PRÉSENTATION DES NOUVELLES ENSEIGNES NATIONALES DE SERVICES A LA PERSONNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PRÉSENTATION DES NOUVELLES ENSEIGNES NATIONALES DE SERVICES A LA PERSONNE"

Transcription

1 PRÉSENTATION DES NOUVELLES ENSEIGNES NATIONALES DE SERVICES A LA PERSONNE Jeudi 3 novembre 2005

2 COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 3 novembre 2005 LES ENSEIGNES NATIONALES RELEVENT LE DEFI DES SERVICES A LA PERSONNE ET S ORGANISENT POUR PERMETTRE A TOUS UN MEILLEUR ACCES A CES SERVICES. Jeudi 3 novembre 2005 à 10h45 Au Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement JEAN-LOUIS BORLOO, Ministre de l emploi, de la cohésion sociale et du logement & LAURENT HENART Président de l Agence nationale des services à la personne Accueillent LES ENSEIGNES NATIONALES DE SERVICES A LA PERSONNE Plus d une soixantaine de dirigeants d enseignes nationales et d émetteurs du CESU sont réunis le jeudi 3 novembre autour du Ministre, afin de réaffirmer leur engagement et d annoncer la prochaine mise en œuvre de leurs projets de développement des services à la personne. Le 22 novembre 2004, la Convention nationale relative au développement des services à la personne était signée par Jean-Louis BORLOO et une vingtaine d acteurs du secteur ayant décidé de se mobiliser pour concrétiser cette ambition. Moins d un an plus tard, le gouvernement a mis en place tous les instruments indispensables à la création d emplois dans le secteur des services à la personne. La loi du 26 juillet 2005 crée l Agence nationale des services à la personne, chargée de promouvoir et de coordonner le développement des services à la personne et dont les principaux enjeux sont : - la facilité d accès à des services de qualité ; - le développement du chèque emploi-service universel (CESU) à partir de janvier 2006 ; - l amélioration du statut et des conditions de travail des salariés du secteur ; - la structuration de l offre et le renforcement de la qualité de service.

3 Les acteurs souhaitant s investir en faveur du développement des services à la personne sont de plus en plus nombreux. Une étape supplémentaire vient d être franchie avec la candidature de quatre nouveaux émetteurs de chèque emploiservice universel (la Poste, Groupe Caisse d Epargne, AXA DEXIA et Groupe Crédit Agricole-Crédit Lyonnais), qui viennent se rajouter aux quatre candidats déjà connus : ACCOR Services, Groupe Chèque Déjeuner, Sodexho et Natexis Banque Populaire. Grâce au concours de la Fédération Bancaire Française, avec l appui de la Banque de France et de l ACOSS, le chèque emploi-service universel sera encaissable par le réseau bancaire et postal. Cette solution simple et sûre facilitera son développement et son utilisation par les particuliers qui pourront y avoir recours dès le 1 er janvier Par ailleurs, de nombreux projets d enseignes nationales se concrétisent : - la FEPEM (la Maison du particulier employeur) ; - l UNA, la Mutualité Française et l UNCCAS ; - l ADMR, associée à AG2R et au Crédit Mutuel ; - Familles rurales, associées à Groupama et à la Mutualité sociale agricole ; - la FNAID, associée à Familles de France et au Réseau national des Plateformes de services aux particuliers ; - le Groupe Caisse d Epargne, associé à la MAIF et la MACIF ; - la Poste ; - MAAF, MMA et Azur GMF ; - le Groupe Crédit Agricole ; - la CNP ; - AXA et DEXIA ; - ACCOR Services ; - Maison et Services. Cabinet de Jean-Louis BORLOO Agence nationale des Services à la personne Service de Presse Véronique LEPICARD-LEFEBVRE T : T :

4 Intervention de Monsieur Jean-Louis Borloo Ministre de l emploi, de la cohésion sociale et du logement 3 novembre 2005 Services à la personne Mesdames, Messieurs les Présidents Mesdames, Messieurs, Chers amis, Le 22 novembre de l année dernière nous étions une vingtaine réunis autour de cette même table pour signer la convention nationale de développement des services à la personne. Cet acte fondateur rassemblait les principaux acteurs du secteur des services à la personne : les grands réseaux associatifs, la Fédération des particuliers employeurs et les principales entreprises représentées par leur syndicat professionnel le SESP. Moins d un an après cette rencontre, et deux mois avant le lancement opérationnel du plan de développement des services à la personne, vous voilà plus de cent, à avoir manifesté votre volonté de vous engager dans le développement de ce secteur. Je ne reviendrai pas sur les enjeux que représentent le développement des services à la personne. Vous le savez, c est un enjeu en terme de création d emplois durables et non délocalisables mais c est aussi un 1

5 enjeu de société puisque ces emplois sont de nature à renforcer la cohésion sociale de notre pays. Aujourd hui, vous avez décidé d en faire un projet d entreprise. C est la conjugaison de l ensemble de vos projets d entreprise qui vont donner corps à notre ambition commune : constituer en France un pôle d excellence de services à la personne. Sous nos yeux, un nouveau secteur économique est en train de naître. Il n appartient pas aux pouvoirs publics d indiquer ce qu il devra être. Il est d ailleurs fort probable qu au-delà de cette effervescence actuelle, de ce foisonnement, on assiste dans les prochains mois à des évolutions qui dessineront demain un paysage nouveau que nous n avions pas imaginé. En tout état de cause, j ai la conviction qu il y aura de la place pour tous. L économie sociale, dont j ai la certitude, qu il y a là, pour elle et ses valeurs, un enjeu majeur de développement, l économie privée lucrative aujourd hui encore peu présente et dont la souplesse et la réactivité permettront de renforcer la structuration du secteur et enfin les particuliers employeur qui disposent là d un territoire de croissance et de professionnalisation important. Permettez moi rapidement de souligner les principaux signes annonciateurs de cette nouvelle dynamique : - Tout d abord, le CESU, qui constitue l une des mesures phares de ce plan d action. Les émetteurs historiques présents à nos cotés depuis l origine ont été rejoints par de nouveaux candidats. D ici la fin de ce mois, l Agence nationale des services à la personne aura habilité 8 émetteurs qui à partir du 1 er janvier commercialiseront ce nouveau moyen de paiement auprès de toutes les entreprises privées et publiques, toutes les collectivités locales, mutuelles, caisses de retraites, etc. Grâce au concours très actif de la Fédération bancaire française, le CESU sera encaissable par l ensemble du réseau bancaire. C est donc un formidable outil simple, facile d utilisation et sécurisé qui permettra de solvabiliser la demande de services de qualité. - Ensuite les enseignes nationales, c'est-à-dire l organisation de la distribution des services. Les services à la personne sont par nature un service de proximité. La question de leur distribution, c est à dire la capacité pour toute personne de pouvoir y accéder simplement est une condition déterminante du succès du projet. 2

6 Dès l origine préexistait un certain nombre d enseignes dans toutes les catégories de métiers, représentatives des différents types d intervention associés aux services à la personne. La plupart d entre elles sont récentes et en forte croissance. La nouveauté provient de ce que depuis peu de temps, des acteurs dominants du secteur engagent un processus de constitution de leur propre enseigne. - La Fepem et son projet de «maison du particulier employeur» qui sera un outil efficace de rapprochement entre offre et demande de services. La possibilité de pouvoir accéder à ce portail dans tous les bureaux de la Poste donnera à ce projet une dimension importante. - L enseigne commune Mutualité française, UNA et UNCCAS, regroupe le premier réseau d aide à domicile en France. Forte de ses valeurs et de son expérience en particulier en direction des publics fragiles, cette enseigne développera une offre de qualité auprès des particuliers et des familles. - Le projet Domi + regroupe le Crédit Mutuel, l AG2R et l ADMR qui fêtera cette années ses 60 ans de services auprès de plus de personnes, - La FNAID aux côtés de Familles de France et ADESSA ont aussi l ambition de constituer une plateforme d intermédiation nationale offrant des services professionnels labellisés. - Un projet d enseigne à destination des territoires ruraux avec Familles rurales associées à la Mutualité sociale agricole et Groupama, partenaires historiques offrants des services complémentaires. - Mais aussi de nombreuses entreprises du secteur privé lucratif telle Maison et Services, réseau national d entreprises indépendantes présent dans 25 départements et dont le taux de croissance est de 10 % par mois! Mais au-delà des acteurs du secteur, la rupture vient de ce que de grands acteurs économiques extérieurs au secteur s engagent dans cette dynamique. Certains seront tout à la fois émetteur de CESU et enseigne nationale : 3

7 - Le Groupe Caisse d Epargne associé à Maif-Macif lancera dès ce mois-ci son projet, qui concernera dès 2006, les 26 millions de clients des Caisses d Epargne, les 7 millions de sociétaires Maif- Macif. - Le projet Domi Serve associant Axa Assistance et Dexia a l ambition de s adresser à plus de 60 millions de français. - Natexis Banque Populaire, présent sur le marché des services à la personne depuis Le Groupe Crédit Agricole, 1 er réseau bancaire français avec ses agences offrira à ses 21 millions de clients, CESU et prestations de services. - La Poste avec ses points de contacts a l ambition d être un acteur majeur de ce secteur. - Accor Services, fort de son expérience en France et à l international a développé une offre innovante. - CNP Assurances, premier assureur de personnes en France, travaille à l élaboration d une enseigne nationale avec plusieurs de ses grands partenaires - Enfin les Mutuelles du Mans, MMA et Azur GMF réfléchissent à un partenariat avec le secteur de l artisanat. Mais au-delà de ces grands acteurs du monde bancaire ou de celui de l assurance, c est un certain nombre de grandes marques de la distribution comme la Fnac ou Darty qui décident de créer des filiales dédiées aux services à la personne, ce sont les entreprises de la propreté qui ont une réflexion en ce sens et enfin le secteur des entreprises de travail temporaire qui s apprêtent à franchir le pas. On le voit, une multitude d initiatives émanant d acteurs d horizons différents proposant des registres d activités multiples et ensemble concourant à la création d emplois de qualité. En effet, les perspectives de création importante d emplois sont éclairées d un nouveau jour. 4

8 Au-delà de la représentation traditionnelle que l on se fait des emplois du secteur (l aide à domicile) c est aussi d autres types d emplois qui devront être créés pour garantir le développement équilibré de véritables filières : emplois d encadrement dans les services à la personne par exemple. Tous ces emplois devront avoir des caractéristiques communes : qualifiées, pérennes et valorisantes. Il nous appartient dès à présent de se doter des outils de la professionnalisation nécessaire à cette ambition. Cette mobilisation est aussi la garantie de faire émerger un secteur dynamique et innovant : répondre aux besoins d aujourd hui en accompagnant la demande nouvellement solvabilisée et inventer les services de demain, innover dans les nouvelles façons de les distribuer, imaginer de nouvelles articulations entre différentes sphères, par exemple le sanitaire et le social avec la question du retour à domicile des personnes hospitalisées, expérimenter de nouvelles relations entre le local et le national, avec le concours des collectivités locales intéressées... L importance du défi à relever ne nous fait pas craindre le foisonnement des initiatives. L Agence nationale des services à la personne sera votre partenaire privilégié pour accompagner, soutenir voire si nécessaire réguler ce foisonnement. L Agence dont le premier Conseil d administration se tiendra la semaine prochaine sera votre outil pour promouvoir votre développement, contribuer à la structuration de votre secteur et accompagner la création d emplois. Avec la nouvelle loi de juillet 2005 et ses décrets d application l Etat a tenu ses engagements en levant les principaux obstacles que vous aviez identifiés et qui gênaient votre développement. Il vous appartient maintenant, de poursuivre et de concrétiser nos engagements dans le climat de confiance et de partenariat qui prévalent entre nous depuis le lancement de ce grand projet national. 5

9 Présentation du Plan de développement des Services à la personne 1. Les services à la personne : définition Les services à la personne qui contribuent au bien être de nos concitoyens connaissent une croissance forte correspondant à une demande sociale importante et diversifiée. Le champ des services aux personnes est défini par la Loi du 26 juillet 2005 et sera prochainement précisé par un décret. Il couvre un large éventail de services tels que les travaux ménagers, l assistance informatique et administrative à domicile, la livraison des repas, le petit bricolage, les petits travaux de jardinage, la garde d enfant à domicile, le soutien scolaire et les cours à domicile, l assistance aux personnes âgées et handicapées, etc Les obstacles à lever Ces services de proximité représentent un gisement d emplois qu il faut mettre en valeur pour contribuer à la résorption du chômage. Toutefois des obstacles doivent être levés pour permettre leur développement. Il faut ainsi : Solvabiliser les services pour les rendre accessibles à un grand nombre de personnes et de foyers Accroître et structurer l offre en remédiant à l émiettement des opérateurs Développer la qualité Qualifier et professionnaliser les intervenants. L objectif du Plan de développement des services à la personne vise ainsi à répondre à un double enjeu : satisfaire une demande sociale forte des citoyens et créer de nombreux emplois professionnalisés et mieux rémunérés. Le potentiel de création d emploi réside dans l organisation du secteur et dans sa professionnalisation.

10 3. Création de l Agence nationale des services à la personne L Agence répond à la nécessité de disposer d une structure administrative de référence pour le secteur des services à la personne. La loi n du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne créé l Agence nationale des services à la personne sous la forme d un établissement public administratif national, placé sous la tutelle du ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. 4. Les missions de l Agence Outre la coordination d ensemble de l action administrative au plan national, l Agence exerce une mission d appui et de pilotage des initiatives relatives à la promotion et au développement de l emploi dans le secteur des services à la personne, en lien avec l ensemble des partenaires et des collectivités locales. L article D du code du travail (décret n du 14 octobre 2005) énonce précisément les missions de l Agence : Favoriser l émergence de nouveaux services à la personne et appuyer la constitution d enseignes nationales. Favoriser la promotion et la qualité des services rendus aux personnes. Cette qualité sera mesurée avec le concours des organismes et administrations concernés, les organismes de certification et le conseil national de l évaluation sociale et médico-sociale. Assurer un rôle d observatoire statistique de l évolution de l emploi dans le secteur. Les travaux seront conduits avec les services statistiques des ministères (INSEE, DARES et DREES), les collectivités locales, les instituts de recherche, les universités et le comité scientifique. Impulser la négociation collective. Le développement et l évaluation des formations, la construction de parcours professionnels cohérents, l amélioration des conditions de travail et de rémunération des professionnels du secteur nécessitent la mobilisation des partenaires sociaux, des acteurs du secteur, des collectivités locales (conseils régionaux et OPCA notamment) et des acteurs de la formation. Assurer l implantation et le développement du CESU. Assurer l information sur les règles applicables au secteur des services à la personne, auprès des administrations concernées, des particuliers, des salariés et des employeurs.

11 5. Les instruments - Cadre juridique En application de la loi n du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne, le décret n du 14 octobre 2005 décrit la composition du conseil d administration de l Agence, fixe les attributions du comité des engagements, décide la mise en place de délégués territoriaux dans chaque département, prévoit les modalités de fonctionnement de l Agence et les moyens d interventions qu elle mettra en oeuvre. - Qualité : agréments, certification, professionnalisation, évaluation L exigence de qualité renvoie aux notions d agrément, de certification, de professionnalisation et d évaluation. Les structures délivrant des services aux personnes à leur domicile sont agrées. Lorsqu elles s adressent aux publics fragiles, elles disposent désormais d une possibilité d option entre l application de la réglementation prévue par le Code de l action sociale et des familles (autorisation certification) et l agrément qualité prévu par le Code du travail. Les agréments simple et qualité sont délivrés par le Préfet de département. Ils ont une validité nationale de 5 ans et devront donner lieu de la part des structures qui en bénéficient à un rapport annuel qualitatif et quantitatif. Pour l agrément qualité, l avis du Président du conseil général est requis. Un cahier des charges (mise en application de l article L du code du travail) sera élaboré par l Agence afin de mettre en place des critères qualité cohérents et coordonnés. La certification emporte l agrément automatique. Deux régimes de qualification existent actuellement : Afnor et Qualicert. La professionnalisation, indispensable au développement du secteur des services, passe par la mise en place de filières d enseignement formant aux techniques de management, de gestion et d encadrement des structures, mais aussi à la psychologie et à la sociologie familiale notamment. La professionnalisation est une condition de l amélioration du statut des salariés du secteur. Elle contribue au développement de la qualité des services qui est au cœur du projet. L enrichissement du dialogue social, l élaboration ou l adaptation de conventions collectives, permettront l amélioration des conditions de rémunération et de travail et de qualification des parcours professionnels. Par ailleurs, un dispositif d évaluation des politiques publiques, fondé sur un système d informations statistiques performant permettra un suivi efficace des résultats. Un projet est à l étude avec l ACOSS, l INSEE, la DARES, la DREES et l IRCEM, pour chiffrer le nombre d emplois créés, adapter et exploiter les enquêtes réalisées par sondages auprès des employeurs et des employés du secteur et mieux cerner les différentes modalités d emploi.

12 - Enseignes nationales Dans le secteur des services à la personne, les associations occupent aujourd hui une place prépondérante. Toutefois une offre en provenance des entreprises se fait jour progressivement. La consolidation de l offre d ensemble passe par la constitution d enseignes nationales dont la fonction est triple : Structurer l offre ; Développer la professionnalisation ; Garantir des prestations de qualité. L enseigne devra tenir le rôle d intégrateur consistant à mettre en contact l offre et la demande, à prendre en charge l information aux utilisateurs, la qualité et l homogénéisation des services, leur facturation unique. De nombreux projets d enseignes nationales se concrétisent : - la FEPEM (la Maison du particulier employeur) ; - l UNA, la Mutualité Française et l UNCCAS ; - l ADMR, associée à AG2R et au Crédit Mutuel ; - Familles rurales, associées à Groupama et à la Mutualité sociale agricole ; - la FNAID, associée à Familles de France et au Réseau national des Plateformes de services aux particuliers ; - le Groupe Caisse d Epargne, associé à la MAIF et la MACIF ; - la Poste ; - MAAF, MMA et Azur GMF ; - le Groupe Crédit Agricole ; - la CNP ; - AXA et DEXIA ; - ACCOR Services ; - Maison et Services. L agence soutiendra financièrement la constitution et le développement des enseignes au travers de conventions dont les objectifs seront précisés. - Le chèque emploi-service universel (CESU) Le CESU sera disponible à compter du 1 er janvier 2006 pour payer l ensemble des services à la personne, y compris les services de garde d enfants hors du domicile ainsi que les services aux personnes et aux familles développés et délivrés au sein de l entreprise. Le CESU remplacera les actuels CES et TES. C est un moyen de paiement qui sert à rémunérer aussi bien les organismes agréés que les salariés dans le cadre de l emploi direct. Il prend deux formes : le chèque préfinancé à valeur prédéfinie par un organisme (entreprise, comité d entreprise, collectivité territoriale, association, organisme social, établissement public, caisse de retraite, mutuelle, etc.) ; le simple chèque, disponible auprès des agences bancaires ou postales.

13 Pour les particuliers employeurs, le CESU simplifie considérablement les démarches de déclaration des salariés. Le Centre national de traitement des CESU effectue les calculs des cotisations sociales et les prélèvements, puis transmet une attestation fiscale chaque année. Les particuliers bénéficient en outre d un taux réduit de la TVA de 5,5% pour les prestations fournies par des entreprises ou associations agréées par l Etat, ainsi que d une réduction d impôt sur le revenu de 50% des dépenses engagées au titre des services à la personne. Les salariés des particuliers employeurs peuvent, quant à eux, encaisser leur CESU sur leur compte bancaire ou postal. Ils reçoivent une attestation d emploi valant bulletin de paie pour chaque volet social transmis par leur employeur au CNT-CESU (au CNT Pajemploi pour les assistants maternel agréés). Enfin, pour les employeurs, les aides versées dans la limite d un plafond de 1830 euros annuels par salarié pour le financement des services à la personne n ont pas le caractère de rémunération et ne supportent par conséquent pas de cotisations salariales. Enfin, les entreprises bénéficient d un crédit d impôt sur les sociétés de 25% au titre des aides versées. L Agence nationale des services à la personne, en partenariat avec les émetteurs du CESU (Chèque domicile, Sodexho, Accor, Natexis-Banque populaire, Crédit Agricole-Crédit lyonnais, Caisse d épargne, la Poste, Groupement Axa-Dexia), publiera un répertoire national des organismes prestataires de services agréés. - L animation locale : les délégués territoriaux L article D du code du travail prévoit que l Agence nationale des services à la personne dispose, dans chaque département, d un délégué territorial nommé sur proposition du préfet. Le délégué territorial représente l Agence dans le département, il est mis en place pour traduire au plan local les priorités d actions définies par celleci. La dimension économique du projet de développement des services à la personne implique un engagement des délégués territoriaux à créer les liens nécessaires avec les régions, les collectivités, les acteurs professionnels des services à la personne, les réseaux de création d entreprise, les structures de l insertion par l économique, les partenaires sociaux, etc. Ils doivent organiser et animer un réseau local cohérent d informations, de diagnostics et d actions coordonnées. - Lancement d une grande campagne de communication Afin d accompagner le plan de développement des services à la personne, une campagne de sensibilisation auprès des publics, des administrations, des partenaires économiques et sociaux débutera au premier trimestre L objectif est de valoriser l image des services à la personne, de mettre en avant la simplification de l accès à ces services, les avantages et mesures incitatives associées ainsi que la professionnalisation du secteur.

14 Le chèque emploi-service universel Mode d emploi Le chèque emploi-service universel (CESU) est l une des mesures phares de la loi n du 26 juillet 2005 relative au développement des services à la personne. Diffusé largement dès janvier 2006, il favorisera le développement du secteur des services à la personne, par sa facilité et sa sécurité d utilisation, grâce aux larges possibilités de cofinancement et aux avantages fiscaux et sociaux qui lui sont associés. Qui pourra bénéficier du chèque emploi-service universel? Les particuliers et les familles, pour payer l ensemble des services à la personne, rendus à leur domicile dans le cas général, et des activités de garde d enfants à l extérieur du domicile. Où se procurer le chèque emploi-service universel et comment l utiliser? Le CESU se présente sous deux formes : - Le chèque emploi-service universel bancaire sera diffusé par les établissements bancaires ayant passé une convention avec l Etat. Il s utilise comme un chèque bancaire ou postal. Le chéquier comprend des formules de chèques à remplir pour payer l organisme prestataire ou le salarié en cas d emploi direct, ainsi que des volets sociaux pour déclarer ce salarié. - Le chèque emploi-service universel préfinancé sera diffusé par les organismes cofinanceurs et émis par les organismes habilités par l Agence nationale des services à la personne. Préidentifié au nom du bénéficiaire et à valeur prédéfinie, il peut être cofinancé en tout ou partie par un organisme financeur. Les carnets de CESU préfinancés sont accompagnés des volets sociaux nécessaires à la déclaration des salariés en cas d emploi direct. Qui peut cofinancer les chèques emploi-service universels? Le chèque emploi-service universel préfinancé constituera : un élément de la politique sociale et de ressources humaines des employeurs privés et publics en faveur de leurs salariés et agents, une aide à la gestion des prestations sociales pour les départements et les autres collectivités territoriales ainsi que pour les organismes sociaux, les caisses de retraite ou de prévoyance, les mutuelles et les associations. Services à la personne - Agence nationale 2 novembre

15 Les employeurs suivants pourront cofinancer tout ou partie des CESU préfinancés qu ils remettent à leurs salariés ou à leur agents : les employeurs privés : entreprises, associations, coopératives, officiers ministériels, professions libérales et travailleurs indépendants. les employeurs publics : collectivités territoriales, administrations de l Etat, organismes sociaux, de santé et de sécurité sociale, établissements publics. Les départements (conseils généraux) pourront verser à leurs administrés sous forme de chèques emploi-service universel préfinancés tout ou partie de l allocation personnalisée d autonomie (APA). Les centres communaux ou intercommunaux d action sociale, les caisses de sécurité sociale, les caisses de retraire et les organismes de prévoyance pourront également verser sous forme de chèques emploi-service universel préfinancés tout ou partie des prestations en nature d action sociale relatives aux services à la personne ou permettant le maintien à domicile des personnes fragiles. Pour payer qui? Le chèque emploi-service universel pourra être utilisé par les particuliers pour payer : des organismes agréés (entreprises et associations) prestataires de services à la personne, un salarié qui effectue ces activités au domicile du particulier, lorsque le particulier est l employeur (emploi direct), une structure mandataire agréée, chargée par le particulier employeur d effectuer l ensemble des formalités sociales (établissement du contrat de travail et des bulletins de paie ; calcul et déclaration des cotisations sociales correspondantes), la garde d enfants hors du domicile, assurée par : o les assistantes ou assistants maternels agréés, o les établissements : crèches, haltes-garderies, jardins d enfants, o les garderies périscolaires. Comment connaître les organismes prestataires de services agréés? L Agence nationale des services à la personne publiera en 2006 sur son site Internet le répertoire national des organismes agréés de services à la personne. Chaque émetteur habilité de chèques emploi-service universel préfinancés constituera un réseau d organismes intervenants, tous agréés, qui acceptent d être réglés en CESU. Comment l intervenant (salarié ou organisme) est-il payé? Le chèque emploi-service universel sera facile et sûr d utilisation pour les intervenants - salariés de particuliers employeurs, assistantes ou assistants maternels agréés, organismes de services à la personne agréés - qui pourront l encaisser sur leurs comptes bancaires ou postaux. Services à la personne - Agence nationale 2 novembre

16 Une facilité et une sécurité pour les particuliers employeurs : En cas d emploi direct de salariés à domicile, les utilisateurs de chèques emploiservice universel, bancaires ou préfinancés, complètent un volet social et l adressent au Centre national de traitement (CNT-CESU). Le CNT-CESU effectue le calcul de l ensemble des cotisations sociales dues (parts patronale et salariale des cotisations d assurances sociales, d assurance chômage et de retraite complémentaire), transmet au particulier employeur une facture et prélève les cotisations sur son compte bancaire ou postal. Chaque année, le CNT-CESU transmet aux particuliers employeurs une attestation fiscale pour qu ils puissent bénéficier de la réduction d impôt sur le revenu. Une facilité et une sécurité pour les salariés à domicile : Les salariés à domicile rémunérés par des particuliers employeurs au moyen de chèques emploi-service universels reçoivent une attestation d emploi valant bulletin de paie pour chaque volet social transmis par leur employeur au CNT-CESU. Des avantages sociaux et fiscaux pour les employeurs et leurs salariés : A - Pour les employeurs du secteur privé, les conditions d abondement du chèque emploi-service universel sont attractives : 1- Les aides versées par l employeur ne sont pas soumises aux cotisations sociales, dans la limite d un plafond annuel de euros par salarié. L aide peut être versée directement ou sous forme de chèques emploi-service universels préfinancés à valeur prédéfinie. 2- Les entreprises bénéficient d un crédit d impôt de 25% des aides versées. Ce crédit d impôt sur les bénéfices d un maximum de euros par exercice prend en compte le financement par l entreprise, soit de services à la personne qu elle règle directement pour les offrir à ses salariés, soit le préfinancement de tout ou partie de chèques emploi-service universels à valeur prédéfinie remis à ses salariés ainsi qu aux chefs d entreprise, gérants et mandataires sociaux de l entreprise. B Le particulier bénéficie d une réduction d impôt sur le revenu de 50% des sommes engagées au titre des services à la personne, déduction faîte des aides reçues. Pour en savoir plus : Sites Internet officiels : et En janvier 2006, ouverture d un site Internet spécifique: Services à la personne - Agence nationale 2 novembre

17 Exemples d enseignes de services à la personne - la FEPEM (la Maison du particulier employeur) ; - l UNA, la Mutualité Française et l UNCCAS ; - l ADMR, associée à AG2R et au Crédit Mutuel ; - Familles rurales, associées à Groupama et à la Mutualité sociale agricole ; - la FNAID, associée à Familles de France et au Réseau national des Plateformes de services aux particuliers ; - le Groupe Caisse d Epargne, associé à la MAIF et la MACIF ; - la Poste ; - MAAF, MMA et Azur GMF ; - le Groupe Crédit Agricole ; - la CNP ; - AXA et DEXIA ; - ACCOR Services ; - Maison et Services.

18 Les huit candidats à l émission du chèque emploi-service universel (CESU) - Accor Services - Axa-Dexia - Caisse nationale des caisses d épargne - Groupe Chèque déjeuner - Groupe Crédit Agricole-Crédit Lyonnais - Groupe La Poste - Natexis Intertitres (Groupe Banque Populaire) - Sodexho Chèques et cartes de services

19 PORTAIL DE LA MAISON DU PARTICULIER EMPLOYEUR ENSEIGNE NATIONALE INSCRITE DANS LE PLAN BORLOO PRESENTE LE 16 FEVRIER 2005 Le secteur des particuliers employeurs compte aujourd hui plus de 3 millions de personnes, employeurs et salariés ; 15% des ménages français sont ainsi directement concernés par l emploi direct au domicile. C est le 1 er secteur des services à la personne. Il représente 80% du nombre d heures travaillées par an au domicile du particulier (dont 22% réalisées par le biais de structures mandataires). Il connaît une croissance annuelle régulière située autour de 5%. Cette croissance peut progresser sous réserve que la demande et l offre d emploi se rencontrent. Cette perspective ne peut se réaliser qu à la condition qu offres et demandes soient mises en relation en un lieu commun, et qu il y ait une mise en correspondance structurée : des besoins analysés du particulier employeur potentiel pour associer l intervenant adapté en termes de compétences et d expérience et de la compatibilité sur le plan des horaires et de la situation géographique. L objectif du projet de la FEPEM consiste à affirmer son positionnement grâce à une stratégie volontariste et innovante dans le secteur des emplois familiaux et des services à la personne par la structuration de la relation du binôme employeur/salarié. Ce positionnement innovant consacre de fait le statut du particulier employeur comme acteur économique et comme vecteur structurant du secteur notamment au travers du salariat multi-employeurs. Contact : Martine BRASSEUR - Directrice du développement Ligne directe : courriel : 18, rue Saint Marc Paris - Tél : Fax : Internet :

20 Le projet porté par la FEPEM s inscrit dans la logique des pouvoirs publics en termes de simplification administrative en s appuyant sur une complémentarité entre des lieux physiques dont ceux représentés par les Fepem régionales et un portail Internet représenté par le «La Maison du Particulier employeur». Cette dualité prenant tout son sens en consacrant une approche nationale (stratégie du secteur, compatibilité de l outil conforme aux critères ADAE, relais avec les centres Pajemploi, CNTCES 1 et ACOSS, consolidation des informations, ) et une approche locale, véritable lieu de rencontre entre le particulier employeur et le salarié. professionnalisation des intervenants. Enjeu prioritaire de la Fepem et des organisations syndicales représentatives. Des dispositifs spécifiques de professionnalisation ont été créés pour correspondre aux caractéristiques du secteur : un réseau de plus de 250 organismes de formation labellisés par l Institut FEPEM de l Emploi Familial, création de 3 titres homologués, du passeport formation, des modules et des modalités de formation adaptés. Un site emploi plus de salariés formés en 3 ans attractivité du secteur grâce au développement de la négociation collective notamment sur les axes suivants : grille des salaires cohérente avec la politique de professionnalisation, révision de la classification des emplois, structuration du multiemployeur, santé au travail amélioration de la solvabilité de la demande et de la simplification déclarative au travers de la promotion du développement du chèque emploi service universel (CESU) grâce à un partenariat actif entre la FEPEM, l Agence nationale des services à la personne, le réseau bancaire et les émetteurs. Les clefs de la réussite de ce projet reposent également sur la mobilisation de partenaires prêts à s engager pour le soutenir financièrement, techniquement mais aussi en termes de relais de proximité et de facilitateurs d accès à l information. D ores et déjà, sous l égide de l Agence nationale des services à la personne, l Institut Fepem de l Emploi Familial, l IRCEM 2, LA POSTE s associent à la FEPEM pou la mise en œuvre de cette enseigne ainsi que les partenaires sociaux à travers le Commission Paritaire Nationale Emploi Formation Professionnelle (C.P.N.E.F.P.) des salariés du particulier employeur. 1 CNTCES : Centre National de Traitement du Chèque Emploi Service 2 Sous réserve Contact : Martine BRASSEUR - Directrice du développement Ligne directe : courriel : 18, rue Saint Marc Paris - Tél : Fax : Internet :

SERVICES À LA PERSONNE LE CESU PRÉFINANCÉ : DES AVANTAGES POUR TOUS

SERVICES À LA PERSONNE LE CESU PRÉFINANCÉ : DES AVANTAGES POUR TOUS SERVICES À LA PERSONNE LE CESU PRÉFINANCÉ : DES AVANTAGES POUR TOUS 2 SOMMAIRE Les chiffres clés 2014... 4 Le Chèque emploi service universel, qu est-ce que c est?.5 Quelles prestations régler avec le

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053 PARIS, le 14/03/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-053 OBJET : Le Chèque Emploi Service Universel - Cesu TEXTE A ANNOTER : lettre circulaire

Plus en détail

Cercle LAB Impact des services à la personne sur le Marketing Mix en Assurance et en Banque. Le services à la personne à domicile

Cercle LAB Impact des services à la personne sur le Marketing Mix en Assurance et en Banque. Le services à la personne à domicile Cercle LAB Impact des services à la personne sur le Marketing Mix en Assurance et en Banque Le services à la personne à domicile Le Plan Borloo Engager les entreprises dans le développement des services

Plus en détail

Le Chèque emploi service universel en quelques mots

Le Chèque emploi service universel en quelques mots Le Chèque emploi service universel en quelques mots Qu'est-ce que le Chèque emploi service universel? Créé dans le cadre de la politique conduite pour favoriser les services à la personne (plan de développement

Plus en détail

Titre Cesu La Banque Postale

Titre Cesu La Banque Postale Titre Cesu La Banque Postale Les deux déclinaisons du Cesu Titre de Travail Simplifié (TTS) permet de rémunérer et de déclarer un salarié employé à domicile, s adresse aux entreprises, ainsi qu aux particuliers

Plus en détail

LES SERVICES D AIDE À LA PERSONNE EN FRANCE, PAR

LES SERVICES D AIDE À LA PERSONNE EN FRANCE, PAR LES SERVICES D AIDE À LA PERSONNE EN FRANCE, PAR L UNA (UNION NATIONALE DE L AIDE, DES SOINS ET DES SERVICES AUX DOMICILES) Les services à la personne sont définis en France par le Plan de développement

Plus en détail

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale,

vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou territoriale, Vous êtes un professionnel du corps médical ou des services sociaux, vous travaillez au sein d un établissement spécialisé, vous êtes en charge des services sociaux auprès d une collectivité locale ou

Plus en détail

Particulier. employeur. Juin 2012. Tout. savoir. sur le. Cesu. [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! www.cesu.urssaf.

Particulier. employeur. Juin 2012. Tout. savoir. sur le. Cesu. [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! www.cesu.urssaf. Particulier employeur Juin 2012 Tout savoir sur le Cesu [ Chèque emploi service universel ] L essayer, c est l adopter! Le Chèque emploi service universel (Cesu) L essayer, c est l adopter! Qui n a pas

Plus en détail

Comment se faire aider à domicile, quand on est retraité?

Comment se faire aider à domicile, quand on est retraité? Ménage, cuisine, jardinage, petit bricolage, assistance informatique Comment se faire aider à domicile, quand on est retraité? Information à l attention des retraités Le service à la personne est un secteur

Plus en détail

Tout savoir sur le Cesu

Tout savoir sur le Cesu Tout savoir sur le Cesu PARTICULIER EMPLOYEUR 2015 www.cesu.urssaf.fr LE CESU, L ESSAYER C EST L ADOPTER! Qui n a pas eu un jour envie d une aide pour le ménage, les devoirs des enfants, des travaux de

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Serv ces à la personne : pour tout savoir

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Serv ces à la personne : pour tout savoir AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE Serv ces à la personne : pour tout savoir Sommaire 1. Le secteur des services à la personne... 3 Adapté aux nouveaux modes de vie et aux besoins sociaux de la

Plus en détail

Laurent WAUQUIEZ, Secrétaire d Etat chargé de l Emploi

Laurent WAUQUIEZ, Secrétaire d Etat chargé de l Emploi Laurent WAUQUIEZ, Secrétaire d Etat chargé de l Emploi Lancement du plan 2 de développement des services à la personne Fiche de Synthèse Lancement du plan 2 de développement des services à la personne,

Plus en détail

D o s s i e r D e P r e s s e

D o s s i e r D e P r e s s e D o s s i e r D e P r e s s e Ouverture à Lyon de la première Maison des Emplois de la Famille La Maison des Emplois de la Famille Le Groupe IRCEM La FEPEM IPERIA, l Institut Maison des Emplois de la Famille

Plus en détail

Les services à la personne Economie, emploi et professionnalisation : quelles perspectives?

Les services à la personne Economie, emploi et professionnalisation : quelles perspectives? Les services à la personne Economie, emploi et professionnalisation : quelles perspectives? Centre d information et de documentation jeunesse (CIDJ) 24 mai 2012 Sommaire Contexte : éléments qui peuvent

Plus en détail

- Document d analyse - MARS 2012 OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE DES CHIFFRES-CLÉS SUR L EMPLOI ET LA FORMATION

- Document d analyse - MARS 2012 OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE DES CHIFFRES-CLÉS SUR L EMPLOI ET LA FORMATION - Document d analyse - MARS 2012 OBSERVATOIRE DES SERVICES À LA PERSONNE DES CHIFFRES-CLÉS SUR L EMPLOI ET LA FORMATION PRÉAMBULE Le secteur des services à la personne a connu une croissance très rapide

Plus en détail

SERVICES À LA PERSONNE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS PROFESSIONNELS POUR LES JEUNES

SERVICES À LA PERSONNE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS PROFESSIONNELS POUR LES JEUNES SERVICES À LA PERSONNE DES OPPORTUNITÉS DE PARCOURS PROFESSIONNELS POUR LES JEUNES 2 SOMMAIRE Les services à la personne.... 6 Une palette de 18 métiers.... 7 Près de 60 diplômes ou titres... 8 Des parcours

Plus en détail

au Chèque emploi service universel bancaire

au Chèque emploi service universel bancaire Réseau Urssaf DEMANDE D ADHÉSION au Chèque emploi service universel bancaire Qu est-ce que le Chèque emploi service universel (Cesu)? C est une offre proposée aux particuliers pour leur faciliter l accès

Plus en détail

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Créer son entreprise ou son association de services à la personne

AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE. Créer son entreprise ou son association de services à la personne AGENCE NATIONALE DES SERVICES À LA PERSONNE Créer son entreprise ou son association de services à la personne SOMMAIRE PAGE 3 S investir dans un secteur dynamique PAGE 8 Votre parcours d entrepreneur en

Plus en détail

Depuis 2010, le C.G.O.S délivre des Chèques Emploi-Service Universels pour le compte du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé.

Depuis 2010, le C.G.O.S délivre des Chèques Emploi-Service Universels pour le compte du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. INTRODUCTION Depuis 2010, le C.G.O.S délivre des Chèques Emploi-Service Universels pour le compte du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé. Ce CESU est entièrement préfinancé et il est à destination

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

LES. Éditorial. Sommaire. N 18 - LES SERVICES A LA PERSONNE Décembre 2011

LES. Éditorial. Sommaire. N 18 - LES SERVICES A LA PERSONNE Décembre 2011 N 18 - LES SERVICES A LA PERSONNE Décembre 2011 Sommaire Editorial P. 1 Le dossier du mois : les services à la personne P. 2 Le Chèque Emploi Service Universel (CESU) P. 2-3 L agence nationale des services

Plus en détail

La politique marseillaise en faveur des Seniors

La politique marseillaise en faveur des Seniors La politique marseillaise en faveur des Seniors Le Centre Communal d Action Sociale de la Ville de Marseille est un établissement public administratif communal. Il oriente ses actions en faveur des personnes

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

chèque emploi service universel Votre Guide pratique www.cesu-fonctionpublique.fr

chèque emploi service universel Votre Guide pratique www.cesu-fonctionpublique.fr chèque emploi service universel Votre Guide pratique www.cesu-fonctionpublique.fr Pour commencer... Reportez soigneusement ci-dessous les informations personnelles communiquées dans votre lettre de bienvenue.

Plus en détail

auremar - Fotolia.com

auremar - Fotolia.com auremar - Fotolia.com Bien vivre chez soi Différents dispositifs permettent aux seniors giffois de rester chez eux avec des repas à domicile, des aides ponctuelles comme le ménage, le repassage, les courses

Plus en détail

Passer du pilote à l industrialisation des offres

Passer du pilote à l industrialisation des offres Passer du pilote à l industrialisation des offres Standardisation, interopérabilité, évolutivité des systèmes, coordination des acteurs, pilotage et portage des offres, etc. Comment faire pour unifier

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE

RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES BUREAUX D ÉTUDES TECHNIQUES CABINETS D INGÉNIEURS CONSEILS SOCIÉTÉS DE CONSEILS RÉGIME DE PRÉVOYANCE OBLIGATOIRE DES SALARIÉS MALAKOFF MÉDÉRIC, VOTRE PARTENAIRE POUR

Plus en détail

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation.

PRDFP. 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles. cohérence. Concertation. Innovation. cohérence ÉGALITÉ DES CHANCES/DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE Concertation Innovation Innovation www.regionreunion.com Concertation cohérence 2011-2015 Le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations

Plus en détail

Développer. Janvier 2013. une stratégie partagée. Portrait des services à la personne dans le Sud Alsace DIAGNOSTIC SECTORIEL. Accueillir.

Développer. Janvier 2013. une stratégie partagée. Portrait des services à la personne dans le Sud Alsace DIAGNOSTIC SECTORIEL. Accueillir. Janvier 2013 DIAGNOSTIC SECTORIEL Portrait des services à la personne dans le Sud Alsace RéduiRe les freins culturels et sociaux à l accès à l emploi Accueillir et accompagner des personnes à la recherche

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere.

LIVRET D ACCUEIL CCAS. des services à la personne. CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière. + d infos : www.ville-laverriere. LIVRET D ACCUEIL des services à la personne + d infos : www.ville-laverriere.com CCAS CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Ville de La Verrière Agrément qualité Service d Aide à la Personne : 267802783 Délivré

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

Un nouveau mode de rémunération pour les assistantes maternelles

Un nouveau mode de rémunération pour les assistantes maternelles LE U MD PRÉFINANCÉ Un nouveau mode de rémunération pour les assistantes maternelles MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE DE L'INDUSTRIE ET DE L'EMPLOI MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012

Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Direction Générale Organisation et Ressources Humaines Direction des Ressources Humaines Délibération n 23 Conseil municipal du 30 mars 2012 Personnel municipal - Adaptation du tableau des effectifs -

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH) Conditions

Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH) Conditions CARSAT Nord-Est Aide au Retour à Domicile après Hospitalisation (ARDH) Après une évaluation globale des besoins, ce dispositif permet à la personne de bénéficier de différents services afin de l accompagner

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF

Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Réunion d information UDAF du Gard 23 mars 2015 Présentation UNIFAF / Réforme de la Formation Professionnelle Continue / Les dispositifs UNIFAF Créée : MAJ : 24/06/2014 19/03/15 Sommaire 1 : UNIFAF 2 :

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES

Cahier des charges APPEL À PROJETS 2015 ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES APPEL À PROJETS 2015 Cahier des charges ACTIONS DE SOUTIEN À DESTINATION DE PERSONNES DÉFICIENTES AUDITIVES Fondation Harmonie Solidarités, 143 rue Blomet - 75015 Paris - Autorisation administrative de

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire

La Mutualité. Française. Rhône. dans le. Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire La Mutualité Française Rhône dans le Des services de soins et d accompagnement mutualistes pour une santé solidaire Des valeurs qui font la différence Edito La Mutualité Française Responsabilité CHACUN

Plus en détail

À quoi servent les cotisations?

À quoi servent les cotisations? À quoi servent les cotisations? [ Le réseau Urssaf vous rend des comptes À quoi servent les cotisations? ] Depuis 1945, la France a fait le choix d une Sécurité sociale protégeant solidairement l ensemble

Plus en détail

--------------------------------------------------------------- Mars 2015 --------------------------------- Les effectifs

--------------------------------------------------------------- Mars 2015 --------------------------------- Les effectifs --------------------------------------------------------------- Mars 2015 --------------------------------- Le mot du Président Cher(e)s Collègues, C'est avec un plaisir renouvelé que je m'adresse à vous

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014

DE LA STRATEGIE LEADER. Appel d offres Novembre 2014 CAHIER DES CHARGES ACCOMPAGNEMENT A LA DEFINITION DE LA STRATEGIE LEADER DU PNR DE LA BRENNE Appel d offres Novembre 2014 Parc naturel régional de la Brenne Maison du Parc Le Bouchet - 36300 ROSNAY 02

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vous - Vos Cotisations > Les prestations

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vous - Vos Cotisations > Les prestations Les prestations Aide financière finançant des activités de services à la personne et de garde d enfant Régime social de l aide destinée à financer des activités de services à la personne et de garde d

Plus en détail

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI Document mis en distribution le 21 avril 2009 N 1619 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 15 avril 2009. PROJET

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ

AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - RÉUNICA - VIASANTÉ 1 AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ AG2R LA MONDIALE - - VIASANTÉ SOMMAIRE LE RAPPROCHEMENT 5 L union fait la force 6 Les grandes étapes 7 UN NOUVEL ENSEMBLE COMPLET 9 Un Groupe équilibré en retraite complémentaire

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 1 ER AVRIL 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013 Dossier de presse Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013 19 Mars 2013 Contacts presse : Myra Frapier-Saab 06 70 10 82 24 1 Les enjeux Le nombre croissant de personnes

Plus en détail

Accord Cohésion Sociale

Accord Cohésion Sociale Accord Cohésion Sociale Entre l Unité Economique et Sociale MACIF, représentée par Monsieur Roger ISELI, Directeur Général de la MUTUELLE ASSURANCE DES COMMERCANTS ET INDUSTRIELS DE FRANCE, Société d'assurance

Plus en détail

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales»

Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» Juillet 2015 Les aspects juridiques liés à la mise en place de «mutuelles communales» La présente note a pour objet de faire le point sur le cadre juridique applicable à la création de «mutuelles communales»

Plus en détail

Services à la personne

Services à la personne Enquête régionale auprès des entreprises agréées 2010 Services à la personne Midi-Pyrénées En France : > 390 000 emplois créés depuis 2005 > Près de 2 millions de salariés dans les services à la personne

Plus en détail

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances

Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Assurance automobile : défis et perspectives des compagnies d assurances Une analyse de fond des forces en présence et des impacts en matière de développement pour les compagnies d assurances Un écosystème

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

DECLARATION DU SALARIE(E)

DECLARATION DU SALARIE(E) Plaquette réalisée en partenariat avec : INFORMATIONS POUR LES JEUNES ET LES PARENTS SUR LE BABY-SITTING. Ce document a été réalisé pour donner quelques informations pratiques aux utilisateurs du service

Plus en détail

Les ménages de Provence-Alpes-Côte d Azur recourent peu aux services à la personne

Les ménages de Provence-Alpes-Côte d Azur recourent peu aux services à la personne SUD INSEE Les services à la personne : un secteur pénalisé par ses conditions d emploi Les ménages de Provence-Alpes- Côte d Azur recourent peu aux services à la personne en 2006. Ce faible recours s explique

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE RAPPORT RELATIF AUX AGREMENTS DES CONVENTIONS ET ACCORDS APPLICABLES AUX SALARIES DES ETABLISSEMENTS SOCIAUX ET MEDICO-SOCIAUX PRIVES A BUT NON LUCRATIF POUR 2010

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM.

LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. LES SERVICES A LA PERSONNE EN ARTOIS COMM. Direction du Développement Economique et Emploi Artois Comm. Le 4 juin 2010 ARTOIS COMM. PRESENTATION D ARTOIS COMM. LES CARACTERISTIQUES DU TERRITOIRE : La Communauté

Plus en détail

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel

Salarié. Sécurisez votre parcours professionnel ! Salarié Senior (ou pas) Sécurisez votre parcours professionnel SOMMAIRE Introduction... p 3 Vous souhaitez faire le point sur votre carrière... p 4 Entretien de 2nde partie de carrière... p 5 Bilan de

Plus en détail

LES. services. et LE travail TEMPORAIRE. Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Févr ier 2006

LES. services. et LE travail TEMPORAIRE. Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Févr ier 2006 Les dossiers de l Obser vatoire du Travail Temporaire Févr ier 2006 LES services À LA personne et LE travail TEMPORAIRE Créé dans le cadre de l accord du 8 juillet 2004 relatif aux priorités et moyens

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

La Mutualité en chiffres

La Mutualité en chiffres La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité en chiffres Édition 2012 La Mutualité, acteur principal de la complémentaire santé page 5 La complémentaire santé dans l activité des mutuelles Les prestations

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 POINTS CLES DATES - 2000 Guy Hascoët - 1 er secrétaire d Etat à l ESS propose une loi - 2010 premier rapport par Francis Vercamer - 2011 Benoit Hamont

Plus en détail

L ESSEnTiEL. Services à la personne : constats et enjeux SEPTEMBRE 2013. www.strategie.gouv.fr. Un secteur fragmenté et plurivoque

L ESSEnTiEL. Services à la personne : constats et enjeux SEPTEMBRE 2013. www.strategie.gouv.fr. Un secteur fragmenté et plurivoque Note réalisée par : Hélène Garner et Frédéric Lainé, département Travail Emploi Services à la personne : constats et enjeux SEPTEMBRE 2013 Les Services à la personne (SAP) se sont fortement développés

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DE L ORDRE DES MASSEURS KINESITHERAPEUTES SOLUTIONS BANQUE POPULAIRE

ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DE L ORDRE DES MASSEURS KINESITHERAPEUTES SOLUTIONS BANQUE POPULAIRE ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DE L ORDRE DES MASSEURS KINESITHERAPEUTES SOLUTIONS BANQUE POPULAIRE 1. AVANCE DE TRESORERIE 1. AVANCE DE TRESORERIE Votre demande : Vous souhaitez bénéficier d une avance de trésorerie

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE LA BANQUE DES AGENTS DU SECTEUR PUBLIC

BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE LA BANQUE DES AGENTS DU SECTEUR PUBLIC BANQUE FRANÇAISE MUTUALISTE LA BANQUE DES AGENTS DU SECTEUR PUBLIC DOSSIER DE PRESSE Contact presse Caroline Weill cweill@selfimage.fr 01 47 04 12 52 Audrey Peauger apeauger@selfimage.fr 01 47 04 12 53

Plus en détail

AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT

AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT Deux grands acteurs de proximité s associent pour vous simplifier la vie. Tout près de chez vous. 2 LES CCAS/CIAS Plus de 7 500 Centres Communaux ou Intercommunaux d Action

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée

AIDES SOCIALES 2015 Cocher la case correspondante à l aide concernée Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr AIDES SOCIALES 2015 Cocher

Plus en détail

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance

Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Régimes complémentaires de retraite et prévoyance Textes de référence : Article L242-1 et L 871-1 du code de la Sécurité sociale. Article D242-1, R 871-1 et R 871-2 du code de la Sécurité sociale. Loi

Plus en détail

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays

2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays Module 2 : Services à la population 2.1 - Améliorer l offre de soins sur le Pays réservée : 400 000 OBJECTIFS STRATÉGIQUES - Développer les solidarités locales et l'accessibilité de tous aux services (Axe

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

A. Secteur services aux particuliers et à la personne

A. Secteur services aux particuliers et à la personne A. Secteur services aux particuliers et à la personne 1 Les services aux particuliers et à la personne I. Diagnostic sectoriel des Services aux Particuliers et A la Personne 1. Le contexte des entreprises

Plus en détail