NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTICE FISCALE DES CONTRATS D ASSURANCE VIE"

Transcription

1 NOTICE FISCALE DES CONTRATS Cette notice est destinée à vous informer des principales dispositions fiscales actuellement en vigueur, s appliquant aux contrats individuels d assurance sur la vie (épargne, retraite, placement). Elle n a qu une valeur d information et ne constitue pas un document contractuel. En fonction de l évolution de la réglementation fiscale, une notice actualisée sera disponible et consultable auprès de nos services ou sur notre site Internet. 1

2 FISCALITÉ DES PRODUITS FINANCIERS DURANT LA VIE DU CONTRAT Les produits financiers supportent les prélèvements sociaux, au taux de 13,5% en vigueur au 1 er janvier 2012, qui sont toujours prélevés par l assureur de la manière suivante : Pour les contrats en euros : ces prélèvements sont retenus à chaque inscription en compte des intérêts ; le solde est imputé lors du dénouement en cas de rachat, d échéance ou de décès de l assuré Pour les contrats multi supports : depuis le 1 er juillet 2011, les prélèvements sociaux sont imputés sur les intérêts du support en euros lors de leur inscription en compte ; le solde des produits financiers, y compris les gains acquis sur les supports Unités de Compte, est soumis aux prélèvements sociaux lors du dénouement Si lors du rachat du contrat, de l échéance ou lors du décès de l assuré, le montant des prélèvements sociaux réglés en cours de vie du contrat sur les intérêts du support en euros s avère supérieur à celui calculé sur l ensemble des produits attachés au contrat, l excédent sera reversé à l assuré (cf. Fiscalité au décès de l assuré, page 11). Les contrats des personnes non résidentes fiscalement en France au sens de l article 4 B du Code Général des Impôts ne sont pas assujettis aux prélèvements sociaux. 2

3 AU MOMENT DU RACHAT Les produits financiers sont constitués par la différence entre les sommes remboursées et les primes versées. LES CONTRATS SOUSCRITS À COMPTER DU 26 SEPTEMBRE 1997 Rachat entre 0 et 4 ans Rachat entre 4 et 8 ans Rachat après 8 ans Au choix : Prélèvement libératoire : 35 % des produits financiers* Impôt sur le revenu : Taux marginal d imposition** + 13,5 % de prélèvements sociaux sur les produits financiers qui n ont pas déjà été taxés en cours de vie *** Au choix : Prélèvement libératoire : 15 % des produits financiers* Impôt sur le revenu : Taux marginal d imposition** + 13,5 % de prélèvements sociaux sur les produits financiers qui n ont pas déjà été taxés en cours de vie *** Au choix : Prélèvement libératoire : 7,5 % des produits financiers (après abattement annuel de pour une personne seule et de pour un couple marié ou pacsé soumis à imposition commune sur demande)* Impôt sur le revenu : Taux marginal d imposition** (après abattement annuel de pour une personne seule et de pour un couple marié ou pacsé soumis à imposition commune sur demande) + 13,5 % de prélèvements sociaux sur les produits financiers qui n ont pas déjà été taxés en cours de vie *** * Le prélèvement forfaitaire libératoire est obligatoire pour les personnes non établies en France ou qui n y ont pas leur résidence fiscale ** Taux marginal d imposition : il correspond au taux appliqué à la dernière tranche du revenu imposable de l assuré et non à celui indiqué sur son avis d imposition *** 8,2 % de CSG, 0,5 % de CRDS, 3,4 % de prélèvement social, 0,3 % de contribution additionnelle, 1,1 % de contribution R.S.A. (Revenu de Solidarité Active). L abattement annuel de 4600 ou 9200 euros ne s applique pas aux prélèvements sociaux. 3

4 L exonération d impôt sur le revenu est acquise sans condition de durée lorsque le contrat se dénoue par suite : du licenciement de l assuré ou de son conjoint ; de sa mise en retraite anticipée ou de celle de son conjoint (rupture du contrat de travail avant 70 ans, à l initiative de l employeur, avec accord de l intéressé) ; de son invalidité ou de celle de son conjoint, correspondant au classement de 2 e ou 3 e catégorie de la Sécurité Sociale En cas de rachat effectué suite au licenciement de l assuré ou de son conjoint, à sa mise en retraite anticipée ou à celle de son conjoint, les produits financiers supportent les prélèvements sociaux. En cas de rachat effectué suite à l invalidité de l assuré ou à celle de son conjoint, correspondant au classement en 2 e ou 3 e catégorie de Sécurité Sociale, les produits financiers sont exonérés des prélèvements sociaux. 4

5 RACHAT AU-DELÀ DE LA HUITIÈME ANNÉE Contrats souscrits avant le 1 er janvier 1983, les produits financiers sont totalement exonérés d impôt sur le revenu, mais pas des prélèvements sociaux au taux de 13,5 %. Contrats souscrits du 1 er janvier 1983 au 25 septembre 1997, sont exonérés d impôt sur le revenu mais pas des prélèvements sociaux : Les produits financiers afférents aux versements effectués jusqu au 25 septembre 1997 ; Les produits financiers afférents aux versements effectués entre le 26 septembre 1997 et le 31 décembre 1997, à concurrence de ,80 (soit F). 5

6 FISCALITÉ DES RENTES VIAGÈRES Les arrérages de rente viagère ne sont imposables à l impôt sur le revenu que sur une fraction de leur montant qui dépend de l âge du rentier lors de l entrée en jouissance de la rente. Cette fraction est égale à : 70 % si le rentier est âgé de moins de 50 ans ; 50 % s il est âgé de 50 à 59 ans inclus ; 40 % s il est âgé de 60 à 69 ans inclus ; 30 % s il est âgé de pus de 69 ans. Les arrérages de rente viagère sont soumis aux prélèvements sociaux au taux de 13,5 % sur la fraction imposable. Les prélèvements sociaux sont recouvrés par l administration fiscale. 6

7 IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE (ISF) Si vous êtes soumis à l I.S.F., vous devez inclure, dans votre déclaration annuelle, le montant de la valeur de rachat au 1 er janvier de l année d imposition, communiqué par Império Assurances. Cette valeur tient compte des avances non remboursées à cette date et ce, même si le contrat comporte un bénéficiaire acceptant. Les primes versées après l'âge de soixante-dix ans au titre des contrats d'assurance non rachetables, souscrits à compter du 20 novembre 1991, sont également réintégrées dans le patrimoine. Si vous avez opté pour le versement d une rente viagère, vous devez déclarer la valeur de capitalisation de la rente, égale au montant de la provision mathématique qu Império Assurances calcule au 31 décembre de chaque année. 7

8 SPÉCIFICITÉS RELATIVES À UN CONTRAT «EPARGNE HANDICAP» Objet du contrat Durée du contrat Adhérent et assuré Faculté de rachat Fiscalité des primes Fiscalité des rachats Garantir le versement d un capital ou d une rente viagère à l assuré atteint, lors de la conclusion du contrat, d une infirmité qui l empêche de se livrer, dans des conditions normales de rentabilité, à une activité professionnelle (article 199 septies alinéa 1 er du CGI). Au moins 6 ans. La personne handicapée. Le rachat partiel ou total est autorisé. Si le rachat total est exercé avant la sixième année, l administration fiscale peut requalifier le contrat et exiger : - l annulation des réductions d impôts ; - l imposition des produits. Réduction d impôt égale à 25 % du montant des versements annuels plafonnés à par enfant à charge (enfant pris en compte pour le calcul de l impôt sur le revenu dû par le contribuable, soit au titre du quotient familial, soit par voie d abattement). Les primes versées doivent être inscrites dans la case GZ de la déclaration des revenus. - Invalides de la 1 re catégorie de la Sécurité Sociale : la fiscalité des produits est celle décrite en page 1. - Invalides de 2 e et 3 e catégorie de la Sécurité Sociale : les produits sont exonérés d impôt sur le revenu. 8

9 CAS PARTICULIER DES COTISATIONS VERSÉES PAR UNE ENTREPRISE Dans le cadre spécifique où une entreprise est le payeur des cotisations versées à l assureur, celles-ci entraînent une réduction de l actif de l entreprise. L entreprise n a aucun droit sur le contrat. Si l assuré est un dirigeant, le financement du contrat d assurance vie par son entreprise doit être autorisé par les statuts de la société ou par une délibération du conseil d administration (SA) ou par une inscription au registre des assemblées (SARL). Fiscalité et charges sociales pour l entreprise Les cotisations versées par l entreprise au bénéfice du salarié, sont considérées comme des charges intégralement déductibles du calcul de l impôt sur les sociétés, à condition qu elles ne soient pas excessives, eu égard aux services rendus. Elles seront traitées comme des salaires (sursalaire). Elles sont assujetties à la taxe sur les salaires et aux charges de Sécurité Sociale patronales et salariales. Fiscalité pour le salarié Les cotisations versées par l entreprise sont intégrées dans son revenu imposable sur lequel il bénéficie de l abattement de 10%. Elles sont assujetties à la CSG, à la CRDS et aux charges de Sécurité Sociale patronales et salariales. L ensemble de ces taxes est précompté sur le salaire. 9

10 FISCALITÉ AU DÉCÈS DE L ASSURÉ Les sommes stipulées payables lors du décès de l assuré à un bénéficiaire déterminé ou à ses héritiers ne font pas partie de la succession de l assuré, quel que soit le degré de parenté existant entre ce dernier et le bénéficiaire (article L du code des assurances). Ces sommes bénéficient donc du principe d exonération des droits de succession, dans certaines limites, en fonction de l âge de l assuré lors du versement des primes ou cotisations. Les produits financiers du capital décès supportent les prélèvements sociaux à l exception des contrats d épargne-handicap et des produits financiers qui ont déjà été soumis aux prélèvements sociaux en cours de vie du contrat lors de l inscription en compte des intérêts sur les contrats ou supports en euros. Ces prélèvements sociaux sont prélevés par l assureur. Pour les contrats multisupports : depuis le 1 er juillet 2011, si lors du décès de l assuré, le montant des prélèvements sociaux réglé en cours de vie du contrat, s avère supérieur à celui calculé sur l ensemble des produits attachés au contrat, l excédent sera reversé au contrat. 10

11 TABLEAU RÉCAPITULATIF DE LA FISCALITÉ APPLICABLE EN CAS DE DÉCÈS Contrat souscrit avant le 20 novembre 1991 Contrat souscrit après le 20 novembre 1991 Quelle que soit la date de souscription du contrat Cotisations versées AVANT le 13 octobre 1998 Cotisations versées APRÈS le 13 octobre 1998 Avant 70 ans Après 70 ans Avant 70 ans Après 70 ans Abattement de par bénéficiaire Exonération totale des capitaux transmis Exonération totale des capitaux transmis Droits de succession sur la fraction des cotisations supérieures à ** sur le capital décès et taxation au-delà à 20% et à 25% Abattement de par bénéficiaire sur le capital décès et taxation au-delà à 20% et à 25% (Art. 990 I)* Droits de succession sur la fraction des cotisations supérieures à ** (Art. 757 B) (Art. 990 I)* (Art. 757 B) Sont totalement exonérés des droits de succession (Art. 757 B du CGI) et des prélèvements de 20% et 25% prévus à l article 990 I du CGI, les bénéficiaires ci-après : le conjoint survivant de l assuré ou son partenaire de PACS ; le frère (ou la sœur) de l assuré qui remplit les conditions ci-après : - être célibataire, veuf(veuve), divorcé(e) ou séparé(e) de corps, - avoir été domicilié(e) avec l assuré pendant les 5 années ayant précédé son décès, - être au moment de l ouverture de la succession, âgé(e) de plus de 50 ans ou atteint(e) d une infirmité le(la) mettant dans l impossibilité de subvenir par son travail aux nécessités de l existence quel que soit son âge. 11

12 *La taxation applicable après l abattement de , prévue à l article 990 I est de 20% sur la fraction du capital décès n excédant pas et 25% sur la fraction du capital décès excédant ce montant (dispositions applicables aux décès intervenus à compter du 31 juillet 2011). La limite de varie selon la limite inférieure de la septième ligne de la première colonne du tableau I de l'article 777 du CGI. Pour les décès intervenus avant le 31 juillet 2011, le taux d imposition applicable après l abattement de est invariable à 20% sur la fraction de capital qui excède l abattement. L assiette du prélèvement est constituée pour les contrats ou adhésions rachetables, par les sommes, rentes ou valeurs correspondant à la fraction rachetable (valeur de rachat au jour du décès de l assuré ou, s il s agit d un contrat à terme fixe, valeur de rachat au jour du versement des sommes) et par les primes ou cotisations versées correspondant à la fraction non rachetable. ** Dans le cas d un contrat en situation de moins-value, pour l application de l article 757 B, les droits de succession s appliquent sur la fraction du capital décès, et non sur la fraction des primes, qui excède l abattement. 12

13 EXEMPLE N 1 DE CALCUL DE LA FISCALITÉ APPLICABLE EN CAS DE DÉCÈS Capitaux décès inférieurs à l abattement par bénéficiaire de euros (article 990 I) Monsieur B., né en 1931, a souscrit un contrat dont il est l assuré et a désigné les 3 bénéficiaires suivants : son épouse, Mme B. pour 50 % du capital décès sa fille, Mme C. pour 25 % du capital décès son fils, Mr B.Jr pour 25 % du capital décès Il a effectué en 2000, avant son 70 ème anniversaire, un premier versement de , puis postérieurement à ses 70 ans, un versement complémentaire de Monsieur B. décède en décembre La valeur de rachat de son contrat au jour du décès s élève à répartis en 2 enveloppes : une première enveloppe correspondant aux cotisations versées avant 70 ans et leurs produits financiers : ; une deuxième enveloppe correspondant aux cotisations versées après 70 ans et leurs produits financiers :

14 Avant 70 ans (Art. 990 I du CGI) Cotisations versées APRÈS le 13 octobre 1998 Après 70 ans (Art. 757 B du CGI) 1 re enveloppe = * Elle entre dans le champ d application des prélèvements de 20 et 25% à partir de par bénéficiaire. 2 e enveloppe = * L assiette de taxation correspond à la totalité des cotisations versées après les 70 ans de l assuré, monsieur B., soit (sans prendre en compte les produits financiers). Contrat souscrit après le 20/11/1991 Madame B. recevra : x 50% = Totalement exonérés des prélèvements de 20% et de 25%. Madame C. recevra : x 25% = Exonérés de prélèvements (sous l abattement de par bénéficiaire). Monsieur B.Jr recevra : x 25% = Exonérés de prélèvements (sous l abattement de par bénéficiaire). Capital de Madame B. : = * Capital de Madame C. : = * Madame B. reçoit au titre des cotisations versées après 70 ans : x 50 % = Totalement exonérés de droits de succession. Madame C. reçoit au titre des cotisations versées après 70 ans : x 25 % = Monsieur B.Jr reçoit au titre des cotisations versées après 70 ans : x 25 % = Le montant de l abattement forfaitaire pour Madame C. et Monsieur B.Jr est de à partager entre tous les bénéficiaires. La part de cotisations assujetties aux droits de succession de Madame C et Monsieur B.Jr représente : ( ) = , soit chacun, compte tenu de leur part respective. * nets de prélèvements sociaux Capital de Monsieur B.Jr : = * En synthèse l assureur versera * ainsi répartis : Madame B. : * exonérés des prélèvements de 20% et 25% et de droits de succession. Madame C. : * exonérés des prélèvements de 20% et 25% et dont sont soumis aux droits de succession. Monsieur B.Jr : * exonérés des prélèvements de 20% et 25% et dont sont soumis aux droits de succession. N.B. : Les chiffres de cet exemple sont destinés à illustrer l application de la loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat (dite loi «TEPA») du 21 août 2007 et l application des articles 990 I et 757 B du CGI en dehors de toute référence à un rendement prospectif des contrats. 14

15 EXEMPLE N 2 DE CALCUL DE LA FISCALITÉ APPLICABLE EN CAS DE DÉCÈS Capitaux décès supérieurs à l abattement par bénéficiaire de euros (article 990 I) Monsieur B., né en 1931, a souscrit un contrat dont il est l assuré et a désigné les 2 bénéficiaires suivants : son épouse, Mme B. pour 50 % du capital décès sa fille, Mme C. pour 50 % du capital décès Il a effectué en 2000, avant son 70 ème anniversaire, un premier versement de , puis postérieurement à ses 70 ans, un versement complémentaire de Monsieur B. décède en décembre La valeur de rachat de son contrat au jour du décès s élève à répartis en 2 enveloppes : une première enveloppe correspondant aux cotisations versées avant 70 ans et leurs produits financiers : ; une deuxième enveloppe correspondant aux cotisations versées après 70 ans et leurs produits financiers :

16 Cotisations versées APRÈS le 13 octobre 1998 Avant 70 ans (Art. 990 I du CGI) 1 re enveloppe = * Elle entre dans le champ d application des prélèvements de 20 et 25% à partir de par bénéficiaire. Après 70 ans (Art. 757 B du CGI) 2 e enveloppe = * L assiette de taxation correspond à la totalité des cotisations versées après les 70 ans de l assuré, monsieur B., soit (sans prendre en compte les produits financiers). Contrat souscrit après le 20/11/1991 Madame B. recevra : x 50% = Totalement exonérés des prélèvements de 20% et de 25%. Madame C. recevra : x 50% = Application de l abattement de par bénéficiaire : = Application des prélèvements dus après abattement : Prélèvement de 20% pour la fraction des capitaux égale à : x 20% = ,60. Prélèvement de 25% pour la fraction des capitaux supérieure à : ( ) x 25% = ,50. Loi TEPA du 21/08/2007 Madame B. reçoit au titre des cotisations versées après 70 ans : x 50 % = Totalement exonérés de droits de succession. Madame C. reçoit au titre des cotisations versées après 70 ans : x 50 % = Le montant de l abattement forfaitaire pour Madame C. est de La part de cotisations assujetties aux droits de succession de Madame C. représente : ( ) = Part reçue : ( , ,50 ) = ,90. Capital de Madame B. : = * Capital de Madame C. : , = ,90 * * nets de prélèvements sociaux. En synthèse l assureur versera * ainsi répartis : Madame B. : * exonérés des prélèvements de 20% et 25% et de droits de succession. Madame C. : ,90 * (après les prélèvements de 20% et 25%) dont soumis aux droits de succession. Trésor Public : ,10 * - prélèvements de 20% et 25% au titre de l art. 990 I du CGI. N.B. : Les chiffres de cet exemple sont destinés à illustrer l application de la loi en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat (dite loi «TEPA») du 21 août 2007 et l application des articles 990 I et 757 B du CGI en dehors de toute référence à un rendement prospectif des contrats. 16

17 RÉPONSES À QUELQUES QUESTIONS QUE VOUS POUVEZ VOUS POSER Quel pourcentage du patrimoine peut être placé sur un contrat, sans risque d une requalification fiscale de la succession? «Aucune règle forfaitaire ne peut être a priori établie pour déterminer à partir de quel pourcentage l Administration est en mesure de mettre en œuvre la procédure d abus de droit. Il s agit en effet d une appréciation qui repose sur les éléments de faits propres à chaque affaire» (réponse ministérielle à la question Godfrain, JO AN 11 janvier 1993). En clair, c est une appréciation au cas par cas. Cela signifie qu il est tout à fait possible de transmettre une fraction significative de son patrimoine. Il est toutefois impératif de ne pas détourner l assurance vie de sa portée véritable : une opération d épargne longue Deux exemples : un assuré de 69 ans, dont l espérance de vie est réduite, place l équivalent de 40% de son patrimoine sur un contrat et décède trois mois plus tard ; le fisc pourrait estimer que l objectif exclusif de cette souscription était de réduire l impact fiscal de la transmission du patrimoine et engager une procédure de redressement. A l inverse, un assuré de 69 ans qui a effectué des versements réguliers pendant 10 ans n a rien à craindre, même si les capitaux sur son contrat représentent 30% de ses avoirs. 17

18 Dans quel cas une souscription conjointe peut-elle être conseillée? Ce mode de souscription peut être conseillé en présence d un régime de communauté conventionnelle avec clause de préciput ou d un régime de communauté universelle avec clause d attribution intégrale. Le régime devra stipuler que la valeur de rachat de tout contrat souscrit sur la tête du survivant des époux sera, le cas échéant, avec d autres biens, attribué au survivant des deux époux. Toute modification du régime matrimonial doit faire l objet d une convention notariée qui est ensuite soumise à l homologation du tribunal de grande instance du domicile des époux. Pourquoi les «avances» (prêts sur contrats) sont elles à utiliser avec modération? Si l administration démontre que, sous couvert d avances, le contribuable a entendu disposer définitivement de tout ou partie de la valeur de rachat en échappant ainsi à toute imposition, l avance peut être imposée au même titre qu un rachat. Il est rappelé à ce titre qu Império Assurances n octroie, sur un même contrat, qu une avance maximum par année civile. 18

19 Quelles sont les conséquences fiscales d une transformation d un contrat d assurance vie en euros en contrat multi supports dans le cadre de l amendement Fourgous? La date d effet du contrat d origine est conservée pour l application de la fiscalité en cas de vie et en cas de décès. Cette transformation en elle-même ne génère aucune imposition à l impôt sur le revenu (ou au prélèvement forfaitaire libératoire) des produits financiers car elle ne constitue pas un rachat. En cas de rachat fiscalisé, comment peut on savoir s il est plus favorable d opter pour l assujettissement des produits financiers au prélèvement forfaitaire libératoire ou d opter pour la réintégration de ces produits dans l impôt sur le revenu exigible l année suivante? Ce choix doit être effectué en comparant le taux du prélèvement forfaitaire libératoire applicable au contrat en fonction de la date d adhésion et le taux marginal d imposition de l année qui correspond au taux d imposition appliqué à la dernière tranche de votre revenu imposable et non à celui indiqué sur votre avis d imposition. Le choix entre l assujettissement des produits financiers au prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) ou leur intégration dans votre revenu imposable (IRPP) doit être précisé par écrit dans la demande de rachat adressée à Império Assurances. Ce choix est définitif. 19

20 Si vous êtes exonéré d impôt sur le revenu, il est conseillé d opter pour la réintégration dans votre déclaration de revenu. Taux d imposition 2012, au titre des revenus 2011 Tranche de salaire 5,50% pour la fraction supérieure à et inférieure ou égale à % pour la fraction supérieure à et inférieure ou égale à % pour la fraction supérieure à et inférieure ou égale à % pour la fraction supérieure à Remarque : le prélèvement libératoire est appliqué sans prise en compte de l abattement de 4600 euros ou 9200 euros. Le trop-versé éventuel est déduit l année de l impôt à payer sur les revenus. Si le bénéficiaire des revenus n est pas imposable, il doit faire la demande de remboursement auprès des services fiscaux. 20

21 Principaux textes de référence Article A du CGI relatif à la taxation des produits financiers. Article 990 I du CGI relatif au prélèvement en cas de décès de l assuré. Article 757 B du CGI relatif aux droits de mutation pour les versements effectués après 70 ans. Article 885 F du CGI relatif à l I.S.F. Article L du code de la Sécurité Sociale relatif à la CSG. Articles L à 16 du code de la Sécurité Sociale relatifs au prélèvement social CNAV NAF. Ordonnance n du 24/01/1996 relative à la CRDS. Article 11 de la loi n du 30 juin 2004 relatif à la contribution additionnelle. Article 3 de la loi n du 1 er décembre 2008 relatif à la contribution additionnelle RSA. Articles 8 et 10 de la loi n du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat. Instruction fiscale du 3 décembre 2007 relative à la loi n du 21 août 2007 en faveur du travail, de l emploi et du pouvoir d achat. Loi de finances n du 27 décembre 2008 pour Instruction fiscale n 132 du 28 décembre 2007 (BOI 5-I-4-07) relative à la généralisation du prélèvement à la source des prélèvements sociaux. Loi de financement de la Sécurité Sociale n du 24 décembre 2009 relative à l assujettissement des capitaux décès aux prélèvements sociaux. Loi de finances n du 29 décembre 2010 relative aux modalités d application des prélèvements sociaux sur les contrats multi supports. Loi de finances rectificative n du 29 juillet 2011 modifiant l article 990 I du CGI. Loi de finances rectificative n du 19 septembre 2011 modifiant le prélèvement social. 21

22 18/20, rue Clément Bayard LEVALLOIS-PERRET Tél. : Fax : IMPERIO ASSURANCES ET CAPITALISATION, S.A. au capital de Euros Entreprise régie par le code des Assurances RCS NANTERRE APE 6511Z IMPÉRIO S.A., filiale de la SMAvie BTP - Groupe SMA BTP 22

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013

Cahier du patrimoine. Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 Cahier du patrimoine Le contrat TNS comprendre la Loi «Madelin» sous l angle «Retraite» Août 2013 LE CONTRAT TNS COMPRENDRE LA LOI «MADELIN» 3 Introduction Les objectifs Votée le 11 février 1994, cette

Plus en détail

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE

PERP. par Élysée Consulting. Votre épargne pour votre retraite PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE PERP PLAN EPARGNE-RETRAITE POLULAIRE par Élysée Consulting Votre épargne pour votre retraite SOMMAIRE Bénéficiaires 3 Fonctionnnement du plan 3 Gestion du plan 4 Fiscalité des primes versées 5 Dénouement

Plus en détail

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT L'ASSURANCE VIE PLACEMENT Une note de R i v i e r a F a m i l y O f f i c e Mise à jour : septembre 2004 Malgré les réformes de septembre 1997 et d octobre 1998, le cadre fiscal de l assurance vie demeure

Plus en détail

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte

L essentiel sur L ASSURANCE VIE. Fonds en euros. Fiscalité. Unités de compte L ASSURANCE VIE L essentiel sur Fiscalité Fonds en euros Unités de compte Qu est ce que c est? Un produit d épargne à moyen et long terme L assurance vie sert à épargner et faire fructifier son capital,

Plus en détail

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées

Réduction d impôt sur le revenu à raison des primes versées Assurance-vie Malgré plusieurs réformes restreignant ses avantages fiscaux, l assurance-vie continue de bénéficier d un statut privilégié tant au regard de l impôt sur le revenu que des droits de succession.

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE

PERP LIGNAGE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PLAN D ÉPARGNE RETRAITE POPULAIRE PERP LIGNAGE Contrat d assurance sur la vie souscrit par le Groupement d Épargne Retraite Populaire ADRECO auprès d ORADEA VIE, compagnie d assurance vie et de capitalisation,

Plus en détail

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC

Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) EXAMEN

Plus en détail

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt

Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Vous orienter pour la gestion des capitaux du défunt Les obligations fiscales Droits de succession à régler dans les 6 mois La déclaration de succession est une étape importante du règlement d une succession.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 98 DU 17 NOVEMBRE 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-4-10 INSTRUCTION DU 15 NOVEMBRE 2010 IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS DES CONTRATS D

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital

assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital assurance-vie creditfoncier.fr EXECUTIVE ÉVOLUTION Un contrat sur mesure pour valoriser votre capital La solution pour optimiser votre épargne Vous souhaitez faire fructifier votre capital, préparer votre

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 Opérations particulières concernant les coopérateurs n 7 > 4 avril 2014 info Sommaire > Droit fiscal : déclaration des revenus 2014 au titre des revenus 2013 - opérations particulières concernant les coopérateurs ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Déclaration

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

A22/10/2012 CONTRAT SOLIDAIRE. NOTICE D INFORMATION l 1 sur 7 EN VIGUEUR AU 01 MAI 2013 SOMMAIRE

A22/10/2012 CONTRAT SOLIDAIRE. NOTICE D INFORMATION l 1 sur 7 EN VIGUEUR AU 01 MAI 2013 SOMMAIRE NOTICE D INFORMATION l 1 sur 7 CONTRAT SOLIDAIRE contrat d assurance VIE de groupe À ADHÉSION FACULTATIVE EN VIGUEUR AU 01 MAI 2013 A22/10/2012 1. CONTRAT SOLIDAIRE est un contrat d assurance vie de groupe

Plus en détail

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était.

capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. capital vie L assurance-vie qui s adapte à toute situation L assurance n est plus ce qu elle était. Vous avez des projets d épargne? L assurance-vie est la solution qui s adapte à tous vos besoins L ASSURANCE-VIE

Plus en détail

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV

Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV Le Diplôme d Etudes Supérieures Spécialisées de Droit Notarial de l Université Montesquieu-Bordeaux IV sous la direction de M. Philippe DELMAS SAINT-HILAIRE Professeur à l Université Montesquieu-Bordeaux

Plus en détail

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance

Le Capital Différé SCA. Conditions Générales valant Proposition d Assurance Le Capital Différé SCA Conditions Générales valant Proposition d Assurance DISPOSITIONS ESSENTIELLES DU CONTRAT 1. LE CAPITAL DIFFÉRÉ SCA est un contrat individuel d assurance en cas de vie à capital différé

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

A la découverte de l assurance vie HSBC France

A la découverte de l assurance vie HSBC France A la découverte de l assurance vie HSBC France L assurance vie, le placement qui vous accompagne dans tous vos projets Depuis quelques années, l assurance vie est devenue le placement préféré des Français

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 22 SEPT-OCT 2011 L actualité fiscale de l assurance-vie par M. Leroy Assurance vie - fiscalité L actualité fiscale de l assurance

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Sommaire PARTIE I L ÉPARGNE BANCAIRE CLASSIQUE Chapitre 1. Les livrets bancaires...

Plus en détail

Les contrats retraite en Loi Madelin

Les contrats retraite en Loi Madelin Les contrats retraite en Loi Madelin Une retraite obligatoire insuffisante Par rapport à un salarié, le travailleur indépendant est un peu "le parent pauvre" du système de protection sociale français.

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 66 DU 5 AOÛT 2011 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 I-3-11 INSTRUCTION DU 1 ER AOÛT 2011 AMENAGEMENT DES REGLES D IMPOSITION AUX PRELEVEMENTS SOCIAUX DES PRODUITS

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 PLAFONNEMENT DE LA COTISATION DE TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES AFFERENTE A L HABITATION PRINCIPALE EN FONCTION DES

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession?

L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? L assurance vie est-elle toujours un outil privilégié pour préparer sa succession? 1 SOMMAIRE Les nouveautés successorales de la loi TEPA 2007 Allégement des droits de mutation à titre gratuit Assurance

Plus en détail

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? :

Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Patrimoine/Assurance-vie : Liberté de transmission? Fiscalité privilégiée? : Conférence d information du Me Cécile SADELER Chambre des Notaires de Paris Existe-t-il réellement une liberté de transmettre?

Plus en détail

les retraites collectives

les retraites collectives Edition 2010 n 4 - Avril 2010 Pour comprendre les retraites collectives PERE, Article 83, Article 39,... Le sixième et le septième rapport du Conseil d Orientation des Retraites Depuis 2000, la mission

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Présentation des dispositifs

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr

OCTUOR. Un nouvel horizon pour votre épargne. www.generali-patrimoine.fr OCTUOR Un nouvel horizon pour votre épargne www.generali-patrimoine.fr Avec Octuor, donnez du sens à votre stratégie patrimoniale Octuor est un contrat d assurance vie multisupport et multigestionnaire

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

Life Asset Portfolio (LAP) France

Life Asset Portfolio (LAP) France Information sur le produit I/IV Type de contrat Clients Devise du contrat Durée du contrat Assureur Souscripteur Assuré Bénéficiaires Contrat d'assurance vie à primes libres, lié à une ou plusieurs catégories

Plus en détail

CONTRAT NOUVEAU CAP. Notice d information

CONTRAT NOUVEAU CAP. Notice d information ASSURANCE VIE EN EUROS maif.fr maif.fr CONTRAT NOUVEAU CAP Notice d information Nouveau Cap est un contrat d assurance vie en euros à adhésion individuelle. Il est conçu et géré par Parnasse-MAIF, filiale

Plus en détail

AOF. mini-guide. L assurance. vie

AOF. mini-guide. L assurance. vie AOF mini-guide L assurance vie Février 2013 L assurance vie Sommaire A - Un placement très populaire Pour qui? Pour quoi faire? Des avantages multiples B - Le contrat d assurance vie Les bases du contrat

Plus en détail

Toutes les facettes de l assurance vie

Toutes les facettes de l assurance vie Toutes les facettes de l assurance vie Les avantages de l assurance vie Que vous ayez ouvert votre contrat d assurance vie en vue d épargner pour un projet futur, de vous constituer un complément de revenu

Plus en détail

AOF. L assurance vie. bourse. mini-guide. Comment investir en Bourse? Juin 2011

AOF. L assurance vie. bourse. mini-guide. Comment investir en Bourse? Juin 2011 AOF mini-guide bourse «Comment investir en Bourse? L assurance vie Juin 2011 L assurance vie SOMMAIRE 1. Une assurance vie, pour quoi faire? p.4 Se constituer une épargne p.4 Transmettre une épargne p.4

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS

LA FISCALITE DES SUCCESSIONS LA FISCALITE DES SUCCESSIONS La succession est assujettie à une fiscalité et peut générer des droits de succession. Les droits de succession sont calculés sur l actif net recueilli par chaque héritier

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com N 51 MARS 2013 ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE

REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE REFORME FISCALITE DU PATRIMOINE INTRODUCTION L article 11 de la LOI DE FINANCE RECTIFICATIVE pour 2011 modifie l article 990I du CGI sur 3 points: 1 Modification du taux de prélèvement lorsque le montant

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr

PM&A Gestion. APRIL Patrimoine. AXERIA Vie. www.april-patrimoine.fr APRIL Patrimoine Spécialiste de l épargne, de la retraite et de la gestion de patrimoine, APRIL Patrimoine est une société d APRIL Group. Elle conçoit ses produits, assure leur gestion administrative et

Plus en détail

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge;

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge; Déductions de primes Les montants versés pour le 1 er pilier sont entièrement déductibles du revenu. Les montants versés pour le 2 ème pilier sont entièrement déductibles du revenu. Sont déduits du revenu:

Plus en détail

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE

GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE GUIDE SPÉCIAL ASSURANCE VIE > TOUT SAVOIR SUR L ASSURANCE VIE L objectif de ce guide est de vous donner des pistes pour mieux comprendre l assurance vie et son fonctionnement, et vous aider ainsi à faire

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 K-2-02 N 40 du 26 FEVRIER 2002 PRELEVEMENT DE 20 % SUR LES CONTRATS D ASSURANCE SUR LA VIE. CONTRATS EN UNITES DE COMPTE. ASSIETTE. METHODE

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION?

NOTICE EXPLICATIVE QUI SOUSCRIT CETTE DÉCLARATION? N 2777-D-NOT N 51275 # 07 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS PRÉLÈVEMENT FORFAITAIRE ET PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX DUS À LA SOURCE SUR LES REVENUS DISTRIBUÉS ET LES INTÉRÊTS

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

N 6 : EPARGNE SALARIALE

N 6 : EPARGNE SALARIALE N 6 : EPARGNE SALARIALE Épargne salariale et rémunération périphérique Les dispositifs de l épargne salariale - Actionnariat salarié - Compte épargne temps - Participation - INTERESSEMENT - PEE PERCO -

Plus en détail

LE PLAN ÉPARMIL SALUÉ POUR SES PERFORMANCES!

LE PLAN ÉPARMIL SALUÉ POUR SES PERFORMANCES! La solidarité est dans nos gnes ÉPARGNE 3,41% * Plan ÉPARMIL Grand Trophée 2013 de la performance sur 20 ans Revenu Une épargne disponible et sécurisée pour tous les projets de la vie. * Taux de rendement

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Le plan d épargne entreprise (ou PEE)

Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Pégase 3 Le plan d épargne entreprise (ou PEE) Dernière révision le 18/05/2009 http://www.micromegas.fr pegase3@micromegas.fr Sommaire Versement des participants... 4 Versement de l intéressement sur le

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude ISF. A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX

CONSEILS -EN- PATRIMOINE. Étude ISF. A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX CONSEILS -EN- PATRIMOINE Étude ISF A l attention de Monsieur et Madame XXXXXXXX 10 Préambule Ermont, le XXXXXX Évaluer, déclarer son Impôt de Solidarité sur la Fortune dans de bonnes conditions demeurent

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Concordances PERP Advance. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Concordances PERP Advance Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le PERP, pour préparer sa retraite en bénéficiant d une déduction fiscale immédiate...p3-4 Concordance PERP Advance,

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

Assurance vie et succession 23/05/2011

Assurance vie et succession 23/05/2011 Assurance vie et succession 23/05/2011 Les enjeux SOMMAIRE Le contrat d assurance vie Contrat d assurance vie dénoué et succession Contrat d assurance vie non dénoué et succession Conclusion Les enjeux

Plus en détail

HIMALIA. Orchestrez votre vie avec assurance

HIMALIA. Orchestrez votre vie avec assurance HIMALIA Orchestrez votre vie avec assurance Generali, la solidité d un leader mondial Créé à Trieste en 1831, le Groupe s est developpé dans toutes les branches de l assurance. Il se positionne comme 1

Plus en détail

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014 Oddo & Cie Premavenir Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «PERP» 3 2 Présentation du contrat Premavenir de AG2R La Mondiale 8 3 Frais 13 Annexe Solidité du groupe

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

Comment bien choisir son. assurance vie

Comment bien choisir son. assurance vie Comment bien choisir son assurance vie Edition 2015 1 Edito Etudes supérieures, mariage, premier enfant, première acquisition, départ à la retraite Les différentes étapes de la vie s accompagnent toujours

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement

ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-PAT-ISF-40-60-20130614 DGFIP ISF - Calcul de l'impôt - Plafonnement Positionnement

Plus en détail

Vitaminez votre Épargne!

Vitaminez votre Épargne! La solidarité est dans nos gènes épargne Arpège AGPM Contrat d assurance-vie multisupport *Catégorie contrats vie multisupports actifs Des engagements certifiés Caractéristiques sur demande Vitaminez votre

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Diane Patrimoine. L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Diane Patrimoine 1

Diane Patrimoine. L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération. Diane Patrimoine 1 Diane Patrimoine L épargne salariale : outil d optimisation et de défiscalisation de la rémunération Diane Patrimoine 1 Sommaire : Les dispositifs d épargne salariale et leurs principaux avantages Une

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 N 2041 GB N 50143#17 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n a qu une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l administration. DISPOSITIFS

Plus en détail

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente

particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente particuliers professionnels ENTREPRISES Face à face argumenté de vente La prévoyance en France La prévoyance sociale obligatoire Les couvertures complémentaires Les prestations de base, complétées par

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1

CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 CCBMAD - FICHE PRATIQUE N 1 COMPLEMENTAIRE SANTE (MUTUELLE) Le Texte : Avenant n 2/2011 du 12 juillet 2011 agréé le 18 novembre 2011 par arrêté paru au JO le 29 novembre 2011 - étendu le par arrêté paru

Plus en détail

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS

REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANCAIS REGLEMENT DU REGIME COMPLEMENTAIRE DES AVOCATS ETABLI PAR LA CAISSE NATIONALE DES BARREAUX FRANÇAIS Arrêté du 30 décembre 2005 J.O. du 25 janvier 2006 Arrêté du 31

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte

Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte Exposé sur les successions du 26 février 2015 Lors de l assemblée générale de l ULR CFDT, du secteur de Fontenay-le-Comte «Les formalités bancaires formalités diverses et déclaration fiscale de succession»

Plus en détail