Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne"

Transcription

1 Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats Guy Valancogne

2 Depuis la fin des années 90 : études pour le cas spécifique de l incontinence masculine, - certaines d entre elles étant scientifiques, randomisées et avec groupe témoin, - et d autres relatant davantage une expérience et une étude de population Wille et a , Parekh et al. 2003, Castille 2003, Floratos et al. 2002, Porru et al. 2001, Dorey 2001, Sueppel et a , Van Kampen et al. 2000, Bales et al. 2000, Franke et al. 2000, Moore et al. 1999, Mathewson-Chapman 1997, Paterson et al

3 Sources Thèse Y.Castille Louvain 2003

4

5 L incontinence urinaire à l effort IUE une quintuple origine 1. L insuffisance sphinctérienne 2. l hyperactivité vésicale classiquement décrites 3. Mauvaise gestion des efforts engendrant des hyperpressions 4. Incompétence de la sangle abdominale 5. Absence/insuffisance réflexes abdomino-périnéaux et co-activations musculaires.

6 1 Les exercices du plancher pelvien EPP Sphincter uréthral : 36% fibres rapides ( type 2) 64 % fibres lentes (type 1) ++++ La seule instruction verbale ne permet pas d obtenir un mouvement correct et efficace Wyman 98, Cochrane DT 2006]

7 Les exercices dans la littérature Nbre de contractions X /jour temps CASTILLE contr. 60% I. max. 2x 10 min. / jour Jusqu à guérison, puis 5 min./j ad vitam KOEHL M 2007 VALANCOGNE 2004 VAN 2000 FLORATOS 2002 KAMPEN MOORE à 20 sec à 60% I Max Contraction rapide pdt 1 min à I max 10 contr. I. max. 4 séries contr. 60% I. max. 4-5 sec + 5-contr. 50% I. max. 10 sec 40 contr. 1 sec contr.10 sec contr. / j 3-5 sec. à 70% I max contr. de 5-10 sec contr. de sec. + contr. très rapides pdt 10 sec. (nbre de séries?) 2x 10 puis 15 min. / jour 2x 1 min. / jour 2x 3x (3 positions différentes)? 3x -> Guérison

8 L incontinence urinaire à l effort IUE objectifs de la rééducation L objectif de la rééducation est davantage d augmenter la tonicité musculaire et l automatisation des contractions lors des efforts,que d augmenter la force de la contraction. [ Y Castille]

9 2 Le biofeedback BFB Contraction Automatisme Différentes positions Relaxation «indispensable et complémentaire aux EPP»

10 Qu est-ce qu on enregistre?

11 3 L électrostimulation fonctionnelle ESF Différents auteurs, dont De BISSCHOP (1997) DUMOULIN (1984)-KOTZ (1971) ont montré qu il était possible d obtenir des gains de force musculaire par ESF. Efficacité mais..selon paramètres Fréquences 5-70 Hz Cf MC Cappelletti ( congrès SIREPP 2010) - Intensité du courant de stimulation. - impédance - fatigue par exemple - % de la FMCV pour être efficace pour obtenir un gain de force.

12 EBM : Techniques de rééducation La combinaison des techniques assure un effet optimal. Consensus pour l utilisation systématique du BFB Le choix des autres techniques dépend de l objectif de la prise en charge. - Pour l hyperactivité vésicale : approche comportementale et calendrier mictionnel. - L ESF : efficacité ++ en cas d insuffisance sphinctérienne Dans le cas d une PTR l objectif de la rééducation sera de compenser l insuffisance de la musculature lisse par le travail et l automatisation de la musculature striée contractions longues++

13 4 Les co-activations musculaires Co-contractions abdomino-périnéales Travail proprioceptif

14 Corrélation testing abdominal continence urinaire chez l homme 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% abdo -3 abdo -2 abdo -1 abdo 0 abdo 1 values of abdominal testing homme continent incontinent Els Bakker

15 Travail de la compétence abdominale et abdomino-périnale par la Méthode uro-mg *

16 Co-activations musculaires Contractions réflexes Ph Marks

17 5 Techniques comportementales Carnet mictionnel Travail vessie pleine Palliatifs : comportement actif - diminuer fréquence et taille - Protection vs colleteur ( E.Chartier Kastler 2011 BJU)

18 Protocoles de prise en charge de patients opérés d une prostatectomie radicale Séances préopératoires. J O J 7 1er contrôle à 6 semaines Suivi

19 Place de la rééducation après prostatectomie Période post-opératoire précoce Aucune étude ne précise le délai de reprise des EPP Exercices avec sonde ( muscles sidérés)? Reprise rapide? innocuité non démontrée Sananikone K, Beurton D. Kinésithérapie Scientifique 2004 ; 444 : Consensus pour : Verrouillage ++ calendrier mictionnel pour augmenter espaces entre mictions et volume mictionnel

20 Résultats dans la littérature.. et critiques Différentes revues de la littérature (Cochrane, Machold) : Pas de réponses formelles - sur l apport de la rééducation - sur les recommandations de techniques et de protocoles, - Mais conclusions restent que «l amélioration de la fonction musculaire améliore et accélère la récupération de la continence urinaire après une prostatectomie.»

21 Résultats 2 Y Castille en moyenne à 1 an : 80 % secs à 1 an en % % d incontinence par défaut de verrouillage 5 % incontinence d urgence Qq Incontinences résiduelles ( dans quel délai faudra t-il intervenir?)

22 Parekh (2003) et Suepel (2001) : diminution significativement plus rapide des incontinences chez les patients ayant bénéficié d une rééducation pré et postopératoires vs pas de rééduc. Floratos (2002) : pas de différence significative entre 2 groupes ayant bénéficié d un programme d exercices du plancher pelvien mais - gr1 : conseils et 1 seule séance de contrôle avec une sonde anale, - gr2 : séances de biofeedback par électrodes de surface Van Kampen (2000) : 1 seule séance de BFB pas suffisante

23 Moore (2003) et While(1999) : Importance de l apprentissage des mouvements lors de séances de rééd. + programme exercices à domicile, 2-3 fois par jour. Pas de différence pour le groupe ayant bénéficié en plus du programme d exercices, d une électrostimulation Mais ESF par électrodes de surface pas de conclusion sur l intérêt de l ESF.

24 Van Kampen (2000) : les patients ayant suivi un programme d exercices à dom + séances de rééducation (biofeedback) étaient plus rapidement améliorés que ceux qui avaient eu une séance par semaine d ESF placebo. Hunter (2004) démontre l intérêt du biofeedback, et en particulier d un début précoce de la technique après l intervention

25 conclusion - L amélioration de la fonction musculaire améliore et accélère la récupération de la continence urinaire après une prostatectomie.» - La rééducation devrait être proposée en 1ère intention en cas d IU après prostatectomie.

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO

DES : Médecine physique et de réadaptation. Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008. Coordonnateur : Gérard AMARENCO DES : Médecine physique et de réadaptation Module : Troubles sphinctériens et MPR Paris: février 2008 Coordonnateur : Gérard AMARENCO Titre :La rééduca)on périnéale Auteur : Gilberte Robain Cofemer 2008

Plus en détail

Résultats de la rééducation de l incontinence urinaire de l homme après chirurgie prostatique

Résultats de la rééducation de l incontinence urinaire de l homme après chirurgie prostatique Résultats de la rééducation de l incontinence urinaire de l homme après chirurgie prostatique Résumé de communication Congrès Annecy 11-2010 G. Valancogne 85 bd des belges, Lyon Introduction La rééducation

Plus en détail

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES

L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES L INCONTINENCE URINAIRE TYPES ET CAUSES Le Mai Tu, MD, M.Sc., urologue Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke Université de Sherbrooke Octobre

Plus en détail

Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort

Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort La rééducation du plancher pelvien avec les cônes vaginaux LadySystem Une méthode d exercice efficace, discrète et facile pour traiter et prévenir l incontinence urinaire à l effort Les renseignements

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

LA DYSURIE PSYCHOGENE

LA DYSURIE PSYCHOGENE LA DYSURIE PSYCHOGENE DEFINITION Le terme de Dysurie est utilisé en France pour désigner une gêne à la miction, avec un jet faible, long à apparaître et à se tarir,et avec la nécessité de pousser pour

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET AGE Incontinence urinaire du sujet âgé Particularités épidémiologiques Pathologie féminine 1 femme sur 5 après 65 ans 1 femme sur 4 après 85 ans 1 / 2 à 2 / 3 en institution

Plus en détail

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU

Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU Incontinence Urinaire Bandelettes sous urétrales BSU BSU Bandelette Synthétique Non résorbable Intervention chirurgicale Par voie vaginale Faible morbidité Hospitalisation maximum 48h BSU - Principes Intervention

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Prise en charge de l incontinence en hôpital de jour : - un bilan adapté aux patients présentant des troubles cognitifs - conseils aux aidants

Prise en charge de l incontinence en hôpital de jour : - un bilan adapté aux patients présentant des troubles cognitifs - conseils aux aidants Prise en charge de l incontinence en hôpital de jour : - un bilan adapté aux patients présentant des troubles cognitifs - conseils aux aidants Angélique SWIERZEWSKI (Aide soignante) Stéphanie TAGLANG,

Plus en détail

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie

Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Dr Thomas CHARLES Service d Urologie Centre de pelvi-périnéologie Vrai / Faux? L incontinence urinaire est fréquente L incontinence urinaire fait partie du vieillissement normal L incontinence urinaire

Plus en détail

II-Etude technique du Dispositif de Stimulation Périnéale à Domicile * Keat*

II-Etude technique du Dispositif de Stimulation Périnéale à Domicile * Keat* ASSOCIATION RESEAU REEDUCATION PERINEALE Et Groupe de Recherche en Kinésithérapie Périnéale Réseau de professionnels spécialisés en rééducation périnéale ARREP Loi 1901 Siège Social et Administratif 85,

Plus en détail

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE

Incontinence urinaire a l effort chez la femme. Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE Incontinence urinaire a l effort chez la femme Dr BOILEAU Laurent MEDIPOLE de SAVOIE INTRODUCTION EPIDEMIOLOGIE Forme d incontinence la plus fréquente chez la femme Pathologie souvent méconnue ou minimisée

Plus en détail

Anne Laure Chauveau Cadre de santé Journée Colines 26 janvier 2016. Prise en charge des troubles de la continence chez la personne dépendante

Anne Laure Chauveau Cadre de santé Journée Colines 26 janvier 2016. Prise en charge des troubles de la continence chez la personne dépendante Anne Laure Chauveau Cadre de santé Journée Colines 26 janvier 2016 Prise en charge des troubles de la continence chez la personne dépendante 1 Contexte de travail Consommation importante Utilisation pas

Plus en détail

Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus. Observatoire Vieillissement et Société

Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus. Observatoire Vieillissement et Société Traiter l incontinence urinaire sans chirurgie ni médication chez les femmes de 60 ans et plus Observatoire Vieillissement et Société Conférencière Une présentation de: Chantale Dumoulin, PT, PhD. Professeure

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe Indications du Bilan Urodynamique Béatrice LERICHE. Infirmerie protestante. 69300 CALUIRE LE BILAN URODYNAMIQUE PRINCIPES DU BILAN : Pression vésicale. Pression abdominale Pression détrusorienne Pression

Plus en détail

Césarienne pour toutes

Césarienne pour toutes Césarienne pour toutes Méthodologie Revue de la littérature : - PUBMED de 2003 à nos jours - Mots clefs: urinary incontinence AND cesarean section (210 publications) fecal incontinence AND cesarean section

Plus en détail

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001)

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) HEMORROIDES 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) 2) Comparaison de 2 techniques chirurgicales: Milligan-Morgan (technique conventionnelle) Vs Longo (anopexie par agrafage circulaire).

Plus en détail

Les revues de conception et de code source

Les revues de conception et de code source Les revues de conception et de code source Chapitre 8 IFT514 - Gestion des systèmes informatiques Chapitre 8 1 Les revues de conception et de code source - Survol Qu est-ce que les revues de conception

Plus en détail

Questionnaire de symptômes urinaires Urinary Symptom Profile USP

Questionnaire de symptômes urinaires Urinary Symptom Profile USP Questionnaire de symptômes s Urinary Symptom Profile USP Avant de commencer à remplir le questionnaire, merci d'inscrire la date d aujourd hui : / / / / / / Jour Mois Année Les questions suivantes portent

Plus en détail

MARDI 06 DECEMBRE 2011 «BEST WESTERN NIMOTEL» NIMES

MARDI 06 DECEMBRE 2011 «BEST WESTERN NIMOTEL» NIMES MARDI 06 DECEMBRE 2011 «BEST WESTERN NIMOTEL» NIMES COMPTE RENDU SUCCINCT Nombre de participants : 62 Monsieur Jean-Louis PATRY, Contrôleur de Sécurité à la CARSAT-LR, introduit cette 9 ème journée d échange

Plus en détail

I. Contenu. II. Base juridique

I. Contenu. II. Base juridique Les modalités et les critères de qualification particulière permettant à la sage-femme de pratiquer la connaissance et la maîtrise du périnée: la formation de base I. Contenu Le (date à déterminer), le

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen

INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen INCONTINENCE URINAIRE DU SUJET ÂGÉ «Un syndrome gériatrique majeur» Ph. Chassagne, CHU Rouen Incontinence urinaire du sujet âgé 1. Epidémiologie 2. Modifications physiologiques associées à l âge altérant

Plus en détail

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue

Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Incontinence Urinaire Epidémologie Typologie des femmes ayant une vessie distendue Épidémiologie Plus de 20% des femmes de tous les âges, soit : 15% des adolescentes, 40% des femmes de plus de 50 ans Plus

Plus en détail

RÉÉDUCATION DE L INCONTINENCE URINAIRE. 26 novembre 2016 Anne CLARENNE

RÉÉDUCATION DE L INCONTINENCE URINAIRE. 26 novembre 2016 Anne CLARENNE RÉÉDUCATION DE L INCONTINENCE URINAIRE 26 novembre 2016 Anne CLARENNE ANAMNÈSE Motif de la consultation Antécédents Fonctionnalité périnéale Renseignements généraux Médicaments Bilans médicaux 26/11/2016

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2015 2015 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 km et 2 km pendant plus de 30 heures consécutives, en reliant

Plus en détail

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2014

PROGRAMME D ENTRAÎNEMENT 2014 2014 OBJECTIF Ce programme d entraînement a comme objectif de vous préparer à réaliser un défi unique et ambitieux : courir des relais de 1 à 2 km pendant environ 30 heures, sur une distance totalisant

Plus en détail

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES?

QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? QUEL PROTOCOLE DE REENTRAINEMENT PROPOSER AUX PATIENTS INSUFFISANTS CARDIAQUES? Cliquez pour modifier le style des sous titres du masque MARIE CHRISTINE MERSCH MASSEUR KINESITHERAPEUTE Service de Réadaptation

Plus en détail

UNE SÉANCE DE RÉÉDUCATION PÉRINÉALE. Aude Gallais - Kinésithérapeute

UNE SÉANCE DE RÉÉDUCATION PÉRINÉALE. Aude Gallais - Kinésithérapeute UNE SÉANCE DE RÉÉDUCATION PÉRINÉALE Aude Gallais - Kinésithérapeute RÉÉDUCATION : LES INDICATIONS Pre-partum Post-partum Incontinence d effort Prolapsus Hyperactivité vésicale Incontinence mixte Incontinence

Plus en détail

BILANS ET TECHNIQUES DE REEDUCATION PERINEO- SPHINCTERIENNE POUR LE TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME A L EXCLUSION DES AFFECTIONS

BILANS ET TECHNIQUES DE REEDUCATION PERINEO- SPHINCTERIENNE POUR LE TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME A L EXCLUSION DES AFFECTIONS BILANS ET TECHNIQUES DE REEDUCATION PERINEO- SPHINCTERIENNE POUR LE TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE CHEZ LA FEMME A L EXCLUSION DES AFFECTIONS NEUROLOGIQUES Bilans et techniques de rééducation périnéo-sphinctérienne

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France

Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Césarienne : la protection périnéale parfaite? R. de Tayrac Service de Gynécologie-Obstétrique, CHU de Nîmes, France Fréquence des complications périnéales du post-partum Les complications périnéales post-natales

Plus en détail

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE

Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire. Dr Béatrice DAVENNE 1 Place du bilan urodynamique dans les explorations de l incontinence urinaire Dr Béatrice DAVENNE Médecin de Médecine Physique et de Réadaptation. Chef de service Rééducation Neurologique et Urodynamique

Plus en détail

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile L incontinence : une maladie très fréquente D après le Pr François Haab, chirurgien urologue, coordinateur du centre d explorations périnéales de l hôpital Tenon (Paris) Des solutions adaptées à chaque

Plus en détail

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie

1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie 1 ère enquête nationale sur les Français et leurs soins dentaires en Hongrie Rapport de résultats Octobre 2015 Contact Presse Nicolas Pineau Consultant spécialisé - fondateur Eurodentaire Email : nicolas@eurodentaire.com

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»?

FOIRE AUX QUESTIONS. Que veut dire «étalement»? Que veut dire «valeur au rôle»? Que veut dire «valeur uniformisée»? Que veut dire «valeur ajustée»? Que veut dire «étalement»? FOIRE AUX QUESTIONS Lorsque l augmentation de la valeur foncière de la propriété depuis la dernière mise à jour du rôle peut être répartie sur plus d une année, on dit qu elle

Plus en détail

Prostatectomie et rééducation

Prostatectomie et rééducation INSTITUT DE FORMATION EN MASSO-KINESITHERAPIE DE RENNES Intérêt de l élaboration d un support pédagogique pour les patients en rééducation après prostatectomie Prostatectomie et rééducation Elise POUVREAU

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

La promotion de l activité physique dans les consultations médicales. Fiche No 56

La promotion de l activité physique dans les consultations médicales. Fiche No 56 Fiche No 56 La promotion de l activité physique dans les consultations médicales Spink KS, Reeder B, Chad K, Wilson K, Nickel D. Examining Physician Counselling to Promote the Adoption of Physical Activity.

Plus en détail

Commission spéciale de prévention

Commission spéciale de prévention Commission spéciale de prévention La prévention des risques professionnels peut-elle être proposée d une certaine façon comme un modèle pour la prévention en santé publique? France La prévention des risques

Plus en détail

DEFINITION. 3.3 La Force. 3.3 La Force

DEFINITION. 3.3 La Force. 3.3 La Force DEFINITION Pour Fox et Mathews (1981): «la force est la capacité qu a un groupe de muscles de forcer au maximum contre une résistance.» Ces deux auteurs préciseront plus tard : «la force musculaire se

Plus en détail

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Lorsqu un prof dépose un document attestant son expérience, il faut d abord déterminer s il s agit d une expérience pertinente. Afin de calculer

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE

COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE COMMENT TRAVAILLER POUR AUGMENTER SON EXPLOSIVITE 1/ DEFINITION Capacité à produire la plus grande accélération pour se mouvoir, ou pour déplacer une charge. 2/ CALCUL DE LA PUISSANCE Tout d abord, la

Plus en détail

UN CAS CLINIQUE DE TROUBLES MICTIONNELS CHEZ UN ENFANT L ENURESIE

UN CAS CLINIQUE DE TROUBLES MICTIONNELS CHEZ UN ENFANT L ENURESIE UN CAS CLINIQUE DE TROUBLES MICTIONNELS CHEZ UN ENFANT Geneviève Perrony Marquat. Kinésithérapeute L ENURESIE ASSOCIATION DES THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES ET DE LA PERINEOLOGIE EPIDEMIOLOGIE Les

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS

LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS FINANCES ET COMPTES PUBLICS LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE DE L ÉTAT, DIX ANS APRÈS Une nouvelle étape à engager Rapport public thématique Synthèse Février 2016 g AVERTISSEMENT Cette synthèse est destinée à

Plus en détail

Isabelle Meilleur, M.O.A., orthophoniste Agente de planification, programmation et recherche Membre clinicienne du CRIR

Isabelle Meilleur, M.O.A., orthophoniste Agente de planification, programmation et recherche Membre clinicienne du CRIR Mesure de la satisfaction et des effets suscités par les ateliers d information adressés aux parents d enfants dysphasiques débutant un processus de réadaptation Isabelle Meilleur, M.O.A., orthophoniste

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES

RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES RAPPORT ANNUEL DÉPOSÉ AU CONSEIL DES COMMISSAIRES POUR L ANNÉE SCOLAIRE 2012-2013 Préparé le 4 septembre 2013 Déposé le 11 septembre 2013 En vertu de l article 220.2 de la Loi sur l instruction publique

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

Reconnaître une vessie hyperactive. Insufisamment diagnostiquée et traitée

Reconnaître une vessie hyperactive. Insufisamment diagnostiquée et traitée Reconnaître une vessie hyperactive Insufisamment diagnostiquée et traitée Cher confrère La vessie hyperactive est un trouble qui peut être traité mais qui reste actuellement insuffisamment diagnostiqué.

Plus en détail

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes ETAT DE LA SITUATION 2007 V1.1 Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Bruxelles, octobre 2008 1. Les Kinésithérapeutes

Plus en détail

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention Efficacité d une intervention d activité physique guidée par accéléromètre chez des Fiche No 15 femmes âgées vivant dans la communauté Koizumi D, Rogers NL, Rogers ME, Islam MM, Kusunoki M & al. Efficacy

Plus en détail

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer)

Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Troubles fonctionnels urinaires (TFU) (Faire Ctrl-P pour imprimer) Prise en main rapide Avertissement : Le module Troubles Fonctionnels Urinaires développé sur Episodus est un module d aide au diagnostic,

Plus en détail

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT

La matériovigilance. Chapitre IV. Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT II. MODALITES DU SIGNALEMENT Progrès en Urologie (2005), 15 1000-1004 Chapitre IV La matériovigilance Paul MERIA, Jean-Louis PARIENTE, Pierre CONORT paul.meria@sls.ap-hop-paris.fr - jean-louis.pariente@chu-bordeaux.fr - pierre.conort@psl.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant. Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette

Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant. Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette Vous perdez des gouttes d'urine en toussant ou en sautant Vous avez de la difficulté à vous rendre à temps à la toilette Vous avez des douleurs durant les relations sexuelles 1. LES PROBLÈMES DE VESSIE:

Plus en détail

Questionnaires. Les questions pour les dirigeants d entreprises ou d une équipe sont les suivantes :

Questionnaires. Les questions pour les dirigeants d entreprises ou d une équipe sont les suivantes : Annexe No.2 Questionnaires Premier objectif Les questions pour les dirigeants d entreprises ou d une équipe sont les suivantes : 1. Dans votre entreprise ou dans votre service, pensez-vous que la gestion

Plus en détail

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO

ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO INTERET D UN CARNET SIDIIEF DE MONTREAL SUIVI 2015 EN ACTIVITES PHYSIQUES ADAPTEES CHEZ LE PATIENT ATTEINT DE BPCO l di bi Claudine BUSSET Fabienne GRAVERON infirmières cadres de santé Etablissement MGEN

Plus en détail

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management

The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in Risky Forest Management The Impact of Public Intervention on Self-Insurance and Insurance Activities in isky Forest Management BUNETTE Marielle BETA-EGLES et LEF) : Marielle.Brunette@univ-nancy2.fr COUTUE Stéphane LEF) : couture@nancy-engref.inra.fr

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES

LES BONNES PRATIQUES LES BONNES PRATIQUES DE SOINS EN ÉTABLISSEMENTS D H É B E R G E M E N T POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Direction Générale de la Santé Direction Générale de l Action Sociale Société Française de Gériatrie

Plus en détail

Qualité de vie des membres de PROSCA : Résultats préliminaires

Qualité de vie des membres de PROSCA : Résultats préliminaires Qualité de vie des membres de PROSCA : Résultats préliminaires Forum «Entre-nous» 7 décembre 2011 Anne-Claude et Vincent Griesser Membres de la commission «formation-parrainage» PROSCA Parrainage Forum

Plus en détail

Les PRP : indications chirurgicales actuelles

Les PRP : indications chirurgicales actuelles Les PRP : indications chirurgicales actuelles Yoann BOHU Chirurgien orthopédique et traumatologique, manager médical et chirurgien du Racing Métro 92 En traumatologie, biomécanique et biologie sont les

Plus en détail

L incontinence urinaire de la femme

L incontinence urinaire de la femme L incontinence urinaire de la femme I- Introduction - Définition : Dr Mehdi Jaidane L incontinence urinaire est à la fois un symptôme dont se plaint la patiente, un signe clinique et une pathologie. L

Plus en détail

Quelle bandelette sous urétrale pour quelle patiente?

Quelle bandelette sous urétrale pour quelle patiente? Quelle bandelette sous urétrale pour quelle patiente? Xavier Deffieux Service de gynécologie obstétrique Hôpital Antoine Béclère, Clamart Population générale des IUE Meta-analyse 26 essais randomisés 2284

Plus en détail

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS

LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU LES AUDITS EN OBSTETRIQUE PRESENTATION DES OUTILS D AUDIT DES DECES MATERNELS Pr. R. X. PERRIN COTONOU Objectifs d Apprentissage

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON

PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON PROJET VIVRE, HABITER ET TRAVAILLER DANS LYON ET LE GRAND LYON Pourquoi une structure innovante pour jeunes adultes autistes dits «évolués»? L association Sésame-Autisme Rhône-Alpes souhaite offrir aux

Plus en détail

PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan

PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan PROTOCOLE D EXPERIMENTATION DE L APPAREIL GENERATEUR D OZONE PROZONE: l heure du bilan DUCLOT Julie, SERRE Manon, GIBERT Philippe Service d Odontologie, C.H.R.U. Montpellier Département de Parodontologie

Plus en détail

Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire?

Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire? Les activités physiques adaptées à la SEP Comment faire? M. Alexandre GOUY Enseignant en activités physiques adaptées Ecole de la SEP 25 avril 2015 Lyon Les activités physiques, le sport, quelles différences?

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja

Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja Démarche suivie pour justifier les allégations d un complément alimentaire. Cas d étude : isoflavones de soja Théo Efstathiou Laboratoire d Analyses et Recherche NUTRINOV Sommaire Corrélations entre la

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

De l ingénierie d affaires au management de projet

De l ingénierie d affaires au management de projet HENRI GEORGES MINYEM De l ingénierie d affaires au management de projet, 2007 ISBN : 978-2-212-53802-1 Chapitre 1 Qui est qui? Qui fait quoi? 1.1 L affaire, c est quoi? On appelle affaire toute opération

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO

ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES. Par Yves Yao SOGLO ADOPTION DE L INTERNET ET PERFORMANCES DES ENTREPRISES BÉNINOISES Par Yves Yao SOGLO PLAN INTRODUCTION OBJECTIFS METHODOLOGIE RESULTATS RECOMMENDATIONS INTRODUCTON Les enjeux soulevés par l usage des nouvelles

Plus en détail

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME 2 Cancer de la Prostate Localisé KCE Report 194 & 226 2. RECOMMANDATIONS Le rapport scientifique contenant plus d information de base

Plus en détail

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage

Validité prédictive des questionnaires Cebir. Etude 1 : validité critérielle dans le secteur du gardiennage Validité prédictive des questionnaires Cebir Introduction Dans le domaine de la sélection, il est particulièrement intéressant de déterminer la validité prédictive d un test. Malheureusement, les occasions

Plus en détail

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable.

En juin 2013, le laboratoire a déposé un dossier de réponse à l Avis Défavorable. JUILLET 2014 RAPPORT PUBLIC D EVALUATION BOTOX 50 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 100 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution injectable BOTOX 200 UNITES ALLERGAN, poudre pour solution

Plus en détail

Les chutes chez la personne âgée à domicile. Quelles prises en charge possibles?

Les chutes chez la personne âgée à domicile. Quelles prises en charge possibles? Les chutes chez la personne âgée à domicile. Quelles prises en charge possibles? Carmad : 6 chemin des Vignes 78340 les Clayes-sous-Bois. Téléphone : 01 30 55 77 50 Portable : 06 71 82 12 27 mail : contact@carmad.fr

Plus en détail

Le système de communication par échange d images (PECS)

Le système de communication par échange d images (PECS) Le système de communication par échange d images (PECS) Programme d intervention sur la communication et le comportement social Catherine Gasser Caractéristiques (Preston & Carter, 2009) Système de communication

Plus en détail

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE

19/06/2014. LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE CHANGES ET DISPOSITIFS D INCONTINENCE LES SOINS D HYGIENE Les changes et dispositifs d incontinence Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2014 1 L incontinence fréquente, de grave conséquence chez le sujet âgé. L incontinence

Plus en détail

Les formules de proratisation, de décote et de surcote. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les formules de proratisation, de décote et de surcote. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Fascicule n 5. Octobre 2003

Fascicule n 5. Octobre 2003 Fascicule n 5 L OSTEOPATHE CONSULTANT DE PREMIER RANG Octobre 2003 L Osteopathe, Consultant de Premier Rang L OSTEOPATHE CONSULTANT DE PREMIER RANG Pourquoi l ostéopathe est un consultant de premier rang?

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

La santé et la sécurité du travail, il faut s en occuper Oui, mais comment?

La santé et la sécurité du travail, il faut s en occuper Oui, mais comment? La santé et la sécurité du travail, il faut s en occuper Oui, mais comment? Audrey Lacasse, conseillère-experte en prévention-inspection Direction générale de la prévention-inspection 30 septembre 2015

Plus en détail

Quelles sont les questions à poser aux références clients d un éditeur de solution de BPM? LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE

Quelles sont les questions à poser aux références clients d un éditeur de solution de BPM? LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE LA BOITE A OUTILS DE L ACHETEUR DE Quelles sont les questions à poser aux références clients d un éditeur de solution de BPM? La boîte à outils de l acheteur de solution BPM - Partie 3 Bonitasoft 2013

Plus en détail

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous :

LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : LA FORMATION DES JOUEURS ET JOUEUSES DE HAUT NIVEAU A LA F.F.T. Notre but à tous : «Former des champions capables de vaincre toutes les difficultés, montrant un bon état d esprit, de vraies valeurs et

Plus en détail

Classement et identification des grandes Écoles de pensée

Classement et identification des grandes Écoles de pensée Classement et identification des grandes Écoles de pensée De 1900 à nos jours, de nombreuses écoles de pensée se sont succédées avec des périodes de recouvrement. Si les écoles de pensée sont bien identifiées,

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014

RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 1 RAPPORT FINAL DES COHORTES 2013-2014 DANS LE CADRE DU PROJET BOURSE DU CARBONESCOL ERE PAR STÉPHANIE BÉRUBÉ, D.PS. LE 29 JUIN 2014 2 Le présent rapport constitue le rapport final des résultats provenant

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

GOVERNANCE ACADEMY ADMINISTRATRICES D ENTREPRISES. Cible. Le rôle des femmes dans les conseils d administration se renforce au jour le jour.

GOVERNANCE ACADEMY ADMINISTRATRICES D ENTREPRISES. Cible. Le rôle des femmes dans les conseils d administration se renforce au jour le jour. GOVERNANCE ACADEMY ADMINISTRATRICES D ENTREPRISES Cible Le rôle des femmes dans les conseils d administration se renforce au jour le jour. Pour mieux nous outiller face à ces responsabilités, la Governance

Plus en détail

Trio de conseils pour parcours élite

Trio de conseils pour parcours élite AVIS IMPORTANT Si vous choisissez le parcours Élite, on considère que vous êtes déjà sportif et en forme. On considère que vous ne commencez pas à vous entraîner aujourd hui avec le programme qui suit.

Plus en détail

Vininguesba OUEDRAOGO Inspecteur d éducation Spécialisée DIRECTEUR DE DE L ÉDUCATION SPÉCIALISÉE

Vininguesba OUEDRAOGO Inspecteur d éducation Spécialisée DIRECTEUR DE DE L ÉDUCATION SPÉCIALISÉE Vininguesba OUEDRAOGO Inspecteur d éducation Spécialisée DIRECTEUR DE DE L ÉDUCATION SPÉCIALISÉE INTRODUCTION I. LE CADRE INSTITUTIONNEL II. LA DEMARCHE D INTERVENTION III. LES SERVICES DE SUITE IV. LE

Plus en détail

Le principe d action:

Le principe d action: Le principe d action: D-Mannose ajoutée Le D-mannose passe sous forme inchangée dans la vessie et les voies urinaires, par la circulation sanguine. Le D-mannose et la canneberge se lient ensemble aux fimbrae

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL «Au-delà de l obligation réglementaire, un enjeu de prévention» EVOLUTION DES PROGRAMMES DE SST Des textes récents des ministères chargés de la santé et de l intérieur

Plus en détail

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011

Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Bilan et traitement de l incontinence anale (IA) Emilie DUCHALAIS - Nantes DESC Chirurgie viscérale 08 juin 2011 Incontinence Anale : Définition Absence de continence anale Continence anale Emission de

Plus en détail