identité ouvrière Problématiques:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "identité ouvrière Problématiques:"

Transcription

1 Etre ouvrier en France : Des Trois Glorieuses aux Trente Glorieuses:construction d'une Problématiques: identité ouvrière En quoi la manufacture, la fabrique, l'usine, la machine et l'émergence d'une nouvelle division du travail suscitent-elles la création d'un monde ouvrier et d'une identité ouvrière? Existe-t-il un monde ouvrier ( classe ouvrière) ou des mondes ouvriers (classes ouvrières selon l'élite bourgeoise)? Quelles sont les représentations collectives des ouvriers pour se situer eux même et pour situer les autres? Comment s'intègrent-ils dans la société française?

2 Etre ouvrier en France : Des Trois Glorieuses aux Trente Glorieuses:construction d'une Objectifs identité ouvrière Montrer les liens entre les deux révolutions industrielles et la naissance du monde ouvrier. (culture et sociabilité) Montrer les liens entre les «révolutions» ouvrières et les républiques. Montrer que les luttes ouvrières ont été au centre de notre vie sociale pendant plus d'un siècle. Pour quelles raisons et dans quelles conditions ont-elles produit le mouvement social de notre société industrielle? Montrer l'expression de la culture et la sociabilité ouvrières Montrer les interactions entre le monde ouvrier, les syndicats et les partis politiques. Quelles sont les fonctions de l'action syndicale? Montrer la complexité du monde ouvrier: la diversité dans l'unité

3 Bornes chronologiques 1830: Trois Glorieuses: La révolution de Juillet à la faveur de laquelle un nouveau régime, la monarchie de Juillet succède à la seconde restauration. Elle se déroule sur trois journées, 26 juillet, 27 juillet, 28 juillet -Première industrialisation: charbon, vapeur, filature textile croissance du travail industriel et naissance du monde ouvrier (débat historiographique sur les dates de la première Révolution industrielle) -Première ligne de chemin de fer entre St Etienne et Lyon (les frères Seguin) 1975: Fin des Trente Glorieuses Postindustrialisation

4 Etre ouvrier en France : Des Trois Glorieuses aux Trente Glorieuses I: Révolutions et révoltes ouvrières A: 1830: Les trois Glorieuses B: 1848: Le printemps des peuples C: 1870: La commune de Paris (18 mars - 28 mai 1871) D: 1892: Carmaux un danger pour le gouvernement? II: Construction d'une culture ouvrière A: les grèves et les revendications ouvrières B: Les premiers mai C: Le journal: l'humanité D: Les chants rouges: L'Internationale ( lien avec une séquence en français sur les chants rouges) III: Sociabilités ouvrières A: De chez soi à l'atelier ou l'usine B: Syndicats, partis politiques et bourses du travail C: Du taudis,à la cité ouvrière au logement social et au pavillon D: Sports, loisirs et vacances

5 I: Révolutions et révoltes ouvrières A: 1830: Les trois Glorieuses B: 1848: Le printemps des peuples C: 1870: La commune de Paris (18 mars - 28 mai 1871) D: 1892: Carmaux un danger pour le gouvernement?

6 1830: Les trois Glorieuses Tableau de Delacroix: La liberté guidant le peuple musée du Louvre huile sur toile 1830

7 Analyse du tableau de Delacroix Premier plan Second plan Arrière plan 7

8 Les journées de 1848 Les journées de février1848 Vernet Barricade rue Soufflot Meissonnier la Barricade rue de la mortellerie juin 1848

9 Les journées de juin 1848 ( ) Les ouvriers n avaient plus le choix : il leur fallait ou mourir de faim ou engager la lutte. Ils répondirent, le 22 juin, par la formidable insurrection où fut livrée la première grande bataille entre les deux classes qui divisent la société moderne. C était une lutte pour le maintien ou l anéantissement de l ordre bourgeois. Le voile qui cachait la République se déchirait On sait que les ouvriers, avec un courage et un génie sans exemple, sans chefs, sans plan commun, sans ressources, pour la plupart manquant d armes, tinrent en échec cinq jours durant l armée, la garde mobile, la garde nationale de Paris ainsi que la garde nationale qui afflua de la province. On sait que la bourgeoisie se dédommagea de ses transes mortelles par une brutalité inouïe et massacra plus de prisonniers. K. Marx (Les luttes de classe en France, 1850)

10 La Commune de 1871 Arnaud-Durbec Une barricade, 19 mars 1871 Communardes prisonnières

11 Rêves de communards La Commune fait de la formule Liberté, Égalité, Fraternité, une réalité sublime. Elle prendra l'homme à son berceau, ne le quittera qu'à la tombe. Elle élèvera tous les enfants, distribuera le travail entre tous les hommes, à chacun selon ses aptitudes, elle abritera les femmes et les vieillards. Par elle il n'y aura plus dans la société ni parias ni privilégiés, car elle fera entrer dans le trésor commun, pour le service de tous, les richesses accumulées dans les mêmes familles par les vols et l'héritage. Club de l'église de la Trinité dans Paul Fontoulieu, Les Églises de Paris pendant la Commune,Paris :Dentu, 1873 Oui, ma sœur, nous sommes maître, entends-tu, devant nous ces gens s'inclinent, les monarques tremblent en pensant à notre révolution ; ces hommes qui nous, ont livré, nous les tenons ; Bismarck lui-même est forcé de nous reconnaître. Tu vois si nous sommes fort et les gens de la campagne pensent venir nous écraser à Paris ; pauvre peuple qu'ils sont bêtes, c'est pour eux que nous travaillons et ils voudraient nous écraser mais s'ils commencent et que Paris lève sa voix et il la fera entendre de l'océan aux monts Oural car rien ne résiste à un peuple libre.[...adieu ma sœur,et vive la République démocratique et sociale. Désiré Lapie, ouvrier menuisier, blanquiste, membre du Comité de vigilance de Montmartre, 26mars 1871.émoignages publiés dans Jacques Rougerie, Paris insurgé, la Commune de 1871,Paris : Gallimard/Découvertes, 1995

12 1 baron Reille, l homme fort de la droite tarnaise, et son gendre le marquis Ludovic de Solages, député de la circonscription, venait de licencier un de ses ouvriers, Jean Baptiste Calvignac, leader syndical et socialiste, ouvrier mineur, nouveau maire de Carmaux depuis le 15 mai 1892, pour s être absenté à plusieurs reprises afin de remplir ses obligations d élu municipal. C était remettre en cause le suffrage universel et les droits réels de la classe ouvrière à s exprimer en politique.les ouvriers se mettent en grève pour défendre ce maire dont ils sont fiers. [2] Nicolas Martin, dit Martin du Nord ( ), avocat et magistrat, ministre des Travaux publics, de l Agriculture et du Commerce ( ), puis de la Justice( ). 3Paul Jean Pierre Sauzet ( ), député de Lyon, ministre de la Justice (1836) et président de la Chambre des députés ( ). Carmaux un danger pour le gouvernement? Jaurès La Dépêche, 11 octobre 1892 L opinion est éclairée maintenant sur la compagnie de Carmaux. Tout le monde sait que c est elle qui, par des agissements électoraux, a provoqué la grève, et, lorsqu elle a stupidement refusé même la proposition de M. Maujan qui allait au-delà des concessions des grévistes, elle a mis contre elle non seulement les modérés des Débats et du Temps, mais les conservateurs. M. Francis Magnard, dans son article directorial du Figaro, écrit ceci : «Cette affaire de Carmaux, sur laquelle le ministère pourrait bien tomber, est vraiment très fâcheuse. Il ne s agit pas seulement de la compagnie à laquelle je ne m intéresse qu au point de vue théorique, et contre laquelle je dois même constater une certaine mauvaise humeur ; on lui en veut, évidemment, de devenir un brandon de discorde, et je vois arriver le moment où on l accusera d abuser de son droit.» Vous entendez bien? C est Le Figaro qui parle. Évidemment, le baron Reille est un homme jugé. La compagnie, qui se sent perdue, n a plus qu un espoir : c est que les républicains ne sachent pas se mettre d accord sur un moyen décisif et rapide d action ; c est qu ils se perdent en discussions théoriques et en déclamations vaines, au lieu d agir. Il ne s agit pas, à l heure actuelle, de se livrer à de vastes propositions qui ne seraient discutées que dans dix ans. Il faut aboutir et faire capituler une compagnie qui est sortie de son droit. Il faut restituer le plus vite possible aux ouvriers le travail et le pain. Or, à mon sens, la loi sur les mines, avec les textes combinés de 1810 et de 1838, permet d agir vigoureusement et tout de suite. L article 49 de la loi du 21 avril 1810 est formel : «Si l exploitation est restreinte ou suspendue, de manière à inquiéter la sûreté publique ou les besoins des consommateurs, les préfets, après avoir entendu les propriétaires, en rendront compte au ministre de l intérieur, pour y être pourvu, ainsi qu il appartiendra.» Ainsi, la loi de 1810 donne à l État, sur les mines, un droit de haute police dans l intérêt public, et, lorsque la loi du 27 avril 1838 intervint pour organiser et préciser la procédure de déchéance, le ministre des travaux publics, M. Martin, du Nord[1], et le rapporteur, M. Sauzet[2], affirmèrent très haut le droit de l État, et ce droit, la loi de 1838 ne le créait pas, il était déjà tout entier dans la loi de [...] [..]Devant ce langage et cette ferme résolution, la compagnie capitulerait en une minute. Les républicains sont suffisamment armés par la loi actuelle. À eux d user de ces armes.

13 II: Construction d'une culture ouvrière A: les grèves et les revendications ouvrières B: Les premiers mai C: Le journal: l'humanité D: Les chants rouges: L'Internationale ( lien avec une séquence en français sur les chants rouges)

14 Grèves et revendications ouvrières Grève à Fressenneville revendications ouvrières et violence sociale C'est le mercredi 10 janvier 1906 qu'éclata cette grève. Les ouvriers réclamaient d'abord le renvoi d'un contremaître. Ils demandaient en outre que la paie des mouleurs fût comptée pour trois mouleurs, alors même qu'on n'en emploierait que deux et que ces deux mouleurs suffiraient à la tâche. Une autre raison invoquée était la fermeture des portes à 7 heures moins 5 minutes. La cloche sonnait à 6 heures 45, heure d'ouverture des portes qui étaient fermées dix minutes plus tard. Or, on se plaignait que les portes fussent fermées avant l'heure et que les ouvriers, qui avaient trouvé les grilles closes, perdissent ainsi une demi-journée. Enfin, une dernière réclamation portait sur la mauvaise qualité des meules d'émeri, sur lesquelles sont polies les parois extérieures de la serrure, et la prétention de l'usine à faire une retenue sur les meules trop rapidement usées. Le début de la grève fut marqué par le sac de la maison de M. Debeaurain, à Bethencourt. A dix heures du soir, 3 ou 400 grévistes armés de haches démolirent à moitié la maison du patron, ses meubles furent brisés, on compta pour francs de dégâts. Ce n'est que dans la nuit du jeudi au vendredi que la troupe arriva sur place et put mettre fin au régime de terreur que les grévistes avaient inauguré. Léon de Seilhac, "La grève de Fressenneville", dans Le Musée social, avril 1907 Grève à Fressennville : difficile mobilisation syndicale Les serruriers sont nettement hostiles, pour la plupart, au syndicat, et celui-ci n'aurait pu facilement se constituer, s'il n'y avait eu dans le pays un grand nombre d'ouvriers d'usine, fondeurs et tourneurs de cuivre. Les ouvriers serruriers travaillant a l'usine ne sont que des préparateurs d'ouvrage, des mâcheurs de besogne, et, par rapport aux serruriers à domicile, une minorité, qui constitue dans la profession une véritable aristocratie. Sur 600 ouvriers employés par une usine, il n'en est pas 150 occupés à l'atelier central, tous les autres le sont à domicile. Or, les ouvriers à l'usine, spécialisés par une grande division du travail et pouvant produire un grand nombre de pièces, sont beaucoup mieux payés que les ouvriers à domicile, simples finisseurs d'ouvrage, limeurs et ajusteurs, et qui peuvent se faire aider dans leur tâche par leurs femmes et leurs enfants. Il en résulte, que, si un patron est mécontent d'un ouvrier, il n'a qu'à le renvoyer et à l'employer comme travailleur à domicile. Cette grande division de la classe ouvrière, qui serait habile si elle était voulue, fait que les ouvriers se syndiquent difficilement parce qu'ils ont peur de se faire expulser de l'usine (les syndicats étant nettement révolutionnaires et les patrons leur faisant une guerre sans merci) et que les ouvriers de l'atelier familial n'ont aucun motif apparent de se syndiquer, parce qu'ils ne demandent qu'une chose : avoir le plus de travail possible et rester dans les bonnes grâces de leurs employeurs. La concurrence entre les ouvriers à domicile est en effet très vive et la solidarité ouvrière étouffée par l'intérêt individuel. Cependant, malgré ces difficultés, le syndicat du Vimeu prit une certaine importance vers les mois de mars et avril On annonçait en effet que, le 1er mai 1906, les usines cesseraient d'appartenir aux patrons pour',passer entre les mains des ouvriers, mais que seuls auraient droit à une part de propriété ceux qui appartiendraient à l'organisation syndicale. Léon de Seilhac, "La grève de Fressenneville", dans Le Musée social, avril 1907

15 Grèves 1936 occupations d'usine Support: archive de l'ina ( site jalon) durée 02ms15: grèves1936 Allégresse Cette grève est en elle-même une joie. Une joie pure. Une joie sans mélange. Oui, une joie. J'ai été voir les copains dans une usine où j'ai travaillé il y a quelques mois... Joie de pénétrer dans l'usine avec l'autorisation souriante d'un ouvrier qui garde la porte. Joie de trouver tant de sourires, tant de paroles d'accueil fraternel...joie de parcourir librement ces ateliers où on était rivé sur sa machine... Joie d'entendre, au lieu du fracas impitoyable des machines, de la musique, des chants et des rires... Joie de passer devant les chefs la tête haute...joie de vivre parmi ces machines muettes, au rythme de la vie humaine... Bien sûr, cette vie si dure recommencera dans quelques jours. Mais on n'y pense pas... Enfin,pour la première fois, et pour toujours, il flottera autour de ces lourdes machines d'autres souvenirs que le silence, la contrainte, la soumission. Des souvenirs qui mettront un peu de fierté au cœur, qui laisseront un peu de chaleur humaine sur tout ce métal. On se détend complètement. On n'a pas cette énergie farouchement tendue,cette résolution mêlée d'angoisse si souvent observée dans les grèves. On est résolu,bien sûr, mais sans angoisse. On est heureux.

16 Les accords Matignon: 7 juin 1936 Les délégués de la Confédération générale de la production française et de la Confédération générale du travail se sont réunis sous la présidence de Monsieur le Président du Conseil, et ont conclu l'accord ci-après, après arbitrage de Monsieur le Président du Conseil : Article premier La délégation patronale admet l'établissement immédiat de contrats collectifs de travail. Article 3 L'observation des lois s'imposant à tous les citoyens, les employeurs reconnaissent la liberté d'opinion, ainsi que le droit pour les travailleurs d'adhérer librement et d'appartenir à un syndicat professionnel constitué en vertu du livre III du Code du travail. Les employeurs s'engagent à ne pas prendre en considération le fait d'appartenir ou de ne pas appartenir à un syndicat pour arrêter leurs décisions en ce qui concerne l'embauchage, la conduite ou la répartition du travail, les mesures de discipline ou de congédiement. [...] Article 4 Les salaires réels pratiqués pour tous les ouvriers à la date du 25 mai 1936 seront, du jour de la reprise du travail, rajustés suivant une échelle décroissante commençant à 15% pour les salaires les moins élevés pour arriver à 7 % pour les salaires les plus élevés, le total des salaires de chaque établissement ne devant, en aucun cas, être augmenté de plus de 12%. [...] Article 6 La délégation patronale s'engage à ce qu'il ne soit pris aucune sanction pour faits de grève. Article 7 La délégation confédérale ouvrière demande aux travailleurs en grève de décider la reprise du travail dès que les directions des établissements auront accepté l'accord général intervenu et dès que les pourparlers relatifs à son application auront été engagés entre les directions et le personnel des établissements. Le président du Conseil : Monsieur BLUM Pour la Confédération générale du travail : Messieurs BELIN, CORDIER, FRACHON, JOUHAUX, MILAN, SEMAT. Pour la Confédération générale de production française : Messieurs DUCHEMIN, DALBOUZE, RICHMOND, LAMBERT-RIBOT

17 Grèves Renault mai 1968 Les accords de Grenelles Support: archive de l'ina ( site jalon) durée 04'16 grèves renault mai 68 Support: archive de l'ina ( site jalon) durée 51 sec les accords de Grenelles

18 Les premiers mai La marche du premier mai 1890 Premier mai! c est le renouveau ; Comme aux arbres monte la sève, L idée aussi monte au cerveau Et la sociale se lève! Plus haut que nos petits bourgeois, O premier mai, passant les ondes, Par-dessus frontières et loi, Ton soleil luit sur les deux mondes. Même coeur a battu partout, Même espérance triomphale Dans cette clameur qui s exhale : Debout! Debout! Debout! Voici l internationale! Le capital fait un enfer De ce pauvre monde où nous sommes, Et notre pain est plus cher, Qu à l exploiteur la chair des hommes, Trop longtemps notre surtravail Chanson écrite par Charles Gros, sur la musique du «Chant des ouvriers» de Pierre Dupont chantée pour la première fois en Nous fut payé par la famine. L ouvrier n est pas un bétail Et moins encore une machine. L ordre social, ô patrons, A vu d autres métamorphoses! Nous les voulons, nous les aurons Les trois huit et bien d autres choses. Sur le sol natal, c est l exil, Partout où l on vit de misère. Au peuple ouvrier, que faut-il? Il faut la patrie ouvrière. D un bout du monde à l autre bout, Que le même cri retentisse : Les prolétaires sont debout Et leur patrie est la justice. C est pourquoi d un coeur sûr et gai, Comme une fête de l histoire, Nous chantons notre premier mai : Notre union, c est la victoire. Lorsque nous crions : en avant! Sous notre élan, la terre bouge, Et sur notre front claque le vent Le grand frisson du drapeau rouge

19 Le premier éditorial de l'humanité: Notre but, paru le 18 avril 1904 et écrit par Jaurès Le titre même de ce journal, en son ampleur, marque exactement ce que notre parti se propose. C est, en effet, à la réalisation de l humanité que travaillent tous les socialistes. [...] Cette nécessaire évolution sociale sera d autant plus aisée, que tous les socialistes, tous les prolétaires, seront plus étroitement unis. C est à cette union que tous ici, dans ce journal, nous voulons travailler. Je sais bien quelle est aujourd hui, dans tous les pays, l âpreté des controverses et des polémiques entre les socialistes.[...]. L union ne peut naître de la confusion. Nous défendrons toujours ici, en toute netteté et loyauté, les méthodes d action qui nous semblent les plus efficaces et les plus sûres. Mais nous ne voulons pas aggraver, par l insistance des controverses et le venin des polémiques, des dissentiments qui furent sans doute inévitables, et que le temps et la force des choses résoudront certainement Socialistes révolutionnaires et socialistes réformistes sont avant tout, pour nous, des socialistes. S il est des groupes qui, ça et là, se laissent entraîner par passion sectaire à faire le jeu de la contre révolution, nous les combattrons avec fermeté. Mais nous savons que dans les deux fractions socialistes, les dévouements abondent à la République, à la pensée libre, au prolétariat, à la Révolution sociale. Sous des formules diverses dont quelques-unes nous paraissent surannées et par conséquent dangereuses, tous les socialistes servent la même cause. Et l on verra à l épreuve que, sans rien abandonner de nos conceptions propres, nous tâcherons ici de seconder l effort de tous. Nous voudrions de même que le journal fût en communication constante avec tout le mouvement ouvrier, syndical et coopératif. Certes, ici encore, il y a bien des divergences de méthode. Et ceux qui tentent de détourner de l action politique le prolétariat organisé, commettent, à notre sens, une erreur funeste. Mais que serait et que vaudrait cette action politique sans une forte organisation économique de la classe ouvrière, sans une vive action continue du prolétariat lui-même? Voilà pourquoi, sans nous arrêter aux diversités et aux contrariétés de tactiques et de formules, nous serons heureux d accueillir ici toutes les communications où se manifestera la vie ouvrière ; et nous seconderons de notre mieux tous les efforts de groupement syndical et coopératif du prolétariat. Ainsi la largeur même et le mouvement de la vie nous mettrons en garde contre toute tentation sectaire et tout esprit de coterie. [...] Tous ici nous donnerons un plein effort de conscience et de travail pour mériter ce succès : que la démocratie et le prolétariat nous y aident.. 18 avril 1904 : Jean Jaurès fonde le quotidien socialiste " l'humanité "

20 Les chants rouges: L'Internationale Debout! les damnés de la terre Debout! les forçats de la faim La raison tonne en son cratère : C est l éruption de la fin Du passé faisons table rase Foule esclave, debout! debout! Le monde va changer de base : Nous ne sommes rien, soyons tout! Refrain : C est la lutte finale Groupons-nous et demain L Internationale Sera le genre humain. Il n est pas de sauveurs suprêmes : Ni Dieu, ni césar, ni tribun, Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes! Décrétons le salut commun! Pour que le voleur rende gorge, Pour tirer l esprit du cachot Soufflons nous-mêmes notre forge, Battons le fer tant qu'il est chaud! L État comprime et la loi triche ; L impôt saigne le malheureux ; Nul devoir ne s impose au riche ; Le droit du pauvre est un mot creux. C est assez languir en tutelle, L égalité veut d autres lois ; «Pas de droits sans devoirs, dit-elle, Égaux, pas de devoirs sans droits!» Hideux dans leur apothéose, Les rois de la mine et du rail Ont-ils jamais fait autre chose Que dévaliser le travail? Dans les coffres-forts de la bande Ce qu il a créé s est fondu. En décrétant qu on le lui rende Le peuple ne veut que son dû. Les Rois nous saoulaient de fumées. Paix entre nous, guerre aux tyrans! Appliquons la grève aux armées, Crosse en l air et rompons les rangs! S ils s obstinent, ces cannibales, A faire de nous des héros, Ils sauront bientôt que nos balles Sont pour nos propres généraux.

21 Ouvriers, Paysans, nous sommes Le grand parti des travailleurs ; La terre n appartient qu aux hommes, L'oisif[3] ira loger ailleurs. Combien de nos chairs se repaissent! Mais si les corbeaux, les vautours, Un de ces matins disparaissent, Le soleil brillera toujours! L État comprime et la loi triche ; L impôt saigne le malheureux ; Nul devoir ne s impose au riche ; Le droit du pauvre est un mot creux. C est assez languir en tutelle, L égalité veut d autres lois ; «Pas de droits sans devoirs, dit-elle, Égaux, pas de devoirs sans droits!» Hideux dans leur apothéose, Les rois de la mine et du rail Ont-ils jamais fait autre chose Que dévaliser le travail? Dans les coffres-forts de la bande Ce qu il a créé s est fondu. En décrétant qu on le lui rende Le peuple ne veut que son dû. Les Rois nous saoulaient de fumées. Paix entre nous, guerre aux tyrans! Appliquons la grève aux armées, Crosse en l air et rompons les rangs! S ils s obstinent, ces cannibales, A faire de nous des héros, CHANT

22 III: Sociabilités ouvrières A: De chez soi à l'atelier ou l'usine B: Syndicats, partis politiques et bourses du travail C: Du taudis aux cités ouvrières au logement social et au pavillon D: Sports, loisirs et vacances

23 De chez soi à l'atelier ou l'usine Une famille ouvrière à Paris Mme X..., est âgée de 38 ans. Depuis son enfance,elle exerce la profession de lingère, dans laquelle elle est très habile. Elle travaille pour une entrepreneuse qui lui fournit à peu près régulièrement des chemises d'homme à finir à 1 fr. 10 et 1 fr. 25 pièce. Son gain annuel s'élève à environ 600 francs nets. Son mari, ancien ouvrier chaudronnier, assure que, depuis l'application de la loi sur les accidents du travail, il lui a été impossible de travailler, les patrons prétendant qu'avec une famille aussi nombreuse que la sienne ils courraient de trop gros risques à l'occuper. Il est alors entré comme balayeur auxiliaire au service de la ville de Paris (4 fr. 80 par jour). M. et Mme X... ont actuellement cinq enfants, de 3 ans et demi à 15 ans ; deux autres sont morts ; dans un mois, un sixième va naître. Des cinq enfants vivants, l'aîné, une fille, est placée dans le commerce et subvient à ses besoins : elle gagne 2 francs par jour et, moyennant 40 francs par mois, est logée et nourrie par des religieuses. Deux autres sont placés en Bretagne, et leurs parents payent pour eux une pension mensuelle de 30 francs. Mme X. dit que pendant plusieurs de ses grossesses elle a travaillé pour des œuvres d'assistance par le travail, et que jamais ailleurs elle n'a été l'objet d'une pareille exploitation. Les chemises que les entrepreneuses payaient de 1 fr. 50 à 1 fr. 75,lui étaient payées 60 centimes par ces oeuvres qui exigeaient que le travail fût fait à la main. Aussi a-t-elle complètement renoncé à travailler à de telles conditions, et se contente-t-elle, pendant ses périodes de grossesse et d'allaitement, des secours que lui accorde l'assistance publique. La famille occupe, dans le quartier de la Monnaie, un logement de 260 francs situé au rez-de-chaussée d'une vieille maison du XVIe siècle et composé de deux pièces : la première, éclairée par deux fenêtres, mesure environ 60 mètres cubes ; elle est garnie de deux grands lits et de quelques meubles indispensables, le tout très délabré. L'hygiène et la propreté du logement et de la maison laissent beaucoup à désirer. Pierre Du Marroussem, Enquête sur le travail à domicile, Office du travail, Paris : Imprimerie nationale.1893

24 Des conditions de vie UNE FAMILLE OUVRIERE A FOUGERES EN 1895 "Nous n'avions qu'une seule chambre. On y travaillait, on y mangeait, on y dormait, même certains soirs on y recevait les amis. Autour des murs, il avait fallu ranger deux lits, une table, deux armoires, un buffet, le tréteau du fourneau à gaz, accrocher les casseroles, les photographies de la famille, celles du tsar et du Président de la République.[..]C'était là notre foyer, comme on dit dans les narrations des écoles primaires. Mon père l'appelait plus justement notre "cambuse".[...] Dès cinq heures du matin ma mère était à sa machine [à coudre] et pédalait jusqu'à onze heure du soir, la pauvre femme a usé deux machines ; mais la troisième a eu raison d'elle..." Jean Géhenno, Souvenirs.

25 Travail à la fabrique, travail en chambre, une comparaison En 1846, à l'âge de treize ans, je fus assez heureux pour trouver à m'embaucher dans une filature de laine, située sur la route d'abbeville, à une lieue et demie d'amiens. [...] Je me trouvai à la fabrique avant six heures. [...] Le travail à la fabrique se terminait à neuf heures du soir, mais on ne sortait qu'un quart d'heure plus tard, au son de la cloche. Il y avait une lieue et demie à parcourir pour aller chez la bonne femme qui pourrait probablement m'abriter. Nous y arrivâmes à dix heures et demie. Les travailleurs de Reims avaient à leur charge tous les frais d'éclairage, de chauffage ainsi que l'huile pour le graissage des laines. Ceux d'amiens, au contraire, en étaient exonérés, tout en étant payés le même prix. Aussi ces derniers étaient-ils moins malheureux et se tenaient-ils plus propres. Il est vrai qu'il leur fallait se lever de grand matin pour entrer à la fabrique au coup de cloche. Le moindre retard impliquait une amende et à la troisième récidive on était congédié avec un mauvais certificat qui vous mettait dans l'impossibilité de trouver à se caser dans la contrée. Mais malgré tous ces inconvénients, la situation des ouvriers de fabrique était bien plus tolérable que celle des ouvriers en chambre. Rien n'est plus abrutissant que le travail dans un local étroit, quoiqu'il paraisse être plus libre. L'ouvrier en chambre respire toute la journée les émanations malsaines du charbon et de l'huile nauséabonde qu'il chauffe ; une famille entière est ainsi à demi asphyxiée dans un espace de quelques mètres carrés. Pour échapper à cet isolement qui lui pèse, l'ouvrier va chercher la société au cabaret ; là il s'informe des prix donnés pour les façons,des conditions du travail ; il boit sa bouteille en chantant quelques couplets, puis il rentre dans son infect taudis. Dans les fabriques, au contraire, les ateliers sont chauffés, suffisamment aérés et bien éclairés ; l'ordre et la propreté y règnent ; l'ouvrier s'y trouve en société. Norbert Truquin, Mémoires et aventure d'un prolétaire à travers la révolution, l'algérie, la République argentine, le Paraguay, Paris, Éditions F. Maspéro, 1977cité dans Louis Bergeron, Lindustrialisation de la France au XIXe siècle,paris, Hatier, Témoignage de Norbert Truquin ( ), un peigneur de laine de Reims. Le manuscrit de son seul ouvrage est achevé en 1887, puis on perd sa trace au Paraguay.

26 Les sociétés mutuelles Les bienfaits des sociétés mutuelles Le but des sociétés de secours mutuels est une répartition sur toutes les époques de la vie des salaires gagnés dans les bons jours. Dans toutes les localités où elles existent, elles ont fait un bien immense. Les associés s'y sentent soutenus par les sentiments de la sécurité, un des plus précieux et des plus consolants qui puisse accompagner l'homme dans son pèlerinage ici-bas. De plus, ils sentent tous leur dépendance réciproque, l'utilité dont ils sont les uns pour les autres ; ils comprennent à quel point le bien et le mal de chaque individu ou de chaque profession devient le bien et le mal commun ; ils se rallient autour de quelques cérémonies religieuses, prévues par leurs statuts ; enfin ils sont appelés à exercer les uns sur les autres cette surveillance vigilante si propre à inspirer le respect de soi-même, en même temps que le sentiment de la dignité humaine, ce premier et difficile échelon de toute civilisation. [...] Grâce à cette surveillance, on voit disparaître peu à peu l'ivrognerie et la débauche ; car, quel droit aurait au secours de la caisse commune un homme à qui l'on pourrait prouver qu'il s'est volontairement attiré la maladie et le chômage par sa faute, et par suite d'habitudes vicieuses? Frédéric Bastiat, Harmonies économiques. Des salaires. Paris : Guillaumin, 1851

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830.

Le train à vapeur : Les premières lignes de chemin de fer françaises sont construites dans les années 1830. Quels progrès techniques voit-on apparaitre au XIXème siècle? Une première phase de la Révolution Industrielle. 1769 : James Watt invente la machine à vapeur. La machine à vapeur est l une des plus importantes

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation

Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation Nom : foyer : Histoire 2 e secondaire Dossier 4 : L industrialisation École secondaire Jean-Grou 0 1- La révolution industrielle Avant la révolution industrielle, les produits étaient fabriqués dans de

Plus en détail

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque!

Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! 4 Jésus m appelle à le suivre : avec l aide de l Esprit Saint, j embarque! Objectifs : En cette 4 ème catéchèse, nous voulons faire découvrir que, par le baptême, Jésus nous a rassemblé e s dans la communauté

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Monsieur l Ambassadeur, chers amis,

Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Monsieur l Ambassadeur, chers amis, Je suis très honorée par la haute distinction dont vous venez de me remettre les insignes. Et je vous remercie de vos paroles particulièrement chaleureuses. Je suis

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie -

comestibles Question 7 : 6 Question 8 : 1907 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - Réponses aux questions :Question 1 : A-B Question 2 : 1912 Question 3 : N 5-18-30-36 Question 4 : Clefs et cadenas Question 5 : serrurerie - boutique Question 6 : charcuterie - comestibles Question 7 :

Plus en détail

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale

L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) à la Direction du Front de Libération Nationale L E T T R E S D U P. C. A. A U F. L. N. ( j u i l l e t a o û t 1 9 5 6 ) PARTI COMMUNISTE ALGERIEN COMITE CENTRAL Le 12 juillet 1956 à la Direction du Front de Libération Nationale Chers Frères, Au cours

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Monsieur le directeur de l'établissement, Vincent Rousset, Mesdames Messieurs les representants de la famille Thiollier,

Monsieur le directeur de l'établissement, Vincent Rousset, Mesdames Messieurs les representants de la famille Thiollier, Mesdames, Messieurs, les parents d'élèves, Monsieur le directeur de l'établissement, Vincent Rousset, Mesdames Messieurs les representants de la famille Thiollier, Madame Kahn, Monsieur Alexandre Chemetoff,

Plus en détail

Aide pour les formations

Aide pour les formations Aide pour les formations 1 Janvier 2008 Qu elles viennent des bases nouvelles ou des représentants syndicaux nouveaux, la Fédération souhaite répondre efficacement aux multiples demandes de formations

Plus en détail

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes.

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Le 21 mars 1804, Napoléon Ier instaure le Code civil dont l'article 1781 édicte qu'en cas de litige sur le salaire, la parole

Plus en détail

Le règlement collectif de dettes en pratique

Le règlement collectif de dettes en pratique Le règlement collectif de dettes en pratique Centre d Appui aux services de médiations de dettes de la Région de Bruxelles-Capitale Janvier 2014 Boulevard du Jubilé, 153-155 à 1080 Bruxelles Tél : 02 217

Plus en détail

Ensemble, soutenons le Bleuet de France!

Ensemble, soutenons le Bleuet de France! DOSSIER DE PRESSE Il ne peut y avoir de Solidarité sans Mémoire Depuis 1991, les fonds récoltés par l Œuvre Nationale du Bleuet de France (ONBF) permettent d accompagner la politique mémorielle de l ONACVG.

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

ASAD. parce qu on est bien à la maison

ASAD. parce qu on est bien à la maison ASAD parce qu on est bien à la maison 01 L ASAD qui sommes-nous? Parce qu on est bien à la maison, l ASAD met tout en œuvre pour que chacune et chacun, selon sa propre histoire, puisse y rester le plus

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes :

M me Melanson 1. RECONNAÎTRE 2. VÉRIFIER. Avant d agir, posez-vous les questions suivantes : Cas n o 1 M me Melanson M me Melanson (75 ans) vit dans une région rurale de la Nouvelle-Écosse. Sa fille aînée, Caroline (54 ans), est retournée vivre avec elle il y a cinq ans après le décès du mari

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

L égalité face à la protection sociale

L égalité face à la protection sociale L égalité face à la protection sociale Template www.securite-sociale.fr Décris chaque vignette (décris simplement ce que tu vois). La mésaventure de Bastien Hatier 2010 Voici la correction (ne pas noter).

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari

Académie Ibn Sina. Au fil du temps. Date : 12/12/2013. Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Académie Ibn Sina Au fil du temps Date : 12/12/2013 Fait par : Hiba Chaoub Et Adam Amari Table des matières De 1905 à 1960... 1 Le changement... 1 Les causes de ce changement... 1 Les conséquences de ce

Plus en détail

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Guy ENGEL de Luxembourg du 22 mai 2008, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du vingt-cinq juin deux mille neuf. Numéro 33753du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger

Plus en détail

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation.

De la notation à l entretien professionnel : L expérimentation. T@mT@m/CFTC.FAE ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Fédération CFTC des Fonctionnaires et agents

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux!

Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! Avec la participation de la ville de Vernouillet (2 ème Ville Amie des enfants du département) Plus de 300 enfants de Mainvilliers et Vernouillet ont célébré cette date si importante pour eux! 19/20 Novembre

Plus en détail

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse

Carnet de Guerre de Rob Roy, 1939 à 1944. Dossier de presse Dossier de presse 1 Présentation Né à Mont-de Marsan dans la Landes, le 3 octobre 1909, Robert de la Rivière (1909-1992) dit Rob Roy fut dès sa jeunesse un amoureux fou de l automobile et du dessin. Il

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner

Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE. OU COMMENT ESSAYER De LA soigner Patrick VIDAL AU CHEVET DE FRANCE OU COMMENT ESSAYER De LA soigner 1 Patrick VIDAL Au chevet de France Ou comment essayez de la soigner 2 Toute reproduction ou publication partielle, de cet ouvrage est

Plus en détail

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES?

QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? QUESTIONS REPONSES LES PLUS FREQUENTES? En tant qu apprenti je bénéficie des mêmes droits et obligations que les autres salariés de l entreprise? Vrai. Du fait que vous soyez «salarié», vous devez vous

Plus en détail

Vacances, j oublie rien!

Vacances, j oublie rien! Vacances, j oublie rien! Partie 1/2 Le mois de mai est le bon moment pour rappeler quelques règles juridiques relatives au droit aux vacances annuelles. A i-je droit à des vacances, de combien de jours

Plus en détail

syndicat Gros-oeuvre quels sont vos droits? Maçonnerie et génie civil

syndicat Gros-oeuvre quels sont vos droits? Maçonnerie et génie civil quels sont vos droits? 2011 Gros-oeuvre Maçonnerie et génie civil syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs 16, rue des Chaudronniers - CP 3287-1211 Genève 3 - www.sit-syndicat.ch -

Plus en détail

Savoir lire et comprendre une affiche politique : deux exemples sous le Front populaire autour du projet de la semaine des 40 heures.

Savoir lire et comprendre une affiche politique : deux exemples sous le Front populaire autour du projet de la semaine des 40 heures. Savoir lire et comprendre une affiche politique : deux exemples sous le Front populaire autour du projet de la semaine des 40 heures. Programmes de 3e et de 1ère 1- Identifier et présenter les documents

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut

Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge. de Rome qui s ouvrait le 22 novembre de l année dernière et qui fut Monsieur le Président, Monsieur le Directeur Général de l Administration Pénitentiaire Belge Monsieur l Ambassadeur, Autorités, Chers Collègues, Je suis heureux de Vous rencontrer encore une fois après

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS C est avec beaucoup de plaisir, monsieur le Bâtonnier FOUQUET, que j ai reçu, comme vous, monsieur le Premier Président, la nouvelle de ce que cette année, les jeunes

Plus en détail

SERVICES D AIDE À DOMICILE : POUR DES FINANCEMENTS À LA HAUTEUR DES BESOINS!

SERVICES D AIDE À DOMICILE : POUR DES FINANCEMENTS À LA HAUTEUR DES BESOINS! SERVICES D AIDE À DOMICILE : POUR DES FINANCEMENTS À LA HAUTEUR DES BESOINS! Manifestation devant le ministère des Affaires sociales et de la Santé Mardi 5 juin 2012 de 14h à 16h pour sauver trois services

Plus en détail

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement.

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement. Le mardi 3 juillet 2012, le Premier Ministre de la France a parlé aux Députés. Le Premier Ministre est le chef du Gouvernement de la France. Il y a plusieurs Ministres dans le Gouvernement. Le Premier

Plus en détail

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve

Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve Témoin : Julie Michalland pour l Association Une Rive, Un Rêve * Peux-tu nous expliquer en quoi a consisté l'association Une Rive, Un Rêve? Quel était votre projet? Avant tout amis depuis longtemps, nous

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements

Annexes. Côte-Nord Revenu des familles et des ménages Caractéristiques des ménages et des logements Annexes 71 Annexe 1 Définitions A. Activité sur le marché du travail : travail à temps plein ou à temps partiel Travail à temps plein Travail contre rémunération ou à son compte, 30 heures ou plus par

Plus en détail

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR

PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR PRIÈRES QUOTIDIENNES POUR LE NIVEAU ÉLÉMENTAIRE Avent Année B Une grande AVENTure Semaine 1 Seigneur Jésus, le temps de l Avent est un chemin, une aventure, que nous faisons en ta compagnie pour bien nous

Plus en détail

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre?

N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15. Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Que s est-il passé le 13 novembre? N 3 LES ATTENTATS À PARI S 16. 11. 15 Que s est-il passé le 13 novembre? Pourquoi les terroristes ont-ils attaqué? Qu est-ce que ça change dans le quotidien? Et maintenant, que va-t-il se passer? Pour

Plus en détail

Corr. Namur, 10 e ch., 22 octobre 2001

Corr. Namur, 10 e ch., 22 octobre 2001 Corr. Namur, 10 e ch., 22 octobre 2001 Siège : M. Scarcez (juge unique) Plaid.: MM es Preumont, Servais, de Pauw et Delforge loco Poncelet R.G., n 1895 (Ministère public [aud. trav.] c. A, B, C et D).

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

«Nous avions huit vaches et cent poules»

«Nous avions huit vaches et cent poules» «Nous avions huit vaches et cent poules» Portrait Mme HINSCHBERGER Marie Et si on vous demandait de vous présenter «J ai perdu ma maman à l âge de 3 ans et 8 mois. Elle a eu une grippe et une pneumonie.

Plus en détail

syndicat Parcs et jardins quels sont vos droits? Chefs d'équipe et paysagistes Jardiniers - Pépiniéristes et arboriculteurs

syndicat Parcs et jardins quels sont vos droits? Chefs d'équipe et paysagistes Jardiniers - Pépiniéristes et arboriculteurs quels sont vos droits? 2010 Parcs et jardins Chefs d'équipe et paysagistes Jardiniers - Pépiniéristes et arboriculteurs syndicat interprofessionnel de travailleuses et travailleurs 16, rue des Chaudronniers

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

4ème dimanche du Temps Ordinaire (Année B) 01 février 2009. (Deutéronome 18,15; Marc 1, 21-28)

4ème dimanche du Temps Ordinaire (Année B) 01 février 2009. (Deutéronome 18,15; Marc 1, 21-28) 4ème dimanche du Temps Ordinaire (Année B) 01 février 2009 (Deutéronome 18,15; Marc 1, 21-28) Laurent Dupont (président) ; Sylvain Caron (orgue), Yves St-Amant (chantre) Orientation de l homélie : le mystère

Plus en détail

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler

Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Ambassade de France en Irak Bureau de Erbil - Hawler Allocution prononcée le dimanche 1 er juin 2008 par Son Excellence Monsieur Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, lors

Plus en détail

Institution de délégués de site

Institution de délégués de site Institution de délégués de site Dans les établissements employant habituellement moins de onze salariés et dont l'activité s'exerce sur un même site où sont employés durablement cinquante salariés et plus,

Plus en détail

RESULTATS ENQUETE CARRIERE

RESULTATS ENQUETE CARRIERE Rue Gabriel Péri 77527 Coulommiers cedex tél. : 01.64.65.37.15 ou 36.26 e-mail : syndicat-cgt@ch-coulommiers.fr internet : http://cgtchcoulommiers.free.fr Coulommiers, le 29 novembre 2010 RESULTATS ENQUETE

Plus en détail

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion.

bénévole à la paroisse où elle sert la messe, fait des lectures, distribue la communion. Rencontre Notre secteur AREQ vient de fêter son 25 e anniversaire d existence. En 1986, sous la présidence de Rita Fortin, quarante membres se sont réunis. Deux ans plus tard, Anne-Marie Roy Coulombe était

Plus en détail

Absence pour maladie sans justification

Absence pour maladie sans justification Absence pour maladie sans justification Un salarié engagé comme aide-cuisinier est en arrêt de maladie depuis le 13/11/2003. La reprise du travail est fixée au 14/05/2004. Mais il ne se présente pas au

Plus en détail

POUR UNE MISE EN PLACE URGENTE DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES SYNDICS : APPEL A TOUS LES ADHERENTS DE L ARC

POUR UNE MISE EN PLACE URGENTE DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES SYNDICS : APPEL A TOUS LES ADHERENTS DE L ARC POUR UNE MISE EN PLACE URGENTE DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES SYNDICS : APPEL A TOUS LES ADHERENTS DE L ARC Comme nous allons le voir, l une des dispositions-phare de la loi ALUR en faveur des usagers

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

ÉPREUVE D ÉCONOMIE-DROIT ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ÉPREUVES DE SPÉCIALITÉS

ÉPREUVE D ÉCONOMIE-DROIT ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ÉPREUVES DE SPÉCIALITÉS BAC TECHNO 6 sujets INÉDIT Session 2014 SUJETS D EXAMEN Bac Technologique STMG ÉPREUVE D ÉCONOMIE-DROIT ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS ÉPREUVES DE SPÉCIALITÉS Eyrolles Éducation / Gep Éditions,

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

: un coffre à outils bien garni (p.4-5-6 du journal de bord) 4 e activité. Préparation. Réalisation Écrire des textes variés* (Journal dialogué )

: un coffre à outils bien garni (p.4-5-6 du journal de bord) 4 e activité. Préparation. Réalisation Écrire des textes variés* (Journal dialogué ) 4 e activité : un coffre à outils bien garni (p.4-5-6 du journal de bord) Déroulement des activités et compétences reliées Enseignants Élèves Préparation Journal de bord, page 4 Dans le journal de bord,

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche

Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche LEÇON Cela va trop loin! Sabbat Fais l activité de cette semaine à la page 80. Dimanche Lis «Cela va trop loin!». Dessine un signal routier. Ajoute ton verset à mémoriser et place-le en évidence. Commence

Plus en détail

VILLEBRUMIER SEPTEMBRE 2000 1

VILLEBRUMIER SEPTEMBRE 2000 1 VILLEBRUMIER SEPTEMBRE 2000 1 Le Mot du Maire, (discours prononcé lors de l'inauguration de la fontaine) "Tout d'abord, permettez-moi de vous adresser au nom de la municipalité, mes meilleurs vœux pour

Plus en détail

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de service public www.mlbs.fr

Fiche tirée de sites officiels du ministère de l emploi et de service public www.mlbs.fr Thème 5 CONGES ABSENCES En tant que salarié, à quels congés aurai je droit? Vous avez droit à des congés payés dès lors que vous avez travaillé au moins un mois dans l entreprise. Un salarié capitalise

Plus en détail

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous

Le bon berger. Comment Dieu prend soin de nous Le bon berger Comment Dieu prend soin de nous Jésus dit : «Celui qui boit l eau que je lui donnerai n aura plus jamais soif. Au contraire, l eau que je lui donnerai deviendra en lui une source, et cette

Plus en détail

HISTOIRE : les progrès au XIX e siècle

HISTOIRE : les progrès au XIX e siècle cherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche recherche HISTOIRE : les progrès au XIX e siècle DOC

Plus en détail

(Approuvé par délibération du Conseil Municipal)

(Approuvé par délibération du Conseil Municipal) REGLEMENT INTERIEUR PERISCOLAIRE DES ACTIVITES PERISCOLAIRES FACULTATIVES, DE 15H30 A 16H15 ET DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE D ANDÉ (Approuvé par délibération du Conseil Municipal) Dispositions

Plus en détail

Organisation / Gestion du temps

Organisation / Gestion du temps Organisation / Gestion du temps Séquence 3 : La gestion des tâches dans le temps La transition entre le collège et le lycée pose de nombreuses questions. Au collège 1, le premier élément expliquant l échec

Plus en détail

Ces politiques d austérité n'ont jamais créé d'emplois

Ces politiques d austérité n'ont jamais créé d'emplois Ces politiques d austérité n'ont jamais créé d'emplois Ces très nombreuses réformes néolibérales ont fait la preuve en trente ans de leur inefficacité. Et tout se passe pourtant comme s il n y en avait

Plus en détail

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944)

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) Huit clos est une pièce de théâtre de Jean-Paul Sartre, dont la première représentation a eu lieu en 1944. Le récit se déroule en enfer, il prend ici la forme d

Plus en détail

Fondation de la Ville en faveur du logement - prolongation de l'exonération d'intérêts sur le crédit de 1,85 mio accordé en janvier 1992

Fondation de la Ville en faveur du logement - prolongation de l'exonération d'intérêts sur le crédit de 1,85 mio accordé en janvier 1992 N 6 2011-2016 Message du Conseil communal au Conseil général Fondation de la Ville en faveur du logement - prolongation de l'exonération d'intérêts sur le crédit de 1,85 mio accordé en janvier 1992 (du

Plus en détail

1. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L ENFANT 2. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES PARENTS

1. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L ENFANT 2. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES PARENTS FICHE D'INSCRIPTION ********************* ACCUEIL PERISCOLAIRE Commune de FITZ JAMES 1. RENSEIGNEMENTS CONCERNANT L ENFANT NOM :. PRENOM : Date de naissance : CLASSE :... ECOLE :... ADRESSE :...... Tel

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE A L USAGE DES PARENTS POUR REDIGER LE CONTRAT DE TRAVAIL AVEC UN(E) ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) En partenariat avec :

GUIDE PRATIQUE A L USAGE DES PARENTS POUR REDIGER LE CONTRAT DE TRAVAIL AVEC UN(E) ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) En partenariat avec : GUIDE PRATIQUE A L USAGE DES PARENTS POUR REDIGER LE CONTRAT DE TRAVAIL AVEC UN(E) ASSISTANT(E) MATERNEL(LE) 1 INTRODUCTION Vous êtes parent (communément désigné sous le terme de particulier employeur)

Plus en détail

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement.

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement. Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais Programme inter-établissement Evaluation Sommaire 1 - Résultats de l enquête par questionnaire : début de programme...

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

DIMANCHE 12 JANVIER 2014 Le Baptême du Seigneur (A)

DIMANCHE 12 JANVIER 2014 Le Baptême du Seigneur (A) DIMANCHE 12 JANVIER 2014 Le Baptême du Seigneur (A) PREMIÈRE LECTURE Livre d'isaïe (42, 1-4.6-7) Ainsi parle le Seigneur : Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu en qui j'ai mis toute ma joie. J'ai

Plus en détail

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR

ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR Activités éducatives pour les 8 à 9 ans ÉPARGNER POUR UN PROJET FUTUR HABILETÉS FINANCIÈRES ÉPARGNER UTILISER UN COMPTE DANS UNE INSTITUTION FINANCIÈRE FAIRE UN BUDGET SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Apprendre

Plus en détail

EMISSION DU 14 AVRIL 2007 EN TOUTE FRANCHISE : INTERVENTION SUR LE FORUM TRAVAIL : TRAVAILLER LE DIMANCHE : POUR OU CONTRE

EMISSION DU 14 AVRIL 2007 EN TOUTE FRANCHISE : INTERVENTION SUR LE FORUM TRAVAIL : TRAVAILLER LE DIMANCHE : POUR OU CONTRE EN TOUTE FRANCHISE : INTERVENTION SUR LE FORUM suite à l'émission ON PEUT TOUJOURS S'ENTENDRE concernant : travailler le dimanche POUR ou CONTRE, EN TOUTE FRANCHISE tient à préciser que le Conseil d'etat

Plus en détail

Mission éducation à Hanyigba- Todzi (Togo) du 1 er juin au 7 août

Mission éducation à Hanyigba- Todzi (Togo) du 1 er juin au 7 août Mission éducation à Hanyigba- Todzi (Togo) du 1 er juin au 7 août Gwendoline Jouan Hanyigba Todzi est un village situé en pleine montagne. Son accès est difficile et ne peut se faire qu en taxi-moto à

Plus en détail

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public!

CONSIGNES GENERALES : 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut public! CONSIGNES GENERALES : 1. c est gratuit (par lettre simple : coût d un timbre postal), sans avocat, et cela ne me causera aucun risque; 2. C est très important : j apporte mon soutien à une action de salut

Plus en détail

CHAP. I : L ORGANISATION ET LES MISSIONS DU COLLEGE

CHAP. I : L ORGANISATION ET LES MISSIONS DU COLLEGE FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON (PARTIE I : LE COLLEGIEN) CHAP. I : L ORGANISATION ET LES MISSIONS DU COLLEGE PLAN DU COURS : I/ LE COLLEGE, UN ETABLISSEMENT POUR APPRENDRE II/ LES EQUIPES EDUCATIVES

Plus en détail

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s)

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s) Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. N de pourvoi: 10-20891 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE PROJET DE LOI «FAMILLE» ENCORE PLUS D ASSERVISSEMENT POUR LES FEMMES ET LES ENFANTS Est-ce de la cécité, de la surdité, de l inconscience ou un profond mépris pour les victimes de

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

L observatoire LCL en ville

L observatoire LCL en ville L observatoire LCL en ville «LA RETRAITE» Résultats de l étude quantitative réalisée par OpinionWay Le 10 janvier 2014 OpinionWay 15 place de la République 75003 Paris Tél : 01 78 94 90 00 Méthodologie

Plus en détail

68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE

68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE 68 : CIRCUIT AUTOUR DE LA MÉDITERRANÉE OCCIDENTALE Pêcheurs arabes dans leur petit voilier 378 La France allait être libérée ; je venais de me marier, à la date prévue depuis longtemps, et qui se trouva

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail