Physiothérapie : Pourquoi faire?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Physiothérapie : Pourquoi faire?"

Transcription

1 Physiothérapie : Pourquoi faire? JY. SALLE Service de médecine physique et de réadaptation CHRU Limoges

2 Electrophysiothérapie Définition : Applications des courants électriques proprement dits et les applications des agents physiques produits par l électricité : ondes mécaniques et ondes électromagnétiques.

3 PREALABLES

4

5 Courant continu Galvanique Risque * Brûlures chimique acide (Anode) et basique (cathode), (Anode : 4Cl + 2H2O -> 4 HCl + o2) (Cathode : 2 Na + 2 H2O -> 2 NaOH + H2)

6 Impulsions Bidirectionnelles Propriétés * Dépolarisé, * A moyenne nulle : Pas de propriété électrolytique,

7 Le neurone = cellule nerveuse Propriétés : 1- Excitabilité : propriété de modifier brusquement son potentiel de repos transmembranaire => Potentiel d action (PA). Stimulation artificiel = Electricité Propriétés : Loi du tout ou rien

8 Le neurone = cellule nerveuse Propriétés : 1- Excitabilité : Electrostimulation : Déclenchement d un PA au moyen d une impulsion dont l intensité liminaire (I) augment quand sa durée (t) diminue suivant la relation : I = q/t +io Io : intensité minimale pour stimuler avec une impulsion à début brusque et de durée prolongée = Rhéobase. Chronaxie = Durée minimale pour stimuler avec une impulsion d intensité de 2 Rh.

9 Caractéristiques d un d courant variable : Durée d impulsion d ms ou µs, Intensité en ma, Fréquence en Hertz (Hz).

10 Paramètres des impulsions optimales Début brusque : Efficacité, Durée = compromis entre Efficacité et Tolérance, Moyenne nulle = Innocuité,

11 Neurostimulation Transcutanée et médecine Physique.

12 Neurostimulation antalgique

13 Neurostimulation antalgique :

14 TENS (Transcutaneous Electrical Nerve Stimulation) * Par priorisation des voies rapides :mode conventionnel seuil sensitif (paresthésies), 50 à 100 Hz, durée : < 100µs, * Par libération d endorphines : mode endorphinique seuil moteur (3 fois le seuil sensitif), durée : 0,2 à 1ms), 2 à 6 Hz, électrodes de grandes surfaces (100 cm2).

15 TENS Contre-indications * Grossesse, * Stimulateurs cardiaques, * Stimulation dans la région antérolatérale du cou.

16 TENS Conditions de Stimulation *TENS conventionnelle : Essai de masquage de la douleur en produisant un sensation de paresthésie dans la zone douloureuse. *TENS endorphinique : Le myotome des groupes musculaires stimulés doit être en correspondance segmentaire avec la zone douloureuse.

17 TENS Conditions de Stimulation En position corrigée *TENS c : Durée 30 minutes sans limitation Notion de Durée post stimulation d analgésie. *TENS e : Durée des séances 30 à 40 minutes, à répéter 2 à 3 fois/jour.

18 TENS Indications : * Douleurs chroniques : Douleurs de déafférentation +++, 40 à 85% d efficacité. * Douleurs aiguës : indications rares, postopératoires +, * Douleurs rhumatismales : PR, arthrose

19 TENS Conditions d Application *Détermination des lieux, paramètres, fréquence et durée des séances. * Auto administration ++, * Consultations de contrôle,

20 TENS Facteurs pronostiques * Facteurs topographiques : Douleurs localisés, * Facteurs psychologiques : Compréhension et acceptation de la technique;

21 TENS Prescription : *Inscription au LPPR : 14/09/2000, Traitements des douleurs rebelles, prescription par un centre ou consultation de la douleurs chroniques.

22

23 TOPOGRAPHIE DES ELECTRODES: EXEMPLES

24 TOPOGRAPHIE DES ELECTRODES: EXEMPLES

25 EFFICACITE?

26 EFFICACITE Depuis Shealy (1967) : 124 études, Mais grande disparité : Etiologiques : Ostéoarticulaires (genoux rachis lombaire), neuropathiques,, douleurs diffuses chroniques, Techniques : nombreuses avec variétés fondées sur le risque d accoutumance, d

27

28 EFFICACITE Depuis Shealy (1967) : 124 études, Mais grande disparité : Traitements médicamenteux associés nombreux, Double aveugle complexe à mettre en jeu de même que la stimulation placebo, Durée de stimulation variable (d une heure à 81 heures par semaine), Durée de suivi variable,

29 Pas de recommandations, Sur les 24 études retenues : EFFICACITE Mode conventionnel : étude positive 8/12, Mode endorphinique : étude positive 4/8?, Mode conventionnel versus endorphinique : étude positive 2/8, Association mode conventionnel et endorphinique synergique avec la prise d opioïdes d orale

30 EFFICACITE Auteurs Etiologies Nb inclus Modalités Résultats Kumar 1997 Nash 1990 Tulgar 1991 Neuropathie diabétique Neuropathie chronique Neuropathie chronique TENS 4 S 30 mn/j 4 modalités d d administration TENSc et endo et Burst Modulation ++ 83% 47% 92%

31 CONCLUSION Technique antalgique facile d utilisation pour le patient Mais nécessitant une bonne connaissance des techniques employées par le soignant chargé d éduquer le patient, au risque d avoir un taux important d échecs Innocuité Utilité +++ en traitement complémentaire dans les douleurs avec composante neuropathique et syndromes myofasciaux

32 VIBRATIONS MECANIQUES 1- Les sons Le Vibralgique * effets antalgiques par priorisation des voies rapides, * Assistance proprioceptive,

33

34 ELECTROMYOSTIMULATION

35 Impulsions électriques Rapport Intensité Durée : Plus on diminue la durée d uned impulsion, plus il faut augmenter son intensité pour obtenir une stimulation équivalente. Pente ou durée d éd établissement : Si on augmente la durée d éd établissement sans augmenter l intensité, l la réponse disparaît quand on atteint une pente limite. Le seuil d excitation d apparaît plus élevé lorsque le courant s és établit progressivement. Intérêt :??, plus désagréable.

36 Muscle Nerf

37 Courant Intermittent Le temps de repos doit toujours être égal ou supérieur au temps de travail.

38 Electrostimulation du Muscle Sommation temporelle : Fréquence de stimulation,

39 Electrostimulation du Muscle Sommation temporelle : Fréquence de stimulation,

40 Electrostimulation du Muscle Sommation Spatiale : Intensité de stimulation

41 Différences entre contractions électro-induites et contractions volontaires Recrutement spatiale Recrutement temporel Volontaires Electro - induites Loi des Tailles Fibres nerveuses les plus myélinées Asynchrone Synchrone

42 Programmes d électromyostimulation sur muscles SAINS Amyotrophie : Alternance de phases de contractions tétanisantes (50 Hz) et non tétanisantes (8Hz), Durée : 60 minutes, Renforcement musculaire : Courants tétanisants (50 Hz), TT = TR, Durée = 20 minutes, Stimulation électrique fonctionnelle : Rééducation périnéale : prise de conscience, Epaule: : recentrage de tête.

43 Subluxation Inférieur Gléno-humérale : Position pré Stimulation Électrique Fonctionnelle Subluxation Inférieur Gléno-humérale : Position per Stimulation Électrique Fonctionnelle

44 SEF de l él épaule de l hémiplègique A visée antalgique et trophique : TENS : pas de preuve scientifique d efficacité, d SEF : Extrapolation des travaux chez l hémiplégiquel Leandri et col. : 100 Hz / seuil moteur, Chantraine et col. : série de 120 patients, amélioration de la douleur de l él épaule : 80,7% contre 55,1% Protocole de stimulation électrique : Paramètres : Courant rectangulaire, 350 µs, ratio on/off de 1/5, Phase 1 : 90 minutes à 8 Hz, Phase 2 : 30 minutes à 40 Hz, Phase 3 : 10 minutes à 1 Hz.

45 Electrostimulation du muscle dénervé Lapicque définit la rhéobase et la chronaxie (1909), Décrié, Objectifs : Prévenir la fibrose, Ne pas retarder la réinnervation.

