Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières"

Transcription

1 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Le crédit à la consommation en pleine mutat i o n Mars Boulevard Mohamed V. Quartier Administratif, Rabat-Maroc Téléphone : (00212) (0) / /08 Télécopie : (00212) (0)

2

3 Sommaire Synthèse 1 Introduction Le crédit à la consommation deuxième source d endettement des ménages Secteur du crédit à la consommation Un secteur fortement concurrentiel Croissance soutenue mais différenciée de l activité du secteur Eléments explicatifs de l essor du crédit à la consommation Croissance soutenue de la consommation des ménages Evolution favorable de la structure de la consommation des ménages pour le financement par crédit Tendance baissière des taux Offre plus dynamique et mieux ajustée du crédit à la consommation Cadre réglementaire et prudentiel favorable à l expansion du crédit à la consommation.. 9 Conclusion 11 Références. 12

4 Synthèse Le crédit à la consommation constitue une composante importante de l endettement des ménages marocains. En Effet, il représente la deuxième source d endettement après le crédit à l habitat. Il constitue un levier fondamental pour le développement de la consommation et recèle des potentialités importantes. Le secteur du crédit à la consommation a fait ses débuts au Maroc à partir de la fin des années 30. Il se caractérise actuellement par une concurrence ardue ce qui a engendré un mouvement de concentration. En effet, le nombre des sociétés du secteur n a cessé de baisser depuis quelques années, passant de 36 sociétés en 1996 à 19 sociétés en Cette évolution s explique par le mouvement de restructuration et d assainissement qu ont connu les sociétés du secteur ainsi que par le renforcement du cadre réglementaire et prudentiel pour une meilleure protection de la clientèle. S agissant de l évolution de l activité du secteur, Il a connu durant la dernière décennie une évolution appréciable. Ainsi, au cours de la période , l encours global des crédits à la consommation, accordés par les établissements de crédit, a enregistré un taux d accroissement annuel moyen de 16,7% pour s établir à 40,8 milliards de dirhams, réparti à hauteur de 66% pour les sociétés de crédit à la consommation et 34% pour les banques. L encours total des crédits des sociétés de crédit à la consommation a atteint 26,9 milliards de dirhams à fin 2006, soit un taux de croissance annuel moyen de 17% au cours de la période Néanmoins, cette évolution a été différenciée. Durant la période , cet encours a enregistré un taux de croissance annuel moyen d environ 33,6% pour décélérer à 7% entre 2000 et Ce ralentissement s explique par des facteurs d ordre organisationnel et réglementaire qui ont incité les sociétés de crédit à la consommation à être plus sélectives dans leur politique d octroi de crédit. Ainsi, le secteur a été assujetti progressivement à plusieurs exigences réglementaires dont il y a lieu de citer: les règles prudentielles à partir de 1996, le taux maximum des intérêts conventionnels en 1997, le plan comptable des établissements de crédit en 2000, les règles minimales en matière de contrôle interne en 2001 et les règles de classement et de provisionnement des créances en souffrance en A fin 2006, l encours des crédits à la consommation s est réparti à hauteur de 34,2% pour les crédits affectés 1, en hausse de 28% et de 65,8% pour les crédits non affectés 2, en progression de 6,5%. Parmi les crédits affectés, l encours du crédit automobile a atteint 6,9 milliards de dirhams, en hausse de 39,2%. Cette hausse a concerné aussi bien le crédit automobile classique (+5,7% à 1,8 milliard de dirhams), que l encours LOA (location avec option d achat) (+57,3% à 5,1 milliards de dirhams). S agissant des crédits non affectés, l encours des prêts personnels s est situé à 14,8 milliards de dirhams, en hausse de 4%, tandis que le crédit revolving 3 s est établi à 469 millions de dirhams, en progression de 10,3%. 1 Le prêt affecté est un crédit dont l'octroi est subordonné à l'acquisition d'un bien ou service. 2 Le prêt non affecté ou crédit direct est proposé directement par la société de crédit ou son correspondant agréé. Les sommes prêtées sont utilisées librement par l emprunteur. 1

5 Plusieurs éléments ont contribué à l essor que connait le secteur du crédit à la consommation au Maroc, dont notamment : La croissance soutenue de la consommation des ménages (+4,3% en moyenne par an au cours de la période , s établissant à 319,1 milliards de dirhams en valeur nominale en 2006) et ce, suite entre autres, à l amélioration de l environnement macroéconomique général. Le changement graduel au niveau de la structure de la consommation des ménages et l émergence de nouveaux modes de consommation favorables au financement par crédit à la consommation. La tendance baissière des taux. En effet, le taux maximum des intérêts conventionnels (TMIC) est passé de 20,42% en avril 1997 à 12,9% en avril L offre plus dynamique et mieux ajustée du crédit à la consommation. En effet, l analyse de l évolution de la structure de l encours des crédits à la consommation a fait ressortir un net repli de la part des crédits affectés à l équipement domestique et «autres crédits» au profit d une percée de celle des prêts non affectés ou directs. Quant à la part du crédit automobile, elle est en train de se renforcer grâce aux opérations de location avec option d achat (LOA) qui se sont développées à un rythme soutenu. Le cadre réglementaire et prudentiel favorable suite à l institution d une batterie de mesures en vue d assurer une meilleure protection à la clientèle. A cela, s ajoutent les dispositions prises pour combattre le phénomène de surendettement, dont notamment la fixation d un seuil maximum d endettement par rapport au salaire pour les fonctionnaires, l adoption de méthodes de «Scoring», le recours au Système d Aide à l Appréciation du Risque (SAAR). Ceci a également contribué à limiter la hausse des créances en souffrance. En guise de conclusion, le secteur du crédit à la consommation au Maroc est en train de mener à bien sa structuration à travers l assainissement et la restructuration des sociétés de financement ainsi que la rationalisation de l octroi de crédit. La poursuite des efforts en vue de l amélioration de l efficacité du secteur en couvrant d autres segments peut contribuer à l accélération de la croissance économique à travers la stimulation de la consommation de la population. Toutefois, un ensemble de mesures s impose pour atténuer le risque de surendettement des ménages. Il s agit notamment de la mise en place de règles de transparence relatives à l offre de financement et de mécanismes permettant de traiter les cas de surendettement. 3 Dit aussi crédit renouvelable, offre une réserve d'argent permanente au client qui l'utilise en partie ou en totalité, les intérêts n'étant dus que sur le montant effectivement utilisé. Le client dispose alors d'une carte qui lui est confiée par la société, destinée à régler des achats auprès de commerçants affiliés. 2

6 Introduction Le crédit à la consommation constitue une composante importante de l endettement des ménages marocains. Ce secteur, qui a fait ses débuts au Maroc vers les années 30, a connu durant la dernière décennie une progression soutenue qui s est accompagnée de la restructuration et de l assainissement des sociétés du secteur ainsi que du renforcement du cadre réglementaire et prudentiel pour une meilleure protection de la clientèle. Le secteur connaît actuellement une concurrence ardue et un mouvement de concentration élevé. Il constitue un levier fondamental pour le développement de la consommation et recèle des potentialités importantes. La présente note a pour objectif d examiner l évolution du secteur au cours de la période Dans un premier temps sera appréhendée l importance du crédit à la consommation dans l endettement des ménages marocains. Ensuite, l accent sera porté sur les caractéristiques et l évolution du secteur du crédit à la consommation. Enfin, seront présentés les éléments explicatifs de l essor du secteur du crédit à la consommation. 1. Le crédit à la consommation deuxième source d endettement des ménages En 2006, l endettement des ménages marocains a poursuivi son essor, dynamisé par un environnement économique, financier et réglementaire favorable. Ainsi, sur la base des documents comptables communiqués par les établissements de crédit à Bank Al-Maghrib, l encours des crédits aux ménages est estimé à 116 milliards de dirhams à fin 2006, en hausse de 32,6% par rapport à 2004 et représentant 33% de l encours global des crédits à l économie. Les banques ont contribué à hauteur de 76% au financement des ménages contre 24% pour les sociétés de financement essentiellement sous forme de crédit à la consommation. Toutefois, la dette globale des ménages marocains s établit à un niveau nettement inférieur à celui observé dans plusieurs pays développés, en raison du faible niveau des revenus, d un moindre taux de bancarisation ainsi que d autres facteurs essentiellement d ordre culturel. Néanmoins, l endettement bancaire concerne ces dernières années une population de plus en plus large et porte sur des volumes plus importants et est appelé à se renforcer avec le lancement de produits bancaires alternatifs. Le crédit à la consommation constitue une composante importante de l endettement des ménages. Il représente la deuxième source d endettement après le crédit à l habitat. Les fonctionnaires représentent une part importante des bénéficiaires du crédit à la consommation. Cette situation est attribuable aux procédures instituées, pour le traitement de leurs demandes de prêts, par la convention conclue en octobre 1999 entre la Paierie Principale des Rémunérations (PPR) et l Association Professionnelle des Sociétés de Financement (APSF). L enquête sur le crédit à la consommation réalisée par Bank Al-Maghrib en 2006 auprès de 11 sociétés de crédit à la consommation et qui a porté sur dossiers de crédit, soit 75% de l encours global des sociétés de crédit à la consommation, a permis de dégager, entre autres, les résultats suivants : Le taux d endettement est inversement proportionnel au niveau des revenus. Toutefois, il s est accru pour les différentes catégories de revenus, mais nettement pour la tranche de revenus inférieurs à 3000 dirhams, soit 40% contre 35% en 2004; 3

7 Le taux des créances en souffrance a enregistré une hausse de 6 points pour la tranche de revenus inférieurs à 3000 dirhams et un recul de 4 points pour la tranche de revenus supérieurs à dirhams; Les personnes dont le revenu est inférieur à 4000 dirhams concentrent 53% des encours de crédit contre 54% en 2004; Les personnes âgées entre ans concentrent 41% des encours de crédit contre 40% en Secteur du crédit à la consommation 2.1. Un secteur fortement concentré Le secteur du crédit à la consommation a fait ses débuts au Maroc à partir de la fin des années 30. Ce secteur se caractérise actuellement par une concurrence ardue ce qui a engendré un mouvement de concentration. En effet, le nombre des sociétés du secteur n a cessé de baisser depuis quelques années, passant de 36 sociétés en 1996 à 19 sociétés en Cette évolution s explique par : Le désencadrement du crédit à partir de 1991 et la libéralisation des taux qui ont engendré un grand intérêt des banques pour le secteur du crédit à la consommation et ont ainsi, recouru à la filialisation de cette activité. De ce fait, le secteur s élargit par l arrivée de nouveaux opérateurs; L avènement de la loi du 6 juillet 1993 qui réforme le système bancaire et érige les sociétés de crédit à la consommation en établissements de crédit. Cependant, à partir de 1996, les sociétés qui n ont pas pu se conformer à la nouvelle loi, dont notamment les fonds propres minimums, ont dû cesser leur activité; La recrudescence de la concurrence au sein du secteur, conjuguée à une décrue du taux maximum des intérêts conventionnels (TMIC) 4, amenant les sociétés de financement à resserrer leurs marges ce qui a enclenché un processus de concentration au sein du secteur à partir de et s est traduit par des opérations de fusion-absorption. En effet, selon le rapport de Bank Al-Maghrib relatif aux sociétés de financement, trois sociétés de crédit à la consommation détenaient, à fin 2006, environ 65% du total-actif de l ensemble du secteur. Cette part augmente à 78% pour les 5 premiers établissements. Les sociétés de crédit à la consommation adossées à des institutions financières, au nombre de 10, détenaient une part de près de 93% du total-actif. Globalement, les sociétés de crédit à la consommation adossées à des banques ou à d autres institutions financières réalisent de bonnes performances comparativement aux sociétés indépendantes. En effet, ces dernières, confrontées à la fois à la baisse du taux maximum des intérêts conventionnels (TMIC) et à la hausse du coût du risque de crédit, supportent un coût de refinancement plus élevé par rapport à la catégorie précédente. 4 Institué en avril 1997, le TMIC est le taux plafond au-delà duquel les sociétés de crédit ne peuvent pas prêter. Sa détermination est intervenue pour permettre au plus grand nombre de personnes d accéder au crédit à la consommation et la protection du consommateur contre les abus. 4

8 2.2. Croissance soutenue mais différenciée de l activité té du secteur L appréciation de l évolution de l activité du secteur peut être appréhendée à travers l analyse de l évolution des crédits distribués, principal indicateur de la production du secteur. Néanmoins, il n est pas aisé de disposer d informations précises sur la production nette (concours effectivement consentis au cours d une année donnée), en raison notamment des substitutions de dossiers qui peuvent intervenir ou des crédits revolving 5. En conséquence, on va retenir l encours des crédits comme principal indicateur. Les statistiques utilisées sont celles publiées par l Association Professionnelle des Sociétés de Financement (APSF). Au cours de la période , le crédit à la consommation a connu une évolution appréciable. Ainsi, au terme de l année 2006, l encours global des crédits à la consommation, accordés par les établissements de crédit, a enregistré un taux d accroissement annuel moyen de 16,7% pour s établir à 40,8 milliards de dirhams, réparti à hauteur de 66% pour les sociétés de crédit à la consommation et 34% pour les banques. L encours total des crédits des sociétés de crédit à la consommation a atteint 26,9 milliards de dirhams à fin 2006, soit un taux de croissance annuel moyen de 17% au cours de la période Néanmoins, cette évolution a été différenciée. Ainsi, durant la période , cet encours a enregistré un taux de croissance annuel moyen d environ 33,6% pour décélérer à 7% entre 2000 et Encours des crédits à la consommation accordés par les sociétés de crédit à la consommation 25 Milliards de Dh Source: AP SF, Elaborat ion: DEP F Ce ralentissement s explique par des facteurs d ordre organisationnel et réglementaire qui ont incité les sociétés de crédit à la consommation à être plus sélectives dans leur politique d octroi de crédit. En effet, bien que l activité des sociétés de financement ait été encadrée par la loi bancaire de 1993, ce secteur n a commencé à se structurer que vers la fin des années 90, à la faveur de l assainissement du réseau des revendeurs agréés et suite au retrait de l autorisation d exercer à plusieurs sociétés défaillantes. De plus, il a été assujetti progressivement à plusieurs exigences réglementaires dont il y a lieu de citer: 5 Dit aussi crédit renouvelable, offre une réserve d'argent permanente au client qui l'utilise en partie ou en totalité, les intérêts n'étant dus que sur le montant effectivement utilisé. Le client dispose alors d'une carte qui lui est confiée par la société, destinée à régler des achats auprès de commerçants affiliés. 5

9 Les règles prudentielles à partir de 1996; Le taux maximum des intérêts conventionnels en 1997; Le plan comptable des établissements de crédit en 2000; Les règles minimales en matière de contrôle interne en 2001; Les règles de classement et de provisionnement des créances en souffrance en A fin 2006, l encours des crédits des sociétés de crédit à la consommation a enregistré un accroissement de 13% pour s établir à 26,9 milliards de dirhams. Cet encours se répartit à hauteur de 9,2 milliards de dirhams pour les crédits affectés 7, en hausse de 28% et de 17,7 milliards de dirhams pour les crédits non affectés 8, en progression de 6,5%. Parmi les crédits affectés, l encours du crédit automobile a atteint 6,9 milliards de dirhams, en hausse de 39,2%. Cette hausse a concerné aussi bien le crédit automobile classique (+5,7% à 1,8 milliard de dirhams), que l encours LOA (location avec option d achat) 9 (+57,3% à 5,1 milliards de dirhams). S agissant des crédits non affectés, l encours des prêts personnels a atteint 14,8 milliards de dirhams, en hausse de 4%, tandis que le crédit revolving s est établi à 469 millions de dirhams, en progression de 10,3%. 3. Eléments explicatifs de l essor du crédit à la consommation 3.1. Croissance soutenue de la consommation des ménages De 1995 à 2006, la consommation finale des ménages a progressé en moyenne de 4,3% par an pour s établir à 319,1 milliards de dirhams en valeur nominale, soit 55,5% du PIB nominal. Cette évolution s est accompagnée d un changement graduel au niveau de la structure de la consommation des ménages et de l émergence de nouveaux modes de consommation favorables également au financement par crédit à la consommation. 320 Consommation des ménages 300 Milliards de DH Source: HCP, Elaboration: DEPF 6 Déclassement de l'ensemble de la créance et non simplement l'impayé. 7 Le prêt affecté est un crédit dont l'octroi est subordonné à l'acquisition d'un bien ou service. 8 Le prêt non affecté ou crédit direct est proposé directement par la société de crédit ou son correspondant agréé. Les sommes prêtées sont utilisées librement par l emprunteur. 9 C est une formule qui permet au client de jouir du bien sans en être propriétaire, avec possibilité de l'acquérir en fin de contrat. Locataire du bien, l'utilisateur doit s'acquitter néanmoins des charges, comme s'il en était propriétaire. 6

10 Plusieurs facteurs ont contribué à cette évolution dont notamment : L amélioration de l environnement macroéconomique général; L augmentation des revenus et l amélioration du marché du travail. En effet, le taux de pauvreté est passé de 16,2% en à 14,2% en 2004; L ouverture de l économie marocaine qui s est traduite par un démantèlement tarifaire graduel ce qui a engendré une diversification au niveau de l offre de biens importés ou produits localement; La télévision numérique qui a contribué à l émergence de nouveaux besoins nés de la mondialisation ce qui a rendu le terrain propice à différentes franchises internationales de venir s installer au Maroc; Le recours croissant des entreprises marocaines à la publicité; L effet attractif et stimulateur exercé par la grande distribution sur les consommateurs Evolution favorable de la structure de la consommation des ménages pour le financement par crédit Selon l enquête nationale sur la consommation et les dépenses des ménages réalisée par la Direction de la Statistique en 2001, la structure de la consommation des ménages a connu un renforcement progressif des parts des dépenses destinées au logement et au transport et communication. Ces dernières sont passées de 17,4% et 5,9% en 1991 pour s établir respectivement à 22,1% et 7,5% en Quant aux dépenses alimentaires, bien qu elles constituent encore le premier poste des dépenses des ménages, leur part tend à la baisse, passant de 45,5% en 1991 à 41,3% en % Evolution de la structure des dépenses des ménages 80% 60% 40% 20% 0% Alimentation Habitation et énergie Hygiène et soins médicaux Enseignement, culture et loisirs Source: HCP, Elaboration: DEPF Habillement Equipements ménagers Transport et communication Autres dépenses S agissant de la part des dépenses destinées aux équipements ménagers, quoique cette dernière ait régressé de 4,3% en 1991 à 3,8% en 2001, l équipement des ménages en biens durables a connu une amélioration, soutenue par le renforcement de l électrification en milieu rural. En effet, le marché marocain de l électroménager est en plein essor et jouit actuellement d un dynamisme particulier favorisé, entre autres, par l organisation de la distribution et la baisse des prix, due notamment à la forte concurrence et au démantèlement tarifaire. 7

11 De ce fait, à titre indicatif, les taux de pénétration de téléviseurs, réfrigérateurs et cuisinières à gaz sont passés, au niveau national, respectivement de 58,9%, 27,1% et 30,5% en 1991 à 77,2%, 48% et 56,3% en S agissant du taux d équipement des ménages en paraboles, il s est accru de manière régulière, passant de 11,7% en 1996 à 17,6% en 1998 puis à 29% en 2001, selon l enquête nationale sur la consommation et les dépenses des ménages 2000/2001. En outre, le crédit à la consommation a été dynamisé par la reprise de l immobilier, et donc du mouvement d accession à la propriété, qui s est traduit par des dépenses croissantes dans le domaine de l aménagement de l habitat et du renouvellement des biens d équipement ménager. Il a bénéficié également de l engouement des consommateurs pour les produits relevant des nouvelles technologies de l information et de la communication Tendance baissière des taux L effet favorable de la baisse des taux sur la demande de crédit a été indéniable. Ainsi, le taux maximum des intérêts conventionnels (TMIC), appliqué en matière des prêts accordés par les établissements de crédit a connu une baisse continue, passant de 20,42% en avril 1997 à 12,9% en avril 2006, en raison de la décrue des taux d intérêt mais également de la révision de son mode de calcul en Les modalités de calcul du TMIC semblent exclure certains segments de la population du recours au crédit à la consommation, dont le profil de risque nécessiterait d appliquer des taux plus élevés pour couvrir le coût du risque y afférent. En conséquence, Bank Al-Maghrib a décidé à partir d octobre 2006, d indexer le TMIC sur les taux des crédits à la consommation au cours de l année civile précédente majoré de 200 points de base au lieu du taux moyen pondéré (TMP) majoré de 60%. Ainsi, le TMIC est passé de 12,9% en avril 2006 à 14% en octobre 2006 puis à 14,7% en avril Taux maximum des intérêts conventionnels (TMIC) 20% 18% 16% 14% 12% avr-97 avr-98 avr-99 avr-00 avr-01 avr-02 avr-03 avr-04 avr-05 avr-06 avr-07 Source: Bank Al-Maghrib, Elaboration: DEPF 3.4. Offre plus dynamique et mieux ajustée du crédit à la consommation L analyse de l évolution de la structure de l encours des crédits à la consommation, fait ressortir un net repli de la part des crédits affectés à l équipement domestique et «autres crédits» au profit d une percée de celle des prêts non affectés ou directs. Quant à la part du crédit automobile, elle est en train de se renforcer grâce aux opérations de location avec option d achat (LOA) qui se sont développées à un rythme soutenu. 8

12 100% Structure de l'encours des crédits à la consommation 80% 60% 40% 20% 0% Prêts directs Véhicules Equipemement domestique et autres Source: AP SF, Elaborat ion: DEPF Ainsi, la part de l encours des crédits à l équipement domestique et «autres crédits» est passée de 28,1% en 1995 à seulement 1,8% en Cependant, la part des prêts directs est passée de 39,9% en 1995 à 56,7% en Cette évolution s explique d une part, par le succès de la formule des prêts directs qui permet au client d utiliser librement son emprunt et d autre part, par les mesures d assainissement du circuit d intermédiation et la rénovation du mode de distribution. S agissant de la part de l encours des prêts destinés au financement des véhicules, après avoir connu une évolution relativement stable entre 1996 et 1999 (part moyenne de 21%), elle s est inscrite en baisse entre 2000 et 2003 (15,1% en 2003) pour progresser à nouveau et s établir à 25,8% en Cette reprise est due, en grande partie, au succès remarquable auprès des clients de la formule de financement de véhicules LOA (location avec option d achat) qui a contribué au dynamisme du marché de l automobile. Ainsi, la part des prêts par LOA dans l encours des prêts aux véhicules est passée de 44% en 2003 à 73,4% en 2006, marquant un taux de croissance annuel moyen pour l encours de cette formule de 54,7% entre 2003 et Cadre réglementaire et prudentiel favorable à l expansion du crédit à la consommation La mise en place de la loi bancaire de 1993, confortée par la nouvelle loi bancaire, a dynamisé l offre de crédit à la consommation en faveur des ménages. En effet, une batterie de mesures a été instituée en vue d assurer une meilleure protection à la clientèle, dont notamment : Les sociétés de crédit à la consommation sont tenues de communiquer à leur clientèle le taux effectif global, lequel ne doit pas dépasser le taux maximum des intérêts conventionnels (TMIC), ainsi que l ensemble des conditions de financement appliquées; Elles sont appelées à respecter en permanence des ratios prudentiels dont le seuil est fixé par voie réglementaire (coefficient de solvabilité, coefficient de division des risques, coefficient de liquidité...); Elles doivent procéder au déclassement de leurs créances et de les couvrir par un niveau de provisions approprié. 9

13 Cependant, opérant dans un contexte concurrentiel accru, les sociétés de crédit à la consommation ont tendance à prendre plus de risques pour accroitre leurs parts de marché. Ainsi, il arrive qu elles surestiment la capacité d endettement des emprunteurs. Ceci est de nature à augmenter les créances impayées. A cet effet, s agissant de l évolution de l encours des créances en souffrance, elle a été différenciée. Ainsi, entre 1996 et 2000 où les règles prudentielles étaient encore faibles, la tendance était à la hausse, atteignant en moyenne 31,3% par an (avec un pic de +45,6% en 2000). Ceci s explique par le fait que pour conquérir des parts de marché, les sociétés de crédit à la consommation se sont livrées à une concurrence ardue qui a conduit à certaines dérives induisant l amoncellement des impayés. Entre 2000 et 2003, le rythme d évolution haussière a décéléré pour ressortir en moyenne à 14,2% par an. Cette tendance s explique par les dispositions prises en 1999 pour combattre le phénomène de surendettement, dont notamment la convention liant la PPR (Paierie Principale des Rémunérations) et les sociétés de crédit à la consommation en vertu de laquelle un seuil maximum d endettement par rapport au salaire a été fixé pour les fonctionnaires en plus du relèvement du seuil de la quotité non cessible de leur traitement (reste sur salaire mensuel après remboursement de l échéance de crédit). A partir de 2003, l encours des créances en souffrance a entamé une tendance baissière. Cette évolution s est produite grâce à l adoption de méthodes de «Scoring» et le recours depuis 2002 au Système d Aide à l Appréciation du Risque (SAAR) mis en place par l APSF. Ainsi, la part de l encours des créances en souffrance dans l encours global des crédits à la consommation est passée d un pic de 19,5% en 2003, suite à l extension au secteur des sociétés de financement des règles en matière de classification et de provisionnement de ces créances, à 15,7% en Milliards de Dh Créances en souffrance 20,0% 15,0% 10,0% 5,0% Encours des créances en souffrance / Encours des crédits à la consommation Encours des créances en souffrance Source: AP SF, Elaborat ion: DEPF 0,0% 10

14 Conclusion La place du crédit à la consommation dans l économie marocaine s est nettement renforcée au cours de ces dernières années. Ce secteur connait actuellement une orientation favorable qui résulte notamment d un ensemble de facteurs liés à la vigueur de la consommation des ménages marocains et à une plus grande réceptivité de ceux-ci au dynamisme de l offre des établissements de crédit et ce, dans un contexte de baisse des taux et un cadre réglementaire et prudentiel favorable. Le secteur est en train de mener à bien sa structuration à travers l assainissement et la restructuration des sociétés de financement ainsi que la rationalisation de l octroi de crédit. La poursuite des efforts en vue de l amélioration de l efficacité du secteur en couvrant d autres segments peut contribuer à l accélération de la croissance économique à travers la stimulation de la consommation de la population. Toutefois, un ensemble de mesures s impose pour atténuer le risque de surendettement des ménages. Il s agit notamment de la mise en place de règles de transparence relatives à l offre de financement et de mécanismes permettant de traiter les cas de surendettement. 11

15 Références Rapports annuels de Bank Al-Maghrib sur le contrôle, l activité et les résultats des établissements de crédit. Rapports annuels de l association professionnelle des sociétés de financement. Enquête nationale sur la consommation et les dépenses des ménages 2000/2001, Haut Commissariat au Plan. Enquête nationale sur les niveaux de vie des ménages 1998/1999, Direction de la Statistique. L équipement de la maison au Maroc, Ambassade de France au Maroc Mission économique de Casablanca, 28 juin Consommer au Maroc entre avancées et contraintes, Chambre Française du Commerce et d Industrie au Maroc, Conjoncture n 861 juin

LE SECTEUR DU CREDIT A LA CONSOMMATION. ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES

LE SECTEUR DU CREDIT A LA CONSOMMATION. ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES LE SECTEUR DU CREDIT A LA CONSOMMATION. ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Driss BEN ALI Enseignant Chercheur à l Université Mohammed V Coordonnateur du GREI Peut-on faire du crédit à la consommation un moyen

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Etude sur la «Concurrentiabilité» du secteur du crédit à la consommation

Etude sur la «Concurrentiabilité» du secteur du crédit à la consommation CONSEIL DE LA CONCURRENCE Etude sur la «Concurrentiabilité» du secteur du crédit à la consommation Rapport de synthèse Juin 2011 1 SOMMAIRE I. Préambule. 3 II. Introduction.. 3 III. Contexte général et

Plus en détail

Enquête annuelle sur le financement de l habitat en 2011

Enquête annuelle sur le financement de l habitat en 2011 Enquête annuelle sur le financement de l habitat en 2011 n 8 juillet 2012 1 Résumé : Selon l Enquête annuelle sur le financement de l habitat, l encours total de prêts à l habitat des 16 établissements

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème "Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration"

Présentation de la GUINEE au séminaire régional de l'afritac OUEST sur le thème Gestion des Crises Bancaires et Politiques de Restructuration 1 SOMMAIRE 1. Crise bancaire : contexte sociopolitique 2. Résolution des crises 3. Situation du système bancaire 4. Vulnérabilités 2 I. CRISES BANCAIRES : CONTEXTE SOCIOPOLITIQUES A l accession de la Guinée

Plus en détail

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires

instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires instruments de paiement échangés à travers les circuits bancaires Statistiques arrêtées à fin 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 Partie I : Evolution des paiements de masse 6 I. Echanges EN INTERbancaire 7 1.

Plus en détail

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation L'épargne intérieure au Maroc Décembre 2001 Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership

WAFASALAF. L innovation, la clé du leadership WAFASALAF L innovation, la clé du leadership Conférence de presse Mardi 1 er avril 2008 Sommaire L événement Wafasalaf, un leadership confirmé sur tous ses marchés Une croissance pérenne L innovation au

Plus en détail

Architecture du système bancaire marocain

Architecture du système bancaire marocain Architecture du système bancaire marocain 2009-2010 SOMMAIRE RAPPEL HISTORIQUE LE PAYSAGE BANCAIRE MAROCAIN L'ACTIVITE DES BANQUES RAPPEL HISTORIQUE - 2 éme moitié du 19 ème siècle: apparition des premiers

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS 1 sur 9 30/05/2007 09:42 BANK AL-MAGHRIB -------------------- LE GOUVERNEUR Circulaire n 19/G/2002 Rabat, le 18 Chaoual 1423 23 Décembre 2002 CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca)

Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs de Casablanca) Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation Direction de la Politique Economique Générale Evolution récente du secteur financier (secteur bancaire, Bourse des Valeurs

Plus en détail

MONOGRAPHIE DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION

MONOGRAPHIE DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION MONOGRAPHIE DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION 16 janvier 2004 Avertissement : Ce document est protégé en écriture. Seule son impression est possible. 2 Monographie du crédit à la consommation - Sommaire I -

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012

Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Performance des grands groupes bancaires français au 31 mars 2012 Mercredi 16 mai 2012 Sommaire : Introduction > Un premier trimestre 2012 impacté par des éléments exceptionnels > Une dynamique commerciale

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge

KU Leuven. Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Étude sur l importance du crédit à la consommation et du crédit hypothécaire dans l économie belge Prof. Dr Nancy Huyghebaert Professeur Corporate Finance Département «Accountancy, Finance & Insurance

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Les enjeux du développement du secteur de l Automobile

Les enjeux du développement du secteur de l Automobile Les enjeux du développement du secteur de l Automobile Malgré le plus grand soin apporté à l élaboration de ce document fourni à titre purement informatif, le Groupe Attijariwafa bank ne peut garantir

Plus en détail

M_CONTRAN Contrats nouveaux

M_CONTRAN Contrats nouveaux M_CONTRAN Contrats nouveaux Présentation Le document M_CONTRAN recense, de manière exhaustive, les nouveaux contrats de crédit libellés en euros, conclus avec les particuliers, les sociétés non financières,

Plus en détail

BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE

BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE Financement des projets de création d entreprises innovantes au Maroc par les expatriés marocains.-paris-23 mai 2006 Sommaire

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT Les différents crédits à la consommation Aujourd hui, un tiers des ménages - soit 9 millions - ont un crédit à la consommation. Ce

Plus en détail

CAFPI, premier courtier en prêts immobiliers au Maroc N 1 des courtiers en France

CAFPI, premier courtier en prêts immobiliers au Maroc N 1 des courtiers en France CAFPI, premier courtier en prêts immobiliers au Maroc en France Décembre 2008 : 6 mois après le lancement de CAFPI Maroc Constats sur l'état du marché du crédit immobilier au Maroc, sur la création du

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

MONOGRAPHIE DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION AU MAROC

MONOGRAPHIE DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION AU MAROC MONOGRAPHIE DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION AU MAROC Novembre 2012 Monographie du crédit à la Consommation Novembre 2012 1 sur 68 MONOGRAPHIE DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION AU MAROC Table des matières MONOGRAPHIE

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE

TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE 214 TROISIÈME RAPPORT DU COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE COMITÉ DE SUIVI DE LA RÉFORME DE L USURE Comité de suivi de la réforme de l usure Code courrier : 43-253 31 rue Croix-des-Petits-Champs

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE

CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE CHAPITRE VI : INTERMEDIATION DU SECTEUR BANCAIRE L ordonnance n 10-04 du 26 août 2010, modifiant et complétant l ordonnance n 03-11 relative à la monnaie et au crédit, stipule que la Banque d Algérie est

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014

Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 n 34 septembre 2014 n 34 septembre 2014 Le financement des professionnels de l immobilier par les banques françaises en 2013 SOMMAIRE 1 LES MARCHÉS DES PROFESSIONNELS DE L IMMOBILIER EN 2013 5 1.1 Le marché de l'immobilier

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015

RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 30 juillet 2015 RESULTATS ET ACTIVITE DE LA BANQUE POSTALE 1 ER SEMESTRE 2015 Croissance des résultats opérationnels Produit Net Bancaire : 2 929 millions d euros (+ 2.9

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

Une banque engagée et responsable

Une banque engagée et responsable Une banque engagée et responsable Chiffres clés juin 2014 www.bmci.ma C hiffres clés au 30 juin 2014 Un résultat avant impôt du premier semestre 2014 en progression par rapport au second semestre 2013

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST

UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L'AFRIQUE DE L'OUEST DISPOSITIF PRUDENTIEL APPLICABLE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE L UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA)

Plus en détail

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité

Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 9 septembre 2010 Grâce à son dynamisme et à sa solidité, La Banque Postale conforte son développement et sa profitabilité Au 30 juin 2010 : PNB consolidé : 2 640 millions

Plus en détail

Conseil de Surveillance du 23 février 2012

Conseil de Surveillance du 23 février 2012 AIDES AUX MENAGES EN DIFFICULTE ARTICLE R. 313-19-3 V DU CCH ---- En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut déterminer par recommandation les modalités

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain»

CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» CAMPAGNE NATIONALE DE SENSIBILISATION «Pour un meilleur partenariat Banques/Petites et moyennes entreprises au service du Développement Humain» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR ABDELLATIF JOUAHRI GOUVERNEUR

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Note de méthode La place qu occupe Crédit Logement dans le marché des crédits immobiliers (hors les rachats de

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS

CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA CREATION D UN REGISTRE NATIONAL DES CREDITS AUX PARTICULIERS Consultation publique : veuillez adresser vos réponses avant le 27 février 2013 à l adresse électronique hcp@dgtresor.gouv.fr.

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1 1/9 1. Fonds de promotion de l investissement «FPI» 2 Investissement égal ou supérieur à 200 Millions Dh Création d au moins 250 emplois stables Installation dans une des provinces ou préfectures «prioritaires»

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à

Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Veuillez trouver ci-joint la communication de Monsieur le Gouverneur à l occasion du forum international des finances et des affaires tenu à Casablanca du 2 au 5 décembre 2003. PRÉSENTATION DE MONSIEUR

Plus en détail

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit

Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur CN 24/G/2006 04 décembre 2006 Circulaire relative aux fonds propres des établissements de crédit Le gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE

NOTE CONJONCTURELLE BANQUE NOTE CONJONCTURELLE BANQUE Quel avenir pour les réseaux d agences des banques de détail? Quelles menaces pour l emploi? Première partie: Un contexte économique, technologique et réglementaire en mouvance,

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009

Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Paris, le 27 août 2009 Bonne tenue de l activité au premier semestre 2009 Croissance organique hors essence et effet calendaire de +1,3% Quasi-stabilité de la marge d EBITDA en organique Résistance des

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO 1 LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO Le 16 février 2012, RCI Banque a lancé en France le livret d épargne

Plus en détail

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques.

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. Fonds de garantie Fond Oxygen : Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. - PME existantes ayant au moins 6 mois d activité et des relations avec

Plus en détail

Le crédit, c est notre métier!

Le crédit, c est notre métier! Z.A. Le crédit, c est notre métier! Nouveau produit Achat Programme Refinancement Crédits d investissement Oxyloan Nouveau : PRESCORING 1 Achat Jusqu à 100% du prix d achat But du crédit - Premier achat

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail