Comment gérer une situation de crise après un sinistre?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment gérer une situation de crise après un sinistre?"

Transcription

1 Atelier 6 Comment gérer une situation de crise après un sinistre? Président : Patrick LAGADEC, chercheur au laboratoire d'économétrie de l'ecole polytechnique Intervenants : Roland CRISIAS, délégué aux assurances du Crédit lyonnais, Dominique LAVALLÉE, directeur de la souscription de Scor Reinsurance Company, Philippe ROCARD, directeur du département incendie, accidents, entreprises du Gan Introduction de Patrick LAGADEC «Comment gérer une situation de crise après un sinistre?» Le mot clé de notre sujet est naturellement celui de «crise», qui implique non seulement l urgence, mais encore et surtout la perte des références qui est bien le cœur du concept de crise. Comment reconstruire des références dans ces situations de grandes turbulences marquées par la surprise, de hautes incertitudes, la convergence de multiples acteurs, des problèmes très délicats de communication, la longue durée, des enjeux considérables... Pour montrer quelque efficacité et quelque responsabilité dans ce type de difficulté, il y a une exigence : revenir sur l expérience, partager avec d autres les questions qu elle pose, les enseignements qu elle permet d acquérir pour éclairer les démarches de perfectionnement. Je me réjouis donc que ce thème de la crise et cette pratique de l examen de l expérience soient au programme de cet après-midi. Pour en parler, nous avons le privilège d avoir avec nous M. Roland Crisias, du Crédit lyonnais, qui évoquera le cas du sinistre majeur touchant le siège d une grande entreprise, M. Dominique Lavallée, de la Scor, qui reviendra sur le cas d un séisme californien et de ses conséquences sur la vie économique régionale, et M. Philippe Rocard, du Gan, qui abordera les problèmes posés par le sinistre de Furiani. Intervention de Roland CRISIAS Je me demande tout d'abord si l'on peut réellement parler de crise pour qualifier l'incendie que nous avons connu. De même, je ne suis pas sûr de pouvoir vous en parler sans l'aide de mon avocat! Je vais tout de même essayer. Cela dit, je n'évoquerai pas certains sujets, et plusieurs questions resteront vraisemblablement sans réponse. 1

2 Je voudrais me présenter un peu plus en détail. Je travaille au Crédit lyonnais depuis six ans environ, après avoir effectué une carrière dans l'assurance. J'appartiens à la délégation aux assurances de cette entreprise, composée d'une petite équipe de treize personnes, qui regroupe, gère et traite les questions d'assurance. J'ai eu le redoutable privilège de m'occuper de l'événement majeur que fut «le» sinistre. Au Crédit lyonnais, lorsque nous parlons «du» sinistre, nous savons tous qu'il s'agit de l'incendie. Le dimanche matin 5 mai 1996, un incendie dévastateur éclata au siège central de la banque. Il est possible de donner de multiples sens au terme de sinistre. Mais ce mot évoque bien le drame, la catastrophe. Le sinistre du 5 mai 1996 est un incendie banal. Même s il s'est déroulé dans un établissement bancaire, il ne s'agit que de l'incendie d'un établissement, d'un immeuble parisien. Cet immeuble aurait pu être le siège d'une autre grande société, évoluant dans un autre secteur d activité. C'est dans ce contexte qu'il faut appréhender les propos que je vais tenir. La crise que nous avons connue comporte quatre «composantes». La composante majeure a trait à la communication. La deuxième concerne la reprise d'activité. A l'intérieur du siège central, il y avait, en effet, ce que nous appellerons l'atelier, l'usine, à savoir la salle des marchés de capitaux. La troisième composante est d'ordre logistique, puisque personnes ont perdu du jour au lendemain leur lieu de travail. La dernière est le règlement du sinistre. Jusqu'alors, peu de personnes avaient l'expérience de ce type d'événement dans la profession. Le sinistre s'est traduit in fine par la dévastation de mètres carrés de bureaux. Pendant dix jours, les pompiers ont été présents, même si les rapports officiels ont retenu que tout était terminé le lendemain à minuit. Il s'agit d'un des plus importants sinistres mondiaux de l'année 1996, ainsi que du plus grand sinistre d immeuble de bureaux jamais recensé. Il a coûté 1,3 milliard de francs en dommages directs et 330 millions de pertes d'activité. L'incendie s'est déclaré le 5 mai à 8 h 25. Les secours sont arrivés peu après sur les lieux. La composante communication de la crise Je veux commencer par traiter de la composante communication, et plus particulièrement des relations avec les médias. Nous avons eu la chance d'avoir un directeur de la communication disponible au moment opportun. M. Nicolas Chaîne n'était ni dans le Midi, ni en Normandie, ni en Alsace. Il était chez lui et a pu prendre en main la communication très rapidement. Il a assumé, canalisé la communication dans les deux heures qui ont suivi la survenance de l'incendie. Cette communication était dirigée à la fois vers l'interne et vers l'externe. Nous devions tout d'abord rassurer les clients, leur préciser qu'il s'agissait d'un incendie de bureaux et que, dès le lendemain, ils retrouveraient les mêmes services dans leurs agences locales. Tel fut le message diffusé. Sur le plan interne, il s'agissait de rassurer le personnel, ceux qui étaient directement concernés dans leur outil de travail comme ceux travaillant dans un établissement en crise ou sinistré, je vous laisse le choix du terme. Cet événement était d'un autre type, mais il s'agissait tout de même d'un événement dramatique. Une action de communication a donc été menée en direction des tiers pour rassurer la clientèle. En interne, la communication a été axée sur des aspects très 2

3 pratiques, comme le montre l'annonce faite aux salariés de ne pas se rendre à leur bureau habituel, mais dans d'autres lieux. Le directeur de la communication a tenu un rôle clé dans la gestion de la crise. Il s'est trouvé au carrefour d'un grand nombre d'émetteurs internes, de personnes qui apportaient de l'information, mais également d'un grand nombre de récepteurs (les médias). Ceux qui connaissent un peu les médias savent que leur rôle est difficile. Dans ce cas, je pense qu'il a été positif. La reprise d'activité La deuxième composante de la crise est la reprise des activités de ce que j'ai qualifié d'atelier ou d'usine, à savoir la salle des marchés. J'emploie cette comparaison quelque peu mécaniste car une salle des marchés ne ressemble pas à un siège social. S'il est possible d'arrêter pendant quelque temps les activités du bureau d'un directeur général, il n'en va pas de même pour les activités d'une salle des marchés. L'arrêt de ces dernières a une incidence directe sur le chiffre d'affaires. Notre salle des marchés était, par ailleurs, un exemple pour les financiers du monde entier. Avec ses 220 postes, elle était l'une des plus importantes au monde. Même si elle avait peut-être perdu son rang, elle représentait un point majeur de l'activité de marché de l'établissement. La reprise de l'activité et la gestion de la crise ont été facilitées par le fait que les personnes étaient préparées à une possibilité de crise. La reprise avait été anticipée. Les 220 postes de travail, ou desks, qui étaient en fonction dans cette salle avaient une possibilité de back-up. Comme le pire n'est pas toujours prévu, il n'y avait que 50 postes de back-up. Mais, dès le lendemain de l'incendie, le 6 mai à 9 heures, l'activité reprenait. Quelques mois plus tard, une seconde salle des marchés a été équipée d'environ 130 postes, de manière à retrouver une activité, qui ne fut certes pas totale dans les premiers mois, mais qui permit de sauver l'essentiel, c'est-à-dire le contact avec la clientèle. La baisse de l'activité a coûté 330 millions de francs, mais celle-ci n'a jamais été interrompue. La gestion de la crise a été saluée par la profession informatique et les professionnels des marchés. Cette réussite est due à la solution de repli qui avait été anticipée. La nouvelle salle des marchés a démarré au début de janvier La composante logistique La troisième composante de la crise est la composante logistique. Il est important de la mentionner, car il n'est pas évident de gérer personnes qui se retrouvent soudain sans locaux. Il y a bien évidemment des aspects humains, dont je ne vous parlerai pas. Il y a également les aspects purement matériels. Le central téléphonique était installé dans ce siège. Il fallait donc mettre en place un central de secours. La communication étant plus importante que d'habitude, davantage de personnes ont dû être sollicitées. Nous avons dû employer un personnel qui n'était pas habitué à ce type d'activité et qui a dû s'occuper du standard téléphonique. Nous devions également reloger collaborateurs, ce qui s'est fait de manière désordonnée au début. Chacun a pris contact avec des collègues situés à la Défense ou ailleurs pour trouver un endroit où poursuivre son travail. Dans les mois qui ont suivi, toutes les personnes étaient réimplantées dans des locaux à caractère définitif. 3

4 Le règlement du sinistre La quatrième composante de la crise concerne le règlement du sinistre. Aucun expert de société d'assurances, aucun régleur de sinistres n'avait connu une telle situation. Certains avaient réglé des sinistres plus importants en valeur, mais pas d'une telle complexité. Celle-ci était due à la recherche des informations, à la reconstitution du capital mobilier de mètres carrés, à l'évaluation d'un bâtiment de la fin du siècle dernier. Tout cela a posé des problèmes inédits, qui ont été réglés rapidement et de manière rigoureuse grâce à une organisation qu'il a fallu inventer. La grande difficulté a été d'ordre organisationnel. Il n'y avait pas de problème d'évaluation, mais une grande difficulté à établir, a posteriori, un immense inventaire. Il est important de souligner qu'il n'y a pas eu de victimes. D'autres scénarios auraient bien sûr pu se produire, et nous savons quelle aurait pu être leur issue. Il n'y pas eu de réelle interruption d'activité, mais une réintégration dans les quelques mois qui ont suivi et une indemnisation par les assureurs au début de l'année Ces résultats ont été obtenus pour deux raisons essentielles : la technicité des intervenants, la lucidité avec laquelle ils ont su prévoir une situation de ce type et l'extraordinaire vivacité, le dynamisme dont a fait preuve la société tout entière face à un événement dramatique. Intervention de Dominique LAVALLÉE Je travaille depuis treize ans à la Scor. J'ai passé les six dernières années à New York et les trois années qui ont précédé à Montréal. Je vais vous parler d'une autre crise majeure : le tremblement de terre de Northridge, en Californie. Ce qui m'intéressait lorsque j'ai commencé à observer cette crise était moins de comprendre comment les pouvoirs publics et les services de secours l'avaient gérée et l'opinion californienne ayant unanimement reconnu le travail formidable réalisé par ceux-ci que de connaître l'incidence qu'un événement aussi important pouvait avoir sur la vie des entreprises de la région. Je voulais savoir quelle leçon une entreprise et un gestionnaire de risques pouvaient en tirer. En m'intéressant aux catastrophes et à la gestion de crise, je me suis aperçu que les travaux universitaires traitaient principalement des réactions des victimes, des communautés, des pouvoirs publics et des services de secours. En revanche, les études générales sur les réactions et l'impact au niveau des firmes du secteur privé étaient, elles, plus rares. Les meilleures études que j'ai trouvées viennent du Disaster Research Center de l'université de l'aor et de l'université du Wisconsin. Le tremblement de terre de Northridge Les tremblements de terre américains, ceux de l'oma Priepta en 1989 et ceux de Northridge en 1994, ont été des sujets d'étude intéressants, vu leur ampleur. Northridge est une banlieue située à 30 kilomètres au nord-ouest de Los Angeles, dans la vallée de San Fernando, qui a été touchée par plusieurs tremblements de terre. C'est un endroit densément peuplé. Le tremblement de terre a produit des dégâts dans toute la région de Los Angeles et de Santa Monica. Le sinistre s'est produit le 17 janvier 1994 à 4 h 30 du matin, ce qui a limité les dégâts et le nombre de victimes. Les secousses ont duré 4

5 seulement entre dix et vingt secondes et ont été suivies d'un après-choc d une intensité de 5,9 une minute après et d une intensité de 5,6 onze heures après les premières secousses. Le sinistre a provoqué la mort de 57 personnes, et personnes ont été blessées. Je voudrais comparer ce tremblement de terre à deux autres plus récents et de même intensité : l'un en Arménie, en 1988, qui a provoqué morts, l'autre en Inde, en 1993, qui a provoqué morts. Il est clair que le faible nombre de victimes à Northridge ne tient pas qu'à l'heure matinale de l événement. Les efforts entrepris en Californie depuis longtemps pour construire des immeubles résistants ont définitivement porté leurs fruits. Le bilan du sinistre Ce sinistre reste la catastrophe la plus coûteuse pour les Etats-Unis. Le rapport Egushi de 1996 estime le coût total des dommages directs, à l'exclusion des répercussions indirectes sur l'activité économique, à 40 milliards de dollars. Ce chiffre énorme est cependant à rapprocher des valeurs économiques associées à la région de Los Angeles et de Santa Monica, lesquelles se montent à milliards de dollars. Il s'agit donc d'une des régions les plus riches des Etats-Unis. Un coût de 40 milliards correspond à un sinistre relativement modéré pour la région. Les pertes assurées s'élèvent à 12,5 milliards de dollars. Il s'agit du deuxième sinistre ayant coûté le plus cher aux assureurs, après l'ouragan Andrew de Ce dernier avait coûté 16 milliards de dollars. Les mouvements de terrain en surface ont été exceptionnellement forts. Je n'entrerai pas dans les détails techniques expliquant pourquoi ces mouvements ont été si brutaux. Une photo très connue est celle de l'écroulement de l'échangeur entre l'autoroute de la vallée de l'antilope et celui du Golden Gate. Los Angeles est connu pour ses autoroutes. Celles-ci ont été fracturées en sept endroits. 170 ponts ont subi des dommages plus ou moins importants. La rapidité avec laquelle les autoroutes et les ponts ont été remis en service est surprenante. J'ai visité la région un an après le sinistre. Les dégâts étaient encore importants à certains endroits. Ce qui était très frappant était l'impression de retour à la normale. Deux hôpitaux ont été fermés. Lorsque de grands sinistres ont lieu, les points de secours, les casernes de pompiers et les hôpitaux représentent des éléments vitaux. En Californie, on s'aperçoit que la carte des failles et celle des hôpitaux, des casernes de pompiers et de police correspondent à peu près. Ils ont la plupart du temps été déjà détruits, mais reconstruits au même endroit. C'est le cas de l'olive View Hospital de Northridge, qui avait été totalement détruit en 1971 par le sinistre de San Fernando et qui a été reconstruit au même endroit. En dépit de sa proximité avec l'épicentre, il n'a subi aucun dommage structurel. Les techniques mises au point par les ingénieurs fonctionnent donc correctement. Le sinistre de Northridge a provoqué une demande importante de la part des particuliers : demandes pour des programmes d'assistance au logement, demandes de la part des ménages. La demande des entreprises a également été forte, puisque demandes d'assistance de leur part ont été enregistrées auprès des administrations. Seuls 1,3 milliard de dollars de prêts ont été accordés. 57 % des 5

6 entreprises de Los Angeles et de Santa Monica ont été affectées d'une manière ou d'une autre par le sinistre, ce qui est un chiffre assez impressionnant. D'après une étude, le quart du coût du sinistre a été provoqué par des pertes d'exploitation. Nous allons nous intéresser à cinq éléments : l'impact direct sur les entreprises, l'impact indirect, les mesures de préparation avant et après le sinistre, le retour à l'activité normale et les enseignements à tirer de cette crise majeure. L'impact direct sur les entreprises 57 % des entreprises ont subi des dommages matériels, 39 % des dommages structurels concernant les bâtiments, 68 % des dommages non structurels (fenêtres, portes, éclairages), 56 % des dommages en mobilier, 51 % des dommages en équipements et 50 % des dommages concernant leur inventaire. 14 % des bâtiments ont été déclarés inhabitables, pendant une période donnée, par les services de secours. Les dommages médians se sont élevés à dollars et les dommages moyens à dollars. L'impact direct concerne également l'interruption de fourniture des utilités ou des life lines (lignes de vie). Les entreprises ont perdu l'accès à l'électricité, au téléphone, à l'eau, au traitement des eaux, au gaz naturel. 47 % d'entre elles ont subi à la fois ce type de dommages et des dommages structurels. Le temps moyen de restauration est remarquable, puisque le téléphone et l'électricité ont été réinstallés dans les bâtiments en vingt-quatre heures, l'eau et le gaz naturel en deux jours et le traitement des eaux en trois jours. Cela montre que les pouvoirs publics étaient bien préparés dans cette région, ce qui n'est pas toujours le cas en d'autres points des Etats-Unis. L'impact indirect C'est à ce sujet que nous voyons que les entreprises ont encore beaucoup à faire en termes de gestion de crise. Par ailleurs, la crise est alimentée par d'autres problèmes. Des sondages assez détaillés ont été réalisés auprès des entreprises de la région pour savoir comment elles s'étaient adaptées avant et après la crise, afin de déterminer ce qui, justement, avait provoqué la crise. De nombreuses conséquences auxquelles les entreprises n'étaient pas préparées se sont produites. Dans 58 % des cas, par exemple, les employés ne pouvaient pas venir travailler. L'habitation des obligeants était ellemême sinistrée dans 49 % des cas. Pour les petites entreprises, ce fut un facteur essentiel. Elles eurent peu ou pas de clients, étaient incapables de livrer, d'être livrées et ne pouvaient pas payer leurs employés. 56 % des entreprises ont dû fermer leurs portes pendant deux jours en moyenne, afin de réparer les immeubles, les structures et les équipements. Les mesures de préparation avant et après l'événement Nous avons vu que les pouvoirs publics étaient bien préparés, ce qui n'était pas le cas du secteur privé. Dans celui-ci, le nombre des mesures prises était généralement limité. En outre, lorsqu elles existaient, elles se révélaient insuffisantes. Les entreprises les mieux préparées étaient les grandes entreprises, les entreprises les mieux établies et les entreprises ayant une bonne situation financière, ce qui n'est guère surprenant. Les entreprises possédant leurs propres locaux étaient plus motivées pour se préparer à un 6

7 sinistre majeur, de même que celles qui avaient déjà subi un sinistre important, ce qui prouve que l'expérience est essentielle dans ce type de crise. Enfin, les secteurs financier et immobilier étaient également parmi les mieux préparés. Une conclusion étonnante des études menées est que le tremblement de terre de Northridge a suscité très peu d'incitations à accroître le niveau de préparation des entreprises de la région à ce type de sinistre. 13 % des entreprises seulement étaient assurées contre les risques de tremblement de terre. Les particuliers, eux, étaient mieux assurés. Moins d'un tiers des entreprises étaient logées dans des bâtiments respectant les normes sismiques les plus récentes. Enfin, une infime proportion d'entre elles avaient pris des mesures pour protéger l'inventaire et l'équipement avec des moyens aussi rudimentaires que l'accrochage des meubles, etc. Des questionnaires, qui listaient 16 mesures traditionnelles pour se préparer à un tremblement de terre, ont été envoyés aux entreprises En moyenne, elles n'avaient pris que quatre de ces mesures, comme stocker des biens de premier secours, apprendre les soins de premier secours, assister à des réunions d'information et stocker de l'eau. Comme nous le verrons plus tard, ce n'est pas ce type de mesure qui fait la différence pour la survie des entreprises. Seules 29 % des entreprises disposaient d'un plan d'urgence ; 13 % avaient non seulement un plan d'urgence, mais également un plan de redressement. En moyenne, une entreprise sur dix s'était interrogée sur les actions à mener pour rétablir l'activité normale en cas de tremblement de terre. Parmi celles qui avaient un plan de redressement, seulement 5 % avaient envisagé de déménager. Or les entreprises qui ont déménagé ont eu des chances de survie très supérieures aux autres. Ces mesures semblaient évidentes après le sinistre, mais n'avaient pas été prises auparavant et n'ont d'ailleurs pas été prises par la suite, ce qui est plus surprenant. Les entreprises interrogées après le sinistre n'ont pris depuis que quatre mesures : elles organisent davantage de réunions d'information pour les employés ; elles renforcent les étagères, protègent mieux leurs biens d'équipement ; elles assistent toujours à des réunions d'information et font évaluer les structures de leur immeuble. Le retour à l'activité normale 53 % des entreprises déclarent se porter aussi bien seize mois après le sinistre qu'avant, 23 % moins bien et 24 % déclarent se porter mieux. Dans ces conditions, il est difficile de savoir ce qui a trait aux conditions générales de l'économie. La région était en récession auparavant et a connu une reprise économique depuis. Il y a eu bien sûr la stimulation de la reconstruction. Le redressement est très différencié selon les secteurs. Le secteur manufacturier est favorisé par rapport aux services et aux commerces, qui dépendent davantage de l'économie locale. Le commerce de détail a beaucoup souffert. Par exemple, un centre commercial très populaire à Northridge a été reconstruit en dix-huit mois. Un autre centre commercial, situé un peu plus loin, a repris toute la clientèle du premier centre, qui a de grosses difficultés à retrouver son activité. La réaction des propriétaires des bâtiments a été très importante dans le redressement des entreprises. 7

8 Les enseignements à tirer Nous avons vu que l'environnement de la Californie était sans aucun doute le mieux préparé à la gestion du risque de tremblement de terre. Si un tel événement se produisait dans une autre région, les dommages seraient beaucoup plus importants. La population est généralement très consciente des risques. Les pouvoirs publics sont très bien préparés ; les entreprises, extrêmement peu. Lorsque des mesures sont prises, elles sont insuffisantes et ne visent qu'à protéger les dommages directs de l'entreprise. Les dommages directs ne sont qu'un piètre indicateur de la vulnérabilité des entreprises, comme l'ont montré les recherches menées à Northridge. Des entreprises ont subi des dommages très importants et se sont bien redressées. D'autres ont subi des dommages assez faibles et ont fait faillite. La corrélation est donc très faible. Deux éléments sont essentiels pour prévoir les chances de survie et de réaction : la résistance des entreprises aux défaillances de fournitures, la résistance des utilités, des systèmes et des infrastructures et la flexibilité face aux changements brutaux de clientèle, d'approvisionnement et de livraison. Les entreprises qui avaient des plans de survie ont bien réagi. Ces éléments sont essentiels dans une catastrophe naturelle, mais les entreprises ne les maîtrisent pas toujours. Intervention de Philippe ROCARD Jusqu'ici nous avons abordé le point de vue des entreprises qui subissent le sinistre. Je vais tenter de compléter cette analyse par le point de vue de l'assureur qui participe à la gestion d'une crise. A la différence des cas traités précédemment, celui que je vais aborder ne relève pas de l'assurance de choses. Dans l'assurance de choses, il est clair qu'en face de la victime, particulier ou entreprise, il y a un assureur unique. Cette relation unique facilite, en règle générale, la résolution de la crise. Le sinistre de Furiani Cependant, existe un certain nombre de situations, comme celles impliquant une assurance de responsabilité civile, où il y a une multiplicité d assureurs face aux victimes. Le cas de Furiani en est une illustration. Un acteur a construit la tribune, un autre l'a vérifiée, une commission a examiné l'ensemble, le club de football a organisé la manifestation, qui se déroulait sous l'autorité de la Ligue nationale de football. Il y a donc de multiples intervenants et de multiples assureurs, tous impliqués dans l'événement. Une telle multiplicité d'acteurs crée des risques de débordements, de dénigrement, de dysfonctionnements, qui peuvent aggraver la crise. Il peut également y avoir des «satellites», suivant le vocable de la profession, qui viennent amplifier le phénomène en proposant aux victimes des services de toute nature. Ces services contribuent parfois à rendre la résolution de la crise encore plus difficile. Les sinistres de responsabilité civile sont donc des vecteurs potentiels de crise, non seulement pour les victimes, mais aussi pour les assureurs eux-mêmes. 8

9 L'exemple de Furiani permet de comprendre la situation. Ce sinistre a eu lieu un 5 mai, comme celui du Crédit lyonnais, mais quatre ans plus tôt. La tribune du stade fabriquée spécialement pour le match de demi-finale de la Coupe de France s'est effondrée. Le bilan a été de 15 morts et blessés, ce qui représente un quart des victimes du tremblement de terre qui vient d'être évoqué. A l'échelle de la population française, nous nous trouvons devant un sinistre d une ampleur comparable. Cet événement a été amplifié dès l origine par le fait qu'il se situait dans une île à la sensibilité particulière et que les médias y ont assisté en direct. Dès le départ, tous les éléments étaient donc réunis pour qu'il y ait une crise. Les caractéristiques de la crise L analyse a posteriori de ce sinistre montre que les deux éléments qui vont prédominer durant la crise sont la recherche des responsabilités, des «coupables», et l'indemnisation des victimes. Ce sont d'ailleurs les deux questions clés soulevées par les médias dans les jours qui ont suivi le drame. Or, dans les situations de crise, un acteur joue presque toujours un rôle majeur : l Etat. En règle générale, l'etat, avec son représentant, le préfet, à la tête du plan Orsec, est le restaurateur de l'ordre et permet à chacun de retrouver sa place et sa fonction. Le préfet restaure l'ordre en annonçant que tout est maîtrisé, que les secours ont bien fonctionné et que la vie normale peut reprendre. Une caractéristique de Furiani est que l'événement se situe dans une zone où l'etat est affaibli et peut de plus être rendu responsable. En effet, l'etat a un rôle de contrôleur sur les installations en cause. L'habituel restaurateur de l'ordre, celui qui joue normalement un rôle de référent, ne peut donc donner sa pleine mesure. Se trouvent réunis tous les ingrédients d une crise majeure : une attente claire des victimes, qui souhaitent une indemnisation rapide, un Etat affaibli, des médias très présents... Et, pour chacun de ces acteurs, la perception de la notion du temps diffère. Ainsi, les tribunaux chargés de rechercher les responsabilités ont leur propre échelle de temps, différente de celle des victimes. Les assureurs ont également la leur, qui n'est pas nécessairement la même que celle des victimes. En effet, un assureur placé dans une telle situation doit normalement attendre que les responsabilités aient été établies pour que chacun puisse utiliser ses garanties, dans la limite des plafonds prévus. Dans le cas de Furiani, compte tenu du procès pénal qui devait intervenir, cela signifiait une attente très longue. Les assureurs ont également une obligation envers les victimes. Lorsque les plafonds de garanties peuvent être dépassés, il convient de répartir les indemnités entre les différents demandeurs. S'il commence à dédommager les victimes, l'assureur pourra se trouver dans une situation difficile à l égard de celles qui vont «arriver» trop tard dans le processus. En effet, ces victimes arrivées au moment où le plafond est dépassé se trouveront alors lésées. La logique de l'assureur, dans un événement de ce type, est donc d'attendre. Il en résulte un risque de confrontation entre la logique de la victime, qui attend une indemnisation rapide, et celles des assureurs et des tribunaux, qui se donnent le temps d'apprécier l'événement pour le résoudre dans son ensemble et sa complexité. Ces deux logiques auraient pu conduire à un affrontement, notamment dans le cas de Furiani, et provoquer 9

10 une crise importante. Des rebondissements auraient pu avoir lieu sur la profession d'assureur, amenant à la remise en question de celle-ci. La décision des assureurs En fait, les assureurs concernés ont décidé de prendre les choses en main ensemble, d'être actifs dans la gestion de la crise, ce qui est une originalité à noter. Dans les jours suivant le sinistre, ils ont pris la décision d'alimenter un fonds et de procéder à des indemnisations rapides pour les victimes les plus touchées. Ces dernières ont très vite reçu des provisions. Il y a donc eu une véritable implication des assureurs, qui ont choisi de briser la logique habituelle pour en adopter une nouvelle. Les raisons d un bilan positif pour les assureurs Avec le recul que nous avons aujourd'hui, cette opération semble un véritable succès. Une année après le sinistre, la lecture des comptes rendus de presse montre que deux éléments paraissent au centre des préoccupations de la population. Le premier est la recherche des responsabilités. De manière caricaturale, «il faut que le coupable soit puni». Le second élément n'est plus l'indemnisation comme au début de la crise, mais la nécessité de reconstruire un vrai stade de football à Bastia. Après un an, la crise a donc été dépassée en ce qui concerne les indemnisations, ce qui ne signifie pas que tout s'est fait sans heurts. Il y a eu notamment une occupation des locaux d'un des assureurs pendant quelques jours, en février La rapidité de réaction Quand nous tentons, avec le recul, d'analyser les raisons de ce succès, notre attention se porte sur quatre éléments principaux. Le premier est la rapidité de réaction. Les assureurs ont décidé de mettre en place un fonds et de régler les premières provisions dans les jours qui ont suivi l'événement, puis ils ont assumé cette décision devant le public. Dès le 14 mai, les directeurs d'un certain nombre de sociétés se sont rendus sur les lieux pour le faire savoir aux représentants des victimes. Il est rare que des directeurs de sociétés d'assurances se déplacent sur le site pour dire à un ensemble de victimes qu'ils vont assumer la crise, alors qu'ils ne savent pas combien celle-ci va coûter, si leur plafond de garantie va être ou non dépassé, et qu'ils ne connaissent pas la répartition des responsabilités. La mise en place d'équipes dédiées Le deuxième élément fut la mise en place d'équipes pour la gestion des sinistres. Ces équipes se trouvaient en Corse, à Marseille et à Paris. Là encore, il s'agit d'un élément indispensable pour résoudre une crise. Il faut savoir se dégager de la gestion courante pour se focaliser sur la crise. C'est ce qu'ont fait les assureurs en dédiant des équipes à cette mission. La création d'une structure intermédiaire entre les assureurs et les victimes Le troisième élément est lié à la mise en œuvre d'une structure tampon entre les victimes et les assureurs. Ce terme de tampon n'est pas péjoratif. Les assureurs n'ont pas une crédibilité importante auprès de la population, comme le montrent régulièrement les sondages. Face aux victimes, il a été utile d'avoir une structure de dialogue. Un comité 10

11 de pilotage a été créé. Il réunissait des représentants des tribunaux locaux, le président de la cour d'appel de Bastia, des avocats, des représentants des victimes, etc. Les assureurs n'en faisaient pas partie. Le rôle de chacun était clair. Les assureurs ont pu négocier avec une structure qui permettait de se focaliser sur les vrais sujets. Ont ainsi pu être définis des modalités d'expertises contradictoires, des barèmes d'indemnisation et l'ensemble du processus d'indemnisation, en accord avec cette structure. Celle-ci se chargeait ensuite de parler avec les victimes et les aidait. Elle présentait même de nombreux dossiers de victimes aux assureurs et jouait le rôle d'un véritable intermédiaire. L'existence de cette structure est donc à souligner. Elle a eu un rôle que les assureurs ont du mal à jouer et qui ne correspond pas à leur véritable fonction. Ce rôle est l'accompagnement de la victime dans le «dépassement psychologique» de ce qu'elle vient de subir. Les victimes ont souvent besoin de cet accompagnement psychologique. Or, les assureurs ne sont pas habitués à le faire. Ce type de structure intermédiaire peut plus facilement remplir cette fonction. La communication Le quatrième élément de succès rejoint celui que M. Roland Crisias a mis en avant, puisqu'il s'agit de la communication. Dans l'affaire de Furiani, les assureurs ont régulièrement communiqué. Ils n'ont rien fait d'extraordinaire, mais, dans un premier temps, ils ont dit ce qu'ils allaient faire. Puis ils ont fait ce qu'ils avaient dit. Enfin, ils ont dit ce qu'ils avaient fait. Alors un nombre significatif de communiqués a été émis et les assureurs se sont déplacés sur les lieux du drame. Ce sont les quatre éléments principaux qui permettent de dire que cette crise a été bien surmontée. Si une difficulté est née a posteriori, elle ne concerne pas les victimes, mais l'etat et les caisses de la Sécurité sociale. Il avait été initialement prévu que les assureurs se consacreraient à l'indemnisation prioritaire des victimes. Or, il y a, depuis quelques mois, une demande de prise en charge de prestations que les caisses de la Sécurité sociale ont réalisées, créant un nouveau rebondissement. Les répercussions de la situation de crise chez l assureur Au-delà du cas de Furiani, je pense qu'il faut se demander si les assureurs peuvent euxmêmes être placés en situation de crise en cas de sinistre survenant chez un assuré. Dans quelle mesure une crise peut-elle se propager d'une entreprise à son assureur? En y réfléchissant, il apparaît que cela peut se produire dans certains cas. Les répercussions sur le cours de Bourse de l assureur L'assureur peut se trouver exposé à de fortes oscillations de son cours de Bourse. Un mémoire d'actuariat1 a analysé en détail cette situation. Je conseille sa lecture aux statisticiens qui sont dans la salle. Ce mémoire montre l'impact des sinistres importants sur les cours de Bourse des assureurs, qui se traduit par une baisse du cours de deux à six jours après le sinistre. Cette baisse dépend de la capacité de l'assureur à expliquer ses traités de réassurance et leur portée. Après un sinistre important, il existe donc un devoir d'explication de l'assureur, qui doit montrer que la crise n'engendre pas une crise dans sa propre société. 11

12 Le cas des frontings Autre cas de figure possible : les frontings. Quand un assureur prend en charge un risque très important et le cède en quasi-totalité, il a l'impression en souscrivant de ne supporter que peu de risque, alors que son engagement facial est très important. Si le sinistre survient, il y aura toute une série d'implications pour l'assureur, la réglementation française étant fondée sur les engagements bruts de réassurance. Il y aura notamment des répercussions sur la couverture des engagements réglementés, élément essentiel dans la conduite d'une société d'assurances. Rappelons qu'il faut avoir un actif couvrant les engagements pris. L'actif doit donc être augmenté de plusieurs milliards de francs pour faire face aux provisions en brut, avant que la chaîne de réassurance ne fasse son effet. Augmenter ses postes d'actifs de quelques milliards de francs n'est pas aisé, surtout sous l œil de la presse et des analystes financiers. Il y a là un risque particulier, qui peut rebondir sur l'assureur après un événement important. Les professionnels doivent donc être vigilants. Ils ne mesurent pas toujours les implications éventuelles en cas de crise. Leur marge de solvabilité peut aussi être affectée. Vous savez qu elle est un élément essentiel pour juger un assureur. Or elle est fortement touchée par un accident important sur un fronting. 1. G. Rosenwald, Effet d un sinistre sur le cours de Bourse de l entreprise assurée (IAF, 1994). La mise en cause du professionnalisme de l assureur La dernière possibilité de propagation d'une crise sur l'assureur peut être un événement du type de Bhopal ou de San Juan de Ixhuatepec explosion de gaz combustibles liquéfiés ayant provoqué des centaines de morts. L'assureur de l'installation ou de l'entreprise, l'assureur de responsabilité civile ou de biens peut se retrouver face à une situation dans laquelle ses conseils en termes de prévention ont été clairement dépassés et se révèlent insuffisants. Par ailleurs, les limites de garantie peuvent ainsi être disproportionnées par rapport à l'ampleur de l'événement. Le professionnalisme de l'assureur peut être mis en cause, puisque, en termes de prévention et de plafond de garantie, il n'aura pas fourni les bons conseils. Il peut donc se retrouver attaqué par les médias dans sa légitimité même. Il n'y a ni solution ni parade idéales, si ce n'est de rester des professionnels de l'assurance raisonnant sainement, même dans un marché à la baisse comme celui d'aujourd'hui. Sur un marché baissier, notre devoir est de ne pas céder aux tentations en matière de garantie, de tarif et de prévention. 12

13 Débat De la salle : J'ai une question pour M. Roland Crisias, qui terminait son exposé en disant qu'il n'y avait pas eu de victimes dans l'incendie du Crédit lyonnais. Que faitesvous des victimes psychologiques? Pouvez-vous dire qu'il n'y a pas eu de personnes touchées psychologiquement à la suite de l'incendie? Roland CRISIAS : Vous avez raison. En fait, je disais que l'incendie n'avait pas fait de morts. Effectivement, il y a eu quelques blessés pendant les opérations de secours. De la salle : J'ai également une question au sujet du Crédit lyonnais. Quelles ont été les mesures concrètes prises par la banque à la suite de l'incendie, notamment pour la protection des dossiers d'engagement et des dossiers contentieux? Quels sont les coûts engagés? Roland CRISIAS : A quelle époque situez-vous votre question? De la salle : Après l'incendie, avez-vous pris des mesures concrètes et nouvelles? Je pense, notamment, à des équipements en armoires fortes pour la protection des dossiers de crédit, d'engagement. Roland CRISIAS : J'aurais vraiment dû venir avec mon avocat! Je ne peux pas vous donner d'informations sur ce sujet. Ainsi, je ne peux vous dire dans quelles conditions les dossiers sont aujourd'hui stockés. De la salle : Je connais assez bien le milieu des pompiers. Il est vrai que ce sinistre a été très étonnant, notamment en ce qui concerne son origine. Deux éléments sont à noter. Tout d'abord, les services de secours présents dans l'immeuble ont mis beaucoup de temps avant de prévenir les pompiers de Paris. Il y aurait donc eu une carence dans l'organisation interne des secours. De plus, lorsque les pompiers de Paris sont intervenus, ils ont mis énormément de temps pour accéder au foyer du sinistre. Je n'ai pas pu vérifier moi-même, mais cette information vient d'un directeur de service de secours de la région parisienne. Les pompiers ont dû ouvrir les portes avec des moyens très lourds pour accéder au foyer. Roland CRISIAS : La gestion de la communication est un vrai problème, comme je vous le disais tout à l'heure! Quelques jours après le sinistre, quelqu'un est venu me prévenir qu'il y avait des graffitis me concernant, dans l'immeuble sinistré. Il s'agissait d'inscriptions de chaniter de l'époque des travaux. Récemment, il y a deux semaines, on est même venu me dire qu'il y avait eu du napalm. Il y a un certain nombre de rapports 13

14 émis et il y a des propos rapportés. Je suis venu ici pour parler de la crise liée à l'incendie et je ne me sens pas autorisé à parler des causes de ce dernier. De la salle : Je voudrais demander à Monsieur Lagadec ce qu'est une crise. Patrick LAGADEC : Monsieur Crisias a répondu lui-même. Une entreprise se retrouve dans une situation de crise lorsqu'elle a besoin de réagir rapidement à une situation qui lui est inhabituelle. De la salle : Il s'agit encore d'une question pour M. Roland Crisias. Que pensez-vous de l'utilisation de moyens vidéo? J'ai été surpris de constater qu'aucun film n'avait été réalisé au Crédit Lyonnais en prévision d'une catastrophe. Nous avons pu voir sur les écrans le directeur de la communication intervenir, puis M. Jean Peyrelevade. Leurs propos étaient différents. M. Jean Peyrelevade avait l'air plus inquiet que le directeur de la communication. Est-ce qu'aujourd'hui le Crédit Lyonnais dispose d'outils vidéo? Roland CRISIAS : Je ne suis pas directeur de la communication du Crédit Lyonnais, mais je peux vous dire avec certitude que nous n'avons pas prévu la prochaine catastrophe. Il n'y a pas de préparation absolue pour ce genre d'événement. Il n'y a que des personnes qui réagissent le mieux possible. Pour cela, elles doivent être préparées et se trouver là au bon moment, comme ce fut le cas pour le directeur de la communication. M. Philippe Rocard faisait tout à l'heure allusion à l'incidence que pouvait avoir sur l'assureur lui-même un sinistre qui touchait l'un de ses clients. Je tiens à vous rappeler que l'un de nos assureurs était les AGF. Le 6 mai 1996 correspondait au jour de l'entrée en Bourse de cette société, qui s'est trouvée dans une situation qu'elle n'avait pas prévue. Il est vrai que le président des AGF a dû faire face à cette situation imprévue. Il ne s'agissait pas d'un sinistre, mais il a dû expliquer ce qu'était la réassurance et faire des calculs pour démontrer que cela ne lui coûterait pas plus de quelques dizaines de millions de francs. De la salle : Je souhaiterais poser une question à M. Dominique Lavallée. Votre exposé sur le retour d'expérience économique concernant les dommages aux entreprises aux Etats-Unis était très intéressant. Avez-vous des données concernant d'autres pays, le Japon par exemple? Avez-vous utilisé ce retour d'expérience pour préparer les entreprises à faire face à des sinistres? Dominique LAVALLÉE : Je ne me sens malheureusement pas qualifié pour répondre sur d'autres pays. La situation était très différente à Kobé, par exemple. Les entreprises étaient plus assurées aux Etats-Unis qu'elles ne l'étaient au Japon. Quant au retour d'expérience, c'est peut-être la conclusion négative de mon exposé. Les enquêtes montrent que les entreprises ont peu appris de ce sinistre, si important soit-il. Les gestionnaires de risques, les entrepreneurs interrogés systématiquement dix-huit mois 14

15 après le sinistre répondent de la même manière que par le passé. Le concept d'entreprise durable a du mal à s'implanter. Il y a bien évidemment des variantes. Il existe des entreprises performantes et bien gérées qui ont effectué des travaux de préparation, mais elles constituent une infime minorité. Patrick LAGADEC : Voilà un domaine dans lequel les Etats-Unis n'ont pas le monopole! De la salle : Je crois qu'un certain nombre de personnes dans la salle s'interrogent sur le sens donné, cet après-midi, au terme de crise. Il est surprenant qu'un grand sinistre soit qualifié de crise. Pour les sociologues, la notion de crise a une signification particulière. Elle implique un accident, des dysfonctionnements visibles dans la gestion de cet accident, lequel pose un problème de société. C'est la difficulté à répondre à ces problèmes de société qui crée la crise. Pour ceux qui se sont intéressés à l'incendie du Crédit lyonnais, la question était de savoir s'il y avait eu une cause volontaire à cet incendie. Cette interrogation existe et est apparue au travers des questions posées. Dans la crise de Furiani, le véritable problème était de savoir comment il a été possible d'arriver à une situation de ce type, compte tenu de l'ensemble des vérifications et des procédures de sécurité. Nous sommes de nouveau confrontés à une question de société, à savoir comment notre société gère la sécurité. Je ne saurais trop remercier la personne qui a effectué l'exposé sur le sinistre aux Etats-Unis. En France, nous ne faisons pas de suivi après la crise et nous n'avons pas les moyens de savoir ce qui se passe. Aucune étude n'est réalisée dans ce sens, malgré l'intérêt qu elle pourrait avoir. Nous n avons aucun élément certain sur la façon dont les entreprises se réorganisent dans l'après-crise et aucune indication sur les bilans réels. De la salle : Pour poursuivre sur le sujet du retour d'expérience, j'aimerais poser une question à M. Dominique Lavallée. Vous nous avez dit que les sociétés s'étaient davantage préparées et avaient attaché les meubles, renforcé les étagères, etc. En revanche, elles n'ont pas les moyens de fonctionner en l'absence de livraisons, de clientèle. Les pertes de clientèle et de fournitures n'ont pas seulement lieu lors de sinistres. Il existe également des crises sociales, des problèmes de rumeurs. Une approche en termes d'organisation d'urgence postaccidentelle, quel que soit le risque, serait-elle plus à même d'inciter les entreprises à investir dans les moyens de prévention? Dominique LAVALLÉE : Le concept d'entreprise durable repose sur la gestion de l'interruption brutale des flux de produits et de clientèle. Comme vous le dites, il n'y a pas que les tremblements de terre qui peuvent provoquer ce type de crise. Toute crise majeure peut avoir des conséquences comparables. Cette question est difficile, car elle est très vaste. L'événement générateur de la crise peut être multiforme. Il est difficile d'envisager toutes les causes possibles. Il s'agit plus de changer un état d'esprit. Des check-lists ne serviraient à rien. Il existe des entreprises qui maintiennent en permanence des listes de fournisseurs secondaires, qui ont réfléchi à un changement du 15

16 mix produit, à la capacité de déménager. Des scénarios multiples peuvent entraîner ce type de crise. A Northridge, seulement 5 % des entreprises avaient réalisé ce travail. Les enquêtes montrent qu'elles ont un taux de succès énorme par rapport aux autres. La planification semble donc payer. Patrick LAGADEC : Je voudrais conclure en soulignant le point suivant. Aussi longtemps que l'on considère qu'un responsable en titre est d abord responsable des situations conventionnelles et que les cas de surprise, de rupture sont de la compétence d'un sous-bureau, chargé des questions inhabituelles, il n'y a aucune chance de voir l'entreprise anticiper, rebondir sur un événement pour en tirer des leçons. Tant que nous n'aurons pas clarifié les responsabilités, y compris dans les procédures de promotion, d'évaluation, c'est-à-dire tant que nous n'aurons pas défini les responsabilités en cas de crise ou d'événement exceptionnel, nous aurons du mal à progresser. Il faut soit changer de vision, de culture, soit continuer à organiser des colloques afin de se demander pourquoi nous montrons aussi peu de réactivité face à une crise. Les enjeux sont importants, non seulement en situation de sinistre, mais également en termes de conquête de marché. Dans un monde de plus en plus chaotique, celui qui ne voudra vivre qu'en situation stable pourra difficilement se défendre et attaquer. Compte rendu réalisé par la société Hors Ligne

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice

Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris. Fine Art in Legal Practice Bruxelles Charleroi Antwerpen Liège Luxembourg Paris 41 Avenue de la Liberté L- 1930 Luxembourg Tel. +352 266 886 Fax. +352 266 887 00 Avenue Louise 240 B-1050 Bruxelles Tel. +32 2 600 52 00 Fax. +32 2

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE

L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE L'APPLICATION DANS LE TEMPS DES ASSURANCES DE RESPONSABILITE CIVILE 1 - L'APPLICATION DE LA GARANTIE DANS LE TEMPS (Application de la garantie dans le temps dans les assurances de responsabilité avant

Plus en détail

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com L indemnisation des risques liés au travail Colloque Sinistres du 10 Mars 2011 Le 10 Mars 2011, à l initiative

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES

Nice Samedi 12 mai 2007- Salle Pierre JOSELET IL DIRITTO FALLIMENTARE ITALIANO LE DROIT FRANÇAIS DES ENTREPRISES EN DIFFICULTES avec la participation de l Union des Avocats Européenset de l Institut Méditerranéen des Procédures Collectives 4 EME RENCONTRE FRANCO-ITALIENNE ENTRE LES BARREAUX DE NICE ET DE MILAN 4 INCONTRO ITALO-FRANCESE

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise

BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT. Notre plan C pour situations d'urgence et de crise BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT I PLANZER I 2010 BUSINESS CONTINUITY MANAGEMENT Notre plan C pour situations d'urgence et de crise La sécurité n'est pas une valeur absolue. Une gestion de risque peut éventuellement

Plus en détail

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants.

Assurance de responsabilité civile et de la protection juridique des enseignants. Division 1 : assurance de la responsabilité civile Article 1 - description de l'assurance La présente assurance couvre la responsabilité civile des assurés pour les dommages causés par le fait de l'exercice

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Gestion des risques importants

Gestion des risques importants étude de cas Gestion des risques importants Modélisation du risque et simulation d'attaque Société Une grande organisation financière (union nationale de crédits fédéraux) a mis en œuvre les solutions

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés.

portnox pour un contrôle amélioré des accès réseau Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. portnox Livre blanc réseau Janvier 2008 Access Layers portnox pour un contrôle amélioré des accès access layers Copyright 2008 Access Layers. Tous droits réservés. Table des matières Introduction 2 Contrôle

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Dossier de presse Catastrophes naturelles

Dossier de presse Catastrophes naturelles Fédération Française des Sociétés d'assurances Dossier de presse Catastrophes naturelles Le système d indemnisation mis en place par la loi du 13 juillet 1982 Avant 1982, l assurance ne couvrait que certains

Plus en détail

Etat des lieux. Les chiffres incendie. En France, l'incendie c'est :

Etat des lieux. Les chiffres incendie. En France, l'incendie c'est : Etat des lieux Les chiffres incendie En France, l'incendie c'est : 1 incendie toutes les 2 minutes 10000 victimes chaque année qui causent 800 décès 250000 sinistres d'incendies d habitation déclarés aux

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE

NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE NOTORIETE DE L ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE ET ATTENTES DE LA JEUNESSE - Note de synthèse de l'institut CSA - N 1100760 Juin 2011 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris cedex 02 Tél. (33) 01 44 94 59 11

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires Tableau parcours Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires 20.. / 20.. Légende : Diplôme(s) préparé(s) : marquer ici le(s) diplôme(s)

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance

NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance NC 30 Les charges techniques dans les entreprises d assurance et / ou de réassurance Objectif 01. L'activité d'assurance et/ou de réassurance se caractérise par l'inversion du cycle de la production et

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

Précision. Rigueur. Estimation du risque

Précision. Rigueur. Estimation du risque Savez-vous lesquels de ces conducteurs représentent le plus grand risque pour votre entreprise? Nous le savons. Estimation du risque ApSTAT Technologies offre une gamme complète de solutions robustes de

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la

Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire. Rapport présenté à la Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire Rapport présenté à la Mars 2008 Tables des matières Contexte et objectifs.... 2 Page Méthodologie.3 Profil des répondants...6 Faits saillants..10

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale

TABLEAU COMPARATIF. Texte de la proposition de loi. Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale TABLEAU COMPARATIF Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Proposition de loi relative à la responsabilité civile médicale Article premier Le titre IV du livre I er de la première

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Définition L'expertise est un moyen d'investigations qui éclaire une juridiction

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Note Conflagration. Janvier 2010

Note Conflagration. Janvier 2010 Janvier 2010 Note Conflagration De nombreux sinistres de caractère événementiel dans le monde mettent en jeu plusieurs risques en Dommages, sans qu il s agisse d évènements naturels. On parle en général

Plus en détail

Convention pour la restauration scolaire, la garderie périscolaire et le centre de loisirs sans hébergement de la commune de Villebéon

Convention pour la restauration scolaire, la garderie périscolaire et le centre de loisirs sans hébergement de la commune de Villebéon Convention pour la restauration scolaire, la garderie périscolaire et le centre de loisirs sans hébergement de la commune de Villebéon Article 1: formation de la convention La commune de Villebéon ci après

Plus en détail

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet

c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet c'est possible les clefs de la réussite Par Valérie Gueudet Mon nom est Valérie Gueudet, je suis formatrice indépendante dans de grandes entreprises. Je suis spécialisée dans l'accueil verbal et dans l'accueil

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

Assurance des risques divers

Assurance des risques divers L assurance du terrorisme en Tunisie : où en sommes-nous? Nabil Ben Azzouz D.U en Droit des assurances de l IAL Etudiant en Master 2 Droit des assurances à l IAL Assurance des risques divers Depuis quelques

Plus en détail

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer

Trousse d information Novembre 2004. Des outils pour s informer Trousse d information Novembre 2004 Des outils pour s informer Des outils pour s informer Ce cahier présente des outils qui permettent de pousser plus loin la recherche d'information. Une grande partie

Plus en détail

Églantine et les Ouinedoziens

Églantine et les Ouinedoziens Églantine et les Ouinedoziens La grande migration Églantine, 24 ans, est informaticienne. Elle a grandi dans un monde de libertés informatiques. Elle survit dans notre société propriétaire en faisant du

Plus en détail

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001

ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 ANALYSE DE RISQUE AVEC LA MÉTHODE MEHARI Eric Papet e.papet@dev1-0.com Co-Fondateur SSII DEV1.0 Architecte Logiciel & Sécurité Lead Auditor ISO 27001 PLAN Introduction Générale Introduction MEHARI L'analyse

Plus en détail

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse

Patrimoines. La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Patrimoines La pierre angulaire d'une planification financière solide une gestion des dettes judicieuse Il y a deux ans, David emménage dans une autre ville. Il meuble sa nouvelle maison et règle plusieurs

Plus en détail

Partage prix solde vente maison indivision

Partage prix solde vente maison indivision Partage prix solde vente maison indivision Question sur partage vente d'une maison acquise en indivision avec mon ex. Début PACS en 2003, fin en août 2008. Nous avons acheté une maison en 2006 à 137000?

Plus en détail

LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES

LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES ANALYSER LES INCIDENTS/ACCIDENTS LA METHODE DE L'ARBRE DES CAUSES Par Jean-Pierre HECKMANN D'après un document de l'iuta de l'université de Bordeaux SOMMAIRE I. HISTORIQUE

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision

The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Business Analytics The way we see it The Deciding Factor : Big Data et l aide à la décision Ecrit par A propos de l'étude À la demande de Capgemini, l'economist Intelligence Unit a rédigé le rapport intitulé

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Etude sur la sécurité auprès des indépendants et des professions libérales Résultats concernant le secteur des médecins généralistes

Etude sur la sécurité auprès des indépendants et des professions libérales Résultats concernant le secteur des médecins généralistes 575BZ03, Juillet 2006 Etude sur la sécurité auprès des indépendants et des professions libérales Résultats concernant le secteur des médecins généralistes SPF Intérieur, Direction générale Politique de

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises

Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises Novembre 2012 Assurance et Réassurance du Crédit Inter-Entreprises 1 Sommaire : Situation Assurance et Réassurance Crédit Evolution de l Assurance Crédit Evolution de la Réassurance Crédit Evolution des

Plus en détail

Le DSI au service de l'expérience Client

Le DSI au service de l'expérience Client 1/24 Cette étude a été réalisée et publiée à l'occasion de la conférence «Le DSI au service de l'expérience Client» organisée par CIO le 18 mars 2014 au Centre d'affaires Paris Trocadéro. La rédaction

Plus en détail

Épreuve orale de TIPE

Épreuve orale de TIPE Banque Agro Veto. Session 2012 Rapport sur les concours A TB Épreuve orale de TIPE Concours Nb cand. Moyenne Ecart type TB ENSA- ENITA Note la plus basse Note la plus haute 65 11,98 3,09 5 20 TB ENV 28

Plus en détail

La gestion du temps 3e partie: La planification

La gestion du temps 3e partie: La planification Volume 15 No 3 - Septembre 1998 ÉDUCATION ET DROITS DE L'HOMME La gestion du temps 3e partie: La planification Colette Paillole Dans de précédents numéros de La revue des Échanges, nous vous avons présenté

Plus en détail

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011

Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Résultats du premier Observatoire des femmes et l assurance Un nouveau regard de l assurance au féminin : la «Hub Decider Woman» Paris, le 8 juin 2011 Fiche méthodologique Cible : Hommes et femmes âgés

Plus en détail

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse

La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse La stratégie de la SWX Swiss Exchange pour la place financière suisse par Robert Wyss, SWX Swiss Exchange Auprès des bourses internationales, l'euphorie de la dernière décennie a disparu et les participants

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE

RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE RAPPORT D'ENQUÊTE SUR ÉVÉNEMENT AÉRONAUTIQUE COLLISION AVEC UN VÉHICULE AIR FRANCE BOEING 747-200 F-BPVV AÉROPORT INTERNATIONAL DE MONTRÉAL / MIRABEL (QUÉBEC) 15 OCTOBRE 1995 RAPPORT NUMÉRO A95Q0206 Le

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014

PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 PRÉSENTATION AGRICOLE 2014 L importance de l assurance pour l exploitation agricole Assurance agricole : assurer l'exploitation L'activité d'un agriculteur repose sur son exploitation agricole, il est

Plus en détail

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres

Janvier 2015. Enquête CLCV Assurances et sinistres Janvier 2015 Enquête CLCV Assurances et sinistres 1 Synthèse Au cours du deuxième semestre 2014, nous avons réalisé une enquête auprès de 442 assurés ayant subi un sinistre automobile ou habitation aux

Plus en détail

L Assurance en copropriété

L Assurance en copropriété L Assurance en copropriété Par Paul-André LeBouthillier et Richard Lavoie Avocats L assurance en copropriété Les obligations générales du Syndicat en matière d assurance? Comment réagir lors d un sinistre

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Services intégrés. La vérité sans détour

Services intégrés. La vérité sans détour Services intégrés La vérité sans détour Présentation de : Janice Johnson, Kathleen Massey, Rittu Sehgal et Jocelyne Younan Université McGill ARUCC, Juin 2010 Guide de présentation Vision Mise en œuvre

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

> Le régime légal. L assurance des catastrophes naturelles. Centre de documentation et d information de l assurance FP 139.

> Le régime légal. L assurance des catastrophes naturelles. Centre de documentation et d information de l assurance FP 139. FP 139 Centre de documentation et d information de l assurance Janvier 2008 L assurance des catastrophes naturelles Qu est-ce qu une catastrophe naturelle? Comment sont garantis les dommages qu elle provoque?

Plus en détail

Conseil d' administration Genève, novembre 1994

Conseil d' administration Genève, novembre 1994 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB. 261 /PFA/6/13 261 session Conseil d' administration Genève, novembre 1994 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA SIXIÈME QUESTION À L'ORDRE DU

Plus en détail

Résolution de problèmes à distance

Résolution de problèmes à distance Résolution de problèmes à distance Table des matières 1. INTRODUCTION... 2 2. PROCESSUS DE GESTION DES PROBLEMES... 3 3. RECONNAITRE LE PROBLEME... 4 3.1. NE PAS CONFONDRE QUESTION ET PROBLEME... 4 3.2.

Plus en détail

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie.

Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. C HAPI TRE 8 Tableau de bord et reporting Objectifs : piloter l organisation à travers des indicateurs (regroupés dans un tableau de bord), et informer des résultats la hiérarchie. 1 Principes A Le tableau

Plus en détail

COMPARATEUR DÉCENNALE

COMPARATEUR DÉCENNALE COMPARATEUR DÉCENNALE Bien Choisir Votre Assurance Décennale http://www.comparateurdecennale.com 1 À PROPOS DE COMPARATEUR DECENNALE Le Comparateur décennale offre un service GRATUIT de comparaison d'assurances

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

Page 1. Page 2. Système de gestion de la vérification - HempAge AG - Juin 2011 2/10 Indice 1. Introduction. 2. Résumé. 3. Des résultats positifs

Page 1. Page 2. Système de gestion de la vérification - HempAge AG - Juin 2011 2/10 Indice 1. Introduction. 2. Résumé. 3. Des résultats positifs Object 1 Page 1 Traduction web du document officiel de la fair wear foundation Dixième Rapport de gestion du système d'audit Hempage Juin 2011 Membre depuis FWF 1 Octobre 2009 Sources d'information Entretien

Plus en détail

Ouvrir dossier D appel

Ouvrir dossier D appel Ouvrir dossier D appel Table des matières 1. TRAITER UN APPEL... 3 1.1. ORGANISATION GENERALE D'UN SERVICE DESK... 3 1.2. PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT... 4 2. PRISE EN CHARGE DE L'UTILISATEUR ET DE SON APPEL...

Plus en détail

ESTIMATION DES PERTES ET CONSEQUENCES ECONOMIQUES DUES A DES SINISTRES INFORMATIQUES EN FRANCE. France, 1992

ESTIMATION DES PERTES ET CONSEQUENCES ECONOMIQUES DUES A DES SINISTRES INFORMATIQUES EN FRANCE. France, 1992 ESTIMATION DES PERTES ET CONSEQUENCES ECONOMIQUES DUES A DES SINISTRES INFORMATIQUES EN FRANCE France, 1992 CLUSIF Date de publication : 1993 TABLE DES MATIERES RISQUES INFORMATIQUES 1992 PRESENTATION...3

Plus en détail

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15

Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Discours de clôture Rencontre des nouvelles entreprises Mardi 14 octobre 2014 Centre événementiel 20h15 Mesdames, Messieurs, Chers collègues, Je suis particulièrement heureux de vous compter aussi nombreux

Plus en détail

Navigation dans Windows

Navigation dans Windows Cours 03 Navigation dans Windows Comme je le disais en introduction, notre souris se révèle plus maligne qu'elle n'en a l'air. À tel point qu'il faut apprendre à la dompter (mais c'est très simple, ce

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 9 - Le louage Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 9 - Le louage Réponses aux questions 9.1 Le louage de meubles est le contrat par lequel une personne, le locateur,

Plus en détail

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003

Copropriété et assurances. Fédération française des sociétés d assurances DEP 302 - JUIN 2003 DEP 302 - JUIN 2003 Copropriété et assurances Fédération française des sociétés d assurances Centre de documentation et d information de l assurance 26, bd Haussmann 75311 Paris Cedex 09 Fax DEP : 01 465

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS Avril 2010 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1.

Plus en détail

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES

MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES MODALITÉS D'UTILISATION DES LOCAUX SCOLAIRES A/ EN DEHORS DU TEMPS SCOLAIRE 1. PRÉALABLE Il arrive que des associations, des personnes physiques morales de droit public ou privé, demandent à occuper régulièrement

Plus en détail

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES :

FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : COUR D'APPEL DE MONTPELLIER 2 chambre ARRET DU 08 FEVRIER 2011 Numéro d'inscription au répertoire général : 10/04047 FAITS et PROCEDURE - MOYENS et PRETENTIONS DES PARTIES : La SA Golfy Club France, dont

Plus en détail

Multirisque. de l Entreprise. Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité?

Multirisque. de l Entreprise. Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité? Multirisque de l Entreprise Savez-vous qu avec AXA vous pouvez garantir la pérennité de votre entreprise en toute simplicité? Solutions Partenaire Services Protéger votre Activité Animer vos Hommes Optimiser

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 10 - Les assurances Réponses aux questions 10.1 Le contrat d assurance est celui par lequel l assureur, moyennant

Plus en détail

TIEN DES DROITS DES TRAVAILLEURS EN CAS DE CHANGEMENT D'EMPLOYEUR DU FAIT D'UN TRANSFERT CONVENTIONNEL D'ENTREPRISE ET REGLANT LES

TIEN DES DROITS DES TRAVAILLEURS EN CAS DE CHANGEMENT D'EMPLOYEUR DU FAIT D'UN TRANSFERT CONVENTIONNEL D'ENTREPRISE ET REGLANT LES CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 32 BIS DU 7 JUIN 1985 [CONCERNANT LE MAIN- TIEN DES DROITS DES TRAVAILLEURS EN CAS DE CHANGEMENT D'EMPLOYEUR DU FAIT D'UN TRANSFERT CONVENTIONNEL D'ENTREPRISE ET REGLANT

Plus en détail

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION CONSOMMATION ÉVOLUTION DU DROIT DE LA CONSOMMATION suscitée par la loi n 2010-737 du 1 er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation Réforme du crédit à la consommation et lutte contre le

Plus en détail

PRINCIPES DE BASE DE LA SAUVEGARDE POUR LA PROTECTION DE VOS DONNÉES ET DE VOTRE ACTIVITÉ

PRINCIPES DE BASE DE LA SAUVEGARDE POUR LA PROTECTION DE VOS DONNÉES ET DE VOTRE ACTIVITÉ PRINCIPES DE BASE DE LA SAUVEGARDE POUR LA PROTECTION DE VOS DONNÉES ET DE VOTRE ACTIVITÉ Des incidents sont toujours possibles. N'attendez pas qu'il soit trop tard. PRÉSENTATION C'est inévitable. A un

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité

Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Enquête exclusive CampusFrance - TNS Sofres Les étudiants étrangers en France : image et attractivité Sommaire. Présentation de l étude. Recommandation de venir en France Les étudiants étrangers en France

Plus en détail