Règles du Comité permanent d appel du Parti libéral du Canada

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Règles du Comité permanent d appel du Parti libéral du Canada"

Transcription

1 Règles du Comité permanent d appel du Parti libéral du Canada 1. Définitions Dans les présentes règles, «appel» désigne toute demande d examen d une question ou d une décision prise au cours du processus de sélection des candidats du PLC en prévision d une élection; «association de circonscription» désigne une association de circonscription électorale fédérale du PLC dans une circonscription qui correspond aux exigences énoncées dans la constitution du PLC; «association provinciale ou territoriale» désigne une association reconnue aux termes de la constitution du PLC; «candidat» signifie toute personne choisie pour représenter le PLC dans une circonscription électorale lors d une élection afin d être élue pour siéger à la Chambre des communes; «circonscription» signifie le lieu ou le territoire autorisé à élire un député à la Chambre des communes; «Comité national de préparation aux élections» désigne le Comité national de préparation aux élections établi en vertu de la constitution du PLC; «Comité permanent d appel» désigne le comité créé en vertu de la Constitution du PLC aux fins de l audition des appels et des sous-comités d appel y afférents. «comité provincial ou territorial de campagne» signifie un sous-comité provincial ou territorial mis sur pied par le Comité national de préparation aux élections aux termes de la constitution du PLC; «constitution du PLC» signifie la constitution adoptée par le PLC, telle qu elle peut être modifiée à l occasion; «date d une rencontre» désigne une date ou une période dans laquelle une rencontre doit avoir lieu comme le détermine le président de la campagne; «date de convocation de la rencontre» désigne le jour où le président de la campagne ou son délégué envoie un avis écrit à une association de circonscription afin de fixer la date d une rencontre; Page 1 de 13

2 «élection» s entend d une élection fédérale générale ou partielle visant à élire un ou plusieurs députés à la Chambre des communes; «membre autorisé» signifie toute personne qui satisfait aux exigences définies dans la constitution du PLC et aux présentes règles qui permettent à une personne de voter lors d une rencontre; «membre provincial ou territorial» désigne le membre du Comité permanent d appel qui a été nommé au comité représentant une province ou un territoire en particulier; «personne mise en candidature» signifie toute personne qui souhaite présenter sa candidature dans une circonscription électorale; «PLC» désigne le Parti libéral du Canada; «rencontre» signifie une rencontre des membres d une association de circonscription convoquée pour choisir un candidat libéral pour cette circonscription électorale en vue d une élection; 1.0 Introduction Partie A Compétence 1.1 Le Comité permanent d appel est mis sur pied en vertu de la constitution du PLC. 2.0 Application 2.1 Les présentes règles s appliquent à toutes les affaires soumises au Comité permanent d appel, conformément à l article 52 de la constitution du PLC concernant : (i) (ii) (iii) l élection d un candidat à une assemblée d investiture; le choix du chef du PLC; l élection de délégués à un congrès national du PLC; toute autre affaire qui peut lui être soumise conformément à la constitution du PLC ou d une association ou d une commission provinciale ou territoriale. Page 2 de 13

3 3.0 Interprétation 3.1 Les présentes règles doivent être interprétées et les appels sont traités par le Comité permanent d appel pour assurer le règlement équitable, moins cher et plus rapide de chaque appel sur le fond. 3.2 Les présentes règles sont interprétées et les appels sont traités : (c) en reconnaissant que le choix des candidats du PLC est géré par des bénévoles; en reconnaissant que les personnes qui ne sont pas formées aux questions juridiques peuvent interjeter appel devant le Comité permanent d appel; d une façon juste et équitable pour toutes les personnes qui prennent part au processus d appel; en tenant compte de toutes les circonstances et dans le meilleur intérêt du PLC. 4.0 Pouvoirs 4.1 Le Comité permanent d appel a tous les pouvoirs nécessaires pour faire exécuter ses décisions, notamment, sans limiter la généralité de ce qui précède, le pouvoir : (c) de reporter la tenue d une rencontre; de déclarer une rencontre nulle; d ordonner la tenue d une nouvelle rencontre; de déclarer des personnes inadmissibles à voter à une rencontre; (e) de déclarer un candidat à l investiture qualifié dûment élu lors d une rencontre. 4.2 Un sous-comité du Comité permanent d appel peut, sur un appel individuel, diriger des procédures non visées par le présent règlement, y compris, sans limiter ce qui précède, le raccourcissement des délais et la modification des procédures. 4.3 Dans le cas où un sous-comité du Comité permanent d appel dirige des procédures qui sont différentes des procédures énoncées dans les présentes règles ou s y ajoutent, il doit donner à toutes les parties un préavis par écrit de quarante-huit (48) heures des procédures différentes ou additionnelles, avant le début d une audition, ou un avis verbal après le début de l audition. Page 3 de 13

4 4.4 Le Comité permanent d appel statue sur le fond de la question qui lui est soumise et n est pas lié par un précédent strict en ce qui concerne les autres décisions du Comité permanent d appel. 5.0 Nomination des membres 5.1 Est mis sur pied un Comité permanent d appel constitué de deux (2) coprésidents, dont l un doit être une femme et l autre un homme, nommés par le Conseil national d administration avec le consentement du Chef et du président national, et d un représentant nommé par résolution de l exécutif de chaque association provinciale ou territoriale. 5.2 Le Comité permanent d appel, en consultation avec les associations provinciales et territoriales, a le pouvoir de nommer des personnes additionnelles, qui ne deviendront pas membres du Comité permanent d appel, pour mener à titre d arbitres des séances d arbitrage découlant de nominations de candidats, de sélection du leadership et de sélection des délégués à un congrès national, en respectant le principe de la participation égale des hommes et des femmes. 5.3 En consultation avec les représentants provinciaux et territoriaux du Comité permanent d appel, les coprésidents du Comité, ou l un d eux, nomme de temps en temps des sous-comités aux fins de l audition de chaque appel. 5.4 Dans les affaires jugées par les coprésidents du Comité permanent d appel comme étant d une importance nationale, au moins trois (3) membres du Comité permanent d appel doivent entendre et trancher l appel. 5.5 Les coprésidents du Comité permanent d appel peuvent déléguer aux membres du Comité permanent d appel le pouvoir de nommer un sous-comité aux fins de l audition d un appel. 5.6 Sous réserve de la règle 5.4, pour l audition d un appel, le Comité permanent d appel nomme trois (3) membres du Comité ou arbitres pour siéger en sous-comité et désigne l un des membres ou des arbitres à titre de président de ce sous-comité. 5.7 En cas d empêchement, quel qu il soit, deux membres d un sous-comité peuvent prendre une décision sur un appel en particulier en l absence d un troisième membre. 5.8 Les membres du Comité permanent d appel et les arbitres nommés par le Comité exercent leurs pouvoirs de façon indépendante du PLC et ne doivent pas exercer de mandat exécutif à titre d élu au PLC au-dessus du niveau de l association de circonscription ou du club jeunesse, de l association des femmes ou du club autochtone local. Page 4 de 13

5 6.0 Affaires justiciables et pouvoir de renvoi 6.1 Le Comité permanent d appel peut entendre toute appel interjeté conformément aux présentes règles et en application des règles nationales régissant la sélection des candidats, en vertu de la constitution du PLC, ou des constitutions provinciales ou territoriales, ou en vertu des règles d une province ou d un territoire adoptées au titre de la sélection des candidats du PLC, de l élection de délégués à un congrès national du PLC, ou de l élection du chef du PLC. 6.2 Lors de la sélection des candidats du PLC, le Comité national de préparation aux élections, les coprésidents de la campagne nationale, les comités de campagne provinciaux ou territoriaux ou les présidents provinciaux ou territoriaux peuvent renvoyer des questions au Comité permanent d appel pour audition et décision. 6.3 Le renvoi dont il est question au paragraphe 6.2 est signifié par avis écrit au Comité permanent d appel. 6.4 Le Comité permanent d appel doit former rapidement un sous-comité et rendre un avis sur les questions soulevées dans le renvoi conformément aux présentes règles. 7.0 Finalité 7.1 Les décisions du Comité permanent d appel ou de tout sous-comité y afférent sont finales et sans appel. 8.0 Invocation Partie B Processus général 8.1 Sous réserve de l article 8.2, un appel peut être interjeté par un membre qui estime que ses droits ou privilèges de bonne foi ont été considérablement enfreints par suite d une décision prise par un représentant officiel du PLC ou d une association provinciale ou territoriale en ce qui concerne le sujet décrit dans les règles 2.1 et En dépit de la règle 8.1, quand un litige est soulevé relativement à une assemblée d investiture après le début de celle-ci, seule une personne mise en candidature lors de cette rencontre ou le candidat peut interjeter appel. 8.3 La signification d un avis d appel ne doit pas causer le report ou le retard d une rencontre sauf si l ordonne expressément le Comité permanent d appel. Page 5 de 13

6 9.0 Processus général 9.1 Tous les appels sont décidés après une audition à moins que, de l avis du sous-comité désigné pour entendre l appel, l appel puisse être traité de façon juste et équitable par d autres moyens énumérés à l article Sous réserve du paragraphe 9.1, le sous-comité chargé d entendre un appel peut : entendre l appel par voie de mémoires écrits, de conférence téléphonique ou par tout autre moyen ou combinaison de moyens; rejeter sans tenir d audition un appel qui est, de l avis du sous-comité, manifestement frivole et sans fondement. 9.3 Lorsqu un appel est déterminé après une audition, le processus d audition peut se poursuivre sous une forme courte ou sous une forme longue, comme décrit ci-après. 9.4 Tout appel doit être traité suivant le processus court, sauf sur décision contraire du Comité permanent d appel. 9.5 Avant l audition de l appel, chaque partie représentée déclare par écrit : (c) qu elle se pliera aux décisions du Comité permanent d appel; qu elle est responsable de tous les frais qui doivent être payés; qu elle ne discutera pas de l appel ou des résultats de l appel avec le public, y compris les représentants de la presse, sauf pour préciser la décision ou les motifs de la décision découlant de l appel. 9.6 Toute demande de renseignements du public, y compris des représentants de la presse, concernant un appel interjeté qui est présentée à une partie à l appel doit être adressée au Comité permanent d appel ou à toute autre personne que le Comité pourrait désigner Procédure d audition 10.1 Sous réserve du droit qu a un sous-comité du Comité permanent d appel de modifier les règles d un recours individuel, la procédure lors d une audition doit normalement contenir les éléments suivants : une déclaration d ouverture par le président d un sous-comité définissant la procédure à observer aux fins de l appel et pour traiter d autres questions comme le président le juge nécessaire; une détermination de la représentativité; Page 6 de 13

7 (c) (e) (f) (g) (h) (i) (j) (k) (l) une brève déclaration d ouverture de l appelant établissant un exposé succinct des faits et des questions en litige; la preuve de l appelant; un droit de contre-interrogatoire de chaque témoin appelé à témoigner par chaque partie ayant un intérêt contraire à la partie qui appelle le témoin; un droit de réexamen de chaque témoin appelé par la partie qui appelle le témoin; une brève déclaration d ouverture de chaque intimé à l appel établissant un exposé succinct des faits et des questions en litige; la preuve de chaque intimé; la plaidoirie de clôture de l appelant; la plaidoirie de clôture de l intimé; la réplique de l appelant; les motifs de la décision et la décision La preuve d un témoin peut être reçue par affidavit sous serment au titre des faits qui ne sont pas l objet du litige ou dont la crédibilité n est pas mise en cause La preuve soumise verbalement à l audition ne doit pas être établie sous serment sauf indication contraire ordonnée par le sous-comité du Comité permanent d appel qui est saisi de l appel Lorsque l une des parties refuse de témoigner ou refuse de citer un témoin à la disposition de cette partie dans les cas où la preuve est jugée significative au titre des questions soulevées dans l appel, le Comité permanent d appel peut tirer les conclusions qui s imposent concernant la question, rejeter l appel ou rendre une décision contre un intimé qui ne présente pas la preuve qui s impose ou refuse de le faire Renvoi 11.1 Le sous-comité chargé d entendre tout renvoi demandé en vertu de l article 6 doit établir ce qui suit : les parties au renvoi; l avis de renvoi; Page 7 de 13

8 (c) si le processus court ou long doit être utilisé; les autres questions nécessaires pour que soit juste et équitable l audition de toute question soumise au Comité permanent d appel Motifs d une décision 12.1 Chaque sous-comité du Comité permanent d appel doit motiver par écrit toute décision portant sur le fond de l appel, mais les décisions peuvent être d abord prononcées verbalement, et entrer en vigueur à la date à laquelle elles sont ainsi prononcées Chaque sous-comité du Comité permanent d appel doit rendre par écrit toute décision procédurale, sauf pour les décisions de procédure à l audition, qui peuvent être rendues de vive voix Commencement Partie C Processus court et processus long 13.1 Un appel au Comité permanent d appel ne peut être présenté que par un avis d appel soumis par écrit reçu au plus tard soixante-douze (72) heures après l heure fixée pour le début d une rencontre ou, si une décision est prise en dehors du contexte d une rencontre, au plus tard soixante-douze (72) heures après que la décision contestée aura été prise Aucun appel ne peut être déclaré nul en raison de l insuffisance de l avis d appel, mais le Comité permanent d appel peut exiger de toute personne interjetant appel qu elle soumette un nouvel avis écrit, conformément aux instructions du Comité ou de l un de ses sous-comités Tout sous-comité du Comité permanent d appel peut proroger le délai de signification d un avis d appel au-delà des soixante-douze (72) heures précisées au paragraphe 13.1 dans les cas où une personne souhaitant interjeter appel donne une raison satisfaisante pour lesquelles l avis d appel a été signifié en retard Aucune circonstance ne justifie qu un appel au Comité permanent d appel soit présenté plus de sept (7) jours après la date fixée pour le début d une rencontre ou, si une décision est prise en dehors du contexte d une rencontre, après que la décision contestée aura été prise, sauf si l appelant proposé ne connaissait pas et n aurait pu raisonnablement connaître la décision contestée Signification de l avis d appel Page 8 de 13

9 14.1 Un avis d appel doit être signifié au Comité permanent d appel en étant remis en mains propres, par la poste ou par télécopieur, au bureau de l association provinciale ou territoriale concernée ou à tout autre endroit précisé par le Comité permanent d appel Le Comité permanent d appel signifie l avis de chaque appel à chacune des personnes suivantes : (c) (e) (f) (g) le président de l association de la province ou du territoire du litige; le président de l association de circonscription du litige; si l appel porte sur la nomination d un candidat à une association de circonscription, le chef, chaque personne mise en nomination, le président de la campagne provinciale ou territoriale et les coprésidents de la campagne nationale; si l appel porte sur l élection de délégués à un congrès national ou à un congrès à la direction du PLC, chaque personne qui a été nommée délégué, et dont le statut, comme candidat élu ou défait au titre de délégué, pourrait être affecté par le règlement de l appel; si l appel concerne l élection de délégués à un congrès à la direction du PLC, un représentant de chaque candidat à la direction; si l appel porte sur un aspect quelconque de la conduite d une rencontre de mise en candidature ou d une rencontre de sélection des délégués, le président d assemblée et directeur du scrutin; les autres personnes qui semblent selon le Comité permanent d appel avoir un intérêt direct dans le règlement de l appel, ou qui peuvent être désignées par le Comité permanent d appel ou par l association provinciale ou territoriale Déclaration de renseignements 15.1 Le Comité permanent d appel ou tout sous-comité y afférent peut demander à l appelant ou à l autre partie à un appel de déposer une déclaration de renseignements soixante-douze (72) heures avant le début de l audition de l appel, afin de fournir des informations concernant tout ou partie des questions suivantes : un résumé des faits importants touchant les questions soulevées dans le cadre de l appel; une liste des témoins et une brève explication de la preuve de ces témoins; Page 9 de 13

10 (c) une liste de toutes les règles invoquées à l appui de l appel; les autres questions touchant l appel Le Comité permanent d appel ou tout sous-comité de celui-ci peut à tout moment avant ou au cours d une audition, exiger que le PLC, l association provinciale ou territoriale pertinente ou l association de circonscription pertinente lui fournisse toute information ou documentation qu elle estime nécessaires pour l examen complet et le règlement équitable d un appel, y compris, sans limiter la généralité de ce qui précède : (c) (e) les listes électorales ou les listes des membres de l association de circonscription; les formulaires d adhésion de l association de circonscription; les listes et autres documents présentés par toute personne en même temps que les formulaires d adhésion; la preuve de paiement des frais d adhésion, y compris les reçus, les dossiers de dépôt et les livres comptables; les bulletins de vote utilisés lors d une rencontre, qu une motion ait été adoptée ou non en ce qui concerne leur destruction Coûts 16.1 Au plus tard à 17 h, heure locale, le jour ouvrable suivant la date à laquelle un avis d appel est déposé, l appelant verse, par chèque certifié ou mandat à l ordre du Parti libéral du Canada, un droit d appel de $ au Comité permanent d appel qu il remet au bureau de l association provinciale ou territoriale concernée. Si le droit d appel a n est pas reçu dans le délai fixé dans les présentes, l appel est réputé avoir été abandonné Dans des circonstances exceptionnelles, l un ou l autre des coprésidents du Comité permanent d appel, ou le membre de la province ou du territoire du litige peut accorder une prorogation du délai prévu au paragraphe Le montant du droit d appel peut être modifié par le membre provincial ou territorial, en consultation avec les coprésidents du Comité permanent d appel, et l exécutif de l association provinciale ou territoriale Le Comité permanent d appel peut exiger que toute personne souhaitant avoir un statut juridique dans le cadre de l appel, autre que le président de la campagne, le PLC ou une association provinciale ou territoriale, lui Page 10 de 13

11 verse des droits d intimé, au même montant que déterminé en vertu des règles 16.1 et Toutes les dépenses des procédures doivent être payées par l association provinciale ou territoriale concernée sur le produit des droits prélevés Dans des circonstances exceptionnelles, lorsqu une personne est véritablement dans l incapacité de payer les droits, ou si le paiement de ces droits risque d aboutir à de graves difficultés financières, le Comité permanent d appel ou tout sous-comité de celui-ci peut supprimer ou réduire les droits Dans des circonstances exceptionnelles, où il apparaît au Comité permanent d appel que les dépenses d une procédure complexe excéderont le montant des droits perçus, le comité peut établir des droits supplémentaires, jusqu à un maximum de 750,00 $ par partie et par jour, pour tout participant à la procédure, autre que le président de la campagne, le PLC ou l association provinciale ou territoriale, et toute partie qui ne parvient pas à verser ces droits supplémentaires pourra se voir refuser de poursuivre le processus d appel Le Comité permanent d appel peut ordonner que l excédent des droits sur les débours soit versé à l une des parties et, à cet égard, il doit prendre en considération les questions suivantes : (i) (ii) (iii) (iv) le règlement de l appel sur le fond; la conduite des parties tout au long du processus d appel, et en particulier, les comportements qui peuvent avoir eu une incidence sur le niveau de dépenses engagées; la situation financière des parties; les dépenses indirectes engagées par le PLC ou l association provinciale ou territoriale (par exemple, le temps consacré par le personnel aux photocopies, etc.) dans l administration de l appel En l absence d une ordonnance contraire du Comité permanent d appel, l excédent des droits sur les débours doit être conservé par le Parti libéral du Canada Décisions 17.1 Les décisions écrites ou les motifs de décisions doivent être envoyés par la poste, par télécopieur ou par courriel aux parties à un appel. Partie D Processus court Page 11 de 13

12 18.0 Processus 18.1 Le processus court doit être utilisé dans tous les appels, sauf si un sous-comité du Comité permanent d appel chargé d entendre un appel établit que c est le long processus qui doit être utilisé Sous réserve des paragraphes 3.2, 3.3 et 8.2, le processus court doit suivre les règles 7, 8, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16 et 17 des présentes Invocation Partie E Processus long 19.1 Tout sous-comité du Comité permanent d appel peut, avant l audition, ou lors d une audition, ordonner que l audition d un appel soit traitée conformément au processus long énoncé aux présentes Processus 20.1 Si un sous-comité du Comité permanent d appel a établi que le processus long doit être utilisé, il peut ordonner aux parties à un appel, ou à certaines d entre elles, d adopter en tout ou en partie les mesures suivantes : (c) les parties, ou certaines d entre elles, dressent une liste détaillée par écrit des faits et des questions d importance relatifs à l appel; les parties, ou certaines d entre elles, doivent établir une liste écrite des témoins, et énoncer un résumé complet de la preuve de chaque témoin; les parties, ou certaines d entre elles, doivent produire tous les documents, les bandes informatiques, ou toute autre information, stockée de quelque façon que ce soit, concernant les faits et les questions d importance en litige; les parties, ou certaines d entre elles, doivent fournir la preuve par affidavit, sous serment, de leurs connaissances, informations ou convictions sur les faits ou les questions d importance relatives à l appel; (e) les parties, ou certaines d entre elles, remettent une argumentation écrite en indiquant les faits et les questions d importance à la fin de l audition de l appel; (f) les parties, ou certaines d entre elles, peuvent devoir adopter d autres mesures raisonnablement nécessaires pour avoir une Page 12 de 13

13 audition équitable et complète de tout appel dans les meilleurs délais Sinon, sous réserve des paragraphes 3.2, 3.3 et 8.2, le processus long doit suivre les règles 7, 8, 9, 11, 12, 13,14, 15, 16 et Directives Partie F Divers 21.1 Le Comité permanent d appel peut, de sa propre initiative ou à la demande d une association provinciale ou territoriale, donner des directives qui font partie des présentes règles, et ces directives sont publiées dans les annexes jointes aux présentes règles Les directives publiées peuvent traiter de toute question de procédure touchant à l audition d appels et peuvent s ajouter aux présentes règles ou les modifier, selon le cas Date d entrée en vigueur et disposition transitoire 22.1 Les présentes règles entrent en vigueur le 17 juin Lorsqu un appelant a, par communication écrite au PLC, à une association provinciale ou territoriale, à un coprésident du Comité permanent d appel ou à un membre provincial ou territorial, ou à un président de campagne provinciale, territoriale ou nationale, exprimé l intention d interjeter appel devant le Comité permanent d appel, avant l entrée en vigueur des présentes règles, l avis d appel est réputé avoir été donné en temps opportun, et à tous autres égards, les présentes règles sont applicables. 17 juin 2014 Page 13 de 13

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

Parti libéral du Canada Conseil des présidents. Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil

Parti libéral du Canada Conseil des présidents. Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil Parti libéral du Canada Conseil des présidents Règlement 2 Procédure pour l élection des Dirigeants du Conseil Le présent règlement établit les procédures pour l élection des Dirigeants du Conseil des

Plus en détail

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine

Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine ANNEXE V Règlement applicable à la procédure administrative concernant l enregistrement abusif de noms de domaine Définitions Article premier I. DISPOSITIONS GÉNÉRALES Aux fins du présent règlement, on

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES

RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES RÈGLEMENT SUR LA PROCÉDURE DE CONCILIATION ET D'ARBITRAGE DES COMPTES DES SEXOLOGUES NOTE IMPORTANTE Conformément à l alinéa 1 de l article 12 des Lettres patentes constituant l Ordre professionnel des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC.

CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE RESTAURANT BRANDS INTERNATIONAL INC. Adoptée le 11 décembre 2014 La présente charte détaille le but, la composition,

Plus en détail

Parti libéral du Canada. Procédures d enregistrement au Scrutin pour l élection d un chef

Parti libéral du Canada. Procédures d enregistrement au Scrutin pour l élection d un chef Parti libéral du Canada Procédures d enregistrement au Scrutin pour l élection d un chef Ces procédures sont établies par le Comité sur le scrutin pour l élection d un chef en vertu du paragraphe 63 (2)

Plus en détail

Allocation d impression

Allocation d impression Allocation d impression Admissibilité Tous les députés ont le droit d imprimer et de poster aux ménages de leur circonscription trois envois collectifs avec dispense d affranchissement par exercice financier.

Plus en détail

Règles nationales pour la sélection de candidat(e)s pour le Parti libéral du Canada

Règles nationales pour la sélection de candidat(e)s pour le Parti libéral du Canada Règles nationales pour la sélection de candidat(e)s pour le Parti libéral du Canada Telles qu amendées par le Comité national de préparation aux élections, le 17 décembre 2013 RÈGLES NATIONALES POUR LE

Plus en détail

Rapport du Directeur général des élections sur la mise en application de l article 490 de la Loi électorale. Élections générales.

Rapport du Directeur général des élections sur la mise en application de l article 490 de la Loi électorale. Élections générales. Rapport du Directeur général des élections sur la mise en application de l article 490 de la Loi électorale Élections générales du 8 décembre 2008 Directeur général des élections du Québec, 2008 Dépot

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO

Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO Règlement intérieur de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario Annexe 2 ASSOCIATION DES TRADUCTEURS ET INTERPRÈTES DE L'ONTARIO CODE DE PROCÉDURE DU COMITÉ DE DISCIPLINE Adoptée par l

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants :

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants : Règlements de la section locale du Bureau de la traduction (Adoptés le 15 août 2012) 1 RÔLE ET COMPOSITION DE LA SECTION LOCALE 1.1 La section locale Bureau de la traduction réunit tous les employés du

Plus en détail

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A)

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) Principes Critères Protocole Compétences aux fins de l obtention du titre de ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) I INTRODUCTION L arbitrage est un processus par lequel les parties prenantes à un différend

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel

1. Politiques en matières d appel. 2. Définitions. 3. Portée de l appel 1. Politiques en matières d appel L Association Québec Snowboard ( ci-après désignée par AQS ) reconnaît le droit de tout Membre d en appeler des décisions de l AQS et offre par les présentes un processus

Plus en détail

FÉDÉRATION DES COOPÉRATIVES MIGROS (FCM) Règlement électoral. du 26 mars 2011

FÉDÉRATION DES COOPÉRATIVES MIGROS (FCM) Règlement électoral. du 26 mars 2011 FÉDÉRATION DES COOPÉRATIVES MIGROS (FCM) Règlement électoral du 6 mars 0 Conformément à l art. lit. p des statuts FCM du 7 octobre 007 et au vu des propositions adoptées par l administration les décembre

Plus en détail

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS Article 1er : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec),

CONTRAT. PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), CONTRAT ENTRE : PARTICIPANT, personne morale légalement constituée sous le régime des lois du Canada, ayant un établissement au (Québec), ci-après nommée le «Participant», ET : HYDRO-QUÉBEC, personne morale

Plus en détail

Société Inter-Rives de l'île Verte Inc. Règlements généraux version 2011

Société Inter-Rives de l'île Verte Inc. Règlements généraux version 2011 Société Inter-Rives de l'île Verte Inc. Règlements généraux version 2011 SECTION 1: GÉNÉRALITÉS Article 1 Dénomination sociale «La Société Inter-Rives de l'île Verte Inc». Dans les règlements qui suivent,

Plus en détail

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables :

RÈGLE 60 DÉPENS. (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Mode général de liquidation des dépens RÈGLE 60 DÉPENS (1) Si une partie a droit, en vertu des présentes règles ou d une ordonnance, à des dépens payables : Dépens raisonnables a) par une autre partie;

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat.

REGLEMENT INTERIEUR. Aucune disposition du règlement intérieur ne peut être adoptée si elle n est pas en conformité avec les statuts du syndicat. CHAMBRE DE L INGENIERIE ET DU CONSEIL DE FRANCE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I DISPOSITIONS PRELIMINAIRES Article 1 er OBJET Le présent règlement, établi en vertu des dispositions de l article 4 des statuts

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Projet de loi n o 58. Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec Présentation Présenté

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012)

Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) Modifications du Code de l arbitrage en matière de Sport (entrée en vigueur le 1.1.2012) S5 Les membres du CIAS sont désignés pour une période renouvelable de quatre ans. Les nominations doivent avoir

Plus en détail

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers

Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Règlement relatif à la formation permanente Institut professionnel des Agents immobiliers Ratio legis du règlement relatif à la formation professionnelle permanente: Le Conseil national plaide pour un

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Relevant du livre II SIREN 776 950 677

Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Relevant du livre II SIREN 776 950 677 Mutuelles de France 70 Boulevard Matabiau BP 7051 31069 TOULOUSE CEDEX 7 Tél 0 810 131 111 Fax 05 61 63 03 77 Règlement intérieur MUTAMI page 1/5 suite à l Assemblée

Plus en détail

Cour suprême du Canada. Statistiques 2004 à 2014

Cour suprême du Canada. Statistiques 2004 à 2014 Cour suprême du Canada Statistiques 2004 à 2014 Cour suprême du Canada (2015) ISSN 1193-8536 (Imprimé) ISSN 1918-8358 (En ligne) Photographie : Photographie Cochrane introduction Le rapport présente des

Plus en détail

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE

LIBERTE SOCIALE STATUTS LIBERTE SOCIALE LIBERTE SOCIALE STATUTS Article 1 : CONSTITUTION Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts, ayant participé à l assemblée constitutive du 12 février 2014, une association régie par la loi

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

MAISON KULTURA STATUTS

MAISON KULTURA STATUTS Route de Chêne 41b - CH 1208 Genève - Tél. 022/340 71 11 - Fax 022/344 71 92 - www.kultura.ch MAISON KULTURA STATUTS I. NOM, DURÉE, SIÈGE Dénomination Art. 1 L Association «Maison Kultura» est une fédération

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines

Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines République Tunisienne Instance Nationale des Télécommunications ---------------------------------- ------------------------------------ Règlement d arbitrage des litiges relatifs aux noms de domaines Version

Plus en détail

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES «RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement intérieur définit les modalités

Plus en détail

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage

OHADA Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte uniforme sur le droit de l arbitrage Acte adopté le 11 mars 1999 et paru au JO n 08 du 15 mai 1999 Index [NB - les chiffres renvoient aux numéros des articles] Application de l Acte uniforme : 34

Plus en détail

REGLEMENT DES OPERATIONS ELECTORALES COMITE DEPARTEMENTAL DE GOLF DU GERS.

REGLEMENT DES OPERATIONS ELECTORALES COMITE DEPARTEMENTAL DE GOLF DU GERS. REGLEMENT DES OPERATIONS ELECTORALES COMITE DEPARTEMENTAL DE GOLF DU GERS. PREAMBULE : Le présent règlement a été approuvé par le Bureau Directeur du Comité Départemental de Golf lors de sa séance du 13

Plus en détail

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS En vertu de la clause 4-1.01 de l entente locale, la Commission scolaire (ci-après la «Commission») reconnaît officiellement que les enseignantes et les enseignants

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2

TABLEAU COMPARATIF. ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct. Article 2 Article 2 TABLEAU COMPARATIF ACTE portant élection des membres au Parlement européen au suffrage universel direct Acte de 1976 Article premier Article premier Les représentants, au Parlement européen, des peuples

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Politique sur l inscription à la Liste du Nunavut

La Commission des services juridiques du Nunavut. Politique sur l inscription à la Liste du Nunavut La Commission des services juridiques du Nunavut Politique sur l inscription à la Liste du Nunavut 2010 LA COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B 1J0 Tél. : (867)

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : C. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2013 TSSDA 7 Appel No : 2013-0063 ENTRE : C. B. et Appelante Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Règlement d organisation. Commission de prévoyance

Règlement d organisation. Commission de prévoyance Règlement d organisation Commission de prévoyance Valable à partir du 1 er janvier 2012 Table des matières Art. 1 Généralités... 3 Art. 2 Composition... 3 Art. 3 Constitution... 3 Art. 4 Séances... 3 Art.

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS

STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS STATUTS DE L ASSOCIATION POUR L AMELIORATION DE LA QUALITE DE VIE ET LA PROMOTION DU SECTEUR TERTIAIRE EN VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS TITRE I : DENOMINATION, BUT ET SIEGE Article 1 Sous la dénomination

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

TRIATHLON CANADA Règlement numéro 3 Procédure d appel

TRIATHLON CANADA Règlement numéro 3 Procédure d appel TRIATHLON CANADA Règlement numéro 3 Procédure d appel 1.0 Objectif 1.1. Ce règlement d appel a pour objectif d assurer un traitement équitable, efficient et abordable des différends entre membres et participants,

Plus en détail

STATUTS. Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming)

STATUTS. Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming) Statuts Swissstream du 8 mars 2007 STATUTS Swissstream (Association suisse des prestataires de services de streaming) 1. Nom et siège Article premier Sous le nom «Swissstream», il est créé une association

Plus en détail

Ressources humaines et Développement des compétences Canada Tableau du fonds de la somme désignée pour le paiement d expérience commune

Ressources humaines et Développement des compétences Canada Tableau du fonds de la somme désignée pour le paiement d expérience commune Ressources humaines et Développement des compétences Canada Tableau du fonds de la somme désignée pour le paiement d expérience commune 30 septembre 2012 (en milliers de dollars) Le présent document ne

Plus en détail

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES

RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES Interprétation RÈGLES DE PROCÉDURE DU COMITÉ CONSULTATIF DE LA BANQUE NATIONALE DE DONNÉES GÉNÉTIQUES 1. (1) Les définitions qui suivent s appliquent aux présentes règles : «Loi» La Loi sur l identification

Plus en détail

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION

FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION CAUTIONNEMENTS FORMULAIRE STANDARD DE LA GARANTIE, COMPAGNIE D ASSURANCE DE L AMÉRIQUE DU NORD ENTENTE SUR LES MESURES D ATTÉNUATION À UTILISER AVEC LE DOCUMENT INTITULÉ CAUTIONNEMENT D EXÉCUTION HEADSTART

Plus en détail

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI

REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL DE l OHI 1 REGLES DE PROCEDURE DU CONSEIL TABLE DES MATIERES REGLE SUJET PAGE 1 Membres 3 2-3 Réunions 3 4 Invitation aux observateurs 3 5-6 Délégations 3 7-10 Ordre du

Plus en détail

RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX ET DES PARTIES PRIVÉES

RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX ET DES PARTIES PRIVÉES RÈGLEMENT D ARBITRAGE ENTRE LA BANQUE DES RÈGLEMENTS INTERNATIONAUX Date d entrée en vigueur: le 23 mars 2001 ET DES PARTIES PRIVÉES Champ d application et définitions Article 1 1. Le présent Règlement

Plus en détail

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015

Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Proposition de modification des statuts de l Association INTERPRET à l attention de l Assemblée générale du 11 juin 2015 Présentation synoptique des changements proposés Légende: Colonne de gauche: version

Plus en détail

LA PREMIÈRE LETTRE DU TRIBUNAL

LA PREMIÈRE LETTRE DU TRIBUNAL Conformément au paragraphe 48.9 (1) de la Loi canadienne sur les droits de la personne, le Tribunal doit instruire les plaintes de façon expéditive et équitable. Par conséquent, et sous réserve des directives

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Règlement des mutations

Règlement des mutations GdB Règlement des mutations Règlement adoption : CD du 16/03/12 entrée en vigueur : 01/05/12 validité : permanente secteur : ADM remplace : Chapitre 2.3-2013/1 nombre de pages : 6 5 grammes de plumes,

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE COMITÉ DES USAGERS DES SERVICES À LA VIE ÉTUDIANTE. Modifiés et adoptés lors du Comité de la vie étudiante

RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE COMITÉ DES USAGERS DES SERVICES À LA VIE ÉTUDIANTE. Modifiés et adoptés lors du Comité de la vie étudiante RÈGLEMENTS DE RÉGIE INTERNE COMITÉ DES USAGERS DES SERVICES À LA VIE ÉTUDIANTE Modifiés et adoptés lors du Comité de la vie étudiante du 28 septembre 2012 Sommaire 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 3 1.1 Objet...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les modalités d application des Statuts : organisation des structures

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Statuts de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (statuts de la SCH) du xx juin 2015 L assemblée générale de la SCH (société), vu l art. 12, al. 1, de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

CENTRE D ACTION BÉNÉVOLE BORDEAUX-CARTIERVILLE STATUTS ET RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX

CENTRE D ACTION BÉNÉVOLE BORDEAUX-CARTIERVILLE STATUTS ET RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX CENTRE D ACTION BÉNÉVOLE BORDEAUX-CARTIERVILLE STATUTS ET RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX Adoptés par l Assemblée générale le 4 juin 2012 1 CHAPITRE 1 ARTICLE 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES DÉFINITIONS 1.1 NOM La présente

Plus en détail

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants Règlement intérieur de l Union des Démocrates et Indépendants TITRE I - LES ADHERENTS Article 1 : Adhésions, cotisations et dons Les demandes d adhésion sont adressées soit aux fédérations, soit aux personnes

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «RESTAU VOULDY»

STATUTS DE L ASSOCIATION «RESTAU VOULDY» STATUTS DE L ASSOCIATION «RESTAU VOULDY» ARTICLE 1 CHAPITRE 1 NOM OBJET ET DURÉE DE L ASSOCIATION Entre les personnes réunissant les conditions déterminées à l article 6, il est formé une ASSOCIATION ayant

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial.

Fondée le 12 juin 1979 à la demande de Sœur Emmanuelle, l association ne poursuit pas de but politique, confessionnel ou commercial. STATUTS ASASE ASSOCIATION SUISSE DES AMIS DE SŒUR EMMANUELLE 19, rue du Rhône 1204 Genève T: +41 (0)22 311 20 22 F: + 41 (0)22 310 21 93 info@asase.org www.asase.org VERSION 2011 A. Raison sociale, but,

Plus en détail

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription

PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC. Termes et conditions et formulaires d inscription PROGRAMME INCITATIF POUR LES FIRMES DE NÉGOCIATION POUR COMPTE PROPRE DU QUÉBEC Termes et conditions et formulaires d inscription 1. APERÇU Le programme incitatif pour les firmes de négociation pour compte

Plus en détail

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation

Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation Avis écrits, lignes directrices et notes d interprétation En vertu de l article 16.1 de la Loi électorale du Canada, le directeur général des élections établit des lignes directrices et des notes d interprétation

Plus en détail

ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION

ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION "L ABTOF travaille au nom des professionnels du tourisme programmant la France. Le but essentiel de l association est de conseiller et d influencer les actions

Plus en détail

Citation : C. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1236 C. G. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : C. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1236 C. G. Commission de l assurance-emploi du Canada Citation : C. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1236 Date : 21octobre 2015 Dossier : AD-13-110 DIVISION D APPEL Entre: C. G. Appelant Commission de l assurance-emploi du Canada

Plus en détail

STATUTS DE L ASMAV. Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise

STATUTS DE L ASMAV. Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise STATUTS DE L ASMAV Association suisse des médecins assistants et chefs de clinique section vaudoise I.- NOM, SIEGE, BUT ET DUREE Article 1 er : Nom L Association suisse des médecins assistants et chefs

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 480 RÈGLEMENT CONSTITUANT UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME

RÈGLEMENT NUMÉRO 480 RÈGLEMENT CONSTITUANT UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME PROVINCE DE QUEBEC MUNICIPALITÉ DE VAL-MORIN MRC DES LAURENTIDES RÈGLEMENT NUMÉRO 480 RÈGLEMENT CONSTITUANT UN COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME ATTENDU QUE la Loi sur l Aménagement et l urbanisme prévoit

Plus en détail

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives

Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 103 (2005, chapitre 17) Loi modifiant la Loi sur la justice administrative et d autres dispositions législatives Présenté le 26 avril 2005

Plus en détail

Loi sur les noms commerciaux*

Loi sur les noms commerciaux* Loi sur les noms commerciaux* (du 23 novembre 1999) TABLE DES MATIÈRES** Article Chapitre 1 er : Chapitre 2 : Chapitre 3 : Chapitre 4 : Chapitre 5 : Dispositions générales Rapports régis par la présente

Plus en détail

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur)

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) MODE DE FONCTIONNEMENT 1. Participation au Conseil mondial: Les délégués des associations membres Le bureau et les

Plus en détail

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française

La Financial Supervisory Commission de La République de Corée. et la. Commission Bancaire de la République française La Financial Supervisory Commission de La République de Corée et la Commission Bancaire de la République française Considérant le fait que certaines banques et autres établissements financiers constitués

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association.

Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION. Une Charte, qui figure en annexe des statuts, précise les principes de l Association. Arte Libera STATUTS DE L ASSOCIATION TITRE 1 NOM, SIÈGE, DURÉE, CHARTE, BUT, MOYENS D ACTION Article 1 - Nom, siège, durée L Association Arte Libera sera constituée le 1 er novembre 2002 au sens des articles

Plus en détail

ACCÈS DE L AGENT FINANCIER DU CANDIDAT À L INVESTITURE AUX SERVICES BANCAIRES

ACCÈS DE L AGENT FINANCIER DU CANDIDAT À L INVESTITURE AUX SERVICES BANCAIRES ACCÈS DE L AGENT FINANCIER DU CANDIDAT À L INVESTITURE AUX SERVICES BANCAIRES Afin de faciliter l accès de l agent financier du candidat à l investiture aux services bancaires, Élections Canada offre le

Plus en détail

Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public ;

Vu la loi n 78-753 du 17 juillet 1978 portant diverses mesures d amélioration des relations entre l administration et le public ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE PARIS N o 1216457/6-2 SOCIETE D'EDITION DE MEDIAPART et Mme A. Mme David Rapporteur M. Jauffret Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le 26 février 2015 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE LIMITÉE Le conseil d administration (le «conseil») est responsable de la gérance de La Société Canadian Tire Limitée (la «Société»).

Plus en détail

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere

Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Stiftung Schweizerischer Bankenombudsman Fondation Ombudsman des banques suisses Fondazione Ombudsman delle banche svizzere Règles de procédure de l Ombudsman des banques suisses Art. 1: Mission de l Ombudsman

Plus en détail

SOLVAY SA REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR DU COMITE D AUDIT. Les membres du Comité d Audit sont nommés pour un terme de deux ans, renouvelable.

SOLVAY SA REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR DU COMITE D AUDIT. Les membres du Comité d Audit sont nommés pour un terme de deux ans, renouvelable. SOLVAY SA REGLEMENT D ORDRE INTERIEUR DU COMITE D AUDIT I. COMPOSITION DU COMITÉ D AUDIT 1. Nombre de membres - Durée des mandats Le Comité d Audit compte au moins quatre membres. Les membres du Comité

Plus en détail

Les procédures d assemblées

Les procédures d assemblées Les procédures d assemblées RÈGLES DE PROCÉDURE D ASSEMBLÉE Note : Ces règles sont principalement inspirées du «Guide de procédure des assemblées délibérantes» produit par l Université de Montréal, Secrétariat

Plus en détail

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général

Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Politique de remboursement des frais de séjour et de déplacement Adopté par le conseil des commissaires le 16 octobre 2012, résolution : C 12 138.

Plus en détail

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS

LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS LES AMIS DE CIRCUL LIVRE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 16 rue Dagorno 75012 Paris STATUTS Article 1 Constitution Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION CULTUELLE DE L ÉGLISE PROTESTANTE ÉVANGÉLIQUE DE LA GARENNE COLOMBES

STATUTS DE L ASSOCIATION CULTUELLE DE L ÉGLISE PROTESTANTE ÉVANGÉLIQUE DE LA GARENNE COLOMBES STATUTS DE L ASSOCIATION CULTUELLE DE L ÉGLISE PROTESTANTE ÉVANGÉLIQUE DE LA GARENNE COLOMBES Texte des statuts votés à l Assemblée Générale Constitutive du 25 janvier 2008. Article 1 : Titre de l Association

Plus en détail

Guide des. procédures. à la Cour de. la famille. 1 Renseignements utiles avant d introduire une cause de droit de la famille

Guide des. procédures. à la Cour de. la famille. 1 Renseignements utiles avant d introduire une cause de droit de la famille Dans ce guide 1 Renseignements utiles avant d introduire une cause de droit de la famille 2 Introduire une cause de droit de la famille Requête générale Requête individuelle pour divorce seulement Requête

Plus en détail

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

ANNEXE G MANDAT DU COMITÉ RESPONSABLE DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION Mis en place par conseil d administration, le comité responsable des ressources humaines et de la rémunération (le «comité») a pour mission d élaborer la philosophie et les lignes directrices de la société

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT RÈGLEMENT RÉGISSANT LE COMPTE CLIENT 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 3 juillet 2015 Page 2 de 13 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 4 Section 1 INTRODUCTION...

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail