LE PIED DE LA PERSONNE ÂGÉE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PIED DE LA PERSONNE ÂGÉE"

Transcription

1 LE PIED DE LA PERSONNE ÂGÉE Journée e de la Société Bretonne de GériatrieG 11 décembred 2009 DINAN Dr LAUNAY J.L.

2 Quelques GénéralitG ralités en 2010 : 20 millions de pieds + de 65 ans (17 % de la population) 7 millions de pieds + de 80 ans (6% de la population) + de 50 % des 75 ans ont des symptômes ou lésionsl podologiques 14 millions de pieds qui souffrent!! La prise en charge efficiente de ces pieds fait partie d uned démarched de prévention des causes d incapacitd incapacité et de handicap du sujet âgé : Objectifs : MAINTIEN POSTURAL QUALITÉ DE MARCHE PRÉVENTION DES CHUTES

3 Contexte généralg Vieillissement de la motricité Appareils fondamentaux: musculo-squelettique squelettique,, neurologique Appareils symbiotiques: sensoriel, cognitif, psychoaffectif Appareils énergétiques: cardiovasculaire, respiratoire Vieillissement des comportements moteurs Ajustement postural Coordination motrice Vitesse de réactionr Stratégies de rattrapage Risques Risques: IMMOBILITÉ IMMOBILISME ISOLEMENT

4 Anatomie / Biomécanique Système mécaniquem complexe 26 os, 21 muscles, 31 articulations Complexe stable, statique et dynamique Complexe très s mobile mais peu d amplitudesd 7000 pas quotidiens Rôle: Répartition des pressions du poids corporel sur sole pl. Adaptation aux déclivitd clivitéss du sol Amortissement des contraintes instantanées (compression, cisaillement) Réaction adaptée e aux sollicitations musculaires provoquées par la locomotion

5 Système musculo-tendineux Muscles de suspension de la voute: Tibial antérieur : +dorsiflexion+ dorsiflexion,, inversion 3ème fibulaire: : +dorsiflexion+ dorsiflexion, éversion Muscles de soutènement de la voute Tibial postérieur: +flexion plantaire, inversion Court fibulaire: : + eversion,, flexion plantaire Long fibulaire: : +eversion+ eversion,, flexion plantaire Muscles de stabilisation triangle postérieur statique Court Fléchisseur orteils Carré plantaire Abducteur hallux Abducteur 5ème5 Muscles de stabilisation du triangle antérieur propulsif Adducteur hallux Muscles directionnels dorsaux Long extenseur hallux Long extenseur orteils Court extenseur orteils Muscles directionnels plantaires Système Long fléchisseur orteils Long flechisseur hallux Interrosseux plantaires et dorsaux me suro-calcan calcanéo-plantaire de propulsion

6 Rôle primordial du pied dans l él équilibre et la posture Centrale d informationsd extéro et proprioceptives richesse des récepteursr cutanés, cutanés plantaires, musculotendineux,, articulaires Intégrit grité Système sciatique, racines L4,5,6, Organe Effecteur systèmes osteoarticulaires,, richesse système tendino- musculaire Intégrit grité de l articulationl talo-crurale et du triangle statique posterieur Intégrit grité du système de propulsion et du triangle dynamique antérieur

7 Pied âgé: : quelles spécificit cificités s? Absence d affectiond spécifique du pied liée à l âge mais Majoration des lésionsl du fait vieillissement physio. du pied Concentration de nombreuses pathologies au niveau pied: organe cible Retentissement fonctionnel plus rapide et plus important: organe porteur La personne âgée e en bonne santé a les pieds qui vieillissent bien ( Piera)

8 Organe cible de nombreuses pathologies Locale, régionale, r généraleg Rhumatologique: Rhum.inflammatoire,, ostéoporose oporose Vasculaire: AOMI, Patho.. veineuse, lymphatique Endocrinienne : Diabète, Obésit sité Neurologique: Parkinson, HémiplH miplégie, Neuropathie Cutanée: infection Séquelles Post-chirurgicales: ankylose, équinisme Evolution réversibler ou non

9 Vieillissement Physiologique du pied 1 Peau Atrophie capiton plantaire Sécheresse cutanée Kératose Perte de tonicité,, d éd élasticité Fragilité aux points d appuid Difficulté cicatrisation Sensibilité aux infections Facteurs favorisants Phanères réduction croissance de l onglel coloration ivoire et épaississement Stries longitudinales ou horizontales Dystrophies des ongles

10 Vieillissement Physiologique du pied 2 Sensibilité Diminution nb récepteurs et afférences Ralentissement vitesse de conduction Hypo-pallesth pallesthésiesie prédomine Diminution possible des seuils de perception tactile, positionnelle, thermique Diminution des gnosies plantaires Hyporéflectivit flectivité osteo-tendineuse tendineuse Appareil locomoteur Diminution force musculaire, extrinsèques et intrinsèques du pied Amyotrophie, hypotonie Diminution amplitudes articulaires: risque équinisme Ostéop opénie: : risque fracturaire

11 Vieillissement Physiologique du pied 3 Troubles morphostatiques: Hypotonie des muscles de soutien étirement musculaire distension capsulo-ligamentaire ligamentaire FF ( poids, laxité,ost ostéopénie) Affaissement généralg de la poutre composite Affaissement de l archel médialem Valgus de l arril arrièrere pied, diminution du cavus, pronation médio-pied > effondrement Affaissement arche antérieure et tendance métatarsus varus Distension de la mtp1 et Hallux valgus Elargissement de l avantl avant-pied et triangulation Changement pointure, difficulté chaussage vers 60/70 ans

12 Motifs de consultation pied, sujet âgé Douleurs : 1er motif de Cs podologique Troubles cutanéo-trophiques trophiques Déformations orthopédiques Troubles vasculaires Troubles sensitifs Tb de la marche, de l él équilibre, chutes

13 Examen clinique Précise les lésionsl cutanées Analyse des déformationsd Recherche des limitations articulaires: talo-crurale crurale, sous-talienne talienne, lisfranc/chopart chopart,, 1ère1 mtp Examen vasculaire Examen neurologique ( motricité,, sensibilités) s) Analyse de l él équilibre, test monopodal Analyse de la marche, chaussée e et pieds nus Examen du chaussage

14 Tests fonctionnels Mesure équilibre, marche, risque de chute Test Moteur Minimal Test de Tinetti Test Time up & go Evaluation périmp rimètre et vitesse de marche Analyse sur tapis roulant de marche, F scan Evaluation autonomie journalière re de marche

15 Principaux tableaux cliniques Troubles statiques Pied douloureux Lésions dermatologiques Pathologies prévalentes

16 TROUBLES STATIQUES DU PIED ÂGÉ Pied valgus: Pied varus: Pied plat: Pied creux: Griffe orteil : Hallux valgus:. Conséquences favorisent troubles équilibre Modifient le schème de marche décompensent frqt > 70ans Accentuent ou compliquent lésions d autresd pathologies

17 Pied valgus Fréquent : prédominance fémininef Valgus progressif par évolution d und valgus constitutionnel Facteurs favorisants Valgus brutal par distension ou rupture du tend tibial postérieur, dégénératif d > bascule médialem du naviculaire Facteurs favorisants Evolution vers arthropathie dégénérative couple de torsion Traitement

18 Pied varus Isolé,, réductible: r rare en l absencel d uned autre patho. Fixé,, peu réductible: r associé à pied creux ou équinisme patho.. neurologique: spasticité, hémiplégie++ post-traumatique: traumatique: ankylose, alitement Botte scléreuse de l insufl insuf.. veineuse chronique. évolutivité,, décompensation, d mauvaise tolérance Traitement

19 Griffe orteils Très s fréquent : 70 % des plus de 70 ans Origine: congénitale, nitale, secondaire à patho. Neuro, rhumato Fonctionnelle mécanique, m très s fréquente chez sujet âgé Différentes formes Griffe proximale (marteau) Griffe distale Griffe totale Griffe inversée e (col de cygne) Évolution: rupture plaque plantaire > luxation dorsale progressive, déviation latérale Conséquences: douleurs, plaies, hyperkératose, ratose, conflit calcéologique Traitement:

20 Hallux valgus Fréquent: 50 % population âgée, 7 F pour 1 H Facteurs anatomiques prédisposants Cercle vicieux fonctionnel Douleurs et gêne fonctionnelle non proportionnelle à déviation et déformationd Conséquences et complications: Conflit sur l exostose l ++ > douleurs mtp,, bursite, ulcération arthrose mtp,, inflammation ou nécrosen sésamoides, griffe ou chevauchement 2ème2 orteil syndrome du 2ème2 rayon onychopathies, difficulté chaussage ++ Traitement

21 Pied plat Environ 1 personne âgée sur 3 Le plus souvent associé à un valgus talonnier PPV essentiel: «connu depuis tjs» Clinique Vieillissement de la marche PPV secondaire: polyarthrite rhumatoide, neuropathie, posttraumatique. PPV tardif, assymptomatique, sans patho. Serait un PPV sénescent physiologique Traitement

22 Pied creux Plus rare que chez sujet jeune: 10 à 15 % Le plus svt varus arrière pied Creux antérieur; creux postérieur; creux global PC essentiel: connu depuis tjs, creux modéré, très bien toléré > Peu de tb de la marche PC neurologique: creux varus important, mal toléré et répercussion ++ Ancien séquellaire: Polio, IMC, spina b Évolutif : Charcot Marie Tooth, ataxie cérébelleuse..

23 PIED DOULOUREUX : Talalgies T. plantaire antérointerne: myoaponévrosite d insertion, fameuse épine calcanéenne, fréquente Enthésopathie d origine inflammatoire (spa), rare chez personne âgée T. plantaire diffuse Pied creux, atrophie capiton talonnier T. postérieure Enthésite achiléenne, rupture partielle td Bursite préachiléenne mécanique ou inflammatoire Conflit calcéologique T. globale Fracture par insuffisance osseuse, fracture de fatigue Talonnade: contusion tissu graisseux péricalcanéen Nombreuses causes possibles: osteite, paget, tumeurs, dl projetées,

24 Métatarsalgies 90 % d origine mécanique Tb statiques les plus fréquents Insuffisance du 1er rayon (congénitale, hypermobilité M1; cure de HV, malposition latérale sésamoides) Sd du 2ème rayon (instabilité douloureuse de la mtp2) Pied creux antérieur, avant pied rond Hyperappui plantaire du 5ème rayon (varus, HR, QV, sésamoidopathie), peut se compliquer de bursite mtp5 10 % autres causes Microtraumatismes fracture de contrainte des diaphyses métatarsiennes Sésamoidopathies: fractures, ostéonécrose Traumatiques, algodystrophies Inflammatoires: PR. Tumorales: rares

25 PATHO. DERMATOLOGIQUE : Accentuation des lésions physio.de vieillissement Affections unguéales Lésions les plus fréquentes : Ongle incarné puis infecté (O1 surtout) Hématome sous-unguéal Onycholyse: décollement Onychomycose à dermatophytes Onychogryphose

26 Problème des escarres du pied Prévalence élevée en gériatrie Morbi-mortalité considérable Retentissement immédiat et majeur sur l autonomie Primum movens: pression (+ - friction) prolongée sur zones à risque Multiples facteurs calcanéum, malléoles, bord externe, O1 et O5 Vieillissement cutané Situation de baisses réserves protéiques: dénutrition, infections aigues Situation d hypoperfusion, d ischémie périphérique: artériopathie, défaillance c respiratoire, déshydratation Situation d hyposensibilité du pied: neuropathies, hémiplégies Situation d immobilisation: douleurs, fractures, interventions, AVC Défaillance de la prise en charge et de la Prévention Signes de gravité: stade IV, infection, ostéite, ips<0,5 Tcpo2<25mm

27 Pied : organe cible de pathologies prévalentes chez sujet âgé Pied diabétique: Neuropathie artériopathie infection Pied vasculaire Pied artériel Pied veineux, pied capillaire Pied lymphatique Pied rhumatologique Pied arthrosique Pied inflammatoire Pied métabolique Pied neurologique Pied paralytique Pied spastique

28 Pied diabétique âgé Lésions cutanéo-trophiques majeures FF: Neuropathie + artériopathie à part égale Facteurs aggravants: Pied âgé sec, atrophique, hyperkératosique Infection, ostéoarthrite déformations, tb statiques (ostéoarthropathie) Conséquences: MPP, amputations Graduation du risque podologique Grade 0 à 3 Gravité des plaies: Class. UT valeur pronostique

29 Grade 0 Lésion épithélialisée Stade A Inf 0 0A Isc 0 B Inf + 0B Isc 0 C Inf 0 0C Isc + D Inf + 0D Isc Plaie superficielle Atteinte tendon capsule Atteinte os articulation 1A 2A 3A 0 0 1B 12 2B 8 1C >90 3C 25 2D B 2C 1D 50 0 >90 3D >90 >90

30 Pied vasculaire âgé Etat vasculaire du pied âgé excellent indicateur de état vasculaire général Pied veineux Maladie variqueuse Lésions trophiques Thrombose vs ou vp Pied artériel Clinique: claudication int., Pied froid, sec, dépilé, ongles cassants,pouls Stade 1, 2 Leriche: 0,75 <ips< 0,90 ; Stade 3, 4 : 0,50< ips<0,75 Ischémie critique: ips < 0,50; Risque évolution vers ischémie aigue, amputation Echo-doppler: Dg, localisation,degré sténoses Pied capillaire: acrosyndrome, engelures Pied lymphatique: lymphoedème(signe de Stemmer),évolution vers éléphantiasis

31 Pied âgé rhumatologique Pied arthrosique FF: morphotype et hyperlaxité, surcharge pondérale, microtraumatismes répétés (sportif, travail de force debout, chaussage) 2 localisations fréquentes Arthrose de l hallux Arthrose Lisfranc Rare niveau amtp, chopart, arrière pied sf contexte posttraumatique Pied inflammatoire SF atypiques, lésions destructrices >très invalidant PR, SPA, RPso, etc. Pied métabolique: goutte, chondrocalcinose, etc Arthrites septiques suite plaie assez frqt

32 Pied neurologique âgé Pied spastique pied varus équin spastique séquelles des avc Risque cutané, douleur 5ème mtp Retentissement majeur sur équilibre, marche Chaussage difficile Hallux erectus, griffe orteils Difficulté chaussage>conflit calcéologique lésions de frottement, hyperkératose Pied paralytique Atteinte des releveurs Steppage, instabilité cheville risque d entorse ou fracture, risque de chute Risque blessure si tb sensitif

33 Conséquences sur Autonomie Trouble de la marche, de l équilibre Elargissement polygone de sustentation Réduction longueur du pas Déséquilibre pas postérieur/pas antérieur Défaut déroulement du pas Diminution de la vitesse de marche Equilibre dynamique plus perturbé que équilibre statique Diminution périmètre de marche Montée et descente escaliers ralentie, moins sûre Augmentation risque de chutes mais nombreux facteurs Trouble de l hygiène Chaussage difficile ou défectueux, inadapté dans 50% Immobilité > Immobilisme > Isolement

34 ORIENTATION THERAPEUTIQUE Démarche de prévention++ > Recherche des facteurs de risque >Définir la meilleure prise en charge > Restaurer la fonction Avis spécialisé, traitement, suivi Prise en charge doit être: Médicale : dg, orientation Tt Podo-pédicurale: soins, appareillage Infirmière : suivi plaies, hygiène Kinésithérapique si nécessaire Education thérapeutique: patient, famille, soignants Chaussage

35 Prise en charge pédicurale Soins de pédicurie Ablation des hyperkératoses Coupe des ongles Tt de l incarnation Tt de la mycose en lien avec MT Orthoplasties, orthonyxies, padding Orthèses plantaires

36 Chaussage ; Appareillage Commerce Bricolé : attention risque chute, plaies Médicalisé de série Orthopédique Indication Suivi Coût; Prise en charge AM Décharge plaies, MPP Chut, Dtacp, OI

Biomécanique des pathologies de contraintes de l avant-pied et du médio-pied

Biomécanique des pathologies de contraintes de l avant-pied et du médio-pied Les Entretiens de Bichat Podologie 2013 Biomécanique des pathologies de contraintes de l avant-pied et du médio-pied C. Cazeau* * Clinique Geoffroy saint-hilaire, 59 rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris,

Plus en détail

Marche normale et marche pathologique

Marche normale et marche pathologique Marche normale et marche pathologique Pr. JM Viton, Dr. L. Bensoussan, Dr. V. de Bovis Milhe, Dr. H. Collado, Pr. A. Delarque Faculté de Médecine, Université de la Méditerranée, Fédération de Médecine

Plus en détail

Prise en charge médico-technique d une hémiparesie spastique: Evaluation clinique et instrumentale

Prise en charge médico-technique d une hémiparesie spastique: Evaluation clinique et instrumentale Prise en charge médico-technique d une hémiparesie spastique: Evaluation clinique et instrumentale Ould Ouali.A, Amari.A, Lyazidi.O, Benbetka.L, Lakrouf.F, Rachedi.M MPR-HMUS-Staoueli 3eme congrès de la

Plus en détail

Le guide de la Santé du. Pied. 1 personne sur 5 a besoin de consulter un professionnel du pied.

Le guide de la Santé du. Pied. 1 personne sur 5 a besoin de consulter un professionnel du pied. Le guide de la Santé du Pied 1 personne sur 5 a besoin de consulter un professionnel du pied. Petit cours d histoire Les origines... À l origine, l homme marchait pieds nus sur des sols irréguliers. Avec

Plus en détail

Les anomalies des pieds des bébés

Les anomalies des pieds des bébés Les anomalies des pieds des bébés Pierre Mary Consultation d orthopédie pédiatrique Service d orthopédie et de chirurgie réparatrice de l enfant Hôpital Jean Verdier Hôpital Trousseau Comment étudier un

Plus en détail

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES

A.V.C. Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur. d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Solutions aux séquelles neurologiques du membre inférieur et supérieur A.V.C. Gamme innovante d ATTELLES NEURO - ORTHOPÉDIQUES Pour une réhabilitation motrice facilitée SYSTÈME DE RÉGLAGE BLOCABLE LIBERTÉ

Plus en détail

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION

LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION LES ORTHESES DE COMPRESSION CONTENTION Parfois sous estimées, les orthèses de compression contention augmentent le niveau de vigilance par leur mécanisme de «rappel à l ordre», préviennent les récidives

Plus en détail

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 C. Gable - DUHAM 2010 Les orthèses provisoires en pathologie traumatique LES FRACTURES DIGITALES LA MAIN COMPLEXE LES ENTORSES DIGITALES Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 Colette Gable,

Plus en détail

Préfaces... 6. Introduction... 8

Préfaces... 6. Introduction... 8 Préfaces... 6 Introduction... 8 Comment aborder une problématique musculosquelettique chronique?... 10 Termes importants... 12 La douleur... 14 Repérage anatomique... 24 Les principaux syndromes musculosquelettiques...

Plus en détail

Orthopédie Sémiologie et traumatologie de la cheville et du pied

Orthopédie Sémiologie et traumatologie de la cheville et du pied Université Paris-VI Orthopédie Sémiologie et traumatologie de la cheville et du pied DCEM 2005-2006 Pr. Jean-Luc Lerat, Faculté de Médecine Lyon-Sud Mise à jour : 18 janvier 2006 2/107 Orthopédie Sémiologie

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

Item 288 : Troubles des phanères : Onyxis

Item 288 : Troubles des phanères : Onyxis Item 288 : Troubles des phanères : Onyxis Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 2 I Atteinte matricielle avec modification

Plus en détail

LE PIED DU SPORTIF. A. BENBOUZID EHS Ben Aknoun Alger. I8ème Congrès National de la SACOT. Oran 2-4 décembre 2011

LE PIED DU SPORTIF. A. BENBOUZID EHS Ben Aknoun Alger. I8ème Congrès National de la SACOT. Oran 2-4 décembre 2011 LE PIED DU SPORTIF A. BENBOUZID EHS Ben Aknoun Alger I8ème Congrès National de la SACOT Oran 2-4 décembre 2011 Le pied Organe de support et de mouvement, caractéristique de l espèce humaine Fonctions :

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Rééducation Posturale Globale

Rééducation Posturale Globale Rééducation Posturale Globale R.P.G. Créateur de la méthode : Philippe E. SOUCHARD France Petit guide à l attention de nos patients La Rééducation Posturale Globale est apparue en 1980 à la suite de plus

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

22/04/2013. Anamnèse. Examen clinique. Examen clinique et palpatoire de la cheville et du pied. Evaluation de la douleur

22/04/2013. Anamnèse. Examen clinique. Examen clinique et palpatoire de la cheville et du pied. Evaluation de la douleur Anamnèse Examen clinique et palpatoire de la cheville et du pied Evaluation de la douleur Localisation de la douleur Irradiation Apparition de la douleur Horaire et évolution Retentissement de la douleur

Plus en détail

La prise en charge du pied tombant : le point de vue du rééducateur

La prise en charge du pied tombant : le point de vue du rééducateur TRANSVERSAL La prise en charge du pied tombant : le point de vue du rééducateur C. Donzé* * Service de médecine physique et réadaptation fonctionnelle, hôpital Saint-Philibert, GH de l Institut catholique

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

w w w. m e d i c u s. c a

w w w. m e d i c u s. c a www.medicus.ca En appelant la colonne vertébrale «arbre de vie» ou «fleuve sacré qui irrigue tout le corps», les Anciens voyaient juste. De tout temps considéré comme fragile, cet axe du corps se révèle

Plus en détail

Généralités sur fractures, luxation et entorses

Généralités sur fractures, luxation et entorses Généralités sur fractures, luxation et entorses JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé I- Définitions PLAN II- Consolidation des fractures III- Etiologie IV- Etude anatomique V- Signes cliniques et radiographiques

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

Rééducation gériatrique

Rééducation gériatrique Rééducation gériatrique Conjuguer l art du gériatre et du rééducateur! Formation spécifique de chacun Vision globale du patient Projet de vie tenant compte des fonctions retrouvées et des limitations Dr

Plus en détail

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE

REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE REEDUCATION APRES RUPTURE DU LIGAMENT CROISE ANTERIEUR OPERE Eric HALLARD, Kinésithérapeute La rupture du LCAE est de plus en plus fréquente

Plus en détail

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE

SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE SYNDROME DU TUNNEL CARPIEN, EPICONDYLITE ET TRAVAIL : POINT DE VUE DU RHUMATOLOGUE D. VAN LINTHOUDT La Chaux-de-Fonds Lausanne, le 19.11.2004 SYNDROMES DOULOUREUX PAR SURCHARGE DU MEMBRE SUPERIEUR épaule

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

APPAREILLAGE DES MEMBRES INFERIEURS (2)

APPAREILLAGE DES MEMBRES INFERIEURS (2) Université Claude Bernard Lyon 1 - Institut Techniques de Réadaptation 1 APPAREILLAGE DES MEMBRES INFERIEURS (2) Orthèse plantaire chez l enfant Les orthèses plantaires ou semelles orthopédiques sont utilisées

Plus en détail

Le guide de l orthopédie

Le guide de l orthopédie Le guide de l orthopédie PETIT APPAREILLAGE www.bastideleconfortmedical.com Le groupe Bastide, créé en 1977 par Guy BASTIDE, pharmacien, est spécialisé dans la prestation de services (location) et la vente

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES DE L EPAULE CHEZ DES TECHNICIENNES DE LABORATOIRE L. MERIGOT, F. MARTIN, Avec la participation des Drs G. DALIVOUST, G. GAZAZIAN 26 Janvier 2010 1 SOMMAIRE 1. Introduction

Plus en détail

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE

Neurologiques gq Centrales EMPR LE NORMANDY GRANVILLE La Marche dans les Affections Neurologiques gq Centrales S Injeyan JL Isambert Y Bebin S Le Doze M Cano P Fages W Loisel La Marche Fonction complexe Organisée hiérarchiquement au niveau spinal Contrôlée

Plus en détail

I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 1. KINÉSITHÉRAPIE PASSIVE : PAS D ACTION MUSCULAIRE VOLONTAIRE DU PATIENT

I. TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION 1. KINÉSITHÉRAPIE PASSIVE : PAS D ACTION MUSCULAIRE VOLONTAIRE DU PATIENT CHAPITRE 1 PRINCIPALES TECHNIQUES DE RÉÉDUCATION ET DE RÉADAPTATION. SAVOIR PRESCRIRE LA MASSO-KINÉSITHÉRAPIE (ET L ORTHOPHONIE, NON TRAITÉ) Module 4. Handicap incapacité dépendance Question 53 Objectif

Plus en détail

SOMMAIRE LE COU P.4 L EPAULE / LE BRAS / LE POIGNET / LA MAIN P.6 LE TRONC P.12 LE GENOU P.16 LA CHEVILLE P.20 LE PIED P.22

SOMMAIRE LE COU P.4 L EPAULE / LE BRAS / LE POIGNET / LA MAIN P.6 LE TRONC P.12 LE GENOU P.16 LA CHEVILLE P.20 LE PIED P.22 SOMMAIRE LE COU P.4 - Collier cervical souple, semi rigide ou rigide L EPAULE / LE BRAS / LE POIGNET / LA MAIN P.6 - La clavicule, l immobilisation d épaule - Coudière, soutien du bras - Immobilisation

Plus en détail

Système LCP à angulation variable 2.4/2.7 pour avant-pied/médio-pied. Plaques spécifiques pour ostéotomies, arthrodèses et fractures du pied.

Système LCP à angulation variable 2.4/2.7 pour avant-pied/médio-pied. Plaques spécifiques pour ostéotomies, arthrodèses et fractures du pied. Système LCP à angulation variable 2.4/2.7 pour avant-pied/médio-pied. Plaques spécifiques pour ostéotomies, arthrodèses et fractures du pied. Technologie à compression Technologie de verrouillage à angle

Plus en détail

Le pied 2 eme partie par Claude HUERTAS et Christian MANSAT

Le pied 2 eme partie par Claude HUERTAS et Christian MANSAT L A L E T T R E LETTRE D INFORMATION JUILLET 2002 Hors-série n 3 Editorial Ce 2 ème numéro spécial consacré au pied et à sa pathologie se veut pragmatique et didactique. Il est là pour nous rappeler que

Plus en détail

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 20 Item 123 Psoriasis Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître les particularités cliniques,

Plus en détail

LES SYNDROMES CANALAIRES NEUROLOGIQUES DE LA JAMBE ET DU PIED

LES SYNDROMES CANALAIRES NEUROLOGIQUES DE LA JAMBE ET DU PIED LES SYNDROMES CANALAIRES NEUROLOGIQUES DE LA JAMBE ET DU PIED F. LEDON Chirurgie orthopédique Institut Nollet 23 rue Brochant 75017 Paris francoise.ledon@free.fr RAPPEL ANATOMIQUE des NERFS du MEMBRE INFERIEUR.

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Définition. Spasticité. physiopathologie. Le réflexe d étirement. Spastikos : étirer

Définition. Spasticité. physiopathologie. Le réflexe d étirement. Spastikos : étirer Définition Spasticité Physiopathologie et aspects cliniques Docteur Jacques Luauté Service de Rééducation Neurologique Professeur Dominique Boisson Hôpital Henry Gabrielle Spastikos : étirer «la spasticité

Plus en détail

On a comparé les orthèses à des

On a comparé les orthèses à des IMPRESSION ET AND OPINION Bienfaits des orthèses chez une patiente souffrant de métatarsalgie Par Russ Horbal, BMR PT, BPE, Ed(cert.), CAT(c), diplôme en physiothérapie du sport On a comparé les orthèses

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation

Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012. Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Kinésithérapie et réadaptation pour les patients PSH Retour d'expérience 2006-2012 Alaitz AMEZQUETA kinésithérapeute + Équipe de rééducation Anniversaire ASL Paris 26 mai 2012 Présentation de l'équipe

Plus en détail

Chapitre 2 : Les chevilles dans l'ataxie de Friedreich

Chapitre 2 : Les chevilles dans l'ataxie de Friedreich Chapitre 2 : Les chevilles dans l'ataxie de Friedreich Bastien Roche (Masseur-Kinésithérapeute D.E.) Rodolphe Martin (Ingénieur technologie de la santé) Isabelle Husson (Neuropédiatre) Service de neuropédiatrie

Plus en détail

Fiche pathologie n 1 : Tendinopathie

Fiche pathologie n 1 : Tendinopathie Fiche pathologie n 1 : Tendinopathie Fiches pathologies du danseur Inflammation d un tendon ou des structures avoisinantes résultant d une surcharge de travail ou d une contrainte anormale. 4 stades (du

Plus en détail

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus)

Ceinture Home Dépôt. Orthèse lombaire et abdominale. Mother-to-be (Medicus) Orthèse lombaire et abdominale Mother-to-be (Medicus) Prévention Soutient courbe lombaire Supporte poids du ventre Ajustable Soulage les maux de dos en position debout (Beaty et al. 1999) Ceinture Home

Plus en détail

FONCTION DU POUCE. Pr Gilbert VERSIER Service de chirurgie orthopédique HIA Begin 94160 ST-MANDE

FONCTION DU POUCE. Pr Gilbert VERSIER Service de chirurgie orthopédique HIA Begin 94160 ST-MANDE FONCTION DU POUCE Pr Gilbert VERSIER Service de chirurgie orthopédique HIA Begin 94160 ST-MANDE L iconographie est notamment issue des ouvrages de Mr Netter et Kapandji. LA COLONNE DU POUCE Constituée

Plus en détail

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com L indépendance à chaque pas de la vie. Votre meilleur allié. Groupe Visitez notre site : www.groupe-g2m.com : Votre meilleur allié. Dispositif médical unique Le système WalkAide est une neuro-orthèse de

Plus en détail

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER

LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER LE RACHIS : UNE ENTITE COMPLEXE IMPORTANTE A PRESERVER I : INTRODUCTION Dans le cadre de la Semaine Européenne de la Construction il est utile de se remémorer ou de prendre simplement conscience que notre

Plus en détail

PRISE EN CHARGE KINESITHERAPIQUE EN EHPAD

PRISE EN CHARGE KINESITHERAPIQUE EN EHPAD Université Paris V Faculté de médecine Cochin-Port Royal 24 Rue du Faubourg Saint Jacques 75014 PARIS PRISE EN CHARGE KINESITHERAPIQUE EN EHPAD Dr Youcef KRELIL Dr Isabelle LUREAU DIU de formation à la

Plus en détail

E-MAG Active BILATÉRAL JUSQU'À 100 KG OU UNILATÉRAL JUSQU'À 85 KG. Information produit

E-MAG Active BILATÉRAL JUSQU'À 100 KG OU UNILATÉRAL JUSQU'À 85 KG. Information produit E-MAG Active BILATÉRAL JUSQU'À 100 KG OU UNILATÉRAL JUSQU'À 85 KG Information produit 2 Ottobock E-MAG Active E-MAG Active L'E-MAG Active est une innovation technologique ouvrant de toutes nouvelles perspectives

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Épidémiologie du rhumatisme

Plus en détail

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara Traumatologie de l enfant Joël Lechevallier Saad Abu Amara Plan Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas particuliers Traitement Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas pa Physiologie

Plus en détail

SÉMIOLOGIE TRAUMATOLOGIE

SÉMIOLOGIE TRAUMATOLOGIE SÉMIOLOGIE TRAUMATOLOGIE CHEVILLE PIED J-L Lerat Faculté Lyon-Sud 2 SÉMIOLOGIE TRAUMATOLOGIE de la CHEVILLE et du PIED 1 RAPPEL ANATOMIQUE DU PIED 3 ANATOMIE DE SURFACE - PALPATION 3 MOBILITÉ DE LA CHEVILLE

Plus en détail

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS

PLAN RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION. Contrôle de la phase pendulaire. Par Jos DECKERS PLAN de RÉÉDUCATION POUR LES UTILISATEURS DE L'ARTICULATION Contrôle de la phase pendulaire Par Jos DECKERS 02 Sommaire LA RÉÉDUCATION Objectifs : Pour que le patient puisse utiliser correctement l articulation,

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

PROCEDURE D EVALUATION ET DE PREVENTION DU RISQUE DE CHUTE ET DE MAINTIEN DE LA MOBILITE

PROCEDURE D EVALUATION ET DE PREVENTION DU RISQUE DE CHUTE ET DE MAINTIEN DE LA MOBILITE PROCEDURE D EVALUATION ET DE PREVENTION DU RISQUE DE CHUTE ET DE MAINTIEN DE LA MOBILITE Nb de pages : 8 Date de création 03/12/2013 Rédaction : Dr Robert ABADIE Dr Jean FAVAREL Date d application Vérification

Plus en détail

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs

Le mal de dos est décrit par de nombreux auteurs Carrière et mal de dos, la nécessaire prévention Les professionnels des métiers de la petite enfance sont particulièrement confrontés au fléau social qu est le mal de dos. Touchant près de 80 % de la population

Plus en détail

Amputations partielles traumatiques de la main. Colette Gable - Ergothérapeute CDS - IRR Nancy

Amputations partielles traumatiques de la main. Colette Gable - Ergothérapeute CDS - IRR Nancy Amputations partielles traumatiques de la main Colette Gable - Ergothérapeute CDS - IRR Nancy Amputations partielles de la main Introduction Amputation et répercussions psychologiques Principes de rééducation

Plus en détail

LES ONYCHOPATHIES. Mohamed Denguezli Service de Dermatologie C.H.U SOUSSE

LES ONYCHOPATHIES. Mohamed Denguezli Service de Dermatologie C.H.U SOUSSE LES ONYCHOPATHIES Mohamed Denguezli Service de Dermatologie C.H.U SOUSSE Ä Examen clinique des ongles : DIAGNOSTIC POSITIF Ä analyse par le dermatologue des lésions élémentaires unguéales ; Ä iconographie

Plus en détail

Les douleurs à l avant-pied

Les douleurs à l avant-pied Les affections du pied Les douleurs à l avant-pied de quoi «métatarsalgie-t-il»? André Roy 4 M me Thérèse Piedpointue, 48 ans, directrice des Relations internationales pour une grande entreprise d aéronautique

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

Genou non traumatique

Genou non traumatique Epidémiologie Genou non traumatique Laure Brulhart (Paola Chevallier) 25 37% des patients >50 ans souffrent de gonalgie 50% restriction dans les AVQ 33% consultent leur généraliste Facteurs associés avec

Plus en détail

Evaluation de la gravité et complications chez un traumatisé des membres

Evaluation de la gravité et complications chez un traumatisé des membres Evaluation de la gravité et complications chez un traumatisé des membres Dr. C. LAZERGES, Dr. B. COULET, Pr. M. CHAMMAS Service de Chirurgie Orthopédique 2 et Chirurgie de la Main CHU Lapeyronie Montpellier

Plus en détail

Au programme. Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond

Au programme. Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond Au programme Les blessures fréquentes chez les coureurs de fond Club La Foulée 5 août 2004 Dre Mireille Belzile La lombo-sciatalgie Inflammation du périoste au site d insertion des muscles du mollet Erreur

Plus en détail

Apport de l AQM, en pratique clinique, dans les indications d appareillage chez l enfant Paralysé Cérébral (PC)

Apport de l AQM, en pratique clinique, dans les indications d appareillage chez l enfant Paralysé Cérébral (PC) Apport de l AQM, en pratique clinique, dans les indications d appareillage chez l enfant Paralysé Cérébral (PC) Principes de l AQM Paramètres Spatio-Temporaux Left Right Cadence 116 ± 4.63 steps/min 116

Plus en détail

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport

LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LE SPORT POUR CHACUN! Docteur CASCUA Stéphane Médecin du sport LES FEMMES ET LE SPORT LES FEMMES ONT LE CŒUR MOINS SENSIBLE Moins de maladie cardiovasculaire protection hormonale sauf tabac + pilule LES

Plus en détail

DIRECTION REGIONALE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE D ILE DE FRANCE

DIRECTION REGIONALE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE D ILE DE FRANCE DIRECTION REGIONALE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA COHESION SOCIALE D ILE DE FRANCE TRAVAIL ECRIT REALISE EN VUE DE L OBTENTION DU DIPLOME D ETAT DE MASSEUR-KINESITHERAPEUTE 2013 Réflexion sur la

Plus en détail

Samedi 27 Janvier 2007-Tunis

Samedi 27 Janvier 2007-Tunis LE BAREME DE L INCAPACITE L PERMANENTE MAATOUG S; HAMMAMI Z; KHEMAKHEM Z; AYADI A; BARDAA S; FOURATI H; BEN AMAR W. Journée e d éd étude sur la réparation r du dommage corporel Samedi 27 Janvier 2007-Tunis

Plus en détail

Chirurgie du pied. réponses à vos questions. Vous allez être opéré(e) d un hallux valgus. collection

Chirurgie du pied. réponses à vos questions. Vous allez être opéré(e) d un hallux valgus. collection Chirurgie du pied Vous allez être opéré(e) d un hallux valgus réponses à vos questions Avec la collaboration du Dr Olivier BONIFACE Chirurgie du pied et de la cheville collection Réalisé avec le soutien

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

INTRODUCTION GÉNÉRALITÉS

INTRODUCTION GÉNÉRALITÉS INTRODUCTION Le nombre de sportifs, régulier et ou occasionnel ne cesse d'augmenter, quelque soit l'age. Alors que le mode de vie est de plus en plus sédentaire et que la population vieillit, il existe

Plus en détail

La contention. Application pratique. Le choix unanime des professionnels de la santé et des sportifs

La contention. Application pratique. Le choix unanime des professionnels de la santé et des sportifs La contention Application pratique par BSN medical Le choix unanime des professionnels de la santé et des sportifs Soyez sûrs de vos bandes adhésives élastiques La qualité originale depuis 1931 Comme vos

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

097AS2014/02/18. Thérapie à Ultra-son. BTL-4000 Smart/Premium ENCYCLOPÉDIE THÉRAPEUTIQUE DU BTL 100AS2014/02/18FR

097AS2014/02/18. Thérapie à Ultra-son. BTL-4000 Smart/Premium ENCYCLOPÉDIE THÉRAPEUTIQUE DU BTL 100AS2014/02/18FR 097AS2014/02/18 Thérapie à Ultra-son BTL-4000 Smart/Premium ENCYCLOPÉDIE THÉRAPEUTIQUE DU BTL 100AS2014/02/18FR 1 adnexite - changements post-inflammatoires... 4 2 arthrite... 5 3 arthrite - subaqual...

Plus en détail

GUIDE DE FABRICATION LES ORTHÈSES TIBIO-PÉDIEUSES. Programme de réadaptation physique

GUIDE DE FABRICATION LES ORTHÈSES TIBIO-PÉDIEUSES. Programme de réadaptation physique GUIDE DE FABRICATION LES ORTHÈSES TIBIO-PÉDIEUSES Programme de réadaptation physique Comité international de la Croix-Rouge 19 avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T + 41 22 734 60 01 F + 41 22 733 20

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Gamme PHENIX Portable. Toute l électrothérapie dans un portable

Gamme PHENIX Portable. Toute l électrothérapie dans un portable Gamme PHENIX Portable Toute l électrothérapie dans un portable PHYSIO PHYSIOSTIM URO Les exclusivités de la gamme PHENIX Portable PHYSIO PHYSIOSTIM URO Les PHENIX Portable sont les seuls appareils portables

Plus en détail

Quelques pathologies traitées en physiothérapie :

Quelques pathologies traitées en physiothérapie : Quelques pathologies traitées en physiothérapie : Veuillez prendre note que cette liste est à titre indicatif et ne comprend pas toutes les pathologies existantes. Les définitions sont tirées du Larousse

Plus en détail

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue?

La polyarthrite rhumatoïde est-elle une maladie courante parmi la patientèle d'un rhumatologue? Association Française des Polyarthritiques & des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques 9, rue de Nemours - 75011 Paris E-mail : afp@nerim.net - www.polyarthrite.org Tél. : 01 400 30 200 - Fax : 01 400

Plus en détail

FORUM EHPAD PREVENTION DES CHUTES 2013. Définition de la chute

FORUM EHPAD PREVENTION DES CHUTES 2013. Définition de la chute FORUM EHPAD PREVENTION DES CHUTES 2013 Définition de la chute 1 Plan Une chuteuse.. 1 ère partie: PEC initiale du chuteur: Place du soignant Place du gériatre Place de kinésithérapeute 2ème partie : Prévention

Plus en détail

votre partenaire santé le guide de l orthopédie

votre partenaire santé le guide de l orthopédie votre partenaire santé le guide de l orthopédie s engage à vous offrir un accueil et une disponibilité une carte fidélité pour des avantages personnalisés une assistance et un suivi administratif la sélection

Plus en détail

PIEDS 1. ANATOMIE 1.1 OSTEOLOGIE 1. 2 MUSCLES

PIEDS 1. ANATOMIE 1.1 OSTEOLOGIE 1. 2 MUSCLES PIEDS L'avant pied (métatarses et phalanges) constitue la partie distale du membre inférieur, c'est l'équivalent de la main, par opposition à l'arrière pied, comparable au poignet. Alors qu'au membre supérieur

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

GUIDE DE MES POINTES de

GUIDE DE MES POINTES de GUIDE DE MES POINTES de QUE DOIT CONTENIR MON SAC DE POINTES? Mes pointes soigneusement rangées Un coupe-ongles Une lime à ongles Une paire de ciseaux Une roulette de ruban à hockey Une paire de bas coupés

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

«La gestion des douleurs», l après TMS

«La gestion des douleurs», l après TMS Journée territoriale de la prévention des risques professionnels CDG82 MONTAUBAN (82) «La gestion des douleurs», l après TMS Christiane.Daban Octobre 2012 Kinésithérapie & Prévention -> Ce qui fait la

Plus en détail

Orthèses Pied / Cheville

Orthèses Pied / Cheville Vous souhaitez en savoir plus? Il vous suffit de cocher sur le formulaire suivant les produits pour lesquels vous souhaitez obtenir des informations complémentaires, puis de remplir le formulaire de contact

Plus en détail

Déficit moteur et/ou sensitif des membres

Déficit moteur et/ou sensitif des membres 1 Item 301 Déficit moteur et/ou sensitif des membres I. UN TROUBLE DE LA MOTILITÉ PEUT AVOIR DE NOMBREUSES CAUSES NON NEUROLOGIQUES II. L ORIENTATION DIAGNOSTIQUE, FACE À UN DÉFICIT MOTEUR OU SENSITIF

Plus en détail

TARIF. Travaux en technique Orthopédique de chaussures. Tarif UV MV IV. Mise en vigueur: Etat: 01.05.2009 01.01.2014.

TARIF. Travaux en technique Orthopédique de chaussures. Tarif UV MV IV. Mise en vigueur: Etat: 01.05.2009 01.01.2014. 2009 Travaux en technique Orthopédique de chaussures Mise en vigueur: Etat: 01.05.2009 01.01.2014 Édité par: ASMCBO Association pied & chaussure Secrétariat central Tribschenstrasse 7 Postfach 3065 6002

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Reprise de la marche chez le blessé médullaire Etat actuel, nouvelles perspectives

Reprise de la marche chez le blessé médullaire Etat actuel, nouvelles perspectives Reprise de la marche chez le blessé médullaire Etat actuel, nouvelles perspectives Professeur Bernard BUSSEL Service de Rééducation Neurologique, Hôpital Raymond Poincaré 92380 GARCHES Tel. 01 47 10 70

Plus en détail