Utilisation de l énergie en entreprise

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation de l énergie en entreprise"

Transcription

1 Réduction des consommations et récupération d'énergie dans l'industrie Retours d expériences dans plusieurs entreprises françaises Utilisation de l énergie en entreprise Christophe DEBARD Directeur Commercial 1 2 1

2 Force motrice : convoyage, découpe, mélange, ventilation, pompage Fours et étuves : traitement thermique, séchage et cuisson, Chauffage de bains (traitement de surface,...) Utilités : Eclairage, Chauffage et climatisation des locaux, production d air comprimé, manutention (ponts roulants, chariots élévateurs) production de froid Fours et étuves : traitement thermique, séchage, cuisson,... Chauffage des locaux Chauffage de bains de traitement de surface, de blanchiment en agroalimentaire Utilités : climatisation des locaux, chariots élévateurs

3 Répartition des consommations d énergie dans l industrie Les gisements d économies d énergie Électricité moteurs électriques : 70% électrolyse 9% éclairage : 4% Gaz : usage thermique essentiellement près de 70% de la consommation d énergie est dédiée à la chaleur (gaz + élec) 5 6 3

4 Quels outils pour une meilleure efficacité énergétique? Le diagnostic énergétique 7 8 4

5 Objectifs d un diagnostic Méthodologie Faire un bilan des consommations énergétiques de l entreprise Déterminer la répartition par poste de ces consommations énergétiques Quatre grandes phases d intervention Investigations préliminaires Campagne de mesures sur site Analyse et recommandations Rapport et restitution des résultats Identifier les pistes d amélioration possibles Evaluer les gains énergétiques et financiers possibles et le temps de retour des investissements à mettre en place Référentiel de bonnes pratiques : document AFNOR BPX reconnu par l ADEME

6 Analyse Répartition des consommations Utilisation d outil de calcul développé par le CETIAT pour le besoin des diagnostics (ex : déperdition des bâtiments) Formulation de préconisations d économies d énergie en fonction des données récupérées Le plan de comptage Action à réaliser N Thème concerné N dossier Energie AZOTE Objectif de réduction en % de consommation du poste Gain visé en Euros Réduction de consommation en kwh/an Résumé de l'action réduction des pertes à arret des ventilateurs et convoyeurs pendant les pauses de fabrication 1 Surgélateurs 1% l'arret et fermeture des sas mise en place d'une horloge calée sur les pauses AZOTE Remplacement azote par 2 Surgélateurs 2% froid mécanique le basculement en froid mécanique permet de rendre les surgélateurs plus étanches et de changer d'énergie. Cela imposera surement un changement de surgélateurs pour choisir un surgélateur avec un transfert plus efficace à -47 C Investissement estimé Retour sur investissement estimé en année , ,7 11% 2% 7% Répartion consommation électrique 4% 1% 4% 1% 9% Décolletage Groupes Froids Aéroréfrigérant sec Filtration huile Lavage pièces Eclairage 3 4 Electricité Electricité Production de Mise en place de HP Froid flottante Mise en place de Production de variation de vitesse du Froid pompe EG 19% Mise en place de VEV pour les ventilateurs des condenseurs ,5 50% Mise en place de VEV sur pompes et ouverture de vannes ,6 61% Divers Aspiration polluants Air comprimé 5 Gaz Production de chaleur Isolation boucle d'eau chaude 50% Mise en place isolant sur les tuyauteries ,

7 Le plan de comptage ATTENTION! Objectifs : Obtenir une répartition pérenne de ses consommations énergétiques Suivre des indicateurs corrélés à des facteurs d influence Mettre en place un plan de comptage Faire un état des lieux énergétique et des moyens déjà en place Identifier les facteurs d influence Installer de nouveaux moyens de comptage et de recueil de données Suivi Utiliser le juste facteur temps Etalonner et maintenir les moyens de comptage Trop d indicateurs peuvent être néfastes Une mesure n a de sens que si on sait estimer sa précision Ne pas mésestimer les coûts d exploitation Ne pas faire l impasse sur un diagnostic approfondi du besoin Choix du matériel et de son installation Choix de la gestion et adéquation entre les différents systèmes d informations

8 Concrètement L air comprimé : des améliorations rentables Quelles économies potentielles?

9 L air comprimé : son rendement Répartition des dépenses liées à l'air comprimé 80% Investissement Maintenance Energie 9% 11% Pour 6000 h de fonctionnement pendant 5 ans Source ADEME

10 Des exemples concrets d amd amélioration Entreprise de 250 personnes : Fabrication de plats cuisinés Trois compresseurs VF d une puissance totale de 270 kw Taux de fuite du réseau d air comprimé mesuré à 44 % (comparaison de charge avec mesure hors production). Chasse aux fuites réduisant ce taux à 20 % de la consommation. La ventilation : des gisements sous-estimés Gain direct : environ 90 MWh/an soit 4,5 k Temps de retour brut : immédiat Utilisation variable de la puissance d air comprimé Reprogrammation des compresseurs et mise en place d une VEV Gain direct : environ 250 MWh/an soit 12,5 k Temps de retour brut : 3 à 4 ans

11 La ventilation : les principales améliorations Limiter les consommations parasites (encrassement, fuites), Recycler l air si possible : choix d un épurateur performant, Récupérer l énergie sur l air extrait : mise en place d un récupérateur, Choisir des composants optimisés (moteurs, ventilateurs, transmission), Capter les polluants à la source, Adapter le régime de ventilation à ses besoins (interrupteurs, VEV), Ventiler par déplacement. Source ADEME

12 La ventilation : Variation de vitesse La ventilation par déplacement Impact sur la consommation énergétique de différents systèmes de régulation de débit Source ADEME Source ADEME

13 L éclairage : une utilité souvent oubliée Présent dans toutes les entreprises. L éclairage : une source d économie souvent négligée Souvent négligé, considéré comme ayant un faible enjeu financier. Puissances installées faibles? Utilisation souvent continue. Part relative pouvant être importante dans le cadre de certaines activités (assemblage, stockage, chaudronnerie...)

14 L éclairage : les principales améliorations Un exemple de suivi énergétique Optimisation de l éclairage naturel. Puissance appelée par l'éclairage Automatisation de l éclairage (Horloge de programmation, cellule crépusculaire, détecteur de présence). Utilisation de sources et de dispositifs annexes plus efficaces (ballasts électroniques, luminaires adaptés ). Adaptation de l éclairage à l utilisation des locaux (respect des normes et décrets) et recherche du meilleur confort pour les utilisateurs. Mise en place d une maintenance préventive (remplacement des lampes, nettoyage des luminaires). Puissance en kw jeudi 10 juin 2010 vendredi 11 juin samedi 12 juin dimanche 13 juin 2010 lundi 14 juin 2010 mardi 15 juin mercredi 16 juin jeudi 17 juin 2010 vendredi 18 juin samedi 19 juin

15 Un exemple concret d amd amélioration Entreprise de 90 personnes : Fabrication d échangeurs de chaleur et d appareils thermique de très grande taille. Usinage à façon Eclairage par lampes mercure de 2 zones de l entreprise. P= 35 kw Consommation Electricité initiale pour l éclairage de ces zones : 121 MWh pour un coût de 9 k soit 14 % dépense totale Économiser sur les process de fabrication Remplacements des ampoules existantes par des ampoules sodium haute pression. Eclairement constant mais baisse puissance installée. Gain direct : environ 31,5 MWh soit 2,3 k Un investissement de l ordre de 5,5 k Temps de retour brut : environ 2,5 ans Remerciements et source CETIM

16 Economies d énergies sur les procédés Amélioration : le cas des tunnels de peinture 1/3 Le potentiel d économies est important : jusque 70% En contrepartie, les freins sont légitimement importants Il faut distinguer différents leviers d actions : Amélioration Optimisation Evolution Les procédés de finition font partie des procédés utilisés en industrie mécanique Deux études ont été conduites sur le sujet : Cofinancement CETIAT CETIM - ADEME 1. Etude comprenant le bilan thermique de 8 installations 2. Etude concernant les pertes par les sas

17 Amélioration : le cas des tunnels de peinture 2/3 Amélioration : le cas des tunnels de peinture 3/3 Pertes par les extractions 31% Convoyeur 3% Les solutions Limiter les extractions au nécessaire (utilisation de VEV) Pertes par les extractions 45% Cas Standard Convoyeur 13% Pertes par les sas 61% Cas hors norme Pièces métalliques 2% Pertes par les parois 3% Travailler sur la forme des sas Isoler si nécessaire Choisir un matériau à faible conductivité thermique pour le convoyage Pièces métalliques 13% Pertes par les sas 19% Pertes par les parois 10% Les voies d optimisation

18 Optimisation : le cas des tunnels de séchage Evolution : la cuisson de la pomme de terre 1/2 Simulation aérauliques des pertes par les sas Constitution d un outil de calcul pour la définition des tunnels de séchage Données sas Surface sas [m2] Température air sas [ C] Vitesse air [m/s] Séchage? OUI Extraction Débit air extrait [m3/h] Température air extrait [ C] Données production Débit pièce [kg/h] T entrée pièce [ C] T sortie pièce [ C] Procédé conventionnel : autoclave vapeur temps de cycle : 60 minutes environ température de cuisson : ~95 C consommation spécifique : 0,65 kwh / kg de produit Données parois Convoyeur Tambiante [ C] Coefficient d'échange [W/m² C] Masse chaine [kg/m] Vitesse convoyeur [m/min] Surface n 1 [m2] 70 Auxiliaires électriques T paroi [ C] Surface n 2 [m2] T paroi [ C] Surface n 3 [m2] T paroi [ C] T paroi [ C] Surface n 4 [m2] 0 Rendement (%) 40 Rendement étuve 90 Puissance Auxiliaire n 1 [kw] Puissance Auxiliaire n 2 [kw] Puissance Auxiliaire n 3 [kw] Puissance Auxiliaire n 4 [kw] Puissance Auxiliaire n 5 [kw] Objectifs : Diminuer le temps de cuisson Améliorer l efficacité énergétique

19 Evolution : la cuisson de la pomme de terre 2/2 Nouvelle solution micro-ondes : tunnel à bande transporteuse puissance micro-ondes de 24 kw et batterie air chaud de 12 kw dimensions tunnel : 9 x 1 m² temps de cycle : 20 minutes température de cuisson : ~ 95 C Récupérer l énergie Gain énergétique : 70 % / procédé AC 0.20 kwh au kg de produit traité au lieu de 0,65 kwh Traitement continu et rapide (20 minutes contre 60 minutes en autoclave) Augmentation de la productivité de 30 % Gain de place : un tunnel MO pour 3 autoclaves Amélioration de qualité des produits finis

20 Récupération énergétique sur air extrait Contexte : Entreprise secteur industrie plastique Four de séchage de films plastiques enduits de colle Production d air chaud par échangeur vapeur/air Objectif : Utiliser l énergie fatale issue de l opération x pour réaliser l opération y Vue d ensemble Conduits d extraction

21 Bilan thermique du séchoir Pistes d optimisation Pertes par les parois 3% Pertes cheminée TC1 20% Pertes cheminée TC2 9% Pertes cheminée TC3 20% Récupération sur l air extrait pour préchauffage de l air neuf Gain sur la consommation de vapeur de 17% Investissement : échangeur à plaques à courants croisés + ventilateur d admission d air 24k Immobilisation séchoir : 2 j Temps de retour de 2.5 ans Séchage colle (évaporation eau) 30% Echauffement de la colle 1% Echauffement du film 9% Pertes cheminée sas d'entrée 0% Pertes cheminée sas de sortie 8%

22 4 ème Forum Industriel de la Récupération d Energie Une journée de conférence dédiée à la récupération et au stockage d énergie Avril 2013 à Lyon Merci de votre attention Toutes les infos prochainement sur 33.(0)

Le diagnostic réglementaire. Jean-François LUCAS. Contraintes ou opportunités. Responsable de marché Procédés Industriels

Le diagnostic réglementaire. Jean-François LUCAS. Contraintes ou opportunités. Responsable de marché Procédés Industriels Le diagnostic réglementaire Contraintes ou opportunités Jean-François LUCAS Responsable de marché Procédés Industriels 1 D un point de vue national 2 Evolution du prix de l énergie 3 Evolution prévisionnelle

Plus en détail

Energie et IAA Pourquoi et comment économiser?

Energie et IAA Pourquoi et comment économiser? Green morning 11 septembre 2014 Energie et IAA Pourquoi et comment économiser? Panorama des gisements d'économies d'énergies possibles en IAA Olivier GUILLEMOT POLENN www.polenn.com Eléments de contexte

Plus en détail

La solution 3-en-1. Chauffage*(voir au dos)

La solution 3-en-1. Chauffage*(voir au dos) La solution 3-en-1 Ventilation double flux Chauffage*(voir au dos) Rafraîchissement MyDATEC, la solution 3-en-1 pour maiso En été En hiver 2 C Air extrait 2 C Air rejeté C Air neuf 27 C Air insufflé 827W

Plus en détail

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet

Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE. 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet Atelier CCI Midi Pyrénées LA GESTION DE L ENERGIE EN ENTREPRISE 15 Janvier 2016 Guillaume CALMETTES Chef de projet 1 Ordre du jour La comptabilité énergétique en entreprise - Définition - Objectif / Enjeux

Plus en détail

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS

METHODOLOGIE ET OBJECTIFS «REFERENT ENERGIE» Tour de table METHODOLOGIE ET OBJECTIFS Méthodologie OBSERVER COMPRENDRE REDUIRE Objectifs Acquérir une culture des économies d énergie et savoir la partager. Disposer de toutes les

Plus en détail

Améliorer l électricité spécifique

Améliorer l électricité spécifique Roger Cadiergues Améliorer l électricité spécifique L24. SOMMAIRE 1. Avant-propos p. 3 1.01. L organisation du sujet 1.02. Les principes de base 1.03A. Exemple : les couvertures de nuit 1.03B. Exemple

Plus en détail

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat

Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides. 11/03/2013 Isabelle Soulat Rencontres d affaires FEDER Les économies d énergies dans les entreprises Méthode Exemples - Aides Les enjeux énergétique de l industrie du Limousin L industrie : 21 % des consommations régionales Baisse

Plus en détail

Efficacité énergétique. Le guide des bonnes pratiques Dans le domaine de l air comprimé. Intégrateur de solutions énergétiques

Efficacité énergétique. Le guide des bonnes pratiques Dans le domaine de l air comprimé. Intégrateur de solutions énergétiques Efficacité énergétique Le guide des bonnes pratiques Dans le domaine de l air comprimé Intégrateur de solutions énergétiques - 01 - - 02 - Introduction Table des matières Les économies d énergie Pour une

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie

Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie www.ifth.org www.ademe.fr ETES-VOUS SÛR DE MAÎTRISER VOS DEPENSES EN ELECTRICITE? Industrie de la confection : La maîtrise des consommations d énergie Les études menées par l ADEME et l IFTH ont démontré

Plus en détail

Introduction Les enjeux de l efficacité énergétique dans la plasturgie

Introduction Les enjeux de l efficacité énergétique dans la plasturgie Introduction Les enjeux de l efficacité énergétique dans la plasturgie Intervenant - Fédération de la Plasturgie et des composites Intervenant - EDF Entreprises Intervenant - ACDI 1 Document : compléter

Plus en détail

Séminaire du 23 mars 2011

Séminaire du 23 mars 2011 3 e appel à projet de recherche de la FBE Séminaire du 23 mars 2011 Projet IPPI Intégration et Planification pour la réduction des GES d un Patrimoine Immobilier DETRY & LEVY SARL D ARCHITECTURE 1 Outil

Plus en détail

L énergie dans les industries agro-alimentaires. Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations

L énergie dans les industries agro-alimentaires. Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations L énergie dans les industries agro-alimentaires Recensement des bonnes pratiques et pistes d actions pour maîtriser vos consommations Tableau de bord énergétique - Systèmes de comptage La mise en place

Plus en détail

En route vers la rénovation énergétique globale

En route vers la rénovation énergétique globale En route vers la rénovation énergétique globale SOMMAIRE 1. L enjeu de la rénovation 2. Les clés de la réussite 3. Le temps de retour sur investissement 4. Le plan de financement 1. L ENJEU DE LA RÉNOVATION

Plus en détail

Les économies d énergie dans la Plasturgie

Les économies d énergie dans la Plasturgie Les économies d énergie dans la Plasturgie Bonnes pratiques et retour d expériences 29 Novembre 2011 PLASTURGIE SERVICES Le pôle de services et d expertise de la plasturgie Veille réglementaire formation,

Plus en détail

Contrôle périodique des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles

Contrôle périodique des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Contrôle périodique des installations de climatisation et de pompes à chaleur réversibles Mardi 11 février 2014 Soizic BERNARD : Chef de service Performance HSE Simon LANDREAU : Ingénieur thermicien Principe

Plus en détail

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001.

VOTRE LOGO. Sommaire. En bref : gérer l énergie pour l avenir. EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001. Sommaire En bref : gérer l énergie pour l avenir EN 16001 : parlons énergie! La certification EN 16001 Etudes de cas En bref : gérer l énergie pour l avenir VOTRE LOGO Gérer l énergie pour l avenir Des

Plus en détail

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE

ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE ACTIONS CONCRÈTES D'UTILISATION RATIONNELLE DE L'ENERGIE Dernière révision du document : août 215 Via les tableaux suivants, consacrés aux différents postes énergivores (excepté le transport), vous trouverez

Plus en détail

DES INSTITUTIONS EFFICACES. Rendez-vous Hydro-Québec 2010 André-Benoit Allard, ing., directeur de projets, Ecosystem

DES INSTITUTIONS EFFICACES. Rendez-vous Hydro-Québec 2010 André-Benoit Allard, ing., directeur de projets, Ecosystem DES INSTITUTIONS EFFICACES Rendez-vous Hydro-Québec 2010 André-Benoit Allard, ing., directeur de projets, Ecosystem SOMMAIRE Vidéo sur le projet réalisé aux Muséums Nature de Montréal Survol des mesures

Plus en détail

AgroDome. La solution innovante pour le stockage des cultures. www.duol-france.com

AgroDome. La solution innovante pour le stockage des cultures. www.duol-france.com AgroDome La solution innovante pour le stockage des cultures www.duol-france.com SOLUTION INNOVANTE Doul a développé une solution innovante dans le domaine du stockage des cultures - Agrodome. AgroDome

Plus en détail

ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION. Concilier ventilation efficace et économies d'énergie

ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION. Concilier ventilation efficace et économies d'énergie ATELIER D'ÉCHANGES PROFESSIONNELS -QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR ET VENTILATION Concilier ventilation efficace et économies d'énergie Jeudi 28 Novembre 2013 Pourquoiventiler? L OMS (Organisation mondiale

Plus en détail

Helioclim. Solution de Climatisation Solaire RéversibleR

Helioclim. Solution de Climatisation Solaire RéversibleR Helioclim Solution de Climatisation Solaire RéversibleR Les ateliers innovations, dans le cadre des rencontres thématiques Industrie et Recherche Jeudi 7 juin 2012, Matériaux et Energie Solaire Thermique

Plus en détail

Apport des certificats d économie d énergie dans le financement des projets

Apport des certificats d économie d énergie dans le financement des projets La récupération de chaleur fatale, une source d énergie compétitive pour l industrie et les collectivités Apport des certificats d économie d énergie dans le financement des projets Daniel CAPPE - Vice-président

Plus en détail

09 13 septembre 2013. Programme préliminaire. Lundi 9 septembre 2013

09 13 septembre 2013. Programme préliminaire. Lundi 9 septembre 2013 1 ère Université d Eté Internationale sur les Energies Renouvelables et l Efficacité Energétique pour Etudiants et Jeunes Chercheurs Ecole d Eté sur l Efficacité Energétique dans le Bâtiment et l Industrie

Plus en détail

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement :

Les relevés, mesures, questions, données et informations à obtenir portent sur : - L environnement de l équipement : OBJECTIF DU DIAGNOSTIC Le diagnostic énergétique doit permettre, à partir d une analyse détaillée des données du site, de dresser des propositions chiffrées et argumentées de programmes de sobriété énergétique

Plus en détail

GEA Refrigeration / GEA Matal s.a. IFFI : 8ème rencontre Elèves-Entreprises 28 MARS 2009

GEA Refrigeration / GEA Matal s.a. IFFI : 8ème rencontre Elèves-Entreprises 28 MARS 2009 IFFI : 8ème rencontre Elèves-Entreprises 28 MARS 2009 GEA Group Un Leader dans les Équipements et l Ingénierie de production Depuis 1881 Groupe Allemand, côté en bourse, basé à Bochum Ingénierie process

Plus en détail

Les économies d énergies dans la salle de traite :

Les économies d énergies dans la salle de traite : Les économies d énergies dans la salle de traite : des équipements et des pratiques! Salon International du Machinisme Agricole Jeudi 24 Février 2011 Mélanie LOOBUYCK GIE Lait-Viande de Bretagne Vincent

Plus en détail

L ÉLECTRICITÉ SPÉCIFIQUE

L ÉLECTRICITÉ SPÉCIFIQUE Roger Cadiergues MémoCad mc40.a CONCEVOIR / AMÉLIORER L ÉLECTRICITÉ SPÉCIFIQUE SOMMAIRE mc40.1. Les principes de base mc40.2. Les étiquettes énergie mc40.3. Les dispositions de bon sens mc40.4. Les consommations

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LA VENTILATION HYGIÉNIQUE François LECLERCQ et Thomas LECLERCQ MATRIciel sa Bilan énergétique

Plus en détail

GAINABLE. Confort & Premium Silence et Discretion HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. Pompes à chaleur air/air

GAINABLE. Confort & Premium Silence et Discretion HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. Pompes à chaleur air/air Pompes à chaleur air/air HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER GAINABLE Confort & Premium Silence et Discretion Invisible et Silencieux La Solution Gainable est composée d un groupe extérieur associé

Plus en détail

Bilan thermique piscine intérieure

Bilan thermique piscine intérieure Auteur du bilan : Tony MÉNARD Coordonnées professionnelles Bilan thermique piscine intérieure Nom SUD IRRIGATION Téléphone 04.68.22.61.68 Adresse 19 BD JACQUES ALBERT ZA Fax 04.68.22.67.66 Ville ELNE Code

Plus en détail

Pôle Performance Industrielle Durable. Page 1 Rencontre SEE Le 20/05/2014 Lille. Innover

Pôle Performance Industrielle Durable. Page 1 Rencontre SEE Le 20/05/2014 Lille. Innover Page 1 Innover en mécanique Page 2 Rencontre Solutions Energie Entreprises Lille le 20 mai 2014 Atelier : «Audit énergétique obligatoire : quelles sont les entreprises concernées?» Eric SENECHAL-CETIM

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE DU FROID Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB

La réglementation. en Région Bruxelles-Capitale. Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB La réglementation climatisation PEB en Région Bruxelles-Capitale Christophe Danlois DIRECTION ENERGIE DEPARTEMENT CHAUFFAGE/CLIMATISATION PEB SOMMAIRE LE CONTEXTE CHIFFRES CLES DE LA CLIMATISATION A BRUXELLES

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C1.2 : Classer, interpréter, analyser Thème : S5 : Technologie des installations frigorifiques

Plus en détail

Rénovation performante : les bases à connaître

Rénovation performante : les bases à connaître Rénovation performante : les bases à connaître Enjeux de la performance des bâtiments Approche globale En pratique Les incitations financières Choisir un professionnel Grand Paris Seine Ouest Energie 2,

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Traquer les courants d air Quelques infos pour commencer LIENS UTILES Les problématiques d étanchéité à l air et de VMC sont souvent accompagnées de questions concernant la qualité de l air intérieur.

Plus en détail

L'intégration des procédés dans l'industrie de la transformation du lait

L'intégration des procédés dans l'industrie de la transformation du lait 1 L'intégration des procédés dans l'industrie de la transformation du lait Serge Bédard, gestionnaire principal de projet CanmetÉNERGIE-Varennes Ressources naturelles Canada Aperçu de la présentation 2

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com

LA POMPE A CHALEUR. SAT MARCHAND. Tous droits réservés SIRET : 796020105 00014. www.satmarchand.com LA POMPE A CHALEUR Les pompes à chaleur ou PAC sont capables d'assurer seules, c'est-à-dire sans autre générateur d'appoint, la totalité du chauffage et de la production d'eau chaude d'un bâtiment. Elles

Plus en détail

LES CEE Quelques exemples concrets. Présentation CCI Drôme Ardèche 7 décembre 2011

LES CEE Quelques exemples concrets. Présentation CCI Drôme Ardèche 7 décembre 2011 LES CEE Quelques exemples concrets Présentation CCI Drôme Ardèche 7 décembre 2011 2 Rappels Statistiques des CEE traités par l obligé Cas de rénovation d un bâtiment tertiaire Exemples d opérations standardisées

Plus en détail

BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS ÉTUDE DES INSTALLATIONS OPTION D

BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS ÉTUDE DES INSTALLATIONS OPTION D BTS FLUIDES ÉNERGIES ENVIRONNEMENTS ÉTUDE DES INSTALLATIONS OPTION D SESSION 2013 Durée : 4 heures Coefficient : 4 Matériel autorisé : Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

Pistes d économies en Chaufferies Industrielles

Pistes d économies en Chaufferies Industrielles Mardi 12 mars 2013 Pistes d économies en Chaufferies Industrielles Pascal LEBOIS Ingénieur Conseil Procédés Industriels Pôle Grands Comptes Direction Commerciale - GRTgaz 1 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

L audit énergétique en industrie. Bureau d études GIRUS

L audit énergétique en industrie. Bureau d études GIRUS L audit énergétique en industrie Bureau d études GIRUS Quelques chiffres GIRUS est une société SAS au capital de 1.500.000 détenu à 100% par ses cadres et dirigeants. GIRUS est indépendante de tout groupe

Plus en détail

1 La conception bioclimatique

1 La conception bioclimatique Nos performances écologiques 1 La conception bioclimatique Une maison ioclimatique est intelligemment implantée bien orientées Objectif : utiliser passivement l énergie solaire pour bénéficier d apports

Plus en détail

Refroidissement d air adiabatique : confort d été sans climatisation

Refroidissement d air adiabatique : confort d été sans climatisation PAROLE D EXPERT Vu sur: http://conseils.xpair.com/ Refroidissement d air adiabatique : confort d été sans climatisation Par Gérard GAGET Société COOLEA Mars 2016 LA PROBLEMATIQUE Les solutions de confort

Plus en détail

Un propre service interne de développement des produits et procédés

Un propre service interne de développement des produits et procédés JTEKT Torsen Europe La société JTEKT Torsen est spécialisée dans la fabrication des différentiels automobiles qui équipent de nombreuses marques : Audi, Fiat, Toyota, Un différentiel est un système mécanique

Plus en détail

ECOSTERYL. Présentation du procédé de décontamination par micro-ondes. Efficace, Sûr, Rentable. Table des matières

ECOSTERYL. Présentation du procédé de décontamination par micro-ondes. Efficace, Sûr, Rentable. Table des matières ECOSTERYL Présentation du procédé de décontamination par micro-ondes Efficace, Sûr, Rentable Table des matières 1 ECOSTERYL : UN PROCEDE SIMPLE ET EFFICACE POUR LA DESINFECTION... 1 2 DESCRIPTION DE L

Plus en détail

Lave-vaisselle à convoyeurs Electrolux

Lave-vaisselle à convoyeurs Electrolux Les lave-vaisselle à convoyeurs Electrolux s'adressent à des professionnels pour qui l'ergonomie, l'économie, des résultats de lavage parfaits sont des qualités incontournables. Ils représentent le meilleur

Plus en détail

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions

AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE. Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions AUDIT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE : VALIDEZ VOS POTENTIELS D ÉCONOMIE Des outils performants pour qualifier vos priorités d actions 1 L AUDIT ÉNERGÉTIQUE: UNE ÉTAPE PRÉALABLE À LA MISE EN ŒUVRE DE TOUTE DÉMARCHE

Plus en détail

Compétitivité énergétique des entreprises Usine du futur

Compétitivité énergétique des entreprises Usine du futur Appel à projets Compétitivité énergétique des entreprises 2016 Usine du futur 1 I. Contexte S inscrivant dans le cadre des 34 plans industriels et le développement de l Usine du Futur, le Conseil régional

Plus en détail

à l @f f i c h e Édito www.cetiat.fr o m m a i r e Page 1 Edito Page 2 A l Affiche Modélisation et simulation numérique en aéraulique et thermique

à l @f f i c h e Édito www.cetiat.fr o m m a i r e Page 1 Edito Page 2 A l Affiche Modélisation et simulation numérique en aéraulique et thermique à l @f f i c h e www.cetiat.fr S o m m a i r e Page 1 Edito Page 2 A l Affiche Modélisation et simulation numérique en aéraulique et thermique Page 3 Applications Performances énergétiques des tunnels

Plus en détail

Optimisation énergétique Complexe de calcul du CEA

Optimisation énergétique Complexe de calcul du CEA Optimisation énergétique Complexe de calcul du CEA Jean-Marc DUCOS, CEA DAM Jean-marc.ducos@cea.fr 1 Complexe de calcul du CEA CEA/DIF (Bruyères-Le-Châtel) 2 Evolutions de puissances des centres de calcul

Plus en détail

L audit énergétique dans l entreprise

L audit énergétique dans l entreprise L audit énergétique dans l entreprise Entreprises petites ou moyennes, la question de la maîtrise de l énergie revêt pour vous une importance décisive. Le groupe de travail «Maîtrise de l énergie dans

Plus en détail

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles

Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles Martina Kost Réduire sa consommation d énergie dans les entreprises industrielles B4E 80 rue Voltaire BP 17 93121 La Courneuve cedex Joseph Irani www.b4e.fr Tél: 01.48.36.04.10 Fax: 01.48.36.08.65 Réduire

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO GAZ

ALFÉA HYBRID DUO GAZ DUO GAZ POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT GAZ CONDENSATION INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Optimisation en exploitation du bâtiment à énergie positive Woopa

Optimisation en exploitation du bâtiment à énergie positive Woopa Livraison : Octobre 2011 Immeuble tertiaire comprenant : - 9 000 m² de plateaux de bureaux Maître d Ouvrage : SCI CARRE DE SOIE divisibles - sur 1500 m² en RDC commerces, Surface SHON : 10 500 m² amphithéâtre

Plus en détail

Gisements d économies d énergie dans l industrie et Mesures incitatives à l Utilisation Rationnelle de l Energie en BRETAGNE

Gisements d économies d énergie dans l industrie et Mesures incitatives à l Utilisation Rationnelle de l Energie en BRETAGNE Gisements d économies d énergie dans l industrie et Mesures incitatives à l Utilisation Rationnelle de l Energie en BRETAGNE 1 INDUSTRIE Gisements techniques et théoriques d économie d énergie à partir

Plus en détail

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI La BAO PROMODUL version Pro Expert MI Logiciel de diagnostic et de simulation pour l amélioration de la performance énergétique et du confort thermique dans la maison individuelle La BAO PROMODUL version

Plus en détail

Certificats d Economie d Energie Le groupe technique Agriculture au bénéfice du secteur horticole Colloque CEE-ATEE Lyon, 27 septembre 2011 Astredhor, Institut technique de l horticulture 44 rue d Alésia,

Plus en détail

«Facteur 4» La nécessaire transition énergétique

«Facteur 4» La nécessaire transition énergétique «Facteur 4» La nécessaire transition énergétique Conseils gratuits et indépendants sur l énergie dans l habitat Permanences téléphone, rendez-vous, mails Animations Stands Conférences Nuits de la thermographie

Plus en détail

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE

RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE RÉFRIGÉRATEUR CONGÉLATEUR PORTABLE www.frigorie-france.com 12V/24/220V MANUEL D UTILISATION 1 Cet Appareil ne peut être utilisé qu à l intérieur avec l une des sources d énergie suivantes: Cet Appareil

Plus en détail

L efficacité énergétique dans l industrie française

L efficacité énergétique dans l industrie française L efficacité énergétique dans l industrie française 25 mars 2014 Frédéric STREIFF Service Entreprises & Eco-Technologies Direction Productions & Energies Durables L ADEME. Thématiques Déchets Énergie Transport

Plus en détail

INVESTISSEMENTS ELIGIBLES

INVESTISSEMENTS ELIGIBLES INVESTISSEMENTS ELIGIBLES ANNEXE 2 N Libellé des postes éligibles Définition des postes éligibles Enjeu S01 Dalle Béton et coulage d une dalle bétonnée de type béton lourd capable de supporter les charges

Plus en détail

Appel à projet 2014 Photovoltaïque en autoconsommation

Appel à projet 2014 Photovoltaïque en autoconsommation Appel à projet 2014 Photovoltaïque en autoconsommation Cahier des charges des études de faisabilité préalable Version 1 Mars 2014 1 1 - Rappel de l appel à projets... 3 1.1 - Objet... 3 1.2 - Bénéficiaires...

Plus en détail

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E.

Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Audits et Suivis énergétiques Session 2010 2011 C.E.E. Syndicat Départemental d Électricité et d Énergies de Lot-et-Garonne 26 rue Diderot 47031 AGEN Cedex Tél : 05 53 77 65 00 Fax : 05 53 77 72 78 www.sdee47.fr

Plus en détail

Utiliser l efficacité énergétique dans la gestion de la croissance chez Vergers Paul Jodoin

Utiliser l efficacité énergétique dans la gestion de la croissance chez Vergers Paul Jodoin Utiliser l efficacité énergétique dans la gestion de la croissance chez Vergers Paul Jodoin HISTOIRE DE L ENTREPRISE 1901 à 1967 Établissement de Jean-Baptiste Jodoin à Rougemont comme pomiculteur Ernest

Plus en détail

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_222

F ORMULAIRE DE D EMANDE D'AUTORISATION F_222 PAGE 1/14 Règlement grand-ducal du 16 juillet 1999 portant nomenclature et classification des établissements classés; Annexe Nomenclature des établissements classés : N 222 Installations de lavage de voitures,

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE SE3B EXERCE POUR TOUTE MAÎTRISE D OUVRAGE DES MISSIONS D INGÉNIERIE DANS LES DOMAINES DU BTP, DE LA CONSTRUCTION ET DES ÉNERGIES CES MISSIONS VONT DE L ESQUISSE À L EXPLOITATION

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION

MANUEL D UTILISATION MANUEL D UTILISATION Pompe à Chaleur de Piscine Modèles : PAC85N2 - PAC60N2 PAC35N2 Merci d avoir choisi la pompe à chaleur de piscine WINDO. Veuillez lire attentivement ce manuel d utilisation avant de

Plus en détail

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé.

Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Aménagement responsable et performance énergétique : la distribution, un acteur engagé. Mercredi 14 octobre 2015, 13 h 35 14 h 20 Espace Congrès: Rio de Janeiro 3 +11 TWh cumac générés depuis 2013 +100

Plus en détail

Méthodologie de réalisation d'un audit énergétique industriel réglementaire

Méthodologie de réalisation d'un audit énergétique industriel réglementaire Méthodologie de réalisation d'un audit énergétique industriel réglementaire La présente méthodologie s'inspire des normes NF EN 16247-1 et NF EN 16247-3. Transparence et indépendance de la SARL SENS 4

Plus en détail

T.Flow CRÉDIT D'IMPÔTS. Plus performant et plus silencieux! NOUVELLE GÉNÉRATION BÉNÉFICIEZ DE VMC HYGRORÉGLABLE & CHAUFFE EAU THERMODYNAMIQUE

T.Flow CRÉDIT D'IMPÔTS. Plus performant et plus silencieux! NOUVELLE GÉNÉRATION BÉNÉFICIEZ DE VMC HYGRORÉGLABLE & CHAUFFE EAU THERMODYNAMIQUE VMC HYGRORÉGLABLE & CHAUFFE EAU THERMODYNAMIQUE NOUVELLE GÉNÉRATION Plus performant et plus silencieux! BÉNÉFICIEZ DE CRÉDIT D'IMPÔTS Selon loi de finances en vigueur Un système révolutionnaire 2 en 1

Plus en détail

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique Guide filière sur le chauffe-eau thermodynamique QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une

Plus en détail

THEME: METHODOLOGIE DU DIAGNOSTIQUE ENERGETIQUE OU AUDIT ENERGETIQUE

THEME: METHODOLOGIE DU DIAGNOSTIQUE ENERGETIQUE OU AUDIT ENERGETIQUE Développement Energétique Durable Innovation SEMINAIRE ATELIER DE FORMATION EN EFFICACITE ENERGETIQUE ; Douala du 21 au 25 Juillet 2014 THEME: METHODOLOGIE DU DIAGNOSTIQUE ENERGETIQUE OU AUDIT ENERGETIQUE

Plus en détail

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME

PRESENTATION AUDIT ENERGÉTIQUE CONFORME AU CAHIER DES CHARGES DE L ADEME Conseils - Formation Etudes - Expertises Assistance à Maitrise d ouvrage Dossier : LB OR- 45000 N. Référence : OR.201114 Votre Interlocuteur : R.DJERIDI (06 52 98 56 93) Le Cannet, le 25/06/2015 PRESENTATION

Plus en détail

Sanistage. Chauffe-eau pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire

Sanistage. Chauffe-eau pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire Sanistage Chauffe-eau pompe à chaleur pour eau chaude sanitaire Sanistage chauffe-eau pompe à chaleur Système all in one pour bains et douches peu gourmand en énergie Le chauffe-eau Sanistage avec pompe

Plus en détail

Certificate of Advanced Studies HES-SO (CAS) OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE ET LES ENTREPRISES. www.optimisation-energetique.

Certificate of Advanced Studies HES-SO (CAS) OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE ET LES ENTREPRISES. www.optimisation-energetique. Certificate of Advanced Studies HES-SO (CAS) OPTIMISATION ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE ET LES ENTREPRISES www.optimisation-energetique.ch www.postformation.ch OBJECTIFS L optimisation d exploitation, le

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO GAZ

ALFÉA HYBRID DUO GAZ DUO GAZ Technologie Hybride POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT GAZ CONDENSATION INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE

Plus en détail

25 C 18 C 25 C 30 C. Eco-Habitat&Solutions - ecohabitatsolutions@yahoo.fr

25 C 18 C 25 C 30 C. Eco-Habitat&Solutions - ecohabitatsolutions@yahoo.fr 25 C 30 C 25 C 18 C 1 LE PUITS CANADIEN Le principe Il est établi que la température en soussol, vers deux mètres de profondeur, est proche de 14 C et ne varie que de quelques degrés tout au long de l'année.

Plus en détail

LASERTOME 30-15. Centre d usinage par faisceau laser : productivité, fiabilité, disponibilité.

LASERTOME 30-15. Centre d usinage par faisceau laser : productivité, fiabilité, disponibilité. LASERTOME 30-15 Centre d usinage par faisceau laser : productivité, fiabilité, disponibilité. Filiale du groupe AIR LIQUIDE Welding, l un des leaders mondiaux de la découpe thermique, SAFMATIC conçoit,

Plus en détail

APPEL À CANDIDATURES Entreprises et efficacité énergétique

APPEL À CANDIDATURES Entreprises et efficacité énergétique APPEL À CANDIDATURES Entreprises et efficacité énergétique CONTEXTE Les modes de production durables sont aujourd hui indispensables pour maintenir la compétitivité des entreprises en diminuant leur dépendance

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage

Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage Position IGNES Article 23 de la règlementation thermique RT 2012 Indicateur de consommation - affichage IGNES (les Industries du Génie Numérique, Energétique et Sécuritaire) rassemble 60 entreprises industrielles

Plus en détail

L éclairage face à la RT 2012

L éclairage face à la RT 2012 L éclairage face à la RT 2012 Les enjeux de la réglementation thermique dans le bâtiment Bernard Duval Délégué général de l AFE Colloque REGENT Reims 23 février 2012 L éclairage face à la RT 2012 q Enjeux

Plus en détail

GAMME ALFÉA HYBRID DUO GAZ

GAMME ALFÉA HYBRID DUO GAZ Fabriqué en France GAMME GAZ POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT GAZ CONDENSATION INTÉGRÉ Haute température 80 C Départ d eau jusqu à 60 C en thermodynamique Solution rénovation en remplacement de chaudière

Plus en détail

Etude de marché: Le potentiel de la climatisation solaire

Etude de marché: Le potentiel de la climatisation solaire Etude de marché: Le potentiel de la climatisation solaire Etudes de marché, potentiel et prévision de développement pour la climatisation solaire en France et en Europe Amandine LE DENN TECSOL SA 18/01/2008

Plus en détail

DEMARCHE ENERGIE -TÉMOIGNAGE-

DEMARCHE ENERGIE -TÉMOIGNAGE- DEMARCHE ENERGIE -TÉMOIGNAGE- BECK TECHNOLOGIES BOULONNERIE DE HAUTE PERFORMANCE La chaudeau Aillevillers (70) Sommaire 1. Présentation de la société, produits/clients et savoir faire 2. Développement

Plus en détail

Stage d accompagnement à la. diagnostic d atelier

Stage d accompagnement à la. diagnostic d atelier Stage d accompagnement à la mise en place du BTSA STA : diagnostic d atelier 1 - QU EST CE QU UN UN DIAGNOSTIC? POURQUOI UN DIAGNOSTIC? En médecine Définitions Identification des maladies. Les méthodes

Plus en détail

COLLOQUE BATIR DURABLE Saint Jean Bonnefonds. Jeudi 17 décembre 2009

COLLOQUE BATIR DURABLE Saint Jean Bonnefonds. Jeudi 17 décembre 2009 COLLOQUE BATIR DURABLE Saint Jean Bonnefonds Jeudi 17 décembre 2009 FICHES TECHNIQUES COSTIC / FFB AMELIORATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS EXISTANTS ANCIENNES FICHES ADEME / FFB EXEMPLE DE FICHE AMÉLIORATION

Plus en détail

- Expertise électrique - Eclairage - Domotique (Automatisme dans la maison) {tab=les bons Gestes} Évitez l'usage d'un sèche-linge:

- Expertise électrique - Eclairage - Domotique (Automatisme dans la maison) {tab=les bons Gestes} Évitez l'usage d'un sèche-linge: - Spécialiste rénovation ancien. - Mise aux normes suite à un diagnostic électrique. - Chauffage au sol électrique. Chauffage électrique traditionnel. - Automatisation portail. - Chauffe eau électrique.

Plus en détail

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION M07 CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION 18 Heures ISET MAHDIA Techniciens de bureau d études et installateurs. - Connaître le système de fonctionnement d une climatisation, - Connaître l ensemble

Plus en détail

INFO HTK-SE. Refroidisseur sec hybride auto-vidangeable. - L alternative à la tour de refroidissement - Pour les systèmes sans glycol.

INFO HTK-SE. Refroidisseur sec hybride auto-vidangeable. - L alternative à la tour de refroidissement - Pour les systèmes sans glycol. INFO HTK-SE Refroidisseur sec hybride auto-vidangeable - L alternative à la tour de refroidissement - Pour les systèmes sans glycol 2 kw JAEGGI L original JAEGGI se consacre depuis 929 au développement,

Plus en détail

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE

FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE FORMATION BATIMENT DURABLE : PASSIF ET (TRES) BASSE ENERGIE Journée 3.4 Systèmes - Notions théoriques Refroidissement Piotr Wierusz-Kowalski AUTOMNE 2014 p.kowalski@mkengineering.be www.mkengineering.be

Plus en détail

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 Les P r o d u i t s facilité d intégration facilité d installation gains énergétiques renforcés : rendement stable quelle que soit la température

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

ACX COMPIL. Installation / Fonctionnement. Avantages / Applications. Caractéristiques standards et dimensions principales (mm)

ACX COMPIL. Installation / Fonctionnement. Avantages / Applications. Caractéristiques standards et dimensions principales (mm) ACX COMPIL Installation EXTÉRIEURE en TOITURE Fonctionnement 100% AIR INTÉRIEUR avec FILTRATION Diffusion d air par gaine ou plénum Régulation sur température d air ambiant Equipée d une costière, l unité

Plus en détail

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE -TÉMOIGNAGE- BECK TECHNOLOGIES

LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE -TÉMOIGNAGE- BECK TECHNOLOGIES LE DIAGNOSTIC ÉNERGIE -TÉMOIGNAGE- BECK TECHNOLOGIES BOULONNERIE DE HAUTE PERFORMANCE La chaudeau Aillevillers (70) Sommaire 1. Présentation de la société, produits/clients et savoir faire 2. Phénomènes

Plus en détail

I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés

I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés Arts graphiques I. Etapes de la fabrication et procédés utilisés A. Les procédés de fabrication Les professionnels ont au choix les trois procédés de fabrication suivants : - Film flasheuse press offset

Plus en détail

Diagnostic Energie GES du secteur

Diagnostic Energie GES du secteur Constr. Électrique&électronique Diagnostic Energie GES du secteur industriel Répartition sur par secteur la des Communauté effectifs de l'industrie Constr. navale d Agglomération du Bocage Bressuirais

Plus en détail

Une piscine chauffée est trois fois "plus utilisée qu'une non chauffée!

Une piscine chauffée est trois fois plus utilisée qu'une non chauffée! Une piscine chauffée est trois fois plus utilisée qu'une non chauffée! INTRODUCTION > Une piscine à vivre dés les premiers beaux jours Quand les premiers rayons de soleil s'installent, l'envie de profiter

Plus en détail