identité ouvrière Problématiques:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "identité ouvrière Problématiques:"

Transcription

1 Etre ouvrier en France : Des Trois Glorieuses aux Trente Glorieuses:construction d'une Problématiques: identité ouvrière En quoi la manufacture, la fabrique, l'usine, la machine et l'émergence d'une nouvelle division du travail suscitent-elles la création d'un monde ouvrier et d'une identité ouvrière? Existe-t-il un monde ouvrier ( classe ouvrière) ou des mondes ouvriers (classes ouvrières selon l'élite bourgeoise)? Quelles sont les représentations collectives des ouvriers pour se situer eux même et pour situer les autres? Comment s'intègrent-ils dans la société française?

2 Etre ouvrier en France : Des Trois Glorieuses aux Trente Glorieuses:construction d'une Objectifs identité ouvrière Montrer les liens entre les deux révolutions industrielles et la naissance du monde ouvrier. (culture et sociabilité) Montrer les liens entre les «révolutions» ouvrières et les républiques. Montrer que les luttes ouvrières ont été au centre de notre vie sociale pendant plus d'un siècle. Pour quelles raisons et dans quelles conditions ont-elles produit le mouvement social de notre société industrielle? Montrer l'expression de la culture et la sociabilité ouvrières Montrer les interactions entre le monde ouvrier, les syndicats et les partis politiques. Quelles sont les fonctions de l'action syndicale? Montrer la complexité du monde ouvrier: la diversité dans l'unité

3 Bornes chronologiques 1830: Trois Glorieuses: La révolution de Juillet à la faveur de laquelle un nouveau régime, la monarchie de Juillet succède à la seconde restauration. Elle se déroule sur trois journées, 26 juillet, 27 juillet, 28 juillet -Première industrialisation: charbon, vapeur, filature textile croissance du travail industriel et naissance du monde ouvrier (débat historiographique sur les dates de la première Révolution industrielle) -Première ligne de chemin de fer entre St Etienne et Lyon (les frères Seguin) 1975: Fin des Trente Glorieuses Postindustrialisation

4 Etre ouvrier en France : Des Trois Glorieuses aux Trente Glorieuses I: Révolutions et révoltes ouvrières A: 1830: Les trois Glorieuses B: 1848: Le printemps des peuples C: 1870: La commune de Paris (18 mars - 28 mai 1871) D: 1892: Carmaux un danger pour le gouvernement? II: Construction d'une culture ouvrière A: les grèves et les revendications ouvrières B: Les premiers mai C: Le journal: l'humanité D: Les chants rouges: L'Internationale ( lien avec une séquence en français sur les chants rouges) III: Sociabilités ouvrières A: De chez soi à l'atelier ou l'usine B: Syndicats, partis politiques et bourses du travail C: Du taudis,à la cité ouvrière au logement social et au pavillon D: Sports, loisirs et vacances

5 I: Révolutions et révoltes ouvrières A: 1830: Les trois Glorieuses B: 1848: Le printemps des peuples C: 1870: La commune de Paris (18 mars - 28 mai 1871) D: 1892: Carmaux un danger pour le gouvernement?

6 1830: Les trois Glorieuses Tableau de Delacroix: La liberté guidant le peuple musée du Louvre huile sur toile 1830

7 Analyse du tableau de Delacroix Premier plan Second plan Arrière plan 7

8 Les journées de 1848 Les journées de février1848 Vernet Barricade rue Soufflot Meissonnier la Barricade rue de la mortellerie juin 1848

9 Les journées de juin 1848 ( ) Les ouvriers n avaient plus le choix : il leur fallait ou mourir de faim ou engager la lutte. Ils répondirent, le 22 juin, par la formidable insurrection où fut livrée la première grande bataille entre les deux classes qui divisent la société moderne. C était une lutte pour le maintien ou l anéantissement de l ordre bourgeois. Le voile qui cachait la République se déchirait On sait que les ouvriers, avec un courage et un génie sans exemple, sans chefs, sans plan commun, sans ressources, pour la plupart manquant d armes, tinrent en échec cinq jours durant l armée, la garde mobile, la garde nationale de Paris ainsi que la garde nationale qui afflua de la province. On sait que la bourgeoisie se dédommagea de ses transes mortelles par une brutalité inouïe et massacra plus de prisonniers. K. Marx (Les luttes de classe en France, 1850)

10 La Commune de 1871 Arnaud-Durbec Une barricade, 19 mars 1871 Communardes prisonnières

11 Rêves de communards La Commune fait de la formule Liberté, Égalité, Fraternité, une réalité sublime. Elle prendra l'homme à son berceau, ne le quittera qu'à la tombe. Elle élèvera tous les enfants, distribuera le travail entre tous les hommes, à chacun selon ses aptitudes, elle abritera les femmes et les vieillards. Par elle il n'y aura plus dans la société ni parias ni privilégiés, car elle fera entrer dans le trésor commun, pour le service de tous, les richesses accumulées dans les mêmes familles par les vols et l'héritage. Club de l'église de la Trinité dans Paul Fontoulieu, Les Églises de Paris pendant la Commune,Paris :Dentu, 1873 Oui, ma sœur, nous sommes maître, entends-tu, devant nous ces gens s'inclinent, les monarques tremblent en pensant à notre révolution ; ces hommes qui nous, ont livré, nous les tenons ; Bismarck lui-même est forcé de nous reconnaître. Tu vois si nous sommes fort et les gens de la campagne pensent venir nous écraser à Paris ; pauvre peuple qu'ils sont bêtes, c'est pour eux que nous travaillons et ils voudraient nous écraser mais s'ils commencent et que Paris lève sa voix et il la fera entendre de l'océan aux monts Oural car rien ne résiste à un peuple libre.[...adieu ma sœur,et vive la République démocratique et sociale. Désiré Lapie, ouvrier menuisier, blanquiste, membre du Comité de vigilance de Montmartre, 26mars 1871.émoignages publiés dans Jacques Rougerie, Paris insurgé, la Commune de 1871,Paris : Gallimard/Découvertes, 1995

12 1 baron Reille, l homme fort de la droite tarnaise, et son gendre le marquis Ludovic de Solages, député de la circonscription, venait de licencier un de ses ouvriers, Jean Baptiste Calvignac, leader syndical et socialiste, ouvrier mineur, nouveau maire de Carmaux depuis le 15 mai 1892, pour s être absenté à plusieurs reprises afin de remplir ses obligations d élu municipal. C était remettre en cause le suffrage universel et les droits réels de la classe ouvrière à s exprimer en politique.les ouvriers se mettent en grève pour défendre ce maire dont ils sont fiers. [2] Nicolas Martin, dit Martin du Nord ( ), avocat et magistrat, ministre des Travaux publics, de l Agriculture et du Commerce ( ), puis de la Justice( ). 3Paul Jean Pierre Sauzet ( ), député de Lyon, ministre de la Justice (1836) et président de la Chambre des députés ( ). Carmaux un danger pour le gouvernement? Jaurès La Dépêche, 11 octobre 1892 L opinion est éclairée maintenant sur la compagnie de Carmaux. Tout le monde sait que c est elle qui, par des agissements électoraux, a provoqué la grève, et, lorsqu elle a stupidement refusé même la proposition de M. Maujan qui allait au-delà des concessions des grévistes, elle a mis contre elle non seulement les modérés des Débats et du Temps, mais les conservateurs. M. Francis Magnard, dans son article directorial du Figaro, écrit ceci : «Cette affaire de Carmaux, sur laquelle le ministère pourrait bien tomber, est vraiment très fâcheuse. Il ne s agit pas seulement de la compagnie à laquelle je ne m intéresse qu au point de vue théorique, et contre laquelle je dois même constater une certaine mauvaise humeur ; on lui en veut, évidemment, de devenir un brandon de discorde, et je vois arriver le moment où on l accusera d abuser de son droit.» Vous entendez bien? C est Le Figaro qui parle. Évidemment, le baron Reille est un homme jugé. La compagnie, qui se sent perdue, n a plus qu un espoir : c est que les républicains ne sachent pas se mettre d accord sur un moyen décisif et rapide d action ; c est qu ils se perdent en discussions théoriques et en déclamations vaines, au lieu d agir. Il ne s agit pas, à l heure actuelle, de se livrer à de vastes propositions qui ne seraient discutées que dans dix ans. Il faut aboutir et faire capituler une compagnie qui est sortie de son droit. Il faut restituer le plus vite possible aux ouvriers le travail et le pain. Or, à mon sens, la loi sur les mines, avec les textes combinés de 1810 et de 1838, permet d agir vigoureusement et tout de suite. L article 49 de la loi du 21 avril 1810 est formel : «Si l exploitation est restreinte ou suspendue, de manière à inquiéter la sûreté publique ou les besoins des consommateurs, les préfets, après avoir entendu les propriétaires, en rendront compte au ministre de l intérieur, pour y être pourvu, ainsi qu il appartiendra.» Ainsi, la loi de 1810 donne à l État, sur les mines, un droit de haute police dans l intérêt public, et, lorsque la loi du 27 avril 1838 intervint pour organiser et préciser la procédure de déchéance, le ministre des travaux publics, M. Martin, du Nord[1], et le rapporteur, M. Sauzet[2], affirmèrent très haut le droit de l État, et ce droit, la loi de 1838 ne le créait pas, il était déjà tout entier dans la loi de [...] [..]Devant ce langage et cette ferme résolution, la compagnie capitulerait en une minute. Les républicains sont suffisamment armés par la loi actuelle. À eux d user de ces armes.

13 II: Construction d'une culture ouvrière A: les grèves et les revendications ouvrières B: Les premiers mai C: Le journal: l'humanité D: Les chants rouges: L'Internationale ( lien avec une séquence en français sur les chants rouges)

14 Grèves et revendications ouvrières Grève à Fressenneville revendications ouvrières et violence sociale C'est le mercredi 10 janvier 1906 qu'éclata cette grève. Les ouvriers réclamaient d'abord le renvoi d'un contremaître. Ils demandaient en outre que la paie des mouleurs fût comptée pour trois mouleurs, alors même qu'on n'en emploierait que deux et que ces deux mouleurs suffiraient à la tâche. Une autre raison invoquée était la fermeture des portes à 7 heures moins 5 minutes. La cloche sonnait à 6 heures 45, heure d'ouverture des portes qui étaient fermées dix minutes plus tard. Or, on se plaignait que les portes fussent fermées avant l'heure et que les ouvriers, qui avaient trouvé les grilles closes, perdissent ainsi une demi-journée. Enfin, une dernière réclamation portait sur la mauvaise qualité des meules d'émeri, sur lesquelles sont polies les parois extérieures de la serrure, et la prétention de l'usine à faire une retenue sur les meules trop rapidement usées. Le début de la grève fut marqué par le sac de la maison de M. Debeaurain, à Bethencourt. A dix heures du soir, 3 ou 400 grévistes armés de haches démolirent à moitié la maison du patron, ses meubles furent brisés, on compta pour francs de dégâts. Ce n'est que dans la nuit du jeudi au vendredi que la troupe arriva sur place et put mettre fin au régime de terreur que les grévistes avaient inauguré. Léon de Seilhac, "La grève de Fressenneville", dans Le Musée social, avril 1907 Grève à Fressennville : difficile mobilisation syndicale Les serruriers sont nettement hostiles, pour la plupart, au syndicat, et celui-ci n'aurait pu facilement se constituer, s'il n'y avait eu dans le pays un grand nombre d'ouvriers d'usine, fondeurs et tourneurs de cuivre. Les ouvriers serruriers travaillant a l'usine ne sont que des préparateurs d'ouvrage, des mâcheurs de besogne, et, par rapport aux serruriers à domicile, une minorité, qui constitue dans la profession une véritable aristocratie. Sur 600 ouvriers employés par une usine, il n'en est pas 150 occupés à l'atelier central, tous les autres le sont à domicile. Or, les ouvriers à l'usine, spécialisés par une grande division du travail et pouvant produire un grand nombre de pièces, sont beaucoup mieux payés que les ouvriers à domicile, simples finisseurs d'ouvrage, limeurs et ajusteurs, et qui peuvent se faire aider dans leur tâche par leurs femmes et leurs enfants. Il en résulte, que, si un patron est mécontent d'un ouvrier, il n'a qu'à le renvoyer et à l'employer comme travailleur à domicile. Cette grande division de la classe ouvrière, qui serait habile si elle était voulue, fait que les ouvriers se syndiquent difficilement parce qu'ils ont peur de se faire expulser de l'usine (les syndicats étant nettement révolutionnaires et les patrons leur faisant une guerre sans merci) et que les ouvriers de l'atelier familial n'ont aucun motif apparent de se syndiquer, parce qu'ils ne demandent qu'une chose : avoir le plus de travail possible et rester dans les bonnes grâces de leurs employeurs. La concurrence entre les ouvriers à domicile est en effet très vive et la solidarité ouvrière étouffée par l'intérêt individuel. Cependant, malgré ces difficultés, le syndicat du Vimeu prit une certaine importance vers les mois de mars et avril On annonçait en effet que, le 1er mai 1906, les usines cesseraient d'appartenir aux patrons pour',passer entre les mains des ouvriers, mais que seuls auraient droit à une part de propriété ceux qui appartiendraient à l'organisation syndicale. Léon de Seilhac, "La grève de Fressenneville", dans Le Musée social, avril 1907

15 Grèves 1936 occupations d'usine Support: archive de l'ina ( site jalon) durée 02ms15: grèves1936 Allégresse Cette grève est en elle-même une joie. Une joie pure. Une joie sans mélange. Oui, une joie. J'ai été voir les copains dans une usine où j'ai travaillé il y a quelques mois... Joie de pénétrer dans l'usine avec l'autorisation souriante d'un ouvrier qui garde la porte. Joie de trouver tant de sourires, tant de paroles d'accueil fraternel...joie de parcourir librement ces ateliers où on était rivé sur sa machine... Joie d'entendre, au lieu du fracas impitoyable des machines, de la musique, des chants et des rires... Joie de passer devant les chefs la tête haute...joie de vivre parmi ces machines muettes, au rythme de la vie humaine... Bien sûr, cette vie si dure recommencera dans quelques jours. Mais on n'y pense pas... Enfin,pour la première fois, et pour toujours, il flottera autour de ces lourdes machines d'autres souvenirs que le silence, la contrainte, la soumission. Des souvenirs qui mettront un peu de fierté au cœur, qui laisseront un peu de chaleur humaine sur tout ce métal. On se détend complètement. On n'a pas cette énergie farouchement tendue,cette résolution mêlée d'angoisse si souvent observée dans les grèves. On est résolu,bien sûr, mais sans angoisse. On est heureux.

16 Les accords Matignon: 7 juin 1936 Les délégués de la Confédération générale de la production française et de la Confédération générale du travail se sont réunis sous la présidence de Monsieur le Président du Conseil, et ont conclu l'accord ci-après, après arbitrage de Monsieur le Président du Conseil : Article premier La délégation patronale admet l'établissement immédiat de contrats collectifs de travail. Article 3 L'observation des lois s'imposant à tous les citoyens, les employeurs reconnaissent la liberté d'opinion, ainsi que le droit pour les travailleurs d'adhérer librement et d'appartenir à un syndicat professionnel constitué en vertu du livre III du Code du travail. Les employeurs s'engagent à ne pas prendre en considération le fait d'appartenir ou de ne pas appartenir à un syndicat pour arrêter leurs décisions en ce qui concerne l'embauchage, la conduite ou la répartition du travail, les mesures de discipline ou de congédiement. [...] Article 4 Les salaires réels pratiqués pour tous les ouvriers à la date du 25 mai 1936 seront, du jour de la reprise du travail, rajustés suivant une échelle décroissante commençant à 15% pour les salaires les moins élevés pour arriver à 7 % pour les salaires les plus élevés, le total des salaires de chaque établissement ne devant, en aucun cas, être augmenté de plus de 12%. [...] Article 6 La délégation patronale s'engage à ce qu'il ne soit pris aucune sanction pour faits de grève. Article 7 La délégation confédérale ouvrière demande aux travailleurs en grève de décider la reprise du travail dès que les directions des établissements auront accepté l'accord général intervenu et dès que les pourparlers relatifs à son application auront été engagés entre les directions et le personnel des établissements. Le président du Conseil : Monsieur BLUM Pour la Confédération générale du travail : Messieurs BELIN, CORDIER, FRACHON, JOUHAUX, MILAN, SEMAT. Pour la Confédération générale de production française : Messieurs DUCHEMIN, DALBOUZE, RICHMOND, LAMBERT-RIBOT

17 Grèves Renault mai 1968 Les accords de Grenelles Support: archive de l'ina ( site jalon) durée 04'16 grèves renault mai 68 Support: archive de l'ina ( site jalon) durée 51 sec les accords de Grenelles

18 Les premiers mai La marche du premier mai 1890 Premier mai! c est le renouveau ; Comme aux arbres monte la sève, L idée aussi monte au cerveau Et la sociale se lève! Plus haut que nos petits bourgeois, O premier mai, passant les ondes, Par-dessus frontières et loi, Ton soleil luit sur les deux mondes. Même coeur a battu partout, Même espérance triomphale Dans cette clameur qui s exhale : Debout! Debout! Debout! Voici l internationale! Le capital fait un enfer De ce pauvre monde où nous sommes, Et notre pain est plus cher, Qu à l exploiteur la chair des hommes, Trop longtemps notre surtravail Chanson écrite par Charles Gros, sur la musique du «Chant des ouvriers» de Pierre Dupont chantée pour la première fois en Nous fut payé par la famine. L ouvrier n est pas un bétail Et moins encore une machine. L ordre social, ô patrons, A vu d autres métamorphoses! Nous les voulons, nous les aurons Les trois huit et bien d autres choses. Sur le sol natal, c est l exil, Partout où l on vit de misère. Au peuple ouvrier, que faut-il? Il faut la patrie ouvrière. D un bout du monde à l autre bout, Que le même cri retentisse : Les prolétaires sont debout Et leur patrie est la justice. C est pourquoi d un coeur sûr et gai, Comme une fête de l histoire, Nous chantons notre premier mai : Notre union, c est la victoire. Lorsque nous crions : en avant! Sous notre élan, la terre bouge, Et sur notre front claque le vent Le grand frisson du drapeau rouge

19 Le premier éditorial de l'humanité: Notre but, paru le 18 avril 1904 et écrit par Jaurès Le titre même de ce journal, en son ampleur, marque exactement ce que notre parti se propose. C est, en effet, à la réalisation de l humanité que travaillent tous les socialistes. [...] Cette nécessaire évolution sociale sera d autant plus aisée, que tous les socialistes, tous les prolétaires, seront plus étroitement unis. C est à cette union que tous ici, dans ce journal, nous voulons travailler. Je sais bien quelle est aujourd hui, dans tous les pays, l âpreté des controverses et des polémiques entre les socialistes.[...]. L union ne peut naître de la confusion. Nous défendrons toujours ici, en toute netteté et loyauté, les méthodes d action qui nous semblent les plus efficaces et les plus sûres. Mais nous ne voulons pas aggraver, par l insistance des controverses et le venin des polémiques, des dissentiments qui furent sans doute inévitables, et que le temps et la force des choses résoudront certainement Socialistes révolutionnaires et socialistes réformistes sont avant tout, pour nous, des socialistes. S il est des groupes qui, ça et là, se laissent entraîner par passion sectaire à faire le jeu de la contre révolution, nous les combattrons avec fermeté. Mais nous savons que dans les deux fractions socialistes, les dévouements abondent à la République, à la pensée libre, au prolétariat, à la Révolution sociale. Sous des formules diverses dont quelques-unes nous paraissent surannées et par conséquent dangereuses, tous les socialistes servent la même cause. Et l on verra à l épreuve que, sans rien abandonner de nos conceptions propres, nous tâcherons ici de seconder l effort de tous. Nous voudrions de même que le journal fût en communication constante avec tout le mouvement ouvrier, syndical et coopératif. Certes, ici encore, il y a bien des divergences de méthode. Et ceux qui tentent de détourner de l action politique le prolétariat organisé, commettent, à notre sens, une erreur funeste. Mais que serait et que vaudrait cette action politique sans une forte organisation économique de la classe ouvrière, sans une vive action continue du prolétariat lui-même? Voilà pourquoi, sans nous arrêter aux diversités et aux contrariétés de tactiques et de formules, nous serons heureux d accueillir ici toutes les communications où se manifestera la vie ouvrière ; et nous seconderons de notre mieux tous les efforts de groupement syndical et coopératif du prolétariat. Ainsi la largeur même et le mouvement de la vie nous mettrons en garde contre toute tentation sectaire et tout esprit de coterie. [...] Tous ici nous donnerons un plein effort de conscience et de travail pour mériter ce succès : que la démocratie et le prolétariat nous y aident.. 18 avril 1904 : Jean Jaurès fonde le quotidien socialiste " l'humanité "

20 Les chants rouges: L'Internationale Debout! les damnés de la terre Debout! les forçats de la faim La raison tonne en son cratère : C est l éruption de la fin Du passé faisons table rase Foule esclave, debout! debout! Le monde va changer de base : Nous ne sommes rien, soyons tout! Refrain : C est la lutte finale Groupons-nous et demain L Internationale Sera le genre humain. Il n est pas de sauveurs suprêmes : Ni Dieu, ni césar, ni tribun, Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes! Décrétons le salut commun! Pour que le voleur rende gorge, Pour tirer l esprit du cachot Soufflons nous-mêmes notre forge, Battons le fer tant qu'il est chaud! L État comprime et la loi triche ; L impôt saigne le malheureux ; Nul devoir ne s impose au riche ; Le droit du pauvre est un mot creux. C est assez languir en tutelle, L égalité veut d autres lois ; «Pas de droits sans devoirs, dit-elle, Égaux, pas de devoirs sans droits!» Hideux dans leur apothéose, Les rois de la mine et du rail Ont-ils jamais fait autre chose Que dévaliser le travail? Dans les coffres-forts de la bande Ce qu il a créé s est fondu. En décrétant qu on le lui rende Le peuple ne veut que son dû. Les Rois nous saoulaient de fumées. Paix entre nous, guerre aux tyrans! Appliquons la grève aux armées, Crosse en l air et rompons les rangs! S ils s obstinent, ces cannibales, A faire de nous des héros, Ils sauront bientôt que nos balles Sont pour nos propres généraux.

