Rivière Saint-Charles Tronçon 2 Ville de Québec

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rivière Saint-Charles Tronçon 2 Ville de Québec"

Transcription

1 Rivière Saint-Charles Tronçon 2 Ville de Québec Mise à jour des cotes de crues Rapport final

2 Pour plus de renseignements, contactez la Direction de l expertise hydrique du Centre d expertise hydrique du Québec. Direction de l expertise hydrique Centre d expertise hydrique du Québec Édifice Marie-Guyart 675, boulevard René-Lévesque Est Aile Louis-Alexandre-Taschereau, 4 e étage Québec (Québec) G1R 5V7 Téléphone : Télécopieur : Courriel : Internet : Crédits photos : Centre d expertise hydrique du Québec

3 CENTRE D EXPERTISE HYDRIQUE DU QUÉBEC DIRECTION DE L EXPERTISE HYDRIQUE RÉVISION DES COTES DE CRUES Rivière Saint-Charles Tronçon 2 Du pont du boulevard Central au pont du boulevard Père-Lelièvre Ville de Québec CEHQ (Référence Ville de Québec : DPD ) Préparé par : Original signé par : Simon Dubé, ing., MBA Décembre 2011

4

5 Équipe de réalisation Rédaction du rapport : Étude hydraulique : Étude hydrologique : Vérification : Corrections et mise en page : Figures et mise en plan : Audrey Lavoie, ingénieure junior Simon Dubé, ingénieur, MBA Simon Dubé, ingénieur, MBA Simon Dubé, ingénieur, MBA Jean Francoeur, ingénieur, M. Sc. Colette Proulx, secrétaire Renée Lavergne, technicienne Relevés terrain et hydrométrique : Geneviève Audet, technicienne Richard Boutet, ingénieur Gilbert Côté, technicien Jean-François Cyr, ingénieur Simon Dubé, ingénieur Renée Lavergne, technicienne Patrick Morin, technicien Katia Tremblay, ingénieure Bruno Verreault, technicien Avis aux utilisateurs du présent rapport Ce rapport a pour but de présenter et de vulgariser les résultats de nombreuses analyses techniques ayant mené à la détermination des cotes de crues. Des informations supplémentaires concernant les aspects et détails techniques peuvent être obtenues en contactant le Centre d'expertise hydrique du Québec. Pour obtenir des informations sur la réglementation dans le domaine des zones inondables, veuillez communiquer avec la MRC ou la municipalité concernée. L expression «niveau d eau» employée dans ce rapport fait référence à une élévation géodésique. Une cote de crue indique le niveau d eau atteint lors d une crue donnée. Les cotes de crues de récurrence de 20 ans et de 100 ans déterminées dans le présent rapport sont associées à des probabilités théoriques d occurrence. Par exemple, une cote de crue de récurrence de 20 ans signifie que, chaque année, la probabilité que le niveau de l eau atteigne cette cote est de 5 %. Ainsi, le fait d être situé à l intérieur de la zone inondable délimitée par une cote d une certaine récurrence ne constitue pas une certitude, mais plutôt une probabilité d inondation. Aussi, le fait d être situé à l extérieur des limites de la zone inondable ne constitue pas une certitude de ne jamais être inondé, mais plutôt une probabilité beaucoup plus faible de l être.

6

7 Table des matières 1 INTRODUCTION DESCRIPTION ET LOCALISATION DU SECTEUR À L ÉTUDE ÉTUDE HYDROLOGIQUE Objectif Description des méthodes utilisées pour la détermination des débits de crues Cas de la rivière Saint-Charles (tronçon 2) Analyse statistique Facteur de pointe Répartition des débits le long du tronçon ÉTUDE HYDRAULIQUE Objectif Description des méthodes utilisées pour la détermination des cotes de crues Cas de la rivière Saint-Charles (tronçon 2) Données d entrée du modèle hydrodynamique Modèle numérique de terrain Sites d observations de niveaux d eau et sites de calcul de niveaux d eau Coefficients de rugosité Relevés hydrométriques Calage du modèle hydrodynamique Conditions limites du modèle utilisées pour les simulations de crues de récurrence de 2 ans, de 20 ans et de 100 ans Cotes de crues associées aux crues de récurrence de 2 ans, de 20 ans et de 100 ans CONCLUSION RÉFÉRENCES CITÉES GLOSSAIRE ANNEXE i

8 Liste des figures Figure 1 : Bassin versant de la rivière Saint-Charles et de ses principaux tributaires... 3 Figure 2: Secteur à l étude de la rivière Saint-Charles... 5 Figure 3 : Répartition des débits le long du secteur à l étude Figure 4 : Relation niveau-débit à l'aval du tronçon 2 de la rivière Saint-Charles Figure 5 : Vue en plan de la rivière Saint-Charles (tronçon 2) et localisation des sites de calcul de niveaux d eau et des sites d observation de niveaux d eau Figure 6 : Profil des plans d eau de la rivière Saint-Charles (tronçon 2) Liste des tableaux Tableau 1 : Ouvrages de retenue sur la rivière Saint-Charles*... 2 Tableau 2 : Caractéristiques de la station hydrométrique Tableau 3 : Débits de crues de récurrences diverses - Station hydrométrique Tableau 4 : Calcul du facteur de pointe - Station de la rivière Saint-Charles Tableau 5 : Débits de crues instantanées à la station hydrométrique Tableau 6 : Débits de crues instantanées de récurrence de 2 ans, de 20 ans et de 100 ans - Rivière Saint-Charles Tronçon Tableau 7 : Distance entre les sites de calcul de niveaux d eau - Rivière Saint-Charles (tronçon 2) Tableau 8 : Résumé des relevés hydrométriques - Rivière Saint-Charles (tronçon 2) Tableau 9 : Résultats du calage - Rivière Saint-Charles (tronçon 2) Tableau 10 : Cotes de crues de récurrence de 2 ans, de 20 ans et de 100 ans - Rivière Saint-Charles (tronçon 2) ii

9 1 Introduction À la suite des inondations majeures qui sont survenues en 1974 et en 1976, les différents paliers de gouvernement ont signé une entente sur les politiques que Québec et Ottawa devraient adopter pour réduire les dommages causés par les inondations. Cette entente, en vigueur de 1976 à 2001, a mené à la mise en œuvre du Programme de cartographie, issu de la Convention entre le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec relativement à la cartographie et à la protection des plaines d inondation et au développement durable des ressources en eau. Elle a permis de faire la cartographie officielle des zones inondables sur le territoire d environ 245 municipalités et de proposer aux municipalités concernées certaines mesures au regard de l aménagement du territoire en fonction des zones inondables afin d assurer la sécurité de la population et de minimiser la construction de bâtiments et de structures susceptibles d être touchés par les crues. En 1990, la Direction du domaine hydrique du ministère de l Environnement du Québec a mené une étude sur la cartographie des zones inondables de la rivière Saint-Charles et de ses quatre principaux tributaires (Boucher et Hébert, 1990). Cette étude visait à déterminer les cotes de crues de récurrence de 20 ans et de 100 ans aux abords des rivières Saint-Charles, du Berger, Lorette, Nelson et Jaune ainsi qu à faire la cartographie de ces zones. Les cotes de crues des différentes récurrences ont été déterminées à l aide d un modèle unidimensionnel de calcul de courbes de remous, soit le logiciel HEC-2. Différentes cartes du risque d inondation de la rivière Saint-Charles et de ses tributaires ont ensuite été tracées. Les zones inondables délimitées sur ces cartes ont été désignées conjointement par le ministre de l Environnement du Québec et par le ministre de l Environnement du Canada le 15 octobre En avril 2001, le Centre d expertise hydrique du Québec (CEHQ), une agence rattachée au ministère de l Environnement, a été créé. L un des mandats du CEHQ est de fournir du soutien aux municipalités dans la détermination des zones inondables et des moyens de lutte contre les inondations. La présente étude a donc pour objectif la révision des cotes de crues de récurrence de 20 ans et de 100 ans relatives à un tronçon de la rivière Saint-Charles compris entre le pont du boulevard Central et le pont du boulevard Père-Lelièvre. Les cotes de crues de récurrence de 2 ans seront aussi évaluées en guise de complément d information. En premier lieu, ce rapport présente la localisation ainsi qu une brève description du secteur visé. Par la suite, il détaille l étude hydrologique réalisée pour déterminer les différents débits de récurrence. Enfin, une étude hydraulique menant à la détermination des cotes de crues nécessaires à la cartographie des zones inondables est effectuée. 1

10 2 Description et localisation du secteur à l étude La rivière Saint-Charles prend sa source dans le lac Saint-Charles situé au nord de Québec dans l arrondissement Haute Saint-Charles. Très sinueuse, principalement dans sa portion amont, elle parcourt une distance d environ 36 km avant de se jeter dans le fleuve St-Laurent près du bassin Louise dans l arrondissement La Cité-Limoilou. Ses principaux tributaires sont les rivières Jaune, Nelson, du Berger et Lorette. Tout le long de son parcours, la rivière traverse différents quartiers résidentiels, industriels ou commerciaux des arrondissements Haute-Saint-Charles, Les Rivières et La Cité-Limoilou. Une partie de l alimentation en eau potable de la Ville de Québec est faite dans ce cours d eau à la hauteur de la rue de la Faune dans le secteur Château-d Eau. En forme de demi-lune, le bassin versant de la rivière Saint-Charles a une superficie de 546 km² à son embouchure et est orienté nord-sud (figure 1). Sa partie la plus large couvre une distance d environ 19 km. Il est borné au nord-ouest par le bassin de la rivière Jacques-Cartier et au nord-est par celui de la rivière Montmorency. Le point le plus haut en altitude est situé au nordest du bassin versant et s élève à 848 m. L exutoire, quant à lui, a une élévation de 2,3 m. Le secteur à l étude dans le présent rapport débute en amont du pont du boulevard Central et se termine en aval du pont du boulevard Père-Lelièvre. Ce tronçon fait environ 4,3 km (figure 2). Il draine un bassin versant d une superficie de 498 km² à son aval. Situé dans l arrondissement Les Rivières, qui compte un peu plus de habitants, ce tronçon de la rivière Saint-Charles est située à l intérieur du quartier Duberger-Les Saules. La rivière longe, entre autres, les parcs des Saules et de la Presqu île. La rivière Saint-Charles compte une station hydrométrique de mesures de débit en opération (050904), située en aval de l autoroute Félix-Leclerc à 0,8 km de la rivière Lorette. Cette station a remplacé la station fermée en De plus, selon le Répertoire des barrages disponible sur le site Internet du CEHQ, on dénombre plus de 40 barrages sur le bassin versant de la rivière. Trois de ces barrages sont situés directement sur la rivière Saint-Charles. Par contre, aucun de ceux-ci n est situé sur le tronçon à l étude. Le tableau 1 résume les caractéristiques principales de ces trois ouvrages. Tableau 1 : Ouvrages de retenue sur la rivière Saint-Charles* Nº MENV Nom du barrage Propriétaire Type d utilisation Capacité de retenue (m 3 ) X Cyrille-Delage Ville de Québec Prise d eau X Château-d Eau Ville de Québec Régulation X De la Passerelle Ville de Québec Contrôle des inondations * Source : Répertoire des barrages, septembre Forte contenance 8100 Faible contenance 5060 Faible contenance Le CEHQ a également entrepris de déterminer ou de mettre à jour les cotes de crues de récurrence de 2 ans, de 20 ans et de 100 ans de plusieurs autres secteurs de la rivière Saint-Charles et de ses affluents. Ces autres secteurs feront, entre autres, l objet d études distinctes. 2

11 Figure 1 : Bassin versant de la rivière Saint-Charles et de ses principaux tributaires 3

12

13 Figure 2: Secteur à l étude de la rivière Saint-Charles 5

14

15 3 Étude hydrologique 3.1 Objectif Le but de l étude hydrologique est d établir les débits de crues de la rivière Saint-Charles pour le secteur à l étude. Ces données sont nécessaires à la détermination des cotes de crues du secteur concerné. La section 3.2 décrit les principales méthodes utilisées pour évaluer les débits de crues de la rivière. Les sections subséquentes présentent la méthode retenue et les résultats obtenus. 3.2 Description des méthodes utilisées pour la détermination des débits de crues Les débits de crues de récurrence de 2 ans, de 20 ans et de 100 ans sont généralement évalués à partir d une étude hydrologique dite classique. Celle-ci consiste à effectuer une analyse statistique des débits maximums annuels enregistrés à une station située sur la rivière à l étude. Pour ce faire, un nombre suffisant de données doit être disponible. Au CEHQ, les analyses statistiques sont réalisées à l aide du logiciel d ajustement de lois statistiques Hyfran (Chaire en hydrologie statistique, 2002). Ce dernier a été mis au point au Centre Eau, Terre et Environnement de l Institut national de la recherche scientifique (INRS-ETE), par l équipe du Dr Bernard Bobée, dans un contexte de recherche pour le compte de la Chaire en hydrologie statistique Hydro- Québec/CRSNG. Il arrive fréquemment que la station hydrométrique retenue soit éloignée du secteur à l étude. On transpose alors au secteur visé les débits de crues estimés à la station en fonction de la superficie des bassins versants. Cette technique est communément appelée «transfert de bassin versant». Elle peut également servir pour les données provenant d une station hydrométrique située sur un autre cours d eau. Les bassins versants des deux rivières doivent toutefois posséder des caractéristiques physiographiques similaires, la plus importante étant la superficie. Habituellement, les débits maximums annuels considérés pour les analyses statistiques sont évalués à partir de moyennes journalières. Ces débits peuvent ensuite être majorés par un facteur de pointe puisque les dommages causés lors d une crue sont directement liés au niveau d eau maximum atteint, même s il est de courte durée. On doit donc tenir compte de la valeur du débit maximum instantané pour déterminer les zones inondables. Cette valeur n existe cependant pas pour l ensemble des années documentées. La méthode pour l obtenir consiste à prendre, pour une station donnée, toutes les crues printanières annuelles dont le débit maximum instantané est disponible afin d évaluer un facteur de pointe moyen à la station. 3.3 Cas de la rivière Saint-Charles (tronçon 2) En ce qui concerne le tronçon 2 de la rivière Saint-Charles, une approche classique pour déterminer les débits nécessaires à l établissement des cotes de crues a été retenue. La station hydrométrique située sur la rivière Saint-Charles fournit les données de débit nécessaires à l analyse. 7

16 3.3.1 Analyse statistique À cette étape, seule la moyenne journalière des débits enregistrés à la station est considérée dans la détermination des débits maximums annuels. Les caractéristiques de la station hydrométrique retenue aux fins de cette étude sont les suivantes : Station Localisation : rivière Saint-Charles à 0,8 km en amont de la rivière Lorette Coordonnées : longitude : latitude : altitude : 12,2 m Aire du bassin versant : 364 km 2 Organisme exploitant : Centre d expertise hydrique du Québec Équipement de mesure : : enregistreur à ruban perforé depuis 1997 : Enregistreur électronique Période d observation : depuis 1968 Période retenue : Condition d écoulement : régime influencé Au total, 39 valeurs de débits maximums annuels enregistrées à la station entre 1969 et 2007 sont utilisées pour réaliser une analyse statistique. La valeur utilisée pour le débit maximum annuel correspond à la moyenne des débits mesurés au cours de la journée où le débit est maximal. Les caractéristiques de l échantillon utilisé sont données au tableau 2 et le détail de l analyse effectuée à l aide du logiciel Hyfran est présenté à l annexe 1. Tableau 2 : Caractéristiques de la station hydrométrique Station hydrométrique Taille de l échantillon 39 Minimum (m 3 s -1 ) 43,3 Maximum (m 3 s -1 ) 93,5 Moyenne (m 3 s -1 ) 62,2 Écart-type (m 3 s -1 ) 11,3 Médiane (m 3 s -1 ) 62,0 Coefficient de variation (Cv) 0,1817 Coefficient d'asymétrie (Cs) 0,3760 Coefficient d'aplatissement (Ck) 2,8760 À ces débits, l ensemble des lois statistiques généralement utilisées en hydrologie est utilisé pour estimer les débits de crues à la station hydrométrique À la suite de l analyse des ajustements principalement basée sur le critère d adéquation bayésien, la loi lognormale est sélectionnée comme celle décrivant le mieux l échantillon de données à la station hydrométrique. Les résultats obtenus sont présentés au tableau 3, tandis que le détail des analyses statistiques est présenté à l annexe 1. 8

17 Tableau 3 : Débits de crues de récurrences diverses - Station hydrométrique Station Loi statistique Débits de crues selon la récurrence (m 3 s -1 ) 2 ans 5 ans 10 ans 20 ans 50 ans 100 ans Lognormale 61,2 71,3 77,3 82,6 89,0 93, Facteur de pointe Jusqu à maintenant, les débits maximums annuels considérés sont évalués à partir de moyennes journalières. Ces débits doivent ensuite être majorés par un facteur de pointe puisque les dommages causés lors d une crue sont directement liés au niveau d eau maximum atteint, même s il est de courte durée. On doit donc tenir compte de la valeur du débit maximum instantané pour déterminer les zones inondables. Cette valeur n existe cependant pas pour l ensemble des années documentées. La méthode utilisée au CEHQ pour l obtenir consiste à prendre, pour une station donnée, toutes les crues maximales printanières dont le débit maximum instantané est disponible afin d évaluer un facteur de pointe moyen à la station. L équation suivante est utilisée : FP = n Q Q i= 1 moy. n inst. (1) où Q inst. = débit de crue (m³ s -1 ) instantané enregistré à la station Q moy. = débit de crue (m³ s -1 ) moyen enregistré à la station n = nombre de crues printanières dont le débit maximum instantané est disponible i = crue donnée Tel qu il est présenté au tableau 4, le facteur de pointe a été fixé à 1.06 à l aide de l équation 1 et de 28 données recueillies entre 1968 et Le tableau 5 présente les débits de crues instantanées de récurrence de 20 ans et de 100 ans calculés à la station hydrométrique Ces débits correspondent à des valeurs instantanées puisqu ils ont été majorés par le facteur de pointe évalué précédemment. Le débit de récurrence de 2 ans, présenté dans ce tableau, n est toutefois pas multiplié par le facteur de pointe. En effet, pour cette récurrence, il s agit de déterminer un débit moyen annuel dont les résultats devraient se rapprocher de ceux de la ligne des hautes eaux. Celle-ci se localiserait, en milieu naturel, à l endroit où l on passe d une prédominance de plantes aquatiques à une prédominance de plantes terrestres. 9

18 Tableau 4 : Calcul du facteur de pointe - Station de la rivière Saint-Charles Année Débit de crue moyen (m 3 s -1 ) Débit de crue instantané (m 3 s -1 ) Facteur de pointe Date (mois-jour) ,1 83,3 1, ,6 74,2 1, ,9 48,1 1, ,9 79,1 1, ,3 69,0 1, ,6 55,8 1, ,6 77,4 1, ,8 62,4 1, ,5 67,9 1, ,2 69,3 1, ,5 104,0 1, ,0 85,2 1, ,6 69,1 1, ,7 60,6 1, ,7 62,4 1, ,0 66,3 1, ,1 66,3 1, ,2 49,4 1, ,0 67,4 1, ,9 37,5 1, ,5 45,1 1, ,0 48,7 1, ,2 70,5 1, ,4 40,5 1, ,9 62,7 1, ,6 65,2 1, ,9 56,9 1, ,0 67,1 1, Moyenne 1,06 Tableau 5 : Débits de crues instantanées à la station hydrométrique Station Loi statistique Débits de crues selon la récurrence (m 3 s -1 ) 2 ans 20 ans 100 ans Lognormale 61,2* 87,6 99, Répartition des débits le long du tronçon Puisque la station ne se trouve qu à seulement 800 m en amont du secteur étudié et qu il n y a pas de tributaire important entre la station hydrométrique et l amont du secteur à l étude, la différence de débits transposés n est pas significative et, donc, les débits utilisés pour cet endroit sont ceux provenant directement de la station hydrométrique. 10

19 Pour les apports de la rivière Lorette, ils proviennent d une étude hydrologique effectuée par la firme de consultants en ingénierie, BPR inc., de Québec, (Fortier et Gauthier 2006, 2008). En effet, dans le cadre de la détermination des zones inondables et de la révision des cotes de crues de la rivière Lorette, la Ville de Québec a réalisé un appel d offres de services professionnels pour l établissement d un plan de gestion hydrologique et hydraulique du bassin versant de la rivière Lorette. C est cette firme qui a été retenue par la Ville de Québec pour exécuter ce mandat. Au terme de son mandat, BPR inc. a présenté trois rapports à la Ville de Québec incluant les différents débits de pointe sur la rivière. Les données utilisées par la présente étude sont tirées du troisième rapport. Les apports de la rivière du Berger sont quant à eux évalués à l aide de l étude réalisée en 1990 lors de l ancien Programme de cartographie. Les apports calculés en 1990 ont été bonifiés d un facteur équivalent aux changements survenus dans les débits de la rivière Lorette entre 1990 et La figure 3 ainsi que le tableau 6 présentent la répartition des débits qui ont été calculés le long du secteur à l étude. Ces débits sont ceux utilisés pour le reste de l analyse. Rivière Saint-Charles Rivière du Berger Rivière Lorette Figure 3 : Répartition des débits le long du secteur à l étude 11

20 Tableau 6 : Débits de crues instantanées de récurrence de 2 ans, de 20 ans et de 100 ans - Rivière Saint-Charles Tronçon 2 Localisation Tronçon amont de la rivière Lorette Tronçon aval de la rivière Lorette Tronçon aval de la rivière du Berger Aire BV (km 2 ) *Débit non majoré par le facteur de pointe. Débits de crues instantanées (m 3 s -1 ) 2 ans 20 ans 100 ans ,2* 87,6 99, ,4* 162,3 187, ,4* 207,3 240,6 Répartition des débits Du pont du boulevard Père-Lelièvre à l amont de la rivière Lorette (secteur vert) De l aval de la rivière Lorette à l amont de la rivière du Berger (secteur orange) De l aval de la rivière du Berger à l amont du pont du boulevard Central (secteur rouge) 4 Étude hydraulique 4.1 Objectif Afin d établir les cotes de crues de récurrence de 20 ans et de 100 ans nécessaires à la détermination des zones inondables de la rivière Saint-Charles dans sa partie à l étude, une analyse hydraulique est réalisée. Ces travaux permettent aussi de calculer les cotes de crues pour une récurrence de 2 ans, et ce, à titre de complément d information. La section 4.2 résume les méthodes utilisées dans le cadre des travaux menés par le CEHQ tandis que les sections subséquentes présentent la méthodologie retenue et les résultats obtenus. 4.2 Description des méthodes utilisées pour la détermination des cotes de crues Dans le cadre des études menées par le CEHQ, plusieurs méthodes sont utilisées pour déterminer les cotes de crues relatives à une rivière. Une première méthode consiste à établir des relations entre les niveaux d eau mesurés à différents sites et le niveau d eau relevé à un site de référence (relations niveau-niveau), et ce, pour un même débit. Une relation niveau-débit établie pour le site de référence permet de déterminer les cotes correspondant aux débits de crues souhaités. Les cotes sont ensuite estimées pour les autres sites à l aide des différentes relations niveau-niveau. Une seconde méthode consiste en la modélisation du secteur concerné à l aide du logiciel HEC-RAS, un logiciel de courbes de remous à une dimension. Il permet notamment de simuler les niveaux d eau en tenant compte de l effet des ponts, des ponceaux, des déversoirs et des autres structures hydrauliques. Ce logiciel a été conçu par le US Army Corps of Engineers (2010). Une troisième méthode consiste à recourir à la modélisation hydrodynamique du secteur concerné à l aide de modèles à deux dimensions. Parmi les logiciels utilisés au CEHQ, on trouve les logiciels Modeleur (Secretan, 2000) et Hydrosim (Heniche, 1999) mis au point par le Centre Eau, Terre et Environnement de l Institut national de la recherche scientifique (INRS-ETE), par 12

21 l équipe de Michel Leclerc et d Yves Secretan. Ces logiciels combinent les caractéristiques d'un système d'information géographique (SIG) appliquées à l'hydraulique fluviale aux caractéristiques d un calculateur d éléments finis (EF), qui permet la résolution d équations hydrodynamiques en deux dimensions (équations de St-Venant). Dans la majorité des cas, on choisit une méthode pour l étude d une rivière. À l occasion, il est possible de combiner plus d une méthode. 4.3 Cas de la rivière Saint-Charles (tronçon 2) La simulation des niveaux d eau à l aide des logiciels Modeleur et Hydrosim est la méthode préconisée pour le secteur de la rivière Saint-Charles compris entre les ponts des boulevards Central et Père-Lelièvre. Dans un premier temps, un modèle numérique de terrain (MNT) représentant le secteur à l étude est construit. Ce MNT est modélisé à l aide de différents relevés topographiques et bathymétriques effectués dans le secteur à l étude. Par la suite, le modèle hydrodynamique est calé de façon à ajuster les niveaux d eau simulés à ceux relevés lors des campagnes de mesures. Une fois cette étape terminée, les débits déterminés au chapitre 3 sont simulés afin d obtenir les cotes de crues correspondantes Données d entrée du modèle hydrodynamique Modèle numérique de terrain Afin de représenter adéquatement le secteur de la rivière Saint-Charles à l étude, un modèle numérique de terrain est réalisé. Ce MNT permettra l utilisation du modèle hydrodynamique nécessaire à l analyse du comportement de la rivière. La bathymétrie du secteur provient de relevés effectués par les techniciens du CEHQ à l automne La portion terrestre utilisée pour cette étude provient d un modèle numérique d altitude capté par méthode photogrammétrique et réalisé par la division arpentage et cartographie du Service de l ingénierie de la Ville de Québec. Cette méthode a permis d obtenir l élévation du terrain pour un ensemble de points distants de plus ou moins cinq mètres le long de la rivière Saint-Charles. L'ensemble de ces données a permis la réalisation d un modèle numérique de terrain représentant fidèlement le secteur à l étude de la rivière Saint-Charles ainsi que ses rives. Une fois complété, ce modèle a été utilisé pour simuler plusieurs événements hydrauliques afin de caler adéquatement le modèle hydrodynamique. Ce dernier reproduit le comportement de la rivière en fonction de différents éléments dont le profil du terrain, sa rugosité ainsi que le débit de la rivière Sites d observations de niveaux d eau et sites de calcul de niveaux d eau Afin de caler adéquatement le modèle hydrodynamique, il est essentiel de comparer les résultats des diverses simulations aux données relatives à des événements réels. Pour effectuer cette comparaison, le recours à des sites d observation des niveaux d eau est essentiel. C est à ces sites que des mesures sur le terrain sont effectuées et servent ensuite lors du calage du modèle. Les logiciels utilisés permettent de connaître les niveaux d eau en tous points du modèle. Pour les besoins de cette étude, 21 sites de calcul de niveaux d eau ont été utilisés. Les distances entre ces sites ont été évaluées à partir du modèle numérique de terrain. Ils sont présentés au tableau 7. De plus, la figure 5 présente la localisation de ces sites sur un plan à l échelle de 1 :

22 Tableau 7 : Distance entre les sites de calcul de niveaux d eau - Rivière Saint-Charles (tronçon 2) Site de calcul des niveaux d eau Distance entre les sections (m) Distance cumulée (m) Site d observation des niveaux d eau Commentaires B Amont du pont du boulevard Central rue de la rivière du Berger Rivière du Berger Rue de l Âtre boul. Père-Lelièvre Parc des Saules A Aval pont du boul. Père-Lelièvre Coefficients de rugosité Les coefficients de rugosité de Manning considérés dans le modèle hydrodynamique sont principalement établis à partir des informations recueillies par le personnel du CEHQ lors de visites sur le terrain. Des photographies conventionnelles et aériennes ainsi que des cartes topographiques sont également utilisées à cet effet. Par ailleurs, les coefficients de rugosité de Manning sont l un des principaux paramètres permettant de caler le modèle, car ce sont eux qui ont la plus grande influence sur les niveaux d eau simulés. Ils sont donc ajustés afin que les niveaux d eau simulés soient représentatifs des niveaux mesurés. Les berges et la plaine inondable du secteur à l étude de la rivière Saint-Charles sont majoritairement boisées. Toutefois, certains secteurs situés dans des zones urbanisées ont des berges et une plaine inondable gazonnées ou couvertes de broussailles. Le lit de la rivière est constitué de différents matériaux allant du sable aux grosses pierres. Les coefficients de Manning correspondant au lit, aux berges et à la plaine inondable de la rivière varient de à

23 Relevés hydrométriques Les campagnes de mesures de niveaux d eau sont essentielles à la réalisation de cette étude ainsi qu au calage du modèle hydrodynamique. Dans le cadre de cette étude, quatre campagnes de mesures de niveaux d eau et de débits ont été réalisées : deux à l automne 2005, une au printemps 2006 et une à l automne Un résumé de ces campagnes de mesures réalisées dans le secteur à l étude est présenté au tableau 8. Tableau 8 : Résumé des relevés hydrométriques - Rivière Saint-Charles (tronçon 2) Site Description Niveau d eau (m) B Amont pont - Boul. Central 8,14 8,90 8,59 7, rue de la rivière du Berger --- 8,99 8,59 7, Rivière du Berger 8,60 9,40 9,01 7,95 55 Rue de l Âtre 8,67 9,47 9,04 7, boul. Père-Lelièvre 9,35 10,35 10,00 8,72 62 Parc des Saules 9,74 10,56 10,46 9,13 70A Aval pont du boul. Père-Lelièvre ,65 11,58 10,75 Débit mesuré à la station ,8 48,6 50,8 21,1 Apport de la rivière Lorette 20, ,9 * 6,3 * Apport de la rivière du Berger 12,0 24, ,7 * Débit à l aval du secteur à l étude 54, ,1 * * Débit jaugé Calage du modèle hydrodynamique En simulant les débits issus des campagnes de mesures, les différents paramètres du modèle hydrodynamique ont été ajustés afin que les niveaux d eau simulés soient représentatifs des niveaux d eau mesurés. Tel que mentionné précédemment, les coefficients de rugosité de Manning sont l un des principaux paramètres permettant de caler le modèle. Pour la présente étude, deux des quatre campagnes de mesures ont été retenues pour le calage. Puisque le modèle tente de reproduire des événements de crues, les campagnes choisies sont celles avec les débits les plus élevés et qui comportent le moins de données manquantes. Les campagnes de 2005 sont donc celles choisies. Les résultats présentés au tableau 9 permettent de comparer les niveaux d eau observés à ceux obtenus lors des simulations. 15

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc.

APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS. Gilles Rivard, ing. M. Sc. APPROCHES SIMPLIFIÉES POUR L ÉVALUATION DES PARAMÈTRES DE CONCEPTION POUR LES BASSINS DE FAIBLES DIMENSIONS Gilles Rivard, ing. M. Sc. Québec 15 mars 2012 PRÉSENTATION Particularités des petits bassins

Plus en détail

Mémoire de Fin d Etudes Ingénieur ENGEES

Mémoire de Fin d Etudes Ingénieur ENGEES Ecole Nationale du Génie de l Eau et de l Environnement de Strasbourg ANALYSE DES IMPACTS DES ETIAGES DE LA RIVIERE MONTMORENCY SUR LES USAGES DE LA RESSOURCE EN EAU Mémoire de Fin d Etudes Ingénieur ENGEES

Plus en détail

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES drainage Micro Drainage QUELS SONT LES DOMAINES D APPLICATION DE XPSWMM? Gestion des eaux pluviales: Modélisation

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé

Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé 1 TGR Modélisation intégrée des écoulements pour la gestion en temps réel d'un bassin versant anthropisé Simon Munier Institut des Sciences et Industries du Vivant et de l'environnement (AgroParisTech)

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES

1.2. REALISATION DES OPERATIONS DE PRELEVEMENTS ET D ANALYSES AVANT-PROPOS Le présent document a été réalisé par ASCONIT Consultants, pour le compte du Conseil Général de Haute-Savoie (CG74) dans le cadre du programme 2007-2008 du suivi de la qualité des eaux des

Plus en détail

mesure des débits et des volumes dérivés par les canaux gravitaires

mesure des débits et des volumes dérivés par les canaux gravitaires mesures limnimétriques 2009 Depuis la loi sur l Eau de 1992, précisée par celle de 2006, tous les volumes d eau prélevés dans le milieu naturel doivent être mesurés, et ce, pour permettre une meilleure

Plus en détail

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits

Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Cartes de l étendue des eaux libres liés aux inondations Guide des produits Contexte Les crues ont parfois des effets dévastateurs sur la vie humaine, les infrastructures, l économie, les espèces sauvages

Plus en détail

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal

Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Congrès INFRA 2014- Montréal Plan d adaptation aux changements climatiques municipal Julien St-Laurent, M.Sc.Env. Spécialiste environnement Direction de l Aménagement, gestion et développement durable

Plus en détail

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22

Sommaire 3.4. CRUE SUR UN PETIT BASSIN VERSANT... 19 3.6. INTUMESCENCE - DYSFONCTIONNEMENT D OUVRAGES HYDRAULIQUES...22 Préambule La collection des guides de l ASN regroupe les documents à destination des professionnels intéressés par la réglementation en matière de sûreté nucléaire et de radioprotection (exploitants, utilisateurs

Plus en détail

PLACE DE L ACADIE MISE À JOUR DES ÉTUDES ACOUSTIQUES À PARTIR DES PLANS DE SITE RÉVISÉS SOUMIS EN DATE DU 3 DÉCEMBRE 2008

PLACE DE L ACADIE MISE À JOUR DES ÉTUDES ACOUSTIQUES À PARTIR DES PLANS DE SITE RÉVISÉS SOUMIS EN DATE DU 3 DÉCEMBRE 2008 MJM CONSEILLERS EN ACOUSTIQUE INC MJM ACOUSTICAL CONSULTANTS INC 55, Côte des Neiges, Bureau 0 Montréal (Québec) Tél.: (5) 77-98 HS A6 Fax: (5) 77-986 Site internet: www.mjm.qc.ca Courrier électronique:

Plus en détail

Volume 785 Page 198. Sont aussi présents: - M. Serge Lamontagne, directeur général; - Me Chantal Sainte-Marie, greffière par intérim.

Volume 785 Page 198. Sont aussi présents: - M. Serge Lamontagne, directeur général; - Me Chantal Sainte-Marie, greffière par intérim. Page 198 PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVAL PROCÈS-VERBAL D UNE SÉANCE DU COMITÉ EXÉCUTIF DE LA VILLE DE LAVAL tenue à huis clos le mardi 16 décembre 2014 à 10:15 heures à l hôtel de ville, 1 Place du Souvenir,

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY.

POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. POURQUOI ET COMMENT ARRIMER LES PDE ET LES SAD? LE CAS CONCRET DE LA MRC DE LA CÔTE-DE-BEAUPRÉ ET DE L OBV CHARLEVOIX-MONTMORENCY. Par Stéphanie Allard, Aménagiste et biologiste associée, ÉCOgestion-solutions

Plus en détail

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique

Étude de la carte de Vézelise. Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Étude de la carte de Vézelise Initiation à la lecture du relief sur une carte topographique Double objectif de la séance Étude d un paysage lorrain de côte Apprentissage de la lecture du relief sur une

Plus en détail

HEC-RAS River Analysis System

HEC-RAS River Analysis System Université du Québec École de technologie supérieure Département de Génie de la construction HEC-RAS River Analysis System Guide de laboratoire : Exemple pour la rivière du Loup HEC-RAS Version 3.1.3 CTN-762

Plus en détail

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino

Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino Commune de la Tène Viabilisation de la zone du casino RAPPORT TECHNIQUE Evacuation des eaux et alimentation en eau potable Dossier 10N026 Version 001 26 novembre 2010 RWB Holding SA Aménagement du territoire

Plus en détail

RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi

RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la MRC Brome-Missisquoi RAPPORT SUR L INSPECTION DES BANDES RIVERAINES 2014 Portrait de la 2 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 MÉTHODOLOGIE... 4 LOCALISATION DES COURS D EAU... 5 RÉSULTATS... 6 Portrait global de la MRC...

Plus en détail

DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION IMPLANTATION D UNE STRUCTURE DE CONTRÔLE

DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION IMPLANTATION D UNE STRUCTURE DE CONTRÔLE 4005, rue de la Garlock Sherbrooke (Québec) J1L 1W9 Tél : (819) 821-2163 Téléc. : (819) 821-0060 info@aqua-berge.com www.aqua-berge.com DEMANDE DE CERTIFICAT D AUTORISATION IMPLANTATION D UNE STRUCTURE

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire

Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire Trait de côte Histolitt v1.0 Descriptif technique Version du document 1.0 *** Sommaire 1 Producteurs 2 Dénomination du produit 3 Protection militaire 4 Abréviations 5 Description générale 1. Définition

Plus en détail

La menace des ruptures de digues

La menace des ruptures de digues CTC Rhône moyen 3 mai 2010 Fiabilisation des digues sur le Rhône moyen La menace des ruptures de digues Plusieurs brèches apparues dans les digues de Camargue lors des crues de 1993, 1994, 2002 et 2003

Plus en détail

Cahier des Clauses techniquesparticulières

Cahier des Clauses techniquesparticulières ARCHES PUBLICS MAIRIE DE BASTIA Avenue Pierre Guidicelli 20410 BASTIA CEDEX MARCHE D ETUDES A MAITRISE D OUVRAGE EN VUE DE L ORIENTATION ET DU DEVELOPPEMENT DU SYTEME D INFORMATION GEOGRAPHIQUE SERVICE

Plus en détail

Analyse des données LiDAR

Analyse des données LiDAR RESUME COURT L embâcle-débâcle d avril 2014 de la rivière Montmorency Embâcle-débâcle 15-16 avril 2014. Ce document présente une synthèse des informations disponibles concernant cet événement (aléa) dont

Plus en détail

Les technologies IT au service de la. Application àl ORBE. Présentation: Dr Philippe Heller

Les technologies IT au service de la. Application àl ORBE. Présentation: Dr Philippe Heller Les technologies IT au service de la prévision de débitd Application àl ORBE Présentation: Dr Philippe Heller ARPEA AG 2014 1 EIA FR -- e-dric.ch -- EPFL Trépied EPFL Apprendre et innover e-drich Mettre

Plus en détail

" Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables "

 Gestion des données issues du réseau de mesures limnimétriques des cours d eau non navigables " Gestion des données issues du réseau de mesures par ir Sébastien Gailliez Plan de l exposé 1. Introduction 2. Réseau de mesures 3. Base de données AQUALIM 4. Gestion du réseau de mesures 5. Logiciels

Plus en détail

Inventaire des foyers d érosion

Inventaire des foyers d érosion Inventaire des foyers d érosion Lacs Supérieur et Équerre Municipalité de Lac-Supérieur Automne 2010 Une collaboration entre : Mise en contexte Dans le cadre de l Opération Bleu-Vertpour poser des actions

Plus en détail

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005

Modélisation et simulation du trafic. Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Modélisation et simulation du trafic Christine BUISSON (LICIT) Journée Simulation dynamique du trafic routier ENPC, 9 Mars 2005 Plan de la présentation! Introduction : modèles et simulations définition

Plus en détail

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés

LIDAR LAUSANNE 2012. Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR LAUSANNE 2012 Nouvelles données altimétriques sur l agglomération lausannoise par technologie laser aéroporté et ses produits dérivés LIDAR 2012, nouveaux modèles altimétriques 1 Affaire 94022 /

Plus en détail

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel

Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales. Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Les techniques alternatives dans la gestion des eaux pluviales Jean Yves VIAU Directeur Opérationnel Plan de présentation Présentation Saint Dizier environnement Les techniques alternatives La maîtrise

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Galion: Le lidar éolien ultime

Galion: Le lidar éolien ultime Galion: Le lidar éolien ultime galionlidar.com Le Galion Le lidar éolien ultime Le Galion est un lidar perfectionné destiné à la visualisation et à la mesure de la vitesse, de la direction et du comportement

Plus en détail

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS

ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS ALERTE ET GESTION DES CRUES ÉCLAIRS SUR LES PETITS BASSINS VERSANTS URBAINS Utilisation du radar HYDRIX et de la plateforme RAINPOL sur la commune d ANTIBES JUAN-LES-PINS European Local Authorities Rencontres

Plus en détail

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët. Département 56

Le Haut Ellé. Station de pompage de Barréguan près D790 Le Grand Pont sous le Faouët. Département 56 Le Haut Ellé Station de pompage de Barréguan près D790 "Le Grand Pont" sous le Faouët Département 56 Présentation L'Ellé regroupe tous les niveaux techniques, ainsi l'ellé peut être divisée en trois tronçons

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR

PLAN GÉNÉRAL D AMÉNAGEMENT FORESTIER SEIGNEURIE DE PERTHUIS RÉSUMÉ NOTE AU LECTEUR NOTE AU LECTEUR Dans le cadre de notre certification forestière à la norme du Forest Stewardship Council de la Seigneurie de Perthuis, nous vous présentons un résumé du plan général d aménagement forestier

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...

Sommaire INTRODUCTION... 2. 1/ Le contexte général de la commune...3. 2/ L état des réseaux...3. 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration... 1 Sommaire INTRODUCTION... 2 1/ Le contexte général de la commune...3 2/ L état des réseaux...3 3/ Le diagnostic des ouvrages d épuration...3 4/ Les solutions retenues par la commune...5 CONCLUSION Carte

Plus en détail

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au

Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université. Version finale. Présentée au Étude comparative sur les salaires et les échelles salariales des professeurs d université Version finale Présentée au Syndicat général des professeurs et professeures de l Université de Montréal (SGPUM)

Plus en détail

Photos n 1, 2, 3 : Plaines LeBreton (La Plaine et la Place des évènements) / Lebreton Flats (Event Square), Ottawa, Ontario

Photos n 1, 2, 3 : Plaines LeBreton (La Plaine et la Place des évènements) / Lebreton Flats (Event Square), Ottawa, Ontario 1 Photos n 1, 2, 3 : Plaines LeBreton (La Plaine et la Place des évènements) / Lebreton Flats (Event Square), Ottawa, Ontario Ré-aménagement des plaines LeBreton (Plaine LeBreton et place des évènements

Plus en détail

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE

LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE LES LOIS PHYSIQUES APPLIQUÉES AUX DEUX-ROUES : 1. LA FORCE DE GUIDAGE 2. L EFFET GYROSCOPIQUE Les lois physiques qui régissent le mouvement des véhicules terrestres sont des lois universelles qui s appliquent

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

Monsieur Yves Chassé, directeur général secrétaire-trésorier.

Monsieur Yves Chassé, directeur général secrétaire-trésorier. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ SAINTE-FÉLICITÉ Procès-verbal de la séance ordinaire du conseil de la Municipalité de Sainte-Félicité tenue le 1 er octobre 2012 à 19h00 à la salle Alphonse Simard

Plus en détail

Le Plan Départemental de l Eau

Le Plan Départemental de l Eau de l Eau CG1/PIADDT/DAE/MD-LS-9/05/009 de l Eau Son organisation schématique va s appuyer sur : 1. Les infrastructures existantes d intérêt départemental,. Les schémas directeurs territoriaux, 3. Des maillages

Plus en détail

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française

Changement du trait de côte et images satellites. Tempêtes 2014, plage de la Salie, côte atlantique française Les tempêtes L expert Avec la crise climatique, les rivages subissent plus durement les assauts de la mer et les crues de fleuves. Pour anticiper et prévenir des risques d érosion et d inondation, il est

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Estimation de potentiel éolien

Estimation de potentiel éolien cours1 (suite) Estimation de potentiel éolien Mesures de la vitesse et de la direction du vent Différents types d anémomètres-girouettes Anémomètre à coupelles Simple et robuste, il nécessite l adjonction

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 2. MÉTHODOLOGIE...4 2.1. CONSTITUTION D UN SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (SIG)...4

TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 2. MÉTHODOLOGIE...4 2.1. CONSTITUTION D UN SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (SIG)...4 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION...1 2. MÉTHODOLOGIE...4 2.1. CONSTITUTION D UN SYSTÈME D INFORMATION GÉOGRAPHIQUE (SIG)....4 2.2. TRAITEMENT DES DONNÉES...6 2.3. ÉTAPES D ANALYSE...7 2.4. TEMPS D INTERVENTION...12

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives

Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les... 1 sur 2 2008-09-18 13:54 Sujet : Dernière chance de participer au concours de photo du Comité ZIP Les Deux Rives De : Guy Guilbert

Plus en détail

Innovations Majeures de la Version 4

Innovations Majeures de la Version 4 Innovations Majeures de la Version 4 Un nouvel environnement SIG avec de puissants outils graphiques. De nouveaux moteurs hydrologiques et hydrauliques plus sûrs et plus performants. De nouveaux modes

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

Cartes de bruit stratégiques

Cartes de bruit stratégiques Département de la Sarthe Cartes de bruit stratégiques Grandes infrastructures de transports Réseau autoroutier COFIROUTE Résumé non technique Article R 572-5 du code de l environnement Vu pour être annexé

Plus en détail

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC CÔTE-DE-BEAUPRÉ MUNICIPALITÉ DE BOISCHATEL

CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC CÔTE-DE-BEAUPRÉ MUNICIPALITÉ DE BOISCHATEL CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC CÔTE-DE-BEAUPRÉ MUNICIPALITÉ DE BOISCHATEL Boischatel, le 1er février 2010. Procès-verbal de la session régulière du Conseil municipal de Boischatel, tenue le 1er jour du

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

CREDIT D ETUDE EN VUE DE LA CONSTRUCTION D UNE PASSERELLE SUR LE RHONE RELIANT LES COMMUNES D ONEX ET DE VERNIER.

CREDIT D ETUDE EN VUE DE LA CONSTRUCTION D UNE PASSERELLE SUR LE RHONE RELIANT LES COMMUNES D ONEX ET DE VERNIER. DA 500 10.09 CREDIT D ETUDE EN VUE DE LA CONSTRUCTION D UNE PASSERELLE SUR LE RHONE RELIANT LES COMMUNES D ONEX ET DE VERNIER. Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, En 2009, les communes de

Plus en détail

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée

CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée CLUB DE MARCHE Ballade et Randonnée SOMMAIRE 1 LA CARTE 1.1 Les types de carte 1.2 Les différentes échelles 1.3 - Les informations figurants sur les cartes au 1/25000 ème 1.3.1 - Le cadre 1.3.2 Les couleurs

Plus en détail

CHAPITRE. Le mouvement en une dimension CORRIGÉ DES EXERCICES

CHAPITRE. Le mouvement en une dimension CORRIGÉ DES EXERCICES CHAPITRE Le mouvement en une dimension CORRIGÉ DES EXERCICES Exercices. Le mouvement rectiligne uniforme SECTION. 5. Le graphique suivant représente la vitesse d une cycliste en fonction du temps. Quelle

Plus en détail

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration

Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d administration Évaluation périodique du programme MBA coop Résumé Faculté d admini istration Mai 2012 1 Le programme de maîtrise en administration des affaires, cheminement coopératif (MBA Coop) de la Faculté d administration

Plus en détail

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE

PROFIL STATISTIQUE DRUMMONDVILLOIS DÉMOGRAPHIE ET ÉCONOMIE DRUMMONDVILLE DRUMMONDVILLE Le contenu de ce rapport a été rédigé et produit pour une utilisation par tous les services municipaux. Le Commissariat au commerce a colligé les données relatives au développement économique

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques

La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques La gestion des écoulements dans les Wateringues du Nord - Pas de Calais Incidence prévisible des changements climatiques Par Philippe PARENT Institution des Wateringues Par Philippe PARENT Institution

Plus en détail

Détermination des enjeux exposés

Détermination des enjeux exposés RAPPORTS CETE de LYON Centre d'études Techniques de LYON Département Laboratoire de Clermont-Ferrand Affaire 19526 Détermination des enjeux exposés au risque inondation de l'oeil à Cosne d'allier novembre

Plus en détail

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE LANAUDIÈRE À L ÉGARD DE L INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES Mise à jour au 28 février 2013 Véronique Bibeau, Conseillère en gestion

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

À LOUER LA CITÉ DES AFFAIRES DE MIRABEL BOULEVARD DE VERSAILLES MIRABEL, QUÉBEC

À LOUER LA CITÉ DES AFFAIRES DE MIRABEL BOULEVARD DE VERSAILLES MIRABEL, QUÉBEC NOUVEAU DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL À LOUER LA CITÉ DES AFFAIRES DE MIRABEL BOULEVARD DE VERSAILLES MIRABEL, QUÉBEC 6 ESPACES RESTAURANTS, ESPACES COMMERCIAUX, HÔTEL DE 130 CHAMBRES ET CLINIQUE MÉDICALE À

Plus en détail

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE

PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE Département Calvados Institution Interdépartementale du Bassin de l Orne PROFIL DE VULNERABILITE DES EAUX DE BAIGNADE Plage Boulevard de la Plage à VER-sur-MER RAPPORT DE SYNTHESE RT DSD 10015EZ phase1-017

Plus en détail

Règlement type relatif à l abattage d arbres

Règlement type relatif à l abattage d arbres Règlement type relatif à l abattage d arbres INTRODUCTION «Une municipalité ou une MRC peut régir ou restreindre la plantation ou l'abattage d'arbres afin d'assurer la protection du couvert forestier et

Plus en détail

collection mise au point état initial et prévision d impact dans les documents d incidences milieu aquatique

collection mise au point état initial et prévision d impact dans les documents d incidences milieu aquatique collection mise au point milieu aquatique état initial et prévision d impact dans les documents d incidences 1 PRINCIPES DE LA DEMARCHE.. 10 1.1. CHAMP D APPLICATION.... 12 1.2. UNE DEMARCHE EN QUATRE

Plus en détail

Plateforme nationale de gestion et traitement de données pour l'hydraulique et les inondations

Plateforme nationale de gestion et traitement de données pour l'hydraulique et les inondations Les données LIDAR : utilisation pour la prévention des risques d'inondation Plateforme nationale de gestion et traitement de données pour l'hydraulique et les inondations (Ex Plateforme Nationale pour

Plus en détail

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée

Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Savoir lire une carte, se situer et s orienter en randonnée Le b.a.-ba du randonneur Fiche 2 Lire une carte topographique Mais c est où le nord? Quel Nord Le magnétisme terrestre attire systématiquement

Plus en détail

BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA

BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA BUREAU DE LA SÉCURITÉ DES TRANSPORTS DU CANADA Vérification de la disponibilité d outils de travail bilingues Le 25 avril 2007 TABLE DES MATIÈRES 1. RÉSUMÉ... 2 2. CONTEXTE... 3 3. OBJECTIF ET CRITÈRES...

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE

COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE COMPTE-RENDU DE LA CONSULTATION PUBLIQUE ARRONDISSEMENT DE BROMPTON RÉVISION DU SCHÉMA DE COUVERTURE DE RISQUES EN SÉCURITÉ INCENDIE 13 JUIN 2012 19 h BUREAU D ARRONDISSEMENT DE BROMPTON SONT PRÉSENTS

Plus en détail

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé

Epargne, Retraite, Prévoyance et Santé L offre FOBA Des outils d aide à la vente Budget Retraite Augmenter la vente des différentes solutions retraite ANI Générer des rendez-vous qualifiés et réduire le délai de décision pour la souscription

Plus en détail

Département de l ARIEGE

Département de l ARIEGE LES RAPPORTS BUREAU VERITAS Bureau Veritas 12 rue Michel Labrousse Bât 15 BP 64797 31047 TOULOUSE CEDEX 1 Dardilly, le 12 juillet 2012 Département de l ARIEGE Elaboration des cartes de bruit stratégiques

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

LE CARREFOUR GIRATOIRE : UN MODE DE GESTION DIFFÉRENT. Bruno Marquis, ing. Pascal Lacasse, urb.

LE CARREFOUR GIRATOIRE : UN MODE DE GESTION DIFFÉRENT. Bruno Marquis, ing. Pascal Lacasse, urb. LE CARREFOUR GIRATOIRE : UN MODE DE GESTION DIFFÉRENT Bruno Marquis, ing. Pascal Lacasse, urb. Pascale Guimond, ing. Ministère des Transports du Québec Exposé préparé pour la séance sur les méthodes innovatrices

Plus en détail

Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi»

Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi» Mémo technique MODELES GENERIQUES DE SCORE DE CREDIT ou Le scoring de crédit «prêt à l emploi» 46, rue de la Tour 75116 Paris tél. (33) 01 73 00 55 00 fax (33) 01 73 00 55 01 www.softcomputing.com Sommaire

Plus en détail

ASHRAE Montréal STM Construction du centre de transport Stinson. 16 mars 2015

ASHRAE Montréal STM Construction du centre de transport Stinson. 16 mars 2015 ASHRAE Montréal STM Construction du centre de transport Stinson 16 mars 2015 Plan de présentation Présentation générale du projet Par M. Jocelyn Leblanc, directeur de projets STM Lignes directrices conception

Plus en détail

L utilisation du lidar terrestre en foresterie. Richard Fournier Département de géomatique appliquée

L utilisation du lidar terrestre en foresterie. Richard Fournier Département de géomatique appliquée L utilisation du lidar terrestre en foresterie Richard Fournier Département de géomatique appliquée Problématique Inventaire traditionnel : photographie aérienne imagerie satellitaire relevés manuels sur

Plus en détail

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Programme Rencontre Technique ASCOMADE Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Présentation du logiciel de modélisation EPANET 1 Présentation du Logiciel Rôle

Plus en détail

ETUDE DES PERFORMANCES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLICATION POUR DES SITES ALGERIENS

ETUDE DES PERFORMANCES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLICATION POUR DES SITES ALGERIENS èmes Journées Internationales de Thermique ETUDE DES PERFORMANES D UN SYSTEME EOLIEN. APPLIATION POUR DES SITES ALGERIENS Rachid MAOUEDJ*, Souad BOUSALEM** et Boumedien BENYOUEF ** * Unité de Recherche

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

LA VILLE ET SON ASSAINISSEMENT. L essentiel

LA VILLE ET SON ASSAINISSEMENT. L essentiel Certu Centre d études sur les réseaux, les transports, l urbanisme et les constructions publiques LA VILLE ET SON ASSAINISSEMENT Principes, méthodes et outils pour une meilleure intégration dans le cycle

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE SHERBROOKE

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE SHERBROOKE 12 SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE SHERBROOKE ASSEMBLÉE ORDINAIRE TENUE AU CENTRE ADMINISTRATIF DE LA SOCIÉTÉ LE 11 FÉVRIER 2015 À 17 H 16 PROCÈS-VERBAL 15-02 Sont présents : M. Bruno Vachon Président Mme Danielle

Plus en détail

Août 2014. Résumé de l étude d impact sur l environnement

Août 2014. Résumé de l étude d impact sur l environnement Août 2014 Aménagement hydroélectrique communautaire de la Onzième Chute de la rivière Mistassini Résumé de l étude d impact sur l environnement TABLE DES MATIÈRES 1- La Société 5 2- Description du projet

Plus en détail

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

Laboratoire Hydrologie et Aménagement (HYDRAM) Rapport de Master

Laboratoire Hydrologie et Aménagement (HYDRAM) Rapport de Master Faculté de l Environnement Naturel, Architectural et Construit (ENAC) Section de Sciences et Ingénierie de l Environnement (SIE) Programme de Master en Sciences et Ingénierie de l Environnement Laboratoire

Plus en détail

PRÉSENCES. 9. Mme Johane Pelletier ORDRE DU JOUR

PRÉSENCES. 9. Mme Johane Pelletier ORDRE DU JOUR PRÉSENCES PROCÈS- VERBAL DE LA RÉUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION TENUE LE 13 MAI 2014, AU 3060 RUE DE PORT- LOUIS À 18H30 ADMINISTRATEURS DES IMMEUBLES : 1. M. Germain Chamberland 2. Mme Rachel Francoeur

Plus en détail

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX SMART WATER NETWORKS LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX Les défis posés au gestionnaire du système d assainissement La sécurité des biens et des personnes Anticiper et limiter les risques de débordements

Plus en détail

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE DIRECTION GENERALE ADJOINTE CHARGEE DE L AMENAGEMENT ET DU DEVELOPPEMENT Service études et prospective RESUMÉ NON TECHNIQUE ELABORATION DES CARTES DE BRUIT COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU HAUT VAL DE MARNE

Plus en détail

Guide du requérant et du mandataire

Guide du requérant et du mandataire Guide du requérant et du mandataire Service en ligne du programme de la taxe sur l essence et de la contribution du Québec volet Reddition de comptes 00- Novembre 0 Direction générale des infrastructures

Plus en détail

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle

Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle Eric Chaumillon UMR CNRS 7266 Littoral Environnement et Sociétés LIENSs Université de la Rochelle 7ème Journée de restitution des résultats de l Observatoire du Patrimoine Naturel Marais poitevin jeudi

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail