Le système monétaire international

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le système monétaire international"

Transcription

1 Séquence 7 Le système monétaire international u Contenu Partie 1 Le marché des changes et la fixation des taux de change Le marché des changes A. Les opérations à l origine des interventions sur le marché des changes B. La conversion des monnaies nationales en monnaies étrangères C. Le marché des changes La fixation des taux de change A. Le taux de change B. L appréciation et la dépréciation d une devise C. Les autres facteurs déterminant les taux de change Partie 2 Régime de changes et système monétaire international Le régime des changes : taux de changes fixes versus taux de changes flottants A. Le régime de changes flexibles B. Le régime de changes fixes Choix d un régime de changes A. Avantages et inconvénients respectifs des deux régimes de changes 121 2B. Le triangle d incompatibilité Le système monétaire international A. Définition et fonctions d un SMI B. L histoire du SMI avant Bretton Woods C. Le système de Bretton Woods D. La fin du système de Bretton Woods Partie 3 Les enjeux de la politique de change Quelques politiques de change aujourd hui dans le monde A. Le cas particulier du régime de change de l Europe B. Les autres régimes de change : fluctuation ou ancrage TE PA

2 Séquence 7 2. L enjeu des politiques de change sur l économie nationale A. Les effets d une monnaie sous-évaluée B. Les avantages d une monnaie forte Le problème de la gestion concertée des taux de change A. Le SMI depuis les accords de la Jamaïque B. Les accords du Plazza et du Louvre C. Les interventions des banques centrales depuis la fin de Bretton Woods Réponses aux questions u Objectifs de la séquence 1. Présenter le marché des changes et la fixation des taux de change ; préciser les notions de taux de change fixe et taux de change flottants (partie 1). 2. Comprendre les régimes de change, présenter et définir les fonctions d un SMI (partie 2). 3. Expliciter les politiques de change et préciser les principes définis lors des accords de la Jamaïque en 1976 et poser le problème de la gestion concertée des taux de change (partie 3). u Mots clefs Partie 1 : marché des changes, devise, conversion, taux de change, appréciation, dépréciation, facteurs déterminants les taux de change. Partie 2 : régime de changes, changes fixes, changes flottants, triangle d incompatibilité, système monétaire international, accords de Brettons Woods, FMI. Partie 3 : politique de change, accords de la Jamaïque. u Introduction Entrée en matière : à son lancement en 2002, l euro s était initialement déprécié par rapport au dollar. Puis s est apprécié pour être jusqu à 30 % plus cher que la monnaie américaine. Depuis six mois, le cours de l euro est toujours supérieur à celui du dollar mais il recommence à se déprécier pour s établir à près de 1,1954 dollar. Définition et intérêt du sujet : les fluctuations entre monnaies sont aujourd hui possibles car le système monétaire international est un système de change flexible, le cours des monnaies évoluant en fonction de l offre et de la demande. Le système monétaire international est l ensemble des règles, des mécanismes et des institutions qui organisent et contrôlent les échanges monétaires entre les pays. Problématique : quels sont les différents enjeux du système monétaire international? TE PA 00

3 Le système monétaire international Partie 1 Le marché des changes et la fixation des taux de change C est sur le marché des changes que s échangent les devises (sous-partie 1) et que s établissent les taux de change (sous-partie 2). 1. Le marché des changes 1A. Les opérations à l origine des interventions sur le marché des changes Pour des importations et des exportations, pour le séjour de personnes à l étranger, les investissements et placements à l étranger les agents économiques ont besoin de devises pour effectuer des opérations avec l étranger. Les devises sont alors des moyens de paiement libellés en monnaie étrangère. Pour obtenir ces devises, les agents économiques s adressent au marché des changes pour convertir leur monnaie nationale en monnaie étrangère. 1B. La conversion des monnaies nationales en monnaies étrangères Comment se passe concrètement cette conversion sur le marché des changes? Le cas est le suivant : un importateur français doit régler l exportateur japonais en yens. Il doit donc convertir ses euros contre des yens pour payer l exportateur japonais. Les étapes du règlement des échanges Importateur français Fournit des euros Banque française de l'importateur Elle offre des euros Fournit des marchandises Fournit des yens Elle reçoit des yens Marché des changes Exportateur japonais Fournit des yens Banque japonaise de l'exportateur J.Y. CAPUL et O. GARNIER Dictionnaire d économie et de sciences sociales, éd. Hatier TE PA

4 Séquence 7 1C. Le marché des changes Le marché des changes est le lieu fictif de rencontre de l offre et de la demande de monnaies étrangères contre de la monnaie nationale. C est donc le lieu ou s achètent et se vendent les devises, c est-à-dire les monnaies étrangères convertibles. Nous allons maintenant étudier comment se fixent les taux de change. 2. La fixation des taux de change 2A. Le taux de change Étant donné que les devises s échangent sur le marché des changes, la fixation du prix des monnaies échangées répond en toute logique à la loi de l offre et la demande. Ce prix d échange sur ce marché est le cours ou taux de change. Le taux de change se définit alors comme le prix d une monnaie exprimée en unités de monnaie étrangères. Voici le taux de change de l euro vis-à-vis des principales monnaies étrangères le 2 mars 2006 : Marché des changes (cours de l euro) États-Unis Japon Royaume-Uni Suisse Suède Russie 1,1954 USD 138,56 JPY 0,6806 GBP 1,5614 CHF 9,4475 SEK 33,494 RUB Précédent 1,1875 USD Précédent 138,18 JPY Précédent 0,6796 GBP Précédent 1,5661 CHF Précédent 9,449 SEK Précédent 33,368 RUB Libération, 2 mars B. L appréciation et la dépréciation d une devise Question 1 Une devise fortement demandée s apprécie sur le marché des changes. Cela signifie que le cours de cette devise s élève car elle est plus demandée qu offerte. L appréciation correspond à l augmentation du cours d une devise. Inversement une devise qui est moins demandée se déprécie sur le marché des changes. Cela signifie que le cours de cette devise baisse car elle est plus offerte que demandée. La dépréciation correspond à la diminution du cours d une devise. À partir du marché des changes 2006, vis-à-vis de quelles monnaies étrangères l euro s est-il apprécié? Et inversement vis-à-vis de quelles monnaies étrangères l euro s est-il déprécié? TE PA 00

5 Le système monétaire international 2C. Les autres facteurs déterminant les taux de change Question 2 Quels sont les facteurs qui contribuent à l appréciation du taux de change? Les facteurs déterminant le taux de change Tous les facteurs qui entraînent un excédent de la balance des paiements se traduisent par une forte demande pour la monnaie nationale sur le marché des changes : ils tendent donc à apprécier le taux de change. Inversement, tous les facteurs qui provoquent un déficit de la balance des paiements impliquent une forte offre de monnaie nationale (et une forte demande de devises étrangères) qui tend à déprécier le taux de change. Il existe donc un certain nombre de facteurs objectifs qui doivent entraîner une dépréciation ou une appréciation de la monnaie : compétitivité et échanges commerciaux, taux d intérêt, taux d inflation. A ces facteurs fondamentaux viennent s ajouter les effets de la spéculation qui ne reflète pas directement des facteurs objectifs mais l opinion ou les paris des spéculateurs sur l évolution probable du marché. [ ] Si un pays offre des taux d intérêt plus rémunérateurs que ceux offerts sur les places financières étrangères, il attire à lui les capitaux étrangers. Les entrées de capitaux contribuent à un excédent de la balance des capitaux et se traduisent par une forte demande internationale pour la monnaie nationale et donc par une appréciation du taux de change. Inversement, des taux d intérêt moins élevés qu à l étranger encouragent des sorties de capitaux, un déficit de la balance des capitaux et une dépréciation de la monnaie nationale. C est donc le différentiel des taux d intérêts (l écart avec les taux étrangers) qui est ici déterminant. Plus la mobilité internationale des capitaux est forte, plus les écarts de taux d intérêt agissent sur les taux de change. La spéculation consiste à faire des prévisions sur l évolution future des marchés et à prendre des décisions de placement qui maximisent les profits dans le cas où ces prévisions se réalisent. Par exemple, les agents qui s attendent à une dépréciation du franc par rapport au dollar vont vendre des francs contre des dollars. Ils espèrent ainsi acheter des dollars à bas prix pour les revendre plus tard au prix fort et réaliser une plus-value. Inversement les spéculateurs qui s attendent à une appréciation du franc par rapport au dollar vendent des dollars contre des francs. En conséquence la spéculation constitue l un des facteurs déterminants des mouvements de capitaux à court terme qui sont à la recherche permanente des placements les plus rentables. En agissant sur les mouvements de capitaux, la spéculation détermine donc en partie l équilibre de la balance des paiements et le niveau des taux de change. [ ] Dès lors, le libre jeu de l offre et de la demande peut déboucher sur des fluctuations constantes et très amples des aux de change, à moins que la Banque centrale n intervienne pour stabiliser le marché des changes. J. GÉNÉREUX «Les instruments de la politique économique, la politique de change», Cahiers français, n 284 Question 3 e Comment expliquez-vous l appréciation de l euro vis-à-vis du dollar? L émission de dettes, en dollars, liée au déficit américain, les taux d intérêt plus élevé en Europe qu aux Etats-Unis, l ambiguïté des déclarations des autorités monétaires du G7, ont fait passer l euro de 1 dollar début 2003 à 1.30 dollar en fin d année. Face à ce mouvement, la Banque centrale européenne n est pas intervenue, laissant le marché des changes trouver seul son équilibre. Cependant, les déclarations du G7 début 2004 et la perspective d une remontée des taux américains ont conduit à une nette correction du mouvement : mi 2004, l euro s était stabilisé un peu au-dessus de 1.20 dollar. L Économie mondiale 2005, CEPII, éd. La Découverte, coll. «Repères», TE PA

6 Séquence 7 Partie 2 Régime de changes et système monétaire international Le régime de changes correspond à la nature du système de changes (sous-partie 1), dépendant lui-même du système monétaire international (sous-partie 2). 1. Le régime des changes : taux de changes fixes versus taux de changes flottants Il existe deux régimes de changes : le régime des changes flexibles et le régime des changes fixes. 1A. Le régime de changes flexibles Question 4 Cas pratique Dans un régime de changes flexibles ou flottants, le taux de change d une monnaie varie librement sur le marché des changes au gré des offres et des demandes pour cette monnaie. Cependant, à l heure actuelle, il n existe pas de système de «flottement pur». En effet, pour des raisons de compétitivité, le plus souvent, les banques centrales interviennent sur le marché des changes pour modifier le cours de leur monnaie. On dit alors que le système de change est un système de «flottement impur». Quels sont les motifs de l intervention des banques centrales du Japon et des économies émergentes? Comment ont-elles procédé? Intervention des banques centrales du Japon et des économies émergentes pour contrecarrer l appréciation de leurs monnaies Jusqu au printemps 2004, les Banques centrales du Japon et des économies émergentes d Asie sont intervenues pour contrecarrer l appréciation de leurs monnaies. Elles ont acheté les dollars que leurs résidents avaient acquis à la suite d opérations commerciales ou financières et qu ils ne voulaient pas conserver pour ne pas supporter de risque de change. La Banque centrale du Japon a ainsi augmenté ses réserves de 316 milliards de dollars entre janvier 2003 et mars Les effets d une appréciation du yen auraient en effet pu être dangereux sur une économie peinant à sortir de la déflation. Les interventions japonaises visaient à maintenir la compétitivité et donc l activité des secteurs soumis à la concurrence internationale, à préserver la situation financière des entreprises, à éviter les pressions à la baisse des prix qui auraient résulté d une concurrence accrue ou de la baisse des prix des biens importés L Économie mondiale 2005, CEPII, éd. La Découverte, coll. «Repères», TE PA 00

7 Le système monétaire international 1B. Le régime de changes fixes Dans un régime de changes fixes, la monnaie nationale de chaque pays membre du système est définie par rapport à un étalon. Cet étalon pouvait être soit un métal précieux, soit une devise clé comme le dollar. (Une devise clé est une monnaie nationale utilisée au sein des échanges internationaux comme unité de facturation.) Cette définition constitue la parité officielle de la monnaie. La parité est ainsi la valeur officielle d une monnaie par rapport à une autre. Par exemple, le franc CFA (communauté financière africaine) avait une valeur par rapport au franc. 1 franc CFA = 0,02 franc français de 1948 à Les pays d Amérique latine ont souvent adopté une politique d ancrage sur le dollar (peso argentin par exemple). Si un pays ne peut plus assumer la parité entre l étalon ou la devise clé, les autorités monétaires décident alors de modifier la parité officielle de la monnaie par une dévaluation ou une réévaluation. En fonction des conditions monétaires, elles dévaluent la monnaie nationale en diminuant sa parité officielle, ou elles réévaluent cette monnaie en augmentant sa parité officielle. Par exemple en 1993, la France, face à la crise économique, a dû dévaluer le franc. A contrario, suite à la réunification de l Allemagne, les autorités monétaires allemandes ont choisi de réévaluer le mark. 2. Choix d un régime de changes 2A. Avantages et inconvénients respectifs des deux régimes de changes Question 5 Pour repérer Déterminez les avantages et les inconvénients du régime de changes fixes et du régime de changes flexibles. a. Régime de changes fixes Trois avantages apparaissent a priori : Ce régime instaure une discipline en matière monétaire puisque, sauf dans le cas du dollar, monnaie de référence durant Bretton Woods, un pays ne peut émettre trop de monnaie sans risquer une dépréciation de sa monnaie sur le marché des changes, contraire au principe de fixité. Ce régime se confond avec la stabilité nominale du change (les ajustements de parités ont en effet assez rares quand le système fonctionne), ce qui stimule le commerce international entre les économies ayant instauré la fixité de leurs parités respectives. La coordination des décisions est de mise dans ce régime, puisque tous les ajustements de parité (quand ils sont permis par le régime de change) exigent un accord des partenaires. Trois inconvénients sont traditionnellement signalés : La difficulté de pratiquer une politique monétaire. En effet, une politique expansive, en augmentant la quantité de monnaie en circulation, tend à faire se déprécier la monnaie sur les marchés des changes d une part, dégrade inéluctablement la balance des TE PA

8 Séquence 7 paiements d autre part. Elle est donc inacceptable si le taux de change doit rester fixe. À l inverse, cependant, une politique budgétaire expansive (augmentation des dépenses de l État ou diminution des impôts) peut augmenter le revenu national tout en restant neutre sur le taux de change. Cette différence sera développée dans le chapitre 9, dans le cadre du modèle de Mundell-Fleming. L asymétrie entre les monnaies dans le cas (nullement nécessaire) où une monnaie sert de référence aux autres, comme dans le système de Bretton Woods. La facilité de spéculer contre une monnaie. En effet, supposons aussi qu euro et dollar soient en régime de change fixe. Supposons aussi que l euro soit attaqué. Alors tout spéculateur sait que si l attaque est assez forte, les autorités de la Banque centrale européenne (BCE), en accord avec leurs partenaires, devront dévaluer l euro (c est-à-dire le défendre désormais à une parité plus faible). Il suffit alors, connaissant cette issue fatale, d emprunter massivement de l euro aujourd hui, de le vendre non moins massivement et, une fois la dévaluation faite, de la racheter moins cher quelques jours plus tard, puis de rembourser son emprunt Savoir que la BCE devra acheter tous les euros qu on lui présentera d une part, que la dévaluation suivra inéluctablement une forte attaque d autre part, rend a priori la partie belle aux spéculateurs. b. Changes flexibles Quatre avantages (parfois largement théoriques) sont invoqués : La possibilité d une politique monétaire autonome. En effet, une augmentation de la quantité de monnaie, par exemple, doit faire baisser les taux d intérêts et permettre ainsi de relancer l investissement (puisque les emprunts destinés à l équipement des entreprises seront moins coûteux). Parallèlement cette baisse des taux d intérêt fera refluer les capitaux et se déprécier la monnaie domestique, donc favorisera les exportations domestiques, renforçant ainsi l effet à la hausse du revenu national. Inversement la théorie montre qu une politique budgétaire serait inefficace en change flexible (voir chapitre 9). La symétrie entre les monnaies et l absence a priori de pouvoir régalien semblable à celui exercé par le dollar durant l ère de Breton Woods. La plus grande difficulté à spéculer. En effet cette fois les spéculateurs ne peuvent pas être sûrs de ce que feront les autorités monétaires puisque le change fluctue librement. Ainsi en cas d attaque contre le franc, s ils vendent comme précédemment mais que le mouvement se retourne brutalement (car la majorité des spéculateurs changent d avis ou prennent leur bénéfice, ou encore que la Banque centrale intervient massivement face à des spéculateurs moins déterminés qu en changes fixes), alors leurs pertes peuvent être significatives. Le taux de change agit comme un stabilisateur automatique. En clair, si le pays vit au-dessus de ses moyens et achète trop à l étranger, sa monnaie se dépréciera (puisque les sorties nettes de fonds du pays se traduisent par des achats nets de devises étrangères, ce qui tend à les apprécier). Alors le pays vendra a priori plus facilement ses produits à l exportation (inversement, limitera ses importations devenues plus coûteuses) et redressera théoriquement sa balance courante, voire sa balance globale des paiements. Cinq inconvénients viennent tempérer ces avantages bien théoriques : L absence de discipline en matière monétaire, puisque l expansion monétaire apparaît souhaitable (premier avantage ci-dessus). Il se peut alors que les spéculateurs, craignant une dépréciation durable du change, se mettent à vendre massivement la monnaie concernée. Ce régime apparaît dissuasif des échanges internationaux dans la mesure où il engendre une instabilité nominale du taux de change : les industriels exportant ou important ne peuvent prévoir ce qu ils gagneront (ou paieront) en euros sur un contrat en devises exécuté trois mois plus tard. Ils devront assumer le coût de gestion de leur risque de change. Le manque de coordination entre les différentes autorités monétaires puisque, s il s agit d un régime de changes flexibles pur, chacun laisse sa monnaie fixer sa valeur sur le seul marché des changes. Il existe de fait une causalité circulaire entre flexibilité et absence de coordination. Cela est tellement vu comme un inconvénient que la création de zones cibles a cherché à y remédier, après la brutale montée du dollar au début des années 1980 (voir chapitre 10). Le caractère de fait très déstabilisant de la spéculation, contrairement aux prévisions théoriques TE PA 00

9 Le système monétaire international On parle à ce sujet de bulles spéculatives, mais aussi de phénomènes de mimétisme (imitation systématique du mouvement général des cours, c est-à-dire qu on achète quand ils montent et qu on vend quand ils chutent, comme tout le monde, même si les données fondamentales sur les économies poussent au comportement opposé). L illusion d une plus grande autonomie monétaire est aussi patente. Ainsi la Grande-Bretagne, qui a laissé la livre flotter (en dehors du SME) à partir de 1992, a pu relancer l économie par l expansion de sa masse monétaire, mais a perdu en crédibilité. Après une ou deux années de bons résultats, ce pays a dû remonter ses taux d intérêt pour que les capitaux ne fuient pas, hypothéquant ainsi sa croissance. C. AUBIN et P. NOREL, Économie internationale, éd. Seuil, coll. «Points», B. Le triangle d incompatibilité Chacun des systèmes comporte donc des avantages et des inconvénients. D une manière générale, trois objectifs apparaissent souhaitables : la fixité du taux de change ; la possibilité d une politique monétaire autonome ; la liberté internationale des capitaux. Cependant, comme l ont montré Mundell et Fleming, il est impossible d atteindre simultanément ces trois mêmes objectifs du «triangle d incompatibilité». En effet, deux objectifs peuvent être atteints mais jamais trois. Toutes les économies doivent arbitrer deux objectifs sur trois. Autonomie financière Stabilité des taux de change Autonomie de la politique monétaire Alinéation de la politique monétaire ou union monétaire Intégration financière Flottement des taux de change TE PA

10 Séquence 7 Le triangle d incompatibilité Le terme peut paraître abscons. Ce n est pas autre chose qu une nouvelle illustration du vieux principe selon lequel on ne peut tout avoir en même temps : boire ou conduire, le beurre ou l argent du beurre, la vie est pleine de ces aphorismes. En l occurrence, la politique économique doit faire un choix entre trois objectifs (d où le triangle) : la stabilité du taux de change, qui assure un horizon économique clair aux entreprises ; l indépendance de la politique monétaire, qui permet de fixer le niveau des taux d intérêt en fonction des besoins internes de l économie ; l intégration financière, qui permet d accéder aux marchés mondiaux des capitaux au meilleur prix. Un pays peut décider librement du choix de deux de ces trois variables, mais la troisième lui est imposée. Si j instaure la liberté de mouvement des capitaux et que je souhaite appliquer une politique monétaire différente de celle de mes voisins (par exemple, des taux d intérêts plus bas), alors je dois me résigner à avoir un taux de change flottant : parce que cette baisse de la rémunération du capital chez moi par rapport à celle qui existe chez mes voisins aura pour conséquence d engendrer un flux de sortie de capitaux, qui est incompatible à la longue avec l existence d un taux de change fixe. C est ce que font les États-Unis. Si je souhaite avoir un taux de change fixe (exemple des pays de la zone euro lors de la dernière phase de convergence, entre 1994 et 1997), il me faut renoncer soit à une politique monétaire autonome (la France a maintenu des taux d intérêt élevés pour maintenir le taux de change entre le franc et le mark, plutôt que de les baisser pour soutenir la croissance), soit à la liberté de mouvement des capitaux. La création de l euro, en supprimant la contrainte de maintenir les taux de change entre pays européens, a redonné de l autonomie à la politique monétaire définie par la Banque centrale européenne. Jacques ADDA Alternatives économiques, n 176, décembre 1999 Conclusion : le régime de change d une nation est fortement dépendant du système monétaire international. 3. Le système monétaire international 3A. Définition et fonctions d un SMI Un système monétaire international est l ensemble des règles, des institutions, des accords et des pratiques qui permettent et organisent les modalités de règlements, des opérations internationales portant sur les marchandises, les services et les capitaux. Pour résumer, nous pouvons dire que le SMI est l ensemble des règles, des mécanismes et des institutions qui organisent et contrôlent les échanges monétaires entre les pays. Les objectifs d un SMI sont au nombre de 3 : organiser les échanges entre monnaies pour qu ils puissent s effectuer ; assurer le règlement des échanges internationaux par des moyens de paiements acceptés par tous ; permettre l ajustement des balances de paiement. Pour cela, le SMI a trois grandes fonctions, schématisées ci-dessous : TE PA 00

11 Le système monétaire international Les caractéristiques d un SMI Système de change : charges fixes ou flexibles SMI Étalon de référence : or, une devise, une monnaie artificielle comme de DTS, un panier de monnaies comme l écu dans l ancien SME Liquidités internationales : or, devises J.Y. CAPUL et O. GARNIER, Dictionnaire d économie et de sciences sociales, éd. Hatier. La notion de change fixe, est comme nous l avons vu, liée à un étalon de référence, unité de mesure entre les monnaies. Les liquidités internationales représentent l ensemble des moyens de paiement internationaux dont disposent les pays pour financer leurs déficits de balances de paiements : autrefois, l or et les réserves de change. Les réserves de change sont alors des devises des grandes monnaies comme le dollar, l euro, le yen. 3B. L histoire du SMI avant Bretton Woods Question 6 Voici l évolution du système monétaire international au cours du dernier siècle. À partir de ce texte, trouvez quels sont les principes des deux SMI successifs avant 1945? Le monde a fait jusqu à présent l expérience de trois SMI distincts L étalon-or a été en vigueur jusqu aux lendemains de la Première Guerre mondiale. Les monnaies de chaque pays avaient un poids fixe en or. Les parités entre deux monnaies étaient déterminées puis, pour solder les échanges entre deux pays, des «points d or» étaient établis, et des transports physiques de métal précieux étaient effectués. Un nouveau système dit «étalon de change-or» a été établi à la conférence internationale de Gênes, en 1922, car l étalon-or s était avéré trop compliqué à gérer : transports physiques de métal précieux, inégale répartition des réserves d or dans le monde Les pays étaient incités à utiliser des monnaies dites «de réserve», la livre sterling, puis le dollar, plutôt que l or lui-même. Par la suite, la crise économique des années 1930 a entraîné une chute de 60 % environ de la valeur du commerce international, des milliers de faillites d établissement bancaires La convertibilité des monnaies en or, souvent ardue à imposer, est devenue impossible à maintenir et les monnaies de réserve ont été dévaluées. Dictionnaire de l économie de A à Z, éd. Larousse et Le Monde, TE PA

12 Séquence 7 3C. Le système de Bretton Woods Question 7 Le système de Bretton Woods a été créé en Le système reste commensurable à l or : l étalon reste l or mais la monnaie internationale devient le dollar, supplantant ainsi la livre sterling. Donc, «gold is as good as dollar». Il fut donc admis que le dollar devint aussi sûr que l or pour les transactions internationales. Au début, le système était stable mais la hausse de la quantité de dollars nécessaire à l augmentation du commerce international rendit le système insoutenable. 1. Dans le document ci-dessous, relevez une phrase clé qui résume le principe du système monétaire choisi à Bretton Woods? 2. S agissait-il d un régime de changes fixes ou de changes flexibles? 3. Quelle était la convertibilité de l or en dollar? Bretton Woods Conférence de 1944 ayant abouti à la mise en place du système monétaire international (SMI), à l œuvre entre 1945 et Le SMI défini en 1944 permettait le maintien de taux de change fixes pour tous les pays, grâce à la convertibilité en or du dollar (35 dollars l once). Le système de Bretton Woods n a pas, jusqu à ce jour, été remplacé par un nouveau SMI formel, mais a laissé place à des taux de change flottants et à certains regroupements régionaux. Lui ont survécu les deux institutions internationales créées à Bretton Woods, le Fonds monétaire international (FMI), et la Banque mondiale, consacrée d abord à la reconstruction des pays dévastés par la guerre et, par la suite, au développement du tiers-monde, qui ont gagné en importance avec la mondialisation. Avant même que l Europe soit entièrement libérée du régime nazi, les Alliés s interrogèrent sur la forme que prendraient les futures relations économiques internationales. Les États-Unis organisèrent en juillet 1944 une conférence internationale à Bretton Woods, village côtier du new Hampshire, Pour comprendre l histoire de Bretton Woods afin de tracer les contours du futur système monétaire international. Les échanges internationaux s étaient complètement désagrégés, en raison du conflit mondial bien sûr, mais aussi parce que la crise économique des années 1930 avait conduit presque tous les pays à dévaluer leur monnaie (quittant de fait l étalon-or) et à mener des politiques commerciales protectionnistes. Le dollar comme pivot de l économie mondiale À Bretton Woods se rencontrèrent et s affrontèrent notamment deux économistes, le Britannique John Maynard Keynes et l Américain Harry White (ancien secrétaire au Trésor du gouvernement américain). Tous deux travaillaient depuis plusieurs années, chacun de leur côté, sur la conception d un SMI formel. Keynes avait imaginé qu une monnaie mondiale, appelée bancor, pourrait être créée et utilisée par tous. Une institution, l International Clearing Union, verrait le jour et serait chargée d aider les pays à rester en phase avec le bancor. White, lui, ne souhaitait pas la naissance du bancor. Finalement, il fut décidé que les monnaies seraient convertibles en dollar, lui-même convertible en or et pourraient fluctuer de 1 % seulement de part et d autre du cours pivot. En cas de fluctuations plus importantes dues à des déficits de balance des paiements courants, un Fonds monétaire international pourrait être appelé à la rescousse. Le dollar, bien que sorti du système de l étalon-or en 1931, était la moins fragile, et la plus utilisée, des monnaies mondiales. Les Etats-Unis profitèrent de Bretton Woods, où 44 nations étaient représentées, pour placer leur monnaie au cœur du système, en déclarant une convertibilité immédiate de 35 dollars l once (en France, il a fallu attendre 1958). C est ainsi que le dollar est devenu non seulement une monnaie nationale mais aussi une référence internationale. Jusqu à ce que, en 1971, les autorités monétaires américaines constatent que ce système leur coûtait trop cher, et que le président Richard Nixon annonce la fin de la convertibilité du dollar en or. F.L. Dollar, or, SMI Dictionnaire de l économie de A à Z, éd. Larousse et Le Monde, TE PA 00

13 Le système monétaire international Question 8 Le FMI a été créé suite aux accords de Bretton Woods. Quel était initialement le rôle du FMI? La «mondialisation de l économie» dont on parle beaucoup aujourd hui n est pas une réalité nouvelle. La plupart des grandes organisations que l on connaît actuellement (Fonds monétaire international, Banque mondiale, Organisation mondiale du commerce ) sont nées, ou trouvent leur origine, avant même la fin de la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, les gouvernements occidentaux redoutaient par dessus tout que se reproduise une crise comme celle des années 30, crise qui n était pas sans lien avec l avènement de régimes totalitaires. L idée de base du Fonds monétaire international, créé en 1946, est d organiser la reconstruction et de venir en aide aux pays dont l économie est victime de déséquilibres financiers et économiques. À côté du FMI, qui se concentre sur les problèmes monétaires, une banque mondiale est créée, qui s attache quant à elle à la reconstruction de l Europe dévastée par la guerre. Pour remplir son rôle, le FMI accorde des prêts aux pays membres afin que ceux-ci puissent, en cas d insuffisance de réserves, soutenir leur balance des paiements et garantir la stabilité de leur monnaie (à cette époque, les États membres du FMI s étaient tous engagés à Le FMI lier leur monnaie au dollar, lequel était lui-même lié à la valeur de l or, jusqu en 1971). Avec l apparition de la crise de la dette des pays en développement, au début des années 80, le FMI jouera un rôle croissant. De nombreux pays du tiers-monde feront appel à lui afin d obtenir des prêts. Ceuxci sont «conditionnels» : le FMI ne les accorde que si le pays demandeur s engage à prendre des mesures pour réduire ses déficits. Il s agit en général de mesures d austérité que d aucuns ont pu qualifier d «antisociales» (ce qui explique la réputation sulfureuse de cette institution). Outre les aides financières, le FMI est chargé de veiller sur le bon fonctionnement du système monétaire international et de surveiller notamment les politiques de change des pays membres. La crise asiatique survenue en 1997 et 1998 a mis en évidence la nécessité de renforcer son rôle. Christophe DEGRISE, L économie en 100 et quelques mots d actualité, éd. de Boeck Université, D. La fin du système de Bretton Woods Les États-Unis étant devenu le centre du Système monétaire international, ils ont dû faire face à une demande importante de dollars, lui-même convertible en or. Or, ayant une politique monétaire expansionniste, c est-à-dire utilisant beaucoup de dollars (notamment du fait de la guerre du Vietnam), ils se rendirent compte qu ils étaient matériellement incapables de faire face aux besoins d or et de dollars sollicités par le reste du monde. Donc ils durent abandonner la parité fixe du dollar et sa convertibilité contre l or ; Nixon, président des États-Unis, prononça la fin de la convertibilité du dollar en or. Donc le dollar s est avéré être pas tout à fait «as good as gold». Finalement, compte tenu de son insoutenabilité, le système de Bretton Woods fut enterré par les accords de la Jamaïque qui instituent par défaut un régime de change flexible. Cependant, ce système a ses avantages mais aussi ses lacunes, notamment en matière de politique de change (partie 3) TE PA

14 Séquence 7 Partie 3 Les enjeux de la politique de change Depuis la fin du SMI de Bretton Woods, chaque nation choisit son régime de change ( = sous-partie A) notamment en fonction des enjeux des politiques de change par rapport à l économie nationale (= sous-partie B). Mais les marges de manœuvre étant faibles du fait de l interdépendance des conjonctures en économie ouverte, la gestion concertée des taux de change semble nécessaire (= sous-partie C). 1. Quelques politiques de change aujourd hui dans le monde Depuis 1976, les statuts du FMI prévoient que les pays sont désormais libres d adopter le régime de change de leur choix. La majorité des pays du monde ont choisi de laisser flotter leurs monnaies. Cependant, les cas de la politique de change de l Europe ou des monnaies ancrées méritent notre attention. 1A. Le cas particulier du régime de change de l Europe Question 9 Qui décide de la politique de change en Europe? La responsabilité de la politique de change, définie par les traités existants, revient au Conseil des ministres de l économie et des finances des États membres de l Union européenne («Conseil Ecofin») en ce qui concerne les orientations générales de la politique de change entre l euro et les devises extérieures à l Union. Cette charge est toutefois partagée avec la BCE car, en premier lieu, celle-ci possède avec la Commission l initiative des recommandations relatives aux orientations de cette politique. Elle est, en deuxième lieu, le «bras armé» des opérations de change. Enfin, la politique de change et la politique monétaire uniques ont un objectif principal et commun : le maintien de la stabilité des prix. Il est difficilement concevable, en pratique, que le Conseil Ecofin (si tant est qu il parvienne à arrêter une position unique) puisse imposer à la BCE de vendre (acheter) des euros sur le marché des changes pour tenter de stopper son appréciation (dépréciation). En effet, si les instances politiques ont théoriquement la maîtrise de cette politique, ses orientations ne doivent pas entrer en contradiction avec l objectif de stabilité des prix. L opportunité d interventions de change reste donc à la seule discrétion de la BCE. M. RUIMY La politique économique et ses instruments, Notice TE PA 00

15 Le système monétaire international 1B. Les autres régimes de change : fluctuation ou ancrage Certains pays comme les États-Unis, le Japon, le Canada ou la Suisse ont choisi de laisser fluctuer leur monnaie. D autres nations, celles des pays en développement notamment, ont choisi d ancrer leurs monnaies sur celle d un pays riche. C est le cas des pays d Amérique latine qui ont choisi de s ancrer sur le dollar et même de la Chine qui n a abandonné son ancrage sur le dollar que dernièrement. L ancrage d une monnaie sur une monnaie de référence signifie que les autorités monétaires de la monnaie ancrée s engagent à respecter une parité fixe (avec marge) dans la monnaie de référence. Cependant, cette politique est difficile à tenir car il faut avoir beaucoup de réserves de change. L Argentine, par exemple, a tenté de tenir l ancrage de sa monnaie sur le dollar jusqu à Le peso était alors égal à un dollar. Cependant, l Argentine a dû abandonner sa parité et passer à un régime de changes flexibles. Le peso a alors perdu 54 % de sa valeur en moins de deux mois. En 2003, l Argentine connaissait une grande crise financière et économique. La politique de change est donc importante car la valeur d une monnaie, en économie ouverte, a de nombreux effets sur l économie nationale. 2. L enjeu des politiques de change sur l économie nationale 2A. Les effets d une monnaie sous-évaluée La dépréciation (régime de changes flottants avec non-intervention des banques centrales) ou dévaluation (régime de changes fixes) a des répercussions sur l économie nationale TE PA

16 Séquence 7 Question 10 Quels sont les effets d une dévaluation/dépréciation? ❶ Dévaluation / dépréciation ❷ fi Prix des produits importés ❷ Prix des produits exportés ❹ fi Prix Compétivité ❹ ❸ fi Compétivité prix des biens nationaux forte ❺ Valeur totale des importations fi Valeur totale des exportations ❺ ❻ ❼ Déficit de la balance des paiements fi PIB fi Emploi Chômage Note : ❺ et ❻ n apparaissent que si les effets de la dévaluation sur les prix sont compensés par des variations en volume de plus grande amplitude (voir ci-après). J. GÉNÉREUX Les politiques économiques, éd. Seuil, coll. «Mémo Seuil» TE PA 00

17 Le système monétaire international Question 11 Quels sont les paramètres qui limitent les effets attendus d une dévaluation/dépréciation? Qu estce que le phénomène de courbe en J? Les limites d une évaluation / dépréciation Dévaluation ❷ Effet sur les marges bénéficiaires «Effet profibilité» ❶ Effet sur les prix des produits «Effet compétivité» 2 cas de figure ❸ Prix des exportations inchangés ou presque Forte élasticité prix de la demande ❺ Faible élasticité prix de la demande ❹ ❻ ❼ fi Volume des exportations Volume des importations Volume des exportations et importations inchangés ou presque ❻ Déficit extérieur ❼ fi Déficit extérieur ❽ Phénomène de «la courbe en J» J. GÉNÉREUX Les politiques économiques, éd. Seuil, coll. «Mémo Seuil» TE PA

18 Séquence 7 La courbe en J Donc, les effets d une dévaluation/dépréciation agissent uniquement sur la compétitivité à court terme. À long terme, une monnaie faible handicape l économie et mène à des politiques de rigueur. La monnaie forte a de grands avantages TE PA 00

19 Le système monétaire international Le cercle vicieux d une monnaie faible ❽ Dépréciation Dévaluation ❷ ❶ fi Marges à l exporation «Effet profitabilité» ❸ fi Prix à l importation inflation ❸ Faible amélioration ou détérioration de la compétitivité prix ❹ Volume des exportations et importations inchangé ou presque ❷ ❺ Spéculation contre la monnaie nationale ❼ ❻ fi Déficit extérieur Tendance continuelle à la dépréciation ❾ Politique de rigueur ❽ J. GÉNÉREUX Les politiques économiques, éd. Seuil, coll. «Mémo Seuil» TE PA

20 Séquence 7 2B. Les avantages d une monnaie forte Les bénéfices d une stratégie de taux fort sont schématisés ci-après. Le cercle vicieux d une monnaie forte Taux de change fort et stable Faible compétivité prix immédiat ❹ ❸ ❶ Stabilité ou baisse des prix à l importation ❷ Pression de la cocurrence internatioanle Efforts des entreprises pour leur «compétivité structurelle» inflation ❺ ❺ ❺ Efforts qualitatifs Marges Coût de Nouveaux marchés production ❻ fi Exportations équilibre ou excédent de la balance des paiements courants ❼ fi PIB fi Emploi Chômage ❿ ❽ Confiance des spéculateurs dans le valeur de la monnaie ❾ Baisse éventuelle des taux d intérêt J. GÉNÉREUX Les politiques économiques, éd. Seuil, coll. «Mémo Seuil» Une monnaie forte a le grand avantage de baisser le prix des importations et donc canaliser l inflation. Par exemple, actuellement, l Europe est moins pénalisée que les États-Unis par l augmentation du prix des matières premières minières, en particulier le pétrole. La hausse du baril de pétrole est en partie amortie par l appréciation de l euro TE PA 00

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DETERMINANTS DU CHANGE ET SMI

CHAPITRE 4 : DETERMINANTS DU CHANGE ET SMI CHAPITRE 4 : DETERMINANTS DU CHANGE ET SMI Monnaie et Finance Internationales David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Table des matières 1 Les déterminants du

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

CHAPITRE 3 : REGIMES DE CHANGE ET SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

CHAPITRE 3 : REGIMES DE CHANGE ET SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL CHAPITRE 3 : REGIMES DE CHANGE ET SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL Monnaie et Finance Internationales David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

Introduction I. Le système de Bretton Woods (1945-1971) Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1

Introduction I. Le système de Bretton Woods (1945-1971) Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1 Chapitre 2 Le Système Monétaire International Chapitre 2 - Le Système Monétaire International 1 PARTIE B. Le système monétaire international depuis 1945 Chapitre 2 - Le Système Monétaire International

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Heurts et malheurs du système monétaire international

Heurts et malheurs du système monétaire international Heurts et malheurs du système monétaire international Introduction : du système monétaire international à la finance internationale I) Le système monétaire international issu de Bretton Woods (1944) 1

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

Système Monétaire International Et Système Financier International

Système Monétaire International Et Système Financier International Système Monétaire International Et Système Financier International I. Le S.M.I Objet du SMI : c est l établissement de règles relatives aux échanges de biens de services de capitaux entre pays qui utilisent

Plus en détail

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971)

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) 4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) La genèse du nouveau système Les leçons de l entre-deux-guerres L effondrement du SMI au cours des années 1930 a marqué les responsables de la reconstruction

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or Chapitre 1 Le SMI 1.1 Les origines historiques du SMI actuel 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or L étalon change-or (Conférence de Gênes - 1922) Caractéristiques : Chaque monnaie nationale

Plus en détail

Document 1: Le Système Financier International: Un Aperçu Historique

Document 1: Le Système Financier International: Un Aperçu Historique Boudriga Abdelkader Gestion financière internationale Septembre 2002 Document 1: Le Système Financier International: Un Aperçu Historique I-LE SYSTEME D ETALON-OR Depuis les anciennes civilisations l or

Plus en détail

Chapitre 6 Le système monétaire international

Chapitre 6 Le système monétaire international Introduction 1) les régimes de change a) définition et typologie Chapitre 6 Le système monétaire international A retenir. Les régimes d arrimage ferme (terminologie du FMI) : les changes fixes mais aussi

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1 Les fonctions d un système monétaire international Les crises et la réforme du SMI fondé à Bretton Woods. La nature du système né dans les années 1970 Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann

Plus en détail

Exposé sur le système monétaire internationale Plan CHAPITRE Ι: Généralités. 1-Définition du système monétaire international. 2-Les raisons du système monétaire international. 3-Les caractéristiques du

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies 4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies L effondrement du système de Bretton-Woods (1965-1971) Le problème de la convertibilité du dollar Le paradoxe de Triffin aurait pu être surmonté par une politique

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

Il faut un véritable Bretton Woods II

Il faut un véritable Bretton Woods II Il faut un véritable Bretton Woods II par PIERRE PASCALLON Professeur Agrégé de Faculté - 1 - Nos dirigeants politiques européens - Nicolas Sarkozy, mais aussi Gordon Brown, Premier Ministre britannique,

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933)

4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) 4.1.1. Le régime de l étalon-or (1879-1933) «L âge d or» (1879-1914) Introduction Pendant des siècles, les échanges commerciaux intérieurs et internationaux se sont réglés en métaux précieux. Jusqu'à la

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES

CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES CHAPITRE 1 : LES BASES DU MARCHE DES CHANGES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2014-2015 Université Paris 8 Objectifs du cours Connaissances

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Régulation financière et recomposition du système monétaire international

Régulation financière et recomposition du système monétaire international Régulation financière et recomposition du système monétaire international Jacques Mazier Dominique Plihon Centre d Economie de Paris Nord 16 décembre 2013 I/ La régulation financière et ses instruments

Plus en détail

103 COMMENT S OPERE LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE MONDIALE?

103 COMMENT S OPERE LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE MONDIALE? 103 COMMENT S OPERE LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE MONDIALE? A La balance des paiements permet de mesurer les échanges internationaux a) Qu est-ce qu une balance des paiements? 1. La balance des paiements

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Vers une réforme du système monétaire et financier international

Vers une réforme du système monétaire et financier international Colloque de l Académie des Sciences Morales et Politiques Paris, le 20 juin 2011 Vers une réforme du système monétaire et financier international INTRODUCTION Le monde vient de subir la crise économique

Plus en détail

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1

LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 LES OPERATIONS SUR LE MARCHÉ DES CHANGES Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Couverture : Protéger des créances ou des dettes (commerciales ou financières) contre le risque de variation

Plus en détail

L euro : huit ans après

L euro : huit ans après L euro : huit ans après Gilbert Koenig Au cours de ses huit années d existence, l euro s est imposé au sein de l union monétaire en tant que monnaie supranationale et dans le système monétaire international

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012

La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 La finance internationale : quel impact sur l'économie marocaine? 20 Novembre 2012 Sommaire I - Le rôle prépondérant des marchés financiers I.1 - Financiarisation de l'économie mondiale I.2 Lien avec l'entreprise

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

Manuel sur le FOREX www.xtb.fr

Manuel sur le FOREX www.xtb.fr Manuel sur le FOREX www.xtb.fr 1 Le marché des changes communément appelé Forex est un marché prisé par de nombreux investisseurs et qui s est fortement développé ces dernières années. Ce marché offre

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

Chapitre 9 La gouvernance économique mondiale depuis 1944

Chapitre 9 La gouvernance économique mondiale depuis 1944 CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN IMPRESSION DU 6 mai 2015 Chapitre 9 La gouvernance économique mondiale depuis 1944 Table des matières 1 Les réformes de l après-guerre 3 1.1 Les objectifs des États-Unis.......................

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Gestion du risque de change

Gestion du risque de change LIVRE BLANC Gestion du risque de change Le dollar canadien a fait la manchette à maintes reprises au cours des dernières années. Sa valeur a fluctué de manière importante et soudaine à de nombreuses occasions,

Plus en détail

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance?

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? BIEN COMPRENDRE LES DOCUMENTS Document 1 m Mots clés bandes centrales baisse des taux politique monétaire lutte contre

Plus en détail

Les crises des changes dans l étalon or

Les crises des changes dans l étalon or 7 Le système Bretton Woods Les crises des changes dans l étalon or Déficit du compte courant sortie d or - Banque centrale doit offrir l or aux étrangers en échange des billets -Réserves finies pas soutenable

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Relations monétaires internationales Cours de Mr Christian Bordes

Relations monétaires internationales Cours de Mr Christian Bordes Université Paris 1 Panthéon Sorbonne Relations monétaires internationales Cours de Mr Christian Bordes Correction du TD7 L étalon-or et le système de Bretton Woods L étalon-or Le mythe de l étalon-or Le

Plus en détail

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES

CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES CHAPITRE 2 : MARCHE DES CHANGES A TERME ET PRODUITS DERIVES Marché des changes : techniques financières David Guerreiro david.guerreiro@univ-paris8.fr Année 2013-2014 Université Paris 8 Table des matières

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Monnaie et financement de l économie

Monnaie et financement de l économie Monnaie et financement de l économie I. Monnaie, masse monétaire création monétaire, devises A. Les différents aspects de la monnaie Monnaie = Instrument d échanges qui permet ds une éco donnée l achat

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

la fin d une ère? Scénarios et enjeux

la fin d une ère? Scénarios et enjeux Guerre des monnaies, la fin d une ère? Scénarios et enjeux La guerre des monnaies En préambule, Christian de Boissieu, professeur à la Sorbonne et au Collège d Europe, membre du Collège de l AMF (Autorité

Plus en détail