Assise nationale de la santé Marrakech - Juillet 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assise nationale de la santé Marrakech - Juillet 2013"

Transcription

1 Droit à la santé des groupes vulnérables Assise nationale de la santé Marrakech - Juillet 2013

2 INTRODUCTION Droit à la santé : élément fondamental des droits de l homme et de la conception d une vie dans la dignité Santé globale : physique et mentale Importance du sujet Echanges des idées Echanges des expériences

3 Droit à la santé La santé est un droit fondamental de l être humain, indispensable à l exercice des autres droits. Toute personne a le droit de jouir du meilleur état de santé susceptible d être atteint, lui permettant de vivre dans la dignité. La réalisation du droit à la santé peut être assurée par de nombreuses démarches, qui sont complémentaires, notamment la formulation de politiques en matière de santé ou la mise en œuvre de programmes de santé tels qu ils sont élaborés par OMS ou l adoption d instruments juridiques spécifiques. la loi Observation générale N14 sur le droit à la santé Adoptée le 11 mai 2000 par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

4 Droit à la santé L absence de maladie ne signifie pas être en bonne santé selon la Constitution de l OMS : «la santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale.»

5 Charte internationale des droits humains La déclaration universelle de droits de l'homme (1948) La convention internationale sur les droits civiques et politiques (ICCPR, 1966) La convention internationale sur les droits économiques, sociaux et culturels (ICESCR, 1966) L article 1 de la DUDH : tous les hommes naissent libres et égaux en droits et en dignité.

6 Droit à la santé Le droit de toute personne au meilleur état possible de santé physique et mentale l article 25 de la DUDH qui stipule que «toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l alimentation, l habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires» et «le droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ces moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté.» Et d ajouter que «la maternité et l enfance ont droit à une aide et à une assistance spéciales. Tous les enfants, qu ils soient nés dans le mariage ou hors mariage, jouissent de la même protection sociale.»

7 Droit à la santé Le droit à la santé diffère du droit à être en bonne santé. tributaire de plusieurs facteurs : la constitution biologique La constitution psychologique Le droit à la santé renvoie au droit de bénéficier de la diversité des biens, infrastructures, services et conditions nécessaires à sa réalisation. le droit de jouir du meilleur état de santé physique et mental qu il soit possible d atteindre, et non comme un droit inconditionnel à être en bonne santé.

8 Droit à la santé. Le droit de jouir du meilleur état de santé physique et mental qu il soit possible d atteindre n est pas nouveau. Enoncé pour la première fois dans la Constitution de 1946 de l OMS dont le préambule définit la santé comme «un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d infirmité». Le préambule déclare en outre que «la possession du meilleur état de santé qu il est capable d atteindre constitue l un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale».

9 Droit à la santé UN DROIT INDISSOCIABLE ET INTERDÉPENDANT Etroitement lié à d autres droits de l homme et dépend de leur réalisation ; énoncés dans la Charte. Les droits à : l alimentation, au logement au travail, à l éducation, à la dignité humaine, à la vie, à la nondiscrimination et à l égalité, le droit de ne pas être soumis à la torture, le droit au respect de la vie privée, le droit d accès à l information et les droits à la liberté d association, de réunion et de mouvement. Ces droits et libertés sont des composantes intrinsèques du droit à la santé.

10 Droit à la Santé L article 24 de la Convention relative aux droits de l enfant qui reconnaît «le droit de l enfant de jouir du meilleur état de santé possible et de bénéficier de services médicaux et de rééducation» et stipule que les états parties «s efforcent de garantir qu aucun enfant ne soit privé du droit d avoir accès à ces services» et d assurer la réalisation intégrale de ce droit.

11 Droit à la santé Les obligations fondamentales minimales des états pour la mise en œuvre du droit à la santé : Garantir le droit d accès aux équipements, produits et services sanitaires sans discrimination aucune, notamment pour les groupes vulnérables ou marginalisés Assurer l accès à une alimentation essentielle minimale qui soit suffisante et sûre sur le plan nutritionnel, pour libérer chacun de la faim Assurer l accès à des moyens élémentaires d hébergement, de logement et d assainissement et à un approvisionnement suffisant en eau potable Fournir les médicaments essentiels

12 La discrimination :toute distinction, exclusion ou restriction fondée sur divers motifs et ayant pour effet ou pour but de compromettre ou de détruire la reconnaissance, la jouissance ou l exercice des droits de l homme et des libertés fondamentales. accroître la vulnérabilité de ces groupes à la pauvreté et à la maladie. les groupes discriminés et marginalisés sont plus exposés aux problèmes de santé.

13 La non-discrimination et l égalité supposent en outre que les État doivent reconnaître les différences et les besoins particuliers des groupes confrontés en général à des problèmes particuliers de santé, tels que des taux de mortalité plus élevés ou une plus grande vulnérabilité à certaines maladies et en tenir compte. L obligation de garantir la non-discrimination exige l application de normes sanitaires spécifiques à certains groupes de la population, tels que les femmes, les enfants ou les handicapés. Des mesures de protection positives

14 le Comité des droits économiques, sociaux et culturels a clairement affirmé que l absence de protection des membres vulnérables de la société contre la discrimination en matière de santé ne pouvait se justifier. Même en cas de situation difficile, les éléments vulnérables de la société doivent être protégés, par exemple grâce à la mise en œuvre de programmes spécifiques

15 Groupes vulnérables L âge : enfant sujet âgé Le sexe :Femme La nature de la maladie :HIV- Mentale Handicap Précarité Migrants Privation de liberté: détenus.

16 Droit de Santé au Maroc Constitution +++ Préambule Consécration des libertés et des droits Primauté des conventions et des instruments internationaux

17 le texte de loi portant code de la couverture médicale de base reconnaît expressément le droit à la santé pour la première fois au Maroc. Dans son préambule, ce texte stipule : «Concrétiser l engagement de l Etat, qui consacre le droit à la santé tel que prévu par les conventions internationales, la présente loi constitue le parachèvement de l expérience du Maroc en matière de couverture médicale et consolide les droits acquis par les citoyens marocains bénéficiant d une assurance maladie». la volonté de l Etat à promouvoir le secteur de la santé pour plus d équité et d égalité dans l accès aux soins. Dahir n du 25 rejeb 1423 (3 octobre 2002), portant promulgation de la loi n 65-00, portant code de la couverture médicale de base

18 Constitution La nouvelle Constitution adoptée par référendum le premier juillet 2011 Le droit à la santé figure parmi ces droits. l article 31 de la Constitution stipule que «l Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales œuvrent à la mobilisation de tous les moyens disponibles pour faciliter l égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions leur permettant de jouir du droit : aux soins de santé à la protection sociale, à la couverture médicale et à la solidarité mutualiste ou organisée par l Etat ( )». Bulletin officiel n 5964 bis du 30 juillet 2011.

19 l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) le Régime d Assistance Médicale aux Personnes Economiquement Démunies (RAMED)

20 Institutions nationales de défense des droits de l homme Les institutions nationales de défense des droits de l homme (INDH) sont des mécanismes nationaux importants pour la promotion et la défense des droits de l homme. Recommander des modifications des dispositions administratives ou législatives, d examiner des plaintes, de mener des enquêtes, de veiller à la ratification et à la mise en œuvre des traités internationaux relatifs aux droits de l homme Formation et sensibilisation Maroc :conseil national des droits de l homme(cndh)

21 CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L HOMME Institution nationale de protection et de promotion des droits de l Homme et des libertés; Créée le 8 Mai 1990 sous l appellation «Conseil consultatif des droits de l Homme» ; Réorganisée en 2001 conformément aux principes de Paris régissant les institutions nationales des droits de l Homme; Accréditée au statut A par le Comité International de Coordination des institutions Nationales des droits de l Homme depuis 2002 (CIC); Création du Conseil National des droits de l Homme en 2011: élargissement des attributions du Conseil et renforcement de son pluralisme et de son indépendance;

22 CNDH - Veille à l observation, à la surveillance et au suivi de la situation des droits de l Homme aux niveaux national - Surveille les cas de violations et peut procéder aux investigations et enquêtes nécessaires ; - Elabore des rapports sur ses observations et investigations et les soumet aux autorités compétentes accompagnées des recommandations y relatives ; - Peut intervenir par anticipation et urgence chaque fois qu il s agit d un cas de tension qui pourrait aboutir à une violation individuelle ou collective des droits de l Homme ; - Contribue à la mise en œuvre des mécanismes prévus par les conventions internationales relatives aux droits de l Homme auquel le Maroc a adhéré

23 CNDH Effectue des visites aux lieux de détention et aux établissements pénitentiaires, les centres de protection de l enfance et de la réinsertion, les établissements hospitaliers spécialisés dans le traitement des maladies mentales et psychiques et aux lieux de rétention des étrangers en situation irrégulière et élabore des rapports sur les visites et les soumets aux autorités compétentes - Examine et étudie l harmonisation des textes législatifs et réglementaires en vigueur avec les conventions internationales des droits de l homme ; - Contribue à l élaboration des rapports du gouvernement à soumettre aux organes de traités ; - Apporte conseil et assistance au parlement et gouvernement en matière d harmonisation des lois avec les conventions internationales, sur leur demande ; - Encourage l adhésion du Maroc aux conventions internationales des droits de l Homme et au droit international humanitaire.

24 CNDH - Encourage la poursuite de la ratification ou de l adhésion du Royaume aux conventions internationales et régionales relatives aux droits de l Homme et au droit international humanitaire ; - Veille à la promotion des principes et des règles du droit international humanitaire et œuvre à leur consolidation ; - Contribue par tous les moyens à la promotion et à la diffusion de la culture des droits de l Homme et de la citoyenneté ; - Soumet à Sa Majesté le Roi, un rapport annuel sur l état des droits de l Homme ainsi que sur le bilan et les perspectives d action du Conseil. Ce rapport est publié dans le bulletin officiel ; - Présente devant chacune des deux chambres du parlement, un exposé synthétique du contenu dudit rapport.

25 CNDH Organise des forums nationaux, régionaux ou internationaux sur les droits de l Homme ; - Contribue au renforcement de la construction démocratique par le biais de la promotion du dialogue sociétal pluriel et le perfectionnement de tous les mécanismes appropriés à cet effet, y compris l observation des opérations électorales ; - Contribue à la création de réseaux de communication et de dialogue entre les institutions nationales étrangères similaires ainsi qu entre les experts qui ont apporté des contributions significatives dans le domaine des droits de l Homme ; - Favorise et encourage toutes les initiatives visant à promouvoir la pensée des droits de l Homme et l action menée sur le terrain dans ce domaine, et vouée au développement ; - Crée «un prix national des droits de l Homme» décerné à toute personne ou tout organisme méritant

26 CNDH Rapport sur les établissements psychiatriques les prisons Les centres de protection de l enfance VIH :Le CNDH, avec ses partenaires : le programme National de lutte contre le sida du ministère de la santé, ONUSIDA et le Fond Mondial de Lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ont crée un comité de suivi pour l élaboration de la stratégie nationale en matière de droits humains et VIH. Genre: embryonnaire

27 Groupe vulnérable : Précarité La mise en œuvre depuis 2005, de l Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), comme opération de lutte contre la pauvreté. Cette initiative, marque un changement dans la gestion de la problématique du développement humain, en se proposant de porter une attention particulière à la participation, au partenariat dans la mise en œuvre des programmes de développement social.

28 CONCLUSION Approche droit +++ Grand chantier: nouvelle gouvernance Conflit parfois avec approche économie Défis +++

29 La protection de ces droits découle, pour l essentiel, de la déclaration universelle des droits de l Homme et du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Elle découle également de conventions internationales assurant la protection de certaines catégories vulnérables en raison soit de leur âge, soit de leur sexe ou encore de leur handicap physique ou mental. Elle résulte enfin des textes spécialisés se rapportant aux domaines d intervention de chacun des quatre secteurs concernés par l étude, telle que la constitution de l Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la constitution de l Organisation Internationale du Travail (OIT), le Rapport Delors et la charte de l éducation,

30 Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels, l organe chargé du suivi du Pacte relatif aux droits économiques, sociaux et culturels: «facteurs déterminants pour la santé»: L approvisionnement en eau potable l assainissement Une alimentation saine Une alimentation suffisante et un logement décent Des conditions de travail et environnementales saines Une éducation à la santé et la diffusion d informations L égalité entre les sexes.

31 diminution de la mortinatalité et de la mortalité infantile, ainsi que le développement sain de l'enfant ; amélioration de tous les aspects de l'hygiène du milieu et de l'hygiène industrielle ; prophylaxie et traitement des maladies épidémiques, endémiques ; création de conditions propres à assurer à tous des services médicaux et une aide médicale en cas de maladie. le contenu normatif de l'article 12. Pour l essentiel, ce texte ramène le droit à la santé à l existence de quatre éléments interdépendants et essentiels : disponibilité en quantité suffisante des services et soins de santé ; accessibilité aux soins, comprenant la non-discrimination, l accessibilité physique, l accessibilité économique ou «abordabilité» et l accessibilité de l'information, acceptabilité en termes de respect de l éthique médicale et des valeurs culturelles; qualité de soins.

32 «la possession du meilleur état de santé qu il est capable d atteindre constitue l un des droits fondamentaux de tout être humain quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale». Instruments internationaux :DUDH (art. 25). Pacte international des droits économiques, sociaux et culturels Instruments spécifiques

33 L importance accordée aux «déterminants fondamentaux de la santé» le droit: à l alimentation à l eau, à un niveau de vie suffisant, à un logement décent, à l absence de discrimination, à la vie privée, à l accès à l information, à la participation et le droit de bénéficier du progrès scientifique et de ses applications.

34 la déclaration universelle des droits de l Homme qui mentionne dans son article 25 que «Toute personne, à droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être». Le Pacte International des Droits Economiques, Sociaux et Culturels, reconnaît, quant à lui, le droit à la santé comme étant un droit individuel et inaliénable. Cette reconnaissance se révèle dans l article 12 du pacte en ces termes : «les Etats parties au présent Pacte reconnaissent le droit qu'a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale qu'elle soit capable d'atteindre».

35 Les droits de l homme sont interdépendants, indissociables et intimement liés. une violation du droit à la santé compromet souvent l exercice d autres droits de l homme( le droit à l éducation, au travail) L importance accordée aux «déterminants fondamentaux de la santé» le droit à la santé dépend non seulement de la réalisation d autres droits de l homme mais y contribue également. le droit à l alimentation, à l eau, à un niveau de vie suffisant, à un logement décent, à l absence de discrimination, à la vie privée, à l accès à l information, à la participation et le droit de bénéficier du progrès scientifique et de ses applications.

36 Les droits de l homme sont interdépendants, indissociables et intimement liés. une violation du droit à la santé compromet souvent l exercice d autres droits de l homme( le droit à l éducation, au travail) L importance accordée aux «déterminants fondamentaux de la santé» le droit à la santé dépend non seulement de la réalisation d autres droits de l homme mais y contribue également. le droit à l alimentation, à l eau, à un niveau de vie suffisant, à un logement décent, à l absence de discrimination, à la vie privée, à l accès à l information, à la participation et le droit de bénéficier du progrès scientifique et de ses applications.

37 Droit à la santé UN DROIT INDISSOCIABLE ET INTERDÉPENDANT Etroitement lié à d autres droits de l homme et dépend de leur réalisation ; énoncés dans la Charte. Les droits à : l alimentation, au logement au travail, à l éducation, à la dignité humaine, à la vie, à la nondiscrimination et à l égalité, le droit de ne pas être soumis à la torture, le droit au respect de la vie privée, le droit d accès à l information et les droits à la liberté d association, de réunion et de mouvement. Ces droits et libertés sont des composantes intrinsèques du droit à la santé.

38 La responsabilité des pouvoir publics est de créer les conditions et l environnement socioéconomique qui favorisent l accès au droit de la santé pour le plus grand nombre et de faciliter par des dispositifs réglementaires et institutionnels ainsi que par des mécanismes financiers, l accès à ce droit aux groupes les plus vulnérables.

39 le VIH/sida pose de multiples problèmes pour les droits de l homme. Inversement, la protection et la promotion des droits de l homme sont essentiels pour prévenir la transmission du VIH et réduire l incidence du sida sur les vies des personnes. De nombreux droits de l homme sont concernés par le VIH/sida, tels que le droit à la non discrimination, le droit à la vie, l égalité devant la loi, le droit à la vie privée et le droit au meilleur état de santé qu il soit possible d atteindre.

40 Droit à la santé. Le droit de jouir du meilleur état de santé physique et mental qu il soit possible d atteindre n est pas nouveau. Enoncé pour la première fois dans la Constitution de 1946 de l OMS dont le préambule définit la santé comme «un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d infirmité». Le préambule déclare en outre que «la possession du meilleur état de santé qu il est capable d atteindre constitue l un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou sociale».

DRT6830B Droit européen et international de l environnement

DRT6830B Droit européen et international de l environnement DRT6830B Droit européen et international de l environnement Droit international de la santé dans le contexte de changements climatiques Yann Joly Centre of Genomics and Policy McGill University DISCUSSION

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

DIRECTIVES VOLONTAIRES

DIRECTIVES VOLONTAIRES DIRECTIVES VOLONTAIRES à l appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale Adoptées à la cent vingt-septième session du

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES. Normes du Conseil de l Europe

ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES. Normes du Conseil de l Europe ÉGALITÉ DE GENRE ET DROITS DES FEMMES Normes du Conseil de l Europe L égalité de genre est capitale pour la protection des droits de l homme, le fonctionnement de la démocratie, le respect de l État de

Plus en détail

POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES ENFANTS EN AFRIQUE

POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES ENFANTS EN AFRIQUE AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone: 011-551 7700 Fax: 011-551 7844 Website: www.au.int POSITION AFRICAINE COMMUNE SUR METTRE FIN AU MARIAGE DES

Plus en détail

CHARTE DES DROITS DE L ENFANT DANS LE SPORT

CHARTE DES DROITS DE L ENFANT DANS LE SPORT CHARTE DES DROITS DE L ENFANT DANS LE SPORT 2 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Première partie : Définitions... 5 Deuxième partie : Droits et libertés fondamentales de l enfant sportif... 7 Troisième

Plus en détail

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme

Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme COMMISSION NATIONALE CONSULTATIVE DES DROITS DE L HOMME Avis portant sur les thèmes de la conférence européenne sur le racisme (Adopté par l Assemblée plénière du 2 mars 2000) Le 1 er février 2000, le

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038

Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves. Procédure administrative : Numéro : PA 7.038 Procédure administrative : Discipline progressive et promotion d un comportement positif chez les élèves Numéro : PA 7.038 Catégorie : Administration des écoles Pages : 6 Approuvée : le 3 mars 2008 Modifiée

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 012 du 27 juin 2008 du Conseil supérieur du logement portant sur l avant-projet de décret relatif à l Egalité de traitement. En date du 20 juin 2008, le Ministre du

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

APT POSITION PAPER A. INSTITUTIONS NATIONALES DES DROITS DE L'HOMME (INDH)

APT POSITION PAPER A. INSTITUTIONS NATIONALES DES DROITS DE L'HOMME (INDH) APT POSITION PAPER Le rôle des Institutions nationales des droits de l'homme dans la prévention de la torture et des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Au cours de la décennie écoulée,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE du Plan d action international de Madrid sur le vieillissement 31 juillet 2015

QUESTIONNAIRE du Plan d action international de Madrid sur le vieillissement 31 juillet 2015 QUESTIONNAIRE La résolution 24/20 du Conseil des droits de l homme a prié l Experte Indépendante chargée de promouvoir l exercice par les personnes âgées de tous les droits de l homme d analyser les incidences

Plus en détail

Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes

Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes Mémorandum revendicatif et propositions à propos du projet de loi cadre contre la violence à l'encontre des femmes Introduction Le Secrétariat National de la Ligue Démocratique des Droits des Femmes (LDDF)

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME

HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME HAUT-COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME Le droit à la vérité Résolution de la Commission des droits de l homme 2005/66 La Commission des droits de l homme, Guidée par la Charte des Nations

Plus en détail

POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI

POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI POLITIQUE D ACCÈS À L ÉGALITÉ EN EMPLOI Table des matières INTRODUCTION...3 1. NATURE ET PORTÉE...4 2. CHAMP D APPLICATION...4 3. PRINCIPES ET VALEURS...5 4. OBJECTIFS GÉNÉRAUX...6 5. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES...6

Plus en détail

Le Droit d accès à l information : un pilier pour une meilleure gouvernance

Le Droit d accès à l information : un pilier pour une meilleure gouvernance TRANSPARENCY MAROC الجمعية المغربية لمحاربة الرشوة Le Droit d accès à l information : un pilier pour une meilleure gouvernance Rapport de synthèse des travaux du Séminaire sur l accès à l information»

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

L ABC du droit international du travail

L ABC du droit international du travail L ABC du droit international du travail Les droits des travailleuses et des travailleurs À quoi font-ils référence? Les cadres juridiques régissant les droits des travailleuses et des travailleurs au Québec

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

DÉCISION Nº54 du 21 mars 2000

DÉCISION Nº54 du 21 mars 2000 DÉCISION Nº54 du 21 mars 2000 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 5 lettre e) de l Ordonnance du Gouvernement nº39/1999 relative à l achèvement du processus de restructuration

Plus en détail

Allocution d ouverture de Monsieur Nizar Baraka

Allocution d ouverture de Monsieur Nizar Baraka Allocution d ouverture de Monsieur Nizar Baraka Président du Conseil Economique, Social et Environnemental Séminaire sur «Une nouvelle perspective pour l égalité de genre au Maroc : quelle responsabilité

Plus en détail

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT

La cartographie des acteurs de la prévention les compétences du CHSCT Formation des personnes ressources chargées d accompagner les membres des comités d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Secrétariat général DGRH C1 La cartographie des acteurs de

Plus en détail

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS

CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS CHARTE RSE FOURNISSEURS ET SOUS-TRAITANTS Construire l avenir, c est notre plus belle aventure J e suis convaincu que la performance globale de Bouygues est intrinsèquement liée à celle de nos fournisseurs

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

Journal officiel des Communautés européennes 16. 4. 96

Journal officiel des Communautés européennes 16. 4. 96 N L 95/16 1 FR j Journal officiel des Communautés européennes 16. 4. 96 DECISION N 647/96/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL du 29 mars 1996 adoptant un programme d'action communautaire concernant

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH PREAMBULE Désireuses de donner effet aux déclarations adoptées lors des

Plus en détail

Charte d engagement de l AGAFPA en matière de prévention et de traitement de la maltraitance visant à la promotion de la bientraitance

Charte d engagement de l AGAFPA en matière de prévention et de traitement de la maltraitance visant à la promotion de la bientraitance a.g.a.f.p.a. Association Loi de 1901 Conventionnée Agréée Centre Médico / Administratif Résidence du Parc 13850 GREASQUE France Tél. 04 42 12 61 74 Fax: 04 42 58 84 95 Préambule La maltraitance des personnes

Plus en détail

DECLARATION DE MARRAKECH SUR LA MEDIATION INSTITUTIONNELLE

DECLARATION DE MARRAKECH SUR LA MEDIATION INSTITUTIONNELLE DECLARATION DE MARRAKECH SUR LA MEDIATION INSTITUTIONNELLE Les Présidents des réseaux internationaux de médiation, les médiateurs, les ombudsmans et les représentants des institutions et des instances

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Engagements de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armés en place d un mécanisme

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

Accès aux soins: DROIT POUR TOUS

Accès aux soins: DROIT POUR TOUS Accès aux soins: DROIT POUR TOUS Forum des parlementaires francophones 29-30 Septembre 2014 Kinshasa-RDC Thérèse OMARI Fondation femme plus Tél: 00243 99 99 13 257 Mail : omari111@yahoo.com ou femmeplus_rdc@yahoo.fr

Plus en détail

Le Conseil ministériel,

Le Conseil ministériel, DÉCISION No 3/11 ÉLÉMENTS DU CYCLE DU CONFLIT LIÉS AU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE L OSCE EN MATIÈRE D ALERTE PRÉCOCE, D ACTION RAPIDE, DE FACILITATION DU DIALOGUE ET DE SOUTIEN À LA MÉDIATION, AINSI

Plus en détail

Situation de l enfance au Maroc

Situation de l enfance au Maroc ROYAUME DU MAROC Situation de l enfance au Maroc 1 Superficie : 710.850 Km 2 ( Population totale : Contexte Données générales Le Maroc est une monarchie constitutionnelle, démocratique et sociale (Art.

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable *******************

REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable ******************* REPUBLIQUE TUNISIENNE ************************** Ministère de l Environnement et de Développement Durable ******************* STRATEGIE NATIONALE EN MATIERE D EDUCATION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE **************************

Plus en détail

Protection sociale et Accès aux Services de Base

Protection sociale et Accès aux Services de Base Protection sociale et Accès aux Services de Base Atelier de renforcement des capacités des services gouvernementaux impliqués dans la réintégration et la réinsertion socio-économique des migrants retournés

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE

CONSEIL DE L'EUROPE RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (92) 13 REV DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ETATS MEMBRES SUR LA CHARTE EUROPÉENNE DU SPORT REVISEE (adoptée par le Comité des Ministres le 24 septembre

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

Intégration de l égalité entre les femmes et les hommes dans le processus de GRH

Intégration de l égalité entre les femmes et les hommes dans le processus de GRH Intégration de l égalité entre les femmes et les hommes dans le processus de GRH Les Jeudis de la Gouvernance Publique France Paquet Coordonnatrice égalité entre les femmes et les hommes PARGEP 22 novembre

Plus en détail

«L intégration des questions relatives aux jeunes» Kassoum Coulibaly Bureau de l UNESCO à Bamako Addis Ababa, 27 200 june 2006 k.coulibaly@unesco.

«L intégration des questions relatives aux jeunes» Kassoum Coulibaly Bureau de l UNESCO à Bamako Addis Ababa, 27 200 june 2006 k.coulibaly@unesco. «L intégration des questions relatives aux jeunes» Kassoum Coulibaly Bureau de l UNESCO à Bamako Addis Ababa, 27 200 june 2006 k.coulibaly@unesco.org L intégration des questions relatives aux jeunes dans

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT POUR UNE ACTION CONCERTEE EN FAVEUR DE L ECOLE LE MINISTERE DE L INTERIEUR

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT POUR UNE ACTION CONCERTEE EN FAVEUR DE L ECOLE LE MINISTERE DE L INTERIEUR ROYAUME DU MAROC CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT POUR UNE ACTION CONCERTEE EN FAVEUR DE L ECOLE ENTRE LE MINISTERE DE L INTERIEUR ET LE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR,

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 15/06/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 10-18341 Publié au bulletin Renvoi devant la cour de justice de l u.e. M. Lacabarats (président), président

Plus en détail

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges

Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Rôle de l action contre les mines dans l intégration de l assistance aux victimes à des cadres plus larges Convention sur l interdiction des mines antipersonnel Convention sur l interdiction de l emploi,

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Origines juridiques et obligations internationales

Origines juridiques et obligations internationales Formation à la Protection des Personnes Déplacées Internes Origines juridiques et obligations internationales 1/5 Origines juridiques et obligations internationales Origines juridiques des Principes directeurs

Plus en détail

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999

FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL. Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre 1999 FONDS MONÉTAIRE INTERNATIONAL Code de bonnes pratiques pour la transparence des politiques monétaire et financière : Déclaration de principes Introduction Adopté par le Comité intérimaire le 26 septembre

Plus en détail

Amnesty International

Amnesty International Amnesty International Le mémoire d Amnesty International présente des recommandations qui touchent six volets : droits des autochtones, droits des migrants, commerce et investissement, aide au développement,

Plus en détail

DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES. Appel à consultation pour L élaboration de la stratégie de communication du pôle social. Termes de référence

DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES. Appel à consultation pour L élaboration de la stratégie de communication du pôle social. Termes de référence PROGRAMME PROMOUVOIR ET RENFORCER L INSTITUTIONNALISATION DE L EQUITE ET DE L EGALITE DE GENRE DANS LES POLITIQUES PUBLIQUES Appel à consultation pour L élaboration de la stratégie de communication du

Plus en détail

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables

Le comité d audit. Présentation du rapport du groupe de travail. Anne Gillet Direction des affaires comptables Le comité d audit Présentation du rapport du groupe de travail Anne Gillet Direction des affaires comptables Sommaire 1. Contexte & missions du groupe de travail 2. Les principales caractéristiques du

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Accord cadre international «Sodexo UITA»

Accord cadre international «Sodexo UITA» Accord cadre international «Sodexo UITA» 1. Parties prenantes 1.1. Le présent accord est conclu entre «Sodexo» et «l UITA» ; 1.2. «Sodexo» désigne la société Sodexo SA et l ensemble des sociétés filiales

Plus en détail

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante

Gard. L accueil du jeune enfant en situation de handicap. la Charte. développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Gard développe les solidarités www.gard.fr/fr/nos-actions/solidarite-sante Le L accueil du jeune enfant en situation de handicap la Charte www.mon-enfant.fr www.caf.fr Un partenariat essentiel Selon les

Plus en détail

CHARTE SOCIALE EUROPÉENNE

CHARTE SOCIALE EUROPÉENNE PRISE DE POSITION CHARTE SOCIALE EUROPÉENNE Le 2 juillet 2014, le Conseil fédéral a approuvé un rapport sur la Charte sociale européenne révisée (CSE). Le rapport conclut que, d un point de vue juridique,

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques

Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques Ce qu il faut savoir au sujet de la sante dans toutes les politiques La santé dans toutes les politiques, de quoi s agit-il? La santé dans toutes les politiques est une approche intersectorielle des politiques

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

LOI n 2008 030. portant protection des droits des Personnes Agées

LOI n 2008 030. portant protection des droits des Personnes Agées REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana LOI n 2008 030 portant protection des droits des Personnes Agées EXPOSE DES MOTIFS Le préambule de la Constitution énonce clairement le respect

Plus en détail

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières

Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières Texte original Accord européen sur l instruction et la formation des infirmières 0.811.21 Conclu à Strasbourg le 25 octobre 1967 Signé par la Suisse le 25 septembre 1968 Approuvé par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr

Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Pierrette OYANE NZUE Observatoire des Droits de la Femme et de la Parité Gabon pioyvean@yahoo.fr Le Gabon est un pays d Afrique Centrale, peuplé d environ deux millions d habitants. A cause de ses nombreuses

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé. A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc

Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé. A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc Pourquoi un livre blanc en santé? Un livre blanc est un

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information

Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg. Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement. Note d information Chambre des Députés du Grand-Duché du Luxembourg Réunion des Présidents des commissions de la coopération au développement Note d information Luxembourg, 11 décembre 2015 L année européenne du développement

Plus en détail

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales

Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre la pauvreté des familles monoparentales Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Confederation of Family Organisations in the European Union Position de la COFACE sur le rôle des pensions alimentaires dans la lutte contre

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN CONFORMITE DES LIEUX DE TRAVAIL AUX NORMES DU TRAVAIL DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA, DE LA GUINEE ET DU TCHAD

FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN CONFORMITE DES LIEUX DE TRAVAIL AUX NORMES DU TRAVAIL DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA, DE LA GUINEE ET DU TCHAD FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN CONFORMITE DES LIEUX DE TRAVAIL AUX NORMES DU TRAVAIL DANS LES PAYS MEMBRES DE L UEMOA, DE LA GUINEE ET DU TCHAD Plus de 50 ans après les Indépendances force est de constater

Plus en détail

Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive

Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive Recommandation Rec(2006)19 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux politiques visant à soutenir une parentalité positive (adoptée par le Comité des Ministres le 13 décembre 2006, lors de

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES

COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Strasbourg, le 17 février 2010 GVT/COM/I(2010)001 COMITÉ CONSULTATIF DE LA CONVENTION-CADRE POUR LA PROTECTION DES MINORITÉS NATIONALES Commentaires du Gouvernement des Pays-Bas sur le premier avis du

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels

Atelier Promotion et diffusion des droits économiques, sociaux et culturels Texte de la communication présentée par la secrétaire générale du SIDIIEF à l occasion de la VII e conférence des ONG et OSC, 24 juin 2010, Genève, Suisse Atelier Promotion et diffusion des droits économiques,

Plus en détail

Evaluation des emplois et écarts de rémunération entre hommes et femmes

Evaluation des emplois et écarts de rémunération entre hommes et femmes Evaluation des emplois et écarts de rémunération entre hommes et femmes Sophie Latraverse ERA novembre 2014 Ecarts de rémunération en Europe - Ecart annuel brut de la rémunération hommes femmes : 29,2%

Plus en détail

De la Déclaration de Genève à la Convention internationale des droits de l'enfant

De la Déclaration de Genève à la Convention internationale des droits de l'enfant LES DROITS DE L'ENFANT / 1948-1989, NATIONS UNIES De la Déclaration de Genève à la Convention internationale des droits de l'enfant Dès 1946, préoccupée par le sort des enfants d'europe et de Chine dans

Plus en détail

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN

Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Forum régional sur «Les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest» DECLARATION D ABIDJAN Les participants au Forum régional sur «les médias, la paix et la sécurité en Afrique de l Ouest», réunis

Plus en détail

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF

Association Tutélaire des Majeurs. Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF Association Tutélaire des Majeurs Protégés du Rhône *** PROJET ASSOCIATIF L ATMP intervient depuis bientôt 40 ans au service des personnes socialement fragilisées qui ne peuvent plus pourvoir seules à

Plus en détail

Nouvelle stratégie. et Plan d action du Conseil de l Europe. pour la cohésion sociale

Nouvelle stratégie. et Plan d action du Conseil de l Europe. pour la cohésion sociale Nouvelle stratégie et Plan d action du Conseil de l Europe pour la cohésion sociale approuvés par le Comité des Ministres du Conseil de l Europe le 7 Juillet 2010 2 NOUVELLE STRATEGIE POUR LA COHESION

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

PROJET DE NOTE D ORIENTATION

PROJET DE NOTE D ORIENTATION PROJET DE NOTE D ORIENTATION CINQUIÈME DIALOGUE ANNUEL DE HAUT NIVEAU SUR LA DÉMOCRATIE, LES DROITS DE L'HOMME ET LA GOUVERNANCE EN AFRIQUE : TENDANCES, DÉFIS ET PERSPECTIVES THÈME : RÉFLEXION, CÉLÉBRATION

Plus en détail

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique

1 ére Observation de la santé des nantais. GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique 1 ére Observation de la santé des nantais GTPI Cohésion Sociale 9 Février 2012 Mission santé publique Déterminants de santé La santé des habitants n est pas l apanage des soignants elle est influencée

Plus en détail

Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes

Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes I. Textes fondamentaux La liberté d expression et la liberté d information des jeunes sont inscrites dans des textes fondamentaux comme la Convention

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3613 Convention collective nationale IDCC : 7017. PERSONNEL DES PARCS ET JARDINS ZOOLOGIQUES PRIVÉS ACCORD

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

Référentiel national des espaces de rencontre

Référentiel national des espaces de rencontre Annexe 1 1 Référentiel national des espaces de rencontre 1. Définition des espaces de rencontre A. Objectifs et nature de l activité des espaces de rencontre L espace de rencontre est un lieu permettant

Plus en détail

Charte éthique de la Fegems

Charte éthique de la Fegems Charte éthique de la Fegems Préambule Une Charte éthique, pour quoi faire? La Charte affi rme la philosophie de la Fegems, les valeurs éthiques communes qui fondent ses attitudes et ses actions. Affi rmer

Plus en détail

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral

Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Appel à projets 2016 Prévention et soutien en milieu carcéral Destiné aux associations de France métropolitaine, Drom et Com Date de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Il y

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

Santé mentale et droits de l Homme : l impérieuse nécessité d une nouvelle politique. l impérieuse nécessité d une nouvelle politique

Santé mentale et droits de l Homme : l impérieuse nécessité d une nouvelle politique. l impérieuse nécessité d une nouvelle politique Santé mentale et droits de l Homme : Mission d information et d investigation sur les établissements hospitaliers chargés de la prévention et du traitement des maladies mentales et de la protection des

Plus en détail

PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME 1 PROTOCOLE A LA CONVENTION DE L OUA SUR LA PREVENTION ET LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME Nous les chefs d Etat et de

Plus en détail

Draft Proposal of CICMA

Draft Proposal of CICMA COMMENTAIRE AU PROJET DU DEUXIEME PROTOCOLE FACULTATIF SE RAPPORTANT AU PACTE INTERNATIONAL RELATIF AUX DROITS ECONOMIQUES, SOCIAUX ET CULTURELS SUR LE DROIT A L EAU ET A L ASSAINISSEMENT Introduction

Plus en détail

Conférence européenne des familles. L inclusion sociale des familles : Où en est la dimension familiale des politiques de l UE?

Conférence européenne des familles. L inclusion sociale des familles : Où en est la dimension familiale des politiques de l UE? Conférence européenne des familles L inclusion sociale des familles : Où en est la dimension familiale des politiques de l UE? Document cadre de la Conférence européenne des familles 14-15 Octobre 2010,

Plus en détail

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1

Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 Discriminations : de quoi parle-t-on? AVDL mai 2008 1 1/ Discrimination : de quoi parle-t-on? 2/ Les voies de recours 3/ Le processus de reconnaissance des discriminations 4/ Les discriminations liées

Plus en détail

Quelques mots sur la Convention relative aux droits de l'enfant

Quelques mots sur la Convention relative aux droits de l'enfant Quelques mots sur la Convention relative aux droits de l'enfant Pourquoi les pays signent-ils des conventions internationales? Imagine un t-shirt cousu en Chine avec du tissu fabriqué en Inde, transporté

Plus en détail