INSPIRE Infrastructure for Spatial Information in Europe. Member State Report: Belgium,

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSPIRE Infrastructure for Spatial Information in Europe. Member State Report: Belgium, 2010-2012"

Transcription

1 INSPIRE Infrastructure for Spatial Information in Europe Member State Report: Belgium,

2 Title Erreur! Utilisez l'onglet Accueil pour appliquer Title au texte que vous souhaitez faire apparaître ici. Creator Member State Contact Point Belgium Date Mai 2013 Subject Suivi et rapportage : rapport relatif à la mise en œuvre de la directive INSPIRE en Belgique Status Définitif Publisher Member State Contact Point Belgium Type Description Rapportage sur la situation de la mise en œuvre d INSPIRE en Belgique (période ) Contributor Administration fédérale, Région flamande, Région de Bruxelles-Capitale, Région wallonne Format Source Rights Identifier Language Relation Français Décision de la Commission du 5 juin 2009 portant modalités d application de la directive 2007/2/CE du Parlement européen et du Conseil en ce qui concerne le suivi et le rapportage Coverage Etat membre Belgique These are Dublin Core metadata elements. See for more details and examples Version Date Modified by Comments number V Leen De Temmerman, Steven Jeanty, Nathalie Delattre, Xavier Demarts, Véronique Verbeke, Delphine Maréchal V Leen De Temmerman Version finale 10-Jun-14 1

3 Table of Contents 1 INSPIRE REPORTING OVERVIEW OF REQUIREMENTS HOW TO USE THIS TEMPLATE EXECUTIVE SUMMARY ABBREVIATIONS AND ACRONYMS INTRODUCTION CO-ORDINATION AND QUALITY ASSURANCE (ART. 12) COORDINATION (ART ) Member State contact point The coordination structure Comments on the monitoring and reporting process QUALITY ASSURANCE (ART ) Quality assurance procedures Analysis of quality assurance problems Measures taken to improve the quality assurance Quality certification mechanisms FUNCTIONING AND COORDINATION OF THE INFRASTRUCTURE (ART.13) GENERAL OVERVIEW DESCRIPTION OF THE SDI INSPIRE STAKEHOLDERS ROLE OF THE VARIOUS STAKEHOLDERS MEASURES TAKEN TO FACILITATE SHARING STAKEHOLDER COOPERATION ACCESS TO SERVICES THROUGH THE INSPIRE GEOPORTAL USAGE OF THE INFRASTRUCTURE FOR SPATIAL INFORMATION (ART.14) USE OF SPATIAL DATA SERVICES IN THE SDI USE OF THE SPATIAL DATASETS USE OF THE SDI BY THE GENERAL PUBLIC CROSS-BORDER USAGE USE OF TRANSFORMATION SERVICES DATA SHARING ARRANGEMENTS (ART.15) DATA SHARING ARRANGEMENTS BETWEEN PUBLIC AUTHORITIES DATA SHARING ARRANGEMENTS BETWEEN PUBLIC AUTHORITIES AND COMMUNITY INSTITUTIONS AND BODIES BARRIERS TO THE SHARING AND THE ACTIONS TAKEN TO OVERCOME THEM COST / BENEFIT ASPECTS (ART.16) COSTS RESULTING FROM IMPLEMENTING INSPIRE DIRECTIVE BENEFITS OBSERVED CONCLUSIONS ANNEXES LIST OF ORGANISATIONS NAMES AND CONTACT DETAILS LIST OF REFERENCES FOR THE COMPILATION OF THE REPORT Jun-14 2

4 1 INSPIRE Reporting Overview of requirements There are five topics addressed in the Reporting chapter of the IR: 1. Organisation, co-ordination and quality assurance The first part of this section is concerned with the way in which the contact point and coordinating structure for the infrastructure for spatial information are organised the body responsible, its associated co-ordinating structure and some information about how this works. The second part offers the MS the opportunity to report on quality assurance processes within the infrastructure for spatial information (as required by Art 21 of the Directive). 2. Contribution to the functioning and coordination of the infrastructure The second section asks for information about the stakeholders involved in the infrastructure for spatial information including a description of their roles, how they co-operate, how they share data/services and how access is made to services via the INSPIRE geo-portal. 3. Usage of the infrastructure for spatial information Having some or all of the various components of the infrastructure for spatial information in place is important, but equally important is if, or how much, the infrastructure is being used. This part of the report is intended to give MS the opportunity to comment and explain the results of the indicators on the usage of the different services, and to describe how spatial data and services are being used by public bodies and if possible (because it is recognised that this is difficult to observe) how they are being used by members of the general public. Because of the environmental emphasis of the Directive MS are particularly encouraged to find and describe examples of use within the field of environmental policy. The report should also describe examples of cross-border usage, efforts to improve cross-border consistency and examples of the use of transformation services. 4. Data sharing arrangements Chapter 5 of the INSPIRE Directive is concerned with data sharing. It has not been possible to derive adequate indicators to monitor data sharing the subject does not lend itself to quantitative methods in a way that would provide meaningful output. It is a major part of the Directive however and so this Chapter is dealt with, in terms of monitoring and reporting, by asking MS to describe data sharing arrangements in their 3 yearly reports. MS are required to provide an overview of data sharing arrangements i.e. not all such agreements have to be listed and described (which would be very difficult and extremely onerous) but MS are encouraged to provide sufficient description to enable readers to understand the main type or types of agreement that are used both for sharing of data between public bodies in the MS and between those public bodies and the institutions of the EU. An important section also required is a description of known barriers that may be inhibiting the sharing of spatial data and services, and what steps the MS are taking to overcome those barriers. 5. Cost and benefit aspects Finally, the Directive requires MS to quantify the costs and benefits involved in the establishment and maintenance of the infrastructure for spatial information that are directly attributable to the implementation of the Directive. The report should attempt to estimate the costs and to provide examples of benefits as described in the IR. As with other aspects of the report MS are responsible for deciding the depth/level of reporting that they find appropriate to satisfy the IR and to provide a suitable level of information for stakeholders. 2 How to use this template This template provides a structure Member States can use to collect and transmit the reporting information to the EC. 10-Jun-14 3

5 This template mainly reflects the list of elements required by the Commission Decision 2009/442/EC on monitoring and reporting. These are the mandatory elements. For every chapter the relevant article of the implementing rules on monitoring and reporting will be reported. Also some optional features, not strictly required by the relevant legislation, are included. These features can either contain a suggestion on what elements can be grouped under a certain topic foreseen by the legislation or they can contain additional elements that enhance the readability of the document. These features are optional. You have full rights to deliver this report in your own language, we will then translate it internally. Of course if the report will be already in English, or accompanied by its English translation, that will be welcome. Disclaimer: This document will be publicly available as a non-paper, as it does not represent an official position of the Commission, and as such can not be invoked in the context of legal procedures. 10-Jun-14 4

6 3 Executive summary 1. Organisation, coordination et garantie de qualité Vu la structure administrative fédérale, quatre parties sont responsables en Belgique de la mise en œuvre de la directive INSPIRE : l administration fédérale, la Région wallonne, la Région flamande et la Région de Bruxelles-Capitale. Chaque niveau est responsable de la coordination et de la mise en œuvre sur son territoire et dans le cadre de ses compétences. Le Comité de Coordination INSPIRE est un organe composé de représentants des 4 niveaux et chargé de la coordination de la mise en œuvre d INSPIRE à travers les 4 niveaux de pouvoir. La rédaction du présent rapport a été coordonnée par le Member State Contact Point par le biais de ce Comité de Coordination. Pour la Belgique, la structure d organisation nationale se compose, en plus du Comité de Coordination, de la cellule INSPIRE qui joue le rôle de Member State Contact Point (MSCP) ou point de contact national INSPIRE, et du forum INSPIRE. Cette structure est constituée formellement dans l Accord de Coopération qui a été conclu entre les trois régions et l Etat fédéral. Le MSCP est notamment l interlocuteur de la Commission européenne concernant les aspects opérationnels de la mise en œuvre d INSPIRE et le carrefour de l échange d informations entre la Commission européenne et les parties concernées dans l Etat membre Belgique. Sur le plan national, les tiers sont impliqués dans la mise en œuvre d INSPIRE par le biais du forum INSPIRE. Ce forum permet l échange d informations entre les autorités concernées et les tiers. En plus du Comité de Coordination, de la cellule INSPIRE et du forum INSPIRE, une personne est également désignée pour représenter la Belgique au sein du comité de comitologie. Les différentes administrations ont également leur propre organe chargé de la coordination de la mise en œuvre d INSPIRE à son niveau. Les compétences de ces organes sont généralement bien plus larges et portent également sur la coordination en matière de création, de gestion et de distribution de l information géographique en général (plus large qu INSPIRE). En ce qui concerne la garantie de qualité des données et services géographiques, une qualité élevée est essentielle pour pouvoir garantir une utilisation bonne et efficace des données géographiques. Sur le plan national, il n existe pas de procédure formelle relative au contrôle de qualité. Chaque niveau définit lui-même comment il garantit la qualité. Parfois c est organisé de manière centralisée et parfois chaque gestionnaire de données est individuellement responsable. 2. Contribution au fonctionnement et à la coordination de l infrastructure En Belgique, il n existe actuellement aucune infrastructure de coordination. Au niveau belge, une infrastructure de ce type va progressivement être mise en place dès que les données de référence seront spécifiées. Un géoportail va être ouvert. Celui-ci donnera accès à toutes les séries de données belges concernées par INSPIRE, aussi bien régionales que locales et fédérales. En Belgique, les quatre entités se situent à des stades différents de l élaboration d une GDI. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, l infrastructure est progressivement déployée dans le cadre de la mise en œuvre de la Directive afin d offrir un accès unique à l information géographique bruxelloise sans que les métadonnées ou les données elles-mêmes soient centralisées. De même, il n existe actuellement encore aucune infrastructure organisée pour les données géographiques au niveau fédéral, mais on travaille à différents modules en vue de réaliser une telle infrastructure. En Flandre, l association GDI-Flandre poursuit le développement de l Infrastructure de Données géographiques Flandre (Geografische Data-Infrastructuur Vlaanderen) comme une banque-carrefour géographique, avec comme géoportail central et porte d accès au GDI flamand. La Région wallonne dispose déjà de l infrastructure wallonne InfraSIG depuis 2001, et son développement se poursuit encore actuellement. 10-Jun-14 5

7 3. Utilisation de l infrastructure de l information géographique L utilisation de services géographiques est différente selon les niveaux de pouvoir. Vu que la Région de Bruxelles-Capitale est encore dans la phase initiale du développement de son infrastructure, il n est pas encore possible de fournir des informations sur ce sujet. Au niveau de l administration fédérale, il était difficile pour les services mentionnés de données spatiales de renvoyer à un thème INSPIRE tel que défini dans la directive, car seuls peu d entre eux donnent directement accès aux séries de données de référence qui sont énumérées dans le suivi (monitoring). En outre, plusieurs services sont encore au stade de prototype et ne sont pas encore accessibles au public. En revanche, il y a déjà des informations sur l utilisation pour plusieurs services tels que les WMS et les thèmes «parcelles cadastrales» et «unités administratives». En Flandre, l utilisation a été monitorée en pour différents services. Plusieurs services de recherche, de consultation et de transfert sont déjà disponibles au niveau flamand. Le comptage des requêtes de services n a pas fait la distinction entre les requêtes de services publiques, les requêtes de services d une administration et les requêtes de services internes. Pour une série de services en réseau, les requêtes de services ne sont pas encore enregistrées ou de manière inadéquate. Il manque dès lors des statistiques ou alors il s agit d extrapolations. L utilisation de sources de données géographiques varie également selon le niveau de pouvoir. Il n y a actuellement pas d informations disponibles pour les Régions de Bruxelles-Capitale et wallonne concernant l utilisation de séries de données géographiques. L utilisation de l information géographique au sein de l administration fédérale a des formes diverses : l utilisation de données cadastrales, de photos aériennes, de cartes topographiques, etc. Les organisations fédérales participent également à de nombreux projets et sont membres d associations européennes où elles sont très actives. En Flandre, environ 50 sources de données diffusées de manière centralisée entrent dans le cadre d INSPIRE. Chaque année, environ séries de données sont transférées. Au niveau fédéral, l utilisation de la GDI par le grand public porte essentiellement sur ses produits cartographiques (cartes topographiques), tant numériques que papier. Le Topomapviewer, une application Internet gratuite, le grand public peut consulter la plupart des cartes. Les plans cadastraux sont également consultables en ligne via Internet. En Flandre, ce sont surtout les guichets géographiques accessibles au public qui ont du succès auprès du grand public. L ensemble des guichets géographiques ont été consultés en moyenne plus de 2 millions de fois par an, une constante sur les années passées. AGIV a travaillé en 2012 au développement d un nouveau géoportail «geopunt.be». Une version bêta du nouveau guichet géographique GDI-Flandre a été ouverte en novembre La sortie de la première version de production est prévue pour novembre En Wallonie, un nouveau géoportail accessible au public a été lancé début 2013: Géoportail de la Wallonie. Avant cela, le portail public se composait de différents sites web. Il y avait chaque mois plus de visiteurs uniques. 4. Accords sur le partage des données Les mesures prises pour le partage des données et services entre administrations diffèrent d un niveau de pouvoir à l autre. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, l ordonnance sur l information géographique, qui sera progressivement mise en œuvre, régit le partage des données entre administrations. Au niveau de l administration fédérale, toute une série de règlements sont d application. Il y a différents accords avec les régions, les provinces, les communes, et mutuellement entre les administrations fédérales. En Flandre, toutes les administrations publiques flamandes sont tenues par décret d introduire leurs données géographiques dans la GDI. L AGIV a conclu au nom de l association des conventions d utilisation avec les administrations fédérales concernant les plans cadastraux et les cartes topographiques. La Région wallonne a conclu des conventions avec les administrations fédérales. Des licences spécifiques régissent l échange de données au sein de l administration wallonne. 10-Jun-14 6

8 Au sein des administrations fédérales, certains accords spécifiques ont déjà été conclus concernant l échange de données avec les institutions et organes européens. Cela concerne principalement des accords dans le cadre d EuroGeographics. 5. Aspects coûts/bénéfices Pour l administration flamande et l administration fédérale, des coûts très détaillés ont pu être spécifiés. Pour Bruxelles et la Wallonie, seul un coût global est donné. En Flandre, on a fait la distinction entre les frais réalisés par AGIV, le coordinateur de la GDI flamande, pour DOV, un nœud moyen de la GDI, et aussi dans la mesure du possible les frais encourus par certains gestionnaires de données. Les frais de l administration fédérale sont répartis entre l IGN, l AGDP et l UGMM. Les différentes administrations ont représenté les frais de différentes manières (en jours de travail ou en euros) et dans différentes subdivisions/catégories. Les coûts réels sont encore plus importants que ceux repris dans le rapport parce que toutes les instances ne peuvent pas fournir de chiffres. De même, il est souvent impossible de faire une distinction entre les coûts de la mise en œuvre d INSPIRE et les coûts devraient de toute façon être réalisés concernant la mise sur pied de la SDI régionale/fédérale, la gestion et la mise à disposition des données géographiques. Pour toutes ces raisons, il n est pas possible ni sensé de représenter dans cette synthèse un aperçu global des coûts pour la Belgique. Il est actuellement encore trop tôt pour calculer les bénéfices d INSPIRE en termes financiers. La société de transport flamande De Lijn donne un exemple concret d un avantage lié à INSPIRE par l utilisation de matériel cartographique des provinces contiguës aux Pays-Bas et en France avec les connexions de transport public transfrontalières. De plus, INSPIRE est souvent cité comme catalyseur de la diffusion des connaissances, de la collaboration, de la mise à disposition (accélérée) de données géographiques via des services donc une accessibilité meilleure et plus fluide, et un stimulant pour la mise à disposition (gratuite) de données pour une réutilisation (commerciale). 4 Abbreviations and Acronyms AGDP DGSIE AGIV SGB IASB CC CIRB / CIBG CRAB CSG DAR DDAR DOV Fedict GDI Décret GDI Plan GDI GRB IBGE / BIM INSPIRE Directive Administration Générale de la Documentation Patrimoniale Direction générale Statistique et Information économique Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen (Agence de l information géographique Flandre) Service Géologique de Belgique Institut d Aéronomie Spatiale de Belgique Comité de Coordination Centre d Informatique pour la Région Bruxelloise / Centrum voor Informatica voor het Brusselse Gewest Centraal Referentieadressenbestand (Fichier central d adresses de référence) Comité Stratégique de la Géomatique Diensten voor het Algemeen Regeringsbeleid (Services pour la Politique générale du Gouvernement) Departement Diensten voor het Algemeen Regeringsbeleid (Département des Services pour la Politique générale du Gouvernement) Databank Ondergrond Vlaanderen (Base de données du sous-sol Flandre) Service public fédéral Techniologie de l Information et de la Communication Geografische Data Infrastructuur (Infrastructure de données géographiques) Décret du 20 février 2009 relatif à l infrastructure de données géographiques Flandre Plan stratégique GDI-Flandre Grootschalig Referentiebestand (Fichier de référence à grande échelle) Institut Bruxellois pour la Gestion de l Environnement / Brussels Instituut voor Milieubeheer Directive 2007/2/CE 10-Jun-14 7

9 Directive INSPIRE ORB IRM MS UGMM IGN PCC SDI SPW ETP ISP Directive 2007/2/CE Observatoire Royal de Belgique Institut Royal Météorologique Member State Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord et de l'estuaire de l'escaut Institut géographique national Permanent Committee on Cadastre in the European Union Spatial Data Infrastructure Service Public de Wallonie Equivalents temps plein Institut Scientifique de Santé Publique 5 Introduction Contexte Vu la structure administrative fédérale, quatre parties sont responsables en Belgique de la mise en œuvre de la directive INSPIRE : l administration fédérale, la Région wallonne, la Région flamande et la Région de Bruxelles-Capitale. Chaque niveau est responsable de la coordination et de la mise en œuvre sur son territoire et dans le cadre de ses compétences. Le Comité de Coordination INSPIRE est un organe composé de représentants des 4 niveaux et chargé de la coordination de la mise en œuvre d INSPIRE à travers les 4 niveaux de pouvoir. La rédaction du présent rapport a été coordonnée par le Member State Contact Point par le biais de ce Comité de Coordination. Méthode utilisée pour constituer le rapport Ce rapport est une compilation des contributions apportées par les quatre niveaux qui sont chargés en Belgique de la mise en œuvre d INSPIRE sur leur territoire et dans le cadre de leurs compétences : le pouvoir fédéral, la Région flamande, la Région wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale. A leur niveau, les quatre parties ont collecté et mis en commun avec toutes les parties concernées l ensemble des informations nécessaires. Le Member State Contact Point a tout réuni dans un seul rapport. Lorsque des éléments de réponses donnés portent spécifiquement sur une partie, la partie concernée est chaque fois mentionnée au début du paragraphe. 10-Jun-14 8

10 6 Co-ordination and quality assurance (Art. 12) 6.1 Coordination (Art ) Member State contact point Art (a) the name, contact information, role and responsibilities of the Member State contact point; Name and contact information Member State Contact Point Name of the public authority Cellule INSPIRE Contact information: Mailing address p/a AGIV, Gebroeders Van Eyckstraat 16, 9000 Gent, Belgium Telephone number Fax number address Organisation s website URL Contact person (if available) Leen De Temmerman Telephone number address Contact person - substitute (if available) Jessica Lelong (secrétariat cellule INSPIRE) Telephone number address Role and responsibilities Le point de contact national ou member state contact point (MSCP) constitue le carrefour de l échange d informations entre la Commission européenne et la Belgique. En Belgique, le point de contact national communique avec les organismes concernés par le biais de représentants, un par organisme, appelés Single Points of Contact (SPOC). Suite à l accord de coopération, conclu entre la Région flamande, la Région wallonne, la Région de Bruxelles-Capitale et le pouvoir fédéral, un Comité de Coordination est créé ainsi qu une cellule INSPIRE en soutien du fonctionnement de ce comité de coordination. Cette cellule INSPIRE reprend également le rôle de MSCP. Le directeur de la cellule INSPIRE est un cadre d AGIV. Le secrétariat de la cellule INSPIRE est assuré par un collaborateur de l IGN. En résumé, le member state contact point est chargé des tâches suivantes : l interlocuteur de la Commission européenne concernant les aspects opérationnels de la mise en œuvre d INSPIRE carrefour de l échange d informations entre la Commission européenne et les parties concernées dans l Etat membre Belgique coordination du suivi et du rapportage dans l Etat membre Belgique le directeur de la cellule INSPIRE fait partie du Comité de coordination The coordination structure Art (b) the name, contact information, role and responsibilities, organisation chart of the coordinating structure supporting the contact point of the Member State (c) a description of the relationship with third parties; (d) an overview of the working practices and procedures of the coordinating body; 10-Jun-14 9

11 (e) comments on the monitoring and reporting process. Name and contact information Coordinating structure supporting the MSCP Name of the coordination structure INSPIRE Coordination Committee Contact information: Mailing address Avenue des Arts 21, 1000 Bruxelles, Belgium Telephone number Telefax number address Organisation s website URL Contact person (if available) François Du Mortier Telephone number address Contact person - substitute (if available) Telephone number address Date and period of mandate Role and responsibilities Pour la Belgique, la structure organisationnelle nationale se compose du Comité de Coordination, du Member State Contact Point (MSCP) ou point de contact national INSPIRE, et du forum INSPIRE (figure 1). Cette structure est formellement instituée dans l Accord de Coopération qui a été conclu entre les trois régions et l Etat fédéral.. Le Comité de Coordination INSPIRE est chargé de la coordination entre l Etat fédéral et les régions en vue de parvenir en Belgique à une mise en œuvre efficace de la directive INSPIRE et à l élaboration de l infrastructure belge de données géographiques (GDI). Le forum, présidé par l IGN, offrira à toutes les parties intéressées par INSPIRE une plateforme de discussion et d échange d idées concernant l information géographique. Par ailleurs, la Région wallonne a été désignée pour représenter la Belgique dans le comité de comitologie. Le Comité de Coordination INSPIRE, ou simplement le Comité, est chargé de la coordination de la mise en œuvre d INSPIRE en Belgique. Il a notamment les responsabilités suivantes : 1 Dans le cas où plusieurs exemplaires identiques d une collection de données géographiques concernant l un des thèmes mentionnés dans les annexes de cet accord sont conservés par ou au nom de différents organismes publics, le Comité désigne la version de référence requise par l infrastructure européenne de l information géographique. 2 Le Comité mène les négociations en vue de constater les données de référence pour chacun des thèmes mentionnés dans les annexes de cet accord. 3 A la demande de la Commission européenne et dans le cadre de la rédaction des dispositions exécutoires d INSPIRE, le Comité veille au rassemblement de l information belge en matière de faisabilité et de proportionnalité sur le plan des coûts et bénéfices prévus des mesures proposées. 4 Le Comité veille à ce que suffisamment de modalités communes d accès, d échange et d utilisation soient définies en matière d échange réciproque de collections de données et de services géographiques, en vue d exécuter les missions publiques qui peuvent avoir un impact sur l environnement. Ces modalités sont également d application en cas d échange avec des organismes publics d autres Etats membres, la Communauté européenne, ou, sur une base réciproque et équivalente, avec des organes créés lors de conventions internationales où la Communauté et les 10-Jun-14 10

12 Etats membres sont parties prenantes, et pour autant que ces échanges puissent avoir un impact sur l environnement. 5 Le Comité veille à ce que, le cas échéant, la délivrance d une licence et/ou la facturation d une rémunération soit (soient) conforme(s) aux dispositions exécutoires en matière d utilisation commune de données et de services géographiques dans l optique de l utilisation commune entre les Etats membres et les organes de la Communauté européenne. 6 Le Comité assure la coordination de la rédaction et/ou de la communication à la Commission européenne des rapports sur la mise en œuvre de la Directive. 7 Le Comité échangera les informations pertinentes et coopérera si nécessaire avec les organismes responsables de l exécution d autres Accords de coopération belges dont le fonctionnement est influencé par la directive. 8 Le Comité suivra le fonctionnement et les activités du Forum INSPIRE, soutiendra ce Forum dans l organisation de débats de fond sur l information géographique et examinera les recommandations pertinentes du Forum, notamment en ce qui concerne la mise sur pied de l infrastructure nationale d information géographique. La coordination ne se déroule pas qu au niveau national, mais aussi au niveau régional. Autorité flamande En Flandre, le Ministre-Président du Gouvernement flamand a le développement d une infrastructure d informations géographiques dans ses attributions. Le Ministre-Président dispose d un domaine politique des Informations géographiques et de deux organes consultatifs. Le domaine politique des Informations géographiques fait partie du domaine politique horizontal des Services pour la Politique générale du Gouvernement (Diensten voor het Algemeen Regeringsbeleid - DAR). Il est composé d une entité départementale, d un groupe de pilotage, d une agence et de deux conseils consultatifs chargés de tâches en matière d informations géographiques (voir figure 2). Le Service d Encadrement du Gouvernement flamand, une division du Département des Services pour la Politique générale du Gouvernement (DDAR), est responsable de la préparation et de l évaluation de la politique en matière d informations géographiques. Le groupe de pilotage formule, d initiative ou sur la demande du Ministre, des propositions politiques relatives à des décisions stratégiques et organisationnelles sur le développement de l Infrastructure des Données géographiques (Geografische Data Infrastructuur - GDI). L Agence des Informations géographiques de la Flandre (Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen - AGIV) est chargée de la coordination opérationnelle du développement et de l exploitation de la GDI en Flandre. Elle assiste les instances publiques flamandes et est responsable des services centraux en matière d informations géographiques. Ainsi, l AGIV est responsable de la formation centrale du produit et de la diffusion de données et exploite le portail géographique flamand. Finalement, l AGIV-même produit et gère un certain nombre de sources de données. Le développement de la GDI est réalisé (depuis 1995) par les participants au partenariat GDI-Flandre. Le partenariat se compose d'instances publiques des différents niveaux administratifs flamands. Son objectif est d optimiser la création, la mise à jour, la gestion, l échange et la réutilisation de données et de services géographiques en Flandre. Le groupe de pilotage GDI-Flandre se compose de représentants de l administration flamande, des provinces flamandes et des villes flamandes. Le conseil GDI est un conseil consultatif relatif aux informations géographiques. Le conseil GDI émet, sur demande ou d initiative, des avis stratégiques au Ministre compétent pour le développement de l infrastructure des informations géographiques. Ce conseil consultatif mixte se compose de représentants de la société civile et d experts indépendants en matière d informations géographiques. 10-Jun-14 11

13 En ce qui concerne l échange d informations relatives aux câbles et aux canalisations, les accords de coordination nécessaires sont conclus au sein du conseil GRB 1, un organe consultatif du Gouvernement flamand. Autorité fédérale Au niveau fédéral, la loi transposant la directive 2007/2/CE du Parlement européen et du Conseil du 14 mars 2007 établissant une infrastructure d information géographique dans la Communauté européenne (INSPIRE) a été promulguée le 15 décembre Cette loi stipule notamment que les données et services du réseau fédéral seront mis à disposition du public et seront accessibles par un géoportail fédéral ( article 6, 2). Dans les dispositions diverses, la loi amende la mission de l Institut Géographique Nationale et place l IGN dans un rôle de leadership en ce qui concerne l établissement d une infrastructure d information géographique nationale par ce qui suit : «L Institut a également pour mission d établir et d exploiter une infrastructure d information géographique au sein de laquelle des réseaux de compilations identifiables de données géographiques et d applications informatiques sur ces données géographiques peuvent être rendus opérationnels et auxquels il peut être donné accès entre autres au moyen d un site Internet ou équivalent.». La mise en place d un comité de coordination au niveau fédéral est en cours. Il devra rassembler les différents acteurs, avec comme premier point focal l utilisation intégrée des informations géographiques en général et des données et services mises en place pour INSPIRE en particulier dans le fonctionnement des organismes fédérales. En2004 un accord de coopération avait déjà été signé pour la mise en place d une plateforme fédérale de l information géographique entre les 3 instances fédérales principales détentrices de données géographiques à savoir l Institut Géographique National (IGN), l Administration générale de la Documentation patrimoniale (AGDP) et la Direction générale Statistique et Information économique (DGSIE).Dans le cadre, cet accord est en révision et la coordination sera élargi à toutes les instances du fédéral détentrices des données géographiques. Toutefois, l identification des détenteurs officiels des informations de l Annexe III n a pas encore été clairement établie. Les modalités d organisation et de coordination entre différents détenteurs d un même thème INSPIRE doivent encore être déterminées. Cela est prévu pour l année à suivre. En , les deux instances les plus actives dans l implémentation de la Directive car principaux détenteurs de données géographiques sont l Institut Géographique National et l Administration générale de la Documentation patrimoniale (AGDP). Une de convention entre l AGDP et l IGN visant une collaboration autour de l implémentation d INSPIRE est en cours de rédaction. Dans les faits, l Institut géographique national a pris en charge la tâche de suivi et rapportage au nom du fédéral. Pour plus de détails sur la plateforme fédérale et le projet de convention voir chapitre ( accord de coopération). Autorité bruxelloise Un comité INSPIRE bruxellois a été créé (Comité GeoBru) dans le cadre de l ordonnance du 28 octobre 2010 sur l information géographique dans la Région de Bruxelles-Capitale. Celui-ci regroupe les représentants des administrations publiques ou organismes d'intérêt public qui sont principalement concernés par les thématiques de la directive INSPIRE (statistiques régionales, géomatique, environnement, aménagement du territoire, mobilité). Le comité doit coordonner la mise en œuvre de la directive dans la Région de Bruxelles-Capitale, et en particulier : Identification des données de référence ; Création des métadonnées ; 1 GRB = Grootschalig Referentie Bestand = carte de base de la Flandre à grande échelle 10-Jun-14 12

14 Création et maintenance du géoportail bruxellois ; Communication et échanges. Outre le comité plénier, principal organe de coordination, il y a d autres comités spécifiques : le groupe de travail technique bâtiments qui s occupe de l inclusion de la couche concernée, le groupe technique (chargé de la structuration des métadonnées, de l élaboration du géoportail, etc.) et le comité de rédaction (chargé de la création du contenu et de la structure du géoportail, en collaboration avec le groupe technique). Autorité wallonne Le Département de la Géomatique est une entité transversale du Service public de Wallonie (SPW). Il comprend deux Directions : la Direction de la Géométrologie chargée principalement de l acquisition, de la production et de la mise à jour des géodonnées de base; et la Direction de l Intégration des Géodonnées (DIG). Cette Direction met en œuvre l'infrastructure de diffusion de l information géographique wallonne et gère le géoportail qui y donne accès. Elle assure la coordination de la production des géodonnées et leur cohérence aux fins d'une utilisation transversale maximale. Elle établit des règles de mise en œuvre basées sur les normes et standards internationaux et conformes aux règlementations européennes en la matière. Elle gère également les aspects juridiques et économiques liés à la géomatique et à la diffusion des géodonnées. Outre son rôle de conseil et de support, cette direction assure la sensibilisation et la formation des utilisateurs ainsi que la représentation de la Wallonie aux niveaux régional, national et international. Organisation chart Autorité flamande Figure 1 : Organisation de la mise en en œuvre d INSPIRE en Flandre 10-Jun-14 13

15 Autorité bruxelloise Bxl IBSA CIRB IBGE AATL ADT Mobilité STIB Comité GeoBru Groupe technique Gr. techn. batiments Représentants au comité de coordination belge Comité de rédaction Groupe juridique Geoportail bruxellois Figure 2 : Organisation de la mise en œuvre d INSPIRE à Bruxelles Relation with third parties Autorité flamande L AGIV conclut des conventions avec des tiers relatives à la diffusion des données géographiques de tiers à des instances publiques flamandes. L AGIV est responsable de l acquisition des données, met sur pied un cofinancement dans la mesure du possible ou échange des données (avec d autres instances publiques belges). Malgré le fait que des partenariats privé-public soient possibles, il n existe pas encore de tels partenariats jusqu à présent. En concertation avec l instance publique gestionnaire, le groupe de pilotage définit sous quelles conditions les données publiques sont mises à disposition (à des tiers). Des experts d instances publiques non flamandes peuvent être associés aux activités du groupe de pilotage par le biais de groupes de travail (voir overview of working practices and procedures). La société civile et les experts indépendants en matière d informations géographiques sont officiellement associés au développement de la GDI par le biais du conseil GDI. La société civile et les experts indépendants en matière d informations géographiques sont officiellement associés au développement de la GDI par le biais du conseil GDI. Les gestionnaires des informations relatives aux câbles et aux canalisations sont associés par le biais du conseil GRB en matière de création, mise à jour et diffusion du fichier de référence à grande échelle (Grootschalig Referentie Bestand - GRB) 10-Jun-14 14

16 Autorité fédérale Au niveau fédéral, l AGDP et l IGN ont conclu des conventions avec des tiers (voir 9. Sharing arrangements). Autorité bruxelloise Les différents organismes publics qui sont représentés au sein du comité GeoBru concluent en leur nom des conventions relatives à la diffusion des données géographiques avec des tiers (publics ou privés). A priori, en application de l'ordonnance relative à l'information géographique, les données sont mises à disposition gratuitement, moyennant mention de la source (sauf exceptions également prévues par la directive). L'ordonnance prévoit cependant la possibilité d'empêcher la réutilisation à des fins commerciales. Depuis peu, le CIRB et Bruxelles Mobilité échangent la plupart de leurs données géographiques en vertu d une licence "open data». Les membres du comité organisent ou participent également sur demande à des réunions d'information et d'échange avec des tiers. Des contacts sont ainsi par exemple établis avec la branche ICT d'agoria (fédération de l'industrie technologique) Une fois le comité GeoBru pleinement opérationnel, des réunions annuelles d'information sont également prévues avec l'ensemble des acteurs concernés. Overview of working practices and procedures Autorité flamande Tous les 4 ans, le Gouvernement flamand établit un plan stratégique GDI-Flandre (plan GDI) qui doit orienter le développement de la GDI. Le Service d Encadrement du Gouvernement flamand assure le suivi de ce plan, avec le groupe de pilotage GDI-Flandre. Sur base du plan GDI, le Gouvernement flamand conclut un contrat de gestion pour une période de 4 ans avec le Conseil d Administration de l AGIV en matière d objectifs opérationnels. Le Service d encadrement du Gouvernement flamand est responsable du paiement des dotations à l agence et veille à l exécution du contrat de gestion. Le groupe de pilotage GDI-Flandre se réunit mensuellement et prend des décisions contraignantes pour les instances publiques en Flandre. En outre, il émet, d initiative ou sur la demande du Ministre- Président, des avis relatifs au développement de la GDI. Le Service d Encadrement du Gouvernement flamand assure le secrétariat du groupe de pilotage. Le groupe de pilotage peut créer des groupes de travail, composés d experts publics ou externes, afin de préparer ses activités. En ce moment, il existe des groupes de travail en matière d adresses, de bâtiments, de routes et de développement technique de la GDI. Autorité fédérale Actuellement, il n y a pas encore de comité de coordination formalisé au niveau fédéral. Toutefois une organisation interne visant l implémentation de la Directive s est mise en place pour l IGN et l AGDP. Pour l AGDP, l implémentation de la Directive INSPIRE est un projet (ce qui implique : chef de projet, sponsor, PBS, réunion de coordination de projets, budget, ). Sur base de la roadmap européenne et des décisions au niveau du comité de coordination national, un plan d actions est rédigé : choix et priorisation des actions, demande de budget et rédaction des cahiers des charges nécessaires, 10-Jun-14 15

17 Pour l IGN, l implémentation de la Directive INSPIRE est un programme de développement au sein duquel les projets sont mis en place. Ces projets sont suivis et pilotés par un comité de coordination composé de la direction générale, des directions et du gestionnaire de programme INSPIRE. Un réseau de personnes responsables de l information géographique dans différents organismes fédéraux a été établi (Best adres, SPOC données IGN, etc). A partir de ce réseau, un comité de coordination plus formel sera organisé. Autorité bruxelloise La mise en œuvre d INSPIRE est assumée par le comité de coordination GeoBru. Celui-ci se réunit en moyenne tous les deux mois. Chaque membre du comité peut mettre des points à l ordre du jour. Les décisions sont toujours prises sur le mode du consensus. En plus de ces réunions, la communication et les mises au point nécessaires entre les parties s effectuent par la voie électronique. Le comité GeoBru est secondé par différents groupes thématiques : le groupe technique, qui coordonne les aspects techniques liés à la mise en œuvre de la directive INSPIRE (structure et encodage des métadonnées, structure et outils du géoportail, ) le groupe de travail bâtiments, le comité de rédaction, qui est en charge du contenu du géoportail Comments on the monitoring and reporting process Autorité flamande Par rapport au monitoring de l année 2011, plusieurs jeux de données ont fait l objet d un rapport différent pour ce monitoring de l année 2012, principalement pour le thème «soil». Le rapportage de l année 2011 était séparé par couches, tandis que pour 2012 celles-ci ont été regroupées et représentées comme des groupes de couches ou des jeux de données. Cela peut donc donner l impression qu il y a beaucoup moins de jeux de données en 2012 qu en 2011, mais ce n est donc pas le cas. La raison en est un regroupement-une représentation différent(e). Autorité fédérale La liste des jeux de données et services géographiques mentionnés au niveau fédéral dans ce monitoring porte sur les services publics qui gèrent les données géographiques de référence qui sont surtout mentionnées dans les annexes I et II. Il s agit de : l Institut géographique national (IGN) l Administration générale de la Documentation patrimoniale (AGDP) l Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord et de l'estuaire de l'escaut (UGMM) le Service Géologique de Belgique (SGB) la Direction générale Statistique et Information économique (DGSIE) Institut d Aéronomie Spatiale de Belgique (IASB) Institut Royal Météorologique de Belgique (IRM) L Observatoire Royal de Belgique (ORB). Ces services publics gèrent également certains thèmes qui sont repris dans l Annexe III. Nous devons toutefois signaler que la liste des jeux de données dans l Annexe III est incomplète. Vu qu il doit encore être discuté au niveau belge de la répartition des responsabilités pour les thèmes de l Annexe III et que les spécifications n ont encore été définies que récemment, les services publics qui gèrent 10-Jun-14 16

18 les données géographiques de référence principalement reprises dans l Annexe III ont jugé nécessaire de consacrer un certain temps à la concertation avant d introduire une liste officielle des jeux de données géographiques qui sont classées dans les thèmes de l Annexe III. Remarques La superficie théorique, exprimée en km², du territoire belge national est calculée sur base des frontières administratives de la base de données ITGI de l Institut géographique national dans la projection cartographique nationale Lambert Quality Assurance (Art ) Quality assurance procedures Art (a) a description of quality assurance procedures, including the maintenance of the infrastructure for spatial information Autorité flamande Lors de la distribution centrale, l AGIV conclut des conventions avec les gestionnaires, fixant les spécifications du produit. Lors de la formation du produit et/ou la distribution, l AGIV veille à ce que la structure convenue soit respectée. La base de métadonnées centrale gérée par l AGIV est conforme à la disposition d exécution en la matière. Plus de la moitié des données sont décrites au moyen de la base de métadonnées centrale. Autorité fédérale Pour l autorité fédérale, la loi de transposition a instauré une base légale suffisante pour mettre en place au niveau fédéral à l IGN une infrastructure formellement organisée des données. Les moyens financiers nécessaires n ont toutefois été prévus qu à partir du contrôle budgétaire 2012 et seulement de façon limitée. Aucune structure n a encore été mise en place jusqu ici pour les utilisateurs et les producteurs de données qui collaboreront à cette infrastructure, et aucune procédure concertée n a donc encore été fixée pour une garantie de qualité. Chaque service public gérant des données géographiques est responsable de la mise en place de ses propres procédures en matière de contrôle de qualité. Vous trouverez ci-dessous quelques exemples : 1. L IGN est responsable de la collecte et de la mise à jour des données topogéographiques de base couvrant le territoire national. L IGN garantit le contrôle de qualité sur sa base de données ITGI, d où les autres jeux de données de référence sont dérivés. 2. L AGDP est responsable de la collecte et de la mise à jour des données reprises dans le plan parcellaire cadastral numérique, c est-à-dire notamment les parcelles cadastrales et les limites administratives, avec le contrôle de qualité. De plus, étant donné les informations dont elle dispose pour les thèmes Bâtiments et Adresses, l AGDP prendra part aux partenariats requis. Les acteurs régionaux et fédéraux y seront impliqués afin de fournir des jeux de données cohérents. 3. IASB-BIRA dans les sciences atmosphériques, les trois principaux éléments de garantie de qualité d une collecte de données sont : La donnée d un indicateur qualitatif au sens métrologique du mot ; cet indicateur (erreur ou incertitude) donne une information sur la précision ou l exactitude d une mesure ou d un résultat de calcul ; Les données complémentaires permettant à l utilisateur d évaluer dans quelle mesure le produit convient pour l usage qu il veut en faire ; 10-Jun-14 17

19 La description de la chaîne de production (processus et produits intermédiaires) qui a donné lieu à la création du produit final, y compris les informations sur l étalonnage des instruments, l évaluation des modèles et la validation des résultats intermédiaires («information de traçabilité»). Sites web pertinents : CEOS Committee on Earth Observation Satellites GUM Guide to the Expression of Uncertainty in Measurement IGOS Integrated Global Observing Strategy JCGM Joint Committee for Guides in Metrology QA4EO Quality Assurance Framework for Earth Observation VIM Vocabulaire International de Métrologie WMO World Meteorological Organization Autorité bruxelloise Il y a pour les données provenant de Bruxelles Environnement (IBGE) un contrôle d intégrité des géométries, avec validation avant leur mise à disposition. Autorité wallonne En ce qui concerne les autorités wallonnes, le contrôle de la qualité consiste à déterminer si le jeu de données répond bien aux spécifications préalablement établies et si celui-ci s intègre dans le modèle conceptuel des données qui a normalement été défini avant le début de la production du jeu de données. Ces procédures de garantie de la qualité sont regroupées en deux parties. La première décrit le niveau logique du jeu de données, elle traite de la définition du jeu de données (informations de base obligatoires) et du modèle conceptuel de données (ensemble de concepts et de règles définissant précisément la structure des données : entités spatiales, type d'implantation, attributs, liens, légende associée). Lors de la réception finale du jeu de données, la correspondance entre le modèle imposé et le modèle final est vérifiée. Le niveau physique est abordé dans la seconde partie : les caractéristiques des données attributaires (noms, dimensions, nombre de décimales et domaine d'utilisation) et les données géographiques (qualité du géoréférencement, respect des contraintes topologiques) doivent être en adéquation avec ce qui est spécifié dans le modèle; les informations relatives aux critères de qualité (généalogie, points de contrôle du géoréférencement, description et résultats des tests de qualité concernant la précision et l'exactitude de position, la précision et l'exactitude sémantique, l'exhaustivité, la cohérence logique et la situation temporelle) doivent être décrites en détail Analysis of quality assurance problems Art (b) an analysis of quality assurance problems related to the development of the infrastructure for spatial information, taking into account the general and specific indicators 10-Jun-14 18

20 Autorité flamande L AGIV contrôle si la structure des données répond aux spécifications convenues et fait rapport le cas échéant au gestionnaire sur la question. Pour les données vectorielles, des contrôles formels sont effectués concernant les attributs, la géométrie et les relations topologiques éventuelles. Autorité fédérale En raison des efforts d assainissement draconiens que doit fournir l autorité fédérale, la fréquence des mises à jour diminue, d où un rapide recul de l actualité des données. Il n y a en revanche pas de perte de qualité des données qui sont bel et bien mises à jour. La poursuite du développement d une politique de qualité pour les géodonnées souffre également de ces restrictions budgétaires. Pour l autorité fédérale, différents services publics fédéraux gèrent actuellement les données de référence qui sont classées dans un même thème et couvrent un même territoire. Par exemple, il existait des processus de collecte d information sur les limites administratives ou les bâtiments aussi bien à l IGN que au niveau de l AGDP. Les processus de collecte et la résolution étant différents, cela donnait des jeux de données différents et incohérents. Pour les adresses, la situation actuelle est encore plus compliquée: les communes sont les sources, le registre national est le gestionnaire de la liste d adresses, et l AGDP et l IGN (pour les rues) mettent à jour l information géographique liée à ce thème. A l AGDP, le contrôle et la validation des adresses s effectuent par comparaison avec les informations provenant d autres sources. A l IGN, la gestion des noms de rues (StreetNames) est basée sur la collecte auprès de diverses sources. Autorité wallonne Au sein des autorités wallonnes, il n a pas encore été fait d analyse sur les problèmes liés aux garanties de qualité Measures taken to improve the quality Autorité wallonne Au sein des autorités wallonnes, la démarche de contrôle de qualité ISO est appliquée au Service public de Wallonie - SPW (agriculture ressources naturelles environnement). D une manière générale, le contrôle de qualité est réalisé par le SPW ou via un contrat de service. Ce contrôle porte sur la création des données géographiques, sur le développement des catalogues et des services ainsi que sur la mise en œuvre du géoportail wallon. Des contrats en vue d une maintenance meilleure et évolutive prennent en charge la nécessaire mise à niveau assurance Art (c) a description of the measures taken to improve the quality assurance of the infrastructure Autorité flamande Le décret GDI prévoit que tous les jeux de données INSPIRE sont développés, sur la proposition du groupe de pilotage GDI-Flandre, comme des sources de données géographiques authentiques 2. Le Gouvernement flamand désigne le gestionnaire et veille à ce que toutes les dispositions d exécution de la directive soient remplies. Le gestionnaire doit prendre les mesures nécessaires pour que la gestion et la mise à jour des données (un système de message d erreur inclus) soient garanties 3. 2 Article 22 du décret du 20 février 2009 relatif à l Infrastructure de données géographiques Flandre. 3 Article 3 de l arrêté du Gouvernement flamand du 15 mai 2009 portant exécution du décret du 18 juillet Jun-14 19

21 Autorité fédérale Au niveau fédéral, afin d améliorer l unicité et l authenticité des données source, différents accords de coopération ont été conclus (voir chapitre 9) entre les détenteurs de données géographiques de référence (qui sont reprises essentiellement dans les thèmes de l Annexe I) en vue d une plus grande authenticité et cohérence des données sources qui sont gérées en commun, ainsi que d une meilleure coopération dans la garantie de qualité. Au niveau des versions de référence pour les thèmes relatifs à INSPIRE, des accords sont actuellement conclus et des groupes de travail en cours afin d identifier les sources authentiques et de les structurer selon un modèle de données et des spécifications communes à tous les détenteurs de données. Par exemple : l AGDP est la source authentique pour les parcelles cadastrales. Pour les limites administratives, il existaient différentes versions gérées par différents producteurs. Il a été convenu entre partenaires fédéraux et régionaux que l AGDP réaliserait une source authentique des limites administratives au niveau d échelle le plus détaillé (>1/10.000) et que l'ign réaliserait la source authentique des limites administratives à niveau d échelle moyen et petit (< 1 /10.000) par généralisation des données sources de l AGDP. Le travail est en cours, et les limites administratives à grande échelle ont été regroupées dans un seul fichier commun qui sera mis à disposition dans le courant de Ce produit inclura également les secteurs statistiques de la DGSIE. Pour les adresses, un projet en vue de créer une source unique et authentique des adresses (BestAddress) a été lancé en partenariat avec les institutions fédérales (AGDP, IGN, etc.), les Régions et les communes. Le projet n est pas encore terminé car la discussion sur le modèle d adresse se poursuit encore. Pour les bâtiments, le CCINSPIRE a décidé de créer un groupe de travail en partenariat du fédéral avec les Régions, avec comme résultat attendu la mise en place d un modèle de données et de spécifications communes au niveau national afin de fournir des jeux de données cohérents Quality certification mechanisms Art (d) where a certification mechanism has been established, a description of that mechanism Autorité flamande Aucun mécanisme de certification n est utilisé. Autorité fédérale Au niveau fédéral, différents accords de coopération ont été conclus (voir chapitre 7) entre les détenteurs de données géographiques de référence (qui sont reprises essentiellement dans les thèmes de l Annexe I) en vue d une meilleure authenticité et cohérence des données sources qui sont gérées en commun, ainsi que d une meilleure coopération dans la garantie de qualité. Des accords et des groupes de travail sont en cours afin d optimiser la collecte et la mise à jour des thèmes d INSPIRE. Par exemple, l AGDP est la source authentique pour les parcelles cadastrales, l IGN pour le système de coordonnées. Pour les limites administratives, il a été convenu entre partenaires fédéraux et régionaux que l AGDP réaliserait une source authentique des limites administratives à grande échelle et que sur base de la source authentique, l'ign serait responsable de la généralisation à petite échelle et la DGSIE de la subdivision de la commune en secteurs statistiques. Le travail est en cours, la version 0 est disponible. A terme, la version authentique sera donc toujours celle de la Documentation Patrimoniale pour la grande échelle (>1/10.000) et celles qui auront été généralisées par l'ign pour les petites échelles. 10-Jun-14 20

22 Etant donné les informations dont elles disposent pour les thèmes Bâtiments et Adresses, l AGDP et l IGN prendront part aux partenariats requis, où les acteurs régionaux et fédéraux seront impliqués afin de fournir des jeux de données cohérents. L IGN est partie prenante du projet ELF, un projet européen visant à mettre en place des procédures et services pour l établissement d une Infrastructure européenne des Données géographiques (IEDG). Cette IEDG sera conforme aux règles d INSPIRE et couvrira les données gérées par les agences nationales cartographiques et cadastrales. Le projet ELF commencera en 2013 et mettra notamment en place un mécanisme et des outils de contrôle de qualité basés sur un modèle de garantie de qualité qui seront applicables aux Etats Membres. 10-Jun-14 21

23 7 Functioning and coordination of the infrastructure (Art.13) 7.1 General overview description of the SDI Vision / policy / strategy (where applicable, reference could be given to existing documents, as well as a short summary within the report) Autorité flamande Les objectifs stratégiques relatifs à la GDI sont déterminés par la note de politique générale et le plan stratégique Les objectifs opérationnels sont concrétisés au moyen d une lettre politique annuelle pour ce qui concerne le partenariat et moyennant le contrat de gestion pour ce qui concerne l AGIV en particulier. L échange de données au sein de et entre administrations doit être développé de manière intégrée en en vue d un meilleur service numérique aux citoyens, entreprises et organisations. Le partenariat GDI-Flandre développe l Infrastructure des informations géographiques de la Flandre comme une banque-carrefour géographique. Des sources de données géographiques authentiques constitueront le pivot de cette banque-carrefour. Le fichier de référence à grande échelle (Grootschalig Referentiebestand - GRB), le fichier central d adresses de référence (Centraal Referentieadressenbestand - CRAB) et le réseau routier officiel pour la Flandre qui ont été constitués sont d importants fers de lance. La conservation de données géographiques doit être intégrée dans les processus administratifs et les données géographiques authentiques doivent être offertes au moyen de services géographiques en réseau. La réutilisation de données et de services géographiques sera activement encouragée. Autorité fédérale Actuellement, il n existe pas encore d infrastructure organisée de données géographiques au niveau fédéral, mais la stratégie est la suivante : En 2020, l infrastructure nationale de données géographiques aura amélioré la qualité des services et des processus décisionnels de l administration fédérale, et elle aura permis une plus grande efficacité des administrations publiques, du secteur privé et de la recherche scientifique. Soutenue par la recherche scientifique et la formation, cette infrastructure aura généré de nouvelles activités économiques et de nouveaux services pour le grand public. Les services web donnant accès aux données fédérales seront disponibles. La SDI garantit un accès préférentiel à la réutilisation commerciale des données et services géographiques. Les objectifs de la SDI sont les suivants : Tout fonctionnaire fédéral a accès aux services fournissant les données géographiques dont il a besoin dans un format utilisable ; Tout fonctionnaire fédéral partage les données géographiques qu il réalise avec les autres au niveau fédéral ; Les autorités autres que fédérales ont accès aux données/services géographiques fédéraux et échangent leurs données/services géographiques avec le niveau fédéral ; Les applications d e-gov de l administration fédérale utilisent l intelligence géographique ; 4 Note de politique générale Algemeen Regeringsbeleid , Geografische Informatie: naar een moderne geïntegreerde digitale dienstverlening van de Vlaamse overheid, Ministre-Président Kris Peeters, pp ,. 5 Plan GIS Flandre , Opérationnalisation de la banque-carrefour géographique, décision du Gouvernement flamand du 18 juillet Jun-14 22

24 Le secteur privé peut créer une valeur ajoutée à l aide des données et services géographiques fédéraux. L Institut géographique national doit être le moteur de cette infrastructure nationale des données géographiques. Il veille à une mise en œuvre optimale des ressources publiques disponibles afin de développer l infrastructure conformément aux besoins des utilisateurs. Les objectifs stratégiques de l IGN sont : La SDI fédérale fournit à tous les utilisateurs fédéraux les données géographiques dont ils ont besoin, et les données de l IGN sont gratuitement à leur disposition ; Les données géographiques fédérales ou les données pouvant être associées à des données géographiques sont disponibles via la SDI fédérale ; La référence topogéographique au niveau moyenne échelle de l IGN est fournie comme source authentique ; Les connaissances de l IGN sont encore développées et mises à la disposition de la société ; Les informations géographiques de l IGN sont disponibles pour le monde extérieur via le modèle Freemium. Autorité bruxelloise Dans la Région de Bruxelles-Capitale, l infrastructure est progressivement mise en place dans le cadre de la mise en œuvre de la directive, afin d offrir un accès unique à l information géographique bruxelloise, sans que les métadonnées ou les données elles-mêmes ne soient centralisées. Conformément à l ordonnance bruxelloise sur l information géographique, lé géoportail actuellement en construction fournira les données géographiques requises dans les annexes I, II et III, de même que toutes les données géographiques bruxelloises que les membres du comité GeoBru jugent utile d ajouter. Il offrira les possibilités fonctionnelles suivantes : Un catalogue des (méta)données disponibles, avec un moteur de recherche, La possibilité de consulter les cartes thématiques existantes et de constituer soi-même des cartes avec les couches disponibles sur le site mais aussi en téléchargeant des données supplémentaires (accessibles à un public limité d utilisateurs), Des services permettant l exploitation des données (WMS, WFS), Des informations supplémentaires sur la directive INSPIRE, les acteurs et l utilisation du site (Help / FAQ). Autorité wallonne Pour la Région wallonne, InfraSIG est l infrastructure wallonne d information géographique. Lorsqu elle sera totalement opérationnelle, InfraSIG comprendra les données géographiques, les jeux de données géographiques et les services de données géographiques correspondant notamment aux thèmes figurant aux annexes de la directive INSPIRE, ainsi que les métadonnées y afférentes. InfraSIG comprendra les mécanismes d acquisition, de création, de mise à jour, de gestion, de contrôle de la qualité et de diffusion des données géographiques pour répondre aux demandes et aux besoins des utilisateurs. Elle comprendra également des accords sur le partage, l accès, l utilisation des données géographiques ainsi que des mécanismes, des processus et des procédures de coordination et de suivi. Les travaux de consolidation et de mise en œuvre opérationnelle d InfraSIG sont en cours conformément aux prescriptions. Une étude d opérationnalisation du workflow d intégration dans InfraSIG d une donnée géographique, d un service web géographique, d une application cartographique ou d une carte statique sera finalisée courant Jun-14 23

25 7.2 INSPIRE Stakeholders Art. 13 (a) an overview of the various stakeholders contributing to the implementation of the infrastructure for spatial information according to the following typology: users, data producers, service providers, coordinating bodies Stakeholders contributing to the implementation of the SDI could be classified according to the following typology: users, data producers, service providers, coordinating bodies) Autorité flamande Jusqu à ce jour, la GDI est en majeure partie gérée par les instances publiques flamandes, visant en ce moment principalement à soutenir l exécution de tâches d intérêt général. L accessibilité au grand public est réalisée par le biais de guichets électroniques. La réutilisation est de plus en plus autorisée. Utilisateurs En ce moment, la GDI vise principalement à soutenir l exécution de tâches d intérêt général. Les utilisateurs principaux sont les instances publiques (en Belgique). Les établissements d enseignement sont considérés comme des instances publiques. La GDI est rendue accessible au public par le biais de guichets électroniques. Actuellement, la réutilisation commercial est autorisée pour environ 33% des jeux de données. La sensibilisation à cette question va se poursuivre. Producteurs La GDI est en majeure partie gérée par les instances publiques flamandes. Un certain nombre de sources de données sont gérées par des instances publiques fédérales. Quelques fichiers sont gérés par des parties tierces. Organes de coordination Par décret 6, les organes de coordination suivants sont prévus concernant la GDI : Le groupe de pilotage GDI-Flandre représente des instances publiques de l administration flamande, des provinces flamandes et des villes et communes flamandes. Cet organe se réunit mensuellement. Le conseil GDI représente des groupes d utilisateurs en dehors du secteur public. L Agence des Informations géographiques de la Flandre (AGIV) est chargée de la coordination opérationnelle du développement et de l exploitation de la GDI. Autorité fédérale Les institutions fédérales parties prenantes de l information géographique sont les suivantes : L Institut Géographique National (IGN) est un parastatal de type B placé sous la tutelle du Ministre de la Défense et se classe comme producteur de données (principalement Annexe I et II) et fournisseur de données. Mission : est chargé de la collecte et de la gestion des réseaux nationaux de planimétrie et de nivellement de précision ; de la couverture photographique aérienne du territoire national et des banques de données topographiques et de la réalisation des séries de cartes qui en sont dérivées, et développe des initiatives pour créer une infrastructure d information géographique sur base volontaire en collaboration avec d autres organismes fédéraux et régionaux, en attendant un cadre légal pour une infrastructure nationale. L IGN est enregistré comme LMO et participe au SDIC Plate-forme fédérale de l information géographique L Administration Générale de la Documentation Patrimoniale (AGDP) dépend du SPF Finances et se classe comme producteur de données (Annexe I et III) et fournisseur de services. 6 Le décret du 20 février 2009 relatif à l Infrastructure de Données géographiques Flandre (décret GDI). 10-Jun-14 24

26 Mission : est chargé de la gestion, de l adaptation, de l amélioration et de la mise à jour du plan parcellaire cadastral et de toutes les données qui y sont associées (notamment les parcelles cadastrales, les bâtiments, les limites administratives, etc.) L AGDP a été enregistrée en tant que LMO (Legally Mandated Organisation) et participe au SDIC Plate-forme fédéral de l information géographique. Le Service Géologique de Belgique (SGB) : est un département de l Institut royal des Sciences Naturelles de Belgique, et se classe comme producteur de données (Annexe I) et fournisseur de services. Mission : est chargé de la mise à jour permanente de la banque de données du sous-sol de la Belgique et du centre de documentation ( manuels et périodiques et plus de cartes. - L'Unité de Gestion du Modèle Mathématique de la mer du Nord et de l'estuaire de l'escaut, (UGMM), est un département de l'institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (IRScNB), et se classe comme producteur de données (principalement Annexe III) et fournisseur de services. Mission : est chargé de l étude des écosystèmes de la mer du Nord par des techniques de modélisation mathématique et de collecte d'informations marines. Dans ce cadre, il est producteur de données et fournisseurs de services couvrant principalement le milieu marin. - La Direction générale Statistique et Information économique (DGSIE) dépend du SPF Economie, P.M.E, Classes moyennes et Energie et se classe comme producteur de données (Annexe III) et fournisseurs de services. Mission : assume la responsabilité de produire les statistiques nationales (officielles) de la Belgique. Elle est également chargée de la production de statistiques européennes. - L Institut d Aéronomie Spatiale de Belgique (IASB), se classe comme producteur de données (Annexe III) et fournisseur de services Mission : chargé d acquérir une expertise scientifique et technologique en ce qui concerne la physique et la chimie des atmosphères et de l action du Soleil sur celles-ci. Pour leur expertise, ils sont chargés de la récolte et analyse de données atmosphériques aux échelles locale, régionale et globale; par prélèvement in situ et télédétection (par ex. dérivation d informations à partir d observations par satellite). - Le Service Public Fédéral Mobilité et Transports (SPF Mobilité) se classe surtout comme utilisateur de données. Mission : est chargé de mettre en œuvre une politique fédérale organisée de mobilité et de transports (routiers, ferroviaires, aériens, maritimes, fluviaux) au service de la population, des entreprises et de l économie du pays. Le SPF Mobilité et Transport utilise des données géographiques telles que les cartes et autres sources de données géographiques sur le transport, les lieux habités et les adresses. Ces données sources sont utilisées pour analyser le trafic : statistiques, circulation des navetteurs vers leur lieu de travail, routes pour transport exceptionnel, etc. - L Institut Scientifique de la Santé Publique ( ISP) est un établissement scientifique de l'etat fédéral belge et se classe en partie comme producteur et utilisateur de données (Annexe III) et fournisseur de services. Mission : apporter un soutien scientifique à la politique de santé et fournir également de l'expertise et des prestations de service public dans le domaine de la santé publique. Dans ce cadre, les séries de données collectées sont dans les domaines suivants : Naissance et mortalité Enquêtes sur la Santé publique Données sur les hôpitaux et services d urgence Registre sur le cancer, les malformations congénitales et les accidents cardiovasculaires Chemins cliniques pour les diabètes de type II et l insuffisance rénale chronique, et indicateurs dérivés de cette information. 10-Jun-14 25

27 - L Institut Royal de Météorologie (IRM) est un institut scientifique qui s occupe de météorologie et qui dépend du SPF PME, Indépendants, Agriculture et Politique scientifique et se classes comme producteur de données (Annexe IIII) et fournisseur de services. Mission : est chargé des prévisions météorologiques sur la Belgique et de l étude de son climat. Dans ce cadre, l IRM fournit toute une série de produits et services sur l analyse des données météorologiques et climatiques. De l IRM dépend le Centre de Physique du Globe (CPG), chargé des relevés du champ magnétique terrestre sur le territoire belge, les observations, sismiques et gravimétriques et de la radioactivité. Service public fédéral (SPF) Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, est classé comme utilisateur de données et services. Mission : développer une politique innovante, durable, scientifique, dynamique et transparente qui garantit la santé publique, une alimentation saine et un meilleur environnement, maintenant et à l avenir, en concertation avec les partenaires concernés. Service public fédéral Technologie de l Information et de la communication (Fedict) est classé comme fournisseur de services. Mission : chargé de l élaboration et du suivi de l e-government pour l administration fédérale. Fedict assiste ainsi les services publics fédéraux pour qu ils améliorent leurs services aux citoyens, entreprises et fonctionnaires à l aide des technologies de l information et de la communication (ICT). Belgocontrol est une entreprise publique autonome et se classe comme utilisateur de données géographiques Mission : assurer la sécurité du trafic aérien dans l'espace aérien dont la Belgique est responsable. Cette mission, Belgocontrol la remplit en optimisant les coûts et la ponctualité, en augmentant la capacité et en assurant à la circulation aérienne un développement durable. Belgocontrol fournit les services essentiels à une gestion et un contrôle du trafic aérien en toute sécurité. Police fédérale (Direction de la télématique) se classe comme utilisateur de données et de services Mission : a en charge le développement et la gestion de la télématique des services de police se rapportant, entre autres à la gestion de l architecture télématique soutenant la banque de données nationale générale et la partie nationale des systèmes d information policiers internationaux; au réseau national de données en ce compris le réseau ASTRID ainsi qu à la préparation des normes techniques et des règles en matière de gestion technique de la télématique locale et fédérale. La Défense (Direction générale Ressources matérielles, Division CIS & Infrastructure, Section Infrastructure, Sous-section Support, Bureau Géomatique), dont le service GEO de l Armée belge fait partie, se classe comme utilisateur de données et de services. Autorité bruxelloise Au niveau de la Région de Bruxelles-Capitale : Organes de coordination : Dans le cadre de l ordonnance du 28 octobre 2010 relative à l information géographique dans la Région de Bruxelles-Capitale, un comité INSPIRE bruxellois (comité GeoBru) a été mis sur pied. Celui-ci regroupe des représentants des autorités ou organismes d intérêt public les plus intimement concernés par les thèmes de la directive INSPIRE (statistiques régionales, géomatique, environnement, aménagement du territoire, mobilité). Producteurs de données (et éventuellement fournisseurs de services) : 10-Jun-14 26

28 Les autorités ou organismes d intérêt public qui développent des données concernées par la directive INSPIRE sont impliquées dans sa mise en œuvre (statistiques régionales, géomatique, environnement, aménagement du territoire, mobilité concessionnaires). Utilisateurs : Vu que la mise en œuvre de la directive se trouve encore au stade organisationnel (création du géoportail), les utilisateurs de données ne sont pas encore concernés, à l exception de l utilisation de données entre autorités concernées. Lors de projets comparables, on a toutefois laissé entendre que la préférence allait ç un accès centralisé aux données. Autorité wallonne Les parties prenantes au SDI wallon sont le SPW - par l intermédiaire de son département de la Géomatique et de sa direction de l Intégration des géodonnées ou DIG - chargée de la coordination de ces nouvelles différentes directions opérationnelles ; les producteurs de données et de services géographiques ; les organismes d intérêt public ; les pouvoirs locaux (communes intercommunales provinces) ; les centres de crise ; les gestionnaires de réseaux. Les utilisateurs le citoyen, les entreprises, l administration, l enseignement accèdent au géoportail pour télécharger des données géographiques ou commander des copies de données géographiques. 7.3 Role of the various stakeholders Art. 13 (b) a description of the role of the various stakeholders in the development and maintenance of the infrastructure for spatial information, including their role in the coordination of tasks, in the provision of data and metadata, and in the management, development and hosting of services Autorité flamande Flandre Autorité régionale La préparation et l évaluation politique sont faites par le Service d Encadrement du Gouvernement flamand (une division du Département des Services pour la Politique générale du Gouvernement). La coordination opérationnelle du développement et de l exploitation de la GDI est une mission essentielle de l AGIV. Elle assiste les instances publiques flamandes et est responsable des services centraux en matière d informations géographiques. Ainsi, l AGIV est responsable de la formation centrale du produit et de la diffusion de données et exploite le portail géographique flamand. Finalement, l AGIV est elle-même producteur et gestionnaire d un certain nombre de sources de données. Différentes entités et instances des autorités flamandes sont responsables de la collecte ou de la création, de la mise à jour et/ou de la gestion et parfois de la diffusion de données (voir annexe en matière de suivi). Flandre Autorité provinciale Les 5 provinces flamandes sont responsables de la collecte de données de certains cours d eau non navigables, de chemins piétonniers et vicinaux et des réseaux de pistes cyclables touristiques et fonctionnels. Les provinces sont également compétentes pour approuver des plans structurels d aménagement communal et des plans d exécution d aménagement communal. Presque toutes les provinces rendent des données géographiques accessibles par le biais d un géoportail. Certaines provinces offrent un appui SIG (Système d Informations géographiques) aux villes et communes. 10-Jun-14 27

29 Flandre Autorités urbaines et communales Les 308 villes et communes flamandes sont initiatrices de données géographiques, collectées par une instance appartenant à une autorité supérieure (adresses, cours d eau, plans d aménagement, parcelles non bâties, panneaux de signalisation, égouts, ). Autorité fédérale Dans le cadre de la SDI fédérale, l IGN est le partenaire assumant le rôle de l intégrateur des services géographiques et qui s organisera comme plaque tournante dans le réseau SDI de manière à permettre des échanges aussi fluides que possibles sur cette plaque tournante. Y compris : Plaque tournante fédérale de l accès aux données/services fédéraux pour les autorités non fédérales Plaque tournante fédérale pour l utilisation et l accès à l étranger (autorités). En tant qu intégrateur, l IGN est le point de jonction dans un réseau d administrations publiques, qui transforme les données qu elles gèrent en données de référence (sources authentiques), à moins que ces administrations ne fonctionnent (puissent fonctionner) elles-mêmes comme des sources authentiques de données de référence. En tant que courtier (broker), l IGN organise les sources de données et les services web : Pour les sources authentiques qu il entretient lui-même en tant qu intégrateur ; Pour d autres sources authentiques fédérales qui ne (veulent pas le faire) le font pas elles-mêmes. FEDICT est le service public fédéral en charge de l informatisation et de l e-government. Ce service public travaille étroitement avec l IGN pour associer la stratégie d e-gov aux développements en matière d information géographique. Les nouvelles applications construites pour INSPIRE doivent réutiliser autant que possible les modules d e-gov existants (tels que l authentification) et le bus de services fédéral sera aménagé là où c est nécessaire pour pouvoir mettre également les données géographiques à disposition. Autorité bruxelloise Organes de coordination : La principale mission du comité de coordination bruxellois GeoBru était l'encadrement technique et stratégique dans l'élaboration du projet d'ordonnance destiné à transposer la directive. Ensuite, la coordination a touché des aspects plus concrets : préparation du travail pour l élaboration des métadonnées, coordination de la construction du géoportail (structure et contenu), Comme mentionné ci-dessus, il est supporté par un groupe technique chargé de l analyse et de la mise en œuvre de solutions techniques et par un comité de rédaction chargé de la construction et du suivi du contenu du géoportail. Producteurs de données (et fournisseurs de données le cas échéant) : Jusqu ici, la contribution des producteurs de données a consisté essentiellement en un inventaire des données et services concernés et en la création progressive des métadonnées les concernant. Il est à noter que les résultats actuels ont essentiellement débouché sur l identification de séries de données et en la mise en œuvre de quelques-unes y afférentes (WMS et WFS). Autorité wallonne En Wallonie, la Direction de l Intégration des Géodonnées du Département de la Géomatique assure la gestion et la mise en œuvre des services génériques de l infrastructure : celle-ci est alimentée par la production de données et de services géographiques des directions générales opérationnelles du SPW (agriculture ressources naturelles environnement voies navigables routes et bâtiments aménagement du territoire). 10-Jun-14 28

30 La DIG encadre l octroi des licences d utilisation des données géographiques, gère la sécurité des accès au téléchargement et met à disposition des services génériques. Elle coordonne ce qui précède avec l appui et l expertise des directions générales opérationnelles. 7.4 Measures taken to facilitate sharing Art. 13 (c) a general description of the main measures taken to facilitate the sharing of spatial data sets and services between public authorities and a description of how sharing has improved as a result Autorité flamande La GDI est accessible à un grand nombre d instances publiques. Les entités des autorités flamandes, les provinces flamandes et les villes et communes flamandes sont obligées d introduire leurs données géographiques dans la GDI 7 et ont gratuitement accès à la GDI. Toutes les instances publiques en Flandre (= les participants à GDI-Flandre) bénéficient d un accès gratuit et peuvent utiliser à durée indéterminée les sources de données et services géographiques pour accomplir leurs tâches d intérêt général 8. D autres organismes publics en Belgique ont également accès aux sources de données et services géographiques pour leurs missions d intérêt général, mais pas nécessairement à titre gratuit 9. Le gouvernement flamand peut conclure des accords avec les autres gouvernements belges afin de mettre en place un accès tout aussi avantageux (gratuit) pour les autres organismes publics en Belgique. Le partage obligatoire et l acquisition groupée des données a permis aux organismes publics concernés de réaliser d importantes économies depuis l instauration de l accord de coopération en A cet égard, la distribution centrale, la coordination opérationnelle et le support d AGIV sont à cet égard le facteur clé du succès 10. Dès 1997, un service de recherche gratuit et accessible au public a été réalisé pour les métadonnées. Autorité fédérale La mission consistant à faciliter l accès et la distribution des données géographiques a été confié à l IGN dans la loi de transposition, mais ce n est que dans le budget 2013 que des moyens ont été mis à la disposition de l IGN à cette fin. L autorité fédérale a déjà approuvé en projets incitant les services publics à davantage utiliser l information géographique dans leurs décisions. Ces projets fournissent une réponse d une part au besoin urgent de services de noms de rues et de navigation, et d autre part au besoin à long terme d outils de géolocalisation plus généraux et basés sur les sources authentiques. Ces outils sont les supports dont les administrations ont besoin pour pouvoir distribuer géographiquement leurs propres données, mais aussi pour utiliser davantage les données géographiques dans leurs processus. Par ailleurs, toutes les données géographiques de l Institut géographique national ont été mises gratuitement à la disposition de tous les services publics fédéraux. Autorité bruxelloise Conformément à l ordonnance sur l information géographique, les données sont a priori mises à gratuitement à disposition, à condition que soit mentionnée la source (sauf exceptions également reprises dans la directive). Au CIRB et à Bruxelles Mobilité, la plupart des données géographiques sont distribuées sous une licence du type OPENDATA, ce qui favorise l intégration de données géographiques telles qu Urbis (référence géomatique pour la Région bruxelloise) et permet donc d accéder à ces jeux de données avec moins d obligations physiques et administratives. 7 Le décret du 17 juillet 2000 portant sur le Système d Information géographique Flandre (décret GIS). 8 Arrêté du Gouvernement flamand du 10 septembre 2010 fixant les règles précises de l accès aux et de l utilisation par les participants à la GDI-Flandre des sources de données géographiques et services géographiques, ajoutés à la GDI. 9 Arrêté du Gouvernement flamande du 21 octobre 2011 fixant les règles précises de l accès aux et de l utilisation par les participants à la GDI-Flandre des sources de données géographiques et services géographiques, ajoutés à la GDI, et le régime de rémunération pour l accès public. 10 Het GDI-netwerk in Vlaanderen. Een kwantitatieve verkenning van het gebruik en de uitwisseling van geodata in Vlaanderen (2009) Crompvoets Joep, Vancauwenberghe Glenn, Dessers Ezra, Van Orshoven Jos. 10-Jun-14 29

31 Les mesures destinées à faciliter le partage ont été reprises dans la directive (accès public aux données et aux services, et le partage des données entre les administrations). Les discussions menées jusqu ici ont permis d'identifier les personnes de contact au sein des différentes autorités concernées, et de les mettre en contact si ce n'était pas encore le cas. En outre, l ouverture de l accès aux données via des guichets uniques (introduits dans les différents organismes publics) et la large diffusion des technologies «open» stimulent les échanges de données, lesquels seront encore plus faciles lorsque le géoportail bruxellois sera complètement opérationnel. Autorité wallonne L accès aux données géographiques est conditionné par la signature d une licence rédigée dès Cette licence concrétise une politique de diffusion gratuite pour toutes les administrations ainsi que pour l ensemble des acteurs qui travaillent conventionnellement avec les autorités publiques ou pour un marché public. 7.5 Stakeholder cooperation Art.13 (d) a description of how stakeholders cooperate This could for example include the description of: - Written framework for cooperation - Working groups (list of active working groups) - News letters, other publications (references) - Description of the National geoportal (including URL), and where relevant regional or thematic portals Autorité flamande La coopération entre les instances publiques flamandes est réglée par décret au moyen d un partenariat, et ce depuis l année Depuis 2010, un nouveau décret 12 est en vigueur et assure la transposition de la directive INSPIRE. Le partenariat a été étendu (suite à la directive) à toutes les instances publiques dépendant d une administration flamande. La participation des groupes d utilisateurs en dehors du secteur public est également réglée par décret. Tant le groupe de pilotage GDI-Flandre que le conseil GDI peuvent créer des groupes de travail. En ce moment, le groupe de pilotage a 4 groupes de travail actifs concernant la constitution d adresses, de bâtiments, de routes et le développement de la GDI (au moyen de services). La communication au sein du partenariat est assurée par l AGIV (entre autres au moyen d un site web, de bulletins électroniques, de sessions d information et d une journée annuelle de rencontre). Geopunt Vlaanderen (http://www.geopunt.be ) est le géoportail régional, constitué par thème. La «Databank Ondergrond Vlaanderen» (base de données du sous-sol en Flandre - constitue un sous-portail avec des informations sur le sous-sol. En outre, il existe encore des géoportails provinciaux : Autorité fédérale A. Partenariats Un projet de partenariat entre l AGDP et l IGN concernant la mise en œuvre d INSPIRE est en cours d élaboration. 11 Le décret du 17 juillet 2000 relatif au Système d information géographique Flandre (décret GIS). 12 Le décret du 20 février 2009 relatif à l Infrastructure de données géographiques Flandre (décret GDI). 10-Jun-14 30

32 Mise en place de la plate-forme fédérale Initiée par un partenariat entre l IGN et l AGDP, la plateforme fédérale de l information géographique a établi un réseau de producteurs et d utilisateurs d informations géographiques au niveau de l administration fédérale. La plate-forme est une structure informelle. Les premières actions se sont concentrées sur la directive INSPIRE par la communications d informations et la formulation de positions communes. Dans ce cadre, un réseau de points de contact sur la directive a été mis en place. Le projet de loi relatif à la transposition de la directive INSPIRE a été préparé dans un groupe de travail commun et soumis au gouvernement et au parlement. Toutefois, il n a pas été possible de mettre en œuvre une loi plus large sur l information géographique vu la période assez longue d affaires courantes après les élections de Source authentique Best Address : Préparation d un partenariat entre l Etat fédéral et les 3 Régions. L accord actuellement en préparation concernant la Source authentique «Adresse» prévoit une plateforme d échanges entre les gestionnaires des sources authentiques et les partenaires permettant la mise en pratique d un principe de base d INSPIRE qui est qu une information de mise à jour n est collectée qu une fois et est mise à la disposition de tous les parties. Collaboration entre l IGN et INFRABEL (gestionnaire du réseau ferroviaire) La maintenance des données de référence concernant le réseau ferroviaire est garantie par une collaboration entre INFRABEL et l IGN, assurant un flux de données de mise à jour continu vers les données topogéographiques distribuées par l IGN. Collaboration entre l IGN et la Région flamande concernant le fichier de référence à moyenne échelle pour les routes. Début 2012 a démarré la mise en œuvre du partenariat MRB-wegen entre l IGN et l AGIV. Ce partenariat porte sur l élaboration, la mise à jour, la diffusion et l utilisation du Fichier de référence à moyenne échelle des routes en Flandre et à Bruxelles. MRB-wegen est une initiative de l Agence flamande pour l information géographique AGIV offrant une solution structurelle aux besoins des utilisateurs de fichiers des routes (gestionnaires des routes, transports en commun, mobilité, etc.). Attendue dans le courant de 2013, la première version sera principalement constituée d une sélection des données de l IGN les plus récentes portant sur le réseau routier (rues, chemins de terre et voies non carrossables) complétées par les données provenant de la Région flamande. Pour leur mise à jour, on compte principalement sur la contribution des gestionnaires des routes eux-mêmes, à savoir les communes et les autres gestionnaires de routes, parmi lesquels l IGN se chargera des routes à gestion moins courante (chemins de terre, voies non carrossables, etc.). L IGN constituera à l avenir également le jeu de données MRB-wegen pour la Wallonie, si possible en étroite collaboration avec le Service Public de Wallonie et les communes wallonnes, sur le modèle déjà mise en place pour la Flandre. Les partenariats conclus par l AGDP ont été repris dans la section Data sharing arrangements between public authorities. B. Comité, groupes de travail et représentation Au niveau national, des groupes de travail ont été mise sur pied afin d identifier et d harmoniser les sources authentiques de données pour les thèmes INSPIRE. Le niveau fédéral participe aux : GT entités administratives (AGDP, IGN) GT bâtiments (AGDP, IGN). Au niveau européen, l AGDP et l IGN ont envoyé en des experts dans les Drafting Teams INSPIRE suivants : DT Data Sharing (IGN) DT Administrative Regions ( AGDP) DT Transport (IGN) DT Geographical Names (IGN) 10-Jun-14 31

33 DT Buildings (AGDP). En outre, l IGN et l AGDP sont des membres actifs de l organisation EuroGeographics, qui regroupe des agences cadastrales et cartographiques et dont la mission est la suivante : «to further the development of the European Spatial Data Infrastructure through collaboration in the area of geographical information, including topographic information, cadastre and land information». EuroGeographics a créé un groupe d experts INSPIRE dont l IGN et l AGDP sont membres. Ce groupe suit les développements de la directive et donne l opportunité aux experts des membres de partager leurs expériences concernant la mise en œuvre de la directive. Dans le cadre de l association, l IGN a été un partenaire actif dans le projet ESDIN European Spatial Data Infrastructure with a Best Practice Network, un projet soutenu par le programme econtent+. La mise en œuvre du projet ESDIN a été un succès et s est achevée comme prévu fin février Voir L IGN collabore aujourd hui activement au projet ELF. De 2009 à 2011, l IGN a participé activement au projet ESDIN (European Spatial Data Infrastructure Network), un projet cofinancé par le programme econtent+ de la Commission européenne et par l association EuroGeographics. En 2012, ce projet a remporté au Geospatial World Forum 2012 un prix récompensant une mise en œuvre exemplaire de politiques et de programme géographiques. ESDIN représente une première étape vers l établissement de la plateforme européenne des administrations géographiques et cadastrales, à savoir l élaboration des spécifications techniques pour les données et les services. see Maintenant l IGN collabore à un nouveau projet, l European Location Framework ou ELF qui poursuit sur cette lancée en en établissant le cadre de référence. Le projet ELF. vise donc l implémentation de cette plateforme européenne, point d ancrage et d accès aux services et données géographiques des administrations géographiques et cadastrales, plateforme européenne qui sera à l usage des secteurs public et privé européens. L AGDP est membre du Permanent Committee on Cadastre in the European Union (PCC) L IGN est membre d EuroSDR et s est impliqué tout particulièrement dans la mise en œuvre d un répertoire sur les méthodes d implémentation de la Directive basé sur les expériences des Etats membres. En plus, l IGN s investit dans d autres projets de recherche et développement EuroSDR, liés aux nouvelles orientations du métier, qui se développent suite aux développement d infrastructure de données spatiales. On peut citer entre autres le développement de représentation de haute qualité du contenu des bases de données adapté à l utilisation sur écran. La politique scientifique belge (BELSPO) a mandaté l IGN pour représenter la Belgique dans les questions géographiques au sein de la SC-AGI (Standing Committee on Antarctic Geographic Information), l une des différentes commissions permanentes du SCAR (Scientific Committee for Antarctic Research). Le SCAR coordonne les activités scientifiques en Antarctique, et la SC-AGI fait la même chose dans le domaine de la cartographie et de la gestion de l information géographique à des fins de support de la recherche sur ce continent très particulier. L IGN (par le biais de son administrateur général) a aussi été désigné comme expert belge au sein du comité d experts sur la gestion globale des données géographiques institué par les Nations Unies (UN-GGIM). L UN-GGIM entend encourager les pays membres de l Union à élaborer au sein de l administration des infrastructures de données géographiques de qualité. Dans le cadre de la politique de durabilité, l importance primordiale de données publiques géographiques de qualité pour la mise en place d une société durable a clairement été mise en exergue. Le MUMM est chargé de la représentation de la Belgique dans plusieurs Conventions intergouvernementales traitant de la protection du milieu marin, y compris la préparation des positions belges à défendre et la mise en œuvre des décisions prises, sous l'autorité du Ministre ayant la politique environnementale dans ses attributions. Au sein de l'union européenne également, diverses actions ayant un impact indirect ou direct sur la qualité du milieu marin ont été prises ou sont en discussion. Parmi elles, la Directive-Cadre Eau 2000/60/CE constitue un fait nouveau important dans la politique environnementale marine. Au cours 10-Jun-14 32

34 de la Présidence belge (2d semestre 2001), l'ugmm a été le pilote d'un projet de recommandation sur la mise en œuvre d'une gestion intégrée des zones côtières en Europe, sur lequel un accord politique a été obtenu lors du Conseil des Ministres de l'environnement du 29 octobre Les dossiers traités ne sont que très rarement monosectoriels et requièrent donc en Belgique une concertation approfondie avec les autres départements fédéraux compétents et les Régions. Cela s'organise principalement dans le cadre du Groupe de pilotage "Mer du Nord et Océans" du Comité de Coordination de la politique internationale environnementale dont l'ugmm assure la présidence et le secrétariat. Pour les aspects opérationnels, la coordination s'effectue dans le cadre de la structure Garde côtière qui a été mise sur pied par l'accord de coopération du 8 juillet Le SGB est membre d EuroGeoSurveys, une organisation reprenant 32 services géologiques de différents pays d Europe. Les missions statutaires de cette organisation incluent la réponse à des questions européennes, la promotion de l apport des sciences géologiques aux affaires européennes, l assistance de l UE par des conseils techniques et la formation d un réseau entre les instituts géologiques. Les activités de l IASB dans les quatre domaines d expertise énumérés ci-dessus se déroulent : à travers la collaboration scientifique avec des partenaires belges (ULB, Université de Liège) ; dans le cadre de projets scientifiques bilatéraux avec d autres pays (Canada, France) ; sous l égide de programmes internationaux engagés ou gérés par des organisations et des agences internationales (ASE, Eumetsat, CE, OMM, PNUE). En général, les séries de données sont produites et les services associés développés dans le contexte de ces partenariats internationaux. Autorité bruxelloise Dans la Région de Bruxelles-Capitale, les mesures devant faciliter le partage figurent dans l ordonnance relative à l accès à l information géographique (accès public aux données et services, et partage des données entre les autorités). Par le truchement du Comité GeoBru, un partenariat a vu le jour entre les autorités et les institutions d intérêt public les plus impliquées dans les thèmes de la directive INSPIRE. Dès que le comité GeoBru sera entièrement opérationnel, un forum annuel également est envisagé pour échanger des informations entre tous les acteurs concernés. Autorité wallonne La collaboration entre les parties concernées par InfraSIG est organisée au sein du Comité Stratégique de la Géomatique (CSG) prévu par le décret relatif à l infrastructure d information géographique wallonne (Décret du 22 décembre 2010 transposant la Directive INSPIRE en droit wallon). Le CSG est mis en place par le Gouvernement wallon. Ce dernier en approuve la composition et en détermine le fonctionnement. Le Comité sera mis en place dans le courant du premier semestre Le Comité stratégique de la géomatique a notamment pour missions : - de proposer un projet de plan stratégique géomatique ; - de coordonner l ensemble des acteurs, utilisateurs et producteurs de géodonnées à tous les niveaux ; - de formuler des propositions, d initiative ou sur demande du Gouvernement, de gestion et de développement d InfraSIG ; - de veiller à ce qu un maximum de géodonnées et de services créés pour des besoins multiples soient valorisés et réemployés par les utilisateurs et producteurs de géodonnées ; - de veiller à la mise en œuvre et au développement de la collaboration des autorités publiques et des tiers producteurs de géodonnées en vue d intégrer leurs données en utilisant des méthodes standardisées ; - de favoriser la contribution de tous les tiers qui en font la demande et pour lesquels l infrastructure d informations géographiques présente un intérêt ; - de proposer la mise en place des mécanismes de production de plans numériques de travaux exécutés permettant de contribuer à la mise à jour du géoréférentiel et de constituer la cartographie des réseaux enterrés ; 10-Jun-14 33

35 - de veiller à mettre annuellement à jour la liste des séries et des services de géodonnées correspondant aux annexes I, II et III ainsi que des services en ligne visés à l article 10, 1 du décret relatif à l infrastructure d information géographique wallonne ; - de remettre la liste visée au point précédent à la cellule INSPIRE définie dans le décret relatif à l infrastructure d information géographique wallonne. Plusieurs groupes de travail, mis en place depuis 2001, poursuivent leurs travaux. C est notamment le cas des GT métadonnées, GT juridique et GT (géo)portail Access to services through the INSPIRE Geoportal Art.13 (e) a description of the access to the services through the Inspire geo-portal, as referred to in Article 15(2) of Directive 2007/2/EC Autorité flamande Les sept services proposés compatibles INSPIRE pour la consultation du GDI sont à la disposition des (non-)participants de GDI-Flandre et des tiers en vertu du droit d utilisation suivant : Clause de non-responsabilité Vous ne pouvez pas fonder de droit sur les informations fournies via ce(s) service(s) de consultation. L AGIV exclut toute responsabilité en cas de dommages de quelque nature liés à l utilisation du service de consultation, ou à l impossibilité temporaire de pouvoir consulter le service de consultation. L AGIV n est pas non plus responsable des dommages qui sont la conséquence de l utilisation d informations obtenues au moyen du service de consultation. De même, l AGIV décline la responsabilité du contenu dee sites web qui renvoient vers ledit service de consultation. Ce droit d utilisation peut être modifié sans préavis. Droits de propriété intellectuelle L AGIV ou (si l AGIV n intervient qu en tant que distributeur) le gestionnaire responsable se réserve tous les droits de propriété intellectuelle (droit d auteur) et les autres droits concernant le service de consultation. Il est dès lors interdit de copier, multiplier, transformer les informations sans l accord écrit préalable de l AGIV ou du gestionnaire responsable, ou de les distribuer à d autres fins que pour une utilisation personnelle et non commerciale. Accès et utilisation pour les participants à GDI-Flandre Ledit service de consultation est accessible gratuitement aux participants de GDI-Flandre en vue de l accomplissement de tâches d intérêt général. L accès et l utilisation de ce service de consultation sont régis pour les participants à GDI-Flandre par Arrêté du Gouvernement flamand. L instance est responsable de l utilisation légale dudit service de consultation et est tenue de prendre les mesures adéquates et efficaces afin d éviter une utilisation illégale dudit service de consultation. Accès et utilisation pour des instances qui ne participent pas à GDI-Flandre Applicable aux : instances belges telles que mentionnées à l article 3, 3, du décret du 26 mars 2004 relatif à la publicité d administration, sauf les instances flamandes au sens de l article 4, 1 du décret ; les institutions et organes de l Union européenne ; toute personne physique et morale ou un groupement des mêmes personnes qui exerce des fonctions d administration publique en vertu du droit national de l un des Etats membres. L accès à et l utilisation de ce service de consultation géographique doivent encore réglementés pour ces instances par un Arrêté du Gouvernement flamand dans le courant de Jun-14 34

36 En attendant cet Arrêté, un droit d utilisation gratuit est prévu pour ces instances en vue de l accomplissement de tâches d intérêt général. L instance est responsable de l utilisation légale de ce service de consultation et est tenue de prendre les mesures adéquates et suffisantes pour prévenir toute utilisation illégale de ce service de consultation. Accès et utilisation pour des tiers Ce service de consultation est offert dans le cadre du partenariat GDI-Flandre et de la législation européenne en matière d infrastructure européenne de l information géographique (INSPIRE). L utilisation et l accès à ce service de consultation ont été définis, pour les personnes physiques et morales en dehors des catégories ci-dessus, à l article 33 du décret GDI. Dans le cadre de la publicité d administration, un accès public et gratuit à ce service de consultation est prévu pour une utilisation personnelle, non commerciale et de test. Accès et utilisation pour une (ré)utilisation commerciale Pour utiliser ce service à des fins commerciales, une demande doit être adressée au gestionnaire responsable de ce service de consultation. Le demandeur doit y expliciter l utilisation commerciale visée de ce service de consultation. En fonction de l utilisation commerciale visée, des conditions d utilisation supplémentaires et/ou un coût de distribution peuvent être imposés. Ces services présentent des données appartenant aux thèmes des différentes annexes de la directive INSPIRE et sont groupées comme tel. Les métadonnées des services de consultation peuvent être consultées via les URL suivantes : - WMS Unités administratives : sion=1.3.0; - WMS Adresses : - WMS Zones protégées : =1.3.0; - WMS Affectation du sol : - WMS Hydrographie : - WMS Orthophotographie : - WMS Altitude : - WMS 'Mosaïque d orthophotos à moyenne échelle, Flandre, prises de vues hivernales, les plus récentes': 10-Jun-14 35

37 8 Usage of the infrastructure for spatial information (Art.14) Autorité bruxelloise Vu que la Région de Bruxelles-Capitale n est encore que dans la phase initiale du développement de son infrastructure, aucune information ne peut encore être fournie à ce sujet. 8.1 Use of spatial data services in the SDI Art.14 (a) the use of the spatial data services of the infrastructure for spatial information, taking into account the general and specific indicators This could include an explanation of how this information was collected, and how it should be interpreted/understood. Autorité flamande Méthodologie Lorsque les demandes de service sont comptées, il n est pas fait distinction entre les demandes de service publiques, les demandes de service faites par une instance publique ou les demandes internes de services. Pour un certain nombre de services de données géographiques, les demandes de service ne sont pas encore ou ne sont pas enregistrées de manière adéquate. Ainsi, des statistiques manquent et certaines valeurs sont (erronément) nulles. Le chiffre d utilisation réel est dès lors plus élevé que le chiffre figurant dans le tableau de suivi. Généralités Les 37 services de données géographiques dont l utilisation est enregistrée ont reçu ensemble plus de 130 millions ( ) de demandes de service à traiter en Le service le plus interrogé est le service d adresses (WS-CRAB) avec plus de 114 millions de demandes de service. L utilisation des services a globalement augmenté fortement au cours des dernières années. Services de recherche Le service de recherche central (CSW) a été interrogé en 2012 à 527 reprises. Ce chiffre est plutôt bas vu que l AGIV a sa propre application de métadonnées qui ne s adresse pas encore au CSW pour le moment, mais consulte directement la base de données. Le chiffre du CSW de la DOV (plus d 1 million) s explique par le fait que l application DOV utilise par contre son propre service de recherche. Ces données ne sont donc pas comparables. Services de consultation Pour l année 2012, le nombre total de demandes de service pour les 29 services de consultation enregistrés s élève à plus de 14 millions ( ). Il s agit d une combinaison de services WCMS et d autres services de consultation qui ne sont pas des services en réseau (services de données géographiques). Les services de consultation des administrations locales qui ne sont pas liées au portail géographique flamand n ont pas été portés en compte. Services de téléchargement En 2012, plus de séries de données ont été téléchargées via le service central de commandes de l AGIV (Geographical Information Retrieval Application for Flanders - GIRAF), l application de téléchargement de l AGIV et le service de téléchargement DOV INSPIRE downloadservice version test dans le cadre de GSSoil. Nous remarquons ici une tendance à la hausse. Les séries de données sont fournies via ftp ou par un service de téléchargement. Services de traitement Fin 2012, il n y avait pas encore de services de traitement opérationnels. 10-Jun-14 36

38 Services d appel Fin 2012, un seul service pouvant éventuellement être considéré comme un service d appel relatif à la consultation était opérationnel. Il s agit de WS-CRAB, ou un service qui s adresse à la base de données centrale d adresses. Ce service a été sollicité à plus de 114 millions de reprises. Autorité fédérale Au niveau des autorités fédérales, il a été difficile pour les services de données géographiques mentionnés de renvoyer à un thème INSPIRE tel que défini dans la Directive car peu donnent accès directement aux séries de données de référence listées dans le suivi. La plupart des services de données géographiques mentionnés donnent accès à des produits qui sont dérivés de ces séries de données géographiques classées dans les thèmes INSPIRE, comme : les cartes ou plans topographiques rastérisés, les bulletins d analyse, statistiques, lettres de diffusion, brochures explicatives, spécifications, ainsi que des modules de recherche pour accéder à ces informations. A l IGN, des services de découverte et de visualisation ont été implémentés conformément à INSPIRE. Ces services sont au stade de prototypage et n ont pas encore été rendus accessibles au public. Un service de téléchargement est en cours de développement. Les services actuels disponibles pour le public concernent un service de découverte donnant accès aux métadonnées conformes à INSPIRE des produits vecteurs de l IGN un service de découverte donnant accès aux métadonnées de tous les produits IGN.(Mercator) un service de visualisation (TopoMapViewer) visualisant les séries de cartes topographiques de l IGN. d autres services de données géographiques donnant accès aux spécifications de données IGN (gdes), aux réseaux de stations permanentes GPS (agn), à la documentation géodésique, aux cartes historiques ( expo virtuelle). Au niveau de l AGDP, deux services de visualisation concernant les thèmes «parcelles cadastrales» et «unités administratives» sont maintenant disponibles via : t=getcapabilities&service=wms est=getcapabilities&service=wms Quelques chiffres : WMS Administratives Units : +/ requêtes/mois WMS Cadastral Parcels : +/ requêtes/mois Un service de découverte est également disponible à l adresse suivante : ion= Autorité wallonne En Wallonie, les services de données géographiques ont été réalisés au niveau des directions générales opérationnelles chargées de l agriculture, des matières premières naturelles, de l environnement, de la planification, et horizontalement au niveau de l infrastructure wallonne. Les applications dites professionnelles, à savoir les services WMS et les applications WebGIS, permettent de consulter et de télécharger les données géographiques suivantes : PICC (projet informatique de cartographie continue), orthophotos ( ), les voies navigables et le patrimoine naturel. 10-Jun-14 37

39 D autres applications à l aide de services WebGIS sécurisés sont consacrées aux thèmes environnementaux. 8.2 Use of the spatial datasets Art.14 (b) the use of spatial data sets corresponding to the themes listed in Annexes I, II and III to Directive 2007/2/EC by public authorities, with particular attention to good examples in the field of environmental polic Autorité flamande Les institutions publiques flamandes peuvent transférer des données géographiques à l aide de l application de téléchargement d AGIV. Le nombre de téléchargements indique le nombre de transferts de données vers les utilisateurs. Les données sont collectées dans le cadre du suivi annuel d INSPIRE. On a enregistré en transferts contre en Il s agit exclusivement de données téléchargées depuis le site web d AGIV, et en particulier de l application de téléchargement et de GIRAF. En 2012, transferts ont été effectués via GIRAF et via l application de téléchargement d AGIV. L agence entreprendre a reçu 72 demandes des organismes publics durant la période Autorité fédérale Au sein des autorités fédérales, et en particulier en ce qui concerne l AGDP, le plan parcellaire sert actuellement également de base sur laquelle viennent se greffer des informations fiscales, urbanistiques, juridiques et autres informations indispensables à la détermination des caractéristiques des biens immobiliers bâtis et non bâtis. La mission la plus importante de l AGDP est de garantir la sécurité juridique des données patrimoniales dont elle dispose. Le plan cadastral a un rôle important à remplir dans le cadre de cette mission. Les données de l AGDP sont utilisées par les Régions pour des audits énergétiques des bâtiments. Il y a également des accords avec les géomètres-experts, les notaires, les agents immobiliers, L IGN a pour mission essentielle d établir une couverture photographique aérienne du territoire national et des banques de données topographiques et de réaliser les séries de cartes qui en sont dérivées. Le produit essentiel est donc la carte topographique. L IGN produit ses cartes à partir de banques de données vectorielles à l échelle 1: (Top10v-Gis), 1: (Top50v-Gis) et 1: (Top250v-Gis). L IGN est en train de revoir sa chaîne de production et le contenu des banques de données topographiques afin de mieux répondre au besoin d un nouveau marché orienté services et applications. L IGN souhaite se placer comme détenteur de données topographiques vectorielles de référence à moyenne échelle ( ) et couvrant principalement les thèmes des Annexes I et II. Les organismes fédéraux sont parties prenantes dans nombre de projets et partenariats européens où ils sont très actifs, ainsi : L IGN produit pour les territoires belge et luxembourgeois dans le cadre d EuroGeographics les unités administratives à l échelle 1: (EuroBoundaryMap), les données topographiques à l échelle 1: (EuroRegionalmap) et à l échelle 1: (EuroGlobalMap) devant couvrir le territoire européen. Les données d EuroGlobalMap couvrant le territoire européen sont devenues accessibles comme open data via un service de téléchargement Ces données sont utilisées par l UE (GISCO-Eurostat) et l Agence européenne de l Environnement (EEA). 10-Jun-14 38

40 L IGN est également fournisseur de données pour le projet Corine Land Cover géré par l EEA. L IGN sert de point de contact et est coordinateur d un groupe de travail avec les régions dans le but de fournir les données Corine Landcover à haute résolution. Le MUMM collabore à de nombreux projets internationaux et met à disposition ses données sur ses services tels que Seadatanet (Pan-European infrastructure for Ocean and Data Marine Management) et MyOcean, l'implémentation du GMES Marine Core Service. Autorité wallonne Toutes les autorités wallonnes inscrites auprès du SPW ont accès aux séries de données géographiques dans leur ensemble, même lorsque la composition des séries de données ne correspond pas nécessairement avec la subdivision en thèmes telle que reprise dans les annexes de la directive. 8.3 Use of the SDI by the general public Art.14 (c) if available, evidence showing the use of the infrastructure for spatial information by the general public Autorité flamande L utilisation des informations géographiques flamandes par le grand public s effectue essentiellement via les guiches Internet électroniques ou geoloketten». Ces guichets sont autant que possible reliés par AGIV au géoportail flamand Geo-Vlaanderen. AGIV a travaillé en 2012 au développement d un nouveau géoportail geopunt.be. Une version bêta du nouveau guichet géographique GDI-Vlaanderen a été ouverte en novembre La sortie de la première version en production est prévue pour novembre En 2012, il y a eu consultations via un guichet géographique (Geoloket) contre en Les sujets liés à l aménagement du territoire ou la vente de biens immobiliers (plans régionaux, plans d exécution spatiaux et droits de préemption), séries de données de la Databank Ondergrond Vlaanderen et la problématique de l eau (cartes d inondation et évaluation aquatique) sont régulièrement consultés. Les photos aériennes et le guide des rues sont également visités fréquemment. Source : tableau de suivi INSPIRE 2011, tableau de suivi INSPIRE 2012 Guichet géographique Consultations 2011 Consultations 2012 Plan régional Base de données Ondergrond Vlaanderen Evaluation aquatique et cartes d inondation Orthophotos couleur à moyenne échelle Guide des rues Droit de préemption (RVV) Plans régionaux d exécution spatiaux (contours) Carte du sol Fichier de référence à grande échelle (GRB) Atlas hydrographique flamand (VHA) Natura Carte d évaluation biologique Jun-14 39

41 Réseau écologique flamand (VEN) et IVON Cartographie forestière et bois Modèle numérique de terrain (DHM) Flandre Zones industrielles Zones de fertilisation, situation 1/1/ Qualité de l eau Réseau de mesure de l air FLEPOS: points de densification géométrique Bâtiments administratifs Instructions Seveso Flandre Pas de données 0 Carte des nuisances sonores Pas de données 0 Service de consultation Consultations 2011 Consultations 2012 Ortho-imagerie DOV INSPIRE View Service Unités administratives Adresses Hydrographie Altitude Zones protégées Affectation du sol Services de consultation MercatorNet Pas de données 0 River Information Services (RIS) Pas de données 0 Autres services Consultations 2011 Consultations 2012 WS-CRAB FLEPOS % des séries de données INSPIRE sont accessibles (consultables et téléchargeables) au public. Pour les séries de données INSPIRE, il est prévu que 87% soient accessibles au public d ici fin Mercatornet: l environnement de publication de MercatorNet est responsable de la mise à disposition des sources de données en dehors de l accord de partenariat. Cet environnement a été ouvert au public, on ne fait pas de distinction entre les groupes cibles. Aucune demande de réutilisation n a été enregistrée jusqu ici. Nombre de hits : année Services en réseau 2010 Pas de services disponibles 2011 Pas de services disponibles 2012 CSW, WMS, WFS opérationnels conformément à INSPIRE depuis fin 2012 pas encore de résultats de suivi disponibles 10-Jun-14 40

42 L agence Nature et Bois a reçu 1 demande concrète de réutilisation de la part d une entreprise de construction pour - zones avec droit de préemption, réserves naturelles - zones du VEN et du IVON - zones spéciales de conservation - zones protégées par la directive Oiseaux. Base de données Ondergrond Vlaanderen: Nombre de hits : année Site web- visionneuse Internet Services en réseau DOV Pas de services disponibles (service de recherche - CSW) (service de consultation - WMS) 0 (service de téléchargement WFS) (service de recherche - CSW) (service de consultation - WMS) (service de téléchargement WFS) L agence entreprendre a reçu 43 demandes de réutilisation de ses séries de données (22 commerciales et 21 non commerciales). Autorité fédérale Au sein des autorités fédérales, l IGN est connu pour les produits dérivés de ses bases de données, notamment les cartes, et est réputé pour son excellence en cartographie. Les données cartographiques sont très utilisées par le grand public, tant sous format papier qu en format numérique. Topomapviewer est une application Internet gratuite construite et développée par l IGN et permettant au grand public de surfer dans la plupart de nos séries de données matricielles (cartes basées sur nos données à l échelle de 1: à 1:10 000, orthophotos noir et blanc et couleur). Voir : L IGN construit également Cartoweb, un service tiled WMS conforme à INSPIRE visant à mettre à disposition les données IGN les plus récentes selon une symbolisation spécialement adaptée à l(utilisation sur écran. Les données de l IGN sont souvent utilisées comme «background reference» dans les services développés pour le grand public aux niveaux fédéral et régional. Entre autres, les sites donnant accès aux sites Natura2000 utilisent les données symbolisées de l IGN comme fond. Les données des plans cadastraux de l AGDP sont également souvent utilisées comme «background reference» par le grand public. En 2012, l'administration générale de la Documentation patrimoniale (AGDP) a mis son outil de publication du plan parcellaire cadastral en ligne. (actuellement +/ requêtes/mois) L utilisateur a maintenant la possibilité de naviguer à sa guise sur le plan ou de rechercher une parcelle spécifique par adresse ou par numéro parcellaire. En plus des fonctionnalités cartographiques habituelles (mesures, identification, etc ), il peut également imprimer une portion du plan. Deux modes d'accès sont offerts : un accès public évidemment limité par le respect des règles de la loi sur la protection de la vie privée et un accès privilégié pour les citoyens détenteurs d une carte d identité électronique. 10-Jun-14 41

43 Tout propriétaire, muni de sa carte d'identité électronique ou d'un token citoyen, peut désormais consulter ses propres données patrimoniales et ce, tant au niveau du plan que des informations issues de la matrice cadastrale. Pour ce faire, il lui suffit de se connecter au site et de cliquer dans la rubrique "Patrimoine" de son dossier personnel. De plus, afin d accomplir des formalités administratives (permis d urbanisme, réduction des droits d enregistrement, ) ou en vue d acquérir un bien immobilier ou dans le cadre de relations de voisinage, le citoyen a besoin d un extrait cadastral de la matrice et ou du plan que seule l'agdp est habilitée à délivrer. L application CADGIS permet aux utilisateurs d introduire une demande d extrait de plan en ligne. Celle-ci reprend toutes les données nécessaires à l obtention de l extrait officiel mais également les modalités liées à la délivrance de celui-ci. La connexion sécurisée à l'aide de la carte d'identité électronique permet de signer numériquement la demande qui est ensuite traitée par les services compétents de la Documentation patrimoniale jusqu à la délivrance du document demandé. Autorité wallonne Jusqu en février 2013, date du lancement du nouveau géoportail wallon Géoportail de la Wallonie, le géoportail wallon était constitué de plusieurs sites web. La période d analyse choisie pour collecter des informations s étend de début octobre à fin novembre Les statistiques de la consultation globale de cartographie.wallonie.be montrent qu on a enregistré en novembre visiteurs uniques pour un total de visites (ce qui revient donc à 1,59 visite par visiteur unique) et que pages ont été consultées (ou 6,59 pages par visite). Les principales raisons pour accéder au géoportail peuvent être quantifiées sur la base des mots-clés recherchés sur différents moteurs de recherche web qui ont conduit les utilisateurs sur le site cartographie.wallonie.be. Voici ci-dessous les principaux termes de recherche : phrases clés différentes Recherche Pourcentage cartographie wallonie % cartographie % cartographie région wallonne % portail cartographique % aléa d inondation % zone inondable % Picc % Dgatlp 88 1 % plan de secteur % aléa inondation % carto wallonie % plan cadastral % carte wallonie % portail cartographique de la région wallonne % zone inondable wallonie % spw namur % région wallonne cartographie % plan cadastre wallonie % cartographie region wallone % plan de secteur wallonie % carte région wallonne % cartographie wallonie plan de secteur % portail carto % 10-Jun-14 42

44 cadastre wallonie % cartographie.wallonie.be % ppnc % zones inondables % région wallonne urbanisme % erruissol % plan picc % picc wallonie % 8.4 Cross-border usage Art.14 (d) examples of cross-border use and efforts made to improve cross-border consistency of spatial data sets corresponding to the themes listed in Annexes I, II and III to Directive 2007/2/EC Autorité flamande Il n y a pas d informations disponibles sur l'utilisation transfrontalière de sources de données ou de services de la GDI. Autorité fédérale En ce qui concerne les autorités fédérales, depuis de longues années, l IGN collabore avec les institutions sœurs des pays voisins pour pouvoir offrir une information transfrontalière. Les accords s y référant sont maintenant revus afin de pouvoir répondre aux évolutions technologiques. L IGN est membre d un groupe de travail composé des organisations cartographiques de la Grande Région, qui consacre la coopération interrégionale au sein de l UE entre les régions de la Sarre, de la Rhénanie- Palatinat, de la Lorraine, du Luxembourg et de la Wallonie. Ce territoire d une superficie totale dépassant les km 2 compte plus de 11 millions d habitants. Le groupe de travail dont l IGN est membre est l un des nombreux groupes de travail actifs dans la Grande Région, qui tendent à promouvoir une coopération transnationale et rendent compte de leurs travaux à la Commission. Les activités de ce groupe de travail portent actuellement plus particulièrement sur la préparation d un portail SIG pour la Grande Région et sur des conventions d échange de données géographiques entre les différentes instances compétentes des pays voisins. Dans le projet ESDIN, l IGN est leader du groupe de travail pour la mise en place de spécifications et recommandations visant à gérer le raccord des données vectorielles transfrontalières et donc des séries de données Au sein d EuroGeographics, l IGN et l AGDP gèrent la production des données de base assurant l harmonisation et la continuité des données aux frontières nationales. L AGDP est leader d un projet (State Boundaries of Europe) visant à constituer une série de données relative aux bornes frontières agréées par les pays. Cette base de données (State Boundaries of Europe ) contient des données géographiques (coordonnées de bornes-frontières (points), polylines ) et descriptives (références aux traités originaux, documents de référence, point de contact, description des bornes frontières, etc.) et devra permettre de réduire les ruptures et les divergences qui existent au niveau de la frontière nationale et ainsi améliorer la qualité des produits cartographiques nationaux et paneuropéens. Actuellement, une base de données des frontières nationales agréées par les pays européens à l échelle 1: : est disponible. Ces frontières servent essentiellement à l élaboration d une couverture continue des données vectorielles, EuroBoundaryMap et EuroRegionalMap. Dans ce cadre, une procédure de edge-matching aux frontières a été mise en place pour être utilisée par tous les pays européens. L implication immédiate pour la Belgique est que les données vectorielles à l échelle 1: (TOP250v-Gis) sont raccordées aux frontières avec les données des pays voisins. 10-Jun-14 43

45 Autorité wallonne En Wallonie, les travaux de coordination ont été réalisés avec la Région flamande et au niveau des commissions internationales des rivières en vue de la mise en œuvre de la directive-cadre de l Eau. 8.5 Use of transformation services Art.14 (e) how transformation services are used to achieve data interoperability Autorité flamande Aucun service de transformation n est encore opérationnel en ce moment. Il n y a pas d informations disponibles sur l utilisation de services de transformation offerts par des non-participants. Autorité fédérale Au sein des autorités fédérales, l IGN met à disposition un service de conversion de systèmes nationaux de coordonnées (Lambert 72 et Lambert 2008), qui est librement accessible par le site de l IGN. L IGN n envisage pas pour le moment de mettre en place des services de transformation de schémas de données, conformes à INSPIRE. Autorité wallonne Les services de conversion de systèmes de coordonnées sont utilisés à propos de la Directive-cadre de l Eau, pour la coordination entre les partenaires des commissions des rivières (France, Luxembourg, Belgique, Allemagne et Pays-Bas). 10-Jun-14 44

46 9 Data sharing arrangements (Art.15) 9.1 Data sharing arrangements between public authorities Art.15 (a) an overview of data sharing arrangements that have been, or are being, created between public authorities Autorité flamande Toutes les instances publiques flamandes sont obligées par décret d introduire leurs données géographiques dans la GDI 13. Au nom du partenariat, l AGIV a conclu des conventions d utilisation avec les instances publiques fédérales en matière de plans cadastraux et de cartes topographiques. Le domaine politique agriculture et pêche a une convention avec l Institut géographique national pour l utilisation de photos aériennes et de cartes topographiques en échange de la mise à disposition des parcelles d utilisation agricole ALV. L agence Nature et Bois a une convention d utilisation payante avec l Institut géographique national à des fins spécifiques. Pour la période : 1080 EUROS (360 euros/an). Databank Ondergrond Vlaanderen a une licence Internet IGN pour euros par an, ce qui donne droit à la publication d une carte topographique 1: et d une carte topographique 1: , tant couleur que noir et blanc. Autorité fédérale Pour les autorités fédérales, les règles suivantes sont d application : - AGDP : Accords avec les Régions et les Provinces : Les régions reçoivent annuellement le plan parcellaire cadastral numérique de leur territoire. - AGDP : Accords avec les Communes : Les communes reçoivent annuellement le plan parcellaire cadastral de leur territoire. En plus des fichiers numériques, les communes reçoivent annuellement une impression papier de toutes les feuilles de plan de leur territoire. - Accord entre l AGDP et l IGN dans le cadre du développement d une plate-forme fédérale de l information géographique (6/07/2004) - Accord entre le SPF Finances (AGDP), l IGN et le SPF Economie - Direction générale Statistique et Information économique, dans le cadre du développement d une collaboration concernant l information patrimoniale, géographique, statistique, socio-économique, juridique et fiscale (9/09/2008). - Accord entre l AGDP et le SPF Economie, PME, Classes moyennes et énergie - Direction générale Statistique et Information économique pour l échange d informations concernant les Adresses et les Secteurs Statistiques. - Protocole portant sur la collaboration en matière d échange de données topographiques entre l Administration générale de la Documentation patrimoniale, le Service public fédéral Finances et ELIA SYSTEM OPERATO S.A. (18/09/2007) - Protocole portant sur la collaboration en matière d échange de données topographiques entre l Administration générale de la Documentation patrimoniale, le Service public fédéral Finances et FLUXYS S.A. (31/08/2007) 13 Le décret du 17 juillet 2000 portant sur le Système d Information Géographique Flandre 10-Jun-14 45

47 - Protocole portant sur la collaboration en matière de mise à disposition d informations géographiques entre l Administration générale de la Documentation patrimoniale (A.G.D.P.), le Service public fédéral Finances et l asbl Point de Contact fédéral Informations Câbles et Conduites (CICC) (21/05/2008) - Protocole portant sur la collaboration en matière d échange de données topographiques entre l Administration générale de la Documentation patrimoniale, le Service public fédéral Finances et la Société wallonne des eaux (S.W.D.E.) (13/10/2008) - Protocole portant sur la collaboration en matière d échange de données topographiques entre d une part l Administration générale de la Documentation patrimoniale - Service public fédéral Finances, et d autre part la S.N.C.B., Holding S.N.C.B. et Infrabel (01/09/2010) - Accord entre la Direction générale Statistique et Information économique du SPF Economie, PME, Classe Moyenne et Energie, et l Administration générale de la Documentation patrimoniale du SPF concernant le fichier DSECR (27/07/2011) - Accord de communication de données cadastrales numériques entre le Service public fédéral Finances, l Administration générale de la Documentation patrimoniale (AGDP) et le Service public fédéral Intérieur, Direction générale de la Sécurité civile (DGSC) (15/06/2012) - Préparation de l accord Source Authentique BestAddress. Echange d informations entre le gestionnaire de la source authentique et les partenaires. - IGN plusieurs clients publics dans le cadre de sa politique de distribution de données, l IGN a conclu des contrats avec plusieurs organismes publics, qui permettent l utilisation des données de référence IGN. Dans la liste ci-dessous, seuls sont repris les accords dans lesquels un arrangement a été convenu qui est plus large qu une simple mise à disposition de données sur base des licences standard. - IGN : Accord Région flamande concernant l échange de données. - IGN : Accord Région wallonne concernant la réalisation d une infrastructure d informations géographiques. - IGN: Accord Région de Bruxelles-Capitale concernant l information géographique. - IGN : Accord Communauté française : diffusion sur site Internet d extraits de cartes - IGN: Accord IGN/Bibliothèque royale, Archives générales de l Etat/Musée royal de l Afrique centrale : concernant le projet Cartesius. - Accord IGN/Musée royal de l Afrique centrale /Observatoire royal de Belgique concernant l accès numérique aux archives aériennes et astrophotographiques. - IGN : Accord avec INFRABEL (gestionnaire du réseau ferroviaire) sur les données géographiques du réseau ferroviaire. - IGN accord avec ASTRID sur la mise à jour de l information dans la base de données cartographiques d ASTRID. - IGN accord avec Elia sur une carte nationale des lignes de transport d électricité - IGN contrat avec Belgocontrol, en ce qui concerne des études sur la photogrammétrie et le relevé des obstacles aériens autour des aéroports. - IGN accord avec le Ministère de la Défense dans le cadre du contrat quinquennal de production cartographique, sur la mise à disposition de données IGN dans le cadre de l OTAN. 10-Jun-14 46

48 - IGN Région flamande : accord en préparation réglant la collaboration pour l élaboration d une information de référence à l échelle moyenne sur le réseau routier. Autorité bruxelloise Dans la Région de Bruxelles-Capitale, l échange des données entre administrations est régi par l ordonnance sur l information géographique. Jusqu à présent, les échanges de données se faisaient principalement via des contacts personnels ou des conventions particulières conclues afin de régler l utilisation et la diffusion des données transférées. Toutefois, le remplissage progressif du géoportail bruxellois rend progressivement les échanges plus faciles via l élaboration et la mise à disposition des métadonnées et, parallèlement, l introduction de différents services WMS et WFS par les institutions concernées. Autorité wallonne La Wallonie a conclu, dès 2002, des accords de collaboration et d échange de données géographiques avec des autorités fédérales : l IGN et le SPF Finances (AGDP). Les données géographiques produites par le SPW sont utilisables par tous les pouvoirs publics sur base d une simple licence rappelant les droits et limites d utilisation. 9.2 Data sharing arrangements between public authorities and Community institutions and bodies Art.15 (b) an overview of data sharing arrangements that have been, or are being, created between public authorities and Community institutions and bodies, including examples of data sharing arrangements for a particular spatial data set Autorité flamande Aucune convention n a encore été conclue avec des institutions et organes de l Union européenne. Autorité fédérale Dans le cadre de l association EuroGeographics : l IGN et l AGDP ont conclu un accord permettant à l Agence Européenne de l Environnement d accéder gratuitement à leurs données pour le GMES Emergency management Service. L IGN assume le rôle de gestionnaire de production, des données EuroRegionalMap au niveau européen. L IGN a signé un accord permettant l accès gratuit des données EuroGlobalMap couvrant son territoire. L AGDP s est engagé à fournir des données pour le SBE. Dans le cadre de la production de la série de données Corine Landcover à haute résolution (projet CLC2012), la Belgique dispose de données d occupation du sol collectées au niveau fédéral et régional et qui servent de données de référence pour la mise à jour et la validation des données CLC2012. La série de données CLC2012 produite par la Belgique sera disponible à l Agence Européenne de l Environnement (EEA). Pour ce projet, un accord de coopération a été établi entre l IGN et les régions : AGIV (Agentschap voor Geografische Informatie Vlaanderen), SPW (Service Public de Wallonie et 10-Jun-14 47

49 CIRB / CIBG (Centre d Informatique pour la Région Bruxelloise / Centrum voor Informatica voor het Brusselse Gewest) et IBGE / BIM (Institut Bruxellois pour la Gestion de l Environnement / Brussels Instituut voor Milieubeheer). L IGN en assume la coordination Autorité bruxelloise Les échanges entre autorités publiques bruxelloises et institutions de l Union européenne se produisent essentiellement de façon indirecte, via les rapportages (obligatoires ou non) coordonnés par un organisme belge (NFP environnement, INS, ). Ils concernent donc essentiellement des données liées aux statistiques ou à l'environnement. Autorité wallonne En Wallonie, aucune convention n a encore été conclue avec des institutions et organes de l Union européenne. 9.3 Barriers to the sharing and the actions taken to overcome them Art.15 (c) a list of barriers to the sharing of spatial data sets and services between public authorities and between public authorities and the Community institutions and bodies, as well as a description of the actions which are taken to overcome those barriers Autorité flamande La mise à disposition de plusieurs sources de données n est pas encore optimale. Certaines sources de données ne sont pas encore mises à disposition via les services en réseau. Les sources de données mises à jour quotidiennement ne sont pas encore transférables en ligne. La mise en place de services (middleware), entre autres, permettra de faire face à ce problème. Un tiers des séries de données tant INSPIRE que hors INSPIRE (60 des 182 séries de données) n ont pas été ajoutées à la GDI. Cela signifie que ces données ne sont accessibles pour une utilisation dans les tâches publiques conformément au règlement d accès et d utilisation prévu dans le décret GDI. Ecueils : L obligation et la procédure d ajout à la GDI ne sont pas suffisamment connues. De nombreux participants ne savent pas clairement si un support est prévu lors de l ajout à la GDI et par qui il est assuré. Les entités concernées ne disposent souvent pas de la connaissance de la politique de données (partage des données) nécessaire pour le réaliser. L ajout à la GDI n est pas une priorité. Certaines entités sont réticentes à l idée de partager leurs données avec d autres organismes publics. Pour certaines séries de données, la sensibilité à la vie privée, est un obstacle, le droit de propriété doit être clarifié ou des accords (internationaux) jouent un rôle. Les actions suivantes sont prévues : L AGIV, MercatorNet et DAB Informatie assisteront les participants lorsque ceux-ci ajoutent leurs séries de données à la GDI. Il y a par ailleurs des points d appui thématiques concernant l information touristique (Toerisme Vlaanderen) et le sous-sol (Databank Ondergrond Vlaanderen). Autorité fédérale Au niveau fédéral, le facteur budgétaire est l élément problématique. Une période de restrictions budgétaires sévit depuis plusieurs années, limitant les possibilités de développement de nouvelles 10-Jun-14 48

50 initiatives. D autre part, il est très difficile de changer actuellement les mécanismes de financement liés à la collecte et à la mise à jour des données géographiques, qui sont basés sur l utilisation des données géographiques plutôt que sur les coûts réels de production. Dans le cadre du contrôle budgétaire 2012 et de l élaboration du budget 2013, le gouvernement fédéral a fourni un effort important en libérant une enveloppe de 3,3 millions pour l IGN et pour l AGDP. Cette décision doit encore se poursuivre concrètement pour Ces moyens servent tant à répondre aux obligations en matière de mise à disposition de données conformes à INSPIRE qu à construire l infrastructure de l information géographique au niveau fédéral et le rôle de courtier de données que la loi INSPIRE assigne à l IGN. Ces moyens permettront de donner un coup d accélérateur à l effort fédéral concernant la directive INSPIRE. Autorité bruxelloise Au niveau de la Région de Bruxelles-Capitale, il y a plusieurs difficultés : Dans la communication sur et l échange de données : on observe une amélioration progressive en conséquence de la mise en œuvre de l ordonnance transposant la directive INSPIRE et du géoportail bruxellois. Parallèlement à cela, les institutions concernées ont lancé plusieurs services WMS et WFS. Le budget : la création de données de qualité et la mise en œuvre de la directive INSPIRE demandent des moyens considérables, ce qui n est pas évident en périodes d économies De nouveaux moyens ont toutefois été mis à disposition et le partage des efforts grâce au comité GeoBru permet quelques économies d échelle. La motivation et l implication d autres acteurs (institutionnels, politiques, ) : la directive INSPIRE est souvent considérée comme difficile à comprendre et réservée aux techniciens. Vu que l on ne fait actuellement aucune publicité autour de l ordonnance parce que le géoportail n est pas encore complètement opérationnel, les autres sources authentiques possibles ont tendance à diffuser leurs données et métadonnées. Le comité GeoBru estime que la diffusion du géoportail bruxellois et une communication adaptée permettront de concrétiser les choses. Une attention particulière est accordée à l ergonomie du géoportail et à la formulation de l information qui y est mentionnée. Un manque d experts techniques pour la mise en œuvre d INSPIRE, dans chaque institution, en particulier pour la mise en conformité des séries de données. Faut-il songer à une plus grande implication et à des formations spécifiques? Un manque de clarté sur la manière dont l UE utilise les métadonnées mises à disposition : comment et quand l UE utilise les métadonnées? Comment fonctionne le moteur de recherche du site européen? Pour information, une recherche du 19 mars 2013 dans le catalogue INSPIRE européen avec l outil «search» sur les «séries de données et séries de séries de données» a livré les résultats suivants : - «bruxelles» ne donne aucun résultat / «Bruxelles» en donne 15 - «bruxellois» donne 4 résultats / «Bruxellois» n en donne aucun - «Brussel» donne 84 résultats / «Brussels» en donne 8. - «Région bruxelloise» donne 9 résultats (comme «bruxelloise») / «Région Bruxelloise» en donne 18 (comme Bruxelloise») - «Région» donne 120 résultats / «Régions» en donne 99 / «Region» donne 109 résultats / «region» donne 40 / «regions» donne Une réponse claire et fiable à ces questions permettrait de s assurer que le concept de géoportail bruxellois fournit un inventaire correct et cohérent des données bruxelloises sur le site européen. Autorité wallonne En Wallonie, l accessibilité des données constitue encore un obstacle. De nombreuses données sont disponibles et diffusées mais le plus souvent sous forme de copie sur support numérique et encore très peu au moyen de services. 10-Jun-14 49

51 Au sein de l Administration wallonne, quelques directions ou départements hésitent encore à diffuser les données qu ils produisent ou gèrent. Cost / Benefit aspects (Art.16) 9.4 Costs resulting from implementing INSPIRE Directive Art.16 (a) requires an estimate of the costs resulting from the implementation of Directive 2007/2/EC for the period In order to facilitate correct understanding of the report, please indicate what is included in the estimation of costs (e.g. hardware, software, staff time) and how you have approached the estimation (e.g. indicate what proportion of the costs are attributed to INSPIRE or related initiatives such as egov). Please indicate either monetary costs (e.g. on hardware or staff) and/or staff time (days, months). Autorité flamande Pour la Flandre, la distinction a été faite entre les coûts réalisés par l AGIV, le coordinateur de la GDI flamande, pour DOV et MercatorNet, les nœuds moyens (medioknooppunten) de la GDI, et si possible aussi les coûts réalisés par quelques gestionnaires de données. Les coûts réels sont encore plus élevés que ceux indiqués dans le rapport parce que toutes les instances n ont pas pu fournir de données chiffrées. De même, il est souvent impossible de faire la distinction entre les coûts de la mise en œuvre d INSPIRE et les coûts qui seraient consentis de toute manière dans le cadre de la construction de la SDI régionale, et la gestion et mise à disposition de des données géographiques. Autorité flamande IT Infrastructure (Hardware and core software components) Set up costs Maintenance (yearly costs) Pour AGIV : Le coût historique d installation d un serveur s est élevé à 1 jour/homme pour l infrastructure (serveur Hyper-V) et en moyenne 2 jours/homme pour l installation et la configuration du logiciel requis. Un serveur interne hyper-v coûte à l AGIV en moyenne 1200 /an (en fonction de mémoire de stockage, cpu et mémoire RAM), les coûts de licence du logiciel utilisé sont imputés dans une licence universelle conclue par l AGIV (licences Microsoft) ou par l Autorité flamande (licences ESRI). Pour les métadonnées et les services de tuiles (TMS, WMTS), on utilise de l open source pour lequel il n y a pas de coûts de licence. Infrastructure GDI AGIV Service Infrastructure Gestion interne (j/h) Gestion externe (j/h) Coût total ( /an) Equilibrage de la charge 2 serveurs Métadonnées 2 serveurs Service de consultation : WMS 2 serveurs Services de consultation : WMTS, 5 serveurs (2 LB + 3 TMS Tileservers) Environnement de test 2 serveurs Environnement bêta 2 serveurs Jun-14 50

52 Total Pour Mercatornet : Coût de mise en place : 2011: infrastructure pour POC : ETP internes : 10J/H ETP externes : 20J/H 2012: infrastructure pour environnement public de développement, de test et de production chez ACD Recours aux ETP internes et externes d ACD : 10 J/H Support de l équipe de développement MercatorNet (ETP externes) Entretien (coûts annuels) : 2012 : 100 euros par serveur par mois (2 pour geonetwork, 2 pour geoserver, 1 pour dataengine, 2 pour sesam)*3 environnements = 8400 euros par an Pour Databank Ondergrond Vlaanderen: Recours à l équipe de développement de DOV (ETP externes) Recours à collaborateurs internes : 10 J/H Coût de mise en place : Installer environnement de développement, de test et de production chez ACD (affectation ETP internes et externes) Soutien depuis l équipe de développement DOV (ETP externe) Entretien (coûts annuels) : 100 euros par serveur par mois (2 pour geonetwork, 2 pour geoserver, 1 pour dataengine, 2 pour sesam)*3 environnements = 8400 euros par an Pour l agence Nature et Bois : 100 jours/homme ont été pris en compte pour la période L agence ANB a sa propre infrastructure, il n y a là aucun coût qui n aurait pas été encouru sans INSPIRE. Afin de répondre à INSPIRE, on utilise l infrastructure Mercator(Net) via l accord de coopération MercatorNet. Pour l agence Entreprendre (ondernemen) : euros pour la période Autorité flamande Metadata for data and services falling under INSPIRE Directive and that are indicated in the Monitoring Tables 10-Jun-14 51

53 Set up costs (one-off costs) Software (adapting software, creating new software, setting catalogues) Production Creation of metadata for discovery Creation of metadata for evaluation and use (new metadata elements required by Data Specifications Implementing Rules) Testing for compliance Participation of national experts into INSPIRE development process Maintenance (recurrent yearly costs) Software (adapting software, creating new software, setting catalogues) Production Maintenance of metadata for discovery MD Maintenance of MD for evaluation and use Testing for compliance Pour AGIV : Le développement d une base de métadonnées en conformité ISO, consultable et éditable en ligne, a coûté environ euros. Le développement supplémentaire d un service de catalogue de métadonnées, avec lequel la base de métadonnées peut être mise à disposition via le Géoportail de la Commission, est estimé à euros. Le développement supplémentaire concernant les métadonnées pour les services est estimé à euros. Pour l élaboration et l entretien des métadonnées, le Geonetwork metadata node et éventuellement la concertation interne, on table sur un coût annuel de : 20 jours/homme ou 5600 pour le recours à des collaborateurs internes 20 jours/homme ou pour le recours à des consultants externes. Pour Mercatornet : 2010 : étude préliminaire des métadonnées : euros 2011 : POC : ETP interne 10 JH ETP externes 10 JH 2012 : Recours à l équipe de développement de MercatorNet (ETP externes) (plus large qu INSPIRE > 50% à porter en compte) : Recours à des collaborateurs internes (INSPIRE) Création des métadonnées : 3JH Pour Databank Ondergrond Vlaanderen : Recours à l équipe de développement DOV (ETP externes) 10-Jun-14 52

54 Recours à des collaborateurs internes Préparation interne/initiation aux standards : 20 JH Création des métadonnées : 167*1 à 0,5u > 15 JH Mise à jour des métadonnées : 5 JH Autorité flamande Data interoperability/harmonisation for data falling under INSPIRE Directive and that are indicated in the Monitoring Tables Set up costs (one-off) Development (mapping of concepts, setting up tables, setting up registries) Software (adapting software, creating new software) for data transformation Production: Creation of INSPIRE compliant dataset and related support services Testing for compliance Participation of national experts into INSPIRE development process Maintenance (Recurrent yearly costs) Pour AGIV : Software for data transformation including maintenance of registries Production Maintenance of INSPIRE compliant dataset and related support services Testing for compliance Maintaining coherence cross domains that evolve Experts INSPIRE Groupe de travail Jours/homme Coût total IOCTF Network services INSPIRE Comitology DS Addresses DS Orthoimagery DS Utility and governmental services Total La Meta-GDI a été lancée en 2012 : But : La description de méta-informations (espaces de noms, listes de codes, systèmes de coordonnées, services de recherche, définitions, etc.). La définition d une syntaxe unique pour la détermination d identifiants. L élaboration d un métaregistre dans une validation de principe (PoC). L articulation d une vision et d une stratégie pour l implémentation. 10-Jun-14 53

55 Planning : Proposition définitive d identifiants URI pour juin Elaboration PoC métaregistre pour décembre Ressources : Externe : Quantité : 20 md Coût : euros excl. / euros incl. Durant la période , plusieurs formations/sessions d information ont été organisées par AGIV afin d informer les utilisateurs de la GDI de la progression d INSPIRE (services de réseau, spécifications de données, métadonnées, etc.) et l impact sur le fonctionnement quotidien. Si cela ne concerne pas des sessions spécifiquement INSPIRE, le champ de ces formations/sessions d informations est axé dans la plupart des cas sur le contexte flamand, mais le cadre plus large d INSPIRE y est bel et bien présent. AGIV organise en moyenne une cinquantaine d événements annuellement (formations, sessions d informations, journée de rencontre). Si l on part du principe que 10% du contexte de ces sessions est lié à INSPIRE, et que le temps total de préparation des formateurs est estimé à 5 jours/homme, en moyenne 25 jours/homme ou euros sont consacrés annuellement à l information sur INSPIRE via ce canal. Pour Mercatornet : 2012 : Recours à des collaborateurs internes Formation : introduction FME + tests 3JH Participation aux sessions d information AGIV : 5JH Pour Databank Ondergrond Vlaanderen : Soutien externe : 2011 : Suite du travail Spécifications de données : formation, accompagnement, outils, rapport d évaluation des tests INSPIRE : euros. Recours à des collaborateurs internes Formation : 5 jours * 7 personnes = 35 JH Tests de spécifications de données : 20 JH Participation à des sessions d explication AGIV : 4 JH Rapport de tests INSPIRE : 5 JH Pour l agence Entreprendre : Développement (cartographie des concepts, élaboration de tableaux, élaboration de registres) : 20 jours/homme Logiciel (adaptation du logiciel, réalisation nouveau logiciel) pour la transformation des données : 5 jours/homme. Autorité flamande Network services falling under INSPIRE Directive and that are indicated in the Monitoring Tables Set up costs (one-off) Development Software (adapting software, creating new software) for network services (Discovery, view, Transformation, Download, Invoke) Production: Set up of INSPIRE compliant services Testing for compliance Participation of national experts into INSPIRE development process Maintenance (Recurrent yearly costs) of INSPIRE compliant network service 10-Jun-14 54

56 Pour AGIV : La mise en place d un cadre pour les services WMS est estimée à euros. L élaboration d un prototype de services WCS est estimée à euros. Le développement d un cadre pour les services WFS est estimé à euros. Le développement de l application de téléchargement a coûté environ euros. Pour Mercatornet : : différents POC : ETP internes 20 J/H, ETP externes 20 JH 2012 : Recours à l équipe de développement MercatorNet (ETP externes) 2012 : Recours à des collaborateurs internes séries de données INSPIRE Elaborer Yamls : 5 JH Elaborer/vérifier SLD : 5 JH Tester services : 5 JH Pour Databank Ondergrond Vlaanderen : Recours à l équipe de développement DOV (ETP externes) Recours à des collaborateurs internes Elaborer Yamls : 15 JH Elaborer/vérifier SLD : 20 JH Tester services : 20 JH. Autorité flamande Monitoring and reporting Development (refining of tools e.g. online tools, registries etc.) Production: Collection of monitoring data and filling of templates by stakeholders Reporting: Coordination activities to collect examples of good practice and as well as difficulties in implementation, cost and benefit consideration, assessment together with stakeholders 10-Jun-14 55

INSPIRE Infrastructure for Spatial Information in Europe. Member State Report: Belgium, 2009

INSPIRE Infrastructure for Spatial Information in Europe. Member State Report: Belgium, 2009 INSPIRE Infrastructure for Spatial Information in Europe Member State Report: Belgium, 2009 Title Member State Report: Belgium, 2009 Creator Date Mai 2010 Subject Status Publisher Type Description Contributor

Plus en détail

Plan Stratégique Géomatique pour la Wallonie :

Plan Stratégique Géomatique pour la Wallonie : Plan Stratégique Géomatique pour la Wallonie : Atelier de préparation Définitions & Concepts 1 Maîtrise et sens des concepts utilisés dans les ateliers Géomatique : La géomatique est une discipline ayant

Plus en détail

La transposition des Directives Réutilisation et INSPIRE : l exemple flamand. Katleen Janssen ICRI K.U.Leuven - IBBT

La transposition des Directives Réutilisation et INSPIRE : l exemple flamand. Katleen Janssen ICRI K.U.Leuven - IBBT La transposition des Directives Réutilisation et INSPIRE : l exemple flamand Katleen Janssen ICRI K.U.Leuven - IBBT La transposition des directives Réutilisation et INSPIRE: l exemple flamand Plan de l

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation. Réception de la demande : 20/07/2011. Délai de remise d avis : 30/09/2011

Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation. Réception de la demande : 20/07/2011. Délai de remise d avis : 30/09/2011 AVIS Réf. : CWEDD/11/AV.1149 Projet «Banque Carrefour» - Note d orientation 1. DONNEES INTRODUCTIVES Demandeur : Ministre-Président, Rudy DEMOTTE Décision du Gouvernement wallon du 14/07/2011 Réception

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale 1

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale 1 Note informative relative à la complémentarité des rapports et plans pauvreté produits régulièrement par les Régions, les Communautés et au niveau interfédéral mars 2009 Les différents rapports sont décrits

Plus en détail

WELMEC European cooperation in legal metrology

WELMEC European cooperation in legal metrology WELMEC 4.1 (version 2) WELMEC European cooperation in legal metrology Guide pour l évaluation et le fonctionnement des organismes notifiés pour l établissement de la conformité selon la directive 90/384/EEC

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020

PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 PLAN POUR UN INTERNET À TRÈS HAUT DÉBIT EN BELGIQUE 2015-2020 La Belgique joue actuellement un rôle de premier plan dans le déploiement de nouvelles technologies pour l internet à très haut débit. Les

Plus en détail

Le projet SOX chez Alcatel

Le projet SOX chez Alcatel Le projet SO chez Alcatel Forum CERT-IST, 08/06/2006 Présentation SO Page 2 Qu est-ce que SO? Le projet SO Le champ d application L organisation Le déroulement La vie après SO La Loi Sarbanes-Oxley Page

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET 681 (2007-2008) N 2 681 (2007-2008) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2007-2008 4 DÉCEMBRE 2007 PROJET DE DÉCRET visant à instaurer un fonds budgétaire en matière de financement du Système intégré de gestion

Plus en détail

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS

LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS FORMAT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION STAFF REPORTS LE FORMAT DES RAPPORTS DU PERSONNEL DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMENAGEMENT A Guideline on the Format of District Planning Commission Staff Reports

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique

Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique Cahier des Charges de l étude de définition de l observatoire de l eau de la Martinique I. Présentation générale du contexte : Afin de faciliter aux aménageurs, aux décideurs et au grand public l accès

Plus en détail

ETAPES ET OUTILS DANS LE CADRE DU 7 PCRDT

ETAPES ET OUTILS DANS LE CADRE DU 7 PCRDT ETAPES ET OUTILS D INGENIERIE DE PROJET DANS LE CADRE DU 7 PCRDT OPPORTUNITE EMERGENCE Veille et diffusion de l informatio n Veille de l information Diffusion de l information Lobbying (rôle actif dans

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

AtlantACT : Guichet unique / Plateforme d accompagnement

AtlantACT : Guichet unique / Plateforme d accompagnement Commission Arc Atlantique La plateforme de mise en œuvre de la Stratégie Atlantique: un InterACT + Atlantique «AtlantACT» Système: partir sur la base du programme européen «INTERACT» 1 et élargir à toutes

Plus en détail

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014

EUDAT and CINES data preservation services. Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 EUDAT and CINES data preservation services Workshop PREDON Stéphane Coutin 05 nov 2014 Le CINES Basé à Montpellier (Hérault, France) EPA créé en 1999, succédant au CNUSC (Centre National Universitaire

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Additional information about protecting a corporate name is enclosed or available on our website.

Additional information about protecting a corporate name is enclosed or available on our website. 2012-11-13 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa (Ontario) K1A 0C8 SEAN MCHUGH 514-207 WEST

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Manuel Qualité Service d Information Géographique

Manuel Qualité Service d Information Géographique Pôle Infrastructures et Ressources Direction des Ressources PRESENTATION DU SERVICE, DES ACTIVITES ET DU PRODUIT 2 DOMAINE D APPLICATION DU SYSTEME QUALITE 3 ORGANIGRAMMES 3 ORGANIGRAMME DE LIMOGES METROPOLE

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013

N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 N 65 État de Genève : audit de gestion de la gouvernance globale des systèmes d information rapport publié le 27 juin 2013 Les 12 recommandations de la Cour des comptes ont été approuvées. Actuellement

Plus en détail

This is a preview - click here to buy the full publication NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD. Systèmes d'alarme

This is a preview - click here to buy the full publication NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD. Systèmes d'alarme NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL STAN DARD 60839-2-5 Première édition First edition 1990-07 Systèmes d'alarme Partie 2: Prescriptions pour les systèmes d'alarme anti-intrusion Section 5 Détecteurs

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

ACCORD-CADRE 2008-2011

ACCORD-CADRE 2008-2011 ACCORD-CADRE 2008-2011 ENTRE : L INSTITUT NATIONAL DE PREVENTION ET D EDUCATION POUR LA SANTE (INPES), Etablissement public administratif, situé 42, boulevard de la Libération 93203 Saint-Denis cedex,

Plus en détail

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT

F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S. sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT F Géomètres A05 Bruxelles, le 29.9.2005 MH/BL/JP A V I S sur L EQUIVALENCE DE CERTAINS DIPLOMES EN VUE DE L OBTENTION DU TITRE DE GEOMETRE-EXPERT (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et

Plus en détail

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement

Avis A. 1123. sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Avis A. 1123 sur l application de la réglementation en matière d enregistrement et/ou d agrément des agences de placement Adopté par le Bureau du CESW le 24 juin 2013 INTRODUCTION Le 8 avril 2013, le Président

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DE L INRA...

PRESENTATION GENERALE DE L INRA... Marché à procédure adaptée (MAPA) pour l assistance à maîtrise d ouvrage afin d accompagner l Inra dans la phase de lancement de l instrumentation de ses processus sur le périmètre fonctionnel de la gestion

Plus en détail

Cette Annexe fait intégralement partie du Contrat d accès avec la référence : [ ].

Cette Annexe fait intégralement partie du Contrat d accès avec la référence : [ ]. Annexe 14: Règles entre Elia et le Gestionnaire du Réseau Fermé de Distribution raccordé au Réseau Elia, pour organiser l accèsdes Utilisateurs de ce Réseau Fermé de Distribution Cette Annexe fait intégralement

Plus en détail

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables

Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables Document d accompagnement pour le référentiel national du C2i niveau 2 Métiers de l environnement et de l aménagement durables A - Compétences générales et transversales liées à l exercice des métiers

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

ISO 16363 Audit and Certification of Trustworthy Digital Repositories Olivier Rouchon (CINES) olivier.rouchon@cines.fr

ISO 16363 Audit and Certification of Trustworthy Digital Repositories Olivier Rouchon (CINES) olivier.rouchon@cines.fr ISO 16363 Audit and Certification of Trustworthy Digital Repositories Olivier Rouchon (CINES) olivier.rouchon@cines.fr Réunion plénière PIN 27 Septembre 2012 Objectifs et Plan I. Le CCSDS et les initiatives

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 11/508

CIRCULAIRE CSSF 11/508 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 15 avril 2011 A toutes les sociétés de gestion de droit luxembourgeois au sens du chapitre 15 de la loi du 17 décembre 2010 concernant les

Plus en détail

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM CIRCUS BELGIUM reconnaît l'importance de la protection des informations et données à caractère personnel. C'est pourquoi nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

CHARTE du COMITE de DIRECTION

CHARTE du COMITE de DIRECTION CHARTE du COMITE de DIRECTION INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 III. COMPOSITION... 3 IV. LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE DIRECTION & LE CEO... 4 V. FONCTIONNEMENT... 4 1. Planning, ordre

Plus en détail

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC

AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC AVIS A.1231 SUR LES AVANT- PROJETS DE DÉCRETS CONJOINTS RELATIFS À LA RÉUTILISATION DES INFORMATIONS DU SECTEUR PUBLIC ADOPTÉ PAR LE BUREAU DU CESW LE 7 SEPTEMBRE 2015 2015/A.1231 I. Introduction Le 4

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

AVIS SR-20041223-32 SERVICE REGULATION

AVIS SR-20041223-32 SERVICE REGULATION SERVICE REGULATION AVIS SR-20041223-32 concernant la reconnaissance des certificats verts wallons en vue de permettre leur comptabilisation pour l obligation de quota de certificats verts mise à charge

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 ACTION INTERSECTORIELLE SUR L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET LES JEUNES Le 14 aôut, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to:

If the corporation is or intends to become a registered charity as defined in the Income Tax Act, a copy of these documents must be sent to: 2014-02-05 Corporations Canada 9th floor, Jean Edmonds Towers South 365 Laurier Avenue West Ottawa, Ontario K1A 0C8 Corporations Canada 9e étage, Tour Jean-Edmonds sud 365, avenue Laurier ouest Ottawa

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Cette liste est présentée dans la feuille «liste de jeux de données» (data input) du fichier tableur annexé à ce rapport.

Cette liste est présentée dans la feuille «liste de jeux de données» (data input) du fichier tableur annexé à ce rapport. RAPPORT DE LA FRANCE SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DIRECTIVE 2007/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL DU 14 MARS 2007 ÉTABLISSANT UNE INFRASTRUCTURE D'INFORMATION GÉOGRAPHIQUE DANS LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE

Plus en détail

CONVENTION d adhésion au service. EDUROAM de Belnet

CONVENTION d adhésion au service. EDUROAM de Belnet CONVENTION d adhésion au service EDUROAM de Belnet ENTRE : Le réseau télématique belge de la recherche, Belnet, Service de l État à Gestion Séparée, créé au sein de la Politique Scientifique Fédérale 231,

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6

PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 GTG 2007 - GT1 V1 du 4 octobre 2006 PROCEDURE RECLAMATION CLIENT Page : 1/6 A- OBJET Cette procédure décrit les modalités de traitement, par le fournisseur et/ou le GRD, d une réclamation client adressée

Plus en détail

Infrastructures de géodonnées. L expérience belge au niveau des régions: la Wallonie

Infrastructures de géodonnées. L expérience belge au niveau des régions: la Wallonie Infrastructures de géodonnées. L expérience belge au niveau des régions: la Wallonie Jean-Pierre KINNAERT Directeur Département de la Géomatique Service public de Wallonie Représentant belge au Comité

Plus en détail

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme

NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD. Systèmes d'alarme NORME CEI INTERNATIONALE IEC INTERNATIONAL 60839-2-3 STANDARD Première édition First edition 1987-12 Systèmes d'alarme Partie 2: Prescriptions pour les systèmes d'alarme anti-intrusion Section trois Prescriptions

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU D HISTOLOGIE EXPERIMENTALE DE MONTPELLIER

CHARTE DU RESEAU D HISTOLOGIE EXPERIMENTALE DE MONTPELLIER CHARTE DU RESEAU D HISTOLOGIE EXPERIMENTALE DE MONTPELLIER Charte du Réseau d Histologie Expérimentale de Montpellier 1 CHARTE du Réseau d Histologie Expérimentale de Montpellier (R.H.E.M.) Article 1 -

Plus en détail

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010

CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 CIRCULAIRE N 3050 DU 05/03/2010 Objet : Recrutement d un chargé de mission chargé de la formation interne au sein de l Administration générale des Personnels de l Enseignement Réseaux : tous réseaux Niveaux

Plus en détail

CHARTE du COMITE de DIRECTION

CHARTE du COMITE de DIRECTION CHARTE du COMITE de DIRECTION INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 III. COMPOSITION... 3 IV. LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE DIRECTION & LE CEO... 3 V. FONCTIONNEMENT... 4 1. Planning, ordre

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Charte de Partenariat Cigale

Charte de Partenariat Cigale Charte de Partenariat Cigale Entre : L association Pôle Numérique Le Rhovalparc Alixan 1, avenue de la Gare Allée B B.P. 15155 26958 VALENCE CEDEX 9 (Ci-après appelée «PÔLE NUMÉRIQUE») Et : (Ci-après appelé

Plus en détail

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ D'ORIENTATION ET DE SUIVI DU PLAN D'ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT UE AFRIQUE SUR LE COTON

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ D'ORIENTATION ET DE SUIVI DU PLAN D'ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT UE AFRIQUE SUR LE COTON Bruxelles, le 08 septembre 2004 ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ D'ORIENTATION ET DE SUIVI DU PLAN D'ACTION POUR LA MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT UE AFRIQUE SUR LE COTON I- Introduction 1. Le Forum

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ;

Bruxelles, le. Vu la loi du 8 août 1983 organisant un Registre national des personnes physiques ; ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacy.fgov.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION DE

Plus en détail

Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.5 Ordonnance du mai 005 relative aux sites Internet de l Etat Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu l article 9 let. c de la loi du 6 octobre 00 sur l organisation du Conseil d Etat et de l administration

Plus en détail

Contact : M. le Directeur Interrégional, à l attention de Mme Virginie REISZ

Contact : M. le Directeur Interrégional, à l attention de Mme Virginie REISZ Avis de publicité VNF Direction interrégionale de Strasbourg Hôtel d Andlau-Klinglin 25 RUE DE LA NUEE BLEUE BP 30367 67010 STRASBOURG CEDEX Tél. : 03 88 21 74 74 Fax : 03 88 75 65 06 SN Strasbourg Acheteur

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES

REGLEMENT GENERAL DES STAGES DE 2 e MASTER ET DES TRAVAUX DE FIN D ETUDES COMMUNAUTE FRANÇAISE DE BELGIQUE Haute Ecole Paul-Henri SPAAK INSTITUT SUPERIEUR INDUSTRIEL DE BRUXELLES Enseignement supérieur de type long et de niveau universitaire CONSEIL DE CATEGORIE ISIB-CC-DR-04,

Plus en détail

Produire un Data Management Plan

Produire un Data Management Plan Construire des outils de gestion des données de la recherche dans une communauté d universités Produire un Data Management Plan 1 Circonstances et opportunités 2 L Open Access dans Horizon 2020 3 Service

Plus en détail

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques.

RAPPORT MAIRIE PARIS. Ville de Paris. Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Ville de Paris Interview du 14 Février 2013 avec Richard Malachez, Chef du Bureau des Projets Patrimoniaux et Géographiques. Mail : richard.malachez@paris.fr Tel : 01 43 47 62 96 Organisme d accueil Présentation

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

La qualité des données géographiques Gilles Troispoux - CERTU - AFIGEO

La qualité des données géographiques Gilles Troispoux - CERTU - AFIGEO La qualité des données géographiques Gilles Troispoux - CERTU - AFIGEO Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Plan de la présentation Le contexte Les outils pour mesurer la qualité

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Demande d accès aux données de la Banque-Carrefour des Entreprises et de la base de données «Activités ambulantes et foraines»

Demande d accès aux données de la Banque-Carrefour des Entreprises et de la base de données «Activités ambulantes et foraines» Formulaire à renvoyer complété au Service de Gestion de la Banque-Carrefour des Entreprises, Bd du Roi Albert II, 16 à 1000 Bruxelles Helpdesk : Tél. : 02/277 64 00 e-mail : helpdesk.bce@economie.fgov.be

Plus en détail

4) des données informatiques liées aux activités au sein de l institution ;

4) des données informatiques liées aux activités au sein de l institution ; CONSEIL DE L'INFORMATIQUE (Adopté par le Conseil d'administration en sa séance du 24 février 2014) I. Préambule Le système d information 1 de l ULB a trait à la conception, au déploiement et à la gestion

Plus en détail