Les services à la personne Economie, emploi et professionnalisation : quelles perspectives?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les services à la personne Economie, emploi et professionnalisation : quelles perspectives?"

Transcription

1 Les services à la personne Economie, emploi et professionnalisation : quelles perspectives? Centre d information et de documentation jeunesse (CIDJ) 24 mai 2012

2 Sommaire Contexte : éléments qui peuvent influer sur l évolution de l emploi, la qualité de l emploi et les besoins en compétences Economie : données économiques parisienne et francilienne et marché du travail Activité : services / métiers ; certifications et accès à l emploi Perspectives de besoins de main d oeuvre et hypothèses d évolution de la demande

3 CONTEXTE Eléments qui peuvent influer sur l emploi, la qualité de l emploi et les besoins en compétences DU COTE DE LA DEMANDE ET DE L OFFRE DE SERVICES TENDANCES Du côté de la demande : les usagers plutôt contraints et les clients Du côté l offre Employeurs particuliers Personnes morales : de Associations, AI, groupes de l économie sociale CCAS Entreprises privées et entrepreneurs individuels Leur évolution en nombre, leur diversité, l évolution de leurs besoins Leur possibilité de se payer les services ce qui renvoie aux exonérations d impôts et à la solvabilisation de la demande par les pouvoirs publics (pour tous les services, pour les services qui s adressent aux personnes fragiles?) Pour les personnes fragiles, le souhait d avoir le choix entre différentes modalités d intervention à domicile (en direct, via structures), de pouvoir faire évoluer ses préférences, le rapport au service rendu et donc aux intervenants (comportement de consommateur?). L évolution de la structuration de l offre : à Paris, particuliers employeurs (qui sont de petits employeurs), un CCAS, des associations de taille diverse et de grands groupes d économie sociale (mutuelles, Caisse d Epargne, Crédit mutuel, Crédit coopératif, Banque Populaire), des entreprises privées avec une présence de grands groupes (Accor, Axa, Sodhexo, Europe Assistance, Orange, Sagem ) et des entreprises de taille diverse, une structuration en réseaux de franchise et des entrepreneurs indépendants, des auto-entrepreneurs Vers une concentration du marché intermédié? (rachats, fusions ) Avec des exonérations fiscales et sociales différentes selon leur statut juridique et une diversité de «labels» pour reconnaître la qualité des structures (agrément de l Etat, autorisation du Département, conventionnement par les caisses de sécurité sociale) qui engendrent des représentations croisées de concurrence déloyale Le développement d un marché des technologies au service des personnes en perte d autonomie (domotique ) est en expansion. Expérimentations parisiennes. Sans se substituer à l aide humaine, quid de l évolution des compétences des intervenants au domicile dans des environnements domotisés? et le marché privé des maisons de retraite Du côté des intervenants et de la demande d emploi : pyramide des âges à surveiller (renouvellement de main d œuvre), professionnalisation, taux d accidentalité et usure professionnelle - Allongement de la durée de la vie versus prévention de la dépendance ou favoriser l autonomie des personnes le plus longtemps possible + nouvelles pathologies - Travail des femmes (ménages bi-actifs) et natalité - Préférence domine de rester le plus longtemps chez soi - Comportement de consommateur : «externalise» la réalisation de services dont on a besoin dans sa vie quotidienne et on fait intervenir des prestataires - Soutien de la demande : pour tous les services, pour les services aux personnes fragiles? (solvabilisation) Particuliers employeurs + depuis loi Borloo (2005), augmentation du nombre de structures (associations et entreprises), d intervenants et du volume d activité Montée en charge du renouvellement de l agrément et processus de certification des structures (qualité de services, rationalisation, modernisation des structures) Réforme de la tarification et approche centrée sur la «sécurisation» de parcours d aide et une organisation territoriale plus intégrée et coordonnée Nouvelle convention collective de la branche de l aide à domicile (fusion des 4 antérieures) ; convention collective des entreprises du secteur lucratif en négociation A Paris : politiques départementales : 2 nouveaux schémas départementaux en faveur des personnes en perte d autonomie et en faveur des personnes en situation de handicap ( ) en lien avec le plan régional de santé de l ARS

4 ECONOMIE Evolution du nombre de structures par département en Île-de-France ( ) (hors particuliers employeurs) En 2009 comme en 2011, le plus grand nombre de structures se situe à Paris mais la part des structures parisiennes au sein de l Île-de-France baisse entre 2009 et La part des structures de Seine-Saint-Denis baisse également. Le taux de croissance des structures entre 2009 et 2011 est positif quel que soit le département mais les plus importants concernent les Hauts-de-Seine (+ 63 %) et la Seine-et-Marne (+ 50 %). Y a-t-il des mouvements d entreprises inter-départementaux? Entre 2009 et 2011, la part de l Île-de-France augmente par rapport à la France.

5 Types de services proposés par les structures ayant leur siège social en Île-de-France en 2009 et en 2011 L offre de services aux familles est plus importante en 2011 qu en Elle diminue pour les services à la vie quotidienne. A noter : l offre de services aux personnes dépendantes est moins importante que l offre de services aux familles ou à la vie quotidienne. Ceci en 2009 comme en Quid des besoins futurs en raison du vieillissement de la population et de la prévention de la dépendance? Par ailleurs, cette offre est moins importante en 2011 qu en Cela est-il à mettre en lien avec les exigences formulées dans le cadre du renouvellement d agrément? En 2009, dans tous les départements franciliens, domine la part des structures qui s adressent à un public non fragile. Cette part est la plus importante dans le Val d Oise (74,6 % des structures ont un agrément simple) puis à Paris (69 %). Elle est la moins importante et à égalité en Seine-Saint-Denis et dans le Val-de-Marne.

6 Quelques données sur l emploi dans les services à la personne en Île-de-France (2006) salariés emplois en ETP (hors assistants maternels). Un salarié francilien dans les SAP sur 4 occupe un emploi complémentaire en dehors des SAP. Cette multi-activité est moins forte chez les organismes prestataires que chez les particuliers employeurs. Plus de la moitié des salariés des particuliers employeurs sont sous contrat avec un seul employeur. Les salariés des organismes prestataires travaillent presque exclusivement pour un seul employeur. 11 % des salariés des OASP sont également employés par des particuliers employeurs. Un salarié employé par un OASP prestataire a un salaire horaire brut moyen plus attractif qu un salarié d un particulier employeur (11,9 euros contre 10,7 euros) notamment s il travaille dans un établissement public (12,9 euros). Salaire inférieur à celui pratiqué en moyenne dans l ensemble des secteurs de l éducation, de la santé et de l action sociale (16,2 euros). Source : DADS exploité par INSEE IDF, Les services à la personne en Île-de-France : des emplois précaires et peu rémunérés, n 355, avril

7 Focus sur Paris : une vision partielle du champ des services à la personne en 2009 Paris Effectifs employeurs Effectifs salariés Activité : nombre d heures déclarées Masse salariale Particulier employeur au 31 décembre 2009 (emploi direct et mandataire) (emploi direct et mandataire) euros de masse salariale brute (emploi direct et mandataire Etablissements agréés actifs * (entreprises, associations, organisme public) * leur siège social à Paris ou ailleurs 668 mais 55,8 % d entre eux (prestataires, mandataires, bi - actifs) ont transmis leurs données sur les effectifs et l activité en 2009 On ne peut donc comptabiliser qu une partie des effectifs salariés Donc sousestimation des effectifs idem sur le nombre d heures Donc sousestimation du nombre d heures idem sur la masse salariale Donc sousestimation de la masse salariale ce qui relativiserait la part de marché des particuliers employeurs (estimé à 80 %) par rapport à celle des établissements de Paris? 7

8 Focus sur Paris : les structures parisiennes (hors particuliers employeurs) à février 2011 : une majorité d entreprises, de prestataires et de services proposés aux personnes non fragiles 807 structures agréées au sein de la base de données nova (à février 2011) mais 103 ne sont plus actives (12,7 % du fichier) Dont 81 ont cessé leur activité Dont 5 n ont plus d activité à cette adresse (mais l entreprise existe) Dont 17 ont déménagé leur siège social hors de Paris Et 4 retraits d agrément Donc 700 structures agréées actives dont le siège social est à Paris (à février 2011) Forme juridique 65 % d entreprises (hors auto-entreprises) Et près de 80 % en les incluant (79,4 %) auto-entreprises (14,4 %) Dont 1 entreprise d insertion, 1 SCOP, 1 coopérative d artisans A noter : à mi 2010, 75,4 % des entreprises ayant déclaré leur année de création ont entre 1 et 4 ans 20,4 % d associations dont 16 associations intermédiaires (2,3 %) 1 CCAS Mode d intervention 60,3 % de prestataires dont 4 prestataires prêt de main d œuvre 11 % de mandataires 28,7 % de prestataires et mandataires dont 9 en prêt de main d œuvre Une majorité d entreprises prestataires et une minorité d associations prestataires : 66,3 % des entreprises sont des prestataires contre 37,5 % des associations Types d usagers / clients 71 % des structures interviennent seulement auprès des personnes non fragiles 1 % interviennent seulement auprès des personnes fragiles 28 % des structures interviennent auprès des personnes fragiles et non fragiles

9 PARIS : LES 10 SERVICES LES PLUS SOUVENT PROPOSES PAR LES STRUCTURES AGREEES SONT EN ROUGE (àfévrier 2011) SERVICES PROPOSES (àfévrier 2011) (en nombre d occurrences) Services aux personnes fragiles Aide aux personnes âgées Accompagnement des personnes âgées et personnes handicapées hors du domicile Assistance aux personnes handicapées Garde malade Soins et promenades d animaux Aide / accompagnement familles fragilisées Aide à la mobilité par le transport Conduite de véhicule personnel Soins esthétiques Téléassistance Services aux familles Garde d enfants de + de 3 ans Soutien scolaire Accompagnement des déplacements des enfants de + 3 ans Garde d enfants de 3 ans Accompagnement des déplacements des enfants de 3 ans Services tout public Ménage - repassage Préparation de repas et courses Assistance informatique et internet à domicile bricolage Assistance administrative Cours à domicile Petit jardinage Livraison de courses Maintenance / vigilance résidence Collecte / livraison de linge Livraison de repas à domicile Coordination / intermédiation Interprète langues des signes Petit 9è 11è 13è 14è 18è 22è 23è 24è 25è 26è 3è 4è 15è 20è 21è 1er 2è 5è 6è 7è 8è 10è 12è 16è 17è 19è 27è 28è

10 Focus Paris : le marché du travail à septembre demandeurs d emploi au total dont 6806 DE sans emploi, soit 6 % des DE sans emploi (cat. A) inscrits dans les services domestiques, l assistance auprès d adultes, l assistance auprès d enfants (A noter : agrégation de nombreuses appellations). 97 % de femmes 81 % n ont pas d emploi Ceux inscrits au chômage depuis - d 1 an plus nombreux que ceux inscrits depuis plus longtemps. Quid des entrées sorties de la liste des demandeurs d emploi? Contrats courts et récurrence de périodes de chômage? Moyenne d âge : 43 ans 61,7 % ont au moins 40 ans (à peu près autant de personnes ayant entre 40 et 50 ans et qui ont + de 50 ans). 82 % ont une expérience dans le métier / activité recherché 52,5 % des personnes recherchent une activité auprès d adultes 35 % auprès d adultes dépendants au domicile (ventilation conventionnelle) 17,2 % auprès d adultes au domicile (dont activités polyvalentes auprès de familles par exemple) 0,3 % auprès d adultes en structure ou au domicile du salarié (pour accueillir une personne handicapée à son domicile par exemple) et 47,5 %, auprès d enfants Garde d enfants à domicile : 32,5 % Assistant maternel : 10 % Assistant auprès d enfants en structure : 5 % En 1 an, une demande en volume qui concerne davantage la garde d enfants Des offres déposées à Pôle Emploi qui relèvent plutôt de l action sociale sans hébergement (mais toutes les offres ne doivent pas concerner une activité au domicile de particuliers) 10

11 Une part des «jeunes» demandeurs d emploi et des demandeurs d emploi «âgés» qui diffère selon le niveau de formation (hors formation dans le champ) (à septembre 2011) La majorité des demandeurs d emploi a fait des études secondaires Presque autant a un niveau baccalauréat au moins La part des moins de 40 ans est supérieure seulement chez ceux qui ont au moins un niveau baccalauréat Moins le niveau scolaire est élevé, plus la part des 40 ans et plus, est élevée : elle atteint 72 % au sein des 15,6 % de demandeurs d emploi qui n ont aucune formation scolaire 11

12 ACTIVITE Activités / métiers de services Au sein des services aux particuliers Services personnels : rendus de façon marchande = commerces de proximité (blanchisserie - teinturerie, coiffure, soins de beauté, services pour animaux domestiques ) Au sein de l économie sociale et solidaire Services d action sociale = pour des personnes fragiles réalisés en structure ou au domicile par des employeurs sans but lucratif avec un subventionnement de la demande (Conseil général notamment) : accueil des personnes handicapées (enfants, adultes); accueil des personnes âgées ; crèches et garderies d enfants ; aide à domicile Les services à la personne 21 services institués par la loi Borloo (2005) pour des personnes fragiles ou non, prestés au domicile et sur d autres lieux de vie des personnes (résidence secondaire, lieu de vacances) par des employeurs sans but lucratif, avec un but lucratif mais aussi des particuliers, avec un subventionnement de l offre et de la demande (Etat) Gamme de services réglementés qui concernent les enfants de moins de 3 ans, les personnes âgées, les personnes handicapées Gamme de services pour tous (assistance informatique, petit bricolage ) Activités des services à la personne se situent «à la frontière» de Métiers relevant du secteur médico-social pour les services rendus auprès des personnes fragiles Garde d enfants de - de 3 ans / assistance maternelle ou personnel de crèches (auxiliaire de puériculture, éducateur de jeunes enfants) Assistance aux personnes âgées (aides à domicile, auxiliaire de vie sociale) ou aux personnes handicapées (animateur, éducateur technique spécialisé / personnel de structures médicalisées pour personnes âgées ou personnes handicapées) mais aussi de métiers relevant d autres secteurs Métiers relevant de l artisanat Petit bricolage / plomberie - électricité Esthétique à domicile / esthétique / coiffure Métiers des services aux entreprises Assistance informatique à domicile / dépannage informatique Entretien de la maison / nettoyage industriel Métiers de l enseignement Soutien scolaire / enseignement

13 Métiers - formations et accès à l emploi 3 familles professionnelles : famille et personnes fragiles, vie quotidienne et métiers d encadrement et de direction ; dans le décret de septembre 2011 relatif au régime de la déclaration / agrément, on parle d activités de services (pas de métiers) ONISEP recense 18 métiers et le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), 62 certifications professionnelles Métiers : dirigeant ; cadre intermédiaire (responsable de secteur) ; intervenants à domicile (avec des métiers polyvalents ou des activités plus spécialisées) Formations : existent pour tous les niveaux de qualification ; les diplômes les plus connus concernent les niveaux de qualification V (CAP) Voies d accès aux activités / métiers (différent de la notion de débouchés = voie d accès à l issue de l obtention d un diplôme) : «absence» de barrière à l entrée versus sélectivité des structures? ; expérience acquise et compétences transférables ou VAE ; formation initiale ; formation continue + mobilité verticale et mobilité horizontale

14 Métiers formations et modalités d accès à l emploi

15 Métiers formations et modalités d accès à l emploi (suite et fin)

16 Professionnaliser des demandeurs d emploi, des intervenants précaires mais aussi des employeurs pour offrir des emplois de qualité et rendre le secteur attractif : exemples d actions territoriales POUR DES DEMANDEURS D EMPLOI ET DES SALARIES PRECAIRES Proposer des réunions d information sur les métiers, les formations et des entretiens individuels, faire bénéficier les personnes de parcours pré-qualifiants grâce à des outils de formation à distance Paris : Pôle ressources MDEE 20è, animé par l IDAP ; outils FOAD Intégradom et Proxim campus Organiser des sessions de pré-recrutement et accompagner les personnes sur des forums emploi spécialisés pour qu elles rencontrent les employeurs Former de façon progressive des salariés en insertion pour permettre leur évolution professionnelle en lien avec les OPCA, les organismes de formations Former des salariés d associations intermédiaires sur une partie ou à la totalité du titre d assistant de vie aux familles par l acquisition de CCP (ménage-repassage..) et en français langue professionnelle Coordonner des parcours d accès à la VAE jusqu à l obtention du titre professionnel en lien avec les organismes de formation et de validation, les financeurs (OPCA, CIF, UT75), les employeurs et Pôle Emploi Expérimenter la formation à la certification professionnelle d animateur de loisirs sportifs pour compléter l emploi du temps tout en luttant contre l usure professionnelle et favoriser les passerelles professionnelles inter-sectorielles POUR DES EMPLOYEURS Particulier : apprendre à endosser son rôle, sa responsabilité, ses droits et ses devoirs d employeur en matière de droit du travail : Paris : Centre ressources FEPEM 15è / MDEE 10è Dirigeants de structures : prestation de conseil en matière de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) et de la prévention des risques et de l usure professionnels pour améliorer sa gestion des ressources humaines Développer des plateformes de services de ressources humaines en direction des petites structures Développer et animer des réseaux d échanges et de mutualisation de pratiques et de ressources : Paris : Club association emploi de l ADDEL, réseau d entreprises de la MEP POUR DES SALARIES ET DES EMPLOYEURS En Île-de-France : plateformes départementales de développement des services à la personne : Evolia 93, CIMAP

17 PERSPECTIVES Evolution de l emploi à l horizon 2015 / 2020 : perspectives francilienne et nationale Horizon En Île-de-France - OREF-Île-de-France (2007) La santé et l action sociale font partie des 3 secteurs où les départs à la retraite seront les plus importants Les besoins de recrutement seront principalement impulsés par ces départs à la retraite et concerneront notamment les employés peu qualifiés dont les aides à domicile les employés de maison avec un taux de départ en fin de carrière de l ordre de 25 à 28 % ( ) + des créations nettes d emploi qui conduiraient à et postes à pourvoir entre 2005 et 2015 dans ces 2 métiers Horizon Au niveau national - Centre d analyse stratégique et DARES (2012) Aides à domicile, aides soignants et infirmiers figureraient parmi les métiers qui gagneraient le plus d emplois : à peu près créations nettes d emploi entre 2010 et Aides à domicile : postes à pourvoir = conjugaison de remplacements en fin de carrière et d occupation d emplois supplémentaires Employés de maison : peu d emplois devraient se créer. Il y aurait donc des postes à pourvoir en raison des départs en fin de carrière Horizon Au niveau national - Centre d analyse stratégique (2012) Moteurs structurels de développement pour les services à la personne : soutenus en raison d une demande en forte expansion (vieillissement, fractionnement des structures familiales, exigences d intégration des résidents d origine étrangère...). Modèle économique socialisé : l essor de ces services dépend assez largement de la politique de transfert public qui va être contrainte par les objectifs de stabilité budgétaire (différents scénarii).

18 L évolution du métier d aide à domicile à l horizon

19 et les formations associées aux compétences à acquérir pour 2015 Source : Observatoire du travail temporaire, Métiers en développement, Fiches Métiers de la santé et du social, Aide à domicile 19

20 Pour terminer : du côté de la demande Facteurs exogènes au secteur Allongement de la vie : vieillissement démographique Personnes âgées et dépendance ; pathologies nouvelles Natalité Modes de vie : travail des femmes, pouvoir d achat qui sous tendant la demande : si les comportements de recours aux services à la personne de la part des ménages restent constants et si les avantages fiscaux perdurent, l effet des évolutions sociodémographiques (vieillissement et mode de vie) pourrait accroître le nombre de ménages utilisateurs en Île de France : + de 18 % de ménages, soit ménages ( en 2006) Par ailleurs, le taux de recours augmente avec l âge et est corrélé au revenu. Quid du pouvoir d achats des ménages et / ou la solvabilisation de la demande? Il y aurait des besoins accrus dans les services aux personnes âgées car le nombre de franciliens de 75 ans ou plus augmenterait de 66 % entre 2007 et 2030 et leur part dans la population passerait de 6 à 9 %. L Île-de-France est aujourd hui sous-équipée en capacité d accueil pour personnes âgées. Cependant, développement du marché privé des maisons de retraite en France Concurrence avec l aide à domicile pour les personnes âgées? Coût? Le nombre de jeunes enfants devrait diminuer en Île-de-France à l horizon 2030 mais les services aux familles resteraient stables. Cependant, mettre en regard le nombre de places en structures d accueil pour jeunes enfants comme alternative à la garde d enfants à domicile Quid du soutien scolaire à domicile versus soutien scolaire proposé par l éducation nationale?

21 Et du côté de l offre Facteurs endogènes au secteur, à observer pour anticiper le développement de l offre Structuration du marché Professionnalisation et accès à l emploi Attractivité du secteur Départs en fin de carrière et développement de l emploi Politique publique Si des emplois sont disponibles et se créent, seront-ils attractifs? En effet, qui «alimentera» ces métiers : lorsque des structures de l aide à domicile déclarent éprouver des difficultés a fidéliser les jeunes lorsque la majorité des demandeurs d emploi inscrits dans les métiers des services à la personne (à Paris, à septembre 2011) sont inscrits depuis moins d un an et par hypothèse, alternent périodes de chômage et d emploi sont expérimentés mais ont plus de 40 ans en moyenne et sont inscrits dans des métiers où il existe des risques psycho-sociaux et d usure professionnelle?

22 Sources et ressources ANSP, Pascale de Rozario, guide des métiers et certifications professionnelles des services à la personne ; guide pratique 2012 Centre d analyse stratégique, DARES, Les métiers en 2020, mars 2012 DIRRECTE Île-de-France, UT75, données parisiennes et franciliennes 2009, 2011 INSEE IDF, IAU, CROCIS, Les services à la personne en Île-de-France : des emplois précaires et peu rémunérés, A la page, n 355, avril 2011 INSEE IDF, IAU, CROCIS, ménages seraient utilisateurs des services à la personne en 2030, A la page, n 372, octobre 2011 Observatoire du travail temporaire Métiers en développement, Fiches Métiers de la santé et du social, Aide à domicile OREF-Île-de-France, Les besoins de recrutement à l horizon 2015, Focale, mai 2007, n 5 Maison de l emploi de Paris : Observation du territoire : veille économique sur les services à la personne Contact : Nathalie Roux, Nos actions : services à la personne Contacts : Stéphanie Gobert, ; Alice Nguele-Amougou, Christine Moisan, 24 mai 2012 CIDJ 22

- Document d analyse - MARS 2012 OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE DES CHIFFRES-CLÉS SUR L EMPLOI ET LA FORMATION

- Document d analyse - MARS 2012 OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE DES CHIFFRES-CLÉS SUR L EMPLOI ET LA FORMATION - Document d analyse - MARS 2012 OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE DES CHIFFRES-CLÉS SUR L EMPLOI ET LA FORMATION PRÉAMBULE Le secteur des services à la personne a connu une croissance très rapide

Plus en détail

Les ménages de Provence-Alpes-Côte d Azur recourent peu aux services à la personne

Les ménages de Provence-Alpes-Côte d Azur recourent peu aux services à la personne SUD INSEE Les services à la personne : un secteur pénalisé par ses conditions d emploi Les ménages de Provence-Alpes- Côte d Azur recourent peu aux services à la personne en 2006. Ce faible recours s explique

Plus en détail

- Jeudi 1 er mars 2012 - Halle aux Toiles, Alençon

- Jeudi 1 er mars 2012 - Halle aux Toiles, Alençon Journée PRISME Les Métiers des Services A la Personne - Jeudi 1 er mars 2012 - Halle aux Toiles, Alençon Interventions de : Catherine CHÂTEAU Attachée d administration (UT 61 de la DIRECCTE) Tél. : 02

Plus en détail

Particulier. employeur. Juin 2012. Tout. savoir. sur le. Cesu. [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! www.cesu.urssaf.

Particulier. employeur. Juin 2012. Tout. savoir. sur le. Cesu. [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! www.cesu.urssaf. Particulier employeur Juin 2012 Tout savoir sur le Cesu [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! Le Chèque emploi service universel (Cesu) L essayer, c est l adopter! Qui n a pas

Plus en détail

Titre Cesu La Banque Postale

Titre Cesu La Banque Postale Titre Cesu La Banque Postale Les deux déclinaisons du Cesu Titre de Travail Simplifié (TTS) permet de rémunérer et de déclarer un salarié employé à domicile, s adresse aux entreprises, ainsi qu aux particuliers

Plus en détail

LES SERVICES D AIDE À LA PERSONNE EN FRANCE, PAR

LES SERVICES D AIDE À LA PERSONNE EN FRANCE, PAR LES SERVICES D AIDE À LA PERSONNE EN FRANCE, PAR L UNA (UNION NATIONALE DE L AIDE, DES SOINS ET DES SERVICES AUX DOMICILES) Les services à la personne sont définis en France par le Plan de développement

Plus en détail

L ESSEnTiEL. Services à la personne : constats et enjeux SEPTEMBRE 2013. www.strategie.gouv.fr. Un secteur fragmenté et plurivoque

L ESSEnTiEL. Services à la personne : constats et enjeux SEPTEMBRE 2013. www.strategie.gouv.fr. Un secteur fragmenté et plurivoque Note réalisée par : Hélène Garner et Frédéric Lainé, département Travail Emploi Services à la personne : constats et enjeux SEPTEMBRE 2013 Les Services à la personne (SAP) se sont fortement développés

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

Cercle LAB Impact des services à la personne sur le Marketing Mix en Assurance et en Banque. Le services à la personne à domicile

Cercle LAB Impact des services à la personne sur le Marketing Mix en Assurance et en Banque. Le services à la personne à domicile Cercle LAB Impact des services à la personne sur le Marketing Mix en Assurance et en Banque Le services à la personne à domicile Le Plan Borloo Engager les entreprises dans le développement des services

Plus en détail

Le Chèque emploi service universel en quelques mots

Le Chèque emploi service universel en quelques mots Le Chèque emploi service universel en quelques mots Qu'est-ce que le Chèque emploi service universel? Créé dans le cadre de la politique conduite pour favoriser les services à la personne (plan de développement

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Créer son entreprise ou son association de services à la personne

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Créer son entreprise ou son association de services à la personne AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE Créer son entreprise ou son association de services à la personne SOMMAIRE PAGE 3 S investir dans un secteur dynamique PAGE 8 Votre parcours d entrepreneur en

Plus en détail

DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS

DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS DEMANDE D AGRÉMENT «SERVICES À LA PERSONNE» POUR LES AUTO-ENTREPRENEURS Un auto-entrepreneur déclaré peut choisir d exercer dans le secteur des services à la personne. Rappel : Le régime de l auto-entrepreneur

Plus en détail

Salon des services à la personne

Salon des services à la personne Salon des services à la personne Le Salon des services à la personne 3 ème édition Conférence La professionnalisation, un enjeu de taille dans le secteur des Services à la personne Organisée par MERCI+

Plus en détail

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537

Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007. OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 LA PROFESSION D AMBULANCIER EN CHAMPAGNE-ARDENNE Cahier de l OPEQ n 136 Avril 2007 OPEQ Chambre Régionale de Commerce et d'industrie Champagne-Ardenne 10 rue de Chastillon BP 537 51011 Châlons en Champagne

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale,

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale, Vous êtes un professionnel du corps médical ou des services sociaux, vous travaillez au sein d un établissement spécialisé, vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou

Plus en détail

Services à la personne Bilan économique et enjeux de croissance

Services à la personne Bilan économique et enjeux de croissance Services à la personne Bilan économique et enjeux de croissance Conférence de presse 7 juin 2012 OLIVER WYMAN La Fédération du service aux particuliers (FESP) Créée en 2006 regroupe par ses différentes

Plus en détail

SERVICES À LA PERSONNE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS PROFESSIONNELS POUR LES JEUNES

SERVICES À LA PERSONNE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS PROFESSIONNELS POUR LES JEUNES SERVICES À LA PERSONNE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS PROFESSIONNELS POUR LES JEUNES 2 SOMMAIRE Les services à la personne.... 6 Une palette de 18 métiers.... 7 Près de 60 diplômes ou titres... 8 Des parcours

Plus en détail

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage

Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Secteurs et métiers en tension à Paris : éléments de cadrage Réunion du Service Public de l Emploi Départemental (SPED) Séminaire de travail thématique Préfecture de la région d Île-de-France Préfecture

Plus en détail

Tout savoir sur le Cesu

Tout savoir sur le Cesu Tout savoir sur le Cesu PARTICULIER EMPLOYEUR 2015 www.cesu.urssaf.fr LE CESU, L ESSAYER C EST L ADOPTER! Qui n a pas eu un jour envie d une aide pour le ménage, les devoirs des enfants, des travaux de

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

SERVICES À LA PERSONNE LE CESU PRÉFINANCÉ : DES AVANTAGES POUR TOUS

SERVICES À LA PERSONNE LE CESU PRÉFINANCÉ : DES AVANTAGES POUR TOUS SERVICES À LA PERSONNE LE CESU PRÉFINANCÉ : DES AVANTAGES POUR TOUS 2 SOMMAIRE Les chiffres clés 2014... 4 Le Chèque emploi service universel, qu est-ce que c est?.5 Quelles prestations régler avec le

Plus en détail

A. Secteur services aux particuliers et à la personne

A. Secteur services aux particuliers et à la personne A. Secteur services aux particuliers et à la personne 1 Les services aux particuliers et à la personne I. Diagnostic sectoriel des Services aux Particuliers et A la Personne 1. Le contexte des entreprises

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053 PARIS, le 14/03/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053 OBJET : Le Chèque Emploi Service Universel - Cesu TEXTE A ANNOTER : lettre circulaire

Plus en détail

Développer. Janvier 2013. une stratégie partagée. Portrait des services à la personne dans le Sud Alsace DIAGNOSTIC SECTORIEL. Accueillir.

Développer. Janvier 2013. une stratégie partagée. Portrait des services à la personne dans le Sud Alsace DIAGNOSTIC SECTORIEL. Accueillir. Janvier 2013 DIAGNOSTIC SECTORIEL Portrait des services à la personne dans le Sud Alsace RéduiRe les freins culturels et sociaux à l accès à l emploi Accueillir et accompagner des personnes à la recherche

Plus en détail

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Réunion d information UDAF du Gard 23 mars 2015 Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Créée : MAJ : 24/06/2014 19/03/15 Sommaire 1 : UNIFAF 2 :

Plus en détail

Laurent WAUQUIEZ, Secrétaire d Etat chargé de l Emploi

Laurent WAUQUIEZ, Secrétaire d Etat chargé de l Emploi Laurent WAUQUIEZ, Secrétaire d Etat chargé de l Emploi Lancement du plan 2 de développement des services à la personne Fiche de Synthèse Lancement du plan 2 de développement des services à la personne,

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

PRÉSENTATION DES NOUVELLES ENSEIGNES NATIONALES DE SERVICES A LA PERSONNE

PRÉSENTATION DES NOUVELLES ENSEIGNES NATIONALES DE SERVICES A LA PERSONNE PRÉSENTATION DES NOUVELLES ENSEIGNES NATIONALES DE SERVICES A LA PERSONNE Jeudi 3 novembre 2005 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 3 novembre 2005 LES ENSEIGNES NATIONALES RELEVENT LE DEFI DES SERVICES A LA

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation

Le contrat de professionnalisation Le contrat de professionnalisation Objectif Le contrat de professionnalisation est un contrat de travail conclu entre un employeur et un salarié. Son objectif est l insertion ou le retour à l emploi des

Plus en détail

LES. Éditorial. Sommaire. N 18 - LES SERVICES A LA PERSONNE Décembre 2011

LES. Éditorial. Sommaire. N 18 - LES SERVICES A LA PERSONNE Décembre 2011 N 18 - LES SERVICES A LA PERSONNE Décembre 2011 Sommaire Editorial P. 1 Le dossier du mois : les services à la personne P. 2 Le Chèque Emploi Service Universel (CESU) P. 2-3 L agence nationale des services

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE LES CLEFS DE LA RÉFORME ENTREPRISES DE 300 SALARIÉS ET PLUS, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA RÉFORME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE. LES ENJEUX MAJEURS POUR LES ENTREPRISES

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

LES. services. et LE travail TEMPORAIRE. Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Févr ier 2006

LES. services. et LE travail TEMPORAIRE. Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Févr ier 2006 Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Févr ier 2006 LES services À LA personne et LE travail TEMPORAIRE Créé dans le cadre de l accord du 8 juillet 2004 relatif aux priorités et moyens

Plus en détail

Mise de jeu 2 La certification des formations

Mise de jeu 2 La certification des formations Mise de jeu 2 La certification des formations Une formation certifiante délivre un diplôme reconnu par le RNCP Le plus souvent, les formations certifiantes ou qualifiantes sont celles qui mènent à «un

Plus en détail

La formation professionnelle continue en 2013

La formation professionnelle continue en 2013 La formation professionnelle continue en 2013 UNIFORMATION : OPCA de l économie sociale La contribution «Formation» Les dispositifs de la formation professionnelle continue : Financement du plan de formation

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Serv ces à la personne : pour tout savoir

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Serv ces à la personne : pour tout savoir AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE Serv ces à la personne : pour tout savoir Sommaire 1. Le secteur des services à la personne... 3 Adapté aux nouveaux modes de vie et aux besoins sociaux de la

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France MISSIONS TEMPORAIRES Livret d accueil 15 rue Boileau 78008 Versailles cedex Téléphone : 01 39 49 63 00 Fax : 01 39

Plus en détail

PETITE ENFANCE SERVICES À LA PERSONNE SANTÉ UNE MÉTHODE UNIQUE 100% À DISTANCE POUR APPRENDRE UN NOUVEAU MÉTIER. www.ecolems.com

PETITE ENFANCE SERVICES À LA PERSONNE SANTÉ UNE MÉTHODE UNIQUE 100% À DISTANCE POUR APPRENDRE UN NOUVEAU MÉTIER. www.ecolems.com PETITE ENFANCE SERVICES À LA PERSONNE UNE FORMATION, UN MÉTIER SANTÉ UNE MÉTHODE UNIQUE 100% À DISTANCE POUR APPRENDRE UN NOUVEAU MÉTIER www.ecolems.com Apprenez un métier et boostez votre carrière! ECOLEMS,

Plus en détail

2 Professionnaliser les structures et développer les compétences collectives...8 2.1 Synthèse...8 2.2 Des illustrations...9 2.3 Des orientations...

2 Professionnaliser les structures et développer les compétences collectives...8 2.1 Synthèse...8 2.2 Des illustrations...9 2.3 Des orientations... ! " #$ % &'%! 1 Le contexte du secteur...4 1.1 Repositionner l offre associative face à la concurrence...4 1.2 Mieux connaître les besoins des publics...5 1.3 Développer des activités nouvelles et cibler

Plus en détail

Pays du Grand Beauvaisis ETAT DES LIEUX DES SERVICES A LA PERSONNE

Pays du Grand Beauvaisis ETAT DES LIEUX DES SERVICES A LA PERSONNE Pays du Grand Beauvaisis ETAT DES LIEUX DES SERVICES A LA PERSONNE Les études sectorielles de l Observatoire Juin 2013 Les services à la personne SOMMAIRE 1/ Comprendre le secteur des Services à la Personne

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

Depuis 2010, le C.G.O.S délivre des Chèques Emploi-Service Universels pour le compte du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.

Depuis 2010, le C.G.O.S délivre des Chèques Emploi-Service Universels pour le compte du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. INTRODUCTION Depuis 2010, le C.G.O.S délivre des Chèques Emploi-Service Universels pour le compte du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. Ce CESU est entièrement préfinancé et il est à destination

Plus en détail

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances

Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Analyse synthétique de l emploi et de la formation professionnelle dans le secteur des assurances Société Eurocaribéenne de Conseils et d Organisation BP 382 97288 Lamentin Cédex (Martinique) Sommaire

Plus en détail

au Chèque emploi service universel bancaire

au Chèque emploi service universel bancaire Réseau Urssaf DEMANDE D ADHÉSION au Chèque emploi service universel bancaire Qu est-ce que le Chèque emploi service universel (Cesu)? C est une offre proposée aux particuliers pour leur faciliter l accès

Plus en détail

ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE

ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE ETUDE SUR LES CONDITIONS D EMPLOI DE SERVICES A LA PERSONNE PARUTION : JANVIER 2008 Etude sur les conditions d emploi de services à la personne UN SECTEUR EN FORTE CROISSANCE Le secteur des services à

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

FORMATION EN ALTERNANCE

FORMATION EN ALTERNANCE FORMATION EN ALTERNANCE BACHELOR BUSINESS «Marketing Relationnel» Diplôme visé par l Etat au BO n 30 du 23 Aout 2012 - Titre RNCP Niveau II 2013/2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617

Plus en détail

Limites d exonération des allocations forfaitaires. Nature de l indemnité 2011

Limites d exonération des allocations forfaitaires. Nature de l indemnité 2011 ÉDITION JANVIER 2011 Annexes Frais professionnels Limites d exonération des allocations forfaitaires (Arrêté du 20 décembre 2002 modifié) Nature de l indemnité 2011 Indemnité de restauration sur le lieu

Plus en détail

Dossier de présentation. Créez votre activité. Proximité Nouvelle

Dossier de présentation. Créez votre activité. Proximité Nouvelle Dossier de présentation Créez votre activité Proximité Nouvelle Service à la personne Les services à la personne (dits SAP) au sens du plan Borloo regroupent les services effectués exclusivement au domicile

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements Mission IGAS CPF - Réunion GC quadripartite du 24 octobre 2013 1 Sommaire de la présentation 1. Le CEP : un accompagnement

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI

PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI MÉTROPOLE JANVIER 2015 PANORAMA DES MESURES POUR L EMPLOI POLE-EMPLOI.FR FORMER AVANT L EMBAUCHE ACTION DE FORMATION PRÉALABLE AU RECRUTEMENT (AFPR) Demandeurs d emploi inscrits auprès de Pôle emploi,

Plus en détail

UNE PROTECTION SOCIALE L EXEMPLE DE PRO BTP COMPLÉMENTAIRE SOLIDAIRE ET INTERGÉNÉRATIONNELLE IPSE BOLOGNE 4 JUILLET 2014

UNE PROTECTION SOCIALE L EXEMPLE DE PRO BTP COMPLÉMENTAIRE SOLIDAIRE ET INTERGÉNÉRATIONNELLE IPSE BOLOGNE 4 JUILLET 2014 UNE PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE SOLIDAIRE ET INTERGÉNÉRATIONNELLE L EXEMPLE DE PRO BTP IPSE BOLOGNE 4 JUILLET 2014 1 Sommaire 1. Présentation de PRO BTP 2. Une protection sociale complémentaire Solidaire

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Achats Internationaux & Supply Chain" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

GUIDE DE L EMPLOYEUR

GUIDE DE L EMPLOYEUR Unité Territoriale de Paris GUIDE DE L EMPLOYEUR Actualisé le 07 août 2013 CONTRAT UNIQUE D INSERTION(CUI) : 1. CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT DANS L EMPLOI (CAE) 2. CONTRAT INITIATIVE EMPLOI (CIE) 3. EMPLOIS

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014

Pacte de responsabilité et de solidarité. Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 Pacte de responsabilité et de solidarité Observatoire de l économie de Seine-et-Marne Melun, le 16 juin 2014 1 2 Le Pacte : quels bénéficiaires? Les entreprises Toutes les entreprises, quelle que soit

Plus en détail

Comment se faire aider à domicile, quand on est retraité?

Comment se faire aider à domicile, quand on est retraité? Ménage, cuisine, jardinage, petit bricolage, assistance informatique Comment se faire aider à domicile, quand on est retraité? Information à l attention des retraités Le service à la personne est un secteur

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

FORMATION CAP Petite Enfance

FORMATION CAP Petite Enfance FORMATION CAP Petite Enfance Du 5 OCTOBRE 2015 au 3 JUIN 2016 FORMATION A TEMPS PLEIN L'ensemble de la formation en centre se réalisera dans Paris intramuros OBJECTIF DE FORMATION Former des professionnels

Plus en détail

Liaison Bac Pro ASSP - BTS

Liaison Bac Pro ASSP - BTS Brigitte Rougier IEN SBSSA Sandrine Martinez PLP STMS Sarah Zemmouri PLP STMS L élaboration du plan de formation en Baccalauréat professionnel Liaison Bac Pro ASSP - BTS Baccalauréat professionnel «Accompagnement,

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1

Le guide de l apprentissage 2014-2015. Page 1 Le guide de l apprentissage 2014-2015 Page 1 Bienvenue au CFA Sport et Animation Rhône-Alpes Le CFA* Sport et Animation Rhône-Alpes est, depuis 1996, l acteur régional unique de la formation par l apprentissage

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013

Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013 Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2013 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

Règlementation sportive

Règlementation sportive Règlementation sportive Le code du sport crée en 2006 regroupe des textes législatifs (lois) et règlementaires (décrets et arrêtés) qui encadrent la pratique sportive. Etablissement d activités physiques

Plus en détail

MENTION ADMINISTRATION DES TERRITOIRES ET DES ENTREPRISES

MENTION ADMINISTRATION DES TERRITOIRES ET DES ENTREPRISES MENTION ADMINISTRATION DES TERRITOIRES ET DES ENTREPRISES Les spécialités : MASTER PROFESSIONNEL 00 Management des activités tertiaires () Management public : métiers de l administration territoriale ()

Plus en détail

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale 4.0 Sources et méthodes Le périmètre a été établi en collaboration avec l INSEE et les méthodologies de traitement sont harmonisées au sein du réseau national des observatoires des Chambres Régionales

Plus en détail

Structures petite enfance MEMENTO

Structures petite enfance MEMENTO Structures petite enfance MEMENTO Préambule : Les documents qui suivent ont été élaborés à partir de documents de la CNAF. Les fiches qui suivent ne sont en rien exhaustives. Elles ont pour but de vous

Plus en détail

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE

MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le Ministère de la santé, de la famille Et des personnes handicapées. MESURES D ADAPTATION DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE HOSPITALIERE Le ministre de la santé, de la famille

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Rapport Services à la personne Rapporteure Christel Colin Mai 2012 N 129 RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL INTERINSTITUTIONNEL SUR LA CONNAISSANCE STATISTIQUE DES EMPLOIS DANS LES SERVICES A LA PERSONNE Mars

Plus en détail

L évolution des formes

L évolution des formes L évolution des formes d emploi 5 décembre 2014 Conseil d orientation pour l emploi Plan de la présenta-on I. Les formes d emploi: un paysage en évolution et de plus en plus complexe II. Les causes de

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

Édition du 3 mars 2014

Édition du 3 mars 2014 1 Édition du 3 mars 2014 LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS 2 TOUT SAVOIR SUR LES AIDES À L EMBAUCHE D UN APPRENTI EN FAVEUR DES EMPLOYEURS SOMMAIRE Ce qui est dû à l apprenti

Plus en détail

LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B. Mode d emploi Questions/réponses

LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B. Mode d emploi Questions/réponses LE NOUVEL ESPACE STATUTAIRE DE LA CATEGORIE B Mode d emploi Questions/réponses 01 Dans quel cadre le nouvel espace statutaire de la réforme de la catégorie B a-t-il été créé? Cette réforme traduit l engagement

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Management de l Environnement" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 13 octobre 2007 2 2013 / 2014 Groupe Sup

Plus en détail

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009.

+ 34,7 % 1. Le budget. L Budget exécuté 2006 à 2009 de la CNSA et budget prévisionnel 2010. entre 2006 et 2009. Chiffres clés 21 Créée en 24, la CNSA contribue au financement des politiques d aide à l autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées. Elle consacre en particulier une grande part de son

Plus en détail

Formation en Alternance

Formation en Alternance Formation en Alternance BACHELOR BUSINESS " Banque / Assurances" 2011 / 2012 2 Groupe Sup de Co La Rochelle - N d agrément : 54170112617 - www.esc-larochelle.fr Le programme BACHELOR BUSINESS En associant,

Plus en détail

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle...

MODE D EMPLOI LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... MODE D EMPLOI Valérie Coutteron LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT : Rachat de jours de repos, déblocage anticipé de la participation, prime exceptionnelle... LA LOI N 2008-111 DU 8 FÉVRIER 2008 pour le pouvoir

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie Internationale des Entreprises" 2 2013 / 2014 Groupe Sup de Co La Rochelle N d agrément : 54170112617 N SIRET 348 768 508 00015 www.esc-larochelle.fr Le programme

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail