Comment gérer une situation de crise après un sinistre?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment gérer une situation de crise après un sinistre?"

Transcription

1 Atelier 6 Comment gérer une situation de crise après un sinistre? Président : Patrick LAGADEC, chercheur au laboratoire d'économétrie de l'ecole polytechnique Intervenants : Roland CRISIAS, délégué aux assurances du Crédit lyonnais, Dominique LAVALLÉE, directeur de la souscription de Scor Reinsurance Company, Philippe ROCARD, directeur du département incendie, accidents, entreprises du Gan Introduction de Patrick LAGADEC «Comment gérer une situation de crise après un sinistre?» Le mot clé de notre sujet est naturellement celui de «crise», qui implique non seulement l urgence, mais encore et surtout la perte des références qui est bien le cœur du concept de crise. Comment reconstruire des références dans ces situations de grandes turbulences marquées par la surprise, de hautes incertitudes, la convergence de multiples acteurs, des problèmes très délicats de communication, la longue durée, des enjeux considérables... Pour montrer quelque efficacité et quelque responsabilité dans ce type de difficulté, il y a une exigence : revenir sur l expérience, partager avec d autres les questions qu elle pose, les enseignements qu elle permet d acquérir pour éclairer les démarches de perfectionnement. Je me réjouis donc que ce thème de la crise et cette pratique de l examen de l expérience soient au programme de cet après-midi. Pour en parler, nous avons le privilège d avoir avec nous M. Roland Crisias, du Crédit lyonnais, qui évoquera le cas du sinistre majeur touchant le siège d une grande entreprise, M. Dominique Lavallée, de la Scor, qui reviendra sur le cas d un séisme californien et de ses conséquences sur la vie économique régionale, et M. Philippe Rocard, du Gan, qui abordera les problèmes posés par le sinistre de Furiani. Intervention de Roland CRISIAS Je me demande tout d'abord si l'on peut réellement parler de crise pour qualifier l'incendie que nous avons connu. De même, je ne suis pas sûr de pouvoir vous en parler sans l'aide de mon avocat! Je vais tout de même essayer. Cela dit, je n'évoquerai pas certains sujets, et plusieurs questions resteront vraisemblablement sans réponse. 1

2 Je voudrais me présenter un peu plus en détail. Je travaille au Crédit lyonnais depuis six ans environ, après avoir effectué une carrière dans l'assurance. J'appartiens à la délégation aux assurances de cette entreprise, composée d'une petite équipe de treize personnes, qui regroupe, gère et traite les questions d'assurance. J'ai eu le redoutable privilège de m'occuper de l'événement majeur que fut «le» sinistre. Au Crédit lyonnais, lorsque nous parlons «du» sinistre, nous savons tous qu'il s'agit de l'incendie. Le dimanche matin 5 mai 1996, un incendie dévastateur éclata au siège central de la banque. Il est possible de donner de multiples sens au terme de sinistre. Mais ce mot évoque bien le drame, la catastrophe. Le sinistre du 5 mai 1996 est un incendie banal. Même s il s'est déroulé dans un établissement bancaire, il ne s'agit que de l'incendie d'un établissement, d'un immeuble parisien. Cet immeuble aurait pu être le siège d'une autre grande société, évoluant dans un autre secteur d activité. C'est dans ce contexte qu'il faut appréhender les propos que je vais tenir. La crise que nous avons connue comporte quatre «composantes». La composante majeure a trait à la communication. La deuxième concerne la reprise d'activité. A l'intérieur du siège central, il y avait, en effet, ce que nous appellerons l'atelier, l'usine, à savoir la salle des marchés de capitaux. La troisième composante est d'ordre logistique, puisque personnes ont perdu du jour au lendemain leur lieu de travail. La dernière est le règlement du sinistre. Jusqu'alors, peu de personnes avaient l'expérience de ce type d'événement dans la profession. Le sinistre s'est traduit in fine par la dévastation de mètres carrés de bureaux. Pendant dix jours, les pompiers ont été présents, même si les rapports officiels ont retenu que tout était terminé le lendemain à minuit. Il s'agit d'un des plus importants sinistres mondiaux de l'année 1996, ainsi que du plus grand sinistre d immeuble de bureaux jamais recensé. Il a coûté 1,3 milliard de francs en dommages directs et 330 millions de pertes d'activité. L'incendie s'est déclaré le 5 mai à 8 h 25. Les secours sont arrivés peu après sur les lieux. La composante communication de la crise Je veux commencer par traiter de la composante communication, et plus particulièrement des relations avec les médias. Nous avons eu la chance d'avoir un directeur de la communication disponible au moment opportun. M. Nicolas Chaîne n'était ni dans le Midi, ni en Normandie, ni en Alsace. Il était chez lui et a pu prendre en main la communication très rapidement. Il a assumé, canalisé la communication dans les deux heures qui ont suivi la survenance de l'incendie. Cette communication était dirigée à la fois vers l'interne et vers l'externe. Nous devions tout d'abord rassurer les clients, leur préciser qu'il s'agissait d'un incendie de bureaux et que, dès le lendemain, ils retrouveraient les mêmes services dans leurs agences locales. Tel fut le message diffusé. Sur le plan interne, il s'agissait de rassurer le personnel, ceux qui étaient directement concernés dans leur outil de travail comme ceux travaillant dans un établissement en crise ou sinistré, je vous laisse le choix du terme. Cet événement était d'un autre type, mais il s'agissait tout de même d'un événement dramatique. Une action de communication a donc été menée en direction des tiers pour rassurer la clientèle. En interne, la communication a été axée sur des aspects très 2

3 pratiques, comme le montre l'annonce faite aux salariés de ne pas se rendre à leur bureau habituel, mais dans d'autres lieux. Le directeur de la communication a tenu un rôle clé dans la gestion de la crise. Il s'est trouvé au carrefour d'un grand nombre d'émetteurs internes, de personnes qui apportaient de l'information, mais également d'un grand nombre de récepteurs (les médias). Ceux qui connaissent un peu les médias savent que leur rôle est difficile. Dans ce cas, je pense qu'il a été positif. La reprise d'activité La deuxième composante de la crise est la reprise des activités de ce que j'ai qualifié d'atelier ou d'usine, à savoir la salle des marchés. J'emploie cette comparaison quelque peu mécaniste car une salle des marchés ne ressemble pas à un siège social. S'il est possible d'arrêter pendant quelque temps les activités du bureau d'un directeur général, il n'en va pas de même pour les activités d'une salle des marchés. L'arrêt de ces dernières a une incidence directe sur le chiffre d'affaires. Notre salle des marchés était, par ailleurs, un exemple pour les financiers du monde entier. Avec ses 220 postes, elle était l'une des plus importantes au monde. Même si elle avait peut-être perdu son rang, elle représentait un point majeur de l'activité de marché de l'établissement. La reprise de l'activité et la gestion de la crise ont été facilitées par le fait que les personnes étaient préparées à une possibilité de crise. La reprise avait été anticipée. Les 220 postes de travail, ou desks, qui étaient en fonction dans cette salle avaient une possibilité de back-up. Comme le pire n'est pas toujours prévu, il n'y avait que 50 postes de back-up. Mais, dès le lendemain de l'incendie, le 6 mai à 9 heures, l'activité reprenait. Quelques mois plus tard, une seconde salle des marchés a été équipée d'environ 130 postes, de manière à retrouver une activité, qui ne fut certes pas totale dans les premiers mois, mais qui permit de sauver l'essentiel, c'est-à-dire le contact avec la clientèle. La baisse de l'activité a coûté 330 millions de francs, mais celle-ci n'a jamais été interrompue. La gestion de la crise a été saluée par la profession informatique et les professionnels des marchés. Cette réussite est due à la solution de repli qui avait été anticipée. La nouvelle salle des marchés a démarré au début de janvier La composante logistique La troisième composante de la crise est la composante logistique. Il est important de la mentionner, car il n'est pas évident de gérer personnes qui se retrouvent soudain sans locaux. Il y a bien évidemment des aspects humains, dont je ne vous parlerai pas. Il y a également les aspects purement matériels. Le central téléphonique était installé dans ce siège. Il fallait donc mettre en place un central de secours. La communication étant plus importante que d'habitude, davantage de personnes ont dû être sollicitées. Nous avons dû employer un personnel qui n'était pas habitué à ce type d'activité et qui a dû s'occuper du standard téléphonique. Nous devions également reloger collaborateurs, ce qui s'est fait de manière désordonnée au début. Chacun a pris contact avec des collègues situés à la Défense ou ailleurs pour trouver un endroit où poursuivre son travail. Dans les mois qui ont suivi, toutes les personnes étaient réimplantées dans des locaux à caractère définitif. 3

4 Le règlement du sinistre La quatrième composante de la crise concerne le règlement du sinistre. Aucun expert de société d'assurances, aucun régleur de sinistres n'avait connu une telle situation. Certains avaient réglé des sinistres plus importants en valeur, mais pas d'une telle complexité. Celle-ci était due à la recherche des informations, à la reconstitution du capital mobilier de mètres carrés, à l'évaluation d'un bâtiment de la fin du siècle dernier. Tout cela a posé des problèmes inédits, qui ont été réglés rapidement et de manière rigoureuse grâce à une organisation qu'il a fallu inventer. La grande difficulté a été d'ordre organisationnel. Il n'y avait pas de problème d'évaluation, mais une grande difficulté à établir, a posteriori, un immense inventaire. Il est important de souligner qu'il n'y a pas eu de victimes. D'autres scénarios auraient bien sûr pu se produire, et nous savons quelle aurait pu être leur issue. Il n'y pas eu de réelle interruption d'activité, mais une réintégration dans les quelques mois qui ont suivi et une indemnisation par les assureurs au début de l'année Ces résultats ont été obtenus pour deux raisons essentielles : la technicité des intervenants, la lucidité avec laquelle ils ont su prévoir une situation de ce type et l'extraordinaire vivacité, le dynamisme dont a fait preuve la société tout entière face à un événement dramatique. Intervention de Dominique LAVALLÉE Je travaille depuis treize ans à la Scor. J'ai passé les six dernières années à New York et les trois années qui ont précédé à Montréal. Je vais vous parler d'une autre crise majeure : le tremblement de terre de Northridge, en Californie. Ce qui m'intéressait lorsque j'ai commencé à observer cette crise était moins de comprendre comment les pouvoirs publics et les services de secours l'avaient gérée et l'opinion californienne ayant unanimement reconnu le travail formidable réalisé par ceux-ci que de connaître l'incidence qu'un événement aussi important pouvait avoir sur la vie des entreprises de la région. Je voulais savoir quelle leçon une entreprise et un gestionnaire de risques pouvaient en tirer. En m'intéressant aux catastrophes et à la gestion de crise, je me suis aperçu que les travaux universitaires traitaient principalement des réactions des victimes, des communautés, des pouvoirs publics et des services de secours. En revanche, les études générales sur les réactions et l'impact au niveau des firmes du secteur privé étaient, elles, plus rares. Les meilleures études que j'ai trouvées viennent du Disaster Research Center de l'université de l'aor et de l'université du Wisconsin. Le tremblement de terre de Northridge Les tremblements de terre américains, ceux de l'oma Priepta en 1989 et ceux de Northridge en 1994, ont été des sujets d'étude intéressants, vu leur ampleur. Northridge est une banlieue située à 30 kilomètres au nord-ouest de Los Angeles, dans la vallée de San Fernando, qui a été touchée par plusieurs tremblements de terre. C'est un endroit densément peuplé. Le tremblement de terre a produit des dégâts dans toute la région de Los Angeles et de Santa Monica. Le sinistre s'est produit le 17 janvier 1994 à 4 h 30 du matin, ce qui a limité les dégâts et le nombre de victimes. Les secousses ont duré 4

5 seulement entre dix et vingt secondes et ont été suivies d'un après-choc d une intensité de 5,9 une minute après et d une intensité de 5,6 onze heures après les premières secousses. Le sinistre a provoqué la mort de 57 personnes, et personnes ont été blessées. Je voudrais comparer ce tremblement de terre à deux autres plus récents et de même intensité : l'un en Arménie, en 1988, qui a provoqué morts, l'autre en Inde, en 1993, qui a provoqué morts. Il est clair que le faible nombre de victimes à Northridge ne tient pas qu'à l'heure matinale de l événement. Les efforts entrepris en Californie depuis longtemps pour construire des immeubles résistants ont définitivement porté leurs fruits. Le bilan du sinistre Ce sinistre reste la catastrophe la plus coûteuse pour les Etats-Unis. Le rapport Egushi de 1996 estime le coût total des dommages directs, à l'exclusion des répercussions indirectes sur l'activité économique, à 40 milliards de dollars. Ce chiffre énorme est cependant à rapprocher des valeurs économiques associées à la région de Los Angeles et de Santa Monica, lesquelles se montent à milliards de dollars. Il s'agit donc d'une des régions les plus riches des Etats-Unis. Un coût de 40 milliards correspond à un sinistre relativement modéré pour la région. Les pertes assurées s'élèvent à 12,5 milliards de dollars. Il s'agit du deuxième sinistre ayant coûté le plus cher aux assureurs, après l'ouragan Andrew de Ce dernier avait coûté 16 milliards de dollars. Les mouvements de terrain en surface ont été exceptionnellement forts. Je n'entrerai pas dans les détails techniques expliquant pourquoi ces mouvements ont été si brutaux. Une photo très connue est celle de l'écroulement de l'échangeur entre l'autoroute de la vallée de l'antilope et celui du Golden Gate. Los Angeles est connu pour ses autoroutes. Celles-ci ont été fracturées en sept endroits. 170 ponts ont subi des dommages plus ou moins importants. La rapidité avec laquelle les autoroutes et les ponts ont été remis en service est surprenante. J'ai visité la région un an après le sinistre. Les dégâts étaient encore importants à certains endroits. Ce qui était très frappant était l'impression de retour à la normale. Deux hôpitaux ont été fermés. Lorsque de grands sinistres ont lieu, les points de secours, les casernes de pompiers et les hôpitaux représentent des éléments vitaux. En Californie, on s'aperçoit que la carte des failles et celle des hôpitaux, des casernes de pompiers et de police correspondent à peu près. Ils ont la plupart du temps été déjà détruits, mais reconstruits au même endroit. C'est le cas de l'olive View Hospital de Northridge, qui avait été totalement détruit en 1971 par le sinistre de San Fernando et qui a été reconstruit au même endroit. En dépit de sa proximité avec l'épicentre, il n'a subi aucun dommage structurel. Les techniques mises au point par les ingénieurs fonctionnent donc correctement. Le sinistre de Northridge a provoqué une demande importante de la part des particuliers : demandes pour des programmes d'assistance au logement, demandes de la part des ménages. La demande des entreprises a également été forte, puisque demandes d'assistance de leur part ont été enregistrées auprès des administrations. Seuls 1,3 milliard de dollars de prêts ont été accordés. 57 % des 5

6 entreprises de Los Angeles et de Santa Monica ont été affectées d'une manière ou d'une autre par le sinistre, ce qui est un chiffre assez impressionnant. D'après une étude, le quart du coût du sinistre a été provoqué par des pertes d'exploitation. Nous allons nous intéresser à cinq éléments : l'impact direct sur les entreprises, l'impact indirect, les mesures de préparation avant et après le sinistre, le retour à l'activité normale et les enseignements à tirer de cette crise majeure. L'impact direct sur les entreprises 57 % des entreprises ont subi des dommages matériels, 39 % des dommages structurels concernant les bâtiments, 68 % des dommages non structurels (fenêtres, portes, éclairages), 56 % des dommages en mobilier, 51 % des dommages en équipements et 50 % des dommages concernant leur inventaire. 14 % des bâtiments ont été déclarés inhabitables, pendant une période donnée, par les services de secours. Les dommages médians se sont élevés à dollars et les dommages moyens à dollars. L'impact direct concerne également l'interruption de fourniture des utilités ou des life lines (lignes de vie). Les entreprises ont perdu l'accès à l'électricité, au téléphone, à l'eau, au traitement des eaux, au gaz naturel. 47 % d'entre elles ont subi à la fois ce type de dommages et des dommages structurels. Le temps moyen de restauration est remarquable, puisque le téléphone et l'électricité ont été réinstallés dans les bâtiments en vingt-quatre heures, l'eau et le gaz naturel en deux jours et le traitement des eaux en trois jours. Cela montre que les pouvoirs publics étaient bien préparés dans cette région, ce qui n'est pas toujours le cas en d'autres points des Etats-Unis. L'impact indirect C'est à ce sujet que nous voyons que les entreprises ont encore beaucoup à faire en termes de gestion de crise. Par ailleurs, la crise est alimentée par d'autres problèmes. Des sondages assez détaillés ont été réalisés auprès des entreprises de la région pour savoir comment elles s'étaient adaptées avant et après la crise, afin de déterminer ce qui, justement, avait provoqué la crise. De nombreuses conséquences auxquelles les entreprises n'étaient pas préparées se sont produites. Dans 58 % des cas, par exemple, les employés ne pouvaient pas venir travailler. L'habitation des obligeants était ellemême sinistrée dans 49 % des cas. Pour les petites entreprises, ce fut un facteur essentiel. Elles eurent peu ou pas de clients, étaient incapables de livrer, d'être livrées et ne pouvaient pas payer leurs employés. 56 % des entreprises ont dû fermer leurs portes pendant deux jours en moyenne, afin de réparer les immeubles, les structures et les équipements. Les mesures de préparation avant et après l'événement Nous avons vu que les pouvoirs publics étaient bien préparés, ce qui n'était pas le cas du secteur privé. Dans celui-ci, le nombre des mesures prises était généralement limité. En outre, lorsqu elles existaient, elles se révélaient insuffisantes. Les entreprises les mieux préparées étaient les grandes entreprises, les entreprises les mieux établies et les entreprises ayant une bonne situation financière, ce qui n'est guère surprenant. Les entreprises possédant leurs propres locaux étaient plus motivées pour se préparer à un 6

7 sinistre majeur, de même que celles qui avaient déjà subi un sinistre important, ce qui prouve que l'expérience est essentielle dans ce type de crise. Enfin, les secteurs financier et immobilier étaient également parmi les mieux préparés. Une conclusion étonnante des études menées est que le tremblement de terre de Northridge a suscité très peu d'incitations à accroître le niveau de préparation des entreprises de la région à ce type de sinistre. 13 % des entreprises seulement étaient assurées contre les risques de tremblement de terre. Les particuliers, eux, étaient mieux assurés. Moins d'un tiers des entreprises étaient logées dans des bâtiments respectant les normes sismiques les plus récentes. Enfin, une infime proportion d'entre elles avaient pris des mesures pour protéger l'inventaire et l'équipement avec des moyens aussi rudimentaires que l'accrochage des meubles, etc. Des questionnaires, qui listaient 16 mesures traditionnelles pour se préparer à un tremblement de terre, ont été envoyés aux entreprises En moyenne, elles n'avaient pris que quatre de ces mesures, comme stocker des biens de premier secours, apprendre les soins de premier secours, assister à des réunions d'information et stocker de l'eau. Comme nous le verrons plus tard, ce n'est pas ce type de mesure qui fait la différence pour la survie des entreprises. Seules 29 % des entreprises disposaient d'un plan d'urgence ; 13 % avaient non seulement un plan d'urgence, mais également un plan de redressement. En moyenne, une entreprise sur dix s'était interrogée sur les actions à mener pour rétablir l'activité normale en cas de tremblement de terre. Parmi celles qui avaient un plan de redressement, seulement 5 % avaient envisagé de déménager. Or les entreprises qui ont déménagé ont eu des chances de survie très supérieures aux autres. Ces mesures semblaient évidentes après le sinistre, mais n'avaient pas été prises auparavant et n'ont d'ailleurs pas été prises par la suite, ce qui est plus surprenant. Les entreprises interrogées après le sinistre n'ont pris depuis que quatre mesures : elles organisent davantage de réunions d'information pour les employés ; elles renforcent les étagères, protègent mieux leurs biens d'équipement ; elles assistent toujours à des réunions d'information et font évaluer les structures de leur immeuble. Le retour à l'activité normale 53 % des entreprises déclarent se porter aussi bien seize mois après le sinistre qu'avant, 23 % moins bien et 24 % déclarent se porter mieux. Dans ces conditions, il est difficile de savoir ce qui a trait aux conditions générales de l'économie. La région était en récession auparavant et a connu une reprise économique depuis. Il y a eu bien sûr la stimulation de la reconstruction. Le redressement est très différencié selon les secteurs. Le secteur manufacturier est favorisé par rapport aux services et aux commerces, qui dépendent davantage de l'économie locale. Le commerce de détail a beaucoup souffert. Par exemple, un centre commercial très populaire à Northridge a été reconstruit en dix-huit mois. Un autre centre commercial, situé un peu plus loin, a repris toute la clientèle du premier centre, qui a de grosses difficultés à retrouver son activité. La réaction des propriétaires des bâtiments a été très importante dans le redressement des entreprises. 7

8 Les enseignements à tirer Nous avons vu que l'environnement de la Californie était sans aucun doute le mieux préparé à la gestion du risque de tremblement de terre. Si un tel événement se produisait dans une autre région, les dommages seraient beaucoup plus importants. La population est généralement très consciente des risques. Les pouvoirs publics sont très bien préparés ; les entreprises, extrêmement peu. Lorsque des mesures sont prises, elles sont insuffisantes et ne visent qu'à protéger les dommages directs de l'entreprise. Les dommages directs ne sont qu'un piètre indicateur de la vulnérabilité des entreprises, comme l'ont montré les recherches menées à Northridge. Des entreprises ont subi des dommages très importants et se sont bien redressées. D'autres ont subi des dommages assez faibles et ont fait faillite. La corrélation est donc très faible. Deux éléments sont essentiels pour prévoir les chances de survie et de réaction : la résistance des entreprises aux défaillances de fournitures, la résistance des utilités, des systèmes et des infrastructures et la flexibilité face aux changements brutaux de clientèle, d'approvisionnement et de livraison. Les entreprises qui avaient des plans de survie ont bien réagi. Ces éléments sont essentiels dans une catastrophe naturelle, mais les entreprises ne les maîtrisent pas toujours. Intervention de Philippe ROCARD Jusqu'ici nous avons abordé le point de vue des entreprises qui subissent le sinistre. Je vais tenter de compléter cette analyse par le point de vue de l'assureur qui participe à la gestion d'une crise. A la différence des cas traités précédemment, celui que je vais aborder ne relève pas de l'assurance de choses. Dans l'assurance de choses, il est clair qu'en face de la victime, particulier ou entreprise, il y a un assureur unique. Cette relation unique facilite, en règle générale, la résolution de la crise. Le sinistre de Furiani Cependant, existe un certain nombre de situations, comme celles impliquant une assurance de responsabilité civile, où il y a une multiplicité d assureurs face aux victimes. Le cas de Furiani en est une illustration. Un acteur a construit la tribune, un autre l'a vérifiée, une commission a examiné l'ensemble, le club de football a organisé la manifestation, qui se déroulait sous l'autorité de la Ligue nationale de football. Il y a donc de multiples intervenants et de multiples assureurs, tous impliqués dans l'événement. Une telle multiplicité d'acteurs crée des risques de débordements, de dénigrement, de dysfonctionnements, qui peuvent aggraver la crise. Il peut également y avoir des «satellites», suivant le vocable de la profession, qui viennent amplifier le phénomène en proposant aux victimes des services de toute nature. Ces services contribuent parfois à rendre la résolution de la crise encore plus difficile. Les sinistres de responsabilité civile sont donc des vecteurs potentiels de crise, non seulement pour les victimes, mais aussi pour les assureurs eux-mêmes. 8

9 L'exemple de Furiani permet de comprendre la situation. Ce sinistre a eu lieu un 5 mai, comme celui du Crédit lyonnais, mais quatre ans plus tôt. La tribune du stade fabriquée spécialement pour le match de demi-finale de la Coupe de France s'est effondrée. Le bilan a été de 15 morts et blessés, ce qui représente un quart des victimes du tremblement de terre qui vient d'être évoqué. A l'échelle de la population française, nous nous trouvons devant un sinistre d une ampleur comparable. Cet événement a été amplifié dès l origine par le fait qu'il se situait dans une île à la sensibilité particulière et que les médias y ont assisté en direct. Dès le départ, tous les éléments étaient donc réunis pour qu'il y ait une crise. Les caractéristiques de la crise L analyse a posteriori de ce sinistre montre que les deux éléments qui vont prédominer durant la crise sont la recherche des responsabilités, des «coupables», et l'indemnisation des victimes. Ce sont d'ailleurs les deux questions clés soulevées par les médias dans les jours qui ont suivi le drame. Or, dans les situations de crise, un acteur joue presque toujours un rôle majeur : l Etat. En règle générale, l'etat, avec son représentant, le préfet, à la tête du plan Orsec, est le restaurateur de l'ordre et permet à chacun de retrouver sa place et sa fonction. Le préfet restaure l'ordre en annonçant que tout est maîtrisé, que les secours ont bien fonctionné et que la vie normale peut reprendre. Une caractéristique de Furiani est que l'événement se situe dans une zone où l'etat est affaibli et peut de plus être rendu responsable. En effet, l'etat a un rôle de contrôleur sur les installations en cause. L'habituel restaurateur de l'ordre, celui qui joue normalement un rôle de référent, ne peut donc donner sa pleine mesure. Se trouvent réunis tous les ingrédients d une crise majeure : une attente claire des victimes, qui souhaitent une indemnisation rapide, un Etat affaibli, des médias très présents... Et, pour chacun de ces acteurs, la perception de la notion du temps diffère. Ainsi, les tribunaux chargés de rechercher les responsabilités ont leur propre échelle de temps, différente de celle des victimes. Les assureurs ont également la leur, qui n'est pas nécessairement la même que celle des victimes. En effet, un assureur placé dans une telle situation doit normalement attendre que les responsabilités aient été établies pour que chacun puisse utiliser ses garanties, dans la limite des plafonds prévus. Dans le cas de Furiani, compte tenu du procès pénal qui devait intervenir, cela signifiait une attente très longue. Les assureurs ont également une obligation envers les victimes. Lorsque les plafonds de garanties peuvent être dépassés, il convient de répartir les indemnités entre les différents demandeurs. S'il commence à dédommager les victimes, l'assureur pourra se trouver dans une situation difficile à l égard de celles qui vont «arriver» trop tard dans le processus. En effet, ces victimes arrivées au moment où le plafond est dépassé se trouveront alors lésées. La logique de l'assureur, dans un événement de ce type, est donc d'attendre. Il en résulte un risque de confrontation entre la logique de la victime, qui attend une indemnisation rapide, et celles des assureurs et des tribunaux, qui se donnent le temps d'apprécier l'événement pour le résoudre dans son ensemble et sa complexité. Ces deux logiques auraient pu conduire à un affrontement, notamment dans le cas de Furiani, et provoquer 9

10 une crise importante. Des rebondissements auraient pu avoir lieu sur la profession d'assureur, amenant à la remise en question de celle-ci. La décision des assureurs En fait, les assureurs concernés ont décidé de prendre les choses en main ensemble, d'être actifs dans la gestion de la crise, ce qui est une originalité à noter. Dans les jours suivant le sinistre, ils ont pris la décision d'alimenter un fonds et de procéder à des indemnisations rapides pour les victimes les plus touchées. Ces dernières ont très vite reçu des provisions. Il y a donc eu une véritable implication des assureurs, qui ont choisi de briser la logique habituelle pour en adopter une nouvelle. Les raisons d un bilan positif pour les assureurs Avec le recul que nous avons aujourd'hui, cette opération semble un véritable succès. Une année après le sinistre, la lecture des comptes rendus de presse montre que deux éléments paraissent au centre des préoccupations de la population. Le premier est la recherche des responsabilités. De manière caricaturale, «il faut que le coupable soit puni». Le second élément n'est plus l'indemnisation comme au début de la crise, mais la nécessité de reconstruire un vrai stade de football à Bastia. Après un an, la crise a donc été dépassée en ce qui concerne les indemnisations, ce qui ne signifie pas que tout s'est fait sans heurts. Il y a eu notamment une occupation des locaux d'un des assureurs pendant quelques jours, en février La rapidité de réaction Quand nous tentons, avec le recul, d'analyser les raisons de ce succès, notre attention se porte sur quatre éléments principaux. Le premier est la rapidité de réaction. Les assureurs ont décidé de mettre en place un fonds et de régler les premières provisions dans les jours qui ont suivi l'événement, puis ils ont assumé cette décision devant le public. Dès le 14 mai, les directeurs d'un certain nombre de sociétés se sont rendus sur les lieux pour le faire savoir aux représentants des victimes. Il est rare que des directeurs de sociétés d'assurances se déplacent sur le site pour dire à un ensemble de victimes qu'ils vont assumer la crise, alors qu'ils ne savent pas combien celle-ci va coûter, si leur plafond de garantie va être ou non dépassé, et qu'ils ne connaissent pas la répartition des responsabilités. La mise en place d'équipes dédiées Le deuxième élément fut la mise en place d'équipes pour la gestion des sinistres. Ces équipes se trouvaient en Corse, à Marseille et à Paris. Là encore, il s'agit d'un élément indispensable pour résoudre une crise. Il faut savoir se dégager de la gestion courante pour se focaliser sur la crise. C'est ce qu'ont fait les assureurs en dédiant des équipes à cette mission. La création d'une structure intermédiaire entre les assureurs et les victimes Le troisième élément est lié à la mise en œuvre d'une structure tampon entre les victimes et les assureurs. Ce terme de tampon n'est pas péjoratif. Les assureurs n'ont pas une crédibilité importante auprès de la population, comme le montrent régulièrement les sondages. Face aux victimes, il a été utile d'avoir une structure de dialogue. Un comité 10

11 de pilotage a été créé. Il réunissait des représentants des tribunaux locaux, le président de la cour d'appel de Bastia, des avocats, des représentants des victimes, etc. Les assureurs n'en faisaient pas partie. Le rôle de chacun était clair. Les assureurs ont pu négocier avec une structure qui permettait de se focaliser sur les vrais sujets. Ont ainsi pu être définis des modalités d'expertises contradictoires, des barèmes d'indemnisation et l'ensemble du processus d'indemnisation, en accord avec cette structure. Celle-ci se chargeait ensuite de parler avec les victimes et les aidait. Elle présentait même de nombreux dossiers de victimes aux assureurs et jouait le rôle d'un véritable intermédiaire. L'existence de cette structure est donc à souligner. Elle a eu un rôle que les assureurs ont du mal à jouer et qui ne correspond pas à leur véritable fonction. Ce rôle est l'accompagnement de la victime dans le «dépassement psychologique» de ce qu'elle vient de subir. Les victimes ont souvent besoin de cet accompagnement psychologique. Or, les assureurs ne sont pas habitués à le faire. Ce type de structure intermédiaire peut plus facilement remplir cette fonction. La communication Le quatrième élément de succès rejoint celui que M. Roland Crisias a mis en avant, puisqu'il s'agit de la communication. Dans l'affaire de Furiani, les assureurs ont régulièrement communiqué. Ils n'ont rien fait d'extraordinaire, mais, dans un premier temps, ils ont dit ce qu'ils allaient faire. Puis ils ont fait ce qu'ils avaient dit. Enfin, ils ont dit ce qu'ils avaient fait. Alors un nombre significatif de communiqués a été émis et les assureurs se sont déplacés sur les lieux du drame. Ce sont les quatre éléments principaux qui permettent de dire que cette crise a été bien surmontée. Si une difficulté est née a posteriori, elle ne concerne pas les victimes, mais l'etat et les caisses de la Sécurité sociale. Il avait été initialement prévu que les assureurs se consacreraient à l'indemnisation prioritaire des victimes. Or, il y a, depuis quelques mois, une demande de prise en charge de prestations que les caisses de la Sécurité sociale ont réalisées, créant un nouveau rebondissement. Les répercussions de la situation de crise chez l assureur Au-delà du cas de Furiani, je pense qu'il faut se demander si les assureurs peuvent euxmêmes être placés en situation de crise en cas de sinistre survenant chez un assuré. Dans quelle mesure une crise peut-elle se propager d'une entreprise à son assureur? En y réfléchissant, il apparaît que cela peut se produire dans certains cas. Les répercussions sur le cours de Bourse de l assureur L'assureur peut se trouver exposé à de fortes oscillations de son cours de Bourse. Un mémoire d'actuariat1 a analysé en détail cette situation. Je conseille sa lecture aux statisticiens qui sont dans la salle. Ce mémoire montre l'impact des sinistres importants sur les cours de Bourse des assureurs, qui se traduit par une baisse du cours de deux à six jours après le sinistre. Cette baisse dépend de la capacité de l'assureur à expliquer ses traités de réassurance et leur portée. Après un sinistre important, il existe donc un devoir d'explication de l'assureur, qui doit montrer que la crise n'engendre pas une crise dans sa propre société. 11

12 Le cas des frontings Autre cas de figure possible : les frontings. Quand un assureur prend en charge un risque très important et le cède en quasi-totalité, il a l'impression en souscrivant de ne supporter que peu de risque, alors que son engagement facial est très important. Si le sinistre survient, il y aura toute une série d'implications pour l'assureur, la réglementation française étant fondée sur les engagements bruts de réassurance. Il y aura notamment des répercussions sur la couverture des engagements réglementés, élément essentiel dans la conduite d'une société d'assurances. Rappelons qu'il faut avoir un actif couvrant les engagements pris. L'actif doit donc être augmenté de plusieurs milliards de francs pour faire face aux provisions en brut, avant que la chaîne de réassurance ne fasse son effet. Augmenter ses postes d'actifs de quelques milliards de francs n'est pas aisé, surtout sous l œil de la presse et des analystes financiers. Il y a là un risque particulier, qui peut rebondir sur l'assureur après un événement important. Les professionnels doivent donc être vigilants. Ils ne mesurent pas toujours les implications éventuelles en cas de crise. Leur marge de solvabilité peut aussi être affectée. Vous savez qu elle est un élément essentiel pour juger un assureur. Or elle est fortement touchée par un accident important sur un fronting. 1. G. Rosenwald, Effet d un sinistre sur le cours de Bourse de l entreprise assurée (IAF, 1994). La mise en cause du professionnalisme de l assureur La dernière possibilité de propagation d'une crise sur l'assureur peut être un événement du type de Bhopal ou de San Juan de Ixhuatepec explosion de gaz combustibles liquéfiés ayant provoqué des centaines de morts. L'assureur de l'installation ou de l'entreprise, l'assureur de responsabilité civile ou de biens peut se retrouver face à une situation dans laquelle ses conseils en termes de prévention ont été clairement dépassés et se révèlent insuffisants. Par ailleurs, les limites de garantie peuvent ainsi être disproportionnées par rapport à l'ampleur de l'événement. Le professionnalisme de l'assureur peut être mis en cause, puisque, en termes de prévention et de plafond de garantie, il n'aura pas fourni les bons conseils. Il peut donc se retrouver attaqué par les médias dans sa légitimité même. Il n'y a ni solution ni parade idéales, si ce n'est de rester des professionnels de l'assurance raisonnant sainement, même dans un marché à la baisse comme celui d'aujourd'hui. Sur un marché baissier, notre devoir est de ne pas céder aux tentations en matière de garantie, de tarif et de prévention. 12

13 Débat De la salle : J'ai une question pour M. Roland Crisias, qui terminait son exposé en disant qu'il n'y avait pas eu de victimes dans l'incendie du Crédit lyonnais. Que faitesvous des victimes psychologiques? Pouvez-vous dire qu'il n'y a pas eu de personnes touchées psychologiquement à la suite de l'incendie? Roland CRISIAS : Vous avez raison. En fait, je disais que l'incendie n'avait pas fait de morts. Effectivement, il y a eu quelques blessés pendant les opérations de secours. De la salle : J'ai également une question au sujet du Crédit lyonnais. Quelles ont été les mesures concrètes prises par la banque à la suite de l'incendie, notamment pour la protection des dossiers d'engagement et des dossiers contentieux? Quels sont les coûts engagés? Roland CRISIAS : A quelle époque situez-vous votre question? De la salle : Après l'incendie, avez-vous pris des mesures concrètes et nouvelles? Je pense, notamment, à des équipements en armoires fortes pour la protection des dossiers de crédit, d'engagement. Roland CRISIAS : J'aurais vraiment dû venir avec mon avocat! Je ne peux pas vous donner d'informations sur ce sujet. Ainsi, je ne peux vous dire dans quelles conditions les dossiers sont aujourd'hui stockés. De la salle : Je connais assez bien le milieu des pompiers. Il est vrai que ce sinistre a été très étonnant, notamment en ce qui concerne son origine. Deux éléments sont à noter. Tout d'abord, les services de secours présents dans l'immeuble ont mis beaucoup de temps avant de prévenir les pompiers de Paris. Il y aurait donc eu une carence dans l'organisation interne des secours. De plus, lorsque les pompiers de Paris sont intervenus, ils ont mis énormément de temps pour accéder au foyer du sinistre. Je n'ai pas pu vérifier moi-même, mais cette information vient d'un directeur de service de secours de la région parisienne. Les pompiers ont dû ouvrir les portes avec des moyens très lourds pour accéder au foyer. Roland CRISIAS : La gestion de la communication est un vrai problème, comme je vous le disais tout à l'heure! Quelques jours après le sinistre, quelqu'un est venu me prévenir qu'il y avait des graffitis me concernant, dans l'immeuble sinistré. Il s'agissait d'inscriptions de chaniter de l'époque des travaux. Récemment, il y a deux semaines, on est même venu me dire qu'il y avait eu du napalm. Il y a un certain nombre de rapports 13

14 émis et il y a des propos rapportés. Je suis venu ici pour parler de la crise liée à l'incendie et je ne me sens pas autorisé à parler des causes de ce dernier. De la salle : Je voudrais demander à Monsieur Lagadec ce qu'est une crise. Patrick LAGADEC : Monsieur Crisias a répondu lui-même. Une entreprise se retrouve dans une situation de crise lorsqu'elle a besoin de réagir rapidement à une situation qui lui est inhabituelle. De la salle : Il s'agit encore d'une question pour M. Roland Crisias. Que pensez-vous de l'utilisation de moyens vidéo? J'ai été surpris de constater qu'aucun film n'avait été réalisé au Crédit Lyonnais en prévision d'une catastrophe. Nous avons pu voir sur les écrans le directeur de la communication intervenir, puis M. Jean Peyrelevade. Leurs propos étaient différents. M. Jean Peyrelevade avait l'air plus inquiet que le directeur de la communication. Est-ce qu'aujourd'hui le Crédit Lyonnais dispose d'outils vidéo? Roland CRISIAS : Je ne suis pas directeur de la communication du Crédit Lyonnais, mais je peux vous dire avec certitude que nous n'avons pas prévu la prochaine catastrophe. Il n'y a pas de préparation absolue pour ce genre d'événement. Il n'y a que des personnes qui réagissent le mieux possible. Pour cela, elles doivent être préparées et se trouver là au bon moment, comme ce fut le cas pour le directeur de la communication. M. Philippe Rocard faisait tout à l'heure allusion à l'incidence que pouvait avoir sur l'assureur lui-même un sinistre qui touchait l'un de ses clients. Je tiens à vous rappeler que l'un de nos assureurs était les AGF. Le 6 mai 1996 correspondait au jour de l'entrée en Bourse de cette société, qui s'est trouvée dans une situation qu'elle n'avait pas prévue. Il est vrai que le président des AGF a dû faire face à cette situation imprévue. Il ne s'agissait pas d'un sinistre, mais il a dû expliquer ce qu'était la réassurance et faire des calculs pour démontrer que cela ne lui coûterait pas plus de quelques dizaines de millions de francs. De la salle : Je souhaiterais poser une question à M. Dominique Lavallée. Votre exposé sur le retour d'expérience économique concernant les dommages aux entreprises aux Etats-Unis était très intéressant. Avez-vous des données concernant d'autres pays, le Japon par exemple? Avez-vous utilisé ce retour d'expérience pour préparer les entreprises à faire face à des sinistres? Dominique LAVALLÉE : Je ne me sens malheureusement pas qualifié pour répondre sur d'autres pays. La situation était très différente à Kobé, par exemple. Les entreprises étaient plus assurées aux Etats-Unis qu'elles ne l'étaient au Japon. Quant au retour d'expérience, c'est peut-être la conclusion négative de mon exposé. Les enquêtes montrent que les entreprises ont peu appris de ce sinistre, si important soit-il. Les gestionnaires de risques, les entrepreneurs interrogés systématiquement dix-huit mois 14

15 après le sinistre répondent de la même manière que par le passé. Le concept d'entreprise durable a du mal à s'implanter. Il y a bien évidemment des variantes. Il existe des entreprises performantes et bien gérées qui ont effectué des travaux de préparation, mais elles constituent une infime minorité. Patrick LAGADEC : Voilà un domaine dans lequel les Etats-Unis n'ont pas le monopole! De la salle : Je crois qu'un certain nombre de personnes dans la salle s'interrogent sur le sens donné, cet après-midi, au terme de crise. Il est surprenant qu'un grand sinistre soit qualifié de crise. Pour les sociologues, la notion de crise a une signification particulière. Elle implique un accident, des dysfonctionnements visibles dans la gestion de cet accident, lequel pose un problème de société. C'est la difficulté à répondre à ces problèmes de société qui crée la crise. Pour ceux qui se sont intéressés à l'incendie du Crédit lyonnais, la question était de savoir s'il y avait eu une cause volontaire à cet incendie. Cette interrogation existe et est apparue au travers des questions posées. Dans la crise de Furiani, le véritable problème était de savoir comment il a été possible d'arriver à une situation de ce type, compte tenu de l'ensemble des vérifications et des procédures de sécurité. Nous sommes de nouveau confrontés à une question de société, à savoir comment notre société gère la sécurité. Je ne saurais trop remercier la personne qui a effectué l'exposé sur le sinistre aux Etats-Unis. En France, nous ne faisons pas de suivi après la crise et nous n'avons pas les moyens de savoir ce qui se passe. Aucune étude n'est réalisée dans ce sens, malgré l'intérêt qu elle pourrait avoir. Nous n avons aucun élément certain sur la façon dont les entreprises se réorganisent dans l'après-crise et aucune indication sur les bilans réels. De la salle : Pour poursuivre sur le sujet du retour d'expérience, j'aimerais poser une question à M. Dominique Lavallée. Vous nous avez dit que les sociétés s'étaient davantage préparées et avaient attaché les meubles, renforcé les étagères, etc. En revanche, elles n'ont pas les moyens de fonctionner en l'absence de livraisons, de clientèle. Les pertes de clientèle et de fournitures n'ont pas seulement lieu lors de sinistres. Il existe également des crises sociales, des problèmes de rumeurs. Une approche en termes d'organisation d'urgence postaccidentelle, quel que soit le risque, serait-elle plus à même d'inciter les entreprises à investir dans les moyens de prévention? Dominique LAVALLÉE : Le concept d'entreprise durable repose sur la gestion de l'interruption brutale des flux de produits et de clientèle. Comme vous le dites, il n'y a pas que les tremblements de terre qui peuvent provoquer ce type de crise. Toute crise majeure peut avoir des conséquences comparables. Cette question est difficile, car elle est très vaste. L'événement générateur de la crise peut être multiforme. Il est difficile d'envisager toutes les causes possibles. Il s'agit plus de changer un état d'esprit. Des check-lists ne serviraient à rien. Il existe des entreprises qui maintiennent en permanence des listes de fournisseurs secondaires, qui ont réfléchi à un changement du 15

16 mix produit, à la capacité de déménager. Des scénarios multiples peuvent entraîner ce type de crise. A Northridge, seulement 5 % des entreprises avaient réalisé ce travail. Les enquêtes montrent qu'elles ont un taux de succès énorme par rapport aux autres. La planification semble donc payer. Patrick LAGADEC : Je voudrais conclure en soulignant le point suivant. Aussi longtemps que l'on considère qu'un responsable en titre est d abord responsable des situations conventionnelles et que les cas de surprise, de rupture sont de la compétence d'un sous-bureau, chargé des questions inhabituelles, il n'y a aucune chance de voir l'entreprise anticiper, rebondir sur un événement pour en tirer des leçons. Tant que nous n'aurons pas clarifié les responsabilités, y compris dans les procédures de promotion, d'évaluation, c'est-à-dire tant que nous n'aurons pas défini les responsabilités en cas de crise ou d'événement exceptionnel, nous aurons du mal à progresser. Il faut soit changer de vision, de culture, soit continuer à organiser des colloques afin de se demander pourquoi nous montrons aussi peu de réactivité face à une crise. Les enjeux sont importants, non seulement en situation de sinistre, mais également en termes de conquête de marché. Dans un monde de plus en plus chaotique, celui qui ne voudra vivre qu'en situation stable pourra difficilement se défendre et attaquer. Compte rendu réalisé par la société Hors Ligne

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012

Vitro Paris. Ronde préliminaire Cas en comptabilité. Place à la jeunesse 2012 Vitro Paris Cas en comptabilité Place à la jeunesse 2012 Nous sommes le 1 er octobre 2012 et vous êtes à votre deuxième semaine de travail chez Vitro Paris. La fin d'année est le 31 juillet 2012 de ce

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information

TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information TEST D'APTITUDE COMMERCIALE Dossier d'information L'outil solution personnalisable pour sélectionner et évaluer les capacités des commerciaux L'écart d'efficacité entre un commercial "moyen" et un "bon"

Plus en détail

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI

Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD. Encadré par M. LAHYANI Fait par : Mlle. NORRA HADHOUD Encadré par M. LAHYANI PLAN PLAN Introduction Différentes définitions du risque La perte d exploitation L assurance pertes d exploitation après incendie Définition Définition

Plus en détail

Ouvrir dossier D appel

Ouvrir dossier D appel Ouvrir dossier D appel Table des matières 1. TRAITER UN APPEL... 3 1.1. ORGANISATION GENERALE D'UN SERVICE DESK... 3 1.2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 4 2. PRISE EN CHARGE DE L'UTILISATEUR ET DE SON APPEL...

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET

LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - DE TRAJET Qu est-ce qu un accident du travail? Quelles sont les caractéristiques de l accident du travail et comment reconnaître son caractère professionnel? Définir l'accident

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

1 sur 5 10/06/14 13:10

1 sur 5 10/06/14 13:10 Time Machine est un outil proposé par Mac OS depuis sa version 10.5 (Leopard) et qui permet d'effectuer des sauvegardes de votre disque dur de manière régulière. Mais au-delà de la simple sauvegarde périodique,

Plus en détail

CHAPITRE 2 COMMENT OBTENIR L'ACCÈS À MON INFORMATION POUR EXTRAIRE LA VALEUR MAXIMALE?

CHAPITRE 2 COMMENT OBTENIR L'ACCÈS À MON INFORMATION POUR EXTRAIRE LA VALEUR MAXIMALE? CHAPITRE 2 COMMENT OBTENIR L'ACCÈS À MON INFORMATION POUR EXTRAIRE LA VALEUR MAXIMALE? LA NÉCESSITÉ DE DÉMATÉRIALISER LES PROCESSUS GUIDE ÉLECTRONIQUE DE L'ÉCONOMIE DE L'INFORMATION POURQUOI VOUS DEVEZ

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

COMPARATEUR DÉCENNALE

COMPARATEUR DÉCENNALE COMPARATEUR DÉCENNALE Bien Choisir Votre Assurance Décennale http://www.comparateurdecennale.com 1 À PROPOS DE COMPARATEUR DECENNALE Le Comparateur décennale offre un service GRATUIT de comparaison d'assurances

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

Plan de continuité d activité

Plan de continuité d activité Plan de continuité d activité - Note méthodologique - Cette méthodologie vise à opérationnaliser le PCA en le confrontant - au travers d une simulation - à la réalité du travail futur. La démarche est

Plus en détail

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai.

Aucun plan ne peut être considéré comme achevé avant d avoir été mis à l essai. Lignes directrices sur les mises à l essai 1 Les lignes directrices sur la mise à l essai des plans de continuité d activité (PCA) présentées ci-après ont été établies par le sous-comité des plans d'urgence

Plus en détail

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France

Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008. Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Colloque Prévention et gestion de la fraude aux cartes bancaires 17 janvier 2008 Discours d ouverture par M. Noyer, Gouverneur de la Banque de France Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, Je suis

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA

ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008. www.triadis.fr. Management des situations de crise. S organiser. Communiquer. Patrick PIZA ASSISES DU RISQUE PMI 12 Juin 2008 Management des situations de crise www.triadis.fr S organiser Communiquer Patrick PIZA LES MISSIONS CONSEIL L ÉQUIPE TRIADIS 5 consultants seniors - 2 assistantes 3 consultants

Plus en détail

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation.

Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15. Projet personnel personnalisé. Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Masson Erwan, L2 Sciences du Langage 02/02/15 Projet personnel personnalisé Le métier de CPE, Conseiller principal d'éducation. Introduction : Dans le cadre du projet personnel, notre groupe s'est intéressé

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007. Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé

Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007. Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé Concours externe de lieutenant de sapeurs-pompiers professionnels Annales 2007 Note de synthèse. (Durée 4 heures - coefficient 4) Sujet et corrigé Sous direction des sapeurs-pompiers et des acteurs du

Plus en détail

Evolution du résultat

Evolution du résultat Rapport de gestion du Conseil d administration Aux membres de l Assemblée générale de l asbl Canal C Nous avons l honneur de vous soumettre par la présente notre rapport sur la gestion exercée au cours

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire

Evaluation de votre conférence de méthode ou cours-séminaire Enseignement : INTRODUCTION A LA SOCIOLOGIE 2 : CONCEPTS, METHODES, ET ENJEU ACTUELS Excellent Bon Moyen Insuffisant Comment évaluez-vous la préparation et l'organisation des séances? 6 (30%) 11 (55%)

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

GESTION. III Une entité structurable. II / a Les grands types de structure traditionnelle

GESTION. III Une entité structurable. II / a Les grands types de structure traditionnelle LEA 1 re année, LA0002Y. Université Toulouse II-Le Mirail. Mme Garrouste, le 2007-10-29. Document réalisé par Choplair. Diffusé selon les termes de la GNU Free Documentation License. GESTION COURS 4 OURS

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 LES FRANCAIS IGNORENT TOUJOURS LEUR DROIT D AUTOMOBILISTE A CHOISIR LIBREMENT SON CARROSSIER Selon une étude menée par IPSOS pour Zerofranchise.com,

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

2. Technique d analyse de la demande

2. Technique d analyse de la demande 1. Recevoir et analyser une requête du client 2. Sommaire 1.... Introduction 2.... Technique d analyse de la demande 2.1.... Classification 2.2.... Test 2.3.... Transmission 2.4.... Rapport 1. Introduction

Plus en détail

Multirisque. de l Entreprise. Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité?

Multirisque. de l Entreprise. Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité? Multirisque de l Entreprise Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité? Solutions Partenaire Services Protéger votre Activité Animer vos Hommes Optimiser

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Il n'est pas non plus de progrès continu, sans phases de retour d'expérience régulières.

Il n'est pas non plus de progrès continu, sans phases de retour d'expérience régulières. Sommaire: * 1 * 2 Ce qu'il est, son importance * 3 Intégrer, capitaliser l'expérience * 4 Les obstacles à son développement Concernant à la fois l'individu, l'équipe et l'entreprise, il n'est de progression

Plus en détail

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7

Référentiel projet QualiForma (AUF/Bureau Maghreb) 1/7 Annexe 1 : Référentiel des compétences L amélioration de la qualité de l enseignement supérieur et de la recherche constitue de nos jours une préoccupation majeure des différents acteurs. Cette amélioration

Plus en détail

Bienvenue dans l univers de We Group

Bienvenue dans l univers de We Group Bienvenue dans l univers de We Group Le 19 mai 2005 Laurent Jaquier fonde la société We Group SA avec son siège social à Bulle. We Group SA est une société indépendante soumise au secret professionnel

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Résultats de l enquête de satisfaction au travail et sur la vision de l avenir des salariés.

Résultats de l enquête de satisfaction au travail et sur la vision de l avenir des salariés. Le 2 avril 2015 Résultats de l enquête de satisfaction au travail et sur la vision de l avenir des salariés. Chers collègues, L équipe CFDT a souhaité recueillir votre vision de l entreprise au sujet des

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction L'impact financier du BYOD 10 points clés de l'étude Jeff Loucks/Richard Medcalf Lauren Buckalew/Fabio Faria Entre 2013 et 2016, le nombre d'appareils personnels utilisés pour le travail dans les six pays

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

Enquête retour de stage 2009 (87 étudiants GEA2)

Enquête retour de stage 2009 (87 étudiants GEA2) observations 1 département GEA IUT Annecy Enquête retour de stage 2009 ( étudiants GEA2) février 2010 Vous êtes en : PMO 48 55,2% FC 39 44,8% Total 100,0% observations 2 Quel stage? Pays Vous avez effectué

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir contacté Activ Expertise Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir Vous allez comprendre à la lecture des pages suivantes pourquoi le métier formidable de diagnostiqueur immobilier

Plus en détail

Photovoltaïque : en finir avec le démarchage abusif! Compte-rendu du petit-déjeuner Professionnel organisé par HESPUL le 28 novembre 2014

Photovoltaïque : en finir avec le démarchage abusif! Compte-rendu du petit-déjeuner Professionnel organisé par HESPUL le 28 novembre 2014 Photovoltaïque : en finir avec le démarchage abusif! Compte-rendu du petit-déjeuner Professionnel organisé par HESPUL le 28 novembre 2014 Mise à jour : n - Date : 17 décembre 2014 Le petit-déjeuner professionnel

Plus en détail

Allison Lowe David Gauthier

Allison Lowe David Gauthier Provision pour demandes d indemnisation Rapport de vérification final Rapport n o 10/12 Le 21 février 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de

Plus en détail

ENQUETE SYMANTEC SUR LA PREPARATION DES PME AUX INCIDENTS (2011) Symantec 2011 Enquête sur la préparation des PME aux incidents.

ENQUETE SYMANTEC SUR LA PREPARATION DES PME AUX INCIDENTS (2011) Symantec 2011 Enquête sur la préparation des PME aux incidents. ENQUETE SYMANTEC SUR LA PREPARATION DES PME AUX INCIDENTS (2011) Symantec 2011 Enquête sur la préparation des PME aux incidents Résultats globaux SOMMAIRE Introduction...3 Méthodologie...4 Conclusion 1

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Protection juridique. N o 1 de la protection juridique en Europe. Protection juridique pour Entreprises et Indépendants

Protection juridique. N o 1 de la protection juridique en Europe. Protection juridique pour Entreprises et Indépendants N o 1 de la protection juridique en Europe Protection juridique Protection juridique pour Entreprises et Indépendants Lorsqu'il s'agit de mes droits, je veux pouvoir compter sur l'aide d'un spécialiste.

Plus en détail

Août 2015. Bonjour. Bienvenue à l'édition du mois d'août de mon bulletin mensuel!

Août 2015. Bonjour. Bienvenue à l'édition du mois d'août de mon bulletin mensuel! Août 2015 Nicole Drummond Mortgage Broker/Courtier Hypothécaire Dominion Lending Centres The Mortgage Source License # M08000524 FSCO # 10145 Independently Owned & Operated. Téléphone: 613-232-0023 x 225

Plus en détail

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015

// Enquête de satisfaction. Résultats 2014-2015 // Enquête de satisfaction Résultats 2014-2015 Des résultats encourageants Nos clients ont eu l amabilité de bien vouloir répondre à notre enquête de satisfaction annuelle et nous les en remercions chaleureusement.

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Formations Management

Formations Management Formations Management MANAGEMENT ET COMMUNICATION Ecole du Management : Cycle Animateur d équipe Ecole du Management : Cycle Maîtrise Ecole du Management : Cycle Coordinateur Technique Animateur (trice)

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Bilan des «Cinq Engagements FBF» Questionnaire «Entreprises» Entreprises de l artisanat et du commerce de proximité

Bilan des «Cinq Engagements FBF» Questionnaire «Entreprises» Entreprises de l artisanat et du commerce de proximité Bilan des «Cinq Engagements FBF» Questionnaire «Entreprises» Entreprises de l artisanat et du commerce de proximité UPA-APCMA : 225 réponses au questionnaire (au 7 septembre 2015) Questions préliminaires

Plus en détail

Résolution de problèmes à distance

Résolution de problèmes à distance Résolution de problèmes à distance Table des matières 1. INTRODUCTION... 2 2. PROCESSUS DE GESTION DES PROBLEMES... 3 3. RECONNAITRE LE PROBLEME... 4 3.1. NE PAS CONFONDRE QUESTION ET PROBLEME... 4 3.2.

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

S ORGANISER ET GERER SON TEMPS - Votre support de formation

S ORGANISER ET GERER SON TEMPS - Votre support de formation S ORGANISER ET GERER SON TEMPS - Votre support de formation 1 D ABORD, FAIRE LE POINT IDENTIFIEZ VOS «BOUFFEURS DE TEMPS» PERSONNELS «Mes bouffeurs de temps» Dus à moi Dus aux autres 2 VOTRE MISSION (Travail

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Conseils pour la communication en relation avec les dangers naturels

Conseils pour la communication en relation avec les dangers naturels Nationale Plattform Naturgefahren PLANAT Plate-forme nationale "Dangers naturels" Plattaforma nazionale "Pericoli naturali" National Platform for Natural Hazards c/o BAFU, 3003 Bern Tel. +41 31 324 17

Plus en détail

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Conduire une opération de changement de statut 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Préambule Changer, c est mourir un peu Pour certaines cultures d entreprise, c est mourir beaucoup! Le but de ce document est de

Plus en détail

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

Bien se faire conseiller

Bien se faire conseiller Bien se faire conseiller Comment choisir son cabinet d aide à la création Se faire accompagner surtout au début, est vraiment indispensable. Une boutique de gestion est le partenaire idéal pour vous aider

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

À CONSERVER PAR LE/LA BABY SITTER

À CONSERVER PAR LE/LA BABY SITTER La Mairie centralise et gère les appels téléphoniques. Elle tient à jour les disponibilités des baby-sitters et les met en relation avec les parents intéressés. Une formation leur est proposée ainsi qu'une

Plus en détail

Devenir un chef de projet efficace

Devenir un chef de projet efficace Formation Nodesway Devenir un chef de projet efficace 12 bonnes pratiques pour un management humain Vidéo disponible sur http://youtu.be/bd70a8a4ti4 Nodesway Alain Fernandez Pour toi, c est quoi un chef

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP

Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes. Avec le concours du FUP Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Avec le concours du FUP 1 Evaluation du dispositif «VAE PUISSANCE 2» Conduite par AGEFOS PME Rhône-Alpes Introduction : les

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Exposé assurance : prime de risque

Exposé assurance : prime de risque Exposé assurance : prime de risque Introduction L'assurance est un mécanisme financier permettant de répondre aux exigences de protection des patrimoines contre les risques de perte de toute nature. Elle

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie Le budget de trésorerie Dans la première section, nous verrons les principes généraux de construction d'un budget de trésorerie. Dans la deuxième, nous appliquerons ces principes à un cas particulier et

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail