DISCOURS SUR LA VIOLENCE "SPORTIVE" ET VIOLENCE DU DISCOURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DISCOURS SUR LA VIOLENCE "SPORTIVE" ET VIOLENCE DU DISCOURS"

Transcription

1 Michel RASPAUD, Labo RESACT-SPORT, "APS et comportement social", UFR-APS, Université J. FOURIER, Grenoble DISCOURS SUR LA VIOLENCE "SPORTIVE" ET VIOLENCE DU DISCOURS Au début était le fair play, ensemble de règles de conduite, de manières d'être construites par les classes dominantes britanniques. Le fair play, appliqué aux jeux pratiqués dans les public schools, devait permettre aux jeunes de l'élite économique et intellectuelle en formation, de maintenir la " distance au rôle" (GOFFMAN) des classes bourgeoises, de ne pas se laisser prendre au jeu au point d'oublier que c'est un jeu, comme en donnaient l'image les classes populaires de l'époque (1). Le fair play, en tout cas, malgré la magnification par les idéologues du sport (en particulier les journalistes " sportifs ") ne semble guère avoir pris racine, puisqu'il n'est pas de semaine sans que la presse, spécialisée ou non, ne relate quelque fait, de par le monde, ayant trait à la violence dans ou autour du sport. Aussi existe-t-il des comités nationaux ou internationaux pour le défendre ; des prix sont attribués aux sportifs pour récompenser leur esprit fair play, Aussi, de grandes réunions sont organisées pour stigmatiser la violence dans le sport, et aider à la prise de conscience de tous de la nécessaire éradication de ce mal qui gangrène la noblesse et la pureté du sport (2), La violence dans le sport est un fait indéniable, mais y en a-t-il plus ou moins dans le sport que dans les autres domaines de l'activité sociale? La question pertinente pourrait être : quel niveau de violence peut-on tolérer? (3). Et comment le déterminer? A première vue, le spectacle sportif semble " générer " une double forme de violence : - d'une part, la violence des spectateurs, généralement celle des supporters qui s'exprime soit à l'encontre d'autres supporters (ceux de l'adversaire), mais aussi parfois à l'encontre de l'arbitre ou des athlètes ; - d'autre part, la violence des athlètes eux mêmes, à l'encontre de leurs adversaires sportifs ou des arbitres. Concernant le football, qui sera l'objet de ces quelques réflexions, cette double forme de violence s'illustre par deux exemples assez nets : - le drame sanglant du stade de Heysel, en mai 1985 ; - l'affaire Koeman, en mars Dans le premier cas, des bagarres entre supporters de Liverpool et de la Juventus de Turin firent trente-neuf morts et quatre cents blessés. Dans le second cas, le joueur néerlandais du PSV Eindhoven avait déclaré au magazine Sport International que "l'attaque contre Tigana avait été décidée avant la partie" et " que blesser un bon joueur fait partie de la panoplie pour gagner de nos jours " (4).

2 Cette violence, annexe, connexe ou interne au sport - aux grands sports de compétition, médiatisés, spectacularisés, politisés -, il ne s'agit pas ici d'en faire l'apologie ou le procès, d'autres plus critiques ou plus responsables s'y essayant (5). Il ne s'agit pas non plus de la comprendre ou de l'expliquer. Le propos de ce texte, fort en retrait par rapport à ces questions fondamentales de l'éthique, consiste à tenter d'approcher non pas la violence, mais plutôt le discours porté sur celle-ci par une partie de ceux que l'on peut appeler les idéologues du sport. Dans le cas qui va suivre, ces idéologues sont les journalistes sportifs ou, plus exactement, les journalistes spécialisés dans la relation et le commentaire des faits sportifs (6). Ils sont nommés ainsi car, au-delà de la relation et du commentaire du fait sportif, ils sont dépositaires de valeurs sociales qu'ils peuvent diffuser grâce à leur position dans le système de production et de commercialisation des idées. Ils appartiennent en effet entièrement à cet ensemble que constitue la société sportive et qui se compose d'athlètes (licenciés), dirigeants, cadres techniques, spectateurs, téléspectateurs, supporters, journalistes, pratiquants libres, producteurs de matériel, pouvoirs publics, sponsors, etc. Les journalistes occupent une place déterminante et ambivalente dans le système de la société sportive. Déterminante dans la mesure où ils relatent les événements pour le public qui n'y assiste pas, ils en constituent hinc et nunc les archives narratives. Mais aussi et surtout ambivalente dans la mesure où ces relations se doublent de commentaires qui, dépassant souvent si ce n'est toujours l'analyse critique objective, mettent en jeu des avis, des stratégies - individuelles et/ou collectives, politiques et/ou commerciales, etc. - qui ne se soustraient pas aux images, métaphores, archétypes. Ambivalence également de par le lieu d'origine institutionnelle du discours ainsi produit: l'organe de presse. Et l'on sait depuis longtemps le rôle fondamental de celui-ci dans la construction de l'événement sportif, comme l'on sait le rôle fondamental de l'événement sportif dans l'équilibre économique de la presse spécialisée. Il existe entre les deux un lien historique indéniable (7). La violence, en tant qu'exclue de la première heure - par l'imposition de la notion de fair play, est d'autant plus intéressante qu'elle agit, dans le cas de graves événements comme celui du Heysel ou comme dans le cas de quelques bagarres simplement " musclées " dont il sera question un peu plus loin, comme révélateur, au sens photographique du terme. Elle permet la mise à jour, souvent claire et nette, des idées-forces qui sous-tendent le mode de fonctionnement du système de la société sportive. La violence parle, et surtout fait parler, et écrire. Il s'agit, en quelque sorte, du retour du refoulé. Le projet consiste alors à proposer l'analyse de contenu d'un certain nombre de textes, tous liés à la violence périphérique ou interne au football, en référant ce contenu au contexte de sa production. C'est-à-dire l'événement lui-même, et le lieu d'origine du discours porté sur cet événement. Car l'on sait que tout discours, pour être légitime, doit se conformer à des règles. Et, parmi celles-ci, la position du locuteur dans la structure sociale n'est pas la moindre (8). En l occurrence, le journaliste appartenant à une structure de production du discours légitime (l'organe de presse), elle-même intégrée au système que constitue la société sportive.

3 Le contenu du discours ne se limite pas, alors, à son objet (la violence), mais prend sens en référence aux enjeux que cet objet représente pour les divers groupes participant à la société sportive. Ceux-ci ayant des intérêts convergents/divergents - exprimant les luttes de ces divers groupes pour des positions de domination (ou d'influence) internes à la société sportive. DU HEYSEL A DUSSELDORF Il y eut un matin, et naquit le football. Puis survint la nuit du Heysel. Et le football faillit mourir (9). Depuis ce soir là, le Heysel demeure un événement structurant l'imaginaire du monde du football. Aussi bien les supporters que les dirigeants et les journalistes. C'est bien ce qui inquiétait également les organisateurs du VIII e Championnat d'europe des Nations qui devait se dérouler du 10 au 25 juin 1988 dans huit villes de RFA. C'était l'occasion de la première sortie massive de supporters anglais sur le continent depuis trois ans, puisque les clubs de la Football League sont interdits de compétition européenne depuis Des mesures exceptionnelles avaient été prises afin d'éviter le moindre incident. Les polices allemande et britannique coopéraient d'ailleurs à cet effet depuis plusieurs mois. Toutes les précautions ayant été prises, Monsieur NEUBERGER, Président du Comité d'organisation estimait alors que l'on était cependant toujours " à la merci d'un fou " (10). Les craintes des organisateurs, des autorités locales, et de l'ensemble du monde du football étaient en partie fondées, puisqu'un certain nombre d'incidents eurent lieu, soit entre les supporters adverses, soit entre supporters et forces de l'ordre. Les principaux eurent lieu à Düsseldorf, dans l'a journée et la soirée du mercredi 15 juin, à l'occasion du match Angleterre Pays-Bas, Ils opposèrent anglais, néerlandais, allemands et... policiers. Ce jour, " déguisé en supporter anglais ", le journaliste Pierre-Marie DESCAMPS, "envoyé spécial" de l'hebdomadaire France Football, " a passé douze heures avec les hooligans ". Il en rapportera un récit sur deux pages (11) qui fait l'objet des commentaires qui suivent. LA LOGIQUE DU TEXTE : UNE DESCRIPTION QUI N'EN EST PAS UNE Il faut souligner, une fois encore, qu'il n'est aucunement question, ici, de porter un jugement sur le phénomène hooligan ou la violence dont peuvent faire preuve les supporters. Ni de rechercher les racines sociales du " mal " qui, aux yeux de certains, semble frapper la société britannique (12). Il ne s'agit pas non plus de juger les auteurs des articles cités. L'intérêt consiste plutôt à montrer dans quel contexte - celui de la société sportive - s'expriment les auteurs, lequel permet de comprendre la logique et le sens de leur discours.

4 Le récit de Pierre-Marie DESCAMPS, " Voyage au centre de la terreur ", n'est pas seulement descriptif. Ce texte fait preuve de duplicité dans la mesure où, derrière la description - qui devrait se contenter de l'évocation de la réalité concrète (13), sinon d'objectiver une situation - émerge un processus de catégorisation sociale. En effet, sont mises en jeu des valeurs sociales, projetées par l'intermédiaire du journaliste sur le groupe des supporters anglais - mais au travers du journaliste, il s'agit de tout un ensemble social qui " parle ", ensemble qui sera délimité plus loin -, valeurs négatives qui empruntent à cinq domaines : l'excès, la guerre, le social, le physique, l'animal. " Les violents doivent être virés à coups de matraque, c'est le seul langage qu'ils comprennent ". Ainsi s'exprime Monsieur NEUBERGER (14). Cette attitude radicale et extrémiste, si elle a souvent cours dans le milieu du football, n'est cependant pas unanimement partagée. Et beaucoup d'éducateurs (15), Michel HIDALGO en tête (16), ont un avis beaucoup plus mesuré et modéré en ce qui concerne les rapports entre hooligans, football et société. Mais il s'agit de revenir aux cinq domaines cités plus haut. Le lecteur pourra se reporter au tableau n 1, récapitulant et classant l'ensemble des termes employés. Ceux-ci - substantifs, adjectifs, verbes - ne peuvent se réduire à une neutralité descriptive. Ils possèdent un sens, de par leur usage quotidien, qui donne au signifié une charge sociale, suivant l'objet de son attribution. Il faut retenir de cette pseudodescription l'expression d'une véritable haine sociale envers la " tribu " que l'auteur côtoie et observe durant une demie journée. On a tout à fait l'impression de lire le récit d'un missionnaire - représentant de la doxa sur le rapport au sport - totalement désorienté lors de son incursion en ce pays barbare par des comportements ne correspondant pas du tout aux standards de la société dont il est issu, aux représentations légitimes en vigueur. Alors il en rajoute : projection de fantasmes, catégories disqualifiantes, classement équivalent à un déclassement (emploi de métaphores, d'images, de formules toutes faites). Il est en quelque sorte en face - et avec - une horde sauvage déferlant sur le monde civilisé du football. Les cinq domaines de la négativité : - l'excès : les pratiques excessives sont acceptées quand elles sont l'expression (civile) de la joie, Cependant, même dans ces cas là, elles sont réprouvées par les instances du football (embrassades et joueurs qui se grimpent les uns sur les autres " comme des phoques ") (17). Bien entendu, l'excès est en complète contradiction avec le fair play et sa " distance au rôle ", d'autant plus quand il s'agit de supporters ; - la guerre : les journalistes et commentateurs sportifs (à la radio-télévision) ont pour habitude de valoriser le jeu " agressif mais dans le bon sens du terme "! Evidemment, il est difficile à un supporter - encore plus qu'à un joueur - de se comporter ainsi. Mais n'a-t-on pas dit que " le football c'est la guerre poursuivie par d'autres moyens " (18) ; - le social : tout ce qui, à propos de ceux qui ne sont pas du même milieu, de la même origine, ne pensent pas et n'agissent pas de manière conforme, dégoûte. Il s'agit d'exclure et de rejeter ;

5 - le physique : ce qui fait peur. Mais aussi, la marque sur le corps et dans les comportements de la barbarie ; - l'animal : le suiveur imbécile (bovin) et le dégoût de la saleté (porcin), à la fois physique et morale. Tableau 1 : CLASSIFICATION DES TERMES EN CINQ DOMAINES Ces cinq domaines dont use l'auteur pour projeter des valeurs sociales négatives sur le groupe qu'il "décrit", évitent de poser la question de la violence et du sens de celle-ci. C est-à-dire la question des rapports existants entre la société globale et sa logique sociale propre d'une part - logique de "construction" de groupes sociaux pouvant avoir comme habitus l'usage de la violence -, et la société sportive et son implication dans la logique sociale de la société globale d'autre part, donc dans la construction de ces mêmes groupes sociaux. Dans ce cadre, le non-dit sur la violence renvoie au consensus contre celle-ci. Il s'agit donc d'une pratique d'exclusion qui s'exprime soit par le renvoi dans la sphère de la maladie mentale (la " folie " dont parle M. NEUBERGER), soit par la "dégénérescence de la civilisation" (M. THIBERT) qui sous-entend un cycle de vie dont le stade actuel est la nécrose, soit enfin, par l'intermédiaire du mécanisme peu élaboré (?) mis à jour, entre autres, par LEVI-STRAUSS (19) à propos des sociétés archaïques, et par lequel la communauté s'auto-attribue la qualité d'homme tout en la déniant aux autres! Autres que l'on traite de " mauvais ", " méchants ", " singes de terre " ou " oeufs de pou" (20) ou bien, dans le cas présent, de " boeufs ", " animaux ", " porc ", "beaufs", " crétins ", "soiffards" (21), Il s'agit donc de " construire " un groupe en stigmatisant les caractéristiques de celui-ci : par les représentations, on donne une " identité " aux autres en préservant la " sienne ".

6 Cette violence, cependant, comporte deux risques : - l'un concerne l'inversion des valeurs pourtant bien établies et que l'on croyait incontestables : malgré tout leur talent, il semble que les laudateurs de la presse ne créent plus les stars. Celles-ci, dorénavant, ne sont plus sur la pelouse, mais dans les tribunes, les rues, aux portes des stades : " Devant la brasserie " Sword ", au bout de l'esplanade, le trottoir est bondé de crânes rasés qui ingurgitent de la bière derrière un cordon de policiers. Ce sont des durs au look franchement inquiétant. Je ne m'éternise pas parmi eux, mais je suis choqué de voir, sur le trottoir d'en face, deux équipes de télé nous filmer. Sommes-nous des vedettes? Un peu plus tard, quand la meute des photographes aura pris position sur la place, un hooligan me dira : " l'europe a les yeux sur nous, il faut qu'on soit à la hauteur" (22). L'autre risque, peut-être plus grand encore, est celui de la contamination: " Les mauvaises manières des uns anéantissent les bonnes intentions des autres " ; " Peu après le coup d'envoi, le soleil dans les yeux et le torse nu, je me prends à hurler"(23). Il faut bien dire que l'auteur n'y échappe pas, vue la violence des termes employés à la description. Ainsi, à une violence insensée répond une violence toute aussi insensée, et l'on se trouve alors dans le processus de stichomythie décrit par René GIRARD (24), la différence étant toutefois que les deux discours sont de modalités non identiques même s'ils tirent paradoxalement dans le même sens : l'affirmation. D'un côté, celui des hooligans, et cela a bien été mis en évidence, la violence physique intervient comme trait culturel d'affirmation de soi, de sa virilité, et de l'appartenance au groupe (25). Mais, d'un autre côté, la violence du journaliste participe du même phénomène d'affirmation non pas, forcément, de soi - il ne s'agit pas de s'engager dans une étude psychologique ou psychanalytique - mais de la part de tout un groupe, dont il faut cerner les contours, et dont le journaliste est alors, plus ou moins consciemment, le porte-parole, le haut-parleur. D'un côté, donc, une violence en acte qui se veut discours mais n'est pas comprise comme tel ; de l'autre un discours sur la violence en acte qui est lui-même violence, LA LOGIGUE DU CONTEXTE : UN SYSTEME D'OPPOSITIONS Cette logique transparaît dans l'éditorial cité précédemment, lorsque J. THIBERT écrit qu'" il semble que les (Anglais) créateurs du jeu moderne, inventeurs du club, du fair play, du professionnalisme, détenteurs de la plus formidable et plus saine passion populaire jusqu'à la fin des années 60, il semble donc que ces maîtres soient définitivement trahis et oubliés " (26). Car en définitive, il s'agit de football, d'angleterre, des hooligans, et du lieu d'origine du discours porté sur cet ensemble. Et l'on s'aperçoit alors que le journaliste de France- Football se trouve comme point d'ancrage d'une série d'oppositions signifiantes. L'opposition majeure et structurante se constitue donc ainsi : JOURNALISTE / HOOLIGANS

7 A y regarder de près, on constate qu'il s'agit d'un individu, porte-parole d'un groupe (l'equipe - France-Football, pour ne pas le nommer), en opposition à un groupe (celui des " hooligans ", ou en tout cas désigné comme tel), porte-parole d'individus. Bien entendu, on ne peut négliger le fait que le journaliste, appartenant à une entreprise de presse, donc subissant la loi d'impératifs commerciaux, écrive pour que son journal soit acheté. Il est alors nécessaire que le contenu des écrits corresponde, dans une certaine mesure, aux attentes des lecteurs. Deux situations peuvent alors se présenter : soit le monopole, soit la concurrence. Dans le cas présent, cette dernière existe certes, avec le bi-hebdomadaire But et le quotidien Le Sport, Toutefois, le tirage régulier à plus de exemplaires de France-Football crée une situation de quasimonopole, et ce, malgré l'ambition du journal Le Sport dont la politique rédactionnelle offensive (contre le groupe de l'equipe) était déjà commercialement un échec à l'époque (juin 1988), ce qui ne pouvait manquer d'être su. Du côté du journaliste, il s'agit donc d'un groupe de presse à très forte spécialisation dans le domaine sportif (27), ce qui sera vu plus loin, créateur et organisateur de compétitions sportives. Ce qu'il faut retenir, pour l'instant, c'est que ce groupe de presse fonctionne comme facteur idéologique et propagateur/propagandiste de certaines valeurs propres au monde du sport. Ce d'autant plus qu'un groupe de presse aussi important, de par l'histoire, de par les intérêts économiques, tisse forcément des liens - formels et informels - avec l'ensemble des pouvoirs sportifs et des acteurs sportifs. Mais, qui plus est, ce groupe, et cela se comprend facilement, possède pour une partie de son capital (28) toutes formes de capital confondues - le football, et il s'agit alors de défendre ce capital contre les attaques, réelles, imaginaires ou idéologiquement construites, dont font preuve à son égard les " hooligans ". De leur côté, les " hooligans " forment une figure inverse : ils n'ont pas de message évident en ce qui concerne le football à transmettre, ils n'ont aucun lien avec les dirigeants et les joueurs, ils sont ceux qui achètent le " produit " football (spectacle, publications), et ils sont considérés comme " destructeurs " du football et du capital qu'il constitue (29). Cette première opposition majeure journaliste/hooligans, en redouble une seconde beaucoup plus ancienne et prégnante qui concerne ce qui sera nommé sous le terme générique de culture footballistique : SOCCER* / FOOTBALL Là aussi existe en effet, une série d'oppositions terme à terme. En premier lieu, elle concerne les inventeurs du jeu de football (soccer, donc) qui furent également inventeurs des premières institutions, telle que le club avec SHEFFIELD FC en 1857 (30), telle la fédération avec le Football Association le 26 octobre 1863 (31), et surtout la première compétition qui fut la Cup en , puis le professionnalisme (le premier championnat de la Football League eut lieu en et réunit douze clubs) (32).

8 La France fut en retard de ce côté-ci puisque le premier club naquit en 1872 (LE HAVRE AC), la fédération en 1919, la Coupe en 1917/18, et le professionnalisme en (33), Par contre, là où le football français prend l'avantage sur le soccer anglais, c'est avec la création des compétitions internationales. En effet, des personnalités françaises sont à l'origine des épreuves les plus prestigieuses et les plus populaires : - La Coupe du Monde, dont la première édition eut lieu en 1930, par l'intermédiaire de Jules RIMET (Président de la FIFA) et Henri DELAUNAY (34) ; - La Coupe des clubs champions européens (première édition en ), sous l'instigation de Gabriel HANOT et le journal l'equipe j rapidement institutionnalisée par l'uefa, sous l'oeil bienveillant de la FIFA (35) ; - Enfin, le Ballon d'or européen, la plus haute distinction attribuée à un joueur du continent, né avec la Coupe précédente, et décerné par un vote de l'ensemble des correspondants étrangers de l'hebdomadaire France-Football. En second lieu, il faut maintenant revenir au contenu du terme culture footballistique. Sera prise en compte la définition de Edward SAPIR, synthétisée par Georges BALANDIER, et qui "envisage la culture comme un système de comportements, dont le façonnage reste largement inconscient, qui s'impose aux individus et, en même temps (...) la considère comme un système de communication entre les individus " (36). Cette définition sera appliquée à l'activité du football au sens large (histoire, pratique, spectacle, institutions, production et diffusion d'information, manières de penser et de faire, inscription dans la société globale, etc,), ce qui implique que cette culture footballistique est à la fois autonome sur le plan continental et planétaire - en tant qu'elle existe comme institution ayant " pour tendance " l'indépendance -, mais extrêmement dépendante au plan des entités nationales, de la culture propre à chaque pays. Au niveau national, elle est alors une sous-culture - terme sociologique sans connotation péjorative - qui exprime à sa manière la culture locale. Et, fait intéressant, dans ce cadre là également, on retrouve le même système d'oppositions, terme à terme.

9 PALMARES COMPARES FRANCE-ANGLETERRE * Initiateurs : Jeux Olympiques (Pierre de Coubertin), Coupe du Monde (Jules Rimet), Coupe d'europe des Clubs (Gabriel Hanot et l'equipe), Ballon d'or (France-Football). (1) ll s'agit du Royaume Uni. En football, ce pays possède le privilège de se diviser en quatre fédérations nationales indépendantes et participant à toutes les compétitions de la FIFA et de l'uefa : Angleterre, Ecosse, Galles, Irlande du Nord. Ainsi, aux fair play et fighting spirit des Anglais s'opposent la contestation (presque systématique) de l'arbitre et la faiblesse psychologique des français. Au club, entreprise privée, s'oppose le club, association, largement subventionné. Au football physique, stéréotypé, mais au palmarès riche, s'oppose le football créatif, football " champagne " (de REIMS, bien sûr) mais au palmarès pauvre. Enfin, à un football qui est de fait une véritable culture, au sens défini plus haut, où existent les vrais supporters (c'est-à-dire qui viennent au stade, même lorsque leur équipe perd ; et c'est en ce sens, aussi, que le football britannique réfère à une culture), s'opposent un football qui tient avant tout de la distraction, du spectacle, et il n'est pas étonnant, alors, qu'il n'y ait pas (peu) de vrais supporters. Mais, et la boucle se boucle, le premier est taraudé par le phénomène de la violence, du hooliganisme (qui trouve son origine dans la société britannique? ou dans la sousculture du football?), alors que le second s'en sort indemne de ce côté-là. Car en effet, on retrouve ici l'antagonisme premier journaliste/hooligans, et sur le mode de l ambiguïté cette fois. Ambiguïté signe d'un désir que la position - sociale et institutionnelle du sujet lui empêche d'exprimer. Et la violence du discours sur la violence " sportive " trouve alors son sens : la férocité des propos dresse une barrière qui sépare radicalement (l'individu en tant que membre de l'institution) du désir : Le journaliste, bien qu'il se soit fait refiler un billet pour la tribune réservée aux Néerlandais, se retrouve avec les Anglais : " 16 H 30. Le Rheinstadion est un immense

10 théâtre dont notre tribune est la scène paires d'yeux et des dizaines d'objectifs sont braqués sur nous. La fanfare s'arrête pour nous jouer un petit air, le speaker nous souhaite la bienvenue en anglais, la sono diffuse la musique de Beatles, les photographes nous mitraillent. Il y a Néerlandais et pourtant nous sommes les rois du stade, C'est plutôt grisant... " (37), " Depuis que les animaux sont en cage (38), tout a changé : l'atmosphère est enfin respirable. Les hooligans sont d'extraordinaires supporters, inconditionnels mais connaisseurs. Je ne me suis jamais autant senti en sécurité que dans la tribune 'V'" (39). Car ce désir est inavouable, comme est inavouable l'envie pour un Français d'être anglais (ou l'inverse). Car ce désir, c'est celui du football français, quasiment sans titre, constamment en échec au niveau des Coupes européennes, incapable de produire un club de dimension européenne - pour le football anglais qui possède tout ce qui manque au premier. Et aussi ces vrais supporters, peut-être violents mais toujours présents en masse dans les stades : on connaît trop bien l'avis négatif des commentateurs sportifs sur la mobilisation, le comportement, l'enthousiasme des supporters français. En tout cas, le hasard fait très mal les choses car le drame du Heysel - événement désormais structurant - s'est déroulé sous la Présidence de l'uefa de M. Jacques GEORGES, Et l'exclusion des clubs anglais des Coupes européennes, à la suite du Heysel, relève des mêmes conditions.

11 Tableau 3 : SCHEMA HEURISTIQUE GLOBAL DU SYSTEME D'OPPOSITIONS POUR UNE ARCHEOLOGIE DU DISCOURS SUR LA VIOLENCE " SPORTIVE " Ainsi, alors que le journaliste aurait pu traiter de différentes manières un fait comme celui des bagarres de Düsseldorf (les conditions du voyage, le plaisir de la bagarre, l'"inconditionalité" des supporters, la fête que constitue la venue sur le continent, les beuveries de groupes, etc.), il se contente sous le couvert de la description d'exprimer

12 une haine sociale, teintée d'envie, car sa position institutionnelle dans le système du football tel qu'il est construit (groupe de presse, capital à défendre, liens institutionnels formels et informels, etc. ) lui enjoint de le faire. La place qu'il occupe est le point d'ancrage d'un vaste système d'oppositions dont il est le prisonnier. Toute aussi intéressante que soit l'analyse concernant le phénomène hooligan, que celui-ci soit typiquement britannique ou bien néerlandais, germanique, italien, espagnol, etc., il apparaît que le discours porté par les médias sur cette violence "sportive" n'est pas innocent quant à son contenu, quant à la socio-logique dans laquelle il s'inscrit, A cet égard, le Heysel représente un événement beaucoup plus considérable que les quelques incidents du dernier Championnat d'europe des Nations, Il s'agit alors de proposer une archéologie du discours sur la violence " sportive " qui permettrait de mettre à jour les relations et enjeux existants entre les différentes composantes de la société du football. * SOCCER désigne, chez les Britanniques, le football-association, différencié du football-rugby. Football sera le terme français

13 NOTES (1) BOURDIEU P. - " Comment peut-on être sportif? ", Questions de sociologie, Minuit, Paris, 1980, pp (2) Sport, violence, fair play - Association française pour un sport sans violence et pour le fair play (31 octobre 1985) ; " Etats généraux de la violence dans le sport ", tenus à Toulon à l'automne 1988 (cf le compte-rendu dans le quotidien Le Monde du 28 décembre 1988 : " Des exutoires nécessaires à l'équilibre social "). (3) ELIAS N. - " Sport et violence ", Actes de la recherche en sciences sociales, décembre 1975, n 6, pp ELIAS N. et DUNNING E. Quest for Excitement, Sport and Leisure in the Civilising process, Basil Blackwell, Oxford, (4) Le Dauphiné Libéré, 17 avril (5) Se reporter à la revue Quel corps? et aux travaux de ses animateurs. (6) Par commodité, afin de réduire la longueur du terme, ils seront quand même nommés journalistes sportifs, (7) Entre autres, CALVET J. Le mythe des géants de la route, PUG, Grenoble, (8) BOURDIEU P. - Ce que parler veut dire, Fayard, Paris, (9) " Le football assassiné " titrait l'équipe le 30 mai (10) France-Football, n 2200, du 7 juin 1988 : " Je vous assure que nous avons tout fait pour éviter le moindre incident. Cela dit, vous ne pouvez jamais vous protéger à cent pour cent contre le geste d'un fou". (11) " Voyage au centre de la terreur ", FranceFootball, n 2202 du 21 juin 1988, pp , (12) Dans ce même numéro de France-Football, l'éditorialiste Jacques THIBERT dénonce la " fâcheuse dégénérescence de la civilisation anglaise " 1 (p. 5). (13) C'est la définition même du Petit Robert, (14) " Peur sur la ville ", France-Football, n 2201, du 14 juin 1988, pp (15) ALLALI M. et NICOLAI J. Le football et la violence, Editions Lettres Libres, Aix-en- Provence, (16) HIDALGO M. Les buts de ma vie, Robert Laffont, Paris, (17) SCHIFRES A. " Sportif, moi? Jamais! " Le Nouvel Observateur, n 1074, juin (18) BOURGEADE P. Le football, c'est la guerre poursuivie par d'autres moyens, Gallimard, Paris, 1981 ; cf. BROHM J-M- " L'ordre règne dans les stades ", Les Nouvelles Littéraires, n 2638, 1 er juin 1978 ; également " L'empire football ", questions clefs, n 3-4, juin 1982 (avec BEAULIEU M, et CAILLAT M.). (19) LEVI-STRAUSS C. - Race et histoire, Gonthier, Paris, I961. Cf. BOURDIEU P. La distinction, Minuit, Paris, 1979 ; GOFFMAN E. Stigmate, Minuit, Paris, (20) LEVI-STRAUSS C. - op. cit. (21) " Voyage au centre de la terreur ". (22) Ibid. (23) Ibid. (24) GIRARD R. - La violence et le sacré, Grasset, Paris, (25) CIVARDI A. - " Des tribus de gredins sur les gradins des tribunes ". Actes du colloque de Metz, 1986 ; EHRENBERG A. - " Les hooligans ou la passion d'être égal ", Esprit, n 8-9, août-septembre 1985, pp ; WILLIAMS J., DUNNING E., MURPHY P. - Hooligans Abroad, Routledge and Kegan Paul, Londres, 1984 ; MARSH P. - " L'ordre social dans les stades de football britanniques ", Revue internationale des sciences

14 sociales, n 92, 1982, pp ; DE MONTLIBERT C. " Sport, violence et spectacle, le drame du Heysel ", Actes des journées d'études de Strasbourg, Sciences sociales et sports, 1987, pp (26) France-Football, n 2202, p. 5. (27) Groupe Amaury : L'Equipe, L'Equipe Magazine, France-Football, Vélo. (28) Le Capital, monopolisé par L'Equipe France-Football, a été quelque peu entamé entre septembre 1987 et juin 1988 par le quotidien Le Sport qui, malgré de bonnes ventes, n'a pu tenir le choc financier. (29) En Angleterre, outre les dégradations et le climat de violence (qui entraîne de gros frais de surveillance vidéo et policière pour les clubs), les hooligans sont également accusés de faire fuir le public potentiel. En réaction, outre l'isolement dans des tribunes réservées aux supporters inconditionnels (les hooligans potentiels 1), les clubs ont crée les family enclosures, tribunes spéciales réservées aux familles qui peuvent assister ainsi tranquillement aux matches. (30) WALVIN J. - The People's Game. The social History of British Football, Allen Lane, Londres, (31) Ibid. (32) Ibid. (33) PASSEVANT R. - " Le football " in CAILLOIS R. Jeux et sports, Encyclopédie La Pleiade, Gailimard, Paris, 1967, pp (34) DELAUNAY P., DE RYSWICK J., CORNU J. 100 ans de football en France, Editions Atlas, Paris, 1982 ; RETHACKER J- P-, THIBERT J. La fabuleuse histoire du football, Editions O.D.I,L., Paris, 1982 ; pour une véritable recherche d'historien, cf WAHL A. Les archives du football. Sport et société en France , Gallimard-Julliard, Paris, (35) FERRAN J. Football aventure des hommes, La Table Ronde, Paris, (36) BALANDIER G. - " Sociologie, ethnologie, ethnographie " in GURVITCH G. Traité de sociologie, Tome I, PUF, Paris, 1967, pp. 99-l13. (37) " Voyage au centre de la terreur " ; c'est moi qui souligne. (38) Lire : parqués dans leur tribune. (39) " Voyage au centre de la terreur " ; c'est moi qui souligne.

Au Soccer à 5 les matchs seront arbitrés par les entraîneurs de chaque équipe. 1. Le terrain de jeu

Au Soccer à 5 les matchs seront arbitrés par les entraîneurs de chaque équipe. 1. Le terrain de jeu Au Soccer à 5 les matchs seront arbitrés par les entraîneurs de chaque équipe. 1. Le terrain de jeu Le terrain sera de 30 mètres de longueur par 20 mètres de largeur. (st-bruno les dimensions sont...)

Plus en détail

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014

Intervention de Thierry BRAILLARD. Clôture du Forum sur l intégrité du sport. Université de la Sorbonne. Paris le 15 mai 2014 Intervention de Thierry BRAILLARD Clôture du Forum sur l intégrité du sport Université de la Sorbonne Paris le 15 mai 2014 Mesdames, Messieurs, Chers amis du sport, Depuis que j'ai été nommé secrétaire

Plus en détail

CHAPITRE 3 : CONTRÔLE SOCIAL ET DÉVIANCE 1.1 LES FORMES DU CONTRÔLE SOCIAL

CHAPITRE 3 : CONTRÔLE SOCIAL ET DÉVIANCE 1.1 LES FORMES DU CONTRÔLE SOCIAL CHAPITRE 3 : CONTRÔLE SOCIAL ET DÉVIANCE La socialisation a pour but d intégrer l individu dans un groupe ou dans la société. Le but de cette intégration est d assurer la cohésion sociale. Le processus

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION PARIS CUP 2013-3 ème édition Présentation Dans le cadre de nos challenges interentreprises, grandes écoles, associations et équipes de football loisirs nous vous invitons à participer

Plus en détail

Introduction. Introduction

Introduction. Introduction 7 Pour le sportif, quelle que soit la modalité de sa pratique, compétition amateur, professionnalisme, loisir, etc., celle-ci est la quête d un plaisir qui exige un effet sur soi. C est une forme de thérapie

Plus en détail

La Préparation Mentale

La Préparation Mentale La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013

RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 2013 Rédigé par : France Riel RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DU 3 JUIN 2013 Conférencier : Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. Lieu : Hôtel DeVille, Salle Osisko Page 2 I l faut voir, pour le croire. Ceci est une

Plus en détail

Championnat par Equipes Jeunes 2015

Championnat par Equipes Jeunes 2015 Championnat par Equipes Jeunes 2015 REGLEMENT JEUNES Saison 2015 11-18 ans Comité Départemental de Tennis de Maine-et-Loire - 15 Rue Emile Joulain 49130 LES PONTS DE CE - 02 41.47.47.34 : comite.maine-loire@fft.fr

Plus en détail

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation.

La Préparation Mentale. Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. La Préparation Mentale Une des clés du succès est la confiance en soi. Une des clés de la confiance en soi est la préparation. Arthur Ashe La préparation mentale : Un élément clé de la victoire La quasi

Plus en détail

Les Français et la protection de la vie privée

Les Français et la protection de la vie privée Les Français et la protection de la vie privée Institut CSA pour Ordre des Avocats de Paris Juillet 2015 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1003 personnes âgées de 18 ans

Plus en détail

Des lapins, des poules et des élèves

Des lapins, des poules et des élèves Activité menée les 4, 5 et 7 janvier 2005 Sujet : Les poules et les lapins Problème 1 : Dans la cour du collège, il y a des poules et des lapins. J ai compté 16 têtes et 44 pattes. Combien y a-t-il de

Plus en détail

CoaCH numéro 17 MARS 2012

CoaCH numéro 17 MARS 2012 oach numéro 17 MARS 2012 CoaCH en collaboration avec le magazine VESTIAIRES MARS 2012 :: N O 17 Tableau noir Par Christian Gourcuff Entraîneur professionnel Cadrer le porteur Défendre en avançant. L'entraîneur

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION

DOSSIER D INSCRIPTION DOSSIER D INSCRIPTION PARIS CUP 2015-5 ème édition Samedi 13 Juin 2015 Présentation Dans le cadre de nos challenges interentreprises, grandes écoles, associations et équipes de football loisirs nous vous

Plus en détail

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre)

Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) Euros «Or et Argent» Bilan de l émission des 5, 15 et 100 euro (compléments au rapport du 12 septembre) À l attention de M. Christophe BEAUX, Président Directeur Général de la Monnaie de Paris Les Amis

Plus en détail

REGLEMENT TOURNOI AS AVELIN

REGLEMENT TOURNOI AS AVELIN Article 1 - CATEGORIES d'age et COMPOSITION des DELEGATIONS L'Association Sportive d'avelin organise son traditionnel Tournoi réservé aux joueurs de la catégorie U10/U11 - Saison 2014-2015, soit les joueurs

Plus en détail

Etude des auteurs Sciences de l'information et de la Communication

Etude des auteurs Sciences de l'information et de la Communication SUAREZ PIERRE Master 2 Documentation Enseignement (2012-2013) Etude des auteurs Sciences de l'information et de la Communication Fiche de lecture : Titre : Le langage silencieux Titre original : The silent

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANCAISE DE FOOTBALL AMÉRICAIN PRÉSENTATION FFFA

FÉDÉRATION FRANCAISE DE FOOTBALL AMÉRICAIN PRÉSENTATION FFFA FÉDÉRATION FRANCAISE DE FOOTBALL AMÉRICAIN PRÉSENTATION FFFA Saison 2012/2013 Qui sommes-nous? Créée en 1983 et titulaire de la délégation ministérielle à la gestion de trois disciplines : Football Américain

Plus en détail

RÉGLEMENTATION SPÉCIFIQUE 2015-2016

RÉGLEMENTATION SPÉCIFIQUE 2015-2016 RÉGLEMENTATION SPÉCIFIQUE 2015-2016 DOCUMENT COMPLEMENTAIRE IMPORTANT A LIRE : REGLEMENTATION ADMINISTRATIVE DU RSEQ LAC-SAINT-LOUIS DE L ANNEE EN COURS Révisée le 16 juin 2015 (CSS 1415-01) EN TANT QUE

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

Mise en place d une action de prévention Lutte contre le harcèlement entre élèves

Mise en place d une action de prévention Lutte contre le harcèlement entre élèves Mise en place d une action de prévention Lutte contre le harcèlement entre élèves Objectif général : Dans cette séance de prévention, il s agit de sensibiliser les élèves au harcèlement afin d'éviter la

Plus en détail

ATHLETICAUX FC CHARTE SENIORS

ATHLETICAUX FC CHARTE SENIORS ATHLETICAUX FC CHARTE SENIORS SAISON 2014-2015 CHARTE SENIORS ATHLETICAUX FC 2014-2015 L éducateur s engage à : 1) Ne pas hurler, crier, critiquer au bord du terrain mais conseiller, aider, donner des

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Les policiers très inquiets pour la sécurité de la COP21 6MEDIAS

Les policiers très inquiets pour la sécurité de la COP21 6MEDIAS (http://adclick.g.doubleclick.net/aclk%253fsa%253dl%2526ai%253dbcgul_xq8vrdpbngbbu_7l8gmzotwhwgaaaaqasaaoabyzuglzm waic4aia6gionzc1mdqzmc90cy5szxbvaw50lmzyl2fjdhvhbgl0zs8vc29jawv0zfgcgdiekapqbzgdjaaoawhqbjbo4aqbkayboayf2aca%

Plus en détail

LES RÈGLES DE JEU (voir art.19 règle prov.)

LES RÈGLES DE JEU (voir art.19 règle prov.) SOCCER EN GYMNASE RÈGLEMENTS DE LIGUE Article 1 Nom de la ligue 2 Article 2 Catégories d âges 2 Article 3 Les règles du jeu 2 Article 4 Structure de la ligue 2 Article 5 Éligibilité des équipes 3 Article

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès?

Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? Le statut de salarié «protégé» : la porte ouverte à tous les excès? D un côté, les intéressés n ont pas toujours bonne presse et de l autre, les employeurs peuvent parfois voir d un œil des plus suspicieux

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013 Editeur responsable: Panathlon Wallonie-Bruxelles asbl Illustration imaginée et réalisée par Jason Vandepeute, 13 ans. 5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play La Journée du Fair Play

Plus en détail

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété...

Enquête d image des Verts neuchâtelois : Conférence de presse du 23 juin 2010. Sommaire. 1. Présentation du projet...3. 2. Enquête de notoriété... Sommaire Enquête d image des Verts neuchâtelois : 1. Présentation du projet...3 2. Enquête de notoriété...4 Conférence de presse du 23 juin 2010 3. Enquête d image (interne /externe)...6 4. Analyse de

Plus en détail

Pourquoi la restauration ne modifie pas le droit d auteur. Martin Koerber

Pourquoi la restauration ne modifie pas le droit d auteur. Martin Koerber Pourquoi la restauration ne modifie pas le droit d auteur Martin Koerber Pourquoi la restauration ne modifie pas le droit d auteur Très chers collègues, Je ne suis pas avocat, je n ai pas de formation

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

VERS LA MISE EN PLACE D'UN PROCESSUS DE VOTE EXPERIMENTAL A COURT TERME PROPOSITIONS VLV57M

VERS LA MISE EN PLACE D'UN PROCESSUS DE VOTE EXPERIMENTAL A COURT TERME PROPOSITIONS VLV57M Commission Démocratie sur la Place Mercredi 58 Mars Attention : ce document n a rien de définitif - C est un document de travail en cours d élaboration. Il se peut qu entre sa diffusion et le jour où vous

Plus en détail

Les règles du jeu du Badminton

Les règles du jeu du Badminton Les règles du jeu du Badminton L'essentiel TABLE DES MATIERES Définitions... 1 Le terrain et son équipement... 2 Le test de la vitesse du volant... 2 La raquette... 3 Le tirage au sort... 3 Le score...

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM

L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM L engagement et le désengagement des jeunes dans le sport. Le projet européen PAPA et l Empowering Coaching TM Tenero, 25-26.01.2013 Prof. Philippe Sarrazin Laboratoire Sport et Environnement Social Université

Plus en détail

Le sport et ses pouvoirs

Le sport et ses pouvoirs Le sport et ses pouvoirs (XIXe - XXe) Les travaux des historiens et sociologues du sport visent à rendre compte de la complexité des enjeux culturels, sociaux et politiques soulevés par les sports et les

Plus en détail

*(concept développé par S.Darbon dont on peut lire aussi: Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon; ed de la Maison des sciences de l homme)

*(concept développé par S.Darbon dont on peut lire aussi: Diffusion des sports et impérialisme anglo-saxon; ed de la Maison des sciences de l homme) Rugby Le Rugby est né au milieu du XIX siècle en Angleterre. Dès la fin de ce siècle de violents débats divisèrent les membres de ses organismes directeurs. Ces discussions opposèrent les tenants d une

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

LE MANAGEMENT DE LA STRATÉGIE : LE ROLE DES ACTEURS, DU POUVOIR, DE LA CULTURE ET DE L IDENTITÉ

LE MANAGEMENT DE LA STRATÉGIE : LE ROLE DES ACTEURS, DU POUVOIR, DE LA CULTURE ET DE L IDENTITÉ CHAPITRE 5 LE MANAGEMENT DE LA STRATÉGIE : LE ROLE DES ACTEURS, DU POUVOIR, DE LA CULTURE ET DE L IDENTITÉ 1. MYTHE DU MANAGER et MANAGEMENT STRATÉGIQUE 2. CULTURE ET IDENTIÉ 1.1. LE MYTHE DU MANAGER Le

Plus en détail

ANNEXE DES REGLES INTERNATIONALES DU JEU (pages 64 à 68) * TRACÉ ET DIMENSIONS DU TERRAIN DE JEU AVERTISSEMENT

ANNEXE DES REGLES INTERNATIONALES DU JEU (pages 64 à 68) * TRACÉ ET DIMENSIONS DU TERRAIN DE JEU AVERTISSEMENT ANNEXE DES REGLES INTERNATIONALES DU JEU (pages 64 à 68) * TRACÉ ET DIMENSIONS DU TERRAIN DE JEU AVERTISSEMENT Le plan du terrain de jeu de la page VI et les notes de la page VII (des règles internationales

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER

DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER DÉCLARATION PUBLIQUE DE MONSIEUR ALEXANDRE ZOLLINGER Relative au jugement du Tribunal de grande instance de LILLE en date du 10 mai 2011 rendu dans un litige l opposant au plagiaire de sa thèse de doctorat

Plus en détail

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/

A Madame et Messieurs le Gouverneurs. Aux bourgmestres. Nos réf. : VIII/D/JC/ A Madame et Messieurs le Gouverneurs Aux bourgmestres Nos réf. : VIII/D/JC/ Objet : Circulaire concernant l'application de la loi du 10 avril 1990 sur les entreprises de gardiennage, sur les entreprises

Plus en détail

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE

ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Uniquement disponible sur le site web du CELV: http//www.ecml.at Document de référence 3: ANALYSE QUALITATIVE RESTREINTE Objet et méthode: Nous avons voulu comprendre au-delà des réponses au questionnaire

Plus en détail

L'articulation des phrases complexes

L'articulation des phrases complexes L'articulation des phrases complexes Savoir construire des phrases complexes en réussissant à les articuler Il y a des phrases simples, avec seulement un sujet, un verbe et un complément qui constituent

Plus en détail

ENSEIGNER LE TCHOUK BALL A L ECOLE PRIMAIRE

ENSEIGNER LE TCHOUK BALL A L ECOLE PRIMAIRE ENSEIGNER LE TCHOUK BALL A L ECOLE PRIMAIRE P. Duc Plusieurs écoles de la circonscription se sont dotées du matériel permettant la pratique du tchouk ball. Ce dossier devrait vous aider à réaliser des

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos

RAPPORT DE STAGE Stage d observation chez Magnum Photos Rédigé par : Julie PICHOT TABLE DES MATIERES 1. CHOIX DU STAGE : MAGNUM PHOTOS... 2 2. PRESENTATION DE L ENTREPRISE MAGNUM PHOTOS... 2 2.1 CREATION DE L ENTREPRISE... 2 STATUT JURIDIQUE DE L ENTREPRISE...

Plus en détail

LE RÔLE RELATIONNEL DU DIRECTEUR D'ÉCOLE

LE RÔLE RELATIONNEL DU DIRECTEUR D'ÉCOLE Stage Directeurs d'école du 14 au 18/12/2009 LE RÔLE RELATIONNEL DU DIRECTEUR D'ÉCOLE Jean-Paul BURKIC I.E.N. - LE PORT Les trois grandes missions du directeur Le directeur d'école veille à la bonne marche

Plus en détail

Communication publique, communication politique

Communication publique, communication politique Master Retic Master CPI Communication publique, communication politique B. Lafon, 2013-2014 1. La consubstantialité communication politique 2. Les sources des pratiques professionnelles en communication

Plus en détail

Rapport du jury de l'examen professionnel d'analyste-développeur 2014 Première session

Rapport du jury de l'examen professionnel d'analyste-développeur 2014 Première session Rapport du jury de l'examen professionnel d'analyste-développeur 2014 Première session Sur les 62 candidats ayant participé à l'épreuve écrite, 32 ont eu une note supérieure ou égale à 10 leur permettant

Plus en détail

RÈGLEMENT OFFICIEL Concours Facebook

RÈGLEMENT OFFICIEL Concours Facebook RÈGLEMENT OFFICIEL Concours Facebook Le concours Facebook «Boucar Diouf Pour une raison X et Y» est tenu par Le Réseau de transport de Longueuil (organisateurs du concours). Le concours commence le 7 janvier

Plus en détail

Christophe Inzirillo Frank Bournois. L intelligence sportive au service du manager

Christophe Inzirillo Frank Bournois. L intelligence sportive au service du manager Christophe Inzirillo Frank Bournois L intelligence sportive au service du manager Chapitre 1 L intelligence stratégique, l art de la compétition «Agir en primitif et prévoir en stratège.» René Char Figure

Plus en détail

CoaCH numéro 13 JANVIER 2012

CoaCH numéro 13 JANVIER 2012 oach numéro 13 JANVIER 2012 CoaCH en collaboration avec le magazine VESTIAIRES JANVIER 2012 :: N O 13 Tableau noir Apprendre à gérer le déséquilibre défensif Par Olivier GOUTARD Titulaire du DEF et BE2

Plus en détail

COMITÉ DE SEINE SAINT DENIS - COMITÉ DE PARIS COMMISSIONS DE VOLLEY-BALL. CHAMPIONNAT 4x4 & 6x6 FEMININ

COMITÉ DE SEINE SAINT DENIS - COMITÉ DE PARIS COMMISSIONS DE VOLLEY-BALL. CHAMPIONNAT 4x4 & 6x6 FEMININ COMITÉ DE SEINE SAINT DENIS - COMITÉ DE PARIS COMMISSIONS DE VOLLEY-BALL FSGT SEINE-SAINT-DENIS 16 Avenue Paul Eluard 93000 BOBIGNY Tél. : 01.48.31.12.59 fax : 01.48.32.99.13 e.mail : fsgt93@wanadoo.fr

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider la lecture et ne doivent en aucun cas figurer sur la copie. Introduction «Je n ai pas fait exprès», «je n avais pas toute ma tête», «ce n était pas moi» : autant

Plus en détail

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013

LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE. Bilan économique 2013 LE DISPOSITIF D OBSERVATION DU TOURISME D AFFAIRES EN BOURGOGNE Bilan économique 2013 I. PANEL ET METHODOLOGIE 1. Nouveau panel, nouvelle mobilisation Le dispositif d observation de l activité du tourisme

Plus en détail

Cahier des Participants. Module 6 : Cibles et Canaux. Cycle de formation pour les chargés de communication

Cahier des Participants. Module 6 : Cibles et Canaux. Cycle de formation pour les chargés de communication Cahier des Participants Module 6 : Cibles et Canaux Cycle de formation pour les chargés de communication Auteurs : Alaoui, Lannel Date : Septembre 2010 Sommaire 1 Les Principaux Canaux...2 1.1 Télévision

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

FOOTBALL À L USEP PARIS

FOOTBALL À L USEP PARIS FOOTBALL À L USEP PARIS Règlement d arbitrage USEP PARIS 9, rue du Docteur Potain 75019 PARIS Tel : 01 53 38 85 18 Fax : 01 40 40 14 47 e-mail : contact@usep75.fr Site web : www.usep75.fr LES REGLES USEP

Plus en détail

En cas de non conformité de cette règle, et si ce remplacement influe sur le déroulement du jeu, un pénalty sera accordé à l'équipe adverse.

En cas de non conformité de cette règle, et si ce remplacement influe sur le déroulement du jeu, un pénalty sera accordé à l'équipe adverse. Règlement Soccer United Bruz Nombre de joueurs et remplacements L'équipe se compose de 5 joueurs dont 1 gardien (4 + 1). Le nombre maximum de remplaçant est de 3. Le remplacement se fait n'importe quand

Plus en détail

VOLLEYBALL RÈGLEMENTS DE LIGUE

VOLLEYBALL RÈGLEMENTS DE LIGUE VOLLEYBALL RÈGLEMENTS DE LIGUE Article 1 Nom de la ligue 2 Article 2 Structure de la ligue 2 Article 3 Composition des équipes 2 Article 4 Calendrier des tournois 3 Article 5 Identification des catégories

Plus en détail

- Messieurs les Présidents de Ligue. - Messieurs les Présidents de District

- Messieurs les Présidents de Ligue. - Messieurs les Présidents de District Direction de la Ligue du Football Amateur Réf. : LB/MB/RD/2012_2013-85 - Messieurs les Présidents de Ligue - Messieurs les Présidents de District Paris, le 17 mai 2013 Objet : Circulaire relative à l évolution

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

Le XV de France. Elle rassemble les meilleurs joueurs de l'hexagone sous le patronage de la Fédération Française de Rugby.

Le XV de France. Elle rassemble les meilleurs joueurs de l'hexagone sous le patronage de la Fédération Française de Rugby. L EQUIPE DE FRANCE Le XV de France L'équipe de France de rugby (appelée aussi XV de France) est l'équipe qui représente la France dans les compétitions majeures de rugby à XV ; d'autres équipes représentent

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION. HOTELS CUP URBAN FOOTBALL (3 ème édition) Samedi 29 Novembre 2014

DOSSIER D INSCRIPTION. HOTELS CUP URBAN FOOTBALL (3 ème édition) Samedi 29 Novembre 2014 Présentation DOSSIER D INSCRIPTION HOTELS CUP URBAN FOOTBALL (3 ème édition) Samedi 29 Novembre 2014 Dans le cadre de nos challenges sportifs, nous vous invitons à participer à la 3 ème l HOTELS CUP URBAN

Plus en détail

Compte-rendu de lecture

Compte-rendu de lecture Compte-rendu de lecture Romain Di Vora Classe de NRC 1 Rappel : Expression (3 points) Utilisez le correcteur orthographique!! Note : 13/20 Aspects bibliographiques (1 point) Titre : Le magasin des suicides

Plus en détail

course cycliste populaire dimanche 21 juin 2015

course cycliste populaire dimanche 21 juin 2015 course cycliste populaire dimanche 21 juin 2015 18 ème édition - dossier sponsoring - La Classique Genevoise 1215 Genève 15 contact@classiquegenevoise.ch www.classiquegenevoise.ch page 2/6 PRÉSENTATION

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

AJAX AMSTERDAM La révolution Johan Cruijff

AJAX AMSTERDAM La révolution Johan Cruijff AJAX AMSTERDAM La révolution Johan Cruijff Samedi 7 décembre 2013 Stage de recyclage FSQ Julien Gourbeyre I. 3 personnages clés Jack REYNOLDS (1914-1947) - Premiers trophées. - Les prémices du football

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

CONFEDERATION IVOIRIENNE DES SPORTS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES (CISSU)

CONFEDERATION IVOIRIENNE DES SPORTS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES (CISSU) MINISTERE DE LA PROMOTION DE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DES LOISIRS Union-Discipline-Travail --------------------- ------------ OFFICE IVOIRIEN DES SPORTS SCOLAIRES ET UNIVERSITAIRES

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

Moyenne mensuelle de l'indice A en US cents/pound ou en FCFA/kg. Indice A en US cents/pound Indice A en CFA/kg. CFA/kg. US cents/pound.

Moyenne mensuelle de l'indice A en US cents/pound ou en FCFA/kg. Indice A en US cents/pound Indice A en CFA/kg. CFA/kg. US cents/pound. Coton : mieux exploiter les informations sur les prix Michel Fok A.C. Réf. Fok, A. C. M. (2000) Mieux exploiter les informations sur les prix, in Marchés Tropicaux, 23/06/2000 pp. 1180-1183. Dans le domaine

Plus en détail

OFFICE OF LEGAL AFFAIRS

OFFICE OF LEGAL AFFAIRS UNITED NATIONS OFFICE OF LEGAL AFFAIRS Colloque Formes du Droit International : Réflexions sur le devenir des travaux de la Commission du droit international des Nations Unies La Formation du droit international,

Plus en détail

LA FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ)

LA FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) LA FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) 1 (Questions 1-24) Procédure de soumission d'un projet 1. Quelle est la 1 ère étape dans la procédure de soumission d'un projet / programme? La 1 ère étape avant l envoi de

Plus en détail

Règles bientôt officielles du PILOU

Règles bientôt officielles du PILOU Règles bientôt officielles du PILOU Ces règles sont actuellement (été-automne 2013) en cours de discussion, débat, afin d'être élaborée d'une manière très précise par l'ensemble des joueurs de Pilou désirant

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

Ces Directives s appliquent aux participants et autres personnes accréditées durant la période des Jeux Olympiques.

Ces Directives s appliquent aux participants et autres personnes accréditées durant la période des Jeux Olympiques. Directives du CIO sur les réseaux sociaux, les blogs et Internet destinées aux participants et autres personnes accréditées aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres 1. Introduction Le CIO soutient et encourage

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

Acte de candidature. 11 es Trophées SPORSORA du Marketing Sportif 2015

Acte de candidature. 11 es Trophées SPORSORA du Marketing Sportif 2015 Acte de candidature 11 es Trophées SPORSORA du Marketing Sportif 2015 Sponsor de l année Stratégie marketing d un détenteur de droits Activation autour d un événement sportif Traitement éditorial et innovation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU ROLLER HOCKEY REIMS

REGLEMENT INTERIEUR DU ROLLER HOCKEY REIMS REGLEMENT INTERIEUR DU ROLLER HOCKEY REIMS L'adhésion au Roller Hockey Reims (R.H.R.) implique l'acceptation du présent règlement ainsi que celui de la Fédération Française de Roller Sports (F.F.R.S.).

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012

L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 L acceptation de l homosexualité et de l adoption par les couples homosexuels à six mois de l élection présidentielle de 2012 Léa Morabito, Centre d Etudes Européennes, Sciences Po Paris. Manon Réguer-Petit,

Plus en détail

Formation Gestion concours Version 2011.1.2 du 3 février 2011

Formation Gestion concours Version 2011.1.2 du 3 février 2011 Formation Gestion concours Version 2011.1.2 du 3 février 2011 PROGRAMME - Présentation du logiciel - Installation du logiciel, identification des éléments du logiciel - Récupération des licenciés de la

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION LUDI TOULOUSE

REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION LUDI TOULOUSE REGLEMENT INTERIEUR DE L'ASSOCIATION LUDI TOULOUSE 1 Préambule Le présent règlement intérieur est rédigé conformément aux statuts de l association LUDI Toulouse, qui précisent qu'«un règlement intérieur

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE TRIBUNAL D E GRANDE INSTANCE DE PARIS a 3ème chambre 2ème section N RG : 12/10772 N MINUTE 3 Assignation du : 18 Juillet 2012 JUGEMENT rendu le 18 Octobre 2013 DEMANDEUR Monsieur Dominique-Paul VINET 1326

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES

I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES I. LES DIFFERENTS TYPES DE RESPONSABILITES ENCOURUES PAR LES ASSOCIATIONS SPORTIVES 1 A. RESPONSABILITE PENALE Article 121-2 Les personnes morales, à l'exclusion de l'etat, sont responsables pénalement,

Plus en détail