Missions du stage. Informations maître de stage. Les conditions du stage

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Missions du stage. Informations maître de stage. Les conditions du stage"

Transcription

1 1

2 Missions du stage Objectifs : Mise en œuvre opérationnelle de la cartothèque interservices, au sein de la Direction de l Urbanisme et de l Habitat de la Communauté d Agglomération de Montpellier Centre. Tâches confiées au stagiaire nature de ces tâches : Participation au paramétrage de l'outil de GED (Gestion Electronique de Document) Participation aux tests et à la réception de l'outil Recensement et recueil des fichiers cartographiques auprès des services Réalisation de cartes prioritaires Intégration des premières cartes et saisie des métadonnées Mise au point d'un protocole: mise au point d'une charte et de modèles de mise en page simple, élaboration de procédures de mise à jour et d'enrichissement de la cartothèque... Formation des utilisateurs - Déploiement de l'outil dans les services Bilan sur l'usage de l'outil et améliorations possibles Autres taches: participation au projet d'observatoire territorial et au diverses activités du services SIG Compétences à mettre en œuvre : Géomatique (Cartographie) Organisation, méthodologie Pédagogie Travail en collaboration avec la Direction des Ressources Informatiques Résultats escomptés en forme de produit : Cartothèque opérationnelle et utilisée Informations maître de stage Nom et fonction : Marc APARICIO, Responsable du Service SIG Observatoire, Direction de l'urbanisme et de l'habitat Coordonnées : agglo.com Les conditions du stage Lieu et descriptif rapide de la structure d accueil : Service SIG Observatoire Direction de l'urbanisme et de l'habitat Communauté de l'agglomération de Montpellier - Hôtel d'agglomération 50 place Zeus Montpellier Équipements géomatiques : ARCGIS SERVER, ARCGIS 9.3 ou 10, FME, GED (ALFRESCO) Dates et durée : 20 Février Septembre 2012 (7 mois) 2

3 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION I. CONTEXTE DE L ETUDE 6 I- 1. Montpellier Agglomération : une collectivité dotée de multiples compétences 6 I- 1-1.Contexte historique et situation actuelle 6 I Les compétences de l agglomération 6 I Organisation fonctionnelle de la structure d accueil 8 I- 2. Analyse du besoin 8 I Comprendre les enjeux du projet 8 I Les finalités du projet 9 II. METHODOLOGIE ET PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DE L OUTIL 11 II- 1. Analyse de l existant 11 II Présentation de l outil 11 II Son organisation 12 II Les principes de fonctionnement de l outil 16 II- 2. Procédures de mise en œuvre de l outil 17 II Réception de l outil 20 II Conduite de projet 21 II Suivi du projet 22 III. EVALUATION FINALE ET ENJEUX DU PROJET 25 III- 1. Aspects de la mise en œuvre de l outil et discussion des résultats III Evaluer les résultats III Evaluer le processus III- 2. Bilan personnel III Validation des acquis académiques III Bilan personnel CONCLUSION REMERCIEMENTS BIBLIOGRAPHIE WEBOGRAPHIE GLOSSAIRE ANNEXES : DERNIERE DE COUVERTURE : 3

4 INTRODUCTION Les évolutions démographiques, sociologiques et économiques induisent une augmentation structurelle du financement des projets des collectivités territoriales. Depuis quelques années, ces changements viennent bousculer leur fonctionnement et il devient capital d optimiser leurs dépenses pour répondre aux attentes des citoyens. La mise œuvre de projets communs et la recherche de gains partagés apparaissent donc comme de nouveaux atouts et font référence au concept fondateur de cette étude à savoir : le concept de "Mutualisation". La mutualisation peut être définie comme «la mise en commun (ou échange), entre plusieurs partenaires, d un ou plusieurs éléments entrant en jeu dans l utilisation de l information géographique (données, compétences, formations, outils, ) ; il s agit soit d éléments existants, que les partenaires mettent à la disposition des autres, soit d éléments qu ils veulent acquérir ou créer en commun».(cnig - Commission de la coopération territoriale - Pourquoi mutualiser? 8 février 2006). La cartothèque interservices vient donc s inscrire comme étant le support de mutualisation des cartes de l ensemble des services producteurs de Montpellier Agglomération. C est dans ce contexte que s inscrit mon stage de Master 2 de Géomatique au sein de la DUH (Direction de l Urbanisme et de l Habitat) et plus précisément au sein du service SIG- Observatoire de la Communauté d Agglomération de Montpellier. La mise en place de la cartothèque interservices a été guidée avant tout, par la rationalisation des décisions et des politiques publiques à travers la mise en commun des ressources cartographiques des services producteurs de l EPCI 1 (Etablissement Public de Coopération Intercommunale). Le catalogue des données existantes de l époque faisait apparaitre un nombre important de données gérées dans les services et donc de productions cartographiques réalisées (cartes, plans) s avérant confidentielles ou peu partagées. La mission principale qui m a été confiée au cours de ce stage a été de mettre en œuvre l outil de mutualisation de cartes, puis de l animer dans le but de favoriser la connaissance du territoire en facilitant les dialogues entre des acteurs dont les missions, différentes, sont toujours au service d une même politique de gestion ou d aménagement du même territoire. La mise en place de Cartothèque a soulevé un certain nombre de questions au cours des sept mois qui m ont été répartis (20 Février Septembre 2012) ; notamment sur les enjeux d un tel projet, ou encore sur l équité dans le partage des ressources cartographiques des acteurs, dans l accomplissement de leurs tâches respectives. Pour tenter d apporter une solution à ces interrogations, j ai organisé ma réflexion autour de trois points : 1 La communauté d'agglomération est un EPCI regroupant plusieurs communes formant, à la date de sa création un ensemble de plus de habitants d'un seul tenant et sans enclave autour d'une ou plusieurs communes centres totalisant au moins habitants. Ce seuil des habitants ne s'applique pas lorsque la communauté d'agglomération comprend le chef- lieu du département. 4

5 Le premier a été de replacer les éléments dans leur contexte afin de discerner les acteurs concernés par le projet ainsi que leurs besoins. Le second point traité met en lumière : les modes de mise en œuvre et de gestion opérés pour parvenir à mon objectif final. Cela laisse entendre qu une prise de connaissance des éléments existants a été établie de manière à pouvoir élargir mon champ de vision et ainsi planifier la mise en œuvre de la cartothèque interservices de la CAM. Et le troisième a été d évaluer les enjeux du projet en établissant un compte rendu : des aspects de la mise en œuvre de Cartothèque, ainsi que sur les compétences développées et les acquis académiques valorisés dans l élaboration des tâches quotidiennes. 5

6 I. CONTEXTE DE L ETUDE I- 1. Montpellier Agglomération : une collectivité dotée de multiples compétences La Communauté d'agglomération de Montpellier (CAM) est une structure intercommunale française, située dans le département de l'hérault et la région Languedoc- Roussillon. I- 1-1.Contexte historique et situation actuelle La subdivision administrative territoriale de Montpellier est née en 1965 de la coopération de douze communes. Emportant progressivement l adhésion, elle réunira jusqu à 15 communes, puis, suite à la loi de simplification du paysage intercommunal 2, cette circonscription devient Communauté d Agglomération le 1er août Aujourd hui, Montpellier Agglomération comprend 31 communes (cf. Figure 1 Les 31 communes de la CAM) dont la capitale régionale, Montpellier, qui est passée de la position de 20ème ville de France à celle de 8ème en moins de vingt ans. Avec habitants au 1er janvier 2002, la ville accueille chaque mois nouveaux arrivants et son agglomération approche aujourd'hui les habitants. I Les compétences de l agglomération Les EPCI s engagent à choisir un certain nombre de compétences obligatoires et optionnelles fixées par la loi Chevènement du 12 juillet 1999 et peuvent également posséder d'autres compétences jugées d'intérêt communautaire (cf. Annexe 1- Les compétences des EPCI à fiscalité propre). Parmi les savoir- faire obligatoires, ces derniers doivent en acquérir quatre devant répondre aux enjeux : d organisation, de développement du milieu urbain et d intérêt communautaire. Les compétences optionnelles retenues par la CAM sont : - la création ou l aménagement et l entretien de la voirie communautaire, ainsi que des parcs de stationnement - l assainissement des eaux usées - la protection de l environnement, l élimination et la valorisation des déchets ménagers - la construction et la gestion des équipements culturels et sportifs Montpellier Agglomération a fait le choix d étendre son champ d action en se dotant de compétences supplémentaires telles que : les services funéraires, le service fourrière, la lutte contre les inondations ainsi que la gestion de l eau potable et tout cela dans le but d améliorer la qualité de vie de ces habitants. 2 La loi du 12 juillet 1999 relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale constitue la dernière étape de l évolution du paysage intercommunal. Elle s inscrit au sein d un ensemble législatif, lequel comporte également la loi Voynet, d orientation pour l aménagement et le développement durable du territoire. Elle vise principalement à resserrer les liens de l intercommunalité en zone urbaine et parvient à simplifier le cadre de la coopération intercommunale, tout en renforçant son dispositif. 6

7 Figure 1 - Les 31 communes de la CAM 7

8 8

9 Pour mettre en œuvre sa politique communautaire, Montpellier Agglomération dispose de moyens humains organisés par secteur d'activité. L organisation fonctionnelle de l institution intercommunale comprend donc : le cabinet du Président, la Direction Générale des Services, les 4 Pôles ou encore les 4 compétences obligatoires (cf. Les savoir- faire obligatoires page 7), les Directions par Pôles et les Services par Directions (cf. Annexe 2- Organigramme de la CAM). I Organisation fonctionnelle de la structure d accueil La présente étude est menée au sein : du Pôle Développement Territorial qui a pour mission d assurer un développement harmonieux du territoire de l agglomération de Montpellier en garantissant la cohérence des politiques de l habitat, de la ville, du développement économique et des déplacements. Cette dernière s inscrit plus précisément au sein de la Direction de l Urbanisme et de l Habitat (DUH) étant responsable de l'élaboration des documents de planification stratégique en matière d'aménagement de l'espace communautaire à savoir : le Schéma de Cohérence Territorial (SCOT), le PLH (Plan Local de l Habitat) et le Plan de Déplacement Urbain (PDU) (cf. Annexe 3- Organigramme de la DUH). En relation étroite avec les communes, elle en concrétise les applications aux différentes échelles du territoire à travers, notamment, l'accompagnement des PLU (Plan Local d Urbanisme), pilote les dispositifs d intervention dans les champs de l habitat et du logement (financement du logement social et aide à la pierre) et assure le suivi des dispositifs contractuels de politique de la ville et du renouvellement urbain. La DUH pilote en outre la mise en œuvre d'un Système d Information Géographique (SIG) sur l ensemble du territoire de la CAM. Le service SIG- Observatoire est par nature un outil transversal d appui pour l ensemble des autres services de la Communauté d Agglomération de Montpellier, tout en s inscrivant au sein de la Direction de l Urbanisme et de l Habitat. Il vient en appui à chacune des autres directions, de ce fait, il est amené à mettre en œuvre des actions pluridisciplinaires dans tous les domaines d activités de l Agglomération. Ces actions nécessitent l utilisation des outils de cartographie, de gestion de bases des données informatiques et de mutualisation de l ensemble des ressources cartographiques des services producteurs à l issue du projet. I- 2. Analyse du besoin La première étape de la préfiguration de la cartothèque consiste à faire exprimer et à comprendre les enjeux du projet, le contexte dans lequel s inscrit ce dernier. I Comprendre les enjeux du projet Depuis 2005, le SIG Intercommunal permet de mutualiser les bases de données géo- référencées entre les différents services de la Communauté d Agglomération de Montpellier, les communes et certains partenaires. Au- delà de la connaissance géographique de l environnement et des limites d un territoire, la cartographie se révèle désormais indispensable à un grand nombre d agents, pour rationnaliser les décisions et les politiques publiques. 9

10 Un protocole de gestion partagée de l Information Géographique est alors mis en place et est guidé avant tout par la recherche d une cohérence dans l utilisation des technologies SIG, afin de faire le point sur l ensemble des données existantes et leurs modes de gestion. Le catalogue de données existantes fait apparaitre un nombre important de données gérées dans les services producteurs (cf. Annexe 4 - protocole de gestion partagée de l Information Géographique) donc de cartes en sortie. Si elles sont hétérogènes dans leurs sujets, leurs échelles de compréhension, leurs niveaux de précision, elles le sont aussi dans leurs modes de gestion. Certaines cartes ont été clairement identifiées comme devant être sauvegardées dans une logique de pérennisation, voire de partage ; mais beaucoup d entres elles demeurent confidentielles (lorsqu elles sont élaborées), parfois sauvegardées en local sur les machines et sont la conséquence de redondances dans les productions internes. D autres sont alors confiées à des sous- traitants lorsque les services demandeurs ne possèdent pas les compétences, ni le temps pour les réaliser ; risquant ainsi une redondance dans les demandes, donc de dépenses pouvant être évitées. La mutualisation des ressources cartographiques entre les services de l agglomération est donc plus que nécessaire. En effet, ce projet permettrait à un grand nombre d agents : d élaborer de nouvelles perspectives dues à l accroissement de la cohérence de travail, ou encore d obtenir une meilleure traçabilité des productions, donc a fortiori, un gain de temps. I Les finalités du projet La mise en place d une plate- forme informatique de mutualisation des productions cartographiques présentera ainsi trois intérêts majeurs : L Agglomération pourra accroître sa cohérence de travail et de communication entre les différents services ce qui permettra aux agents d éviter les redondances cartographiques. La mutualisation cartographique permettra également de faire émerger de nouvelles idées de par le développement d une intelligence collective du territoire. L échange de productions cartographiques impliquera enfin des choix partagés, débouchant sur des économies financières, techniques et humaines. En effet, partager des ressources cartographiques sur un territoire «rend intelligent», du moins permet de développer une intelligence collective sur un territoire partagé. Une part importante de la plus- value informationnelle se produit justement aux interfaces, au croisement des domaines. Ces démarches amènent les acteurs à travailler avec leurs partenaires habituels dans un cadre différent de celui qu ils pratiquent habituellement : il ne s agit pas de comparer ou confronter des analyses ou des projets sur un territoire, comme ils le font dans le cadre de la réalisation de leurs missions respectives, mais d élaborer un patrimoine commun de codes et d interprétations nécessaires à l organisation du partage de leurs données. Cette mise en scène - et en phase - nouvelle est productrice d écoute et de compréhension des problématiques et des raisonnements des autres, de «capital social» : comprendre le mode de raisonnement d un autre, la façon dont chacun pose les problèmes, détermine ses priorités, c est mieux comprendre son point de vue, c est la production d une connaissance et d un diagnostic partagés d un territoire commun, informant le terreau de projets partagés. 10

11 Ensuite, en partageant les informations, on en vient naturellement à mutualiser les systèmes : ces partages sont gagnant gagnant. Par construction, ils impliquent des choix communs, et donc des coûts partagés. Certes, ils nécessitent la mobilisation de moyens humains, souvent insuffisamment reconnus, mais ils débouchent tôt ou tard sur des investissements communs partagés, sur des économies directes, en évitant les doubles saisies coûteuses d informations, en mutualisant le développement d un service, en partageant le coût d acquisition de bases de données, en économisant du temps d accès à l information. Les décisions, s appuyant sur des informations partagées par tous les acteurs concernés, gagnent alors en efficience. Les besoins recueillis ainsi que les objectifs identifiés au sein du cahier des charges ont révélé la nécessité de mettre en place un outil de mutualisation de l ensemble des cartes des services producteurs de la Communauté d Agglomération de Montpellier. Celle- ci devrait permettre : de développer l échange et le partage des cartes produites d offrir des outils de recherche et d indexation pour optimiser l accès aux cartes de sécuriser le stockage et la conservation des cartes selon un gestion des droits des utilisateurs et selon un plan de classement de publier les cartes et offrir un accès à l ensemble des agents d améliorer l aspect collaboratif sur la production d une carte Consulter Archiver Développer l échange et le partage des cartes produites Améliorer l aspect collaboratif sur la consultation des cartes Diffuser Publier les cartes et offrir un accès à l ensemble des agents de la CAM Outil de mutualisation de cartes Indexer Offrir des outils de recherche et d indexation pour optimiser l accès aux cartes Gérer Sécuriser le stockage et la conservation des cartes selon une gestion des droits des utilisateurs et selon un plan de classement Figure 2 Les objectifs de la cartothèque interservices de Montpellier Agglomération 11

12 II. METHODOLOGIE ET PROCEDURE DE MISE EN ŒUVRE DE L OUTIL II- 1. Analyse de l existant Suite à l analyse des besoins, différentes solutions ont été envisagées par le service SIG Observatoire, concernant l application informatique à valoriser pour mettre en œuvre le projet (cf. Annexe 5 Evaluation des offres de services pour la réalisation de la cartothèque interservices) à savoir : Le projet de Gestion Electronique de Documents (GED) L inscription à Arcgis.com La cartothèque ESRI Le site Internet Webself Celles- ci se devaient : De répondre aux objectifs premiers (la mise en place d une plate- forme multimodale et multiutilisateurs avec des droits d accès différenciés afin de déposer, modifier, consulter et télécharger des cartes). De répondre aux objectifs secondaires (Qualité esthétique, ergonomie, simplicité technique, capacité à y intégrer des fonds de carte, capacité à visualiser une miniature). De prendre en compte les perspectives d évolution de l outil (Intégration d indicateurs de suivi, perspectives d intégrer des données sous un format texte -.TAB OU.MXD). De prendre en compte le coût de l offre par soucis d optimisation des dépenses (Temps de réalisation, coûts techniques, humains et financiers). L évaluation des services envisagés révéla que l outil de GED était le plus approprié pour répondre à l ensemble des requêtes établies. II Présentation de l outil est par définition l outil de Gestion Electronique de Documents 3 de Montpellier Agglomération, développé par la Direction des Ressources Informatiques (DRI) au cours de l année 2011, pour répondre aux besoins de gestion documentaire de l ensemble de la Collectivité. Cela laisse entendre que le besoin de mutualiser ne se limite pas qu aux cartes, qu il existe d autres projets de mutualisation au sein de l outil. La cartothèque interservices est donc un de ces projets ou encore une des composantes s inscrivant au sein de la plateforme de mutualisation et plus précisément, la composante cartographique de cette dernière possédant deux supports d informations 4 spécifiques : 3 Procédé informatisé visant à organiser et gérer des informations au sein d'une organisation 4 Le support de l'information est un élément physique qui peut recevoir, conserver et restituer l'information dans un système informatique ou électronique 12

13 Le support de contribution Le support de consultation : Intranet carto II Son organisation - Le support de contribution : est structuré selon un plan de classement similaire à celui de l organigramme de la CAM (cf. Annexe 2- Organigramme de la CAM), ce qui signifie que les dossiers cartographiques des utilisateurs s inscrivent : au sein du Pôle de ce dernier, de sa Direction et de son service. - POLE UTILISATEUR - DIRECTION UTILISATEUR - SERVICE UTILISATEUR - DOSSIERS UTILISATEUR Figure 3 - Extrait du plan de classement des dossiers du service SIG- Observatoire au sein du support de contribution Le support de contribution permet aux utilisateurs d approvisionner la cartothèque en deux étapes : Lors de la première étape, l utilisateur archive une ou plusieurs cartes au sein des dossiers cartographiques de son service. Ces derniers sont classés en fonction des domaines de compétences des agents concepteurs de cartes. J illustre mes propos en prenant l exemple d un agent appartenant au service «Habitat et politique de la ville», qui disposera d un plan de classement comprenant les sous- dossiers «logements sociaux» et «logements privés» au sein de son dossier cartographique de service. 13

14 Une fois archivée, l utilisateur doit renseigner «les caractéristiques de la carte», communément appelées «les métadonnées 5». Cette fiche d informations à champs multiples facilite l accès aux cartes à l ensemble des utilisateurs en mentionnant principalement : leur titre, leur auteur, leur date de création, leur secteur géographique et la thématique dans laquelle elles s inscrivent. LES CHAMPS REQUIS Nom du document Titre de la carte Auteur de la carte Type du document (plan/carte) Date de création de la carte Secteur géographique de la carte Thématique de la carte Elles font référence aux 12 domaines de compétences de la collectivité (cf. Les compétences de l Agglomération page 6). Les secteurs géographiques Ils renseignent sur l échelle de la carte : est- ce que cette dernière se situe dans un espace hors du territoire de la CAM, est- ce que la carte représente l ensemble du territoire ou une ou plusieurs des 31 communes de l agglomération de Montpellier? (cf. Les 31 communes de l Agglomération de Montpellier, page 7) Figure 4 Les champs requis de la fiche d informations de la carte La deuxième étape d alimentation de la cartothèque consiste à mutualiser les productions cartographiques afin de les partager à l ensemble des agents de la CAM sur le support de consultation Intranet. L action de publier nécessite donc de sélectionner une carte dûment renseignée, puis de choisir la thématique dans laquelle elle s inscrira parmi les 12 compétences de l agglomération. Seuls les formats de fichiers d images (JPEG et PDF) sont pris en compte lors du processus de publication car ils permettent d optimiser les cartes tout en maintenant une bonne qualité visuelle de - Le support de consultation ou l intranet 6 est structuré selon les 12 compétences de l agglomération permettant à l ensemble des agents : de consulter les cartes publiées au sein des thématiques de leur choix, puis de les récupérer / télécharger si besoin. L intranet dépend donc du support de contribution. En effet, la cartothèque est alimentée par les agents concepteurs de cartes qui vont déposer puis publier les éléments qu ils jugeront partageables 5 Données servant à définir ou décrire d autres données quel que soit leur support (papier ou électronique). 6 Réseau informatique utilisé à l'intérieur de la collectivité utilisant les techniques de communication d'internet (IP, serveurs HTTP). 14

15 sur un premier support (le support de contribution) et celui- ci est directement lié au support de consultation. Cela signifie que les cartes archivées puis publiées au sein du premier support seront instantanément envoyées vers l intranet. Outil de recherche Plan de classement structuré selon les thématiques de l Agglomération Espace de consultation de carte avec affichage des principales caractéristiques des cartes Figure 5 Présentation de l écran d accueil du support de consultation Par ailleurs, la gestion des supports d informations est livrée aux agents de la CAM concepteurs de cartes, identifiés comme étant «référents SIG» (cf. Annexe 4 - Protocole de Gestion Partagée de l Information Géographique 2011 ) et donc utilisateurs de la cartothèque. On distingue deux types d utilisateurs au sein de ce dernier : Les contributeurs Les administrateurs Figure 6 Accès, rôles et droits des utilisateurs - En ce qui concerne le support de contribution de l'outil : Les administrateurs ont tous les droits sur tous les dossiers cartographiques des 4 Pôles. Cela signifie que ces derniers peuvent : - consulter toutes les cartes archivées et publiées au sein de la cartothèque, - archiver des cartes dans l'ensemble des services en offrant la possibilité aux utilisateurs de réutiliser les cartes déposées dans leur service - publier les cartes déposées et renseignées - ajouter des utilisateurs et gérer leurs profils (accès, droits) 15

16 - gérer les dossiers de tous les utilisateurs (créer dossiers, copier, coller, couper, télécharger, attribuer fiches d'informations...) Les contributeurs sont affectés à un ou plusieurs services et peuvent : - consulter toutes les cartes archivées par leur Direction et toutes les cartes publiées par tous les services de la CAM - archiver des cartes au sein de leur service - publier les cartes déposées - Gérer les dossiers cartographiques de leur propre service (créer dossiers, copier, coller, couper, télécharger, attribuer fiches d'informations...) - En ce qui concerne le support de consultation : Etant donné que tout est géré dans le support de contribution pour la publication Intranet, il n y a pas de notion de contribution ou d administration des cartes visibles via le support de consultation. Cet accès est uniquement en lecture. La page Intranet étant tout public CAM, tous les agents auront accès en lecture et recherche sur cette page. Figure 7 Fonctionnement de l outil 16

17 II Les principes de fonctionnement de l outil Le fonctionnement de la cartothèque est régit selon un certain nombre de règles d utilisation fixées au sein de la charte cartographique du SIG intercommunal et de la charte d utilisation de Cartothèque. La charte cartographique du SIG intercommunal : a pour objectif de donner un cadre et des règles communes à l ensemble des concepteurs de cartes au sein de Montpellier Agglomération à savoir : les utilisateurs ponctuels, les référents SIG ainsi que les prestataires. Il se base sur les règles fondamentales de cartographie (sémiologie graphique) et sur la ligne graphique de la CAM produite par la Direction de la Communication. Ce dernier vient en complément de la "Charte d utilisation de Cartothèque" dans le but d obtenir une cohésion globale entre les différentes productions cartographiques de la collectivité (cf. Annexe 10. Charte cartographique du SIG intercommunal). La charte d utilisation de Cartothèque : qui définit un ensemble de règles et de principes fondamentaux d utilisation de Cartothèque : les règles d archivage et les règles de publication. Elle a pour objectif de préciser au signataire son degré de responsabilité et engage ce dernier à appliquer les préconisations qui y figurent. a) Les règles d archivage Le «Contributeur» est un référent thématique SIG identifié dans le cadre du Protocole de Gestion Partagée de l Information Géographique. Lui seul peut archiver des documents cartographiques en s identifiant au préalable à partir de son login et mot de passe personnel. Il lui est fortement recommandé de renseigner correctement et intégralement les métadonnées de la carte (titre, auteur, droits de diffusion ) en même temps que l archivage du document. Il apportera un soin particulier pour renseigner l information sur la visibilité autorisée de cette carte («CAM» : diffusion interne à la CAM ou «Hors CAM» : diffusion autorisée à l extérieur de la CAM). Le contributeur peut aussi consulter tous les documents archivés qui concernent sa Direction mais ne peut gérer (créer, modifier, supprimer, déplacer) que les documents de son Service. Parmi les documents cartographiques archivés, certains peuvent être partagés si le «contributeur» décide de les publier sur l intranet. Cette action les rend alors accessible à l ensemble des agents de la CAM. b) Les règles de publication - Respect des préconisations de la CNIL (Commission Nationale de l Informatique et des Libertés). Les documents contenant des informations nominatives ne doivent pas être publiés. Exemple : informations nominatives du cadastre. - Respect de la propriété intellectuelle Le «contributeur» doit veiller à respecter la propriété intellectuelle des documents en appliquant les règles ci- dessous: - les sources des données ayant servies à réaliser une carte doivent être mentionnées et datées 17

18 - pour une carte externe à la CAM et non «publique», le «contributeur» doit veiller aux éventuelles restrictions de diffusion exigées par l auteur. Exemple : carte confidentielle réalisée par un partenaire et transmise comme document de travail. - Diffusion de documents déjà publics Le «contributeur» peut publier librement des documents déjà diffusés auprès du public. Exemple : Cartes du SCOT ou du PDU... Cette notion peut s étendre à des cartes originales issues de compositions de déjà publiques. Le «contributeur» doit cependant juger du degré de sensibilité de la carte à publier et en référer à son Directeur si nécessaire Exemple : Données de population INSEE + Tramway CAM. - Diffusion des autres cartes Concernant les autres cartes internes ou externes à la CAM non publiques et/ou identifiées comme sensibles, le «contributeur» a pour obligation de demander à son Directeur une autorisation expresse de publier. Ce dernier apprécie le degré de confidentialité du document et autorise ou non la publication. Exemple : cartes de projets, cartes stratégiques - Utilisation des cartes publiées Les agents de la CAM peuvent librement diffuser les cartes présentes dans l intranet en respectant le niveau de diffusion autorisé («CAM» ou «hors CAM»). II- 2. Procédures de mise en œuvre de l outil D une manière générale, le projet est défini et mis en œuvre pour élaborer la réponse au besoin d un utilisateur, d un client ou d une clientèle et il implique un objectif et des actions à entreprendre avec des ressources précises. Il s agit d une démarche spécifique qui permet de structurer méthodiquement et progressivement une réalité à venir et en ce qui me concerne la mise en œuvre opérationnelle de la cartothèque interservices de la Communauté d Agglomération de Montpellier, le besoin s exprime par la rationalisation des décisions et des politiques publiques à travers la mise en commun des ressources cartographiques des services producteurs. A partir de celle- ci, il est possible d observer qu un projet est : - Composé d un ensemble d activités. Il s agit donc d un processus qui doit être géré du point de vue de sa conduite, des moyens mis en œuvre et résultats attendus. - Mis en œuvre en vue d atteindre un objectif précis. - Réalisé dans un délai donné. Il est limité dans le temps avec des dates de début et de fin «un projet n a pas d avenir, il a une fin» C. MIDDLER. - Exécuté grâce à un ensemble de moyens qui sont matériels et humains. Concernant la mise en œuvre du projet, mon objectif premier a été d en suivre, d en contrôler les délais et l atteinte des objectifs partiels. Ces critères sont détaillés dans le plan d action par le biais d un découpage du planning en tâches, à l affectation des ressources, à la définition d indicateurs en fonction de la charge ou du délai permettant d en suivre l avancement. 18

19 Les procédures de mise en œuvre de la cartothèque interservices de la CAM sont alors définies au sein des diagrammes suivants, que j ai organisé en deux temps : Planning prévisionnel du premier trimestre Conduite de projet Intégration de cartes Formations individuelles des référents Plan de communication autour de la cartothèque Transmission des dysfonctionnements Réception de l outil Rédaction du cahier de recettes Tests (conformité et performance) Auto- formation S1 S2 S3 S4 S5 S6 S7 S8 S9 S10 Février Mars Avril 19

L outil 3D «Grand Territoire» de l Agglomération de Montpellier- De la communication à la participation?

L outil 3D «Grand Territoire» de l Agglomération de Montpellier- De la communication à la participation? L outil 3D «Grand Territoire» de l Agglomération de Montpellier- De la communication à la participation? Marc APARICIO, Responsable Service SIG Observatoires Direction Urbanisme et de l Habitat Montpellier

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014

Le nouveau programme national de renouvellement urbain. CRDSU septembre 2014 Le nouveau programme national de renouvellement urbain CRDSU septembre 2014 Un nouveau programme de renouvellement urbain! Un projet à l échelle de l agglomération, un projet intégré : le contrat de ville!

Plus en détail

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE

A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE Référentiel des Activités Professionnelles A1 GESTION DE LA RELATION AVEC LA CLIENTELE L assistant prend en charge l essentiel du processus administratif des ventes. Il met en place certaines actions de

Plus en détail

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE

S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE S8 - INFORMATIQUE COMMERCIALE Les savoirs de l Informatique Commerciale doivent être abordés en relation avec les autres savoirs (S4 à S7). Les objectifs généraux sont : o de sensibiliser les étudiants

Plus en détail

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables A - Compétences générales et transversales liées à l exercice des métiers

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire

Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Initiation d une base de donnée documentaire et réglementaire Rapport Septembre 2007 Sommaire Chapitre 1 : Présentation de l outil «Base de donnée» du Pays Marennes Oléron.. p.5 1. Définition et principe...

Plus en détail

On distingue trois grandes périodes dans l'évolution des Agences :

On distingue trois grandes périodes dans l'évolution des Agences : LAgence L Agence d Urbanisme et de Développement de la Région de Saint Omer : évolution des missions i Colloque «Collectivités territoriales et processus d'urbanisation : Méthodes d'accompagnement et rôles

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours

Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours 1 Quoi de neuf acteurs? Les politiques locales de l'habitat à l'épreuve des réformes en cours La réforme territoriale : quelle organisation, quelles compétences demain? Paris, 4 février 2010 1 2 Une longue

Plus en détail

I partie : diagnostic et proposition de solutions

I partie : diagnostic et proposition de solutions Session 2011 BTS assistant de manager Cas Arméria: barème et corrigé Remarque: la 1 ère partie doit être cohérente avec les éléments déterminants du contexte décrit dans cet encadré, qui n est pas attendu

Plus en détail

Gestion collaborative de documents

Gestion collaborative de documents Gestion collaborative de documents ANT box, le logiciel qui simplifie votre GED Les organisations (entreprises, collectivités, associations...) génèrent chaque jour des millions de documents, e-mails,

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans le cadre de la gestion d un projet informatique

Plus en détail

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE

LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE LA GESTION DE PROJET INFORMATIQUE Lorraine Structurer, assurer et optimiser le bon déroulement d un projet implique la maîtrise des besoins, des objectifs, des ressources, des coûts et des délais. Dans

Plus en détail

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire

Cahier des charges. «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement numérique du Territoire Direction du Développement numérique du Territoire Cahier des charges «Application Internet pour le portail web i2n» Direction du Développement Numérique du Territoire Maître d Ouvrage : REGION BASSE-NORMANDIE

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Le fonctionnement d un service d archives en entreprise. Le Service national des archives

Le fonctionnement d un service d archives en entreprise. Le Service national des archives L archivage électronique : Le fonctionnement d un service d archives en entreprise Le Service national des archives un module de du La système Poste d information du Service national des archives du Groupe

Plus en détail

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014

Préparation des contrats de ville. Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Préparation des contrats de ville Réunions Chefs de projet Novembre 2014 Contenu des contrats de ville 3 piliers Cohésion sociale Cadre de vie et renouvellement urbain (y compris hors NPNRU) Développement

Plus en détail

Une APPROCHE DE LA VILLE INTELLIGENTE

Une APPROCHE DE LA VILLE INTELLIGENTE Programme Smart Cities Projet Ville de Demain Une APPROCHE DE LA VILLE INTELLIGENTE Pour le grand CASABLANCA Enjeux, actions & opportunités Casablanca, le 23 Septembre 2014 CASABLANCA, SMART CITY 1. Enjeux

Plus en détail

Communiqué de Lancement

Communiqué de Lancement Direction du Marketing Produits Sage - Division Mid Market Communiqué de Lancement Rapprochement Bancaire 1000 Produit : Rapprochement Bancaire 1000 Bases de Données : Oracle - MS/SQL Server Microsoft

Plus en détail

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage

EP LOIRE Plateau collaboratif d échange. Intranet / Internet. du plan Loire grandeur nature 2007-2013. Note de cadrage EP LOIRE Plateau collaboratif d échange Intranet / Internet du plan Loire grandeur nature 2007-2013 Note de cadrage est une SARL au capital de 15 244,90, N SIRET 410 711 626 00029, APE 721 Z 60, rue Benjamin

Plus en détail

European Assistant Assistant de Manager

European Assistant Assistant de Manager European Assistant Assistant de Manager REFERENTIEL D ACTIVITES PROFESSIONNELLES Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne. Cette publication n'engage que son auteur et la Commission

Plus en détail

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III

Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Sécurisation de l hébergement et de la maintenance du plateau collaboratif d échange (PCE) du plan Loire III Depuis 2008, l Etablissement assure la mise en place du plateau collaboratif d échange Intranet/Internet

Plus en détail

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I. APPELLATION DU DIPLÔME BEP métiers des services administratifs RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

QUI SOMMES NOUS? Notre équipe se tient à votre disposition pour vous apporter de plus amples informations et vous conseiller.

QUI SOMMES NOUS? Notre équipe se tient à votre disposition pour vous apporter de plus amples informations et vous conseiller. QUI SOMMES NOUS? La CCI Tarbes et Hautes-Pyrénées propose une offre variée de formations s adressant à la fois aux jeunes à la recherche d un métier et aux salariés / Chefs d entreprise en recherche de

Plus en détail

Code du Patrimoine. Loi du 15 juillet 2008. Décembre 2009. Archives courantes

Code du Patrimoine. Loi du 15 juillet 2008. Décembre 2009. Archives courantes FICHE ARCHIVES N 2 LE CLASSEMENT DES ARCHIVES COURANTES Archives courantes Conseils en matière de classement (principalement pour les communes) 1. Choisir le bon conditionnement 2. Quelques conseils de

Plus en détail

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Sommaire Fiche 1 : Gestion des identités : annuaires et authentification Fiche 2 : Connectez-vous en toute sécurité

Plus en détail

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Dossier de presse Contact Chaire : Joël Gayet Mobile : 00 33 6 09 51 15 70 Jgayet.chaire anmt@sciencespo aix.fr Contact Sciences Po Aix : Noëlline Souris

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Organisation et classement des documents électroniques Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records management»?...

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

Service des Systèmes d Informations

Service des Systèmes d Informations S.I.G Service des Systèmes d Informations Les systèmes d informations représentent les moyens logiciels, matériels, et humains pour permettre aux utilisateurs d'utiliser les ressources informatiques dans

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Cédric Gendre Inra, ESR Toulouse

Cédric Gendre Inra, ESR Toulouse ODR, Bases de données administratives à différentes échelles spatiales Cédric Gendre Inra, ESR Toulouse 2èmes journées de recherches en sciences sociales INRA SFER CIRAD 11 & 12 décembre 2008 LILLE, France

Plus en détail

Le Parc naturel régional des SIG. Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire

Le Parc naturel régional des SIG. Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire SIG Restructuration d un SIG et diffusion des données dans le cadre de la directive Inspire Comment utiliser la directive Inspire à l échelle d un SIG historique pour en assurer la refonte? Claire Devaud

Plus en détail

Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices. Plateforme Territoriale GUYANE SIG

Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices. Plateforme Territoriale GUYANE SIG Charte d exploitation et de demande d accès aux Géoservices Plateforme Territoriale GUYANE SIG 25/02/2014 SOMMAIRE 1. LEXIQUE... 3 2. DEFINITION... 3 3. DOMAINE D APPLICATION... 3 A. Objet... 3 B. Bénéficiaires...

Plus en détail

Circuit du médicament informatisé

Circuit du médicament informatisé Circuit du médicament informatisé Points de vigilance axe technique SOMMAIRE... 1 FICHE N 1- DISPONIBILITE ET PERFORMANCE... 2 FICHE N 2- ENVIRONNEMENT DE TEST... 4 FICHE N 3- VERSIONNING... 5 FICHE N

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DC-SICA 10.1204 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Développement et hébergement d un site Internet cartographique sur les points de captage et les périmètres de protection Glossaire API Application

Plus en détail

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents Tâche : Rédaction de messages et de courriers professionnels simples liés à l activité

Plus en détail

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr

Cahier des charges - Refonte du site internet www.sciencespo- rennes.fr Cahier des charges Refonte du site internet www.sciencesporennes.fr Procédure d achat conformément à l article 28 alinéa I du Code des marchés publics 1. Présentation de la structure Reconnu pour son excellence

Plus en détail

Lancement du projet TOP (Tracabilité et Optimisation des Process)

Lancement du projet TOP (Tracabilité et Optimisation des Process) Lancement du projet TOP (Tracabilité et Optimisation des Process) Stéphane POUX Colloque «Bilan de la DiVE» 3 juillet 2008 Objectifs et contexte du projet TOP Développer le système d information de la

Plus en détail

DISPOSITIF DE MISE EN ŒUVRE D UN SERVEUR GEOSPATIAL COMMUNAUTAIRE

DISPOSITIF DE MISE EN ŒUVRE D UN SERVEUR GEOSPATIAL COMMUNAUTAIRE DISPOSITIF DE MISE EN ŒUVRE D UN SERVEUR GEOSPATIAL COMMUNAUTAIRE Journées ESRI France 3/4 Octobre 2012 CARVALHAIS Frédéric Chef de projet SIG communautaire PLAN DE PRESENTATION La place de l information

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Charte de fonctionnement du portail Géocharente

Charte de fonctionnement du portail Géocharente Charte de fonctionnement du portail Géocharente Préambule La plateforme Geocharente.fr est une plateforme créée par le Syndicat Départemental pour l Informatique et les Technologies de Communication (ci-après,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

GESTIONNAIRE DES DONNEES SIG

GESTIONNAIRE DES DONNEES SIG Direction des Ressources humaines Direction : Informatique AVIS DE VACANCE DE POSTE GESTIONNAIRE DES DONNEES SIG POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Poste de rattachement hiérarchique : Chargée de

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1

CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1 Paris, le 22 Mai 2013 CHARTE DU RESEAU ODC (Projet) V0.1 Présentation du réseau ODC : OPTIMAL DATA CENTER est une marque commerciale déposée qui fédère un réseau national de prestataires et fournisseurs

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université

Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université Séminaire NQI du jeudi 14 février 2013 En partenariat avec : Séminaire en ligne : Diffuser un management transversal des projets dans une université NQI COMPTE RENDU DE SEMINAIRE EN LIGNE Présenté par

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

Outils d archivage de l UNIL: du papier à l électronique

Outils d archivage de l UNIL: du papier à l électronique écoles suisses - 16 octobre Outils d archivage de l UNIL: du papier à l électronique Qui suis-je? Raphael Mottier, ingénieur HES en électronique A l UNIL depuis août 2009: 60% Service des archives gestion

Plus en détail

Résultats de l enquête EPCI

Résultats de l enquête EPCI Sondage Résultats de l enquête EPCI Intitulé du sondage : Les EPCI françaises et Internet Intranet, Extranet Référence : 02SD421 Destinataire(s) : Répondants à l enquête Version : 1.0 Date : Octobre 2002

Plus en détail

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION

PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION PLATEFORME MÉTIER DÉDIÉE À LA PERFORMANCE DES INSTALLATIONS DE PRODUCTION KEOPS Automation Espace Performance 2B, rue du Professeur Jean Rouxel BP 30747 44481 CARQUEFOU Cedex Tel. +33 (0)2 28 232 555 -

Plus en détail

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL

«PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» BROUIL «PLACE DES PARENTS DANS l ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL» Juin 2013 Introduction : Les parents sont parmi les principaux bénéficiaires de Paris classe numérique. Grâce à ce nouvel outil, la communication

Plus en détail

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de

«Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de 1 2 «Les documents référencés ci-dessus étant protégés par les droits d auteur et soumis à la déclaration au Centre Français d exploitation du droit de Copie, seules les références bibliographiques peuvent

Plus en détail

BNPE, Banque Nationale des Prélèvements d Eau : un outil fédérateur pour la connaissance des pressions quantitatives sur la ressource en eau

BNPE, Banque Nationale des Prélèvements d Eau : un outil fédérateur pour la connaissance des pressions quantitatives sur la ressource en eau BNPE, Banque Nationale des Prélèvements d Eau : un outil fédérateur pour la connaissance des pressions quantitatives sur la ressource en eau Laurence Chery, Celine Nowak, Anthony Mauclerc, Bernard Hypolyte,

Plus en détail

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF

La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF La présentation qui suit respecte la charte graphique de l entreprise GMF Approche du Groupe GMF Besoins d archivage de la messagerie d entreprise Introduction Présentation du Groupe GMF Secteur : assurance

Plus en détail

Questions réponses sur e sidoc

Questions réponses sur e sidoc Questions réponses sur e sidoc Sommaire Questions sur la stratégie éditoriale des solutions documentaires du CRDP de Poitou-Charentes... 1 Questions sur les fonctionnalités d e-sidoc... 2 Questions sur

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 Le Master 2 Paysage et Aménagement est une spécialité du Master Urbanisme et Aménagement. Celui-ci est

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE N o 11 POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS Adoptée le 14 juin 2005 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 14 juin 2005 (CA-05-06-14-19) Cégep de Drummondville 960,

Plus en détail

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014

Ingénierie et action foncière. Janvier 2014 ANJOU PORTAGE FONCIER Ingénierie et action foncière dans la Politique Départementale de l Habitat Janvier 2014 Les outils d action foncière et td d urbanisme durable du PDH Une phase d étude préalable

Plus en détail

La Gestion Électronique de Documents spécialement conçue pour les Experts Comptables

La Gestion Électronique de Documents spécialement conçue pour les Experts Comptables GEDExpert votre nouvel assistant La Gestion Électronique de Documents spécialement conçue pour les Experts Comptables Service client Pour acquérir, produire, classer, partager, consulter, diffuser et publier

Plus en détail

Tableaux comparatifs entre éditions Standard, Professionnelle, Entreprise

Tableaux comparatifs entre éditions Standard, Professionnelle, Entreprise Tableaux comparatifs entre éditions Standard, Professionnelle, Entreprise Module WaveSoft GRC/CRM & MobiGRC V14.02 Page 1 sur 6 Tableau comparatif entre Éditions, Gestion Relation Client WaveSoft Gestion

Plus en détail

Site web établissement sous Drupal

Site web établissement sous Drupal Site web établissement sous Drupal Etat Date Rédacteur Version Création 12/12/2013 C. Vilport Pôle Web DASI 1.0 Modification 04/02/2014 C. Vilport Pôle Web DASI 1.1 Diffusion aux 06/02/2014 C. Vilport

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique

Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006. L archivage électronique Département Administration et Gestion Communale AP/DB N 11 Paris, le 25 janvier 2006 Groupe de travail «TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION» Réunion du 26 janvier 2006 L archivage électronique

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES CENTRE DE DOCUMENTATION NUMERIQUE ET DE FORMATION

Plus en détail

Gérez et diffusez vos contenus médias

Gérez et diffusez vos contenus médias Digital Asset Management Gérez et diffusez vos contenus médias Plus qu un simple DAM*, la suite VCM* est une solution complète permettant la gestion de tous types de contenus et médias. * DAM : Digital

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR DIRECTION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR «Services et prestations des secteurs sanitaire et social» Septembre 2007 Arrêté portant définition et fixant les conditions

Plus en détail

CRM PERFORMANCE CONTACT

CRM PERFORMANCE CONTACT CRM PERFORMANCE CONTACT PREMIUM 3ème génération Un concentré de haute technologie pour augmenter de 30 % vos rendez-vous Le Vinci, 2 place Alexandre Farnèse 84000 Avignon Tél : + 33 (0)4 90 13 15 88 Télécopie

Plus en détail

Ateliers Cloud Computing / ADIJ [Atelier n 2] Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles

Ateliers Cloud Computing / ADIJ [Atelier n 2] Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles Ateliers Cloud Computing / ADIJ [Atelier n 2] Solutions aux risques juridiques et catalogue des meilleures pratiques contractuelles Co-animés par Helle Frank Jul-Hansen, Béatrice Delmas- Linel et David

Plus en détail

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015

Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble STRATÉGIE PATRIMONIALE DE MISE EN ACCESSIBILITÉ DES ERP Elaboration des Ad AP COTITA 27 janvier 2015 Ville de Grenoble COTITA 30-01-15-1 Contexte La Ville de Grenoble : 300 équipements

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Site internet. Vous voulez faire réaliser votre site internet par une agence web? 21 points à passer en revue pour rédiger votre cahier des charges

Site internet. Vous voulez faire réaliser votre site internet par une agence web? 21 points à passer en revue pour rédiger votre cahier des charges Site internet Vous voulez faire réaliser votre site internet par une agence web? 21 points à passer en revue pour rédiger votre cahier des charges Présenté sous forme de questionnaire, ce document vous

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux Make the most of your energy* Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux * Tirez le meilleur de votre énergie www.schneider-electric.fr Schneider Electric France Direction Communication

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée.

QUI SOMMES-NOUS? Cette solution s adresse aussi bien aux PME/PMI qu aux grands groupes, disposant ou non d une structure de veille dédiée. PRESENTATION QUI SOMMES-NOUS? La société VIEDOC, formée d ingénieurs expérimentés, conseille depuis 2004 les entreprises dans les domaines de la veille, de l intelligence économique et de l innovation.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Introduction MOSS 2007

Introduction MOSS 2007 Introduction MOSS 2007 Z 2 Chapitre 01 Introduction à MOSS 2007 v. 1.0 Sommaire 1 SharePoint : Découverte... 3 1.1 Introduction... 3 1.2 Ce que vous gagnez à utiliser SharePoint... 3 1.3 Dans quel cas

Plus en détail

PROFIL PROFESSIONNEL «ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT»

PROFIL PROFESSIONNEL «ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT» PROFIL PROFESSIONNEL «ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT» 1 ASSISTANT COMMERCIAL IMPORT EXPORT DEFINITION DU METIER L assistant commercial import export contribue au développement international durable

Plus en détail

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste!

Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste! Bachelier Bibliothécaire- Documentaliste Structure du profil d'enseignement et du programme d'études détaillé Année académique : 2015-2016 Haute Ecole Paul-Henri Spaak Catégorie sociale (IESSID) 1 1. Le

Plus en détail

Mise en place d'un serveur d'application SIG au Conseil général de Seine-et-Marne

Mise en place d'un serveur d'application SIG au Conseil général de Seine-et-Marne Mise en place d'un serveur d'application SIG au Conseil général de Seine-et-Marne Conférence francophone ESRI 2006 12 octobre Issy-les-Moulineaux Conseil général de Seine-et-Marne Direction Générale des

Plus en détail

FICHE PRODUIT COREYE CACHE Architecture technique En bref Plateforme Clients Web Coreye Cache applicative Références Principe de fonctionnement

FICHE PRODUIT COREYE CACHE Architecture technique En bref Plateforme Clients Web Coreye Cache applicative Références Principe de fonctionnement COREYE CACHE Solution d absorption de charge pour une disponibilité et une performance optimales des applications Web En bref Architecture technique La plateforme Coreye Cache délivre la majeure partie

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

La dématérialisation

La dématérialisation La dématérialisation La dématérialisation : une priorité de l Etat La dématérialisation, la ligne d action prioritaire de l AIFE : Elle constitue un levier important d amélioration de l efficience des

Plus en détail

SERVICES INFORMATIQUES AUX ORGANISATIONS

SERVICES INFORMATIQUES AUX ORGANISATIONS BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR SERVICES INFORMATIQUES AUX ORGANISATIONS Septembre 2014 BTS Services informatiques aux organisations - 1/123 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l éducation nationale, l enseignement

Plus en détail

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE

LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE LES PROCEDURES DE LA POLITIQUE D ARCHIVAGE La mise en place d une politique d archivage offre des solutions pour assurer une gestion pérenne des archives. Ce guide de procédure doit : - servir de base

Plus en détail