique jusqu'au socialisme unifié, sont représentés dans le comité. MM. Le Bail et Plouzané assistaient à la séanco et le premier a été l'un des trois d.éputés choisis pour représenter dans le comité la gauche radicale. Les questions à l'ordre du jour seront: la simplification des programmes, leur meilleure adaptation aux conditions du milieu, le relèvement des traitements des instituteurs et des institutrices, l'égalité des traitements, la question des brevets et, de l'enseignement professionnel, les œuvres post-scolaires et les patronages, la modification du barème appliqué aux subventions données pour construction de maisons d'écoles. LA FÊTEJAJIONALE Depuis 1880, où elle fut instituée, la fête nationale du 14 juillet n'a guère dépassé en splendeur celle de cette année. A Paris, c'est au milieu du plus grand enthousiasme qu'elle a été célébrée. La revue de Longchamps, notamment, passée en présence du président de la République qu'accompagnait notre hôte, le bey de Tunis, a eu un succès considérable. Une foule immenso, a acclamé nos troupes et nos aviateurs. Le bataillon des fusiliers-marins dé Loiicnt, qui défilait avec l'infanterie, s'est une fois de plus l'ait remarquer. On no signale, tant à Paris qu'en province, quo très peu d'incidents. A Brest, un energumeno qui traînait un drapeau tricolore ot le piétinait ostensiblement, faillit être lynché par la foule. Quoi qu'on dise, lo sentiment du devoir patriotique n'est point mort chez nous! Les Relrailes Ouvrières A une Zèle mutualiste, à Caen, M. Bourgeois a prononcé, > ur les réformes sociales, un discours dont nous détachons le passage suivant : «Voici, dit-il, le travailleur ;iu soir de sa vie. Il faut qu'il puisse trouver maintenant, à la lin do sa carrière, sa légitime part de bien-être dans lo temps du repos longuement et durement gagné. C'est l'âge de la retraite, et celle retraite, il n'nuiait pu la constituer à lui seul. Lu République a voulu la lui assurer avec certitude par la triple coopération du travailleur, du patron et do l'etal. «La loi du 5 avril 1010 a déjà reçu d'importants perfectionnements. D'autres «niélioiatious vont être apportées aux lois do 1910 et 11)12 ; elles l'ont l'objet d'un projet actuellement.soumis au Parlement.» D'un a ut i o côté, la Chambre, par une disposition bienveillante que le Sénat, j'en suis sur, va confirmer dans quelques jours, vient d'accorder aux retardaires qu'auiait exclus la date fatale du!i juillet, un délai de six mois encore. t( Soyez-en t-ins, les résistances qu'a rencontrées la législation des retraites, résistances dues en grande partie à l'ignorance, à l'aveuglement, ati.t préjugés des uns, en partie aussi à des hostilités calculées des inities, tomberont devant l'évidence des résultats; l'œuvre est lionne, et demain, grâce à vous, elle sera définitivement comprise et définitivement populaire.» opinions Libéralisme clérical de devant les fagots. Pendant quinze siècles, l'eglise a gouverné notre pays. Les rois n'ont été en général entre ses mains que des marionnettes dont elle tenait et tirait les ficelles. Inconsolables d'avoir perdu leur influence sur le temporel, les prêtres aspirent à la reconquérir. Pour cela tout leur est bon. Entre tous, ils ont fait choix de deux moyens de propagande éminemment propres à les conduire à leurs fins : la presse et l'école. L'Ecole, qui l'aura? Le conflit se résoud»a-t-il finalement dans le monopole de l'etat ou dans celui de l'eglise? ou bien la lutte entre les deux antagonistes se poursuivra-t-elle sans secousses et sans heurts, sous l'égide de la liberté. Je ne l'espère pas. Celui qui est maître de l'éducation peut changer la face du monde, a dit Leibniz. L'enjeu de la partie est colossal et de nature à tenter l'ambition effrénée de l'eglise. Elle brûle de récolter, et elle sème d'un geste large et éperdu. A l'école, elle dc'grossit l'enfant, Dans ses patronages, ses orphéons et ses sociétés de préparation militaire, elle forme l'adulte et l'entraîne, et, quand il est parvenu à l'âge d'homme, elle l'embrigade et l'utilise dans ses organisations électorales et catholiques. L'école laïque, c'est la maison d'en face. Aux expressions d'école publique et d'école privée, l'eglise, pour discréditer sa rivale, a, dès le premier jour, substitué les mots d'école athée et d'école chrétienne. Pour emplir son école et vider les classes du voisin, elle réunit toutes les séductions ou accumule toutes les manœuvres déloyales, selon qu'elle opère dans les villes ou dans les campagnes. Ce qui est bon pour les paysans heurterait les susceptibilités des citadins et soulèverait les colères bourgeoises. De là,ces voies différentes qu ;,'ou te?,conduisent àrome; Vous connaissez la campagne contre les manuels scolaires. Il ne faut voir là qu'une arme dolosive aux mains de la partie entreprenante et belligérante du clergé. Le reste suit comme des moutons de Panurge. A aucune époque, le clergé n'a admis les manuels adoptés dans les écoles de l'etat. Sous l'empire, un évoque, M. Dupanloup, n'adresse t-il pas à M. Duruy, alors ministre, une lettre publique dans laquelle il critique avec passion son Histoire de prance qui est alors dans toutes les mains, aussi bien dans les écoles privées que dans les écoles publiques. Selon l'évoque, dans ce manuel qu'on dirait écrit par un libre-penseur qui haïrait l'eglise, le poison est ù toutes les pages. Jamais lo clergé n'a protesté contre l'histoire du père Loriquctdout les exemplaires répandus par centaines de mille ont, durant un quart de siècle, empoisonné notre jeunesse. N'est-ce pas cet écrivain qui traite les paysans révoltés contre leurs seigneurs d'insolente populace? Pendant la nuit du i août. L'assemblée inspirée par les vapeurs du vin, décrète une foule d'injustices contre les stigneurs. Les Girondins se sont enivrés pendant la nuit qui a précédé leur supplice. Napoléon I' 1 ' est un aventurier, et un charlatan. Lo père Loriquet n'a d'éloges que pour les alliés cl les généraux ennemis. Nos solduts sont des monstres. Parlant de Louis XIV, il dit que «sous ce prince véritablement chrétien et «religieux, l'hérésie lut bannie du royaume.» A une époque plus récente, les œuvres malsaines de Mgr deségur étaient aussi répandues pur centaines de mille dans nos écoles. On y lisait des phrases comme celle-ci : «La Révolution, c'est-à-dire la grande révolte, est un immense blasphème et une théorie ahcnimable.» Au surplus, à quoi bon insister '! Le procès des manuels scolaires est celui de l'école neutre que l'eglise n'admet pas et le procès de la Révolution, coupable d'avoir ravi les droits qu'avaient les évèques sur l'enseignement primaire. De droit divin, c'est auxévêques seuls qu'il appartient de donner l'enseignement religieux, parce que c'est à euxseuls qu'il a été dit par le Christ dans la personne des apôtres : Allez et enseignez les nations. Or, la religion catholique, dogme et morale, doit être la base de l'enseignement de toutes les écoles et il s'ensuit que la. partie la plus saillante du mandat que reçoit l'instituteur est d'enseigner la religion, ou mieux, les vérités de la religion. Et ce mandat ou cette partie la plus essentielle de son mandat, de qui l'instituteur doit-il le recevoir? Il est évident que c'est de l'évêque et non de l'etai, car nul ne peut donner ce qu'il n'a pas;. Si c'est à l'évêque qu'il appartient d-3 donner la délégation, c'est à lui qu'il appartient aussi de surveiller l'école. La voilà, dans toute sa vérité, je devrais dire dans toute sa nudité et dans sa hideur, la théorie cléricale de l'éducation! Et les prêtres nous trompent quand ils nous parlent de concurrence et de liberté. S'ils avaient le pouvoir, ils supprimeraient la liberté. Leur devise est : un roi, une loi, une foi. Ils sont modérés parce qu'ils ne peuvent être violents. Pour eux, la liberté est un pis-aller. L'intolérance est une conséquence logique d'une doctrine sur laquelle ils n'ont pas le droit de transiger. Il y a la doctrine et il y a la tactique. Son qued cptamus exigendum est, sed qued pessumus, a du l'évêque dllippone. Il faut savoir se borner à réclamer le possible sans exiger tout ce qui est désirable en soi et tenir compte du temps, des lieux et des circonstances. Renan avait raison d'écrire : «Quand l'eglise pourra, elle ramènera l'inquisition. Si elle ne le fait pas, c'est qu'elle ne le peut pas.» Les fagots sont prêts. On doit avoir bien envie de brûler dans ce monde les gens qu'on vouedaus l'autre aux flammes de l'enfer. Ce ne sorait après tout qu'une petite avance sur l'éternité. Dans la partie do jeu entre l'etat et le Clergé, la victoire sera au plus vaillant. Occupons-nous de la jeunesse et soignons la comme la prunelle do nos yeux. Ne l'abandonnons pas après l'école primaire ; guidons la et faisons la vivre, prospérer, grandir sous le double charme de l'agréable cl de l'utile que nous lui procurerons. Les cléricaux sont d'une adresse merveilleuse dans l'art de recruter et d'amuser la jeunesse. Le cléricalisme est un épouvantait qui suffit à lui seul a éloigner les hommes, me direz-vous? et jo vous réponds: On habitue les gens à tout, à lu condition de savoir s'y prendre. DIOGÈNE. LA GRACE DE M. HERVE Sur la proposition de M. Aristide Briand, Garde «les Sceaux, le Prési-> dent do la République a signé un décret accordant i omise du reste de leurs peines à MM. Gustave Hervé, BroutchouXj Aubin, Auroy, Blanchard, Estort et Huppe, condamnés politiques ou cousu dérés comme tels. Rappelons que M. Btoutchoux avait été coud:.mué pour des appels à la ré' voile, prononcés, en 1911, à un meeting tenu à Sens à propos de la vie chère, M, Aubin pour une conférence l'aile, comme secrétaire du groupe des «libérés des lu.gne.-- militaires»,à l'occasion du départ des jeunes soldats, M. Blunchard, également pour une conférence, M. Auroy< pour des articles relatifs à la condamnation de Gustave Hervé, MM. Ester et Huppe, enfin, pour faits do grève. Interrogé à sa sortie de prison, Hervé a déclaré que «son ardeur n'était pa» amollie».

10 LE CITOYEN Pour tous vos Imprimés Adressez-vous à l'imprimerie du C i t o y e n QU IMPER VOWCE autour De l'election Sénatoriale Ixx Zigzags...! Lo torchon brùlo entro los conservateurs. M. clo Carfort croit avoir tous los titres pour entrer au Sénat et il vient do faire, on maintenant sa candidature, un geste d'indépendance auquel on n'était pas habitué dans le parti clérical. D'autre part, M. Villiers ne quitto pas un instant lo turf électoral. Nous avons sa profession de foi. Elio pourrait être signée de M. Eortin ou do M. Pichon. Le républicanisme libéral, c'est l'article à la modo dans le Léon qui jotto son gros bataillon dans l'arène, le jour du scrutin. Pour qui va marcher l'évèché? Décidément, M. Villiers sera dans l'élection du 28 juillet le favori des curés. Goycn a parlé. Après avoir, dans un article du Progrès, vanté les mérites de M. de Carfort, il lo lâche subitement pour M. Villiers. Au premier, il accordo son estime, mais c'est à M. Villiers qu'iront les suffrages. Ce trait final s'appelle la flècho du Par the. M. de Carfort est fixé maintenant. Le clergé jalouse les nobles. 11 veut régner sans partage. Après avoir rejeté M. do Cuverville, il envoie M. de Carfort à tous les diables. On m'assuro que Goycn avait préparé pour la circonstance un quatrain destiné à M. de Carfort et que la modestie bien connue do l'auteur l'a seule empêché do publier :, Vous êtes entre tous,un heureux de ce monde : Fortune, affection, respect, tout vous abonde... Que voulez-vous, deplus... uno place au Sénat? Croyez-moi, demeurez, Carfort, en votre état. N'y a-t-il pas là vraiment do quoi rendre M. de Carfort mélancolique? Il a quitté la marine pour entrer dans l'arène politique à un moment oit il croyait la société en péril... Depuis lors, il s'est remué comme quatre, comme dix, comme cent... Et voilà le gré qu'on lui en sait! Au lieu do lui faire une ovation, on lui passe la corde au cou. On le coule, et ce n'est pas en bronze. Et ce gesto de cade retro satanas! c'est Goyen, un curé, son ami, qui le fait Ah, les curés! Ah, les curés!... M. do Carfort ne finit pas sa phrase, mais on l'entend, très-triste, qui frodonne dans le lointain... C'est égal, un bon os ne tombe jamais à un bon chien. # On dit que M. Miosscc, ancien député, est parti en campagne, mais comme il n'a pas encore publié de profession do foi et qu'il a négligé do se faire précéder dans ses tournées par des hemmes-sandwicft et par des cors de chasse, personne n'est encore fixé sur ses intentions. On ne sait au juste s'il voyage pour les vins de sa maison ou pour la conquête d'un mandat sénatorial. M. Miossec a été député pendant huit an.. La Chambre en tumulte lui donnait le vertige. Il aspire à une vie législative plus tranquille dans une bonne maison. Le Sénat lui convient assez. Il ferait facilement à ses concitoyens l'honneur et la gràco do les y représenter. Il est jeune et inoculerait à la haute assemblée une vie nouvelle. Le Grand Conseil des communes do France qui contient tant d'hommes remarquables gagnerait aussi à s'adjoindre quelques hommes distingués. Lo parti de l'action Libérale compte, hélas! do trop rares échantillons au Sénat. Lui nommé, quel renfort pour les siens! Uno troupe fraîche n'est jamais à dédaigner sur le champ de bataille des partis. Et, la fraîcheur y est. On n'aurait jamais soupçonné, à le voir, qu'il a 40 ans. C'est un aveu pénible quo n'aurait pas consenti à faire une jolie femmo ; mais, pour les hommes, ça ne tiro pas à conséquence. Qu'on le nomme et je vous assure quo jamais dans la poêle électorale on n'aura encore fricassé aux électeurs un sénateur comme ça! Du côté des républicains on s'étudie et on s'observe. MM. Lefèvro, maire de Morlaix, et I.ouppo, vice-président du Conseil Général, font uno campagne très-serréoctsc montrent très-actifs dans leurs démarches électorales. On assure que M. Alexis Rolland, président de la Chambre do commorco de Brest, se prépare à entrer dans l'arêne que M. Mazé, candidat agricole et breton do Paris, parcourt à grandes enjambées. M. Goude aussi est candidat. 11 no fera pas de tournée à moins qu'il la fasso après l'élection. Pour lo moment il parait avoir disparu de la circulation. M. Goudo est candidat à tout. Il a des ambitions aussi nombreuses qu'un chien a do puces. En somme, la situation est trouble, Lé robuste bon sens des électeurs finistériens roussira a s'orienter dans cette foire quand Ica professions do foi auront paru. On les réclame. La disciplino fera le reste au second tour. Espérons que les électours républicains du Finistère vont remédier à l'anarchie intégrale on notre parti no tarderait pas à se dissoudre, si elle se prolongeait. Il nous faut une organisation politique, dos chefs, dos conféronciors et des journaux prêts à sonner en toulo occasion comme autrefois la charge sur les ennemis do la République. Autrefois, quo c'était beau! Nous avions la foi qui soulève les montagnes et nous marchions de conquête en conquête. Aujourd'hui les anciens ont oublié los luttes auxquelles ils ont été mêlés et les jeunes sont vieux avant l'âge. Et pourtant la politique, c'est notre liberté, c'est notre honneur, c'est notre argent! Et qu'on recommence à on faire, que diable, et de la bonne! Nous nous sommes endormis il y a*,, bien des années déjà après un couvre feu célèbre dans l'histoire finistérienne. Et puisqu'on a recommencé dans les casernes à sonner dos révoils on fanfaro, sonnons on aussi dans r.otro parti. Ta ta ta ra ta! Ta ta la ra ta!... Nous publierons lu semaine prochaine un article sur : «Une promenade aux Halles Centrales de Paris» que nous adresse un de nos plus assidus collaborateur. Il sera lu avec le plus vif intérêt et le plus grand profit par nos populations agricoles et maritimes. L'abondance des matières nous oblige, d'autre part, à réserver la publication d'un article sur le fonctionnement de la nouvelle loi électorale, votée le 11 mars par la Chambre des Députés. Glanes_et Perles Paul K... reçoit l'autre jour d«ux lettres de décès. Curieuse coïncidence I Les deux enterrements ont lieu à la même église à la suite, l'un do l'autre. Et comme il contait cela à N... dont les mots ne respectent rien : Trôs-commode, dit celui-ci, tu vas faire d'une bière deux coups. «("est absurde, disait un propriétaire. J'ai un locataire qui ne paie pas, je veux le flanquer hors de mon logis et mon huissier me répond qu'il faut d'abord que jo le mette en demeure. Qu'il v a loin de certains prêtres sombres à ce bon curé paterne d'un village du midi qui donnait son argent aux pauvres ut prêtait à Pierre et à Paul tout ci- qu'on lui demandait, tant et si bien que souvent il ne se rappelait plus à qui il avait prêté tel ou tel objet ; de là cette naïve réclamation qu'il lit un jour en chaire à la fin de son soi mon : Mes amis, je ne sais plus à qui j'ai piété ma seringue ; j'en ai besoin ; la personne qui l'a m'obligera bien en me la renvoyant. A la procession de la Fête-Dieu : Les doux enfants de chœur et le portecroix marchaient vite, le peuple lentement. Bientôt une rue entière sépara le prêtre d'une partie du cortège. Il se retourna : Allons, allons, cria-t-il, comment, vous être encore là, et la croix est déjà au diable I Définition». Sage-femme. La portière de la vie. Cordon, s'il vous plait! Clergé- Locataire principal du paradis qui veut trop gagner sur ses sous-locations. Fleurs cueillies dam une gerbe littéraire A quel moment un navire est-il bon à mettre dans la soupe? Quand il échoue. (( Quelle différence y a-t-il entre un tigre et une pomme cuite '? C'est que le tigre est cruel, et que la pomme cuite n'est pas crue, elle...» «Quel est le saint dont les os sont sans moelle f Saint-Ovide.» Pour l'ire un icu. Une jolie répartie d'un médecin. On lui demandait : Croyez-vous à la médecine? Oui, dit-il, mais je crois encore plus aux malades. Les Bleus de Bretapc Inauguration de la section de Ploucscat. La section dos Bleus do Ploucscat fêlera demain dimanche son inauguration officielle par un grand banquet populaire présidé par M. le Sous-Préfet do Morlaix. MM. Le Bail et Cloarcc, députés du Finistère assisteront à cette fête républicaine qui promet d'être des plus brillantes. Le banquot aura lieu à midi, à l'hôtel d'armorique et le prix on est fixé à 2 fr. 50. Nous invitons tous nos amis à prendre part à la manifestation organisée par la section des Dleus de Ploucscat. On les cléricaux applaudissent Uno nouvelle doublement attristante nous parvient do Languidic où, sous l'impulsion des cléricaux ligueurs du pays, se déroulèrent les événements scandaleux qui soulevèrent ces temps derniers, ht conscienco publique Objet d'uno haine qui se manifestait en toute occasion, miné par les chagrins moraux que lui causaient les tracasseries do ses adversaires, M. Le Go 11', ncquérour-do bien do fabrique, s'alitait ces temps derniers et mourait il y a quelques jours. Avant de succomber, le vieillard, nous dit-on, a fait amende honorable et rétrocédé au curé les bien» qu'il avait ucquis I Notro confrère Wnion Républicaine du Morbihan commente ainsi cette conversion I L'affaire devait fatalement se loimincr ainsi. Nous le prévoyions, nous l'attendions. M. Le Golf, qu'on no l'oublie pas, n'avait jamais cessé d'être un catholique pratiquant, 'l'ont récemment encore, il forçait la porte do l'eglise et s'y faisait accompagner, par doux gendarme. Sa révolte no pouvait pas durer. Il était fatal qu'au dernier momeut, il faiblirait et céderait. Et il a cédé. Il a cédé à la pression formidable exercée sur lui par des parents et dos amis quo le curé lui déléguait, Il a cédé au désir do mourir tranquille après tant d'agitation au cours de ces derniers mois. 11 a cédé à la crainte quo sa famille après sa mort no continuât à être victime des représailles de ses adversaires. Et peut-être aussi, dans son àme de vieux croyant mystique, a-l-il cédé à la peur de l'au-delà habilement développée et entretenue en lui. Lui jette la pierre qui voudra! Pour notre part, nous ne nous en sentons pas le courage. Un moment de défaillance suprême ne saurait effacer les services éminenls rendus pendant des années à la cause républicaine par M. Le Go Les cléricaux peuvent hypocritement se réjouir de cette réconciliation de l'excommunie avec l'egliso. Leur victoire, arrachée nu lit do mort d'un vieillard affaibli et terrorisé dans ses croyances, est une victoire dont ils ne sauraient s'enorgueillir. Philippe s'en va-t en guerre Trois ou quatre douzaines do débris inconsolés des vieux comités orléanistes, quelques «camelots du Roy» venus à Quimper pour lacirconstance,assistaient l'autre jour, sallo Autrou, à un meeting royaliste annoncé à grand fracas. Une centaine de dames bien pensantes complétait ce maigre auditoire. A l'occasion du 11 juillet, l'action Française a l'ait placarder sur les murs do notre ville un l'actum encore plus ridicule qu'odieux. Non content de baver sur la grande Révolution et son œuvre, nos royalos, s'adressent au peuple pour» ramener notro chef, le Roi, père du peuple et de la patrie!» Non, mais voyez-vous Philippe,entrant en ville à califourchon sur le cheval blanc d'henri IV et brandissant un sabre do bois, aux acclamations de la vile multitude! On s'est amusé, quelques instants, devant cefactum stupide. Le lendemain, cclto petite ordure anarchico-royaliste avait disparu. Et personne no trouva à y redire. NOTRE SOUSCRIPTION pour le cantonnier-chef Le Çorre Report des listes précédentes. 320 Nous avons encore reçu cette semaine les souscriptions suivantes : Le personnel vicinal des cantons de Landeineau et de Ploudiry 0 Un anticlérical de Landerneau. 0 liste de Plonévez-Porzay. Gros Lard et Marie la Grosso.. 1 Pourachctorun chapeau neuf au curé 0 Pour acheter une pèlerine à Soaz Karabasscn 0 A bas les menteurs 0 Un qui commit le Presbytère.. 0 Deux anticléricaux 1 Un dégouié dus agissements des curés 0 Pour venir en aide à notre per- séculé 1 Ils vont bien les cnsouiaiiés.. 0 A bas la Calotte \ 0 f ". 50»» Total 345 fr. 70 Nous avons fait parvenir à l'intéressé une somme de ICO IV. 85, montant des souscriptions versées aux bureaux du Citoyen. TRIBUNAL CORBECTIOIBL DE Audience du 10 juillet PONT-L'ABBÉ. Brelan de poiorots. Le Divougnet a été trouvé en état d'ivresse manifestó dans uno rue do Pontl'Abbé. Ses antécédents étant loin d'être irréprochables à cet égard, il est condamné à 2 mois do prison et 000 francs d'amende. Le tribunal le prive en outre, et ce, pendant deux ans, du droit d'exercer ses droit électoraux. Pour même délit sont condamnés : Le Donge, Yves, U jours de prison et 10 fr. d'amende ; Le Prince, Louis, 1 mois de prison, 50 fr. d'amende et doux ans d'interdiction do ses droits civiques, ROSPORDEN. Le Du comparait également pour ivresse manifeste on récidive, constatée! parla gendarmerie de Rospordeti, 15 jours de prison, 25 fr. d'amende et interdiction des droits civiques pendant 2 années. CONCARNEAU. Enfin, le sieur Quiniou, qui a lui aussi taquiné trop ardemment lu bouteille est condamné à 2 mois do prison cl 300 IV. d'amende. Toutes les affaires ci-dessus Sont jugées par défaut. BEUZEC-CAP-SIZUN. - Violences. Le 20 juin dernier, rentrant d'uno foire do Pont-Croix, Pierre N... cultivateur à Beuzec- Cup-Sizun fit la rencontre dos nommés Sergent, Jean-Marie cl Thomas, Jean-Guillaume dans un débit des environs de la gare. Une discussion s'éleva entro eux sur des questions d'intérêt qui les divisent et, des pinoles aigres-douces, on ne larda pas à passer aux actes de violence. Dans la bagarre, N... a frappé Sergent de quelques coups de poings. Il lui a, de plus, déchiré son veston et su chemise. M u do Kérangal se porte partie civile nu nom de Sergent ; M" Le Buil lils présente la défense de X... qui est condamné à 25 IV. d'amende avec sursis pour le délit do coups, 11 IV. d'amendo pour la contravention d'atteinte à la propriété privée el qui aura par ailleurs à verser -40 IV. do dommages intérêts à Sorgenb COMBft.IT,. L'argument frappant. Pour démontrer à Mme Guégaden qu'elle avait tort de passer sur un sentier séparant deux parcelles de ierre qui lui.appartiennent, lo nommé. Je Cieur, Jeun-Guillaume, 47 ans, cultivateur à Conibril, lui alancé des pierres. Quelques-jours plus tard, au sujet d'une observation qu'elle lui faisait, le jeune Lo Ceonr, dis du précédent, employait le même argument pour toute réponse et la blessait assez sérieusement à fa tempe. Ces faits amènent le père et le lils devant le tribunal qui, après plaidoirie do M e Lo Bail fils, acquitte le fils Le Cœur comme ayant agi suns discernement et frappe son père d'une amende de 25 francs. BEUZEC-CONQ. Chapardeuse. Dans la nuit du!) au 10 juin, là femme Sellin s'est introduite dans le jardin de Mme Pérou, débitante, avenue de la gare à Beuzce-Conq et lui n dérobé des oignons et des échalottes qu'elle s'est hàléo d'aller vendre. L'inculpation le prétend, du moins, mais elle déclare avoir échangé ce butin contre deux petits verres d'eau vulnéraire. En raison de ses antécédants la femme Sellin récolte, pour vol, un mois de prison. ROSPORDEN. Bataille rangée. Depuis longtemps, les époux Duigou nourrissent de mauvais sentiments envers leurs voisins Gucrrer, qui le leur rendent bien. Lo 20 juin, Duigou ayant pris dans une cour commune aux deux ménages un objet dont Mme Gucrrer revendique la propriété, uno rixe ^'ensuivit, à laquelle prirent part Jean Guorrer, débitant ses deux tilles, ainsi que le nominé Jean-Marie Le ('orre, journalier et les époux Duigou. lue seule chose ressort bien nettement des débals confus déieiminés par cette affaire. C'est que Duigou.fut, dans l'action, le plus sérieusement houspillé. M" Le Diberder, qui plaide en son nom, so porto partie civile et demande une indemnité aux co-inculpés, défendus par M 0 du Rusquec, Le tribunal met l'affaire «n délibéré.. Sans billet. Parti de Quimper en chemin de 1er avec un billet pour Aurai, Briand, Jean a prolongé indûment son trajet jusqu'à Vannes. Cette petite entorse aux règlements lui vaut uno amende de 2."> fr., prononcée par défaut. 10 BON MARCHÉ <»i niriit 1 'èleittenl* ni >ei'iiiéal»ien Caoulelioiies. Gialiai'iline*. tete) lu Conseil Municipal de Q u i m p e r (Suite) La longueur des débats soulevés à la session du Conseil Municipal de Quimper nous a mis dans l'obligation ce réserver lafin do notre compte rendu au numéro de cette semaine. Séance du 10 juillet 1012 La maladie «lu eliàrlion. M. Layec. au sujet des dépenses communales relatives au chauffage et à l'éclairage,déclare qu'il s'est livré à un calcul d'où il résulte que les dépenses afférentes à la mairie sont en disproportion avec celles des écoles publiques, lui résumé, M. Layec estime qu'on brûle trop de charbon dans les poêles municipaux. Vif incident. M. le Maire. Jo voudrais savoir de M. Layec s'il entend qu'il y a, dans tout cola, dilapidation de fonds? M. Layec. Je dis seulement qu'il doit y avoir un abus qu'il convient de réprimer. Je constate un excès de chauffage... M. le Maire. Donnez-moi le remède pour l'empêcher. S'il y a vraiment abus, je ne demande pas mieux que de lo réprimer, encore qu'il soit en dehors do mes fonctions d'aller vérifier ce qui se brûle dans les poêles. M. Layec. Je dis qu'il y a une dépense injustifiée. M. le Maire, vivement. Encore une fois, je me demande s'il y a une pensée de suspicion dans l'intervention de notre collègue. S'il en était ainsi, je ne resterai pas une minute do plus maire de cette ville! M. Kerjean dit qu'il n'y a aucune pensée do suspicion de la part de M. Layfic. Il insiste sur la nécessité d'un contrôle des dépenses. Finalement, le crédit est voté par tous les conseillers présents sauf MM. Kerjean, Stéphan, Layec, Lévénès et Leblanc. POLICE ET VOIRIE. Au sujet des traitements de la police et du personnel de la Voirie, M. Layec attire l'attention de M. lo Maire sur la situation d'un ouvrier des ateliers do charité employé à la Mairie et qui, dit-il, n'est quo bien rarement à son service. M. le Maire dit qu'il fera une enquête. Le même M. Layec demande que soit désinfecté lo poste de police de la Mairie. Il parait qu'il a lo plus urgent besoin... Le nécessaire sera l'ait. TRAVAUX PUBLICS. La construction do certains trottoirs est décidée sans discussion. Au sujet do la police des cimetières, M. de Kérangal demande que l'autorisation soit donnée de planter des arbustes près des tombes. M. le Maire explique que cotte autorisation a toujours été refusée à cause des dégâts causés aux Lombes voisines par les'racines des arbustes. Le Conseil ratifie cette opinion. M, Stéphan demande lu construction d'un préau à l'école publique de Saint Mathieu, Renvoyé pour éfudo à la com-, mission. POUR LE MUSÉE. - M. le Mars & reçu un télégramme relatif à uno offre i do vente d'un groupe sculpté par Boucher. On décide d'étudier celte proposition en commission. DIVERS. L'indemnité do logomonts aux maîtres et maîtresses de l'enseignement primaire est porté, d'un commun accord, à IV. Une somme do fr. au lieu do fr. est prévue pour chauffugo des classes, La R. P. scolaire. Par voie d'amendement au budget primitif de 1913 M. de Kérangal demande que le conseil décide que les secours communaux (fournitures classiques, aliments, vêtements) soient désormais accordés aux enfants fréquentant les écoles libres de la ville, comme ils sont accordés aux élèves dos écoles publiques. Plusieurs villes sont entréos dans cette voie, ajoute M. de Kérangal et il nous cite les villes de Landerneau, LcRelccq- Kerhuon, Douarnenez, où ses amis cléricaux se sont empressés d'appliquer la R. P. scolaire! Refuser ses allocutions, affirme le fougueux AL do Kérangal, c'est traiter les enfants d'une certaine catégorie comme une classe de parlas! M. le Maire dit qu'il n'est jamais entré dans l'esprit des républicains de priver de secours les enfants nécessiteux de telle ou telle école. Mais la municipalité, en temps qu'élèves, ne peut donner les allocations dont il s'agit qu'aux écoles publiques. M. de Kérangal estime qu'on pourrait tout au moins fournir aux écoliers indi gents des écoles privées des livres classiques dont ils auraient besoin. Ces livres, ajoute-t-il ingénument, pourraient être choisis par les parents et vous paieriez les factures ( Exclamations). M. Jacquelin. Je voterai contre cette proposition. Cependant, je ne considère aucun enfant comme appartenant à une classe de parias. Les pères de famille ont le droit d'envoyer leurs enfants dans les écoles publiques. M. Machenaud. Les écoles publiques sont ouvertes à toutlo monde. Vous pouvez y venir. M. de Kérangal réplique ; on passe au vote et par 13 voix contre 7 (celles de la droite toute entière) sa proposition est repoussée. DES CHIFFRES. Après avoir voté un relèvement d'allocation de 80 fr. à M. Ripault, professeur de gymnastique des écoles communales, le Conseil approuve les chiffres globaux du budget primitif de 1913, qui se solde par un excédent de fr. 48. Au nom de la commission des Travaux Publics, M. Le Blhan, rapporteur du budget des chemins vicinaux, émet un vœu tendant à protester contre l'augmantation mise à la charge de la ville. Adopté. MM. Stéphan et Le Hars, remplaçant M. Laurent, absent, font approuver les comptes administratifs de l'hospice Civil, du Bureau de bienfaisance et de la Cuisse d'epargne. L'Hôtel des postes La question do construction d'un hôtel des postes vient ensuite. On décide d'accepter la participation financière de la ville, sur un chiffre de dépense présenté par l'etat. A la suite des observations de M. Le Hars, il est entendu que l'administration sera sollicitée pour que le paiement Soit effectué par versements de l'intérêt du capital engagé sur un délai assez long, 30 années par exemple, au taux de 3 0/0. UN VŒU. Consultée par le Conseil général au sujet de la reconstruction de la prison de la rue du Chapeau-Ronge, l'assemblée émet le vœu que la ville so porto comme acquéreur du terrain. LA MUSIQUE ADOUCIT LES MŒURS... Voici une question en apparence bien anodine : «'Vente d'une contrebasse» qui va déchaîner de nouveaux incidents. Ceux-ci du moins ne seront pas dépourvus de gaité. Il s'agit de se défaire d'un instrument, cause de discussions et de contestations incessantes entre deux groupements musicaux de notre ville. Cet instrument à corde, explique M. le Maire, est surtout un instrument do discorde (on rit). Jo demande qu'on m'en débarrasse. Af. Kerjean regrette pour sa part ce sacrifice d'un «meuble municipal» aussi imposant. 11 entreprend, au milieu de la joie générale, d'exposer les avatars de cette malencontreuse contre basse. Mais M. lo Maire insiste à nouveau pour que l'autorisation lui soit donnée do vendre l'objet de tant do contestations. Et lo Conseil, finalement... accorde (lui aussi!) Séance du ii juillet VENTE D'ARBRES. La vente de 48 arbres sur les allées do Loc Maria et de 2 à l'entrée du cimetière St Marc est décidée. Ils étaient dans un état do vétusté qui rendait leur chute possible. POUR NOS ATHLÈTES. M. Machenaud rapporte au sujet de la demande formulée par la société le «Stade Quimpérois, tendant à obtenir de la ville l'acceptation do location à bail, pour une période assez longue d'un terrain dépendant de rétablissement du Collège de jeunes filles (exsacré-ceeur). Sur observation de M, Le Maire, on décide do donner avis favorable, après quoi la demande sera transmise à l'etat, co propriétaire du terrain dont il s'agit. M. de Kérangal proteste en son nom personnel et uu nom do ses amis contre l'usage fait par la ville d'un terrain «enlevé injustement à ses légitimes propriétaires.» //. te Maire. Je veux calmer les scrupules de M. de Kérangal. Nous avons acquis ce terrain eu venu de la loi de 1841 sur les expropriations. M. de Kérangal. Soit, co n'en était pas moins une véritable spoliation. M. le Maire. De sorte que si nous nous avisions do recommencer, nous encourrions les foudres do l'eglise? M. de Kérangal. Oh! cela vous est bien égal. M. le Mairci Poser la question, c'est lu résoudre. On rit, et la proposition de location, mise aux voix est adoptée. La droite, seule, s'abstient. CAISSE DES RETRAITES. On décide, sur avis du rapporteur, M. Germain Salaim et de M. Le Hars, de maintenir la Caisse des retraites dos employés municipaux, permettant une application moins étroite des règlements à ses souscripteurs que la Caisse Nationale. l'ôur l'assainissement. Il s'agit ensuite d'un arrêté réglementaire relatif aux fosses d'aisance. Les dispositions principales de cet arrêté portent sur : l'interdiction de laisser écouler les eaux ménagères et industrielles sur la voie, publique et l'obligation, pour les maisons déjà construites comme pour les constructions neuves, de construire une fosse fixe ou septique, dans un délai do 3 années. Le Conseil adopte le projet. LE MARCHÉ AUX CHEVAUX. Le marché aux chevaux est maintenu sur le champ de foire. Interdiction sera faite, toutefois de laisser les charrettes stationner sur la place. Chemins de fer Départementaux. Un vœu est émis, tendant à ce que le chemin de fer départemental de la ligne Quimper-Brasparts, dont le point de départ est fixé à la gare d'orléans, ne traverse pas la cour réservée aux voyageurs. En ce qui concerne la traversée de la ville par le chemin de fer do la ligne Quimper-Audierne par Plogasicl Saint- Germain, le Conseil général demande approbation d'un projet comportant le percement d'un tunnel. Le Conseil émet au contraire l'avis que la ligne, partant du jardin de la gare, suive la rue Neuve, les allées de Loc-Maria, pour effectuer, au Cap Horn, la traversée de l'odet sur un pont tournant. AUTRES VŒUX. Après discussion, et au sujet d'une demande formulée par M. Kerjean, il est décidé que M. le Maire prendra toutes les mesures en son pouvoir pour essayer d'obtenir la baisse du prix du pain., Enfin, le Conseil prend en considération un vœu de M. Le Blhan demandant que soit mis à l'étude un projet d'agrandissement de la salle des séances, devenue insuffisante pour le public, les conseillers et... les journalistes. Sur cette décision, le Conseil se constitue en séance privée. NOUVELLES J PARTEMEHTALES LA PROMOTION VIOLETTE A l'occasion du 14 juillet a lieu chaque année une promotion de décorations universitaires réservées aux membres de l'enseignement. Voici quels sont, cette année, les nouveaux promus dans notre département. Officiers de iinstruction publique. MM. Bousquet, surveillant général du Lycée de Brest; Cahour, professeur au Lycée de Quimper; Mlles Georges Céline, directrice d'école à Q u imperlé ; G rail, directrice d'école à Brest; MM. Gouyet, professeur à l'école navale, Brest ; Hascoët, professeur à l'école d'industrie et do commerce, Brest ; Noueue d'andrezel, capitaine de frégate, commandant en second l'écolo d'application du Duguay-Trouin ; Volluet, professeur à l'école dés mécaniciens, Brest. Officiers d'académie. MM. Denis et Faure, répétiteurs au lycée de Brest ; Goulard, répétiteur au lycée de Quimper; Houdard, directeur d'école à Roscoff; Lécuyer, directeur d'école à Plouzôvédé; Mlles Normand, directrice d'école à Port-Launay; Quédec, directrice d'écolo à Saint-Pierre 1 Quilbignon ; MM. Rigaud, inspecteur primaire à Quimper; Rolland, directeur d'école à Guissény; Tanguy, professeur au collège de Lesncven ; Aurégau, médcc.n principal de la marine à bord du Borda; Blot, lieutenant de vaisseau, professeur, au Borda ; Mlle Bohan, institutrice à l'école de Kerliver; MM. Cairon, médecin principalà bord du Duguay-Trouin ; Dclteil et Douguet, professeurs, à bord du Duguay-Trouin; Douillard, sous-directeur de l'école du commissariat de la Marine Brest ; Fort, professeur ai lycée de Brest ; Le Mée, lieuieuant do vaisseau, professeur à l'école des élèves officiers à Bresi. INSTITUTEURS SECRÉTAIRES DE MAIRIE L'assemblée générale de l'association des Secrétaires de Mairie-Instituteurs du département du Finistère, aura lieu à Landerneau, le lundi 22 juillet, à 3 heures du soir.. FOIRES DE LA SEMAINE Samedi 20 juillet. Quimper, Hanvec, Landerneau, Plouégat-Guéran d. Lundi 22. Lanriec, Cast, Colloroc, Crozon, Landoleau, Guerlesquiu. Mardi 23. Irvillac, Saint-DA-y, Saint- Pol-de-Léon. Mercredi Si. Fouesnant, Trégourez, Quimperlé. Jeudi 25. Pouldreuzic, Gouesuou, Lesncven, Plougastel-Daoulas, Saint-Eloi, Berven (,en Plouzôvédé), Le Cloître. Vendredi 20. Botmeur. &CIMPER Au tribunal. Le tribunal de Quinlpor a fixé ses audiences de vacations aux samedi 10 et 21 août, 7 et 21 septembre prochains. Ces audiences auront lieu à.8 h. 1/2 du matin. Lycée La Tour d'auvergne. Lo Lycée do Quimper continue do remporter des succès réellement remarquables. Viennent, en effet, d'être déclarés admissibles aux divers baccalauréats les élèves dont les noms suivent : 1' Mathématiques : Maurice Arzur, Gus j (ave Bricnd, Louis Gailtdu, Charles MOHdec, Corentin Le Nir, Marcel Le Pape. 2' Philosophie : Pierre Autre», Louis Aulïray, Maurice Bébort, Marcel Berri, Isidore Bideau, Jean Lo Nir, Victor Morin. 3" Latin-grec : Marcel Juncaux, Albert Noue t. 4" Latin-langues : Auguste Le BraSj Jeart Le Roux..") Latin-sciences : Charles Dard, Lionel Floc'h) René Gauthier, René Kéruzoréj Emile Quintin. v

11 Cr Sciences-langues vivantes : Francis Bonnot, Maxime Fitament, Léon GirifTon, Jean Lo Grand, Adolphe Lcspcri, Gustave Ménardeau, tlippolyto Sérv/.in. Les examens oraux sont commenças depuis samedi 13 juillet. Sont déjà reçus définitivement : 1" Kn latin-grec : Marcel Juneaux, mention Assez l)ien ; Albert Nouftt. Soit 2 présentés, 2 admissibles, 2 reçus. 2' Kn mathématiques : Maurice Ar/.ur, mention Assez bien ; Charles Le Meudec. Nos sincères félicitations à tous les lauréats, ainsi qu'aux dévoués professeurs otà la sympathique administration. Disiiuelion.fi honori./ifjues. M. Cahour, professeur de philosophie, au Lycée, et M. Goulard, répétiteur, sont nommés l'un officier de l'instruction publique, l'autre ollicicr d'académie. A tous deux, nous adressons nos compliments les meilleurs. Collège de Jeunes Filles. Notre établissement secondaire a obtenu un nouveau succès au brevet élémentaire. Sur 10 élèves présentées à cet examen, 7 ont 1 été règnes définitivement : Mlles Biberon, David, Kildé, Gauthier, Pollard et Pouliqucn. Obsèques. Jeudi matin, ont eu lieu les obsèquesdo M. Octave Dalle, Mis du sympathique directeur d'écolo de Lanhouarneau, et ancien second-maître de la Marine. Le défunt était vice-président de la Jeunesse Républicaine Quimpéroise. Au nom de ses camarades, nous offrons à sa famille nos condoléances et l'expression de nos bien sincères regrets. Concert de la Jeunesse Républicaine Quimpéroise. Le dimanche "juillet a eu lieu, au Théâtre municipal, le Concert-Conférence offert par h Jeunesse Républicaine à ses membres honoraires.-parmi les personnalités présentes, se trouvaient MM. Le Hars, maire de Quimper, llammond, secrétaire Général de la Préfecture, Roger, chef de caliinet du Préfet, et de nombreux membres honoraires. Kn l'absence de M. Guichard, directeur de l'ecole Normale, qu'un deuil retenait loin de cette fête, le camarade Sabrié, président de la.1. H. Q., présenta M. Savina, professeur de l'ecole supérieur de Douarnenez qui avait bien voulu le remplacer au dernier moment pour porter la porole à sa place. Après avoir félicité la Jeunesse Républicaine d'avoir songea s'organiser pour les luttes prochaines, M. Savina montra excellemment que demain appartient à la jeunesse. Le parti clérical le sait et voilà pourquoi, depuis quelques années, il déploie un effort colossal pour constituer le bloc des «Jeunesse catholiques». Le conférencier définit ensuite l'idéal laïque, assez beau, dit-il, pour avoir ses apétres. t'es paroles sont, à plusieurs reprises, fortement applaudies. La partie concert, succédant à la conférence^ était bien composée. On applaudit tour à tour les talentueux amateurs do la Société, l'excellent violoniste Julien. Mme Paquet, chanteuse à la voix chaude et à la diction parfaite fut rappelée. De même, faut-il féliciter l'inimitable comique Dnaehram qui, par ses interprétations fantaisistes, mit la salle en délire. La Lyre Quimpéroise prétait son concours à cette fête mémorable et contribua puissamment à son succès. Nos félicitations à son habile chef, M. Roussel, ainsi qu'aux accompagnât eut s, MM. VVolf et Ferrant qui tinrent avec autorité une artie délicate entre toutes. Pécheurs à la ligne. Rappelons que demain dimanche, 21 courant, aura lieu à l'étang du Lendu le grand concours de pêche organisé par la société des pécheurs à la ligne de Quimper. A cette occasion, des conçoit rs de danses breton nés, courses à pied, luttes, sauts, seront organisés. Lo buffet sera tenu par M. Cornic-Quéléver. Dos déjeuners fiouls seront servis sur les bords do l'étang. Tour de France. C'est lundi prochain, 22, que passeront à Quimper les coureurs de la grande randonnée cycliste de notre confrère Y Auto. A cette occasion, il est fait appel à la bonne volonté des sport mon et des cyclistes qui voudraient bien contribuer au bon fonctionnement du contrôle. Les cyclistes devront se réunir lundi matin, vers 10 heures, au <c Cufé de l'univers» (Pont-Firmin) pour retirer leur brassard de pilote et recevoir du correspondant général de VAuto toutes les instructions nécessaires au service do pilotago. D'après le tableau do marche, le groupe de tête des coureurs arrivera vers midi. Concert du dimanche 21 juillet et du jeudi 2î> juillet De S h. 1/2 à!) h. 12. Programme : 1. Voyage en P/orenee, ail. A. Girattd. 2. Le Secret de la Heine, ouv. Thomas. 3. Divertissement pour trompette, Soliste : M. Félon Donner. 4. Lakmé, grande fantaisie. Los Delibes. 5. Brises d'amour, valse. Allier. Le chef de Afusii/ue, DORNIER. PenharN Fête des écoles. Samedi, dans la matinée, l'école publique des garçons de Penhars a célébré avec entrain la fête annuelle des écoles. Pour la circonstance, maîtres et élèves ont rivalisé d'ardeur pour orner de fleurs "et de guirlandes la façade principale de l'établissement. Au programme : La Marseillaise ; conférence par l'instituteur sur l'objet de la l'été et sur la fête nationale ; chants divers ; récitation «le morceaux choisis ; distribution de bonbons et gâteaux ; promenade, Elections municipales. C'est demain dimanche qu'auront lieu les élections municipales à Penhars, celles du fi mai étant annulées par lo Conseil do Préfecture. Il y aura deux listes en présonce : l'une, républicaine, l'autro, libérale. La lutte sera chaude, dit-on. Douarnencx Pète d'ecole. Samedi dernier, une très jolie fête était donnée h l'école publique des filles de la rue du Pont. Toutes les jeunes filles endimanchées se réunissaient et exécutaient de foi t Jolis chœurs et une Injlle pièce de théâtre sous la direction de leurs dévouées maîtresses, Ce même jour, l'école privée des garçons musique en tête, s'en allait en promenade à St-Anne La Paltid. Ce défilé de voitures, ce tam-tam à coups de grosso caisse no peuvent qu'aider au recrutement de cette école. Espérons quo l'année prochaine nous ferons mieux que nos concurrents et que nous aurons aussi notre journée à l'école do garçons. Kn présence de la concurrence qui nous enveloppe et nous menace, on n'a plus le droit de rien négliger do ce qui fortifie l'école laïque, aide à son recrutement et à son avenir. Tréboul Les Régates. Le Comité des régates a procédé ces jours derniers à l'élection de son bureau. ( )nt été Nommés : Président, M. Th. Nicolas ; Vice-Président, MM. Jacques Richepin et Daniel Lozachmeur ; Trésorier M. Pierre Le Bars ; Secrétaire, M. Théophile Urvois. Les régates sont fixées au dimanche 18 août. flambeaux, l*ouldei*g;at Fête Nationale. Pour la première fois depuis40ans, la fête nationale du ii juillet a été célébrée au bourg de Pouldcrgat. Dès h; matin, plusieurs maisons étaient pavoisées ; l'après-midi il y a eu courses de chevaux, de bicyclettes, d'hommes et d'enfants. Il fallait aussi divertir les femmes, elles faisaient une course en portant chacune un vase d'eau sur la tète ; toute la journée jeux de toutes sortes. La fête s'est terminée par un contentement général de la population. Audiei'iio Au ccrtijieat d'études. Au sujet des félicitations que notre correspondant d'atidiernea adressées à M. Le Griguer, insiitutour-adjoint à l'école publique d'audierne pour le beau succès remporté aux certificat d'études par les élèves de cette école, M. Le Griguer nous prie do dire que les résultats obtenus ne sont pas l'œuvre d'un seul, mais des sept maîtres qui y ont collaboré,et qu'il est donc juste d'étendre à tous ces éloges. Nous prenons acte de cette demande et sommes heureux aussi d'enregistrer lo suacès au moins aussi brillant de l'école de tilles, qu'il nous signale : Il élèves sur 12 présentées. Bénodet reçues Avis, La Société des «Sauveteurs Bretons», d'accord avec la Municipalité, a installé à partir du 15 juillet, jusqu'au 15 septembre 1912, un service de surveillance des bains de la plage, do 10 heures du matin à midi et de 1 heures à (> luanes du soir. Les baigneurs sont invités à ne pas dépasser la zone limitée par les deux bouées mouillées dans la baie cl à ne pas distraire de son service lo surveillant qui croisera entre ces deux bouées. Le 11 Juillet. La Fête Nationale, jusqu'ici célébrée dans notre commune avec une froideur déconcertante, a été vraiment cette année, l'occasion d'une manifestation enthousiaste. Kn dehors des divertissements traditionnels, très réussis, notons les belles décorations et illuminations que chacun avait tenu à faire. Signalons tout particulièrement celles de la mairie et du château des Ormeaux, qui présentait, le soir, un coup d'ieil féerique. Le clou de la fèle a été le feu d'artifice tiré sur l'odet. Les vivats et applaudissements de milliers de spectateurs ont assez dit combien la population était reconnaissante à M. le Maire de s'être tant dévouéj à l'occasion de la fête historique si chère au peuple. Plosaatcl-$it*Gei a maln Enseignement agricole et ménager. Le concours d'enseignement agricole et ménager entre les meilleurs élèves desecóles du canton aura lieu au bourgdo Plogastel-Saint-Germain lo mercredi 21 juillet à S h. 1/2 du matin. Tré^uennee Fèle Nationale. La féto nationale a été célébrée a Tréguennec dimanche dernier avec un éclat inaccoutumé, le programme do la féto comportait plusieurs courses, prix pour lutter, pour fumer, pour danser etc... le soir il y a eu illumination. Cette fête favorisée par un temps superbe a été très réussie; les luttes surtout ont été très intéressantes. Plusieurs athlètes do valeurs ont été aux prises, particulièrement un nommé Pierre Kcrvarec qui aune force exceptionnelle ; la population de la jeune commune républicaine de Tréguennec gardera un bon souvenir de cette journée. Ponl.PAhhé «L'Amicale Scolaire» au Concours de Laval. Le dimanche 30 juin, notre société d'éducation physique, œuvre laïque postscolaire, avait envoyé nu concours de l'association do l'ouest, une section de 10 gymnastes accompagnée de M. Adam,viceprésident, délégué. Malgré les fatigues d'un long voyage et les conditions désavantageuses dans lesquelles ils se présentaient, nos jeunes gymnastes y ont remporté un brillant succès. Ils ont obtenu un premier prix pour exercices aux appareils et ensembles et un premier prix pour courses on «celions. Les amis de l'école laïque se réjouiront de ce résultat qui l'ait honneur aux élèves gymnastes et à ceux qui les dirigent. Ilo-Tudy Fête Nationale. La féto nationale s'est déroulée ici avec un éclat inaccoutumé. A neuf heures,les sapeurs-pompiers ont délilé dans les rues superbement pavoisées. L'après-midi do nombreuses courses do bateaux attirèrent sur les quais une foule do spectateurs. Le clou de la fête a été la retraite aux (lambeauxorganisée avec le concours des sapeurs-pompiers ; les Humiliations élnient bien réussies. Comme d'habitude un bal clôtura la fête. CHATEAOLÏN Fêle sportive. Une fête sportive organisée par' le «Véloce-Club-Chàteaulinois» aura lieu le dimanche 21 juillet. Plusieurs objets ont été offerts par les maisons de cycles Gladiator, Clément, Peugeot, Rochet, etc. Au programme : Courses do bicyclettes : I o Course de fond, 00 km., réservée aux coureurs-do l'arrondissement. 15 prix : l o r, 50 IV., 2*, 30 IV. 2'' Course pour jeunes gens de 10 tins. Courses pédestres : Tour de Cliàteaulin. 1' Epreuve demi-fond, ni. pour jeunes gens et adultes. 2' Course do vitesse pourjctines gens audessous de 18 ans. Los engagements pour toutes les courses devront être clos le IN juillet. 4 lm«t <-:> ii 9i <t-ti t -<i ii- I i«ou Le 11 juillet. Le 11 juillet a été célébré cette année avec un éclat ot uri enthousiasme inoubliable* dans notre ville. Le matin a ou lieuj en présence de M, le D r Le Coquil, conseiller d'arrondissement et adjoint au maire (remplaçant notre dévoué député, retenu par un deuil) la revue et le défilé très réussis des sapeurs-pompiers. Le banquet traditionnel réunissait à midi une cinquantaine do convivres, sous la présidence de M. Rolland, ancien maire et doyen des conseillers municipaux, de France. Les courses de bicyclettes et do chevaux ont été particulièrement intéressantes et suivies avec curiosité. Le soir, le concert donné par la musique municipale obtint le plus vif succès et quant à la retraite aux au travers des rues illuminées à profusion, elle comptera, nous écrit-on, dans les annales Chàteauneuviennes. Pleyben Concours agricole et ménager. Aujourd'hui samedi, so tiendra à Pleyben le concours d'enseignement agricole et ménager. Toutes les écoles publiques du canton présenteront des élèves à ce concours auquel sont allcctés de beaux et nombreux prix. Pour nos yillettes. Lo jeudi 11 courant, les petites filles de l'ouvroir laïque, accompagnées de leurs maltresses, so sont rendues en voitures à Pen-Trez-les-Bains. Quelle fête pour ces enfants! Espérons que cette promonade se renouvellera chaque année. Cela ferait tant d'heureux. crignac Fête Nationale. C'est demain dimanche, 21 juillet quo nous célébrerons la fête nationale dont voici le programme : A!i heures, luttes bretonnes à Poul-ar- Brerin. A i heures, courses do chevaux sur la route de Guerlosquin (trot et galop). A K h. 12, courses do bicyclettes. A 5 heures, perche et pierre lourde. A 0 heures, danses, distribution de foulards et courses dans lo sac. A I) heures, grand l'eu d'artifice. Camai'ct LE CITOYEN it!.-- Marché du 13 juillet. Farine, première qualité, les 100 kilos, il à 42 ; farine, deuxième qualité, 37 à 40.»»; froment, 30à3l.»»;seigle. 22à 22.50; sarrasin, 29 à 3<).»» ; avoine, 24.»» à 24.50; orge, 23 à 24.»» ;son, I3à 14.)))); pommes de terre, 8 50à9;foin, les500kilos, 55à00; paille, 30 à 32; bœuf, le kilo sur pied,0.70à 0.75; vache, 0.00 à 0.05; veau, 0.75 à 0.80; mouton, 0.80 à-0.85; porc. L10à 1.20; bourre, le kilo en gros, 2.20 à 2.30, et en détail, 2.40 à 2.50; œufs, la douzaine, 0.95 à L»» ; poulets, la couple, 4.50 à 0.))»; cidre, la barrique, lll à 45 fr. DOUARNENEZ. Marché du lundi 15 juillet. Farine, première qualité, les 100 kilos, ; farine, deuxième qualité, ; froment, à 32.75; seigle, 20.50; sarrasin, à 27.))»; avoine, 20.»» à 27.»»; pommes de terre,les 100k., 9.»»; loin, les 500 kilos,»>) à 00 ; paille, 46.)» à»» ; beurre, le kilo, 2.80 ; œufs, la douzaine, 0.90 à».»» ; poulets, la couple, 3»». à 3.50 ; cidre, la bar Une grave affaire. Le parquet de Chàteaulin s'est rendu mardi à Caniaret pour procédera une enquête au sujet d'une affaire d'attentat aux mœurs sur une fillette de 11 tins, dans laquelle sont inculpés les nommés Joseph N ans, charpentier, et Magloiro L..., 18 ans, novice do la rique, 35 francs. marine. Ces derniers ont été laissés en liberté provisoire. VARIÉTÉS Gemment on apprêtait les Sardines en 1772 Duhamel du Monceau nous indique quelques façons d'apprêter la sardine en Franco au 18 siècle. Sardine» nui» Ir gril. La meilleure manière, dit-il, d'apprêter celles qui sont très fraîches, est de les faire rôtir sur le gril; et pour leur donner un coup d'œil plus avantageux, et faire que la peau se détache plus aisément quand on les mange, avant do les mettre sur lo gril, on couche les sardines sur un plat, et on presse entre le pouce et l'index l'extrémité du corps jusqu'à l'aileron de la queue, et dans le sens de sa largeur ; on prétend que cette petite opération l'ait que la sardine gonlle sur lo gril au lieu de s'aplatir : Préparation de* sardines en simple saumure qu'on appelle Ah- «liolsées. Comme les petites sardines qu'on prend au commencement de la pèche ne rendraient pas d'huile, et comme elles se réduiraient en pâte sous la presse à cause do leur grande délicatesse, on les met simplement en saumure dans de petits barils ; pour cela on fait une saumure très forte, on en met dans les barils jusqu'au tiers, et on achève de les remplir avec des sardines très fraîches, et de la saumure dans laquelle on délaie du brun rouge réduit en poudre très fine, pour leur donner l'air d'anchois ; on laisse les barils au soleil pendant 15 jours, les remplissant tous les jours avec de nouvelle saumure. Les sardines en daube. Au Corrquet, orr conservait des sardines pendant un mois dans lo beurre. Pour 50 sardines on emploie une livre de beurre frais qu'on fait fondre, quatre onces de sel (l'once vaut de 28 à 110 grammes), une once et demie de poivre lia, et un peu de muscade ; quand le beurre est fondu, prenant garde qu'il ne roussisse, on le laisse assez refroidir pour qu'on trempant les sardines dedans, elles en sortent couvertes ; en cet état on les arrange dans un pot de grès ; on l'ait un peu réchauffer le qui reste, qu'on verso sur les sardines do façon qu'elles en soient entièrement couvertes, et on bouche le vase le plus exactement qu'on veut, avec du liège ; quand on veut les apprêter, on les lire du beurre. Sardines maurées. On sale à terre les sardines en grenier, en les arrangeant de tête et de queue en tas, on répand du sel entre chaque lit, à peu près comme on fait pour celles qu'on prépare en pile ; on les laisse ainsi pendant 2 ou 3 jouis au plus ; on emploie, autant qu'on le peut, du sel qui ait 2 ou 3 ans de saunage, parce que les soieries en sont moins acres. Lorsque les poissons ont pris sel, on les enfile dans des baguettes, on les lave dans de l'eau de mer, puis dans de l'eau douce ; et quand elles sont égouttées, on les pend dans la v saurisscrie ; on les y laisse s'égoul- 1er pendant 2-t heures ; ensuite, on allume les feux, qui durent sept à huit jours quand l'air est sec, et dix à douze si l'air est humide. On l'ait lo feu avec des copeaux de chêne, qu'on prend chez les tonneliers, les menuisiers, et on le convie do cendres d'ajoncs, pour qu'il fasse de la fumée et point do flamme. Le lieu où l'on fait cetto préparation, est un cellier au rez-de-chaussée, dont un manteau de cheminée occupe presque toute la largeur ; c'est sous ce manteau qu'on peu cl les sardines. NOS Questions Agricoles IMPORTATIONS DE CÉRfiALES Depuis lo début do la campagne agricole en cours (qui va du 1 e r août l!»ll au 91 jnil lot 1012) nos importations do céréales ont été assez limitées, bien quejji Chambre des députés so sort opposée à lu levée des droits LES Joli* eoni ilei«beurre nouveauté. MARCHES CONCARNEAÜ. Marché du 15 Juillet. Farine l' u qualité, les 100 kilos, il à 12 farine, 2" qualité, 39 à io ; froment, 30 à 31 ; seigle, 21 à 22 ; sarrasin, 29 à 30 ; avoine, 2i à 25 ; orge, à 22; son, 15.»» à 10.»» ; pommes de terre, 8.50 à 9 les 100 kilos; foin, les 500 kilos, 55 à 00 ; paille, 28 à 32 ; bœuf, le kilo sur pied, ()."() à 0.75; vache, 0.60 à 0.05; veau, 0.75 à» ; mouton, 0.90 à L»» ; porc, 1.25 à 1.30 ; beurre, le kilo en gros, 2.30 à» ; en détail,» à 2.50 ; œufs, la douzaine, 1.10; poulets, la couple, 4 à 4.50; lièvres, la pièce,».»» à» ; perdrix,».»» à» ; cidre, la barrique, 40 à 1Í* lapins de garenne,».>» à».»» ; oignons, le kilo au détail,».»» ; fagots, le cent,»» fr. : au détail,».»» le fagot. QUÍMPERLÉ - Marché du vendredi 12 Juillet. Farine, première qualité, les 100 kilos, ii.»). à ))».))» ; farine, deuxième qualité, 13.»»; froment, 31.»» à32.»» ; seigle, 23.»» ; sarrasin, 28.»» à 30 ; avoine, 23.»» à 24.»»; orge, 22.»»; son, 19.» ; pommes de terre, 7.»» à 8.»» ; foin, les 500 kilos, 35.»» à 10.»» ; veau, 0.75 à 0.85 ; mouton, 0.95; porc, 1.35 à 1.40 ; beurre, le kilo en gros, 2.10, et en détail, 2.40 à 2.50; œufs, la douzaine, 1.««; poulets, la couple, 4.»» à 8.))»; cidre, la barrique,»» francs. CHATEAULIN Marché du 1! Juillet. Froment, prix moyen, les 100 kilogs, 32.»»; seigle, ; orge, ; sarrasin, 20.50; avoine, ; pommes de terre, 11.«; loin, les 500 kilos, 50 à 55; paille,40 à45; beurre, le kilo, 2.20 à 2.25 ; œufs, la douzaine, 0.70 à 0.80; cidre, la barrique, 32 à 40 fr. MORLAIX. Marché du 13 Juillet. Farine, première qualité, les 100 kilos, 43.»» à 44.»»; farine, deuxième qualité, 41.»» à 42.»» ; froment, 31 à ; seigle, à 20.»»; sarrasin, 20.»» à 27.»» ; avoine, 22.»» à 23.»»; orge, 19.»» à 19.50; son, à 18.»» ; pommes de terre, 11.» à 10.»; foin, les 500 kilos, 45.»» à 50.»»; paille, 35.»» à 40.»»; bœuf, lo kilo sur pied, 0.80 à 0.85; vache, 0.00 à 0.05; veau, 0.75 à 0.80; mouton, L»»; porc, 1.28 à 1.30 ; beurre, le kilo en gros,2.15à 2.20toutesles qualités, et en détail, 2.40 à 2.50 ; œufs, la douzaine, I.»» à 1.10; cidre la barrique, 35 à 40; asperges, la botte,».»» à».»» ; salades la douzaine de té es, 0.30 à 0,40 ; artichauts, la douzaine 1.»» à AU BON MARCHE <»l IIBI'III veston. IÍN*II 'in » fr. Chefs d'œuvres ds Maîtres Lo Xew-Yorh-Uerald s'est livré à une enquête auprès des marchands do tableaux, pour savoir le prix que pourraient atteindre les toiles rares. M. J. Dévcen dit qu'il y a, eu Europe, dans tes collections privées, une douzaine d'oeuvres, dont il donnerait volontiers e(ni initiions de l'ranem. avec la certitude de tirer un joli bénéfice. Où allons nous avec, inio telle surenchère 1 Mais, s'il savait que dans un coin de noire Bretagne, il existe un Primitif attribué à B ; ou<(uei. assez bien conservé, et dont le propriétaire ignore peut-être la réelle valeur, que dirait M. J. Devecn? FURET. Lunettes et Pince-nez Verres garantis «bsolumciil purs EXÉCUTION des ordonnances de MM. les SOIGNÉE Oculistes JUMELLES Thermomètres BABOMÉTRES G. PEPIN, Opticien 16, rue Keréon, QUI/Ï\PER mmmi Cas très répandu dans cette contrée : la déviation au lieu sur les cotés, se produit en avant. G. P E P l R Bandagiste-Orthopédiste 16, R u e H e r e o n, do douane qui frappent le blé, il est probable que d'ici un mois les meuniers français vont l'aire appel au blé exotique, dans une large mesure, puisque notre blé indigène demeure introuvable. Néanmoins, nous n'atteindrons pas les chiffres de En mai. dernier, nous avons importé 2IÎ7.521 quintaux de blé étranger, contre quintaux en mai 1911, et pour les dix mois de la campagne, nous n'en sommes encore qu'à quintaux au lieu de quintaux l'an dernier à la même époque. Les stocks de blé dans nos entrepôts de douanes ne s'élevaient au 31 mai dernier de se faire qu'à quintaux contre au 31 mai 1911, et les quantités de blés provenant d'admissions temporaires restant à purer étaient à la lin mai 1912 de quintaux au lieu de 1.S l'année dernière. Pour les a ut rcs céréales, nos importations ont été, pour les dix premiers mois de la campagne : avoine, quintaux (contre , pour- la campagne précédente); orge, quintaux (contre ); seigle, quintaux (con K C O K O Î V I 1 E tre ) : maïs, quintaux Placer ses économies est souvent (contre ). difficile. Le l'aire dans une Société fonctionnant sons le contrôle de l'etat et déposant ses fonds à la Banque de France est, une sage précaution.!.a Prévoyance FraneaÎMe vie constitue un capital, une dot ou une retraite par versements depuis 2 fr. 50 par mois. Flic fonctionne sous le contrôle de l'etat et dépose tous ses fonds à la Banque de France. Kcmandez tous reniseiffueiiientm à M..S. SÉ1 ÉLÉDER, route de Pont- I Al;l»é. Etudes de M 8 André JONCOUR, avouélicencié, 5. rue du Quai, à Quimper, et de M«GAI >UYER. notaire à Pont-l'Abbé. V E j V i T E Par Licitation Le Vendredi 'Hi.BiaiSJel à 2 heures de /'après-midi En la MAIRIE DE PENMAifCII Et par le ministère de M" GAOUYER, MM sur IMMEUBLES Amortissables 1 long terme. Tout propriétaire peut en contractant un emprunt au CRÉDIT FONCIER de FRÀNGE se procurer des fonds pour commerce, industrie, exploitation agricole, acquisition d'immeubles, remboursement d'hypothèques antérieures, constitution de dot, etc. Le capital n'est jamais exigible. Il s'amortit dans un délai de 10 à 75 ans, mais l'emprunteur peut, à son gré, rembourser tout ou partie du prêt, en pro- Jitant de l'amortissement déjà effectué. 6 milliards de prêts réalisés actuellement. LE CRÉDIT FONCIER DE FRANCE consent aussi des prêts aux département», communes, chambres de commerce, hospices, bureaux de bienfaisance, et autres établissements publics pour toute duréo à des conditions très avantageuses et sans aucune commission. 4 milliards de prêts réalisés. POURTOUSRENSEIGNEMENTS S'aORESSER : A M. BERNARD, à Brest, 24, rue d'aiguillon, directeur de la succursale du Crédit Foncier pour le département du Finistère. Envoi d'une notice sur demande. R E N S F, 1 G N E M E N T S fi R A T U1T S 'Frullimi! de Commerce de On imper Par jugement du 12 juillet 1912, le sieur Alain Le Meur, constructeur de bateau à Donamene/., a été déclaré en état de faillite ouverte au 17 mai Les créanciers de la dite faillite sont invités à se rendre au tribunal de commerce de Quimper lo ~7 juillet 1912 à heures pour la nomination du syndic définitif. LE B1IIAN, Greffier. Vous êtes vraiment bien chaussé!... Etudes de M. André JONCOUR, avoué à Quimper et de M 1 ' JACQ, notaire à Quimper, VENTE D'IMMEUBLES dépendant de faillite En l'étude de M! Juc'i, notaire ci Quimper. LE fl\erçrepi 31 JUILLET 1912 «2 h. 1/2 de l'après-midi LA VILLE in: f! mi'i K rue Neuve, n 45 TJ3STE MAiSONF élevée sur sol d'un rez-de-chaussée, trois étages et grenier. Cour derrière. Mise à prix : fr. notaire, èi Pont-l'Abbé. Fn la COMMUNE DE PENMÀRC'H Les édifices, superfices et droits réparatoires du domaine dit Kérérec-Maunir, au village de Kérollcc, et diverses parcelles de terre au même lien, en six lots séparés ot sur un total de mise à prix de 2.1 KO fr. Pour plus amples renseignements, consulter les affiches et. s'adresser à M" GAOUYER. notaire à Pont-l'Abbé. Etude de M" J. LE CORRE, huissieraudiencier, (!, place Tcrre-au Duc, Quimper. V E N T E AUX EN«111)111 m VI BLINDES Avenue de la tiare en Ergué Armel, LE m*r?l 23 JUILLET 1912, à deux heures de l'aprês midi, dans les magasins de M. Calvez,camionneur, M Le Corre, huissier, procédera à la vente publique de : Trois sacs de CAFÉ VERT de cinquante kilogs environ chacun. Cette vente a lieu en vertu d'un jugement rendu par M. le Président du Tribunal de Commerce de Quimper le '21 juin Vente au comptant en sus, LE CORRE. VENTE PAR LICITATION En l'étude et par le ministère de M* LE Bill AN, notaire à Plcaastel St Germain. LE m*rpi 30 JUILLET 1912, à 2 heures de l'après-midi, en huit, lots séparés D ' U N E P R O P R I É T É composée de maison de commerce, avec ses dépendances et de plusieurs parcelles de terre située au bourg communal de Plogas tel- Sain t- Germain. Pour la désignation, les mises à prix et les condition.-, de la vente, voir les affiches ou le cahier des charges_ déposé en l'étude dudit M p Le Bihan. L'avoué poursuivant la vente, J.SOUDRV. Etudes de M André JONCOUR, avoué à Quimper et de M c JACQ, notaire Y E Ë * T E par suitede conversion de- Salsle-immoDiUe're En l'étude de M' Jacq, notaire à Quimper LE mercrepi 31 JUILLET 1912 à 3 heures de l'après-midi Al ItOI 1«. Itl Kl Itll I vin \ Route de la Mère de Dieu, n 28 U n e M a i s o n d ' H a b i t a t i o n avec Cour, Jardin fruitier et autre Petite Maison. Mise a prix : ilooo fr. Etude de M Pierre Jacq, notaire Adjudication Volontaire 1.2'. Mt m III III 3 u n i 191«, à «ï />. 12 de l'après-midi, en l'etude peux petites maisons se communiquant, situées au lieu de TY-R11U, en la commune de Kcrfeunteûn, avec Crèche et Terrain. MISE A JPJR-OC :'1BOO fr. "Et vous aussi lll... Parbleu, nos chaussures sortent de chez J HALLE A LA C H A U S S U R E 2, Rue Astor et 12, Rue St-Françols Où l'on trouva les DERNIÈRES FORMES AMÉRICAINES, ANGLAISES ET FRANÇAISES pour HOMMES, à, i pour DAMES, à 4 8.», 4 5.» et », et 8.50

12 LE CITOYEN UK Républicains, lisez et faites lire le «Citoyen». Départements limitropkes 6 mois 1 an Le Citoyen 2 jr. 3f.no Organe de Concentration Républicaine 2/.50 Autres Dépaitements mota BULLETIN D'ABONNEMENT Je soussigné f>. 'déclare souscrire pour un abonnement de à partir du au journal " Le Citoyen Ci-joint un mandat de. (1) Nom, pronoms, profession et adresse..je..19 SIGNATURE : Détacher ce bulletin et l'adresser à II. I*. t.iu'-uuen. i un Admlnlstrnieur-séraiit du " t'.ltojen ". '21. rue du Mailt*. Oulnipcr Château-Musée de KËRIOLËT Près CONCARNEAU Ce Château, donné au Département du Finistère par la princesse Na rishkine. est situé au milieu d'un Parc magnifique, à un kilomètre do Concarneau. C'est la reconstitution fort intéressante d'un Manoir du XV' siècle. Le Musée renferme une superbe collection de tapisseries, faïences, objets d'art, meubles anciens, coiffes et costumes bretons, parchemins, sceaux et autographes dont quelques-uns remontent au XII* siècle. Il possède en outre une p j - É C K H I S E collection de peintures du grand paysagiste Camille Bernier. Le prix des entrées est de 50 centimes, la semaine de 9 h. matin à 5 h soir, sauf le lundi matin, et de 15 centimes le dimanche après-midi. Al B0\ MARCHE QtltlPER Vêtement*. Chapellerie. Chemiserie. Honneterie. L'Administrateur-Gérant, Pierre GUÉGUEN RETARD des ÉPOGUES Mttdame», qui 4/««inquiète» POU. E U -ROAUR. (douleur*. irréffuurité*, r«!arj. UU «UPIWE*«IOM). quand vous aurez tout essayé sur.» résultai ècfltn tn toute ciidiact tu0 - du I...Mi.,,f DO SP«, : LIILOI, 11, BONI. Pipln, LILLE, qui»out Inalquft un MOYEN «ITKACE, gtrtnu tt tint ôingsr. (XfX Etudes de M* André JONCOUR, Avoué- Lieencié,». rue du Qutii, à Quimper, ol de M«GAOUYER, Nolaiicù Poiil-l'Abbé. (Exécution de la loi du 23 octobre 1881.} V E N T E PAR LIMITATION En l'étude de M«GAOUYER, notaire à Pont l'abbé. LE IftRDI 33 JlUJ.Ii IfM S à 1 It. 1J2de l'après-midi Une Peliie Propriété siso à KERLOUARGAT, en la commune de Plobaunalec. mise * PRIX : fr. H O M E MAFIE rjv "bx,, voyagerait pour maison sérieuse Alimentation. Ecrire au journal. Eludo de M*.1 SÉNIE, avoué-licencié, 2.">, ruo Lae-nnoe VENTE PÀUICITATION A L'AUDIENCE DES CRIÉES DU TRIBUNAL CIVIL DE I.e Jeudi «.» Juillet I»I8 à 8 li. 1 2 du matin. En la commune de Plogonncc, canton de Dotiamone/ PROPRIÉTÉ RURALE II F. lì UBI II in COMPRENANT : Un vieux Manoir smani d'habitation, terres de toute nature, bui- courants, forestiers et taillis, d'un seul tenant. Contenance approximative : 53 hectares. MISE A PRIX : Quatrevingt dix huit mille francs, ci rr. Voir les ajfiehes. L'A roué poursuivant,.1. SÉNIÉ. A VENDRE RÉSIDU DE SOUDE pour engrais. S'adressera M. Schang, Pont-Croix M' & M m e A L L I E R I Iiinirgiciis-Ofiillslis Diplômés de l'université de Paris /, Ê'UO Kérêon, En l'ace la Cathédrale. Maladios do la bouche et des dents Prothèse Redressements Consultations tons les jours Il de 8 h. du malin à (Ih. du soir. PRIX MODÉRÉS luillnilii tes dimensions. S'adresser à M. LE RESTE, Pollili reu/.ic. -A. C É D E R POUR CAUSE DE SANTE UN BON DÉBIT V <J/I IUI* III S'adresser au Journal. AU MENESTREL 18,Place Saint-Corentin, 18 P H O N O G R A P H E à 19 francs PATHÉ sans pavillon et avec pavillon 1res M o n o r o «a B K /m. mm M - m w i o très beau modèle à 150 francs Grsnd choix de disques P I A N O S I X n B T T F S a part de ÎOO francs. I.' machines rendues! Plus do 900 Premiers Pihr *^sr prouvent surabondamment la supérériorilé des 11 HtMIl 818 A (-FAr LAiV AU, Vendues par M.ftl.LE RESTE Consf à B'ouldreuzie et ses agents dans les cantons de Pont-Croix et Pont-l'Abbé I O OOO Herémeuftcs de toutes marques ont été échangées contre des Alfa-Laval. Société des Ecrémeuscs ALFA -LA VAL lìti, Avenue Parmentier à PARIS. DEMANDES D'EMPLOIS A tites Annonces Gratuites OUVRIER HORLOGER- BIJOUTIER, sortant du régiment, d'excellente famille, demando place S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME, 16ans, demande place comme petit commis. S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME libéré du service militaire, demande place de 2" clore ou autre emploi. S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME, 18 ans, au courant de la procédure, demande place étude d'huissier ou d'avoué ou dans maison de commerce. S'adresser au bureau du Journal. AU BON MARCHE 24, Rue du Parc, 24 GRAND MAGASIN DE CONFECTIONS POUR HOMMES Jeunes Gens et. Enfants VÊTEMENTS Impermeables GABARDINE CAOUTCHOUCS i ' *^5r^ CHEMISERIE (UU'i!!! hli SPORTS AUTOS Notre rayon pour garçonnets est des mieux assorti de la région. GRAND CHOIX DE VÊTEMENTS EN LË BON MARCHÉ n'a aucune Succursale au\ Environs de Quinine. Etude de M" Georges BOUCHARD, docteur en droit, avoué à Quimperlé, Quai Brizoux, 1," (! V e M t e Par Licilalion Judiciaire A l'audience des Criées du Tribunal Civil de première instance, de Quimperlé Le mercredi 31 Juillet 1912 à 1 heure de l'après-midi t \ oi t u v v n ; l o t s D e D i v e r s I m m e u b l e s 8itucs en 1rs commîmes <lr llll < -M H-Itï I.O\. de IHOELAK et «le «I IMI'I III r. IDésiQ-natioii : Département du Finistère. Arrondissement de Quimperlé. Communes de MEC SUR BELON, de MOE- LAN et de LE. Premier Lot A n bourg de Riee sur-uélon Article 1 e r. In Itàliincnl à usage d'habitation et de bureau de poste, composé do rez-de chaussée, premier étage et grenier. Art. A l'est de co bâtiment un petit jardin clos do murs. Contenance cadastrale : 3 ares. Mise à prix : I OOO fr. Deuxième Lot Au bourg Je Rire sur Bèlon Article 1''. lii ik'itsiiient a usage de remise et d'écurie, ayant rez-dechaussée et moitié bout du Midi sous grenier. Art. 2. Au couchant de l'article précédent, une pétrie parcelle de terre sous cour et jardin. Contenance cadastrale : 3 ares. Mise à prix : 'i 500 fr. Troisième Lot Au lieu dit le << Moùlin-ILèlou» en Riec-sur-liélon. lit hàliuicnl ù usage d'habitation et d'écurie composé de rez de-chaussée, grenier, et Contenance cadastrale : 1 hectare 85 arcs 50 centiares. llise à prix. tt.ooo fr. Quatrième Lot Au lieu dit EérandistroKcrcô en Riee-sur Uélon Article I e ' -. l'n corps dt' l»àllmeut à usage d'habitation, d'écurie et de hangar. Art. 'i. l'ne parcelle de terre dénommée «Parc K'erbiligucr.» Contenance cadastrale : :i() ares -40 centiares. Mi«e à prix : fr. Cinquième Lot Aux dépendances du village de Saint lier main, en Riée-sur- Bèlon tue pièce «le terre lahouralile dénommée «Cast 'l'y». Contenance cadastrale : 25 ares fjo centiares. Mise à prix : 30O fr. Sixième Lot Au lieu dit (( Le P.issai/c».cn Moëlan lue maison d'hahhat;»n construite en pierres et couverte en ardoises. Contenance cadastrale : 0 are centiares. llise à prix : ôoo fr. Septième Lot En la ville de Quimperlé rue de Bremondd'Ars, n - 24 l'ne propriétt'' composée de maison d'habitation, jardin, magasin servant d'entrepôt, bâtiment à usago de remise et écurie, petite cour, petite maison de décharge..' Contenance cadastrale : 6 ares 90centiares. lli«e a prix : IH.OOO IV Huitième Lot Au lieu dit «Lanhéguy» en Riee-sur-liélon Une petite parcelle de terre dénommée «Lannéguy-Castel-Bras». Contenance cadastrale : 2 ares GO centiares. llise à prix : 50 fr. Neuvième Lot Au lieu de Gorré-L'tnnégug en Rire sur liélon Une propriété rurale comprenant: et Contenance cadastrale : 17 hectares 87 ares GO eentiares. llise à prix : ' fr. Dixième I.ot Au même lieu de Gorré-Lannéguy en Riec-sur liélon Autre propriété rurale, comprenant : bâtiments d'habitation et d exploitation, et Contenance cadastrale : 19 hectares 51 ares i)u centiares. Miso à prix : fr. Onzième Lot Au lieu de Kèrnndrcau llilian en Riec sur B-lon Uiu propriété rurale comprenant : bâtiments terres do touto nature. Contenance cadastrale : 2 hectares i!) arcs 29 centiares. Mise à prix : fr, Douzième Lot Au Heu de Krruvul, en Ricc-su.rBclon Une propriété rurale comprenant : bâtiments terres do toute nature. Contcnanco cadastrale : 1!) hectares 62 arcs 40 centiares. Mise à prix : fr. Treizième Lot Au même lieu de Keraoal en Riec-sttr-1Selon Autre propriété rurale comprenant : bâtiments Contenance cadastrale : 16 hectares 7i ares 36 centiares. Mise à prix : fv. Quatorzième Lot Au lieu <!' Ki'iblodi, en Riee-sur-Be'lon Une propriété rurale comprenant : bâtiments terres do toute nature. Contenance cadastrale : 19 hectares 110 ares.'il centiares. Mise à p r i x ; 34.0OO fr. Quinzième Lot.1 u lieu de Kerbris, en Riec sur-beion Une propriété rurale comprenant : bâtiments Contenance cadastrale : PS hectares 54 ares 13 centiares. Mise à prix : 33SOO fr. Seizième Lot Au lieu de Kcrforn, en Riee-sur-liélon Une propriété rurale comprenant: bâtiments Contenance cadastrale : Pi hectares 21 ares 90 centiares. MISE A PRIX : FR. Dix-septième Lot.-la même lieu de Kerforn en Rire sur IP /on Autre propriété rurale comprenant : bâtiments Contenance cadastrale : 12 hectares G7 ares 25 centiares. MISE A PRIX : FR. Dix-huitième Lot,4a lieu de Kergoalabrè e n Rie c sur- lie lo n Une propriété rurale comprenant : bâtiments Contenance cadastrale : 18 hectares 34 ares 39 centiares. Mfwe à Prix t 23.00O Fr. Dix-neuvième Lot Au même lieu de Kergoalabrè en Riec sur-liélon. Autre propriété rurale comprenant : et Contenance cadastrale : 2!» hectares SIS ares 20 centiares. >tise il prix :»4 000 fr. Vingtième Lot Au lieu de Kerguern, en Rite-sur-liélon lue prpriété rurale comprenant: terres de toute nature sans bâtiment. Contenance cadastrale : 9 hectares 34 arcs 73 centiares. Mise à prix : I l.«(ml fv. Vingt et unième Lot Au même Heu de Kerguern en Riee-sur-Béton l'ne propriété comprenant : pensionnat, salles de classes, préau, cour et diverses dépendances, notamment un jardin de S an s. Contenance cadastrale : 25 arcs environ. Mise à prix -.».«11«fr. Vingt-deuxième Lot A lieu de «Kerhimes» en Riec sur Béton lue propriété rurale comprenant: braiments d'habitation et d'exploitation Cl terres do toute nature. Contenance cadastrale : 21 hectares 48 ares 23 centiares. llise ù prix : ' '.000 fr. Vingt-troisième Lot Au lieu dit de u Kermorn» en Riec-sur-Bèlon l'ne propriétt* rurale comprenant: et Contenance cadastrale : 22 hectares 41 arcs 10 centiares. llise à prix : ' fr. Vingt-quatrième Lot.4«lieu de H Kcrstoujf-Kerliard» en Riec-sur- liélon l'ne propriété rurale comprenant : et terres do toute nature. Contenance cadastrale : 21 hectares 16 ares 60 centiares. llise ù prix : ' «.««0 fr. - Vingt-cinquième Lot Au lieu de» /' nanrèun» ch Riec-sur llêlon Une propriété rurale comprenant : et terres do toute nature. Contenance cadastrale : :>l hectares M ares 03 centiares. llise à prix : ««OOO fr. Vingt-sixième Lot Au lieu de «Penfrat» en Riec sur-bèlon Une petite propriété comprenant : et terres do toute nature. Contenance cadastrale : 17 hectares 24 ares.">g centiares. llise à prix. '».000 fr. Vingt-septième Lot Au lieu de Poul/anc, en Riec sur-liélon Une propriété rurale comprenant bâtiments Contenance cadastrale : 33 hectares 84 ares 31 centiares. Mise h prix : fr. Vingt-huitième Lot»4u lieu de Quilliouareç en Riec sur-béton Une propriété rurale comprenant bâtiments Contenance cadastrale : 22 hectares 28 ares 21 centiares. Mise à prix : fr. Vingt-neuvième Lot Au même lieu de Quilliouareç en Rirc-sur liélon Autre propriété rurale comprenant bâtiments Contenance cadastrale : 21 hectares 85 ares 85 centiares. '. Mise à prix : ' fr. Trentième Lot Au lieu de Saint Germain en Riec-sur-Bèlon l'ne propriété rurale comprenant : et. Contenance cadastrale : 15 hectares G3 ares 26 centiares. Mine à prix : fr. Trente et-unième Lot Au lieu de Saint-Julien en Riec-sur-Bèlon lue propriété rurale comprenant : et Contenance cadastrale : 9 hectares 40 ares 66 centiares. Mise à prix : 11.OOO fr. Trente-deuxième Lot Au lieu dit Gourera bras ou In Garenne en Uiec-sur-Bélon l'ne propriété rurale comprenant : et terres de touto nature. Contenance cadastrale : 34 hectares 85 ares 23 centiares. Mise à prix : fr. Trente-troisième Lot ^-1«lieu de Kêraoret, en Riec-sur-1- ion Les droits ronciers de la tenue de Kéraoret, comprenant diverses pièces de terre de toute nature. Contenance cadastrale : 10 hectares 28 ares 2G centiares. Mise à prix :? OOO fr Trente quatrième Lot.4«même lieu de Kéraoret en Riec-sur-Bèlon Les droits fonciers d'une autre tenue de Kéraoret, comprenant diverses pièces de terre de toute nature. Contenance cadastrale : 12 hectares 54 ares. Mise à prix : K.OOO fr. Trente-cinquième Lot Au lieu de «Kerbiliguer» en Rice-sur-Bélon Les droits fonciers de la tenue de «Kerbiliguer», comprenant diverses pièces de terre de toute nature. Contenance cadastrale : 21 hectares 19 arcs 09 centiares. Mise à prix : 8.OOO fr. Trente-sixième Lot Au lieu de «Kerlientê» en Riec-sur liélon Les droits fonciers de la tenue do «Kerhenté», comprenant diverses pièces de terre de toute nature. Contenance cadastrale : 17 hectares G"> ares 0(5 centiares. Mise à prix : fr. Trente-septième Lot Au lieu de u Kériquel Kerbanz» en Riec sur-bélon Les droits fonciers de la tenue de «Kériqucl Kerbanz», comprenant diverses pièces de terre de toute nature. Contenance cadastrale : 16 hectares 17 ares 10 centiares. llise a prix : Trente-huitième Lot fr. Au lieu de «l'en-c'hoat-crucius n en Riecsur-Bélon Les droits fonciers de la tenue de «Pen-C'hoat Crucius», comprenant diverses pièces de terre de toute nature. Contenance cadastrale : 28 hectares 47 ares (50 centiares. llise a prix : 11.OOO Trente-neuvième Lot fr..1«lieu de <t Ltnde-Kercô» en Riec sur Bèlon l'ne parcelle de terre sou«pâture, dénommée «Laudo Justiçou». Contenance cadastrale : 18 arcs, llise à prix : -loo fr. Quarantième Lot En la commune de Riec sur liélon UNE PARCELLE DE TERRE LA BOURABLE, dénommée «Parc Thuet.» Contenance cadastrale. : 36 ares 70 centiares. Mise è prix : fr. Pour plus amples renseignements, consulter le cahier des charges déposé au Greffe du Tribunal civil de Quimperlé, ou s'adresser à M«BOUCHARD, avoué poursuivant. Pour insertion sommaire ; Georges nort'.ii.mi». Docteur en Droit. AU BON MARCHE Ol 111 PI II I.e plus beau choix de eostunies pour I infam s et le meilleur* marelié. Quimper. Imprimerie Bretonne du Citoyen, 21, rue du Salle. Certifié par le Gérant soussigné. Qumper, le S ï ^ «< J & S /fs^l Vy pour légalisation de la signature ci-contre. Mairie de Quimper, le I e Maire.

13 :Ú { année). Samedi 27 Juillet 1912 le numéro centimes TÉLÉPHONE 86 POLITIQUE TÉLÉPHONE 86 0 Organe de concentration Républicaine a AGRICOLE MABITIMB COMMERCIAL Paraissant le SAMKDI ABONNEMENTS : 1 An. 6 Mois. Quimpcr, Finistère et départements limitrophes 3T.50 21'. Autres départements Etranger fi 50 4 Les abonnements partent du / ( ' r ou du 15 de chaque mots. Rédacteur en chef : J.-D. SABRIÉ BUREAUX et Imprimerie : 21, Rue du Salle, 21 Les Bureaux sont ouverts do 9 h. à Midi le matin et de 2 heures à 0 heures le soir. Adrossor toutes communications concernant la Rédaction à M. stahrié. et tout ce qui concerne l'administration ou l'imprimerie à 1M. P. Guegiien, administrateur-gérant. Les manuscrits ne sont pas rendus. A toute demande de renseignements, joindre un timbre pour la réponse. ANNONCES la ligne Annonces judiciaires et diverses (4 e page) Réclames (3'' page) Réclames (2 page) Chronique locale ou départementale Of Annonces payables d'avance. Prix à forfait pour les Annonces répétées et, traites de publicité Le Scrutin Sénatorial du 28 Juillet. on ne sait pas être juste t buer à en rendre le fonctionnement Mais, M. de Carfort n'est pas moins obscur pour le plus grand nombre républicain... passons. Les réactionnaires, conservateurs et libéraux auront à choisir des électeurs. M. Charles Le Febvre est maire de Morlaix. Une énumération pure et simple des dimanche entre MM. Yilliers, de Son père avait rendu à la République des services que lui con- différentes opérations par lesquelles Kieclions Législatives Carfort, Miossec et Roudière. seront attribués les sièges lorsque seront connus les chiffres du dépouillement, llouehen-du-ishôibc. Pour la première l'ois, ils sonl linue son fils. M. Charles Le Febvre a hérité des brillantes qualités divisés, et leur parti, brouillé avec ne saurait suffire à montrer d'uno manière saisissante le mécanisme de la conscription) le scrutin do ballottage pour Dimanche :i eu lieu à Marseille {I e cir la vieille unité qui a tait sa force, paternelles. Son esprit est clair, nouvelle loi. Nous allons donc l'illustrer, en prenant comme exemple un de remplacer M. Brisson, décédé. un sijjgc do député. Il s'agissait, on le sait. est travaillé par des dissensions élégant, et orné. intestines. Le Courrier du Finistère Comme M. Louppe, M. Le Fcbure est modéré et chacun d'eux électorale du Finistère en 1910, lors- département répondant à la population Voici le résultat de l'élection : présente à la fois MM. Yilliers et Inscrits, ; volants, de Carfort. Entre les deux candidats,son cœur de vieux sacristain t >nt obtenu : est capable de glaner dans le camp qu'eut lieu lo renouvellement général do MM. Chcvillon, rad.-social v. élu. libéral quelques voix qui n'iraient la Chambre des Députés. I.évy, social, unifié.. 1,205 balance. Tandis que M. Yilliers Suivant application de la règle plus jamais à M. Le Rail ou à M. Plouzané. Vienne A rtaud, libéral regarde son concurrent avec une haut citée, le Finistère aurait eu à désigner 12 députés au lieu do 11. impassibilité hautaine, M. de Carforts'est montré un peu rosse pour Nous voici donc en présence de 12 Mais les républicains sauront Le mémo jour, b-s électeurs de la circonscription de Montiimii!Ion étaient appe l'aire leur devoir et ils n'ont pas le M. Villiers. Affaire de ne pas en sièges à répartir. lés à nommer un député en remplacement perdre l'habitude! droit d'oublier que de même (pie 11 s'agit de rechercher tout d'abord lo de M. Blanchard, décédé. M. Louppe a soutenu M. Halléyuen quotient électoral qui s'obtient en divisant le nombre total des volant»* par MM. C. Dupont, radical voix. Dans le campconscrvatcur, onest < >nt obtenu : confie M. Daniélou, M. Le Febvre pour l'instant a la fois miel et dard. n 'u jamais licsitê ci marcher pour celui des députés à élire.!.. Rousseau, radical Il y a quelque chose de détraqué M'. Cloarec. En 1910, électeurs finistériens.1. Sadoul, soc. unifié dans la vieille machine à fabriquer Puisqu'il* n 'ont pas de candidat ont pris part au vote. Le quotient électoral sera donc dans l'exemple choisi :!.. Itouzat, progressiste des candidats libéraux, genre Pichón,. Fortin et Cie. Ces divisions : 12 = Roudc, conservateur. 39 à car, les radicaux-socialistes, les Il y a ballottage radicaux et les républicains de gauche sauront faire leur devoir et se profondes ne sont pas d'un bon Une première répartition se fait aussitôt de la façon suivante : chaque augure pour le parti conservateur liste qui aura toutes les peines monde à se relever d'un échec* du Du côté des républicains, la situation n'est pas nette non plus. Les républicains avancés ne pourront pas se compter au premier tour sur le nom d'un radical. pline»n seeoiid tour. Ewprroii* (ui'nprèw In proclamation D'autre pari, noire ami M. du résuhal du premier Alexis Rolland) président de la tour, une réunion pourra être Chambre de Commerce de Brest, Improi iwee N U I * l'heure et l'unité a renoncé à poser sa candidature de cundidature rapidement afin d'éviter, dans la mesure du possible, la trop grande division des voix républicaines. Il a pensé au 'il était préférable, dans l'intérêt sujiérieur du parti républicain, de laisser aux candidats plus favorisés que lui dans leurs arrondissements respectifs, le moyen de réunir, dès le premier tour, le plus grand nombre de suffrages. Ce désistement, que nous regret- Ions pour notre part, honore grandement un homme qui n'en est plus à compter les témoignages d'estime et de sympathie que lui créer une situation enviable dont il recueille déjà les fruits légitimes. Mais les électeurs doivent, avant d'accorder leurs suffrages, tenir compte des antécédents des candidats et des services rendus à leur parti et à leur département. Et,à cet égard, le bagage de M, Mazé est nul. Deux candidats paraissent devoir se partager surtout les suffrages ré pu blicains au premier tour, M. Louppe et M. Le Febvre. M. Louppe est un grand travailleur et un homme très intelligent. Le Citoyen regrette son enthousiasme pour la R. P. et le silence qu'il observe sur la question 'ulique dans sa profession de foi. Il fera bien de réparer cette lacune avant le scrutin de dimanche. M. de Carfort lui a cherché, au sujet de la question des poudres, une abominable querelle. Les révélations récentes sur les méfaits de l'alcool amylique changent l'état présent de la question et tendent a innocenter professionnellement les directeurs de poudrerie réc c m m e n t fra p p és. A quoi bon être républicain si rallier au second tour. Le CITOI'EU nene proiionec donc pum entre le* candidat» «le iiinuu'uyrc nu premier tour. liai» il faudra de ln disci assurée. Le Citoyen. L'abondance des matières nous empêche, à notre grand regret, d'insérer les professions Louppe et Ch. Le de foi de MM. febvre. Nos lecteurs et, particulièrement les délégués sénatoriaux auxquels ils ont été adressés, ont pu lire ces manifestes et fixer leur opinion. Çe que sera la Représentation valent son désintéressement, la Proportionnelle. franchise de ses opinions et la La grande bataille est terminée. Après loyauté de son caractère. une année de débats passionnés, la La lutte va être donc circonscrite dans le parti républicain tielles, le nouveau mode de scrutin pour Chambre a arrêté, dans ses lignes essen entre MM. Louppe, Le Febvre et Ma/.é. la désignation des députés. Quelle que soit notre opinion sur le M. Mazé se recommande de son principe de représentation proportionnelle titre de linistérien et de docteur qui causa do si profondes diver ès-scienecs pour solliciter les suffrages gences dans le parti républicain, enregistrons des électeurs. Nous ne sans plus, pour aujourd'hui, la volonté exprimée par la Chambre des nions pas les mérites de M. Mazé députés ; et bornons-nous à jeter un qui a réussi par son travail à se rapide coup d'œil sur le fonctionnement du nouveau mode do votation.,les partisans do la réformo électorale n'ont cessé d'affirmer que son application serait facilement comprise de la masse du corps électoral. Il nous parait au contraire que lo système définitivemont adopté demande, on plus do certaines connaissances élémentaires, une étude tionnement. Il est donc d'une actualité pressante de familiariser dès à présent l'électeur avec la machino électorale dont il va ètro appelé à faire jouer les multiples ressorts, assezapprofondiedo son fonc Les bases du système. Le projet repose sur un double principe : scrutin de liste par département et représentallcn des minorités. «Un suit, écrit à ce propos M. Varenne, ce que c'est quo lo scrutin do liste. Le«électeurs do toutes les communes do France lo pratiquent tous les quatre ans pour les élections municipales.» Il n'en est pas do mémo pour la répartition des sièges entre les diverses listes, C'est là d'ailleurs, quo git la grande difficulté. Nous allons essayer de nous expliquer, sur co point, avec la plus grande clarlô possiblo, Chaque département, suivant la nouvelle loi, ferme une circonscription : chaque circonscription élit autant do députés qu'elle contient de fois 7O.(H)0 habitants français, plus une fraction supérieure à première répartition. reçoit autant de sièges que le nombre de suffrages obtenus par elle contient de fols le quotient électoral. rénuhllf niiis. Admettons maintenant que quatre Liberté nliwoluc de vote et listes se trouvent en présence et obtiennent les norn-lrrcs suivants de voix : Liste radicale radicale-soc Liste collectiviste Liste progressiste Liste libérale La liste radicale, qui contient quatre l'ois le quotient, se voit donc attribuer 4 sièges ; la liste libérale également 4 sièges, la liste collectiviste 1, la liste progressiste 1. Cela fait 10 siègos attribués par la première opération. A quelles listos reviendront les deux autres? Les moyennes. C'est ici qu'intervient l'attribution dos restes par la recherche des moyennes- La liste radicale radicale-socialiste, dont le reste est de voix, a jusqu'àprésent un siège par électeurs. Ri nous lui donnions un siège de plus, sa moyenne serait de 12.'W>. Par un mémo calcul appliqué aux trois autres listes, nous obtenons le chiffres suivants : Liste collectiviste,moyenne : Liste progressiste Liste libérale Le 11 e siège devra, dès lors, être acquis à la liste radicale qui a la plus forte moyenne, le 12 à la listo progressiste qui vient ensuite. Le résultat final de ces opérations successives est donc, dans le cas supposé : Liste radie, radie social Listo collectiviste Liste progressiste I.isto libérale l -f L'apparentement. Plusieurs listes présentées dans la même circonscription peuvent déclarer mettre en commun leurs suffrages en vue de l'attribution des sièges correspondant aux restes. C'est co qu'on a appolé l'apparentement. Dans le cas choisi plus haut comme exemple, l'apparentement no change rien au résultat définitif. Il n'en serait pas do mémo si Los restes inutilisés do deux listes apparentées (radicale-socialiste et collectiviste, par exemple) contenaient une fois le quotient électoral. Dans co cas, il faudrait attribuer lo premier siège restant à celle des deux listes apparentées représentant la plus forte moyenne, puis reprendre l'opéralion pour lo dernier siège, on tenant toujours compte des suffrages inutilisés, soit par liste, soit par groupement do listes apparentées. La loi a prévu enfin uno prime ù la majorité, Un siège, dit le texte du projet, doit être attribué à la listo ou du groupement do listes ayant obtenu la majorité absolue du nombre des votants, si cette listo ou ce groupement n'ont pas déjà obtenu la majorité dos siègos, Toi est l'ensomblo des dispositions do la loi nouvelle. Il ost loin d'apporter une simplifica- tion au mode actuel de nominations de nos représentants à la Ghambro. Du moins, l'application fictive que nous venons d'exposer pourra-tello contri PENSÉES Suffrage Universel, République, ne sent que des moyens ; l'humanité, c'est le but. LES CLEMENCEAU. ILLETTRÉS Le rapport de M. Edouard Polit sur l'éducation populaire, paru ces jours derniers à l'officiel, contient une conslation fort intéressante : c'est que le nom - bro des illettrés en France est beaucoup moins grand qu'on ne l'avait cru. Des statistiques avaiont laissé supposer que le pourcentage des illettrés absolus atteignait, en certains cas jusqu'à 25 0/0. C'était la conclusion que d'aucuns avaient tirée des examens de recrues. Or, M. K louard Petit, qui a vu les chiffres communiqués parle Ministère de la Guerre au Ministère do l'instruction publique, a étudié minutieusement ces derniers. Il a trouvé que le pourcentage fléchissait à 2, 7(> 0/0. C'est sans doute fort suffisant, mais nous voilà très loin du calcul primitif. Le rapport nous apprend qu'au lieu de décliner, le niveau de l'instruction tend à s'élever. On no peut que s'en féliciter. Mais 2, 70 0/0 d'illettrés absolus parmi les conscrits constituent encore une regrettable proportion, et l'œuvre postscolairo pourra et devra, île ce coté, s'exercer avec activité. Glanes et_ Perles Лосем d'or. I >u Radical : Do nombreux amis de M. Emile Combes ont l'été, à Pons, les noces d'or de Mme Mmile Combes cl de l'ancien président du Conseil. Féle de famille simple, gaieol touchante et à laquelle assistaient tous les parents dos doux époux. Un de nos confrères do la Charente-Inférieure rend ainsi compte do cette jolie cérémonie : Mme et M. Emile Combes renouvelèrent leurs serments : le mari offrit à sa femme un anneau nuptial, symbole de tendresse et de joie. Et Mme Combes de rappeler alors à l'illustre homme d'etal qu'autrefois il lui présentait ses amoureux hommages en beaux vers magnifiquement inspirés. Sur quoi l'heureux mari, retrouvant ses plus pures inspirations, écrivit un quatrain jlo circonstance : A MADAME EMILE COMBES le jour de nos noces d'or. Cinquante ans ont passé sur notre mariage, Kl si nous avons eu depuis cet heureux jour Cinquante ans d'union sans le moindre nuage, Nous le devons tous deux à cinquante ans d'à- [iiionr. Ilclio d'etaiiieii. Lo Professeur. Supposons que je vous donne un coup de pied dans le... l'as des reins, quels sont les muscles qui se mettront en mouvement.' Le Candidat (froidement). Ceux de mon bras droit pour vous flanquer un pain. ^UCl4 UèN (CCOIUliCN». La Comble de la stupéfaction. pour une nourrice : Trouver son sein,., dans lo calendrier. Le comble de. la vivisection : Se mettre en quatre pour obliger quelqu'un, Le comble de l'art pour un médecin : Soigner l'écriture de ses ordonnances. lu cercle. Propos de joueurs : On a encore expulsé un tricheur, hier soir. On lui interdira, j'espère, de remettre les pieds au jeu. Oh! les pieds, ça m'est égal, ce sont plutôt les mains qui m'inquiètent... Axiomes. I.'avare est comme le riz; il ne devient bon à quelque chose que lorsqu'on le voit crever. '^tk Molière dii quelque part que la'fernme est le potage de 1 homme. Un potage avec lequel on s'expose à boire de fameux bouillons! La façon de marcher. Savez-vous comment les hommes pourraient être rangés d'après leur façon de maicher? C'est fort simple, une revue médicale nous l'apprend. 11 y a quatre catégories : Grands pas rapides : activité agressive, violence. Grands pas lents : force tranquille, opiniâtreté. Petits pas rapides : esprit superficiel et frivole. Petits pas lents : esprit candide et contemplatif. Les culs-de-jatte, naturellement, ne rentrent dans aucune classification. SYNDICS & GENS DE MER I.'augmentaiton de «sldc M. Le Rouzic, député, a demandé à M. le ministre de la marine si les syndics des gens de mer et les gardes maritimes peuvent compter recevoir intégralement, cette anné'e, l'augmentation de solde prévue au chapitre 42, article 4,du budget de la marine. Voici la réponse du ministre, insérée au Journal Officiel du 20 juillet dernier : Les nouvelles soldes des syndics des gens de mer et des gardes maritimes sont comprises dans un projet de décret portant modifications au décret du 7 janvier 1908 sur la solde des divers personnels de la marine.. Ce projet, actuellement soumis au contreseing de M. le ministre des finances, prévoit que le nouveau tarif sera appliqué à compter du 1 e r janvier Blanqui contre Hervé et Mâsson Tandis que M. Hervé se recommande de la tradition révolutionnaire représentée par Blanqui et que M. Masson se proclame le disciple d'hervé dont il reçoit les approbations, nous recommandons à l'un et à l'autre le document suivant qui montre le patriotisme du grand révolutionnaire. Ce document a été publié pendant la guerre de 1870 : u En présence de l'ennemi, plus de partis ni île nuances. «Avec un pouvoir qui trahissait la nation, le concours était impossible. «LeGouvornementsortidugrand mouvement du î- septembre représente la pensée républicaine et la défense nationale. «Cela sull'it. u Toute opposition,toute contradiction doit disparaître devant le salut commun. Pour Ions vos Imprimes Adressez-vous à l'imprimerie du Citoyen QU IMPER TJJSTJEj VISITE Aux Halles Centrales do Paris Les arrivages de poisson parviennent aux pavillons de gros IX et XI à partir de 5 heures du matin. A neufheures, la vente peut être considérée comme terminée et ce qui n'a pas été vendu alors est replacé dans les colis d'emballage, glacé et renvoyé à la vente du lendemain. Qu'une expédition parvienne en retard après Si heures en été et il y a des chances pour qu'elle soit perdue. Le retard de la Compagnie est protégé par les délais de droit qui laissent l'expéditeur sans recours. La France est le pays de l'irresponsabilité. Au fur et à mesure que les caisses sont débarquées, elles deviennent la proie des réexpéditeurs et des marchands de détail qui viennent s'approvisionner là. Vers 7 heures, les restaurateurs apparaissent au pavillon de détail où ils s'approvisionnent à leur tour. Il leur faut des assortiments do poissons de moules différents, par exemple la sole pour un, pour deux, pour trois; et les marchands de détail ont dès la première heure en s'adressant à dix marchands en gros successivement, réalisé les groupements des poissons des moules recherchés par les restaurateurs. Approchez, hotes matinaux et visiteurs de ce grand ravi tailleur que Zola appelait le ventre de Paris. Il y a devant vous des poissons français et exotiques, des espèces sédentaires et migratrices,sans compter celles qui se livrent à des déplacements saisonniers. Voici les merlus, les thons qui voyagent à travers les mers comme les hordes migratrices d'autrefois. Sous vos yeux sont rangés les bars aux mœurs patriarcales et bourgeoises qui passent leur vie dans le cantonnement familial qui les a vus naître. Le gouffre amer nous donne les éperians à la peau diaprée tandis que les eaux tranquilles de nos rivières entretiennent les ablettes dont les brillantes écailles servent à fabriquei les perles fausses qui pendent au cou de nos belles plébéiennes. Approchez, Mesdames et Messieurs, vous n'avez que l'embarras du choix. Boulogne nous fournit ses colins, ses maquereaux, ses bail nies et ses harengs; Lorient, ses merlus ; Audierne, ses raies, ses merlans et ses langoustes; l'lle-de-sein, ses turbots aussi beaux que ceux de Dioclétien ; La Rochelle, Port-Louis," Etel, Le Croisic, les Sables d'olonne, des soles exquises ; Port-Louis, des rougets barbets capturés par des bateaux à voiles; l'iled'yeu, Noiimoutier, l'lle-de-sein nous envoient des homards incomparables taudis que les 120 sloops de Camaret débarquent des langoustes péchées dans les eaux du Portugal et des Sorlingues. Voici les langoustes vertes de Mauritanie dont la chair un peu musquée est appétissante ; de leur vrai nom, elles s'appellent royales. Leur valeur sans cesse en progrès les rendra bientôt les égales de nos crustacés du même type, et, si les camelots du roi s'en mêlent et en font le mets olliciel île leurs agapes monarchiques, nul ne peut prévoir quelle sera leur destinée. La dorade aux écailles dorées nous vient maintenant d'angleterre. La France n'en produit presque plus. La Belgique nous expédie ses crevettes grises très prisées parce qu'elles sont cuites vivantes sur le bateau, ce qui les rend raides et croquantes. u II n'existe plus qu'un Ce pays nous fournit aussi dos onnnemi, le Prussien, et son complice, lo partisan soles et des limandes, tandis que la Hollande de la dynastie déchue qui voudrait faire nous donne des éperians, dos gardons de l'ordre dans Paris avec les baïonnettes et dos ablettes. Saluons les Hollandais. Les prussiennes. sujets de la reine Wilhelmine sont les rois de l'emballage. J'ai vu ouvrir sous mes yeux «Maudit soit celui qui, à l'heure suprême où nous touchons, pourrait conser des caissettes légères d'éperlans qui pensaient 500 grammes et avaient subi 22 heures de ver nue préoccupation personnelle, une transport. Les poissons étaient encore parés arrière-pensée, quelle qu'elle l'ut. «Les soussignés, mettant de côte toute du coloris de la vie dans la poudre glacée dont ont avait saupoudré leurs alignements opinion particulière, viennent offrir au réguliers. Gouvernement provisoire leur concours Tandis que lu Picardie nous fournit des lo plus énergique et lo plus absolu, sans anguilles et des carpes qu'on n'a pas lo aucune réserve ni condition, si ce n'est droit de passer sous silence, la Belgique nous procure des baguettes de grenouilles qu'il maintiendra quand mémo la République, et s'ensevelira avec nous sous les qui font les délices des gourmets. Enfin, voici les écrevisses destinées aux ruines do Paiis, plutôt quo de signer lo cabinets particuliers. Si la Russie no nous déshonneur et lo démembrement do la Franco. les procurait pas, on ne les trouverait plus que dans les monologues. «Balseng, Blanqui, Casimir Bonis, Une caisse ouverte devant moi en a laissé Brouille, Brideau, Çaffn, Eudes, Flotte, soilir des buissons. Ces alertes et fringuantes jeunes personnes avaient fait E. Gais, Granger, Lacombo, Ed. Lcvruud, Léonce Lovraud,Pilhes,Rcgnard, Saurd, Tridon, Henri Verlet, Emile Villeneuve, Henri Villeneuve». un voyage d'agrément de 1 jours et paraissaient ravies d'avoir reposé sur un canapé de mousse humide qu'on a bien soin au contraire de séchera fond en hiver. Comme les poissons péchés par les cordiers de Boulogne ou les voiliers de nos cotes ont bonne mine à coté des espèces happées au passage par les chaluts et conservées huit et dix jours dans la glace! Tandis que les premiers ont conservé toute leur fraîcheur quand on les sort du papier ambré ou parcheminé qui les entoure, les autres sont vannés et décolorés comme des noceurs

14 LE CITOYEN après une nuit blanche, des joueurs décavés, ou dos pèlerins do Lourdes on juillet. * Puisque j'en suis au chapitre des emballages, qu'on mo pormetto -do donner quelques conseils aux expéditeurs, nos compatriotes bretons. L'expédition du poisson n'est rien sans l'emballage. Voyons pour los crustacés. Les Anglais nous envoient des langoustes empilées dans dos l'iïts d'uno capacité do cent litres avec entourage do goémons. La mortalité est considérable et atteint près de 50 pour cent. Nos emballages français en caisses simples ou en paniers, nous-donnent uno mortalité de 20 pour cent quand los expéditions.- se t'ont en wagons frigorifiques et la proportion s'élève parfois jusqu'à 10 et 50 pour cent,quand elle se l'ait par wagons ordinaires. Les meilleurs emballages consistent dans l'expédition en double caisse ou dans la caisse simple avec introduction d'uno vessie do glace au milieu du colis. Quand l'envoi so l'ait en double caisse, les intervalles latéraux sont remplis do glace en été et do foin en hiver, tandis qu'au fond et sous lo couvercle on a disposé des journaux. Quand l'emballage est bon et (pie les langoustes ont été expédiées bien vivantes,la mortalité est parfois nulle ou ne s'élève au plus qu'a 10 ou 150/0. Des expéditions ainsi faites lors du circuit de Dieppe sont parvenues en parfait état après avoir subi l'épreuve delà chaleur pendant trois joui s. C'est l'expéditeur qui subit sans contrôle possible les conséquences de la mortalité. Tandis que la langouste anglaise mal emballée ne vaut pas plus do 2 fr. 50 à i fr. 1 0 kilo, la langouste de nos cotes atteint les prix de 3 fr. a i fr..">l>. Mais les langoustes moites ne valent pas plus de l fr. 75 i\ 2 fr. 50, ce qui permet de mesurer l'étendue des pertes quand la mortalité est de 50 0/0. Or, la proportion générale des langoustes bien emballées n'atteint pas plus rie ;'."> 0,0. Autre remarque, à propos des langoustes. 11 faut arriver k régulariser les arrivages pour maintenir les cours à un niveau convenable. Tantôt il y a abondance et tantôt pénurie de ces crustacés sur le carreau des balles. Ce constraste est lié aux périodes do mort d'eau ou d'activité du Ilot qui font lo poisson nombreux ou rare. C'est ainsi que le samedi ti et le dimanche 7 juillet, le kilo de langouste valait i fr. et -i fr. :">0. Le 10, il no valait plus quo 3fr. 50. Un arrivage important de langoustes mauritaniennes aurait, à celte date, jeté lo désordre sur le marché. Pour maintenir les cours,.1 faudrait multiplier dans les ports la création do réservoirs flottants d'où, pendant lo mort d'eau, les langoustes en réserve seraient expédiées, pour satisfaire aux besoins iéguliers do la clientèle. Dans le prochain artiele.je parlerai encore des poissons et je forai paît aux agriculteurs de quelques réflexions quo j'ai eu l'occasion de faire en traversant les pavillons de l'agriculture. J'ai beaucoup appris d'eux dans la vie, car les cultivateurs,qui sont des modestes, sorrt aussi des hommes d'expérience, de sagesse et de vaillants ouvriers de la vie nationale et les procréations par excellence de la richesse publique, AGRICOLA. (ù suivre). L'autorité militaire allemando no badine pas. Quatre jeunes vicaires do Thionville (Alsace) qu'on avait oublié de convoquer a des réunions de «contrôle militaire» qui ont lieu deux fois par an dans tout l'empire allemand pour les réservistes et lo premier ban de la territoriale, furent mandés ces jours derniers au bureau du recrutement do la ville. Ils so présentèrent en soutane devant lo sergent-major qui les accueillit d'uno manièro moins quo gracieuse. Tout d'abord, il s'avisa quo les quatre vicaires n'avaient pas fait, en entront, le salut militaire ; il s'indigna ensuite do co qu'ils n'aient pas rectifié la position et les interpella en des termes tels que les quatre abbés se fâchèrent. En sortant du bureau du sous-otlicier, ils rédigèrent une protestation collective bien sentie au commandant du recrutement. Cette lettre devait leur ètro fatalo. Lo règlement militaire prussien interdit en effet de formuler uno requête en commun ; les autorités virent dans la plainte des ecclésiastiques un complot caractérisé! Ils viennent de comparaître devant lo Conseil do Guerre de Thionville, lequel, retenant cette circonstance aggravante qu'ils avaient menacé de saisir les journaux et le Parlement do l'incident, les a condamné à six mois de prison, au régimo de l'eau et du pumpernicuel, sorte de pain noir grossier, déliant les plus endurcis gosiers. Ah! si c'était en Franco! A Ploueseat. des " Bleus de Bretagne " Elle est pourtant vraie l'incroyable nouvelle... Ploucscat a,depuis le dimanche 21 juillet sa section do Bleus, ot, pour la première fois, dans ce pays do la réaction noire, des paroles républicaines' ont retenti. Ils étaient au nombre do 70 les Bleus du canton de Ploucscat et dos communes voisines qui, à l'appel do MM. do Guélcali, Yves Le Kcbvro ot Boulinoau se sont réunis dans un banquet fraternel pour acclamer la République. Parmi tant d'umis accourus ti cotte fête démocratique, nous avons particulièrement remarqué ; MM. Georges Le Bail, député ; A. Bott, secrétaire général des Bleus de Bretagne; Louis de Guéloau, président de la Section : Yves Lo Febvro, juge do paix ; Boulineau, receveur buraliste à Ploucscat; Chapalain ; Dizerbo, directeur d'école; Stévonou, instituteur-adjoint à Ploucscat; Troadec, commerçant, et Trichet, roeeveur-buraliste à Cléder ; Buors, greffier do paix; Guillou, notaire à Plounévez ; Sonanf, retraité; Portier, brigadier des douanes n Ploucscat; André Créach, négociant a Ploucscat; Hamon, homme do lettres; Rivoallon, syndic des gens do mer; Buors, vétérinaire il Saint Pol-do-Léon ; M. et Mme Miossec, instituteurs à Plougoulm ; Saoutic, instituteur à Ploudiry ; Ntitalini et Doysay, de Brest; Lestablo, contre-maître : Ollivior, Jolivet, Toullcc ot Grnll, marins-pécheurs à Ploucscat; Velly, Le Duff, do Clédor ; I.ahinde, professeur à Morlaix : Emmanuel Lo lierre, instituteur à Plonôvcz; Joun-Pierre Salaiin, propriétaire à Plougar ; Postic et Bideau, instituteurs à Plougar; Chiehel, retraité à Ploueseat ; (iuillormo, instituteur à Clédor ; Gôlin, percepteur à Ploueseat; Morvan, pero et fils; Nal, percepteur; Gnsloff, Kerniarec; Camus; Audirou ; Larhor, ngont-voyer, do Saint- Pol do-léon ; Martin, greffier de paix à Lcsnovon ; Ollivior, Thomas, retraités à Ploucscat; l.ehann; Cléder; Valentin, instituteur ; Mène/., de Ploueseat, etc., etc. l'ne parfaite cordialité régnait dans la salle et au moment où les bouchons du ebampagne partaient en salves joyousos les discours ont commencé. Le président, M. de Guéloau, a ouvert le l'eu, en souhaitant la bienvenue aux adhérents; puis M. A Boit, secrétaire général des Bleus de Bretagne, dans un discours très applaudi, a défini lo but île l'association qui a pour objet do réunir les bretons dans des soctions amicales où l'on so propose de défendre l'ecole laïque et la République et do combattre lo cléricalisme. M. l'ott fait un vif éloge des dévouements qui se sont offerts et qui ont réussi par un vigoureux effort, à fonder à Ploucscat uno section de Bleus. Cet exemple sera suivi a Saint-Pol ot ailleurs et gagnera île proebo en proche les principaux ('(Mitres de la région. Puis, la parole est donnée à M. Le Bail, député du Finistère, qui exprime toute la joio quo lui cause la présence nombreuse des Bleus du Nord-Finistère réunis dans celte fête cordiale des amitics 1 épublic.aines. Il saluo avec émotion la mémoire des Bleus d'autrefois, nos ancêtres, qui, sur la terre bretonne, à toutes les époques, depuis plus de 120 ans, ont lutté pour la liberté. Ce panégyrique des militants do la bonne cause, cau.-e une impression pro fonde ; puis l'orateur vante les qualités des bleus de d< main, des républicains démocrates de l'avenir. On les reconnaîtra, car ils auront : le sens laïque et le sens social. La laïcité est menacée par les sourdes menées de la réaction cléricale. Il faut défendre l'école laïque par les lois et pur le renouvellement.par l'adaptation de ses programmes rendus plus pratiques et ac commodes aux besoins do la vie proies sionnclle, urbaine, maritime, agricole et ménagère des régions diverses du pays. Il faut relever la condition matériello des maîtres et des maîtresses. Le sens social comporte une vive compréhension des misères humaines et des inégalités socia'es auxquelles il faut corn patir et remédier, en mémo temps qu'une volonté énergique de l'aire de la justice démocratique la pensée régulatrice de actions humaines. L'humanité est en marche et la Franco doit lui servir d'initiatrice et de guide. Fn terminant, il a bu aux Bleus de Bretagne, a tous ceux qui, sur le vieux sol armoricain, marchent dans la voie de l'affranchissement des esprits et du progrès social. Des applaudissements et un double ban ont salué cette allocution entraînante. Puis, M. Yves Le Febvro juge de paix de Ploucscat, a prononcé un discours très applaudi où il a préconisé l'action énergique contre le* forces du passé qui ne se laisseront pas vaincre sans résister. «A ectto action républicaine continue ot méthodique dans le pays du Léon encore si réfractairo au progrès démo craliquo nous pourrions ajouter la bonté souriante, éclairée et tolérante vis-à-vis do ceux qui ne pensent pas connue nous ajoute : «Faisons aimer la Itépubli quo. Ayons ici, nous fonctionnaires, le courage d'ôtro républicains, de lo proclamer bion haut et do dire pourquoi nous lo sommes. «Cette belle fèto aura un lendemain. «En avant, Messieurs, pour la Repu publique.» Cette péroraison d'un beau souffle est saluée par de vigoureux applaudissement" On allait se séparer lorsque M. Cloaroc, député de Morlaix, qui avait assisté dans la journée à doux distributions do prix, ontro dans la sallo. Les applaudissements éclatent. On le presse de parler et il parle, encore couvort de la poussière do la route. Il l'ait un vif éloge do l'écolo luïquo et saluo avec joie le* Bleus do Ploueseat auxquels il porto un toast cordial. Chacun emportera de cetto fête qu'il faut marq 1er d'un caillou bleu un excellent souvenir et un vif réconfort. Bien des yeux vont s'ouvrir à Ploueseat où l'on croyait que lo sillcnlsme de M. Trémintin et de ses amis était lo dernier cri de la République laïque et sociale, alors qu'il n'est qu'une l'orme du cléricalisme, lo cléricalisme démagogique ot bonapartiste on blouse blanche. Bravo Los Bleus! Bravo Ploucscat! A LANDERNEAU des Instituteurs et Institutrices du Finistère. La Société de Secours mutuels des instituteurs et des Institutrices du Finistère et les membres de la Solidarité, ligue départementale des membres de l'enseignement public pour la défense de leurs Intérêts, ont tenu cette année leur assemblée générale annuelle a Landerneau, lo 22 juillet, à i) heures du matin, à l'école des filles de la gare. La SclidariléCït une société nombreuse englobant uno grande partie du personnel Inique fiiiistéricn de nos écoles. Cent quarante membres environ étaient P R O se 11 ts. La nomination du bureau a donné lieu à des compétitions qui n'auraient pas dû so produiro, et, la partie la plus jeune et la plus ardente du personnel enseignant, cédant comme à un mot d'ordre, a roussi à s'emparer du bureau do la Ligue. Co résultat n'eût pas été atteint si les autres adhérents avaient bien voulu se déranger pour venir voter. Un banquet a été servi à l'issue do réunion, vers midi, hôtel Bouillis. A la table d'honneur se trouvaient MM. Mingam et Julien ; Mines Labadès et Curiou ; MM. Chalcil, préfet du Finistère ; Duval, inspecteur d'académie ; M. l'inspecteur primaire do Brest; M. Piehoii, sénateur; MM.'Le Bail et Cloaroc, députés, etc., etc.. A 1 heure des toasts, M. le Préfet a pris le premier la parole. Dans la langue forte et littéraire qu'il parle avec une précision et une clarté remarquables M. Chalcil a l'ait un ardent appel à l'union des instituteurs. 11 a été vigoureusement applaudi, Obligé d'allor lo mémo jour présider une distribution de prix a Oucssant, il a cédé la présidence à M. Duval..Nous regrettons de ne pouvoir donner lo texte de sa remarquable improvisation où la perfection de la forme s'ajoutait à l'élévation de Ja pensée. M. Duval, dont le succès comme administrateur a été si grand dans les départements qu'il a traversés, a parlé à la fois en ami et en chef. Il a l'ait le portrait de l'instituteur et célébré la noblesse de sa biche ; il a parlé aux mailles de leurs droits et de leurs devoirs dont la double notion est inséparable. 11 leur a demandé de se pénétrer de l'esprit des programmes et do ne jamais consentir à devenir le prisonnier des textes. Il les a conjurés de 11C pas déserter cette union sans laquelle tout pourrait être compromis. Le personne! peut compter sur sa bienveillance et sa justice, mais il saura avoir, quand il le faudra, le sentiment de sa responsabilité. Et tout cela a été dit tour à tour avec 10 sérieux et l'humour qui caractérisent la manière oratoire endiablée de ce chef qui captive et subjuge tour à tour son auditoire. De vifs applaudissements ont salué ce discours ot ils crépitaient encore quand M. Pichon s'est levé pour faire l'éloge de la mutualité. Il est tout acquis à cette magicienne, il est l'ami des instituteurs qu'il surveillait quand il était délégué cantonal. Quelques mains ont timidement battu quand il s'est assis. M. Cloarec, député, a été très applaudi quand il a parlé de son dévouement à l'école laïque et à ses maîtres et quand il a ajouté que lo Gouvernement mettrait sans doute à faire aboutir la réforme des lois laïques le môme empressement qu'il a apporté a faire voter la réforme électorale Au milieu d'une grande attention M. Le Bail, député, a pris ensuite la parole U a dit pourquoi, cetto année, il avait tenu à assister a cette fèto. Les instituteurs savent qu'ils peuvent compter sur son dévouement inlassable. Il est l'ami do tous les jours, des bons jours comme des mauvais. On parle de vagues do froid et de vagues de chaleur qui, à certains moments, se répandent sur un pays et troublent sa vie. Le cléricalisme lui aussi passe sur la nation en vogues sourdes qui déterminent l'oppression des consciences ot l'amollissement des volontés. I nu ti lo do nier le malaise. Il existe. 11 faut inspirer confiance au personnel enseignant, quand on est son chef, en lo défendant toujours, et, quand on est législateur, en volant, les lois qui modernisent, rajeunissent et consolident l'enseignement, ot en donnant aux maîtres la situation matériello à htquollo ils ont droit. Rochofort disait à la fin do L'Empire dans sa Lanterne :» La Franco compte 35 millions do sujets sans compter los sujets do mécontentement». Los sujets do mécontentement abondent et changent on humour noiro l'activité habituellement joyeuse dos jeunes qu'on est on train do brouiller avec les rêves d'avenir universitaire et avec lo grand idéal laïque! M. L" Bail ajoute : Jo no manquerai pas décrier casse-cou au Gouvernement. U faut, comme l'a dit Cloarec, quo lo Gouvernement apporte à la solution do la question laïque, l'énergie tenace qu'il a niiso au service do lu IL P., cetto cruelle énigme! Quand los gouvernements so dérobent (et ce ne sera pas lo cas, je l'espère) les mandataires du pcuplo ont le moyen de se l'aire entendre et obéir. La Commission de l'enseignement 'n'aboutit pas. Filo pasto son temps à déjouer les embûches qu'on lui tend et à regarder dans les astres pour chercher des inspirations. Mes amis, commi» Ics orateurs qui m'ont précédé, je fais appel à votre esprit d'union et do discipline. Vous êtes les soldats d'une mémo et granile cause qui est sacrée. Faites vaillamment et complètement votre devoir et reposez vous sur nous. Nous ne vous abandonnerons pas Il y a un mois, les représentants do vos amicales et syndicats d'instituteurs et d'institutrices étaient réunis dans un bureau du Palais Bourbon avec un certain nombre de députés et do sénateurs bien résolus à les soutenir. Tous les partis étaient confondus depuis les républicains de gaucho jusqu'aux socialistes unifiés. Le vieux bloc combisto a été brisé. Mais lo bloc laïque est encore possible, il est nécessaire, il s'impose à nous. Une grande manifestation laïque se prépare à Paris au mois de novembre prochain. Nous marcherons derrière les instituteurs. Il fallait préluder aujourd'hui par l'union dos cœurs au grand mouvement qui se préparc. Quelques uns des vé>lres ont cru devoir se séparer de nous pour banqueter à part, Je veux oublier ce geste. Mon esprit est tout entier à la paix, à l'oubli, à la concorde et je lève mon verro pour porter un toast à tous les instituteurs et à toutes les institutrices sans distinction. Je bois à l'idéal laïque et au bloc laïque! A maintes reprises, ce discours,écouté avec une faveur irès marquée, a été souligné de bravos répétés. M. Le Bai! a exprimé avec énergie le: desiderata et les vieux du personnel en soignant. On s'est séparé pour se donner rendez vous à Quimper en K... L'ihiliative des lihliiulciirs dans l'arrondissement de UiiUi'aiilin Un concours agricole et ménager doit nous rendrons compte dans notro prochain numéro a réuni le lundi 22 Juillet au bourg rie Pleyben les instituteurs et les institutrices et les enfants des école de ce canton. Les renseignements que nous possédons déjà nous permettent le dire que le succès a dépassé toutes les espérances. Ce n'est pas seulement dans la région do Pleyben que les maîtres et les maîtresses de renseignement laïque font preuve de la plus louable initiative dans la diffusion de renseignement agricole Ailleurs aussi ils ont innové. C'est ainsi que M. Grall, directeur d'école à L; Fouillée, avec la collaboration du Ton ring Club de France et de l'administra lion des Eaux et Forêts, a fait planter par ses élèves des résineux et des bal i veaux provenant de la forêt du Fréau plus de ÎO.(XX) par an! M. Scouarnec, directeur d'école à Spézet, a multiplié dans les fermes la culture du fraisier et le greffage du pommier et du cerisier. Enfin il a créé dans la commune un champ d'expériences. Ces résultats sont à l'honneur de ces maîtres dévoués qui sont vraiment à la hauteur de leur rôle d'éducateurs de la jeunesse et qui acquièrent chaque jour des titres nouveaux à la reconnaissance des populations rurales. tériaux et do la main d'oouvro! Ft voilà pourquoi le nommé Chulo Auguste put aller déposer au presbytère imanche'soir, la belle veste toute neuve, le beau «ehiipon» des grands jours que lui avaient offerts dans la journée les électeurs républicains. Sur seize conseillers à nommer, dix des n<jtrcs sont élus. Ce sont nos amis Hervé Le Floch avec 207 voix ; Jean-Marie Vigouronx, 204 ; Joseph Le Mo 11, 209 ; Joseph Guenno, 205 ; Jean- Pierre Guenneau, 20-i- ; Alain Quinquis, 207 ; Pierre Le Goaer, 203 ; Jean Louis ChulO, 201 ; Jean-Marie Mell, 203 et Mathieu Quefféléc, 202. Seuls, de la liste réactionnaire, MM. D'Hervé et Uénaff avec 20S et 205 voix, sont également élus. Il y n quatre ballo'l -gcs. La lutte reprendra demain dimanche. Les républicains, qui ont si bien commencé, entendent parfaire Fu-uvrc en balayant jusqu'au dernier les épaves de la réaction. M. Chuto Auguste et ses trois compagnons do liste peuventeompter celle fois sur l'habit complet et ajusté à leur taille. Les mesures sont, prises! Fn attendant, bravo les républicains do Penhars et en avant, toujours, pour la République! AU BON MARCHÉ \ ' È T C I L I C I I T F I F Î I B I I T C I * G I I É A 9»! «C A O I I I ' C B I A U C * ). 4AA!I»I'4lsiH'M. (etc) NOTRE SOUSCRIPTION en faveur de /Ti. Le Çorre. M. Le Corre nous a adressé lundi la lettre suivante que nous nous empressons do mettre sous les yeux de nos lecteurs : 0 Plonévez, le 21 juillet (( Monsieur, «J'ai reçu vendredi 10 courant, la somme» de ltiii fr. 85. Excusez le retard que j'ap- (( porte ii vous répondre,étant très occupé «à mon service ces jours-ci. 11 Je vous remercie chalcureuscnl ainsi «que ma famille de nous avoir secouru. <( Nous n'oublions pas non plus les sous- (( eripteurs obligeants et saurons aussi rié- «fendre leur cause si besoin est. «Recevez, Monsieur, l'expression de mes «salutations distinguées. «LE CORRE, «Cantonnier-Chef, ù Plonévez-Porzay» 55r.NO l 4-IIEL:TI-«! Ça y est. La campagne effrénée des cléricaux, inondant la commune d'une prose de sacristie, multipliant leur procédés de basse flatterie ou d'intimidation n'a pas tenu devant lo dégoût populaire. Dimanche, la majorité républicaine de Penhars a définitivement condamné la camarilla réactionnaire qui so targuait déjà do garder la mairie, acquise par surprise lo 5 mai. Mensonges et cnlomnics sont les armes favorites des cléricaux. Elles sont désormais hors d'usage pour avoir trop servi. C'est en vain que les amis du maire provisoire liront semblant do reconnaître la (i nécessité» de créer un groupe scolaire. On sait que, depuis quatre années ils faisaient opposition à ce projet. Lo retard apporté, grâce à eux à la construction do l'école, nous coûtera uno plus-value do 10 0/0 au moins résultant du renchérissement des ma- Mystère de Primelin histoire d'un champ, d'une petite fille et de pièces blanches. Jusqu'à ces temps derniers, la population de Primelin pouvait être classée au nombre des peuples heureux lesquels, dit l'adage, n'ont pas d'histoire." Mais tout arrive et Primelin, ces temps derniers, a bien failli acquérir d'un coup une célébrité mondiale tout'comme Lourdes, Rocamadour ou même Locronan, quoi qu'en disent les détracteurs impénitents de nos saints bretons. Le bruit se répandait, il y a quelque temps, dans le pays, qu'un champ situé au village de Kermaléro et loué à un M. Oloagucn, recelait une mine d'argent comme on n'en voit guère, une mine d'argent monnayé en pièces tout aussi reluisantes et sonnantes que celles qui sortent de l'hôtel de la Monnaie à Paris. N'allez pas croire toutefois qu'il fût possible d'y puiser à pleines mains. Seule, une fillette de quatre ans, la petite Marie Joséphine Le Quéré, avait le singulier pouvoir d'y découvrir, une à une, les belles pièces rondes qu'en enfant sage clic apportait chaque fois à sa mère. Et voilà bien le coté mystérieux de l'affaire ; Fn vain les voisins, intrigués, visitèrent, ils le champ avec soin. On n'y trouva ni puits de mine, ni cachette, mais l'enfant, interrogée, déclara qu'il lui suffisait de gratter légèrement la terre sous un galet connu d'elle, pour y voir apparaître aussitôt, soit un écu de 5 francs, soit une pièce de 2 francs. Il n'en fallait pas plus pour émouvoir l'opinion publique. On raconta que l'en faut recevait ces pièces d'«une main très grande mais visible pour elle seule» On ajouta force détails qui, pour être tous plus merveilleux les uns que les autres, n'en contribuaient que mieux à piquer les curiosités. Des gens vinrent bientôt, de fort loin à la ronde, voir le champ du mystère. M. le Juge de Paix de Pont-Croix, curieux comme le sont tous les hommes de robe, n'hésita pas à se transporter à Primelin pour se rendre compte de la 1 nature de ces faits étranges. U y rencontra Marie-Joséphine et sa mère. Mais il ne put décider l'enfant à se rendre à l'endroit où s'accomplissait le prodige, u 11 y avait, disait elle, trop de monde». De guerre lasse, M. le Juge de Paix songeait à s'en retourner par le chemin du Loch, mais à peine avait il quitté le champ qu'on le rappela pour lui montrer une pièce de 5 francs que la petite fille venait de ramasser! Moins heureux furent MM. les gendarmes d'audiernc, venus eux aussi pour saisir le pourquoi du miracle. L'appareil militaire sutlit à paralyser sans doute la main généreuse, car ils durent se retirer sans avoir pu entrevoir le plus pelit prodige. Les journaux parisiens s'émurent enfin, et, à grand renfort d'envoyés spéciaux, ils essayèrent à leur tour de percer le mystère. Peine perdue! Il leur fallut s'en tenir à des interwiews rien moins que concluantes, accompagnées de clichés photographiques représentant des marins de Primelin vêtus à la mode de Plougastcl. N'importe, la renommée était en marche. Ou pouvait déjà escompter le jour où le champ argentifère deviendrait lieu do pèlerinage accrédité lorsque... co qu'il était assez logique do prévoir arriva. Depuis que magistrat, gendarmes et journalistes ont découvert co coin do mystères, les pièces, (elles des potites peureuses, so sont terrées et restent maintenant insensibles aux appels de la charmante enfant qui leur faisait si bon accueil. Quoi dommage! TRIBUNAL CORRECTiQWEL DE fttwer A wlience du 23 juillet Cheval d". retour. Stévennou, Pierre-Jacques, manoeuvre à Quimper csi, pour la 1S,J l'ois inculpé d'ivresse. En raison de son passé do «soilfour» invétéré, il récolte 2 mois do prison et une amende de (100 francs. Un opposant. Condamné par défaut, à la dernière audience, pour avoir frappé une tenancière de débit de la rue de la Providence qui se plaignait de certains privautés prises à son égard, Jean Hénaff, 28 ans, ouvrier peintre à Quimper, fait aujourd'hui opposition. I.e tribunal, après plaidoirie do M«Machcnaud, fixe sa peine à 25 francs d'amende., PONT-L'ABBÉ. L'aventure des matelots. Deux matelots du trois mâts Suélois Prijmula, nommés Nilson Soionl, 19 ans et Kohler Ferdinand, 23 ans, comparaissent pour coups et blessures à Pont-l'Abbé, sur la personne d'un sieur P..., marchand forain. Se trouvant samedi avec lui sur le chemin du bàlage, à rine heure avancée de la soirée, ils lo criblèrent de horions et puis,le jetèrent dans la rivière. Cello-ci fort heureusement, était basse, mais le forain faillit rester enlisé dans la vase. L'interrogatoire ne manque pas d'originalité. I n interprète anglais est nécessaire, ainsi (pie lo capitaine du voilier qui, connaissant à la fois l'anglais et le suédois transmet demandes et réponses. Les marins reconnaissent avoir commis los violences qui leur sont reprochées. Ils prétendent seulement que le plaignant agit d'indélicatesse à leur égard en les entraînant d'un mot emprunté à quelque primitif langage international et combien suggestif dans sa naïveté I vers d'hypothétiques dames au caractère accueillant, qu'ils cherchèrent vainement quand ils furent rendus sur les bords solitaires de la rivière de Pont-l'Abbé. D'où leur vindicte. Cotte affaire nocturne paraissant de plus en plus obscure, le tribunal, qui a souri, penche vers l'indulgence. Les matelots Scandinaves en seront quittes pour-18 heures do prison ot pourront ainsi regagner leur bord en temps utile pour le départ. Défenseur, M" Vorchin. TREGUNC. L'eau-de-vie baptisée. Jean-Marie F..., débitant à Trégunc, a mis quelques litres d'eau dans un lut d'eau-devie destinée à ses clients. 10 jours de prison et 100 francs d'amende. i)t U'A UN EN HZ. -- Le couteau. Yves Gourmclen, 20 ans, originaire de Pouldcrgat etactuellementouvrierbaleinier à Noyon a le coup de couleau facile. Venu en congé à Douarnenez, il se trouvait, le soir du 17 juillet, en compagnie de quelques camarades lorsque, sans rime ni raison, il frappa d'un eoup de couteau M. Emile Lestcven, 27 ans,marin-pêcheur, qui sortait d'un débit ou lui-même venait de consommer. l'n camarade du I lessé, M. Joseph Colin voulut intervenir, mal lui en prit car il fut également gratifié de deux estafilades. Sans être très graves, les blessures reçues nécessitèrent quelques jours de repos à ceux qui les reçurent. Lesteven n'a pu, à cause d'elles, comparaître à l'audience. L'inculpé passe pour très violent. Malgré la plaidoirie de M s Alizon, il s'entend condamner à 18 mois de prison avec sursis et à 160 fr. d'amende.- FOUESNANT. Lavengeance. Pour avoir, par esprit de vengeance, mutilé des arbres du verger de son cousin et ancien patron Louis Jean, propriétaire à Foues* nant, le nommé Corentin Jean, lit ans, est condamné à 8 jours de prison. Le sursis lui est accordé. Défenseur, M u Alizon. ESQUIBIEN. Le timbre oblitéré. Mlle X..., âgée de 2Q ans. qui appartient à une des plus honorables familles d'esquibien csi poursuivie, sur plainte de l'administration, pour usage d'un timbre déjà oblitéré. M' Le Bail lils, qui l'assiste, plaide non coupable d'intention frauduleuse, étant donnée l'extrême myopie de sa jeune cliente. L'affaire est mise en délibéré pour supplément d'information. GOUESNACH. Même délit. Noël- Marie Cosquérié, cultivateur à Gouesnach est inculpé du même fait et condamné à 5 fr. d'amende.. Les pêcheurs. Ganthier, Aristide-Joseph, 13 ans, a été surpris le 2 juin péchant quai de l'odet à l'aide de «tripes de poulet» appât défendu par arrêté préfectoral. Ils laissa le garde-pêche Guilbaud rejeter dans la rivière les poissons que, patiemment, il venait de prendre ; mais le lendemain, le mémo garde étant venu dans son chantier lui dresser procèsverbal, il lui lança, affirme le représentant de la loi, une pièce de bois au visage. Gauthier, qui est un travailleur probe et sans reproche, proteste avec indignation contre cette allégation. Après plaidoirie de M" Le Bail tils, le tribunal le condamne à 10 fr. d'amende pour le délit de pêche et 15 fr. pour celui de violences. l'n certain nombre de condamnations Sont ensuite prononcées pour délits de pèche dans l'odet. Elles s'appliquent pour la plupart, à des récidivistes. AU B0,\ NAKCIIË 11a ri 11 YèlCIIlCIII'M. i'bliiiìn(»l*ì4*. Chapellerie, lbonueferic. El.LIANT. Il y a fagots et fagots. Cozic Guy, journalier à Eiliant n'en vola que trois, représentant la somme de 50 centimes ii son voisin Guyader, Alain, propriétaire. Mais c'est un récidiviste. Vous avez plusieurs condamnations pour vol, constate M. le Président. La malchance. Je suis pris à chaque fois! ion rit). Cozic est condamné à 15 jours do prison, PONT-L'ABBÉ. La vitre cassée. Jeanne le Loch, femme Le Bihan a luise volontairement un carreau de vitre cbe/ M. Caugant, quincaillerà Pont-l'Abbé. Par défaut, elle est condamnée à lti francs d'amende. CONCARNEAU. Respect au.r agents. Le 7 juillet, étant ivre, Louis 'l'allée, marin-pôchour à Concarneau a injurié un agent de police. 3 jours de prison et 5 francs pour la contravention d'ivresse. RECETTES MÉNAGÈRES COQUILLES SAINT-JACQUES Prenez trois coquilles pour deux porson* nés, brossez avec soin les coquilles, ouvrezles et mettez-les dégorger dans l'eau froide, changez plusieurs fois l'eau ; quand tout le sable est parti, détachez-les, ébarbez-les ; plongez-les dans l'eau bouillante ; à cuisson, retirez-les ; s'il y a des œufs, hachez-les avec des oeufs durcis, de l'échalote, du persil, des champignons. Remplissez vos coquilles de la ebair et du hachis, couvrez-les de beurre et do chapelure, mettez-les au four. Servez-les à cuisson, couvertes ou découver* tes au choix..

15 LE CITOYEN iliillotiii do la Pèche Pèche de lu sardine du 17 au24 juillet 1012 Nombredo Prix fit jour Poissons poissons du Cataui >u kilog. millo Aroachon... >i ))» )) I.cs Sables i:io 7 Saint- (îillos Ile d'yen Le Croisic La Turbal le Belle-Ile Qu ih e ron Concnrneau Ile-Tudv» Guilvinèc» Penmarc'h..»» y» Лudierne i Doliamone/ Camaret CONCARNEAlf Thon. 18 juillet, 5 bateaux, 800 thons, 80 fr. la d AU BON MARCHÉ Q U I 1 1 P C R JoIIm complet* veston, llssu nouveauté. 85, ' 11, 35, 30 fr. MAGISTRATURE. Nous apprenons avec le plus vinplaisir que M. Le Marc'hadour, ancien procureur de la République à Quimper, substitut du procureur général près la Cour de Rennes, est nommé avocat général à la Courd'appol de Douai. Nous nous unissons aux nombreux amis que M. Le Marc'hadour a laissés dans notre ville pour lui adresser nos bien vives félicitations, il l'occasion de cet avancement mérité. LES ASSISES DE LA " POMME " La société la Pomme tiendra ses trentecinquième assises il N'ire (Calvados), demain dimanche et lundi 28 et 20 juillet courant. Le programme, très chargé comprend, le dimanche matin, une réception de la société à l'hotel do Ville parla Municipalité, une visite au travers de la ville où des discours seront prononcés aux points suivants : Màisin d'olivier Basselin, Donjon, Eglise Notre-Dame, Tour de l'horloge, jardins de l'hôtel de Ville, Vin d'honneur. Les assises de la Pomme s'ouvriront au théâtre, à 2 h. 1,2 par un discours do M. Eugène Le Moud, président honoraire do la Pomme, un discours de M. Caini, maire de Vire. Un grand concert suivi d'un banquet, terminera la journée. La journée de lundi comprend notamment une excursion aux rochers de Montjoie et à la chapelle Saint-Michel. NOTARIAT Par décision présidentielle, M. Omnès est nommé notaire à Taulé, en remplacement de M. Cavellat. EXPOSITION D'ART BRETON La Fédération régionalisée de Bretagne organise pendant sont grand congrès de Douarnenez (Cornouaillcs), sous le patronage de V Union du Commerce et de l'industrie de cette ville, du 31 juillet au 5 août prochain, une exposition des arts et industries du pays breton. SUFFRAGETTES On nous communique la note suivante : Nous apprenons qu'une section de «l'union Française peur lo suffrage des femmes» vient de se foi der dans le département du Finistère. De nombreuses adhésions ont été déjà reçu îillies par la déléguée, Mme Marot, institutrice à Penhars, près de Quimper. l'ne première tournée de conférences va être faite incessamment. " L'Union " a délégué à cet effet Mme Marguerite Martin, secrétaire du groupe des Deux-Sèvres, conférencière de talent et ai leur d'un excellent ouvrage de propagande féministe : «Les Droits de lu Femme». FOIRES DE LA SEMAINE Samedi 27 juillet. Le Fnou, Plouvorn. Lundi 20. Plogaîtel-Saint'Germain, Lesncven, Brasparts, Bronnilis. Mardi 30. Commano.. Mercredi 31. Néant. Jeudi L" août. Pont-Croix, Pont-l'Abbô, La Roche, Choteaulin, Coray, Scrignic, Mcspaul, ScaOr. Vendredi 2. Pouldavid (en Pouldergat). &CIMPER Morl de M. Le Plberder. Nous apprenons une douloureuse nou vclle. M. Le Diberder, bâtonnier :les avocats et adjoint au maire républicain de Quimper vient de mourir. Une fièvre typhoïde a eu raison de sa Vigoureuse santé et d'une belle activité consacrée au labeur persévérant et obstiné. M. Le Diberder était un gril d travailleur, lin homme d'excellent consul et entièrement consacré aux devoirs dosa profession. Le barreau de Quimper per I en lui un de ses membres les plus distingués, le parti radical, un de ses plus fermes champions. M. Lo Diberder était très dévoué à ses idées et à ses amis. Né à Pont-Scorff (Morbihan) le 20 août 1803, le défunt étuit donc âgé do il) aqs. Il Diberder était bâtonnier de l'ordre des avocats de notre ville. Dans la tristesse que cnxisc à tous ses amis la nwrt de cet homme de bien et de cet infatigable lutteur de la cause républicaine, le Citoyen tient à s'unir à tous ses amis pour exprimer à sa famille ses condoléances bien sincères. disparait en pleine force après quelques retraite, ancien receveur buraliste des Cou jours seulement de maladie dont nul ne tributions Indirectes, vient de rocevôirled pouvait prévoir la fatale issue. plume de la médaille commémorative de la Avocat depuis 1884, M. Le Diberde campagne , exerça en qualité d'avoué à Quimperlé. M. Hamnyon est déjà titulaire do la Venu par In suite se fixer dans notre ville, médaille militaire depuis 1887 et de la appelé en l!k)i par la confiance des républi cains à siéger uu Conseil municipal, il vit renouvelé!» son mandat de conseiller en 1904 et aux dernières élections do mai Ses collègues lui donnaient, quelques jours plus lard, l'étharpc de premier adjoint au mairo. Enfin, depuis lo 11 octobre 1011, M. Le Lycée de Quimper. Sur les 29 admissibles aux examens du baccalauréat pour la session do juillet, 28 sont reçus définitivement, dont 11 avec mention. Ces résultats se passent do commentaire. Nous apprenons IcdépartdeM.Moulin, professeur d'histoire au lycée de Quimper, appelé au lycée de Beau vais, selon ses désirs. Attaché à notre établissement secondaire depuis le 2 octobre 1897, M. Moulin laisse lo souvenir d'un professeur bon, accueillant, passionné pour le bien de ses élèves. Ils regrettent en lui le maître éclairé dont renseignement méthodique donnait des résultats si appréciés. Nos meilleurs vœux raccompagnent dans sa nouvelle résidence. Il sera remplacé par M. Yven, professeur au lycée de La Roche-sur-Yon, Lyre Quimperoise. Comme chaque année la " Lyre Quimpéroise " a pris ses vacances à la date du 27 juillet. lue convocation sera adressée aux Musiciens pour indiquer la reprise des répétitions. Les pêcheurs à la Vigne. -- Dimanche a eu lieu, à l'étang du Lendii, le concours annuel de pèche, organisé par la Société des pécheurs à la ligne de Quimper. Nombreux étaient les concurrents, dont quelques-uns étaient venus de Loricnt et de Pontivv participer à cette joute traditionnelle. Entre temps, des luttes et danses bretonnes, des concours de courses à pieds et de sauts réunissaient quantité de curieux sur une piaiiie bordant l'étang poissonneux. Le soir, un banquet réunissait, salle Rioux, les vainqueurs et vaincus du tournoi ainsi quo plusieurs invités. Au champagne, M. t). Roussin, président, put avec raison se féliciter du succès de cette journée. Cette excellente soirée se termina, au milieu d'une gaité charmante, par des monologues et des chansons. Voici les noms des lauréats : Premier poisson pris, M. Bourgeois; plus gros poisson, M. Henri Audtiraut ; pèche à la inouc, l, r M. Grall, 2" M. Furcy/ Puis ont obtenu des prix dans l'ordre pour le plus grand nombre de poissons pélés : MM. Lo Royer, Le Gall lus, Burguin, de Lorient, Kernot, Salami, Ollichet, de Lorient, Yan, Loubatié père, Sarra/.in fils, Henri Auduraut, Bonno, de Lorient, Grall, urcy, Jean Audureau, Le Gall père. Le Noach, Mary tils, Fougeras, Delon, Hcssaux tils, Loubatié fils, Rannou et Nédélec. Obtiennent des prix pour le plus lourd poids des poissons pris : MM. Le Gall tils, Le Royer, de Lorient, Salaun, Kernet, Burguin, Ollichet, de Lorient, Lo Gall, Yan, Nédcllec, Le Noach, Bonno, de Lorient, Loubatié père, Grall, Mary fils, Le Besse, Furcy, Boutin, Fougeras, Jeaa Audureau, Delon, Bourgeois, Kerleroux et Serra/.in. Concerts- Voici le programme du dimanche 28 juillet et dn jeudi l' r août, de 20 h. 1,2 à 21 h. 1/2, parla musique du 118' de ligne : Marche des Àlousquetaires. Ivohnemann ftip, fantaisie Planquette. Guillaume Tell, ouverture. Rossini, Ballet de Coppélia.... LéoDelibes. Joyeux Ebats, polka... Wesly. Etat-Civil du 1S au 25 Juillet Naissances : Louis Pernès, rue de l'hospice ; Marie Perrot, rue Royale, 47 ; Jean Lo Treut, rue de Brest, 30; Germaine Lo Blanc, rue Neuve,!. 202 Naissances en lui: 50 Mariages. Décès: Jean Sancéau, 02 ans, retraité des chemins do fer, veuf de Quéméré, rue do l'hospise ; Jean Bély, 21 ans, soldat,célibataire, rue de l'hospice ; Jeanne Nicot, Il ans, ménagère, épouse Le Gall, Goarem dro ; Jean Le Grand, 31 ans, journalier, vouf de Nihouarn, chemin de Halago. 315 Décès en dont 137 aux Hôpitaux. Publications do Mariages. Jean Coquet, employé de commerce et Yvonne Dréau, s. p. lirleo Unaecident. Vendredi 1!)juillet, à midi I i, un grand rassemblement de femmes et d'enfants se formait auprès de l'atelier de Bernard, charpentier, situé à quelques pas de la courdo l'école publique de garçons. Cet ouvrier,controvenant à l'arrêté préfo toral publié l'année dernière, l'ait do la rue de l'école son chantier, où l'on rencontre pèle-mélo un chevalet de scieur de long, des arbres en grume, des madriers,des charrettes à réparer, des roues etc.. Pendant l'absence do cet ouvrier des en fants s'amusent auprès des brancards d'uni lourde charrette en réparation dont il i enlevé les roues et que, par imprudence, i a laissé suspendus au-dessus de deux sup ports peu solides. Une enfant enlève un de ces supports et la grande masse tombe sut la tête du jeune Pierre Pesq, âgé de six ans. Le pauvre blessé est bien vite relevé ayant la tète et le visage ensanglantés. M. Tydel, directeur de l'école publique, accouru en toute hate,ordonncà deux femmes à son sor vice de le transporter immédiatement chez le docteur Belin, lequel s'est empressé d coudreles plaies faites àlatèto de la victime Le médecin ne croit pas ios blessures très graves, sauf complications ; ceci est fort heureux. Mais il est bon de donner avis qui de droit de faire respecter l'arrêté préfectoral au moins dans les rues les plus fié quentées d'un chef-lieu do canton. \ Un Témoin D O U A R N E N E Z La médaille de M. Hamnyon maréchal des logis de gendarmerie en médaille des Colonies. Il compte actuelle ment 28 ans de services militaires et 22 ans de services dans la régie. Nos félicitations. I'oii 111» i» Tir scolaire. Le concours annuel do tir scolaire organisé par «La Poullunnise» (société S. A. G.) vient d'avoir lieu à l'école des garçons. Les jeunes tireurs ont rivalisé d'entrain et d'ndresse et se sont bien disputés lesprix offerts. Le l* r prix, une jolie montre avec chaîne, a été gagné par le jeune Jean Floch ; le 2 prix par Pierre Tanguy, une jumelle de théâtre ; le 3 par Guillaume Gloaguen ; le 4* par François Bosser ; le 5 par Corentin Larour ; le 0 par Pansel ; le 7 par Guillaume Cloarec et le 8 par Vincent Croq. Pigeon vnyageur. Un pigeon voyageur, portant les marques suivantes ; T. M M. U. I. P. 00., a été recueilli par M. Corentin Le Mao, agriculteur ira Buzil, en Poullan, où il demeure à la disposition de son propriétaire. Ploftastel-Saint - Germain Lo concours d'enseignement agricole et ménager entre les élèves des écoles publiques do garçons et de filles du canton a eu lieu à Plogastel-Saint-Germain le24 juillet; cinquante enfants y ont prks paît, 30 filles et 20 garçons. M. Duval, inspecteur d'académie et Rigaud, inspecteur primaire, surveillaient les compositions. Un banquet de 70 couverts a toi miné cette fête très réussie tandis qu'une collation était servie aux enfants sous lo préau. Nous en endrons compte dans notre prochain numéro. Tréméoe Incendie. Pendant le terrible orage qui n sévi sur toute la contrée dans la nuit du 17 m 18 courant, la foudre est tombée à Tréméoe au lieu dit Kerendraon, sur deux maisons d'habitation occuppées parles familles Béchcnnec et Gentric. Le feu a l'ait do rapides progrès et en moins d'une heure tout était onsumé. Il n'y a heureusement pas eu d'accident de personnes. Les dégâts, très importants, son couverts par une assurance. Guilvlneo La fête des Pironneaux. La Jeunesse Sportive Guilvinistc organise pour le lundi 2!» courant diverses réjouissances à l'occasion de la l'été des " Pironneaux ". lui voici le programme : Courses de bicyclettes (internationale) : Prix : 10 fr., 30 IV.', 20 fr., 10 l'r. ('ourse de consolation : Prix : 12 l'r., 8fr., 5 l'r. Courses à pieds (régionale) : Prix : 8 l'r., i l'r., 3 l'r. ; (locale : Prix : 5 fr., 3 l'r., 2 l'r. Courses en baquet, courses do canots innexes, course des milliardaires, courses en sac, courses de brouettes, etc. Le soir, retraite aux flambeaux, bal. Concarncau grand Union Sportive Concarnoise- A l'occasion de la Fête des «Filet» Bleus», к l'union Sportive Concarnoise organise le 25 août prochain, au malin, la traversée à a nage de Beg-Meil à Concarncau (5 kilomètres environ). Cette éprouve sera réservée aux affiliés à l'u. S. F. S. A. Les personnes qui désireraient prendre part à cette épreuve sont priés de s'adresser à M. Julien do Malherbe, fils à Concarneau, qui sera heureux de leur donner tous les renseignements. Les engagements seront clos le 15 août à midi. Hcu/.ec-Cenq La fête du " Gui ". Rappelons que c'est dimanche prochain 4 août qu'aura lieu la grande fête de bienfaisance «Le Gui» organisée dans le magnifique parc du domaine de Kériolet. Cette fête, placée sous la présidence d'honneur de M. le Préfet du Finistère et de M. le D r Lucas, conseiller général, et la présidence effective de M. Le Crâne, maire de Heu/.ec-Couq, ancien conseiller général, promet d'être extrêmement brillante. Nous en publiions samedi le très attrayant programme. Cliùlenunou(*du*Faou ObsèQitrs. Les obsèques de Mme Danyel-Beaupré, ont eu heu dimanche 14 juillet au milieu d'une très nombreuse assistance. La défunte était la mère de M. Danyel- Beaupré, greffier du tribunal de commerce de Lorient et In belle-mère de M. Paul Bernard, notre aimable adjoint-maire, et de M. Salaun, notaire à PIounôour-Lanvern ; à qui nous offrons nos sincères condoléances. Nuiiit«(ioa/ec Chute mortelle. Vendredi dernier le nommé Miniou Jean, âgé de 47ans, demeurant à Kcrlen, est tombé d'une meule de foin sur un brancard de charrette. Malgré les soins de M. le docteur Le Coquil do Chàteauneuf, il a expiré le lendemain. La victime laisse une veuve et cinq enfants. L'Orage- Un violent orage s'est abattu dans la nuit du 10 au 17 juillet à Sain t-goazcc et dans les environs. Le tonnerre, la pluie et la grêle faisait.rage. ( In ne signale pas d'accident de personnes, Mais les dégâts sont considérables dans les champs. L ' I C Y B E N Piétinée par an cheval. Une fillette de 5 ans, la petite Bertho Kerbral, qui jouait à colin-maillard et avait les yeux bandés, est venue se jeter dans les jambes d'un cheval attelé arrêté devant la boucherie Cochcnnec et fut piétinée. Elle rendait le dernier soupir quelques minutes plus tard.!h«'ï-î ^ ii ne N'allez pas pieds-nus aux prés. Mardi dernier, le jeune Pierre-Marie liieliard, pour la défense de leurs intérêts. do Lannotlédic, fanait dans un pré, M. Le Bail a été fréquemment interrompu lorsqu'il sentit soudain une piqûre nu talon. En se retournant, il vit, après avoir commis son méfait, une vipère Hier au loin. La morsure, aussitôt xsoignéo, est sans danger. par les applaudissements île l'auditoire auquel s'étaient mêlés des instituteurs, des institutrices et des étrangers. M. Le Bail a promis de revenir au milieu des pécheurs roscovites qui lui ont l'ail une MéJ'a.its de la foudre. Dans la nuit de réception très cordiale. mardi à mercredi, un orage sans précédent a fait dos siennes à Scrignac, comme dans toute la région. A Kerotié, chez M. Coince, la foudre est descendue parla cheminée et a causé une quarantaine do francs de dommage dans la maison, puis, elle a pénétré dans la porcherie où un porc a été foudroyé, M. Cornée est assuré à la compagnie «La Confiance». Ilucl^ont Les fêtes. Les l'êtes d'huelgoal auront lion cette année les 4, 5, G et 7 août prochain. Comme d'habitude, lo programme des réjouissances est très varié. Il comprend des courses de bicyclettes, courses de chevaux, des concours de danses au biniou, l'eu d'artifice, enlin un grand concours de boules. Pondant la durée des l'êtes, bals champêtres, Mluminations électriques, etc. ï*on t-cle-il u ïs» Groupe radical-radical-socialiste. -- Le groupe rndical-radical-socialistc du Ponldc-Buis vient de renouveler son bureau. Ont été élus : Président, M. Pierre Haut, conseiller municipal ; vice-président, M. Emile Brest, adjoint au maire ; secrétaire général, M. LouisBreul; secrélaire-adjoinf, M. Il non ; trésorier, Yves Thomas, conseiller municipal ; trésorier-adjoint, M. François Goas ; membres, MM. Auguste Berri, Guillaume Le Guellec, Henri Gannnl, François Calvez, Michel Rannou, conseiller municipal, Louis David. Louis Labous, Alain Cadee et.frim-yves Le Séach. Sitccès. - Nous apprenonsavecplaisirles succès obtenus par trois des enfants de M. Pérou, le très sympathique comptable de la Poudrerie nationale. L'ainé, Paul, vient de passer brillamment les épreuves écrites pour l'ecole Navale, sa jeune fille son brevet élémentaire et son cadet Marcel a été reçu premier au brevet élémentaire de l'école primaire supérieure do Guingamp. Toutes nos félicitations à M. Péron et aux heureux candidats. Le KcK't'cj.Kcï'huoii Fêles des Ecoles. Mercredi 17 courant, a eu lieu la fêle des éuoles au Iteleeq- Kcrhuon. Les élèves des écoles publiques de Guipavas et de la Forêt s'étaient joints à ceux de In commune. A il heures 1/2, plus «ic 800 enfants étaient réunis dans la cour décorée avec goût par MM. Lautrou père et fils. M. le docteur Thierry, conseiller municipal de Brest, président de la tète,prononça un discours tiès applaudi où il sut admirablement définir le Mile de l'école laïque et ses procédés d'instruction qui tendent «à faire rayonner la lumière pour éclairer les intelligences et assurer le triomphe île la vérité.» A la suite de ce discours, vivement applaudi, sayncites, monologues et clueurs se succédèrent et, glace à la généiosité des municipalités et de plusieurs souscripteurs, une ample distribution de friandises, boulions et gâteaux fut faite aux enfants. Lann i! î ~i Echos de la l'été nationale. Il nous revient qu'un jeune membre de l'enseignement aïque est intervenu, le soir du 1 ( juillet, pour l'aire cesser le chant de la Marseillaise qu'exécutaient des enfants et déjeunes gens du bourg. Ce jeune n'était, parait-il, pas seul. Qu'est ce que cela veut dire, dans un canton où une guerre si acharnée est faite à l'école laïque '! «nlnt-fol-de-léon Un Comité Républicain. Un comité républicain qui comprend déjà 50 membres est en voie de formation à Saint-Pol-de- Léon. Aidé de quelques fervents républicains, notre ami M. Morran, négociant, s'emploie de toutes ses forces à grouper tous les militants de l'endroit. Les forces républicaines de l'avenir s'organisent sûrement dans ce moule du cléricalisme ancien. Nul doute que.dans peu de temps un brillant comité, nombreux et uni, sorljra de ce travail persévérant. Nos amis ont déjà créé dans cette ville des organisations florissantes : Une société de préparation militaire qui compte 150 memires ; une musique composée de 30 membres et qui donne des concerts mensuels ; une société de gymnastique qui comprend 00 membres actifs. Après avoir groupé toutes les lionnes volontés des jeunes pour les jeux, pour l'art et pour la patrie, il ne reste plus qu'à réunir les électeurs dans une organisation solide (pli fera sentir sou poids et son influence dans les batailles prochaines pour la République. HoNeofï Une conférence de M. Le Bail, député. Le samedi 20 juillet à 5 heures du soir, M. Le Bail, député, a l'ait une conférence aux marins de Roscoff. S'ils ne sont pas liés nombreux, les marins roscovites sont connus pour leur vio'de dur labeur et pour les profits qu'ils retirent de l'exploitation intelligente de la mer. Economes et rangés ils l'ont parfaitement lionneurà leurs affaires, La réunion a eu lieu sous la présidence de l'honorable M. Daniélou, maire, si populaire dans ce pays,avec le concours d'un de ses excellents adjoints, M, Salaun. Après quelques mots de présentai ion du président, M. Le Bail a pris la parole. Il a commencé par expliquer ce que 1M République a fait depuis quelques années pointes populations maritimes. Il rappelle les lois qui ont amélioré la Caisse di> Prévoyance et la Caisse des Invalides, puis,il parle de deux lél'ormcs chères aux pécheurs de Roscoff : la rétroactivité des pensions de demi-solde au profit des vieux inscrits et l'abaissement des tarifs de transport pour l'expédition du poisson. En terminant il a démontré la nécessité de l'instruction nautique et du crédit maritime dont il a expliqué le mécanisme. H a enfin invité les malins à se syndiquer BîlEST L'Exposition de Brest. La nouvelle qu'une Exposition aura heu à Brest l'année prochaine a produit partout une excellente impression, qui est d'un heureux auguro pour son succès futur. En effet, par sa situation géographique ei par son importance, notre ville paraissait L,a Fêle Nationale. C'est dimanche, toute désignée pour une telle manifestation. quo nous avons célébré la fête do la Il n'est pus douteux quo les population de République. Le temps était chaud cl lourd ; toute la région viendront la vis.ter, si, cornine malgré tout, une foule assez considérable, on est en droit de l'espérer, des l'êtes ci surtout le soir, i:i voulu venir prendre part concours sont organisés pendant sa durée. aux réjouissances populairesajuo notre municipalité organise chaque année à l'oeen sion de la fête nationale. Les courses et les les jeux divers ont été des plus intéressants Uu beau feu d'artilice a couronné la l'èto. La publicité qui sera l'aile dans toutes les stations balnéaires de l'océan et de la Manche ne manquera pas d'attirer dans nos murs Une foule considérable de touriste. L'Exposition do Brest, qui comprendra D É V I A T I O N LÉGÈRE DE LA TA3LLE Ce cas est très fréquent ; pris à temps, il disparaît assez facilement. M G. PEPIK BANDAGÌSTE=ORTHOPÉDiSTE, 16, rue Keréon, tous les produits de l'industrie, de l'agriculture, des sciences et des arts, sera bien accueillie par les commerçants de notre ville qui sont a p pelés à recueillir une lionne partie de la manne laissée apiès eux par les visiteurs ; elle scia bien accueillie aussi par les industriels breslois qui verront se multiplier pour eux les occasions de l'aire de nombreuses affaires ci d'étendre le cercle do leurs relations au dehors. L'exposition de Brest sera d'autant plus intéressante qu'elle constitue une œuvre de décentralisation, de concorde et de travail,, dont la politique est rigoureusement exclue ; joignons-y lo souoi du piestige de la cité brestoise et du bon renom de toute la région bretonne. «aji»,_ Au citoyen Le Trois pi élendants-droits aux susdits communaux, à se présenter dans Le citoyen Le Tréïs se défend comme l'instance pendante au Tribunal un beau diable d'avoir édifié la population de Chàteaulin par son /èle dévot et appelée a l'audience utile, un civil de Quimper, où la cause sera ses courbettes à la siamoise devant la nioiw après la dernière des publications, insertions et affiches pres table sainte. Ce n'est pourtant que la vérité. Nous pouvons même ajouter qu'il crites par la loi. y a environ un an, il communiait en gants jaunes, an grand scandale de quelques bigotes de ht localité. Qu'on s'informe et on verra ce que vaut l'aune de ses démentis! Du démon fourchu, velu et cornu du <'/i du Peuple au petit saint de Chàteaulin, il y a loin. Quant a l'histoire du chapelet de M. I.e Bail, ce n'est laque pure imagination échappée du cerveau de quelque vicaire en goguette. On voit que M. Le Tréïs a lu de tout temps les jouunaux cléricaux. Qui sait même s'il n'y a pas collaboré'.' Lunettes et Pince-nez Verres garantis absolument purs EXÉCUTION SOIGNÉE des ordonnances de MM. les Oculistes JUMELLES Thermomètres BAEOMÈTRES G. PEPIN, Opticien 16, rue Keréoa, QUIfllPER de M 0 Victor CROUAN, avoué-licenà Quimper, 12, quai do l'odet (Successeur de M' I.l S C O I. ' R I. Klu.l cic p iimiit: ut: mimi OU TERRES VftlffES * VECUES (Loi des 6 et 15 décembre ISòO). D'un exploit tic M" BERRÒ U, huissier à Plogastcl-Sain t-germain, en tlate du 18 juillet 1912, et d'un exploit de M p * LE CORRE, huissier à Quimper, en date du 17 juillet 1912, enregistrés. Il appert : que M. Joseph Bourdon, propriétaire demeurant au Sent, en la commune de Pouldreuzie, demandeur ayant pour avoué M e V. CROUAN, avec élection de domicile en son étude, sise à Quimper, 12, quai de l'odet. A formé devant le Tribunal civil de Quimper une demande tendant à l'aire ordonner le partage conformément aux droits tic chacun «!<»> coniiiiiuiaiiv on terre* vaine* et vague*; situés aux dépendances du village de Sent, en la commune de I'ouldrcuzic et qui consistent principalement dans les terres portées au cadastre de ladite commune comme suit : Section C, n" PRAT-SENT, p;iturc A h. 13 a. 40 c. Que la notification de cette demande a été faite par copies d'assignation délivrées l'une à M. le Maire de la commune de Pouldreuzic, l'autre à M. le Préfet du Finistère, et une troisième copie affichée à la ponte de la mairie de Pouldreuzic. Avec mention expresse que ladite demande vaut ajournement, à l'égard de tous les Quimper, le 20 juillet Victor CROUAN, Acoué'lÂcenciêi VENTE PAR L1CITATIQN hn l'étude et par le ministère de M" JACQ, notaire N Quimper. LE MERCREDI 7 AOUT 1912 à '.) heures de i'après-midi. DEUX "MAISONS s'entrejoignant situées à, l'une rue ЧВ«'«а;1оа мсм. n" 14, et l'autre rue Traverse Mcegloagneh, n 6. Mise à Prix : Francs. Pour plus amples renseignements s'adresser en l'etude de M c JACQ, notaire L'Avoué poursuivant, J. SOUDRY. Etude de M e JAOUEN, notaire à Quimper Rue des Reguaires, n 21. A veïstdre PAR ADJUDICATION VOLONTAIRE En l'étude du dit УР JAOUEX I.e Mercredi ' 6 Aoùfl!»!* à 2 heures de l'après-midi. EN LA VILLE DE Rue Roi/aie, n 1$ et Place au Beurre, 5 UNE PROPRIÉTÉ à usages de commerces et d'habitation, comprenant deux maisons et une cour. Revenu annuel : fr. environ. mise à prix : f r. Pour tous renseir/nements s'adresser è M JAOUEN, notaire. VENTE PAR UCITATION En l'étude et par le ministère de M' JACQ, notaire Le Mercredi 7 Août 1912 à 2 heures de l'après-midi. XJxue MAISON v Sv*e Place «lu C.li:iiiip-<lo-('olre.n' 19 à Ouiinpcr. Mise à prix : Francs. Pour plus amples renseignements, voir le cahier des charges, en i'étude du dit M" JACQ. L'A roué poursuivant, J. SOUDRY.

16 L E C I T O Y E N Etude de M Georges BOUCHARD, docteur en droit, avoué à Quimperlê, Quai Brizeux, n 6, V E N T E Pur Lit-iliiiiiin Judiciaire A l'audience des Criées du Tribunal Civil de première instance de Quirnperlé Le mercredi 31 Juillet 1912 à 1 heure de l'après-midi V\ QlARA VIL LOTS D e D i v e r s I m m e u b l e s Klliic* rit le* commune* d( RIE! :-$ll(-lil i.ov do i i u n v \ et de LÊ. IDésicrn.a,tion. : Département du Finistère. Arrondissement de.quimperlê. Communes de RIEC SUR-BELON, de МОЕ- LAN et de LE. Premier Lot Au bourg de Riec sur-1selon Articlo l o r, - l'n hàtlmciit à usage d'habitation et do bureau do poste, composé de rez-dc chaussée, premier étage et grenier. Art. 2. A l'est de ce bâtiment un petit jardin clos de murs. Contenance cadastrale :.'1 ares. Ml*c à prix : I ООО Гг. Deuxième Lot.. Au bourg de Riec sur-béton Article 1 e r, l'n bâtiment à usage de remise et d'écurie, ayant rez-dechaussée et moitié bout du Midi sous grenier. Art. 2. Au couchant do l'article précédent, une petite parcelle de terre sous cour et jardin.. Contenance cadastrale :!> ares. Mise à prix : Гг. Troisième Lot Au lieu dit le и Moulin-Hèlou». l'n bâtiment à usage d'habitation et d'écurie composé do rez-dé-chaussée, grenier, et Contenance cadastrale : 1 hectare 85 ares 50 centiares. IfliMO à prix : «.ООО Гг. Quatrième Lot Au lieu dit Kèrandistro-Kercô Articlo 1 e ''. l'n corps de bâtiment à usage d'habitation, d'écurio et de hangar. Art. 2. l'nc parcelle de terre dénommée «Parc Kerbiliguer.» Contenance cadastrale :.10 ares -Ю centiares. lll«e à prix : Гг. Cinquième Lot Aux dépendances du village de Saint-Germain, en Riec-sur Bélon l'ne pièce de terre labourable dénommée «Cast-Ty». Contenance cadastrale : 25 arcs 90 centiares. Hiee à prix : ЗОО fi\ Sixième Lot Au lieu dit «Le i'assage n en Moëlan I ne maison «l'habitation construite en pierres et couverte en ardoises. Contenance cadastrale : 0 aro 36 centiares. Mise a prix : 500 fr. Septième Lot En la ville de Quimperlê rue de Bremond-d'Ars, n 24 Une propriété composée do maison d'habitation, jardin, magasin servant d'entrepôt, bâtiment à usage de remise et écurie, petite cour, petite maison de décharge. Contenance cadastrale : G ares 90centiares. Ml*e a prix : IVIIIMI Гг. Huitième Lot Au lieu dit «Lannégug» Une petite parcelle de terre dénom niée «Lannéguy-GastelBras». Contenance cadastrale : 2 ares 60centiares. * illee a prix : 50 Гг. Neuvième Lot Au lieu de Gorré-Lannéguy en Riec-sur Bélon Une propriété rurale comprenant : et Contenance cadastrale : 17 hectares 87 ares 00 centiares. lliwe à prix : ' fr. Dixième Lot Au même lieu de Gorré-Lannéguy Autre propriété rurale, comprenant : bâtiments d'habitation et d exploitation, et Contenance cadastralo : 19 hectares 51 ares 90 centiares. Mise à prix : fr. Onzième Lot Au lieu de Kèrandrèau-Bihan en Riee-sur-Bclon Vnepropriété rurale с:mprenant : bâtiments Contenance cadustnlc ; 2 hectares V.) ares 29 centiares. Mise a prix : fr. Douzième Lot Au lieu de Kcraval, en Riec sur-belon Vne propriété rurale comprenant : bâtiments terres de toute naturo. Contenance cadastralo : 19 hoctarcs 62 ares 40 centiares. Mise à prix : fr. Treizième Lot Au même lieu de Keraval en Riec-sur-Bclon Autre propriété rurale comprenant : bâtiments d'habitation et d'exploitation ot Contenance cadastrale : 16 hectares 74 arcs 36 centiares. Mise à prix : 14. ООО fr. Quatorzième Lot Л и lieu de Korbloeh, en Riec-sur-Belon Vne propriété rurale comprenant : bâtiments terres de toute nul uro. Contenance cadastrale : 19 hectares 80 ares Mi centiares. Mise à prix ; 34.ООО fr. Quinzième Lot Au lieu de h'irbris, en Riec sur-belon Vne propriété rurale comprenairtr: bâtiments d'habitation ot d'exploitation ot 1 Contenance cadastrale : 18 hectares 51 ares 11! centiares. Mise à prix гзз.воо fr. Seizième Lot Au lieu de Ker/'orn, en Riec-sur-Bclon Vne propriété rurale comprenant : bâtl monts Contenance cadastralo : 13 hectares 21 ares 90 centiares. MISE A PRIX : FR. Dix septième Lot. I «même lit и de Kerforn en li'irc sur-1selon Autre propriété rurale comprenant : bâtiments d'habitation et d'exploitation ot Contenance cadastrale : 12 hectares 07 ares 25 centiares. MISE A PRIX : FR. Dix-huitième Lot Ли lieu de Kcrgoûlabrè en Hi' r sur-belon Vne propriété rurale comprenant: bâtiments Contenance cadastrale : IS hectares 3-'i ares 39 centiares. 1ll*c à Prix i '».000 Fr. Dix neuvième Lot.4H même lieu de Kcrgoalabrè en Rire sur- Bélon. Autre propriété rurale comprenant : braiments d'habitation et d'exploitation et Contenance cadastrale : 23 hectares SS ares 20 centiares. Mise à prix : 'M ООО Гг. Vingtième Lot Au lit и de Ei rguern, l'ne propriété rurale comprenant: terres de toute nature sans bâtiment. Contenance cadastrale : 9 hectares 3-i ares 73 centiares. MlNC à prix : 2fl.OOO Гг. Vingt ct-uniome Lot Au même Ucu de Kerguern l'ne propriété comprenant : pensionnat, salles de classes, préau, cour et diverses dépendances, notamment un jardin de S ares. Contenance cadastralo : 25 ares environ. Mise à prix : IO.OOO Гг. Vingt-deuxième Lot A lieu de «Kerhimes» en Riec sur Bélon l'ne propriété rurale comprenant: et terres do toute naturo. Contenance cadastrale : 21 hectares 48 ares 23 centiares. IliNC à prix. ' Гг. Vingt-troisième Lot Au lieu dit de «Kermorn» l'ne propriété rurale comprenant: braiments d'habitation et d'exploitation et Contenance cadastralo : 22 hectares 41 ares 10 centiares. lli«<> à prix : ' Гг. Vingt-quatrième Lot Au lieu de «Kerstouff-Kcrliard» l'ne propriété rurale comprenant: ot terres do toute naturo. Contenance cadastrale : 21 hectares 10 ares 60 centiares. lllee à prix : ' 0.1X10 Гг. Vingt-cinquième Lot Au lieu de «l'enanreun» en Riec-sur Bélon l'ne propriété rurale comprenant: et terres do toute naturo. Contenance cadastrale : lîl hectares 51 ares 03 centiares. à prix :»'.000 fr. Vingt-sixième Lot Au lieu de «Pcnfrat» l'ne petite propriété comprenant : ot Contenance cadastrale : 17 hectares 21 ares Г>(! centiares. IIIMO a prix. '.000 Гг. Vingt-septième Lot Au lieu de l'oulfanc, en Riec surlsélon Vne propriété rurale comprenant bâtiments d'habitation ot d'exploitation et terres do toute naturo. Contenance cadastralo : 33 hectares 84 arcs 31 centiares. Mise г} prix : fr. Vingt-huitièmo Lot Au lieu de Quilliouarec Vue propriété rurale comprenant BRAIments d'habitation et d'exploitation cl. terres de toute naturo. Contenance cadastrale : 22 hectares 28 ares 21 centiares. Mise à prix : fr. Vingt-neuvième Lot Ли même lieu de Quilliouarec en Riec-sur Bélon Autre propriété rurale comprenant bâtiments d'habitation et d'exploitation ot terres do toute nature. Contenance cadastralo : 21 hectares 85 arcs'85 centiares. Mise à prix :»7.000 Гг. Trentième Lot Au lieu de Suint Germain en Rire-sur-Bélon l'ne propriété rurale comprenant : braiments d'habitation et d'exploitation et Contenance cadastralo : 15 hectares 03 ares 20 centiares. Mise à prix : IS.000 Гг. Trente ot-unicme Lot Au lieu de Saint-Julien en Riec-sur- Bélon l'nc propriété rurale comprenant : braiments d'habitation et d'exploitation et (erres de toute naturo. Contenance cadastralo : 9 hectares 40 arcs 00 centiares. Mise à prix : II.ООО Гг. Trente-deuxième Lot Au lieu dit Goarem bras ou la Garenne i l'ne propriété rurale comprenant : et terres de. toute nature. Contenance cadastrale : 34 hectares 85 arcs 23 centiares. Mise à prix :?.>.000 Гг. Trente-troisième Lot. 1 «lieu de Kéraoret, Les droit* ronciers de la tenue de Kéraoret, comprenant diverses pièces de terre de toute nature. Contenance cadastrale : 10 hectares 28 ares 26 centiares. Mise à prix : : ООО Гг. Trente quatrième Loi Au même lieu de Kéraoret Le* droits l'onciers d'une autre tenue de Kéraoret, comprenant diverses pièces de terre do toute nature. Contenance cadastrale : 12 hectares 54 arcs. Mise à prix :.4.ООО Гг. Trente-cinquième Lot /1 и lieu de a K<rhiliguer» I.c* droits roncier* de la tenue de «Kerbiliguer», comprenant diverses pièces do terre de toute naturo. Contenance cadastrale : 21 hectares 19 ares 09 centiares. Mise à prix : S ООО Гг. Trente-sixième Lot Ли lieu de «Kerhentè» Les droit* l'oncier* de la tenue do «Kerhentè», comprenant diverses pièces* de terre de toute nature. Contenance cadastrale : 17 hectares 05 ares 00 centiares. Mise à prix : IO.OOO Гг. Trente-septième Lot Au lieu de «Kèriquel Kcrbanx» les droit* foncier* de la tenue do к Kèriquel-Kerbanz», comprenant diverses pièces do terre de toute nature. Contenance cadastrale : 16 hectares 17 ares 10 centiares. Mise à prix : IO.OOO Гг. Trente-huitième Lot Au lieu de «l'en С hoat-c rucius» Le* droit* roncier* de la tenue do (i Pen-C'hoat-Crucius», comprenant diverses pièces do terre do toute nature. Contenance cadastrale : 28 hectares 47 ares 00 centiares. Hase à prix : 11.ООО fr. Trente-neuvième Lot Ли lieu de «Lande-Kercâ» en Riec sur-belon l'ne parcelle «le terre N O I I * pâture, dénommée» Lande-Justiçou». Contenance cadastrale : 18 ares. Mise à prix : loo fr. Quarantième Lot En la commune de Riec-sur-Bélon UNE PARCELLE DE TERRE LA BOURABLE, dénommée «Parc-Thuet.» Contenance cadastralo : 3G ares 70 centiares. Mise à prix : fr. Pour plus amples renseignements, consulter lo cahier dos chargos déposé au Greffe du Tribunal civil do Quimperlê, ou s'adresser à M" BOUCHARD, avoué poursuivant. Pour insertion sommaire : Georgen IIOIT.ilAlU». Docteur en Droit. AU BON qii.iib»lii MARCHÉ Le pliiw beau choix «le coutume* pour ICnfuuiw et le meilleur marché. L E S M A R C H É S. Marché du 20 juillet. Farine, première qualité, les IdO kilos, 41 à 42 ; farine, deuxième qualité, 37 à 40.»»; froment, 30à.'11.»»; seif.de, 22 a 22.5(1; sarrasin, 2!) à 30.»» ; avoine, 24.»» à 24.50; or;;o, 21! à 21.»» ; son, I3à 14.»»; pommes do terre, 8.50A9; foin, les500kilos, 55 à(50; paille, 30 à 32; bœuf, le ltilo sur pied, 0.70 à 0.75; vache, 0.00 à 0.05 ; veau, 0.75 à 0.80 ; mouton, 0.80 à 0.85; pore, 1.10 à 1.20; beurre, le kilo en gros, 2.20 a 2.30, et en détail, 2.40 à 2.50 ; œufs, la douzaine, 0.!)5 à 1.»» ; poulets, la couple, 1.50 à 0.»»; cidre, la barrique, <io à 45 fr. DOUARNÉNEZ. Marché du lundi 22 juillet. Farine, première qualité, les 100 kilos, 42,50 ; farine, deuxième qualité, ; froment, à 32.75; seigle, 20.50; sarrasin,26.25 à 27.»»; avoine, 20.»»à27.»»; pommes de terre,les 100k.,!>.»»; foin, les 500 kilos,»» à 00 ; paille, 40.»» à»» ; bourre, le kilo, 2.80 ; œufs, la douzaine, 0.90 à».»» ; poulets, la couple, 3»». à 3.50 ; cidre, la barrique, 35 francs. CONCARNEAU. Marché du 22 Juillet. Farine l r qualité, les 100 kilos, 42 à 43 farine, 2' qualité, 40 à 41 ; froment, 31 à 32; seigle, 21 à 22 ; sarrasin, 29 à 30; avoine, 24 à 25 ; oif, r e, à 25; son, 17.»» ii 18.)))) ; pommes do terre, 0.50 à 7 les 100 kilos; foin, les 500 kilos, 50 à 55 ; paille, 28 à 32 ; bietif, le kilo sur pied, 0.70 à 0.75; vache, 0.75 à 0.80; veau, 0.80 à» ; mouton, 0.90 à 0.05 ; pore, 1.10a 1.20 ; beurre, le kilo on gros, 2.00 à» ; en détail,» à 2.80; œufs, la douzaine, 1.10; poule(s, la couple, 4 à 4.50; lièvres, la pièce, )).»» h.» ; perdrix,».»» à» ; cidre, la barrique, 48 à 50; lapins de garenne,».»» à».»» ; oignons, le kilo au détail,».)»> ; fagots, lu cent,»» fr. ; au détail,».»» le fagot. LÊ Marché du vendredi 19 Juillet. Farine, première qualité, les 100 kilos, 43.»). à M.)»> ; farine, deuxième qualité, 42.»»; froment,32.»»à33.»»; seigle, 23.»» ; sarrasin, 23.»» à 30 ; avoine, 23.»» à 24.»»; orge, 21.»»; son, 10.» ; pommes do (erre, 7.»» à 8.»» ; foin, les500 kilos, 35.))» à 15.»» ; veau, 0.75 à 0.85 ; mouton, 0.05; porc, 1.10 à 1.20 ; beurre, le kilo en gros, 2.10, et en détail, 2.^0 à 2.50; œufs, la douzaine, 1.»»; poulets, la couple, 4.»» à 8.»»; cidre, la barrique,»» francs. CHATEAULIN Marché du 18 Juillet. Froment, prix moyen, les 100 kilogs, 43.»»; seigle, ; orge, 20.50; sarrasin, 27.50; avoine, ; pommes do terre, 13.«; foin, les 500 kilos, 45 ;i 50; paille, 35 àio ; beurre, le kilo, 2.20 a 2.25 ; œufs, la douzaine, 0.70 à 0.80; cidre, la barrique, 35 à 40 fr. MORLAIX. Marché du20 Juillet. ['Farine, première qualité, les 100 kilos, 43.))» à 44.)»); farine, deuxième qualité, 11.»» à 42.»» ; froment, 31 a ; seigle, à 20.»»; sarrasin, 20.»» à 27.»» ; avoine, 22.»» il 23.»» ; orge, I!».)») à 10.50; sou, à 18.»»; pommes de terre. 12.» à il.»; foin, les 500 kilos, 45.»» ii 50.»»; paille, 35.»» à 40.»»; bœuf, le kilo sur pied, 0.80 à 0.85; vache, 0.00 à 0.05; veau, 0.75 à 0.81); mouton, L»»; porc, 1.28 à 1.30 ; beurre, le kilo en gros,2.15ù 2.20toutesles qualités, et en détail, 2.10 à 2.50 ; œufs, la douzaine, L»)) à 1.10; cidre la barrique, 35 à 40; asperges, la botte,».»» à».»» ; salades la douzaine de têtes, 0.30 à 0.40 ; artichauts, la douzaine 1.»» à A VENDRE RÉSIDU DE SOUDE pour engrais. S'adressera M.Schang, Pont-Croix DEMANDES D'EMPLOIS Petites Annonces Gratuites OUVRIER HORLOGER- BIJOUTIER, sortant du régiment, d'excellente famille, demande place S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME, 16ans, demande place comme petit commis. S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME libéré du service militaire, demande place de 2 clerc ou autre emploi. S'adresser au bureau du journal. JEUNE HOMME, 18 ans, au courant do la procédure, demande place étude d'huissier ou d'avoué ou dans maisou do commerce. S'adresser au bureau du Journal. ENTREE LIBRE a i r u u u Près CONCARNEAU Ce Château, donné au Département du Finistère parla priacesse Narishkine, est situé au milieu d'un Parc magnifique, à un kilomètre de Concarneau. C'est la reconstitution fort intéressante d'un Manoir du XV siècle. Le Musée renferme une superbe collection de tapisseries, faïences, objets d'art, meubles anciens, coiffes et costumes bretons, parchemins, sceaux et autographes dont quelques-uns remontent au XII 0 siècle. Il possède en outre une précieuse collection de peintures du grand paysagiste Camille Bernier. Le prix des entrées est de 50 centimes, la semaine de 9 h. matin à 5 h. soir, sauf le lundi matin, et de 15 centimes le dimanche après-midi. RÉPUBLICAINS I Abonnez:-VOUS au CITOYEN ot faites aboi'. : IR vos amis*. L'Administrateur-Gérant, Pierre GUEGUEN machines vendues! Plus do 9C0 Premiers Prix H prouvent surabondamment la supérériorit.é des L<;Ei*:MLX'S*:S Vendues par M.ftl. LE RESTE Consf à B'oiiïtlrcuxic et ses agents dans les cantons de Pont-Croix et Pont-l'Abbé ß OO ООО Ecrémeuscs de toutes marques ont été échangées contre des Alfa-Laval. Société des Ecrèmeuses ALFA-LA VAL 00, Avenue Pai incutici- à PARIS. t < AU MÉNESTREL 18, Place Saint-Corentin, 18 P H O N O G R A P H E P A T H É À -10 ГГАПСМ sans pavillon et avec pavillon ti'ò-!*) S O N O R E «- M VI Ч&ш ES ai très beau modèle à 150 franc* Grand choix de disques FXJ^JSTOSi NEUFS a partir de ÏOO Trancg. Etudes de M André JONCOUR, avoué à Quimper et ce M JACQ, notaire à Quimper. VENTE D'IMMEUBLES dépendant de faillite En l'étude de M c Jacrj, notaire LE merçrepi 31 JUILLET 1912 à 2 h. 7/2 de l'après-midi EN LA VILLE»i: OIIMI'EK rue Neuve. n 15 MAISON" élevée sur sol d'un rez-de-chaussée, trois étages et grenier. Cour derrière. llise ù pris : IO.OOO (r. M r & M m e A L L I E R ( liirurgieiis-deiilistfs Diplômés de l'université de Paris I, rue Kéréon, En face la Cathédrale. Maladies de la bouche et des dents Prothèse Redressements Consultations tous les jours de 8 h. du matin à G h. du soir. PRIX MODÉRÉS LilUllLJ tes dimensions. S'adresser à M. LE RESTE, Pouldreuzic. rais acacia très secs, tou- actif, connais- IJ luaftld s a n t I e breton, voyagerait pour maison sérieuse Alimentation. Ecrire au journal.. A. C É D E R POUR CAUSE DE SANTÉ UN BON DÉBIT A Ot IIII»LBt S'adresser au Journal. Chofsd'œuvresdv-Uaît^es Le Xcw-York-lIcrald s'est livré à une enquête auprès des marchands de tableaux, pour savoir le prix que pourraient atteindre les toiles rares. M. J. Deveen dit qu'il y a, en Europe, dans les collections privées, une douzaine d'œuvres, dont il donnerait volontiers cînci inieeion* fie franc*, avec la certitude de tirer un joli bénéfice. Où allons-nous avec une telle surenchère? Mais, s'il savait que daus un coin de notre Bretagne, il existe un Primitif attribué à Fou< iict. assez bien conservé, et dont le propriétaire ignore peut être la réelle valeur, que dirait M. J. Deveen? FURET. E C O N O M I E Placer ses économies est souvent difficile. Le faire dans une Société fonctionnant sous le contrôle de l'etat et déposant ses fonds ii la Banque de France est une sage précaution. La Prévoyance Française vie constitue un capital, une dot ou une retraite par versements depuis 2 fr. 50 par mois. Elle fonctionne sous le contrôle de l'etat et dépose tous ses fonds à la Banque de.france, iicmandcz ton* ren geignement * a M..1. SÉYÉLÉIIEK. route de Pontl'Auhé. Etudes de M e André JONCOUR, avoué à Juimpcr et de M e JACQ, notaire Y E 1 T T E par suite le conversion île s alsf e-imuia m itère En l'étude de M Jacq, notaire ii Quimper LE MERCREDI 31 JUILLET 1912 ci 3 heures de l'après-midi Al KOI'Ht; DE Kl KBIl VII IV Route de la Mère de Dieu, n 2S Une Maison d'habitation avec Cour, Jardin fruitier et autre Petite Maison. Mise à prix : fr. Etude de M Pierre Jacq, notaire Adjudication Volontaire I.e: 5III:kiiii<iii 7 aoit ioi«. ii 3 h. T2 de l'après-midi, en l'etude DEUX PETJTE5 m&isojls se communiquant, situées au lieu de TY-RHU, en la commune de Kerfeunteun, avec Crèche et Terrain. MISE A JPFIIX : 1SOO fr. 33 line Kéréon 33 ENTREE LIBRE Succursales du Finistère : BREST, 30, rue d'aiguillon. DOUARNENEZ, 33, rue Jean-Bart. AUDIERNE, quai du Port, près de l'hôtel. CONCARNEAU, 3, quai Carnot. PONT-L'ABBÉ, 19, rue Hoche. LAN- DERNEAU, 11, rue Fontaine-Blanche. Les Négociants et Commerçants avisés s'adressent tous à la Maison du TIMBRE CADEAU pour obtenir une réclame efficace. Lis Acheteurs et Acheteuses prévoyants et économes s'adressent tous aux Maisons de Commerce donnant l'escompte en TIMBRES CADEAUX. L'Escompte en TIMBRES CADEAUX est avantageux pour les personnes aisées et riches ; il l'est surtout pour la classe ouvrière, chez laquelle la collection devient un bienfait. Le TIMBRE CADEAU est une institution commerciale basée sur l'évolution du Commerce. Elle enseigne l'épargne et fournit la meilleure et la plus sûre méthode de se protéger de part et d'autre contre le crédit. Toutes les classes de la société collectionnent le TIMBRE CADEAU. Primes à 401), 625, 850 Timbres et le Carnet entier, qui est de Seule maison offrant ces avantages. NOTA. JJ A. Les LES Timbres TIMORÉS délivrés ae livres dans aans le te Finistère rtntstere et ci portant lejnot IE mot BREST DIIJIOX peuvent, au choix enotx du au porteur, parieur, être remboursés nirsés en primes dans les succursales tu département. Les Timbres Cadeaux conservent leur valeur pour les succursale rsales existant dans (ES principales villes de France, mais seulement en prévenant, au préalable, la Direction du nistére, Finistèn 30, rue d'aiguillon, qui, après vérification, remettrait un bon. H 1 mi muu i m P «дякаияш Certifié par le Gérant soussigné. qwmper, le f * / i f r Quimper. Imprimerie Bretonne du Citoyen, 21, rue du Salle. Vu pour légalisation de la signature Mairie de Quimper, le Le Maire, ci-contre.

MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES GABONAISES

MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES GABONAISES Consulat Général de France à Libreville MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES AISES 1. Principe Le mariage d un(e) Français(e) avec un(e) étranger(ère) ne peut être célébré que dans une mairie gabonaise.

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Ouverture d une école et maternelle par les sœurs de La Providence de Ruillé. Nouvelle autorisation Ouverture d un internat

Ouverture d une école et maternelle par les sœurs de La Providence de Ruillé. Nouvelle autorisation Ouverture d un internat Notes diverses de Nicole Fiot - mises en page et corrections Alain Le Pivain - 2013 Ouverture d une école et maternelle par les sœurs de La Providence de Ruillé. 1 septembre 1882 Le maire de Mer autorise

Plus en détail

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010

Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 Bulletin d'informations N 7 bis Janvier 2010 AMICALE DES ANCIENS C.A.M. 64 Cher Adhérent, Soucieux d aider tous nos adhérents, notre Amicale vous propose un dossier d aide pour accomplir les formalités

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

DEMANDE DE BOURSE (étudiants domiciliés hors canton et Suisses de l'étranger)

DEMANDE DE BOURSE (étudiants domiciliés hors canton et Suisses de l'étranger) DEPARTEMENT DE l'économie ET DE L'ACTION SOCIALE SERVICE DE L ACTION SOCIALE OFFICE DES BOURSES DEMANDE DE BOURSE (étudiants domiciliés hors canton et Suisses de l'étranger) (Ne pas remplir) N Année de

Plus en détail

Inscription scolaire - Restauration scolaire - Accueil de loisirs

Inscription scolaire - Restauration scolaire - Accueil de loisirs Inscription scolaire - Restauration scolaire - Accueil de loisirs Seules les personnes exerçant l autorité parentale sont habilitées à procéder aux inscriptions. Veuillez remplir le dossier ci-dessous

Plus en détail

AUTORISATIONS D'ABSENCE

AUTORISATIONS D'ABSENCE AUTORISATIONS D'ABSENCE AUTORISATIONS D'ABSENCE DE DROIT MOTIF DUREE JUSTIFICATIFS TRAITEMENT TEXTES DE REFERENCE OBSERVATIONS DECISION Participation aux travaux d'une assemblée publique élective (Mis

Plus en détail

Qu est ce qu une proposition?

Qu est ce qu une proposition? 1. J ai faim, donc je mange.. propositions 2. Il possède une villa qu'il a héritée de son père... propositions 3. Mon ami m'a dit qu'il avait été surpris quand il a appris la nouvelle... propositions 4.

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3

Titre Usage Livret. Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3. Dieu nous accueille Entrée Page 3 SOMMAIRE : Titre Usage Livret Chantez, priez, célébrez le Seigneur Entrée Page 3 Dieu nous accueille Entrée Page 3 Nous sommes le corps du Christ Entrée Page 4 Si le Père vous appelle Entrée Page 4 Je

Plus en détail

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Principales autorisations d absence Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Les autorisations d'absence de droit Travaux d'une assemblée

Plus en détail

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript

2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Beginners. (Section I Listening) Transcript 2010 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Beginners (Section I Listening) Transcript Familiarisation Text FEMALE: Allô, Monsieur Ledoux? Madame Chavignol à l appareil, la maman de Maxime. Je voudrais

Plus en détail

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours.

Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les jours. Dis, maman Dis, maman, c'est quoi le printemps? Le printemps, mon enfant, c'est la saison des amours. Dis, maman, c'est quand le printemps? C'est quand le soleil est grand et qu'il fait chaud tous les

Plus en détail

Discours du Colonel Eric FAURE, Président de la FNSPF

Discours du Colonel Eric FAURE, Président de la FNSPF Discours du Colonel Eric FAURE, Président de la FNSPF Remise d insignes de Chevalier dans l Ordre National du Mérite - Capitaine Hubert DEGREMONT - GUEUX (51) jeudi 7 mai 2015 (prononcé) Monsieur le Député,

Plus en détail

Section I : Les centres régionaux de formation professionnelle d'avocats Sous-section 1 : Organisation. Article 42 Chaque centre régional de

Section I : Les centres régionaux de formation professionnelle d'avocats Sous-section 1 : Organisation. Article 42 Chaque centre régional de Section I : Les centres régionaux de formation professionnelle d'avocats Sous-section 1 : Organisation. Article 42 Chaque centre régional de formation professionnelle est doté d'un conseil d'administration

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la

Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la PALAIS DU ROI C est à la claire fontaine et auprès du palais du roi Il y a de jolies filles qui s y baignent auprès de moi Refrain La celle que mon cœur désire, par amour donnez-moi la La plus jeune c

Plus en détail

FICHE D INSCRIPTION Saison 2015-2016

FICHE D INSCRIPTION Saison 2015-2016 FICHE D INSCRIPTION Saison 2015-2016 Nom : Prénom : Date de naissance : Adresse : N de téléphone : E-mail : Date et trimestre d inscription : Comment avez-vous connu l école : Jour(s) et horaire(s) souhaités

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE DOLLOT SÉANCE DU 29 MARS 2014

PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE DOLLOT SÉANCE DU 29 MARS 2014 PROCÈS-VERBAL DU CONSEIL MUNICIPAL DE DOLLOT SÉANCE DU 29 MARS 2014 Le Samedi Vingt Neuf Mars Deux Mil Quatorze à 10h00, le Conseil Municipal régulièrement convoqué s est réuni en séance publique dans

Plus en détail

Mairie : Etat civil et formalités

Mairie : Etat civil et formalités Mairie : Etat civil et formalités Autorisation de sortie du territoire : délivrée par la mairie du domicile L autorisation de sortie du territoire est nécessaire pour tout mineur sans passeport personnel

Plus en détail

Vos droits et vos démarches si vous êtes un mineur étranger

Vos droits et vos démarches si vous êtes un mineur étranger Collectif de soutien des exilés du X éme arrondissement de Paris Tél. : 06 31 53 28 89 exiles10@rezo.net www.exiles10.org Vos droits et vos démarches si vous êtes un mineur étranger Qui est mineur? En

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN L'admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3

Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3 Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3 Unité 1 exercice 19 Comment tu t'appelles? Je m appelle Tu as quel âge? J'ai eu ans le mois dernier. Quelle est ton adresse? J habite Tu es dans

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme :

Voyage à. de Compostelle (26 au 28 mai 2010) classes de 5ème. Le programme : Voyage à de Compostelle (26 au 28 mai 200) classes de 5ème Le programme : Le premier jour : Nous sommes arrivés à 2h30 (heure espagnole) à Saint-Jacques et nous avons piqueniqué au parc Alameda. On a commencé

Plus en détail

STATUTS DES FOYERS RURAUX

STATUTS DES FOYERS RURAUX STATUTS DES FOYERS RURAUX Extraits de la déclaration en date du 21 juin 1977 faisant connaître la constitution de l association sous le N 73/77. I BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 : L Association

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)?

7. Est-ce que vous êtes (tu es) paresseux (paresseuse) ou travailleur (travailleuse)? Leçon 1 1. Comment ça va? 2. Vous êtes (Tu es) d'où?' 3. Vous aimez (Tu aimes) l'automne? 4. Vous aimez (Tu aimes) les chats? 5. Comment vous appelez-vous (t'appelles-tu)? 6. Quelle est la date aujourd'hui?

Plus en détail

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux.

Je dis «célébrer», car il s agit bel et bien d une célébration, d une fête, et d une fête à caractère religieux. 1 Prédication de mariage de Ginette DARBOUX et de Roland OUFFOUE Mission libanaise, à Dakar Samedi 26 avril 2008 Pasteur Vincent BRU De l Eglise Réformée Evangélique (France) Chers frères et sœurs en Christ,

Plus en détail

École Biblique Immersion :: CP 1582, Trois-Rivières Qc, G9A 5L6 :: 819-979-1582 www.ecolebibliqueimmersion.com

École Biblique Immersion :: CP 1582, Trois-Rivières Qc, G9A 5L6 :: 819-979-1582 www.ecolebibliqueimmersion.com Cher étudiant potentiel, Nous croyons que ce n est pas par accident que vous avez pris cette trousse d information. Dieu a un plan pour votre vie et c est à vous de le découvrir. À l École Biblique Immersion,

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Lettre type pour une demande de copie d'acte de décès

Lettre type pour une demande de copie d'acte de décès Lettre type pour une demande de copie d'acte de décès Maire de... Service de l'etat civil Objet : demande de copie d'acte de décès. A..., le... Suite au décès de Monsieur (Madame ou Mademoiselle)... [nom

Plus en détail

S TAT U T S D UNE ASS O C I AT I ON C U LT U R E L L E SAN S B U T LU C R AT I F D EN O MIN ATI ON O BJET SIE G E S O C I A L D U R E E

S TAT U T S D UNE ASS O C I AT I ON C U LT U R E L L E SAN S B U T LU C R AT I F D EN O MIN ATI ON O BJET SIE G E S O C I A L D U R E E S TAT U T S D UNE ASS O C I AT I ON C U LT U R E L L E SAN S B U T LU C R AT I F D EN O MIN ATI ON O BJET SIE G E S O C I A L D U R E E Art icle 1 Il est fondé une Association ayant pour dénomination "

Plus en détail

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret du candidat Compréhension de l'oral Compréhension des écrits Production écrite PMA22S008 04/06/13 Code du candidat : Nom : Prénom

Plus en détail

L'école au bout de monde

L'école au bout de monde L'école au bout de monde Félicitations! Tu as gagné la chance de visiter 4 nouveaux pays et d'en apprendre plus sur l'école au bout du monde. Bon voyage mon ami! Pour voyager de pays en pays, voici les

Plus en détail

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000,

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000, Exempt - appel en matière de travail Audience publique du jeudi seize mai deux mille deux. Numéros 25136 + 25142 du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre ; Romain LUDOVICY, premier

Plus en détail

Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé

Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé L an mil huit cent trente huit, le dix neuf décembre, par devant nous, Jean-Baptiste François Erault, maire officier de l état civil de la commune

Plus en détail

Règlement Intérieur D Annecy Haute Savoie Athlétisme 2013/2014

Règlement Intérieur D Annecy Haute Savoie Athlétisme 2013/2014 Règlement Intérieur D Annecy Haute Savoie Athlétisme 2013/2014 Article I. Préambule : -Le présent règlement intérieur, édictée en application de l'article 15 des statuts de l'association "Annecy Haute

Plus en détail

Annexe 6 : Modèle de déclaration de candidature à remplir par chaque candidat

Annexe 6 : Modèle de déclaration de candidature à remplir par chaque candidat Annexe 6 : Modèle de déclaration de candidature à remplir par chaque candidat 53 54 Annexe 7 : Modèle de déclaration de candidature à remplir par le candidat tête de liste ou son mandataire 55 56 Annexe

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du vingt-cinq juin deux mille neuf. Numéro 33753du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12)

Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu. (Mt 5,1-12) E1 Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu (Mt 5,1-12) Quand jésus vit toute la foule qui le suivait, il gravit la montagne. Il s'assit, et ses disciples s'approchèrent. Alors, ouvrant la bouche,

Plus en détail

Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites

Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites Loi de programme 67-1174 du 28 Décembre 1967 relative à la restauration des monuments historiques et à la protection des sites Titre I er : Monuments historiques Art. 1 er. - Est approuvé, dans la limite

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

TITRE PREMIER TITRE II

TITRE PREMIER TITRE II Le soussigné 1 THOMAS Michel Chef de Service Comptabilité, 158 bis, avenue de Chabeuil à Valence a établi ainsi qu'il suit les statuts de la Coopérative de consommation : COOPEMONTPLAISIR 41, rue Montplaisir

Plus en détail

STATUTS DE L'ASSOCIATION LA MARMITE

STATUTS DE L'ASSOCIATION LA MARMITE Fédération Nationale Ref D 34 des Foyers Ruraux STATUTS DE L'ASSOCIATION LA MARMITE I. BUT ET COMPOSITION DE L 'ASSOCIATION Article 1 L'Association dite LA MARMITE de Saint Maurice Lès Châteauneuf, fondée

Plus en détail

Association Astronomique de la Vallée

Association Astronomique de la Vallée REGLEMENT INTERIEUR Association Astronomique de la Vallée L adhésion à l Association implique l acceptation des Statuts et du présent Règlement Intérieur. Les Statuts de l Association et le Règlement Intérieur

Plus en détail

BAIL DE LOCATION DES GRAVIÈRES COMMUNALES AU PROFIT DE L ASSOCIATION DE PÊCHE «LA SAUVAGEONNE»

BAIL DE LOCATION DES GRAVIÈRES COMMUNALES AU PROFIT DE L ASSOCIATION DE PÊCHE «LA SAUVAGEONNE» Réunion de Conseil Municipal Du 23 mai 2008 Le vingt trois Mai deux mil huit à vingt heures trente minutes. Les Membres du Conseil Municipal légalement convoqués le seize Mai 2008 se sont réunis au lieu

Plus en détail

Compte-rendu de la réunion du Conseil Municipal du Jeudi 21 Mai 2015

Compte-rendu de la réunion du Conseil Municipal du Jeudi 21 Mai 2015 Compte-rendu de la réunion du Conseil Municipal du Jeudi 21 Mai 2015 Le conseil municipal s'est réuni à la mairie de Salavre, le jeudi vingt-et-un mai deux mil quinze à dix-neuf heures trente minutes,

Plus en détail

Poste(s) offert(s) dans le département de la COTE-D OR : 1 poste

Poste(s) offert(s) dans le département de la COTE-D OR : 1 poste 08/2003 DOSSIER D'INSCRIPTION AU CONCOURS INTERNE D'ADJOINT ADMINISTRATIF DE 1ere CLASSE du Ministère de l'intérieur et de l'aménagement du territoire(services Déconcentrés) LES INFORMATIONS CONTENUES

Plus en détail

Autorisations d absence liées à des fonctions électives non syndicales

Autorisations d absence liées à des fonctions électives non syndicales CONGES ET AUTORISATIONS D'ABSENCE Personnels enseignants du 1er degré - COMPÉTENCE DASEN Autorisations d'absence pour évènements de famille 3 jours de naissance (autorisation d'absence) Adoption Congé

Plus en détail

PRESTATION DE LIVRAISON DE REPAS A DOMICILE

PRESTATION DE LIVRAISON DE REPAS A DOMICILE PRESTATION DE LIVRAISON DE REPAS A DOMICILE Août 2013 LIVRAISON DE REPAS A DOMICILE REGLEMENT DE CONSULTATION Date d envoi du présent avis à la publication : Lundi 2 septembre 2013 Date limite de réception

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Comment remplir le formulaire demande de rectification

Comment remplir le formulaire demande de rectification Comment remplir le formulaire demande de rectification N AVS 13 Indiquer votre N AVS13. Pour la Suisse, le N AVS13 comporte 13 chiffres et se présente sous la forme 756.9999.9999.99 En effet, depuis le

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

COMPOSITION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

COMPOSITION DU CONSEIL D ADMINISTRATION ASSOCIATION RESTAURANT ET GARDERIE PERISCOLAIRE DE LANS «LES P TIOTS LANNIAUX» Madame, Monsieur, Notre association propose la restauration et la garderie périscolaire des enfants scolarisés sur la commune

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 novembre 2012

COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 novembre 2012 COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 20 novembre 2012 Le vingt novembre deux mil douze à vingt heures, le Conseil Municipal de la Commune de Cenves, s est réuni sur convocation de Monsieur

Plus en détail

Eveil à la foi: suivre Jésus, être disciple

Eveil à la foi: suivre Jésus, être disciple Eveil à la foi: suivre Jésus, être disciple Retrouve un mot: Recopie les lettres entourées d'un cercle vert. Recopie d'abord celle qui est le plus à gauche, puis avance peu à peu vers la droite. Tu as

Plus en détail

Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068)

Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068) Maj le 15/09/09 Associations sollicitant la reconnaissance d'utilité publique Statuts (Brochure «Associations, régime général», J.O. n 1068) I. But et composition de l'association Article 1 er L'association

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Leçon 1-3 La Bible. 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai?

Leçon 1-3 La Bible. 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai? 1 www.jecrois.org Leçon 1-3 La Bible 1. La Bible est appelée la Parole de Dieu. Comment savons-nous que c'est vrai? 2. La Bible est un très vieux livre qui a été sous la garde de beaucoup de personnes,

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE PORTNEUF MUNICIPALITÉ DE SAINT-THURIBE. Monsieur le conseiller, Christian Tessier est absent. OUVERTURE DE LA SÉANCE

PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE PORTNEUF MUNICIPALITÉ DE SAINT-THURIBE. Monsieur le conseiller, Christian Tessier est absent. OUVERTURE DE LA SÉANCE PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE PORTNEUF MUNICIPALITÉ DE SAINT-THURIBE PROCÈS-VERBAL de la séance régulière du conseil de la Municipalité de Saint-Thuribe tenue le 11février 2013 à 20h00 à la salle municipale

Plus en détail

Mariage en Ukraine d un ressortissant français et d un ressortissant ukrainien

Mariage en Ukraine d un ressortissant français et d un ressortissant ukrainien AMBASSADE DE FRANCE EN UKRAINE Mariage en Ukraine d un ressortissant français et d un ressortissant ukrainien L article 63 du Code civil dispose qu «Avant la célébration du mariage, l'officier de l'état

Plus en détail

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny

SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait. Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny SITE INTERNET Mémoire de Magny AVRIL 2015 Portrait Louise Lecarpentier, 100 ans, 40 ans de vie à Magny En janvier dernier, Louise Lecarpentier soufflait ses 100 bougies. Elle vit encore dans sa maison

Plus en détail

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales Détermination d une dépense obligatoire Rapport n : 2012-0127 Séance du : 13 septembre 2012 Avis n

Plus en détail

Le restaurant scolaire est ouvert le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 12H05 à 13 H30 : Article 2 : ACCES AU RESTAURANT

Le restaurant scolaire est ouvert le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 12H05 à 13 H30 : Article 2 : ACCES AU RESTAURANT COMMUNE DE NIVILLAC REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE ANNEE 2014-2015 ECOLE PRIMAIRE PUBLIQUE «LES PETITS MURINS» La cantine scolaire a pour objectif d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

Règlement Intérieur Amicale des Sapeurs-Pompiers d Ancenis

Règlement Intérieur Amicale des Sapeurs-Pompiers d Ancenis Règlement Intérieur Amicale des Sapeurs-Pompiers d Ancenis Titre 1 Objet Le règlement intérieur complète et précise les statuts de l Amicale sans contenir de disposition contraire à ceux-ci Il est amendé

Plus en détail

RESTAURANT SCOLAIRE et TEMPS D ACTIVITES PERISCOLAIRES

RESTAURANT SCOLAIRE et TEMPS D ACTIVITES PERISCOLAIRES RESTAURANT SCOLAIRE et TEMPS D ACTIVITES PERISCOLAIRES Madame, Monsieur, La commune de Juliénas assure la gestion du restaurant scolaire et suite à la réforme des rythmes scolaires, la gestion des temps

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience.

La partie poursuivie doit connaître les motifs et l'objet de la demande pour pouvoir se préparer à y répondre à l'audience. Comment se préparer à une audience Introduction Vous avez produit une demande à la Régie du logement, ou reçu copie d'une demande. Que vous soyez demandeur ou défendeur, il est important de bien se préparer

Plus en détail

Nous vous invitons à participer à l'assemblée générale Ordinaire de notre société qui se déroulera le 23 avril 2014 à 10 h 30 au siège social.

Nous vous invitons à participer à l'assemblée générale Ordinaire de notre société qui se déroulera le 23 avril 2014 à 10 h 30 au siège social. Bruxelles, le 21 mars 2014 Aux actionnaires - obligataires et porteurs de warrants de la COMPAGNIE DU BOIS SAUVAGE s.a. Madame, Monsieur, Concerne: convocation à l'assemblée générale Ordinaire du 23 avril

Plus en détail

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006

Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006. Dossier documentaire Source : services du Conseil constitutionnel 2006 C o n s e i l c o n s t i t u t i o n n e l Décision n 2006-17 D du 16 mars 2006 Demande tendant à la déchéance de plein droit de M. Jean-François MANCEL, Député Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION Ô Racines

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION Ô Racines REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION Ô Racines TITRE I MEMBRES ARTICLE 1ER : COMPOSITION L'association Ô Racines est composée des membres suivants comme défini à l article 7 des Statuts. : Membres fondateurs

Plus en détail

Fiche d'inscription Restauration Scolaire - Accueil Périscolaire

Fiche d'inscription Restauration Scolaire - Accueil Périscolaire Fiche d'inscription Restauration Scolaire - Accueil Périscolaire 1 - RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS : ENFANT : Code famille :... NOM :... Prénom :... Sexe : Masculin Féminin Date de naissance :.../.../...

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012

Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Compte-rendu de séance du Conseil municipal du mercredi 16 mai 2012 Le Conseil municipal, régulièrement convoqué, s est réuni en Mairie en séance publique, mercredi 16 mai 2012 à 21h sous la présidence

Plus en détail

Prendre soin des enfants nécessiteux

Prendre soin des enfants nécessiteux Chapitre 25 Prendre soin des enfants nécessiteux Les orphelins Plus d un père qui est mort dans la foi, confiant en l éternelle promesse de Dieu, a quitté ses bien-aimés pleinement assuré que le Seigneur

Plus en détail

Archives départementales de l Isère

Archives départementales de l Isère Saint-Siméon-de-Bressieux Intitulé : Commune de Saint-Siméon-de-Bressieux Dates extrêmes : an XII-1969 Importance matérielle : 1,15 ml, 17 articles Niveau de description : dossier Notice historique : Commune

Plus en détail

Octobre 2010. Puisez votre force dans le Seigneur Ephésiens 6 : 10. Bien chers amis,

Octobre 2010. Puisez votre force dans le Seigneur Ephésiens 6 : 10. Bien chers amis, Octobre 2010 Puisez votre force dans le Seigneur Ephésiens 6 : 10 Bien chers amis, Un bon bout de temps s est écoulé et pas mal de choses se sont passées depuis ma dernière lettre. Au mois de mai, j étais

Plus en détail

Doc 7600/8, Règlement intérieur permanent de l Assemblée de l Organisation de l aviation civile internationale

Doc 7600/8, Règlement intérieur permanent de l Assemblée de l Organisation de l aviation civile internationale Publié séparément en français, en anglais, en arabe, en chinois, en espagnol et en russe par l ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE 999, rue University, Montréal (Québec) H3C 5H7 Canada Les

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce document par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse, est interdite et constituerait une contrefaçon sanctionnée par les articles

Plus en détail

(Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012)

(Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012) Union Nationale pour l Avenir de la podologie Syndicat National des Pédicures-podologues (Enregistré sous le n 20960 à la préfecture de Paris en date du 3 juillet 2012) REGLEMENT INTERIEUR Le Conseil d'administration

Plus en détail

FICHE D AUTORISATIONS Année scolaire 2015/2016

FICHE D AUTORISATIONS Année scolaire 2015/2016 2 Bis Rue du Fer à Cheval CS 40118 F-78105 Saint-Germain-en-Laye Cedex France Téléphone : +33 (0)1 39 10 94 11 Télécopie : +33 (0)1 39 10 94 04 Internet / website : www.lycee-international.com Note aux

Plus en détail

Tout adhérent à l'association s'engage à respecter le présent règlement et signe sa carte de membre afin d'indiquer son acceptation.

Tout adhérent à l'association s'engage à respecter le présent règlement et signe sa carte de membre afin d'indiquer son acceptation. RÈGLEMENT INTÉRIEUR «Moi j'm'en fous, je triche» est une association loi 1901 consacrée à la promotion du jeu sous différentes formes. Elle est avant tout un café ludique permettant l'accès à ses adhérents

Plus en détail

- CENTRE DE LOISIRS - ACCUEILS PERISCOLAIRES

- CENTRE DE LOISIRS - ACCUEILS PERISCOLAIRES Mairie de CHESSY 32 rue Charles de Gaulle 77700 CHESSY Règlement intérieur - RESTAURATION SCOLAIRE - CENTRE DE LOISIRS - ACCUEILS PERISCOLAIRES Article 1 INSCRIPTION L'inscription préalable est obligatoire

Plus en détail

UNITES DE VALEUR PRESENTEES PAR LE CANDIDAT : cochez la ou les options retenues

UNITES DE VALEUR PRESENTEES PAR LE CANDIDAT : cochez la ou les options retenues PRÉFÈTE DU CHER PREFECTURE DIRECTION DE LA REGLEMENTATION ET DES LIBERTES PUBLIQUES Bureau de la réglementation générale et des élections Tél. : 02.48.67.35.45 Fax : 02.48.67.34.41. www.cher.gouv.fr DEMANDE

Plus en détail

Pièces à fournir pour chacun des époux

Pièces à fournir pour chacun des époux Pièces à fournir pour chacun des époux Une copie intégrale d acte de naissance, Pour les personnes de nationalité française Une copie intégrale d acte de naissance de moins de 3 mois. À demander à la mairie

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Le Châtelet CONTRAT DE RÉSIDENCE L EHPAD - MAISON DE RETRAITE ENTRE LES SOUSSIGNÉS :

Le Châtelet CONTRAT DE RÉSIDENCE L EHPAD - MAISON DE RETRAITE ENTRE LES SOUSSIGNÉS : Le Châtelet Maison de Retraite - EHPAD, 3 bis rue du Bel Air, 92190 Meudon. Téléphone : 01 46 26 82 28 Fax : 01 46 23 19 30 Site internet www.maisonderetraitelechatelet.fr CONTRAT DE RÉSIDENCE DE L EHPAD

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail