Communiqué de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G-20 tenue à Istanbul les 9 et 10 février 2015

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communiqué de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G-20 tenue à Istanbul les 9 et 10 février 2015"

Transcription

1 Communiqué de la réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G-20 tenue à Istanbul les 9 et 10 février 2015 Traduction non officielle 1. Nous nous réjouissons des perspectives de croissance et d emploi favorables dans certaines économies clés. Toutefois, la croissance de l économie mondiale demeure inégale, et, même si la reprise est en cours, elle est lente, surtout dans certaines économies avancées, notamment la zone euro et le Japon. Certains marchés émergents connaissent un ralentissement qui varie de façon marquée d un pays ou d une région à l autre, tandis que les perspectives de croissance des pays en développement à faible revenu demeurent solides, bien qu elles se soient atténuées quelque peu dernièrement. Dans certains pays, la croissance potentielle a diminué, la demande continue d être faible, les perspectives d emploi demeurent sombres et l inégalité des revenus est en hausse. En outre, la croissance du commerce mondial continue d être lente par rapport à ses niveaux moyens d avant la crise. Dans cette conjoncture, nous sommes résolus à surmonter ces difficultés et à respecter l engagement, pris par nos dirigeants, d atteindre notre objectif d une croissance forte, durable et équilibrée, en plus de créer des emplois et de favoriser l inclusivité. 2. Nous observons que la chute marquée des prix du pétrole, qui découle à la fois de l offre et de la demande, stimulera dans une certaine mesure la croissance mondiale, mais elle aura des conséquences variées dans les différentes économies. En particulier, elle augmentera le pouvoir d achat des pays importateurs de pétrole et exercera une pression à la baisse sur l inflation, quoique temporairement. Toutefois, les perspectives concernant les prix du pétrole demeurent incertaines. Nous continuerons donc de surveiller étroitement l évolution des marchés des produits de base et son incidence sur l économie mondiale. 3. La faiblesse prolongée de l inflation, combinée avec la mollesse de la croissance et la faiblesse soutenue de la demande dans certaines économies avancées, pourrait accroître le risque d une stagnation persistante. Par conséquent, nous examinerons continuellement nos paramètres stratégiques monétaires et budgétaires et nous agirons de façon décisive, au besoin. 4. Nous convenons que, aux termes des mandats des banques centrales, les conditions économiques actuelles nécessitent des politiques monétaires accommodantes dans certaines économies. À cet égard, nous voyons d un bon œil le fait que les banques centrales prennent des mesures de politique monétaire appropriées. La décision stratégique récente de la Banque centrale européenne, qui vise à

2 remplir le mandat de celle-ci au chapitre de la stabilité des prix, viendra renforcer le soutien à la reprise dans la zone euro. Nous observons également que certains pays avancés présentant de meilleures perspectives de croissance se rapprochent de conditions qui rendraient possible la normalisation de la politique monétaire. Dans un contexte de paramètres divergents de politique monétaire et d une volatilité croissante des marchés, il faudrait calibrer soigneusement la politique monétaire et la communiquer clairement de façon à réduire au minimum les répercussions négatives. 5. La politique budgétaire a un rôle essentiel à jouer pour ce qui est de renforcer la confiance et de soutenir la demande intérieure. Nous mettrons en pratique la décision par consensus de nos dirigeants de mettre en œuvre des politiques budgétaires en faisant preuve de souplesse et en tenant compte des conditions économiques à court terme, de manière à soutenir la croissance économique et la création d emplois, tout en amenant le ratio de la dette au produit intérieur brut (PIB) sur une trajectoire viable. À Cairns, nous avons convenu de prendre en considération des changements à la composition et à la qualité des dépenses et des revenus fiscaux gouvernementaux pour améliorer l apport de nos stratégies budgétaires à la croissance. À cet égard, nous observons que la chute des prix du pétrole représentera, pour certains pays, une occasion de réévaluer leur politique budgétaire. Nous prenons note des mesures prises par les pays qui ont tiré parti de la chute actuelle des prix du pétrole afin de réduire davantage le subventionnement inefficient des combustibles fossiles pour privilégier l investissement et des transferts mieux ciblés. 6. Nous reconnaissons le rôle clé du G-20 pour renforcer la confiance et réduire les vulnérabilités par la mise en œuvre et la communication efficaces de politiques macroéconomiques et structurelles. À cette fin, nous continuerons d évaluer les principaux scénarios de risque dans l économie mondiale et de faire preuve de vigilance. Nous reconnaissons le rôle des politiques macroéconomiques saines, des réformes structurelles et des cadres prudentiels solides pour contribuer à corriger la volatilité potentielle des flux financiers. De plus, nous collaborerons à la gestion des effets de débordement de nos politiques intérieures. Nous tiendrons nos engagements antérieurs relativement aux taux de change et nous résisterons au protectionnisme. 7. À Brisbane, nos dirigeants ont annoncé des stratégies de croissance exhaustives destinées à concrétiser notre objectif de croissance convenu à Sydney et à surmonter les défis auxquels nous faisons face dans notre démarche visant une croissance forte, durable et équilibrée. Nos stratégies de croissance comprennent un nombre important d engagements de réformes macroéconomiques et structurelles pour accroître l investissement, l emploi et la participation, intensifier le commerce et favoriser la compétitivité, qui sont des mesures essentielles au renforcement du potentiel de croissance. Nous réexaminerons ces stratégies afin de nous assurer qu elles demeurent adéquates compte tenu des circonstances en évolution. Nous sommes déterminés à assurer une mise en œuvre efficace et rapide de nos stratégies de croissance en vue d atteindre nos objectifs, y compris ceux qui se rapportent à la réduction des déséquilibres extérieurs. Nous nous efforcerons également de faire en sorte que la croissance soit inclusive, ayant recours entre autres à des politiques concernant l inégalité des revenus. Ainsi, nous avons convenu d élaborer un cadre robuste de responsabilisation réciproque

3 et de surveiller les progrès réalisés en vue de notre objectif de croissance collective. Bien que nous demeurions résolus à mettre en œuvre la totalité de nos stratégies de croissance, nous devrons consolider notre mécanisme de surveillance en nous concentrant surtout sur les engagements clés qui ont la plus forte incidence sur la croissance. Nous présenterons le premier rapport de responsabilisation sur la mise en œuvre de nos stratégies de croissance au sommet d Antalya. 8. Nous nous engageons à stimuler l investissement dans nos pays à l aide de stratégies d investissement concrètes et ambitieuses qui soutiendront notre objectif de croissance collective. Ces stratégies comprendront un ensemble de mesures stratégiques qui permettront d améliorer le climat des affaires et de faciliter l intermédiation financière. Nous demanderons aussi aux banques multilatérales de développement de mobiliser leurs ressources et leur expertise technique et d optimiser leurs résultats financiers, y compris au chapitre des investissements dans l infrastructure. Nous continuerons de promouvoir des façons d améliorer la qualité des processus d investissement public, d augmenter le nombre de projets propices au financement bancaire et d améliorer les modèles de partenariat public-privé (PPP) de façon à attirer une plus grande participation du secteur privé. Nous soulignerons également les mesures stratégiques à prendre afin de renforcer la planification de projet dans le but de répondre aux besoins en matière d infrastructure des pays en développement à faible revenu. Nous mettrons tout particulièrement l accent sur l amélioration de la situation financière des petites et moyennes entreprises (PME) et le climat d investissement entourant leurs activités. Nous nous employons à faciliter l octroi de financement à long terme par les investisseurs institutionnels et à encourager les sources de financement sur les marchés, y compris la titrisation. Afin de promouvoir la catégorie d actifs de l infrastructure, nous encouragerons l expansion de l utilisation de nouveaux modèles financiers, y compris les structures de financement transparentes reposant sur les actifs. Nous attendons avec intérêt l opérationnalisation rapide du centre mondial de coordination en matière d infrastructure, qui contribuera à l atteinte de nos objectifs décrits dans l initiative mondiale en faveur des infrastructures, notamment en élaborant une plateforme du partage des connaissances, en comblant les insuffisances de données et en élaborant une base de données consolidée de projets d infrastructure. 9. Nous sommes toujours profondément déçus des retards qui continuent de freiner les réformes des quotes-parts et de la gouvernance du Fonds monétaire international (FMI) dont nous avons convenu en 2010 ainsi que la Quinzième révision générale des quotes-parts, notamment l instauration d une nouvelle formule de calcul des quotes-parts. Reconnaissant l importance de ces réformes pour ce qui est de la crédibilité, de la légitimité et de l efficacité du FMI, nous réaffirmons que leur mise en œuvre dans les plus brefs délais continue d être notre priorité la plus importante au regard du Fonds. Nous continuons d exhorter les États-Unis à ratifier dès que possible les réformes de Tel que nos dirigeants l ont demandé à Brisbane, le FMI a entamé des discussions à propos d options concernant les prochaines étapes. Nous convenons que les options, quelles qu elles soient, devraient constituer un pas provisoire significatif vers la mise en œuvre complète des réformes de 2010 et ne pas être considérées comme des mesures de remplacement. Nous demandons au FMI de faire avancer l élaboration des options en vue des discussions d avril prochain. Nous demeurons déterminés à

4 maintenir un FMI fort, fondé sur un système de quotes-parts et doté de ressources suffisantes pour s acquitter de ses responsabilités systémiques. Nous attendons avec intérêt la révision quinquennale des droits de tirage spéciaux (DTS) que réalisera le FMI cette année. 10. Nous avons accompli des progrès notables en vue d achever le programme de réforme financière, et nous sommes résolus à mettre au point ses derniers éléments de base cette année. Il reste des étapes essentielles à franchir, surtout en ce qui a trait au problème des institutions trop grandes pour faire faillite, notamment la mise au point, d ici la tenue du sommet d Antalya, de la proposition de norme internationale commune sur la capacité globale d absorption des pertes visant les banques d importance systémique mondiale, à la suite d une évaluation quantitative rigoureuse des répercussions, dont les conséquences pour les banques sur les marchés émergents. Nous mettrons au point la méthode permettant de déterminer les institutions financières d importance systémique hors des secteurs bancaire et des assurances d ici la fin de 2015, et nous concevrons les mesures stratégiques à appliquer par la suite. Nous reconnaissons l importance d une mise en œuvre rapide, complète et uniforme des réformes convenues. En particulier, nous sommes engagés à mettre en œuvre les Caractéristiques essentielles de systèmes performants de résolution visant tous les volets du secteur financier qui pourraient être d importance systémique dans l éventualité d une faillite. Nous améliorerons la coopération transfrontalière afin de pouvoir mettre en place des règlements plus efficaces, surtout dans les domaines du redressement et des réformes des marchés des instruments dérivés de gré à gré, où une mise en œuvre rapide est nécessaire. Nous encourageons les administrations à s en remettre les unes aux autres lorsque c est justifié, conformément à la déclaration de Saint-Pétersbourg. Nous attendons avec intérêt le rapport annuel du Conseil de stabilité financière (CSF), qui portera sur l état d avancement de la mise en œuvre et les effets de la réforme de la réglementation financière. Nous demandons au CSF de poursuivre ses activités de surveillance et de remédiation des risques financiers nouveaux et en évolution, bon nombre desquels peuvent se manifester à l extérieur du système bancaire. À cet égard, nous mettrons en œuvre la version mise à jour de la feuille de route concernant les activités bancaires parallèles convenue à Brisbane dans le but d améliorer davantage la surveillance et la réglementation des activités bancaires parallèles, à la mesure des risques systémiques qu elles présentent, en vue de veiller à la résilience du financement reposant sur le marché. Nous sommes préoccupés par les infractions commises sur les marchés et par la tendance récente d institutions financières à mettre un terme à leurs relations d affaires avec des catégories de clients ou à leur imposer des restrictions. Nous surveillerons étroitement l évolution de la situation en vue de déterminer son incidence potentielle sur l inclusion et la stabilité financières. 11. Nous réitérons notre appui total au projet du G-20 et de l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) concernant l érosion de la base d imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) et manifestons notre détermination de lutter contre l évitement fiscal transfrontalier en modernisant les règles fiscales internationales. Nous mettrons au point les produits livrables prévus dans le plan d action BEPS d ici la fin de l année. Nous appuyons le mandat consistant à élaborer un instrument multilatéral destiné à simplifier la mise en œuvre des mesures concernant la BEPS qui sont liées aux conventions fiscales. Nous réaffirmons également notre engagement de renforcer la

5 transparence fiscale dans le but de prévenir l évasion fiscale transfrontalière. En ce qui concerne l échange de renseignements sur demande, nous exhortons toutes les administrations à se conformer entièrement aux normes du Forum mondial et à adhérer à la Convention multilatérale concernant l assistance administrative mutuelle en matière fiscale. Nous nous efforcerons d achever les procédures législatives nécessaires afin de commencer l échange automatique de renseignements dans le délai convenu. Nous attendons avec intérêt la mise en œuvre concrète et intégrale de la nouvelle norme à l échelle mondiale, et nous réitérons notre engagement de rendre cet échange de renseignements réalisable pour tous les pays, y compris toutes les places financières, en plus d appuyer les projets pilotes. Nous sommes satisfaits de la participation directe des pays en développement au projet BEPS afin que les préoccupations de ces pays soient prises en compte, et nous reconnaissons que leur calendrier de mise en œuvre peut être différent de celui d autres pays. Nous surveillerons étroitement les progrès de la préparation des outils destinés à aider les pays en développement à mettre en œuvre les mesures BEPS. Nous continuerons de soutenir le renforcement des capacités des pays en développement. Nous mettrons en œuvre les Principes de haut niveau du G-20 sur la transparence de la propriété effective. 12. Compte tenu de l incidence que peuvent avoir les actes terroristes sur nos sociétés et sur nos économies, nous nous engageons à renforcer notre coopération et nous exhortons tous les pays à accélérer leur observation des normes internationales pertinentes, notamment en ce qui concerne l échange de renseignements et le gel des avoirs des terroristes. 13. Nous appuyons l atteinte de résultats fructueux à la troisième Conférence internationale sur le financement du développement, qui sera tenue en juillet 2015 à Addis-Abeba, en Éthiopie, en vue de la mise en œuvre du programme de développement pour l après Nous nous réjouissons des progrès que les organisations internationales ont accomplis afin d aider les pays touchés à composer avec l incidence économique de la crise du virus Ebola et à renforcer leur capacité de gestion des risques en cas d urgences sanitaires mondiales futures. En particulier, nous nous réjouissons de la création du Fonds fiduciaire d assistance et de riposte aux catastrophes du FMI et des progrès accomplis par le Groupe de la Banque mondiale en vue d élaborer un mécanisme de riposte d urgence aux pandémies. Annexe Rapports déposés Nous prenons acte avec satisfaction du dépôt des rapports suivants en prévision de la réunion de février 2015 des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G-20 : IMF Surveillance Note, février 2015.

6 Rapport Objectif croissance de l OCDE, février Lettre et rapport de la directrice générale du FMI au Comité monétaire et financier international et au G-20, février Rapport du secrétaire général de l OCDE aux ministres des Finances et aux gouverneurs des banques centrales du G-20, février Financial Reforms Finishing the Post-Crisis Agenda and Moving Forward, lettre du président du Conseil de stabilité financière aux ministres des Finances et aux gouverneurs des banques centrales du G-20, février G20/OECD Voluntary Aggregation Exercise Results of the Checklist on Long Term Investment Financing Strategies and Institutional Investors, rapport d étape de l OCDE aux ministres des Finances et aux gouverneurs des banques centrales du G-20, février New Approaches to SME and Entrepreneurship Financing: Broadening the Range of Instruments, rapport de l OCDE aux ministres des Finances et aux gouverneurs des banques centrales du G-20, février SME Debt Financing Beyond Bank Lending: the Role of Securitization, Bonds and Private Placements, rapport de l OCDE aux ministres des Finances et aux gouverneurs des banques centrales du G-20, février Mapping Channels to Mobilize Institutional Investment in Sustainable Energy, rapport de l OCDE aux ministres des Finances et aux gouverneurs des banques centrales du G-20, février Questions nécessitant d autres mesures Nous demandons au FMI, à l OCDE et au Groupe de la Banque mondiale (la Banque mondiale) de collaborer avec nous afin de repérer, dans nos stratégies de croissance, le sous-ensemble d engagements qui ont la plus forte incidence sur la croissance. Nous demandons au FMI et à l OCDE de participer, au cours de la deuxième réunion du groupe de travail sur le Cadre, à un séminaire sur la méthode de modélisation de nos stratégies de croissance. Nous demandons à l OCDE, en collaboration avec d autres organisations internationales, de nous aider à analyser les stratégies d investissement propres aux différents pays du G-20, contribuant ainsi à la mise en place d un objectif global de stimulation de l investissement, notamment dans l infrastructure, d ici la tenue du sommet d Antalya.

7 Nous demandons au FMI et à l OCDE de chercher à déterminer, avec l apport de la Banque des règlements internationaux (BRI) et du CSF, si d autres travaux sont nécessaires dans le cadre de leurs approches respectives par rapport aux mesures macroprudentielles et aux mesures de flux de capitaux, en tenant compte de leurs mandats particuliers, d ici notre réunion d avril. Nous attendons avec intérêt le rapport final du Groupe de travail G-20/OCDE sur les investisseurs institutionnels et le financement à long terme portant sur la liste de vérification des stratégies de financement des investissements à long terme et des investisseurs institutionnels, d ici notre réunion d avril. Nous demandons à l OCDE de discuter des révisions provisoires de ses principes de gouvernance institutionnelle à la table ronde de haut niveau du G-20 et de l OCDE sur la gouvernance institutionnelle, qui aura lieu le 10 avril 2015 à Istanbul, et de présenter les principes révisés, accompagnés d un rapport sur leur application à l analyse liée aux PME, d ici notre réunion de septembre aux fins de transmission au Sommet. Nous attendons avec intérêt la note du FMI au sujet du financement reposant sur l actif, par exemple au moyen des sukuk, pour la réalisation de projets d infrastructure. Cette note abordera, entre autres choses, la réglementation et la supervision des banques, le développement du marché des sukuk et l adaptation des cadres de politique monétaire. Nous demandons à la Banque mondiale de préparer une trousse d outils à utilisation volontaire destinée à la planification et à l établissement de priorités en matière de projets d infrastructure, de même qu au renforcement des méthodes permettant de relever et de concevoir les projets d infrastructure. Nous demandons à la Banque mondiale de rendre compte des efforts que les pays déploient actuellement en vue de favoriser une plus grande transparence dans les opérations de PPP, en plus d offrir une trousse d outils à utilisation volontaire destinée à faire mieux connaître et comprendre, par le public, les projets de PPP. Nous demandons au FMI de nous présenter un compte rendu sur l état d avancement de l inclusion des clauses renforcées d action collective et de partage égal liées aux émissions internationales d obligations souveraines, ainsi que sur les efforts déployés par le Fonds afin d en faire activement la promotion. Nous discuterons des progrès accomplis à cet égard en vue d approfondir notre compréhension. Nous demandons au CSF, en coordonnant les apports du FMI, de l OCDE, de la BRI, de l Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV) et de la Banque mondiale, de préparer un rapport d ici notre réunion de septembre, précédé d un rapport provisoire destiné à la réunion de juin des Représentants en vue d examiner les facteurs qui déterminent la structure du passif des titres de sociétés, en mettant l accent sur les conséquences de cette structure pour la stabilité financière.

8 Nous demandons au CSF d examiner, avec la Banque mondiale et d autres organismes pertinents, l ampleur de la cessation des relations de correspondant bancaire et ses conséquences pour l inclusion financière, de même que des réponses stratégiques possibles, au besoin. Nous demandons au CSF de collaborer avec le Comité sur les paiements et les infrastructures de marché, l OICV et le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire dans le but d élaborer, et de nous présenter en avril, un plan de travail destiné à relever et à combler toute lacune restante et tout risque potentiel pour la stabilité financière qui sont occasionnés par les contreparties centrales et systémiques dans de multiples administrations, dans le but d améliorer la capacité de les résoudre. Nous demandons à l OCDE de mettre à jour son rapport sur les PME et l impôt publié pour la première fois en 2009 afin d analyser les aspects stratégiques et administratifs actuels de l imposition des PME. Nous attendons avec intérêt les mises à jour de 2015 du Forum mondial sur la transparence et l échange de renseignements à des fins fiscales au sujet de la feuille de route sur l échange automatique de renseignements. Nous demandons au Forum mondial de présenter un rapport d ici la deuxième moitié de 2015 sur les progrès réalisés par ses membres relativement à la signature de la Convention concernant l assistance administrative mutuelle en matière fiscale. Nous attendons avec intérêt le rapport final de l OCDE sur d éventuels incitatifs et processus de mise en œuvre plus sévères pour faire face aux pays qui omettent de respecter les normes du Forum mondial sur l échange de renseignements fiscaux sur demande. Nous attendons avec intérêt un rapport du FMI, de la Banque mondiale, de l OCDE et de l Organisation des Nations Unies (ONU) sur l utilisation efficiente et efficace des encouragements fiscaux dans les pays en développement à faible revenu. Nous attendons avec intérêt une trousse d outils à utilisation volontaire de l OCDE, du FMI, de l ONU et de la Banque mondiale destinée à aider les pays en développement à composer avec les difficultés relatives à la comparabilité des données sur les prix de cession interne, y compris l établissement des prix des minéraux sous une forme intermédiaire et les règles refuges. Nous demandons au Groupe d action financière et à ses homologues régionaux de porter une attention particulière au financement du terrorisme, de coordonner davantage leurs travaux futurs et d élaborer des lignes directrices dans le but d accroître la transparence des systèmes de paiement, et ce, dans le but d atténuer le risque que ces systèmes soient utilisés de façon abusive pour financer des activités terroristes et de blanchiment d argent. Nous demandons de recevoir, d ici octobre 2015, un rapport sur les progrès accomplis et des propositions destinées à renforcer tous les outils de lutte contre le financement du terrorisme. Nous demandons au Groupe d étude sur le financement des activités reliées aux changements climatiques de poursuivre ses travaux dans l optique des étapes suivantes proposées dans son rapport

9 d étape de 2014, en collaboration avec les organisations internationales pertinentes, et de nous présenter un compte rendu à notre réunion d avril. Nous espérons un résultat fructueux à la 21 e Conférence des Parties à Paris, et nous demandons à toutes les institutions financières internationales de renforcer leur collaboration au chapitre du financement des activités reliées aux changements climatiques.

Communiqué des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G-20

Communiqué des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G-20 Sydney, Australie, le 23 février 2014 Communiqué des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du G-20 Traduction non officielle 1. Nous nous réjouissons des récents signes d embellie

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

Sommet de Los Cabos Déclaration des chefs d État et de gouvernement

Sommet de Los Cabos Déclaration des chefs d État et de gouvernement (Traduit de l anglais) Traduction du texte anglais publié par la Présidence mexicaine Sommet de Los Cabos Déclaration des chefs d État et de gouvernement 1. Nous, chefs d État et de gouvernement du G20,

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Vingt-neuvième réunion Le 12 avril 2014 Déclaration de M. Akagha-Mba, Ministre de l Économie et de la Prospective, Gabon Représentant les pays suivants : Bénin,

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Plan d action de Brisbane

Plan d action de Brisbane Plan d action de Brisbane Novembre 2014 Un plan pour la croissance Le Plan d action de Brisbane expose les mesures individuelles et collectives prises afin de parvenir à une croissance forte, durable et

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/FID/2007/2 16 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié?

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié? Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 5 avril 2011 Français Original: anglais ECE/CES/2011/9 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-neuvième

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Résumé analytique La prise de risques économiques avance mais de manière inégale

Résumé analytique La prise de risques économiques avance mais de manière inégale Rapport sur la stabilité financière dans le monde Prise de risques, liquidité et banque parallèle : maîtriser les excès et promouvoir la croissance Octobre 2014 Résumé analytique Six ans après le début

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965)

PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS. Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) PRINCIPES ET VALEURS EN MATIÈRE DE PLACEMENTS Régime de pension de l Université d Ottawa (1965) Objectif du fonds Réalisation de l objectif Continuité de l exploitation Rôles et responsabilités L objectif

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Ratio structurel de liquidité à long terme : normes de publicité Juin 2015 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL

DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL DEUXIÈME CONFÉRENCE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DE L ENREGISTREMENT DES FAITS D ÉTAT CIVIL Durban, Afrique du Sud 6-7 Septembre 2012 Thème «Amélioration de l infrastructure institutionnelle et humaine

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** 3 ème Conférence internationale sur le financement du développement --------- Communication de Monsieur Amadou BA, Ministre de l Economie, des

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil Commission de l Union africaine Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil République de Côte d Ivoire

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Les défis du reporting macro-prudentiel

Les défis du reporting macro-prudentiel Les défis du reporting macro-prudentiel EIFR 25 mars 2014 Bruno LONGET Banque de France Direction de la Balance des paiements Réf : D14-014 Introduction : pourquoi renforcer le dispositif de surveillance

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE Avril 2015 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Les chocs macroéconomiques mettent de nouveau à l épreuve les marchés mondiaux Durant ces six derniers mois, les événements

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

www.busanhlf4.org 1er décembre 2011

www.busanhlf4.org 1er décembre 2011 PARTENARIAT DE BUSAN POUR UNE COOPÉRATION EFFICACE AU SERVICE DU DÉVELOPPEMENT QUATRIÈME FORUM À HAUT NIVEAU SUR L EFFICACITÉ DE L AIDE, BUSAN, RÉPUBLIQUE DE CORÉE, 29 NOVEMBRE 1 DÉCEMBRE 2011 1. Nous,

Plus en détail

Communiqué de la Conférence des Ministres européens chargés de l Enseignement Supérieur, Londres, 17-18 Mai 2007

Communiqué de la Conférence des Ministres européens chargés de l Enseignement Supérieur, Londres, 17-18 Mai 2007 Communiqué de Londres 18 mai 2007 Communiqué de la Conférence des Ministres européens chargés de l Enseignement Supérieur, Londres, 17-18 Mai 2007 VERS L ESPACE EUROPEEN DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : REPONDRE

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION

L UNION BANCAIRE 1. LE MÉCANISME DE SURVEILLANCE UNIQUE (MSU) 1.1. PRÉPARATION 1. L UNION BANCAIRE Dans la zone euro, l extension de la crise à certains marchés de dettes souveraines a illustré qu une union monétaire réclame, outre une coordination renforcée des politiques budgétaires

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Nations Unies A/CONF.216/L.1* L avenir que nous voulons I. Notre vision commune *1238165* Distr. limitée 19 juin 2012 Français Original : anglais

Nations Unies A/CONF.216/L.1* L avenir que nous voulons I. Notre vision commune *1238165* Distr. limitée 19 juin 2012 Français Original : anglais Nations Unies A/CONF.216/L.1* Distr. limitée 19 juin 2012 Français Original : anglais Rio de Janeiro, Brésil 20-22 juin 2012 Point 10 de l ordre du jour Résultats de la Conférence L avenir que nous voulons

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014

Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Produits alimentaires et de consommation du Canada Proposition en vue de la préparation du budget Le 6 août 2014 Résumé L industrie des produits alimentaires et des produits de consommation est le principal

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Réformes européennes et stabilité financière

Réformes européennes et stabilité financière Réformes européennes et stabilité financière 3/04/2012 Martin MERLIN Chef d'unité DG Marché intérieur et services Causes de la crise financière de 2007-2008 Déséquilibres macro-économiques Lacunes réglementaires

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance Avant - Économie congolaise caractérisée par un tissu industriel délabré - Infrastructures socio-économiques de base détruites - Inflation galopante - Monnaie chancelante Après - Ambitieux programme de

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI

Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI Anita Fürstenberg-Lucius Présentation donnée à l occasion du séminaire d information sur Plan

Plus en détail

Communiqués de presse du Comité intérimaire, du Comité monétaire et financier international et du Comité du développement

Communiqués de presse du Comité intérimaire, du Comité monétaire et financier international et du Comité du développement A P P E N D I C E V I Communiqués de presse du Comité intérimaire, du Comité monétaire et financier international et du Comité du développement Comité intérimaire du Conseil des gouverneurs du système

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Principes de saine gestion et de surveillance du risque de liquidité

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Principes de saine gestion et de surveillance du risque de liquidité Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Principes de saine gestion et de surveillance du risque de liquidité Septembre 2008 Pour obtenir des exemplaires des publications, se faire inscrire sur la liste

Plus en détail