Il vous appartient de communiquer l'ensemble de ces documents à l'assemblée délibérante dès sa plus proche réunion.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Il vous appartient de communiquer l'ensemble de ces documents à l'assemblée délibérante dès sa plus proche réunion."

Transcription

1 TOULOUSE, le 17 janvier 2014 Le Président N/Réf. : JO Monsieur le Président, Conformément à l'article L du code des juridictions financières, je vous notifie le rapport d'observations définitives sur la gestion du département de la Haute-Garonne, pour la partie consacrée aux politiques sociales, accompagné de votre réponse écrite qui a été adressée à la chambre. Il vous appartient de communiquer l'ensemble de ces documents à l'assemblée délibérante dès sa plus proche réunion. Conformément à la loi, cette communication doit faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la prochaine réunion de l'assemblée. Le rapport, assorti de votre réponse, doit être joint à la convocation adressée à ses membres. Il donnera lieu à un débat lors de sa présentation. Vous voudrez bien me tenir informé de la date de la prochaine réunion de l assemblée délibérante et, par la suite, par tout moyen à votre convenance, m adresser une copie d'un extrait du procès-verbal des débats ou du relevé des délibérations. Je vous rappelle que ces observations ne sont, selon les dispositions de l'article R du code précité, communicables aux tiers qu à l issue de la première réunion de l'assemblée délibérante suivant leur réception. Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l assurance de ma considération très distinguée. Monsieur Pierre IZARD Président du conseil général du département de la Haute-Garonne 1, boulevard de la Marquette Toulouse Cedex 9 Jean MOTTES 31 allées Jules Guesde BP TOULOUSE CEDEX 6 - Tél : Fax :

2 2 N/Réf. : JO RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE (LES POLITIQUES SOCIALES) Exercices 2006 et suivants

3 3 SYNTHESE DES OBSERVATIONS DEFINITIVES DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE (POLITIQUES SOCIALES) Le présent rapport constitue le deuxième volet du contrôle du Département de la Haute-Garonne par la chambre régionale des comptes. Il est consacré à l examen des politiques sociales, sachant que le premier volet du rapport de la chambre est, pour sa part, consacré à la situation financière de la collectivité. En 2011, le budget du Département de la Haute-Garonne approchait 1,4 milliard d euros et les dépenses sociales brutes, d un montant de 568,2 M, représentaient 52,5 % des dépenses réelles de fonctionnement. 1 - Le pilotage des politiques sociales 1.1 Une charge nette en hausse de 33 % Entre 2006 et 2011, les dépenses sociales ont augmenté de 30,4 %. Leur évolution a cependant été moins forte que celle des dépenses réelles de fonctionnement, en raison des transferts de compétence et de personnels intervenus dans le cadre de l acte II de la décentralisation. Les dépenses d insertion constituent toujours la première politique sociale du département mais leur part dans les dépenses sociales brutes a diminué, de 31,9 à 27,9 %. La part des dépenses en faveur des personnes handicapées est passée de 20,3 % à 25,3 %, devant celles pour les personnes âgées (23,9 %), et celles du secteur enfance-famille (19,7 %). Pour le Département, les dépenses sociales constituaient une charge nette de 363,2 M en 2011, qui a augmenté de 90 M en 6 ans (+33 %). Elles ont pu être financées grâce à une fiscalité dynamique. Pour l avenir, la conjonction de ressources fiscales moins dynamiques et de dépenses sociales dont l évolution demeure forte, obligera le Département à mettre en œuvre une approche maîtrisée des dépenses, en se recentrant sur les dépenses obligatoires Un effectif de agents En 2012, la collectivité employait agents en équivalent temps plein. Un peu plus d un quart de cet effectif concernait les politiques sociales, soit environ 1900 agents, ou emplois en équivalent temps plein. Le personnel était majoritairement déconcentré dans 23 Maisons des Solidarités.

4 4 Si le Département dispose d un programme départemental d insertion et, depuis 2010, d un schéma gérontologique, il ne dispose pas encore d un schéma en faveur des handicapés, ni d un schéma en faveur de l enfance et de la famille, qui est cependant en cours d élaboration. La chambre souligne enfin l importance des restes à recouvrer en matière sociale, qui représentaient 7,5 M pour le RMI-RSA et 2,6M pour l APA en La politique d aide aux personnes âgées En 2011, la dépense de l Aide personnalisée à l autonomie (APA) était de 112,6 M. Elle a augmenté de +41,3 % entre 2006 et 2011, correspondant pour l essentiel à l augmentation du nombre des bénéficiaires, passé de à (+31,9 %). L évolution a été moins rapide sur les années plus récentes : +10,2 % entre 2009 et En 2011, la dépense d APA se répartit entre APA à domicile (80,2M ) et APA en établissement (32,5 M ). La chambre souligne l importance de la part des bénéficiaires à domicile, passée de 69 % à 71 %, ce qui est conforme à l orientation de la politique nationale L APA à domicile Les indicateurs suggèrent une ouverture généreuse du dispositif, qui implique un surcoût financier. En effet, le taux de rejet des premières demandes, entre 17 et 18 %, est inférieur à la moyenne nationale (24 %) et le pourcentage de personnes classées GIR 4 (61 % en 2011) un peu supérieur à la moyenne nationale (58 %), ce qui correspondrait, selon le Département, à une approche préventive de la dépendance. La téléassistance, le portage des repas, les frais d hygiène ou l adaptation du logement font l objet d aides extra-légales aux communes. Or, ces dépenses, dans la mesure où elles sont individualisables, ont vocation à être financées dans le cadre du plan d aide soumis par la loi à un seuil. Par délibération du 26 juin 2013, le Département a décidé de diminuer les subventions versées à ce titre aux collectivités. La mise en œuvre des plans d aide fait majoritairement intervenir des services prestataires, à hauteur de 71 % des heures financées, ce qui permet de protéger les personnes les plus fragiles. Le recours par les personnes classées GIR 1 aux services prestataires à hauteur de seulement 50 % correspondant à une volonté de recruter des salariés en gré à gré, à un tarif horaire moins élevé, afin de disposer de davantage d heures. Cette situation apparaît insatisfaisante, car les personnes classées GIR 1 sont les plus dépendantes et donc les moins susceptibles d exercer pleinement la responsabilité d employeur. Le contrôle de l effectivité de l aide a été progressivement étendu à tous les bénéficiaires. Ainsi, en 2010, 9,5 M de titres ont été émis pour récupérer les indus, mais les restes à recouvrer sont importants, à hauteur de 2,6 M.

5 5 Cette situation insatisfaisante tient à l intervention tardive des contrôles et à la contestation fréquente des titres émis. Pour les prestataires tiers payant, qui ne représentent encore que 62 % des prestataires en 2010, les procédures dématérialisées sont à généraliser afin d actualiser la situation des bénéficiaires. Pour les bénéficiaires utilisant un mandataire ou le gré à gré, la chambre recommande la mise en place du chèque emploi service universel (CESU). Le Département a suivi cette recommandation et décidé la mise en place de la télégestion et du CESU par délibération du 26 juin Une quinzaine de services d aide à domicile présentent une situation financière tendue en Le Département tente d adapter les tarifs des services les plus exposés, notamment ceux en milieu rural, afin de maintenir l offre de service L APA en établissement L APA en établissement concerne 34 % des bénéficiaires, parmi les personnes les plus dépendantes. En 2011, la capacité d accueil était de 171 établissements, dont 130 EHPAD, et de places autorisées pour personnes âgées. Le taux d équipement est inférieur à la moyenne régionale, et la capacité installée reste inférieure à celle autorisée d environ 320 places en l absence de financement. Les besoins insatisfaits concerneraient principalement l agglomération de Toulouse à hauteur de 240 places. Par délibération du 28 septembre 2012, le Département a émis un avis défavorable sur le projet régional de santé (PRS) adopté en décembre 2012 par l ARS, qui préconise notamment de satisfaire les besoins en places par redéploiement entre les structures. La qualité du parc d EHPAD est satisfaisante : seuls deux établissements nécessitent des rénovations lourdes. Les conventions tripartites y ont contribué, en fixant des objectifs qualitatifs, mais leur renouvellement s est ralenti après 2010, faute de crédits de médicalisation, entraînant la caducité de 65 d entre elles entre 2011 et Si le Département procède à des visites régulières des établissements, la périodicité des contrôles approfondis inopinés reste faible. 3 - La politique d accueil de la petite enfance Le Département exerce deux compétences obligatoires (présider la commission départementale du jeune enfant, autoriser et contrôler les crèches et les assistants-maternels) et certaines compétences facultatives : il est opérateur de deux crèches et subventionne également les opérateurs. En revanche, il n a pas adopté de schéma départemental. Il a subventionné l investissement des crèches pour un montant moyen annuel de 3,1 M entre 2006 et Cet effort ne donne cependant lieu à aucune priorisation ni coordination avec les autres financeurs. Le Département, qui n a pas encore adopté de schéma départemental de l enfance et de la famille, ne dispose pas d une politique en la matière clairement définie, ni d outils pour l évaluer. Son service PMI n a pas non plus défini de règlement intérieur.

6 6 Entre 2008 et 2011, 1295 places ont été créées en accueil collectif, mais cet effort a été neutralisé par la diminution des places en écoles maternelles pour les enfants de moins de 3 ans (-1 489), dont le nombre est passé de à 718. Les besoins d accueil collectif restent loin d être satisfaits dans le département, notamment à Toulouse où la liste d attente pour une place en crèche est en moyenne de neuf mois. Grâce à l offre d accueil individuel, qui a fortement progressé (+1825 places actives, soit un total de en 2011), l offre globale d accueil a pu augmenter de 1693 places en quatre ans (+7,67 %), totalisant places en Entretemps, la population des enfants de moins de trois ans, passée de enfants à , a augmenté de 6 %, mais à un rythme un peu moins rapide que l offre. Le taux de couverture a donc progressé de 53,2 % à 54 %. Cependant, les inégalités entre territoires sont grandes : 43 % à Toulouse, 50 % en Grande couronne, 28 % en Comminges (données CAF). A Toulouse, la situation est tendue car l équipement collectif fait défaut comme également les assistantes-maternelles, qui ne peuvent s installer dans un logement adapté compte tenu du coût de l immobilier. Le potentiel inoccupé des crèches est important, particulièrement dans les structures publiques où il est couramment situé entre 50 % et 60 %. Une juste utilisation des fonds publics exige qu un effort soit réalisé pour optimiser l utilisation des équipements. Dans cet esprit, le subventionnement des crèches pourrait être conditionné à certains critères caractérisant un fonctionnement optimal des structures.

7 7 S O M M A I R E 1 - LE PILOTAGE DES POLITIQUES SOCIALES La définition des politiques sociales Le cadre législatif et réglementaire Les schémas établis par le Département Conclusion Recommandation L organisation de la politique sociale Les effectifs et leur répartition Les CLIC L importance du dispositif Conclusion Recommandation Les caractéristiques démographiques L évolution démographique Conclusion Le poids des dépenses d aide sociale La répartition des dépenses d aide sociale Conclusion La soutenabilité des dépenses sociales La charge nette représentée par les dépenses sociales Le financement des dépenses sociales Conclusion Les restes à recouvrer en matière sociale LA POLITIQUE D AIDE AUX PERSONNES AGEES L évolution de la dépense d APA et sa répartition L évolution de la dépense d APA Conclusion La répartition des bénéficiaires entre APA à domicile et APA en établissement L APA à domicile L entrée dans le dispositif Le niveau et le contenu des plans d aide, et du reste à charge (APA à domicile) La mise en oeuvre des plans d aide Le contrôle de l effectivité de l aide La tarification des services et le contrôle de la qualité de l aide La prise en charge en établissement des personnes âgées dépendantes La dépense d APA en établissement et le nombre de bénéficiaires L offre d hébergement en Haute-Garonne Le contrôle de la prise en charge en établissement... 39

8 8 3 - LA POLITIQUE D ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE Le pilotage, la cohérence des objectifs et la coordination des acteurs Les objectifs de la politique d accueil de la petite enfance L articulation des instances et des outils d analyse de l offre d accueil Les moyens mobilisés et le coût du dispositif L offre d accueil Le cadrage quantitatif de l offre d accueil en Haute-Garonne La fréquentation des services d accueil et la PSU L autorisation et le contrôle des services d accueil, le suivi et la formation des assistantsmaternels La procédure d agrément et de contrôle des structures d accueil collectif Les assistants maternels : leur agrément, l accompagnement, la formation, leur contrôle L adéquation de l offre à la demande, et les impacts de la politique d accueil L identification des besoins des familles et l information des parents L adéquation de l offre aux besoins et l attribution des places Les impacts de la politique d accueil du jeune enfant La préscolarisation RECOMMANDATIONS... 73

9 9 Le présent rapport constitue le deuxième volet du contrôle du Département de la Haute-Garonne par la chambre régionale des comptes. Il est consacré à l examen des dépenses sociales. Le premier volet du rapport de la chambre est consacré à la situation financière de la collectivité. 1 - LE PILOTAGE DES POLITIQUES SOCIALES La politique sociale du Département de la Haute-Garonne, définie par le conseil général, est mise en œuvre par la direction générale adjointe des solidarités La définition des politiques sociales Le cadre législatif et réglementaire Les articles L et L et 5 du code d action sociales et de la famille (CASF) prévoient qu un schéma d'organisation sociale et médico-sociale soit établi pour une période maximum de cinq ans dans un certain nombre de domaines, singulièrement dans les secteurs du handicap et des personnes âgées, et dans celui de la protection des mineurs. Son objectif général est d apprécier la nature, le niveau et l'évolution des besoins sociaux et médico-sociaux de la population, de dresser le bilan quantitatif et qualitatif de l'offre sociale et médico-sociale existante, de déterminer les perspectives et les objectifs de développement de l'offre sociale et médico-sociale et, notamment, ceux nécessitant des interventions sous forme de création, transformation ou suppression d'établissements et services, et de préciser le cadre de la coopération et de la coordination entre les établissements et services. Les schémas relatifs aux personnes handicapées ou en perte d'autonomie sont arrêtés par le président du conseil général, après concertation avec le représentant de l'etat dans le département et avec l'agence régionale de santé. Un schéma départemental permet d offrir une approche globale et concertée de la définition des besoins et des priorités thématiques à l échelle du département, pour une durée de cinq ans. Cette démarche programmatique écarte le risque d un pilotage technique «au fil de l eau», et permet d introduire une dimension évaluative des actions à mettre en œuvre Les schémas établis par le Département Le précédent contrôle de la chambre 1 avait souligné l absence d adoption d un schéma gérontologique depuis Donnant suite à cette observation, l assemblée départementale a, dans sa séance du 23 janvier 2008, décidé d engager la procédure d élaboration d un nouveau schéma en faveur des personnes âgées. Celui-ci a été adopté à l unanimité par l assemblée départementale le 25 juin 2010 et a reçu l avis unanime du CROSMS. Il est structuré autour de quatre axes principaux (coordination des acteurs, pris en charge en établissement, prise en charge de la maladie d Alzheimer et des pathologies apparentées, prise en charge de publics spécifiques) et de treize fiches-actions. Une révision est prévue à mi-parcours. 1 ROD du 13 juin 2008

10 10 Le programme départemental d insertion (PDI) a été adopté par l assemblée départementale le 23 juin Le projet de Pacte territorial d insertion, prévu par la loi sur le RSA, a été adopté par l assemblée départementale le 26 janvier Deux des quatre grandes politiques sociales mises en œuvre par le Département, en l occurrence celles en faveur des personnes handicapées et celles concernant l enfance et la famille, n ont jamais fait l objet d un schéma d orientation Conclusion La chambre note le retard pris par la collectivité départementale pour formaliser ses politiques sociales. Or la cohérence avec les orientations nationales ne peut être appréciée que si les orientations données à sa politique par le conseil général de la Haute-Garonne sont formalisées. Le Département manque ainsi d un état des lieux ou diagnostic initial, d objectifs clairement définis pour définir la marche à suivre, et d outils de mesure et de suivi permettant une évaluation au long cours Recommandation La chambre recommande de mettre en place un schéma des personnes handicapées et un schéma en faveur de l enfance et de la famille, afin de permettre une évaluation au long cours de ces politiques. Elle note qu un schéma départemental en faveur de l enfance et de la famille est en cours d élaboration L organisation de la politique sociale Les effectifs et leur répartition Le Département de la Haute-Garonne dispose d une organisation territoriale largement déconcentrée, sous la forme d unités territoriales réparties sur le territoire départemental (UTAMS), chacune disposant d une équipe médico-sociale, composée d un médecin, d une à quatre infirmières, d un agent administratif, et d assistants sociaux. Elles constituent autant de points de desserte du public en proximité. Chaque UTAMS dispose de locaux répartis dans leur périmètre d'intervention (120 centres médico-sociaux, et les locaux des mairies où interviennent des travailleurs sociaux) qui sont autant de points d accueil de proximité. La répartition dans le territoire procède d un maillage constitué de 23 Unités Territoriales d Action Médico-Sociale (UTAMS) réparties à raison de 11 sur le territoire de l agglomération de Toulouse et 12 au dehors. Le dispositif est évolutif. En 2012, le Département a rebaptisé ses «UTAMS» Maisons des Solidarités». L effectif des services du conseil général qui interviennent dans le domaine social est de l ordre de 1900 agents, soit 27 % de l effectif total. Plus de la moitié interviennent dans le cadre des maisons des solidarités départementales.

11 Les CLIC Depuis la loi de 2001 créant l APA et la loi de 2002 rénovant l action sociale et médicosociale, les départements doivent mettre en place des comités locaux d information et de coordination (CLIC), qui peuvent présenter 3 niveaux de labellisation : niveau 1 : accueil, écoute, information, conseil et soutien aux familles ; niveau 2 : évaluation des besoins de la personne âgée et élaboration du plan d aide personnalisé ; niveau 3 : mise en oeuvre, suivi et adaptation du plan d aide. La loi du 13 août 2004 a transféré le financement des CLIC aux Départements, désignés comme chefs de file de la politique gérontologique. Le Département n a pas traduit cette obligation dans son organisation, sinon partiellement. Dans son rapport d observations définitives du 13 juin 2008, la chambre avait souligné que le Département n avait mis en place que 4 CLIC, d où il résultait une couverture partielle du territoire à hauteur de 30 %. Elle avait rappelé l importance pour le Département de disposer de pôles de coordination gérontologique, notamment en milieu rural. Depuis 2008, le Département a pris le parti de faire assurer cette coordination directement par les Maisons de la Solidarité, qui sont positionnées depuis 2012 comme «portes d entrée» de la coordination gérontologique. Les CLIC ne fonctionnent plus depuis 2009, et un service dédié à la coordination a été créé en L importance du dispositif La chambre manque de données précises sur les effectifs du conseil général, singulièrement sur ceux mobilisés dans le secteur social. Les données disponibles, qu elles soient issues des annexes des comptes administratifs (effectifs par filières) ou des bilans sociaux, ne permettent pas d établir une comparaison des effectifs en charge de l action sociale avec les autres départements. Par ailleurs, il existe une répartition par fonction, mais celle-ci ne porte pas sur la totalité des effectifs, une part importante des charges restant non répartie. Il n a donc pas été possible de comparer le coût des moyens mobilisés sur la politique sociale avec le coût moyen constaté au niveau national ou régional, ou dans les départements présentant le même profil démographique. Une telle comparaison serait aussi utile au niveau de chaque politique sociale. Une comptabilité analytique devrait être mise en œuvre par le Département s il souhaite disposer de la capacité d analyse de ses secteurs d activité, singulièrement en matière sociale, et déterminer si l organisation en place est plus ou moins coûteuse que dans les départements présentant le même profil.

12 Conclusion Le territoire est maillé en 23 circonscriptions d action sociale, ce qui permet une bonne gestion de proximité du dispositif, mais actuellement le coût du dispositif social départemental ne peut être évalué précisément ni comparé avec le coût moyen dans les départements de même profil, faute d une comptabilité analytique adaptée Recommandation La chambre recommande à la collectivité d affiner la comptabilité fonctionnelle, en intégrant les dépenses de personnel Les caractéristiques démographiques L évolution démographique Le département de la Haute-Garonne se caractérise par l augmentation rapide de sa population, sous l influence de la métropole toulousaine. Le tableau n 1 montre que c est un département jeune. L indice de vieillissement, qui traduit le rapport entre la part des plus âgés (+ de 60 ans) et celle des plus jeunes (moins de vingt ans), s élève à 79, pour une moyenne régionale de 108 et nationale de 91. tableau n 1 : Structure de la population de la Haute-Garonne (2009 source DREES) 2009 (INSEE) Ariège Aveyron Hte- Garonne Gers Lot Htes- Pyrénées Tarn Tarn-et- Garonne Midi- Pyrénées Moins de 20 ans à 59 ans ans et plus Total France Nonobstant la prévalence de la jeunesse 2, l évolution est celle d un vieillissement de la population : la proportion des personnes de plus de 60 ans est passée de 18,24 % en 2005 à 19,82 % en 2010, et les études prospectives montrent que la tendance au vieillissement devrait se poursuivre. Le département présente ce profil un peu paradoxal d être «un département jeune qui vieillit vite». Le taux d activité de la population est un peu plus élevé qu en moyenne nationale, notamment pour les femmes. Au 1er janvier 2008, seule donnée transmise par le Département, le taux d activité (75,8 %) était comparable à celui enregistré au niveau national (75,6 %). 2 24,4 % de moins de vingt ans, soit un taux assez supérieur à la moyenne régionale (22,8 %)

13 13 En 2009, le taux de pauvreté était sensiblement inférieur (11,8 %) à la moyenne régionale (14 %) et nationale (13,5 %). Le même constat s applique au taux de bénéficiaires du RSA par rapport à la population, légèrement inférieur au niveau national, 5,87 % contre 6,01 %. Alors que le RSA activité a connu une montée en charge très importante en 2009 et 2010, la dégradation du contexte de l emploi en 2011 a entraîné une augmentation forte du RSA socle et mixte. Le Département a adhéré au cours de l année 2012 à la plateforme d observation sociale de Midi-Pyrénées Conclusion La Haute-Garonne connaît une évolution de population très dynamique, qui impacte fortement les dépenses sociales du Département. La chambre prend acte qu il a adhéré en 2012 à la plateforme d observation sociale de Midi-Pyrénées, ce qui devrait améliorer sa connaissance des données sociales de son territoire Le poids des dépenses d aide sociale tableau n 2 : Le poids des dépenses sociales dans les dépenses réelles de fonctionnement Années Dépenses réelles de fonctionnement (en K ) Dépenses brutes d aide sociale (en K ) DBS/DRF (en %) , , , , ,5 Evol. 06/11 +36,7 % +30,4 % Entre 2006 et 2011, les dépenses sociales brutes sont passées de 435,8 M à 568,2M, soit une augmentation de 30,4 %, correspondant à une augmentation annuelle de 5,07 %. Par conséquent, leur rythme d augmentation a été très dynamique.

14 14 En 2011, les dépenses brutes d aide sociale représentent 52,5 % des dépenses réelles de fonctionnement du département de la Haute-Garonne. Il est vrai que leur poids a diminué de 2,5 points entre 2006 et 2011, compte tenu de l évolution moyenne plus rapide des dépenses réelles de fonctionnement (+6,5 % contre +5,5 %). Cette évolution a été expliquée dans le premier rapport adressé à l ordonnateur traitant de la situation financière (impact des transferts intervenus entre l Etat et le département suite à l acte II de la décentralisation). D après les données communiquées par le Département, ce mouvement devrait s inverser en 2012, compte tenu d une évolution attendue des dépenses sociales supérieure à 5 % alors que les dépenses réelles de fonctionnement ne devraient progresser que de 2,75 % La répartition des dépenses d aide sociale En 2011, les dépenses d aide sociale sont : pour 28 % des aides à l insertion, pour 25 % des aides aux personnes handicapées, pour 24 % des aides aux personnes âgées, et pour 20 % des aides liées à l enfance et à la famille. tableau n 3 : Evolution de la part relative des différentes dépenses sociales. Années Insertion Personnes handicapées Personnes âgées Enfance-famille Autres Volume % Volume % Volume % Volume % Volume % , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,8 (en K )

15 15 Les dépenses d insertion se maintiennent en première position mais leur part dans le budget social a diminué, de 31,9 % à 27,9 % entre 2006 et 2011, car elles ont augmenté moins vite (+14,2 %) que celles en faveur des personnes handicapées (+62,2 %) et celles en faveur des personnes âgées +35,6 %). La part de ces deux dernières dépenses a augmenté respectivement de 20,3 % à 25,2 % et de 23,2 % à 24,1 % ; en 2011, elles représentent à elles deux 50 % des dépenses sociales. L évolution forte des dépenses en faveur des personnes handicapées (+62 %) s explique par les conséquences des nouvelles dispositions de la loi du 11 février 2005, instaurant, à partir du 1 er janvier 2006, un droit à compensation pour les personnes handicapées, et par la hausse constante des frais de séjour (98 M en 2011). L évolution forte des dépenses en faveur les personnes âgées (+36 %) s explique par la montée en charge de l APA, entrée en vigueur le 1 er janvier La mise en œuvre plus ancienne explique un certain effet de tassement. La part des dépenses «enfance-famille», qui ont augmenté de 26 %, est restée presque stable ; elles représentent 19,7 % des dépenses sociales en Conclusion La chambre observe que, pendant la période , l augmentation des dépenses sociales a été très forte (+30,4 %), soit une augmentation annuelle de 5 %. Leur évolution a été cependant moins rapide que celles des dépenses réelles de fonctionnement (6,6 % par an), par suite des transferts intervenus dans le cadre de l acte II de la décentralisation. En 2011, les dépenses en faveur des personnes handicapées et des personnes âgées représentent à elles deux 50 % des dépenses sociales brutes La soutenabilité des dépenses sociales La charge nette représentée par les dépenses sociales tableau n 4 : Charge nette supportée par le département pour chaque secteur de l action sociale Evol Pers. handicapées ,9 % 31,4 % Enfance famille ,2 % 29,6 % Personnes âgées ,1 % 25,6 % Insertion ,2 % 7,9 % Autres ,7 % 5,5 % Total ,3 %

16 16 Analysées en termes de charge nette, on constate que les dépenses sociales du département de la Haute-Garonne (+33 % en 5 ans, ) ont évolué plus rapidement que les dépenses sociales brutes (+25 %), compte tenu que la participation de l Etat n a pas suivi. La charge nette pour le Département a augmenté de 33,3 % entre 2007 et 2011, soit une augmentation de 90,7 M. Plus du tiers de cette charge supplémentaire est liée à la politique en faveur du handicap (+31,9 M ), un peu moins d un quart est liée à la politique en faveur des personnes âgées (22,7 M ). Il convient toutefois de rappeler la position prise par le Conseil Constitutionnel, qui juge les dispositifs de compensation versés par l Etat conformes à la Constitution. Il en résulte qu il revient aux Départements de financer la croissance des dépenses de solidarité avec leurs ressources propres Le financement des dépenses sociales Entre 2006 et 2011, alors que les dépenses sociales brutes ont augmenté de 30,37 %, les recettes de fonctionnement ont augmenté de 32,7 % (soit en moyenne annuelle 5,45 %), dont 55 % pour les recettes fiscales (comptes 731 et 73). La raison est à rechercher dans la forte progression en 2009 de la fiscalité directe (+13,4 %), résultant du cumul des effets bases (+6,4 %), taux (+4,9 %) et de la prise en charge en recettes du plafonnement TP de la valeur ajoutée (+2,4 %). C est donc le dynamisme des recettes fiscales qui a permis de financer les dépenses de fonctionnement. Pour l avenir, la prospective est moins favorable. Entre 2012 et 2015, l évolution annuelle attendue des ressources de fonctionnement courant ne serait plus que de 1,5 %, à comparer aux 5,45 % constatés sur la période , tandis que l évolution attendue des dépenses sociales est estimée à un rythme de 5 %. Dans ces conditions, le Département doit envisager diverses pistes de financement pour faire face à cet effet de ciseaux : d une part, une politique de maîtrise de ses frais généraux et de la masse salariale, d autre part, pour ce qui concerne spécifiquement les dépenses facultatives, une stabilisation des subventions de fonctionnement aux associations, ainsi que des mesures de réduction éventuelle des subventions d investissement aux communes et aux EPCI Conclusion La chambre observe que la charge sociale nette du département a évolué de 272,5 M en 2007 à 363,2 M en 2011, soit une augmentation de 33,3 % en 5 exercices, tout en rappelant que la jurisprudence du Conseil Constitutionnel a validé les dispositifs de compensation versés par l Etat.

17 17 Alors que le Département a pu bénéficier au cours de la période passée de ressources fiscales dynamiques qui lui ont permis de financer sa politique sociale, il devra faire face à un effet de ciseaux sur la période , du fait du maintien à un niveau élevé des dépenses sociales et de la réduction attendue de ses ressources fiscales. Pour financer ses dépenses obligatoires, notamment sociales, il devra mettre en œuvre un effort global de rationalisation et de réduction de ses dépenses, en fonctionnement comme en investissement, et envisager un recentrage progressif vers ses compétences obligatoires Les restes à recouvrer en matière sociale En 2010, les restes à recouvrer totaux sont de 43,7 M. Dans cette somme, 10,1 M concernent les prestations sociales. 7,5 M sont des restes à recouvrer RMI et RSA, et 2,6 M concernent l APA. Les bénéficiaires du RMI et RSA peuvent être amenés à percevoir des sommes qui dépassent le montant qui leur est dû. Dans ces cas, les indus détectés lors des contrôles donnent lieu à l émission par le comptable d un titre de recette. Les difficultés de recouvrement rencontrées doivent amener le Département à s interroger sur le caractère adapté des contrôles préalables mise en œuvre, notamment par la Caisse d allocations familiale, gestionnaire du dispositif, en vue d éviter la constitution d indus. Pour l APA, même si le montant est moindre, le problème semble largement lié à l insuffisance des contrôles préalables en temps réel de l effectivité de l APA (cf infra au paragraphe 3). La chambre note l importance des restes à recouvrer dans le domaine social. Elle s interroge sur l origine de ces restes à recouvrer qui pourrait être liée à l insuffisance des contrôles préalables et invite le Département à réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour en réduire le nombre et l impact financier. 2 - LA POLITIQUE D AIDE AUX PERSONNES AGEES L Aide Personnalisée à l Autonomie (APA) représente près de 80 % du montant total de l aide versée au profit des personnes âgées L évolution de la dépense d APA et sa répartition L évolution de la dépense d APA Entre 2006 et 2011, la dépense d APA dans la Haute-Garonne a évolué de 79,7 M à 112,6 M, soit une augmentation de 41,3 %.

18 18 tableau n 5 : La dépense d APA (en ) Années APA dont APA à domicile dont APA en établissement (source : comptes administratifs 2006 à 2011) La forte progression observée s explique pour l essentiel par l augmentation du nombre des bénéficiaires, passé de à (+31,9 %). Il convient de préciser que la prestation a été revalorisée, et que les conditions d entrée dans le dispositif ont une incidence : dans son rapport d observations du 13 juin 2008, la chambre avait relevé le système dérogatoire d ouverture des droits à la date de dépôt du dossier complet et non à la date de la décision. Il était également indiqué que la montée en charge du dispositif n était pas terminée. L évolution du nombre de bénéficiaires sur la période passée, de 5 % en rythme annuel, l a confirmé. En principe, les perspectives d évolution de la dépense d APA ont changé. Selon la DREES 3, le nombre de bénéficiaires de l APA, estimé à en métropole, progresse de 2 % en un an, à un rythme moins soutenu que par le passé. La courbe d évolution devrait rester ascendante mais le rythme de progression diminuer, ce que semble confirmer l évolution moins rapide (3,2 %) observée entre 2009 et Conclusion La chambre note que la dépense d APA (24M en 2011) a été en forte progression entre 2006 et 2011, au rythme moyen de 5 % par an, en lien avec le nombre croissant des bénéficiaires, mais que le rythme d évolution a diminué entre 2009 et 2011 (10,2 % sur trois ans). 3 étude numéro 787 de décembre 2010

19 La répartition des bénéficiaires entre APA à domicile et APA en établissement En 2011, la dépense d APA à domicile (80,1 M ) représente 71,2 % de l enveloppe consacrée par l assemblée départementale à la dépense d APA (112,6 M ), et la dépense d APA en établissement (32,5 M ) 28,8 % de cette enveloppe. Le tableau n 6 restitue l évolution du nombre des bénéficiaires : tableau n 6 : L évolution du nombre de bénéficiaires de l APA Au 31/12/N Allocataires à domicile Allocataires en établissement % 70 % 70 % 71 % 71 % 71 % % 30 % 30 % 29 % 29 % 29 % TOTAL La proportion des allocataires à domicile a augmenté de deux points sur la période. En 2009, année pour laquelle on dispose d éléments de comparaison, la part des allocataires à domicile en Haute-Garonne est de 70,8 %, supérieure de 9,8 points à celle observée au niveau national (61 %). En 2011, le taux est resté à un niveau constant (70,6 %). Ce constat positif correspond à l orientation donnée au niveau national par la politique en faveur des personnes âgées, qui privilégie le maintien à domicile. Selon le Département, il s agit de la résultante d une politique départementale engagée sur le maintien à domicile, que favorisent le maillage du territoire (en 23 UTAMS), des équipes médicosociales mobilisées et des plans d aide adaptés L APA à domicile L entrée dans le dispositif La date d ouverture des droits à l APA Le Département fait démarrer l ouverture des droits à l APA à la date de dépôt complet du dossier de demande, et non à la date d acceptation du dossier par le conseil général, concrétisée par la signature du président du conseil général, comme le prévoit les articles R232-7 et suivants du code l action sociale et des familles.

20 20 S agissant d une mesure qui s apparente à une libéralité, et ne donne pas lieu à prise en charge par la CNSA, la chambre a demandé au Département de s en tenir à une lecture stricte du texte réglementaire, ce qu il a entériné par délibération du 26 juin La procédure d entrée dans l APA L allocation personnalisée d autonomie (APA) s adresse aux personnes âgées de soixante ans et plus, résidant à domicile ou en établissement. Gérée par les départements, l allocation est calculée en fonction des revenus des bénéficiaires et de leur degré de dépendance mesuré à l aide des six niveaux de perte d autonomie de la grille nationale AGGIR (Autonomie gérontologie groupes iso-ressources), dits GIR 1 à 6 (voir annexe 1). L APA ne compense que les GIR 1 à 4, c est-à-dire les dépendances les plus lourdes. La détermination de l appartenance à un groupe iso-ressources (GIR) est effectuée par une équipe pluridisciplinaire du département, qui applique pour ce faire la grille nationale AGGIR. La qualité de la grille AGGIR a été souvent mise en cause. Les maladies dégénératives, telle la maladie d Alzheimer, y seraient, notamment, mal évaluées. L hétérogénéité de remplissage de cette grille d un département à l autre a également été mise en évidence, notamment en ce qui concerne le GIR4 qui marque l entrée dans le dispositif. L accès au GIR4, plus ou moins large, impacte directement le nombre de bénéficiaires et donc l évolution de la dépense Les indicateurs d entrée dans le dispositif Deux indicateurs éclairent sur la façon dont la grille est appliquée. - Le taux de rejet des premières demandes (moyenne mensuelle), tel que transcrit dans le tableau ci-après, est un premier indicateur. Pour la Haute-Garonne, il apparaît relativement faible, entre 17 et 18 % sur la période, soit un taux plutôt inférieur à la moyenne nationale (de 26 % en 2011) selon la DREES, ce qui pourrait traduire une interprétation large des critères d admission. Le Département voit dans cet indicateur le résultat de l expérience acquise par les équipes qui travaillent sur l évaluation de l autonomie des personnes âgées, et orientent les usagers vers les dispositifs les plus adaptés. tableau n 7 : «évolution annuelle des premières demandes d APA à domicile» Première demande APA domicile (moyenne /mois) Accord en % Refus en % Total

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi

APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi . APRE Aide Personnalisée de Retour à l Emploi Règlement d attribution & Mode d emploi Seine-Maritime page 1 Préambule Considérant que les bénéficiaires du RMI avaient parfois besoin d être soutenus financièrement

Plus en détail

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013 Dossier de presse Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013 19 Mars 2013 Contacts presse : Myra Frapier-Saab 06 70 10 82 24 1 Les enjeux Le nombre croissant de personnes

Plus en détail

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) :

Références. Conditions d admission (en plus des conditions générales d admission à l aide sociale) : C14 Allocation compensatrice tierce personne (ACTP) Depuis la mise en œuvre au 01/01/2006 de la loi du 11 février 2005 instaurant la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) remplaçant l Allocation

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION HÉBERGEMENT EN ÉTABLISSEMENT D ACCUEIL POUR PERSONNES ÂGÉES DOSSIER D INSCRIPTION Vous envisagez de vous inscrire dans un établissement d accueil pour personnes âgées. Afin de faciliter vos démarches,

Plus en détail

auremar - Fotolia.com

auremar - Fotolia.com auremar - Fotolia.com Bien vivre chez soi Différents dispositifs permettent aux seniors giffois de rester chez eux avec des repas à domicile, des aides ponctuelles comme le ménage, le repassage, les courses

Plus en détail

1. Procédure d admission

1. Procédure d admission Direction générale de l action sociale SD2/SD3 Document de travail MESURE 18 : HEBERGEMENT DES MALADES JEUNES ADMISSION D UNE PERSONNE AGEE DE MOINS DE 60 ANS DANS UN ETABLISSEMENT POUR PERSONNES HANDICAPEES

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Action Sociale I janvier 2013 I Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Plan d actions personnalisé Aides d urgence : ARDH et ASIR Logement et cadre de vie Secours exceptionnels Le

Plus en détail

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale,

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale, Vous êtes un professionnel du corps médical ou des services sociaux, vous travaillez au sein d un établissement spécialisé, vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Règlement intérieur du Fonds d aide à l insertion

Règlement intérieur du Fonds d aide à l insertion Règlement intérieur du Fonds d aide à l insertion Annexe 1 - OBJET DE L AIDE : Les aides individuelles facultatives du Fonds d Aide à l Insertion (FAI) sont destinées à accompagner financièrement les bénéficiaires

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉLIBÉRATIONS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION Séance du mardi 17 décembre 2013 à 9h00 présidée par Monsieur Christian BATY, Vice-Président DATE DE CONVOCATION 12 DECEMBRE 2013 NOMBRE

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES

ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA SANTE Poitou-Charentes ACCUEIL DE JOUR ET HEBERGEMENT TEMPORAIRE POUR PERSONNES AGEES EN POITOU-CHARENTES Enquête auprès des établissements de Poitou-Charentes Etude commanditée

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique.

dernier avis d imposition du foyer ; justificatifs des ressources des 3 derniers mois du foyer ; factures acquittées. Aide unique. Placement en établissement médicalisé ou spécialisé Cette aide permet de faire face à la charge financière importante que représente le placement en établissement spécialisé de l adhérent ou de l ayant

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

LES SERVICES D AIDE À LA PERSONNE EN FRANCE, PAR

LES SERVICES D AIDE À LA PERSONNE EN FRANCE, PAR LES SERVICES D AIDE À LA PERSONNE EN FRANCE, PAR L UNA (UNION NATIONALE DE L AIDE, DES SOINS ET DES SERVICES AUX DOMICILES) Les services à la personne sont définis en France par le Plan de développement

Plus en détail

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers

Appel à candidature. Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Appel à candidature Portage d une plateforme mobilité sur le territoire de la Communauté d agglomération d Angers Contexte La mobilité géographique est l un des sujets centraux lorsque l on aborde la question

Plus en détail

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Direction Générale Organisation et Ressources Humaines Direction des Ressources Humaines Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Personnel municipal - Adaptation du tableau des effectifs -

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS. MICRO CRECHE - CDAJE 16 mai 2014 CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE

AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE AVIS D APPEL A PROJETS MEDICO-SOCIAL RELEVANT DE LA COMPETENCE DE L AGENCE REGIONALE DE SANTE D ALSACE RELATIF A LA CREATION DE PLACES DE SERVICES DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE (SSIAD) ARS Alsace Cité

Plus en détail

Le rsa L Aide Personnalis. Aide Personnalisée de Retour à l Emploi. Préfecture de Seine Maritime

Le rsa L Aide Personnalis. Aide Personnalisée de Retour à l Emploi. Préfecture de Seine Maritime Le rsa L Aide Personnalis 1 Aide Personnalisée de Retour à l Emploi 1 Le rsa ses objectifs : Lutter contre la pauvreté 2 Encourager l exercice l ou le retour à une activité professionnelle Aider à l insertion

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Economie et des Finances Décret n relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction générale de la cohésion sociale Service des politiques sociales et médico-sociales Sous-direction de l autonomie des personnes handicapées

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere.

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere. LIVRET D ACCUEIL des services à la personne + d infos : www.ville-laverriere.com CCAS CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière Agrément qualité Service d Aide à la Personne : 267802783 Délivré

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau couverture maladie universelle

Plus en détail

La Mutualité en chiffres Édition 2011

La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité en chiffres Édition 2011 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 6 Sommaire Message du directeur général de la Mutualité Française

Plus en détail

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR

SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR 1 SOMMAIRE I.DUREE DU SEJOUR II.PRESTATIONS ASSUREES PAR L ETABLISSEMENT 2.1 description du logement et du mobilier fourni par l établissement 2.2 restauration 2.3 le linge et son entretien 2.4 animation

Plus en détail

FOIRE AUX QUESTIONS. Le Conseil Général de l Oise précise qu à ce jour, aucune donnée chiffrée n est disponible pour répondre à cette question.

FOIRE AUX QUESTIONS. Le Conseil Général de l Oise précise qu à ce jour, aucune donnée chiffrée n est disponible pour répondre à cette question. FOIRE AUX QUESTIONS Appel à projets relatif à la création et/ou à l extension importante d un FAM (Foyer d Accueil Médicalisé) sur le département de l Oise L objet de la présente «Foire aux Questions»

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE

Plus en détail

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE)

Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) Point réglementation N 1 Santé et sécurité des adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycées et collèges) Mis à jour en septembre

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss

Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Projet de loi RSA et politiques d insertion Observations et propositions d amendements de l Uniopss Modalités d attribution des droits connexes au RSA Instaurer une automaticité de fait et non de droit

Plus en détail

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale

contre la pauvreté et pour l inclusion sociale PREMIER MINISTRE PLAN PLURIANNUEL contre la pauvreté et pour l inclusion sociale 3 mars 2015 SYNTHÈSE Adopté à la suite d un comité interministériel de lutte contre l exclusion en 2013, le plan pluriannuel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS?

QU'EST-CE QU'UNE MAISON D ASSISTANTS MATERNELS (MAM)? QUI EST L EMPLOYEUR DES ASSISTANTS MATERNELS? Mise à jour Septembre 2011 Un assistant maternel est agréé par le Conseil général. Il peut moyennant rémunération, accueillir habituellement et de façon non permanente des mineurs : - à son domicile (art.

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

P C ERMIS DE ONDUIRE. Les aides financières d'action sociale

P C ERMIS DE ONDUIRE. Les aides financières d'action sociale P C ERMIS DE ONDUIRE Les aides financières d'action sociale SOMMAIRE PRÉAMBULE GÉNÉRAL... 1 AIDES FINANCIÈRES INDIVIDUELLES AUX FAMILLES PRÉAMBULE AUX AIDES FINANCIÈRES INDIVIDUELLES AUX FAMILLES.. 5 LES

Plus en détail

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre.

Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. Droits et aides pour les aidants familiaux «Être aidant être soi» Prendre soin de soi c est prendre soin de l autre. 1 Qu est-ce qu un aidant familial Une personne qui vient en aide, à titre non professionnel

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

PROGRAMME D INTERET GENERAL ADAPTATION DES LOGEMENTS AU VIEILLISSEMENT ET AUX HANDICAPS. Bilan DECEMBRE 2010

PROGRAMME D INTERET GENERAL ADAPTATION DES LOGEMENTS AU VIEILLISSEMENT ET AUX HANDICAPS. Bilan DECEMBRE 2010 Syndicat mixte du Pays des Vallées des Gaves PROGRAMME D INTERET GENERAL ADAPTATION DES LOGEMENTS AU VIEILLISSEMENT ET AUX HANDICAPS Bilan DECEMBRE 2010 QU EST CE QUE LE PIG ADAPTATION DU LOGEMENT AU VIEILLISSEMENT

Plus en détail

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire

Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire Les différentes structures d accueil des secteurs médicaux sociaux, sanitaires, et résidences services / Glossaire E.H.P.A.D E.H.P.A.D (Etablissement d hébergement pour personnes agées dépendantes) Un

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

A. Secteur services aux particuliers et à la personne

A. Secteur services aux particuliers et à la personne A. Secteur services aux particuliers et à la personne 1 Les services aux particuliers et à la personne I. Diagnostic sectoriel des Services aux Particuliers et A la Personne 1. Le contexte des entreprises

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

La gestion de l'allocation personnalisée d'autonomie. Synthèse des contrôles de la mise en oeuvre de l'apa réalisés dans plusieurs départements

La gestion de l'allocation personnalisée d'autonomie. Synthèse des contrôles de la mise en oeuvre de l'apa réalisés dans plusieurs départements Inspection générale des affaires sociales RM2009-024P La gestion de l'allocation personnalisée d'autonomie. Synthèse des contrôles de la mise en oeuvre de l'apa réalisés dans plusieurs départements RAPPORT

Plus en détail

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE 5. INDEMNISATION DES SÉQUELLES EN DROIT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Dr Jacqueline Cardona L INCAPACITÉ PERMANENTE (IP) EN ACCIDENT DU TRAVAIL Principe juridique Article L 434-2 du code de la sécurité sociale

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

CoordinationNationaleInfirmière

CoordinationNationaleInfirmière CoordinationNationaleInfirmière Direction générale de l action sociale Sous-direction des institutions, des affaires juridiques et financières Bureau de la réglementation financière et comptable (5B) Circulaire

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Mots clés : ACTION SOCIALE / AIDES INDIVIDUELLES/AIDE AUX RETRAITES EN SITUATION DE RUPTURE

Mots clés : ACTION SOCIALE / AIDES INDIVIDUELLES/AIDE AUX RETRAITES EN SITUATION DE RUPTURE CAISSE NATIONALE D ASSURANCE VIEILLESSE 75951 PARIS cedex 19 Tél. 08 21 10 75 00 (0,09 euro/mn) Direction nationale de l action sociale Dossier suivi par : Julie Feroldi Document consultable dans la base

Plus en détail

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE Rappel des principales clauses devant figurer dans la lettre d information individuelle formalisant la mise en place du régime par DUE (Décision

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (rsa)

CONVENTION DE GESTION DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (rsa) CONVENTION DE GESTION DU REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (rsa) Accusé de réception Ministère de l intérieur Entre : Le Conseil général des Vosges, 8 rue de la Préfecture, 88000 EPINAL, représenté par le Président

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053 PARIS, le 14/03/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053 OBJET : Le Chèque Emploi Service Universel - Cesu TEXTE A ANNOTER : lettre circulaire

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

PERSONNALISéE D AUTONOMIE

PERSONNALISéE D AUTONOMIE CONSEIL GENERAL DE L AVEYRON pôle des solidarités départementales Cadre réservé à l administration N DOSSIER :... DEMANDE D ALLOCATION DéPARTEMENTALE PERSONNALISéE D AUTONOMIE D UNE PERSONNE DE SOIXANTE

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux.

Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques sociaux. R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES R4 = SÉCURITÉ SOCIALE, CMU, ABUS ET FRAUDES DÉFINITION : Ensemble des mécanismes de prévoyance collective pour faire face aux conséquences financières des risques

Plus en détail

SERVICES À LA PERSONNE LE CESU PRÉFINANCÉ : DES AVANTAGES POUR TOUS

SERVICES À LA PERSONNE LE CESU PRÉFINANCÉ : DES AVANTAGES POUR TOUS SERVICES À LA PERSONNE LE CESU PRÉFINANCÉ : DES AVANTAGES POUR TOUS 2 SOMMAIRE Les chiffres clés 2014... 4 Le Chèque emploi service universel, qu est-ce que c est?.5 Quelles prestations régler avec le

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION. Région Département 04 05 06 13 83 84 Local

AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION. Région Département 04 05 06 13 83 84 Local AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION Bourse d études Conseil régional Provence-Alpes-Côte d Azur Mise à jour : Février 2011 (Réf. FO00001) Secteur géographique concerné Région Département 04 05 06

Plus en détail

LA MISE EN PLACE DE LA PRIME DE FONCTIONS ET DE RESULTATS

LA MISE EN PLACE DE LA PRIME DE FONCTIONS ET DE RESULTATS Réf. : CDG-INFO2011-2/CDE Date : le 21 février 2011 MISE A JOUR DU 20 NOVEMBRE 2014 Personnes à contacter : Christine DEUDON - Sylvie TURPAIN : 03.59.56.88.48/58 Suite à la parution de l arrêté du 23/10/2014

Plus en détail

ADPA ALLOCATION DÉPARTEMENTALE PERSONNALISÉE D AUTONOMIE DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE DE LA SOLIDARITÉ

ADPA ALLOCATION DÉPARTEMENTALE PERSONNALISÉE D AUTONOMIE DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE DE LA SOLIDARITÉ Document réalisé par la direction de la Communication du conseil général du Calvados en lien avec la direction de l Autonomie (DGA Solidarité). - Unik Studio Graphique - www.unikstudio.fr - Novembre 2012

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr

Association loi 1901 - BP 82056-25402 AUDINCOURT CEDEX // 06.13.81.96.71 - www.crmfc.fr 1 TITRE I CONSTITUTION, OBJET, SIEGE SOCIAL, DUREE Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les personnes physiques ou morales qui adhérent ou adhéreront aux présents statuts, une association

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE

Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE Résidence de Pen Allé Rue de Général Penfentenyo 29750 LOCTUDY Tel : 02.98.87.92.10 Fax :02 98 87 89 85 penalle@fondation-masse-trevidy.com Livret d accueil L ACCUEIL DE JOUR DE LA RÉSIDENCE PEN ALLE VOUS

Plus en détail

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier

Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier DGOS/PF3/CdC MSP PF3 R2 DSS RB 21 07 10 Cahier des charges des maisons de santé pluri-professionnelles pouvant bénéficier d un soutien financier L article L. 6323-3 du code de la santé publique prévoit

Plus en détail

Comment se faire aider à domicile, quand on est retraité?

Comment se faire aider à domicile, quand on est retraité? Ménage, cuisine, jardinage, petit bricolage, assistance informatique Comment se faire aider à domicile, quand on est retraité? Information à l attention des retraités Le service à la personne est un secteur

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Prime de service et de rendement (P.S.R.)

Prime de service et de rendement (P.S.R.) Prime de service et de rendement (P.S.R.) 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Mise à jour le 15 janvier 2014 Références : Décret

Plus en détail

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux

10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Juin 2006 10 conseils sur la gestion et la mutualisation des agents par les groupements intercommunaux Article publié dans le Courrier des maires, n 191 du 01 mai 2006, par Emmanuel Duru, Responsable des

Plus en détail