46 Electrostimulation du muscle dénervé «Etat de l artl» Beaucoup de questions et de détracteurs, EMS et repousse axonale = aucun effet, Voir effets négatifs Effet mécanique avec rupture des néo-jonction neuro- musculaires, Effet d inhibition d de facteurs neurotrophiques,

47 Electrostimulation du muscle dénervé EFFICACITE?

48 Electrostimulation du muscle dénervé OUI Muscles quadriceps dénervé depuis plus de 4 mois => Résultats (après une année de stimulation) Diamètre moy des myofibrilles : 7,9 µm m => 48,2 µm, Section de cuisse au scanner : - 40% => gain de +29,76 Electrical stimulation of denervated muscles : first results of a clinical study Kern H. artitif Organs 29(3):

49 Electrostimulation du muscle dénervé Paramètres de stimulation : Impulsions isolées de longue durée (10 à 300ms), appliquée en petite quantité (fréquence <1 Hz), 2 à 5 stimulations par muscle et par jour, application longitudinal. Pas de courants tétanisants initialement, Associées aux mouvements imaginés et aux étirements passifs = techniques prophylactiques dans l attente l de la réinnervation. Stimulant pour le patient?

50

51 Electrostimulation du muscle dénervé Pente d éd établissement? Si l on l abaisse la pente d éd établissement d uned impulsion d intensité d rhéobasique sans augmenter son intensité, la contraction disparaît. Le seuil de la climalyse est la durée minimale d établissement de cette impulsion rhéobasique qui fait disparaître la contraction.

52

53

54 Electrostimulation du muscle dénervé INTERET?????? Trophique démontrée mais quid de la réinnervation? Quelle est le décours temporel de la réinnervation? IRM signaux caractéristiques : - En période aigu et subaigue : Hyper signal en STIR ou T2 et normosignal en T1, - En période chronique : hypersignal T1 (graisse) et atrophie musculaire.

55 Electrostimulation du muscle dénervé

56

57 Electrostimulation du muscle dénervé L électrodiagnostic de stimulation : Distinction entre les fibres musculaires innervées et dénervées. Impulsion rectangulaire de longue durée : réponse par une contraction de type secousse lente et vermiculaire.

58 Electrostimulation du muscle dénervé CONCLUSION : Efficace sur la trophicité musculaire mais trop tôt pour connaître l intérêt pratique dans le cadre des soins en phase de réinnervation.

Neurostimulation Transcutanée et médecine Physique. JY. SALLE

Neurostimulation Transcutanée et médecine Physique. JY. SALLE DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Système nerveux périphérique Nancy :5-6-7 juin 2006 Coordonnateurs :Pr JY Salle et O. Dizien Titre : Neurostimulation

Plus en détail

EFFICACITE. Depuis Shealy (1967) : 124 études, Mais grande disparité :

EFFICACITE. Depuis Shealy (1967) : 124 études, Mais grande disparité : EFFICACITE Depuis Shealy (1967) : 124 études, Mais grande disparité : Etiologiques : Ostéoarticulaires (genoux rachis lombaire), neuropathiques, douleurs diffuses chroniques, Techniques : nombreuses avec

Plus en détail

Electrostimulation du muscle innervé

Electrostimulation du muscle innervé Electrostimulation du muscle innervé Evaluation de son efficacité par : 1. Les modifications du volume musculaire, 2. Les modifications de l activité fonctionnelle du muscle, 3. Les modifications métaboliques.

Plus en détail

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS)

Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Les traitements non médicamenteux de la douleur La Neurostimulation Electrique Transcutanée (TENS) Définition La neurostimulation électrique transcutanée est une technique antalgique non médicamenteuse

Plus en détail

Conseils pratiques au patient Fonctionnement et utilisation de l appareil de Neurostimulation Transcutanée

Conseils pratiques au patient Fonctionnement et utilisation de l appareil de Neurostimulation Transcutanée Conseils pratiques au patient Fonctionnement et utilisation de l appareil de Neurostimulation Transcutanée TENS Consultation de la douleur C.H.D. Vendée 85925 La Roche sur Yon Tél.: 02 51 44 62 48 Mail:

Plus en détail

L ELECTROSTIMULATION

L ELECTROSTIMULATION L ELECTROSTIMULATION Hervé de Labareyre Technique un peu mystérieuse, utilisée par des charlatans à une époque, l électrostimulation se trouve être utilisée dans un certain nombre d indications thérapeutiques.

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009

SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 SFEHRE - REIMS - 26 mai 2009 La stimulation électrique fonctionnelle chez l enfant marchant atteint de paralysie cérébrale: orthèse active ou éveil proprioceptif? Valérie Achache MK / thèse de doctorat

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL

TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX. Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL TRAITEMENT DE L INFORMATION SENSORIELLE : PRINCIPES GENERAUX Plan du cours I ORGANISATION GENERALE DU SYSTEME NERVEUX CENTRAL 1. Principe général du fonctionnement cérébral 2. Notions de base en physiologie

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

Origine des douleurs lombaires, des cuisses et des genoux - disques détériorés - les muscles et tendons lombaires - hypomobilité du bassin - la

Origine des douleurs lombaires, des cuisses et des genoux - disques détériorés - les muscles et tendons lombaires - hypomobilité du bassin - la Origine des douleurs lombaires, des cuisses et des genoux - disques détériorés - les muscles et tendons lombaires - hypomobilité du bassin - la rétraction des ischio-jambiers et des tendons profonds de

Plus en détail

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI

Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL. Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Présentation préparée par: Dr: S. DIFFALLAH biophysique médicale. Dr H.IBRAHIM ORL Service ORL,CHU Mustapha Pr DJENNAOUI Au quotidien: - enfants de différents âges. - Retard de langage. - Suspicion de

Plus en détail

Entraînement de la force musculaire

Entraînement de la force musculaire Module S.PH.370.0301.F.08 Evaluation et traitement des fonctions musculo-squelettiques Membre inférieur Entraînement de la force musculaire Les modes de contraction Isométrique Concentrique Excentrique

Plus en détail

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

Dysfonctions et douleurs myofasciales. Par Dre Patricia Ringuette Anesthésiologiste

Dysfonctions et douleurs myofasciales. Par Dre Patricia Ringuette Anesthésiologiste Dysfonctions et douleurs myofasciales Par Dre Patricia Ringuette Anesthésiologiste Conflits d intérêt Conférencière pour Purdue et Pfizer Objectifs Définir le syndrome myofascial et ses principales causes.

Plus en détail

CONCLUSIONS. EON Mini, système de neurostimulation médullaire implantable rechargeable. AVIS DE LA CNEDiMTS 23 juillet 2013

CONCLUSIONS. EON Mini, système de neurostimulation médullaire implantable rechargeable. AVIS DE LA CNEDiMTS 23 juillet 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 23 juillet 2013 CONCLUSIONS EON Mini, système de neurostimulation médullaire implantable rechargeable

Plus en détail

LES MECANISMES DE LA DOULEUR LA NEUROSTIMULATION TRANSCUTANÉE LE TENS

LES MECANISMES DE LA DOULEUR LA NEUROSTIMULATION TRANSCUTANÉE LE TENS LES MECANISMES DE LA DOULEUR LA NEUROSTIMULATION TRANSCUTANÉE LE TENS SIANI F (1) - BOUCAND M.H (2) Janvier 2006 Association Française Syndromes Ehlers Danlos 1 - kinésithérapeute cadre de santé, Centre

Plus en détail

23/10/2012. Enoncé. Enoncé

23/10/2012. Enoncé. Enoncé Module Transversal 4 Déficience, Incapacité, Handicap Cas clinique ED MT4/7.2 Items 49-50-51-53 Fédération de Médecine Physique et de Réadaptation, CHU Montpellier-Nîmes, Sous la direction des Professeurs

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne

Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne Les outils qui peuvent soulager ou faciliter la vie quotidienne L adaptation de l environnement Ceci concerne les objets usuels adaptés pour limiter les efforts afin de ne pas se luxer : des ouvres bouteilles,

Plus en détail

SENM et muscles dénervés

SENM et muscles dénervés Stimulation Éléctrique Neuro- Musculaire SENM et muscles dénervés Nicolas Dousse Paris le 13 janvier 2017 Déclaration de liens mon intervention ne présente aucun conflit d intérêt Etat de la recherche

Plus en détail

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30

Troubles de base de la sensibilité cutanée lors de lésions neurologiques : définitions, évaluation & rééducation...30 TABLE DES MATIÈRES Contributeurs...11 Remerciements...12 Préface de cette 2 ème édition : Ronald Melzack...13 Préface de l édition anglaise : A. Lee Dellon...15 Préface de la 1 ère édition : Jean-Pierre

Plus en détail

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco

Névralgie Pudendale. Pr. G. Amarenco Névralgie Pudendale Pr. G. Amarenco Service de Rééducation Neurologique et d Explorations Périnéales Hôpital Rothschild AP HP. Unité INSERM U731 UPMC Bruxelles, le 4 octobre 2008, Société royale belge

Plus en détail

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT

Le traitement endoscopique du canal carpien. Dr Jean Luc PELLAT Le traitement endoscopique du canal carpien Dr Jean Luc PELLAT Généralités 2 Intervention la plus pratiquée après la chirurgie de la cartaracte À l Instititut : 7 000 interventions endoscopiques en 10

Plus en détail

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients

Stimulation médullaire et douleur neuropathique. Brochure d information destinée aux patients Stimulation médullaire et douleur neuropathique Brochure d information destinée aux patients La douleur neuropathique et ses conséquences Cette brochure vous a été remise par votre médecin : Les différents

Plus en détail

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois :

CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE. Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : CHAPITRE 9 COMMUNICATION NERVEUSE Le système nerveux forme dans l organisme un réseau de communication qui permet à la fois : De recueillir des informations en provenance de l environnement et des structures

Plus en détail

Le paracétamol. Antalgique

Le paracétamol. Antalgique Le paracétamol Antalgique La douleur Présentation La douleur est un mécanisme physiologique ayant pour fonction principale l alerte. Elle informe le cerveau de l existence d une menace. La peau, les muscles

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE FONCTIONNEMENT FRANÇAIS

INSTRUCTIONS DE FONCTIONNEMENT FRANÇAIS INSTRUCTIONS DE FONCTIONNEMENT FRANÇAIS AVANT D UTILISER LE STIMULATEUR 1. INTRODUCTION...4 2. NOTIONS MÉDICALES...5 3. PRÉCAUTIONS À PRENDRE...6 INFORMATIONS DESTINÉES AU PATIENT 4. VUE D ENSEMBLE...7

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

Thomas Lenoir. Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau.

Thomas Lenoir. Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau. Thomas Lenoir. Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau. A) La machine La machine utilisée pour cette étude est celle du Centre de Biologie et Médecine du Sport de Pau. Elle nous a été fournie par

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE pour votre TENS SMART RELIEF

AIDE MÉMOIRE pour votre TENS SMART RELIEF AIDE MÉMOIRE pour votre TENS SMART RELIEF 2006, chemin St- Louis #3 ( coin Maguire ) QUÉBEC G1T 1P1 Tel.: 418 527-9990 actionsantemaguire@gmail.com www.actionsante.ca Neurostimulation électrique transcutanée

Plus en détail

FRA. Cher client, GUIDE PRATIQUE

FRA. Cher client, GUIDE PRATIQUE Cher client, Vous tenez entre vos mains le Guide pratique CefarCompex qui contient des informations spécifiques pour chaque programme de votre stimulateur. Le Guide pratique couvre l'ensemble des programmes

Plus en détail

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques

Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Etude d un réflexe à point de départ cutanée Objectifs spécifiques Identification des éléments mis en jeu dans l acte réflexe Définir les potentiels de repos et d action Préciser l origine ionique de ces

Plus en détail

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE

AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Informations à l intention des patients souffrant de lombosciatique AU-DELÁ DES MAUX IL-Y-A PEUT-ÊTRE Pour toute information complémentaire, consultez le site www.douleurnonidentifiee.com Vous êtes peut-être

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

TUTORAT UE5 2010-2011 Anatomie

TUTORAT UE5 2010-2011 Anatomie TUTORAT UE5 2010-2011 Anatomie QCM n 1 : En pathologie humaine Séance Pâques PHYSIOLOGIE NEUROMOSCULAIRE 1 Dr M. HAYOT Séance préparée par Marion Ahres Bastien Rives a) La sclérose latérale amyotrophique

Plus en détail

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats Guy Valancogne Depuis la fin des années 90 : études pour le cas spécifique de l incontinence masculine, - certaines d entre

Plus en détail

Exercices pour lombalgiques

Exercices pour lombalgiques Exercices pour lombalgiques Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement, au moment où vous le désirez. Ils doivent être exécutés sur une surface dure (par

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC

THERAPIE PAR ONDES DE CHOC THERAPIE PAR ONDES DE CHOC sales@btlnet.com www.btlnet.com Tous les droits sont réservés. Toutes les précautions pour offrir des informations précises et pour suivre les mises à jour ont été prises, nous

Plus en détail

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice.

Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Le contrôle moteur: mieux comprendre les contributions musculosquelettique et neurologique pour améliorer nos programmes de rééducation motrice. Laurent Bouyer, Ph.D. Professeur agrégé département de réadaptation

Plus en détail

Frédéric GAZEAU Docteur en Sciences de la Santé et du sport Personal Trainer SARL 13, rue Sautter 1205 Genève

Frédéric GAZEAU Docteur en Sciences de la Santé et du sport Personal Trainer SARL 13, rue Sautter 1205 Genève LES TECHNIQUES DE RECUPERATION Frédéric GAZEAU Docteur en Sciences de la Santé et du sport Personal Trainer SARL 13, rue Sautter 1205 Genève Définition de la récupération : Période nécessaire après une

Plus en détail

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN

Interventional Pain Medecine. Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine Dr Nathalie MATHIEU Coordination de la Clinique de la Douleur Anesthésiologie CHU BRUGMANN Interventional Pain Medecine in ONE DAY Blocs facettaires Péridurales Lombaires Cervicales

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Colloque québécois en Lésions Médullaires

Colloque québécois en Lésions Médullaires Colloque québécois en Lésions Médullaires Atelier 1: Les innovations au service des déplacements à la marche Olivier Lavoie et Martin Tardif, orthésistes IRDPQ Nathalie Toulouse, physiothérapeute programme

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes)

Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes) Les critères du diagnostic de névralgie pudendale par syndrome canalaire (critères de Nantes) JJ Labat. Centre fédératif de pelvi périnéologie CHU Nantes T Riant, R Robert, M Guérineau, J Rigaud Et le

Plus en détail

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes

Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes Neuromodulation de la douleur : place de la r-tms (repetitive Transcranial Magnetic Stimulation) Dr Denis VESVARD CETD du CHU de Rennes ST MALO Avril 2015 Deux notions importantes L intensité de la douleur

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

NE PAS UTILISER L ELECTRO-STIMULATEUR DANS LES CAS SUIVANTS : PRECAUTIONS D EMPLOI PRECAUTIONS D UTILISATION POUR EVITER D ENDOMMAGER L APPAREIL

NE PAS UTILISER L ELECTRO-STIMULATEUR DANS LES CAS SUIVANTS : PRECAUTIONS D EMPLOI PRECAUTIONS D UTILISATION POUR EVITER D ENDOMMAGER L APPAREIL Félicitations, vous venez d acquérir l électro-stimulateur TOP SANTE de la gamme LIGNE FIT. L électro-stimulateur permet de soulager les raideurs dans la nuque et les épaules, les articulations, la fatigue

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception :

LES ANTI DOULEURS. Comment faire la différence entre une douleur neuropathique et une douleur par excès de nociception : LES ANTI DOULEURS Attention : Pour l examen le prof veut que l on se base sur les recommandations de l AFFSAPS en ce qui concerne les prescriptions et le reste ; pour être sûr qu il n y ait pas de différence

Plus en détail

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation

Health & beauty Network ltd Cellu Smooth. Notice d utilisation Health & beauty Network ltd Cellu Smooth Notice d utilisation 1 Le Cellu Smooth est un appareil thérapeutique qui utilise des ultrasons. Il aide à traiter les migraines, l arthrite, les rhumatismes, les

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie

Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie 4 Item 53 Principales techniques de rééducation et de réadaptation. Savoir prescrire la massokinésithérapie et l orthophonie Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Argumenter les principes d'utilisation

Plus en détail

Etirement musculaire Renforcement musculaire

Etirement musculaire Renforcement musculaire Etirement musculaire Renforcement musculaire Pourquoi? Quand un muscle est fortement sollicité, il a tendance à se raccourcir et à rester dans sa position courte. Cette rétraction entraîne un déséquilibre

Plus en détail

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale

Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Luxation de hanche sur infirmité motrice cérébrale Z.OUMLERGUEB L.SEKHRI ZEGGAR A.SEBIA. K.DJERIDA. HOPITAL MILITAIRE REGIONAL UNIVERSITAIRE DE CONSTANTINE 19éme Congrès de la SACOT Oran 2012. Définition:

Plus en détail

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GENERALE 23 PREMIERE PARTIE

TABLE DES MATIERES INTRODUCTION GENERALE 23 PREMIERE PARTIE TABLE DES MATIERES Contributeurs 11 Remerciements 12 de la edition : Serge 13 Preface de la edition : Ronald 15 Glossaire 17 Table des abreviations 20 INTRODUCTION GENERALE 23 PREMIERE PARTIE Troubles

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

THÉRAPIE PAR ONDES DE CHOC RADIALE

THÉRAPIE PAR ONDES DE CHOC RADIALE THÉRAPIE PAR ONDES DE CHOC RADIALE A PROPOS DE 56 CAS DE RHIZARTHROSE CHRISTIAN SCHWAB, PHILIPPE BAROSI * PHYSIOTHÉRAPEUTES RÉSUMÉ Cette étude clinique portant sur un collectif de 56 patients présentant

Plus en détail

Gamme PHENIX Portable. Toute l électrothérapie dans un portable

Gamme PHENIX Portable. Toute l électrothérapie dans un portable Gamme PHENIX Portable Toute l électrothérapie dans un portable PHYSIO PHYSIOSTIM URO Les exclusivités de la gamme PHENIX Portable PHYSIO PHYSIOSTIM URO Les PHENIX Portable sont les seuls appareils portables

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Présentation Connaissance des montres à quartz pour professionnels

Présentation Connaissance des montres à quartz pour professionnels Bienvenu chez Présentation Connaissance des montres à quartz pour professionnels Contenu Composants - Piles - Quartz - CI / systèmes pour ajustage de la marche - Contrôle du moteur pas à pas (asservissement)

Plus en détail

La stimulation Neuro-musculaire

La stimulation Neuro-musculaire La stimulation Neuro-musculaire Le Placement des électrodes www.veritymedical.co.uk 1 Sommaire Stimulation Musculaire Page Physiologie musculaire 5 Structure du muscle 6 Séquence des phénomènes au cours

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Livret imagé de la SEP

Livret imagé de la SEP Les Cahiers Pratisep Collection Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon Livret imagé de la SEP P r Thibault Moreau service de neurologie, chu de dijon SOMMAIRE Qui

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Le renforcement. musculaire

Le renforcement. musculaire Le renforcement musculaire Le renforcement Pourquoi le renforcement musculaire Comment renforcer L échauffement Le renforcement : À la maison Avec du matériel En salle Le renforcement spécifique Les étirements

Plus en détail

Version 2.0. Clinique TAGMED, 1200 boul. Chomedey, suite 220, Laval, Québec, H7V 3Z3, Tél.: (450) 934-4747

Version 2.0. Clinique TAGMED, 1200 boul. Chomedey, suite 220, Laval, Québec, H7V 3Z3, Tél.: (450) 934-4747 Version 2.0 FR Ondes de choc radiales Une technologie innovante efficace, compact, puissant Plus moderne sans compresseur! Générateur électromagnétique Balistique moderne Une technologie moderne Front

Plus en détail

Mode d emploi...3 bruksanvisning...25

Mode d emploi...3 bruksanvisning...25 Mode d emploi...3 bruksanvisning...25 MODE D EMPLOI FRANÇais AVANT D UTILISER LE STIMULATEUR 1. INTRODUCTION... 4 2. DONNÉES MÉDICALES... 5 3. PRÉCAUTIONS À PRENDRE... 6 INFORMATION AUX PATIENTS 4. VUE

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

STIMULATION TRANSCUTANEE

STIMULATION TRANSCUTANEE STIMULATION TRANSCUTANEE FONDEMENTS Loi de OHM : intensité(ampères) = différence de potentiel(volts) : résistance(ohms) 1 milliampère =1volt : 1000ohms ( débit ) = (force électr.) : (résistance)

Plus en détail

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO - 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO Association Polio Québec Visitez notre site internet : www.polioquebec.org Appelez-nous : 514-489-1143 / 1-877-765-4672 Écrivez-nous : association@polioquebec.org

Plus en détail

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015

La préparation physique. Jean-François COGNEZ Janvier 2015 La préparation physique du plongeur Jean-François COGNEZ Janvier 2015 Objectifs Bases physiologiques Principes généraux de la préparation physique du plongeur L entraînement dans les différentes filières

Plus en détail

Réseau de pelvipérinéologie Coordonnateur : Docteur Véronique Bonniaud

Réseau de pelvipérinéologie Coordonnateur : Docteur Véronique Bonniaud Douleurs lombo-pelvi-périnéales périnéales chroniques Depuis plus de 6 mois, peut être depuis plusieurs années, vous souffrez de douleurs au niveau de la zone intime : Chez les femmes : au niveau de la

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum

L.Liao(IHN) Obs. service Guilloz Pr A Blum Patient de 30 ans, sportif de haut niveau, marathonien. Présente des épisodes répétés de douleurs du mollet droit, survenant environ après une demie heure de course. Une échographie hauterésolution de

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante,

Spasticité. La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit pas une raideur musculaire persistante, Spasticité Dr Nathalie Charbonnier, journaliste, Paris Spasticité et SEP La spasticité, un symptôme fréquent dans la SEP La spasticité se définit comme une augmentation du tonus musculaire qui se traduit

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

Exercices de mise en forme avec ballon

Exercices de mise en forme avec ballon Exercices de mise en forme avec ballon 1 Contenu de la présentation 1. 1. Avantages de de l entraînement nement avec ballon 2. 2. Qu est-ce que le le «core training»? 3. Choix du ballon et précautions

Plus en détail

Wireless Professional. Electrothérapie professionnelle sans fil

Wireless Professional. Electrothérapie professionnelle sans fil Electrothérapie professionnelle sans fil Wireless Tru-Pull Lite Professional Technologie sans fil : simplifiez vos séances d électrothérapie Découvrez le Wireless Professional, nouvelle référence sur le

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

PRINCIPES DE TRAITEMENT. Traitement médical

PRINCIPES DE TRAITEMENT. Traitement médical PRINCIPES DE TRAITEMENT Traitement médical ARGUMENTS EN FAVEUR DU T FONCTIONNEL. fréquence des lésions de la CDR lors des dissections cadavériques varie de 5 à 50% et augmente avec l age. Etude IRM: ep

Plus en détail

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues

Chirurgie du rachis. Rééducation post-opératoire immédiate. Centre des Massues Chirurgie du rachis Rééducation post-opératoire immédiate Centre des Massues Service chirurgie : Dr Roussouly Dr Nouvel Kinésithérapie : N.Zeizig, M.Pagés, P.Pommerol Lyon Octobre 2003 Différents types

Plus en détail

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires

Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires 1 Protocole de rééducation des syndromes fémoro-patellaires Dans la grande majorité des cas, les syndromes fémoro-patellaires (SFP) guérissent avec un traitement médical bien conduit. Pour être efficace,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE Eric HALLARD, Kinésithérapeute La rupture du LCAE est de plus en plus fréquente

Plus en détail

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

Le système nerveux et ses atteintes. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Le système nerveux et ses atteintes Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados Objectifs : A la fin de la séquence, vous serez capable de : décrire le système nerveux d expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Adaptations pédagogiques pour les troubles du graphisme induits par les situations de handicap moteur

Adaptations pédagogiques pour les troubles du graphisme induits par les situations de handicap moteur Adaptations pédagogiques pour les troubles du graphisme induits par les situations de handicap moteur EC Octobre 2012 1 Pistes d adaptations pédagogiques et techniques Principes Déficience Adaptation pédagogique

Plus en détail

La rééducation dans la BPCO

La rééducation dans la BPCO DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Pathologie respiratoire Rennes: 2009 Coordonnateurs : Pr R Brissot, Pr O. Remy-Neris, Pr F Boyer, Pr B Desrues,

Plus en détail

CARNET D ENTRAÎNEMENT EN MUSCULATION

CARNET D ENTRAÎNEMENT EN MUSCULATION CARNET D ENTRAÎNEMENT EN MUSCULATION NOM PRÉNOM CLASSE Projet Choisi LES DIFFERENTS TYPES DE FORCES QUE NOUS UTILISERONS TYPES DE FORCE VITESSE ou EXPLOSIVE % de la charge maximale en 10 répétitions 70%

Plus en détail