21 Ouvriers, Paysans, nous sommes Le grand parti des travailleurs ; La terre n appartient qu aux hommes, L'oisif[3] ira loger ailleurs. Combien de nos chairs se repaissent! Mais si les corbeaux, les vautours, Un de ces matins disparaissent, Le soleil brillera toujours! L État comprime et la loi triche ; L impôt saigne le malheureux ; Nul devoir ne s impose au riche ; Le droit du pauvre est un mot creux. C est assez languir en tutelle, L égalité veut d autres lois ; «Pas de droits sans devoirs, dit-elle, Égaux, pas de devoirs sans droits!» Hideux dans leur apothéose, Les rois de la mine et du rail Ont-ils jamais fait autre chose Que dévaliser le travail? Dans les coffres-forts de la bande Ce qu il a créé s est fondu. En décrétant qu on le lui rende Le peuple ne veut que son dû. Les Rois nous saoulaient de fumées. Paix entre nous, guerre aux tyrans! Appliquons la grève aux armées, Crosse en l air et rompons les rangs! S ils s obstinent, ces cannibales, A faire de nous des héros, CHANT

22 III: Sociabilités ouvrières A: De chez soi à l'atelier ou l'usine B: Syndicats, partis politiques et bourses du travail C: Du taudis aux cités ouvrières au logement social et au pavillon D: Sports, loisirs et vacances

23 De chez soi à l'atelier ou l'usine Une famille ouvrière à Paris Mme X..., est âgée de 38 ans. Depuis son enfance,elle exerce la profession de lingère, dans laquelle elle est très habile. Elle travaille pour une entrepreneuse qui lui fournit à peu près régulièrement des chemises d'homme à finir à 1 fr. 10 et 1 fr. 25 pièce. Son gain annuel s'élève à environ 600 francs nets. Son mari, ancien ouvrier chaudronnier, assure que, depuis l'application de la loi sur les accidents du travail, il lui a été impossible de travailler, les patrons prétendant qu'avec une famille aussi nombreuse que la sienne ils courraient de trop gros risques à l'occuper. Il est alors entré comme balayeur auxiliaire au service de la ville de Paris (4 fr. 80 par jour). M. et Mme X... ont actuellement cinq enfants, de 3 ans et demi à 15 ans ; deux autres sont morts ; dans un mois, un sixième va naître. Des cinq enfants vivants, l'aîné, une fille, est placée dans le commerce et subvient à ses besoins : elle gagne 2 francs par jour et, moyennant 40 francs par mois, est logée et nourrie par des religieuses. Deux autres sont placés en Bretagne, et leurs parents payent pour eux une pension mensuelle de 30 francs. Mme X. dit que pendant plusieurs de ses grossesses elle a travaillé pour des œuvres d'assistance par le travail, et que jamais ailleurs elle n'a été l'objet d'une pareille exploitation. Les chemises que les entrepreneuses payaient de 1 fr. 50 à 1 fr. 75,lui étaient payées 60 centimes par ces oeuvres qui exigeaient que le travail fût fait à la main. Aussi a-t-elle complètement renoncé à travailler à de telles conditions, et se contente-t-elle, pendant ses périodes de grossesse et d'allaitement, des secours que lui accorde l'assistance publique. La famille occupe, dans le quartier de la Monnaie, un logement de 260 francs situé au rez-de-chaussée d'une vieille maison du XVIe siècle et composé de deux pièces : la première, éclairée par deux fenêtres, mesure environ 60 mètres cubes ; elle est garnie de deux grands lits et de quelques meubles indispensables, le tout très délabré. L'hygiène et la propreté du logement et de la maison laissent beaucoup à désirer. Pierre Du Marroussem, Enquête sur le travail à domicile, Office du travail, Paris : Imprimerie nationale.1893

24 Des conditions de vie UNE FAMILLE OUVRIERE A FOUGERES EN 1895 "Nous n'avions qu'une seule chambre. On y travaillait, on y mangeait, on y dormait, même certains soirs on y recevait les amis. Autour des murs, il avait fallu ranger deux lits, une table, deux armoires, un buffet, le tréteau du fourneau à gaz, accrocher les casseroles, les photographies de la famille, celles du tsar et du Président de la République.[..]C'était là notre foyer, comme on dit dans les narrations des écoles primaires. Mon père l'appelait plus justement notre "cambuse".[...] Dès cinq heures du matin ma mère était à sa machine [à coudre] et pédalait jusqu'à onze heure du soir, la pauvre femme a usé deux machines ; mais la troisième a eu raison d'elle..." Jean Géhenno, Souvenirs.

25 Travail à la fabrique, travail en chambre, une comparaison En 1846, à l'âge de treize ans, je fus assez heureux pour trouver à m'embaucher dans une filature de laine, située sur la route d'abbeville, à une lieue et demie d'amiens. [...] Je me trouvai à la fabrique avant six heures. [...] Le travail à la fabrique se terminait à neuf heures du soir, mais on ne sortait qu'un quart d'heure plus tard, au son de la cloche. Il y avait une lieue et demie à parcourir pour aller chez la bonne femme qui pourrait probablement m'abriter. Nous y arrivâmes à dix heures et demie. Les travailleurs de Reims avaient à leur charge tous les frais d'éclairage, de chauffage ainsi que l'huile pour le graissage des laines. Ceux d'amiens, au contraire, en étaient exonérés, tout en étant payés le même prix. Aussi ces derniers étaient-ils moins malheureux et se tenaient-ils plus propres. Il est vrai qu'il leur fallait se lever de grand matin pour entrer à la fabrique au coup de cloche. Le moindre retard impliquait une amende et à la troisième récidive on était congédié avec un mauvais certificat qui vous mettait dans l'impossibilité de trouver à se caser dans la contrée. Mais malgré tous ces inconvénients, la situation des ouvriers de fabrique était bien plus tolérable que celle des ouvriers en chambre. Rien n'est plus abrutissant que le travail dans un local étroit, quoiqu'il paraisse être plus libre. L'ouvrier en chambre respire toute la journée les émanations malsaines du charbon et de l'huile nauséabonde qu'il chauffe ; une famille entière est ainsi à demi asphyxiée dans un espace de quelques mètres carrés. Pour échapper à cet isolement qui lui pèse, l'ouvrier va chercher la société au cabaret ; là il s'informe des prix donnés pour les façons,des conditions du travail ; il boit sa bouteille en chantant quelques couplets, puis il rentre dans son infect taudis. Dans les fabriques, au contraire, les ateliers sont chauffés, suffisamment aérés et bien éclairés ; l'ordre et la propreté y règnent ; l'ouvrier s'y trouve en société. Norbert Truquin, Mémoires et aventure d'un prolétaire à travers la révolution, l'algérie, la République argentine, le Paraguay, Paris, Éditions F. Maspéro, 1977cité dans Louis Bergeron, Lindustrialisation de la France au XIXe siècle,paris, Hatier, Témoignage de Norbert Truquin ( ), un peigneur de laine de Reims. Le manuscrit de son seul ouvrage est achevé en 1887, puis on perd sa trace au Paraguay.

26 Les sociétés mutuelles Les bienfaits des sociétés mutuelles Le but des sociétés de secours mutuels est une répartition sur toutes les époques de la vie des salaires gagnés dans les bons jours. Dans toutes les localités où elles existent, elles ont fait un bien immense. Les associés s'y sentent soutenus par les sentiments de la sécurité, un des plus précieux et des plus consolants qui puisse accompagner l'homme dans son pèlerinage ici-bas. De plus, ils sentent tous leur dépendance réciproque, l'utilité dont ils sont les uns pour les autres ; ils comprennent à quel point le bien et le mal de chaque individu ou de chaque profession devient le bien et le mal commun ; ils se rallient autour de quelques cérémonies religieuses, prévues par leurs statuts ; enfin ils sont appelés à exercer les uns sur les autres cette surveillance vigilante si propre à inspirer le respect de soi-même, en même temps que le sentiment de la dignité humaine, ce premier et difficile échelon de toute civilisation. [...] Grâce à cette surveillance, on voit disparaître peu à peu l'ivrognerie et la débauche ; car, quel droit aurait au secours de la caisse commune un homme à qui l'on pourrait prouver qu'il s'est volontairement attiré la maladie et le chômage par sa faute, et par suite d'habitudes vicieuses? Frédéric Bastiat, Harmonies économiques. Des salaires. Paris : Guillaumin, 1851

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour.

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour. Pol Indépendance de la Belgique 1830 La Belgique est gouvernée par les libéraux et les catholiques. Il ne s agit pas encore de partis politiques mais plutôt de regroupements philosophiques. Vote censitaire

Plus en détail

Bourgeois et ouvriers au 19ème siècle. 4ème Slovaquie

Bourgeois et ouvriers au 19ème siècle. 4ème Slovaquie Bourgeois et ouvriers au 19ème siècle 4ème Slovaquie LA SOCIété au 19ème siècle Par Pauline, Grégoire D., Romain La bourgeoisie La grande bourgeoisie est dominante dans la société avec des revenus élevés.

Plus en détail

CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL. FONDS ROBERT SERRURIER, Militant du Mouvement de libération ouvrière, puis Culture et Liberté

CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL. FONDS ROBERT SERRURIER, Militant du Mouvement de libération ouvrière, puis Culture et Liberté CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL FONDS ROBERT SERRURIER, Militant du Mouvement de libération ouvrière, puis Culture et Liberté 2000 054 Introduction Activités militant, éducation populaire, politique,

Plus en détail

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE

LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE LA RÉPUBLIQUE DE L ENTRE-DEUX- GUERRES : VICTORIEUSE ET FRAGILISÉE Léon Blum Général de Gaulle Georges Clemenceau Maréchal Pétain De l Union sacrée à la fin de la 1ere guerre mondiale L UNION SACRE, c

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Déclaration universelle des droits de l'homme

Déclaration universelle des droits de l'homme Déclaration universelle des droits de l'homme Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue

Plus en détail

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral

DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948. Texte intégral DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE L'HOMME ONU - 10 Décembre 1948 Texte intégral Préambule : Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie -

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - Réponses aux questions :Question 1 : A-B Question 2 : 1912 Question 3 : N 5-18-30-36 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - comestibles Question 7 :

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015

INSCRIPTION au RESTAURANT SCOLAIRE Année 2014 / 2015 NOM DE L ENFANT :. PRENOM DE L ENFANT : Date de Naissance :.. Sexe de l enfant: Masculin Féminin 1 Dossier à compléter par enfant. Maternelle : Elémentaire : - petite section - moyenne section.. Classe

Plus en détail

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants

Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants Présentation du livre Jouer, c'est vivre! Repères sur le jeu en Action Catholique des Enfants 17 X 23 cm, 100 pages, 2014, 12 Pourquoi un livre sur le jeu? Parce que jouer est un droit fondamental de l'enfant,

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Idées reçues et autres contre-vérités

Idées reçues et autres contre-vérités Idées reçues et autres contre-vérités "Juger, c'est de toute évidence, ne pas comprendre ; si l'on comprenait, on ne pourrait plus juger." Citation d'andré Malraux A l occasion des prochaines manifestations

Plus en détail

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques»

«La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» «La société mutuelle agricole de caluire et cuire : témoignage sur trente années de pratiques» Xavier Junique, Patricia Toucas et Richard Ribière Revue internationale de l'économie sociale : Recma, n 301,

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion.

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion. Rencontre Notre secteur AREQ vient de fêter son 25 e anniversaire d existence. En 1986, sous la présidence de Rita Fortin, quarante membres se sont réunis. Deux ans plus tard, Anne-Marie Roy Coulombe était

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur..

Fiche Pédagogique. Le 14 juillet. Par Karine Trampe. Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. Fiche Pédagogique Le 14 juillet Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif. 2 Fiche élève.. 3-5 Fiche professeur.. 6 Transcription 7 Sources 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR, compréhension

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE

CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE CORRECTION BREVET BLANC 2015 PREMIER PARTIE/HISTOIRE 1/ en 1804 2/ le second empire 3/JULES FERRY 4/régime de Vichy : 1940/1944 La collaboration caractérise ce régime. Par exemple, la milice française

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

COLOC' JP (25-35 ANS)

COLOC' JP (25-35 ANS) COLOC' JP (25-35 ANS) CHARTE 228 rue Nicolas Parent 73000 CHAMBERY JUILLET 2015 1 Sommaire I. Présentation de la colocation... 3 Naissance d'un projet... 3 Pourquoi? Comment? Avec Qui?... 3 II. CHARTE...

Plus en détail

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880

REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 REPUBLIQUE ET FAIT RELIGIEUX DEPUIS 1880 «La grande idée, la notion fondamentale de l Etat laïque, c est-àdire la délimitation profonde entre le temporel et le spirituel, est entrée dans nos mœurs de manière

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998)

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) Comme indiqué plus haut, l'ordonnance de 1828 avait organisé l'administration centrale

Plus en détail

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique Travaux dirigés de droit du travail, 3 ème année de Licence de droit, année 2011-2012 1 ère séance - Le lien de subordination Cass. Soc. 13 novembre 1996, n 94-13187 Cass. Soc. 19 décembre 2000, n 98-40572

Plus en détail

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun

Miroslav Marcelli. Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun Miroslav Marcelli Partage citoyen: vivre sur l horizon du monde commun «Aujourd hui, le partage évolue vers un nouveau concept le partage citoyen. Audelà des clivages politiques, idéologiques ou religieux,

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations...

Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Les jeunes (12 et +) et la prière Quelques idées d'animations... Au fait, la prière c est quoi, quand, comment, pourquoi? Utilisez cette courte vidéo de 2 pour faire réfléchir les jeunes sur le thème de

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS 1884/85 Commencement des opérations de la BNS La Banque nationale de Serbie exprime ses remerciements au Département de la

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme Dans le présent arrêt, la chambre sociale de la Cour de cassation renforce

Plus en détail

L'âge industriel (XIXème siècle).

L'âge industriel (XIXème siècle). L'âge industriel (XIXème siècle). Introduction : A partir de la fin du XVIIIème siècle, un certain nombre de pays ont connu la plus profonde mutation que les sociétés humaines ont expérimenté : la révolution

Plus en détail

Donc, le 9 février 2014. Stopper l immigration massive. www.immigration-massive.ch

Donc, le 9 février 2014. Stopper l immigration massive. www.immigration-massive.ch Donc, le 9 février 2014 Stopper l immigration massive www.immigration-massive.ch Immigration oui, ma Dépourvue de matières premières, la Suisse doit sa prospérité à la force créative de ses habitants.

Plus en détail

Marche gourmande 2013 : La Serrurerie à Sailly-Flibeaucourt

Marche gourmande 2013 : La Serrurerie à Sailly-Flibeaucourt Marche gourmande 2013 : La Serrurerie à Sailly-Flibeaucourt Déroulement de la journée Départ à 10h30 face à la Mairie Rue de la Mairie Arrêt Place Stremler : commentaires sur l'usine Stremler Rue d'enfer

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN Siège Social & Administratif (Direction Générale Pôle Ressources) Centre polyvalent «Les Blanchères» - 40, rue Louise Damasse VERNON Tél. 02 32 64 35 70 Fax. 02 32 64 35 79 Courriel : siege.asso@lesfontaines.fr

Plus en détail

mission Le conflit des «gars de Lapalme»,

mission Le conflit des «gars de Lapalme», composition Le conflit des «gars de Lapalme», à l origine du CIMM Le 1 er mai 1970, la CSN, la CEQ et la FTQ organisaient, à Montréal, une manifestation en appui aux travailleurs et à la travailleuse de

Plus en détail

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MАNIOС. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

Plus en détail

Les droits à l essentiel

Les droits à l essentiel LA SEMAINE DE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE Les droits à l essentiel A la Seyne sur mer du 17 au 23 novembre Programme provisoire A l initiative de l association AMIVEC- relais RITIMO avec l appui et la

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

DOSSIER de présentation

DOSSIER de présentation Projet d Habitat Participatif intergénérationnel et écologique DOSSIER de présentation 2015 Sommaire Mots d Ecoravissants Présentation d Ecoravie Donnez du sens à votre argent Chiffres et dates Contact

Plus en détail

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté

COMMUNIQUÉ LE PETIT LIVRET. pour dire STOP. aux idées fausses sur. la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ STOP aux idées fausses sur la pauvreté LE PETIT LIVRET pour dire COMMUNIQUÉ As-tu déjà entendu dire : «On est chômeur parce qu on ne veut pas travailler»? C est une

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

Salaires des journalistes : attention danger!

Salaires des journalistes : attention danger! Salaires des journalistes : attention danger! La direction vient de remettre aux délégués syndicaux sa dernière version du «Projet d accord sur l évolution des salaires des journalistes de l AFP» qui devra

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 EN003100 RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE DE L'ÎLE DE MONTRÉAL-5 ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN TRAVAILLEUR LE 30 MAI 1998 À L'USINE VIAU, FABRICATION CULINAR INC. SITUÉE AU 2097, RUE VIAU

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

Élections fédérales. Formation 101

Élections fédérales. Formation 101 Élections fédérales Formation 101 Déroulement de la formation 1- Le parlement canadien 2- Rôle du député 3- Rôle du premier ministre 4- Les enjeux locaux en lien avec les élections fédérales 5- Comment,

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

La complémentaire santé conventionnelle -Revue de presse -

La complémentaire santé conventionnelle -Revue de presse - La complémentaire santé conventionnelle -Revue de presse - Liens Sommaire MUTUELLE CONVENTIONNELLE : LES DISCUSSIONS AVANCENT 3 MUTUELLE CONVENTIONNELLE DU TRM : VERS UN PROJET PATRONAL COMMUN 4 TRANSPORT

Plus en détail

DECLARATION DU SALARIE(E)

DECLARATION DU SALARIE(E) Plaquette réalisée en partenariat avec : INFORMATIONS POUR LES JEUNES ET LES PARENTS SUR LE BABY-SITTING. Ce document a été réalisé pour donner quelques informations pratiques aux utilisateurs du service

Plus en détail

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Principales autorisations d absence Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Les autorisations d'absence de droit Travaux d'une assemblée

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

ACCORD NATIONAL du 19 septembre 2001 sur le compte épargne-temps dans les exploitations et entreprises agricoles

ACCORD NATIONAL du 19 septembre 2001 sur le compte épargne-temps dans les exploitations et entreprises agricoles ACCORD NATIONAL du 19 septembre 2001 sur le compte épargne-temps dans les exploitations et entreprises agricoles (étendu par arrêté du 19 décembre 2001 J.O. du 29/12/01, modifié par arrêté du 21 janvier

Plus en détail

CONTRAT-TYPE DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL AU SERVICE DE LA VENTE DANS LE COMMERCE DE DETAIL DU 10 JUILLET 1985 EDITION 2015 1

CONTRAT-TYPE DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL AU SERVICE DE LA VENTE DANS LE COMMERCE DE DETAIL DU 10 JUILLET 1985 EDITION 2015 1 CONTRAT-TYPE DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL AU SERVICE DE LA VENTE DANS LE COMMERCE DE DETAIL DU 10 JUILLET 1985 Section I : Champ d'application et effet EDITION 2015 1 Article premier Champ d application

Plus en détail

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président

SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION. Audience publique du 6 octobre 2010. Rejet. MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président SOC. PRUD'HOMMES COUR DE CASSATION Audience publique du 6 octobre 2010 MmeMAZARS,conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n V 09-68.962 Rejet Arrêt n 1881 F-D LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Archives du Parti communiste français. Georges FRISCHMANN, 1971-1974 328 J

Archives du Parti communiste français. Georges FRISCHMANN, 1971-1974 328 J Conseil général de la Seine-Saint-Denis Archives du Parti communiste français Georges FRISCHMANN, 1971-1974 328 J Répertoire numérique réalisé par Pascal Carreau sous la direction de Guillaume Nahon, directeur

Plus en détail

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE

DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE 209 DOCUMENT L HISTOIRE DE L ÉDUCATION EN FRANCE Pierre Caspard Service d Histoire de l Éducation, France. En février 2013, Antoine Prost a reçu des mains du ministre de l Éducation nationale français,

Plus en détail

HiDA Fiche 1. Je crois que ça va pas être possible ZEBDA. Leçon EC1 - Les valeurs, principes et symboles de la république

HiDA Fiche 1. Je crois que ça va pas être possible ZEBDA. Leçon EC1 - Les valeurs, principes et symboles de la république HiDA Fiche 1 Education Civique Partie 1 La République et la citoyenneté Leçon EC1 - Les valeurs, principes et symboles de la république Je crois que ça va pas être possible ZEBDA Je crois que ça va pas

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Décembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de grève...1 2 Définition du terme «grève»...1 3 Droit aux indemnités de la Caisse nationale

Plus en détail

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO

MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LA MAISON NATALE DE VICTOR HUGO LE PARCOURS GAVROCHE PRÉSENTE 1 LE SAVAIS-TU? Victor Hugo est né au premier étage de cette maison le 26 février 1802. Tu connais peut-être ce grand écrivain par ses romans

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

Pays Avant la réforme Après la réforme Bénin Travaux exécutés dans les locaux de l entrepreneur : Celui-ci est, en cas d insolvabilité du tâcheron, responsable de ses obligations à l égard des travailleurs.

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL

DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- MENSUEL GARANTI AUX OUVRIERS EN CAS D'INCAPACITE DE TRAVAIL CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL N 12 BIS DU 26 FEVRIER 1979 ADAPTANT A LA LOI DU 3 JUILLET 1978 RELATIVE AUX CONTRATS DE TRAVAIL, LA CONVENTION COLLEC- TIVE DE TRAVAIL N 12 DU 28 JUIN 1973 CONCERNANT

Plus en détail

Révision de l ombudsman à propos du reportage au Téléjournal/Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les négociations au Quotidien et au Progrès-Dimanche

Révision de l ombudsman à propos du reportage au Téléjournal/Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les négociations au Quotidien et au Progrès-Dimanche 1 Révision de l ombudsman à propos du reportage au Téléjournal/Saguenay-Lac-Saint-Jean sur les négociations au Quotidien et au Progrès-Dimanche SOMMAIRE Par la voie de son avocat, le président du syndicat

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail